ISRAËL

ISRAËL

"ISRAËL", C'EST FINI"

L'entité sioniste n'est plus que l'ombre d'elle-même (Hezbollah)

Friday, 25 December 2020 3:16 PM  [ Last Update: Friday, 25 December 2020 3:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un combattant du Hezbollah libanais. (Archives)

Le chef du Conseil exécutif du Hezbollah libanais a souligné que le régime sioniste avait échoué dans sa lutte contre le mouvement et qu’il devait chercher à trouver d’autres alternatives.

Hashim Safi al-Din, président du Conseil exécutif du Hezbollah, a souligné que « le régime sioniste a échoué dans sa guerre contre le Hezbollah ».

Israël: l'état d'alerte s'éternise!

Israël: l'état d'alerte s'éternise!

L’armée israélienne reste en état d’alerte sur les frontières libanaises.

« L'ennemi sioniste a été vaincu dans la guerre contre le Hezbollah et doit donc rechercher des plans et des options alternatifs pour le combattre », a déclaré Safi al-Din cité par le site d'information al-Ahednews.

En ce qui concerne les négociations destinées à tracer les frontières maritimes avec le régime sioniste, ce haut membre du Hezbollah a souligné qu'il est incorrect d'inclure ces négociations dans le cadre du processus de normalisation avec le régime sioniste.

Il a précisé que certains prétendaient également que les négociations indirectes avec le régime sioniste étaient destinées à la normalisation, mais que le Liban était loin de là et qu’il rejetait cette allégation.

Liban: la concession d'Israël!

Liban: la concession d'Israël!

En fin de compte, Safi al-Din a déclaré que « tout ce qui est dit sur les négociations et la démarcation des frontières maritimes a pour but de viser le Hezbollah et n'est pas vrai ».

Signe de la victoire du Hezbollah la France a dépêché au Liban un émissaire près de six mois après  la double explosion du port de Beyrouth. Un scénario que l’axe USA-Israël avait planifié pour occuper militairement le port puis obtenir le désarmement du Hezbollah.

Le général Lecointre est arrivé mardi après-midi au Liban pour une visite au contingent français de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul). 

Accord militaire Paris-Beyrouth?

Accord militaire Paris-Beyrouth?

Près de quatre mois après l’explosion au port de Beyrouth où en est le plan français pour le Liban ?

La dernière visite du général Lecointre au Liban remonte au 19 novembre, lorsqu'il a effectué une visite officielle au port de Beyrouth.

Le commandement de l'armée libanaise a déclaré à l'époque que le général français avait été informé par certains officiers de la mission qui leur avait été confiée à la suite des explosions du port de Beyrouth le 4 août.

Des sources médiatiques libanaises ont déclaré que le général Lecointre était par ailleurs attendu dans le sud du pays du Cèdre, à la frontière avec Israël, au quartier général de la Finul à Naqoura et sur la base militaire de Deir Kifa. La visite au Liban du chef d’état-major des Armées françaises vise à réaffirmer l'importance de la coopération militaire franco-libanaise, notamment en matière de lutte antiterroriste et de sécurité maritime, selon les mêmes rapports.

Le communiqué de l’ambassade de France au Liban souligne que le général français serait informé des activités des forces armées libanaises après l'explosion du 4 août et en coopération avec l'armée française.

Finul:

Finul:

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/25/641495/Hezbollah-Liban-Isra%C3%ABl-France

NORMALISATION : PREMIER VOL DIRECT "ISRAËL"-MAROC AVEC KUSHNER A BORD

Normalisation: premier vol direct «Israël»-Maroc mardi, Kushner à bord

Normalisation: premier vol direct «Israël»-Maroc mardi, Kushner à bord

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, et un conseiller de Benjamin Netanyahu vont inaugurer mardi le premier vol commercial direct entre «Israël» et le Maroc, quatrième pays du monde arabe à annoncer cette année une normalisation de ses relations avec l'entité sioniste.

«Demain nous allons, avec fierté, aller de l'avant avec les accords d'Abraham (nom des accords de normalisation, ndlr) avec le premier vol commercial direct, d'El Al, d'Israël au Maroc», a déclaré lundi soir à al-Qods occupée (Jérusalem) Kushner lors d'un point de presse aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le gendre du président américain et architecte du plan Trump pour le Moyen-Orient, étrillé par les Palestiniens, a remercié son «ami» Mohammed VI pour avoir fait du Maroc le quatrième pays arabe - après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan - à avoir donné son accord cette année à une normalisation de ses relations avec «Israël».

«50.000 Israéliens viennent tout juste de se rendre à Dubaï et ce qui se passe là-bas est une révolution parce que les Emiratis les ont accueillis chaleureusement (...) et la même chose va se produire maintenant à Rabat et Casablanca», a déclaré Netanyahu, précisant que son conseiller spécial à la sécurité, Meir Ben Shabbat, sera du vol de mardi.

Avant la pandémie, le Maroc accueillait chaque année entre 50.000 et 70.000 touristes juifs, pour la plupart en provenance indirecte de l’entité sioniste.

Ce vol «Tel-Aviv»/Rabat, qui doit être suivi par l'ouverture de ligne aérienne entre les deux parties, sera accompagné de la signature de plusieurs accords, selon le programme en cours de préparation à Rabat.

Sahara/Palestine

En acceptant de relancer officiellement ses relations avec «Israël», le Maroc a obtenu en contrepartie que le président Trump reconnaisse sa «souveraineté» sur le Sahara occidental, une ex-colonie espagnole que lui disputent depuis des décennies les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l'Algérie.

L'accord propose d'ailleurs l'ouverture d'un consulat américain au Sahara occidental et un programme d'investissement américain, que la presse marocaine assure colossal, la réouverture de bureaux diplomatiques à «Tel-Aviv» et Rabat, fermés au début des années 2000, et le développement de la coopération économique bilatérale.

Mais comme le Sahara occidental, le soutien aux Palestiniens est considéré une «cause nationale» au Maroc.

Si, selon l'agence officielle MAP, les Marocains ont célébré dans le monde entier la «marocanité du Sahara», deux manifestations pro-palestiniennes ont été interdites la semaine dernière à Rabat, avec une mobilisation impressionnante des forces de l'ordre.

Les Palestiniens, avec toutes leurs factions, s'opposent à ces accords.

Coopération ancienne

L’entité sioniste, qui compte des centaines de milliers de juifs d'origine marocaine, et le Maroc, où vit encore la communauté juive la plus importante d'Afrique du Nord, avaient déjà entretenu des «relations officielles» à la fin des années 1990.

Deux «bureaux diplomatiques» ont assuré la liaison après les soi-disant «accords de paix israélo-palestiniens d'Oslo» de 1993, jusqu'à leur fermeture après le déclenchement de la deuxième intifada en 2000.

Le nouvel accord formalise «un partenariat de facto remontant à plus de 60 ans, avec notamment une «coopération dans le domaine du renseignement et de la sécurité», a rappelé Ahmed Charaï, patron de presse marocain connu pour sa proximité avec les cercles de pouvoir, dans une chronique publiée par le «Jerusalem Post».

Car si les relations étaient officiellement suspendues, les liens n'ont jamais cessé: les échanges commerciaux bilatéraux ont représenté 149 millions de dollars entre 2014 et 2017, selon des statistiques publiées par la presse marocaine, et le Maroc figure parmi les cinq plus importants clients africains d'«Israël», selon un bulletin de «la chambre de commerce France-Israël».

https://french.alahednews.com.lb/38043/293

«ISRAËL» : DANS UN SILENCE MEDIATIQUE ASSOURDISSANT, HAÏFA FRAPPEE EN PLEIN COEUR

Explosion et incendie dans la raffinerie du port...au milieu de black-out médiatique

Saturday, 19 December 2020 1:50 PM  [ Last Update: Saturday, 19 December 2020 2:42 PM ]

 30 

Double explosion et incendie à Haïfa, 18 décembre 2020/Twitter

Jeudi le 17 décembre, alors même que le chef de l'état-major interarmées US, le général Mark Milley, s'entretenait à Tel-Aviv et dans le cadre d'une escale de quelques heures avec son homologue sioniste, Kochavi de "la menace iranienne" et sans doute des "voies susceptibles d'y faire", deux explosions venaient à se produire à Haifa.  S'il est vrai que le port n'a cessé de se faire parler de lui , depuis le 4 août date à laquelle l'axe US/Israël a fait  imploser le port de Beyrouth pour d'abord à en accuser le Hezbollah et le priver de son arsenal puis pour ravier au Liban la place de pole de transit maritime internationale qui lui revient et qui fera de lui, de synergie avec deux autres pays de la Résistasse que sont la Syrie et l'Irak, une mégapole imbattable, ni Milley ni Kochavi ont préféré taire l'information d'une si grande importance et ayant directement trait à un Haifa, port millilitre sioniste qui a, un peu résumé en lui, toutes les cibles d'une frappe balistique réussi cotre Israël : installation portuaire, réserves d'ammoniac...

Haïfa-shima du Hezbollah?!

Haïfa-shima du Hezbollah?!

 

En juillet dernier, lors de la dernière visite d'urgence de Milley en Israël, où il s'était rendu pour apaiser la crainte de Tel-Aviv à l'idée d'avoir à subir la riposte du Hezbollah à la mort en martyr de Kamel Mohsen tué à Damas,  le haut gradé US n'avait même daigné se rendre sur le front Nord inspecter les troupes sionistes qui attendaient et attendent toujours les snipers et autres commandos du Hezbollah. Il s'en était allé au Néguev, inspecter le site des batteries de missiles THAAD US, arme qui devrait, espère l'Amérique, l'aider dans sa face-à-face navale face à la Chine. La frustration le disputa alors à la colère, selon la presse sioniste, au sein d'une armée israélienne qui reprochait à Milley de l'avoir planqué face à "l'Iran et ses alliés". 

Aujourd'hui les choses sont encore pire, Trump,le Sioniste étant sur le point de départ, et l’entité israélienne, exposé aux représailles imminentes de l'Iran après avoir osé assassiner son savant nucléaire Fakhrizadeh, près de Téhéran.  Haifa a donc explosé à deux reprises au milieux d'un black out médiatique parce que c'est désormais à Tel-Aviv et à Tel-Aviv seul de se débrouiller et de se "défendre" face à l'Iran. 

La version officielle des médias sionistes a évoqué "un dysfonctionnement inhabituel" dans "le complexe des raffineries de Haïfa", qui aurait provoqué "deux torches allumées" vues dans la soirée du vendredi 17 décembre. Mais à regarder de plus près, c'est bien plus que deux torches allumées. Cela ressemble d'ailleurs à ce pétrolier britannique, attaque au large de Djeddah il y a trois jours , attaque  toujours non revendiquée mais qui a fini par suspendre l'ensemble des activités des firmes étrangères dont celles des Britanniques et des Américains dans le second port d'importance de l'Arabie saoudite.

Mossad: la riposte

Mossad: la riposte

Le chef opérationnel du Mossad israélien liquidé par un "commando iranien près de Tel-Aviv"?

The Jerusalem Post  comentanta la double icendie précédé selon des témoins occulaire d'une explosion affirme : « Le dysfonctionnement dans l'une des installations complexes  a provoqué l'effondrement d'un compresseur de production d'essence, et un excès de gaz qui a été émis par les torches. Ceci étant   la vue choquante montre deux flammes gigantesques sortant des torches ressemblant à une cheminée et émettant de la fumée noire dans les environs ».

Lire plus: À quoi Israël devra s'attendre?

Puis le journal, cherchant tant bien à mal à esquiver le vrai problème, se réfère à l'avocat Sarit Golan de l'Union pour la protection de l'environnement à Haïfa qui  a noté que "l'incident alarmant prouve que l'industrie pétrochimique doit être déplacée ailleurs, car elle présente des dangers pour les zones résidentielles voisines."

Mais Maître, c'est plus qu'un simple danger pour les habitants! La guerre dont l'étau se resserre chaque jour plus autour d'Israël pourrait tout bonnement commencer par Haifa et comme l'a affirmé à plus d'une reprise le secrétaire général du Hezbollah, c'est là qu'il y a la bombe "nucléaire" de la Résistance. Une bombe nucléaire qui pourrait être déclenchée pas uniquement par des missiles de la Résistance libanaise qui en possède des milliers comme ne cessent de le répéter les analystes sionistes comme pour effacer d'autres aspects de fulgurants progrès millilitres qu’enregistre l'axe de la Résistance, sous les yeux des sionistes. 

Qui a provoqué l'incendie et comment? 

Les deux cheminées en feu du complexe de raffinerie de Haïfa, en Palestine occupée, 18 décembre 2020.©JPost

A peine dix jours après la diffusion des images qui mettent en scène la méga infiltration d'un drone du Hezbollah en plein exercice militaire Lethal Arrow en Galilée au mois d'octobre, drone qui aurait pu parfaitement ne pas être de reconnaissance mais de combat et  avoir agi pas de façon solitaire mais dans le cade d'une attaque simultanée, pour viser les centres de commandement, les sites de renseignement largement répandus d'Israel en Galilée, Al Masdar News fait publier une information d'une extrême importance à cheval entre la Syrie et le Liban: selon le site, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré vendredi dans un communiqué que la Russie et la Syrie avaient convenu de ne pas déployer d'armes dans l'espace. Le communiqué indique vendredi:

«Le 17 décembre, les ministres des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et de la République arabe syrienne, Sergueï Lavrov et Faisal Mikdad, ont signé une déclaration commune sur le non-déploiement des premières armes dans l'espace (NPOK).» Dans une déclaration conjointe, la Fédération de Russie et la République arabe syrienne ont souligné la nécessité de conclure un traité international interdisant le déploiement et l’utilisation d’armes dans l’espace, et ont appelé les pays ne participant pas au NPOK à envisager la possibilité de l'adhésion complète à celui-ci. Le Ministère des affaires étrangères a souligné que cette initiative était un facteur politique important qui contribuait à assurer une sécurité égale et indivisible pour tous et à accroître la prévisibilité et la durabilité des activités des pays en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace à des fins pacifiques."

Israël: le faux-pas de trop?

Israël: le faux-pas de trop?

Plus d'un analyste voit à travers cette annoncé l'écho d'une série d'incendies et d'explosions qui ont frappé pendant l’été et l’autonome non seulement la cote ouest syrienne à savoir Lattaquié et Baniyas mais encore des raffineries de Homs voire à Alep. Ces memes observateurs croient aussi comprendre que l'accent mis sur le non emploi par la Syrie et la Russie des armes orbitale est un clein d’œil à la double déflagration qui a frappé le port de Beyrouth le 4 août sans pour autant que le scénario prévu par les ennemis du Liban puisse aboutir au désarmement du Hezbollah ou la prise du contrôle du port par l'axe US/OTAN en prévision à une promotion de Haifa.

Le bouclier aérien de la Résistance?

Le bouclier aérien de la Résistance?

Une troisième catégorie d'analystes vont encore plus loin estimant que si la Russie a cherché à signer un tel accord avec Damas, c'est parce qu'elle est une puissance orbitale bien connue. Il y en a au contraire d'autres , bien proche de la Syrie, qui pourrait entrer parfaitement dans ce domaine, et agir contre l’entité puisqu'elles sont en conflit ouvert avec. La double explosion suivies d'incendies de Haïfa, n'est pas une première attaque à l’arme orbitale contre un port dont la protection est "plus qu'approximative"? La réponse ouverte...

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/19/641048/Base-Isra%C3%ABl-%C3%89tats-Unis-Raffinerie-Incendie-Ha%C3%AFfa-TNP-AIEA-Iran-Menace

L'ARMEE ISRAELIENNE "VENDUE"!

Base sioniste près de Gaza: données confidentielles abandonnées

Thursday, 17 December 2020 7:24 PM  [ Last Update: Thursday, 17 December 2020 7:24 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats israéliens. (Photo d'Archives)

Le journal israélien Yedioth Ahronoth a rapporté avoir découvert des documents militaires secrets et du matériel sensible dans une base militaire abandonnée près de la frontière avec Gaza.

Le journal révèle une étrange bavure sécuritaire de l’armée israélienne dans la bande de Gaza : l’armée israélienne a évacué une base militaire près de la bande de Gaza, laissant derrière elle des documents secrets contenus dans un livret et du matériel militaire sensible.

Lire aussi : Opération d’infiltration « iranienne » en Israël ?

« Au cours du mois dernier, nous avons visité et filmé à deux reprises un quartier général de l’armée près de Gaza où sont déployés des équipements pour identifier les tunnels dans la zone. Mais, malgré la surveillance dans les environs de Gaza, personne ne nous a empêchés d’entrer dans la zone et aucun militaire n’a suivi notre travail », a fait remarquer le journal.

Lire aussi : Officier supérieur du Mossad liquidé : false flag israélien pour échapper aux missiles ?

Jugé comme document confidentiel, le livret de vingt pages contient, selon le journal, des informations sensibles sur les forces de soutien, les entraînements, un tableau du réseau de communication de l’armée israélienne dans la région ainsi que différentes informations sur la confrontation avec les combattants de la Résistance dans la bande de Gaza, y compris la gestion des drones et les points d’atterrissage d’hélicoptères. 

L’armée israélienne a déclaré à Yedioth Ahronoth qu’elle allait bientôt ouvrir une enquête.

Knesset:

Knesset:

Un membre de la Knesset évoquant l’augmentation des exemptions du service militaire a qualifié l’armée israélienne en état d’effondrement.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/17/640958/Gaza-bavure-de-l-armee-sioniste

 

NORMALISATION AVEC "ISRAEL" : 1ères VIREVOLTES ?

Non a Tel-Aviv : Qatar-Oman jettent l'éponge...

Tuesday, 15 December 2020 7:01 PM  [ Last Update: Tuesday, 15 December 2020 7:01 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le non du Qatar à la normalisation. ©AFP/Illustation

Selon le journal Rai al-Youm, une source diplomatique arabe évoquant la visite de Jared Kuchner, gendre et conseiller principal de Donald Trump à Doha, a annoncé que lors de cette visite Kuchner avait explicitement demandé au Qatar de rejoindre le rang des pays ayant normalisé avec I’entité sioniste pendant les dernières semaines de la présidence de Donald Trump. La source a annoncé que la réponse du Qatar à cette demande était négative et que les responsables de ce pays avaient transmis cette réponse à Kuchner.

En réponse à la question de Rai al-Youm de savoir si le Sultanat d’Oman normaliserait ses relations avec le régime sioniste après le Maroc, la source diplomatique a souligné que les responsables omanais ne prendront pas une telle décision et que le Koweït n’avait pas l’intention de normaliser ses relations avec le régime sioniste.

Ces derniers mois, les Émirats arabes unis et Bahreïn tournant le dos à la cause palestinienne ont normalisé leurs relations avec le régime sioniste à la demande et avec la médiation des États-Unis. Après ces deux pays, le Soudan a rejoint le rang de ces pays pour être retiré de la liste américaine des pays soutenant le terrorisme. Le Maroc est le dernier pays à avoir accepté de normaliser ses relations avec le régime sioniste comptant sur les promesses de Washington. Cette décision a suscité une vague d’oppositions à l’intérieur du pays.

Maroc: le

Maroc : 

Des milliers de Marocains attendus dans la rue.

Un analyste des affaires du Moyen-Orient a déclaré à ce sujet : « La relation entre Israël et certains régimes arabes est très formelle et ne sera jamais profonde. »

« En fait, la normalisation des relations entre le Maroc et le régime sioniste était prévisible depuis longtemps », a déclaré Hassan Hanizadeh, l’expert des questions politiques du Moyen-Orient dans une interview. Ce dernier a également ajouté que Donald Trump avait mis beaucoup de pression sur les pays arabes d’Afrique du Nord et tentait de forcer davantage de pays du golfe Persique et d’Afrique du Nord à normaliser leurs relations avec Israël pendant le dernier mois de son mandat à la Maison-Blanche.

Complot d'état contre le Maroc

Complot d’état contre le Maroc

Le Hezbollah dénonce la soumission du gouvernement marocain.

Il a également ajouté : « la normalisation des relations du Maroc et du Soudan avec Israël ou une éventuelle normalisation mauritanienne avec le régime [si une telle chose pourrait se produire] est uniquement due aux conditions financières et économiques, et les nations de la région ne sont jamais prêtes à accepter Israël dans leurs pays. Le roi du Maroc et le prince héritier de ce pays, qui ont lu la déclaration du début des relations avec Israël, sont très inquiets pour leur avenir. »

Hanizadeh a déclaré : « Le roi du Maroc a lu une déclaration qui montre qu’il n’avait aucun intérêt à établir cette relation et qu’il était forcé et sous pression de rendre cette relation publique. Le peuple marocain a immédiatement commencé à protester et à condamner cette décision. »

Il a ajouté : « La relation entre Israël et les régimes arabes est assez formelle et n’aura jamais de profondeur. Israël peut établir des relations avec de nombreux pays arabes, mais cette relation ne dépassera pas le niveau des gouvernements, et Israël ne pourra jamais avoir une place dans le cœur des pays islamiques et arabes. Il est même possible que les relations reviennent à la normale avec le départ de Donald Trump de la Maison-Blanche, même une rupture des relations avec l’entité sioniste est possible. »

Lire aussi : L’Algérie « cassera » Israël...

Maroc

Maroc

Le conseiller du Leader pour les Affaires internationales a condamné la normalisation entre le Maroc et le régime sioniste, la qualifiant de « trahison envers le monde musulman ».

Hanizadeh a également souligné : « Israël ne devrait pas être heureux d’avoir pu établir des relations avec certains pays arabes ayant accepté de normaliser sous pression. Il est possible qu’avec l’entrée de Biden à la Maison-Blanche, ces gouvernements coupent leurs relations avec Israël sous la pression de leurs nations. Ces relations n’auront jamais de valeur pour les nations des pays arabes. »

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/15/640792/Le-non-du-Qatar-a-la-normalisation

"ISRAEL" NE GAGNERA AUCUNE GUERRE

Avec des soldats qui fonctionnent comme des machines à sous, aucune chance de gagner une guerre

Monday, 14 December 2020 7:33 PM  [ Last Update: Monday, 14 December 2020 7:33 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Soldats israéliens. ©Al-Manar/Archives

Les abandons de postes et les désertions au sein de l'armée israélienne sont autant de bonnes raisons pour rendre difficile toute victoire pour le régime israélien, a reconnu le journal Yediot Aharonot dans un rapport.

Le journal évoque les problèmes dus à la pandémie du coronavirus mais aussi la question des prochaines élections qui pourraient sérieusement mettre en danger la société sioniste.

Même si la crise du coronavirus et d'autres problèmes seront tôt ou tard résolus, des problèmes sociaux importants resteraient à jamais en Israël, ajoute le journal, faisant allusion à l'augmentation de l'écart au sein de la société sioniste, en particulier dans le domaine de la santé et de l'enseignement supérieur. Et c'est la même chose qui se passe au sein de l'armée, toujours selon le journal, qui précise que les soldats, insatisfaits de leur situation, tentent de rejoindre les rangs d'unités dites d'élite, à savoir la cyber-unité 8200.

Israël : à quand l'implosion?

Israël : à quand l'implosion?

«Le régime israélien est à deux doigts de s’effondrer, alors que Netanyahu et son cercle ne se soucient que des rivalités politiques.»

La principale menace pour l'armée israélienne est de pouvoir préserver la valeur du combat, qui est le principe le plus important du service militaire et qui a été marginalisée en Israël où les soldats cherchent surtout à intégrer des unités où ils auront le plus d'avantages financiers et c'est justement pourquoi ils quittent les unités de combat, précise l'article de Yediot Aharonot

Lire aussi : Cyberattaque contre Israël: les gros bonnets sionistes identifiés par l'Iran

 

Israël: et le front Nord?

Israël: et le front Nord?

La normalisation ne garantira pas la sécurité d’Israël face à la Résistance.

Par ailleurs, Hezam Mohammad Yahia al-Assad, membre au Conseil politique suprême, a déclaré que toute action militaire du régime sioniste contre l'Iran ou l'un des pays de la résistance était peu probable. Les sionistes ont remarqué que la force des groupes de résistance s'est élargie et que l'axe de la résistance dispose des armes de dissuasion. D’autre part, la situation interne du régime sioniste est assez précaire à l’heure actuelle.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/14/640741/Yediot-Aharonot-evoque-le-mauvais-etat-de-l-armee-sioniste

 

LE MAROC INTERDIT TOUTE MANIF ANTI-"ISRAËL"

Rabat interdit toute manif anti-israélienne

Monday, 14 December 2020 6:36 PM  [ Last Update: Monday, 14 December 2020 7:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les Marocains contestent la normalisation avec Israël. ©LNA

Les responsables marocains ont empêché les manifestations contre la normalisation des relations avec le régime sioniste dont les conséquences s’avèrent dévastatrices pour le Maroc.

Citant les sources marocaines, le journal Al-Quds al-Arabi rapporte que six associations au Maroc ont qualifié dans un communiqué la normalisation des relations avec Israël comme étant dangereuse.

Alors que le régime sioniste mériterait des sanctions internationales et l’isolement, certains régimes arabes ou africains lui fournissent des services gratuits, indique le communiqué.

Le président américain Donald Trump a écrit sur son compte Twitter jeudi dernier que le Maroc avait annoncé qu'il était prêt à normaliser ses relations avec Israël.

Lire aussi : Ultime service de Trump au sionisme avant sa disparition 

Donald Trump a annoncé dans un autre tweet reconnaître la souveraineté marocaine sur la région du Sahara occidental ; « Le Maghreb a reconnu les États-Unis en 1777, et il vaut mieux que nous reconnaissions la souveraineté du Maghreb sur le Sahara occidental ».

Le Maroc est le sixième pays arabe, après la Jordanie, l'Égypte, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, à normaliser ses relations avec le régime sioniste. Les EAU, Bahreïn et le Soudan ont normalisé leurs relations avec le régime israélien ces derniers mois suite à la médiation américaine.

Dans le même ordre d’idée, le journal extra-régional Rai al-Youm écrit que la normalisation donne l'arme la plus puissante aux opposants aux gouvernements et pourrait donc avoir des conséquences très dangereuses pour la sécurité et la stabilité des pays compromettants. 

« Ces étapes vers la normalisation peuvent avoir des résultats inverses et sont extrêmement dangereuses pour la sécurité et la stabilité de ces pays en créant des divisions et des conflits internes ou même des guerres intra-régionales », a indiqué Abdel Bari Atwan, le rédacteur en chef du journal Rai al-Youm. 

« Cette normalisation met l'arme la plus puissante entre les mains des groupes et partis nationalistes qui sont en colère contre leurs gouvernements pour la corruption, l'effondrement économique et l'escalade de la pauvreté, d’autant que les motifs religieux et ethniques, voire humains et moraux sont les éléments de base de leurs programmes et chartes », a précisé Atwan.

« Il [Donald Trump] a dit qu'il reconnaîtrait conditionnellement le "Sahara occidental" et non le “ Sahara maghrébin ” en faveur du gouvernement qui lui, vient de célébrer l’événement. Or, celui-ci quittera la Maison Blanche bientôt et dans les prochaines semaines », a-t-il fait noter.

« La question est maintenant de savoir à quoi servent les négociations avec le Front Polisario après cette reconnaissance conditionnelle : négocieront-ils sur un gouvernement autonome ? À quoi servent les 3 milliards de dollars que Trump a promis d'investir au Maroc pour l'ouverture de ses territoires, de ses aéroports et de ses villes à l’invasion sioniste ? A quoi serviront ces promesses, si elles conduisent à la guerre en Algérie voisine ou que le mouvement Polisario reprend l’arme, des sorte que le pays s'enfonce dans une guerre d'usure sans fin? », s'est-il interrogé.

Lire aussi : Guerre ouverte au Sahara-occidental, Alger chassera le cheval de Troie israélien?

Et de conclure : « Si les pays en voie de normalisation sont satisfaits du soutien d'Israël et des milliards de dollars que les États-Unis ont promis, ils se font des illusions. Israël ne peut pas se défendre contre les missiles dans la bande de Gaza, sans parler du sud du Liban, du Yémen, de Téhéran et de la Syrie. Les sommes colossales de Washington, n’ont quant à elles pour le résultat que la corruption, l'effondrement économique, la dette extérieure et la reddition. »

undefined

undefined

undefined

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/14/640729/Maroc-Israel-normalisation

 

"ISRAËL" A DEUX DOIGTS DE L'EFFONDREMENT

 

Netanyahu et son cercle ne se soucient que des rivalités politiques (Amos Harel)

Sunday, 13 December 2020 6:39 PM  [ Last Update: Sunday, 13 December 2020 6:49 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une manifestation de protestation dans les territoires occupés par Israël. (Photo d'archives)

Un célèbre journaliste israélien réaffirme que le régime de Tel-Aviv est à deux doigts de s’effondrer. Amos Harel, journaliste et analyste israélien, a fait paraître un article sur le quotidien Haaretz pour mettre en exergue le risque de l’effondrement des services administratif et sécuritaire d’Israël. 
« Aujourd’hui, les services administratifs et sécuritaires d’Israël font preuve d’une inefficacité sans précédent, ce qui risque même de les faire basculer vers l’effondrement », indique Amos Harel ajoutant que cette situation provenait de la crise politique due aux tentatives de Benjamin Netanyahu pour s’accrocher au pouvoir. 

Lire aussi: En Cisjordanie, Israël laissera des plumes...

« L’échec de Netanyahu dans la formation d’un cabinet après trois tours d’élections l’a poussé à mettre sur pied un cabinet d’urgence destiné à lutter contre la rapide propagation du coronavirus, mais il a échoué une nouvelle fois », a-t-on appris de Haaretz. 

Les Israéliens croient à leur

Yair Lapid, le leader de l’opposition au gouvernement Netanyahu à la Knesset, a décrit les problèmes économiques comme un nouveau facteur qui pourraient déclencher des soulèvements généralisés dans les territoires occupés.

Amos Harel continue : « Netanyahu et son cercle politique au sein de l'alliance Bleu et blanc ne se soucient que de leur rivalité politique, ce qui a largement contribué à la détérioration de la situation générale d’Israël. Cette situation pourrait entraîner la dissolution de la coalition et l’organisation d’un quatrième tour d’élections ».
Selon le journaliste de Haaretz, « le Premier ministre israélien a refusé de ratifier le budget en espérant trouver une échappatoire pour les élections parlementaires prématurées ». « La perspective tracée pour l’armée semble maintenant trop ambitieuse, étant donné l’actuelle situation défavorable d’Israël ». 

Israël: «une autre guerre et c’est fini…»

Israël: «une autre guerre et c’est fini…»

Israël ira droit dans le mur, en cas d’une nouvelle guerre, à cause de l’attitude de son chef d’État-major critiqué plus que jamais par des militaires et réservistes.

Le journaliste israélien réaffirme que le déficit budgétaire dû à la pandémie de coronavirus contraindrait le régime de Tel-Aviv de fonctionner sans aucun budget pendant longtemps. « En plus, l’organisation d’un quatrième tour d'élections bloquera le budget jusqu’à la fin de 2021 », a-t-il ajouté. 
« Quant aux opérations militaires, la question la plus délicate et la plus compliquée est d’établir un dialogue entre le secteur politique et le secteur professionnel de l’armée et d’autres branches sécuritaires, mais lorsque le gouvernement ne fonctionne pas bien, ce dialogue reste stérile », a-t-il précisé. 

Lire aussi: Frappes balistiques contre Israël en préparation? La surprise "russe" refait surface...

Et d’ajouter : « L’armée israélienne est actuellement sous le contrôle d’un gouvernement qui n’existe plus dans la réalité et qui s’est uniquement contenté d’un Premier ministre qui gère Israël en coopération de son cercle alors que les ministres ont été destitués. En plus, le cabinet politique et sécuritaire ne joue plus aucun rôle ». 

Douanes israéliennes frappées!

Douanes israéliennes frappées!

Les entreprises israéliennes continuent d’être frappées par des pirates informatiques.

« Netanyahu n’a pas informé l’armée et le ministère des Affaires étrangères de certaines décisions, dont la signature des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, la vente des avions de combat sophistiqués américains à Abou Dhabi et sa visite secrète en Arabie saoudite. En plus, le ministère des Affaires étrangères n’est pas impliqué dans les négociations pour la délimitation des frontières maritimes avec le Liban et c’est l’un des proches de Netanyahu, Meir Ben-Shabbat, qui participe à ces négociations en tant que conseiller à la sécurité nationale d’Israël ». 
Amos Harel conclut : « Reste à savoir qui gère ce qu'il reste du régime israélien, alors qu’il n’existe ni cabinet ni parlement ». 

La lutte armée continue en Cisjordanie

Les questions internes ne sont pourtant pas le seul souci du régime israélien. L'armée israélienne est toujours aux prises avec une lutte armée depuis la bande de Gaza, mais aussi de la Cisjordanie.

Les militaires israéliens ont attaqué des Palestiniens qui descendaient dans les rues en Cisjordanie pour exprimer à nouveau leur protestation contre le projet de l’annexion des territoires palestiniens.

Selon Mehr News, l'incident a commencé lorsque les habitants de différentes régions de la Cisjordanie ont organisé des manifestations anti-israéliennes pour protester contre l'expansion des colonies dans ces régions.

Lire aussi : "Israël ne peut plus rien..."

Lors des manifestations, les soldats israéliens s’en sont pris aux manifestants. Des témoins ont rapporté que des dizaines de Palestiniens avaient été gravement blessés. 

Un citoyen palestinien nommé Abdel Nasser Hallawa qui avait du mal à entendre et à parler, a été tué.

Auparavant, le mouvement « Défense des Enfants - International » (DEI) a déclaré dans un communiqué que l’allégation faite par l’armée israélienne concernant l’erreur dans le ciblage des citoyens palestiniens n'était pas pertinente.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/13/640643/Israel-effondrement-Amos-Harel-Netanyahu

 

 

LES DOUANES ISRAELIENNES FRAPPEES PAR DES PIRATES INFORMATIQUES

Nouvelle cyberattaque d’envergure paralyse les ports israéliens

Saturday, 12 December 2020 4:48 PM  [ Last Update: Saturday, 12 December 2020 4:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Nouvelle cyberattaque d’envergure paralyse les ports israéliens. (Photo d'illustration)

Les entreprises israéliennes continuent d’être frappées par des pirates informatiques. 

Après le piratage des données et informations privées protégées, y compris celles de plusieurs employés du gouvernement sioniste, auprès de la compagnie d’assurance israélienne Shirbit, il y a dix jours, le journal Yediot Aharonot vient de rapporter un nouveau cas de piratage, cette fois-ci, chez l’entreprise « Emital » qui vend des services de programmation pour des applications et des sites de services de douane.

Israël, cyberattaqué....

Israël, cyberattaqué....

La cyberattaque contre la compagnie d’assurance israélienne « Shirbit » a divulgué les informations personnelles de milliers de personnes

L’auteur du rapport, Roy Rubenstein, a révélé qu’après que les responsables de la compagnie d’assurance « Shirbit » avaient été informés de l’attaque des pirates, une fois les informations de leurs serveurs évacuées, Emital Company a annoncé qu’elle faisait également l’objet d’un acte de piratage, mais qu’elle ne disposait pas d’informations sur l’identité et les demandes des pirates.

Selon les informations recueillies par Yediot Aharonot, des attaques sur les serveurs de cette société sont menées presque toutes les heures, et à chaque fois l’intensité des attaques augmente. Ces attaques ont été observées pour la première fois il y a deux semaines, mais même avec l’aide de l’Agence israélienne de contrefaçon de cybercriminalité, on n’a pas pu les arrêter, ce qui a perturbé le fonctionnement de diverses parties de son système, rapporte le journal.

Cela intervient alors que la banque centrale du régime sioniste a mis toutes les banques de ce régime en état d’alerte maximal face à des menaces d’attaques cybernétiques et les a prévenues d’attaques électroniques qui pourraient détruire toutes leurs bases de données.

Fuite sur les cibles sionistes à abattre

Fuite sur les cibles sionistes à abattre

Les données confidentielles des personnels des services secrets du régime israélien ont été piratées suite à la cyberattaque contre Shirbit.

Le journal économique Calcalist a reconnu que « si la crise de l’épidémie de Coronavirus a pour la première fois obligé de nombreuses personnes à activer leur système bancaire depuis leur domicile, les cyberattaques sont devenues un cauchemar pour les institutions de sécurité des réseaux.

À cet égard, la Banque centrale israélienne a émis une nouvelle instruction à toutes les banques, leur demandant d’effectuer le télétravail de leurs employés dans le cadre de ces protocoles.

Dans cette instruction, les responsables de toutes les banques sont invités à évaluer la forme de télétravail et le contact de leurs employés avec le système bancaire et de limiter l’accès de chaque employé au serveur dans la section requise.

Israël: la «blacklist» iranienne, prête?

Israël: la «blacklist» iranienne, prête?

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/12/640577/Isra%C3%ABl-piratage-cyberattaque-compagnie-assurance

L'ONU VOTE 5 RESOLUTIONS A L'ENCONTRE D' "ISRAËL"

L’ONU adopte cinq résolutions contre «Israël»

L’ONU adopte cinq résolutions contre «Israël»

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

L'Assemblée générale des Nations Unies a approuvé jeudi cinq résolutions à l'encontre d'«Israël». Ces résolutions font suite à la journée de solidarité avec les Palestiniens organisée par les Nations unies.

La première, votée à 88 voix contre 9, appelle l’entité sioniste «à se retirer du plateau du Golan» et le condamne pour y avoir appliqué sa souveraineté.

La deuxième, votée à 145 voix contre 7, met en garde «Israël» contre des changements dans la partie Est d’Al-Qods occupée (Jérusalem-Est) et affirme l'illégalité d'une éventuelle annexion de la Cisjordanie occupée.

Les trois autres résolutions apportent quant à elles leur soutien à des instances onusiennes opérant pour le compte des Palestiniens – «La Division des droits palestiniens», «La Conférence internationale de la société civile à l'appui du peuple palestinien» et le «Programme d'information spécial sur la question de la Palestine».

https://french.alahednews.com.lb/37810/293