FRANCE

FRANCE

Dans FRANCE

PARIS : CE 10 AOUT 2021, COMMEMORATION DE LA GREVE INSURRECTIONNELLE DES CHEMINOTS GARE DE L’EST A 11 HEURES

Par Le 09/08/2021

PARIS : CE 10 AOUT 2021, COMMEMORATION DE LA GREVE INSURRECTIONNELLE DES CHEMINOTS GARE DE L’EST A 11 HEURES

 

Cheminots victimes de la répression 1940-1945 : Mémorial, de Thomas  Fontaine : avis et résumé critique de Benjamin

 

La deuxième guerre mondiale a coûté la vie à 8938 cheminots. 15977 ont été blessés.

Parmi eux 809 fusillés, massacrés, et 1157 morts en déportation pour faits de Résistance.

Simples et humains, ils ont donné volontairement leur vie pour qu’au-delà de la victoire des armes un sens nouveau et jeune soit donné aux idées de liberté et de démocratie.

Le 30 octobre 1949, la Légion d’Honneur et la croix de guerre avec palme étaient décernées à la SNCF en reconnaissance des mérites civiques et militaires des cheminots.

Dans FRANCE

APRES LA REVOLUTION : LE PROCES D’ « UBU » MACRON

Par Le 06/08/2021

Après la Révolution : le procès d’« Ubu » Macron

 Publié le 06/08/2021 à 12:36 - Mise à jour à 14:17

Accusé, levez-vous !

AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...317

Auteur(s): Alexandre Gerbi pour FranceSoir

-A+A

TRIBUNE - La Révolution a eu lieu. Sous l’œil impavide des forces de l’ordre et de l’Armée, le palais de l’Élysée est tombé, pris d’assaut par le peuple. Macron n’a pas réussi à s’échapper. Il a été arrêté. Voici venue, enfin, l’heure de son procès. Attention, ceci est une fiction. Même si toute ressemblance avec des événements à venir ne serait pas totalement fortuite…

Lorsque Macron entra dans la salle du tribunal pleine à craquer, un grand silence se fit. Même les remuants Gilets Jaunes, nombreux parmi le public, en restèrent bouche bée. 

close

volume_off

 

Un déchet vaguement humain

Difficile, en effet, de reconnaître l’étrange personnage qui gagnait, d’un pas lent, le box des accusés. Sa mine défaite, joues creusées, teint hâve, sa frêle stature, sa barbe de trois jours étonnèrent. Mais c'est surtout son regard torve, presque fou, qui frappèrent l’assistance. Le président de la République déchu n’était plus qu'une créature chétive et pitoyable, manifestement désaxée. Difficile de croire que ce nabot dérisoire avait pu être l’artisan, le deus ex machina de la gigantesque escroquerie du Covid-19 qui avait broyé et ruiné la France pendant un an et demi. L’âme damnée dont l’influence délétère avait accompagné l’Europe et une bonne partie du monde dans un songe absurde, destructeur, liberticide et finalement criminel : « Ce n’était donc QUE ça ! », railla une voix anonyme dans la salle. Celui qui pérorait en avril 2020 en annonçant aux journalistes du Financial Times : « La bête de l’événement est là », dans une référence sibylline et que d’aucuns affirment luciférienne, cet ectoplasme livide paraissait revenu tout droit des Enfers. En un mot comme en cent, à vue d’œil, l’ancien chef de l’Etat n’était plus qu’un déchet vaguement humain…

Qu’il était loin le temps où les médias unanimes présentaient la créature de François Hollande et de Jacques Attali comme un petit génie de la finance doué pour tout, travailleur infatigable jouissant d’une intelligence hors du commun. Un être d’exception doté d’un charme et d’un charisme époustouflants. Un esprit merveilleux, fin et profond, normalien, brillant énarque, philosophe pétri de lettres, ancien secrétaire de Paul Ricœur. Certes, tout était faux ou presque dans ce storytelling dûment fabriqué. Mais beaucoup y avaient cru, même s’ils avaient le plus grand mal, aujourd’hui, à s’en souvenir…

Dans le box des accusés, il ne restait décidément plus grand-chose du fondateur d’En %arche dont le sourire s’affichait en 2016 et 2017 sur des dizaines de couvertures de magazines, volant de victoire en triomphe, comme en apesanteur. Porté par le Tout-Paris et le Tout-Monde, depuis la City de Londres jusqu’à son ami Pfizer rencontré chez Rothschild, en passant par New York, le siège de BlackRock, ce colossal fonds d’investissement aux milliers de milliards de dollars qui ouvrent toutes les portes et amadouent les plus récalcitrants… 

En fait de génie, Macron avait surtout compris très tôt où était la puissance. Et qui il fallait servir pour être bien doté en retour. Le Young Leader (promotion 2012) de la French American Foundation (FAF), avait, entre autres faits d’armes, livré le fleuron Alstom à General Electric (2014). Il avait ainsi torpillé la France au cœur, en hypothéquant son indépendance énergétique et même militaire. Mais loin de compromettre son avenir personnel, il l’avait ainsi conforté. Car ce coup de maître l’avait assuré du soutien indéfectible des puissants réseaux états-uniens. Il était devenu le bon cheval, leur parfait cheval de Troie. 

Trois ans plus tard, en 2017, une machination politico-judiciaire inouïe, aux multiples facettes, l’avait fait président de la République…
 

Entre « Rastignac », « Iago », « Machiavel »… et « Ubu »

Comme le nota Jean-Michel Aphatie lors de sa dernière chronique sur LCI : 

« Celui qui, après avoir poignardé son pays en tant que ministre des Finances, trahit de part en part sa charge de chef de l’Etat ; celui qui, pendant près de quatre ans et demi, foula aux pieds le peuple français et transgressa sans vergogne les principes les plus sacrés de la République ; ce Rastignac ne fut en réalité qu’une baudruche à l’effarante nullité, un prince du mensonge, un gros ballon vide gonflé de son seul cynisme, passé maître dans l’art de naviguer à vue. Le principal mérite de ce Iago shakespearien, de ce valet empressé des ploutocrates, résida, au fond, dans sa faculté de tirer parti de la puissance inhérente à sa fonction, mais aussi des appuis colossaux de ses maîtres, services étrangers et autres milliardaires, auxquels il avait donné les gages nécessaires. Tout en jouant, tel un Machiavel de quatre sous, de la crédulité et du moutonisme général. » 

A ce stade des événements, cette analyse était bien sûr partagée par tous, mais elle ne suffit pas à protéger son auteur : Aphatie, à l’instar de plusieurs dizaines de ses confrères et consœurs, fut balayé en pleine tentative de retournement de veste. Dès le lendemain, sur ordre du Gouvernement de Salut Public de la République Française (GSPRF) issu de la Révolution, l’éditorialiste au délicieux accent méridional avait été démis de ses fonctions comme tant d’autres journalistes, eux aussi impliqués dans l’effarante aventure macronienne. Arrêté et placé en détention pour « complicité de haute trahison » et « manquements majeurs à l’éthique de sa profession », son procès devait se tenir en même temps que celui de ses confrères, à une date non encore fixée.

 

L’homme le plus détesté de France

Malgré son délabrement physique mais aussi manifestement psychique, Macron se tenait plutôt convenablement debout dans le box, la mâchoire serrée et l’iris à présent mobile derrière la vitre blindée, installée pour prévenir une éventuelle tentative d’assassinat. Afin de lever toute équivoque, le Gouvernement de Salut Public de la République Française (GSPRF) avait annoncé que la peine de mort serait exclue, « conformément aux textes en vigueur sous la Ve République » qu’il n’était « pas question de renverser ». C’était là une utile précision. Car depuis la prise de l’Elysée par la marée humaine des manifestants et l’arrestation dans la foulée de Macron, des membres de son gouvernement, ainsi que celle d’une ribambelle de personnages-clefs impliqués dans l’escroquerie covidienne, députés, sénateurs, hauts fonctionnaires, membres du Conseil prétendument « scientifique », membres du Conseil d’Etat, du Conseil constitutionnel, etc., le chaos avait paru, au cours des jours suivants, menacer de déferler sur la France. La continuité de l’Etat et des Institutions, réaffirmée par les autorités, apparaissait donc comme l’indispensable garant de la stabilité.

Apprenant par la voix du GSPRF que le tyran déchu sauverait sa tête, les réseaux sociaux s’étaient immédiatement enflammés. Les menaces de mort contre l’homme le plus détesté de France, les images de guillotines, de pelotons d’exécution, d’écartèlement ou encore de bûchers, proliféraient comme jamais sur la Toile, accompagnées de messages personnels parfaitement explicites. Facebook comme Twitter avaient pris le parti, depuis que la Révolution était un fait accompli, de ne plus rien censurer. De son côté, l’Etat avait admis, une fois pour toutes, que ces saillies faisaient office « d’utiles exutoires, aisément compréhensibles au regard de l’ampleur des crimes » de celui que la presse surnommait désormais « Ubu », d’après le célèbre personnage d’Alfred Jarry. De fait, le nombre des victimes du défunt macronisme rendait plausible une éventuelle vengeance individuelle qui, fort heureusement, n’eut finalement pas lieu. Si jusqu’au bout le pire fut redouté, le procès put aller jusqu’à son terme sans véritable anicroche.

 

Un procès déconcertant

Au-delà de ces péripéties, ce qui fut en définitive le plus déconcertant, c’est la simplicité avec laquelle les débats furent menés. Les mensonges accumulés par Macron et sa clique étaient tellement patents et accablants, grossiers surtout, qu’on se demanda comment tout un peuple avait pu rester si longtemps sans réaction. Le philosophe centenaire, Edgar Morin, prit la parole à la barre et livra l’explication : les Français avaient été, suivant les principes énoncés par Milgram, « manipulés » et « hypnotisés » par « le gouvernement scélérat » et « les médias à sa solde ». Selon le sociologue-philosophe, il n’y avait donc nul mystère dans la manière dont les foules avaient répondu à des réflexes dès longtemps étudiés. Du Discours de la servitude volontaire de La Boétie à La Fabrique du consentement de Noam Chomsky, des travaux visionnaires de Foucault à La Stratégie du Choc de Naomi Klein, tout l’arsenal de la manipulation était disponible et prêt à l’emploi. Et c’est peu dire que les cerveaux du complot, dont Macron était l’homme-lige, en avaient fait un usage immodéré. « Il s’en sont servi et bien servi », conclut ironiquement Morin sous le regard bienveillant du président du Tribunal. 

Après cette audition, les réseaux sociaux s’insurgèrent à nouveau. Silvano Trotta, désormais courtisé par la grosse presse, tout en se félicitant de cette charge, accusa le vieil intellectuel de récupérer « in extremis » des thèses « complotistes » qu’il s’était bien gardé de reprendre à son compte durant l’interminable développement de l'escroquerie covidienne (2020-2021). Trotta rappela que Morin n’avait, au contraire, cessé de la cautionner par ses réflexions lénifiantes. Une pénible réalité dont les médias, Le Monde, Le Figaro et Libération en tête, devenus archanges de la Révolution, s’empressèrent de se faire l’écho, tressant à Trotta des couronnes de lauriers, et précipitant en contrepartie la déchéance et la disparition définitive du sociologue centenaire, cloué au pilori comme la plupart de ses collègues « philosophes ». A vrai dire, du lisier soi-disant intellectuel français, il ne restait qu’un vaste champ de ruines, un cimetière grotesque dont l’ancêtre Morin n’était qu’une des figures emblématiques. Sa chute apparut révélatrice du lamentable naufrage de l’intelligentsia hexagonale qui, du reste, ne datait pas d’hier…

Le procès d’Ubu, disions-nous, tourna au jeu de massacre, tant l'imposture macronienne avait été énorme. L’avocat général joua sur du velours. Il égrena la litanie des mensonges, des contre-vérités, des manipulations éhontées dont l’ancien président de la République et ses collaborateurs, par corruption ou par lâcheté, s’étaient rendus coupables. A cette occasion, la France contempla sa propre bêtise dans le miroir, elle, pourtant réputée la plus intelligente, la plus sensée, la plus indocile des nations. Heureusement que cette fois, le Peuple français, de nouveau fidèle à lui-même, avait fini par reprendre le dessus, conformément au portrait sublime qu’en avait brossé Léopold Sédar Senghor :

« Je sais que ce peuple de feu, chaque fois qu’il a libéré ses mains, a écrit la fraternité sur la première page de ses monuments. »

La fraternité que le diviseur Macron avait voulu briser, le Peuple français s’était élevé pour la protéger et la sauver, à l’heure où son arrêt de mort avait été âprement signé. En cortèges immenses, rejoints par une police et une gendarmerie, une armée lassées de se rendre complices de l’innommable, les manifestants avaient avancé, ce samedi désormais sacré et gravé dans le marbre de l’Histoire. En foules joyeuses, chantants, dansants, ils ont marché sur l’Elysée. Ils sont venus y chercher le félon détesté. Ainsi, après avoir investi un palais dépourvu de défense, aidés disent certains par des militaires, des gendarmes et des policiers partageant leur cause, ils ont capturé le tyran. Et, c’est leur gloire, sans attenter à ses jours. S’ils l’avaient voulu, ils l’étripaient. Mais les Français en révolution, se rappelant sans doute que l’exécution du roi avait jadis entraîné le peuple dans un interminable bain de sang, se sont bornés à mettre l’infâme hors d’état de nuire. Enfin.

 

Un réquisitoire accablant

L’avocat général, dans sa robe d’hermine, lut l’acte d’accusation :

« Emmanuel Macron, je vous accuse de crime contre l’humanité, de crime contre la France et de crime contre la Nation. Au nom du peuple français, je vous accuse de crime contre le peuple français. »

Ces mots retentirent dans une salle entièrement silencieuse. Certains savaient qu’ils auraient dû être prononcés, en son temps, contre Charles de Gaulle, mais qu’ils ne le furent jamais. D’ailleurs, fallait-il vraiment s’étonner qu’un régime qui s’acharnait à glorifier, soixante-dix ans plus tard, le traître De Gaulle, destructeur de la Communauté Franco-Africaine, liquidateur de l’Algérie, fossoyeur de la France qu’il transforma en pays faible et sans idéal, au prix de multiples violations de la Constitution et de crimes en tous genres, fallait-il vraiment s’étonner que ce régime ait pu, en son agonie, hisser sur le pavois un autre traître, le traître Macron ? 

Heureusement, le moment était venu de solder les comptes. Avec Macron, c’est l’ennemi de l’intérieur, l’ennemi infiltré qu’il s’agissait d’enfin châtier à la hauteur de ses crimes. En définitive, Macron le caricatural, avatar ultime d’un régime vicié dès ses origines, payait pour tous les autres, ses prédécesseurs, qui s’étaient chacun livrés, peu ou prou, à l’assassinat de leur pays et de leur peuple. En métropole comme outre-mer, outre-Méditerranée et outre-Sahara…

L’avocat général reprit :

« Emmanuel Macron, je vous accuse d’être un corrompu. Un misérable, un méprisable corrompu. Je vous accuse d’avoir servi, par ambition personnelle et peut-être pour des motifs encore plus obscurs, des intérêts contraires à ceux du peuple et de la Nation. Plus grave encore, je vous accuse de crime contre l’humanité. »

Puis l’avocat général énonça les faits.

« Vous avez, Emmanuel Macron, prétendu qu’une maladie au taux de mortalité banal sinon dérisoire, 0,1 %, était une menace majeure pour la population tout entière. Vous saviez pourtant parfaitement, dès le mois de mars 2020, au moment où vous déclenchiez l’odieux confinement, que cette maladie, dont l’origine exacte reste à déterminer, ne pouvait essentiellement tuer que de grands vieillards ou des patients frappés de lourdes comorbidités, à l’espérance de vie le plus souvent très réduite. Vous avez pourtant laissé accroire, avec la complicité des médias dévoyés dont votre qualité de président de la République vous rendait maître par le jeu du pouvoir, des accointances diverses et des subventions d’Etat, vous avez affirmé que cette maladie pouvait tuer n’importe qui à n’importe quel âge. Vous avez laissé dire à votre directeur de la Santé, Jérôme Salomon, et à votre ministre de la Santé, Olivier Véran, dont les procès viendront bientôt, qu’il s’agissait là d’une nouvelle « peste », d’une maladie effroyable, alors même que les personnes en bonne santé de moins de 65 ans y sont pour ainsi dire, et vous le saviez, invulnérables. Ces mensonges, avec votre approbation, ont été proférés devant les plus hautes instances de la République et n’ont, bien entendu, jamais valu à leurs auteurs la moindre sanction. Pire, ils ont été relayés, ad nauseam, par les médias. Vous avez ainsi abreuvé le peuple, jour après jour, mois après mois, de ces contrevérités. Vous avez de la sorte semé la terreur, en mentant délibérément, à seule fin de conditionner le peuple, pour qu’il consente à vos agissements criminels. Ainsi, vous avez pu suspendre une grande partie des libertés publiques au gré d’un motif fallacieux. Vous avez, ce faisant, bafoué les devoirs fondamentaux inhérents à votre charge. Vous avez violé la Constitution, en abusant de la confiance des masses, qui ne pouvaient vous croire capable de telles ignominies. Pour alimenter votre machination, vous avez usé de tests truqués, les trop fameux tests PCR, lesquels vous permirent d’alimenter la peur et de répandre l’idée que le virus était partout, même lorsqu’il ne l’était pas. Sans doute plus criminel encore, avec la complicité de médecins notoirement stipendiés par les grandes firmes pharmaceutiques, jusqu’à l’Ordre lui-même, criblés de conflits d’intérêts et que vous avez promus en parfaite connaissance de cause, vous avez combattu systématiquement et même interdit, par la menace et la sanction, les traitements efficaces et bon marché, Azithromycine, Ivermectine, Hydroxychloroquine, etc. Alors que des milliers de praticiens de terrain constataient, jour après jour, mois après mois, l’indubitable efficacité de ces médicaments sur leur patientèle. Violant le serment d’Hippocrate, vous avez interdit de soigner autrement qu’avec du Doliprane qui, justement, ne soignait pas. Par ces menées aberrantes, en privant de traitement des centaines de milliers de vos compatriotes, vous avez provoqué des dizaines de milliers de morts. Lesquels ont servi votre macabre propagande et votre cynique, votre criminelle manipulation. Voilà la réalité effroyable : ces morts par milliers servaient votre politique, ils étaient par conséquent voulus par elle ! »

Une rumeur envahit la salle. L’avocat général reprit :

« Vous avez, Emmanuel Macron, toute honte bue, avec vos complices de la Commission européenne, tandis que vous interdisiez, je le répète, tous les traitements efficaces et bon marché, vous avez promu des traitements inefficaces, dangereux et de surcroît ruineux pour la Sécurité sociale, et bien sûr délétères pour la santé publique. Là encore, les victimes et les morts provoqués par vos choix déments se comptent par milliers. Je vous accuse, en conséquence, Emmanuel Macron, de crime contre l’humanité. »

Un silence de mort s’était abattu sur la salle. Derrière sa vitre blindée, l’accusé roulait des yeux hallucinés. L’avocat général poursuivit :

« D’autre part, Emmanuel Macron, vous avez, toujours sous prétexte de cette maladie fallacieusement dévastatrice, décrété la paralysie économique du Pays et ainsi provoqué une désorganisation catastrophique du tissu productif qui entraîna d’innombrables malheurs individuels. Vous avez, cyniquement, prévenu toute révolte des travailleurs, des artisans, des commerçants, des artistes réduits au chômage ou acculés à la faillite, en distribuant sans compter des centaines de milliards d’euros. Par là même, vous avez creusé de façon abyssale la dette publique. Ces dépenses colossales étaient apparemment ineptes. En réalité, elles relevaient d'un double calcul : d'un côté, anesthésier les victimes de votre politique ; et de l'autre, mettre l’Etat à la merci de ses créanciers, en vue d’une privatisation généralisée et d’une liquidation de notre système social, tout en vous permettant de justifier la destruction du Code du Travail. Qui ne voit que tout cela servait vos desseins ultralibéraux, qu’en temps normal vous n’auriez jamais pu réaliser ? »

Une nouvelle rumeur parcourut la salle. L'avocat général reprit :

« Toujours dans l’ordre du désastre, vous avez semé le désespoir parmi le peuple, en particulier parmi la jeunesse. Vous avez privé d’école, d’université une jeunesse désorientée, qui pourtant, essentiellement, ne risquait rien du Covid-19, et dont la confrontation au virus, qui ne la menaçait en rien, aurait permis de gagner, en quelques mois, une immunité collective salutaire pour l’ensemble de la population. Ayant livré la jeunesse et plus généralement le peuple à une épreuve de solitude et de dénuement inédits dans l’histoire en temps de paix, votre règne fut marqué par un taux de suicide jamais vu, y compris parmi les étudiants, les adolescents, et jusqu’aux plus jeunes enfants ! Enfin, au bout de votre ubris malfaisante, par le biais du « passe sanitaire », vous avez cherché à contraindre cette jeunesse, ainsi que tout le peuple, à une prétendue vaccination avec des produits expérimentaux et dangereux. Or tout indique que cette injection et ce passe visaient en réalité, à tout le moins, l’instauration d’une société de contrôle contraire à tous nos principes et à toutes nos traditions. En conclusion, je vous accuse, Emmanuel Macron, de n’avoir rien fait de ce que votre charge exigeait, et d’avoir fait tout ce qu’elle proscrit. »

 

Perpétuité pour un nouveau monde

L’avocat général s’interrompit une dernière fois, et acheva :

« Heureusement, le Peuple de France a su vous arrêter dans votre fuite en avant, dont nul ne sait exactement où elle aurait pu vous conduire et nous conduire… Au vu de l’ensemble de ces motifs, Emmanuel Macron, je demande que vous soyez condamné, pour haute trahison, pour intelligence avec l’ennemi et pour crime contre l’humanité, à la prison à vie. Dans un cachot étroit. Avec pour seule compagnie celle des livres de nos grands auteurs que, de toute évidence, vous n’avez jamais lus, ou dont vous n’avez strictement rien compris. »

Ubu Macron était immobile dans le box. Quelques injures fusèrent dans la salle. Un « à mort ! » cingla. 

Après en avoir délibéré, le jury populaire condamna Macron à la prison perpétuelle. 

 

Un nouveau monde, que tous espéraient moins laid, pouvait déployer ses ailes…

Auteur(s): Alexandre Gerbi pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/apres-la-revolution-le-proces-d-ubu-macron

Dans FRANCE

Dr GERARD DELEPINE : DISCRIMINATION, ENNEMIE INACCEPTABLE DE LA DEVISE FRANCAISE : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE

Par Le 03/08/2021

Discrimination, ennemie inacceptable de la devise française: Liberté, Égalité, Fraternité

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 02 août 2021

nouveau-monde.ca

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 4   0  0  4

Comment reproduire les pires moments de l’Histoire

On nous reproche parfois de faire le parallèle entre ce qui s’est passé durant la dernière guerre et ce qui se passe aujourd’hui en France et en particulier entre le passe sanitaire et l’étoile jaune, car cela « banaliserait » les crimes qui ont été commis contre nos frères juifs.

Eux n’ont pas oublié.

La photo que vous voyez ci-dessus n’a pas été prise par des comédiens à Paris, mais en Israël, lors d’une manifestation contre le passe sanitaire et ce sont des Israéliens qui dénoncent ces similitudes entre l’étoile jaune et le passe.

Il ne s’agit pas de banaliser les horreurs inhumaines qui ont été commises contre eux, mais de rappeler que « le ventre est encore fécond d’où naît la bête immonde » et la grande leçon qu’Anna Arendt a tirée de la Shoah, la banalité du mal et des bourreaux nazis « le plus terrible c’est qu’il s’agissait d’hommes très ordinaires » qui prétendaient agir « pour le bien de la nation allemande ». Comme nos dirigeants et la majorité godillot qui a voté cette loi de discrimination incroyable « pour la santé des Français ».

Une loi qui instaure une discrimination totalement contraire à nos valeurs

Le passe sanitaire instaure une discrimination majeure entre les Français, sans précédent dans l’histoire de la république autre que celle instaurée en 1940 par le gouvernement de Vichy.

Hier, c’était sur la race, aujourd’hui sur les opinions. Si on doute de la parole du président (qui a tellement menti)[1] et de l’efficacité et de l’innocuité des pseudos vaccins expérimentaux actuels, on est traité d’irresponsable, d’égoïste, de complotiste, d’ennemi de la nation, et transformé en citoyen de seconde zone dont il faut « pourrir la vie », comme celle des juifs lors de la période la plus sombre de notre histoire.

La loi du 3 octobre 1940 portant statut des Juifs, suivie par près d’un millier de textes, décrets et règlements antisémites adoptés et appliqués sans états d’âme par des fonctionnaires zélés ont déchu les porteurs de l’étoile jaune de tous leurs droits fondamentaux en leur interdisant entre autres de travailler.

En 1941, les médecins porteurs de l’étoile jaune furent interdits d’exercice dans le silence général complice. L’ordre des médecins y veillait. En octobre 2021, ceux qui n’ont pas de passe ne pourraient plus travailler comme médecin. L’Ordre y veillera.

Dès 1941, la loi interdisait aux porteurs de l’étoile jaune de travailler comme fonctionnaires. Aujourd’hui, la loi scélérate cible les soignants, les pompiers et les serveurs de cafés restaurants, mais la majorité présidentielle rêve d’étendre cette interdiction de travailler des « sans passe » à l’ensemble des professions et en particulier aux enseignants.

La loi scélérate interdit aux « sans passe » de côtoyer les vaccinés dans les cafés et restaurants, cinéma, lieux de culture et les autres lieux publics comme les nazis interdisaient aux porteurs de l’étoile jaune de fréquenter les « bons aryens ».

Cette loi scélérate va plus loin que les lois de Vichy en interdisant aux « sans passe » de consulter ou d’entrer à l’hôpital contraignant les médecins de choisir entre soigner ou obéir[2] en violant leur serment d’Hippocrate.

Cette loi organise la rupture du secret médical, fondement de la médecine depuis ses origines, puisqu’elle organise la divulgation des données médicales personnelles détenues par l’assurance maladie à toutes sortes de tiers.

Alors que Tik Tok est condamné aux Pays-Bas pour ne pas avoir clairement prévenu ses utilisateurs de la divulgation possible de leurs données personnelles, l’état organise la transmission de nos données médicales les plus sensibles à de nombreux tiers sans que l’organisme chargé de la protection de notre vie privée [La CNIL] proteste.

Le QR code constitue l’équivalent des matricules si chers aux nazis, qu’ils tatouaient sur les déportés pour les déchoir de leur humanité et qu’ils ne soient plus considérés que comme des numéros.

La loi instaure la déchéance des droits civiques des « sans passe » en leur interdisant l’entrée des bureaux de vote. Une telle manœuvre visant les élus communistes a été utilisée par Hitler après l’incendie du Reichstag pour obtenir la majorité qui lui était nécessaire pour parvenir au pouvoir.

Exclure une partie de la population désignée comme responsable des malheurs de l’Allemagne (communistes, juifs, tziganes, homosexuels) de la société a été la première mesure des nazis avant de les mettre dans les camps pour les assassiner. Aujourd’hui, en France, une majorité parlementaire qui n’a recueilli qu’une infime proportion des voix des inscrits au dernier scrutin électoral désigne les réticents à la vaccination comme responsables de la poursuite de l’épidémie et les exclut du reste de la population sans justification sanitaire réelle. Toute discrimination est dangereuse et constitue le premier pas du retour vers la barbarie.

Une discrimination fondamentalement illogique.

Si les vaccinés croient que les vaccins sont efficaces, ils doivent se sentir protégés et n’ont aucune raison de craindre les non-vaccinés. Et s’ils ne croient pas que les vaccins les protègent, pourquoi seraient-ils davantage protégés par la vaccination des autres ?

Une discrimination inefficace dans la vie réelle

Croire que cette discrimination peut permettre de limiter les contaminations est un mythe démenti par les faits avérés dans le monde réel.

En Autriche, un passe a été instauré le 1er juillet alors que l’épidémie régressait naturellement. Depuis l’instauration du passe, le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes a explosé.

Aux Pays-Bas

Les suites du festival Verknipt à Utrecht confirment l’inefficacité du passe. Les organisateurs croyaient protéger les participants en leur imposant un passe sanitaire via l’application CoronaCheck, prouvant qu’ils avaient été soit testés négatifs, soit vaccinés, soit guéris d’une infection corona précédente. Mais quelques jours après le festival, sur les 20 000 participants, on dénombre, plus de mille nouveaux infectés par le coronavirus (dont une grande majorité de vaccinés !). Cet incident démontre que ni la vaccination ni le passe ne protègent réellement.

Alors pourquoi veut-on nous imposer des mesures inefficaces et discriminatoires totalement contraires à nos valeurs ?

Le pass est inefficace, car les vaccins ne protègent ni les vaccinés ni leurs contacts

Si le pass ne sert à rien sur le plan sanitaire, c’est que les pseudo vaccins actuels sont trop peu efficaces, et qu’ils ne protègent ni les vaccinés ni ceux qui les côtoient.

À Chavagnes-en-Paillers, en Vendée, entre le 14 avril et le 21 avril, tous les prêtres retraités des Fils de Marie Immaculée ont reçu l’un des vaccins expérimentaux ARNm à l’exception d’un prêtre infecté auparavant. Sur les 22 prêtres vaccinés, 21 sont tombés malades et sept sont décédés dans un délai de deux à trois semaines et demie.

On ne compte plus les EHPAD de France et d’Europe qui ont subi des flambées d’épidémies mortifères malgré la vaccination de tous leurs pensionnaires

À bord du HMS Queen Elizabeth, le nouveau porte-avions britannique, une épidémie de Covid a éclaté après une escale à Chypre avec plus de 100 cas, alors que tous les 1300 marins à bord avaient reçu leurs deux doses depuis plus de trois mois.

En Israël, les vaccinés représentent près de 50 % des nouveaux cas et sont plus nombreux en réanimation que les non-vaccinés au point que les responsables de la santé qui prétendaient que le vaccin Pfizer était très efficace envisagent maintenant de reconfiner la population et de recommander une troisième injection.

Santé Publique Angleterre, faisant le bilan des derniers mois constate que sur les 257 personnes qui sont mortes de Covid entre le 1er février et le 21 juin, 163 (63,4 %) avaient déjà reçu au moins une dose du vaccin, et conclue : « les personnes vaccinées meurent plus que les non -vaccinées ».

Alors pourquoi veulent-ils nous imposer une mesure inefficace en violant nos libertés fondamentales alors que la prétendue épidémie actuelle au variant delta n’est qu’une augmentation de tests positifs, des cas sans augmentation des nombres de malades, ni d’hospitalisations, ni de séjours en réanimations, ni de morts ?

La liberté est notre bien le plus précieux ; elle n’est pas négociable.[3][4]

Dr Gérard Delépine

 

Notes

[1] Après avoir menti sur les stocks, sur les masques, sur la pénurie de moyens pour les soignants, il s’est parjuré sur la vaccination et le pass sanitaire En décembre 2020, il affirmait : « La vaccination ne sera pas obligatoire », avant de la rendre, de fait, obligatoire. En avril 2021 : « Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français » avant d’en faire un droit d’accès qui différencie les Français.

[2] Titre d’un de nos livres prémonitoires publié avant les dernières élections présidentielles

[3] Laurent Montesino « Si nous acceptons, ce chantage, nous accepterons tout » — Entretien essentiel
France Soir le 28/07/2021
https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/si-nous-acceptons-ce-chantage-nous-accepterons-tout-laurent-montesino

[4] Tranchant Alain – la-liberte-ne-se-négocie-pas
https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/la-liberte-ne-se-negocie-pas France Soir 29/7/21

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/discrimination-ennemie-inacceptable-de-la-devise-francaise-liberte-egalite-fraternite/5658913

Dans FRANCE

Dr LAURENT MONTESINO : « SI NOUS ACCEPTONS CE CHANTAGE, NOUS ACCEPTERONS TOUT »

Par Le 02/08/2021

« Si nous acceptons, ce chantage, nous accepterons tout »

Par Dr Laurent Montesino et FranceSoir

Mondialisation.ca, 01 août 2021

FranceSoir 28 juillet 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 6   0  0  17

Dans ce nouvel entretien essentiel, nous recevons Laurent Montesino, un médecin réanimateur qui a notamment exercé à l’hôpital Bichat, à l’hôpital de Longjumeau et à l’hôpital américain. il est également un membre très actif au sein de l’association Réinfo-covid fondée par le médecin anesthésiste-réanimateur Louis Fouché. Très critique des décisions du gouvernement et de l’instauration du passe sanitaire, Laurent Montesino rappelle l’étymologie du mot sanitaire, qui contient les mots « soin » et « choix », pour mieux soulever l’antinomie qui existe entre ce que recouvre ce mot et ce qui est en train d’être imposé à des populations.

Il estime que si la population accepte ce chantage, ce sera sous la menace et que rien ne pourra empêcher par la suite le gouvernement d’aller plus loin et plus vite en imposant la vaccination tous les 6 mois, puis tous les 3 mois, puis tous les mois, puis aux jeunes enfants, le tout pouvant s’accompagner d’autres mesures plus injustes sans qu’il n’existe plus aucune limite. Il s’étonne que ce passe sanitaire vienne à un moment où il n’y a quasiment plus de patients covid dans les hôpitaux qui ont fermé quasiment tous les services dédiés à cette pathologie.

Rappelant la faible létalité du variant Delta, il souhaite que ce virus peu dangereux circule afin que la population puisse acquérir une immunité naturelle qui sera « largement supérieure à l’immunité artificielle d’un vaccin. »

Voir aussi : « Ne faisons pas un remède pire que le mal » avec Christian Vélot

Il donne des explications sur ce que l’on appelle de manière impropre les vaccins, qui sont en réalité des thérapies géniques à ARNm ou à ADN. Avec beaucoup d’humour, il explique le processus de ces thérapies qui ordonnent aux cellules de fabriquer de la protéine Spike et fait une analogie avec le gouvernement qui veut imposer la vaccination à la population.

S’ensuivent quelques explications biologiques sur ce que l’on appelle l’homéostasie – le système de régulation et de processus d’ajustement dans le corps où toutes les cellules communiquent entre elles  et où il existe un équilibre biochimique et un équilibre de pression au niveau des membranes.

Cette homéostasie pourrait selon lui être ébranlée par la modification des cellules qui larguent une protéine qui se dissémine partout dans le corps via la microcirculation capillaire, phénomène qui est responsable des principaux effets secondaires de ces vaccins.

Laurent Montesino affirme qu’il existe plusieurs milliers de présomption de morts par la vaccination tandis que des dizaines de milliers d’effets secondaires sont répertoriés sur le site de l’ANSM, et déclare qu’il n’existe aucun bénéfice pour les jeunes qui ont plus de chance de souffrir des effets secondaires du vaccin (myocardites par exemple) que du virus.

Arrivant sur l’efficacité des vaccins, il se montre très septique et constate que cela n’empêche ni la transmission ni la contamination. Les vaccins ne semblent pas non plus aussi performants que ce qui avait été annoncé par les laboratoires pharmaceutiques pour prévenir des formes graves ; il révèle avoir soigné des patients entièrement vaccinés.

Blessé de voir arriver en réanimation des patients en détresse respiratoire, complètement abandonnés dans la première phase de la maladie, il fait le constat amer de l’absence de soin sur des patients qui n’ont vu aucun médecin jusqu’à leur arrivée à l’hôpital.

Puis, il revient en détail sur l’ensemble des traitements existants et explique qu’il existe des médicaments qui font consensus comme les corticoïdes et les anticoagulants utilisés aujourd’hui par les médecins de ville.

Mais la polémique demeure sur les traitements précoces comme l’hydroxychloroquine, l’ivermectine, l’azithromycine alors qu’il existe des centaines d’études et de très fortes présomptions d’efficacité. Il s’interroge sur toutes les interdictions des différentes autorités pour empêcher les médecins de prescrire ces molécules connues, rappelle n’avoir vu aucun patient traité précocement faire des formes graves et constate qu’on a entravé les médecins dans leur liberté d’exercice.

Laurent Montesino fait partie de la liste des dix médecins visés par le Conseil de l’ordre, avec neuf autres médecins dont le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et le médecin-psychiatre Martine Wonner également député de la Nation.

Il se dit profondément choqué et même touché viscéralement de tous les dysfonctionnements et affirme ne pas comprendre cette plainte, lui qui a essayé de prendre en charge au mieux des patients parfois complètement laissés à l’abandon.

Conscient que nous sommes à un tournant de l’histoire de France, voire de l’histoire de l’humanité, Laurent Montesino pressent que nous sommes à la veille de grands bouleversements.

Pourtant, il se dit confiant dans la capacité de retrouver notre liberté et souhaite que cette crise permette de réfléchir à la situation actuelle, aux erreurs commises, espérant que cela nous conduira à penser et à agir différemment pour un avenir meilleur.

La source originale de cet article est FranceSoir

Copyright © Dr Laurent Montesino et FranceSoirFranceSoir, 2021

https://www.mondialisation.ca/si-nous-acceptons-ce-chantage-nous-accepterons-tout/5658889

Dans FRANCE

Dr GERARD DELEPINE – L’OBLIGATION VACCINALE : SANS AUCUNE LOGIQUE MEDICALE !

Par Le 30/07/2021

L’obligation vaccinale : sans aucune logique médicale !

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 29 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 10   0  0  23

[Voir aussi sur : Réarmer l’intelligence ! (upinsky.work)][1]

Enfin la réfutation des allégations anti-scientifiques du Président Macron à Tahiti :

L’obligation “vaccinale” des soignants et des pompiers sans aucune logique vaccinale, Dr. Gérard Delépine, chirurgien et statisticien (26 juillet 2021)

L’obligation vaccinale des soignants et des pompiers n’a aucune logique médicale

L’obligation voulue par la majorité parlementaire serait un scandale médical et démocratique contraire aux engagements de la France

Les personnels hospitaliers et les pompiers ne sont pas des enfants et mesurent mieux que les politiques et leurs experts souvent corrompus les bénéfices/risques des vaccins. Pourquoi les injurier, et leur imposer un vaccin inefficace et dangereux ?

Au moins 6 raisons majeures s’opposent à une telle obligation :

1°) Ces pseudo vaccins sont totalement expérimentaux. Leur obligation est contraire à la convention d’Oviedo que la France a signé.

2°) Ils n’offrent pas aux vaccinés une protection réelle contre la maladie.

3°) Ils sont incapables de limiter la transmission de la maladie et donc de protéger les contacts.

4°) Ils exposent à de nombreuses complications, dont certaines mortelles.

5°) Des traitements préventifs peuvent protéger les soignants et leurs contacts

6°) Imposer une obligation vaccinale va désorganiser davantage l’hôpital

1°) Ces pseudo vaccins sont doublement expérimentaux

Il s’agit non pas de vrai vaccin (composé d’antigènes spécifiques) mais de médicament génétique qui ordonne à l’organisme de fabriquer la protéine Spike dont la nocivité vasculaire est connue.

Ils sont le fruit d’une technologie jusqu’ici jamais utilisée pour fabriquer des médicaments humains anti-infectieux et qui aurait dû faire redoubler de précautions.

Les vaccins ont été mis sur le marché avec une « autorisation conditionnelle », car on ne dispose actuellement d’aucun résultat définitif d’essais. Ceux-ci devraient se terminer seulement en 2023-2024, ainsi que le précise le site officiel américain clinicaltrials.gov consultable par tout un chacun.

Imposer un traitement expérimental est contraire aux lois internationales signées par la France depuis le procès de Nuremberg 1947[2]

Et en particulier contraire à la Convention internationale d’Oviedo[3] signée le 4 avril 1997 à Oviedo, en Espagne et entrée en vigueur le 1er décembre 1999, seul instrument juridique contraignant international pour la protection des droits de l’homme.

La convention d’Oviedo reprend les principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme et de la déclaration d’Helsinki[4] de l’Association Médicale mondiale qui énonce clairement :

25. La participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Bien qu’il puisse être opportun de consulter les membres de la famille ou les responsables de la communauté, aucune personne capable de donner un consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé.

8. Si l’objectif premier de la recherche médicale est de générer de nouvelles connaissances, cet objectif ne doit jamais prévaloir sur les droits et les intérêts des personnes impliquées dans la recherche.

2°) Les vaccinés ne sont pas protégés de la maladie, ni de ses formes graves

Les gouvernants, les services de vaccination, les médecins corrompus ou crédules et les médias nous répètent en boucle le crédo des laboratoires, ou de dirigeants prétendant que les pseudo vaccins actuels seraient efficaces à plus de 90 %. Il s’agit d’un énorme mensonge démenti par les faits avérés.

À Gibraltar, le taux de couverture vaccinal atteint 115 % (les Espagnols travaillant à Gibraltar ont aussi été vaccinés) mais l’épidémie repart fortement depuis début juillet 2021

Aux Émirats Arabes Unis, champion arabe de la vaccination depuis fin décembre 2020 le nombre de contaminations journalières reste plus élevé qu’avant la vaccination

Les marins du groupe aéronaval de la Royal Navy du HMS Queen Elizabeth, tous complètement vaccinés depuis plus de six mois, sont touchés par une épidémie de cas de Covid avec plus de 100 cas depuis une escale à Chypre.

La vaccination à 100 % n’empêche donc ni les contaminations ni les transmissions. Toute nouvelle contamination d’un seul vacciné constitue un échec ; on n’en observe heureusement presque jamais avec les vrais vaccins.

Les pseudo vaccins actuels n’évitent ni les formes graves ni la mort

L’analyse des données de l’OMS concernant les pays champions de la vaccination démontre que dans tous ces pays les premiers mois de la vaccination ont été marqués par une recrudescence forte des mortalités covid19.

Ainsi en Grande-Bretagne, les six mois post-vaccination ont été assombris par 68 183 morts supplémentaires alors que les 9 mois précédents n’en comptaient que 61 245.

Comme en Israël où l’on a recensé 3085 morts avant la vaccination et 3372 pendant les 6 mois qui ont suivi la vaccination de masse, comme aux Émirats Arabes Unis (642 avant vs 1274 après) ou à Gibraltar (11 avant et 83 après).

L’explication la plus vraisemblable de l’aggravation des mortalités après vaccination est la présence d’anticorps facilitants[5] dont le risque avait été signalé dès janvier 2021 par l’Académie de médecine[6]:

« le risque individuel d’aggravation par “anticorps facilitants” doit être évoqué quand l’infection survient chez une personne ayant un faible taux d’anticorps neutralisants ».

Aveu du ministre de la Santé sur les aléas de la vaccination en mars 2021

Cette incapacité à prévenir les formes graves de la maladie a même été affirmée par le ministre de la Santé Olivier Véran dans son argumentation récente devant le Conseil d’État[7]

« efficacité partielle des vaccins »,

« les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. »

En Israël, les vaccinés représentent actuellement 56 % des nouveaux patients en réanimation.

En Grande-Bretagne Santé Publique Angleterre, constate que sur les 257 personnes qui sont mortes de Covid entre le 1er février et le 21 juin 2021, 163 (63,4 %) avaient déjà reçu au moins une dose du vaccin, et conclue : « les personnes vaccinées meurent plus que les non vaccinées ».

Prétendre que la pseudo vaccination Covid protège contre les formes graves ou la mort ne constitue donc qu’un énorme mensonge publicitaire.

3°) Les pseudo vaccins actuels sont incapables d’empêcher la transmission

La motivation sociétale « il faut vacciner les soignants pour protéger les malades ou les pensionnaires des EHPAD » n’est pas plus fondée scientifiquement que la foi en un bénéfice individuel.

Aucune étude scientifique n’a pu démontrer que les injections diminueraient le risque de transmettre la maladie. L’examen des chiffres et des courbes officiels des cas publiés par l’OMS ou OurWorldinData montre le contraire.

Les exemples britannique, israélien et espagnol affirment l’absence d’efficacité des pseudo vaccins contre la dissémination de la maladie dans les populations.

Dans tous ces pays qui ont beaucoup vacciné, on observe depuis plus d’un mois une forte récidive forte de l’épidémie

Le professeur Delfraissy et quatre membres du comité scientifique avaient prévenu[8] de l’échec prévisible de la stratégie vaccinale actuelle :

« des études suggèrent que l’émergence et la propagation des variants du SRAS-CoV-2 sont corrélées à l’absence de protection immunitaire robuste après une première exposition à des virus (de type sauvage) antérieurs, voire à un vaccin. Cette évolution, associée à l’émergence de mutants de fuite immunitaire, a non seulement été observée avec le SRAS-CoV-2, mais également avec d’autres virus. Ce changement de comportement virologique a de nombreuses conséquences, non seulement pour les vaccins et les traitements, mais aussi pour les stratégies de prévention et de contrôle. La fin tant attendue de cette crise sanitaire mondiale pourrait être continuellement reportée, car de nouvelles variantes émergent et l’évasion immunitaire réduit l’efficacité de la vaccination à court et moyen terme ».

Cette incapacité du vaccin à prévenir la transmission a elle aussi été reconnue par O. Veran dans son argumentaire devant le Conseil d’État :

« le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »

Il est donc illusoire d’imposer la vaccination des soignants pour limiter la transmission dans les hôpitaux. Et parfaitement mensonger d’affirmer qu’elle pourrait le faire.

4°) Les vaccins actuels exposent à de nombreuses complications graves

Les campagnes de vaccination des soignants de plusieurs hôpitaux ont été retardées ou interrompues du fait de réactions indésirables rendant 20 % à 40 % des personnels incapables de travailler pendant plusieurs jours. La Haute Autorité de Santé a depuis recommandé d’échelonner les vaccinations des soignants d’un même service.

Les sportifs de haut niveau ont fréquemment constaté après vaccination des baisses de performances pendant une à plusieurs semaines. Les très mauvais résultats récents de Mbappé ont d’ailleurs succédé à sa vaccination très médiatisée.

Les pompiers des Bouches-du-Rhône ont suspendu leur campagne de vaccination après qu’un pompier d’Arles ait été hospitalisé pour une arythmie cardiaque après sa première injection.

Mais des complications graves sont très nombreuses et le site Eudravigilance comptabilise actuellement plus de 1 900 000 effets indésirables, dont plus de 17 000 décès possiblement liés à la vaccination Covid.

Il serait raisonnable de comparer ces chiffres énormes de décès et accidents liés à l’injection anticovid à ceux des vaccins les plus répandus dans le monde comme ceux contre la rougeole ou la poliomyélite qui n’ont jamais donné une mortalité notable. Pourquoi serait-ce acceptable pour l’injection génique ?

Ils sont infiniment trop élevés pour une pratique théoriquement préventive, chez des gens bien portants qui le plus souvent ne risquent rien du Covid. On ne devrait pas tolérer que continue cette campagne de pseudo « vaccination ».

À Nantes, un étudiant en médecine de 24 ans sportif et en bonne santé est mort après la vaccination et un agent de service hospitalier au sein de l’hôpital Clémenceau de La Garde.[9]

Ces complications sont d’autant plus inacceptables que les soignants et les pompiers ont pour la plupart moins de 60 ans et qu’ils ne risquent pratiquement rien du Covid. Elles expliquent les réticences des personnels à se faire vacciner.

5°) On peut protéger les soignants et leurs contacts par des traitements préventifs sans risques et bon marché

Le 22 mai 2020, le conseil indien pour la recherche médicale a recommandé la prévention par hydroxychloroquine pour le personnel soignant et les membres de familles au contact des malades et a rajouté l’Ivermectine à ses recommandations lors de la poussée épidémique qui a été rapidement contrôlée. Au 25/7/2021, malgré ses hôpitaux en pire état que les nôtres, un très faible taux de vaccination, l’Inde déplore 322 morts/million d’habitants contre 1694/M en France. L’interdiction de tout traitement précoce aboutit à ce qu’on compte 5 fois plus de morts/million que les hindous.

Si on veut limiter l’épidémie, ce n’est pas de vaccin dont on a besoin, mais de traitements précoces administrés par les médecins traitants !

6°) Poursuivre dans son désir d’imposer une obligation vaccinale va désorganiser davantage l’hôpital

Proposer une obligation vaccinale traduit dans ces conditions un comportement totalitaire totalement déconnecté de la vie réelle et des faits avérés

Les syndicats de personnel hospitalier organisent actuellement des grèves et de nombreux soignants ont annoncé leur volonté de démissionner ou de se mettre en arrêt de travail si le gouvernement maintient ses menaces et les directions le harcèlement moral qui constitue aussi un délit.

Expérimentaux, incapables de réellement protéger contre le Covid19, incapables d’éviter la transmission de la maladie, et sources de complications pour une maladie quasiment toujours bénigne chez les soignants et les pompiers jeunes, les vaccins n’ont actuellement aucun intérêt pour leur entourage et leurs patients. Vouloir les imposer autoritairement va démotiver ces personnels et en faire démissionner davantage alors qu’on n’a cruellement besoin.

Dr Gérard Delépine

Chirurgien et statisticien

Notes :

[1] Docteur Nicole Delépine – Site Officiel du Docteur Nicole Delépine, Pédiatre, Oncologie
https://docteur.nicoledelepine.fr

[2] Lors du procès des médecins de Nuremberg, la pratique d’essai vaccinaux forcés sur les déportés a été l’une des raisons de plusieurs condamnations à mort

[3] « Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine : Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine »,

[4] https://www.wma.net/fr/policies-post/declaration-dhelsinki-de-lamm-principes-ethiques-applicables-a-la-recherche-medicale-impliquant-des-etres-humains/
Suite des conventions internationales signées par les pays depuis le procès de Nuremberg

[5] Lee WS et al. Antibody-dependent enhancement and SARS-CoV-2 vaccines and therapies. Nat Microbiol. 2020 ;5(10) : 1185-91

[6] Communiqué de l’Académie du 15 janvier 2021 : Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ?

[7] https://www.europe1.fr/sante/un-octogenaire-demande-au-conseil-detat-a-etre-deconfine-apres-avoir-ete-vaccine-4034911

[8] 1. Laetitia Atlani-Duault, Bruno Lina, Franck Chauvin, Jean-François Delfraissy Denis Malvy L’évasion immunitaire signifie que nous avons besoin d’un nouveau contrat social COVID-19 Lancet 18 février 2021DOI :
https://doi.org/10.1016/S2468-2667(21)00036-0

[9] https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/toulon/toulon-deces-d-un-varois-vaccine-au-pfizer-la-famille-porte-plainte-2167600.html

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lobligation-vaccinale-sans-aucune-logique-medicale/5658764

Dans FRANCE

PASSE SANITAIRE : PREUVE QUE TOUT ETAIT DEJA PREVU AVANT JANVIER 2020 !

Par Le 29/07/2021

Passe sanitaire : preuve que tout était déjà prévu avant janvier 2020 !

Par Claude Janvier

Mondialisation.ca, 29 juillet 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 3   0  0  3

C’est bête de faire des erreurs, surtout venant de Santé publique France. Surtout qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Dans leur rapport – Covid-19 : point épidémiologique hebdomadaire du 1er avril 2021 -, le nombre total des décès dus au virus est publié page 41: « Entre le 1er mars 2020 et le 30 mars 2021 : Total de 95 364 décès de patients Covid ». Puis, page 43, tableau 10 : « 14 471 décès imputés au Covid-19 seul, 27 031 décès imputés au Covid-19 mais avec une ou plusieurs comorbidités, donc un total de 41 502 décès ». Entre les deux totaux, une différence de 53 862 décès. Ah ! quand même…Le vrai total n’a donc plus rien à voir avec le bourrage de crâne politico/médico/médiatique. (1)

Que se passait-il en janvier 2020 ?
– 98 cas de Coronavirus dans le monde, pas de décès. (2)
– Le vaccin contre la Covid-19 avait fait l’objet de recherches alors que la pandémie coronavirus (Covid-19) n’avait pas commencé. Ainsi, le cofondateur de BioNTech a expliqué, le 20 novembre 2020, que son vaccin a été conçu en quelques heures dès janvier 2020. (Le Point du 12/12/2020 : … Et il n’aura pas fallu beaucoup plus de temps au cofondateur de BioNTech pour élaborer le précieux élixir. Ugur Sahin aurait en effet conçu le vaccin en quelques heures à la mi-janvier, selon The Journal, un podcast du Wall Street Journal…) (3)
– 13 janvier 2020 : en France, la « sinistre » de la santé du moment, Agnès Buzyn, et son directeur général de la santé, Jérôme Salomon, classe l’hydroychloroquine dans les substances vénéneuses. Étrange, car ce médicament, utilisé depuis plusieurs décennies, a fait ses preuves sur le marché. Commercialisé sous le nom de Plaquenil, il ne devient disponible que sur ordonnance.

Revenons au présent. Tout a commencé il y a quelques jours, lorsque mon épouse et moi, avions décidé de se prendre quelques jours de vacances en Bretagne, histoire de se changer les idées face à la morosité covidienne et aussi, d’en profiter un peu avant l’imposition du passe sanitaire liberticide.

Vendredi 23 juillet 2021 : nous étions devant l’entrée du château de Fougères, quand mon regard fut attiré par une affiche indiquant : « Pass Sanitaire Covid-19 ». Déjà ! Diantre, rapide comme l’éclair ce gouvernement. Pour augmenter le SMIC et les retraites, ça traîne, mais pour ce genre de choses, ça carbure. En plus, sabotage de la langue française. Pourquoi écrire « Pass » en anglais ? Pour avoir l’air branché ? Allô M. Blanquer ? Un commentaire ?

Je prends donc en photo la fameuse affichette que l’on va devoir subir dans notre champ de vision jour après jour et qui orne déjà toutes les entrées des sites et des établissements recevant du public. Peu de temps après, un ami me demande si j’ai regardé la date en bas à gauche du document. Je jette un œil, et je découvre avec stupeur ceci : W-0333-001-2003-20 janvier 2020. Suivi du logo ne pas jeter sur la voie publique.

En recherchant sur Google la référence ci-dessus et la date, je tombe directement sur Santé publique France. Organisme d’Etat. Notez au passage qu’ils ont reçu 3,831 milliards d’euros de subvention pour 2021 – oui, vous lisez bien – pour 625 agents. Déjà en 2020, cet organisme avait reçu une dotation exceptionnelle de 860 millions d’euros. (4). Tout cet argent pour pondre des rapports alarmants, soporifiques, souvent mensongers et des affiches Covid. Démentiel !

J’ai mis sur mon compte Twitter, https://twitter.com/JANVIERClaude1, ma photo de l’affiche. Beaucoup de rififi à ce propos sur le réseau, surtout de la part d’une quantité non-négligeable de trolls macronistes.

Florilège :
– C’est la loi concernant le fait de ne rien jeter sur la voie publique, loi 2003, modifiée en 2020.
– C’est la référence d’un papier utilisé en imprimerie, et je cite un commentaire : « ce marquage/logo a été imprimé en 01/2020 et depuis, il sert pour chaque nouvelle impression. »
– La photo est fausse.
– Vous avez retouché la photo avec l’ordinateur.
– Insultes diverses.

Sauf que, d’après mes recherches, cela ne correspond en rien :
– avec la loi de ne rien jeter sur la voie publique.
– avec une erreur de l’imprimerie nationale : parce que les affiches sont conçues en PDF virtuels avec la date indiquée dessus, donc des documents créés au fur et à mesure des événements par Santé publique France et téléchargeables pour qui veut.
– C’est une vraie photo : il suffit d’aller sur Google et de trouver avec le numéro cette affiche toujours disponible chez un bon nombre d’institutions départementales et régionales. (5)(6)

Cette affiche a été conçue par Santé publique France le 20 janvier 2020. Pas de doute possible. Or, à cette date, personne n’avait entendu parler du passe sanitaire, ni des confinements, ni du masque obligatoire, etc. A chacun d’en tirer des conclusions.

Toute cette coronafolie était donc bien prévue avant janvier 2020. Dur à avaler certainement pour beaucoup, mais le fait est là. Tout ce cinéma infernal afin de permettre à quelques labos d’empiler des milliards d’euros. Répugnant.

Il est plus que temps de faire le ménage, d’établir une véritable démocratie et de retrouver notre souveraineté.

Claude Janvier
Ecrivain, polémiste.

 

Claude Janvier est  co-auteur avec Jean-Loup Izambert du livre « Le virus et le président ». IS édition.

Notes :
(1) https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-1er-avril-2021

(2) Source : OMS, Déclaration du Directeur général de l’OMS sur le Comité d’urgence du RSI sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV), 30 janvier 2020.

(3) https://www.lepoint.fr/sante/covid-19-comment-le-cofondateur-de-biontech-a-concu-un-vaccin-en-quelques-heures-12-12-2020-2405471_40.php

(4) Tec hopital 24 février 2021 la dotation exceptionnelle de Santé publique France pour 2021 passe à 3,8 milliards d’euros pour la « prévention épidémique et la constitution de stocks stratégiques  » – …de caviar et de champagne peut-être car à ce tarif-là…

(5) https://museum.nantesmetropole.fr/files/live/sites/museum/files/06_Venir/Passe_Sanitaire_20210721.pdf

(6) https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/affiche_a4_m1_0.pdf

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Claude Janvier, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/passe-sanitaire-preuve-que-tout-etait-deja-prevu-avant-janvier-2020/5658732

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : CE N’EST PAS DE PASSE SANITAIRE NI DE PSEUDO VACCINS DONT LA FRANCE A BESOIN, MAIS DE LIBERTE !

Par Le 25/07/2021

Ce n’est pas de passe sanitaire ni de pseudo vaccins dont la France a besoin, mais de LIBERTÉ !

Les pseudo vaccins actuels sont gravement inefficaces

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 25 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 2   0  1  4

Un « vrai vaccin » contient des antigènes spécifiques du virus ou de la bactérie suscitant une réaction immunitaire spécifique, et il est efficace. Les vaccinés contre la diphtérie ou la fièvre jaune sont protégés à vie de la maladie, ne peuvent donc pas la transmettre et n’ont aucun risque d’en mourir.

Mais ceux qui ont reçu les pseudo vaccins anti-covid peuvent attraper la maladie, la transmettre et en mourir.

Les données acquises de la science montrent que se « vacciner anticovid » ne protège ni de la maladie, ni du risque de faire une forme grave, ni d’en mourir.

Recevoir l’injection anticovid ne protège pas de la maladie

À Chavagnes-en-Paillers en Vendée,[1] entre le 14 avril et le 21 avril, tous les prêtres retraités des Fils de Marie Immaculée ont reçu l’un des « vaccins » expérimentaux ARNm, à l’exception d’un prêtre infecté auparavant. Sur les 22 prêtres vaccinés, 21 sont tombés malades et sept sont décédés dans un délai de deux à trois semaines et demie.

On ne compte plus les EHPAD de France et d’Europe qui ont subi des flambées d’épidémies mortifères, malgré la vaccination de tous leurs pensionnaires.[2][3][4][5][6]

Quatre des neuf navires du groupe aéronaval de la Royal Navy dont le HMS Queen Elizabeth, le nouveau porte-avions britannique, ont été touchés par une épidémie de Covid[7] avec plus de 100 cas, alors que tous les marins à bord avaient reçu leurs deux doses depuis plus de trois mois.

En Israël, les vaccinés représentent 40 % des nouveaux cas,mais les décodeurs du monde ont le culot d’affirmer que c’est une bonne nouvelle.[8] « C’est pourtant là, chose tout à fait normale et attendue. » Craignait-il que les vaccins soient totalement inefficaces pour se réjouir d’un pareil échec ? Toute contamination d’un vacciné constitue un échec ; on n’en observe heureusement presque jamais avec les vrais vaccins classiques (qui n’existent pas pour le covid19 dans nos contrées).

Contrairement aux annonces des labos et de nos gouvernants, recevoir l’injection anticovid ne protège pas non plus des formes graves

Actuellement en Israël les vaccinés sont plus nombreux en réanimation que les non-vaccinés.

Cela démontre de manière formelle que les pseudo vaccins ne protègent pas des formes graves.

Recevoir l’injection anticovid ne protège pas de la mort par Covid

Santé Publique Angleterre, faisant le bilan des derniers mois, constate que sur les 257 personnes qui sont mortes de Covid entre le 1er février et le 21 juin 2021, 163 (63,4 %) avaient déjà reçu au moins une dose du vaccin, et conclue : « les personnes vaccinées meurent plus que les non-vaccinées ».[9]

Constatation confirmée par O. Véran dans sa réponse au Conseil d’État en mars 2021 : « les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant ».

Un vrai vaccin efficace empêche d’être malade et encore plus de faire des formes graves et d’en mourir. Ce n’est pas le cas des injections géniques actuelles présentées comme de vrais vaccins.

Certains fastcheckers[10] pour désamorcer la bombe que constituent ces faits établis n’hésitent pas à se ridiculiser en concluant : « le fait que plus de personnes vaccinées meurent que de personnes non vaccinées ne compromet en rien l’efficacité des vaccins. En fait, c’est exactement ce que l’on attend des excellents vaccins ».

Est-ce de l’humour noir qui a échappé aux correcteurs ? J’espère que l’auteur, Christian Yates, non-médecin, a quand même été payé pour proférer de pareilles stupidités dignes des pires antivax. Ont-ils oublié que les vaccins contre la variole, la fièvre jaune ou la diphtérie protègent tous les vaccinés à vie et complètement contre les maladies cibles ?

Alors, pourquoi le gouvernement et les médias complices continuent de répéter la propagande des labos en prétendant que la vaccination protégerait à 95 % de la maladie et en particulier des formes graves ?

Les pseudo vaccins n’empêchent pas la transmission aux contacts ni la propagation de la maladie dans la population

Aucune étude scientifique n’a pu démontrer que les injections diminueraient le risque de transmettre la maladie. L’examen des chiffres et des courbes — officiels — des cas publiés par l’OMS ou OurWorldinData, montre le contraire.

Les exemples — britannique, israélien et espagnol — montrent l’absence d’efficacité des pseudo vaccins contre la dissémination de la maladie dans les populations ; ces champions des pseudos vaccins sont actuellement confrontés à une forte reprise de l’épidémie avec des variants dont ils ont favorisé l’émergence.

Et même Olivier Véran l’a d’ailleurs reconnu dans sa réponse au Conseil d’État : « le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers ».

Alors pourquoi le gouvernement et les médias complices continuent-ils de prétendre que la vaccination serait le meilleur moyen de lutte contre l’épidémie ?

Les pseudos vaccins actuels ne sont pas dépourvus de risques

Le site d’Eudravigilance comptabilise plusieurs centaines de milliers d’effets secondaires et près de 19 000 décès post injectons anti-covid.

La majorité des effets secondaires sont relativement bénins, mais imposent souvent des arrêts de travail de quelques jours du personnel des hôpitaux (au point de justifier la recommandation de la Haute Autorité de santé de ne pas vacciner en même temps les membres d’un même service).

Les myocardites et les péricardites (inflammation du cœur et de son enveloppe) post vaccination sont des complications sévères maintenant reconnues par la FDA qui touchent principalement les hommes de moins de trente ans et plus encore les adolescents vaccinés.

Beaucoup de sportifs qui se vaccinent et voient ensuite leurs performances baisser de 10 % à 20 %. L’alerte pour les sportifs de haut niveau vient de la Belgique. Elle a été relayée en France par Christophe Lemaitre, forfait pour les Championnats de France à Angers comme Jimmy Vicaut et le demi-fondeur Pierre-Ambroise Bosse non qualifiés pour les JO. Au lendemain des annonces similaires de Quentin Bigot et de Pascal Martinot-Lagarde, la cascade de forfaits de grands noms de l’athlétisme français après vaccination continue

Mais l’injection peut être aussi suivie de décès. Comme ce médecin âgé de 55 ans, sportif et alpiniste, mort d’une thrombose après une injection de Pfizer/BioNtech, ou cet agent hospitalier de 54 ans à La Garde ou Carole Petit, une assistante sociale de 38 ans qui travaillait à Albi, morte de thromboses cérébrales fin mars, à l’hôpital Purpan, trois semaines après vaccination.

Les décès n’épargnent pas les jeunes comme ce jeune interne en médecine nantais en excellente santé et sportif dont l’autopsie « indique que la cause du décès est une thrombose abdominale (…) au niveau de la rate avec des caillots très récents »

Les décès n’épargnent pas les sportifs de haut niveau. Ainsi Lise Vidal, double championne d’Europe de planche à voile, propagandiste de la vaccination est décédée brutalement à l’âge de 43 ans d’une hémorragie cérébrale après vaccination.

La ségrégation par le passe ne peut avoir aucun effet positif sur l’épidémie

Le passe constitue un moyen totalitaire de chantage brutal « vacciné ou enfermé » destiné à imposer l’injection par une voie détournée[11] en nous promettant qu’ensuite nous retrouverons nos libertés scandaleusement confisquées. Mais quel crédit peut-on accorder à cette promesse compte tenu des reniements habituels des promesses de Macron ? D’autant que beaucoup des covid-terroristes font actuellement campagne dans les médias pour toujours plus d’enfermement.

Mais on ne voit pas comment l’obligation d’un pseudo vaccin (qui n’empêche pas d’attraper la maladie, ni de la transmettre, ni d’en mourir) pourrait améliorer la situation de l’épidémie. Les vaccins actuels sont tout bonnement trop inefficaces pour être utiles.

Et comme les titulaires de passe se croient protégés et prennent moins de précautions, on peut même craindre que l’instauration de passe entraîne une augmentation des contaminations.

C’est la tendance observée en Autriche qui a instauré ce système de ségrégation le 1/7/21 et qui se trouve depuis avec une forte poussée de nouvelles contaminations.

Les organisateurs du festival Verknipt à Utrecht en ont aussi fait la triste expérience. Ils croyaient protéger les participants en subordonnant l’entrée du festival à l’utilisation d’un passe sanitaire. Les visiteurs ont dû en effet démontrer, via l’application CoronaCheck, qu’ils avaient été soit testés négatifs, soit vaccinés, soit guéris d’une infection corona précédente.

Mais quelques jours après le festival, sur les 20 000 participants, on dénombre, plus de mille nouveaux infectés par le coronavirus[12] (dont une majorité de vaccinés !). La porte-parole des services de santé de la région d’Utrecht n’exclut pas la possibilité que le nombre d’infections augmente encore dans les prochains jours. « Nous espérons que le pic a été atteint, mais avec la variante delta plus contagieuse, ce n’est pas évident. » Cet incident démontre que ni la vaccination ni le passe ne protègent réellement.

Alors pourquoi veut-on nous imposer encore des contraintes inefficaces ?

Pour une tout autre politique sanitaire

La politique totalitaire du mensonge-confinement-vaccination sans traitement a fait la preuve de sa nocivité sanitaire, sociale, économique et politique. Il est temps de suivre l’exemple des pays qui ont parié sur l’emploi de traitements précoces comme l’Inde et de nombreux pays africains qui comptent 5 à 10 fois de moins de morts par million d’habitants que nous. Et d’appliquer la recette du ministre de la santé de Taiwan qui a rappelé dès avril 2020 que la « démocratie et la transparence gouvernementale étaient essentielles pour vaincre l’épidémie. »

Stop au mensonge et à la dictature ! Libérons le pays.

Que le gouvernement cesse de nous mépriser en des termes ordurierstels que ceux qu’utilise G Attal :

« les non-vaccinés doivent se bouger le cul sinon ils auront une vie de merde »

ou Castaner :

« On va vraiment vous pourrir la vie »

Rassurons la population en rappelant que le variant delta ne nécessite qu’exceptionnellement l’hospitalisation et ne tue presque jamais et qu’il est de plus très sensible au traitement précoce par Ivermectine/chloroquine et antibiotiques, zinc et vitamines.

Reconstruisons l’hôpital en arrêtant les suppressions de lits qui se sont poursuivies durant la crise et en en créant de nouveaux.

Que le gouvernement arrête de menacer ceux qui sont en première ligne du combat, comme les pompiers ou les soignants dont trop envisagent de démissionner, alors que nous en manquons déjà si les menaces perdurent. Remotivons les soignants en ne leur imposant rien qui heurte leurs connaissances et leurs convictions, en les libérant du carcan administratif et en les payant mieux.

Encourageons enfin les médecins à utiliser les traitements précocestellement efficaces, si une poussée entraînait des hospitalisations. Ils ont parfaitement le droit de les prescrire (en mettant hors AMM) tant que ce n’est pas le traitement « recommandé » par les instances. Mais en aucun cas ils ne sont interdits de prescription.

Si ceux qui sont censés nous représenter au parlement ne défendent plus nos libertés, faisons-le à leur place en manifestant partout et tous les jours et en organisant des grèves nationales jusqu’au retrait des mesures liberticides et à la démission des responsables.

Retrouvons nos racines du pays des lumières et des droits de l’homme. Donnons ainsi l’exemple du combat pour la liberté aux autres populations européennes qui commencent elles aussi à se réveiller telle qu’en Italie.

Dre Nicole Delépine

Photo en vedette : Capture d’écran. Manifestation du 24 juillet à Paris.

Notes

[1] https://by-jipp.blogspot.com/2021/06/21-vaccins-arnm-dans-une-communaute.html

[2] Covid-19 : des clusters détectés dans des Ehpad malgré la vaccination des résidents
https://www.midilibre.fr/2021/04/06/covid-19-des-clusters-detectes-dans-des-ehpad-malgre-la-vaccination-des-residents-9471406.php

[3] RTL Coronavirus : 47 résidents d’Ehpad contaminés malgré la vaccination
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/les-infos-de-18h-coronavirus-47-residents-d-ehpad-contamines-malgre-la-vaccination-7900000887

[4] Covid : malgré la vaccination, deux clusters signalés dans des Ehpad de Haute-Garonne et du Lot
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/covid-malgre-la-vaccination-deux-clusters-signales-dans-des-ehpad-de-haute-garonne-et-du-lot-2059636.html

[5] Covid-19 : des résidents d’EHPAD positifs malgré leur vaccination
https://fr.news.yahoo.com/covid-19-residents-ehpad-positifs-malgre-vaccination-173345922.html

[6] Covid-19 : un cluster malgré des vaccinations dans un Ehpad des Landes
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-un-cluster-malgre-des-vaccinations-dans-un-ehpad-des-landes_4373347.html

[7] https://www.lorientlejour.com/article/1268472/epidemie-sur-le-porte-avions-hms-queen-elizabeth-apres-une-escale-a-chypre.html

[8] Gary Dagorn Covid-19 : les vaccinés représentent 40 % des nouveaux cas en Israël (et c’est une bonne nouvelle) le 02 juillet 2021

[9] https://www.gov.uk/government/publications/investigation-of-novel-sars-cov-2-variant-variant-of-concern-20201201

[10] https://www.fr24news.com/fr/a/2021/07/plus-de-personnes-vaccinees-meurent-de-covid-en-angleterre-que-de-personnes-non-vaccinees-voici-pourquoi.html

[11] Imposer par la loi un médicament expérimental serait contraire au droit et en particulier à la convention d’Oviedo que la France a signée

[12] RTBF Malgré l’obligation d’un pass sanitaire, plus de 1000 participants à un festival contaminés par le Covid-19

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Dre Nicole Delépine, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/ce-nest-pas-de-passe-sanitaire-ni-de-pseudo-vaccins-dont-la-france-a-besoin-mais-de-liberte/5658565

Dans FRANCE

Dr GERARD DELEPINE : SIMILITUDES ENTRE L’OBLIGATION DES PSEUDOS VACCINS ANTI-COVID ET L’OBLIGATION FAITE AUX DEPORTES DE SUBIR DES ESSAIS DE VACCINS

Par Le 23/07/2021

Similitudes entre l’obligation des pseudos vaccins anti-covid et l’obligation faite aux déportés de subir des essais de vaccins

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 23 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 3   0  0  5

L’obligation d’injections anti-covid expérimentales aux soignants est inutile, car elles n’empêchent pas d’être malade, ni de faire des formes graves, ni de transmettre la maladie. Elle rappelle les tristes expériences vaccinales qu’ont imposées les médecins nazis aux déportés.

On reproche parfois à certains de faire le parallèle entre les médecins nazis et ceux qui imposent l’obligation des pseudo vaccins [1] expérimentaux actuels.

On reproche aux Français de comparer le QR code à l’étoile jaune, mais quand les Israéliens le font, va-t-on les traiter d’antisémites ?[2][3]

Pourtant la mémoire du passé est nécessaire à l’analyse du présent et, manifestement, certains faits et enseignements de la Seconde Guerre mondiale ont été oubliés. Un petit rappel historique s’impose pour souligner les similitudes entre les crimes commis entre 1940 et 1945 contre nos grands-parents déportés, résistants, tziganes, communistes et juifs et l’obligation actuelle d’un médicament expérimental, affublé du nom trompeur de vaccin.

Les pseudos vaccins actuels sont expérimentaux

Leur création repose sur une technique jamais utilisée chez l’homme, sauf dans un essai de traitement des maladies génétiques, interrompu, car il causait des leucémies.

Ce qu’on veut vous injecter n’est pas des vaccins : ils ne contiennent aucun antigène, mais une protéine (ARN messager) — Pfizer et Moderna — ou des virus non humains génétiquement modifiés — (Johnson et Astra Zeneca) — ce sont des médicaments génétiques à visée préventive.

Aucun n’a terminé les essais phase 3, préalables habituellement indispensables à l’autorisation de mise sur le marché. C’est pour cette raison qu’ils n’ont reçu qu’une autorisation dite « conditionnelle ». Ceux qui en doutent peuvent le vérifier sur le site officiel gouvernemental américain clinicaltrials.gov[4] qui recense les essais en cours dans 220 pays. Ils verront ainsi que les essais phase 3 les plus avancés ne se termineront qu’en 2023 comme le montrent ces captures d’écran agrémentées de nos commentaires en rouge.

Ceux qui prétendent que les pseudos vaccins actuels ne seraient pas expérimentaux et qu’ils auraient terminé leurs essais sont donc mal informés ou mentent délibérément.

Imposer une obligation d’un médicament ou « vaccin » expérimental est totalement contraire au code de Nuremberg qui affirme que le consentement éclairé indispensable d’un être humain avant l’administration d’un traitement expérimental est indispensable.

Ce code que certains considèrent comme dépassé (!) est pourtant le fondement des conventions internationales qui ont donné lieu à la déclaration d’Helsinki et à la convention d’Oviedo en 1997. Les accords signés à Oviedo sont opposables aux pays signataires, dont la France. Plusieurs juristes ont rappelé ces bases éthiques et légales internationales que trop voudraient piétiner.[5]

Les médecins nazis ont réalisé beaucoup d’essais criminels de vaccin.
Les essais concernant les vaccins ne sont pas une première

Essais criminels, car réalisés sans le consentement de ceux qu’ils considéraient comme des sous-hommes : déportés, juifs, tziganes, des objets !

Un tiers des expériences réalisées par les nazis sont des essais de vaccins : contre le paludisme, le typhus, la typhoïde, la fièvre jaune, l’hépatite, la dysenterie, la tuberculose, la gangrène gazeuse principalement à Buchenwald, mais aussi dans les camps de concentration de Sachsenhausen, Dachau, Natzweiler, Struthof, et Neuengam.

Le tribunal militaire américain de Nuremberg[6][7][8] en 1947 reste, aujourd’hui, la référence majeure des normes juridiques et déontologiques visant l’expérimentation sur l’être humain. Cette décision historique réaffirme le caractère universel du fondement de l’éthique médicale, en même temps qu’elle impose l’idée que le consensus universel dans ces matières n’allant plus de soi, il revient au droit international d’en garantir le contenu et l’effectivité.

Dix crimes à charge contre les médecins jugés à Nuremberg ont été retenus, dont une expérience de vaccination contre le paludisme à Dachau (février 1942 — avril 1945), celle contre le typhus et autres maladies infectieuses à Buchenwald et Natzweiler (décembre 1941 — février 1945) et celle contre l’hépatite virale réalisée à Sachsenhausen et Natzweiler.

C’est l’absence de consentement libre et éclairé des victimes de ces essais qui a justifié la condamnation des médecins responsables de ces expériences qu’ils estimaient faire « pour la science et le bien de l’humanité ». Et la moitié des condamnés l’ont été à la pendaison.

Les soignants ne sont pas des antivax

Ils ont été les premiers à se faire vacciner et aussi les premiers à en subir les effets secondaires. Si les résultats réels des vaccins étaient ceux que le gouvernement et les médias prétendent, les soignants continueraient à se précipiter pour se faire vacciner.

S’ils refusent, c’est qu’ils sont mieux informés que la population des complications post-vaccinales qu’ils voient arriver aux urgences, dont plusieurs décès de soignants (dont un interne en médecine, nantais, sportif et en parfaite santé avant la vaccination, et un agent de service hospitalier au sein de l’hôpital Clémenceau de La Garde[9]) qui n’avaient aucun bénéfice personnel à espérer du pseudo vaccin.

Les injections anti-covid sont inefficaces

Elles ne vous protègent ni de la maladie ni d’en mourir. La Grande-Bretagne et Israël ont été confrontés après la « vaccination » à de véritables explosions de cas et des hécatombes pendant 2 mois. Ils sont actuellement confrontés à une croissance exponentielle du variant delta et près de la moitié des morts Covid actuels ont reçu deux injections. Heureusement, ce dernier variant est peu mortel et se traduit le plus souvent par un rhume.

Ils ne protègent pas vos contacts. Le dernier exemple démonstratif est celui du porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth, où une épidémie de plus de 100 cas atteint les 1600 marins de l’équipage qui ont pourtant tous reçu leurs deux doses il y a plus de 3 mois.[10]

Cette obligation est totalement illogique.

Si vous croyez que ces injections vous protègent, vaccinez-vous, mais vous n’aurez alors aucune raison d’avoir peur des autres et de leur imposer un pass ou une injection expérimentale. Et si vous avez des doutes sur l’efficacité de ces injections, vous devez vous méfier tout autant des vaccinés que des non-vaccinés et n’avez aucune raison d’imposer aux autres une injection expérimentale qui ne vous protégera pas plus.

Ne reproduisez pas les crimes des médecins nazis, dites non au fascisme pseudo vaccinal !

Relisez les attendus du procès de Nuremberg des médecins nazis. Manifestez pour vos libertés si durement conquises par nos ancêtres. Soutenez l’action de Reinhart Füllmich et de ses associés pour la tenue d’un second procès de Nuremberg et des nombreux avocats qui multiplient référés, plaintes, etc. (Fabrice Divizio, Virginie Araujo, JP Joseph, A Durand, Emmanuel Ludot, Carlo Brusa et bien d’autres).

Joignez vos députés et sénateurs, montrez-leur les vrais chiffres actuels de l’épidémie (aucun nouveau cas clinique en médecine de ville et aux urgences malgré la flambée du variant delta et la totale disproportion entre une menace virtuelle (une simulation !) et des mesures gravement attentatoires aux droits fondamentaux.

Ne laissez pas la France, anciennement pays des lumières et des droits de l’homme, devenir la risée du monde en rejoignant les deux théocraties islamiques qui sont les seules à appliquer une telle obligation.

Interrogée sur l’obligation vaccinale qui va être imposée en France au personnel soignant, Angela Merkel s’est montrée catégorique : « Nous n’avons pas l’intention de suivre la voie que la France vient de proposer. »

 

Notes :

[1] Ce ne sont pas des vaccins, car un vaccin contient des antigènes obtenus à partir du virus ou de la bactérie ; ces médicaments n’en contiennent aucun, mais un ARN destiné à obliger nos cellules à en fabriquer ; il s’agit en réalité d’une thérapie génique préventive.

[2] En Israël, les manifestants comparent le Pass sanitaire à l’étoile jaune (lemediaen442.fr)

[3] On n’a pas entendu Goldnadel insulter les Israéliens à étoile jaune — Riposte Laïque (ripostelaique.com) 

[4] ClinicalTrials.gov est une base de données d’études cliniques financées par des fonds privés et publics et menées dans le monde entier.

[5] Daniel Antoine : Petit point de droit concernant l’ensemble des textes à opposer, si la vaccination devenait « obligatoire » (ou, obligée, indirectement, par un « Pass Sanitaire » ; ce qui revient à peu de chose près au même…). /PETITPOINTDEDROIT.pdf

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A8s_des_M%C3%A9decins

[7] Bruno Halioua Le procès des médecins de Nuremberg : l’irruption de l’éthique médicale moderne –
Vuibert, 2007

[8] Yves TERNON LE PROCÈS DES MÉDECINS. ACTUALISATION
http://www.memorialdelashoah.org/wp-content/uploads/2016/05/texte-reference-memorial-shoah-ternon-proces-medecins.pdf

[9] https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/toulon/toulon-deces-d-un-varois-vaccine-au-pfizer-la-famille-porte-plainte-2167600.html

[10] Épidémie sur le porte-avions HMS Queen Elizabeth après une escale à Chypre
AFP / le 14 juillet 2021

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/similitudes-entre-lobligation-des-pseudos-vaccins-anti-covid-et-lobligation-faite-aux-deportes-de-subir-des-essais-de-vaccins/5658553

Dans FRANCE

FRANCE : LE PASS SANITAIRE NE SERA PAS IMPOSE AUX DEPUTES

Par Le 23/07/2021

Assemblée nationale

Le pass sanitaire ne sera définitivement pas imposé aux députés

© Sputnik . Dominique Boutin

POLITIQUE

11:29 22.07.2021(mis à jour 11:49 22.07.2021)URL courte

Par 

804295

S'abonner

Envisagé à un moment, le pass sanitaire ne sera pas introduit au sein de l’hémicycle car entravant le principe du libre exercice du mandat parlementaire. Pourtant 95% des élus seraient déjà vaccinés, selon une source de BFM TV.

Alors que les députés ont entamé l’examen du projet de loi sur la généralisation du pass sanitaire, la question s’est posée concernant la nécessité de l'imposer aux élus afin qu'ils accèdent aux sièges du Parlement.

Bien que les chiffres précis ne soient pas connus, d’après une source parlementaire de BFM TV 95% des députés sont vaccinés. L’obtention de ce justificatif ne poserait donc aucun problème. Pourtant cela ne serait pas cohérent avec les principes de la représentation démocratique.

«On aurait dû imposer un pass sanitaire à tous les députés […]. Mais apparemment constitutionnellement ce n’est pas possible. On n’a pas le droit d’interdire à un député, à un représentant du peuple, d’accéder à l’hémicycle pour quelque raison que ce soit», a indiqué à BFM TV Jean Baptist Moreau, député LREM de la Creuse.

Au nom de «l’exemplarité»

La veille Philippe Michel-Kleisbauer, député MoDem du Var, a déposé un amendement afin de rendre obligatoire la vaccination pour les parlementaires au nom «de l’exemplarité». L’amendement a été soutenu par une cinquantaine d’élus LREM.

La proposition a fait réagir le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. Il a fait savoir qu’il était contre, bien que restant désireux de ne pas faire exception aux obligations imposées aux Français. D’après lui, cette mesure empêchera le «libre exercice du mandat parlementaire» et entravera ainsi le principe constitutionnel.

«Il va de soi que l’Assemblée nationale qui a toujours été exemplaire face à la crise pandémique, le restera évidemment et appliquera la loi que vous voterez, que nous voterons», a-t-il dit au début de la séance du 21 juillet.

​«Nous sommes avant tout des citoyens. Et comme citoyen je suis vacciné. Je n’imagine pas que des gens soient ici qui refusent de se faire vacciner, qu’ils ne soient pas testés de quelque manière que ce soit», avance Bruno Questel, député LREM de l’Eure.

Pass sanitaire controversé

Une situation similaire est observée chez les policiers. Les forces de l’ordre sont censées contrôler les pass sanitaires des visiteurs des musées, cinémas ou salles de sport, mais de facto elles peuvent le faire sans être vaccinées, car cette obligation ne leur est pas imposée.

Face à la propagation du variant Delta et malgré les protestations de milliers de personnes en France, le pass sanitaire est entré en vigueur le 21 juillet dans les lieux culturels et de loisirs. Début août il doit être étendu aux restaurants, aux cafés, aux hôpitaux, aux trains.

Le texte de loi englobant ces mesures est en train d’être débattu à l’Assemblée nationale. Les élus ont déposé environ 900 amendements, mais uniquement une centaine a été examinée dans la soirée. Les débats reprendront toute la journée de jeudi puis le texte passera au Sénat.

https://fr.sputniknews.com/politique-francaise/202107221045908650-le-pass-sanitaire-ne-sera-definitivement-pas-impose-aux-deputes/

Dans FRANCE

FRANCE : EN PLEINE NUIT LE GOUVERNEMENT FAIT REVOTER LES DEPUTES POUR IMPOSER LE PASS SANITAIRE A L’HOPITAL

Par Le 23/07/2021

A l'hôpital

Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital

© Photo / pixabay / Bokskapet

POLITIQUE

14:46 23.07.2021(mis à jour 17:56 23.07.2021)URL courte

Par 

565123

S'abonner

Revirement à 180 degrés à l’Assemblée nationale. Après le rejet initial du pass sanitaire dans les établissements de santé, Olivier Véran a initié à 5h du matin une seconde délibération. Son obligation dans les hôpitaux a finalement été adoptée, et des réactions pour le moins mitigées s’en sont suivies.

Le destin du controversé pass sanitaire a été voté dans la nuit du 22 au 23 juillet entre les murs de l’Assemblée nationale. Dans l'après-midi, les députés se sont d’abord exprimés contre pour l'ensemble des patients et visiteurs des hôpitaux et maisons de retraite. Toutefois, la donne a changé au petit matin.

Un vote à la dernière minute

Le gouvernement est revenu sur ces amendements avec un nouveau vote qui a notamment remis l’obligation du pass sanitaire dans les hôpitaux

et Ehpad.

«Si je devais résumer ce qui a été voté, il faut un pass sanitaire pour aller au restau, mais pas pour aller à l’hosto. Ce qui est totalement contradictoire avec l’esprit même du pass sanitaire qui consiste à faire des établissements où les personnes âgées, les personnes fragiles, les personnes malades résident, des sanctuaires éloignés du Covid», avait alors déclaré Olivier Véran, sollicitant une seconde délibération.

Les débats se sont achevés vers 5h40. Près de 1.200 amendements ont été passés en revue depuis l'après-midi du 21 juillet.

La discussion n’est cependant pas close. Le projet de loi doit encore être examiné par le Sénat avant de revenir devant l’Assemblée nationale et d’être définitivement adopté.

Ce que dit ce projet de loi

Selon le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, il sera obligatoire à partir de début août «sauf en cas d'urgence» dans «les services et établissements de santé, sociaux et médico‑sociaux, pour les seules personnes accompagnant ou rendant visite aux personnes accueillies dans ces services et établissements ainsi que celles qui y sont accueillies pour des soins programmés.»

Une décision controversée

De nombreux avis opposés se sont fait entendre suite au vote. La députée LFI Caroline Fiat, aide-soignante de profession, a évoqué les «derniers moments» des patients et la difficulté de demander aux familles des pass sanitaires (test Covid négatif, attestation de vaccination ou certificat de rétablissement) pour venir à leur chevet. «On saura protéger les patients», a-t-elle assuré.

Le chef de file des Patriotes a qualifié la décision de «coup de poignard contre la France et son peuple».

«À condition de respecter les gestes barrières», le LR Philippe Benassaya a souligné la «nécessité de préserver le droit de visite» des familles, particulièrement pour «voir une dernière fois un proche mourant».

Pour Jean Messiha, «la restriction sans précédent de nos libertés fondamentales en une seule nuit est une atteinte grave à la démocratie».

 

Au contraire des pompiers et des soignants, les policiers et gendarmes ne sont, pour le moment, pas concernés par l’obligation vaccinale. Les forces de l’ordre ne sont en effet pas dans «la même situation» que des «personnels qui travaillent dans des lieux où le pass sanitaire est exigé pour les usagers», avait expliqué le ministère de l’Intérieur au Parisien. Toutefois, Éric Coquerel a livré devant les députés une autre explication:

«Je comprends mieux pourquoi vous avez exempté une seule profession du pass sanitaire, les policiers. Parce que pour tenir, ce qu’il va se passer, et le fait que les gens vont se révolter, il va vous falloir les policiers. C’est une société injuste que vous êtes en train de préparer».

Le coût exorbitant du pass sanitaire à l'hôpital

Comme il implique le recours à du personnel de sécurité, le pass sanitaire nécessitera des financements.

Selon les estimations de la Fédération hospitalière de France (FHF), cette mesure coûtera 60 millions d'euros par mois aux hôpitaux. D’après Franceinfo, les chiffres ont été présentés au ministère de la Santé le 20 juillet lors d'une réunion avec les représentants du secteur hospitalier.

«Vous êtes obligés de passer à l'accueil pour rendre visite à un proche depuis le début de l'épidémie», a précisé la FHF à Franceinfo.

https://fr.sputniknews.com/politique-francaise/202107231045914503-le-gouvernement-fait-revoter-les-deputes-en-pleine-nuit-pour-imposer-le-pass-sanitaire-a-lhopital/

Dans FRANCE

FRANCE : LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE, RICHARD FERRAND (LREM), S’OPPOSE AU PASS SANITAIRE POUR LES DEPUTES

Par Le 21/07/2021

 

Assemblée nationale : Richard Ferrand s’oppose au pass sanitaire pour les députés

Des députés de la majorité souhaitent voter un amendement pour élargir cette mesure au Palais Bourbon mais le président de l’Assemblée nationale s’est prononcé contre.

F.P. | Publié le21/07/2021

6k partages

  Partager  Twitter

Assemblée nationale : Richard Ferrand s’oppose au pass sanitaire pour les députés

LECTURE ZEN

    

Le pass sanitaire est obligatoire depuis ce mercredi pour accéder à de nombreux lieux recevant du public. Cette liste sera élargie début août pour s’appliquer aux restaurants, aux bars et à certains centres commerciaux. L’idée, que l’on y soit favorable ou non, est de considérer que pour accéder à ces endroits où se mélange beaucoup de monde, il faut être vacciné ou testé négatif récemment pour réduire les risques de contaminations.

Mais il y a un endroit qui échappe encore à cette mesure sanitaire contraignante : l’Assemblée nationale, avec ses 577 députés et ses quelque 1 300 fonctionnaires. Une cinquantaine de députés de la majorité ont donc décidé de porter un amendement au projet de loi sur la crise sanitaire actuellement débattu pour le rendre obligatoire pour accéder à l’Assemblée nationale.

« L’Assemblée nationale est un lieu de brassage de centaines de personnes venant de régions différentes, c’est un lieu particulièrement sensible à la contamination », écrivent-ils dans l’exposé des motifs que l’Opinion a pu consulter.

Une mesure anticonstitutionnelle ?

Mais nos confrères indiquent aussi que, mardi matin, à l’occasion d’une réunion de la majorité, Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, s’est prononcé contre. La raison : cette mesure ne serait pas validée par le Conseil constitutionnel, qui pourrait y voir une entrave à l’exercice de la démocratie.

« 95 % des députés sont vaccinés, même Marine Le Pen l’est, réagit un cadre de La République en marche auprès de L’Opinion. Même si le Conseil constitutionnel le retoque, je préférerais qu’on adopte l’amendement pour ne pas donner le sentiment qu’on ne s’impose pas les mêmes règles que celles qu’on impose aux Français. »

L’exercice du mandat parlementaire « préservé »

Mais Richard Ferrand a réagi à ces affirmations mercredi à la mi-journée sur Twitter. « Contrairement à des informations erronées qui circulent, la présidence de l’Assemblée nationale rappelle que dès l’adoption de la loi relative à la crise sanitaire, celle-ci sera évidemment appliquée à l’Assemblée nationale, dans le cadre des missions des parlementaires, écrit-il. Le principe constitutionnel, déjà rappelé par le Conseil Constitutionnel à l’occasion de cette crise sanitaire, du libre exercice du mandat parlementaire sera naturellement préservé. »

Le pass sanitaire sera donc obligatoire pour se rendre à l’Assemblée mais les députés seront-ils concernés ? Présenter un pass sanitaire est-il compatible avec « le libre exercice du mandant parlementaire » ? La formulation du président de l’Assemblée nationale permet d’en douter.

Le projet de loi est étudié ce mercredi à l’Assemblée nationale.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :coronavirus|Parlement|Lois et règlements|Santé|Richard Ferrand

https://www.lavoixdunord.fr/1047530/article/2021-07-21/richard-ferrand-s-oppose-au-pass-sanitaire-l-assemblee-nationale?utm_source=mailing&mgo_eu=d00GTYF&utm_medium=email&utm_campaign=mediego-soir&mgo_r=ec4b9d16-772e-44ee-b080-c82c22156049_0&utm_content=article-1

Dans FRANCE

JEAN-YVES JEZEQUEL : DERNIER MESSAGE AVANT L’ACCEPTATION DU PACTE. NOUS SOMMES DANS LA PLUS GRANDE OPERATION CRIMINELLE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE

Par Le 21/07/2021

Dernier message avant l’acceptation du Pacte

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

 25   1  1  30

Après le discours infantilisant, totalitaire et haineux de Mr Macron, le lundi 12 juillet dernier, il est clair que la France a basculé dans une forme de dictature déjà condamnée par l’OMS et que le sujet n’est décidément pas le « coronavirus ni ses variants » !

Macron nous a menacés de nous imposer prochainement le « vaccin » obligatoire étendu à tous, sans distinction. En attendant il va « rendre la vie impossible » à tous ceux qui ne veulent pas se faire injecter ce produit à ARNm ! 

En bonne logique, c’est le virus qui aurait dû être le cauchemar des non « vaccinés » en étant la cause naturelle de leur vie « rendue impossible », et non pas Macron avec ses mesures tyranniques ! Le procédé est odieux et nous avons là un comportement irresponsable qui ne peut qu’être contreproductif et qui va inévitablement déboucher sur de la violence. 

Déjà le personnel infirmier a annoncé 40% de démissions à l’Hôpital Lariboisière à Paris. Selon les sondages qui circulent, les soignants seraient 25% sur toute la France à présenter leur démission, étant donné qu’on leur impose de force la « vaccination », alors que rien ne justifie ce totalitarisme sanitaire étrange qui traite les Français comme des moutons qu’on mène à l’abattoir ! Puisque l’obscurantisme a été réactivé par Macron et sa bande, la « chasse aux sorcières » est ouverte et le massacre des ultimes résistants va pouvoir se poursuivre tambours battants !

Selon la revue de presse de Pierre Jovanovic sur les manifestations du 17 juillet 2021 contre le « pass sanitaire » et la « vaccination » obligatoire pour tous, la manipulation honteuse des chiffres de la participation est à elle seule la révélation d’une terreur irrationnelle des pouvoirs publics. Revue de Presse par Pierre Jovanovic www.quotidien.com 2008-2021

« Pour vous donner un autre marqueur, (le samedi 17 juillet 2021) j’ai posé la question (à 17h40) au marchand de journaux près de Sèvres-Babylone (proche du magasin le Bon Marché) à quelle heure il avait vu arriver la manifestation à son niveau, et il m’a répondu sans même réfléchir « à 3 heures« .

 Donc la tête du cortège à 15h et la fin à 17h40, soit 2h40 de file ininterrompue à travers les avenues parisiennes : ce qui ne colle pas au chiffre de la Préfecture de Police et du Ministère de l’Intérieur qui ont donné juste… 18.000 manifestants à Paris.

Sur cette base Beauvau (40′ = 17k), cela nous donne 425 personnes par minute (sachant que la distance parcourue était plus courte pour celle du 17 juillet !)
17 juillet 2021 : 425 x 160 minutes = 68.000 manifestants !!!! (sachant aussi que Beauvau divise toujours les chiffres par 2 ou 3…), selon la méthode de calcul du Ministère de l’Intérieur qu’on doit multiplier au moins par 2, il y a eu (+ ou -) 120.000 personnes ce samedi rien qu’à Paris! » 

On peut appliquer la même règle de calcul du ministère de l’Intérieur pour les 7 plus grandes villes de France où les manifestants se sont retrouvés massivement au rendez-vous, même là où les préfectures avaient interdit les rassemblements. En ne retenant que ces villes, on arrive déjà à 840.000 personnes. Si nous prenons en considération les 140 villes de France où l’on manifestait massivement, le million de manifestants est certainement largement dépassé !

Ces gens qui prétendent nous gouverner s’imaginaient sans doute que personne n’allait se rendre compte de cette nouvelle supercherie, en déclarant « 114.000 manifestants pour toute la France », déclaration reprise bêtement en chœur par L’AFP et tous les médias collabos. C’était une nouvelle fois prendre les Français pour des idiots ! En pratiquant ce genre de mépris à longueur de temps, comment s’étonner que Jupiter ait pris récemment une baffe destinée à le sortir de son hystérie et comment ne pas s’étonner que la macronie avec sa Nomenklatura finisse par attirer sur elle la dérision ainsi que la violence.

On apprenait le 19 juillet 2021, que de nombreux parlementaires LREM avaient reçu de sérieuses menaces de mort ; qu’un centre de vaccination a été incendié dans le pays Basque ; que des véhicules de l’administration sanitaire ont été sabotés ; que des permanences de députés LREM ont été mises à sac… que la guerre entre fanatiques covidistes délirants et citoyens respectueux de leur Constitution est commencée !

Le pouvoir en place va-t-il créer prochainement des camps d’internement, non seulement pour ceux qui seront déclarés « positifs » au Covid ou à ses « variants », mais aussi pour les récalcitrants qui ne voudront pas se faire tester par des tests dont chacun sait déjà qu’ils n’ont jamais été fiables ?

Le monde médical qui s’exprime dans les médias collabos s’est révélé particulièrement sectaire, dogmatique, et imbu de sa toute-puissance à décider ce qui est juste et ce qui ne l’est pas en matière de gestion de crise sanitaire, alors que ce rôle n’est pas le sien. Sa compétence est ailleurs à condition qu’il n’y ait pas de « conflits d’intérêts » !

Il semblerait que dès qu’on donne au monde médical compromis dans les sphères du pouvoir, un rôle de décideur, cette population devient aussitôt pire que les Inquisiteurs tortionnaires de l’époque obscurantiste et se montrent tout à fait disposés à interner de force les opposants à leur tyrannie sanitaire, pour les soumettre à un programme kafkaïen de rééducation ! Le comportement de tous ces délirants covidistes au pouvoir devient inquiétant et nous avons d’ores et déjà basculé dans le fanatisme criminel de la tyrannie sanitaire aveuglée par sa fascination hypnotique pour un contrôle acharné d’un virus qui produit des « variants » de plus en plus contagieux et de moins en moins contrôlables, grâce à la multiplication des « vaccinations » à ARNm, dixit le Dr Vanden Bossche et d’autres experts avec lui ! (Cf., Les articles précédents postés sur www.mondialisation.ca)

Devant l’évidence de ce qui vient et à cause de ce que nous allons devoir subir, je ne redoute qu’une seule chose : ne pas être digne de mes souffrances !

Personnellement, la mort ne me fait pas peur, elle est plutôt « désirable » lorsqu’on la choisit librement : j’ai eu l’occasion de la rencontrer lorsque j’étais enfant. Elle est restée pour moi, synonyme de silence, de paix, de tranquillité, de repos, de lumière et d’amour.

Ce qui arrive à grands pas va nous conduire à la souffrance et le moment est venu où nous allons devoir nous appuyer sur ce qui est à l’intérieur de nous-mêmes. L’intériorité est notre seul recours, car les conditions de la lutte armée inévitable contre la tyrannie exceptionnelle qui arrive, sont intrinsèquement liées à une force intérieure. Il est indispensable d’avoir trouvé le sens de sa vie, son lien individuel au Tout, son origine dans le Tout et son retour vers le Tout, l’objectif de la conscience et la liberté essentielle aux conditions d’expression de toutes les formes de l’amour, pour mener ce combat de la lumière contre les ténèbres s’imposant à nous sous la forme d’un esclavage par soumission à une perversion totalitaire, le chiffre de la Bête qui veut nous marquer comme un troupeau lui appartenant. La nouvelle « vérité » du père du mensonge, c’est notre adhésion permanente au mensonge devenue la seule vérité tolérée. 

C’est bien Macron qui avait annoncé : « la Bête est là, elle arrive ! », dans un discours énigmatique prononcé à l’Élysée le 11 mai 2020.

Tous ceux qui défendent le projet du Great Reset en cours, les agents du Ministère de la Vérité mensongère sont des serviteurs de la Bête, des serviteurs du Mal, des pervers et des salauds… La justice, la liberté et l’amour sont des valeurs désormais interdites et combattues par les ordures qui nous gouvernent au nom du « Satan » qui représente le Mal naissant dès qu’un choix volontaire est fait en faveur du projet égocentrique de la volonté de puissance, de la domination et de la soumission des plus pauvres et défavorisés, par des « élites » se prenant pour des dieux.

Rappelons-nous que le programme du « Great Reset » en marche est le suivant :

1 – Mise en place progressive des restrictions de circulation sur une base continue, en commençant par les grandes régions métropolitaines.  C’était prévu pour novembre 2020.

2 – Accélérer l’acquisition (ou la construction) d’installations de camps d’isolement (et de rééducation psychiatrique ou dressage) dans chaque région et département.  C’était prévu pour décembre 2020.

3 – De nouveaux cas quotidiens inventés de COVID-19 surviendront au-delà de la capacité de test, y compris des augmentations de COVID, décès « liés » suivant les mêmes courbes de croissance.  C’était attendu fin novembre 2020.

4 – Confinement complet et total (beaucoup plus strict que la première et la deuxième phase de restrictions).   Il était prévu fin décembre 2020 – début janvier 2021

5 – Réforme et extension du programme de chômage pour faire la transition vers le programme de base de revenu universel.   Prévu d’ici le premier trimestre 2021.

6 – Mutation projetée du COVID-19 et/ou co-infection avec un virus secondaire (appelé COVID-21 ou variant Delta etc…) conduisant à une troisième vague puis 4ème vague, avec un taux de mortalité et un taux d’infection beaucoup plus élevé.   Attendu pour février 2021 et la rentrée 2021.

7 – De nouveaux cas quotidiens d’hospitalisations au COVID-21 et de décès liés au COVID-19 et au Variant Delta sont déjà prévus pour dépasser la capacité des établissements de soins médicaux dans lesquels on a pris soin de supprimer un maximum de lits, même pendant la « pandémie », pour favoriser une rapide saturation inévitable.  Prévu pour le 1er et 2ème Trimestre 2021.

8 – De nouvelles restrictions (appelé « pass sanitaire » et vaccination obligatoire pour un certain nombre de professions, en premier lieu les soignants, avant d’être étendue à tous) seront mises en œuvre. Prévu au 2ème trimestre 2021.

9 – Transition des individus dans le programme de revenu de base universel qui nécessite également que la question de la réforme des retraites soit résolue. Prévu vers la rentrée à partir du 3ème Trimestre 2021.

10 – Les ruptures de la chaîne d’approvisionnement alimentaire et les pénuries de stocks de tous ordres, générant une grande instabilité économique a été projetée.
Prévues pour la fin de 2021.

11 – Un déploiement des militaires es prévu dans les principales métropoles ainsi que sur toutes les routes principales pour établir des points de contrôle de voyage. La limitation des déplacements est sévèrement contrôlée. Prévu pour le courant 2021-2022. Le comportement des militaires reste un inconnu, en France, pour le moment… Nous ne savons pas du quel côté l’armée va prêter main forte : aux Français ou au Nouvel Ordre Mondial ?

12 – Parallèlement à cette feuille de route fournie, le Commissariat au plan a été invité à concevoir un moyen de transition pour répondre à une mobilisation économique sans précédent. Cela changerait le visage de chaque nation et changera à jamais la vie des citoyens.

13 – Pour compenser l’effondrement économique à l’échelle internationale, les gouvernements vont offrir aux citoyens une annulation totale de la dette publique.

Comment ? Les gouvernements vont « offrir » aux citoyens d’éliminer toutes les dettes personnelles : hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc. Le financement de cette remise de dette sera fourni à chaque nation par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme mondial de réinitialisation de la dette.

En échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette, l’individu perdra la possession de tous ses biens, de toutes propriétés et actifs pour toujours et « il sera heureux » dit Mr Klaus Schwab dans son livre « The Great Reset ».

14 – Mais pour cela, il est indispensable que chaque personne accepte de participer au Calendrier de vaccination ANTI-COVID, qui offrira à chacun la possibilité de « voyager sans restriction et de vivre sans restriction », même sous un confinement complet grâce à l’utilisation d’une pièce d’identité avec photo : le Passeport Santé Biométrique.

Tout ceci n’a rien à voir avec un délire « complotiste », mais est une réalité objective écrite noir sur blanc par le Commissariat au Plan. Le sujet n’est pas le virus, mais une soumission garantie des personnes aux maîtres du monde !

Comment, en analysant l’acharnement des covidistes tyrans si farouchement désireux de nous voir tous « vaccinés », ne pas se souvenir du Faust de Goethe qui faisait un pacte avec le diable pour se voir gratifier de pouvoirs exceptionnels en cette vie, mais en échange de sa damnation éternelle !

Prochainement nous serons silencieux devant les gémissements de ceux qui ont raillé copieusement les « complotistes » qui étaient les seuls conscients et informés sur ce qui va advenir dans les temps qui viennent !

Le collectif d’avocats regroupant 60 pays du monde mené par Maître Reiner Fuellmich qui traine en justice les corporations impliquées dans ce plan machiavélique pour crimes contre l’humanité, constitue la preuve ultime que les journalistes indépendants disaient la vérité.

Nous sommes dans la plus grande opération criminelle de l’Histoire de l’humanité́.

J’ai été heureux de vous écrire si souvent à travers Mondialisation.ca et de partager avec vous, toutes ces années, mes interrogations et mes analyses. A partir de maintenant, je ne sais pas où ce délire collectif va nous mener tellement il est allé loin dans l’absurde. Nous allons être nombreux à disparaître dans la clandestinité afin de pouvoir assumer notre engagement de résistants à cette monstrueuse perversion qui s’empare de nos vies, de nos âmes, de nos corps, de tout ce qui fait notre humanité et notre liberté sacrée…

Vous savez à quel point le narratif officiel est convaincu de sa « vérité » indiscutable qu’il défend ; cela est une évidence, cela va de soi ; il n’est même pas question de discuter le bien-fondé de ce narratif ; face à cette évidence, tout ce qui ne cadre pas avec le narratif officiel est considéré comme aberrant, incompréhensible, inexplicable de la part de ceux qui osent contester la parole divine de l’autorité détenant un pouvoir théocratique incontestable de vie et de mort sur les humains : le contraire de ce que devrait être une société démocratique ! 

Jupiter, Emmanuel Macron, vient donc, ce lundi 12 juillet, d’inaugurer la « chasse aux sorcières » : « La Bête est là, elle est arrivée ». Les récalcitrants aux « vaccins » anti-Covid vont être harcelés, pourchassés, maltraités, anéantis par de multiples moyens ! Pendant ce temps, l’État mafieux va continuer hypocritement d’affirmer que les « vaccins » anti-Covid ne sont pas obligatoires en France ! Dans les deux ans qui viennent nous verrons l’hécatombe causée par des « variants » générés eux-mêmes par les vaccinations de masse. 

Nous avons déjà des confirmations venant d’Israël et de Grande-Bretagne. On peut lire les données objectives sur les sites officiels ! La propagande ne cesse pas de nous dire le contraire : « tous les malades actuels sont des non vaccinés » ! L’étude du Dr Vanden Bossche, prochainement achevée, démontre le contraire: ce sont les vaccinations de masse anti Covid qui génèrent de plus en plus de « variants », également de plus en plus difficiles à maîtriser et de plus en plus agressifs. Plus il y aura de vaccinations, plus il y aura de « variants » et moins nous pourrons les contrôler pour les raisons que le Dr Vanden Bossche a expliquées dans son rapport d’expert. (Cf., article précédent sur mondialisation.ca)

Dès qu’une telle parole compétente est prononcée, une formidable coalition de la censure se jette sur la parole non conforme au narratif de l’hystérie covidiste et ils sont légion à proclamer dans les médias collabos la « vérité » tellement incapable de se défendre par elle-même qu’elle est obligée de recourir à la violence des menaces de Macron et des mesures coercitives jamais encore mises en œuvre, faisant du sanitaire un nouveau domaine de l’arbitraire ! 

Chacun est libre de ses décisions, du moment qu’il y consent de manière non contrainte et éclairée !

« De cette âme si fière à jamais es-tu maître et vainqueur, Méphisto ? J’en suis maître à jamais. Faust a donc librement Signé l’acte fatal qui le livre à nos flammes ? Il signa librement. Alors l’enfer se tut.
L’affreux bouillonnement de ces grands lacs de flammes,
Les grincements de dents de ses tourmenteurs d’âmes,
Se firent seuls entendre ; et dans ses profondeurs,
Un mystère d’horreur s’accomplit. Ô terreurs! »  

La damnation de Faust par Berlioz

Jean-Yves Jézéquel

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/dernier-message-avant-lacceptation-du-pacte/5658485

Dans FRANCE

LA FEDERATION AUTONOME DES SAPEURS-POMPIERS S'OPPOSE A L'ATTEINTE AUX LIBERTES INDIVIDUELLES QUE POSE L'OBLIGATION VACCINALE DES SAPEURS-POMPIERS

Par Le 21/07/2021

La Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers s’oppose à l’atteinte aux libertés individuelles que pose le principe de l’obligation vaccinale des sapeurs-pompiers

Par Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

La Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 10   1  0  12

La Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers, principal syndicat des sapeurs-pompiers, se voulant apolitique, communique :

Suite au discours du président de la République Emmanuel Macron, notre Fédération s’oppose avec la plus grande fermeté à l’atteinte aux libertés individuelles que pose le principe de l’obligation vaccinale des sapeurs-pompiers, sous peine de sanctions.

Si nous ne sommes pas contre le vaccin, le fait de le rendre obligatoire pour les personnels soignants constitue une atteinte grave aux libertés individuelles.

En effet, si certaines personnes, plus vulnérables, ont plus de risque de développer une forme grave du virus, cela ne doit pas concourir à l’obligation vaccinale de tous.

AUSSI DISPROPORTIONNEE QUE CONTROVERSEE, CETTE OBLIGATION VACCINALE AURAIT PU ETRE EVITEE… EN DEMOCRATIE, LE LIBRE CHOIX DE CHACUN DOIT ETRE PRESERVE !!!

Cette décision à la hâte montre une fois de plus l’absence de reconnaissance de notre gouvernement envers notre profession, en tous points hors-norme : que ce soit dans le temps de travail imposé dans le plus grand irrespect de la santé et de la sécurité des sapeurs-pompiers, dans notre déroulement de carrière, dans notre système de cotisation et sur-cotisation retraite, dans l’application des textes de la Fonction Publique Territoriale … et maintenant, dans notre carnet de vaccination, hors-norme également !

NOTRE METIER MERITE UNE VERITABLE RECONNAISSANCE !!!

 

 

 

Lire dans L’express : Pourquoi les sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire, le 20 juillet 2021

La source originale de cet article est La Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers

Copyright © Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers, La Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers, 2021

https://www.mondialisation.ca/la-federation-autonome-des-sapeurs-pompiers-soppose-a-latteinte-aux-libertes-individuelles-que-pose-le-principe-de-lobligation-vaccinale-des-sapeurs-pompiers/5658482

Dans FRANCE

DOMINIQUE MUSELET : QUE CHERCHE A FAIRE NOTRE NERON NATIONAL EN MONTANT LES VACCINES CONTRE LES NON VACCINES ?

Par Le 20/07/2021

Que cherche à faire notre Néron national en montant les vaccinés contre les non-vaccinés ?

Par Dominique Muselet

Mondialisation.ca, 19 juillet 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 19   0  0  30

C’est au moment de l’incendie de la cathédrale Notre Dame que je me suis dit que le tyran de l’histoire auquel Macron ressemblait le plus était Néron, un mélange de bouffon et de pervers narcissique mégalomane. J’imagine très bien Macron jouant de la lyre et chantant sur le toit de l’Elysée entouré des bloggeurs  Mcfly et Carlito et des danseurs de la communauté LGBT, à côté de l’hélicoptère prêt à l’emmener en Arabie saoudite, le paradis des dictateurs, si les choses se gâtent, pendant que Notre-Dame brûle. Je parie que je ne suis pas la seule, et d’ailleurs je serais curieuse de connaître le nombre d’incidences sur Internet où les termes pyromane, incendiaire, enflammer, etc. sont associés à Macron.

Au pouvoir par effraction

Comme Macron, Néron est arrivé au pouvoir par  « effraction ». Sa mère, Agrippine, a d’abord réussi à évincer Britannicus, le légitime héritier du titre d’empereur, exactement comme la Caste a réussi à éliminer Fillon avec la complicité de procureurs et de juges corrompus. Puis Agrippine a fait assassiner son mari, l’empereur Claude. La Caste n’a pas eu besoin d’assassiner Hollande, il s’en est chargé tout seul !

Néron et Macron sont montés très jeune sur le trône. Aussitôt en place, ils se sont débarrassés de leur dernier challenger, Néron de Britannicus, et Macron de Mélenchon.

Lassés de par la gente féminine, Néron a fini par faire assassiner sa mère, tandis que Macron épousait symboliquement la sienne. Autres temps, autre mœurs.

Aujourd’hui, la Caste politico-financière qui détient tous les pouvoirs dans presque tous les pays du monde, n’a plus besoin de répandre le sang pour s’imposer. Elle préfère la manipulation (ingénierie sociale, nudging, stratégie du choc, division, etc.), la propagande, le mensonge et la délation, la corruption, les alliances entre milliardaires, politiciens et crime organisé, l’instrumentalisation des institutions et de l’appareil d’Etat, ainsi que la surveillance, le chantage, l’intimidation, la répression tous azimut des simples citoyens, tandis que les délinquants ne sont pas inquiétés. Ce sont des méthodes que les progrès technologiques et la puissance des médias ont rendues beaucoup plus efficaces et maniables que la violence physique, même si les puissants ne reculent pas devant l’assassinat (souvent déguisé en suicide) quand cela les arrange.


Révolution de couleur. Source : conspiracywatch.info

De même, à l’international, la Caste occidentale préfère les sanctions et les révolutions de couleur à l’intervention militaire qui pourrait se retourner contre elle depuis l’avènement de la bombe atomique, pour faire plier les nations qui refusent de se laisser piller, sauf lorsque ce sont des petits pays très riches en pétrole, gaz ou métaux rares, qu’elle peut détruire sans danger, encore qu’en Syrie, au Yémen, en Palestine, la Caste occidentale soit mise en échec par la Russie et de l’Iran.

Le bouc émissaire, la bouée de sauvetage des tyrans en difficulté

De plus en plus impopulaire à cause de ses scandales, de ses orgies, de sa cruauté et de sa versatilité, Néron a décidé de détourner la colère des Romains sur la secte juive des chrétiens. Il a fait jeter les chrétiens aux lions dans les arènes, ou crucifier, ou encore brûler vifs.

Capture d’écran : La mort de Dircé (1897), par Henryk Siemiradzki, est une reconstitution de l’épisode mythologique de la mort de Dircé avec une martyre chrétienne. © Cyfrowe.mnw.art.pl, DP

Comme Néron, notre monarque républicain s’est rendu odieux à tous, sauf aux riches et assimilés. Atterrés, nous avons vu défiler les affaires (Ferrand, Rugy, Delevoye, Bayrou, Goulard, Kohler) et les scandales (Benalla) sous l’œil indifférent de la justice. Nous avons subi des violences policières inédites (Gilets jaunes), la mesquinerie et la cruauté sociale du monarque (5€ d’APL en moins, réforme du chômage, des retraites, etc.), sa duplicité et sa perversité (mensonges éhontés et manœuvres innommables pour arriver à ses fins : nous déposséder et nous réduire en esclavage), ses trahisons (vente à la découpe de nos biens communs, dépeçage de nos services publics et notamment de notre système de santé qui a ensuite servi de prétexte à l’emprisonnement des citoyens pendant le confinement, destruction de notre industrie, délocalisation de nos entreprises, ruine de notre économie), son sadisme vengeur (confinement, et maintenant pass sanitaire pour nous pourrir la vie et nous montrer qui est le maître). Les frasques du petit roi absolu ont même irrité la reine.

Suivant les traces de Néron, Macron vient de faire des non-vaccinés les boucs émissaires de l’appauvrissement express des Français provoqué par les mesures démentes, erratiques et contradictoires qu’il a prises soi-disant contre le Covid, alors même que la maladie est relativement bénigne et ne touche qu’une frange réduite de la population qu’il aurait été facile de protéger et de soigner.

Pourquoi Macon ne fait-il pas brûler vifs les non-vaccinés ?

Si Macron ne fait pas brûler vifs les non-vaccinés, ce n’est pas par bonté d’âme, non, c’est parce qu’il en a besoin pour élargir sa base électorale à l’approche des élections présidentielles. Il a compris que la menace de l’extrême-droite ne faisait plus recette. Marine le Pen s’est ralliée à l’idéologie dominante (capitalisme, mondialisme, atlantisme et européisme) comme la gauche avant elle, et il est devenu impossible de diaboliser le Rassemblement National. Macron doit donc trouver une autre menace, et les non-vaccinés, qu’on peut aisément accuser de mettre en danger toute la population par leur inconséquence et leur manque de civisme, sont l’incarnation idéale d’une menace inexistante.

C’est de la même manière qu’a fonctionné la menace terroriste. Entre le 11 septembre 2001 et le début de la « pandémie » de Covid-19, les terroristes authentiques ou fabriqués ont peuplé nos cauchemars et saturé nos médias. Les populations se sont habituées à voir leurs libertés fondre comme neige au soleil, alors même que la probabilité d’être victime d’un attentat était infinitésimale. Mais à force de servir, la menace terroriste s’était usée, et on ne peut que s’émerveiller de l’à-propos avec lequel le destin a sorti de son chapeau la menace sanitaire, pour le plus grand profit de la Caste. Un miracle ! D’ailleurs Macron vient d’aller à Lourdes remercier la Sainte Vierge…

Et entre temps, ils nous resservent la menace climatique… Une valeur sure et durable !

La France vaccinée est la France des riches

Il suffit de jeter un coup d’œil sur les graphiques de cet article de Libération pour se rendre compte que plus le niveau de vie d’une commune est élevé, plus ses habitants sont vaccinés. Macron courtise donc les vaccinés qu’il considère comme de potentiels électeurs en leur jetant en pâture les non-vaccinés, qui sont en quelque sorte les Gilets jaunes de la Covid-19. Ainsi il sacrifie une fois de plus les classes populaires qui de toute façon le haïssent, pour rallier la petite bourgeoisie à son panache hygiéniste et autoritaire…

Le vaccin n’a pas de fonction médicale. Il ne protège pas du Covid. Et, soit dit en passant, heureusement pour nous que le Covid, celui des médias, celui qui décime les populations, n’existe pas, sinon nous serions tous morts, vu que le vaccin semble plutôt aggraver l’épidémie et que les médicaments traditionnels nous sont interdits… Le vaccin a une fonction politique, il sert à opposer entre elles les deux classes sociales françaises. Il a pour rôle de monter l’une contre l’autre la bourgeoisie et la classe laborieuse : les cadres, le corps enseignant, les fonctionnaires, ceux qui travaillent dans les bureaux ou à distance, les retraités aisés, contre ceux qui ont les mains dans le cambouis et que la Caste méprise ou honore suivant le besoin qu’elle a d’eux.

Laissez-passer sanitaire

Bien que Macron ait choisi, comme d’habitude, l’été pour perpétrer son forfait, il y a une certaine opposition à son pass sanitaire. Mais elle vient pratiquement uniquement de la base.

Cela m’a tout de même ragaillardie. Toutes ces dernières semaines, j’étais au désespoir devant le silence, voire la complicité, de la soi-disant opposition parlementaire. Peu de voix se sont élevées contre l’instrumentalisation du Covid par Macron et la Caste pour s’enrichir et nous asservir. Je ne comprenais pas pourquoi Mélenchon, par exemple, avait l’air de trouver normal le confinement, les masques et les fermetures de commerces, restaurants et théâtres. Je n’en revenais pas de le voir se plier docilement à tous les caprices de Macron. Il m’a fallu du temps pour réaliser qu’il ne voulait/pouvait pas se mettre mal avec les écolos qui, dans leur hygiénisme fanatique et leur négation de la maladie et de la mort, voulaient tout fermer et tous nous enfermer, en attendant que le virus soit éradiqué, comme s’il était possible d’éradiquer un virus.

Mon seul espoir actuellement est que la contestation se développe suffisamment pour que les parlementaires soient obligés de suivre la base.

Une autre question me taraude :

Est-ce que les gens ne se rendent pas compte qu’on est peu ou prou en dictature ou est-ce que cela leur est égal ?  

Voilà la définition de la dictature que donne le Larousse : « Dans le domaine de la politique, on appelle « dictature » un régime dans lequel une personne (dictateur), ou un groupe de personnes, disposant d’un pouvoir absolu, s’y maintient de manière autoritaire et l’exerce de façon arbitraire. »

On voit que Macron coche toutes les cases sans compter qu’il prend ses ordres de la Commission européenne qui est régie par une Constitution que les Français ont rejetée par un Référendum en 2005.

Voilà les raisons que j’ai trouvées à l’apathie de la population :

–          Les Français croient qu’il ne peut pas y avoir de dictature en France, pays de la liberté et des droits de l’homme.

–          Les Français croient que les gouvernements œuvrent pour leur bien. Ils ne peuvent pas croire que ceux qu’ils ont élus soient prêts à les détruire pour s’enrichir ou faire carrière.

–          Les Français ne se rendent pas compte qu’ils sont désinformés à longueur de journée et qu’ils subissent une propagande de tous les instants. Ils croient les médias et le gouvernement qui leur mentent sans arrêt ouvertement ou par omission.

–          Les Français ne pensent par eux-mêmes. Ils se contentent de répéter ce qu’ils entendent ou lisent dans les médias, mais cela ne les empêche pas de s’accrocher à leurs idées comme si leur vie en dépendait.

–          Les Français ont besoin de l’estime de leurs concitoyens et penser « comme tout le monde » les rassure.

–          Parce qu’ils croient le gouvernement, ses médias et ses « scientifiques » qui attisent la peur, la haine et la discorde, ou parce qu’ils ne savent plus qui croire, les Français sont gagnés par une forme d’hystérie collective aveugle, mais ils ne s’en rendent pas compte.

–          La plupart des gens attachent plus d’importance à leurs croyances qu’à la réalité. Au lieu de voir ce qui est, ils voient ce qu’ils croient qui est ou qui devrait être.

La propagande de guerre

La propagande de guerre n’est pas différente de la propagande Covid, elle engendre pareillement une forme d’hystérie collective qui balaie tout sur son passage comme un raz de marée. Il est plus facile d’entraîner les foules dans la folie que de les convaincre par la raison et le bon sens. Les pacifistes sont balayés par les bellicistes et le peuple chauffé à blanc se laisse entraîner dans une guerre dont il fera les frais. Le moindre argument de bon sens ou de logique, la moindre mise en garde, réserve ou hésitation est qualifiée de trahison.

Macron, discours du 16 mars 2020 (YouTube)

L’aveuglement et le fanatisme sèment toujours la mort et l’injustice. Avons-nous oublié comment Jaurès a été assassiné le 31 juillet 1914 pour avoir tenté jusqu’au bout d’empêcher la boucherie de 1914-1918 (20 millions de morts), et comment son assassin a été acquitté le 29 mars 1919 par onze voix sur douze, et que sa veuve a été condamnée aux dépens ? Un juré a même osé dire que l’assassin avait rendu service à sa patrie : « Si l’adversaire de la guerre, Jaurès, s’était imposé, la France n’aurait pas pu gagner la guerre. »

Profondément choqué, Anatole France s’est exclamé : « Travailleurs, Jaurès a vécu pour vous, il est mort pour vous. Un verdict monstrueux proclame que son assassinat n’est pas un crime. Ce verdict vous met hors la loi, vous et tous ceux qui défendent votre cause. Travailleurs, veillez ! »

Le peuple est sorti dans la rue pour protester contre le verdict. La police a attaqué les manifestants et il y a eu deux morts.

La haine du non-vacciné inonde les plateaux TV

J’écoutais tout à l’heure des éditorialistes sur BFM TV et Cie. C’est incroyable à quel point ils suintent la haine. Plus tyranniques que le tyran, plus venimeux que le serpent à sonnettes, les chiens de garde du pouvoir, tout hérissés d’indignation vertueuse, enveloppent de la même haine rance et tripale les non-vaccinés et les Gilets jaunes qui commettent le crime inexpiable de refuser de se soumettre, pour leur bien, aux diktats de la Caste. Ces donneurs de leçons ne nous pardonneront jamais d’avoir la prétention de savoir mieux qu’eux ce qui est bon pour nous. Et on voit bien qu’ils ne nous lâcheront pas, ce sera eux ou nous.

  

 

Mais il y a de la résistance et la résistance prend des chemins mystérieux. Elle vient souvent de là où on l’attendait le moins, car le courage n’a rien à voir avec les idéologies, dont on hérite généralement. Le courage vient de l’intérieur de nous-mêmes et il se manifeste souvent à l’improviste, au détour d’une situation insupportable, qui nous pousse, presque à notre insu, à prendre des risques personnels pour sauver des valeurs et/ou d’autres personnes. Les « courageux » sont presque toujours eux-mêmes surpris de leur courage car on ne décide pas d’être courageux, ce sont les circonstances et notre degré de force intérieure qui en décident. Comme on sait, il y a très peu de courageux. C’est pourquoi, je crois qu’il faut saluer le courage, d’où qu’il vienne. Par exemple celui de Lionnel Luca, le maire de Villeneuve Loubet, lors de son discours du 14 juillet.

 

Néron n’était pas courageux. C’était un psychopathe narcissique et sadique, un fou malfaisant et provocateur qui, comme tous les lâches, abusait de son pouvoir. A force d’excès, d’abus et de brutalités, il s’est retrouvé isolé. Le Sénat l’a démis et, pour échapper au châtiment des Parricides*, il s’est donné la mort. « Le Sénat a voté sa damnatio memoriae, et maudit sa mémoire. En Occident, il reste le symbole de ce que la Rome antique a enfanté de plus monstrueux », selon Wikipedia.

Macron n’a pas sa dimension tragique. Bien qu’il soit tout aussi isolé, comme il l’a reconnu lui-même quand il s’est plaint que nous soyons devenus : «une nation de 66 millions de procureurs », il ne paiera pas pour le mal qu’il nous a fait. Il ne sera pas tenu responsable de ses crimes. Il n’est qu’un Néron de pacotille, un Néron de passage. Il a emprunté les habits de Néron, comme un comédien endosse un rôle qui lui va comme un gant, pour remplir la mission que la Caste lui a confiée : piller la France et soumettre les Français. La Caste l’exfiltrera lorsqu’il aura fait ton temps pour le remplacer par un autre tyranneau à ses ordres (le favori semble être pour l’heure Xavier Bertrand) qui à son tour et à sa manière mettra la France et les Français en coupe réglée… pour leur bien, évidemment !

Une note d’espoir

Selon Michel Maffesoli, dont la pensée iconoclaste est toujours rafraîchissante, comme l’est celle d’Emmanuel Todd, la caste occidentale sent qu’elle perd son pouvoir et cela explique son durcissement. En effet la société est en train de changer, l’ère de l’individualisme hérité des Lumières touche à sa fin, et des communautés de vie et d’intérêt se créent partout. C’est ce que le pouvoir politico-financier combat en le traitant de « communautarisme » mais il a déjà perdu la bataille. Les gens se regroupent et partagent. Ils se remettent à vivre ensemble. Et comme on le sait, l’union fait la force !

Dominique Muselet

Montreuil, le 19 juillet 2021

Note 

* le culleus : recouvert d’une cagoule, cousu dans un sac de cuir dans lequel étaient introduits des animaux — coq, chien et serpent —, le supplicié est jeté dans le Tibre.

*****

 

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

Dominique Muselet a passé la première partie de sa vie dans le Nord de la France. Après des études universitaires, elle a enseigné quelques années en Collège, avant de passer dans le monde de l’entreprise, à différents postes de direction. Elle a vécu dans plusieurs pays étrangers : Cameroun, Canada, Inde, Palestine/Israël, Mexique. Ces séjours prolongés dans des pays pour beaucoup soumis à l’impérialisme occidental, l’ont aidée à mieux comprendre les rapports de force géopolitiques. La tragédie que vivent les Palestiniens et leur lutte pour la liberté l’ont particulièrement touchée. Depuis qu’elle est revenue s’installer en France à Paris, elle s’efforce de partager sa large expérience économique, politique, géopolitique et spirituelle à travers ses traductions et ses articles.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Dominique Muselet, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/que-cherche-a-faire-notre-neron-national-en-montant-les-vaccines-contre-les-non-vaccines/5658411

Dans FRANCE

MELENCHON AVERTIT CES CAMARADES ET AMIS INSOUMIS QUI DEFILERAIENT CONTRE LE PASS SANITAIRE

Par Le 16/07/2021

POLITIQUE

16/07/2021 15:54 CEST | Actualisé il y a 4 heures

Jean-Luc Mélenchon avertit les Insoumis qui défileraient contre le pass sanitaire

Le candidat à l'élection présidentielle exhorte les siens à ne pas tomber dans des comparaisons inappropriées.

Par Romain Herreros

POLITIQUE - Prière de ne pas tomber dans la surenchère. Voilà en creux le message adressé ce vendredi 16 juillet par Jean-Luc Mélenchon aux Insoumis qui, à l’instar de François Ruffin, prévoient de manifester ce samedi contre l’extension du pass sanitaire.

À l’occasion d’une allocution solennelle donnée sur ses réseaux sociaux, le député des Bouches-du-Rhône a en effet demandé à ses sympathisants de se désolidariser des excès verbaux qui s’observent en marge de la contestation des restrictions sanitaires.

“Non, le vaccin librement consenti n’est pas un apartheid”

“Je sais qu’il y a d’ores et déjà des manifestations qui sont organisées. Les Insoumis (...) feront ce que bon leur semble. Je leur demande cependant de ne pas permettre à ce qu’ils soient confondus, et que nous soyons confondus avec des termes que nous jugeons (...) tout à fait inappropriés, et ne décrivant pas ce que nous croyons juste”, a déclaré le candidat à l’élection présidentielle.

“Non, le vaccin librement consenti n’est pas un apartheid. Sa diffusion, ce n’est pas la Shoah”, a poursuivi le chef de file de la France insoumise, en référence aux slogans aperçus lors des rassemblements du 14 juillet. “Nous ne gagnerons rien à des surenchères qui obscurcissent les esprits, tendent les relations entre les personnes et aggravent les conditions de tous les débats”, a-t-il ajouté, précisant que de son côté il mènera le combat dans l’hémicycle.

Car le président du groupe LFI à l’Assemblée reste un farouche opposant aux annonces faites par Emmanuel Macron. “Nous sommes dans l’autoritarisme, le vaccin obligatoire semble être une mesure disproportionnée”, a jugé Jean-Luc Mélenchon, pointant “un changement profond de notre manière de vivre” et “une restriction considérable des libertés”. 

Depuis l’annonce du chef de l’État, plusieurs personnalités politiques opposées à l’extension du pass sanitaire ont appelé à manifester, à l’image de François Ruffin, Florian Philippot, Nicolas Dupont-Aignan ou encore François Asselineau. Jean-Luc Mélenchon a précisé que le député LFI Eric Coquerel était chargé de solliciter les associations déjà à l’origine d’une première manifestation de défense des libertés, “pour organiser une marché pour les libertés”. 

À voir également sur Le HuffPost: Quand l’exécutif ne voulait pas entendre parler des mesures annoncées par Macron

LIRE AUSSI:

Vaccin obligatoire, indemnité à l'isolement: ce que propose l'opposition face au variant Delta

"Une dictature, ça n'est pas ça": Macron cingle "le cynisme" de certains sur le pass sanitaire

 Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

 Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

 Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Envoyer une correction

Romain HerrerosJournaliste politique

https://www.huffingtonpost.fr/entry/jean-luc-melenchon-avertit-les-insoumis-qui-defileraient-contre-le-pass-sanitaire_fr_60f18397e4b00ef8761b933f

Dans FRANCE

DU JAMAIS VU EN FRANCE : ERIC DUPOND-MORETTI, MINISTRE DE LA JUSTICE EN EXERCICE MIS EN EXAMEN POUR SOUPCONS DE PRISE ILLEGALE D’INTERETS

Par Le 16/07/2021

Le ministre de la Justice a été mis en examen, une première en France

POLITIQUE

15:13 16.07.2021(mis à jour 16:06 16.07.2021)URL courte

Par 

241305

S'abonner

C'est la première fois qu'un ministre de la Justice en exercice doit fait face à une mise en examen. Ainsi, les magistrats de la Cour de justice de la République seront chargés d'enquêter sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités, ont indiqué ses avocats.

Le ministre français de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a été mis en examen dans le cadre d'une enquête pour soupçons de prise illégale d'intérêts, ont annoncé vendredi 16 juillet ses avocats qui ont fait savoir qu'ils contesteraient cette décision.

«Le ministre de la Justice a été convoqué pour être mis en examen, sans surprise, il a été mis en examen», a déclaré Me Christophe Ingrain, l'un de ses avocats.

«Nous allons évidemment contester la mise en examen dès la semaine prochaine», a-t-il ajouté.

 

Éric Dupond-Moretti au tribunal de Bobigny, 19 septembre 2019

© SPUTNIK

Éric Dupond-Moretti a omis de déclarer 300.000 euros de revenus en 2019

Le Garde des Sceaux, qui dit avoir respecté les règles et dénonce un acharnement des syndicats de magistrats, s'était dit «serein et déterminé» à son arrivée vendredi matin à la Cour de justice de la République (CJR), la juridiction chargée de juger les ministres devant laquelle il était convoqué.

 

Une information judiciaire a été ouverte en janvier dernier contre Éric Dupond-Moretti en raison de ses anciennes activités d'avocat, à la suite d'une plainte déposée par l'association Anticor et deux syndicats de magistrats. Elle a entraîné une perquisition au ministère de la Justice début juillet.

Le Premier ministre, Jean Castex, lui a renouvelé «toute sa confiance» et lui a demandé «de poursuivre l'action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice», selon le communiqué de Matignon.

Détails à suivre

https://fr.sputniknews.com/politique-francaise/202107161045885400-le-ministre-de-la-justice-a-ete-mis-en-examen-une-premiere-en-france/

Dans FRANCE

DE PETAIN A MACRON, DE LA RESISTANCE AUX GILETS JAUNES : 1944-1945, LA FAUSSE PURGE FRANCAISE DES « COLLABORATEURS »

Par Le 15/07/2021

De Pétain à Macron, de la Résistance aux Gilets jaunes: 1944-1945, la fausse purge française des «Collaborateurs»

Un commentaire sur un nouveau livre de l'historienne Annie Lacroix-Riz, La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950 (Armand Colin, Paris, 2019)

Par Dr. Jacques R. Pauwels

Mondialisation.ca, 14 juillet 2021

28 février 2020

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 223   92  10 

 

  331

Cet article a été publié initialement le 23 février 2020.

Dans son livre le plus récent, « La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950 », l’historienne Annie Lacroix-Riz affronte la vision falsifiée de la Libération du pays en 1944-1945 – et ses conséquences – telle qu’elle a récemment évolué vers une historiographie « académique » de plus en plus dominée par l’aile droite du spectre politique. Cette vision devenue dominante dans l’appareil universitaire est très critique à l’égard de la Résistance et, à l’inverse, plutôt indulgente à l’égard de la collaboration. On y prétend, par exemple, que la Résistance était généralement inefficace, de sorte que la France a dû sa libération presque exclusivement aux efforts des Américains et des autres Alliés occidentaux – ces derniers appuyés par les forces des « Français libres » de de Gaulle – qui débarquèrent en Normandie en Juin 1944. De plus, il y est prétendu que la Résistance aurait saisi l’opportunité offerte par la libération de commettre toutes sortes d’atrocités, y compris des meurtres et la « tonte » publique de jeunes femmes innocentes qui coupables de « collaboration horizontale », c’est-à-dire , ayant eu des relations amoureuses avec des soldats allemands. Cette « épuration sauvage » des collaborateurs y est présentée comme un nouvelle période de « terreur », orchestrée par les communistes, vrais ou faux membres de la Résistance, pour tenter d’atteindre d’atroces objectifs révolutionnaires.

À l’exception des cas les plus flagrants, les collaborateurs sont désormais présentés par « l’historiographie dominante » comme des citoyens pour la plupart décents, respectables, bien intentionnés et « honnêtes » (des gens très bien, expression empruntée au titre ironique d’un roman d’Alexandre Jardin), victimes de coercition par les Allemands, des « subordonnés » impuissants et donc innocents (subalternes), coincés entre la Charybde nazie et la Scylla de la Résistance, et souvent eux-mêmes secrètement impliqués dans des actes de résistance tellement cryptiques qu’il n’en reste aucune trace ou document. Dans cette présentation « apaisée », certains collaborateurs sont décrits certes comme des fanatiques, bien sûr, qui ont commis des crimes, mais dont la plupart n’auraient étés que des « petits bras », chargés des basses œuvres, sans vraiment comprendre la nature et les motifs des atrocités qu’ils avaient pour mission d’exécuter, tels les membres de la tristement célèbre organisation paramilitaire du régime de Vichy, la Milice.

En 1944-1945, le gouvernement provisoire français, dirigé par le général de Gaulle, réussit finalement à rétablir « l’ordre public ». C’est, officiellement, ainsi qu’est né en France, après des années de troubles économiques et politiques, de défaite militaire, d’occupation allemande et la période encore troublée de la Libération, un État respectueux des lois, un État de droit gaulliste. Malgré cela, une purge inévitable de collaborateurs réels et imaginaires aurait provoqué de nombreuses victimes innocentes, en particulier dans les rangs supérieurs de la bureaucratie d’État, la crème de la crème des affaires et de l’élite nationale en général.

A. Lacroix-Riz démolit cette interprétation révisionniste dans son nouvel ouvrage, qui est soigneusement élaboré et documenté et fourmille de noms de personnalités obscures ou notoires, ce qui en fait une lecture quelque peu difficile pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de la France de la Deuxième Guerre mondiale. Dans ses livres précédents, comme Le choix de la défaite et De Munich à Vichy, elle expliquait pour la première fois comment, au printemps 1940, l’élite politique, militaire et économique de la France avait livré le pays aux nazis afin de pouvoir installer un régime fasciste ; un tel système de gouvernement autoritaire devait être plus sensible à ses besoins et désirs que le système d’avant-guerre de la « Troisième République », jugé trop indulgent envers la classe ouvrière, en particulier sous le gouvernement du « Front populaire » de 1936-1937. Et elle a poursuivi avec d’autres livres résultant d’une recherche méticuleuse (Industriels et banquiers français sous l’Occupation et Les élites françaises, 1940-1944. De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine) qui montrent comment cette élite qui prospérât sous les auspices du régime de Vichy sous Pétain, a collaboré avec ardeur avec les Allemands et combattu bec et ongles une Résistance qui était principalement animée par la classe ouvrière, dominée par les communistes, et résolue à introduire des changements radicaux, voire révolutionnaires après la guerre. Aujourd’hui, elle démontre que la Libération ne s’est pas accompagnée d’une purge complète des collaborateurs mais, au contraire , que les « gens très bien » de l’élite de l’État et des affaires de France ont réussi à éviter l’expiation de leurs péchés collaborationnistes, et qu’une grande partie du système de Vichy qui leur avait si bien servi de 1940 à 1944 est restée en place – et dans une large mesure, perdure jusqu’à présent.

Commençons par la soi-disant « purge sauvage », la prétendue agression de personnes innocentes par des partisans communistes, ou des communistes se faisant passer pour des partisans, supposément dans le but d’éliminer des opposants et des rivaux dans la perspective d’un coup d’État révolutionnaire. A. Lacroix-Rix démontre que des assassinats et des exécutions sommaires ont bien eu lieu, mais pour l’essentiel dans le cadre des violents combats qui avaient déjà éclaté avant le débarquement de Normandie et la libération de Paris. Contrairement à ce qu’affirme la théorie de son inefficacité militaire, la Résistance a fort perturbé les préparatifs de l’ennemi pour sa défense contre les débarquements alliés qui allaient advenir en Normandie, et provoquât de lourdes pertes, comme les autorités allemandes l’ont d’ailleurs elles-mêmes admis. Et la plupart des atrocités perpétrées dans le cadre de cette forme de guerre n’étaient pas l’œuvre des partisans mais des nazis et de leurs collaborateurs, en particulier la Milice. Par exemple, les exécutions d’otages et les actes de représailles tel le fameux massacre d’Oradour-sur-Glane. Les résistants, en revanche, ne visaient évidemment pas de victimes innocentes mais s’en prenaient aux soldats allemands et à leurs collaborateurs particulièrement odieux, souvent des hommes dont le châtiment (y compris l’exécution) avait été à plusieurs reprises réclamé dans les émissions radio de la France Libre organisée par de Gaulle à Londres. Quant aux femmes dont la tête fut rasée, beaucoup, sinon la plupart d’entre elles, étaient notoirement coupables de méfaits autrement plus odieux que la simple « collaboration horizontale », par exemple la trahison ou dénonciation de résistants.

Il n’y a pas eu d’épuration sauvage avant ou pendant la Libération, et la purge qui aurait du logiquement faire suite à la Libération s’est elle-même avérée une mascarade. L’élite de l’État français, ainsi que le secteur privé, avaient largement profité de la collaboration et avaient de bonnes raisons de craindre un avènement au pouvoir de ses ennemis de la Résistance. Mais au lendemain de la Libération, les radicaux de la Résistance furent écartés du pouvoir ; l’élite n’eut donc à endurer que peu ou pas de pénitence en expiation de ses péchés collaborationnistes ; son précieux ordre socio-économique capitaliste allait être préservé (malgré certaines réformes) ; et l’élite elle-même allait conserver la plupart de ses pouvoirs et privilèges. Pour cette miraculeuse bienveillance, ils leur fallut remercier les libérateurs américains de l’ancienne Grande Nation, ainsi que Charles de Gaulle, le général qui aspirait à rendre la France encore plus grande.

De Gaulle était un authentique patriote, mais aussi un conservateur très attaché à l’ordre social et économique de la France « éternelle ». Quant aux Américains, destinés à succéder aux Allemands comme maîtres de l’Europe, ou du moins de la moitié ouest du continent, ils étaient déterminés à faire triompher la « libre entreprise » dans toute l’Europe et à faire ainsi entrer le continent dans le giron politique et économique de l’oncle Sam. Cela impliquait d’interdire tous changements politiques et socio-économiques autres que cosmétiques – quels que soient les souhaits et aspirations de ceux qui avaient résisté aux nazis et aux autres fascistes, et au peuple en général. Cela signifiait également pardon, protection et soutien aux collaborateurs assumant des positions anticommunistes, ce qui était exactement ce qu’avaient été les membres de l’élite en France. En fait, les autorités américaines n’avaient rien contre le régime de Vichy et espéraient initialement le voir subsister après que les Allemands auraient été chassés de France, soit sous Pétain, soit sous une autre personnalité de Vichy, comme Weygand ou Darlan, si nécessaire après en avoir redessiné le territoire, purgé les seuls éléments pro-nazis enragés et ripoliné le tout d’un mince vernis démocratique. Après tout, le système de Vichy avait essentiellement fonctionné comme la superstructure politique du système socio-économique capitaliste français, un système que Washington prétendait sauver des griffes de ses adversaires de gauche de la Résistance. À l’inverse, après les revers allemands sur le front de l’Est, et en particulier après la bataille de Stalingrad, d’innombrables collaborateurs de Vichy qui avaient « compris le message », attendaient leur salut d’un « avenir américain » pour la France ou, comme A. Lacroix-Riz aime à le dire, en échangeant leur « tuteur » allemand par un « tuteur » américain. Après leur libération par les Américains, ils pouvaient s’attendre à ce que leurs péchés collaborationnistes et même leurs crimes soient pardonnés et oubliés, tandis que les aspirations révolutionnaires ou même simplement progressistes de la Résistance seraient vouées à rester un rêve chimérique.

Les dirigeants de Washington n’avaient pas besoin de de Gaulle ; comme les Vichystes, ils le considéraient comme un fantoche des communistes, quelqu’un qui, s’il accédait au pouvoir, ouvrirait la voie à une prise de contrôle « bolchevique », tel Kerensky précédant Lénine lors de la Révolution russe de 1917. Mais peu à peu, ils durent se rendre à l’évidence, comme Churchill l’avait déjà fait avant eux, qu’il serait impossible d’imposer au peuple français une personnalité associée à Vichy, et qu’un gouvernement dirigé par de Gaulle se trouvait être la seule alternative possible à celui qu’aurait mis en place la Résistance dominée par les communistes et des réformateurs radicaux. Ils avaient besoin du général pour neutraliser les communistes à la fin des hostilités. De Gaulle lui-même réussit à apaiser Washington en promettant de respecter le statu quo socio-économique ; et pour garantir son engagement, d’innombrables collaborateurs de Vichy qui jouissaient des faveurs des Américains furent intégrés à la hâte dans son mouvement de la France libre et même dotés de postes de responsabilité. De Gaulle s’est ainsi transformé en « un chef de droite », acceptable par l’élite française comme par les Américains, prêt à succéder aux Allemands comme « protecteur » des intérêts de cette oligarchie bourgeoise. C’est dans ce contexte que de Gaulle fut propulsé à Paris lors de la libération de la ville fin août 1944. L’idée était d’empêcher la Résistance dominée par les communistes de tenter d’établir un gouvernement provisoire dans la capitale. Les Américains s’arrangèrent pour que de Gaulle puisse arpenter les Champs-Elysées et apparaître comme le sauveur que la France patriotique attendait depuis quatre longues années. Et le 23 octobre 1944, Washington devait finalement l’officialiser en le reconnaissant comme chef du gouvernement provisoire de la France libérée.

Sous les auspices de de Gaulle, la France allait remplacer le système de Vichy par une nouvelle superstructure institutionnelle plus démocratique, la « Quatrième République ». (Ce système devait être remplacé par un système présidentiel plus autoritaire à l’américaine, la « Cinquième République », en 1958.) La classe ouvrière, qui avait tant souffert sous le régime de Vichy, eut accès à un ensemble d’avantages, y compris des salaires plus élevés, des congés payés, une assurance maladie et chômage, des régimes de retraite généreux et d’autres services sociaux ; en bref, une ébauche d’ « État providence ». Toutes ces mesures ont évidemment bénéficié du large soutien des classes laborieuses et des salariés, mais ont été beaucoup plus mal ressenties par les patriciens de l’élite, et surtout par le patronat. Cependant l’élite bourgeoise appréciait l’effet d’apaisement de la classe ouvrière, par des mesures qui permettaient de réduire les voiles révolutionnaires des communistes, même si celles-ci se trouvaient à l’apogée de leur prestige en raison de leur rôle de leader au sein de la Résistance et de leur solidarité avec l’URSS, alors encore largement reconnue en France comme le vainqueur de l’Allemagne nazie.

Les femmes et les hommes de la Résistance furent officiellement élevés au rang de héros, avec des monuments érigés et des rues nommées en leur honneur. Inversement, les collaborateurs furent officiellement « purgés » et leurs représentants les plus infâmes furent châtiés ; certains d’entre eux – par exemple le sinistre Pierre Laval – furent même été condamnés à mort, et d’importants collaborateurs économiques, comme le constructeur automobile Renault, furent nationalisés. Mais avec son gouvernement provisoire infiltré de Vichyistes recyclés et l’Oncle Sam regardant par-dessus son épaule, de Gaulle dut s’assurer que seuls les gros bonnets les moins discrets  du régime de Vichy seraient punis ou purgés. Beaucoup, sinon la plupart, des banques et des sociétés collaborationnistes devaient leur salut à une connexion américaine, par exemple la filiale française de Ford. Les condamnations à mort furent pour la plupart commuées, et les responsables de l’occupation nazie (tels Klaus Barbie) et les collaborateurs qui avaient commis des crimes majeurs furent incités à quitter le pays pour une « nouvelle vie » en Amérique du Sud ou même… du Nord, par les nouveaux suzerains américains de la France, qui savaient apprécier le zèle anticommuniste. D’innombrables collaborateurs furent sortis du lot des parias parce qu’ils surent opportunément produire de faux « certificats de résistance » ou développèrent soudainement des maladies qui retardèrent leurs procès, finalement abandonnés. Les responsables locaux coupables de travailler avec et pour les Allemands purent échapper au châtiment en étant exfiltrés dans des villes où leur passé collaborationniste était inconnu, par exemple de Bordeaux à Dijon. Et la plupart de ceux qui furent reconnus coupables ne subirent que des peines très légères, parfois une simple tape sur la main. Tout cela était possible parce que le gouvernement de Gaulle, et son ministère de la Justice en particulier, regorgeait d’anciens vichyistes non repentis ; sans surprise, ils étaient ce que Lacroix-Riz appelle « un club d’anti-épurateurs passionnés ».

Alors que l’élite française eut à subir à nouveau, comme avant 1940, les inconvénients d’un système parlementaire démocratique, dans lequel les classes laborieuses étaient représentées, elle parvint à conserver le contrôle des  leviers de pouvoir de l’État français de l’après-guerre, comme l’armée, le pouvoir judiciaire, la haute fonction publique et la police, centres soustraits à toute incursion de la « plèbe ». Les généraux de Vichy, par exemple, surtout connus pour avoir été des ennemis de la Résistance et qui s’étaient opportunément convertis au gaullisme, conservèrent le contrôle des forces armées, et d’innombrables fonctionnaires qui avaient été des serviteurs assidus de Pétain ou des autorités d’occupation allemandes restèrent en fonction et purent poursuivre des carrières prestigieuses, bénéficiant d’éminentes promotions et distinctions.

Annie Lacroix-Riz conclut que le soi-disant « État respectueux des lois » de de Gaulle « a saboté la purge des hauts fonctionnaires [collaborationnistes]… permettant ainsi la survie d’une hégémonie de Vichy sur le système judiciaire français » – et, pourrait-on ajouter, la survie d’un système de type Vichyste en général.

En 1944-1945, l’élite française n’a donc pas expié ses péchés collaborationnistes, et elle même a eu la chance de voir la menace révolutionnaire qu’incarnait la Résistance, exorcisée par la mise en place d’un système de sécurité sociale. Le conflit de classe amer, en temps de guerre, entre les exploiteurs et les classes laborieuses reflété dans la dichotomie collaboration-résistance, n’a donc pas vraiment pris fin, mais a simplement laissé place à une trêve. Et cette trêve fut essentiellement « gaulliste », puisqu’elle fut conclue sous les auspices d’une personnalité suffisamment conservatrice pour satisfaire l’élite française et ses nouveaux « tuteurs » américains, mais dont le patriotisme sourcilleux avait suscité le respect de la Résistance et de la Nation.

Depuis lors, avec l’effondrement de l’Union Soviétique et la disparition de la menace communiste, pour l’élite française disparut la coûteuse nécessité de maintenir le système de services sociaux qu’elle n’avait adopté qu’à contrecœur (à la libération, puis au terme de la grève générale de 1968). La tâche de démanteler « l’État-providence » français, entreprise sous les auspices de présidents de plus en plus pro-américains depuis Giscard et jusqu’à Sarkozy, Hollande et maintenant Macron, allait être grandement facilitée par l’adoption de facto par l’Union européenne du néolibéralisme, une idéologie prônant le retour à liberté d’exploiter « sans entrave » du capitalisme à l’américaine. Ainsi a été relancée la lutte de classe qui avait opposé la collaboration à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. C’est dans ce contexte que l’historiographie française fut progressivement soumise au courant réactionnaire, révisionniste critique de la Résistance (comme de la Révolution française) et symétriquement indulgent vis-à-vis de la collaboration, voire du fascisme lui-même. Le livre d’Annie Lacroix-Riz fournit un antidote indispensable à cette falsification de l’histoire. Espérons que d’autres historiens suivront son exemple et étudieront dans quelle mesure les fascistes et les collaborateurs ont été réhabilités, et la résistance antifasciste dénigrée par l’historiographie révisionniste – et par les politiciens de droite – dans d’autres pays européens, par exemple l’Italie et la Belgique.

Une dernière remarque s’impose. Macron cherche à détruire un État-providence qui a été introduit à la suite de la Libération pour éviter les changements révolutionnaires prônés par la Résistance dirigée par les communistes. Il joue avec le feu. En effet, en tentant de liquider des services sociaux qui limitent, mais n’empêchent pas, l’accumulation de capital et ne sont donc essentiellement qu’une nuisance « secondaire » à l’ordre socio-économique établi, il supprime un obstacle majeur à la révolution, une véritable menace existentielle pour cet ordre. Son offensive a déclenché une résistance massive, celle des « Gilets jaunes ». Cet équipage hétéroclite n’est certes pas dirigé par une avant-garde communiste comme la Résistance en temps de guerre, mais semble certainement avoir un potentiel révolutionnaire. Le conflit entre un président qui représente l’élite française et ses tuteurs américains et est à bien des égards l’héritier de Pétain, et, d’autre part, les Gilets jaunes représentants des masses laborieuses mécontentes et agitées, qui aspirent au changement, héritières des partisans du temps de la guerre, pourrait encore faire vivre à la France quelque chose qui lui a échappé au moment de la Libération : une révolution – et une véritable épuration, plutôt qu’une fausse.

Jacques R. Pauwels

 

Article original en anglais :

From Pétain to Macron, from the Resistance to the Yellow Vests…: 1944-1945, France’s Fake Purge of “The Collaborators”, le 10 février 2020.

Version française par La librairie Tropiques

 

Jacques R. Pauwels est historien. Il est l’auteur, entre autres, des indispensables ‘Mythe de la bonne guerre’ et ‘Big Business avec Hitler’. 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Dr. Jacques R. Pauwels, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/de-petain-a-macron-de-la-resistance-aux-gilets-jaunes-1944-1945-la-fausse-purge-francaise-des-collaborateurs/5642172

Dans FRANCE

L’ALLOCUTION DE MACRON DU 12 JUILLET 2021 FAIT ECHO A UNE ORDONNANCE EDICTEE PAR LES AUTORITES D’OCCUPATION ALLEMANDE EN 1942

Par Le 15/07/2021

L’allocution du Président Macron du 12 juillet 2021 fait écho à une ordonnance édictée par les autorités d’occupation allemande en 1942

Par Candice Vacle

Mondialisation.ca, 14 juillet 2021

Région : 

Thème: 

 14   2  2 

 

  21

Le Président Macron a annoncé, lors de son allocution du 12 juillet 2021, l’obligation du pass-sanitaire pour aller aux cafés, restaurants, centres commerciaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, et pour les voyages de longue distance en avion, train et bus, à partir d’août 2021.

Cette décision fait écho à l’ordonnance du 8 juillet 1942 édictée par les autorités d’occupation allemande**:

« En vertu du 1er paragraphe de la 9eme ordonnance du 8 juillet 1942 édictant des mesures à l’égard des juifs, il est interdit aux juifs de fréquenter tous les établissements publics et d’assister aux manifestations publiques dont la liste suit: »

« 1.-Restaurants et lieux de dégustation,

2.-Cafés salons de thé et bars,

3.-Théâtres,

4.-Cinémas,

5.-Concerts,

6.-Music halls et autres lieux de plaisir,

7.-Cabines de téléphone public,

8.-Marchés et foires,

9.-Piscines et plages,

10.-Musées,

11.-Bibliothèques,

12.-Expositions publiques,

13.-Châteaux forts, châteaux historiques ainsi que tout monument présentant un caractère historique,

14.-Manifestations sportives, soit comme participants, soit comme spectateurs,

15.-Champs de courses et locaux de pari mutuel,

16.-Lieux de camping,

17.-Parcs. »**

Soyons prudents: n’ayons pas la mémoire courte.

Candice Vacle,

journaliste

 

 

Notes

*Récapitulatif visuel minute 10:20 https://www.youtube.com/watch?v=brjR_OMWIp4 

**https://www.vrid-memorial.com/les-juifs-et-la-presse-sous-loccupation/

Pièce jointe: Mesure d’application de la 9ème ordonnance du 8 juillet 1942

Source de l’image en vedette : Couverture du livre De Pétain à Macron, de la Résistance aux Gilets jaunes – Jacques Pauwels

Voir l’article sur Mondialisation.ca :

https://www.mondialisation.ca/de-petain-a-macron-de-la-resistance-aux-gilets-jaunes-1944-1945-la-fausse-purge-francaise-des-collaborateurs/5642172

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Candice Vacle, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lallocution-du-president-macron-du-12-juillet-2021-fait-echo-a-une-ordonnance-du-regime-de-vichy/5658246

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : EFFETS SECONDAIRES ET DECES LIES AUX INJECTIONS EXPERIMENTALES ANTICOVID.

Par Le 14/07/2021

Effets secondaires et décès liés aux injections expérimentales anticovid.

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 13 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 119   3  2 

 

  150

Recueil de données officielles disponibles

UNION EUROPEENNE

Pour ceux qui aimeraient vérifier les chiffres publiés sur les effets secondaires déplorés et signalés en UE, voici la source et la marche à suivre[1]

SOURCE : http://www.adrreports.eu/fr/search_subst.html#

MARCHE À SUIVRE

Si vous voulez effectuer la recherche : une fois cette page ouverte

recherchez « covid ». Vous trouverez les quatre vaccins.

Sur chacune des pages du vaccin, cliquez sur l’avant-dernier onglet (« Number of Individual Cases for a selected Reaction »). Le nombre d’effets secondaires se trouve en bas à droite pour chacun des groupes de pathologies répertoriés dans la colonne de gauche.

Pour trouver le nombre total d’effets secondaires, pour chaque vaccin, il faut additionner le nombre d’effets secondaires trouvé pour chacun des groupes de pathologies (c’est-à-dire, par vaccin, plusieurs dizaines de pages dans la liste de la colonne de gauche).

Dernier comptage disponible[2] en UE avec les pathologies associées.

CHIFFRES GLOBAUX UE

17 503 décès comptabilisés de gens bien portants qui ont suivi les conseils télévisés des médias, n’est-ce pas énorme ? Et le nombre d’accidents répertoriés dont 50 % sont graves ne sont pas assez soulignés, car la vie de ceux-là sera perturbée pendant des décennies s’ils survivent aux complications tardives possibles (cancer, maladie auto-immune, etc.).

Ceci est un comptage minimum, car les soignants sont invités à ne pas parler d’effets secondaires et à expliquer que malheureusement « c’est le hasard ».

Les morts ne sont comptabilisés que durant les trente jours suivants la piqûre et les morts subites du deuxième mois sont volontairement oubliées. Quant aux accidents cardiaques fréquents, ils sont pour l’instant supposés être le fait de pure coïncidence et non comptabilisés. Gageons que les cardiologues vont faire fortune, l’injection génique source de fabrication de protéine Spike étant particulièrement toxique pour les vaisseaux et en particulier les vaisseaux usés des gens âgés qu’on s’est précipité à injecter.

Qu’importe de l’exactitude des chiffres qui sont de toute façon tellement élevés, même si des millions de gens sont vaccinés comme les fanatiques du vaccin nous le répètent.

Il serait raisonnable de comparer ces chiffres énormes de décès et accidents liés à l’injection anticovid à ceux des vaccins tellement répandus dans le monde comme ceux contre la rougeole ou la poliomyélite aux États-Unis, comme en Chine, et qui n’ont jamais donné une mortalité comparable. Pourquoi est-ce acceptable pour l’injection génique ?

Ils sont infiniment trop élevés pour une pratique théoriquement préventive, chez des gens bien portants qui le plus souvent ne risquent rien du covid. On ne devrait pas tolérer que continue cette campagne de pseudo « vaccination ».

Rappelons que le vaccin H1N1 avait été retiré après une cinquantaine de décès de même que celui de la grippe aviaire en 1976 et que de façon générale, un essai thérapeutique d’une nouvelle drogue est stoppé au-delà d’une trentaine de décès. Le nouveau monde est bien là, oubliant le consentement éclairé, le principe de précaution et la valeur de la vie, d’une vie.

Un moratoire pour avoir le temps d’analyser les données déjà disponibles serait la moindre des choses si le sort des citoyens était en cause, après des millions de gens vaccinés.

Soit 16 432 décès signalés et acceptés par l’EMA comme possiblement liés et suspects fin juin 2021 avec le détail.

Et si vous souhaitez avoir une idée de l’évolution du nombre de décès depuis avril par exemple :

3 avril 2021 : 6000 décès suspectés d’être causés par les « vaccins » anticovid[3]

24 avril : 8700 décès.

15 mai : 11 500 décès[4]

26 juin : 16 432 décès

17 503 décès post vaccination signalés au 3 juillet dans la base européenne EudraVigilance

Pour le détail à la date du 19 juin 2021 par type de pseudovaccin :

Pfizer 7420 décès 560 000 effets adverses d’intérêt

Moderna 4147 décès 122 643 effets adverses d’intérêt

Astra Zeneca 3364 décès et 793 036 effets adverses d’intérêts

Jansen 541 décès

UE : 15 472 décès au 19 juin + 1.5 M effets adverses

Depuis le 3 avril 2021, on dénombre dans l’UE en moyenne CHAQUE JOUR 120 décès suspectés d’être dus aux quatre « vaccins » anticovid dans l’Union européenne sont signalés.

USA

VAERS au 25 JUIN 2021

Entre le 14 décembre 2020 et le 25 juin 2021, un total de 411 931 événements indésirables au total a été signalé au VAERS, dont 6985 décès, soit une augmentation de 872 décès par rapport à la semaine précédente.

Il y a eu 34 065 signalements de complications graves, en hausse de 2825 par rapport à la semaine précédente »

Les analystes des conséquences des vaccins anticovid aux USA sont interloqués par la haute fréquence des complications vaccinales en comparaison avec l’ensemble des complications des autres vaccins des deux décennies précédentes.

Aux USA en 16 mois. chez les 0-17 ans (74,2 millions) 396 morts attribuées au covid Et augmentation majeure du nombre d’accidents vaccinaux depuis 1990

Aux USA depuis mars, chez les mineurs âgés de 12 à 18 ans

Il y a eu plus de 300 décès après injection de la substance génique. Acceptable ?

Royaume-Uni[5]

Le nombre total de morts reportés par le MHRA (système carte jaune) est de 1403 reconnus, liés aux injections de vaccins anticovid. Chacun sait que les effets secondaires sont sous-déclarés 1 à 10 %.

Le UK Gouvernement via son agence de santé MHRA a rapporté un total de 1 007 253 réactions négatives, surdité, troubles visuels, convulsions, paralysies, perte de connaissance, arrêt cardiaque, crise cardiaque, et mort subite entre autres

L’Insee anglais (ONS) admet dans son décompte de la mortalité, la mort par effet secondaire des vaccins, contredisant ainsi de fait les labos et politiques qui rechignent à admettre la vérité par souci d’imposer leur pass vaccination

ÉCOSSE

Le site « Public Health » écossais a noté depuis le 26 février, 2207 morts dans les 28 jours suivant la vaccination et dans un autre rapport entre le 8 décembre date de début de la campagne d’injection et le 28 mai un total de 3752 décès suivant l’injection

FRANCE

Pour l’ANSM, agence du médicament française, il n’y a que 6 établissements qui font le recensement d’effets secondaires sur 1356 établissements et les chiffres sont sous-estimés.

Récemment : les sites de pharmacovigilance complètement débordés ont demandé de ne signaler que les cas très graves.

Le Site de l’ANSM est un peu difficile à consulter, car pour l’instant, il ne compte pas les décès en l’absence de certitudes de la relation de cause à effet.

Les effets secondaires qui remontent à l’ANSM sont des effets qui se sont déroulés dans les heures, la semaine ou les 10 jours qui ont suivi.

Quelques chiffres accessibles sont rapportés dans les tableaux suivants.

Au premier mars 2021, l’ANSM recensait 169 morts post vaccination du vaccin Pfizer, parmi plus de 5000 cas d’effet secondaires dont 25 % graves.

Un tableau à la même date donne une idée du type d’effets indésirables constatés et signalés et donc possibles pour les nouveaux vaccinés (la deuxième dose paraissant toujours plus à risque que la première). Vous remarquerez la fréquence des complications vasculaires et cardiologiques dues à la toxicité maintenant reconnue de la protéine Spike fabriquée par les organismes vaccinés.

Larbi Meftahi fait part de ses difficultés pour produire son tableau récapitulatif hebdomadaire des effets secondaires de la vaccination Covid-19 (cf. ci-dessous). Les CRPV sont sous l’eau et l’ANSM peine à produire ses rapports détaillés hebdo.

Chiffres ANSM au 20/05/2021. Larbi MEFTAHI @larbi_meftahi

« Plus de 37 000 cas d’effets secondaires sur 27 millions de vaccinés d’après l’ANSM au 13 mai 2021, dont plus de 9600 cas graves. C’est sur le site. Rien d’anodin. Ça fait autour d’un cas d’effet secondaire sur 750 vaccinations et 1 cas grave toutes les 2800 vaccinations quand même. »[6]

Ainsi en France on estime à 1 personne sur 100 entre 16 et 49 ans souffrant d’effet secondaire grave. Avec sous-déclaration des effets secondaires (ANSM AZ rapport n°12) à prendre en compte.

Par ailleurs, on remarque auprès des collègues, amis, et proches vaccinés que les événements survenus dans les semaines qui ont suivi la vaccination, comme infarctus, accident vasculaire cérébral ou perte de mémoire (petits emboles vasculaires cérébraux), restent considérés comme des coïncidences. Jusqu’à quand et combien de victimes ?

En tout cas, les responsables de l’ANSM ne cachent plus leur volonté de dissimuler l’info. En effet, sur les quatre dernières périodes (un mois), l’ANSM ne produit plus de rapports hebdomadaires sur les effets secondaires des vaccins Covid-19.[7]

ET chez les enfants ?

Le vaccin BioNTech/Pfizer BNT162b2, nom commercial COMIRNATY®, a obtenu son AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. L’Agence européenne du médicament a autorisé son utilisation sur les adolescents de 12 à 15 ans le 28 mai 2021. Le vaccin peut être administré aux 12-17 ans en centre de vaccination et sur autorisation parentale depuis le 15 juin 2021.

Covid-19 : pourquoi plus de 5000 enfants de moins de 12 ans ont-ils été vaccinés en France ?

Les données de Santé publique France font apparaître plusieurs milliers de jeunes enfants ayant reçu au moins une dose de vaccin, hors autorisation de mise sur le marché.

Plus de 5000 enfants de moins de 12 ans apparaissent vaccinés dans les données de Santé publique France[8]

Plus de 5 000 enfants de moins de 12 ans apparaissent vaccinés dans les données de Santé publique France (Illustration). LP/Clivier Corsan

(Illustration : LP/Clivier Corsan)

Au 30 juin, il apparaît que 5272 garçons et filles de moins de 12 ans ont reçu au moins une dose de vaccin – 2264 âgés de 0 à 4 ans, 1086 de 5 à 9 ans, et 1922 de 10 ou 11 ans.

972 d’entre eux sont complètement vaccinés.

Pourtant, aucun vaccin n’a reçu d’autorisation de mise sur le marché pour les moins de 12 ans.

Seul Pfizer l’est, pour le moment, pour les 12-17 ans (Moderna pourrait être validé à son tour en juillet).

Santé publique France confirme que ces chiffres « reflètent la réalité » et ne sont pas dus à des erreurs de saisie.

« Il y a la possibilité de vacciner, y compris hors autorisation de mise sur le marché, de jeunes enfants qui présenteraient des facteurs de risques de forme très sévère [de Covid-19]. On n’a pas l’information enfant par enfant, mais la très grande majorité correspond très vraisemblablement à ce genre de décision individuelle », explique Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste à l’agence sanitaire.

Plusieurs pathologies sont concernées.

Dans un avis publié le 24 mars 2021 sur son site, la Société française de pédiatrie notait déjà qu’« un très petit nombre d’enfants à très haut risque de Covid-19 sévère pourrait être vacciné selon le même schéma que les adultes, dès que possible, malgré l’absence d’AMM ».

Sont notamment concernés ceux atteints de polyendocrinopathie auto-immune, ou ceux présentant une prédisposition génétique aux encéphalopathies virales.

Ce nombre de 5272 reste faible, par rapport aux 10 millions d’enfants âgés de moins de 12 ans en France. La couverture vaccinale avec au moins une dose s’élève donc à moins de 0,1 % dans cette tranche d’âge.

Chez les 12-17 ans, elle est passée de moins de 1 % à 13,4 % en trois semaines. (estimation au 2 juillet)

En comparaison, le Covid a fait zéro mort chez les moins de 19 ans sains. En 2020 il n’a été observé que trois décès associés au virus, et tous chez des enfants immunodéprimés graves.

ISRAËL

En Israël aussi les médecins se demandent pourquoi cette folie de vouloir absolument vacciner les enfants.[9]

Le Covid-19 n’est pas une maladie de l’enfant et sur plus de 6400 décès répertoriés de covid seulement 9 concernaient des enfants, et la plupart sont atteints de maladies graves sous-jacentes : « nous ne savons pas vraiment si ce vaccin est sans risque pour les adolescents ».[10]

Pourtant selon une étude des autorités sanitaires israéliennes,[11]275 cas de myocardite ont été identifiés entre décembre 2020 (soit la date du début de la campagne de vaccination) et mai 2021, et surtout chez les jeunes.

DANGER MAJEUR DE L’INJECTION GÉNIQUE CHEZ LES JEUNES ADULTES ET ADOLESCENTS, LES MYOCARDITES DANS TOUS LES PAYS VACCINES

Chez les jeunes, les pseudovaccins anticovid semblent d’autant plus toxiques que les citoyens sont plus jeunes, en particulier sur les conséquences cardiaques.

En Israël, cent quarante-huit myocardites sont apparues dans le mois suivant la vaccination dont 27 cas après la première dose, et 121 après la deuxième dose. Et les autorités sanitaires ont découvert un « lien probable » entre les deux.[11]

La plupart des cas sont survenus chez de jeunes hommes, en particulier ceux âgés de 16 à 19 ans. Les patients ont majoritairement été hospitalisés pendant quatre jours ou moins.

Aux États-Unis une étude souligne le possible lien entre les vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna) et les cas de myocardite détectés chez certains jeunes vaccinés. Leurs conclusions sont similaires à celles tirées par l’État hébreu.

Pendant plusieurs semaines, un groupe de sécurité des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a étudié les cas d’inflammation cardiaque survenus après des injections de vaccins Pfizer et Moderna.

Ils ont expliqué avoir recensé un peu plus de 12 000 cas de myocardite(inflammation du muscle cardiaque) ou de péricardite (inflammation de la membrane qui entoure le cœur). Ceux-ci sont principalement survenus chez des personnes de moins de 30 ans plus souvent chez les hommes que chez les femmes. D’après les scientifiques américains, le lien entre les vaccins et ces problèmes de santé est « probable ».

Quelle fréquence ?

Voici les chiffres américains, en détail, arrêtés au 11 juin 2021

267 cas de myocardite ou de péricardite signalés après l’administration d’une première dose d’un vaccin à ARNm.

827 cas après l’administration d’une deuxième dose d’un vaccin à ARNm.

132 cas signalés sans que le nombre de doses soit connu.

« Il s’agit encore d’un événement rare », a commenté le Dr Tom Shimabukuro. « Pour les deux vaccins combinés, on a enregistré 12,6 cas d’inflammation cardiaque par million de doses. Les cas étaient plus fréquents chez les personnes ayant reçu le vaccin Moderna, soit 19,8 cas par million, contre 8 cas par million pour le vaccin Pfizer », a-t-il précisé.

Cet effet secondaire rare a été ajouté dans la liste des avertissements présents dans les fiches d’information sur les vaccins à ARNm, selon la Food and Drug Administration (FDA).

« Sur la base des données disponibles, une mise en garde dans les fiches d’information, tant pour les prestataires de soins de santé que pour les personnes vaccinées et les soignants, serait justifiée dans cette situation», a déclaré Doran Fink, directeur adjoint de la division des vaccins de la FDA, cité par Politico.

Les symptômes de ces inflammations cardiaques consistent en des douleurs thoraciques et en un essoufflement. Ils apparaissent surtout dans la semaine qui suit la vaccination, principalement au quatrième jour suivant l’injection.

Si une personne soupçonne qu’elle souffre d’une myocardite ou d’une péricardite, il lui est conseillé de se rendre chez son médecin ou aux urgences. Des examens permettront d’établir un diagnostic. Si l’inflammation est survenue par suite de l’injection de la première dose, il serait prudent de ne pas recevoir la seconde.

EN CONCLUSION

COMBIEN D’ENFANTS SONT-ILS MORTS DU VACCIN ? BEAUCOUP TROP, PUISQU’ILS NE RISQUAIENT RIEN DU COVID

Les injections géniques expérimentales ne protègent pas ceux qui les reçoivent ni leurs contacts, du coronavirus ni de ses variants, et exposent à de trop nombreux effets indésirables immédiats et à moyen terme, et inconnus à long terme. Leur administration doit être stoppée en urgence.

Et si vous voulez mieux connaître les laboratoires qui commercialisent ces injections géniques :

Dre Nicole Delépine

 

 

Notes :

[1] SOURCE : http://www.adrreports.eu/fr/search_subst.html#[

[2] 16.500 décès susceptibles d’être causés par les « vaccins » anti-covid dans l’UE (au 26 juin 2021) | Mondialisation — Centre de Recherche sur la Mondialisation

[3]https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-vaccins-contre-la-covid-19-232177[

[4] https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/deja-presque-12000-morts-et-plus-d-233104

[5] ONS finally admits the Covid Vaccines have caused multiple deaths; contradicting claims made by the MHRA – Daily Expose

[6] dixit la grosse fouine sur twitter.

[7] « Manifestement le site de l’ANSM ne joue plus la transparence » : Selon Larbi MEFTAHI @larbi_meftahi le 6 juil.

[8] Par Nicolas Berrod. Le 2 juillet 2021

[9] Andrew Bostom, MD, MS @andrewbostom 5 juil.

[10] https://jpost.com/health-science/why-is-israel-mass-vaccinating-teens-when-who-says-not-to-analysis-672854

[11] https://www.lecho.be/dossiers/coronavirus/lien-probable-entre-le-vaccin-pfizer-et-la-myocardite-dit-israel/10310696.html

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/effets-secondaires-et-deces-lies-aux-injections-experimentales-anticovid/5658240

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : L’OBLIGATION VACCINALE N’AURAIT AUCUNE JUSTIFICATION, NI SCIENTIFIQUE NI LEGALE

Par Le 14/07/2021

L’obligation vaccinale n’aurait aucune justification, ni scientifique ni légale

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 13 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 146   1  0 

 

  148

Elle ferait de plus courir des risques politiques insensés à notre démocratie.

Le covid a quasiment disparu du pays même si nos gouvernants et les médias le cachent

D’après l’OMS et OurWorldinData, le nombre de nouvelles contaminations journalières est en chute libre en France depuis avril 2021. Depuis trois semaines, ce nombre ne dépasse pas 2000 par jour, soit une incidence quotidienne de 0,000 03.

À titre de comparaison, la Grande-Bretagne en est à 20 000 cas quotidiens malgré sa couverture vaccinale élevée et ses confinements récents.

Alors pourquoi le gouvernement veut-il prolonger la loi d’urgence prétendument sanitaire pour une épidémie disparue ?

La stratégie du tout vaccin sans traitement précoce est un échec cuisant

Le gouvernement et les médias tentent d’entretenir la peur dans la population en agitant la « quatrième vague ».

Celle-ci n’est qu’un mauvais scénario catastrophe issu d’une nouvelle modélisation dont les précédentes se sont toujours révélées fausses et ont été le prétexte des mesures liberticides (confinement, interdiction de traitements précoces) qui ont fortement aggravé la mortalité globale.

Elles nous ont placés dans le peloton de tête des plus fortes mortalités européennes par million d’habitants, comme les autres grands pays qui ont confiné à l’aveugle et, pour certains, interdit à leurs médecins de traiter précocement les malades.

[Ndlr : la Biélorussie (Belarus sur le schéma) n’a pratiqué aucune mesure sanitaire obligatoire et a beaucoup moins de morts par millions d’habitants et en absolu que la plupart des autres pays d’Europe. Voir ici ou ici, articles qui présentent très négativement ce pays (et son président élu, alors que son choix sanitaire est visiblement le meilleur).]

Le cuisant échec de la stratégie de la peur et du tout vaccin adoptée jusqu’ici devrait faire réfléchir nos politiques et les inciter à une approche plus démocratique, qui s’est révélée nettement plus efficace dans d’autres pays.

Les pseudo vaccins actuels ne sont pas efficaces contre le variant delta

La grippe, autre virus à ARN, nous a appris depuis longtemps qu’il se présente un nouveau virus chaque année, avec pour corollaire l’inefficacité au moins relative du vaccin de l’année précédente.

Il en va de même du Covid ; les variants émergent et se développent parce qu’ils sont résistants aux injections pseudo vaccinales en cours.

Les covidistes prétendent que la vaccination serait la meilleure prévention contre le variant delta alors que l’expérience des pays les plus vaccinés démontre le contraire.

Les pseudovaccins actuels ne sont pas efficaces contre le variant delta ainsi que l’atteste la reprise actuelle de l’épidémie en Grande-Bretagne et en Israël champions de l’Astra Zeneca et du Pfizer.

En Israël, la campagne de vaccination a été suivie d’un accroissement brutal des contaminations et de la mortalité quotidiennes pendant les mois de janvier et février 2021 qui ont établi les records mensuels de cas et de morts.

Puis après une accalmie de deux mois et malgré un taux élevé de couverture vaccinale,[1] une reprise de l’épidémie avec le variant delta est apparue.

Pfizer et les autorités sanitaires responsables de la campagne du traitement Pfizer prétendent que l’injection anti-covid serait efficace contre le variant delta, mais ne fournissent aucune donnée brute le démontrant ni aucune explication crédible à la progression exponentielle de la maladie chez les vaccinés.

Car l’inefficacité du traitement génique Pfizer est confirmée par l’ancien directeur général de la santé israélienne qui a déclaré que « 40 à 50 % des nouveaux cas concernaient des personnes complètement vaccinées.[2]»

Même cinétique d’échec en Grande-Bretagne.

Après l’hécatombe post-injection qui a emporté en trois mois autant de victimes que pendant les dix mois précédents est apparue une accalmie de 2 mois qui a fait croire que le traitement préventif aurait été efficace.

Mais en réalité les injections géniques n’ont abouti qu’à précipiter l’émergence du variant delta dont l’incidence augmente de manière exponentielle depuis fin mai.

Et la gravité de l’infection à variant delta paraît même augmentée par la pseudo-vaccination puisque le risque de mourir des « vaccinés » est le triple de celui des non injectés démentant la fadaise constamment répétée d’une moindre gravité après l’injection expérimentale anti-covid.

L’échec patent des pseudo vaccins géniques dans ces deux pays champions de cette stratégie prouve de manière indiscutable que les injections géniques actuelles sont incapables de limiter la transmission du variant delta.

On ne comprend donc pas que des chercheurs de l’Institut Pasteur comme Olivier Schwartz puissent prétendre que l’injection « resterait toutefois très efficace face au variant indien », avec « une efficacité légèrement diminuée, d’après les tests en laboratoire, le vaccin Pfizer est probablement protecteur ».

Comment un traitement inefficace sur la transmission de la maladie dans les pays les plus vaccinés pourrait-il être efficace en France ?

L’obligation d’injection anti-covid des soignants n’aurait donc aucune efficacité de protection des contacts des soignants

Les injections géniques actuelles ne sont pas des vaccins pastoriens

Un vaccin selon Pasteur contient des antigènes (un microbe tué ou atténué, ou le plus souvent un simple fragment de celui-ci) destinés à susciter une réaction immunitaire marquée par la création d’anticorps en quantité suffisante pour prévenir la maladie cible.

Les pseudo vaccins anticovid actuels ne contiennent aucun antigène, mais des ARN messagers créés par génie génétique. Leurs fabricants les présentent comme des vaccins pour bénéficier frauduleusement de la bonne réputation des vrais vaccins en France, et tromper leurs clients par un marketing habile d’après la vaccination antidiphtérique ou contre la fièvre jaune (contenant un virus atténué, mais vivant), laissant croire qu’on est totalement protégé contre la maladie covid.

Ce n’est pas le cas avec les injections anti-covid actuelles dont l’efficacité réelle en population est très faible, et sans rapport avec les mensonges publicitaires colossaux (85 % à 95 % !) que répètent les communiqués des fabricants et leurs complices. Et ce n’est pas l’injection de plus prônée par les laboratoires et le Premier ministre (la 3e !) chez les personnes à faible réponse immunitaire qui changera grand-chose (sauf les bénéfices de Big Pharma).

La protection des soignants et des personnes fragiles peut être assurée par les traitements précoces

L’Inde est un pays gigantesque et pauvre avec un système hospitalier encore plus délabré que le nôtre. Elle a vaincu la première vague en traitant préventivement son personnel soignant et les contacts des malades avec la chloroquine. Au 1er janvier 2021, elle comptait neuf fois moins de morts par millions d’habitants que la France.

En janvier 2021, elle a commencé la vaccination et abandonné dans certains états les traitements précoces systématiques.

Deux mois plus tard, elle a affronté une forte poussée de cas et de morts qui n’a été contrôlée qu’après la reprise généralisée de traitements précoces par chloroquine/Ivermectine.

Au 10 juillet 2021, elle compte 5,5 fois moins de morts par millions d’habitants que la France (312 vs 1690).

Les traitements précoces constituent donc une solution beaucoup plus efficace que l’injection génique.

Pour l’abandon de la politique tyrannique fondée sur la peur

La politique autoritaire de restrictions des libertés et l’inefficacité de la stratégie Covid19 par la peur et les obligations scientifiquement infondées font courir des risques insensés à notre démocratie.

Jusqu’ici, les Français ont été remarquablement patients. Ils ont supporté des restrictions de liberté inefficaces sans beaucoup de réactions, anesthésiés par l’argent déversé du « quoiqu’il en coûte », la propagande terrorisante omniprésente des médias chapitrés par l’Élysée et la censure féroce des opposants. Comme le décrivait La Boétie[3]:

« Le peuple a repoussé la liberté et pris le joug ».

Mais les mensonges permanents du ministère de la Santé et les très mauvais résultats de sa politique prétendument sanitaire les réveillent peu à peu. La poursuite d’une politique totalitaire avec la continuation de l’état d’urgence et des restrictions inutiles maintenant démasquées crée une situation d’incompréhension de plus en plus forte entre le peuple et ses représentants officiels expliquant en grande partie l’abstention record aux élections.

Le professeur Delfraissy et quatre autres membres du comité scientifique l’ont clairement exprimé[4]:

« Il est temps d’abandonner les approches fondées sur la peur et basées sur un confinement généralisé… Il n’est plus possible d’utiliser le confinement général stop-start comme principale réponse à la pandémie de COVID-19. Bien qu’attirante pour de nombreux scientifiques et une mesure par défaut pour les dirigeants politiques craignant d’être légalement responsables de réponses nationales lentes ou indécise.

« Les populations ont été jusqu’à présent relativement complaisantes, mais leurs doutes et leur méfiance sont visibles dans les mouvements de protestation dans plusieurs pays. L’impact du confinement général sur des économies entières a été dévastateur, le pire étant encore à venir en termes de taux de chômage et de dette nationale… Fondamentalement, la nouvelle approche devrait être fondée sur un contrat social clair et transparent, ancré dans les données disponibles… ».

Pourquoi n’est-il pas écouté et a-t-il comme le pr Raoult un discours fluctuant ?

Dans l’Histoire, que nos gouvernants devraient méditer, le régime des tyrans ne dura nulle part très longtemps et ne persista que tant qu’il a eu l’appui du peuple. Au tyran demandé par la foule, succèdent le désenchantement, puis la colère, car au fur et à mesure que la tyrannie devient moins utile, elle se fait de plus en plus oppressive. Ainsi s’explique la fin sanglante de nombreux tyrans tels que Alexandre tyran de Phères, Néron, Caligula, Vitellius, Gallère empereurs romains, Louis XVI, Mussolini, Trujillo, Kadhafi, Saddam Hussein…

La dérive de plus en plus totalitaire d’un gouvernement qui abuse d’une loi d’urgence sans aucune justification réelle, qui accroît la propagande permanente, la censure, multiplie les menaces et les intimidations contre les opposants et les mensonges quotidiens fracture un peu plus le pays, fait courir des risques politiques insensés à notre démocratie, au peuple et à ses dirigeants.

Conclusions

Une obligation pour un médicament qui n’est pas un vaccin, mais une injection expérimentale médicamenteuse d’ARN (dont les résultats avérés en Grande-Bretagne et Israël sont franchement mauvais, dont notre ministre reconnaît qu’ils ne sont capables de prévenir ni la maladie ni sa transmission) serait non seulement médicalement inutile, et totalement illogique (si vous croyez que ce traitement vous protège, vous n’avez aucune raison d’avoir peur des autres), mais serait de plus illégale, car contraire à la convention d’Oviedo. D’ailleurs, aucun pays au monde ne l’a imposée.

Non à l’obligation des pseudo vaccins covid des soignants comme du reste de la population ! Un traitement expérimental ne peut être administré qu’à des volontaires loyalement informés.

Préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 :

« Il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression »

Dre Nicole Delépine

 

Notes :

[1] avec 57,2 % de la population complètement vaccinée (le 2 juillet 2021

[2] La rédaction : Israël est un pays « hyper » vacciné et il subit aussi le variant Delta. À quoi sert la vaccination ? Nice Matin le 05/07/2021

[3] La Boétie « Discours de la servitude volontaire »

[4] *Laetitia Atlani-Duault, Bruno Lina, Franck Chauvin, Jean-François Delfraissy, Denis Malvy Immune evasion means we need a new COVID-19 social contract Lancet www.thelancet.com/public-health Vol 6 April 2021
https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S2468-2667%2821%2900036-0[

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lobligation-vaccinale-naurait-aucune-justification-ni-scientifique-ni-legale/5658232

Dans FRANCE

A PROPOS DE LA DECLARATION DE M. MACRON DU 12 JUILLET 2021

Par Le 14/07/2021

A propos de la déclaration de M. Macron du 12 juillet 2021

mercredi 14 juillet 2021 par ANC

Le gouvernement, par la voix de son chef, qui avait dit être en guerre contre le virus, n’a pas du tout employé la « manière forte » comme le disent ce matin les médias.
Le gouvernement nous demande de le croire sur parole, alors qu’il a été pris à plusieurs reprises en flagrant délit de camouflage de la réalité sanitaire, sociale, politique, économique, militaire et sécuritaire. Des doutes sérieux, relayés par de nombreux spécialistes, immunologues, épidémiologistes et oto-rhino-laryngologistes connus pour leur compétence, persistent sur l’efficacité et les effets secondaires possibles concernant en particulier les seuls vaccins autorisés par l’Union européenne qui favorise ouvertement les transnationales capitalistes occidentales.

Beaucoup de citoyennes et citoyens n’ont pas confiance dans les laboratoires pharmaceutiques américains qui produisent des vaccins à ARN, type de vaccin jamais utilisé à cette échelle. La plupart des autres Etats, en Russie, à Cuba, en Chine, ont opté pour des vaccins plus traditionnels qui ont visiblement les mêmes effets immédiats (neutraliser la mortalité sur les nouvelles vagues quand la vaccination est significative dans le pays considéré) sans prendre de risque sur les effets secondaires ou sur la longue durée, sans non plus imposer des troisièmes et quatrièmes doses très lucratives pour les futures vagues (obsolescence programmée !). La Chine a clairement les moyens techniques de produire un tel vaccin à ARN mais a préféré en produire des formes plus traditionnelles, pourtant plus coûteux à produire, pour leur innocuité démontrée depuis longtemps. Ils sont "moins efficaces" globalement (autour de 70%) que les Pfizer et Moderna pour le variant de l’année dernière, mais efficaces à 100% pour éviter les hospitalisations et donc les morts : n’est-ce pas l’essentiel ?

L’OMS, les personnels CGT soignants rappellent qu’il faut convaincre et non contraindre concernant la vaccination. Comment cela est-il possible si on ne donne pas ce choix aux citoyens, ni la possibilité démocratique de boycotter les vaccins à ARN. Nous ne pouvons donc pas accepter de nous soumettre à une décision d’un pouvoir qui a empêché toute discussion publique, pluraliste et scientifique portant sur ses décisions et ses erreurs flagrantes.

Ce gouvernement qui n’a cessé de se contredire empêtré qu’il est dans sa logique libérale qui tend chaque jour à sacrifier un peu plus la santé publique sur l’autel du profit, ce gouvernement qui il y a un an disait que les masques ne servaient à rien, envoyait les personnels soignants au front sans aucune protection, le même veut maintenant imposer la vaccination aux personnels soignants et autres personnes au contact de la population (sauf les forces de l’ordre précise-t-il !) et à terme de fait à l’ensemble de la population.

Evidemment l’obligation du pass-sanitaire, après celles des couvre-feux et des confinements constitue une avancée de plus dans la société du contrôle et de la répression basée sur la politique de la peur et de la désinformation. D’autant que la question légitime à se poser est quelle est l’efficacité d’une mesure de vaccination obligatoire qui ne concerne que la France alors que celle-ci ne représente qu’1% de la population mondiale et que 95 pays n’ont pas atteint les 10% de vaccinés ? L’OMS, qui s’est quand même moins trompée que le gouvernement français depuis le début de la pandémie (et dont le gouvernement assure suivre les recommandations) estime que l’immunité ne sera atteinte que lorsque 90% de la population mondiale sera vaccinée.

Mais ce qui est le moins commenté par les médias et n’a rien à voir avec ce qui précède, à croire qu’il s’agit d’un écran de fumée, c’est ce qu’a annoncé M. Macron hier sur l’assurance chômage et la retraite et que le MEDEF a applaudi des deux mains.

En s’appuyant sur de nouvelles privations de libertés et tentatives de museler le peuple, le gouvernement veut faire franchir à la population un nouveau bond en arrière en matière de droits sociaux et prolonger la durée du travail alors que le chômage continue de monter et que la misère explose.

De plus annoncer la mise en œuvre d’une réforme de l’assurance chômage que la justice vient de retoquer en dit long sur le respect des institutions de la part d’un gouvernement où même le ministre de la Justice se trouve en délicatesse avec celle-ci.

La division fondamentale dans ce pays n’est pas entre celles et ceux qui font le choix individuel de se faire vacciner ou pas mais entre les tenants des richesses et celles qui s’opposent à leur spoliation, aux violations des libertés et à la répression.
Si on veut mener la guerre à la pandémie ce n’est pas par la politique de la peur, du contrôle et de la répression mais cela passe :
- Par la nationalisation de l’industrie pharmaceutique
- Par la création d’emplois dans la santé
- Par l’augmentation des lits et des équipements
- Par l’intégration de la santé privée dans le secteur public
- Par le retour à la gestion ouvrière de la sécurité sociale, elle qui n’a jamais été déficitaire dans un pays bien moins riche et la restitution des moyens pris à celle-ci

L’ANC, à la mesure des moyens qui sont les siens, continuera le combat dans ce sens-là

Paris le 13 07 2021

http://ancommunistes.fr/spip.php?article3277

Dans FRANCE

POLICIERS ET GENDARMES NE SONT PAS CONCERNES PAR L’OBLIGATION VACCINALE

Par Le 13/07/2021

 

Police nationale

Les policiers et les gendarmes ne seront pas concernés par l’obligation vaccinale

© Sputnik . Oxana Bobrovitch

FRANCE

13:33 13.07.2021(mis à jour 13:36 13.07.2021)URL courte

Par 

8436

S'abonner

La vaccination obligatoire va être élargie à d'autres professionnels au contact avec des personnes fragiles. Les sapeurs-pompiers et les ambulanciers feront aussi partie de la liste, où les gendarmes et les policiers ne figurent pas.

«Plus nous vaccinerons, moins nous laisserons d'espace au virus», a déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée en justifiant la vaccination obligatoire des «personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour personnes en situation de handicap, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes fragiles, y compris à domicile».

Les sapeurs-pompiers et les ambulanciers feront aussi partie de la liste des professions qui devront se faire immuniser.

Les personnes concernées «auront jusqu'au 15 septembre pour se faire vacciner» et après cette date seront mis en œuvre «des contrôles et des sanctions», a-t-il ajouté.

Mais si les personnels soignants non vaccinés ne pourront plus travailler et ne seront plus payés à partir de la date désignée, comme l’a annoncé Olivier Véran, les membres des forces de l'ordre ne seront pas soumis à cette obligation en septembre prochain, a indiqué à BFM TV l'entourage du ministre de l'Intérieur.

Attal précise la décision

Invité ce 13 juillet sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal est revenu sur les annonces d'Emmanuel Macron. Il a confirmé que les policiers ne seraient pas concernés par l'obligation vaccinale ou par le pass sanitaire:

Ce dernier est «pour des personnels qui travaillent dans des lieux où il est exigé pour les usagers», a rappelé le porte-parole du gouvernement, tout en expliquant que «ce n'est pas la même situation pour les policiers». 

Cependant, selon BFM TV, «sur le temps de repos, les membres des forces de l'ordre sont soumis aux mêmes restrictions que le reste de la population».

Macron incite à la vaccination

Alors que le variant Delta, plus contagieux, continue sa progression, Emmanuel Macron a appelé lors de son allocution du 12 juillet tous les Français à se faire immuniser le plus vite possible pour endiguer la propagation du virus. Sans introduire la vaccination obligatoire pour tout le monde, le chef de l’État a cependant annoncé l’extension du pass sanitaire aux lieux culturels et de loisirs dès le 21 juillet. La mesure concernera les cafés, restaurants, centres commerciaux et certains transports. Elle s’appliquera à toutes les personnes, quel que soit leur statut: clients, usagers, salariés.

De plus, le Président a fait savoir qu’à partir du mois d’octobre les tests PCR non prescrits sur ordonnance ne seront plus remboursés par l’État.

L'effet des annonces a été immédiat. «926.000 Français ont pris un rendez-vous de vaccination» lundi soir sur Doctolib et «ça se poursuit encore ce matin», a annoncé mardi 13 juillet son directeur, Stanislas Niox-Chateau, sur BFM TV.

https://fr.sputniknews.com/france/202107131045871231-les-policiers-et-les-gendarmes-ne-seront-pas-concernes-par-lobligation-vaccinale/

Dans FRANCE

APPEL A LA GREVE A LA SNCF LE MERCREDI 6 JUILLET. LA DIRECTION DOIT RÉPONDRE À NOS REVENDICATIONS SALARIALES !

Par Le 24/06/2022

24/06/2022 11:22 CEST | Actualisé il y a 8 heures

Grève à la SNCF le mercredi 6 juillet, les syndicats réclament une hausse des salaires

L’ensemble du personnel de la SNCF partout en France est concerné par cet appel à cesser le travail.

Le HuffPost avec AFP

La gare du Nord à Paris en décembre 2019 (photo

ANTOINE GYORI - CORBIS VIA GETTY IMAGES

La gare du Nord à Paris en décembre 2019 (photo d'illustration).

MOUVEMENT SOCIAL - La CGT-Cheminots, SUD-Rail et la CFDT appellent les cheminots à la grève le mercredi 6 juillet face à “l’inflation croissante” et à “l’absence d’augmentation générale depuis 2014”. “Le contexte post-pandémie et géostratégique, avec la guerre en Ukraine, entraîne une flambée des prix inégalée depuis 40 ans”, s’inquiètent dans un communiqué commun la CGT-Cheminots, SUD-Rail et la CFDT. 

“Les cheminots sont durement touchés” et “subissent un recul net et fort de leur pouvoir d’achat”, affirment les syndicats. Le 16 juin dernier, toutes les organisations représentatives ont fait une “demande de concertation immédiate” sur la question des salaires au président de la SNCF Jean-Pierre Farandou.

“La direction a refusé de recevoir les organisations syndicales (...) renvoyant les échanges à des réunions bilatérales en cours”, déplore le communiqué. Les cheminots demandent “des mesures de rattrapage salarial de l’inflation”, mais aussi “une augmentation générale des salaires et la revalorisation des primes” ou encore “une revalorisation de l’ensemble des allocations, gratifications et indemnités”.

L’Unsa-ferroviaire ne s’est pas encore jointe à l’appel à la grève et donnera sa réponse quant à sa participation le 28 juin prochain. Un préavis de grève sera déposé couvrant la période du mardi 5 juillet 19h au jeudi 7 juillet 8h, précise le communiqué.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/greve-a-la-sncf-le-jeudi-6-juillet-les-syndicats-reclament-une-hausse-des-salaires_fr_62b57feae4b06169caa50952

 

LA DIRECTION DOIT RÉPONDRE À NOS REVENDICATIONS SALARIALES !

APPEL À LA GRÈVE

23.06.2022 | Espace presse

Facebook

Twitter

Imprimer

Les Fédérations syndicales CGT, UNSA ferroviaire, SUD-Rail, CFDT ont déposé une DCI commune sur la question des salaires et du pouvoir d’achat le 16 juin dernier.

La direction a refusé de recevoir les organisations syndicales dans le cadre de cette démarche, en renvoyant les échanges à des réunions bilatérales en cours.

Les fédérations syndicales engagées dans cette démarche dénoncent fermement cette position de refus du dialogue social, de mépris vis-à-vis des revendications des cheminots. Elles appellent à une grève nationale le 06 juillet 2022.

Le contexte post pandémie et géostratégique, avec la guerre en Ukraine, entraîne une flambée des prix (essence, alimentation, énergie, etc.) inégalée depuis près de 40 ans.

L’inflation atteint des sommets depuis plusieurs mois. La hausse des prix a, en effet, continué à grimper en mai, à hauteur de 5,2 % sur un an, selon les derniers chiffres de l’Insee. Elle dépasse désormais les 5 % pour la première fois depuis septembre 1985 pour, selon les estimations, s’aggraver de près de 10 % d’ici à la fin de l’année 2022. En avril dernier, la hausse des prix atteignait 4,8 % sur un an, ce qui constituait déjà un record. Elle s’explique largement par l’accélération des prix de l’énergie (+27,8 % en mai), des services (+3,2 %), de l’alimentation (+4,3 %) et des produits manufacturés (+3 %).

Une vague de mobilisations, notamment par la grève, évidemment pas médiatisée, déferle sur la France. Chez Safran, Toyota, Thales, dans l’agro-alimentaire, chez Badoit, les groupes Bel et Lactalis, dans l’aérien, les transports, la métallurgie, l’énergie, les postes et télécommunications, le commerce, pour ne citer qu’eux, les salariés agissent pour exiger une réévaluation de leurs salaires pour compenser les effets de l’inflation qui atteignait, en mai en France, le niveau record de 5,2 % sur un an.

En Angleterre a lieu une grève historique des cheminots britanniques pour gagner des hausses de salaires.

À l’instar de l’ensemble des salariés en France comme en Europe, les cheminots sont durement touchés par l’explosion de l’inflation, nous devons agir pour gagner des hausses de salaires.

Confrontés à une inflation croissante et à l’absence d’augmentation générale depuis 2014, les cheminots subissent un recul net et fort de leur pouvoir d’achat. La direction SNCF doit arrêter cette politique développant l’individualisation des salariés et la division sociale.

Les fédérations syndicales de cheminots CGT, SUD-Rail, CFDT, en phase avec les réalités vécues par les cheminots, portent les exigences suivantes :

Des mesures de rattrapage salariales de l’inflation et un report systématique de la hausse du SMIC sur l’ensemble de la grille ;

Une augmentation générale des salaires et la revalorisation des primes de travail ;

Une revalorisation de l’ensemble des allocations, gratifications et indemnités pour tenir compte de la hausse des prix ;

Dans cette année particulière, au moins un rendez-vous salarial avant l’été et ensuite avant la fin de l’année.

Une table ronde est prévue le 06 juillet prochain, d’ores et déjà les fédérations syndicales CGT, SUD-Rail, CFDT appellent les cheminots à la grève ce jour-là pour que la direction réponde positivement à nos légitimes revendications. L’UNSA ferroviaire donnera sa réponse quant à sa participation le 28 juin prochain.

Un préavis de grève sera déposé couvrant la période du 05 juillet 2022 19h00 au 07 juillet 2022 08h00.

Ce préavis couvrira l’ensemble du personnel.

Téléchargements

Appel à la grève unitaire au format .pdf

https://www.cheminotcgt.fr/espace_presse_accueil/la-direction-doit-repondre-a-nos-revendications-salariales/

Dans FRANCE

PORT DU MASQUE, VACCINATION, CERTIFICAT COVID DE L'UE : UNE HISTOIRE SANS FIN ?

Par Le 24/06/2022

Port du masque, vaccination, certificat covid de l'UE: une histoire sans fin?

Auteur(s)

FranceSoir

Publié le 23 juin 2022 - 17:55

Image

Alain Fischer, lors de l'audition de l'OPECST au Sénat le 24 mai 2022

Alain Fischer, lors de l'audition de l'OPESCT au Sénat, le 24 mai 2022.

 Neyer Valeriano, pour FranceSoir

FacebookTwitterEmailWhatsAppPlus d'options...

Plus besoin de déguisement, les masques sont tombés ! Enfin, c'était sans compter sur le concours d'Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, revenu sur scène ce mercredi 22 juin. Le port du masque dans les transports et la quatrième dose, ça se "discute sérieusement", dit-il comme pour remettre deux sous dans la musique, alors que les discussions sur la "loi Covid" du gouvernement sont encore en suspens.

La chenille redémarre

Le 16 mai dernier, le port du masque n’était plus obligatoire dans les transports (il le restait uniquement dans les établissements de santé). Un peu plus d'un mois plus tard, tandis que les cas et les tests Covid sont remis en avant par la presse, Alain Fischer s’exprime sur le plateau de Télématin pour prêcher la bonne parole. L'arrivée de l'été — aidée par les législatives — a changé le gouvernement, mais pas Alain Fischer. Selon lui, le retour du masque dans les transports en commun "se discute sérieusement".

Et ce n'est pas la variole du singe qui l'effraie, mais bien "la prochaine vague épidémique du Covid, alimentée par le variant BA.5". S’adressant aux personnes les plus fragiles, le médecin considère que "dans les transports collectifs, c'est probablement raisonnable". "En faisant le petit effort de porter le masque, on contribue à protéger les personnes fragiles", assure-t-il comme par dogmatisme. Et le gouvernement en a pris bonne note, puisque la nouvelle porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, annonçait le 23 juin : "On ne s'interdit rien. Si cette question devait se poser, c'est avec les autorités sanitaires que nous prendrions des décisions."

Pendant ce temps, une étude publiée dans la revue médicale américaine Medicine avance que les masques auraient eu l’effet inverse à celui recherché : ils contribueraient en fait à une "menace encore inconnue" plutôt qu’à une véritable protection. Comme dit le professeur, "ça se discute sérieusement".

Lire aussi : Les masques sont responsables d’un plus grand nombre de décès Covid, selon une étude

Une quatrième dose en quatrième vitesse

Et quand il s'agit de "freiner le rebond épidémique", Alain Fischer a plus d'un tour dans son sac. En plus des masques, il estime qu’il faut accélérer la vaccination aux plus de soixante ans. Selon lui, la quatrième dose (ou "deuxième dose de rappel", selon les écoles) pour les personnes de 60 à 79 ans est une solution envisageable.

"Une personne sur cinq éligible chez les 60 à 79 ans n'a pas reçu cette dose", s'inquiète-t-il avant d'ajouter qu'il "serait très utile pour ces personnes qu'elles reçoivent le plus rapidement possible un second rappel, parce qu'en une semaine environ, elles récupéreront un meilleur niveau de protection". Jusqu'à quand ? Le professeur ne le dit pas.

Lire aussi : D'où vient le "déficit immunologique" qui envoie les vaccinés à l'hôpital?

"Loi covid" et planning ministériel chamboulé

Si les scientifiques reprennent du service sur les plateaux télévisés, les décisions sont encore entre les mains du gouvernement. Mais pour l'instant, chamboulé par des législatives au goût amer — en tout cas pour le parti présidentiel, ce dernier peine à sortir la tête de l'eau.

Lire aussi : Législatives: pas de majorité absolue pour Emmanuel Macron, la NUPES perd son pari, score historique pour le RN

Le 8 juin dernier, Olivia Grégoire avait promis de soumettre au Conseil des ministres un texte de loi sur le Covid. Mais les ministres changeant, ledit Conseil (qui devait avoir lieu le mardi 21 juin) a finalement été repoussé jusqu’au 28 juin. Quoi qu'il en soit, si la France est aujourd'hui contrainte de gérer des problèmes intérieurs plus urgents, tout laisse penser que le sujet du Covid reviendra bientôt nous hanter. D'ores et déjà, l'OMS prépare un traité international sur les pandémies, et le prophète Bill Gates annonce un "variant beaucoup plus mortel".

Lire aussi : Covid: Bill Gates alerte sur l’arrivée d'un nouveau variant "encore plus mortel"

De son côté, le Parlement européen continue sur sa lancée. Le 23 juin, les eurodéputés votaient pour ou contre l’extension du certificat covid numérique de l’Union européenne : 483 d'entre eux ont approuvé le prolongement du passe sanitaire européen, sur un total de 591 votants.

Finalement, si le vote des Français traduit bien une certaine lassitude politique, il y a fort à parier que le gouvernement d'Emmanuel Macron porte davantage son attention sur la dimension internationale des futures décisions. C'est en tout cas la thèse que soutient Eric Verhaeghe. Reste à savoir si les oppositions parviendront à recentrer le débat sur la politique intérieure en portant la voix des Français plutôt que celle de l'Europe. Les débats s'annoncent laborieux.

https://www.francesoir.fr/politique-france/masque-vaccination-certificat-covid

 

Dans FRANCE

PROFESSEUR RAOULT : "JE SUIS HOSTILE A L'HEGEMONIE"

Par Le 24/06/2022

Raoult charge ses détracteurs : "C'est eux qui vont m'expliquer la science?"

Auteur(s)

FranceSoir

Publié le 24 juin 2022 - 17:20

Image

Didier Raoult

"Je suis hostile à l'hégémonie" Didier Raoult

 F. Froger / Z9, pour FranceSoir

FacebookTwitterEmailWhatsAppPlus d'options...

Dans une vidéo publiée le 21 juin sur la chaîne YouTube de l’IHU Méditerranée-Infection, le professeur Didier Raoult, directeur de l'institut hospitalo-universitaire, est revenu sur les accusations selon lesquelles il aurait manqué de soumettre un projet de recherche, parmi les près de 3 500 études scientifiques publiées au cours de sa carrière, à l’avis d’un Comité consultatif de protection des personnes. Des critiques qui suscitent la surprise du professeur, au regard du pedigree de ses émetteurs : « Le dernier point sur lequel il nous attaque et qui fait le bonheur des uns et des autres est le même point, ce que vous retrouvez dans FranceSoir, qu’on peut reprocher au ministre M. Véran, à la directrice de l’ANSM et à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Et puis probablement à 99 % des gens qui ont fait au moins une publication. Vous verrez qu’aucun n’a entièrement respecté la règlementation. »

 

« Il ne faut pas mélanger éthique et règlement »

L’occasion pour le professeur d’établir un différentiel entre règlementation et éthique. Le gouvernement français, souligne-t-il, a instauré une « prolifération maladive de lois et de règlements, qui fait qu’on arrive plus du tout à travailler », indiquant qu’il s’agit de « lois qui changent tout le temps ». Pour autant, s’il existe une multitude de lois et de règlements, il estime que l’éthique est « un élément qui manque profondément dans ce pays », évoquant pour exemple le fait qu’un malade n’est pas prévenu s’il « vous sert de cobaye pour rapporter de l’argent » dans le cadre d’un essai pharmaceutique : « C’est dans la déclaration d’Helsinki et ce n’est actuellement pas exigé dans les CPP. Ça, c’est un problème d’éthique. […] Il ne faut pas mélanger éthique et règlement », explique-t-il. Abordant ensuite l’épineux sujet des conflits d’intérêts entre le milieu médical et l’industrie pharmaceutique, le scientifique de marteler : « Je pense beaucoup de mal de l’éthique en France ».

Voir aussi : À peine innocenté des accusations de Médiapart, l'IHU de Raoult attaqué à nouveau

Pourquoi l’IHU a-t-il été victime de tant d’hostilité de la part des médias et du gouvernement d’Emmanuel Macron ? À cette question, le professeur répond catégoriquement : « Parce que les propositions faites par l’IHU [pour soigner le Covid-19] ne répondaient à aucun marché, elles ne permettaient pas de gagner d’argent ».

Didier Raoult, scientifique qui a le plus publié de l'histoire de France

Le professeur embraye sur une réponse aux critiques qui le visent : « Je serais bien étonné de ne pas avoir fait 3-4 % d’erreurs dans les travaux que j’ai faits », reconnait-il, avant de rappeler l’ampleur du nombre d’études publiées au cours de sa carrière de scientifique : « Depuis le début de ma carrière, j’ai fait près de 3 500 publications répertoriées dans les banques de données internationales. Citées plus de 142 000 fois. » Et de souligner : « Pour vous dire toute la vérité, personne n’a publié en France autant de papiers que moi. Ça n’existe pas. »

Didier Raoult se penche ensuite sur la production scientifique de ses détracteurs, mettant le doigt sur l’écart conséquent qui sépare le volume de leur production scientifique au sien : « Les gens qui m’ont harcelé ces dernières années, on va voir ce qu’ils font. Normalement, la science est jugée par les pairs, c’est-à-dire des gens qui sont de votre niveau. […] Les gens qui veulent m’expliquer comment on fait la science sont des gens qui ont publié moins de 100 fois moins que moi. C’est pas beaucoup quand même. »

Prenant l’exemple de l’ancien ministre de la Santé Olivier Véran, après avoir rapporté que son nombre de publications s’élève à huit, Didier Raoult assène : « Et c’est eux qui vont m’expliquer ce qu’est la science, ce que c’est que les maladies infectieuses, comment on traite les angines ? FranceSoir a trouvé une publication sur les épilepsies d’un travail prospectif sur lequel il n’y a pas mention qu’il a consulté le comité d’éthique de l’époque qui était le CCPRB. Donc, c'est la même erreur qu’il me reproche et qu’on envoie dans Mediapart et le monde entier en disant “M. Raoult ne respecte pas l’éthique, parce qu’il a interprété le règlement en disant que c’était le numéro 3 plutôt que le numéro 2“. Mais eux aussi ils ont fait ça. La différence, c’est qu’ils ont trouvé pour moi 1 (étude) sur 3 500 tandis que moi j’en trouve 1 sur 7 ».

L'hégémonie du discours scientifique aux antipodes de la méthode scientifique

Dans cette vidéo, le directeur de l’IHU a également fait part de sa satisfaction à la suite des résultats des élections législatives, pointant un meilleur équilibre des pouvoirs : « Je suis hostile à l’hégémonie, c’est-à-dire à la domination totale avec un seul groupe, que vous appeliez ça la doxa, la pensée unique, en particulier dans le domaine de la santé », fait-il savoir. Didier Raoult poursuit ensuite sur la question de « l’hégémonie du discours scientifique » fou. Selon lui : « Tout ça est devenu fou. Ces certitudes qu’il n’y a rien d’autre à faire que de donner des médicaments nouveaux et qui coûtent très cher et qui ne marchent pas est devenu quelque chose d’insupportable ».

Un discours hégémonique répercuté par la presse mainstream « qui adore les messages simples », dénonce-t-il. « Tout ça est un problème. J’en ai souffert, parce que la presse est engouffrée dans cette espèce d’hégémonie qu’elle aime bien : elle adore les messages simples. Quand un gouvernement a des messages très simples, la presse adore ça », explique-t-il. « Ça m’est arrivé plusieurs fois de me retrouver en face de journalistes qui m’expliquaient à moi, mon cœur de métier : la science », raille-t-il ensuite. Et de se satisfaire de la présence d'une alternative à cette presse : « Je suis content que FranceSoir, qui fait partie de la presse résistante, explique que les histoires des tuberculoses sont un petit complot contre moi de traiter avec des protocoles sauvages. »

Voir aussi : "Expérimentation sauvage" contre la tuberculose: fin de partie pour Mediapart et les détracteurs du Pr Raoult

https://www.francesoir.fr/societe-sante/raoult-charge-ses-detracteurs

Dans FRANCE

A GAUCHE, LE MENSONGE EST DANGEREUX, SEULE LA VERITE EST REVOLUTIONNAIRE ! QUELLE SITUATION POLITIQUE APRES LES ELECTIONS LEGISLATIVES ?

Par Le 23/06/2022

A gauche, le mensonge est dangereux, seule la vérité est révolutionnaire ! Quelle situation politique après les élections législatives ?

Mercredi 22 juin 2022, par  Pierre-Alain, popularité : 57%

 

 Vie politique |

 pdf | 

 

 

Le deuxième tour des élections législatives est passé, terminant une longue période électorale. On peut désormais ouvrir franchement le débat sur la base des résultats. Pour tous ceux qui espéraient un tournant à gauche après un mandat Macron au service des riches, le constat est brutal.
- un record d’abstentions [1]
- 89 députés RN, un record historique
- seulement 131 [2] députés NUPES après avoir organisé une campagne pour élire Mélenchon à l’Elysée, avant de se limiter à viser une majorité relative et qu’on nous en promettait entre 160 et 200
- les 3/4 de l’assemblée à droite ou à l’extrême-droite [3]

Au soir du deuxième tour des législatives, Mélenchon presque triomphant déclare qu’il n’a manqué que quelques voix pour avoir une majorité relative. De nombreux commentateurs à gauche ont cru pouvoir crier victoire parce-que Macron n’avait pas de majorité absolue...

Pourtant, le fait principal est là. La droite est très largement majoritaire et n’a donc que des problèmes d’égo pour construire une majorité inscrite dans le vote très majoritaire à droite des électeurs...

Pourquoi cette situation ?

On ne peut la comprendre sans faire la critique du discours politique construit depuis deux ans par Jean-Luc Mélenchon qui a rythmé toute cette période électorale depuis l’annonce isolée de sa candidature fin 2020, jouant à fonds de la présidentialisation de la 5ème république jusqu’à transformer les 577 élections législatives en 3ème tour de la présidentielle pour l’élire premier ministre...

Ses soutiens diront qu’il a été brillant dans la bataille médiatique. Brillant certes, mais efficace vu le résultat ? utile vu du peuple qui souffre ? utile pour reconstruire une gauche populaire ? Il faut bien reconnaitre que le résultat est très loin des espoirs qu’il a lui-même mis en scène dans ses discours.

Au risque d’être brutal, je pense qu’il y a une lecture moins brillante de ces deux années électorales. Mélenchon a menti avant, pendant et après les élections, et le résultat est un grand pas de plus à droite pour la France et une fracture politique plus grande à gauche avec les milieux populaires. Non seulement Mélenchon est en échec, mais il est en fait le problème de la gauche, une impasse, et sa persistance dans l’agitation médiatique au détriment de la construction populaire est dangereuse.

Mélenchon a menti avant l’élection

Depuis 2017, Jean-Luc Mélenchon dirige un mouvement sans élection interne, sans organisation départementale, sans responsables locaux. Quelques personnalités nationales existent à coté de lui, mais ce sont ses seuls messages qui sont relayés partout, repris dans de multiples réseaux.

Premier mensonge. "nous sommes le peuple".

L’analyse électorale de la présidentielle montre au contraire à quel point Mélenchon divise le peuple, un peuple écartelé entre l’abstention majoritaire chez les ouvriers, la colère noire du vote RN majoritaire dans les périphéries, et un vote de gauche affaibli dans les agglomérations. Mélenchon est un champion de la communication. Il appelle son mouvement l’Union Populaire alors même qu’il sait très bien que sa base militante est implantée dans les couches moyennes urbaines éduquées. Et il dirige un mouvement sans congrès, sans organisation locale, sans démocratie interne. Depuis 2017, les "groupes d’appui" insoumis sont souvent en opposition, en concurrence pour les élections locales, et les désignations de candidature ressemblent à un congrès du parti socialiste... la guerre des courants. Cela exclut de fait toute implantation populaire de masse. Le "mouvement" n’est fait que pour l’élection présidentielle, loin de la formule consacrée de l’internationale "il n’est pas de sauveur suprême, producteurs sauvons-nous nous-mêmes".

Deuxième mensonge "nous avons un programme de rupture".

Le programme de l’AEC est un assemblage de toutes les contestations sociales et sociétales qui peut satisfaire tout ceux qui vont retrouver leur propre revendication. C’est l’objectif, fédérer les contestations. Mais dès qu’on demande comment ces revendications sont satisfaites, c’est le flou qui domine.
- Oui à la retraite à 60 ans, mais avec combien de trimestres ?
- Oui à la SECU à 100% mais financée par la CSG ou par les cotisations sociales ?
- Oui à l’augmentation forte du SMIC, mais en brut avec les cotisations ou en net comme le propose souvent le patronat en réduisant les cotisations ?

Et parfois, des objectifs sont contradictoires selon le chapitre qu’on regarde.
- Oui à la construction de 200 000 logements sociaux par an, mais le même programme limite la construction totale à 36 000 logements par an dans le scénario énergétique [4] ?
- Oui à la relocalisation industrielle, mais en dehors des équipements d’énergie renouvelable et de la massification de l’isolation, que fait-on de l’acier, de la métallurgie, du ciment, du pétrole, de la chimie ? Faut-il comme le propose certains fermer toutes les usines polluantes ? Une usine sans pollution, ça n’existe pas ! Et de toute façon, la division par deux de la consommation énergétique globale interdit toute réindustrialisation d’ampleur...

En fait, c’est un programme qui peut sembler efficace électoralement, mais pas du tout un programme de rupture gouvernemental. Or une fois au gouvernement, la gauche fait face au "mur de l’argent" [5] et que c’est là que les choses sérieuses commencent et se finissent comme en 1983 avec le "tournant de la rigueur" ou comme en Grèce avec Tsipras et le "tournant du mémorandum européen", ou encore comme au Chili en 1973 avec le coup d’état fasciste.

Un programme de rupture doit clairement dire COMMENT il va prendre la main sur le système économique et financier, comment il peut surmonter le refus de la bourgeoisie de voire remis en cause ses privilèges.. Nationalisations ? Droits des travailleurs ? Remise en cause des traités européens... Coopérations technologiques et industrielles avec qui ? Ces questions sont absentes du programme de l’AEC car elles divisent en fait les forces sociales, les syndicats. On parle souvent du nucléaire, mais ce n’est qu’une question parmi de très nombreuses où il n’y a pas de consensus à gauche entre les partisans de la "sobriété heureuse" et ceux de la réponse aux besoins populaires.

Troisième mensonge : "je suis la gauche"
Mélenchon a un grande expérience politique et peut dire parfois une chose et son contraire. Il a parfois dit que la gauche était un concept dépassé, remplacé par "le peuple", puis il a refait l’union de la gauche avec la Nupes. Peu importe. En décidant seul de sa candidature tout en appelant les autres à le rejoindre, il a dès le début fixé un cadre, "la gauche ne peut être représenté que par moi" et la médiatisation a fait le reste.

Mais la réalité c’est qu’après avoir écrasé toute la gauche à la présidentielle, ses députés représentent la moitié (45%) de la gauche à l’assemblée. Constatant son échec avec 20 députés de moins que le RN, il tente d’obtenir un groupe unique de la Nupes, se heurtant à la réalité, la gauche est divisée, profondément même, et elle est ... très faible ! Contrairement à tous ses discours, la gauche n’est pas faible parce qu’elle est divisée, elle est faible parce qu’elle s’est éloignée des milieux populaires eux-mêmes divisés, et elle est divisée sur les causes de cette fracture et donc sur les politiques qui seraient nécessaire pour reconstruire...

Mélenchon a construit l’image d’une union populaire et le prospectus publicitaire d’un programme de rupture, mais ce n’est que de la communication et le retour brutal du réel laisse notre peuple désuni et dans la cacophonie idéologique.

Mélenchon a menti pendant l’élection

Il a d’abord dit que pour gagner, il fallait faire sortir des millions d’abstentionnistes. C’était surtout dans la première partie de campagne. Mais début 2022, progressivement, il a orienté ses efforts sur les autres forces de gauche, interrogeant la pertinence de leur candidature, notamment en interpellant brutalement Fabien Roussel pour son retrait. Il a progressivement centré sa campagne sur le "vote utile", qui serait la clé se son succès.

La vie a montré que c’était un mensonge, car cette bataille médiatique du vote utile fonctionnait bien sûr pour les trois premiers candidats. Autrement dit, plus Mélenchon "pompait" la gauche et grimpait dans les sondages, plus Marine Le Pen écrasait Zemmour et montait dans les sondages, et plus Macron écrasait Pécresse et montait dans les sondages... Autrement dit, c’était une tactique qui écrasait les petits candidats et faisait grimper les "grands" candidats. Compte tenu du rapport de forces global qui est toujours resté défavorable à la gauche, c’était un choix tactique perdant. Macron avait plus a gagné sur Pécresse, Le Pen avait plus a gagné sur Zemmour et aussi sur tous les anti-macron déterminés...

Mélenchon le savait très bien. Il savait que cela ne lui permettrait pas de faire reculer l’abstention, ni le vote RN, mais cela lui permettait d’être largement dominant à gauche... Il a choisi tactiquement son intérêt politicien plutôt que d’affronter l’abstention et le vote RN populaire pour tenter de compenser la faiblesse de la gauche.

Mélenchon a menti après l’élection

le 10 avril 2022 au soir, Mélenchon se souvient bien de son raté après le premier tour de 2017 quand il ne peut accepter le constat de son échec [6]. Il engage donc dès la soirée électorale la bataille médiatique pour détourner les questions militantes de sa personne et de sa stratégie. Il lui faut un coupable, il est tout trouvé, c’est d’abord Fabien Roussel et plus généralement les autres partis de gauche.

Pourtant, il suffit de regarder les chiffres pour comprendre que le troisième échec de Mélenchon n’a rien à voir avec le candidat communiste mais a des raisons sérieuses, historiques et directement liées à ses propres choix politiques.
- Il n’a pas fait reculer l’abstention,
- il n’a pas fait reculer la colère noire populaire des zones périphériques,
- il n’a pas gagné le vote ouvrier qui reste très majoritairement abstentionniste,
- enfin il n’a pas construit d’unité populaire, mettant en scène au contraire ce qui divise, cette "intersectionnalité" des combats minoritaires et parfois sectaires, à l’exemple de ceux qui dénoncent les mangeurs de viandes responsables de la crise alimentaire ou écologique...

Et il a mené une bataille politique acharnée et presque personnelle contre Fabien Roussel en jouant le jeu des contradictions internes au PCF. Il sait bien que Fabien Roussel est devenu dirigeant du PCF après un congrès mouvementé où la direction sortante a été mise en minorité, mais où le texte dominant n’avait qu’une majorité relative. Il connait bien tous les députés communistes qui pourraient être à la FI plutôt qu’au PCF et qui ne croient plus à l’autonomie du PCF. Certains qui l’avaient déjà soutenu à la présidentielle contre le candidat communiste, d’autres qui avaient soutenu "officiellement" Fabien Roussel, mais qui affirment dès le 11 avril qu’il faut partout des candidatures uniques aux législatives.

Résultat, Mélenchon impose la Nupes parce-que les députés et dirigeants communistes ont peur d’affronter un rapport de forces défavorables. Et ce sont les députés communistes qui sont quasi sûr d’être élus, ceux qui ont déjà un accord avec la FI, notamment ceux qui ont soutenu Mélenchon à la présidentielle, qui font pression pour l’accord Nupes dont ils n’ont pas besoin, alors que cela interdit aux communistes de mener campagne dans des circonscriptions gagnables comme celle de Vénissieux. Mélenchon exploite à fonds ses soutiens à l’intérieur du PCF et impose un accord injuste qui crée beaucoup de mécontentements, mais qui est tout à son avantage.

Mélenchon a menti pour les législatives

Il construit ce qui est pour toute analyse sérieuse un véritable délire politique "élisez-moi premier ministre" pour capter toute l’attention médiatique, centrer la bataille sur son nom, jouer à fonds la carte de cette 5eme république présidentielle qu’il dénonce pourtant dans ses discours pour s’en servir en pratique, comme l’avait fait avec brio son maitre à penser, François Mitterrand.

Là aussi, il ment et ça commence à se voir, mais il persiste, montre qu’il pourrait passer un accord avec Macron, fait même des déclarations de "premier-ministrable", allant plus loin que Macron sur la guerre. La campagne législative se réduit à une campagne nationale, les candidats locaux n’ont pas de communication spécifique, tout vient d’en haut, piloté par l’équipe réduite autour du "grand homme".

Et le résultat est là. C’était un mensonge énorme, une publicité mensongère pour être précis car s’il savait bien qu’il ne pouvait être premier ministre, l’annonce fait quand même parler de lui, les médias relaient, bref, la pub fonctionne.

Le résultat est une défaite pour la gauche qui, après un mandat de droite reste à un de ses plus bas niveau historique malgré la colère populaire contre Macron. Et le pire est que le plus grand groupe de gauche, celui de Mélenchon, a 20 députés de moins que le RN. C’est pourquoi Mélenchon tente un dernier coup, un dernier mensonge. Il faudrait un groupe unique Nupes pour être devant le RN et avoir la présidence de la commission des finances. Oublié l’accord Nupes qui devait garantir un groupe à chaque parti. Et surtout oublié le règlement de l’assemblée qui dit simplement que le président de la commission des finances est élu par l’assemblée parmi les groupes d’opposition. Aucune chance donc que ce soit un député RN, même avec un accord LR-RN...

Mélenchon s’est construit pour lui-même, il peut s’installer dans une fondation à sa mémoire, mais le mouvement populaire est à terre, à reconstruire. La première étape est de sortir de cette longue séquence Mélenchon qui n’est que la répétition sous forme de farce de la séquence Mitterrand dont il est le produit. Il faut dire la vérité de cette "nouvelle union" mélenchoniste qui n’est que la dernière mouture de l’union de la gauche initiée dans les années 1970. L’union populaire ne peut que se construire dans l’action, dans les entreprises et les quartiers, et cela suppose un immense effort militant, d’éducation populaire et d’organisation. Pour cela, il faut en finir avec les mensonges de Jean-Luc Mélenchon. Il faut inventer autre chose. Les communistes ont un rôle décisif à jouer s’ils choisissent toujours de dire la vérité à notre peuple, de faire le pari de l’éducation populaire, de l’engagement de terrain, même quand le rapport de forces est difficile.

L’adresse originale de cet article est https://pierrealainmillet.fr/A-gauc...

[1] 54%, 26 millions d’abstentionnistes plus 1,7 Millions de blancs ou nuls pour moins de 7 millions de voix NUPES et 8 millions pour Macron

[2] 131 Nupes + 22 divers gauche ou 133 Nupes + 20 divers gauche selon les décomptes

[3] seulement 153 députés de gauche sur 577 soit 26,5% à gauche

[4] ce qu’implique le scenario negawatt

[5] comme le montre lui-même JLM dans son bilan raisonné de la présidence de Mitterrand

[6] dont à l’époque il ne peut accuser les communistes qui n’avaient pas de candidat

https://lepcf.fr/A-gauche-le-mensonge-est-dangereux-seule-la-verite-est-revolutionnaire

Dans FRANCE

LA COLERE DU PEUPLE ET LE PIEGE DES INSTITUTIONS

Par Le 22/06/2022

La colère du peuple et le piège des institutions

mercredi 22 juin 2022 par ANC

Avec 26 millions de refus de vote le parti de celles et ceux qui ne voient aucune perspective dans le cadre politique actuel s’affirme comme le premier parti de France. C’est la 1ère leçon de ce scrutin. Dans ces conditions aucune force politique ne peut pavoiser et nul ne connait le visage réel de notre pays d’autant qu’à ce chiffre déjà énorme il convient d’ajouter les plus de 7 millions d’étrangers qui ne votent pas tout en étant souvent au premier rang des luttes et les près de 3 millions de non-inscrits [1] . Si pour ce second tour l’appel aux abstentionnistes n’a pas été entendu il y a mieux à faire que les vilipender. Il y a des questions à se poser tant sur l’offre politique révolutionnaire concrète que sur la présence au quotidien au côté de celles et ceux qui souffrent.

Ainsi, comme l’avait souligné l’ANC pendant la campagne des présidentielles, il n’y a pas eu de débat sur l’UE, débat évité entre autres par les dirigeants de la NUPES, ce qui peut aussi expliquer l’abstention puisque beaucoup de citoyens savent bien que, en l’état, les décisions ne se prennent pas à Paris et qu’ils n’ont donc aucun moyen institutionnel de peser sur celles prises à Bruxelles (euro-commission comme OTAN) ou à Francfort (BCE). Ceci peut d’ailleurs expliquer aussi pourquoi le vote « nationaliste » leur semble un moyen plus « affirmé » de manifester leur mécontentement...même si nous savons que le RN est un leurre côté attachement aux intérêts du pays.

La deuxième leçon est que le gouvernement se prend une claque monumentale et même historique. Macron était déjà le président le plus mal élu de la 5ème République, il devient en toute logique celui dont l’écurie gouvernementale obtient le plus mauvais score en voix et en sièges. Cela était prévisible et il faut être totalement hors sol comme le sont ceux qui nous gouvernent pour ne pas l’avoir senti venir.

Nous assistons à la poursuite de la droitisation du « parti du pouvoir » qui n’hésite plus à chasser toujours à sa façon hypocrite sur le terrain de la fascisation, préparant ainsi une dérive du pays vers la réaction la plus sombre et la logique de guerre afin d’éviter de remettre en question les fondements éculés du système .

Dans ce contexte l’extrême droite obtient un nombre record de députés. Elle peut adresser un triple merci à ces forces se réclamant de la gauche ou de la droite, qui ont mené depuis des décennies des politiques qui réduisaient, loi après loi, vote après vote, les droits sociaux du monde du travail.

Merci pour avoir tué l’espoir de changement et contribué à la montée du racisme en pointant l’immigration et particulièrement les musulmans assimilés au terrorisme.

Merci pour avoir désigné au soir du 1er tour, l’alliance NUPES comme l’adversaire principal au point où l’on peut observer au 2ème tour dans nombre de circonscriptions, un transfert important de voix pour le RN quand il était opposé à des candidatures de la NUPES.

Merci enfin pour avoir bâti ce piège institutionnel qui, dans la foulée d’une constitution instaurant une monarchie élective, a mis en place par touches successives, un scrutin majoritaire à deux tours dans des circonscriptions qui sont des territoires charcutés, l’inversion de calendrier étant censée assurer au monarque élu une majorité confortable dans une assemblée « gouvernable ».

Le piège s’est refermé sur ses inventeurs et la crise politique dont parlent les médias n’aurait pas été pire dans une assemblée élue à la proportionnelle qui aurait au moins eu le mérite d’une incontestable représentativité [2].
Du moins pour la France qui vote.

Pour ce qui la concerne l’ANC continuera à faire vivre ses propositions et son combat pour la socialisation des moyens de production et d’échange, pour un changement de constitution qui rende au peuple sa souveraineté nationale et populaire, pour s’opposer à la dictature du capital à l’œuvre dans l’Union Européenne, contre l’impérialisme occidental et français en particulier, pour une solidarité internationaliste allant de Cuba à l’Afrique et reconnaissant aux peuples le droit de disposer d’eux-mêmes promouvant ainsi des échanges mutuellement avantageux.

Renouant avec l’une des traditions fondatrices du mouvement ouvrier et communiste depuis plus d’un siècle, l’ANC travaillera à renforcer et développer un puissant mouvement populaire contre la guerre et pour la paix, en défendant résolument la signature d’un cessez le feu en Ukraine, l’ouverture et la conclusion de véritables négociations pour mettre fin à une guerre fratricide télécommandée depuis des années par les USA et l’OTAN, avec la collaboration active de tous les états de l’UE.

Elle continuera aussi sa démarche de rassemblement des communistes afin d’aider à construire le parti des communistes de France dont notre pays a un besoin vital.

Hormis cela, si on peut se réjouir de l’éjection de personnalités comme Valls, Blanquer, Castaner et quelques autres, en miroir on peut se réjouir, au sein de la NUPES, de la réélection de sortants reconnus par leurs électrices et électeurs comme des relais de leurs combats, de l’arrivée de symboles forts comme celui d’une camarade de la CGT désignée comme une « bonniche » par le parti des battus.

Pour autant il reste que plus que jamais évident que, l’avenir repose sur les luttes.

Pour celles-ci le monde du travail a besoin d’un syndicalisme de classe fort et conquérant. Il appartient aux membres de l’ANC d’y contribuer en aidant à son renforcement en y apportant toute leur énergie militante pour gagner des droits nouveaux, sur l’emploi, sur les salaires, pour la retraite à 60 ans.

En un mot, pour le progrès social dans son ensemble.

Paris le 21 06 2022

[1] 6% de 47, 9 millions statistiques INSEE 2021 : https://www.insee.fr/fr/statistiques/5395043

[2] À la proportionnelle intégrale LREM, NUPES et RN auraient eu respectivement, sur la base du 1er tour, environ 150, 150 et 107 sièges. Dans le système actuel, le RN obtient un nombre de sièges surévalué par rapport à son score en pourcentage et en voix puisqu’il fait au 2ème tour la moitié des voix de la NUPES…

http://ancommunistes.fr/spip.php?article4015

Dans FRANCE

25 ET 26 JUIN, TROISIEME EDITION DE LA FETE POPULAIRE DE L'ANC

Par Le 22/06/2022

samedi 25 juin 2022

25 et 26 juin, troisième édition de la fête populaire de l’ANC

Ci-dessous le programme de la fête !

"Amis et Camarades,
Les 25 et 26 juin prochain, l’ANC présentera la 3-ème édition de sa fête annuelle à l’usine SCOOP TI de Gémenos, haut lieu symbolique de nos luttes passées et à venir.
C’est dans cet espace magique, le temps d’un Week-end, que nous souhaitons réunir toutes les forces progressistes qui se battent pour nous convaincre d’un autre possible, qui luttent pour instaurer ce socialisme de notre temps.

Nous voulons que ce week-end soit marqué par des temps forts autour de débats, d’échanges, de rencontres, de musiques, de fêtes, de témoignages, de partages fraternels."

Pour acheter vos billets.

"https://www.helloasso.com/associations/anc13/evenements/fete-2022-de-l-anc/widget"

Au Programme :

La venue d’artistes et de groupes qui allient musique et engagement,
*
Des débats politiques sur des questions nationales et internationales,

• Travail et sécurité sociale quelle offensive (samedi)

• Guerres impérialistes et luttes pour la paix (samedi) avec la participation de
délégations étrangères d’Europe, d’Afrique et d’Asie

• Europe, UE : quel combat contre la dictature du capital (dimanche) Avec la
participation de délégations européennes (Espagne, Italie, Allemagne, Belgique…)

• Quelles perspectives politiques et sociales au lendemain des législatives (dimanche)

Avec la participation d’organisations politiques et sociales de notre camp

*
Plusieurs stands d’organisations politiques et syndicales françaises,
*
Un espace Palestine au cœur d’une fête dont Salah Hamouri et Georges Ibrahim Abdallah sont les invités d’honneur.
*
Le 5ème trophée Georges Ibrahim Abdallah.
*
Un espace pour les enfants, une librairie, un espace cinéma, du théâtre, de la restauration.

http://ancommunistes.fr/spip.php?article3862

Dans FRANCE

A PEINE INNOCENTE DES ACCUSATIONS DE MEDIAPART, L'IHU DU PROFESSEUR RAOULT ATTAQUE A NOUVEAU

Par Le 21/06/2022

À peine innocenté des accusations de Médiapart, l'IHU de Raoult attaqué à nouveau

Auteur(s)

FranceSoir

Publié le 20 juin 2022 - 19:15

Image

Didier Raoult, à l'IHU Méditerranée Infection (Marseille) le 30 mars 2022

Le professeur Didier Raoult à l'Intitut Hospitalier Universitaire Méditerranée Infection.

 F. Froger / Z9, pour FranceSoir

FacebookTwitterEmailWhatsAppPlus d'options...

Disculpé des accusations portées par Mediapart depuis la parution du compte rendu de l’ANSM, le Pr Didier Raoult et l’IHU-Méditerranée Infection se retrouvent à nouveau sous le feu des critiques : ils n'auraient pas soumis deux projets de recherche à l’avis d’un Comité consultatif de protection des personnes. Qu’en est-il réellement des faits reprochés sur ces deux études ? L'une d'entre elles a été initiée par la direction de l’AP-HM, et non pas par l’IHU ; une confusion qui ne cesse de perdurer et de semer le trouble, tandis que beaucoup peinent encore à différencier ces deux institutions.

Rappel des faits

En octobre 2021, Mediapart avait accusé le Pr Didier Raoult et l’Institut Hospitalier Universitaire Méditerranée Infection (IHU-MI) de Marseille de mener « une expérimentation sauvage contre la tuberculose ».

Suite à ces allégations, les médecins de l’IHU ont reçu le 4 novembre 2021 une lettre signée conjointement par le ministre de la Santé, Olivier Véran, et la ministre de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal pour les prévenir qu’ils entendaient « diligenter une mission de contrôle portant sur la situation de l’IHU Méditerranée Infection, qui connaît des difficultés préoccupantes de plusieurs ordres ».

Une lettre qui, selon les dires du Pr Didier Raoult, porterait des atteintes graves à la présomption d’innocence, principe de droit fondamental selon lequel un individu, même suspecté d’avoir commis une infraction, est considéré comme innocent avant d’avoir été jugé coupable par un tribunal.

Dans sa vidéo hebdomadaire du 7 juin 2022, le professeur Raoult dénonçait « une lettre qui porte le jugement sans présomption d’innocence, un jugement basé sur un truc publié dans Mediapart sur la tuberculose, où on laisse sous-entendre que la direction de l’Assistance publique confirme ces données-là, à propos du traitement de la tuberculose ».

La lettre contient-elle un caractère affirmatif qui ne laisserait pas assez de place à la présomption d’innocence ? Ce document ayant été rendu public, chacun est en droit de se faire une opinion sur le sujet. Quoi qu’il en soit, certains détracteurs et certains médias auraient pu faire preuve de plus de prudence dans certaines de leurs affirmations. Le doute ne doit-il pas toujours prévaloir devant l’incertitude des faits ?

Depuis, il a été reconnu par les autorités sanitaires que les principales accusations portées à l’encontre de l’IHU-MI et de son directeur, le Pr Raoult, se sont révélées fausses. En effet, après plusieurs mois d’enquêtes et des centaines de dossiers examinés, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (l’ANSM) n’a mentionné aucun problème relatif à une expérimentation irrégulière contre la tuberculose. Contrairement à toutes les allégations de Mediapart et à celles de la journaliste Pascale Pascariello, il n’y a donc jamais eu « d’expérimentation sauvage » sur la tuberculose, effectuée à l’IHU-MI. Les conclusions de l’ANSM sont on ne peut plus claires, les enquêteurs ayant souligné dans le dossier « qu’ils n’ont reçu aucune information, alerte ou témoignage, sous quelque forme que ce soit, en amont ou en aval de l’inspection, accréditant la thèse de la mise en œuvre d’une recherche non autorisée portant sur le traitement de la tuberculose ».

Voir aussi : "Expérimentation sauvage" contre la tuberculose : fin de partie pour Mediapart et le détracteurs du Pr Raoult

Des nouvelles accusations portées à l’encontre de l’IHU et du Pr Raoult

Après plusieurs mois d’enquête et l’inspection de centaines d’études menées à l’IHU-MI, l’ANSM a adressé des reproches qui portent sur deux études différentes. La première étude concerne la « recherche de Tropheryma whipplei (TW) comme agent de gastro-entérite chez le jeune enfant » et implique la direction de l’AP-HM et non l’IHU-MI. La seconde, menée cette fois par l’IHU-MI, porte sur les « pathologies associées au voyage et acquisition de pathogènes et de bactéries multirésistantes chez les étudiants en médecine effectuant un stage pratique hors de France (BMRSTUD) ».

1. La recherche de Tropheryma whipplei (TW) comme agent de gastro-entérite chez le jeune enfant

Avant de rapporter les reproches et les éventuels manquements adressés par l’ANSM, notons une fois de plus que la première étude ne concerne pas l’IHU-MI, mais la direction de l’AP-HM. Cette recherche a été autorisée en 2009 par l’AP-HM dans le service du Pr Jean-Luc Jouve, actuel président de la Commission médicale d’établissement (CME). Or, à cette période, l’IHU-MI n’existait pas, puisque cet institut a été créé en 2011.

Cette étude, qui portait sur la « recherche de Tropheryma whipplei (TW) comme agent de gastro-entérite chez le jeune enfant », avait pour objectif de déterminer le « taux de prévalence de TW ainsi que d’autres pathogènes, dont le Clostridium difficile et Giardia duodenalis chez l’enfant de moins de cinq ans présentant des symptômes de gastro-entérite, par comparaison avec des enfants ne présentant pas de pathologie digestive ».

Pour ce faire, des prélèvements de salive et des prélèvements de selles obtenus par écouvillonnage rectal ont été réalisés. Les services d’urgence de l’hôpital Nord de la Timone (établissement de l’AP-HM) ont inclus les patients, recueilli le consentement des titulaires de l’autorité parentale, et procédé aux prélèvements.

Le projet, porté par le Pôle de Maladies Infectieuses et Tropicales (MIT), s’est déroulé entre 2009 et 2013. 3 796 enfants ont été inclus dans cette étude. Parmi eux, 555 présentaient des symptômes de gastro-entérite et 3 241 n’en présentaient pas.

Qu’est-il reproché aux auteurs de cette étude ? Les enquêteurs de l’ANSM ont noté que les auteurs de la recherche ne l’ont pas considérée comme relevant d’une recherche biomédicale (RBM). Pourtant, selon le rapport de l’ANSM, « la recherche comprenant des prélèvements invasifs chez des patients en dehors d’un contexte de soin (patients pris en charge pour d’autres motifs que des affections digestives), celle-ci constitue une recherche biomédicale selon la définition prévue par l’article L.1121-1 du CSP (Code de la santé publique) en application à cette époque, ce qui implique notamment l’avis du Comité de protection des personnes (CPP) et l’autorisation de l’autorité compétente (Afssaps, devenue ANSM) avant sa mise en œuvre. Du fait de cette catégorisation inappropriée, la recherche a été mise en œuvre sans avis favorable d’un CPP ni autorisation de l’Afssaps, en infraction des dispositions du CSP en vigueur à cette époque ».

En effet, selon l’article L209-12 du Code de la santé publique, « avant de réaliser une recherche sur l'être humain, tout investigateur est tenu d'en soumettre le projet à l'avis d'un Comité consultatif de protection des personnes (CPP) dans la recherche biomédicale ayant son siège dans la région où il exerce son activité ».

Par ailleurs, bien que les formulaires de consentement mis à la disposition des inspecteurs aient été vérifiés et que l’estimation du nombre de formulaires disponibles est apparue cohérente, « la vérification des signatures des formulaires de recueil du consentement éclairé des titulaires de l’autorité parentale a mis en évidence 31 formulaires ne comportant aucune signature ». Un chiffre qui paraît dérisoire au regard des milliers de dossiers, même si les inspecteurs ont écrit « qu’il n’existe pas de pourcentage raisonnable ni acceptable de patients inclus dans une recherche sans documentation du respect de leurs droits à disposer d’une information éclairée et à donner leur consentement libre et éclairé pour participer à la recherche ».  

Qu’est-il reproché à l’IHU ? Comme mentionné ci-dessus, l’IHU-MI n’existait pas à l’époque où le projet a été initié. Par conséquent, les reproches faits par l’ANSM ne peuvent pas s’appliquer à cette institution, dont le seul rôle a été de faire collaborer, par la suite, certains de ses chercheurs dans l’analyse des prélèvements de fèces pour la recherche de bactéries.

2. L’étude des pathologies associées aux voyages des étudiants en médecine se rendant à l’étranger (BMRSTUD)

Dans un nouveau communiqué du 13 juin 2022, l’ANSM a décidé de suspendre une recherche de l’IHU qui concerne « les écouvillons d’auto-prélèvements réalisés par des étudiants en médecine se rendant à l’étranger ». Une demande de suspension qui serait inutile, puisque selon les dires du professeur Raoult, cette recherche serait arrêtée depuis trois ans.

Qu’est-il reproché à l’IHU-MI ? Les inspecteurs de l’ANSM considèrent que « plusieurs éléments conduisent à catégoriser la recherche en tant que Recherche impliquant la personne humaine (RIPH) ». Les raisons invoquées sont les suivantes :

- La mise en œuvre de tests de dépistage systématiques en amont et en aval du séjour à l’étranger (et non uniquement en retour de séjour), distinguant la recherche d’une éventuelle pratique courante ; 
- La collecte prospective de données cliniques et microbiologiques, caractérisant une démarche de recherche par opposition à l’analyse a posteriori de données existantes ;
- La nature de certains prélèvements, les prélèvements vaginaux figurant en annexe de l’arrêté du 12 avril 2018 fixant la liste des recherches mentionnées au 2° de l'article L.1121-1 du CSP.

Par conséquent, selon l’ANSM, un avis de Comité de protection des personnes (CPP) aurait dû être sollicité avant la mise en œuvre de la recherche.

Selon le Pr Raoult, la classification de cette recherche est sujette à interprétation pour plusieurs raisons. D’abord, cette étude est particulière au sens où il est question d’auto-prélèvements réalisés par des étudiants en médecine et qui sont par définition informés et éclairés. Par conséquent, le problème du consentement ne se pose pas dans les mêmes termes que lorsqu’il est réalisé sur les patients.

Par ailleurs, pour le Pr Didier Raoult, « la recherche BMRSTUD a été jugée comme observationnelle en considérant, d’une part, la recommandation par la Haute Autorité de santé (HAS) du "dépistage systématique de bactéries multirésistantes de voyageurs hospitalisés à l’étranger à leur admission dans les hôpitaux français" et, d’autre part en se référant à ‘‘une jurisprudence’’ d’un avis CPP portant sur une autre recherche ».

Le deux poids deux mesures dénoncé par le Pr Didier Raoult

Dans sa vidéo hebdomadaire du 14 juin 2022, le professeur Raoult revient sur le rapport de l’ANSM et des faits qui lui sont reprochés.

« Je voudrais reciter cette citation de Bernanos : ‘’Les ratés ne vous rateront pas’’. Ils essaient de m’attraper par un bout, c’est un peu compliqué parce que comme ça fait un moment que je sais le manque de bienveillance de temps en temps parmi les gens qui sont aux manettes. Vous vous rappelez que toute l’histoire était censée être les essais sur la tuberculose pour lesquels il y a eu des bruits de gaz qui sont des choses totalement illégales. On est allé fouiller des dossiers de patients, de ma famille, de mes amis… ce qui est totalement illégal et dont j’espère que ce sera poursuivi et que ce sera mis à jour. Envoyer une lettre tout à fait inouïe du ministre de la Santé qui a donné une injonction à des agences de prouver ma culpabilité, ce qui est quand même drôle et pour lesquelles on donnera des suites… pour arriver finalement à nous dire qu’il faut qu’on soit plus sage. C’est possible mais ce n’est pas certain. Les seuls reproches réels qu’il y a à faire sont auprès de l’Assistance publique mais pas de l’IHU. Ils adorent faire une confusion entre l’Assistance publique dont la gestion de la recherche laisse à désirer depuis un certain nombre d’années. Et deuxièmement, le seul reproche in fine est lié à la police judiciaire c’est de demander d’arrêter un projet qui est arrêté depuis trois ans d’auto-prélèvement d’étudiants en médecine avant et après un séjour à l’étranger pour savoir s’ils avaient acquis des bactéries multi-résistantes. Ce qui est très intéressant c’est qu’ils nous disent, « cela, c’est de l’explorationnel et donc vous auriez dû avoir ce qu’il faut pour faire de l’explorationnel et pas de l’observationnel, de l’observation des soins courants ». Mais en même, il y a eu deux publications qui ont été faites… À Paris, la loi n’est pas la même qu’à Marseille. À Paris, on a le droit de faire ça. Et on a le droit de signer que c’est observationnel. Parmi les signataires d’un des papiers, il y a monsieur Coignard qui travaille à Santé Publique France. Parmi les autres, il y a monsieur Andremont qui était le conseiller spécial pour la microbiologie de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Et ils mettent sur le plan de l’éthique que ce sont des études observationnelles… parce que c’est à Paris, tandis qu’à Marseille, c’est interventionnel. Voyez, donc il y a une différence, moi je n’avais pas très bien saisi, je croyais qu’on était tous en France et qu’on avait des lois qui s’appliquaient aux uns et aux autres. Mais ce n’est pas le cas. Vous voyez, si vous êtes parisien, il y a des choses que vous avez le droit de faire et que vous n’avez pas le droit de faire à Marseille et pour lequel, on vous tire les oreilles en vous disant « ce n’est pas bien ». On verra bien si cela va plus loin que « ce n’est pas bien ». Mais c’est intéressant de voir qu’il y a là des frontières dans les choses qui sont autorisées dans certains endroits et qui ne sont pas autorisées dans d’autres. Donc, c’est amusant et c’est intéressant de savoir ça. Donc, ça veut dire qu’en réalité, bien sûr, quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage. Mais il n’a pas toujours la rage, vous savez ce n’est pas le cas… en tout cas, moi je n’ai pas la rage. Donc, on verra bien où tout ça ira. Les choses suivront leur cours. Mais bien sûr, on n’a pas eu l’intention de se laisser faire sur cette affaire-là, pas plus que sur d’autres. On verra bien où tout ça ira mais on n’est pas très anxieux sur cette situation. Voilà ».

Lorsque l’on s’intéresse au double standard dénoncé par le Pr Raoult, et que l’on se penche sur les activités de recherche des commanditaires de cette inspection, on peut remarquer que la pratique peut varier et que certaines personnes qui n’appliquent pas les mêmes règles, pourraient, en réalité, y être tacitement autorisées.

En effet, personne n’ignore qu’avant d’entrer en politique, Olivier Véran, médecin neurologue de formation, a participé à quelques études scientifiques. Il y en a une en particulier, qui a attiré notre attention.

En 2010, ce dernier a participé à une recherche portant sur « l’État de mal épileptique non convulsif (EMNC), cliniquement difficile à diagnostique en particulier chez les personnes âgées présentant des troubles de l’humeur ». À cette époque, les Comités de protection des personnes (CPP) n’existaient pas. Il s’agissait de Comité consultatif de protection des personnes dans la recherche biomédicale (CCPPRB). Au titre de l’article L209-12 du Code de la santé publique, qui était en vigueur à cette période, il était nécessaire de soumettre tout projet de recherche sur l'être humain à un CCPPRB pour avis. Or, il n’est mentionné nulle part dans l’étude que celle-ci a obtenu un CCPPRB, une mention pourtant obligatoire. Par conséquent, il est possible que cette recherche ait fait l’objet d’une demande de CCPPRB mais, dans l’absence de mention de celle-ci, la question peut être posée.

La même lacune se retrouve dans une recherche sur « Les anticorps dirigés contre les cellules endothéliales vasculaires dans le rejet chronique d’allogreffes rénales », à laquelle l’actuelle directrice générale de l’ANSM, madame Christelle Ratignier-Carbonneil, a participé en 2000. Là encore, aucune mention de CCPPRB dans le document.

En 2003, Frédérique Vidal participe à une étude intitulée « A Novel Germ Line-specific Gene of the Phosducin-like Protein (PhLP) Family: a meiotic function conserved from yeast to mice ». Depuis, cette étude a dû être retirée. La raison de ce retrait serait « la manipulation inappropriée d’une image », alors que les auteurs de l’étude ont répondu « qu’après 20 ans, ils ne pouvaient pas fournir les données originales ».

Quelle que soit l’issue de l’affaire qui concerne l’IHU-MI, que l’on puisse juger que cette recherche aurait dû ou non faire l’objet d’une demande auprès du Comité de protection des personnes (CPP), qu’elle doive être classée parmi les recherches observationnelles ou interventionnelles, il semble que cela soit tout au plus une lacune administrative à partir d’une mauvaise interprétation de l’auto-prélèvement. Que l’on pense ou non qu’il y ait eu une erreur d’interprétation, cette étude, réalisée par des étudiants en médecine sur eux-mêmes, revêt un caractère particulier qui ne peut pas être ignoré.

L’IHU-MI a mené des centaines d’études. Les faits reprochés portent en réalité sur une seule étude et concernent un éventuel manquement administratif. Il appartient maintenant à la justice de faire toute la lumière sur cette affaire.  

Est-ce pour autant une nouvelle affaire IHU ? Certains pourraient être tentés de le penser, étant donné le battage médiatique qui est fait autour de chaque dossier émanant de cet institut, mieux connu du grand public depuis le début de la crise sanitaire et l’émergence du Sars-CoV-2. Un battage généralement suivi d’un long silence, lorsqu’il s’agit de rétablir la vérité des faits. Pourtant, après la publication du compte rendu de l’ANSM, l’IHU et ses chercheurs étaient en droit d’attendre que les médias fassent leur travail, en portant à la connaissance du public la décision de l’ANSM concernant le dossier de la tuberculose.

Ainsi, le Pr Didier Raoult et ses collaborateurs auraient pu être exonérés des propos infâmants, mensongers et diffamatoires dont ils avaient fait l’objet pendant des mois. À ce jour et à notre connaissance, aucun média n’a corrigé cette information après que celle-ci a été démentie.

Voir aussi : Professeur Raoult : l'aventure de l'IHU, une "machine de guerre"

L’excellence de la recherche française s’évalue à la réputation de ses institutions universitaires et à celle de ses chercheurs. Depuis des années, plusieurs chercheurs de l’IHU, dont son directeur le Pr Didier Raoult, sont reconnus dans le monde entier et récompensés pour leurs travaux, faisant de cet institut le premier pôle en France et en Europe de recherche dans le domaine des maladies infectieuses.

https://www.francesoir.fr/politique-france/accusations-ihu-raoult

Dans FRANCE

ANC :CHRONIQUE D'UN ECHEC PREVISIBLE OU LE BOEUF SUR LA LANGUE

Par Le 20/06/2022

Chronique d’un échec prévisible ou le bœuf sur la langue

lundi 20 juin 2022 par Francis Arzalier (ANC)

De longues semaines enfin achevées, de « campagne électorale » amorphe, comme la France n’en avait jamais connu, avec des candidats à la députation qui, la plupart du temps, cachent leur appartenance politique en bavardant d’écologie et de proximité, sont peu diserts sur leur programme quand ils n’en changent pas au gré des interviews successives.

Et enfin, le 12 juin, les résultats aussi lamentables qu’on pouvait les redouter depuis plusieurs semaines.

1/ Premier constat, et ce n’est pas le moins significatif du désarroi d’une opinion française qui a perdu toute confiance dans ce mode de consultations électorales, qui fait choisir tous les cinq ans un Président tout-puissant, maître de la paix et la guerre, par une « majorité » de citoyens qui ne l’aiment pas, mais votent pour lui pour empêcher sa concurrente d’être élue

Et, quelques jours plus tard, des élections législatives absurdement non représentatives, qui avaient déjà donné en 2017 deux tiers de députés fidèles de Macron, bien qu’ils n’aient réuni que 20 % des électeurs. Le même scrutin « majoritaire », avec un découpage des circonscriptions encore plus biaisé qu’en 2017, fait de l’avis du monde entier de la France un pays où le suffrage universel est truqué jusqu’au ridicule.
C’est pourquoi les Français, et d’abord la majorité qui n’a que son travail pour vivre dans les banlieues et les campagnes, ne vote plus.

Pas comme le disent nos « experts » télévisés, parce qu’ils ne croient plus en la démocratie, mais au contraire parce qu’ils savent le système politique de la France actuelle totalement anti-démocratique !

Le premier résultat du vote du 12 juin est d’abord que 53 pour cent d’entre eux ont délibérément choisi de ne pas voter !
Décidément, Il est temps de mettre fin à cette Véme République qui use du suffrage universel comme une dictature africaine, et de rétablir un suffrage proportionnel pour accoucher de législateurs représentatifs des citoyens et de leurs opinions !

2/ Deuxième constat -Le 12 juin, le discrédit des candidats de la « majorité macronienne » (« Votez pour que nous puissions accomplir nos réformes » nous a dit la Première Ministre Borne ) est éclatant pour qui veut bien réfléchir plutôt qu’écouter la meute médiatique : ils obtiennent les suffrages de 25 pour cent des votants, soit environ douze pour cent des électeurs !

Connaissez-vous beaucoup de gouvernements dans le monde avec un palmarès si faible ?

Seraient-ils les mêmes Macron et ses amis qui qualifient Poutine de dictateur alors que 7 Russes sur 10 le soutiennent ?

3/ Troisième constat - Autre enseignement du scrutin, la « Gauche » unifiée sous le sigle NUPES réunit à quelques décimales près le même pourcentage que les Macroniens, ce qui fait d’elle le courant oppositionnel majeur, et c’est tant mieux, même si Extrème-droite et droite cumulées atteignent presque le double, ce qui est beaucoup.
D’autant qu’il faut éviter le triomphalisme : le total des voix obtenue par la coalition NUPES réunit un pourcentage d’électeurs aussi faible que les Macroniens pur jus, et se limite en tout à. 5 millions 939. 897 voix, soit, guère plus que celles obtenues par le candidat Mélenchon au premier tour des présidentielles.

4/ Quatrième constat - les sondages prévisionnels un peu hasardeux nous annoncent d’ores et déjà environ 250 députés Macroniens, et les NUPES un tiers de moins malgré un pourcentage de voix identique, ce qui corrobore amplement l’injustice rédhibitoire du mode de scrutin. Macron ne disposerait donc pas de sa majorité automatique à l’Assemblée, ce qui est bien mérité vu son score.

Mais ne peut nous amener à pavoiser, car s’il est amené à composer avec des élus de Droite, cela ne pourra qu’accentuer le caractère nocif des mesures gouvernementales pour les libertés publiques et les droits sociaux, retraites et niveau de vie du grand nombre. Ces résultats électoraux n’auront redu que plus difficiles les luttes à mener contre les projets présidentiels de régression sociale.

Cet échec électoral de la NUPES, car il faut bien l’appeler par son nom, est pire que nous le pensions sur le moment : le total des voix obtenues en France par les candidats aux présidentielles des 4 organisations signataires des accords NUPES (FI, Verts, PS, PCF) atteignait un total de 10 758 421 voix.
Le score atteint par les candidats NUPES aux législatives le 12 juin n’est que de 5 millions 939. 897 voix selon Le Monde (plus que le Ministère de l’Intérieur). Dans les deux cas, cela se passe de commentaires !

Les résultats du second tour le 19 juin n’ont fait que confirmer ces analyses :

1/Des abstentions encore plus nombreuses (54 % !)

2/ Un effondrement tel de la « majorité » macronienne, que le scrutin majoritaire amène à l’Assemblée plus de 80 xénophobes fascisants !

3/ Une minorité mélenchonienne, satisfaite d’avoir réduit ses comparses PCF à la dizaine, comme De Gaulle en 58 !

Au total, une Assemblée largement dominée par les xénophobes et les Ultra-Libéraux, qui ne pourra qu’aggraver les projets néfastes de Macron au lieu d’aider à les combattre….

À l’issue de plusieurs semaines de mutisme pour ne pas risquer d’influer sur les votes au détriment des candidats de Gauche, il nous est tout de même temps de dresser les responsabilités de cet échec.

" il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun.
producteurs, sauvons nous nous-mêmes, décrétons le salut commun.!"
Refrain de l’Internationale
.
Tous nous proposent surtout de soutenir un homme : pour les uns, c’est Macron, que « ses » députés auront pour tâche d’approuver. Cela n’a rien de neuf, nous l’avons subi durant 5 ans déjà, et espérions un peu d’air frais démocratique.
Ce sera pour une autre fois, l’opposition dite de Gauche, NUPES pour les intimes, que beaucoup parmi les Français vivant de leur travail, non de celui des autres, avaient cru un instant capable de dresser un barrage aux projets néfastes du Monarque Emmanuel premier (la retraite à 65 ans, la destruction des services publics, santé, transports, école, etc…).

Pour arriver à créer ce rempart, les élections ne doivent pas être le but, mais simplement une aide aux luttes sociales de masse qui seront déterminantes. Or, à l’issue de l’accord électoral entre Insoumis, PS, Verts et PCF, sous la houlette du Parti trotskiste POI (ex-OCI, qui n’a pas signé, mais a accueilli le « Parlement » auto désigné de la NUPES dans ses locaux ), c’est à un appel à soutenir un homme, le tribun Jean Luc Mélenchon, que les éventuels Députés de la NUPES soutiendront quand il sera Premier Ministre.

Sur les affiches et bulletins électoraux de nos quartiers, dans une profusion de candidats très souvent inconnus affichant rarement le parti qui les a désignés, celui de la NUPES (et son suppléant) ne se revendiquent pas de son parti, de son programme spécifique, mais se présente d’abord comme soutien du futur premier ministre.

C’est d’ailleurs le portrait du tribun Mélenchon, en médaillon ou en pied, qui fleurit sur les panneaux électoraux, avant celle du candidat.

Mêmes photographies sur pleine page dans la brochure sur papier glacé éditée avant le scrutin sous le nom de « la revue de l’insoumission, « le programme s’y réduisant .aux interviews du leader, avec une propension électoraliste pour les thèmes écologistes (y compris des pages sur les vertus du lichen !). Et ce culte imagé du chef semble avoir contaminé les partenaires communistes, si l’on en juge par le numéro de l’Humanité Magazine du , dont la page titre s’orne de la photo en pied du « futur premier ministre ».

Qu’en conclure sinon que cette Gauche NUPES de 2022, tous partenaires confondus, a endossé à son tour l’idéologie monarchiste qui est la base de la Cinquième République. Celle dont Mélenchon disait encore il y a quelques semaines qu’elle était totalement anti-démocratique,
et qu’il fallait d’urgence la remplacer par une Sixième République, reposant sur le référendum, le contrôle des élus par les citoyens, et j’en oublie encore.

On ne peut s’empêcher de penser à Mitterrand, l’immortel auteur du « Coup d’État permanent, « critique au vitriol de la « monarchie gaulliste », quelques mois avant son élection de 1981, qui lui a permis de se couler avec aisance dans cette « monarchie républicaine » dans laquelle le Président décide de tout à la place des élus et des citoyens.

Ce ralliement de fait des partenaires de la NUPES à l’esprit de la Constitution Gaulliste cache en fait un reniement beaucoup plus grave : les luttes populaires nécessaires pour combattre les projets de Macron et du CAC 40 ne sont même plus évoqués, tout disparaît dans le seul objectif électoral.

Une victoire définitive de’ l’électoralisme et du carriérisme ?

Dans notre France capitaliste, ou la « démocratie libérale « se réduit à des élections périodiques fort peu représentatives de responsables nationaux et locaux, le goût du pouvoir carrièriste et l’électoralisme qui en découle ont toujours été fréquents dans tous les partis conservateurs et réformistes : de la Droite à l’extrême-droite ( même si cette dernière a toujours utilisé à son profit la démagogie anti-corruption ), du Centre au Parti Socialiste, les politiciens professionnels les ont toujours dirigés depuis un siècle en France.

Mais notre peuple avait aussi le privilège de compter au XXéme siècle une cohorte de militants attachés à leur idéal de luttes de classe, Communistes organisés dans le PCF, syndicalistes dans la CGT. Ils ont pu parfois se tromper, mais ils ont été durant des décennies le fer de lance des conquêtes altruistes des progrès sociaux et politiques, Sécurité sociale, services publics de santé, transports, énergie, etc.

Jusqu’aux ultimes décennies du siècle, où le poison du carriérisme, de l’électoralisme sans principe a contaminé progressivement les cadres militants, qui ont peu à peu oublié qu’ils n’étaient qu’au service du prolétariat, et ont largement basculé vers le « prêt à tout pour conserver mon poste ! ».

Cette période de dérive droitière, de ralliement massif aux comportements qui n’étaient jusque-là qu’une spécialité du PS, est connue sous le nom de
« Mutation » et « d’Union de la Gauche » : il s’agissait dans tous les cas de se faire réélire aux divers postes de responsabilité par le Parti Socialiste, voire les Verts, tous deux ralliés au Social-Libéralisme, en multipliant les concessions politiques, jusqu’à collaborer avec eux dans des gouvernements successifs, qui ont multiplié les privatisations, la destruction des services publics et des avancées sociales.

Le résultat de cette litanie de trahisons n’a pas manqué de survenir en quelques vingt ans de suicide : le PCF est tombé au score ridicule de 1,93 pour cent des exprimés en 2007, abandonné peu à peu par son électorat populaire, massivement converti à l’abstention découragée, ou pire à la démagogie raciste de l’extrême droite.

Il eut fallu pour s’en guérir reprendre le chemin des luttes sociales, le PCF en fut bien incapable, et ne pouvait que s’étioler, dépourvu de sa vigueur militante passée. La solution qu’il crut trouver était encore plus électorale, et suicidaire : à partir de la gifle de 2007, le PCF, pour 15 ans ne présenta plus de candidat aux présidentielles, en apportant les voix qui lui restaient fidèles à un Socialiste en rupture de ban, le tribun Mélenchon et ses hétéroclites « Insoumis », un « mouvement » calqué sur l’éphémère « Podemos » en Espagne.

Ce fut en tout cas une marche nouvelle vers la disparition, à tel point que le sursaut d’orgueil des militants résiduels voulant à tout prix avoir un candidat en 2022 s’est traduit par un minable 3% : l’électorat salarié n’y croyait plus à l’issue de décennies de démission politique. Et cela malgré les qualités personnelles du candidat communiste Roussel, notée par tous les observateurs.

Les électeurs opposés au « Président des Riches », formatés par une idéologie monarchiste qui n’est plus vraiment remise en cause, ont concentré leurs voix sur Mélenchon, suivant en cela les directives des médias consensuels, ce qui a permis au tribun d’organiser sous sa houlette le regroupement des « partis de Gauche », réduits à l’état de débris.
Certains parmi nous n’y virent qu’une chose, la possibilité d’empêcher le désastre annoncé par Macron.

C’est bien pourquoi nous avions depuis un mois un bœuf sur la langue.
Nous ne pouvions en disant clairement le fonds de nos pensées avant le scrutin, contribuer à une défaite éventuelle de « la gauche ».

Ce cap est passé, le 12 Juin le verdict des urnes est tombé, lamentable comme nous l’avions prévu. Il est temps de dire les responsabilités, et d’abord de revenir sur cet accord électoral de la NUPES.
Certes, le programme annoncé au départ ne pouvait que nous réjouir, il était en rupture avec ce qu’avait accompli au pouvoir le Parti Socialiste. Il condamnait les privatisations libérales passées, la destruction des services publics, les réformes régressives de la retraite, des allocations-chômage, etc… et il semblait aussi rompre avec l’attitude passée du Parti des Verts, qui, depuis trente ans, s’évertue à justifier les capitalistes français détruisant l’industrie nationale en la délocalisant vers les contrées à bas salaires, sous prétexte de protéger la nature et le climat.

De quoi la NUPES est-elle le nom ?

L’ex-président Hollande confortait cette naïveté en s’opposant à la « glissade à gauche » de la part d’un PS en déshérence et d’un Parti Vert son compère, tous deux solidement ancrés depuis des décennies dans l’idéologie libérale, les dogmes du marché capitaliste et de la « liberté d’entreprendre. »

Notre naïveté oubliait une constante de la Social-démocratie depuis toujours :
« les promesses électorales n’engagent que ceux qui les croient ! ». Léon Blum décrétant « la pause sociale » en 1938, Guy Mollet expédiant les conscrits guerroyer en Algérie en 1956, Mitterrand et les siens faisant avaler des boas aux ministres du PCF, avaient tous promis au départ le mieux-vivre, la paix négociée, et de « changer la vie « , alors qu’ils ne rêvaient que de réduire les militants Communistes à leur merci et au silence. Ce dernier avait en partie réussi, avec la collaboration des courants les plus opportunistes et conciliants au sein du PCF en mutation.

Et ces dérives suicidaires ont empiré à partir de 2007 en ne présentant plus personne aux élections présidentielles sous prétexte d’unité. Ce n’était pas encore le cas aux élections législatives, garantissant l’ancrage minimum dans quelques zones de fortes traditions de luttes ouvrières, Nord, banlieues de l’Est parisien, avec quelques députés, pas mal de maires, etc.

Mais, en 2021, profitant du « vote utile » d’un électorat des Gauches réduites à un votant sur 5, Mélenchon a réuni les « représentants » non-élus de ce qui restait des appareils PS, Verts, et PCF, pour leur faire approuver le couteau sous la gorge, les accords dits de la NUPES.

Avec un programme écrit pour l’essentiel par lui comme s’il n’avait rassemblé au premier tour que ses fidèles, sachant qu’il n’engageait à rien « le futur Premier Ministre », qui ne se priva d’ailleurs pas de l’atténuer en fonction de ses auditeurs-électeurs potentiels.

C’est ainsi que notre PM, en parfait électoraliste, n’hésita pas lors d’interviews à BFM et au Figaro, à reprocher à Macron de « ne pas vouloir humilier Poutine », donc, de ne pas être assez belliciste ! Tout cela entre deux plaidoyers contre l’énergie nucléaire, pour absorber les écolos irrationnels, prêts à réouvrir comme en Allemagne les centrales au charbon bavant du CO2 en pagaille…

Mais le pire de cet accord n’est pas dans le programme, dont on sait ce qu’il vaut après les élections. Plus grave est la façon dont furent décidées en petit comité les candidatures uniques pour chacune des circonscriptions électorales, qui relèvent encore du plus grand brouillard à quelques jours du scrutin. Les recoupements faits avec des camarades de diverses régions permettent en tout cas d’accumuler des indices allant tous dans le même sens.

Les candidats uniques qui ont le label NUPES sont massivement, même si le nombre exact n’est pas publié, de la FI, ce qui n’a rien d’étonnant, selon la vieille recette du pâté d’alouette, une alouette, un cheval, une alouette, un cheval…Et pour que cela ne choque personne, les maîtres à penser de la NUPES ont obtenu du Conseil d’État que les candidats de la « Gauche » ne soient annoncés que comme NUPES, à l’exclusion de leur appartenance à un autre parti ! ! Un dispositif que les « Unions de la Gauche » mitterrandiennes n’avaient jamais osé mettre en place !

La portion congrue laissée en matière de candidatures NUPES aux autres partenaires que la FI amène quelques observations, d’un département à l’autre, notamment pour ceux concédés au PCF.

Dans les banlieues Est de Paris, qui furent durant les décennies précédentes les « forteresses ouvrières » du PCF, Val de Marne, Seine Saint Denis, les candidats communistes sont curieusement absents de leurs fiefs historiques.
Dans le Val d’Oise urbain, pour la circonscription de Bezons-Argenteuil, qui fut autrefois celle de Gabriel Péri, pas de candidat PCF qui avait quelques chances d’être élu. Par contre la 3ème , où le PCF est faible, présente pour la NUPES un candidat Vert, agrémenté d’un suppléant PCF, qui se garde bien de se référer à son parti dans sa profession de foi.

Bien sûr, pour que l’opération NUPES reste crédible, elle a concédé la candidature (et la réélection probable) des incontournables « patrons » de l’appareil PCF, Roussel à Saint Amand les eaux, Chassaigne en Auvergne, Dharreville en Bouches du Rhône. Mais en éliminant les autres communistes susceptibles d’être élus, dans le Nord, et à Vénissieux, en banlieue lyonnaise, au profit d’un parachuté fort controversé au sein même de la FI !

On pourrait multiplier les exemples locaux, d’un choix clair des négociateurs obscurs de l’accord NUPES : éliminer l’ancrage local des Communistes au profit de la FI, avec l’assentiment du PS ou des Verts en quête de survie, et des négociateurs du PcF tenants de la tendance la plus droitière. Défaite au dernier congrès du parti, elle a trouvé à cette occasion le moyen d’éliminer de la vie publique le courant interne au PcF qui y avait eu la majorité !

Le candidat FI imposé à Vénissieux au détriment de la mairesse élue qui avait de grandes chances d’être élue député, n’a d’ailleurs pas caché que son objectif était d’effacer la mairie communiste, dès que possible.

Au-delà de ces sordides magouilles d’apparatchiks, la NUPES est donc le fruit d’une volonté d’éradication de l’ancrage local résiduel des Communistes, et l’acte de naissance sur les ruines complaisantes des partenaires d’une Social-démocratie française renouvelée, dévouée à son chef sinon à son programme, élaboré sans d’ailleurs la moindre consultation des adhérents-militants, de la FI, du PS ou des Verts.

Nous espérions du scrutin de juin 2022 un adjuvant des luttes populaires, il ne sera qu’un frein supplémentaire !

Que faire maintenant ?

Nous n’avons aucune responsabilité dans cette négociation électoraliste, réalisée sans aucune participation militante, et qui accouche aujourd’hui d’un champ de ruines politique, sur fond de destruction des forces populaires encore présentes : qui dira les ravages laissés au sein des militants syndicaux par les disputes fratricides entre électeurs de Roussel et Mélenchon ?

Il est temps de dépasser cet épisode électoral calamiteux, de travailler à organiser les deux seuls objectifs nécessaires :

1/ participer, sinon animer les luttes sociales et politiques, seules capables d’empêcher les projets néfastes de Macron, des diverses Droites à son service et leurs complices camouflés en sociaux-démocrates et Verts, et de lui imposer une politique de paix, contre l’OTAN et l’UE.

2/ et, parallèlement, au sein même de ces luttes, il nous faut œuvrer sans relâche et sans sectarisme aucun, à reconstruire patiemment un Parti des Communistes en France, une force organisée, démocratiquement structurée, sans laquelle aucun avenir meilleur n’est possible.
Ce travail commun pour y parvenir sera long, mais il est la seule issue.

20 juin 2022

http://ancommunistes.fr/spip.php?article4010

Dans FRANCE

LEGISLATIVES 2022 : PAS DE MAJORITE ABSOLUE POUR MACRON, LA NUPES PERD SON PARI, SCORE HISTORIQUE POUR LE RN

Par Le 20/06/2022

Législatives 2022: pas de majorité absolue pour Emmanuel Macron, la NUPES perd son pari, score historique pour le RN

Auteur(s)

FranceSoir

Publié le 19 juin 2022 - 19:30

Image

L'Assemblée nationale, à Paris (7ème arrondissement)

L'Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement, le mardi 15 février 2022

 F. Froger / Z9, pour FranceSoir

FacebookTwitterEmailWhatsAppPlus d'options...

Majorité relative ? Absolue ? Ou coup de théâtre avec la Nupes (Nouvelle union populaire écologiste et sociale) qui obtiendrait la majorité à l'Assemblée ? Les principaux résultats du deuxième tour des élections législatives, dévoilés ce soir à 20 heures.

21h20 : Jean-François Copé, ancien ministre et maire de Meaux, a appelé son parti (les Républicains) à former un "pacte de gouvernement" avec la future majorité (relative) macroniste :

21h15 : Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue dans l’Essonne, et Brigitte Bourguignon, ministre des Solidarités et de la Santé, défaite dans le Pas-de-Calais, devront quitter le gouvernement. Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, l'emporte de justesse à Paris.

21h : Jean-Luc Mélenchon proclame la "déroute totale du parti présidentiel" et souligne que le score total de la Nupes n’est pas encore connu, émettant l'hypothèse d'un résultat final plus favorable que les premières estimations. "Aucune majorité ne se présente", souligne-t-il, se réjouissant de la défaite de "l'éborgneur" Christophe Castaner notamment. "Je change de poste de combat", lance le chef de la France insoumise, pour qui "le grand jaillissement de la France a un visage, celui de l’Union populaire".

20h40 : « La première place, mais une première place décevante », a reconnu Eric Dupond-Moretti sur BFMTV. « Nous n’aurons pas la majorité absolue», concède le garde des Sceaux sur BFM TV, envisageant « une forme d’ouverture et de souplesse », pour la future majorité - qui y sera contrainte, de fait...

20h30 : Piliers de la macronie, Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale sortante (6ème circonscription du Finistère), et Christophe Castaner, président du groupe LREM (2ème circonscription des Alpes de Haute-Provence) sont battus et ne siègeront pas dans la nouvelle assemblée.

Les ministres Damien Abad (5ème circonscription de l'Ain) et Olivier Véran (1ère circonscription de l'Isère) sont eux réélus et pourront donc rester au gouvernement.

20h : Camouflet pour Emmanuel Macron qui malgré son appel solennel de la semaine dernière n'obtient pas de majorité absolue à l'Assemblée : 210 à 250 sièges pour "Ensemble!", il s'en faut donc de beaucoup (la majorité absolue est à 289 sièges). La Nupes, alliance des gauches radicales, obtiendrait 150 à 180 sièges selon les premières estimations. Un pari perdu pour Jean-Luc Mélenchon, avec un nombre non négligeable de députés mais pas de majorité et un score relativement modeste pour une union de (presque) toutes les gauches. Avec 60 à 70 sièges, la droite LR-UDI sera incontournable car il s'agit du seul groupe politique d'importance qui puisse former des majorités de circonstance en étant allié du bloc macroniste. Enfin, le Rassemblement national déjoue les pronostics avec un score historique : 80 à 100 députés devraient faire leur entrée au Palais-Bourbon sous ses couleurs, formant un groupe environ trois fois plus grand que celui de 1986 (Front national).

19h30 : Selon l'IFOP, le taux d'abstention devrait s'élever à 54%, légèrement supérieur à celui du premier tour.

17h : Le taux de participation à 17h s'élève à 38,1%, en légère baisse par rapport au premier tour.

https://www.francesoir.fr/politique-france/legislatives-2022-deuxieme-tour

Dans FRANCE

LE RIDICULE NE TUE PAS MAIS LE VAX ANTICOVID LE FAIT : MYOCARDITES, MORT SUBITE

Par Le 19/06/2022

Le ridicule ne tue pas mais le vax anticovid le fait: myocardites, mort subite

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 18 juin 2022

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 5   0  0  19

Le ridicule ne tue pas mais le vax anticovid le fait : myocardites, mort subite

Ne l’oubliez pas, le vax tue. Il faut obtenir son interdiction mondiale comme le réclament les membres du conseil mondial de la santé après leur analyse rigoureuse de toutes les banques de données internationales officielles :

Vaccins anticovid : nouvelle alerte rouge par le Conseil Mondial de la Santé — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

Le dernier tableau de l’article ci-dessus montre que jusqu’au temps délirant (depuis 2020) on retirait du marché un médicament ou vaccin qui tuait quelques personnes

« Principaux rappels de médicaments et de vaccins dans l’histoire

Lorsqu’un nombre préoccupant d’événements indésirables ou de décès est constaté dans les rapports de pharmacovigilance, les organes directeurs peuvent rappeler un produit précédemment autorisé ou approuvé. Le graphique suivant montre le nombre de décès signalés au VAERS ou au FAERS avant le rappel d’un produit. »

LA FOLIE PROGRESSE : PLUTÔT QUE D’ADMETTRE QUE L’INJECTION GÉNIQUE TUE, ILS INVENTENT UN » NOUVEAU SYNDROME D’ORIGINE INCONNUE ».

ON EN EST À INVENTER UN « NOUVEAU SYNDROME : LE SYNDROME DE LA MORT SOUDAINE DE L’ADULTE ».

Bravo ! On n’arrête pas le progrès ou bien sa nouvelle définition wok, la bêtise sans limite, la déconstruction de ce qui est beau, instructif, apaisant, pour aller vers quoi ? Le néant ?

Les candidats au bac ne sauraient pas ce que veut dire « ludique », mais on leur donnera le bac quand même. Il ne faut s’étonner de rien et surtout comme l’avait souhaité le patron de télé Patrick le Lay dans les années 2000, la capture du cerveau humain via les temps d’antenne a révélé sa grande efficacité.

Et comme dit l’auteur de la fabrique des crétins, Brighelli, « on les a voulus, on les a créés, maintenant il va falloir les supporter et leur payer un salaire. » Le but ultime atteint, le crédit social.

LA RÉALITÉ : L’EXPLOSION DE MORTS SUBITES EST LIÉE AUX INJECTIONS ARNM

Très tôt dans l’histoire des pseudovaccins ARNm, les médecins israéliens témoins les premiers de l’injection en masse de la population ont signalé ces morts subites, brutales qui les ont particulièrement choqués lorsqu’ils les observaient chez les jeunes qui ne risquaient rien du covid.[1][2]

Alors aujourd’hui devant ce déni de réalité, n’hésitant pas à inventer une « maladie inconnue » pour innocenter les pseudo vaccins, on croit à un cauchemar.

Avant le Covid étaient décrites d’exceptionnelles « morts subites » (et encore plus rarissimes chez les jeunes) correspondant le plus souvent après les explorations post mortem biologiques et autopsiques à des troubles cardiaques congénitaux et/ou infarctus, AVC, ruptures d’anévrisme, sur des terrains à risque familiaux ou personnels, etc.. L’autopsie et les examens ne revenaient pas négatifs comme ce pseudo nouveau syndrome australien les décrit. On ne trouve rien ![3] On ne trouve aucune allusion au statut vaccinal des sujets concernés dans l’article.

Une augmentation forte d’incidence depuis la vaccination devrait leur mettre la puce à l’oreille si le déni et l’omerta sur les inconvénients de cette injection génique ne les empêchaient pas d’ouvrir les yeux.

Le Dr Cole (https://t.me/ChrisInfosTrumpAndCo/5822) affirme que les décès « soudains » chez les jeunes sont causés par les injections covid[4].

Extrait de sa vidéo :

Dr Ryan Cole :

« Ces “morts soudaines” ? Quelle blague.

Il y a des gens qui sont venus avec un nouvel article l’autre jour et un nouveau syndrome : le syndrome de la mort soudaine de l’adulte (https://t.me/ChrisInfosTrumpAndCo/6742).[5]

Ce syndrome SADS arrive parce que des personnes reçoivent une injection d’une toxine qui enflamme leur cœur.

Il y a eu des études précoces avec ces injections d’ARNm qui montrent qu’elles font gonfler le cœur, entraînant un manque de circulation, il n’y a plus assez d’oxygène dans le sang et donc cela entraîne une insuffisance cardiaque et la mort. (…)

Et maintenant on voit des centaines d’athlètes mourir alors qu’ils sont à leur top physique.

Nous mettons une nanoparticule lipidique toxique et un ARN modifié dans le corps qui ne s’éteint pas.

(…)C’EST DE LA FOLIE DE CONTINUER À POUSSER LE PRODUIT MÉDICAL LE PLUS DANGEREUX ET MORTEL JAMAIS AUTORISÉ À PERSISTER DANS L’HUMANITÉ. » [6]

« Nous devons nous lever contre cette injection avant que notre nouveau gouvernement n’impose la vax obligatoire y compris aux jeunes enfants ! »

Même le Lancet reconnaît le risque de cette injection pour les cœurs des jeunes personnes : — 11 juin Lancet : « le risque de myocardite/péricardite lié au vaccin est plus élevé chez les moins de 25 ans »

Rappelons que ces jeunes sont à risque ZÉRO DU COVID !

COMMENT ADMETTRE LA COÏNCIDENCE —15 juin TIMES : « la FDA recommande l’autorisation d’urgence du vaccin #COVID19 de #Moderna pour les enfants âgés de 6 à 17 ans » si ce n’est une volonté claire de dépopulation ?

LE LANCET A ENFIN AVOUÉ LA DANGEROSITÉ DU PSEUDO VAX[7][8]

La revue scientifique The Lancet confirme le risque élevé de myocardite du vaccin Pfizer et Moderna juin 2015, 2022 :

une étude a conclu que le vaccin ARN anti-Covid de Pfizer et de Moderna présente un risque élevé de myocardite et de péricardite. On peut lire :

« un risque accru de myocardite et de péricardite a été noté après la vaccination contre la Covid et a été plus fort chez les hommes âgés de 18 à 25 ans après la prise de la seconde dose. Cependant, l’incident était rare ».

D’après The Lancet, sur 15 148 369 de personnes ayant reçu le vaccin, 411 cas de myocardite et de péricardite ont été notés.

Une étude similaire, menée en France a abouti aux mêmes conclusions. En effet, dans son travail d’investigation, Lecourrier-du-soir.com a pu consulter l’étude menée par l’institut EPI-PHARE (épidémie des produits de santé) dans sa version originale. Elle confirme que les vaccins Pfizer et Moderna présentent des risques de myocardite et de péricardite tout en précisant toutefois que le risque est peu fréquent.

« un total de 919 cas de myocardites (âge médian de 26 ans, 21 % de femmes) et 917 cas de péricardites (âge médian de 34 ans, 38 % de femmes) sont survenus parmi des personnes âgées de 12 à 50 ans en France pendant la période d’étude. Ces cas ont été appariés respectivement à 9190 témoins (pour la myocardite) et 9170 témoins (pour la péricardite). »

L’étude souligne que les jeunes hommes âgés de moins de 30 ans ont été les plus exposés :

« Globalement, la vaccination par les vaccins Pfizer BioNTech et Moderna était associée à une augmentation des risques d’hospitalisation pour myocardite et péricardite dans les 7 jours suivant la vaccination.

L’association avec le risque de myocardite apparaît particulièrement marquée chez les jeunes hommes de moins de 30 ans, en particulier au décours de la deuxième dose du vaccin Moderna conduisant à un excès de cas atteignant de l’ordre de 132 par un million de doses dans cette tranche de la population », révèle EPI-PHARE.

Un chirurgien cardiovasculaire japonais : Arrêtez dès maintenant les rappels de vaccins en raison des risques graves qu’ils présentent (anguillesousroche.com)

« Tout d’abord, le chirurgien cardiovasculaire rappelle à tous la nature décroissante de l’efficacité des vaccins. Au huitième mois, après l’administration de deux doses du vaccin COVID-19, l’immunité “était inférieure à celle des personnes non vaccinées”. L’Agence européenne des médicaments (EMA) suggère d’éviter les rappels fréquents, car ils pourraient “avoir un effet négatif sur la réponse immunitaire et ne sont pas forcément réalisables.” Kenji Yamamoto a écrit un article de commentaire dans le Virology Journal, une revue en libre accès et évaluée par des pairs. Il est chirurgien au département de chirurgie cardiovasculaire de l’Okamura Memorial Hospital, au centre des varices de Shizouka, sur la côte centrale du Pacifique de Honshu et près du mont Fuji. Dans une lettre à la rédaction, le Dr Yamamoto déclare : “Par mesure de sécurité, il convient d’interrompre les vaccinations de rappel et de prendre plusieurs autres mesures pour les patients vulnérables.” Ce chirurgien cardiovasculaire respecté reconnaît que les médias censurent les blessures liées au vaccin COVID-19, y compris les décès. »

ET le débat s’invite ENFIN sur cnews 17/06/22 A QUAND BFM TV ?

Marie-Estelle Dupont psychologue (https://t.me/ChrisInfosTrumpAndCo/4510) lit une déclaration de pédiatres sur les effets secondaires des injections Covid sur les enfants

« Étant donné ce qu’on a rencontré comme effets secondaires rapportés par les centres de contrôle des maladies, il n’y aurait pas de bénéfice à vacciner les enfants.

Nous sommes d’accord avec la vaccination en principe, et nous avons confiance aux garanties réglementaires. Toutefois nous comprenons que les injections Covid-19 ne sont pas des vaccins traditionnels… Pas assez de recul.

Nous pensons que la confiance des fournisseurs de soins médicaux et du public a été violée.

Il y a clairement un débat à poser. »

(…)

Le CDC révèle qu’au moins 49 878 enfants de 0-17 ans ont subi un effet indésirable dû à la vaccination contre la Covid. »[9]

MÊME LE PR. DELFRAISSY, GRAND CHEF DES MANŒUVRES ANTICOVID ET DE LA GUERRE AU VIRUS, A RECONNU LE LIEN :

 

ET ON SAIT POURQUOI La protéine Spike provoque une réponse de l’interleukine 1B chez les enfants (pas autant chez les adultes), comme le prouvent des études chinoises.

L’IL-1B est associée à l’amyloïde A sérique entraînant une myocardite pouvant entraîner une mort subite.[10]

On peut être étonné par le surprenant dialogue du Pr Delfraissy et un étudiant de science à Sciences Po Lille, le 15 03 2022

Vidéo 1/2 : https://twitter.com/i/status/1534955758382718976 (reproduction de l’échange de la vidéo par un aimable correspondant vigilant

L’étudiant :

« Bonsoir Mr Delfraissy

3.3 millions d’effets secondaires déclarés sur la base de données OMS

23 000 morts aux USA

36 000 morts dans l’UE

Imputables au vaccin

Et je dis le mot imputable

Parce que ces vaccins consistent à injecter le code génétique de la protéine spike

Et cette protéine a une toxicité

Elle se colle sur les récepteurs ACE2 sur les cellules endothéliales à l’intérieur des vaisseaux sanguins

Et on a observé des thromboses, des myocardites, des AVC… tout un tas de choses qui sont qui sont reliés à ces toxicités on a également observé des rechutes de cancers il y a de nombreuses études des autopsies des choses comme ça… in vitro également…

Et des maladies neurodégénératives ainsi que des réveils de maladies auto-immunes

Ma question

Mr Delfraissy c’est : pourquoi malgré une toxicité » qui est quand même importante pour un médicament pourquoi ces vaccins continuent de bénéficier de leur autorisation de mise sur le marché conditionnelle (AMM conditionnelle) et étant donné finalement leur moindre efficacité… parce que finalement après quelques mois l’efficacité même sur les formes graves, baisse

Je voulais savoir si selon vous la balance bénéfices/risques est toujours suffisante pour permettre à ces vaccins de rester sur le marché ??? »

Pr Delfraissy :

« Euh… … je crois qu’honnêtement vous n’êtes pas très chaud pour les vaccins ! Si je vous entends.

Bien sûr qu’il y a des effets secondaires… mais dans la balance bénéfices/risques au niveau individuel chez en particulier les patients les plus âgés les plus fragiles ayant un déficit immunitaire oui je vous dis ce soir je suis très à l’aise pour vous dire que le rapport bénéfices/risques il reste en faveur d’un vaccin

Ça, c’est un premier point

Cependant, là où vous pouvez m’argumenter c’est en population plus générale c’est une vraie question que je n’ai pas totalement résolu dans ma tête qu’on vaccine pourquoi vacciner une population jeune qui a nettement moins de chances enfin moins de risques plutôt de développer une forme sévère et une forme grave »

 

Vidéo 2/2 : https://twitter.com/i/status/1534957878884323334

Pr Delfraissy :

« On l’a fait parce qu’il y a un risque qui existe quand même qui n’est pas nul.

Deuxièmement parce qu’il y avait une vision de protection également contre l’infection.

Mais en effet — et je suis le premier à vous l’avoir dit que ces vaccins protègent modérément contre l’infection —, on ne peut pas dire qu’ils ne protègent pas. Ils protègent modérément, donc du coup plus on va vers la tranche d’âge des plus jeunes, plus en effet le bénéfice individuel est difficile à mettre en évidence.

D’où d’ailleurs les citoyens ont tranché et en France c’est très clair.

On est chez les enfants de 5 à 11 ans avec actuellement avec en gros 5 à 6 % d’enfants vaccinés. Et je ne pense pas qu’on fera beaucoup bouger les lignes.

La Guadeloupe est finalement le seul vrai moment en France avec un tout petit peu au début sur l’est de la France lors de la première vague où on a vraiment trié du malade en réanimation. Le reste on est à peu près passé sur du vrai triage.

Bien sûr, les personnes âgées, les plus âgées ont été moins prises en charge.

Mais il n’y a pas eu de vrai triage.

Sauf dans 2 zones — l’Alsace et la partie est de la France — lors de la première vague et la Guadeloupe au mois d’août 2021.

Donc ça montre bien vaccination plus, vaccination moins…

Bon après si vous ne voulezpas y croire…

Vous n’avez plus d’obligations. Là maintenant vous avez plus de pass vaccinal. Vous n’avez plus… Bon mais vous ne convaincrez pas de l’inverse. Voilà je suis très ferme sur mes positions.

Et vous faites ce que vous voulez et à vrai dire je m’en fous ! »

J’imagine que l’on va garder cette vidéo au cas où il prendrait à nos dirigeants la triste idée d’imposer l’injection et singulièrement aux enfants.

Alors pour conclure ces drames des dirigeants qui osent conclure qu’ils s’en foutent après avoir interdit d’exercice les soignants non vaccinés, ruinés, suicidaires pour un bon nombre, je vous propose un autre témoignage.[11]

Le père d’un fils tué par le vaccin Covid signale une incitation à la fraude par la FEMA[12]

par WorldTribune Staff, 9 juin 2022

« Non seulement Ernest Ramirez a perdu son fils de 16 ans à la suite d’une crise cardiaque quelques jours après avoir reçu le vaccin Pfizer Covid, mais lorsqu’il a commencé à en parler publiquement, la FEMA lui a offert des dizaines de milliers de dollars en prestations de décès s’il falsifiait le certificat de décès du gouvernement, a-t-il dit dans une interview.

Cinq jours après avoir reçu le vaccin Pfizer, Ernest Ramirez, Jr., un athlète du secondaire et membre du ROTC, s’est effondré en courant sur le terrain lors d’un match de basket-ball dans un parc. Il a été déclaré mort à l’hôpital. »

Ernest Ramirez et son fils Ernest Ramirez Jr.

L’hôpital ne voulait pas lui dire la cause du décès. « Il m’a fallu trois mois pour obtenir son autopsie », a déclaré Ramirez dans une interview avec John Davidson de Broken Truth. « Ils ne voulaient pas me le donner. »

Ce n’est qu’après avoir engagé un avocat que les autorités médicales ont rendu les résultats de l’autopsie : Ernest Ramirez, Jr., est décédé d’une crise cardiaque due à une myocardite attribuable au vaccin.

Connexe : Ernest Ramirez, Jr. : L’histoire d’un père au cœur brisé, 3 juin 2022

« L’autopsie a été envoyée au cardiologue Dr Peter McCullough, MD, qui a vérifié que la cause du décès était due au vaccin, rapporte Ramirez. “Son cœur faisait plus du double de la taille normale, qu’il aurait dû être”, a déclaré Ramirez, “et il était recouvert de certains produits chimiques du vaccin. Dr John Witcher, MD,. . . l’a également vérifié”, tout comme le Dr Paul Marik, MD.

« Je veux dire que nous avons tous ces médecins qui le vérifient. Pourtant, ce n’est pas comme si cela faisait vraiment du bien », a déclaré Ramirez. « Maintenant, il y a tellement de centaines d’enfants qui souffrent de la même chose. S’ils ne meurent pas de myocardite ou de problèmes cardiaques, ils souffrent maintenant. Ils sont sous médication. Ils ne vont pas pouvoir trop s’exercer. Cela signifie : pas de baseball, pas de football, rien, parce qu’ils pourraient avoir une crise cardiaque. Où est-ce réellement sûr ? »

Ramirez avait élevé son fils, un joueur de baseball qui avait hâte de rejoindre l’armée de l’air, en tant que père célibataire. N’ayant pas d’assurance obsèques pour un enfant de cet âge, il a contacté le programme de prestations de la FEMA pour les décès de Covid-19. La FEMA a rejeté la demande. Un décès lié au vaccin Covid n’a pas été considéré comme un décès Covid. La FEMA n’a pas répondu à un WorldTribune. com demande de commentaire.

À cette époque, Ramirez a commencé à s’exprimer publiquement, gagnant une audience nationale en avertissant les parents des dangers du vaccin.

Dans une tournure inhabituelle des événements, rapporte Ramirez, la FEMA l’a ensuite recontacté avec une offre qui semble viser à la fois le piège criminel et un effort pour discréditer son message.

« En décembre, la FEMA m’appelle, me demandant plus de paperasse », a raconté Ramirez. » J’ai dit : « Regarde, tu as tous ses papiers. Tu m’as refusé. Alors, détruisez simplement cette application. Elle m’a mis en attente pendant 45 minutes et m’a demandé de changer le certificat de décès de mon fils pour qu’il indique Covid, et cela m’aiderait financièrement.

« J’ai dit : Non, je ne manquerai pas de respect à mon fils de cette façon. Et comme je l’ai dit, elle a juste fait des allers-retours. Je ne sais pas si elle parlait à quelqu’un d’autre, et elle n’arrêtait pas de me demander de changer le certificat de décès de mon fils », a déclaré Ramirez.

« J’ai dit, Madame, je vous l’ai déjà dit, je ne manquerai pas de respect à mon fils de cette façon. J’ai dit : Je ne falsifierai pas les documents du gouvernement à des fins financières », a-t-il raconté. Après une discussion plus approfondie, « elle a en fait baissé la voix jusqu’à un murmure et m’a dit : » Je suis vraiment désolée, Ramirez « et elle a raccroché. »

En janvier 2022, Ramirez rapporte qu’il a ensuite reçu un e-mail de la FEMA avec des documents similaires, qu’il a transmis publiquement à Steve Kirsch et à d’autres, « pour s’assurer qu’ils voient ce qui se passe ».

Puis, dans la troisième semaine de mai 2022, plus d’un an après la mort d’Ernest Jr., « Je reçois un appel téléphonique et c’est la FEMA », a poursuivi Ramirez. « Ils m’appelaient pour me faire changer à nouveau le certificat de décès. La première fois qu’ils m’ont appelé, ils m’offraient 10 000 $ à 35 000 $ si je le changeais.

Ernest Ramirez Jr.Father of son killed by Covid vaccine reports enticement to fraud by FEMAWorldTribune.com

COMBIEN DE TEMPS LA POPULATION VA-T-ELLE ACCEPTER DE JOUER À L’APPRENTI SORCIER OU À LA ROULETTE RUSSE ?

EST-CE LUDIQUE ????

Dre Nicole Delépine

Notes :

[1] MYOCARDITES POST VACCIN COVID : RISQUE INACCEPTABLE CHEZ L’ENFANT QUI NE RISQUE RIEN DU VIRUS – Docteur Nicole Delépine (nicoledelepine.fr)

[2] Myocarditis after Covid-19 Vaccination in a Large Health Care Organization
Guy Witberg, M.D., Noam Barda, M.D., Ph.D., Sara Hoss, et all
Myocarditis after Covid-19 Vaccination in a Large Health Care Organization | NEJM. Oct 21

[3] https://www.health.com/condition/genetic-disorders/sudden-death-syndrome

[4] [Transféré de ChrisInfos:Traductions,Trump & co] [Vidéo] 07/06/22

[5] 08/06/22
Australie (https://www.msn.com/en-au/news/australia/doctors-trying-to-determine-why-many-young-people-are-suddenly-dying/ar-AAYchZp)
Des médecins tentent de déterminer pourquoi de nombreux jeunes meurent soudainement :
« Les personnes âgées de moins de 40 ans sont invitées à faire vérifier leur cœur car elles peuvent potentiellement être à risque de syndrome de mort subite de l’adulte. »
(https://en.m.wikipedia.org/wiki/Sudden_arrhythmic_death_syndrome) (Syndrome de mort subite par arythmie) a été mortel pour toutes sortes de personnes, qu’elles maintiennent ou non un mode de vie sain et en forme.
Le SADS “terme générique pour décrire les décès inattendus chez les jeunes”, a déclaré le Royal Australian College of General Practitioners, survenant le plus souvent chez les personnes de moins de 40 ans.
La Fondation SADS basée aux États-Unis a déclaré que plus de la moitié des 4 000 décès annuels SADS d’enfants, d’adolescents ou de jeunes adultes présentent l’un des deux principaux signes avant-coureurs.
Ces signes incluent des antécédents familiaux de diagnostic de SADS ou de mort subite inexpliquée d’un membre de la famille, et des évanouissements ou des convulsions pendant l’exercice, ou lorsqu’ils sont excités ou surpris, a rapporté news.com.au. (…)
Il y a environ 750 cas par an de personnes âgées de moins de 50 ans à Victoria dont le cœur s’arrête soudainement (arrêt cardiaque) “, a déclaré un porte-parole.
“Parmi ceux-ci, environ 100 jeunes par an n’auront aucune cause trouvée même après des investigations approfondies telles qu’une autopsie complète (phénomène SADS).”
La cardiologue E. Paratz, a déclaré : “le registre de Baker était le premier du pays et l’un des rares au monde à combiner des informations sur les ambulances, les hôpitaux et la médecine légale.”
“Cela vous permet de voir) que des personnes ont eu un arrêt cardiaque et qu’aucune cause n’a été trouvée à l’arrière”, a déclaré le Dr Paratz. Elle pense que le manque potentiel de sensibilisation peut être dû au fait que “beaucoup se déroulent en dehors des contextes médicaux traditionnels”
(N.B: Sinon hormis le “SADS” il y a les injections Covid qui ont fait près de 30 000 morts officiels, plus d’un million d’effets secondaires et entraîné les décès de plus de 700 athlètes en 16 mois : source (https://openvaers.com/covid-data) et Source2 (https://t.me/ChrisInfosTrumpAndCo/6700)
www.msn.com/en-au/news/australia/doctors-trying-to-determine-why-many-young-people-are-suddenly-dying/ar-AAYchZp

[6] Source (https://www.bitchute.com/video/3tMs1qBTBvRi/)

[7] La revue scientifique The Lancet confirme le risque élevé de myocardite du vaccin Pfizer et Moderna — La vérité vous rendra libres (la-verite-vous-rendra-libres.org)

[8] https://lecourrier-du-soir.com/coup-de-theatre-la-revue-scientifique-the-lancet-confirme-le-risque-eleve-de-myocardite-du-vaccin-pfizer-et-moderna/

[9] https://mobile.twitter.com/MyriamHebuterne/status/1537513159665278979

[10] ncbi.nlm.nih.gov Myocarditis: An Interleukin-1-Mediated Disease?

[11] Father of son killed by Covid vaccine reports enticement to fraud by FEMA–World Tribune: U.S. Politics and Culture, Geopolitics, East Asia Intelligence, China, Geostrategy, Military, National security, Corporate Watch, Media Watch, North Korea, Iran, Columnists: Dennis Prager, Michelle Malkin, John Metzler, Jeffrey Kuhner, John McNabb, Joe Schaeffer, Bill Juneau, Alexander Maistrovoy, Donald Kirk (www-worldtribune-com.translate.goog)

[12] FEMA for Disasters assistance An official website of the United States Government. Agence fédérale de gestion des urgences

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/e-ridicule-ne-tue-pas-mais-le-vax-anticovid-le-fait-myocardites-mort-subite/5669104

Dans FRANCE

SCANDALE : L’AMBASSADE DE FRANCE EN RUSSIE ACCUSEE DE FINANCEMENT OCCULTE DE L’OPPOSITION RUSSE

Par Le 19/06/2022

dimanche 19 juin 2022

Scandale : L'Ambassade de France en Russie accusée de financement occulte de l'opposition russe

 

A force de jouer avec le feu, on finit toujours par se brûler. Cela peut prendre plus ou moins de temps, mais la brûlure arrive inévitablement. Cela fait des années que l'Ambassade de France à Moscou soutient ouvertement l'opposition russe, avec laquelle elle a toujours eu plus de contacts qu'avec les institutionnels. Ce secret de polichinelle s'accompagne, en revanche, de mécanismes de financement occulte de mouvements politiques et de journalistes, pour diffuser l'idéologie LGBT, déstabiliser la situation intérieure, etc. Fabrice Rousseau, conseiller de coopération et d'action culturelle à l'Ambassade de France à Moscou et directeur de l'Institut français, personnellement impliqué dans cette histoire, doit quitter au plus vite ses fonctions et le pays. Une note en ce sens a été remise à l'ambassadeur français par le ministère russe des Affaires étrangères. La diplomatie française se porte de mieux en mieux.

Une publication est passée dans les médias russes, aucune information dans les médias français, pour ce qui ressemble à un véritable scandale de financement occulte par l'Ambassade de France en Russie de l'opposition russe, politique et médiatique. Au centre de ces transactions, l'on trouve la signature de Fabrice Rousseau, conseiller culturel.

Ainsi, le site 7x7, site d'information régional dit "indépendant", c'est-à-dire d'opposition, puisque la seule "indépendance" reconnue aux médias russes en Occident est celle de l'engagement contre le pays, fut financé par l'Ambassade de France en Russie. Ce site défend les "valeurs" globalistes, à savoir les LGBT ou le climat, et reprend la ligne classique de toutes les ONG financées en Russie de l'étranger, notamment la corruption et les mauvais traitements contre les prisonniers. Rien d'original sur le fond (l'ordre du jour globaliste), ni sur la forme (travailler dans les régions), mais cette activité est très lucrative, si l'on en croit d'anciens activistes dévoilant les financements.

Pavel Marouchak, l'ancien responsable de la communication pour la République des Komis, où ce site est implanté, signal qu'un simple spot d'une minute et demi a été financé, par exemple, à hauteur de 7 000 dollars, pendant que des millions de roubles étaient versés. C'est lui qui a révélé le schéma de financement, puisqu'il a de nombreuses années étroitement travaillé avec 7x7. Ce site était, par ailleurs, un support médiatique de Memorial, l'ONG qui a été interdite en Russie.

L'argent était versé par des firmes, dont les comptes changeaient de domicialition à chaque fois, pour ne pas laisser de traces. Alexandre Zilberg, l'un des dirigeants de 7x7 a déclaré, que c'était n'importe quoi. Pourtant, il en a bénéficié et les documents financiers portent la signature de Fabrice Rousseau. Si Memorial était financé directement, le financement pour ce site passait par la Géorgie, où une compagnie appartenant à un journaliste d'opposition russe reversait les fonds à une compagnie tenue par Zilberg. La boucle est bouclée.

L'opposition politique russe était également financée par l'intermédiaire du programme Prisme. Mikhail Mourguine, qui travaillait dans le Fonds de Navalny, a raconté comment l'argent coulait à flots, dont l'origine était à 80% composée de financements étrangers. Ces financements arrivaient par tranches, sous forme de donations privées.

Les ambassades étrangères ont déjà reçu des notes diplomatiques de protestation à ce sujet, dont l'Ambassade de France à Moscou. Sans résultats, manifestement. Le ministère russe des Affaires étrangères a donc convoqué l'ambassadeur de France, pour lui signifier que notre conseiller culturel était indésirable en Russie et qu'il devait partir au plus tôt.

La diplomatie française n'en ressort pas grandie ... mais elle est à l'image de son dirigeant actuel.

 

 

 

Publié par à 10:03 

http://russiepolitics.blogspot.com/2022/06/scandale-lambassade-de-france-en-russie.html#more

Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés : 

Dans FRANCE

CATASTROPHE FERROVIAIRE DE BRETIGNY : L'ACCABLANT REQUISITOIRE

Par Le 16/06/2022

Slide n°3

L’ACCABLANT RÉQUISITOIRE

Catastrophe ferroviaire Brétigny

16.06.2022 | Espace presse

Facebook

Twitter

Imprimer

Le 15 juin 2022, l’avocat général du tribunal d’Évry a prononcé un réquisitoire cinglant à l’encontre de la direction SNCF au cours du procès lié à la catastrophe ferroviaire de Brétigny survenue en 2013 et qui a fait 7 morts et 400 blessés.

Il requiert ainsi la peine maximale de 450 000 euros d’amende mais aussi la relaxe du cheminot pourtant largement incriminé par la direction elle-même. La justice considère qu’il a été « victime d’un système ». En revanche, nous ne pouvons que déplorer que le ministère public ait fait le choix d’écarter d’emblée la possibilité d’une responsabilité des plus hauts dirigeants de l’entreprise de l’époque.

Le procureur estime cependant que la SNCF a « créé le contexte à l’origine de l’accident » par un « échec dans la chaîne de maintenance ». Par ailleurs, celui- ci a réaffirmé que « Ce n’est pas une mise en cause des cheminots », mais « la lente dégradation de leurs conditions de travail qui ont été impactées par les objectifs de rentabilité qui leur étaient imposés ».

Rien ne saurait effacer le drame de ce mois de juillet 2013 mais l’affirmation de la responsabilité pleine et entière de la direction SNCF résonne comme la reconnaissance d’un drame dont l’origine se trouve manifestement dans la stratégie menée.

Ce réquisitoire met donc en lumière ce que la Fédération CGT des Cheminots, partie civile dans ce procès, dénonce depuis de trop nombreuses années. Le sabordage de l’entreprise publique, mené tambour battant, avec l’aide des gouvernements successifs qui ont porté des réformes dévastatrices, dégrade l’organisation de la production et les conditions de travail des cheminots, supprime de l’emploi, et affaiblit le niveau de sécurité.

Alors que se met en oeuvre la réforme dite « du pacte ferroviaire » votée en 2018, qui a éclaté la SNCF en 5 SA, ouvre à la concurrence, favorise la sous traitance à outrance, quels enseignements vont être tirés de cette catastrophe ?

La direction SNCF doit entendre ce réquisitoire et assumer ses responsabilités ainsi que l’héritage laissé par la direction précédente.

Elle doit, en outre, reconsidérer sa stratégie actuelle qui s’inscrit, en vérité, dans la continuité de celle qui a mené au drame de Brétigny.

Qu’a-t-il été fait depuis 2013 pour corriger ce qui a généré cette catastrophe ?

La direction est-elle dans le déni ou au contraire est-elle à même de reconnaître qu’il faut changer radicalement de stratégie ?

Dans l’attente de la décision finale du tribunal, la Fédération CGT des Cheminots, résolument impliquée dans ce procès, salue ici le courage des victimes et de leurs familles. Elle les assure de tout son soutien.

La Fédération CGT tient également à saluer les cheminotes et les cheminots pour qui une catastrophe ferroviaire demeure un drame qui les marque à jamais. Ils sont la fierté du service public ferroviaire.

Téléchargements

Communiqué fédéral suite au réquisitoire de l’avocat général lors du procès de Brétigny au format .pdf

https://www.cheminotcgt.fr/federation/laccablant-requisitoire/

 

Dans FRANCE

LE SAVIEZ-VOUS ? MEDIAPART A DE GROS CISEAUX....

Par Le 16/06/2022

Le saviez-vous ? Médiapart a de gros ciseaux....

jeudi 16 juin 2022 par Ahmed Bensaada

L

Le saviez-vous ? Médiapart a de gros ciseaux. Aussi gros que la bêtise, l’information biaisée et le manque d’éthique professionnelle, tous réunis dans le même lieu. Oui, Mediapart, le canard du moustachu trotskyste, celui-là même dont les pratiques journalistiques très louches ont été étalées dans « La Face cachée du Monde » et qui ont mené à sa démission de la direction du Monde. Celui-là même dont on disait :
« En matière d’investigation, il ne faisait rien d’autre que de recopier les fiches des renseignements généraux et reprendre les matériaux que ses amis syndicalistes policiers lui amenaient régulièrement ».

C’est dans son journal, Mediapart, transformé par je ne sais quelle escroquerie intellectuelle en « temple de la déontologie », qu’une géante paire de ciseaux a été érigée en totem de la censure. Et cet outil a été récemment utilisé à l’occasion d’un piteux article signé par Rachida El Azzouzi, une journaleuse qui a fait du Hirak algérien un fonds de commerce lucratif (on y reviendra dans un article plus approfondi). La disciple du moustachu trotskyste titra, sans cligner des yeux et en bombant le torse : « En Algérie, le journalisme continue de mener en prison ».

Bien que je sois personnellement contre l’emprisonnement des journalistes dans le cadre de l’exercice de leur fonction, il est quand même étonnant de constater les nombreuses lacunes qui jonchent son texte. Et en journalisme cela porte un nom : « mensonge par omission ».

Tout d’abord, elle passe sous silence le fait que Radio M, dirigée par Ihsane El Kadi, un autre moustachu trotskyste (bizarre, bizarre, comme c’est étrange…) a été financée par le Quai d’Orsay et, de ce fait, sert directement ou indirectement les intérêts français. Cela a été explicité de manière détaillée dans un de mes articles. Mme El Azzouzi pourrait-elle nous dire dans quel pays occidental un média supposé national peut être largement financé par une puissance étrangère ?
Et dans quel but ?

Ensuite, elle omet sciemment de dire que le mouvement Rachad a été classé comme organisation terroriste par le gouvernement algérien, alors que cela est de notoriété publique.

Finalement, dans sa diatribe contre l’Algérie, elle fait intervenir l’organisation fantoche « Reporters sans frontières » (RSF). En effet, le rôle de ce « machin » autoproclamé « défenseur de la liberté de la presse et des journalistes » a été très souvent trainé dans la boue. Rappelons que RSF a été (est encore ?) largement financépar la United States Agency for International Development (USAID) et la National Endowment for Democracy (NED), deux organisations étatiques américaines qualifiées de « paravents de la CIA », spécialisées dans les « regime change » à travers le monde.
Et cela, sans compter l’Open Society Institute de George Soros et d’autres officines du même acabit.

Alors, Mme El Azzouzi, le mensonge par omission, cela mène à quoi d’après vous ?

Mais revenons à notre paire de ciseaux, si chère à Mediapart.

Répondant au titre provocateur d’El Azzouzi, mon ami le journaliste Jacques-Marie Bourget commenta son article avec six petits mots :

« Et en Israël à la mort »

Son commentaire fut immédiatement censuré par les gardiens du « totem du ciseau » qui se fendirent d’une explication abracadabrante enveloppée dans un ridicule galimatias.

Pourquoi l’avoir censuré ?
Le journalisme ne mène-t-il pas à la mort en Israël ?
Depuis l’an 2000, pas moins de 55 journalistes palestiniens ont été tués par l’armée israélienne. La dernière en date est Shirine Abou Aqleh (Paix sur son âme) qui a été abattue par l’ignoble soldatesque israélienne.
Y a-t-il un autre pays qui peut se « vanter » d’un tel record ?

Et Jacques-Marie Bourget n’a-t-il pas été ciblé par l’État hébreu dans l’exercice de ses fonctions ?
Il ne doit sa survie qu’à un extraordinaire miracle. Ce n’est que par hasard qu’en Israël, le journalisme ne l’ait pas conduit, lui aussi, à la mort tout comme ses 55 collègues.

Et il peut en parler lui. Hier, aujourd’hui et demain. Car il n’est pas un journaliste de canapé comme El Azzouzi qui griffonne ses articles bidons en sirotant sa camomille. Il l’a sentie, lui, cette balle du sniper israélien qui a traversé sa chair pour chercher son cœur.

Et qu’a fait cette perfide association nommée RSF pour défendre sa cause ?
Rien, absolument rien.

À ce sujet, Jacques-Marie Bourget est clair :

« Si RSF ne m’a pas défendu, c’est pour ne pas offenser l’État d’Israël auteur d’une tentative d’assassinat contre moi. Entre le soutien de Tel -Aviv et moi, le choix a été vite fait. C’était Israël ».

Alors, ne peut-on pas dire que le comité de censure de Mediapart a fait la même chose avec le commentaire de Jacques-Marie Bourget ?
N’a-t-il pas tiré sur ses six mots afin de ne pas « offenser » Israël ?

Où est donc passée la solidarité d’un média français avec un journaliste français qui a failli succomber aux balles des assassins de la liberté d’expression ?
Où sont passées l’éthique et la déontologie journalistiques dont on nous bassine les oreilles à longueur de pixels et de vocalises ?

Après 55 décès, Rachida El Azzouzi (ainsi que tous les trotskystes de ce monde, moustachus ou pas) aura-t-elle le courage de pleurer Shirine Abou Aqleh et d’accuser Israël de sa mort en titrant :

« En Israël, le journalisme continue de mener à la mort »

Ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, sans cligner des yeux et en bombant le torse ?

Voir en ligne : https://www.ahmedbensaada.com/index...

http://ancommunistes.fr/spip.php?article3993

Dans FRANCE

FRANCE : QUEL RAPPORT DE FORCES APRES LE PREMIER TOUR DES LEGISLATIVES ?

Par Le 13/06/2022

Quel rapport de forces après le premier tour des législatives ? entre discours médiatiques et résultats électoraux

Lundi 13 juin 2022, par  Pierre-Alain, popularité : 11%

 

 Vie politique |

 pdf | 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reste une semaine pour battre de nombreux candidats d’extrême-droite présents au second tour et surtout battre de nombreux candidats de droite, macronistes et républicains pour réduire au maximum la majorité qu’ils auront dans la prochaine assemblée. C’est bien sûr le cas à Vénissieux.

Mais encore une fois, je me sens complètement décalé des discussions médiatiques et des interventions, y compris des personnalités de gauche, à la télévision. Beaucoup continuent à célébrer une "victoire" de la nouvelle union de la gauche, et même de redire que Mélenchon pourrait encore être premier ministre.

Pourtant, trois faits sont fortement confirmés avec les résultats
1/ l’abstention est majoritaire et bat des records.
2/ l’extrême-droite bat ses records, et de très loin.
3/ Enfin la gauche est au plus bas ! malgré sa présence large au second tour.

L’abstention est majoritaire et bat des records.

C’est un nouveau record pour le premier tour des élections législatives, après une hausse pour le premier tour de l’élection présidentielle. Tout ceux qui font parler "le peuple" sans tenir compte de ce terrible décrochage entre la majorité des électeurs et le système politique sont soit des soit idéalistes, soit des menteurs.

La vérité est que la nouvelle union de la gauche n’arrive pas à décrocher des abstentionnistes, même quand on leur promet qu’il serait possible d’obtenir une hausse des salaires et la retraite à 60 ans. Cela concerne plus de la moitié de notre peuple qui ne fait pas confiance à la vie politique, beaucoup plus si on tient compte des non inscrits ! Pourquoi cela est possible ? Que faut-il faire pour retisser des liens citoyens, politiques donc, avec la majorité des habitants dans nos quartiers, dans la campagne, dans le monde du travail... ? Je suis sûr d’une chose. Ce n’est pas avec la "publicité" médiatique présidentialisée et personnalisée sur laquelle surfe Jean-Luc Mélenchon.

L’extrême-droite bat ses records

Depuis 1988, on a une présence forte de l’extrême-droite, entre 12 et 15%, en dehors de 2007, où Sarkozy avait réussi à en reprendre une grande part. Mais en 2022, c’est un nouveau seuil qui est franchi !

On sait que l’extrême-droite a fait mieux à l’élection présidentielle que toute la gauche réunie. Pour l’élection législative qui lui était moins favorable, elle atteint 24,1% presqu’au niveau de la NUPES à 25,2%. Le mécanisme majoritaire de l’élection législative qui aurait pu l’affaiblir bien plus fortement ne l’a pas fait, même s’il efface ce score pour la présence au 2eme tour. Mais ceux qui l’oublie ne veulent pas regarder la vérité en face.

Mitterrand avait "fabriqué" Le Pen pour diviser la droite, opération réussie. Macron a "fabriqué" Zemmour pour diviser l’extrême-droite ce qui fait que Marine Le Pen n’aura que peu de députés, mais à quel prix ? Tout le monde a vu depuis 20 ans à quel point les idées d’extrême-droite se banalisaient dans toute la société, ce sera de pire en pire. Non, on ne combat pas cette dérive en la diabolisant. L’antifascisme médiatique est un leurre. C’est bien dans le monde du travail que les raisons objectifs des intérêts communs de tous ceux qui vivent de leur travail peuvent se transformer en solidarités !

La gauche est au plus bas !

Total gauche aux législatives colorés selon la situation politique. En rouge, après un gouvernement de droite, en violet, après un gouvernement de gauche. En théorie, après un gouvernement de droite, la gauche est plus forte. De ce point de vue, 2022 est un plus bas, même s’il y a une très légère progression sur 2017 !

Comment des dirigeants de gauche peuvent se féliciter du résultat, se présenter comme victorieux parce-que la droite macroniste est faible ? Oui, la NUPES et "Ensemble" sont à égalité à 25,2%. Mais il n’y a pratiquement pas de réserve à gauche et au total, la gauche est à 30% comme au premier tour des présidentielles. Le rapport de force électoral est donc à 30/70 en faveur des droites ! Ce n’est pas parce qu’elles sont divisées entre Macron, LR et le RN qu’on peut se réjouir du résultat !

Dans la 14ème circonscription, on peut être content que Yves Blein pour LREM perde plus de 1500 voix sur 2017 et se retrouve à un bas niveau de 25% sur la circonscription. Mais peut-on se satisfaire de voir la gauche unie à 35% seulement ?
En 1981, elle faisait 77% ! et encore 50% en 1993 dans une vague à droite, et 55% en 2012 dans une vague à gauche.

Michèle Picard a bien raison d’insister sur le fait que le 2eme tour n’est pas gagné pour Idir Boumertit dont les 35% le place certes largement en tête du premier tour, mais sans réserve de voix et ne pouvant donc compter que sur la mobilisation d’abstentionnistes de gauche et surtout, sur le non report des votes d’extrême-droite sur le candidat macroniste.

Je sais bien que les logiques électoralistes conduisent à "positiver" comme le disent les publicitaires. Mais je crois que la démocratie en système capitaliste est à bout de souffle, incapable d’organiser la parole populaire et que le "marketing" politique qui fabrique des sigles et des mouvements à chaque élection est un leurre.

J’espère qu’il n’y aura pas dimanche prochain un retour de bâton douloureux pour tous qui se contentent de voter une fois tous les cinq ans, sans s’engager au quotidien dans la vie syndicale, associative, politique.

L’adresse originale de cet article est https://pierrealainmillet.fr/Quel-r...

https://lepcf.fr/Quel-rapport-de-forces-apres-le-premier-tour-des-legislatives

Dans FRANCE

"EXPERIMENTATIONS SAUVAGES" CONTRE LA TUBERCULOSE : FIN DE PARTIE POUR MEDIAPART ET LES DETRACTEURS DU PROFESSEUR RAOULT

Par Le 13/06/2022

"Expérimentation sauvage" contre la tuberculose: fin de partie pour Mediapart et les détracteurs du Pr Raoult

Auteur(s)

FranceSoir

Publié le 10 juin 2022 - 17:06

Image

Didier Raoult, à l'IHU Méditerranée Infection (Marseille) le 30 mars 2022

Le professeur Didier Raoult, directeur de l'Institut Hospitalier Universitaire Méditerranée Infection

 F. Froger / Z9, pour FranceSoir

FacebookTwitterEmailWhatsAppPlus d'options...

Le 22 octobre 2021, le journal Mediapart portait des accusations graves à l’encontre du Pr Didier Raoult et de l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille qui auraient mené « une expérimentation sauvage contre la tuberculose ». Des allégations qui seraient infondées selon Didier Raoult qui rapporte dans un communiqué les conclusions de l’ANSM après son inspection : "Il n’y a jamais eu le moindre essai thérapeutique sur la tuberculose au sein de l'IHU".

Rappel des faits : les accusations portées par Mediapart

Selon Mediapart et la journaliste Pascalle Pascariello, l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) aurait mené depuis 2017 et jusqu’en mars 2021 "une expérimentation sauvage contre la tuberculose". L’alerte aurait été donnée par des membres de l’IHU qui se seraient inquiétés des conséquences d’un essai thérapeutique mené par le Pr Didier Raoult et son adjoint, le Pr Michel Drancourt.

Dans tout essai clinique, il y a un initiateur et un promoteur. Concernant cette affaire, l'initiateur est l'IHU et le promoteur est l'Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM). 

L'essai thérapeutique, dénoncé par certains membres du personnel de l'IHU et par certaines autorités de santé, aurait été entrepris sans l’autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

"Nous avons constaté de graves complications rénales sur certains patients, mais je ne sais pas si ces effets ont été officiellement déclarés puisque cet essai n’était pas autorisé", aurait déclaré Laurent, qui travaille au sein de l’IHU et témoigne de manière anonyme. Son collègue, Alban, affirme lui aussi que Didier Raoult aurait utilisé "des patients, précaires et souvent étrangers, comme des cobayes".

Dans son article, la journaliste affirme que Mediapart aurait eu accès aux comptes rendus d’hospitalisations et à des échanges de courriels qui auraient révélé que, malgré le refus de l’ANSM, les médecins de l’IHU auraient prescrit "une combinaison de quatre médicaments, dont l’efficacité dans le traitement de la tuberculose n’a jamais été démontrée, ni même évaluée, et qui pouvait même être toxique". Plusieurs patients, dont un mineur de 17 ans, auraient rencontré de graves complications médicales suite à ce traitement expérimental.

Après avoir été alerté par Mediapart, le directeur de l’AP-HM, François Crémieux, a répondu qu’en "lien avec les autorités de tutelle, l’ANSM et l'ARS, l’AP-HM donnera suite à toutes les alertes sur cet essai non autorisé et sur ses complications". Par ailleurs, il a indiqué que "des enquêtes seront diligentées sans délai, des mesures prises en cas de manquements, afin qu’aucun essai clinique ne puisse plus être mené en dehors de toute réglementation".

Pour rappel, les essais cliniques sont très encadrés en France ; selon le Code de la santé publique, enfreindre leur réglementation peut être puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

Dans le traitement de la tuberculose non résistante, dite à "bacille sensible", le traitement préconisé par les instances sanitaires nationales et internationales, dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), consiste à associer quatre antibiotiques, pendant six mois. En France, 95 % des patients guériraient de cette affection après avoir été traités.

Pour la tuberculose multirésistante aux antibiotiques standards, une liste d’antibiotiques est recommandée par l’OMS. Les molécules de cette liste sont classées selon leur degré d’efficacité et réévaluées chaque année.

Que reproche-t-on aux médecins de l’IHU ? D’avoir prescrit un protocole non autorisé en donnant des molécules (la sulfadiazine et la minocycline) qui ne sont pas incluses dans cette liste. Par ailleurs, les deux autres antibiotiques donnés (la clofazimine et le pyrazinamide) auraient "une efficacité limitée pour l’une, et faible pour l’autre".

Interrogé sur cet essai thérapeutique, le professeur Vincent Jarlier, chef de service bactériologie à la Pitié Salpétrière, déclare avoir été alerté en 2019 sur l’essai thérapeutique conduit à l’IHU.

" Ce traitement ne correspond à aucune recommandation internationale. L’IHU associe quatre antibiotiques dont deux, la minocycline et la sulfadiazine, n’ont pas prouvé leur efficacité contre la tuberculose, par exemple, dans des modèles animaux. La sulfadiazine peut entraîner des complications, notamment dermatologiques. Ne pas appliquer les recommandations internationales représente une perte de chance pour les patients", a déclaré le professeur Vincent Jarlier.

Selon Mediapart, l'IHU, qui administre le traitement depuis 2017, aurait soumis le 6 août 2019 un dossier de demande d'autorisation à l'ANSM pour tester "un traitement court de la tuberculose pulmonaire" avec les quatre antibiotiques cités ci-dessus. 

Le 12 septembre 2019, l'ANSM aurait adressé un courrier à l'IHU qui ne va pas dans le sens d'une approbation de cet essai thérapeutique. Selon elle, "aucun argumentaire scientifique n'est apporté sur le choix des molécules, l'association, la posologie et la durée du traitement envisagé".

L'ANSM aurait mentionné qu'il n'y a jamais eu de données "in vivo" qui permet de conclure à une quelconque efficacité, pas même un modèle animal. 

Par ailleurs, même si elle a constaté que l'étude prise comme référence par l'IHU aurait apporté des données intéressantes, elle aurait conclu "qu'un essai doit être réalisé dans la tuberculose du macaque".

Enfin, l'ANSM n'aurait pas donné son accord pour cet essai clinique, justifiant son refus par le fait que "ces données ne permettent pas en l'état actuel des connaissances de passer à un essai humain directement".

En outre, l'ANSM rappelle que l'une des études mise en avant par l'IHU, réalisée en 2013 avec ce protocole, n'aurait pas permis de conclure à une quelconque efficacité. Les raisons tiendraient à la courte durée de prescription de 90 jours, "ce qui est insuffisant pour conclure à une guérison". Cependant, au bout des trois mois, un autre antibiotique, la bédaquiline, dont l'efficacité a été prouvée et faisant partie des molécules recommandées par l'OMS, aurait été ajoutée. 

Néanmoins, si la demande a été abandonnée suite à la décision de l'AP-HM "de retrait de sa demande d'autorisation d'essai clinique le 26 septembre 2019", la recherche qui n'a pas été autorisée, aurait "été menée en toute illégalité : avant, pendant et après cette demande d'autorisation abandonnée", selon Alban qui s'interroge sur l'absence de contrôle l'ANSM dans ces pratiques.

En juillet 2020, l'IHU aurait effectué une nouvelle demande, proche de la première avec quelques différences. Si le protocole combinait toujours quatre antibiotiques, l'un d'entre eux, la sulfadiazine, aurait été supprimé en raison des effets indésirables au niveau des reins et "remplacé par un autre dont l'efficacité dans le traitement de la tuberculose n'a pas davantage été évaluée". 

Une enquête poussée effectuée par l’ANSM

À la suite de ces accusations, les médecins de l’IHU ont reçu le 4 novembre 2021, une lettre signée conjointement par le ministre de la Santé, Olivier Véran, et la ministre de l'Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal.

Une lettre qui, selon les dires du professeur Raoult « porte le jugement sans présomption d’innocence, un jugement basé sur un truc publié dans Mediapart sur la tuberculose, où on laisse sous-entendre que la direction de l’Assistance publique confirme ces données-là, à propos du traitement de la tuberculose. Les gens sont venus, ils avaient les poings fermés, moi aussi d’ailleurs, je n’ai pas l’habitude d’avoir peur des gens qui viennent me faire des insinuations puisque je n’ai pas le sentiment de faire des choses qui soient illégales. Et donc très rapidement, ils sont repartis en disant qu’ils n’avaient rien trouvé de ce point de vue-là, mais qu’ils avaient deux éléments qu’ils allaient regarder d’un peu plus près. Je n’ai toujours pas reçu de courrier me disant ‘on s’est trompé’. Donc, j'ai poursuivi Mediapart pour diffamation, c'est diffamatoire. Je ne sais pas ce que je ferai vis-à-vis de ces ministres parce que ces courriers sont des courriers qui sont diffamatoires. Ce sont des courriers qui montrent l’utilisation des moyens de l’État pour harceler des gens quand ils ne sont pas d’accord avec vous. Moi, je pense que c’est mon devoir, même si cela m’ennuie, de montrer qu’il y a une limite. On ne vit pas dans une dictature. On ne peut pas utiliser tous les moyens d’État parce que les gens ne sont pas d’accord avec vous, pour les harceler. Il faut que ça s’arrête à un moment. Alors, maintenant, je le dis : on doit être à 800 heures gaspillées pour quelque chose dont on sait qu’il n’y a rien. Dedans, on doit être à 180 e-mails. On a dû transmettre 3 000 dossiers par internet. Heureusement, que cela n’a pas été envoyé par papier, c'est une forêt entière, ça correspond peut-être à 30 000 feuilles de papier. Ils n’arrivent même pas à la lire en réalité, c’est juste pour me harceler puisqu’ils nous demandent deux fois, trois fois la même chose. Donc, c'est du vrai harcèlement en bande qui est organisé par l’État. C’est terrible parce que moi, j’avais une grande naïveté de croire que toutes ces institutions d’État dont certaines datent de la monarchie étaient là pour réguler les choses. »

Lorsqu'on entre dans le rapport complet de l'ANSM, on trouve à la page 19 les conclusions de cette enquête longue de plusieurs mois. Les inspecteurs concluent qu'il n'a jamais existé de Recherche impliquant la personne humaine (RIPH) non autorisé par l'ANSM et "qu'ils n'ont reçu aucune information, alerte ou témoignage, sous quelque forme que ce soit, en amont ou en aval de l'inspection, accréditant la thèse de la mise en œuvre d'une recherche non autorisée portant sur le traitement de la tuberculose".

Conclusions du rapport de l'ANSM après enquêteSuite à l’enquête de l’ANSM, le Pr Didier Raoult a fait paraître un communiqué dans lequel il fait état des comptes-rendus de l’inspection. L’ANSM aurait constaté « qu’il n’y a jamais eu le moindre essai thérapeutique sur la tuberculose mené au sein de l’IHU Méditerranée Infection contrairement aux allégations contenues dans l’enquête interne de l’AP-HP et dans les articles de Mediapart ».

Communiqué du Pr Didier Raoult, directeur de la Fondation Méditerranée Infection

Beaucoup de bruit pour rien, donc… Des attaques infamantes qui n’ont cependant pas empêché le célèbre professeur Raoult d'être, cette année encore, classé numéro un mondial en tant que microbiologiste, comme l'atteste le document publié ci-dessous.

 

Index scientifique du Pr Didier Raoult

https://www.francesoir.fr/politique-france/raoult-essai-tuberculose-fin-de-partie-mediapart

Dans FRANCE

RAPPEL DE RESPIRATEURS PHILIPS : INQUIETS, LES PATIENTS ATTENDENT TOUJOURS LE REMPLACEMENT DE LEUR APPAREIL DEFECTUEUX

Par Le 10/06/2022

Rappel de respirateurs Philips : Inquiets, les patients attendent toujours le remplacement de leur appareil défectueux

RISQUE L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a réuni ce mercredi un comité d’experts afin d’appréhender les risques potentiels liés à l’utilisation d’appareils respiratoires commercialisés par Philips et faisant l’objet d’un rappel

Anissa Boumediene

Twitter

Publié le 08/06/22 à 20h18 — Mis à jour le 08/06/22 à 20h18

31 COMMENTAIRES149PARTAGES 

Partager sur Messenger

Partager sur Facebook

Partager sur Twitter

Partager sur Flipboard

Partager sur Pinterest

Partager sur Linkedin

Imprimer

Envoyer par Mail

Sauvegarder l'article

Après le rappel d'appareils respiratoires l'été dernier par le groupe Philips, pour les patients attendant le remplacement de leur dispositif, l'heure est à l'inquiétude.

Après le rappel d'appareils respiratoires l'été dernier par le groupe Philips, pour les patients attendant le remplacement de leur dispositif, l'heure est à l'inquiétude. — Mike Roemer/AP/SIPA

L’été dernier, le groupe Philips a engagé une campagne de rappel d’appareils respiratoires, principalement utilisés par des patients souffrant d’apnée du sommeil.

Des appareils rappelés en raison d’un matériau entrant dans leur composition : une mousse susceptible de dégager des particules potentiellement dangereuses pour la santé des patients.

Mais le groupe tarde à procéder au remplacement de ces appareils, poussant l’ANSM à réunir ce mercredi un comité d’experts afin d’appréhender les risques potentiels liés à ces dispositifs.

Des réponses « évasives », voire « inexistantes », et des patients entre colère, peur et incertitude. Près d’un an après le rappel par le groupe Philips de nombre de ses appareils respiratoires en raison de risques potentiels sur la santé de leurs utilisateurs, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a réuni ce mercredi un comité d’experts ad hoc afin de mieux en appréhender les risques potentiels. Objectif : pousser le groupe à accélérer la cadence de remplacement des appareils mis en cause, et répondre aux nombreuses questions des patients laissés dans l’inquiétude.

Ces appareils, prescrits principalement contre les apnées du sommeil et utilisés par environ 350.000 patients en France et 1,5 million dans toute l’Europe, font l’objet depuis l’été dernier d’un rappel international en raison d’un matériau entrant dans leur composition : une mousse insonorisante dont le groupe a remarqué que des particules sortaient de certains appareils et pouvaient ainsi être inhalées ou ingérées par les patients. Or, Philips tarde à remplacer les appareils défectueux. L’ANSM a en réponse engagé une « décision de police sanitaire » à l’encontre du groupe, qu’elle enjoint de procéder au remplacement ou à la réparation des trois quarts des appareils mis en cause d’ici à la mi-2022, un taux qui ne sera probablement pas atteint. Au grand dam des patients utilisateurs.

« Philips est resté absolument sourd et muet à nos interrogations »

Le groupe « Philips est resté absolument sourd et muet à nos interrogations », a regretté Christian Trouchot, membre de la Fédération française des insuffisants respiratoires et représentant des principales associations de patients lors de cette journée d’audition. Pourtant, les questions sont nombreuses face aux risques potentiels associés à ces appareils défectueux, susceptibles de provoquer toux, irritations ou encore maux de tête. Plus inquiétant encore, le groupe a également évoqué un risque « potentiel » de cancers à long terme.

Pour autant, le groupe n’a pas entrepris de dissiper les doutes et inquiétudes des patients utilisant ses appareils respiratoires. « Si Philips est un fabricant de dispositifs médicaux, il n’est pas un fabricant d’informations, a taclé Christian Trouchot. Nos fédérations ont demandé à Philips le nom du fabricant de la mousse, et s’il fournissait d’autres fabricants d’appareils similaires, mais le groupe nous a opposé le secret des affaires, nous n’avons donc eu aucune réponse », a-t-il déploré.

« Calendrier du remplacement des appareils », « analyses toxicologiques, essais cliniques, risques réels pour le patient, risque cancérigène : au cours de ces longs mois d’audition, nous avons multiplié les questions. Mais les réponses de Philips furent soit évasives, soit simplement inexistantes, a-t-il ajouté. Les patients sont entre le marteau et l’enclume, le marteau étant la pathologie du patient, l’enclume étant sa machine ».

Des rappels préventifs, mais des patients inquiets

Egalement interrogés par l’ANSM, les représentants de Philips ont mis l’accent sur le fait que cette campagne de rappel avait été engagée par pure précaution et avait été suivie par des tests plus approfondis pour savoir à quel point ces appareils dégagent des particules potentiellement menaçantes. « Ces tests prennent vraiment un temps énorme », a expliqué le Dr John Cronin, responsable médical des appareils respiratoires chez Philips. Mais « à ce jour, nous avons reçu environ dix rapports de préjudice, faisant état d’effets généralement limités tels que toux, maux de tête ou congestion, a-t-il rassuré. Et aucune preuve de cancer ou de décès » liée à ces appareils.

Des informations toutefois trop peu nombreuses pour rassurer les patients utilisant ces dispositifs au quotidien. L’annonce du rappel l’été dernier « a conduit à un très fort pic de contacts auprès des prestataires, matérialisant l’angoisse des patients face aux risques évoqués, a confirmé Alexandra Duvauchelle, déléguée générale de la Fédération des prestataires de santé à domicile (FEDEPSAD). Cette campagne a provoqué chez nous un tsunami d’accompagnement nécessaire, sans avoir la perspective des dates de remplacement de ces appareils », a-t-elle indiqué à l’ANSM.

Tiraillés entre les risques potentiels liés à leur respirateur et ceux - avérés - de mettre en danger leur santé en cessant de l’utiliser, les patients, inquiets, sont perdus. « Il y a l’anxiété liée à ce risque de cancer et au changement d’appareil, mais aussi la confiance qu’a le patient dans sa machine » et qui est difficile à conserver quand elle est mise en cause. De son côté, le Dr Cronin a appelé les patients à « ne prendre aucune décision sans en discuter avec leur médecin ».

Si le groupe n’a pour l’heure toujours pas communiqué sur sa capacité à remplacer dans le temps imparti ses appareils mis en cause dans l’Hexagone, l’ANSM, après cette journée d’auditions, prévoit de rendre un avis dans les prochaines semaines, et pourrait réviser ses recommandations de poursuivre les traitements, émises l’été dernier.

SANTÉ

Apnée du sommeil : Philips tarde à récupérer ses respirateurs défectueux, les autorités réagissent

SANTÉ

Troubles du sommeil: Une nuit dans un centre spécialisé pour trouver l'origine du mal

Santé

Sommeil

Philips

Traitement

Cancer

20minutes.fr/sante/3304467-20220608-rappel-respirateurs-philips-inquiets-patients-attendent-toujours-remplacement-appareil-defectueux

Dans FRANCE

QUARTIERS POPULAIRES, L'AVENIR DU PARTI COMMUNISTE !

Par Le 09/06/2022

Quartiers populaires, l’avenir du parti communiste !

par 

Jeudi 9 juin 2022

Les quartiers populaires sont au cœur de la crise politique française, sur les enjeux de pouvoir d’achat, d’immigration, de tranquillité publique, et certains en font l’enjeu de l’intégrisme, du « séparatisme »…

La médiatisation présidentielle a organisé une opposition apparente entre ces quartiers qui auraient choisi Mélenchon par le communautarisme et le reste de la France qui aurait choisi Macron ou Le Pen par « identarisme ». Ce n’est pas seulement une simplification médiatique, c’est un mensonge dangereux qui divise les milieux populaires et sert les discours racistes à la Zemmour.

Ces quartiers sont au cœur de la vie économique et sociale, celle des « premiers de corvées ». C’est là qu’on trouve beaucoup des aides-soignantes, des agents de sécurité, des ubérisés de la logistique et des transports, des femmes et hommes de ménages, et beaucoup d’ouvriers et d’employés de l’industrie ou des services à l’industrie.

Biens sûr, tous ces métiers sont aussi dans les zones péri-urbaines, mais l’image de ces grands quartiers populaires qui ne seraient peuplés que d’inactifs assistés est complètement fausse. Il suffit de prendre un bus ou un tram tôt le matin dans un de ces quartiers pour voir tout ceux qui vont bosser… tout ce qui oppose ces quartiers au reste de la France est donc un mensonge. Ce qui divise la France, c’est l’opposition entre ceux qui n’ont que leur travail et leurs droits pour vivre et ceux qui possèdent et qui sont les vrais gagnants du capitalisme.

Militant communiste habitant dans une grande barre des minguettes, je sais que ces quartiers sont un des lieux essentiels de construction de l’unité populaire pour combattre tous les identitarismes et faire converger les luttes de tous ceux qui n’ont d’autres intérêts que leur travail et leur vie, ceux qu’il faudrait renommer par le nom qui les unit, « prolétaires », dans les quartiers populaires comme ailleurs. C’est pourquoi leur situation politique est importante. Si la pression du vote utile au premier tour des présidentielles n’a pas permis de transformer une belle campagne militante des jours heureux, c’est une terre de reconquête pour les communistes, une terre essentielle même sans laquelle ils ne retrouveront pas leur place dans la vie politique.

L’étude précise des résultats électorauxde Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle montre à quel point la médiatisation politicienne construit un discours contradictoire avec la réalité… un mensonge. Le vote Mélenchon serait un succès, ratant de très peu le deuxième tour et qui aurait pu gagner, ce qu’il va peut-être faire aux législatives. Il donnerait une nouvelle force à la gauche…

Pourtant la carte des résultats montre un vote Mélenchon très hétérogène régionalement, concentré dans les grandes agglomérations et en baisse sur 2017 dans la moitié des communes, un vote pompant largement toute la gauche mais sans mordre sur l’abstention, ni sur la colère noire populaire, ni sur la gauche dérivant vers le macronisme. Depuis 2012 et la première candidature de Mélenchon, la gauche s’est affaibli, fortement depuis 2012, et le petit rebond par rapport à 2017 n’est pas significatif tant les situations politiques, avec un sortant de gauche en 2017, avec un sortant de droite en 2012 et 2022, sont différentes.

L’analyse publiée sur les corrélations entre bas revenus, caractéristiques sociologiques (ouvriers, cadres, diplômés, immigrés) montre au contraire l’hétérogénéité de ce vote, et de fait son incapacité à devenir majoritaire. Mélenchon n’est pas le vote des bas revenus, il est rejeté par le monde ouvrier qui s’est massivement abstenu, il n’est le vote des citoyens d’origine immigrée que dans les grandes agglomérations. En fait, il est tout simplement ce qui reste ou presque de la gauche, ses bons résultats se font là où la gauche était très forte et n’a pas (encore ?) été mangée par l’abstention ou le vote extrême-droite.

Jean-Luc Mélenchon ne se fait aucune illusion sur le rapport de forces électoral. Il aurait pu ouvrir le débat largement sur les raisons de son troisième échec et peut-être interroger sa tactique du vote utile notamment dans les dernières semaines, qui a certes fonctionner pour réduire les verts, les communistes et les socialistes, mais qui a dans le même temps fait grimper Macron par ceux qui ne voulaient pas de Le Pen, et Le Pen par ceux qui ne voulaient pas de Macron. Le vote utile était un piège et Mélenchon le sait bien. Mais il considère qu’il en est malgré tout le gagnant en s’imposant à gauche, en imposant son accord législatif qui lui assurera non pas Matignon, mais un groupe fort à l’assemblée et les moyens financiers qui vont avec.

Après le troisième échec de Mélenchon, contre tous les identitarismes, les communistes doivent patiemment travailler à reconstruire une identification de classe

Les communistes doivent tenir compte de cet échec de Jean-Luc Mélenchon à « unir le peuple ». Loin de ses idées et pratiques, loin de s’appuyer sur les « identités meurtrières » [1] à la gilet jaune qu’affectionne Mélenchon pensant les consolider à son service, ils doivent chercher à mobiliser ouvriers et premiers de corvées des services, toutes les origines immigrées ou non ensemble, les espaces urbains, péri-urbains et ruraux, de la région parisienne et de province. Il est impossible de construire un rassemblement populaire majoritaire avec un peuple divisé et c’est tout le problème de l’échec des luttes sociales des années Hollande puis Macron. De ce point de vue, l’enjeu du travail et de l’entreprise est décisif. C’est là que la conscience de classe peut se reconstruire, que des militants peuvent se forger, enracinés dans une classe sociale qui assume l’affrontement avec le capital. Mais cela se joue aussi là où le peuple vit ensemble, là ou le rassemblement peut se faire avec les couches sociales diverses qui ont intérêt à retrouver le chemin d’un rassemblement populaire.

Une première étape indispensable est de sortir des représentations toutes faites qui mettent des étiquettes médiatiques faciles sans voir la société qui se transforme. Ainsi, si la construction médiatique de Zemmour révèle les peurs et les fantasmes du grand remplacement qui existe dans une partie de la population, la vérité est que la France fait vivre ensemble des personnes d’origines diverses, comme le montre la progression des « mariages mixtes », ou les diversités d’origine dans les milieux militants toujours plus forte dans les représentations syndicales, mais aussi dans de très nombreux conseils municipaux, ou encore le refus de la majorité des musulmans de céder aux injonctions salafistes du « séparément ».

Comme le montre le metteur en scène Ahmed Madani, la jeunesse des quartiers populaires cherche à vivre, loin des étiquettes et des idées toutes faites, dans « les contradictions qui se nouent entre divers parcours, les échos et résonances qui s’articulent entre l’intime et le politique, entre les contextes familiaux, socio-économiques et historiques », dans « cette énergie lumineuse qui fait fi de tout misérabilisme, dans cette quête d’amour, souvent contrariée, dans cette volonté farouche de s’emparer de son destin », face « au poids des religions et des traditions, les règles des cités, le machisme des garçons, la violence faite aux filles, comme l’addiction au virtuel » [2]…

Mélenchon avec la créolisation a cru trouver le « bon mot » anti-zemmour. Mais en restant à une lecture culturelle des milieux populaires, il ne peut montrer la nature nécessairement de classe de l’unité du peuple. Il reste prisonnier de son choix social-démocrate, incapable de repérer ce qui peut construire l’unité d’une jeunesse confrontée au marché, à la concurrence, aux inégalités, et qui peut tout aussi bien choisir de tenter d’en profiter, d’être du coté des gagneurs que ce soit dans les start-up ou le trafic, ou d’y résister, d’organiser des solidarités comme le font d’innombrables associations. Ce n’est pas aux idées de Zemmour que la jeunesse des quartiers populaires est confrontée. C’est aux contradictions de la société française et à ses divisions, celles héritées de l’histoire coloniale, comme celles nées de la crise du capitalisme, du recul des services publics et donc des droits, de la précarisation généralisée par l’uberisation qui commence par les jeunes. Et aussi des contradictions politiques issues justement de la crise de la gauche, de son échec politique symbolisé par la transformation macroniste de Hollande.

Mélenchon se place dans les quartiers populaires comme Mitterrand dans les années 80 après la marche de l’égalité partie des minguettes. Il tente d’instrumentaliser les contestations à son service comme Mitterrand l’avait fait avec SOS racisme, générant de terribles désillusions dans les quartiers, comme le disent ceux qui ont fait cette marche des minguettes.

La reconquête des quartiers populaires pour les communistes doit donc refuser à la fois tout électoralisme, et toute division opposant ces quartiers au reste du peuple. Elle doit bien sûr mener la bataille pour les droits, les services publics, en montrant à quel point elle est la même en zone rurale comme urbaine, dans le nord comme dans la région parisienne. Elle doit valoriser toute la richesse de ces quartiers, montrer à quel point ceux qui y sont nés sont partout dans la société, dans l’économie, la culture, le sport. Elle doit construire l’unité populaire sur les seules bases qui la permette, des bases de classes, indépendantes des origines et des religions.

Ce sont des questions que les communistes vénissians avaient mis sur la table lors d’une rencontre des quartiers populaires en visio pendant le confinement.

Cela suppose de reconstruire un mouvement de la jeunesse communiste dans les quartiers qui rompe avec l’électoralisme, notamment dans les villes qui sont ou ont été communistes, qui ouvre un espace de construction par les jeunes d’un engagement politique pour une autre société, une société qui refuse la loi du plus fort, de l’argent, de la guerre, une société ouverte au monde tel qu’il se transforme face à l’impérialisme en recul. C’est donc en affirmant leur projet communiste, de rupture avec le capitalisme et l’impérialisme et donc en affirmant un projet de « socialisme à la française » que les communistes peuvent ouvrir le chantier d’un rassemblement populaire majoritaire. Et si cela se joue bien sûr au travail, le lieu de pratique de l’unité des prolétaires, elle se joue aussi dans les quartiers populaires, le lieu de pratique du vivre ensemble populaire.

en décoration de cet article, la fresque magnifique réalisée par des ados des minguettes justement…

[1] titre d’un excellent livre de Amin Maalouf

[2] citations d’un article de Telerama

http://levenissian.fr/Quartiers-populaires-l-avenir-du-parti-communiste

Dans FRANCE

EXIGEONS LA REINTEGRATION IMMEDIATE ET DEFINITIVE DES SOIGNANTS ET L’ARRET DE L’INJECTION DANGEREUSE

Par Le 08/06/2022

Exigeons la réintégration IMMÉDIATE ET DÉFINITIVE des soignants et l’arrêt de l’injection dangereuse

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 07 juin 2022

nouveau-monde.ca

Région : 

Thème: 

 1   0  0  1

En déplacement le 29 avril dernier dans les Hautes-Pyrénées, Emmanuel Macron avait été interpellé. « Si ça continue de baisser dans les prochaines semaines, on ira dans cette direction ». Ce mardi : « J’attendrai que le Conseil scientifique dise que l’on est rentré dans une phase qui permet sans difficulté ce retour. Mais plus largement, moi je veux que dans notre pays, on aille au bout de cette logique par la pédagogie et la conviction du rapport à la vaccination chez les soignants ».

Ça deviendrait drôle si ce n’était pas si tragique !! Comment pourrait-on convaincre qui que ce soit de l’intérêt d’une injection qui ne protège pas des contaminations ni des formes graves.

Les données officielles de l’OMS montrent en effet que la généralisation des injections n’a pas du tout ralenti l’épidémie, bien au contraire :

De plus l’aggravation du nombre des contaminations a touché surtout les pays les plus vaccinés :

Cette augmentation des contaminations dans les pays les plus vaccinés a entraîné une surmortalité Covid dans les pays adeptes des injections, montrant qu’elles ne protègent pas des formes graves :

De plus, contrairement à ce qu’affirment en chœur médias et gouvernements, les complications post vaccinales sont nombreuses et graves. Elles ont déjà entraîné plus de 70 000 morts directs dans le monde et des centaines de milliers d’accidents dont certains graves et avec handicaps définitifs ? Certain qu’avec la matraque et la privation de tous revenus (même du RSA !) dans une société qui prône quotidiennement la non-discrimination et l’égalité il est plus facile d’accepter l’injection même quand on est vaccino prudent.

“Alors que, depuis la suspension des soignants non vaccinés, l’hôpital public implose, Macron vient de proférer une nouvelle cascade de mensonges sur la question des soignants non vaccinés, affirmant péremptoirement que 95 % des soignants sont vaccinés et qu’une « infime minorité » a un problème de déontologie. C’est une façon bien curieuse de passer sous silence les méthodes comminatoires utilisées par le pouvoir pour convaincre les 40 % de réticents, à l’été 2021, de subir une injection dangereuse [et inefficace].”

POURQUOI MACRON NE PEUT PAS RÉINTÉGRER LES SOIGNANTS NON VACCINÉS SUSPENDUS (PAR ÉRIC VERHAEGHE 1ER JUIN 2022)

Il est bien évident que la majorité des soignants, des pompiers et bien d’autres a cédé à la pression pour la vaccination pour différentes raisons, mais certainement pas pour des raisons déontologiques. Ce sont des « malgré nous » comme les Français nés en Alsace-Lorraine avant 1939 et qui étaient enrôlés de force dans la Wehrmacht s’ils ne parvenaient pas à rejoindre le maquis.

Tous connaissent le serment d’Hippocrate, la déclaration d’Helsinki à la suite du code de Nuremberg et la convention d’Oviedo que la France a signés et qui stipulent  : un médicament, un essai ne peuvent être imposés et nécessitent le CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ DU PATIENT. C’EST UN IMPÉRATIF CATÉGORIQUE DE NOTRE EXERCICE.

Les soignants ont rapidement découvert les effets secondaires des injections chez leurs patients même si la censure a été imposée à tous pour éviter les ennuis professionnels. Et comme progressivement la découverte de l’inefficacité sur les contaminations et maintenant sur les formes graves en décourage beaucoup à accepter la troisième ou quatrième dose.

Il est probable que le président va tout faire pour imposer une vaccination obligatoire y compris aux enfants en septembre, mais il est douteux qu’il y parvienne. En attendant il est évident que réintégrer les soignants suspendus ne lui faciliterait pas la tâche assignée par l’ordre mondial et l’UE, vacciner, vacciner encore et encore, tenter d’injecter les doses avant leur péremption et surtout de rendre encore plus soumis le peuple déjà injecté.

Déclarations de la commissaire européenne :

“Une fiche d’information intitulée « COVID-19 — Sustaining EU Preparedness and Response: Looking ahead », qui a été publiée par la Commission européenne le même jour, le 27 avril, réitère le point de vue de Mme von der Leyen. La première section s’intitule “Accroître le recours à la vaccination contre le COVID-19” et le premier point se lit comme suit :

Les États membres doivent augmenter le taux de vaccination et l’administration des rappels et des quatrièmes doses pour ceux qui sont éligibles. Ils devraient également augmenter la vaccination des enfants.

L’accent est mis ici sur l’original. Le deuxième point continue :

Les États membres devraient préparer des stratégies de vaccination contre le COVID-19 pour les mois à venir en tenant compte de la circulation simultanée de la grippe saisonnière et intégrer la vaccination contre le COVID-19 dans les programmes de vaccination nationaux.

Le 12 mai, la commission spéciale du Parlement européen sur la pandémie de COVID-19 (COVI), récemment créée, a organisé une séance de questions-réponses avec la commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides.”

Il est difficile envers soi-même de s’avouer une erreur potentielle sans se mettre en dissonance cognitive et aussi de s’opposer à la logique de groupe. Dans les deux cas, il est plus facile de suivre le courant apparemment majoritaire.

SAUVER L’HÔPITAL N’EST PAS L’OBJECTIF DU GOUVERNEMENT

Personne ne peut penser que ce gouvernement voudrait régler la crise des urgences et de l’Hôpital public, alors qu’il a continué à fermer des lits depuis cinq ans et qu’il ne desserre pas le carcan bureaucratique qui l’étouffe ? Durant son premier mandat il n’a pas réévalué les salaires des soignants, il n’a pas supprimé pas le harcèlement administratif qu’ils subissent des cadres de soins et des directions.

La crise des urgences n’est que la partie émergée de l’iceberg même si elle touche plus de 120 services et que la catastrophe s’approche avec les vacances. C’est l’ensemble du système de santé qui est en passe de disparaître, public comme privé, car globalement sous le joug de l’État via les agences régionales de santé et les nombreux observatoires, et chacun impose ses directives souvent contradictoires et toujours autoritaires. La partie privée du système n’est pas épargnée : les normes, les structures imposées, comme comité du médicament, de la douleur, des maladies nosocomiales, etc. relèvent de l’administration imposée, et consomment temps et argent inutilement.

LE VRAI PRIVÉ INDÉPENDANT N’EXISTE PLUS

L’exemple qui sera démonstratif pour tous est l’interdiction faite aux cliniques privées de recevoir les patients covid dans les lits libérés pour les malades covid (à l’exception de quelques cliniques de la région parisienne), alors que les hôpitaux publics étaient soi-disant débordés et que le pouvoir mettait en scène des transferts lourds et coûteux à des centaines de Kms du lieu de résidence du patient, et ce malgré des lits vides à proximité.

Les lits privés avaient été fermés par les ARS par un décret signé par le Premier ministre Édouard Philippe dans le cadre du Plan Blanc en mars 2020. Les chirurgiens ne pouvaient opérer que les urgences considérées comme telles par l’ARS locale, le patient comme le chirurgien ne pouvant décider du degré d’urgence. Nous avons atteint des sommets de délire pendant cette période qui démontre bien l’absence de liberté de soigner et d’être soigné en France en public comme en pseudo privé.

Les services privés comme publics doivent remplir les critères décidés par la haute autorité de santé et les ars pour obtenir leur accréditation : en cancérologie par exemple, il faut entrer un grand nombre de patients dans les essais thérapeutiques pour continuer à avoir l’autorisation de soigner les patients relevant de la spécialité. En chirurgie, il existe des quotas : un nombre d’opérés dans l’année pour cancer de la prostate par exemple, etc.. En hématologie, il faut démontrer que l’on reçoit un nombre suffisant de patients pour rester ouverts.

Il ne faut pas entrer dans le combat privé-public, tel que présenté. Le pouvoir veut effectivement fermer toutes les petites structures privées, au bénéfice des grands groupes dans lesquels comme dans les hôpitaux publics, les médecins n’ont plus rien à voir dans l’organisation des soins, ni des choix thérapeutiques. L’évolution des EHPAD offerts à Orpea ou Korian a démontré et présagé l’avenir des établissements hospitaliers si on laisse faire le mondialisme.

Les défenseurs de l’hôpital public devraient envisager la globalité du problème pour reconstruire sans se faire manipuler par des mesurettes censées nous calmer.

DIVISER POUR RÉGNER ?

DES MILLIERS D’EUROS DE TROP-PERÇUS ET LAISSÉS EN CADEAU PAR LA CPAM AUX CHANCEUX « Vous l’avez bien mérité ». Le scandale des soignants surpayés pendant la campagne de vaccination relève-t-il de la mauvaise gestion ou bien de la manipulation. Rappelons les faits.[1]

Ces soignants révèlent avoir été surpayés par l’Assurance Maladie.

“Des soignants libéraux auraient touché des milliers d’eurosde trop-perçu durant la crise du Covid-19 pour leur participation aux campagnes de vaccination. « J’ai reçu plus de 6 500 euros de la CPAM[2] en un an, et rien de tout cela ne m’est dû », révèle à actu.fr Éric*, infirmier libéral.

Il dénonce un vide administratif sur lequel la CPAM aurait fermé les yeux. Un vide qui participerait à la dette de l’Assurance Maladie. Éric ne souhaite pas conserver cet argent, mais il indique se heurter à l’inaction de l’administration. La faille : l’enregistrement des patients dans les centres de vaccination contre le Covid-19”.

En août 2021, Éric voit apparaître sur son compte la somme de 3 000 euros, versée par la CPAM. « Je les ai appelés, et on m’a dit que c’était lié aux actes d’enregistrement dans les centres », raconte l’infirmier. Pendant un an, Éric a prêté sa carte professionnelle de santé (CPS) à des bénévoles, qui s’occupaient d’enregistrer les patients sur l’ordinateur.

L’acte d’enregistrement d’un patient est rémunéré automatiquement, à raison de 5,40 euros. Les infirmiers libéraux sont généralement payés à l’acte. Or, en centre de vaccination, ils étaient salariés. Les deux modes de rémunération n’auraient pas dû se cumuler.

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie affirme que cette rémunération était voulue !

« Cette rémunération forfaitaire de 5,40 euros, pour chaque patient renseigné, a été établie dans le souci de valoriser ce travail essentiel tant sur le plan administratif que médical. »

« 6 500 euros, ce n’est rien comparé à d’autres », indique cette source de la CPAM. D’après elle, certains libéraux dans la même situation qu’Éric auraient reçu plus de 10 000 euros par mois.

« Cette rémunération forfaitaire était toutefois plafonnée, qu’il s’agisse des sommes perçues par mois (3 000 euros) ou par jour (270 euros) ». Il ne précise toutefois pas à partir de quand ces plafonds ont été mis en place. »

Des trop-perçus difficiles à évaluer

Avec le défenseur des droits de son département, Éric a calculé les trop-perçus versés par l’Assurance Maladie. Dans son centre de vaccination, jusqu’à 1000 injections par jour étaient réalisées. Multiplié par le nombre de centres en France, le montant pourrait atteindre des millions d’euros. Mais ce calcul n’est qu’une ébauche, car tous les centres de vaccination n’avaient pas le même fonctionnement.

Dans celui où travaillait Valérie*, une infirmière retraitée, des jeunes en recherche d’emploi s’occupaient des tâches administratives — et non des bénévoles. L’argent touché pour les actes d’enregistrement par les détenteurs de carte CPS était reversé directement à ces jeunes, à raison de 40 euros par jour. “Les infirmières libérales laissaient un chèque chaque jour aux jeunes, pour leur reverser cet argent”, précise-t-elle.

« Dans mon centre, c’était considéré comme une prime, comme un gain supplémentaire. Le poste d’enregistrement était très prisé ! Je n’ai d’ailleurs réussi à passer ma carte CPS qu’une seule fois. Les gens venaient tôt le matin pour être sûrs d’être au poste d’administrateur.

Quand il a vu les premières sommes versées sur son compte, Éric a appelé la CPAM.

Quand j’ai dit que cette somme ne m’était pas due, mon interlocuteur m’a répondu qu’ils me la devaient bien, que c’était le robot qui faisait ça. On m’a dit que si c’était lié à ma carte, c’était ma responsabilité ».

Par la suite, voyant les versements se poursuivre, Éric a envoyé deux mails à l’Assurance Maladie et rappelé leur standard. Il a alors parlé à une cheffe comptable qui lui a conseillé « de le signaler autrement, par d’autres moyens ».

Éric ne sait que faire de l’argent qu’il a reçu. Il n’ose pas y toucher, de peur que la CPAM le lui réclame un jour (…).

L’infirmier s’apprête à travailler dans un centre de vaccination ponctuel, en Occitanie. Sa responsable lui a confirmé qu’il continuerait à être rémunéré à la fois à l’heure et à l’acte.

Actu.fr a tenté de contacter les autres acteurs concernés. Jusqu’ici, l’ARS, l’Ordre National des médecins et des infirmiers n’ont pas donné suite à nos sollicitations ».

Santé | Marseille : suspendus, car non vaccinés, ils vont manifester devant les locaux de l’ARS | La Provence

 

 

 

 

 

 

@CTM_Martinique

#PlénièreCTM La Plénière s’est terminée par le vote à l’unanimité d’une motion demandant la réintégration des personnels soignants & médico-sociaux non vaccinés suspendus. L’Assemblée de Martinique appelle à la mise en œuvre immédiate d’une procédure de leur réintégration.

Pour sauver l’hôpital et réduire le nombre des déserts médicaux, il faut libérer la médecine

Il faut redonner aux médecins le plaisir d’exercer la médecine, la liberté de prescriptions qui a été détruite à l’occasion du Covid. Ce n’est pas au gouvernement d’écrire les ordonnances de nos malades. Il faut supprimer toutes les tâches administratives qui consomment souvent la moitié du temps de travail des soignants et qui ne servent à rien pour nos malades.

La tentation est grande pour des politiques qui ignorent souvent ce qu’est un acte médical d’imposer des fausses solutions. Certains veulent imposer des gardes à des confrères qui travaillent déjà trop. D’autres veulent les obliger à s’installer dans un village que la poste, les impôts, le tribunal et l’école ont déserté sur ordre de ces mêmes politiques !

L’obligation vaccinale des soignants est la goutte d’eau qui a fait déborder le ras-le-bol. Les soignants non vaccinés ne sont pas des antivax comme le répètent en permanence le gouvernement et les médias. Avant le covid, ils étaient tous vaccinés et conseillaient et administraient les vaccins à leurs patients. Ce sont des vaccino prudents qui attendent les vrais résultats des essais en cours avant de se décider et qui ont été échaudés par les nombreuses complications qu’ils ont observées après les pseudo-vaccinations de leurs collègues et de leurs patients et de l’inefficacité maintenant évidente des injections. Ce sont des personnes respectables et honnêtes, car comme soignant il leur était particulièrement facile d’imiter de nombreux politiques et journalistes, stars et de vacciner le mur pour avoir leur pass vaccinal.[3]

La poursuite de la tyrannie vaccinale empêchera de résoudre le manque de personnel soignant et le problème des hôpitaux comme des déserts médicaux. Sans réintégration des soignants vaccino prudents, il n’y a aucune chance de sauver notre système de soins jadis l’un des meilleurs du monde. Les démissions des soignants encore en poste se multiplieront comme c’est le cas actuel à l’APHP de Paris.

E. Macron et son gouvernement devraient méditer la sage remarque de Charles Maurice de Talleyrand « On peut tout faire avec les baïonnettes sauf s’asseoir dessus » explicitée quelques années plus tard par le futur Napoléon III : « on peut tout faire avec le despotisme, excepter le faire durer. »

Sauvons nos enfants, sauvons nos soignants vaccino prudents

Dre Nicole Delépine

Notes :

[1] https://actu.fr/societe/vaccin-contre-le-covid-19-ces-soignants-revelent-avoir-ete-surpayes-par-l-assurance-maladie_50509574.html 

[2] Caisse primaire d’assurance maladie

[3] Scandale espagnol récent

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2022

Dans FRANCE

IL N’Y A PAS D’ISSUE SANS RUPTURE, IL N’Y A PAS DE RUPTURE SANS PARTI !

Par Le 04/06/2022

Il n’y a pas d’issue sans rupture, il n’y a pas de rupture sans parti !

Vendredi 3 juin 2022, par  pam, popularité : 100%

 

 Vie politique |  1 |

 pdf | 

 

La campagne de la NUPES révèle la nature réelle de cette "nouvelle union de la gauche" comme l’ont dénommée beaucoup d’acteurs et de commentateurs, faisant même parfois référence à 1981. Pour les dirigeants de la FI, la campagne de la NUPES doit être partout la même, construite sur les documents élaborés à Paris, et centrés sur l’objectif d’élire Jean-Luc Mélenchon à Matignon.

Dans beaucoup de circonscriptions, des candidats et militants renâclent. Certains ont la mauvaise habitude de faire leurs propres tracts, de construire une campagne à partir des revendications du territoire, des luttes locales pour faire un lien concret avec un programme politique national. Pourtant, l’affiche la plus utilisée est celle de Mélenchon premier ministre, et quand un candidat fait son affiche, la photo de Mélenchon reste obligatoire. Si un candidat ancré localement déroge à cette règle et construit sa propre campagne, les critiques sont nombreuses.

Les communistes retrouvent dans cette situation les questions qu’avaient posé le Front de Gauche, notamment sur la manière d’articuler l’expression du parti communiste et celle du Front de Gauche. Pour certains, tout devait converger pour fusionner. C’était la proposition de Marie-Georges Buffet rejetée par les communistes en 2007. La décision de Jean-Luc Mélenchon de créer la France Insoumise pour préparer 2017 prenait acte de ces difficultés et de sa volonté d’être le seul décideur d’un mouvement dans lequel les partis disparaissent. Qui a vu depuis une expression du parti de gauche ?

Les communistes ont décidé à leur 38ème congrès que le parti communiste était utile, nécessaire même et ont engagés une réorientation politique qui a conduit à une candidature communiste en 2022. Où en est-on ?

Dès le 10 avril au soir, une bataille violente s’est engagée pour faire regretter leurs décisions aux militants communistes, et la pression des négociations électorales ont conduit la direction du PCF à céder face à cette véritable guerre idéologique orchestrée par Jean-Luc Mélenchon.

D’abord en imposant l’idée que le troisième échec de Jean-Luc Mélenchon était de la faute des communistes. Il aurait fallu une réponse forte et publique de la direction du parti et notamment de Fabien Roussel. Imaginons que dès le 11 avril au matin, Fabien ait déclaré

Non, jean-luc, ce ne sont pas mes 800 000 voix qui t’ont manqué, mais les 13 millions d’abstentionnistes, le vote ouvrier qui a massivement refusé de te soutenir, sans malheureusement choisir le vote communiste, et le vote extrême de cette colère noire que j’ai sans succès tenter de faire reculer. C’est toi qui a choisi de concentrer ta campagne pour écraser la gauche, tenter de profiter du vote utile alors même que ce vote utile faisait monter d’abord Macron et Le Pen ! C’est ta stratégie à gauche qui a conduit à ton échec. C’est toi qui doit te remettre en question !

Bien sûr, nous n’aurions pas renversé la table, mais nous aurions donné force et confiance aux communistes, à leurs soutiens, à tout ceux qui avaient apprécié la campagne des jours heureux même si, à la fin, ils ont cru voté contre Macron et Le Pen. Nous aurions créé de bien meilleures conditions à des négociations locales pour décider ou non de candidatures communes et pour imposer partout où les communistes le pensaient possible leur propre candidature.

Ce que Jean-Luc Mélenchon a fait nationalement en négociant séparément avec EELV, le PS et le PCF, jusqu’à des textes programmatiques contradictoires qui sont de même nature que les textes de synthèse d’un congrès du parti socialiste, les communistes pouvaient le faire dans chaque circonscription et département.

Le résultat est terrible. Le plus souvent, les communistes sont contraints à faire campagne aux législatives en effaçant leur campagne des jours heureux, et il faut souvent deviner que le parti communiste est présent tellement la communication nationale imposée par la FI limite les partis à leur petits logos.

Et surtout, les communistes se retrouvent, comme en 1981, embarqués dans une illusion mortifère pour le peuple, Mélenchon premier ministre serait par lui-même la rupture tant attendue !

Tous les communistes savent qu’aucun conquis social, en 36, en 45, en 68 n’ont été possibles sans un puissant mouvement social, sans un peuple uni et organisé. Et pour cela, nous savons qu’un parti communiste est indispensable. Nous le voyons bien sur le terrain. Les militants insoumis dans ce mouvement "gazeux", sans organisation se mobilisent pour une campagne électorale, puis se divisent, surfant sur toutes les contestations notamment sur les réseaux sociaux, sans effort d’éducation populaire pour favoriser les cohérences des luttes, leur convergence sur le fonds, sur le programme. Et dès qu’on discute de la nature de la rupture nécessaire, les contradictions à gauche explosent ! rupture avec le capitalisme ou seulement avec Macron ? rupture avec l’industrie ou réindustrialisation ? rupture avec la société de consommation ou avec la consommation ? Sans analyse partagée des causes de la crise, et donc sans analyse marxiste du capitalisme et de l’impérialisme, on ne comprend rien à la rupture et c’est alors chacun pour soi. Vive le photovoltaique sur mon toit et tant pis s’il est payé par les consommateurs. Vive les circuits courts bio et tant pis si les plus pauvres sont exclus. Vive les renouvelables et tant pis si leur intermittence ne permet pas d’assurer le développement industriel. Vive les LGBT+x et tant pis pour les régressions des droits des femmes dans les quartiers.

Au contraire, les communistes travaillent pour montrer le besoin d’affirmer toute lutte spécifique dans un cadre commun, convergeant vers le projet d’une autre société, dans laquelle les droits de tous sont garantis, dans laquelle le mix énergétique et son modèle économique sont l’objet d’un débat politique excluant les intérêts privés.

Avec la campagne de la NUPES, tout cela est effacé, et tout le monde a bien compris que pour Jean-Luc Mélenchon, ce n’est pas seulement le cadre d’une campagne électorale, mais bien celui de l’organisation de la gauche qu’il veut diriger pour les années à venir. A Vénissieux, le candidat insoumis qui a exclu la candidate communiste légitime [1] nous dit clairement "en 2026, la liste aux municipales sera celle de la NUPES dans le cadre d’une candidature unique en 2027" !

Il faut le dire clairement. Avec la NUPES, le PCF joue sa survie. Soit il cède encore une fois aux exigences de Mélenchon et accepte que la NUPES soit, plus loin que le Front de Gauche, un groupement politique renforcé et centralisé dans lequel les partis sont accessoires. Soit il affirme comme vient de le faire Fabien Roussel, que le PCF existe et existera. Mais il faudrait dire clairement que la NUPES est d’abord un accord électoral pour les législatives et pas plus. Il faudrait redire pourquoi on a besoin d’un parti communiste et pas de la NUPES.

Pour cela, il faut faire reculer l’électoralisme qui fait croire qu’il suffit d’élire un premier ministre pour rompre avec le capitalisme. Il faut dire pourquoi Allende ou Tsipras ont échoués, dans l’honneur pour l’un, le déshonneur pour l’autre. Il faut dire pourquoi toutes les tentatives de mouvements de gauche non communistes ont échoués ; Siriza, Die Linke, Podemos. Il faut rappeler la critique léniniste du "crétinisme parlementaire".

La vérité est que le capitalisme en crise se bat pour sa survie, que les couches sociales qui en sont gagnantes ne laisseront aucune politique de rupture mettre en cause leurs intérêts. Il faut rendre visible cette affirmation du manifeste du parti communiste qui dit pourquoi il fallait rompre avec la gauche socialiste pour créer le mouvement communiste. "L’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire des luttes de classes"

Les partis sont mortels, et le pari historique fait par les communistes en 2018 de faire vivre leur parti sera perdu s’il reste dans la NUPES au-delà de ce mois de juin.

[1] malheureusement sans action des négociateurs du PCF

https://lepcf.fr/Il-n-y-a-pas-d-issue-sans-rupture-il-n-y-a-pas-de-rupture-sans-parti

Dans FRANCE

TESTS – VACCINS – PASS : FABRIQUE DE LA PANIQUE ET BRAQUAGE DES COMPTES PUBLICS

Par Le 01/06/2022

Tests - vaccins - pass : fabrique de la panique et braquage des comptes publics

Auteur(s)

Pierre Lécot, pour FranceSoir

Publié le 22 février 2022 - 13:02

Image

Dés tests vaccins pass

Une épidémie de malchance ?

 Pixabay / DR

FacebookTwitterEmailWhatsAppPlus d'options...

TRIBUNE — Cela fait deux ans que la crise du coronavirus a démarré. De différentes manières, nous avons montré sur cette chaîne que la mortalité depuis 2020 en France et en Europe est finalement dans la norme de la décennie, et que les hôpitaux sont finalement loin d’avoir été saturés en 2020, services de réanimation compris.

Voir aussi : Reprendre et comprendre le cours de l'histoire de la crise Covid-19

La psychose qui dure depuis deux ans n’est donc pas maintenue à cause d’une surmortalité, ou d’un surnombre d’arrivées à l’hôpital, mais uniquement en faisant le compte de “cas Covid”. Ces “cas Covid” sont des personnes déclarées porteuses du virus de la Covid, dans l’ensemble de la population, dans l’ensemble des hospitalisations et dans l’ensemble des décès. Ce n’est qu’une fraction de l’ensemble des habitants, de l’ensemble des hospitalisations et de l’ensemble des décès. Nous avons d’ailleurs montré que l’ensemble des hausses de mortalité que nous observons depuis deux ans ont lieu soit pendant les périodes de hausse de mortalité habituelles, soit après la mise en place de mesures qui ont eu pour impact d’arrêter de soigner correctement les Français. Nous avons, grâce aux différents rapports de Santé Publique France ou de l'ATIH, de plus en plus de données officielles donnant le nombre de décès à imputer à ces mesures.

La Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES), les statisticiens du ministère de la Santé, a d’ailleurs publié un nouveau tableau de données distinguant les patients arrivés à l’hôpital pour Covid, et ceux arrivés à l’hôpital pour complètement autre chose, mais déclarés Covid à la faveur d’un test positif ou d’une simple déclaration. Nous apprenons qu’un patient sur trois, déclaré en soin critique Covid ou décédé du Covid, était en fait sur-déclaré.

Toute la psychose tient donc du simple fait de fixer le regard sur un virus au lieu de s’occuper de la mortalité en général ou des hospitalisations en général. Cela permet de ne pas du tout remettre en question la qualité de vie des Français, ou le système de santé en général, mais de tout focaliser sur un seul produit censé résoudre le problème : le vaccin.

Pour conserver le regard fixé sur le virus, plusieurs éléments sont essentiels :

Les tests RT-PCR, qui permettent de continuer à déclarer “malade” toute personne qui a un test positif et donc maintiennent les statistiques ;

La campagne vaccinale, qui permet au gouvernement de dire qu’il a une solution au problème du virus mortel ;

Le pass sanitaire, de façon à asséner à la population que les vaccins fonctionnent, puisqu’il leur offre la sécurité en leur “permettant” d’accéder à des lieux publics ;

En bonus : les masques, qui permettent de rappeler en permanence de façon visible à tous les Français, le danger du virus. Ils permettent également de faire croire que les autres humains sont dangereux.

Dans cet article (et sa vidéo), nous allons voir que si l'on imagine un pays au sein duquel on met en place le même schéma tests-vaccins-pass avec n’importe quelle excuse, l'on obtiendra exactement les mêmes résultats statistiques. Les biais statistiques introduits par le schéma tests-vaccins-pass permettent de faire croire que n’importe quel vaccin sera efficace contre n’importe quelle maladie. Pour bien montrer l’absurdité du schéma, nous allons prendre un exemple absurde dans lequel l’État ne voudrait pas lutter contre un virus, mais contre la malchance.

L’épidémie de malchance

Pour comprendre comment est complètement dévoyée l’utilisation des tests, imaginons que le gouvernement décide de lutter contre les malchanceux.

Les Français seraient obligés de prouver qu’ils ne sont pas malchanceux avant de pouvoir participer à des activités. En effet, d’après le gouvernement, les malchanceux sont responsables de toutes les catastrophes qui arrivent en France et mobilisent les personnels soignants qui doivent les sauver en permanence. Ainsi, avant de participer à une activité, chaque Français doit lancer un dé. S’il fait le chiffre 1, il est alors considéré malchanceux et doit s’isoler avant de contaminer les autres de sa malchance et de provoquer une catastrophe. Le gouvernement propose cependant de s’immuniser contre la malchance grâce à 4 porte-bonheurs différents. Il suffit d’accepter de prendre un porte-bonheur pour ne plus être obligé de se tester.

Le 12 juillet, le gouvernement met en place le pass-antimalchance. Tout Français qui souhaite voyager ou participer à une activité doit avoir son porte-bonheur, ou bien prouver qu’il n’est pas malchanceux en lançant un dé. Chaque Français malchanceux oblige tous ses proches à faire un test également. Ils doivent tous lancer un dé. On observe alors une explosion du nombre de tests en France, de la part de tous les Français qui participent à des activités ou vont à l’hôpital. Parmi eux, environ 1 sur 6 est déclaré malchanceux. Une majorité de Français choisit alors de prendre un des 4 porte-bonheurs officiels. Les Français qui ont été déclarés malchanceux une première fois, refont un test au bout de 14 jours et sont alors majoritairement considérés « guéris » de la malchance. La vague redescend donc assez vite.
C’est exactement ce qu’il s’est passé en France à l’été 2021. La mise en place du pass sanitaire a déclenché une vague de tests sans précédent. Pour la première fois de l’histoire, de manière complètement artificielle, on a fait croire à une épidémie de rhume en plein été.

Tous les Français ayant fait un test et obtenu un 1 en rentrant à l’hôpital sont codés par cet hôpital en tant que « malchanceux ». La « malchance » devient alors une « cause » de leur maladie. Cela fait donc une vague de malchanceux chez les personnes malades entrant à l’hôpital. Cela tombe assez bien, les remboursements des séjours hospitaliers des « malchanceux » sont plus élevés. Les hôpitaux ont tout intérêt à organiser ces tests. Ceux qui ont un porte-bonheur ne sont pas testés, ou alors une seule fois, alors que ceux qui n’ont pas de porte-bonheur sont testés tous les jours. On observe alors une grosse différence de chance entre ceux qui ont un porte-bonheur et ceux qui n’en ont pas. En effet, ceux qui ont un porte-bonheur ont une probabilité de 17 % (1/6) d’être déclarés malchanceux, alors que ceux qui n’ont pas de porte-bonheur ont 42 % de chance d’être déclarés « malchanceux » au bout de 3 tests. En effet, 42 % c’est la probabilité de faire un 1 en lançant trois fois le dé (1-5×5×56×6×6).

C’est ainsi qu’en plein été, en testant tout le monde, les hôpitaux ont déclaré un vague d’hospitalisations Covid. C’est du jamais vu, et est directement la conséquence du pass sanitaire et des tests.

Le pass sanitaire permet également de moins tester les vaccinés, et d’introduire des biais dans les déclarations. Depuis cette date, la DREES et EPI-PHARE ont pu faire des études sans corriger ces biais, vantant l’efficacité vaccinale. Nous en avons analysé plusieurs sur la chaîne.
Il arrive même que l’on change la règle entre ceux qui ont des porte-bonheurs et ceux qui n’en ont pas : on choisit que ceux qui n’ont pas de porte-bonheur sont positifs lorsqu’ils obtiennent un « 1 » ou un « 2 » alors que ceux qui ont un porte-bonheur ne sont toujours positifs qu’avec un « 1 ». C’est ce qu’il se passe lorsque le nombre de cycles permettant de conclure à la positivité d’un test RT-PCR change selon le statut vaccinal. On trouve alors une « efficacité » des porte-bonheurs puisqu’ils protègent d’avoir un test positif.

Le gouvernement propose également des protocoles pour accueillir différemment ceux qui n’ont pas de porte-bonheur, car ils sont considérés « à risque ». Le protocole veut qu’un patient avec porte-bonheur est renvoyé chez lui s’il n’est pas très malade, même s’il obtient un « 1 » sur son lancer de dé. À l’inverse, un patient sans porte-bonheur est systématiquement gardé s’il obtient un « 1 », car chacun sait que la malchance va aggraver son état.

Cette situation est exactement ce que les Français ont vécu cet hiver pour la Covid-19. Elle est pleinement assumée par le ministre de la Santé qui l’a annoncé fin décembre. Ce biais n’a pourtant été pris en compte par aucun organisme de statistiques.

Le gouvernement décide de mener une grande campagne de communication pour blâmer ceux qui n’ont pas de porte-bonheur. Ils sont désignés comme étant responsables de l’engorgement des hôpitaux et de la maladie de ceux qui ont des porte-bonheurs. En conséquence, certains médecins refusent de les recevoir et de les soigner. Beaucoup ont honte et restent seuls chez eux, même lorsqu’ils tombent malades, contrairement à ceux qui ont des porte-bonheurs qui eux, reçoivent toujours des soins. Résultats, ceux qui n’ont pas de porte-bonheur tombent gravement malades et finissent à l’hôpital. Ils sont alors, en effet, plus nombreux que ceux avec porte-bonheur à cause du non-soin.

C’est exactement ce que nous avons vécu cet hiver. Le gouvernement et la DREES ont tenté de faire croire à la saturation des hôpitaux par les non-vaccinés en publiant un communiqué de presse au titre volontairement trompeur « Neuf fois plus d’entrées en soins critiques parmi les personnes non vaccinées que parmi celles qui sont complètement vaccinées de 20 ans et plus ». Ce titre a été repris par toute la presse qui pensait y lire qu’en soins critiques, 9 patients sur 10 étaient non vaccinés. Il suffisait de lire plus en détail le communiqué pour savoir que les non-vaccinées représentaient 51 % des admissions en soins critiques et 44 % des admissions en hospitalisation conventionnelle, soit environ 1 sur 2. Finalement, nous avions montré qu’en prenant en compte les 20 000 lits disponibles de soins critiques en France, les seulement 3000 déclarés Covid, mais certains sans tests positifs ou venus pour autre chose, et le statut vaccinal des patients, tout cela diffusé dans les bases de données officielles de la DREES, les non-vaccinés malades de la Covid-19 représentaient en fait 6 % des patients en soins critiques. Juste en choisissant les bonnes statistiques et en focalisant sur la Covid, il a été possible de faire peur avec rien.

Ainsi, avec toutes ces règles, parmi tous les malades venus à l’hôpital, beaucoup plus de personnes sans porte bonheur sont déclarées « malades de malchance » que de personnes avec porte-bonheur. Les autorités concluent à la grande protection des porte-bonheurs contre le fait d’être « malade de malchance ». Ceux qui refusent les porte-bonheurs sont déclarés irresponsables d’engorger les hôpitaux. Personne ne regarde s’il y a plus de personnes malades ou de décédés parmi ceux qui n’ont pas de porte-bonheur. On ne regarde que ceux déclarés « malchanceux » parmi les malades ou les décédés.

Toutes les règles que je viens de citer sont des règles mises en application actuellement en France et dans tous les pays qui suivent les directives des cabinets de conseils. Toutes les données françaises enregistrées par le ministère de la Santé sur les patients Covid-19 sont donc biaisées par le protocole mis en place. À l’heure actuelle, il n’existe aucune étude qui s’affranchisse de l’ensemble des biais cités. Statistiquement, il n’est donc pas possible d’affirmer, ni que les « tests malchances » ont le moindre rapport avec le fait d’être malade, ni que la « maladie malchance » est responsable d’une situation plus grave que d’habitude, ni que les porte-bonheurs qui sont obligatoires ont le moindre effet sur la santé. En revanche, les 3 ont un intérêt certain pour la prise de pouvoir totalitaire en cours et le plus grand braquage d’argent public jamais réalisé, et tout cela au profit des mêmes personnes.

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/tests-vaccins-pass-fabrique-de-la-panique-braquage-des-comptes-publics

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : APPEL AUX CANDIDATS DEPUTES SUR LES MESURES URGENTES A PRENDRE EN MATIERE DE SANTE

Par Le 29/05/2022

Appel aux candidats députés sur les mesures urgentes à prendre en matière de santé

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 29 mai 2022

nouveau-monde.ca

Région : 

Thème: 

 2   0  0  2

« À partir d’une certaine masse critique, une bureaucratie tend à croître de façon automatique, sans rapport avec le réel, échappant à toute autorité. »[1]

Mmes, Mrs, vous prenez la décision de devenir nos représentants si les citoyens vous élisent.

Nous voulons attirer votre attention sur la tragique situation du système de santé français détruit en moins de 20 ans par la bureaucratie galopante ayant évincé les professionnels de santé dans l’organisation, et sur les décisions à rendre rapidement pour le sortir du gouffre.

Il est impossible en quelques lignes de tout détailler, mais quelques points sont fondamentaux à expliquer aux Français que vous rencontrerez qui n’ont pas toujours compris ce qui se passe et mettent la cause sur « l’argent ».

L’argent existe : 11,2 % du PIB utilisé pour la santé

Il faut rediriger l’argent vers les soins en dégraissant la bureaucratie énergivore, coûteuse, et paralysante : trop d’agences de santé doublons, 18 ARS dictatoriales et doublant le rôle des directions hospitalières, trop d’observatoires et autres. Tout cela est connu, détaillé dans rapports sénatoriaux, articles, livres multiples depuis deux décennies.[2]

Il faut le courage politique coupant ces structures inutiles et toxiques et répartir le personnel administratif dans d’autres secteurs (juridique par exemple) et remettre les nombreux soignants égarés dans les agences[3][4][5] auprès des patients.

Rendre la liberté de soigner

Pour les médecins la liberté de prescription est capitale.

2020. C’est la première fois dans l’Histoire qu’un politique se permet d’interdire une ordonnance d’un médicament (en plus connu depuis 70 ans) et en même temps d’imposer un pseudo vaccin en essai thérapeutique sans recul. Tout laisse penser que les documents PFIZER (enfin disponibles) étaient connus d’emblée par la FDA, l’EMA et probablement l’ANSM et donc par nos chefs d’État. Ces documents établissaient dès 2020 qu’ils étaient trop peu efficaces et dangereux.

Ils savaient d’emblée que le vax était toxique (1200 morts dans les premiers mois de l’essai initial) et inefficace.[6][7]

La vraie médecine a été violée par nos gouvernants suivant les directives de l’OMS contraires à la science.[8][9]

Pour les soignants en général et les infirmières en particulier il faut supprimer la persécution des cadres qui empêchent de se consacrer aux malades. Ces cadres qui gèrent les plannings de façon insupportable, etc., perdent leur temps utile en multiples réunions sans intérêt, et les contrôles permanents des « traceurs » qui conduisent les infirmiers par ex à passer 4 h par jour sur l’écran. Cocher un médicament sur un tableau ne prouve pas qu’on l’a donné et n’a donc aucun intérêt sinon de perdre du temps de soin au lit du malade et d’humilier le soignant.

En ville, il faut de même supprimer la persécution des contrôles permanents par les ARS et la CNAM qui désorganisent le travail du médecin, kiné, psychologue ou autre.

Il faut bien sûr compléter cette liberté retrouvée par des salaires décents qu’il suffit d’aligner sur les moyennes des pays de l’ouest de l’UE qui les attirent, et ne pas compter sur de petites augmentations ou primes à la suite d’un scénario Ségur répétitif[10][11] qui n’a rien résolu.

Pour embaucher, il faut des volontaires !

Les politiques qui croient pouvoir embaucher X soignants n’ont pas compris qu’ils ne les trouveront pas sans leur rendre leur liberté de soigner et de s’organiser tant en ville qu’à l’hôpital : les postes vacants se multiplient de jour en jour et les mesures discriminatoires récentes contre les non-vaccinés n’ont fait qu’aggraver largement la situation.

Il n’existe plus de médecine libérale en France, les ukases, accréditations, normes sont les mêmes dans tous les secteurs, public comme privé. Croire, comme l’a dit le président de la FHF, qu’obliger les médecins libéraux à prendre des gardes de nuit pourrait être efficace montre qu’ils n’ont rien compris à l’état d’épuisement et d’exaspération de tous les soignants.

Démission ou expatriation sont des solutions déjà utilisées par de nombreux soignants exclus du système sans revenu par la honteuse « pseudo vax obligatoire » en essai thérapeutique, en violation de tous les traités signés par la France[12]. De plus, ils sont beaucoup mieux rémunérés en Suisse, Allemagne, Canada ou Belgique qui les ont accueillis avec joie.

Médecins étrangers esclaves, combien de volontaires peut-on espérer, Mme la ministre ?

Les espoirs du gouvernement sur l’embauche de médecins étrangers pour faire fonctionner les hôpitaux cet été laissent pantois. À la recherche d’esclaves modernes qui accepteraient les ukases des ARS, cadres de santé, sécurité sociale, etc.. Ils ne restent jamais longtemps en France que ce soit dans les hôpitaux ou les maisons de santé que bien des maires tentent de remplir en promettant logement, prime, etc..

L’exercice médical en France est devenu insupportable par son manque de liberté chèrement acquis après dix ans d’études et les médecins étrangers trompés s’en rendent vite compte. La solution n’est pas là, mais à la liberté de soigner.

Réintégrer les soignants injustement mis à l’écart et sans rémunération, pour refus d’injection d’un produit expérimental en phase 3 et dont les accidents s’accumulent.[13]

15 000 à 30 000 soignants ont été écartés par une décision politique injustifiée (le vax ne protège ni le soignant, ni ses contacts des contaminations, ni des formes graves). Un bon nombre ne reviendra pas, parti à l’étranger, ou reconverti. Si on veut récupérer les autres, il faut faire vite, reconnaître qu’on s’est trompé (le vax ne protège pas) et leur rendre leurs salaires gelés depuis le 15 septembre 2021.

Sans ces mesures et un minimum de mea-culpa, il est peu probable qu’ils reviennent et que les écoles d’infirmiers se remplissent à nouveau. Qui voudrait entrer dans ce noble métier défiguré et dans l’impossibilité de l’exercer ?

Supprimer le pass et le masque à l’entrée des hôpitaux[14]

Pour ceux qui pourraient revenir, il faut absolument supprimer toute mesure discriminatoire à l’entrée de l’hôpital tant pour eux que pour les patients qu’ils refusent de discriminer !

Il faut supprimer les contrôles de pass sanitaires : 60 millions € par mois de contrôle par des vigiles, pass qui sont abandonnés par la majorité des pays qui les ont utilisés ! il faut supprimer le masque, mesure autoritaire inutile qui empêche les rapports humains normaux, en particulier entre malade et soignant. Manifestement les autorités qui ont imposé ce port du masque n’avaient aucune idée des conséquences multiples engendrées physiques, psychologiques, etc. Ce masque est un symbole d’autorité sans utilité médicale, sauf pour les malades aigus récents et les soignants à leur contact.[15]

Dans les hôpitaux publics et privés, cesser la gestion entrepreneuriale d’économies

Une organisation basée sur le taylorisme !

Ce mode de gestion a tout cassé depuis les années 80, transformé nos hôpitaux publics puis privés, nos cabinets de ville (transformés en “maisons de santé”), en usines, organisées sur le mode de la fabrication des voitures du début du XXe siècle. Procédures, checklists, protocoles, audits externes et internes, réunionnites aiguës et chroniques, contrôles ARS et décisions unilatérales, le tout sorti d’ordinateurs coûteux, ont remplacé les relations humaines.

Cesser la suppression de lits et de services, imposée par les ARS au lieu de laisser les hôpitaux se réorganiser librement.

L’hôpital est brisé dit le Pr Peyromaure.[16]

Un manque de soignants devenu dramatique

Même à Cochin le célèbre service d’urologie parisien qui a vu passer Mitterand ferme encore actuellement 30 % de ses blocs opératoires, faute de personnels.

Plus de 120 servies d’urgence limitent actuellement leur activité faute de personnel et beaucoup trop risquent d’être contraints de fermer durant les vacances.[17]

Le nombre des déserts médicaux tant en campagne et même en certaines villes, qui progressait régulièrement depuis plusieurs années a fortement augmenté depuis l’obligation vaccinale imposée aux soignants ; beaucoup de vaccino prudents ont préféré prendre leur retraite ou se reconvertir plutôt que de se laisser injecter des médicaments dont ils avaient observé les complications chez leurs patients.

Les obligations supplémentaires proposées par certains bureaucrates et politiques, qu’il s’agisse d’obligation de garde ou de restriction à la liberté d’installation, seront contre-productives à terme, car elles dissuaderont encore plus de médecins à s’installer.

Pour retrouver des soignants, il faut leur rendre la liberté de prescrire, leur éviter de perdre leur temps en tâches administratives, leur garantir le choix de leur lieu installation et de respecter leur non-consentement éventuel au pseudo vaccin.

Cette dernière mesure remettrait immédiatement en activité plusieurs dizaines de milliers qui manquent si cruellement.

Dre Nicole Delépine

 

Notes :

[1] ARS, syndrome de l’étatisation sanitaire (francesoir.fr)

[2] Une liste non exhaustive vous sera fournie à votre demande nicole.delepine@bbox.fr

[3] Soigner ou obéir N et G Delépine, Fauves Éditions 2016

[4] Blouses blanches colère noire par B Kron : « Paniqués par les déficits, nos gouvernants ont essayé de légiférer pour freiner cette descente aux enfers du système de santé depuis plus de 20 ans. Le retour de J.Castex aux affaires en est le symbole le plus prégnant. Le Premier Ministre est en effet l’un des principaux responsable de cette situation qui a transformé l’hôpital en entreprise à flux tendu, le rendant incapable d’assurer et de combattre les crises sanitaires. Les médecins, et plus largement les soignants n’ont plus aucun pouvoir dans le système de santé en France. Dans cet essai, l’auteur analyse ainsi ce combat depuis cinquante ans pour contrôler les médecins dans les hôpitaux publics, les cliniques privées, et les médecins libéraux. Il reprend les principales réformes qui ont mené à la catastrophe. » Blouses blanches colère noire — Bernard Kron — Babelio

[5] La bureaucratie étouffe le système de santé. Dégraissons le mammouth pour vaincre ce fléau — AgoraVox le média citoyen.

[6] Il faut interdire la vaccination anticovid des enfants à la suite des révélations Pfizer : inefficacité et millions de complications — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[7] BioNTech Pfizer : Nouveau « silence des MédiA-agneaux » Français ? | Mondialisation — Centre de Recherche sur la Mondialisation Le « vaccin » conçu avec Pfizer ne serait pas concluant :
• Le produit a été conçu pour œuvrer dans l’urgence.
• Le produit n’est qu’expérimental, et les citoyens ont été des cobayes.
• « des » évènements indésirables peuvent mettre fin aux essais et mettre un terme à une utilisation pérenne et définitive. Lire document de 700 pages « FORM 20-F » de BioNtech

[8] Le conseil mondial de l’OMS dicte très officiellement la conduite sanitaire des pays signataires dont la France (francesoir.fr)

[9] Ce pouvoir devrait être renforcé si les pays votent le nouveau traité. Stopthetreaty
Stop au coup d’État de l’OMS contre la démocratie ! — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[10] Les Contes de Ségur, revus et corrigés par O. Véran. Communication ou véritable réforme ? (francesoir.fr)

[11] SEGUR DE LA SANTÉ, un funeste conte, fallait-il en attendre autre chose ? (francesoir.fr)

[12] Convention d’Oviedo opposable à tous les pays signataires dont le nôtre et foulée au pied.

[13] Le reportage choc sur les soignants suspendus : » Ils nous ont soignés, on les a méprisés » F. Moine — YouTube
Disponible sur fabien moine exuvie. Fr en participation libre et consciente
Le reportage choc sur les soignants suspendus : » Ils nous ont soignés, on les a méprisés » F. Moine — YouTube

[14] Pr Michaël Peyromaure : « Le système de santé français est brisé ! » – YouTube

[15] Le masque, bâillon qui interdit la parole, base de la relation à l’autre — Docteur Nicole Delépine (nicoledelepine.fr) Afin de produire une double réaction interdépendante : l’automutilation du moi et le rejet de l’autre, le masque fait disparaître le sujet parlant.

[16] Pr Michaël Peyromaure : « Le système de santé français est brisé ! » – YouTube

[17] LES SOIGNANTS REMPLACÉS PAR DES BÉNÉVOLES AU CHU DE BORDEAUX : TOUT UN SYMBOLE —La vérité vous rendra libres (la-verite-vous-rendra-libres.org)

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/appel-aux-candidats-deputes-sur-les-mesures-urgentes-a-prendre-en-matiere-de-sante/5668515

Dans FRANCE

MELENCHON CANDIDAT POUR L'UNION SACREE

Par Le 23/05/2022

Mélenchon candidat pour l'Union Sacrée

 

   Posté le 23-05-2022 à 20:11:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On s’en souvient tous, mais il n’est pas inutile de le rappeler, la trahison des sociaux-démocrates date du 4 août 1914, le jour même de l’enterrement de Jaurès.
Après avoir – le 28 juillet – lancé son manifeste « À bas la guerre ! Vive la république sociale ! Vive le socialisme international ! » , le groupe parlementaire de la SFIO vote à l’unanimité les crédits de guerre et l’état de siège restreignant les libertés.
La CGT avait manifesté le 27 juillet contre la guerre. Le 4 août également Jouhaux annonçait son ralliement à l’Union Sacrée.

Il est remarquable que l’interview de Mélenchon date du 22 mai, soit deux jours après la libération d’Azovstal, et la mise en ligne de vidéos montrant à tous la nature néonazie du bataillon Azov. Ce jour-là Julien Bayou [secrétaire EELV] expliquait sur France-Inter que si la NUPES arrivait au gouvernement, elle continuerait certainement les livraisons françaises d’armes lourdes (canons César) à Kiev.
Ces deux réactions font face à la fois à l’échec du fer de lance de l’armée ukrainienne, et à la révélation de sa nature. Car Mélenchon ne peut absolument pas nier qu’il ignore la nature d’Azov maintenant.

Il est clair qu’une nouvelle Union Sacrée vient d’éclore, au moment où la bourgeoisie en a particulièrement besoin face au peuple, et alors que les sanctions, le vol des avoirs, l’exclusion de SWIFT, etc. l’envoi des armes et des instructeurs échouent.
Que feront les USA, l’Europe et notre pays maintenant ?
Notre bourgeoisie est déjà assurée du soutien de Mélenchon à une escalade. L'OTAN peut aussi compter sur le radis rouge.

 

________________



Ci-dessous l'extrait de son interview sur RTL, en rappelant à toutes fins utiles que l’intervention russe en Ukraine commence le 24 février, puisqu’il affirme qu’il ne savait rien le 1er mars...


… « Quant à l’international. La Constitution prévoit que le chef de l’Etat négocie et signe les traités. Si ça avait été moi j’aurais négocié et signé les traités, donc je sais aujourd’hui que je ne peux pas faire de traités ni négocier de traités sans son accord donc je suis obligé de m’entendre avec lui.

- Si le président de la République décide d’envoyer des armes en Ukraine, est-ce que vous premier ministre vous pourriez émettre nu avis différent et vous opposer à cette décision ou ce souhait du président de la République ?

- M’y suis-je opposé quand on a envoyé les canons César ? Non. Alors pourquoi voudriez-vous que tout d’un coup je m’y oppose ?
Je sais ce que je sais, ce que je pense…

- A un moment donné vous aviez eu des réticences sur est-ce qu’il faut armer..

- Non mais ça c’est des trucs de média, on n’écoute pas ce que les gens disent et on fait des caricatures. Moi j’ai dit depuis le début faisons très attention pour ne pas apparaître comme des belligérants, c’est-à-dire comme ceux qui tout d’un coup entreraient en guerre contre la Russie.
Le Président de la république a exactement la même préoccupation jusqu’à présent, il a toujours dit qu’il était pour la désescalade. Il y a peut-être des désaccords entre lui et moi parce qu’il se trouve qu’il est moins rigoureux que moi vis-à-vis des Poutine puisqu’il a dit qu’il ne fallait pas l’humilier.
Si, moi je pense que ça ne me dérange pas de l’humilier parce que ce qu’il a fait est gravissime et que la Russie ne reviendra pas à la table de la société internationale normale tant que Monsieur Poutine, responsable de crimes de guerre, sera là. Voilà.

- Vous trouvez Emmanuel Macron trop conciliant avec Vladimir Poutine ?

- Non, c’est surtout que je trouve Monsieur Poutine plus violent que ce que beaucoup en ont dit jusque là. Ce qu’il fait est d’une gravité exceptionnelle et pour nous français spécialement, parce que nous nous étions juré, nous français, que si quelqu’un recommençait la guerre sur le continent nous ne l’accepterions pas et nous ne l’accepterions pas, c’est-à-dire que nous interviendrions.
Et nous avons l’arme nucléaire.
Nous sommes pris à revers. Cet homme a passé la frontière, tout cassé autour de lui, persécuté des populations civiles sans aucune raison autre que de les terroriser. Et qu’avons-nous fait ? Eh bien pratiquement nous avons pas fait grand-chose. Voilà.
Et donc je pense que militairement …je parle, bon on a fait des choses, la répression économique, les sanctions, tout ça, mais militairement nous avons été mis au pied du mur sans savoir quoi faire.
Et je trouve que cette situation est tellement grave que ça mériterait qu’on rediscute de l’ensemble de nos outils de défense, et en particulier j’ai essayé de faire avancer le débat sur l’efficacité réelle de la dissuasion nucléaire.
Je suis pour la dissuasion mais notre dissuasion nucléaire telle qu’elle fonctionne ne fonctionne plus parce qu’elle est repérable depuis l’espace.
J’ai donc proposé qu’on transfère dans l’espace et par les moyens de l’espace les méthodes de dissuasion des français, aussi bien sur la toile numérique que par rapport aux installations à terre.

- Mais est-ce que dans l’immédiat Jean Luc Mélenchon vous iriez plus loin encore dans l’aide aux ukrainiens, comme les américains qui viennent de décider d’un plan d’aide de quarante milliards ?

- Mais eux ils ont la planche à billets alors évidemment ils appuient sur le bouton et ils donnent quarante milliards. Nous on ne peut pas donner quarante milliards, on n’imprime pas de la monnaie comme ça, les américains si, ils peuvent le faire, et vous verrez que ça va se retourner contre eux bientôt puisqu’une bonne partie de la planète commencent à dire qu’ils veulent échanger entre eux dans les monnaies nationales. C’est un autre sujet dont naturellement on ne parlera jamais parce que c’est un peu compliqué mais c’est juste la paix du monde qui est en cause dans cette affaire.
Donc est-ce qu’il faut être plus dur ? Je pense que ce sont des discussions qu’on fait avec des informations dans les mains. C’est pas des choses qu’on déclenche sur les plateaux télé pour faire les nanars, allez on envoie des armes, on va faire ci, on va faire là..

- Non mais …

- Parce que la dernière fois que je me suis exprimé sur le sujet, de manière un peu décisive, je me suis trompé.
Mais figurez-vous que je ne me suis pas trompé parce que j’étais mal levé ce jour-là, mais les services de renseignement français, les responsables politiques et militaires français avaient dit ah ben non ça craint pas, il ne passera pas la frontière. Et donc m’installant sur ce raisonnement et sur ces informations j’en avais déduis ni lui il passe la frontière ni les autres…

- Mais vous vous étiez trompé personnellement sur Vladimir Poutine, sur l’homme ? est-ce que vous pouvez dire aujourd’hui voilà, je ne pensais pas qu’il était aussi belliqueux et qu’il était dans ces intentions-là ?

- Je comprends pas il est responsable des actes qu’il pose

- Est-ce que vous avez pu évoluer ? Voilà le 1er mars à l’Assemblée Nationale la décision de l’Union Européenne de fournir des armes à l’Ukraine vous l’aviez critiquée le 1er mars. Aujourd’hui vous nous dites : je peux entendre qu’on en livre.

- Oui, mais c’était le 1er mars.
Alors je sais bien que vous vous ne vous trompez jamais, et vous n’évoluez jamais dans vos raisonnements. Moi si. Le 1er mars et comme dans toute la période où j’ai cru les renseignements qu’on m’avait donnés, j’ai conclu que nous allions - d’abord qu’il ne rentrerait pas – sur la base des renseignements militaires, je vous signale que le responsable a été viré, hein, pour ça. Alors le malheureux il n’est peut-être pas si responsable que ça, mais en attendant, le responsable français du renseignement a été changé parce que ça fait la deuxième, que dis-je la troisième fois qu’on avance à l’aveugle.
Par exemple les deux putschs qu’il y a eu au Mali, personne n’en savait rien avant, à part moi qui comprenais que la situation était dégradée. Là de même.
Alors quand l’Union Européenne a dit on va fournir des armes, qui va fournir des armes ? Dans quelles conditions ? Jusqu’où on le fera ? Ecoutez il s’agit de la paix et de la guerre avec quelqu’un dont tout le monde dit par ailleurs qu’il se comporte comme un psychopathe, et qui d’ailleurs n’a pas hésité à nous menacer de guerre nucléaire.
Alors moi, les numéros sur les plateaux et puis les grands chefs en Europe qui décident qu’on va aller faire la guerre ça ne me convient pas, je suis pour des discussions raisonnées en pesant exactement ce qu’on fait quand on a affaire à un personnage pareil.
Vous avez vu dans quel état il a mis l’Ukraine ? Et avant ça la Tchétchénie ? Donc c’est pas un personnage dont on peut plaisanter ou dire il va comprendre que c’est une blague. »…

https://humaniterouge.alloforum.com/melenchon-candidat-pour-union-sacree-t8126-1.html

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : LE « VACCIN » ANTI-COVID DOIT ETRE IMMEDIATEMENT RETIRE DU MARCHE DANS LE MONDE ENTIER

Par Le 23/05/2022

Le « vaccin » anti-covid doit être immédiatement retiré du marché dans le monde entier

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 22 mai 2022

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 13   2  0  43

Les politiques et singulièrement les futurs députés ne devraient pas détourner la tête.

Ils ne pourront pas plaider l’ignorance et l’absence d’informations fiables. Leur responsabilité tant éthique, morale que légale sera engagée s’ils votent, comme les précédents des lois conduisant à une obligation d’injection expérimentale pour pouvoir continuer à travailler.

Mme la Première ministre E. Borne qui en tant que ministre du Travail à l’époque, porte une lourde responsabilité dans sa décision de DISCRIMINER les personnels de santé non vax et de plus de les suspendre sans rémunération, sans chômage, les réduisant à la mendicité de fait, et ce sans aucune justification scientifique.

Il serait souhaitable qu’elle-même et son directeur de cabinet se plongent dans les documents PFIZER afin de libérer MAINTENANT les suspendus et que surtout ils ne s’engagent pas dans la prolongation du tout vaccin et singulièrement chez les enfants. Ils ne pourront pas plaider l’ignorance.

Il serait indispensable que tous les citoyens s’informent eux-mêmes à travers ces rapports et surtout donnent ces éléments à toute personne désireuse de représenter le peuple. Lettres, appels téléphoniques, discussion en meetings électoraux, prise de rendez-vous avec les élus et/ou futurs élus potentiels sont des méthodes efficaces et légales que chacun peut tenter plutôt que désespérer dans son coin. À nous tous nous pouvons les informer, sachant qu’à l’assemblée, ils ne le sont essentiellement que par les lobbies de Big Pharma. Il en va de la santé de nos enfants et de la survie de l’humanité.

Les pseudovax anti-covid sont dangereux : Pfizer l’avoue

Depuis son entrée fulgurante dans la vie des Terriens, conduisant à l’injection de milliards d’individus dans le monde, la vérité est criante pour tous ceux qui n’ont pas un masque sur les yeux… INEFFICACITÉ ET DANGEROSITÉ.

Des millions de morts rapidement après la piqûre – près de 70 000 en additionnant seulement les chiffres officiels d’EudraVigilance et du VAERS, et des millions de complications de gravité variable.

« 69 053 décès liés à l’injection de Covid-19 et 10 997 085 blessés pour l’UE, les États-Unis et le Royaume-Uni combinés pour une population de 830 millions de personnes (à la date d’avril 2022).

Basé sur les cas signalés. Seule une petite fraction des victimes ou des familles des personnes décédées passera par le fastidieux processus de notification des décès et des événements indésirables liés au vaccin aux autorités sanitaires nationales. Sur la base de données historiques (Electronic Support for Public Health – Vaccine Adverse Event Reporting System – ESP:VAERS, p. 6) ».

Nous apprenons que Pfizer SAVAIT d’emblée au fil des nouvelles révélations dont la justice américaine a obtenu la publication. Ces documents déclarés « secrets » par la FDA et dont chaque livraison de pages supplémentaires, apporte son poids de découvertes tragiques1.

L’interview vidéo ci-dessous publiée par mondialisation.ca avec le professeur Michel Chossudovsky détaille ce rapport confidentiel de Pfizer dont la publication a été obtenue par une procédure d’accès à l’information (FOI)2,3 et les conclusions fondamentales qu’il en tire.

Dès février 2021, la FDA disposait déjà de données majeures qui confirmaient que le pseudo vaccin était suivi d’une mortalité quotidienne supérieure à celle de l’évolution naturelle prévue ; le vaccin Pfizer était plus dangereux que le virus. IL AURAIT DÛ ÊTRE RETIRÉ.

Regardez l’ensemble des courbes qui défilent au début de la vidéo du professeur Michel Chossudovsky sur de nombreux pays dont les données sont disponibles.

En Autriche la mortalité post vaccinale observée [en bleu] a été plus forte que celle attendue sans vaccin [en pointillés rouges] :

Mais aussi de manière plus marquée en Équateur :

Comme en Turquie :

Ou en Inde ou le début de la vaccination a été suivie d’une forte poussée de mortalité :

En juin 2021 nous ignorions tout de ce rapport, mais nous avions remarqué, sur les données de l’OMS, une aggravation nette de la mortalité durant environ deux mois suivant les campagnes de vaccination que nous avions qualifiée d’hécatombe post vaccinale4. Mais les dénégations mensongères des médias et de leurs professionnels de la désinformation5 avaient réussi à dissimuler ces faits avérés à la population.

Pfizer a répertorié de très nombreux effets secondaires dans son rapport « confidentiel » bien détaillé. Au vu de ces données, Pfizer aurait dû retirer son vax à cette date et plaider l’homicide involontaire. En poursuivant cette commercialisation, il passe dans le registre du meurtre selon ce professeur.

Ce rapport disponible sur internet, dont les médias ne parlent pas et que les gouvernements veulent ignorer, prouve la responsabilité de Pfizer et de la FDA et démontre sans équivoque que le vax aurait dû être retiré dès février 2021.

« Le rapport est une bombe. Le vaccin a été lancé à la mi-décembre 2020. Fin février 2021, Pfizer avait déjà reçu plus de 1200 déclarations de décès possiblement causés par le vaccin et des dizaines de milliers d’événements indésirables, dont 23 cas d’avortements spontanés sur 270 grossesses et plus de 2000 rapports de troubles cardiaques. …

Ce rapport confidentiel de Pfizer fournit des données sur les décès et les événements indésirables enregistrés par Pfizer depuis le début du projet de vaccin en décembre 2020 jusqu’à fin février 2021, soit une très courte période [au plus deux mois et demi]. …

Ce qui est contenu dans le rapport « confidentiel » de Pfizer est une preuve détaillée des impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité. Ce document confidentiel a été lu par la FDA.

Ces données qui peuvent maintenant être utilisées pour affronter et pour étayer des procédures judiciaires contre Big Pharma, les gouvernements, l’OMS et les médias. »

Vidéo : Le rapport « secret » de Pfizer avec Prof. Michel Chossudovsky [cliquez sur ce lien pour voir la vidéo]

« Devant un tribunal, les preuves contenues dans ce rapport confidentiel de Big Pharma [associées aux données sur les décès et les événements indésirables compilées par les autorités nationales de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis] sont irréfutables : parce que ce sont leurs données et leurs estimations et pas les nôtres. ».

« N’oubliez pas qu’il s’agit de données basées sur des cas signalés et enregistrés, qui constituent un petit pourcentage du nombre réel de décès et d’événements indésirables liés au vaccin.

Il s’agit de facto d’une reconnaissance de la part de Pfizer. Oui c’est un vaccin tueur. »

Il n’y a pas de doute ni d’hésitation justifiée quand c’est un poison. Il faut retirer ce produit et ce n’est pas aux citoyens désinformés « de choisir » alors que l’on ne leur assène que des mensonges sur les ondes.

Selon ce professeur canadien :

« Pfizer était parfaitement conscient que le vaccin à ARNm qu’il commercialise dans le monde entraînerait une vague de mortalité et de morbidité. Cela équivaut à un crime contre l’humanité de la part de Big Pharma.

Pfizer savait dès le départ qu’il s’agissait d’un vaccin tueur. 

C’est aussi une reconnaissance et une trahison de la part des agences sanitaires [FDA,E MA] et des gouvernements nationaux corrompus du monde entier qui sont soudoyés par Big Pharma. »

Mr le PR Chossudovsky rappelle que de plus le labo Pfizer a un dossier criminel aux USA depuis 2009 :

« Ce rapport ne peut pas être traité de fake news. C’est un rapport qui confirme la responsabilité criminelle sous-jacente basée sur les documents de Pfizer lui-même. C’est aux avocats de prendre les choses en main.

Le message aux avocats canadiens : ce rapport est un instrument à utiliser dans les procédures et c’est l’opportunité de mener une action en recours collectif pour les milliers de canadiens à l’endroit de Pfizer et des entités publiques collaborant avec Big Pharma. »

Il nous semble que les avocats du monde entier pourraient également entendre ce conseil.

LES INJECTIONS ANTI-COVID SONT DANGEREUSES

IL FAUT REFUSER TOUTE PIQÛRE OU BOOSTER [car la toxicité est cumulative].

PROTÉGEZ LES ENFANTS ET L’AVENIR EN INFORMANT ENCORE ET ENCORE POUR COMPENSER LA DÉSINFORMATION MÉDIATIQUE MASSIVE.

REGARDEZ SANS ŒILLÈRES LES ACCIDENTS QUI SE MULTIPLIENT AUTOUR DE VOUS.

J’ai publié hier soir un papier montrant la multiplication des rechutes brutales et des nouveaux cancers après vaccin anti-covid. En moins de 24 h j’ai reçu des dizaines de mails de témoignages. Ce n’est pas une hallucination6.

Les pilotes de ligne, les personnels navigants et des organisations commerciales de l’aviation appellent aussi à l’arrêt des vaccinations obligatoires et du déni des effets secondaires. Ils exigent le retour aux mesures de sécurité dans l’aviation7.

REFUSONS ENSEMBLE CES INJECTIONS, LES PASS, LES DISCRIMINATIONS, ET LES CONTRÔLES NUMÉRIQUES. SI LA PEUR DU VIRUS EST REMPLACÉE PAR LA PEUR DU VAX, LE GOUVERNEMENT NE POURRA RIEN IMPOSER. LEUR FORCE NE VIENT QUE DE NOTRE SOUMISSION.

Dre Nicole Delépine

Notes :

1.En intégralité Pfizer’s Documents – Public Health and Medical Professionals for Transparency (phmpt.org). Examiner le rapport de christine cotton « Évaluation des essais Pfizer – Christine Cotton (1ere-page.fr)Audition OPECST – Christine Cotton (1ere-page.fr)Liste des effets secondaires à surveiller-Pfizer-avril 2021 (yetiblog.org)9 pages serrées

2.Vidéo : « Rapport « secret » de Pfizer sur le vaccin Covid. Au-delà de l’homicide involontaire. Les preuves sont accablantes. Le vaccin devrait être immédiatement retiré dans le monde entier », Mondialisation – Centre de Recherche sur la Mondialisation

3.Horizon politique, « Le vaccin covid et le rapport secret de Pfizer », (odysee.com)

4.G. Delépine, Nouveau Monde 6/9/2021, https://nouveau-monde.ca/et-surgit-une-hecatombe-post-vaccinale

5.G. Delépine « L’hécatombe post vaccinale s’étend dans le monde », https://www.mondialisation.ca/lhecatombe-post-vaccinale-setend-dans-le-monde

6.« Refusons la poursuite des injections anticovid qui favorisent l’augmentation des cancers », Nouveau Monde

7.« Global Coalition Statement : Commercial Aviation and Pilot Vaccine Injury », 17/05/22 (substack.com)

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-anti-covid-doit-etre-immediatement-retire-du-marche-dans-le-monde-entier/5668378

 

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : L’EUTHANASIE BIENTOT LEGALISEE COMME MESURE PROGRESSISTE? DERIVE HUMAINE ET SOCIETALE

Par Le 20/05/2022

L’euthanasie bientôt légalisée comme mesure progressiste? Dérive humaine et sociétale

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 18 mai 2022

nouveau-monde.ca

Thème: 

 293   1  0  295

Comme un boomerang de lois et circulaires favorisant l’euthanasie appliquée chez les enfants cancéreux depuis 2000[1], puis les personnes âgées depuis 2020 revient la question : qui assassine qui ? Pourquoi ?

Depuis des lustres et comme pédiatre oncologue, et collègues, nous nous battons CONTRE cette nouvelle « théorie » qui consiste à éliminer les malades considérés comme incurables (par qui ?) et en particulier les enfants cancéreux qui furent probablement le terrain d’essai social de cette pratique immonde dès les années 2000. Les propositions d’essais thérapeutiques usées, les familles se voient expliquer que la compassion de ces médecins chercheurs pour votre enfant les conduit à les « endormir » puisqu’on ne peut plus rien pour eux. En tous cas, ces équipes-là…

Ce fut ma première révolte avec la publication de « neuf petits lits au fond du couloir »[2][3] relatant quelques exemples d’enfants condamnés par les soi-disant sachants et auxquels la médecine classique individualisée avait pu donner quelques mois ou années de survie en bonnes conditions, voire la guérison et un avenir professionnel et familial pour d’autres. Mais ils avaient dû quitter (grâce à leurs familles) le chemin déjà consensuel de la « recherche clinique » prioritaire.

L’explication économique fut la première évoquée[4]. Nous écrivions en 2013 :

3,1 % des décès font suite à un acte visant délibérément à abréger la vie, par un arrêt du traitement ou une intensification de la sédation. Dans 0,8 % des décès, des médicaments ont été administrés afin de donner la mort (dont 0,2 % seulement à la demande du patient). Aujourd’hui illégale, l’euthanasie est pratiquée et dans un nombre significatif de cas sans la demande du patient, selon l’Ined.

Mais ne nous y trompons pas, l’explication financière était probablement naïve, vu l’évolution actuelle de la société occidentale, du Canada à la Belgique…

Elle doit être « progressiste » cette théorie qui consiste à « liquider des êtres embarrassants, inutiles et pesants, dirait Attali (toujours là, jamais suicidé malgré son âge avancé — ça ne vaut que pour les gueux), soit par leur grand âge, soit par leurs handicaps.

Le drame resurgit largement avec le scandale du Rivotril

Sont apparues les fameuses instructions aux médecins en mars 2020 puis le décret du 28 mars 2020 permettant aux médecins d’injecter du Rivotril aux patients susceptibles d’être atteints du covid.

La pseudo pandémie envoya ad patres de nombreux résidents parfois encore « jeunes » (dès 70 ans) ayant atterri dans des maisons pour personnes âgées dépendantes devenues des prisons sans autorisation de sortie, sans soins, sans jeux, etc.. Bref ! bien pire que la vraie prison qui autorise au moins une promenade journalière, des visites de la famille et même des sorties au zoo.[5]

Le silence des familles sidérées et probablement convaincues un temps de la réalité du péril ne cessa de nous étonner et désespérer. Enfin depuis quelques mois, la révolte des parents privés d’au revoir à leurs ancêtres prend forme sous forme de plaintes.

L’euthanasie devenue une habitude pour certains

Nous avons vu en début de présentation que l’AP-HP (les hôpitaux de Paris) a mis en place des Groupes d’intervention rapide pour aller administrer du Rivotril dans toute l’Île-de-France. Or la fameuse “surmortalité” de mars-avril 2020 n’a quasiment eu lieu qu’en Île-de-France”.[6]

« VOILÀ L’EUTHANASIE QUI, DANS LES MENTALITÉS, PREND SA PLACE DANS LES OUTILS DE GESTION DU GRAND ÂGE ! »[7]

L’euthanasie comme moyen de réguler les retraites et le grand âge redevient un sujet d’intérêt médiatique dans la mesure où le président réélu parle d’une loi sur la fin de vie pour le début de ce nouveau quinquennat.

« L’euthanasie devient une « proposition sociale »

Une liste de « choses concrètes » qui débute par « l’évocation d’une prime à l’adaptation de l’habitat, alignée non pas sur la prime à la casse, mais c’est plus délicat sur Ma Prime Rénov, pour la rénovation énergétique », ironise Erwan Le Morhedec dans son article du figaro.

« Puis, après d’autres propositions aussi peu ambitieuses et inventives les unes que les autres, vient l’euthanasie, souligne-t-il. Pour être concrète, l’euthanasie sera concrète, pour qui la subira ».

Ainsi, « voilà l’euthanasie qui, dans les mentalités, prend sa place dans les outils de gestion du grand âge ! »
« Voilà que cette euthanasie — qui doit être demandée et que nul n’est jamais censé proposer — devient une proposition sociale. »

« C’est la vulnérabilité de l’individu laissé à lui-même, dans un monde construit par les forts pour les forts »

Alors on conditionne les gens âgés :

« Moi, ma vie est derrière moi, eux, ils sont l’avenir », « Je suis un poids pour ma famille », « C’est aux parents de s’occuper des enfants, pas l’inverse ». « Ayant demandé à une soignante de soins palliatifs si elle entendait ces phrases, elle m’avait simplement répondu : « si je l’entends ? Mais c’est tout le temps, c’est tous les jours ! », témoigne l’essayiste. « Et plus encore lorsqu’on laisse une personne âgée sans accompagnement, sans espoir, dans les situations d’abandon et de maltraitance qu’a pu décrire Victor Castanet dans Les Fossoyeurs »…

Et alors que ces euthanasies « poussées » par les familles (éventuellement aimantes qui pensent que c’est bien pour leur patient), mais discrètes, la plandémie « coronavirus » avec la grande peur induite par les discours médiatiques et politiques a permis de passer à la vitesse supérieure.

Conditionnement progressif, depuis des décennies

Et comme toujours, sous prétexte de bons sentiments. La mise en condition de la population ne date pas d’hier. Depuis plusieurs décennies, les associations pour la « mort dans la dignité » ont fait un lobbying important auprès des politiques pour ancrer dans la population la notion de suicide assisté, voire d’euthanasie.

Comme médecin cancérologue, pendant ces décennies on a vu les demandes des familles augmenter alors que celles des patients restaient proches de zéro comme l’avait bien expliqué le Pr Lucien Israël dans « la vie jusqu’au bout »[8] il y a plus de vingt ans.

Et rebelote, le nouveau quinquennat devrait à nouveau tenter de faire passer une loi pour l’euthanasie

“Les esprits ont été, de longue date, préparés à cette évolution, puisqu’il est convenu désormais que « l’on meurt mal en France ». Un slogan, à la signification obscure, qui suggère qu’il faudrait mourir mieux. Pour finir par mourir quand même.”

Au lendemain du premier tour des présidentielles, l’euthanasie est annoncée comme « la grande loi sociétale » du prochain quinquennat[9]. Avec « les outils des débats démocratiques dirigés » « dont les conclusions sont généralement acquises », estime Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune.

« Raison incontournable » du succès de cette future loi : « le continuum entre l’arrêt des soins et l’euthanasie ».[10]

« Un contexte juridique nouveau » et ils reviennent encore et encore et pourtant les Français n’en veulent pas

En 2005, la loi Leonetti a autorisé « l’arrêt des traitements qui n’ont pour seul effet que le maintien artificiel de la vie du patient ».

En 2016, la loi Claeys-Leonetti y associait « systématiquement » une sédation profonde et continue jusqu’au décès.[11]

Ce fut déjà une terrible escroquerie, sédation continue dont on ne vous réveille pas !! Qu’est-ce d’autre qu’une euthanasie sans l’accord véritable du patient ou de sa famille, une fantastique hypocrisie !

Et quand l’on sait que certains patients dans le coma « pensent » au moins par moments, par bribes[12], combien d’entre eux se sont-ils sentis mourir, abandonner et pendant combien de jours ? Pire qu’une euthanasie « habituelle » en quelques heures maximum. Une torture sûrement parfois.

Ce « contexte juridique nouveau » « a permis au Conseil d’État de juger légale la décision médicale de provoquer la mort par arrêt de l’hydratation

et de l’alimentation artificielles d’un homme placé dans l’impossibilité d’exprimer ses volontés, et qui n’était pas en fin de vie », dénonce Jean-Marie Le Méné.[13]

Ces lois Leonetti et Claeys-Leonetti de 2005 et 2016, relatives aux droits des malades et des personnes en fin de vie, ont créé une véritable rupture avec la loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit à l’accès aux soins palliatifs.

La loi Leonetti constitue le terreau qui permettra, demain, de légaliser le droit de se donner la mort, par injection/administration d’une substance létale avec l’assentiment du corps médical. Les pièges de cette loi sont multiples[14] comme le souligne Emmanuel Hirsch en octobre 2020.[15]

« Le parcours chaotique de M. Vincent Lambert dans les dédales médico-juridiques est exemplaire d’une déroute éthique et politique qui interroge nos valeurs de sollicitude et de solidarité ». « M. Vincent Lambert, dans sa mort même, nous interroge sur ce qu’est l’esprit de notre démocratie »

Au regard des souffrances provoquées par l’arrêt de la nutrition et l’hydratation, la loi Claeys-Leonetti, votée dix ans après la loi Leonetti, l’a associé systématiquement à une sédation profonde et continue jusqu’au décès. Cette pratique vise incontestablement à accélérer voire à provoquer la survenance de la mort du patient.

La transgression due au serment d’Hippocrate — « Je ne provoquerai jamais la mort délibérément » — est consommée. Il ne reste plus qu’à débattre de la méthode : une injection par le médecin ? Un comprimé à prendre soi-même ?

De surcroît, le médecin reste impliqué dans le processus, car il devra établir la recevabilité de la demande de suicide faite par son patient. Comment concilier cette perspective avec le délit de non-assistance à personne en danger, prévu et réprimé par l’article 223-6 du Code pénal ?

Rappelons-nous que « le médecin est fait pour se battre contre la mort. Il ne peut subitement changer de camp et se mettre du côté de la mort » (Dr Jérôme Lejeune).

Une « meilleure application de la loi Claeys-Leonetti » ?

Pour Jean-Marie Le Méné, « la seule manière efficace de combattre la légalisation de l’euthanasie est effectivement le développement des soins palliatifs, mais en excluant clairement de son contenu tout arrêt des soins ». Pour « rompre un continuum inexorable ». Et les hommes politiques n’ont pas à imposer aux soignants « la mise en œuvre de lois sociétales qui n’ont rien à voir avec l’exercice de leur art ».

La jurisprudence italienne

Mais “au nom de quoi refuser le suicide assisté à une personne éligible à un arrêt des soins ?

La Cour constitutionnelle italienne a « établi un continuum » entre les deux pratiques. Un continuum « inéluctable », juge Jean-Marie Le Méné. Et le Parlement italien a dû « envisager une proposition de loi relative au suicide assisté qui reprend les conditions permettant l’arrêt des soins aux patients présentant une pathologie irréversible, une souffrance intolérable, bénéficiant d’un traitement de maintien en vie et capables de prendre une décision libre ».

La marche tragique vers la légalisation de l’euthanasie

complète la déshumanisation de notre société dite « progressiste », mais qui n’est que destructrice de notre civilisation humaniste, comme le wokisme.[16]

L’exemple italien, dont l’aboutissement est en cours, déroule le processus qui permet d’obtenir un glissement de la sédation profonde et continue vers une légalisation de l’euthanasie dite « active », par administration d’une substance létale.

(…) Par une ordonnance no 207 en 2018, la Cour constitutionnelle répond que si l’incrimination du suicide assisté n’est pas contraire à la Constitution, la décision du patient de mourir par arrêt des traitements entraîne tout de même des effets contraignants sur le médecin.

En effet, la Cour rappelle qu’elle a déjà affirmé le principe du consentement éclairé du patient à l’arrêt des traitements et à la sédation profonde et continue jusqu’à la mort, conformément à ce que reconnaît la loi italienne de 2017, équivalent de la loi française Leonetti-Claeys.

(…) Dans l’arrêt n° 242 de 2019, elle exclut donc la pénalisation de celui qui « facilite l’exécution d’une intention de se suicider formée de manière autonome et libre » dans le respect des conditions légales s’appliquant aux personnes qui pouvaient déjà choisir de mourir en renonçant à tout traitement.
À l’été 2021, le Parlement italien accepte finalement d’envisager une proposition de loi de compromis relative au suicide assisté qui reprend les conditions de dépénalisation dictées par la Cour constitutionnelle dans son arrêt de 2019 : patients présentant une pathologie irréversible, une souffrance intolérable, bénéficiant d’un traitement de maintien en vie, et capables de prendre une décision libre (…)[17]

Malgré un attachement aux mêmes droits fondamentaux, le principe du respect de la vie et de la dignité humaine peut disparaître très rapidement.

« Ce qui prévaut en effet en Belgique,en Autriche, en Suisse, c’est la volonté du patient, la volonté de l’aidant au suicide, la liberté individuelle et l’autodétermination », nous dit-on.

Encore faudrait-il parler de cette « volonté » d’un patient fatigué, en état de faiblesse, manipulé consciemment ou inconsciemment par l’entourage soignant et familial qui a de plus en plus envie de décider ce qui est bien pour son malade, et ce qui n’est pas souhaitable, sous prétexte que celui-ci ne serait plus en état. Qui peut en juger, si ce n’est la personne elle-même qui n’est pas un « objet » et pourrait souhaiter encore exister…

Et le malade abandonne son libre arbitre, pour faire plaisir et/ou surtout parce que c’est « moins fatigant » quand on est épuisé par la maladie, mais aussi par les soins (tension artérielle à 6 h du matin quand vous commenciez à dormir…) bruits permanents des locaux infirmiers, visites imprévues, parfois non souhaitées, interférences multiples, conseils de psy, de bénévoles[18] et autres qui finalement ne vous connaissent pas. Alors oui beaucoup baissent les bras pour avoir « la paix, la paix » enfin. Mais parler de la volonté du patient est souvent bien abusif…

En Suisse, depuis 1942, le suicide assisté est autorisé. En Autriche, ensuite, c’est la récente loi du 16 décembre 2021 qui a légalisé le suicide assisté pour les personnes atteintes d’une maladie grave ou incurable.

“Ainsi, sous condition du consentement libre et éclairé du patient, et de la validation de deux médecins, « l’aide médicale à mourir » est proposée à tout patient gravement malade.

Et là aussi la notion de “consentement éclairé” par un malade en état de faiblesse mériterait longue discussion.

Sans légaliser l’euthanasie dite “active”, la Suisse et l’Autriche ont gravement entaillé le principe absolu de ne pas tuer, et le processus ne demande qu’à suivre celui qui a été enclenché en Belgique il y a déjà quelques années”

La Belgique pionnière dans la légalisation du droit à l’euthanasie et au suicide assisté, « modèle » et avertissement pour les pays qui s’embarquent dans la remise en cause du droit à la vie et de la dignité des patients malades et en fin de vie.

Dans la mesure où le patient est conscient et capable d’exprimer sa volonté, quel que soit son âge, le médecin belge est autorisé à lui administrer un produit létal. Lorsque la personne est inconsciente, c’est aussi sa volonté qui prévaut, à travers ses « déclarations anticipées », qui sont valables à perpétuité, sans obligation de renouvellement.

Aucun contrôle n’est effectué avant (…) C’est donc la volonté du patient et son droit à l’autodétermination qui deviennent la norme, sans plus aucune considération du principe fondamental, absolu et universel, du respect de la vie et de la dignité humaine.

Sous couvert de liberté individuelle, de compassion et de consentement, les dérives

« Là où mon courroux est gigantesque, tient au système de contrôle a posteriori mis en place là-bas qui, au fur et à mesure, pour éviter les paperasseries inutiles, a fait que désormais la moitié des euthanasies là-bas sont non déclarées et que celles qui sont déclarées, le sont de manière à ne pas alerter l’attention des instances de contrôle. Ajoutons à cela la certitude que les procédures d’encadrement du consentement des malades sont elles aussi peu contrôlées, peu fiables, de sorte que, de toute évidence, on constate de nombreux abus de consentement. Des consentements partiels. Des consentements vite obtenus. Des consentements pas assez travaillés. On constate une démission des pouvoirs politiques, une démission du parlement, une démission morale des instances éthiques pour établir un système fiable d’information et des procédures de contrôle respectées. »[19]

LA BELGIQUE EST DEVENUE LE VILLAGE POTEMKINE DE L’EUTHANASIE[20]

« Quand le professeur Sicard lui-même, grand médecin, grand éthicien, grand ponte de la bioéthique, grand commis du système hospitalier, ancien président du CCNE, dit, haut et fort, que les contrôles en Belgique n’existent pas et que la moitié des euthanasies pratiquées n’entrent pas dans les statistiques, non seulement personne ne réagit, mais, de plus, l’État belge, qui devrait être froissé par de telles accusations faites par un haut personnage français, ne dit rien, ne demande pas une enquête, ne modifie pas les systèmes d’information et de contrôle.

La Belgique porte et portera toujours, d’une manière indélébile, cette tâche morale, ce péché de mensonges, cette trahison par omission qui, par effet de contagion, a déteint sur les autres pays européens.

Elle porte une immense responsabilité d’aveuglement collectif.

Elle s’est crevé les yeux — comme dans une tragédie grecque et je pense en particulier à Œdipe qui se crève les yeux quand il comprend qu’il a tué son père. Elle a cassé les indicateurs, les baromètres, les cadrans de vitesse et de surveillance préférant laisser l’euthanasie en roue libre, livrée à ses promoteurs et surveillée par ses thuriféraires. »

Il est urgent de remettre en cause la constitutionnalité des lois Leonetti, qui sont contraires à la dignité humaine. Car aucune considération, tenant par exemple à la dégradation de l’état physique d’une personne, ne peut lui faire perdre de cette dignité.[21]

UN CONSEIL : ne tombez pas dans le piège des DIRECTIVES ANTICIPÉES

Le bien portant que vous êtes ne peut en aucun cas imaginer le malade en fin de vie ou dans le coma prolongé que vous pourriez devenir.

La demande des « bien portants » qui donnent des directives anticipées ne correspond pas toujours au vécu du grand malade quand il arrive devant l’échéance. Ces directives anticipées sont aussi le plus souvent une manipulation psychique de celui auquel on fait signer « un papier » abstrait, administratif, sans lien avec la réalité qu’il aura à subir. Préparation aux documents qu’on signera bientôt aux assurances privées pour savoir si on veut la réa ou non comme aux USA (en cas de refus programmé de réa, vous bénéficiez d’une ristourne sur la prime d’assurance). Et le jour venu, on vous refusera l’entrée en réa ou la grosse opération, car votre prime d’assurance ne le prévoyait pas !

Damien Le Guay le résume très bien dans son Interview :

“Les Directives Anticipées (D.A.) deviennent de plus en plus indispensables dans les dispositifs législatifs. Les politiques les demandent. Les lois aussi. La solution, disent-ils tous, viendra de cette expression par avance des volontés. Or, cette expression est tout à fait impossible face à une situation inimaginable par avance. Nous ne savons pas ce que nous réserve l’avenir. Nous ne savons pas ce qu’est une maladie tant que nous n’y sommes pas. Penser est une chose, vivre en est une autre. Le sens de l’histoire, fait de ces D. A. des indications non contraignantes qui vont vite devenir contraignantes, qui restent encore à apprécier par les médecins et qui seront vite opposables au tiers. Or, les D. A. vont être, de plus en plus, la porte d’entrée de l’euthanasie. Et plus elles vont devenir contraignantes, plus elles vont mettre au grand jour leurs injonctions aussi contradictoires qu’impossibles. Plus elles vont solliciter des qualités morales qui auront été affaiblies par la “passion de l’égalité” et plus elles produiront des “volontés” qui seront soumises à l’opinion dominante.”

Il est réconfortant de lire les propositions de la société française de soins palliatifs qui tire de son expérience récente les conclusions suivantes :

« Une grande consultation des acteurs de soins palliatifs réalisée pendant l’été 2021 montre clairement leur refus de prendre la vie, ou donner la mort à leurs patients, même si ceux-ci le leur demandent. C’est un point de convergence pour l’immense majorité des soignants et des bénévoles intervenant en soins palliatifs », souligne la SFAP.

Rappelant qu’elle « porte dans le débat public la parole singulière de ceux dont l’expérience quotidienne est d’être aux côtés de ceux qui vivent à l’ombre de la mort et doivent être soulagés de leurs souffrances ».[22]

Espérons que la parole des soignants et bénévoles saura être entendue et faire le poids avec l’idéologie de certains loin du terrain, mais influents auprès des politiques.

L’expérience du Covid et du Rivotril largement administré aura peut-être finalement ce côté positif de la prise de conscience des soignants et de la population sur la réalité tragique de l’euthanasie et de la grande fragilité du concept de consentement éclairé d’un patient en souffrance en particulier lorsqu’il se sent abandonné.

Ne négligeons pas non plus la dérive marchande constatée dans les pays qui autorisent le suicide assisté dont le cout oscille « entre 7 000 € et 11 000 € », sans compter les frais liés au transport »[23] ni la tentation de certains de bénéficier plus rapidement d’un héritage trop lent à se concrétiser.

À SITUATION EXCEPTIONNELLE SOLUTION PARTICULIÈRE, MAIS PAS DE LOI !

En conclusion, cet article n’est pas un papier souhaitant interdire de soulager un malade en fin de vie qui n’en peut vraiment plus et ne peut pas se suicider lui-même.

Ces situations exceptionnelles ont toujours, du temps où la vraie médecine existait, et n’était pas polluée par les dérives médicolégales, médiatiques et autres, été résolues dans le secret du cabinet en liaison avec le colloque singulier médecin-patient.

MAIS LÉGIFÉRER EST UNE ABERRATION QUI PERMET TOUTES LES DÉRIVES

Le professeur Léon Schwarzenberg qui avait promu l’euthanasie CHOISIE pour les cancéreux au bout du rouleau et que j’ai connu dans les années 80 dans le service du Pr Mathé à Villejuif insistait beaucoup sur ce danger. Il nous disait se mettre en avant sur ce sujet pour protéger les médecins anonymes qui auraient « aidé » leur patient des poursuites juridiques qui commençaient à apparaître.

Rien n’est simple, mais il faut se garder de la manipulation médiatique de sujets aussi graves, par des personnes même bien intentionnées, mais loin des patients et du tragique du vécu des derniers moments, utilisées par des idéologues de la vie et de la mort.[24]

L’expérience récente du scandale du Rivotril a démontré que, même sans loi, les dérives sont rapides.

NE JAMAIS LÉGIFÉRER

Dr Nicole Delépine

 

Notes :

[1] Nicole Delepine — Soins palliatifs et oncopédiatrie 2013 Conférence à l’institut Bull.

[2] Editions Michalon 2000.

[3] https://youtu.be/iVG70Pez8GQ les enfants du Dr Delepine France 3 Île-de-France.

[4] Nicole Delepine — L’euthanasie, ou la réduction radicale des dépenses de santé

[5] Dr Delépine : « Au secours, retour de l’euthanasie en EPHAD ! » — Ciel Voilé (cielvoile.fr)

[6] Le scandale du Rivotril (francesoir.fr)

[7] « Nous avons ouvert la voie à une euthanasie qui virera sans le dire à la modalité de gestion du grand âge » — Gènéthique

[8] « Le professeur Israël remet en question la médecine telle qu’elle est enseignée et pratiquée aujourd’hui. Alors que le devoir du médecin est de servir le malade, les modalités de sa sélection et de sa formation, les réglementations bureaucratiques à la recherche d’économies nécessaires, l’entraînent vers de graves dérives et compromettent à la fois l’homme et la profession. “J’appartiens à la cohorte des hommes de terrain que jamais aucun décideur n’a consultés, ni sur l’organisation des études, ni sur l’allocation des sommes consacrées à la santé, à la recherche, à l’enseignement, ni sur la distribution des soins, ni sur la moralisation de la profession, et je profite de l’occasion qui m’est offerte pour rappeler quelques valeurs. En particulier celle de la vie humaine et sa dangereuse mise en cause par la revendication d’une euthanasie médicale” en 1993 (commentaire librairie décitre)

[9] « Le glissement de la sédation profonde vers l’euthanasie est en marche, inéluctable » (la-croix.com)

[10] « Étant entendu que le sujet s’avère délicat, une convention citoyenne fournira l’espace apaisé d’un échange, loin des idéologies, des raccourcis et des jugements hâtifs, et permettra de construire un consensus assuré. Ces préliminaires habituels sont les outils des débats démocratiques dirigés dont nous avons le secret, mais dont les conclusions sont généralement acquises ».

[11] La sédation, une aide pour accompagner fin de vie ou un instrument pour y mettre un terme ? — Gènéthique

[12] Des récits innombrables de malades sortis du coma qui racontent… tant personnels que dans la littérature médicale.

[13] dont l’hydratation, l’alimentation et la respiration artificielles.
Source : La Croix, Jean-Marie Le Méné (13/04/2022)

[14] Emmanuel Hirsch : L’affaire Vincent Lambert, « un échouement éthique et politique dont nous devrions tirer quelques leçons » — Genethique

[15] Vincent Lambert, une mort exemplaire ? publié aux éditions du Cerf, Emmanuel Hirsch, Professeur d’éthique médicale de l’Université Paris-Saclay, rassemble cinq années de chroniques (2014-2019) qui retracent les étapes d’une procédure qui a pris le pas sur l’humain, sur la rencontre de l’autre tel qu’il est, dans ses limites et sa fragilité. Il répond aux questions de Gènéthique.

[16] La marche inexorable vers la légalisation de l’euthanasie.
Publié le 7 Avr. 2022

[17] https://www.genethique.org/le-debat-sur-leuthanasie-de-retour-en-italie/

[18] Beaucoup de vraies bonnes volontés, mais aussi de trop nombreux oiseaux de mauvais augure qui rôdent autour de la mort comme des aimants et sont très toxiques. Ils ne sont pas exceptionnels même en pédiatrie…

[19] « Nous avons ouvert la voie à une euthanasie qui virera sans le dire à la modalité de gestion du grand âge » — Genethique

[20] Ibid 15 entretien Damien Le Guay : Quand l’euthanasie sera là…, publié aux éditions Salvator. Entretien avec l’auteur.

[21] Voir aussi la tribune dans valeurs actuelles.

[22] Présidentielles : la SFAP propose une « révolution palliative pour tous » — Genethique

[23] https://www.lanouvellerepublique.fr/niort/entre-7-000-et-11-000-hors-transport

[24] N’oubliez pas que « l’avortement » d’un bébé viable de 9 mois est maintenant autorisé par la loi dite de bioéthique…[

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/leuthanasie-bientot-legalisee-comme-mesure-progressiste-derive-humaine-et-societale/5668206

Dans FRANCE

Dre NICOLE DELEPINE : REFUSONS LA POURSUITE DES INJECTIONS ANTICOVID QUI FAVORISENT L’AUGMENTATION DES CANCERS

Par Le 19/05/2022

Refusons la poursuite des injections anticovid qui favorisent l’augmentation des cancers

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 19 mai 2022

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 8   0  0  22

Il est temps d’engager une grande campagne populaire contre la poursuite de la pseudo vaccination anti-covid dont l’inefficacité contre l’épidémie est devenue évidente alors que liste des complications dans la vraie vie, s’allonge. Les pétitions en cours n’ont pas suffi[1]. Chacun d’entre vous sait maintenant que les AVC, les morts brutales lors d’un effort, les infarctus et les myocardites, les régressions intellectuelles, les encéphalopathies se multiplient, et particulièrement chez les sujets jeunes et les adolescents qui ne risquaient pas de mourir du covid.

Le temps passant, de nouvelles complications apparaissent et singulièrement en cancérologie. Il a fallu quelques mois pour que la fameuse protéine spike agisse dans l’organisme et bloque la réparation de l’ADN et ainsi les défenses de l’organisme contre un cancer quiescent en place ou un pré cancer qui finalement se transforme en véritable néoplasie active.

Les cancers des organes sexuels (ovaires[2], testicules) sont particulièrement concernés en raison de la propension de la protéine spike, pour cette localisation, attirance dont témoignent par ailleurs les nombreux effets secondaires chez la femme et en particulier les troubles des règles précocement après l’injection (arrêt des règles, hémorragies, saignements dont certains majeurs réglés seulement par l’ablation de l’utérus) et chez l’homme : raréfaction des spermatozoïdes constatés rapidement par les centres de donneurs…[3] Et Pfizer le savait d’emblée comme en témoignent les documents enfin publiés grâce à la justice américaine.

COÏNCIDENCE DE TEMPS ENTRE FLAMBÉE DU CANCER ET VACCINATION ANTICOVID RÉCENTE = TEMPORALITÉ

Concentrons-nous ce jour sur les cancers potentiellement liés aux injections ARNm, le critère de temporalité rendant les observations signalées plausibles et ainsi retenues par le site VAERS. Nous avions évoqué cette possibilité il y a plusieurs mois, alertés par des publications de grands scientifiques[4][5]. Malheureusement aujourd’hui le doute n’est plus permis[6]. L’accumulation de témoignages et d’articles scientifiques[7] rend indispensable l’information des patients ou des citoyens encore non injectés ou susceptibles de recevoir une nouvelle dose dite rappel ou booster. Il faut les refuser, car la toxicité est cumulative, et les risques d’autant plus importants que vous additionnez les doses.[8]

Le pseudo vaccin anticovid n’est pas un vaccin mais un modificateur des gènes :

il accélère la progression des cancers ;

il réveille les cancers en rémission même depuis longtemps ;

il s’accompagne de l’éclosion de nouveaux cancers d’évolution brutale.

Ces cancers sont dits « étranges », car peu ou pas sensibles aux traitements habituels.

Ils surviennent à des âges inhabituels.

IL FAUT REFUSER TOUTE NOUVELLE INJECTION.

IL FAUT REFUSER D’INJECTER LES ENFANTS.

IL FAUT STOPPER CES CAMPAGNES ET EXIGER PUBLICATION DES RÉSULTATS ET ACCIDENTS.

Comme l’avait démontré le Vaers en ce qui concerne la totalité des effets secondaires depuis trente ans pour les vax en général, les cancers flambent depuis le début de la vax anticovid.

TEMPORALITÉ COMPARABLE

Le graphique concernant les cancers et leurs multiplications depuis la vax covid démontre largement la temporalité qui permet d’attribuer au moins une part de responsabilité aux injections. Il a la même forme que ceux concernant les myocardites, les fausses couches et les décès pendant les années précédentes et celle de la vax. Ces constatations qui sont des FAITS devraient conduire à stopper cette injection dangereuse aux composants encore inconnus pour certains.

TÉMOIGNAGES CLINIQUES

Si les explications théoriques et statistiques sont convaincantes pour les savants et citoyens intéressés, les rapports cliniques accumulés devraient faire réfléchir avant d’injecter ses propres enfants ou bien de faire une nouvelle injection.

Exemples dans le VAERS[9] de témoignages vécus : rapports de cas VAERS sélectionnés

Nouveau diagnostic de tumeur solide après vax.

Nouveau diagnostic de cancer du sang après vax.

Croissance rapide/métastase d’un cancer stable précédemment diagnostiqué.

Tumeur solide diagnostiquée après vax

De nouveaux CANCERS agressifs tuent des gens peu de temps après le covid vax… y compris des ENFANTS.

Une jeune fille de 13 ans, 1 mois après vax, se plaint de vagues douleurs dans le haut du dos. Au cours des 6 semaines suivantes, fatigue, des douleurs thoraciques, des maux de gorge et de la toux. Huit semaines après le vax, elle a développé une accélération du rythme cardiaque et les symptômes se sont aggravés > liquide autour du cœur, drainé : contenait des cellules cancéreuses du muscle cardiaque. Au cours des 30 jours suivants, elle a développé une tumeur massive à l’intérieur de l’oreillette gauche de son cœur. Il a continué à croître rapidement malgré une chimiothérapie agressive : enfant décédée moins d’un mois plus tard. Vaers id 1913198

En bonne santé 53 ans. Mammographie de dépistage normale 2 mois après Moderna vax. 4 mois plus tard, on lui diagnostique « un cancer du sein inflammatoire très agressif ». A commencé la chimio. « Nous sommes une petite structure rurale desservant une population relativement fermée et de tels cas sont très rares mais j’en ai relevé plusieurs depuis le printemps. En signalera d’autres également. » VAERS ID 1684985

Un autre rapport du même centre de soins : 42 ans F. Mammographie normale 1,5 an avant. 4 mois après Pfizer vax, remarquez une masse mammaire près de l’aréole (même emplacement que le cas précédent). La biopsie du mois suivant a montré « un cancer du sein infiltrant triple + (nœud +) agressif ». ID VAERS 1685076

60 ans Monsieur décédé dans les 3 mois suivant la vax de plusieurs cancers. 3 jours après dose 1 : 2 bosses sur son cou. 2 semaines plus tard : anémie. 1 semaine plus tard : dose 2 : 2 semaines plus tard : Faiblesse, douleur. 2 semaines plus tard : légèrement plus anémique. Au cours des 4 semaines qui ont suivi, on lui a diagnostiqué un lymphome et 1 tumeur au cerveau, puis 3, puis 7 tumeurs au cerveau, de nombreuses tumeurs dans son corps, 1 tumeur dans son œil, d’origine adénocarcinome à cellules caliciformes. Ce cancer très rare : seulement 1 sur un million. Cancer spécial de l’appendice. L’appendicite est fréquemment observée au cours de la première semaine de vax, à tous les âges. Il se passe quelque chose à l’appendice à cause du vax. L’appendice fait partie du système immunitaire. VAERS ID 1697379

55 ans F. Mammographie normale 3 mois avant vax. 3 jours après vax, le sein a commencé à grossir. La biopsie a montré un cancer du sein inflammatoire. ID VAERS 1641095

69 ans F. 4 mois après la 2e dose, diagnostic de glioblastome « Son médecin a estimé que la tumeur avait 3 mois, ce qui coïncidait complètement avec la réception du vaccin Pfizer ». VAERS ID 1646951

74 ans M. 3 semaines après la dose de vax 2 « le patient a remarqué un gonflement des ganglions lymphatiques du côté droit de son cou. Lorsqu’il l’a interrogé, on lui a dit que le gonflement de la lymphe était un effet secondaire courant et qu’il devrait disparaître en 4 à 6 semaines.
Dans l’intervalle, plutôt que de s’affaisser, ils ont augmenté en nombre de nœuds et en taille. Lorsqu’il l’a signalé à son doc, il les a regardés et lui a assuré que ce n’était pas cancéreux, car ils étaient mobiles. Ils n’ont pas testé ou enquêté par précaution. [6 mois après la dose 2], le patient a reçu un diagnostic de cancer d’adénocarcinome pulmonaire avec propagation aux lymphatiques. » VAERS ID 1647308.

Femme de 86 ans, sans antécédent de cancer. 10 jours après la dose 2, « j’ai commencé à me sentir mal. Laboratoires au jour 17 : CRP 10,08, LDH, CK et proBNP élevés (51,4). Jour 24 : CRP 6,63, WBC 11k, LDH 60, KL-6 3406, ANA 1280. Le jour 30 a été diagnostiqué avec une polymyosite/dermatomyosite ». En cherchant la cause, un cancer de l’ovaire a été découvert et elle est décédée.

57 ans F. « Vaccinée en mars, j’ai passé une mammographie fin avril mais mes ganglions étaient enflés. Le médecin m’a demandé de revenir pour vérifier dans 3 mois et a dit que c’était probablement une réaction au vaccin. Quand je suis revenue trois mois plus tard, j’avais un cancer du sein métastatique. Je ne sais pas comment cela peut être si ma mammographie avait l’air correcte. » VAERS ID 1623680

1587116 – 43 ans F, en bonne santé, 31 jours après vax, diagnostic d’un cancer du sein métastatique (carcinome canalaire invasif, grade 3)

1647170 — 83 ans F « En 3 semaines, une tumeur a atteint la taille d’une balle molle. Elle a régulièrement décliné chaque jour après avoir reçu le vaccin… Avant le vaccin, elle marchait 2 miles par jour à la fin du mois de mars [quand elle a reçu un vax], elle ne pouvait pas sortir du lit sans aide. Elle est morte 60 jours après vax. »

Exemple de la présentation que vous pouvez trouver directement dans le VAERS

Pour de nombreux autres témoignages, ouvrir l’article en référence OU DIRECTEMENT LE SITE DU VAERS.

Exemples récents trouvés récemment sur tweeter : comme chaque jour de nouveaux !

Dukaandy @Dukaandy1‬

témoignage vaccin sur telegram : Je viens d’apprendre que la gérante du complexe où je vis, entièrement vax vient de décéder d’un cancer utérin fulgurant : il y a 3 semaines elle était en super forme, 1 semaine plus tard elle s’est sentie malade elle a été hospitalisée et décédée hier matin 11/05/2022 02:41

Et celui-ci qui traduit une remarque fréquente de collègues par téléphone ou mail le caractère étrange de ces cancers…

En conclusion, si vous n’êtes pas convaincu, allez visiter les nombreux canaux de Telegram sur les effets secondaires des pseudovaccins anticovid.

 

Après près de 18 mois d’injections, les observations cliniques mondiales d’explosion des cancers et de leur caractère intraitable et explosif concordent avec les publications scientifiques qui elles aussi s’accumulent, comme pour les autres complications graves comme les myocardites et encéphalopathies.

Il est grand temps d’exiger un ARRÊT TOTAL DE TOUTE INJECTION, QUEL QUE SOIT L’ÂGE !

En période de législatives, nous pensons qu’informer TOUS LES CANDIDATS AUX POSTES DE DÉPUTÉS DE TOUTES TENDANCES SERAIT L’OCCASION DES LES INFORMER VRAIMENT !

Prenons nos vies et surtout celles de nos enfants et petits-enfants en main sans attendre l’aide d’un sauveur.

Distribuez les informations à tous via tracts, petites réunions informelles entre amis et connaissances, etc.

Cela a bien marché pour Tupperware… C’est ici CAPITAL.

Dre Nicole Delépine

Oncologue, pédiatre

Notes :

[1] Pétition : Vaccins anti-covid : STOP aux RAPPELS systématiques ! (mesopinions.com)
Pétition : STOP au Pass sanitaire et à la « vaccination covid » obligatoire pour tous (mesopinions.com) entre autres.

[2] Well official UK data shows that cases of Ovarian cancer in 2021 were at an all time high, and the UK Medicine Regulator received over 40,000 reports relating to reproductive and menstrual disorders suspected as adverse reactions to the Covid-19 injections in 2021 alone.
Confidential Pfizer Docs. reveal the Covid-19 Vaccine accumulates in the Ovaries; & now Official UK Data shows cases of Ovarian Cancer are at an all time high — The Expose (expose-news.com)

[3] Effets toxiques des vax anticovid sur le cycle menstruel et la fonction érectile — Docteur Nicole Delépine (nicoledelepine.fr)

[4] Covid “vaccine” spike proteins destroy DNA repair pathways, paving the way for CANCER to grow and spread (oncology.news) :
Ces flacons effrayants remplis de produits mystérieux qu’ils appellent « vaccins » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) se sont avérés détruire la capacité du corps à protéger l’intégrité de l’ADN, qui au fil du temps peut causer le cancer. » « Une fois injectées dans le corps, explique l’étude, les protéines de pointe “détournent et désagrègent la machinerie cellulaire de l’hôte pour répliquer, assembler et propager les virus de la progéniture”. Dans le pire des cas, le résultat est une baisse drastique des lymphocytes T, des lymphocytes T auxiliaires et des lymphocytes T suppresseurs, qui sont tous nécessaires pour combattre les cellules malignes qui, si elles ne sont pas contrôlées, peuvent provoquer le développement de tumeurs.
« En tant que deux systèmes critiques de surveillance de l’hôte, les systèmes immunitaires et de réparation de l’ADN sont les principaux systèmes sur lesquels les organismes supérieurs comptent pour se défendre contre diverses menaces et l’homéostasie tissulaire », indique l’étude.
« Les preuves émergentes indiquent que ces deux systèmes sont interdépendants, “Si les dommages à l’ADN ne peuvent pas être correctement réparés, ils contribueront à l’amplification de la pathologie induite par l’infection virale”, prévient l’étude.

[5] The Incidence of Cancer, Triggered by the Covid 19 “Vaccine” | peckford42 (wordpress.com)

[6] Histoires de cancer partagées par des utilisateurs de Twitter en réponse à l’article sur des cas de cancer ou une croissance rapide du cancer après COVID vax (cf réf. 7)

[7] Innate immune suppression by SARS-CoV-2 mRNA vaccinations: The role of G-quadruplexes, exosomes, and MicroRNAs
Stephanie Seneff a,*, Greg Nigh b, Anthony M. Kyriakopoulos c, Peter A. McCullough.
A B S T R A C T(…)
In this paper, we present evidence that vaccination induces a profound impairment in type I
interferon signaling, which has diverse adverse consequences to human health. Immune cells that have taken up the vaccine nanoparticles release into circulation large Numbers of exosomes containing spike protein along with critical microRNAs that induce a signaling response in recipient cells at distant sites. We also identify potential profound disturbances in regulatory control of protein synthesis and cancer surveillance.
These disturbances potentially have a causal link to neurodegenerative disease, myocarditis, immune thrombocytopenia, Bell’s palsy, liver disease, impaired adaptive immunity, impaired DNA damage response and tumorigenesis.
We show evidence from the VAERS database supporting our hypothesis. We believe a comprehensive risk/benefit assessment of the mRNA vaccines questions them as positive contributors to public health.
seneff@csail.mit.edu (S. Seneff), drnigh@immersionhealthpdx.com (G. Nigh), antkyriak@gmail.com (A.M. Kyriakopoulos), peteramccullough@gmail.com (P.A. McCullough).
Food and Chemical Toxicology journal homepage: www.elsevier.com/locate/foodchemtox
https://doi.org/10.1016/j.fct.2022.113008
Innate immune suppression by SARS-CoV-2 mRNA vaccinations: The role of G-quadruplexes, exosomes, and MicroRNAs—PubMed (nih.gov)

[8] The more vaccines you take, the weaker your immune system becomes (chemicalviolence.com)

[9] Cancer — COVID Vaccine Dangers (wordpress.com)

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/refusons-la-poursuite-des-injections-anticovid-qui-favorisent-laugmentation-des-cancers/5668247

Dans FRANCE

LE SCANDALE DU RIVOTRIL

Par Le 19/05/2022

Le Scandale du Rivotril

Par Pierre Lécot

Mondialisation.ca, 17 mai 2022

Décoder l'éco / AgoraVox 11 mai 2022

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 21   4  0  25

“L’état de crise permanent” que nous vivons depuis 2 ans, a jusqu’ici permis au pouvoir en place de continuer son rouleau compresseur sans permettre à quiconque de dresser un bilan. Nous avons détaillé beaucoup de points sur cette chaîne au fur et à mesure des remontées de données. Parmi tous les éléments utilisés depuis 2 ans pour entretenir la psychose, le scandale du Rivotril est unique en son genre. Il ne s’agit pas d’une arnaque de comptage comme nous avons pu le voir sur les tests ou la surdéclaration dans les hôpitaux, mais bien de personnes qui sont décédées parce qu’on leur a injectée cette substance, sous prétexte d’une suspicion d’infection au Covid-19. Il y a donc une vraie hausse artificielle de mortalité, qui a pu être déclarée très commodément “causée” par la maladie.


&nbsp
;

L’audition à l’assemblée nationale : le scandale aurait dû éclater en juillet 2020

Le mardi 7 juin 2020 à partir de 17 h a eu lieu un session extraordinaire de l’assemblée nationale qui a vu les auditions de Mme Astrid Petit, membre de la direction fédérale de la fédération Santé et action sociale de la Confédération générale du travail (CGT) ; M. Gilles Gadier, secrétaire fédéral de la fédération des personnels des services publics et des services de santé Force ouvrière (FO) ; M. Olivier Youinou, co-secrétaire du syndicat Solidaires, unitaires et démocratiques (SUD) santé sociaux solidaires de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) ; Mme Clotilde Cornière, secrétaire nationale de la fédération santé sociaux de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) ; M. Maxime Sorin, conseiller technique pour l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) santé et sociaux public et privé. Le compte rendu est disponible sur internet.

Le Rivotril est évoqué à partir de la déclaration de M. Olivier Youinou :

“Je pense que des choix ont été faits, en particulier dans les EHPAD.

Outre la note ministérielle qui a été évoquée, il y a eu le décret n° 2020-360 du 28 mars 2020, « complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire », dit décret rivotril. Dans le contexte de la crise liée au covid-19, on a jugé que des patients, essentiellement parce qu’ils étaient âgés, avaient une balance bénéfice-risque qui conduirait les réanimateurs à dire qu’ils auraient du mal à les sortir de la réanimation, mais cela reposait sur des données statistiques et non sur des données réelles, sur des études cliniques.

C’est particulièrement vrai au sujet de l’hospitalisation à domicile (HAD) – je pensais qu’Astrid Petit en parlerait. On a mis en place à l’Assistance publique des groupes d’intervention rapide (GIR). Vous imaginez, rien que sur le plan lexical, ce que cela peut vouloir dire – on n’est pas tellement dans le champ hospitalier. Les équipes hospitalières intervenaient dans les EHPAD pour mettre en place un protocole préétabli, faisant notamment appel au rivotril, pour des personnes âgées présentant une dépression respiratoire.”

M. Éric Ciotti,le rapporteur a ajouté : “C’est un protocole de fin de vie.”

M. Olivier Youinou a confirmé : “C’est ce qui a été appelé le « protocole palliatif covid ».”

On apprend à la lecture de ce texte que l’APHP a mis en place des groupes d’intervention rapide dont le but n’était pas de se déplacer pour soigner des patients en détresse, mais bien de leur injecter du Rivotril pour “accompagner” leur fin de vie. Pour mémoire, nous avons déjà montré dans 2 vidéos réalisées grâce aux rapports de l’ATIH, que finalement les hôpitaux français n’ont jamais été saturés en 2020, et plus particulièrement, les services de réanimation non plus. Il est donc pour le moins choquant que l’APHP décide aussi promptement de mettre des moyens humains pour accompagner les décès, plutôt que pour s’occuper des malades.

Ces groupes d’intervention rapide ont été mis en place à la suite du fameux “décret Rivotril”. L’article 12-3 du chapitre 7 du Décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire qui décrète une dérogation au Code de la santé publique :

La spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l’objet d’une dispensation, jusqu’au 15 avril 2020, par les pharmacies d’officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d’être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l’état clinique le justifie sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention “ Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19

Le Rivotril est un médicament antiépileptique dont l’utilisation n’a habituellement rien à voir les infections respiratoires, ni l’accompagnement palliatif par sédation. Dans la notice du Vidal, il est mentionné comme contre-indications :

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Insuffisance respiratoire grave,

Syndrome d’apnée du sommeil,

Insuffisance hépatique grave,

Myasthénie.

Ainsi, la dérogation du décret ne propose pas l’utilisation d’un sédatif, mais d’un médicament déclenchant l’arrêt de la respiration du patient et donc son décès anticipé. Il s’agit donc d’un protocole de fin de vie sans demander l’avis du patient, et pour lequel il suffit que le patient soit soupçonné d’être atteint du SARS-COV-2, ce qui ouvre la voie à toutes les dérives possibles.

Il est donc nécessaire de savoir combien de personnes âgées ont “bénéficié” de cette mesure, ainsi que son impact sur les statistiques de mortalité.

L’accélération des décès en Ehpad

Le décret Rivotril a eu cours du 28 mars au 11 mai 2020. Cette période est précisément celle avec le plus fort nombre de décès quotidiens depuis la canicule de 2003.

L’analyse des ventes de Rivotril en pharmacie dans sa forme injectable, disponibles sur la base Médic’AM, reflète l’ampleur de l’utilisation de ce produit (Figure 1).

Figure 1 : Base remboursable mensuelle de Rivotril injectable distribué en pharmacie

Ainsi, contrairement aux antibiotiques, dont la vente a chuté suite aux directives du gouvernement, les ventes de boîtes Rivotril dans sa forme injectable ont augmenté de 59 % au mois de mars et de 227 % en avril, relativement à la moyenne observée entre 2017 et 2019. Cette augmentation sur mars-avril représente 1700 boîtes du produit vendues en plus de l’habitude (Figure 2).

Figure 2 : Nombre de boîtes de Rivotril injectable distribuées en pharmacie chaque mois

Précisons que chaque boîte contient 6 ampoules dont une à 2 sont utilisées par patient dans le cadre d’une fin de vie. Ces statistiques ne reflètent que partiellement l’utilisation de cette molécule, car elles ne prennent en compte que les doses distribuées par les pharmacies de ville, et donc pas celles en provenance directe de l’hôpital. Depuis le début de la crise Covid, soit entre mars 2020 et mars 2021, 8 200 boîtes supplémentaires à l’habitude qui ont été vendues, soit plus de 48 000 ampoules.

De la même manière, les ventes de Valium injectable, qui sert classiquement à accompagner la fin de vie, ont explosées en mars-avril 2020.

Au total 5 000 boîtes de plus ont été vendues sur la période. Comme le Rivotril, cette habitude a visiblement perduré dans le temps. Plus de 22 000 boîtes supplémentaires à l’habitude ont été distribuées par les pharmacies entre mars 2020 et mars 2021.

Pour tenter de mesurer l’impact de cette décision de privilégier la fin de vie plutôt que le soin, nous pouvons comparer l’évolution des décès quotidiens en Ehpads toutes causes confondues depuis les données de l’INSEE à celles déclarées comme “Covid-19” sur le portail data.gouv.fr (sur lequel on remarque que désormais les données des Ehpads ont été masquées pour la période avant l’été 2020, mais que l’on peut retrouver en utilisant les archives du web)

Cette comparaison des décès déclarés Covid-19 et des décès toutes causes dans les Ehpads présente ainsi des incohérences massives (Figure 3). Par exemple, autour du 31 mars, la quasi-totalité des décès des Ehpads sont enregistrés dans les statistiques Covid-19 alors que moins de la moitié des départements français connaissent une surmortalité et sont considérés touchés par cette pathologie.

Figure 3 : Nombre de décès quotidiens en établissement médicalisé en France

On constate que les remontées de décès Covid-19 arrivent massivement au moment de la promulgation du décret dérogatoire concernant le Rivotril. De plus, même après la fin de la période de surmortalité française à partir du 1er mai, des décès Covid-19 ont bien été enregistrés dans les Ehpads jusqu’à la fin de la validité du décret.

Il est évident qu’une intervention médicamenteuse ayant pour conséquence d’accélérer le décès de patients en fin de vie, a des répercussions sur les statistiques de décès. Dès lors, la “surmortalité” constatée sur courte période n’est pas le signe d’un plus grand nombre de décès à moyen terme, mais uniquement d’un regroupement artificiel de décès sur les mêmes dates.

Sur la période du 28 mars au 30 avril, la surmortalité en EHPAD comparativement à la moyenne 2017-2019 est d’environ 5100 personnes. Pendant cette période, 1700 boîtes de Rivotril ont été distribuées en plus de l’habitude. Chaque boîte contient 6 ampoules dont jusqu’à 2 sont utilisées pour “accompagner” un décès. Il y a donc potentiellement 3 décès par boîte, soit 5100 décès anticipés.

Si on considère que l’utilisation du Rivotril a accéléré le décès des personnes qui ont bénéficié de ce “traitement”, alors la totalité de la surmortalité en Ehpads sur cette période peut s’expliquer par l’utilisation du Rivotril en lieu et place des traitements habituels.

Le non soin à l’hôpital

Les hôpitaux ont commencé à remonter des décès Covid-19 à partir du 18 mars 2020 (Figure 4, courbe orange). On constate, en effet à partir de cette date, une augmentation du nombre de décès dans la mortalité générale de l’hôpital (courbe grise).

Figure 4 : Nombre de décès quotidiens à l’hôpital en France

Le nombre de décès enregistrés à l’hôpital entre novembre 2019 et février 2020 est en moyenne de 931 par jour. Ce nombre a bien été franchi quotidiennement à partir du 18 mars 2020, date à laquelle les hôpitaux ont commencé à remonter des décès liés à la Covid-19, et jusqu’au 18 avril 2020, avec un maximum à 1 345 le 31 mars 2020. Durant cette période entre le 18 mars 2020 et le 18 avril 2020, le nombre de décès à l’hôpital est passé en moyenne à 1 150 par jour. Cela représente donc 200 décès de plus par jour par rapport à l’habitude. Pendant cette période, le nombre de décès identifiés Covid-19 a été de 370 par jour en moyenne. Ainsi, le nombre de décès remontés déclarés Covid-19 est 2 fois plus élevé que l’augmentation du nombre de décès total constatée.

À partir du 18 mars, plus les hôpitaux remontent de décès liés à la Covid-19 et moins ils remontent de décès liés à d’autres pathologies. On voit nettement la courbe bleue baisser lorsque la courbe orange augmente et inversement.

Au bilan, la surmortalité hospitalière représentant le surnombre de décès à l’hôpital sur la période du 18 mars au 30 avril 2020 est de 7 170 personnes. Ce nombre est 2 fois plus petit que le nombre de décès attribués à la Covid-19 par l’hôpital sur cette période : 14 283. Il semble donc y avoir un sérieux problème de surévaluation statistique.

Du côté de la surévaluation statistique, le site géodes précise le changement de comptage opéré à partir du 31 mars 2020 : Jusqu’au 31/03, les instructions aux établissements de santé pour créer un dossier patient dans SI-VIC étaient un diagnostic de COVID-19 confirmé biologiquement.

Depuis le 31/03, les établissements de santé doivent saisir systématiquement dans SI-VIC les patients hospitalisés présentant un diagnostic de COVID-19 confirmé biologiquement OU une TDM thoracique évocatrice de diagnostic de COVID-19. Toutefois, un établissement peut créer un dossier patient sur une base de forte suspicion clinique ou d’une imagerie évocatrice, puis effacer ultérieurement le dossier si le test s’avère négatif.

On observe que le nombre de décès Covid-19 remontés par les hôpitaux dans la semaine du lundi 23 mars 2020 au dimanche 26 mars 2020 est de 282 en moyenne. Cette moyenne explose à partir de la semaine suivante pour passer à 469, puis 480, avant de commencer à redescendre avec l’arrivée des beaux jours. On ne peut pas écarter l’hypothèse que l’augmentation très forte visible fin mars vienne uniquement du changement de la stratégie de comptage où toute personne qui tousse est comptabilisée Covid-19.

Il reste cependant une surmortalité de 7000 personnes sur la période. Deux membres du Conseil Scientifique, Arnaud Fontanet et Simon Cauchemez ont publié un article dans Science utilisant les données hospitalières françaises et notamment le nombre de jours entre la prise en charge du patient et son décès. Les courbes les plus intéressantes ont été supprimées de l’article principal, mais sont toujours disponibles dans les données complémentaires. A la page 16 est détaillé le nombre de jours que mettent les patients arrivant à l’hôpital avant de décéder (Figure 5).

Figure 5 : Délai entre l’entrée à l’hôpital et le décès

Ainsi, 17 % des patients décèdent le jour même de leur arrivée à l’hôpital. On observe d’ailleurs une très forte différence entre le nombre de décès au jour 1 et le nombre de décès au jour 2, illustrant qu’une grosse partie des arrivées n’est plus “sauvable”. Ces 17 % de patients arrivés trop tard parmi les 17 000 de l’étude représentent 2800 personnes. Si on considère qu’un décès dans les 3 premiers jours d’hospitalisation révèle la prise en charge de ces personnes “non sauvables”, le total de décès concerné est alors de 6 000. Pour mémoire, nous avions vu que la surmortalité à l’hôpital sur cette période est de 7000 personnes. Ainsi, la quasi-totalité de la surmortalité hospitalière s’explique par ces décès précoces.

Or, l’hôpital a également appliqué la directive “Rivotril” et a donc administré ce produit de manière importante pour accélérer le décès des patients suspectés de Covid-19. Cependant, il est impossible aujourd’hui de savoir combien de patients ont “bénéficié” du “traitement au Rivotril” sur cette période puisque les statistiques hospitalières ne sont pas diffusées.

Il serait très intéressant pourtant d’ouvrir une enquête pour savoir combien de médecins ont utilisé ce protocole et combien de fois

L’euthanasie devenue une habitude pour certains

Nous avons vu en début de présentation que l’APHP (les hôpitaux de Paris) ont mis en place des Groupes d’Intervention Rapide pour aller administrer du Rivotril dans toute l’ïle-de-France. Or la fameuse “surmortalité” de mars-avril 2020 n’a quasiment eu lieu qu’en île-de-France.

Pour s’en rendre compte, nous pouvons mettre à la même échelle les décès dans tous les départements français (nous avons centré par la moyenne et réduit au quartile les données des décès depuis 2018, chaque point représente le nombre de quartiles d’écarts par rapport à la moyenne).

Nous avons matérialisé en jaune les périodes de confinement français.

On observe bien des pics de décès impressionnants dans les 8 départements d’île-de-France sur la période de mars-avril 2020. Les pics sur cette période sont tous compris entre 5 et 9 fois le premier quartile de décès.

Ces pics de décès de mars-avril n’existent quasiment nulle part ailleurs. Par exemple, il n’y en a pas eu du tout en Bretagne.

Ni même dans aucun des 12 départements de Nouvelle-Aquitaine.

 

Ni dans aucun des 13 départements d’Occitanie.

En Auvergne Rhône-Alpes, seul le département du Rhône, dépendant des hôpitaux de la métropole lyonnaise, est concerné.

Au total, en dehors des 8 départements franciliens, seuls 5 départements présentent au moins une journée dont l’écart à la moyenne est au moins supérieur à 4 quartiles (Rhône, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Moselle et le Nord). Il est donc urgent de libérer les données de délivrance de Rivotril par les hôpitaux pour vérifier à quel point ces hausses de mortalité ne sont pas uniquement du fait de la stratégie choisie. Chacun comprendra que quand on ne soigne pas les gens, ils survivent moins bien, mais pire, quand on les euthanasie, ils ont tendance à mourir.

Nous avons remarqué que la vente de Rivotril n’est jamais redescendue à son niveau normal (Figure 2). De fait, un décret du 31 mai 2020 a repris à l’identique les dispositions du décret du 23 mars 2020, suivi encore par un décret du 16 octobre 2020. Entre mars 2020 et mars 2021, 8200 boîtes supplémentaires à l’habitude qui ont été vendues par les pharmacies, soit plus de 48 000 ampoules. Elles représentent 24 000 décès anticipés, tout cela sans prendre en compte le nombre de doses délivrées directement par les hôpitaux.

Il est visible que les hausses de mortalité ont lieu dans des endroits très précis, et aux moments où sont délivrés en grand nombre des produits servant à euthanasier des patients. Il est donc plus qu’urgent d’ouvrir une enquête, en exigeant l’accès aux données des médicaments injectés à tous les patients, hospitalisés, en Ehpad ou à domicile depuis 2020. Il est nécessaire d’interroger le petit nombre de praticiens qui semble faire une forte utilisation du Rivotril. Cette substance n’a jamais été un médicament distribué à grande échelle pour soigner des gens, mais il a bien été utilisé pour mettre un terme à la vie de patients sans leur consentement, dans des endroits très précis, et sous prétexte sanitaire. C’est un des plus gros scandales que nous vivons depuis 2 ans. A la fois ces gens n’ont jamais demandé à être euthanasiés de la sorte, loin de leur proche, mais en plus ces morts ont servi à entretenir la panique en gonflant artificiellement la mortalité de 2020. Quand il n’y a pas assez de morts pour justifier la psychose, on trouve des serviteurs zélés pour y remédier.

Pierre Lécot

La source originale de cet article est Décoder l'éco / AgoraVox

Copyright © Pierre LécotDécoder l'éco / AgoraVox, 2022

https://www.mondialisation.ca/le-scandale-du-rivotril/5668182

Dans FRANCE

LA FRANCE DISPOSE ACTUELLEMENT DE 69 MILLIONS DE DOSES DE VACCINS ANTI COVID-19. ELLE COMMANDE 148 MILLIONS DE NOUVELLES DOSES DE VACCINS.

Par Le 17/05/2022

Le gouvernement français commande 148 millions de nouvelles doses de vaccins contre la Covid-19

Par Nexus

Mondialisation.ca, 17 mai 2022

Nexus 16 mai 2022

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Alors que le port du masque dans les transports prend fin ce lundi 16 mai, la France commande 148 millions de doses de vaccins Covid-19. Mais elle ne les obtiendra peut-être pas toutes.

La France stocke actuellement 69 millions de doses de vaccins. Mais cela ne suffit pas, le gouvernement en veut plus.

Toujours plus de stocks ?

Les stocks de vaccins Covid-19 sont suffisants pour vacciner en deux mois tous les Français. Sur les 69 millions de doses réfrigérées, 900 000 seront bientôt périmées. Mais selon le média Francetvinfo, « la France attend 148 millions de doses d’ici l’an prochain, dont du Pfizer, du Moderna mais aussi d’autres vaccins pas encore autorisés sur le marché comme Sanofi et Valneva ». Mais ce dernier est peut-être dans l’embarras.

Le vaccin de Valneva abandonné ?

Ce lundi, la Commission européenne a envoyé au  groupe pharmaceutique Valneva un avis d’intention de résiliation du contrat de fourniture. N’ayant pas encore obtenu d’autorisation de mise sur le marché, le groupe franco-autrichien dispose d’une trentaine de jours pour l’obtenir ou pour proposer un plan B. Ce vaccin a un fonctionnement plus « traditionnel » que ceux autorisés dans l’Union européenne actuellement.

Un virus inactivé

En effet, le vaccin de Valneva se base sur un virus inactivé, ce qui le différencie des autres vaccins Covid autorisés dans l’Union européenne. C’est une technologie plus traditionnelle que les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna, à ARN messager, et, dans une moindre mesure, que ceux d’AstraZeneca et Johnson & Johnson, à vecteur viral, ou celui de Novavax, à protéine recombinante.

Alors que les critiques envers les vaccins et leurs effets secondaires se font de plus en plus nombreuses, le gouvernement persiste à dépenser des milliards dans ces vaccins, achetant même des doses pédiatriques, et à délaisser les traitements existants tels que l’ivermectine.

 

La source originale de cet article est Nexus

Copyright © NexusNexus, 2022

https://www.mondialisation.ca/le-gouvernement-francais-commande-148-millions-de-nouvelles-doses-de-vaccins-contre-la-covid-19/5668136

Dans FRANCE

ANC : RIEN NE SE FERA SANS L'ADDITION DE LA RUE ET DES URNES !

Par Le 16/05/2022

Rien ne se fera sans l’addition de la rue et des urnes ! (le dernier tract de l’ANC)

samedi 14 mai 2022 par ANC

Nous vous proposons le tout dernier tract de l’ANC, en format PDF. Vous pouvez l’imprimer pour le distribuer, le faire circuler sur les réseaux sociaux et surtout vous enservir comme argumentaire lors des discussion avec les copines... et les copains, à l’atelier ou sur le marché, autour d’un verre ou d’un cassoulet...(JP_ANC)
Partout où il y a un membre de l’ANC il est important que nous prenions des dispositions pour qu’une expression politique et des contacts réguliers avec la population soient mis en place. C’est dans ce mouvement là que l’ANC se renforcera, non pour elle-même, mais pour aider à la reconstruction de l’organisation révolutionnaire dont notre pays a besoin.
À nos tracts et nos banderoles !!
Le barrage, ou plus exactement la barricade se construit là !!
Hasta la victoria siempre !!

On peut résumer la situation actuelle en France au lendemain des élections en ces quelques points :

- 16 millions et demi de gens ont refusé de voter ou ont voté blanc ou nul
- Plus de 11 millions de voix pour l’extrême droite au 1er tour soit + 2 millions en plus sur 2017 et en plus les idées d’extrême droite pour partie dépassent largement son électorat les mots « d’islamo-gauchisme », « populations radicalisées des quartiers » ou « indigénistes » rentrent dans le vocabulaire de forces politiques qui ne nous avaient pas habitués à cela.
- Le président Macron est le plus mal élu de la 5ème république. Celui qui a voulu ratisser large en rassemblant la droite et le PS est en échec puisque l’assemblage plafonne à 12 millions de voix quand il y a 10 ans ces forces réunies faisaient près du double ! De plus Macron atteint dans l’opinion un niveau de détestation extrême dû à sa politique de casse sociale, de répression brutale et à son cynisme bourgeois.
- Le courant "radical", avec 9 millions de voix [1], n’arrive pas à bénéficier de ce rejet, non pas tant à cause de sa désunion du 1er tour (ce n’est pas une 1ère) mais pour deux raisons essentielles :
o Il paraît pour une part peu crédible car coupé de la population, de sa vie quotidienne et de ses luttes, même si, ce qui est nouveau, des populations nouvelles ont retrouvé ou trouvé parfois pour la 1ère fois le chemin des urnes en particulier pour s’opposer au racisme et au fascisme
o La constitution de la 5ème république s’apparente plus à une monarchie élective et constitue un piège où on est conduit à voter non pas pour nos convictions mais pour le moins pire.

Une situation inédite

Au lendemain de l’accord à gauche nous sommes dans une situation qui n’est pas celle des années passées.
- Il n’y a pas l’illusion qu’il y avait en 1981 : il n’y aura pas « d’état de grâce » quel que soit le résultat issu des urnes le 19 juin au soir.
- Il y a dans l’accord des termes qui font hurler les forces réactionnaires en particulier quand il est mentionné la possibilité de « désobéir aux traités européens », disposition que l’ANC salue d’autant plus que nous avons déploré que l’Union Européenne et son carcan soient absents du débat électoral.
- Parmi celles et ceux qui espèrent dans cet accord, bon nombre a conscience qu’il faut remettre en cause le capitalisme et qu’il ne suffit pas de le rafistoler. Il ne serait donc pas juste de penser que nous sommes dans une version strictement identique aux unions de la gauche passées.

Un score important des forces issues de cet accord peut être un point d’appui si le monde du travail se fait entendre car le fascisme et le recul social ne se combattent pas en mettant tous les 5 ans simplement un bulletin dans l’urne mais par les luttes et par l’action politique ancrée dans celles-ci, au travail, dans les quartiers, dans les villages.

Soyons en sûrs le pouvoir économique ne voudra rien lâcher et déchainera le pouvoir médiatique voire le pouvoir de police contre toute tentative d’avancer vers une moins grande injustice sociale et surtout contre toute atteinte à son droit de propriété.

Cette lutte progressiste allie combat contre les guerres impérialistes de la Palestine à l’Ukraine en passant par le Yémen et la Françafrique et action pour que les peuples n’en subissent ni les conséquences meurtrières dans les pays agressés ni les atteintes au pouvoir d’achat et à l’emploi dans les pays agresseurs. Comme il y a 100 ans, le slogan « A bas la guerre vive la révolution » est d’actualité.

Plus que jamais la rue doit peser sur les urnes

Non aux guerres impérialistes !
Non au recul social !
Non aux discriminations !
Non aux violences policières !
Oui à la paix !
Oui aux augmentations de salaires, aux créations d’emplois, à la sécurité sociale intégrale, à la retraite à 60 ans avec 37 années et demie de cotisations !
Oui au développement des services publics !

Voilà le vrai barrage à construire pour aller vers un changement radical de société.

Le 13 mai 2022

Documents joints

declaration-13-mai-tract.pdf (PDF - 227.9 ko)

[1] Mélenchon + Roussel + Poutou + Arthaud

http://ancommunistes.fr/spip.php?article3884

Dans FRANCE

MELENCHON, L'OPIUM DU PEUPLE, LE SOUPIR DES OPPRIMES...

Par Le 14/05/2022

Mélenchon, l’opium du peuple, le soupir des opprimés... Réponse à Buffet-Peu-Faucillon

Mardi 3 mai 2022, par  pam, popularité : 28%

 pdf | 

 

« Besoin d’union », « écoutons la population », « rassemblons-nous » ... les formules se succèdent à la direction du PCF pour un accord gauche et écologistes derrière Jean- Luc Mélenchon pour les élections législatives. La formule « élisez-moi premier ministre » a fonctionné médiatiquement et tout est fait pour que des électeurs de gauche croient à un miracle le 12 juin, une gauche majoritaire à l’assemblée.

Mais si cet espoir fou est, comme une religion, "le soupir de la créature opprimée", elle est aussi "l’opium du peuple". Elle lui laisse croire que son bulletin de vote va casser à lui tout seul le mur du système capitaliste auquel il se heurte dans la précarité, les inégalités, le chômage, le recul des services publics. Au lieu de l’aider à comprendre les causes de ses difficultés et les conditions nécessaires de rassemblement majoritaire pour les surmonter, elle l’enferme dans l’illusion d’une bulletin de vote magique, dans l’électoralisme, ce crétinisme parlementaire dénoncé par Marx.

Car tout le monde sait que la gauche n’a jamais été aussi faible en France après le premier tour présidentiel. Les trois gagnants sont dans l’ordre l’extrême-droite, l’abstention, et même cette droite du centre mobilisée avec Macron pour défendre son gouvernement des riches. Le léger progrès de Mélenchon se fait en écrasant le reste de la gauche.

Dans ce contexte, le spectacle des négociations de la gauche depuis plus d’une semaine est terrible et détourne les militants de l’urgence, la bataille contre l’abstention et l’extrême-droite, et même la bataille pour gagner le maximum de députés de gauche face à Macron ! Macron aura beau jeu de dénoncer une coalition de gauche politicienne et électoraliste !

Car tout pousse à un accord purement électoral cachant les profonds désaccords qui divisent la gauche depuis des décennies. Si ces calculs politiciens peuvent satisfaire des directions nationales préoccupées d’abord par les places et les moyens financiers, elles peuvent avoir une conséquence terrible pour des militants engagés sur le terrain, et contribuer à de nouveaux progrès de l’abstention le 12 juin prochain.
- Qui dans le monde du travail peut croire un seul instant que le parti socialiste s’est converti par miracle à la retraite à 60 ans ? à la critique des directives européennes ?
- Qui peut croire que les écologistes se sont convertis par miracle aux nationalisations et au respect du droit de tous à l’énergie, à l’automobile, au logement ? Rappelons que le scénario énergétique défendu par EELV implique pratiquement l’arrêt des constructions de logement !

Le bal des réunions sans fin, des petits mots et des grandes déclarations qui se succèdent est le pire de la politique que la gauche a produit depuis des décennies. Jean-Luc Mélenchon répète qu’il est le gentil qui pourrait faire tout seul mais accepte de discuter avec ceux qu’il traitait de tous les noms il y a quelques semaines, mais il ne veut voir qu’une tête, et refuse tout nouveau député PCF dans les villes communistes, ne conservant que les sortants dont plusieurs sont en pratique déjà associés à la France Insoumise. Il a sa longue expérience des pratiques politiciennes des congrès du parti socialiste.

Mais dans ces "