REFORME DES RETRAITES : PRES DE 1000 CRS SE FONT PORTER PALE. LES CRS 53 DE MARSEILLE, 59 DE OLLIOULES ET 33 DE REIMS SONT TRÈS IMPACTÉES.

  • Par
  • Le 12/12/2019
  • Commentaires (0)
  • Dans FRANCE

Réforme des retraites : Près de 1000 CRS se font porter pâle

Y.C.

 -

 

Illustration. (Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock)

La contestation contre la réforme des retraites est montée d’un cran ce mercredi dans les rangs de la police nationale. Des centaines de CRS à travers la France ont demandé à voir leur médecin généraliste ce mercredi, se disant épuisés. La majorité d’entre eux pourrait être en arrêt maladie dans les prochaines heures, et pour plusieurs jours.

Les trois principaux syndicats de police, Unité SGP-FO, Alliance Police Nationale et UNSA Police ont appelé ce lundi à un « Black-out » à compter d’aujourd’hui pour protester contre la réforme des retraites et la fin de tous les régimes spéciaux, dont les policiers bénéficient.

Un appel auquel des centaines de CRS ont répondu aujourd’hui puisqu’ils sont des centaines à s’être placés en position de « consultant » ce mercredi matin, c’est à dire à avoir signalé qu’ils allaient consulter un médecin généraliste dans la journée. Les fonctionnaires concernés ne travailleront donc pas ce mercredi et annonceront la durée de leur indisponibilité après avoir vu leur médecin.

Entre 900 et 1000 CRS vont consulter leur médecin

Selon plusieurs sources policières, les CRS « consultants » étaient entre 900 et 1000 à la mi-journée dans les différentes compagnies sur le territoire, certaines étant actuellement en déplacement. Pour plusieurs compagnies, il n’y a plus assez d’effectifs disponibles ce mercredi pour réaliser les missions prévues.

La CRS 53 de Marseille en déplacement à Bastia, la CRS 33 de Reims en déplacement en Île-de-France, ou encore la CRS 59 de Ollioules, sont très impactées. Quant à la CRS 42 de Saint-Herblain, plus aucun policier n’était disponible à midi.

Des policiers épuisés et sur-employés depuis la crise des Gilets jaunes

Du côté des syndicats, la situation est jugée logique au vu de l’état de fatigue des policiers qui ont été sur-employés ces derniers mois, notamment suite à la crise des Gilets jaunes qui perdure.

Ces policiers sont tout à fait en droit de faire valoir leur état physique général devant un médecin qui sera à même de délivrer ou non, des arrêts de travail nous explique-t-on. La détermination des différentes organisations syndicales policières qui sont réunies derrière le même mot d’ordre, ce qui est loin d’être toujours le cas, est palpable.

Parmi les autres actions réclamées par ces mêmes syndicats depuis le 3 décembre dernier, ne sortir que sur les appels « 17 » (les appels d’urgence), ou encore les contrôles renforcés au niveau des aéroports. A noter que les policiers n’ont pas le droit de grève.

Du côté de la Direction centrale des CRS, on tente de réorganiser les troupes avec ce qui est possible de faire : rappeler des compagnies « neutralisées » (en repos). Une mobilisation d’ampleur qui risque de ne pas arranger la place Beauvau alors qu’une nouvelle manifestation est prévue ce jeudi à Paris, notamment.

Un régime spécial lié à la pénibilité et aux risques encourus

Lors d’une conférence de presse ce mercredi au Conseil économique, social et environnemental, le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé « la suppression des 42 régimes existants dont les régimes spéciaux »« Le temps du système universel, celui des régimes spéciaux s’achève », a-t-il déclaré, ajoutant que cela se ferait « sans brutalité, dans le respect des parcours de chacun ».

Aujourd’hui, les policiers bénéficient d’un régime spécial de retraite. Leur pension est calculée sur les 6 derniers mois de salaire et non pas sur les 25 dernières années comme dans le privé. De plus, la pénibilité de leur travail et les risques encourus les placent parmi les catégories dites « actives » de la fonction publique. A ce titre, ils bénéficient actuellement d’un droit de départ à la retraite à 57 ans, contre 62 ans dans le privé.

Par ailleurs, les policiers bénéficient d’une bonification spécifique dite « du cinquième », qui leur offre une annuité (quatre trimestres) de cotisation tous les cinq ans. Elle est plafonnée à cinq annuités et, pour y être éligible, le fonctionnaire doit avoir exercé 27 ans.

Lors de son allocution, Édouard Philippe a annoncé que les forces de l’ordre notamment, continueraient à bénéficier de dérogations d’âges de départ à la retraite. Une annonce qui n’a pas suffi à mettre fin à la colère des organisations syndicales qui réclament toujours le maintien entier de leur régime spécial de retraite.

https://actu17.fr/reforme-des-retraites-epuises-pres-de-1000-crs-se-font-porter-pale/


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire