DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRAKIEN A L'OCCASION DE SON 87e ANNIVERSAIRE

tourtaux-jacques Par Le 04/04/2021 0

Dans IRAK

4 Avril 2021

Déclaration du Parti communiste irakien à l'occasion de son 87e anniversaire 
4/1/21 10:07 AM
Déclaration du Comité central du PC irakien à l'occasion de son 87e anniversaire.

Que les forces du changement s'unissent pour vaincre le système de partage du pouvoir et la corruption

Le début des années trente du siècle dernier a été le témoin de la maturité politique et sociale croissante de la classe ouvrière irakienne, et de son influence accrue à tous les niveaux. Cela a jeté les bases de l'étape tant attendue de la création de son propre parti politique, comme l'ont fait d'autres classes et groupes sociaux, pour défendre ses intérêts radicaux et mener sa lutte contre l'alliance réactionnaire au pouvoir et ses protecteurs britanniques.

Pour atteindre ce noble objectif, les cellules marxistes de Bagdad, Bassora et Nasiriyah se sont unies à la fin du mois de mars 1934 pour former le Parti communiste irakien. Il s'agissait d'un parti d'un nouveau genre, dans le plein sens du terme, non seulement parce qu'il représentait la classe ouvrière et ses alliés parmi les pauvres et les démunis, mais aussi pour son programme et ses objectifs. Il s'agissait de défendre les intérêts et les droits des travailleurs, des paysans et de tous les travailleurs, d'obtenir l'indépendance et la souveraineté nationale et de construire un système démocratique. Il se caractérisait également par sa lutte acharnée, contrairement aux autres partis politiques de l'époque.

Le Parti a poursuivi sa lutte dévouée tout au long des quatre-vingt-sept dernières années de sa vie glorieuse, et des milliers de ses dirigeants, cadres et membres ont été martyrisés dans la lutte pour la liberté et la prospérité du peuple. Ces objectifs étaient en totale contradiction avec les régimes réactionnaires et dictatoriaux qui se sont succédé à la tête de l'Irak. Ils ont déclenché des campagnes de répression brutale, de liquidation physique et de diffamation politique contre le parti, dans l'espoir de l'éliminer de l'arène de la lutte. Tous ces régimes ont cependant fini dans les poubelles de l'histoire, et le parti est resté hautain, fier de ses camarades, tout en poursuivant sa lutte courageuse sous son slogan "Pour une patrie libre et un peuple prospère".

Après l'occupation américaine de l'Irak et la chute du tyran, les nouveaux dirigeants ont mené une politique désastreuse, à travers le système ethno-sectaire de partage du pouvoir (muhasasah), la corruption et la dépendance à l'égard des puissances étrangères. Les espoirs que le peuple avait de mettre fin à l'héritage de la dictature et de parvenir à la dignité, à la justice et à l'égalité ont été anéantis. En conséquence, l'argent public a été dilapidé, la corruption est endémique et les services sont presque inexistants. Le taux de chômage élevé touche même les diplômés de l'université. Un tiers des Irakiens vivent sous le seuil de pauvreté, alors que leur pays est l'un des dix pays les plus riches du monde. L'État a perdu son prestige avec la propagation des milices et des groupes armés, l'agitation et les meurtres sectaires, et l'émergence d'organisations terroristes qui ont occupé les deux tiers du territoire irakien. Les dirigeants corrompus ont ainsi semé la dévastation et la destruction en Irak.

Ces raisons et bien d'autres ont fait du processus de changement global une nécessité qui ne peut être reportée. C'est ce que la grande majorité du peuple irakien a reconnu et traduit en une réalité tangible dans le mouvement de protestation depuis 2011, en passant par 2013 et 2015, jusqu'à l'héroïque Soulèvement du 1er octobre 2019. Les slogans du soulèvement résument les demandes légitimes du peuple irakien. Il s'agit notamment de la demande d'élections anticipées et de ses conditions préalables : la réforme de l'ensemble du système électoral, y compris la loi électorale et la commission électorale, la mise en œuvre de la loi sur les partis politiques, et la lutte contre la corruption financière et administrative, en commençant par les grandes affaires de corruption. Les revendications comprenaient le rejet du système de quotas dans toutes ses manifestations et la fourniture des services nécessaires. En outre, les manifestants ont appelé à lutter contre le chômage et à élever le niveau de vie, en particulier pour les pauvres, les démunis et ceux dont les revenus sont limités. L'économie nationale doit être sauvée de son caractère rentier, en relançant l'industrie, l'agriculture et les services de production. Tout en combattant le terrorisme, les armes doivent rester sous le contrôle de l'État. Les slogans nationaux et démocratiques du soulèvement comprenaient également un appel à la fin de l'ingérence régionale et internationale dans les affaires de l'Irak. Cependant, les dirigeants et ceux qui s'accrochent au pouvoir ont non seulement refusé de répondre à ces demandes légitimes, mais ont plutôt fait face aux manifestants pacifiques par une répression sanglante et une violence flagrante. Des centaines de jeunes manifestants sont tombés en martyrs aux mains de tireurs d'élite et de la soi-disant "tierce partie" et des milliers ont été blessés. En outre, les manifestants ont été soumis à une campagne de calomnies et de mensonges visant à ternir leur soulèvement. Cette campagne a été combinée à des efforts fervents pour acheter certaines personnes et infiltrer les rangs des manifestants afin de détourner le soulèvement de sa trajectoire. Entre-temps, une campagne frénétique a été lancée pour cibler les militants, les kidnapper et les assassiner, et beaucoup ont "disparu". Les dirigeants ont eu recours à cette campagne car ils ont compris que le soulèvement mettrait fin à leur existence politique et à leur banditisme.

Ceux qui contrôlent la prise de décision politique continuent à ce jour à construire davantage de barricades politiques car ils pensent que cela les protégera de la colère populaire et du changement inévitable. La plus récente de ces tentatives est le nouveau projet de loi sur le Tribunal fédéral par lequel ils voulaient légitimer leur hégémonie et leur autorité chancelante, et faire sauter ce qui reste des composantes de l'État civil. Il s'est toutefois heurté à un large rejet populaire et politique. Après avoir amendé la loi existante sur la Cour fédérale, on aspire maintenant à une sélection appropriée de ses membres et à ce que la Cour fonctionne d'une manière qui renforce la structure démocratique et civile de l'État irakien.

Le soulèvement héroïque et le mouvement de masse en général seront renouvelés avec plus de force car leurs causes existent toujours, et ont même augmenté en profondeur et en taille. C'est ce qu'ont démontré récemment les manifestations dans la province de Nasiriyah et dans d'autres provinces irakiennes.

Des efforts sont également déployés pour former des cadres de direction et de coordination parmi les manifestants et organiser des réunions avec les forces civiles et démocratiques, y compris le parti communiste irakien. Ils travaillent énergiquement et avec un sens élevé des responsabilités pour mobiliser l'ensemble du spectre politique et sociétal susceptible de modifier l'équilibre des forces par des moyens pacifiques et constitutionnels. Cela inclut une participation active et large aux prochaines élections, avec une lutte inlassable pour fournir les conditions nécessaires à leur déroulement dans l'équité et la justice.

Que toutes les forces qui aspirent au changement et qui ont un intérêt à le réaliser s'unissent et travaillent honnêtement et sincèrement pour ce qui est dans l'intérêt du peuple irakien et éliminent cette minorité au pouvoir qui a échoué dans tous les domaines sauf celui du vol.

Le Parti communiste irakien n'épargnera aucun effort pour rassembler les forces civiles et démocratiques et tous les patriotes de notre peuple dans un large front capable d'apporter le changement souhaité, de mettre fin au système ethno-sectaire de partage du pouvoir et à la corruption et de faire passer notre pays et notre peuple d'un état en faillite à un état civil démocratique et à la justice sociale.

Longue vie à notre peuple irakien et à ses forces démocratiques nationales.

Gloire aux martyrs du parti.

Vive le communiste irakien à l'occasion de son 87ème anniversaire.

Le Comité Central

Parti Communiste Irakien

31-3-2021

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-Iraqi-Communist-Party-statement-in-English-on-its-87th-Anniversary-31-March-2021/

Tag(s) : #Communiste#Irak

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire