ITALIE

ITALIE : LES MÉDECINS CUBAINS EN LOMBARDIE ONT DÉJÀ SOIGNE PLUS DE 1000 PATIENTS

 

La Havane, 16 avril, (RHC).- La brigade médicale cubaine qui prête ses services à l'hôpital de Crema, une commune de la région italienne de Lombardie, a d'ores et déjà soigné plus d'un millier de patients.

Le Dr José Enrique Ortiz, médecin généraliste membre de la brigade Henry Reeve, a annoncé la nouvelle via Internet.

«Nous sommes arrivés ici cela fait 23 jours. Depuis notre arrivée, nous avons été affectés à deux positions fondamentales : l'hôpital principal où travaille une équipe de pneumologues et de généralistes et l'hôpital de campagne, attenant à ce premier où prête ses service le reste de la brigade cubaine.

Jusqu'à présent, nous avons soigné 1020 patients. Nous sommes tous en bonne état de santé. Nous observons toutes les mesures de bio-sécurité.»

Edité par Francisco Rodríguez Aranega
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/219961-les-medecins-cubains-en-lombardie-ont-d'ores-et-deja-soigne-plus-d'un-millier-de-patients


 

ITALIE : LA 2ème BRIGADE MÉDICALE CUBAINE ARRIVE A TURIN POUR SAUVER DES VIES

Cuba partage ce qu'elle a et donne la vie

Cuba arrive de nouveau en Italie, cette fois à Turin, dans la région du Piémont. C'est la deuxième brigade en poste dans ce pays d’Europe. La première prête déjà ses services en Lombardie, l'épicentre de la COVID-19 dans ce pays, et comme celle-ci, 38 autres Cubains – 21 médecins, 16 infirmières et un coordinateur logistique – sauveront des vies sans rien demander en retour, car la solidarité ne se marchande pas

Auteur:  | informacion@granmai.cu

Depuis son arrivée à Turin, la brigade médicale cubaine a reçu de nombreuses marques de gratitude. Photo : Heidy Villuendas

Cuba arrive de nouveau en Italie, cette fois à Turin, dans la région du Piémont. C'est la deuxième brigade dans ce pays européen. La première prête déjà en train de guérir ses services en Lombardie, l'épicentre de la COVID-19 dans ce pays, et comme celle-ci, 38 autres Cubains – 21 médecins, 16 infirmières et un coordinateur logistique – sauveront des vies sans rien demander en retour, car la solidarité ne se marchande pas.

« Nous partageons avec d'autres peuples les soins médicaux, la vie », a écrit ce lundi le ministre cubain des Relations extérieures, Bruno Rodriguez Parrilla, sur son compte Twitter, à propos du geste admirable des professionnels cubains, engagés tout d’abord envers les leurs, mais sans oublier les autres, motivés par sens profond de l'humanité.

Depuis leur arrivée à Turin, la brigade, qui fait partie du Contingent international Henry Reeve, n’a pas manqué de témoignages de gratitude de la part des habitants de cette région, dans le nord du pays.

La contre-révolution et ses médias, en toute mauvaise foi, ne supportent pas autant de fraternité et n’en comprennent pas le sens. Ils cherchent à tout prix à empêcher les pays de faire appel à Cuba et, pour ce faire, ils tentent d’occulter la qualité professionnelle et l'intégrité des médecins cubains. Ils les attaquent, alors que dans le même temps s’élève la demande internationale de mettre fin au blocus, une politique que l'empire poursuit maintenant avec plus de rage. Le monde s’interroge sur la raison d’une telle haine envers la Révolution cubaine de la part du gouvernement des États-Unis.

Or, malgré la politique de l'empire, la réalité est indéniable. Cuba compte 9 médecins pour 1 000 habitants, un luxe presque exclusif, et comme si cela ne suffisait pas, au mois de juillet prochain, elle en diplômera 9 000 de plus. Elle compte 84 000 infirmières et 34 000 étudiants en sciences d’infirmerie et en technologies de la santé, une force professionnelle à la disposition de sa population.

Alors que le blocus tue des peuples, Cuba sauve des vies. Il y a désormais 20 brigades Henry Reeve (425 médecins, 722 infirmières, 50 techniciens), qui se battent pour sauver la vie de ceux qui ont été touchés par la COVID-19.

Un ami de la Révolution a donné ce lundi une réponse catégorique : « Il faut être très misérable pour défendre le régime de sanctions contre l'Île en ce moment, ou pour la critiquer face à tous les éloges que l'attitude solidaire de Cuba suscite au niveau international avec l'envoi de brigades dans différentes parties du monde, y compris dans des pays européens. »

C'est le sentiment de frustration d'un ennemi qui ne pardonne pas l'honneur d'un peuple insoumis, capable de partager le peu qu'il a avec d’autres habitants de la planète, qu’ils soient pauvres ou riches, et de défendre son indépendance avec un courage admirable, comme il l'a fait en avril 1961 sur les sables de Playa Giron.

http://fr.granma.cu/cuba/2020-04-14/cuba-partage-ce-quelle-a-et-donne-la-vie


 

CRIMÉE : L'ITALIE DÉFIE LA RUSSIE

Bio-base russe en Italie: la riposte US tombe

Mon Mar 30, 2020 5:39PM

  1. La Russie a envoyé le 22 mars 2020 le premier des neuf avions militaires qui doivent emmener au total 100 experts et médecins spécialistes des virus de l’armée en Italie pour aider à combattre la pandémie de coronavirus dans le pays européen. ©AFP

La Russie a envoyé le 22 mars 2020 le premier des neuf avions militaires qui doivent emmener au total 100 experts et médecins spécialistes des virus de l’armée en Italie pour aider à combattre la pandémie de coronavirus dans le pays européen. ©AFP

La Russie critique l’Italie pour avoir mené des actions provocatrices près de la région russe de Crimée en dépit de l’aide humanitaire russe au pays dans la lutte contre le coronavirus.

Malgré l’aide gratuite de l’armée russe à l’armée italienne pour aider l’Italie à lutter contre la propagation de la Covid-19, Rome a poursuivi ses opérations militaires provocatrices aux frontières russes, en permettant un avion de reconnaissance militaire américain décoller de l’une de ses bases militaires pour aller en mission près des frontières russes, a rapporté le site d’information russe Avia-pro.

La source russe a dit que l’avion de reconnaissance militaire Boeing P-8A Poseidon avait décollé d’une base militaire italienne et s’était immédiatement dirigé vers la région de Crimée, où, il a interféré dans les opérations de recherche et de sauvetage en cours par l’aviation et les navires de guerre russes pour trouver la carcasse d’un avion de combat Su-27 écrasé le 27 mars près de la région russe de Crimée.

De plus, un navire de guerre italien avec des missiles de croisière à bord a également été envoyé sur les côtes de Crimée. Contrairement à la bonne volonté de Moscou qui a fourni de l’aide médicale à l’Italie, le commandement de la marine italienne a décidé de ne pas interrompre une certaine opération près des frontières russes.

Lire aussi: Les drones de l’OTAN multiplient leurs vols près des frontières russes

« Alors que la Russie a fourni une aide humanitaire gratuite aux citoyens italiens souffrant de la pandémie de coronavirus, l’Italie tente de démontrer sa puissance militaire à la Russie. Évidemment, ce comportement de l’Italie ne passera pas inaperçu, d’autant plus qu’au lieu d’envoyer un navire de guerre en Crimée, l’Italie pourrait bien acheter tout l’équipement médical nécessaire avec l’argent dépensé dans le domaine militaire. Mais il semble que Rome préférerait montrer à la Russie sa puissance imaginaire », a indiqué le site proche du renseignement russe.

Selon Avia.pro, un drone d’espionnage américain a été repéré au-dessus de la mer Noire, dans la zone du crash du chasseur russe Su-27.

Crimée: un Su-27 russe abattu?

Crimée: un Su-27 russe abattu?

Un drone d’espionnage américain a été repéré au-dessus de la mer Noire, dans la zone du crash du chasseur russe Su-27.

Selon Sputnik, l’avion de chasse Su-27 appartenant aux forces aériennes russes s’est écrasé le mercredi 25 mars lors d’un vol de routine en mer Noire à une cinquantaine de kilomètres des côtes de Crimée.

Suite au crash, une mission de recherche et de sauvetage a été lancée, mais n’a toujours pas récupéré le pilote.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/30/621955/Crime-lItalie-dfie-la-Russie


 

ITALIE : LA TERRIBLE DÉCOUVERTE RUSSE?

E-Press du 29 mars 2020

Sun Mar 29, 2020 10:0AM

  1. Le général major Sergueï Kikot, commandant en second des forces russes de défense radiologique, chimique et biologique planifiant avec l’état-major italien le déplacement des troupes russes de la base Pratica di Mare près de Rome jusqu’à Bergame dans le nord de la péninsule italienne.©Strategika 51

00:0012:13HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Le général major Sergueï Kikot, commandant en second des forces russes de défense radiologique, chimique et biologique planifiant avec l’état-major italien le déplacement des troupes russes de la base Pratica di Mare près de Rome jusqu’à Bergame dans le nord de la péninsule italienne.©Strategika 51

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Au sommaire :

1-Italie : la Russie confirme une bio-attaque en cours! Ceci est une information exclusive non encore publiée et inédite.

Les forces de défense CBRN (Chimique, biologique, radiologique et nucléaire) de la Fédération de Russie en Italie ont confirmé la thèse d’une attaque biologique qui n’est pas due au SRAS-nCov-2, mais à un autre vecteur. Le COVID-19 dont le vecteur existe est une diversion masquant l’usage d’une véritable bioarme.

Le COVID-19 n’est pas le vecteur d’une bioattaque, mais un écran de camouflage cachant l’usage d’un autre vecteur inconnu, lequel ne serait pas chimique, mais bien biologique.

Nos sources soulignent qu’il faut absolument éviter de céder à la multiplication des fausses pistes dont une grande partie émane des grands médias dits dominants dont le battement médiatique sur le COVID-19 ainsi que l’action de certains gouvernements visent plus à brouiller les pistes. Ce qu’il faut retenir selon les mêmes sources est que le SRAS était au début des années 2000 bien plus létal (~10%) que le SRAS-nCov-2 et que les mesures prises par un nombre grandissant de gouvernements visent en priorité la création d’un climat favorable à l’injection d’immenses quantités de monnaies fiat (de 2 à 8 trillions de dollars USD) pour sauver le marché financier et boursier mondial et la mainmise du dollar sur fond d’une guerre de pétrole mené via l’Arabie saoudite visant à terrasser économiquement des pays producteurs de brut comme l’Iran (cible prioritaire), le Venezuela, la Russie, la Chine, l’Algérie et le Nigeria.

Source : Strategika 51

2-Covid-19: le plan de lutte du Hezbollah

Le Hezbollah se mobilise pour confronter le coronavirus ? Quel est son plan ?

Chaque heure, le nombre de cas infectés du nouveau coronavirus de par le monde s’élève, renforçant ainsi les craintes de sa propagation et l’enregistrement de nouveaux décès. Le Liban n’est pas à l’abri de cette crise. Il est au sein d’une bataille mondiale qu’il est contraint de mener avec des modestes potentiels sanitaires et médicaux. Comment le Liban fera-t-il face à cette pandémie si le nombre de personnes infectées sur son territoire augmente ? Qu’en est-il pour le Hezbollah ? Quel est son plan pour confronter cette période difficile ?

«Pour le Hezbollah, la vitesse de la propagation de ce virus-fantôme était remarquable», affirme le membre de la commission parlementaire de la Santé, le Dr. Ali Mokdad. «Le Hezbollah connaît qu’un tel évènement ne sera pas ordinaire, vu les capacités sanitaires, médicales et hospitalières de l’Etat qui témoigne des circonstances économiques et financières exceptionnelles», souligne M. Mokdad.

Le membre du bloc parlementaire relevant du Hezbollah «Fidélité à la Résistance» a souligné que «les responsables du Hezbollah dans les secteurs et les régions libanaises se sont hâtés automatiquement, dès le premier jour de la propagation du coronavirus, à prendre certaines mesures pour sensibiliser et orienter les gens, en absence d’une décision officielle du parti».

«Cependant, suite à la propagation alarmante du virus dans le monde, notamment en Europe qui vit actuellement un cauchemar, le gouvernement libanais a décrété la mobilisation générale et la fermeture de l’aéroport et des installations terrestres et maritimes. Il est clair que les responsables s’attendent au pire et à une augmentation massive de personnes contaminées si le confinement à domicile n’a pas été respecté», ajoute le député.

«Nous œuvrons à conjuguer tous nos potentiels et nos capacités pour endiguer cette pandémie dangereuse. Au cas où la situation s’enlise et le virus se propage d’une façon terrifiante, le Hezbollah mettra ses hôpitaux (Rassoul al-Aazam et Saint Georges) ainsi que ses centres médicaux et ses personnels à la disposition de l’État et du ministère de la Santé», indique M. Mokdad.

Selon M. Mokdad, le cadre général du plan sanitaire du Hezbollah face au coronavirus a été accompli et il couvrira tout le Liban, du nord jusqu’au sud, mais l’importance sera accordée aux régions qui témoignent une grande propagation du virus et qui constituent une menace.

 «Pour le Hezbollah, la maladie et le traitement sont diagnostiqués. Nous avons besoin d’une immunité nationale avant celle corporelle et sanitaire pour vaincre le coronavirus», a conclu le député.

Source : Al-Ahed

3-Europe : plus mortelle que la Covid-19?

Coronavirus: le manque de solidarité, «danger mortel» pour l’Europe, selon Jacques Delors

Le manque de solidarité fait «courir un danger mortel à l'Union européenne», a averti samedi 28 mars l'ancien président de la Commission européenne Jacques Delors, dans une déclaration transmise à l'AFP par l'institut à son nom qu'il a fondé.

«Le climat qui semble régner entre les chefs d'État et de gouvernement et le manque de solidarité européenne font courir un danger mortel à l'Union européenne», estime l'ancien ministre français de l'Économie, qui a présidé la Commission de 1985 à 1995.

«Le microbe est de retour», ajoute ce grand défenseur de l'Europe, qui a suivi, selon l'Institut, les derniers développements au sein de l'Union et sa réponse face à la pandémie, en particulier le Conseil européen de jeudi qui a montré les divisions entre les 27, en particulier entre pays du Nord et du Sud.

De son côté, Emmanuel Macron tente de faire bouger les lignes. Le président français en appelait à la solidarité budgétaire européenne, dans un entretien à des journaux italiens vendredi 27 au soir.

Neuf pays européens, dont la France et l’Italie, avaient appelé quelques jours plus tôt à lancer un emprunt commun à toute l’Union européenne pour faire face au coronavirus, mettant la pression sur l’Allemagne, opposée à toute mutualisation des dettes.

4-Covid-19 : ce qui différencie l'Iran..

Coronavirus: les frais médicaux couverts à 90% par le gouvernement (Rohani)

Lors de la réunion du comité national de la lutte contre le Coronavirus, le président de la République islamique d'Iran a admiré la performance, la persévérance et la solidarité du cadre de santé en Iran mobilisé contre la propagation du Covid-19.

Le président Hassan Rohani a affirmé samedi que les médecins, les infirmiers et les infrastructures sanitaires de l'Iran étaient bien préparés pour contenir un éventuel pic du coronavirus dans le pays.

Le président Rohani a précisé que les malades souffrant du Covid-19 bénéficient d'un traitement presque gratuit, car le gouvernement et les sociétés d'assurance couvrent 90% des frais médicaux de ces patients.

Selon les chiffres du ministère iranien de santé, le bilan du Coronavirus en Iran a atteint 32,332 cas diagnostiqués. 2,378 Iraniens ont malheureusement perdu la vie à cause du Coronavirus. Grâce aux sacrifices des médecins et  des infirmiers iraniens, 11,133 Iraniens sont guéris du Covid-19.

Source : Irna

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/29/621846/La-Russie-confirme-une-bioattaque-en-cours


 

MALGRÉ DEUX SEMAINES DE CONFINEMENT, LES DONNÉES DES PERSONNES INFECTÉES NE SONT PAS BONNES

Épidémie de coronavirus en Italie

Les données des infectés en Italie ne sont «pas bonnes» malgré deux semaines de confinement

Sputnik/ Alessandro Rota

SANTÉ

URL courte

51633

S'abonner

Les données des infectés en Italie ne sont «pas bonnes» malgré deux semaines de confinement. En Lombardie, plus de 2.500 nouveaux cas d’infection recensés ce jeudi 26 mars, selon Attilio Fontana, président de l'exécutif régional.

Le nombre d'infectés par le coronavirus dans la région italienne la plus touchée, la Lombardie, a augmenté d’environ 2.500 ce jeudi 26 mars, selon Attilio Fontana, président de l'exécutif régional. Il a précisé que les chiffres n'étaient toujours «pas bons», malgré deux semaines de confinement.

«Les chiffres d’aujourd’hui ne sont pas bons, malheureusement. Il y a eu une forte hausse en comparaison avec les jours précédents», a expliqué M.Fontana aux journalistes.

Les médecins infectés

Au total, 36 médecins italiens sont décédés en raison du Covid-19, selon l'agence de presse ANSA qui se réfère à la Fédération nationale des unions de médecins (NOM). Actuellement, le nombre d'infectés parmi le personnel médical a atteint les 6.025. Selon le dernier rapport du ministère italien de la Santé, le pays compte 57.521 contaminés et déplore 7.503 décès causés par la maladie.

Détails à suivre...

https://fr.sputniknews.com/sante/202003261043399979-les-donnees-des-infectes-en-italie-ne-sont-pas-bonnes-malgre-deux-semaines-de-confinement/


 

ITALIE : UN CONVOI MILITAIRE RUSSE DE 22 CAMIONS ET AUTOBUS D'AIDE MÉDICALE EN ROUTE POUR LA LOMBARDIE

Un convoi militaire russe d’aide médicale en route vers la Lombardie

 Depuis 7 heures  26 mars 2020

Un convoi militaire russe d’aide médicale en route vers la Lombardie

Un convoi militaire russe d’aide médicale en route vers la Lombardie
Un convoi militaire russe d’aide médicale en route vers la Lombardie

 Amérique et Europe - Italie

 

russe2Un convoi de 22 camions et de plusieurs autobus avec à bord des virologues et des médecins militaires russes doit arriver dans la soirée de mercredi 25 mars à Bergame, l’une des villes italiennes la plus touchées par l’épidémie du Covid-19.

Une vidéo du départ du convoi depuis la base aérienne italienne de Pratica di Mare, à 30 kilomètres au sud-ouest de Rome a été mise en ligne tout comme celle de son déplacement vers Florence où il a fait escale au bout de 250 kilomètres.

Après un ravitaillement à Florence, le convoi a repris la route. L’itinéraire total est d’environ 600 kilomètres. Les véhicules sont escortés par la Carabinieri.

Entre le 22 et 25 mars, 15 avions russes ont acheminé en Italie une centaine de spécialistes en virologie et huit équipes de médecins expérimentés dans la lutte contre les infections, ainsi qu’une importante quantité de matériels médicaux.

Selon le dernier bilan de la Protection civile, avec 683 nouveaux décès, le nombre de morts dus au coronavirus a atteint en Italie les 7.503. Au total 74.386 cas de contamination au Covid-19 ont été recensés depuis le début de l’épidémie. 57.521 personnes sont actuellement malades. 9.362 personnes ont guéri.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1692880


 

LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE RECONNAIT AVOIR DÉTOURNE LES MILLIERS DE MASQUES ENVOYES A L'ITALIE PAR LA CHINE

Un hombre con mascarilla (imagen referencial)

Prague reconnaît avoir détourné des masques destinés à l’Italie

© REUTERS / Francois Lenoir

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Le COVID-19 en Europe (153)

10847

S'abonner

Pour la presse italienne, les autorités tchèques ont détourné des masques chinois destinés aux hôpitaux du pays, mais selon Prague, ils ont été saisis dans le cadre d'une opération contre des trafiquants, et l'Italie n'aura pas à pâtir de l'affaire, selon l’AFP.

Épicentre de la pandémie de coronavirus, l'Europe est confrontée à une pénurie de masques. Le problème est crucial en Italie, qui paie le plus lourd tribut avec près de 5.000 morts.

Mais la République tchèque y est aussi confrontée et a renforcé le contrôle des exportations et de la distribution des masques.

Samedi soir, le quotidien italien La Repubblica a publié un article qui entend décrire «comment la République tchèque a confisqué des milliers de masques envoyés à l'Italie par la Chine».

Révélations d'un chercheur

Selon le quotidien, qui s'appuie sur les révélations d'«un courageux chercheur tchèque», Lukas Lev Cervinka, les autorités tchèques auraient gardé les masques saisis sous couvert d'une opération contre des trafiquants avant de les distribuer à leurs hôpitaux.

La police tchèque a saisi le 17 mars 680.000 masques et des appareils respiratoires dans l’entrepôt d'une entreprise privée de Lovosice, au nord de Prague, la présentant comme un grand succès contre le trafic de cet équipement.

Vendredi, dans un tweet, le ministre de l'Intérieur, Jan Hamacek, a concédé que «malheureusement, après des investigations plus poussées, il s'est avéré qu'une plus petite partie de cette saisie était un don chinois pour l'Italie».

Selon les médias tchèques, ce don représente un peu plus de 100.000 masques. Les autorités locales ont annoncé de leur côté que sur l'ensemble de la saisie, 380.000 masques seraient distribués aux hôpitaux locaux.

«Nous essayons de comprendre ce qu'un don chinois pour l'Italie faisait à Lovosice. Mais nous sommes en discussion avec les deux pays et je peux assurer qu'il n'y aura aucune perte pour l'Italie», a assuré le ministre.

«Les Tchèques n'ont pas retenu délibérément cet équipement», a assuré le ministre des Affaires étrangères Tomas Petricek, cité par l'agence CTK. Il a annoncé être déterminé à comprendre «comment cet équipement a fini illégalement dans un entrepôt de Lovosice».

Aucun responsable italien de premier plan n'a réagi dimanche à l'article de La Repubblica.

Spécialiste de droit constitutionnel européen, Lukas Lev Cervinka est un conseiller du député Jan Lipavsky, du parti Pirate tchèque, une formation anti-système qui a fait son entrée au Parlement en 2017 en remportant 10% des suffrages.

La République tchèque a recensé plus de 1.000 cas positifs au coronavirus et aucun mort.

https://fr.sputniknews.com/international/202003221043356437-prague-reconnait-avoir-detourne-des-masques-destines-a-litalie/


 

UNE BRIGADE MÉDICALE CUBAINE EN ITALIE POUR LUTTER CONTRE LE COVID-19

 

La Havane, 20 mars (RHC)- Une brigade médicale cubaine arrivera demain à la région de Lombardie, dans le Nord de l'Italie, pour prendre part à la lutte contre le Covid-19.

Le conseiller de Santé de cette zone, Giulio Galera, a expliqué que plus d'une cinquantaine de professionnels de la santé de Cuba répondent à une demande de son gouvernement à cause du manque de personnel dans les hôpitaux et de l'augmentation du nombre de cas positifs de cette souche qui a déjà tué plus de 3 mille personnes dans cette région européenne.

Giulio Gallera a relevé que les spécialistes du pays caribéen sont hautement spécialisés et qu'ils ont une grande expérience à l'heure de traiter ce type de maladies.

Edité par Reynaldo Henquen
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/217300-une-brigade-medicale-cubaine-arrivera-demain-en-italie-pour-prendre-part-a-la-lutte-contre-le-covid-


 

MESSAGE DE SOLIDARITÉ DE LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) AU PEUPLE ITALIEN

 

19 Mar 2020
La Fédération Syndicale Mondiale s’adresse à la classe ouvrière et au peuple italien. Nous vivons une période de pandémie, dans laquelle le coronavirus se propage aux quatre coins du monde; Votre peuple a déjà payé un lourd tribut en vies humaines perdues. Nous voulons exprimer notre profonde tristesse pour chaque vie perdue à cause de la pandémie.

Bien que la propagation du coronavirus semble inévitable, nous croyons fermement que les syndicats de classe dans tous les pays du monde doivent poursuivre et intensifier leur lutte, exigeant la protection de la santé, de la sécurité et de la vie des gens simples.

L’austérité imposée par l’UE ces dernières années, qui a entraîné des coupes financières dans le secteur de la santé, la fermeture d’hôpitaux, des coupes dans le nombre de lits et de personnels de santé, ainsi que la régionalisation du système de santé sont les véritables causes de problème. Les gouvernements tentent de nous convaincre que la propagation du coronavirus est une « responsabilité personnelle », cherchant à masquer les énormes lacunes du système de santé.

D’autre part, les monopoles et les employeurs essaient de trouver de nouvelles façons d’exploiter les gens, non seulement en tant que travailleurs mais aussi en tant que consommateurs. Les prix des moyens de protection sont élevés voire supérieurs à 1000% dans certains cas. Dans la pratique, les employeurs refusent de prendre des mesures de protection suffisantes dans divers lieux de travail. Encore une fois, les gouvernements et les employeurs traitent les personnes selon la règle des «coûts et bénéfices».

Notre seule arme est la solidarité, les luttes communes contre les politiques de l’UE, des gouvernements et des employeurs. En ce sens, la FSM soutient pleinement les demandes de notre organisation affiliée en Italie, l’USB, comme les seules demandes de nature philanthropique, anthropocentrique et en faveur des travailleurs. Nous exigeons des mesures immédiates de protection sociale, de défense de nos droits du travail et des salaires. Ce n’est que par notre résistance et notre lutte que nous pourrons défendre nos droits.

Le Secrétariat de la FSM

source :  http://www.wftucentral.org/message-de-solidarite-de-la-fsm-au-peuple-italien/?lang=fr


 

L'UE ABANDONNE L'ITALIE A SON TRISTE SORT. LA CHINE SOLIDAIRE ENVOIE 9 EXPERTS DU CORONAVIRUS AINSI QUE PLUSIEURS TONNES D'AIDE SANITAIRE

Coronavirus en Italie

L’Union européenne a «abandonné» l’Italie, la Chine à la rescousse

© REUTERS / Alfredo Falcone

INTERNATIONAL

URL courte

Par 

15453

S'abonner

Plusieurs tonnes d’aide sanitaire en provenance de Chine sont arrivées le 12 mars à Rome. Alors que la péninsule est violemment frappée par l’épidémie de coronavirus, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’attitude de Bruxelles envers l’Italie, certains parlent même d’une Union européenne qui aurait «abandonné» l’Italie. On fait le point.

«Nous saurons nous souvenir des pays qui nous ont été proches.» 

Cette phrase prononcée par le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio sonne comme un tacle à Bruxelles. Alors que la Botte est frappée par l’une des plus graves crises sanitaires de son histoire, avec plus de 1.000 morts liées à l’épidémie de coronavirus et 15.000 cas déclarés, les services hospitaliers du pays tirent la sonnette d’alarme.

​Le coordinateur des services de thérapies intensives de l'unité de crise en Lombardie disait toute sa détresse le 11 mars à nos confrères des Echos:

«Ces deux dernières semaines, on a augmenté de 50% le nombre de lits dans les services de réanimation, mais c'est insuffisant. Les patients atteints de coronavirus sont trop nombreux et les autres services hospitaliers sont au bord de la paralysie. Nous sommes allés au bout de nos limites en ce qui concerne le nombre de lits et la mobilisation du personnel médical. On est en train de faire des miracles, mais on ne pourra pas tenir plus de dix jours à ce rythme.»

Une situation catastrophique qui pose la question de l’aide venue de l’étranger. Pays fondateur et pilier de l’Union européenne (UE), l’Italie n’a pourtant pour le moment, été que peu soutenue par ses partenaires européens. L’avocat et porte-parole des Gilets jaunes à Rouen François Boulo a notamment commenté la situation sur Twitter:

«L’Allemagne conserve ses masques pour elle toute seule et la France donne des leçons à l’Italie qui est tellement abandonnée à son sort par l’UE qu’elle en appelle à l’aide de la Chine…»

Le 12 mars, neuf experts chinois du coronavirus ainsi que plusieurs tonnes d'aide sanitaire sont arrivés à Rome. Berceau de l’épidémie et pays le plus touché avec 3.169 morts et plus de 80.000 personnes infectées, la Chine voit aujourd’hui le nombre de nouveaux cas chuter. Une situation qui permet à Pékin d’envoyer experts et matériel dans plusieurs pays dont l’Italie, deuxième nation la plus frappée par l’épidémie de coronavirus.

 

Cameras of the French media are placed in front of the entrance of the La Pitie Salpetriere Hospital where former French President Jacques Chirac has been hospitalized with a lung infection, in Paris, Monday, Sept. 19, 2016.

© AP PHOTO / THIBAULT CAMUS

Coronavirus: «ce qu'il faut, c'est presque une médecine de guerre» à la Pitié Salpêtrière

«Le peuple chinois n'oubliera jamais le soutien précieux apporté par l'Italie quand la Chine traversait les moments les plus difficiles dans la lutte contre le virus», a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

D’après le président de la Croix-Rouge italienne Francesco Rocca, l’avion qui s’est posé le 12 mars à Rome en provenance de Chine contenait notamment «des ventilateurs, du matériel respiratoire, des électrocardiographes, des dizaines de milliers de masques et d'autres matériels de santé».

«Les neuf experts –six hommes et trois femmes emmenés par le vice-président de la Croix-Rouge chinoise Yang Huichan et par un illustre professeur de réanimation cardio-pulmonaire, Liang Zongan– sont des médecins-réanimateurs, pédiatres et infirmiers qui ont géré la crise du coronavirus en Chine.»

Le 11 mars, le trésorier et responsable national de l’Union populaire républicaine (UPR) Charles-Henri Gallois fustigeait le manque de réactivité de Bruxelles concernant la crise en Italie: «La solidarité de l’UE illustrée: l’Italie a demandé de l’aide auprès des autres pays de l’UE et n’a rien obtenu. Seule la Chine a répondu positivement. Le périmètre de l’UE est artificiel et il n’y a pas de solidarité. Seules les nations comptent.»

​Même son de cloche du côté du journaliste et présentateur suisse Darius Rochebin qui a dégainé son clavier pour twitter le 12 mars:

«La Chine a manifesté plus de soutien à l’Italie que l’Union européenne! La Commission européenne n’a même pas été capable d’un geste symbolique fort, faute d’une aide immédiate. Inconscience, médiocrité de sa part? Ou remontée d’un refoulé plus profond?»

Bruxelles arrive-t-elle trop tard?

Cette solidarité chinoise peut s’expliquer par l’attrait de l’Italie pour le projet des «Nouvelles routes de la soie» porté par le Président chinois Xi Jinping. Le 23 mars 2019, Rome signait un protocole d'accord qui scellait son entrée au sein de ce vaste projet d'infrastructures terrestres et maritimes lancé par Pékin en 2013. Une décision qui avait été très mal accueillie à l’époque par Bruxelles… et Washington.

«Wang Yi, appelant la communauté internationale à faire preuve de solidarité pour lutter contre le virus, a quant à lui déclaré que son pays, en tant qu'ami et partenaire stratégique global de l'Italie, comprenait parfaitement les défis auxquels elle était confrontée et tenait à lui présenter à la fois son soutien et ses condoléances. Cette épidémie ne connaît pas de frontières et est un ennemi commun de l'humanité», a précisé l’agence de presse chinoise Xinhua.

Il semble que l’UE se soit décidée à agir le 13 mars afin d’aider l’Italie. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a assuré que Rome disposerait de toute l’aide nécessaire:

«Nous sommes absolument prêts à aider l'Italie pour tout ce dont elle aura besoin. C'est de la plus haute importance. Ce pays est gravement touché par le coronavirus. Par conséquent [...], nous répondrons à tous leurs besoins.»

Reste à voir concrètement comment cette aide va s’organiser.

https://fr.sputniknews.com/international/202003131043265537-lunion-europeenne-a-abandonne-litalie-la-chine-a-la-rescousse-/