UN CHEMINOT MILITANT CGT INTERPELLE L’IMPOSTEUR MELENCHON

  • Par
  • Le 28/01/2017
  • Commentaires (0)
  • Dans FRANCE

Un cheminot militant CGT interpelle l’imposteur Melenchon, l’opportuniste qui aime les caméras

A Périgueux, Melenchon, l’homme qui le soir du 1er tour des dernières élections présidentielles s’est empressé d’appeler à voter pour le « socialiste » François Hollande.

 

Réponse de Melenchon, le prétendu « insoumis », incapable de garder son calme face à un militant CGT cheminot qui l’interpellait :

T'es mon ennemi c'est ça? C'est ça que tu veux? Alors va voir les mecs de droite, ce sont eux qui vous ont mis dans la merde, c'est le PS qui vous a mis dans la merde!»

 

Militant CGT cheminot retraité, je suis SOLIDAIRE du camarade et des cheminots CGT qui l’accompagnaient.

 

Je rappelle que le triste sire Melenchon a été ministre et député du PS dont il fut membre durant plus de 30 années alors, avoir le culot de dire « ce sont les socialistes qui vous ont mis dans la merde », c’est un peu gros, n’est-ce pas ?

 

Je rappelle également que ce franc-maçon a soutenu l’agression militaire contre le peuple libyen qui a fait des centaines de milliers de victimes et provoqué le chaos dans lequel se trouve désormais ce peuple qui ne manquait de rien et qui vivait bien mieux que nous en France sous Kadhafi et que ceux que Melenchon a soutenu ont fait massacrer.

 

J’ajoute que si ce triste individu était Président de la République, il ferait autant, sinon pire que son camarade Hollande car Melenchon n’a pas changé et ne changera jamais, il est toujours « socialiste ».

 

Melenchon est soutenu par le PCF auquel j’ai milité durant 40 années et que j’ai quitté car il ne correspond plus à l’idéal pour lequel j’ai donné le meilleur de moi-même.

Fossoyeur du PCF, « épaulé » par un Pierre Laurent qui est tout sauf communiste, Melenchon vient terminer le sale boulot commencé par le guillotineur de patriotes algériens François Mitterrand.

Melenchon vient pour tuer ce qui reste du PCF, le glorieux PARTI DES FUSILLES.

 

Je rappelle également qu’à l’instar de la précédente élection présidentielle, je vais boycotter ce scrutin de voleurs.

 

Je refuse de choisir entre la PESTE et le CHOLERA.

 

Jacques Tourtaux

Militant retraité CGT cheminot

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

«J'use ma vie à vous défendre !» : l'altercation entre Mélenchon et des cheminots

  • Par Marc de Boni
  • Mis à jour 
  •  
  • Publié 

Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise

 

Le candidat de la France Insoumise a perdu son calme ce jeudi, en marge d'une réunion publique, alors qu'un cheminot lui exprimait sa défiance vis-à-vis de la classe politique, droite et gauche confondues.

Jean-Luc Mélenchon poursuivait jeudi sa série de meetings à travers la France, avec une escale à Périgueux (Dordogne). L'occasion de se frotter une nouvelle fois au terrain, au risque d'être confronté à une manifestation de cheminots. Dans une vidéo captée par Sud Ouest, le fondateur du Parti de gauche se fait interpeller par des salariés inquiets pour le maintien de leurs emplois, en partie menacés au Technicentre du quartier du Toulon. Après être parvenu un temps à conserver son calme, le candidat de la France insoumise explose.

«On vous attend au tournant qui que vous soyez. Droite gauche, extrême droite, extrême gauche, on vous attend. Votre salaire il va falloir le justifier… Quand on va péter les plombs, il va y avoir une révolution dans le pays!», lance l'un des manifestants à Mélenchon. «Et bien tant mieux», répond ce dernier. Non! ce n'est pas bon, parce qu'on ne sait pas qui c'est qu'on assassinera», reprend l'anonyme, entouré de militants arborant des drapeaux de la CGT. «Oh mais non, on assassinera personne! Mais non, soyez sérieux. Moi je vous respecte», essaie alors de le calmer l'ancien sénateur. «Ah non! Droite et gauche mélangées, vous ne nous respectez pas, attention! On arrive au point de rupture», oppose encore le protestataire.

Le bouillonnant candidat de la France Insoumise fait alors mine de partir, avant un retour en force. «Et pendant deux heures, je ne devrais rien te dire? Pourquoi tu me parles comme ça? Pourquoi on ne vous respecte pas? J'use ma vie à vous défendre! J'use ma vie!», crie alors Jean-Luc Mélenchon, en se justifiant de son action au Parlement européen. T'es mon ennemi c'est ça? C'est ça que tu veux? Alors va voir les mecs de droite, ce sont eux qui vous ont mis dans la merde, c'est le PS qui vous a mis dans la merde!»

Pierre Laurent (PCF) désapprouve

Quelques minutes auparavant, Jean-Luc Mélenchon avait été interpellé par un autre cheminot en colère, en gardant cette fois son calme. Le cheminot soulignait que le mouvement n'a pas vocation à se voir repris ou instrumentalisé par les responsables politiques. «J'ai bien compris, il y a les syndicats et les syndicats c'est pour tout le monde», a répliqué le candidat.

 Suivre

franceinfo @franceinfo

"Va voir les mecs de droite" JLM à un cheminot "Il faut éviter ce ton là" reconnaît P. Laurent 

Le coup de sang n'est visiblement pas très bien passé du côté du Parti communiste, soutien de la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Invité de France info ce vendredi matin, Pierre Laurent, secrétaire général du parti communiste, a pris quelques distances: «Il faut éviter évidemment ce ton là (…) Les cheminots savent discuter, ont leur franc parler. Jean-Luc le sait. Quand on va parler aux ouvriers, aux gens aux portes des usines, ils ont leur franc parler, y compris sur la politique. Ils savent vous dire ce qu'ils ont à vous dire, donc c'est normal d'affronter ce franc-parler». Si Jean-Luc Mélenchon a annoncé que «le bruit et la fureur, c'est terminé», l'épisode montre qu'il ne faut pas quand même pas trop le pousser.

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/01/27/35003-20170127ARTFIG00230-perigueux-la-vigoureuse-altercation-entre-melenchon-et-des-cheminots.php


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire