IRAK

Dans IRAK

LE "SULTAN" SE BRULERA LES DOIGTS EN IRAK

Par Le 14/08/2021

Attaque aux roquettes contre la base turque à Mossoul

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/14/664434/Irak-Ankara-al-Nujaba-attaque-

Saturday, 14 August 2021 4:08 PM  [ Last Update: Saturday, 14 August 2021 6:01 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les soldats irakiens. ©Le Parisien

Ankara a renforcé la sécurité autour de la base militaire turque dans le nord de l’Irak à la suite d’une attaque à la roquette ; al-Nujaba met en garde contre toute occupation turque.

Cité par Al-Maloumah, Ghias Surji, responsable de l’information du parti l’Union patriotique du Kurdistan irakien (UPK), a annoncé aujourd’hui, samedi 14 août, que l’armée turque renforçait les mesures de sécurité autour de la base de Zelikan dans la région de Bashiqa après une attaque à la roquette il y a deux jours.

Selon le membre de l’Union patriotique du Kurdistan irakien, les mesures de sécurité de l’armée turque comprennent la construction de tranchées, l’élévation du niveau de préparation et le renvoi de matériel d’aide par le transfert aérien et non terrestre contrairement au passé.

Il y a deux jours, la base de Zelikan, quartier général de l’armée turque dans le district de Bashiqa dans l’est de la province de Ninive en Irak, a été visée par trois roquettes. Certaines sources évaluent à cinq le nombre de roquettes tirées. Aucun groupe n’a revendiqué l’attaque, mais après que des sources irakiennes ont signalé qu’une roquette avait touché la base, le ministère turc de la Défense a officiellement annoncé qu’un soldat turc avait été tué lors d’une attaque dans le nord de l’Irak.

Lire aussi : Drones et roquettes irakiens chassent les GI's d’al-Anbar

Auparavant, le député irakien Mohammed al-Shabaki avait mis en garde contre le plan délibéré de la Turquie de prendre le contrôle de Mossoul et de l’annexer, indiquant que les efforts de la Turquie dans ce sens se poursuivaient depuis 2014.

« Les Turcs ont un projet à Ninive et le planifient depuis longtemps », a-t-il affirmé en ajoutant que les plans turcs ne se limitent pas seulement à lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mais qu’ils comprennent des objectifs bien plus ambitieux.

« La Turquie essaie d’élargir sa zone géographique, de prendre le contrôle de Mossoul, politiquement et administrativement, afin de mettre en œuvre ses programmes spéciaux dans la région », a-t-il précisé.

Lire aussi : Les USA seront traqués jusqu’en Jordanie

Al-Shabaki a expliqué que le projet avait été conçu avant 2014 dans le but de la domination américaine de Mossoul et de son administration à travers le consulat turc. Mais aujourd’hui, ajoute-t-il, les tentatives d’Ankara pour dominer la région par des attaques ainsi que ses efforts pour annexer les terres irakiennes et les placer sur sa carte géographique sont tout à fait évidents.

La Turquie viole depuis longtemps l’intégrité territoriale du nord de l’Irak sous prétexte de la lutte contre le PKK qui, étant en désaccord avec le gouvernement d’Ankara depuis 35 ans, est considéré comme un groupe terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne. La Turquie prétend que les militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont responsables de la mort de plus de 40 000 citoyens turcs, dont des femmes et des enfants.

La Turquie a lancé plusieurs opérations militaires depuis avril dernier contre le PKK dans le nord de l’Irak, évoquant facilement une éventuelle attaque contre la région de Sinjar, dans la province occidentale de Ninive. Ce qui a suscité des réactions de la part des groupes politiques et militaires irakiens dont le mouvement d’al-Nujaba qui avertit que du point de vue d’occupation, la Résistance islamique irakienne considère la Turquie comme les États-Unis.

« Ce que le peuple irakien, le Parlement et le gouvernement doivent faire, c’est mettre fin à toute occupation », a tweeté le porte-parole d’al-Nujaba.

Il a invité les responsables turcs à demander à leur prédécesseurs le prix à payer avant d’envoyer des massages qui, selon lui, manquent des éléments les plus élémentaires de la diplomatie et incluent des menaces infructueuses d’attaques dans différentes parties du pays ; en soulignant qu’« une personne sage est une personne qui apprend des autres ».

Irak: US Army/Turquie frappées

Irak: US Army/Turquie frappée

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/14/664434/Irak-Ankara-al-Nujaba-attaque-

Dans IRAK

IRAK : US ARMY ET TURQUIE FRAPPEES

Par Le 13/08/2021

Cinq roquettes tirées contre la base turque à Mossoul

Friday, 13 August 2021 9:17 AM  [ Last Update: Friday, 13 August 2021 9:17 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La carte de la région localisant Bachiqa à Ninive en Irak. (Photo d'archives)

Mercredi, la Résistance irakienne a mis en garde la Turquie contre ses opérations d'expansion dans le Nord de Mossoul dénonçant une occupation à l’image de l'occupation américaine à combattre. Jeudi, la principale base militaire turque à Mossoul a été ciblée par une salve de cinq roquettes.

Jeudi, au moins deux convois logistiques américains ont fait l’objet d'attaques dans deux quartiers de Bagdad.

Irak: les convois militaires US chassés!

Irak: les convois militaires US chassés!

Sabreenn News Telegram Channel, proche des groupes de Résistance irakiens, a rapporté que deux convois logistiques américains avaient été pris pour cible à al-Yousafiyah à al-Mushahada respectivement dans le sud et le nord de Bagdad.

Jeudi soir, des sources d'information ont rapporté qu'un convoi logistique de la coalition américaine avait été visé par une bombe en bordure de route dans la province d'al-Diwaniyah, dans le sud de l'Irak.

Lire aussi : Zone verte attaquée, 3 convois visés : fin de la récrée pour l'US Army... A quel scénario extrême conduira l'obstination US à occuper l'Irak?

Des convois américains qui sont entrés en Irak depuis le poste frontalier de Jurishan au Koweït font souvent l’objet d'attaques des groupes de la Résistance irakienne. Le gouvernement irakien ne contrôle pas ce passage.

Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l’attaque jusqu’à présent. Mais les groupes de Résistance irakiens ont souligné à plusieurs reprises la nécessité du retrait des troupes  américaines de l'Irak. Pour rappel, le Parlement irakien, réuni le dimanche 5 janvier 2020 en session extraordinaire, a appelé au renvoi des troupes de la coalition internationale, sous commandement des États-Unis.

Lire plus : Les convois logistiques US sont régulièrement visés en Irak

Irak : une base militaire turque visée dans le nord

Une base militaire des forces turques située dans une ville du gouvernorat de Ninive dans le nord de l'Irak a été pilonnée.

Syrie/Irak: la Turquie reste!

Syrie/Irak: la Turquie reste!

La Turquie compte poursuivre ses opérations militaires en Syrie et en Irak.

5 roquettes ont visé une base militaire des forces turques dans la région de Zlikan, près du district de Bachiqa, dans le gouvernorat de Ninive.

Des sources sur le terrain ont qualifié l’attaque de grave. Aucun groupe ne l'a revendiquée jusqu’à maintenant.

À cet égard, Mohammad al-Shabaki, membre du Parlement irakien, a mis en garde contre le projet de la Turquie de s’en prendre à Mossoul et de l'annexer à son territoire. « La Turquie essaie d'étendre sa zone géographique, de prendre le contrôle de Mossoul politiquement et administrativement afin de mettre en œuvre ses projets dans la région », a-t-il dénoncé.

La Turquie viole depuis longtemps l'intégrité territoriale du nord de l'Irak sous prétexte de faire face aux éléments du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Les forces turques sont situées dans le camp de Zlikan du district de Bachiqa, au nord-est de Mossoul, le centre de Ninive, qui a suscité ces dernières années une colère politique et populaire généralisée en Irak, entraînant une crise entre les deux pays sans que la Turquie ne retire ses forces, malgré les demandes répétées du gouvernement irakien.

L'Irak s'est tourné vers la communauté internationale et le Conseil de sécurité en 2016 pour forcer la Turquie à respecter la souveraineté irakienne et mettre fin à son occupation près de Ninive.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/13/664355/Irak-US-Army-Turquie-frappees

Dans IRAK

« LES GROUPES DE RESISTANCE IRAKIENS FONT PARTIE DE L’EQUATION DE DISSUASION ETABLIE PAR SAYED NASRALLAH »

Par Le 10/08/2021

 

« Les groupes de résistance irakiens font partie de l’équation de dissuasion établie par S.Nasrallah »

 Depuis 8 heures  10 août 2021

Cheikh Qaïs Khazaali

Cheikh Qaïs Khazaali

 Article traduit - Irak - Monde arabe

Rédaction du site

Le secrétaire général du mouvement irakien Asaib Ahl Al-Haq a déclaré que les mouvements de résistance irakienne faisaient partie de l’équation de dissuasion établie par le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hasan Nasrallah.

Dans des déclarations publiées ce mardi 10 aout, cheikh Qaïs Khazaali a souligné que « la Résistance irakienne se réserve le droit de répondre aux attaques israéliennes qui ont tué un certain nombre de combattants irakiens ».

« Le régime sioniste a bombardé les réacteurs nucléaires irakiens et est responsable de toutes les mauvaises choses qui se produisent dans notre pays », a en outre déclaré le chef du mouvement Asaib Ahl Al-Haq, une formation faisant partie du Hachd al-Chaabi.

Et de poursuivre : « Le régime sioniste n’arrêtera pas de cibler l’Irak pour des raisons religieuses et idéologiques. Les sionistes considèrent l’Irak comme leur premier ennemi et leur plus grande menace ».

Le mouvement Asaib Ahl Al-Haq fera face au regime sioniste, qui constitue le plus grand ennemi des nations arabes et musulmanes.

Sur un autre plan, cheikh Khazaali a salué l’Iran qui a été le premier pays à reconnaître le processus politique en Irak au moment où tous les pays conspiraient contre lui.

« L’Iran était le seul pays parmi les pays voisins à avoir soutenu l’Irak dans son combat contre Daesh », a-t-il fait savoir.

https://french.almanar.com.lb/2125686

Dans IRAK

EMPIRE US : LES GLAS SONNENT

Par Le 09/08/2021

Les cinq singes de l'effondrement de l'axe US/Israël

Monday, 09 August 2021 5:47 PM  [ Last Update: Monday, 09 August 2021 5:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La base militaire américaine d'Aïn al-Asad dans l'ouest de l'Irak après l'attaque au missile iranienne de janvier 2020. ©Fars News/Photo à titre d'illustration

Le chercheur principal non résident à l’observatoire d’idée Atlantic Council et commentateur pour la revue National Interest, Mark N. Katz, estime que « la fin de l’ordre mondial unipolaire dominé par les États-Unis est quelque chose qui est prédit, voire préconisé, depuis de nombreuses années ».

Dans un article publié le 7 août par National Interest, Mark Katz énumère cinq signes pour dire que le déclin de l’Empire des États-Unis d’Amérique est proche.

« À la fin de l’ère bipolaire de la guerre froide marquée par une rivalité entre les États-Unis et l’Union soviétique, beaucoup de gens espéraient, ou craignaient, qu’un nouveau monde unipolaire dominé par les États-Unis n’apparaisse. Cependant, depuis le début du XXIe siècle, la capacité des États-Unis à agir dans son “monopole” a été remise en cause par plusieurs facteurs :

- L’incapacité de l’Amérique à l’emporter dans ses interventions militaires à grande échelle et de longue durée en Afghanistan et en Irak.

- La réponse inefficace des États-Unis envers la deuxième guerre d’Ossétie du Sud en 2008, suite à quoi la Russie a fini par reconnaître officiellement l’indépendance de l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, et envers la crise ukrainienne en 2014 qui s’est débouchée sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

- L’Amérique cède l’initiative à d’autres puissances extérieures (Russie, Iran et/ou Turquie) dans les conflits en cours après 2011 en Syrie, en Libye et au Yémen.

L'Iran met en garde Israël

L'Iran met en garde Israël

Le déclin du régime sioniste est une réalité qui se produira dans un avenir proche. (Général Salami)

- L’incapacité des États-Unis à empêcher la montée en puissance d’une Chine de plus en plus puissante d’affirmer de vastes revendications maritimes sur la mer de Chine méridionale et la mer de Chine orientale, ainsi que l’augmentation de l’influence de Pékin dans le monde entier grâce à son initiative “la Ceinture et la Route”.

- Les tentatives infructueuses de rapprochements de Washington avec des adversaires des États-Unis, ainsi que les tentatives infructueuses pour dissuader les alliés des États-Unis de coopérer avec ces adversaires. »

Selon le commentateur de National Interest, le retrait militaire américain d’Afghanistan en cette année 2021 et l’annonce que les États-Unis mettraient fin à leurs missions de combat en Irak d’ici la fin de 2021 seraient les derniers signes de la fin du monde unipolaire dominé par les États-Unis, s'il a vraiment existé.

En mai dernier, le professeur d’histoire à l’Université de Montréal, Samir Saul, a écrit dans un article pour le journal Le Devoir que « le monde unipolaire n’est plus ». Il estime que sur fond de l’incapacité américaine à rivaliser avec la Chine et la Russie, nous sommes témoins de l’apparition d’un monde tripolaire, avec une Chine qui est devenue la « locomotive économique » du monde et le partenaire de tous les adversaires des États-Unis.

Alliance avec l'Iran, inévitable?

Alliance avec l'Iran, inévitable?

« Énigme oriental », ou les méthodes de Pékin et Téhéran pour faire face au maximalisme américain…

De même, le ministère russe des Affaires étrangères a publié le 28 juin 2021 sur son site web un article du ministre Sergueï Lavrov qui dit : « En durcissant les sanctions et d’autres mesures de pression illégales contre des gouvernements souverains, l’Occident impose le totalitarisme dans les affaires mondiales, adopte une position impériale et néocoloniale envers d’autres pays (…) » Lavrov reproche aux Américains et à leurs alliés européens de chercher avec insistance à appliquer cette politique qu’il rejette d’ailleurs catégoriquement.

OTAN: trois coups navals iraniens

OTAN: trois coups navals iraniens

Marine iranienne en Finlande : une brèche navale au cœur de l’Empire

Et si les « grands affrontements de puissances vont remodeler l’Amérique et l’ordre unipolaire dirigé par les États-Unis », de l’aveu même des penseurs américains consultés par National Interest, peut-on dire que les signes précurseurs sont d’ores et déjà perceptibles sur la scène des évolutions internationales ? Toujours est-il qu’il arrive à des responsables américains de ne plus dissimuler leur angoisse voire humiliation. Un cas des plus récents en date serait le témoignage d’officiers américains ayant vécu le cauchemar de l’attaque au missile iranienne du 8 janvier 2020 sur la base américaine d’Aïn al-Asad en Irak.

Lire aussi : Aïn al-Asad en Jordanie, Harir au Koweït, les USA ont perdu leur pari 

Invité de l’émission 60 Minutes de la chaîne de télévision américaine CBS, l’officier Alan Johnson affirme que ses camarades de combat et lui-même avaient enregistré leur testament sous forme de vidéo à l’aide d’une caméra, juste quelques heures avant que la pluie de missiles iraniens ne s'abatte sur leurs têtes.

« J’ai eu l’impression qu’une tornade venait vers moi avant de remplir toute la pièce. J'ai été assourdi et eu l’impression d'être sous l’eau et en même temps, je sentais un goût de terre et de poudre noire dans ma bouche. (…) Les flammes de feu hautes de plus de deux mètres se rapprochaient… “Allons-nous survivre ou bien mourir ici ?”, me suis-je demandé ».

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/09/664104/fin-monde-unipolaire-usa-national-interest

Dans IRAK

IRAK : MESSAGE DU CGRI AUX USA

Par Le 09/08/2021

Le Hachd vous a épuisé ; vous êtes dans l'impasse

Sunday, 08 August 2021 6:22 PM  [ Last Update: Monday, 09 August 2021 12:50 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le commandant en chef du CGRI, le général Hossein Salami, rencontre le commandant des Hachd al-Chaabi, Faleh Fayyad, le 8 août 2021 à Téhéran. ©IRNA

« La Résistance irakienne a affaibli les Américains », a souligné le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI). 

Ce dimanche 8 août à Téhéran, le général Hossein Salami a rencontré Faleh al-Fayyad, commandant des Hachd al-Chaabi. Lors de cette réunion, le commandant en chef du CGRI a déclaré que la participation du président irakien et du commandant des Hachd al-Chaabi à la cérémonie de l’investiture du 8e président de la République islamique d’Iran parlait tout seul. 

Le général Salami a apprécié le rôle stratégique des Hachd al-Chaabi dans la victoire de la nation irakienne face à Daech et le rétablissement de la sécurité et de la stabilité en Irak. 

Lire aussi: Aïn al-Asad en Jordanie, Harir au Koweït, les USA ont perdu leur pari

« Le déclin des États-Unis sur l’échiquier mondial dont nous parlons a eu lieu en grande partie en Irak », a déclaré le commandant en chef du CGRI et d’ajouter : « La Résistance qui s’est formée en Irak a affaibli et accablé les Américains et elle les a finalement mis face à deux options : rester en Irak et recevoir coups après coup ou quitter l’Irak en reconnaissant leur échec. »

Iran Info du 8 août 2021

Iran Info du 8 août 2021

L’actualité politique, économique et culturelle iranienne.

Le général Salami a indiqué que le dernier mot était prononcé sur le champ de bataille et que les Hachd al-Chaabi avaient jusqu’ici fait preuve des capacités remarquables. 

Lire aussi: Drones et roquettes irakiens chassent les GI's d’al-Anbar

« Les caractéristiques des Hachd al-Chaabi garantissent leur pérennité dans l’avenir de l’Irak », a déclaré le général Salami.

« En voyant la colère des États-Unis vis-à-vis des Hachd al-Chaabi, nous nous sommes rassuré que votre bilan était bien efficace », s’est adressé le général Salami à Faleh Fayyad. 

« Le secret du succès des Hachd al-Chaabi se résume dans leur alliance avec le peuple irakien qui est convaincu que ce groupe de Résistance protège sa dignité et sécurité. »

« Il faut que nous soyons vigilants quant aux campagnes psychologiques de l’ennemi qui vise à influencer les peuples », a-t-il noté. 

Irak : les drones chassent Yankee !

Irak : les drones chassent Yankee !

Dans une autre partie de ses propos, le général Hossein Salami a souligné que l’Iran soutenait les Hachd al-Chaabi dans le cadre de l’axe de la Résistance.

« Nous souhaitons que la loi, adoptée par le Parlement irakien, portant sur l’expulsion de militaires américains d’Irak, soit appliquée pour qu’un Irak indépendant, autoritaire et stable puisse parcourir son trajet sans présence des occupants. »

Cette rencontre s’est tenue alors que des parties anti-Résistance se préoccupent déjà quant au renforcement du soutien de l’Iran à la Résistance irakienne sous le mandat d’Ebrahim Raïssi. 

Raïssi aux commandes et ... ?

Raïssi aux commandes et... ?

La cérémonie de prestation de serment du nouveau président iranien Ebrahim Raïssi s’est déroulée au Parlement, jeudi après-midi, en présence de hauts responsables civils et militaires iraniens ainsi qu’un grand nombre de dignitaires étrangers de plus de 70 pays.

En réaction au discours du nouveau président iranien lors de sa cérémonie d’investiture à laquelle ont pris part les leaders des branches de la Résistance dans les pays différents, al-Arab, un média proche de l’Arabie saoudite, a écrit : « L’Irak occupera une place toute particulière chez la stratégie de l’Iran sous Ebrahim Raïssi ». 

Et de continuer : « Si l’entrée en fonction d’Ebrahim Raïssi aboutit à l’escalade de tension entre les États-Unis et l’Iran, ce dernier provoquera ses alliés dans la région, notamment en Irak, à prendre pour cible les Américains. »

« L’accueil chaleureux réservé par le nouveau président iranien à son homologue irakien, Barham Saleh, traduit la position importante que l’Irak va avoir dans la stratégie de l’Iran sous Raïssi », ajoute le média pro-Riyad. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/08/664022/Iran-Irak-Resistance-Hachd-Chaabi-Salami-Faleh-Fayyad-Etats-Unis-

Dans IRAK

IRAK : QUE BIDEN PREPARE DES CERCUEILS !

Par Le 04/08/2021

Même déguisés en agents secrets, les GI's laisseront leur peau en Irak

Wednesday, 04 August 2021 5:45 PM  [ Last Update: Wednesday, 04 August 2021 5:52 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une source de sécurité révèle l'arrivée de 500 véhicules militaires américains à Aïn Al-Asad. (Archives)

Une source de sécurité dans la province d'al-Anbar a révélé mardi qu'environ 500 véhicules américains de divers types sont arrivés à la base aérienne d'Aïn Al-Asad, à l'ouest de cette province.

La source a indiqué dans une déclaration à Al-Maalomah que « la base aérienne d'Aïn al-Asad dans le district d'Al-Baghdadi à l'ouest d'Anbar, a accueilli environ 500 Hummer et véhicules blindés et différents types de véhicules de combat, sans savoir si ces véhicules ont été retirés d'autres provinces après l'annonce de la fin des missions de combat des forces américaines en Irak ».

Irak:

Irak:

Les Yankees cherchent à se positionner aussi loin que possible des missiles et des drones de la Résistance irakienne.

« Les forces de sécurité stationnées dans le secteur occidental de la province n'ont aucune information sur les véritables motifs derrière l'arrivée de ces équipements à la base aérienne d'Aïn Al-Asad, qui fait l'objet de mesures de précaution sans précédent de la part des forces américaines », a-t-elle ajouté. 

Il est à noter que les forces américaines ont cessé d'échanger des informations avec les forces de sécurité irakiennes à l'occasion de la fin des missions de combat des forces américaines, d'après ce qu'a annoncé le président américain Joe Biden.

Dans ce contexte, le magazine américain Foreign Policy a mis en garde contre l'imposture de Joe Biden et du Premier ministre irakien, soulignant le changement radical du niveau de menace auquel est désormais confronté le personnel américain.

« À la Maison Blanche la semaine dernière, il a déclaré au Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi que les troupes de combat américaines seraient retirées d'Irak d'ici la fin de l'année. Dans le même temps, les forces américaines servant dans des rôles autres que le combat – former, conseiller et fournir des renseignements aux forces de sécurité irakiennes – resteraient. Une grosse affaire ? Pas vraiment. Le fait est que la grande majorité des 2 500 militaires américains en Irak occupent des postes non combattants depuis plus d'un an. Considérez ce titre d'un communiqué de presse militaire américain de juillet 2020 : "La force de la coalition-Irak passe au groupe de conseillers militaires". Semble-t-il familier », rapporte la revue dans un article intitulé No Matter What Biden Calls U.S. Troops in Iraq, Iran Is Gunning for Them. 

Irak: le pari fatal de Biden?

Irak: le pari fatal de Biden?

La stratégie des États-Unis au Moyen-Orient repose sur la domination militaire et la mise en œuvre de la politique de terrorisme économique dans les pays de la région.

Selon John Hannah, chercheur à l'Institut juif pour la sécurité nationale d'Amérique et ancien conseiller à la sécurité nationale du vice-président Dick Cheney, « l'annonce de lundi dernier d'un soi-disant retrait était plus une question de sémantique que de politique. Il s'agissait d'un exercice de théâtre politique visant à aider Kadhimi à apaiser les éléments en Irak qui s'opposent à la présence américaine, surtout les puissantes milices chiites soutenues par l'Iran et leurs partisans parmi les Irakiens, qui voteront aux élections nationales en octobre. L'annonce de Biden était sans aucun doute un geste bien intentionné. Mais c'était presque certainement trop intelligent de moitié : dans deux déclarations publiées peu de temps avant et après la réunion Biden-Kadhimi, le Comité de coordination de la Résistance, comprenant les plus fervents alliés de la milice iranienne en Irak, a déclaré qu'il n'achetait pas un nouveau label du rôle américain en Irak. Ils ont qualifié l'annonce de « fraude » et de « manipulation » visant à « prolonger l'hégémonie [américaine] ». Ils ont clairement indiqué qu'ils n'accepteraient pas qu'un seul soldat américain reste sur le sol irakien sous aucun prétexte. Peu importe leur titre, combattant ou non-combattant, ils doivent tous partir. S'ils ne le font pas, les milices ont promis de faire « tout » pour « purifier notre terre sainte de l'abomination des occupants ».

De l’avis de John Hannah, Biden devrait les prendre au sérieux. Depuis son entrée en fonction il y a six mois, il y a eu une escalade significative des attaques contre le personnel américain en Irak. « Les milices irakiennes ont ciblé les troupes américaines en Irak et juste de l'autre côté de la frontière syrienne plus de 30 fois depuis l'entrée en fonction de Biden, dont au moins une douzaine d'attaques rien qu'en juillet », a-t-il ajouté.

Irak: US Army à l'heure des cercueils!

Irak: US Army à l'heure des cercueils!

Rester en Irak coûterait bien trop cher aux Américains, vient de prévenir la Résistance.

Ce n'est pas seulement le nombre absolu et le rythme des attaques qui ont augmenté. Elles sont également de plus en plus sophistiquées. Plus inquiétant encore, les milices utilisent désormais des drones avancés et précis fournis par l'Iran, capables d'échapper aux défenses américaines. La première attaque de ce type en avril visait ce qui était censé être un hangar secret de la CIA au Kurdistan irakien, soulignant le changement radical du niveau de menace auquel est désormais confronté le personnel américain.

« Si Biden pensait que son tour de passe-passe diplomatique avec Kadhimi avait une chance de tromper l'Iran pour qu'il se retire, il est presque certainement sur le point de se réveiller brutalement. L'effet est plus susceptible d'être celui d'agiter une cape rouge devant un taureau. L'Iran et ses mandataires ont senti le retranchement des États-Unis, et comme le montre clairement la réaction des milices à l'annonce de Biden, il y a toutes les chances que la seconde moitié de 2021 soit encore plus dangereuse pour le personnel américain en Irak que la première », conclut l’article.

Irak: et si les GI's se faisaient capturer?

Irak: et si les GI's se faisaient capturer?

La déclaration, émise à l’issue du quatrième et dernier cycle de dialogue stratégique entre Bagdad et Washington, ressemble en grande partie à celle du troisième tour.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/04/663697/L-imposture-Biden-Kadhimi-ne-marche-pas

Dans IRAK

IRAK : LE PARI FATAL DE BIDEN?

Par Le 31/07/2021

Soldats morts mieux que soldats retirés?

Saturday, 31 July 2021 3:12 PM  [ Last Update: Saturday, 31 July 2021 4:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les soldats US. (Archives)

La stratégie des États-Unis au Moyen-Orient repose sur la domination militaire et la mise en œuvre de la politique de terrorisme économique dans les pays de la région, notamment en Irak et en Syrie où Washington tient à maintenir sa présence militaire.

Après le retrait américain d’Irak en 2011 dans le cadre de l’« accord-cadre stratégique » qui réglementait les relations entre Bagdad et Washington, les États-Unis sont revenus en Irak en 2014 sous le faux prétexte de la lutte contre le terrorisme, mais en réalité pour étendre leur occupation dans les territoires irakiens ; prétendant qu’ils entendent lutter contre un terrorisme créé et financé par eux-mêmes, les États-Unis ont affirmé que la lutte contre le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie pourrait prendre 30 ans, a écrit le journal Al-Binaa dans un article signé Amine Mohammad Hoteit, analyste politique et militaire libanais de haut rang et générale à la retraite.

Lire aussi : Irak/USA : retour à la case départ ?

Mais les Irakiens ont su contrecarrer le deuxième plan d’occupation américaine mené par des terroristes, en équipant leurs forces de défense sous couvert des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) qui appuyées par leurs alliés ont affronté les terroristes de Daech et surmonté le fléau résultant du terrorisme.

Irak: Méga

Irak : Zone verte attaquée, 3 convois visés : fin de la récrée...

Alors que l’Irak est libéré du joug des terroristes à l’aide de la Résistance, les positions contradictoires des États-Unis donnent lieu à bien des discussions. Si les allégations de Washington selon lesquelles les troupes US déployées en Irak ont réussi à vaincre Daech, sont vraies, maintenant que le groupe terroriste n’y est plus, il est temps que les Américains s’en aillent pour éviter la violation continue de la souveraineté irakienne. Or, les preuves montrent que le changement des administrations aux États-Unis, de Barack Obama à Donald Trump puis à Joe Biden n’a pas modifié la position et la stratégie de la Maison-Blanche au Moyen-Orient, en particulier dans un pays comme l’Irak.

Environ six mois après l’arrivée au pouvoir de Biden, la stratégie de son administration au Moyen-Orient en particulier en Irak et en Syrie est devenue très claire : les indicateurs montrent que la stratégie américaine repose sur la domination militaire et la mise en œuvre de la politique de terrorisme économique dans la région, notamment en Irak et en Syrie ; pour ce faire, cinq facteurs sont essentiels :

- Maintenir la présence militaire US en Irak et en Syrie.

- Éviter les conflits et les opérations militaires en Irak, à moins que cela ne soit nécessaire.

- Détruire la stabilité interne.

- Empêcher le retour à la vie normale non seulement en Irak et en Syrie, mais dans l’ensemble de la région.

- Poursuivre la guerre et le siège économique ainsi que les sanctions contre les gouvernements irakien et syrien.

Les États-Unis craignent en particulier que la mise en œuvre de la résolution du Parlement irakien d’expulser les troupes étrangères d’Irak ne mette Bagdad et Damas sous contrôle de la Résistance ; les positions explicites des responsables des Hachd al-Chaabi et des groupes armés irakiens par rapport à l’expulsion des Américains ajoutent à l’inquiétude de Washington. Quant à la Syrie, le président Bachar al-Assad a récemment annoncé lors de son investiture que le gouvernement syrien soutenait toute résistance populaire pacifique ou armée à l’occupation étrangère.

Les États-Unis ont donc recouru à une nouvelle tromperie en Irak afin de déformer la nature de leur présence occupante sous de nouvelles rubriques telles que la présence de conseillers militaires et d’offres de formation, estimant que la mesure serait d’un côté suffisante pour mieux protéger les 4 000 soldats américains stationnés dans les bases irakiennes et permettrait de l’autre d’atténuer la pression de l’opinion qui exige le retrait de toutes les forces étrangères.

De plus, les Américains croient qu’en changeant le titre de leur présence en Irak, ils peuvent plus facilement mener à bien la mission de dominer les décisions, la souveraineté, la richesse et les politiques de l’Irak dans le cadre de la lutte contre l’axe de la Résistance.

Mais dans le cas de la Syrie, les États-Unis ont déclaré sans aucune retenue qu’ils maintiendraient leur présence militaire dans toutes leurs bases illégales sur le sol syrien : du sud-est au nord-est du pays. L’administration Biden est allée plus loin en affirmant qu’elle suspendrait toutes les opérations militaires en Irak à partir du début de l’année prochaine, sans faire une telle promesse concernant la Syrie : Washington compte maintenir ses sanctions inhumaines contre les Syriens en vertu de la loi César.

Lire aussi : 10 ans après, que demande Assad à l’Iran ? 

Il est certain que les États-Unis poursuivront leurs actions agressives contre les gouvernements irakien et syrien et appelleront Bagdad à légaliser la présence des troupes américaines sur le sol irakien afin de poursuivre une invasion qui dès ses débuts en 2003 n’avait d’autre but que de créer des conflits sectaires dans le pays. Cependant, cette méthode n’est pas applicable en Syrie, où le gouvernement et la nation rejettent à l’unanimité l’occupation américaine de leur pays. C’est pourquoi Washington préfère poursuivre ouvertement son occupation dans diverses régions de la Syrie par le biais des opérations militaires.

Lire aussi : "En situation de guerre, il n’y a pas de coexistence, il n’y a que deux parties en lice »

Force est de constater que la région est dans une nouvelle phase de confrontation avec les occupants : les États-Unis sont entrés directement au Moyen-Orient, et non avec des moyens alternatifs tels que le terrorisme. Or, l’axe de la Résistance et ses alliés, qui ont déjoué les guerres les plus dangereuses et les plus intenses et ont défendu la région pendant 10 ans, sont aujourd’hui beaucoup plus forts qu’ils ne l’étaient il y a 10 ans lorsqu’ils ont forcé les Américains à quitter l’Irak.

Les États-Unis n’ont plus aucune carte à jouer en Irak et en Syrie. Les sanctions économiques sont le seul levier de pression qui leur reste. Dans ces circonstances, il appartient aux États de la région d’adopter une stratégie nationale, loin des positions étrangères, pour faire face efficacement aux mesures hostiles de Washington.

Irak: US Army à l'heure des cercueils!

Irak: US Army à l'heure des cercueils!

Rester en Irak coûterait bien trop cher aux Américains, vient de prévenir la Résistance.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/31/663441/Etats-Unis-Irak-Syrie-guerre

Dans IRAK

IRAK : L’US ARMY A L’HEURE DES CERCUEILS !

Par Le 30/07/2021

 

Les Yankees devront être chassés de force

Friday, 30 July 2021 9:21 AM  [ Last Update: Friday, 30 July 2021 2:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Carte montrant la base américaine d'Al-Hariri à Erbil en Irak.

Rester en Irak, cela coûtera très cher aux Américains, a averti le secrétaire général d’Assaïb Ahl al-Haq. 

Le cheikh Qaïs Khazali a déclaré, jeudi 29 juillet, que l’administration américaine n’entendait pas vraiment retirer ses forces de l’Irak. 

« Le vol des avions américains dans le ciel irakien est à visée d’espionnage. Le dialogue Bagdad-Washington n’entraînera pas le retrait des Américains. Ce n’est qu’un jeu de mots! »

Qualifiant de trompeur, l’accord conclu entre le gouvernement irakien et les États-Unis, Khazali ajoute : « Le communiqué publié par le département d’État américain et Bagdad ne précise pas à quoi se réfère le terme "force de combat". Il ne mentionne pas non plus la violation de la souveraineté d’Irak par les avions américains. »

Lire aussi: Irak: vrai faux retrait des USA?

« Le récent accord ne fait que de remplacer un terme par un autre. C’est ce que nous prévoyions bien déjà!»

Le CentCom sous surveillance

Le CentCom sous surveillance

L’Iran prend de nouvelles mesures visant à ouvrir bientôt un chapitre sans précédent dans le domaine des systèmes de défense aérienne.

Le secrétaire général d’Assaïb Ahl al-Haq a souligné que les vols américains dans le ciel d’Irak servaient à l'espionnage des groupes de la Résistance, notamment les Hachd al-Chaabi. « Ce que nous réclamons est légal et c’est le départ des militaires américains. »

« Les navires de guerre américains se déplacent çà et là dans le golfe Persique mais cela coûtera cher aux Américains de rester en Irak », a souligné Khazali. 

Il a indiqué aussi que le Premier ministre irakien devrait officiellement annoncer la fermeture des bases aériennes américaines en Irak. 

« La Résistance se poursuivra jusqu’au départ effectif des forces étrangères de l’Irak », a-t-il martelé.

Jeudi au matin, quatre convois logistiques des États-Unis ont été pris pour cible en Irak. 
Selon Sabereen News, un convoi logistique américain a été attaqué dans la province de Nassiriya, dans le sud de l'Irak.

Irak: Méga

Irak: Méga

Zone verte attaquée, 3 convois visés : fin de la récrée pour l

Deux autres convois ont été frappés à Diwaniya, au Centre, et un autre à Babylon. 
Quelques heures plus tôt, la base d’al-Tawhid, située non loin de l’ambassade des États-Unis en Irak, dans la Zone verte, a été ciblée par deux roquettes. 

Lire aussi: Irak/USA: retour à la case départ?

Le système de défense antiaérienne installé dans la base n’a pas réagi à l’attaque et les sirènes d’alerte n’ont pas été déclenchées. 

Depuis le début de 2021, une cinquantaine d’attaques ont visé les cibles américaines en Irak dont l’ambassade et des bases militaires. Cela s’ajoute aux attaques quasi-quotidiennes qui prennent pour cible les convois logistiques des États-Unis. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/30/663358/Irak-USA-retrait-depart-militaires-Resistance-Assaib-Ahl-Haq-

Dans IRAK

IRAK : LES USA SOUS LES RADARS

Par Le 27/07/2021

Et si la Résistance irakienne finissait par sortir ses missiles intercepteurs ?

Tuesday, 27 July 2021 6:28 PM  [ Last Update: Tuesday, 27 July 2021 6:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le radar Fath-14. ©Tasnim/Illustration

Dans un communiqué conjoint publié ce mardi 27 juillet à l’issue de leur rencontre à la Maison Blanche, les présidents américain et irakien ont annoncé qu’il n'y aurait plus de troupes américaines en Irak à partir du 31 décembre 2021.Enfin c'est une façon de parler. Le communiqué dit : « Washington et Bagdad se sont mis d’accord sur la fin de la mission militaire américaine en Irak d'ici fin 2021. Les États-Unis respectent la souveraineté nationale irakienne », indique le communiqué presque au moment où les drones israéliens aidés par l'armée de l'air US frappaient les positions des Hachd au coeur de l'une des villes les plus saintes de la majorité chiite irakienne. 

Daech en Irak: un levier de pression américain

Daech en Irak: un levier de pression américain

Washington médiatise ses opérations contre Daech dans le nord et l’ouest de l’Irak pour empêcher l’expulsion de ses militaires, estime l’expert iranien, Ha...

Les délégations des deux parties ont décidé, souligne le communiqué,  que « la coopération de sécurité bilatérale donne le lieu à la formation, au conseil, au soutien et aux échanges de renseignement, et que d'ici le 31 décembre 2021, il n'y aura plus de troupes américaines en Irak ».

Évidemment le texte préfère se taire sur quelques dix incendies qui se sont produits en moins de deux semaines dans les hôpitaux du pays dont celui de Nasseriyah avec 200 morts et blessés. Et ce sans compter la frappe kamikaze US/Daech a Sadr City avec son lot de femmes et d'enfants au corps déchiqueté. Mais le plus ridicule extrait du texte de cette déclaration finale aura été celui-ci : " le gouvernement irakien a réaffirmé son engagement à protéger les forces de la coalition internationale qui ont pris en charge la formation des militaires irakiens."

Irak : l'échec du coup d'État US!

Irak : l'échec du coup d'État US!

Est-ce à un coup d’État que songe désormais l’Amérique en Irak ?

Aux dernières nouvelles, c'est l'Amérique qui occupe l'Irak pour en protéger la population contre Daech a renfort des milliers de soldats, des tonnes d'armements des centaines de drones et d'avions. Comment s'explique alors ce paradoxe? 

C'est simple Biden est en pleine opération d'imposture : les USA ne quitteront pas l'Irak à  moins d'y être forcés. Mais ce communiqué aura eu au moins un avantage ce d'introduire un nouveau paramètre une nouvelle exigence de la part de la Résistance : le retrait US devra non seulement concerner les troupes au sol mais aussi l'armée de l'air US! 

Irak: l'imposture américaine...

Irak: l'imposture américaine...

Un média américain révèle que le nombre de soldats US opérant en Irak ne devrait pas diminuer significativement et que les forces de combat restantes seron...

Réagissant au communiqué final à l’issue du sommet irako-américain, le mouvement irakien al-Nujaba souligne que les Irakiens souhaitent le retrait complet des États-Unis de leur pays.

« Nous ne faisons pas confiance aux Américains et nous ne tolérerons pas du tout leur présence sur le sol irakien ni dans son espace aérien  », a déclaré le secrétaire général adjoint du Mouvement irakien, Nasr al-Shammri à la chaîne de télévision Al-Mayadeen.

« Ce n'est pas seul Israël qui frappe les bases irakiennes, mais il est en contact avec les troupes américaines. Ce ciel est a l'Iran. On va le reconquérir », a-t-il fait noter.

Cette mise en garde la Résistance vient de lancer en connaissance de cause. Car outre les arsenaux entiers de missiles de drones ultra performant il se pourrait que cet arsenal là compte aussi des radars. Vu qu'il n'existe plus aucun lieu à l'intérieur des bases US qui puisse échapper à la connaissance de la Resistance.  Quel type de radars? Il va sans dire qu'il serait de conception iranienne.

Alors que les progrès de l’Iran dans la conception et la fabrication de divers types de systèmes de défense aérienne en Iran s’acheminent à grande vitesse vers l’autosuffisance, l’Iran prend de nouvelles mesures et va créer bientôt un nouveau chapitre dans le domaine des systèmes de défense aérienne.

Ces développements sont également évidents dans l’augmentation du niveau de couverture radar de l’Iran, de sorte qu’après la victoire de la Révolution islamique la défense aérienne iranienne ayant la capacité de couvrir plus de 3 600 zones, la portée étendue et l’efficacité a protégé le ciel de l’Iran islamique contre tous les objets volants hostiles.

Les radars sont l’un des outils de surveillance de l’espace aérien, et l’industrie de la défense de l’Iran en a conçu et fabriqué divers types.

Quel radar iranien traite-t-il les signaux reçus des objets volants en 6 étapes ?

Les radars actifs et passifs sont parmi les radars les plus connus au monde ainsi que dans notre pays. Un radar passif n’émet aucun signal et se fonctionne à partir de la réception des réflexions des signaux par l’objet à détecter. Ce type de radar utilise une source de rayonnement non coopérative.

L’utilisation de radars passifs présente de nombreux avantages pour leurs utilisateurs. Le plus important de ces avantages est la capacité spéciale de détecter des cibles avec une faible section efficace radar et des cibles volantes à haute altitude et à basse vitesse.

Un autre avantage de tels radars est le faible coût de la production et de la préparation à fonctionner dû à l’absence d’émetteurs et de composants mécaniques mobiles. En réduisant le nombre de pièces nécessaires de ces radars, ils peuvent être déployés dans des zones proches des positions ennemies.

Ces types de radars ont une puissance très élevée pour le traitement de signal et traitent les ondes reçues en au moins 6 étapes pour détecter la cible. Aucune onde n’est émise par les radars passifs, il est donc peu probable qu’elles soient détectées par les systèmes d’espionnage ennemis et l’ennemi ne peut pas les attaquer.

Le radar Alim est l’un des types de radars passifs fabriqués dans notre pays, démontrant le haut niveau de progrès des spécialistes de la défense de notre pays. Le radar a une portée de 250 à 300 km, qui peut être utilisée pour détecter et aider à la chasse rapide de cibles, telles que des avions de chasse, et des missiles de croisière furtifs qui volent généralement à des altitudes inférieures à 20 mètres au-dessus du sol.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/27/663133/La-pr%C3%A9sence-us-en-Irak-se-termine-fin-2021%C2%A0-

 

Dans IRAK

"ISRAËL" FRAPPE L'IRAK

Par Le 26/07/2021

Des entrepôts d'armes des Hachd frappés

Monday, 26 July 2021 5:47 PM  [ Last Update: Monday, 26 July 2021 5:48 PM ]

 30 

Les forces irakiennes en pleine opération. (Archives)

Une position des Hachd al-Chaabi à Najaf en Irak a été la cible d’une attaque de drone.

Les brigades Kataeb al-Imam Ali, affilées aux Unités de mobilisation populaires irakiennes (Hachd al-Chaabi) ont fait état dans un communiqué d’une attaque de drone contre leurs positions dans la province de Najaf, a rapporté l’agence de presse iranienne Fars News ce lundi 26 juillet.

“Les attaques ont eu lieu à 15h30 et 17h30 (heure locale)”, a précisé le communiqué en indiquant que les opérations de reconnaissance ont d’emblée été lancées.

Selon Sabreen News, les frappes de drones avaient été menées par le régime sioniste, mais la nouvelle n'a pas été confirmée par des sources officielles irakiennes appartenant aux Hachd al-Chaabi.

En outre, Shafagh News indique que l'une des roquettes tirées a touché l'un des bâtiments résidentiels situés à proximité des lieux de l’incident, en ajoutant que les attaques avaient eu lieu dans un dépôt de munitions appartenant aux Hachd al-Chaabi.

Lire aussi : Irak/USA: retour à la case départ?

Les attaques surviennent alors que les Hachd al-Chaabi ont souligné à plusieurs reprises qu'elles ne laisseraient pas les zones frontalières irakiennes devenir un bastion des terroristes entraînés par Washington et Tel-Aviv.

Par ailleurs, Qasim al-Kariti, un des commandants des Hachd al-Chaabi, a récemment rapporté que les caméras de surveillance mises en place dans la province avaient réussi à intercepter et enregistrer les mouvements d’un appareil appartenant aux éléments de Daech soutenus par les États-Unis.

Le militaire irakien a fait remarquer que les États-Unis n’étaient pas sérieux quant au retrait de leurs troupes d’Irak. « La présence des forces américaines met au grand jour les mensonges du gouvernement irakien et de la partie américaine », a-t-il déclaré à Al-Ahed News.

« Des caméras thermiques à Salaheddine ont capturé des images du transport des éléments de Daech à l’intérieur de l’Irak à bord d'hélicoptères américains », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Le maintien ou l’expulsion des troupes américaines est une question qui ne concerne que le peuple irakien. L’Irak n’a pas besoin d’une présence étrangère sur son territoire. Les forces de sécurité et les Hachd al-Chaabi peuvent se charger de la sécurité. »

Le quatrième tour des pourparlers entre Bagdad et Washington dans le cadre du dialogue stratégique qui a débuté le 7 avril, a eu lieu le 23 juillet à Washington, présidé par les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

Lire aussi : Des essaims de drones "synchrones", prêts à s'abattre en même temps à Syrie-est, Irak-nord et Irak ouest?!

En janvier 2020, à la suite de l’assassinat du général Haj Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique, et du martyr Abu Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hachd al-Chaabi, le Parlement irakien a voté en faveur du retrait des troupes américaines d’Irak.

Malgré les déclarations de responsables américains et irakiens sur la mission des militaires étrangers qui se limiterait à la formation des forces irakiennes, les groupes de résistance n’ont de cesse de dénoncer l’entrée généralisée de convois logistiques et les opérations militaires américaines en Irak.

Irak: fin de partie pour les USA

Irak: fin de partie pour les USA

Vendredi matin, plusieurs kamikazes ont attaqué la base américaine d’Al-Harir dans la ville d’Erbil située au centre de la région du Kurdistan irakien. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/26/663106/Irak-Hachd-al-Chaabi-attaque-drone

 

 

Dans IRAK

"TERRIFIANTE" REVELATION D'ABDULLAH II

Par Le 26/07/2021

"En Jordanie les troupes US ne seront pas non plus à l'abri des missiles et des drones de la Résistance"

Monday, 26 July 2021 9:50 AM  [ Last Update: Monday, 26 July 2021 10:07 AM ]

 30 

Irak: "Terrifiante " révélation d'Abdullah II. (Image d'illustration)

Cet entretien soigneusement canalisé d'Abdullah II de Jordanie, qu'il vient d'accorder à CNN au bout d'une semaine de grâce  auprès d'une Amérique qui après avoir tenté de le faire descendre par Hamza interposé, en vient à croire que la Jordanie pourrait abriter après tout, les troupes US en totale débandade en Irak et en Syrie, les stratèges du Pentagone ont tout intérêt à bien analyser surtout cette partie où il a évoqué en termes à peine voilés "ces drones irakiens qui partis de Syrie peut-être, s'écrasent parfois en Jordanie". Evidemment le souverain a cherché à plaire à ses amis golfiens quand il s'est mis à critiquer l'Iran, son programme balistique et ses drones, se mettant dans le même panier qu'une Arabie qui lui en veut ou à un Israël qui chercher à s'accaparer d'al-Aqssa dont lui le roi est l'administrateur.

ceci étant, Abdullah II s'est voulu plutôt alarmant à l'adresse des Yankee qui ont ces derniers temps mis les verrous aux portes de plusieurs de leurs bases au Qatar pour déménager sur les frontières jordaniennes avec l'Irak et la Syrie, armes lourdes, Patriot, avions à l'appui, croyant pouvoir se mettre à l'abri de la Résistance ou y cherchant une base arrière d'abord à leurs opérations d'infiltration en direction de l'Irak et de la Syrie ensuite à leurs très probable campagnes aériennes massives que de plus en plus de généraux au sein du Pentagone jugent comme étant le seul recours viable, maintenant que le concept de "base américaine égale la sécurité de troupes US" est devenu, à la faveur des missiles furtifs et précis de la Résistance, synonyme de "piège à rats US". 

Une DCA à abattre 700 chasseurs?

Une DCA à abattre 700 chasseurs?

Lors d’un contact téléphonique avec le commandant de la Force de DCA de l’armée de la RII, le général de brigade Alireza Sabahifard, le chef militaire du b...

Car en reconnaissant que le ciel du Royaume aurait été, pas une fois mais à plusieurs reprises, percé par les drones de la Résistance irakienne, le roi a surtout tenté de faire comprendre qu'avec ou sans Patriot les bases américaines seront visées et que le jeu que Washington vient de lui proposer et qui consiste à louer le ciel et la terre jordaniennes dans une profondeur de 5 kilomètres moyennant quelques 800 millions de dollars par an, ne vaut peut être pas la chandelle. D'ailleurs Abdullah n'avait pas trop de mal à étayer ses propos par le contexte en cours. Presque au moment où le roi jordanien faisait implicitement éloge "des missiles performants" de la Résistance, le groupe « Brigade Al-Tha’irin » venait de publier une vidéo mettant en scène la toute dernière frappe aux drones Murad 4 irakien contre la base ultra protégée de l'US Army à Erbil, la fameuse Harir qui depuis avril en est à sa cinquième coup dronesque reçu avec en toile de fond ses parties les mieux protégées à savoir le QG de la CIA, le QG des forces d'intervention rapide, les hangars des avions et des drones de reconnaissance, parties en mille éclats. Les images datent du vendredi 23 juillet vers  01h45 du matin.

Irak: les USA pris au collet!

Irak: les USA pris au collet!

Des images des opérations US de trafic de Daech à bord des Apache de Syrie en Irak

« Nous revendiquons l’opération qui a visé la base d’al-Harir dans le Kurdistan irakien, où se sont réfugiés les lâches occupants américains, leurs espions et leurs mercenaires. Dans le cadre de cette opération qui a eu lieu à 2 heures du matin, des dégâts ont été infligés aux équipements militaires américains », peut-on lire dans le communiqué de ce groupe, ce qui laisse entendre qu'au cours d'attaque, le groupe avait aussi la possibilité par drone de reconnaissance interposé de visualiser la débandade des militaires américains qui courant dans tous les sens cherchaient à se mettre à l'abri.

D'ailleurs et selon des sources bien informées, ce cinquième essaim de drone lancé contre Harir avait une taille un peu plus grande que d'habitude pour compter au lieu de deux ou de trois appareils, quatre drones de type Murad-4. La Résistance irakienne a-t-elle franchi une étape en synchronisant désormais des drones suicides et des drones de reconnaissance? Possible. Toujours est-il que la précision de la frappe et son impact auront été tel que le porte-parole de la coalition américaine Wayne Maruto a officiellement annoncé samedi qu’une position des États-Unis à Erbil avait été visée.

Les amis kurdes des États-Unis, ceux là même qui participent au pillage systématique du pétrole syrien et qui agissent indépendamment de Bagdad pour exporter le pétrole d'Erbil et qui combe d’ignominie, disent que les troupes d'occupation ne devront pas quitter l'Iran se sont eux aussi précipités pour le reconnaître : « Un drone a ciblé l'une des positions de la coalition internationale dans la région du Kurdistan vendredi à 01h30 du matin », a déclaré le porte-parole de la coalition à l’agence de presse kurdophone Rudaw. Cependant, il a prétendu que l'attaque n'avait causé aucun dégât matériel ni aucune victime.

Irak: les USA frappés à Erbil...

Irak: les USA frappés à Erbil...

Quatrième attaque au drone de la Résistance contre le Pentagone à Erbil...

La question est dès lors la suivante : le Premier ministre irakien qui en visite à Washington cherche par mille et une contorsions à empêcher le départ d'Irak sous les coups de missiles et des drones de la Résistance, des Yankee y parviendra-t-il? Le secrétaire général des bataillons Sayyid al-Shuhada en Irak, Abu al-Alaa al-Walai, a la réponse : « Peu importe la promesse que fait le comité de négociation au nom du pays, si cela n'implique que le départ des occupants. Pas un seul soldat américain ou britannique ni aucun autre soldat étranger ne restera en Irak », a-t-il souligné. « Ceux qui plaident pour le maintien des forces étrangères devront supporter les conséquences du massacre des Irakiens et de la violation de leur dignité », a-t-il averti

Même son de cloche du côté, d'Abu Ali al-Askari, le chef de la sécurité des Kataeb Hezbollah, qui a déclaré en réaction aux pourparlers irako-américains : « Si l'ennemi n'annonce pas explicitement le retrait de ses forces et que les commissions parlementaires et sécuritaires nationales ne suivent pas le processus de retrait, la Résistance continuera d'intensifier ses opérations contre les bases US jusqu'au départ du dernier soldat. »

Irak: une attaque anti-Israël se prépare...

Irak: une attaque anti-Israël se prépare...

Les Américains ont déclaré au gouvernement irakien que 2 500 de leurs 5 000 soldats se sont retirés d'Irak, mais aucune autorité officielle n'a pour l'instant confirmé cette estimation. De nombreux experts irakiens dénoncent un mensonge éhonté puisque personne ne sait combien de soldats US opèrent en Irak, une grosse partie d'entre eux étant des agents secrets et bénéficiant de la couverture diplomatique. En attendant, Biden et Kazemi devaient publier un communiqué commun fixant au 31 décembre 2021 la date finale du soi-disant retrait des troupes américaines d'Irak mais c'est une erreur que de croire possible en Irak, un scénario à l'Afghane. Pourquoi?  Parce qu'il y a en Mésopotamie un arsenal anti US de fabrication inter Résistance qui frappe et frappe fort et dont personne n'a le secret. 

Alors ce changement de statut militaire en formateur, les Américains pourront en rêver autant qu'ils veulent, cela ne fera pas arrêter les frappes de la Résistance. Car ce changement vise d'abord à monopoliser l'entraînement des forces militaires afin qu'ils puissent toujours avoir un impact direct sur la sécurité et la stabilité du pays et maintienne la dépendance de l’armée irakienne vis-à-vis des USA.

Irak/USA: retour à la case départ?

Irak/USA: retour à la case départ?

Les propos de certains membres du gouvernement irakien en visite aux États-Unis dans la cadre d’une importante délégation pour parler de l’éventuel retrait des États-Unis de leur pays ont semé bien des soupçons parmi les factions du Hachd al-Chaabi et de la résistance irakienne.

Le roi Abdullah II l'a très compris, il y a quelque chose d’insaisissable dans les drones et les missiles de la Résistance, cette chose qui a même poussé les USA à annoncer le retrait de ses Patriot de cette même Jordanie. Et quid d'une campagne massive de l'aviation US contre la Résistance en Irak si les Américains se trouvaient dans l'obligation de quitter la Mésopotamie? La réponse Abdullah semble l'avoir: A part des drones, il devrait y avoir d'autres surprises dans l'arsenal anti US d'Irak. Des radars par exemple, genre radar Hafez.  

Une DCA à abattre 700 chasseurs?

Une DCA à abattre 700 chasseurs?

Lors d’un contact téléphonique avec le commandant de la Force de DCA de l’armée de la RII, le général de brigade Alireza Sabahifard, le chef militaire du b...

C'est un dispositif de types de radars de recherche à réseau flou 3D actifs et à moyenne portée qui a la capacité de détecter et d'intercepter différentes cibles telles que les objets volants entrants et les missiles de croisière, ainsi que divers drones à basse, moyenne et haute altitude. Hafez a également la capacité de changer le faisceau électroniquement en très peu de temps et ce, dans la direction et la hauteur adéquates, détectant ainsi des cibles à une distance de 250 km.

Bien entendu, Hafez peut également suivre 100 cibles et fournir leurs informations au système de défense et à ses utilisateurs en un ligne. Et puis, l'une des caractéristiques les plus importantes de Hafez est qu'il peut détecter avec précision plusieurs cibles lorsque l'air et l'espace sont encombrés. Un peu comme le ciel de la Jordanie tel que les 30000 GI's débarqués en provenance du Qatar se l'imaginent, quand leur campagne anti Résistance. Puis The last but not the least, le Hafez n'est pas comme le radar de Patriot, rapidement saturable puisqu'il est même capable de détecter des missiles ARM (missile anti-radar)... le reste de ses vertus on en parlera une fois la Résistance irakienne s'en sera servi. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/26/663061/La-Brigade-Al-Thairin-revendique-l-attaque-contre-la-base-US-a-Erbil-en-Irak

Dans IRAK

LA RESISTANCE IRAKIENNE PASSE A L’ETAPE SUPERIEURE. L’US ARMY VA SAIGNER…

Par Le 20/07/2021

La Résistance irakienne passe à l'étape supérieure ; un traitement de choc anti-US s'impose...

Tuesday, 20 July 2021 12:56 PM  [ Last Update: Tuesday, 20 July 2021 1:46 PM ]

 30 

Un exercice d'entrainement des soldats US à l'effet de faire face aux drones à Aïn al-Asad. (DVIDS)

C'est un silence qui devrait bien faire peur aux Yankee : depuis quelques heures et alors même que Sadr City, à l'est de Bagdad comptait ses morts après un attentat kamikaze, ce lundi 19 juillet, lequel attentat a coûté la vie à 29 irakiens et en a blessé 47 autres, les Américains retiennent leur souffle. Il est vrai qu'une dernière attaque terroriste qui a eu lieu en janvier et sur la place Tayaran de Bagdad au cours de laquelle deux kamikazes dont un, de nationalité saoudienne, se sont fait sauter provoquant la mort de près de 20 personnes, a coûté trop cher au tireur de ficelle qu'est l'Amérique et qui réalise, chaque jour qui passe, à quel point le dilemme irakien pourrait lui être fatal : " Retirer l'US Air Force ou l'US Army sous les coups des drones et des missiles qui ne coûtent qu'à peine quelques milliers de dollars chaque pièce, réalisez-vous un instant quel pourrait en être l'impact géostratégique? ", se demandait récemment un sénateur US.

Missiles

Missiles

Œil pour œil, dent pour dent, la Résistance irakienne fait son baptême de feu de puissance balistique ...Riyad, la première cible

En janvier, la double attaque kamikaze a valu à Riyad deux frappes au drone irakiennes, dont aucune n'a pu être interceptée, frappes qui ont même déclenché au dessus du palais des Salmane le système THAAD. Mais ce n'était pas tout : Ces deux drones irakiens qui prouvaient en effet que l'Arabie pétrolifère des Salmane se trouve aussi et potentiellement confrontée à un front irakien, a poussé le commandant en chef du CentCom a débarquer précipitamment sur la côte ouest de l'Arabie et à s'emparer de Taëz, de Tabouk et de Yanbu et les déclarer la zone militaire avant d'y implanter troupes et munition et ce, au nom des " tensions avec l'Iran " qui " si elles sont virées un jour en escalade majeur pourraient priver les troupes US de toute liberté d'agir dans le golfe Persique". Plus d'un analyste y ont vu surtout une bunkérisation de la côte ouest saoudienne en vue de protéger Israël en mer Rouge, puisque les drones irakiens dans le ciel de Riyad cela signifiait aussi des drones irakiens dans le ciel d'Israël. 

Résistance: la Jordanie, piégée?

Résistance: la Jordanie, piégée?

800 millions de dollars par an, prix à louer la souveraineté jordanienne?

D'ailleurs cette appréhension de voir la Résistance irakienne ouvrir le front dronesque n'a pas mis longtemps à se justifier quand dès le mois d'avril, les drones irakiens se sont mis à s'abattre sur les bases US à travers tout l'Irak, puis en mai, aller au-delà de cette frontière pour atteindre droit et lors de la guerre Israël/Gaza, le nord d'Israël. Tout ceci fait que le carnage de Sadr City soit potentiellement porteur de très mauvaises surprises pour un axe US/Israël qui à l'heure qu'il est s'est mis en tête de bunkériser la Jordanie voisine, de veiller à ce que son ciel ne devienne pas encore un lieu de transit pour les drones et les missiles irakiens qui futés qu'ils sont, sont capables de percer tout ce que compte la DCA occidentale et on y pense évidemment aux Patriot, aux THAAD et Cie. 

Ce mardi, le roi Abdallah de Jordanie et sa famille ont été accueillis à la Maison Blanche par un Biden, qui n'a cessé de le qualifier d'allié stratégique dont le rôle est axial au Moyen-Orient en termes de lutte contre le terrorisme. Beaucoup ont pensé que le vieux président tentait par là d'imposer à Abdallah l'idée de refaire de son royaume une base arrière contre l'Irak comme en 2011 quand elle a accueilli sur le sol jordanien des bases d'entraînement de terroristes à destination de la Syrie. Cette perspective est d'autant plus vitale pour les USA que leurs troupes viennent de connaître leurs premiers déboires en Syrie orientale, lieu où les Yankée étaient en totale sécurité depuis 2015 et occupés à la faveur de la couverture que leur offraient les FDS, à piller le sous-sol syrien. 

Irak : l'échec du coup d'État US!

Irak : l'échec du coup d'État US!

Le triangle Syrie-Jordanie-Irak au niveau d'al-Tanf a deux côtés qui tremblent. Le troisième côté les Américains entendent la "renforcer" surtout que le projet de Daech-bis basé sur des infiltrations massives de terroristes depuis la Syrie vers l'Irak a du plomb dans l'aile, tant se montre imperméable la frontière syro-irakienne grâce aux Hachd; autant tenter de refaire le coup depuis la Jordanie. 

Ceux des terroristes héliportés depuis les prisons de Hassaké n'ont été capables jusqu'ici que de faire sauter des lignes de hautes tensions, de provoquer des incendies dans deux hôpitaux, à bord d'un cargo, ou dans quelques bâtiments publics, ce qui n'est pas rien quand on sait que la température et la consommation d'électricité grimpent en Irak, et que ce genre de sabotage peut déstabiliser. Mais cette politique d'Irakien et de poteaux brûlé, l'Amérique sait qu'elle ne suffit pas pour inverser la donne et stopper cette dynamique d'expulsion de troupes US en cours en Irak et en Syrie. Il lui fait des "exploits" comme en 2014 quand son armée takfiriste faisait marche sur la capitale. Mais est-ce possible? 

Les stratèges du Pentagone y croient encore à condition qu'ils puissent faire de la Jordanie, de toute la Jordanie, une base d'entraînement de terroristes grandeur nature soit une extension d'al-Tanf en Syrie entre autres. 

Irak : la contre-attaque

Irak : la contre-attaque

Le commadement des opérations conjointes irakiennes a annoncé que des forces conjointes composées de l'armée, de la police et des Hachd al-Chaabi assurerai...

Commentant la visite du roi hachémite à la Maison Blanche, un responsable du département d'État américain revient d'ailleurs en déclarant que Washington voulait que la Jordanie joue un "rôle pro-américain" après le retrait des troupes américaines d'Afghanistan. Cité par Sky News, il dit que l'administration du président Joe Biden considère la Jordanie comme le centre de la formation militaire américaine plutôt que le Qatar. Cela est conforme à la stratégie américaine visant à maintenir les forces américaines dans la région du Golfe (Persique) et ce, à l'abri de toute confrontation ou de tout ciblage possible par des groupes de Résistance et l'Iran. Washington souhaite que la Jordanie joue un rôle pro-américain dans la prochaine phase de son retrait d'Afghanistan fin juillet en accueillant des programmes de formation pour les forces afghanes, notamment l'Afghan Air Force."

Irak: explosions en chaîne à Ain al-Asad!

Irak: explosions en chaîne à Ain al-Asad!

Les bruits d’explosion entendus à huit reprises depuis la base d’Ain al-Asad dans la province d’al-Anbar dans l’Ouest irakien sont dus aux entraînements mi...

Mais le mot "Afghanistan" sonne faux... Les USA cherchent plutôt à s'offrir une alternative aux bases qu'ils sont en train de perdre en Syrie et en Irak sous les coups balistiques de la Résistance, avoir quelque part où poursuivre leurs tentatives d'extension du terrorisme. Or au Qatar tout comme en Jordanie, les missiles anti-américains ne font pas de différence entre leurs cibles. La riposte à l'attentat de Sadr City pourrait en donner d'ici les heures à venir une petite idée. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/20/662645/Daech-r%C3%A9activ%C3%A9-en-Irak-en-pleine-crise-%C3%A9lectrique

Dans IRAK

SYRIE/IRAK : REDOUTABLE ARME ANTI-US ?

Par Le 18/07/2021

Guerre US/Résistance: la "mitrailleuse balistique" prête à remplacer les roquettes anti-US...

Sunday, 18 July 2021 6:13 PM  [ Last Update: Sunday, 18 July 2021 6:14 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le système de missile remis à la Force terrestre du CGRI. ©Fars

De quoi parlent les experts occidentaux quand ils associent le développement des capacités balistiques iraniennes à un « changement quantique » ? La nouvelle "mitrailleuse balistique" de la Résistance est-elle prête à remplacera les roquettes anti-US?

Les lanceurs de missile balistique étant équipés de cartouche ont commencé à être largement exploités par les forces armées iraniennes. Mais quels sont les avantages de ce type de lanceurs ?

Lire aussi: Pourquoi la force terrestre du CGRI s’équipe des missiles tactiques de 300 km de portée ?

Le premier avantage d’un lanceur équipé de cartouche est que les missiles sont à l’abri de la pluie, de la poussière, du soleil et d’autres facteurs extérieurs qui risquent de les endommager.

Le deuxième avantage est que plusieurs cartouches peuvent être installées sur un seul lanceur et cela renforcera la puissance et le volume du feu. L’intérêt ? Face à un essaim de missiles qui sont tirés en même temps, les systèmes de défense antiaérienne de l’ennemi perdent une importante partie de leur efficacité. 

Israël paniqué par les capacités militaires iraniennes

Israël paniqué par les capacités militaires iraniennes

Le dévoilement de capacités militaires iraniennes a pris les cercles militaires israéliens au dépourvu.

Le troisième avantage d’un lanceur à cartouche est que les missiles peuvent être déplacés plus facilement.

Quant au quatrième avantage, il est à noter que les missiles installés dans les cartouches peuvent être déplacés en toute catimini, car les camions sur lesquels sont déployés les lanceurs à cartouche peuvent facilement se faire passer par des camions chargés d’une cargaison commerciale tout ordinaire. 

Lire aussi: Le drone qui démocratisera l’attaque à l’essaimage anti-US au Moyen-Orient ?

Comment un lanceur à cartouche peut-il harceler l’ennemi ?

Prenons comme exemple un système de défense antiaérienne de type Patriot ! Chaque batterie de Patriot est en mesure de confronter huit missiles en même temps. Alors, si huit missiles sont tirés en même temps vers une batterie de Patriot, celle-ci sera obligée de se décharger complètement pour pouvoir les intercepter. Dans ce cas-là, même si Patriot réussit à neutraliser tous les huit missiles, un grand problème reste à résoudre ; il ne lui reste plus de missiles à tirer en cas d’une nouvelle attaque et il lui faudrait pas mal de temps pour être chargée de nouveau. Voici un laps de temps duquel la partie adverse pourrait bénéficier pour lancer une nouvelle attaque soit par ses unités balistiques et aériennes soit par ses drones. 

L'US Army fuit les missiles!

L’US Army fuit les missiles !

Sur fond de tensions avec l’Iran, les États-Unis ont évacué leurs bases situées au Qatar, envoyant leurs forces et équipements en direction de la Jordanie.

En Iran, une cérémonie a récemment eu lieu pour remettre de nouveaux équipements militaires et armes à la Force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI). À noter que les missiles Fath installés sur des lanceurs à cartouche figuraient parmi les armes qui ont intégré la Force terrestre du CGRI. Les lanceurs qui ont été remis sont chacun équipés de six cartouches. Les lanceurs de ce type avaient été également livrés à la Force navale du CGRI en hiver dernier. 

Lire aussi: DCA : les USA ont perdu le pari radar face à l’Iran ?

Le 7 janvier 2020, après l’attaque au missile menée par l’Iran contre la base militaire américaine d’Aïn al-Asad en Irak, Fabian Hinz, expert du programme balistique iranien chez l’Institut des Études international de Middlebury à Monterey, a écrit, dans un article publié par Washington Post : « Ce que nous avons vu en Iran au cours des dernières années, c’est un changement quantique (…) en matière de capacités balistiques ». 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/18/662526/Iran-missile-cartouche-lanceur-Patriot-guerre-USA-CGRI

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE ROMPT LA TREVE ET COMMENCE DES OPERATIONS CONTRE LES INTERETS AMERICAINS EN IRAK

Par Le 12/07/2021

Nouvelle vague d’attaques anti-US dans les heures à venir

Monday, 12 July 2021 6:05 PM  [ Last Update: Monday, 12 July 2021 6:06 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Résistance irakienne est déterminée à riposter aux agressions américaines. (Illustration)

Le mouvement irakien Asaïb Ahl al-Haq déclare que suite à l’annonce de la fin du cessez-le-feu avec les États-Unis, les groupes de résistance ont commencé des opérations contre les intérêts américains en Irak.

"Les groupes de résistance irakiens ont annoncé la fin du cessez-le-feu [avec les États-Unis]", a déclaré Saad al-Saadi, membre du bureau politique du mouvement Asaïb Ahl al-Haq en soulignant que les groupes de résistance ont lancé des opérations contre les intérêts américains en Irak.

"Il n'y a pas de cessez-le-feu avec les États-Unis", a-t-il affirmé, notant que la Résistance continuerait à mener une guerre directe contre l'occupant américain qui doit retirer ses troupes d’Irak.

Irak: les USA supplient!

Irak: les USA supplient!

Le responsable irakien a regretté que certaines factions politiques se dirigent vers les États-Unis et que leurs intérêts soient liés à la présence des troupes US. Toutefois, poursuit-il, les tendances générales en Irak sont contre la présence de l’occupation. D’où l’obligation de la mise en œuvre de la résolution du Parlement et de la volonté du peuple qui exigent le retrait de toutes les forces étrangères du pays.

Lire aussi : Des unités commandos US en Irak pour liquider les commandants de la Résistance?! Que les USA n'y pensent même pas...

Les propos interviennent alors que des frappes de roquettes et de drones sur des positions militaires américaines en Irak ont été signalées à plusieurs reprises au cours de ces derniers jours; la semaine dernière, une base militaire américaine près de l'aéroport d'Erbil dans la région du Kurdistan irakien a été la cible de roquettes et de drones. En outre, la base d'al-Tawhid à l'ambassade américaine à Bagdad, la base d'Aïn al-Asad dans la province d’al-Anbar et la base militaire américaine près de la plate-forme pétrolière d'al-Omar dans la province syrienne de Deir ez-Zor ont été prises pour cible.

Les frappes surviennent alors que des avions de chasse américains ont précédemment ciblé des zones à la frontière irako-syrienne, tuant quatre membres des Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi).

Lire aussi : US A en déploiement en Jordanie, la ligne de feu missile-DCA de la Résistance en Syrie orientale: la guerre a commencé

A en croire le site web The Arab Weekly, les États-Unis se sentent gravement menacés en Irak et en Syrie, mais n’y peuvent rien. "Washington n'a pas encore adopté de stratégie claire et de volonté politique pour faire face aux attaques menées par les forces de la Résistance”, indique le site web.

Le Pentagone a récemment déclaré qu'il était "profondément préoccupé" par les attaques contre les troupes américaines en Irak et en Syrie, rappelle le site web en soulignant que les groupes de résistance irakiens sont déterminés à riposter à l'invasion menée par les États-Unis sur la frontière irako-syrienne, qui a entraîné le martyre de quatre membres des Hachd al-Chaabi.

Selon The Arab Weekly, certaines de ces attaques ont été menées par des groupes inconnus cherchant à faire sortir des troupes américaines.

USA/Syrie: combat

USA/Syrie: combat

Après avoir visé le 11 juillet à deux reprise Al-Omar et Connoco, que compte faire la Résistance dans sa chasse aux GI

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/12/662110/Resistance-Irak-Etats-Unis-frappes

Dans IRAK

LES USA SUPPLIENT LA RESISTANCE IRAKIENNE DE NE PAS ATTAQUER LES "FORCES US" EN IRAK

Par Le 10/07/2021

"Laissez-nous tranquilles" (Secrétaire d'État adjoint US)

Saturday, 10 July 2021 4:36 PM  [ Last Update: Saturday, 10 July 2021 4:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les convois militaires US sont de plus en plus souvent cibles des attaques de représailles des groupes de résistance irakiens. (Illustration)

Tout comme Israël qui a craqué sous les coups des missiles de la Résistance, les USA semblent avoir compris que la menace est réelle et veulent jeter l'éponge après les opérations aux missiles et aux drones contre les bases US en Syrie et en Irak.

En effet, le secrétaire d'État adjoint intérim aux affaires du Proche-Orient, Joey Hood a quasiment imploré les groupes de la Résistance irakienne de mettre fin à leurs opérations. 

Dans une interview à la chaîne saoudienne Al-Arabiya, Joey Hood a prétendu que les États-Unis, en dépit de l'escalade des attaques des groupes de la Résistance contre leurs positions en Irak, n'étaient pas engagés dans une guerre ouverte avec eux.

Hood a dit comprendre que certains groupes irakiens soient totalement opposés aux actions des États-Unis dans la région, suppliant presque, par la suite, de les laisser faire dans leur prétendue lutte contre Daech, en mettant fin aux attaques contre leurs forces et convois militaires. 

1er essaim de drones a frappé Israël!

1er essaim de drones a frappé Israël!

Mossad ciblé à Erbil, des officiers israéliens et américains liquidés 

Selon la chaîne Sabreen News, ce samedi 10 juillet un convoi américain transportant du matériel logistique américain a été la cible d'explosions provoquées par la détonation de quatre bombes anti chars dans l’est de la province d’al-Anbar.

Deux jours auparavant, un autre convoi américain a été pris pour cible dans la zone entre les provinces de Nassiriya et de Bassora, indiquent des sources irakiennes.

De même, le 5 juillet, un convoi logistique de l’armée américaine a été touché lorsqu'une bombe placée en bordure de route dans la région d’al-Shaala de la province de Bagdada éclatée.

La série d'attaques d'ampleur contre les forces américaines en Irak intervient alors que les États-Unis tentent de retarder les pourparlers stratégiques avec le gouvernement irakien sur le retrait des troupes américaines.

L'US Navy ciblée depuis l'Irak?

L'US Navy ciblée depuis l'Irak?

La Résistance irakienne met en garde les USA suite à la mort en martyr de quatre combattants des Hached al-Chaabi.

Malgré les déclarations de responsables américains et irakiens selon lesquelles la mission des troupes étrangères se limitait à former et conseiller les forces irakiennes, des groupes de la Résistance irakienne évoquant l’arrivée en masse de convois logistiques américains dans le pays et l'implication de troupes américaines dans des opérations militaires soulignent que ces mesures ne peuvent indiquer la limitation de la mission de l'armée américaine en Irak.

Mais ces supplications suffiront-elles à freiner l'infernale dynamique anti US d'ores et déjà déclenchée? Il semble que oui puisqu'à Erbil - et c'est une première- on appelle désormais au retrait les troupes US déployées à l'aéroport! 

Mahmoud Othman, politicien kurde irakien a appelé vendredi les responsables de la région du Kurdistan irakien à faire retirer les troupes américaines de l'aéroport d'Erbil. Rappelant qu'il s'agissait de la seconde attaque des forces irakiennes contre les forces US à l'aéroport d'Erbil, celui-ci n'a pas manqué de mettre en garde que d'autres attaques allaient avoir lieu par la suite et que les forces US avaient tout intérêt à quitter les lieux au plus vite. 

Dans ce droit-fil, les Brigades Awliya al-Dama ont déclaré dans un communiqué : «Si l'ennemi ne reconnaît pas les pertes causées par l'attaque contre l’aéroport d'Erbil, nous révélerons le nombre de sionistes tués dans l'opération d'Erbil ». La base militaire américaine à l'aéroport d'Erbil ayant été visée à plusieurs reprises par des tirs de roquettes des groupes de résistance irakiens.

Irak : l'US Army frappée ...

Irak : l'US Army frappée ...

En Irak, deux convois logistiques américains ont été attaqués à Nassiriya et à Samawa.

Les médias ont rapporté hier soir qu’une base militaire américaine à l'aéroport d'Erbil a été visée par les coups de 20 roquettes et de trois drones armés. À la suite de cette attaque, l'aéroport international d'Erbil a suspendu toutes ses activités.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/10/661942/Irak-les-USA-supplient--

Dans IRAK

IRAK : 7ème FRAPPE ANTI-BASE US EN 5 JOURS

Par Le 08/07/2021

La Résistance sort sa "mitrailleuse balistique" aux cartouches faites de missile "Fath"

Thursday, 08 July 2021 1:37 PM  [ Last Update: Thursday, 08 July 2021 1:37 PM ]

 30 

Zone verte ( illustration)

Que le secrétaire général d'Asaïb al Haq,  Qaïs Khazali, l'une des principales composantes de la Résistance irakienne affirme ce jeudi matin 8 juillet que la septième attaque depuis le 4 juillet, ciblant une base US en Irak, en l’occurrence cette vraie-fausse ambassade étendue située dans la Zone verte, sur une superficie de 3000 km2 où le Pentagone a déployé ses Patriot qui ne fonctionnent pas mais aussi ses C-Ram qui fonctionnent à moitié mais encore une grosse partie de ses armes et ce, plus des milliers d'agents de la CIA et d'autres appareils de renseignement US, déguisés en diplomate, n'a pas été menée par la Résistance, cela est plutôt un très mauvais signe pour les Yankee. Pourquoi? Écoutons plutôt l'intéressé qui  a affirmé,  à la presse tout en jurant de venger la mort de tous les "martyrs de la Résistance" que des "roquettes de katioucha ne fait plus partie de l'arsenal anti US de la Résistance" et que cet arsenal quand il s'active contre les Etats Unis "il n'emploie que des missiles tactiques"! 

Vers 2 heures du matin, heure de Bagdad, l'ambassade US a été visé en effet par une salve de 30 roquettes katioucha et l'attaque a été aussitôt revendiqué par un groupe  " Sang d'Abou Mohandes". Le porte-parole de la coalition n'a reconnu que quatre roquettes, celles qui avaient effectivement atteint l'intérieur de l'ambassade en dépit de ces C-Ram qui continuaient à tirer en solo, et à l'aveuglette, comme à chaque fois qu'il y a une frappe contre l'ambassade.  

Ambassade US à Bagdad: un nid du Mossad?

Ambassade US à Bagdad: un nid du Mossad?

Le Mossad et le groupe terroriste Daech se servent de l’ambassade américaine à Bagdad comme d’un abri.

Sabereen New affirme, lui, que mêmes ces katiuocha rudimentaire ont provoqué la débandade et que, tombés non loin du secteur militaire Union 1 ou Tawhid en irakien, les soldats se sont précipitaient dans les abris : « Des sirènes d'alerte ne cessaient de retentir au niveau de l'ambassade des États-Unis dans la zone verte et surtout de la troisième base d'al-Tawhid. Puis le système de défense antimissile C-RAM a tenté de repousser les engins sans succès. De la fumée s’élevait au-dessus de l'ambassade américaine et de l'endroit où se trouve la troisième base d'al-Tawhid."

 Les katioucha d'hier soir qui sont parvenus si allègrement à foncer pour la septième fois en 7 jours le bouclier antimissile US en Irak, ont-ils été seuls ou accompagnés? Sabereen New, chaîne proche de la Résistance évoque une "attaque hybride" ce qui veut dire que les drones ont été également de la partie, peut être pas de modèle "Loitering munition" mais les "drones flaireurs" qui depuis quelques temps aident les unités d'artilleries de la Résistance à mieux localiser leurs cibles, et tenter de se montrer à la hauteur des roquettes et missiles tactiques et , bref à ne plus être que de simples roquettes. Sabereen News éclaircit ses propos et dit qu''Il s'agissait d'une attaque hybride impliquant à la fois des drones et des roquettes intelligentes mais que le génie militaire de l’ambassade n'y est entré qu'une fois l'attaque finie parce que l'ambassade avait été touchée», a ajouté la source.

Irak : l’ambassade US visée

Irak : l’ambassade US visée

En effet, plus d’un analyste militaire parierait que  l’émergence de ce cocktail drones-roquettes sur la scène irakienne, drone servant à remplir la faille de précision des roquettes, pourrait tout changer d'ici peu au discours jusqu'à boutiste des Yankee. Surtout qu'il semblerait qu'il y ait aussi des drones qui sont lancés à partir des lances-roquettes! Arash par exemple avec une portée de 1400 km dispose d’une capacité avérée anti-radar et peut écraser ainsi les défenses aériennes. C’est un appareil à turboréacteur et au combustible solide doté visiblement de dispositif de réception d’ondes radars et capable sur cette base de créer d’espace de vide à radar, ce qui fait de THAAD, de Patriot, de C-RAM ses proies faciles. Au chapitre de changement de discours à Washington, CGTN fait publier un tweet attribué à un analyste supérieur US, de ceux qui écrivent dans des Think Tank et donnent le là à la politique US. Bradley Blankenship dit :" Biden devra retirer les GI's d'Irak pour préserver leur vie". C'est une première depuis 2010. Il semblerait que l'intéressé voit bien loin que le bout de son nez et qu'en ceci, il a une nette longueuer d'avance par rapport à Biden absorbé dans ses vieilles idées de 2003. Et comment? 

CE jeudi quand le secrétaire général d'Asaib al Haq s'est moqué des Katioucha en affirmant que la Résistance irakienne dispose de missiles tactiques, il avait une intention bien claire. Biden ne l'a compris, Bradely, si. Le 7 juillet à Téhéran, le CGRI a dévoilé une "petite mitraillette balistique" à savoir une lance-roquette plus de petits missiles balistiques de type Fath. Juste ce qu'il fait à la Résistance irakienne pour que les frappes soient plus douloureuse. Le missile Fath est une version miniature de la famille de missiles Fateh, offrant une plus grande puissance de feu à l'unité de missiles, ainsi qu'une précision et une frappe.

L'apparence de ce missile est similaire aux missiles de la famille Fateh car la forme des ailes de ce missile inclut la stabilisation et le guidage des ailes à la fin et au début du missile et aussi la forme de l'ogive est très similaire aux missiles de la famille Fateh. L'ogive du missile Fath est comparée à l'ogive du missile monoconique Fateh-110, en raison de la petite taille du missile. L'augmentation de la puissance de feu des unités opérationnelles est l'un des enjeux importants qui ont un impact significatif sur le champ de bataille ; Ceci peut être réalisé en utilisant des lanceurs de missiles balistiques multi-rôles et, bien sûr, en utilisant des missiles plus petits et plus tactiques (comme le missile Fateh) et en apportant plus de puissance de feu et de précision à ces unités. La longueur et le diamètre de ce missile semblent être environ 40 à 50 % inférieurs à ceux du Fateh-110. Avec un poids d'environ 850 à 1100 kg, Fath a une portée d’au moins 80 à 100 km.

Le CGRI se réarme !

Le CGRI se réarme !

Puis l'utilisation de la technologie du corps en composite offre une portée de 130  à 170 km aux missiles de Fath. Plus le fait que Fath a des gouvernes aérodynamiques placées sur le nez lui offrent à l’engin les capacités à lancer des attaques de précision. Tout ceci fait que la vitesse en est plus importante, la précision aussi te avec ogive détachable, et une surface radar très faible, il a tout pour être le "tueur ou mieux dit l'acheveur de la DCA US/Cie". Alors, avis aux USA, retirez vos batteries de Patriot de toute la région.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/08/661775/Irak-Ambassade-US-Missiles-Fath-R%C3%A9sistance

Dans IRAK

IRAK : ATTAQUE AUX DRONES PIEGES CONTRE LA BASE AERIENNE AMERICAINE D’ERBIL

Par Le 07/07/2021

Irak: Attaque aux drones piégés contre la base aérienne US d’Erbil

 Depuis 2 heures  7 juillet 2021

L’utilisation nouvelle des drones est un casse-tête pour la coalition car ces engins volants peuvent échapper aux batteries de défense C-RAM.

L’utilisation nouvelle des drones est un casse-tête pour la coalition car ces engins volants peuvent échapper aux batteries de défense C-RAM.

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Une attaque aux «drones piégés» a été menée, mardi soir 6 juillet, contre l’aéroport international d’Erbil, proche du consulat américain de cette ville du nord de l’Irak, a indiqué l’unité antiterroriste du Kurdistan irakien dans un communiqué.

L’attaque, qui s’est déroulée vers 19 h 30 GMT (21 h 30 suisses), n’a pas fait de blessés ni de dégâts matériels, et les pompiers ont maîtrisé un début d’incendie, a précisé le communiqué.

Un drone a frappé «près de la base aérienne d’Erbil vers 23 h 15 locales», a précisé sur Twitter le porte-parole de la coalition US, le colonel Wayne Marotto, ajoutant qu’il n’y avait ni victimes ni dégâts connus à ce stade.

L’aéroport d’Erbil, où se trouve une base militaire américaine a déjà été visé en avril par une attaque menée par un drone bourré d’explosifs.

Les intérêts des forces d’occupation américaines en Irak sont la cible d’attaques répétées et de plus en plus rapprochées ces derniers mois.

Lundi, un drone piégé qui visait l’ambassade américaine à Bagdad a été abattu, quelques heures après une attaque à la roquette contre une base abritant des soldats américains dans l’ouest de l’Irak.

Les États-Unis accusent systématiquement les factions du Hachd al-Chaabi d’être responsables de ces opérations.

Depuis le début de l’année, quelque 48 attaques ont visé les intérêts des États-Unis dans le pays, où sont déployés 2500 soldats américains dans le cadre de la coalition antiterroriste internationale.

L’utilisation nouvelle des drones est un casse-tête pour la coalition car ces engins volants peuvent échapper aux batteries de défense C-RAM, installées par l’armée d’occupation américaine pour protéger ses troupes.

Ces nouvelles attaques interviennent une semaine après des frappes américaines contre des positions du Hachd al-Chaabi, à la frontière irako-syrienne, qui ont tué une dizaine de combattants.

Le Hachd al-Chaabi, force incontournable en Irak, salue régulièrement le lancement de roquettes et drones piégés, mais n’en revendique jamais la responsabilité.

Signe que les États-Unis s’inquiètent des nouvelles attaques au drone, ils ont récemment annoncé offrir jusqu’à trois millions de dollars pour des informations sur les opérations visant leurs intérêts en Irak.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2107437

Dans IRAK

IRAK : LA BASE AERIENNE AMERICAINE D'AÏN AL-ASAD FRAPPEE

Par Le 05/07/2021

Après al-Omar en Syrie, l'US Army saigne à al-Anbar

Monday, 05 July 2021 4:16 PM  [ Last Update: Monday, 05 July 2021 4:17 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La base aérienne américaine d'Aïn al-Asad en Irak. (Archives)

Le massage est clair : à peine quelques heures après le deuxième frappe aux missiles contre la base US à al-Omar en Syrie orientale, attaque à coup de 9 roquettes-missiles, la plus grande base US à al-Anbar à l’ouest de l'Irak a été violemment ciblée… La guerre anti-US de la Résistance a définitivement franchi les frontières pour se dérouler à la fois en Syrie et en Irak… L'US Air Force pourra-t-elle inverser la donne?  

Des sources bien informées ont fait état d'une attaque à la roquette aujourd’hui, lundi 5 juillet, contre la base aérienne d'Aïn al-Asad dans la province d’al-Anbar, dans l'ouest de l’Irak.
{{Gallery}}

 

“Huit roquettes de 107 mm ont été tirées sur la base d’Aïn al-Asad depuis une localité entre Hit et Kabisseh ; 4 roquettes ont directement touché la base militaire américaine”, a précisé Sabreen News.

Certaines sources médiatiques ont également rapporté que des avions américains ont survolé la province d'al-Anbar pour trouver les auteurs des tirs de roquettes, publiant des images montrant des panaches de fumée s'élevant de l'intérieur de la base aérienne américaine.

Irak : l'US Air Force ciblée

Irak : l'US Air Force ciblée

Une source de sécurité irakienne a confirmé l'attaque à la roquette contre la base d'Aïn al-Asad menée, selon elle, par des assaillants inconnus. Lors d’une interview avec le site d’actualité Al-Maalomah, la source a affirmé que les forces américaines avaient fermé leur base et interdit la circulation des troupes. La même source indique que les avions de chasse et des drones américains survolent la base par peur que les dégâts causés soient connus du public.

Coalition américaine : les dommages sont en cours d’évaluation

Confirmant la frappes dans un message sur Twitter, le colonel Wayne Maruto, porte-parole de la soi-disant coalition internationale contre Daech, a précisé dans son rapport initial que vers 14h45, heure locale, la base aérienne d’Aïn al-Asad avait été prise pour cible de trois roquettes ajoutant que personne n'avait été blessé et que les dégâts étaient en cours d’évaluation.

Lire aussi : Un troisième convoi logistique US frappé en deux jours

La base aérienne d'Aïn al-Asad est située à 160 km à l'ouest de Bagdad, dans la province d’al-Anbar, plus précisément dans la ville de Hit, et à 8 km d'un village appelé Khan al-Baghdadi. La base couvre une superficie de 10 kilomètres, soit à peu près la taille de la zone verte de Bagdad. Elle comprend la plus grande base militaire américaine en Irak dont une partie abrite les forces irakiennes.

C’est souvent depuis cette base que sont menées les actions suspectes contre la souveraineté nationale de l’Irak; plusieurs rapports ont fait état des réunions entre les forces américaines et certains chefs tribaux, cheikhs et personnalités politiques dans la base d’Aïn al-Asad.

Lire aussi : " On ne cherche pas la tension"

Le 8 janvier 2020, le CGRI a tiré des dizaines de missiles balistiques sur la base d’Aïn al-Asad en réponse à l'attaque terroriste américaine contre l'aéroport de Bagdad qui s’est soldée par le martyre de l’ancien commandant en chef de la Force Qods du CGRI, le général Qassem Soleimani.

Lire aussi : Pourquoi Joe Biden devrait retirer toutes les forces américaines d'Irak et de Syrie?

Étant au centre des opérations militaires américaines sur les territoires occupés, la base aérienne d'Aïn al-Asad est plus dangereuse que toutes les autres pour l’Irak. Les sources irakiennes bien informées ont averti il ​​y a quelques mois que les forces d’occupation américaines complotaient contre les Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi) en prenant pour cible leurs positions à la frontière irako-syrienne.

Irak: le faux-pas de trop de Biden

Irak: le faux-pas de trop de Biden

Moins de 24 heures après 4 raids aériens US contre trois positions de la Résistance irakienne des dizaines de roquettes "tactiques" ont frappé la méga base US à Deir ez-Zor.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/05/661582/Irak-Ain-al-Asad-Etats-Unis

Dans IRAK

IRAK : NOUVELLE ARME ANTI-AMERICAINE

Par Le 04/07/2021

Un troisième convois logistique US frappé en deux jours

Sunday, 04 July 2021 6:16 PM  [ Last Update: Sunday, 04 July 2021 6:17 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convois logistique US frappé. (Illustration)

Ce n’est un secret pour personne qu’il y a une crise partout où vont les États-Unis. Le retrait des troupes américaines a été signalé à plusieurs reprises, mais dans la pratique, rien de spécial ne s’est produit. En fait, cela fait partie de la stratégie américaine selon laquelle, parallèlement à l’annonce du retrait des troupes américaines du Moyen-Orient, dont l’Afghanistan et l’Irak, les opérations terroristes se multiplient. Les Américains tentent ainsi de justifier leur présence et d’insinuer que leur présence dans la région est un granite de sécurité et de stabilité. La récente attaque contre les pylônes électriques en Irak pourrait être la mise en œuvre de telle stratégie américaine déjà essayée en Afghanistan et au Yémen. Quoi qu’il en soit, l’axe de Résistance est vigilant et prêt à déjouer les complots ennemis en disposant des équipements de guerre les plus modernes, dont des missiles balistiques à longue portée.

Le gouvernement irakien a annoncé que 18 personnes ont été tuées et blessées dans la récente explosion de 61 pylônes électriques.

Les médias irakiens ont déclaré dans un communiqué que les attaques contre le réseau électrique national avaient fait 7 morts, 11 blessés et détruit 61 pylônes électriques.

Le communiqué ne précise pas quand les explosions se sont produites, mais ces derniers jours, des responsables irakiens ont signalé l’explosion de plusieurs pylônes électriques dans les provinces de Diyala, Kirkouk et Salah al-Din.

Les Hachd sortent leurs drones!

Les Hachd sortent leurs drones!

Le soutien aérien US à Daech, fait obstacle à l’éradication du terrorisme en Irak.

Mais qui va défendre la sécurité énergétique de l’Irak ? Évidemment, la Résistance. Après la défaite militaire, les USA s’en prennent à la sécurité énergétique. Il est temps qu’ils soient chassés de force.

Un convoi logistique transportant du matériel pour les forces de la coalition américaine a été visé ce dimanche après-midi par une bombe en bordure de route dans la province de Bagdad.

L’attaque a eu lieu dans la zone d’al-Taji, dans le nord de la province de Bagdad

Depuis le martyre du général Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes, les convois logistiques de la coalition américaine sont pris pour cible par des bombes en bordure de route plusieurs fois par semaine, voire par jour.

Irak: attaques anti-US en cascade!

Irak: attaques anti-US en cascade!

Quatre convois appartenant aux forces américaines dans les provinces de Muthanna, Dhi Qar, Babel et al-Diwaniyah, ont été visés.

Mais la Résistance, comme elle l’a déjà promis, va intensifier ses raids et il est sûr et certain qu’elle utilise de plus puissants engins.

La nouvelle génération du missile de classe « Nazeat » ​​​​est une version avancée et mise à jour des exemples précédents, capable de détruire des cibles et des équipements ennemis à une distance de 150 km.

La classe du missile Nazeat était un événement important dans la fabrication de produits de défense lourds et semi-lourds dans l’armée de la République islamique.

Les missiles Nazeat 6 et 10 de 6,29 mètres de longueur ont été mis à jour avec les nouvelles technologies.

Front naval anti-US: la surprise?

Front naval anti-US: la surprise?

les médias occidentaux se sont focalisés sur la haute capacité défensive et offensives des forces armées iraniennes.

Le missile Nazeat 6 d’un poids total de 960 kg est doté d’une ogive de 130 kg, avec une portée de 150 km, et une erreur circulaire probable de 5 %. Tenant compte de cette marge d’erreur, ce missile détruit définitivement l’équipement militaire de l’ennemi.

Le missile Nazeat 10 à combustible solide et d’un poids total de 1830 kg est doté d’une ogive de 230 kg, avec une portée de 150 km. Ce missile est actuellement opérationnel dans l’armée terrestre de la République islamique d’Iran.

L’une des caractéristiques importantes des missiles Nazeat 6 et 10 est une portée d’environ 150 km. Ces missiles iraniens avec une courte durée de préparation avant le lancement peuvent être tirés à partir des lanceurs mobiles.

Iran: les missiles de croisière tonnent !

Iran: les missiles de croisière tonnent !

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/04/661529/-L%E2%80%99explosion-dans-les-pyl%C3%B4nes-%C3%A9lectriques-en-Irak

Dans IRAK

DRONES IRAKIENS-MISSILES PALESTINIENS, LES USA FRAPPENT POUR SAUVER LA PEAU D'ISRAËL!

Par Le 29/06/2021

Drones irakiens-Missile palestiniens, les USA frappent pour sauver la peau d'Israël!

Tuesday, 29 June 2021 1:06 PM  [ Last Update: Tuesday, 29 June 2021 2:05 PM ]

 30 

Missile palestinien et drone irakien, une tempête anti Israël à venir? (Archives)

Avec toutes les bonnes volontés du monde, l'Amérique de Biden ne saurait convaincre que les quatre raids à GBU du 27 juin, ayant visé, à minuit passé le point de passage Abou Kamal/ Qaem, quitte à assassiner quatre combattants de Kataëb Hezbollah, n'avait rien à voir avec la visite à Washington de Rivelin, chef de l'entité sioniste, laquelle visite précédée de celle du chef d'état-major israélien avait l'air d'une plaidoirie en faveur du "maintien en survie d'Israël". Car à quoi bon un Israël qui au lieu de servir les intérêts de l'Empire en est devenu un fardeau? Un Israël encerclé de toute part par la Résistance qui en dépit des milliards de dollars d'assistance militaire annuelle, des tonnes d'armements, a capitulé face un Gaza depuis 15 sous blocus? 

Premier F-16 US abattu par l'Irak !

Premier F-16 US abattu par l'Irak !

Abou Kamal/Qaem frappé pour la deuxième fois par Biden... la riposte ?

En bombardant la frontière syro-irakienne sur quoi veillent depuis deux ans les Hachd al-Chaabi, faisant échec les uns aux autres aux plans et aux complots de toute sorte de l'axe US/Israël/OTAN, Biden a tenté d'éviter ce "gâchis stratégique", cet investissement à fond perdu dans une entité que plus rien ne pourrait sauver. Car à Gaza, de terrifiants tactiques de guerre asymétrique ont été testés contre Israël et ont tous réussi sauf une que Biden a cherché via sa frappe de bloquer.  

En effet, au mois de mai, les 4700 missiles et roquettes qui ont mis au pas Israël, quitte à en bousiller les infrastructure les plus stratégiques, n'ont fait que "côtoyer" les drones. A Gaza, la Résistance palestinienne a été encore loin de cet exploit qu'accomplit depuis quelques jours Ansrallah et qui consiste à lancer des frappes synchronisée drones-missiles, dont la dernière s'est produite  dimanche et a vu cinq missiles balistique de type Burkan et cinq drones "Loitering Munition" de type Qassef K2 s'abattre, d'un mouvement unitaire, sur deux bases aériennes d'envergure que sont Abha et Khamis Mushait situées dans le sud du Royaume ainsi que sur le QG de la garde nationale saoudienne à Najran.

Ciel syrien: l'US Air Force perd...

Ciel syrien: l'US Air Force perd...

La bataille du ciel USA/Résistance a commencé : 1er bilan? A Abou Kamal les Américains ont perdu une manche.

Mais vu qu'à Gaza, la Résistance a eu recours largement aux tactiques de guerre d'Ansarallah, quand par exemple il s'est mis à viser les bases aériennes à coup de missiles,  il y a de forte chance que le prochain round des combat voie l'action combinée missiles-drone et ce sera là le vrai "irréparable". Car imaginons qu'une guerre mulifront anti-Israël conjugue un volet balistique où Gaza y jouera le rôle principal puis un volet drone dont soit chargé la Résistance irakienne, une Résistance qui est, pour le grand malheur des israéliens à cheval entre la Syrie et l'Irak, disposant de grande contrée propre à lancer des tempêtes de drones contre l'entité.

D'ailleurs les F-15 et les F-16 américain qui ont frappé Abou Kamal/Qaem avait, ainsi que le reconnait le communiqué du Pentagone la mission de " pulvériser les UAV irakiens".

C'est ainsi que le lundi 28 juin, à peine quelques heures après la frappe US contre Kataëb Hezbollah,  la presse israélienne s'est soudain souvenu de Gaza, "drone à fuselage large iranien" que le commandant en chef du CGRI a tenu à rappeler à la bonne mémoire israélienne le même jours : un drone de 7000 kilomètres de portée et capable de transporter 13 missiles et qui " aura parfaitement la capacité de synchroniser ses actions avec les missiles"

Ansarallah : Qassef K2 frappe!

Ansarallah : Qassef K2 frappe!

Base aérienne de Khamis Mushait tremble sous le coup de Loitering Munition ...

« Des centaines de milliers de missiles, dont beaucoup sont de haute précision et portent des ogives, menacent Israël et c'est ce dont on vient de faire l'expérience en ce mois de mai. Mais le pire est devant nous puisque ces missiles sont tirés non seulement avec une très grande précision comme ceux qui ont visé l'aéroport de Ben Gourion, ou encore celui de Ramon mais encore ont la possibilité d'opérer en synergie avec des drones qui eux opèrent en essaim.  C'est un réseau synchronique et interconnecté qui rend les frappes infiniment plus précise plus efficace et dont on en voit des exemples à Maaib au Yémen où ce réseau couvre un rayon d'action de quelques milliers de kilomètres entre les deux provinces grandes que sont Assir et Najran et qui réduisent sensiblement le marge de manœuvre des avions pour ne pas dire qu'ils les rendent nul, estime le général sioniste Yzak Brick. « La portée de ces missiles est de plusieurs centaines de kilomètres, ce qui constitue une menace pour le front intérieur d'Israël dans une guerre à venir, une portée à laquelle s'ajoute celle des drones hostiles».

Le

Le drone iranien d’une portée de 7 000 kilomètres constitue un avertissement pour Israël. (Jerusalem Post)

Mais en termes de rayons d'action balistique, l'entité sioniste qui après sa défaite du mois de mai a appelé au secours l'US Air Force pour qu'elle "éradique" de "potentiels stocks" de drones "irakiens", basés en Syrie et en Irak et  lui éviter ainsi d'avoir à faire face à des cocktails drones-missiles, aussi redoutables sinon plus que ceux d'Ansarallah, se trompe s'elle croit qu'une frappe aérienne aussi violente soit elle, va remettre les compteur à zéro, dépouiller la Résistance de ses atouts, et empêcher que l'expérience de "l'Epée de Qods" ne se reconduise. En 2020, les forces armées iraniennes ont dévoilé un concept totalement nouveau qui mis aux côtés des drones de combat de 7000 kms de portée devrait réellement inquiéter l'entité israélienne. Le concept s'appelle « mitrailleuse balistique ». Rien ne pourrait assurer le camp d'en face que ce "clip à missile" n'ait déjà pas retrouvé le chemin du "Métro à Gaza" ou celui des bases de la Résistance sur la frontière syro- irakienne. Est-ce destructibles à coup de JDAM? l'expérience de Gaza prouve le contraire. 

Clip à missiles: l'US Air Force ligotée!

Clip à missiles: l'US Air Force ligotée!

Mais comment fonction ce « système de chargeur de missiles »? Dévoilé en Iran en 2020, ce concept a suscité de nombreux commentaires et c'est maintenant sur les lieux de bataille comme en Syrie ou en Irak qu'il trouve son utilité. La taille et du poids des missiles balistiques de la Résistance sont un obstacle à leur préparation rapide et partant leur lancement. Or la puissance du feu comme cela a été prouvé pendant la guerre Israël/Gaza, est un facteur décisif capable de mettre au pas la DCA adverse et surtout ôter à l'armée de l'air ennemi toute initiative. Et comment?

 Dans la version iranienne de clip à missile, "les ogives des missiles sont préparés et montés dans une grande salle et transportés sur des rails vers le lieu de leur lancement. Ce qui gagne en vitesse et en rapidité. Les missiles sur le chargeur semblent également être séparés par des diviseurs, qui pourraient inclure tous les ombilicaux et les équipements de test de pré-lancement nécessaires pour qu'ils soient tirés de manière autonome ou quasi-autonome. chaque «clip» de missile contient cinq cartouches. Dans un scénario de guerre, on pourrait s'attendre à ce que les missiles alimentés et prêts à être lancés soient tirés en premier, dans le but d'en envoyer autant que possible lors d'une première frappe".

Gaza frappe les ICMB d'Israël?!

Gaza frappe les ICMB d'Israël?!

Or dans un scénario de guerre tel qu'il s'imagine au QG de l'axe de la Résistance, ce clip à missile devrait agir en coordination avec les drones à essaimage. Les Américains devraient en avoir pressenti déjà quelque chose, eux qui font face depuis le mois d'avril à des attaques combinées ou alternatives drones-roquettes partout en Irak. Reste à savoir si oui ou non les F-15 et les F-16 israéliens ont réussi à casser "cette fatidique combinaison drone-missile" qui tend à multiplier un peu sur la quasi totalité des fronts de combats Empire agonisant/Résistance. 

 

Sur sa chaîne YouTube, Iran’s Military Achievements Media indique que « le clip à missiles balistiques crée des conditions de tournage en continu sur la rampe de lancement ». et que « la quantité et la continuité des tirs de missiles augmenteront de manière impressionnante dans une atmosphère sûre ». Ajoutons à ceci les nuées de drones, cela ne laissera plus aucun répit à l'adversaire.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/06/29/661118/La-%C2%AB%C2%A0mitrailleuse-balistique%C2%A0%C2%BB-%C3%A0-Gaza%C2%A0-

 

Dans IRAK

IRAK : UN RAID AMERICAIN TUE 4 COMBATTANTS DU HACHD AL-CHAABI ET 4 CIVILS SYRIENS DONT UN ENFANT. UNE ATTAQUE TERRORISTE EST REVENDIQUEE PAR DAECH

Par Le 28/06/2021

Un raid américain tue 4 combattants du Hachd al-Chaabi et 4 Syriens. Et une attaque terroriste revendiquée par Daech

 Depuis 36 minutes  28 juin 2021

raidus_irak

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

L’Irak a été dans la nuit de dimanche à lundi victime d’un raid américain meurtrier et d’une attaque terroriste revendiquée par Daech.

Les brigades sayed al-Chouhada ont annoncé le martyre de 4 de leurs combattants dans le raid aérien revendiqué par les États-Unis à la frontière irakienne avec la Syrie.

Le raid américain a visé vers 1h après minuit heure locale une position de cette faction qui fait partie des forces de mobilisation populaire du Hachd al-Chaabi, dans la région al-Qaem adjacente d’alBoukamal en Syrie.

Selon l’agence syrienne officielle Sana, un enfant et 3 civils ont été tués dans ce raid qui a bombardé « des maisons civiles à l’extrémité du gouvernorat de Deir Ezzor » dans le nord-est syrien.

L’attaque a été revendiquée par les États-Unis.
« Les cibles ont été sélectionnées parce que ces installations sont utilisées par des milices soutenues par l’Iran qui sont engagées dans des attaques de véhicules aériens sans pilote (UAV) contre le personnel et les installations américains en Irak », a indiqué le porte-parole du Pentagone, John Kirby.
Et de préciser que les frappes visaient « des installations opérationnelles et de stockage d’armes à deux endroits en Syrie et un endroit en Irak, tous deux situés à proximité de la frontière entre ces pays ».

Nous ne resterons pas silencieux

Les Coordinations de la résistance irakienne a pour a part assuré dans un communiqué « qu’elle ne restera pas silencieuse face à la poursuite de la présence des forces d’occupation américaine qui est anti constitutionnelle et contraire à la volonté du peuple irakien ».

Après l’assassinat dans un raid américain en janvier 2020 du numéro deux du Hachd al-Chaabi Abou Mahdi al-Mohandes au côté du chef de la force al-Qods du Corps des gardiens de la révolution iranienne, le général Qassem Soleimani, le parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait des forces étrangères d’Irak. Une demande dans ce sens a été exprimée dans deux lettres adressées par l’ex-Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi au Centcom et au Conseil de sécurité. Mais les Etats-Unis refusent de retirer leurs forces et se contentent d’opérer des déploiements tactiques de leurs forces dans ce pays. Alors que les tractations avec le Premier ministre actuel Moustafa al-Kazimi n’aboutissent toujours pa à ce retrait.

Depuis, des dizaines de positions de l’armée américaine en Irak ont faitl’objet d’opérations de résistance.

« Les forces d’occupation poursuivent leurs crimes en répétant leurs attaques contre les combattants irakiens stationnés à la frontière avec la Syrie », a déploré le texte de Coordinations, soulignant que les martyrs « défendaient la sécurité de l’Irak et de son peuple ».

Une violation flagrante

Le porte-parole des Force armées irakiennes, le général Yahia Rassoul a condamné le raid américain estimant le qualifiant « de violation flagrante et inacceptable de la souveraineté et de la sécurité nationale irakienne selon tous les traités internationaux ». Il a insisté que son pays ne devrait pas être le théatre des règlements de compte.

L’arrogance des USA 

En riposte au raid américain, Téhéran a fustigé l’arrogance des Etats-Unis.

« Nous conseillons à l’administration américaine de changer son comportement. Au lieu de créer des crises et des problèmes avec les peuples de la région, elle devrait les laisser choisir leur destin sans son intervention. Washington devrait corriger ses erreurs et cesser ses interventions dans la région », a déclaré dans un point de presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien Khatib Saïdzadeh.

Il a conclut:  » les actions des Etats-Unis déstabilisent la région et ceci ne sert pas leurs intérêts ».

Raids pour renforcer les groupes terroristes

Dans un communiqué, le Hachd al-Chaabi a assuré que les sites qui ont été bombardés dans le raid américain ne comprenaient pas de dépôts d’armements, contrairement aux allégations américaines.

« Nous nous préservons le droit légitime de riposte à ces agressions et à demander des comptes à ceux qui les ont commis, sur le sol irakien », a ajouté le texte. Selon lui, ces attaques américaines ont pour but d’affaiblir l’Irak et de renforcer les groupuscules terroristes. Le Hachd al-Chaabi a demandé au gouvernement de trancher une fois pour toutes le dossier du retrait des forces étrangères du pays.

Attaque terroriste de Daech

Justement dans la nuit de dimanche à lundi, une attaque terroriste a visé  la centrale électrique de Salaheddine à Samarra.

Selon le ministère irakien de l’Energie, l’attaque a causé des dégâts importants dans l’unité de production de la centrale.

Selon l’agence Reuters, l’attaque a été revendiquée par la milice wahhabite takfiriste Daech qui a indiqué avoir visé au moyen de deux engin piégés une tour et une ligne principale du courant électrique qui alimente les régions de Baakoubat et la capitale Bagdad, en plus de la centrale Salaheddine qui a été frappée au moyen de deux roquettes Katioucha.

Quelques poches de Daech subsistent toujours en Irak où le Hachd al-Chaabi poursuit au côté de l’armée irakienne la guerre contre leur présence. Les États-Unis sont régulièrement accusés de les acheminer depuis leurs lieux de détention dans les prisons des milices kurdes pro américaines des Forces démocratiques syriennes (FDS)  vers l’Irak pour justifier la poursuite de leur présence dans ce pays riche en hydrocarbures.

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2101772  

Dans IRAK

IRAK: MOQTADA AL-SADR GAGNE DU TERRAIN AUX ELECTIONS LEGISLATIVES AUXQUELLES SEULEMENT 41% D’ELECTEURS ONT CHOISI DE VOTER

Par Le 19/10/2021

 

Moqtada le Conquérant gagne du terrain dans un scrutin irakien

Lors des récentes élections, la popularité de Moqtada al-Sadr s’est confirmée, mais les luttes intestines en Irak ne font que commencer.

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 19 octobre 2021

Région : 

Analyses: 

 0   0  0  New

Il serait tentant d’imaginer que les élections législatives irakiennes de dimanche dernier ont changé la donne géopolitique. Eh bien, c’est compliqué – à plus d’un titre.

Commençons par le taux d’abstention. Sur les 22 millions d’électeurs appelés à choisir 329 membres du Parlement parmi 3227 candidats et 167 partis, seuls 41% ont choisi de voter, selon la Haute Commission électorale irakienne (IHEC).

Ensuite, il y a la fragmentation notoire de l’échiquier politique irakien. Les premiers résultats offrent un aperçu fascinant. Sur les 329 sièges, les Sadristes – dirigés par Moqtada al-Sadr – en ont obtenu 73, une coalition sunnite en a 43, une coalition chiite – dirigée par l’ancien premier ministre Nouri al-Maliki – en a 41 et la faction kurde dirigée par Barzani en a 32.

Dans la configuration électorale actuelle, outre les coalitions chiites, les sunnites ont deux blocs principaux et les Kurdes ont deux partis principaux qui dirigent le Kurdistan autonome : la bande de Barzani – qui fait toute une série d’affaires louches avec les Turcs – et le clan Talabani, qui n’est pas beaucoup plus propre.

Ce qui se passe ensuite, ce sont des négociations extrêmement longues, sans parler des luttes intestines. Une fois les résultats certifiés, le président Barham Saleh a, en théorie, 15 jours pour choisir le prochain président du Parlement, et le Parlement a un mois pour choisir un président. Mais l’ensemble du processus pourrait durer des mois.

La question est déjà dans tous les esprits à Bagdad : conformément à la plupart des prévisions, les sadristes pourraient finalement obtenir le plus grand nombre de sièges au Parlement. Mais seront-ils capables de former une alliance solide pour désigner le prochain premier ministre ?

Il est fort possible qu’ils préfèrent rester à l’arrière-plan, étant donné que les prochaines années seront extrêmement difficiles pour l’Irak dans tous les domaines : sur le front de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, sur le front économique épouvantable, sur le front de la corruption et de la gestion abyssale, et enfin, sur ce que signifie réellement le retrait attendu des troupes américaines.

La prise de contrôle de près d’un tiers du territoire irakien par Daech entre 2014 et 2017 n’est peut-être plus qu’un lointain souvenir, mais il n’en reste pas moins que sur les 40 millions d’Irakiens, un nombre incalculable d’entre eux doivent faire face quotidiennement à un chômage endémique, à l’absence de soins de santé, à de maigres possibilités d’éducation et même à l’absence d’électricité.

Le « retrait » américain en décembre est un euphémisme : 2500 troupes de combat seront en fait repositionnées dans des rôles « non combattants » non spécifiés. L’écrasante majorité des Irakiens – sunnites et chiites – ne l’acceptera pas. Une source d’information solide – occidentale, pas ouest-asiatique – m’a assuré que diverses formations chiites ont la capacité de submerger toutes les ressources américaines en Irak en six jours seulement, y compris la zone verte.

Les règles de Sistani

Décrire les principaux acteurs de la scène politique irakienne comme une simple « élite dirigeante dominée par des islamistes chiites » relève de l’orientalisme grossier. Ils ne sont pas « islamistes », au sens djihadisme salafiste du terme.

Ils n’ont pas non plus mis en place une coalition politique « liée à des milices soutenues par l’Iran » : c’est un réductionnisme grossier. Ces « milices » sont en fait les Unités de Mobilisation populaire (UMP), qui ont été encouragées dès le départ par le grand ayatollah Sistani à défendre la nation contre les takfiris et les djihadistes salafistes de type Daech, et qui sont légalement intégrées au Ministère de la Défense.

Ce qui est certain, c’est que Moqtada al-Sadr est en conflit direct avec les principaux partis politiques chiites – et en particulier avec les membres impliqués dans la corruption massive.

Moqtada est un personnage très complexe. C’est essentiellement un nationaliste irakien. Il s’oppose à toute forme d’ingérence étrangère, en particulier à toute présence persistante de troupes américaines, sous quelque forme que ce soit. En tant que chiite, il doit être l’ennemi des profiteurs chiites politisés et corrompus.

Elijah Magnier a fait un travail remarquable en se concentrant sur l’importance d’une nouvelle fatwa sur les élections émise par le grand ayatollah Sistani, encore plus importante que la « Fatwa de la Réforme et des Changements » qui a abordé l’occupation du nord de l’Irak par Daech en 2014 et a conduit à la création des UMP.

Dans cette nouvelle fatwa, Sistani, basé dans la ville sainte de Najaf, oblige les électeurs à rechercher un « candidat honnête » capable d’ « apporter un véritable changement » et d’écarter les « candidats anciens et habituellement corrompus ». Sistani estime que « la voie de la réforme est possible » et que « l’espoir […] doit être exploité pour écarter les incompétents » du pouvoir en Irak.

La conclusion est inéluctable : une grande partie des personnes dépossédées en Irak ont choisi d’identifier ce « candidat honnête » comme étant Moqtada al-Sadr.

Ce n’est guère surprenant. Moqtada est le plus jeune fils du défunt et immensément respecté Marja’, Mohammad Sadeq al-Sadr, qui a été assassiné par l’appareil de Saddam Hussein. La base immensément populaire de Moqtada, héritée de son père, rassemble les pauvres et les opprimés, comme j’ai pu le constater à de nombreuses reprises, notamment à Sadr City à Bagdad, à Nadjaf et à Karbala.

Lors de l’opération Petraeus en 2007, j’ai été reçu à bras ouverts à Sadr City, j’ai parlé à de nombreux politiciens sadristes, j’ai vu comment l’armée du Mahdi opère tant dans le domaine militaire que social et j’ai observé sur place de nombreux projets sociaux sadristes.

Dans l’inconscient collectif chiite, Moqtada, qui était alors basé à Nadjaf, s’est fait remarquer au début de l’année 2004 en tant que premier chef religieux et homme politique chiite de premier plan à s’attaquer de front à l’occupation américaine et à lui dire de partir. La CIA a mis sa tête à prix. Le Pentagone a voulu l’abattre – à Najaf. Le grand ayatollah Sistani, et ses dizaines de millions de fidèles l’ont soutenu.

Par la suite, il a passé beaucoup de temps à parfaire ses connaissances théologiques à Qom, tout en restant dans l’ombre, toujours extrêmement populaire, et en apprenant une ou deux choses sur la manière de devenir politiquement habile. Cela se reflète dans son positionnement actuel : toujours opposé aux forces d’occupation américaines, mais prêt à travailler avec Washington pour accélérer leur départ.

Les vieilles habitudes (impériales) ont la vie dure. Débarrassé de son statut d’ennemi juré, régulièrement rejeté comme un « clerc instable » par les médias occidentaux, Moqtada est au moins maintenant reconnu à Washington comme un acteur clé et même un interlocuteur.

Ce n’est pourtant pas le cas du groupe Asaïb Ahl al-Haq, né de la base sadriste. Les Américains ne comprennent toujours pas qu’il ne s’agit pas d’une milice mais d’un parti : les États-Unis les considèrent comme une organisation terroriste.

Les acteurs de l’occupation américaine oublient aussi commodément que la façon dont le Parlement irakien « dysfonctionnel » est configuré, selon des lignes confessionnelles, est inextricablement liée au projet de démocratie libérale occidentale bombardée en Irak.

Sur le plan géopolitique, l’avenir de l’Irak en Asie occidentale sera désormais inextricablement lié à l’intégration eurasiatique. Sans surprise, l’Iran et la Russie ont été parmi les premiers acteurs à féliciter officiellement Bagdad pour le bon déroulement des élections.

Moqtada et les sadristes sont parfaitement conscients que l’Axe de la Résistance – Iran-Irak-Syrie-Hezbollah au Liban – se renforce de minute en minute. Et cela est directement lié au partenariat Iran-Russie-Chine qui renforce l’intégration de l’Eurasie. Mais chaque chose en son temps : mettons en place un premier ministre et un parlement « honnêtes ».

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :

Iraq Elections: Muqtada the Conqueror Gains Ground in Iraqi Poll

Cet article en anglais a été publié initialement par Asia Times.

Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Pepe Escobar, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/moqtada-le-conquerant-gagne-du-terrain-dans-un-scrutin-irakien/5661510

Dans IRAK

IRAK : MANIFESTATIONS CONTRE LES RESULTATS "TRUQUES" DU SCRUTIN ELECTORAL. APPELS A JUGER LE TRAITRE PREMIER MINISTRE

Par Le 18/10/2021

Irak : Manifestations contre les résultats « truqués » du scrutin législatif. Appels pour juger le Premier ministre

 Depuis 6 heures  18 octobre 2021

irak-manif

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Plusieurs régions irakiennes sont le théâtre ce lundi 18 octobre de manifestations protestant contre les résultats des élections législatives du 10 octobre suspectées d’avoir été truquées.
Selon les médias irakiens, les manifestants sont descendus dans les rues de plusieurs gouvernorats, notamment à Babel, Diyala, Bassora et Bagdad.

Le correspondant d’Al-Mayadeen a indiqué qu’un certain nombre de routes ont été fermées par les manifestants dans le gouvernorat de Diyala, notamment celle de Bagdad-Kirkouk.

Les manifestants qui exigent un recomptage manuel des votes accusent les États-Unis d’ingérence dans les élections.

« les zones des manifestations s’étendent progressivement et les slogans réclament de poursuivre en justice les responsables impliqués dans de la falsification électorale », indique al-Mayadeen.

Le dimanche 17 octobre, la Haute Commission électorale irakienne avait déclaré que « la réception des appels se poursuivra pendant 3 jours, puis ils seront examinés par le Conseil des commissaires pendant 7 jours, et par la Justice pendant 10 jours ».
« Les résultats des appels seront annoncése et par la suite les noms des représentants gagnants seront annoncés », a indiqué cette instance.

askari_scrutin

Le dimanche, le responsable du bureau de sécurité des Brigades Hezbollah d’Irak, Abou Ali Al-Askari, avait lui aussi jugé que « les élections étaient frauduleuses », réclamant de « juger le Premier ministre Mustafa Al-Kazimi pour toutes ses actions, dont la dernière en date, la grande trahison est la fraude électorale ».

Auparavant, le Cadre de coordination en Irak, qui comprend plusieurs blocs parlementaires, avait annoncé son rejet des résultats des élections législatives, tenant la Haute Commission électorale pour responsable de l’échec du processus électoral et de sa mauvaise gestion.

Lors d’une réunion où étaient présents le chef de la coalition al-Fath, Hadi al-Ameri,  celui du courant al-Hekmat (la sagesse) sayed Ammar al-Hakim, le chef d Hachd al-Chaabi Faleh al-Fayyad, des représentants du parti al-Fadilat et le mouvement al-Ata, ainsi que les deux ex-Premier ministre Nouri al-Maliki et Haydar al-Abadi, le Cadre avait aussi averti que la ratification des résultats de ce scrutin menace la paix civile.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2171809

Dans IRAK

IRAK : SIMPLISTE DE CROIRE QUE LA FRAUDE ELECTORALE SIGNEE EAU ELIMINERA LES HACHD AL-CHAABI

Par Le 18/10/2021

Simpliste de croire que la fraude électorale signée EAU éliminera les Hachd

Sunday, 17 October 2021 7:48 PM  [ Last Update: Monday, 18 October 2021 7:32 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

C'est trop simpliste que de prendre pour l'argent comptant ces analyses qui fusent ces jours-ci de partout criant au "débâcle politique" des Hachd al-Chaabi aux législatives irakienne, analyse qui soit dit en passant passent largement sur le dépouillement entaché de fraud des voix aux Émirats ou encore sur ces appels au comptage à la main inaudible auprès d'une commission électorale au mode de fonctionnement trop proche des prescriptions signées USA. C'est d'autant plus simpliste que la guerre chiite contre chiite en Irak, soit le but inavoué de ce scrutin truqué n'aura jamais lieu ni non plus comme semble y croire encore l'Amérique ne pourra dissoudre via le futur Parlement les Hachd. 

Loin du triomphalisme de certains journaux, la publication "The Arab Weekly" estiment que les Hachd ou sortent vainqueur de la course électorale.

Certains factions et courants politiques en Irak protestent toujours contre la fraude électorale lors des récentes législatives irakiennes tenues dimanche dernier.

Cependant, il y a une réalité indéniable : l'Amérique ne pourra pas trop compter sur ces récentes élections irakiennes pour changer la donne. Et a ceci il y a deux raisons : La première en est que les Hachd ont obtenu suffisamment de sièges parlementaires pour avoir sous contrôle le parlement. Quelques 90 sieges en tout si on tient compte de Fath, d'Etat de droit et d'Asaib al Haq. 

La seconde est également que les résultats électoraux sont susceptibles de permettre aux courants liés à l’axe de la Résistance de conclure à terme des alliances qui leur fourniront des opportunités de faire pression sur le nouveau gouvernement. A vrai dire,  le parlement dominė par les Hachd ne pourrait peser autant qu'un parlement où ces dernières posséderaient une minorité de blocage. 

Des contacts intensifs sont en cours à Bagdad pour construire une nouvelle alliance entre des groupes traditionnellement pro-Résistance alors qu'ils essayent de se positionner au sein du nouveau gouvernement, qui devrait être contrôlé par le mouvement sadriste qui rappelons le entretient d'excellents rapports avec Téhéran.

«L'Irak va chasser l'ombre américain!»

«L'Irak va chasser l'ombre américain!»

Le religieux chiite irakien et chef de la coalition parlementaire Saeron, Moqtada Sadr, insiste sur « le rejet de l’ingérence américaine » dans les affaires irakiennes.

Les analystes politiques irakiens estiment à l’unanimité que les protestations des courants politiques relèvent plutôt du protocole et que les factions proches de la Resistance auront une pertinence encore plus élargie à travers des alliances. 

Il convient de dire que l'Alliance Al-Fatah, ainsi que d'autres factions liées à la Résistance seront la deuxième force au sein du parlement avec 90 sièges. Car le jeu politique en Irak ne se limite pas aux couloirs du parlement, et que les combattants armés de la Résistance populaire  jouent un rôle autant influent dans construction ou la dissolution des alliances.

Les résultats préliminaires publiés par la Haute Commission électorale ont montré que le mouvement mené par Moqtada Sadr s'est imposé avec plus de 70 sièges sur les 329 sièges du Parlement.

Les experts estiment que la fragmentation du nouveau paysage parlementaire conduira à l'absence d'une majorité claire  sans quoi il faut des alliances afin de se mettre d'accord sur un nouveau Premier ministre. Et si on ajoute a ces coalitions les capacités militaires auxquels les Hachd ne renonceront jamais le boucle est bouclé. 

Lire aussi : Double attaque anti-US ce mardi ; les Sadristes se réarment contre les USA/Daech

Pour conclure, la publication The Am« Le taux de participation officiel   aux élections, les cinquièmes depuis la chute du régime de Saddam Hossein en 2003 après l'invasion américaine a été estimé à 41%, ce qui n'est pas surprenant dans un pays où la majorité du public rejette le système politique défaillant.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/17/668689/Irak--qui-est-sorti-vainqueur-des-l%C3%A9gislatives--

Dans IRAK

LES COMMUNISTES IRAKIENS BOYCOTTENT LES ELECTIONS ANTICIPEES ET APPELLENT A UN CHANGEMENT RADICAL

Par Le 12/10/2021

12 Octobre 2021

 

Les communistes irakiens boycottent les élections anticipées et appellent à un changement radical
10/11/21 4:55 PM
Les élections législatives anticipées irakiennes du 10 octobre 2021 ont été caractérisées par une très faible participation, d'environ 20 %, confirmant le fait que les électeurs irakiens n'ont aucune confiance dans un système électoral conçu pour perpétuer le système de partage du pouvoir ethno-sectaire corrompu qui a été installé après la guerre et l'occupation du pays par les États-Unis en 2003.

Le Parti communiste irakien, qui a activement soutenu le soulèvement populaire d'octobre 2019, avait souligné que des élections anticipées étaient l'une des principales demandes du soulèvement visant à apporter un changement radical, à débarrasser le pays du système de partage du pouvoir ethno-sectaire et du sectarisme politique et à ouvrir des perspectives pour l'établissement d'un État démocratique civil et de la justice sociale.

Cependant, de profondes inquiétudes se sont fait jour concernant divers aspects du processus électoral, notamment une loi électorale défectueuse. Celle-ci a été amendée par le Parlement et conçue pour servir les intérêts des dirigeants et des blocs dominants. La date des élections a été reportée, à la demande de la Commission électorale dite "indépendante", du 6 juin au 10 octobre 2021. L'achat de votes a commencé tôt, les politiciens corrompus et leurs partis dépensant sans compter en l'absence de tout contrôle réel. La loi sur les partis, qui devrait empêcher de telles pratiques et interdit aux partis politiques ayant des formations armées de participer aux élections, n'a pas été appliquée.

Aucune mesure efficace n'a été prise pour empêcher la répétition des truquages et manipulations honteux du processus de vote qui ont entaché les élections précédentes. Le chiffre réel du taux de participation aux dernières élections législatives de 2018 était d'environ 20 %, alors que les chiffres officiels affirmaient qu'il était de 44,5 %.

Une demande très importante du mouvement de protestation, mais aussi des communistes irakiens, était que les auteurs des meurtres de plus de 700 jeunes manifestants pacifiques lors du soulèvement d'octobre soient traduits en justice. Mais le gouvernement de transition de Mustafa al-Kadhemi, installé en mai 2020 après le renversement de son prédécesseur Adel Abdul-Mahdi par le mouvement de protestation, n'a pas tenu ses promesses.

Face à cette situation, le Parti communiste irakien, après avoir mené un référendum interne auprès de tous les membres et organisations de son parti, a déclaré en juillet 2021 sa décision de boycotter les élections. Il a également averti que le fait de bloquer la voie d'un changement démocratique pacifique par le biais d'élections libres et équitables ne fera qu'aggraver la crise politique et ouvrir la porte à de graves conséquences, mettant en danger la paix civile. Les dirigeants seront alors tenus pleinement responsables d'avoir poussé le pays vers l'abîme.

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-Iraqi-Communists-Boycott-Early-Elections-and-Call-for-Radical-Change/

Tag(s) : #Irak#Communiste#Elections

Dans IRAK

LA PIRE DEFAITE DE L'US AIR FORCE?

Par Le 07/10/2021

Irak : la percée chinoise dans le ciel de l'Irak!

Thursday, 07 October 2021 7:31 PM  [ Last Update: Thursday, 07 October 2021 7:31 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants des Hachd al-Chaabi. ©Reuters/Archives

Ce jeudi 7 octobre alors que les irakiens s'apprêtent à  se rendre très prochainement aux urnes élire leurs députés les médias irakiens ont fait état du retrait de trois brigades militaires US de la base d’Aïn al-Asad. 

Citant le commandement des opérations conjointes irakiennes, la chaîne d’information russe, Russia Today l’a confirmé sur son compte Twitter. Aucun autre détail n'est disponible jusqu’à jusqu'à présent . On n'en a peut-être même pas besoin. Trois ans de bataille acharnée de la Résistance irakienne contre l'armée d'occupation US marqués par des dizaines d'attaques à la bombe,  aux roquettes, puis aux drones de plus en plus sophistiqués commencent à porter sa fruit, les Yankees s'essoufflent. 

Signe des temps, le ciel irakien aussi vidé progressivement et depuis deux ans de la présence de l'US Air Force tourne vers d'autres cieux. 

Le ministère irakien de la Défense a annoncé le mardi 5 octobre avoir testé des drones à la base aérienne de Balad dans le gouvernorat de Salaheddinne.

Le chef d'état-major de l'armée, le lieutenant-général Abdul Amir Rashid Yarallah, le commandant de l'aviation de l'armée, le secrétaire des opérations, le commandant de l'armée de l'air, le commandant de la base aérienne de Balad et de nombreux officiers ont assisté à l'exercice. Il s'agit de drones CH-4B qui  fourniront aux forces militaires et de sécurité irakiennes, qui combattent les cellules dormantes de Daech sur plusieurs fronts, de meilleures capacités de reconnaissance et un soutien aérien rapide.

Que la Chine fasse sa percée dans le ciel irakien cela veut dire que les USA souvent recule.

Lors de la visite du 5 octobre de la base Balad, située au nord de la capitale irakienne Bagdad, le lieutenant-général Abdul Amir Rasheed Yarallah a déclaré que l'armée de l'Air irakienne s'efforçait de réactiver le 100 e escadron qui opérait des drones de combat CASC Rainbow CH-4B de fabrication chinoise.

Irak: le

Irak: 

Deux convois logistiques militaires américains ont été ciblés 

Le CH-4B, qui a été conçu pour effectuer des missions de reconnaissance a une autonomie de 30 à 40 heures et une autonomie opérationnelle allant jusqu'à 2 000 avec une liaison de données par satellite.

Selon le commandant irakien, des drones de combat CH-4B seront bientôt utilisés pour mener des frappes contre les cellules dormantes de Daech dans le pays. Il s'agit de drones achetés en 2015 mais non utilisé pour cause de veto US . Mais c'était en 2015 et l'Amérique avait encore son mot à dire. Elle appuyait Daech contre les forces irakiennes   

Les drones de combat irakiens CH-4B sont principalement armés du missile guidé léger AR-1 de fabrication chinoise qui a une portée de 8 kilomètres et une ogive à charge creuse de 10 kg. Le missile peut être équipé de plusieurs types d'autodirecteurs, tels que la télévision, l'imagerie infrarouge et le guidage laser semi-actif.

Drones syriens

Drones syriens

En quoi s'est réduite donc l'armée de l'air US en Irak? Des sources affiliées aux Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) ont rapporté avoir détecté le survol d'hélicoptères Chinook américains en soutien aux terroristes de Daech  sur le mont Makhul dans la province de Salaheddine, située à l’ouest du pays.

« L'ingérence américaine dans les affaires sécuritaires est la principale raison de l'augmentation des attaques terroristes dans diverses régions, en particulier à Salaheddine, Diyala et Kirkouk », a dénoncé Qassem al-Kariti, le commandant de la 41e brigade des Hachd al-Chaabi. Et de poursuivre : « Les Hachd al-Chaabi ont détecté les  hélicoptères Chinook américains sur le mont Makhul dans la province de Salaheddine où sont déployés les daechistes. Les États-Unis cherchent à pérenniser les attaques terroristes en Irak ».

Autrement l'US Air force continue à servir de bus aérien aux daechistes pour un combat perdu d'avance. Les terroristes de Daech dans les camps d'al-Jada et d'al-Iqlim sont des agents américains en Irak pour être exploités par les États-Unis après le retrait de leurs forces d'Irak  et les USA tentent d'en grossir les rangs en ramenant des terroristes depuis la Syrie. Diyala, Ninive, Salaheddine et Kirkouk faisaient parmi les provinces irakiennes qui seraient plus touchées par le scénario américain par rapport aux autres. Les terroristes profitent des conditions géographiques de ces provinces pour se cacher, et une solution doit être retrouvée pour déjouer ce scénario américain et des agissements de Daech .

Mais ce jeu cela fait trois ans que les USA y jouent. Ont-ils réussi à changer la donne? Mille fois non !

Les zones du désert d'al-Qaïm sont sûres et stables vers la bande frontalière, et les combattants des Hachd al-Chaabi, l'armée et les gardes-frontières y sont stationnés », s’est félicité Ahmad al-Mahlaoui », gouverneur d'al-Qaïm dans la province d'al-Anbar. Et d’ajouter : « Aucune activité terroriste n’a été détectée depuis longtemps dans la région en raison de l'installation de caméras thermiques, de la création d'un fossé de sécurité et de fortifications de sécurité ».

1er essaim de drones a frappé Israël!

1er essaim de drones a frappé Israël!

Mossad ciblé à Erbil, des officiers israéliens et américains liquidés 

Une source de sécurité irakienne a fait part d'ailleurs de l'arrestation d'un chef de guerre de Daech à l'ouest d’al-Anbar, affirmant que les terroristes étaient impliqués dans des attaques contre les forces de sécurité et des civils lors de la prise de contrôle par Daech de certaines parties d’al-Anbar. D'autre part, le porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes a fait part de la capture de neuf terroristes dans cinq provinces irakiennes.

Le porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes a déclaré que l'armée irakienne avait identifié et arrêté 9 daechistes au cours d'opérations distinctes dans cinq provinces.

Selon les médias irakiens, la série d'opérations antiterroristes se poursuit dans différentes parties de ce pays au grand dam des USA.

MO: les USA se retirent vraiment ?

MO: les USA se retirent vraiment ?

Quels sont les objectifs du plan américain visant à réduire des effectifs dans la région?

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/07/668025/Irak-Hachd-Salaheddine--A%C3%AFn-al-Asad-Etats-Unis-Retrait-Daech-H%C3%A9liport%C3%A9-

Dans IRAK

IRAK : LES AMERICAINS ONT PERDU !

Par Le 06/10/2021

Résistance irakienne : "Des milliards de dollars US dépensés pour nous mettre en échec et les GI's en sont désormais à chercher un échappatoire"

Tuesday, 05 October 2021 7:24 PM  [ Last Update: Wednesday, 06 October 2021 4:45 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Qais al-Khazali, secrétaire général du mouvement irakien Asaeb Ahl al-Haq, a souligné la conspiration des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du régime sioniste contre les Unités de mobilisation populaire irakienne (Hachd al-Chaabi) dont son groupe fait partie. 

Il a déclaré que des centaines de millions de dollars avaient été dépensés pour démanteler les Hachd al-Chaabi.

Lors d'une rencontre avec des cheikhs et des nomades d'al-Rumaitha dans la province d'al-Muthanna, Qais al-Khazali a souligné que les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le régime sioniste dépensaient des millions de dollars pour démanteler les Hachd al-Chaabi.

« Les Hachd al-Chaabi ont été formés par l'émission d'une fatwa du dignitaire religieux chiite, l'Ayatollah Seyyed Ali Sistani », a ajouté Qais al-Khazali.

Pentagone :

Pentagone :

Après avoir échoué sur le front Samarra dans le sud de la province de Salah ad-Din, des éléments secrets du groupe terroriste Daech ont lancé des attaques...

À cet égard, Hadi al-Amiri, chef de la fraction Al-Fatah, a récemment souligné que les Hachd al-Chabi ne seraient jamais dissous.

Alors que malgré les conspirations américaines contre l’Irak, les élections législatives irakiennes devraient avoir lieu le 10 octobre, le secrétaire général du Hezbollah irakien, le cheikh Akram al-Kaabi a évoqué l'importance d'une forte participation de la nation irakienne aux élections législatives.Soulignant la nécessité d'un système politique sain qui sert les intérêts du peuple irakien et préserve la souveraineté du pays, il a déclaré que l'un des critères pour le prochain Premier ministre devrait être d'évincer toutes les forces d'occupation d'Irak.Al-Kaabi a ajouté que le prochain Premier ministre devrait également prendre des positions fermes contre des entreprises coloniales étrangères pillant les ressources irakiennes.Il a déclaré que le prochain Premier ministre devrait annuler tous les traités américano-irakiens conclus sous l’ordre des États-Unis, notant que ceux qui permettaient à Washington de réaliser ses plans coloniaux arrogants pour piler les ressources irakiennes. Al-Kaabi a souligné la nécessité pour le prochain Premier ministre de tenir tête aux plans émiratis et saoudiens visant à mettre en péril l'économie et la sécurité de l'Irak.

Irak: les USA frappés à Erbil...

Irak: les USA frappés à Erbil...

Vendredi à Erbil, vers 1.30 du matin, heure locale, alors même que les États-Unis tentaient une énième manœuvre de diversion à l'adresse de Bagdad en cherc...

« Le prochain Premier ministre irakien devrait inclure la normalisation des relations avec le régime sioniste comme un crime dans le droit irakien, le décrivant comme la plus grande trahison et punissant ses auteurs », a-t-il poursuivi.Le cheikh Akram al-Kaabi a précisé que le prochain Premier ministre devrait mettre fin à l'ingérence des États-Unis dans la vente de pétrole irakien.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/05/667927/Hached-al-Chaabi-met-en-garde-les-USA

Dans IRAK

CH. KHAZAALI, SECRETAIRE GENERAL DES BRIGADES AHL AL-HAQ : DES MILLIONS SONT DEPENSES POUR AFFAIBLIR LE HACHD AL-CHAABI EN IRAK

Par Le 05/10/2021

Ch. Khazaali : des millions de dollars sont dépensés pour affaiblir le front du Hachd al-Chaabi en Irak

 Depuis 4 heures  5 octobre 2021

khazaali

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du mouvement Brigades Ahl al-Haq, cheikh Qaïs al-Khazaali, a accusé les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Arabie saoudite, les Emirats et « Israël » de vouloir « dissoudre le Hachd al-Chaabi, la coalition des forces populaires qui combat Daech avec l’assistance de conseillers iraniens.

Lors d’une rencontre avec des religieux et des dignitaires des tribus Al-Rumaïtha dans la région Al-Muthanna, que des centaines de millions de dollars ont été « déboursés pour affaiblir le front qui adopte la défense du Hachd al-Chaabi « , décrivant la demande de sa dissolution de « catastrophique ».

« Le Hachd a été créé conformément à une fatwa de la Marjaiyat (Reference) religieuse et cette fatwa est toujours de vigueur », a-t-il affirmé estimant que la défense de la parole de la Marjaiyat est une «bataille ».
Les prochaines élections seront « une bataille et un défi », a-t-il ajouté.

Plus tôt, dans son entretien avec la chaîne Al-Ahed, cheikh Khazaali avait affirmé que « les dimensions des prochaines élections comprennent des questions fondamentales, telles que l’avenir du Hachd al-Chaabi, le sort de l’accord avec la Chine, et le traitement de la question énergétique ». Faisant état de « velléités étrangères en lutte pour faire renverser la balance. »

Le chef des brigades a également indiqué, que « si les élections ne sont pas soumises à des ingérences extérieures, les partis politiques qui réclament la dissolution du Hachd al-Chaabi perdront leur crédit, et ceux qui demandent le maintien du Hachd auront de meilleures chances. »

Les élections débuteront en Irak le dixième jour de ce mois-ci.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2162591

Dans IRAK

IRAK : DES RENFORTS AMERICAINS DEBARQUENT A AL-ANBAR !

Par Le 03/10/2021

1er attentat US contre la police irakienne

Sunday, 03 October 2021 6:27 PM  [ Last Update: Sunday, 03 October 2021 6:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une voiture piégée a explosé à Ramadi en Irak, le 3 octobre 2021. ©Fars News/Illustration

À l’approche des élections législatives en Irak, les États-Unis continuent d’armer les terroristes de Daech et des attentats terroristes ont lieu çà et là en Irak pour affecter les résultats des élections, voire peut-être éliminer certains candidats. Dans cette conjoncture, de plus en plus de terroristes sont transférés de la Syrie en Irak, ce qui pourrait être, selon des analystes, dans le cadre de la mission de Washington destinée à mettre sur pied une deuxième génération de Daech en Irak.  

Les terroristes de Daech, opérant dans les provinces de Salah ad-Din et de Kirkouk, ont été équipés d’armes modernes américaines, à l’approche des élections en Irak. 

Des sources sécuritaires concordantes ont révélé que les terroristes de Daech, présents dans les provinces irakiennes de Salah ad-Din et de Kirkouk, avaient été équipés d’armes et d’équipements militaires modernes américains, mais aussi russes, ce qui ne serait pas sans rapport avec les nouveaux accords d'achat d'armements russes annoncés par l'Arabie saoudite, connue elle aussi comme fournisseur majeur d'équipements militaires à destination des groupes terroristes. 

Ces terroristes vivent dans les monts d’al-Douz et de Hamrin ainsi que dans la localité d’al-Zargeh, situés dans la province de Salah ad-Din, et dans la région d’al-Fatha et les monts de Makhoul. 

Lire aussi: Des cachettes de Daech découvertes à l’est et à l’ouest de l’Irak

Selon les mêmes sources, des fusils d’assaut M16 américains, équipés des caméras de vision nocturne, des mitrailleuses russes BKC, des RPG-7 et des fusils de sniper sophistiqués ont été livrés aux terroristes.

Cela alors que les élections parlementaires prématurées sont prévues le 10 octobre en Irak. Nombreux sont les analystes et observateurs politiques qui n’excluent pas des opérations terroristes à l’approche du scrutin pour attaquer les bureaux de vote ou éliminer certains candidats. Il se peut que les terroristes prennent le contrôle de certaines régions irakiennes. 

Bagdad: la tête du serpent, coupée?

Bagdad : la tête du serpent, coupée ?

Le 1er octobre, le site web al-Maalomah s’est référé à des sources bien informées pour rapporter que de plus en plus de familles des terroristes de Daech étaient transférées depuis la Syrie vers l’Irak. 

« Les familles des commandants très dangereux de Daech ont été transférées au camp d’al-Jadaa, à Mossoul, avec aide et assistance des forces américaines », a précisé al-Maalomah.
« Sous pression des Américains, le gouvernement irakien a accepté d’accueillir les familles des terroristes de Daech qui habitaient dans le camp d’al-Hol », a confié la source à al-Maalomah. 

Lire aussi: La Résistance irakienne passe à l’étape supérieure ; un traitement de choc anti-US s’impose...

Un responsable local de la province d’al-Anbar a mis en garde contre les conséquences négatives du transfert des familles des éléments de Daech aux régions libérées de l’emprise de ce groupe terroriste. Il a qualifié la présence de terroristes dans al-Anbar d’une « bombe à retardement ».  

Irak: le Pentagone s'essoufle

Irak : le Pentagone s’essoufle

Récemment, les États-Unis ont activement redistribué leur puissance financière et militaire en les transférant du Moyen-Orient à la région Asie-Pacifique, recentrant toutes leurs forces contre la Chine.

Dans la foulée, une explosion de puissante intensité a été entendue dans une avenue de la ville de Ramadi, chef-lieu de la province d’al-Anbar. Une colonne de fumée se voit dans les photos. 
Citée par l’agence de presse Nas News, une source concordante irakienne a fait part de l’explosion d’une voiture piégée, garée dans un parking devant la Station de police de la province d’al-Anbar, à Ramadi.  

De son côté, le site d’information al-Ahed a rapporté qu’une voiture piégée, conduite par un élément suicidaire, avait explosé. 

Selon certaines sources, l’explosion n’a fait aucun mort. Cinq civils irakiens ont été blessés et évacués vers l’hôpital public de Ramadi.  

Irak: les USA pris au collet!

Irak : les USA pris au collet !

Des images des opérations US de trafic de Daech à bord des Apache de Syrie en Irak

Dans la foulée, le général de brigade Nasser al-Qanam, commandant de l’Opération d’al-Anbar, a écrit, dans un communiqué, publié par al-Sumaria News : « Les terroristes entendaient attaquer une station de police à Ramadi, mais les effectifs de police sur place ont pris pour cible la voiture piégée et l’ont fait exploser. Le conducteur a été tué, mais aucun dégât matériel ni perte en vie humaine n’est à signaler. »

Une autre source sécuritaire a déclaré que les policiers déployés sur un poste de contrôle, près de la Station de police d’al-Anbar, avaient demandé au conducteur de la voiture de s’arrêter. « Le conducteur a refusé de s’arrêter et les policiers ont ouvert le feu », a ajouté la source. « La voiture a fini par exploser et le conducteur s’est fait tuer », a-t-elle dit. 

Un membre du personnel de l’hôpital public de Ramadi a annoncé que l’explosion avait fait cinq blessés, dont trois militaires et deux civils. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/03/667768/USA-Daech-Irak-Ramadi-Syrie-explosion-

Dans IRAK

IRAK : ENIEME OPERATION ANTI-US DES COMBATTANTS DU HACHD AL-CHAABI QUI MULTIPLIENT LES EXPLOITS CONTRE LES TERRORISTES DE DAECH

Par Le 22/09/2021

Irak : Enième opération anti américaine. Le Hachd al-Chaabi multiplie ses exploits contre Daech

 Depuis 2 heures  22 septembre 2021

convoius_irak

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Enième attaque contre les troupes américaines en Irak:  un convoi de soutien logistique de la coalition américaine a été pris pour cible ce mercredi 22 septembre dans le sud de l’Irak, a rapporté le correspondant de la télévision d’information libanaise Al-Mayadeen, .
Des sources de sécurité ont précisé qu’un engin explosif a explosé près du convoi alors qu’il passait à l’intérieur des frontières de la région de Nassiriyah. Il a endommagé un véhicule mais n’a pas fait de victimes.

Les opérations anti américaines ne connaissent pas de répit depuis l’assassinat dans un raid américain en janvier 2020 du numéro deux du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes au côté du commandant de la force al-Qods des Gardiens de la révolution iranienne, le général Qassem Soleimani. Sachant que le Parlement irakien a voté à la majorité une résolution réclamant le retrait américain d’Irak.
Réclamé par l’Ex-Premier ministre Adel Abdel Mahdi dans deux messages adressés au Conseil de sécurité et au Centcom, puis négocié par le Premier ministre actuel Mustafa al-Kazimi, ce retrait devrait entrer en vigueur en décembre 2021.

Le Hachd al-Chaabi qui a combattu Daech avec l’aide de conseillers iraniens multiplie ses exploits dans sa guerre contre la milice jihadiste takfiriste.

Il a annoncé récemment avoir avorté un plan terroriste visant la ville d’Amerli dans le gouvernorat de Salah al-Din et avoir déjoué une tentative d’infiltration d’éléments de Daech parmi les pèlerins de l’Arbaeen à Jurf Al-Nasr, au nord de Babel.

Sa Direction de la sécurité et de la discipline a aussi fait part qu’elle a réussi à abattre un important dirigeant de Daech et deux autres éléments à Bagdad, Kirkouk et Ninive.

Dans la ville de Mossoul, le Hachd a arrêté l’un des éléments les plus importants de l’organisation terroriste en coopération avec les forces de sécurité. Il a également capturé un élément de Daech qui fournit à Wadi al-Shay des denrées alimentaires, des cartes SIM et d’autres besoins, en coopération avec les forces de sécurité à Kirkouk, et ces forces ont également pu arrêter un autre terroriste de Daech au nord de Bagdad.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2153307

Dans IRAK

NORD IRAKIEN : QUATRE BASES DU MOSSAD PULVERISEES PAR DES MISSILES IRANIENS

Par Le 20/09/2021

4 bases du Mossad pulvérisées dans le Nord irakien

Monday, 20 September 2021 5:37 PM  [ Last Update: Monday, 20 September 2021 6:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le CGRI a frappé les positions des terroristes dans le Nord irakien. ©Tasnim/Illustration

Le commandant adjoint de la base Hamzeh Seyyed al-Shohada a annoncé que quatre positions des groupuscules contre-révolutionnaires ont été frappées et détruites par munition intelligente, en réaction aux agissements desdits groupes à la frontière avec le Nord irakien.

« Les groupes contre-révolutionnaires ont été réorganisés dans le Nord irakien par des agences de renseignement des pays ennemis voire certains pays arabes », a déclaré ce lundi 20 septembre aux journalistes le commandant adjoint de la base Hamzeh Seyyed al-Shohada, le général Majid Arjmandfar.

Le haut gradé iranien a affirmé que ces pays cherchent à parvenir à leurs propres objectifs en utilisant ces groupes et à entraver le parcours de la RII. « Ces groupes contre-révolutionnaires s’étaient déployés à une courte distance de la ligne frontalière iranienne.

Nous avions averti [le gouvernement irakien ainsi que les responsables de la région autonome du Kurdistan irakien] qu’au moindre faux pas, ces groupes anti-iraniens recevraient une riposte cinglante ; et c’est ainsi que quatre positions des groupes contre-révolutionnaires viennent d’être détruites ».

USA: le CGRI frappera Erbil?

USA: le CGRI frappera Erbil?

La base US à Harir devra être démantelé !

Le commandant adjoint de la base Hamzeh Seyyed al-Shohada a affirmé que ces groupes devaient comprendre une bonne fois pour toutes notre message. 

« Comme annoncé précédemment ; tout territoire sur lequel se trouvent ces troupes est considéré terre ennemie et il est de notre devoir de passer à l'acte. Nous l’avons prouvé lors de la récente opération en frappant toutes leurs positions, leurs centres de commandement et leurs stocks d’armements ».

Selon l’agence de presse Tasnim, à la suite du sévère avertissement du commandant de la force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) au sujet de la présence d’éléments terroristes dans le nord de l’Irak, cette force avait frappé des bases et QG des terroristes dans cette région. Les positions des terroristes ont été visées en utilisant des drones d’assaut et kamikaze et l’artillerie intelligente à haute précision, précise la force terrestre du CGRI.

Il n’est caché à personne que les agissements des terroristes en Irak n’auraient jamais été possibles sans l’appui des Américains, ceux-là mêmes qui ont imposé plusieurs années d’occupations et de grosses pertes financières et humaines dans le cadre de leur soi-disant mission internationale de la lutte contre le terrorisme. Ceci étant dit, plus d’un analyste se demandent si les États-Unis envisagent vraiment de retirer leurs forces d’Irak avant la fin de l’année 2021, ou s'ils y continueront leur présence sous une nouvelle couverture.

Irak: le Mossad fuit Erbil… ?

Irak: le Mossad fuit Erbil… ?

Les USA réduisent le nombre de leurs troupes déployées dans deux bases irakiennes.

L’analyste politique irakien Iyad al-Anaz a déclaré à l’agence de presse Sputnik que lors de leur dernière rencontre, la partie américaine, représentée par des commandants militaires présents en Irak ont conclue avec des politiques et sécuritaires irakiens que le niveau de commandement des forces de la coalition se réduise, du grade militaire de commandant de division à un commandement de brigade, sans entrer dans les détails sur l’interaction avec les forces américaines qui devraient quitter l’Irak avant le 20 septembre 2021.

C’est le signe que le gouvernement américain a bel et bien une approche constante pour rester en Irak et n’en jamais sortir complètement, ajoute l’analyste irakien dans son interview à Sputnik.

Lire aussi :

Base US avec le QG du Mossad à l'intérieur à Erbil en Irak criblés de drones à base intelligence artificielle... La Task Force 59 du Pentagone, morte née

De même, le parlementaire irakien Abdelqader al-Nayel a affirmé que la déclaration américaine sur le retrait des forces états-uniennes d’Irak est une ruse. « Les États-Unis vont juste réduire leurs forces et se borner à une présence de commandos, pour réduire leurs dépenses », estime le membre du bloc parlementaire Al-Missaq al-Watani.

Il a également fait allusion au contrat de projet ferroviaire signé entre Bagdad et Téhéran, un projet en rapport avec le contrat stratégique sino-iranien, reliant le port iranien de Bandar Imam Khomeini au port syrien de Lattaquié.

« L’Irak est devenu à l’heure qu’il est la scène de confrontation avec la Chine et le retrait d’Irak serait la dernière chose à laquelle penseraient les Américains », a-t-il ajouté.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/20/666924/base-terroriste-mossad-nord-irak-d%C3%A9truites-corps-gardiens-

Dans IRAK

IRAK : LE MOSSAD FUIT ERBIL...?

Par Le 17/09/2021

Les USA font place nette a Harir et à Aïn al Asad ?

Friday, 17 September 2021 5:45 PM  [ Last Update: Friday, 17 September 2021 5:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un soldat américain sur une base avancée des forces de la coalition près de Mossoul , en Irak, le 21 juin 2017. ©Reuters

Les États-Unis réduiront le nombre de troupes déployées à l'aéroport international d'Erbil dans la région du Kurdistan irakien ainsi qu'à la base aérienne d'Aïn al-Asad dans la province d'al-Anbar, a annoncé le 17 septembre le commandement des opérations conjointes de l'armée irakienne, cité par Southfront. 

Dans un communiqué, le commandement des opérations conjointes a déclaré que le retrait limité avait été convenu lors d'une récente réunion entre le comité technique militaire irakien, dirigé par le commandant adjoint des opérations conjointes, le lieutenant général Abdul Amir al-Shammari, et la partie américaine dirigée par le commandant de l'opération Inherent Resolve en Irak, le général de division John W. Brennan Jr.

Irak: CIA/Mossad innovent?

Irak: CIA/Mossad innovent?

Des daechistes ont attaqué des positions des forces de sécurité irakiennes dans la province de Salaheddine tuant au moins 13 d’entre eux.

« Les deux parties ont convenu de réduire les unités de combat et les capacités de combat américaines dans les bases militaires d'Aïn al-Asad et d'Erbil, ce qui devrait être achevé d'ici la fin septembre. Le niveau de leadership de la coalition internationale a également été réduit d'un quartier général dirigé par un officier d'équipe à un quartier général plus petit dirigé par un officier ayant le grade de brigade à des fins de gestion, de soutien, d'équipement et d'échange de renseignements et de conseils», la déclaration lit, selon  Shafaq News.

Les deux parties ont également souligné dans la déclaration que « l'armée américaine est présente en Irak à la demande officielle du gouvernement du pays ».Le retrait limité, qui est inférieur au retrait complet des États-Unis exigé par les alliés de l'Iran en Irak, est destiné à remodeler la présence militaire de Washington en Irak.

En juillet dernier, les États-Unis et l'Irak ont ​​conclu un accord qui verra le retrait de toutes les « forces de combat » américaines du pays avant la fin de 2021. Les troupes restantes seront censées « entraîner » les forces gouvernementales irakiennes.

Irak: Erbil, un enfer pour le Mossad?

Irak: Erbil, un enfer pour le Mossad?

Les alliés de l'Iran et les groupes de résistance irakiens, qui ont mené des dizaines d'attaques contre des bases de la coalition dirigée par les États-Unis et des convois de ravitaillement au cours des derniers mois, ont déjà rejeté cette approche et exigé un retrait complet des troupes américaines d'Irak.

Cela intervient alors que dans la nuit de 11 à 12 septembre, à peine deux jours après une tonitruante frappe du CGRI contre le QG des agents kurdes du Mossad à Chouman, dans le nord kurde de l’Irak et ce, au terme d’une opération bien complexe qui a duré plusieurs heures et qui a impliqué outre l’artillerie à Fajr-5 C, des drones de reconnaissance et d’attaque tout comme des missiles tactiques sol-sol de courte portée, soit un cocktail extraordinairement efficace puisque selon les médias kurdes, il a réussi à pulvériser un camp d’entraînement de terroristes de PEJAC, ses stocks d’armes et de munitions, ses unités de télécommunication, puis de mettre sens dessus dessous un plan d’infiltration massif en territoire iranien puisque l’axe US/Israël croyait que l’actualité afghane et le spectre de Daech-K (Khorassan, NDLR) avaient distrait les iraniens de leurs frontières orientales et qu’il jugeait le moment propice pour faire saigner le flanc ouest iranien, Erbil a une fois de plus tremblé et les troupes US/Israël avec !

Le dimanche 12 septembre, le service de sécurité intérieure de la région du Kurdistan irakien, a initialement déclaré que « trois roquettes » avaient frappé de l'aéroport d’Erbil avant d’émettre un second communiqué où il s’est corrigé en soulignant que l’attaque avait été menée par des drones chargés d'explosifs. La chaîne pro-Résistance, Sabereen News a, lui, confirmé « une cascade d’explosions parfaitement sans précédent, illuminant le ciel d'Erbil et ce, sur fond de sirènes d'alarme retentissant de toute part », « explosions qui ont précipité secouristes, militaires, officiers sur le secteur militaire de l'aéroport » alors que « les colonnes de fumée s'élevaient de la zone. Evidemment les forces irakiennes et mêmes les Kurdes ont été interdites d’entrée et les vols vers l'aéroport d'Erbil ont été suspendus, puisque les Américains avaient peur d’éventuelles nouvelles attaques » surtout que « le système C-RAM a été activé, là encore et exactement comme par le passé sans grand succès ».

Or le raid au drone de ce 11 septembre l’a confirmé à nouveau, les USA ont littéralement échoué à s’en prémunir :  il y a effectivement une brèche béante qui s’est ouverte, depuis avril, dans le réseau de la DCA intégrée US au Moyen-Orient, brèche que de folles tentatives de ces dernières semaines, genre le retrait des sites de la DCA Patriot du golfe Persique y compris de l’Arabie saoudite et du Koweït, de Bahreïn, leur redéploiement précipité en Jordanie voisine, près des frontières irakiennes, puis leur prolongation jusqu’aux territoires occupés de la Palestine où le CentCom possède désormais son centre de commandement, ses unités de THAAD et de Patriot ne semble pas avoir su colmater.

Le CGRI frappe le QG

Le CGRI frappe le QG

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/17/666725/Irak-Erbil-base-am%C3%A9ricaine-R%C3%A9sistance-troupes-US-

 

Dans IRAK

IRAK : UNE ATTAQUE US CONJOINTE AVEC LES TERRORISTES DE DAECH CONTRE LES HACHD AL- CHAABI, FER DE LANCE DE L’ARMEE IRAKIENNE. POURQUOI CETTE ATTAQUE ?

Par Le 17/09/2021

Une attaque américaine conjointe avec Daech contre al-Hachd al-Chaabi… Pourquoi ?

 Depuis 1 jour  16 septembre 2021

163169707345676800

 Article traduit - Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Le correspondant de la chaine satellitaire iranienne alAlam en Syrie, Husam Zaidan, a rapporté au cours de sa couverture de l’agression américaine contre les sites des forces irakiennes al-Hachd al-chaabi, près de la frontière syro-irakienne à proximité du passage de Bukamal au sud-est de Deir ez-Zor que  » les terroristes avaient lancé une attaque, peu de temps avant le bombardement américain des positions des Hachd, pour tenter d’infiltrer le territoire irakien, mais les Hachd ont réussi à s’y opposer ».

La coordination existante entre les forces américaines présentes en Irak et en Syrie et Daech n’a pas besoin de preuve. Il existe des centaines d’images et de videos démontrant comment les forces américaines utilisent des groupes terroristes, dirigés par Daech , pour executer leur agenda en Irak et dans la région, mais que s’est-il passé hier ? en particulier avec les forces des Hachd al-Chaabi.

Il semble que les Américains tentent de répéter leur expérience afghane en Irak, lorsqu’ils ont utilisé les talibans et Al-Qaïda comme prétexte pour occuper l’Afghanistan, même si ces groupes et tous les autres groupes takfiri, sans exception, se sont démarqués des USA , et en coordination avec l’Arabie saoudite. En Afghanistan, aprés deux décennies les USA ont connu des difficultés contrôler complètement l’Afghanistan, ils ont donc clairement et ouvertement soutenu les talibans à revenir au pouvoir, même s’ils ont occupé ce pays sous prétexte de les éradiquer, afin de maintenir l’état d’instabilité et exploiter cette instabilité dans le reste de la région,  premier et dernier objectif de l’invasion américaine de l’Afghanistan .

Aujourd’hui, les USA tentent de répéter le même scénario en Irak. Ils ont débarqué en Irak sous prétexte de combattre Daech, alors qu’ils ont coordonné avec lui, afin d’affronter un ennemi commun, qui est al-Hach al-Chaabi.

Les USA sont convaincus qu’ils ne pouvent pas imposer leur hégémonie sur l’Irak avec la présence des Hachd, ils ont donc commencé à utiliser  Daech pour le ramener dans l’arène irakienne, comme nous l’avons vu hier sur le frontière irako-syrienne, sauf que l’Afghanistan n’est pas l’Irak avec les Hachd.

Source: Traduit du site alAlam

 https://french.almanar.com.lb/2148368

 

Dans IRAK

BAGDAD : LA TETE DU SERPENT COUPEE ?

Par Le 11/09/2021

Vaste opération anti-US au cœur de Bagdad, le trafic américain de Daechistes menacé

Saturday, 11 September 2021 3:42 PM  [ Last Update: Saturday, 11 September 2021 3:42 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les forces irakiennes ont lancé une opération de nettoyage dans la zone d'al-Tarmiyah. ©Mashregh News/Illustration

Depuis plusieurs mois, les mercenaires américains en Irak ont ​​transformé la zone stratégique d’al-Tarmiyah dite « Ceinture de sécurité de Bagdad » en un lieu favorable à la reprise de leurs activités terroristes. À cet égard la méga opération en cours de la Résistance irakienne dans le nord de la capitale, Bagdad, a suscité de graves inquiétudes auprès de l’Amérique de Biden ; les États-Unis sont bien conscients que le nettoyage du district d’al-Tarmiyah de la présence des résidus de Daech assure la sécurité du centre du pays.

Situé entre le nord de la capitale irakienne et le sud de la province de Salaheddine, le district stratégique d’al-Tarmiyah s’étend sur une zone entre l’axe nord-est de la base aérienne d’al-Taji et le sud de la ville de Dujayl. Au cours de ces dernières années, al-Tarmiyah est devenu l’un des principaux centres d’activités terroristes de Daech.

La Résistance irakienne a lancé plusieurs opérations pour nettoyer le district d’al-Tarmiyah de la présence de Daech et des mercenaires américains, mais aucune d’entre elles n’avait abouti au résultat escompté, notamment en raison du sabotage de certains courants internes soutenus par les États-Unis.

Suite à la reprise des activités terroristes des résidus de Daech dans le district d’al-Tarmiyah, les Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hached al-Chaabi) et l’armée irakienne ont lancé une opération d’envergure sur trois axes. Selon une source sur le terrain, outre les forces irakiennes, les habitants du district d’al-Tarmiyah ont pris part à l’opération.

Irak: l’US Army criblée de bombes!

Irak : l’US Army criblée de bombes !

Des sources bien informées ont annoncé ce mardi que sept convois logistiques américains avaient été pris pour cible dans différentes parties de l’Irak.

« Les habitants de la région ont fourni aux combattants des Hached al-Chaabi et de l’armée irakienne des informations sur les éléments secrets de Daech. Seul un certain groupe dans la région soutient des terroristes qui ne sont pas inconnus des forces de sécurité », a fait savoir la source.

Au cours de l’opération de nettoyage, étant la cinquième à être lancée dans le district d’al-Tarmiyah, les forces irakiennes ont mené une recherche approfondie conduisant à l’identification et la découverte des cachettes de Daech. Elles ont ainsi réussi à sécuriser les villages tels que Tal al-Taseh, al-Hur et Ghaziliyah.

Alors que l’opération s’est soldée par la mort de plusieurs terroristes de Daech, les Hached al-Chaabi et les forces de l’armée irakienne, ont identifié et arrêté un certain nombre d’entre eux et ont en outre établi la sécurité sur les points de passage bloqués auparavant par les terroristes.

De leur côté, les forces de l’unité du génie des Hached al-Chaabi ont mené une opération d’envergure visant à désamorcer des engins explosifs placés dans plusieurs zones, y compris des districts résidentiels de la région.

Des cachettes de Daech découvertes à l'est et à l'ouest de l'Irak

Des cachettes de Daech découvertes à l’est et à l’ouest de l’Irak

Deux convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines dans le centre et le sud de l’Irak ont ​​été visés, ont rapporté des sources...

D’une superficie de 137 km, la zone stratégique d’al-Tarmiyah se compose de deux parties à savoir, al-Mashhadeh et al-Abayji. L’importance stratégique de la zone surnommée « Ceinture de sécurité de Bagdad » réside non seulement dans sa proximité avec Bagdad, mais aussi dans le fait que le district relie les unes aux autres les quatre provinces les plus importantes d’Irak y compris Bagdad, Salaheddine, Diyala et al-Anbar.

Appuyés par l’axe US-Tel-Aviv, de groupes extrémistes, des milices internes en Irak ainsi que des éléments baasistes soutiennent les activités terroristes à al-Tarmiyah, ce qui met en danger la sécurité d’une partie importante des régions centrales de l’Irak.

En créant l’insécurité, ces courants tentent de s’emparer du pouvoir dans le sud de la province de Salaheddine pour faciliter l’infiltration massive de terroristes depuis le nord de la capitale irakienne Bagdad.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/11/666316/Irak-chasse--Daech-Hachd

Dans IRAK

IRAK : LES USA CONDAMNES A PARTIR

Par Le 08/09/2021

Est-il temps pour l'Amérique de retirer ses militaires d’Irak?

Wednesday, 08 September 2021 3:46 PM  [ Last Update: Wednesday, 08 September 2021 3:46 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Joe Biden a déjà annoncé sa décision de retirer les militaires américains d'Irak, le 26 juillet 2016. ©AFP/Illustration

Récemment, les États-Unis ont activement redistribué leur puissance financière et militaire en les transférant du Moyen-Orient à la région Asie-Pacifique, recentrant toutes leurs forces contre la Chine. Washington considère ce pays comme son principal concurrent et rival dans sa lutte future pour assurer un leadership mondial sans restriction.

Pour cette raison, et sur fond de protestation accrue au Moyen-Orient contre la présence des troupes américaines, Washington a été contraint de se retirer entièrement d'Afghanistan fin août. Les prochaines étapes de ce retrait régional seront d’abord l’Irak, ensuite la Syrie.

Washington a annoncé le retrait des troupes américaines d'Irak après que le président américain Joe Biden a rencontré le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi le 26 juillet 2021.

D’ici le 31 décembre, Washington a promis de mettre fin à toutes les opérations de combat dans ce pays, après près de 20 ans d'intervention armée en Irak comme en Afghanistan. Mais en même temps, Washington a déclaré que la coopération militaire ne prendrait pas fin en Irak bien que Bagdad ait affirmé précédemment que le pays n’avait pas besoin d'une présence étrangère.

Dans ce contexte, rappelons que des bases militaires américaines sont maintenues dans les monarchies arabes du littoral sud du golfe Persique. La marine américaine et d’autres marines de l’OTAN, ainsi que des porte-avions, patrouillent constamment dans les eaux de la mer Méditerranée et du golfe Persique. Ainsi, le territoire de l’Irak reste sous une surveillance américaine « fiable », même après le retrait prévu de 2500 soldats américains.

En outre, certains d'entre eux sont susceptibles de rester après le retrait sous prétexte de conseiller et former les soldats et officiers irakiens et participer à l'échange de renseignements.

Le retrait des forces étrangères d’Irak a déjà commencé dans la première quinzaine d’août 2021. Il est prévu que les troupes des États-Unis et de leurs alliés occidentaux seront remplacées par des Casques bleus de l’ONU pour assurer la sécurité sur le territoire irakien.

Plan américain de réinstallation des réfugiés afghans en Irak

Plan américain de réinstallation des réfugiés afghans en Irak

Le retrait des troupes américaines d’Irak est récemment devenu l’un des sujets les plus discutés après la question afghane. L’une des raisons qui ont poussé le président Biden à mettre fin à cette campagne peut certainement être la mort de son fils aîné, Beau, qui a servi en Irak au grade de major. Les médecins pensent que sa maladie mortelle a été déclenchée par l’exposition à des toxines qui ont pénétré dans l’atmosphère lorsque les officiers ont brûlé des déchets militaires.

Cependant, l’histoire américano-irakienne n’a pas commencé en 2003, mais plus tôt, étant essentiellement l’histoire d'une bataille pour le pétrole. Après la Première Guerre mondiale, l’Irak, qui faisait partie de l’Empire ottoman vaincu, a été occupé par la Grande-Bretagne. Toutes les richesses pétrolières du pays étaient réparties entre l’Angleterre, la France et les États-Unis. Mais bien des années plus tard, dans les années 1970, la nationalisation du pétrole irakien a provoqué l’intervention armée des Etats-Unis  et de l'Occident contre ce pays au début des années 1990.

De nos jours, même l’élite politique américaine est convaincue que la guerre d’Irak était une erreur. Le spectacle de Washington au Conseil de sécurité de l’ONU avec la fiole d’anthrax de Colin Powell, lorsque quelques années après l’invasion, les États-Unis ont admis qu’aucune arme biologique n’avait été trouvée en Irak, a coûté au monde et aux États-Unis eux-mêmes d’énormes cataclysmes et victimes. Mille milliards de dollars ont été dépensés pour cette guerre, avec d’énormes pertes en vies humaines et des sacrifices injustifiables. Parmi eux, 8000 soldats américains, plus de 50000 policiers irakiens et près de 200000 civils. La perte totale est de près d’un tiers de million, et c’est la population d’une ville entière.

Les auteurs de ces dommages doivent donc être tenus responsables devant la loi, et contribuer en réparation à la reconstruction de l’Irak.

Texte

Des coopérations militaires taliban/ Iran? 

Signe de cette marche arrière probable des États-Unis, les déclarations du porte-parole de la Coalition internationale en Irak, qui annonce l’incapacité de Daech à prendre quelque zone que ce soit en Irak.

Mardi 7 septembre, la Coalition internationale a annoncé que les terroristes de Daech ne pouvaient occuper aucune terre en Irak, tout en notant qu’elle n’avait remarqué aucun indice du retour de ces terroristes.

Le porte-parole de la Coalition internationale, le colonel Wayne Marto, a déclaré à l’agence de presse irakienne, INA que « comme al-Qaïda en 2010, Daech est devenu trop faible et se contente d’attaques sporadiques quand il en a l’occasion ».

Il a ajouté que les forces de sécurité irakiennes et la Coalition internationale travaillent de manière préventive pour identifier, localiser et détruire les cellules dormantes, les cachettes, les emplacements, les camps temporaires et les ressources financières de Daech.

Le colonel Marto a souligné que la Coalition continuera à soutenir les forces de sécurité irakiennes, et que « si le Premier ministre irakien demande la couverture aérienne de la Coalition, nous le soutiendrons ».

Il a poursuivi : « Daech a été vaincu au niveau régional, et son leadership, son réseau et ses ressources se sont considérablement détériorés ». Il a ajouté que « Daech n’est plus en mesure d’occuper durablement des terres en Irak et en Syrie ».

Il a déclaré : « Tant que ces gangs continueront de représenter un danger pour la sécurité de l’Irak et du nord-est de la Syrie, la Coalition continuera de les frapper. »

 

Lire aussi : Syrie: les USA prennent la fuite ?!

 

Mardi 7 septembre, le commandement des opérations dans la province irakienne d’al-Anbar a confirmé le contrôle du désert d’al-Anbar par l’armée irakienne.

Le général Nasser al-Ghannam a déclaré à l’agence INA que « le désert d’al-Anbar était le théâtre d’opérations de groupes terroristes qui y possèdent des camps d’entraînement. À partir de là, ils réalisent leurs plans pour attaquer des villes, que ce soit dans la province d’al-Anbar ou des provinces voisines ».

Al-Ghannam a souligné que « cette zone est devenue le champ d’activités des unités militaires irakiennes qui parcourent le désert jusqu’aux zones proches des frontières syrienne, jordanienne et saoudienne pour se battre contre les terroristes ».

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/08/666110/Est-il-temps-pour-l-Am%C3%A9rique-de-retirer-ses-militaires-d%E2%80%99Irak

Dans IRAK

IRAK : NOUVEAU COMPLOT US

Par Le 07/09/2021

Plan américain de réinstallation des réfugiés afghans en Irak

Monday, 06 September 2021 5:47 PM  [ Last Update: Monday, 06 September 2021 5:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Au lieu de se retirer d'Irak, les Etats-Unis envisagent un nouveau plan vicieux pour le pays. (Illustration)

Les parlementaires irakiens ont dénoncé en écho l’inaction du gouvernement de Bagdad face aux politiques américaines en Irak dont la décision de réinstaller les réfugiés afghans dans le pays.

Uday al-Khadran, l’un des dirigeants de l’Alliance al-Fatah au Parlement irakien, a déclaré que la stabilité de l'Irak dépendait du retrait des troupes américaines qui sont la source de l'instabilité dans le pays, affirmant qu’il existe de nombreuses preuves sur leur intrusion qui à poursuivre l'effusion de sang des Irakiens.

“Avec la présence des troupes américaines il n’y aura aucune stabilité en Irak, car elle cherche à perturber la situation sécuritaire en Irak, ce qui se produit parfois par le biais d'une intervention directe et parfois avec le soutien de groupes terroristes”, a-t-il ajouté.

Al-Khedran, évoquant le large soutien des forces américaines aux groupes terroristes, a déclaré : “Les forces de sécurité irakiennes et les Unités de mobilisation populaire irakiennes sont capables d'écarter la menace des terroristes.”

"Chaque fois qu'il est question d'un retrait américain, nous assistons à une escalade des attaques terroristes, et c'est un message pour tromper le public en prétendant que les forces américaines jouent un rôle dans la stabilisation de l'Irak alors qu'elles déstabilisent l'Irak", a-t-il fait noter.

Lire aussi :Comment couper le transit aérien de terroristes Syrie-Irak?

Hachd al-Chaabi, incontournable pour la stabilité en Irak

De son côté, Mahmoud al-Rubaie, membre du bureau politique d'Asaib Ahl al-Haq en Irak a déclaré : “Les troupes étrangères doivent quitter l'Irak et il n'y a pas de place pour un réexamen", appelant le gouvernement irakien à agir avec détermination à cet égard.

“L'armée américaine est la cause de l'instabilité et de l'effusion de sang des Irakiens. Les forces de sécurité et des Unités de mobilisation populaire sont des forces fortes qui ont la capacité de se stabiliser et sont capables d’empêcher le chaos dans le pays”, a-t-il indiqué en écho avec son camarade.

Selon al-Rubaie, les démarches effectuées par le gouvernement irakien pour retirer les troupes américaines ne sont pas proportionnées au volume des demandes et à la pression intense des partis politiques et des citoyens, soulignant que la position du gouvernement n'est pas à la hauteur des crimes commis par les États-Unis en Irak.

Irak: CIA/Mossad innovent?

Irak: CIA/Mossad innovent?

Des daechistes ont attaqué des positions des forces de sécurité irakiennes dans la province de Salaheddine tuant au moins 13 d’entre eux.

“Beaucoup trop de sang du peuple irakien a été versé dans la lutte contre le terrorisme, et le gouvernement doit prendre la décision appropriée de retirer les troupes américaines afin d'arrêter l'effusion de sang”, a-t-il indiqué.

Dévoilement du nouveau plan diabolique des États-Unis contre l’Irak

Dénonçant les pressions américaines pour installer les Afghans en Irak, Hassan Salem, membre du bloc Sadiqoun au Parlement irakien a appelé les groupes politiques à inciter le gouvernement à céder à la demande de Washington.

"Washington traite l'Irak comme s'il s'agissait de sa propriété", a-t-il condamné, considérant que la décision de réinstaller les Afghans en Irak est la preuve que les États-Unis envisagent un autre plan vicieux pour l'Irak.

"Le gouvernement irakien doit prendre une position ferme contre les décisions américaines", a affirmé Salem en poursuivant que les décisions de gouvernance doivent être partagées avec le Parlement.

Ambassade américaine : garnison armée et source de terreur pour les Irakiens

"L'ambassade américaine à Bagdad viole la souveraineté irakienne et agit contrairement aux coutumes diplomatiques, elle intimide les citoyens irakiens et possède des armes lourdes", a déclaré Kate al-Rakabi, membre de la Coalition de l'État de droit, appelant le pouvoir exécutif à empêcher les États-Unis de répéter ces actions.

Selon lui, l'ambassade américaine à Bagdad avait été transformée en caserne militaire tout comme la base d'Aïn al-Asad est utilisée pour la violation de la souveraineté irakienne.

Lire aussi : Hystérie anti-missile : les sirènes retentissent à l'ambassade US

“La commission de sécurité parlementaire a rencontré à plusieurs reprises des responsables du ministère de la Défense, mais il n'y a eu aucune réaction à ces actions américaines, en particulier les actes commis par l'ambassade américaine à Bagdad”, a-t-il regretté.

“L'ambassade des États-Unis a violé toutes les normes diplomatiques. Les armes telles que les systèmes de défense aérienne et autres ne doivent pas être présentes à l'intérieur de l'ambassade américaine”, a-t-il affirmé.

Irak: les bases US tombent !

Irak: les bases US tombent !

Un convoi militaire logistique américain est pris pour cible à Babylone, situé à 85 km au sud de Bagdad.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/06/665976/Irak-Etats-Unis-retrait-troupes-US

Dans IRAK

AU NOM DU PEUPLE DE FRANCE, LE PIETRE STRATEGE DE GUERRE JUPITER MACRON EN ROUTE POUR UNE NOUVELLE AVENTURE COLONIALE

Par Le 03/09/2021

La France installe sa DCA en Jordanie pour intercepter qui exactement?

Thursday, 02 September 2021 3:11 PM  [ Last Update: Thursday, 02 September 2021 3:12 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Kazemi et Macron (archives)

Le sous-secrétaire US pour le Proche Orient, Hood, dit que l'Amérique n'irait quitter ni la Syrie ni l'Irak : en Syrie pourtant les premiers signes d'un essoufflement stratégique sont perceptibles, les troupes US ayant commencé à faire bouger les lignes de front et à plier bagage à al-Omar à Deir ez-Zor mais aussi à Qamichli. Cette semaine en Irak, les troupes US qui ne sont plus trop visibles puisque retranchées dans des bases par crainte d'avoir à faire face aux drones et aux roquettes intempestives, en ont été à 133 ème attaque anti-convoi logistique subie à travers tout l'Irak à quoi s'est ajoutée cette semaine encore, une salve de cinq roquettes tirée pour la première fois contre la base américaine au Koweït, par où transite désormais très difficilement des armes à destination des GI's. Or cette attaque avait un message très précis : Après avoir ligoté les Yankee au sol en leur coupant la quasi-totalité des artères approvisionnement puis faire en sorte que l'équation "Missiles vs Avions de chasse" chère à McKenzie prévale dans le ciel irakien, la Résistance commence à étendre son action, au-delà des frontières pour aller viser l'occupation dans son voisinage. Certes il y a pour l'heure la Syrie, là où la Résistance irakienne est physiquement présente avec en toile de fond cette action anti-US qui vise l'occupation des champs pétroliers syriens mais ce n'est pas tout. 

Irak: l'arme

Irak: l'arme

Les USA commencent-ils à redouter des armes des Hachd autres que des missiles ?

À mesure que la présence US en Irak devient périlleuse, les Américains et les alliés donnent l'impression de vouloir l'étendre ou mieux dit la déplacer vers la Jordanie voisine. Ainsi après une visite plus ou moins encombrante en Irak à l'occasion d'un sommet où il n'avait pas sa place, le président français a annoncé ne pas quitter l'Irak même si un jour les Américains le feraient.  "La France a des projets en Irak et veut surtout reconstruire l'aéroport de Mossoul". Aucun observateur ne s'est laissé tromper par cette "offre intempestive" d'une France qui au plus fort de l'invasion Daech ne se rappelait même pas que Mossoul a une église chrétienne. La CIA et le Mossad étant dans le viseur à Erbil, leur lieu d'implantation, Paris a visiblement donc pour mission de les appuyer. Mais les "projets" de Jupiter ne se réduisent pas à cela : Mercredi, l'armée française a annoncé avoir déployé pour la première fois sa DCA dans le nord de la Jordanie où on sait que l'Amérique occupe désormais 14 bases aériennes moyennant la somme de 800 millions de dollars par an rien que pour avoir la possibilité de projection dans tous les sens du termes vers l'Irak, la Syrie, le Liban et l'est de la Méditerranée.  Opex360 affirme : Pour la première fois, les forces françaises déploient le système de défense aérienne "Mamba" en Jordanie.

Jupiter: échec afghan, rattrapage irakien?

Jupiter: échec afghan, rattrapage irakien?

La fin prématurée de l’opération Apagan marque le début du départ du président français pour une nouvelle aventure.

Depuis novembre 2014, dans le cadre de l’opération Chammal [nom de la participation française à la soi-disant coalition anti-terroriste "Inherent Resolve" dirigée par les États-Unis, ndlr], l’armée de l’Air & de l’Espace déploie des unités sur la base aérienne projetée [BAP] H5, située en Jordanie.  Actuellement, environ 300 aviateurs y sont affectés, pour mettre en œuvre quatre avions Rafale, ces derniers étant régulièrement sollicités pour des missions de renseignement et d’appui au profit de la coalition. La BAP H5 présente plusieurs intérêts : outre le renforcement des liens entre la Jordanie et la France, elle permet de réduire le temps de vol des Rafale pour se rendre au-dessus de la Syrie et de l’Irak. Et pour quel genre de mission maintenant que la Résistance a presque mis au pas l'US Air force dans le ciel du Moyen-Orient? 

Lire plus: Coopération économique et militaire, Macron au secours des Américains

Opex360 poursuit : "Selon l’état-major des armées [EMA], le déploiement d’un système Mamba sur la BAP H5 répond à plusieurs objectifs. En premier lieu, il vise à consolider le partenariat avec la Jordanie". Mais il s’agit surtout de "s’entraîner" avec les forces aériennes partenaires lors "d’exercices conjoints de défense anti-aérienne d’une emprise"…, et de l’éprouver dans des conditions climatiques "extrêmes". "Des exercices quotidiens sont réalisés tout au long du déploiement, que ce soit avec les Rafale de la BAP au Levant, des aéronefs du pays partenaire ou des forces de la coalition de l’opération Inherent Resolve en retour de mission. Le but est d’éprouver les capacités d’interception et d’engagement du Mamba, dans des scénarios complexes et de tester son interopérabilité avec les moyens alliés", explique l’EMA. Le commandant du détachement de défense sol-air qui met en œuvre ce système en Jordanie a énuméré quatre enjeux pour ce déploiement : s’exercer avec notre partenaire, éprouver la capacité du système d’armes à protéger une emprise où sont disposés des éléments français contre des attaques aériennes, tester la capacité de projection du Mamba et confirmer son interopérabilité.

Mission israélienne de Jupiter?

Mission israélienne de Jupiter?

Irak: le faux pas de trop

Si on comprend bien, la DCA déchue US/Israel composée de Patriot et Dôme de fer, c'est la France qui porte candidat pour le remplacer. Surtout qu'en Israël, c'est la panique à bord après le retrait US d'Afghanistan qui pourrait déboucher in fine sur un retrait US en Irak. Yossi Cohen, ancien chef des services de renseignement du Mossad y revient d'ailleurs dans les colonnes de Ynet. "Un retrait [américain] précipité et inconsidéré pourrait conduire à un effondrement complet de l'Irak en diverses sectes", a-t-il écrit, prétendant que "le triste résultat pourrait être une augmentation de la présence militaire, extrémiste, politique et terroriste iranienne à l'intérieur de l’Irak".

G. Persique: le Mossad s'agite ...

G. Persique: le Mossad s'agite ...

Une source sécuritaire bien informée a déclaré que le régime israélien cherche à transférer le noyau des crises régionales de la Palestine occupée vers le golfe Persique et la mer d’Oman.

Et le gourou terroriste d'ajouter : "Israël devrait alors se préparer à un effondrement rapide de zones entières du nord du Moyen-Orient sous l'influence et la domination de l'Iran à la suite d'un retrait des forces américaines d'Irak, comparant le scénario à l’emprise éclair de Kaboul par les talibans en quelques jours en août. L'Iran n'a pas cessé de faire des efforts pour consolider sa position militaire [au Moyen-Orient]" . Il a ajouté que l'Iran avait une base "tangible et inquiétante" en Irak ainsi qu'en Syrie et au Liban. "Israël se trouve à un carrefour funeste", s’est-il regretté.

La France s'est-elle portée candidate pour tirer Israël de ce carrefour funeste? Si la réponse est oui, c'est fort dommage. Car le jour où la Résistance entrerait en conflit direct contre Israël, elle ne ferait pas de distinction entre l'entité sioniste d'une part et ses alliés de l'autre. L'Amérique de Joe Biden commence à le comprendre un peu, tout comme sa Majesté Elizabeth qui ont refusé tout deux de s'impliquer plus qu'avec des mots dans l'affaire de Mercer Street. La France,elle, n'a vraiment aucune raison d'en faire autrement... 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/02/665671/Irak-Tikrit-Hachd-France-Jordanie-Mossad-Iran

Dans IRAK

L’US ARMY FUIT LE SUD IRAKIEN !

Par Le 26/08/2021

Débandade à Bassora; militaires US se replient à Aïn al-Asad

Thursday, 26 August 2021 6:07 PM  [ Last Update: Thursday, 26 August 2021 6:08 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des véhicules militaires américains arrivent dans la ville de Bardarach, dans la province kurde irakienne de Dohouk, le 21 octobre 2019. (Archives/AFP)

Un responsable irakien a fait état de l'arrivée suspecte d'un grand convoi militaire américain de la province de Bassora vers celle d'al-Anbar, dans la base aérienne d'Aïn al-Asad.

Le convoi militaire américain, transportant du matériel et des véhicules militaires, se dirige vers la base aérienne d'Aïn al-Asad dans l'ouest de la province d'al-Anbar.

Le convoi militaire américain entrant sur le territoire irakien a été durant tout son trajet escorté par des avions américains jusqu'à ce qu'il atteigne sa destination dans la province d'al-Anbar, a déclaré la source.

Par ailleurs, des troupes américaines se sont rendues à Aïn al-Asad pour être ensuite transférées dans les zones tenues par les États-Unis en Irak.

Pour en savoir plus : L'OTAN, substitut des forces US en Irak ?

Tous les postes-frontières de la province de Bassora, à l'exception de Jarishan, sont contrôlés par Bagdad. 18 ans après la guerre entre l'Irak et le Koweït, le poste de Jarishan est toujours sous le contrôle des forces d'occupation américaines. Il n’y a que des gardes-frontières irakiens qui y sont stationnés. Le gouvernement irakien n’a aucune mainmise sur le point de contrôle. Les forces américaines sont donc libres de faire entrer ou sortir leurs troupes et leurs équipements du territoire.

Il y a dix jours, une source de sécurité bien informée dans la province irakienne d'al-Anbar a révélé que les forces américaines avaient dépensé d'importantes sommes d'argent pour développer des bâtiments dans la base aérienne d'Aïn al-Asad dans le district d'al-Baghdadi de la ville de Heet.

La source a ajouté que les forces américaines ont construit des dizaines de nouveaux halls et bâtiments pour leurs forces à l'intérieur de la base d’Aïn al-Asad, et y ont installé un système de défense anti-missile pour assurer la sécurité.

« Ces aménagements à Aïn al-Asad ne se font pas sous la supervision des commandants de la sécurité en charge du dossier de sécurité d'al-Anbar. La présence des forces américaines sur la base concerne le bureau de Mustafa al-Kadhimi, le commandant en chef des forces armées irakiennes. La base continue de s'étendre, Bagdad et Washington annonçant que les forces américaines se retireront bientôt complètement d'Irak.

Lire aussi : Irak: vrai ou faux retrait des USA ?

La base aérienne d'Aïn al-Asad est située à 160 km à l'ouest de Bagdad, dans la province d'al-Anbar, plus précisément dans la ville de Heet, et à 8 km d'un village appelé Khan al-Baghdadi. Elle s’étend sur une superficie de 10 kilomètres, soit à peu près la taille de la Zone verte de Bagdad. Elle est actuellement la plus grande base militaire américaine en Irak.

Des actions suspectes contre la souveraineté nationale y sont programmées, et selon les observateurs politiques, la base d'Aïn al-Asad est le centre des opérations militaires américaines en Irak.

Malgré les déclarations de responsables américains et irakiens selon lesquelles la mission des troupes étrangères se limitait à former et conseiller les forces irakiennes, les groupes de résistance irakiens ont signalé l'entrée généralisée de convois logistiques américains.

Irak: les USA pris au collet!

Irak: les USA pris au collet!

Des images des opérations US de trafic de Daech à bord des Apache de Syrie en Irak

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/26/665244/Convoi-US-Ain-al-Asad

Dans IRAK

IRAK : SA MAJESTE LACHE PRISE !

Par Le 25/08/2021

La chasse aux convois US porte ses fruits, la Chine étend sa présence énergétique

Wednesday, 25 August 2021 6:09 PM  [ Last Update: Wednesday, 25 August 2021 6:21 PM ]

 30 

Une raffinerie de pétrole à Bassora, au sud-est de Bagdad, dans laquelle la Chine détient une participation. ©AP/Archives

Dix attaques anti convois logistiques US en 24 heures et sur toutes les artères de communication ce qui veut dire que les soldats sans cesse tremblotants dans leur coin quelque part à Aïn al-Asad ou Harir manquent désormais d'armes et de munitions ! Mais ces attaques non mortelles ont-elles un quelconque effet sur un axe US/GB qui crie sans cesse " l'Irak n'est pas l'Afghanistan ". Les " USA ne quitteront pas l'Irak"? La réponse est mille fois oui. 

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Le parlement irakien appelle la diplomatie du pays de clarifier le sort de l’accord Irak-Chine.

L'Irak a approuvé mardi le plan du géant pétrolier britannique British Petroleum BP visant à réduire sa marge de manœuvre dans le pays, ont déclaré le gouvernement et BP, alors que la compagnie pétrolière britannique tente de cacher ce revers sous prétexte de vouloir se concentrer sur les investissements à faible émission de carbone.
La nouvelle société, Basra Energy Ltd, détiendrait désormais la participation de BP dans le champ pétrolier géant irakien de Rumaila et serait détenue conjointement par China National Petroleum Corp (CNPET.UL), l'un des partenaires de BP sur le site. La Chine débarque donc aux dépens des Anglosaxons.

Dans un communiqué, BP a confirmé la création de la nouvelle coentreprise irakienne, qui, selon lui, permettrait à BP et PetroChina de continuer à investir dans le champ pétrolifère pendant toute la durée de son contrat existant qui expire en 2034. BP n'ose toutefois pas reconnaître que ce nouveau format lui enlève la moitié de sa présence dans le sud irakien. 

Découvert en 1953, le champ pétrolifère de Rumaila produit l'essentiel de la production totale de l'Irak. La production sur le terrain a débuté en 2010 et a une capacité d'environ 2,1 millions de barils par jour (bpj). Il a produit environ 1,5 million de b/j .

Irak-Iran : le pari perdu des USA

Irak-Iran : le pari perdu des USA

Mardi, le bureau chinois des douanes a annoncé que l'Irak se classait au troisième rang des plus gros exportateurs de pétrole vers la Chine au cours du mois de juillet 2021.

« L'Irak est devenu le troisième plus grand exportateur de pétrole vers la Chine au cours du mois de juillet avec 4,670 millions de tonnes métriques de pétrole brut, soit 32,690 millions de barils par mois, soit l'équivalent de 1,054 mille barils par jour, soit une augmentation de 34,1% par rapport à juin dernier, qui s'élevait à 3,480 millions de tonnes métriques », a-t-on appris du bureau des douanes chinoises.

L'Irak exporte la majeure partie de son pétrole brut à savoir 67% vers l'Asie de l'Est, en particulier la Chine et l'Inde, tandis que le reste est exporté vers l'Europe et l'Amérique. Même son de cloch pro Chine en termes de forage. 
La CNOOC va forer 150 puits de pétrole en Irak. L'Irak a signé un accord initial avec la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) pour le forage de 150 puits dans le champ pétrolifère de Buzurgan dans le gouvernorat de Maysan du sud-est, a annoncé dimanche le journal irakien Al-Sabaah.

Des militaires chinois en Irak?!

Des militaires chinois en Irak?!

La CNOOC est déjà l'opératrice du champ de Buzurgan après avoir obtenu des contrats de forage par le ministre irakien du Pétrole il y a près de 10 ans, selon le journal.
Il a cité Bassem Abdul Karim, directeur de l'Iraq Drilling Company au ministère irakien du Pétrole, disant qu'il y avait eu des négociations pendant deux ans avec CNOOC pour le nouveau contrat mais qu'elles avaient été suspendues en raison de la propagation du coronavirus.

« Nous avons repris ces négociations, qui ont maintenant abouti à un accord préliminaire avec CNOOC pour développer 150 puits dans le champ de Buzurgan », a déclaré Abdul Karim.

Il a déclaré que le nouveau contrat serait exécuté en deux phases, la première impliquant le forage de 71 puits et la seconde devant être lancée plus tard.

Abdul Karim a également révélé que le ministère signerait sous peu un contrat avec la société italienne Eni pour le forage de 37 puits dans le champ pétrolifère Southern Zubair, l'un des plus grands réservoirs de pétrole brut au monde avec des gisements prouvés de plus de 4,5 milliards de barils.

Le sud pétrolifère de l'Irak se penche de plus en plus vers l'Est et les analystes n'écartent pas le rôle de cette vaste chasse aux occupants US dans ce phénomène tout à fait nouveau.  

USA en Irak : la Russie damne le pion?

USA en Irak : la Russie damne le pion?

Se basant sur les rapports sur les efforts déployés par la Russie pour vendre des S-300 et S-400 à l’Irak, Sabahat Khan, un analyste des questions moyen-orientales, s’est penché sur le rôle de Moscou dans ce pays.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/25/665142/Irak-Energie-investissement-sino-russe--

Dans IRAK

IRAK : TRAITEMENT DE CHOC ANTI-US?

Par Le 21/08/2021

 

Et si la Résistance irakienne "prenait massivement et simultanément d'assaut les bases américaines?

Saturday, 21 August 2021 12:15 PM  [ Last Update: Saturday, 21 August 2021 1:43 PM ]

 30 

Le ciblage d'un convoi logistique US près des frontières avec le Koweït/sabereen News

Jeudi 19 août, alors même que le camp occidental se trouvait toujours en état de choc à voir et à revoir les images de la débandade US à l’aéroport de Kaboul où près d'une semaine de mobilisation militaire US/OTAN n'a débouché que sur l'évacuation de seulement 18 000 Occidentaux et où l'axe américano européen craint effectivement pour la sécurité de son corridor aérien reliant le Qatar à Kaboul, Ain al-Asad en Irak a été le théâtre de nouveaux agissements US, selon des sources sécuritaires de la province d'al-Anbar qui ont révélé, "l'arrivée de nouveaux renforts américains" sur la base : « De nouveaux renforts ont débarqué en Irak qui vont remplacer les troupes stationnées à Aïn al-Asad, ce qui prouve qu’il n'y a aucun signe d'évolution de la situation ou de retrait des troupes US à l'extérieur d'Aïn al-Asad en particulier ou d'Irak en général. Tout au long de cette opération de relais qui a lieu tous les trois mois, les dispositifs de sécurité fonctionnaient à plein régime et des drones et des avions de reconnaissance survolaient la base, jusqu'aux profondeurs de la Syrie, a souligné une source irakienne en allusion aux travaux d’extension de la base et de ses bandes d'atterrissage qui viennent de s'achever dans l'objectif d'accueillir des troupes supplémentaires.

Irak: l'US Air Force capitule

Irak: l'US Air Force capitule

Les GI's et Marines "expulsés" de Kaboul atterrissent-ils en Irak ou s'agit-il d'effectifs que le Pentagone a déployés il y a peu en Jordanie voisine et qui face à une montée nette en puissance d'attaques ciblant les convois logistiques US en provenance du Koweït, arrivent par voie aéroportée à Ain al-Asad à bord des avions bourrés d'armes et de munitions? Quoi qu'il en soit, une première attaque d'envergure contre un QG des Hachd al-Chaabi, a eu lieu peu de temps après l'arrivée des Yankees à Ain al-Asad, et visant le QG du bataillon 12 des Hachd composée essentiellement des combattants d'Al Nujaba. Un convoi militaire a ainsi été pris pour cible avec un lourd bilan de 4 morts et 8 blessés. 

« Un engin explosif a sauté au passage d’un véhicule des Hachd al-Chaabi dans la région d'al-Thaïr dans le district de Tarmiyah. La chaîne Telegram Sabereen News a également confirmé l'explosion et signalé que des heurts violents avaient opposé des combattants des Hachd al-Chaabi aux terroristes de Daech sur trois axes, le coup ayant été donc bien prémédité et planifié.

Plus d'un analyste y a vu des "représailles" US/accointances locales contre cette nouvelle stratégique de la Résistance qui consiste à bloquer hermétiquement toute voie de trafic d'armes US vers les bases américaines en Irak en multipliant des attaques contre les convois logistiques US. En effet et depuis janvier 2021 pas moins de 122 attaques anti convoi US ont été enregistrées avec un pic de 12 attaques à la bombe réalisées avec une précision et une efficacité inouïes mais toujours évitant des pertes.

Le séisme afghan atteint l'Irak!

Le séisme afghan atteint l'Irak!

Huit attaques à la bombe contre les convois logistiques US depuis la chute de Kaboul

Or l'attaque sanglante d'al-Thaïr risque de bien changer la donne. Car tant que les bases US restent en Irak, les forces militaires irakiennes saigneront. La semaine qui vient de s'achever a été en effet marquée par les agissements non seulement des USA eux-mêmes, mais par ceux d'Ankara d'Erdogan qui s'en sont pris aux Hachd et à deux reprises : une première attaque a visé à coup de drone un véhicule avec à son bord deux commandants des Hachd et causant la mort d'un d'entre eux tandis que la seconde frappe a visé un hôpital militaire là encore avec un bilan de pertes importantes, les deux raids ayant eu lieu à Sinjar, cette localité stratégique que la Turquie atlantiste convoite depuis des années puisqu’en l'occupant, elle rendrait bien service aux USA, quitte à couper la prolongation géographique entre l'Irak et la Syrie. 

Que faire? Une certaine idée fait son chemin au sein de la Résistance pour des offensives plus directes visant les bases de campement US à Ain al Asad ou encore à Erbil et non plus seulement à coup de drones ou des roquettes. Car une marche sur les bases US comme celle qu'ont faite les talibans semble être la voie la plus sûre pour en finir une bonne fois pour toutes avec l'occupant. Une attaque terrestre soutenue par des unités balistiques et de drones de la Résistance contre Ain al-Asad est-elle possible? Bien sûr que oui et la Résistance irakienne qui a prouvé de quel bois elle est faite sait comment s'y prendre.

Le Sultan franchit le Rubicon!

Le Sultan franchit le Rubicon!

L’attaque au drone sur la province irakienne de Ninive s’est soldée par la mort de deux membres des Hachd al-Chaabi, dont un commandant.

Il n'y a pas si longtemps, le chef du CentCom reconnaissait avoir été vaincu en Irak par des drones et des roquettes qui valent mille fois leur pesant d'or car ce sont eux qui ont rendu invivable pour drones et avions US Aîn al-Asad et Harir. Et bien puisque les Américains et leurs mercenaires takfiristes ne seulement pas en avoir une raison pourquoi ne pas s'en prendre massivement à des bases US? Cela servira aussi la Syrie en pleine opération de "dé-americanisation" de l'Euphrate est et donnera à réfléchir à la Jordanie, largement instrumentalisée par les Américains contre la Résistance. Cela servira aussi de leçon au Sultan d'Erdogan qui use et abuse de l'argument anti kurde pour faire avance ses pions dans le nord de l'Irak.. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/21/664861/Irak-les-renforts-US-debarquent-a-Ain-al-Asad

Dans IRAK

LE « SULTAN » ERDOGAN VOLE AU SECOURS DES USA ET BOMBARDE L’IRAK

Par Le 20/08/2021

Drones, F-16, artillerie, Ankara vole au secours US

Friday, 20 August 2021 5:11 PM  [ Last Update: Friday, 20 August 2021 5:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Raid aérien turc contre un hôpital à Sinjar. (Illustration)

Qais al-Khazali, secrétaire général du mouvement Asaïb Ahl al-Haq en Irak, a réagi ce vendredi après-midi à la récente tentative de la Turquie de la violation de l’espace aérien irakien.

Le secrétaire général du mouvement Asaïb Ahl al-Haq a écrit sur son compte Twitter : « Le silence politique du gouvernement et des organisations non gouvernementales face aux agressions en cours, dont la dernière s'est produite lors de l'opération turque contre la ville de Sinjar, est honteux et étrange. »

Qais al-Khazali a ajouté que ce silence « encourageait le régime occupant turc à mener davantage d'agressions et de violations ; des agressions qui peuvent atteindre des niveaux dangereux si ce silence continue ».

Irak : Le

Irak 

Des sources irakiennes ont rapporté mardi que des avions de chasse turcs avaient ciblé un hôpital militaire spécial réservé aux forces de soutien de Sinjar. Selon elles, l'hôpital appartenait aux forces affiliées aux Hachd al-Chaabi. « Les avions de chasse turcs ciblent tous ceux qui veulent évacuer les civils de l'hôpital », avait déclaré une source alors que des sources irakiennes ont également signalé que plusieurs personnes avaient été tuées et blessées lors de l'attaque menée par des avions de chasse turcs.

La Turquie viole depuis longtemps l'intégrité territoriale du nord de l'Irak sous prétexte de lutter contre le PKK. Ce dernier, qui est en confrontation militaire avec le gouvernement d'Ankara depuis 35 ans, est considéré comme groupe terroriste par Ankara, les États-Unis et l'Union européenne. La Turquie affirme que les miliciens du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont responsables de la mort de plus de 40 000 citoyens turcs, dont des femmes et des enfants.

À ce sujet, l'analyste irakien Ali al-Musawi a lui aussi souligné la nécessité de contrer les agissements turcs dans le nord de l'Irak, en regrettant que le gouvernement irakien n’ait pas réussi à contrer les attaques turques contre l'Irak.

« La Turquie s’est emparée de certaines terres irakiennes et les considère comme faisant partie de ses propriétés, mais le gouvernement [irakien] ne sait rien ». Al-Musawi a affirmé qu’Ankara cherchait à annexer le territoire irakien à la Turquie.

Irak: le

Irak

Ankara a renforcé la sécurité autour de la base militaire turque dans le nord de l

« Les bombardements successifs du territoire irakien et le déplacement des habitants sont dus au manque de réaction du gouvernement irakien,  si le gouvernement irakien réagit aux agressions d’Ankara, il pourra faire cesser ces attaques », a-t-il noté en ajoutant : « Il doit y avoir une réponse sérieuse aux attaques turques avant que le temps ne soit perdu. »

Selon l’analyste, une réponse appropriée doit être apportée avant que les résidents ne soient déplacés de leurs domiciles et qu'une nouvelle crise n’éclate.

Cela fait un certain temps que les forces terrestres et aériennes turques ont lancé une opération à Matina, dans le nord de l'Irak, sous prétexte de contrer le PKK. En plus de l'armée de terre, des avions de chasse F-16, des drones de reconnaissance et de combat, ainsi que des hélicoptères d'attaque soutiennent et bombardent cette zone.

Les responsables de Bagdad et les dirigeants politiques ont toutefois exprimé à plusieurs reprises leur mécontentement face à ces attaques. Certains dirigeants et partis politiques irakiens ont menacé la Turquie de représailles, si l'opération se poursuit ; Bagdad est allé jusqu’à menacer de porter plainte auprès des Nations unies et de diminuer ses liens avec la Turquie en cas de la poursuite des attaques.

Irak: l'US Air Force capitule

Irak: l'US Air Force capitule

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/20/664832/Irak-Turquie-Sinjar-violation-PKK

Dans IRAK

IRAK : L'US AIR FORCE CAPITULE

Par Le 20/08/2021

Pas de chars, pas de blindés intacts, et le ciel s'écroule sur l'US Air Force

Thursday, 19 August 2021 5:59 PM  [ Last Update: Thursday, 19 August 2021 5:59 PM ]

Ashab al-Kahf, un des groupes les plus actifs de la Résistance, l’a juré il y a deux jours : la Résistance ne permettra plus aux USA de se ravitailler en Irak. Évidemment, c’est une mise en garde au premier degré qui signifie que le trafic d’armes par voie terrestre en provenance de la base US au Koweït, trafic qui vu le niveau zéro des opérations militaires US en Irak ne sert qu’à armer les cellules daechistes, est interdit ! 12 frappes anti convois depuis mardi dont 4 qui ont eu lieu ces dernières heures. Ce jeudi, des sources irakiennes ont rapporté qu’un convoi transportant des équipements logistiques pour les troupes américaines dans le centre de l’Irak a été pris pour cible à Salaheddine, province la plus active en termes d’attaques anti US. Le convoi américain avait été visé dans la ville d’al-Siniya, au nord de la capitale irakienne.

Irak: les USA pris au collet!

Irak : les USA pris au collet !

Des images des opérations US de trafic de Daech à bord des Apache de Syrie en Irak

L’utilisation continue du passage par la coalition américaine qui échappe totalement au contrôle et de la supervision du gouvernement irakien ne cesse d’être critiquée. Mais en l’absence de mesures concrètes, la Résistance est passée. Rien que depuis janvier, quelque 122 raids ont été recensés, avec en amont la totale paralysie du processus d’approvisionnement terrestre des troupes US.

Mais ce n’est pas tout : depuis un an, l’aviation américaine et ses centaines d’appareils n’apparaissent plus dans le ciel irakien où ils ne sont que de passage, roquettes et drones irakiens ayant frappé avec précision nombre d’avions et de drones stationnés sur des bases, infligeant des milliards de dollars de dégâts au Pentagone.

Mais les Américains ont aussi peur des missiles intercepteurs de la Résistance qui ont déjà intercepté et détruit des SCALP, des MC-9 et qui pourraient par surprise avoir aussi la peau des F-16 et F-15 américains.

Cette reprise du contrôle du ciel irakien par l’Irak d’en bas a d’ailleurs été reconnue par le CentCom qui a fini par se tailler un pays de substitution, la Jordanie, avant d’annoncer son retrait d’Irak comme en Afghanistan... Est-ce pour cette même raison que le super atlantiste qu’est Erdogan a été appelé à la rescousse pour frapper les positions des Hachd à Sinjar ?

Cette semaine l’occupation a subi une lourde attaque à Mossoul avant d’être déclarée par la Résistance comme ennemi à abattre au même titre que les USA. Car on le sait, le Sultan convoite Sinjar pour servir la cause US et couper la prolongation géographique entre l’Irak et la Syrie. 

Irak : le Pentagone capitule ...?

Irak : le Pentagone capitule...?

Jeudi, un autre convoi logistique de l’armée américaine a été pris pour cible à Babylone en Irak.

Lundi Des sources médiatiques ont déclaré que deux membres des Hach al-Chaabi, dont un commandant, avaient été tués lors d’attaques de drones turcs dans la province de Ninive.

La chaîne Telegram des Hachd al-Chaabi a rapporté que le commandant de la 80e division des Hachd et l’un de ses compagnons faisaient partie des victimes. Trois autres combattants ont également été blessés dans les attentats.

Irak : Le

Irak 

Mardi, une seconde attaque s’est produite et dans des circonstances encore pires. Les drones du Sultan ont frappé un hôpital toujours près de la ville de Sinjar dans la province de Ninive.

La source a déclaré que les avions de combat avaient bombardé un hôpital militaire spécial pour les forces de soutien de Sinjar. Ces forces sont affiliées aux Hachd al-Chaabi.

La Résistance met en garde Erdogan

La Résistance met en garde Erdogan

La source a ajouté que l’hôpital est situé dans le village d’al-Sakina, au sud des hauteurs de Sinjar. Saberin News rapporte que les avions de chasse bombardaient tous les véhicules essayant de s’approcher de l’hôpital. Les Hachd al-Chaabi ou d’autres sources officielles irakiennes n’ont pas encore divulgué les détails de l’attaque.

Double attaque aérienne turque contre la Résistance irakienne de concert avec US/Israël. Quelle en est la conséquence ? Le Sultan sera chassé d’Irak à coup de drones et de roquettes tout comme son allié américain.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/19/664741/Irak-l-US-Air-Force-capitule

Dans IRAK

LE PREMIER MINISTRE IRAKIEN REND HOMMAGE AU HACHD AL-CHAABI

Par Le 26/06/2021

Le Premier ministre irakien rend hommage au Hachd al-Chaabi

 Depuis 32 minutes  26 juin 2021

hachd_defile-jpg4

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

hachd_defile

Le Premier ministre irakien Moustafa Kazemi a rendu hommage aux forces de mobilisation populaire du Hachd al-Chaabi lors de sa participation a un défilé militaire à l’occasion de la célébration de fondation depuis sept ans.

« Je salue les enfants de l’Irak, les héros du Hachd al-Chaabi pour l’anniversaire de leur création. Les fils du Hachd al-Chaabi sont les enfants de l’Etat. Ils continuent d’offrir tout ce qui peut servir notre peuple et notre patrie ».
« Vous et les forces de sécurité avez vaincu le terrorisme et avez beaucoup à faire. Grâce à votre sens de responsabilité, à votre discipline et à votre professionnalisme, le Hachd al-Chaabi persévère et grâce à vous l’Irak restitue son rôle historique dans la région », a-t-il dit aussi.

hachd_defile-jpg1

Les forces de mobilisation ont été créées au lendemain de l’effondrement de l’armée irakienne, en 2014, face à l’invasion par Daech des provinces du nord de l’Irak, dont al-Anbar et Salaheddine, à la base d’un décret religieux promulgué par le grand ayatollah Ali Sistani.

Ils ont joui d’une aide militaire de la part de conseillers iraniens, à leur tête l’ex-chef de la force al-Qods du Corps des gardiens de la révolution iranienne, le général martyr Qassem Soleimani.

hachd_defile-jpg3

Selon leur dirigeant actuel, Faleh al-Fayyadh, qui était présent au défilé, le Hachd al-Chaabi tente de mettre l’accent sur certains atouts de force de sorte qu’il complète les forces de sécurité irakiennes.

« C’est un bras primordial en faveur de la puissance de l’Etat », a-t-il souligné. Rappelant que cette force avait été formée en fonction d’une loi. En allusion à la loi qui a été votée en 2016 par le Parlement irakien. L’ex-Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi avait intégré les différents groupes armés qui la forment dans le cadre des forces armées irakiennes en 2019.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2101376

Dans IRAK

IRAK : 7ème FRAPPE AU DRONE ANTI-US

Par Le 22/06/2021

Les radars des Patriot pulvérisés; Lockheed Martin saigne

Tuesday, 22 June 2021 8:16 PM  [ Last Update: Tuesday, 22 June 2021 8:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La base américaine de Camp Victory à Bagdad, attaquée. (Archives)

À coup de roquette, à coup de missile ou à coup de drone, basé ou à bord des convois logistique, la chasse aux batteries de DCA US en Irak se poursuit de plus belle tant est grand désormais le désir d'affranchir le ciel irakien de l'occupation US. Ce mardi dans la matinée soit 24 heures après qu'un double tir au missiles a visé un radar des Patriot à l'intérieur de la base d'Aïn al-Asad à al-Anbar, une troisième frappe au drone a ciblé le camp ultra protégé de Victoy situé à l'aéroport de Bagdad, un camp qui desservait au plus fort de l'invasion de 2003 des USA quelques 14 000 soldats. Évidemment on ignore le bilan des pertes et des dégâts mais l'attaque, la troisième à avoir été dirigée contre Victory, impliquait deux drones qui, comme les 4 autres drones irakiens ayant visé Victory ces 10 derniers jours, ont royalement percé les radars AN/TWQ-1 et C-RAM, le Patriot ayant déjà été mis hors portée.

La semaine dernière aussi, la base militaire Victory a été prise d’assaut par des drones kamikazes irakiens qui ciblaient des avions-cargo militaires alors que les systèmes de défense américains ont été incapables de repousser les attaques. L'attaque de ce mardi a été lancée, selon Sabreen News par des drones "Fix wing‌" qui ont pu atteindre "leurs cibles avec une grande précision".

 

Irak: Aïn al-Asad criblée de drones!

Irak: Aïn al-Asad criblée de drones!

Une attaque balistique a visé ce jeudi une base militaire américaine située dans l’ouest irakien.

 

En effet les attaques de la Résistance irakienne ne cessent de se professionnaliser : en avril et en mai les drones irakiens ont réussi à atteindre les parties les mieux protégées de Harir, d'Aïn al-Asad et de Balad, soit les trois bases aérienne d'envergure US en Irak : les ordi de la CIA, les hangars de MQ-9 et des avions espions, bande d'atterrissage des hélicos US....y ont passé. Depuis le début juin les drones de la Résistance frappent à l'image de la Résistance palestinienne, les batteries de la DCA elles-mêmes. Aussi le radar du système Patriot mis en place dans la base américaine d'Aïn al-Asad a été détruit lors d'une des sept attaques au drone qui remonte à il y a deux semaines.

La nouvelle sur la destruction du radar du système américain Patriot déployé à Aïn al-Asad tombe alors que des responsables de la Maison Blanche ont déclaré au Washington Post que les menaces de drones étaient la plus grande préoccupation opérationnelle de l'armée américaine en Irak après la destruction du hangar des avions de la CIA à l'aéroport d'Erbil, et ce, deux mois après que le général Mackenzie a reconnu la fin de la supériorité aérienne des États-Unis face aux petits drones iraniens dans la région.

Ce n'est pas la première fois qu'un système Patriot est détruit par un drone. Les forces armées yéménites et les Comités populaires d’Ansarallah ont déjà détruit un système Patriot à al-Mokha au sud du Yémen. 

 

Patriot/THAAD: le séisme d'Ansarallah!

Patriot/THAAD: le séisme d'Ansarallah!

Les drones de la Résistance continueront-ils à discréditer la technologie radar US/OTAN? En effet ce n'est plus seulement la question de radar mais de tout le secteur de désignation et d'interception au sein des forces armées US qui se trouve remis en cause et ce pour le grand bonheur de puissants rivaux que sont la Chine et la Russie. D'ors et déjà l'Arabie saoudite a les yeux tournés vers Moscou pour barricader son ciel. À tort... La Résistance a percé l'énigme de furtivité et de précision et elle ne compte plus s'arrêter.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/22/660621/Irak-Y%C3%A9men-base-US-Iran-drones-missiles-R%C3%A9sistance

Dans IRAK

DRONES IRAKIENS CONTRE "ISRAËL"

Par Le 18/06/2021

«Guerre anti-sioniste, guerre sans frontières»

Friday, 18 June 2021 4:50 PM  [ Last Update: Friday, 18 June 2021 5:05 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cette photo publiée par le mouvement irakien Al-Nujaba montre un premier drone qu'a fait voler la Résistance irakienne dans la zone d'opérations Al-Esshaqi en Irak. ©Agence de presse ABNA/Archives

Un porte-parole des Brigades du Hezbollah irakien (Kataeb Hezbollah) a assuré à Al-Mayadeen que « tout front ouvert par l'occupation à Qods occupée ouvrira avec elle d'autres fronts, et Gaza ne sera pas seule dans le conflit ».

Le porte-parole des Kataeb Hezbollah Muhammad Mohie, a déclaré jeudi à Al-Mayadeen que « l'entité sioniste essaie de mener la bataille à l'étranger », ajoutant que « le régime sioniste ne peut pas isoler la Palestine et se sentir à l'abri de représailles ».

Mohie a souligné que « tout front ouvert par l'occupation à Qods occupée ouvrira avec lui d'autres fronts, et Gaza ne sera pas seul dans le conflit ».

Les drones irakiens contre Israël?

Les drones irakiens contre Israël?

La Résistance est prête à se lancer dans une lutte d’envergure contre Israël.

« Nous nous engageons à soutenir le peuple palestinien et nos sanctuaires… La bataille aujourd'hui a dépassé le facteur géographique, avec l'entrée de missiles et de drones. L'axe de la Résistance brise les cadres et barrières mis en place par l'occupation pour se protéger », a-t-il fait savoir.

Mohie a souligné que « nous avons des armes avec lesquelles nous pouvons surprendre les Américains », sans manquer de dire que « l'arme qui sera utilisée contre Israël sera différente ».

Concernant l'opération « Épée de Qods », il a déclaré que « dans cette bataille, la Résistance de Gaza a eu le dernier mot, et cela a imposé de nouvelles équations à Israël ».

Selon le porte-parole des Kataeb Hezbollah, toutes les données confirment que l'initiative est aujourd'hui entre les mains de la Résistance, et que c'est elle qui dessine les stratégies offensives.

Irak: 1ere raid au drone anti-CIA

Irak: 1ere raid au drone anti-CIA

Le secrétaire général du mouvement Asaïb Ahl al-Haq a déclaré que les forces israéliennes étaient plus présentes en Irak que prévu.

Il a poursuivi: « Aujourd'hui, nous nous battons sur deux fronts contre les Américains chez nous, et contre l'entité israélienne, c'est une bataille ouverte », ajoutant que « lorsque la confrontation [avec Israël] commence, la géographie n'a plus de sens, comme cela s'est produit lorsque nous avons affronté Daech ».

Mohie a assuré à Al-Mayadeen que « l'ennemi israélien ne peut pas nous imposer des règles qui nous empêchent de traverser les frontières pour le cibler ».

À cet égard, Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, dans son discours après la fin de la bataille de « l'Épée de Qods », tout en annonçant de nouvelles stratégies, a averti le régime sioniste que toute attaque contre les lieux saints de Qods occupée équivaudrait à une guerre régionale.

"La Résistance palestinienne n'a pas encore puisé dans son arsenal balistique stratégique. Le pire est devant Israël"

 

Les Kataeb Hezbollah ont également publié un communiqué approuvant la stratégie annoncée par le secrétaire général du Hezbollah libanais sur Qods et mettant en garde par rapport aux attaques contre les sanctuaires islamiques.

Le 26 juin, Nziv, un site israélien, s’est penché sur les pires cauchemars d’Israël : « Au cours de la récente guerre entre Israël et le Hamas, dans le cadre de l’opération Gardien des murailles, des fronts de combat supplémentaires sont apparus, de façon épisodique, comme le sud du Liban, d’où les milices palestiniennes ont tiré plusieurs roquettes Grad sur le territoire israélien, mais encore et de façon totalement inattendue, en Jordanie où un véhicule aérien sans pilote a pénétré Israël sans que le système de défense aérienne d'israélien puisse l’abattre. Il a fallu avoir recours aux F-16 afin que l’appareil puisse être détruit, près de la vallée des sources dans le nord-est d’Israël. Or, ce drone visiblement un Ababil-3 qui n’a été intercepté par nos radars, est de fabrication iranienne, et il aurait été lancé depuis l’Irak, visiblement depuis la ville de Kalmash – Al-Bar dans la province d’al-Anbar. Et, mine de rien, l’avion a parcouru une distance d’environ 700 km, à la fois en territoire irakien, en territoire syrien et en territoire jordanien, avant de traverser la frontière israélo-jordanienne et atteindre “Beit Shéan”. Cela veut dire que tout comme dans le cas du missile tiré depuis la Syrie le 21 avril, non seulement le ciel d’Israël, mais encore celui de la Jordanie est permissif que dans tout face-à-face futur, Israël ne saura se protéger face à quelques drones voir pire des nuées de drones ».

Après 4000 missiles et de roquettes tirés contre Israël, Netanyahu se souvient de l'Iran

Après 4000 missiles et roquettes tirés contre Israël, Netanyahu se souvient de l'Iran

Et le site d’ajouter : « Car ce 20 mai, on n’était pas au bout de nos surprises. L’infiltration de cet Ababil-3 “irakien” a succédé à un assaut électronique contre la DCA israélienne qui a été littéralement “hacké” et s’est mis à viser des drones amis. Il s’agissait d’un Skylark avion sans pilote Elbit, et l’incident inquiète au plus haut point les responsables israéliens, car il signifie qu’il y a eu une conjonction entre Ababil-3 et l’assaut électronique ou un essaimage des drones. Pour les opérations futures, un nombre important de drones amis et hostiles, et d’avions potentiellement habités, sont susceptibles de se déplacer au-dessus du champ de bataille à proximité relativement proche. Et si une première nuée de drones s’abattait sur Israël depuis l’Irak sans que nous nous en apercevions ? »

Méga coup

Méga coup

L’arrestation du haut commandant en chef des Hachd al-Chaabi à Al Anbar a-t-il eu un rapport avec le drone Ababil-3 qui a frappé le 20 mai Beit-Shéan en Israël ?

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/18/660356/Palestine-Irak-Qods-Gaza-R%C3%A9sistance-Isra%C3%ABl-Kataeb

Dans IRAK

LE HEZBOLLAH IRAKIEN : NOUS SOMMES ENTRES DANS L’EQUATION DE DISSUASION CONCERNANT AL-QODS ANNONCEE PAR SAYYED NASRALLAH

Par Le 17/06/2021

Le Hezbollah irakien : nous sommes entrés dans l’équation de dissuasion concernant al-Qods annoncée par Sayyed Nasrallah

 Depuis 12 heures  17 juin 2021

c6e88f7f-36ea-49b3-95bb-4c658c9fad3c

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Les Brigades du Hezbollah en Irak ont annoncé ce mercredi, que « l’entité sioniste a tenté au cours des dernières décennies d’imposer une équation de sécurité censée lui permettre de faire face à toute force qui menace son entité de l’intérieur ou de l’extérieur de la Palestine occupée « , soulignant que  » nous sommes entrés dans l’équation de dissuasion concernant al-Qods annoncée Son Eminence Sayyed Hassan. Nasrallah ».

Les Brigades du Hezbollah irakien, a déclaré dans son communiqué, « l’entité sioniste a agressé le peuple palestinien, profitant du soutien des États-Unis, de leurs alliés et des dirigeants traîtres », ajoutant qu' »elle a commis des crimes majeurs contre les peuples de la région, y compris l’Irak contre lequel elle a lancé plusieurs attaques et menace toujours d’en mener d’autres ».

Elle a idiqué que « la brutalité des sionistes ne se limitait pas aux Palestiniens innocents, mais s’étend au-delà pour toucher le reste de la région ».

Les Brigades irakiennes du Hezbollah ont révélé qu' »Israël » avait assassiné des dirigeants et des combattants qui luttaient combattre Daech », affirmant que « les Irakiens libres n’ont pas d’autres choix que de défendre leur peuple et leurs lieux , en particulier la mosquée Al-Aqsa . »

Elle a également souligné que « les peuples de la région sont devenus certains qu’ils ne seront pas en sécurité avec la présence de cet ennemi », soulignant que « les brigades du Hezbollah en Irak réitere leur loyauté à l’Alliance, en préservant les lieux saints et en ne vacillant pas dans leurs défence. »

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2094215

Dans IRAK

IRAK : 4 OFFICIERS AMERICAINS TUES AU CAMP « VICTORY »!

Par Le 15/06/2021

Spectaculaire opération à l'intérieur du QG de l'US Air Force en Irak après deux raids au drone le 10 et 13 juin

Tuesday, 15 June 2021 12:30 PM  [ Last Update: Tuesday, 15 June 2021 12:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les officiers US à l'intérieur du camp Victory/Military Bases

Depuis le jeudi 13 juin, date à laquelle un triplet de drones Ababil-3 s'est infiltré pour la première fois dans le QG de l'US Air Force, y menant une opération dont la nature reste pour l'heure inconnue,  un QG US, disons-le, retranché à l'intérieur de l'aéroport de Bagdad, avec ses huit méga sous-commandements ( Air Combat Command, Air Education and Training Command,  Air Force Global Strike Command, Air Force Materiel Command, Air Force Reserve Command, Air Force Space Command, Air Force Special Operations Command, Air Mobility Command ) et auquel le duo Bush-Powell avait donné leur temps  le nom ô combien décalé "Camp Victory", il y a visiblement quelque chose de radicalement changé. Le raid au drone du 10 juin a été en effet la cinquième attaque de la Résistance à avoir impliqué les "petits drones de fabrication iranienne" après celles du mois d'avril et de mai, ayant visé tour à tour la méga base aérienne de Harir ( Erbil), celle d'Aïn al Asad (Al Anbar) et la base de Balad, au nord de la capitale.

Irak: l'US Air Force enfin ratatinée...

Irak: l'US Air Force enfin ratatinée...

Camp Victory de Bagdad frappée, la 6ème attaque au drone depuis avril contre les bases aériennes US en Irak...

Déjà ces quatre premières frappes avaient visé de l'aveu de la presse atlantiste, CIA, puis siège des forces d'intervention rapide US, ou encore hangars de drones MQ-9 et de drones de reconnaissance, d'avions espions, ...faisant éclater en mille morceaux l'illusion d'une omnipotence informationnelle US/Israël en Irak. A travers ces drones irakiens qui le 13 juin en ont été à leur deuxième raid contre camp "Victory" en moins de trois jours la Résistance a procédé à une autre nouvelle tactique : le "réseautage" drone-roquette. De plus en plus, l'essaimage de drones irakiens s'attaquent en effet aux cibles US en se faisant précéder ou succéder par des roquettes, dans une recherche visible de complexification des "opérations aériennes asymétrique" puisque drone pilote roquette souvent. Et puis il y aurait un niveau plus avancé de "précision" car les "roquettes utilisées" sont décrites  comme étant des "engins intelligents", "ailés" et parfaitement "capables de flairer" leurs cibles.  A quelle catégorie appartiennent-elles ces roquettes? peut-être à la classe  Fajr-5 modèle C ou  F4CL, roquettes à tête dotée de censeur optique ou laser, auxquelles s'ajoutent de "petits ailerons" pour plus de "précision".

Irak : Redoutable

Irak : Redoutable

La Résistance irakienne remplace les roquettes par les drones. Pourquoi?

Est-ce ce type d'engin qui a été utilisé ce mardi 15 juin vers minuit vingt trois quand a eu lieu la première opération commando à l'intérieur même du camp Victory, dans la foulée de deux raids au drone ce 13 et 10 juin? Selon Sabreen News, chaîne proche de la Résistance, un convoi militaire US composé de deux blindés et deux 4.4 a été pris pour cible alors qu'il se dirigeait sur la route reliant le camp "Victory" à la base Martyr Mohammad Alaa. Il s'agit des sites à l'intérieur du camp. Le groupe "Fasil al-Mouqawama al-Dowalia " jusqu'ici inconnu, revendique l'attaque : " Le convoi de soutien et de logistique des forces américaines, composé de quatre véhicules, dont deux Land Cruiser blancs et deux véhicules militaires, a été pris pour cible sur la route reliant la base aérienne Victory et Martyr Mohammad Alaa. Lors de l'opération, de lourds dégâts ont été infligés au convoi et quatre soldats américains ont été tués"

Iran: quand la CIA panique...

Iran: quand la CIA panique...

Les États-Unis se sentent réellement menacés par les capacités en croissance des drones iraniens.

 

C'est une première depuis le mois d'avril, date à laquelle les attaques au drone contre les bases US en Irak ont fait saigner les Américains lesquels ont avalé les couleuvres, se contentant de masquer le blanc de leurs pertes. Rappelons qu'une attaque à l'intérieur de Victory demande un niveau de sophistication bien plus avancé qui dépasse des tirs de roquettes sporadiques d'il y a quelques semaines même si Patriot n'a pas pu non plus faire grande chose pour les contrer. Les groupes de la Résistance irakienne semblent avoir recours donc désormais à des méthodes plus sophistiquées et des opérations de qualité, utilisant des drones et des missiles de haute précision, attaques qui avancent par étape, et pénétrant les couches les plus profondes du bouclier militaire-renseignement US en Irak. L'opération de ce mardi ,inuit passé à la base Victory, par des "éléments" côtoyant les soldats US en est la meilleur preuve. Ce méga confirme que la Résistance est capable d'atteindre n'importe quel objectif et que c'est elle qui décide du quand et comment des coups à asséner. 

Irak: l'US Army va mal!

Irak: l'US Army va mal!

Un convoi transportant du matériel militaire pour les troupes américaines en Irak a été attaqué près de la ville de Nassiriya.

Mais il y a plus :  l'opération est intervenue un jour après que la Résistance irakienne aient fixé une récompense pour tous irakiens qui donneraient des informations sur les agissements des officiers de renseignement américains en Irak. La mesure s'est voulue une réponse à ce communiqué éhonté de l’ambassade-base US publié vendredi, où cette dernière, se croyant en "Far West", a promis une récompense de 3 millions de dollars à quiconque donnerait des renseignements sur "les éléments impliqués dans les attaques contre les sites militaires US". Visiblement son appel n'a pas été suivi au contraire de celui de la Résistance. Car ce mardi, l'US Army a subi deux coups, celui à l’intérieur du camp Victory avec ses quatre "officiers morts" et celui conduit quelques heures plus tard dans la région d'Al-Latifa au sud de Bagdad où un autre convoi logistique militaire américain avait été touché, selon Saberin News. Aucune information pour l'heure  sur la deuxième opération.

Irak : Mossad frappé, nouvelle révélation

Irak : Mossad frappé, nouvelle révélation

Incapable de répondre militairement aux groupes de Résistance irakiens, les États-Unis commettent un attentat au cœur de Bagdad.

La réaction US? Que dalle si ce n'est les verbiages de ce porte-parole du département d'Etat sur la chaîne Al Hadath où l'intéressé promet de "protéger les troupes US contre les missiles iraniens et ceux de ses alliés" sans souligner comment. Car au train où vont les événements, les attaques anti US "se professionnalisent" et deviennent de plu en plus "furtives" et de plus en plus " précises".  Il y a deux jours, le Hezbollah avait d'ailleurs prévenu qu'il surprendrait Washington si les États-Unis ne retirent pas leurs troupes d’Irak: « Nous devons nettoyer les institutions de sécurité afin que la conspiration de Daech ne se répète pas. Le but ultime de telles conspirations est de renverser le système politique en Irak...de rétablir le chaos. Que les Américains n'y pensent même pas "! 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/15/659089/Bagdad%C2%A0--un-convoi-logistique-US-cibl%C3%A9

Dans IRAK

PEPE ESCOBAR : LE FORUM DE SAINT PETERSBOURG TRACE LES CONTOURS DU SIECLE EURASIATIQUE

Par Le 11/06/2021

Le Forum de Saint-Pétersbourg trace les contours du siècle eurasiatique

Alors que les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE – toutes des plates-formes de projection de la puissance américaine – mettront en évidence l’insignifiance de l’Europe.

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 10 juin 2021

Asia Times 4 avril 2021

 0   0  0 

 

  1

Il est impossible de comprendre les détails de ce qui se passe sur le terrain en Russie et dans toute l’Eurasie, sur le plan commercial, sans suivre le Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Allons donc droit au but et proposons quelques exemples choisis de ce qui est discuté lors des principaux panels.

L’Extrême-Orient russe – Voici une discussion sur les stratégies – largement couronnées de succès – visant à stimuler les investissements productifs dans l’industrie et les infrastructures dans l’Extrême-Orient russe. L’industrie manufacturière en Russie a connu une croissance de 12,2% entre 2015 et 2020 ; en Extrême-Orient, elle a presque doublé, à 23,1%. Et de 2018 à 2020, l’investissement en capital fixe par habitant était 40% plus élevé que la moyenne nationale. Les prochaines étapes sont centrées sur l’amélioration des infrastructures, l’ouverture des marchés mondiaux aux entreprises russes et, surtout, la recherche des fonds nécessaires (Chine ? Corée du Sud ?) pour les technologies de pointe.

L’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) – Comme j’ai pu le constater moi-même lors des précédentes éditions du forum, il n’existe rien de comparable en Occident pour ce qui est de discuter sérieusement d’une organisation telle que l’OCS – qui a progressivement évolué de son objectif initial de sécurité vers un rôle politico-économique de grande envergure.

La Russie a présidé l’OCS en 2019-2020, lorsque la politique étrangère a pris un nouvel élan et que les conséquences socio-économiques du Covid-19 ont été sérieusement abordées. Désormais, l’accent devrait être mis sur la manière de rendre ces nations membres – en particulier les « stans » d’Asie centrale – plus attrayantes pour les investisseurs mondiaux. Parmi les panélistes figurent l’ancien secrétaire général de l’OCS, Rashid Alimov, et l’actuel secrétaire général, Vladimir Norov.

Partenariat eurasiatique – Cette discussion porte sur ce qui devrait être l’un des nœuds essentiels du siècle eurasiatique : le Corridor international de Transport Nord-Sud (INSTC). Un précédent historique important s’applique : la route commerciale de la Volga des VIIIe et IXe siècles qui reliait l’Europe occidentale à la Perse – et qui pourrait maintenant être prolongée, dans une variante de la Route de la Soie maritime, jusqu’aux ports de l’Inde. Cela soulève un certain nombre de questions, allant du développement du commerce et de la technologie à la mise en œuvre harmonieuse de plateformes numériques. Les panélistes sont originaires de Russie, d’Inde, d’Iran, du Kazakhstan et d’Azerbaïdjan.

Le partenariat de la Grande Eurasie – La Grande Eurasie est le concept russe global appliqué à la consolidation du siècle eurasiatique. Cette discussion est largement axée sur la Big Tech, notamment la numérisation complète, les systèmes de gestion automatisés et la croissance verte. La question est de savoir comment une transition technologique radicale pourrait servir les intérêts de la pan-Eurasie.

Et c’est là que l’Union économique eurasiatique (UEEA) dirigée par la Russie entre en jeu : comment la volonté de l’UEEA de créer un grand partenariat eurasiatique devrait-elle fonctionner dans la pratique ? Parmi les intervenants figurent le président du conseil d’administration de la Commission économique eurasiatique, Mikhail Myasnikovich, et une relique du passé d’Eltsine : Anatoliy Chubais, qui est désormais le représentant spécial de Poutine pour les « relations avec les organisations internationales en vue de réaliser les objectifs de développement durable ».

Il faut se débarrasser de tous ces billets verts

La table ronde la plus intéressante de la SPIEF était consacrée à la « nouvelle normalité » (ou anomalie) post-Covid-19 et à la manière dont l’économie sera remodelée. Une sous-section importante porte sur la manière dont la Russie peut éventuellement en tirer parti, en termes de croissance productive. Ce fut une occasion unique de voir la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, et le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, débattre sur la même table.

En fait, c’est Siluanov qui a fait tous les gros titres du SPIEF lorsqu’il a annoncé que la Russie allait abandonner totalement le dollar américain dans la structure du Fonds souverain national (NWF) – le fonds souverain russe de facto – et réduire la part de la livre sterling. Le NWF aura plus d’euros et de yuans, plus d’or, et la part du yen restera stable.

Ce processus de dédollarisation en cours a été plus que prévisible. En mai, pour la première fois, moins de 50% des exportations russes étaient libellées en dollars américains.

Siluanov a expliqué que les ventes d’environ 119 milliards de dollars d’actifs liquides passeront par la Banque centrale russe, et non par les marchés financiers. En pratique, il s’agira d’un simple transfert technique d’euros vers le NWF. Après tout, la Banque centrale se débarrasse régulièrement des dollars américains depuis des années maintenant.

Tôt ou tard, la Chine suivra. En parallèle, certaines nations d’Eurasie, de manière extrêmement discrète, se débarrassent également de ce qui est de facto la monnaie d’une économie basée sur la dette – à hauteur de dizaines de trillions de dollars, comme l’a expliqué en détail Michael Hudson. Sans compter que les transactions en dollars américains exposent des nations entières à une machine judiciaire d’extorsion extra-territoriale.

Sur le front très important de la Chine et de la Russie, qui a été abordé lors de toutes les discussions du SPIEF, le fait est que l’association du savoir-faire technique chinois et de l’énergie russe est plus que capable de consolider un marché pan-eurasien massif capable d’éclipser l’Occident. L’histoire nous apprend qu’en 1400, l’Inde et la Chine étaient responsables de la moitié du PIB mondial.

Alors que l’Occident se vautre dans un effondrement auto-induit de « Build Back Better », la caravane eurasiatique semble inarrêtable. Mais il y a aussi ces satanées sanctions américaines.

La session du Club de Discussion Valdai a approfondi l’hystérie : les sanctions servant un agenda politique menacent de vastes pans de l’infrastructure économique et financière mondiale. Nous en revenons donc une fois de plus au syndrome inéluctable du dollar américain militarisé – déployé contre l’Inde qui achète du pétrole iranien et du matériel militaire russe, ou contre les entreprises technologiques chinoises.

Les panélistes, dont le vice-ministre russe des Finances Vladimir Kolychev et le rapporteur spécial des Nations unies sur les « effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme », Alena Douhan, ont débattu de l’inévitable nouvelle escalade des sanctions anti-russes.

Un autre thème récurrent dans les débats du SPIEF est que, quoi qu’il arrive sur le front des sanctions, la Russie dispose déjà d’une alternative à SWIFT, tout comme la Chine. Les deux systèmes sont compatibles avec SWIFT au niveau logiciel, de sorte que d’autres nations pourraient également l’utiliser.

Pas moins de 30% du trafic de SWIFT concerne la Russie. Si cette « option » nucléaire devait un jour se concrétiser, les nations commerçant avec la Russie abandonneraient presque certainement SWIFT. En outre, la Russie, la Chine et l’Iran – le trio « menaçant » de l’hégémon – ont conclu des accords d’échange de devises, bilatéralement et avec d’autres nations.

Cette année, le SPIEF a eu lieu quelques jours seulement avant les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE – qui mettront en évidence l’insignifiance géopolitique de l’Europe, réduite au statut de plateforme de projection de la puissance américaine.

Et moins de deux semaines avant le sommet Poutine-Biden à Genève, le SPIEF a surtout rendu un service public à ceux qui y prêtent attention, en traçant certains des contours pratiques les plus importants du siècle eurasiatique.

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :St Petersburg Forum maps out Eurasian century, Asia Times, le 4 juin 2021.

Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Asia Times

Copyright © Pepe EscobarAsia Times, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-forum-de-saint-petersbourg-trace-les-contours-du-siecle-eurasiatique/5657322

Dans IRAK

IRAK : ATTAQUE AUX DRONES PIEGES CONTRE UNE BASE AMERICAINE DANS L’AEROPORT DE BAGDAD

Par Le 10/06/2021

Attaque aux drones piégés contre une base US dans l’aéroport de Bagdad

 Depuis 5 heures  10 juin 2021

Des soldats US en Irak

Des soldats US en Irak

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Trois drones piégés ont visé, mercredi soir 9 juin, des soldats américains stationnés dans l’aéroport de Bagdad, une heure après que cinq roquettes ont visé une base aérienne plus au nord où opèrent des sous-traitants américains, a indiqué un responsable de la sécurité.

C’est la quatrième fois en moins de deux mois que des engins volants chargés d’explosifs sont utilisés en Irak contre des intérêts américains sur le modèle des attaques menées par les forces de Sanaa contre des cibles militaires saoudiennes, selon l’AFP.

Ces attaques sont régulièrement attribuées par les US aux groupes de la résistance irakienne anti-US (Hachd al-Chaabi) qui réclament le retrait des forces étrangères de l’Irak.

Pour les experts, le recours à cette technique est le signe d’une escalade en Irak où les Américains ont déployé des batteries de défense aériennes qui interceptent souvent les roquettes, mais ne sont pas parvenues mercredi soir à intercepter un seul drone.

  

https://french.almanar.com.lb/2090904

Dans IRAK

DRONES "IRAKIENS" : LE PENTAGONE PANIQUE! L'US NAVY FRAPPEE DE DRONOPHOBIE?

Par Le 07/06/2021

La Résistance a-t-elle changé de "tactique" en Irak?

Monday, 07 June 2021 12:01 PM  [ Last Update: Monday, 07 June 2021 12:05 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Image satellite du déploiement des systèmes Patriot US déployés à Erbil en Irak.

Le plus inquiétant dans cette quatrième attaque au drone irakien ciblant l'une des bases aériennes les plus avancées des troupes US au Moyen Orient, à savoir Aîn al Asad, ne serait pas tant l'attaque en soi, même si celle-ci confirme désormais un tournant particulièrement dangereux pour le contingent US que le fait que l'US Army savait qu'elle allait être attaquée  : RT, citant une source "bien informée" irakienne, affirme que les forces US stationnées à Aïn al-Asad "avaient reçu quelques heures auparavant des informations bien sur l'imminence d'une frappe", ce qui en dit sur la "totale" incapacité des batteries de la DCA US à contrer les deux drones Loitering munition.

Drone

Drone

Au Moyen Orient, la "frappe préventive a changé de camp " depuis que les drones de la Résistance surgissent du néant pour frapper fort et précis.... 4ème essaim de drone frappe une base US en Irak

Par rapport au raid de drone du 8 mai, où la Résistance irakienne a ciblé cette même base, les Yankée jouissaient d'un avantage, celui de la présomption sans toutefois que cet avantage puisse change quoi que ce soit au rapport des forces qui va decrescendo en défaveur des Américains. " L'attaque au drone du six juin contre Ain al -Asad une deuxième en moins d'un mois avait quelque chose de bien similaire à celle du 8 janvier 2020, quand le CGRI a pris pour cible de ses 13 missiles tactiques Qiam Ain al Asad alors même que les troupes américaines s'y attendaient de pieds ferme, que toutes leurs unités de DCA, de radar s'y tenaient prêtes. Il semblerait que les forces pro Iran lancent là un vrai défi à la puissance militaire américaine, en l'avertissant avant de passer à l'acte,  affirme Hamdi Malik, chercheur à l'institut Washington.

"Depuis fin 2019, les alliés irakiennes de l'Iran ont mené plus de 300 attaques contre des intérêts américains. Au cours de la dernière année, une prolifération de groupes armés jusque-là inconnus est apparue, certains revendiquant la responsabilité d'attaques à la roquette contre des cibles américaines. Or cette revendication a disparu depuis peu, plus précisément depuis que le "drone" a fait irruption sur la scène de bataille. En effet, la précision accrue des frappes de drones cette année, marque une escalade par rapport aux attaques à la roquette Katioucha plus courantes voire aux roquettes Arash-4 que les responsables américains ont davantage considérées comme du harcèlement., affirme le chercheur qui ajoute : 

US Army frappée de dronophobia?

US Army frappée de dronophobia?

Les États-Unis craignaient que leurs bases sensibles et secrètes en Irak ne soient attaquées.

 

Ces attaques, lancées à partir de lanceurs mobiles, visaient l'ambassade des États-Unis dans la zone verte de Bagdad et des bases militaires où opèrent quelque 2. 500 forces américaines et des milliers d'entrepreneurs militaires américains mais ne cherchaient guère la précision. Le tournant dronesque a un message à livrer et ce message inquiète au plus haut point le Pentagone et la Maison Blanche. Au fait, les États-Unis sont aux prises avec une menace en évolution rapide après que des milices spécialisées dans l'exploitation d'armes plus sophistiquées, y compris des drones armés, aient touché certaines des cibles américaines les plus sensibles lors d'attaques qui ont échappé aux défenses américaines. 

Peu avant minuit le 14 avril, un drone a visé un hangar ultra secret de la CIA parmi tant de bâtiments et ce, à l'intérieur du complexe aéroportuaire de la ville d'Erbil. Pas de perte mais la précision et la complexité de l'attaque a pris de court la CIA et le Pentagone. 

Israël : la surprise d'Abou Kamal ?

Israël : la surprise d'Abou Kamal ?

Une semaine folle marquée par les manœuvres 

Les milices ciblent maintenant des sites, même des hangars d'avions spécifiques, où des drones MQ-9 Reaper armés ou MQ1-C Grey Eagle ou encore des avions de surveillance à turbopropulseurs exploités par des entrepreneurs. C'est le cas de l'attaque du 8 mai où une deuxième frappe au drone a ciblé la base d'Aïn al-Asad, attaque qu'a reconnue et commentée le colonel Wayne Marotto comme étant "non sanglante" mais "douloureuse". Trois jours plus tard, Harir à Erbil était attaquée avec un seul drone Loitering Munition qui a buté le très secret Joint Special Operations Command (JSOC). 

L’attaque, là encore planifié avec une ingéniosité inouïe, ne cherchait pas à faire saigner mais à "neutraliser". Elle a alarmé les responsables US  en raison de la nature secrète de l'installation et de la sophistication de la frappe. Aucune information n'a filtré sur les dégâts ou d'éventuels impacts causés par l'attaque du 6 juin mais à en juger la cadence puis la dynamique évolutive des attaques au drone, on peut être d'ors et déjà sûr que le Pentagone et la CIA se sont faits là encore pris au dépourvu. Que cherche le camps d'en face? perturber ou de paralyser la capacité de reconnaissance américaine essentielle à "surveiller les menaces en Irak", à maintenir sa présence de longue durée. Le ciel irakien tend ainsi à échapper au contrôle US, soit la forme la plus terrifiante de revers qui puisse exister pour un Etat dont l'armée de l'air a longtemps été un "absolu atout". 

Ansarallah : Qassef K2 frappe!

Ansarallah : Qassef K2 frappe!

Base aérienne de Khamis Mushait tremble sous le coup de Loitering Munition ...

« La tendance est d'autant plus perceptible que le drone est un moyen très efficace d'attaquer et que le modus operandi employé semble avoir été bien testé ailleurs, au Yémen par exemple. Depuis 2019, les Houthis n'ont cessé de mettre à l'épreuve la DCA US, entre autres pour en découvrir les failles et ces découvertes ont permis aux alliés irakiens de l'Iran de réduire sensiblement la taille de leurs essaims de drones, de faire économie de leurs moyens et de se focaliser essentiellement sur la précision du tir.

Mais il y a plus : Au contraire des attaques aux roquettes qui ont marqué le gros de l'action militaire anti-US depuis 2019, les raids au drone ne sont pas revendiqués. Il y a encore quelques semaines, on faisait face à une pléthore de groupes hostiles aux USA et au nom souvent inconnu qui ne tardaient pas revendiquer les attaques contre les convois logistiques, l'ambassade ou les bases US mais les drones s'abattent sur les positions US de façon anonymes. Cela aide à ce que l'Iran soit soupçonné comme en être le responsable, un responsable qui tente de faire comprendre aux USA qu'ils ont totalement perdu la possibilité de défouler leur colère sur la Résistance irakienne, et qui en plus ils ont affaire des "groupes ultra formés, ultra sophistiqués qui ont fait de la précision et de la furtivité leur deux mots d'ordre. C'est un tournant aussi dévastateur que la première attaque post-Seconde Guerre contre une base US au monde ( Aïn al-Asad, 8 janvier 2020) signée Iran. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/07/658434/Irak-nouvelle-tactique-de-la-Rersistance

Dans IRAK

IRAK : L'US ARMY VA MAL!

Par Le 04/06/2021

Irak: des pièces de DCA américaine pulvérisées dans une attaque

Friday, 04 June 2021 9:18 AM  [ Last Update: Friday, 04 June 2021 9:18 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi américain en Irak. (Photo d'archives)

Le jeudi 3 juin, un convoi transportant du matériel militaire pour les troupes américaines en Irak a été attaqué près de la ville de Nassiriya, dans la province de Dhi Qar.

Selon la chaîne Telegram Sabereen News, le convoi était composé de 17 conteneurs remplis de fournitures et d'équipements militaires destinés aux troupes américaines déployées sur la base aérienne d'Aïn al-Assad dans la province occidentale d'al-Anbar. il est à préciser que les camions de ce convoi ont été tous endommagés!

Sabereen News a indiqué que le convoi avait été visé par deux engins explosifs improvisés (EEI).

Lire aussi: Operation ultra complexe dont la CIA ne revient toujours pas en Irak

Quelques heures avant cette attaque, les forces de sécurité irakiennes avaient découvert cinq engins piégés sur les routes habituellement fréquentées par la coalition américaine à l'ouest de la ville de Nassiriya.

« Les engins piégés étaient tout à fait prêts à cibler les compagnies coopérant avec les forces de la coalition internationale dirigées par les États-Unis », a déclaré une source de sécurité irakienne au média Shafaq News.

Aïn al-Asad

Aïn al-Asad

Des "roquettes" qui ont bousillé le rêve "bidenien" 

Les groupes de Résistance irakiens mènent de temps à autre des attaques contre des convois d'approvisionnement, des troupes et des diplomates américains depuis plus d'un an maintenant.

Lire aussi: La Résistance détruit un convoi de missiles US à al-Anbar

Jeudi soir, un cylindre de gaz a explosé dans la ville de Kadhimiya, faisant 24 victimes. 

Trois Irakiens ont en effet perdu la vie et 21 autres blessés lors de l’explosion d’un cylindre de gaz, près d’un restaurant, à Kadhimiya.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/04/658225/Irak-Etats-Unis-troupes-americaines-convoi-attaque-explosion-

Dans IRAK

IRAK : LE JEU FATAL D’AUSTIN ?

Par Le 30/05/2021

Irak: le Pentagone osera frapper la Résistance?

Saturday, 29 May 2021 9:14 AM  [ Last Update: Sunday, 30 May 2021 5:52 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La base militaire américaine Aïn al-Asad, Irak. (Archives)

Que s’est-il passé ce 24 mai à Ain al-Asad, base militaire US à al-Anbar pour que LIyod Austin, chef du pentagone qui après 5 mois à la tête du Pentagone commence à comprendre peu à peu que cet Irak 2021 est bien différent que l’Irak de l’époque de Colin Powell, se mette à contacter les médias et à leur faire dire, comme toujours par des « experts anonymes interposés » que l’US Army cherchait à avoir le bilan sein de Biden pour « frapper la Résistance irakienne » ? Après tout, en janvier 2021 quand F-15 et drones américains se sont mis à frapper Abou Kamal-Qaem en réponse au tir de « roquette » visant Ain al-Asad, le gourou Austin n’avait pas à rendre public ses conversations, ses plans décidés de concert avec Biden. The Daily Caller qui a rapporté l’information le vendredi 28 mai nous en donne une très laconique indication quand il dit : « Lundi, 24 mai une frappe aux roquettes a visé les positions des troupes US à Ain al-Asad...

US Air Force ratatinée par l'Iran

US Air Force ratatinée par l'Iran

Comment les drones de la Résistance ont vaincu les F-35, les F-22, les F-18 comme le reconnait McKenzie

En allusion à la capacité polyvalente de cet avion au combat, à la reconnaissance, à la surveillance et à la guerre électronique, le commandant de l'unité aérienne sans pilote de l'armée dans l'ouest du pays a déclaré que le drone Mohajer-6 est utilisé pour assurer la sécurité aux frontières de l’ouest du pays.

Le colonel Marzbanpour a annoncé la capacité de ce drone à voler à toute heure du jour et de la nuit et dans toutes les conditions météorologiques, et a affirmé: « Cet avion sans pilote a été construit avec une portée opérationnelle de 1200 km et un plafond de vol de 18 000 pieds grâce aux efforts des experts iraniens. »

Les Mohajer-6, est également capable de transporter une charge utile de quatre missiles.

Une frappe qui demanderait une « riposte ». Une première révélation est que ce tir de « roquettes » que la chaîne de la Résistance irakienne, Sabereen News, a commenté comme étant « particulièrement violente », a du avoir provoqué des pertes. Sinon Austin n’ira jamais annoncer de façon si ostentatoire une opération anti Résistance irakienne à venir dans un Irak où aucune « heure » ne passe sans qu’il n’y ait une « action anti américaine » à signaler au QG des troupes US ». Evidemment à cela s’ajoute cette arrestation hollywoodienne  du commandante en chef des Hachd al-Chaabi pour la province stratégique d’al-Anbar, Ghassem Saleh, l’homme par qui viennent touts les déboires US à tenter de faire infiltrer les terroristes daechistes depuis la Syrie vers l’Irak par la voie terrestre.

Aïn al-Asad: le Patriot hacké?

Aïn al-Asad: le Patriot hacké?

Ce haut commandant alias « chasseur de Daech » a si royalement démantelé les réseaux de trafic des agents takfiristes US détenus dans la prison d’al-Hol à Hassaké que la reprise de ce trafic ou une tentative de reprise de ce trafic a forcé le chef de CentCom McKenzie à venir en personne en Syrie et en Irak juste avant que cette attaque au missile contre Ain al-Asad n’ait lieu. Le commandant  Saleh se trouverait pour l’heure à l’abri puisque les Américains n’ont pas eu osé aller jusqu’au bout après que des bataillons entières des Hachd al-Chaabi ont débarqué dans la zone verte avant d’encercler les sites américains.

 

Le 24 mai, Sabereen News avait évoqué en effet une attaque « en bonne et due forme » de la Résistance, ayant impliqué des « roquettes nouvelles», engins qui « auraient frappé des positions sensibles de l’US Army à l’ouest de l’Irak » soit à al-Anbar. Des brides d’information ont permis de conclure qu’il s’agissait effectivement des « roquettes de 240 mm » bien plus dévastatrices que les engins de 122 mm, Arash-4 que la Résistance irakienne utilisait jusqu’ici contre l’occupation. Ce regain d’intensité d’attaque a fait suite à une annonce publique de la Résistance irakienne, tombée juste après la capitulation d’Israël face à Gaza comme quoi les « attaques anti US » gagneront en ampleur.

Lire aussi : Des missiles "intelligents" de la Résistance irakienne de type "tir et oubli" s'abattent sur la base ultra protégée d'Aïn al-Asad

Au fait Falaq-1 utilisé pour la première fois en deux ans contre Ain al-Asad a une portée de 10 km et une ogive de 50 kg. Et si le Pentagone contient du fait que ces roquettes embarquables à bord des 4/4 pourraient se faire parler d’elles de plus en plus, et bien, le compte y est et Austin a toutes les raisons du monde de vouloir convaincre Biden de la nécessité d’une frappe anti Résistance irakienne d’ici peu. Sauf que le Falaq-1 de l’histoire semble avoir agi en synergie avec les drones irakiens pour pouvoir pénétrer la base la mieux protégée de l’US Army à al-Anbar !

Guerre USA/Iran: la surprise

Guerre USA/Iran: la surprise

Le 20 mai, Israël a annoncé avoir reçu en plein Beit Shean un drone de fabrication iranienne de type « Ababil-3 » qui auraient fait un trajet de 700 kilomètres depuis l’ouest de l’Irak (al-Anbar) avant de pénétrer Israël via le ciel syrien puis jordanien. Et bien pour le chasser, l’entité sioniste totalement débordée par les vagues de missiles de Gaza avait fait voler un F-16. Eh bien si la Résistance irakienne se mettait désormais à escorter ses « roquettes de 243 mm » par des drones, comment ferait-il Austin pour expliquer les pertes aux Américains ?

Irak: la base US à Erbil frappée!

Irak: la base US à Erbil frappée!

Décidément, les "rats" américains ne sont en sécurité pas même au Kurdistan irakien !

Mais le problème c’est que les USA refusent de reconnaître qu’ils sont en guerre ouverte avec toute la Résistance. La guerre multifront dont un avant goût a été infligé à Israël et à ses alliés US-OTAN via Gaza, l’Irak est prompte à en devenir le champ favorite. Une chose est sûre : les frappes potentielles contre Abou Kamal-Qaem ne passerait plus comme toujours et risque de réserver de grosses surprises au camp d’en face. Ce serait « Gaza 10-21 mai bis ». Ce samedi matin, les médias iraniens ont rapporté que les drones avaient été livrés à l'unité aérienne sans pilote de l'armée dans l'ouest du pays, après avoir parcouru avec succès une distance de 480 km.

Lire aussi : Labayk-1/drones : la Résistance irakienne complexifie ses attaques anti-Us

En allusion à la capacité polyvalente de cet avion au combat, à la reconnaissance, à la surveillance et à la guerre électronique, le commandant de l'unité aérienne sans pilote de l'armée dans l'ouest du pays a déclaré que le drone Mohajer-6 est utilisé pour assurer la sécurité aux frontières de l’ouest du pays.

Base US à Erbil: le coup Russie-Hachd

Base US à Erbil: le coup Russie-Hachd

S-300 en Irak ou comment Russie-Résistance bloquera le projet d’une méga base US à Erbil à quelques kilomètres de la base russe à Qamishli

Le colonel Marzbanpour a annoncé la capacité de ce drone à voler à toute heure du jour et de la nuit et dans toutes les conditions météorologiques, et a affirmé: « Cet avion sans pilote a été construit avec une portée opérationnelle de 1200 km et un plafond de vol de 18000 pieds grâce aux efforts des experts iraniens.

Les Mohajer-6, est également capable de transporter une charge utile de quatre missiles, genre bombes intelligentes Qaem, de différents capteurs électro-optiques et de différentes ogives, peut localiser, intercepter et détruire toute cible. On dit que Mohajer-6 est le premier drone de la famille Mohajer qui est armé d'un système d'arme guidée et est plus gros que les autres types de la famille Mohajer. Eh bien ce sont ce genre de drones qui viennent de s’installer tout près des frontières irakiennes. Mais ce samedi, on a aussi parlé de Bassir, projectile explosif de 155 mm tiré par l'artillerie et guidé par laser, conçu pour détruire les chars ennemis, les véhicules et autres cibles mobiles ou immobiles avec une grande précision. Cette arme a une fonction similaire au Kransnopol russe ou au Copperhead américain M712. On ne sait pas si la Résistance irakienne en possède déjà et qu’elle compte en faire un usage utile lors de ses attaques contre les convois US. Tout ce qu’on sait c’est qu’i s’agit d’un engin qui agit en synchronie totale avec les drones. 

Irak: l'US Air Force ratatinée !

Irak: l'US Air Force ratatinée !

Des drones Mohajer-6 frappent partout à Mossoul, à Erbil ... 

Le 24 mai, il se pourrait donc que les roquettes aient bénéficié d’un coup de main de drones irakiens avant de s’abattre sur les positions US. C’est subtile et bien plus mortel que quand drone ou roquette agit seul. Austin l’aurait sans doute dit à Biden.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/29/657732/-Iran-Drone-Artillerie-%C3%A0-guidage-Mohajer-6-Basir-

Dans IRAK

IRAK : LE MEGA COUP DE BLUFF AMERICAIN?

Par Le 28/05/2021

Le Pentagone veut le feu vert US pour frapper la Résistance...

Friday, 28 May 2021 6:22 PM  [ Last Update: Friday, 28 May 2021 6:23 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les forces américaines en Irak. ©AFP/Archives

Gaza a mis au pas en 11 jours l'armée de l'air sioniste qui jouissait entre autres de l'appui aérien US/OTAN en Méditerranée. L'équation Armée de l'air VS Missile n'a pu être brisée par Israël. Les USA pourront le faire en Irak ? Le chef du CentCom est convaincu que non, mais l'Amérique ne peut se rendre à l'évidence…

Deux sources bien informées ont déclaré à un média américain que le Pentagone cherchait à obtenir l'autorisation du président américain Joe Biden pour attaquer les positions des groupes de résistance en Irak.

Une source, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a déclaré au Daily Caller que l'administration Biden envisageait d’examiner ses options pour répondre aux récentes attaques à la roquette contre les Américains en Irak.

Ce lundi, des sources d'information irakiennes ont fait part des attaques à la roquette contre la base d'Aïn al-Asad, la plus grande base militaire américaine à l'ouest de l'Irak.

« Plus de cinq roquettes de 122 mm ont atteint des positions critiques à l'intérieur de la base », a rapporté la chaîne Telegram Sabereen News. Les rapports ont indiqué que la DCA américaine n'a pas réussi à intercepter les roquettes.

Irak: Aïn al-Asad frappée!

Irak: Aïn al-Asad frappée!

Les voies d’approvisionnement logistiques de Daech sont coupées à Kirkouk.

En outre, la chaîne Telegram Sabereen News a rapporté hier qu'un convoi logistique militaire américain avait été pris pour cible dans la ville d'al-Samawah, dans le sud de l'Irak.

Lire aussi : Après des drones d'enfer, la Résistance irakienne dévoile sa "DCA"

Washington et Bagdad ont annoncé dans une déclaration conjointe le 7 avril 2021, être parvenus à un accord bilatéral en vertu duquel la présence des forces de la coalition américaine en Irak se transformerait en un rôle consultatif et d’entraînement.

Lire aussi : Ciel irakien libéré : 1er essaim de drones frappent la plus grande base aérienne US à Erbil

Pourtant, en janvier 2020, deux jours après l’assassinat ciblé des commandants en chef de la Résistance par un drone américain, le Parlement irakien a approuvé une loi exigeant l’expulsion des troupes étrangères, dont les Américains du pays.

Irak: l'US Army doublement frappée

Irak: l'US Army doublement frappée

Les attaques se poursuivant contre les convois US en Irak, Bagdad annonce la décision de mettre fin à la présence des forces étrangères dans le pays.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/28/657711/Pentagone-autorisation-Biden-frapper-R%C3%A9sistance

Dans IRAK

MEGA COUP "IRAKIEN" CONTRE "ISRAËL"?

Par Le 28/05/2021

La première frappe au drone "irakienne" contre Israël a eu lieu le 20 mai..

Thursday, 27 May 2021 12:59 PM  [ Last Update: Thursday, 27 May 2021 4:55 PM ]

 30 

Le drone irakien qui a frappé Israël le 20 mai a emprunté un pareil trajet.

Le commandant en chef des opérations anti-Daech des Hachd al-Chaabi à al-Anbar, arrêté et transporté par les Américains à une base inconnue avant d’être libéré sous pression des centaines de combattants de la Résistance ayant encerclé dans la nuit de mercredi 26 à jeudi 27 mai la Zone verte, est-ce normal ? Les médias irakiens ont rapporté hier mercredi que « Qassem Mosleh », le célèbre commandant des Hachd al-Chaabi dans la province irakienne d’al-Anbar, avait été libéré après plusieurs heures d’arrestation controversée, mot que ce jeudi 27 mai les sources pro-PM Kazémi évitent même de prononcer.

Iran: Bombe

Iran : Bombe

"Network Centric Warfare" ou comment Gaza-Syrie-Hezbollah-Hachd ont synchronisé 1ère offensive balistique multifront contre Israël ?

Pourtant, le haut commandant, surnommé « ennemi numéro un » de Daech à al-Anbar et qui compte à son actif, trois ans et deux mois de détention dans une prison britannique dans la province de Bassora entre 2003 et 2011 pour sa lutte anti-occupation puis une opposition ferme au passage illégal des convois américains depuis l’Irak vers la Syrie via les frontières frontières d’al-Anbar, ce qui a poussé depuis longtemps les Yankée d’emprunter le point de passage d’al Waleed au Kurdistan irakien a eu effectivement lieu dans un cadre totalement hollywoodien à en croire la chaîne telegram Saberin News a écrit à ce propos que Qassem Mosleh a été appréhendé lors d’une opération héliportée de l’armée américaine avec la complicité du chef adjoint du renseignement du ministère irakien de l’Intérieur, Ahmad Abou Raghif. Plus d’un analyste diraient que c’est là une tentative US destinée à déverrouiller les frontières de la vaste province d’al-Anbar pour les terroristes daechistes dont une nouvelle cohorte a été libéréé de la prison d’al-Hol les 20 et 21, mais quand McKenzie se trouvait en visite clandestine à Hassakeh.

Iran: aveu d'impuissance du CentCom

Iran : aveu d’impuissance du CentCom

Le chef du CentCom, McKenzie a averti que l’utilisation par l’Iran de drones de petite et moyenne taille pour la surveillance et les attaques, signifie que « l’armée américaine opère sans supériorité aérienne totale ».

À vrai dire, depuis que les convois US sont visés à raison de 2 à 6 par jour et que les Yankee, outre d’avoir à craindre les roquettes 122 mm, les fameux Arash-4, ont aussi peur des drones, le trafic terroriste à bord de blindés revient fort périlleux pour l’US Army. Surtout que le 22 mai, alors que le monde entier avait encore les yeux rivés sur Gaza et sa royale performance balistique face à Israël, la Résistance irakienne a fait entrer en scène un nouvel engin, et en a tiré six coups contre Ain al-Asad ? Les médias atlantistes se sont tus comme toujours, cette fois un peu plus que d’habitude pour cause évidement de ce séisme géopolitique que constitue la reddition militaire d’Israël sous les frappes balistiques de Gaza, mais les sources proches de la Résistance irakienne, elles, ont évoqué la roquette « Falaq 1 ».

Irak: des SCALP-EG

Irak : des SCALP-EG

La Résistance sort-elle son arme suprême ?

Le Falaq-1 a une portée maximale de 10 km. Il pèse 111 kg et porte une ogive explosive de 50 kg. Puis le propulseur utilisé est du type solide à double base et la roquette qui n’est à vrai dire qu’un tout petit joli missile est montée sur un véhicule tout-terrain léger de 4 × 4 jeep qui a six roquettes en position prête au lancement dans un lanceur de type châssis à l’arrière. C’est donc une étape supérieure de combat de la Résistance irakienne pour chasser l’occupant comme elle l’a promise.

Est-ce la raison pour laquelle Qassem Mosleh a été capturé, et emmené à bord des hélicoptères américains à Bagdad alors qu’il se rendait à Karbala avant que les USA finissent par le libérer par crainte « d’être pilonnés, non seulement dans la zone verte, mais à travers toutes ses bases aériennes en Irak à coup de drone de roquette et de missiles » ? Visiblement pas : L’affaire semble avoir un certain lien avec l’actualité israélienne.

Le 20 mai, alors même que le MAE allemand s’était rendu en catastrophe en Israël se recueillir au chevet d’un Netanyahu en totale panique, ce dernier a dit devant les journalistes : « L’Iran a envoyé un drone armé en Israël depuis l’Irak ou la Syrie... Les forces iraniennes ont lancé le drone armé, que nos forces ont intercepté à la frontière entre Israël et la Jordanie. »

Irak: 24 Arash-4 font fuir les USA!

Irak : 24 Arash-4 font fuir les USA !

Les USA « louent » la Jordanie avant de prendre la poudre d'escampette

L’auditoire a cru comprendre que l’intéressé faisait allusion à la Résistance irakienne. Ce 26 juin, Nziv, un site israélien, revient sur ce « terrifiant » épisode, que s’il se confirme, concrétiserait les pires cauchemars d’Israël : 

  « Au cours de la récente guerre entre Israël et le Hamas, dans le cadre de l’opération Gardien des murailles, des fronts de combat supplémentaires sont apparus, de façon épisodique, comme le sud du Liban, d’où les milices palestiniennes ont tiré plusieurs roquettes Grad sur le territoire israélien, mais encore et de façon totalement inattendue, en Jordanie où un véhicule aérien sans pilote a pénétré Israël sans que le système de défense aérienne israélien puisse l’abattre. Il a fallu le recours des F-16 pour que l’appareil puisse être détruit, près de la vallée des sources dans le nord-est d’Israël. Or, ce drone visiblement un Ababil-3 qui n’a été intercepté par nos radars, est de fabrication iranienne, et il aurait été lancé depuis l’Irak, visiblement depuis zone de la ville de Kalmash – Al-Bar dans la province d’al-Anbar. Et, mine de rien, l’avion a parcouru une distance d’environ 700 km, à la fois en territoire irakien, en territoire syrien et en territoire jordanien, avant de traverser la frontière israélo-jordanienne et atteindre “Beit Shéan”. Cela veut dire que tout comme dans le cas du missile tiré depuis la Syrie le 21 avril, non seulement le ciel d’Israël, mais encore celui de la Jordanie est permissif que dans tout face-à-face futur, Israël ne saura se protéger face aux drones ou encore pire des nuées de drones ».

Après 4000 missiles et de roquettes tirés contre Israël, Netanyahu se souvient de l'Iran

Après 4000 missiles et de roquettes tirés contre Israël, Netanyahu se souvient de l’Iran

et le site d’ajouter : « Car ce 20 mai, on n’en était pas au bout de nos surprises. L’infiltration de cet Ababil-3 “irakien” a succédé à un assaut électronique contre la DCA israélienne qui a été littéralement “hacké” et s’est mis à viser des drones amis. il s’agissait d’un Skylark avion sans pilote Elbit, et l’incident inquiète au plus haut point les responsables israéliens, car il signifie qu’il y a eu une conjonction entre Ababil-3 et l’assaut électronique ou un essaimage des drones. Pour les opérations futures, un nombre important de drones amis et hostiles, et d’avions potentiellement habités, sont susceptibles de se déplacer au-dessus du champ de bataille à proximité relativement proche. Et si une première nuée de drones s’était abattue sur Israël depuis l’Irak sans que nous nous en percevions? »

Dôme de fer ratatiné, comment ?

Dôme de fer ratatiné, comment ?

Après avoir subi quelques 4000 missiles et roquette en 11 jours, le Dôme de fer a été désigné le responsable de la faillite de la machine de guerre sioniste au terme de cette intifada balistique.

Ce jeudi 27 mai, un énième convoi logistique US a été pris pour cible de la Résistance irakienne. Mais l’arrestation du commandant en chef des Hachd, membre à part entière des forces armées irakiennes qui ont signé avec l’US Army des accords, semble plutôt répondre à cette « tuante » crainte israélienne. En effet cette bataille que l’armée de l’air US/Israël/OTAN a royalement perdue face à la puissance de feu balistique surprise de Gaza, les Américains et à commencer par la personne de commandant en chef du CentCom l’on a commencé pour contrer avant tout ces « foutus nuées de drones ». Le 20 mai à « Beit Shéan », près de la Jordanie, ils ont compris qu’ils avaient encore perdu... tout comme au Yémen face à Ansarallah. Avec cette exception près qu’en 11 jours de batailles, Irakiens, Libanais, Syriens et Iraniens ont bien découvert des failles qui leur permettraient de plus remporter la prochaine manche. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/27/657588/Al-Kaz%C3%A9mi-plie-l-%C3%A9chine-devant-les-Hachd-

Dans IRAK

IRAK : LA BASE US D'AÏN AL-ASAD FRAPPEE

Par Le 24/05/2021

Une salve de cinq roquettes de précision vise la base US, le message?

Monday, 24 May 2021 6:01 PM  [ Last Update: Monday, 24 May 2021 6:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une salve de cinq roquettes de précision vise la base US à Bagdad

A peine 24 heures après la quintuple attaque à la bombe visant cinq convois logistiques de l'armée US, Aïn al-Asad a été frappée. L'attaque aux roquettes de 122 mm, Arash aurait été particulièrement lourde, selon les sources locales qui évoquent des "morts et des blessés ".

Quelques heures auparavant, les agences d'information avaient fait état d'un raid au drone visant un convoi des Hachd à  Abou kamal non loin des frontières syriennes où la Résistance irakienne tient le gros de ses positions. Des informations ont suivi ce lundi sur un nouveau raid de drone visant la encore des positions de la Résistance irakienne alors même que l'axe US/Israël s'avoue désormais totalement désarmé face aux "petits drones" qui visent les troupes US en Irak auxquels a fait allusion McKenzie le chef du CentCom en visite clandestine ce vendredi en Syrie et en Irak. 

La frappe est-elle une riposte aux tentatives d'attaque au drone US à Abou Kamal? Selon les observateurs, ce regain d'attaque aux roquettes "intelligentes " semble d'inscrire dans un cadre bien plus large que celui d'une simple réponse du tac au tac. Le 18 mai et alors même que l'entité sioniste se trouvait sous les vagues croissantes des missiles palestiniens, un drone visiblement irakien s'est abattu sur Beit Shean une colonie sioniste située non loin des frontières jordaniennes. Totalement pris de court, le Dôme de fer ne l'a pas intercepté et l'armée de l'air israélienne a été forcée de faire voler un F-16 pour pouvoir le détruire. Dans son discours d'avant- capitulation le 19 mai, Netanyahu y a fait allusion. 

La salve de cinq roquettes Arash-3 qui s'est abattue ce lundi sur Aïn al-Asad fait écho à un communiqué des groupes de la Résistance particulièrement significatif publié ce dimanche où ils promettent une intensification des attaques anti-US.

Irak: l'US Army doublement frappée

Irak: l'US Army doublement frappée

Les attaques se poursuivant contre les convois US en Irak, Bagdad annonce la décision de mettre fin à la présence des forces étrangères dans le pays.

L'accalmie sur le front de guerre anti-Israël équivaut à un regain de tensions anti-US en Irak. Décidément l'axe de la Résistance semble suivre une stratégie de balançoire consistant à alterner la pression sur plusieurs fronts à l'effet de mettre totalement au pas la seule composante des forces armées d'en face à pouvoir peser encore de son poids. En toute logique donc la salve de 5 roquettes contre Aïn al Asad qui a frappé fort là où il faut ne serait qu' un prélude aux coups à venir.

Israël défait : le Hezbollah commente

Israël défait : le Hezbollah commente

Le Hezbollah a félicité le peuple palestinien pour son historique victoire contre l’ennemi sioniste.

Source des photos : South Front 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/24/657347/Irak-coup-dur-des-Hachd-a-Daech-a-Kirkouk-

Dans IRAK

LE HEZBOLLAH IRAKIEN EN ROUTE POUR GAZA?

Par Le 20/05/2021

La Résistance irakienne se mobilise pour se battre aux côtés du Hamas et du Jihad islamique

Thursday, 20 May 2021 3:41 AM  [ Last Update: Thursday, 20 May 2021 3:41 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Hezbollah d'Irak en route pour Gaza?(illustration)

En signe de solidarité avec les Palestiniens, victimes des crimes barbares du régime sioniste, la Résistance irakienne a montré les dents aux occupants américains qui ne cessent de soutenir les criminels sionistes qui mettent à feu et à sang des milliers d’innocents en Palestine. A cet effet, le porte-parole militaire des brigades du Hezbollah irakien a déclaré que « l’Irak souligne depuis des décennies que la Palestine est une question centrale et l’un des objectifs de l’établissement de bases américaines en Irak est d’empêcher la Résistance irakienne de défendre la Palestine et ses idéaux ».

Dans ce droit fil, deux convois logistiques américains ont été visés, ce mercredi 19 mai, par des bombes déposées en bordure de route dans les provinces irakiennes de Dhi Qar et Diwaniyah.

Les deux attaques ont eu lieu en moins d'une heure. De telles attaques ciblent les convois logistiques américains avec des bombes en bordure de route, causant des dégâts importants.

Irak : triple attaque anti-US

Irak : triple attaque anti-US

Trois convois logistiques appartenant aux forces américaines ont été pris pour cible dans différentes régions 

Les convois traversant le sud de l'Irak entrent souvent au Koweït depuis le nord de l'Irak et se dirigent vers les bases de Balad, d’Aïn al-Asad et d’al-Harir (au Kurdistan irakien).

Le porte-parole militaire du Hezbollah irakien Jafar al-Husseini a déclaré dans un discours que les brigades du Hezbollah n'accepteraient pas la défaite de la Palestine et que l’étape d’une confrontation directe entre la Résistance irakienne et le régime sioniste est proche.

En allusion aux récents développements en Palestine, Jafar al-Husseini a déclaré aux journalistes d’Al-Mayadeen : « Toutes les nations sont fières de ce qui se passe à Gaza, et les récents événements en Palestine sont une véritable épopée, dont le signe le plus important est la dissuasion du régime occupant sioniste dans tous les domaines. »

Gaza: Israël pris de court

Gaza: Israël pris de court

 

« L’Irak insiste depuis des décennies sur le fait que la Palestine est une question centrale et l’un des objectifs de l’établissement de bases américaines en Irak est d’empêcher la Résistance irakienne de défendre la Palestine et ses idéaux », a-t-il poursuivi.

Al-Husseini a ajouté que de l’avis de la Résistance irakienne, « le stade de la confrontation directe avec Israël s’approche et que sa participation à la libération de la Palestine est une question définitive ».

Le porte-parole militaire du Hezbollah en Irak a également déclaré : « La Résistance palestinienne a une approche héroïque et nous la soutenons également. Nous n’abandonnerons jamais le peuple palestinien. »

« Nous faisons un pacte selon lequel nous n'abandonnerons jamais la Palestine, son peuple et ses lieux sacrés, et nous ne pouvons accepter que le peuple palestinien échoue », a ponctué le porte-parole du Hezbollah irakien.

Les drones irakiens contre Israël?

Les drones irakiens contre Israël?

La Résistance est prête à se lancer dans une lutte d’envergure contre Israël.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/19/656993/Irak-Isra%C3%ABl-Palestine-R%C3%A9sistance-Gaza

Dans IRAK

COMMENT L'IRAK COMPTE CONTOURNER LES USA ?

Par Le 16/05/2021

Comment l’Irak compte contourner les USA ?

Sunday, 16 May 2021 6:21 PM  [ Last Update: Sunday, 16 May 2021 6:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les batteries de missiles S-400. ©Sputnik

La Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien a fait état de la décision de Bagdad pour acheter des systèmes avancés de défense aérienne dans un proche avenir. Cette décision intervient alors que Washington est resté le principal obstacle à l’achat de systèmes russes de défense aérienne.

Nayef al-Shammari, vice-président de la Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien, a annoncé l’intention du gouvernement de signer un contrat d’achat de systèmes de défense dans les mois à venir.

« Dans le budget 2021, des fonds ont été consacrés à l’achat d’équipements militaires de pointe afin de moderniser les forces armées », a-t-il déclaré.

À cet égard, les membres de Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien ont rencontré le ministre de la Défense et les Commandants de la défense aérienne.

Al-Shammari a ajouté que le gouvernement irakien signerait des contrats avec des entreprises importantes dans les mois à venir dans le but d’équiper le pays d’un système de défense avancé.

Irak: le Patriot sauvera Israël?

Irak: le Patriot sauvera Israël?

Le déploiement de Patriot en Irak a pour but de protéger Israël

« Ces contrats seront monopolisés par le ministère irakien de la Défense et la Commission parlementaire de sécurité et de défense qui supervisera tous les contrats ».

Abdul Khaliq al-Azzawi, membre de la Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien, avait précédemment déclaré que l’achat d’un système de défense aérienne avancé comptait parmi des priorités de la sécurité nationale irakienne en 2021.

Irak : la Russie réarme la Résistance?

Irak : la Russie réarme la Résistance?

Le commandant en chef des Hachd al-Chaabi rencontre le vice-ministre russe de la Défense sur fond de la possibilité de l’ouverture d’un bureau de représentation du Hezbollah à Moscou.

« L’Irak a un besoin vif d’acheter des systèmes de défense aérienne pour empêcher les violations de sa souveraineté et toute éventuelle agression », a-t-il déclaré sans manquer de préciser que « de nos jours, les avions de chasse et les drones sont dotés de hautes capacités de combat et les systèmes actuels de défense aérienne de l’Irak ne sont pas à la hauteur de tels défis. Par conséquent, l’achat de systèmes de défense avancés à la Russie ou à tout autre pays est une priorité de la sécurité nationale de l’Irak ».

Le projet de l’achat de nouveaux systèmes de défense aérienne est devenu plus urgent lorsque les positions de Hachd al-Chaabi sont attaquées dans différentes parties du pays.

USA : la Défense russe sanctionnée!

USA : la Défense russe sanctionnée!

De nouvelles sanctions américaines pourraient viser le ministère russe de la Défense et une société liée au Kremlin.

Sous l’ancien Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, M. Karim Alivi, membre de la Commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien, avait annoncé qu’à la suite de la décision de Bagdad d’acheter les S-400 à la Russie, l’ambassade des États-Unis avait exercé ses pressions sur Bagdad pour qu’il y renonce. Il a également déclaré que ces pressions avaient pour but de rendre le pays entièrement dépendant des États-Unis en matière d’armements.

À cet égard, Mohammad al-Baldawi, vice-président de la Commission parlementaire de planification stratégique, affirme que Washington pense que si l’Irak se dote de systèmes de défense antimissile, cette mesure se fera au détriment des États-Unis et du régime sioniste, parce que la vente de ces systèmes aux pays du Moyen-Orient et leur déploiement en Irak conduiront à la fin de la supériorité aérienne américaine et israélienne.

La méga-percée

La méga-percée

L’Irak renonce à un contrat avec la Turquie au profit du russe Gazprom.

Le député irakien Mohammad Al-Baldawi insiste ensuite sur des questions économiques en soulignant que l’économie des États-Unis dépend fortement des revenus de vente d’armes. C’est pourquoi toute tentative de l’Irak ou de tout autre pays d’acheter des systèmes de défense aérienne russes susciterait des sanctions économiques américaines.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/16/652823/Irak-r%C3%A9arme-ses-syst%C3%A8mes-de-d%C3%A9fense-a%C3%A9rienne%C2%A0

Dans IRAK

IRAK : LES "CONTRACTORS" US FUIENT!

Par Le 11/05/2021

Le personnel de l'entreprise sécuritaire américaine "Sallyport" quitte la base de Balad

Monday, 10 May 2021 6:49 PM  [ Last Update: Tuesday, 11 May 2021 6:04 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le personnel de l'entreprise sécuritaire américaine envisagent de quitter la base de Balad en Irak. (Photo à titre d'illustration)

Des attaques aux roquettes consécutives contre la base américaine de Balad dans la province de Salah ad-Din au nord de Bagdad ont conduit l’entreprise américaine chargée de la sécurité et de la maintenance d’avions irakiens à quitter cette base.

Selon l’agence de presse IRNA, la base aérienne de Balad qui jadis abritait des forces américaines a été plus d’une fois ces dernières semaines la cible d’attaques menées par des groupes anti-occupation irakiens.

L’entreprise américaine de sous-traitance Sallyport, spécialisée en sécurité et responsable d’assurer celle d’avions de chasse dans la base aérienne de Balad en Irak est présente dans ce pays dans le cadre d’un contrat signé avec le ministère irakien de la Défense en vue de fournir les services de sécurité, de logistique et de maintenance aux F-16 irakiens avec 80 employés dont un nombre ont été blessés lors d’attaques aux roquettes sur la base de Balad.

Lire aussi :

Clash l'US Air Force/drones irakiens

Citant des sources gouvernementales, des agences de presse irakiennes rapportent maintenant que des employés de Sallyport ont décidé de quitter la base de Balad.

« Aucun employé de Sallyport n’a encore quitté l’Irak, mais ils ont informé des responsables militaires du pays de leur décision, après l’attaque aux roquettes de la semaine dernière sur la base de Balad qui a causé des dégâts au dortoir du personnel étranger », a déclaré un responsable du ministère de la Défense irakien au site d’information Alaraby.

Qassim al-Araji, conseiller à la sécurité nationale de l’Irak, a fait part quant à lui d’un plan global visant à remplir le vide sécuritaire et de protéger la base de Balad, a ajouté le responsable.

Mercredi 28 avril, une troisième frappe a visé les troupes américaines stationnées sur la base aérienne de Balad, dans le nord de la capitale.

Les 13 et 14 avril, deux autres nuées de trois drones-missiles de croisière irakiens très probablement de type Ababil-2 avaient déjà royalement percé les radars AGT des Patriot US déployés à Harir (Erbil) et à Aïn al-Assad (Al-Anbar), avant de s’abattre sur des cibles très précises qui d’après les images publiées par la chaîne de Résistance irakienne, Sabreen News auraient été des unités de renseignement et des hangars d’avions entre autres.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/10/652380/irak-retrait-sallyport-base-balad-attaques

Dans IRAK

IRAK : PREMIER ASSASSINAT CIBLE SIGNE MOSSAD

Par Le 09/05/2021

Empreinte du Mossad dans l'assassinat d'un activiste social en Irak

Sunday, 09 May 2021 6:25 PM  [ Last Update: Sunday, 09 May 2021 6:23 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Scène de manifestation en Irak. (Photo à titre d'illustration d'Al-Jazeera)

Ehab al-Wazni, chargé de coordonner les manifestations à Karbala, a été assassiné samedi soir. En Irak, sa mort est considérée par certains analystes comme un acte terroriste qui porte les traces de l’agence d’espionnage israélienne Mossad.

L’écrivain et journaliste irakien Mohammed al-Issa a écrit dans une note que la première instance responsable de l’assassinat d’Ehab al-Wazni était le Mossad, le régime d’Israël étant profondément déconcerté par les acquis de la République islamique d’Iran lors des récents pourparlers de Vienne. Or, pour déstabiliser la situation et semer le trouble, il pense qu’« avec des assassinats ciblés dans des pays dont le système politique est proche de l’Iran, il réussira à affecter le processus des négociations nucléaires à Vienne ».

« L’Iran frappera l’Amérique mais pas en Irak »

« L’échec de l’hégémonie américaine et l’anéantissement du régime sioniste », telle est la vengeance réservée au lâche assassinat du général Soleimani.

PressTV / French / 30 déc. 2020

Certains experts irakiens estiment que le Mossad israélien s’est infiltré dans la société irakienne via ses mercenaires, dont des Américains. Rappelons qu’un centre de renseignement et de sécurité du Mossad à Erbil, dans le nord de l’Irak, a été détruit dans une attaque à la roquette, le 25 avril 2020. Plusieurs Israéliens y ont trouvé la mort.

Ehab al-Wazni, activiste social irakien, assassiné devant sa résidence en Irak, le 8 mai 2011 au soir.

Les actes terroristes du Mossad en Irak vivent essentiellement à déstabiliser la position de l’Iran et à faire de l’Irak le terrain d’un conflit avec les États-Unis.

Mohammad al-Issa n’a pas exclu la possibilité d’une escalade des différends internes entre les groupes liés aux manifestations d’octobre 2019 en Irak. En effet, Al-Wazni a survécu à un assassinat en décembre 2019, deux mois seulement après le début des manifestations d’octobre qui appelaient à des réformes du système politique irakien. Son assassinat viserait à gagner le sentiment populaire pour les prochaines élections législatives, a-t-il estimé.

À cet égard, certains activistes sur les réseaux sociaux considèrent les dirigeants de certains groupes liés aux manifestations d’octobre 2019 comme responsables de la mort de Wazni.

Ces groupes ont même publié une déclaration annonçant leur éventuel retrait des législatives prévues le 10 octobre prochain en signe de protestation contre l’assassinat de Wazni.

Mohammed al-Issa a par ailleurs estimé que le troisième accusé dans l’affaire de l’assassinat de l’activiste irakien était le groupe terroriste Daech qui cherche à perturber l’ordre public dans les provinces du centre et du sud de I’Irak.

Selon certaines dépêches, des groupes liés aux manifestations d’octobre se sont rassemblés aujourd’hui à Karbala et à Najaf pour montrer leur indignation envers cet assassinat.

Le gouverneur de Karbala a annoncé que les forces de sécurité irakiennes avaient lancé une enquête importante. Le Bureau d’information du commandement militaire conjoint irakien a également indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité avaient commencé à traquer des éléments terroristes.

Une vidéo de surveillance enregistrée la nuit dernière montre al-Wazni au volant de sa voiture, au seuil de sa résidence, lorsque deux motocyclistes lui tirent dessus avec une arme à silencieux.

Le mode opératoire utilisé pour commettre ce crime est similaire à celui qui a récemment visé l’analyste politique irakien Hashem al-Hashimi.   

À cet égard, les chaînes sur les réseaux sociaux qui soutiennent les manifestations d’octobre 2019 ont lancé une campagne de protestation contre la récurrence des attaques terroristes contre des éléments liés aux manifestations, et ont appelé le gouvernement à agir rapidement pour identifier et arrêter les terroristes.

Où en sont les USA au 1er anniversaire du martyre de Soleimani ? La réponse du Leader...

"Les commanditaires 

PressTV / French / 16 déc. 2020

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/09/652293/Empreinte-du-Mossad-dans-l-assassinat-d-un-activiste-social-en-Irak

Dans IRAK

HAÏFA : LA SURPRISE IRAKIENNE ?

Par Le 07/05/2021

Comment la Résistance irakienne compte surprendre l'entité sioniste

Thursday, 06 May 2021 6:24 PM  [ Last Update: Thursday, 06 May 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un membre de Hashd al-Chaabi brandit son lance-roquettes.©Reuters

Depuis le 11 avril date à laquelle le Mossad a été pris de court par une opération parfaitement surprise visant son QG qu'il croyait bien à l'abri à Erbil peu d'informations sont infiltrées sur cette attaque. Trois des 11 officiers israéliens tués au cours de ce raid visiblement commando ont été identifiés et leurs noms publiés,  les blessés ayant été eux évacués en Israël.  Mais est-ce la fin des déboires israéliens en Irak? Au seuil de la journée mondiale de Qods l'Irak le Résistant est toute aversion contre Israël à qui l'invasion américaine de 2003 a ouvert les portes. Car sans la présence US l'entité sioniste ne se serait jamais infiltrée au Kurdistan irakien. Ce jeudi, le secrétaire général d'Asaïb Ahl al-Haq, cheikh Qaïs Khazali, l'une des composantes les plus actives de la Résistance a assuré les troupes US d'une chose : la Résistance irakienne dispose de nombreux atouts pour mettre en péril la présence américaine n'importe où sur le sol irakien, et que cette expulsion des forces US est irréversible puisque  la libération du territoire irakien de l'occupation américaine est un prélude a la libération de Qods. 

Début avril les forces US ont été frappées à coup de drone dans trois de leurs bases de campement a Harir, a Aïn al Asad et à Balad. L'arsenal irakien compterait-t-il  outre les missiles sol-sol et des drones-missiles de croisière, autres éléments surprises? Quand on sait que cela fait des années qu'Israël cherche à  s'implanter en Irak rien que pour s'offrir une voie de transit pétrolier tout est possible .
 Le régime d'occupation israélien a désespérément ambitionne de mettre en place l'oléoduc du port de Kirkouk-Haïfa, qui fonctionnait entre 1935 et 1948  construit par la Compagnie pétrolière irakienne entre 1932 et 1934.

Missiles antiavions russes à Gaza!

Missiles antiavions russes à Gaza!

Les médias israéliens ont affirmé que la branche militaire du Hamas avait procédé, ce samedi matin, à un nouveau test de missiles.

Ce projet est resté inachevé après l'occupation de la Palestine par Israël. Le gouvernement irakien de l'époque a refusé de pomper plus de pétrole dans l'oléoduc en signe de protestation.
Depuis l'invasion de l'Irak et l'infiltration sioniste au Kurdistan , 
 Le pétrole de la région du Kurdistan  est exporté par pipeline vers la Turquie, où il est chargé vers le port de Ceyhan d'où il est transporté par des pétroliers vers les ports de Haïfa et d'Ashkelon en Palestine occupée. Israël s'est classé premier pour les importations de pétrole brut de la région du Kurdistan irakien en 2017, d'après les données de la société "Clear data"; l'entreprise américaine spécialisée dans le suivi des expéditions mondiales de pétrole.
Après la libération de l'Irak du joug du groupe terroriste Daech Israël qui comptait sur lui pour une relance de l'oléoduc irakien vers le port Haïfa a presque perdu tout espoir alors qu'il comptait  sur deux événements pour avoir cet oléoduc : l'agression américaine en 2003 et l'expansion de Daech en Irak à partir de 2014.
 

Irak, une

 

Le ministre des Finances du  régime israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, s’est adressé en 2003 à un groupe d'investisseurs israéliens en ces termes : « Il ne faudra pas longtemps avant de voir le pétrole irakien couler vers Haïfa ... c'est une question de temps jusqu'à ce que le pétrole irakien retourne vers la Méditerranée » (c'est-à-dire le port de Haïfa). En 2014, simultanément à l’emprise par Daech sur des terres irakiennes, le ministre israélien de l'Infrastructure, Joseph Baritzky, a déclaré que la compagnie pétrolière "Tashat" avait été chargée de procéder à une évaluation des coûts qui seront nécessaires pour réparer l'oléoduc Mossoul-Haïfa . La présence sioniste à Erbil ne s'explique donc pas par l'amour de Tel-Aviv pour le peuple kurde. 

S'explique aussi en ce même sens la vague d'attaques terroristes contre les champs pétroliers de Kirkuk.

«Un attentat à la bombe par un groupe terroriste a visé les puits de pétrole no. 183 et 177 dans le champ pétrolifère de Bai Hassan à Kirkouk », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Selon le communiqué, un certain nombre de membres du personnel de sécurité ont été tués et blessés dans l'attentat.

Le ministère a déclaré que les équipes de lutte contre les incendies avaient réussi à éteindre l'incendie qui a éclaté dans le puits no. 177, et travaillent actuellement pour contrôler un autre incendie dans le puits no. 183.

Or on sait que Daech se bat a Kirkuk pour Israël mais ce qu'on sait moins c'est que Haïfa n'est pas uniquement a la portée des missiles syriens ou Hezbollah. La Résistance irakienne sait comment s'en occuper. 

                                                                        

Lire plus: Oléoduc Kirkouk-Baniyas : la convergence irano-irakienne se renforce

Irak: les USA frappent la Chine!

Irak: les USA frappent la Chine!

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/06/652056/Irak-Qods-R%C3%A9sistance-Lib%C3%A9ration-Kirkouk-Daech-P%C3%A9trole-Contrebande-de-p%C3%A9trole-Kurdistan-irakien

 

Dans IRAK

IRAK : LA SOLUTION "FINALE"?!

Par Le 02/05/2021

McKenzie dit ne pas vouloir quitter l'Irak : A quoi ressemblera la prochaine frappe anti-US?

Sunday, 02 May 2021 11:46 AM  [ Last Update: Sunday, 02 May 2021 12:08 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Plusieurs roquettes ont frappé la base aérienne de Balad au nord de Bagdad, capitale irakienne. ©Reuters/Archives

Mine de rien, ces 4 derniers jours ont été marqués en Irak par pas moins de sept attaques à la bombe visant scrupuleusement les convois logistiques US. Deux attaques viennent d'avoir lieu ce dimanche matin dans le sud et à Hilla. Certes, ce sont des attaques particulièrement calibrées de façon à ne pas provoquer des pertes en vie humaine  dans la mesure où les Yankee se font transiter leurs armements par des irakiens eux-mêmes, n'empêche que quand on est une armée d'occupation qui vampirise un Etat depuis 17 ans et que, bien haïe par la population, est appelée à faire place net, ces bien difficile de se maintenir en l'état avec ces bombes qui explosent partout.

Aïn al-Asad: le

 

Une fois de plus une attaque de drone a pris pour cible des troupes américaines à al-Anbar en Irak.

Surtout que l'Irak post 12 avril n'est pas celui d'avant : le 12 et 13 avril, la Résistance irakienne a pris pour cible de ses drones kamikazes deux méga bases US, l'une à Erbil l'autre à Aïn al-Asad. Ces deux attaques passées sous censure du Pentagone en termes de pertes et de dégâts ont été précédées de peu par une opération commando-éclair contre un QG secret du Mossad. Le clan Barzani a tout nié mais le trio US/GB/France a bien reconnu qu'il y a eu effectivement une super attaque. Pour le reste, les dix officiers du Mossad tués et blessés n'ont pas tardé à être identifiés par les sources proches de la Résistance. 

Axe de la Résistance nettoie le ciel du Moyen-Orient : l'US Air Force se incapable de "continuer"

« Pour la première fois depuis la Guerre de Corée, l’US Air Force opère au Moyen-Orient sans jouir d’une supériorité absolue » (McKenzie)

PressTV / French / 21 avr.

Du coup ce triple raid a fait déplacer la guerre pour la libération de l'Irak à un niveau à la fois militaire et de renseignement, terrain encore inexploré en Irak. Mais l'occupation est tenace et elle refuse de se rendre à l'évidence : interrogé par la chaîne al Hura, le patron du CentCom, Kenneth McKenzie, a ainsi eu le culot de confirmer que les forces US resteraient en Irak et qu'elles ne partiraient pas de sitôt, environ une semaine après que ses déclarations précédentes ont indiqué que Washington n'avait pas l'intention de se retirer d'Irak pour le moment. 

« Nous sommes en Irak à la demande du gouvernement irakien, et nous continuons à lutter contre Daech en coopération avec la coalition dirigée par Washington , a  prétendu le général US. Mais aussitôt dits, aussitôt regrettés ces propos : Mercredi 28 avril au soir, peu après que McKenzie eu prononcé ces phrases, visiblement oublieux de son discours récent devant le Congrçàs où il a très clairement reconnu que l'armée de l'air US a perdu sa supériorité pour cause des drones de la Résistance une troisième attaque au drone a visé la base aérienne US, Balad, dans le nord de Bagdad. 

Patriot US : la surprise des Hachd?

Le journal pro-qatari, Al-Arabi Al-Jadid, estime que les batteries de Patriot que les USA seraient sur le point de déployer à al-Anbar ou encore à Erbil, v...

Pars Today / 4 avr. 2020

Une base qui n’a rien moins de Fort Bliss au Texas et où se côtoient  régulièrement  quelque 12 escadrons expéditionnaires d l’US Air force, F-16, F-15, F-18…  tout comme des super C-130 Hercules, des unités de MQ Prédator et tout ceci sous prétexte d’avoir à entretenir les F-16 que l’Irak a payé de ses pétrodollars pris en otage dans des banques US, F-16 qui ne décolle que suivant le bon vouloir de Washington. Sur la frappe au drone de ce 29 avril à l’aube ayant visé la base aérienne Balad, le Pentagone n’a rien communiqué, ni non plus sur ces cinq attaques à la bombe ayant ciblé à une cadence effrayante ces 48 dernières heures les convois militaires US à Bassora, à Nasseriya, à Babel et à al-Anbar, n’empêche que ce raid est la troisième démonstration de forces des drones irakiens en 15 jours.

Irak: fin de partie pour les USA

48 heures après que les réseaux de distribution électrique de Natanz ont été sabotés, les troupes US-OTAN-Israël stationnées à Harir, la base aérienne ultra fortifiée située dans la capitale du Kurdistan irakien, viennent de subir leur première attaque au drone simultané de la Résistance.

PressTV / French / 15 avr.

Sur cette troisième raid, le Pentagone est resté plus que muet, faisant semblant comme si de rien n'était. Le Pentagone espère-t-il un miracle ou croit-il à ce qu'un accord nucléaire bis avec l'Iran saurait faire taire la Résistance irakienne? Pour l'heure les Yankee tournent en rond : l'héliportage des agents terroristes depuis la Syrie voisine, des attaques terroristes à Kirkouk, à Diyala, à Al Anbar ou encore dans la banlieue de Bagdad et en attendant, espérer que le futur Parlement irakien passe de la Résistance à la compromission sous l'égide d'al Kazemi.

Et puis comme presque sur tous les fronts, un retranchement derrière les "alliés". Ainsi la Turquie a annoncé samedi vouloir ériger "une base militaire dans le nord de l'Irak " et elle ne s'est même pas gêné de confirmer vouloir ériger cette base à l'image de celles qu'elle occupe dans le nord de la Syrie. Puis des sources irakiennes, on apprend que le Pentagone travaille à une extension de ses bases au Koweït et en Jordanie où ils ont même l'intention de créer une zone tampon de quelques 7 kilomètres de profondeur si le Parlement jordanien continue à dire non à cet curieux accord militaire qui prévoit la mise sous tutelle US du ciel, de l'air et des mers jordaniennes, moyennant une somme annuelle de 400 millions de dollars. 

Photo: la base Ain al-Asad doté de batteries de DCA et réaménagée après l'attaque au drone du 14 avril (Avia.pro

À défaut d’un territoire irakien qui devient un guet-apens grandeur nature pour des milliers de soldats US, exposés qu’ils sont de tout part et alors même que le sol syrien, les destinations de substitution se multiplient. Mais en Irak tout comme ailleurs au Moyen Orient, c'est la supériorité militaire qui décide, l'heure étant à ce que le secrétaire général d’Asaïb Ahl al-Haq, Qaïs al-Khazali, a qualifié le samedi 24 avril de solution "afghane" :  " l'attitude des Américains le  prouvent:  le langage du dialogue et de la logique ne fonctionne pas avec eux, et la voie afghane est le seul moyen de les faire sortir d’Irak. "

Irak : triple attaque anti-US

Irak : triple attaque anti-US

Trois convois logistiques appartenant aux forces américaines ont été pris pour cible dans différentes régions 

Les premières photos de la frappe au drone du 14 avril contre Aïn al-Asad commencent à envahir la toile et ce sont les sources russes qui les partagent en priorité : "Vous pouvez voir les impacts des frappes des forces anti-américaines en plein cœur de l'une des plus grandes bases militaires américaines. Bien que les photographies elles-mêmes aient été prises par l'armée américaine qui a largement soigné les locaux,  les dégâts sont assez graves. Les forces anti américaines affirment avoir visé des hangars des avions, des hélicoptères et des drones. Jusqu'ici les batteries de Patriot n'ont été pas une seule fois capable d'intercepter les drones ennemis qui eux, volent à très basse altitude".

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/01/651686/Irak-Etats-Unis-Balad--Retrait-GI-s-R%C3%A9sistance

Dans IRAK

IRAK : AU MOINS 82 MORTS DANS L’INCENDIE D’UN HOPITAL DEDIE AU COVID-19 A BAGDAD

Par Le 25/04/2021

Au moins 82 morts dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad

 Depuis 2 heures  25 avril 2021

hopital_bagdad-jpg5

 Irak - Monde arabe

 

hopital_bagdad

Au moins 82 personnes ont péri dimanche avant l’aube dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad, un drame qui a provoqué des appels à la démission de responsables dans un pays au système de santé délabré depuis des décennies.

Le feu est parti de bouteilles d’oxygène « stockées sans respect des conditions de sécurité » à l’hôpital Ibn al-Khatib à Bagdad, selon des sources médicales.

Selon un bilan actualisé, il s’agit de 82 morts et 110 blessés.

Colère de la population

Au-delà du bilan extrêmement lourd, les Irakiens ont exprimé leur colère après que des sources médicales et de sécurité ont attribué l’incendie à de la négligence. Un phénomène qui va de pair en Irak avec la corruption endémique et les hôpitaux déliquescents, sans oublier le départ de nombreux médecins qui ont émigré au gré de 40 années de conflits dans le pays.

Après ce drame, le hashtag « Démission du ministre de la Santé » était en tête des mots-clés sur Twitter en Irak.

Ouverture d’une enquête

hopital_bagdad-jpg1

Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, qui a proclamé trois jours de deuil national, a annoncé l’ouverture d’une enquête et réclamé des conclusions « sous 24 heures ».

Il a suspendu de leurs fonctions le patron de la Santé du secteur oriental de Bagdad, le directeur de l’hôpital et les chefs de la sécurité et de l’entretien technique. Ils sont interrogés et ne seront pas relâchés « avant de juger ceux qui ont fauté », a-t-il dit, alors que le Parlement a annoncé consacrer sa séance de lundi à cette tragédie.

« L’hôpital n’avait pas de système de protection contre les incendies et les faux plafonds ont permis la propagation du feu jusqu’à des produits hautement inflammables », a expliqué la Défense civile.
« La plupart des victimes sont mortes car elles ont été déplacées et privées de ventilateurs. D’autres ont été étouffées par la fumée. »

« 200 patients sauvés »

hopital_bagdad-jpg2

Plusieurs heures après l’incendie, le ministère de la Santé s’est targué d’avoir « sauvé plus de 200 patients », en promettant « un bilan précis des morts et des blessés plus tard ». Dimanche midi, le ministre et son porte-parole étaient toujours aux abonnés absents.

Les cas de Covid-19 ont dépassé mercredi le million en Irak, avec plus de 15.000 morts. Le pays, probablement en raison de sa population, l’une des plus jeunes au monde, enregistre un nombre de décès dus au Covid-19 relativement bas.

Pour éviter les hôpitaux délabrés, les malades préfèrent généralement installer une bouteille d’oxygène chez eux.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2052107

Dans IRAK

VERS UN PARTENARIAT STRATEGIQUE IRAK/CHINE

Par Le 19/04/2021

L'Irak s'oriente vers une coopération stratégique avec la Chine

Monday, 19 April 2021 5:31 PM  [ Last Update: Monday, 19 April 2021 5:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Vers une coopération stratégique Irak/Chine. (Photo à titre d’illustration)

Selon un communiqué officiel publié par le Secrétariat du cabinet irakien, Hamid al-Ghazi a rencontré l'ambassadeur de Chine à Bagdad, Zhang Tao pour passer en revue les étapes en cours pour la mise en œuvre du projet de construction de 1 000 écoles dans toutes les provinces irakiennes.

Au cours de la réunion, al-Ghazi a souligné que l'Irak s'orientait vers un partenariat réel et stratégique avec la Chine dans le processus de reconstruction du pays, et a appelé à l'utilisation des nouvelles technologies chinoises dans ce cadre.

Il a également souligné la nécessité de respecter les normes techniques dans cette affaire.

L'ambassadeur de Chine en Irak a également souligné que les entreprises chinoises se félicitaient de cet important projet irakien et que l'attaché commercial de l'ambassade de Chine en Irak poursuivait sérieusement les coordinations nécessaires avec les entreprises chinoises pour la mise en œuvre du projet.

« Dans ce cadre, les propositions finales des entreprises chinoises seront présentées d'ici la semaine prochaine », a-t-il annoncé.

L'Irak et la Chine ont signé un accord en vertu duquel une partie des sommes de la vente de pétrole irakien à la Chine sera déposée dans un compte conjoint et dépensée dans la mise en œuvre des projets de développement à grande échelle par des entreprises chinoises en Irak.

La première étape de l'accord consiste à la construction par les entreprises chinoises de 1 000 écoles dans toutes les provinces irakiennes.

Ces écoles seront conçues en Irak et construites par des entreprises chinoises.

Lire aussi : Projet du port Faw : l’Irak s’approche de la Chine et repousse les USA

Iran: pourquoi la Chine et pas l'Europe?

Iran: pourquoi la Chine et pas l'Europe?

Accord sino-iranien

En septembre 2019 et dans le cadre du développement des coopérations entre les deux pays, l'ancien Premier ministre irakien, Adel Abdel-Mahdi a signé un important accord pétrolier avec la Chine, ce qui a incité les États-Unis à mettre fin au gouvernement de Mahdi en lançant des manifestations anti-gouvernementales dans ce pays.

La plupart des observateurs estiment que le gouvernement de Mustafa al-Kazemi cherche à créer un équilibre à sa manière dans la diplomatie irakienne afin de concrétiser ses ambitions.

Le Premier ministre irakien montre beaucoup d'intérêts pour s’approcher de l’Est.

Malgré ses prédécesseurs, l’actuel Premier ministre irakien organise des tournées dans les pays de la région et voilà qu'il s’est subitement penché vers l'Est.

L'Irak qui a entretenu des relations politico-économiques avec les États-Unis, l'Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis, la Jordanie et l'Égypte, a semble-t-il décidé de tourner la page et de se rapprocher de la Chine !

Accord Iran-Chine: l'impact irakien?

Accord Iran-Chine: l'impact irakien?

La décision du Premier ministre irakien sur la mise en œuvre du grand accord Bagdad-Pékin soulève des questions.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/19/649837/Irak-Chine-cooperation-strategique

Dans IRAK

IRAK/ERBIL : ATTAQUE CONTRE LE QG DU MOSSAD. 10 OFFICIERS LIQUIDES

Par Le 14/04/2021

Irak/ Erbil: 3 des 10 officiers identifiés

Wednesday, 14 April 2021 5:59 PM  [ Last Update: Wednesday, 14 April 2021 5:57 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats israéliens. (Photo d'illustration)

Des détails supplémentaires ont été publiés ce mercredi 14 avril à propos de la récente attaque visant un QG du Mossad dans le nord de l’Irak. 

Une source sécuritaire irakienne a confié à Sabereen News de nouveaux détails sur la toute récente attaque contre un QG du Mossad dans le nord de l’Irak. « 10 sionistes ont été tués ou blessés lors d’une attaque visant un centre lié au Mossad à Erbil », a déclaré la source. 
« Cette attaque, qui a visé le centre de renseignement et d’opération spéciale du Mossad, a fait 10 morts et blessés chez les sionistes dont trois ont été identifiés ». 

Sabereen News a ajouté que les officiers sionistes tués ou blessés étaient actifs, pendant des mois, dans ce centre lié au Mossad à Erbil. « Nous avons des informations détaillées sur les centres de renseignement du Mossad que nous publierons au moment opportun ». 

Lire aussi: Un navire israélien frappé

Dans la foulée, Najah Mohammed Ali, militant médiatique irakien, a écrit sur son compte Twitter : « L’attaque contre un centre d’espionnage du Mossad dans le nord de l’Irak ! Une base à Erbil qui était parmi les centres d’espionnage les plus importants du régime sioniste dans la région ! C’est là où étaient préparés beaucoup de plans dont certains visaient à nuire à la République islamique d’Iran ».

Natanz : le Mossad

Natanz saboté : deuxième coup anti-sioniste

PressTV / French / 06:21


La joie a été de courte durée : 48 heures après que ses réseaux de distribution électrique de Natanz ont été sabotés, qu'un Israël s’en est même vanté sous les salves d’applaudissements patents, un navire-parking israélien battant le pavillon de Bahama a été visé au port émirati de Fujaïrah. Sur les circonstances de cette « riposte » qui vise à la fois Israël, sa présence dans le golfe Persique, « ses liens normalisés » avec l’axe Emirats/Arabie/Bahreïn, les détails commencent à s’infiltrer, mais la riposte n’en est qu’à ses débuts. Sabereen News, proche de la Résistance irakienne a fait état dans la nuit de mardi à mercredi 14 avril, d’une opération éclair ciblant le QG du Mossad dans le nord de l’Irak. L’information ne précise pas où se situe le siège du renseignement sioniste ni comment en a été le modus operandi, mais souligne un lourd bilan de pertes et de blessés.

Lire aussi: Opération d'infiltration "iranienne" en Israël ?

En dépit d’un blackout médiatique quasi total côté occident, les sources d’information proches de la Résistance irakienne comme Sabereen News et Markaz al-Alam al-Moqawim citent une source sécuritaire ayant fait état d’une « opération militaire hybride dont les détails seraient publiés très prochainement, photos et vidéos à l’appui ». Les agents tués et blessés seraient de « nationalité israélienne » qui opéraient avec des passeports américains, britanniques ou occidentaux dans le Nord irakien.

Saviz frappé : la riposte

Israël a déclaré la guerre navale à l

PressTV / French / 11 avr.


Le centre de renseignement et d'opérations spéciales du régime sioniste (Mossad) servirait à lancer des cyberattaques entre autres. Sabereen News, citant une source de sécurité, affirme qu’un groupe non identifié avait attaqué cette base, tout en qualifiant le raid « sanglant » de « coup dur » pour un régime sioniste qui semble avoir oublié être totalement encerclé en mer, au sol et dans le ciel par l’axe de la Résistance.
Ce mercredi 14 avril, un convoi de logistique américain a été pris pour cible dans la province irakienne de Nassiriya. 
La Commission pour la sécurité et la défense du Parlement irakien a récemment annoncé que les États-Unis avaient finalement accepté de retirer leurs forces de l’Irak. 

Lire aussi: Cinq missiles tirés contre al-Harir au Kurdistan irakien que Pompeo croyait être "sûre"

La semaine dernière, a eu lieu le troisième tour des négociations stratégiques Washington-Bagdad. Les deux parties ont émis un communiqué conjoint à l’issue des négociations, déclarant qu’ils étaient tombés d’accord sur le retrait de militaires américains et que « les négociations se poursuivent pour indiquer le calendrier de ce retrait ». 
« Les parties irakienne et américaine réaffirment que la mission des effectifs US a changé de nature et qu’elle se limite désormais à la formation et à des conseils », indique le communiqué. 

Missile: 1er contingent US fuit Erbil!

 

PressTV / French / 26 mars


Les groupes de Résistance irakiens avaient déjà averti que le temps presse pour que le gouvernement de Mustafa al-Khadhimi expulse les militaires américains. 
Les attaques contre les convois militaires et les bases américaines ont été multipliées pendant les derniers mois, signe de protestation contre la présence militaire illégale des Américains sur le sol d’Irak. 
Avant le troisième tour de négociations Washington-Bagdad, les groupes de Résistance irakiens avaient réclamé la tenue d’une commission pour déterminer la feuille de route des négociations et examiner le retrait des militaires US. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/14/649479/Irak-Mossad-Erbil-attaque-Israel-

Dans IRAK

NEGOCIATIONS STRATEGIQUES AVEC L'IRAK : LA MAYONNAISE AMERICAINE N'A PAS PRIS!

Par Le 10/04/2021

Négociations stratégiques avec Bagdad ou quand les Américains capitulent sans vouloir en avoir l’air

Saturday, 10 April 2021 1:54 PM  [ Last Update: Saturday, 10 April 2021 2:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des militaires américains en Irak. (Photo d'archives)

Le troisième tour de négociations stratégiques Washington-Bagdad vient de s’achever. Les deux parties ont publié un communiqué conjoint pour souligner la poursuite de leurs coopérations bilatérales. En effet, ce sont les Américains qui ont sollicité l’organisation de ce tour de négociations et cela en raison des pressions accrues des groupes de Résistance irakiens qui réclament haut et fort le départ de GI’s.  

Tout au long du mois de mars, les convois transportant du matériel logistique pour les militaires américains ont été pris pour cible çà et là en Irak. Ces attaques ont été revendiquées par les groupes de Résistance irakiens qui ont déclaré vouloir faire passer un message aux Américains : Washington n’aura qu’une seule option qui est celle du retrait de ses soldats du territoire irakien

Irak : le Pentagone capitule ...?

Jeudi, un autre convoi logistique de l’armée américaine a été pris pour cible à Babylone en Irak.

PressTV / French / 9 avr.


Sur le plan politique aussi, les groupes de Résistance irakiens sont bien mobilisés pour maintenir la pression sur les Américains. 
Dans la foulée, Hadi al-Ameri, président de l’Alliance Fatah, a déclaré que les militaires américains devraient quitter le sol irakien. 
« Toute sorte d’occupation du territoire irakien est totalement rejetée et nous ne voulons pas entretenir de relations militaires avec les États-Unis. Il s’agit d’une position immuable », a ajouté Hadi al-Ameri. 

Lire aussi: La Russie renforce ses relations avec la Résistance 

De son côté, Qais al-Khazali, secrétaire général d’Asaïb Ahl al-Haq, a déclaré que la présence de militaires américains en Irak était totalement illégale et que ces derniers devraient quitter l’Irak dans le cadre d’un calendrier propice. 
Cela dit, les Américains ont réclamé l’organisation du troisième tour de négociations avec Bagdad pour ainsi se débarrasser des pressions militaires et politiques de la Résistance irakienne. Autrement dit, Washington souhaitait exhorter le gouvernement irakien à neutraliser les groupes de la Résistance sur les plans politique et militaire. 

Irak: Poutine pactise avec la Résistance...

Le numéro un des Hachd al-Chaabi s’est entretenu avec les responsables russes des sujets liés à la sécurité régionale.

PressTV / French / 7 avr.


En plus, via les négociations stratégiques avec Bagdad, les Américains tentent de rendre le terrain propice au maintien de leurs militaires en Irak. Bien que le Parlement irakien ait voté l’expulsion de militaires américains de l’Irak, en janvier 2020, les Américains n’ont encore aucun calendrier précis pour retirer leurs soldats. Pire encore, le scénario de la réorganisation de Daech est à l’ordre du jour de l’administration Biden, car les terroristes de Daech pourraient bien justifier et légaliser la présence de soldats américains en Irak. Dans la foulée, le secrétaire général de l’OTAN a déclaré que le nombre des forces de cette organisation opérant en Irak avait été multiplié par huit. Inutile de mentionner que cette décision de l’OTAN avait été prise par le feu vert des Américains. 

Lire aussi: Aïn al-Asad évacuée partiellement par les USA

Bien que les partis politiques, les parlementaires, les groupes de Résistance et le peuple d’Irak réclament d’une même voix le départ de militaires américains – car ils y voient une source de tension et de crise – les dirigeants américains ne lésinent sur rien pour éterniser la présence de leurs soldats et tentent de « dompter » la Résistance via les soi-disant négociations « stratégiques » avec Bagdad qui ne sont que du » blabla de sauvetage ». Mais la mayonnaise ne risque pas de prendre. Le vendredi 9 avril, le groupe de Résistance irakien Ashab al-Kahf a rendu publique une vidéo montrant les récentes attaques contre les forces américaines.

Irak: 3 attaques anti-US en 2 heures

En deux heures un troisième convoi US a été attaqué en Irak.

PressTV / French / 5 avr.

Cette vidéo de quatre minutes, qui a été partagée par la chaîne Sabereen News sur Telegram, comprend de vieilles vidéos, des séquences inédites et des extraits d’archives.
La vidéo montre des combattants d’Ashab al-Kahf attaquer des convois de ravitaillement de la coalition dirigée par les États-Unis et cibler des bases hébergeant des troupes américaines dans différentes parties de l’Irak. Le groupe a également présenté certaines de ses armes dans la dernière partie de la vidéo.

Lire aussi: Irak : les Hachd frappés à Babylon par l’axe US/Israël, la Résistance riposte en Syrie...

Ashab al-Kahf, fondé en août 2019, a été parmi les premiers à lancer des attaques contre les forces américaines après l’assassinat d’Abou Mahdi al-Mohandes, commandant adjoint des Hachd al-Chaabi, et du général de corps d’armée iranien Qassem Soleimani, commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique. Ces jours-ci les troupes US ont l’air de « rats piégés »...

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/10/649149/Irak-Etats-Unis-accord-negociations-strategique-Resistance-attaque-Hachd

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE MENACE DE DURCIR LES COUPS SI LA DATE DU RETRAIT N’EST PAS FIXEE

Par Le 07/04/2021

La résistance irakienne menace : les coups seront plus durs si la date du retrait américain d’Irak n’est pas fixée

 Depuis 20 minutes  7 avril 2021

retraitus_irak

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Les factions de résistance irakienne ont haussé le ton ce mercredi 78 avril, menaçant de porter des frappes importantes au cas où le dialogue stratégique entre l’Irak et les États-Unis ne comprenait pas une annonce claire sur la date du retrait définitif des forces d’occupation américaines d’Irak.

Dans un communiqué, l’organe de coordination de ces factions a réclamé que soit rétabli de nouveau le Comité de dialogue avec les États-Unis, de sorte que sa mission consiste à de dresser une carte pour mettre en œuvre la décision du peuple, et de la Chambre des représentants de retirer les forces américaines et toutes les forces étrangères du sol irakien.

Le retrait des forces américaines est devenu une demande populaire et parlementaire après l’assassinat d’Abou Mahdi al-Mohandes, le numéro deux du Hachd al-Chaabi, la force de mobilisation populaire qui a combattu Daech avec l’aide de conseillers iraniens, tués dans un raid américain début janvier 2020, au côté du général Qassem Soleimani, le chef de la force al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique en Iran.

« Devrait figurer en tête de la feuille de route, et la première de ses actions, la mise en œuvre la décision du peuple et du parlement irakien d’expulser les forces américaines et toutes les forces étrangères du sol irakien, et que soit aussi inclus l’espace aérien irakien et son entière protection de sorte que soit interdite sa violation de la part de toute aviation étrangère », a stipulé le communiqué de l’organe en question.

A la suite de l’assassinat d’Abou Mohandes et de Soleimani ainsi que leurs 10 accompagnateurs irakiens et iraniens, le parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait de toutes les forces étrangères de la Coalition internationale menée par les Etats-Unis en Irak. L’ex-Premier ministre Adel Abdel Mahdi avait lui aussi dans la foulée adressée deux messages au commandement des forces américaines et au Conseil de sécurité allant dans le sens de ce retrait. Mais les Etats-Unis refusent depuis d’obtempérer.

« Si cette condition est rejetée et ne figure pas dans la déclaration du comité actuel, Il n’y aura aucun sens ni valeur à tout ce qui adviendra après le dialogue, comme accords dans le pays dont la souveraineté serait violée, sa terre, ses frontières, son ciel et sa décision confisqués », a averti l’organe des factions irakiennes.

L’organe de coordination des factions de la résistance irakienne a également exigé que soit fixé un calendrier aussi bien pour le dialogue que pour l’exécution de ses conclusions.
« On ne peut plus admettre la politique du temps ouvert, laquelle signifie atermoiement, ajournement et dilapidation des demandes », a aussi insisté le texte.

Dans ce contexte, le porte-parole militaire de la faction de Kataëb Hezbollah en Irak, Jaafar al-Husseini, a affirmé que « les négociations avec les Etats-Unis n’ont aucune valeur, car le peuple irakien a décidé de mettre fin à la présence de l’occupation américaine ».
Il a déclaré: « La résistance irakienne se poursuivra pour faire pression sur les Etats-Unis et sa décision afin de mettre fin à l’occupation ».

Il y a quelques jours, la Commission de Sécurité et de Défense du parlement irakien a révélé les nouveaux axes du nouveau cycle de dialogue stratégique entre Bagdad et Washington qui devrait débuter le ce mercredi 7 avril, selon son membre, Badr al-Ziyadi.
Ce dernier a indiqué qu’il comprendra des axes économiques, politiques et de sécurité. Notant que le gouvernement irakien a des dossiers à discuter dans le cadre du plan du Premier ministre Moustafa al-Kazemi, sur la situation sécuritaire en particulier.

Le 23 mars dernier, la Maison Blanche a annoncé que « les réunions mettront au clair que les forces de la coalition se trouvent en Irak pour former et conseiller les forces irakiennes afin que Daech ne récupère pas ses rangs de nouveau ».
« Ce sera une occasion importante de discuter de nos intérêts communs dans une gamme de domaines, y compris la sécurité, la culture, le commerce et le climat », a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jane Saki dans un communiqué.

Ces derniers temps, les opérations de résistance irakienne se sont multipliées contre la présence militaire américaine en Irak, notamment contre leurs convois logistiques et les bases où leurs troupes sont stationnées.

Le dimanche 4 avril, deux roquettes se sont abattues près de la base aérienne Balad qui abrite des soldats américains au nord de l’Irak. Sans faire de victimes. La majeure partie de ces opérations sont très peu nuisibles jusqu’à présent.

Les États-Unis sont aussi accusés d’œuvrer pour ressusciter Daech en Irak comme en Syrie dan le but de pérenniser leur présence dans ces pays. Leurs hélicoptères ne cessent de transporter des miliciens de Daech qui étaient séquestrés dans les camps contrôlés par leurs alliés kurdes syriens des Forces démocratiques syriennes. Ils les emmènent depuis leur base à al-Chaddadi, dans le nord-est syrien, jusqu’à leur base en Irak. La plupart d’entre eux étant de nationalité irakienne.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2041558

Dans IRAK

IRAK : LA PIRE DEFAITE US POST VIETNAM ?

Par Le 05/04/2021

La chasse aux troupes américaines s’intensifie

Monday, 05 April 2021 5:35 PM  [ Last Update: Monday, 05 April 2021 5:33 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les attaques contre les convois militaires américains en Irak se produisent quasi-quotidiennement. (Illustration)

Les attaques consécutives contre les convois militaires de la coalition américaine témoignent de l’échec stratégique de la présence militaire des États-Unis dans la région. En seulement deux heures, trois attaques ont été menées contre les convois transportant du matériel pour les troupes US en Irak.

Ce lundi 5 avril, les sources irakiennes ont fait état de la prise pour cible d’un convoi transportant du matériel logistique pour les troupes américaines opérant à al-Yusifiyah dans la province de Bagdad au centre de l’Irak, d’après Saberin News.

Lire aussi : Un convoi US explose ; le bal commence…

Le groupe Qasim al-Jabarin a revendiqué l’attaque survenue peu de temps après celles menées contre deux convois militaires américains dans les provinces d’al-Diwaniyah et de Babil, a ajouté Saberin News.

Au cours de ces derniers mois, les convois militaires de la coalition américaine en Irak ont quasi-quotidiennement été visés par des explosions de bombes placées en bordure de route. Sans oublier les attaques à la roquette dont la dernière en date a été menée contre la base Aïn al-Asad. D’où, l’appel de la soi-disant coalition anti-Daech à des entreprises sécuritaires irakiennes pour se protéger.

Irak: la base aérienne US frappée!

Des sources médiatiques ont fait état d’une attaque aux missiles contre la base aérienne de Balad dans la province irakienne de Salah al-Din.

PressTV / French / 4 avr.

Suite à l’assassinat ciblé des deux hauts commandants de la Résistance en janvier 2020 par un drone US près de l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a approuvé une loi exigeant le retrait de toutes les forces étrangères déployées en Irak.

Les menaces contre les forces de la coalition US reflètent avant tout l’échec de la stratégie de Washington dans la région : de nombreuses années se sont écoulées depuis la présence militaire américaine en Irak et en Syrie. Toutefois, celle-ci n’a non seulement pas assuré la sécurité des deux pays, mais n'a pas non plus servi les objectifs américains dans les coulisses; il va donc de soi qu’il n’y a plus aucun espoir que l’armée américaine remporte la victoire ni en Irak ni en Syrie, estime le site web Business Insider en suggérant au président Biden de ne pas tarder à rapatrier ses troupes.

Et à Business Insider de rappeler que “la semaine dernière, la porte-parole de la Maison Blanche, Jennifer Sackie, a annoncé que les pourparlers stratégiques entre Washington et Bagdad commenceraient bientôt et qu’ils porteraient sur la présence de troupes américaines dans le pays”.

Lire aussi : 300 missiles autrichiens pour Daech? Avis de tempête sur les forces de l'OTAN après le retrait US

En allusion au nombre de soldats américains stationnés en Irak et en Syrie, respectivement 3 500 et plusieurs centaines, Business Insider fait noter que la présence d'un si grand nombre de soldats en Irak ne poursuit en aucun cas les intérêts de sécurité nationale des États-Unis: l’absence d’une mission militaire réalisable qui puisse être identifiée signale la fin de leur présence. 

Le rapport poursuit en citant le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi comme décrivant le nouveau cycle de pourparlers entre Bagdad et Washington comme une opportunité de discuter du retrait des troupes américaines.

Évoquant les récentes déclarations du Premier ministre irakien selon lesquelles, le nouveau tour de pourparlers Bagdad-Washington est une occasion de discuter du retrait des troupes US, Business Insider souligne que le gouvernement irakien ne cache pas sa volonté de le faire.

Pire défaite militaire US post-Vietnam?

En Irak, la Résistance a imposé un "équilibre de la terreur" par un arsenal qui a vaincu Patriot..

PressTV / French / 09:09

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/05/648832/Irak-USA-Syrie-retrait-troupes-

Dans IRAK

DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRAKIEN A L'OCCASION DE SON 87e ANNIVERSAIRE

Par Le 04/04/2021

4 Avril 2021

Déclaration du Parti communiste irakien à l'occasion de son 87e anniversaire 
4/1/21 10:07 AM
Déclaration du Comité central du PC irakien à l'occasion de son 87e anniversaire.

Que les forces du changement s'unissent pour vaincre le système de partage du pouvoir et la corruption

Le début des années trente du siècle dernier a été le témoin de la maturité politique et sociale croissante de la classe ouvrière irakienne, et de son influence accrue à tous les niveaux. Cela a jeté les bases de l'étape tant attendue de la création de son propre parti politique, comme l'ont fait d'autres classes et groupes sociaux, pour défendre ses intérêts radicaux et mener sa lutte contre l'alliance réactionnaire au pouvoir et ses protecteurs britanniques.

Pour atteindre ce noble objectif, les cellules marxistes de Bagdad, Bassora et Nasiriyah se sont unies à la fin du mois de mars 1934 pour former le Parti communiste irakien. Il s'agissait d'un parti d'un nouveau genre, dans le plein sens du terme, non seulement parce qu'il représentait la classe ouvrière et ses alliés parmi les pauvres et les démunis, mais aussi pour son programme et ses objectifs. Il s'agissait de défendre les intérêts et les droits des travailleurs, des paysans et de tous les travailleurs, d'obtenir l'indépendance et la souveraineté nationale et de construire un système démocratique. Il se caractérisait également par sa lutte acharnée, contrairement aux autres partis politiques de l'époque.

Le Parti a poursuivi sa lutte dévouée tout au long des quatre-vingt-sept dernières années de sa vie glorieuse, et des milliers de ses dirigeants, cadres et membres ont été martyrisés dans la lutte pour la liberté et la prospérité du peuple. Ces objectifs étaient en totale contradiction avec les régimes réactionnaires et dictatoriaux qui se sont succédé à la tête de l'Irak. Ils ont déclenché des campagnes de répression brutale, de liquidation physique et de diffamation politique contre le parti, dans l'espoir de l'éliminer de l'arène de la lutte. Tous ces régimes ont cependant fini dans les poubelles de l'histoire, et le parti est resté hautain, fier de ses camarades, tout en poursuivant sa lutte courageuse sous son slogan "Pour une patrie libre et un peuple prospère".

Après l'occupation américaine de l'Irak et la chute du tyran, les nouveaux dirigeants ont mené une politique désastreuse, à travers le système ethno-sectaire de partage du pouvoir (muhasasah), la corruption et la dépendance à l'égard des puissances étrangères. Les espoirs que le peuple avait de mettre fin à l'héritage de la dictature et de parvenir à la dignité, à la justice et à l'égalité ont été anéantis. En conséquence, l'argent public a été dilapidé, la corruption est endémique et les services sont presque inexistants. Le taux de chômage élevé touche même les diplômés de l'université. Un tiers des Irakiens vivent sous le seuil de pauvreté, alors que leur pays est l'un des dix pays les plus riches du monde. L'État a perdu son prestige avec la propagation des milices et des groupes armés, l'agitation et les meurtres sectaires, et l'émergence d'organisations terroristes qui ont occupé les deux tiers du territoire irakien. Les dirigeants corrompus ont ainsi semé la dévastation et la destruction en Irak.

Ces raisons et bien d'autres ont fait du processus de changement global une nécessité qui ne peut être reportée. C'est ce que la grande majorité du peuple irakien a reconnu et traduit en une réalité tangible dans le mouvement de protestation depuis 2011, en passant par 2013 et 2015, jusqu'à l'héroïque Soulèvement du 1er octobre 2019. Les slogans du soulèvement résument les demandes légitimes du peuple irakien. Il s'agit notamment de la demande d'élections anticipées et de ses conditions préalables : la réforme de l'ensemble du système électoral, y compris la loi électorale et la commission électorale, la mise en œuvre de la loi sur les partis politiques, et la lutte contre la corruption financière et administrative, en commençant par les grandes affaires de corruption. Les revendications comprenaient le rejet du système de quotas dans toutes ses manifestations et la fourniture des services nécessaires. En outre, les manifestants ont appelé à lutter contre le chômage et à élever le niveau de vie, en particulier pour les pauvres, les démunis et ceux dont les revenus sont limités. L'économie nationale doit être sauvée de son caractère rentier, en relançant l'industrie, l'agriculture et les services de production. Tout en combattant le terrorisme, les armes doivent rester sous le contrôle de l'État. Les slogans nationaux et démocratiques du soulèvement comprenaient également un appel à la fin de l'ingérence régionale et internationale dans les affaires de l'Irak. Cependant, les dirigeants et ceux qui s'accrochent au pouvoir ont non seulement refusé de répondre à ces demandes légitimes, mais ont plutôt fait face aux manifestants pacifiques par une répression sanglante et une violence flagrante. Des centaines de jeunes manifestants sont tombés en martyrs aux mains de tireurs d'élite et de la soi-disant "tierce partie" et des milliers ont été blessés. En outre, les manifestants ont été soumis à une campagne de calomnies et de mensonges visant à ternir leur soulèvement. Cette campagne a été combinée à des efforts fervents pour acheter certaines personnes et infiltrer les rangs des manifestants afin de détourner le soulèvement de sa trajectoire. Entre-temps, une campagne frénétique a été lancée pour cibler les militants, les kidnapper et les assassiner, et beaucoup ont "disparu". Les dirigeants ont eu recours à cette campagne car ils ont compris que le soulèvement mettrait fin à leur existence politique et à leur banditisme.

Ceux qui contrôlent la prise de décision politique continuent à ce jour à construire davantage de barricades politiques car ils pensent que cela les protégera de la colère populaire et du changement inévitable. La plus récente de ces tentatives est le nouveau projet de loi sur le Tribunal fédéral par lequel ils voulaient légitimer leur hégémonie et leur autorité chancelante, et faire sauter ce qui reste des composantes de l'État civil. Il s'est toutefois heurté à un large rejet populaire et politique. Après avoir amendé la loi existante sur la Cour fédérale, on aspire maintenant à une sélection appropriée de ses membres et à ce que la Cour fonctionne d'une manière qui renforce la structure démocratique et civile de l'État irakien.

Le soulèvement héroïque et le mouvement de masse en général seront renouvelés avec plus de force car leurs causes existent toujours, et ont même augmenté en profondeur et en taille. C'est ce qu'ont démontré récemment les manifestations dans la province de Nasiriyah et dans d'autres provinces irakiennes.

Des efforts sont également déployés pour former des cadres de direction et de coordination parmi les manifestants et organiser des réunions avec les forces civiles et démocratiques, y compris le parti communiste irakien. Ils travaillent énergiquement et avec un sens élevé des responsabilités pour mobiliser l'ensemble du spectre politique et sociétal susceptible de modifier l'équilibre des forces par des moyens pacifiques et constitutionnels. Cela inclut une participation active et large aux prochaines élections, avec une lutte inlassable pour fournir les conditions nécessaires à leur déroulement dans l'équité et la justice.

Que toutes les forces qui aspirent au changement et qui ont un intérêt à le réaliser s'unissent et travaillent honnêtement et sincèrement pour ce qui est dans l'intérêt du peuple irakien et éliminent cette minorité au pouvoir qui a échoué dans tous les domaines sauf celui du vol.

Le Parti communiste irakien n'épargnera aucun effort pour rassembler les forces civiles et démocratiques et tous les patriotes de notre peuple dans un large front capable d'apporter le changement souhaité, de mettre fin au système ethno-sectaire de partage du pouvoir et à la corruption et de faire passer notre pays et notre peuple d'un état en faillite à un état civil démocratique et à la justice sociale.

Longue vie à notre peuple irakien et à ses forces démocratiques nationales.

Gloire aux martyrs du parti.

Vive le communiste irakien à l'occasion de son 87ème anniversaire.

Le Comité Central

Parti Communiste Irakien

31-3-2021

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-Iraqi-Communist-Party-statement-in-English-on-its-87th-Anniversary-31-March-2021/

Tag(s) : #Communiste#Irak

Dans IRAK

IRAK : DOUBLE ATTAQUE ANTI-US. LES RATS YANKEES DEBANDENT

Par Le 30/03/2021

10 assauts en 72 heures; les rats «yankee» en débandade

Tuesday, 30 March 2021 6:31 PM  [ Last Update: Tuesday, 30 March 2021 6:35 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un autre convoi militaire de la coalition amércaine a été visé dans la province de Dhi Qar en Irak. @IQNA/Illustration

Un convoi de la soi-disant coalition américaine anti-Daech a été visé par une bombe en bordure de route dans la province irakienne de Babel, en Irak. Des sources bien informées ont rapporté la prise pour cible d'un convoi logistique US dans la province de Dhi Qar.

 

 

Les explosions similaires se sont produites ces derniers mois sur la route empruntée par les convois militaires américains en Irak, la coalition américaine ayant été amenée à solliciter l'aide des entreprises irakiennes pour survivre aux explosions et transférer son équipement.

Ces attaques se poursuivent, alors que le Parlement irakien a approuvé une loi exigeant l'expulsion des troupes américaines d'Irak en janvier 2020 à la suite de l'attentat à la vie du commandant en chef de la Force Qods du CGRI, le général Qassem Soleimani et son compagnon, Abou Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hascd al-Chaabi.

Selon l'agence de presse Fars Ce mardi après-midi un convoi de la soi-disant coalition américaine anti-Daech a été visé par une bombe en bordure de route dans la province irakienne de Babel, dans le sud de l'Irak. L’explosion n'a fait aucune victime et  a endommagé un camion.

Aujourd’hui, Il s'agit de la deuxième explosion, l’avant-midi aussi, un  autre convoi logistique de la coalition américaine a été pris pour cible près de la ville d'Al-Nasiriyah dans la capitale de la province de Dhi Qar.

Les combattants de la mobilisation populaire irakienne, en lançant plusieurs opérations dans différentes parties de l'Irak, ont infligé de violents coups aux terroristes dans le sud-ouest de la province de Kirkouk et à l'est de la province de Salah al-Din et ont identifié leur base principale.

Un groupe conjoint de combattants de la mobilisation du peuple irakien en coopération avec des forces terrestres et aériennes de l'armée, et de la police fédérale irakienne, ont lancé une opération à grande échelle dans l'axe sud-ouest de la province de Kirkouk les cellules secrètes du groupe terroriste de Daech.

L'opération impliquait plusieurs brigades des forces de mobilisation populaires qui a débuté mercredi 3 mars dans la partie sud-ouest de la province de Kirkouk et dans les régions orientales de la province de Salah al-Din et comprend des parties des monts Hamrin.

La zone principale de cette opération commence à partir du pont Al-Zarqa à l'est de la province de Salah ad-Din au nord des montagnes Hamrin et se dirige vers les zones du barrage d'Al-Azim et de Wadi Al-Shay, Tal Eideh et Wadi al-Zaytoun au sud et au sud-ouest de Kirkouk et à la frontière avec le nord-ouest de la province de Diyala.

Dans un premier temps, les forces participantes ont pu identifier et détruire neuf cachettes terroristes de Daech et désamorcer 11 pièges à explosifs.

Les combattants ont également réussi à découvrir des tunnels utilisés par les terroristes pour transporter des troupes et du matériel.

Selon les dernières informations, les forces irakiennes ont réussi à sécuriser 25 villages dans la zone de l'opération et à détruire complètement un total de 33 bases et abris de terroristes de Daech.

La découverte de la base principale des éléments secrets de Daech dans la région de Wadi al-Shay, dans le sud-ouest de la province de Kirkouk, a été l'une des principales victoires des forces irakiennes

Les forces de  l’armée, de la police fédérale et de la mobilisation populaire irakienne lors d'une recherche minutieuse des terroristes ont pu déblayer et sécuriser une zone d'environ 2 400 kilomètres.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/30/648371/Irak--une-troupe-des-GI-s-chass%C3%A9s-%C3%A0-Dhi-Qar

Dans IRAK

IRAK : 5 ATTAQUES ANTI-US EN UNE HEURE

Par Le 25/03/2021

 

Toutes les voies de communication de l'US Army coupées

Thursday, 25 March 2021 5:58 PM  [ Last Update: Thursday, 25 March 2021 5:56 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les convois militaires US sont de plus en plus souvent cibles des attaques de représailles des groupes de résistance irakiens. (Illustration)

Trois autres explosions se sont produites sur le trajet des convois logistiques de la coalition américaine dans l’après-midi de ce jeudi 25 mars. Plus tôt dans la journée, deux autres explosions ont visé des camions de la coalition américaine.

La première explosion s'est produite dans la région d'al-Yousefiyah au sud de Bagdad, endommageant trois véhicules de la coalition américaine, mais sans faire de victimes. La deuxième explosion a eu lieu dans la province de Babel, au sud de la ville d'al-Hillah, et la troisième dans la province de Diwaniyah au sud de l’Irak où un autre convoi logistique de la coalition US a été visé plus tôt dans la journée par une bombe en bordure de route. Le groupe connu sous le nom d'Ahl al-Kahf a revendiqué l’attaque qui n’a pas fait de perte humaine.

Lire aussi : Frappes au missile ou exercices US?

Au même moment, une autre bombe a explosé sur le trajet du convoi de la coalition américaine dans la province de Dhi Qar au sud de l’Irak; le groupe appelé Awliya al-Dam a revendiqué la responsabilité de l’explosion.

Arrivés en Irak principalement depuis la frontière syrienne à l'ouest ou la frontière koweïtienne au sud, les convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak ont été à maintes reprises la cible d'attaques à la bombe en bordure de route, au cours de ces derniers mois. De sorte que la coalition commanditée par Washington a fait appel aux entreprises de sécurité locales en Irak irakiennes locales pour survivre aux explosions et transférer du matériel.

Lire aussi : Irak : un convoi militaire US attaqué à Babel

Il convient de rappeler que le Parlement irakien a approuvé un plan exigeant l'expulsion de toutes les forces étrangères du pays à la suite à l’assassinat ciblé de des hauts commandants de la Résistance en janvier 2020 par un drone américain.

Les attaques d'envergure contre les convois logistiques de la coalition américaine en Irak se poursuivent alors que les groupes de résistance irakiens avaient averti que la date limite pour le retrait des troupes américaines par le gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi était expirée.

Sur fond de la multiplication des attaques qui, se produisant quasi-quotidiennement, ont perturbé les routes d’approvisionnement des troupes US en Irak, l’analyste militaire irakien a révélé dans un discours prononcé il y a environ un mois que les États-Unis cherchaient à établir de nouvelles bases militaires le long de la frontière entre l’Irak et le Koweït  en vue de s'en servir au moment opportun. 

Tout laisse donc à croire que les militaires américains ne sont plus en mesure d'utiliser leurs bases dans la région à leurs propres fins. Ils sont constamment confrontés à des craintes d'attaques de la Résistance, comme l'a rapporté dimanche la chaîne d’Al-Arabiya dans un rapport sur la signature d'un nouvel accord entre Amman et Washington pour permettre le déploiement des troupes US, de chasseurs, de navires et de blindés en Jordanie.

Jordanie, nouveau front US/Russie

Jordanie, nouveau front US/Russie

La Jordanie a rendu public dimanche un accord de défense avec les États-Unis qui favorise la liberté de mouvement des forces américaines.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/25/648047/Irak-explosion-convois-US

Dans IRAK

IRAK : EXPLOSIONS EN CHAINE A AIN AL-ASAD !

Par Le 22/03/2021

Frappes au missile ou exercices US?

Monday, 22 March 2021 6:39 PM  [ Last Update: Monday, 22 March 2021 6:39 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Image satellite fournie par Planet Labs après l'attaque au missile iranienne de janvier 2020 sur la base américaine d'Ain al-Asad dans la province d'al-Anbar en Irak.

Les bruits d’explosion entendus à huit reprises depuis la base d’Ain al-Asad dans la province d’al-Anbar dans l’Ouest irakien sont dus aux entraînements militaires des soldats américains, a annoncé un haut responsable local de cette province.

« Les militaires américains ont utilisé différentes sortes de munitions lors de cet entraînement qui a eu lieu sous hautes mesures de sécurité, et qui ont causé des secousses et bruits d’explosion dans les quartiers environnants », ajoute la source.

Lire aussi :

Trêve rompue pour de bon, des missiles de la Résistance s’abattent sur la forteresse d'al-Anbar

Ces informations proviennent de la base d’Ain al-Asad, symbole de la présence illégitime des troupes américaines en Irak, tandis que le nombre d’attaques menées chaque semaine contre les convois militaires américains en Irak échappe aux agences de presse.

Irak: la Résistance dévoile ses missiles!

Irak: la Résistance dévoile ses missiles!

Dans la foulée, un convoi logistique américain a été pris pour cible d’une attaque dans la province de Salaheddine. Le canal Sabreeen News sur les réseaux sociaux a écrit que le groupe « Fasa’il Muqawama al-Doualiya » avait revendiqué cette attaque. De plus amples informations sur d’éventuels dégâts ou pertes en vies humaines se font toujours attendre.

Irak/Syrie : Biden a raté sa guerre

Irak/Syrie : Biden a raté sa guerre

Les USA ont menacé d’attaquer les lance-roquettes installés dans des villages proches du Tigre et plus précisément entre Diyala et Salaheddine.

Divers groupes populaires irakiens mènent quasi-quotidiennement des attaques contre les convois logistiques américains, depuis que le Parlement irakien a adopté une loi stipulant le retrait des forces américaines du pays, à la suite du lâche assassinat de deux commandants de la Résistance, le général Qassem Soleimani et Abou Mahdi al-Mohandes le 3 janvier 2020 près de Bagdad.

Sur Twitter, le porte-parole des Kataeb Hezbollah, aussi appelées le Hezbollah irakien, a lancé un sérieux avertissement à l’adresse du président américain Joe Biden : « Retire le plus tôt possible tes mercenaires d’Irak ! »

Le porte-parole du Hezbollah irakien ajoute : « C’est un avertissement à Joe Biden : de la même manière que nous avons puni tes prédécesseurs en leur faisant subir l’humiliation, nous allons te faire goûter l’enfer d’ici-bas avant l’enfer de l’au-delà, si tu reprends l’hostilité et refuses de faire sortir le plus tôt possible tes mercenaires de notre pays. »

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/22/647868/explosion-attaque-base-ain-al-asad-irak

Dans IRAK

LE HEZBOLLAH IRAKIEN AVERTIT BIDEN

Par Le 20/03/2021

Le Hezbollah irakien à Biden: Nous ferons de l'Irak un “enfer” pour vous

Saturday, 20 March 2021 6:22 PM  [ Last Update: Saturday, 20 March 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Porté par ce sentiment anti-américain décuplé, le Parlement irakien a voté en janvier 2020 en faveur de l’expulsion des 5200 soldats américains déployés en Irak – et potentiellement des militaires de toute la coalition internationale intervenant dans la région au nom d’une prétendue lutte anti-terroriste. (Photo d’illustration)

Le porte-parole du groupe de Résistance irakien, Kataeb Hezbollah, Abu Ali al-Askari a vivement critiqué le Premier ministre irakien, Mustafa Al-Kadhimi, le qualifiant de “traître” sans plus de détail et sans aller plus loin dans ses mots.

Les critiques formulées par le porte-parole du Kateb, à l’encontre du Premier ministre irakien semble être liées à un remaniement au sein des services du Renseignement irakien qui a abouti à la marginalisation des chiites remplacés sous l’ordre du Premier ministre irakien par des forces émiraties.

« Si vous reprenez la politique de l’hostilité envers nous, et si vous ne retirez pas vos mercenaires de chez nous, nous vous montrerons l’enfer d’ici-bas avant l’enfer d’autre monde, par la même méthode qui a puni et humilié vos prédécesseurs », a promis la résistance irakienne par la voix de son porte-parole.

La tension monte entre le mouvement Kataeb de l’Irak et les États-Unis depuis l'année dernière et à la suite des bombardements américains visant les sièges du mouvement de la Résistance ces dernières semaines qui ont fait 30 morts et 60 blessés.

Environ un mois après l’attaque américaine contre les forces du Hezbollah irakien, le Parlement irakien a adopté une loi interdisant la présence de troupes US sur le sol irakien, mais le président américain de l'époque, Donald Trump, a menacé Bagdad d'imposer « des sanctions sans précédent jamais vues auparavant ».

L'armée américaine a jusqu'à présent refusé de quitter l'Irak sous prétexte de ce qu'elle appelle une «formation militaire» des forces irakiennes.

Abu Ali al-Askari a fini par appeler les combattants yéménites à poursuivre leur représailles « dissuasives » contre l’ennemi.

Épaulée par les comités populaires d’Ansarallah, l'armée yéménite, a infligé des dégâts aux positions saoudiennes au cours des deux dernières semaines ayant recours à des attaques de représailles dissuasives en riposte aux bombardements meurtriers de la coalition d’agression menée par Riyad sur le pays.

Bagdad frappée:

Bagdad frappée:

La Résistance irakienne a déclaré que ben Salmane payera cher pour les attentats de Bagdad.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/20/647712/Irak-Hezbollah-Kataeb-Biden-Etats-Unis

Dans IRAK

IRAK : L'US ARMY DOUBLEMENT FRAPPEE

Par Le 19/03/2021

Convois US attaqués: Bagdad procède au retrait des forces étrangères

Thursday, 18 March 2021 5:26 PM  [ Last Update: Thursday, 18 March 2021 5:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les explosions visent les unes après les autres les convois militaires américains. (Illustration)

En Irak, alors qu’une troisième explosion, en une journée, vient de prendre pour cible deux convois militaires US, le président Barham Salih annonce sa décision de procéder à la mise en œuvre de la loi parlementaire approuvée en janvier 2020 pour expulser les forces étrangères d’Irak.

Deux convois logistiques militaires américains ont été ciblés près de la ville d’al-Samawah, chef-lieu de la province d’al-Muthanna dans le sud de l’Irak, a rapporté Saberine News, le jeudi 18 mars, soulignant qu’il s’agit d’une troisième attaque au cours des dernières 24 heures.

Plus tôt dans la journée, un autre convoi logistique de la coalition américaine a été touché par un engin explosif improvisé dans la province de Diwaniyah toujours dans le sud de l’Irak.

Les explosions similaires se sont produites au cours de ces derniers mois sur le trajet des convois militaires américains en Irak ; la coalition américaine ayant sollicité l’aide d’entreprises irakiennes locales pour survivre aux explosions et transférer ses équipements militaires.

Lire aussi : À Qaïm, les USA ont peur des missiles de la Résistance...

Les attaques contre les convois logistiques américains se poursuivent alors que le Parlement irakien a approuvé une loi exigeant l’expulsion de toutes les forces étrangères d’Irak en décembre 2020 à la suite de l’assassinat des deux hauts commandants de la Résistance, le général Soleimani et Abu Mahdi al-Mohandes par un drone américain près de l’aéroport de Bagdad.

C’est dans ce contexte que le président irakien, Barham Salih, a annoncé aujourd’hui la décision de son gouvernement de mettre fin à la présence des troupes américaines et étrangères dans le pays, dont le nombre se chiffre, selon lui, à 2 500.

Avertissant que les relations entre l’Irak et les États-Unis doivent être fondées sur les intérêts communs, le président irakien a indiqué que le dialogue stratégique entre Bagdad et Washington porterait sur les questions politiques, économiques et sécuritaires.

Plutôt samedi, Nasr al-Shemmari, le porte-parole du mouvement irakien al-Nujaba, a rappelé l’expiration du délai donné au gouvernement irakien pour le retrait des troupes américaines.

Lire aussi : L’alternative chinoise s’offre à l’Irak

Il affirmé que l’un des objectifs américains dans l’est de la Syrie est d’établir des points de passage sécurisés pour les organisations terroristes sur les frontières syro-irakiennes. Or la Résistance a, selon lui, toujours mis en garde qu’elle prenait l’initiative et qu’elle avait la capacité à riposter aux actions des forces d’occupation et nuire sérieusement à leurs intérêts de manière à assurer la dissuasion face à l’ennemi et à le forcer à se retirer d’Irak avec humiliation et défaite. 

Le coup lancé contre Aïn al-Asad relève de cette logique qui a largement contribué à établir un équilibre de la terreur USA/Résistance irakienne. 

Le porte-parole d’al-Nujaba a affirmé que les États-Unis ont déjà goûté aux offensives de la Résistance à l’époque où le nombre de leurs forces déployées en Irak s’élevait à plus de 300 000 ; ce chiffre réduit aujourd’hui à quelques milliers est largement insuffisant pour faire face à la Résistance qui est sur le point de mettre en place une nouvelle stratégie, selon laquelle aucune position des forces d’occupation ne sera à l’abri jusqu’à ce que le dernier soldat d’occupation quitte la terre d’Irak.

Al-Shemmari est allé encore plus loin en évoquant l’intention de l’Occident d’augmenter le nombre de ses forces sur le sol irakien dans le cadre de la présence de l’OTAN qui selon lui, suit deux objectifs. Soit l’OTAN cherche à dissimuler le retrait des Américains et à assumer la défaite en Irak plutôt que laisser Washington la subir seul, soit il s’agit d’une intention malveillante des États-Unis d’enflammer la situation intérieure et conduire à la fédéralisation de l’Irak. Et puis l’hypothèse d’une combinaison des deux objectifs n’est pas exclue : les États-Unis sèment le chaos dans le pays et en imputent la responsabilité aux forces européennes. Bref, ils les utilisent comme cible expiatoire. Mais, quels que soient leurs objectifs, une chose est sûre : l’escalade militaire anti US est irréversible, car la Résistance irakienne ne laissera ni l’Amérique ouvrir des passages pour Daech, ni couper la route stratégique Irak-Syrie-Méditerranée, ni bloquer le transit par voie terrestre du pétrole, du gaz irakien vers la Syrie, puisque la Résistance a fait un choix stratégique en intégrant la Route de la Soie.

Lire aussi : L’Iran relie l'Irak à l’axe de l’Est

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/18/647591/Convois-US-attaques-Bagdad-procede-au-retrait-des-forces-etrangeres

Dans IRAK

LA ROUTE DE LA SOIE ARRIVE EN IRAK

Par Le 17/03/2021

L’Iran relie l'Irak à l’axe de l’Est

Wednesday, 17 March 2021 4:43 AM  [ Last Update: Wednesday, 17 March 2021 5:39 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La nouvelle Route de la soie (La Ceinture et la Route )

Le vice-président de l'Organisation de la zone franche d'Anzali, Amin Ophoghi, a annoncé que l'Iran possède les routes terrestres les plus courtes de l'Est vers l'Europe. La première cargaison de marchandises chinoises a transité vers l'Irak via le port de la Caspienne.

« La première cargaison de 82 conteneurs de noix d'une valeur d'un demi million de dollars en provenance de Chine et du corridor Chine-Kazakhstan-Iran est entrée dans le port de la Caspienne. Il a transité par la douane de la zone franche d'Anzali vers l'Irak », a déclaré Amin Ophoghi

Soulignant que l'existence des capacités mentionnées a fait de la zone franche d'Anzali la porte d'entrée de l'Iran vers l'Eurasie, il a indiqué : « La nouvelle Route de la Soie (La Ceinture et la Route) relie les continents d'Asie, d'Afrique et d'Europe. C'est un modèle de transport combiné avec un ensemble de réseaux commerciaux ferroviaires, terrestres et maritimes. »

Route de la soie: l'Iran se connecte!

La nouvelle route de la soie ferroviaire partira de la Chine et passera par le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Iran via la ville de Sarakhs et la Turquie avant d’atteindre l’Europe.

PressTV / French / 11 nov. 2019

Le vice-président des affaires portuaires de la Caspienne de l'Organisation de la zone franche d'Anzali a déclaré : « Une nouvelle branche du corridor international "La Ceinture et la Route" a été lancée. Cette branche favorise le transit de marchandises de Chine par voie ferroviaire vers le port d'Aktau au Kazakhstan puis vers les pays de la région. »

Faisant référence à la poursuite du transit des marchandises via le corridor Chine-Kazakhstan-Iran (le port de la Caspienne) vers l'Irak, il a déclaré qu'« étant donné que l'Irak a adhéré à la Convention TIR, on s'attend à ce que le transit de marchandises par le corridor de transport depuis la zone franche d'Anzali vers la Syrie et la mer Méditerranée se développe ».

La liaison ferroviaire Iran-Irak

Selon l'ISNA, le Premier ministre irakien a déclaré lundi que l'accord de la liaison ferroviaire Iran-Irak était achevé et qu'il relierait l'Irak à la Chine. Il a déclaré que ce plan offrirait des opportunités économiques à l'Irak

Route de la soie: l'Iran se connecte!

La nouvelle route de la soie ferroviaire partira de la Chine et passera par le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Iran via la ville de Sarakhs et la Turquie avant d’atteindre l’Europe.

PressTV / French / 11 nov. 2019

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/16/647458/Route-de-la-soie-arrive-en-Irak-

Dans IRAK

BIENTOT DES SOLDATS CHINOIS EN IRAK ?

Par Le 14/03/2021

L'Alternative chinoise s'offre à l'Irak

Sunday, 14 March 2021 7:18 PM  [ Last Update: Sunday, 14 March 2021 7:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La 4ème attaque contre le convoi militaire américain à al-Diwaniyah en Irak. (Illustration)

Que la Chine se dit prête à « coopérer » à la lutte contre le terrorisme en Irak, alors même que le duo Biden-Austin relâche chaque semaine des dizaines de terroristes daechistes de la prison d’al-Hol à Hassaké à destination d’al-Anbar ou encore de Homs, et qu’il fait tout sans grand succès d’ailleurs pour lancer des attaques terroristes dans les grandes villes, ou encore sur les sites pétro-gaziers où Pékin a largement investi, cela veut dire qu’il y a quelque chose qui échappe désormais aux Américains, même si le Premier ministre Kazemi a tout fait sous pression US ces derniers mois pour empêcher que les 2 milliards de contrats signés par son prédécesseur avec la Chine restent en rade. Au fait, la lutte contre le terrorisme et son sponsor américain en Irak qui a fait de ses bases les camps d’entraînement pourrait plus particulièrement intéresser les Chinois à Bassora, cœur pétrolifère du Sud qu’ils devront sécuriser pour préserver leurs investissements, mais plus largement à al-Anbar. Pourquoi ? Car c’est par là que transite la route stratégique Irak- Syrie-Méditerranée qui devrait rejoindre la grande initiative Route de la soie. Et sur ce point Pékin ne peut que compter sur la Résistance irakienne qui se pose en un solide rempart pour empêcher que cette route, voie de transite terrestre de l’énergie vers la Syrie, ne tombe entre les mains de Daech. Mais coopérer à contrer le terrorisme peut aussi signifier envoyer des soldats à former les forces irakiennes, ou vendre des armes à l’armée irakienne ; et de ce point de vue, la perspective s’avère particulièrement intéressante quand on sait que l’OTAN est prête à multiplier ses effectifs en Irak, rien que pour occulter les agissements US et rendre le terrain impraticable pour toute coopération sino-irakienne. Alors l’aide militaire de Pékin à l’Irak inimaginable ? Pas tant que  

Le ministre chinois des Affaires étrangères lors d’une conversation téléphonique avec son homologue irakien, a souligné qu’il était prêt à coopérer avec Bagdad dans la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme.

Selon l’agence de presse Fars, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi vendredi lors d’une conversation téléphonique avec son homologue irakien Fuad Hussein a souligné la nécessité d’élargir la coopération bilatérale.

Selon le site Web du CJT. Wang Yi en évoquant le rôle important de l’Irak dans la région, a déclaré que Pékin soutenait Bagdad dans sa lutte contre les terroristes, y compris Deach.

Annonçant l’envoi du vaccin coronavirus en Irak, le chef de la diplomatique chinoise a déclaré que les deux pays devraient poursuivre la coopération et les négociations de post-coronavirus.

Wang Yi a ajouté que le gouvernement chinois continuerait à soutenir et à encourager les entreprises chinoises à jouer un rôle dans la reconstruction de l’Irak et à coopérer dans les domaines de l’électricité, des transports, des communications et de la gestion urbaine.

Fouad Hussein saluant également l’aide et le soutien de la Chine à l’Irak dans la lutte contre le coronavirus a affirmé que tout cela reflétait la profonde amitié entre les deux nations.

Soulignant l’importance de développer les relations entre les deux pays, le ministre irakien des Affaires étrangères a exprimé l’espoir de surmonter les conséquences de l’épidémie de coronavirus et de renforcer la coopération entre Pékin et Bagdad dans les domaines de l’économie, du commerce et des exportations de pétrole.

Il a ajouté que son pays pour assurer la stabilité et la sécurité dans la région était résolu à lutter contre le terrorisme et à maintenir des relations positives avec ses voisins.

Chine-Iran: séisme stratégique anti-US?

Ce que gagnera la Chine au Moyen-Orient, grâce à son alliance avec la Résistance, va au-delà de la Route de la soie...

PressTV / French / 29 juin 2020

Nasr al-Chammari, le porte-parole du Mouvement de résistance islamique al-Nujaba, s’est exprimé sur des motifs qui poussent les occupants américains à se nicher dans l’est de la Syrie. Selon lui les objectifs américains dans l’est de la Syrie peuvent être résumés comme suit :

1. Créer des points de passage sûrs pour les organisations terroristes entre la Syrie et l’Irak dans le but de perturber la situation interne entre les deux pays.

2. Ils essaient de déstabiliser le Croissant chiite « composé de l’axe chiite Téhéran-Bagdad-Damas-Beyrouth » dans le but de couper les contacts entre les pays de l’Axe de résistance et d’empêcher la création d’un passage terrestre iranien, irakien et syrien pour atteindre le Liban et la Palestine.

3. Une autre raison de la présence américaine est de bloquer l’exportation de pétrole et de gaz et d’étouffer le projet de la Route de la soie.

4. Créer des zones tampons pour éloigner les armes de la résistance le plus loin possible de la Palestine pour éviter au régime sioniste des attaques depuis ces zones.

Vers le corridor

«La Syrie adhère toujours à sa stratégie des “Cinq mers”, mettant en évidence sa décision de devenir un point de jonction entre la mer Noire, la mer Caspienne, le golfe Persique, la mer Rouge et la mer Méditerranée.»

PressTV / French / 15 déc. 2020

Dans une autre partie de ses remarques, al-Chammari également évoquant la présence de l’OTAN en Irak et l’objectif de l’Occident de fomenter une augmentation de la présence de ses forces sur le sol irakien a ajouté : « La présence de l’OTAN sur le sol irakien ne se résume qu’à deux possibilités : Premièrement, la présence de l’OTAN pourrait bien se substituer aux forces d’occupation américaines pour que de cette manière l’OTAN assume la responsabilité des défaites militaires américaines en Irak plutôt qu’à laisser à Washington les subir seul. Le deuxième facteur pourrait s’agir d’une intention malveillante des États-Unis d’enflammer la situation intérieure et de provoquer les divisions et de favoriser la fédéralisation de l’Irak ».

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants des Hachd?

PressTV / French / 21 févr.

Un groupe irakien diffusant une vidéo a revendiqué la responsabilité d’une attaque contre un convoi américain.

Samedi 13 mars, le groupe de résistance islamique irakien Ashab al-Kahf (Compagnons de la grotte) en publiant une vidéo de l’attaque contre un convoi militaire américain à al-Diwaniyah, en a officiellement revendiqué la responsabilité. Dans cette vidéo, prise à partir d’un véhicule en mouvement, une grave explosion se produit au passage du convoi transportant du matériel militaire.

De telles explosions se produisent quotidiennement sur la route des convois de la coalition américaine entrant sur le territoire irakien depuis le Koweït.

L’intensité et le nombre d’attaques ont augmenté après le bombardement des positions des Hashd al-Chabi qui a eu lieu le 3 mars par deux avions américains à la frontière irako-syrienne. 

Et selon Nasr al-Chammari, le porte-parole du mouvement al-Nujaba, l’accord entre les groupes de résistance et le gouvernement de Bagdad pour arrêter les attaques et le délai pour les troupes américaines de quitter l’Irak a expiré.

Irak: la Résistance frappe 

 

PressTV / French / 15 févr.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/14/647264/Chine-USA-axe-de-la-r%C3%A9sistance-convois-militaire--OTAN

 

Dans IRAK

IRAK : SEPT MEMBRES D'UNE MEME FAMILLE TUES LORS D'UNE ATTAQUE TERRORISTE DE DAECH

Par Le 13/03/2021

Irak: sept membres d’une famille tués dans une attaque présumée de «Daech»

Irak: sept membres d’une famille tués dans une attaque présumée de «Daech»

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 2 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Des hommes armés soupçonnés d'être liés au groupe terroriste «Daech» ont tué sept membres d'une famille après avoir fait irruption dans leur maison près de Tikrit, au nord de l'Irak, rapportent des sources au sein des forces de l'ordre.

Les assaillants ont fui les lieux, laissant derrière eux un homme grièvement blessé. Aucun groupe n'a jusqu'à présent revendiqué l'attaque.

En décembre 2017, l'Irak a annoncé sa victoire contre le groupe terroriste, après avoir reconquis l'ensemble du territoire occupé par «Daech» depuis 2014. «Daech» poursuit cependant ses attaques éparses dans ce pays ravagé par la guerre. Le groupe a notamment revendiqué la responsabilité d'un double attentat-suicide qui a fait au moins 32 morts dans le centre de Bagdad en janvier.

https://french.alahednews.com.lb/39125/304

Dans IRAK

IRAK : 4ème ASSAUT ANTI-US EN 12 HEURES

Par Le 12/03/2021

Irak : Un 4ème convoi US ciblé dans le sud

Friday, 12 March 2021 7:41 AM  [ Last Update: Friday, 12 March 2021 7:40 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi logistique militaire américain ciblé en Irak. (Photo à titre d’illustration)

Des sources irakiennes ont rapporté que le quatrième convoi logistique militaire américain avait été ciblé dans le sud de l'Irak.

La chaîne de Telegram « Sabereen News » a annoncé jeudi soir que le convoi avait été pris pour cible alors qu'il circulait sur l'autoroute Bassora-Nassiriya.

Le média irakien a également rapporté que le groupe de résistance irakienne, Saraya Awliya al-Dam en publiant un communiqué avait revendiqué la responsabilité de la quatrième attaque.

Selon le communiqué, il s’agissait d’une opération qui avait été menée par tir indirect. Lors de l’opération un convoi appartenant à des forces américaines a été visé par deux attaques.

Trois convois similaires ont été ciblés jeudi après-midi dans les provinces d'al-Anbar, al-Muthanna et Babil. Un nouveau groupe appelé la « résistance internationale » a revendiqué la responsabilité de la première attaque (menée à al-Anbar).

Lire aussi : 2021, fin des USA au Moyen-Orient ?

Irak : triple attaque anti-US

Irak : triple attaque anti-US

Trois convois logistiques appartenant aux forces américaines ont été pris pour cible dans différentes régions

Récemment, la soi-disant coalition anti-Daech dirigée par les États-Unis a déclaré qu'elle augmenterait ses forces en Irak, ce qui a conduit à davantage d'attaques contre les convois logistiques américains.

Les groupes de la Résistance irakienne ont appelé le gouvernement de Mustafa al-Kazemi à mettre en œuvre la loi adoptée par le Parlement irakien en janvier 2020, appelant à l'expulsion des troupes américaines et étrangères du pays.

Le parlement irakien a approuvé la loi après que les États-Unis aient assassiné le général Soleimani, Commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique et, Abu Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hachd al-Chaabi, dans un acte criminel près de l'aéroport de Bagdad.

Lire aussi : La cyberarmée "irakienne" s'apprête à porter des coups aux USA "sur le territoire américain"

Dans le même temps, les forces de renseignement militaires irakiennes font part de la destruction d'un tunnel stratégique et d'une grotte appartenant aux terroristes de Daech dans la province irakienne d'al-Anbar.

L'organisation a déclaré dans un communiqué: « Lors d'une opération de renseignement, les forces de cette organisation ont détruit l'une des grottes appartenant au groupe terroriste Daech, qui avait quatre tunnels dans la zone d’al-Nahda dans la ville d'al-Qaïm de la province d'al-Anbar.

L'organisation a ajouté: « Ces grottes qui étaient utilisées pour cacher et abriter des éléments terroristes, ont été complètement détruites par les forces de l’organisation. »

Irak: la Résistance déclare la guerre!

Irak: la Résistance déclare la guerre!

La Résistance a poursuivi et poursuivra ses opérations 

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/12/647124/Irak-convoi-US-cible

Dans IRAK

IRAK : TRIPLE ATTAQUE ANTI-US

Par Le 11/03/2021

Les convois logistiques US sont régulièrement visés en Irak

Thursday, 11 March 2021 6:08 PM  [ Last Update: Thursday, 11 March 2021 6:07 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Irak: les convois logistiques US repassent sous les bombes. (Photo à titre d’illustration)

Des sources irakiennes ont rapporté qu’un troisième convoi logistique militaire américain avait été ciblé dans le centre de l'Irak.

La chaîne Telegram « Sabereen News » a rapporté ce jeudi soir que le convoi avait été pris pour cible près de la ville d'al-Hilla, le chef-lieu de la province irakienne de Babil. Certaines sources indiquent que le convoi avait été ciblé par une bombe en bordure de route.

Plus tôt dans l’après-midi, la chaîne Sabereen News, avait fait part des attaques contre deux autres convois américains en Irak.

Selon la chaîne, un convoi du matériel logistique appartenant aux forces américaines a été détruit dans la province d'al-Anbar, dans l'ouest de l'Irak.

Un autre convoi transportant du matériel militaire US a été visé dans la région d'al-Samawah de la province d'al-Muthanna, dans le sud de l'Irak.

Ainsi, des sources irakiennes avaient rapporté le 3 mars que quatre convois logistiques américains avaient été ciblés en Irak.

Ces opérations avaient été effectuées dans les provinces de Bagdad, Babil et al-Muthanna contre les forces américains.

Ain al-Asad: les USA menacent!

Ain al-Asad: les USA menacent!

Selon une loi adoptée par le Parlement irakien en janvier 2020, deux jours après l’assassinat du général Soleimani, Commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique, et d’Abu Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hachd al-Chaabi, la présence des troupes américaines et non américaines est illégale en Irak et ces dernières doivent quitter le pays, le plus tôt possible.

De nombreux groupes irakiens considèrent les forces américaines présentes dans le pays comme des occupants et insistent sur leur retrait immédiat de l'Irak. Ils ont appelé à plusieurs reprises le gouvernement à mettre en œuvre la décision du Parlement.

Selon al-Maloumah, des députés irakiens ont mis en garde contre le complot américain visant à détruire l'Irak et à le déstabiliser en soutenant des groupes terroristes et en poursuivant leur présence dans le pays, ce qui leur permet de poursuivre les intérêts de Washington et de ses alliées dans le pays.

Lire aussi : Irak : la Résistance déclare la guerre !

Irak: Cyber-surprise de la Résistance!

Irak: Cyber-surprise de la Résistance!

Mohammad Karim, membre de la faction Sadeghoun au Parlement irakien, a déclaré à al-Maloumah : « les forces américaines soutiennent le terrorisme et accueillent les groupes terroristes et criminels dans leurs bases à l'étranger. Elles se servent de ces personnes pour créer l'instabilité et l'insécurité en Irak ou dans tout pays que les États-Unis ont l'intention de détruire.

Lire aussi : 2021, fin des USA au Moyen-Orient

Ainsi, un député de l’alliance al-Fatah au Parlement irakien a déclaré à ce sujet : « Les États-Unis poursuivent leurs conspirations contre l'Irak en soutenant les groupes terroristes afin de maintenir la présence de leurs forces en Irak et de déstabiliser le pays. »

D'un autre côté, Abbas Shoail, le député de la faction parlementaire Badr, a déclaré que le silence du gouvernement face à la conspiration américaine contre les unités de la Mobilisation populaire permettait à Washington de commettre plus de crimes contre l'Irak et ses forces de sécurité

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/11/647099/Irak-convoi-US-cible

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE DECLARE LA GUERRE !

Par Le 05/03/2021

Bases US à cibler; 7 principaux groupes de Résistance rompent la trêve

Friday, 05 March 2021 8:39 AM  [ Last Update: Friday, 05 March 2021 8:38 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les troupes américaines se tiennent près d'une installation endommagée touchée par des frappes aériennes iraniennes à l'intérieur de la base d'Ain al-Asad près d'Anbar, en Irak, le 13 janvier 2020. ©Washington Post

Le Comité de coordination des groupes de Résistance irakienne a confirmé dans un communiqué, jeudi, que la Résistance a poursuit et poursuivra ses opérations contre les forces d'occupation et leurs bases et qu’elle n’attaquera pas les missions diplomatiques.

Ce communiqué a ajouté:

« Les groupes entrent dans une nouvelle étape de la Résistance, dans laquelle leurs armes toucheront toutes les forces d'occupation et leurs bases dans n'importe quel secteur du pays. Et la Résistance jouit des droits pour le faire ainsi que du soutien de la population.

Ain al-Asad frappée, Abou Kamal vengée?

Ain al-Asad frappée, Abou Kamal vengée?

La base américaine d’Ain al-Asad aurait été prise pour cible d’une attaque aux roquettes.

 

La création de la Résistance irakienne est une décision irakienne. Elle agit en conformité avec la volonté du peuple et poursuivra sa lutte contre l’occupant jusqu’à ce que le pays soit complétement libre.  

Il est clair que tout parti qui fait obstacle aux plans de la Résistance d’affronter et d’expulser l'occupant, c'est un agent ou un traître et qu’il revient à la Résistance, de déjouer ses complots et de l’affronter », ajoute le communiqué avant de préciser :

« La Résistance considère la confrontation comme la seule option pour garantir la liberté, l'honneur et la dignité de l'Irak ».

Il est à noter que le comité de coordination des groupes de Résistance irakienne a également dénoncé la présence américaine en Irak et la récente frappe américaine contre les combattants des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) à la frontière irako-syrienne.

 

"Patriot" activé à Aïn al-Asad, USA se retirent de Tajji : une frappe au missile de la Résistance, en vue?

Patriot activé à Aïn al-Asad, USA se retirent de Tajji : une frappe au missile de la Résistance, en vue?

Il existe de fausses justifications pour légitimer la présence illégale des forces d'occupation américaines sur le sol irakien », conclut le communiqué.

Cette déclaration de guerre intervient 4 jours après la frappe aux 10 roquettes Arash 4 contre Aïn al-Asad.

La Résistance a asséné une gifle dure aux occupants à Aïn al-Asad

La frappe de missiles contre la base militaire américaine à Aïn al-Asad en Irak, est une évolution importante, car plus de 10 missiles Grad ont frappé toutes les bases américaines et ont surpris la Maison-Blanche et l'administration de Joe Biden.

L’attaque contre la base des militaires américains à Aïn al-Asad a été effectuée une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis a frappé les positions des Hachd al-Chabaab à la frontière irako-syrienne. Suite à ces événements, la Résistance irakienne a averti d’abroger tous les accords sur la présence des forces d’occupation américaines  en Irak.

CentCom US frappé en plein cœur ...

CentCom US frappé en plein cœur ...

Le scénario False flag signé McKenzie tourne court : Les bases américaines dans la région n

La frappe de missiles contre la base militaire américaine à Aïn al-Asad est un événement significatif, car pour la première fois, plus de 10 missiles Grad ont été tirés à une distance de huit km sur toutes les bases américaines malgré l’état d’alerte maximal des GI’s.

En général cette attaque transmet plusieurs messages à l’adresse des occupants US :

 Premièrement, la défense aérienne et radar équipée des États-Unis, qui était depuis longtemps stationnée sur le sol irakien et en particulier sur la base d'Aïn al-Asad, n'a pas réussi à détecter des frappes de missile et n'en a pas intercepté ou détruit.

Deuxièmement, l'armée d'occupation américaine a massacré de nombreux Irakiens innocents ces dernières années. Divers gouvernements irakiens, qui ont délaissé les intérêts irakiens pour éviter les frictions avec le gouvernement américain, ont observé le silence. Mais la Résistance et les combattants des Hachd al-Chaabi, surtout après la mort en martyr du général de corps de l’armée iranienne Qassem Soleimani et le N° 2 des Hachd a-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes ont démontré que la présence des occupants en Irak reste leur ligne rouge.

 

Un

 

La Résistance irakienne a averti à plusieurs reprises contre la présence des troupes américaines et les attaques sur les convois logistiques américains se sont multipliées ces dernières semaines.

Le troisième message est que l'Irak est très différent des émirats du golfe Persique et qu’il n'est pas un village US où le président américain pourrait installer une base et y faire circuler quiconque.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/05/646594/Irak-R%C3%A9sistance-USA-A%C3%AFn-al-Asad-Ligne-rouge-Pr%C3%A9sence

Dans IRAK

IRAK : AÏN AL-ASAD CRIBLEE DE MISSILES

Par Le 03/03/2021

Abou Kamal vengée; trois militaires US tués dont un officier

Wednesday, 03 March 2021 11:40 AM  [ Last Update: Wednesday, 03 March 2021 11:59 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les batteries de roquettes abandonnées à l'entrée de la base d'Aïn al-Asad, après une attaque qui a fait trois morts dans les rangs des militaires US/SouthFront

Décidément Avenger ni les radars italiens non plus n'on pas été de grand recours ! Il y a quelques jours, les médias militaires américains annonçaient avoir dépéché en urgence des batteries de DCA Avenger, espèce d'arme des années 50-60 sur les frontières syro-irakiennes puisque les batteries de missiles Patriot désormais déployées à la fois à l'ouest de l'Irak, au Kurdistan irakien mais aussi sur la rive est de la Syrie "sont incapables de faire face aux roquettes" de la Résistance irakienne. Vu des images et les informations qui viennent de tomber en provenance d'al-Anbar, c'est encore raté. Ce mercredi matin, la tristement célèbre base US à l'ouest de l'Irak, base transformée en forteresse depuis le 8 janvier 2020, date à la quelle une salve de 13 missiles balistiques iraniens "Qiam" l'a frappé de plein fouet de sorte que le chef du CentCom en s'en souvenant a encore le froid dans le dos, a été pris pour cible de "roquettes".  Entre 10 et 14 en tout, et 3 soldats US dont un officier aurait été tués. Selon cette information, les blessés auraient quant à eux évacués à bord d'un avion de l'unité 386 à la base américaine de Frankfort en Allemagne. Les roquettes auraient été tirées depuis l'ouest d'Al Anbar à partir d'Al Biyar, une zone agricole juste limitrophe d'Ain al-Asad. La base avait-elle été "aveuglée"? 

Ain al-Asad frappée, Abou Kamal vengée?

La base américaine d’Ain al-Asad aurait été prise pour cible d’une attaque aux roquettes.

PressTV / French / 1 mars

Wane Marotto, porte-parole de la coalition s'est précipité pour reconnaître la frappe, produite vers 7 heures (heure locale), visiblement content que la riposte promise par la Résistance irakienne au raid américain du 26 février contre Abou Kamal en est restée là : « Oui, on vient de subir une attaque ... les Irakiens ont ouvert une enquête... les résultats en seront communiqués ultérieurement ». Et pourtant peu de chance qu'il ne mente pas! Selon l'agence de presse Shafaq News, « pas moins de 10 roquettes ont ciblé la base Aïn al-Asad qui héberge les forces de la coalition américaine, 10 roquettes qui se sont abattus sur le sol », bien que Aïlnal-Asad soit protégée à la fois par Patriot, C-Ram et plus récemment Avenger. »

Austin a déjà perdu en Irak

Austin a déjà perdu en Irak

Les Hachd al-Chaabi portent des coups durs aux USA qui recourent à tout moyen pour les supprimer.

Des sources proches de la Résistance dont la chaîne Telegram Sabreen News évoquent un peu l'ambiance de ce matin sur cette base qui, ciblée déjà il y a deux jours, toujours par ces mêmes "roquettes", a poussé l'appareil médiatique US à censurer l'attaque, à la déguiser en "exercices militaires inter Aïn al-Asad" puis à forcer le chef du CentCom, à s'humilier et à déclassifier une vidéo tournée le 8 janvier 2020 sur la frappe du CGRI, façon indirecte de quémander à la Résistance le pardon d'avoir bombardé Abou Kamal. Certains y verraient déjà un équilibre de la terreur qui s'établit sans trop en avoir l'air entre une US Army qui tente de s'accrocher et une Résistance irakienne qui domine parfaitement les combats au sol. En effet, presque simultanément à la frappe aux roquettes visant Aïn al-Asad pour la troisième fois depuis que les Yankee sont en Irak, deux convois transportant du matériel logistique pour les forces américaines a été pris pour cible respectivement dans la ville méridionale d'al-Samawah et à al-Diwaniyah, une troisième et une quatrième attaque en à peine 12 heures. Le convoi américain transitait à al-Diwaniyah se dirigeait vers Harir, cette "imprenable base US" au Kurdistan irakien que la Résistance a criblée de 24 roquettes il y'a à peine quelques jours, provoquant la mort de plusieurs américains.

Selon la chaîne Telegram « Al-Alam Al-Maqawim », c'est le groupe « Qassem al-Jabarin » qui a revendiqué le raid contre al-Samawiyah qui n'a pas laissé de morts mais qu'il n'en reste pas moins paralysant pour une armée US qui ne sait plus à quel saint vouer pour éviter des bombes sur la bordure des routes ou des roquettes, un autre convoi logistique de l'armée américaine ayant été visé juste avant la frappe contre Aïn al-Asad, soit quelques heures plus tôt dans la province irakienne de Babel, à Hillah.

Ciel syrien, Missiles

 

PressTV / French / 2 mars

Pour revenir à Aïn al-Asad, Saberin News évoque des colonnes de fumée qui "élèvent toujours de la partie militaire de la base que "les Américains ont précipitamment évacués", tout "en retirant leurs soldats des postes de contrôle et de surveillance". Visiblement Saberin News a "ses yeux" à l'intérieur d'Aïn al-Asad sinon des "drones" qui semblent avoir sérieusement défié l'aviation américaine qui s'est payée le chic d'aller bombarder il y a quelques jours les positions de Kataeb Hezbollah à Qaëm/Abou Kamal dans le stricte objectif de faire sauter le verrou frontalier anti Daech syro-irakien et de ramener les agents takfiristes du Pentagone et de Lyod Autin en Irak pour y semer la terreur. Mais 2021 n'est pas 2014 et l'Irak a une puissance armée nationale qui sait la protéger.

Et justement, le sixième bataillon des Hachd a lancé ce matin une vaste offensive baptisé "Sang des martyrs" couvrant le sud-ouest de Kirkuk ainsi qu'une localité stratégique de Salaheddine. C'est dire que les troupes US et leur chef en tête Austin n'a pas eu d'autre choix ce 26 février que d'aller frapper la Syrie puisque l'Irak est déjà perdu pour les USA. Pour la petite histoire, Saberin News annonce le type "roquette" dont une dizaine vient de s'abattre sur Aïn al-Asad en représailles du raid US à Abou Kamal : il s'agit visiblement de roquette "intelligente" Arash-4 un engin de 122 mm développées à partir de  BM-21 Grad avec une portée de 40 km, et une ogives à fragmentation HE, acier à billes. Mine de rien, il pourrait y avoir des commotionnés cérébraux encore dans les rangs des soldats US à Aïn al Asad surtout que l'ogive de ces engins pèsent 19 kilo et qu'une quarantaine d'entre elles pourraient être tirés à partir d'un seule lanceur. D'ici quelques mois, on aurait peut-être encore McKeznie à l'écran entrain de louer malgré lui la "précision " et la "furtivité" des "roquettes de la Résistance irakienne".  

Aïn al-Asad: cuisant aveu US

Aïn al-Asad: cuisant aveu US

La chaîne américaine CBS a récemment diffusé des images vidéo déclassifiées par le chef du CentCom, qui selon The Drive ne mettent en scène que 5 des 13 missiles balistiques iraniens Qiam tirés contre la base US en Irak en 2020.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/03/646458/Irak-USA-A%C3%AFn-al-Assad-attaque-missiles-Al-Anbar

Dans IRAK

IRAK : DEUX CONVOIS MILITAIRES US ATTAQUES

Par Le 25/02/2021

Irak : attaque contre deux convois US

Thursday, 25 February 2021 7:16 PM  [ Last Update: Thursday, 25 February 2021 7:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux convois militaires américains attaqués en Irak. (Illustration)

Une fois de plus, des convois transportant du matériel logistique pour l'armée américaine ont fait l’objet d'attaques en Irak. Ce jeudi, deux convois de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont été pris pour cible dans les provinces irakiennes de Bagdad et Babil, rapporte l'agence de presse Saberin proche de la résistance irakienne.

A l’heure qu’il est, la coalition soi-disant anti-Daech n’a pas fait de commentaire sur l’attaque.

Lire aussi : Des tirs de missiles contre la base aérienne US à Balad une semaine après l'attaque contre Erbil

Arrivés en Irak principalement depuis la frontière syrienne à l'ouest ou la frontière koweïtienne au sud, les convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak ont ​​été à plusieurs reprises la cible d'attaques à la bombe en bordure de route, au cours de ces derniers mois. 

Les attaques de représailles se poursuivent alors que les groupes de résistance irakiens avaient averti que la date limite pour le retrait des troupes américaines par le gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi était expirée.

Lire aussi : Des soldats britanniques et français, futurs "boucliers humains" des GI's au Moyen-Orient ?

A la suite de l’assassinat ciblé de deux hauts commandants de la Résistance par un drone américain le 3 janvier 2020 près de l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a voté une loi exigeant le retrait des troupes étrangères d’Irak.

Considérant les troupes américaines présentes dans leur pays comme des forces d’occupation, les partis et les factions irakiens sont nombreux à appeler à leur retrait immédiat.

Mais, les récents incidents survenus au sein de l’armée américaine en Irak et le développement des groupes takfiristes en Syrie ont long à dire sur le transfert illégal de militaires et d'équipements américains

Ayant mis le retrait de ses troupes d’Irak à l’ordre du jour, Washington n’a toutefois pas caché son intérêt à envoyer des troupes en Syrie notamment pour maintenir sa présence militaire dans la région, contrecarrer l'influence turque dans le nord de la Syrie, ressourcer Daech dans le sud et soutenir les Forces démocratiques syriennes (FDS) au détriment du président Bachar al-Assad, dans le trafic et le pillage du pétrole de la Syrie; d’où l'intensification des affrontements entre l’armée syrienne et les milices kurdes.

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/25/646067/Irak-convois-US-attaques

Dans IRAK

IRAK : L’AMBASSADE AMERICAINE A BAGDAD CIBLEE PAR DES TIRS DE ROQUETTES. LES USA ACCUSENT LES ALLIES DE L’IRAN

Par Le 23/02/2021

L’ambassade américaine à Bagdad visée par des tirs de roquettes. Washington accuse les alliés de l’Iran

 Depuis 6 heures  23 février 2021

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l'ambassade des États-Unis à Bagdad

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l'ambassade des États-Unis à Bagdad

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l’ambassade des États-Unis à Bagdad, ont indiqué à l’AFP des sources de sécurité, la troisième attaque contre des intérêts de l’occupation en Irak en une semaine.

Une roquette est tombée dans la Zone verte, où se trouve le siège l’ambassade, tandis que d’autres se sont écrasées dans les zones situées autour de ce quartier ultra-sécurisé qui abrite également des institutions étatiques et autres représentations diplomatiques, précisent-elles.

Ned Price

Ned Price

Peu après cette attaque non-revendiquée, les Etats-Unis ont averti qu’ils tiendraient l’Iran pour « responsable » des actions en Irak des alliés de la république islamique.

Selon le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, les forces américaines éviteraient toutefois d’alimenter une « escalade qui jouerait en faveur de l’Iran ».

En riposte aux attaques américaines contre les positions des forces de mobilisation populaire Hachd al-Chaabi, qui combattent Daech avec l’aide de conseillers iraniens, des installations militaires et diplomatiques américaines ont été prises pour cibles en Irak depuis l’automne 2019 par des dizaines de roquettes ainsi que par des attaques à la bombe sur le réseau routier, mais la plupart de ces actions étaient menées à Bagdad.

Des missiles iraniens ont aussi frappé l’aéroport d’Erbil en janvier 2020, en même temps que la base Aïn Asad située dans la province d’Al-Anbar, à l’ouest de l’Irak,  en riposte à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par une frappe de drone américain à Bagdad.

Depuis l’assassinat de Soleimani, au côté du chef-adjoint du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes et de 10 de leurs compagnons iraniens et irakiens, le parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait des forces américaines et de la coalition internationale.

Cette demande a été ratifiée par le gouvernement d’Adel Abdel Mahdi lequel a envoyé deux messages au Conseil de sécurité et au commandement américain exigeant ce retrait. Mais les Etats-Unis ont refusé d’obtempérer prétextant que certaines composantes du parlement s’étaient abstenues de voter.

Depuis l’avènement d’un nouveau Premier ministre, Moustafa Kazimi, cette requête semble avoir été écartée, malgré les déclarations allant dans le sens contraire.  Face au refus américain, des groupes de résistance se sont formées pour les contraindre à se retirer.

https://french.almanar.com.lb/2014454

Dans IRAK

IRAK : 5 HEROÏQUES COMBATTANTS DES HACHD AL-CHAABI TUES LORS D’AFFRONTEMENTS AVEC LES TERRORISTES DE DAECH A DIYALA

Par Le 19/02/2021

Irak: 5 martyrs du Hachd al-Chaabi lors d’affrontements avec «Daech» à Diyala

Irak: 5 martyrs du Hachd al-Chaabi lors d’affrontements avec «Daech» à Diyala

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 5 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Cinq combattants du Hachd al-Chaabi sont tombés en martyre mercredi et jeudi lors d’affrontements avec le groupe terroriste «Daech» à Diyala.

Le Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) a annoncé jeudi trois martyrs et cinq blessés parmi ses membres, lors d'un affrontement avec des éléments de «Daech», dans le gouvernorat de Diyala, dans l'est de l'Irak.

«Les forces de la 28e brigade de la mobilisation ont affronté des éléments de Daech dans la province du nord de Diyala et ont pu contraindre les assaillants à fuir», a déclaré le Hachd dans un communiqué, ajoutant que «l'attaque a tué 3 membres des forces de Mobilisation populaire et en a blessé 5 autres», sans donner plus de détails.

Deux membres de la Mobilisation populaire ont été tués et quatre autres blessés dans la journée de mercredi, lors d'une attaque similaire menée par des éléments soupçonnés d'être affiliés à «Daech» dans la province, selon une source sécuritaire.

En 2017, l'Irak avait déclaré la victoire contre «Daech» en reprenant la totalité de son territoire, mais ces derniers mois, les attaques d'éléments présumés de «Daech» se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de «Triangle de la mort».

https://french.alahednews.com.lb/38782/304

Dans IRAK

IRAK : ERBIL FRAPPEE, LA CIA SAIGNE...

Par Le 18/02/2021

Irak/Harir : Cyber Unité ultra secrète de la CIA frappée à l'aéroport d'Erbil

Thursday, 18 February 2021 2:18 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 3:09 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un soldat US à Harir/AFP

Ces 24 "roquettes" de 107 mm  que Saraya Awlia al-Dam  a tirées contre  le "Ramstein" irakien, Harir, cette base située à l'aéroport d'Erbil au Nord où les Etats-Unis croient pouvoir maintenir encore pour longtemps ses troupes alors mêmes qu'aucun jour ne passe sans que leurs convois logistiques ne fassent l'objet des attaques à la bombe sur la quasi totalité des artères de communications irakiennes, ont visiblement fait bien plus que de laisser un bilan de cinq  blessés dans les rangs des "contractors US",  faire bousiller un superbe  Super King Air 350  de la CIA ou encore pulvériser un drone Reaper comme ceux dont usent et abusent les Américains pour intimider les forces irakiennes et ce, en soutien aux terroristes de Daech qu'ils arment , forment et héliportent depuis la Syrie vers l'Irak.

A preuve; cet exercice de C-RAM que les troupes US viennent de lancer en toute quiétude à l'intérieur de l'ambassade -Base qu'ils détiennent à Bagdad et qui a suscité un tollé à travers la capitale sans que le PM Kazemi soit à même d'y parer. En effet selon les toutes dernières informations ces roquettes tactiques et de peur de valeur dont les batteries ont été retrouvées non loin de la base, auraient bien visé un labo dernier cri de la CIA installé tout récemment à l'aéroport comme le QG de cyber-guerre.  

Aïn al-Asad

Aïn al-Asad

Des "roquettes" qui ont bousillé le rêve "bidenien" 

« Il s'agit d'un centre de formation aux  cyber-attaques largement utilisées contre les pays de la région". L'analyste irakien Al Adrdawi affirme même sur le site Al Maalouma que le QG accueillait avant d'être parti en fumée sous les coups des roquettes de la Résistance, des "forces spéciales venues de Syrie" et que ce contingent "opérant dans le cadre de Cyber Army" apprenait puis lançaient des "cyber attaques contre els "ennemis des USA" en Irak et dans la région.

"Certains officiers de la CIA sont également présent à Harir et ils sont chargés de la même mission. Le fait que les roquettes puissent avoir visé une unité ultra secrète qui est de surcroit impliquée dans des missions ultra confidentielles, devrait à l'heure qu'il est avoir prouvé aux Américains que la "Résistance les a sous l'œil partout" même là où ils se croient à l'abri. En effet ce qui vient de se produire affirme que  cette attaque a été menée par des parties à l'intérieur de la région du Kurdistan, signe qu'au moins une partie des Kurdes d'Irak, au contraire de que le Pentagone croit, s'oppose radicalement aux plans américains. Les deux avions détruits par les roquettes sont d'ailleurs en lien avec la CIA et cette labo dont elle dispose à Harir.  

USA: le

USA: 

Israël vend ses F-16

Et la source d'ajouter : " ce qui vient de se produire n'est pas non plus sans lien avec des capacités de défense de la Résistance car des cyberattaques, outre d'avoir à viser des entreprises, ou des sites sensibles, agissent aussi sur les dispositifs de défense, des missiles, ou encore des drones d'attaque ou kamikaze et il semblerait que la frappe aurait visé aussi cette capacité". 

La Résistance irakienne s'apprête-t-elle pour un nouveau round de force avec en perspective la mise à la porte définitive de l'armée américaine? Depuis l'attaque à Erbil, les menaces US se multiplient . Après une première annonce suivant de quelques heures la frappe contre Erbil, la porte parole du Département d'Etat s'est mis encore ce jeudi à menacer "les auteurs de riposte". Outre signe de panique qui ne trompe pas : l'OTAN vient d'annoncer évidemment sans avancer une quelconque date sa décision d'élargir son contingent à 5000 en Irak. Ces annonces se font alors que même les convois logistiques US ont enregistré ce mercredi le 22 ème attaque à la bombe  les visant depuis le début de janvier.  

Saberin News a rapporté que le convoi militaire ciblé appartenait à l'armée américaine et qu’il avait été visé par une bombe en bordure de route alors qu'il traversait la ville de Nassiriya, le chef-lieu de la province de Dhi Qar. Selon le rapport, le groupe de résistance islamique appelé « Ashab al-Kahf » a revendiqué l’attaque dans un communiqué. Cette semaine, le groupe a revendiqué la responsabilité d'une autre attaque contre les forces turques dans la province de Mossoul.

Missiles

Missiles

Œil pour œil, dent pour dent, la Résistance irakienne fait son baptême de feu de puissance balistique ...Riyad, la première cible

" La frappe visant l'aéroport militaire d'Erbil a eu lieu à peine un mois après la double attentat kamikaze le 19 décembre ayant visé la place Tayaran de Bagdad. Cette attaque a été ripostée par un groupe visiblement affilié à la Résistance dont les drones ont réussi à percer les Patriot saoudien avant d'être pris pour cible des missiles THAAD au dessus du palais du roi Salmane à Yammameh. Je crois bien que la Résistance irakien veut faire comprendre qu'elle a acquis elle aussi les capacités dont jouissent Ansarallah et qui ont fait plier les Etats Unis au point de revenir sur leur décision de les blacklister. Tout porte à croire que les prochaines semaines seront riches en surprise balistiques contre les Américains". 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645530/M%C3%A9ga-chasse-de-Daech-au-nord-est-de-l-Irak

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE FRAPPE LE "SULTAN"!

Par Le 16/02/2021

Mossoul: premier face-à-face troupes d'occupation turques/Résistance irakienne

Monday, 15 February 2021 6:22 PM  [ Last Update: Tuesday, 16 February 2021 4:42 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cette photo à titre d'illustration de Reuters montre une scène d'attaque de civils contre une base militaire turque à Dahouk dans le Nord irakien.

L'ultimatum de la Résistance irakienne a expiré. Sinjar ne sera pas la seconde Idlib, même si Erdogan compte y faire main basse pour plaire a l’administration démocrate… Une base militaire turque a été frappée à Mossoul ce lundi. Ashab al-Kahf, l’un des groupes de résistance islamique d’Irak a revendiqué l'attaque, lancée en réponse aux avancées de l’armée turque dans la province de Ninive. La Résistance irakienne a auparavant averti contre toute opération turque visant à envahir la localité de Sinjar sous le prétexte de repousser les éléments du PKK. Les agissements de l’armée turque dans la province de Ninive ont coïncidé avec une nouvelle tentative US de construire une base militaire à Hassaké où sont déployés les membres des FDS, soutenus par les USA. 

Le groupe de résistance islamique irakien Ashab al-Kahf (Compagnons de la grotte) a annoncé aujourd'hui qu'il avait ciblé une base militaire turque à Mossoul en représailles aux avancées militaires turques dans la province de Ninive.

Selon Sabreen News, une heure avant le bruit des roquettes tirées à Mossoul, le groupe de résistance irakien avait tiré un missile sur une base militaire turque à Mossoul.

 Le mouvement de résistance Islamique Al-Nujaba a revendiqué l'attaque sur la base militaire turque à la frontière irako-turque.

Base US à Al-Tanf

Base US à Al-Tanf

Un corridor aérien militaire reliant Téhéran à Lattaquié plus un liaison navale Bandar-Abas-Lattaquié....quelle surprise prépare la Résistance à Biden?

La coalition pro-américaine construit une nouvelle base dans le nord-est de la Syrie

Des sources syriennes ont fait part de la construction d'une nouvelle base de la coalition américaine dans le nord-est de la Syrie, près de la frontière avec l’Irak et la Turquie.

La chaîne télévisée Al-Mayadeen rapporte que la base devrait être construite dans le district d’Ain Divar dans la province de Hassaké, et les Américains ont d'ores et déjà transféré de nouveaux équipements militaires dans leurs bases de cette même province.

 

Des sources locales ont indiqué qu’un convoi de la soi-disant coalition multinationale composée de 50 camions transportant du matériel logistique et militaire, accompagnés de véhicules blindés, est entré en territoire syrien depuis l'Irak avant de se diriger vers les bases militaires à Qamichli et Hassaké.

La nouvelle base, dont la construction de certaines parties a été achevée, se situe dans la banlieue de la ville de Yaarabiya dans la région d'al-Malikiyah au nord-est de la province de Hassaké. Le site de la base était autrefois une piste pour les petits avions pulvérisateurs. L’armée américaine a entouré la piste de murs en béton préfabriqués et fait construire une piste d'atterrissage pour hélicoptères.

Dans le même temps, la coalition américaine a évacué la base Swama dans la province de Hassaké et a transféré la plupart de son équipement vers la nouvelle base.

À cet égard, l'agence de presse officielle syrienne, SANA, a rapporté que les militaires des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont soutenues par les États-Unis, ont confisqué la récolte de blé des agriculteurs de Hassaké et de Qamichli.

Le porte-parole du département américain de la Défense, John Kirby, prétend que 900 militaires américains y étaient déployés non pas pour faire main basse sur les gisements hydrocarbures syriens, mais pour combattre Daech.

Depuis quelque temps, de nombreux rapports font état d’une attaque probable turque contre Sinjar et l’occupation de cette région frontalière avec la Turquie sous prétexte d'affronter les paramilitaires du PKK. L’homme fort des Hachd al-Chaabi, Hadi Al-Ameri, a annoncé, il y a deux jours, que l'armée turque envisageait d'attaquer Sinjar, selon des informations fiables.

La Résistance met en garde Erdogan

La Résistance met en garde Erdogan

Le mouvement Asa

Critiquant les agissements et les attaques de la Turquie dans le nord de l'Irak, le chef de l’Alliance Al-Fatah au Parlement irakien a déclaré : « La Turquie doit cesser ses actes hostiles ; des actions qui non seulement ne servent pas les relations bilatérales avec l'Irak, mais auront un impact profond sur ces relations. Nous nous attendions à ce que la Turquie procède à se retirer complètement du territoire irakien, et non à accroître son occupation. »

Lire : Toutes les guerres qu'Erdogan a imposées à l'armée turque

Le chef de l’organisation Badr a par ailleurs appelé le gouvernement irakien à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher les attaques sur le territoire irakien.

Située dans la partie Ouest de la province de Ninive, au centre de la ville de Mossoul, Sinjar a été transformée, ces dernières années, par le PKK en une base militaire pour ses activités contre le gouvernement turc, en raison notamment du manque de forces irakiennes dans la région.

Ankara a averti à plusieurs reprises que la région deviendrait une deuxième Qandil – le nom d'une montagne près des frontières de l'Iran, de l'Irak et de la Turquie, où ont été cantonnés les éléments du PKK.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan a récemment averti que les forces turques pourraient soudainement lancer une opération à Sinjar du jour au lendemain.

En réaction aux récents avertissements d’Ankara, le porte-parole du commandement des opérations de l’armée irakienne, le général de brigade Tahsin al-Khafaji a déclaré ce lundi que l’Irak prendrait les mesures nécessaires en cas d'agression ou d'attaque étrangère sur son territoire.

« Toutes les unités militaires sont, affirme le général de brigade al-Khafaji, stationnées à Sinjar et la situation dans la région est sous contrôle et aucune action armée n'y est observée ».

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/15/645324/Irak-Syrie--les-dessous-des-op%C3%A9rations-US-turque

Dans IRAK

IRAK : PREMIERE OPERATION NAVALE ANTI-US!

Par Le 11/02/2021

Les vedettes rapides et les drones des Hachd entrent en action

Thursday, 11 February 2021 3:27 PM  [ Last Update: Thursday, 11 February 2021 3:26 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les Hachd al-Chaabi mènent des opérations d'envergure pour empêcher le resurgissement de Daech. (Illustration)

Ce n'est pas uniquement à Al-Anbar que la Résistance irakienne réprime, traque, et élimine les agents daechistes que le Pentagone de LIyod Austin, une fois relâchés des prisons de Hassaké et de Deir ez-Zor et entraînés rapidement à al-Tanf, se démène pour héliporter vers l'Irak. Alors même que les médias mainstream font tout pour effacer sous un flot d'informations dénaturées les extraordinaires capacités militaires des Hachd al-Chaabi, des rapports convergents font état de faits militaires particulièrement inouïs : une première opération amphibie de la Résistance irakienne impliquant des vedettes rapides (sans doute de fabrication iranienne) vient d'avoir lieu au large de Baqubah contre les agents takfiristes de l'US Army.

Lire aussi : De quoi est le signe la nuée de drones "irakiens" qui a percé le ciel de Riyad ?

Il s'agit de la plus grande opération de reconnaissance amphibie jamais menée en Irak. C'est pour la deuxième journée consécutive que les Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi) ont mené cette opération de reconnaissance amphibie, a déclaré Sadiq al-Husseini, porte-parole des forces des Hachd Chaabi à Diyala, lors d’une interview avec le site d’information Al-Maaloumah.

Considérée comme la plus grande jamais menée sur le sol irakien, l’opération s’est déroulée sur les eaux du lac Hamrin à 59 km au nord-est de Baqubah, a précisé al-Husseini en soulignant le soutien aérien des drones (encore de fabrication iranienne, NDLR) avec pour mission de "surveiller les rivages à distance". Cela veut dire que pour la première fois depuis 2003, l'Irak résistant se dote de capacités marines, de reconnaissance contre les troupes ennemies qui, retranchées à Ain al-Asad et Harir, croient toujours possibles une reconduction du scénario de 2014 quand l’Amérique avait encore un État fédéral et de quoi payer ses aventures militaires au Moyen-Orient.  

A ceci s'ajoute évidemment cette autre capacité des Hachd passée là encore sous le silence médiatique, celle manifestée les 23 et 25 janvier dans le ciel de Riyad via des drones d'une portée de 600 kilomètres et tirés en représailles à la double attaque kamikaze de la place de Tayran de Bagdad.

Lire aussi : Trois convois logistiques US attaqués en 12 heures à Hillah et à Babylone

Irak: Tel-Aviv

Irak: Tel-Aviv

L’opération stratégique à laquelle prennent part les unités de combat commando à bord de vedettes à grande vitesse, est lancée à Diyala pour assurer la sécurité des sources d’eau, mais aussi empêcher l’infiltration des terrorises de Daech sur les côtes et les îles environnant Baqubah. 

Et puis cette vraie armée nationale irakienne ne se limite pas seulement aux opérations navales. Partout où elle passe, le Pentagone a le souffle coupé. 

Sur fond de tentatives US/Daech de reprendre des opérations terroristes pour semer l’insécurité en Irak, les forces irakiennes ont lancé une opération majeure, baptisée Aswad al-Jazirah, pour protéger les provinces de Salaheddin, Ninive et al-Anbar.

À cet égard, un groupe conjoint de combattants des Hachd al-Chaabi (constituées des forces tribales et des 51e, 21e, 6e, 35e brigades), les forces de l'armée irakienne (91e et 20e brigades), les régiments de la police et le groupe Ansarallah al-Marjieh, mènent l’opération depuis neuf axes.

Soutenue par les Sukhoi de l’armée irakienne, l’opération se déroule dans les régions du centre et de l'ouest de l’Irak. Elle est concentrée principalement sur les zones désertiques situées entre les province de Salaheddine et de Ninive.

En outre, une recherche minutieuse est en cours sur ces axes, les forces de Hachd al-Chaabi s'efforçant d’identifier les cellules dormantes de Daech et leur quartier général. 34 maisons piégées ont été ainsi localisées à al-Anbar, non loin des frontières syriennes où les 60 pilotes US servent de "conducteurs aériens" aux terroristes de Daech héliportés de Syrie.

L'opération sur ces axes une fois couronnée de succès, la sécurité des régions du nord de la province d'al-Anbar sera en grande partie assurée. Elle contribuera à sécuriser la route Bagdad-Mossoul, les régions du nord et du nord-ouest de la province de Salaheddine ainsi que le parties centrale et occidentale de Ninive. 

Bassora: l'US Army attaquée

Bassora: l'US Army attaquée

Un nouveau convoi logistique américain a été pris pour cible sur l’autoroute Bassora-Nassiriya.

Lire aussi : Les GI's visés à travers tout l'Irak

Soutenues directement par les États-Unis et les régimes réactionnaires de la région, les cellules secrètes de Daech ont l'intention de défier les forces de sécurité irakiennes qui ont riposté avec une grande fermeté.

Décrivant les évolutions dans le nord de l’Irak, une source sur le terrain a expliqué que la dynamique des opérations des forces irakiennes s'est accélérée.

Lires aussi : À Bagdad Bogdanov parle coopération et échange multiface

En référence à la reprise des opérations terroristes par Daech, les sources affirment que les forces armées irakiennes, en particulier les Hachd al-Chaabi, sont déterminées à nettoyer les zones occupées par les terroristes, malgré certains sabotages.

Irak: 1er clash aérien USA/Résistance?

Irak: 1er clash aérien USA/Résistance?

Karbala se dote d’un aéroport où l’armée de l’air US risquerait sa peau

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/11/645039/Irak-1er-operation-navale-anti-US-

 

Dans IRAK

IRAK : L'US AIR FORCE DANS LE VISEUR

Par Le 11/02/2021

Missiles anti-avions pour en finir avec le transit aérien de Daech

Wednesday, 10 February 2021 6:39 PM  [ Last Update: Thursday, 11 February 2021 4:50 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un hélicoptère américain Chinook. (Photo d'illustration)

En Irak, les Hachd al-Chaabi et l’armée ont lancé une opération anti-Daech conjointe dans les provinces de Bagdad, de Samara et d’al-Anbar. 

Selon la chaîne d’information irakienne al-Sumaria, une opération d’envergure a commencé ce mercredi 10 février pour sécuriser les provinces de Bagdad, de Samara et d’al-Anbar en éradiquant les terroristes de Daech. 
L’opération implique les combattants des Hachd al-Chaabi, la Force aérienne et la Force terrestre de l’armée irakienne et couvre l’ouest de Bagdad, al-Karama et l’est du Lac Thartar. 

Les Hachd al-Chaabi et l’armée irakienne ont clôturé, le 26 janvier, l’opération de Thar al-Shohada qui était destinée à sécuriser la province de Salah ad-Din, au nord d’Irak. 
Lors de cette opération, six fiefs appartenant aux terroristes de Daech ont été découverts et détruits. 

Méga opération anti-US à al-Anbar

Méga opération anti-US à al-Anbar

Une opération militaire conjointe a commencé dans la province irakienne d’al-Anbar pour éradiquer les terroristes de Daech.

Par ailleurs, Amir Abdel Monem al-Saëdi, expert irakien, a déclaré à l’agence de presse al-Maalomah que les Américains héliportaient des groupes de terroristes de leurs bases à l’est de l’Euphrate, en Syrie, vers l’Irak, afin d’en déstabiliser des régions. 
« Les terroristes de Daech opèrent dans certaines régions de Diyala, de Salah ad-Din et d’al-Anbar et y perpètrent des attentats de temps à autre bien que les forces sécuritaires poursuivent leurs opérations contre ce groupe terroriste », a souligné Amir Abdel Monem al-Saëdi. 

Lire aussi: La Résistance décapite un réseau de trafic US en provenance de la Syrie

Il a précisé que les terroristes, soutenus par les États-Unis, recevaient des aides indirectes. « Les militaires américains tentent de déstabiliser des régions en Irak et alimentent les terroristes en fonds et en armements d’autant plus qu’ils les déplacent par leurs hélicoptères », a-t-il expliqué. 

Bassora: l’US Army frappée?

Bassora: l’US Army frappée?

Dans la foulée, un autre expert irakien a confié à al-Maalomah qu’une soixantaine de pilotes américains avaient été récemment déployés à la frontière irako-koweïtienne. 
Ahmed al-Sharifi a fait part des agissements de militaires américains sur la frontière irako-koweïtienne à l’insu de Bagdad. 
« Les militaires américains ont déployé, il y a quelques jours, 60 pilotes sur la frontière entre l’Irak et le Koweït », a-t-il noté. 

Lire aussi: Grande frappe au missile contre le duo USA/Daech

Selon l’expert irakien, « le déploiement de pilotes américains, équipés des géants hélicoptères Chinook, laisse prévoir des événements qui auraient lieu à l’insu du gouvernement irakien ». 

« Les militaires américains ont transféré ces hélicoptères en Irak sous prétexte d’un soutien logistique alors que ce prétexte cache la vraie raison de ce déploiement. Une importante évolution dangereuse est attendue et nous en avertissons le gouvernement irakien ». 
Ahmed al-Sharifi a déclaré que le nouveau plan des États-Unis de redéployer leurs militaires en Irak n’avait pas encore été médiatisé. 

« Ceci est préoccupant et le gouvernement irakien devra passer à l’acte », a-t-il averti.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/10/644992/Irak-Hachd-terroristes-Daech-Etats-Unis-helicoptere-

Dans IRAK

LA RESISTANCE EXPULSERA L'AMERIQUE

Par Le 09/02/2021

Promesse du 1er magistrat iranien en Irak à deux pas de la base Victory

Tuesday, 09 February 2021 6:29 PM  [ Last Update: Tuesday, 09 February 2021 6:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le chef du pouvoir judiciaire iranien, l'Ayatollah Ebrahim Raïssi (G), et son homologue irakien, Fayeq Zeidan, le 9 février 2021 à Bagdad. ©Mashregh News

Les chefs des pouvoirs judiciaires iranien et irakien ont examiné le dossier de l’assassinat du général de corps d’armée Qassem Soleimani. 
Le chef du pouvoir judiciaire de la République islamique d’Iran, l’Ayatollah Ebrahim Raïssi, a rencontré ce mardi 9 février à Bagdad son homologue irakien Fayeq Zeidan. 
Lors d’une conférence de presse conjointe ayant suivi cette rencontre, l’Ayatollah Raïssi a salué l’essor des relations et des coopérations judiciaires et juridiques entre l’Iran et l’Irak. « Le déplacement des pèlerins et la lutte contre la corruption étaient aussi au menu de nos discussions », a-t-il ajouté. 

Lire aussi : Où en sont les USA au 1er anniversaire du martyre de Soleimani ?

Dans la foulée, Ebrahim Raïssi a fait part de la signature d’un accord portant sur la lutte contre la corruption. « Aucun complot ne pourra influencer ni entraver les relations entre les nations iranienne et irakienne », a-t-il souligné. 

L'arsenal iranien s'ouvre à l'Irak

L’arsenal iranien s’ouvre à l’Irak

Le ministère iranien de la Défense est prêt à répondre aux besoins des forces armées irakiennes pour renforcer la puissance défensive de l’Irak.

Le chef du pouvoir judiciaire iranien a également remercié la Justice irakienne pour avoir assuré le suivi du dossier de l’assassinat du général de corps d’armée Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes. « Nous avons discuté avec la partie irakienne d’une réponse à l’assassinat des commandants martyr », a déclaré l’Ayatollah Raïssi. 
De son côté, Fayeq Zeidan a réaffirmé avoir examiné avec son homologue iranien l’assassinat de Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes. Il a précisé que des informations avaient été échangées entre les deux parties à propos de ce dossier
L’Ayatollah Raïssi, qui dirige une haute délégation judiciaire, est arrivé lundi 8 février à Bagdad où il a été accueilli en grande pompe par des responsables de haut rang irakiens. 
Depuis l’arrivée à Bagdad de l’Ayatollah Raïssi et la délégation qui l’accompagne, trois notes d’entente au sujet de la lutte contre la corruption des prisons et des coopérations judiciaires, ont été signées entre les deux parties. 

Irak: trois coups fatals anti-US?

Irak : trois coups fatals anti-US ?

Ain al-Asad frappée, armes iraniennes en Irak, Trump Poursuivi ; la boîte de Pandore est ouverte pour les Américains dans la région.

Lors des pourparlers officiels auxquels ont participé les délégations judiciaires iranienne et irakienne, le juge irakien, chargé du dossier de l’assassinat de Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes, a rappelé le mandat d’arrêt émis à l’encontre de l’ex président des États-Unis pour avoir commandité l’assassinat et d’ajouter : « Nous essayons d’apprendre s’il y avait des agents ayant révélé le trajet de déplacement des commandants de la Résistance ou non ». Le juge irakien a précisé que les commandants de la Résistance étaient passés par le Liban, la Syrie et l’Irak. 
À ce propos, le chef du pouvoir judiciaire irakien a déclaré qu’une réunion conjointe devrait avoir lieu avec la participation de l’Irak, de l’Iran, de la Syrie et du Liban. 

Irak:

Irak

Par ailleurs, le chef d’état-major adjoint des Hachd al-Chaabi ont souligné de nouveau que les forces américaines devraient quitter le sol d’Irak. 
Selon le site d’information irakien al-Maalomah, Abou Ali al-Bassari a déclaré que la loi, adoptée par le Parlement, sur l’expulsion des forces américaines était un véritable souhait de la nation irakienne.  
« Si les militaires américains négligent la loi du Parlement, les Hachd réaliseront de nouveaux plans pour les expulser », a-t-il averti. 
« C’est vrai que l’Irak souffre de certains problèmes et que les hommes d’État irakiens ne partagent pas tous les mêmes opinions, mais la majorité d’entre eux soutiennent l’idée du départ des forces américaines », a déclaré Abou Ali al-Bassari. Et d’ajouter : « Or, les intérêts de certains partis en Irak impliquent la présence des Américains dans ce pays. D’où leurs plans destinés à maintenir les forces US en Irak. » 

Irak: 4ème attaque anti-US en 24H

Irak : 4ème attaque anti-US en 24H

Le haut responsable des Hachd al-Chaabi a souligné que la position de cette organisation à ce propos restait immuable et transparente : « Nous avons perdu des combattants pour réaliser l’objectif de l’expulsion des forces américaines ». 
Il a souligné qu’au cas où la nouvelle administration américaine respectait la souveraineté d’Irak en en retirant ses forces, l’équation allait changer. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/09/644892/Iran-Irak-Etats-Unis-Soleimani-assassinat-Raissi-Hachd-militaires-USL

Dans IRAK

LE PARTI COMMUNISTE IRAKIEN CONDAMNE LA LACHE ATTAQUE ARMEE CONTRE LE BUREAU DU PARTI A NAJAF

Par Le 09/02/2021

8 Février 2021

Lundi 8 février 2021
Le Parti communiste irakien condamne la lâche attaque armée contre le bureau du parti à Najaf


Concernant la récente attaque armée contre ses bureaux dans la ville de Najaf, le Bureau politique du Parti communiste irakien a publié la déclaration suivante :

Ce matin (vendredi 5 février), le bureau de notre parti communiste irakien dans la ville de Nadjaf a été victime d'une attaque armée perfide et lâche, qui a provoqué un incendie et des dégâts matériels, sans faire de victimes.

Les bureaux du parti à Bagdad, Bassora, Diwaniyah et Nasiriyah avaient déjà été victimes d'attaques criminelles similaires. Les instigateurs sont apparemment provoqués par le rôle politique de notre parti, son soutien total aux masses et au soulèvement populaire, les objectifs des manifestants, leur aspiration au changement et à la fin du système des quotas et de la corruption. Les attentats ont révélé la frustration de ces forces face à la participation active des communistes irakiens au soulèvement et aux martyrs du parti qui ont perdu la vie alors qu'ils affrontaient la violence et l'oppression des manifestants. Les attentats reflètent également les tentatives renouvelées de ces forces de perpétuer le climat d'instabilité, de tension et de troubles dans le pays.

Toutefois, ces actes lâches n'ont pas miné et ne mineront pas la volonté des communistes, qui a été testée à plusieurs reprises au cours des 86 années d'existence du parti. Les auteurs de ces actes et ceux qui les soutiennent, à l'intérieur comme à l'extérieur, n'ont récolté que la honte, le déshonneur et la malédiction de l'histoire.

Cette nouvelle attaque lâche survient à la veille des préparatifs des élections législatives, qui devraient être libres et équitables et se dérouler dans un environnement sûr et pacifique, loin de la menace des armes, des pressions, de la coercition, de la corruption et de l'achat de votes.

De tels actes misérables ne feront que rendre les communistes irakiens de Nadjaf et des autres provinces du pays plus déterminés à poursuivre la lutte, avec les masses de son peuple, pour sauver la patrie et avancer sans relâche vers la construction d'un État fondé sur la citoyenneté, une véritable démocratie et la justice sociale.

Tout en condamnant cet acte criminel odieux et en déclarant notre solidarité avec nos camarades et les partisans du parti à Nadjaf, nous appelons les autorités locales et fédérales à agir rapidement pour appréhender les auteurs et les commanditaires afin qu'ils reçoivent la punition qu'ils méritent.
iraqicp.com


source : https://www.idcommunism.com/2021/02/iraqi-communist-party-condemns-cowardly-armed-attack-on-party-office-in-najaf.html

Tag(s) : #Irak#Communiste

Dans IRAK

IRAK : 4ème ATTAQUE ANTI-US EN 24 heures

Par Le 08/02/2021

Des «radars» de la Résistance activés a al-Anbar?

Monday, 08 February 2021 6:57 PM  [ Last Update: Monday, 08 February 2021 6:57 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les convois militaires US sont pris pour cible par les bombes en bordure de route. (Illustration)

Sur fond du déploiement militaire massif aux frontières entre l’Irak et la Syrie, une bombe a explosé au passage d'un nouveau convoi logistique américain.

Un autre convoi logistique américain a été visé dans la nuit du dimanche au lundi 8 février dans la ville de Samarra dans la province de Salaheddine, au nord de l’Irak, ont rapporté les sources irakiennes.

Alors qu'ils arrivent en Irak, principalement depuis la frontière syrienne dans l'ouest de l'Irak ou la frontière koweïtienne dans le sud du pays, ces convois qui transportent du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak, sont hebdomadairement voire quotidiennement pris pour cible par des bombes placées en bordure de routes au cours de ces derniers mois.

Lire aussi : Karbala se dote d'un aéroport où l'armée de l'air US risquerait sa peau

Les attaques contre les convois militaires américains se produisent alors que le délai accordé par le Parlement irakien au gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi pour expulser les troupes américaines est dépassé. 

Exigeant le retrait des troupes américaines d’Irak, le projet de loi a été adopté par le Parlement irakien suite à l’assassinat des deux hauts commandants de la Résistance par un drone américain le 3 janvier 2020 près de l’aéroport de Bagdad, capitale irakienne.

Lire aussi : À Bagdad Bogdanov parle coopération et échange multiface

De nombreux partis et factions en Irak réclament le retrait immédiat des forces occupantes américaines.

Dans cet ordre d’idée, Mohammed Saleh, commandant des forces terrestres de l'armée irakienne a fait état du déploiement massif de militaires sur les frontières avec la Syrie pour contrôler la sécurité dans les zones frontalières d’environ 600 km et d'empêcher ainsi les agissements du groupe terroriste Daech.

À noter que l'ambassadeur syrien à Bagdad a discuté samedi avec le ministre irakien de l'Intérieur d'un accroissement de l'échange de données et d'informations, les forces de sécurité ayant mis en place un grand nombre de points de contrôle sur les routes principales et secondaires pour empêcher toute faille de sécurité.

Le général de Brigade Saleh a annoncé la poursuite des efforts conjoints visant à renforcer les mesures de sécurité à la frontière avec la Syrie, notamment en creusant de grands trous, en posant des barbelés et en augmentant la surveillance électronique.

Indiquant que les opérations de recherche et de destruction des abris de Daech se poursuivraient, le commandement des forces terrestres de l'armée irakienne a souligné que la mise en place des mesures avait conduit à une forte réduction des capacités du groupe terroriste Daech.

Au cours des dernières semaines, l’Irak a été témoin de plusieurs opérations de sécurité qui se sont soldées par la mort des deux commandants du groupe terroriste Daech, Abou Yassir al-Issawi et Abu Hassan al-Gharibawi.

Par ailleurs, les forces de sécurité irakiennes ont arrêté aujourd’hui 15 terroristes de Daech dans différentes parties de la province de Ninive. 

1er clash militaire Biden/Résistance?

1er clash militaire Biden/Résistance?

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/08/644834/Irak-troupes-am%C3%A9ricaines-Syrie-attaque

Dans IRAK

IRAK : LE "KORNET" CONTRE L'HELICO US !

Par Le 07/02/2021

Trois convois logistiques US attaqués en 12 heures à Hillah et à Babylone

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Dehlaviyeh ou Kornet iranien, les hélico US transportant Daech en connaitront le goût?(Archives)

Trois attaques visant les convois logistiques US en 12 heures dont deux au centre soit dans la province de Babylone et une, à Hilla!  Attaquer les convois US au centre, cela veut dire très clairement que la stratégie de Biden d'alimenter depuis la Syrie et ses prisons kurdes bourrés de terroristes a du plomb dans l'aile car à ces attaques bien ciblées qui se font souvent à coup de bombe téléguidée, s'ajoutent des dizaines d'arrestations de terroristes qui aussitôt après avoir été héliportés depuis la Syrie,  tombent dans le filet de la Résistance et de son système de renseignement qui en dépit des remaniements pro US du PM Al Kazemi continue à marcher à merveille et traquer les agents takfiristes de l'Empire non seulement sur les frontières irakiennes mais encore à travers l'Irak. Cela marque un tournant que les USA, leur base-ambassade à Bagdad n'avait pas tenu en compte quand il a décidé à déterrer le projet Daech.

Grâce à la Résistance, les forces armées irakiennes opèrent dans une posture parfaitement offensive et sur plusieurs fronts de l'est à l'ouest, du Nord au Sud. Certes, les pertes existent mais elles sont minimes comparées à ce que les Américains ont pu provoquer entre 2014 et 2018. Et puis il y a ce redoutable rempart anti-Empire à al-Anbar sur les frontières avec la Syrie, Al Anbar où Riyad/Israel/USA ont conjugués tous leurs efforts pour contrer l'Irak Résistant à coups d'armes, de pétrodollars mais où les bataillons des Hachd anticipent leur moindre opération sur fond de découverte des stocks d'armes, des repaires souterrains... Les observateurs font remarquer une chose : " Daech de 2021 est affaibli, dispersée et surtout non-irakien. Les Irakiens, eux se trouvent dans les rangs des Hachd. Trois défauts qui empêchent Biden de gagner son pari".  

 Des sources irakiennes ont rapporté justement qu'à la lumière des multiplications des attaques visant les convois logistiques américains, ces derniers se sont repliés au Kurdistan irakien. Harir, leur principale base s'élargit puisque les troupes US n'ont plus la latitude de pratiquer les voies de communication habituelles au centre, à l'ouest , au nord et au sud de l'Irak. La route donnant accès au Koweït n'est pas non plus sûre, la Résistance ayant multiplié ses opérations sur cet axe.  Des troupes US se sentent d’ailleurs de moins en moins sûres au Koweït, deux GI's ayant été tués dans des "accidents suspects" au mois de janvier.  

Bref au sol, Daech bis ou ce qui revient au même, armée de terre US n'a pas su juqu'à présent s'imposer. Surtout dans la partie occidentale de la province d'Al-Anbar, à la frontière avec la Syrie où les bataillons les plus expérimentés des Hachd sont déployés. Selon Al-Maalomah, les forces irakiennes sécurité stationnées le long de la frontière avec la Syrie disposent des systèmes radars et d'écoute pour empêcher les terroristes de s'infiltrer .

Les coopérations avec le renseignement syrien, russe et iranien sont directes, ce qui permet une totale imperméabilité de la frontière :  «Les forces de sécurité ont mis en place un grand nombre de points de contrôle sur les routes principales et secondaires pour empêcher toute faille de sécurité». L'ambassadeur syrien à Bagdad a discuté samedi avec le ministre irakien de l'Intérieur d'un accroissement de l'échange des données et informations.

Selon le Hezbollah irakien, les USA forment et entraînent les terroristes dans leurs bases en Syrie ( Deir ez Zor, Hassaké, Qamichli), à la frontière syro-irakienne et jordano-irakienne avant de les envoyer à l'assaut des frontières. La base US à al-Tanf est le point de départ d'un couloir aérien et terrestre qui finit à Aïn al-Asad en Irak et par où sont transités les terroristes.  L'ennui est que les Daechistes n'arrivent plus à s'implanter !

Lire: Karbala se dote d'un aéroport où l'armée de l'air US risquerait sa peau

Les forces irakiennes détruisent automatiquement tous les repaires et QG terroristes : " C'est une course poursuite contre les terroristes de Daech  que nous traquons, et éliminons souvent et mais aussi contre les forces spéciales US qui tentent à chaque fois de sauver les daechistes à bord des hélicoptères, juste avant que nous n'arrivions. Les zones désertiques de l'ouest de la province d'al-Anbar sont situées près des frontières avec la Syrie, la Jordanie et l'Arabie saoudite, et c'est là que le QG de l'axe US/Riyad/Israël. Le gros des terroristes sont réunis et formés dans la banlieue d'al-Rutba. C'est sur le même axe que Homs en Syrie et surtout al-Tanf. De plus en plus de voix exigent au sein de la Résistance des missiles anti-blindé car à ce rythme il faut en découdre directement avec les chars et blindés US qui servent de paravents aux terroristes de Daech. 

La Résistance irakienne ouvrira les portes de ses stocks d'armes et de missiles? Le missile antichar le plus puissant, fabriqué par les industries militaires iraniennes, Dehlaviyaeh, fera largement l'affaire dans les zones désertiques d'al-Anbar surtout qu'il a été récemment équipé d'un fusible laser. C'est la version iranienne du missile russe Kornet, avec une portée maximale de 5 500 mètres. Il est doté d’un système de guidage laser semi-actif et d’un désignateur laser. Le désignateur laser sert à illuminer la cible afin de guider le missile vers son but. Cette illumination doit être maintenue jusqu’à ce que le missile atteigne sa cible.

L’avantage de ce système c’est que le laser n’opère pas nécessairement dans le spectre visible, ce qui réduit le risque de déclenchement des systèmes de défense de la cible. Le missile peut avancer sur une vague de rayons laser projetée par le lanceur et rester à l’abri de la réaction défensive de la cible. Et puis, le missile Dehlaviyeh porte une charge explosive de 6,8 kg et peut percer le blindage d’une épaisseur de 1 000 à 1 200 millimètres sans compter le blindage réactif des véhicules ou des chars. La charge explosive à deux temps permet au missile Dehlaviyeh de devenir une arme très efficace contre les blindages multicouches. Le missile et le lanceur pèse 27 kg. Deux ou trois soldats peuvent porter facilement chaque missile emballé dans un lanceur cylindrique jetable. Le missile est chargé sur le lanceur en 30 secondes.  Le missile Dehlaviyeh  équipé  de nouveaux fusibles lasers, d'ailleurs inexistants sur les Kornet russes est capable selon les experts militaires de prendre pour cible des hélicoptères. Bref, Dehlaviyeh a tout pour faire revenir le duo Biden-Austin sur l'idée d'un Daech bis à implanter en Irak 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/07/644718/Irak--m%C3%A9ga-chasse-des-troupes-US-au-sud-et-au-centre

Dans IRAK

RENSEIGNEMENT : NOUVELLE STRATEGIE DES HACHD AL-CHAABI

Par Le 31/01/2021

D’importantes opérations de renseignement contre les supplétifs US

Sunday, 31 January 2021 7:28 PM  [ Last Update: Sunday, 31 January 2021 9:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants des Hachd al-Chaabi d'Irak. ©Fars News/Archives

Après l’attentat terroriste sur la place Tayran, à Bagdad qui a précédé une offensive visant les combattants des Hachd al-Chaabi, ces derniers, en coopération avec les forces de sécurité irakiennes, ont lancé une nouvelle série d’opérations anti-Daech dans les différentes régions d’Irak. 
Parmi ces opérations, Thar al-Shodaha est l’une des plus importantes et sa deuxième phase a commencé aujourd’hui dimanche 31 janvier.  
La première phase de Thar al-Shodaha a été lancée le 20 janvier dans les provinces d’al-Anbar, de Kirkouk et de Salah ad-Din. 

Lire aussi : Opérations préventives contre Daech à Samara : les détails

La première phase de l’opération Thar al-Shodaha, qui impliquait les 22e, 88e et 9e brigades des Hachd al-Chaabi ainsi que l’unité spéciale de cette organisation et le commandement de l’opération de Salah ad-Din chez l’armée irakienne, a été soutenue par l’aviation irakienne. Lors de cette opération, plusieurs fiefs des terroristes de Daech au sud de Kirkouk ont été découverts et détruits d’autant plus qu’Abou Yasser al-Issaoui, numéro deux de Daech, a été abattu. 

Irak: les Hachd arrêtent des daechistes

Irak : les Hachd arrêtent des daechistes

Les Hachd al-Chaabi ont capturé de hauts membres de Dach à Kirkouk.

En plus, les repaires de terroristes de Daech ont été détruits dans la ville d’al-Routbah, à l’ouest d’al-Anbar, et un commandant de Daech a été arrêté dans un piège tendu par les forces irakiennes. Le terroriste arrêté se déplaçait entre les provinces de Salah ad-Din, d’al-Anbar et de Ninive et il était impliqué dans des attentats à Abou Kamal et Baqouz en Syrie. 
Les forces irakiennes ont au total sécurisé 450 kilomètres de la frontière irako-syrienne afin d’empêcher les terroristes de s’infiltrer en Irak depuis la Syrie. 

Lire aussi: Réseaux de la CIA infiltrés, GI’s peinent à piloter Daech

Les Irakiens passent à l’offensive : 

Les forces irakiennes ont renoncé à leur stratégie de défense et sont passées à l’offensive en menant neuf opérations antiterroristes à Kirkouk, à Salah ad-Din et à al-Anbar. Un grand nombre de terroristes ont été tués ou arrêtés lors de ces opérations. 
Par ailleurs, les combattants des Hachd al-Chaabi se sont déployés aux alentours du désert de Najaf afin d’empêcher les terroristes de s’infiltrer dans cette région. 

Méga opération anti-US à al-Anbar

Méga opération anti-US à al-Anbar

Une opération militaire conjointe a commencé dans la province irakienne d’al-Anbar pour éradiquer les terroristes de Daech.

Ailleurs à Bassora, une opération a commencé au nord et au sud impliquant les militaires de l’armée, les effectifs de police, les agents des services de sécurité, les forces sécuritaires et les combattants des Hachd al-Chaabi. L’opération vise à arrêter les terroristes, récupérer les armes illégales et rétablir la sécurité dans la province de Bassora. 

Lire aussi: Les Hachd repoussent une offensive contre le pétrole irakien

Attaque de drones des Hachd contre Daech :

Les combattants des Hachd ont lancé trois attaques au drone simultanées depuis trois directions contre les cellules dormantes de Daech, qui se cachaient dans des régions difficiles d’accès de l’est de Salah ad-Din. Trois repaires et un tunnel appartenant aux terroristes ont été détruits. 
Selon Ali al-Husseini, en charge des opérations du nord des Hachd al-Chaabi, « les opérations surprises se poursuivent pour éradiquer les terroristes dans les provinces déjà libérées ». 

Irak: base US criblée de missiles

Irak : base US criblée de missiles

En Irak, un autre convoi logistique de l’armée américaine a été attaqué.

Par ailleurs, d’importantes opérations de renseignement se poursuivent contre les terroristes et 17 commandants de Daech ont été tués grâce à ces opérations dans un laps de temps allant du mois de septembre jusqu’à la fin de janvier 2021. 

Lire aussi: Irak : le coup de massue anti-US (Débat)

Après avoir détecté les fiefs des terroristes, lors des opérations de surveillance, plusieurs entre eux ont été détruits par les forces irakiennes. 
Par ailleurs, une ceinture sécuritaire a été placée par les Hachd al-Chaabi autour de la ville de Jalula dans la province de Diyala afin d’empêcher toute infiltration terroriste et de protéger les habitants de cette ville. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/31/644259/Irak-Hachd-Chaabi-terroriste-Daech-attaque-

Dans IRAK

IRAK : L'OFFENSIVE ANTI-US DE LA CHINE

Par Le 31/01/2021

 

La Résistance chasse les pilleurs du pétrole irakien

Sunday, 31 January 2021 5:20 PM  [ Last Update: Sunday, 31 January 2021 5:59 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les compagnies pétrolières américaines en Irak cèdent leur place aux Russes et Chinois. ©Huge questions/Illustration

Depuis samedi soir deux convois logistiques militaires américains ont été pris pour cible dans le sud de l'Irak, à Diwaniyah et à Babel. C'est la chaîne Telegram « Sabreen News » qui a rapporté que le premier convoi avait été visé dans la province d'al-Diwaniya et le second à Hilla. Mardi dernier, les médias irakiens ont rapporté qu'un convoi logistique militaire américain avait été pris pour cible alors qu'il traversait une route de Samarra au nord de Bagdad.

C'est la 15ème attaque anti-US depuis que Biden est arrivé à la Maison Blanche avec le dessein totalement avoué de vouloir ramener l'Irak à 2014, date à laquelle le pays a été pris pour cible de l'armée daechiste des États-Unis dit Daech qui a eu pour mission de faire ramener les GI's en Mésopotamie. Depuis le 20 janvier des convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans différentes bases militaires en Irak et surtout transitant les principales voies de communication comme Nassiriya, Diwaniya, Salaheddine, ou Bassora sont visés par la Résistance qui semble suivre une visée très particulière.

Irak: 5e convoi US attaqué

Irak: 
​​5e convoi US attaqué

Un cinquième convoi logistique de troupes américaines en Irak a été visé en ce vendredi 22 janvier.En plus d'avoir à mettre à la porte de l'Irak, les troupes US, à l'origine de l'instabilité chronique du pays, la Résistance irakienne est sur le point de faire place nette en termes de l'énergie. En effet les attaques sont menées de façon à pousser les Américains à quitter les champs et les gisements pétroliers et l'exemple de Kirkuk où les Américains mènent par Daech interposé un combat perdu d'avance en apporte la preuve. En effet, les nouveaux contrats pétroliers de l'Irak tendent à signifier un virage géostratégique avec en toile de fond le français Total qui jette l'éponge au profit du russe Lukoil ou du Chinois Zhenhua Oil .

Lire aussi: Contrat de deux milliards, Pekin ne veut pas se laisser faire

Vers le début du mois de décembre, des sources de Bloomberg ont suggéré que le géant pétrolier français Total SA cherchait à se débarrasser de sa participation de 18% dans le bloc d'exploration de Sarsang, au nord du Kurdistan irakien. Mais à présent, le ministère irakien du Pétrole a signé un protocole d’accord avec le géant pétrolier pour exécuter des « projets importants et prometteurs » en Irak, en particulier dans le domaine du gaz naturel et des énergies propres, a déclaré mercredi le ministère du pétrole du pays.

Irak: Patriot chassé par Bavar-373?

Irak: Patriot chassé par Bavar-373?

Le PDG de Total, Patrick Pouyanne, était dans le pays au moment de la signature. Total détient déjà une participation de 22,5% dans le champ pétrolifère irakien de Halfaya, dans le sud de l’Irak, et il conserve encore, pour l’instant, cet actif de 18% de Sarsang dont il était censé sortir. Au profit de la Chine. La Chine se fraye en effet un chemin dans l’industrie pétrolière irakienne, notamment via un accord d’approvisionnement en pétrole de 2 milliards de dollars sur cinq ans entre le gouvernement fédéral irakien et la société chinoise Zhenhua Oil.

Et puis il y a la Russie. Selon Reuters, la société russe Litasco, filiale du pétrolier Lukoil, financera le projet pétrolier irakien de Nassiriya pour doubler sa capacité de production à 200 000 barils par jour (b / j), a déclaré mercredi la société d'État irakienne Dhiqar Oil Co dans un communiqué. L'accord qui a été approuvé par le cabinet irakien comprend la construction d'une installation de production de pétrole de 100000 b / j et d'un oléoduc de 42 km par une coentreprise entre la société d'État pour les projets pétroliers (SCOP), une branche du ministère du Pétrole supervisant le projet, et l'Italien Progetti Europa. & Global. Le projet prendra 28 mois, selon le communiqué. La Résistance est-elle sur le point de tirer le tapis « énergétique » sous les pieds US/OTAN au profit de ses alliés? Cela en a l'air... 

Irak: l'offensive anti-US de la Chine!

Irak: l'offensive anti-US de la Chine!

Des groupes de la Résistance irakienne appellent le gouvernement à accélérer la mise en application du projet d’Al-Faw.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/31/644211/Irak-convois-US-p%C3%A9trole-attaque-Russie-Chine-Syrie

Dans IRAK

IRAK : ATTAQUES ANTI-US TOUS AZIMUTS DE LA RESISTANCE

Par Le 26/01/2021

Les maîtres américains de Daech en sont pour leurs frais, 9 attaques visant les convois US en 5 jours

Tuesday, 26 January 2021 10:34 AM  [ Last Update: Tuesday, 26 January 2021 1:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi logistique américain visé en Irak. (Photo d'illustration)

A ce rythme, Biden saura difficilement maintenir le cap, et appliquer comme il semble le croire possible le plan d'une résurrection de Daech en Irak même si selon certaines sources quelques 4000 terroristes auraient été infiltrés à bord des convois militaires américains en Irak, convois que depuis l'invasion américaine de 2003, aucune force militaire irakienne n'a le droit d'inspecter. La Résistance irakienne composée désormais d'une myriade de