SYNDICAT CGT CULTURE VILLE DE PARIS : LA GREVE CONTINUE DANS LES BIBLIOTHÈQUES PARISIENNES

Par Le 23/02/2020 0

Dans FRANCE

  • 22 février 2020

 

 

Les bibliothèques municipales de la capitale qui travaillent le dimanche seront de nouveau fermées pour cause de grève ce 23 février, soit le sixième dimanche de suite. Les personnels réclament toujours des moyens et une revalorisation de la prime dominicale

C’est le running gag de cette campagne municipale qui pourtant ne manque pas de péripéties. En effet, demain et pour la sixième fois consécutive,  Anne Hidalgo, la maire de Paris, en lice pour un second mandat, Christophe Girard, son adjoint à la culture et Jérôme Coumet, le maire du XIIIe arrondissement, lui aussi candidat à sa réélection, se casseront encore le nez pour assister vainement à un dimanche d'ouverture de la médiathèque Jean-Pierre Melville.

C'est que les personnels de l'établissement situé dans le quartier Tolbiac-Olympiades seront toujours en grève pour dénoncer les conditions d’ouverture dominicale aussi bien en termes d’effectifs que de sécurité (voir ici). Mais les personnels de Melville seront loin d'être isolés dans leurs revendications car des bibliothèques municipales de la capitale qui travaillent déjà le dimanche seront elles aussi fermées au public pour cause de grève notamment Sagan (Xe) et Duras (XXe) qui l'ont déjà confirmé et seront probablement suivies, comme les semaines précédentes, par Canopée (Ier), Yourcenar (XVe) ou encore Rostand (XVIIe). La mairie de Paris et Christophe Girard pariaient sur un pourrissement du conflit. Les sondages de ses derniers jours ont montré que ça ne leur a finalement pas porté chance.

Les bibliothécaires parisiens revendiquent, en plus de bonnes conditions de travail pour leurs collègues de Melville, l'augmentation de la prime qui compense le travail du dimanche. En effet, actuellement de cent euros (brut), la prime dominicale n’a pas été réévaluée depuis plus de dix ans malgré le coût de la vie dans ce qui est une des capitales les plus chères du monde selon les études officielles. Les agents réclament qu’elle passe à cent cinquante euros net.

Jusqu’à maintenant  la mairie de Paris a refusé de répondre aux propositions des représentants pour sortir du conflit Une attitude incompréhensible qui fait même dire au quotidien Le Parisien que cette grève pourrait durer jusqu’aux élections de mars et après (lire ici). La balle est donc dans le camp d'Anne Hidalgo et de son équipe.

En attendant une réponse de la Ville de Paris  aux revendications, pourtant très raisonnables, des bibliothécaires parisiens qui travaillent le dimanche, un nouveau préavis a été déposé par l'intersyndicale - CGT, FO, SUPAP-FSU, UCP - pour le 1er mars et les dimanches suivants. Parmi ceux-ci, il y aura donc aussi le dimanche 8 mars pour la journée des droits des Femmes. Un événement qui tombera à pic pour un secteur, les bibliothèques, très largement féminisé et, en l’occurrence, sous-payé en comparaison d'autres secteurs de la Ville de Paris !

 

 

  Dimanche : la maire de Paris et son adjoint sectoriel se sont encore cassé le nez devant Melville

- Et surtout nous voilà maintenant obligés en pleine campagne à aller consulter d'urgence un ORL


 

 
 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire