IRAN

IRAN

LE MISSILE BALISTIQUE IRANIEN "DEZFOUL" POURRAIT DETRUIRE HAÏFA ET TEL-AVIV

Tel-Aviv à la portée des missiles iraniens?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile iranien Dezfoul. ©YJC

Capable de porter des coups fatals à l’ennemi sur le sol, dans l’air et en mer, les missiles balistiques comptent parmi les armes les plus efficaces sur les champs de bataille.

Dezfoul est l’un des missiles balistiques de fabrication iranienne dévoilé en février 2019. Appartenant à la famille des missiles Fateh, Dezfoul ressemble largement aux missiles Fateh-110 et Zolfaqar bien que sa portée de 1 000 kilomètres le distingue de ces deux engins.  
La tête du missile Dezfoul est plus incurvée par rapport à celle du missile Zolfaqar, et ce, pour réduire la température que dégage un missile supersonique. Quant à ses ailes, elles ont été conçues de manière à lui donner plus de stabilité dans les grandes vitesses.

Iran: une cité balistique dévoilée

Iran: une cité balistique dévoilée

Lors d’une cérémonie organisée dans une usine souterraine de production de missiles balistiques de la Force aérospatiale du CGRI, le missile balistique intelligent Dezful a été dévoilé.

L’ogive dont dispose le missile Dezfoul se détache du corps de l’engin après une certaine distance parcourue. Cette caractéristique réduit la marge d’erreur du missile, augmente sa portée et renforce sa furtivité.

Raad 500 : "Tous les courants anti-US pourront se doter de missiles!"

Puisque l’avant du missile Dezfoul est plus long que celui du Zolfaqar, il peut transporter une plus grande quantité d’explosifs. D’où la puissance de destruction de Dezfoul est double par rapport au Zolfaqar. 
Le corps du missile Dezfoul est fabriqué des matériaux absorbants les ondes émises par les radars, ce qui lui permet de se cacher des radars ennemis.

Iran: de quels missiles parle le Leader?

Iran: de quels missiles parle le Leader?

Dans son discours du 21 mars 2019, le Leader de la Révolution islamique a fait allusion à la puissance balistique de « précision » de l’Iran. À quel type de missiles balistiques l’Ayatollah Khamenei a-t-il fait allusion ?

Un autre atout du missile Dezfoul est sa courte durée de préparation avant le lancement : environ cinq ou six minutes suffisent pour qu’un missile Dezfoul soit tiré en direction de sa cible. 
Grâce à sa portée, le missile Dezfoul est parfaitement en mesure d’atteindre la ville israélienne de Haïfa. Avec une portée plus longue, la prochaine génération de missiles de la famille Fateh, sera même capable d’atteindre Tel-Aviv

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/18/634368/Iran-missile-Dezfoul-Dezful-Haifa-Tel-Aviv-guerre-


 

CAMPAGNE D'HUMILIATION US : L'IRAN ET LE VENEZUELA ONT BRISE L'HEGEMONIE US

L’Iran et le Venezuela ont brisé l’hégémonie US

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Sur cette photo d'archive prise le 25 mai 2020, le pétrolier Fortune, battant pavillon iranien, est amarré à la raffinerie d'El Palito après son arrivée à Puerto Cabello dans l'État de Carabobo, au nord du Venezuela. ©AP

L’exportation des produits pétrochimiques, entre autres, par l’Iran à son allié vénézuélien ressemble à un coup dur visant l’hégémonie des États-Unis. Mais quels sont les impacts de cette campagne d’humiliation ?

Effondrement du régime des sanctions
Alors que les États-Unis se disent fiers d’avoir sanctionné une importante partie du secteur économique de la République islamique d’Iran – le brut, les produits pétrochimiques, les métaux précieux comme l’or et l’aluminium – les pétroliers iraniens transportent en toute liberté des produits pétrochimiques tels que l’essence ainsi que des pièces détachées et des équipements nécessaires à redémarrer les raffineries en direction du Venezuela. Au nez et à la barbe des navires américains, l'Iran importe, en contrepartie, de l’or, de l’alumine, du café, de l’ananas, etc.     

Iran-Venezuela: l'US Navy a-t-elle peur d'un front de guerre asymétrique anti-US aux Caraïbes?

Iran-Venezuela: l'US Navy a-t-elle peur d'un front de guerre asymétrique anti-US aux Caraïbes?

Sanctions américaines foulées au pied en toute liberté 
Les membres d’équipage de nationalité étrangère à bord des pétroliers iraniens ont été, à plusieurs reprises, menacés de boycott et de procédure judiciaire, mais ils ont refusé de coopérer avec les Américains. Pour réduire le risque de l’arraisonnement de ses pétroliers par les États-Unis, l’Iran a envoyé au Venezuela les navires battant le pavillon iranien qui avaient éteint leur système de navigation.

Lire aussi: Pompeo tempête: les destroyers dotés de missiles de croisière iranien escorteront les pétroliers vénézuéliens?
Au mois d’août, Washington a été choqué par une révélation : les Émirats arabes unis et le sultanat d’Oman, les alliés les plus proches des États-Unis en Asie de l’Ouest, avaient acheté de l’essence iranienne par l’intermédiaire de leurs bureaux à Londres, capitale du Royaume-Uni qui est le plus important allié des Américains en Europe. Les cargaisons d’essence, dont le prix a été payé à Téhéran, ont été ensuite acheminées vers la Colombie et le Pérou, les proches alliés des États-Unis dans l’arrière-cour de ce pays. À noter que la Colombie abrite des bases militaires américains et des milliers de soldats US, recevant chaque année des milliards de dollars d’aide militaire des États-Unis. Alors, les sanctions les plus dures de Washington ont été violées par un cercle intercontinental de leurs alliés les plus proches !

Venezuela/missiles: l'Iran changera la donne?

Venezuela/missiles: l'Iran changera la donne?

Contentieux juridiques sur trois fronts 
Les États-Unis sont actuellement impliqués dans trois contentieux juridique face à l’Iran. Premièrement, l’Iran a porté plainte contre Washington auprès de la Cour internationale de justice (CIJ), dans le cadre du traité d’amitié conclu en 1955, et la CIJ a ordonné aux États-Unis d’annuler certaines de leurs sanctions contre l’Iran. Deuxièmement, les États-Unis ont vécu un véritable isolement à l’échelle internationale au Conseil de sécurité de l’ONU lorsqu’ils ont proposé le renouvellement de l’embargo sur les armes à l’Iran et le déclenchement du mécanisme de Snapback. Et troisièmement, les alliés des États-Unis ont porté plainte contre ce pays pour avoir arraisonné leurs cargaisons d’essence qu’ils avaient achetées à l’Iran. 

Lire aussi: Ce n'est pas uniquement du carburant, c'est un projet Résistance/Amérique du Sud qui devrait inquiéter Washington


Hégémonie américaine humiliée
Cette coopération étroite entre l’Iran et le Venezuela, tous les deux sous les coups de sanctions américaines, a brisé l’hégémonie des États-Unis et discrédité ce pays surtout en Amérique latine. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/18/634380/Iran-Venezuela-essence-Etats-Unis-sanctions-petrolier-


 

IRAN : DÉSAVEU ANTI-US DE L'AFRIQUE DU SUD

 

L’Afrique du Sud dénonce le méga mensonge des USA

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Iran: l'Afrique du Sud dénonce le méga mensonge des USA. (Photo à titre d'illustration)

Le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères a exprimé sa surprise face à l’allégation d’une publication américaine selon laquelle l'Iran menaçait l'ambassadrice américaine, affirmant que le pays n'avait aucune information à ce sujet.

Cité par l’agence de presse Bloomberg ce lundi 14 septembre, le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères a déclaré que l'allégation du responsable de l’administration Trump sur la menace à l’encontre de l’ambassadrice américaine avait surpris Pretoria.

« Nous n'avons pris connaissance de ce rapport que ce matin », a dit Lunga Ngqengelele par téléphone promettant la publication prochaine du communiqué de Naledi Pandor, ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération.

Par la voix de son porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l’Iran a rejeté les fausses allégations sur la tentative d’assassinat contre Lana Marks, l’ambassadrice américaine en Afrique du Sud.

Lire aussi : Lutte anti-terroriste: les USA nargués encore, apposent leur veto

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a décrit ce lundi 14 septembre le rapport publié par Politico comme partial et biaisé. Le rapport alléguait que l’Iran envisageait d’assassiner Marks pour venger l’assassinat du général de corps d’armée, Qassem Soleimani.

« De telles affirmations sans fondement font partie de la campagne de désinformation de l'administration Trump contre l'Iran », a indiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, dans un communiqué.

"Nous conseillons aux responsables américains de cesser de recourir à des méthodes usagées et usées pour la propagande anti-iranienne sur la scène internationale », a déclaré Khatibzadeh en ajoutant : « “Cependant, de telles mesures et la fabrication d’informations qui pourraient se poursuivre à l’avenir ne mèneront sans aucun doute nulle part et viendront s'ajouter à la longue liste des défaites continues de Washington face à la République islamique d’Iran.”

L'Iran a prouvé son engagement constant aux principes et aux normes diplomatiques internationales, a-t-il indiqué tout en soulignant que l’Iran continuerait à engager une action juridique internationale à tous les niveaux en relation avec l’assassinat du général Soleimani et ne pardonnerait ni n’oublierait l’acte lâche de “terrorisme”.

En revanche, les États-Unis, en bafouant les normes internationales, ces dernières années, ont montré leur non-respect des principes diplomatiques fondamentaux et sont devenus un régime factieux sur la scène internationale. 

“Il était prévisible que les États-Unis recourraient à des accusations anti-iraniennes et à des falsifications à l'approche des élections présidentielles américaines”, a-t-il fait noter.

USA/Iran : la Surprise d'octobre?

USA/Iran : la Surprise d'octobre?

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/14/634095/iran-Afrique-du-Sud-Etats-Unis-tentative-assassinat


 

QUELLES ARMES ACHÈTERA L'IRAN?

Fin de l’embargo: J-17, Soukhoï... technologie hypersonique?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une photo à titre d'illustration publiée sur Twitter sur un exercice aérien chinois près de Taïwan.

Le centre de réflexion de Washington Atlantic Council a publié samedi une analyse de Barbara Slavin qui s’est penchée sur l’achat d’armes par l’Iran une fois levée l’embargo sur les armes imposé à l’Iran.

« L’Iran a montré une capacité significative à développer des systèmes par lui-même, réduisant ainsi le besoin d’importations coûteuses. Ses achats seront donc probablement limités par des contraintes à la fois économiques et géopolitiques, notamment l’impact des sanctions américaines et la pandémie de coronavirus et la prudence de la part des fournisseurs potentiels. »

Selon le groupe de réflexion, l’Iran ne cherche pas une refonte complète de ses forces armées, mais cherche à acheter des technologies avancées et de propulsion pour améliorer les drones fabriqués par les moyens nationaux et les programmes de missiles balistiques et de missiles de croisière.

Iran: Arme de dissuasion massive?

Iran : Arme de dissuasion massive ?

D’après le rapport de l’institut américain GFP, l’Iran est militairement supérieur à Israël, au Pakistan et à l’Arabie saoudite.

« L’Iran veut des avions de combat, des avions logistiques et des hélicoptères. Les chasseurs russes Su-30SM ou les JF-17 chinois, que la Chine coproduit avec le Pakistan, ont été mentionnés comme des achats possibles. Ce dernier est plus probable, car le JF-17 coûte 10 millions de dollars moins cher que le Soukhoï, plus facile à entretenir et utilise le turboréacteur Klimov RD-33 que l’Iran a installé sur sa flotte de Mig-29A », a indiqué Atlantic Council citant un conférencier invité au Center for Defence and Security Studies de l’Université Massey de Nouvelle-Zélande.

« En outre, l’Iran est à la recherche de nouveaux missiles air-air guidés par radar, tels que le R-77-1 russe ou le PL-15 chinois et a exprimé son intérêt pour le char de combat principal russe T-90. »

En conclusion, le groupe de réflexion a souligné la capacité des forces armées iraniennes à moderniser les chasseurs Soukhoï-22 et à les équiper de missiles d’une portée de 1 500 km.

La DIA reconnaît la puissance militaire de l’Iran

La DIA reconnaît la puissance militaire de l’Iran

L’Agence du renseignement de la défense US a publié un rapport sur les capacités militaires de l’Iran détaillant ainsi dans un document de 130 pages la perception des États-Unis des objectifs, des stratégies et plans militaires de l’Iran.

Le think tank américain « Washington » a récemment écrit, se référant au succès de l’Iran dans la préparation du chasseur Soukhoï-22 et la construction des missiles « Fateh Mobin », que la préparation "Soukhoï-22 Fiter » est une bénédiction pour l’Iran.

À peine trois semaines après les remarquables manœuvres Grand Prophète-14, le grand exercice militaire conjoint Zolfaqar-99 a eu lieu du jeudi 10 au samedi 12 septembre sur les côtes et les eaux du sud de l’Iran. Selon les analystes politiques, cela fait presque deux ans que l’Iran est passé du réalisme défensif au réalisme offensif dans le golfe Persique, d’où les exercices de nature offensive que les forces de l’armée et du Corps des gardiens de la Révolution islamique mènent récemment dans cette zone maritime stratégique.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/13/634009/Iran-Atlantic-Council-capacit%C3%A9-armes-embargo-achat-d%E2%80%99armes-Chine-Russie


 

IRAN/CHINE/RUSSIE : UNE ALLIANCE MILITAIRE QUI FAIT PEUR AUX ENNEMIS DE LA PAIX

Iran/Russie/Chine: une alliance qui fait peur

 30 

Iran/Russie/Chine: une alliance qui fait peur

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Le premier exercice naval conjoint russo-sino-iranien baptisé « Ceinture de sécurité maritime » a eu lieu dans l’océan Indien et la mer d’Oman en décembre 2019.

De nombreux observateurs ont qualifié l’exercice de tournant majeur dans la coopération militaire de l’Iran avec la Russie et la Chine. La coopération militaire de l’Iran avec ces pays se développe et un nouvel exercice encore plus colossal se tiendra dans le courant du mois de septembre. En effet, le ministère chinois de la Défense a annoncé ce jeudi que l’armée chinoise participerait aux exercices Caucase 2020 qui auront lieu du 21 au 26 septembre dans le sud de la Russie.
Quelle est l’importance du renforcement des coopérations entre l’Iran, la Russie et la Chine, surtout avec cette normalisation des EAU avec Israël ?
Comment peut-on analyser les exercices Caucase 2020 qui auront lieu du 21 au 26 septembre dans le sud de la Russie ?

Mikhail Gamandiy-Egorov, analyste-chroniqueur à l’agence Observateur Continental nous donne plus de précisions. 

Mikhail Gamandiy-Egorov : « Les exercices menés sont tout à fait légitimes et rentrent dans le cadre des tentatives de l’Iran de défendre sa souveraineté. C’est aussi une manière sage de montrer que malgré ce jeu qui se passe au MO avec la participation de Washington, de Tel-Aviv, etc.. , ne déstabilise pas l’Iran. Aujourd’hui il y a une tentative de créer un axe anti-Iran dans la région qui est déjà voué à l’échec. Ce qui est sûr, c’est que toutes les tentatives d’isoler l’Iran et de mettre pression sur ce pays sont vouées à l’échec ».

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/12/633924/Iran-Russie-Chine-une-alliance-qui-fait-peur


 

LE SOUS-MARIN FURTIF IRANIEN GHADIR FRAPPE EN IMMERSION

 

Un sous-marin qui met sens dessus dessous la Ve flotte US

 30 

Un missile sub-surface tiré du sous-marin Ghadir au cours des exercices militaires Zolfaqar-99, le 11 septembre 2020. (Capture d'écran)

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

C'est de loin l'une des démonstrations de force les plus impressionnantes de l'exercice Zolfaqar 99 : un missile de croisière tiré en immersion à partir d'un sous-marin Ghadir, furtif! Cela s'appelle un foudre qui devrait tôt ou tard s'abattre sur l'un des navires US ...mais qui sait puisque Bahreïn vient de normaliser avec Israël, la Ve flotte US pourrait y passer en premier?  

Dans la foulée des exercices militaires conjoints à grande échelle baptisés Zolfaqar-99 qui se déroulent dans les eaux orientales du détroit d'Hormoz, un sous-marin de classe Ghadir a réussi à tirer un missile de croisière sub-surface contre une cible flottante.

Le missile Jask-2 a été conçu pour être transporté par le sous-marin iranien de classe Ghadir. Il comprend une combinaison de missiles, de torpilles, de contrôle de tir et de matériel de communication.

Le 30 novembre 2019, les responsables de la marine iranienne ont annoncé le début de la production en masse du missile de croisière Jask-2 conçu localement. Celui-ci peut être tiré des eaux profondes sans être détectés par les navires ennemis.

le Fateh prêt à  chasser les navires US

le Fateh prêt à chasser les navires US

Comment le Fateh peut aider

Vendredi, au deuxième jour des exercices près du détroit stratégique d’Hormuz, la marine iranienne a déployé du matériel militaire, notamment un sous-marin et un missile de croisière. 

Le sous-marin Fateh a été vu en action pour la première fois et a remonté l'océan Indien, a indiqué le site web de l'armée.

Le sous-marin de près de 600 tonnes est équipé de torpilles, de mines et de missiles de croisière, et peut rester sous l'eau à une profondeur de plus de 650 pieds pendant 35 jours, selon les médias iraniens.

Dévoilé l'année dernière, il s'agit du premier sous-marin d'Iran dans la catégorie semi-lourd, comblant un vide entre sa classe légère Ghadir et ses sous-marins lourds de classe Kilo

La marine iranienne a également testé le missile de croisière terre-mer Qader, dévoilé pour la première fois en 2014. Il a réussi à atteindre sa cible à une distance de plus de 200 kilomètres (124 miles).

Le vice-amiral Shahram Irani, porte-parole des exercices militaires conjoints, a affirmé que le missile de croisière sous-marin avait été produit en masse, notant que tous les sous-marins de la marine iranienne allaient être armés du missile local.

« Le missile lancé par un sous-marin donnera à la marine iranienne le dessus sur les ennemis », s’est-il réjoui.

Iran: la marine bientôt Atlantique

Iran: la marine bientôt Atlantique

La marine iranienne est disposée à être déployée dans un proche avenir dans l’océan Atlantique.

Shahram Irani a également déclaré que tous les sous-marins de classe Qadir et le sous-marin Fateh sont désormais capables de tirer des missiles de croisière anti-navires, affirmant que Fateh est équipé d'une nouvelle génération de missiles de croisière Nasr avec une portée améliorée et une puissance destructrice.

« L’installation de systèmes de missiles sur toute la côte sud du pays nous a permet de contrer toute menace en provenance de la mer », a déclaré le contre-amiral Hossein Khanzadi, commandant de la marine à la télévision publique. Il ne s’agit pas de dissuasion; il s’agit d’attaquer toute cible qui pourrait constituer une menace pour l’Iran. »

Le drone de combat Simorgh fabriqué localement a également détruit ses cibles à l'aide de « bombes intelligentes et à guidage de précision » dans des eaux à plus de 1 000 kilomètres (620 miles), a indiqué la marine.

Doté de la bombe intelligente de haute précision, le drone iranien à longue portée Sadid a parcouru plus de 1 000 kilomètres pour cibler un navire dans des eaux lointaines. L'Iran a dévoilé le drone Simorgh en décembre 2019. Avec une autonomie de vol de 24 heures, il peut être utilisé pour le combat, la reconnaissance, les opérations tactiques et la guerre électronique.

Lire plus: EM52, mine sous-marine iranienne, propre à refaire le coup de l'USS Richard dans le golfe Persique...

Selon un autre rapport, Simorgh a une portée de 1 500 kilomètres et un plafond de service de 25 000 pieds. Il s'agit de la version navale du Shahed-129, un puissant drone de combat qui a été produit en série en 2013.

Les exercices militaires conjoints de l'armée iranienne, connus sous le nom de Zolfaqar-99, sous le slogan « sécurité durable sous l'autonomie défensive », ont débuté le jeudi 10 septembre dans le sud du pays.

Le porte-parole des exercices militaires conjoints a annoncé le début des exercices avec des patrouilles navales continues et la surveillance de la zone générale dans les eaux où se déroulent les manœuvres.

Les unités de la force navale, de l'armée de l'air et de la force terrestre de l'armée iranienne, y compris les avions P3F, F-27 et les drones de reconnaissance, ont averti les unités transrégionales de quitter la zone des exercices de Zolfaqar, rapporte l'IRNA.

Après l'annonce du début de l'exercice militaire Zolfaqar-99, l'armée de l'air a averti tous les drones étrangers volant près du site de l'exercice de quitter la zone générale de l'exercice, et depuis lors, il y a eu un changement dans l'activité des drones américains.

L'exercice de trois jours se déroule sur une zone de deux millions de kilomètres carrés qui englobe les eaux orientales du détroit d'Hormuz, le littoral du Makran, la mer d'Oman et le nord de l'océan Indien jusqu'à la 10e coordonnée.

Production en masse du missile de croisière Jask

La marine iranienne avait annoncé en novembre 2019 la production en série du missile de croisière Jask lancé par un sous-marin. Le commandant de la marine, le contre-amiral Hossein Khanzadi avait déclaré que tous les sous-marins de la force seraient équipés du missile Jask qui sera amélioré et actualisé. 

Le commandant avait ajouté que le missile développé dans le cadre du « projet Jask-2 » permettra à la marine d'atteindre des cibles à longue distance.

« Le missile sera sûrement une sérieuse surprise pour l'ennemi. Un autre projet baptisé Jask-3 est également en cours de développement », avait-t-il indiqué. 

En outre, la marine iranienne a affiché un système de navigation inertielle (INS) utilisé pour la détection et la navigation des sous-marins sous la surface, où le système GPS conventionnel n'est pas applicable.

Le sous-marin Ghadir et ses avantages

Par ailleurs, la marine iranienne a reçu le 8 avril dernier un mini-sous-marin de classe Ghadir qui a été révisé.

« Le sous-marin léger de fabrication nationale a rejoint la flotte navale du pays. Le point fort de la classe Ghadir est sa petite taille, qui ne peut être ni identifiée ni localisée », a déclaré le commandant des usines de la marine iranienne, Abbas Fazel-Nia, cité par les médias iraniens.

USS Bataan: le coup

USS Bataan: le coup

Le sous-marin iranien de classe Ghadir a été remis à la Flotte subsurface de la 1re zone de la Marine de l’armée iranienne.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/12/633903/Ve-flotte-Ghadir-frappe-en-immersion


 

IRAN : "NOS MISSILES SURPRENDRONT"

L'Iran travaille-t-il à concevoir son ICBM?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile "Chahid Qassem Soleimani". ©IRNA

Les missiles "Chahid Soleimani et "Abou Mahdi"‌ ont renforcé les forces armées de la RII, a déclaré le ministre iranien de la Défense et des forces armées.

Le général Amir Hatami, énumérant les priorités de l’industrie de défense dans la vision quadriennale du ministère de la Défense, s’est exprimé en ces termes : « La disponibilité et la capacité balistique ont toujours été l’une des priorités importantes du pays et du ministère de la Défense et nous nous sommes toujours concentrés sur le renforcement et le développement de ce domaine. Nous avons réalisé des progrès remarquables et extraordinaires dans le domaine balistique.

Soulignant que tant en termes de qualité que de quantité, des évolutions importantes et heureuses ont eu lieu dans le domaine balistique dans le pays, le général Hatami a précisé : “deux exemples marquants de cet événement ont été dévoilés à l’occasion de la journée de l’industrie de la défense. Il s’agit des missiles ‘Chahid Qassem Soleimani’ et ‘Chahid Abou Mahdi Al-Mohandes’ qui comptent parmi les réalisations les plus importantes et les meilleures de l’industrie de la défense.”

Le missile

Le missile

Le général Hatami a en outre annoncé la multiplication par trois de la portée de ces deux missiles par rapport à leur génération précédente.

« Ces deux missiles ont des caractéristiques saillantes qui ont renforcé la capacité des forces armées. La capacité de missiles a toujours été l’une de nos principales priorités et que nous continuons à renforcer”, a souligné le ministre iranien de la Défense.

L’exercice Zolfaqar 99 de l’armée a pris fin avec l’organisation d’un défilé de navires de surface et de sous-marins.

À cette cérémonie, à laquelle ont assisté le général Amir Seyyed Abdolrahim Mousavi, de hauts commandants de l’armée iranienne, ainsi que des observateurs du quartier général de la “Khatam ol-Anbiya”, des destroyers, des navires lance-missiles, des navires amphibies et des sous-marins de classe Tariq, Ghadir et Fateh ont défilé devant le navire de commandement Khark.

Le «Hellfire» iranien a tonné...

Le “Hellfire” iranien a tonné...

Les forces de l’armée iranienne ont organisé la deuxième journée d’exercices navals à grande échelle avec des frappes de drones et de missiles de croisière dans les eaux sud du pays.

Les avions de combat de l’armée de l’air ont accompagné les navires de surface et les sous-marins

Les principales étapes de l’exercice conjoint Zolfaqar 99 de l’armée se sont déroulées jeudi avec la participation de quatre composantes de l’armée et la base de défense aérienne sur la côte de Makran depuis l’est du détroit d’Hormuz. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/12/633927/Iran-capacit%C3%A9-missile-Qassem-Soleimani-Abou-Mahdi-Mohandes-d%C3%A9troit-d%E2%80%99Ormuz


 

COMPLICE DES CRIMES ISRAÉLIENS, BAHREÏN SACRIFIE LA CAUSE PALESTINIENNE SUR L’AUTEL DES ELECTIONS AMÉRICAINES, DIT L’IRAN

Bahreïn «a sacrifié la cause palestinienne sur l’autel des élections américaines», dit Téhéran

Bahreïn «a sacrifié la cause palestinienne sur l’autel des élections américaines», dit Téhéran

folder_openBahreïn access_timedepuis une heure

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

L'Iran a accusé samedi Bahreïn d'être désormais «complice des crimes» de l’Entité israélienne au lendemain de l'annonce d'un accord de normalisation des relations entre les deux pays.

«Les dirigeants de Bahreïn seront désormais complices des crimes du régime sioniste, comme une menace constante pour la sécurité de la région et du monde musulman», a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Téhéran a également accusé l’ennemi de la nation et des peuples arabes et musulmans, «Israël», d'avoir mené des «décennies de violence, de massacres, guerre, terreur et d'effusion de sang en Palestine, opprimée et dans la région».

Bahreïn est devenu le deuxième pays du Golfe à normaliser ses relations avec l’Entité israélienne, moins d'un mois après un accord similaire entre «Israël» et les Emirats arabes unis, et le quatrième pays arabe, après l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

Le leader de la Révolution islamique en Iran, l'ayatollah Ali Khameneï, a accusé début septembre les Emirats arabes unis d'avoir trahi les pays arabes et dit espérer «que les Emiratis se réveillent bientôt et offrent un dédommagement pour ce qu'ils ont fait».

Pour l'Iran, Bahreïn «a sacrifié la cause palestinienne sur l'autel des élections américaines» et cela «entraînera sans doute une plus grande colère et une haine permanente du peuple opprimé de Palestine, des musulmans et des nations libres».

https://french.alahednews.com.lb/36749/310


 

COUP DE MASSUE IRAN/RUSSIE/CHINE

Caucase 2020 : tournant majeur dans les coopérations militaires Iran/Russie/Chine

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des marins iraniens saluent la frégate russe Iaroslav Le Sage depuis le port de Chabahar (Iran) en mer d'Oman lors d'exercices navals conjoints Iran-Russie-Chine, le 27 décembre 2019. ©AFP

Le premier exercice naval conjoint russo-sino-iranien baptisé « Ceinture de sécurité maritime » a eu lieu dans l'océan Indien et la mer d'Oman en décembre 2019. De nombreux observateurs ont qualifié l'exercice de tournant majeur dans la coopération militaire de l'Iran avec la Russie et la Chine. La première fois depuis la victoire de la Révolution islamique, l’Iran tenait un exercice conjoint avec de grandes puissances navales au monde.

Lire aussi : Manœuvres tripartites Iran-Chine-Russie: le pourchasseur de l'USS Truman et le S-300 au rendez-vous

La coopération militaire de l'Iran avec ces pays se développe et un nouvel exercice encore plus colossal se tiendra dans le courant du mois de septembre. En effet, le ministère chinois de la Défense a annoncé ce jeudi que l'armée chinoise participerait aux exercices Caucase 2020 qui auront lieu du 21 au 26 septembre dans le sud de la Russie.

Nouvel exercice naval Iran/Russie/Chine!

Nouvel exercice naval Iran/Russie/Chine!

L'armée chinoise y déploiera ses véhicules blindés et ses armements légers. Tous ces équipements seront livrés en Russie via un nouveau avion de transport chinois. Le ministère de la Défense a déclaré que l'exercice porterait essentiellement sur les tactiques de défense, les stratégies de blocus, le commandement et le contrôle du champ de bataille.

« La tenue des exercices Caucase 2020, à un moment où le monde entier lutte contre la pandémie de coronavirus, porte un message particulier et prône la promotion des relations sino-russes », a annoncé le ministère chinois.

Selon Associated Press (AP), des troupes d'Iran, de Biélorussie, d'Arménie, du Pakistan, du Myanmar et de certains autres pays devraient également prendre part aux exercices.

le Fateh prêt à  chasser les navires US

le Fateh prêt à chasser les navires US

« La Chine et la Russie coopèrent étroitement sur les questions militaires et diplomatiques depuis deux décennies pour établir un partenariat stratégique global. Des efforts ont surtout été déployés pour contrer l'influence américaine. Les armées des deux pays organisent régulièrement des exercices conjoints, et les deux pays se sont soutenus mutuellement dans différents dossiers soulevés au siège des Nations unies, entre autres, le dossier syrien et celui de la Corée du Nord », indique l'AP. 

Le grand exercice militaire Caucase 2020 qui vise à évaluer l'état de préparation de l’armée des pays participant par rapport aux forces armées russes, se tiendra du 21 au 26 septembre à Astrakhan, dans le sud de la Russie.

Auparavant, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait annoncé lors d'une conférence de presse que l'exercice militaire Caucase 2020 aurait lieu avec la participation des troupes de neuf pays étrangers et qu’à cette occasion, neuf autres pays déploieraient des observateurs militaires en Russie. Il se terminera cette année par une série de mesures opérationnelles et d'entraînement au combat des forces armées.

« Au cours de cet exercice, les questions liées au commandement et au contrôle des groupes de combat, des organisations et des unités des opérations conjointes seront abordées dans l’objectif de mettre fin au conflit armé régional et à la lutte contre le terrorisme », a-t-il également ajouté.

Bien que les exercices conjoints tenus en 2019 entre l'Iran, la Russie et la Chine aient été largement médiatisés dans le monde, les prochaines manœuvres devraient être encore plus le centre d'intérêt vu leur ampleur et le nombre considérable de pays qui y participeront.

Manœuvre navale-éclair du CGRI!

Manœuvre navale-éclair du CGRI!

Les principales étapes des manœuvres militaires conjointes de l’armée commenceront le jeudi 10 septembre 2020 et dureront trois jours.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/11/633835/Coup-de-massue-Iran-Russie-Chine


 

IRAN : LA "FATALE" ERREUR DE L'INDE?

L'Inde craint une alliance Iran/Chine/Russie/Pakistan dans l'océan Indien mais aussi...

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le port de Chabahar, dans le sud de l'Iran. ©Twitter

Cette semaine ce fut le boom indien à Téhéran : en visite à Moscou, le ministre indiens de la Défense, dit bras droit du Premier ministre Modi suivi de son collègue des Affaires étrangères sont venus tour à tour à Téhéran et les analystes en ont demandé la raison : New Delhi a peur de perdre l'Iran et avec lui sa propre Nouvelle Route de la Soie – du golfe d’Oman à l’intersection de l’Asie Centrale et du Sud – qu'il souhaite établir pour concurrencer l’Initiative Ceinture et Route de la Chine (BRI). Mais il y a plus : alors que l'Iran vient de signer un accord stratégique de 25 ans avec la Chine, la perspective d'une alliance militaire proposée par l’Iran avec la Chine, la Russie, le Pakistan voire la Turquie en océan Indien se précise. L'Inde commence-t-il à s'apercevoir de son erreur?

Iran/Chabahar: l’Inde le regrette déj

 

Téhéran et New Delhi ont réaffirmé leur volonté d’étendre davantage les relations bilatérales dans tous les domaines.

En 2016, Téhéran et New Delhi ont signé un accord pour construire une ligne de chemin de fer de 628 km du port stratégique de Chabahar à Zahedan, tout près de la frontière afghane, avec une extension cruciale jusqu’à Zaranj en Afghanistan et au-delà. L’étape suivante consisterait à moderniser les infrastructures ferroviaires et routières de l’Afghanistan vers ses voisins, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Mais tout ceci ont été mis en rade, puisque le PM Modi qui a entre temps tourné la vis au Cachemire et opté pour une approche pro sioniste, s’attendre à obtenir un traitement préférentiel dans le cadre de la stratégie indo-pacifique de l’administration Trump, qui repose sur un endiguement de facto de la Chine par la Quad (États-Unis, Inde, Australie, Japon). C’est la raison pour laquelle New Delhi a décidé de couper toutes ses importations de pétrole en provenance d’Iran.

L'Inde a-t-il enterré les BRICS?

L'Inde a-t-il enterré les BRICS?

Mais cette double visite du ministre indien de la Défense en Iran et du ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, parvient-elle à changer la donne? 

Tout au long de ces quatre dernières décennies depuis la victoire de la Révolution en Iran, l’Inde a eu une relation économique tumultueuse avec l'Iran. Bien qu’elle soit une grande cliente du pétrole iranien, elle s’est souvent tournée vers les États-Unis. Mais cette tendance n’a pas empêché que l’Inde ne s’inquiète pas du rapprochement de l’Iran de ses rivaux dans la région et à leur nombre figurent évidemment en bonne place le Pakistan et la Chine.  

La visite du ministre indien de la Défense Rajnath Singh à Téhéran est intervenue alors que les tensions entre l’Inde et la Chine sont montées d’un cran, et que Téhéran commence peu à peu à concrétiser son accord stratégique. Les deux parties travaillent à une expansion massive de facto du CECP, Gwadar étant relié à Chabahar, puis à l’Asie Centrale et à la mer Caspienne via Iranian Railways, ainsi qu’à la Turquie et à la Méditerranée Orientale (via l’Irak et la Syrie), jusqu’à l’UE. C'est une avancée qui change la donne sera au cœur de l’ensemble du processus d’intégration eurasiatique - unissant la Chine, le Pakistan, l’Iran, la Turquie et bien sûr la Russie, qui est reliée à l’Iran par le Corridor de Transport International Nord-Sud (INSTC).

Iran-Chine : fronde anti-US de l'Inde?

Iran-Chine : fronde anti-US de l'Inde?

Les tergiversations indiennes ont poussé l'Iran à l'exclure du projet du chemin de fer de Chabahar. Mais outre ce port stratégique qui pourrait abriter un centre de commandement militaire conjoint irano-chinois, puisque limitrophe de l'océan Indien, il y a l’énorme champ gazier iranien de Farzad-B dans le golfe Persique pour l'exploration duquel la Nouvelle Delhi fait la bouche fine: le ministère indien des Affaires étrangères a récemment admis que l’Iran développera « seul », l’énorme champ gazier de Farzad-B dans le golfe Persique et que l’Inde pourrait le rejoindre « de manière appropriée à un stade ultérieur ». La même formule à « un stade ultérieur » a été appliquée par New Delhi pour Chabahar-Zahedan. Les droits d’exploration et de production pour Farzad B ont déjà été accordés il y a des années à la société d’État indienne ONGC Videsh Limited (OVL). Mais là encore, rien ne s’est passé – en raison des pressions US. 

Les médias indiens disent unanimement que les déplacements des autorités de New Delhi ont pour but de neutraliser la présence de la Chine en Iran notamment dans le projet de Chabahar : « La Chine et l’Iran sont sur le point de signer un accord économique et stratégique d’une valeur de 400 milliards de dollars, mais l’Inde veut s’assurer que le projet de Chabahar dans ce pays d’Asie de l'ouest ne verra aucune implication chinoise », ont déclaré des sources diplomatiques à ThePrint.  Mais en est-il capable? La réponse est négative vu que l’Inde, contre ses propres intérêts énergétiques et géostratégiques, a été en fait réduite au statut d’otage de l’administration Trump, le véritable objectif US étant de l’application du principe « diviser pour régner » à l’Inde et à l’Iran, est de les empêcher de faire du commerce dans leur propre monnaie, en contournant le dollar américain, en particulier en ce qui concerne l’énergie.

Iran: le

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/09/633674/Iran-Chine-Russie-Inde-Pakistan