L’IRAN, PILIER DE LA STABILITE REGIONALE

Washington doit changer de stratégie envers Téhéran (The National Interest)

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Archives)

Le magazine américain The National Interest a appelé Washington à reconnaître le rôle axial de l’Iran et des Hachd al-Chaabi dans la lutte contre Daech, et à changer de politique envers Téhéran.

Dans un article sur les relations entre l’Iran et les États-Unis, Adam Lamon, rédacteur en chef adjoint de National Interest, a souligné la nécessité pour les États-Unis de reconsidérer leur politique envers l’Iran et d’éviter toute confrontation directe avec ce pays au Moyen-Orient.

« Washington doit se rendre compte que l’Iran fait souvent preuve de flexibilité politique face aux menaces à la sécurité nationale. Ce qui s’est passé après les attentats du 11 septembre a montré que la coopération entre les États-Unis et l’Iran rapporterait des acquis précieux si leurs intérêts de sécurité nationale convergeaient », souligne The National Interest.

Tout en insistant sur l’impératif d’un dialogue de Washington avec Téhéran en vue de renforcer la sécurité au Moyen-Orient, l’auteur de l’article a écrit : « Les États-Unis doivent être conscients que l’Iran a été un acteur axial dans la lutte contre Daech et Washington doit reconnaître que les forces des Hachd al-Chaabi ont été la partie la plus puissante dans la bataille contre Daech et que le soutien de l’Iran à ces forces a joué un rôle important à cet égard. »

L’auteur de l’article souligne ensuite que les relations entre les deux pays se sont nettement ternies après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, sans manquer d’appeler les autorités de la Maison-Blanche à tirer leçon des expériences passées avec l’Iran, à l’approche des élections présidentielles américaines.

« Les États-Unis doivent apprendre à coopérer et à rivaliser simultanément avec l’Iran. Cette stratégie a été un succès pour l’administration de Barack Obama, d’autant plus que sous sa présidence l’accord nucléaire a été signé avec l’Iran et que les deux pays coopéraient et rivalisaient dans le domaine de la lutte contre Daech », indique le journal.

Et de conclure : « C’est l’heure du changement. La création d’un nouveau modèle au Moyen-Orient, où l’Iran est l’un des piliers de la stabilité régionale, n’est pas une tâche facile pour les États-Unis, mais la reddition avant des efforts en ce sens fera exposer le pays à de nouveaux conflits pendant des décennies. »    

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire