IRAN

IRAN

UN CLASH USA/IRAN INEVITABLE?

"Un conflit ouvert entre les USA et l'Iran n'est pas à écarter" (expert)

Sun Apr 12, 2020 4:7PM

Des troupes américaines dans un ancien palais présidentiel transformé en base militaire à Mossoul, le 30 mars 2020. ©AFP

Des troupes américaines dans un ancien palais présidentiel transformé en base militaire à Mossoul, le 30 mars 2020. ©AFP

Même sur le plan diplomatique, les États-Unis sont en ordre de bataille. C’est sans précédent, car ils ne s’étaient jamais sentis aussi vulnérables dans un pays si bien qu’ils soient obligés de transférer officiellement leurs diplomates à des bases militaires afin de les protéger, a-t-on appris d’un expert des questions du Moyen-Orient.

Pour d’aucuns, tous les récents agissements des Américains en Irak, y compris le déploiement des batteries de Patriot et le transfert des diplomates européens de Bagdad à la base militaire d’Aïn al-Asad, s’expliquent dans le cadre du plan de Washington pour entrer en guerre contre l’Iran. Certains prévoient que ce ne sera pas l’Iran, mais ses groupes alliés qui seront impliqués dans cette guerre.

Dans la foulée, Nosratollah Tadjik, ancien ambassadeur de la République islamique d’Iran en Jordanie, a répondu à quelques questions, lors d’une interview exclusive accordée à l’agence de presse iranienne Khabar Online.

La question est de savoir si une confrontation militaire, soit limitée soit de grande envergure, pourrait être un scénario plausible de Donald Trump, étant donné que son secrétaire d’État et son conseiller à la sécurité nationale lui ont déjà proposé, lors d’une réunion à la Maison-Blanche, de préparer une guerre contre l’Iran. Nosratollah Tadjik a répondu : « Premièrement, ni en Iran ni aux États-Unis, il n’existe aucune capacité pour déclencher une guerre, peu importe comment les faucons ou certains pays de la région tentent de pousser Trump vers l’option de la guerre. Deuxièmement, les groupes de Résistance irakiens devront bien examiner leurs capacités avant de passer à l’acte pour empêcher toute atteinte sérieuse à leurs positions. Suite à une série d’attaques lancées par des groupes de Résistance irakiens contre les bases militaires américaines, les États-Unis ont redéployé leurs forces et équipements en Syrie et en Irak. Donc, si les groupes de Résistance irakiens procèdent à de nouvelles attaques militaires, les États-Unis oseront frapper les Kataëb Hezbollah, car ils ont déjà éloigné leurs militaires et diplomates de la portée des missiles de la Résistance irakienne ».

Irak: Patriot sauvera le

Irak: Patriot sauvera le "soldat Ryan"?

Les États-Unis ont dû secrètement utiliser le système de défense antimissile russe Pantsir-S pour protéger leurs forces armées en Irak.

L’ancien ambassadeur iranien en Jordanie a ajouté que même sur le plan diplomatique, les États-Unis étaient actuellement en ordre de bataille. « C’est sans précédent, car les États-Unis ne s’étaient jamais sentis aussi vulnérables dans un pays si bien qu’ils soient obligés de transférer officiellement leurs diplomates à des bases militaires afin de les protéger », a-t-il réaffirmé.  

Et de continuer : « Cette décision de Washington prouve à quel point les forces américaines se sentent vulnérables en Irak d’autant plus que le peuple, les hommes d’État et les groupes de Résistance irakiens réclament de plus en plus fort le départ des forces américaines ».

Nosratollah Tadjik explique : « En effet, les récents agissements des Américains en Irak sont en contradiction avec les propos de Donald Trump qui parle d’un retrait de ses forces du sol irakien. En plus, tant que les Américains sont en Irak, les intérêts nationaux de la République islamique d’Iran sont menacés en raison des ingérences des États-Unis et c’est ainsi que l’Irak restera un champ de bataille par procuration entre l’Iran et les États-Unis, ce qui entraînera l’instabilité de l’Irak, alors qu’un Irak stable sera plus favorable pour ses voisins, dont l’Iran ».

Nosratollah Tadjik a indiqué que selon certaines sources, les États-Unis auraient demandé aux diplomates d’autres pays de rejoindre les diplomates américains dans la base d’Aïn al-Asad.

« Si de l’authenticité de cette nouvelle était confirmée, il s’agirait d’une action étrange ! Cela signifie que les États-Unis cherchent à créer un bouclier humain-diplomatique pour protéger leurs militaires. Autrement dit, Washington entend mettre en place une zone sécurisée au cœur de l’Irak, ce qui affaiblira l’autorité du gouvernement irakien et multipliera les problèmes qu’il devra affronter. Les responsables irakiens n’ont pas encore réagi à cette nouvelle, mais il est peu probable qu’ils permettent aux Américains d’abuser de l’immunité diplomatique de leur personnel ».

Un

Un "Pearl Harbor" à Aïn a-Asad?!

Des images satellites tournées à l'intérieur des bases US en Irak inondent la toile... Que prépare la Résistance contre les Américains ?

Dans la foulée, un analyste politique irakien a mis en garde contre les plans néfastes des Américains en utilisant la base militaire d’Aïn al-Asad.

Karim al-Khikhani a déclaré, dimanche 12 avril, dans un entretien avec le site d’actualité d’al-Maaloumah, qu’après le déploiement des batteries de Patriot et le développement de son aéroport, la base militaire d’Aïn al-Asad s’était transformée en un lieu sûr pour que les États-Unis puissent continuer leurs opérations criminelles et leurs agressions. « En exploitant la base militaire d’Aïn al-Asad, les Américains envisagent d’éliminer les Hachd al-Chaabi, notamment dans le nord et dans l’ouest de l’Irak », a expliqué l’analyste irakien.

Il a ajouté que les forces américaines projetaient à se réorganiser dans des bases n’étant pas à la portée des missiles de la Résistance irakienne.   

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/12/622869/Irak-guerre-Etats-Unis-Ain-Assad-Iran-Hachd-attaque


 

DETROIT D'HORMUZ : INTERCEPTION PAR LES FORCES NAVALES IRANIENNES DE L'USS BATAAN, NAVIRE D'ASSAUT AMPHIBIE AMÉRICAIN

Mon Apr 6, 2020 10:3AM

Les unités de missiles côte-mer iraniennes déployées le long du détroit d'Hormuz, le 5 avril 2020. ©Twitter

00:0000:19HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Les unités de missiles côte-mer iraniennes déployées le long du détroit d'Hormuz, le 5 avril 2020. ©Twitter

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Depuis dimanche le 5 avril, la cote sud iranienne n'a plus de secret à livrer : les batteries de missiles anti-aériennes, des unités de missiles côte-mer et antinavires apparaissent sur des images vidéo tournées sur l'île iranienne de Qeshm, l'un des QG du commandement de la marine iranienne.

Guerre USA/Iran: La surprise

Guerre USA/Iran: La surprise "côtière"?

Les États-Unis et leurs alliés de la région lancent des manœuvres militaires dans la région pour mettre à l'épreuve la capacité de l'Iran dans cette conjoncture où Téhéran s'occupe de lutter contre la pandémie du coronavirus.

Ces engins sont braqués sur le détroit d'Hormuz et ils le sont puisque l'Amérique l'a cherché. Mercredi dernier, Donald Trump a cru bon menacer l'Iran et la Résistance irakienne de "les faire payer chers" si les GI's, illégalement présents en Mésopotamie, étaient pris pour cible des roquettes et missiles. Il fallait qu'on lui ravive un peu la mémoire. 

Aussi, une première démonstration de force iranienne n'a pas tardé : l'USS Bataan , navire d'assaut amphibie US, le même qui a à son actif entre autres, la participation à l'invasion de 2003 de l'Irak, la participation à l'attaque US/OTAN de 2011 contre la Libye et qui se trouvait dans le golfe Persique depuis le janvier 2020 soit après l'assassinat du général Soleimani a été intercepté par les forces navales iraniennes. Le bâtiment amphibie avec quoi les marines auraient sans doute cru possible des opérations de débarquement au sud de l'Iran, s'est trouvé soudain encerclé par le CGRI alors que les missiles côte-mer iraniens étaient bien braqués sur lui. Le CGRI a tenu à publier des images vidéo de l'opération où le navire de guerre américain, docile, se fait escorter tout au long de son passage dans le détroit d'Hormuz par les forces navales iraniennes.

Last Defender@LastDef

 

filmed the USS Bataan entering the Strait of Hormuz several days ago

Embedded video

14

Twitter Ads info and privacy

See Last Defender's other Tweets

L'US Navy qui fait face en ce moment même à la terrible perspective des mutineries en son sein pour cause d'incompétence du commandement naval US à gérer la crise liée à la Covid-19 n'a pas bronché, le navire de guerre amphibie ayant préféré avaler des couleuvre et de passer sans provoquer d'histoire. Al-Masdar News écrit : "On sait que l'armée américaine n'a procédé à aucune action agressive lorsqu'elle a traversé le détroit d'Hormuz, manifestement bien consciente des conséquences désastreuses de toute provocation. Car le moindre agissement aurait déclenché un déluge de feu composé des missiles côte-mer iranien que les avions US n'auraient pas eu même le temps de contrer, les unités de la DCA iranienne étant en état d'alerte sur les côtes iranienne".  

US Navy: la furtivité

US Navy: la furtivité "navale" iranienne?

Les bateaux à grande vitesse sont très efficaces dans la protection des frontières maritimes face aux agressions éventuelles.

Et Al-Masdar News d'ajouter : "L'Iran a déployé des dizaines de systèmes de missiles sur la côte du détroit d'Hormuz, pour prouver aux États-Unis sa détermination à mettre fin à toute violation de ses eaux territoriales, quelle qu'en soit la cause. Les spécialistes, à leur tour, ont attiré l'attention sur l'état du navire de débarquement américain qui, à en juger les images vidéo présentées, n'est pas du tout le meilleur! " Fin 2019, le commandant en chef de la force aérospatiale du CGRI, le général Hajizadeh avait fait état de la mise au point des missiles iraniens côte-mer d'une portée de 700 kilomètres : "« Nous avons réussi à fabriquer des missiles sol-mer, non téléguidés, qui peuvent frapper n’importe quel navire à 700 kilomètres de distance », avait  déclaré le général Hajizadeh tout en soulignant que les missiles iraniens avec une portée allant de 200 à 2 000 kilomètres, ont désormais une capacité de frappe précise. Trop de menaces pour que l'USS Bataan puisse se permettre la moindre fantaisie! 

Le CGRI met en garde les USA!

Le CGRI met en garde les USA!

Les Américains seront confrontés aux réactions des plus sévères s'ils ont la moindre idée d’atteinte à la sécurité nationale de l’Iran, a mis en garde le chef d'état-major des forces armées iraniennes.

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/06/622418/Navire-US-dans-le-filet-de-larmee-iranienne


 

 

IRAN : QUE RISQUE LE PENTAGONE ?

Le sévère avertissement de l'armée iranienne au Pentagone

Fri Apr 3, 2020 5:26AM

Des forces armées iraniennes. (Photo d'archives)

Des forces armées iraniennes. (Photo d'archives)

Le président du Centre des études stratégiques de l’armée iranienne a souligné que le moindre agissement des forces US sera confronté à une réaction foudroyante.

Interrogé pour savoir si nombre de combattants de la Résistance ont été tués par une frappe aérienne américaine en Irak, le général de brigade Pourdastan a répondu que l’ennemi avait recours à la stratégie de rumeur, puisqu’il ne pouvait pas concrétiser ses objectifs autrement.

« Faire circuler des rumeurs pour atteindre ses objectifs ; voici un signe de désarroi d’un ennemi qui ne sait plus quoi faire face aux remarquables capacités des Forces armées de la République islamique d’Iran », a déclaré, jeudi 2 avril, le général de brigade Ahmad Reza Pourdastan.

Dans un entretien avec l’agence de presse iranienne, ISNA, le président du Centre des études stratégiques de l’armée iranienne, le général de brigade Ahmad Reza Pourdastan, a déclaré que l’armée iranienne et le Corps des gardiens de la Révolution islamique feraient repentir l’ennemi en cas du moindre agissement hostile.

Le haut responsable militaire iranien a rappelé que grâce à la vigilance du front de la Résistance, les récentes frappes d’Israël visant des régions en Syrie n’avaient fait ni dégâts ni victimes.

Interrogé sur les actualités faisant part du déploiement par les Américains des bombardiers et des hélicoptères d’assaut en Irak, Pourdastan a répondu : « la donne actuelle dans la région ne permet pas aux États-Unis d’ouvrir un nouveau front ».

« Avant d’ouvrir un nouveau front en Irak, les Américains feraient mieux prêter main-forte aux habitants de New York, de Floride et d’autres régions des États-Unis qui sont fortement touchés par la crise du coronavirus », a déclaré Ahmad Reza Pourdastan.

Il a ajouté que les récents agissements des Américains en Irak puisaient dans les pressions que leur a faites le front de la Résistance en y frappant leurs bases militaires.

Le CGRI met en garde les USA!

Le CGRI met en garde les USA !

Les Américains seront confrontés aux réactions des plus sévères s’ils ont la moindre idée d’atteinte à la sécurité nationale de l’Iran, a mis en garde le chef d’état-major des forces armées iraniennes.

Le déploiement par les Américains de nouveaux équipements militaires en Irak vise à intimider les groupes de Résistance irakiens pour qu’ils n’attaquent plus leurs bases militaires alors que les États-Unis ne sont, en effet, en mesure de rien faire.

« Il faut que les Américains sachent que ni le front de la Résistance ni la nation iranienne ne souhaite leur présence dans la région et que leur moindre agissement confrontera à une réaction foudroyante des Irakiens », a-t-il précisé.

Le général de brigade Pourdastan a précisé qu’au cas où les Américains commettraient une erreur en Irak, la riposte ne se bornerait pas à ce pays et tous les intérêts américains, n’importe où ils se trouvaient, pourraient être pris pour cible.

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/03/622198/Iran-Irak-Etats-Unis-forces-americaines-attaque-Pourdastan


 

TRUMP ACCUSE L'IRAN DE PRÉPARER UNE ATTAQUE CONTRE SES TROUPES. CINGLANTE RIPOSTE DE L'IRAN

Trump accuse l’Iran de préparer une attaque contre ses troupes, riposte cinglante de l’Iran

 Depuis 20 minutes  2 avril 2020

baseus

baseus

 

Rédaction du site

Le président des Etats-Unis Donald Trump a mis mercredi en garde l’Iran contre toute attaque visant des soldats américains en Irak.

« Selon nos informations (…), l’Iran et ses protégés préparent une attaque sournoise contre des troupes américaines et/ou des installations en Irak », a tweeté M. Trump. « Si cela a lieu, l’Iran paiera un prix très élevé », a-t-il ajouté.

Quelques heures plus tôt, Téhéran avait mis en garde Washington contre le risque d’entraîner le Moyen-Orient dans une « situation désastreuse » en pleine crise du nouveau coronavirus, après le déploiement par les Etats-Unis de missiles Patriot sur le sol irakien.

L’Irak sera un bourbier  comme le Vietnam pour les USA

Le secrétaire du Conseil de l’évaluation de l’intêret national en Iran, Mohsen Rezai a répondu que « l’Irak sera un bourbier pour l’Amérique comme le Vietnam », ajoutant  que « le peuple irakien est capable de chasser les Américains de leurs terres » a rapporté la chaine satellitaire libanaise alMayadeen.

Rezaei a ajouté: « Le peuple irakien musulman et révolutionnaire est capable d’humilier les Américains pire que cela s’est passé au Vietnam ».

Le correspondnat d’alMayadeen en Irak   a rapporté, citant une source de sécurité informée, que » la base de Habbaniyah, dans laquelle les forces américaines étaient présentes, est passée sous le contrôle de l’armée irakienne ».

Il a noté que « les forces américaines plient bagages pour quitter la plus ancienne base aérienne qu’elles contrôle en Irak pour être officiellement livrée  dans une semaine ».

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/1702659


 

COMMENT L'IRAN A DÉSARME LE PENTAGONE?

La double arme iranienne qui vaincra l'Amérique?

Mon Mar 30, 2020 5:30PM

Le rapport de force dans le golfe Persique a basculé en faveur de l’Iran. ©Farsnews/Illustration

Le rapport de force dans le golfe Persique a basculé en faveur de l’Iran. ©Farsnews/Illustration

Dans son évaluation du rapport de force dans le golfe Persique, un centre de réflexion américaine a écrit que la capacité balistique et celle de mener une guerre asymétrique ont rendu l’Iran supérieur par rapport aux États-Unis et à leurs partenaires dans la région.

Le Center for Strategic and International Studies (CSIS) à Washington DC s’est penché, dans un livre fraîchement publié, sur les capacités politiques et sécuritaires des forces iraniennes, des pays riverains du golfe Persique et des États-Unis.

Les États-Unis ont vendu à l’Arabie saoudite des navires défectueux

Les États-Unis ont vendu à l’Arabie saoudite des navires défectueux

Le besoin de Riyad de renforcer sa présence militaire dans le golfe Persique en vue d’équilibrer le rapport de force avec l’Iran l’a amené à acheter aux États-Unis des navires défectueux.

Ce centre de réflexion basé à Washington a évoqué dans ses évaluations le rôle des facteurs suivants :

1-Le changement stratégique des relations entre l’Iran et les pays arabes et l’absence des États-Unis dans l’avenir du golfe Persique.

2-Le renforcement des capacités iraniennes dans les guerres asymétriques dans le golfe persique.

3-La réussite de l’Iran dans le domaine de la fabrication de missiles de précision téléguidés et de systèmes de défense antiaérienne efficaces.

« Cependant, indépendamment des dépenses militaires et des capacités des deux parties, il faut préciser que la propagation du coronavirus influencera le rapport des forces et les dépenses militaires des États-Unis dans la région », a souligné le CSIS.

À la suite de la propagation du coronavirus, les États-Unis ont débloqué 200 milliards de dollars contre cette épidémie. Et ce, alors que les dépenses de la présence militaire américaine en Afghanistan, en Irak et en Syrie sont estimées de 2 à 2,1 trillions de dollars de l'année fiscale 2001 à 2019. 

Pourquoi les USA n'ont-ils pas osé riposter ?

Pourquoi les USA n’ont-ils pas osé riposter ?

Washington, qui avait menacé l’Iran de sévères représailles en cas d’attaque après l’assassinat de Qassem Soleimani, a nettement fait machine arrière.

Selon ce rapport, les dépenses que le coronavirus a imposées aux États-Unis auront leurs impacts sur les dépenses militaires de Washington dans le golfe Persique, ainsi que sur les programmes d’aides militaires et de sécurité nationale de ce pays.

Les pays riches du monde arabe, exportateurs de pétroles comme le Koweït, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, consacrent 10 % du leur PIB à la sécurité nationale. Mais la propagation du coronavirus a conduit à la baisse des demandes et du prix du pétrole. Si cela se poursuit, le budget alloué à la sécurité et à l’achat d’armes sera réduit dans ces pays.

Cette évaluation évoque les modifications majeures dans les rapports de force dans la région, y compris les changements dans les approches politiques et stratégiques des États-Unis, des pays arabes et de l’Iran. Ces changements comprennent l’impact des guerres régionales, des guerres civiles, des troubles politiques et de deux décennies d’affrontements avec des extrémistes et des terroristes.

 Entre temps, l’Iran a réussi à étendre son influence et ses confrontations au Yémen, à l’océan Indien et à la mer Rouge.

La Résistance opterait pour une stratégie préventive

La Résistance opterait pour une stratégie préventive

Après l’assassinat de Qassem Soleimani, Washington projette de mener des conflits par procuration contre la République islamique d’Iran sur divers champs de bataille.

« Un coup d’œil sur ces évolutions montre que l’Iran, les États-Unis et les États arabes du golfe Persique évitent une guerre à part entière. En revanche, les parties ont eu recours à des conflits indirects et à des guerres combinées en plus du conflit politique sur l’expansion de l’influence et le contrôle de la région. »

« La capacité croissante d’Iran à mener des attaques à la roquette et de missiles a inversé le rapport de force dans la région. Mais il est difficile de prédire ses effets futurs en raison d’un manque d’informations sur les efforts de l’Iran dans ce domaine. Or, l’Iran a renforcé sa position par rapport aux États-Unis et à leurs partenaires de la région », a souligné le Center for Strategic and International Studies (CSIS).

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/30/621951/Iran-EtatsUnis-rapport-de-force-golfe-Persique-capacit-balistique-guerre-asymtrique


 

APRES LA MISE A PRIX DE LA TETE DU PRESIDENT VENEZUELIEN MADURO PAR LE FASCISTE PRESIDENT US TRUMP, REACTION DE L'IRAN

L’Iran a réagi aux accusations portées par Washington contre Maduro

Fri Mar 27, 2020 5:56PM

La président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse le 12 mars 2020 à Caracas. ©Reuters

La président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse le 12 mars 2020 à Caracas. ©Reuters

Les États-Unis pourraient mettre en danger l’intégralité des Nations unies et de la communauté internationale avec leur unilatéralisme et leurs actions transfrontalières arbitraires, commises en violation du droit international.

 « Aucune disposition du droit international ne permet aux États-unis de s’ingérer dans les affaires intérieurs des autres pays en abusant de leur système judiciaire et de fomenter un coup d’État contre un pays indépendant et pire encore mettre à prix la tête du président d’un pays étranger afin de le discréditer », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Moussavi.

« L’inaction face à de telles actions de l’administration américaine est considérée comme une complicité en faveur des actes illégaux commis par les États-Unis. Nous demandons à tous les membres de la communauté internationale de dire unanimement “Non” à l’unilatéralisme américain en optant pour le multilatéralisme », a ajouté le porte-parole de la diplomatie iranienne. 

Le Venezuela bientôt attaqué ?

Le Venezuela bientôt attaqué ?

Caracas a accusé la Colombie d'avoir livré des armes à des groupes de rebelles locaux, ainsi que d'avoir préparé une tentative d'assassinat contre le président Nicolas Maduro.

Pour rappel, en pleine pandémie de Coronavirus, dans des allégations sans fondement, les États-Unis ont inculpé le président Nicolas Maduro et plusieurs de ses proches pour « narcotrafic ». Ils ont allés encore plus loin dans leur attitude impertinente et ont mis sa tête à prix 15 millions de dollars (13,5 millions d'euros environ).  

Une « attaque indigne » selon Jorge Arreaza, ministre des Affaires étrangères du Venezuela. « La République bolivarienne du Venezuela dénonce, en plein affrontement de l’humanité contre la plus féroce des pandémies, une énième attaque du gouvernement de Donald Trump contre le peuple du Venezuela, par le biais d’une nouvelle forme de coup d’État sur la base d’accusations misérables », a-t-il déclaré, cité par RFI.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/27/621743/Iran-Maduro-EtatsUnis-coup-dEtat-tte-mise--prix

 

LA REPONSE DU CGRI A L’AMÉRIQUE !

« Le CGRI est prêt à aider les États-Unis à combattre le coronavirus » (Général Salami)

Thu Mar 26, 2020 3:48PM

Le CGRI a organisé un exercice de défense biologique. ©ISNA

Le CGRI a organisé un exercice de défense biologique. ©ISNA

Le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique, le général de division Hossein Salami, affirme que la prétention des États-Unis d’aider le peuple iranien à lutter contre l’épidémie de coronavirus n’est qu’une démagogie, alors que le pays lui-même ne pouvait pas protéger les citoyens américains.

Lors des propos tenus ce jeudi devant les journalistes en marge de la manœuvre de défense biologique des forces terrestres du CGRI, le commandant en chef du CGRI a souligné l'hostilité des États-Unis contre le peuple iranien et a ajouté: « Le président américain Donald Trump avait qualifié la nation iranienne de “terroriste”. Les Américains ont mis notre nation sous pression et ont imposé des sanctions économiques sévères contre le pays afin de créer des problèmes de subsistance, mais heureusement, leurs complots malveillants ont été déjoués par la noble nation iranienne. »

Lire aussi: Covid-19: la campagne anti-sanction US s'intensifie

« Les déclarations des Américains pour aider la nation iranienne ne sont que des démagogies et des mensonges, alors que la propagation du Coronavirus fait rage aux États-Unis et ils ne sont même pas en mesure de se protéger contre l'épidémie», a dit le général Salami.

« Si la nation américaine a besoin d'aide, nous pouvons l'aider, mais nous n'avons pas besoin de l’aide américaine », a déclaré le général Salami.

Soulignant les mesures prises par le CGRI dans la lutte contre le Coronavirus, ce haut responsable militaire iranien a déclaré: « Tous les hôpitaux de campagne des forces terrestres et maritimes du CGRI ont été équipés du matériel et des installations médicales nécessaires. »

Iran: vaste contre-offensive biologique

Iran: vaste contre-offensive biologique

La Force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique a commencé un exercice de défense biologique à travers tout le pays avec la participation d'unités de guerre modernes.

Ailleurs dans ses remarques, Salami a fait référence à la manœuvre de défense biologique de la force terrestre du CGRI et a ajouté: « Cet exercice militaire était une véritable manœuvre que les Forces terrestres du CGRI l'ont tenu en utilisant toutes leurs installations et tous leurs équipements. »

Il  a déclaré que le CGRI est toujours prêt à contrer la guerre biologique « parce que nous prédisons qu'il existe une possibilité de guerre nucléaire, chimique et biologique ».

Il a évoqué un récent exercice de défense biologique, affirmant que toutes les ressources du CGRI ont été mobilisées dans cet exercice pour désinfecter les lieux publics surpeuplés à travers le pays.

Le CGRI a organisé de nouveaux exercices de défense biologique ainsi que des opérations de désinfection dans tout le pays.

Lire aussi: 

Covid-19: contre-offensive iranienne?

Covid-19/Iran: 1er succès sanitaire?

Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, a visité ce jeudi les hôpitaux de campagne créés par les forces terrestres du CGRI lors des exercices de défense biologique.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/26/621649/Covid19--le-CGRI-se-mobilise-davantage


 

IRAN : LE CRIME DE L’HUMANITÉ US

Iran: sanctions US suite et fin

Wed Mar 25, 2020 2:13PM

Iran: sanctions US suite et fin

00:0023:53HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Iran: sanctions US suite et fin

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Depuis que la Tunisie s'est choisie l'un des présidents les plus anti-israéliens de son histoire et partant les plus proches de la Résistance, l'Iran porte un regard tout différent sur l'État tunisien.

Or la Tunisie siège désormais au sein du Conseil de sécurité à titre de membre non permanent et il est parfaitement capable d'user de son poids à titre de pays stratégique du nord de l'Afrique pour contrer les États-Unis d'Amérique et leurs alliés, comme il l'a fait dans le dossier libyen ou encore pour le Deal du siècle. 

Lors de sa conversation téléphonique lundi soir avec son homologue tunisien, Kaïs Saïed, le président iranien, Hassan Rohani, lui a présenté ses félicitations à l’occasion du 20 mars, la fête nationale tunisienne, tout en le félicitant pour son élection. Le président Rohani a émis l'espoir « que Téhéran et Tunis renforceront les relations et la coopération sous le mandat du président Saïed et favoriseront l’interaction et les consultations sur diverses questions régionales et internationales ». C'est presque un appel au ralliement à l'axe de la Résistance qui est lancé là à l'adresse du Président Saïed: « La République islamique d'Iran ne voit aucune limite à la promotion des liens et de la coopération avec la République tunisienne, et nous devons mettre à profit les capacités des deux pays à cet égard », a réaffirmé Rohani avant d'évoquer « la pandémie de coronavirus devenue un défi mondial : «Aujourd'hui, la protection de la vie des gens et la lutte contre cette maladie nécessitent une action et une coopération concertées et collectives sur l’échiquier mondial.»

La partie la plus importante de cet entretien téléphonique aura été là où le président iranien a dénoncé les pulsions génocidaires de Washington qui continue à imposer à l'Iran des sanctions alors que le pays est pleinement touché par la pandémie de coronavirus: « Bloquer la livraison de médicaments et d'aides humanitaires à l'Iran et empêcher les relations bancaires de l'Iran qui sont nécessaires pour répondre aux besoins des gens vont à l’encontre des normes humanitaires et des règlements des Nations unies. Les pays du monde doivent condamner les mesures inhumaines du gouvernement américain et forcer Washington à obéir aux lois de l'ONU et aux principes humanitaires. La Tunisie, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité, pourra prendre des mesures conformes à l'opposition de la communauté internationale aux sanctions arbitraires et inhumaines imposées par les États-Unis. »

Avec nos deux analystes, André Chamy, juriste international, et Pierre Dortiguier, politologue, nous avons analysé les sanctions inhumaines imposées par les États-Unis à la nation iranienne.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/25/621576/Iran-Sanctions-US-suite-et-fin


 

IRAN/COVID-19 : ÂGÉE DE 103 ANS, LA DOYENNE DES PATIENTS EST GUÉRIE

Covid-19 : L’Iran n’a pas besoin des 48 lits de MSF. Guérison de la doyenne des patients, 103 ans.

 Depuis 56 minutes  25 mars 2020

iran_corona6

iran_corona6

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

Rédaction du site

L’Iran a rejeté l’aide proposée par l’organisation Médecins sans frontières pour lutter contre le Covid-19 assurant ne pas en avoir besoin. Alors que Ses chercheurs ont d’ores et déjà entamé la fabrication des équipements de test de la maladie et du seul traitement utilisé pour le combattre.
Selon le ministre de la santé iranien, Kianush Jihanpoor, il était prévu que l’équipe française de l’ONG mette en place un hôpital de campagne de 48 lits, dans l’un de centres de traitement iraniens.

« Nous avons aujourd’hui 10.000 lits dans les hôpitaux et 10.000 autres pour la convalescence et la plupart d’entre eux sont encore vides. Raison pour laquelle les 48 lits nouveaux ne seront pas d’une grande utilité », a-t-il expliqué ce mercredi 25 mars lors d’un point de presse.
« Tout en présentant nos excuses, nous vous remercions pour cette initiative humanitaire », a-t-il ajouté à l’ intention de MSF.

Sur Twitter, le conseiller du ministre de la santé a précisé que l’équipe de MSF ne comprend aucun spécialiste dans les maladies contagieuses ni dans la maladie du coronavirus.
« L’équipe comprenait quelques médecins d’urgence et des équipements de consommation que nous produisons nous-mêmes. Les médicaments qu’elle voulait apporter ne sont pas ceux soumis à l’embargo et donc ne sauraient réduire les séquelles qu’il cause », a signalé Ali Reza Wahhab.

Le 23 mars, l’Union européenne avait annoncé vouloir aider l’Iran, en dépit des sanctions américaines  qui entravent l’accession des médicaments et des équipements médicaux nécessaires à ce pays lourdement touché par le Covid-19. Selon un dernier bilan ce mercredi, le chiffre des infectés s’élève à 27.017, dont 2077 décès et 9625 guérisons.

Des kits de test de dépistage en 2h

iran_corona7En outre, les chercheurs iraniens ont entamé la fabrication des équipements utilisés pour dépister le coronavirus en deux heures.
Selon l’agence iranienne Isna news, c’est la société Danesh bouniane qui a fabriqué ces kits après avoir obtenu l’autorisation de l’administration des équipements médicaux du ministère de la santé.

Son directeur, Wahid Younousi a précisé avoir collaboré avec l’Institut Pasteur, vu qu’il constitue la principale référence en la matière. Les caractéristiques de l’appareil sont conformes à ceux fabriqués dans les pays développés, a-t-il souligné. Assurant que le kit peut détecter le virus sous ses deux formes L et S.
Selon lui, la société est capable d’en produire 80 mille par semaine.

Le samedi, l’organisation iranienne de l’alimentation et de médication avait annoncé que l’Iran s’est lancé dans la fabrication du médicament destiné à soigner le coronavirus.

Guérison de vieux malades

Dans les médias iraniens et sur les réseaux sociaux, on ne parle que du cas de trois personnes du troisième âge, une femme et deux hommes, qui ont été guéries du coronavirus.

iran_corona4iran_corona3La première, Mme Ahmadi appelée la doyenne des patients du coronavirus a 103 ans. Elle est présentée comme celle qui a vaincu le coronavirus, comme l’illustre la pancarte qu’elle a affichée durant l’interview effectuée avec sa fille, après son retour chez elle.

iran_corona5Le second, M. Fattah en a 100 et le troisième Haj Hamad en a 87 ans.

Selon le directeur de l’hôpital ou M. Fattah a été soigné, le secret de résistance du patient réside dans l’énergie positive qui lui est accordée.

« Les équipes médicales s’emploient pour remonter le moral des malades en leur donnant l’espoir de vie. Ce qui est très efficace dans leur guérison », a affirmé Dr. Ali Fathi.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1692396


 

MESSAGE IRANIEN A L’ARMÉE CHINOISE

Covid-19: le chef d'état-major iranien remercie les forces armées chinoises pour leur assistance à l'Iran

Mon Mar 23, 2020 9:50AM

Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Mohammad Baqeri à Pékin, mercredi 11 septembre 2019. ©IRNA

Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Mohammad Baqeri à Pékin, mercredi 11 septembre 2019. ©IRNA

Cela fait un bon bout de temps que l'Iran a choisi de s'allier à la Chine pour contrer l'unilatéralisme et l'hégémonisme américain. Le pays qui fait pleinement face à la Covid-19 a d'ailleurs été le premier au monde à avoir solidarisé avec le peuple chinois, à acheminer du logistique en Chine alors que le pays était frappé de plein fouet par la bio-arme qu'est la Covid-19. Pékin compte rendre la pareille. L'assistance logistique et médicale chinoise a été donc au rendez-vous dès la première manifestation de la maladie et sur sur fond d'appels de plus en plus pressants de pékin en faveur d'une levée immédiate des sanctions US contre l'Iran. Le chef d'état major iranien, le général de brigade Baqeri a tenu à remercier la Chine pour avoir offert aux Iraniens son appui logistique et sanitaire en pleine crise du coronavirus.

Iran : l'armée chinoise répond présente

Iran : l'armée chinoise répond présente

L'armée chinoise a fourni aux forces armées iraniennes des fournitures médicales telles que des kits de test à la Covid-19, des combinaisons de protection et des masques chirurgicaux.

Le chef d’état-major des Forces armées iraniennes a ainsi remercié dans un message à l'adresse de son homologue chinois, le général d’armée Li Zuocheng, la Chine pour les aides fournies à l’Iran, alors que le pays traverse le pic de l'épidémie. Le général Baqeri rappelle par la même occasion que la lutte contre le coronavirus "demandait une mobilisation générale et à l'échelle de tous les Etats du monde".

« La pandémie de coronavirus a mis à l’épreuve le degré de l'attachement des nations et des États aux principes de solidarité et aux valeurs morales. Elle a aussi été un test pour l'entre-aide entre les cultures et les civilisations. L'assistance de la Chine, alors qu’elle fait, elle-même, face à l'épidémie de coronavirus, mérite d’être louée », déclare le général qui a fait en septembre dernier un déplacement important en Chine où il a défini les grandes lignes d'une coopération militaire durable entre l'Iran et la Chine. 

Syrie : ce que demande Pékin au CGRI

Syrie : ce que demande Pékin au CGRI

À Pekin, le chef d’état-major des forces armées iraniennes a déclaré que Téhéran était disposé à partager ses expériences de guerre avec les forces armées chinoises.

Le général de brigade Mohammad Baqeri a ensuite rendu hommage au nom de toutes les forces armées iraniennes, aux forces armées chinoises pour leur participation active aux côtés de l'armée iranienne dans la lutte contre la Covid-19. L'Iran a conclu en septembre dernier un important pacte stratégique avec la Chine  lors du voyage du chef d'état-major iranien à Pékin. Lors de cette visite, le général Baqeri a surtout fait part de la disponibilité des forces armées iraniennes à partager leurs expériences de guerre avec les forces armées chinoises et la lutte contre la Covid-19 n'échappe pas à cette disposition. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/23/621425/Iran-Chine-COVID19-Baqeri-Li-Zuocheng