CE 14 JUILLET, LANCEMENT D'UN SITE SAOUDIEN VANTANT "L'AMOUR" ENTRE LA FRANCE ET L'ARABIE SAOUDITE ET POUR QUELLES PROUESSES AMOUREUSES ?

  • Par
  • Le 16/07/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans FRANCE

Un site saoudien pour célébrer «l’amour» entre la France et l’Arabie Saoudite

Un site saoudien pour célébrer «l’amour» entre la France et l’Arabie Saoudite

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

«ArabNews en français», site d’information saoudien, a été lancé ce 14 juillet. Il vise le public francophone des pays arabes. Mais il met surtout en valeur les relations diplomatiques, économiques et militaires entre Paris et Riyad.

C’est une première, et les Saoudiens tiennent à le souligner: le lancement en grande pompe, à l’occasion du 14 juillet, d’un site d’information saoudien dans la langue de Molière. Avec cet intitulé curieusement franglais: «ArabNews en français». Car il s’agit d’une déclinaison du journal saoudien anglophone ArabNews, bien établi dans le paysage médiatique saoudien.

C’est d’ailleurs sur la une de celui-ci que l’événement est proclamé, sous le titre «Yes oui can», autre bel exemple de franglicisme. Il ne s’agit pas pour autant d’une traduction de la version anglaise, mais d’une production journalistique à part.

Ce site est détenu par un membre de la famille royale, il ne faudra donc guère s’attendre à une couverture critique de l’actualité saoudienne. En revanche, on y trouvera tout ce qui va dans le sens de l’excellence et de l’étroitesse des relations franco-saoudiennes.

«L’histoire d’amour entre les Saoudiens et la France», en une du site ce mercredi 15 juillet, n’en est pas le moindre exemple. La multiplicité des articles consacrés à Emmanuel Macron, plutôt à l’avantage de celui-ci, va dans le même sens. Et les tribunes signées d’un certain nombre de figures de la politique étrangère française montrent que ce site sera également, sinon surtout, un moyen de communication au service de la diplomatie saoudienne.

On y trouve ainsi les analyses d’Hervé de Charette, ministre des Affaires étrangères sous la présidence de Jacques Chirac, ou encore de Nathalie Goulet, sénatrice et vice-présidente de la commission des Affaires étrangères.

https://www.french.alahednews.com.lb/35924/304



 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire