ITALIE

Dans ITALIE

GREEN PASS NUCLEAIRE : EN MAI SORT LA BOMBE POUR L'ITALIE

Par Le 12/01/2022

Green pass nucléaire : en mai sort la Bombe pour l’Italie

L’Art de la guerre

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 11 janvier 2022

ilmanifesto.it

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Dans quatre mois, en mai, commence aux USA la production à grande échelle de la nouvelle bombe nucléaire B61-12 : l’annonce est faite par la U.S Department of Energy’s National Nuclear Administration (l’Administration pour la sécurité nucléaire nationale, NNSA, faisant partie du Département USA de l’Energie). Au fur et à mesure qu’elles sortiront de fabrique, les nouvelles bombes nucléaires seront remises à la US Air Force, qui les installera dans les bases en Italie et d’autres pays européens à la place des B61.

La B61-12 est une nouvelle arme nucléaire polyvalente qui remplace trois des variantes de l’actuelle B61 (3, 4 et 7). Elle a une tête nucléaire avec quatre options de puissance, à sélectionner en fonction de l’objectif à détruire. Elle n’est pas larguée à la verticale comme la B61, mais à distance de l’objectif sur lequel elle se dirige guidée par un système satellite. Elle peut pénétrer dans le sous-sol, explosant en profondeur pour détruire les bunkers des centres de commandement afin de “décapiter” le pays ennemi dans une first strike nucléaire. Pour cette attaque la US Air Force dispose aussi de la quatrième variante de la B61, la B61-11 pénétrante, modernisée en 2001. La B61-12, confirme la NNSA, peut être lancée soit par le bombardier furtif B-2A et par le futur B-21, soit par des chasseurs à double capacité conventionnelle et nucléaire. Parmi eux il y a les F-16C/D étasuniens basés à Aviano et les Tornado italiens PA-200 basés à Ghedi. Plus adaptés encore à l’attaque nucléaire sont les F-35A, déjà opérationnels aussi dans l’Aéronautique italienne. 

La NNSA communique que “toute la production nécessaire de B61-12” sera achevée dans l’année fiscale 2026. Le programme prévoit la construction de 500 bombes, avec un coût d’environ 10 milliards de dollars (chacune se trouvant ainsi coûter le double de ce qu’elle coûterait si elle était construite entièrement en or). Leur nombre effectif reste cependant secret, comme reste en grande partie secret leur déploiement géographique. Cela constitue le facteur déterminant de la capacité offensive des bombes nucléaires B61-12. Si elles étaient toutes déployées en territoire étasunien, prêtes à être transportées avec les bombardiers stratégiques, cela ne constituerait pas une modification substantielle des dispositifs stratégiques actuels. Les B61-12 seront par contre déployées dans d’autres pays au bord surtout de la Russie, prêtes à être transportées et lancées par les F-35 et d’autres chasseurs. 

Les bases d’Aviano et Ghedi ont été restructurées pour accueillir les chasseurs F-35 armés des nouvelles bombes nucléaires. À Ghedi peuvent être déployés 30 chasseurs italiens F-35A, prêts à l’attaque sous commandement USA avec 60 bombes nucléaires B61-12. Il n’est pas exclus qu’elles soient déployées aussi dans d’autres bases sur le territoire italien. Il n’est pas exclus que, en plus d’être déployées en Allemagne, Belgique et Pays-Bas, elles soient aussi déployées en Pologne, dont les forces aériennes participent depuis des années aux manoeuvres OTAN de guerre nucléaire, et dans d’autres pays de l’Est. Les chasseurs OTAN déployés dans les républiques baltes, au bord de la Russie, peuvent être eux aussi armés des B61-12. Il n’est pas exclus que les nouvelles bombes nucléaires puissent être déployées aussi en Asie et Moyen-Orient contre la Chine et l’Iran. Bien qu’elles soient classées comme “armes nucléaires non-stratégiques”, les B61-12, rapprochées des objectifs, ont des capacités offensives analogues à celles des armes stratégiques (comme les têtes nucléaires des missiles balistiques intercontinentaux). Elles sont ainsi des armes déstabilisantes, qui provoqueront une réaction en chaîne accélérant la course aux armements nucléaires.

Les 5 puissances nucléaires membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies -États-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni- affirment, dans une déclaration conjointe (3 janvier), qu’“une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée” et : “Nous demeurons déterminés [… à] poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire”. Que les USA s’engagent alors à ne pas déployer dans d’autres pays, et mieux encore à ne pas produire, les nouvelles bombes nucléaires B61-12.

Manlio Dinucci

 

 

Article original en italien :

Green pass nucleare: esce a maggio la Bomba per l’ItaliaBy Manlio Dinucci, January 11, 2022

Édition de mardi 11 janvier 2022 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/green-pass-nucleare-esce-a-maggio-la-bomba-per-litalia/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

La source originale de cet article est ilmanifesto.it

Copyright © Manlio Dinucci, ilmanifesto.it, 2022

https://www.mondialisation.ca/green-pass-nucleaire-en-mai-sort-la-bombe-pour-litalie/5664051

Dans ITALIE

MANLIO DINUCCI : ILS DEFENDENT LE CLIMAT PENDANT QU'ILS PREPARENT LA FIN DU MONDE

Par Le 03/11/2021

Ils défendent le climat pendant qu’ils préparent la fin du monde

Par Manlio Dinucci
Arrêt sur info — 02 novembre 2021

 

Facebook

Facebook

Par Manlio Dinucci

Paru le 2 novembre 2021 sur Il manifesto

Au début du mois d’octobre l’Italie a accueilli la réunion préparatoire de la Conférence de l’Onu sur le changement climatique, actuellement en cours à Glasgow, la COP26.

Deux semaine plus tard, l’Italie a accueilli un autre évènement international qui, à la différence du premier amplement publicisé, a été passé sous silence par le gouvernement : la manœuvre de l’Otan de guerre nucléaire Steadfast Noon dans les cieux de l’Italie septentrionale et centrale. Sous commandement US, les forces aériennes de 14 pays de l’Alliance atlantique, avec chasseurs bombardiers à double capacité nucléaire et conventionnelle déployés dans les bases d’Aviano (Frioul) et de Ghedi (Brescia) y ont participé pendant sept jours. À Aviano est basée en permanence la 31ème escadre USA avec chasseurs bombardiers F-16C/D et bombes nucléaires B61. À Ghedi, le 6ème Stormo de l’Aéronautique italienne avec chasseurs bombardiers Tornado PA-200 et bombes nucléaires B61. La Fédération des Scientifiques Américains (FAS) confirme en 2021 que « sont assignées à l’armée de l’Air italienne des missions d’attaque nucléaire avec bombes USA, gardées en Italie sous contrôle de l’US Air Force, dont l’utilisation en guerre doit être autorisée par le président des États-Unis ». Les bases d’Aviano et de Ghedi ont été restructurées pour recevoir des chasseurs F-35 armés des nouvelles bombes nucléaires B61-12.

En octobre dernier, dans le Nevada, le test final avec largage de B61-12 inertes par deux chasseurs F-35A a été effectué. Sous peu les nouvelles bombes nucléaires arriveront en Italie : 30 chasseurs italiens F-35A, prêts à l’attaque sous commandement US avec 60 bombes nucléaires B61-12, peuvent être hébergés dans la seule base de Ghedi.

Une semaine après avoir participé à cette manœuvre de guerre nucléaire, l’Italie a participé à la Conférence de l’Onu sur le changement climatique, présidée par le Royaume-Uni en partenariat avec l’Italie. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a averti : « Nous sommes à une minute de minuit et nous avons besoin de réagir maintenant » contre le réchauffement mondial qui est en train de détruire la planète. Il se sert ainsi de la symbolique « Horloge de l’Apocalypse », qui en réalité marque à combien de minutes nous sommes du minuit nucléaire.

Le même Boris Johnson, il y a quelques mois seulement, en mars, a annoncé la montée en puissance des sous-marins britanniques d’abaque nucléaire : les Astute (coût 2,2 milliards de dollars pièce), armés de missiles nucléaires USA de croisière Tomahawk IV avec une portée de 1 500 km, et les Vanguard, armés de 16 missiles balistiques US Trident D5 avec une portée de 12 000 km, dotés de plus de 120 têtes nucléaires. Ces derniers seront rapidement remplacés par les encore plus puissants sous-marins de la classe Dadnough. Les sous-marins britanniques d’attaque nucléaire, qui croisent en profondeur le long des côtes russes, naviguent maintenant aussi le long de celles de la Chine, en partant d’Australie à qui les USA et le Royaume-Uni fourniront des sous-marins nucléaires. La Grande-Bretagne, qui accueille la Conférence pour sauver la planète du réchauffement mondial, contribue de cette façon à la course aux armements qui amène le monde vers la catastrophe nucléaire.

Sur un tel fond la vidéo promotionnelle de la Conférence est erronée : un dinosaure, symbole d’une espèce disparue, qui depuis la tribune des Nations Unies alerte les humains pour qu’ils sauvent leur espèce du réchauffement mondial. En réalité, confirment des études scientifiques, les dinosaures s’éteignirent non pas à cause du réchauffement, mais du refroidissement de la Terre après l’impact d’une énorme météorite qui, soulevant des nuages de poussières, éclipsa le Soleil. Exactement ce qui arriverait à la suite d’une guerre nucléaire : outre des destructions catastrophiques et la retombée radioactive sur toute la planète, elle provoquerait, dans des zones urbaines et forestières, d’énormes incendies qui produiraient dans l’atmosphère une couche d’épaisse fumée, occultant le Soleil. Cela déterminerait un refroidissement climatique pour plusieurs années : l’hiver nucléaire. La conséquence serait l’extinction de la majeure partie des espèces végétales et animales, avec des effets dévastateurs aussi sur l’agriculture. Le froid et la faim réduiraient la capacité de survie des rares rescapés, amenant l’espèce humaine à son extinction.

Manlio Dinucci

Traduit de l’italien par M-A Patrizio

Source: Il manifesto

Dans ITALIE

CORONAVIRUS : L'ITALIE ANNONCE UN 5ème MORT, UN HOMME AGE DE 88 ANS

Par Le 24/02/2020

Coronavirus en Italie

L’Italie annonce un cinquième mort à cause du coronavirus

© REUTERS / Flavio Lo Scalzo

INTERNATIONAL

URL courte

6715

S'abonner

Un homme de 88 ans est décédé en Lombardie alors que le nord de l'Italie a connu depuis vendredi une flambée des cas de nouveau coronavirus.

Un nouveau patient atteint par le coronavirus est décédé en Lombardie, portant ainsi à cinq le nombre des victimes enregistrées en Italie, a annoncé ce lundi 24 février le directeur de la Protection civile.

Selon plusieurs médias italiens, il s'agit d'un homme de 88 ans.

Les quatre autres victimes déplorées en Italie étaient elles aussi des personnes âgées et au moins deux d'entre elles présentaient déjà de graves problèmes de santé. 

L'Italie touchée par l'épidémie de coronavirus

 

Alitalia

© CC BY-SA 2.0 / BRIYYZ / ALITALIA

Un avion d’Alitalia avec 300 personnes à bord bloqué à l'île Maurice par crainte du coronavirus

L'Italie est le pays le plus touché en Europe et l'un des plus affectés dans le monde après la Chine, la Corée du sud et l'Iran.

 

Depuis le premier décès d'un Italien le 21 février en Vénétie (région de Venise), l'Italie a pris de nombreuses mesures de précaution dont la mise en quarantaine d'une dizaine de villes du nord du pays.

Les cas les plus nombreux ont été recensés en Lombardie (région de Milan qui confine avec la Suisse), désormais au moins 165, puis en Vénétie (27), dont certaines zones sont proches de la Slovénie.

https://fr.sputniknews.com/international/202002241043119244-litalie-annonce-un-cinquieme-mort-a-cause-du-coronavirus/