ITALIE

LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE RECONNAIT AVOIR DÉTOURNE LES MILLIERS DE MASQUES ENVOYES A L'ITALIE PAR LA CHINE

Un hombre con mascarilla (imagen referencial)

Prague reconnaît avoir détourné des masques destinés à l’Italie

© REUTERS / Francois Lenoir

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Le COVID-19 en Europe (153)

10847

S'abonner

Pour la presse italienne, les autorités tchèques ont détourné des masques chinois destinés aux hôpitaux du pays, mais selon Prague, ils ont été saisis dans le cadre d'une opération contre des trafiquants, et l'Italie n'aura pas à pâtir de l'affaire, selon l’AFP.

Épicentre de la pandémie de coronavirus, l'Europe est confrontée à une pénurie de masques. Le problème est crucial en Italie, qui paie le plus lourd tribut avec près de 5.000 morts.

Mais la République tchèque y est aussi confrontée et a renforcé le contrôle des exportations et de la distribution des masques.

Samedi soir, le quotidien italien La Repubblica a publié un article qui entend décrire «comment la République tchèque a confisqué des milliers de masques envoyés à l'Italie par la Chine».

Révélations d'un chercheur

Selon le quotidien, qui s'appuie sur les révélations d'«un courageux chercheur tchèque», Lukas Lev Cervinka, les autorités tchèques auraient gardé les masques saisis sous couvert d'une opération contre des trafiquants avant de les distribuer à leurs hôpitaux.

La police tchèque a saisi le 17 mars 680.000 masques et des appareils respiratoires dans l’entrepôt d'une entreprise privée de Lovosice, au nord de Prague, la présentant comme un grand succès contre le trafic de cet équipement.

Vendredi, dans un tweet, le ministre de l'Intérieur, Jan Hamacek, a concédé que «malheureusement, après des investigations plus poussées, il s'est avéré qu'une plus petite partie de cette saisie était un don chinois pour l'Italie».

Selon les médias tchèques, ce don représente un peu plus de 100.000 masques. Les autorités locales ont annoncé de leur côté que sur l'ensemble de la saisie, 380.000 masques seraient distribués aux hôpitaux locaux.

«Nous essayons de comprendre ce qu'un don chinois pour l'Italie faisait à Lovosice. Mais nous sommes en discussion avec les deux pays et je peux assurer qu'il n'y aura aucune perte pour l'Italie», a assuré le ministre.

«Les Tchèques n'ont pas retenu délibérément cet équipement», a assuré le ministre des Affaires étrangères Tomas Petricek, cité par l'agence CTK. Il a annoncé être déterminé à comprendre «comment cet équipement a fini illégalement dans un entrepôt de Lovosice».

Aucun responsable italien de premier plan n'a réagi dimanche à l'article de La Repubblica.

Spécialiste de droit constitutionnel européen, Lukas Lev Cervinka est un conseiller du député Jan Lipavsky, du parti Pirate tchèque, une formation anti-système qui a fait son entrée au Parlement en 2017 en remportant 10% des suffrages.

La République tchèque a recensé plus de 1.000 cas positifs au coronavirus et aucun mort.

https://fr.sputniknews.com/international/202003221043356437-prague-reconnait-avoir-detourne-des-masques-destines-a-litalie/


 

UNE BRIGADE MÉDICALE CUBAINE EN ITALIE POUR LUTTER CONTRE LE COVID-19

 

La Havane, 20 mars (RHC)- Une brigade médicale cubaine arrivera demain à la région de Lombardie, dans le Nord de l'Italie, pour prendre part à la lutte contre le Covid-19.

Le conseiller de Santé de cette zone, Giulio Galera, a expliqué que plus d'une cinquantaine de professionnels de la santé de Cuba répondent à une demande de son gouvernement à cause du manque de personnel dans les hôpitaux et de l'augmentation du nombre de cas positifs de cette souche qui a déjà tué plus de 3 mille personnes dans cette région européenne.

Giulio Gallera a relevé que les spécialistes du pays caribéen sont hautement spécialisés et qu'ils ont une grande expérience à l'heure de traiter ce type de maladies.

Edité par Reynaldo Henquen
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/217300-une-brigade-medicale-cubaine-arrivera-demain-en-italie-pour-prendre-part-a-la-lutte-contre-le-covid-


 

MESSAGE DE SOLIDARITÉ DE LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) AU PEUPLE ITALIEN

 

19 Mar 2020
La Fédération Syndicale Mondiale s’adresse à la classe ouvrière et au peuple italien. Nous vivons une période de pandémie, dans laquelle le coronavirus se propage aux quatre coins du monde; Votre peuple a déjà payé un lourd tribut en vies humaines perdues. Nous voulons exprimer notre profonde tristesse pour chaque vie perdue à cause de la pandémie.

Bien que la propagation du coronavirus semble inévitable, nous croyons fermement que les syndicats de classe dans tous les pays du monde doivent poursuivre et intensifier leur lutte, exigeant la protection de la santé, de la sécurité et de la vie des gens simples.

L’austérité imposée par l’UE ces dernières années, qui a entraîné des coupes financières dans le secteur de la santé, la fermeture d’hôpitaux, des coupes dans le nombre de lits et de personnels de santé, ainsi que la régionalisation du système de santé sont les véritables causes de problème. Les gouvernements tentent de nous convaincre que la propagation du coronavirus est une « responsabilité personnelle », cherchant à masquer les énormes lacunes du système de santé.

D’autre part, les monopoles et les employeurs essaient de trouver de nouvelles façons d’exploiter les gens, non seulement en tant que travailleurs mais aussi en tant que consommateurs. Les prix des moyens de protection sont élevés voire supérieurs à 1000% dans certains cas. Dans la pratique, les employeurs refusent de prendre des mesures de protection suffisantes dans divers lieux de travail. Encore une fois, les gouvernements et les employeurs traitent les personnes selon la règle des «coûts et bénéfices».

Notre seule arme est la solidarité, les luttes communes contre les politiques de l’UE, des gouvernements et des employeurs. En ce sens, la FSM soutient pleinement les demandes de notre organisation affiliée en Italie, l’USB, comme les seules demandes de nature philanthropique, anthropocentrique et en faveur des travailleurs. Nous exigeons des mesures immédiates de protection sociale, de défense de nos droits du travail et des salaires. Ce n’est que par notre résistance et notre lutte que nous pourrons défendre nos droits.

Le Secrétariat de la FSM

source :  http://www.wftucentral.org/message-de-solidarite-de-la-fsm-au-peuple-italien/?lang=fr


 

L'UE ABANDONNE L'ITALIE A SON TRISTE SORT. LA CHINE SOLIDAIRE ENVOIE 9 EXPERTS DU CORONAVIRUS AINSI QUE PLUSIEURS TONNES D'AIDE SANITAIRE

Coronavirus en Italie

L’Union européenne a «abandonné» l’Italie, la Chine à la rescousse

© REUTERS / Alfredo Falcone

INTERNATIONAL

URL courte

Par 

15453

S'abonner

Plusieurs tonnes d’aide sanitaire en provenance de Chine sont arrivées le 12 mars à Rome. Alors que la péninsule est violemment frappée par l’épidémie de coronavirus, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’attitude de Bruxelles envers l’Italie, certains parlent même d’une Union européenne qui aurait «abandonné» l’Italie. On fait le point.

«Nous saurons nous souvenir des pays qui nous ont été proches.» 

Cette phrase prononcée par le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio sonne comme un tacle à Bruxelles. Alors que la Botte est frappée par l’une des plus graves crises sanitaires de son histoire, avec plus de 1.000 morts liées à l’épidémie de coronavirus et 15.000 cas déclarés, les services hospitaliers du pays tirent la sonnette d’alarme.

​Le coordinateur des services de thérapies intensives de l'unité de crise en Lombardie disait toute sa détresse le 11 mars à nos confrères des Echos:

«Ces deux dernières semaines, on a augmenté de 50% le nombre de lits dans les services de réanimation, mais c'est insuffisant. Les patients atteints de coronavirus sont trop nombreux et les autres services hospitaliers sont au bord de la paralysie. Nous sommes allés au bout de nos limites en ce qui concerne le nombre de lits et la mobilisation du personnel médical. On est en train de faire des miracles, mais on ne pourra pas tenir plus de dix jours à ce rythme.»

Une situation catastrophique qui pose la question de l’aide venue de l’étranger. Pays fondateur et pilier de l’Union européenne (UE), l’Italie n’a pourtant pour le moment, été que peu soutenue par ses partenaires européens. L’avocat et porte-parole des Gilets jaunes à Rouen François Boulo a notamment commenté la situation sur Twitter:

«L’Allemagne conserve ses masques pour elle toute seule et la France donne des leçons à l’Italie qui est tellement abandonnée à son sort par l’UE qu’elle en appelle à l’aide de la Chine…»

Le 12 mars, neuf experts chinois du coronavirus ainsi que plusieurs tonnes d'aide sanitaire sont arrivés à Rome. Berceau de l’épidémie et pays le plus touché avec 3.169 morts et plus de 80.000 personnes infectées, la Chine voit aujourd’hui le nombre de nouveaux cas chuter. Une situation qui permet à Pékin d’envoyer experts et matériel dans plusieurs pays dont l’Italie, deuxième nation la plus frappée par l’épidémie de coronavirus.

 

Cameras of the French media are placed in front of the entrance of the La Pitie Salpetriere Hospital where former French President Jacques Chirac has been hospitalized with a lung infection, in Paris, Monday, Sept. 19, 2016.

© AP PHOTO / THIBAULT CAMUS

Coronavirus: «ce qu'il faut, c'est presque une médecine de guerre» à la Pitié Salpêtrière

«Le peuple chinois n'oubliera jamais le soutien précieux apporté par l'Italie quand la Chine traversait les moments les plus difficiles dans la lutte contre le virus», a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

D’après le président de la Croix-Rouge italienne Francesco Rocca, l’avion qui s’est posé le 12 mars à Rome en provenance de Chine contenait notamment «des ventilateurs, du matériel respiratoire, des électrocardiographes, des dizaines de milliers de masques et d'autres matériels de santé».

«Les neuf experts –six hommes et trois femmes emmenés par le vice-président de la Croix-Rouge chinoise Yang Huichan et par un illustre professeur de réanimation cardio-pulmonaire, Liang Zongan– sont des médecins-réanimateurs, pédiatres et infirmiers qui ont géré la crise du coronavirus en Chine.»

Le 11 mars, le trésorier et responsable national de l’Union populaire républicaine (UPR) Charles-Henri Gallois fustigeait le manque de réactivité de Bruxelles concernant la crise en Italie: «La solidarité de l’UE illustrée: l’Italie a demandé de l’aide auprès des autres pays de l’UE et n’a rien obtenu. Seule la Chine a répondu positivement. Le périmètre de l’UE est artificiel et il n’y a pas de solidarité. Seules les nations comptent.»

​Même son de cloche du côté du journaliste et présentateur suisse Darius Rochebin qui a dégainé son clavier pour twitter le 12 mars:

«La Chine a manifesté plus de soutien à l’Italie que l’Union européenne! La Commission européenne n’a même pas été capable d’un geste symbolique fort, faute d’une aide immédiate. Inconscience, médiocrité de sa part? Ou remontée d’un refoulé plus profond?»

Bruxelles arrive-t-elle trop tard?

Cette solidarité chinoise peut s’expliquer par l’attrait de l’Italie pour le projet des «Nouvelles routes de la soie» porté par le Président chinois Xi Jinping. Le 23 mars 2019, Rome signait un protocole d'accord qui scellait son entrée au sein de ce vaste projet d'infrastructures terrestres et maritimes lancé par Pékin en 2013. Une décision qui avait été très mal accueillie à l’époque par Bruxelles… et Washington.

«Wang Yi, appelant la communauté internationale à faire preuve de solidarité pour lutter contre le virus, a quant à lui déclaré que son pays, en tant qu'ami et partenaire stratégique global de l'Italie, comprenait parfaitement les défis auxquels elle était confrontée et tenait à lui présenter à la fois son soutien et ses condoléances. Cette épidémie ne connaît pas de frontières et est un ennemi commun de l'humanité», a précisé l’agence de presse chinoise Xinhua.

Il semble que l’UE se soit décidée à agir le 13 mars afin d’aider l’Italie. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a assuré que Rome disposerait de toute l’aide nécessaire:

«Nous sommes absolument prêts à aider l'Italie pour tout ce dont elle aura besoin. C'est de la plus haute importance. Ce pays est gravement touché par le coronavirus. Par conséquent [...], nous répondrons à tous leurs besoins.»

Reste à voir concrètement comment cette aide va s’organiser.

https://fr.sputniknews.com/international/202003131043265537-lunion-europeenne-a-abandonne-litalie-la-chine-a-la-rescousse-/


 

CORONAVIRUS : L'ITALIE ANNONCE UN 5ème MORT, UN HOMME AGE DE 88 ANS

Coronavirus en Italie

L’Italie annonce un cinquième mort à cause du coronavirus

© REUTERS / Flavio Lo Scalzo

INTERNATIONAL

URL courte

6715

S'abonner

Un homme de 88 ans est décédé en Lombardie alors que le nord de l'Italie a connu depuis vendredi une flambée des cas de nouveau coronavirus.

Un nouveau patient atteint par le coronavirus est décédé en Lombardie, portant ainsi à cinq le nombre des victimes enregistrées en Italie, a annoncé ce lundi 24 février le directeur de la Protection civile.

Selon plusieurs médias italiens, il s'agit d'un homme de 88 ans.

Les quatre autres victimes déplorées en Italie étaient elles aussi des personnes âgées et au moins deux d'entre elles présentaient déjà de graves problèmes de santé. 

L'Italie touchée par l'épidémie de coronavirus

 

Alitalia

© CC BY-SA 2.0 / BRIYYZ / ALITALIA

Un avion d’Alitalia avec 300 personnes à bord bloqué à l'île Maurice par crainte du coronavirus

L'Italie est le pays le plus touché en Europe et l'un des plus affectés dans le monde après la Chine, la Corée du sud et l'Iran.

 

Depuis le premier décès d'un Italien le 21 février en Vénétie (région de Venise), l'Italie a pris de nombreuses mesures de précaution dont la mise en quarantaine d'une dizaine de villes du nord du pays.

Les cas les plus nombreux ont été recensés en Lombardie (région de Milan qui confine avec la Suisse), désormais au moins 165, puis en Vénétie (27), dont certaines zones sont proches de la Slovénie.

https://fr.sputniknews.com/international/202002241043119244-litalie-annonce-un-cinquieme-mort-a-cause-du-coronavirus/