IRAK

COMMENT L'IRAK COMPTE CONTOURNER LES USA ?

Comment l’Irak compte contourner les USA ?

Sunday, 16 May 2021 6:21 PM  [ Last Update: Sunday, 16 May 2021 6:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les batteries de missiles S-400. ©Sputnik

La Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien a fait état de la décision de Bagdad pour acheter des systèmes avancés de défense aérienne dans un proche avenir. Cette décision intervient alors que Washington est resté le principal obstacle à l’achat de systèmes russes de défense aérienne.

Nayef al-Shammari, vice-président de la Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien, a annoncé l’intention du gouvernement de signer un contrat d’achat de systèmes de défense dans les mois à venir.

« Dans le budget 2021, des fonds ont été consacrés à l’achat d’équipements militaires de pointe afin de moderniser les forces armées », a-t-il déclaré.

À cet égard, les membres de Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien ont rencontré le ministre de la Défense et les Commandants de la défense aérienne.

Al-Shammari a ajouté que le gouvernement irakien signerait des contrats avec des entreprises importantes dans les mois à venir dans le but d’équiper le pays d’un système de défense avancé.

Irak: le Patriot sauvera Israël?

Irak: le Patriot sauvera Israël?

Le déploiement de Patriot en Irak a pour but de protéger Israël

« Ces contrats seront monopolisés par le ministère irakien de la Défense et la Commission parlementaire de sécurité et de défense qui supervisera tous les contrats ».

Abdul Khaliq al-Azzawi, membre de la Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien, avait précédemment déclaré que l’achat d’un système de défense aérienne avancé comptait parmi des priorités de la sécurité nationale irakienne en 2021.

Irak : la Russie réarme la Résistance?

Irak : la Russie réarme la Résistance?

Le commandant en chef des Hachd al-Chaabi rencontre le vice-ministre russe de la Défense sur fond de la possibilité de l’ouverture d’un bureau de représentation du Hezbollah à Moscou.

« L’Irak a un besoin vif d’acheter des systèmes de défense aérienne pour empêcher les violations de sa souveraineté et toute éventuelle agression », a-t-il déclaré sans manquer de préciser que « de nos jours, les avions de chasse et les drones sont dotés de hautes capacités de combat et les systèmes actuels de défense aérienne de l’Irak ne sont pas à la hauteur de tels défis. Par conséquent, l’achat de systèmes de défense avancés à la Russie ou à tout autre pays est une priorité de la sécurité nationale de l’Irak ».

Le projet de l’achat de nouveaux systèmes de défense aérienne est devenu plus urgent lorsque les positions de Hachd al-Chaabi sont attaquées dans différentes parties du pays.

USA : la Défense russe sanctionnée!

USA : la Défense russe sanctionnée!

De nouvelles sanctions américaines pourraient viser le ministère russe de la Défense et une société liée au Kremlin.

Sous l’ancien Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, M. Karim Alivi, membre de la Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien, avait annoncé qu’à la suite de la décision de Bagdad d’acheter les S-400 à la Russie, l’ambassade des États-Unis avait exercé ses pressions sur Bagdad pour qu’il y renonce. Il a également déclaré que ces pressions avaient pour but de rendre le pays entièrement dépendant des États-Unis en matière d’armements.

À cet égard, Mohammad al-Baldawi, vice-président de la Commission parlementaire de planification stratégique, affirme que Washington pense que si l’Irak se dote de systèmes de défense antimissile, cette mesure se fera au détriment des États-Unis et du régime sioniste, parce que la vente de ces systèmes aux pays du Moyen-Orient et leur déploiement en Irak conduiront à la fin de la supériorité aérienne américaine et israélienne.

La méga-percée

La méga-percée

L’Irak renonce à un contrat avec la Turquie au profit du russe Gazprom.

Le député irakien Mohammad Al-Baldawi insiste ensuite sur des questions économiques en soulignant que l’économie des États-Unis dépend fortement des revenus de vente d’armes. C’est pourquoi toute tentative de l’Irak ou de tout autre pays d’acheter des systèmes de défense aérienne russes susciterait des sanctions économiques américaines.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/16/652823/Irak-r%C3%A9arme-ses-syst%C3%A8mes-de-d%C3%A9fense-a%C3%A9rienne%C2%A0

IRAK : LES "CONTRACTORS" US FUIENT!

Le personnel de l'entreprise sécuritaire américaine "Sallyport" quitte la base de Balad

Monday, 10 May 2021 6:49 PM  [ Last Update: Tuesday, 11 May 2021 6:04 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le personnel de l'entreprise sécuritaire américaine envisagent de quitter la base de Balad en Irak. (Photo à titre d'illustration)

Des attaques aux roquettes consécutives contre la base américaine de Balad dans la province de Salah ad-Din au nord de Bagdad ont conduit l’entreprise américaine chargée de la sécurité et de la maintenance d’avions irakiens à quitter cette base.

Selon l’agence de presse IRNA, la base aérienne de Balad qui jadis abritait des forces américaines a été plus d’une fois ces dernières semaines la cible d’attaques menées par des groupes anti-occupation irakiens.

L’entreprise américaine de sous-traitance Sallyport, spécialisée en sécurité et responsable d’assurer celle d’avions de chasse dans la base aérienne de Balad en Irak est présente dans ce pays dans le cadre d’un contrat signé avec le ministère irakien de la Défense en vue de fournir les services de sécurité, de logistique et de maintenance aux F-16 irakiens avec 80 employés dont un nombre ont été blessés lors d’attaques aux roquettes sur la base de Balad.

Lire aussi :

Clash l'US Air Force/drones irakiens

Citant des sources gouvernementales, des agences de presse irakiennes rapportent maintenant que des employés de Sallyport ont décidé de quitter la base de Balad.

« Aucun employé de Sallyport n’a encore quitté l’Irak, mais ils ont informé des responsables militaires du pays de leur décision, après l’attaque aux roquettes de la semaine dernière sur la base de Balad qui a causé des dégâts au dortoir du personnel étranger », a déclaré un responsable du ministère de la Défense irakien au site d’information Alaraby.

Qassim al-Araji, conseiller à la sécurité nationale de l’Irak, a fait part quant à lui d’un plan global visant à remplir le vide sécuritaire et de protéger la base de Balad, a ajouté le responsable.

Mercredi 28 avril, une troisième frappe a visé les troupes américaines stationnées sur la base aérienne de Balad, dans le nord de la capitale.

Les 13 et 14 avril, deux autres nuées de trois drones-missiles de croisière irakiens très probablement de type Ababil-2 avaient déjà royalement percé les radars AGT des Patriot US déployés à Harir (Erbil) et à Aïn al-Assad (Al-Anbar), avant de s’abattre sur des cibles très précises qui d’après les images publiées par la chaîne de Résistance irakienne, Sabreen News auraient été des unités de renseignement et des hangars d’avions entre autres.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/10/652380/irak-retrait-sallyport-base-balad-attaques

IRAK : PREMIER ASSASSINAT CIBLE SIGNE MOSSAD

Empreinte du Mossad dans l'assassinat d'un activiste social en Irak

Sunday, 09 May 2021 6:25 PM  [ Last Update: Sunday, 09 May 2021 6:23 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Scène de manifestation en Irak. (Photo à titre d'illustration d'Al-Jazeera)

Ehab al-Wazni, chargé de coordonner les manifestations à Karbala, a été assassiné samedi soir. En Irak, sa mort est considérée par certains analystes comme un acte terroriste qui porte les traces de l’agence d’espionnage israélienne Mossad.

L’écrivain et journaliste irakien Mohammed al-Issa a écrit dans une note que la première instance responsable de l’assassinat d’Ehab al-Wazni était le Mossad, le régime d’Israël étant profondément déconcerté par les acquis de la République islamique d’Iran lors des récents pourparlers de Vienne. Or, pour déstabiliser la situation et semer le trouble, il pense qu’« avec des assassinats ciblés dans des pays dont le système politique est proche de l’Iran, il réussira à affecter le processus des négociations nucléaires à Vienne ».

« L’Iran frappera l’Amérique mais pas en Irak »

« L’échec de l’hégémonie américaine et l’anéantissement du régime sioniste », telle est la vengeance réservée au lâche assassinat du général Soleimani.

PressTV / French / 30 déc. 2020

Certains experts irakiens estiment que le Mossad israélien s’est infiltré dans la société irakienne via ses mercenaires, dont des Américains. Rappelons qu’un centre de renseignement et de sécurité du Mossad à Erbil, dans le nord de l’Irak, a été détruit dans une attaque à la roquette, le 25 avril 2020. Plusieurs Israéliens y ont trouvé la mort.

Ehab al-Wazni, activiste social irakien, assassiné devant sa résidence en Irak, le 8 mai 2011 au soir.

Les actes terroristes du Mossad en Irak vivent essentiellement à déstabiliser la position de l’Iran et à faire de l’Irak le terrain d’un conflit avec les États-Unis.

Mohammad al-Issa n’a pas exclu la possibilité d’une escalade des différends internes entre les groupes liés aux manifestations d’octobre 2019 en Irak. En effet, Al-Wazni a survécu à un assassinat en décembre 2019, deux mois seulement après le début des manifestations d’octobre qui appelaient à des réformes du système politique irakien. Son assassinat viserait à gagner le sentiment populaire pour les prochaines élections législatives, a-t-il estimé.

À cet égard, certains activistes sur les réseaux sociaux considèrent les dirigeants de certains groupes liés aux manifestations d’octobre 2019 comme responsables de la mort de Wazni.

Ces groupes ont même publié une déclaration annonçant leur éventuel retrait des législatives prévues le 10 octobre prochain en signe de protestation contre l’assassinat de Wazni.

Mohammed al-Issa a par ailleurs estimé que le troisième accusé dans l’affaire de l’assassinat de l’activiste irakien était le groupe terroriste Daech qui cherche à perturber l’ordre public dans les provinces du centre et du sud de I’Irak.

Selon certaines dépêches, des groupes liés aux manifestations d’octobre se sont rassemblés aujourd’hui à Karbala et à Najaf pour montrer leur indignation envers cet assassinat.

Le gouverneur de Karbala a annoncé que les forces de sécurité irakiennes avaient lancé une enquête importante. Le Bureau d’information du commandement militaire conjoint irakien a également indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité avaient commencé à traquer des éléments terroristes.

Une vidéo de surveillance enregistrée la nuit dernière montre al-Wazni au volant de sa voiture, au seuil de sa résidence, lorsque deux motocyclistes lui tirent dessus avec une arme à silencieux.

Le mode opératoire utilisé pour commettre ce crime est similaire à celui qui a récemment visé l’analyste politique irakien Hashem al-Hashimi.   

À cet égard, les chaînes sur les réseaux sociaux qui soutiennent les manifestations d’octobre 2019 ont lancé une campagne de protestation contre la récurrence des attaques terroristes contre des éléments liés aux manifestations, et ont appelé le gouvernement à agir rapidement pour identifier et arrêter les terroristes.

Où en sont les USA au 1er anniversaire du martyre de Soleimani ? La réponse du Leader...

"Les commanditaires 

PressTV / French / 16 déc. 2020

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/09/652293/Empreinte-du-Mossad-dans-l-assassinat-d-un-activiste-social-en-Irak

HEZBOLLAH IRAKIEN : LES ETATS-UNIS NE COMPRENNENT QUE LE LANGAGE DE LA FORCE

Hezbollah irakien: Washington ne comprend que le langage de la force

 Depuis 1 jour  8 mai 2021

Un combattant du Hezbollah irakien

Un combattant du Hezbollah irakien

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Les Brigades du Hezbollah irakien ont confirmé que la présence des Américains dans la région est une tentative désespérée visant à jeter l’Irak dans le bourbier humiliant de la normalisation (avec l’entité sioniste).

Les brigades ont déclaré, dans un communiqué, que « Washington ne comprend que le langage de la force », soulignant que « la présence militaire américaine ne parviendra pas à assurer la protection de ses membres, voire de ses alliés dans la région ».

Et d’ajouter : « le peuple irakien sera un élément essentiel et central -à tous les niveaux- dans la lutte contre l’entité usurpatrice ».

Le porte-parole militaire des Brigades du Hezbollah en Irak, Jaafar al-Husseini, avait déclaré le 3 avril que « les négociations avec les Etats Unis n’ont aucune valeur, vu que le peuple irakien a décidé de mettre fin à l’occupation américaine », ajoutant que « la résistance irakienne poursuivra ses pressions contre les Etats Unis afin qu’ils mettent fin à l’occupation de l’Irak ».

 

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2060434

IRAK : DOUBLE ATTAQUE ANTI-US

De violentes explosions visent deux convois logistiques américains

Friday, 07 May 2021 9:35 AM  [ Last Update: Friday, 07 May 2021 9:32 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux convois US attaqués le 7 mai 2021. (Photo d'illustration)

Deux autres convois logistiques américains ont été attaqués en Irak. 

Jeudi 6 mai, deux convois transportant du matériel logistique et qui appartenaient aux militaires américains, ont été touchés par l’explosion de deux bombes artisanales qui avaient été déposées le long des routes qu’ils traversaient dans le nord et dans l’ouest de l’Irak.

Lire aussi: Les troupes US mises en tenaille entre l'Irak et la Syrie

Dans la province d’al-Anbar, à l’ouest de l’Irak, une bombe artisanale, déposée au bord d’une route, a explosé au moment du passage d’un convoi logistique américain. Une personne a été blessée.  

Une deuxième bombe a explosé quand un autre convoi de même genre traversait une route dans la province de Salah ad-Din, au Nord du pays.

Lire aussi: Les GI's visés à travers tout l'Irak

L’ambassadeur des États-Unis en Irak, Matthew Tueller, s’est dit récemment préoccupé quant à l’intensification des attaques visant les convois de la coalition internationale, dirigée par les États-Unis. 

Aucun groupe n’a encore revendiqué les explosions de jeudi mais les groupes de Résistance irakiens continuent de réclamer le retrait des militaires américains d’Irak dans le cadre d’une loi adoptée en janvier 2020 par le parlement de ce pays.

Lire aussi: Convois US attaqués: Bagdad procède au retrait des forces étrangères

Les attaques contre les bases US, à la roquette et quelques fois par le biais de bombes posées en bordure de route, elles ont fini par contraindre les Américains à évacuer certaines de leurs bases et à déplacer leurs troupes vers d’autres lieux.

Il est utile de rappeler ici que nombreux sont les Irakiens de tout bord [éthnie,...] à demander la sortie immédiate des forces américaines de leur pays. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/07/652133/Irak-Etats-Unis-convoi-militaires-americains-attaque-

HAÏFA : LA SURPRISE IRAKIENNE ?

Comment la Résistance irakienne compte surprendre l'entité sioniste

Thursday, 06 May 2021 6:24 PM  [ Last Update: Thursday, 06 May 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un membre de Hashd al-Chaabi brandit son lance-roquettes.©Reuters

Depuis le 11 avril date à laquelle le Mossad a été pris de court par une opération parfaitement surprise visant son QG qu'il croyait bien à l'abri à Erbil peu d'informations sont infiltrées sur cette attaque. Trois des 11 officiers israéliens tués au cours de ce raid visiblement commando ont été identifiés et leurs noms publiés,  les blessés ayant été eux évacués en Israël.  Mais est-ce la fin des déboires israéliens en Irak? Au seuil de la journée mondiale de Qods l'Irak le Résistant est toute aversion contre Israël à qui l'invasion américaine de 2003 a ouvert les portes. Car sans la présence US l'entité sioniste ne se serait jamais infiltrée au Kurdistan irakien. Ce jeudi, le secrétaire général d'Asaïb Ahl al-Haq, cheikh Qaïs Khazali, l'une des composantes les plus actives de la Résistance a assuré les troupes US d'une chose : la Résistance irakienne dispose de nombreux atouts pour mettre en péril la présence américaine n'importe où sur le sol irakien, et que cette expulsion des forces US est irréversible puisque  la libération du territoire irakien de l'occupation américaine est un prélude a la libération de Qods. 

Début avril les forces US ont été frappées à coup de drone dans trois de leurs bases de campement a Harir, a Aïn al Asad et à Balad. L'arsenal irakien compterait-t-il  outre les missiles sol-sol et des drones-missiles de croisière, autres éléments surprises? Quand on sait que cela fait des années qu'Israël cherche à  s'implanter en Irak rien que pour s'offrir une voie de transit pétrolier tout est possible .
 Le régime d'occupation israélien a désespérément ambitionne de mettre en place l'oléoduc du port de Kirkouk-Haïfa, qui fonctionnait entre 1935 et 1948  construit par la Compagnie pétrolière irakienne entre 1932 et 1934.

Missiles antiavions russes à Gaza!

Missiles antiavions russes à Gaza!

Les médias israéliens ont affirmé que la branche militaire du Hamas avait procédé, ce samedi matin, à un nouveau test de missiles.

Ce projet est resté inachevé après l'occupation de la Palestine par Israël. Le gouvernement irakien de l'époque a refusé de pomper plus de pétrole dans l'oléoduc en signe de protestation.
Depuis l'invasion de l'Irak et l'infiltration sioniste au Kurdistan , 
 Le pétrole de la région du Kurdistan  est exporté par pipeline vers la Turquie, où il est chargé vers le port de Ceyhan d'où il est transporté par des pétroliers vers les ports de Haïfa et d'Ashkelon en Palestine occupée. Israël s'est classé premier pour les importations de pétrole brut de la région du Kurdistan irakien en 2017, d'après les données de la société "Clear data"; l'entreprise américaine spécialisée dans le suivi des expéditions mondiales de pétrole.
Après la libération de l'Irak du joug du groupe terroriste Daech Israël qui comptait sur lui pour une relance de l'oléoduc irakien vers le port Haïfa a presque perdu tout espoir alors qu'il comptait  sur deux événements pour avoir cet oléoduc : l'agression américaine en 2003 et l'expansion de Daech en Irak à partir de 2014.
 

Irak, une

 

Le ministre des Finances du  régime israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, s’est adressé en 2003 à un groupe d'investisseurs israéliens en ces termes : « Il ne faudra pas longtemps avant de voir le pétrole irakien couler vers Haïfa ... c'est une question de temps jusqu'à ce que le pétrole irakien retourne vers la Méditerranée » (c'est-à-dire le port de Haïfa). En 2014, simultanément à l’emprise par Daech sur des terres irakiennes, le ministre israélien de l'Infrastructure, Joseph Baritzky, a déclaré que la compagnie pétrolière "Tashat" avait été chargée de procéder à une évaluation des coûts qui seront nécessaires pour réparer l'oléoduc Mossoul-Haïfa . La présence sioniste à Erbil ne s'explique donc pas par l'amour de Tel-Aviv pour le peuple kurde. 

S'explique aussi en ce même sens la vague d'attaques terroristes contre les champs pétroliers de Kirkuk.

«Un attentat à la bombe par un groupe terroriste a visé les puits de pétrole no. 183 et 177 dans le champ pétrolifère de Bai Hassan à Kirkouk », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Selon le communiqué, un certain nombre de membres du personnel de sécurité ont été tués et blessés dans l'attentat.

Le ministère a déclaré que les équipes de lutte contre les incendies avaient réussi à éteindre l'incendie qui a éclaté dans le puits no. 177, et travaillent actuellement pour contrôler un autre incendie dans le puits no. 183.

Or on sait que Daech se bat a Kirkuk pour Israël mais ce qu'on sait moins c'est que Haïfa n'est pas uniquement a la portée des missiles syriens ou Hezbollah. La Résistance irakienne sait comment s'en occuper. 

                                                                        

Lire plus: Oléoduc Kirkouk-Baniyas : la convergence irano-irakienne se renforce

Irak: les USA frappent la Chine!

Irak: les USA frappent la Chine!

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/06/652056/Irak-Qods-R%C3%A9sistance-Lib%C3%A9ration-Kirkouk-Daech-P%C3%A9trole-Contrebande-de-p%C3%A9trole-Kurdistan-irakien

 

IRAK : AÏN AL ASAD CIBLEE DE MISSILES

Une troisième base US à avoir été ciblée en 48 heures

Tuesday, 04 May 2021 4:38 PM  [ Last Update: Tuesday, 04 May 2021 8:04 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi militaire américain visé à la frontière entre l'Irak et le Koweït. (Photo d'archives)

La base aérienne d’Aïn al-Asad a été prise la cible d’une attaque à la roquette.

Ce mardi 4 mai dans l’après-midi, des explosions ont retenti non loin d’Aïn al-Asad, une base aérienne dans la province irakienne d’al-Anbar, et les sirènes d’alerte ont été déclenchées.

Selon la chaîne de télévision irakienne Falloujah, « deux roquettes ont touché la base d’Aïn al-Asad ». 

« La base aérienne d’Aïn al-Asad vient d’être touchée par des roquettes », a rapporté la chaîne de télévision Russia Today citant un commandant militaire.

Le Centre de renseignements sécuritaires de l’Irak a confirmé, dans un communiqué, que deux Katiouchas avaient été tirés vers la base d’Ain al-Asad. « L’attaque n’a fait ni perte ni dégât matériel », a-t-il ajouté. 

Lundi 3 mai au soir, le bureau de la compagnie américaine Sallyport, situé non loin de la base aérienne de Balad, au nord de Bagdad, avait également été la cible d’une attaque à la roquette.

Plus tôt dans la journée, une explosion s’est produite dans un lieu où s’était réuni un groupe de militaires américains près du poste-frontière Koweït-Irak.

Selon Sabereen News, « des paquets d’explosifs ont explosé tout près d’un lieu de rassemblement des convois américains non loin du poste-frontière Jarichan ».

Une partie du convoi américain qui transportait des équipements militaires à destination des soldats US a été prise pour cible.

En janvier 2020, le Parlement irakien a unanimement voté pour l’expulsion des soldats américains d’Irak. Plus d’un an après l’adoption de cette loi, les Américains n’ont pas encore quitté l’Irak.

Irak: les

 

McKenzie va regretter sa phrase comme quoi « les troupes US ne quitteront pas de sitôt l

Des sources d’information ont fait état d’une explosion sur le passage d’un convoi militaire américain au poste frontalier entre le Koweït et l’Irak.

L’agence de presse Shafaq News a confirmé cette information, sans manquer de souligner que lors de l’explosion, un quartier général spécial pour le transport de matériel militaire aux forces de la coalition américaine avait été visé.

La chaîne Telegram de Sabreen News a rapporté que ce n’était pas la première ois que des engins explosifs de ce type avaient explosé sur le passage de convois américains au poste-frontière de Jerishan à la frontière irako-koweïtienne.

Les GI's visés à travers tout l'Irak

Un cinquième convoi logistique de troupes américaines en Irak a été visé en ce vendredi 22 janvier.

PressTV / French / 22 janv.

Les attaques contre les convois logistiques américains interviennent alors que le Parlement irakien a approuvé en janvier 2020 la loi sur l’expulsion des troupes américaines d’Irak, à la suite de l’assassinat par les Américains du général Qassem Soleimani et du chef adjoint des Hachd al-Chaabi Abu Mahdi al-Mohandes. Un an après l’adoption de cette loi au Parlement, les groupes politiques à la solde des États-Unis tentent d’empêcher son application.

De plus, après que les États-Unis et l’Irak se sont entendus pour que la mission américaine ne soit désormais uniquement vouée à la formation, le chef des Hachd al-Chaabi a déclaré que les Américains profitaient de cette position pour viser les forces irakiennes.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, Faleh al-Fayyadh, leader des Hachd al-Chaabi, a rencontré le chef et les membres du Centre de l’Union des experts stratégiques pour discuter de diverses questions dont la présence des forces américaines en Irak.

“Les forces américaines ne remplissent pas leur devoir consistant à fournir un soutien logistique et de renseignement aux forces irakiennes, par contre elles visent les forces irakiennes, dont les combattants des Hachd al-Chaabi”, a souligné Faleh al-Fayyadh cité par la chaîne irakienne Al-Ahed.

Irak : les Hachd frappés à Babylon par l'axe US/Israël, la Résistance riposte en Syrie...

Irak : les Hachd frappées à Babylon par l

PressTV / French / 19 janv.

“Les Américains ne sont pas une force pro-irakienne, mais une force d’occupation. Le gouvernement irakien doit mettre un terme à leur mission en Irak”, a-t-il ajouté.

Le chef des Hachd al-Chaabi a également précisé que “les forces américaines présentes dans les bases en Irak sont actuellement des éléments destinés au combat, et qu’il semble que leur mission consiste à combattre les groupes qui s’opposent à leur présence en Irak. Leur présence en Irak est le facteur d’instabilité”.

Par ailleurs, le Centre d’information sur la sécurité irakienne (affilié à l’armée irakienne) a annoncé dans un communiqué ce mardi après-midi qu’une opération terroriste à Bagdad avait été déjouée.

Selon le communiqué reçu par l’agence de presse irakienne (INA), l’un des détachements de l’Agence de sécurité nationale à Bagdad a réussi à saisir un lot de 1 000 kilogrammes d’explosifs dans l’ouest de la province. La cargaison appartenait à ce que l’on appelle la “région sud” travaillant au sein de gangs terroristes de Daech.

“C’est un matériau hautement explosif utilisé dans la fabrication de voitures piégées et de bombes artisanales”, ajoute le communiqué.

Irak: les USA empêchent l’éradication du terrorisme

Le soutien aérien US à Daech, fait obstacle à l’éradication du terrorisme en Irak.

PressTV / French / 1 févr.

Le Centre d’information sur la sécurité irakienne a précisé que “ces groupes terroristes cherchaient à les utiliser pour mener des opérations à l’intérieur de la capitale”, notant que “ces explosifs ont été saisis par les forces de sécurité et remis aux autorités concernées pour être éliminés”.

Yahya Rassoul, porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, a annoncé ce mardi sur son compte Twitter que les forces de sécurité irakiennes avaient découvert un certain nombre de bouteilles d’oxygène chargées de bombes lors d’une opération de déminage de la ville de Mossoul.

Cela intervient alors qu’un incendie a ravagé une unité de soins intensifs dédiée aux malades du Covid-19 dans un hôpital du sud-est de Bagdad, samedi 24 avril dans la nuit, tuant au moins 82 morts et faisant 110 blessées, selon le ministère irakien de l’Intérieur. C’étaient des bouteilles d’oxygène qui étaient à l’origine du sinistre.

Incendie à l'hôpital al-Khatib: Attaque ou incident?

Y a-t-il un rapport entre l’explosion de l’hôpital à Bagdad et l’attaque contre le QG du Mossad à Erbil ?

PressTV / French / 25 avr.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/04/651917/Irak-Bagdad-explosion-convoi-am%C3%A9ricain-Daech-

IRAK : LA SOLUTION "FINALE"?!

McKenzie dit ne pas vouloir quitter l'Irak : A quoi ressemblera la prochaine frappe anti-US?

Sunday, 02 May 2021 11:46 AM  [ Last Update: Sunday, 02 May 2021 12:08 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Plusieurs roquettes ont frappé la base aérienne de Balad au nord de Bagdad, capitale irakienne. ©Reuters/Archives

Mine de rien, ces 4 derniers jours ont été marqués en Irak par pas moins de sept attaques à la bombe visant scrupuleusement les convois logistiques US. Deux attaques viennent d'avoir lieu ce dimanche matin dans le sud et à Hilla. Certes, ce sont des attaques particulièrement calibrées de façon à ne pas provoquer des pertes en vie humaine  dans la mesure où les Yankee se font transiter leurs armements par des irakiens eux-mêmes, n'empêche que quand on est une armée d'occupation qui vampirise un Etat depuis 17 ans et que, bien haïe par la population, est appelée à faire place net, ces bien difficile de se maintenir en l'état avec ces bombes qui explosent partout.

Aïn al-Asad: le

 

Une fois de plus une attaque de drone a pris pour cible des troupes américaines à al-Anbar en Irak.

Surtout que l'Irak post 12 avril n'est pas celui d'avant : le 12 et 13 avril, la Résistance irakienne a pris pour cible de ses drones kamikazes deux méga bases US, l'une à Erbil l'autre à Aïn al-Asad. Ces deux attaques passées sous censure du Pentagone en termes de pertes et de dégâts ont été précédées de peu par une opération commando-éclair contre un QG secret du Mossad. Le clan Barzani a tout nié mais le trio US/GB/France a bien reconnu qu'il y a eu effectivement une super attaque. Pour le reste, les dix officiers du Mossad tués et blessés n'ont pas tardé à être identifiés par les sources proches de la Résistance. 

Axe de la Résistance nettoie le ciel du Moyen-Orient : l'US Air Force se incapable de "continuer"

« Pour la première fois depuis la Guerre de Corée, l’US Air Force opère au Moyen-Orient sans jouir d’une supériorité absolue » (McKenzie)

PressTV / French / 21 avr.

Du coup ce triple raid a fait déplacer la guerre pour la libération de l'Irak à un niveau à la fois militaire et de renseignement, terrain encore inexploré en Irak. Mais l'occupation est tenace et elle refuse de se rendre à l'évidence : interrogé par la chaîne al Hura, le patron du CentCom, Kenneth McKenzie, a ainsi eu le culot de confirmer que les forces US resteraient en Irak et qu'elles ne partiraient pas de sitôt, environ une semaine après que ses déclarations précédentes ont indiqué que Washington n'avait pas l'intention de se retirer d'Irak pour le moment. 

« Nous sommes en Irak à la demande du gouvernement irakien, et nous continuons à lutter contre Daech en coopération avec la coalition dirigée par Washington , a  prétendu le général US. Mais aussitôt dits, aussitôt regrettés ces propos : Mercredi 28 avril au soir, peu après que McKenzie eu prononcé ces phrases, visiblement oublieux de son discours récent devant le Congrçàs où il a très clairement reconnu que l'armée de l'air US a perdu sa supériorité pour cause des drones de la Résistance une troisième attaque au drone a visé la base aérienne US, Balad, dans le nord de Bagdad. 

Patriot US : la surprise des Hachd?

Le journal pro-qatari, Al-Arabi Al-Jadid, estime que les batteries de Patriot que les USA seraient sur le point de déployer à al-Anbar ou encore à Erbil, v...

Pars Today / 4 avr. 2020

Une base qui n’a rien moins de Fort Bliss au Texas et où se côtoient  régulièrement  quelque 12 escadrons expéditionnaires d l’US Air force, F-16, F-15, F-18…  tout comme des super C-130 Hercules, des unités de MQ Prédator et tout ceci sous prétexte d’avoir à entretenir les F-16 que l’Irak a payé de ses pétrodollars pris en otage dans des banques US, F-16 qui ne décolle que suivant le bon vouloir de Washington. Sur la frappe au drone de ce 29 avril à l’aube ayant visé la base aérienne Balad, le Pentagone n’a rien communiqué, ni non plus sur ces cinq attaques à la bombe ayant ciblé à une cadence effrayante ces 48 dernières heures les convois militaires US à Bassora, à Nasseriya, à Babel et à al-Anbar, n’empêche que ce raid est la troisième démonstration de forces des drones irakiens en 15 jours.

Irak: fin de partie pour les USA

48 heures après que les réseaux de distribution électrique de Natanz ont été sabotés, les troupes US-OTAN-Israël stationnées à Harir, la base aérienne ultra fortifiée située dans la capitale du Kurdistan irakien, viennent de subir leur première attaque au drone simultané de la Résistance.

PressTV / French / 15 avr.

Sur cette troisième raid, le Pentagone est resté plus que muet, faisant semblant comme si de rien n'était. Le Pentagone espère-t-il un miracle ou croit-il à ce qu'un accord nucléaire bis avec l'Iran saurait faire taire la Résistance irakienne? Pour l'heure les Yankee tournent en rond : l'héliportage des agents terroristes depuis la Syrie voisine, des attaques terroristes à Kirkouk, à Diyala, à Al Anbar ou encore dans la banlieue de Bagdad et en attendant, espérer que le futur Parlement irakien passe de la Résistance à la compromission sous l'égide d'al Kazemi.

Et puis comme presque sur tous les fronts, un retranchement derrière les "alliés". Ainsi la Turquie a annoncé samedi vouloir ériger "une base militaire dans le nord de l'Irak " et elle ne s'est même pas gêné de confirmer vouloir ériger cette base à l'image de celles qu'elle occupe dans le nord de la Syrie. Puis des sources irakiennes, on apprend que le Pentagone travaille à une extension de ses bases au Koweït et en Jordanie où ils ont même l'intention de créer une zone tampon de quelques 7 kilomètres de profondeur si le Parlement jordanien continue à dire non à cet curieux accord militaire qui prévoit la mise sous tutelle US du ciel, de l'air et des mers jordaniennes, moyennant une somme annuelle de 400 millions de dollars. 

Photo: la base Ain al-Asad doté de batteries de DCA et réaménagée après l'attaque au drone du 14 avril (Avia.pro

À défaut d’un territoire irakien qui devient un guet-apens grandeur nature pour des milliers de soldats US, exposés qu’ils sont de tout part et alors même que le sol syrien, les destinations de substitution se multiplient. Mais en Irak tout comme ailleurs au Moyen Orient, c'est la supériorité militaire qui décide, l'heure étant à ce que le secrétaire général d’Asaïb Ahl al-Haq, Qaïs al-Khazali, a qualifié le samedi 24 avril de solution "afghane" :  " l'attitude des Américains le  prouvent:  le langage du dialogue et de la logique ne fonctionne pas avec eux, et la voie afghane est le seul moyen de les faire sortir d’Irak. "

Irak : triple attaque anti-US

Irak : triple attaque anti-US

Trois convois logistiques appartenant aux forces américaines ont été pris pour cible dans différentes régions 

Les premières photos de la frappe au drone du 14 avril contre Aïn al-Asad commencent à envahir la toile et ce sont les sources russes qui les partagent en priorité : "Vous pouvez voir les impacts des frappes des forces anti-américaines en plein cœur de l'une des plus grandes bases militaires américaines. Bien que les photographies elles-mêmes aient été prises par l'armée américaine qui a largement soigné les locaux,  les dégâts sont assez graves. Les forces anti américaines affirment avoir visé des hangars des avions, des hélicoptères et des drones. Jusqu'ici les batteries de Patriot n'ont été pas une seule fois capable d'intercepter les drones ennemis qui eux, volent à très basse altitude".

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/01/651686/Irak-Etats-Unis-Balad--Retrait-GI-s-R%C3%A9sistance

IRAK : AU MOINS 82 MORTS DANS L’INCENDIE D’UN HOPITAL DEDIE AU COVID-19 A BAGDAD

Au moins 82 morts dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad

 Depuis 2 heures  25 avril 2021

hopital_bagdad-jpg5

 Irak - Monde arabe

 

hopital_bagdad

Au moins 82 personnes ont péri dimanche avant l’aube dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad, un drame qui a provoqué des appels à la démission de responsables dans un pays au système de santé délabré depuis des décennies.

Le feu est parti de bouteilles d’oxygène « stockées sans respect des conditions de sécurité » à l’hôpital Ibn al-Khatib à Bagdad, selon des sources médicales.

Selon un bilan actualisé, il s’agit de 82 morts et 110 blessés.

Colère de la population

Au-delà du bilan extrêmement lourd, les Irakiens ont exprimé leur colère après que des sources médicales et de sécurité ont attribué l’incendie à de la négligence. Un phénomène qui va de pair en Irak avec la corruption endémique et les hôpitaux déliquescents, sans oublier le départ de nombreux médecins qui ont émigré au gré de 40 années de conflits dans le pays.

Après ce drame, le hashtag « Démission du ministre de la Santé » était en tête des mots-clés sur Twitter en Irak.

Ouverture d’une enquête

hopital_bagdad-jpg1

Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, qui a proclamé trois jours de deuil national, a annoncé l’ouverture d’une enquête et réclamé des conclusions « sous 24 heures ».

Il a suspendu de leurs fonctions le patron de la Santé du secteur oriental de Bagdad, le directeur de l’hôpital et les chefs de la sécurité et de l’entretien technique. Ils sont interrogés et ne seront pas relâchés « avant de juger ceux qui ont fauté », a-t-il dit, alors que le Parlement a annoncé consacrer sa séance de lundi à cette tragédie.

« L’hôpital n’avait pas de système de protection contre les incendies et les faux plafonds ont permis la propagation du feu jusqu’à des produits hautement inflammables », a expliqué la Défense civile.
« La plupart des victimes sont mortes car elles ont été déplacées et privées de ventilateurs. D’autres ont été étouffées par la fumée. »

« 200 patients sauvés »

hopital_bagdad-jpg2

Plusieurs heures après l’incendie, le ministère de la Santé s’est targué d’avoir « sauvé plus de 200 patients », en promettant « un bilan précis des morts et des blessés plus tard ». Dimanche midi, le ministre et son porte-parole étaient toujours aux abonnés absents.

Les cas de Covid-19 ont dépassé mercredi le million en Irak, avec plus de 15.000 morts. Le pays, probablement en raison de sa population, l’une des plus jeunes au monde, enregistre un nombre de décès dus au Covid-19 relativement bas.

Pour éviter les hôpitaux délabrés, les malades préfèrent généralement installer une bouteille d’oxygène chez eux.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2052107

Mc KENZIE PRETEND QUE SES TROUPES RESTERONT EN IRAK. A QUOI DOIT-IL S'ATTENDRE ?

 

McKenzie affirme que ses troupes resteront en Irak. A quoi il devra s'attendre?

Saturday, 24 April 2021 1:57 PM  [ Last Update: Saturday, 24 April 2021 1:55 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les Hachd al-Chaabi en pleine guerre contre Daech. (Archives)

McKenzie, le chef de CentCom qui affirmait avec conviction qu’il n’y aurait pas de guerre Israël/Syrie et ce, même après que l’armée syrienne eut pris pour cible de sa première attaque balistique Néguev et Dimona, en perçant quelque 12 sites de DCA par un missile sol-sol tactique de type Fateh-110, a eu tort de souligner que les troupes US n’iraient pas se retirer d’Irak. Ces déclarations qui ont pour le reste déchiré le voile sur la méga imposture qu’est un « retrait US négocié » a aussitôt fait réagir la Résistance : le secrétaire général de Kataëb al-Haq a affirmé que ces propos ne prouvaient qu’une chose : la justesse de la méthode talibane. « Au fait les Américains ne quittent le terrain conquis que de force et c’est ce à quoi nous mène droit les propos de McKenzie ». 

Iran: aveu d'impuissance du CentCom

Iran : aveu d’impuissance du CentCom

Le chef du CentCom, McKenzie a averti que l’utilisation par l’Iran de drones de petite et moyenne taille pour la surveillance et les attaques, signifie que « l’armée américaine opère sans supériorité aérienne totale ».

Mais les propos de McKenzie alors que les troupes US viennent de subir de plein fouet deux attaques au drone simultané contre leurs bases, « Harir » et Ain al-Asad à « Erbil » et à Ain al-Asad, au terme de plusieurs de tension qui a donné le vendredi dernier à une attaque aux roquettes contre la base aérienne de Balade puis une autre attaque toujours aux roquettes le 23 avril contre la base Victoria de Bagdad, pourraient s’avérer bien fatals aux troupes d’occupation et ce dont craint visiblement le Pentagone.

Shahed 181, le fossoyeur de Patriot!

Shahed 181, le fossoyeur de Patriot !

La Force aérospatiale du CGRI est capable de neutraliser la menace de missiles de croisière tirés par des navires américains, et de percer également leurs boucliers antimissiles.

Ce samedi peu après l’entretien de McKenzie, et pour la deuxième fois en une semaine, l’armée américaine a installé un système de défense sur la base de Victoria, près de l’aéroport de Bagdad. Vendredi dernier et dans la foulée de l’attaque aux roquettes contre Balade, un autre système de défense C-RAM avait été transféré à la base de Victoria, mais il n’a pas pu détecter les roquettes tirées en sa direction lors des tests effectués.

Des avions militaires américains ont alors effectué des patrouilles aériennes autour de la zone verte de Bagdad alors que depuis vendredi dernier, presque tous les systèmes de défense de l’ambassade des États-Unis et de la base de Victoria sont activés, au prix de la colère des habitants de la région qui jeûnent en ce mois béni de ramadan. Or l’attaque aux roquettes de vendredi matin a remis en cause encore une fois l’efficacité des systèmes de défense aérienne américains qui il y a quelques mois avaient même provoqué lors des tests, des pertes civiles à Bagdad.  

Irak: la bazooka anti-US sort!

Irak : la bazooka anti-US sort!

Missiles tactiques de la Résistance tirés contre la base US 

Mais le mot de « combattre à l’afghane » les USA devraient bien « mal » sonner aux oreilles des troupes US à peine 10 jours après un premier raid au drone simultané contre les bases de campement US. En effet ce va-et-vient entre « drone et roquette » ne pourrait avoir qu’un sens, celui d’une nette complification des attaques anti Us à l’avenir. Ces trois derniers jours, les convois militaires US en partance pour la Syrie ont connu les raids similaires à ceux qu’effectue la Résistance irakienne. Ceci signifie que déjà ligoté sur le territoire irakien, les troupes US font face à une situation pareille en Syrie où malgré la présence des centaines de Daechiste qui leur servent de bouclier, leurs mouvements est bien trop limité. 

En Irak, une « afghanisation » des combats pourrait signifier à la fois un recours aux drones et aux missiles, ce que ne pourraient supporter les Américains. 

Aïn al-Asad

Aïn al-Asad

Des « roquettes » qui ont bousillé le rêve « bidenien » 

Selon les sources proches de la Résistance, l’arsenal irakien pourrait compter des types largement plus performants de drones, ceux-là mêmes qui, dixit McKenzie, ont « littéralement remis en cause la supériorité absolue de l’armée de l’air US au Moyen-Orient et ce, depuis la guerre de Corée. À Harir et à Ain al Asad, deux triplets de drones Ababi-3 auraient mené deux opérations d’une précision inouïe, et bien sanglante.  

Ababil-3 est un drone capable de voler à une altitude de 15 000 pieds et de transmettre des images simultanément à des stations de contrôle et de traitement des données au sol ou à d’autres plates-formes. Cela veut dire que la Résistance irakienne possède des centres de traitement des images. Et puis Ababil-3 a une autonomie de vol de cinq heures et peut transporter des charges jusqu’à 40 kg qui atteindront un poids maximum de 255 kg au décollage. Sa vitesse de pointe de 200 kilomètres par heure et il bénéficie d’une vision nocturne, lui permettant de prendre des images et des vidéos en survolant des cibles jour et nuit.

Ababil 3 : pourquoi l'US Navy devra s'inquiéter...

Ababil 3 : pourquoi l’US Navy devra s’inquiéter...

Les drones Ababil-3 iraniens sont équipés des bombes à guidage.

Un Ababil-3 peut identifier, de tourner des images pour mener une guerre électronique. Mais ce n’est pas tout : c’est un appareil qui outre sa capacité de larguer des bombes intelligentes, peut entrer en combat. La guerre contre la Résistance irakienne serait particulièrement rude à mener si les drones embarqués de celle-ci se mettent à transporter des missiles air-air : Le Fakour-90 en est un missile sur le missile américain AIM-54 Phoenix1, 2. Il est utilisé pour intercepter et détruire des cibles aériennes à longue distance. Il a une portée de 150 km, une vitesse de Mach 5, et un système de guidage qui lui permet de toucher une cible indépendamment du radar de l’avion-lanceur. La Résistance irakienne n’en a peut-être l’air d’en avoir, mais puisque la surprise est le principe même de toute guerre asymétrique, McKenzie ferait mieux de s’y attendre... ce serait intéressant de voir un premier avion US s’écraser en Irak comme ce premier missile balistique syrien s’étant écrasé près de Dimona. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/24/650188/Irak-nouvelle-DCA-installee-a-Bagdad