TNP : LE J+1 DU RETRAIT IRANIEN?

 

Rien n’a changé dans la diplomatie américaine (Zarif)

Sunday, 21 February 2021 6:53 PM  [ Last Update: Sunday, 21 February 2021 6:53 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique Rafael Grossi, lors d’une rencontre à Téhéran le 21 février 2021. ©Reuters

Que se passera le 23 février en Iran après tous les manquements de l’Occident à ses engagements pris dans le cadre de l’accord nucléaire ?

Mardi 23 février, la République islamique d’Iran cessera d’appliquer le protocole additionnel de l’AIEA, dans le cadre d’une loi adoptée par le Parlement iranien, intitulée « la mesure stratégique pour l’annulation des sanctions et la protection des intérêts de la nation iranienne ». 
Cette loi, composée de neuf articles et deux notes, a été ratifiée lors d’une séance plénière qui s’est tenue le 2 décembre 2020 avant d’être tout de suite approuvée par le Conseil des gardiens de la Constitution. 

Lire aussi: Accord nucléaire : ultime ultimatum de l’Iran !

Parmi ces neuf articles, six contraignent le gouvernement de s’affranchir de ses engagements pris dans le cadre de l’accord nucléaire. Conformément aux cinq premiers articles de ladite loi, l’Organisation iranienne de l’énergie atomique devra constituer un stock de 120 kilogrammes d’uranium enrichi à 20 % chaque année et produire 500 kilogrammes d’uranium à un taux d’enrichissement approprié chaque mois. 

Piège nucléaire tendu à l'Iran?

Piège nucléaire tendu à l’Iran ?

Au seuil de la visite du directeur général de l’AIEA en Iran, une information relayée par Reuters, fait état du fait que « l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a découvert l’an dernier des particules d’uranium sur deux sites en Iran auxquels elle n’avait pas pu avoir accès et elle s’apprête à dénoncer le manque d’explication de Téhéran ».

La loi fixe une période maximale de trois mois pour que le gouvernement fasse porter à 1000 le nombre des centrifugeuses M2IR et une période de douze mois pour qu’il fasse porter à 1000 le nombre des centrifugeuses 6IR. La loi indique également une période de cinq mois pour que l’usine de production d’uranium métal à Ispahan soit mise en service, qu’un réacteur soit construit et que le réacteur de Khandab (Arak) soit optimisé et mis en application.   
Par ailleurs, l’article 6 de la loi de « la mesure stratégique pour l’annulation des sanctions et la protection des intérêts de la nation iranienne » contraint le gouvernement de mettre un terme sur l’application volontaire du protocole additionnel de l’AIEA, deux mois après l’entrée en vigueur de la loi, si les pays signataires de l’accord (Allemagne, France, Royaume-Uni, Chine et Russie) n’honorent pas leurs engagements envers l’Iran, que les relations interbancaires ne sont pas rétablies, que les obstacles à la vente de pétrole et produits pétrochimiques ne sont pas levés et que les revenus de la vente de pétrole ne sont pas facilement et rapidement récupérés.   

Lire aussi: L’administration de Joe Biden a déjà annulé une déclaration de Trump concernant l’Iran

En vertu du protocole additionnel, appliqué dans le cadre du TNP (traité sur la non-prolifération des armes nucléaires), l’Agence internationale de l’énergie atomique se réserve le droit d’avoir accès à n’importe quel site.

Nucléaire iranien: 5+1 existe encore?

Nucléaire iranien : 5 +1 existe encore ?

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré dans un tweet que les États-Unis devraient lever les sanctions anti-Iran.

Dans la foulée, Kazem Gharibabadi, ambassadeur et représentant permanent de l’Iran auprès des organisations internationales à Vienne, a déclaré que l’adoption de la loi sur « la mesure stratégique pour l’annulation des sanctions et la protection des intérêts de la nation iranienne » était une réaction stratégique aux politiques de Donald Trump pendant les dernières années ainsi qu’à l’inaction d’autres signataires de l’accord nucléaire. Il a ajouté que cette loi était réversible en cas du retour d’autres parties à leurs engagements et de la levée de toutes les sanctions visant l’Iran.    

Lire aussi: Iran : le prochain cap nucléaire ?

Kazem Gharibabadi a ensuite énuméré les cas qui seront suspendus à partir du 23 février : 1-le contenu du protocole additionnel, 2 -l’application du code modifié 3.1 de l’AIEA, qui l’oblige à déclarer toute installation dans laquelle est utilisé de l’uranium, six mois au minimum avant le début de son fonctionnement, 3-la présence à long terme des inspecteurs de l’Agence en Iran, 4-toute sorte de clarification sur le gâteau jaune, 5 -toute sorte de clarification sur l’enrichissement, 6-tout accès à des sites permis dans le cadre du contenu de l’accord nucléaire, 7-la supervision et la vérification de l’application des mesures volontaires, 8 -toute clarification sur la fabrication des pièces détachées de centrifugeuses.

La

 

Bien que Biden dit vouloir invalider certaines décisions irrationnelles de Trump sur le nucléaire iranien, il semble reprendre la « pression maximale » sous une nouvelle forme.

Lors d’une interview exclusive accordée à la chaîne d’information Press TV, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré : « Nous discutons avec Grossi de toutes les questions majeures ainsi que de prochaines mesures de l’Iran pour alléger ses engagements pris dans le cadre de l’accord nucléaire, mais ils ne sont pas autorisés à avoir accès à des images enregistrées par les caméras de surveillance, installées dans les centres nucléaires de l’Iran, avant que les États-Unis ne rejoignent l’accord nucléaire. Nous envisageons aussi d’entreprendre d’autres mesures ».   
M. Zarif a évoqué les politiques erronées des administrations américaines vis-à-vis de l’Iran, déclarant que les États-Unis et leurs alliés poursuivaient leurs campagnes anti-iraniennes. 
« Tôt ou tard, les États-Unis comprendront que leur politique vis-à-vis de la République islamique d’Iran ne menait à rien et qu’ils devaient finalement la modifier », a souligné le haut diplomate iranien. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/21/645761/Iran-AIEA-accord-nucleaire-enrichissement-Zarif-protocole-additionnel-sanctions

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire