HOPITAL DE VALENCE : LES SYNDICATS CGT ET SUD SONNENT L'ALERTE APRES UN DECES AUX URGENCES

  • Par
  • Le 06/10/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans FRANCE

Santé - Sciences

Hôpital de Valence : deux syndicats sonnent l'alerte après un décès aux urgences

 - 

Par France Bleu Drôme ArdècheFrance Bleu

Valence

  •  
  •  
  •  

La CGT et Sud signalent un danger grave et imminent aux urgences de l'hôpital de Valence après le décès d'un patient vendredi dernier. Il est mort sans aucun soignant présent à ses côtés.

 

La CGt et Sud estiment qu'avec plus de personnels, ce drame aurait pu être évité. La CGt et Sud estiment qu'avec plus de personnels, ce drame aurait pu être évité. © Radio France - Adèle Bossard

Une nouvelle alerte pour danger grave et imminent aux urgences de l'hôpital de Valence. Les syndicats l'ont signalée après la mort d'un patient âgé d'une soixantaine d'années, sans soignant autour de lui. 

Vendredi 2 octobre, cet homme arrive aux urgences avec des symptômes du Covid-19. Il est conduit dans la partie du service réservée à la maladie. Une seule infirmière gère ce secteur quand deux autres s'occupent du reste des urgences.

Vers 9h du matin d'après les syndicats, l’infirmière de la zone Covid doit aller réaliser des soins pour les patients des urgences "normales". "Elle a dû laisser le patient Covid, seul, sans surveillance. Il n'y avait pas d'autres choix. L'institution ne permet pas d'avoir le personnel en nombre suffisant pour pouvoir surveiller en permanence tous les secteurs", explique Yohan Pannetier, secrétaire du syndicat Sud à l'hôpital. 

Une mort qui aurait pu être évitée ?

En regagnant le secteur Covid, a priori une demi-heure plus tard, l'infirmière constate l'arrêt cardio-respiratoire du patient laissé seul. Elle tente de le réanimer, sans y parvenir. Depuis, "elle se demande ce qu'elle aurait pu faire mieux ou plus, raconte Yohann Pannetier. Mais ce n'est pas de sa faute !" 

Son syndicat et la CGT réclament depuis plusieurs mois une augmentation du personnel aux urgences"Nous pouvons nous retrouver dans la même situation aujourd'hui ou demain, affirme Karim Chkéri, secrétaire de la CGT. Si la direction ne met pas du personnel supplémentaire, c'est encore une mise en danger des patients, mais c'est aussi une insécurité pour les personnels de santé. C'est terrible." S'ils avaient été plus nombreux, les soignants auraient-ils pu éviter ce décès ? Peut-être pas, mais l'infirmière aurait pu réagir plus vite en étant plus près du patient assurent les deux organisations.

La direction de l'hôpital explique que les urgences liées au Covid-19 ne sont pas nombreuses en ce moment. Il n'est donc pas forcément nécessaire d'avoir des personnels supplémentaires. Une enquête a été ouverte suite au signalement des syndicats pour savoir s'il y a eu un dysfonctionnement.

François Breton

François BretonFrance Bleu Drôme Ardèche

  •  
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire