IRAK : L’AMBASSADE AMERICAINE A BAGDAD CIBLEE PAR DES TIRS DE ROQUETTES. LES USA ACCUSENT LES ALLIES DE L’IRAN

L’ambassade américaine à Bagdad visée par des tirs de roquettes. Washington accuse les alliés de l’Iran

 Depuis 6 heures  23 février 2021

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l'ambassade des États-Unis à Bagdad

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l'ambassade des États-Unis à Bagdad

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Au moins trois roquettes ont visé, lundi 22 février, l’ambassade des États-Unis à Bagdad, ont indiqué à l’AFP des sources de sécurité, la troisième attaque contre des intérêts de l’occupation en Irak en une semaine.

Une roquette est tombée dans la Zone verte, où se trouve le siège l’ambassade, tandis que d’autres se sont écrasées dans les zones situées autour de ce quartier ultra-sécurisé qui abrite également des institutions étatiques et autres représentations diplomatiques, précisent-elles.

Ned Price

Ned Price

Peu après cette attaque non-revendiquée, les Etats-Unis ont averti qu’ils tiendraient l’Iran pour « responsable » des actions en Irak des alliés de la république islamique.

Selon le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, les forces américaines éviteraient toutefois d’alimenter une « escalade qui jouerait en faveur de l’Iran ».

En riposte aux attaques américaines contre les positions des forces de mobilisation populaire Hachd al-Chaabi, qui combattent Daech avec l’aide de conseillers iraniens, des installations militaires et diplomatiques américaines ont été prises pour cibles en Irak depuis l’automne 2019 par des dizaines de roquettes ainsi que par des attaques à la bombe sur le réseau routier, mais la plupart de ces actions étaient menées à Bagdad.

Des missiles iraniens ont aussi frappé l’aéroport d’Erbil en janvier 2020, en même temps que la base Aïn Asad située dans la province d’Al-Anbar, à l’ouest de l’Irak,  en riposte à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par une frappe de drone américain à Bagdad.

Depuis l’assassinat de Soleimani, au côté du chef-adjoint du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes et de 10 de leurs compagnons iraniens et irakiens, le parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait des forces américaines et de la coalition internationale.

Cette demande a été ratifiée par le gouvernement d’Adel Abdel Mahdi lequel a envoyé deux messages au Conseil de sécurité et au commandement américain exigeant ce retrait. Mais les Etats-Unis ont refusé d’obtempérer prétextant que certaines composantes du parlement s’étaient abstenues de voter.

Depuis l’avènement d’un nouveau Premier ministre, Moustafa Kazimi, cette requête semble avoir été écartée, malgré les déclarations allant dans le sens contraire.  Face au refus américain, des groupes de résistance se sont formées pour les contraindre à se retirer.

https://french.almanar.com.lb/2014454

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Tourtaux
Commentaires
Francisco Ofounda
Non se sont pas les alliés de l'Iran qui ont tirés sur l'ambassade américaine mais des irakiens eux-mêmes les fils du pays qui en ont marres des américains chez eux où soit c'est un Faux prétexte pour les américains de rester en Irak en accusant les autres et comme ils savent le faire

Clara Tristan
Il y a pas plus clair comme message : dégagez

Ajouter un commentaire