"BASTILLE 2022" : CONSTRUIRE UN MONUMENT MONDIAL CONTRE LA "TYRANNIE COVID-19"

tourtaux-jacques Par Le 14/01/2022 0

Dans FRANCE

« Bastille 2022 » : Construire un mouvement mondial contre la «Tyrannie Covid »

Par Prof Michel Chossudovsky

Mondialisation.ca, 13 janvier 2022

Thème: 

Analyses: 

 2   0  2  8

Ce qui est présenté dans cet article est un avant-projet : des suggestions de concepts et d’idées relatives à la formulation d’un Mouvement mondial.

***

La prise de la Bastille a eu lieu à Paris dans l’après-midi du 14 juillet 1789. La Bastille était une armurerie médiévale, une forteresse et une prison politique. C’était le symbole de l’Autorité royale sous le règne du roi Louis XVI. 

La monarchie française fut obligée d’accepter l’autorité de l’Assemblée nationale  et de reconnaitre les droits fondamentaux énoncés dans la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » formulée au début d’août 1979.   

Plus de 230 ans plus tard, ces droits fondamentaux ( Liberté, Égalité, Fraternité ) sont désormais bafoués au niveau mondial par des gouvernements corrompus agissant au nom des  élites dans le cadre d’un projet politique totalitaire.

 

Bastille 2022

Bastille 2022 ne concerne pas seulement le rétablissement de ces droits fondamentaux. Il cherche à inverser et à désactiver le programme criminel COVID-19 qui, au cours des deux dernières années, a déclenché un chaos économique, social et politique dans le monde entier, dans 193 États membres des Nations Unies, accompagné de faillites, de chômage, d’extrême pauvreté et de désespoir.

À partir de novembre 2020, un vaccin expérimental à ARNm lancé par nos gouvernements (prétendument dans le but de lutter contre la propagation du virus) a entraîné une  tendance mondiale croissante des décès et des blessures liés au vaccin.  C’est un vaccin tueur. C’est un crime contre l’humanité.

Bastille 2022 n’est pas un  mouvement de « protestation » au sens strict du terme.

Nous ne cherchons pas à négocier avec une classe politique corrompue. Nous remettons en cause leur légitimité. Ce sont des menteurs.

Notre intention est de confronter les acteurs derrière cette initiative criminelle qui littéralement détruit la vie des peuples dans le monde entier, tout en créant des divisions au sein de la société. Les impacts sur la santé mentale des groupes de population dans le monde sont dévastateurs.

Les nombreux confinements (maintien à domicile de la main-d’œuvre), les campagnes de peur, les mandats politiques COVID-19 imposés à 193 États membres des Nations Unies ont également contribué à  déstabiliser :

Le tissu même de la société civile et de ses institutions, y compris l’éducation, la culture et les arts, les rassemblements sociaux, les sports, les divertissements, etc.

Toutes les activités du secteur public, y compris les infrastructures physiques et sociales, les services sociaux, etc.

Toutes les activités du secteur privé qui caractérisent les économies nationales, régionales et locales, y compris les petites, moyennes et grandes entreprises, les exploitations agricoles familiales, l’industrie, le commerce de gros et de détail, l’économie des services urbains, les entreprises de transport, les compagnies aériennes, les chaînes hôtelières, etc.

Les structures de l’économie mondiale, y compris le commerce international des produits de base, l’investissement, les relations d’importation et d’exportation entre les pays, etc.  L’ensemble du paysage de l’économie mondiale a été chambardé.

À son tour, un processus d’enrichissement des milliardaires  ainsi que l’aggravation des inégalités sociales fut enclenché. Les dettes massives contractées par l’État-nation résultant de la corruption ainsi que de l’effondrement fiscal ont grimpé en flèche. Les gouvernements nationaux sont une camisole de force, sous le poids de puissantes institutions créancières. L’endettement croissant à tous les niveaux de la société en est la force motrice.

La création d’un mouvement de masse 

Ce qui est en jeu, c’est la création d’  un mouvement de masse (national et mondial) qui remet en cause la légitimité et l’autorité des architectes de ce projet insidieux qui émane au sens large de :

Big Money, Big Pharma, des Conglomérats des Technologies de l’Information, l’Appareil de Sécurité, Le renseignement, le complexe militaro-industriel, les conglomérats de l’énergie, les médias corporatifs.

Ironiquement, les architectes de la « pandémie » de COVID-19 sont désormais activement impliqués dans la formulation de la « Solution ». La grande réinitialisation  du Forum économique mondial consiste à installer un régime totalitaire mondial. Ce qui est envisagé est un système de « Gouvernance mondiale » .

Plus de 190 États membres de l’ONU sont affaiblis et minés par ces mesures. Ils sont en proie à la crise de la dette la plus grave de l’histoire mondiale. Dans le cadre de la Grande Réinitialisation (Great Reset), les institutions de la démocratie parlementaire et de l’État-providence doivent être remplacées par un « partenariat public-privé » non élu dominé par les échelons supérieurs de l’establishment financier. Pour reprendre les mots de feu  David Rockefeller :

« … Le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés . » (cité par  Aspen Times , 15 août 2011, italique ajouté)

Le scénario de la Gouvernance Globale [Mondiale] impose un agenda d’ingénierie sociale et de conformité économique :

Il constitue une extension du cadre politique néolibéral imposé aux pays en développement comme aux pays développés. Il consiste à supprimer « l’autodétermination nationale » et à construire un réseau mondial de régimes par procuration contrôlés par une « souveraineté supranationale » (Gouvernement mondial) composée d’institutions financières de premier plan, de milliardaires et de leurs fondations philanthropiques. (Voir le livre électronique de Michel Chossudovsky, chapitre XIII )

Restaurer une vraie démocratie

Nous envisagerons toutes les voies par des moyens pacifiques pour désactiver et saper ce projet totalitaire, y compris le dialogue (démocratique) avec et au sein des institutions publiques et privées, des responsables de l’application des lois, des membres de l’armée et de la justice.

Ce qu’il faut, c’est briser les structures de corruption, de hiérarchie et d’autorité abusive , c’est-à-dire poursuivre ce que l’on pourrait décrire comme étant:

« la démocratisation de la prise de décision au sein de nos institutions ».

L’art de la tromperie

Nous devons néanmoins comprendre les limites de la conduite de procédures judiciaires efficaces contre les gouvernements nationaux. Les juges sont souvent sous pression, menacés et corrompus, alignés à la fois sur les intérêts financiers dominants et les politiciens.

De plus, dans la mesure où ce projet insidieux est mis en œuvre par les gouvernements nationaux du monde entier, la Cour pénale internationale (CPI) qui est officiellement « indépendante » vis-à-vis du Conseil de sécurité de l’ONU, a un historique de longue date afin passer sous silence les crimes de guerre commises par les États-Unis et l’OTAN. Le CPI est contrôlé par les mêmes élites financières qui contrôlent les gouvernements.

Nous devons également comprendre les complexités de ce projet totalitaire soigneusement conçu et coordonné, à savoir le rôle de diverses institutions financières frauduleuses, de groupes de conseil et de lobbying, de consultants, de « conseillers scientifiques », etc. agissant comme intermédiaires pour le compte de Big Pharma et de la classe financière.

Il y a une hiérarchie dans les structures d’autorité. Ce processus décisionnel complexe est utilisé pour coopter, soudoyer et manipuler la classe politique et les hauts fonctionnaires. Des mandats politiques presque identiques (émanant d’une autorité supérieure) sont mis en œuvre simultanément dans de nombreux pays, nécessitant une coordination active. Les mêmes puissants groupes de pression agissent de manière simultanée dans différents pays (par exemple en Amérique du Nord et dans l’Union européenne).

Un vaste budget de plusieurs milliards de dollars a été alloué à la mise en œuvre dans le monde entier des mandats politiques COVID-19 . Ces derniers ont été propices à la déstabilisation de la société civile et de ses institutions avec notamment la perturbation (déréglementation) des services de santé, d’éducation, de sports, d’activités culturelles, etc.

La légitimité des politiciens et de leurs puissants « sponsors Big Money » doit être remise en cause, y compris les mesures de l’État policier adoptées pour faire respecter l’imposition d’un passeport vaccinal numérique ainsi que le port du masque facial, la distanciation sociale, etc.

Quelles sont nos priorités ? Contre-propagande 

Plus de 7 milliards de personnes dans le monde sont directement ou indirectement affectées par la crise corona. Plusieurs milliards de personnes ont déjà été vaccinées par un « vaccin » expérimental à ARNm « non approuvé », ce qui a entraîné une vague mondiale de mortalité et de morbidité.

Alors que cette tendance est confirmée par les chiffres officiels concernant les décès et les événements indésirables liés aux vaccins, les médias grand public et les gouvernements sont dans un état de déni et de refus.

Les effets dévastateurs sur la santé du vaccin COVID-19 sont rarement reconnus. C’est le même slogan (qui est un pur mensonge) répété ad nauseam : « le virus est bien plus dangereux que le vaccin ».

«Nous avons en fait plus de données de sécurité sur le vaccin que sur le virus, et nous voyons déjà que le virus est bien plus dangereux que le vaccin. ( Intersoins )

Le Dr Alan Schroeder pense qu’il est très naturel que les parents s’inquiètent, mais a déclaré que pour les adolescents, le virus est plus dangereux que le vaccin. ( NBC )

Les médecins le recherchent chez les enfants, mais l’essentiel reste que le virus est bien plus dangereux que le vaccin.

« Les mutations du variant omicron le rendent [le virus] plus prolifique, dangereux et insaisissable »

etc.

Ce consensus de propagande doit être brisé. En ce qui concerne le vaccin, informer l’opinion publique (au niveaux national et mondial) des données sur les décès et les effets indésirables (blessures) constitue la première étape.

La crise COVID initiée en janvier 2020 est sans précédent dans l’histoire mondiale. La propagande selon le code de Nuremberg est un crime contre l’humanité .

Le démantèlement de l’appareil de propagande est crucial.  La contre-propagande joue un rôle clé dans la révélation des mensonges utilisés pour justifier les mandats politiques.

Sans désinformation médiatique persistante, le discours officiel de COVID s’effondre.

Tout d’abord, nous devons défier  les grands médias (mainstream), sans cibler pour autant les journalistes, qui ont reçu l’ordre de se conformer au discours officiel. Nous devons à cet égard favoriser le dialogue avec les journalistes indépendants.

Nous devons nous assurer que les peuples au niveaux national et international soient informés. qu’ils une connaissance de l’histoire et des impacts dévastateurs de la crise du COVID, étayés par des concepts, des analyses, des témoignages et des données scientifiques.

Cette initiative nécessitera un processus parallèle au niveau local, pour sensibiliser les concitoyens et établir un dialogue sur la nature de la  présumée pandémie, du vaccin à ARNm, du test RT-PCR, ainsi que les impacts économiques et sociaux dévastateurs du processus de confinement.

Alors qu’il faut mettre un terme à la campagne de peur, il faudra néanmoins informer nos concitoyens des dangers du vaccin à ARNm ainsi que du chaos enclenché par ce projet totalitaire de « gouvernance mondiale » sur les structures mêmes de la société civile.

La « campagne de la peur »  doit être remplacée par « des informations, des concepts, des analyses et des données » ainsi que des « stratégies »  pour affronter Big Pharma, la classe politique corrompue ainsi que leurs « sponsors Big Money ».

Nous devons également assurer la conduite du dialogue et du débat à la base de la société.

Mettre fin au « vaccin tueur »

Notre première tâche est mettre fin immédiatement au soi-disant « vaccin » COVID-19 qui a déclenché une vague de mortalité et de morbidité au niveau mondial.

Selon le Dr Thomas Binder : 

« Les  injections géniques sont dangereuses. Ils peuvent provoquer des réactions anaphylactiques, une thromboembolie, une thrombocytopénie, une coagulation intravasculaire disséminée et une myocardite à court terme.

Il existe une possibilité d’immunosuppression et de rehaussement dépendant des anticorps, ADE, à moyen terme.

Et à long terme, il existe des maladies auto-immunes possibles, le cancer et l’infertilité, des risques qui n’ont pas encore été écartés. »

Selon Doctors for COVID Ethics , dans l’UE, au Royaume-Uni et aux États-Unis, les données respectivement compilées par EudraVigilance, MHRA (Royaume-Uni) et VAERS (États-Unis) :

« ont désormais enregistré beaucoup plus de décès et de blessures dus au déploiement du « vaccin » COVID-19 que tous les vaccins précédents combinés depuis le début des enregistrements »

En ce qui concerne le « vaccin » à ARNm, le nombre catastrophique de décès liés à l’injection n’a PAS été rapporté par les médias grand public, bien que les chiffres officiels soient publiquement disponibles.

« Le signal de danger est désormais incontestablement écrasant et, conformément aux normes éthiques universellement acceptées pour les essais cliniques, nous exigeons que le programme de « vaccination » COVID-19 soit immédiatement arrêté dans le monde entier.

La poursuite du programme, en toute connaissance de cause des dommages graves et de la mort continue d’adultes et d’enfants, constitue des crimes contre l’humanité/génocide, pour lesquels les personnes reconnues responsables ou complices seront finalement tenues personnellement responsables.

Vidéo : Le vaccin COVID-19 a été lancé de la mi-décembre à la fin décembre 2020. 

Dans de nombreux pays, il y a eu un changement significatif de la mortalité suite à l’introduction du vaccin à ARNm

 

Le rapport confidentiel de Pfizer

Il est à noter qu’un rapport confidentiel de Pfizer publié dans le cadre d’une procédure d’accès à l’information (FOI) fournit des données sur les décès et les éffets indésirables enregistrés par Pfizer depuis le début du projet de vaccin en décembre 2020 jusqu’à fin février 2021, à savoir un période très courte (au plus deux mois et demi) :  

Dans une ironie tordue, les données révélées dans ce « rapport d’initié » réfutent le récit officiel du vaccin colporté par les gouvernements et l’OMS. Il confirme également l’analyse de nombreux médecins et scientifiques qui ont révélé les conséquences dévastatrices du « vaccin » à ARNm.

Le rapport « confidentiel » de Pfizer contient des preuves détaillées des impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité. Ces données qui émanent de la « Bouche du Cheval » [la vérité sort de la bouche du cheval] peuvent désormais être utilisées pour affronter aussi bien la formulation de procédures judiciaires contre les Big Pharma, les gouvernements, l’OMS et les médias.

Devant un tribunal, les  preuves contenues dans ce rapport confidentiel de Big Pharma (associé aux données sur les décès et les événements indésirables compilées par les autorités nationales de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis ) sont irréfutables : car ce sont leurs données et leurs estimations et pas les nôtres. (Analyse du rapport confidentiel de Pfizer)

C’est un aveu de la part des gouvernements et de Big Pharma que le vaccin COVID-19 est une entreprise criminelle  » Pfizer savait dès le départ qu’il s’agissait d’un vaccin tueur. Aucune tentative n’a été faite par les gouvernements pour demander le retrait du vaccin tueur. »

Il est à noter que Pfizer a un casier judiciaire (2009) auprès du ministère américain de la Justice sur des accusations de « marketing frauduleux ».

 

Dans le cadre du règlement du DoJ de 2009, Pfizer a été mis en « liberté conditionnelle » :

« Pfizer a également accepté de conclure un vaste accord d’intégrité d’entreprise … [qui] prévoit la mise en place de procédures et d’examens pour éviter et détecter rapidement un comportement similaire à celui qui a donné lieu à cette affaire. »

Mais il ne s’agit plus de « marketing frauduleux » :

« Tuer est bon pour les affaires » : le vaccin est une opération de plusieurs milliards de dollars dans le monde entier. C’est un homicide involontaire.

Une fois le « vaccin » arrêté, la criminalité de Big Pharma sera pleinement révélée et comprise. À son tour, la légitimité du récit officiel de COVID basé sur des mensonges et de la fausse science sera inévitablement altérée. C’est la première étape vers la rupture du récit « officiel » de la COVID.

La Vérité est une arme pacifique importante. Sans propagande et sans désinformation médiatique, les auteurs de ce projet n’ont aucune légitimité.

Brisons le consensus « officiel » COVID-19 et l’appareil de propagande qui donne « une légitimité » à un processus de nature criminel.

Une fois que ce consensus s’effondre, il ouvrira la voie pour remettre en question les mesures draconiennes visant à enclencher le chaos économique, social et politique (générés au cours des deux dernières années).

La dimension géopolitique

Ce qui se déroule est une nouvelle phase destructrice de l’impérialisme américain. C’est un projet totalitaire d’ingénierie économique et sociale.

L’administration Biden a approuvé l’agenda COVID, qui fut utilisé pour déstabiliser et affaiblir les économies nationales, y compris celles des « nations ennemies ».

Nous ne pouvons pas séparer notre compréhension de la crise COVID de celle de la politique étrangère américaine et de l’agenda hégémonique des États-Unis: par exemple, la confrontation US-OTAN à l’endroit de la Russie en Europe de l’Est, la militarisation de la Mer de Chine méridionale dirigée à l’endroit de la Chine, l’Iran et la géopolitique du Moyen-Orient, les régimes de sanctions en cours contre le Venezuela et Cuba, etc.

« Big Money, y compris les fondations milliardaires, est la force motrice. Il s’agit d’une alliance complexe entre Wall Street et l’establishment bancaire, les grands conglomérats pétroliers et énergétiques, l’industrie de l’armement, Big Pharma, les conglomérats de biotechnologie, les médias « mainstream », les géants des télécommunications et de la technologie numérique, ainsi qu’un réseau de think tanks, de groupes de pression, de laboratoires de recherche, etc. La propriété intellectuelle joue également un rôle central.

Ce puissant réseau décisionnel numérique et financier inclut également les principaux créanciers et institutions bancaires : la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne (BCE), le FMI, la Banque mondiale, les banques régionales de développement et la Banque des règlements internationaux basée à Bâle ( BIS), qui joue un rôle stratégique clé.

À leur tour, les échelons supérieurs de l’appareil d’État américain (et des alliés occidentaux de Washington) sont directement ou indirectement impliqués, y compris le Pentagone, le renseignement américain (et ses laboratoires de recherche), les autorités sanitaires, la sécurité intérieure et le département d’État américain (y compris les ambassades dans plus de 150 pays). (Michel Chossudovsky, E-book, Chapitre XIII )

Intégrer tous les secteurs de la société

Il convient de noter que l’opposition organisée dans de nombreux pays occidentaux est faible. Pourquoi? Parce que les « forces progressistes », y compris les intellectuels de gauche, les dirigeants d’ONG, les dirigeants syndicaux et les syndicats d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord ont dès le départ approuvé le discours officiel COVID. Beaucoup de ces mouvements progressistes sont soutenus par des fondations liées à Wall Street.

Les mêmes fondations milliardaires (Rockefeller, Ford, Gates, etc.) qui sont les architectes du « Great Reset » (la Grande réinitialisation) et de la « Gouvernance mondiale » sont également impliquées dans le financement (de manière généreuse) de divers mouvements sociaux. « Ils contrôlent l’opposition ».

Cela signifie que les activistes sont souvent induits en erreur et trahis par leurs dirigeants qui sont systématiquement cooptés par leurs sponsors milliardaires.

Il est essentiel que ces activistes soient intégrés au pilier du mouvement contre le consensus COVID-19.

Le chemin à parcourir

Ce qu’il faut, c’est le développement d’un large réseau qui confronte à la fois les architectes de cette crise ainsi que tous les niveaux de gouvernement (c’est-à-dire national, états, provinces, municipalités, etc.) impliqués dans l’imposition du vaccin ainsi que dans la mise en œuvre du confinement (lockdown) et de la fermeture de l’activité économique.

Ce réseau serait établi (au niveau national et international) à tous les niveaux de la société, dans les villes et villages, les lieux de travail, les paroisses, syndicats, organisations d’agriculteurs, associations professionnelles, associations d’entreprises, associations étudiantes, associations d’anciens combattants. Les paroisses seraient également appelés à intégrer ce mouvement.

« Répandez l’information » par le biais des médias sociaux et des médias en ligne indépendants sera entrepris en gardant à l’esprit que Google ainsi que Facebook sont des instruments de censure.

Des procédures judiciaires et des mouvements de protestations se déroulent dans toutes les grandes régions du monde. Dans le cadre d’un réseau mondial d’initiatives, il est important d’établir des mécanismes de communication, de dialogue et d’échange au sein et entre pays.

La création d’un tel mouvement, qui remet en cause avec force la légitimité des élites financières, Big Pharma, et al., ainsi que les structures politiques corrompues au niveau national, n’est pas tâche facile. Cela exigera un degré de solidarité, d’unité et d’engagement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. 

Il faudra également faire tomber les barrières politiques et idéologiques au sein de la société (c’est-à-dire entre les partis politiques) et agir d’une seule voix pour construire un consensus mondial contre la tyrannie. 

La solidarité mondiale et la dignité humaine en sont la force motrice.

Michel Chossudovsky

 

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

 

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPA), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (19791983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003) – La mondialisation de la pauvreté,  America’s « War on Terrorism » (2005) – Guerre et Mondialisation, The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à crgeditor@yahoo.com

Voir en anglais : Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

Articles en français de Michel Chossudovsky sur Mondialisation.ca

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/bastille-2022-construire-un-mouvement-mondial-contre-la-tyrannie-covid/5664091

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire