IRAN

IRAN

MEGA OUI DE LA CHINE A L’IRAN

Sanctions US enterrées : la Chine éternise ses achats de pétrole iranien !

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Chine est prête à donner une impulsion majeure à l’industrie pétrolière iranienne. (Photo d'illustration)

La Chine est prête à donner une impulsion majeure à l’industrie pétrolière iranienne. 

L'accord de 25 ans avec la Chine progressant maintenant à un rythme soutenu, l'Iran a un acheteur pour tout le pétrole brut qu'il peut produire, de sorte que Téhéran pousse le développement des gisements de pétrole à tous les niveaux. Cela comprend non seulement les principaux champs pétrolifères de West Karoun- dans lesquels la Chine s'est engagée à augmenter la production collective d'au moins 500000 barils par jour au cours des deux prochaines années - mais aussi les champs les plus difficiles qui sont néanmoins riches en pétrole, en particulier ceux qui sont partagés avec l’Irak. Afin de relever ces défis, l'Iran ressuscite un programme visant à engager les meilleures universités nationales à travailler sur les défis scientifiques de l'augmentation des taux de récupération, en plus d'utiliser les ressources humaines, technologiques et financières de la Chine et de la Russie en cas de besoin, avec le champ Azar, qui est un test pour une telle coopération, selon Oilprice.com. 

Accord sino-iranien: Pékin a besoin de l'Iran et pas uniquement pour son pétrole

Accord sino-iranien: Pékin a besoin de l'Iran et pas uniquement pour son pétrole

L’Iran garantira la sécurité du transfert d’énergie à la Chine.

Situé à Mehran à la lisière des montagnes de Zagros et de l'autre côté du réservoir partagé qui cède le champ de Badra côté irakien, Azar est sur le point de commencer la production de la phase 1 de 65 000 b / j.

Ceci témoigne de la détermination de l'Iran à optimiser la production des champs qu'il partage avec l'Irak - les autres principaux sont Dehloran (côté irakien, Abu Ghurab), Naft-Shahr (Khorramshahr), Azadegan (Majnoon), Yadavaran (Sinbad) - car le champ pétrolifère Azar est le plus difficile de toutes les perspectives du bloc Anaran, qui comprend également Changuleh et Dehloran.

La volonté d'achever la phase 1 du champ Azar n'est pas seulement le produit de la volonté d'optimiser la production de pétrole des champs qu'il partage avec l'Irak, mais aussi de nouvelles études qui ont fortement révisé à la hausse les réserves de pétrole en place de ce champ à 4 milliards de barils, deux fois le chiffre estimé précédemment. L'objectif de production de la phase 2 d'au moins 71500 b / j devrait être atteint d'ici la fin de cette année iranienne (se terminant le 20 mars 2021), selon une source principale de l'industrie pétrolière et gazière qui travaille en étroite collaboration avec le ministère iranien du Pétrole.

« Un plan pour une troisième phase existe également, il impliquerait de pousser la production à plus de 100 000 barils par jour, mais cette question est subordonnée à la participation d'une grande compagnie pétrolière internationale (CIO) », a déclaré la source en exclusivité à Oilprice.com la semaine dernière.

USA:

USA:

L’Iran est prêt à mener des négociations finales avec la Chine.

À l’origine, le norvégien Statoil a commencé à développer le champ pétrolifère d’Anaran en 2003 et lorsque du pétrole a été découvert en 2005 (à Azar et à Changuleh), il a été rejoint par le russe Lukoil pour développer le site. Lukoil s'est retiré de sa participation de 25% dans l'ensemble du bloc Anaran en 2008/2009 suites aux sanctions américaines suivies également par les pays européens, y compris par Statoil en 2011 après l'intensification des sanctions US.

Lorsque l’accord nucléaire a été signé en 2015, un certain nombre de CIO ont signé des mémorandums d'accord pour les champs du bloc Anaran, que ce soit pour des domaines uniques ou multiples, y compris le DNO de la Norvège, le PTTEP de la Thaïlande, et à nouveau Gazprom Neft et Lukoil de la Russie.

Compte tenu du retrait unilatéral des États-Unis du PGAC en 2018 et des sanctions qui ont suivi, l'Iran a demandé une assistance à la Chine et à la Russie, sans manquer d’utiliser l'expertise des universités et des établissements universitaires iraniens.

Selon les déclarations de la semaine dernière du ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, la National Iranian Oil Company (NIOC) vient de signer 13 contrats d'une valeur de 7160 milliards IRR (170 millions USD) avec des universités et des centres de recherche locaux pour mener des études sur le pétrole et les champs de gaz.

Une base navale sino-iranienne?

Une base navale sino-iranienne?

Le partenariat sino-iranien pourrait éventuellement remodeler le paysage sécuritaire de la région et restaurer la stabilité grâce à l’approche chinoise de « la paix pour le développement ».

Par ailleurs, dans un message adressé mercredi à son homologue chinois Xi Jinping, le président iranien Hassan Rohani a félicité le peuple et le gouvernement chinois à l'occasion du 70e anniversaire de la création de la République populaire de Chine.

Le président Rohani a félicité la fête nationale chinoise et s'est déclaré prêt à une coopération accrue avec Pékin, en particulier dans la production du vaccin COVID-19.

Les points communs culturels, la longue histoire des relations bilatérales et le point de vue commun des deux pays sur les développements internationaux, qui découle de la détermination à affronter l'unilatéralisme, ont ouvert la voie à l’essor des relations bilatérales dans différents domaines, a-t-il déclaré.

« Je suis persuadé que la conclusion et la signature du plan global de coopération stratégique de 25 ans entre les deux pays est un pas de géant vers la poursuite de nos intérêts communs et sera conforme à la paix et à la sécurité internationales et à notre prise de position à l'encontre de l'unilatéralisme», a-t-il déclaré.

Iran/Chine : une protection militaire mutuelle?

Iran/Chine : une protection militaire mutuelle?

Pacte stratégique Chine/Chine: pourquoi les USA ont-ils peur?

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/02/635509/Iran-Chine-p%C3%A9trole-gaz-sanctions-US


 

HORMUZ : BASE SECRETE IRANIENNE?

D'où partiront des nuées de drones iraniens contre les cibles dans le golfe Persique?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'adhésion de nouveaux drones et hélicoptères à la marine du CGRI. ©Fars News

Dans un tout récent article, The National Interest se focalise sur un événement militaire de premier ordre qui s'est déroulé il y a à peine une semaine sur la côte sud de l'Iran : les hauts commandements militaires iraniens ont inauguré une base de drones sur l'île de Siri dans la province du Hormozgan.

"Il s'agit d'une région ultra stratégique en juxtaposition avec le détroit d'Hormuz. Son emplacement marque un tournant dans la stratégie militaire iranienne qui consistait jusqu'ici assurer une solide défense face à une agression, cette fois on affaire à une stratégie offensive. Il a fallu 6 ans à l'Iran pour construire cette base, une base voulue moins pour se défendre que pour lancer des attaques ou encore des attaques préventives. Au fait il fut un temps où l'Iran menaçait de bloquer le trafic maritime via le détroit d’Hormuz en cas de confrontation militaire, désormais il menace littéralement d’imposer un blocus aux ports des pays du bassin sud du golfe Persique si une guerre venait à éclater."

 

Clash USA/Iran, imminent?

Clash USA/Iran, imminent?

Clash USA/Iran, imminent?...les unités de missiles côtières iraniennes activées

  "La base stratégique de Siri répond à ce changement de cap. Sur la carte la base se trouve juste en face des Émirats arabes unis et du Sultanat d’Oman. C'est la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), soit la composante la plus importante des forces armées iraniennes, qui s'y déploiera. Cette base et son emplacement n'ont été prévus par aucun analyste militaire."

Lire plus: Iran, une « superpuissance quant à la fabrication de drones »

"C'est toute une surprise pour les experts, l'objectif étant non seulement défensif, mais aussi incluant des opérations de surveillance rapprochée et des opérations offensives. Rien qu'a voir les armes qui y sont déployées, la nature de la mission saute aux yeux."

 

L'USS Bataan intercepté par le CGRI!

L'USS Bataan intercepté par le CGRI!

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/01/635430/Iran-D%C3%A9troit-d%E2%80%99Hormuz-Trafic-maritime-Drone-Emirats-arabes-unis-Etats-Unis


 

L'IRAN SORT SES DIVISIONS DE DRONES

L’Iran, un des cinq meilleurs producteurs de drones

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les drones dont dispose l'armée de la RII sont tous de fabrication locale. (Photo d'Archives)

À l’heure où l’embargo sur la vente d’armes contre l’Iran arrive à expiration le 18 octobre prochain selon les termes de l’accord connu sous le nom de PGAC, le commandant de l’unité drone de l'armée de terre de la RII, le brigadier général Shahram Hassan Nejad, a déclaré que l'Iran figurait parmi les cinq grands producteurs de drones au monde.

« Nous sommes l'un des cinq pays supérieurs au monde dans le domaine de la technologie des drones », a déclaré mercredi 30 septembre, le général Hassan Nejad, cité par Fars News.

Lire aussi : Iran, une « superpuissance quant à la fabrication de drones »

« Aujourd'hui, tous les drones utilisés par l'armée et les forces armées de la République islamique d'Iran sont entièrement produits à l'intérieur du pays et aucune pièce n'est importée », a-t-il ajouté.

Le CGRI réarme ses Soukhoï

Le CGRI réarme ses Soukhoï

Le CGRI a dévoilé sa première roquette air-sol téléguidé.

Mettant l’accent sur la variété des modèles de drones dont dispose l’armée de la RII, le général a indiqué : « Nous utilisons plus de 12 types de brigades volantes, ce qui a considérablement renforcé la préparation au combat des forces terrestres de l’armée. »

Soulignant que l’utilisation de drones par les forces iraniennes s'efffectue en fonction des menaces régionales et extrarégionales et elle est basée sur les directives du Leader de la Révolution islamique, le général Hassan Nejad a affirmé : « Le commandant en chef des forces armées iraniennes a ordonné l’utilisation de drones dans les zones frontalières du pays, alors que les forces terrestres ainsi que d’autres unités de l’armée utilisent largement des drones de reconnaissance, de surveillance et de combat dans les régions du nord-est, de l’ouest et du sud-ouest de l’Iran. »

Lire aussi : Comment le drone iranien "Shahed-129" a aveuglé les radars de l'USS Nimitz et son escorte ?

Le «Hellfire» iranien a tonné...

Le «Hellfire» iranien a tonné...

Les forces de l’armée iranienne ont organisé la deuxième journée d’exercices navals à grande échelle avec des frappes de drones et de missiles de croisière dans les eaux sud du pays.

Par ailleurs, le commandant des forces aérospatiales du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, a annoncé que l'Iran figurait désormais parmi les 10 grands pays au monde producteurs de missiles, de drones et de la technologie spatiale.

« Aujourd'hui, nous avons dépassé le niveau régional et nous jouissons d'une position mondiale et nous sommes parmi les 5 à 10 meilleurs au monde », a affirmé le général Hajizadeh.

Il a également évoqué le lancement réussi par le CGRI du premier satellite militaire iranien, Nour-1, sur l'orbite en avril, et a déclaré: « Aujourd'hui, nous pouvons voir n'importe quel point du monde au moyen de ce satellite depuis une altitude de 430 km. »

De plus, le mois dernier, des dizaines de nouveaux drones et hélicoptères de fabrication locale, trois avions VTOL (décollage et atterrissage verticaux) nouvellement développés, ont été livrés à la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

La cérémonie de livraison de 188 drones et hélicoptères a eu lieu en présence du commandant en chef du CGRI, le général de division Hossein Salami et du contre-amiral de la marine du CGRI, Alireza Tangsiri, dans la ville portuaire de Bandar Abbas, au sud du pays.

Au cours de la cérémonie, trois nouveaux drones VTOL (avion à décollage et atterrissage vertical), à savoir Sepehr, Shahab-2 et Hodhod-4, ont également été dévoilés.

Iran : le

Iran : 

De nombreuses réalisations des forces aérospatiales du CGRI dans divers domaines 

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/01/635451/L%E2%80%99Iran-sort-ses-divisions-de-drones


 

"ISRAËL" MENACE DE FRAPPER L'IRAN

Israël menace de frapper préventivement depuis le golfe Persique

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Israël menace de frapper préventivement depuis le golfe Persique. (Photo d’illustration)

Selon l’agence de presse iranienne Fars, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a accusé ce mardi 29 septembre la République islamique d’Iran de vouloir s’établir aux frontières nord de la Palestine occupée.

« On ne peut pas permettre à l’Iran de s’établir sur les frontières nord même s’il n’a pas la tentative de nous attaquer », a prétendu Netanyahu dans un discours à la cérémonie consacrée aux soldats sionistes tués lors de la guerre du Kippour.

Lire aussi : Comment Ansarallah pourra à lui seul « bousiller » les plans énergétiques US/Israël en mer Rouge ?

« Nous empêchons l’Iran de s’installer dans la région et controns donc ses forces, et c’est une leçon que nous avons tirée de la guerre du Kippour », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

De même, l'agence de presse russe Sputnik a écrit que le Premier ministre israélien avait menacé l’Iran d’une frappe préventive, affirmant que c’était une tâche difficile, mais qu’Israël était prêt à le faire si nécessaire.

Lire aussi : Normalisation : l’élite israélienne met en garde contre l’expansion de la lutte armée en Cisjordanie

Pour rappel, il y a presque un mois, Ilam al-Harbi a diffusée une vidéo qui montrait l’armée israélienne utilisant un robot à la frontière avec le Liban. Le but recherché des sionistes était que les forces du Hezbollah visent le robot en croyant avoir abattu un soldat israélien pour ne plus chercher à se venger.

Concernant la réponse à la roquette de la Résistance de Gaza aux attaques israéliennes, Netanyahu avait précédemment prétendu : « Les efforts de l’Iran et de ses alliés à Gaza et au Liban pour empêcher la propagation de la paix ne réussiront pas. Nous frapperons tous ceux qui nous attaqueront et nous élargirons le cercle de la paix dans plus de pays. »

Au cours des dernières semaines, les forces d’occupation ont visé quotidiennement des positions dans la bande de Gaza, sous de faux prétextes.

D’autre part, la semaine dernière, le mouvement Hamas avertissant le régime israélien concernant tout agissement à Gaza, a déclaré dans un communiqué qu’il réagirait aux agressions des occupants, et que le régime israélien paierait toute attaque contre les positions de la Résistance. Le Hamas a souligné que face aux bombardements, la Résistance visera également les positions israéliennes.

Israël: coup de maître du Hezbollah?

Israël: coup de maître du Hezbollah?

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/29/635295/Netanyahu-menace-l-Iran-d-une-frappe-preventive


 

IRAN : "AFIN DE DEFENDRE LES INTERETS ET LES VALEURS VITALES DE NOTRE PAYS, NOTRE PRESENCE S'AMPLIFIERA"

L'Iran continuera à élargir sa puissance de frappe (Général Salami)

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un missile iranien Saeqeh est lancé lors d'un exercice militaire en avril 2010 dans le sud de l'Iran, près du détroit d'Hormuz. ©AFP

« Cette exposition marque l’émergence d’une nouvelle puissance sur la scène internationale. Elle est le symbole de la confiance en soi de notre nation et montre que nos jeunes sont capables de surmonter les sanctions imposées par l’ennemi », a déclaré le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général Hossein Salami, ce dimanche 27 septembre dans la matinée en marge de la cérémonie de l’inauguration du « Parc national de l’aérospatial », salon des acquis stratégiques de l’unité aérospatiale du CGRI.

« Nous avons réalisé de considérables progrès pendant la période des sanctions. Nous avons transformé les sanctions en opportunité et nous avons enregistré des succès dans le domaine scientifique et technologique. »

« Nous n’arrêterons jamais de renforcer notre capacité de défense. Nous continuerons d’acquérir les techniques et les formules nécessaires au développement de la science et de la technologie pour défendre les intérêts et les valeurs vitales de notre pays. Nous connaissons les facteurs de l’indépendance. Nous avons appris que l’ennemi ne nous montrera jamais le chemin de la prospérité. »

« Dans le domaine des armements anti-blindés, l’Iran a réalisé de très bonnes performances. Le pays a produit le missile Dehlavieh qui est un missile antichar tactique. Les spécialistes iraniens ont fabriqué également le char de combat Karrar. Récemment, un centre a été ouvert grâce auquel l’Iran commencera à moderniser ses chars d’assaut en utilisant la technologie des chars Karrar. L’Iran produit également différents types de mitrailleuses. »

L'Iran met au défi la DCA américaine

L’Iran met au défi la DCA américaine

Patriot/THAAD 

Le général Salami a déclaré : « Actuellement, nous sommes capables de subvenir à nos besoins par nos moyens internes. Les acquis exposés dans ce salon témoignent de notre capacité de dissuasion. La nation iranienne a atteint ce niveau de grandeur et croit en ses croyances. Ce chemin a été suivi par différentes générations afin que nous puissions imposer aujourd’hui notre volonté révolutionnaire à nos ennemis et retrouver l’indépendance réelle en changeant le rapport des forces. »

Le 30 novembre 2019, les responsables de la marine iranienne ont annoncé le début de la production de masse des missiles de croisière Jask-2 conçus par les moyens nationaux. Ce missile peut être tiré des eaux profondes sans être détecté par les navires ennemis.

Le

Un sous-marin de classe Ghadir a réussi à tirer un missile de croisière sub-surface contre une cible flottante lors des exercices militaires Zolfaqar-99.

L’unité aérospatiale du CGRI a dévoilé à l’occasion de ce Salon son nouveau missile balistique « Zolfaqar Bassir ». Ce missile est une nouvelle version de missile « Khalij-e-Fars» (Golfe Persique, NDLR).

1er clash aérien USA/Iran?!

1er clash aérien USA/Iran ?!

Auparavant, les missiles « Khalij-e-Fars » et « Hormoz » (balistique navale) avaient une portée d’environ 300 et 250 kilomètres.

Le missile sol-sol « Zolfaqar » a également une portée de 700 à 750 kilomètres et a été utilisé dans des opérations étrangères contre Daech.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/27/635126/Iran-capacit%C3%A9-militaire-d%C3%A9fense-missile-Zolfaqar-Bassir-Salon-exposition-acquis-CGRI


 

IMPORTANTE HAUSSE DES EXPORTATIONS PETROLIERES IRANIENNES EN SEPTEMBRE

Importante hausse des exportations pétrolières iraniennes en septembre

 Depuis 1 heure  26 septembre 2020

petroliers_iraniens

petroliers_iraniens

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Les exportations de pétrole iranien ont connu une hausse importante malgré les sanctions américaines. C’est le constat de plusieurs sociétés qui supervisent les activités des tankers et pétroliers, rapporte l’agence Reuters.

« Les exportations ont connu une hausse très importante. Nous avons enregistrée 1.5 million de barils par jour de brut et de concentrés depuis le début de ce mois», a assuré Samir Madani qui est le cofondateur de l’un de ces sociétés, Tanker Trackers.

Ces exportations avaient connu une baisse importante en raison des sanctions qui avaient été rétablies unilatéralement par les Etats-Unis, en 2018,  un an après leur retrait de l’accord nucléaire. De 2.5 millions de barils par jour à près de 300 mille par jour.

« Ces niveaux n’ont pas été atteints depuis un an et demi », a précisé M. Madani pour l’agence Reuters.  Selon laquelle les deux autres firmes qui ont constaté cette hausse des exportations pétrolières iraniennes  n’ont toutefois pas relevé les mêmes chiffres.

Le mois de juillet dernier, le ministre iranien de pétrole Bijan Zanganeh avait assuré que son pays est décidé à développer son industrie pétrolière en dépit des sanctions américaines.
« Nous ne capitulerons jamais quel que soient les circonstances. Nous allons augmenter nos capacités jusqu’à ce que nous puissions, le moment propice, et en toute force, réintroduire le marché et récupérer notre part », a-t-il affirmé.

 

Source: Agences

http://french.almanar.com.lb/1885523


 

DEVENUES AUTOSUFFISANTES, LES FORCES ARMEES IRANIENNES N’ONT PAS BESOIN D’ARMEMENTS ETRANGERS

Les forces armées iraniennes n'ont pas besoin d'armements étrangers

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le drone iranien Sadeq. ©Tasnim News

Les spécialistes iraniens sont désormais autosuffisants dans le domaine de la fabrication des équipements les plus développés tels que les chars, les chasseurs, les armes individuelles, les armes antichars, les missiles et autres.

Dans le domaine de l’aviation, l’Iran a conçu et construit des avions et des hélicoptères tels que Azarakhsh, Saeqeh 1 et 2, Simorgh, Dorna et Kowsar ainsi que les hélicoptères Toufan et Saba.

Par ailleurs, il est devenu autosuffisant dans la conception et la fabrication de divers chars, dont les chars Karrar et Zolfaqar et les véhicules de transport de troupes comme Boraq et Howeyzeh

L'Iran met au défi la DCA américaine

L’Iran met au défi la DCA américaine

Dans le domaine maritime, les forces armées iraniennes ont conçu les sous-marins Fateh et Ghadir et les destroyers Sahand et Jamaran.

Dans le domaine de la défense aérienne, des radars de différentes portées et les systèmes de défense aérienne Bavar 373 et 15 Khordad sont de fabrication locale.

L’Iran a aussi développé son industrie des missiles. Il est considéré comme une puissance balistique mondiale, il construit et utilise facilement des missiles d’une portée de 2 000 kilomètres.

Le pays a atteint une autosuffisance en matière de défense et d’équipement militaires et n’a plus besoin d’équipements étrangers.

Ciel: 1er face-à-face Israël/Syrie?!

Ciel : 1er face-à-face Israël/Syrie ?!

Drone Sadeq

Le drone Sadeq est l’un des exemples du drone Mohajer 4, qui a été construit sur ordre de la marine du CGRI. Mohajer 4 est conçu et construit pour la surveillance aérienne et l’interception de cibles jusqu’à une distance de 150 km. Il a une vitesse de vol maximale de 200 km/h, une durée de vol de 7 heures et peut voler dans diverses conditions météorologiques.

L’une des importantes missions réalisées par le drone Sadeq a consisté à photographier et intercepter le navire amphibie USS Boxer, en juillet dernier dans les eaux du golfe Persique. Le 19 juillet, le président américain Doland Trump a prétendu que les États-Unis avaient abattu un drone iranien qui s’était approché dangereusement d’un navire américain. Mais quelques heures plus tard, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a publié les images prises par le drone Sadeq du navire américain

« En dépit des allégations délirantes et sans fondement de Trump, tous les drones [envoyés] dans le golfe Persique et le détroit d’Hormuz, y compris celui auquel pense le président américain, sont biens rentrés à leur base », a déclaré le général de brigade et porte-parole des forces armées Abolfazl Shekarchi, cité par l’agence Tasnim News. 

Drone: guerre US/Iran bat son plein!

Drone : guerre US/Iran bat son plein !

Drone Sayeh

En 2012, le général de brigade Fadavi, alors commandant de la marine du CGRI, a annoncé la chasse d’un drone EscanEagle de l’armée américaine par les gardiens de la Révolution. Peu de temps après, des images de la ligne de production en masse de ce drone baptisé Sayeh par les industries de défense du pays ont été publiées. Après cela, un autre exemple de ce drone appelé Yasir a été remis aux forces terrestres et navales de l’armée, qui avaient une queue en 8.

Le drone Yasir mesure environ un mètre de long et pèse environ 20 kilogrammes. Il peut voler pendant 7 à 10 heures. Il a un plafond de vol de 15 000 pieds, une durée de vol de huit heures et une portée de vol allant jusqu’à 200 km qui est contrôlée par communication avec les stations mobiles de contrôle au sol.

Navires US: l'essaim de drones frappe!

Navires US : l’essaim de drones frappe !

Les drones de décollage vertical de la marine du CGRI

Parmi les drones dévoilés et livrés à la marine du CGRI, il y a trois drones de décollage vertical : les drones Hodhod-4 et Shahab-4, qui sont en fait deux exemples de quadcopter et hexacopter multirotor, et un autre appelé Sepehr, qui est en fait un exemple de drone Meraj des forces terrestres du CGRI.

Drone Meraj

Le drone Meraj, qui est la rétro-ingénierie de l’American Aerosund UAV, a été conçu et fabriqué par le Centre de recherche sur les drones d’autosuffisance des forces terrestres du CGRI et a terminé avec succès ses essais en vol dans la région de Saravan au Sistan-et-Baloutchistan

Mais le projet de vol vertical de ce drone était un projet mené conjointement entre la marine et les forces terrestres du CGRI.

Syrie: guerre de drone US/Iran!

Syrie : guerre de drone US/Iran !

Drone Sepehr

Le drone Sepehr est capable de voler à une vitesse de 140 km, à une altitude de 12 000 pieds. Il pèse 33 kg et peut transporter des charges pesant jusqu’à 5 kg. Ce drone a une durée de vol de 10 heures et sa consommation de carburant est de 10 litres.

Équiper la marine du CGRI de drones de décollage vertical augmente la portée de détection des navires iraniens, qui sont principalement des vedettes rapides. Désormais, les gardiens de la Révolution islamique seront en mesure de voir les points qui ne sont pas à portée de leurs vedettes rapides ainsi que les angles morts : plus tôt l’ennemi est identifié, plus la marge de manœuvre est précise.

L'arme, la plus secrète de l'Iran?

L'arme, la plus secrète de l'Iran?

Le système iranien Sepehr-110 est invulnérable aux piratages.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/26/635056/CGRI-pas-besoin-d'armements-etrangers


 

IRAN : LA PIRE FAILLE DE L'US NAVY ?

L'Iran dispose de données sensibles sur chaque navire, chaque capitaine de navire US et bien plus...

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drone iranien a désactivé tous les systèmes de défense aérienne et «attaqué» les navires de l'US Navy, le 23 septembre 2020. ©Fars News

Le commandant en chef de la marine iranienne lance un « terrifiant » avertissement à l'US Navy.

« Tous les agissements de l’US Navy sont minutieusement supervisés et suivis de près». C’est ainsi que le commandant de la force navale de l’armée iranienne, le contre-amiral Hossein Khanzadi s'est exprimé, lors d’une interview exclusive à la télévision d’État, au sujet des acquis des forces navales de l’armée et du CGRI (Corps des gardiens de la Révolution islamique) ainsi que sur les événements actuels dans la région : « Les systèmes de détection de la force navale de l’armée surveillent la totalité des agissements de toutes les flottes de l’US Navy ; dès qu'un navire quitte son quai, tout au long de son déplacement jusqu'à son point d'arrivée, notamment lorsqu'il entre dans l'océan Indien. C'est dans cette zone que les opérations d’observation s’effectuent avec le plus de précision et d’attention. C’est la raison pour laquelle aucune unité navale importante de l’US Navy n’a osé pénétrer la zone du golfe Persique. Les Américains nourrissent des inquiétudes sérieuses à approcher de cette zone, craignant une confrontation sérieuse avec les forces militaires iraniennes. »

USS Nimitz: le Pearl Harbor à l'Iranienne!

USS Nimitz: le Pearl Harbor à l'Iranienne!

« Lorsqu’ils se sont déployés à une distance d’environ 600 à 700 kilomètres de nous, ils s’imaginent être en sécurité et hors de notre portée, mais qu’ils sachent que nous les supervisons, minute par minute, là où ils se trouvent. Les eaux sous souveraineté de l’Iran jouissent d’une sécurité absolue. Tout signal reçu d’un bateau, le nom de son commandant ses formations d'entraînement, ses caractéristiques, nous les avons déjà dans nos banques de donnés », a averti le contre-amiral Khanzadi.  

Au sujet des manœuvres conjointes de la force navale iranienne avec celles des autres pays, le contre-amiral Khanzadi a indiqué : « L’exercice militaire Caucase 2020 est en cours et nombre de pays du monde y assistent. L’Iran y fait participer deux navires-lance-missiles de la force navale iranienne pour la partie qui se déroule dans la mer Caspienne. Un exercice naval conjoint est également prévu pour la fin de l’année (iranienne, février-mars 2021, NDLR) »

L'Iran dévoile un nouveau radar

L'Iran dévoile un nouveau radar

L’Iran a dévoilé un nouveau radar qui rejoint le réseau de défense anti-aérienne intégrée.

Le commandant de la force navale de l’armée iranienne s’est ensuite exprimé sur les missiles iraniens : « Le prototype actuel du missile tiré depuis le sous-marin Ghadir est deux fois plus grand qu'avant. Les Fateh 2 et 3 sont en train d’être fabriqués,  quant au Fateh 4, il utilise une sorte de propulsion spéciale qui fonctionne indépendamment de l'air (AIP) permettant de rester sous l'eau plus longtemps. »

Le contre-amiral Khanzadi a fait aussi part de l’incorporation de nouveaux équipements à la force navale de l’armée iranienne : « Le destroyer Dena, le chasseur de mines Saba et le navire lance-missiles Zéreh seront dévoilés, fin automne. Un autre nouveau grand navire sera également dévoilé à la même date. 24 mètres plus longs que le navire Khark, il peut porter 6 à 7 hélicoptères, il se distingue par ses capacités particulières très utiles en cas de guerres électroniques, de combats au missile, au drone et à l’hélicoptère voire pour les opérations spéciales. »

USS Nimitz:

USS Nimitz:

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/25/635002/navire-iranien-devoilement-US-navy


 

VERS UNE 1ère COMMANDE IRANIENNE A LA CHINE DE BOMBARDIERS STRATEGIQUES LOURDS ?

Fin de l'embargo sur la vente d'armes à l'Iran: premier achat made in Chine de l'Iran?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une photo des bombardiers stratégiques chinois lors d'une simulation de frappe contre la base US à Guam/RTBF

Un récent article de The National Interest  affirmait :« Le mode de guerre iranien ne changera pas au-delà de 2020 de manière significative. Afin de renforcer ses défenses aériennes et terrestres, l’Iran pourrait moderniser partiellement la structure de ses forces militaires. Cependant, l’approche de Téhéran se concentrera a fortiori sur l’action indirecte, l’ambiguïté et la patience. Ceci dit, la décision de la Russie et de la Chine, une fois l’embargo sur la vente d’armes levée, pourraient consister à vendre ou à envoyer des missiles de croisière antinavires Yakhont ou des avions J-20 en Iran,  pourrait changer le rapport des forces dans la région et changer radicalement les calculs des commandants de la marine américaine et de leurs alliés. Le missile de croisière antinavire Yakhont de la Russie, combiné à l’arsenal antinavire iranien, ce sera un cocktail dangereux à ne pas sous-estimer tout comme l'apparition des J-20 dans la flotte de combat iranienne ».  

Mais la revue devrait peut-être changer de version depuis que l'armée chinoise a diffusé une vidéo du raid simulé des bombardiers lourds chinois H-6 contre la base aérienne américaine à Guam. Les forces aériennes de l’Armée populaire de Libération de la Chine (APL) a publié en effet  une vidéo montrant des bombardiers H-6 à capacité nucléaire attaquant ce qui semblait être la base aérienne américaine d’Andersen à Guam.

USA: les 4 coups de l'armée chinoise

USA: les 4 coups de l'armée chinoise

Les exercices de la marine chinoise dans quatre régions font preuve de ses capacités à contrer les États-Unis.

Intitulée « Le dieu de la guerre H-6K passe à l’attaque ! », la vidéo d’environ deux minute est publiée sur le compte Weibo de l’armée de l’air chinoise alors que la Chine effectuait une deuxième journée d'exercices près de Taïwan pour exprimer sa protestation face à la visite d'un haut responsable du département d'État américain dans la région insulaire contentieuse, a rapporté Reuters le 21 septembre.

Guam abrite d'importantes installations militaires américaines censées être utilisées lors de tout conflit dans la région Asie-Pacifique. La vidéo de deux minutes et 15 secondes de l'armée de l'air chinoise montre des bombardiers H-6 décollant d'une base désertique. 
Comme l'a rapporté le site web EurAsian Times, les nouveaux bombardiers H-6 ont récemment fait leur apparition au-dessus de la mer de Chine méridionale et ont pratiqué des attaques contre des navires de surface, des frappes à longue distance, des atterrissages de nuit et ont mené des missions de surveillance.

Selon les rapports du journal chinois Global Times, il s’agit du premier déploiement des bombardiers H-6 par l'armée populaire de Libération. Au cours de l'exercice, le nouveau bombardier H-6 a également été rejoint par le bombardier H-6G. Les deux avions ont montré leurs prouesses au-dessus des eaux de la mer de Chine méridionale, cibles de déploiement massive de l'armada US. C'est largement suffisant pour attirer les attentions. En effet la Chine a fait preuve non seulement de sa volonté d'aller au bout mais aussi de ses talents de vendeurs. Reste à savoir si cette démonstration de force irait intéresser oui ou non des acheteurs fraîchement arrivés sur le marché comme l'Iran dont la Chine a défendu le droit contre les Etats-Unis et avec qui elle vient de signer un accord stratégique de 25 ans.

A2/AD chinois: l'Iran s'y intéresse

A2/AD chinois: l'Iran s'y intéresse

Alors que le secrétaire américain à la Santé effectuait une visite très médiatisée à Taïwan, les troupes de l’armée chinoise ont lancé, selon le journal South China Morning Post, un « avertissement sérieux » 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/24/634911/Guam--Chine-USA-bombardier


 

GOLFE PERSIQUE : CE QUI ATTEND LE PORTE-AVIONS USS NIMITZ?

Combinaison de nuée de drones et de vedettes rapides ou comment l'Iran fera couler un porte-avions US?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La réplique de l'USS Nimitz encerclée par les vedettes rapides iraniennes, lors de l'exercice Grand Prophète 14, juillet 2020. (Capture d'écran)

Il est vrai que l'Iran est pionnier: premier pays à frapper une base US, premier pays à établir un corridor maritime anti sanctions US...et premier à faire couler un porte-avions?

En juillet 2020, quand le CGRI a lancé le vaste exercice Grand-Prophète 14, avec en toile de fond l'inauguration de plusieurs concepts de guerre asymétrique particulièrement innovents dont et surtout le "champ à missiles", soit ces cartouches propres à être enterrées n'importe où et à agir en mini base de missiles sans qu'elles soient localisables par l'armée de l'air ennemi, Forbes tout comme The National Interest ont choisi de se fixer uniquement sur cette fameuse réplique made in Iran de l'USS Nimitz, ramenée de Bandar Abbas sur les lieux de l'exercice, à l'effet de servir de cibles aux missiles de croisière iraniens tirés à partir de drones et d'hélicoptères de combat du CGRI.

Iran : le CGRI prépare la guerre!

Iran : le CGRI prépare la guerre!

La marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a reçu mercredi 188 nouveaux drones et hélicoptères.

Ces deux magazines particulièrement sensibles aux évolutions des capacités militaires iraniennes ont fait alors semblant de ne pas avoir compris ce que signifiait le succès des drones iraniens à cibler à coup de bombes intelligentes la passerelle de commandement d'un USS Nimitz, ni non plus l'encerclement de cette même réplique par des centaines de vedettes rapides iraniens, une fois impactés par les drones. Or cette feintise risque de ne plus pouvoir durer. Le 23 septembre, l'Iran a inauguré une méga base navale à l'est du détroit d'Homuz d'une superficie de 31 hectares dans la province stratégique de Hormozgan, base destinée à surveiller dans ses moindres détails le trafic de la flotte de guerre US et Cie dans le golfe Persique et en mer d'Oman. Cette base, le CGRL l'a dédiée visiblement à l'exploration des concepts de combat naval asymétrique le plus inouï qui soit :

« Les tentatives des États-Unis visant à former une nouvelle coalition contre la République islamique d’Iran ne datent pas d’aujourd’hui et n’a rien de nouveau. Toute tentative de ce type recevra une réponse "décisive" de la part de l'Iran aussi bien dans la région qu'ailleurs. La réponse à toute tentative américaine d'intercepter nos navires dans les eaux internationales, c'est ici, dans le golfe Persique que nous la donnerons. En ce sens, ce serait peut-être plus commode d'avoir sous nos mains des navires US », a averti le commandant en chef adjoint du CGRI, le général de brigade Ali Fadavi en allusion à l'arrivée le 18 septembre du porte-avions USS Nimitz et de son escorte dans le golfe Persique.

Ce qui attend l’USS Nimitz?

Ce qui attend l’USS Nimitz?

Et le général ne croit pas si bien dire : A Sirirk, les analystes militaires ont assisté mercredi à la livraison de 188 drones et hélicoptères à la force navale du CGRI mais aussi à l'apparition du concept d'attaques simultanées aéronavales ou en d'autres termes, d'attaques des nuées de drones et de vedettes rapides de façon simultanée. Et comment? Les images mettent en scène des drones de type Ababil-2 embarqués à bord des vedettes rapides de troisième, soit une combinaison particulièrement économique en termes de coût et efficaces en termes de capacités d'atttaque puisque mariant les nuées de drones et de vedettes rapides! 

Introduit dans les années 2000, l'Ababil-2, plus performant que sa version précédente, a été conçu pour lancer des opérations de reconnaissance. Ce drone peut être utilisé aussi bien pour tester les systèmes radar que comme une pseudo-cible avec pour mission de leurrer les unités de défense aérienne de l’ennemi. C'est un drone particulièrement maniable puisque capable d'être lancé depuis même de petites camionnettes! Son montage rapide et sa fléxibilité font de lui une excellente arme en milieu marin et au sol, surtout qu'il est recyclable. 

Iran: l'USS Nimitz touché ... et coulé

Iran: l'USS Nimitz touché ... et coulé

Spectaculaire opération hybride contre un navire US (image)

Or, lors de la cérémonie de la remise de drones à la marine du CGRI le 22 septembre, Ababil-2 était embarqué à bord des vedettes rapides, elles aussi pas trop coûteuses, signe que dans une scène de guerre, des nuées de centaines de vedettes rapides dotés d'autant de drones, s'en prendront à des cibles maritimes. Dans ce schéma, l'usage de ces drones pourrait même faire partie d’une doctrine anti-accès et anti-déni (A2/AD). Tandis qu'une partie de drones dans une nuée détectera des données, une autre partie lancera des opérations kamikazes. Une troisième partie saura, elle, submerger les radars des batiments ennemis, façon de baliser le chemin pour l'étape suivante. Une fois ce premier assaut accompli, la nouvelle génération de vedettes rapides qui sont plus grands que les modèles précédents, s'activera. Ce sont des bateaux capables de lancer des missiles de croisière antinavires, eux beaucoup plus précis et performants, ayant une puissance destructrice plus élevée. Bref, Forbes et The National Interest se régaleront d'un USS Nimitz faisant face à un Pearl Harbor à l'Iranienne. Sauf que cette fois il ne s'agit plus d'une réplique mais d'un vrai porte -avions.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/24/634893/Iran-CGRI-Golfe-Persique-US-Navy-Man%C5%93uvres-%C3%89tats-Unis-Missiles-Vedettes