EUROPE

EUROPE

MANLIO DINUCCI : LE DOCTEUR FOLAMOUR VEILLE SUR NOTRE SANTE

Le Docteur Folamour veille sur notre santé

L’Art de la guerre

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 25 mars 2020

ilmanifesto.it

Région : 

Thème: 

Analyses: 

Face au Coronavirus -déclare l’US European Command (Commandement Européen des États-Unis)- “notre première préoccupation est de protéger la santé de nos forces et de nos Alliés”. Il annonce ainsi avoir redimensionné en nombre de soldats l’exercice Defender Europe 20 (Défenseur de l’Europe 2020). Mais celui-ci continue. 

Le 16 mars, le Commandement précise que “depuis janvier l’US Army a déployé à partir des États-Unis en Europe 6.000 soldats”, avec 12.000 pièces d’équipement (allant des armements personnels aux chars d’assaut), et qu’a été “complété le mouvement de soldats et équipements depuis divers ports jusqu’aux aires d’entraînement en Allemagne et Pologne”. En plus de ceux-ci, “9.000 soldats USA basés en Europe” participent aussi à l’exercice.

Le but déclaré des USA est de “déployer une force crédible de combat en Europe en appui à l’OTAN”, évidemment contre l’ “agression russe”. Le but réel – écrivions-nous il y a deux mois et demi sur il Manifesto (le seul journal qui à ce moment-là donnait l’information du Defender Europe 20)- est de semer une tension et de nourrir l’idée de l’ennemi.

Le scénario déclaré de l’exercice ne pourrait jamais se vérifier, notamment parce qu’un affrontement armé entre OTAN et Russie serait inévitablement nucléaire. C’est là le vrai scénario auquel s’entraînent les forces USA en Europe. Ce que confirme le général Tod D. Wolters, chef du Commandement Europe des États-Unis et, comme tel, Commandant Suprême Allié en Europe. Dans une audition au Sénat des États-Unis, le 25 février 2020, il déclare que “les forces nucléaires, suprême garantie de la sécurité des Alliés, soutiennent toute opération militaire USA en Europe”. Cela signifie que le Defender Europe 20 est un exercice non seulement de forces conventionnelles (non-nucléaires), mais de forces nucléaires. 

Le 18 mars a été communiqué que deux bombardiers B-2 Spirit d’attaque nucléaire, faisant partie de la task force arrivée des USA le 9 mars, ont décollé de Fairford en Angleterre pour s’entraîner au-dessus de l’Islande et de l’Atlantique-Nord avec trois chasseurs F-35 norvégiens. Ces deux types d’avion sont préparés pour l’utilisation des nouvelles bombes nucléaires B61-12, que les USA vont déployer sous peu en Italie et autres pays européens à la place des actuelles B-61. 

Le rôle des forces nucléaires USA en Europe est clarifié par Wolters dans son audition au Sénat. Quand le sénateur Fischer lui demande ce qu’il pense de la non-première-utilisation des armes nucléaires, le général répond : “Sénateur, je soutiens une politique flexible de la première utilisation.” Celui qui a entre les mains les armes nucléaires USA/OTAN en Europe déclare ainsi officiellement soutenir, sur la base d’un critère “flexible”, leur première utilisation pour le first strike, l’attaque nucléaire par surprise.

Face à une déclaration d’une telle gravité, qui pousse les généraux russes à mettre le doigt sur la gâchette nucléaire, silence complet des gouvernements, des parlements et des grands médias européens. Dans la même audition le général Wolters affirme que “depuis 2015 l’Alliance a mis surtout l’accent sur le rôle des capacités nucléaires” et que “le Commandement Européen des États-Unis soutient pleinement les recommandations, contenues dans la Nuclear Posture Review 2018, de déployer le missile balistique à faible puissance W76-2”. La tête nucléaire à faible puissance W76-2, déjà installée sur des missiles lancés depuis un sous-marin (annonce faite par le Pentagone le 4 février), peut être installée aussi sur des missiles balistiques avec base à terre au bord du territoire ennemi. Elle est particulièrement dangereuse. “Des armes nucléaires de puissance mineure -préviennent aussi des experts étasuniens notoires- augmentent la tentation de les utiliser en premier, et peuvent amener les commandants à faire pression pour que, dans une attaque, on utilise la bombe nucléaire, sachant que la retombée radioactive serait limitée”. Ce serait au contraire comme jeter une allumette en feu dans une poudrière.

Manlio Dinucci

Article original en anglais :

Alla nostra salute ci pensa il dottor Stranamore

Édition de mardi 24 mars 2020 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/alla-nostra-salute-ci-pensa-il-dottor-stranamore/ 

Traduit par Marie-Ange Patrizio

 

Extrait du film de Stanley Kubrick « Docteur Folamour « (1964) :

 

La source originale de cet article est ilmanifesto.it

Copyright © Manlio Dinucciilmanifesto.it, 2020

https://www.mondialisation.ca/le-docteur-folamour-veille-sur-notre-sante/5643304


 

UN "GENOCIDE" US EN EUROPE LATINE ?

Covid-19 : l'aide chinoise destinée à l'Italie bloquée, la France connaîtra le même sort?

Sun Mar 22, 2020 12:16PM

  1. Chargement des cinq cent mille kits de tests, Base militaire américaine d'Aviano (Italie), mars 2020. / Sipa

Chargement des cinq cent mille kits de tests, Base militaire américaine d'Aviano (Italie), mars 2020. / Sipa

Une très grave fissure dans l'édifice de l'aveugle confiance centenaire que l'Europe a placée depuis la Seconde Guerre en Amérique. La Covid-19 que pour un nombre croissant d'observateurs et d'analystes est une arme biologique, "crève" le cœur "latin" de l'Europe, l'Italie, et les Etats-Unis participent au massacre! Que les Américains inoculent le virus en Italien pour se venger des Italiens d'avoir eu  "l'outrecuidance " de s'ouvrir à "la Route de la Soie" est une chose, mais qu'ils bloquent comme ils le font pour les Iraniens, l'acheminement des aides et des médicaments à leur encontre, c'en est une autre. Cela s'appelle en langage clair, le "génocide".

Italie : le F-35 américain tue!

Italie : le F-35 américain tue!

Le F-35 est réputé pour ses failles systémiques et son incapacités à mener des combats. Or les Américains les utilisent autrement que sur un champ de bataille et contre les "alliés".

Au quatrième mois de l'épidémie dans le monde, l'Italie compte un tiers des personnes décédés des suites du coronavirus, soit 4.800 personnes jusqu'au 21 mars. Quelques 54.000 sont testés positifs. C'est largement plus qu'en Iran qui compte 21.000 contaminations et près de 1.600 décès. Pour les adeptes de la thèse d'une troisième guerre qui serait en train de se dérouler sous une forme parfaitement inouïe, le concepteur "américain" de l'arme dite Covid-19 auraient cherché à faire de l'Iran son épicentre au Moyen-Orient, et de l'Italie, son foyer en Europe. Mais vu les chiffres, il n'a pas été tendre avec l'allié italien puisque son degré de mortalité est nettement supérieur. Sa cruauté va encore plus loin. 

Selon les sources d'information, la République Tchèque aurait pris la décision, sous pression US? de retourner vers l’envoyeur un lot de 101 600 masques médicaux offert par la Chine à l’Italie. Prague rejoint ainsi la liste des pays européens qui ont répondu aux pressions de Washington pour entraver l’aide chinoise partout où elle est possible. Cet état devra donner à réfléchir aux Européens qui ont vu depuis 7 décennies en Amérique, Un "dieu incarné". Un premier impact de cette violente rupture de part et d'autre de l’Atlantique s'est fait ressentir il y a deux jours quand la France a ramé à contre courant des Américains en libérant un ingénieur iranien que la justice française avait décidé d'extrader aux Etats-Unis. Ce dimanche, un convoi d'aide médicale des Médecins sans frontières est arrivé à Téhéran en provenance de Bordeaux. Un hôpital de campagne composé de 50 lits et accompagné d'une délégation de 9 médecins et logisticiens est donc à Téhéran pour aider à contrer l'épidémie.  

Iran: la France défie les USA?

Iran: la France défie les USA?

Emmanuel Macron a annoncé la libération d’un ressortissant français, détenu en Iran.

 En Europe, les gens devront finir par se demander à quoi bon cette foutue Amérique qui n'aide ses alliés ni en temps de guerre ni en temps de paix. Ils devront se demander surtout si oui ou non le temps d'un réellement changement est arrivé. Certes ce n'est pas sans intérêt que la Chine et la Russie volent au secours de l'Europe mais elles pourraient ne pas le faire. Pékin a déclaré vouloir aider 82 pays à affronter la pandémie du Covid-19 tout comme la Russie dont l'armée a mobilisé plusieurs avions remplis d'aide pour venir en aide des Italiens."Dans tout ceci il y a des messages politiques : on croit comprendre que la France a totalement perdu la confiance en Amérique en se tournant timidement vers l'Iran, que la Chine veut faire comprendre que son partenariat avec l'Italie ne se réduit pas à la location de ses ports et que la Russie cherche à souligner que son armée n'a aucune raison de guerroyer l'Europe... Bref que l'Empire US a assez vécu, tournons la page, note un analyste. 

USA: l’arme US réprime

USA: l’arme US réprime

L’armée américaine est prête à réprimer les protestations civiques éventuelles dans le contexte de la crise sanitaire liée au coronavirus.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/22/621365/Coronavirus-la-Russie-au-chevet-de-lItalie


  •  

MANLIO DINUCCI : "DANS L'EUROPE DU VIRUS ARRIVENT LES BOMBARDIERS USA D'ATTAQUE NUCLÉAIRE"

Dans l’Europe du virus arrivent les bombardiers USA d’attaque nucléaire

L'Art de la guerre

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 17 mars 2020

Région : 

Thème: 

Analyses: 

À cause du Coronavirus les American Airlines et autres compagnies aériennes étasuniennes ont supprimé de nombreux vols pour l’Europe. Mais il y a une “compagnie” étasunienne qui, au contraire, les a augmentés : l’US Air Force. 

Ces jours-ci elle a “déployé en Europe une task force de bombardiers furtifs (stealth) B-2 Spirit”. L’annonce vient du US European Command de Stuttgart, le Commandement Européen des États-Unis. Il est sous les ordres d’un général, actuellement Tod D. Wolters de la US Air Force, qui est en même temps à la tête des forces OTAN en tant que Commandant Suprême Allié en Europe. L’US European Command précise que la task force, composée d’un nombre non précisé de bombardiers provenants de la base Whiteman au Missouri, “est arrivée le 9 mars à Lajes Field dans les Açorres, au Portugal”.

Le bombardier stratégique B-2 Spirit, l’avion le plus cher du monde dont le coût dépasse les deux milliards de dollars, est l’avion USA le plus avancé d’attaque nucléaire. Chaque engin peut transporter 16 bombes thermonucléaires B-61 ou B-83, avec une puissance maximale totale équivalente à plus de 1.200 bombes d’Hiroshima. Du fait de sa conformation, de son revêtement et de ses contremesures électroniques, le B-2 Spirit est difficilement repérable par les radars (et de ce fait dit “avion invisible”).

Même s’il a déjà été utilisé en guerre, par exemple contre la Libye en 2011, avec des bombes non-nucléaires de grande puissance à guidage satellite (il peut en transporter 80), il est projeté pour pénétrer à travers les défenses ennemies  et effectuer une attaque nucléaire de surprise. Ces bombardiers, précise l’US European Command, “opèreront depuis diverses installations militaires dans l’aire de responsabilité du Commandement Européen des États-Unis”. Cette aire comprend toute la région européenne et toute la Russie (partie asiatique incluse). Ceci signifie que les plus avancés bombardiers USA d’attaque nucléaire opèreront, depuis des bases en Europe, aux abord de la Russie. Si l’on inverse le scénario, c’est comme si les plus avancés bombardiers russes d’attaque nucléaire opéraient depuis des bases à Cuba aux abords des États-Unis.

L’objectif poursuivi par Washington est évident : accroître la tension avec la Russie en utilisant l’Europe comme première ligne de la confrontation. Cela permet à Washington de renforcer son leadership sur les alliés européens et d’orienter la politique étrangère et militaire de l’Union Européenne, dans laquelle 22 des 27 membres appartiennent à l’OTAN sous commandement USA.

Cette stratégie est facilitée par la crise provoquée par le Coronavirus. Aujourd’hui plus que jamais, dans une Europe en grande partie paralysée par le virus, les USA peuvent faire ce qu’ils veulent. Comme le confirme le fait qu’ils y transfèrent leurs bombardiers les plus avancés pour l’attaque nucléaire avec le consensus de tous les gouvernements et parlements européens et de l’Union européenne même, dans le silence complice de tous les grands médias européens. Même silence tombé sur le Defender Europe 20, le plus grand déploiement de forces USA en Europe depuis la fin de la Guerre Froide, dont les médias ont parlé seulement quand l’US European Command a communiqué que, à cause du Coronavirus, il réduira les soldats USA participants à l’exercice de 30.000 à un nombre non précisé, conservant en tous cas “nos objectifs de plus haute priorité”.

Dans le cadre d’un véritable psy-op (opération psychologique militaire) divers organes d’”information”, y compris en Italie, ont attaqué “les canulars sur l’exercice Defender Europe” (La Repubblica, 13 mars), et, à travers les réseaux sociaux, s’est répandu le bruit que l’exercice a pratiquement été supprimé. Nouvelle tranquillisante, renforcée par l’assurance, donnée par l’US European Command, que, “notre principale préoccupation est de protéger la santé de nos forces et celle de nos alliés”. Justement en remplaçant en Europe un nombre non précisé de soldats étasuniens par un nombre non précisé de bombardiers USA d’attaque nucléaire, chacun d’une puissance destructrice équivalente à plus de 1.200 bombes d’Hiroshima.

Manlio Dinucci

 

Article original en italien :

Nell’Europa del virus arrivano i bombardieri USA da attacco nucleare

Édition de mardi 17 mars 2020 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/nelleuropa-del-virus-i-bombardieri-usa-da-attacco-nucleare/ 

Traduit par Marie-Ange Patrizio

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Manlio Dinucci, Mondialisation.ca, 2020

https://www.mondialisation.ca/dans-leurope-du-virus-arrivent-les-bombardiers-usa-dattaque-nucleaire/5642891


 

DÉCLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRLANDAIS - LE VISAGE CHANGEANT DE L'IRLANDE ET LA CONSCIENCE DE CLASSE GRANDISSANTE

DÉCLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRLANDAIS - LE VISAGE CHANGEANT DE L'IRLANDE ET LA CONSCIENCE DE CLASSE GRANDISSANTE

 Solidarité Internationale PCF IrlandeNon à l'UE du CapitalUnion Européenne 0

17 FÉVR. 2020

Déclaration du Parti Communiste Irlandais - Le visage changeant de l'Irlande et la conscience de classe grandissante

Déclaration du Parti Communiste Irlandais

le 12 février 2020

Les résultats des élections générales pour le 33e Dáil [ndlr: ces élections ont eu lieu le 8 février 2020] ont confirmé les frustrations croissantes au sein de la classe ouvrière et le besoin de politiques sociales et économiques alternatives. Ceci est le reflet d'une  conscience de classe grandissante, qui doit être nourrie et développée davantage.

Le déclin des deux principaux partis de l'establishment, le Fianna Fáil et le Fine Gael, qui ont dominé la vie politique nationale pendant plus de huit décennies, a fait l'effet d'une bombe. Ils ont été défaits par la présentation d'un programme économique et sociale alternatif [le Sinn Féin].

Ce résultat électoral exprime le rejet de l'austérité imposée par l'UE et des politiques qui donnent la priorité aux besoins du capital, des riches et des puissants, au détriment des travailleurs - des politiques promues par tous les partis de l'establishment, y compris le Parti travailliste et les médias. Ce résultat fait également suite aux nombreuses mobilisations massives sur l'eau, le logement, la santé, l'abrogation du 8e amendement de la constitution [empêchant alors l'avortement en Irlande] et l'égalité face au mariage [légalisation du mariage homosexuel].

L'élection n'a fait que confirmer que le logement, la santé, les retraites et les crèches restaient des questions centrales et de grande importance pour la classe ouvrière.

Les décennies d'austérité de la troïka européenne ont pesé lourdement sur les conditions de vie des travailleurs, du fait des coupes sauvages dans les dépenses de santé et de logement - dans les dépenses sociales en général - et du fait des conditions de travail de plus en plus difficiles.

Les travailleurs ont porté un coup politique important aux partis de l'establishment et ont clairement fait savoir qu'ils voulaient une véritable transformation, qu'ils exigeaint des changements sociaux et économiques correspondant à leur intérêts, comme à celui de leur famille et de leur communauté. Ils demandent la mise en œuvre de politiques économiques structurelles transformant leurs conditions matérielles réelles, qu'ils vivent au quotidien, et non pas de simples communiqués de presse.

La classe ouvrière est en colère contre la précarité de ses conditions de vie et la multiplication de pratiques d'emploi précaires de la part des employeurs, grands ou petits, aboutissant à faire la queue pour recevoir des soins médicaux urgents ou à s'allonger sur des chariots dans les couloirs des hôpitaux, quand ceux qui peuvent se permettre des soins de santé privés sautent la queue.

Le fait que le Sinn Féin ait peut-être temporairement remporté la majorité du vote populaire et ait fait reculer les deux principaux partis de l'establishment à la deuxième et troisième position est un pas en avant important qui devrait être salué par toutes les forces progressistes de gauche. Mais son rôle dans l'exécutif du Nord [Irlande du Nord] et sa responsabilité dans l'imposition de politiques sociales et économiques promues par l'État britannique, qui ont entraîné de grandes souffrances pour la classe ouvrière nord-irlandaise (au moins aussi dures que celles imposées par les partis de l'establishment dans l'État du Sud), ne présagent rien de bon pour la transformation radicale du système actuel, pourtant politiquement et moralement en faillite.

Au cours des huit dernières décennies, les deux principaux partis d'establishment ont obtenu plus de 80 % des voix ; aujourd'hui, ils peinent à rassembler 40 % des voix à eux deux. Il est clair que la classe ouvrière a utilisé les élections pour maximiser la voix de gauche au Dáil; ce qui est une autre indication de la conscience de classe grandissante.

Les formations politiques "Solidarité" et "People Before Profit" doivent le retour de leurs députés, dans une large mesure, à l'excédent massif et aux transferts de voix de la part du Sinn Féin. Le sectarisme et l'opportunisme politiques de ces groupes leur a été fatal et a joué un rôle important dans le déclin de leurs votes au premier tour.

Un autre facteur ayant poussé les gens à s'éloigner des partis de l'establishment et à espérer une réponse sérieuse de la part d'un gouvernement de gauche fut la prise de conscience à propos de la crise environnementale et la certitude que le gouvernement ne remettrait jamais en cause des intérêts économiques et politiques puissants et bien établis. Cela s'est traduit par un soutien accru au parti des Verts.

Le Sinn Féin a réussi à capter cette colère en se présentant comme le parti capable d'apporter des améliorations importantes et réelles dont notre peuple a si désespérément besoin, dans des domaines tels que le logement, la santé et les droits des travailleurs - et ce malgré les médias de l'establishment et leurs attaques concentrées sur toute politique économique alternative possible. Les partis politiques et les médias de l'establishment poursuivent ainsi leurs tentatives de banaliser ou de diaboliser les aspirations démocratiques nationales, y compris celle de la réunification de l'Irlande.

Le résultat de ces élections peut porter au plus haut niveau de l'agenda politique la question centrale de savoir qui détient le contrôle du pouvoir politique et économique en Irlande.

Au cours des prochains mois, les membres et les partisans du Sinn Féin, et la classe ouvrière dans son ensemble, assisterons aux tentatives l'establishment visant à intégrer le Sinn Féin au système, pour qu'il se rende responsable et agisse dans "l'intérêt national", et pour qu'il fasse son devoir envers ceux qui détiennent la richesse et le pouvoir économique.

Nous avons vu ce qui arrive aux partis de gauche et aux partis radicaux lorsqu'ils entrent dans des gouvernements de coalition avec des partis de l'establishment. Cela ne peut que revitaliser les partis de l'establishment et démoraliser les travailleurs, en semant la confusion et le défaitisme.

Le Fianna Fáil et le Fine Gael pourraient bien tenter de sauver leur pouvoir et leur influence politique en déclin par une forme quelconque de coalition. C'est à la gauche au sein du Dáil, et au Sinn Féin en tant que sa plus grande composante, de mobiliser la classe ouvrière pour faire en sorte que se réalise l'alternative d'un gouvernement de gauche progressiste tant espérée par la classe ouvrière.

Au cours des prochaines semaines, nous assisterons à la série des négociations et petits accords en coulisses pour déterminer la combinaison de partis qui formera le prochain gouvernement. L'opportunisme du parti travailliste, des sociaux-démocrates et des Verts les rendra très disposés à former ou soutenir un gouvernement avec le Fianna Fáil.

Bien que nous, communistes irlandais, nous nous félicitons de ces avancées progressistes, nous savons par l'histoire des luttes de classes et à la bataille pour l'indépendance et la souveraineté nationales, la facilité avec laquelle les revendications et l'énergie des travailleurs ont pu être étouffé dans le passé, en maintenant la croyance que le système électoral, seul, peut apporter un changement réel ou durable.

Les travailleurs ne peuvent pas se permettre de rester les bras croisés et de laisser leur avenir se décider par des accords conclus en coulisses. Nous savons des récentes luttes comment l'énergie et les revendications a propos de l'eau ont été marginalisées et enterrées dans les couloirs sombres du Dáil [de la dernière représentation nationale]. Les gens n'ont pas été vaincu dans les rues mais ont perdu leur autorité au profit de ces institutions qui contrôlent nos vies - institutions sur lesquelles nous n'avons que très peu de contrôle.

Quel que soit le contrôle limité que les travailleurs irlandais exercent sur le Dáil Éireann [Parlement], nous n'en avons aucun sur les institutions de l'Union européenne. Tout gouvernement progressiste sera confronté à l'opposition de ces puissantes forces économiques et politiques, auquel seule la mobilisation populaire peut résister.

Les nouvelles conditions créées par le résultat des élections doivent être utilisées comme une opportunité pour renforcer les luttes populaires sur toute une série de questions. Le moment est clairement propice pour un syndicalisme de lutte des classes, plus combattant et militant.

Toutes les forces de gauche et progressistes doivent se mobiliser pour garantir que les changements sociaux et économiques promis se concrétisent ; or la seule garantie pour que cela se produise est la lutte du peuple elle-même. L'enjeu est maintenant de savoir si les aspirations et la demande de changement réel peuvent se traduire en changements et progrès structurels à long terme.

L'élection a clairement montré que notre peuple souhaitait une transformation démocratique de notre société, une société dans laquelle le peuple était souverain, et non une société dans laquelle le bien commun est sacrifié pour répondre aux besoins et aux intérêts de la propriété privée et des intérêts particuliers. Le peuple veut clairement un changement démocratique qui transforme les structures de pouvoir à tous les niveaux, une transformation démocratique qui permette la participation et la contribution des travailleurs à toutes les décisions, à tous les niveaux de la vie économique et politique.

Nous savons que l'adoption des changements sociaux, économiques et politiques nécessaires nécessite une classe ouvrière mobilisée, la construction et le renforcement de sa capacité d'organisation comme de sa conscience de classe idéologique. Si la classe ouvrière veut faire avancer et garantir ses propres intérêts, elle doit développer la clarté et la force politiques nécessaires pour défier et repousser les intérêts impérialistes représentés par l'Union européenne, les États-Unis et la Grande-Bretagne, et par leurs alliés assujettis au sein de la classe capitaliste irlandaise.

Dans la période immédiate, les travailleurs doivent présenter leurs revendications, telle que:
- l'abrogation de toutes les lois anti-travailleurs, y compris la loi sur les relations industrielles (1990)
- des garanties législatives et constitutionnelles pour donner aux travailleurs le droit à la négociation collective
- un éventail complet et exhaustif de politiques visant à protéger et à faire progresser les droits des travailleurs
- une disposition constitutionnelle relative à la propriété du peuple sur l'eau et sur toutes les ressources naturelles
- l'adoption d'une stratégie de logement qui modifie les règles de propriété, notamment en transformant le parc de logements vacants en un parc de propriété public
- un investissement massif dans un programme de logement public et universel
- la fin du système de santé à deux vitesses en interdisant au secteur privé d'utiliser le système de santé public
- la mise en place d'un système de transport public gratuit et élargi à tout le pays
- le rejet de l'odieuse dette bancaire de l'UE imposée à notre peuple
- l'adoption d'une stratégie progressiste pour parvenir à l'unité nationale
- la fin de l'utilisation de l'aéroport de Shannon comme instrument de guerre au profit des États-Unis et de l'OTAN
- l'entérinement de la neutralité dans la Constitution de l'Irlande
- le retrait de l'Irlande du PESCO [la collaboration militaire Européenne] et de tous les engagements militaires avec l'UE
- la construction d'une stratégie économique alternative afin de briser le pouvoir des sociétés transnationales.

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2020/02/declaration-du-parti-communiste-irlandais-le-visage-changeant-de-l-irlande-et-la-conscience-de-classe-grandissante.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

L'UE S’INGERE DANS LES AFFAIRES DE CUBA ET VOTE UNE RESOLUTION MENSONGÈRE ET HAINEUSE DEMANDANT LA LIBERATION DE JOSE FERRER AU SERVICE DES USA

 

Le Parlement européen… Quelle honte !

Il est très important que le Parlement européen sache qu’en votant cette Résolution, pleine de mensonges et de haine, il s'est aligné sur ceux qui bloquent Cuba, ceux qui s’obstinent à asphyxier le peuple avec leurs sanctions

Auteur:  | internet@granma.cu

Ce jeudi, la boue s’est répandue dans le Parlement européen, lors de l’approbation à la majorité une résolution pleine de mensonges dans laquelle il est demandé la « libération immédiate » du contre-révolutionnaire cubain José Daniel Ferrer, un mercenaire au service d'une puissance étrangère, détenu pour des actes de violence, contre l’ordre public et la légalité.

Il semble que les députés européens ignorent qu'il existe des lois à Cuba, qu’une Constitution a été adoptée par le peuple et que, dans aucun cas, une ingérence étrangère pour déterminer son application n’est autorisée.

Ceux qui ont levé la main pour s'immiscer dans les affaires d'un autre pays devraient savoir qu'il s'agit, en l’occurrence, d'un dissident fabriqué par l'ambassade des États-Unis, financé par le Département d'État par l’intermédiaire de l’USAID et autres organisations telles que la NED, lequel s’identifie publiquement à ce qu’il y a de pire dans la mafia cubano-américaine à Miami.

Amis européens, nul besoin de menacer ni de s’immiscer, Ferrer lui-même, dans des vidéos réalisées lors de ses rencontres aux États-Unis, avec ses contacts, eux aussi mercenaires de la Fondation nationale cubano-américaine, reconnaît et s'identifie pleinement à ce qu'il est. Il n’a rien d’un « pauvre homme », car les États-Unis l'ont payé des milliers de dollars pour se mettre au service de la contre-révolution à Cuba.

Ces «  représentants » des pays du Vieux Continent auraient dû savoir, une fois pour toutes, que dans l'Île de la Liberté et de la Résistance, personne n'a été torturé au cours des 60 dernières années.

Personne n'a non plus été condamné à une peine d'emprisonnement sans qu'une enquête en bonne et due forme n'ait été menée et qu'il n'ait été prouvé que cette peine était justifiée.

Il est très important, me semble-t-il, que le Parlement européen sache qu’en votant cette Résolution, pleine de mensonges et de haine, il s'est aligné sur ceux qui imposent un blocus à Cuba, ceux qui s’obstinent à asphyxier le peuple avec leurs sanctions.

Ceux qui fabriquent des « dissidents » de l’acabit de José Daniel Ferrer sont les mêmes vaincus maintes et maintes fois sur tous les terrains, que ce soit militairement à Playa Giron, ou diplomatiquement et politiquement au cours de ces six décennies.

Nous en avons assez d’entendre de tels mensonges. Des boniments de cette ampleur non seulement seront condamnés par notre pays, mais aussi par des nations et des gouvernements amis, qui savent de quoi il s'agit et le but recherché.

Une saine recommandation aux députés européens serait de se concentrer sur la recherche de solutions pour les milliers d'immigrants qui arrivent sur leurs côtes, en provenance d'Afrique et d'Asie principalement, afin que le monde occidental, les pays riches, ceux qui parlent le plus de droits de l'Homme et de démocratie, montrent leurs « vertus » en faveur de l'élimination de la faim, des guerres et des maladies, véritables causes pour lesquelles les habitants de ces régions émigrent.

Lors de la réunion parlementaire, l'eurodéputée tchèque, Dita Charanzova, a déclaré de manière menaçante que « l'UE a envoyé un message fort et doit agir dans le cadre de l'accord avec Cuba si Ferrer n'est pas libéré tout de suite ».

Dans le même esprit, la menace contre Cuba figure dans le communiqué du Parlement européen, dans lequel il est dit que «  les députés européen rappellent que l'Accord de dialogue politique et de coopération entre l'Union européenne et Cuba prévoit sa suspension en cas de violation des droits de l'Homme et demandent instamment à l'UE de veiller étroitement au respect des droits humains et des libertés fondamentales à Cuba ».

Les députés européens ne savent pas non plus que nous, les Cubains, n'avons peur d'aucune menace et que, au contraire, nous savons nous battre et vaincre sur ce front et sur d'autres.

Par ailleurs, il ne semble guère sérieux qu’ils qualifient ce mercenaire de « prisonnier le plus emblématique » et qu'ils s'accrochent à des mensonges tels que l'impossibilité de contacter sa famille (il a reçu des visites, comme le prévoit la réglementation pénitentiaire) ; ou qu'il ne bénéficie pas de soins médicaux et hospitaliers, alors qu’il a eu un suivi médical quotidien et que son alimentation est adéquate.    

Ces mensonges que les députés européens reprennent à leur tour ont été complètement démontés dans la vidéo la plus récente diffusée par les médias cubains.

Quel honte, Parlement européen ! Cuba reste ferme face à tant d'infamies transformées en résolutions pour les besoins et par la grâce de la haine, de l'ingérence et de la soumission aux diktats des États-Unis.

La communauté internationale a toujours su juger les mercenaires et leurs alliés.

source :  http://fr.granma.cu/mundo/2019-11-29/le-parlement-europeen-quelle-honte


 

MALGRE LES SANCTIONS US, L'UE VEUT MAINTENIR UNE BANQUE IRANIENNE "CONNECTEE" AU MONDE

 

Malgré les sanctions US, l’Europe veut maintenir une banque iranienne «connectée» au monde

folder_openIran access_timedepuis 5 heures

 

 

Les Européens s'efforcent d'obtenir qu'«au moins une banque iranienne reste connectée» au système bancaire international après l'imposition de nouvelles sanctions américaines contre la République islamique début novembre, a déclaré dimanche un sénateur français à Téhéran.

Les États-Unis sont sortis en mai de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 et ont rétabli en août une première vague de sanctions économiques contre Téhéran qui avaient été levées en vertu de cet accord. Ils s'apprêtent également, à partir du 5 novembre, à rétablir l'intégralité des sanctions suspendues, en visant notamment le système financier iranien.

«Nous devons dire honnêtement» que la réponse des Européens pour permettre aux Iraniens de bénéficier des retombées économiques de l'accord nucléaire malgré les sanctions américaines, «est difficile mais qu'elle est possible», a déclaré à la presse le sénateur français Philippe Bonnecarrère.

Une des pistes proposées par les Européens est «d'obtenir qu'au moins une banque iranienne reste connectée au système bancaire international par le biais de SWIFT [système de paiement interbancaire, ndlr] pour permettre de continuer à assurer des relations commerciales sur les marchandises ou les services qui ne sont pas soumis à sanctions», a-t-il ajouté.

Président du groupe d'amitié France-Iran à la Chambre haute du Parlement français, Philippe Bonnecarrère a tenu ces propos lors d'une conférence de presse avec ses homologues de l'Assemblée nationale française, Delphine O, et du Parlement iranien, Kazem Jalali.

L'accord sur le nucléaire iranien avait été conclu entre la République islamique et le groupe 5+1 (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie).

Mme O et M. Bonnecarrère sont venus en Iran avec cinq autres élus du Parlement français.

Cette visite est un signe de «toute la détermination et toute la volonté de la France de faire vivre [l']accord» nucléaire, a déclaré Mme O, qui a énuméré un certain nombre d'initiatives prises par l'Union européenne en ce sens.

Elle a notamment mentionné le «véhicule spécial» (Special purpose vehicle - SPV) annoncé fin septembre par l'UE, un système de troc devant permettre à l'Iran de continuer à vendre du pétrole.

«Ces instruments ne sont pas parfaits, nous en avons conscience», a-t-elle dit.

«Nous estimons que les mesures de l'Union européenne et des Européens [doivent] aller plus loin», a déclaré Jalali en remerciant les élus français.

«J'espère que les promesses qui ont été faites seront tenues et que ce que [l'UE] a déclaré sera mis en œuvre avant le 4 novembre», a-t-il ajouté.

«Il n'est pas possible de mettre en place le SPV d'ici au 4 novembre», a néanmoins indiqué Bonnecarrère, soulignant que «le SPV est un enjeu pour le premier trimestre 2019.»

Source : agences

https://french.alahednews.com.lb/28789/321#.W84OcGgzZPY


 

ROYAUME-UNI : LES MILITANTS DE BASE DU PARTI TRAVAILLISTE EJECTENT LA CHEFFE DU LOBBY ISRAELIEN

8 septembre 2018

Royaume-Uni : la base du Parti Travailliste éjecte la cheffe du lobby israélien

Alors qu’une campagne de chantage à l’antisémitisme sans précédent se déchaîne tous azimuts contre le leader de l’opposition travailliste Jeremy Corbin, les militants de base de ce parti ont infligé un camouflet retentissant à Joan Ryan, une sorte de Manuel Valls locale, présidente du lobby « Labour Friends of Israel » (Les Travaillistes Amis d’Israël, LFI).

Le rôle du LFI en tant qu’agent du gouvernement israélien au sein du Parti Travailliste avait été mis au jour par la chaîne al-Jazeera, dont le documentaire, The Lobby, illustrait, entre autres, les contacts quotidiens entretenus par Joan Ryan et son officier traitant à l’ambassade, un nommé Shai Masot.

A la suite de la diffusion du reportage, réalisé grâce à des enregistrements en caméra cachée, Shai Masot avait été précipitamment rappelé en Israël, mais Joan Ryan a continué de sévir en qualité de députée au parlement britannique.

Sauf que … Les membres du parti de la circonscription électorale de Ryan (Enfield North, dans la périphérie londonienne) n’ont pas apprécié d’être représentés par un tel personnage, qui se traîne également quelques casseroles pour ses notes de frais astronomiques aux frais du contribuable.

Réunis en assemblée générale à la veille du week-end, ils ont mis aux voix une motion de défiance à l’encontre de la lobbyiste du régime d’apartheid dans leurs rangs. Et en dépit des efforts frénétiques de Ryan et de ses comparses, la motion a été adoptée à la majorité des 190 membres du parti participant au scrutin : Ryan n’aura plus l’investiture du Labour Party à Enfield North lors des prochaines élections législatives, et c’est un autre candidat qui représentera le parti.


(L’assemblée des militants de Enfield North applaudit l’éviction de Ryan, qui vient d’être votée)

On rappelle que la rédaction d’al-Jazeera a réalisé un autre reportage, concernant cette fois les agissements secrets du lobby israélien aux Etats-Unis, et notamment ses tentatives pour contrer le développement de la campagne BDS.

Mais al-Jazeera est une chaîne qui appartient au gouvernement du Qatar, lequel a accédé aux demandes israéliennes, et a interdit la diffusion du documentaire, tout aussi ravageur que son équivalent britannique.
Seuls des extraits, dont rend compte le journaliste Alain Gresh dans le dernier numéro du mensuel Le Monde Diplomatique, ont à ce jour « fuité ».

Source : The Electronic Intifada

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14625


 

LES CRITIQUES FORMELLES D' "ISRAËL" PAR L'UE : UN ECRAN DE FUMEE ET DE LA POUDRE AUX YEUX

Les critiques formelles d’Israël par l’UE ne sont qu’un écran de fumée

 Depuis 2 heures  20 août 2018

us_israel

 Amérique et Europe - UE

 

colonies israéliennes

L’UE entretient des relations normales avec Israël sur les plans politique, économique, financier, technologique et culturel.

La critique, lorsqu’elle est formulée, exclut tout ce qui pourrait donner lieu à des démarches concrètes pour obliger l’État juif à rendre compte de ses actes criminels.

Bruxelles n’a jamais rien fait pour s’opposer à ses décennies d’occupation illégale, sa violation des lois, normes et standards internationaux fondamentaux, son blocus suffoquant de Gaza, ses trois guerres d’agression sur la bande de Gaza, quantités d’autres violations des droits de l’homme et des droits civils, sa guerre non déclarée contre la Syrie, son soutien à EI et à d’autres terroristes, ainsi que quantités d’autres crimes trop graves pour qu’on puisse les ignorer.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, soutient les agendas impérialistes américains et israéliens, leur militarisme et leur belligérance, leur mépris pour la paix et la stabilité du monde.

Ses médias ont rapporté les critiques creuses qu’elle a adressées au ministre d’extrême-droite israélien de la sécurité publique, Gilad Erdan:

« L’UE rejette fermement les accusations selon lesquelles elle est impliquée dans le financement d’activités qui soutiennent le terrorisme ou les terroristes. »
Ajoutant : « les accusations israéliennes sont ‘sans fondement et inacceptables, vagues et non étayées’. »
Mogherini répondait à Erdan qui avait accusé l’UE et ses partenaires de soutenir des groupes qu’Israël qualifie faussement de terroristes, et de boycotter Israël.

Le régime de Netanyahou accusait les groupes palestiniens de défense des droits de l’homme d’avoir des liens avec le Front populaire de libération de la Palestine qu’il qualifie mensongèrement d’organisation terroriste comme le Hamas, le Hezbollah et tous les groupes qui résistent au terrorisme d’État israélien.

Par ailleurs, jeudi, les chefs de mission de l’UE à Jérusalem et à Ramallah ont déclaré qu’ils « expriment leur vive inquiétude devant l’inauguration officielle, le 1er août, d’un centre touristique, géré par une organisation de colons, dans le quartier Batn al-Hawa/Silwan de Jérusalem-Est occupée, dans un bâtiment d’où cinq ménages appartenant à la famille palestinienne Abu Nab ont été expulsés en 2015 ».

Ajoutant : « Environ 180 ménages palestiniens à Jérusalem-Est, dont une centaine dans la seule ville de Batn al-Hawa, risquent d’être expulsés de leurs maisons, ce qui favorisera la poursuite de la colonisation de la ville, comme dans le cas présent.

Les missions de l’UE à Jérusalem et à Ramallah rappellent les conclusions et déclarations successives du Conseil des affaires étrangères dans lesquelles l’UE a réitéré sa forte opposition à la politique de colonisation d’Israël et aux mesures prises dans ce contexte, y compris les expulsions et les démolitions.

Les activités de colonisation à Jérusalem-Est compromettent sérieusement la possibilité que Jérusalem serve de future capitale des deux États, elles sont illégales en vertu du droit international et compromettent la solution à deux États et la perspective d’une paix durable. »

Ni l’UE, ni les États-Unis, ni l’ONU, ni les dirigeants du monde n’ont fait quoi que ce soit pour contraindre Israël à répondre de plus d’un demi-siècle de développement illégal de colonies de peuplement sur des terres palestiniennes volées.

Ils n’ont jamais rien fait de concret pour s’opposer aux crimes d’Israël dont la liste est trop longue et l’horreur trop grande  pour qu’on puisse les ignorer.

La critique purement formelle et non-accompagnée de démarches concrètes pour obtenir qu’Israël rende des comptes est vide de sens, cela revient à donner un feu-vert à l’État hébreu pour faire ce qui lui plaît.

La dernière fois que l’UE a formulé un de ses vaines critiques à l’encontre du régime de Netanyahou, c’est quand il a alloué 4,5 millions de shekels au Centre du patrimoine juif yéménite pour mettre en place un projet illégal d’implantation près de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est occupée.

Cela fait partiestephen_lendman du projet de longue date d’Israël de coloniser toutes les terres de Judée et de Samarie qui ont quelque valeur, de déposséder les habitants autochtones de la Palestine, de voler tout ce qui leur appartient.

Par Stephen Lendman : lauréat du prix international de journalisme 2011 du Club des journalistes mexicains.
Traduction : Dominique Muselet

Source : Le Saker francophone.

https://french.almanar.com.lb/1012057


 

ITALIE : LE 14 AOUT, A GENES L'AUTOROUTE S'ECROULE. LE 16 AOUT, A MILAN LE COURS DE L'ACTION BENETTON S'EFFONDRE. QUEL RAPPORT?

Le 14 août, à Gênes l’autoroute s’écroule. Le 16 août, à Milan le cours de l’action Benetton s’effondre. Quel rapport?

Par Comaguer

Mondialisation.ca, 16 août 2018

Comaguer. Bulletin n° 376- 16 Août 2018

Région : 

Thème: 

L’actualité s’est chargée toute seule de fournir le sujet sensationnel et spectaculaire apte à combler le grand creux médiatique annuel du 15 Aout. Pour le reste reportez-vous, comme on dit, « à votre quotidien habituel ».

Aujourd’hui la bourse de Milan a rouvert ses portes après la trêve du 15 août. L’action du groupe ATLANTIA gestionnaire de l’autoroute de la catastrophe s’est effondrée.

En Italie, comme en France, le réseau national d’autoroutes a été découpé en morceaux et privatisé au début des années 2000 dans le grand mouvement de dépeçage des biens nationaux auquel a présidé en France le gouvernement Jospin.

Le groupe ATLANTIA est peu connu en France car les gros du BTP français : Vinci, Eiffage et Bouygues avaient gardé pour eux la poule aux œufs d’or des autoroutes françaises et il n’a aujourd’hui qu’une participation dans la SANEF (autoroutes du nord et de l’Est de laFrance) et dans le tunnel sous la Manche. Il gère les aéroports de Nice et de Cannes et la partie italienne du tunnel du Mont Blanc. Par contre il s’est « globalisé » au Brésil, en Pologne, en Inde au Chili.

Il est en fait le nouvel avatar du groupe capitaliste familial italien BENETTON. Le montage d’ATLANTIA est complexe mais il permet par le biais de sociétés intermédiaires off shore à l’actionnaire minoritaire BENETTON de prendre le contrôle complet d’un immense groupe.

Ce mécanisme qui concerne l’ensemble du grand capital italien a été remarquablement décrit voici plus de dix ans par l’économiste italien VLADIMIRO GIACCHE (voir « La chaloupe du Titanic » texte joint). L’important est de savoir que le taux de profit moyen dans la confection est de 7% alors que dans la gestion d’autoroutes construites sur fonds publics il est de 17%.

Evidemment pour parvenir à ce niveau de rentabilité, il faut serrer sur tous les postes budgétaires à commencer par la maintenance. L’obsolescence des viaducs en béton est connue mais bien sûr pas au jour près, pas à la semaine près. Alors on tire sur la corde, les actionnaires attendent les 17% annoncés et prendraient la fuite s’ils n’étaient pas versés. Ils ont commencé dès aujourd’hui.

A Gênes le Capital qui a vampirisé les biens de la nation a tué. Il tuera encore si la Nation ne reprend pas la maîtrise des grandes infrastructures. Ceci vaut pour toutes les nations capitalistes. La bataille qui s’annonce entre le gouvernement italien qui a suspendu la concession d’ATLANTIA sera féroce, car ce qui est en cause n’est rien moins qu’un renversement du rapport des forces établi depuis une vingtaine d’années dans ce secteur d’activité des grandes infrastructures : autoroutes, chemins de fer, production etdistribution d’électricité, ports et aéroports entre le grand capital et les gouvernements des principaux pays capitalistes. Les citoyens qui les ont élus ont payé avec leurs impôts la construction des infrastructures, ont ensuite engraissé les gestionnaires privés en payant des péages ou des tarifs excessifs destinés plus à satisfaire les appétits des actionnairesqu’à la maintenance. C’est la grande spoliation.

Comaguer

La source originale de cet article est Comaguer. Bulletin n° 376- 16 Août 2018

Copyright © ComaguerComaguer. Bulletin n° 376- 16 Août 2018, 2018

https://www.mondialisation.ca/le-14-aout-a-genes-lautoroute-secroule-le-16-aout-a-milan-le-cours-de-laction-benetton-seffondre-quel-rapport/5627228


 

POLLINIS : SCANDALE ! ENCORE PLUS TOXIQUES QUE LES NEOTICS : LES NOUVEAUX PESTICIDES SDHI

POLLINIS : SCANDALE ! Encore plus toxiques que les néonics: les nouveaux pesticides SDHI

 

Madame, Monsieur,

Le bras de fer est entamé avec les plus grandes firmes agrochimiques, et nous avons besoin du soutien et de l'engagement d'un maximum de citoyens pour remporter la victoire.

De nombreux rapports et études évoquent une nouvelle classe de pesticides utilisés comme fongicides, les SDHI, dans la mortalité massive des abeilles :

- les constats de terrain se multiplient, en Ariège, dans la Sarthe, en Rhône-Alpes, en Wallonie, qui associent mortalités inquiétantes d'abeilles et utilisation de fongicides SDHI dans les alentours (1) ;

- En Italie, des recherches scientifiques récentes montrent que certains fongicides peuvent décupler l'impact mortel des insecticides sur les pollinisateurs lorsqu’ils sont utilisés ensemble sur une culture (2) – ce qui est fréquemment le cas…

Peut-être plus grave encore : des scientifiques français ont suggéré récemment qu'ils pouvaient avoir des effets très inquiétants sur la santé humaine...

stopsdhi


              SCANDALE !

Les autorités européennes viennent de prolonger d'un an l'autorisation de mise sur le marché d'un pesticide SDHI cancérigène probable et tueur d'abeilles, le Boscalid®, massivement utilisé en agriculture et qui est suspecté de provoquer des dégâts très inquiétants sur la biodiversité et la santé humaine.

POLLINIS bat le rappel et organise la mobilisation partout en Europe : exigez un moratoire immédiat sur ces pesticides ultra toxiques !

je signe petition stopsdhi

Depuis plusieurs années, la recherche médicale a découvert qu'un large spectre de maladies humaines peuvent résulter d'un déficit en SDH (pour enzyme succinate déshydrogénase) ), qui permet la respiration cellulaire chez les champignons, mais également chez tous les organismes vivants, abeilles, insectes, oiseaux, mammifères et humains compris. Cela se traduit par :

- des affections sévères du cerveau (encéphalopathies), surtout chez les jeunes enfants ;

- la formation de tumeurs du système nerveux, au niveau de la tête, du cou, du thorax, de l’abdomen ou du bas-ventre ;

- des modifications épigénétiques entraînant un dérèglement de l'expression génétique en mesure de déclencher la mort des cellules ou, au contraire, leur prolifération incontrôlée, et potentiellement transmissibles de génération en génération ;

- certains cancers du rein ou du système digestif ;

- des affections graves telles que la maladie de Parkinson, l’ataxie de Friedreich, le syndrome de Barth, ou la maladie de Huntington, ainsi que certains troubles de la fertilité (3).

Les pesticides SDHI sont justement concus pour empêcher le fonctionnement de cette enzyme SDH si importante : il est URGENT d'évaluer sans attendre les risques, pour la santé humaine et l'environnement, de leur utilisation à grande échelle en agriculture !

C’est une catastrophe sanitaire et environnementale majeure qui se profile, et pourtant :

La Commission européenne, comme si de rien n'était, vient de prolonger d'un an l'autorisation de mise sur le marché du fongicide SHDI le plus répandu, le Boscalid®...

... alors même que l'EPA, l'autorité sanitaire américaine, a classé ce produit comme "cancérigène probable" (4), et que 16 États membres de l'UE (sur 28) ont refusé d'approuver des substances similaires (5), à cause de leur toxicité !

A l'heure actuelle, ce pesticide est parmi les plus utilisés en France : chaque année, plus de 580 tonnes de Boscalid® sont déversées dans les champs (6), sur les cultures de céréales, de colza, de maïs, de tournesol, de fruits et légumes de consommation courante (abricots, choux, carottes, cerises, fraises, melons, pêches, poireaux, pois, pommes, prunes, salades, tomates, pommes de terre...) et dans les vignobles.

Un an de sursis, c'est potentiellement des millions d'abeilles décimées, et de nombreux malades chez les consommateurs empoisonnés par ces aliments. C'est inacceptable !

POLLINIS bat le rappel, et organise la mobilisation à l'échelle européenne, pour exiger des autorités un moratoire immédiat sur ces substances ultra-toxiques.

Comme pour les néonicotinoïdes tueurs-d'abeilles, l'utilisation de ces substances funestes doit être interrompue le temps pour les scientifiques d'évaluer leur dangerosité réelle.

S'il vous plaît, signez dès maintenant la pétition à la Commission européenne, et aidez-nous à réunir un maximum de signatures en Europe en transférant cet email à tout votre carnet d'adresses.

Grâce aux dons des membres de POLLINIS engagés dans la bataille, notre association a déjà commencé à organiser la riposte : nous finançons une première étude scientifique indispensable sur les effets des SDHI sur la santé et l'environnement, et fédérons les scientifiques du monde entier pour créer une TaskForce spéciale afin de disposer d'études indépendantes sur l'impact effectif de ces substances avant le prochain examen des autorités sanitaires le 31 juillet 2019 ; nous avons préparé le terrain pour lancer une grande offensive de contre-lobbying citoyen auprès des institutions françaises et européennes dès la rentrée ;

Mais nous avons besoin de la mobilisation massive et sans faille du plus grand nombre de citoyenspour :

1/ montrer aux autorités que le scandale est désormais bien connu du grand public, et qu'elles ne peuvent plus se cacher derrière leur petit doigt en prétendant que l'agrochimie leur a fourni des études suffisantes, malgré l'absence flagrante d'études indépendantes ;

2/ appuyer nos demandes auprès des responsables politiques, et accélérer la prise de décision pour obtenir en urgence un moratoire indispensable sur les pesticides SDHI.

je signe petition stopsdhi

La course contre la montre est lancée : chaque minute qui passe, c'est un kilogramme de SDHI supplémentaire qui est déversé dans nos champs...

... avec les conséquences potentiellement désastreuses sur les abeilles, la biodiversité, et la santé humaine !

S'il vous plaît, ne perdez pas une minute : ajoutez dès maintenant votre signature à la pétition #stopSDHI, et transférez ce message le plus largement possible autour de vous !

D'avance, merci pour votre mobilisation.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué Général

POUR SIGNER LA PÉTITION, CLIQUEZ ICI

 

Références :

1) Bilan 2016 du réseau de surveillance des troubles des abeilles, DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes
Mortalité d'abeilles en 2012 Secteur de St Paterne Racan, site du SAT37
Un apiculteur de Haute-Garonne perd deux millions d'abeilles et soulève un élan de solidarité, Noémie Bonnin pour France Bleu Occitanie – 14/05/2018
L'exposition des abeilles mellifères aux pesticides est-elle correctement estimée dans l’évaluation du risque? Louis HAUTIER 22 juin 2017 Wallonie recherche CRA-W

2) Synergistic mortality between a neonicotinoid insecticide and an ergosterol-biosynthesis-inhibiting fungicide in three bee species, Sgolastra F, Medrzycki P, Bortolotti L, Renzi MT, Tosi S, Bogo G, Teper D, Porrini C, Molowny-Horas R, Bosch J, Pest Manag Sci. 2017 Jun;73(6):1236-1243. doi: 10.1002/ps.4449. Epub 2016 Nov 29

3) Une révolution urgente semble nécessaire dans l’usage des antifongiques, Libération 14/05/2018

4) BOSCALID – n° CAS : 188425-85-6, INERIS

5) GENERAL INFORMATION for penthiopyrad, Pesticide Properties DataBase University of Hertfordshire 

6) 580 869 Kg de Boscalid en 2014, pour 3,24 millions d’ha (source : Agreste)

--

POLLINIS Association Loi 1901
10, rue Saint Marc 75002 Paris www.pollinis.org