LE GENERAL IRANIEN BAQERI : LES B-52 AMERICAINS SONT STRATEGIQUEMENT NULS

Général Baqeri : « 10 exercices militaires en moins de 20 jours »…

Monday, 18 January 2021 7:17 PM  [ Last Update: Monday, 18 January 2021 7:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un bombardier B-52 américain. ©US Air Force

« Le vol des avions B-52 n’a pas de valeur opérationnelle », a déclaré le général Baqeri. 

Le chef d’état-major des forces armées de la République islamique d’Iran a également affirmé, lundi 18 janvier, que le sous-marin américain USS Georgia s’était retiré du golfe Persique et qu’il se trouvait à une distance de plus d’un mille kilomètres de l’Iran. 
« L’ensemble des agissements de l’ennemi qu'il appelle "démonstration de force" met en évidence sa peur et son inquiétude quant à la puissance défensive de la République islamique d’Iran », a déclaré le général Baqeri. 
Et d’ajouter : « Bien que les forces armées iraniennes savent parfaitement que l’ennemi ne pourra rien face à la puissance de dissuasion iranienne, elles restent pourtant entièrement prêtes à répondre à toute menace ». 

1er B-52

1er B-52

Le chef d’état-major des forces armées iraniennes a déclaré qu’une dizaine d’exercices militaires, sur terre, dans l’air et en mer, avaient eu lieu pendant les vingt derniers jours, impliquant des systèmes de défense antiaérienne, des drones et des missiles iraniens. 
« Ces exercices prouvent combien les forces armées iraniennes sont prêtes à défendre la sécurité et les intérêts nationaux de l’Iran », a-t-il expliqué. 

Lire aussi: Vers un face-à-face inouï US Navy/ CGRI ou comment les USA risquent de perdre tout crédit

Dans la foulée, Kathryn Wheelbarger, ancienne secrétaire adjointe à la défense par intérim pour les affaires de sécurité internationale, et Dustin Walker, ancien membre du personnel professionnel du Comité des forces armées du Sénat et conseiller du sénateur John McCain, ont écrit, dans un article publié le 21 décembre par le Wall Street Journal, que l’Iran n'avait pas peur des B-52 et des porte-avions américains. 

Riposte : USA, la peur au ventre

Riposte : USA, la peur au ventre

« Le Commandement central américain a émis un refrain familier : plus de forces, s'il vous plaît. La direction du ministère de la Défense a approuvé. Le 10 décembre, le Pentagone a annoncé que les bombardiers B-52 avaient effectué un autre vol “à court préavis et sans escale” des États-Unis vers le Moyen-Orient et retour. Le département a également étendu un groupe aéronaval dans le golfe Persique et déployé un escadron de chasse dans la région depuis l'Europe. Les forces conventionnelles sont d'une utilité limitée pour dissuader l’Iran mais le CentCom continue de les demander. Les tensions pèsent sur la flotte de porte-avions américaine : baisse de l'état de préparation, déploiements d'une durée record, chantiers navals surchargés, marins et familles épuisés ».  
« Au Moyen-Orient, le déploiement de renforts n’est qu’une dépense inutile et il n’ajoute rien à la puissance de dissuasion des États-Unis », indique l’article du Wall Street Journal.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/18/643327/Iran-Etats-Unis-B52-porte-avions-guerre-

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire