LIBAN

LIBAN

LE HEZBOLLAH PRESENTE SES CONDOLEANCES POUR L'ASSASSINAT DU MARTYR IRANIEN FAKHRIZADEH

Le Hezbollah présente ses condoléances pour l’assassinat du martyr Fakhrizadeh

Le Hezbollah présente ses condoléances pour l’assassinat du martyr Fakhrizadeh

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Commentant l’assassinat du Mohsen Fakhrizadeh, chef du département recherche et innovation au ministère iranien de la Défense, le Hezbollah a publié le communiqué suivant :

Le Hezbollah condamne fermement l’opération terroriste odieuse qui a coûté la vie au scientifique iranien éminent Mohsen Fakhrizadeh. Le Hezbollah présente ses sincères condoléances à sa famille noble, à la direction et au peuple de la République islamique d’Iran. Il  prie qu'Allah, le Tout-Puissant, lui permette d'habiter dans Ses paradis avec ses prédécesseurs de martyrs et de scientifiques, notamment ceux tués traîtreusement par les gangs de meurtre et du terrorisme sioniste et international afin d'empêcher la République islamique d'obtenir les ressources de la fierté et du pouvoir et de préserver son progrès scientifique et son indépendance politique et intellectuelle.

Le Hezbollah se tient fermement aux côtés de la République islamique d’Iran, de son peuple qui lutte et consentit les sacrifices face aux menaces et aux complots étrangers et face à la nouvelle alliance entre l’entité sioniste et quelques pays de la région. Il se dit confiant que la République islamique est capable – si Dieu le veut- de surmonter tous ces risques, de dévoiler les assaillants et les criminels et de couper la main qui assassine ses scientifiques et ses responsables. La République islamique est également capable de confronter le terrorisme d’Etat incarné par l’entité usurpatrice en Palestine occupée et ses parrains internationaux qui lui assurent la couverture politique.

https://french.alahednews.com.lb/37731/319

 

PANIQUE DES DIRIGEANTS ISRAELIENS FACE AUX MISSILES SOPHISTIQUES DU HEZBOLLAH

« Les responsables israéliens prient tous pour que les missiles du Hezbollah rouillent » (Maariv)

 Depuis 40 minutes  27 novembre 2020

ارشيف

ارشيف

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a réussi à créer une nouvelle équation de dissuasion contre l’armée d’occupation israélienne, depuis que son secrétaire général Sayed Hassan Nasrallah a déclaré que chaque atteinte contre un de ses combattants en Syrie sera vengée contre un soldat israélien, a écrit le quotidien israélien Maariv, selon la traduction du site web de la télévision libanaise d’informations al-Mayadeen.

« Du fait qu’Israël ait admis de payer le prix, l’armée israélienne a parfois les mains ligotées dans son action de lutter contre la contrebande des moyens de combat et de l’arsenal des missiles depuis la Syrie vers le Liban », a-t-il expliqué.

Le journal cite comme exemple frappant lorsque l’armée d’occupation israélienne a lancé des tirs d’avertissement, il y a environ six mois,  en direction d’une voiture dans laquelle des membres du Hezbollah se trouvaient près du poste-frontière de Jdeïdet Yabous, entre la Syrie et le Liban,  « que le parti utilise pour la contrebande et le transport de militants », selon ses termes.

« La vidéo qui avait été publiée sur les réseaux sociaux à l’époque montre qu’un drone a tiré près de la voiture pour avertir ses occupants, et ce n’est qu’après qu’ils en sont sortis et se sont enfuis que l’attaque a été menée et s’est terminée par le bombardement de la voiture. Il se peut très bien que la technologie soit restée en leur possession », poursuit le journal israélien.

« Cela signifie que l’armée israélienne a choisi de travailler avec des gants chirurgicaux contre un ennemi qui a enlevé ses gants il y a quelque temps », a-t-il jugé.

Selon lui, l’activité intensive de l’armée d’occupation israélienne, « qui a duré des années, 24 heures sur 24, pour empêcher le transfert de la technologie de précision de l’Iran et de la Syrie vers le Hezbollah au Liban, n’a pas réussi et cette technologie est désormais en sa possession ».

Le journal israélien estime que la divulgation de l’adresse de l’installation de missiles de précision à Beyrouth par le Premier ministre Benjamin Netanyahu est la preuve qu’ils ont en ‘Israël’ décidé « d’adopter une autre méthode pour semer la confusion au Hezbollah et justifier une escalade future ».

Le mois de septembre dernier, après l’explosion meurtrière du port de Beyrouth, Netanyahu avait argué que le Hezbollah détenait une usine de fabrication de missiles a proximité d’une station de distribution de gaz,  dans le quartier Jnah à Beyrouth.
Quelques heures plus tard, dans le cadre de son discours, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah l’a taxé de « menteur »,  assurant que le Hezbollah « ne construit pas de missiles ni dans le port de Beyrouth, ni à proximité de la station de gaz ».
Le soir même, le bureau médiatique du Hezbollah a organisé une tournée pour les correspondants des médias libanais et internationaux sur le lieu-même,  un atelier pour la fonte et la fabrication du fer.

Le Maariv a prévenu que dans toute prochaine escalade, ‘Israël’ se trouvera face à un ennemi beaucoup plus dangereux que celui que nous avons connu au Liban en l’an 2000.

Estimant que les renseignements et les forces israéliens se sont eux aussi améliorés depuis, il a toutefois averti que « l’ampleur de la frappe contre le front interne sera certainement beaucoup plus grande que ce que nous avions vu avant 14 ans ».

Rappelant que « les décideurs du gouvernement et les proches de Netanyahu s’étaient empressés de dénoncer Moshe Yaalon pour ses déclarations (à la veille du départ de l’armée israélienne du sud du Liban en 2000) selon lesquelles les roquettes du Hezbollah rouilleraient », le journal rapporte qu’ils prennent maintenant ce discours comme une stratégie.

«Nous prions tous pour que les dernières pluies provoquent une grande rouille dans l’arsenal des missiles et des roquettes du Hezbollah. Sinon que Dieu nous en préserve», a-t-il conclu.

https://french.almanar.com.lb/1945154

 

LIBAN : GEBRAN BASSIL REPOND A L'AMBASSADRICE US QUI SE PERMET DE S'INGERER DANS LES AFFAIRES INTERNES DU LIBAN

Liban: Bassil répond à l’ambassadrice américaine

 Depuis 12 heures  26 novembre 2020

Dorothy Shea

Dorothy Shea

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le bureau du chef du courant patriotique au Liban, Gebran Bassil, a affirmé qu’« il n’est pas nécessaire de répondre à nouveau à l’ambassadrice américaine, tant qu’elle se répète sans apporter aucune preuve sur les accusations de corruption proférées à l’encontre du chef du CPL. Mme Dorothy Shea n’a délivré aucun dossier ou document à l’Etat libanais concernant ses prétentions », rapporte le quotidien libanais AlAkhbar.

Et d’appeler « le ministère libanais des Affaires Etrangères à rappeler à Mme Shea la nécéssité de respecter les principes diplomatiques et de ne pas s’ingérer dans les affaires internes du Liban ».

L’ambassadrice américaine au Liban avait déclaré « Bassil m’a remercié de l’avoir confronté au sujet de détails sur le Hezbollah. »

Selon ses prétentions, « il a changé le contenu des rencontres qui ont eu lieu entre nous. Les sanctions qui lui ont été infligées sont liés à la corruption ».

Elle a enfin révélé que «son pays est en train d’étudier les dossiers de plusieurs personnalités libanaises en vue de leur imposer des sanctions liées à la corruption ou au terrorisme. »

Il convient de rappeler que le 8 novembre, M.Bassil avait qualifiant ces sanctions d’« injustes » et les accusations de corruption de « risibles ». Il s’est dit déterminé à saisir la justice américaine pour les faire « annuler » et même obtenir des « indemnisations financières et morales ». Pour le chef du plus grand parti chrétien au Liban, qui accuse sans les nommer les États-Unis de procéder à son « assassinat politique », c’est incontestablement son alliance avec le Hezbollah qui est en cause.

https://french.almanar.com.lb/1943570

LIBAN : UN JUGE RECLAME UNE ENQUETE SUR TROIS MINISTRES POUR L’EXPLOSION AU PORT DE BEYROUTH

Liban: un juge réclame une enquête sur trois ministres pour l’explosion au port de Beyrouth

Liban: un juge réclame une enquête sur trois ministres pour l’explosion au port de Beyrouth

folder_openLiban access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le juge dirigeant l'enquête libanaise sur l'explosion meurtrière du 4 août dans le port de Beyrouth veut que des investigations soient menées à l'encontre de trois ministres pour leur possible «responsabilité» dans cette catastrophe, a annoncé mardi 24 novembre une source judiciaire.

Le juge Fadi Sawan a réclamé dans une lettre au Parlement - dont un organe est habilité à poursuivre les membres du gouvernement - l'ouverture d'une enquête sur le ministre des Travaux publics et des Transports Michel Najjar ainsi que sur ceux des Finances Ghazi Wazni et de la Justice Marie-Claude Najm, selon la même source.

Il lui a aussi demandé de se pencher sur le rôle de plusieurs autres personnes ayant occupé les mêmes fonctions ministérielles dans les trois précédents gouvernements.

Les investigations qu'a lui-même effectuées le juge Sawan ont fait naître «certains soupçons quant à la responsabilité de ces ministres et à leurs défaillances face à la gestion de la présence dans le port de nitrate d'ammonium» dont l'explosion de centaines de tonnes a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés et ravagé une grande partie de la capitale, a ajouté cette source.

Les responsables libanais ont refusé l'idée d'une enquête internationale sur cette affaire, malgré les appels au Liban et à l'étranger à des investigations indépendantes.

Le gouvernement a démissionné après le drame, mais continue d'expédier les affaires courantes, un nouveau n'ayant toujours pas pu être constitué.

Dans le cadre de l'enquête en cours, vingt-cinq personnes ont pour le moment été arrêtées

https://french.alahednews.com.lb/37684/344

 

LIBAN : LE GENERAL JOSEPH AOUN, COMMANDANT EN CHEF DE L’ARMEE LIBANAISE : « L’ENNEMI ISRAELIEN N’ARRETE PAS DE MENACER D’ATTAQUER NOTRE TERRITOIRE »

«L’ennemi israélien n’arrête pas de menacer d’attaquer notre territoire», dit le commandant de l’armée libanaise

folder_openLiban access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Le général Joseph Aoun, commandant en chef de l'armée libanaise, a demandé vendredi à ses troupes d'être «vigilantes (...) car l'ennemi israélien n'arrête pas de menacer d'attaquer notre territoire», selon des propos rapportés par L'Orient-le-Jour.

«Soyez vigilants et pleinement préparés à faire face aux ennemis du Liban. Car l'ennemi israélien n'arrête pas de menacer d'attaquer notre territoire, et ses intentions hostiles à notre égard sont incessantes», a-t-il affirmé, alors que le pays du Cèdre s'apprête à célébrer le 77ème anniversaire de son indépendance.

M. Aoun a également évoqué la question des frontières maritimes, alors que des délégations israélienne et libanaise se sont rencontrées la semaine dernière à Naqoura pour de nouveaux pourparlers sous l'égide des Nations unies et des Etats-Unis.

«L'armée, soutenue par une unanimité officielle et populaire, mène la bataille des droits et des ressources au moyen de négociations techniques indirectes avec l'ennemi israélien pour délimiter les frontières maritimes, avec la ferme conviction qu'il ne peut y avoir d'abandon sur tout ce qui a trait à la souveraineté nationale», a assuré le commandant.

Les propos de M. Aoun interviennent alors que le chef d'état-major des armées françaises, le général François Lecointre, est arrivé jeudi au Liban pour une visite officielle.

https://french.alahednews.com.lb/37603/344

 

LE PARTI COMMUNISTE LIBANAIS DENONCE LA BRUTALITE ET LA REPRESSION CONTRE LE KKE ET LE PEUPLE GREC

Le Parti communiste libanais dénonce la brutalité et la répression contre le KKE et le peuple grec

18 Novembre 2020

Le Parti communiste libanais dénonce la brutalité et la répression contre le KKE et le peuple grec 11/18/20 13H46 Le Parti communiste libanais dénonce la brutalité et la répression contre le KKE et le peuple grec 

Le Parti communiste libanais (PCL) a suivi de près les développements liés à l'attaque hostile de la police grecque contre le rassemblement organisé par le Parti communiste de Grèce dans le centre d'Athènes à l'aide de matraques, de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de grenades assourdissantes, qui a fait plusieurs blessés parmi les manifestants, dont des dirigeants et des députés du parti. 

Le PCL exprime son entière solidarité avec le KKE et dénonce fermement les pratiques répressives du gouvernement de droite et l'hostilité de la police à l'égard du peuple grec et des communistes grecs. 

 

Beyrouth, 18 novembre 2020

source : http://www.solidnet.org/article/Lebanese-CP-The-Lebanese-Communist-Party-denounces-the-brutality-and-repression-against-the-KKE-and-the-Greek-people/

Tag(s) : #Liban, #Communiste, #KKE, #Grèce

LIBAN : MACRON ECHOUE ?

Liban : l’initiative française est au point mort

Thursday, 19 November 2020 5:21 PM  [ Last Update: Thursday, 19 November 2020 6:17 PM ]

Emmanuel Macron et Michel Aoun, le 1er septembre 2020 à Beyrouth. ©AFP

Il est vrai que les dirigeants politiques du Liban ont récemment annoncé leur adhésion à « l’initiative française » pour faire face aux crises économiques et politiques dans leur pays, mais il semble qu’elle soit vouée à un nouvel échec, en raison des conflits internes, des sanctions et des évolutions politiques aux États-Unis.

À la lumière de la crise interne au Liban, des sanctions américaines contre le pays et de la victoire de Biden à la présidentielle 2020 aux États-Unis, les experts estiment que le conseiller de Macron n’a pas réussi à relancer l’initiative française au Liban, a écrit l’agence de presse turque Anadolu ce jeudi 19 novembre.

L’initiative a été lancée sur un ton de menace par le président français Emmanuel Macron à Beyrouth, quelques jours après l’explosion catastrophique dans la capitale libanaise, le 4 août dernier. Elle prévoit la formation d’un nouveau gouvernement « indépendant » de technocrates (non affilié aux partis), qui sera suivie de réformes administratives et bancaires.

Ayant un délai de quinze jours pour être mise en œuvre, l’initiative a reçu un premier coup le 26 septembre, lorsque le Premier ministre désigné de l’époque, Mustafa Adib, s’est excusé de ne pas avoir formé le gouvernement.

Israël

Le drapeau français incendiés partout au Moyen-Orient ; Qui en tire le profit ?

Cependant, le lendemain, Macron a annoncé qu’un « deuxième ultimatum » avait été accordé. Puis, le 22 octobre, le président libanais Michel Aoun a chargé Saad Hariri de former le gouvernement. Or, depuis lors, rien n’a changé au Liban, le « deuxième délai » a expiré il y a quelques jours, et la formation du gouvernement reste ambiguë.

Pour tenter de relancer l’initiative de Macron, son conseiller pour les affaires du Moyen-Orient, Patrick Durrell, s’est rendu à Beyrouth le 11 novembre, où il a rencontré des responsables pendant deux jours. Or, la visite n’a pas été couronnée de succès, Dorrell ayant eu l’impression que le dossier de formation du gouvernement était très compliqué et loin d’être abouti.

Mais pour ce qui est du cas libanais, les experts du Moyen-Orient y voient une grande divergence qui oppose Paris et Washington, l’administration américaine n’approuvant pas la formation d’un gouvernement auquel participe le Hezbollah.

Il n’en reste pas moins que l’initiative française n’était pas la bienvenue au Liban même, mais ce qui lui a porté le dernier coup et le plus dur, ce sont les sanctions américaines contre les alliés du Hezbollah.

À défaut de la formation immédiate d’un gouvernement au Liban, le Premier ministre Saad Hariri serait chargé de former un gouvernement de technocrates sous sa propre responsabilité.

Le prochain gouvernement remplacera l’actuel gouvernement intérimaire, dirigé par Hassan Diab, qui a démissionné six jours après l’explosion destructrice du port ayant laissé plus de 200 morts et plus de 6 000 blessés.

Le Liban subit la pire crise économique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990) et une forte polarisation politique sur une scène où les intérêts des pays régionaux et occidentaux s’affrontent.

Macron: le vrai mea culpa ou...?

Nasrallah : « Ces criminels qui décapitent, mangent les foies, et tuent les gens étaient vos alliés, M. Macron! »

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/19/638945/Liban-l%E2%80%99initiative-francaise-est-au-point-mort

 

INGERENCES EXTREMES AU LIBAN : LES USA ENTRAVENT LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ET CONFISQUENT L’ARMEE

Ingérences extrêmes au Liban : Les USA entravent la formation du gouvernement et poursuivent la confiscation de l’armée

 Depuis 5 heures  17 novembre 2020

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Leila Mazboudi

Après avoir feint qu’ils n’en avaient cure si le Hezbollah participait ou pas au cabinet libanais, les USA affichent ouvertement une position contraire.

C’est l’ambassadrice Dorothy Shea qui l’a affichée pour le Premier ministre désigné Saad Hariri lequel peine à former ce gouvernement, quatre semaines après sa nomination, rapporte le journal libanais al-Akhbar.

Les tractations étant toujours au point zéro. Le chef de l’Etat libanais refusant toujours un gouvernement qui ne prend pas en compte les résultats des élections parlementaires de 2018 dans la distribution des portefeuilles ministériels.

Selon les médias libanais, Mme Shea a fait part ouvertement à M. Hariri que son pays refusait une participation du Hezbollah, aussi bien directe qu’indirecte via des spécialistes.

L’action semble être concertée avec la France d’où le secrétaire d’état américain Mike Pompeo a déclaré lundi 16 novembre « qu’il fallait combattre l’extrémisme du Hezbollah violent », à l’issue de sa rencontre avec son homologue, Jean-Yves Le Drian.

Un mot d’ordre qui prédit des pressions extrêmes sur le Liban avant le départ, le mois de janvier prochain, du président américain sortant Donald Trump, perdant de la présidentielle américaine.

Il semble que la France ait aussi changé de tactique. Après avoir montré la patte blanche au Hezbollah, lors de la brève conversation du président Emmanuel Macron avec le chef de son bloc parlementaire Mohamad Raad, lors de sa visite au Liban au lendemain de l’explosion meurtrière du port de Beyrouth, aux causes non encore élucidées, elle lui montre maintenant la patte grise, pas tout-à-fait noire. Lors de la visite de son émissaire Patrick Durel, celui ci s’est ingéré dans les nominations des portefeuilles ministériels. En soutenant la politique d’accaparement des nominations ministérielles suivie par M. Hariri .

Selon al-Akhbar, il a livré deux noms pour deux ministères libanais et pas n’importe lesquels: celui des Finances dont le tandem Hezbollah-Amal revendique la désignation du ministre. Il s’était d’ailleurs entendu avec M. Hariri pour ce faire, avant même sa désignation.Et celui de l’Energie réclamé par le Courant patriotique libre (CPL) auquel par contre M. Hariri refuse de l’accorder.

La différence entre les Français et les Américains dans ce qui semble être un jeu de distribution des rôles étant que les premiers optent pour les moyens indirects et insidieux, affichant un certaine considération pour la souveraineté libanaise, tandis que les seconds vont droit au but, via une ingérence insolente, à l’insu des lois et de la Constitution libanaises!

Cette immixtion américaine insolente dans les affaires internes libanaises s’illustre parfaitement dans son action méthodique mise en action depuis plus d’une décennie, destinée à imposer leur mainmise sur l’armée libanaise, au service d’Israël, l’ennemi du Liban.

Récemment, l’ambassadrice américaine a voulu forcer la main du président libanais en vue d’obtenir la prorogation du mandat du directeur des Renseignements militaires Tony Mansour alors qu’il devrait aller à la retraite dans trois semaines.

Une exigence formulée par le biais du commandant de l’armée le général Joseph Aoun, mais qui a été rejetée par le président Aoun, selon lequel il n’y a aucune raison pour ce remaniement de la loi, tant que les alternatives existent. Il a désigné Antoine Kahwaji comme directeur des renseignements militaires, dont la candidature devrait être approuvée par le Conseil militaire avant d’être accréditée par la ministre de la défense Mme Zeina Akar.

Selon al-Akhbar, sous le commandement des deux généraux Joseph Aoun et Tony Mansour, cette mainmise américaine sur les forces armées libanaises a atteint des degrés inégalables.

Les dons américains qui lui sont destinés lui parviennent sans passer par le Conseil des ministres, précise-t-il. La collaboration de l’institution militaire libanaise avec les Etats-Unis s’est aussi faite sans accord ratifié par le Parlement libanais.

De plus, sur les frontières nord et est du Liban avec la Syrie, ils sont en train de réaliser un projet d’une grande dangerosité pour le Liban. Sans l’autorisation ni du conseil des ministres ni de celle du ministère de la Défense, pourtant indispensables selon la Constitution.

Les Américains ont obtenu une adjudication pour la compagnie américaine Parsons, dont le siège se trouve en Californie, dans le but de contrôler les frontières avec la Syrie. Celle-ci devrait poursuivre le travail entamé par les Britanniques qui ont édifié des tours d’observation tout au long de la frontière entre la Békaa libanaise d’un côté et les provinces syriennes de Homs et de Damas, de l’autre. Sa besogne consistera à installer un réseau DTRA de radars et d’observation tout au long de la frontière libano-syrienne et du littoral libanais.

Il est clair que leur objectif est de fermer toutes les issues qui pourraient servir de passage à l’armement de la résistance. Ces actions ne devraient pas échapper à la vigilance du Hezbollah!

https://french.almanar.com.lb/1933670

 

DEPUIS 115 JOURS LES SOLDATS ISRAELIENS DESERTENT LA FRONTIERE AVEC LE SUD LIBAN

Les militaires israéliens désertent pour le 115ème jour la frontière avec le Sud du Liban

 Depuis 8 heures  15 novembre 2020

"Khallet Wardeh" près de la localité libanaise d'Aita Al-Shaab

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le correspondant d’Al-Manar au sud du Liban, Ali Choeib, a publié samedi 14 novembre, sur son compte Twitter, une photo montrant les routes militaires désertée par l’ennemi israélien à la frontière avec le Liban, depuis 115 jours, date de l’assassinat d’un des membres du Hezbollah par un raid israélien en Syrie.

M.Choeib a souligné que la photo représente la rue empruntée par les militaires israéliens à « Khallet Wardeh » près de la localité méridionale d’Aita Al-Shaab.

Et d’ajouter: « Les quantités de sable emportées par les torrents semblent être les mêmes pour la première fois depuis la libération du sud en l’an 2000. »

Il convient de noter que l’ennemi israélien a retiré ses soldats des frontières palestino-libanaises par crainte de la riposte de la Résistance islamique après l’assassinat de l’un de ses membres, le martyr Ali Mohsen le mois de juillet dernier dans un raid israélien à proximité de Damas.

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/1931503

 

ANNA GHARIB (PC LIBANAIS) : L’IDEOLOGIE SOCIALISTE A REUSSI DANS LA BATAILLE CONTRE LE COVID-19, ALORS QUE LE CAPITALISME A ECHOUE

Hanna Gharib : L'idéologie socialiste a réussi dans la bataille contre le Covid-19, alors que le capitalisme a échoué

15 Novembre 2020

Vendredi 13 novembre 2020 Hanna Gharib : L'idéologie socialiste a réussi dans la bataille contre le Covid-19, alors que le capitalisme a échoué.

"L'idéologie socialiste a réussi dans la bataille contre COVID-19, alors que les pays à orientation capitaliste ont échoué. Cette pandémie a explicitement montré le côté cupide du système capitaliste", a été le message transmis par Hanna Gharib, secrétaire générale du Parti communiste libanais, lors de la conférence en ligne "Socialisme et capitalisme à l'ère post-COVID-19", organisée par le Parti communiste chinois, en partenariat avec les partis arabes de gauche. Hanna Gharib a expliqué comment des États comme la Chine, Cuba et le Vietnam ont réussi à lutter contre la pandémie de COVID-19, contrastant fortement avec l'incapacité de la plupart des États capitalistes à protéger leur peuple. (Lire ici son discours)

Entre autres, Anna Gharib a dit :

"L'idéologie socialiste a réussi dans la bataille contre le COVID-19, alors que les pays à orientation capitaliste ont échoué. Pour illustrer davantage, l'État chinois dirigé par le parti communiste chinois, a donné la priorité à la santé sur les profits, alors que les États-Unis sont allés dans une direction totalement opposée. Non seulement il privilégiait les profits sur la santé des êtres, mais les USA ont utilisé cette pandémie pour perpétuer une propagande politique contre la Chine, dans laquelle plusieurs hauts fonctionnaires américains ont décrit COVID-19 comme étant un "virus chinois"".

La leader communiste libanaise a fustigé l'administration Trump tant pour ses attaques calomnieuses contre la Chine que pour son rôle dans la région du Moyen-Orient :

"L'administration américaine a qualifié la Chine d'ennemi de l'humanité entière. En outre, cette dernière avait soutenu les mouvements séparatistes à Taiwan et au Xinjiang, levant les sanctions contre le Parti islamique du Turkistan et l'excluant donc de la liste des groupes terroristes, empêchant Hong Kong - par de nombreux moyens différents - de jouer son rôle de longue date en tant que l'un des principaux centres financiers et commerciaux du monde, et déclenchant une guerre commerciale. Au moment où je prononce ce discours, le peuple américain joint ses mains pour renverser le " Trumpisme " - qui était la raison principale des politiques désastreuses non seulement aux États-Unis, mais partout dans le monde. Dans notre région, par exemple, l'administration américaine sous le règne de Trump a parrainé le "Deal of the Century" - un plan qui aura de graves conséquences pour le peuple palestinien et le peuple arabe également".

Hanna Gharib a souligné que la pandémie de COVID-19 a explicitement exposé le système capitaliste qui menace le destin de l'humanité. Elle a ajouté :

"Cette pandémie a explicitement montré le côté cupide du système capitaliste qui menace le destin de l'humanité en privant les gens de leurs valeurs humaines morales, et de leurs appartenances sociales. Les implications qu'un système capitaliste peut produire sont multiples et nous pouvons énumérer les suivantes : causer des milliers de morts quotidiennement, accroître la souffrance de millions de travailleurs, en plus de quelques autres millions de personnes qui sont forcées d'entrer dans des zones de chômage, de faim et de pauvreté. Au cours des premiers mois de la généralisation de COVID-19, les institutions privées, y compris les hôpitaux, ont cherché à accroître leur rentabilité au détriment de la santé des blessés et d'autres forces sociales, en particulier les travailleurs des secteurs sanitaire et social. Cela a renforcé le discours politique appelant à l'importance du rôle du secteur public et de l'État en général dans la gestion de la société et de l'économie, par opposition au secteur privé et aux monopoles dont la principale préoccupation est de capter des profits.

Les facteurs que j'ai énumérés ci-dessus justifient que la lutte contre le COVID-19 ne peut être détachée de la lutte de classe menée par la classe ouvrière dans le monde entier. Cela est particulièrement évident dans les États capitalistes centraux, tels que les États-Unis eux-mêmes, les pays européens et le Royaume-Uni. En comparaison, les pays dont les politiques de santé ont été développées à partir de l'existence du camp socialiste, tels que la Chine, Cuba et le Vietnam, se sont avérés plus efficaces et plus performants dans la lutte contre le virus Corona. Ces pays ont fourni un traitement médical plus rapide à leurs patients atteints du corona, ont utilisé des outils plus efficaces et ont soutenu d'autres pays en leur fournissant l'équipement et la logistique nécessaires. Ironiquement, ce n'était pas le cas dans les "États avancés" ou ceux dont les modèles économiques sont construits sur des structures capitalistes.

La secrétaire générale a également salué le rôle et les réalisations du Parti communiste chinois, soulignant qu'un des principaux objectifs à l'heure actuelle est d'unifier les efforts, de mobiliser nos ressources et d'établir des mécanismes de coopération pour se débarrasser de cet ordre mondial dominé par l'impérialisme américain.

source : https://www.idcommunism.com/2020/11/hanna-gharib-socialist-ideology-has-succeeded-against-covid19-whereas-capitalism-failed.html

Tag(s) : #Liban, #Communiste, #Covid19, #PCL