IRAN

IRAN

LE GENERAL SOLEIMANI : UN MARTYR SUR LE CHEMIN D'AL-QODS

Le général Qassem Soleimani: un martyr sur le chemin d’al-Qods (Vidéographie)

 Depuis 2 heures  18 mai 2020

soleimani_videographie

soleimani_videographie

 Info en Images

 

 

http://french.almanar.com.lb/1755921


 

IRAN : LA DERNIÈRE GUERRE DE L’AMÉRIQUE

Dilemme US au Moyen-Orient: partir ou mourir (The National Interest)

Sun May 17, 2020 3:19PM

Le tir d'un missile Sayyad du système de défense aérienne Bavar-373. (Photo d'archives)

Le tir d'un missile Sayyad du système de défense aérienne Bavar-373. (Photo d'archives)

Au lieu de faire capituler l’Iran, la stratégie de pression maximale a rapproché les États-Unis d’une nouvelle guerre dans une région que Trump avait promis de quitter.

« Nous avons dépensé plus de 7 000 milliards de dollars au Moyen-Orient... En tant que candidat à la présidence, j’ai promis une nouvelle approche », a déclaré Donald Trump en février 2019.

Sur ce point, le président américain a raison. Les États-Unis ont dépensé des milliards de dollars pour maintenir leur domination militaire au Moyen-Orient tout en combattant les guerres d’autres pays. Ils l’ont fait au nom de l’instauration de la stabilité dans la région et de la sécurité pour l’Amérique. Aucun de ces objectifs n’a été atteint. Les interventions américaines au Moyen-Orient ont déstabilisé la région tout en incitant les alliés des États-Unis à renoncer à la diplomatie régionale et à dépenser des dollars à Washington pour convaincre les États-Unis de mener leurs guerres. Entre-temps, les billions de dollars dépensés pour les systèmes d’armes ont laissé le peuple américain vulnérable à des menaces non militaires beaucoup plus probables comme la Covid-19.

Étant donnée l’importance décroissante du pétrole du Moyen-Orient pour les États-Unis et du manque de ressources et d’expertise des États-Unis pour « réparer » les États dysfonctionnels dans cette région, l’analyse coûts-avantages du maintien de l’hégémonie militaire au Moyen-Orient n’a plus de sens.

Atlantique: 1er clash naval USA/Iran?

Atlantique : 1er clash naval USA/Iran ?

Cinq pétroliers iraniens en route vers le Venezuela pour « enterrer » définitivement les sanctions US.

En tant que candidat à la présidence, Trump a souvent souligné le coût faramineux des guerres américaines au Moyen-Orient. « Nous avons dépensé 4 000 milliards de dollars pour essayer de renverser diverses personnes qui, franchement, si nous aurions pu dépenser ces 4 000 milliards de dollars aux États-Unis pour réparer nos routes, nos ponts, nos aéroports et tous les autres problèmes que nous avons- notre situation aurait été meilleure », a expliqué Trump en 2015.

L’opinion publique américaine, surtout les partisans de Donald Trump, partage ces opinions. Une enquête a révélé que 86 % des partisans de Donald Trump soutenaient le retrait des militaires US de la Syrie tandis que 58 % souhaitaient que les troupes quittent également l’Irak. Une écrasante majorité (66 %) préfère la diplomatie avec l’Iran, et seulement 25 % sont en faveur de la guerre contre ce pays.

C’est pourquoi la politique de Trump sur l’Iran est si déconcertante. Certes, Trump n’a jusqu’à présent mis fin à aucune des guerres en cours. Son accord avec les talibans ne fera probablement que ramener le nombre des troupes américaines à celui de l’ère d’avant Trump. En Irak, le gouvernement a demandé aux États-Unis de partir, et au lieu de le traiter comme une opportunité de ramener les troupes chez eux, Trump a rejeté la demande et a même menacé de sanctionner l’Irak.

Sur l’Iran, cependant, Trump n’a pas seulement échoué à mettre fin aux politiques de confrontation - il a activement poursuivi une voie qui a mis les États-Unis au bord d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient. Trois ans après la réimposition des sanctions, Trump n’a pas seulement échoué à atteindre un seul de ses objectifs, dans la plupart des cas, Téhéran a même intensifié les politiques que Washington cherchait à changer.

Plus cinglant revers US face à l'Iran?

Plus cinglant revers US face à l’Iran ?

La récente « mauvaise surprise » des Américains face à l’Iran est tombée exactement lorsqu’ils travaillaient à leur politique de pression maximale anti-iranienne !

La "pression maximale" n’a pas contraint l’Iran à mettre fin à l’enrichissement d’uranium. Au lieu de cela, l’Iran a étendu ses activités nucléaires. Il n’a pas mis fin à son programme de missiles balistiques, mais Téhéran a plutôt poursuivi et intensifié ses essais de missiles balistiques ainsi que son soutien aux groupes alliés en Irak, en Palestine, au Liban et au Yémen. L’assassinat du général Qassem Soleimani, sans doute le plus important commandant militaire de l’Iran, n’a pas non plus « dissuadé l’Iran de mener ou de soutenir de nouvelles attaques contre les forces et les intérêts américains ». Au cours des dernières semaines, nous avons vu plus d’attaques contre les soldats américains en Irak, dont plusieurs ont été tués, ce qui a incité Trump à émettre une menace de guerre sur Twitter le 1er avril 2020.

En effet, plutôt que d’assurer la capitulation de l’Iran, une pression maximale a rapproché les États-Unis d’une nouvelle guerre dans une région que Trump avait promis de quitter.

La réalité est que toutes les promesses de Donald Trump de débarrasser l’Amérique de ses mésaventures au Moyen-Orient seront vaines s’il continue sa guerre économique contre l’Iran. Il peut soit quitter la région, soit faire la guerre à l’Iran. Il ne peut pas avoir les deux.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/17/625534/Iran-Etats-Unis-guerre-Trump-pression-maximale


IRAN : LES USA ESPÈRENT LE MAINTIEN DE L'EMBARGO SUR LES ARMES MAIS LA RUSSIE ET LA CHINE S'Y OPPOSENT

Iran: Washington espère le maintien de l’embargo sur les armes, Moscou et Pékin opposés

 Depuis 2 heures  15 mai 2020

iran_usa

iran_usa

 Iran - Monde islamique

 

Alors que les USA ont failli à leurs engagements dans le cadre de l’accord sur le nucléaire iranien, en sortant unilatéralement de l’accord, l’establishment US espère néanmoins le maintien de l’embargo sur les armes vis-à-vis de la République islamique d’Iran, au moment où deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU y soient clairement opposés.

On approche vraisemblablement d’un nouvel échec politico-diplomatique étasunien.
Après l’échec des révolutions de couleur et des tentatives de déstabilisation de l’Iran de l’intérieur, l’incapacité à faire reculer la grande puissance perse sur le front politico-militaire, sans oublier le secteur énergétique et même dans le cadre de la propagation du Covid-19, Washington espère néanmoins pouvoir réaliser son coup diplomatique dans le cadre onusien, en mettant activement à contribution ses alliés occidentaux, notamment européens, mais ayant en face l’infaillible et solidaire duo sino-russe. En parlant d’ailleurs du fameux Covid-19, alors que l’Iran était effectivement l’un des pays les plus touchés au début de la propagation, à l’heure actuelle Téhéran s’en sort incomparablement mieux dans le cadre sanitaire que ce n’est le cas pour les USA.

De l’avis même de nombre d’experts occidentaux, l’élite étasunienne avance inévitablement vers un échec. Bien que mobilisant ses partenaires de l’UE, eux-mêmes comprenant parfaitement toutes les contradictions washingtoniennes mais incapables de lui dire «stop», les Etats-Unis ont bien peu de chances de pouvoir obtenir le maintien de l’embargo sur les armes à destination de l’Iran, sachant que Pékin comme Moscou comptent vraisemblablement utiliser leur droit de véto, et ce au grand dam des attentes étasuniennes.

Plus que cela, de sources provenant de hauts diplomates russes comme iraniens, Moscou et Téhéran sont déjà en train de discuter d’un éventuel élargissement de la coopération militaro-technique, y compris à travers de possibles nouvelles livraisons d’armes russes en Iran.

Une éventualité qui serait une énorme claque supplémentaire aux USA, et ce pour deux raisons.
La première étant que Washington n’aura pas été capable de forcer l’application de sa «volonté» à l’ONU. Donc une nouvelle défaite politico-diplomatique.
La deuxième étant purement stratégique et militaire. Sachant que si effectivement Moscou allait livrer de nouvelles armes, peut-être même stratégiques, aux forces armées iraniennes, cela augmentera plus que considérablement la capacité défensive de l’Iran – possédant déjà une capacité de riposte importante, l’ayant en passant ouvertement démontré lors des frappes contre des cibles US en Irak, suite à l’assassinat du général Qassem Soleimani, ainsi que dans le cadre de divers dossiers où Téhéran tient efficacement tête à Washington. Et qui ne manquent pas : Syrie, Irak, Yémen, entre autres…

Tout cela pour dire que Washington a beau continuer à prétendre être le gendarme terrestre, la réalité multipolaire du monde prouve, elle, tout le contraire. mikhail_gamandiy_egorovEt s’il y a bien encore un certain nombre de pays jouant le rôle de sous-traitants pour les USA, nombre d’autres lui résistent efficacement, dont la puissance et la détermination ne sont pas à démontrer. A bon entendeur.

Par Mikhail Gamandiy-Egorov
Source : Observateur international

http://french.almanar.com.lb/1754194


 

LA CHINE FERA BLOC AVEC L'IRAN CONTRE "ISRAËL"

Thu May 14, 2020 1:46PM

Les drapeaux de l'Iran et de la Chine.

Les drapeaux de l'Iran et de la Chine.

L’Iran et la Chine mettront bientôt fin à l’hégémonie israélo-américaine, selon l’ancien ambassadeur d’Irak au Qatar.

Le docteur Jawad al-Hindawi, ancien ambassadeur de l’Irak au Qatar, a fait paraître, mercredi 13 mai, un article dans le quotidien en ligne Rai al-Youm, où il a mis en parallèle l’alliance américano-israélienne et celle composée de la Chine et de la République islamique d’Iran.

« Les nations du monde ne partagent pas les mêmes coutumes ni la même culture et histoire et ces différends se reflètent dans les comportements politiques, sociaux et individuels des nations. Là, il existe aussi des affinités ; par exemple, les États-Unis et Israël partagent un héritage de colonialisme et d’occupation. Tous les deux ont expulsé et chassé d’autres nations pour usurper leurs terres, et c’est héritage donne lieu lieu à d’importantes affinités qu’ils partagent surtout dans leurs comportements politiques. Outre le colonialisme et l’occupation, Israël et les États-Unis se ressemblent puisqu’ils déclenchent tous les deux des conflits, qu’ils fomentent des complots et qu’ils font fi des lois et des résolutions internationales. La preuve? Israël et les États-Unis étaient à l’origine de tous les conflits qui ont éclaté à l’issue de la Seconde Guerre mondiale.

L’expansionnisme et l’hégémonie sont deux autres tendances qui mettent Israël et les États-Unis dans une même alliance. Pire encore, les Américains et les Israéliens ne s’intéressent pas à asseoir leur hégémonie par la diplomatie ni par l’influence, mais par l’arme et la force. Pour protéger son hégémonie et ses intérêts colonialistes, Washington n’hésite pas à recourir à la force, à agresser et à déclencher des guerres illégitimes. C’est exactement ce que fait Israël en Asie de l’Ouest : il viole l’intégrité territoriale de la Palestine, de la Jordanie et du Liban pour s’étendre sur le plan géographique », explique l’ancien diplomate irakien.

Iran: et si la Chine trahissait Israël...

Iran: et si la Chine trahissait Israël...

Israël dans l'escarcelle de la Chine, et si la Résistance en profitait...

Jawad al-Hindawi a ensuite ajouté que Washington et Tel-Aviv se complétaient quant aux plans qui nuisaient à la sécurité et à la stabilité de la région, voire du monde : le grand Moyen-Orient, la tension avec l’Iran, la guerre au Yémen, le soutien au terrorisme, les attaques contre la Syrie, l’Irak et le Liban, la colonisation dans les terres palestiniennes, la marginalisation de la cause palestinienne et les complots contre le Venezuela.

« Le recours excessif des États-Unis et d’Israël au levier de guerre, de pression et de sanctions a poussé les nations du monde à s’intéresser plutôt à une alliance asiatique au bilan efficace sur l’échiquier mondial. Cette alliance, dont les valeurs diffèrent de celles de l’Occident, est composée de l’Iran et de Chine ».

Le diplomate irakien réaffirme que l’Iran et la Chine doivent leur puissance à leur héritage culturel et à leur civilisation et non pas à un passé marqué par le colonialisme et l’occupation. « Les politiques adoptées par l’Iran et la Chine sont fondées sur la sagesse, la patience stratégique et la coopération avec d’autres nations et non pas sur la force et la sanction », a-t-il indiqué.

L’auteur de l’article continue : « la Chine a réussi à devancer les Américains sur le plan économique et elle a enregistré une croissance économique annuelle beaucoup plus remarquable que celle des États-Unis ».

Selon l’ancien diplomate irakien, « l’Iran, lui aussi, emboîte le pas à la Chine en optant pour la patience stratégique et la résistance vis-à-vis des sanctions, des menaces, des ingérences et du terrorisme régional ».

Israël: les USA doublés par Pékin!

Israël: les USA doublés par Pékin!

Le régime israélien essaie d’obtenir une grande quantité d’aide médicale de la Chine en envoyant 11 avions au pays asiatique.

Jawad al-Hindawi a ensuite fait allusion au mégaprojet chinois dit « Nouvelle route de la soie » : « Dans le cadre de ce projet, l’Iran accueillera la principale artère de cette route, réservée surtout au transfert d’hydrocarbure, ce qui renforcera l’influence de l’Iran dans la région et fera rebondir l’alliance asiatique. Ledit projet sera certes au détriment des États-Unis et de leurs alliés régionaux, comme Israël et les pays du Conseil de coopération du golfe Persique ».

« La Nouvelle route de la soie, la remarquable croissance économique annuelle de la Chine, le développement technique et militaire de l’Iran, la position politique et militaire de la Russie dans la région ainsi que le bilan réussi de l’Organisation de coopération de Shanghai constituent, entre autres, les facteurs qui mettront bientôt fin à l’hégémonie américaine et israélienne. Reste à savoir si les Américains et leurs alliés resteront les bras croisés face à cette croissance rapide de l’alliance asiatique ou s’ils pourront y résister ou pas », a conclu Jawad al-Hindawi.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/14/625320/Chine-Russie-Iran-Etats-Unis-Israel-alliance-guerre



 

IRAN : LES USA NE SONT PAS UN ELEMENT DE REFERENCE POUR EVALUER LES EFFORTS ANTITERRORISTES

Qui donne aux chasseurs d'homme le droit de blacklister?

Thu May 14, 2020 3:42PM

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi. (Photo d'archives)

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi. (Photo d'archives)

Seyyed Abbas Moussavi a déclaré que les États-Unis n’étaient pas un élément de référence pour évaluer les efforts antiterroristes.

« Un pays qui a déjà mis sur pied des groupes terroristes tout en les alimentant en fonds et en armements et qui soutient ouvertement un régime terroriste et s’engage dans des actes de terrorisme d’État n’est pas en mesure de s’imposer comme un élément de référence pour évaluer les efforts antiterroristes », a souligné le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, sur son compte Twitter.

Seyyed Abbas Moussavi a ajouté que les États-Unis devraient mettre fin à leurs actes du terrorisme d’État.

Dans un communiqué publié mercredi 13 mai, le département d’État américain a accusé cinq pays, dont l’Iran, de ne pas coopérer avec les États-Unis dans la lutte contre le terrorisme.

Cuba, le Venezuela, la Syrie et la Corée du Nord sont également sur la liste noire des États-Unis.

Plus cinglant revers US face à l'Iran?

Plus cinglant revers US face à l'Iran?

La récente « mauvaise surprise » des Américains face à l’Iran est tombée exactement lorsqu’ils travaillaient à leur politique de pression maximale anti-iranienne !

Le communiqué a été publié alors que Mike Pompeo est en visite à Tel-Aviv où il a accusé l’Iran d’utiliser ses ressources pour « fomenter le terrorisme » alors même que son peuple faisait face à l’épidémie de coronavirus. 

Washington accuse l’Iran et quatre autres pays alors que les militaires américains ont assassiné, le 3 janvier 2020, le général de corps d’armée iranien Qassem Soleimani, non loin d’un aéroport à Bagdad. L’opération terroriste a été accomplie sur ordre direct de Donald Trump.  

La décision du département d’État américain de mettre l’Iran sur la liste noire pourrait s’expliquer par les récentes tentatives de Washington de faire prolonger l’embargo sur les armes contre l’Iran.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/14/625333/Iran-Etats-Unis-Moussavi-terrorisme-Pompeo


 

EN CAS D'ATTAQUE US L'IRAN RÉAGIRA D'UNE MANIERE FOUDROYANTE

Wed May 13, 2020 2:20PM

Tir d'un missile iranien. (Photo d'archives)

Tir d'un missile iranien. (Photo d'archives)

L’Iran réagira d’une manière foudroyante à tout aventurisme militaire des États-Unis, a déclaré l’ambassadeur de la République islamique d’Iran en poste à Moscou.

Kazem Jalali a déclaré, mercredi 13 mai, lors d’un entretien avec l’agence de presse RIA Novosti, que l’Iran réagirait d’une manière foudroyante à tout aventurisme militaire des États-Unis dans la région du golfe Persique.

Interrogé sur une possible confrontation militaire qui pourrait opposer l’Iran aux États-Unis, Kazem Jalali a répondu : « Le fait que Donald Trump a apposé son veto à une résolution du Congrès américain qui prévoyait d’interdire le recours à l’option militaire face à l’Iran peut avoir deux objectifs : premièrement, ce veto pourrait faire partie des querelles partisanes aux États-Unis et s’inscrire dans le cadre des efforts de Donald Trump destinés à remporter les prochaines élections. Deuxièmement, le veto de Trump pourrait mettre en évidence la volonté des États-Unis de s’engager dans une confrontation militaire avec l’Iran ».

Iran: le cauchemar américain n'en finit pas

Iran : le cauchemar américain n’en finit pas

La cinquième flotte de la marine américaine a effectué, en mai, un exercice multinational de lutte contre les mines (MCM) Artemis Trident dans les eaux du golfe Persique. La Marine nationale française, la Marine royale britannique et la Marine américaine ont participé à l’exercice MCM au large de Bahreïn.

Interrogé pour savoir comment l’Iran réagira à une prolongation de l’embargo sur les armements, l’ambassadeur iranien à Moscou a déclaré : « Tout comme le président Hassan Rohani a souligné, dans une lettre à l’adresse des dirigeants des pays signataires de l’accord nucléaire, l’Iran réagira fermement à ce qu’une idée de prolongation de l’embargo soit remise au Conseil se sécurité. Là, il existe diverses options à prendre, mais la République islamique d’Iran est toujours pour une solution pacifique et légale et c’est ce que l’Histoire le montre aussi. Pendant le siècle dernier, l’Iran n’a déclenché aucune guerre et il n’a fait que se défendre ».

Kazem Jalali a ajouté que les Américains voulaient faire prolonger l’embargo sur les armements visant l’Iran via un mécanisme de l’accord nucléaire alors que les États-Unis s’en étaient unilatéralement retirés.

« La violation de l’accord nucléaire et la résolution 2231 du Conseil de sécurité par les États-Unis est à l’origine de beaucoup de problèmes », a déclaré l’ambassadeur de l’Iran à Moscou, ajoutant que les Américains avaient déjà appris avoir commis une grande erreur en se retirant de l’accord nucléaire. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/13/625246/Etats-Unis-Iran-Kazem-Jalali-guerre


 

DÉCLARATION DU PARTI TUDEH D'IRAN SUR LE 75ÈME ANNIVERSAIRE DU JOUR DE LA VICTOIRE EN EUROPE

DÉCLARATION DU PARTI TUDEH D'IRAN SUR LE 75ÈME ANNIVERSAIRE DU JOUR DE LA VICTOIRE EN EUROPE

 Solidarité Internationale PCF IranHistoireURSSImpérialisme Aucun commentaire

12 MAI 2020

Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF

Le 9 mai, au milieu de la crise sanitaire mondiale provoquée par la pandémie de coronavirus, tombe un anniversaire important... Car c'est en ce jour, il y a 75 ans, que la victoire sur l'Allemagne nazie a été obtenue, mettant ainsi fin à la Seconde Guerre mondiale en Europe.  Cette victoire a été le point culminant des contre-offensives combinées de l'Armée rouge soviétique et des unités de partisans, qui ont retourné la machine de guerre nazie à l'Est et changé le cours de la guerre; des Alliés; et des mouvements de résistance à travers l'Europe, pendant la dernière partie de 1944 et jusqu'au printemps 1945.

La Seconde Guerre mondiale a été déclenchée dans le but de dominer le monde par les puissances de l'Axe - une alliance de l'Allemagne nazie, de l'Italie fasciste et du Japon impérial, et de leurs collaborateurs. L'agression de l'Axe nazi-fasciste était motivée par un raisonnement économique froid, un besoin de diviser à nouveau le monde et de redéfinir les limites fixées par les autres puissances impérialistes - à savoir la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis émergents - et de résoudre ainsi la course au profit des grandes entreprises en Allemagne, en Italie et au Japon.  Bien sûr, la défaite et la chute de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) était l'autre objectif principal, dont toutes les puissances impérialistes auraient bénéficié. Cependant, après plus de 50 millions de morts - dont plus de 20 millions pour les seuls citoyens soviétiques - et la dévastation totale de pays du monde entier, les puissances de l'Axe ont été vaincues et l'Union soviétique s'est glorieusement imposée grâce à la résistance héroïque et à la fermeté de son peuple et de ses forces armées.

Le parti Tudeh d'Iran a été créé en tant que parti antifasciste au milieu de la Seconde Guerre mondiale, le 2 octobre 1941, par des prisonniers communistes libérés après la destitution de Reza Chah par les Alliés en septembre de la même année, en raison de la prépondérance et de l'orientation de ce dernier et de son administration vers l'Allemagne nazie.  En effet, à cette époque, l'État et son appareil étaient inondés de collaborateurs pro-nazis et de ceux qui prônaient l'alignement de l'Iran sur les puissances de l'Axe.  Ainsi, dans les premières années suivant sa formation, l'objectif principal de notre parti était de lutter contre tout vestige du fascisme et du nazisme en Iran.  Le Parti a commencé à publier le journal "Mardom (Peuple) antifasciste" pour éduquer et organiser les masses dans la lutte contre les hordes nazies qui, en l'espace d'un an, poussaient vers le Caucase adjacent aux frontières du pays avec l'Union soviétique.  Cette activité s'est poursuivie jusqu'à la fin de la guerre et a jeté les bases d'une évolution vers des politiques progressistes en Iran au cours des années suivantes.

La victoire sur le fascisme annonça une nouvelle ère dans l'établissement et la propagation du socialisme dans le monde.  Une vague de mouvements de libération nationale contre les empires de Grande-Bretagne, de France, de Belgique, d'Espagne, du Portugal et des Pays-Bas - ainsi que contre la puissance nouvellement émergée et enhardie que sont les États-Unis - a débuté, fortement soutenue par l'Union soviétique et par les nouveaux États socialistes d'Europe de l'Est.

À l'occasion du 75ème anniversaire de la victoire sur le fascisme en Europe, le Parti Tudeh d'Iran applaudit et salue la mémoire de tous ceux qui se sont levés et sont tombés dans la lutte contre les puissances de l'Axe et leurs collaborateurs.

Le Parti Tudeh d'Iran condamne sans équivoque le fléau du fascisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, ainsi que son compagnon naturel, l'impérialisme.  Nous ne devons jamais oublier le sacrifice et le bilan de cette époque, ni négliger les leçons qu'elle recèle pour le monde d'aujourd'hui, alors que nous sommes confrontés à la montée du populisme de droite aux États-Unis et en Europe, au fondamentalisme religieux ailleurs et à la poursuite de conflits motivés par les impératifs économiques des grandes entreprises.

Célébrant le 75ème anniversaire de la victoire sur le fascisme en Europe, le parti Tudeh d'Iran s'engage à nouveau dans la campagne mondiale pour la paix, l'égalité, les droits de l'homme et de la démocratie, et la justice sociale !


Le Parti Tudeh d'Iran
7 mai 2020

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2020/05/declaration-du-parti-tudeh-d-iran-sur-le-75eme-anniversaire-du-jour-de-la-victoire-en-europe.html


 

REJET DE MOSCOU ET DE PÉKIN DE LA PROLONGATION DE L'EMBARGO SUR LES ARMES CONTRE L'IRAN. RUSSIE ET CHINE ARMERONT L'IRAN

Moscou et Pékin rejettent la prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran

Mon May 11, 2020 4:26PM

La Russie et la Chine briseront l’embargo imposé à l’Iran. ©Fars News

La Russie et la Chine briseront l’embargo imposé à l’Iran. ©Fars News

« Les États-Unis tentent de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, mais la Chine et la Russie s’y opposeront. Washington n'a aucun problème à contourner les lois afin de réaliser ses intentions », a déclaré lors d’une interview accordée à l’agence de presse Fars, le chercheur du Global Research Center.

L’embargo sur les armes imposé à l’Iran expirera en octobre prochain, mais les autorités américaines, dont le secrétaire d’État, Mike Pompeo, tentent depuis longtemps de le prolonger.

Embargo d'arme contre l'Iran expire: pourquoi les USA paniquent?

Embargo d'arme contre l'Iran expire: pourquoi les USA paniquent?

Certains ont laissé entendre que les États-Unis auraient du mal à persuader la Russie et la Chine de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, cependant les délégations de ces deux pays aux Nations unies ne se sont pas encore prononcées là-dessus.

Une autorité européenne a pour sa part déclaré que, de l’avis du Conseil de sécurité des Nations unies, l’action américaine pour activer le mécanisme de déclenchement entraînerait un bras de fer difficile. Même selon un diplomate du Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis échoueront dès qu’ils auront demandé une prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran.

Embargo sur la vente d'arme:

Embargo sur la vente d'arme:

Le gouvernement iranien a déclaré avoir informé Washington qu’une prolongation de l’embargo américain sur les armes « ferait face à une réponse sévère ».

À cet égard, le correspondant de Fars News a demandé lors d’une interview l’avis de Stephan Landman, chercheur au Global Research Center sur l’aboutissement des tentatives des États-Unis de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran et savoir quelle sera l’attitude des membres du Conseil de sécurité des Nations unies notamment la Chine et la Russie face aux actions américaines.

Quelle sera l’attitude des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, en particulier la Chine et la Russie, à l’égard des actions américaines ? Vous pouvez lire cette interview ci-dessous :

Le correspondant de Fars News : Étant donné que les États-Unis peuvent choisir de rétablir toutes les sanctions des Nations unies après avoir échoué à prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, cette décision sera-t-elle approuvée par les États parties prenantes à l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien et par les Nations unies ?

Stephan Landman : La Russie et la Chine s’opposent aux politiques américaines envers l’Iran, y compris la prolongation de l’embargo sur les armes [non-balistiques] et l’activation du mécanisme de déclenchement. Il est difficile de prédire ce qu’ils feront à ce sujet.

À mon avis, l’Europe est également opposée aux objectifs des États-Unis, mais comme les pays européens et le Royaume-Uni sont considérés comme des colonies potentielles des États-Unis, il est difficile de prédire ce qu’ils feront à ce sujet.

Ils (les Européens) suivent souvent pas à pas les politiques américaines. Mais l’Allemagne s’oppose à la tentative de l’administration Trump de bloquer l’achèvement par la Russie du projet de pipeline Russian Stream 2. D’autres pays européens soutiennent également le projet.

Arme: Moscou brisera l’embargo anti-iranien

Arme: Moscou brisera l’embargo anti-iranien

La résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU ne prévoit pas la prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran. (autorité russe)

Le correspondant de Fars News : Certains disent que si l’embargo sur les armes imposé à l’Iran prend fin, la politique de pression maximale des États-Unis contre l’Iran perdra de son efficacité ; à votre avis quelles seront les retombées de la fin de cet embargo pour les États-Unis ?

Stephan Landman : Lorsque l’embargo sur les armes imposé à l’Iran expirera en octobre prochain, je prévois que d’autres reprendront la vente d’armes à l’Iran et que sans l’ombre d’un doute l’administration Trump y régira en brandissant des menaces et par conséquent certains pays reculeront tandis que d’autres poursuivront leur démarche.

Les géopolitiques américaines entraîneront l’échec des États-Unis sur le long terme. Trump est encore pire que ses pires prédécesseurs. Je ne pense pas qu’il puisse briguer un second mandat et j’espère que ce ne sera pas le cas.

Le correspondant de Fars News : Étant donné que les États-Unis tentent de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, quels seront d’après vous les obstacles qui se dresseront devant ce pays ?

Stephan Landman : Les lois n’ont jamais fait obstacle au maximalisme des États-Unis mais l’opposition croissante de leurs alliés contre le plans américains nuit à Washington. En fait, les politiques des États-Unis nuisent à leurs alliés, c’est pourquoi ces derniers continuent de poursuive leur propre chemin.

Le correspondant de Fars News : Quelle sera à votre sens l’attitude des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies en particulier la Chine et la Russie face aux tentatives des États-Unis de prolonger l’embargo sur les armes imposé à l’Iran ?

Stephan Landman : Si les États-Unis proposent une résolution au Conseil de sécurité pour la prolongation de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, la Russie et la Chine y opposeront probablement leur veto.

Nour-2: Satellite-ICBM iranien?

Nour-2: Satellite-ICBM iranien?

La Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) prévoit d’atteindre une orbite à 36 000 kilomètres d’altitude dans les années à venir.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/11/625105/Iran-EtatsUnis-Russie-Chine-veto-embargo-sur-les-armes-rsolution-Conseil-de-scurit


 

UN NAVIRE DE GUERRE IRANIEN FRAPPE ACCIDENTELLEMENT PAR UN MISSILE : 19 MARTYRS ET 15 BLESSES

Navire de guerre iranien frappé accidentellement: 19 martyrs et 15 blessés

Navire de guerre iranien frappé accidentellement: 19 martyrs et 15 blessésren

folder_openIran access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Ce lundi 11 mai, la télévision iranienne rapporte qu’un navire de guerre iranien a été touché par un missile de façon accidentelle, faisant 19 martyrs et 15 blessés.

Un navire de guerre iranien a été accidentellement frappé par un missile lors d’un exercice naval dans le golfe d'Oman, a rapporté ce lundi 11 mai la télévision d’État iranienne.

Le navire Konarak a été frappé par un missile hier après-midi (dimanche) lors d’un exercice militaire dans les eaux de Bandar-e Jask au sud de l’Iran, a-t-elle indiqué sur son site internet, précisant que le navire de soutien logistique a été touché après avoir déplacé une cible vers sa destination, sans créer suffisamment de distance entre lui et la cible.

L’armée iranienne a indiqué dans un communiqué qu’une enquête avait été ouverte sur la cause de l’accident.

Fabriqué aux Pays-Bas, Konarak a été acheté par l’Iran avant la Révolution islamique de 1979. Pesant 447 tonnes et d’une longueur de 47 mètres, le navire est équipé de quatre missiles de croisière installés à bord, d’après la télévision d’État qui n’a pas précisé le nombre d’équipages à bord au moment de l’accident.

Tensions

Les tensions entre Téhéran et Washington, ennemis de plus de 40 ans, restent vives depuis que les États-Unis ont dénoncé de manière unilatérale en 2018 l’accord international sur le nucléaire iranien (conclu en 2015) avant de réimposer de lourdes sanctions économiques à la République islamique.

https://www.french.alahednews.com.lb/35076/337


 

LE B-52 US N’ÉCHAPPERA PAS A LA DCA IRANIENNE

La DCA iranienne constamment en alerte

Mon May 4, 2020 12:8PM

Les systèmes de défense aérienne iraniens Khordad-15. ©Defanews

Les systèmes de défense aérienne iraniens Khordad-15. ©Defanews

« Les forces armées iraniennes s’emploient à assurer les intérêts nationaux et la sécurité régionale, c’est notre message à nos voisins et aux forces extrarégionales ».

C'est ce qu'a dit le général de brigade Qader Rahim-Zadeh, commandant adjoint de la base de la DCA aérienne Khatam ol-Anbiya, ce lundi 4 mai, en visite à la tête d’une équipe de responsables et d’experts dans cette base située à Hormozgan, province du sud de l’Iran.

Le général de brigade Qader Rahim-Zadeh s’y est en effet rendu pour évaluer le niveau de la disponibilité des unités de cette force.

Le missile

Le missile "tueur" des navires US

Le commandant de la marine du CGRI a annoncé que le Corps disposait de missiles de croisière antinavires d’une portée de 700 kilomètres.

« Notre message aux voisins de l’Iran islamique et aux forces extrarégionales est le suivant: tous les efforts déployés par les forces armées iraniennes, surtout dans le domaine de la Défense aérienne, sont censés assurer les intérêts nationaux et maintenir la sécurité régionale. Nous avons la ferme conviction qu'augmenter le niveau du maintien de la sécurité de la région n’est possible qu’avec la coopération des pays de la région et que la présence des pays étrangers est nuisible. Tout agissement irréfléchi de ces forces mettra en danger la sécurité des pays de la région. Tous les agissements aériens ennemis sont surveillés. Le moindre atterrissage ou décollage ne nous échappe pas », a-t-il souligné.    

« Nous supervisons et repérons, constamment, tous les agissements et activités aériennes de l’ennemi. Nous ne sommes pas, certes, le pays qui commencera la guerre mais nous répondrons, en toute autorité, à toute menace ou agression contre notre espace aérien », a ponctué le général Rahim-Zadeh.

Kowsar, le chasseur du porte-avions!

Kowsar, le chasseur du porte-avions!

Les missiles de croisière comptent parmi les armes les plus efficaces lors des batailles qui sont en mesure de porter à l’ennemi des coups sévères et mortels sur le sol et dans l’air aussi bien qu’en mer.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/04/624578/iran-cgri-dca-menace-message