ISRAËL

ISRAËL

LA SURVIE D’ « ISRAËL » MISE A PRIX : LA LEVEE TOTALE DES SANCTIONS OU SA DISPARITION DE LA CARTE

"Tête" d'Israël mise à prix : disparition d'Israël de la carte ou levée totale des sanctions

Wednesday, 02 December 2020 12:58 PM  [ Last Update: Wednesday, 02 December 2020 1:08 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des centrifugeuses de l'installation d'enrichissement d'uranium de Natanz dans le centre de l'Iran, le 5 novembre 2019. ©AP

En réaction à l'attentat terroriste du 27 novembre où Israël en misant sur les informations totalement irréalistes a cru pouvoir tuer l'un des plus brillants physiciens nucléaires iraniens sans en avoir à en payer le prix, puisque "l'Iran ne ripostera pas pour ne pas bousiller les chances d'un accord avec Biden", le Parlement iranien a approuvé à l'unanimité, dimanche, un projet de loi qui engage l'Organisation de l'énergie atomique iranienne à augmenter le taux de l'enrichissement de réacteur de Fordo de 4.5 % à 20 %, soit un taux largement suffisant pour créer une bombe atomique. Le projet de loi en double urgente, intime l'ordre au gouvernement d'en stocker 120 kilogrammes. 

Puis d'en produire de l'uranium enrichi à raison de 500 kilogrammes par mois. Pire, si le camp d'en face ne décide d'une levée pure et simple de toutes les sanctions imposée à l'Iran, soit plus de 5417 cas différetbt infligés aux personnes, aux sociétés et aux secteurs entiers du pays y compris des sanctions droit de l'hommiste, l'Etat devra sous un délai de deux mois, réactiver tous les réacteurs à eaux lourde et des unités d'enrichissement . Ceci n'est que le volet diplomatique de la riposte iranienne à l'assassinant éhonté d'un savant iranien commis sur le sol iranien. Le projet de loi a été voté avec 232 voix favorables sur 246. 

Uranium à 20%: l'Iran y est...

Uranium à 20%: l'Iran y est...

Les dispositions générales du projet de loi ont été approuvées lors dune réunion plénière du Parlement. Et puis les législateurs ont convenu de transformer une motion stratégique urgente en une motion de double urgence. Viendront donc dans la foulée de ce projet de loi, reprise de l'enrichissement d'uranium à 20%, augmentation des centrifugeuses IR6 et IR8, limitation des inspections de l'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), arrêt de la mise en œuvre volontaire du protocole additionnel au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), transformation du réacteur d'Arak à eau lourde identique à sa conception originale qui a fait l'objet d'une refonte sous l'accord nucléaire.

Uranium: l’Iran élargit ses réserves

Uranium: l’Iran élargit ses réserves

AIEA : « Le stock d’uranium enrichi de l’Iran a dépassé de cinq fois la limite autorisée par l’accord nucléaire. »

Pour le rappel, en octobre 2015, le Leader de la RII, Seyyed Ali Khamenei, a adressé une lettre au président Hassan Rohani, appelant le gouvernement à élaborer un plan pour que l’industrie nucléaire du pays atteigne une capacité annuelle d’enrichissement d’uranium de 190 000 UTS (unités de travail de séparation) en 15 ans. Pour ce faire, l'Iran devra fabriquer, installer et exploiter près de 240 000 centrifugeuses IR-1 supplémentaires, en fonction de leur production historique. Ou bien, l'Iran devrait perfectionner, fabriquer et déployer en mode production un nombre moindre de centrifugeuses plus puissantes.

Les législateurs avaient donné le feu vert à la motion stratégique urgente début novembre. Pourtant, le plan est devenu une double urgence après l'assassinat du vice ministre de la Défense chargé de la technologie et des innovation à Absard, non loin de Téhéran alors qu'il circulait à bord de sa voiture. 

La

Le "Soleimani" du nucléaire iranien a été assassiné..... Et les indices concluent à la culpabilité d' "Israël".

En vertu du projet de loi, l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA ) doit commencer dans les deux mois après l'approbation du projet de loi actuel à produire au moins 120 kg d'uranium enrichi à 20% par an sur le site nucléaire de Fordo et à le stocker à l'intérieur du pays, augmenter la capacité d'enrichissement et la production d'uranium enrichi à au moins 500 kg par mois, démarrer l'installation de centrifugeuses, l'injection de gaz, l'enrichissement et le stockage des matériaux jusqu'à des niveaux de pureté appropriés dans les 3 mois, via au moins 1 000 centrifugeuses IR-2m dans l'installation de Shahid Ahmadi Roshan à Natanz, transférer toutes les opérations d'enrichissement, de recherche et de développement de centrifugeuses IR-6 sur le site nucléaire de Shahid Ali Mohammadi à Fordo, démarrer l'opération d'enrichissement via au moins 164 centrifugeuses et l'étendre à 1 000 d'ici la fin du 20 mars 2021 (fin de l'année solaire iranienne) et ramener le réacteur à eau lourde de 40 mégawatts Arak à son état pré-PGAC en ravivant le cœur dans les 4 mois à compter de la date d’adoption de cette loi.

Nucléaire: Arak met les bouchées doubles

Nucléaire: Arak met les bouchées doubles

 

Le gouvernement est également tenu à suspendre l'accès réglementaire basé sur l'accord nucléaire au-delà du protocole additionnel dans les deux mois suivant l'adoption de cette loi basée sur les articles 36 et 37 de l'accord nucléaire. Surtout que l'opinion iranienne soupçonne les inspecteurs de l'Agence d'être des taupes au service de l'axe US/Israël, taupes qui ne cessent de faire fuiter les informations classifiées liés au programme nucléaire iranien aux terroristes américains et israéliens. 

Dans quelle mesure est-il techniquement possible de prendre ces mesures juridiques pour développer le programme nucléaire iranien en si peu de temps ?

Hanizadeh, expert principal en sécurité du Centre national pour la sécurité nationale et la défense de la République islamique d'Iran, a tenté d’en trouver une réponse : « Compte tenu des événements qui se sont déroulées ces derniers jours, il est très probable que ce projet de loi marque la fin du PGAC en Iran car c’est la deuxième fois que les Américains via Israël mettent à l’épreuve la patience iranienne, seulement neuf mois après l’assassinat abject du général de corps de l’armée iranienne Qassem Soleimani.

Lire plus : Les USA ne sont pas en droit de poser des conditions à l’Iran

Certes, il est probable que l’équipe de Trump orchestre des plans pour empêcher tout compromis entre l’Iran et l’administration Biden. Mais l'enjeu n'est plus làµ. Après ce double assassinat visant pour le premier le symbole du rôle régional de l'Iran et de sa puissance armée et pour le second son élan scientifique, le compromis avec les USA  en particulier et l'Occident en général n'a plus aucun sens. Les Iraniens veulent ce que le Leader a dit, être forts et dissuasif. Au fait ce projet de loi qui a toutes les chances de remporter, alors que l'Iran s'apprête à "punir Israël" ne pourrait s'arrêter que si l'Occident s’attelle à briser l'édifice des sanctions. Dans le cas contraire, ce sera le retrait de l'Iran du PGAC, et tout ce que cela aura comme conséquence. L'assassinat de Fakhrizadeh a été l'erreur "suicidaire" qu'a commis Tel-Aviv et qui pourrait paradoxalement servir les intérêts de Téhéran. Une frappe massive contre Israël reviendrait à en sonner le glas, l'Iran pourrait mettre à prix la tête d'Israel en échange d'une riposte qui éviterait au moins la disparition de l'entité sioniste de la carte !  »

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/02/639831/Iran-nucleaire-l%E2%80%99Iran-fait-table-rase-

"ISRAËL," CIBLE D'UNE NOUVELLE CYBERATTAQUE ?

La cyberattaque contre la compagnie d’assurance sioniste « Shirbit »

Tuesday, 01 December 2020 4:34 PM  [ Last Update: Tuesday, 01 December 2020 4:59 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une compagnie d'assurance israélienne a été la cible d'une cyberattaque. (Photo d'illustration)

La cyberattaque contre la compagnie d’assurance sioniste « Shirbit » a divulgué les informations personnelles de milliers d'Israéliens, dont certains hauts fonctionnaires du régime occupant Qods.

Selon The Jerusalem Post, des informations personnelles, notamment des numéros d’identification, des permis de conduire et des formulaires d’inscription ont été divulgués après une récente cyberattaque contre la compagnie d’assurance Shirbit.

Israël, cyberattaqué!

Israël, cyberattaqué !

Une cyberattaque vient de toucher deux installations hydrauliques du régime israélien.

La Direction nationale du cyberespace et l’Autorité des marchés financiers ont annoncé mardi qu’elles travaillaient avec la société pour enquêter sur l’attaque présumée et que les détails de l’assurance avaient été divulgués dans le cadre de l’attaque, selon une enquête initiale.

La société aurait de nombreux clients qui travaillent dans le gouvernement, y compris le président du tribunal de district de Tel-Aviv, Gilad Noitel.

Un groupe de hackers appelé Black Shadow s’est attribué le mérite de la cyberattaque, tweetant : « Une énorme cyberattaque a été menée par l’équipe Black Shadow. Il y a eu une attaque massive contre l’infrastructure réseau de Shirbit Company, qui se trouve dans la sphère économique israélienne [sic]. » 

Le groupe a également tweeté des photos de cartes d’identité, de permis de conduire, d’e-mails et de formulaires contenant des informations privées, notamment des noms et des adresses, ainsi que des fichiers contenant des données supplémentaires. Black Shadow a affirmé que l’attaque avait causé « de graves dommages aux centres de données » et que tous les identifiants des clients et des employés avaient été piratés.

Israël: méga coup signé Résistance/Kim?

Israël : méga coup signé Résistance/Kim ?

Le compte Twitter du groupe a depuis été suspendu.

Le site de Shirbit a été temporairement mis hors ligne mardi matin pour empêcher de nouvelles attaques, a déclaré le PDG de la société, Zvi Leibushor, à Channel 12. La société a déclaré à KAN News qu’aucune information susceptible de causer des dommages aux clients n’a été divulguée.

Lire aussi : 

"Exercices militaires se déroulent dans un village ultra protégé pour éviter les snipers du Hezbollah !" (Rai al-Youm)

Cela intervient alors qu’un journaliste sioniste a écrit : « Aucun des clients d’une entreprise ne souhaite que ses données personnelles soient divulguées et publiées sur les réseaux sociaux, et bien sûr, il y a divers documents, y compris les permis de conduire et les cartes d’identité dans les informations enregistrées. Et le fait que la compagnie Shirbit dit que la fuite de ces informations ne pourrait blesser personne, c’est donner la mauvaise adresse. »

Ces derniers mois, le taux de cyberattaques contre les organisations et les entreprises israéliennes a nettement augmenté.

Il y a environ un mois, l’électricité a été coupée dans de grandes parties de la Palestine occupée, y compris Qods occupée, Tel-Aviv, Haïfa, Ashdod, Orakifa, Netanya, Rahofout et certaines colonies sionistes autour de la bande de Gaza. Le régime sioniste a annoncé que des cyberattaques étaient à l’origine de la coupure d’électricité.

Le méga cyber-choc en Israël...

Le méga cyber-choc en Israël...

Qui a fait une bouchée de pain du cyber-bouclier israélien un certain vendredi 30 octobre 2020? .... Et comment?

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/01/639767/Isra%C3%ABl-cyberattack-fuite-d-informations-compagnie-assurance

 

ASSASSINAT DU SAVANT IRANIEN : PREMIERE MARCHE ARRIERE D' "ISRAËL"?

Assassinat de Fakhrizadeh : première marche arrière d’Israël

Monday, 30 November 2020 5:40 PM  [ Last Update: Monday, 30 November 2020 5:51 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une scène des manoeuvres navales et balistiques Grand Prophète 14 organisées en été 2020 par le Corps des gardiens de la Révolution islamique dans la région du golfe Persique et du détroit d'Hormuz. ©Sepah News

Le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen, a prétendu que le Premier ministre du régime israélien, Benjamin Netanyahu, n’avait fait, dans son récent discours, aucune allusion à une implication de Tel-Aviv dans l’assassinat du savant iranien, Mohsen Fakhrizadeh, alors que certaines sources relèvent des preuves selon lesquelles le régime sioniste est bel et bien impliqué dans cet assassinat.

D’après Eli Cohen, Netanyahu faisait allusion à ses pourparlers avec des pays avec lesquels Israël n’avait pas de relation auparavant, écrit The Times of Israel.

Ces allégations tombent alors qu’un responsable du régime israélien, interviewé dimanche par le journal New York Times, a reconnu que Tel-Aviv était derrière cet acte criminel. Ce responsable israélien qui, d’après le New York Times, était, pendant des années, responsable du dossier Fakhrizadeh au sein du régime de Tel-Aviv, a également ajouté qu’Israël continuerait de faire tout ce qu’il trouvait nécessaire pour contrer le programme nucléaire iranien.

De même, la chaîne arabophone iranienne Al-Alam a annoncé ce lundi que le pays avait accédé à des documents aptes à prouver l’implication du régime israélien dans l’attentat de Mohsen Fakhrizadeh.

Fakhrizadeh: assassinat guidé par satellite?

Fakhrizadeh: assassinat guidé par satellite?

Nouveaux détails sur l’assassinat du savant iranien : Fakhrizadeh aurait été assassiné par une arme israélienne à guidage satellitaire.

« Le régime sioniste a utilisé des éléments contre-révolutionnaires qui avaient pris en charge la logistique et les préparatifs de l’opération. »

Le rapport d’Al-Alam ajoute que l’arme utilisée dans l’opération de l’attentat du savant atomiste iranien a été une arme israélienne à guidage satellitaire.

Le grand savant atomiste iranien, Mohsen Fakhrizadeh, a été lâchement assassiné le vendredi 27 novembre dans la banlieue de la capitale, Téhéran. Depuis, plusieurs hauts responsables politiques et militaires du pays ont vivement condamné l’attentat et promis une riposte cinglante aux auteurs et commanditaires de ce crime.

Lors des cérémonies de funérailles du martyr Fakhrizadeh, le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Ali Hatami, a affirmé que le peuple iranien ne laisserait sans riposte aucun crime, aucun assassinat et aucune bêtise de l’ennemi.

« Nous allons sans nul doute suivre les criminels jusqu’au bout ; l’ordre du commandant en chef des forces armées sera certes réalisé », a souligné le général Hatami.

Évoquant l’attitude de l’ennemi qui, depuis 40 ans, ne cesse de répéter vouloir recourir à l’option militaire contre l’Iran, le ministre de la Défense a ajouté :

« Nous avons affaire à un ennemi qui a prétendu pendant 40 ans que l’option militaire était encore sur la table, mais n’a jamais trouvé l’audace ni l’occasion d’y recourir ; et finalement il l’a mis “sous table” avec une grande humiliation. Cela a été obtenu grâce aux dévouements de nos combattants et aux efforts de nos scientifiques. Qu’ils [les ennemis] sachent que nous allons continuer de nous renforcer et d’accumuler des progrès. »

Et l'Iran frappera Israël ...

Et l'Iran frappera Israël ...

Fakhri Zadeh lâchement assassiné : le faux-pas de trop 

Le général Hatami a indiqué que les efforts et activités innovants établis par le savant physicien martyr Fakhrizadeh se poursuivraient :

« Cette voie se poursuivra avec force. Hier lors de la réunion du cabinet sur les allocations budgétaires, nous avons décidé de doubler le budget destiné à l'Organisation de recherche et d'innovation du ministère de la Défense qui d’ailleurs avait connu récemment une hausse pour l’année 1400 à venir. 

L’ennemi le sait, et moi je vais lui dire en tant que soldat : le peuple iranien ne laissera sans riposte aucun crime, aucun assassinat, ni la moindre bêtise. Nous allons certes poursuivre jusqu’au bout les criminels ; l’ordre du commandant en chef des forces armées [l’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei] sera certainement réalisé. »

Lire aussi : Iran/Israël: la goutte qui fait déborder le vase?

Le ministre de la Défense a tenu à remercier chaleureusement tous les peuples et États qui, avec un « sens de responsabilité et solidarité », ont fait preuve de l’indignation envers cet attentat. Mais les États ou instances internationales qui ont préféré ne pas y réagir - a affirmé le général Hatami- « sont censés savoir qu’en se comportant de la sorte, ils rendront les terroristes plus insolents ». « Et si vous restez attachés à cette attitude ambivalente, vous serez vous-même un jour victime de la terreur », a ajouté le ministre de la Défense.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/30/639686/assassinat-fakhrizadeh-d%C3%A9menti-isra%C3%ABl-eli-cohen-

ASSASSINAT DU SCIENTIFIQUE IRANIEN : "ISRAËL" COUPABLE : DES PREUVES

Savant iranien assassiné : lsraël a laissé des traces

Sunday, 29 November 2020 7:04 PM  [ Last Update: Sunday, 29 November 2020 7:20 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cérémonies d'obsèques du scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh, assassiné le vendredi 27 novembre 2020, à Téhéran. ©Mehrnews

Malgré leur silence, les sionistes ont laissé des signes qui indiquent tous leur présence directe et leur implication dans l’assassinat du scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh.

Avec un long antécédent d’animosité envers la République islamique d’Iran et les alliés de la Résistance, il ne fait aucun doute que l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh a été mené sous la direction du service d’espionnage sioniste, le Mossad. Certes, les États-Unis ont été sérieusement impliqués dans cette action, mais tous deux (Israël et USA) sont restés silencieux et garderont le silence pendant longtemps ; pourtant les signes qui indiquent l’implication de ces deux régimes terroristes dans l’assassinat du scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh sont évidents.

Et l'Iran frappera Israël ...

Et l’Iran frappera Israël...

Fakhri Zadeh lâchement assassiné : le faux-pas de trop 

Dr Fakhrizadeh sur la liste des assassinats du Mossad

À minuit le samedi 28 novembre 2020, The Times of Israel a publié un rapport sur l’assassinat de M. Fakhrizadeh, dans lequel il a fait allusion à un point important. Le document notait que Fakhrizadeh figurait sur la liste des sanctions américaines depuis 2007 et que le nom de ce scientifique iranien, figurait également sur la liste des assassinats du Mossad depuis de nombreuses années, en tant que père du programme nucléaire iranien.

Il est nécessaire de rappeler qu’en été 2019, le Mossad a annoncé l’inscription de trois noms sur sa liste d’assassinats : Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, le général Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du CGRI et Baha Abu al-Ata, commandant de l’unité de missiles du mouvement du Jihad islamique. Jusqu’à présent, deux personnes figurant sur cette liste ont été assassinées.

Dans un rapport publié en 2012 par le site « Israel Defense » sur l’arrestation du Dr Seyyed Mojtaba Atarodi aux États-Unis pour achat d’équipement de laboratoire sensible, l’armée israélienne a cité le nom du Dr Fakhrizadeh à la tête d’un Institut dont le Dr Atardi était membre.

Iran: un savant atomiste assassiné!

Iran : un savant atomiste assassiné !

Le grand savant atomiste iranien, Hassan Fakhri Zadeh, a été lâchement assassiné dans la banlieue de la capitale, Téhéran.

Rapport du site militaire « Israel Defense » un mois avant l’assassinat

Un mois avant l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, le site militaire Israel Defense lié à l’armée israélienne, citant un rapport du groupuscule terroriste des Monafeghine, avait prétendu que malgré les sanctions, l’Iran poursuivait un projet de bombe nucléaire dont Dr Fakhrizadeh était l’architecte.

Cette action s’inscrit dans le cadre du projet de justification médiatique sioniste, qu’ils mènent toujours avant l’assassinat physique d’une personnalité pour convaincre leur opinion publique, afin de présenter cet assassinat physique comme une mesure logique et correcte. Une telle démarche a été également menée par les sionistes avant l’assassinat du général Soleimani depuis 2015. Et depuis lors, en diffusant des vidéos du général sur diverses chaînes, ils l’ont décrit comme un facteur d’insécurité en Israël.

Discours de Netanyahu en 2018 et son tweet de vendredi

En 2018, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prétendu que l’Iran continuait de développer son équipement nucléaire pour acquérir une bombe nucléaire lorsqu’il a prétendu que le Mossad avait eu accès à de grandes quantités de documents nucléaires iraniens et les avait transférées à Tel-Aviv. Cependant, le spectacle de Netanyahu n’a pas convaincu l’Europe et l’Agence internationale l’énergie atomique (AIEA), qui ont déclaré qu’ils étaient au courant, depuis 2003, de l’arrêt d’un projet qui pourrait aboutir à la bombe nucléaire et que les informations de Netanyahu n’étaient pas chose nouvelle. Netanyahu a mentionné un nom lors de ce spectacle télévisé : « Mohsen Fakhrizadeh ». Mais la phrase qu’il a prononcée après était plus importante, il a dit : « Mémorisez ce nom. »

Savant assassiné: la riposte?

Savant assassiné : la riposte ?

Le grand savant atomiste iranien, Hassan Fakhri Zadeh a été lâchement assassiné dans une banlieue de la capitale iranienne, Téhéran.

Vendredi, lorsque la nouvelle de l’assassinat du Dr Fakhrizadeh a été rapportée dans tous les médias, Netanyahu a écrit dans un tweet d’un ton méchant : « Citoyens d’Israël, je vous souhaite un bon samedi. »

« Je voudrais partager avec vous une liste de choses que j’ai faites cette semaine. C’est une liste détaillée, mais je ne pourrai pas tout vous révéler », a déclaré Netanyahu, cité par le site d’information en hébreu Intel Times.

Bien que cette simultanéité ne puisse pas prouver à 100 % que le régime sioniste était l’auteur de cet assassinat, mais l’analyse des antécédents du régime sioniste et du Mossad dans l’assassinat de scientifiques nucléaires iraniens avec cette réaction de Netanyahu ne laisse aucun doute sur le fait que cet assassinat a été mené par les sionistes.

Dans ce droit fil, The Times of Israel citant le journal américain The New York Times a écrit : « Un responsable du renseignement américain qui a gardé l’anonymat a déclaré que Fakhrizadeh avait été assassiné par Israël. »

Avec cette reconnaissance officielle, bien qu’elle soit faite de manière anonyme, les doutes quant à l’implication du régime sioniste dans l’assassinat du Dr Fakhrizadeh deviennent certains.

Guerre Israël/Iran: méga cible collatérale?

Guerre Israël/Iran : méga cible collatérale ?

Allusion implicite de l’auteur du Jerusalem Post

Dans un article daté du samedi 28 novembre, Seth J. Frantzman, un spécialiste des questions de sécurité pour le journal israélien Jérusalem Post, a qualifié cet assassinat de « symbolique », sans manquer de dire qu’il était porteur d’un message clair pour tous les scientifiques nucléaires iraniens. « Cette action à Téhéran avait un message très clair selon lequel quiconque ayant des liens avec le système nucléaire iranien ne sera plus en sécurité », a-t-il ajouté. Cette menace sérieuse d’un écrivain sioniste effronté est une allusion implicite au terrorisme présenté par un régime terroriste.

Ce qui a été mentionné ci-dessus, ce sont les signes évidents de l’implication du régime sioniste dans l’assassinat du Dr Fakhrizadeh, qui n’ont été révélés qu’à peine jour après l’assassinat de cette élite iranienne. Il y a beaucoup d’autres preuves non confirmées qui mentionnent l’implication du régime sioniste et qui peuvent prouver le fait que le scientifique iranien a été assassiné par les sionistes.

L’expérience historique a montré que les sionistes vont le reconnaître dans quelques années. Outre les mesures de sécurité et les efforts de renseignement pour punir les auteurs et les exécuteurs de cet assassinat, des poursuites judiciaires doivent désormais être engagées auprès des instances pénales et judiciaires internationales afin qu’on puisse traduire en justice le coupable et l’auteur principal.

Assassinat: le Leader promet une punition définitive

Assassinat: le Leader promet une punition définitive

Le Leader promet une punition définitive pour les auteurs et les commanditaires de l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/29/639614/Iran-Mohsen-Fakhrizadeh-assassinat-Mossad-Isra%C3%ABl

"ISRAËL" : LE FAUX-PAS DE TROP ?

Qu'est-ce qui attend Israël après l'assassinat d'un savant atomiste iranien de haut rang ?

Friday, 27 November 2020 7:29 PM  [ Last Update: Friday, 27 November 2020 7:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Israël : le faux-pas de trop?

Le grand chemin du progrès qu'a ouvert le martyr Fakhri Zadeh se poursuivra, il ne s'arrêtera pas par sa mort, a assuré le chef de l'état-major des forces armées iraniennes le général de division Baqeri en affirmant que «la mort de ce scientifique de premier ordre, à l'origine de nombreuses innovations en termes de défense aura le droit à une riposte».

«Les groupes terroristes, leurs commanditaires et soutiens devront s'attendre à une cinglante riposte, car cet assassinat est celui de l'homme qui a beaucoup fait pour les capacités de dissuasion militaires Iraniennes, capacités qui continueront même en l'absence de Fakhri Zadeh à s'amplifier».

«Nous ne nous reposerons plus jusqu'à ce les commanditaires et les auteurs soient punis». 

Iran: un savant atomiste assassiné!

Iran: un savant atomiste assassiné!

Le grand savant atomiste iranien, Hassan Fakhri Zadeh, a été lâchement assassiné dans la banlieue de la capitale, Téheran.

Le commandant en chef du CGRI, le général de division Hossein Salami est revenu sur cette riposte : «Les Israéliens ont assassiné nos savants atomistes. À chaque reprise notre riposte s'est faîte sans tarder. L'Iran ne divulgue jamais rien, mais Israël connaît toutes nos ripostes et de quelles manières nous les avons infligées. Nous l'avons prouvé à plus d'une reprise, aucun crime commis à notre rencontre ne reste impunie.»

Natanz: redoutable riposte iranienne?

Natanz: redoutable riposte iranienne?

 

Cet après-midi le savant atomiste et conseiller auprès du ministère de la Défense a été assassiné non loin de Téhéran dans un attentat à la voiture piégée qui a été suivi d'une fusillade impliquant l'équipe de ses gardes du corps. En effet,  le message des forces armées iraniennes va droit à l'adresse de l'axe US/Israël qui n'a cessé depuis la défaite de Trump à la présidentielle US de menacer l'Iran de frappes aériennes.  

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/27/639496/Isra%C3%ABl-faux-pas-assassinat-savant-atomiste-fakhri-zadeh-r%C3%A9actions

"ISRAËL" : MEGA INFILTRATION IRANIENNE?!

Panique au Likoud : «L'Iran contrôle le "front intérieur" en Israël, et incite à la révolte»

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un char portant le drapeau du Hezbollah dans la région de Qalamoun, près de la frontière syro-libanaise. (Photo d’archives)

Vent de panique en Israël : "Après Trump, l'Iran va-t-il chasser Netanyahu du pouvoir?" C'est ce que s'interroge désormais une partie de la presse israélienne. Et dire que les Émirats arabes unis et Bahreïn, croyant à la pérennité du mandat du désormais ex-locataire de la Maison Blanche, ont mis tous leurs oeufs dans le panier sioniste, affirmant au gré d’intarissables tweets et comments incendiaires que le "golfe Persique" est devenu une "nouvelle base pour le Mossad". L'accord d'Abraham que Pompeo qualifiait il y a un mois de "charte fondatrice d'une coalition militaire régionale contre l'Iran" prévoit en effet un soutien en renseignement bien vaste que le Mossad devrait assurer, ce qui revient à dire que les systèmes de renseignements et d'écoute devrait s'installer aux portes de l'Iran. Mais un renseignement israélien qui ne contrôle plus le "front intérieur" lequel front se montre parfaitement manipulable par les messages de Nasrallah et par les "troll iraniens", est-il capable de "saboter l'Iran"? 

Citant la presse israélienne, Al-Masdar News affirme que le Parti au pouvoir en Israël, le Likoud, dirigé par le Netanyahu, a accusé ce dimanche l’Iran de «nourrir les manifestations» en Israël afin de «renverser le gouvernement». Le Likoud se réfère à une annonce du réseau Facebook selon laquelle 12 comptes facebook en plus de 307 comptes Instagram avec le contenu anti-Netanyahu gérés depuis l'Iran viennent d'être bloqués.

Le communiqué du Likoud dit : «Tremblement de terre: l'Iran encourage secrètement les manifestations de gauche du mouvement des bannières noires dans le but de renverser le Premier ministre Netanyahu. L'Iran, qui travaille pour détruire Israël dans le but d'acquérir des armes nucléaires et d'armer les ennemis qui nous entourent, investit dans les efforts pour renverser le Premier ministre Netanyahu parce qu'il sait que Netanyahu est un mur contre ces tentatives depuis des années».

Le Likoud de poursuivre : «Même si les manifestants de gauche remplacent les drapeaux noirs par des drapeaux roses, ils ne pourront pas cacher le fait qu'ils sont soutenus par l’Iran et qu'ils ont comme objectif de renverser le Premier ministre Netanyahu. L'Iran ne peut pas y parvenir.»

Lire plus: Manifestation des milliers de protestataires contre la corruption du gouvernement Netanyahu

De deux choses une: soit l'Iran est parvenu à manipuler comme le fait si habilement le secrétaire général du Hezbollah l'opinion sioniste en la mettant au contact d'une réalité irréfutable à savoir non-viabilité de l'entité sioniste; soit Netanyahu, pris de panique, s'est mis à mentir pour se sauver la peau. Que ce soit l'un ou l'autre cas, cela revient au même : le pire ennemi de l'entité sioniste a infiltré le front intérieur et il mène royalement le jeu, constate un expert.

«En effet, Israël a été au cours des 20 dernières semaines, témoin de l’organisation des manifestations appelant à la démission de Netanyahu, inculpé pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires différentes. Il peine à regagner la confiance des sionistes qui l'accusent de mauvaise gestion de la crise sanitaire ayant basculé dans le chômage plus d’un million de personnes. Mais ceci n'est que la pointe de l'iceberg. En effet, la classe dirigeante sioniste ne peut plus raconter trop de salades au colon Lambda  qui vit depuis 130 jours en état d'alerte permanent sur le front Nord, là où il attend la riposte du Hezbollah et qui a les yeux sans cesse rivés sur le front Sud par crainte des missiles de Gaza, ses ballons incendiaires», poursuite la source.  

Le dernier exercice militaire d'envergure de l'armée israélienne, lancée dans la précipitation et malgré la Covid-19 n'a pas apaisé ses craintes. Après une semaine de manœuvres militaires surnommé «Lethal Arrow», l'armée sioniste a d'ailleurs révélé que son principal objectif militaire consistait  sur le front nord à s'exercer à endiguer «une offensive terrestre du Hezbollah», offensive qui impliquerait bien plus que la simple «infiltration» des forces spéciales de l'unité élite « Radwan ». Dans le cadre de ces exercices d’envergure, les Israéliens ont compris pour la première fois que la Résistance libanaise est parfaitement capable de «reconquérir» la Galilée, ses colonies et même aller plus loin si une offensive terrestre s'accompagnait d'une offensive aérospatiale.

Ils ont compris que ce n’est pas une coïncidence si le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah a autorisé la diffusion, à la télévision locale, d’épisodes montrant comment ses combattants ont lutté dans les montagnes escarpées qui bordent le Liban et la Syrie, et comment ils ont repris la ville de Qusseir et la région de Qalamoun entre 2013 et 2017. Ils se sont rappelés surtout qu'en Syrie, le Hezbollah a révélé son recours à des drones armés, son expérience de la guerre en milieu urbain et dans les montagnes, sa capacité de reconnaissance en territoire ennemi, son étude théorique des opérations militaires (stratégie et tactique), le suivi en temps réel de la progression des forces sur des écrans géants dans les centres opérationnels du Hezbollah, et sa capacité à libérer des territoires faisant plus de dix fois l’ensemble du territoire libanais.

Lethal Arrow s'est avéré comme un aveu d'impuissance israélien et les Colons l'ont bien compris. Alors les trolls iraniens ou pas, l'entité israélienne se trouve face à un dilemme : capituler ou aller jusqu'au bout et disparaître. Netanyahu est adepte de la seconde option. 

"ISRAËL" PERD SON "CARRE" AERIEN

Le ciel d'al-Tanf a échappé au régime de Tel-Aviv

 
 
 
 
 
0:00
 
 
0:20 / 2:32
 30 
 
 
 
 

La base américaine à al-Tanf bientôt évacuée? (illustration)

Al-Tanf fait mal et inquiète terriblement : depuis qu'Assad a exigé que les forces d'occupation US plient rapidement bagage et quittent cette base stratégique située dans le triangle frontalier Syrie-Irak-Jordanie en échange de la mise en liberté d'un ou de deux agents US et ce, sur les 500 organisateurs américains de réseaux terroristes que détient Damas, l'angoisse le discute à la crainte à Tel-Aviv.

C'est que cette base a été l'ultime carré d'espoir israélien dans un ciel syrien de mieux en mieux barricadé : les deux derniers raids qu'Israël a lancés contre le sol syrien (août et septembre) dans l'espoir de pouvoir anéantir les cargaisons bourrés des pièces de DCA iranienne, il l'a fait depuis la base d'al-Tanf puisque ses F-16 avaient peur de faire leur apparition dans le ciel du sud du Liban ou encore au Golan occupé, là où les batteries de Khordad-3 plantées depuis des semaines les attendent au tournant. Pour le reste, ces raids ont été un fiasco comme les 1 000 autres raids déjà effectués dans l'objectif de faire bouter l'Iran hors de la Syrie et qui ont fini par déboucher sur l'émergence de Bavar-373 en Syrie orientale! 

Il faut bien croire que cette rageuse déclaration de l'envoyé spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey qui juste à la veille de la Présidentielle, met l'accent sur l'inamovibilité de la politique US à l'égard de la Syrie, renvoie à cette angoisse. Si non comment mettre dans le même sac à la fois les propos de James Franklin Jeffrey, qui affirme qu'il n'y aurait pas de changement dans la politique régionale de Washington et que les troupes US maintiendront leur présence en Syrie et cette tribune alarmiste publiée par Haaretz où il est question des "efforts américains censés apprivoiser Damas" : "L'Egypte d'al-Sissi serait prêt à vendre des armes à Assad et créer avec lui une coalition anti-Turquie... la Ligue arabe ouvrirait ses portes a l'Etat syrien d'où l'arrivée de l'ambassadeur d'Oman à Damas... alors même qu'on parle d'une possible abrogation de la Loi César", l'une des deux conditions posées par Assad pour libérer ses prisonniers US. Au fait Jeffry est sur le point de tenter d'apaiser les craintes d'un régime israélien qui, encerclés, aura à perdre le seul vrai-faux atout qu'il croit posséder encore en Syrie, la possibilité de frapper depuis al-Tanf.  

« Ce que je peux dire, a souligné James Jeffrey, en particulier au sujet du dossier syrien, c'est que je ne vois aucun changement en matière de déploiement prolongé de nos troupes en Syrie, du régime de sanctions ainsi que de notre demande de retrait de l'Iran de Syrie, qui ce soit à la présidence, Biden ou Trump ». Or le contraste est total entre ces propos et la réalité sur le terrain. "Les USA en sont désormais à chercher à appliquer un mécanisme à la soudanaise en Syrie où il y a une paix "froide" avec Tel-Aviv. D'où l'implication de l'Egypte dans le dossier et ses offres de vente d'armements et ce, à l'effet d'empêcher l'afflux d'armes iraniennes vers la Syrie qui la levée de l'embargo aidant, s'est même accéléré surtout qu'il bénéficie du soutien russe.

L'apparition de Khordad-3 a restreint l'action aérienne israélienne au Golan. Celle de Bavar-373 ira le faire en Syrie orientale et centrale, à savoir à Deir ez-Zor et à Homs., note le journal qui se réfère à un récent article d'Al-Sharq Al-Owsat sigén l'ex ambassadeur syrien, Robert Ford. Pour beaucoup d'électeurs pro Israël, le rôle futur des États-Unis en Syrie est très important... Trump et Biden sont tous les deux favorables à la présence continue et restreinte des forces terrestres US dans l'est de la Syrie. Cependant, Trump a accepté de maintenir les troupes américaines en Syrie à la demande des départements d'État et de la Défense".

Et l'article de conclure :

"Trump ne croit pas à la loyauté des Kurdes dans la province syrienne de Hassake et la montée en puissance des attaques anti-US des tribus lui donne raison. En revanche Biden et ses conseillers jouent encore la carte de daechistes et pour éviter le scénario de 2014, ils sont pour le prolongement de la présidence militaire sur le sol syrien. [ …] Biden croit également en la nécessité de soutenir les Kurdes syriens en prélude à un Etat indépendant. Si Joe Biden gagne, il soutiendra la formation d’un petit gouvernement kurde au nord de la Syrie, en préparant éventuellement un plan d'aide économique, l’initiative qui serait, bien entendu, contrée par Damas,Téhéran et Moscou. Ni Trump ni Biden n'abandonneront la politique du régime de sanctions visant le gouvernement de Damas.

Mais faire la campagne autour de la Syrie est une chose, affronter la réalité du terrain c'en est une autre : les forces US ne seront se maintenir en Syrie sans le consentement de Damas. Et ce consentement n'aura pas lieu sans un divorce Syrie-Iran. Reste que pour la Syrie ce divorce est inconcevable d'où ce paradoxe auquel fait face Israël: plus il frappe la Syrie, plus la menace syrienne agrandit ». 

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/03/637794/Pr%C3%A9sidentielle---Trump-joue-sa-derni%C3%A8re-carte

"ISRAËL" : "ON EST DEJA CUIT"!

"Israel est une labo d'essai d'armement US sans profondeur. Qu'ils ne nous lâchent pas surtout "

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats de l'armée israélienne. ©USATODAY

Entre F-35 vendus à vrac à Ben Zayed, et F-22 promis par Trump au lobby pro-Israël US et partant à Israël, il y a certaines voix sionistes qui ne se mentent pas : le soutien militaire US, même s'il se chiffre à des milliards de dollars par an "ne suffit pas à assurer la sécurité d'Israël", tant qu'il est encerclé par l'axe de la Résistance. 

L'analyste Yoram Ettinger a écrit dans une note publiée par les médias sionistes que les accords signés entre Israël et les États-Unis pour acquérir les armes américaines les plus avancées sont exemplaires, mais que « l'engagement des États-Unis à assurer la supériorité militaire d'Israël reste la pierre angulaire de la sécurité intérieure d’Israël». Et comment? Le Sioniste reconnait qu'Israël telle que conçue et vue par l'Amérique n'est rien d'autre qu'une base militaire grandeur nature et que si les USA finissent par en faire fuiter les secrets militaires au grès des "normalisations", il ne restera plus rien d'Israël : "Le soutien US en armements a créé une opportunité pour Tel-Aviv  de devenir un laboratoire exclusif pour l'industrie de la défense américaine et ses systèmes d'armes avancés, qui garantissent à la fois sa sécurité intérieure et ses intérêts politiques, sécuritaires et économiques. Or si ce principe immuable change, Israël partira en fumée", déjà qu'il est encerclé par ses adversaires. 

Ettinger laisse ensuite éclater sa crainte : " Tout accord américain d'exportation d'armes vers les pays d'Asie de l’Ouest devra garantir que de telles exportations ne sapent pas «la supériorité militaire d'Israël», chose que Trump a respecté à plusieurs reprises mais qu'il ne devra pas sacrifier sur l'autel de la normalisation. C'est à ce prix que les intérêts américains pourront être assurés, dit le Sioniste reconnaissant de manière à peine voilée l'objectif tant craint de la normalisation à savoir laisser Israël et ses amis golfiens se débrouiller seuls face aux adversaires. " C'est à cette condition que les USA peuvent même réduire la présence de leurs forces américaines dans la région". Mais viennent ensuite d'autres craintes qui traversent en ce moment l'entité sioniste : "« La stratégie géographique d’Israël, en particulier le plateau du Golan et la Cisjordanie, doit être maintenue afin que le régime ait la profondeur stratégique et suffisamment de temps pour mobiliser ses forces en cas d'agression », a-t-il ajouté.

Il a affirmé ensuite que « la région d'Asie de l’Ouest est témoin d'une série de tensions » et qu' « Israël a besoin de paix et de coexistence avec le monde arabe, ce qui rend tous les scénarios possibles ».

Les propos de cet analyste sioniste interviennent alors que selon des informations publiées vendredi 30 octobre dans les médias arabes, le président américain Donald Trump a approuvé la vente d’avions F-22 à Israël. Mark Esper, le secrétaire américain à la Défense, a effectué vendredi une visite courte et inopinée en Israël.

 

Selon les estimations, le moment de l’annonce américaine concernant la vente des moyens améliorés et avancés à Israël n’est pas accidentel. Apparemment, il s’agit d’un « programme d’indemnisation » pour Israël, après qu’on a signalé cette semaine que les Émirats arabes unis cherchaient à acheter 50 avions furtifs F-35 aux États-Unis. On a également signalé qu’Israël avait exprimé son mécontentement devant la grande quantité d’engins furtifs qui passerait à un pays arabe du Moyen-Orient. En effet ces moues de mécontentement ne trompe personne. Face à l'énormité de la tache que lui demande l'Amérique à savoir le parrainage du face-à-face avec la Résistance, Israël commence à flipper, note un expert. 

"ISRAËL" : LE CHEF D'ETAT-MAJOR DANS LE COLLIMATEUR?

2ème incident de l'hélicoptère d'Aviv Kochavi en six mois

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un hélicoptère Black Hawk UH-60A. (Photo d'illustration)

L’hélicoptère d’Aviv Kochavi a failli s’écraser cet après-midi. Plusieurs experts militaires ont jusqu’ici mis en garde contre la vieillissante unité d’hélicoptères de l’armée israélienne et tirent la sonnette d’alarme quant à des événements pareils.  
Pour la deuxième fois en six mois, un hélicoptère transportant le chef d’état-major de l’armée israélienne a effectué un atterrissage d’urgence.

Lire aussi: Un drone civil a survolé une base israélienne
Un hélicoptère Black Hawk UH-60A transportant le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kochavi a effectué un atterrissage d’urgence dimanche 1er novembre, dans l’après-midi, après avoir subi un dysfonctionnement technique de son moteur.
L’incident n’a fait aucune victime et une enquête sera ouverte à ce propos, selon le porte-parole de l’armée. 

Le 8 juillet, l’hélicoptère transportant le chef d’état-major de l’armée israélienne a failli s’écraser lorsqu’il a décollé de la Knesset en direction de la base aérienne militaire de Tel Nof et que les deux moteurs ont été brusquement coupés.
Le dysfonctionnement s’est produit immédiatement après le décollage de l’hélicoptère Black Hawk, un hélicoptère utilitaire moyen fabriqué par Sikorsky Aircraft avec deux moteurs au total.
Les pilotes ont réussi à réactiver le moteur lorsque l’hélicoptère n’était qu’à 30 mètres du sol.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/01/637703/Israel-Black-Hawk-helicoptere-Aviv-Kochavi-atterrissage-urgence-crash

 

RESISTANCE : QUATRE COUPS MORTELS ANTI-EMPIRE ?

"Accord d'Abraham, une alliance du Faible avec des faibles "

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un Libanais dont le visage est peint en drapeau du Hezbollah/Archives

Dans une analyse publiée sur le site libanais Al-Binaa, Amin Hoteit a examiné les nouveaux desseins des États-Unis et du régime israélien dans le cadre de leur projet de normalisation des relations des capitales arabes avec Tel-Aviv.

L’expert libanais des questions militaires et stratégiques, Amin Hoteit, écrit : « Personne ne peut nier le caractère tragique de la situation dans laquelle se trouve le monde arabe, dix ans après la première étincelle de feu que l’on a faussement appelée "Printemps arabe", car c'était juste du feu pour les Arabes et un printemps pour Israël et tous les maîtres du projet sioniste-occidental. »

Selon Amin Hoteit, dix ans après le début de cet « incendie » dans le monde arabe, le Premier ministre du régime israélien, Benjamin Netanyahu veut prouver qu’il a gagné et que lui et ses alliés dans le projet sioniste-occidental ont commencé à récolter le feu et la destruction qu’ils ont plantés dans le monde arabe après avoir réussi à détruire quatre États (Libye, Yémen, Irak, Syrie) et qu’ils ont réussi à saper la paix et la stabilité de quatre autres pays (Tunisie, Bahreïn, Liban et Soudan) pour insérer d’autres pays dans des guerres d’agression contre d’autres composantes du monde arabe. Il s’agit surtout de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, selon l'expert. Leur but est donc d’éloigner les États arabes de leurs idéaux notamment la cause palestinienne pour qu’ils se contentent de répondre à leurs préoccupations et problèmes.

D’après l’analyste libanais, la question qui se pose est de savoir si Israël et ses alliés ont vraiment atteint leurs objectifs : « Les épopées de fermeté et de combat qui ont célébré l’histoire des Arabes au cours des dernières décennies ont-elles vraiment été perdues ? »

Amin Hoteit a ajouté : « De prime abord, on voit l’accumulation de pertes, de meurtres, de déplacements et d’effondrements, mais aussi le cortège fait par certains gouvernements qui semblent se précipiter à rejoindre le projet de normalisation avec Israël. Il y a aussi les politiques criminelles et les sanctions imposées par les États-Unis en dehors des dispositions du droit international pour affaiblir l’axe de la Résistance avec toutes ses composantes iraniennes, syriennes, libanaises ou palestiniennes. Faut-il admettre alors que l’ennemi a gagné et qu'il a déjà commencé à récolter les fruits de sa victoire ? »

Cependant, Amin Hoteit croit que la vérité ne dépend pas uniquement de ces éléments négatifs, car il est également possible d’énumérer les acquis et les gains de l’axe de la Résistance :

1) Puissance militaire de la Résistance :

L’axe de la Résistance a une force militaire suffisante pour empêcher l’ennemi d’imposer sa volonté sur le terrain.

Amin Hoteit écrit : « Il est très important de souligner que les forces d’agression ont échoué dans la guerre qu’elles ont menée contre la Syrie et qu’elles ont connu la défaite devant la Résistance au Liban en 2006. Il est vrai que la Syrie souffre encore de l’agression lancée contre elle de diverses manières, mais il est également vrai que les principaux objectifs de l’ennemi n’ont pas été réalisés. La Syrie est toujours une composante majeure, forte et active de l’axe de la résistance. »

L’analyste libanais souligne que la Syrie et l’axe de la Résistance ont tenu tête aux stratégies et tactiques de l’ennemi (dont le terrorisme), grâce à une stratégie intelligente et appropriée.

En outre, malgré les mesures criminelles faussement appelées « sanctions » imposées par l’Amérique dans le cadre de la politique de « pression maximale » sur l’axe de la Résistance, la Syrie et l’Iran, ainsi que les autres composantes de l’axe de la Résistance continuent de se confronter fermement aux complots d’Israël et de tous ses alliés.

Amin Hoteit conclut : « La normalisation avec tel ou tel petit pays arabe n’accordera pas de sécurité à Israël. »

 

2) Pouvoir politique de la Résistance :

Malgré les pressions des ennemis leurs menaces et leurs tentations, les principales forces arabes et islamiques refusent de se rendre. Et ce, d’autant plus que les pays qui ont signé des accords de normalisation avec Israël ou qui se préparent à le faire n’ont aucune force pour changer la situation de sorte que les sionistes et leurs alliés américains puissent réaliser leur projet dans la région.

 

3) Le pouvoir national des peuples arabes :

Certains régimes arabes se sont soumis aux pressions de l’ennemi et ont accepté de normaliser leurs relations avec le régime de Tel-Aviv, mais ils n’ont jamais eu l’approbation de leurs peuples. Dans les sociétés arabes, une majorité écrasante restera attachée à la cause palestinienne. Cette majorité est suffisamment puissante pour déjouer tous les complots du régime israélien.

Amin Hoteit écrit : « C’est une majorité qui sera un soutien à la Résistance, et Israël se rendra compte que la sécurité qu’il recherche n’est pas réalisée par la signature d’un dirigeant arabe qui s’est jeté aux pieds de l’ennemi. »

 

4) La détérioration de la situation interne de l’ennemi :

Il y a, à l’intérieur des pays comme les États-Unis et Israël, des problèmes qui les empêchent de continuer à investir dans le projet de normalisation. Le discours sur la « guerre civile » en Amérique et en Israël n’est plus un secret ou une rumeur, mais une véritable crise.

« Surtout aux États-Unis, les gens retiennent leur souffle en attendant ce que sera la situation dans leur pays après les prochaines élections présidentielles, d’autant plus que certains disent que la question de l’explosion et de la désintégration de l’Amérique est devenue une question de temps. »

En conclusion, l’analyste libanais écrit : « L’ennemi doit savoir (et il sait) qu’il ne peut pas être rassuré et se vanter de ses prétendues victoires tant qu’il y aura ceux qui croient qu’Israël est un événement temporaire qui est destiné à disparaître. »