LE PACTE STRATÉGIQUE IRAN/CHINE PESE DE TOUT SON POIDS SUR LE RAPPORT DE FORCES, UNE FORME DE SYNERGIE MILITAIRE SINO-IRANIENNE VOIRE SINO-RESISTANCE

  • Par
  • Le 30/08/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans IRAN

Méga-surprise : "synergie militaire" Iran-Chine dans le golfe Persique et Mer de Chine (Foreign Policy)

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile iranien "Hajj Qassem". (Archives)

La Chine et l’Iran resserrent-ils déjà l’étau militaire autour des USA?  

Le « mystérieux » pacte stratégique que l’Iran et la Chine ont annoncé il y a, à peine plus d’un mois, et auquel ferait écho l’annonce précipitée d’un non-événement qu’est la « normalisation Émirats-Israël »,  semblent déjà peser de tout son poids sur le rapport des forces, une forme de synergie militaire sino-iranienne voire sino-Résistance ayant émergé entre les mouvements militaires en mer de Chine, ceux dans le golfe Persique et en Méditerranée ou encore l’embrasement du front nord et sud d’Israël. 

Chine: comment l'Iran a piégé les USA?

Chine: comment l'Iran a piégé les USA?

Subtilement et patiemment, l

Vendredi 28 août, les forces armées iraniennes qui, on se rappelle, ont bouclé les 28 et 29 juillet un exercice naval-aérospatial d’ampleur impliquant des missiles de croisière et balistiques de précision d’une portée de plus de 1 700 kilomètres, des munitions intelligentes, le satellite militaire Nour-1 et des champs à missile, et tout ceci sur fond d’une réplique grandeur nature de l’USS Nimitz triomphalement abattu, lors d’une opération ciblage-débarquement, suivaient avec un intérêt redoublé l’actualité de ces derniers jours en mer de Chine : en effet, jeudi, la marine chinoise a chassé  l'USS Mustin, un destroyer de missiles guidés de la marine américaine, qui avait osé pénétrer dans ses eaux territoriales, non loin des îles de Xisha au plus fort d’un exercice militaire d’ampleur qui se posait en un remake de la manœuvre du CGRI au mois de juillet. D'ailleurs, cette chasse au navire US renvoyait point par point à ces opérations excellemment menées par les unités navales iraniennes chaque fois que "Big Brother" ou "Small brothers" osent "franchir le Rubicon" en voulant traverser le détroit d’Hormuz. Au point même que d’aucuns ont évoqué la possible présence des conseillers militaires iraniens aux côtés de leurs homologues chinois au cours de cet exercice. 

USA: Quadruple surprises iraniennes...

USA: Quadruple surprises iraniennes...

Nour-1, Nasr et Fateh-110...comment la Ve flotte US à Bahreïn a-t-elle vécu un vrai cauchemar?

Les experts iraniens ont pu ainsi apprécier ce double tir de missile d’avertissement que la Chine a lancé en réaction à la tentative d’infiltration d’un U2 américain dans le ciel chinois. Certes, les batteries de DCA chinoises n’ont pas reconduit l’expérience de Khordad-3 mais la réaction balistique de Pékin n’en a pas été trop loin : un missile surface-surface "Dongfeng B", surnommé "le tueur de porte-avions" ou "Guam Express" (en allusion à la base US dans l’océan Pacifique, trop semblable à Aïn al-Asad, NDLR) a été lancé depuis la Provence de Qinghai, dans le nord-ouest de la Chine, vers une cible maritime hypothétique hostile située entre la province de Hainan sur le continent chinois et les îles Paracel dans la mer de Chine méridionale.

Cet engin qui une fois l’embargo anti-Iran levée en octobre pourrait royalement intéresser les Iraniens, a une portée de 4 000 kilomètres et est doté d’une ogive de 1 800 kg, nucléaire ou pas. Le même jour les attachés militaires iraniens ont suivi le second tir de missile chinois "Dongfeng 21D", lancé, cette fois depuis la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine, vers une cible navale dans la même zone des manœuvres. Ce second engin d’une portée de 1 700 km, a une ogive de 600 kg. Pour tout expert iranien, le fait qu’il fonctionne au combustible solide avec une vitesse dix fois plus élevée que celle du son est attrayant vu que le tout nouveau missile balistique iranien "Hajj Qassem" a une vitesse de Mach 12 pour une portée de 1 400 kilomètres.

 

A2/AD chinois: l'Iran s'y intéresse

A2/AD chinois: l'Iran s'y intéresse

Alors que le secrétaire américain à la Santé effectuait une visite très médiatisée à Taïwan, les troupes de l’armée chinoise ont lancé, selon le journal South China Morning Post, un « avertissement sérieux » 

Le tir a monopolisé l'intérêt des Iraniens d’autant plus qu'à quelques milliers de kilomètres de la mer de Chine, dans le golfe Persique, l’Iran travaille à perfectionner ce que la presse outre-Atlantique qualifie de "dés-américanisation sino-iranienne" du Moyen-Orient. Une semaine après l’annonce de la normalisation Émirats-Israël que l'Américain Briyan Hook dit très clairement être une réponse à l'accord sino-iranien, l’Iran a sorti son missile de croisière "Abou Mahdi" d’une portée de 1 000 kilomètres, une première puisque l’arsenal de missiles antinavires iranien variait jusqu'ici de 30 à 350 km de portée. Certes, la portée d'Abou Mahdi est nettement moins que celle du missile "Dongfeng" mais dans le golfe persique, l’étendue ne veut rien dire puisque la zone est "peu profonde" et surtout "enclavée" et que ce que cherchent l'Iran et la Chine est de mettre sous pression conjuguée l'US Navy dans les deux eaux stratégiques de "mer de Chine" et de "golfe Persique". Rappelons que tout comme "Dongfeng", l'engin est à combustible solide et il est fruit d’une retouche ingénieuse : un dispositif de ciblage, un radar marine et une connexion au GPS/INS ont été ajoutés aux modèles précédents (Hoveyseh, Nasre...) pour changer, de tout en tout, la portée et l'efficacité d'"Abou ahdi".

G.Persique:

G.Persique:

Toutes ces similitudes n'ont pas échappé au Foreign Policy : 

« Le 27 décembre 2019, l’Iran et la Chine ont tenu avec la Russie une manœuvre marine dans l’océan Indien en mer d’Oman quitte à mettre en état d’alerte total les USA. Ces derniers ont tenté de contrer cette synergie croissante Iran-Est en assassinant le commandant en chef de la Force Qods, le général Soleimani une semaine plus tard, acte "débile" qui a fait un total échec de leur politique dite "de pression maximale contre l’Iran ». Depuis, aucun jour ne passe sans que Pékin ne fasse une annonce ou un acte diplomatique, militaire ou économique en faveur de l’Iran, que ce soit sur le rejet de l’embargo militaire anti-Iran, le snapback ou encore le mépris total des sanctions US contre le pétrole iranien...Car la Chine considère l’Iran et ses alliés comme l’unique acteur puissant du golfe Persique, capable de réaliser l’initiative "Une Ceinture et Une Route". Depuis l’expulsion de l'Inde par l’Iran, Chabahar mais aussi cet autre port stratégique iranien Jask, où l’Iran a abattu en 2019 un Global Hawk US, se place au cœur d’un vaste projet sino-iranien qui veut relier ces deux ports à Guadawr au Pakistan (…) L’Iran est sur le point de développer ces deux ports, quitte à déplacer son foyer géostratégique du golfe Persique à la mer d’Oman. Ce sera un excellent atout anti-US quand on sait que l’Iran a besoin de réduire le trajet de ses pétroliers pour le jour où il compte bloquer le détroit d’Hormuz. Alors des manœuvres en mer de Chine ou dans le golfe Persique reviennent au même, les USA se trouvent face à un terrifiant bloc qui tend à les pousser dehors…Tous ces agissements sino-iraniens sont-ils coordonnés? Depuis l'annonce du pacte signé entre Téhéran-Pékin, on en a vaguement l'impression ».

Syrie: la Russie a liquidé des GI's?

Syrie: la Russie a liquidé des GI's?

Comme à Aïn al-Asad, frappée par le CGRI, la Russie provoque des commotions cérébrales dans les rangs US...

Et The Foreign Policy de conclure : « La confrontation qui se déroule en Extrême-Orient semble de plus en plus s'inscrire dans le contexte d'un système de mesures diplomatiques, politiques et militaires systématiques qui est soigneusement étudiées et coordonnées, dans les moindres détails, entre la Chine, la Russie, l'Iran, la Syrie et le Hezbollah, bien que personne n’en parle…Alors qu'Israël et les Émirats normalisent leurs liens, une intense pression vise Tel-Aviv dans son interminable face-à-face avec le Hezbollah et Gaza qui semblent agir de concert. Et il y a la Russie qui commence à frapper les forces US directement ».

https://french.presstv.com/Detail/2020/08/29/632840/Iran-Chine-Etats-Unis-Israel-Dong-Feng


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire