IRAN

IRAN

LE PARTENARIAT SINO-IRANIEN, UN GRAND DEFI POUR LES USA.

Pourquoi le pari de "contrer" l'Iran via un accord nucléaire bis est déjà perdu

Wednesday, 28 April 2021 1:24 PM  [ Last Update: Wednesday, 28 April 2021 1:52 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Partenariat sino-iranien, un grand défi pour les USA.

La conclusion de l’accord de partenariat sino-iranien est un grand défi lancé aux États-Unis, soit dans sa rivalité stratégique avec l’Iran soit dans sa rivalité économique avec la Chine.

Le Middle East Institute, un groupe de réflexion basé à Washington, vient de publier un article sur les défis pour les États-Unis avec la signature du « Partenariat stratégique global » par la République islamique d’Iran et la Chine.

Selon l’analyste du Middle East Institute, la conclusion de l’accord de partenariat sino-iranien est un grand défi lancé aux États-Unis, soit dans sa rivalité stratégique avec l’Iran soit dans sa rivalité économique avec la Chine.

Cependant, l’auteur suggère que le développement de la coopération entre l’Iran et la Chine pourrait avoir quelques bénéfices aussi pour la partie américaine et occidentale, en ouvrant l’économie iranienne sur le marché.

Selon l’auteur, l’annonce du « Partenariat stratégique global », un accord économique et de développement de 25 ans entre la Chine et l’Iran, a immédiatement intensifié les débats sur la concurrence géostratégique sino-américaine. Néanmoins, il estime qu’un examen plus approfondi de ses implications suggère qu’il pourrait être utile pour atteindre certains objectifs américains avec l'Iran, en particulier la modernisation du système politique iranien.

Iran/Chine/Pakistan: les USA, piégés?

Iran/Chine/Pakistan: les USA, piégés?

Le lancement des marchés frontaliers communs irano-pakistanais et l’ouverture du poste frontalier terrestre entre l’Iran et le Pakistan constituent un tournant dans les relations de deux pays.

L’analyste ajoute que de nombreux politiciens iraniens ont rapidement décrit le document du partenariat sino-iranien comme un avertissement aux États-Unis, tandis que des analystes américains l’ont également décrit comme un moyen pour la Chine de renforcer son influence dans la région du Moyen-Orient. Pour les médias des pays arabes du sud du golfe Persique, il s’agissait du plus nouveau signe du désengagement de l’Amérique dans la région. Cependant, l’auteur croit que les observateurs ont très peu parlé de l’impact potentiel du " Partenariat stratégique global » sur la dynamique interne en Iran.

L’accord, surnommé « l’accord du quart de siècle », n’est pas nouveau, car l’idée en avait été proposée pour la première fois par le président chinois Xi Jinping lors de sa visite en Iran en 2016. De plus, dès sa première proposition, cet accord a fait face à l’opposition continue de certains courants en Iran.

En particulier, il y a eu beaucoup de débats sur les parties non divulguées de l’accord qui, selon certaines sources, porteraient sur l’utilisation possible par la Chine des installations militaires iraniennes et une future coopération militaire avec l'Iran, surtout dans les îles iraniennes du golfe Persique, ainsi que les investissements chinois dans les infrastructures de transport de l'Iran, y compris ses installations portuaires. En effet, l’analyste de « Middle East Institute » suggère que le fait que le gouvernement iranien n’ait pas divulgué le texte intégral de l’accord attirait la curiosité à l’extérieur de l'Iran et une certaine résistance à l’intérieur.

L’auteur de l’article ajoute qu’un examen du « Partenariat stratégique global » du point de vue de la concurrence stratégique sino-américaine, pourrait jeter la lumière sur son rôle pour anéantir les impacts des sanctions maximales des États-Unis sur le commerce du pétrole ou les ventes d’armes à l’Iran.

En outre, l’analyste estime que la signature de cet accord insiste sur un point crucial : « la Chine tente de faire entrer l’Iran dans la famille à l’intérieur de l’Initiative de ‘la Ceinture et la Route’ et donc encourager un sentiment de normalisation entre l’Iran et les autres membres de projet dans la région pour faciliter la circulation des marchandises et les transactions financières », peut-on lire dans l’article de l’Institut du Moyen-Orient.

Alliance US: le coup assassin de Pékin?

Alliance US: le coup assassin de Pékin?

Les relations sino-américaines sont entrées dans une nouvelle phase sous la présidence de Joe Biden.

L’analyste prétend : « On peut s’attendre à ce que le nouveau partenariat de l’Iran avec la Chine le reconnecte au système commercial mondial, ce qui contraindra l’Iran à adopter une approche plutôt axée sur le marché, comme la Chine l’a fait, et qui pourrait en fin de compte avoir un impact sur son discours révolutionnaire actuel. »

L’auteur de l’article ajoute que la réintégration économique de l’Iran à travers son implication dans l’initiative chinoise « La Ceinture et la Route » serait susceptible de créer une nouvelle dynamique sociale et économique en Iran pour recentrer ses intérêts économiques sur la prospérité et le développement, plutôt que sur le maintien de ses objectifs révolutionnaires.

L’auteur va plus loin jusqu’à prétendre qu’une telle réorientation pourrait également entraîner un changement des priorités politiques internes et externes.

L’analyste ajoute : « Il semble cependant plus probable que ce soit la modernisation économique qui nécessitera de nouveaux changements de politique et pourrait potentiellement rapprocher l'Iran des marchés mondiaux. Cela obligera probablement l'Iran à édulcorer son discours révolutionnaire idéologique et à introduire à la place un discours révolutionnaire économique. »

Un défi pour les États-Unis :

L’analyste estime que le « Partenariat stratégique global » pose un défi pour les États-Unis, quels que soient les aspects sécuritaires de l’accord entre l’Iran et la Chine.

La perspective de créer un lien commercial direct entre Téhéran et Pékin semble susceptible soit de forcer les États-Unis à augmenter l’intensité des sanctions à la fois contre l’Iran et la Chine, soit à inverser la tendance et à accélérer la levée de la « pression maximale » sur l'Iran plutôt que d’essayer d’accroître la pression sur la Chine pour qu’elle se conforme à la politique anti-iranienne de Washington.

L’assouplissement des sanctions contre l’Iran permettrait aux États-Unis de se réengager avec l’Iran au sujet de l’accord nucléaire et du Plan global d’action conjoint et empêcherait la Chine de devenir le seul partenaire commercial de l’Iran en permettant aux pays européens et autres d’acheter du pétrole iranien et de faire du commerce avec Téhéran.

L’auteur croit que cela pourrait accélérer la réintégration de l'Iran dans le système commercial mondial. En termes géostratégiques, les États-Unis pourraient finalement voir la libéralisation économique de l'Iran comme un intérêt partagé avec la Chine.

La présentation par la Chine de son plan en cinq points pour la sécurité au Moyen-Orient indique que son rapprochement avec l’Iran peut être plus global et peut-être essentiel pour l’intégration économique de l’Iran dans la région.

Iran: pourquoi la Chine et pas l'Europe?

Iran: pourquoi la Chine et pas l'Europe?

Accord sino-iranien

Aussi vague et non spécifique que puisse paraître la nouvelle approche diplomatique chinoise au Moyen-Orient, elle pourrait offrir une nouvelle approche pour relever les défis de l’Iran, conclut l’auteur.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/28/651499/Partenariat-sino-iranien,-un-grand-d%C3%A9fi-pour-les-USA

VIENNE : L’IRAN REFUSE QUE LA REUNION SUR LE NUCLEAIRE SE TRANSFORME EN « NEGOCIATIONS D’ATTRITION »

L’Iran refuse que la réunion sur le nucléaire de Vienne se transforme en « négociations d’attrition »

 Depuis 1 jour  26 avril 2021

Abbas Araghchi

Abbas Araghchi

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le principal négociateur iranien dans les pourparlers organisés à Vienne en vue de relancer l’accord sur le nucléaire iranien a déclaré, dimanche 25 avril, que son pays refuserait de participer à des « négociations d’attrition », a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

« La durée exacte des pourparlers ne peut pas être prévue à l’avance. Nous ne permettrons pas que les négociations se transforment en pourparlers d’attrition. Si nous estimons que les autres parties ne sont pas sérieuses, ou essaient juste de de gagner du temps ou d’introduire de nouvelles questions dans les discussions, nous abandonnerons les négociations », a indiqué Abbas Araghchi, qui dirige l’équipe de négociation iranienne dans les pourparlers en cours à Vienne avec les représentants du Royaume-Uni, de la Chine, de la France, de la Russie et de l’Allemagne.

« En même temps, nous ne sommes pas pressés, car les négociations touchent à des problèmes graves, qui doivent être examinés et discutés », a-t-il déclaré.

M.Araghchi, qui est également vice-ministre des Affaires étrangères d’Iran, a tenu ces propos après une réunion avec la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du parlement iranien.

Il a en cela fait écho aux propos du Guide suprême iranien, l’ayatollah Sayed Ali Khamenei, qui a déclaré à propos des pourparlers sur le nucléaire que « l’Iran recommencerait à observer l’accord sur le nucléaire de 2015 – officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA) – uniquement après que les Etats-Unis auront levé leurs sanctions à son encontre ».

Le haut diplomate iranien a de nouveau rejeté le « plan étape par étape abandonné depuis longtemps » qui visait à relancer l’accord sur le nucléaire.

M.Araghchi a en outre sommé « les États-Unis de lever les sanctions qui visent environ 1 500 personnalités (iraniennes) et ce, dans le cadre des efforts visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 ».

En vertu de l’accord sur le nucléaire de 2015, l’Iran a accepté de renoncer à une partie de son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques.

Mais l’Iran a progressivement cessé de respecter ses engagements en matière nucléaire après le retrait unilatéral en 2018 des États-Unis de Donald Trump de l’accord de Vienne et le rétablissement des sanctions américaines. Trump voulait obliger la République islamique à revenir à la table de négociations pour la pousser à inclure le programme balistique iranien dans le cadre de l’accord nucléaire. Ce que Téhéran refuse toujours estimant que ce programme est une garantie de sa défense.

Sources: Xinhua + AlQuds al-Arabi

https://french.almanar.com.lb/2052745

JAVAD ZARIF, MINISTRE IRANIEN DES AE DIT ETRE ENTRAVE PAR LE CGRI ET IL ACCUSE LA RUSSIE D’AVOIR TENTE DE DETRUIRE L’ACCORD DE 2015 SUR LE NUCLEAIRE

Iran: dans un enregistrement, Javad Zarif déclare être entravé par les Gardiens de la révolution

 

Publié le : 26/04/2021 - 14:21

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif. © dr

Texte par :RFISuivre

2 mn

En pleine reprise des négociations sur le nucléaire, un enregistrement sonore du chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif vient semer le trouble. Selon la chaîne Iran International et le New York Times qui divulguent cet enregistrement, Zarif affirme que son action diplomatique est largement entravée par les Gardiens de la révolution, le bras armé du régime, et il accuse la Russie d’avoir tenté de détruire l’accord de 2015 sur le nucléaire…

« Une diplomatie sacrifiée au profit des opérations des Gardiens de la Révolution ». C’est en substance ce que Mohammad Zarif dénonce dans un entretien à un journaliste iranien, dont la teneur vient d’être divulguée par la chaîne Iran International et le New York Times.

Le chef de la diplomatie iranienne accuse surtout le général Soleimani, le commandant des forces d’élite iraniennes, assassiné en janvier 2020 par les Américains, d’avoir systématiquement entravé sa politique. En 2015, après la signature historique de l’accord sur le nucléaire, Soleimani serait allé à Moscou dans le but de détruire l’accord, la Russie n’ayant pas intérêt à ce que l’Iran renoue avec les Occidentaux.

Plusieurs sources font état de cette visite, démentie alors par le Kremlin. Les Gardiens de la révolution auraient aussi facilité l’envoi d’armes russes en Syrie, pour soutenir le régime. Beaucoup de choses se seraient faites dans le dos de Mohammad Zarif.

On ne sait pas qui a fait divulguer cet enregistrement, qui n’était apparemment pas destiné à être publié aujourd’hui. Mais cela intervient en pleine reprise des négociations sur le nucléaire pour un retour des Américains dans l’accord, alors que le principal négociateur nucléaire iranien, Abbas Araghchi, fait état de progrès dans les négociations. Nous sommes également à moins de deux mois de l’élection présidentielle en Iran.

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210426-iran-javad-zarif-enregistrement-entrave-gardiens-revolution-soleimani-nucleaire-russie

IRAN : "TOMER ET DIMONA SE REPRODUIRONT"

Les exactions d'Israël se retournent contre lui

Monday, 26 April 2021 3:25 PM  [ Last Update: Monday, 26 April 2021 4:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le commandant en chef du CGRI met en garde Israël. (Archives)

L'Iran réagira plus sévèrement à toute action perverse d’Israël, a mis en garde le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique, le général Salami.

l'Iran donnera une riposte équivalente ou plus sévère à toute action perverse du régime sioniste, a mis en garde le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) lors d’une interview accordée à la chaîne Al-Mayadeen.

“Les mauvaises actions commises par les sionistes dans la région se retournent contre eux”, a déclaré le général Hossein Salami en allusion aux récentes évolutions en Palestine occupée.

“En poursuivant de tels actes, le régime sioniste se rapproche de plus en plus de l’effondrement, d’autant que tout est réuni pour l’effondrement du régime sioniste”, a-t-il souligné.

“Au cours des derniers jours, vous avez vu comment leurs mauvais actes ne sont pas restés sans réponse et comment certains changements ont eu lieu à l'intérieur des territoires occupés, et ces événements et développements se répéteront certainement et deviendront plus omniprésents à l’avenir”, a-t-il averti.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/26/650355/Iran-Israel-riposte-CGRI

IRAN : LE GENERAL BAQERI DECLARE QUE DES MESURES PROCHAINES RAMENERONT LES SIONISTES A LA RAISON

Baqeri : des mesures prochaines ramèneront les sionistes à la raison

 Depuis 6 heures  25 avril 2021

baqeri

 Article traduit - Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

Le chef d’état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Baqeri, a déclaré que les récentes mesures prises par les mouvements de résistance et celles qui adviendront dans le futur ramèneront les sionistes à la raison.

« Les sionistes pensent qu’ils peuvent viser en permanence le territoire syrien et commettre des méfaits dans différents endroits et dans les mers sans qu’il n’y ait de riposte », a-t-il déclaré aux journalistes ce dimanche 25 avril, à l’issue de la cérémonie de la Journée de l’armée iranienne.

« Les mesures prises ces derniers jours et les actions futures mettront en danger leurs intérêts et les ramèneront certainement à la raison. L’avenir est radieux pour le front de la résistance », a-t-il ajouté.

Baqeri a fait ces remarques quelques jours après qu’un missile syrien a explosé à une trentaine de kilomètres du site nucléaire militaire le plus sensible d’Israël, Dimona, dans le désert du Néguev, au sud des territoires palestiniens occupés. Un jour avant, une explosion s’était produite lors d’un essai de missile de la société israélienne Tomer, au centre de la Palestine occupée. Au lendemain de l’évènement de Dimona, une fuite d’ammoniac a été déclaré à Haïfa.

Baqeri a évoqué la série d’incidents qui s’étaient déroulées auparavant, dans lesquelles Israël est soupçonné de jouer un rôle, notamment la panne de courant à l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz, ainsi que des attaques contre des pétroliers dans les eaux internationales, dont celle qui a eu lieu le samedi 24 avril au port syrien de Banias au cours un incendie s’est déclaré dans un tanker iranien.

« Nous n’annoncerons rien sur les auteurs des incidents et nous ne savons pas qui ils sont, mais le front de la résistance donnera une réponse fondamentale aux sionistes », a-t-il dit.

Interrogé sur la réaction possible de l’Iran si Israël continue ses actes de méfait, il a dit : « On ne sait pas quelle sera la réponse de l’Iran, mais le régime sioniste ne restera pas tranquille. »

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2052173

L’IRAN DEVOILE SEPT NOUVELLES REALISATIONS MILITAIRES DE HAUTE TECHNOLOGIE

Sept nouvelles réalisations militaires iraniennes dévoilées

 Depuis 3 heures  25 avril 2021

sayyari_nouveaux_equipements

 Article traduit - Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

La Force terrestre de l’armée iranienne a dévoilé sept nouvelles réalisations militaires de haute technologie développées au niveau national, notamment des systèmes de défense aérienne, des véhicules aériens sans pilote (UAV) et des dispositifs de guerre électronique.

Selon le site web iranien Press Tv, ces réalisations sont développées par les experts iraniens de l’Organisation du Jihad pour la recherche et l’autosuffisance de la Force terrestre de l’armée. Elles ont été exposées ce dimanche 25 avril, lors d’une cérémonie en présence du chef adjoint de l’armée pour la coordination, le contre-amiral Habibollah Sayyari et le commandant du terrain de l’armée iranienne le général de brigade Kioumars Heydari.

La cérémonie a déployé un système d’alerte radar capable de détecter et de brouiller les radars d’interception aéroportés utilisés dans les drones, les hélicoptères et les avions de combat.

turboreacteur

A été exposé également un équipement muni d’un système d’alarme à guidage laser pour la détection des armes et des menaces aéroportées. Il peut être utilisé pour court-circuiter l’ennemi. Il a la capacité d’envoyer des alertes aux stations de contrôle au sol d’UAV.

La Force terrestre a également présenté le micro-turboréacteur Ranesh-1 (Propulsion-1), qui peut être utilisé dans les drones, les avions légers monoplaces, dans un large éventail de systèmes de missiles et des bateaux sans pilote.

Le turboréacteur est suffisamment léger pour générer une poussée à grande vitesse. Il fonctionne avec différents types de carburant, a un plafond de service élevé par rapport aux moteurs à pistons, peut transporter des charges utiles et peut considérablement augmenter le record d’endurance de vol chez une variété de drones.

Le système utilise différentes bandes de fréquences pour déchiffrer divers types de signaux radar de surveillance aérienne et transmet intelligemment le signal reçu au brouilleur afin de le perturber.


drones_iraniens

La cérémonie comprenait également un système de vol basé sur l’intelligence artificielle et intégrant des drones et un système de brouillage radar terrestre Taha 1400 pouvant être transporté par des drones. Le système Taha 1400 utilise des antennes directionnelles pour couvrir intelligemment une large zone d’opérations et maintient la sécurité de vol de divers drones dans la région de l’ennemi.
Intelligent et léger, le système est un consommateur basse tension et peut être installé rapidement et facilement. Enfin, un système de brouillage terrestre utilisé pour contrer les drones hostiles et les systèmes télécommandés pour contrer les drones hostiles et les systèmes télécommandés figurait parmi les nouvelles réalisations militaires dévoilées dimanche.

 

tiam1400 

Les experts et techniciens militaires iraniens ont réalisé ces dernières années de grands progrès dans le développement et la fabrication d’une large gamme d’équipements, rendant les forces armées autosuffisantes à cet égard.

Les responsables iraniens ont souligné à plusieurs reprises que la République islamique n’hésiterait pas à renforcer ses capacités de défense, soulignant que ces capacités sont entièrement destinées à la défense et ne seront jamais soumises à des négociations.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2052217

IRAN : NOUS POUVONS ENRICHIR L'URANIUM A 80%

Député iranien: nous pouvons enrichir l’uranium à 80%

 Depuis 15 heures  24 avril 2021

13991010000624_test_photoi

 Article traduit - Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Le député iranien Bijan Nobawatan  a affirmé que « l’enrichissement de l’uranium à 60 % est une étape scientifique importante face aux USA et à ses alliés », soulignant que « la République islamique de l’Iran est capable d’enrichir l’uranium jusqu’à 80% ».

Dans une interview exclusive à l’agence de presse Farsnews, le député iranien a  souligné: « Les USA et leurs alliés savent que l’Iran a atteint un tel niveau dans la technologie nucléaire et que ses progrès ne peuvent être freinés par l’assassinat de ses scientifiques et des actes de sabotage. L’infrastructure scientifique du pays ne peut être détruite par de telles actions ».

Il a ajouté: « Les pays qui cherchent toujours à inciter les médias à se retourner  contre nous doivent savoir que nous sommes également capables d’enrichir l’uranium à 80 pour cent « .

Et de conclure : « les USA doivent traiter l’Iran aujourd’hui comme  étant une puissance scientifique et ils doivent savoir qu’ils font face à un pays jouissant d’un rang  scientifique et technologique très haut placé dans le monde et dans divers domaines. Ils doivent prendre conscience que  toute agression contre l’Iran ne restera pas sans réponse ».

Source: Farsnews

https://french.almanar.com.lb/2051491

IRAN/CHINE/PAKISTAN : LES USA PIEGES ?

Un scénario sino- irano-pakistanais pour bouter les USA hors de l'Afghanistan?

Thursday, 22 April 2021 5:42 PM  [ Last Update: Thursday, 22 April 2021 5:40 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Carte de la route de la soie localisant des pays d'où rallongent les voies ferroviaires. (Photo d'archives)

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères est toujours en visite en Iran et les coups ne cessent de se multiplier au Pakistan : attentat au Quetta, tentative d’assassinat de l’ambassadeur chinois à Islamabad... Mais qu’il y a-t-il de si terrifiant pour que les services secrets US/Israël/Arabie s’hyperactivent ? Le corridor Pakistan-Chine auquel veut se rallier l’Iran. De plus, Shah Mahmood Qureshi est venu aussi discuter du processus de paix afghan et du différend au Cachemire avec les dirigeants iraniens, raison de plus pour chercher à punir Islamabad.

 

Bombe eurasiatique iranienne?

Bombe eurasiatique iranienne ?

Téhéran, Ankara et Islamabad 

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères a été reçu par les hauts responsables du ministère iranien des Affaires étrangères et l’ambassadeur du Pakistan en poste à Téhéran.

Pendant son séjour, Qureshi mènera des entretiens avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, et sera également reçu par le président Hassan Rohani.

« Les deux parties discuteront de la situation de la sécurité régionale, y compris les derniers développements dans le processus de paix afghan et le différend Jammu-et-Cachemire », indique le communiqué.

Puis viendra le soi-disant retrait us d’Afghanistan Joe Biden ayant décidé de retirer les troupes américaines d’Afghanistan d’ici le 11 septembre - qui marque le 20e anniversaire des attentats de 2001 aux États-Unis.

« L’Iran est un voisin de l’Afghanistan et le processus de paix en cours est important pour le pays - tout comme pour le Pakistan... Nous allons donc discuter de tous ces développements », a déclaré Qureshi dans un message vidéo séparé.

Chine-Iran: séisme stratégique anti-US?

Chine-Iran : séisme stratégique anti-US ?

Ce que gagnera la Chine au Moyen-Orient, grâce à son alliance avec la Résistance, va au-delà de la Route de la soie...

En allusion à la visite du ministre pakistanais des Affaires étrangères à Téhéran, un expert des questions relatives au sous-continent indien a expliqué que le dossier de l’Afghanistan et du processus de paix dans ce pays était des sujets de discussion primordiaux. 

« Les deux parties débattront de leur coopération économique, mais aussi sécuritaire et culturelle, ainsi que des relations entre l’Iran et les pays arabes du golfe Persique. 

Le Pakistan a tenté de jouer un rôle de médiateur pour rétablir des pourparlers entre l’Iran et certains États du sud du golfe Persique, y compris l’Arabie saoudite, bien que les relations entre Islamabad et certains pays de la région se soient refroidies.

Vers le corridor

Vers le corridor

“La Syrie adhère toujours à sa stratégie des ‘Cinq mers’, mettant en évidence sa décision de devenir un point de jonction entre la mer Noire, la mer Caspienne, le golfe Persique, la mer Rouge et la mer Méditerranée. »

Quant à l’Afghanistan, l’expert des questions régionales Nozar Shafiei a réaffirmé que les trois pays que sont l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan pouvaient devenir de grands partenaires.

Il a ajouté que les positions de l’Iran et du Pakistan sur l’Afghanistan se sont récemment rapprochées. “Au cours de cette visite, les responsables des deux pays discuteront du retrait des troupes américaines d’Afghanistan et du vide qui suivra, ainsi que du processus de paix dans ce pays”, a-t-il expliqué.

Soulignant que Téhéran et Islamabad jouent un rôle de premier plan dans le processus de paix en Afghanistan, Nozar Shafiei a déclaré : “Un pays comme l’Iran, sur la base de sa perspective culturelle, a toujours eu une vision relativement identique sur de différents groupes ethniques et religieux en Afghanistan. Mais les médias occidentaux ont tenté de créer des pôles pro-iraniens et pro-pakistanais en Afghanistan. Les problèmes de l’Iran avec l’Afghanistan sont distincts des problèmes du Pakistan avec l’Afghanistan.”

“L’Iran et le Pakistan peuvent travailler ensemble pour résoudre une grande partie des problèmes de l’Afghanistan sans avoir besoin de puissances étrangères, car le Pakistan a une influence notable sur les taliban et l’Iran entretient de bonnes relations avec d’autres acteurs ayant une influence en Afghanistan. Or cela revêt une importance de poids a l’heure du retrait annoncé US et ce à la lumière du poids grandissant de la Chine au Pakistan. On assiste actuellement à une augmentation de la concurrence entre la Chine et les États-Unis sur la scène mondiale. Actuellement, Téhéran et Islamabad sont tous deux proches de la Chine, et Washington tente de séparer les deux pays de la Chine dans une certaine mesure. Un scénario sino-irano-pakistanais propre à neutraliser les USA en Afghanistan est-il en cours ?”

Lire plus : «En singeant un retrait d'Afghanistan, les USA mettent en effet le cap sur l’Asie centrale »

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/22/650051/Iran-Pakistan-Chine-Route-de-la-soie

"ISRAËL" : LE MESSAGE DE L'IRAN AUX USA

Vidéo choc du CGRI publiée simultanément à la première frappe balistique contre Israël

Thursday, 22 April 2021 10:13 AM  [ Last Update: Thursday, 22 April 2021 4:59 PM ]

 30 

Porte-avions US filmé par les drones iraniens. (Capture d'écran d'une vidéo diffusée par le CGRI le 21 avril 2121)

Le 7 avril 2021, alors même que l'Arabie des Salmane venait juste de reprendre langue avec l'Iran, rien que pour appeler ce dernier à l'aide face à un Ansrallah, désormais presque au centre de Maarib, Israël a commis l'une des erreurs stratégiques les plus fatales de toute son histoire d'entité factice, vivant sous perfusion. Le navire militaire du CGRI en mer Rouge a été pris pour cible d'un missile de croisière ou d'une mine à patelle, les sources d'information ne l'ont pas précisé, faisant ainsi déplacer radicalement le champ de bataille navale Israël/Iran, de l'échelle économique à l'échelle militaire. Car à en croire même les Israéliens "c'est Saviz qui sert de QG à Ansarallah" et qui "l'aide à identifier les cibles de ses nuées de drones et de missiles balistiques".

La Syrie frappe

La Syrie frappe

Après 10 ans de frappes israéliennes, la première attaque balistique depuis la Syrie contre Israël

Cette confirmation quelque peu simpliste et qui sous-estime largement les capacités d'une puissance militaire et politique émergente qu'est Ansarallah en mer Rouge a été très rapidement démentie par les faits, la Résistance yéménite s'étant mise à frapper dans les heures suivant l'attaque anti-Saviz, Khamis Mushait, Najran... en territoires saoudiens. Mais cette attaque anti-Saviz a servi que l'entité israélienne a revendiqué à demi mot, avec cette manie à "hyperboliser" un coup somme tout, propre aux pirates de mer, passait sous silence un important détail: le 7 avril, alors que les supposés commandos marins de "Shayetel 13" menaient leur acte de sabotage contre le navire iranien, l'USS Eisenhower se trouvait tout proche, à quelques 300 mètres de Saviz.

Opex360, site du renseignement militaire d'une armée française désormais aux ordres de Biden, est revenu sur l'événement affirmant que le porte-avions US, informé par les Israéliens de l'attaque, faisait route en direction du golfe Persique. Or en Iran, personne n'a cru cette boutade. L'attaque contre le navire militaire iranien "Saviz" n'aurait jamais pu avoir lieu sans le soutien militaire direct de l'USS Eisenhower qui depuis, est d'ailleurs bien arrivé dans le golfe Persique.

Une arrivée que le CGRI a tenu à faire médiatiser à sa façon. Et comment? Le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) d’Iran a fait publier des images totalement inouïes de l'USS Eisenhower, tournées fraîchement par des drones iraniens, alors que le bâtiment traverse le détroit d’Hormuz. Les images publiées mercredi montrent clairement des chasseurs américains stationnés puis un hélicoptère de combat qui se pose sur le pont du navire sans soupçonner un seul instant qu'il se fait filmer par les Iraniens.  

Comment le CGRI a dépouillé l'US Navy?

Comment le CGRI a dépouillé l'US Navy?

La Marine iranienne, dotée de dernières technologies, a mis en défi les USA dans les eaux du Sud.

À un moment donné, le drone plane même au-dessus de cet hélicoptère de la marine américaine et a même l'air de vouloir le viser. Idem pour le jeep américain qui sillonne le pont à tout allure que le drone iranien en question suit, comme y voyant une proie bien facile surtout que des marines sont partout présent. car l'enregistrement visualise aussi des membres d'équipage du porte-avions se déplaçant partout.

Quelque 5000 marines et effectifs aériens en tout et pour tout qui n'ont jamais vu un drone de combat se rapprocher d'eau en pleine mer, et qui ont toutes les chances d'être pris de court, un peu comme l'équipage de "Hypérion Ray", le navire logistique israélien, qui a été attaqué le 11 avril, par un drone armé iranien, alors qu'une frégate belge du nom de Léopold 1er avait pour mission de l'escorter. Doté de radar, de missiles antinavire et de canons à 4000 décharge par heure, Léopold 1er n'a rien vu venir le 11 avril, tout comme l'USS Eisenhower qui à en juger la vidéo du CGRI, est totalement aveugle. 

Des sources militaires russes, comme Avia.pro commentant cette vidéo écrivent : « De façon alarmante, aucun des navires de guerre américains ne semble avoir été au courant de l'activité clandestine se déroulant dans le ciel au-dessus d'eux. Dans les images vidéo présentées, vous pouvez voir comment le drone iranien Shahed-191 examine avec succès le pont d'un porte-avions américain depuis les airs, tout en restant inaperçu par l'armée américaine. La démonstration de ces images vidéo a frappé assez durement la réputation de l'armée américaine, puisque, si nécessaire, Téhéran pourrait facilement éliminer le porte-avions avec plusieurs frappes aériennes. »

Shahed 181, le fossoyeur de Patriot!

Shahed 181, le fossoyeur de Patriot!

La Force aérospatiale du CGRI est capable de neutraliser la menace de missiles de croisière tirés par des navires américains, et de percer également leurs boucliers antimissiles.

 Et Avia ne croit pas si bien dire puisque la seconde partie de la vidéo réserve encore davantage de surprise : la deuxième partie des enregistrements diffusés par le CGRI présente des drones kamikazes militaires iraniens frappant diverses cibles, dont une réplique de DCA SAM. 
Comment comprendre cette vidéo publiée à peine quelques heures après une méga déflagration frappant en plein cœur de Tel-Aviv une usine de fabrication de missiles Tomer , soit quelques heures avant qu'un premier missile balistique de haute précision syrien s'abattent à quelques kilomètres sur le réacteur nucléaire de Dimona? 

Méga déflagration: Israël frappé?

Méga déflagration: Israël frappé?

Avia va de son commentaire : Il semblerait que l'Iran est sur le point de mettre en garde les Etats-Unis contre toute ingérence dans la guerre navale qui l'oppose à Israël. Car Fujaïrah comme partout dans le golfe Persique, voit régulièrement les navires, les pétroliers et les cargos US en circulation. Une frappe drone visant les Américains est une affaire totalement acquise pour l'Iran.

Mais de quel drone s'est il agit dans cette vidéo bien particulière? C'est un "Shahed-191", réplique à 60 pourcent du plus mystérieux drone US, RQ-170. Le drone "Shahed 191", doté d'un moteur à réaction, est conçu pour une triple mission de reconnaissance, de combat et de surveillance sur une portée maximale de 1 500 km et une durée de vol de 4,5 heures. La vidéo du CGRI prouve d'ailleurs le succès de l'appareil dans ces trois domaines. Ce drone qui vole à une altitude de 25 000 pieds a une vitesse de 350 kilomètres par heure et une masse maximale au décollage de 500 kg. Mais ce qui devrait surtout alerter les Américains ce sont ces deux bombes de 150 kilo chacune qu'il peut embarquer.

1er drone à abattre Israël ?

1er drone à abattre Israël ?

Selon des médias iraniens, Téhéran détient la plupart des drones de combat au Moyen-Orient.

Le "Shahed-191" est équipé d'un boîtier interne qui lui permet de transporter deux bombes et qui empêche l'augmentation de la réflexion radar qui se produit lors du transport d'une arme à l'extérieur du corps. Le dispositif qui a largement fonctionné puis l'USS Eidenhower ne s'aperçoit de rien. C'est sans doute en voyant ce genre d'image que le commandant en chef du CentCom a avoué mardi que la capacité des drones iraniens avait sapé la supériorité militaire américaine dans la région et que pour la première depuis la guerre de Corée, "l'US Air Force opère sans supériorité absolue dans le ciel du Moyen-Orient.

Iran: aveu d'impuissance du CentCom

Iran: aveu d'impuissance du CentCom

Le chef du CentCom, McKenzie a averti que l’utilisation par l’Iran de drones de petite et moyenne taille pour la surveillance et les attaques, signifie que « l’armée américaine opère sans supériorité aérienne totale ».

Frank Kenneth McKenzie a même prédit face au Congrès que cet état de chose est durable tant que "les dispositifs aériens iraniens continueront à avoir autant de mystères pour les Américains". Le 20 juin 2019, le général US a reçu une première leçon, le CGRI abattant un drone de surveillance américain RQ-4A Global Hawk BAMS-D avec un missile sol-air au-dessus du détroit d'Hormuz. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/22/650037/Drone-USA-Iran-CGRI-Golfe-Persique-Missiles-balistiques-

L'EX-GENDARME US SUR LE MONDE NE PEUT PAS SE PERMETTRE QUE L'IRAN SOIT DANS LE CAMP CHINOIS

Nucléaire iranien: «les USA ne peuvent pas se permettre que l’Iran reste dans le camp chinois»

 Depuis 24 heures  22 avril 2021

pacte_cooperation_strategique

 Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

L’avocat franco-iranien Ardavan Amir-Aslani a expliqué dans le dernier entretien de Lignes Rouges les raisons qui ont amené l’administration américaine  à envisager de revenir à l’accord  nucléaire. Et ce trois ans après le retrait fracassant des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien par Donald Trump et les multiples tensions qui en ont découlé.

Si les négociations ont repris quoique de manière indirecte à Vienne, elles confirment la volonté aussi bien des États-Unis que de l’Iran de parvenir à une entente.
«Aujourd’hui, les États-Unis ne peuvent pas se permettre de rester dans cette situation d’animosité et d’antagonisme face à l’Iran. [Parce que, ndlr] l’Iran est la garantie de l’indépendance énergétique de la Chine. C’est le seul pays qui dispose des gisements miniers d’importance qui ne sont pas sous la domination américaine», avance-t-il.

Amorcée sous Barack Obama et intensifiée sous Donald Trump, la rivalité américano-chinoise sera bien le grand défi de la nouvelle administration Biden.
Et pour tenter de contrecarrer la domination de Pékin, qui passe par le développement et l’obtention des richesses naturelles de l’Iran, estime Ardavan Amir-Aslani, les États-Unis devraient chercher à éloigner l’Iran de la puissance de l’Empire du Milieu:

«On le constate aujourd’hui, les États-Unis sont rentrés dans une phase totalement conflictuelle avec la Chine. Et donc en pratique, les États-Unis sont obligés de faire en sorte qu’il y ait une dépendance chinoise face aux ressources énergétiques des États-Unis ou sous contrôle américain. Donc les États-Unis ne peuvent pas se permettre que l’Iran reste dans le camp chinois. »

Discuté quelques mois après la signature de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, le « pacte de coopération stratégique de 25 ans » entre Téhéran et Pékin a été annoncé en juillet 2020 et signé le 27 mars dernier. Un partenariat conclu permettant à l’Iran d’exporter ses matières premières et particulièrement son pétrole contre des investissements chinois, d’un montant annoncé de 400 milliards de dollars.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2050842