ISRAËL

ISRAËL

MISE EN GARDE D'UN GENERAL DE RESERVE DE L'ARMEE ISRAELIENNE : DANS LA PROCHAINE GUERRE, LA SUPERIORITE DE L'ARMEE DE L'AIR NE SUFFIRA PAS

 

Un haut-officier israélien : dans la prochaine guerre, la supériorité de l’armée de l’air ne sera pas suffisante

 Depuis 46 minutes  19 janvier 2021

avion_israelien

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

Un haut-officier de l’armée de réserve israélienne a mis en garde contre une « catastrophe » résultant de la dépendance excessive à l’égard de l’aviation militaire et de la « sous-estimation des effets des missiles sol-sol qui assiègent Israël ».

« Dans la prochaine guerre, il y aura des milliers de tirs de missiles sur le front interne israélien ce qui va causer une catastrophe que nous n’avons jamais connue auparavant, surtout si l’armée de l’air perd sa supériorité » a estimé le major-général Isaac Brick dans un article publié dans le site israélien Mida, traduit par le site web de la télévision libanaise al-Mayadeen Tv.

Selon lui, l’efficacité de l’armement aérien israélien est en état de régression devant « l’entrée en action de plusieurs centaines de milliers de missiles dans notre région en Iran, à Gaza, et au Liban », en plus de ceux que détiennent les alliés de l’Iran « au Yémen, en Irak, en Syrie et formant une ceinture autour d’Israël ».

Il a ajouté que « l’armement de l’air est resté à la traine derrière les théories du passé qui ont perdu leur utilité alors que les armées modernes dont celle qui nous entourent ont connu une grande transformation dans leur vision des guerres futures ».

« Cette vision comprend des centaines de milliers de missiles sol-sol, des projectiles balistiques et des drones dont la plupart ont des portées de plusieurs centaines de kilomètres qui couvrent la totalité des terres d’Israël avec des ogives explosives de plusieurs centaines de kilogrammes », a-t-il souligné.

Selon Brick, les avions israéliens trouveront des difficultés à affronter les missiles dont certains sont tirés depuis des véhicules mobiles. « Lorsque l’avion aura décollé, les cibles auraient changé de position », a-t-il expliqué.

L’importance de l’armement de l’air est de soutenir les forces terrestres dans une guerre, en préservant la continuité des tirs de feu contre les cibles ennemies pour les détruire ou les saboter afin d’épargner à nos forces terrestres leur danger ».

Mais selon le haut-officier israélien, cette mission devient plus difficile dès lors une guerre se déroule sur plusieurs fronts en même temps, à un tel point qu’il devient impossible, très coûteux voire même dangereux de consacrer les avions à attaquer des cibles dangereuses pour nos forces et qui sont le plus souvent protégées par des systèmes de défense anti aériennes »

Selon le général de division israélien, « le commandement de l’armée de l’air est noyée dans des théories catastrophiques et attachée a une théorie caduque qui inculque que la puissance essentielle du bras stratégique de l’Etat d’Israël est l’armée de l’air basée sur les avions de combats ».

Et Brick de conclure : « Tandis que toutes les armées autour d’Israël sont prêtes pour la guerre future , l’armée israélienne reste à la traine en raison de son arrogance, de son absence de créativité et de la faiblesse de ses chefs d’états-majors face au commandants de l’armée de l’air qui refusent l’idée de former un système de missiles sol-sol »

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/1989781

QUI VOLE DES ARMES ET DES EQUIPEMENTS A L'ARMEE ISRAELIENNE?

Trahison et corruption en hausse au sein de l'armée israélienne

Saturday, 16 January 2021 7:05 PM  [ Last Update: Saturday, 16 January 2021 7:05 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats de l'armée israélienne. (Archives)

La propagation de phénomènes tels que trahison et corruption au sein de l’armée sioniste indique la profondeur de la crise interne qui ronge le régime israélien. Malgré les dépenses exorbitantes, l’armée israélienne est incapable de protéger ses bases contre des voleurs. Selon le droit militaire mondial, une arme est en fait l’honneur d’un soldat et le désarmement d’un soldat est un outil pour l’humilier et salir son honneur, avec des conséquences néfastes sur son moral. Cependant, le vol d’armes dans les territoires occupés et parmi les sionistes est devenu monnaie courante. 

Récemment, des armes israéliennes ont été distribuées aux colons sionistes et aux passeurs ; ils les ont acquises en soudoyant des militaires sionistes. Le journal Yediot Aharonot qui révèle le vol de munitions dans une base militaire israélienne rapporte qu’il pourrait s’agir du plus grand vol d’armes jamais enregistré dans l’histoire du régime d’Israël. 

Malgré les mesures de sécurité draconiennes que l’armée sioniste prétendait avoir mises en place dans ses bases militaires, les passeurs ont quand même réussi à mener une attaque et à commettre l’un des plus grands vols de l’histoire israélienne. 

Israël : la Galilée, déverrouillée !

Israël : la Galilée, déverrouillée !

Des hommes inconnus ont volé plusieurs armes dans une base israélienne à la frontière avec le Liban.

Selon le journal, les voleurs sont entrés dans la base de Tasilim (sud de la Palestine occupée) avec l’aide de soldats israéliens et ont pu voler 93 000 balles.

En décembre 2020, la chaîne 12 de la télévision israélienne citant des sources militaires a révélé que 40 fusils utilisés par la garde avaient été dérobés dans une base militaire au nord de la Palestine occupée, près de la frontière libanaise. À la suite du vol, l’armée israélienne a évincé l’officier responsable de la base et son adjoint. 15 autres officiers ont fait l’objet de rétrogradations, de révocations et de réprimandes.

Par ailleurs, la chaîne 12 a rapporté que des bases militaires avaient été pillées à plusieurs reprises ces dernières années.

En 2019, le journal israélien Maariv a publié un rapport sur le vol de matériel militaire, d’armes et de bombes dans une base militaire.

Qui pique des fusils aux soldats israéliens?

Qui pique des fusils aux soldats israéliens ?

La télévision israélienne fait part d’une nouvelle affaire de vol d’armements dans une base de l’armée.

Ces anomalies au sein de l’armée israélienne prouvent plusieurs faits dans la société israélienne : le régime sioniste a négligé la sécurité sur les fronts intérieurs en se concentrant sur la sécurité au niveau régional. La structure et la doctrine militaire de ce dernier sont donc défectueuses ; les rapports et les résultats des recherches sur la crise interne de l’armée montrent le manque d’honneur militaire et le risque élevé d’espionnage et de trahison entre le personnel ; des militaires sont impliqués dans des affaires de corruption et la crise économique bat son plein. Les responsables israéliens tentent de renverser cette tendance et d’encourager les pays arabes à investir dans les territoires occupés ; la complicité des soldats dans les vols précités indique le degré d’immoralité répandue. C’est un rare phénomène, même dans les pays qui souffrent économiquement. 

Or, la société israélienne est fortement affectée et le régime se dirige progressivement vers sa chute. Les anomalies sont visibles dans tous les secteurs de la société, mais comme elles se reproduisent au sein de l’armée, le danger pour les sionistes est encore plus grand.

Qui vole des armes israéliennes?

Qui vole des armes israéliennes?

Un média israélien a fait part d’une controverse sur une base militaire israélienne après le vol répété d’équipements militaires et d’armes.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/16/643161/Israel-l-armee-se-fait-voler

LE FASCISTE ISRAELIEN NETANYAHOU RETIRE DE TWITTER SA PHOTO COMMUNE AVEC LE FASCISTE AMERICAIN TRUMP

Netanyahou retire de Twitter sa photo commune avec Trump

 Depuis 2 heures  12 janvier 2021

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

 

Depuis longtemps, la page officielle de Benyamin Netanyahou le montrait en photo de couverture à côté de Donald Trump durant une réunion à la Maison-Blanche. Elle a été retirée ce mardi. La photo a été remplacée par une autre du Premier ministre israélien en train de se faire vacciner contre le coronavirus. La légende indique: «Citoyens d’Israël, retour à la vie».

Benyamin Netanyahou a reçu la deuxième dose du vaccin de Pfizer le 9 janvier. Aucun commentaire concernant le remplacement de sa photo de couverture sur Twitter n’a été fourni.

Le Capitole assiégé

Le 6 janvier, alors que le Congrès s’apprêtait à approuver les résultats de la présidentielle, Donald Trump a organisé un rassemblement à Washington. Des manifestants ont assiégé le Capitole puis envahi le bâtiment durant plusieurs heures.

Au moins cinq personnes ont perdu la vie, dont une femme abattue dans le Capitole et un policier.

Twitter suspend le compte de Trump

Citant le risque «de nouvelles incitations à la violence», Twitter a suspendu le 8 janvier le compte de Donald Trump de façon permanente. Après cette décision, le Président sortant a accusé le réseau social de «museler la liberté d’expression».

Facebook et d’autres réseaux comme Snapchat ou Twitch ont aussi suspendu le profil du locataire de la Maison-Blanche pour une durée indéterminée.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1984875

UN TIERS DES SOLDATS ISRAELIENS QUI ONT PERDU LA VIE EN 2020 SE SONT SUICIDES

Un tiers des militaires israéliens ayant perdu la vie en 2020 se sont suicidés

Un tiers des militaires israéliens ayant perdu la vie en 2020 se sont suicidés

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

28 soldats de l’armée israélienne sont morts au cours de l’année 2020. Le suicide est resté la principale cause de décès chez les soldats, avec au moins neuf militaires s’étant ôtés la vie, selon le commandant de la Direction des effectifs de Tsahal, le major général Moti Almoz.

Environ un tiers des militaires israéliens ayant perdu la vie en 2020 se sont suicidés, rapporte le quotidien israélien «Haaretz».

Selon le journal, «les militaires israéliens vivent sous une pression mentale et psychique permanente à cause de la menace de la Résistance, d’autant plus que le secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a affirmé dans un récent discours que la promesse de riposter à la mort d’un combattant du mouvement en Syrie était encore d’actualité».

L’armée israélienne ne dissimule pas les mesures qu’elle a entreprises ces dernières années dans l’espoir de faire baisser le nombre de suicides auprès des effectifs militaires.

Le commandant de la Direction des effectifs de l’armée israélienne, le major général Moti Almoz, a déclaré que l’armée avait probablement empêché quatre tentatives de suicide en 2020 en localisant rapidement les soldats qui avaient disparu de leurs unités.

Selon Almoz, dans les cas où le soldat présentait des signes avant-coureurs ou des tendances suicidaires, ces efforts ont pu inclure une localisation à l’aide de données mobiles et d’autres moyens technologiques.

Des sources d’informations établissent un lien entre les chiffres élevés de suicide parmi les soldats israéliens et les politiques de «Tel-Aviv». De plus, le suicide serait devenu en 2020 un moyen, pour les soldats, d’exprimer leurs protestation et déception envers les échecs de l’armée et les politiques appliquées par les responsables politiques et militaires israéliens.

https://french.alahednews.com.lb/38186/293

 

MAGHREB : PREMIER DEBOIRE D' "ISRAËL"

 

Reportée au Maroc, la normalisation interdite en Mauritanie

Tuesday, 05 January 2021 7:21 PM  [ Last Update: Tuesday, 05 January 2021 7:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'Assemblée nationale de la Mauritanie. (Archives)

Trois partis au Parlement mauritanien ont soumis une proposition selon laquelle toute normalisation ou relation avec le régime sioniste est considérée comme un crime et est interdite.

Abdel Salam Ould Harma, chef du parti Al-Sawab et député du Parlement mauritanien, a annoncé que plusieurs partis politiques au Parlement avaient l’intention de faire une proposition contre le régime sioniste.

Le but de la proposition est de criminaliser la normalisation des relations avec le régime sioniste et de déclarer cette question comme une « affaire illicite », a rapporté l’agence de presse Rimtoday, citant Harma.

Casus belli d'Alger à Israël?

Casus belli d’Alger à Israël ?

Le Parlement algérien décide de criminaliser la normalisation avec l’entité sioniste.

Il a annoncé que la proposition serait soumise à l’Assemblée nationale mauritanienne pour approbation « dans les meilleurs délais ».

« Compte tenu de l’élargissement du cercle de normalisation politique et économique avec l’entité sioniste et de l’arrivée de sa vague dans nos régions maghrébines et africaines, il n’est plus caché à personne qu’il y a de nombreuses pressions exercées par ses promoteurs publics et secrets pour rejoindre plus de pays dans son sinistre train », souligne Abdel Salam Ould Harma dans son communiqué.

Le communiqué indique que les partis Al-Sawab, « l’Alliance progressiste du peuple » et « l’Alliance pour la justice et la démocratie » ont appelé les autres partis parlementaires à redoubler d’efforts pour légiférer cette proposition, d’une manière qui reflète la réalité du consensus national historique mauritanien en faveur de la cause palestinienne.

Le communiqué a noté la solidarité de toutes les couches de la société mauritanienne et leur décision de n’accepter aucune relation avec le régime sioniste, ce qui purgerait la Mauritanie de « la sinistre relation que l’ancien régime avait établie » et qui s’est soldé par son effondrement.

Algérie: Israël s'implante en Libye

Algérie : Israël s’implante en Libye

Maghreb Press du 22 août 2020

Selon le communiqué, le crime de normalisation, en plus d’être une rupture avec le consensus des peuples du monde qui aiment la paix, la liberté et qui s’oppose au colonialisme, est une reconnaissance de tous les crimes sur lesquels l’entité usurpatrice sioniste a été fondée et continue de commettre au quotidien.

À cet égard, le mouvement « Attawhid Wal Islah » (Mouvement de l’unicité et de la réforme) affilié au parti marocain « la Justice et le Développement » a souligné hier la nécessité d’annuler la normalisation du Maroc avec le régime sioniste. Le mouvement a averti que la normalisation influencerait le tissu national marocain et aurait des effets négatifs sur l’unité du peuple et la stabilité du Maroc.

Aws al-Ramal, le premier vice-président du mouvement, a déclaré hier que le bureau exécutif Attawhid Wal Islah avait souligné lors de sa réunion de samedi qu’il était opposé à la normalisation avec le régime sioniste.

Il a souligné que certains responsables d’État, des campagnes de propagande culturelle et sportive de diverses manières, ont promu cette normalisation, ce qui a blessé les sentiments du public marocain.

Le Maroc est le sixième pays arabe à normaliser ses relations avec le régime sioniste, après la Jordanie, l’Égypte, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, mais le processus de normalisation a été reporté au Maroc. Les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan ont normalisé leurs relations avec le régime sioniste ces derniers mois avec la médiation américaine.

Le Maghreb en danger d'annexion?

Le Maghreb en danger d'annexion?

Les États-Unis cherchent à provoquer une guerre entre les pays du Maghreb, sous prétexte des différends autour du Sahara occidental.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/05/642341/Mauritanie-Maroc-Isra%C3%ABl-Normalisation-Parlement-

"ISRAËL", ETERNEL VAINQUEUR DES ELECTIONS AMERICAINES

Israël, éternel vainqueur des élections américaines

Par Philip Giraldi
Arrêt sur info — 05 janvier 2021

 

Facebook

FacebookTweet

Démocrates ou Républicains, les membres du Congrès et la Maison Blanche travaillent ensemble et rivalisent de servilité pour combler l’État juif de largesses.

 

Par Philip Giraldi

Paru le 3 novembre 2020 sur Unz Review sous le titre Israel Wins U.S. Election

 

Les élections américaines ont pris fin le 3 novembre, plus ou moins, et nous, Américains, souffrirons encore quatre ans à supporter des absurdités en série de la part d’une Maison Blanche et d’un Congrès qui ne pourraient se désintéresser davantage de notre sort, peu importe qui est élu. Que ce soit le parti où tout change ou le parti où tout reste le même qui l’emporte, le résultat inévitable sera une nouvelle augmentation du pouvoir autoritaire combinée à un éloignement accru du gouvernement par rapport au peuple dirigé.

Au milieu de toute cette morosité, cependant, une grande réussite doit être soulignée. C’est l’histoire de la façon dont Israël et ses amis politiques et financiers ont réussi à obtenir simultanément tous les avantages possibles des deux principaux partis, et apparemment sans effort. Israël pourrait être le véritable vainqueur incontesté de l’élection de 2020, même s’il n’était pas sur le bulletin de vote et n’a pratiquement pas été mentionné pendant la campagne.

Les milliardaires juifs ayant des liens étroits avec Israël ont été courtisés par les deux principaux partis, à la fois pour apporter des contributions et pour exhorter leurs amis du club des oligarques et les médias à leur répondre favorablement. Le plus grand donateur unique des Démocrates est le magnat du divertissement Haïm Saban, tandis que les Républicains comptent sur le multi-milliardaire des casinos Sheldon Adelson. On estime que 60% des contributions politiques pour les Démocrates proviennent de sources juives [sionistes], et Saban est le plus gros contributeur. Il est également Israélien, ayant la double nationalité. Adelson, qui doit également avoir la double nationalité et est marié à une Israélienne, est le principal donateur des Républicains, ayant craché plus de 100 millions de dollars lors des récentes élections.

Saban et Adelson n’ont pas hésité à soutenir Israël comme leur première priorité. Saban a déclaré qu’il soutenait Joe Biden « en raison de ses antécédents en matière de soutien à Israël et à son alliance avec les États-Unis ». Adelson, qui a été enrôlé dans l’armée américaine dans les années 1950, a déclaré qu’il aurait préféré de loin servir dans les forces de défense israéliennes. Saban et Adelson sont rejoints dans leur orgie d’amour avec Israël par un certain nombre de personnalités israéliennes au Congrès et dans l’administration, toutes désireuses d’apporter, en quantité illimitée, un soutien politique, de l’argent et des armes à l’État juif.

 

 

Tweet Benjamin Natanyahu

Félicitations @JoeBiden et @KamalaHarris. Joe, nous avons une relation personnelle longue et chaleureuse depuis près de 40 ans, et je te connais comme un grand ami d’Israël. J’ai hâte de travailler avec vous deux pour renforcer encore l’alliance spéciale entre les États-Unis et Israël. (Tweet de Netanyahou)

 

 

 

Dans la dernière manifestation de noblesse oblige, le Secrétaire d’Etat à la Défense Mark Esper s’est arrêté en Israël la semaine dernière pour présenter à ses homologues une aide significative, le tout financé par le contribuable américain, bien sûr. Selon des sources à Washington et à Jérusalem, les États-Unis « accorderont à Israël un accès direct à des satellites hautement classifiés tels que les systèmes de détection de missiles connus sous le nom de SBIRS (Système infrarouge basé dans l’espace) et veilleront à ce qu’Israël dispose de plates-formes de défense critiques dans un délai très court en utilisant les créneaux de production prévus pour les forces de l’armée américaine. »  Israël aura également « un accès plus approfondi aux systèmes avioniques de base » du nouveau chasseur F-35 qu’il a obtenu de Washington.

La justification revendiquée pour la mise à niveau est l’exigence imposée par le Congrès aux États-Unis de maintenir « l’avantage militaire qualitatif » d’Israël à la lumière de la vente imminente du F-35 aux États arabes qui ont récemment établi des relations diplomatiques avec Israël. À l’époque, des sources israéliennes suggéraient que l’État juif pourrait avoir besoin de 8 milliards de dollars en nouvelles mises à niveau du matériel militaire pour conserver son avantage sur ses voisins. Il est présumé que le contribuable américain paiera la note, même s’il y a une grave crise financière aux États-Unis.

Le système de détection par satellite fonctionne à partir de plates-formes aériennes déployées sur des hélicoptères. Le lecteur avisé remarquera qu’aucun intérêt de sécurité américain n’est impliqué dans le dernier cadeau à Israël. Au contraire, Israël recevra du matériel issu des « créneaux de production prévus pour les forces armées américaines », ce qui réduira la capacité des États-Unis à détecter les missiles entrants. Et il y aura également des dommages considérables aux intérêts de défense américains dans la mesure où Israël volera inévitablement la technologie de pointe F-35 à laquelle il aura accès, la repensera pour ses propres industries de défense et la vendra à des clients en Asie, en Afrique, et Amérique latine. Il l’a déjà fait auparavant, en vendant la technologie de missiles développée par les États-Unis à la Chine.

Le Congrès fait également sa part du travail. Un projet de loi, le soi-disant « US-Israel Common Defense Authorization Act », est en train de faire son chemin à la Chambre des représentants et autorisera la fourniture à Israël de bombes anti-bunkers fabriquées par les États-Unis. Comme les bombes ne seraient utiles, dans le voisinage d’Israël, que pour frapper des sites souterrains en Iran, le message envoyé est évident. Le Massive Ordnance Penetrator pèse près de 15 tonnes et est capable de détruire des cibles situées profondément sous terre. Curieusement, Israël n’a pas d’avion capable de supporter ce poids. On présume donc que la Maison Blanche devra également fournir le bombardier. Le projet de loi est co-parrainé par deux meneurs pro-israéliens du Congrès, le démocrate Josh Gottheimer du New Jersey et le républicain Brian Mast de Floride.

Israël cherche également à moderniser certains de ses autres avions de combat. Il aurait approché le Pentagone pour acheter le Lockheed Martin F-22 Raptor, un avion de combat tactique furtif monoplace, bimoteur et tous temps conçu à l’origine pour l’US Air Force. Sa capacité de furtivité, sa vitesse de pointe, sa maniabilité combinée à des systèmes d’armes air-air et air-sol avancés en font l’un des meilleurs chasseurs de supériorité aérienne au monde.

Malheureusement pour Israël, le F-22 n’est actuellement pas disponible et n’est exploité que par l’USAF. La loi fédérale américaine actuelle interdit l’exportation de l’avion à quiconque pour protéger sa technologie furtive avancée top secrète ainsi qu’un certain nombre d’avancées en matière d’armement et de technologies de reconnaissance de la situation. Mais au vu de la déférence absolue envers les souhaits d’Israël, on peut parier que l’État juif recevra l’autorisation d’acquérir l’avion avant le jour de l’inauguration en janvier. Et il y a fort à parier que les entrepreneurs israéliens de la défense auront procédé à une ingénierie inverse de la furtivité et d’autres fonctionnalités peu de temps après.

Le gouvernement américain s’est plié à Israël par d’autres moyens, pour inclure l’étiquetage comme antisémite et la sanction des groupes de défense des droits de l’homme de premier plan qui ont critiqué l’État juif. Il a également renforcé les sanctions existantes contre les institutions financières iraniennes, apparemment dans le but de rendre plus difficile pour un Président Biden de rétablir le plan d’action global conjoint (JCPOA, ou accord sur le nucléaire iranien) abrogé unilatéralement par Trump. Les sanctions s’ajoutent à d’autres mesures visant à détruire l’économie iranienne, pour inclure « que les États-Unis, avec Israël, ont mené ces derniers mois des attaques de sabotage à l’intérieur de l’Iran, détruisant des centrales électriques, des usines d’aluminium et de produits chimiques, une clinique médicale et 7 navires au port de Bushehr… »

Parmi les autres développements récents en faveur d’Israël, citons le droit de veto accordé au gouvernement israélien sur les ventes d’armes américaines à toute autre nation du Moyen-Orient. Le projet de loi s’intitule « Loi 2020 garantissant l’avantage qualitatif militaire d’Israël ». Il y a également eu l’expansion par décret exécutif des projets de développement scientifique des colonies juives illégales de Cisjordanie financés par les États-Unis, et qui finiront par concurrencer les entreprises américaines.

En vérité, les États-Unis sont littéralement prostitués à Israël, et il n’y a guère de politicien ou de journaliste qui ait le courage de le dire. Le Congrès et les médias ont été tellement corrompus par l’argent provenant du lobby israélien qu’ils ne peuvent pas en faire assez pour satisfaire les dirigeants américains à Jérusalem. Et pour ceux qui ne succombent pas à l’argent, il y a toujours des intimidations, des accusations de déni de l’holocauste et d’antisémitisme qui mettent fin à leur carrière. Tout est conçu pour produire un résultat : quiconque gagne aux élections américaines n’a pas d’importance tant qu’Israël obtient ce qu’il veut. Et il obtient presque toujours ce qu’il veut.

Philip Giraldi

 

Source : The U Review, le 3 novembre 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

https://arretsurinfo.ch/israel-eternel-vainqueur-des-elections-americaines/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=israel-eternel-vainqueur-des-elections-americaines

"ISRAËL" EVACUE LA FRONTIERE LIBANAISE !

Zone militaire sur la frontière libanaise ou l’art de subtiliser les soldats?

Sunday, 03 January 2021 7:00 PM  [ Last Update: Sunday, 03 January 2021 7:00 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des véhicules de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) patrouillent dans le village de Kfar Kila, dans le sud du Liban, près du mur de béton construit par Israël. ©AFP/Archives

Selon une information rapportée par la chaîne Al-Mayadeen, la ville israélienne de Metula (nord), proche de la frontière libanaise, a été déclarée « zone militaire fermée ».

Mardi dernier, un individu s’est brièvement infiltré dans les territoires occupés depuis le territoire libanais, après avoir escaladé la barrière de sécurité séparant le Liban de la Palestine occupée, a indiqué le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, Avichay Adraee. Des tirs de sommation de l’armée israélienne ont suivi cet incident qui a eu lieu entre les villes de Metula et Sahl Marjayoun en vue d’empêcher toute autre tentative d’infiltration de personnes se trouvant dans le secteur.

D’après une autre dépêche, le ministre israélien de l’Énergie, Yuval Steinitz, a rejeté les affirmations du chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et a prétendu qu’« Israël n’avait pas l’intention d’inciter les États-Unis à provoquer une guerre avec l’Iran ».

Dans un entretien accordé à la chaîne publique israélienne KAN, Yuval Steinitz a déclaré que c’était Israël qui devait « être sur ses gardes » face aux éventuelles attaques de l’Iran.

Les déclarations du ministre iranien des Affaires étrangères sur d’éventuelles « provocations » israéliennes visant les Américains en Irak sont des « balivernes absolues », a-t-il assuré.

Dans un tweet posté hier, samedi, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a fait état d’un « piège » tendu pour les États-Unis par Israël, qui fomente selon Téhéran des attentats contre des soldats américains en Irak en vue de pousser Donald Trump, en fin de mandat, à attaquer l’Iran.

« De nouveaux renseignements en provenance d’Irak indiquent que des agents provocateurs d’Israël préparent des attentats contre des Américains, mettant un Trump sortant dans une impasse avec un faux casus belli

Attention au piège. Tout feu d’artifice aura un sérieux retour de flamme, notamment contre votre meilleur ami », a écrit Zarif. 

New intelligence from Iraq indicate that Israeli agent-provocateurs are plotting attacks against Americans—putting an outgoing Trump in a bind with a fake casus belli.

Be careful of a trap, 
@realDonaldTrump. Any fireworks will backfire badly, particularly against your same BFFs.

—Javad Zarif (@JZarif) January 2, 2021 “>M. Zarif sur sa page Twitter.

 

Le journal Jerusalem Post citant des sources inconnues a rapporté samedi qu’à l’occasion du premier anniversaire de l’assassinat du général Qassem Soleimani, l’armée israélienne est en état d’alerte.

Lire plus : Iran : Israël en état d'alerte

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/03/642192/Metula-zone-militaire-fermee-sur-la-frontiere-libanaise

"ISRAËL": DESERTIONS MASSIVES DE SOLDATS ISRAELIENS

Qu’est ce qui a poussé l’armée israélienne au bord du gouffre ?

Wednesday, 30 December 2020 4:48 PM  [ Last Update: Wednesday, 30 December 2020 7:33 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'armée israélienne en désarroi à cause des politiques appliquées ces dernières années par les responsables militaires de Tel-Aviv. ©Independent Arabia/Photo à titre d'illustration

Le désarroi et la confusion aux rangs des militaires israéliens sont devenus aujourd’hui si perceptibles que même les médias israéliens n’ont d’autre choix que de le reconnaître.

Selon Arabi21 qui se réfère au site d’information israélien Mida, l’ancien chef d’état-major de l’armée israélienne avait appliqué, de 2007 à 2011, une politique qu’il appelait « la politique de consolidation de déploiements militaires ». Le site a écrit que l’armée israélienne avait alors reçu des formations nécessaires, de sorte qu’elle puisse faire face à de « petits groupes armés », et dire que le Hamas à Gaza et le Hezbollah au Liban en faisaient partie à l’époque.

« Le volume d’équipements militaires dont dispose l’unité d’infanterie de l’armée israélienne est tel qu’il permet d’affronter de petits groupes armés ; or, le renforcement des capacités militaires du Hamas et du Hezbollah, ayant acquis au fil du temps des forces d’élite et des centaines de milliers de missiles, a retiré à l’armée israélienne le pouvoir d’y faire face. »

Riposte du Hezbollah tombe!

La riposte du Hezbollah tombe!

L’armée israélienne a été visée ce matin non loin de la frontière libanaise. Des soldats sionistes tués ...

Selon le site en langue hébraïque, « les politiques appliquées par les responsables militaires israéliens ont fait que l’armée soit aujourd’hui incapable de faire face à des menaces qui nous entourent, à quoi s’ajoutent les fléaux naturels comme les tremblements de terre ».

« De même, les politiques appliqués par l’ancien chef d’état-major, Gadi Eizenkot, entre 2015 et 2019, ont fait revenir l’armée israélienne à ce qu’elle fut il y a des dizaines d’années ; cette politique a d’ailleurs approfondi le fossé entre les composantes “logistiques” et “offensives” de l’appareil militaire israélien.

Cette politique a conduit les officiers israéliens à fuir l’armée, de sorte que le niveau des entraînements militaires, en l’absence de “professionnels”, a visiblement baissé. Bref, si une nouvelle guerre éclate, l’armée israélienne ne sera pas suffisamment prête à y participer. »

Kornet, le seul missile russe de Gaza?

Kornet, le seul missile russe de Gaza?

12 ans après la Bataille d’al-Furqan, la Résistance palestinienne impose avec force sa puissance dissuasive.

Des rapports et analyses abondent ces derniers temps sur les problèmes multifacettes auxquels est aux prises l’armée israélienne. Le chaos politique en Israël a laissé ses impacts sur l’armée. La puissance militaire sur la base de laquelle ce régime définissait son identité ne cesse de s’affaiblir. L’économie est chancelante alors que le gouvernement souffre de son septième mois sans budget.

Le projet de loi sur le budget du régime israélien n’avance pas. Il est coincé dans une impasse politique qui a vu sa présentation au gouvernement retardée à deux reprises en l’espace d’une semaine par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires militaires Benny Gantz.

L’échec de la formation d’un nouveau cabinet et le rejet du projet de loi budgétaire ont causé non seulement des troubles politiques, mais aussi un affaiblissement dans l’arène militaire. Pour un régime qui s’est toujours défini par rapport à sa puissance militaire, cette déchéance signifie la perte des sionistes.

Dans un récent article, Rai al-Youm affirme : « Israël s’efforce de se montrer comme « une puissance militaire au Moyen-Orient », mais cette puissance a une armée qui a faim! L'Armée de terre israélienne ne passait pas pour être une composante solide, l’état pandémique a fait empirer les choses. La pauvreté ne cesse de gagner du terrain en Israël et la propagation du virus Corona a attisé le fléau. Selon un rapport récemment publié par l'organisation israélienne Latet, 143 000 nouvelles familles israéliennes ont plongé ces dernières semaines dans la pauvreté et la famine, leur nombre étant déjà un demi-million avant la crise sanitaire et la situation ne cesse de s'aggraver depuis mars dernier. »

C’est dans un tel contexte que le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah affirme dans une récente interview que « la Résistance est aujourd’hui dans son meilleur état. Nous avons confiance en l’avenir et en notre prochaine victoire. Les Israéliens doivent s’inquiéter en mer, sur terre et dans l’air. La Résistance possède des atouts de force qui restent toujours secrets et que l’ennemi ignore totalement. »

Israël fuit déja le Golan occupé?

Israël fuit déja le Golan occupé?

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/30/641879/isra%C3%ABl-r%C3%A9sistance-arm%C3%A9e-crise-budget-d%C3%A9sarroi

L'ARMEE ISRAELIENNE EN VOIE D'EXTINCTION ?

Régime sioniste : une armée affaiblie, un chaos politique

Sunday, 27 December 2020 6:50 PM  [ Last Update: Sunday, 27 December 2020 7:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats israéliens de retour du sud du Liban en 2006. ©en.people.cn/Illustration

Le chaos politique en Israël a laissé ses impacts sur l’armée. La puissance militaire sur la base de laquelle ce régime définissait son identité ne cesse de s’affaiblir. L’économie est chancelante alors que le gouvernement souffre de son septième mois sans budget.

Le projet de loi sur le budget du régime d’Israël n’avance pas. Il est coincé dans une impasse politique qui a vu sa présentation au gouvernement retardée à deux reprises au cours de la semaine dernière par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires militaires Benny Gantz. Il était initialement prévu qu’il soit présenté au cabinet le 9 juillet.

Selon Tasnim News, faute d’accord, le Parlement israélien a été dissous dans la nuit de mardi 22 à mercredi 23 décembre, entraînant de nouvelles élections, les quatrièmes depuis 2018. Les 120 élus israéliens avaient jusqu’à mardi pour adopter le projet de loi budgétaire et éviter de nouvelles élections, les quatrièmes en près de deux ans, mais un compromis a été rejeté.

Lire aussi : Netanyahu fait payer l’entité sioniste

Crise militaire :

L’échec de la formation d’un nouveau cabinet et le rejet du projet de loi budgétaire ont causé non seulement des troubles politiques, mais aussi un affaiblissement dans l’arène militaire. Pour un régime qui s’est toujours défini par rapport à sa puissance militaire, cette déchéance signifie la perte des sionistes.

Lorsque le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kohavi est entré en fonction, il a apporté un plan en cinq points qu’il avait préparé un an plus tôt, intitulé Tnufa. Ce plan prévoyait de faire de l’armée israélienne une « superpuissance militaire » en l’espace de quatre ans. Mais deux ans se sont écoulés depuis la nomination de Kohavi et son projet reste toujours en plan. Le plus remarquable c’est que les élections anticipées prévues pour le 23 mars 2020 ont été reportées au mois d’avril 2021.

Étant donné les différends entre les partis, la montée en force des rivaux avec le projet de Kohavi, la formation d’une coalition pour former un cabinet semble difficile.

Pour en savoir plus : Avec des soldats qui fonctionnent comme des machines à sous, aucune chance de gagner une guerre

Trois années sans augmentation budgétaire :

En 2018, lorsque Kohavi a accédé au poste de chef d’état-major de l’armée, la Knesset venait d’être dissous. Le cabinet provisoire de Netanyahu dirigeait alors les affaires. Les ministères et les institutions militaires devaient s’accommoder avec le budget de 2018. Le cours des choses n’a pas changé jusqu’en 2020 où la situation politico-économique a dégringolé de plus belle. Les dissolutions répétées du parlement israélien font que même en 2021, le projet de loi budgétaire ne risque pas d’aboutir. Autrement dit, l’état-major de l’armée doit se contenter d’un budget qui a trois ans.

L’armée israélienne ne stagne plus, elle retourne carrément en arrière. L’économie moribonde et la crise sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 n’ont pas aidé à son épanouissement.

Problème de législation :

L’inégalité en matière de service militaire est un sujet sensible en Israël. L’impasse politique dans laquelle se trouve le régime repose en partie sur cette question épineuse. Le 4 décembre, elle est réapparue sous la forme d’un scandale : entre 2011 et 2017, l’armée israélienne aurait systématiquement gonflé le nombre de jeunes ultra-orthodoxes (haredim) faisant leur service militaire, a révélé une enquête diffusée par la radio publique Kan. L’armée aurait ainsi voulu échapper aux critiques sur son incapacité à promouvoir la conscription dans les milieux ultraorthodoxe. L’enquête révèle que l’armée aurait volontairement doublé, voire triplé, le nombre de conscrits haredim pour les faire correspondre aux objectifs. Ce scandale révèle une faille dans le système de recrutement de l’armée.

D’un autre côté, au cours des trois dernières années, la question de l’expulsion des ressortissants africains de la Palestine occupée et du recrutement des Arabes et des Druzes dans l’armée ont attisé les problèmes.

De manière générale, le chaos politique en Israël dû au rejet d’un projet de loi budgétaire, l’affaiblissement du système militaire et la réduction du nombre de recrues ont fortement déstabilisé l’armée. D’ailleurs, de nombreux rapports font état du manque de préparation de l’armée israélienne face à des confrontations directes.

Le régime sioniste se retrouve désormais dans une position de faiblesse. Il tente pourtant en vain de la dissimuler à l’opinion publique. Mais la réalité a éclaté au grand jour et plus personne n’est dupe.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/27/641619/Regime-sioniste%C2%A0une-arm%C3%A9e-affaiblie-un-chaos-politique

 

"ISRAËL" : LE CYBER-SEISME CONTINUE

Les hackers d'élite s'attaquent au Mossad 

Friday, 25 December 2020 4:32 PM  [ Last Update: Friday, 25 December 2020 4:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les sociétés israéliennes font l'objet de piratage. (Photo à titre d'illustration)

Disposant d'un large portefeuille de centaines de clients importants, dont la société militaire Elbit Systems, la société israélienne de cybersécurité Portnax a été piratée, selon un rapport paru dans le numéro du vendredi 25 décembre de Jerusalem Post.

Portnox a commenté le piratage signalé en disant qu'ils examinaient le problème, l'étendue réelle du piratage n’étant donc toujours pas claire à ce stade, selon le rapport.

Lire aussi : Nouvelle cyberattaque d’envergure paralyse les ports israéliens

"Au cours des dernières heures, des rapports ont indiqué un piratage des serveurs internes de l'entreprise par un groupe de hackers qui s'identifie comme Pay2Key”, indique le communiqué de Portnox en ajoutant : “La société a lancé une enquête approfondie afin d'obtenir une visualisation complète de l’incident.”

undefined

undefined

undefined

Portnox possède un riche portefeuille de clients de haut niveau, certains étant considérés comme les plus grandes entreprises de ce régime, y compris la société militaire Elbit Systems.

Le rapport indique que les documents divulgués par les pirates informatiques du groupe Pay2Key incluent un rapport de 15 pages qui met en évidence les faiblesses de sécurité d'Elbit Systems.

Lire aussi : Vaste cyberattaque, la moitié d'Israël plonge dans l'obscurité

"Plus d'un téraoctet de documents, projets, fichiers de codage et autres ont été extraits des serveurs de l'entreprise", a écrit le groupe Pay2Key sur son site Web selon Walla.

C'est la deuxième fois cette semaine que les pirates affirment avoir réussi à pirater des entreprises israéliennes basées.

Lire aussi : Israël annonce avoir été la cible d’une cyberattaque

Dimanche, le même groupe a affirmé qu'il avait réussi à pirater une série d'entreprises de l'industrie militaire israélienne, y compris la plus grande société de la puissance aérienne israélienne, Israel Aerospace Industries.

Et si les entreprises israéliennes doutent encore des capacités de ce groupe de hackers, la société de cybersécurité Check Point a confirmé que Pay2Key est un groupe de hackers d'élite qui opère en volant des données et en menaçant de les divulguer si ses cibles ne coopèrent pas.

Diverses indications sur les médias sociaux ont fait état d'une opération de piratage en cours lancée par Pay2Key contre un éventail d'entreprises israéliennes, et le piratage de jeudi semble confirmer cette situation.

Il convient de rappeler l’article paru samedi 19 décembre sur le site web américain The Hill au sujet de la récente vaste cyberattaque qui a touché plusieurs secteurs des États-Unis, mettant largement en cause le gouvernement fédéral impuissant face à une attaque que de nombreux experts avaient prévue.

Mais la cyberattaque d’envergure contre Israël est loin d’être une première comme l’a noté le rapport. lAI, Israel Aerospace Industrie, "bijou autoproclamé" de l'industrie aérospatiale sioniste vient de son tour d’être frappée et ce, 22 jours après l'assassinant terroriste du physicien nucléaire en chef et vice ministre iranien de la Défense, Fakhrizadeh, assassinant pour lequel le Mossad et Cie ont mobilisé satellites, radars, puisque s'infiltrer sur le sol iranien est impossible, un premier élément de la riposte tombe : les soldats iraniens ayant réussi à infiltrer les serveurs de l'armée de l'air israélienne selon différents médias israéliens Israel Hayom, Maariv, Calcalist, Yediot Aharonot.

En effet depuis le 27 novembre, date de l'assassinat du physicien nucléaire en chef iranien le clivage Netanyahu-Gantz ne cesse de s'amplifier, la perspective d'une riposte iranienne pesant extrêmement lourde sur la scène intérieure sioniste. Cette perspective aurait même mis sens dessus dessous tout appareil de renseignement israélien qui subit de toutes parts des "coups d'origines invisibles”, l’ex-chef du Mossad ayant avoué que Tel-Aviv a reçu des "coups douloureux et précis de l’Iran".

undefined

undefined

undefined

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/25/641494/Israel-piratage-soci%C3%A9t%C3%A9-militaire