LE CONSEIL D’ETAT ENJOINT LE GOUVERNEMENT D’ASSURER LA DISPONIBILITE DES SEULS VACCINS OBLIGATOIRES

  • Par
  • Le 17/01/2017
  • Commentaires (0)
  • Dans FRANCE

 

LE CONSEIL D’ETAT ENJOINT LE GOUVERNEMENT D’ASSURER LA DISPONIBILITE DES SEULS VACCINS OBLIGATOIRES 

 

 

Le Mardi 17 janvier 2017 13h26, Neo-nutrition <emueller@neo-nutrition.net> a écrit :

 

Neo-nutrition : La lettre de la nutritherapie
 

Chère lectrice,
Cher lecteur, 

D'excellentes nouvelles sur le front des vaccins ! 

Nous avons remporté une victoire de taille : 

Le Conseil d'Etat a pu être saisi suite au succès de la pétition sur le vaccin DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) emmenée par le Pr. Joyeux et l'IPSN (Institut pour la Protection de la Santé Naturelle). Encore merci à tous d'avoir signé cette pétition. 

Et hier justement, le Conseil d'Etat rendait sa décision : 


Tenez-vous bien : Le Conseil d'Etat a enjoint au gouvernement « d'assurer la disponibilité des seuls vaccins obligatoires » sans qu'ils soient automatiquement associés à d'autres vaccins facultatifs. 

Le gouvernement a quatre mois pour s'exécuter ! 


Après les coups bas de la Ministre de la Santé (Marisol Tourraine), ce revers prouve que nous avions raison de nous insurger ! 

Je joins les explications du journal Le Monde : 

 

Le Conseil d’Etat s’apprête à précipiter le calendrier de la refonte de la politique vaccinale. Fin janvier, la plus haute juridiction administrative française pourrait en effet contraindre le gouvernement à trouver en quatre mois une solution pour « assurer la disponibilité des seuls vaccins obligatoires » contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), introuvables depuis 2008 sans être associés avec d’autres valences. C’est ce qu’a préconisé, lundi 16 janvier, le rapporteur public, dont les avis sont la plupart du temps suivis. 

Les juges examinaient la requête déposée par près de 2 300 personnes dans le sillage de l’Institut pour la protection de la santé naturelle (IPSN), une association de promotion des « médecines naturelles » connue pour avoir relayé la pétition controversée du Pr Henri Joyeux. Le texte, qui affiche plus d’un million de signatures de soutien, dénonçait la présence d’adjuvants comme l’aluminium ou le formaldéhyde dans les vaccins non trivalents. Les requérants estiment que pour des « raisons de marketing des laboratoires pharmaceutiques », les usagers qui « veulent respecter la loi ne sont pas en mesure de le faire »

Lire l'article complet.



Je tiens donc à remercier le Pr. Joyeux et M. Augustin de Livois – président de l'IPSN – d'avoir mené ce combat (en notre nom) jusqu'à la victoire

Chapeau bas ! 

Bien à vous, 

Eric Müller 



Publicités : 

Prévention : Il y a 12 ans déjà que des lecteurs bien informés ont été sensibilisés sur les risques réels de la pilule contraceptive, 5 ans qu’ils savent le danger des médicaments anti-cholestérol (statines). Ils en connaissent aussi les alternatives naturelles, efficaces et validées scientifiquement. Découvrez vous aussi le journal de référence de la santé naturelle depuis plus de 30 ans en vous rendant ici

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu'il faut l'associer à de l'huile pour l'assimiler ? Découvrez les Dossiers de Santé & Nutrition dans cette vidéo

Secrets de jeunesse pour une vieillesse heureuse : La médecine anti-âge fait actuellement des progrès étonnants. Vous pouvez en bénéficier en suivant les conseils du Docteur Hertoghe, président de l'Association Mondiale de Médecine Anti-âge. Rendez-vous ici



Les emails peuvent se perdre. Pour ne rater aucun de mes messages, ajoutez Néo-nutrition à vos contacts (voici comment faire). 



Cette lettre vous a plu ? 

Recevez mes prochaines lettres Néo-nutrition directement dans votre boite. C’est gratuit ! Inscrivez-vous ici



Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à faire suivre (utilisez la fonction "transférez ce message" dans votre boite de messagerie électronique). 


Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L'éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). 
Pour toute question, rendez-vous ici

Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France 

 

 

 

L’Etat bientôt contraint d’assurer la disponibilité des seuls vaccins obligatoires ?

LE MONDE |  • Mis à jour le 

Par François Béguin

aA Facebook Twitter Google + Linkedin 

Le Conseil d’Etat s’apprête à précipiter le calendrier de la refonte de la politique vaccinale. Fin janvier, la plus haute juridiction administrative française pourrait en effet contraindre le gouvernement à trouver en quatre mois une solution pour « assurer la disponibilité des seuls vaccins obligatoires » contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), introuvables depuis 2008 sans être associés avec d’autres valences. C’est ce qu’a préconisé, lundi 16 janvier, le rapporteur public, dont les avis sont la plupart du temps suivis.

Les juges examinaient la requête déposée par près de 2 300 personnes dans le sillage de l’Institut pour la protection de la santé naturelle (IPSN), une association de promotion des « médecines naturelles » connue pour avoir relayé la pétition controversée du Pr Henri Joyeux. Le texte, qui affiche plus d’un million de signatures de soutien, dénonçait la présence d’adjuvants comme l’aluminium ou le formaldéhyde dans les vaccins non trivalents. Les requérants estiment que pour des « raisons de marketing des laboratoires pharmaceutiques », les usagers qui « veulent respecter la loi ne sont pas en mesure de le faire ».

« COMPLICATIONS ALLERGIQUES »

Le vaccin trivalent a été « suspendu » en 2008 en raison de « complications allergiques ». L’arrêt de sa commercialisation a obligé les parents à recourir à des vaccins combinés protégeant aussi contre la coqueluche, l’hépatite B et l’haemophilus influenzae de type b, germe responsable des méningites. Des vaccins recommandés, mais dont la vente imposée a pu contribuer à nourrir la défiance. « Seul le vaccin hexavalent est disponible sur le marché français », a reconnu lundi le rapporteur public.

« La discordance actuelle entre l’obligation vaccinale et l’impossibilité de la mettre en œuvre conduit à une situation d’illégalité », a-t-il estimé. Pour lui, « la ministre de la santé est en capacité de prendre diverses mesures pour assurer la disposition des seuls vaccins obligatoires », notamment en demandant à l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus) « d’acquérir, de fabriquer ou d’importer les vaccins en cause ». Il a cependant refusé de se prononcer sur la question des adjuvants aluminiques.

Dans une lettre datée du 12 février 2016, Benoît Vallet, le directeur général de la santé, avait rejeté la demande des requérants, expliquant qu’un kit spécifique, appelé « kit DTVax + imovax polio » était « disponible gratuitement à la demande du médecin au laboratoire pour les patients présentant notamment une contre-indication coquelucheuse ».

DÉCISION ATTENDUE FIN JANVIER

« C’est un énorme soulagement pour ceux qui veulent juste prendre le vaccin DTP classique », a réagi lundi Augustin de Livois, le président de l’IPSN, qui assistait à l’audience du Conseil d’Etat. « La première étape est gagnée, il y a un rééquilibrage des forces », s’est pour sa part félicitée Jacqueline Bergel, l’avocate des requérants.

La décision du Conseil d’Etat est attendue à la fin de janvier ou au début de février. Confrontée à la difficulté d’imposer à un laboratoire pharmaceutique la production d’un vaccin trivalent pour le seul marché français, la ministre de la santé, Marisol Touraine, pourrait rapidement annoncer des suites aux conclusions du Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination, rendues le 30 novembre 2016. Celui-ci préconisait d’élargir temporairement l’obligation vaccinale à l’ensemble des vaccins de l’enfant, quitte à l’assortir d’une clause d’exemption pour les parents hostiles.

Par François Béguin

http://mobile.lemonde.fr/sante/article/2017/01/16/l-etat-bientot-contraint-d-assurer-la-disponibilite-des-seuls-vaccins-obligatoires_5063638_1651302.html


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire