IRAK

OBJECTIFS CACHES DE L'OTAN EN IRAK ?

Objectifs cachés de l'OTAN en Irak

Friday, 26 February 2021 7:14 PM  [ Last Update: Friday, 26 February 2021 7:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des troupes américaines en Irak. ©AFP

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré jeudi 18 février que l’Alliance atlantique cherchait à multiplier par huit ses forces en Irak et souhaitait faire passer ses effectifs de 500 à 4 000 hommes.

Cette décision de l'OTAN s'est heurtée à la réaction des responsables et des personnalités d’Irak, dont beaucoup l'ont condamnée. De plus, alors que certains responsables du gouvernement irakien ont déclaré que la mission des forces de l'OTAN était une mission consultative et de formation, certains députés du Parlement irakien parlent du nouveau jeu de l'OTAN pour maintenir la présence américaine en Irak.

 

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants des Hachd?

Le conseiller irakien à la sécurité nationale Qassem al-Araji a écrit sur Twitter que « les activités des forces de l'OTAN dans le pays sont menées avec le consentement et la coordination de notre gouvernement ».

Mais Aziz Sharif al-Mayahi, ancien député du Parlement irakien, a déclaré que « toute présence de forces étrangères en Irak, dont les forces de l'OTAN, constitue une nouvelle occupation du pays ».

Naeem al-Aboudi, député de l’alliance al-Fatah au Parlement irakien a tenu à faire allusion au fait que l’augmentation du nombre d’effectifs de l’OTAN en Irak n’était qu’un prétexte pour renforcer l’ingérence des troupes américaines dans ce pays. « Les troupes de l’OTAN n’entreront pas en Irak et le Parlement ne leur permettra pas d’y entrer », a-t-il ajouté.

Avertissement sur les objectifs cachés de l'OTAN en Irak

Le Centre irakien d'études politiques a également mis en garde dans un communiqué contre les objectifs ambigus et secrets de l’OTAN d'augmenter ses effectifs dans tout l'Irak dans la phase suivante, affirmant que cela était contraire au principe de souveraineté nationale irakienne.

Depuis 2004, la mission de l'OTAN consistait à former les forces de sécurité en Irak et, depuis octobre 2018, les missions de l'OTAN en Irak sont devenues des missions consultatives et de formation.

Irak : l’armée avertit USA/OTAN

Irak : l’armée avertit USA/OTAN

Les Irakiens sont plus déterminés que jamais à expulser les troupes américaines de tout l’Irak y compris du Kurdistan irakien.

Les plans initiaux d'extension de la mission de l'OTAN en Irak ont ​​été élaborés à la demande de l'ancien président américain Donald Trump.

Les États-Unis tentent de protéger leurs intérêts au Moyen-Orient, en particulier en Irak, en planifiant et en gérant l'idée de l'expansion de l'OTAN, surtout après les pressions du Parlement et du peuple irakiens pour le retrait des militaires US du pays.

L'invasion et l'occupation américaines de l'Irak en 2003 ont été un facteur majeur pour l'entrée des forces de l'OTAN en Irak. Un regard sur la coalition dirigée par les États-Unis dans la guerre en Irak révèle que 16 membres de l'OTAN ont travaillé avec Washington sur cette question.

Trois membres de l'OTAN ont également accompagné directement les États-Unis dans sa guerre contre Irak: la Grande-Bretagne, le Danemark et la Pologne.

Augmenter le nombre d’effectifs de l'OTAN ou des États-Unis?

Hadi Qubisi, un analyste arabophone, a déclaré que depuis sa création, l’Alliance atlantique s'emploie à diviser la région et que l'OTAN est une coalition hostile contre les pays arabes qui s'opposent aux projets américains dans la région.

De son côté, Ali al-Sattouf, député du Parlement syrien, a souligné que l'OTAN tentait de s’emparer de la richesse de diverses nations depuis sa création post-Seconde Guerre mondiale.

Irak: Base aérienne US frappée ...

Irak: Base aérienne US frappée ...

Mais la question qui se pose maintenant est de savoir pourquoi la décision du commandement de l'OTAN de multiplier par huit ses effectifs en Irak coïncide avec l'annonce par les États-Unis d'une réduction ou d'un retrait des troupes américaines d'Irak.

À ce propos, Abbas al-Ardawi, politologue irakien a déclaré: « Le principal objectif de l'OTAN d'augmenter le nombre de ses troupes en Irak est d'occuper le pays. L'annonce par l'OTAN de sa décision de quadrupler sa présence militaire sur le sol irakien constitue une occupation. En fait, les forces de l'OTAN vont être celles des États-Unis. »

« Sur cette base, il est tout à fait clair que l'augmentation des forces de l'OTAN en Irak est le nouveau jeu de Washington dans ce pays. Washington a décidé de contourner d'une autre manière la loi du Parlement irakien d'expulser les troupes étrangères. Simultanément à l'annonce de la réduction des troupes américaines en Irak, nous constatons que l'OTAN a annoncé une multiplication par huit de ses forces dans ce pays. Cela prouve que les Américains sont à la recherche d’un nouveau type d'occupation en Irak », a-t-il précisé.

Le secrétaire général de l'OTAN a prétendu que la multiplication par huit des forces de l'OTAN en Irak visait à empêcher la résurrection de Daech dans le pays; et ce alors que ces forces n’ont pas enregistré de résultats satisfaisants dans la lutte contre le terrorisme, d’autant plus que les forces de sécurité irakiennes et les Hachd al-Chaabi sont bien capables d’assurer la sécurité et la stabilité de ce pays et qu’elles l’ont déjà prouvé en sauvant l’Irak des griffes du terrorisme.

Irak: les forces US assiégées...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Irak: les forces US assiégées...

Les attaques visant les convois militaires US les ont privés de la possibilité de transiter via deux tiers du territoire irakien. Les troupes US sont-elles poussées à quitter l’Irak ?

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/26/646133/Irak-Otan-USA-occupation-Hachd-al-Chaabi

IRAK : DEUX CONVOIS MILITAIRES US ATTAQUES

Irak : attaque contre deux convois US

Thursday, 25 February 2021 7:16 PM  [ Last Update: Thursday, 25 February 2021 7:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux convois militaires américains attaqués en Irak. (Illustration)

Une fois de plus, des convois transportant du matériel logistique pour l'armée américaine ont fait l’objet d'attaques en Irak. Ce jeudi, deux convois de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont été pris pour cible dans les provinces irakiennes de Bagdad et Babil, rapporte l'agence de presse Saberin proche de la résistance irakienne.

A l’heure qu’il est, la coalition soi-disant anti-Daech n’a pas fait de commentaire sur l’attaque.

Lire aussi : Des tirs de missiles contre la base aérienne US à Balad une semaine après l'attaque contre Erbil

Arrivés en Irak principalement depuis la frontière syrienne à l'ouest ou la frontière koweïtienne au sud, les convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak ont ​​été à plusieurs reprises la cible d'attaques à la bombe en bordure de route, au cours de ces derniers mois. 

Les attaques de représailles se poursuivent alors que les groupes de résistance irakiens avaient averti que la date limite pour le retrait des troupes américaines par le gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi était expirée.

Lire aussi : Des soldats britanniques et français, futurs "boucliers humains" des GI's au Moyen-Orient ?

A la suite de l’assassinat ciblé de deux hauts commandants de la Résistance par un drone américain le 3 janvier 2020 près de l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a voté une loi exigeant le retrait des troupes étrangères d’Irak.

Considérant les troupes américaines présentes dans leur pays comme des forces d’occupation, les partis et les factions irakiens sont nombreux à appeler à leur retrait immédiat.

Mais, les récents incidents survenus au sein de l’armée américaine en Irak et le développement des groupes takfiristes en Syrie ont long à dire sur le transfert illégal de militaires et d'équipements américains

Ayant mis le retrait de ses troupes d’Irak à l’ordre du jour, Washington n’a toutefois pas caché son intérêt à envoyer des troupes en Syrie notamment pour maintenir sa présence militaire dans la région, contrecarrer l'influence turque dans le nord de la Syrie, ressourcer Daech dans le sud et soutenir les Forces démocratiques syriennes (FDS) au détriment du président Bachar al-Assad, dans le trafic et le pillage du pétrole de la Syrie; d’où l'intensification des affrontements entre l’armée syrienne et les milices kurdes.

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/25/646067/Irak-convois-US-attaques

IRAK : L’AMBASSADE AMERICAINE A BAGDAD CIBLEE PAR DES TIRS DE ROQUETTES. LES USA ACCUSENT LES ALLIES DE L’IRAN

L’ambassade américaine à Bagdad visée par des tirs de roquettes. Washington accuse les alliés de l’Iran

 Depuis 6 heures  23 février 2021

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l'ambassade des États-Unis à Bagdad

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l'ambassade des États-Unis à Bagdad

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l’ambassade des États-Unis à Bagdad, ont indiqué à l’AFP des sources de sécurité, la troisième attaque contre des intérêts de l’occupation en Irak en une semaine.

Une roquette est tombée dans la Zone verte, où se trouve le siège l’ambassade, tandis que d’autres se sont écrasées dans les zones situées autour de ce quartier ultra-sécurisé qui abrite également des institutions étatiques et autres représentations diplomatiques, précisent-elles.

Ned Price

Ned Price

Peu après cette attaque non-revendiquée, les Etats-Unis ont averti qu’ils tiendraient l’Iran pour « responsable » des actions en Irak des alliés de la république islamique.

Selon le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, les forces américaines éviteraient toutefois d’alimenter une « escalade qui jouerait en faveur de l’Iran ».

En riposte aux attaques américaines contre les positions des forces de mobilisation populaire Hachd al-Chaabi, qui combattent Daech avec l’aide de conseillers iraniens, des installations militaires et diplomatiques américaines ont été prises pour cibles en Irak depuis l’automne 2019 par des dizaines de roquettes ainsi que par des attaques à la bombe sur le réseau routier, mais la plupart de ces actions étaient menées à Bagdad.

Des missiles iraniens ont aussi frappé l’aéroport d’Erbil en janvier 2020, en même temps que la base Aïn Asad située dans la province d’Al-Anbar, à l’ouest de l’Irak,  en riposte à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par une frappe de drone américain à Bagdad.

Depuis l’assassinat de Soleimani, au côté du chef-adjoint du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes et de 10 de leurs compagnons iraniens et irakiens, le parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait des forces américaines et de la coalition internationale.

Cette demande a été ratifiée par le gouvernement d’Adel Abdel Mahdi lequel a envoyé deux messages au Conseil de sécurité et au commandement américain exigeant ce retrait. Mais les Etats-Unis ont refusé d’obtempérer prétextant que certaines composantes du parlement s’étaient abstenues de voter.

Depuis l’avènement d’un nouveau Premier ministre, Moustafa Kazimi, cette requête semble avoir été écartée, malgré les déclarations allant dans le sens contraire.  Face au refus américain, des groupes de résistance se sont formées pour les contraindre à se retirer.

https://french.almanar.com.lb/2014454

IRAK : LA BASE AERIENNE BALAD UTILISEE PAR L'ARMEE US ATTAQUEE AUX ROQUETTES KATOUCHA

Des Katioucha s'abattent sur la base aérienne de Balad en Irak

Saturday, 20 February 2021 6:37 PM  [ Last Update: Saturday, 20 February 2021 6:37 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des troupes américaines dans la base aérienne de Balad en Irak. ©Bloomberg

Des sources irakiennes ont rapporté une explosion à la base aérienne de Balad dans la province irakienne de Salaheddin, utilisée par l’armée américaine.

Les médias irakiens ont rapporté samedi soir qu’une explosion avait été entendue dans une base du centre de l’Irak qui héberge l’armée américaine.

La chaîne Telegram Sabreen News a rapporté que « trois roquettes de 107 mm ont frappé l’ancien siège de la société américaine Sallyport situé à l’intérieur de la base aérienne de Balad ».

Irak: le coup de laser anti-GI's?

Irak : le coup de laser anti-GI's ?

La chaîne kurdophone Rudaw a également confirmé que plusieurs roquettes avaient touché la base.

La chaîne de télévision libanaise Al-Mayadeen citant son correspondant en Irak, a déclaré que les explosions avaient été causées par au moins trois roquettes Katioucha.

Selon des informations non confirmées, les roquettes n’ont fait aucune victime et personne ni aucun groupe n’a revendiqué cette attaque.

La base aérienne Balad est située à 60 kilomètres au nord-ouest de Bagdad et a été utilisée par l’armée américaine au fil des ans. Mais alors que les attaques aux missiles contre la base s’intensifiaient, Washington a été contraint de déplacer un certain nombre de ses troupes vers des bases plus sûres. La base est actuellement utilisée par l’OTAN, dont les États-Unis font partie.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a récemment déclaré qu’il allait multiplier par huit ses forces en Irak et étendre les missions de l’Alliance atlantique dans la région et en Irak.

Les Hachd frappés, frappent!

Les Hachd frappés, frappent!

Fin de la logique " tir et oublie" : la Résistance irakienne répond désormais chaque frappe Us par une contre-frappe.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/20/645693/Irak-explosion-base-a%C3%A9rienne-Balad-USA-Katioucha

IRAK : 5 HEROÏQUES COMBATTANTS DES HACHD AL-CHAABI TUES LORS D’AFFRONTEMENTS AVEC LES TERRORISTES DE DAECH A DIYALA

Irak: 5 martyrs du Hachd al-Chaabi lors d’affrontements avec «Daech» à Diyala

Irak: 5 martyrs du Hachd al-Chaabi lors d’affrontements avec «Daech» à Diyala

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 5 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Cinq combattants du Hachd al-Chaabi sont tombés en martyre mercredi et jeudi lors d’affrontements avec le groupe terroriste «Daech» à Diyala.

Le Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) a annoncé jeudi trois martyrs et cinq blessés parmi ses membres, lors d'un affrontement avec des éléments de «Daech», dans le gouvernorat de Diyala, dans l'est de l'Irak.

«Les forces de la 28e brigade de la mobilisation ont affronté des éléments de Daech dans la province du nord de Diyala et ont pu contraindre les assaillants à fuir», a déclaré le Hachd dans un communiqué, ajoutant que «l'attaque a tué 3 membres des forces de Mobilisation populaire et en a blessé 5 autres», sans donner plus de détails.

Deux membres de la Mobilisation populaire ont été tués et quatre autres blessés dans la journée de mercredi, lors d'une attaque similaire menée par des éléments soupçonnés d'être affiliés à «Daech» dans la province, selon une source sécuritaire.

En 2017, l'Irak avait déclaré la victoire contre «Daech» en reprenant la totalité de son territoire, mais ces derniers mois, les attaques d'éléments présumés de «Daech» se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de «Triangle de la mort».

https://french.alahednews.com.lb/38782/304

IRAK : ERBIL FRAPPEE, LA CIA SAIGNE...

Irak/Harir : Cyber Unité ultra secrète de la CIA frappée à l'aéroport d'Erbil

Thursday, 18 February 2021 2:18 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 3:09 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un soldat US à Harir/AFP

Ces 24 "roquettes" de 107 mm  que Saraya Awlia al-Dam  a tirées contre  le "Ramstein" irakien, Harir, cette base située à l'aéroport d'Erbil au Nord où les Etats-Unis croient pouvoir maintenir encore pour longtemps ses troupes alors mêmes qu'aucun jour ne passe sans que leurs convois logistiques ne fassent l'objet des attaques à la bombe sur la quasi totalité des artères de communications irakiennes, ont visiblement fait bien plus que de laisser un bilan de cinq  blessés dans les rangs des "contractors US",  faire bousiller un superbe  Super King Air 350  de la CIA ou encore pulvériser un drone Reaper comme ceux dont usent et abusent les Américains pour intimider les forces irakiennes et ce, en soutien aux terroristes de Daech qu'ils arment , forment et héliportent depuis la Syrie vers l'Irak.

A preuve; cet exercice de C-RAM que les troupes US viennent de lancer en toute quiétude à l'intérieur de l'ambassade -Base qu'ils détiennent à Bagdad et qui a suscité un tollé à travers la capitale sans que le PM Kazemi soit à même d'y parer. En effet selon les toutes dernières informations ces roquettes tactiques et de peur de valeur dont les batteries ont été retrouvées non loin de la base, auraient bien visé un labo dernier cri de la CIA installé tout récemment à l'aéroport comme le QG de cyber-guerre.  

Aïn al-Asad

Aïn al-Asad

Des "roquettes" qui ont bousillé le rêve "bidenien" 

« Il s'agit d'un centre de formation aux  cyber-attaques largement utilisées contre les pays de la région". L'analyste irakien Al Adrdawi affirme même sur le site Al Maalouma que le QG accueillait avant d'être parti en fumée sous les coups des roquettes de la Résistance, des "forces spéciales venues de Syrie" et que ce contingent "opérant dans le cadre de Cyber Army" apprenait puis lançaient des "cyber attaques contre els "ennemis des USA" en Irak et dans la région.

"Certains officiers de la CIA sont également présent à Harir et ils sont chargés de la même mission. Le fait que les roquettes puissent avoir visé une unité ultra secrète qui est de surcroit impliquée dans des missions ultra confidentielles, devrait à l'heure qu'il est avoir prouvé aux Américains que la "Résistance les a sous l'œil partout" même là où ils se croient à l'abri. En effet ce qui vient de se produire affirme que  cette attaque a été menée par des parties à l'intérieur de la région du Kurdistan, signe qu'au moins une partie des Kurdes d'Irak, au contraire de que le Pentagone croit, s'oppose radicalement aux plans américains. Les deux avions détruits par les roquettes sont d'ailleurs en lien avec la CIA et cette labo dont elle dispose à Harir.  

USA: le

USA: 

Israël vend ses F-16

Et la source d'ajouter : " ce qui vient de se produire n'est pas non plus sans lien avec des capacités de défense de la Résistance car des cyberattaques, outre d'avoir à viser des entreprises, ou des sites sensibles, agissent aussi sur les dispositifs de défense, des missiles, ou encore des drones d'attaque ou kamikaze et il semblerait que la frappe aurait visé aussi cette capacité". 

La Résistance irakienne s'apprête-t-elle pour un nouveau round de force avec en perspective la mise à la porte définitive de l'armée américaine? Depuis l'attaque à Erbil, les menaces US se multiplient . Après une première annonce suivant de quelques heures la frappe contre Erbil, la porte parole du Département d'Etat s'est mis encore ce jeudi à menacer "les auteurs de riposte". Outre signe de panique qui ne trompe pas : l'OTAN vient d'annoncer évidemment sans avancer une quelconque date sa décision d'élargir son contingent à 5000 en Irak. Ces annonces se font alors que même les convois logistiques US ont enregistré ce mercredi le 22 ème attaque à la bombe  les visant depuis le début de janvier.  

Saberin News a rapporté que le convoi militaire ciblé appartenait à l'armée américaine et qu’il avait été visé par une bombe en bordure de route alors qu'il traversait la ville de Nassiriya, le chef-lieu de la province de Dhi Qar. Selon le rapport, le groupe de résistance islamique appelé « Ashab al-Kahf » a revendiqué l’attaque dans un communiqué. Cette semaine, le groupe a revendiqué la responsabilité d'une autre attaque contre les forces turques dans la province de Mossoul.

Missiles

Missiles

Œil pour œil, dent pour dent, la Résistance irakienne fait son baptême de feu de puissance balistique ...Riyad, la première cible

" La frappe visant l'aéroport militaire d'Erbil a eu lieu à peine un mois après la double attentat kamikaze le 19 décembre ayant visé la place Tayaran de Bagdad. Cette attaque a été ripostée par un groupe visiblement affilié à la Résistance dont les drones ont réussi à percer les Patriot saoudien avant d'être pris pour cible des missiles THAAD au dessus du palais du roi Salmane à Yammameh. Je crois bien que la Résistance irakien veut faire comprendre qu'elle a acquis elle aussi les capacités dont jouissent Ansarallah et qui ont fait plier les Etats Unis au point de revenir sur leur décision de les blacklister. Tout porte à croire que les prochaines semaines seront riches en surprise balistiques contre les Américains". 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645530/M%C3%A9ga-chasse-de-Daech-au-nord-est-de-l-Irak

IRAK : LA RESISTANCE FRAPPE LE "SULTAN"!

Mossoul: premier face-à-face troupes d'occupation turques/Résistance irakienne

Monday, 15 February 2021 6:22 PM  [ Last Update: Tuesday, 16 February 2021 4:42 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cette photo à titre d'illustration de Reuters montre une scène d'attaque de civils contre une base militaire turque à Dahouk dans le Nord irakien.

L'ultimatum de la Résistance irakienne a expiré. Sinjar ne sera pas la seconde Idlib, même si Erdogan compte y faire main basse pour plaire a l’administration démocrate… Une base militaire turque a été frappée à Mossoul ce lundi. Ashab al-Kahf, l’un des groupes de résistance islamique d’Irak a revendiqué l'attaque, lancée en réponse aux avancées de l’armée turque dans la province de Ninive. La Résistance irakienne a auparavant averti contre toute opération turque visant à envahir la localité de Sinjar sous le prétexte de repousser les éléments du PKK. Les agissements de l’armée turque dans la province de Ninive ont coïncidé avec une nouvelle tentative US de construire une base militaire à Hassaké où sont déployés les membres des FDS, soutenus par les USA. 

Le groupe de résistance islamique irakien Ashab al-Kahf (Compagnons de la grotte) a annoncé aujourd'hui qu'il avait ciblé une base militaire turque à Mossoul en représailles aux avancées militaires turques dans la province de Ninive.

Selon Sabreen News, une heure avant le bruit des roquettes tirées à Mossoul, le groupe de résistance irakien avait tiré un missile sur une base militaire turque à Mossoul.

 Le mouvement de résistance Islamique Al-Nujaba a revendiqué l'attaque sur la base militaire turque à la frontière irako-turque.

Base US à Al-Tanf

Base US à Al-Tanf

Un corridor aérien militaire reliant Téhéran à Lattaquié plus un liaison navale Bandar-Abas-Lattaquié....quelle surprise prépare la Résistance à Biden?

La coalition pro-américaine construit une nouvelle base dans le nord-est de la Syrie

Des sources syriennes ont fait part de la construction d'une nouvelle base de la coalition américaine dans le nord-est de la Syrie, près de la frontière avec l’Irak et la Turquie.

La chaîne télévisée Al-Mayadeen rapporte que la base devrait être construite dans le district d’Ain Divar dans la province de Hassaké, et les Américains ont d'ores et déjà transféré de nouveaux équipements militaires dans leurs bases de cette même province.

 

Des sources locales ont indiqué qu’un convoi de la soi-disant coalition multinationale composée de 50 camions transportant du matériel logistique et militaire, accompagnés de véhicules blindés, est entré en territoire syrien depuis l'Irak avant de se diriger vers les bases militaires à Qamichli et Hassaké.

La nouvelle base, dont la construction de certaines parties a été achevée, se situe dans la banlieue de la ville de Yaarabiya dans la région d'al-Malikiyah au nord-est de la province de Hassaké. Le site de la base était autrefois une piste pour les petits avions pulvérisateurs. L’armée américaine a entouré la piste de murs en béton préfabriqués et fait construire une piste d'atterrissage pour hélicoptères.

Dans le même temps, la coalition américaine a évacué la base Swama dans la province de Hassaké et a transféré la plupart de son équipement vers la nouvelle base.

À cet égard, l'agence de presse officielle syrienne, SANA, a rapporté que les militaires des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont soutenues par les États-Unis, ont confisqué la récolte de blé des agriculteurs de Hassaké et de Qamichli.

Le porte-parole du département américain de la Défense, John Kirby, prétend que 900 militaires américains y étaient déployés non pas pour faire main basse sur les gisements hydrocarbures syriens, mais pour combattre Daech.

Depuis quelque temps, de nombreux rapports font état d’une attaque probable turque contre Sinjar et l’occupation de cette région frontalière avec la Turquie sous prétexte d'affronter les paramilitaires du PKK. L’homme fort des Hachd al-Chaabi, Hadi Al-Ameri, a annoncé, il y a deux jours, que l'armée turque envisageait d'attaquer Sinjar, selon des informations fiables.

La Résistance met en garde Erdogan

La Résistance met en garde Erdogan

Le mouvement Asa

Critiquant les agissements et les attaques de la Turquie dans le nord de l'Irak, le chef de l’Alliance Al-Fatah au Parlement irakien a déclaré : « La Turquie doit cesser ses actes hostiles ; des actions qui non seulement ne servent pas les relations bilatérales avec l'Irak, mais auront un impact profond sur ces relations. Nous nous attendions à ce que la Turquie procède à se retirer complètement du territoire irakien, et non à accroître son occupation. »

Lire : Toutes les guerres qu'Erdogan a imposées à l'armée turque

Le chef de l’organisation Badr a par ailleurs appelé le gouvernement irakien à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher les attaques sur le territoire irakien.

Située dans la partie Ouest de la province de Ninive, au centre de la ville de Mossoul, Sinjar a été transformée, ces dernières années, par le PKK en une base militaire pour ses activités contre le gouvernement turc, en raison notamment du manque de forces irakiennes dans la région.

Ankara a averti à plusieurs reprises que la région deviendrait une deuxième Qandil – le nom d'une montagne près des frontières de l'Iran, de l'Irak et de la Turquie, où ont été cantonnés les éléments du PKK.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan a récemment averti que les forces turques pourraient soudainement lancer une opération à Sinjar du jour au lendemain.

En réaction aux récents avertissements d’Ankara, le porte-parole du commandement des opérations de l’armée irakienne, le général de brigade Tahsin al-Khafaji a déclaré ce lundi que l’Irak prendrait les mesures nécessaires en cas d'agression ou d'attaque étrangère sur son territoire.

« Toutes les unités militaires sont, affirme le général de brigade al-Khafaji, stationnées à Sinjar et la situation dans la région est sous contrôle et aucune action armée n'y est observée ».

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/15/645324/Irak-Syrie--les-dessous-des-op%C3%A9rations-US-turque

IRAK : PREMIERE OPERATION NAVALE ANTI-US!

Les vedettes rapides et les drones des Hachd entrent en action

Thursday, 11 February 2021 3:27 PM  [ Last Update: Thursday, 11 February 2021 3:26 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les Hachd al-Chaabi mènent des opérations d'envergure pour empêcher le resurgissement de Daech. (Illustration)

Ce n'est pas uniquement à Al-Anbar que la Résistance irakienne réprime, traque, et élimine les agents daechistes que le Pentagone de LIyod Austin, une fois relâchés des prisons de Hassaké et de Deir ez-Zor et entraînés rapidement à al-Tanf, se démène pour héliporter vers l'Irak. Alors même que les médias mainstream font tout pour effacer sous un flot d'informations dénaturées les extraordinaires capacités militaires des Hachd al-Chaabi, des rapports convergents font état de faits militaires particulièrement inouïs : une première opération amphibie de la Résistance irakienne impliquant des vedettes rapides (sans doute de fabrication iranienne) vient d'avoir lieu au large de Baqubah contre les agents takfiristes de l'US Army.

Lire aussi : De quoi est le signe la nuée de drones "irakiens" qui a percé le ciel de Riyad ?

Il s'agit de la plus grande opération de reconnaissance amphibie jamais menée en Irak. C'est pour la deuxième journée consécutive que les Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi) ont mené cette opération de reconnaissance amphibie, a déclaré Sadiq al-Husseini, porte-parole des forces des Hachd Chaabi à Diyala, lors d’une interview avec le site d’information Al-Maaloumah.

Considérée comme la plus grande jamais menée sur le sol irakien, l’opération s’est déroulée sur les eaux du lac Hamrin à 59 km au nord-est de Baqubah, a précisé al-Husseini en soulignant le soutien aérien des drones (encore de fabrication iranienne, NDLR) avec pour mission de "surveiller les rivages à distance". Cela veut dire que pour la première fois depuis 2003, l'Irak résistant se dote de capacités marines, de reconnaissance contre les troupes ennemies qui, retranchées à Ain al-Asad et Harir, croient toujours possibles une reconduction du scénario de 2014 quand l’Amérique avait encore un État fédéral et de quoi payer ses aventures militaires au Moyen-Orient.  

A ceci s'ajoute évidemment cette autre capacité des Hachd passée là encore sous le silence médiatique, celle manifestée les 23 et 25 janvier dans le ciel de Riyad via des drones d'une portée de 600 kilomètres et tirés en représailles à la double attaque kamikaze de la place de Tayran de Bagdad.

Lire aussi : Trois convois logistiques US attaqués en 12 heures à Hillah et à Babylone

Irak: Tel-Aviv

Irak: Tel-Aviv

L’opération stratégique à laquelle prennent part les unités de combat commando à bord de vedettes à grande vitesse, est lancée à Diyala pour assurer la sécurité des sources d’eau, mais aussi empêcher l’infiltration des terrorises de Daech sur les côtes et les îles environnant Baqubah. 

Et puis cette vraie armée nationale irakienne ne se limite pas seulement aux opérations navales. Partout où elle passe, le Pentagone a le souffle coupé. 

Sur fond de tentatives US/Daech de reprendre des opérations terroristes pour semer l’insécurité en Irak, les forces irakiennes ont lancé une opération majeure, baptisée Aswad al-Jazirah, pour protéger les provinces de Salaheddin, Ninive et al-Anbar.

À cet égard, un groupe conjoint de combattants des Hachd al-Chaabi (constituées des forces tribales et des 51e, 21e, 6e, 35e brigades), les forces de l'armée irakienne (91e et 20e brigades), les régiments de la police et le groupe Ansarallah al-Marjieh, mènent l’opération depuis neuf axes.

Soutenue par les Sukhoi de l’armée irakienne, l’opération se déroule dans les régions du centre et de l'ouest de l’Irak. Elle est concentrée principalement sur les zones désertiques situées entre les province de Salaheddine et de Ninive.

En outre, une recherche minutieuse est en cours sur ces axes, les forces de Hachd al-Chaabi s'efforçant d’identifier les cellules dormantes de Daech et leur quartier général. 34 maisons piégées ont été ainsi localisées à al-Anbar, non loin des frontières syriennes où les 60 pilotes US servent de "conducteurs aériens" aux terroristes de Daech héliportés de Syrie.

L'opération sur ces axes une fois couronnée de succès, la sécurité des régions du nord de la province d'al-Anbar sera en grande partie assurée. Elle contribuera à sécuriser la route Bagdad-Mossoul, les régions du nord et du nord-ouest de la province de Salaheddine ainsi que le parties centrale et occidentale de Ninive. 

Bassora: l'US Army attaquée

Bassora: l'US Army attaquée

Un nouveau convoi logistique américain a été pris pour cible sur l’autoroute Bassora-Nassiriya.

Lire aussi : Les GI's visés à travers tout l'Irak

Soutenues directement par les États-Unis et les régimes réactionnaires de la région, les cellules secrètes de Daech ont l'intention de défier les forces de sécurité irakiennes qui ont riposté avec une grande fermeté.

Décrivant les évolutions dans le nord de l’Irak, une source sur le terrain a expliqué que la dynamique des opérations des forces irakiennes s'est accélérée.

Lires aussi : À Bagdad Bogdanov parle coopération et échange multiface

En référence à la reprise des opérations terroristes par Daech, les sources affirment que les forces armées irakiennes, en particulier les Hachd al-Chaabi, sont déterminées à nettoyer les zones occupées par les terroristes, malgré certains sabotages.

Irak: 1er clash aérien USA/Résistance?

Irak: 1er clash aérien USA/Résistance?

Karbala se dote d’un aéroport où l’armée de l’air US risquerait sa peau

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/11/645039/Irak-1er-operation-navale-anti-US-

 

IRAK : L'US AIR FORCE DANS LE VISEUR

Missiles anti-avions pour en finir avec le transit aérien de Daech

Wednesday, 10 February 2021 6:39 PM  [ Last Update: Thursday, 11 February 2021 4:50 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un hélicoptère américain Chinook. (Photo d'illustration)

En Irak, les Hachd al-Chaabi et l’armée ont lancé une opération anti-Daech conjointe dans les provinces de Bagdad, de Samara et d’al-Anbar. 

Selon la chaîne d’information irakienne al-Sumaria, une opération d’envergure a commencé ce mercredi 10 février pour sécuriser les provinces de Bagdad, de Samara et d’al-Anbar en éradiquant les terroristes de Daech. 
L’opération implique les combattants des Hachd al-Chaabi, la Force aérienne et la Force terrestre de l’armée irakienne et couvre l’ouest de Bagdad, al-Karama et l’est du Lac Thartar. 

Les Hachd al-Chaabi et l’armée irakienne ont clôturé, le 26 janvier, l’opération de Thar al-Shohada qui était destinée à sécuriser la province de Salah ad-Din, au nord d’Irak. 
Lors de cette opération, six fiefs appartenant aux terroristes de Daech ont été découverts et détruits. 

Méga opération anti-US à al-Anbar

Méga opération anti-US à al-Anbar

Une opération militaire conjointe a commencé dans la province irakienne d’al-Anbar pour éradiquer les terroristes de Daech.

Par ailleurs, Amir Abdel Monem al-Saëdi, expert irakien, a déclaré à l’agence de presse al-Maalomah que les Américains héliportaient des groupes de terroristes de leurs bases à l’est de l’Euphrate, en Syrie, vers l’Irak, afin d’en déstabiliser des régions. 
« Les terroristes de Daech opèrent dans certaines régions de Diyala, de Salah ad-Din et d’al-Anbar et y perpètrent des attentats de temps à autre bien que les forces sécuritaires poursuivent leurs opérations contre ce groupe terroriste », a souligné Amir Abdel Monem al-Saëdi. 

Lire aussi: La Résistance décapite un réseau de trafic US en provenance de la Syrie

Il a précisé que les terroristes, soutenus par les États-Unis, recevaient des aides indirectes. « Les militaires américains tentent de déstabiliser des régions en Irak et alimentent les terroristes en fonds et en armements d’autant plus qu’ils les déplacent par leurs hélicoptères », a-t-il expliqué. 

Bassora: l’US Army frappée?

Bassora: l’US Army frappée?

Dans la foulée, un autre expert irakien a confié à al-Maalomah qu’une soixantaine de pilotes américains avaient été récemment déployés à la frontière irako-koweïtienne. 
Ahmed al-Sharifi a fait part des agissements de militaires américains sur la frontière irako-koweïtienne à l’insu de Bagdad. 
« Les militaires américains ont déployé, il y a quelques jours, 60 pilotes sur la frontière entre l’Irak et le Koweït », a-t-il noté. 

Lire aussi: Grande frappe au missile contre le duo USA/Daech

Selon l’expert irakien, « le déploiement de pilotes américains, équipés des géants hélicoptères Chinook, laisse prévoir des événements qui auraient lieu à l’insu du gouvernement irakien ». 

« Les militaires américains ont transféré ces hélicoptères en Irak sous prétexte d’un soutien logistique alors que ce prétexte cache la vraie raison de ce déploiement. Une importante évolution dangereuse est attendue et nous en avertissons le gouvernement irakien ». 
Ahmed al-Sharifi a déclaré que le nouveau plan des États-Unis de redéployer leurs militaires en Irak n’avait pas encore été médiatisé. 

« Ceci est préoccupant et le gouvernement irakien devra passer à l’acte », a-t-il averti.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/10/644992/Irak-Hachd-terroristes-Daech-Etats-Unis-helicoptere-

LA RESISTANCE EXPULSERA L'AMERIQUE

Promesse du 1er magistrat iranien en Irak à deux pas de la base Victory

Tuesday, 09 February 2021 6:29 PM  [ Last Update: Tuesday, 09 February 2021 6:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le chef du pouvoir judiciaire iranien, l'Ayatollah Ebrahim Raïssi (G), et son homologue irakien, Fayeq Zeidan, le 9 février 2021 à Bagdad. ©Mashregh News

Les chefs des pouvoirs judiciaires iranien et irakien ont examiné le dossier de l’assassinat du général de corps d’armée Qassem Soleimani. 
Le chef du pouvoir judiciaire de la République islamique d’Iran, l’Ayatollah Ebrahim Raïssi, a rencontré ce mardi 9 février à Bagdad son homologue irakien Fayeq Zeidan. 
Lors d’une conférence de presse conjointe ayant suivi cette rencontre, l’Ayatollah Raïssi a salué l’essor des relations et des coopérations judiciaires et juridiques entre l’Iran et l’Irak. « Le déplacement des pèlerins et la lutte contre la corruption étaient aussi au menu de nos discussions », a-t-il ajouté. 

Lire aussi : Où en sont les USA au 1er anniversaire du martyre de Soleimani ?

Dans la foulée, Ebrahim Raïssi a fait part de la signature d’un accord portant sur la lutte contre la corruption. « Aucun complot ne pourra influencer ni entraver les relations entre les nations iranienne et irakienne », a-t-il souligné. 

L'arsenal iranien s'ouvre à l'Irak

L’arsenal iranien s’ouvre à l’Irak

Le ministère iranien de la Défense est prêt à répondre aux besoins des forces armées irakiennes pour renforcer la puissance défensive de l’Irak.

Le chef du pouvoir judiciaire iranien a également remercié la Justice irakienne pour avoir assuré le suivi du dossier de l’assassinat du général de corps d’armée Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes. « Nous avons discuté avec la partie irakienne d’une réponse à l’assassinat des commandants martyr », a déclaré l’Ayatollah Raïssi. 
De son côté, Fayeq Zeidan a réaffirmé avoir examiné avec son homologue iranien l’assassinat de Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes. Il a précisé que des informations avaient été échangées entre les deux parties à propos de ce dossier
L’Ayatollah Raïssi, qui dirige une haute délégation judiciaire, est arrivé lundi 8 février à Bagdad où il a été accueilli en grande pompe par des responsables de haut rang irakiens. 
Depuis l’arrivée à Bagdad de l’Ayatollah Raïssi et la délégation qui l’accompagne, trois notes d’entente au sujet de la lutte contre la corruption des prisons et des coopérations judiciaires, ont été signées entre les deux parties. 

Irak: trois coups fatals anti-US?

Irak : trois coups fatals anti-US ?

Ain al-Asad frappée, armes iraniennes en Irak, Trump Poursuivi ; la boîte de Pandore est ouverte pour les Américains dans la région.

Lors des pourparlers officiels auxquels ont participé les délégations judiciaires iranienne et irakienne, le juge irakien, chargé du dossier de l’assassinat de Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes, a rappelé le mandat d’arrêt émis à l’encontre de l’ex président des États-Unis pour avoir commandité l’assassinat et d’ajouter : « Nous essayons d’apprendre s’il y avait des agents ayant révélé le trajet de déplacement des commandants de la Résistance ou non ». Le juge irakien a précisé que les commandants de la Résistance étaient passés par le Liban, la Syrie et l’Irak. 
À ce propos, le chef du pouvoir judiciaire irakien a déclaré qu’une réunion conjointe devrait avoir lieu avec la participation de l’Irak, de l’Iran, de la Syrie et du Liban. 

Irak:

Irak

Par ailleurs, le chef d’état-major adjoint des Hachd al-Chaabi ont souligné de nouveau que les forces américaines devraient quitter le sol d’Irak. 
Selon le site d’information irakien al-Maalomah, Abou Ali al-Bassari a déclaré que la loi, adoptée par le Parlement, sur l’expulsion des forces américaines était un véritable souhait de la nation irakienne.  
« Si les militaires américains négligent la loi du Parlement, les Hachd réaliseront de nouveaux plans pour les expulser », a-t-il averti. 
« C’est vrai que l’Irak souffre de certains problèmes et que les hommes d’État irakiens ne partagent pas tous les mêmes opinions, mais la majorité d’entre eux soutiennent l’idée du départ des forces américaines », a déclaré Abou Ali al-Bassari. Et d’ajouter : « Or, les intérêts de certains partis en Irak impliquent la présence des Américains dans ce pays. D’où leurs plans destinés à maintenir les forces US en Irak. » 

Irak: 4ème attaque anti-US en 24H

Irak : 4ème attaque anti-US en 24H

Le haut responsable des Hachd al-Chaabi a souligné que la position de cette organisation à ce propos restait immuable et transparente : « Nous avons perdu des combattants pour réaliser l’objectif de l’expulsion des forces américaines ». 
Il a souligné qu’au cas où la nouvelle administration américaine respectait la souveraineté d’Irak en en retirant ses forces, l’équation allait changer. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/09/644892/Iran-Irak-Etats-Unis-Soleimani-assassinat-Raissi-Hachd-militaires-USL