IRAN

IRAN

L'IRAN "MINE" LES CARAÏBES!

Premiers tirs de missiles vénézuéliens contre l'US Navy, le "piège iranien" pour les USA!

Sat May 23, 2020 8:36AM

La position géographique de cinq tankers qui appareillent non loin de Caraïbes. (Twitter)

00:0000:16HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

La position géographique de cinq tankers qui appareillent non loin de Caraïbes. (Twitter)

Deux jours après un premier avertissement du ministère iranien de la Défense, le chef d'état-major des forces armées, le général de brigade Bagheri, a mis en garde, vendredi 22 mai, les États-Unis contre "toute erreur de calcul visant les intérêts de l'Iran : "Une telle erreur sera ripostée, n'importe où elle serait commise", a affirmé le général, en une claire allusion à l'arrivée de cinq navires-citernes iraniens dans les eaux des Caraïbes, navires chargés d'essence que les USA ont menacé d'attaquer puisque mine de rien leurs précieuses cargaisons composée de 1,5 million de barils visent non seulement à briser le régime de sanctions US contre deux des plus grands producteurs du pétrole au monde que sont le Venezuela et l'Iran mais encore à prouver des Iraniens ou des Américains, lesquels, présente une réelle menace pour la libre navigation à travers le monde.

Aussi le piège à double sens qu'a tendu le duo Iran Venezuela aux Américains est bien trop délicat, trop complexe pour qu'il puisse se déjouer par une simple saisie de l'un, de quelques-uns ou encore de tous les cinq navires Fortune, Petuna, Catula, Faxon, Forest. Le moindre agissement du Pentagone risque de mettre sur le dos de Trump deux guerres pour le prix d'une!  

Jeudi, le Pentagone a affirmé ne pas avoir de plan pour une saisie des pétroliers iraniens et s'est contenté d'affirmer que les États-Unis répondraient à la royale démonstration de force Iran/Venezuela par davantage de sanctions. Mais est-ce suffisant? L'absurdité du geste pousserait probablement les stratèges US à chercher d'autres alternatives, ce qui ferait encore davantage refermer le piège sur les Américains.  

Caraïbes:

Caraïbes: "Inattendu" clash US/Iran?

Méga bourde US : une coalition navale anti-américaine émerge aux Caraïbes : Venezuela-Iran-Russie-Chine ....

Vendredi 22 mai, et pour la première fois depuis que les États-Unis revendiquent toute honte bue que l'Amérique latine est leur pré-carrée, l'armée vénézuélienne a procédé à un exercice de missiles anti-US, chose encore inimaginable il y a quelques années. L'exercice a été mené sur l'île de La Orchila, avec l'essai de "missiles de précision maximale" pour la défense de nos eaux et de nos côtes", selon le chef de l'État vénézuélien, Nicolas Maduro, qui a rencontré les hauts commandements militaires lors d'une réunion du conseil de guerre retransmise sur la chaîne nationale. L'exercice qui fait partie du "Bouclier bolivarien", a eu lieu deux jours après que le pays a annoncé avoir fourni une escorte aux pétroliers iraniens. 

Ces deux derniers jours, les chasseurs Su-30 dotés de missiles de croisière X-31 n'ont cessé de voler dans le ciel du Venezuela. La Force aérienne vénézuélienne a commencé à faire miroiter ses missiles de croisière anti-navires X-31, histoire de faire comprendre aux Américains que le Venezuela est déterminé à aller jusqu'au bout pour briser le blocus que l'US Navy est sur le point de créer autour du pays dans l'objectif d'affamer la population pour la faire fléchir. Les sources militaires aux États-Unis ne cessent de railler les capacités militaires de la République bolivarienne face à l'US Navy et sa très probable défaite si un clash venait à éclater. Pourtant, le pays dispose de quatre escadrons de Su-Su-30MKV pour un total de 22 avions, de missiles anti-navires Kh-31A, de Sam S-300VM et de 9K317M2 Buk-M2E à longue et moyenne portée et au-delà de tout ceci, il entretient une précieuse alliance avec la Résistance.

Le quotidien américain, The Washington Post y revient et écrit que le Venezuela et l'Iran, les adversaires des États-Unis, forgent un partenariat stratégique plus étroit, qui offre à Téhéran la perspective d'un nouveau centre d'influence, juste en face de la mer des Caraïbes, et la Floride, là où les États-Unis ont placé leur centre de commandement militaire anti-Venezuela. 

Venezuela: un F-35 US, abattu?

Venezuela: un F-35 US, abattu?

Qui chasse les avions de 5e génération US en Floride, le QG des opérations armées anti-Venezuela?

Il s’agit d’une des manifestations les plus fragrantes de l'approfondissement de la relation: cinq pétroliers traversent maintenant l'océan Atlantique, transportant selon les analystes, 60 millions de gallons d'essence iranienne. Et que peut faire l'Amérique? pas grand chose à moins de prendre le risque de déclencher un conflit majeur à la fois sur deux fronts. Il n'y a pas de base juridique en droit international pour que les États-Unis interviennent dans cette relation, estime d'ailleurs Fernando Cutz, ancien directeur du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche pour l'Amérique du Sud cité par le journal. Au fait si aux États-Unis il existe autant de réticences c'est que l'US Navy se sait exposée dans le golfe Persique. 

Dans une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a lancé dimanche 17 mai, un avertissement contre toute action de la marine américaine dans les Caraïbes qui viserait à perturber la livraison de pétrole iranien au Venezuela. « Une action de ce genre serait ''illégale et (constituerait) une forme de piraterie", et les États-Unis seraient responsables "des conséquences" qui en découlent »a déclaré le chef de la diplomatie iranienne.

Venezuela/Iran : Moscou met en garde les USA

Venezuela/Iran : Moscou met en garde les USA

Le représentant permanent adjoint de la Russie aux Nations unies a mis en garde les États-Unis contre toute action provocatrice de leurs navires contre les pétroliers iraniens près du Venezuela.

Et les conséquences? Selon Avia.pro, le navire de débarquement, l'USS Bataan se trouve actuellement "dans le viseur des missiles de croisière iraniens puisqu'il appareille dans le golfe Persique, à une distance de 120 kilomètres du littoral iranien. La situation est très tendue, car si les navires de guerre américains tentaient de capturer des pétroliers iraniens au large des côtes du Venezuela, l'Iran frapperait immédiatement. 

«Il est probable que les États-Unis seront conscients de toutes les conséquences possibles d'une attaque contre des pétroliers iraniens à la suite des côtes du Venezuela. L'Iran a déjà prouvé qu'il est prêt à attaquer des cibles prioritaires américaines et les navires de guerre US en sont une, surtout qu'ils se trouvent près des frontières iraniennes. Entre temps le moindre agissement US lui ouvrira deux fronts à la fois dans le Golfe (persique) et aux Caraïbes », affirme l'expert de Avia-pro.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/23/625947/Venezuela-la-DCA-braque-sur-les-navires-US


 

IRAN : LA DCA "A BASSE ALTITUDE," PRÊTE A CONTRER TOUTE MENACE US

La DCA « à basse altitude » iranienne, prête à contrer toute menace US

 Depuis 9 heures  21 mai 2020

Système de défense antiaérienne Raad

Système de défense antiaérienne Raad
Système de défense antiaérienne Raad

 Iran - Monde islamique

 

Le commandant de la Force de défense antiaérienne de l’armée iranienne, Alireza Sabahi Fard, s’est rendu, mercredi 20 mai, dans une zone de DCA du sud-est du pays, afin d’y visiter les sites radars, balistiques et d’artillerie.

Devant le personnel de la zone de DCA du sud-est, Alireza Sabahi Fard a déclaré que cette zone de DCA comptait parmi les zones les plus importantes, car elle assumait la responsabilité de la protection du ciel du golfe Persique.

« Les avions des armées de l’air étrangères effectuent plusieurs vols au-dessus du golfe Persique, mais la vigilance 24 heures sur 24 des forces de la DCA iranienne les empêche de violer l’espace aérien iranien », a déclaré le commandant.

Alireza Sabahi Fard a mis en garde les ennemis contre la violation de l’espace aérien de la République islamique d’Iran.

Les menaces en croissance visant l’espace aérien de la République islamique d’Iran ont poussé Téhéran à concevoir et à fabriquer des systèmes de défense antiaérienne sophistiqués afin de protéger ses installations et les centres vitaux.

Le développement des drones, surtout les drones-suicides, et des missiles de croisière qui volent à une basse altitude représente aujourd’hui un défi majeur pour les systèmes de défense antiaérienne et les radars.

Dans la foulée, l’Iran a dévoilé le système de défense antiaérienne Raad-2 qui utilise des missiles Taer ayant une portée de 50 kilomètres.

Ce système est équipé de radar électro-optique Sepehr-14. Parmi les systèmes électro-optiques les plus sophistiqués, on peut faire allusion à Sepehr-14 dont la portée est de 50 kilomètres.

L’appareil est capable de détecter et d’intercepter AWACS parmi des dizaines d’avions et de drones de reconnaissance ennemis qui rodent autour de l’espace aérien du Sud-ouest iranien et ceci est un plus surtout que les avions-espions militaires recourent au leurre et se font passer pour des avions de ligne.

Sepehr -14 est capable de verrouiller sur sa cible que ce soit un avion de 5e génération, un AWACS ou un avion de ligne.

Par ailleurs, l’Iran a fait part, en été 2018, de sa décision de fabrique un système de défense antiaérienne Pantsir.

La fabrication de la version iranienne du Pantsir russe permettra aux forces de la DCA de la République islamique d’Iran d’enregistrer un progrès remarquable dans le domaine des systèmes de défense antiaérienne qui performent à une basse altitude.

Source: PressTV

http://french.almanar.com.lb/1760167


 

IRAN : OUVERTURE DE LA CHASSE AUX NAVIRES US

Wed May 20, 2020 7:1AM

L'USS Towers coule. (Archives)

L'USS Towers coule. (Archives)

Plus d’un mois après le tweet guerrier de Trump où l’intéressé avait dit avoir donné à son armada l’ordre de « détruire » des vedettes rapides iraniennes, l’armée américaine a émis ce mercredi matin, heure de Téhéran, un communiqué. A en juger la teneur, les généraux US, paniqués déjà à l’idée d’avoir à faire face aux cinq pétroliers iraniens qui, à l’heure qu’il est, devraient se trouver pas loin des côtes vénézuéliennes pour lui livrer leur cargaison d’essence, se seraient creusés les cellules grises pour faire écho au tweet présidentiel.

CGRI : US Navy, la peur au ventre!

CGRI : US Navy, la peur au ventre!

La multiplication des manoeuvres dans le golfe Persique ne sont qu’une opération psychologique et médiatique.

Ainsi l’armée US lance-t-elle un ultimatum : dans son communiqué, elle affirme considérer désormais comme une « menace »  tout navire ou embarcation « étranger » qui se trouverait à moins de 100 mètres de ses navires de guerre  et que par conséquent, elle prendrait des «mesures défensives légales» ! Les termes « étranger » et « légale », marquant évidement l’extrême culot dont fait preuve une marine étrangère dont la présence au Moyen-Orient n’a cessé d’être une source de tension et de guerre. Aussi inventent les Etats Unis d’Amérique leur propre loi de navigation, ajoutant au droits habituels de klaxonner, de tir des fusées éclairantes et enfin de tir de semonce, une clause exceptionnelle, « une distance à naviguer » !

Mais on croit presque rêver : voici une Amérique dont les navires se permettent de faire irruption non loin des eaux territoriales iraniennes, d’y multiplier des exerces militaires parfaitement belliqueux et qui se fixent à des zones de « transit légal» comme si le golfe Persique faisait partie des eaux territoriales US ou de l’Atlantique, là où un face-à-face Iran/USA est plus qu’attendu. Le communiqué de l’US Army dit que l’Amérique ne veut pas la guerre et tente de justifier sa ridicule ultimatum en affirmant que "100 mètres" puissent sembler loin, mais qu’il est incroyablement proche pour les grands navires de guerre qui ont du mal à virer rapidement, comme les porte-avions, n’empêche que la peur se lit partout dans ce texte.

G. Persique: l'US Navy panique

G. Persique: l'US Navy panique

La coalition maritime que les Etats-Unis ont fait naitre aux forceps contre l'Iran risque ne pas survivre au choc.

Il y a deux jours le ministre de la Défense, le général de brigade Amir Hatami a d’ailleurs anticipé ce communiqué de l’US Army : « Une attaque militaire contre l’Iran sera ripostée par une attaque militaire. Un point c’est tout. L’Iran infligera une réponse ferme et catégorique à tout agresseur pour défendre sa sécurité nationale et il a prouvé qu’il tient la parole. L'assassinat de notre grand général Soleimani en Irak aurait dû servir de leçon aux Américains, acte dont la riposte a ébranlé le concept même de base militaire US dans le monde », a dit le ministre de la Défense.

Juste avant, les Américains avaient toutefois perdu leur emprise sur le ciel de la région par la destruction en plein espace aérien du golfe Persique d’un drone ce qui a laissé une fente géante dans ce supposé chape de radars de censeurs et de satellites que l’Amérique se croit créer au Moyen-Orient et qu’elle croit surtout invulnérable.

Harpoon


The Drive a rapporté mardi que le navire multifonction US qui s’est déjà heurté une première fois le 17 avril à la foudre du CGRI, s’est remis à s’exercer comment « détruire les embarcations rapides iraniennes ». Mais à la différence du 17 avril, les Apaches US, partis des Emirats arabes Unis s’étaient fait accompagner des UH-60M des Émirats arabes unis. « Ce genre d’exercice renforce l'interopérabilité entre la marine américaine et l'armée des EAU, ce qui rend les deux forces plus compétentes et capables de répondre aux défis régionaux », a hasardé le capitaine de la marine Michael Mosbruger, commandant de l’USS Puller, dans un communiqué. Les observateurs eux, y voient surtout non pas le signe des soucis d’interopérabilité mais la marque d’une crainte profonde, celle que nourrissent à chaque instant les Américains dans le golfe Persique d’avoir à affronter « seuls » l’Iran. Presque au moment où  l’US Army lançait son ultimatum de pacotille à l’Iran, les médias ont fait état du départ de deux autres tankers bourrés d’essence et opérant sous pavillon iranien, cette fois, vers la Chine, signe que l’Iran est plus que déterminé à en découdre avec ce géant au pied d’argile qu’est l’Amérique. Est-ce une "irruption" de l’USS Puller en plein exercice de patrouille du CGRI dans le golfe Persique qui allumera la mèche ?

Venezuela/Iran: un MQ-9 US abattu?!

Venezuela/Iran: un MQ-9 US abattu?!

Deux étranges incidents aériens US en l'espace de quelques heures au sud des États-Unis : un F-22 et un MQ-9 s'écrasent... un simple hasard?

A quelques milliers de kilomètres de là, aux Caraïbes, un troisième incident en l’espace de 10 jours vient de frapper de plein fouet l'US Air Force et pas des moindres : un  F-35 Joint Strike Fighter qui volait non loin de la base aérienne Eglin AFB en Floride s'est écrasé, ... non loin de la où l’armée vénézuélienne et ses alliés guettent le moindre agissement militaire US … Après le crash d’un F22 et d’un MW-9 la semaine dernière, cela commence à en faire trop…

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/20/625729/LUS-Navy-menace-lIran-repond


 

LA DCA IRANIENNE MET EN GARDE LES ENNEMIS

Wed May 20, 2020 5:3PM

Le système de défense antiaérienne Raad. (Photo d'archives)

Le système de défense antiaérienne Raad. (Photo d'archives)

Le commandant de la Force de défense antiaérienne de l’armée iranienne a mis en garde les ennemis contre la violation de l’espace aérien de la République islamique d’Iran.

Le commandant de la Force de défense antiaérienne de l’armée iranienne, Alireza Sabahi Fard, s’est rendu, mercredi 20 mai, dans une zone de DCA du sud-est du pays, afin d’y visiter les sites radars, balistiques et d’artillerie.

Devant le personnel de la zone de DCA du sud-est, Alireza Sabahi Fard a déclaré que cette zone de DCA comptait parmi les zones les plus importantes, car elle assumait la responsabilité de la protection du ciel du golfe Persique.

« Les avions des armées de l’air étrangères effectuent plusieurs vols au-dessus du golfe Persique, mais la vigilance 24 heures sur 24 des forces de la DCA iranienne les empêche de violer l’espace aérien iranien », a déclaré le commandant.

Alireza Sabahi Fard a mis en garde les ennemis contre la violation de l’espace aérien de la République islamique d’Iran.

Comment l’Iran a-t-il brisé le concept de furtivité?

Comment l’Iran a-t-il brisé le concept de furtivité ?

Grâce aux systèmes électro-optiques de la défense iranienne, les AWACS américains ne sont plus furtifs.

Les menaces en croissance visant l’espace aérien de la République islamique d’Iran ont poussé ce pays à concevoir et à fabriquer des systèmes de défense antiaérienne sophistiqués afin de protéger ses installations et les centres vitaux.

Le développement des drones, surtout les drones-suicides, et des missiles de croisière qui volent à une basse altitude représente aujourd’hui un défi majeur pour les systèmes de défense antiaérienne et les radars.

Dans la foulée, l’Iran a dévoilé le système de défense antiaérienne Raad-2 qui utilise des missiles Taer ayant une portée de 50 kilomètres. Ce système est équipé de radar électro-optique Sepehr-14. Parmi les systèmes électro-optiques les plus sophistiqués, on peut faire allusion à Sepehr-14 dont la portée est de 50 kilomètres. L’appareil est capable de détecter et d’intercepter AWACS parmi des dizaines d’avions et de drones de reconnaissance ennemis qui rodent autour de l’espace aérien du Sud-ouest iranien et ceci est un plus surtout que les avions-espions militaires recourent au leurre et se font passer pour des avions de ligne. Sepehr -14 est capable de verrouiller sur sa cible que ce soit un avion de 5e génération, un AWACS ou un avion de ligne.

PressTV

PressTV

Des images satellites 

Par ailleurs, l’Iran a fait part, en été 2018, de sa décision de fabrique un système de défense antiaérienne Pantsir.

La fabrication de la version iranienne du Pantsir russe permettra aux forces de la DCA de la République islamique d’Iran d’enregistrer un progrès remarquable dans le domaine des systèmes de défense antiaérienne qui performent à une basse altitude.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/20/625769/Iran-DCA-Pantsir-drone-Etats-Unis


 

POURQUOI LES USA N'OSERONT PAS ATTAQUER LES CINQ PÉTROLIERS IRANIENS EN ROUTE POUR LE VENEZUELA?

Pourquoi les USA n’oseront pas attaquer les cinq pétroliers iraniens se dirigeant vers la mer des Caraïbes ?

 Depuis 4 heures  20 mai 2020

Cinq navires-citernes battant pavillon iranien sont en route vers le Venezuela

Cinq navires-citernes battant pavillon iranien sont en route vers le Venezuela
Cinq navires-citernes battant pavillon iranien sont en route vers le Venezuela

 Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

L’analyste iranien, Emad Abshenas, a expliqué, lors d’une interview exclusive avec l’édition persane de Sputnik, les dessous de l’acheminement de cinq navires-citernes battant pavillon iranien vers le Venezuela.

« Ces cinq pétroliers, chargés de carburant, ont traversé le détroit d’Hormuz, le détroit de Bab el-Mandeb, le canal de Suez, le détroit de Gibraltar et l’océan Pacifique et ils se dirigent vers la mer des Caraïbes », a déclaré M.Abshenas.

Et d’ajouter: « Il y a moins d’un an, un navire iranien battant pavillon panaméen traversait le détroit de Gibraltar où il a été arraisonné par les Britanniques, sur ordre des Américains, mais cette fois-ci, les Britanniques n’ont pas osé passer à l’acte, car ils se souviennent toujours le gifle qu’ils ont reçu des Iraniens dans le golfe Persique. »

Il a souligné que le trajet parcouru par les cinq navires-citernes iraniens était entièrement contrôlé par les Américains. « Or, les Américains n’ont pas osé arrêter les navires iraniens, car ils savent bel et bien ce qui les attendra ».

L’analyste iranien a rappelé que puisque les sanctions imposées par Washington à l’Iran et au Venezuela n’étaient pas reconnues par les instances internationales, les Américains n’auraient pas le droit d’arraisonner les vaisseaux iraniens et s’ils le faisaient, il s’agirait d’un acte de piraterie qui pourrait être condamné par les instances internationales. « L’arraisonnement de chacun de ces navires réservera à l’Iran le droit d’une mesure de représailles », a-t-il noté.

Et d’expliquer : « Alors que seulement cinq pétroliers iraniens naviguent dans l’océan Pacifique, des centaines de navires américains circulent chaque jour dans la golfe Persique, la mer d’Oman et l’Océan indien. Donc, les Américains savent bien que s’ils osent arraisonner un, voire cinq navires iraniens, les Iraniens pourront arraisonner une dizaine de vaisseaux américains. C’est ainsi qu’une guerre économique sera déclenchée contre les États-Unis et aucun navire américain n’osera plus se déplacer dans cette région ».

Et de poursuivre : « l’Iran entend envoyer un message à destination des Américains : Si vos intérêts vous ont fait venir dans le golfe Persique, nous aussi, nous avons des intérêts qui nous ont fait venir aux portes des États-Unis et là, vous n’avez pas le droit de protester. En plus, l’Iran envoie également un message à ses alliés : nous vous soutenons dans les conditions les plus difficiles et nous ne vous abandonnerons pas tout comme les Américains abandonnent leurs alliés ».

Emad Abshenas conclut : « soit les Américains arraisonnent les navires iraniens, soit ils restent les bras croisés et laissent les navires iraniens atteindre les ports du Venezuela, c’est l’Iran qui sera la partie gagnante de cette aventure. En tout cas, l’Iran a réussi à s’infiltrer dans l’arrière-cour des Américains ».

Dans la foulée, un responsable de haut rang iranien a déclaré à la chaîne de télévision libanaise al-Mayadeen qu’une atteinte quelconque à tout navire circulant dans les eaux internationales mettrait en péril la sécurité de tous les pays.

« Tous les navires-cargos ont le droit de naviguer dans les eaux internationales et toute atteinte à ces navires signifie la violation des lois internationales », a déclaré le responsable iranien qui a requis l’anonymat.

Le quatrième pétrolier iranien, Faxon, a traversé le détroit de Gibraltar en direction de l’Amérique latine.

Après Fortune, Petuna et Forest, il s’agit du quatrième pétrolier transportant de l’essence ou du diesel iranien, qui, selon les médias occidentaux, « se dirige vers l’Amérique latine et très probablement le Venezuela ».

Les médias et les responsables occidentaux prétendent que d’importantes expéditions d’or ont été transportées vers l’Iran par certaines compagnies aériennes iraniennes en provenance du Venezuela. Certains analystes disent que les expéditions d’or sont en fait le prix du carburant à livrer au Venezuela.

Le cinquième pétrolier Clavel, a également traversé le canal de Suez ces derniers jours et se dirige vers le Gibraltar et l’Amérique latine.

Source: Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/1758737


 

MISE EN GARDE DE L'IRAN AUX USA DE NE PAS ENTRAVER SES LIVRAISONS DE PÉTROLE AU VENEZUELA

Téhéran, 19 mai (RHC)- Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a mis en garde dimanche les Etats-Unis contre toute action de la marine américaine dans les Caraïbes qui viserait à perturber la livraison de pétrole iranien au Venezuela.

Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, M. Zarif a mis en garde contre "les mouvements américains de déploiement de la marine dans les Caraïbes afin d'intervenir et de perturber le transfert de pétrole iranien au Venezuela".

Toute action serait "illégale et (constituerait) une forme de piraterie", a-t-il ajouté, précisant que les Etats-Unis seraient tenus pour responsables "des conséquences de toute mesure illégale".

L'Iran et les Etats-Unis sont des ennemis jurés et ne cessent de se lancer accusations et menaces. 

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a pour sa part affirmé dimanche que les Etats-Unis seraient "expulsés" d'Irak et de Syrie, deux pays où l'Iran est présent en force.

Les Etats-Unis "ne resteront ni en Irak ni en Syrie. Ils doivent se retirer et seront certainement expulsés", a dit l'ayatollah Khamenei lors d'une rencontre virtuelle avec des étudiants, selon son site officiel.

 

Edité par Reynaldo Henquen

 

source : http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/223145-l'iran-somme-washington-de-ne-pas-entraver-ses-livraisons-de-petrole-au-venezuela


 

USA : L'OPERATION-ECLAIR IRANIENNE AUX CARAÏBES!

Comment la Résistance latino-américaine à défié l'Empire

Tue May 19, 2020 3:38PM

La localité du pétrolier iranien Faxon indiquée sur une carte du site web Marine Vessel Traffic, le 19 mai 2020.

La localité du pétrolier iranien Faxon indiquée sur une carte du site web Marine Vessel Traffic, le 19 mai 2020.

Certains ne comprendraient probablement pas ce que signifie l’acheminement de cinq pétroliers iraniens vers la mer des Caraïbes dont les États-Unis ont fait leur arrière-cour.

Emad Abshenas, analyste iranien, a déclaré, lors d’une interview exclusive avec l’édition persane de Sputnik, que cinq navires-citernes battant pavillon iranien se dirigeaient haut et fort vers le Venezuela.

« Ces cinq pétroliers, chargés de carburant, ont traversé le détroit d’Hormuz, le détroit de Bab el-Mandeb, le canal de Suez, le détroit de Gibraltar et l’océan Pacifique et ils se dirigent vers la mer des Caraïbes », a déclaré Emad Abshenas.

Il a continué : « Il y a moins d’un an, un navire iranien battant pavillon panaméen traversait le détroit de Gibraltar où il a été arraisonné par les Britanniques, sur ordre des Américains, mais cette fois-ci, les Britanniques n’ont pas osé passer à l’acte, car ils se souviennent toujours le gifle qu’ils ont reçu des Iraniens dans le golfe Persique ».

" L’attaque militaire sera ripostée par l’attaque militaire !"

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a mis en garde les États-Unis contre toute stupidité visant ses pétroliers qui se dirigent vers le Venezuela.

Emad Abshenas a souligné que le trajet parcouru par les cinq navires-citernes iraniens était entièrement contrôlé par les Américains. « Or, les Américains n’ont pas osé arrêter les navires iraniens, car ils savent bel et bien ce qui les attendra », a-t-il ajouté.

L’analyste iranien a rappelé que puisque les sanctions imposées par Washington à l’Iran et au Venezuela n’étaient pas reconnues par les instances internationales, les Américains n’auraient pas le droit d’arraisonner les vaisseaux iraniens et s’ils le faisaient, il s’agirait d’un acte de piraterie qui pourrait être condamné par les instances internationales. « L’arraisonnement de chacun de ces navires réservera à l’Iran le droit d’une mesure de représailles », a-t-il noté.

Et d’ajouter : « Alors que seulement cinq pétroliers iraniens naviguent dans l’océan Pacifique, des centaines de navires américains circulent chaque jour dans la golfe Persique, la mer d’Oman et l’Océan indien. Donc, les Américains savent bien que s’ils osent arraisonner un, voire cinq navires iraniens, les Iraniens pourront arraisonner une dizaine de vaisseaux américains. C’est ainsi qu’une guerre économique sera déclenchée contre les États-Unis et aucun navire américain n’osera plus se déplacer dans cette région ».

Emad Abshenas continue : « l’Iran entend envoyer un message à destination des Américains : Si vos intérêts vous ont fait venir dans le golfe Persique, nous aussi, nous avons des intérêts qui nous ont fait venir aux portes des États-Unis et là, vous n’avez pas le droit de protester. En plus, l’Iran envoie également un message à ses alliés : nous vous soutenons dans les conditions les plus difficiles et nous ne vous abandonnerons pas tout comme les Américains abandonnent leurs alliés ».

Emad Abshenas conclut : « soit les Américains arraisonnent les navires iraniens, soit ils restent les bras croisés et laissent les navires iraniens atteindre les ports du Venezuela, c’est l’Iran qui sera la partie gagnante de cette aventure. En tout cas, l’Iran a réussi à s’infiltrer dans l’arrière-cour des Américains ».

Dans la foulée, un responsable de haut rang iranien a déclaré à la chaîne de télévision al-Mayadeen que l’atteinte à tout navire circulant dans les eaux internationales mettrait en péril la sécurité de tous les pays.

« Tous les navires-cargos ont le droit de naviguer dans les eaux internationales et toute atteinte à ces navires signifie la violation des lois internationales », a déclaré le responsable iranien qui a requis l’anonymat.

Venezuela: l'Iran met en garde les USA!

Venezuela : l’Iran met en garde les USA !

Le fait de menacer les pétroliers iraniens par les États-Unis est considéré comme une piraterie mettant en péril la paix internationale a averti le ministre iranien des Affaires étrangères.

Le quatrième pétrolier iranien, Faxon, a traversé le détroit de Gibraltar en direction de l’Amérique latine.

Après Fortune, Petuna et Forest, il s’agit du quatrième pétrolier transportant de l’essence ou du diesel iranien, qui, selon les médias occidentaux, « se dirige vers l’Amérique latine et très probablement le Venezuela ».

Les médias et les responsables occidentaux prétendent que d’importantes expéditions d’or ont été transportées vers l’Iran par certaines compagnies aériennes iraniennes en provenance du Venezuela. Certains analystes disent que les expéditions d’or sont en fait le prix du carburant à livrer au Venezuela.

Le cinquième pétrolier Clavel, a également traversé le canal de Suez ces derniers jours et se dirige vers le Gibraltar et l’Amérique latine.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/19/625683/Etats-Unis-Iran-Venezuela-petrolier-navire-Caraibes


L'IRAN OUVRE SON AMBASSADE A QODS!

Le président du Conseil législatif palestinien salue la décision de Téhéran d’ouvrir son ambassade à Qods

Tue May 19, 2020 4:12PM

Une réunion du Conseil législatif palestinien à Gaza, le 27 juillet 2017. ©Middle East Monitor

Une réunion du Conseil législatif palestinien à Gaza, le 27 juillet 2017. ©Middle East Monitor

Le président du Conseil législatif palestinien, Abdel Aziz Doweik a décrit la mesure du Parlement iranien de ratifier l’ouverture de l’ambassade virtuelle en Palestine comme une étape importante vers la stabilité et la reconnaissance de Qods comme la capitale de la Palestine.

« La mesure du Parlement iranien souligne que le droit de souveraineté appartient aux Palestiniens et le fait que Qods est la capitale éternelle de la Palestine », a-t-il indiqué dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée internationale de Qods.

Dweik a exhorté tous les États arabes et islamiques à prendre une mesure comme celle de l’Iran pour s’opposer à la décision de Trump.

Lire aussi: Zarif: l’Iran continue de soutenir les Palestiniens

La Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien a approuvé le mardi 12 mai une proposition de loi qui obligerait le gouvernement à prendre certaines mesures face aux mesures hostiles d’Israël contre la paix et la sécurité internationales et régionales.

Un des articles de la proposition de loi approuvée par la commission déclare que « la terre historique de Palestine appartient au peuple palestinien ».

La RII poursuit son soutien au peuple opprimé de la Palestine

La RII poursuit son soutien au peuple opprimé de la Palestine

Selon la proposition de loi, l’ambassade ou le consulat virtuel de la République islamique d’Iran sera établi en Palestine d’ici 6 mois.

Chaque année, les pays islamiques organisent des rassemblements pour commémorer la journée mondiale de Qods. Elle a été nommée par le défunt fondateur de la République islamique d’Iran, l’Imam Khomeini, en 1979 pour exprimer le soutien des musulmans au peuple palestinien.

Cette année, le Leader de la Révolution islamique, l’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei devra prononcer un discours le 22 mai, à l’occasion de la Journée internationale de Qods.

Le Hamas est redevable envers l'Iran et son soutien sans faille

Le Hamas est redevable envers l'Iran et son soutien sans faille

Le chef adjoint du Bureau politique du Hamas: "La Résistance islamique de la Palestine est prête à apporter son soutien à l'Iran

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/19/625689/LIran-ouvre-son-ambassade--Qods


 

TANKERS IRANIENS EN ROUTE VERS LE VENEZUELA : "L'ATTAQUE MILITAIRE SERA RIPOSTÉE PAR L'ATTAQUE MILITAIRE"

Tankers iraniens : les USA évitent de jouer avec le feu

Mon May 18, 2020 4:33PM

Un pétrolier battant pavillon iranien dans les eaux du territoire britannique de Gibraltar, le 18 août 2019. (Photo d’illustration)

Un pétrolier battant pavillon iranien dans les eaux du territoire britannique de Gibraltar, le 18 août 2019. (Photo d’illustration)

Après le harcèlement américain sur les pétroliers iraniens qui transportent du carburant pour le Venezuela, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Moussavi, a affirmé que le libre-échange entre les pays indépendants est un acte légitime et ce qui est illégitime est la piraterie maritime dont les États-Unis sont au premier plan.

« L’Amérique de Trump perturbe l’ordre mondial, ignore les normes et cherche l’anarchisme mondial. Ce que les Américains ont dit sans vergogne de nos navires recevra certainement une réponse de notre part », a indiqué Seyyed Abbas Moussavi.

« Nous avons envoyé aux Américains les recommandations nécessaires via l’ambassade de Suisse et notre représentation à New-York. Nous avons fermement averti dans la lettre du ministre iranien des Affaires étrangères à l’adresse du secrétaire général des Nations unies. Nous espérons que les Américains ne commettront pas une telle action illégale », a-t- il ajouté.

L'Iran met en garde les États-Unis contre leurs provocations visant ses pétroliers

L'Iran met en garde les États-Unis contre leurs provocations visant ses pétroliers

Le fait de menacer les pétroliers iraniens par les États-Unis est considéré comme une piraterie mettant en péril la paix internationale, a averti le ministre iranien des Affaires étrangères.

« Les bateaux transportant du carburant sont en route vers le Venezuela », a-t-il poursuivi.

Le commerce que font ces navires est légal aux yeux du droit et il n’y a aucun obstacle juridique devant ce commerce légitime. Si ce commerce ne plaît pas aux États-Unis ce ne sera pas une raison pour qu’ils l’empêchent. Nous espérons qu’ils ne commettront pas de stupidité », a averti le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Le quatrième pétrolier iranien, Faxon, a traversé le détroit de Gibraltar en direction de l’Amérique latine.

Après Fortune, Petuna et Forest, il s’agit du quatrième pétrolier transportant de l’essence ou du diesel iranien, qui, selon les médias occidentaux, « se dirige vers l’Amérique latine et très probablement le Venezuela ».

Venezuela/Iran: ce qui effraie les USA

Venezuela/Iran: ce qui effraie les USA

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères accuse les États-Unis d'avoir pourchassé des pétroliers de ce pays.

Les médias et les responsables occidentaux prétendent que d'importantes expéditions d'or ont été transportées vers l'Iran par certaines compagnies aériennes iraniennes en provenance du Venezuela. Certains analystes disent que les expéditions d'or sont en fait le prix du carburant à livrer au Venezuela.

L'Iran a averti que sa riposte sera immédiate. A quoi cette riposte ressemblerait ?

L'Iran a averti que sa riposte sera immédiate. A quoi cette riposte ressemblerait ?

Le cinquième pétrolier Clavel, a également traversé le canal de Suez ces derniers jours et se dirige vers le Gibraltar et l'Amérique latine.

Il est important de noter qu'aucun de ces pétroliers n'a éteint ses trois systèmes de localisation, contrairement à la pratique courante d'exportation de pétrole et de produits pétroliers sous sanctions.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/18/625612/Iran-Venezuela-EtatsUnis-harclement-ptrolier-ptroliers-Fortune-Petuna-Forest-Faxon-Clavel-carburant-Gibraltar


 

L'IRAN MULTIPLIE LES BASES DE DRONES SUR LES FRONTIÈRES

Iran : les bases de drones se multiplient sur les frontières

Mon May 18, 2020 5:44PM

Le drone iranien Nasseh, inspiré du MQM-107 de l'armée américaine. ©Tasnim News

Le drone iranien Nasseh, inspiré du MQM-107 de l'armée américaine. ©Tasnim News

Le ministère iranien de la Défense a procédé fin avril à la livraison en masse de nouveaux drones de combat et de surveillance à l’armée de l’air et à la force de la défense aérienne.

Parmi les drones dévoilés figurait le drone Nasseh, un drone avec un turboréacteur utilisé comme cible d’essai lors des exercices des systèmes de défense aérienne, ainsi que pour perturber les systèmes de défense aérienne de l’ennemi. Le drone Nasseh qui a été fabriqué d’après le drone américain MQM-107, est capable de voler pendant une heure à une vitesse de 0,7 Mach.

Le turboréacteur installé sur ce drone est un mini-turboréacteur Tolou'-4 qui a également été utilisé dans les drones Karrar et les missiles de croisière Nour.

La position des ailes du drone lui permet d’avoir une maniabilité à grande vitesse et de créer des conditions réelles pour des systèmes de défense aérienne lors d’exercices.

Lire aussi: La DCA iranienne équipée de 3 types de drones à longue portée

Un autre point dans la structure de ce drone est l’installation des objets sous ses ailes qui ne sont pas des bombes ni des missiles. Ils peuvent être détachés du drone pour fournir des cibles d’essai aux systèmes de défense aériens.

Alors que l’usage de drones dans les opérations de surveillance de l’armée iranienne et du Corps des gardiens de la Révolution islamique se multiplie, les gardes-frontières du pays viennent de faire état de l’utilisation des drones pour mieux surveiller les frontières de l’Iran avec l’Afghanistan afin de lutter plus efficacement contre la contrebande de stupéfiant.

Lire aussi: Ababil-3 équipés de bombes intelligentes, chasse aux navires ennemis facilitée

Le général Qassem Rezaee, le commandant adjoint des forces de l’ordre iraniennes, a annoncé ce lundi que les gardes-frontières utiliseraient désormais des drones pour surveiller les régions désertiques des provinces frontalières de l’Iran.

PressTV

PressTV

Le ministère iranien de la Défense a annoncé l’acquisition de trois nouveaux drones bombardiers (UAV) capables de voler plus de 1 500 kms

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/18/625622/USA-lIran-sort-son-MQM170