EN QUITTANT TEHERAN, LE N°2 DE L'UE EST ARRETE A L'AEROPORT DE FRANCFORT PUIS RELACHE. POURQUOI?

tourtaux-jacques Par Le 13/05/2022 0

Dans EUROPE

Le no 2 de l’UE arrêté à aéroport de Francfort en quittant Téhéran !

Friday, 13 May 2022 4:06 PM  [ Last Update: Friday, 13 May 2022 4:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le chef adjoint de la politique étrangère de l’Union européenne Enrique Mora. ©Reuters/Illustration

La police allemande a libéré le chef adjoint de la politique étrangère de l'Union européenne et le négociateur de l'UE chargé de coordonner les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, Enrique Mora, arrêté plus tôt à l'aéroport de Francfort. C'est l'intéressé lui-même qui l'a annoncé sur Twitter il y a quelques heures.

"Maintenant [je] suis libéré avec mes deux collègues : le représentant permanent de l'UE auprès des Nations unies à Vienne et le chef du groupe de travail de l'UE sur l'Iran",  a écrit M. Mora sur son compte Twitter. Selon lui, les autorités "ont refusé de donner des explications sur ce qui ressemble à une violation de la Convention de Vienne", a déclaré le coordinateur. Pour rappel, il a été arrêté par la police allemande à l'aéroport de Francfort alors qu'il se rendait de Téhéran à Bruxelles, sans aucune explication.

Lire aussi : l'échec de la mission d'espionnage de l'AIEA au profit d'Israël

Le coordinateur des négociations de l'Union européenne sur le nucléaire iranien, Enrique Mora, a été détenu pendant une courte période à l'aéroport de Francfort par la police allemande et son téléphone portable a été confisqué alors qu'il revenait de Téhéran, ce qui révèle des aspects importants de la situation en coulisses.

De retour d'un voyage officiel à Téhéran et muni d'un passeport diplomatique espagnol, M. Mora a été détenu sans explication et la police allemande lui a confisqué son passeport et son téléphone, a-t-il déclaré. Environ 20 minutes plus tard, il a indiqué sur Twitter qu'il avait été libéré.

L’OTAN anti-Iran fait pschitt!

L’OTAN anti-Iran fait pschitt!

« Israël ne voit pas la confrontation avec Téhéran comme une solution. »

La police allemande n'a pas immédiatement répondu aux questions de Reuters pour un commentaire.

"Elle a refusé de donner la moindre explication sur ce qui semble être une violation de la Convention de Vienne", a tweeté M. Mora.

Cette convention, qui traite des relations diplomatiques, stipule que les détenteurs de passeports diplomatiques bénéficient d'une immunité et ne doivent pas être entravés dans leurs déplacements.

Lire aussi : L'Occident et Israël cherchent un nouveau PGAC à la place de celui de 2015

Pour rappel, Enrique Mora est parti mardi soir pour Téhéran et a rencontré pendant plusieurs heures mercredi et jeudi Ali Baqeri, le négociateur en chef du nucléaire iranien. Une source proche des discussions a déclaré à l'IRNA que les entretiens de Mora et Baqeri se sont déroulés dans une atmosphère positive et ont bien progressé. Il a ajouté que les pourparlers ont presque atteint leur phase finale.

Il semble donc que le régime et le lobby sioniste, comme par le passé, s'opposent et s'inquiètent de toute avancée dans les pourparlers, et cherchent à entraver le processus de négociation et ne ménageront aucun effort dans ce sens.

Lire aussi : Le PGAC, c'est mieux que le statut quo

Le lobby sioniste a une grande influence sur certaines parties de l'appareil de sécurité allemand. Certains rapports des services de sécurité allemands qui ont été publiés exclusivement dans les médias israéliens sur l'Iran confirment ce fait.

D'autre part, l'une des questions que Mora a mentionnées dans son deuxième tweet est celle de la condamnation à mort d'Ahmadreza Jalali, qui est actuellement en prison pour avoir espionné pour le Mossad et avoir aidé et encouragé l'assassinat de scientifiques nucléaires iraniens. La pression exercée sur cette autorité européenne concernant Jalali est, en d'autres termes, un autre point qui révèle l'origine des pressions de ces actions destructrices.

L’Iran barricade ses sites nucléaires?

L’Iran barricade ses sites nucléaires?

La DCA est l’un des instruments les plus efficaces de la République islamique d’Iran pour défendre ses sites et installations nucléaires.

Dans le cas de Francfort, nous voyons l'opposition à la progression des négociations nucléaires, qui passe par la pression exercée sur celui qui tente de trouver un accord entre les Iraniens et les Européens. Il y a aussi le soutien à Jalali qui est le pion du régime sioniste.

Le dénominateur commun de ces deux questions est l'intérêt du régime sioniste et de ses amis ; mais surtout, toutes ces mesures, qui sont le résultat de la confusion du lobby sioniste et du front d'opposition à l'accord de Vienne, sont un signe important et sérieux qu'avec les récents progrès des pourparlers à Téhéran, les négociations de Vienne ont atteint leur stade final.

L’avertissement nucléaire de l’Iran

L’avertissement nucléaire de l’Iran

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/13/682024/Iran-nucleaire-Union-europeenne-Enrique-Mora

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire