ACCORD NUCLEAIRE 2015 : L'IRAN HAUSSE LE TON. "TOUT OU RIEN"!

tourtaux-jacques Par Le 10/03/2021 0

Dans IRAN

Nucléaire :l ’Iran rejette la levée "progressive" des sanctions US

Wednesday, 10 March 2021 2:52 PM  [ Last Update: Wednesday, 10 March 2021 5:09 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Tout ou rien, l'Iran hausse le ton.( archives)

En Iran, un haut responsable de sécurité a déclaré que Téhéran était opposé à un retour progressif à l’accord nucléaire de 2015, ajoutant que le pays n’acceptait la levée des sanctions que de manière vérifiable avant de revenir au plein respect de l’accord de 2015 portant sur le nucléaire civil de la République islamique d’Iran.

S’adressant à PressTV sous couvert d’anonymat mercredi, ce haut responsable de sécurité a déclaré que la nouvelle administration américaine de Joe Biden n’avait pas levé les sanctions que l’ancienne équipe de la Maison-Blanche avait imposées à l’Iran après avoir quitté le Plan global d’action conjoint (PGAC) en mai 2018.

Selon lui, le seul moyen pour Téhéran de revenir à ses engagements dans le cadre du PGAC est que Washington lève toutes les sanctions. « Si les sanctions ne sont pas levées, a-t-il ajouté, l’Iran révisera ses engagements dans le cadre de l’accord dans un proche avenir. »

Nucléaire: le

 

Ce responsable a déclaré à PressTV que les simples paroles et les actions superficielles de l’Amérique seraient inacceptables pour la République islamique d’Iran et a souligné que Téhéran n’accepterait la suppression complète des sanctions qu’après vérification.

Il a ajouté que l'Iran ne tiendrait aucune négociation officielle ou non officielle avec les États-Unis avant la levée des sanctions par Washington.

Ce haut responsable de sécurité a rejeté les discussions sur des sujets sans rapport avec le programme nucléaire civil de l’Iran, affirmant que la défense militaire et la capacité balistique de la République islamique d’Iran ainsi que son rôle régional n’ont rien à voir avec le PGAC.

En 2015, l’Iran et le groupe 5+1 (États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine plus l’Allemagne) ont signé le Plan global d’action conjoint (PGAC) qui a été ratifié dans le cadre de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Nucléaire iranien: Le Drian provoque

Nucléaire iranien: Le Drian provoque

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron, le président de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani, a déclaré que « l’accord nucléaire ne pourra pas faire l’objet d’une nouvelle négociation ».

Trois ans plus tard, cependant, l’ancien président américain Donald Trump a unilatéralement retiré les États-Unis du PGAC et rétabli les sanctions anti-iraniennes qui avaient été levées en vertu de l’accord.

La nouvelle administration américaine dirigée par le président Joe Biden a indiqué sa volonté de rejoindre le PGAC, mais à condition que Téhéran reprenne d’abord les engagements qu’il a suspendus en réaction au retrait des États-Unis en 2018 et à l’échec des autres parties à respecter leur part du marché.

Mais Téhéran dit que les États-Unis, en tant que première partie à avoir renié leurs engagements, devraient faire le premier pas vers la relance de l’accord de 2015 et supprimer sans condition et de manière vérifiable toutes les sanctions imposées sous Trump.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/10/646986/L%E2%80%99Iran-rejette-la-relance-progressive-de-l%E2%80%99accord-nucl%C3%A9aireA

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire