LIBAN

LIBAN

Dans LIBAN

CASUS BELLI US AU LIBAN !

Par Le 22/07/2021

Du pétrole iranien aux portes du Liban, panique à Washington, Casus belli au Hezbollah

Wednesday, 21 July 2021 2:19 PM  [ Last Update: Wednesday, 21 July 2021 2:19 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Atwan : «Tant que l’arsenal du Hezbollah comprendra 150 000 missiles, le régime sioniste et les États-Unis continueront leurs complots à l’encontre du Liban.» (Photo d'archives).

Réaction enragée d'une Amérique qui a tout fait pour mettre au pas les Libanais quitte à les pousser à lacher le Hezbollah, mais qui a échoué ? Le président américain Joe Biden a décidé, mardi 20 juillet, de prolonger pour un an, ce qui est présenté comme « l’état d’urgence nationale par rapport au Liban », décrété par les États-Unis depuis 2007. Plus d'un analyste voit à travers cette décision la panique d'une administration Biden,, inquiète à l'idée de voir un de ces quatre le carburant iranien couler dans les pompes à essence au Liban. 

La même mesure avait été prise à la même époque en 2020. Il s’agit d’un document qui évoque « une menace extraordinaire et exceptionnelle contre la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis ».

Dans une référence au Hezbollah, le communiqué cite « certaines activités en cours, comme le transfert continu d’armes iraniennes au Hezbollah –comprenant des systèmes d’armements sophistiqués– qui, selon la Maison-Blanche, « servent à affaiblir la souveraineté libanaise, contribuent à l’instabilité politique et économique dans la région et continuent de représenter une menace extraordinaire et inhabituelle pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis ».

Mort

Mort

Plus d'un analyste verrait à travers cette menace directe qui exige un Liban sans arme et sous tutelle, une exigence totale israélienne renforcée depuis la défaite militaire historique d'Israël face à Gaza.

Le journal Rai al Youm revient sur cet aspect dans un article récent. L’éditorialiste de Rai al-Youm, Abdel Bari Atwan, évoque que le président libanais Michel Aoun a présidé, mardi 20 juillet, le Conseil suprême de la défense qui comprend de hauts responsables militaires et de sécurité, et a discuté avec eux de plusieurs questions, notamment la volonté des forces militaires et de sécurité de maintenir la sécurité et la stabilité.

Les membres du Conseil sont tombés d’accord pour augmenter de 80 dollars le salaire mensuel des officiers de l’armée libanaise. Au cours de cette réunion, les hauts commandants de l’armée ont demandé plus d’aides de la part des États-Unis, de la France et de l’Arabie saoudite. « Ce qui se passe aujourd’hui au Liban est inouï et ne s’est produit nulle part ailleurs dans le monde », estime Abdel Bari Atwan.

Gaz: Israël menace le Liban

Gaz : Israël menace le Liban

Avec la médiation d’un diplomate américain, le dossier sur la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et les territoires occupés par Israël est au point mort.

L’éditorialiste de Rai al-Youm ajoute que Saad Hariri a été chargé, il y a neuf mois, de former le gouvernement, mais qu’il a passé son temps à voyager entre la France, l’Amérique et les capitales arabes. « Et quand il est soudain retourné au Liban, ce n’est pas pour résoudre les crises, mais pour accuser Michel Aoun et ses alliés de mener à l’échec la formation du gouvernement », ajoute Abdel Bari Atwan.

L’éditorialiste de Rai al-Youm écrit : « Le Liban est un pays dans lequel les ambassadeurs de France et d’Amérique se rendent à Riyad pour consulter les dirigeants saoudiens sur la manière de sortir le Liban de la crise politique et de former un gouvernement. Ces deux ambassadeurs et leurs États respectifs sont les véritables dirigeants du Liban, et malheureusement l’élite politique et la plupart des partis supposent qu’un tel mécanisme peut assurer les intérêts du Liban. »

Abdel Bari ATwan souligne qu’il y a effectivement une impasse politique au Liban, mais rappelle que c’est une impasse que l’Amérique, la France et Israël ont créée avec des outils internes et une couverture régionale arabe. Selon ce scénario, il y a une seule issue pour le Liban : le Hezbollah doit être désarmé pour que le régime d’occupation d’Israël se rassure et que les frontières maritimes entre le Liban et la Palestine occupée soient tracées de sorte qu’Israël possède la plus grande part des réserves du pétrole et du gaz qui n’appartient qu’au Liban.

Israël: l'état d'alerte s'éternise!

Israël : l'état d'alerte s'éternise!

L’armée israélienne reste en état d’alerte sur les frontières libanaises.

Le bombardement israélien du port de Beyrouth a été le premier avertissement qui a ouvert la voie à la grande explosion qui a eu lieu ensuite dans la capitale libanaise. Ensuite, les ennemis du peuple libanais ont mis en marche un processus de famine et de crise économique afin de dégrader les conditions de vie des Libanais pour que 80% de la population vivent en dessous du seuil de la pauvreté.

Abdel Bari Atwan évoque ensuite la situation de la Syrie :

« La Syrie vit depuis dix ans une guerre dans laquelle plus de 65 pays dirigés par l’Amérique ont soutenu directement ou indirectement les terroristes. Près de 30% du territoire et d’importantes réserves de gaz et de pétrole du pays restent encore sous le contrôle des terroristes et les mercenaires des puissances étrangères. Pourtant la monnaie nationale de la Syrie a résisté et s'est stabilisée sous 3000 livres pour un dollar. Cependant, au Liban, la monnaie nationale a perdu plus de 90% de sa valeur en quelques mois. »

L’éditorialiste de Rai al-Youm souligne que les Américains n’ont pas réussi à faire tomber le gouvernement syrien par la guerre, bien qu’ils aient dépensé 150 milliards de dollars pour réaliser ce complot. Or, « l’Amérique a fait tomber le gouvernement au Liban sans tirer une balle ni dépenser un dollar », ajoute Abdel Bari Atwan.

Furtivité : USA/Israël vaincus?

Furtivité : USA/Israël vaincus?

D’après l’éditorialiste de Rai al-Youm, ce n’est pas une coïncidence si les commandants militaires israéliens mènent une série de manœuvres à proximité de la frontière sud du Liban et dans les eaux libanaises de la Méditerranée, et que le nouveau Premier ministre israélien menace les Libanais d'une invasion terrestre similaire à celle de 1982.

Atwan ajoute que la classe politique libanaise, discréditée totalement en raison de la corruption et l’incompétence, ne quittera volontairement le pouvoir, ce qui risque de préparer le terrain à l’aggravation du chaos et de la crise, permettant aux sectes et aux partis soutenus par les États-Unis d’installer un conflit permanent au Liban.

En conclusion, l’éditorialiste de Rai al-Youm estime que les consultations parlementaires pourraient continuer pour trouver une alternative à Saad Hariri afin de faciliter la formation d’un gouvernement de sauvetage.

Atwan ajoute : « Tant que l’arsenal du Hezbollah comprendra 150 000 missiles, dont un très grand nombre de missiles de très haute précision, le régime sioniste et les États-Unis continueront leurs complots à l’encontre du Liban. Dans ce cas, que peut faire un nouveau Premier ministre de plus que ce que fait actuellement Hassan Diab ? »

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/21/662749/Liban--l%E2%80%99Am%C3%A9rique-a-fait-tomber-le-gouvernement-sans-tirer-une-balle-ni-d%C3%A9penser-un-dollar

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH REPOND A LA DECISION AMERICAINE : ELLE NE CHANGERA PAS LA DONNE

Par Le 21/07/2021

Hezbollah répond à la décision américaine: elle ne changera pas la donne

 Depuis 3 heures  21 juillet 2021

ibrahim_moussawi

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Interrogé par la télévision d’information libanaise al-Mayadeen Tv, le député du Hezbollah Ibrahim Moussawi a sous-estimé les effets de la décision prise par l’administration américaine de prolonger une 15ème fois l’état d’urgence nationale pour le Liban.

« La politique des Etats-Unis a toujours été agressive… cette décision ne fera peur à personne ni ne changera la donne », a-t-il assuré.

Membre de la Commission des Affaires étrangères au Parlement libanais, il a assuré que « l’axe de la résistance est solide et ne va pas plier sous les pressions ».

« Il ne passera pas à l’offensive », a-t-il ajouté.

Moussawi a aussi commenté les dernières menaces israéliennes de vouloir bombarder le Liban, les qualifiant de « chantage pour obtenir d’avantage d’aides de la part des USA ».

« Elles n’auront aucun impact sur la résistance, elles reflètent une appréhension des capacités de la résistance », a-t-il souligné.

Tout en assurant que la résistance est disposée à riposter à toute agression israélienne, il a écarté pour le moment qu’Israël lance une offensive car « il ne pourrait en supporter les coûts », selon ses termes.

https://french.almanar.com.lb/2114653

Dans LIBAN

LIBAN : TRAITEMENT DE CHOC DU HEZBOLLAH ?

Par Le 19/07/2021

Quand le pétrole iranien coulera à flot à Beyrouth...

Monday, 19 July 2021 4:15 PM  [ Last Update: Monday, 19 July 2021 4:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Nombre d'experts estiment que le Hezbollah pourra mener à bien la crise prévalant au Liban sans que le pays ait besoin de la tutelle. @AP

Vu l'échec du courant pro-occidental dans le règlement de la crise libanaise, la deuxième option permettant aux Libanais de sortir sains et saufs du marasme en cours est de faire confiance aux puissances inéluctables de la Résistance que reconnaît même l'ennemi israélien. 

Après la démission de Saad Hariri de la candidature à la formation du nouveau cabinet au Liban après 9 mois, la crise politique, économique et sociale dans le pays du Cèdre est entrée dans une nouvelle phase. Pour le moment, le Liban se heurte à un défi crucial. Entre temps, une question importante qui se pose ici, est de savoir si les Libanais peuvent décider de leur sort sans une intervention étrangère?

Depuis 1920, la France et la Grande-Bretagne tentent d’imposer leur tutelle sur le Liban, et les États-Unis n'ont, ces dernières décennies, cessé d’intervenir dans les affaires intérieures du Liban pour protéger les intérêts de l’allié israélien.

Le fait est que les courants politiques impliqués dans les affaires libanaises sont nombreux et leur nombre augmente, mais ces forces peuvent être divisées en deux camps opposés :

– le premier camp comprend un groupe de chefs de tribus, de partis et de factions politiques proches de l’Occident;

– le deuxième camp inclut un groupe de forces nationales, économiques, politiques et d'intellectuels généralement opposées aux pays occidentaux, qui eux, soutiennent Israël.

On peut dire que la nomination de Saad Hariri pour former un gouvernement au Liban après la démission du gouvernement de Hassan Diab, après les explosions horribles dans le port de Beyrouth était un gain politique pour le premier camp ; cependant, l’échec de Hariri à former un nouveau gouvernement signifie en réalité une défaite politique pour le camp.

Lire : Le corridor maritime anti-sanction au Liban ; les USA en mode panique

Certaines puissances étrangères, en particulier la France et les États-Unis, ont ces derniers mois cherché à convaincre les conservateurs du premier camp que surmonter la crise libanaise nécessite certaines actions, telles que :

– former un gouvernement technocrate ou de spécialistes idéologiquement liés à l'Occident et n'ayant aucune représentation des forces affiliées au second camp, en particulier le Hezbollah.

Liban: les dessous d’une impasse politique

Liban : les dessous d’une impasse politique

– négocier avec le Fonds monétaire international (FMI) pour obtenir un prêt et recevoir une aide de sa part, compte tenu des conditions destructrices que cette instance internationale impose au Liban.

– redoubler d'efforts pour empêcher tout commerce avec la Syrie.

– élargir la coopération politique et économique avec les monarchies arabes du golfe Persique.

– préparer le terrain à la tenue des élections législatives anticipées et coopérer avec des éléments d'organisations de la société civile soutenus par les pays occidentaux et pro-israéliens.

Bien entendu, ce scénario du premier camp a complètement échoué suite à la démission de Saad Hariri.

Dans une telle conjoncture, il y a deux options pour les Libanais, leur permettant de sortir du dilemme actuel :

1. Que le second camp se focalise sur les priorités à suivre d’une manière urgente au stade actuel. Ces priorités comprennent :

– résoudre la crise de la nourriture, des médicaments et du carburant de toutes les manières possibles ; même si cela nécessite l'importation directe des éléments mentionnés.

– donner le coup d’envoi au processus d'enquête pénale sur les comptes de la Banque centrale et de ses succursales pour identifier les vrais criminels et ceux qui ont illégalement empoché et transféré les biens du pays à l'étranger.

– préparer le terrain pour l'enquête sur les explosions du port de Beyrouth, dont le juge Tariq Bitar est en charge d’instruire.

– importer du carburant et de l’essence de la République islamique d'Iran (RII) en échange de livres libanais.

– entrer en négociations avec le FMI, à condition que les conditions irrationnelles de cette organisation internationale, qui nuisent à l'économie libanaise, soient annulées.

– arriver à un accord global sur la modification de la loi électorale ; même s'il faut reporter de quelques mois les élections législatives.

Israël implosera? Nasrallah répond...

« J’espère prier à la mosquée d’al-Aqsa et je suis honoré d’autant d’affection exprimée à mon égard. Je resterai à vos côtés, Inchallah », a déclaré le sec...

2- Mais si la première solution est impossible, on passe à la deuxième option, qui comprend les clauses suivantes à mettre en œuvre :

– former un gouvernement national global composé du Premier ministre et des dirigeants politiques, qui seront en mesure de mettre en œuvre le programme de réforme conformément aux priorités du Liban.

– élargir la coopération économique avec la troïka Iran- Russie -Chine, qui ont déjà proposé des projets de développement intégré pour le Liban, qui peuvent être mis en œuvre sans avoir besoin de recevoir de prêts de pays étrangers.

– trouver une formule pratique pour une coopération continue et efficace entre la Résistance et l'armée libanaise qui assurera la sécurité nationale contre l'ennemi israélien.

En réponse à ceux qui prétendent que le virage de l'Ouest vers l'Est n’aura d’autre sens que de préparer le terrain à une autre intervention étrangère au Liban, il convient de dire que l'Axe de l'Est, contrairement à l'Axe de l'Ouest, n'entend pas s'immiscer dans les affaires intérieures, mais il recherche une coopération efficace et pacifique. L'axe de la Résistance a également prouvé qu'il n’épargne aucun effort pour défendre la souveraineté libanaise contre Ie régime agresseur d’Israël.

Un exemple évident en est le succès stratégique de la Résistance dans la guerre de juillet 2006. La percée de la Résistance libanaise a atteint son élan aujourd’hui, notamment lorsqu’elle a réussi à renforcer ses unités de missiles dont la puissance de destruction a fait paniquer plus que jamais l’ennemi israélien.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/19/662591/La-R%C3%A9sistance,-seul-sauveur-du-Liban

Dans LIBAN

LA PLUS MORTELLE ARME DU HEZBOLLAH ?

Par Le 15/07/2021

Missiles ailés, missiles de croisière; drones tactiques et...?

Thursday, 15 July 2021 2:32 PM  [ Last Update: Thursday, 15 July 2021 6:21 PM ]

 30 

Israël menacé par l'arsenal de missiles du Hezbollah. (Illustration)

Selon les données de l’armée sioniste, le Hezbollah dispose de 150 000 missiles de différents types dans son arsenal. En cas d’affrontement possible, environ 1000 à 3000 d’entre eux seront tirés quotidiennement sur la Palestine occupée.

Quinze ans après la guerre de 33 jours menée en 2006 contre le Liban, le Hezbollah a progressé et les estimations suggèrent que dans l’arsenal balistique du Hezbollah, il existe des missiles d’une portée de 15 à 700 km, des missiles guidés d’une portée de 200 km et des drones d’une portée allant jusqu’à 400 km, a rapporté le site web sioniste Walla.

L’armée israélienne prédit que dans une éventuelle confrontation future avec le Hezbollah, environ 1000 à 3000 roquettes seront tirées quotidiennement sur la Palestine occupée.

Or, de hauts responsables de sécurité du régime sioniste estiment que la possibilité d’une guerre avec le Liban est encore faible, indique le journal Haaretz.

Malgré les efforts attribués à Israël pour attaquer le projet des missiles de précision du Hezbollah, le mouvement a pu développer cette capacité d’une manière qui suscite des inquiétudes au sein des services de sécurité israéliens, a poursuit le journal.

Lire aussi : Comment la donne s’est, soudainement, renversée en défaveur d’Israël ?

« Les estimations de sécurité en Palestine occupée montrent que le Hezbollah a jusqu’à présent réussi à stocker des centaines de missiles à moyenne et longue portée, et qu’il y a maintenant plusieurs centres au Liban qui contiennent les pièces de ces missiles », a averti Alon Ben David, analyste militaire du régime sioniste.

« Il est compliqué de penser à une frappe préventive sur le projet de missiles du Hezbollah, car cela pourrait conduire à une guerre régionale », a déclaré Tal Kalman, commandant du front iranien dans l’armée israélienne.

Lire aussi : Comment la Résistance frappera la flotte aérienne d’Israël par Israël !

Fin 2020, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré à la chaîne Al-Mayadeen : « Le nombre de missiles de haute précision du Hezbollah a doublé l’année dernière et nous pouvons cibler avec précision n’importe quel site en Palestine occupée. »

Récemment Ishaq Brick, ancien général de l’armée sioniste, a évoqué la puissance des roquettes de la Résistance libanaise dans une interview avec la chaîne 7 de la télévision sioniste en indiquant que les missiles du Hezbollah suffisaient à faire sombrer l’ensemble des territoires occupés dans un état de ruine pendant un an.

Dans ce contexte, le régime sioniste a mené un exercice militaire à grande échelle visant à simuler des missiles du Hezbollah frappant des soldats israéliens lors d’une éventuelle guerre sur le front nord des territoires occupés à la frontière avec le Liban. Toutes les unités de l’armée de l’air et les avions de chasse étaient présents à l’exercice.

Lire aussi : à quoi riment les 18 têtes qui tombent au sein de l’armée sioniste, mesure décidée à contrecœur par Kochavi ?

Par ailleurs, le correspondant militaire de la télévision du régime sioniste a qualifié de réelle la vidéo publiée par le Hezbollah sur la capture de deux soldats sionistes en juillet 2006, soulignant que cette action du Hezbollah va dans le sens d’une guerre psychologique.

« La vidéo diffusée par le Hezbollah hier sur la captivité de deux soldats israéliens en juillet 2006 est réelle », a déclaré le correspondant de la chaîne 13 de la télévision israélienne.

« Il convient de noter que cela est lié à une guerre psychologique menée par le Hezbollah à l’occasion du 15e anniversaire de la guerre. Le Hezbollah est bien conscient que les médias israéliens, en particulier la télévision ont eu l’accès à la vidéo et la diffuseront le film », a-t-il lancé.

Lire aussi : Deux super drones israéliens chassés en moins de 24 h par la Résistance palestinienne

Après quinze ans, le site d’information Al-Alam Al-Harbi a publié de nouvelles images de l’opération nommée « Sincère promesse » qui s’est soldée par la capture de deux soldats sionistes à la frontière avec la Palestine occupée. La Résistance libanaise a mené cette opération afin de tenir sa promesse et libérer les prisonniers libanais qui étaient détenus dans les prisons du régime sioniste.

L’opération a eu lieu à 9 heures le mercredi 12 juillet 2006. Un groupe de six à huit soldats sionistes qui patrouillant près d’une région dans le sud du Liban, s’est soudainement arrêté lorsqu’une bombe a explosé. De lourds affrontements ont par la suite éclaté entre les combattants du Hezbollah et les militaires sionistes. Selon le Hezbollah, deux soldats sionistes ont été capturés lors de l’opération.

Israël: Méga coup du Hezbollah?

Israël: Méga coup du Hezbollah?

Un espion qui aurait fait fuiter les données "nucléaires" 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/15/662303/Hezbollah-Israel-missiles-guerre

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH CONDAMNE L’INGERENCE FLAGRANTE DES ETATS-UNIS DANS LES AFFAIRES INTERIEURES CUBAINES

Par Le 14/07/2021

Le Hezbollah condamne l’ingérence américaine dans les affaires cubaines

 Depuis 38 minutes  14 juillet 2021

a2f87360-3fa9-4cd9-833d-2c9d449559d8

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Lors d’une visite à l’ambassade de la République de Cuba au Liban, le responsable des relations arabes et internationales du Hezbollah, Ammar al-Moussawi, a condamné « l’ingérence flagrante des États-Unis dans les affaires intérieures de Cuba ».

M. Ammar Al-Moussawi, a rencontré l’ambassadeur de Cuba au Liban, Alexandre Moraga, et ont passé en revue la situation et les développements sur la scène cubaine.

M.Moussawi a souligné :  » La pénurie de certains produits alimentaires, sanitaires et vitaux à Cuba est due au blocus américain injuste imposé à ce pays depuis l’avénement de la révolution cubaine ».

Il a souligné que « les appels larmoyants des responsables américains au droit du peuple cubain à la liberté n’est rien d’autre qu’un complot malveillant pour faire avorter la marche indépendante de ce pays pour résister aux complots américains et aux politiques d’embargo qui durent depuis des décennies et pour réaliser la souveraineté, l’indépendance et le progrès. »

M.Moussawi a également exprimé sa solidarité au nom du Hezbollah soulignant : » nous nous tenons aux côtés du peuple cubain ami et de ses dirigeants révolutionnaires face à la politique américaine agressive visant à déstabiliser le pays « .

M.Moussawi a appelé « les peuples du monde à être conscients des dangers des politiques américaines qui tentent de substituer leur échec en semant le chaos et la famine dans différents pays et régions du monde « .

Il est à noter que « le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a accusé les États-Unis d’être directement impliqués dans l’organisation des manifestations et des troubles à Cuba depuis dimanche dernier ».

Plus tôt dimanche, le conseiller présidentiel américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que « Washington soutient la liberté d’expression et de manifestation dans tout Cuba ».

Rappelons que Cuba fait l’objet d’un embargo américain depuis près de 60 ans, qui a empêché l’aide humanitaire d’atteindre le pays pendant l’épidémie, ce qui a entraîné une détérioration de la situation économique dans la période récente.

Le gouvernement cubain avait dénoncé les appels de l’étranger pour attiser le chaos et la désobéissance civile, et pour profiter de la situation difficile sur l’île des Caraïbes en raison du déclenchement de l’épidémie et de l’intensification du blocus américain.

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2112277

Dans LIBAN

COUP D'ETAT PETROLIER DU HEZBOLLAH LIBANAIS !

Par Le 11/07/2021

Conoco occupé, frappé et refrappé; pétroliers iraniens à Baniyas, que prépare le Hezbollah contre l'axe US/Israël?

Sunday, 11 July 2021 12:43 PM  [ Last Update: Sunday, 11 July 2021 1:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Trois pétroliers iraniens en route pour le Liban? (ISWnews)

Que se passe-t-il autour du Liban? Américains et Français courent à Riyad demander des fonds au trône Salmane dont le fils cadet, visiblement en colère après sa visite ratée à Washington, ne veut rien entendre ni de Hariri, ni des réseaux pro-Riyad au Liban ; le gourou sioniste, Bennett, verse des larmes chaudes sur le sort des « amis libanais » et met même en garde contre « les dangers qui existerait pour Israël à ce que l'État libanais s'effondre », car un tel effondrement rapprocherait l'entité à la guerre contre le Hezbollah : Étrange argument quand on se rappelle toutes ces fois où l'entité a menacé sans honte de  ramener le Liban « à l'age de pierre » si ce dernier se mettait à faire entendre sa voix balistique à un Israël qui a fréquemment besoin d'être remis à sa place. D'ailleurs, l'institut dit de sécurité israélien va même jusqu'à plaider, « en cas de faillite de l'État libanais », en faveur d'une alliance l'US Army+ Armée libanaise contre le Hezbollah. 

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Le Kalibr-C "iranisé" a étonné les Russes et à raison .... les troupes US en débandade en Syrie orientale

Il y a évidemment la crainte de voir la Chine et la Russie qui se pointe du nez à mesure que les Occidentaux s'enfoncent dans cette crise libanaises qu'ils ont montée de toute pièce et qui selon Nasser Kandil, l'analyste d'Al-Binaa ne leur a été aucunement profitable rien que par toutes les contradictions que cette politique comporte en soi, tiraillée qu'elle est entre « la prétention d’aide aux Libanais » d'une part et « un effort fou destiné à ce que cette aide n'ait pas lieu ». C'est un contexte éminemment dangereux puisque l'offre chinoise pour investir dans n’importe quel secteur libanais en ces temps de crise se maintient et que même les anti-Est parmi les Libanais commencent à paniquer et à tourner les yeux vers la Chine et la Russie. Pour la Russie qui a timidement fait son entrée dans le secteur du gaz libanais, le pays, voisin de la Syrie, revêt une importance stratégique, situé qu'il est au confluent des grandes routes commerciales internationales et régionales.

Au fait, le fait que le Liban n'ait pas de gouvernement est la seule carte gagnante pour le camp d'en face qui depuis août 2020 a tout tenté jusqu'à « l’explosion semi- nucléaire » pour que la Résistance libanaise soit brisée, neutralisée et que le pays redevienne ce qu'il était dans le temps, à savoir un annexe aérien et terrestre d'Israël. « À bien regarder, c'est l'unique moyen qu'il leur reste en ces de crise géostratégique majeure où l'Amérique subit à chaque heure qui passe et dans toute sa prétendue grandeur d’antan des missiles et des drones de la Résistance en Irak et en Syrie et qu'Israël vivote, après ces 11 jours de batailles mortelle avec Gaza d'où il est sorti plus qu'exsangue ». 

Syrie: 1er essaim de drones anti-US frappe!

Syrie: 1er essaim de drones anti-US frappe!

Mais Kandil perd un méga détail dans ce tableau judicieusement décrit. Plus que de la Chine et de la Russie, ce sont ces trois pétroliers iraniens, Arman 114, Sam 121 et Jasmin avec à leur bord quelques 2.6 millions de barils de pétrole et de mazot qui viennent de traverser le canal de Suez et dont l'un, Jasmin, a accosté à Baniyas, le port pétrolier syrien, qui font peur. Surtout depuis qu'une certaine rumeur affirme que la cargaison d'au moins l'un d'entre eux est destinée à être livrée au Liban pour briser en mille morceau le blocus pétrolier que maintient de facto US/OTAN/Israël sur ce pays. Au Liban on dit que c'est le coup-éclair pétrolier du Hezbollah, dont le secrétaire général a affirmé a plus d'une reprise ces derniers temps qu'il n'attendrait pas indéfiniment le feu vert de l'État pour aller chercher à Baniyas de l'essence iranien et de le ramener avec lui jusqu'à Beyrouth, chose qui toute raison garder aurait deux conséquence immédiate : d'abord, briser la pénurie d'essence et dégager des stations de service de ces interminables queues d'une part, puis inverser la dynamique de dépréciation de la Livre libanaise, puisque le pays dépense chaque année quelques 5 milliards de dollars en achat d'essence et qu'un coup de pouce énergétique pareil pourrait même doubler la valeur de la Livre face au dollar. 

Guerre : Israël a peur de Gaza ...

Guerre : Israël a peur de Gaza ...

Les services de sécurité israéliens évoquent la possibilité de déclenchement de nouveaux conflits.

C'est contre une telle perspective qu’Israël appelle l'US Army à intervenir aux côtés de l'armée libanaise et ce, contre le Hezbollah qui, on s'en doute, gagnera en influence et en crédit une fois la livraison faite. Mais l'axe US/Israël est-il réellement capable d'empêcher une telle livraison? Ce dimanche deux attaques aux 4 et aux 10 missiles tactiques ont eu lieu contre le complexe militaire US au nord de Deir ez-Zor, soit ce gisement pétro-gazier d'al-Omar avec son usine de gaz Conoco. Les deux attaques ont été espacées d'à peine quelques heures et ont été lancées depuis al-Mayadin, haut lieu de la Résistance en Syrie orientale. Depuis le 4 juillet, il s'agissait de la quatrième et de la cinquième frappe anti-US en Syrie-Est où l'Amérique suce les ressources de l'énergie tout en imposant de dures sanctions aux populations syrienne et partant libanaise. 

L'axe de la Résistance est-il sur le point de faire une percée énergétique, de défier la régie des sanctions US à coup de missile? Visiblement. Sinon comment comprendre que l'axe US/Israël n'ait osé s'attaquer aux pétroliers iraniens une fois le canal de Suez passé, axe qui se targuait d'il y a peu d'avoir à son actif 13 attaques visant les pétroliers iraniens en mer Rouge et dans le golfe d'Aden? Certes il y a deux « incidents très douloureux » visant les « navires israéliens » ces derniers temps, l'un dans l’océan Indien, l'autre à Dubaï, n'empêche qu'un corridor maritime Iran-Syrie dont la prolongation s'étendrait au Liban n'est pas chose à tolérer quel qu'il en soit le prix à payer. 

Liban: la méga bombe

Liban: la méga bombe

La crise énergétique au Liban et en Syrie 

Mais il y a plus : un corridor énergétique Iran-Irak-Syrie-Liban, une fois établie, pourrait avoir son envers de médaille. Et comment? Via Gaza. La Résistance palestinienne a réussi en à peine 48 heures à commencer à partir du 11 mai à bloquer par missiles, drones et roquettes interposés, le flux énergétique à travers et en provenance d’Israël. Les milieux militaires israéliens continuent d'évaluer à s'y pencher sans réellement savoir comment ils pourraient en empêcher un remake. La capacité de guerre navale de la Résistance dotée qu'elle est de missiles anti navire, de torpilles voire de drones piégés sous-marins sont largement suffisantes pour mettre énergétiquement au pas l'entité sioniste. Et ce sera là la gage de sécurité de ce corridor énergétique que la Résistance est sur le point de faire naître à coup de missiles anti-US dans l'est de l'Euphrate. 

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Le Golan transformé en une base de missiles souterraine de la Résistance; USA larguent Israël pour sauver leur peau?

Ce facteur énergétique, s'il s'ajoute au reste, ça en sera fini pour Israël dont les dépenses pétro-gazières pourraient difficilement être satisfaites par une Amérique qui en a déjà largement assez de son assistance militaire à Israël. Les Sionistes pensent que Gaza continue de donner la priorité au renforcement de la puissance militaire et que ce renforcement prendra de plus en plus un aspect naval. « Israël en est désormais à aller d'offre en offre de compromis à Gaza puis qu’après le mois de mai, c'est Gaza qui décide du quand et du comment de la guerre et pas d'Israël. Il le décide d'autant plus qu'il a trouvé Israël énergétiquement vulnérable ou ce qui revient au même exposé parfaitement aux missiles palestiniens en termes infrastructurels. Or le Hezbollah a tout fait pour faire voir à Israël cette faille infrastructurelle, rien que pour faire comprendre à lui mais aussi aux Américains qu'ils n'ont d'autre choix que de se soumettre et d'accepter l'émergence en pleine Méditerranée orientale du premier corridor énergétique maritime de la Résistance...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/11/661982/Guerre-de-11-jours-Hamas-Isra%C3%ABl-R%C3%A9sistance-Saraya-al-Qods

Dans LIBAN

MEDIA ISRAELIEN : L’ENTREE EN ACTION DE LA CHINE ET LA RUSSIE AU LIBAN PRIVERA « ISRAËL » DE SON CONTROLE

Par Le 11/07/2021

Média israélien : l’entrée en action de la Russie et la Chine au Liban privera ‘Israël’ de son contrôle

 Depuis 2 heures  11 juillet 2021

delegation_russe_liban

 Article traduit - Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Plusieurs articles sont parus dans la presse israélienne ce dimanche 11 juillet, craignant les effets de la crise politique et du vide gouvernemental au Liban.
Selon l’un de ces articles, cette situation accordera au Hezbollah un rôle plus important à l’intérieur du pays, et pourrait par conséquence conduire à l’entrée de la Russie et La Chine dans ce pays, privant ‘Israël’ de plus de contrôle sur ce qui s’y passe.

Dans un article traitant de « l’impact de la crise libanaise sur ‘Israël’, le site hébreu MEDA a écrit un article
« Le processus d’effondrement libanais fait reculer le Liban de 100 ans, et n’est pas seulement un effondrement économique. Si nous en revenons aux racines de la crise, tout mauvais traitement pourrait entraîner d’énormes dangers pour ‘Israël’ ».

Le site Web a ajouté : « au moment où la nouvelle administration américaine retire la main de presque tous les problèmes qui ne sont pas directement liés à la relance de l’économie des États-Unis et à la lutte contre la pandémie de Corona, il semble que quelqu’un dirigera le processus de restauration de la stabilité de cet Etat désormais dispersé comme mentionné ci-dessus. Il n’y a pas de place au Moyen-Orient au vide pendant longtemps. Ainsi, la Chine et la Russie sont entrées sur le terrain de jeu libanais et ont offert au Liban de grands investissements tels que la reconstruction du port maritime, la création de raffineries de pétrole et la construction d’infrastructures électriques ».

Et de poursuivre : « une situation pareille privera Israël de plus de contrôle sur ce qui se passe au Liban, car la situation est déjà compliquée avant que la Russie et la Chine n’interviennent, surtout dans le contexte de la faiblesse du gouvernement israélien qui reçoit ses instructions de l’administration américaine ».

Le site israélien a conclu avec la recommandation suivante : « Pour cette raison, Israël doit formuler une stratégie d’action rapidement et la mettre en œuvre rapidement, fermement et prudemment ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2110132

Dans LIBAN

LIBAN : L’AMBASSADRICE DE LA FRANCE FUSTIGEE PAR DES JOURNALISTES ET DES TWITERS LIBANAIS : LE RETOUR DE LA TUTELLE

Par Le 09/07/2021

L’ambassadrice de France fustigée par des journalistes et des tweeters libanais: le retour de la tutelle

 Depuis 21 heures  9 juillet 2021

"L'ingérence flagrante des ambassadrices"

"L'ingérence flagrante des ambassadrices"

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le rédacteur en chef du quotidien libanais al-Akhbar Ibrahim al-Amine a recadré Anne Grillo l’ambassadrice de la France au Liban dans son éditorial publié ce jeudi. Et il n’est pas le seul. Ses agissements et ses déclarations au pays du cèdre lui ont valu bien des critiques, sur les pages des journaux, et les réseaux sociaux.

Elle avait le mardi 6 juillet grondé le Premier ministre par intérim Hassan Diab qui avait organisé une rencontre avec les ambassadeurs et représentants de missions diplomatiques étrangères pour mettre en garde que « le Liban se trouve au bord du désastre » et demander l’aide de la Communauté internationale.
Elle s’était insurgée contre une phrase de M. Diab dans laquelle il a dit que « le peuple libanais payait le prix du siège imposé au Liban » pour riposter violemment: « Cet effondrement est le résultat prémédité d’une mauvaise gestion et d’inaction depuis des années. Il n’est pas le résultat d’un siège extérieur. Vous tous en assumez la responsabilité ainsi que toute la classe politique qui s’est succédée ».
La transmission de son intervention ayant été interrompue, elle a tenu à en transmettre la teneur via une vidéo aux journalistes.

Une arrogance répulsive

« La France se comporte comme si elle est le premier porte-parole du dossier interne libanais, elle se comporte comme il elle détient toutes les cartes qui lui permettent de manipuler tout le monde au Liban. Elle considère qu’il lui suffirait d’avoir des contacts politiques avec le Hezbollah pour que celui-ci accepte ses perceptions », a fustigé Ibrahim al-Amine le rédacteur en chef du journal Al-Akhbar.
Et d’ajouter : « il y a une certaine arrogance répulsive de la part des Français et ils le soulignent comme quoi ils accordent à la résistance au Liban la bénédiction de dialoguer avec elle alors que la communauté internationale refuse de le faire ».

Selon al-Amine le problème de la France est qu’elle n’a rien appris du passé colonial ni des tentatives de recolonisation directe depuis 40 ans.
« La France reste la France voire de pire en pis. Les Français envisagent-ils un instant que c’est la résistance au Liban qui leur accorde la faveur de parler avec elle », a-t-il interrogé.

Les caméras israéliennes

Le patron d’al-Akhbar ne manque pas de laisser entendre que la France fait passer l’agenda israélien au Liban. Rappelant dans son article qu’elle s’était employée depuis quelques mois à faire passer par le biais de Nations unies une demande israélienne destinée à installer des caméras tout au long de la frontière entre le Liban et la Palestine occupée.

« N’a-t-elle pas compris pourquoi elle n’est pas parvenue à être un interlocuteur ainsi que l’Espagne qui est impliquée dans le jeu de l’espionnage à travers la Finul en faveur d’Israël ? n’a-t-elle pas compris le Hezbollah a refusé de dialoguer avec les Britanniques voir même de recevoir la lettre qui lui demande une rencontre. N’a-t-elle pas compris pourquoi les Etats-Unis et avec eux l’ONU et la France, l’Espagne et la Grande Bretagne ont demandé à la Suisse d’entreprendre les contacts avec le Hezbollah pour le persuader que ces caméras ne visent pas les gens du sud ? », tient-il à rappeler, indiquant les helvétiques ont bien compris le message selon lequel « chaque caméra qui serait installée pour surveiller la résistance serait cassée sur le champ et chaque main qui essaiera de les réparer aussi ».

Et d’en déduire : « il semble que la France n’a pas encore compris le message.  Elle se comporte comme si elle est dans son plein droit d’exercer sa tutelle entière. Et que lorsqu’elle a quitté le Liban, elle était en congé, et qu’elle y est retournée pour trouver son peuple et ses dirigeants dans l’incapacité et que c’est donc elle qui décide comment les choses vont être gérées ».

Rencontres avec les ONG et Rabab Sadr

Al-Amine s’est aussi arrêté sur les rencontres que l’ambassadrice française a organisées depuis son accréditation au Liban depuis un an, succédant à Bruno Foucher. Il indique que durant ces derniers mois, elle a rassemblé au siège de l’ambassade de France à Beyrouth les représentants des organisations non gouvernementales des différentes régions et communautés pour leur dire que ce sont eux qui représentent le mieux leurs régions et leur environnement sociaux.

Il fait remarquer que Mme Grillo a distingué par ses rencontres l’association dirigée par Mme Rabab Sadr, la sœur de sayed Moussa Sadr, le leader charismatique de la communauté chiite et le fondateur du mouvement Amal qui a disparu en Libye à la fin des années 70 du siècle dernier.
Elle lui a fait part que c’est elle qui jouit de la plus grande représentativité au sein de la communauté chiite et qu’elle représente « le courant alternatif au terrorisme à l’extrémisme et à la corruption ».

Devant ses hôtes libanais, rapporte al-Amine aussi, la diplomate française n’a pas manqué de souligner que l’initiative française a pris une nouvelle forme, évoquant des changements survenus avec la nouvelle administration américaine et que la France a obtenu un mandat américain pour agir directement au Liban.
« Nous agissons aujourd’hui avec les Américains, les Britanniques et d’autres selon une vision unie. Notre initiative est totalement différente de celle du président (du parlement) Nabih Berri. Nous voulons sauver le Liban et le placer sur un nouveau niveau d’administration tandis que Berri voudrait renouveler la même classe politique », a-t-elle aussi dit aux représentants des ONG, selon al-Akhbar.

Les deux choix de Grillo

Al-Amine indique aussi que Mme Grillo a mis les Libanais devant deux choix : soit la formation d’un gouvernement formé d’indépendants qui ne soient pas choisis par les partis et qui puissent collaborer avec la Communauté internationale. Soit entrer en conflit avec cette dernière et en subir les conséquences, dont l’embargo et les sanctions.
« Tout le monde devrait le savoir, la confrontation directe avec la Communauté internationale contribuera à l’effondrement certain et définitif du Liban », aurait-elle-même menacé.

Al-Amine rapporte que l’ambassadrice française a toutefois admis que seul le Hezbollah est capable au Liban de faire face à la communauté internationale, reconnaissant qu’il est très puissant.
« Mais il devrait savoir que la confrontation va nuire à tous les Libanais », a-t-elle aussi transmis.

Se démarquer du Hezbollah

Selon lui, l’ambassadrice française a dit aux représentants des ONG que « les Libanais devraient se démarquer du Hezbollah et lui adosser la responsabilité de la confrontation avec la Communauté internationale et les séquelles » qui en découleront.
« A cela, ajoute l’ambassadrice de génie : les Libanais doivent se démarquer réellement du Hezbollah et ne pas se comporter comme le gouvernement de Hassan Diab qui n’a collaboré avec la communauté internationale et n’a pas exécuté ses recommandations et ses prescriptions pour le sauvetage », relate-t-il aussi.

Il semble que l’ambassadrice n’a pas été non plus par quatre chemins pour tracer la voie que le Hezbollah devrait suivre : « soit il accepte de négocier avec la communauté internationale, et il a le libre du choix de designer l’Etat avec lequel il voudrait négocier. Tout le monde voudrait dialoguer avec lui. S’il refuse les Américains, les Britanniques ou les français, il pourrait s’entretenir avec l’Onu ou l’Allemagne », toujours selon al-Akhbar.
Faute de quoi, « il en assumera les conséquences, il sera alors isolé du monde entier. Personne ne voudra parler avec lui. Pas même nous. Il aura le même sort que celui de toutes les organisations terroristes isolées dans le monde. Nous avons confiance que ce n’est pas un parti aventurier et qu’il ne se laissera pas trainer dans une aventure », a-t-elle aussi dit aux représentants de ONG, concluant que la situation d’aujourd’hui ressemble à celle qui a prévalu en 1982 et 1983, lors de l’invasion israélienne, suivie par l’intervention militaire américaine et française au pays du cèdre. C’est aussi l’année du lancement de la résistance.

Si l’ambassadeur de l’Iran…

Ibrahim al-Amine n’est pas le seul qui a été offusqué par « le ton insolent »  avec lequel Mme Grillo a répondu au Premier minitre libanais par intérim

Sur Twitter des réactions outragées ne manquent pas.
« Outre son ton insolent et manipulateur , la manière avec laquelle elle a parlé au Premier ministre Hassan Diab en présence d’ambassadeurs étrangers est honteuse. Si l’ambassadeur de l’Iran avait parlé de la sorte, les chantres de la souveraineté auraient réclamé l’intervention de l’Otan », a écrit sur Twitter la journaliste Ramia al-Ibrahim.

« Hormis les propos de l’ambasadrice francaise et leur contenu qui reflète la politique de son pays et d’autres pays, depuis 30 ans ce sont eux qui soutiennent directement les personnes les plus trempées dans la corruption et qui entravent l’audit pénal et la mise en application des lois réformatrices. Ses propos sont inadmissibles… », a quant à lui commenté Alexandre Nehmeh. Il faisait allusion, entre autres, au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, en poste depuis 1993, et dont les politiques financières ont causé l’effondrement économique. Il jouit d’une couverture américaine certaine, confirmée par les récents propos de David Hale. Il a refusé de répondre à plus de 50 questions du cabinet d’Alvarez & Marsal a qui l’audit juricomptable a été confié.

Et l’Arabie saoudite aussi

« Comment le Liban serait-il sous la tutelle et l’occupation iranienne alors que le dossier libanais va être discuté en Arabie saoudite par l’ambassadrice de France et celle des Etats-Unis, sans la présence de responsable libanais , même formelle », a raillé Samer Hassan, un citoyen libanais , en allusion à la visite réalisée ce jeudi à Riad par Mme Grillo, en compagnie de l’ambassadrice américaine Dorothy Shea , dont les ingérences dans la vie interne libanaise ont défrayé la chronique et ont été plusieurs fois critiquées.

Cette visite, dans la forme, est présentée comme étant destinée à « expliquer l’urgence que les responsables libanais forment un gouvernement crédible et efficace qui travaille à la réalisation des réformes nécessaires dans l’intérêt du Liban et conformément aux aspirations du peuple libanais », selon les termes du communiqué publié le mercredi 7 juillet sur Twitter de l’ambassade de France.

Mais ces propos ne trompent pas de nombreux Libanais.

« Les deux hauts commissaires du Liban, l’ambassadrice américaine Dorothy Shea et l’ambassadrice française Anne Grillo se comportent de par leurs ingérences flagrantes comme si le Liban était sous tutelle », a pour sa part renchérit Kar Mostafa sur Twitter.

Même colère de la part d’Ahmad Lakkis selon lequel « les agissements des deux ambassadrices sont trompeuses. Elle prétendent vouloir protéger les intérêts du Liban alors qu’insidieusement c’est une tutelle qui se veut exploiter l’effondrement économique, la crispation politique et les souffrances des Libanais et leur faim ».

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2108779

Dans LIBAN

DECES DU DIRIGEANT PALESTINIEN AHMAD JIBLIL. LE HEZBOLLAH PRESENTE SES CONDOLEANCES AU PEUPLE PALESTINIEN

Par Le 08/07/2021

Décès du dirigeant palestinien Ahmad Jibril. Le Hezbollah présente ses condoléances au peuple palestinien

 Depuis 9 heures  8 juillet 2021

Sayed Hassan Nasrallah et Ahmad Jibril

Sayed Hassan Nasrallah et Ahmad Jibril

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Ahmad Jibril, chef du Front populaire de libération de la Palestine-Commandant général (FPLP-CG), est décédé mercredi 7 juillet à Damas à l’âge de 83 ans.

«Il est mort de causes naturelles après avoir été malade», a déclaré son fils, Bader Jibril.

Sa mort a été confirmée par le mouvement FPLP-CG et deux de ses amis qui ont précisé qu’il était décédé dans un hôpital de Damas.

Les Brigades du martyr Jihad Jibril (branche armée du FPLP-CG) ont souligné qu’elles poursuivront « la voie de la résistance  jusqu’à la libération de la Palestine ».

Ahmad Jibril avait cofondé en 1967 le Front populaire de libération de la Palestine, historiquement marqué à l’extrême gauche, avec Georges Habache, puis s’en était détaché dès l’année suivante en créant le FPLP-CG, dont il était devenu le secrétaire-général.

Connu pour son opposition à toute négociation entre Palestiniens et ‘Israël’, le mouvement d’Ahmad Jibril s’était farouchement opposé à l’accord entre l’entité sioniste et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Après le début du conflit syrien en 2011, le FPLP-CG s’était rapproché du de Damas, en devenant un allié indéfectible. En 2012, des membres du FPLP-CG avaient ainsi combattu aux côtés de l’armée syrienne contre des insurgés à Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens devenu progressivement un quartier de Damas.

Le FPLP-CG a mené plusieurs opérations anti-israéliennes dans les territoires occupés. Ahmad Jibril avait par ailleurs perdu son fils aîné en mai 2002 lors d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, attribué par le mouvement à ‘Israël’.

Le FPLP est considéré comme une organisation « terroriste » par ‘Israël’, les Etats-Unis et l’Union européenne.

Le Hezbollah présente ses condoléances au peuple palestinien

Le Hezbollah a présenté mercredi « ses plus sincères condoléances au peuple palestinien résistant qui a perdu une importante stature d’honneur (…) » après le décès d’Ahmad Jibril.

Le Hezbollah a salué dans un communiqué « une vie pleine de résistance et de sacrifice, offrant son fils (Jihad) sur la voie de la Palestine ».

« La Palestine et sa cause ont été toute sa vie », ajoute le communiqué du Hezbollah. « Il a passé sa vie à se déplacer entre les champs de bataille car il croyait que la lutte continue est le seul moyen de la victoire et de la libération de la Palestine ».

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2108383

Dans LIBAN

LE PREMIER MINISTRE LIBANAIS PAR INTERIM HASSAN DIAB DECLARE QUE LE LIBAN EST AU BORD DU DESASTRE

Par Le 06/07/2021

Diab en présence d’ambassadeurs étrangers : le Liban et son peuple sont au bord du désastre

 Depuis 6 heures  6 juillet 2021

diab

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le Premier ministre par intérim libanais Hassan Diab, a déclaré que le Liban et son peuple étaient « au bord du désastre », appelant la communauté internationale à « venir à sa rescousse », a rapporté l’agence de presse officielle ANI.

Diab a ajouté dans un discours après une rencontre avec un groupe d’ambassadeurs et de représentants des missions diplomatiques à Beyrouth que « ce gouvernement n’a pas le droit de reprendre les négociations avec le Fonds monétaire international pour mettre en œuvre le plan de relance fixé par le gouvernement, car cela engagera des obligations envers le prochain gouvernement qu’il pourrait ne pas adopter ».

Il a estimé que le fait de « lier l’aide du Liban à la formation du gouvernement est devenu un danger pour la vie des Libanais et de l’entité libanaise, car les pressions qui sont exercées et le siège imposé au Liban n’affectent pas les corrompus, mais plutôt le peuple libanais qui, à lui seul, paie un lourd tribut qui menace sa vie et son avenir, et menace le Liban comme modèle et message dans le monde ».
« L’immigration à laquelle nous assistons est la preuve du désespoir des Libanais », a-t-il déploré.

Le chef du gouvernement par intérim a souligné que « le gouvernement a élaboré un plan de relance complet qui comprend des réformes financières et économiques, et qui est prêt à être mis en œuvre après sa mise à jour ».

Selon lui, « le Liban traverse un tunnel très sombre, et la souffrance a atteint les limites de la tragédie ».
« Les crises graves vécues par les Libanais, à plusieurs niveaux de leur vie, social, sanitaire, et des services, poussent la situation dans Liban vers une catastrophe majeure dont les répercussions dépassent toute capacité à la contenir. Nous sommes confrontés à une réalité libanaise effrayante ».

Le Premier ministre par intérim a souligné que la priorité aujourd’hui consiste à former un gouvernement. Il a ajouté : « la formation du gouvernement n’a que trop tardé, et les Libanais ont été patients et ont supporté le fardeau de de cette longue attente. Mais leur patience s’épuise au fur et à mesure que leur souffrance s’intensifie ».
Désigné a la tête d’un nouveau cabinet ministériel depuis septembre 2020, Saad Hariri n’arrive toujours pas à le former en raison de divergences sur la nomination des portefeuilles ministériels avec le chef de l’Etat Michel Aoun.
« ce cercle vicieux gouvernemental qui perdure depuis 11 mois n’est plus acceptable », a objecté M. Diab.

S’adressant aux ambassadeurs, M. Diab a dit : « J’appelle le monde à sauver le Liban, et j’appelle les frères et amis du Liban à se tenir aux côtés des Libanais. Et je demande également à ne pas tenir le peuple libanais pour responsable pour les crimes commis par les corrompus ».

Et de poursuivre : « Alors que nous nous rassemblons ici, dans les rues du Liban, de longues files de voitures se dressent devant les stations-service. Il y a ceux qui cherchent dans les pharmacies une pilule et une boîte de lait pour leurs bébés. Dans les foyers, les Libanais vivent sans électricité ».
« Je vous invite à être les messagers du Liban dans vos pays, à expliquer ce sombre tableau, et à nous aider à transmettre notre message à vos pays et institutions, sauvez le Liban avant qu’il ne soit trop tard », a-t-il conclu en s’adressant aux ambassadeurs et diplomates étrangers assignés au Liban.

Le Liban traverse depuis fin 2019 sa pire crise économique et financière de son histoire. Elle s’est caractérisée par une forte dépréciation injustifiée de la livre face au dollar américain qui lui a fait perdre plus de 90% de sa valeur. Elle est aussi accompagnée d’une très forte inflation. Les prix des produits alimentaires ayant été multiplié par dix. Sans compter les pénuries en essence et en médicaments et les coupures d’électricité.

Source: Agences

https://french.almanar.com.lb/2106920

Dans LIBAN

SEYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : « LES GUERRES ISRAELIENNES SONT TOUTES AMERICAINES; LA RESISTANCE Y TIENDRA TETE »

Par Le 05/07/2021

«Les guerres israéliennes sont toutes américaines; la Résistance y tiendra tête»

Monday, 05 July 2021 2:19 PM  [ Last Update: Monday, 05 July 2021 6:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. ©Al-Manar

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a appelé ce lundi, lors d’une intervention devant la conférence « La Palestine vaincra », à une « extension du front médiatique contre les USA », un front qui est aussi important que le front de guerre.

« Je le dis très simplement, cette fermeté qui perdure n’a pas été gratuite, c'est le fruit des vies sacrifiés, des sangs versés. Daech, ce complot noir, avait été ourdi pour faire oublier la Palestine, un complot qui a échoué. En effet, le besoin d'une extension du front médiatique pro-Résistance s’explique par cette fermeté et cette intransigeance qui est celle de la Résistance et qui s’est illustrée par la grande victoire de la Palestine à l’issue de l’opération Epée de Qods ».

« Et bien chaque guerre que mène Israël, c’est une guerre américaine et c’est le droit des Palestiniens d’y faire face ; car cette contrée qui s’étend de la mer au fleuve, il revient de droit aux palestiniens. Idem pour le Liban qui a le droit de reconquérir sa terre occupée par Israël. C’est le droit de nos nations de faire face aux pillages systématiques des États-Unis et d’exploiter leurs richesses. C’est leur droit de décider de leur sort loin des diktats et des manipulations US. »

Le Hezbollah  en Cisjordanie…

Le Hezbollah en Cisjordanie…

Nouveau chef du Hamas en Cisjordanie ... un proche de l’Iran, un proche du Hezbollah!

Et d’ajouter : « Eh bien le discours de la Résistance est basé non pas sur la propagande mais sur la réalité du terrain. La Résistance est consciente des points forts de l’ennemi. Elle les reconnaît mais elle les reconnaît pour mieux les combattre. En Israël par exemple, il n’existe pas de nation ; ce sont tous des colons, des occupants venus de quatre coins du monde. Notre fiabilité médiatique est à telle point que l’ennemi a davantage de confiance dans nos médias que dans les siens. Car quand la Résistance promet quelque chose elle tient sa promesse. Elle a promis de faire libérer ses prisonniers ; elle l'a fait. Maintenant quand je dis que la Palestine va être libérée et qu’Israël va disparaître, ce n'est pas du rêve mais des espoirs bien réels. »

Plus loin, Nasrallah est revenu à la présence US dans la région : « La domination des États-Unis est l’un des plus grands dangers qui menace les peuples de notre région. Cette domination a pu par endroit manipuler les États et les armées entières. Elle place les richesses de notre région dans le sens des intérêts d’Israël. Le régime sioniste leur doit son existence, sa morgue, aux Américains et à leur soutien. »  

Lire aussi : 

-Deux frappes aériennes contre Gaza en 48 heures et les F-16 israélien évitent le ciel de Gaza! Pourquoi?

-La Cisjordanie "armée" expulse les colons...

Et de poursuivre : « Nous nous sommes confrontés à la domination et à l’occupation US en Irak où les Américains agressent les Hachd al-Chaabi ou dans l’est de la Syrie. Mais notre combat s’élargit et s’étend au domaine médiatique et inclut une royale guerre psychologique. Or notre guerre psychologique n’est pas basée sur de l’illusion et du mensonge. Le point fort des médias de la Résistance c’est leur intégrité dans la transmission des informations et des “facts” et des événements. La Résistance n’agrandit pas ses objectifs et c’est là l’un des paramètres de la force de la Résistance. À Qods, la Résistance a promis protection et soutien et elle l’a fait. Les réseaux sociaux nous ont aidés à véhiculer plus largement notre message et à faire écho à nos victoires. Certes les moyens médiatiques du camp d’en face sont beaucoup plus larges mais les médias de la Résistance ont de l’originalité, de l’innovation. L’ennemi bloque nos médias, nos chaînes télévisées, nos sites d'information. Pourquoi? Parce qu’ils touchent là où il faut. Ils vont droit au but. Nous, au sein des médias de la Résistance, nous devons échanger nos expériences et faire un plus large usage des médias sociaux. Et tout en menant notre guerre de vérité et en faisant face à cette guerre de mensonge, d’hypocrisie, de falsification qui nous est lancée. Les médias adverses cherchent avec tous leurs moyens à nous diaboliser, à ternir notre image, à faire de la Résistance un élément inféodé à l’Iran, à la décrire comme étant hostile aux Arabes et à la comparer aux mafias criminels. Notre discours médiatique devra tenir compte de ces facteurs afin d’être redéfini en fonction des menaces et des défis et les transformer en occasion. Le monde entier a reconnu la victoire de Gaza en mai, mais certains média du Golfe Persique l’ont reniée. Nos médias devront générer de la pensée, des courants car le camp d’en face cherche à effacer la Palestine et à occuper les peuples de la région à leur quotidien. Quand Israël aura compris que toute atteinte à Qods se débouchera sur une guerre régionale en bien il changera son fusil d'épaule. »

Cisjordanie: la bombe anti-Israël?

Cisjordanie: la bombe anti-Israël?

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/05/661579/Discours

 

 

Dans LIBAN

LE NEOLIBERALISME PLONGE LE LIBAN DANS LE CHAOS

Par Le 03/07/2021

3 Juillet 2021

publié le 02/07/2021
Le néolibéralisme plonge le Liban dans le chaos

Cinquante ans de politique néolibérale ont plongé le Liban au fond du gouffre de la crise financière et alimentaire. Désormais la famine menace.

L’annexion de la livre libanaise sur le dollar et le renflouement régulier des caisses par la communauté internationale ont longtemps donné corps à l’idée d’un miracle économique qui n’était en réalité qu’un mirage. Pendant ces décennies, l’oligarchie composée de miliciens affairistes, de dirigeants malfaiteurs se sont bâtis des fortunes en détournant les fonds et en organisant une corruption clientélaire généralisée au détriment du développement d’infrastructures et d’une économie productive.

La crise, longtemps masquée, a éclaté en 2019 alors que la dette devenait insoutenable, que les transferts de fonds s’amoindrissaient et que les bailleurs devenaient plus réticents. Si bien qu’aujourd’hui la monnaie s’est effondrée, l’inflation bat des records (plus de 500% sur certains produits) et les pénuries de carburants, de médicaments, de produits de base, d’énergie électrique plongent la population dans le désarroi. Depuis 2019, le PIB a chuté de 40% provoquant une explosion du chômage et un délitement des infrastructures. La faillite est colossale, l’une des pires de l’histoire contemporaine.

Si quelques privilégiés qui ont accès à des ressources en dollars continuent à mener grand train, la pauvreté atteint des niveaux records. Les couches moyennes sont déclassées et plus particulièrement les retraités tandis que les classes populaires sont désormais en situation d’indigence. 50% de la population vit sous le seuil de pauvreté avec des risques de famine dans les prochains mois.

L’explosion du port de Beyrouth, révélatrice de l’incompétence criminelle des dirigeants et la crise sanitaire liée au Covid-19 ainsi que l’afflux d’un million de migrants syriens n’ont fait qu’aggraver la situation.

Le pays qui n’a plus de gouvernement depuis dix mois est en état de choc. La colère est partout. Les blocages des rues se multiplient, des tentatives de prises d’assaut des banques se sont produites à Tripoli, à Beyrouth et Saïda. Le peuple libanais exige des réformes structurelles comme la fin du confessionnalisme, le départ des cliques au pouvoir, une politique de justice permettant le redressement et la fin des ingérences étrangères.

Les communistes français expriment leur solidarité avec le peuple libanais qui attend autre chose de la France que le soutien à ceux qui ont plongé le pays dans la ruine. Les communistes libanais sont pleinement engagés dans ce combat pour la dignité et la justice.

Pascal Torre
responsable-adjoint du secteur international du PCF
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient

 

source : https://www.pcf.fr/le_neoliberalisme_plonge_le_liban_dans_le_chaos

Tag(s) : #Liban#PCF

Dans LIBAN

LIBAN : SELON L’UNICEF, 30% DES ENFANTS DORMENT LE VENTRE VIDE

Par Le 02/07/2021

30% des enfants au Liban dorment le ventre vide, selon l’UNICEF

30% des enfants au Liban dorment le ventre vide, selon l’UNICEF

folder_openLiban access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

La famine toucherait 30% des enfants au Liban, a estimé un rapport de l’UNICEF, notant que «les enfants libanais subissent de plein fouet l’un des pires effondrements économiques au monde ces derniers temps», une crise qui affecte tous les aspects de leurs vies, et face à l’impossibilité d’établir un véritable soutien social.

La représentante de l’UNICEF au Liban, Yuki Muko, indique qu’aucune amélioration n’était en vue et que de plus en plus d’enfants devaient se coucher le ventre vide.

Et de souligner: «La santé des enfants, leur éducation et leur avenir sont affectés, les prix montent en flèche et le chômage continue d’augmenter. Le nombre de familles est au Liban, qui est obligé de prendre des mesures d’adaptation négatives pour pouvoir résister, comme annuler certains repas pour économiser leur prix, envoyer leurs enfants travailler, souvent dans des conditions de travail dangereuses, ou recourir au mariage de leurs mineurs filles, ou vendre leur propriété».

Selon le communiqué, plus de 30% des enfants au Liban ont dormi dans leur lit, le mois dernier, l’estomac vide, parce qu’ils n’ont pas reçu un nombre suffisant de repas et 77 % des ménages n’ont pas assez de nourriture ou d’argent pour l’acheter.

«60% des familles sont obligées d’acheter de la nourriture en accumulant des factures impayées ou en empruntant»,  ajoute le communiqué.

Et de poursuivre: «30% des enfants au Liban ne reçoivent pas les soins de santé primaires dont ils ont besoin et 76% des ménages ont été fortement touchés par l’augmentation massive des prix des médicaments».

Un enfant sur dix au Liban travaille

Dans le même contexte, l’UNICEF indique qu’un enfant sur dix au Liban travaillait.

«40% des enfants appartiennent à des familles où personne ne travaille, et 77% de ces familles ne reçoivent d’aide sociale d’aucune partie», détaille le rapport.

Il note également que «15% des familles au Liban avaient cessé d’envoyer leurs enfants aux écoles». «80% des aidants déclarent que les enfants ont des difficultés à se concentrer sur leurs études à la maison, soit à cause de la faim, soit à cause de la détresse psychologique».

Toujours selon l’UNICEF, seraient en cause outre la crise économique, la pandémie de la Covid-19 et les conséquences de l’explosion massive qui a dévasté le port de Beyrouth en août 2020, en plus de l’instabilité politique actuelle.

L’organisation onusienne appelle les autorités locales du Liban à se développer rapidement pour répondre aux besoins urgents et fournir des mesures de protection sociale, afin d’assurer l’accès à une éducation de qualité pour chaque enfant, et de renforcer les services de soins de santé primaires et la protection de l’enfance.

Il s’agit notamment de prendre des mesures vis-à-vis des groupes les plus vulnérables.

Pour sa part, l’UNICEF étend son programme, avec l’appui des donateurs.

«Le Liban ne peut pas se permettre d’avoir des enfants privés de nutrition, contraints de quitter l’école, souffrant de la santé, ou faire face à des risques d’abus, de violence et d’exploitation. Les enfants sont l’avenir de n’importe quelle nation. Ils sont le premier et le dernier investissement», a conclu M. Muko.

https://french.alahednews.com.lb/40557/344

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH SORT SES MISSILES SOL-AIR. QUATRE DRONES ISRAELIENS ABATTUS!

Par Le 01/07/2021

Le Hezbollah sort ses missiles sol-air en plein ciel de Beyrouth?

Thursday, 01 July 2021 12:42 PM  [ Last Update: Thursday, 01 July 2021 12:42 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Hezbollah a intercepté 4 drones du Mossad dans la quartier Madi au sud de Beyrouth, capitale libanaise. @Harbi Press

Décidemment, Israël n'en finit pas avec le cauchemar des drones : après avoir poussé les USA à envoyer ses F-16 et ses F-15  frapper " de supposées bases à drones" de Kataêb Hezbollah et d'autres groupes de la Résistance irakienne sur les frontières syro-irakiennes et ce, dans le stricte objectif de "prévenir un remake du coup "irakien" du 19 mai, quand un drone venu visiblement depuis l'ouest de l'Irak et ayant percé le ciel de la Jordanie a pénétré l'espace aérien du nord des territoires occupés sans que Dôme de fer puisse l'intercepter quitte à pousser un F16 israélien à le faire à sa place, plus aucun jour ne passe sans qu'il n'y ait un raid, une attaque, impliquant de près ou de loin des drones.

Et il y en a de plus en plus de terrifiant !  Ce jeudi 1er juillet, la chaine proche de la Résistance irakienne, Sabereen News a rapport une information explosive: quatre drones israéliens de facture inconnu auraient été interceptés puis abattus dans le ciel du sud Beyrouth : " les quatre appareils se dirigeaient depuis la mer vers le quartier de " Hay Madi" à al Chiyah au sud de la capitale libanaise quand ils ont été abattus par le Hezbollah", rapporte Sabereen News, chaine Telegram proche de la Résistance irakienne.

L'Iran sort sa DCA anti-essaim choc

L'Iran sort sa DCA anti-essaim choc

Évidemment, la source ne nous apprend rien ni sur les circonstances de cet méga ni non plus sur ce qui pourrait être les restes de ces quatre appareil qui toute raison garder auraient tenté une pale simulation d'une "attaque à l'essaim" contre un site "important" du Hezbollah.

Il y a deux ans la Résistance libanaise a intercepté et détruit à Zahiya, le quartier du sud de la capitale deux drones israéliens qui ont tenté de viser un complexe médiatique. En février et pour quatre jours le Hezbollah et Gaza se sont livré à la capture puis à la destruction des drones israéliens de type Max120 avant que la Résistance libanaise fasse un coup de maitre en détruisant un Hermès 450, drone tactique sioniste dans le ciel d'al-Zahrani. Cet exploit évidemment soumis à la censure médiatique a provoqué un onde de choc au sein des milieux sécuritaires israéliens qui y ont vu "la fin de l'omnipotence israélienne" dans le ciel du Liban.

Telegram Widgets

Telegram widgets offer a quick way to add a sharing button to your pages, embed posts from public channels or groups. Widgets…

Et bien cette cette nouvelle interception "en série" de drones que réalise le Hezbollah ce jeudi et qui fait l'objet d'un black out pour l'heure quasi totale devra bien plus largement inquiéter l'entité. Car si en février, Tel-Aviv soupçonnait les Russes d'avoir fourni à la Résistance " le seul système capable de détruire Hermès 450" à savoir le Buk, en ce juillet 2021 il devra se demander quel est le dispositif propre à capter et intercepter quatre drones d'affilés? la réponse pourrait être "Majid" ou "Zolfaqar", soit deux dispositif de DCA made in Iran à basse altitude : le Hezbollah pourrait parfaitement en avoir de "Zolfaqar", un système de défense aérienne à basse altitude équipé d'un système de multi-lanceurs mécanisé ou de "Majid "qui se compose d'un double lanceur et d'un système de contrôle de tir électro-optique.

J+10, l'armée de l'air d'Israël, enterrée!

Dans la nuit de 18 à 19 mai, soit aux premières heures du J+10 du méga Blitzkrieg-balistique de la Résistance contre Israël,

Selon les responsables militaires, les deux systèmes sophistiqués de défense aérienne sont capables de frapper des cibles à basse altitude, en particulier des missiles de croisière avec des missiles-intercepteurs équipés d'un capteur infrarouge capables d'attaquer la cible en suivant la source d'émission de chaleur (moteur d'avion). De plus, le missile intercepteur  est équipé d'une technologie de fusible de proximité avec un capteur laser qui émet un faisceau laser à 360 degrés. Dès que ces faisceaux sont réfléchis par le fuselage, ils font exploser l'ogive du missile et détruisent la cible. Cela pourrait être ce qui est arrivé ce jeur à la nuée de quatre drones sionistes. 

Une très mauvaise nouvelle quand on sait qu'entre juin et octobre 2020? 61.51 heures de vols sionistes ont eu lieu dans le ciel du Liban et que 95% de ces vols appartiennent aux drones et que tout ceci intervient alors qu'au mois de mai, le monde entier, y compris Israël lui même a compris qu'il n'est plus maitre de son "ciel" et que pour un oui ou pour un non, des avalanches de missiles, de drones pourraient submerger et lui fermer ses aéroports, ses ports, ses bases aériennes, bref lui ligoter le ciel. 

Israël intimidé par le Hezbollah

Le Hezbollah a attaqué un drone israélien avec une arme utilisable en principe en temps de guerre.

Mais cette opération de drone anti Hezbollah conduite visiblement depuis la mer vers le sud de la capitale et qui a poussé la Résistance à riposter répond-t-elle à un coup particulier? Remarquez que l'entité ne demande rien pour agresser, crime et agression étant dans sa nature. Et pourtant, ces deux derniers jours, il se sont passés des événements qui pourraient laisser croire que l'opération ratée de ce jeudi de l'entité aura été une tentative de vengeance anti-Résistance, celle-ci n'ayant plus de frontière depuis le mois de mai, étant parfaitement multifront, étendu de l'Irak à Gaza, de la Syrie au Liban.  Et comment? 

Lire aussi : Iran: le Mossad en mode panique...

Le 26 juin,  les agences ont fait état d'une attaque à l'essaim de drone contre "les locaux du nouveau consulat US" à Erbil. Et bien Sabereen News affirme que l'attaque visait effectivement le Mossad. " La récente attaque de drones à Erbil dans la région autonome du Kurdistan irakien a ciblé  les agents du Mossad. Au cours de l'attaque, qui a eu lieu le matin du 26 juin, les forces de la Résistance, après avoir surveillé les agissements des membres du Mossad et des agents des opérations spéciales dans la ville d'Erbil dans le nord de l'Irak, ont attaqué avec 5 drones suicides les positions du service de renseignement israélien dans la partie nord-est d'Erbil ".

Hezbollah: 4ème drone sioniste capturé!

Un autre drone israélien a été visé ce mercredi 3 février, ce qui aurait causé aujourd’hui un bruit d’explosion dans le ciel du Sud libanais, rapporte la c...

"Il s'agit de la seconde attaque ayant visé depuis avril le Mossad à Erbil où l'entité a investi depuis longtemps. Au moins trois agents du Mossad ont été tués et plusieurs autres, blessés et emmenés en Israël à la suite de l'attaque, selon toujours le même rapport. Selon les informations disponibles, trois drones suicides ont attaqué le village de Baragh et le rassemblement sioniste à l'hôtel Khanzad, et deux autres ont attaqué des cibles dans le village de Gomespan. Parmi ces drones, l'un a échoué dans ses opérations et le reste des drones ont mené à bien leur mission."

Irak : qui faut sauter le Mossad ?

Décidément, Erbil est devenue le centre du monde pour un axe US/Israël qui 48 heures après la frappe aérienne sanglante visant la frontière syro- irakienne...

Israël a-t-il tenté de venger ce coup fatal qu'il reçoit en pleine figure en Irak où ses sites les plus secrets font désormais régulièrement l'objet de drones de la Résistance? Certaines sources affirment que la visite précipité de Lapid aux Emirats où il a ouvert une ambassade se voulait aussi une réponse à la "fin annoncé de la présence d'Israël à Erbil". Quant au coup raté de ce jeudi au sud de Beyrouth, il faut à Israël de se demander comment faire désormais si les missiles sol-air du Hezbollah se mettait à "sécuriser" totalement le ciel de la capitale, après le faire dans le sud du Liban. La toute dernière raid israélienne du 6 juin, l'entité l'a lancé ni depuis le ciel du Liban ni non plus depuis le Golan mais depuis la Galilée. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/01/661260/R%C3%A9sistance--Mossad-dans-la-mire

Dans LIBAN

MAHMOUD QOMATI, DIRIGEANT DU HEZBOLLAH : LES LIBANAIS DEVRAIENT RESTER VIGILANTS FACE AUX COMPLOTS DES USA ET DE LEURS ALLIES

Par Le 01/07/2021

Hezbollah: Les Libanais devraient rester vigilants face aux complots des USA et de leurs alliés

 Depuis 5 heures  1 juillet 2021

Mahmoud Qomati

Mahmoud Qomati

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le membre du Conseil politique du Hezbollah et ancien ministre, Mahmoud Qomati, a souligné mercredi 30 juin que ses compatriotes devraient rester vigilants face aux complots des États-Unis et de leurs alliés.

« La corruption, le vol, le pillage et la fraude sont les raisons principales » de la crise économique et sociale du Liban, a dit M.Qomati, cité par le site libanais El-Nashra.

«Mais cela ne nous fait pas oublier que les Américains, les Occidentaux et les pays arabes conspirent contre nous, ils nous imposent cet embargo, confisquent nos avoirs, empêchent l’entrée des devises dans notre pays et nous assiègent de toutes leurs forces afin que nous nous rendions, mais nous le ferons jamais», a-t-il insisté.

Ce membre du Hezbollah a ajouté : « Nous disons aux étrangers et aux auteurs des corruptions à l’intérieur du pays que le Liban ne tombera pas, et sachez que si le Liban s’effondre, vos intérêts et les intérêts de vos alliés s’effondreront aussi. La situation se retournera contre vous avant que vous ne puissiez atteindre la Résistance et ses armes. Vous voulez que le Liban soit faible mais le Hezbollah ne laissera pas le Liban faible. »

La semaine dernière, le secrétaire général du Hezbollah libanais, Sayed Hassan Nasrallah, a déclaré «qu’il ne faut pas avoir toujours peur des Américains. Le Liban malheureusement craint les États-Unis, et ces derniers bloquent toute aide à notre pays. Si le Liban accepte d’importer le carburant de l’Iran, immédiatement, la République islamique d’Iran enverra ses navires de carburant au Liban. Nous avons de bonnes relations amicales avec la Syrie et l’Irak aussi. Si vous dites que vous êtes amis avec les États-Unis, la France, l’Arabie saoudite ou les monarchies arabes du golfe Persique, profitez-en pour assurer l’intérêt des Libanais. »

En réaction aux propos de Sayed Nasrallah, l’ambassade d’Iran à Beyrouth a annoncé sur Twitter : « Vous avez raison. L’arrivée des pétroliers iraniens au port de Beyrouth ne dépendant pas de l’approbation de l’ambassadeur américain au Liban. Il ne doit pas s’ingérer dans les relations fraternelles entre les Iraniens et les Libanais. »

 

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/2104005

Dans LIBAN

LIBAN : LE COUP DE MAITRE ANTI-SANCTIONS DU HEZBOLLAH

Par Le 30/06/2021

Le coup de maître anti-sanctions du Hezbollah

Wednesday, 30 June 2021 5:29 PM  [ Last Update: Wednesday, 30 June 2021 5:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La photo d'un tanker publiée par l'ambassade iranienne à Beyrouth sur Twitter, le 26 juin 2021.©L'Orient-Le Jour

Membre du Conseil politique du Hezbollah libanais et ancien ministre, Mahmoud Qamati a souligné mercredi que ses compatriotes devraient rester vigilants face aux complots des États-Unis et de leurs alliés.

Le site libanais El-Nashra a rapporté que Mahmoud Qamati a souligné que « la corruption, le vol, le pillage et la fraude sont les raisons principales » de la crise économique et sociale du Liban.

« Mais cela ne nous fait pas oublier que les Américains, les Occidentaux et les pays arabes conspirent contre nous, ils nous imposent cet encerclement, confisquent nous avoirs, empêchent l’entrée des devises dans notre pays et nous assiègent de toutes leurs forces afin que nous nous rendions, mais nous le ferons jamais », a déclaré Mahmoud Qamati.

Des pétroliers iraniens à Beyrouth?

Des pétroliers iraniens à Beyrouth?

Ce membre du Conseil politique du Hezbollah a ajouté : « Nous disons aux étrangers et aux auteurs des corruptions à l’intérieur du pays que le Liban ne tombera pas, et sachez que si le Liban s’effondre, vos intérêts et les intérêts de vos alliés s’effondreront aussi. La situation se retournera contre vous avant que vous ne puissiez atteindre la Résistance et ses armes. Vous voulez que le Liban soit faible mais le Hezbollah ne laissera pas le Liban faible. »

La semaine dernière, le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, a promis pour la deuxième fois de ne pas permettre la faillite du Liban.

Soft-guerre US: Nasrallah dénonce...

Soft-guerre US: Nasrallah dénonce...

Les 36 sites bloqués par les Américains ont contribué à la bataille balistique de mai...

Vendredi, Nasrallah a déclaré sur la chaîne Al-Manar que le Liban pourrait acheter du carburant à l’Iran ou à l’Arabie saoudite. Récemment, le secrétaire général du Hezbollah avait déclaré : « Toute la crise au Liban est due aux monopoleurs qui accaparent les produits de première nécessité. Sachez qu’il n’existe pas de solution radicale à cette crise, mais qu’il faut entreprendre des mesures pour amoindrir cette situation pressante. Il ne faut pas avoir toujours peur des Américains. Le Liban malheureusement craint les États-Unis, et ces derniers bloquent toute aide à notre pays. Si le Liban accepte d’importer le carburant de l’Iran, immédiatement, la République islamique d’Iran enverra ses navires de carburant au Liban. Nous avons de bonnes relations amicales avec la Syrie et l’Irak aussi. Si vous dites que vous êtes amis avec les États-Unis, la France, l’Arabie saoudite ou les monarchies arabes du golfe Persique, profitez-en pour assurer l’intérêt des Libanais. »

Israël implosera? Nasrallah répond...

Israël implosera? Nasrallah répond...

Si le Liban accepte d’importer du carburant iranien, la République islamique d’Iran enverra immédiatement ses pétroliers au Liban.

En réaction aux propos du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, l’ambassade d’Iran à Beyrouth a annoncé sur Twitter : « Vous avez raison. L’arrivée des pétroliers iraniens au port de Beyrouth ne dépendant pas de l’approbation de l’ambassadeur américain au Liban. Il ne doit pas s’ingérer dans les relations fraternelles entre les Iraniens et les Libanais. »

http://french.presstv.ir/Detail/2021/06/30/661233/Hezbollah-Liban-ne-se-pliera-pas-aux-pressions-US

Dans LIBAN

SEYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH : LIBERTE DE PRESSE? LES USA MENTENT

Par Le 25/06/2021

Nasrallah dénonce une " agression médiatique US" contre la Résistance

Friday, 25 June 2021 5:25 PM  [ Last Update: Friday, 25 June 2021 5:26 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. ©Al-Manar

Le secrétaire général du Hezbollah libanais a déclaré que les États-Unis avaient bloqué, sous de faux prétextes, des sites internet appartenant à l'Iran et à l'axe de la Résistance.

Selon la chaîne Al-Manar, au début de son discours, le secrétaire général du Hezbollah Seyyed Hassan Nasrallah, a évoqué la récente décision du ministère américain de la Justice de bloquer les sites Web appartenant à l'Iran et à la Résistance, et a déclaré : « Cela a une fois de plus révélé le caractère mensonger de toutes les allégations faites par divers gouvernements de Washington en soutien à la liberté d'expression. »

Seyed Hassan Nasrallah a déclaré : l'action du ministère américain de la Justice en bloquant les sites Internet de la résistance a une fois de plus révélé la fausseté de toutes les revendications des différents gouvernements de Washington en faveur de la liberté d'expression.

Médias de Résistance frappés!

Médias de Résistance frappés!

Le FBI bloque les sites web de Press TV, al-Masirah, al-Alam et al-Maalomah

« Les sites Internet de l'axe de la Résistance ont été bloqués par les États-Unis parce qu'ils ont toujours pris des positions antisionistes et crié leur opposition aux actions agressives de Tel-Aviv dans la région et dans le monde. Ces sites Web se sont toujours opposés aux tentatives des États-Unis visant à étendre leur hégémonie dans la région et semer la discorde entre les nations de la région », a souligné Nasrallah.

Les États-Unis ne bloquent pas les médias affiliés aux dictateurs et aux terroristes

« On voit aussi au Liban que les États-Unis cherchent la division. Les Américains utilisent également les médias au Liban pour faire avancer leurs objectifs. À travers les médias, ils incitent les Libanais à s’affronter. Les tentatives américaines de semer la zizanie et la division parmi les Libanais sont tout à fait évidentes pour nous », a-t-il souligné.

« Les Américains tentent de semer la discorde entre les Libanais dans les médias, et en même temps, dans un geste étrange, ils bloquent les sites d'information de la Résistance. Ces sites n'ont pas été indifférents aux enjeux et ont pris position sur les questions de séditions et autres », a-t-il ajouté.

"La Résistance palestinienne n'a pas encore puisé dans son arsenal balistique stratégique. Le pire est devant Israël"

Selon le leader du Hezbollah, les allégations des États-Unis concernant les droits de l'homme et la liberté d'expression ne sont que de purs mensonges. « En même temps, on constate que les médias des régimes dictatoriaux et même des groupes terroristes ne sont pas visés par les États-Unis », a-t-il précisé.

Créer une sédition entre l'armée et le Hezbollah

Dans une autre partie de son discours, le secrétaire général du Hezbollah s’est penché sur les allégations US de soutien à l’armée libanaise et il a déclaré : « Les États-Unis prétendent qu'ils soutiennent l'armée libanaise dans le but d'affronter le Hezbollah. Cette allégation n’est en fait qu’une tentative d'incitation à la sédition entre l'armée et le Hezbollah. Nous avons toujours appuyé le soutien en armement à l'armée libanaise, et nous l'avons souligné dans nos consultations avec les pays amis. Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, nous visons à renforcer la puissance militaire de l'armée libanaise, mais ce qui nous surprend, c'est que les Américains prétendent avoir pris les devants en fournissant des armes à l'armée. »

« Le Hezbollah considère l'armée comme le garant de la stabilité et de la sécurité du Liban, et il a toujours pris des mesures pour renforcer son pouvoir. Dans notre culture, l'armée est un côté du triangle de « l'équation d'or ». Cela ne fait aucun doute », a-t-il indiqué.

Selon ce dernier, ce sont les Américains eux-mêmes qui ne permettent pas à l'armée libanaise d'acquérir des armes de pointe auprès des pays régionaux et transrégionaux. « La réalité est que les Américains ont peur de l'armée libanaise et de son armement. Ils craignent que l'armée libanaise ne s'arme et tienne tête au régime sioniste. »

Hezbollah: le Golan va s'embraser?

« Nous plaidons pour le renforcement de la défense aérienne de l'armée libanaise et la préservation de la dignité du peuple libanais contre l'agression du régime sioniste. C'est ce dont les Américains ont peur et cherchent à empêcher », a indiqué le secrétaire général du Hezbollah.

Dans une autre partie de son discours, le secrétaire général du Hezbollah a évoqué la formation du nouveau gouvernement au Liban et a annoncé : « Malheureusement, nous voyons que certains à l'intérieur du Liban attribuent la non-formation du nouveau gouvernement à l'Iran et au Hezbollah. Ce n'est pas vrai du tout. Ce n'est rien d'autre qu'une allégation absurde. »

« Accuser le Hezbollah de saboter la formation d'un nouveau gouvernement est une calomnie. C'est une injustice flagrante contre le Hezbollah. Nous pensons que tout le monde doit se donner la main pour former un nouveau gouvernement et sortir le pays de la crise », a poursuivi Nasrallah.

Plus loin dans ses propos le secrétaire général du Hezbollah a rejeté un quelconque lien entre le blocage politique au Liban et les négociations nucléaires à Vienne : « Je l'ai dit et je le répète encore l'Iran s'oppose farouchement à ce que tout autre dossier que celui du nucléaire soit traité à Vienne. Ni ses missiles balistiques ni les dossiers régionaux. Idem pour les pourparlers Arabie saoudite/ Iran : le Liban n'a pas figuré parmi les sujets de discussion...l'Iran ne négocie pas par procuration sur la situation libanaise ou encore syrienne ni encore sur la question palestinienne, yéménite ou afghane à moins qu'on le lui demande et alors il le fera par amitié. »

Beyrouth: Israël s'est fait piéger?

Pourquoi Nasrallah a parlé de Haifa comme faisant partie de sa stratégie de guerre 4 jours après les explosions de Beyrouth?

Comme je l'ai indiqué récemment le Hezbollah ne restera pas les bras croisés à regarder les Libanais faire des queues interminables devant les stations-services. Je tiens parole. Le Hezbollah a tout fait y compris le processus bureaucratique, les préparatifs logistiques pour pouvoir importer de l'essence et du mazot en provenance de l'Iran. Les livraisons pourront commencer aussitôt après l'autorisation officielle. 

Et Nasrallah de répondre aux critiques : « Je m'adresse à ceux qui prétendent que l'Iran manque d'essence. Alors, dites-le-moi, que contiennent les cargaisons maritimes qui partent de l'Iran au Venezuela? Puis il y a ceux qui nous accusent de vouloir importer les sanctions contre l'Iran au Liban. Mais pourquoi critiquer tout le temps? Le Hezbollah a des amis en Iran, en Syrie et en Irak nous leur demandons de l'aide. Retournez, vous aussi, vers vos amis américains, français et saoudiens. Demandez-leur de l'assistance pour éviter le risque des sanctions. »

Des pétroliers iraniens à Beyrouth?

Nasrallah a ajouté que le Hezbollah n'aurait jamais imaginé qu'un jour le Liban serait contraint de penser à approvisionner le pays en essence et diesel.

Concernant les allégations d'aide américano-saoudiennes au Liban , il a déclaré : « Il y a quelques années, les États-Unis ont annoncé qu'ils allaient donner 10 millions de dollars au Liban. Quelqu'un a-t-il dépensé ces 10 millions pour le peuple libanais ? Où sont ces dollars ? »

Plus loin dans ses propos, Nasrallah a mis en garde contre les perturbations et l'insécurité dans le pays.

« Le peuple doit rester vigilant. La destruction des biens publics et gouvernementaux et la fermeture des routes provoquent le harcèlement des citoyens et accroissent leurs souffrances. Si le blocage des routes se poursuit, cela entraînera d'autres problèmes, qui s'ajouteront aux problèmes d'essence et de médicaments. Nous avons besoin de paix intérieure pour pouvoir résoudre les problèmes du pays », a-t-il dit.

S'adressant aux fauteurs de trouble et à ceux qui cherchent la destruction du Liban, il a déclaré : « Vous pouvez recourir à la désobéissance civile ou à la grève, mais cela augmentera la douleur du peuple, et ce n'est pas l'outil des sages et ne nous n'aide pas. Les conflits, les tensions et les querelles ne sont d'aucune utilité, sauf pour augmenter le ressentiment et la rancune. Toute déclaration qui conduit à la sédition en ce moment est interdite et est un grand péché. Quiconque pense pouvoir résoudre la crise par le biais de la sédition se fait une illusion et détruit le pays. »

À la fin de son discours, il a déclaré : « Nous remercions l'Irak pour sa décision de coopérer avec le Liban sur la question d'un million de tonnes de pétrole, malgré les conditions difficiles du pays. »

« Nous remercions le commandement des Kataeb Hezbollah d'avoir annoncé qu'il était prêt à faire partie de l'équation régionale pour soutenir la noble Qods et la mosquée Al-Aqsa », a-t-il fait remarquer.

Drones irakiens contre Israël

https://french.presstv.ir/Detail/2021/06/25/660873/Hezbollah-Liban-R%C3%A9sistance-Iran-USA

Dans LIBAN

REACTION DU HEZBOLLAH LIBANAIS AU BLOCAGE DE 33 SITES MEDIATIQUES DE LA RESISTANCE PAR LES USA

Par Le 24/06/2021

Le Hezbollah réagit au blocage de 33 sites médiatiques de la résistance par les USA

 Depuis 5 heures  24 juin 2021

Drapeaux du Hezbollah et du Liban

Drapeaux du Hezbollah et du Liban

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le responsable du Bureau des relations médiatiques du Hezbollah, Mohammad Afif, a fermement condamné, ce jeudi 24 juin, « le crime commis par l’administration américaine contre un grand nombre de sites médiatiques libres ». « Une démarche qui confirme la politique de répression des libertés menée par Washington sous de faux slogans » », selon lui.

« L’administration américaine a voulu par le blocage de ces sites dissimuler la diffusion de la vérité sur les crimes et les atrocités commis par les États-Unis et ses alliés à l’encontre des peuples opprimés dans notre région, notamment en Palestine et au Yémen, où ils sont soumis aux pires formes d’abus et de blocus », a expliqué M.Afif.

« Au moment où nous exprimons notre solidarité et soutenons ces sites honorables, qu’aucun pouvoir aussi arrogant soit-il, ne pourra étouffer la vérité, nous appelons à une plus large campagne de solidarité avec ces médias pour qu’ils puissent continuer d’accomplir leur mission humanitaire honnête ».

Le mardi 22 juin, les Etats Unis ont bloqué l’accès aux sites Internet de 33 médias iraniens et arabes proches de l’axe de la résistance.

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2099385

Dans LIBAN

LIBAN : RELATIONS ETROITES CHINE/HEZBOLLAH

Par Le 15/06/2021

Première aide militaire chinoise au Liban

Tuesday, 15 June 2021 5:36 PM  [ Last Update: Tuesday, 15 June 2021 5:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Signature à Beyrouth d'un accord d'armement entre la Chine et le Liban, le 28 novembre 2016. ©IRNA/Archives

Alors que les pays européens ont réagi passivement, lors du sommet du G7, à l’appel américain pour prendre des mesures dissuasives envers la Chine, laissant Biden seul avec son désir d’accroître sa présence au Moyen-Orient, la Chine s’est engagée dans une diplomatie plus active au Moyen-Orient comme en témoigne le pacte stratégique de 25 ans avec l’Iran ainsi que le maintien des relations étroites avec le Liban dans divers domaines économiques et militaires.

Lors d’une récente cérémonie en présence de responsables militaires et politiques libanais, ainsi que des responsables de l’ambassade de Chine à Beyrouth, 100 véhicules militaires ont été livrés au Liban.

L'entité sioniste n'est plus que l'ombre d'elle-même (Hezbollah)

L’entité sioniste n’est plus que l’ombre d’elle-même (Hezbollah)

60 de ces véhicules sont du modèle B80VJ, un modèle de véhicule tactique léger qui, en même temps, peut être utilisé comme véhicule de commandement. Ce véhicule peut être équipé de missiles antichars, de divers types d’artillerie ou de lance-roquettes.

En outre, 40 camions Howo ont été également livrés à l’armée libanaise. Ces véhicules seront répartis parmi les différentes unités de l’armée libanaise et contribueront à accroître la capacité de transport des forces armées libanaises.

Quand Nasrallah a choqué l'Amérique!

Quand Nasrallah a choqué l’Amérique !

Il y a des discours qui mettent sens dessus dessous 

Dans un discours télévisé à l’occasion du jour ​anniversaire de la guerre d’Israël contre le Liban en 2006, le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a souligné l’importance de la coopération sino-libanaise et a suggéré que les dérivés du pétrole et l’essence soient achetés à l’Iran.

Le secrétaire général du Hezbollah a déclaré dans son discours que les États-Unis étaient en colère contre l’influence de la Chine dans le monde et la coopération étroite sino-libanaise. En outre, il a appelé les entreprises chinoises à investir au Liban.

Haïfa: la

Haïfa : 

Alliance Résistance-Chine-Russie ou comment France/US rament dans le vide...

Appelant à l’expansion des relations avec la Chine, Seyyed Hassan Nasrallah a déclaré : « Nous ne devons pas avoir peur des réactions américaines, car il est temps de retourner à l’Est. »

Il a souligné que Pékin n’essaie pas d’imposer le modèle chinois au Liban ou d’en faire un pays communiste.

« Certains ont cru que l’établissement de relations étroites avec l’Iran signifierait que nous voulions imposer au Liban le modèle iranien, mais c’est totalement faux », a-t-il ajouté.

Les remarques du secrétaire général du Hezbollah libanais interviennent alors que le débat sur le pacte stratégique de 25 ans entre la République islamique d’Iran et la Chine s’est développé ces dernières semaines en Iran.

Des pétroliers iraniens à Beyrouth?

Des pétroliers iraniens à Beyrouth ?

Le 8 juin 2021, le secrétaire général du Hezbollah, se référant à la récente crise du carburant au Liban, a qualifié d’insultes les longues files d’attente dans les stations-service et a proposé d’importer du carburant iranien afin de résoudre la crise dans son pays.

Il a annoncé : « L’offre de l’Iran d’envoyer du carburant au Liban avec la transaction au paiement par la monnaie libanaise est toujours valable. Si nous concluons que le gouvernement libanais n’a pas de solution à la crise du carburant, nous ne pouvons pas tolérer de telles scènes humiliantes. Par conséquent, nous allons en Iran pour acheter de l’essence et du gazole, et le gouvernement libanais ne peut pas nous en empêcher. »

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/15/659122/Aide-militaire-chinoise-au-Liban

Dans LIBAN

UN RETOUR EN CATIMINI DES MARINES US AU LIBAN?

Par Le 12/06/2021

Un retour en catimini des marines au Liban ?

 Depuis 9 heures  12 juin 2021

Des marines US

Des marines US

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Les États-Unis ont récemment commencé à construire leur deuxième plus grande ambassade dans la région. La première grande ambassade américaine dans le monde et dans la région est située en Irak, et les Américains envisagent maintenant de construire leur deuxième grande représentation à Beyrouth, la capitale libanaise ; une action que de nombreux experts et observateurs politiques ont jugée suspecte.

Selon les dernières informations, le département d’État américain va consacrer 1,2 milliard de dollars pour la construction de sa deuxième plus grande ambassade dans la région. Deux fois plus que le budget consacré à la construction de l’ambassade américaine à Bagdad. La construction de l’ambassade a commencé en 2017 et s’achèvera en 2025, comme prévu par les Américains.

L’ambassade couvre une superficie de 174 000 mètres carrés, elle est située à une altitude de 200 mètres et surplombe la région de Beyrouth et se trouve à environ 6 km de la ville.

L’ambassade se trouve à environ 290 km de l’aéroport international de Larnaca à Chypre, qui est utilisé par le département américain de la Défense.

Amin Hoteit, éminent stratège et analyste libanais, s’est exprimé sur le sujet.

Selon M.Hoteit, la grande ambassade des États-Unis, qui doit être construite à 8 kilomètres de Beyrouth, serait construite sur le Mont Liban en dehors de Beyrouth pourtant sa proximité avec la ville ne peut pas être ignorée.

« L’ambassade sera certainement l’une des trois plus grandes ambassades américaines de la région. Les ambassades américaines en Irak et en Jordanie sont actuellement les deux plus grandes ambassades de l’Amérique dans la région. Bien que des préparatifs aient été faits pour la construction de l’ambassade, les États-Unis ont jusqu’à présent refusé d’annoncer sa mission. En effet, la nouvelle ambassade des États-Unis à Beyrouth aura des dimensions sécuritaires plus que toute autre chose. »

Et d’ajouter: « Il ne faut pas oublier que toutes les ambassades des États-Unis en Jordanie et dans d’autres pays ont des dimensions plutôt sécuritaire que politiques. En effet, les Américains utilisent leurs ambassades comme bases militaire et centres d’espionnage. »

« À Beyrouth aussi, les Américains utiliseront certainement leur ambassade comme lieu de renseignement et d’espionnage, mais il n’est pas encore clair si cette ambassade deviendra une base militaire ou pas ».

En ce qui concerne des coordinations présumées avec le régime sioniste dans la construction de cette deuxième grande ambassade US dans la région, l’analyste libanais a déclaré : « Les États-Unis ont toujours coordonné avec le régime sioniste dans divers domaines de la sécurité et du renseignement. Nul doute que cette coordination existe également dans cette affaire d’ambassade américaine à Beyrouth. Sans aucun doute, les Américains fourniront à Tel-Aviv tous les services que le régime sioniste attend de cette ambassade à Beyrouth ».

Certes, ses services visent à nuire aux intérêts du Liban et du Hezbollah. La nouvelle ambassade américaine au Liban va devenir plus que toute autre chose, un poste de renseignement à Beyrouth. »

 

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/2091905

Dans LIBAN

LIBAN : DES PETROLIERS IRANIENS A BEYROUTH?

Par Le 11/06/2021

Le Hezbollah fera briser le blocus US?

Friday, 11 June 2021 4:08 PM  [ Last Update: Friday, 11 June 2021 7:04 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Hezbollah libanais a proposé d'importer du carburant iranien. (Photo à titre d'illustration de mizenaft.com)

Cinq pays ou enclaves au Moyen-Orient sont confrontés ces jours-ci à des blocus économiques suffocants, à savoir l'Iran, la Syrie, le Liban et le Yémen, ainsi que la bande de Gaza dont le but est de mettre leurs peuples à genoux, et de les pousser à la révolution et à la rébellion pour renverser les régimes existants, soit pour faire entrer d'autres régimes qui succombent aux projets américains et israéliens, soit pour semer un état de chaos destructeur dans les pays stables de la région, a écrit Abdel Bari Atwan dans on dernier article paru dans le journal Rai al-Youm.

« Ces blocages ont non seulement échoué, mais se sont complètement retournés contre eux, et tout porte à croire que ces pays en sortent plus forts et plus solides, alors que les gouvernements arabes notamment les pays du littoral sud du golfe Persique, impliqués dans les projets américains et israéliens, sont confrontés à des crises internes, politiques et économiques », souligne le rédacteur en chef de Rai Al-Youm.

Gaza: la plus grand bourde d'Israël?

Gaza: la plus grand bourde d'Israël?

Et tous ces missiles à guidage inopérés US/Israël que la Résistance soumettre à la rétro-ingénierie

Le siège étouffant a poussé les mouvements de résistance dans la bande de Gaza, et le Hamas et le Jihad islamique en particulier, à atteindre l'autosuffisance dans la fabrication d'armes et à développer des capacités militaires avancées qui ont abouti à la récente victoire dans la bande de Gaza. La Syrie a su neutraliser la loi César et a pu progressivement briser le siège.

Quant à l'Iran, il a pu coopérer avec la Russie et la Chine dans le domaine nucléaire et obtenir l’indépendance dans ce domaine, et contraindre les États-Unis à mendier des négociations avec lui pour revenir au programme nucléaire, sans reculer d'un millimètre de ses revendications, et sans même s'asseoir à une table avec les Américains.

"Désormais c'est la Résistance palestinienne qui décide quand la guerre commencera, quand elle finira"

Selon Atwan, deux déclarations remarquables pour la région arabe peuvent définir tous les scénarios avançant dans la région, et les contours de la carte des évolutions à venir :

1-L'avertissement lancé par le secrétaire général du Hezbollah Seyyed Hassan Nasrallah dans son discours à l'occasion du trentième anniversaire du lancement de la Chaîne Al-Manar, dans lequel il menaçait de briser le blocus de carburant imposé aux Libanais, et de faire venir des pétroliers chargés d’essence et diesel d'Iran.

Israël implosera? Nasrallah répond...

Israël implosera? Nasrallah répond...

Si le Liban accepte d’importer du carburant iranien, la République islamique d’Iran enverra immédiatement ses pétroliers au Liban.

2-Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a révélé dans une interview à la télévision Al-Jazeera que « certaines parties (il ne les a pas citées) conspiraient contre les pays arabes, à l'instar de la Syrie.

« Ils disaient qu’un jour ils reviendraient en Algérie après la fin du gouvernement en place en Syrie », a souligné le président algérien avant d’ajouter : « Je dis à ces parties, notre chair est amère et immangeable. » La raison en est que l'Algérie se tient aux côtés des peuples opprimés, en référence à la question de la Palestine et à la détermination de l'Algérie à restaurer son rôle dans l'axe de la Résistance.»

Dans une autre partie de son article, Abdel Bari Atwan a précisé : « Est-il logique que les puits de pétrole syriens et yéménites soient occupés par les alliés de l'Amérique, et qu’ils empêchent l'importation de carburants d'autres pays, dont les pays « arabes » du golfe Persique par exemple ? Pourquoi ces pays-là disent-ils non à la Syrie, au Yémen et au Liban, qui approvisionnent leurs populations en pétrole et en gaz ? La raison en est qu'ils veulent mettre la Résistance de la région sous leur domination. »

L'ère des sièges s'érode et approche de sa fin, et le temps de la terreur et de la panique pour les Israéliens et leurs alliés arabes a commencé, et le plus grand changement pour l'axe de la Résistance aura lieu sous sa forme la plus brillante et la plus forte, conclut l’article. 

Israël: des militaires liquidés!

Israël: des militaires liquidés!

La Résistance palestinienne a pilonné deux bases militaires israéliennes.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/11/658801/Iran-Palestine-Syrie-Gaza-Y%C3%A9men-R%C3%A9sistance

Dans LIBAN

HEZBOLLAH : LE GOLAN OCCUPE VA S'EMBRASER !

Par Le 10/06/2021

Les 5 messagers du dernier discours de Nasrallah

Thursday, 10 June 2021 6:13 PM  [ Last Update: Thursday, 10 June 2021 6:15 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah livre un nouveau discours de la libération des territoires palestiniens occupés par le régime d'Israël et la fin de la guerre au Yémen. (Illustration)

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, a prononcé mardi soir un discours relativement court qui a couvert plusieurs sujets importants et comprend cinq messages importants. Mais au-delà de ces messages, la mise en garde de Nasrallah contre la fuite en avant de Netanyahu et le fait qu’il pourrait commettre une folie, laisse ouverte la perspective d’une confrontation à venir. Et si le Golan s’embrasait soudain ?

En effet la frontière syro-libanaise a été bien active pendant les 11 jours de la bataille de mai et pas moins de cinq salves de missiles ont été tirés depuis le front Nord contre Israël.

Lire aussi : Fin de l’ère « hit and run » pour Israël

Dans la partie de son discours qui aborde la crise politique du régime sioniste, Nasrallah décrit Benjamin Netanyahu comme une personne en crise qui fuit les problèmes auxquels il est confronté, un « idiot » qui est capable de commettre n’importe quelle stupidité, voire rallumer le feu de la guerre et conduire les Israéliens à leur perte, pour s’en sortir et rester au pouvoir. Ce point de vue est sans nul doute un avertissement de la part du secrétaire général du Hezbollah à Netanyahu, selon lequel tout faux pas ou action militaire contre la Résistance rencontrera une réponse ferme, encore plus douloureuse que la bataille de « l’Épée de Qods ».

Au sujet de la guerre au Yémen et de la connivence des États-Unis avec l’Arabie saoudite qui œuvre pour le prolongement du conflit, il a déclaré : « On voit bien que les États-Unis essaient de se faire passer pour un acteur actif en faveur de l’arrêt de la guerre au Yémen par la tromperie et les mensonges. Le problème que nous avons au Liban aujourd’hui est le même que celui auquel est confronté le Yémen depuis des années : nous sommes continuellement sous pression pour faire davantage de concessions. Ce que les Américains et les Saoudiens n’ont pas réussi à obtenir avec la force militaire, ils tentent de l’obtenir par le biais des sanctions économiques et les embargos. »

Pour en savoir plus : Après la chute de Maarib, Daech se retourne contre l’Arabie

Nasrallah a par ailleurs a salué la résistance du peuple yéménite et le rôle de premier plan du leader d’AnsaralIah, Abdel Malek al-Houthi, dans les victoires face à l’ennemi. « La Résistance est consciente du double jeu et des promesses de paix factices des responsables de la Maison-Blanche, et les Saoudiens ne pourront pas sortir de cette guerre avec le soutien des États-Unis en maintenant le siège du Yémen.

S’adressant à ses partisans, aux sympathisants de la Résistance et à toute l’Oummah islamique, il a affirmé : “Je suis avec vous et parmi vous. Nous continuerons ensemble et j’espère que si Dieu le veut, nous prierons ensemble dans la mosquée Al-Aqsa.” Ses propos au sujet de la Palestine et de la détermination des Palestiniens à libérer leur terre sont aussi le présage d’une victoire certaine des Palestiniens et de la libération de Qods.

Nasrallah a rappelé sa nouvelle équation pour Qods qu’il a présentée dans son discours à l’occasion de l’Aïd al-Adha. “Tout empiétement de Qods et de la mosquée Al-Aqsa est une offense à l’ensemble de l’Oummah islamique. La question de la Palestine est liée à la Terre Sainte et le monde entier devrait suivre ce qui se passe en Palestine aujourd’hui”, a-t-il estimé.

Ces quelques mots suffisent à alerter les amis de la Résistance et l’ennemi sioniste. L’Oummah islamique s’est levée pour soutenir la Palestine et même les nations des régimes arabes réactionnaires sont du côté de leurs frères palestiniens.

Israël: le front syrien bientôt ouvert?

Israël : le front syrien bientôt ouvert ?

Le Hamas a déclaré que le régime sioniste avait donné des garanties sur le “Cheikh Jarrah” et la mosquée al-Aqsa.

Le dernier message du discours de Seyyed Hassan Nasrallah concerne la feuille de route qu’il a tracée pour que le Liban sorte de la crise. En ce moment critique pour le peuple libanais, les grands défis à relever sont la formation du gouvernement et la tenue à temps des élections législatives. En outre, il a mis l’accent sur la nécessité d’augmenter le pouvoir d’achat des Libanais et la lutte contre la corruption. Pour ce faire, il propose plusieurs solutions, dont la distribution de cartes de crédit aux couches sociales à faible revenu, et surtout les négociations avec l’Iran pour l’importation de pétrole et de carburant en livres, la monnaie nationale du Liban.

Alors que le régime israélien risque de se retrouver face à une confrontation multi-fronts sur divers plans, Ali Shaker, auteur du livre sur “l’importance de la zone stratégique du plateau du Golan pour la survie d’Israël”, dévoilé aujourd’hui dans les locaux de la présidence iranienne à Téhéran, note que “la perte du Golan met la survie du régime d’Israël en péril. C’est pourquoi le mouvement sioniste, dans son manifeste publié en août 1967, a déclaré qu’aucun État juif n’avait le droit de restituer la région”.

Il y retrace les faits historiques qui ont conduit à l’importance des hauteurs du Golan dans la stratégie de sécurité nationale d’Israël et écrit que cette région est une région montagneuse située à une courte distance des centres politiques et sécuritaires sensibles en Syrie, au Liban, en Palestine et même en Jordanie. La distance entre les hauteurs du Golan et le palais présidentiel syrien à Damas, le palais présidentiel libanais à Beyrouth, le palais royal jordanien à Amman et la maison du Premier ministre sioniste à Qods sont respectivement d’environ 50, 60, 85 et 110 kilomètres.

“Dans le jargon militaire, les missiles balistiques avec une portée de moins de 180 à 200 km sont qualifiés de courte portée, et le plateau du Golan pour le régime qui le domine est un atout tous azimuts.

Israël y a établi des colonies baptisées ‘Nahal’ 36 jours seulement après son occupation. Après le service militaire, les Israéliens doivent cultiver les terres des colonies construites dans la zone limitrophe du Golan pendant 12 mois. Cela signifie que le régime sioniste cherche à créer une zone tampon pour éliminer les bas-fonds stratégiques des territoires occupés en Palestine, explique l’auteur.

Lire plus : Comment Israël pourrait perdre à la fois le Golan et la Galillée ?

Il convient de noter qu’environ 70 % des principales infrastructures d’Israël, telles que l’aéroport Ben Gourion, la route nationale (A6), la canalisation nationale et les lignes à haute pression, sont concentrées dans une bande étroite de la Méditerranée et en Cisjordanie.

Avec ses mesures, le régime sioniste met en danger la communauté internationale et les droits de l’homme. En somme, la conception des fortifications israéliennes sur les hauteurs du Golan est basée sur le "principe de surprise". "Les colonies dans cette zone semblent être civiles, mais après la guerre, elles ont été connectées au réseau militaire du régime pour servir de base militaire dormante en cas de menace ou d’attaque possible", note M. Shaker.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/10/658715/Les-5-messages-du-discours-de-Nasrallah

Dans LIBAN

SAYED NASRALLAH : SI L’ETAT RESTE LES BRAS CROISES, LE HEZBOLLAH DEPECHERA LES NAVIRES DE CARBURANT D’IRAN

Par Le 08/06/2021

S.Nasrallah: Le Hezbollah dépêchera les navires du carburant d’Iran, si l’Etat reste les bras croisés

 Depuis 1 heure  8 juin 2021

Sayed Hassan Nasrallah

Sayed Hassan Nasrallah

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a prononcé ce mardi 8 juin un discours à l’occasion du 30ème anniversaire de la chaine AlManar.

Voici les principaux points de son discours :

Tout d’abord, je voudrais remercier tous les frères et sœurs ainsi que toutes les familles qui ont exprimé leur amour et sympathie après mon dernier discours (25 mai 2021) au cours duquel j’étais malade. Je vous rassure et je rêve que nous prions ensemble dans la mosquée d’Al-Aqsa.

La chaine AlManar a été fondée, depuis 30 ans, le 4 juin 1991 à l’occasion du 2ème anniversaire du décès de l’Imam Khomeiny, qui a revivifié l’esprit de la révolution dans notre région. Cette chaine a été fondée par les adeptes et les élèves de l’Imam Khomeiny, dont à leur tête Sayed Issa Tabtabai, dans le but qu’elle soit la voix de la Resistance.

A cette occasion, je remercie Sayed Issa et tous ceux qui ont suivi sa ligne et déployé leurs efforts pour développer cette chaine.

Elle a été la voix de la résistance et de la libération (du sud-Liban) en 2000. Elle n’a pas été fondée pour des fins lucratifs et concurrentiels, mais elle constitue le soutien d’une cause pour laquelle elle a offert des sacrifices en 2006, (lors de la destruction de son siège par un bombardement israélien).

Cette chaine refuse d’être louée par ce pays ou par un autre, elle représente la voix des martyrs et de leurs familles, des détenus et le sourire des gens sortis victorieux face à l’ennemi.

Elle a été à la hauteur du but à laquelle elle a été créée, en dépit du manque au niveau des équipements et du personnel. Elle a également présenté des martyrs sur cette voie.

Après la victoire de 2000 qu’on a offert aux Palestiniens, AlManar a influencé le peuple palestinien, qui a quelques mois après déclenché l’intifada.

Le 28 septembre 2000, AlManar est devenue une chaine satellitaire dans le but de couvrir les évènements en Palestine.

Ce qui se passe en Palestine et dans la mosquée d’Al-Aqsa relève de la responsabilité de toute la nation et non pas seulement du peuple palestinien. Parce que nous faisons face à un ennemi troublé et stupide.

Netanyahu peut recourir à une stupidité au niveau palestinien et en ce qui concerne le nucléaire iranien afin de sortir de son impasse.

Les Palestiniens d’Al-Qods, de la Cisjordanie et des territoires occupés en 1948 ont fait etat d’un engagement sans précédent dans la protection d’Al-Qods et des lieux saints. Nous (dans l’axe de la résistance) travaillons sérieusement pour qu’on parvienne à une équation régionale selon laquelle toute agression contre Al-Qods entrainera à une guerre régionale.

La première réponse est venue du chef du mouvement de la résistance yéménite Ansarullah, Sayed Abdel Malek al-Houthi, qui a affirmé que son mouvement est prêt à faire partie de cette équations régionale. Et nous sommes en discussions avec les autres factions de la résistance afin d’imposer cette équation.

En 2006, lors de l’agression américano-israélienne contre le Liban qui avait pour but de créer un nouveau Moyen-Orient, AlManar a résisté avec courage et son siège a été détruit. Deux minutes après, elle a réussi à diffuser via un autre lieu.

Elle a participé aux cotés des combattants face à la guerre et à ses conséquences. A cette époque, le Hezbollah et ses allies étaient face à un défi : l’ennemi israélien a reconnu sa défaite lors de cette guerre et a mis en place une enquête pour tirer les leçons de son échec. Mais malgré cela, il y avait certains au Liban qui évoquait la victoire de l’ennemi.

Au début de l’agression americano-saoudienne contre le Yémen en mars 2015, on assistait à un black-out total médiatique.

AlManar était à cette époque présente seulement sur les satellites arabes. Les Israéliens avaient œuvré à rayer AlManar des satellites européens sous prétexte d’antisémitisme.

Puis, elle a été interdite de diffuser sur Arabsat et Nilesat. La principale raison invoquée : sa position au côté du Yémen. Même lors des négociations pour permettre à AlManar d’y rester, ils réclamaient de ne pas évoquer le Yémen. C’est ce qu’AlManar a refusé. Ils ne veulent pas qu’on mette la lumière sur les massacres contre les Yéménites. Nous sommes fiers de contribuer au soutien du peuple yéménite opprimé.

Depuis le premier jour, on pariait sur la résistance et la victoire du peuple et des combattants yéménites.

Aujourd’hui nous sommes face à un échec cuisant de l’axe saoudo-US et qui cherche une issue et à réaliser dans les négociations politiques ce qu’il n’a pas réussi à obtenir sur le terrain. Raison pour laquelle, les saoudo-US ont eu recours aux pressions économique et au maintien du blocus. Les USA qui se présentent comme médiateur pour mettre fin à cette guerre mentent et induisent en erreur l’opinion public mondial. Les Américains approuvent le blocus. Ils veulent des négociations sous le coup des sanctions et le manque de nourriture pour exercer des pressions sur le volet politique.

Il y a quelques jours, ils ont déclaré qu’Ansarullah est responsable de la poursuite de la guerre au Yémen. Il s’agit de d’un pur mensonge et d’accusations infondées. Les Yéménites réclament la levée du blocus avant de participer aux négociations.

En 2011, au début des évènements en Syrie et en Irak, la situation était délicate vu qu’il y avait un nouveau projet US couvert d’islamisme cette fois-ci à savoir Daesh. AlManar et les médias de la résistance ont travaillé minutieusement pour discerner le vrai du faux. AlManar a également présenté des martyrs lors de la couverture des victoires face aux takfiristes et a assumé ses responsabilités lors de cette bataille.

A suivre

https://french.almanar.com.lb/2089573

Dans LIBAN

L’ARABIE SAOUDITE ISOLE LE LIBAN : ARRET DEFINITIF DES IMPORTATIONS

Par Le 06/06/2021

L’Arabie saoudite isole le Liban : arrêt définitif des importations

 Depuis 21 heures  5 juin 2021

202164125840618637584083206180998

 Arabie saoudite - Article traduit - Monde arabe - Pays du Golfe - Spécial notre site

 

Les autorités saoudiennes s’apprêtent à cesser d’importer tous les produits du Liban, à partir de la deuxième quinzaine de juin. La décision attendue a été révélée par un livre adressé par l’ambassadeur du Liban en Arabie saoudite, Fawzi Kabbara, au ministère des Affaires étrangères et des Emigrants à Beyrouth, dans lequel il fait le point sur l’évolution du dossier de la crise de l’arrêt de l’importation de certains produits en provenance du Liban.

Dans le livre, dont une copie a été obtenue par le quotidien libanais Al-Akhbar, M.Kabbara fait allusion à une escalade malvenue contre le Liban par le Royaume, troisième plus grand marché pour les exportations libanaises au cours des cinq dernières années, avec une moyenne de 253 millions de dollars par an, d’après le livre du 2 juin.

M. Kabbara précise que « nous n’avons reçu aucune réponse sur les mesures concrètes prises par les autorités libanaises pour s’assurer que les opérations de contrebande, qui nuisent au royaume, soient arrêtées ». D’autre part, l’ambassade du Liban en Arabie recevait des informations selon lesquelles les autorités saoudiennes allaient prendre de nouvelles mesures d’escalade. Notamment,  « des informations reçues d’un certain nombre d’exportateurs et de courtiers en douane, concernant l’ interdiction d’entrée sur toutes les exportations libanaises ».

Dans ce contexte, il leur a été demandé de signer un engagement de ne pas importer de produits et de marchandises du Liban, à partir de la seconde quinzaine de ce mois. L’ambassade du Liban en Arabie a également été informée par certains exportateurs libanais de la suppression d’un certificat d’origine libanais du système douanier saoudien, lorsque le commerçant effectue le paiement bancaire. Cela empêche les marchandises d’entrer dans le Royaume « .

Concernant ces développements, M.Kabbara a envoyé un mémorandum au ministère saoudien des Affaires étrangères pour clarifier la validité de cette information concernant de nouvelles mesures.

Source: traduit du site al-Akhbar

https://french.almanar.com.lb/2088682

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS FELICITE LE PRESIDENT ET LE PEUPLE SYRIENS POUR LA REELECTION DE M. BACHAR AL-ASSAD

Par Le 29/05/2021

Le Hezbollah félicite le président Assad pour sa réélection

Le Hezbollah félicite le président Assad pour sa réélection

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 6 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le Hezbollah a publié le communiqué suivant :

Le Hezbollah félicite le président et le peuple syriens pour la réélection de M. Bachar al-Assad pour un nouvel mandant suite à un grand processus électoral qui s’apparentait à un référendum populaire et politique à grande échelle vu le haut taux de participation inédit et les manifestations qui se sont déroulées avant, durant et après le vote, se transformant en scène de liesse sur l’ensemble des territoires syriens libérés du terrorisme.

Les Syriens ont confirmé de nouveau via les urnes après avoir le faire à maintes reprises à travers les sacrifices et les positions fermes, leur engagement complet à l’unité nationale et au refus de la division et du sectarisme. Ils ont réitéré leur attachement à la voie politique empruntée par la Syrie tout au long de son histoire moderne soutenant la cause palestinienne et la confrontation de l’occupation et de l’agression et le refus du takfirisme, du terrorisme et de la trahison.

Nous espérons que lors des prochaines années la Syrie regagnera son rôle normal pionnier sur le plan arabe et international. Nous souhaiterons également que les espoirs de prospérité du peuple syrien se réalisent et que les efforts draconiens déployés pour la reconstruction et le retour des réfugiés soient couronnés de succès et que la libération des autres régions contrôlées par les terroristes et les occupants se poursuive.

https://french.alahednews.com.lb/40175/319

Dans LIBAN

LE PRESIDENT IRANIEN FELICITE LES LIBANAIS A L'OCCASION DE LA LIBERATION DU SUD

Par Le 25/05/2021

Le président iranien félicite les Libanais à l’occasion de la libération du sud

Le président iranien félicite les Libanais à l’occasion de de la libération du sud

folder_openIran access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec Irna

Dans un message adressé au gouvernement et au peuple libanais, le président de la République islamique d'Iran a félicité la fête de la Résistance et l'anniversaire de la libération du Sud-Liban.

Dans un message de félicitations adressé au gouvernement et au peuple libanais, Hassan Rohani a félicité par la fête de la Résistance et l'anniversaire de la libération du Sud-Liban des forces d’occupation du régime sioniste.

«La nature du régime sioniste, qui découle de l'agressivité, a montré que la seule façon de combattre les agresseurs sionistes est la résistance de la nation.», a souligné dans son message, le chef du gouvernement iranien.

Le message du président Rohani à son homologue libanais Michel Aoun se lit comme suit: «À l'occasion de la Fête triomphante et glorieuse de la Résistance, et l’anniversaire de la libération du Sud-Liban des forces d’occupation du régime sioniste obtenue grâce au sacrifice et à la résilience du peuple libanais, j’adresse mes félicitations à votre excellence et à l’honorable peuple libanais.»

Dans son message, le président Rohani a prié Dieu Tout-Puissant, pour accorder de la santé et du succès au président libanais ainsi que de l'honneur et de la fierté à la grande nation libanaise.

Le 25 mai 2000, l’armée sioniste a été chassée des terres libanaises par la Résistance après 22 ans d’occupation. Chaque année, cette date est célébrée dans tout le pays comme «la Journée de la Résistance et de la Libération».

https://french.alahednews.com.lb/40127/337

Dans LIBAN

LIBAN : SOUVENIRS DE LA LIBERATION DU 25 MAI 2000 LORSQUE HAJ IMAD A RESPIRE L’AIR DE LA PALESTINE

Par Le 25/05/2021

Souvenirs de libération 25 mai 2000 : lorsque haj Imad a respiré l’air de la Palestine

 Depuis 2 heures  25 mai 2021

Sur le mur qui sépare le Liban de la Palestine occupée

Sur le mur qui sépare le Liban de la Palestine occupée

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Tout s’était passé très vite ce 22 mai 2000, le premier jour où l’armée d’occupation israélienne a entamé son retrait du Liban sud après 22 ans d’occupation. Décidé depuis l’investiture du Premier ministre israélien Ehud Barak, sa date avait été précipitée en catimini. Il allait être achevé en trois jours. Contre toute attente, les résistants libanais étaient sur les pas des militaires israéliens. Et les gens du sud aussi.

A peine les militaires israéliens et leurs collaborateurs évacuaient les postes et les villages qu’ils avaient occupés, les gens les investissaient sans retard. Les combattants du Hezbollah les escortaient de très près.

imad_moughniye

Était présent parmi eux leur chef militaire, haj Imad Moughniyeh. Il était encore méconnu du grand public de la résistance. Et parmi les siens, ses hommes, il était connu sous le pseudonyme Haj Redwane.

Pendant ces trois jours de retrait, il se glissait parmi les gens sans que personne ne se rende compte de sa présence.  Il se déplaçait de village en village, ordonnait la destruction des positions militaires de crainte que les forces israéliennes ne rebroussent chemin, rapporte cheikh Qaouq, membre du Conseil central du Hezbollah.
« Il traquait et ordonnait à ses hommes de traquer l’ennemi israélien de village en village parce qu’il considérait qu’il fallait qu’il se retire sous le feu pour mettre en exergue sa défaite », poursuit-il. Une semaine avant le retrait, la résistance avait réalisé une opération contre une position des collaborateurs de l’armée d’Antoine Lahad.

Une fois le retrait achevé, haj Redwan a traversé à pied Majdel Selem, puis Tallousah, jusqu’à son arrivée à Houla, ce village est situé à la frontière avec la Palestine occupée.
« Là-bas il s’est arrêté à proximité de la barrière et a pris un profond souffle. Il voulait respirer l’air de la Palestine. Ce furent les moments les plus beaux de sa vie », rapporte cheikh Qaouq.

Selon ce dernier, au moment où le Hezbollah préparait les festivités de la victoire, dans la localité de Bint Jbeil, haj Imad lui a confié que cette victoire demeurait inachevée parce des détenus libanais étaient encore séquestrés dans les prisons israéliennes et qu’il allait œuvrer pour leur libération.

Quelques heures plus tard, au moment où la fête de la libération battait son plein, et sayed Nasrallah y lançait sa célèbre phrase « Israël est plus fragile que la toile de l’araignée », Haj Imad avait disparu.

Il s’était rendu aux confins avec les hameaux de Chébaa, pour scruter le terrain et préparer une opération afin d’enlever des soldats israéliens et réclamer en échange de leur libération les détenus libanais.

Il lui a fallu six ans pour mettre en exécution son plan. Sur l’endroit même qu’il avait examiné. En juillet 2006. Ce fut le temps de la seconde guerre d’Israël contre le Liban. Au bout de ses 33 jours qui ont été un revers incontestable pour les forces israéliennes, un accord a été conclu. Les détenus libanais ont été libérés en juillet 2008.

Mais chaque fois que l’occasion se présentait, haj Imad se rendait à la frontière pour respirer l’air de la Palestine.
Un jour, il y a emmené l’ex-chef du mouvement de résistance palestinien jihad islamique, Ramadane Abdallah Challah.
Celui-ci lui avait alors récité quelques vers d’un poème du grand poète palestinien Mahmoud Darwich intitulé La Terre:
« Nous les chasserons des vases de fleurs et de la corde de la lessive
Nous les chasserons des pierres qui jalonnent ce long chemin
Nous les chasserons de l’air d’al-Jalil (Galilée) »

Il l’avait alors regardé d’un air pensif, pris un profond souffle, pour bien respirer l’air de la Palestine et lui a dit : « je te jure par tes yeux que nous allons les chasser ».

En cette année 2021, les festivités de la libération ont un goût spécial au Liban. Avec l’exploit réalisé par la résistance palestinienne dans son bras de fer militaire de 11 jours contre l’entité sioniste, cette promesse semble plus proche que jamais.
Le Hezbollah s’en est inspiré pour choisir son slogan pour cette célébration : « Résiste, tu triomphe. La Palestine triomphe. »

liberation_slogan

« « « « « « « « « « 

Des photos de la libération du camp de séquestration et de torture de Khiam

liberation_photosliberation_photos-jpg1liberation_photos-jpg2liberation_photos-jpg3

 

Photos des festivités qui ont eu lieu dans les villages après la libération.

liberation_photos-jpg17liberation_photos-jpg8liberation_photos-jpg7liberation_photos-jpg5liberation_photos-jpg6liberation_photos-jpg10

 

 

Illustrations qui commémorent cet évènement cette année

"C'est notre esprit qui combat et non pas notre corps": paroles du chef de la Résistance islamique, bras armé du Hezbollah

« C’est notre esprit qui combat et non pas notre corps »: paroles du chef de la Résistance islamique, bras armé du Hezbollah

"La victoire du 25 mai a enfoncé le dernier clou dans le cercueil du projet du Grand Israël", S. Hassan Nasrallah

« La victoire du 25 mai a enfoncé le dernier clou dans le cercueil du projet du Grand Israël », S. Hassan Nasrallah

liberation_photos-jpg12

Le temps des victoires est venu (2000-2021)

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2081532

Dans LIBAN

LE VICE-SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS, CHEIKH NAIM QASSEM AFFIRME QUE LE TRANSFERT DE MISSILES VERS LA PALESTINE BAT SON PLEIN

Par Le 23/05/2021

Ch.Qassem : Le transfert des missiles vers la Palestine bat son plein. Le Hezbollah était en contact quotidien avec la résistance

 Depuis 4 heures  23 mai 2021

Cheikh Naïm Qassem

Cheikh Naïm Qassem

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le vice-secrétaire général du Hezbollah, cheikh Naïm Qassem, a affirmé le samedi 22 mai que «les Palestiniens détiennent désormais une grande capacité à fabriquer (des armes). Je vous rassure que le transfert des missiles vers la Palestine bat son plein. Il existe d’importants cerveaux palestiniens, entrainés par l’axe de la résistance, qui contribuent à cette production. Le soutien (aux forces de résistance palestiniennes) ne s’arrêtera pas, mais il s’amplifiera».

Lors d’une interview avec la radio libanaise al-Nour, cheikh Qassem a en outre révélé que «le Hezbollah était en contact quotidien avec les commandants de la résistance palestinienne lors des derniers évènements en Palestine. Notre position consistait à soutenir la résistance (palestinienne) par tous les moyens».

Et d’ajouter : «la victoire de la Palestine constitue une étape stratégique et un tournant historique. Il ne s’agit pas d’une victoire ordinaire. Ce que la résistance palestinienne a accompli est d’une grande importance et sur laquelle on se basera désormais».

Pour cheikh Qassem, «l’unité des Palestiniens a sapé tout ce qu’Israël avait fomenté au cours des dernières décennies. Il n’y a plus de plusieurs causes palestiniennes mais d’une seule cause et cela constitue en soi une victoire. La nouvelle équation imposée est que Jérusalem Al-Qods n’est plus détaché de Gaza et de la Palestine. Il n’y a plus aucune partie de la Palestine qui n’a rien à voir avec la Palestine, car toute la Palestine résiste aujourd’hui… Il n’y a pas de succès pour la résistance sans sacrifices, et si nous comparons les sacrifices consentis à ce qui s’est passé en Palestine, nous disons que cette victoire est historique et stratégique». «Au niveau mondial, l’Israélien est apparu en train de tuer des civils, attaquer des femmes et des enfants et détruire des bâtiments, mettant en relief l’oppression et l’injustice dont fait objet la Palestine».

Le numéro du Hezbollah a en outre souligné que «l’accord stipulait un cessez-le-feu et que la résistance n’avait fait aucun engagement», soulignant que «le blocus contre Gaza sera levé progressivement, et Gaza sera reconstruite, faute de quoi la résistance à son mot à dire».

Sur un autre plan, cheikh Qassem a déclaré que «le Hamas reviendrait bientôt en Syrie, et les efforts déployés dans ce sens vont bon train. Nous sommes sur la voie du rétablissement des relations entre le Hamas et la Syrie».

https://french.almanar.com.lb/2080553

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH SALUE UNE « VICTOIRE HISTORIQUE » DES PALESTINIENS QUI ONT IMPOSE DE NOUVELLES EQUATIONS

Par Le 21/05/2021

Le Hezbollah salue une « victoire historique » des Palestiniens qui ont imposé de nouvelles équations

 Depuis 8 heures  21 mai 2021

Drapeau du Hezbollah

Drapeau du Hezbollah

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a salué vendredi 21 mai une «victoire historique» des factions de la résistance palestinienne à Gaza après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu avec l’entité sioniste, qualifié «d’accord de honte pour Israël» par plusieurs de ses dirigeants.

«Le Hezbollah félicite le peuple palestinien héroïque et sa vaillante résistance pour leur grande victoire historique remportée lors de la bataille baptisée Epée d’Al-Qods  contre l’ennemi sioniste», a indiqué dans un communiqué le parti de la résistance au Liban.

Le Hezbollah «salue en particulier les résistants, les martyrs, les blessés et leurs familles nobles et patientes» tout comme «la direction des factions de la résistance palestinienne, qui étaient à la hauteur de cette bataille. Ils ont apporté la victoire à la noble Al-Qods et à la mosquée Al-Aqsa et ont été fidèles à la confiance que le peuple palestinien et tous les libres et les opprimés du monde leur ont accordée».

Et de souligner: «La résistance a brisé lors de ce round héroïque les anciennes équations que l’ennemi a œuvré à consolider par le feu et les massacres. Cependant, la résistance a établi de nouvelles équations qui paveront la voie à la grande victoire. Elle a fait revivre la cause palestinienne, devenant l’espoir des peuples opprimés de par le monde. L’actuelle victoire aura des répercussions stratégiques, politiques et culturelles assez importantes sur l’avenir du conflit dans la région».

«Le peuple palestinien, ses forces vitales, tous les Etats et les peuples de l’axe de la résistance, les forces politiques et populaires de par le monde qui l’ont soutenu ont confirmé qu’Israël cette tumeur cancéreuse criminelle est plus fragile que la toile d’araignée. Cette entité est si faible et fissurée, rendant plus proche la réalisation du projet de la libération totale de la Palestine. Al-Qods est plus que jamais proche de la liberté, après que cette bataille a dissipé les illusions de la prétendue paix, de la solution politique, du perfide deal du siècle ainsi que de la normalisation suspecte… », a ajouté le Hezbollah.

Et de poursuivre: «Nous, au Hezbollah, sommes très fiers de cette grande victoire historique que nous voyons une victoire pour tous les combattants libres  et honorables. Nous saluons la bravoure des leaders, la ténacité des résistants, la gloire des martyrs et la patience des nobles familles, la détermination des blessés et le haut esprit de lutte chez les hommes, les femmes, les enfants et les personnes âgées du peuple palestinien opprimé».

«O peuple palestinien fier ! O résistance vaillante ! Vous avez tracé à l’aube de ce matin un nouvel espoir pour l’Oumma (nation) et les lieux saints qui sera sans doute suivie par la libération», a conclu le Hezbollah.

Rappelons que le cessez-le-feu est entré en vigueur vendredi 21 mai à 2 h (23 h GMT) et semblait tenir après 11 jours de bombardements israéliens meurtriers contre la bande de Gaza et des tirs palestiniens de plus de 4000 roquettes vers les territoires occupés.

Sources: AlAhed + AFP

https://french.almanar.com.lb/2078606

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS ORGANISE UN FESTIVAL DE SOLIDARITE AVEC LES PALESTINIENS

Par Le 18/05/2021

Le Hezbollah organise un festival de solidarité avec les Palestiniens : « Nous aspirons au jour où nous combattrons avec vous »

 Depuis 19 heures  17 mai 2021

festival_hezb_palestine

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a organisé un festival de solidarité avec le peuple palestinien dans la banlieue-sud de Beyrouth en présence du secrétaire général du mouvement de résistance palestinien Jihad islamique, Ziad Nakhalé, et du représentant du Hamas au Liban Oussama Hamdane.

festival_hezb_palestine-jpg2

« La défense de la Palestine et d’al-Qods est la défense de la Oumma » islamique, a déclaré le chef du bureau exécutif du Hezbollah, sayed Hachem Safieddine dans son discours depuis Haret Hreik
« Les missiles de la résistance élaborent une nouvelle équation à Gaza et dans toute la Palestine », a-t-il ajouté.

Il a dit entre autres dans son allocution :

« Vous, le peuple palestinien, et nous menons une même bataille et sommes dans le même front. Votre victoire est la nôtre et vice versa.
La bataille qui vous menez aujourd’hui au cœur de la Palestine diffère de toutes les batailles qui ont été menées précédemment, au Liban et en Palestine. C’est la bataille de défense d’al-Qods qui a unifié les peuples dans le monde arabe et islamique. Aujourd’hui la réponse est venue depuis al-Qods après des décennies au cours desquelles nos ennemis ont tout fait pour diviser notre oumma.

festival_hezb_palestine-jpg1

Aujourd’hui, le gouvernement israélien est en pleine crise politique et populaire à cause de la pression des roquettes et de la révolte des gens en Cisjordanie et dans les territoires de 48 . J’assure les gens de la résistance au Liban et en Palestine, que l’axe de la résistance a des esprits créatifs et progresse.

Aujourd’hui, nous possédons des capacités beaucoup plus importantes qu’en 2006 en termes de personnes et de capacités… Dans l’avenir, vous trouverez tous les peuples de notre région dans un seul coup et un seul axe face à l’ennemi. 

Sachez vous les gens sincères de Palestine vous êtes l’espoir sur lequel on mise et l’avenir vous appartient
Vous, les jeunes de la Palestine pouvez réaliser la victoire et vous la réaliserez. »

Et sayed Safieddine de conclure : « nous aspirons au jour où nous combattrons avec vous, le long des différents champs de confrontation en Palestine. Personne ne sait quand. Et il ne faut pas dire quand. Mais ceci aura lieu sans aucun doute ».

Nakhalé: Ces criminels n’ont pas de place dans notre pays

festival_hezb_palestine-jpg3

Quant au secrétaire général du Jihad islamique Ziad Nakhalé, il a dit :

« Nous continuerons à les combattre jusqu’à leur départ. Nous sommes dans une bataille majeure en cours sur le terrain dans toute la Palestine… Toutes les forces de notre peuple écrivent une nouvelle page dans la défense d’al-Qods et de la mosquée Al-Aqsa… Al-Qods restera le titre de notre lutte contre le projet sioniste…

Malgré le blocus et les circonstances difficiles, notre peuple continuera sa lutte et sa résistance. Israël conclut aujourd’hui un nouvel accord de bombes et de missiles avec les États-Unis pour compenser ce qu’il a perdu. Israël est incapable de confronter militairement la résistance c’est pour cela qu’il continue de démolir des maisons pour faire pression sur la résistance. Mais la résistance est inébranlable sur le terrain, et Israël demeure une entité plus faible qu’une toile d’araignée. La résistance résistera, remportera la victoire et humiliera Israël et nous continuerons à les combattre jusqu’à ce qu’ils partent ».

Et M. Nakhalé de conclure : « Nous leur faisons mal, nous les humilions, nous renversons leur fierté. C’est l’un des résultats les plus importants de la bataille qui n’est pas encore terminée… Ces criminels meurtriers n’ont pas de place dans notre pays et notre région et ils vont définitivement disparaître. »

Hamdane: nous élaborons les équations

festival_hezb_palestine-jpg4

Dans son allocution, le responsable du Hamas, Oussama Hamdane, a affirmé que « la résistance détient encore de nombreuses surprises », notant que « la résistance est passée du niveau de la réaction  celui de  l’élaboration des équations « .

« La résistance a uni le peuple palestinien de la mer au fleuve. une salle commune dirige les opérations contre l’occupation israélienne… Il n’y aura pas de projet politique ou de négociations avec l’ennemi, mais nous n’avons qu’un projet de résistance ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2073722

Dans LIBAN

MANIFS DE SOLIDARITE AVEC LA PALESTINE AU LIBAN ET EN JORDANIE… APPELS POUR OUVRIR LES FRONTIERES ET LIBERER AL-QODS

Par Le 17/05/2021

Manifs au Liban et en Jordanie… Appels pour ouvrir les frontières et libérer al-Qods. ‘Israël’ s’inquiète

 Depuis 13 heures  17 mai 2021

jeunes_frontiere_liban_palestine

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Au Liban et en Jordanie deux pays frontaliers avec la Palestine occupée, le sang bouille dans les veines des jeunes qui réclament l’ouverture des frontières pour apporter leur soutien aux Palestiniens et libérer al-Aqsa.

Une demande qui corrobore les appréhensions israéliennes. Selon le site d’information israélien Israel Hayom, « la hausse du nombre d’incidents violents en Cisjordanie, l’accumulation d’événements à la frontière avec le Liban et les tirs de roquettes depuis la Syrie, ainsi que l’escalade de la violence dans la scène interne, suscitent une vive inquiétude en Israël, d’autant plus que cela se déroule parallèlement à la bataille continue à Gaza ».

« Je suis venu pour voir comment on peut entrer en Palestine »

frontiere_liban_palestine-jpeg40

Au Liban, manifestations à la frontière avec la Palestine et sit-in et rassemblements dans plusieurs régions s’alternent.
A la frontière avec la Palestine occupée, un troisième rassemblement de jeunes a eu lieu à Adayseh, près de la barrière érigée par l’entité sioniste, séparant cette région de la colonie de Metulla.
Des centaines de jeunes y sont parvenus en dépit des mesures de sécurité intensives prises par l’armée libanaise pour les empêcher d’accéder à la frontière. Certains d’entre eux ont grimpé sur une barrière et ont cassé les caméras de surveillance israélienne qui y étaient déposées. Ils y ont planté les drapeaux palestiniens.

imad

Était présent Imad Moughniyeh, le petit-fils du martyr Imad Moughniyeh, l’ex-commandant du bras armé du Hezbollah.
« Je suis venu pour voir comment on peut entrer en Palestine », a dit spontanément le petit garçon de dix ans, la tête encagoulée avec un kefieh palestinien, pour le correspondant d’al-Mayadeen.

« Par millions nous irons à al-Qods »

Les soldats de l’occupation israélienne ont fait des tirs de sommation en direction des manifestants, sans faire de victimes.

frontiere_liban_palestine-jpeg3

Le vendredi 14 mai, un jeune libanais Mohamad Tahhan qui portait le drapeau palestinien a été tué alors qu’il s’approchait de la barrière. Durant ses obsèques dans sa localité Adloune, les participants ont scandé en chœur : « Par millions nous irons à al-Qods ».

Sur les réseaux les expressions dans lesquelles les jeunes libanais exprimaient leur volonté de combattre aux côtés des Palestiniens et de libérer al-Qods.

Le passage dans lequel le numéro un du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah disait qu’il avait grand espoir de prier dans la moquée al-Aqsa est sorti des archives de médias et a circulé de nouveau sur les réseau sociaux.

maroun-ras-jpg1

A Maroune ar-Ras, localité surplombant la Galilée occupée, un sit-in a été organisé par le mouvement de résistance palestinien Jihad islamique, en presence de representants du Hezbollah, dont le bras armé Brigades al-Qods participe activement dans Épée d’al-Qods.

Cette opération a été lancée par les factions de la résistance palestinienne depuis la bande de Gaza pour venir en soutien à al-Aqsa, à al-Qods et aux Palestiniens jérusalémites qui sont menacés d’expulsion de leurs maisons.  Un énorme drapeau israélien a été brûlé.

Deux sit-in ont eu lieu dans les deux localités libanaises frontalières avec la Palestine occupée, à Aabbasiyeh où il a été organisé par la Jamaat al-islamiyah  et à Marwahine, par le courant du Futur.

D’autres manifestations ont eu lieu: notammant dans la ville du sud de Nabatiyeh où des centaines se sont rassemblés à l’invitation du Hezbollah. Et dans la capitale Beyrouth où des milliers de Beyrouthins se sont rassemblés dans la mosquée de Bourj Abo Haïdar.
Plusieurs autres manifestations imposantes avaient eu lieu ces derniers jours dans les villes de Saida au sud du Liban et celle de Tripoli au nord.

Jordanie: « pas d’ambassade de l’entité à Amman »

manif_jordanie_amman

En Jordanie s’est déroulée le dimanche 16 mai une manifestation imposante dans la capitale Amman en face de l’ambassade d’Israël.

Des milliers y ont participé a indiqué le site de la télévision qatarie al-Jazeera, scandant les slogans de soutien à la résistance palestinienne.

« Nous sacrifierons nos âmes et notre sang pour al-Aqsa » et « Al-Qods est la capitale éternelle de la Palestine », ont-ils scandé.

Les manifestants ont réclamé la rupture les relations de leur pays avec l’entité sioniste et l’expulsion de l’ambassadeur israélien.   « Pas d’ambassade de l’entité sur ton sol Amman », ont-ils scandé en chœur.

Des manifestants ont franchi la frontière

Selon al-Mayadeen, des centaines se sont précipités vers le passage al-Karameh, qui sépare le pays de la Palestine occupée. Certains sont parvenus à casser la barrière frontalière et sont entrés dans les territoires palestiniens.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2072490

Dans LIBAN

DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE LIBANAIS APRES L’INTERDICTION DE SA PAGE PAR FACEBOOK.

Par Le 14/05/2021

13 Mai 2021

Déclaration du parti communiste libanais après l'interdiction de sa page Facebook.
13/5/21 9:27 AM
"Facebook" interdit la page officielle du Parti communiste libanais en raison de son soutien aux luttes du peuple palestinien contre l'occupation.

 

"Facebook" a interdit hier la page officielle du Parti communiste libanais sous prétexte de violation de ses "normes communautaires", affirmant que les posts et les nouvelles publiés par la page soutiennent la terreur et encouragent le meurtre.

 

À cet égard, le bureau des médias du Parti communiste libanais affirme que cette décision est due au parti pris de Facebook pour l'agenda sioniste qui agit pour faire taire toutes les voix de l'opposition et classe les mouvements de résistance et le soulèvement palestinien contre l'occupation comme terroristes.

 

Les véritables accusations contre la page du Parti communiste libanais sont soulevées parce qu'elle nomme les meurtres comme des meurtres, l'occupation comme une occupation, les massacres comme des massacres et les transferts comme des transferts, de la même manière qu'elle nomme les voleurs comme des voleurs, les oppresseurs comme des oppresseurs et les terroristes comme des terroristes. Nous sommes fiers de cela et nous ne nous excusons pas.

 

Nous sommes dans une confrontation holistique avec l'occupation, le sionisme et l'impérialisme par tous les moyens possibles et la guerre médiatique n'est qu'une composante de cette confrontation.

 

Le bureau des médias appelle à condamner cette décision et à organiser une campagne de solidarité avec la liberté de parole et d'action politique, et le droit d'accès aux médias sociaux ainsi qu'à tous les médias sans restrictions politiques imposées par des sociétés privées ayant des agendas, et à diffuser les nouvelles de notre parti et des luttes du peuple palestinien afin de dévoiler les crimes de l'occupation et les mensonges de ses partisans.

 

Nous appelons également à partager et à suivre la nouvelle page du Parti communiste libanais via le lien suivant : https://www.facebook.com/Lebanese.CP.

 

Parti communiste libanais - Bureau des médias

source : 

http://www.solidnet.org/article/Lebanese-CP-Statement-of-the-Lebanese-Communist-Party-after-ban-of-Facebook-page/

Tag(s) : #Liban#Communiste#PCL

Dans LIBAN

LE LIBAN EVACUE 59 CONTENEURS DE SUBSTANCES DANGEREUSES DECOUVERTES APRES L’EXPLOSION DANS LE PORT DE BEYROUTH

Par Le 07/05/2021

Le Liban évacue 59 conteneurs de substances dangereuses

 Depuis 1 jour  6 mai 2021

evacuation

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le gouvernement libanais a annoncé avoir assuré l’évacuation de substances dangereuses découvertes après l’explosion dans le port de Beyrouth en août dernier et stockées sur le sol libanais.

«Cinquante-neuf conteneurs de substances à haut risque, retrouvées dans le port de Beyrouth et à proximité après l’explosion catastrophique du 4 août, ont été retirés du Liban huit mois plus tard sous la supervision personnelle du Premier ministre [par intérim, ndlr] Hassane Diab», a déclaré le gouvernement sur Twitter.

C’est une société allemande, Combi lift, qui a retiré ces conteneurs d’explosifs qui ont été retrouvés dans le port de Beyrouth et dans ses environs après l’explosion du 4 août 2020, a déclaré ce mercredi 5 mai le gouvernement libanais.
Elle s’était occupée du stockage «en toute sécurité» des explosifs conformément à un accord avec les autorités libanaises.
«Aux termes du contrat, ces substances ont été retirées aujourd’hui du Liban», a précisé le service de presse.

Explosion à Beyrouth

Une puissante explosion s’est produite dans le port de Beyrouth le 4 août 2020, provoquant la mort de 190 personnes. Plus de 6.000 autres ont été blessées. La déflagration a détruit ou endommagé des centaines de maisons et de voitures, soufflé les vitres dans de nombreux quartiers de la capitale libanaise et perturbé le fonctionnement des systèmes d’alimentation en électricité et en eau de la ville.

Selon les autorités, le désastre a été provoqué par la détonation de 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium saisies par les douanes en 2014 et stockées dans un entrepôt du port.

La capitale du Liban a été reconnue comme une zone sinistrée et les autorités y ont décrété l’état d’urgence jusqu’au 19 septembre. Des actions de protestation massives se sont tenues dans la ville, à la suite desquelles le Premier ministre libanais, Hassan Diab, a annoncé la démission de son gouvernement.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2058608

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : LA VIE D' "ISRAËL" EST TERMINEE

Par Le 07/05/2021

Sayed Nasrallah: La vie d’«Israël» est terminée

Sayed Nasrallah: La vie d’«Israël» est terminée

folder_openRésumés des discours access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Le Secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, a déclaré qu’«Israël» n'a pas d'avenir et que sa vie est terminée, soulignant : «Aujourd'hui, nous déclarons une fois de plus notre engagement envers la noble Qods.»

Dans un discours télévisé à l’occasion de la Journée mondiale de Qods, diffusée par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, le secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah a appelé tout le monde à déclarer sa position envers la question palestinienne avec sincérité et courage.

Le secrétaire général du Hezbollah a réfuté les propos de ceux qui prétendent que les Palestiniens se sont résignés à abandonner leurs idéaux et leur patrie, car « les événements qui se produisent ces derniers temps montrent que le peuple palestinien ne renonce absolument pas à ses droits».

«Notre responsabilité envers la noble Qods et la cause palestinienne a augmenté pour certains raisons et facteurs. La cause palestinienne est la cause la plus sacrée de la planète», a indiqué sayed Nasrallah.

Sayed Hassan Nasrallah s’est adressé ensuite aux dirigeants du régime sioniste en ces termes : «Selon vos croyances religieuses, vous savez parfaitement que votre régime n’a aucun avenir et qu’il est en phase de disparition et de destruction. Je dis à vous, Israéliens, que dans cette grande épreuve, vous allez faire perdre l’énergie et les efforts de vos jeunes, vous les conduirez vers l’anéantissement et vous ferez perdre leur sang.»

Le Secrétaire général du Hezbollah a poursuivi : «La bonne logique exige que les usurpateurs quittent la terre qu'ils ont occupé par la force et la rendre à ses propriétaires d'origine.»

Pour sayed Nasrallah, les récentes évolutions montrent que la libération de la noble Qods est «plus proche que jamais.»

«L’axe de la Résistance reste toujours aux côtés des Palestiniens, surtout qu’aujourd’hui le régime sioniste est en proie à de graves crises internes», a ajouté sayed Nasrallah.

https://french.alahednews.com.lb/39923/342

Dans LIBAN

LE SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS, SEYYED NASRALLAH : « L’AVENIR APPARTIENT A LA RESISTANCE »

Par Le 05/05/2021

Israël sait qu’il disparaîtra (Nasrallah)

Wednesday, 05 May 2021 5:35 PM  [ Last Update: Wednesday, 05 May 2021 5:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah. ©IRNA

« Le régime sioniste sait que son sort est la disparition et que l’axe de la Résistance déterminera l’avenir de la région », a déclaré le secrétaire général du Hezbollah libanais.

Dans un discours télévisé à l’occasion de la Journée mondiale de Qods, diffusée par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, le secrétaire général du Hezbollah, Seyed Hassan Nasrallah a appelé tout le monde à déclarer sa position envers la question palestinienne avec sincérité et courage.

« Face aux jeunes palestiniens qui ont fait le choix de résister, c’est la responsabilité de tout le monde d’annoncer clairement, avec sincérité et courage, sa position envers la question palestinienne et la Résistance », a souligné Seyyed Hassan Nasrallah.

Le secrétaire général du Hezbollah a réfuté les propos de ceux qui prétendent que les Palestiniens se sont résignés à abandonner leurs idéaux et leur patrie, car « les événements qui se produisent ces derniers temps montrent que le peuple palestinien ne renonce absolument pas à ses droits, et cela augmente la responsabilité de l’Oumma islamique ».

La règle d'engagement du Hezbollah,

La règle d'engagement du Hezbollah, "Sang pour sang" gagne le front intérieur (Maariv)

Tel-Aviv redoute la multiplication des opérations de la Résistance en Cisjordanie. (Presse sioniste)

« L’axe de la Résistance reste toujours aux côtés des Palestiniens, surtout qu’aujourd’hui le régime sioniste est en proie à de graves crises internes », a ajouté Seyyed Hassan Nasrallah.

Le secrétaire général du Hezbollah a estimé que le processus de compromis et de normalisation avec Tel-Aviv a créé paradoxalement une situation qui permet à l’axe de la Résistance de se faire mieux entendre dans le monde.

« L’axe de la Résistance doit renforcer sa cohésion et augmenter sa puissance, car c’est lui qui déterminera l’avenir de notre région », a-t-il affirmé.

Seyyed Hassan Nasrallah s’est adressé ensuite aux dirigeants du régime sioniste en ces termes : « Selon vos croyances religieuses, vous savez parfaitement que votre régime n’a aucun avenir et qu’il est en phase de disparition et de destruction. Je dis à vous, Israéliens, que dans cette grande épreuve, vous allez faire perdre l’énergie et les efforts de vos jeunes, vous les conduirez vers l’anéantissement et vous ferez perdre leur sang. »

La Résistance prend de court Israël!

La Résistance prend de court Israël!

Dans une autre partie de son discours, le secrétaire général du Hezbollah a rendu hommage à la mémoire du martyr Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du CGRI : « Son image, son âme et sa pensée resteront éternels et encourageront l’axe de la Résistance sur tous les fronts. »

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/05/652012/Isra%C3%ABl-sait-qu%E2%80%99il-dispara%C3%AEtra-(Nasrallah)

Dans LIBAN

LIBAN : MACRON ECHOUE. LE HEZBOLLAH NE PERMETTRA PAS A LA FRANCE DE TUTEURISER LE LIBAN...

Par Le 03/05/2021

Fracassant échec français au Liban pour cause de suivisme

Monday, 03 May 2021 3:19 PM  [ Last Update: Monday, 03 May 2021 3:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président Emmanuel Macron (au centre) lors de sa visite sur le port de Beyrouth, le 6 août 2020. ©AFP

C'est visiblement raté : la mission dont l'axe US/Israël avait chargé la Macronie et qui consistait à aplanir le terrain, à une totale mise sous tutelle du Liban avec en toile de fond l’instrumentalisation de "l'attaque" du 4 août 2020 à l'effet de "désarmer le Hezbollah' et cela, soit en le diabolisant, soit en affamant son peuple n'ayant pas abouti, le MAE français s'apprête à gagner le Liban pour une ultime manœuvre. Les Saoudiens estiment que Paris va abandonner le dossier évidemment au profit des Américains et Cie. Et puis cette menace de sanction que brandit Paris, à qui est-elle destinée? Paris veut-il sanctionner le Hezbollah? Mais la Résistance n'a pas de compte bancaire en France. La France va-t-elle viser son propre camp? Le refus de rencontrer Saad Hariri est un prélude : le suivisme pro US de l'Elysée lui a fermé toutes les portes. 

Après les visites infructueuses du président français au Liban pour mettre en œuvre les plans de Paris, c'est au tour du ministre des affaires étrangères de s'y rendre pour essayer à son tour sa chance. 

A lire aussi : Le Liban a élargi ses enquêtes sur l'explosion à Beyrouth

Quelques jours après l’explosion du port de Beyrouth qui ont ravagé la capitale le 4 août 2020, le gouvernement de «Hassan Diab» a démissionné. Après de nombreuses péripéties, Saad al-Hariri a finalement été reconduit au cabinet en octobre mais là encore, les choses ne s'arrangèrent pas et la situation au Liban se détériora.

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu au Liban à plusieurs reprises depuis l'explosion de Beyrouth et après avoir élaboré un plan pour sauver le pays, mais ce plan n'a pour l'instant rien donné.

À cet égard, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, doit retourner au Liban mercredi de cette semaine pour consulter des responsables libanais. Ses rencontres se limiteraient cette fois-ci au président et au président du Parlement, ce qui a suscité des critiques de la part de certains politiciens libanais.

Pour en savoir plus : Macron à Beyrouth : le message d'Israël au Hezbollah ?

Agacé par ces innombrables tergiversations, Paris haussa le ton à partir du mois de mars. Il a lancé un processus d’adoption de sanctions et élaboré une liste des dirigeants libanais visés par ces restrictions d'accès au territoire français. Ni le type exact des restrictions, ni le nombre et les identités des personnes concernées n'ont été mentionnés dans la communication de Jean-Yves Le Drian, rapporte le journal libanais Al Liwaa. Deux critères sont retenus par Paris : la corruption et le blocage de la formation du gouvernement. Aux yeux des responsables français, ces deux critères concernent en théorie de nombreux dirigeants du pays du Cèdre.

Al-Sharq al-Awsat indique que Le Drian a envoyé un message aux chefs de partis libanais qui dit que le plan de sortie de crise de la France est le seul plan restant sur la table des négociations pour former un gouvernement et qu'il serait préférable pour eux de reconsidérer leurs positions avant l’effondrement définitif du pays.

Comment les partis politiques au Liban vont-ils réagir au plan français ?

Les relations entre le président du Parlement libanais Nabih Berri et le Premier ministre par intérim Saad Hariri n'ont pas été rompues, malgré le fait que Hariri et Walid Jumblatt, président du Parti socialiste progressiste (PSP) n'ont actuellement plus aucun contact.

Il est peu probable que les sanctions de la France fassent accélérer le processus de formation d’un gouvernement libanais ou introduisent le pays dans une nouvelle transition politique. Cette hypothèse ne semble pas être à l’ordre du jour à moins qu’il ne décide de reporter la formation du gouvernement à la clarification des « négociations en cours dans la région ».

Les détails de l'initiative française au Liban n'ont pas encore été divulgués, mais selon les médias, elle appelle à une attention immédiate sur quatre domaines : l'aide humanitaire pour lutter contre l'épidémie de la Covid-19 ; la reconstruction des infrastructures après l'explosion du 4 août dernier à Beyrouth ; les réformes politiques et économiques ; et la tenue d’élections législatives anticipées.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/03/651832/L-impossible-mission-de-la-France-au-Liban

Dans LIBAN

LE QG DU HEZBOLLAH A GAZA ?

Par Le 01/05/2021

La coopération militaire Hezbollah-Gaza s'élargit rapidement (Expert)

Saturday, 01 May 2021 6:24 PM  [ Last Update: Saturday, 01 May 2021 6:22 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La coopération militaire Hezbollah-Gaza s'élargit rapidement. (Illustration)

Un expert des questions de l’Asie de l’Ouest a déclaré que le Hamas avait pris une position plus proche du Hezbollah et de l’axe de la Résistance, ajoutant que la grande préoccupation des sionistes est la coopération militaire, stratégique et de défense entre les membres de l’axe de la Résistance contre Israël.

Concernant les attaques intenses auxquelles Qods occupée est témoin ces jours-ci et les affrontements féroces entre les Palestiniens et les militaires du régime sioniste, Jaafar Ghanadbashi a déclaré : « Tout cela est dû aux aventurisme et maximalisme illimités du régime sioniste, ce qui attise constamment le feu de la colère du peuple palestinien contre les sionistes. »

Le Hezbollah a changé de tactique face à Israël (Gantz)

L’axe de la Résistance est la ligne de front dans le projet de libération des territoires occupés de la Palestine.

PressTV / French / 20 avr.

« D’une part, les sionistes fréquentent la mosquée Al-Aqsa tous les samedis et dimanches, et ils ne respectent pas ce lieu saint et n’ont qu’une présence provocatrice, et de l’autre, ce régime factice poursuit sa politique de colonisation en Palestine et cherche à mettre en œuvre le plan d’annexion de la Cisjordanie, approuvé sous la présidence de Donald Trump », a précisé cet expert iranien.

Selon ce dernier, après le départ de Trump, Israël se sent plus en insécurité parce que l’ancien président américain a considérablement coopéré avec eux, dans des domaines tels que la fourniture d’armes aux sionistes et la normalisation des relations avec les pays arabes.

« Par conséquent, ces mesures, qui sont considérées comme une sorte de manœuvre politique, étaient devenues un avantage positif en faveur d’Israël pendant les années de présidence de Trump à la Maison-Blanche, ce qui a rendu les sionistes de plus en plus insolents et réduit le conflit interpartis en Israël », a ajouté M. Ghanadbashi.

Riposte du Hezbollah et de la Résistance à un Israël orphelin de Trump...

La Résistance palestinienne avertit Israël de sa forte riposte, si Tel-Aviv assassine les commandants de la résistance.

PressTV / French / 12 nov. 2020

« Mais après que Trump a quitté la Maison-Blanche, les divisions internes au sein du régime sioniste se sont fortement intensifiées, et ces jours-ci, les sionistes sont obligés de déplacer une partie de cette tension et crise hors d’Israël ».

En allusion aux récents tirs de missiles en direction d’Israël, l’expert des questions moyen-orientales a déclaré : « Après ces lancements de missiles, les sionistes craignent que l’axe de la Résistance, à savoir la Palestine, l’Iran et la Syrie, coopère le plus entre eux, d’autant plus que le Hamas a pris des positions plus proches du Hezbollah et de l’axe de la Résistance. »

Par conséquent, la grande préoccupation des sionistes réside dans la coopération militaire, stratégique et de défense des pays membres de l’axe de la Résistance contre Israël. D’autre part, les politiques du Hamas les inquiètent, car la nouvelle politique du Hamas contre Israël s’avère très tactique et calculée.

« L’ensemble du processus dont le déplacement de la crise hors d’Israël, la baisse du soutien de Trump aux sionistes, l’échec du Deal du siècle et la solidarité des groupes de résistance inquiète de plus en plus les sionistes, et leur réaction à cette préoccupation est d’attiser ce feu », a-t-il fait savoir.

Avis de tempête sur Israël : à quoi rime la méga réunion Gaza-Hezbollah à Beyrouth?

PressTV / French / 3 sept. 2020

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/01/651726/Isra%C3%ABl-axe-de-la-R%C3%A9sistance-Hamas-Syrie-Qods-Palestine

Dans LIBAN

LA FRANCE MACRONITE MENACE DE SANCTIONNER DES PERSONNALITES LIBANAISES SANS PRECISER LESQUELLES

Par Le 30/04/2021

La France menace de sanctionner des personnalités libanaises, sans préciser lesquelles

 Depuis 5 heures  30 avril 2021

ledrian_maltes

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

La France a menacé de sanctionner des personnalités libanaises qu’elle accuse d’être impliquées dans la corruption ou le blocage politique au Liban.

Des mesures supplémentaires pourraient être adoptées, a précisé lors d’une visite à Malte le jeudi 29 avril le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, indiquant que Paris a commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives en matière d’accès au territoire français à l’encontre de personnalités libanaises.

Alors qu’une réflexion est déjà engagée avec l’Union européenne à ce sujet, « nous avons à titre national commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives en matière d’accès au territoire français à l’encontre de personnalités impliquées dans le blocage politique en cours, ou impliquées dans la corruption », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, selon un communiqué transmis à la presse cité par l’AFP.

« Les responsables du blocage doivent comprendre que nous ne resterons pas inactifs », a-t-il prévenu, en précisant qu’il n’était pas exclu que la France adopte « des mesures supplémentaires à l’encontre de tous ceux qui entravent la sortie de crise (…) en coordination avec (ses) partenaires internationaux ».

Le ministre français n’a pas précisé quelles sont ces personnalités visées par ces sanctions. Leur identification permettra de savoir à minima quelles sont celles que la France les considèrent ainsi.

Plus d’un an et demi après les premières manifestations contre la crise bancaire et la corruption de la classe politique, plus de huit mois après l’explosion dans le port de Beyrouth qui a fait plus de 200 morts, des milliers de blessés, et dévasté des quartiers entiers de la capitale en août dernier, le Liban reste englué dans sa plus grave crise depuis la fin de la guerre civile de 1975-1990.

Dans la plupart des gouvernements précédents, la distribution des portefeuilles était soumise à des compromis entre les différents partis politiques libanais, et à des ententes entre le président, le Premier ministre désigné, et le chef du Parlement.

Cette fois-ci, le Premier ministre désigné Saad Hariri, refuse tout compromis avec le président, Michel Aoun, et insiste pour nommer les ministres chrétiens, au motif qu’il ne veut pas lui accorder le tiers de blocage qui lui permet d’influer sur les décisions prises au sein du cabinet ministériel.  Pour sa part, le chef de l’Etat refuse de laisser M. Hariri gouverner à lui seul le pays. Il lui impute une part de responsabilité de l’effondrement économique du pays, d’autant que lui, son père Rafic Hariri et son camp ont dirigé la majeure partie des gouvernements depuis la fin de la guerre civile.

https://french.almanar.com.lb/2055462

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH SALUE LE COURAGE DES JERUSALEMITES ET LE SOUTIEN DE LA CISJORDANIE ET DE LA BANDE DE GAZA

Par Le 29/04/2021

S. Nasrallah salue le courage des Jérusalémites et le soutien de la Cisjordanie et de la bande de Gaza

 Depuis 2 heures  29 avril 2021

sayed

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a salué les habitants de la ville sainte d’al-Qods (Jérusalem) qui font face aux forces d’occupation israéliennes depuis le début du mois de Ramadan.

esplanade_palestiniens-jpg1esplanade_palestiniensaqsa_palestiniens

Dans son allocution télévisée hebdomadaire du mercredi, spéciale mois du ramadan, au cours de laquelle il aborde des thèmes exclusivement religieux, Sayed Nasrallah s’est toutefois arrêté toutefois sur les récents évènements en Palestine occupée, ponctués par des affrontements entre les Jérusalémites d’une part et les colons et les policiers et militaires israéliens de l’autre.

Ces derniers entravent leur accès à l’esplanade de mosquées et à la mosquée al-Aqsa pour y effectuer leurs prières pendant ce mois béni en érigeant des barrières de fer sur les routes et les portes menant à l’esplanade. Les affrontements se sont surtout concentrés sur Bab al-Amoud. C’est aussi cette porte qu’empruntent les colons israéliens chaque fois qu’ils veulent se rendre vers l’esplanade.

aqsa_priere_fajr

Les Jérusalémites ne quittent plus la mosquée al-Aqsa depuis le début du mois de Ramadan

 

« Devant ce qui se passe à Al-Qods, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, on ne peut que saluer, rendre hommage et exprimer tous les respects et l’estimation à la grande bravoure et la grande volonté des Jérusalémites et surtout celle de ses jeunes qui sont présents sur les places et qui affrontent, les bras nus,  les soldats de l’ennemi, armés jusqu’aux dents », a-t-il dit.

Le numéro un du Hezbollah a aussi salué la solidarité de la Cisjordanie avec al-Qods ainsi que « l’entrée en scène de la bande de Gaza pour imposer des équations ».

En soutien aux Jérusalémites, des affrontements ont éclaté entre les Palestiniens et les soldats israéliens de l’occupation dans plusieurs régions de la Cisjordanie occupée.
Dans la bande de Gaza, des factions de la résistance ont tiré des dizaines de roquettes sur les zones et les colonies avoisinantes, sans faire de victimes. Toujours en solidarité avec leurs compatriotes de la ville sainte.

« Toutes ces questions devraient jouir d’une attention particulière. Nos en parlerons en détails dans la journée d’al-Qods », a ajouté sayed Nasrallah.

aqsa_priere_fajr-jpg1

Journée d’al-Qods

Cette journée est célébrée annuellement le dernier vendredi du mois de Ramadan, qui correspondra cette année au 7 mai prochain. Elle est dédiée à cette ville sainte qui est considérée comme la première qibla des Musulmans. Sa mosquée al-Aqsa étant aussi le site de l’ascension du prophète Mohamad au ciel, connue sous le terme al-Isra’ wal Miiraj.
Elle a été promulguée par l’imam Khomeiny au lendemain de la victoire de la révolution islamique en Iran pour marquer le soutien de la oumma islamique aux droits du peuple palestinien.

Les jeunes jérusalémites fêtant la levée des barrières de fer

Les jeunes jérusalémites fêtant la levée des barrières de fer

Les Jérusalémites ne quittent pas al-Aqsa

Les affrontements à Jérusalem avaient connu un pic à la fin de la semaine passée, lorsque des colons d’une organisation extrémistes ont manifesté non loin de Bab al-Amoud en scandant des slogans hostiles aux Palestiniens : « A mort les Arabes ». Les Jérusalémites sont alors descendus dans les rues en grand nombre et des escarmouches s’en sont suivis, en arrivant parfois jusqu’au corps à corps.

Le dimanche, après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé, à l’issue de l’évaluation de la situation au cabinet sécuritaire, à « se calmer à Jérusalem », le commissaire de la police de l’occupation israélienne a donné l’ordre de lever les barrières de fer dans cette région.

Depuis, l’affluence de Jérusalémites à l’esplanade continue de plus fort, malgré la répression de la police israélienne qui continue d’arrêter les jeunes et de les agresser.Le 28 avril, elle a capturé le secouriste de la défense civile, Louay Jaafirat après l’avoir molesté. (Photo à droite). Mais les Palestiniens ne quittent plus l’esplanade ni de jour ni de nuit.

Le jérusalémite Ouday Abou Tayeh a été arrêté par les forces de l'occupation

Le Jérusalémite Ouday Abou Tayeh arrêté par les forces israéliennes

Menaces d’expulsion

 

palestinien_agresse

Le jeune jérusalémite Fadi Mohaysein agressé par un gardien des colons dans la localité de Salwane, au sud de la mosquée al-Aqsa (Source: Palinfo)

 

En plus de la menace qui pèse sur la mosquée al-Aqsa et l’esplanade des mosquées que les extrémistes juifs veulent détruire pour édifier à leur place leur temple de Salomon, les Jérusalémites craignent plus que jamais leur expulsion des derniers quartiers ou ils résident encore à l’est d’al-Qods. D’autant que l’entité sioniste a déclaré que Jérusalem devrait être sa capitale.

Le quartier cheikh Jarrah est particulièrement visé ces temps-ci. Situé au nord de la vieille ville, il constitue l’une de ses principales entrées. En 2008-2009, 3 de ses familles palestiniens ont été expulsées et leurs maisons ont été octroyées à des familles de colons. Cette année, ce sont 12 familles qui ont été sommées d’évacuer leur maison par les tribunaux israéliens.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2054692

Dans LIBAN

L’ARABIE SAOUDITE EXIGE QUE LE HEZBOLLAH LIBANAIS SOIT ELOIGNE DE L’ARMEE AFIN DE LUI FOURNIR DE L’AIDE !

Par Le 29/04/2021

L’Arabie saoudite exige que le Hezbollah soit éloigné de l’armée afin de lui fournir de l’aide!

 Depuis 1 jour  28 avril 2021

Des soldats de l'armée libanaise

Des soldats de l'armée libanaise

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

Rédaction du site

Le commandant en chef des forces armées libanaises, le général Joseph Aoun, s’est entretenu avec l’ambassadeur saoudien au Liban Walid al-Bukhari. La réunion qui a eu lieu, loin des médias, a été axée sur « l’aide demandée par l’armée des pays frères et amis du Liban ».

Selon les informations révélées par le quotidien libanais AlAkhbar, l’ambassadeur saoudien a transmis au général Aoun les salutations des dirigeants saoudiens, affirmant que « le Royaume est prêt à étudier de fournir diverses formes d’aide à l’armée, dont un appui direct pour alimenter le fonds de soutien aux militaires ».

Mais M.Al-Bukhari a fait état d’un problème qui entrave l’assistance saoudienne. Selon lui, « l’armée est dominée par les partisans du Hezbollah qui s’immiscent dans le travail de l’institution militaire ».

Le commandant de l’armée lui a répondu que « le Hezbollah n’avait pas d’agents au sein de l’armée. Tout le monde sait que le Hezbollah ne peut pas s’ingérer dans le travail de l’armée, ni dans les formations de ses officiers et de ses soldats ».

Et de poursuivre : « Certaines parties occidentales évoquent cette idée, vu que les proches de certains officiers et soldats sont des partisans du Hezbollah…et tel est le cas dans la majorité des familles chiites au Liban ».

La décision d’Al-Bukhari s’inscrit dans le contexte des «ordres» américains qui ont été imposés à de nombreux pays arabes et occidentaux pour qu’ils fournissent un soutien matériel et financier à l’armée libanaise.

Les Américains veulent que leurs alliés octroient une assistance à l’armée libanaise, afin de faire éviter à l’administration américaine les obstacles auxquelles elle sera confrontée au Congrès, ce qui pourrait retarder l’arrivée du soutien à l’institution militaire.

Dans ce contexte, l’Irak a annoncé, mardi 27 avril, l’allocation de 2,4 millions de dollars d’équipements militaires et de fonds à l’armée libanaise.

Le Maroc a auparavant fourni une aide alimentaire pour l’armée, à la demande du roi Mohammed VI.

 

Source: Traduit à partir d'AlAkhbar

  

french.almanar.com.lb/2054186

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS A UN EVENTAIL DE SCENARIOS ANTI-ARMEE ISRAELIENNE"

Par Le 28/04/2021

"Le Hezbollah a un éventail de scénarios pour nuire à l’armée israélienne"

Wednesday, 28 April 2021 6:18 PM  [ Last Update: Wednesday, 28 April 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drapeau du Hezbollah libanais flotte à la frontière entre les territoires occupés et le Liban. ©AFP

Le Hezbollah libanais a développé ses stratégies militaires et essaie d’atteindre les territoires occupés via de nouvelles voies, ont averti un groupe de commandants de l’armée israélienne. 

Ce mercredi 28 avril, un groupe de commandants de l’armée israélienne se sont retrouvés dans une réunion en présence du lieutenant-général Aviv Kochavi, chef d’état-major de l’armée israélienne. 

Les commandants présents à cette réunion ont déclaré à Kochavi que le Hezbollah avait commencé à exploiter de nouvelles voies dont des montagnes et des zones difficiles à parcourir pour atteindre les frontières des territoires occupés par Israël. 

Lire aussi: Le Hezbollah a changé de tactique face à Israël (Gantz)

Selon les commandants israéliens, le Hezbollah recrute les bergers locaux et les équipes d’identification pour les missions de collecte d’information auprès des forces israéliennes déployées dans les zones frontalières. 

« Le Hezbollah a de nouvelles stratégies et d’importants plans pour nuire aux forces de l’armée israélienne », ont-ils ajouté. 

Selon le site d’information israélien Walla, « l’armée israélienne est convaincue que le Hezbollah a développé ses stratégies de combat afin qu’il puisse engager ses combattants dans de nouveaux affrontements ; ce qui représente une menace réelle pour les colonies et les bases de l’armée israélienne situées non loin de la frontière du Liban ». 

Lire aussi: « Le Hezbollah se moque d'Israël et le sait incapable d'une grande guerre », (G.israelien)

« Bien que le Hezbollah ait ses propres problèmes, il conçoit et prépare différents scénarios : prendre pour cible les soldats israéliens, capturer les militaires israéliens, s’infiltrer dans l’armée et abattre les drones de l’armée ». 

Les commandants israéliens réaffirment que le Hezbollah agit avec précaution et fait collecter des informations par ses drones afin d’examiner les réactions de l’armée israélienne.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/28/651522/Israel-Hezbollah-armee-drone-guerre-Liban

Dans LIBAN

LIBAN : L'ARME INCONNUE DU HEZBOLLAH?

Par Le 23/04/2021

Cette nouvelle arme non balistique dont a peur Israël?

Friday, 23 April 2021 4:15 PM  [ Last Update: Friday, 23 April 2021 4:15 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Israël redoute la capacité du Hezbollah à mener des guerres électroniques. (Photo d'illustration)

La capacité du Hezbollah à mener des guerres électroniques a suscité une vague d’inquiétude auprès des hauts responsables du régime sioniste.

Evoquant les propos du ministre sioniste des Affaires militaires sur les tentatives du Hezbollah de défier Israël par de nouvelles méthodes en matière de sécurité, l’expert iranien en Asie de l’Ouest, Hassan Hanizadeh a déclaré : « Le Liban est entré dans une nouvelle phase de mise à niveau de ses capacités défensives et montre sa tendance à des guerres électroniques et l’utilisation des drones sophistiqués et des missiles balistiques, d’où l’inquiétude des responsables à Tel-Aviv.»

« Bien entendu, il n’est pas important que le Hezbollah atteigne ce niveau de défense contre Israël qui reçoit toutes sortes d’aides logistiques militaires et de renseignement de la part de l’Europe et des États-Unis », a-t-il indiqué en notant : « Naturellement, les capacités de guerre électronique du Hezbollah ont suscité inquiétude et panique parmi les hauts fonctionnaires du régime sioniste. »

Le Hezbollah a changé de tactique face à Israël (Gantz)

L’axe de la Résistance est la ligne de front dans le projet de libération des territoires occupés de la Palestine.

PressTV / French / 20 avr.

Hanizadeh affirme que dans la conjoncture actuelle, « si une guerre éclate entre Israël et le Hezbollah, le Hezbollah peut utiliser ses outils pour cibler les profondeurs des territoires occupés : par conséquent, l'un des défis sérieux auxquels sont confrontés les Sionistes est la centrale nucléaire de Dimona qui dans le passé était considérée comme un symbole de la puissance du régime sioniste ».

Lire aussi : Tomer et Dimona visées: Israël ne peut pas assurer sa sécurité (The Independent)

Et lui de poursuivre que mais ces jours-ci, ce symbole du pouvoir du régime sioniste est devenu son talon d'Achille ; un missile balistique tiré par le Hezbollah, le Hamas ou le Jihad islamique pourrait donc provoquer un grand désastre pour le régime sioniste dans cette centrale nucléaire.

Lire aussi : 1ère attaque au missile balistique tactique contre Israël, Dimona visé, les règles du jeu change

Soulignant que les Sionistes semblent être extrêmement vulnérables dans les guerres asymétriques et électroniques, il a déclaré que le régime sioniste était particulièrement inquiet du renforcement du pouvoir dissuasif du Hezbollah et du Hamas, et qu'il tentait d'affaiblir ce pouvoir à tout prix.

Cependant, l'expérience de la Résistance au Yémen a montré qu'avec le déploiement des équipements disponibles et la mise à niveau du niveau militaire, un important quota de terrain peut être capturé, ce que les forces de la Résistance yéménite ont montré lors de la guerre sur le terrain avec l'Arabie saoudite, en changeant la donne en leur faveur.

Lire aussi : 3e raid contre Israël en 48 heures

Le Hamas et le Hezbollah sont dans la même situation, ajoute-t-il, le régime sioniste est donc profondément préoccupé par le renforcement des capacités militaires et du pouvoir électronique parmi tous les groupes de résistance.

« Le Hezbollah essaie de défier le système de sécurité d'Israël par de nouvelles méthodes », a averti Benny Gantz, ministre sioniste des Affaires militaires à la fin d’une visite effectuée dans le QG de l’armée israélienne sur les frontières entre le Liban et les territoires occupés.

La visite de Gantz à la frontière libanaise a coïncidé avec la fin de formation de la brigade Nahal; les forces qui simulent la guerre avec le Liban.

Dimona frappée: Qods s’embrase

Le bilan des Palestiniens qui ont été blessés par les militaires israéliens s’est alourdit à 105.

PressTV / French / 11:11

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/23/650139/Hezbollah-Israel-guerre-electronique

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS PREPARE LA GUERRE ?

Par Le 18/04/2021

La Résistance libanaise casse le régime des sanctions US, défie le dollar ... et prépare la guerre

Sunday, 18 April 2021 1:38 PM  [ Last Update: Sunday, 18 April 2021 1:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Hezbollah prépare-t-il la Grande guerre?( Harbi press)

Depuis 2 jours, les milieux US/Israël se sentent totalement pris de courts par une initiative anti sanction US du Hezbollah qui fait des remous ; A l'image du Venezuela de 2020 où le régime des sanctions américains a été réduit à néant lorsque l'Iran a envoyé sous le nez et la barbe de la IVe flotte US cinq de ses navires cargos livrer de l'essence aux Vénézuéliens, initiative qu'il a conjugué dans la foulée par l'ouverture d'un grand espace commercial, le Sud du Liban devient une zone anti sanction : Depuis deux jours la Résistance libanaise distribue des cartes de rationnement, offre des produits iraniens de bon marché et ouvre ainsi une brèche dans l'édifice des sanctions américaines qui n'en déplaise à l'ambassadrice Shéa, commerce à gravement ternir l'image US auprès des Libanais. Car alors même que la Résistance libanaise vole au secours des Libanais à l'aide d'une Syrie et d'un Iran qui contribuent à l'initiative, le clan US/France continue par Hariri interposé à bloquer tout mécanisme, quitte à provoquer le break down de l'Etat libanais, à punir leurs propres relais locaux.

Israël : RQ-170 iraniens frappent!

Israël : RQ-170 iraniens frappent!

 

Le paradoxe est trop criant pour laisser le camp d'en face indifférent. Ainsi ArabNews va de son commentaire et dit : " Le Hezbollah libanais s’est préparé à un effondrement total de l’État qui se déchire, en émettant des cartes de rationnement pour la nourriture, en important des médicaments et en stockant du carburant de son protecteur, l’Iran, ont déclaré à Reuters trois sources proches du plan du Hezbollah. Ces mesures, qui répondent à une grave crise économique, marqueraient une expansion des services fournis par le mouvement via un réseau qui compte déjà des organismes de bienfaisance, une entreprise de construction et un système de retraite. Ces étapes mettent en évidence les craintes croissantes d'une implosion de l'État libanais, dans lequel les autorités ne peuvent plus importer de nourriture ou de carburant afin d’assurer le courant électrique dans le pays." 

Le Hezbollah et à travers lui le Liban rallie-t-il ainsi le corridor maritime anti sanction qui s'étend désormais du golfe Persique à la Méditerranée pour aller vers les Caraïbes? Visiblement. La guerre anti US anti Israël de la Résistance est entrée là dans des zones jusqu'ici interdites, à savoir l'économie dont au Liban, on connaît la dépendance totale envers les instances sangsue que sont le FMI et la Banque mondiale. Mais l'économie de la Résistance  telle que la pratique le Hezbollah est aussi  un coup porté au cœur même du dollar. Car il s'agit d'une économie qui contourne largement les banques et se moque du billet vert. Mais est-ce réellement la crainte d'un effondrement de l'Etat libanais qui motive la Résistance libanaise à constituer des réserves de carburants et de denrées alimentaires?

Aïn al-Asad: le

Aïn al-Asad: 

Une fois de plus une attaque de drone a pris pour cible des troupes américaines à al-Anbar en Irak.

Certaines sources en doutent dans la mesure où les plans US/Israël contre l'Etat libanais commencent à s'épuiser : le 4 août l'axe US/Israël a tenté une explosion atomique pour désarmer le Hezbollah et ce sur fond des manœuvres de déstabilisations, des manifs, des tentatives d'infiltrations sans qu'aucun de ces démarches n'aboutisse. A défaut de pouvoir se maintenir en Irak où la Résistance chasse à coup de drones et de missiles les GI's ou encore en Syrie où les plus grandes bases de contrebande US du pétrole syrien sont de plus en plus exposés aux missiles de la Résistance syrienne, l'axe US/Israël finira-t-il par tenter une action directe? 

Il y a deux semaines, ce même axe a cherché à renverser le roi de Jordanie via un coup d'Etat raté et alors même qu'Amman venait d'envoyer une délégation économique de haut rang en Syrie et ce, pour booster les liens bilatéraux qui on s'en doute affaiblissent largement le régime des sanctions US. Cette Jordanie contre qui le couple US/Israël a attenté venait tout juste se pencher sur un accord militaire particulièrement acerbe et en 19 articles soumettant le ciel, la mer et le sol jordanien au bon vouloir des troupes US. Beaucoup y ont vu une tentative US de coloniser la Jordanie puisque l'Irak et la Syrie tendent à se refermer sur l'Amérique. 

Peu avant ce coup anti jordanien dont Abdellah II ne s'est pas encore remis, le général McKenzie se rendait au sud Liban à bord d'une flope de six hélicoptères affrétés par une armée libanaise que l'axe US/OTAN choie de plus en plus à l'effet de la dissocier de l'Etat. Ce convoi de six hélicoptères bourrés d'agents de la CIA et des topographes ont survolé  la zone Ghazzee-Mazraat Deir al Ashayer. Une zone stratégique surplombant la frontière libano-syrienne, qui se trouve à quelques dizaines de kilomètres seulement de la capitale syrienne, Damas, et qui pourrait servir de base (de façade) à l’armée libanaise sous contrôle américain.

La Syrie a brisé la

 

Pourquoi les USA viennent-ils de signer un accord militaire avec la Jordanie qui livre le ciel, la terre et la mer jordaniens aux Américains?

C’est également la zone qui relie la vallée de la Bekaa au sud du Liban et qui est très proche du Jabal al-Cheikh, où l’on croit que le Hezbollah dispose de nombreuses bases pour ses missiles stratégiques. L’ambassade des USA à Beyrouth a déclaré que le commandant en chef de l’US CENTCOM « inaugurait une pompe à eau financée par la USAID », pourtant déjà fonctionnelle depuis deux ans pour approvisionner en eau un village à moitié vide. Il n’est pas certain que l’inauguration d’une pompe à eau financée par les USA entre dans les attributions du général McKenzie, même si le Commandement central des USA est l’un des deux commandements de combat dont le quartier général n’est pas physiquement situé dans sa zone de responsabilité, mais plutôt en Floride.

Le Hezbollah se prépare-t-il à une face-à-face directe avec l'axe US/Israël? Possible. Il semblerait que le moment est venir pour que la Syrie rende la monnaie de la pièce du Hezbollah qui a fait don de la vie des dizaines de ces combattants pour la Syrie tienne debout. Samedi, les habitants  du Golan ont descendus célébrer l'anniversaire de l'expulsion de la puissance colonialiste française et ont saisi l'occasion pour réitérer leur allégeance à la Syrie et leur réprobation face à Israël.  les habitants de Quneïtra au sud du Golan, avaient organisé en juin 2020 un rassemblement anti-américain et anti-israélien, au cours duquel ils avaient qualifié le sud de la Syrie de « porte de bataille avec l’occupant sioniste ». Le mot le plus entendu, selon des témoins aura été "la Résistance".

1er clash USA/Hezbollah?

1er clash USA/Hezbollah?

Le Hezbollah dispose des dizaines de bases en Syrie et surtout au Golan, base potentiellement explosives pour Israël qui à l'heure qu'il est, se demande comment faire face à une guerre multi front qui s'étend désormais non seulement du Nord au Sud mais encore à l'est vers les frontières irakiennes ou encore vers la mer Rouge où Ansarallah rogne le frein pour en découdre avec l'entité. Puis ces monts proches de Jabal al Cheikh, ils auraient peut-être caché en leur sein des sous sous terrain de missiles mais le fait de les localiser ne garantit nullement le succès d'une frappe par exemple à la bombe anti bunker. Pourquoi? parce que le Hezbollah n'est pas né de la dernière pluie et que le clash final avec Israël il le prépare depuis longtemps. Après tout, ce n'est pas uniquement les Hachd ou Ansarallah qui se sont mis à l'heure des drones. Des nuées fatidiques pourront aussi partir du sud du Liban vers Haïfa, Tel-Aviv. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/18/649719/Golan%C2%A0--les-Syriens-soutiennent-Assad

Dans LIBAN

LIBAN : ECHEC DU PLAN SIONISTE

Par Le 17/04/2021

1430 km², champ de bataille gazier Israël/Liban

Saturday, 17 April 2021 4:22 PM  [ Last Update: Saturday, 17 April 2021 4:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'échec des pourparlers entre Tel-Aviv et Beyrouth sur la démarcation maritime. (Illustration)

L'échec du régime sioniste dans les négociations indirectes sur la démarcation des frontières maritimes avec le Liban l’a conduit à recourir à la tactique de chantage avec Beyrouth.

Ces dernières semaines, la question du tracé des frontières maritimes a de nouveau été soulevée dans les cercles politiques libanais, ainsi que dans les territoires occupés; les pourparlers indirects entre Beyrouth et Tel-Aviv sur la démarcation des frontières maritimes ayant été suspendus en raison des termes et des conditions fixés par l'équipe de négociation sioniste.

Lire aussi : Démarcation des frontières: négociations indirectes entre le Liban et Israël

A l’aide des intermédiaires, Tel-Aviv a pourtant envoyé des messages au Liban avec pour contenu les mêmes termes et conditions extravagants, auxquelles le président libanais a répondu en déclarant la position claire et transparente de Beyrouth.

«Nous ne céderons jamais aux chantages d'Israël et nous n'accepterons pas ses conditions, nous soulignons que les intérêts nationaux du Liban doivent être réalisés et que tout accord avec Tel-Aviv sur la démarcation des frontières maritimes sera conclu dans le cadre de la souveraineté nationale libanaise”, a déclaré le président libanais Michel Aoun.

Lire aussi : Le corridor énergétique de la Résistance s'élargit

«Lors des négociations sur la démarcation des frontières maritimes avec le régime sioniste, nous n’ignorons en aucun cas les intérêts du Liban et sa souveraineté nationale, Israël ne devrait pas extraire de pétrole et de gaz des eaux contestées”, a-t-il indiqué plus tard mercredi 14 avril.

Lire aussi : Le forage du premier puits de pétrole au Liban (ministère libanais de l’Énergie)

Bien que les pourparlers indirects entre le Liban et le régime sioniste doivent inclure les frontières terrestres, ils se sont jusqu'à présent limités aux frontières maritimes. La portée géographique des frontières terrestres entre le Liban et les territoires occupés ayant été approuvée par les Nations unies, les pourparlers se limitent uniquement aux frontières maritimes.

Il s’agit donc d’une zone économique en mer qui couvre une superficie d’environ 70 kilomètres carrés sous forme d’un triangle composé de 3 points; le Liban tente aujourd’hui d'en exploiter les richesses pétrolières et gazières alors qu’il est confronté au défi qui provient de l’extravagance des dirigeants à Tel-Aviv. Ces derniers ne sont en aucun cas disposés à accepter les droits légaux du Liban sur ces frontières. D’où l’échec des pourparlers sur la démarcation.

Mais le Liban est aussi confronté à l’ingérence des États-Unis qui en y jouant le rôle de médiateur, soutiennent ouvertement le régime sioniste pour le tracé des frontières maritimes entre le Liban et les territoires occupés; Washington ayant récemment affirmé que les positions de la délégation libanaise lors des pourparlers n'étaient pas uniformes et unifiées. En effet, la rhétorique anti-Beyrouth fait partie d’un vaste plan américain visant à décrédibiliser les responsables à Beyrouth et dresser l'opinion publique libanaise contre le gouvernement.

Pour faire pression sur le gouvernement libanais et le pousser à accepter les conditions de Tel-Aviv, Washington est allé jusqu’à avancer la visite du secrétaire d'État adjoint David Hill qui devait se rendre à Beyrouth à la mi-avril. 

«Le principal objectif de la visite de David Hill au Liban est de faire pression sur les autorités libanaises sur la question du tracé des frontières maritimes avec le régime sioniste; une question dans laquelle les Américains sont déjà intervenus”, a écrit le journal libanais Al-Binaa.

Selon le journal, Hill a tenté d'empêcher les responsables libanais de signer un ordre modifiant la carte de la frontière maritime. La pression américaine sur les Libanais devrait, estime le journal, s'intensifier pour arrêter le processus de modification de la carte de la frontière maritime au profit de Beyrouth.

Quoi qu’il en soit, la pratique de chantage des sionistes s’est heurtée à la ferme réaction de Michel Aoun; Washington et Tel-Aviv s’évertuent maintenant d’atteindre leurs objectifs de tracer des frontières maritimes à l’aide de leurs pivots au Liban qui sont chargés d’intensifier la pression sur le président Aoun.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/17/649686/Liban-Tel-Aviv-d%C3%A9marcation-maritime

Dans LIBAN

DEVANT L’ENVOYE AMERICAIN, LE PRESIDENT AOUN FERMEMENT ATTACHE AUX DROITS DU LIBAN SUR LES 1430 KM2 DES FRONTIERES MARITIMES

Par Le 15/04/2021

Devant l’envoyé US, Aoun fermement attaché aux droits du Liban sur les 1430 km2 des frontières maritimes

 Depuis 9 heures  15 avril 2021

Le président Michel Aoun

Le président Michel Aoun

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le chef de l’Etat libanais, Michel Aoun, a accueilli ce jeudi 15 avril le sous-secrétaire d’Etat américain pour les Affaires politiques David Hale. Les discussions se sont axées sur la démarcation des frontières maritimes avec l’entité sioniste.

Au terme de cette rencontre, le bureau de la présidence de la République libanaise a publié un communiqué dans lequel il indique que « le président Aoun a confirmé le droit du Liban à renforcer sa position dans les négociations sur la démarcation des frontières, conformément à ses intérêts dictés par le droit international ».

Et d’ajouter: « le Président Aoun a r6clamé l’accréditation d’experts internationaux pour délimiter les frontières conformément au droit international. En attendant, les parties concernées doivent s’engager à ne pas effectuer de travaux pétroliers ou gaziers » dans la zone contestée.

Le Président Aoun a souligné « qu’il est chargé de veiller à la souveraineté, aux droits et aux intérêts du Liban qu’il ne négligera pas, tout en épargnant au Liban les répercussions négatives qui pourraient résulter de toute attitude imprudente ».

Le chef de l’Etat a en outre souligné devant son hôte américain « qu’il déploiera ses efforts pour que le tracé des frontières soit consensuel chez toutes les parties libanaises, ce qui renforcera la position du Liban dans les négociations ».

Rappelons qu’après des mois de débats, le Premier ministre sortant Hassan Diab et les ministres concernés ont convenu, jeudi 8 avril, de signer un amendement des frontières maritimes méridionales.

Cet amendement du décret 6433 permet de corriger une erreur qui avait été commise sur le tracé de la frontière maritime entre le Liban et la Palestine occupée, et doit permettre de restituer 1.430 Km2 qui avaient été négligés. Et ce dans une zone maritime riche en hydrocarbures. Cette  erreur a été commise dans la première décennie des années 2000, pendant le mandat du Premier ministre Fouad Siniora.

L’amendement du décret pourrait saper les négociations indirectes avec l’ennemi israélien qui n’a pas manqué de protester contre les nouvelles réclamations libanaises. Comme d’habitude, la position des Etats-Unis est toujours en faveur d’Israël.

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2046387

Dans LIBAN

PLAN US AU LIBAN : LA "SURPRISE" DU HEZBOLLAH ?

Par Le 14/04/2021

Comment la Résistance déjouera-t-elle le plan US au Liban?

Wednesday, 14 April 2021 1:29 PM  [ Last Update: Wednesday, 14 April 2021 1:52 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les unités balistiques du Hezbollah. (Archives)

Entre la poursuite du blocus américain et l’obstruction des solutions à la crise, la visite de David Hale au Liban ne rapportera rien d’autre que de la déception. La visite du secrétaire d’État adjoint américain, David Hale, à Beyrouth intervient au milieu de l’intensification de la crise financière, économique et sociale au Liban, sans oublier l’obstruction continue à toute solution à la crise, tandis que le blocus et les pressions financières, accompagnés de la menace de sanctions, continuent à imposer des conditions pour la formation d’un gouvernement à Beyrouth conformément aux exigences américaines, la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et la Palestine occupée selon les ambitions de l’entité sioniste, et l’imposition d’un isolement au mouvement de la résistance libanaise, le Hezbollah, en excluant ses membres et ses alliés du gouvernement, dans le cadre d’un plan pour l’affaiblir et le désarmer pour mettre fin aux inquiétudes de Tel-Aviv.

L'ultimatum du Hezbollah aux USA

L'ultimatum du Hezbollah aux USA

Le secrétaire général du Hezbollah libanais Sayed Nasrallah

Selon l’analyste du journal libanais El-Nechra, il est clair que la visite de David Hale à Beyrouth s’inscrit dans le contexte de l’examen de la situation afin de savoir si les pressions américaines pour intensifier la crise ont porté leurs fruits en incitant les Libanais à choisir entre faire face à la faim ou céder aux demandes de Washington. Contrairement à toutes les analyses qui disent que la nouvelle administration américaine dirigée par le président Joe Biden ne s’intéresse guère au Liban et que sa priorité est de faire face aux défis chinois et russe ou de trouver un moyen pour revenir à l’accord nucléaire avec l’Iran, le Liban serait en première ligne des préoccupations de Washington.

En effet, El-Nashra estime que la Maison-Blanche veut garder le Liban sous une surveillance permanente afin de maintenir le pays sous pression et d’empêcher tout changement qui aboutirait à une ouverture économique et financière et à la solution de la crise actuelle.

Dans ce sens, Washington a essayé d’empêcher la visite aux en Irak du Premier ministre libanais, Hassan Diab, pour signer des accords d’échange et de coopération économiques et sanitaires et l’accès du Liban au pétrole et au carburant irakien en échange des services de santé libanais et de produits agricoles et industriels.

Syrie: Poutine prône la Résistance!

Syrie: Poutine prône la Résistance!

Le vide laissé par un départ du Hezbollah de Syrie, personne ne peut remplir ni la Russie ni les Syriens... La Russie prête à des coopérations «aériennes» avec le Hezbollah?

La Maison-Blanche était donc à l’origine de la décision du Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazemi de reporter la visite de son homologue libanais à Bagdad. Or, la conclusion de ces accords entre Beyrouth et Bagdad aurait pu être une percée qui atténuerait la gravité de la crise libanaise sur le plan économique et ferait des impacts positifs sur la situation financière et monétaire du Liban. Selon l’analyste du journal El-Nashra, la question qui se pose aujourd’hui à Beyrouth porte sur les chances de David Hale de trouver dans la capitale libanaise des réponses positives aux demandes et exigences de la Maison Blanche pour qu’il ne rentre pas déçu frustré à Washington comme lors de ses précédentes visites au Liban.

Les analystes croient que ce plan américain sera mené à l’échec pour plusieurs raisons :

- Premièrement, la partie américaine s’avère bel et bien incapable d’imposer son diktat aux Libanais en ce qui concerne les conditions de la formation du gouvernement au Liban. Les Libanais résistent aux menaces et aux sanctions, et le président libanais, Michel Aoun reste forme dans son refus d’accepter de faciliter la formation d’un gouvernement dirigé par Saad Hariri, comme le souhaite la Maison-Blanche.

Drone israélien capturé: le décodage

Drone israélien capturé: le décodage

Moscou insiste sur le rôle du Hezbollah dans la stabilisation du Liban.

Deuxièmement, le succès des dirigeants du Hezbollah à contrecarrer le plan américain d'incitation de l’opinion publique contre la Résistance a déjoué les desseins de Washington, car la Résistance a su adopter une politique judicieuse face aux provocations et aux complots des États-Unis.

1- Le Hezbollah est resté loyal à ses alliances à l’intérieur du Liban et a réussi à déjouer les efforts de Washington pour isoler la Résistance.

2- Le Hezbollah a poursuivi sa politique sociale en utilisant ses moyens pour encourager la production agricole et en contribuant à la commercialisation des denrées alimentaires. Ainsi, le Hezbollah a permis aux plus démunis de pouvoir faire leurs courses aux prix abordables au début du mois de Ramadan. Grâce à cette politique socio-économique, le Hezbollah a consolidé ses liens avec l’opinion publique libanaise et a établi une stratégie efficace pour lutter contre les pressions américaines.

3- L’armée libanaise a annoncé qu’elle défendrait tous les droits du Liban en ce qui concerne la démarcation de la frontière maritime avec la Palestine occupée. Ainsi l’armée a décidé d’ajouter 1830 kilomètres carrés à la zone contestée avec l’ennemi sioniste. L’analyste d’El-Nashra conclut que le sous-secrétaire d’État américain, David Hale, sera déçu encore une fois devant la position officielle du Liban qui renonce à abandonner ses droits dans ses eaux territoriales. Dans le même temps, la Résistance renforcera davantage sa position intérieure au Liban et David Hale n’aura que plus de déception et regagnera Washington sans aucun résultat.

Le S-300 aux mains du Hezbollah?!

Le S-300 aux mains du Hezbollah?!

Après la frappe US/Israël contre Tartous, Poutine livrera ses S-300 au Hezbollah... Avec les batteries de missiles Khordad-3 positionnées sur la frontière Syrie/Sud-Liban, "bonjour les dégâts, Israël"!!

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/14/649459/Comment-la-R%C3%A9sistance-d%C3%A9jouera-le-plan-US-au-Liban

Dans LIBAN

LE LIBAN AGONISANT APPELLE A SON CHEVET ABOU DAECH L’AMERICAIN ET SES « DEMONCRATIES »!

Par Le 13/04/2021

Le Liban agonisant appelle à son chevet Abou Daech l’Américain et ses « démoncraties »!

Par Hassan Hamadé

Mondialisation.ca, 12 avril 2021

Alintichar.com

Région : 

Thème: 

 19   0  0 

 

  23

Le Liban humilié agonise à la marge des nations. Quelques membres de sa famille résistent face à la mort, tandis que la majorité a abandonné la lutte, l’équation étant : soit ils affrontent le colonialisme, soit ils se rendent et lui prêtent allégeance.

Les politiciens ont conduit le Liban vers son calvaire et maintenant qu’ils lui ont imposé un destin d’endettement permanent auprès de l’étranger, il se retrouve dans une spirale glissante rendant son salut impossible. 

Quelques libanais, en réalité très peu nombreux, ont prévenu que le $ US est une dette de feu qui brûle le vivant et l’inerte, tandis que d’autres ont fait en sorte que le Liban s’endette en $ US jusqu’à en saigner et se noyer dans son sang, indifférents devant l’effroyable hémorragie. 

Suite au plus horrible vol organisé de toutes les économies des familles libanaises déposées dans les banques, par ces mêmes banques avec la procuration et en solidarité avec la gouvernance de la Banque du Liban ; puis, suite au « bombardement hiroshimien » du port de Beyrouth ; et suite au choix renouvelé par la junte politique financière de prolonger ce mécanisme de recours à l’emprunt sous le parrainage de Washington et avec la ferme détermination de ne pas incriminer les voleurs, autrement dit de ne pas s’incriminer elle-même ; la question lancinante devient : « Le salut du pays réside-t-il dans sa soumission aux exigences du Front Monétaire International [FMI] et aux désirs des Occidentaux ? ».

La réponse est NON ! La spirale de la dette ajoute des ravages aux ravages. En effet, Washington qui couvre jusqu’à présent le gouverneur de la Banque du Liban et contrôle toutes les arcanes du régime libanais, ne permettra pas au Liban de se tenir debout. Et aujourd’hui, Washington gère le processus du changement démographique au Liban en application du processus de réorganisation de la région sur les décombres récemment provoqués dans les Pays du Croissant fertile. 

Dans ce but, nous le voyons insister sur le non-retour des Syriens déplacés vers leur mère patrie et sur leur intégration dans le cycle de vie des Libanais, sous le lumineux slogan de l’empathie humanitaire, tout en ordonnant aux États qui lui sont inféodés de financer leur résidence forcée dans les pays d’accueil. 

Des déplacés dont le nombre augmente considérablement jusqu’à atteindre les deux millions et demi selon le témoignage du général McKenzie, le chef du commandement central de l’armée américaine [Centcom]. Un nombre qui équivaut à 50% de la population du Liban, ce qui est un cas unique au monde. En effet, un pays comme la France accepterait-il d’accueillir 35 millions de réfugiés d’un seul coup sur son sol ? Et qui parmi nous aurait oublié les paroles prononcées par l’ancien Premier ministre français Michel Rocard au début des années 80 : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde », en notant qu’à l’époque l’accueil en question ne portait que sur quelques centaines d’étrangers ?

Toute cette tendresse envers les Syriens déplacés fait partie intégrante de la guerre d’agression menée par les États-Unis contre la Syrie, où plus de 180 000 terroristes ont été amenés de l’étranger, « 60% d’entre eux étant passés par le territoire turc » comme l’a déclaré l’amiral James Clapper en février 2015, lorsqu’il était à la tête des services de renseignement étasuniens. 

Des terroristes fabriqués par les États-Unis et des États alliés d’après le témoignage du père américain de Daech, le jeudi 2 octobre 2014, devant une assemblée d’étudiants à l’université de Harvard [1], alors qu’il était le vice-président de Barack Obama. 

Il ne nous semble pas inutile de rappeler que ce jour là, Abou-Daech l’Américain [Abou signifiant le « père de… » et Daech étant l’acronyme du prétendu État islamique ou EIIL, en arabe ; NdT] a usé de tout le stock d’énergie mensongère emmagasiné dans sa conscience en déclarant que Daech et ses sœurs avaient été organisés, financés et acheminés en Syrie par les alliés des États-Unis : l’Arabie saoudite, la Turquie et les Emirats arabes unis ; le Qatar étant implicitement accusé de la même forfaiture. Cependant, il a prétendu que les États-Unis, qui pourtant occupent et dominent les trois pays arabes cités, n’avaient pas suffisamment d’influence pour les en dissuader. Il a usé d’une rhétorique semblable en ce qui concerne la Turquie, bien qu’elle soit l’un des principaux pays de l’OTAN dirigé par Washington, sans parler de la présence de plus de 8 bases militaires américaines sur son sol. 

C’est là un simple exemple de mensonges proférés par Abou Daech l’Américain, le maître d’Abou Mohammad al-Joulani, en cours de recyclage suite à une opération de modification de son apparence et de son costume avant de le vendre comme opposant armé modéré et non tel qu’il est : un bourreau et un coupeur de têtes [2].

Une tendresse américaine croissante à l’égard des Syriens déplacés au Liban en totale concordance avec les crimes indescriptibles de ses forces d’occupation en Syrie, dont les incendies d’un maximum de récoltes et de terres agricoles, afin que le peuple syrien meurt de famine quand ce n’est pas de soif, le tout évidemment couvert par l’exportation de la démocratie et le respect des droits de l’homme.

Des crimes soutenus par certains gouvernements européens, alors que la Syrie n’en a jamais attaqué aucun ni par le passé ni au présent. Ce sont plutôt les Européens qui ont mené leurs guerres contre ce pays tout au long de l’histoire ancienne et moderne. 

Et aujourd’hui leur obéissance servile aux ordres venus des États-Unis est écœurante au point qu’elle nous rappelle les paroles du célèbre écrivain français, feu Louis Pauwels, dans un éditorial du Figaro Magazine en 1991, quant au fait que certains gouvernements européens ressemblaient davantage à Rantaplan, tel qu’il figure dans la bande dessinée des aventures de « Lucky Luke ».

La réalité flagrante de notre vécu est telle qu’elle impose à toute personne sensée de se méfier des plans infernaux mis à exécution par Washington dans nos pays, de manière agressive, raciste, sanguinaire, mystificatrice, au-delà de toute description. 

En effet, comment se pourrait-il que Washington se soucie du salut du Liban alors que ses pressions de plus en plus fortes reviennent à mener une campagne de destruction globale et systématique dont le but est de gommer notre existence, comme cela se passe pour la Palestine, tandis que le plus grand canular de l’Histoire est le mensonge de son prétendu combat contre le terrorisme ? 

Car, aujourd’hui, c’est de nos propres yeux que nous le voyons engager son aviation militaire pour sauver les dirigeants de Daech en Syrie et en Irak en héliportant des groupes de terroristes d’un point à un autre, afin qu’ils perpétuent leurs crimes et achèvent la politique de la terre brûlée dictée par Washington, y compris ses habitants, ses cultures, ses monuments et son patrimoine détruit à jamais. Et le voici qui couvre la campagne de turquification menée dans le nord de la Syrie, en privant notamment les élèves des écoles de parler en arabe, dans l’intention d’effacer leur mémoire. 

Autant de crimes qui constituent une destruction de l’humanité en l’humain, tandis que les démoncraties européennes en demandent encore plus à leur allié américain. 

Comment pourrais-je en tant que personne humaine libanaise ayant subi le vol des économies de toute une vie de labeur par des banques criminelles, me fier aux propos de responsables américains, français, allemands et britanniques qui visent, au nom de la privatisation, des exigences du FMI et de la lutte contre la corruption à se saisir des actifs de l’État libanais, tels que le port, les aéroports, l’électricité, l’eau, le gaz, le pétrole et le reste des infrastructures, le tout appartenant au peuple libanais ? 

Dr Hassan Hamadé

10/04/2021

 

Source : Al-Intichar (Liban) https://alintichar.com/157127

Traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

Notes : 

[1] Vidéo : Vice President Biden Delivered Remarks on Foreign Policy | Institute of Politics

https://www.youtube.com/watch?v=dcKVCtg5dxM 

Extrait à la 53ème minute 26 secondes : 

« Nos alliés dans la région ont été notre plus grand problème en Syrie : les Turcs, nos grands amis…j’ai moi-même de bonnes relation avec Erdogan avec lequel j’ai passé beaucoup de temps…les Saoudiens…les Émiratis, etc. Que faisaient-ils ? Ils étaient tellement déterminés à renverser Bachar al-Assad qu’ils ont fomenté une guerre par procuration entre sunnites et chiites. Comment ont-ils procédé ? Ils ont fait pleuvoir des centaines de millions de dollars et des dizaines de milliers de tonnes d’armements, sur n’importe qui voudrait se battre contre Assad, sauf que ceux qui en ont bénéficiés étaient Al-Nosra, Al-Qaida et des éléments extrémistes de djihadistes venus d’autres parties du monde. Pensez-vous que j’exagère ? Regardez jusqu’où tout cela est allé… ». 

Mais quatre jours plus tard, la journaliste Carol Giacomo faisait savoir dans un article du The New York Times que Joe Biden avait dû s’excuser pour avoir dit la vérité ; son porte-parole ayant déclaré : « Le vice-président a présenté ses excuses pour avoir laissé entendre que la Turquie ou d’autres alliés et partenaires dans la région avaient intentionnellement fourni ou facilité le développement de l’EIIL ou d’autres extrémistes violents en Syrie » : Joe Biden Apologizes for Telling the Truth

[2] Syrian Militant and Former Al Qaeda Leader Seeks Wider Acceptance in First Interview With U.S. Journalist

https://www.pbs.org/wgbh/frontline/article/abu-mohammad-al-jolani-interview-hayat-tahrir-al-sham-syria-al-qaeda/

 

Hassan Hamadé : Écrivain et journaliste libanais – Membre du Conseil national de l’audiovisuel (CNA) – Il vit à Beyrouth. 

La source originale de cet article est Alintichar.com

Copyright © Hassan HamadéAlintichar.com, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-liban-agonisant-appelle-a-son-chevet-abou-daech-lamericain-et-ses-demoncraties/5655431

Dans LIBAN

LIBAN : « DES FACTEURS EXTERNES ONT ABOUTI A L’EFFONDREMENT », DIT CHEIKH QASSEM, NUMERO DEUX DU HEZBOLLAH

Par Le 12/04/2021

Liban: «Des facteurs externes ont abouti à l’effondrement», dit cheikh Qassem

Liban: «Des facteurs externes ont abouti à l’effondrement», dit cheikh Qassem

folder_openLiban access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AlManar

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, cheikh Naïm Qassem, a confirmé que «90% des obstacles à la formation du gouvernement sont internes», appelant à «faire des concessions pour faire face à la crise et alléger les souffrances des citoyens».

Lors d’une interview accordée à la chaine libanaise AlManar, cheikh Qassem a constaté que «les portes se referment toujours après l’ouverture du sujet sur l’audit juricomptable».

Et d’ajouter: «Nous faisons partie de ceux qui œuvrent pour la formation du gouvernement, et nous cherchons toujours à rapprocher les points de vue et à convaincre les autres de l’utilité de présenter des concessions».

«La formation du gouvernement est actuellement entrée dans la phase de l’arrondissement des angles et de l’établissement d’une certaine confiance entre les différentes parties. Il sera difficile de former un gouvernement sans la présentation de quelques concessions», a indiqué cheikh Qassem.

Et de poursuivre: «Beaucoup de choses seront facilitées après la mise en place d’un gouvernement, mais l’audit juricomptable ne doit pas être lié à la formation du cabinet ministériel».

Interrogé sur les aides sociales octroyées aux citoyens, cheikh Qassem a déclaré: «Nous sommes actifs dans les zones dans lesquelles nous pouvons agir, alors que dans d’autres zones l’autre partie rejette notre initiative.»

Et le numéro deux du Hezbollah de souligner: «Les facteurs externes qui ont abouti à l’effondrement sont plus importants que ceux qui sont internes. Ils ont été provoqués par les Américains qui ont joué un rôle majeur. La classe politique corrompue (au Liban) a, pour sa part, contribué à cet effondrement».

«Les projets politiques importés de l’étranger sont la cause de la crise qui frappe aujourd’hui le pays, et non pas les armes du Hezbollah qui ont toujours préservé le Liban», a-t-il encore souligné.

S’agissant de l’accord nucléaire iranien, cheikh Qassem a estimé «qu’il faudra probablement environ deux mois pour qu’il soit mis sur les rails», ajoutant que «les Américains le jugent meilleur à un désaccord».

«Lorsque l’Iran réussit à ramener les USA à cet accord, cela signifie qu’il a remporté une grande victoire. Toute victoire de l’Iran est une victoire de l’axe (de la résistance), bien que l’accord nucléaire soit une question à part entière», a-t-il conclu.

https://french.alahednews.com.lb/39570/344

Dans LIBAN

PREMIER F-16 D' "ISRAËL" ABATTU AU LIBAN

Par Le 10/04/2021

Israël sous le choc ... Nouvelles révélations sur le raid israélien du 7 avril contre Damas...

Saturday, 10 April 2021 9:15 AM  [ Last Update: Saturday, 10 April 2021 10:33 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile de croisière Delilah, intercepté et détruit, le 7 avril dans le ciel du Liban (Avia.pro)

C'est le doute le plus noir qui s'installe et qui ronge de l'intérieur l'entité sioniste. Commentant la première visite du chef du Pentagone à Tel- Aviv, qui y est attendu ce dimanche 11 avril , The National Interest écrit : "Le voyage du secrétaire à la Défense, LIyod Austin devrait viser à garantir qu’Israël dispose du "soutien" et des "outils" dont il a besoin pour "se défendre" et servir de "rempart de stabilisation" dans une région "dangereuse" qui reste d’une importance vitale pour les États-Unis... Après tout la détermination d’Israël à empêcher un Iran nucléaire représente un levier important pour les diplomates US dans les négociations avec Téhéran ... Et puis Israël a également pris la tête des combats contre l'Iran et ses alliés sur le terrain... et piloté à lui seul, les combats en zone grise, menant plus de 1000 frappes contre des cibles liées à l'Iran et à ses alliés, en Syrie et en Irak. Cette guerre sans merci s'est même élargie aux mers et depuis fin février s'est transformée en une véritable confrontation directe par commandos marins interposés qui du côté iranien s'est soldée par l'explosion de Hélios Ray et Lori, deux bâtiments israéliens et du coté israélien, par l'attaque contre les navires iraniens "Shar-e Kord" le 11 mars et "Saviz"... le 7 avril". 

Iran: l'armée de l'air d'Israël... saigne!

Iran: l'armée de l'air d'Israël... saigne!

 

Et le texte d'ajouter :"Tout ceci fait que les Etats-Unis ont un dû envers Israël ... et ils l'ont d'autant plus que les liens Washington Tel-Aviv s’intègrent désormais dans le contexte de la concurrence croissante entre les USA d'une part et la Chine de l'autre. Tout comme la Russie de 2015 que le général Soleimani a fini par convaincre de s'engager militairement en Syrie, engagement qui a procuré à Moscou l'une de ses bases les plus stratégiques au monde à savoir Hmeimim, les Iraniens en sont désormais à jouer le même jeu avec la Chine. Or cette carte "chinoise", il l'a joué si profondément et si habilement que les Etats-Unis ont l'air de vouloir jeter du leste. Mais les Etats-Unis savent-ils que tout fléchissement envers l'Iran est éminemment dangereux puisque Téhéran compte se doter à la faveur de son pacte avec Pékin d'armes anti-satellite et de missiles hypersonique?"

Et le texte de conclure : " Alors même que le général Austin s'apprête à se rendre en Israël, le Hezbollah vient d'annoncer avoir ouvert un bureau permanent à Moscou, signe que le mouvement, blacklisté par le département d'Etat, se pose en partenaire égal à égal de la Russie et que ses 10 ans de coopération militaire avec la Russie, illustrées notamment dans la libération d'Alep et à Idlib, en ont fait un partenaire incontournable pour Moscou. Idem pour la Résistance irakienne, Hachd al-Chaabi dont le commandant en chef a rencontré cette semaine le vice-ministre russe de la Défense dans la capitale russe, faisant relancer les rumeurs comme quoi le S-400 ne tardera pas à faire son apparition dans le ciel de l'Irak...".

Syrie: Poutine prône la Résistance!

Syrie: Poutine prône la Résistance!

Le vide laissé par un départ du Hezbollah de Syrie, personne ne peut remplir ni la Russie ni les Syriens... La Russie prête à des coopérations «aériennes» avec le Hezbollah?

Mais que se passe-t-il de si grave au Moyen-Orient pour que l'entité israélienne se sente "fragilisée", en maque de "soutien" et surtout d'"armes adéquates" à affronter l'Iran et ses alliés, voir dans cette région du Moyen-Orient où il se comportait jadis en "gendarme absolu", une région bien "dangereuse" et émaillé- de périls?  

Le 7 avril 2021, à peine quelques heures après avoir attaqué à coup de mine ou de missile, les versions sont divergentes, le navire de renseignement iranien en mer Rouge, Saviz, l'entité israélienne a tenté un troisième depuis le 28 février contre le sud de la capitale, Damas. Or ce troisième, tout comme les deux autres le 28 février et le 17 mars s'est avérée un total fiasco, les missiles de croisière "Delilah" tirés depuis le Golan occupé à partir des F-16 israéliens, ayant été interceptés et détruits. SANA a parlé de quatre soldats syriens blessés, ce qui laisserait supposer que quelques-uns des engins israéliens auraient percé la DCA syrienne qui depuis le début mars brille par sa précision d'interception, ses capacités radars, ses capacités anti guerre électronique et surtout son ciblage. Est-ce le cas? Rien n'est moins sûr. Les sources militaires russes viennent de faire une spectaculaire révélation au sujet du raid raté du 7 avril d’Israël, un ratage qui pourrait bien justifier les lamentations pleurnichardes de l'article de The National Interest.  

La Syrie abat un F-16 israélien!

La Syrie abat un F-16 israélien!

" On a appris que la plupart des missiles tirés le 7 avril avaient été détruits par des systèmes de défense aérienne placés sur la frontière syro-libanaise, non pas dans le ciel de la Syrie mais bel et bien dans l'espace aérien du Liban voisin. Les systèmes de défense aérienne syriens, à l'exception du système de défense aérienne S-300, ne sont pas en mesure de détecter les missiles furtifs israéliens, ni des bombes planantes à de telles distances. Cette tonitruante interception des missiles dans le ciel du sud du Liban s'inscrit dans le cadre d'une série d'interception de drones israéliens dont un Hermes-450 le 4 février à al-Zahrani, interprétée par les analystes comme étant le signe de l'émergence d'une DCA propre au Liban. Or le 7 avril, des explosions intenses retentis dans le sud libanais, non loin du Golan qu'occupe Israël, ont même donné lieu à des spéculations concernant l'abattage d'un F-16 israélien.

"L'armée de l'air israélienne a lancé des frappes aériennes à la périphérie de Damas. Selon le ministère syrien de la Défense, les frappes ont eu lieu à 00h56. La plupart des missiles ont été déviés par des systèmes de défense aérienne. Les experts attirent l'attention sur le fait que repousser les frappes israéliennes dans l'espace aérien du Liban voisin a impliqué le feu vert de la Russie mais elle est l'oeuvre de l'Iran et de ses alliés. A ce rythme l'armée syrienne et ses alliés sauraient parfaitement viser le ciel d’Israël à la hauteur du Golan voire la Galilée et qu'instamment sous peu une brèche irait s'y ouvrir."  

Syrie :

Syrie :

Le 28 février, alors même que deux F-15 US venaient de frapper « triomphalement « la Résistance irakienne à Abou Kamal/Qaëm en représailles, disaient-ils,...

Alors ces 1000 raids anti Syrie dont se vante The National Interest se sont-ils servi à créer dans le ciel du Liban un barrage anti aérien, pire, un tremplin pour des attaques anti avions dans le ciel d'Israël? Les informations officieuses sur le crash d'un F16 de l'armée de l'air sioniste, le confirme. 

The National Interest  écrivait justement : " Le voyage du secrétaire Austin pourrait également aider à accélérer le transfert de munitions à guidage de précision (PGM) vers le stock d’armes prépositionné des Etats-Unis en Israël. Jérusalem a besoin d'abondantes PGM pour dissuader ou atténuer un conflit imminent majeur avec l'Iran et / ou ses mandataires - principalement le Hezbollah. Fait révélateur, Israël a déjà dépensé une bonne partie de ses achats majeurs de PGM fabriqués aux Etats-Unis ces dernières années en faisant reculer l’ancrage militaire de l’Iran en Syrie et ailleurs." Aveu d'impuissance net et irrévocable! Israël a épuisé la totalité de ses réserves en missiles de croisière et tout comme l'Arabie des Salmane, totalement désarmé face aux drones d'Ansarallah, il est en rupture de stoch de "Delilah", alors même que la perspective d'un ciel israélien sur le point de se transformer en une cimetière des F-16 et des F-18 sionistes se pointe à l'horizon.

The National Interest renvoie d'ailleurs à une autre analyse terrifiée, qui apparaît dans la foulée du fiasco historique du 7 avril. L’Institut d’études sur la sécurité intérieure d’Israël (INSS) reconnaît l’échec de toutes les politiques de Tel-Aviv en Syrie et conseille aux autorités israéliennes de changer de cap : " Israël devra reconnaître qu’avec Bachar Assad au pouvoir, il sera impossible de repousser l’Iran et ses alliés sur le territoire syrien. Il devra donc lancer une campagne majeure pour arracher le pouvoir à Assad. " 


Mais comment? " En empêchant la montée en puissance " de l’Iran et du Hezbollah en Syrie : dans le Sud de la Syrie, Israël devra voir en d’abord la faiblesse du gouvernement Assad et ensuite attiser la rivalité entre l’Iran et la Russie, une chance pour attaquer les alliés de l’Iran dont les forces du Hezbollah... 

Lire aussi: Le ciel d'Israël sous les missiles syriens; la donne "aérienne" change

Sur les frontières entre la Syrie et le Liban, les tensions entre le Hezbollah et Israël s’étendent jusqu’au territoire syrien et aux frontières entre la Syrie et le Liban. Le fait que le Hezbollah domine les frontières syro-libanaises met en évidence la faiblesse stratégique d’Israël qui a permis au Hezbollah de se réorganiser après la deuxième guerre du Liban."Alors que faire? L’institut, visiblement peu informé à la fois sur ce qui vient de se produire le 7 avril dans le ciel du sud du Liban conseille bêtement : "Il faut multiplier des opérations militaires en Syrie dans le cadre de la stratégie de " guerre entre les guerres"! 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/10/649138/Syrie-Israel-Resistance-Hezbollah-Iran-Liban-attaque-

Dans LIBAN

LIBAN - SANCTIONS US : MEGA-COUP DE HEZBOLLAH ?

Par Le 02/04/2021

Beyrouth envisage de créer un marché commun entre les quatre pays arabes

Friday, 02 April 2021 3:47 PM  [ Last Update: Friday, 02 April 2021 3:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'exportation du pétrole irakien vers le Liban. (Illustration)

Dans un tout récent discours, le secrétaire général du Hezbollah a lancé un défi aux USA : une Amérique en « déclin » ne saurait mettre au pas l'économie libanaise car le monde de demain, celui du Liban, appartient à l'Est. Deux jours après le président Aoun sort un plan anti-sanction choc. Antoine Constantine, conseiller du président libanais, a annoncé le projet de Michel Aoun de créer un marché économique commun entre le Liban, la Jordanie, l'Irak et la Syrie.

Dans un message Twitter, Constantin a souligné que le président libanais Michel Aoun allait bientôt lancer une initiative pour créer un marché économique commun entre le Liban, la Jordanie, l'Irak et la Syrie.

Il a déclaré que le marché en question devait être complété par le plus grand marché du monde arabe, ajoutant que le plan ouvrirait de grands horizons au peuple libanais et susciterait de nombreux espoirs.

Il a souligné que dans le cadre du plan, chacune des parties maintiendra sa souveraineté et son indépendance sur le principe du respect mutuel.

Le Liban pendant près d'une décennie s'approvisionnait en pétrole auprès de la société algérienne Sonatrach, mais suite à des différends la société a refusé de renouveler son contrat, obligeant le Liban à conclure des contrats urgents dès le début de cette année pour acheter du pétrole et alimenter ses centrales électriques.

Suite à l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, les pressions économiques sur le Liban se sont accrues, mais l'Irak n'a cessé d'aider le Liban notamment en y envoyant 1,8 million de litres de fioul.

Le Liban, qui se trouve dans une situation économique et sociale difficile, tente de développer ses relations avec les pays de la région. Dans un temps, Beyrouth et Bagdad ont ​​signé un accord à long terme sur l'exportation de carburant irakien vers le Liban.

Lira aussi : Beyrouth se tourne vers l’Orient

Suite à cela, Beyrouth a entamé des négociations avec le gouvernement irakien pour signer un contrat à long terme d'achat de pétrole. Les pourparlers ont été menés par le ministre libanais de la Sécurité publique, Abbas Ibrahim, et ont finalement été approuvés par le cabinet du Premier ministre irakien.

Lire aussi : L'Iran et l'Irak briseront les sanctions contre le Liban et la Syrie

Lors de sa réunion du 2 février, le cabinet irakien a approuvé l'exportation de 1 million de barils de mazout et de 500 000 barils de pétrole brut vers le Liban avec une décote de 25%, lui donnant six mois afin de régler ses comptes et recevoir en retour des services du Liban, dont les détails seront soumis à d'autres accords.

D'une valeur de 200 millions de dollars sur la base des prix mondiaux actuels du carburant, le contrat comprend, plus précisément, un demi-million de tonnes de fioul de type 1 pour les centrales thermiques, un demi-million de tonnes de type II pour les centrales de rétroaction et un demi-million de tonnes de diesel pour les turbines, selon Raymond Ghajar, ministre libanais de l’Énergie.

Lre aussi : Ciel syro-sud libanais: vers une DCA anti-Israël intégrée?

Qualifiant le contrat de « meilleur accord possible » qui permet au Liban d’économiser au moins 50 millions de dollars, Ghajar a indiqué que Beyrouth avait demandé le double de ce montant, mais après de longues négociations, Bagdad a accepté de réduire de moitié le montant de l'offre. 

En ce qui concerne l'engagement du pays envers l’Irak, le ministre libanais de l'Énergie a déclaré que Beyrouth s'était engagé à ouvrir un compte au nom du gouvernement irakien dans une banque libanaise pour le transfert des montants de cet achat ; Bagdad utilisera les fonds pour payer les services et les conseils de la partie libanaise. De cette manière, ajoute le ministre, les fonds ne sortent jamais du Liban. Raymond Ghajar a conclu en soulignant que le Liban tient à étendre sa coopération pétrolière avec l’Irak. 

Le plan stratégique intervient alors que l'ambassadeur américain a menacé hier le Liban et le Hezbollah en déclarant dans une interview accordée au journal Neda al-Watan que l’administration de Joe Biden voulait affronter l'Iran dans toute la région. Le diplomate américain a avancé que même si le problème nucléaire iranien est résolu, la position américaine sur le mouvement du Hezbollah ne changera pas.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/02/648603/Irak-Liban-petrole-accord

Dans LIBAN

SAYED NASRALLAH : LES ETATS-UNIS SUBISSENT UN DECLIN PERPETUEL, L’AVENIR DE LA REGION EST A L’AXE DE LA RESISTANCE

Par Le 01/04/2021

Sayed Nasrallah: Les Etats-Unis subissent un déclin perpétuel, l’avenir de la région est à l’axe de la résistance

Sayed Nasrallah: Les Etats-Unis subissent un déclin perpétuel, l’avenir de la région est à l’axe de la résistance

folder_openRésumés des discours access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé un discours à l’occasion d’une cérémonie funéraire organisée par le rassemblement des oulémas musulmans en hommage au cheikh Ahmad al-Zein.

Voici les idées principales de son discours :

Je vous présente mes condoléances pour le départ de son Eminence cheikh Ahmad Zein. Toutes mes condoléances à sa famille, à ses disciples, et au rassemblement des oulémas musulmans.

Cheikh Ahmad Zein était le modèle de la pureté d’âme, de la sincérité, de la haute moralité, de la dignité, de l’humilité, de la tendresse, de la patience, de la persévérance, du jihad. Il était un révolutionnaire, et une personne perspicace. Il était clairvoyant dans sa position, dans sa vision, dans son analyse de la situation et surtout dans son courage à afficher publiquement ses convictions. Il ne craignait pas de prononcer les positions les plus courageuses. Depuis les débuts de son action religieuse et politique, il est resté attaché aux mêmes constantes. Il n’a jamais changé le fusil d’épaule, malgré les dures épreuves et les échéances cruciales qu’il a vécues. Il n’a point fléchi, jamais hésité, ni douté de ses choix. Ce n’est pas un cas généralisé qui peut être appliqué à n’importe qui.  Nombreux sont ceux qui soutenaient la cause palestinienne partant du devoir religieux ou du patriotisme arabe, mais ils ont enfin changé de position à la vue du pétrodollar.

«Dieu teste la sincérité des croyants, certains meurent et d’autres attendent la fin, sans jamais changer de cap».

Quand nous étudions la vie politique du défunt nous constatons que cette constance est née de principes moraux, religieux et scientifiques. Lorsque nous possédons une vision claire, à laquelle vient s’ajouter la croyance en Dieu, nous restons attachés à nos constantes quelles que soient les menaces.

La première constante tangible est le soutien au peuple palestinien qui a vécu les dures épreuves depuis la Nakba. Lorsque nous partons d’un principe solide basé sur une cause véridique, on devient fort attaché à la réalisation des aspirations des peuples. La cause palestinienne est une cause véridique sans équivoque.  Cheikh Ahmad Zein était avec la cause palestinienne dès le premier jour. Il a ainsi soutenu la résistance libanaise et rejeté les injustices et les agressions de l’ennemi. Sa position avant 1982 et après 1982 était restée la même. Il était un ami, un frère, un soutien inconditionnel à la résistance et aux combattants et aux oulémas de la résistance.

Lorsque la révolution islamique en Iran est sortie victorieuse sous le leadership de l’imam Khomeini et que le régime du chah « chiite » a été renversé, cheikh Ahmad Zein a affiché immédiatement sa solidarité avec la République Islamique. Il est même allé à prêter allégeance à l’imam Khomeini. Malgré la campagne effrénée contre la révolution islamique et ses partisans, notamment par un certain pays régional que nous connaissons bien, cheikh Ahmad n’a point fléchi.

Après la décision du Hezbollah de participer aux combats en Syrie, les oulémas sunnites en faveur de la résistance, à leur tête cheikh Ahmad Zein, ont subi une campagne de diffamation et d’intimidation inégalée.

En ce qui concerne la guerre au Yémen, le régime saoudien a clairement annoncé que cette guerre était une guerre sunnite-chiite. Qui a joué le rôle majeur pour mettre à échec cette tentative de division ? C’était cheikh Ahmad Zein et ses confrères, les prêcheurs sunnites, qui ont rejeté la guerre et dénoncé les mensonges saoudiens.

Vous avez joué un rôle historique au niveau de la nation islamique. Ce n’est pas le grand nombre de partisans sunnites à la résistance qui importe mais plutôt le rôle efficace de l’élite sunnite qui a pu avorter le projet de guerre sunnite chiite instigué par l’ennemi sioniste en premier lieu.

Les guerres qui ont déchiré la plupart des pays arabes n’avaient aucun rapport avec la division sunnite-chiite, comme en Lybie, en Tunisie, en Afghanistan et ailleurs. Mais lorsque les guerres en Syrie, en Irak et au Yémen ont éclaté, on a tout de suite évoqué la guerre entre sunnites et chiites, exploitant la diversité des obédiences politiques et religieuses.

Ceux qui ont arraché l’œil de la sédition étaient les oulémas et l’élite sunnites qui ont avorté tout projet de fitna dans la nation arabe. 

Passons aux sujets d’actualité :

La guerre au Yémen occupe la Une des médias et des occupations de notre monde. La nouvelle administration US a dit qu’elle voudrait œuvrer pour cesser la guerre au Yémen. Il y a quelques jours, l’Arabie Saoudite a annoncé une initiative appelant à la fin des hostilités. Malheureusement, les médias pro-saoudiens ont lancé injustement toute une campagne médiatique mensongère contre les frères yéménites, les accusant de repousser la main tendue des Saoudiens. Mais en réalité, il s’agit d’une arnaque trompeuse et ruse.  

D’après nos frères au Yémen, les Saoudiens ont proposé la fin des hostilités, sans qu’il y ait de solution au siège imposé sur les ports et les aéroports au Yémen. C’est de la pure manœuvre et de la pure diversion. Je dis aux Américains et aux Saoudiens que vous perdez du temps avec ces grands combattants patients, et ces grands sages en politique. Les frères yéménites réclament la fin des combats avec la levée simultanée du blocus. Comment vont-ils accepter l’arrêt de la guerre, alors que le blocus se poursuit. Ils réclament clairement et sans ambages qu’ils veulent un arrêt humanitaire et militaire de la guerre.

Je ne suis pas en mesure d’évaluer les résultats de la guerre. J’appelle les dirigeants saoudiens à cesser de perdre du temps : cessez la guerre, levez le blocus et permettez aux différentes parties au Yémen de se mettre ensemble et de dialoguer.

La journée de la Terre :

A l’occasion de la journée de la Terre en Palestine, je voudrais dire que c’est une occasion qui marque la patience du peuple palestinien mais aussi l’espoir dans un avenir meilleur. Alors que Donald Trump a cherché à briser le moral des Palestiniens, à dissiper leurs rêves à travers le deal du siècle, les Palestiniens ont patienté, ils sont restés tenaces, et enfin de compte le deal du siècle est devenu pratiquement caduc. Les parties signataires de ce deal ont disparu : Trump est parti, Netanyahu pourrait partir et ne plus diriger les prochains gouvernements. D’ailleurs, l’Entité sioniste connait la pire crise politique de son histoire, et ceci est un indice de la faiblesse.

Sur le plan militaire, les dirigeants de l’ennemi font état d’une inquiétude permanente face à la montée en puissance de l’axe de la résistance. Sachez que cet axe a survécu aux dures épreuves dans la dernière décennie. Aujourd’hui, les potentiels de la résistance trancheront certes toute prochaine guerre. L’ennemi israélien menace de lancer une guerre, tout en craignant cette dernière. 

Les Etats-Unis sont en déclin :

Pour ce qui est de la conjoncture internationale, il est clair que la Chine et la Russie représentent la priorité majeure des Etats-Unis. Washington œuvre pour empêcher la naissance d’un front regroupant la Chine, la Russie et l’Iran. Pour cette raison, ils évoquent le retour à l’accord nucléaire. L’Iran est dans une posture de force et est sur le point de surmonter la crise des sanctions et du blocus imposé par Trump. Ce que l’Iran a refusé de le donner en temps du siège, ne le fera pas maintenant. Ainsi, les Américains tentent d’attirer l’Iran et de le faire retourner à la table des négociations, évoquant la volonté de mettre fin à la guerre au Yémen et en Syrie.

Aux amis des Américains dans la région, je voudrais vous dire : ne misez pas beaucoup sur les Américains. Les Etats-Unis sont entrés dans la période du déclin, comme l’avait dit Sayed Ali Khamenei. Si vous observez les crises qui frappent les Etats-Unis, vous comprendrez l’état des choses dans ce pays. Donc, les Etats-Unis vont decrescendo alors que l’axe de la résistance gagne de force.

Partant de là, cessez de guetter les ordres US, venons discuter et débattre ensemble des problèmes de nos pays. Mieux vaut aujourd’hui que demain.

La formation du gouvernement libanais :

Au sujet de la crise gouvernementale libanaise : il est temps que tout le monde œuvre ensemble pour traiter la situation compliquée. De sérieux efforts sont déployés par les différentes parties pour la formation du gouvernement. Le pays ne peut plus attendre et en même temps nous devons garder l’espoir de voir les choses s’améliorer vers le bien de notre pays et de notre population.

https://french.alahednews.com.lb/39423/342

Dans LIBAN

SEYYED NASRALLAH AUX ALLIES DES USA : "ISRAËL EST AU BOUT!". "L'AMERIQUE EST EN DECLIN. NE L'ATTENDEZ PLUS!""

Par Le 31/03/2021

Israël affaiblit, la Résistance se renforce

Wednesday, 31 March 2021 5:35 PM  [ Last Update: Wednesday, 31 March 2021 5:33 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La capture d’écran d’une émission en direct montre le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, prononçant un discours le 31 mars 2021.

« Ce n’est pas la générosité des Américains, mais plutôt la puissance en pleine croissance des Iraniens qui a poussé les États-Unis vers la voie de la diplomatie envers Téhéran », a déclaré Seyyed Hassan Nasrallah. 

Le secrétaire général du Hezbollah libanais a déclaré, mercredi 31 mars, dans un discours télévisé, que les États-Unis se trouvaient sur la pente du déclin. « C’est ce que le Leader de la Révolution islamique souligne », a-t-il ajouté.

Et de continuer : « Israël, lui aussi comme son maître, se dirige vers du déclin et de l’effondrement, d’autant plus que le renforcement des capacités de la Résistance le préoccupe vivement ». 

Nasrallah a de nouveau invité tous à réfléchir à la question du « déclin des États-Unis », comme l’a expliqué l’Ayatollah Khamenei. « Le chemin des États-Unis est celui du déclin et de la chute, et le chemin de la résistance est celui de l’ascendance. »

L'Iran n'a pas concédé aux États-Unis dans le cadre de la campagne de « pression maximale » de l'ancien président Donald Trump, et il ne céderait jamais à Washington maintenant que la République islamique est sur le point de mettre les sanctions derrière elle », a-t-il ajouté. 
 

Des soldats israéliens

Des soldats israéliens

Le Deal du siècle est mort

« Les États-Unis ne peuvent plus faire avancer le Deal du siècle que Trump voulait autant réaliser. Ce plan est déjà mort. Trump n’a pas pu imposer le Deal du siècle aux Palestiniens, car ces derniers ont fait preuve de la patience et de la résistance ». 
Seyyed Hassan Nasrallah a souligné que l’axe de la Résistance cherchait sérieusement à renforcer ses capacités. 

Le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que l’axe israélo-américain projetait toujours à réaliser son rêve d’étendre les zones sous occupation israélienne du Nil à l’Euphrate.

« L’axe cherche toujours à réaliser le rêve du Nil à l’Euphrate », a déclaré Seyyed Hassan Nasrallah lors d’un discours télévisé.

Nasrallah a déclaré que l’axe utilisait des « complots sectaires et religieux » comme arme. 

Ansarallah: Riyad se rendra?

Ansarallah : Riyad se rendra ?

En Suisse, et selon des sources proches des négociations, c’est une « délégation US complètement meurtrie », et « cumulant les marches arrière face à un Ansarallah en position de force » et « évitant les pièges les uns après les autres » et exigeant surtout « une levée de l’embargo tout court » qui attirait surtout les attentions.

La guerre saoudienne au Yémen marquée par les complots américains pour la région

Faisant référence à la guerre contre le Yémen, Nasrallah a déclaré que contrairement à ce que l’Arabie saoudite cherchait à décrire au début de la campagne militaire, le conflit n’avait rien à voir avec « les chiites et les sunnites ».

« La guerre est plutôt dirigée par les objectifs des États-Unis et leurs complots pour la région », a déclaré Nasrallah.

Il a réaffirmé qu’il y avait une « guerre médiatique » en cours contre les défenseurs du Yémen pour les qualifier de « parti qui rejette toute cessation de la guerre » et Riyad comme celui qui demande la fin de la campagne.

Nasrallah a souligné que toute trêve potentielle devait s’accompagner d’une levée du siège, comme l’exige Sanaa.

« Ils cherchent donc à maintenir leur pression sur le Yémen afin de le forcer à se présenter à la table des négociations », a-t-il déclaré. « Les forces d’invasion essaient de réaliser ce qu’elles n’ont pas pu réaliser par la guerre au moyen de la pression sociale. »

Cependant, les Yéménites « ont le dessus » et ne peuvent pas être dupés pour mettre fin à leur défense du pays, a affirmé Nasrallah. Il a donc conseillé à Riyad « de ne pas perdre son temps ». « La malhonnêteté n’aura aucun avantage. Allez-y et mettez fin à la guerre et au siège », s’est-il adressé aux Saoudiens.

Le sort d’une future guerre sera déterminé par la Résistance

« Le front de la Résistance a traversé la phase la plus difficile de son histoire au cours de la dernière décennie, compte tenu des développements qui ont eu lieu au Liban, en Syrie et en Irak ainsi que des sanctions sévères des États-Unis contre l’Iran », a déclaré Nasrallah.

« L’axe de la Résistance poursuit sérieusement le renforcement de ses capacités. Ce sont ces capacités qui détermineront le sort de [toute] guerre future », a-t-il ajouté.

« À tous ceux, dans la région, qui comptent sur les États-Unis ; je dois dire que la seule priorité de Biden dans notre région est le régime sioniste. Si les amis des États-Unis dans la région s’attendent à ce que Washington règle leurs problèmes, qu’ils sachent que l’attente sera longue ». 

Le secrétaire général du Hezbollah a ensuite appelé toutes les nations de la région à s’asseoir à la table du dialogue pour résoudre leurs problèmes, loin des ingérences des États-Unis. « Quiconque est affilié à l’axe de la Résistance est prêt à atteindre une solution qui aide notre région à dépasser la situation difficile », a-t-il souligné. 

« Ce que je prévois est qu’au moins certains de nous arriveront à Qods et y feront leur prière », a déclaré Nasrallah. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/31/648481/Nasrallah-Etats-Unis-Israel-Iran-Hezbollah

Dans LIBAN

LIBAN : DES PRODUITS NUCLEAIRES DECOUVERTS DANS UNE RAFFINERIE LIBANAISE

Par Le 26/03/2021

Des produits nucléaires américains découverts dans une raffinerie au Liban

 Depuis 4 heures  26 mars 2021

raffinerie_zahrani

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

Des produits nucléaires d’une grande dangerosité ont été découverts dans les entrepôts des installations pétrolières de la raffinerie Zahrani au sud de Beyrouth.

C’est le Premier ministre par intérim Hassane Diab qui a révélé leur présence lors d’une réunion du Conseil suprême de la défense, ce vendredi 26 mars. Il en a informé par le rapport de la société allemande COMBILIFT.

Selon le rapport, des experts de l’Autorité libanaise de l’énergie atomique ont découvert ces matériaux, qui se sont révélés être des «matières nucléaires de très haute pureté, dont la présence présente un danger».

Le quotidien libanais Al-Akhbar a appris que les matières étaient constituées de «six petits paquets de matières nucléaires radioactives, qui se trouvaient dans les installations depuis 1950, lorsqu’elles étaient sous l’administration d’une société américaine.

« A cette époque, aucun traité international n’empêchait leur entrée», ont indiqué des sources de la direction de ces installations.

Ces dernières ont souligné avoir écrit le 15 mars au Conseil pour la recherche scientifique et à l’Autorité libanaise de l’énergie atomique pour coordonner entre eux leur retrait des installations vers les laboratoires de l’agence et pour en informer aussi l’Agence internationale de l’énergie atomique, car le les installations ne peuvent conserver ces matériaux.

Les autorités libanaises ont entamé une enquête sur la présence de matières dangereuses dans les installations publiques depuis l’explosion du port de Beyrouth le 4 août dernier, due à la présence du nitrate d’ammonium qui a explosé pour des raisons non encore révélées par les agences américaines, françaises et britanniques qui se sont chargées d’enquêter sur l’explosion.

Selon al-Akhbar, la société allemande COMBILIFT a alors été chargée le Conseil des ministres de transporter les produits chimiques trouvés vers l’Allemagne, en échange d’un contrat d’une valeur de plusieurs millions de dollars. Il en sera de même pour les matériaux trouvés à Zahrani.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2034331

Dans LIBAN

PENURIE D'OXYGENE AU LIBAN : LA SYRIE SAUVE LE LIBAN D'UNE CATASTROPHE HUMANITAIRE

Par Le 24/03/2021

Pénurie d’oxygène: la Syrie sauve le Liban d’une catastrophe humanitaire

Pénurie d’oxygène: la Syrie sauve le Liban d’une catastrophe humanitaire

folder_openSyrie access_timedepuis une heure

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Après que le navire transportant de l'oxygène destiné aux hôpitaux du Liban n'ait pas pu décharger sa cargaison en raison des conditions météorologiques, le pays faisait face à une catastrophe sanitaire. Mais la Syrie a finalement accepté d’importer 25 tonnes d'oxygène quotidiennement pour une durée de trois jours à partir de mercredi.

La Syrie, d'où le Liban importait 50 tonnes d’oxygène par jour pour ses hôpitaux, a été empêché par une décision antérieure du ministère syrien de la Santé, d’exporter de l'oxygène afin de couvrir ses besoins croissants dans ses hôpitaux.

La seule source est restée l’unique usine d'oxygène au Liban qui produit seulement 40 tonnes par jour et ne répond donc qu'à une partie des besoins des hôpitaux. L'épuisement de l'oxygène était attendu à midi aujourd'hui, et le danger de décès en centaines à moins que la pénurie ne soit évitée.

Le chef du gouvernement intérimaire, Hassan Diab, et le ministre de la Santé, Hamad Hassan, ont communiqué avec les responsables concernés en Syrie, les appels se sont poursuivi jusqu'à minuit. Enfin le président syrien Bachar el-Assad a donné les directives pour envoyer le premier lot de 25 tonnes d'oxygène au Liban. Puis dans la matinée, M. Hassan a poursuivi les contacts avec son homologue syrien qui l'a informé de la décision de fournir au Liban trois cargaisons pendant trois jours, chacun de vingt-cinq tonnes, jusqu'à samedi, date à laquelle on s'attend à ce que le navire chargé d'oxygène aurait pu décharger sa cargaison.

Le ministre de la Santé s'est alors rendu ce matin à Damas pour coordonner les cargaisons, cherchant à conclure un accord permanent et transmettant les remerciements du gouvernement libanais au gouvernement syrien, pour sa son aide qui a sauvé le Liban et les Libanais d’une catastrophe humanitaire.

https://french.alahednews.com.lb/39303/309

Dans LIBAN

LA DCA RUSSE AU SUD-LIBAN ?

Par Le 22/03/2021

Ciel syro-sud libanais: vers une DCA anti-Israël intégrée?

Monday, 22 March 2021 5:39 PM  [ Last Update: Monday, 22 March 2021 6:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les missiles de la Résistance ont réduit le pouvoir dissuasif de l'armée israélienne. Harbi Press/Illustration

De nouveaux détails ont été publiés sur l’interception des missiles furtifs israéliens par la DCA syrienne, tandis que la récente attaque au missile du Hezbollah contre un drone Hermes de l’armée israélienne fait toujours couler beaucoup d’encre dans les milieux médiatiques d’Israël.

Des sources militaires syriennes ont rapporté avoir intercepté en même temps 12 missiles furtifs israéliens Delilah.

Des sources militaires syriennes ont publié des détails sur l’attaque israélienne contre la capitale syrienne et l’aéroport international de Damas fin février 2021, a écrit le site web et portail d’aviation Avia.pro.

Selon ces nouvelles informations, les chasseurs F-16 israéliens ont tiré simultanément 12 missiles de croisière Delilah, conçus pour être capables de passer par les défenses aériennes en raison de leur signature radar réduite d’où vient leur furtivité.

Israël pris de court par Poutine?

Israël pris de court par Poutine?

Le système de guerre électronique russe a réussi à capturer un missile de croisière israélien Delilah au-dessus de la Syrie.

Cependant, des systèmes de missiles Buk-M2E récemment déployés dans cette zone ont parfaitement réussi à repousser la frappe de l’armée israélienne et à intercepter les 12 missiles, ajoute la source.

Le 28 février 2021, vers 23 heures, quatre chasseurs F-16 Fighting Falcon de l’armée de l’air israélienne ont largué 12 missiles de croisière modernes Delilah sur l’aéroport international de Damas et dans la ville d’al-Ghizlaniyah, où se trouve une population civile. Une source militaire a indiqué que l’interception était extrêmement difficile en raison des circonstances sur le terrain. Selon cette source « les F-16 de l’armée de l’air israélienne volaient à une très basse altitude et utilisaient les montagnes du plateau du Golan pour se mettre à l'abri. Ils ont tiré 12 missiles de croisière, or les défenses anti-aériennes n’avaient que quelques secondes pour réagir ».

Syrie: Coup

 

« En réponse au raid aérien israélien sur la banlieue de Damas, les unités de tir de la défense aérienne syrienne, équipées de systèmes de missiles Pantsir-S1 et Buk-M2 ont passé à l’acte et tous les missiles de croisière israéliens ont été abattus avec succès », a souligné la source militaire proche de l’armée syrienne.

Il est à noter que le Buk-M2E est le système de DCA le plus utilisé sur le territoire syrien. Il s’agit en fait des systèmes de défense aérienne qui représentent le plus grand nombre de missiles et drones israéliens et turcs abattus.

Lire aussi :

T4 à Homs transformée en base de drones iraniens de l'armée syrienne; Avis de tempête sur Israël

Lors du dernier raid israélien, ce système de missiles de défense aérienne a intercepté avec succès 3 des 4 missiles tirés par la partie israélienne.

Le front du Golan n’est certainement pas le seul souci du régime israélien. Sur le front nord aussi, Israël est aux prises avec un défi de taille : les missiles du Hezbollah.

Pour les analystes israéliens, le fatal tir de missile de DCA du Hezbollah contre un « drone Hermes 450 de Tsahal » dans le ciel libanais constitue un nouveau défi pour l’armée israélienne qui se trouve désormais devant un dilemme des plus difficiles : comment éviter une escalade de tensions sur les frontières avec le Liban, alors que le Hezbollah libanais a considérablement affaibli le pouvoir dissuasif de l’armée israélienne ?

L’agence de presse Qodsna se réfère à un article publié par le journal Israël Hayom : « Ce n’est pas la première fois que le Hezbollah libanais frappe un drone de l’armée israélienne au-dessus du Liban ; mais à la différence des frappes précédentes, lors de l’opération de mercredi dernier, le missile a été tiré depuis un endroit inconnu. D’autre part, bien que l’armée israélienne a mené d’intenses opérations ces derniers jours dans le ciel libanais, il s’agissait d'opérations de collecte d’informations, pas offensives ».

L’analyste du journal Israel Hayom, Yoav Limor, n’exclut pas qu’à travers cette attaque, le Hezbollah ait voulu riposter à la mort de l’un de ses membres l’été dernier près de l’aéroport de Damas. « Par cette attaque, le Hezbollah cherche à créer une puissance de dissuasion face à Israël et à réaliser la parole de son secrétaire général, Hassan Nasrallah, lequel a promis que la Résistance sera capable bientôt de frapper les avions de chasse israéliens au-dessus du Liban ».

Le journal israélien fait allusion à ce qu’il appelle le « silence de Moscou à propos de l’utilisation d’une batterie de DCA russe » pour intercepter le drone Hermes israélien. « Le Hezbollah va très probablement garder cette arme pour les situations d’urgence », ajoute l’article.

Le méga deal Hezbollah-Russie?

Le méga deal Hezbollah-Russie?

Le front méditerranéen anti Otan : Syrie-Hezbollah-Russie font front commun

Toujours est-il que Yoav Limor affirme avoir constaté une opération plus que dangereuse au cours de ces dernières années ; « une opération ayant visiblement réduit la puissance dissuasive de l’armée israélienne, et qui mériterait une réaction sérieuse, sauf que l’on risque d’aller vers l’éclatement d’une confrontation en bonne et due forme ».

Un autre analyste israélien, Ron Ben-Yishai, estime pour sa part que le Hezbollah a utilisé le missile SA-6 pour afin de frapper le drone israélien. « Le Hezbollah avait auparavant utilisé ce type de missile après le bombardement en octobre 2019 de la banlieue de Beyrouth par les drones israéliens », a écrit Ron Ben-Yishai pour Yediot Aharonot. L’analyste israélien n’arrive pas à dissimuler son penchant à sous-évaluer la puissance balistique du Hezbollah, lorsqu’il prétend que « le Hezbollah aurait choisi cette fois-ci un missile habituellement utilisé dans les affrontements d’envergure avec Israël, rien que pour apaiser les critiques internes et les accusations d’avoir attisé la crise politique, économique et sanitaire au Liban ! »

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/22/647858/syrie-liban-r%C3%A9sistance-hezbollah-interception-drone-missile-tsahal-dissuasion

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS "ELECTROCUTE" "ISRAËL"

Par Le 22/03/2021

Appel d'aide d'Israël à l'OTAN... que cachent les monts et montagnes libanais de si terrifiants?

Monday, 22 March 2021 1:25 PM  [ Last Update: Monday, 22 March 2021 2:30 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Carte satellite de la base militaire israélienne, publiée par le Hezbollah à titre de cible à abattre.(illustration)

Cette liste de cibles « libanaises » ou mieux  « sud-libanaises» à abattre que le chef d’état-major sioniste a brandie sous le nez d’Emanuel  Macron lors de sa visite récente en France et ce, sur fond de ce point de presse conjoint où Macron s’est tenu aux côtés de Rivelin en invectivant l’Iran et en écoutant le Sioniste invectiver le Hezbollah, bien des analystes y voient le signe d’une totale impasse voire une fatale défaite car si le 4 aout 2020 , une attaque semi atomique a visé le port de Beyrouth avec en toile de fond une double voire une triple déflagration ayant dévasté deux tiers de la capitale, celles-ci auraient du déboucher évidemment sur le renversement du gouvernement pro Est de Diab, mais encore  sur une occupation militaire de la capitale libanaise, un débarquement de l’OTAN dont l’armada n’a pas tardé à se rendre sur les lieux , puis sur la fouille maison par maison, village par village du sud du Liban jusqu’à ce que les entrepôts d’armes et de missiles de la Résistance soient découvertes et que les forces de la Finul reconverties à l’occasion, en police militaire, y mettent la main dessus.

Hermes 450 abattu:

Hermes 450 abattu: "Nasrallah a tenu la parole" (expert sioniste)

L’attaque au missile contre un drone de l’armée israélienne a eu un large retentissement dans les médias sionistes.

Or 9 mois plus tard rien de tel, et en dépit d’une féroce guerre économique contre le Liban, d’un blocage téléguidé des institutions, d’une dépréciation recommandée de la monnaie nationale, c’est l’inverse qui s’est produit. Et comment ? Sur le plan militaire, Israël, déjà tenu sur un seul pied sur le front Nord par crainte d’avoir à subir la riposte du Hezbollah à un meurtre commis dans le sud de Damas au mois d’aout, un front Nord désormais en éternel d’état urgent et qui va de manœuvre militaire en manœuvre militaire, et bien cet Israël a perdu le ciel du Liban. Non seulement du fait de cette Russie qui, avec l’arrivée de Biden, a changé totalement de posture et envoie ses complexes de guerre électronique ou ses avions Su-34 brouiller les liens GPS des F-16 sioniste dans le ciel d'Israël, de la Syrie ou encore du Sud Liban, mais bien tout bonnement pour cause des missiles sol-air du Hezbollah eux-eux-mêmes.

Israël : la Syrie sort ses drones ...

Israël : la Syrie sort ses drones ...

Entouré de missiles de la Résistance du sud au nord, Israël aura-t-il bientôt à faire face aux nuées de drones syriens?

Début février dans une démonstration de force bien calculée, le Hezbollah et Gaza se sont livré à une chasse croisés des drones israéliens, chasse que la Résistance libanais a fini en beauté en interceptant puis en détruisant un "Hermes 450" tactique israélien à al Zabadani. L’affaire a fait beaucoup de bruit en Israël où les experts y ont vu un coup de BUK russe livrée au Hezbollah criant à la fin de la supériorité aérienne d’Israël dans le ciel du Liban. Cette banque de donnée que remet Kochavi à Macron ne relève donc que d’un coup de bluff , encore un, et qui  cache une « capitulation aérienne d’Israël ».

Mais ces derniers jours on n’a pas eu droit qu’à l’idylle anti Hezbollah Paris-Tel –Aviv en plein Élysée. Dimanche soir, le Sioniste Gilad Erdan a aussi jasé devant le Conseil de sécurité se plaignant, avec le même culot de Kochavi qui parlait à Paris de la violation de la résolution 1701 du conseil de sécurité par le Hezbollah ( !!) encore du Hezbollah qui « poursuit son renforcement militaire ‘ et qui devrait « être neutralisé par une Finul «  dont la neutralité commence à bien faire : «  « La poursuite du renforcement militaire et les activités nuisibles du Hezbollah peuvent avoir de graves conséquences, notamment une reprise des hostilités à grande échelle entre les deux parties ».

Hezbollah : la surprise

Hezbollah : la surprise

Erdan a donc ainsi formulé un plan B  US/Israël travaillé pendant les  12 derniers mois de la présidence Trump mais qui en dépit des efforts de l’ambassadrice Shea a là encore échoué : la modification de la mission de la Finul, en faire une « taupe » d’Israël et ce à l’effet de localiser les stocks d’armes « et de missiles du Hezbollah … D’ailleurs les Britanniques ont déjà commencé le boulot eux qui selon une source bien informée, ont construit 39 tours d’observation et 7 bases, ainsi qu’un centre d’opérations militaires, le long de la quasi-totalité de la frontière avec la Syrie, du passage de Masnaa jusqu’à al-Qaa, ce qui fait plus de 100 kilomètres. Là il y a de tout, des équipements électroniques et de communications par satellite dernier cri reliés au centre de commandement et de contrôle de l’armée libanaise que Londres aime et chérit et dont les effectifs sont entrainés et formés régulièrement dans l’espoir de les voir un jour se retourner contre le Hezbollah.

L'ultimatum du Hezbollah aux USA

L'ultimatum du Hezbollah aux USA

D’ailleurs, disent les sources, toutes les communications liées aux satellites peuvent être interceptées par les services de sécurité et du renseignement actifs dans la région, notamment ceux d’Israël, des USA, du RU et de la France, l’objectif étant de surveiller sans le dire évidemment, les mouvements du Hezbollah et ses voies d’approvisionnement militaire le long de la frontière. Daech et Al-Qaïda ayant été vaincus au Liban et le long de la frontière libano-syrienne, la nécessité de maintenir ces liaisons satellites dans la région n’est plus une urgence à moins de voir là un front électronique visant le Hezbollah et  l’armée syrienne, surtout qu’il s’agit de postes qui surplomberait entre autre la ville syrienne de Homs. Mais un Israël dont la supériorité aérienne vient de subir un coup assassin du fait des missiles sol-air de la Résistance mais qui cherche désespérément en appelant au secours l’OTAN  à la restituer et ce, en usant de mille et un stratagème pourrait-il avoir gain de cause? A Moscou, où une haute délégation du Hezbollah s’est rendue récemment, il aurait pu être question de avantage de coopération militaires que ce que les deux parties ont mené en Syrie jusqu’ici d’autant plus que les liens Moscou-Tel-Aviv sont Presque inexistants depuis que Lavrentiev, émissaire de Poutine a lancé une sévère et ultime mise en garde à Israël.

 Des appuis satellites US/OTAN qui sont destinés à localiser des arsenaux du Hezbollah pourraient parfaitement être rendus nuls et non avenus. Mais il y a plus : le Hezbollah est bien plus futé pour ne pas anticiper la perspective d’un clash frontal avec l’OTAN. Certaines sources évoquent déjà que les missiles, le Hezbollah sait en fabriquer et que les voies d’acheminement que cherchent à localiser le camp pro Israël sont depuis une belle lurette peu utile. Mais d’autres sources évoquent d’autres possibilités encore plus décevantes, plus effrayantes pour Israël : les stocks d’armes hezbollahie ne se trouvent pas dans les villages du sud comme ces dizaines de sites militaires et “cibles potentielles des missiles du Hezbollah” que l’entité sioniste a dressé au cœur des zones civiles en Israël… ils se trouvent où alors? Un petit regard du côté de l’Iran aurait dû bien avertir le camp pro sioniste … leurs satellites et radars ne donneront rien ni non plus leurs postes de contrôle quel qu’en soit le nombre, tant qu’il y aura des monts et des montagnes à protéger le précieux arsenal balistique de la Résistance.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/22/647811/Hezbollah-s-impose-Israel-panique

Dans LIBAN

LA MINISTRE LIBANAISE SORTANTE DE LA JUSTICE A RENDU VISITE AU MILITANT COMMUNISTE LIBANAIS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH INCARCERE EN FRANCE

Par Le 22/03/2021

Une délégation libanaise auprès de Georges Abdallah dans sa prison française

Une délégation libanaise auprès de Georges Abdallah dans sa prison française

folder_openLiban access_timedepuis 6 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

La ministre libanaise sortante de la Justice, Marie-Claude Najm, a rendu visite au militant libanais Georges Ibrahim Abdallah, incarcéré en France.

La visite de Mme Najm à M. Abdallah, à la prison de Lannemezan dans le département des Hautes-Pyrénées, a duré près de trois heures. Aucune information n'a toutefois été divulguée concernant leur entretien.

Mme Najm était accompagné par M. Rami Adwan, ambassadeur du Liban en France. Ils ont rapporté au militant entre autres les salutations du gouvernement libanais et de son président.

Selon le Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah,  la visite de la ministre de la Justice libanaise était conditionnée à ce qu’il n’y ait aucune déclaration ni antérieure ni ultérieure.

Condamné à perpétuité en 1987 pour complicité d’assassinat et de tentative d’assassinat de diplomates américain et israélien, Georges Ibrahim Abdallah, un ex-dirigeant des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL) et militant antisioniste, est actuellement toujours détenu. Sa peine de sûreté s’est achevée en 1999, mais ses demandes de libération ont toutes été rejetées.

L'année dernière, la ministre sortante avait contacté son homologue française, Nicole Belloubet, afin de s'entretenir avec elle de ce dossier.

https://french.alahednews.com.lb/39256/344

Dans LIBAN

LE PARTI COMMUNISTE LIBANAIS APPELLE A MANIFESTER DURANT LE WEEK-END

Par Le 19/03/2021

19 Mars 2021

OLJ / le 18 mars 2021 à 15h11

Le secrétaire général du Parti communiste libanais, Hanna Gharib, le 18 mars 2021. Photo ANI

Alors que le Liban connaissait jeudi une nouvelle journée de contestation populaire en raison de la grave crise socio-économique qui sévit, le Parti communiste libanais a appelé à manifester vendredi, samedi et dimanche contre le pouvoir en place.

"Nous prendrons part le vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 mars à des manifestations à Beyrouth, Marjeyoun, et Nabatiyé, ainsi qu'à tous les événements qui seront organisés la semaine prochaine", a annoncé le secrétaire général du PCL, Hannah Gharib, lors d'une conférence de presse. Il a également invité "tous les communistes, gauchistes, progressistes" à participer massivement à la manifestation prévue le 28 mars devant le siège de la Banque du Liban à Hamra. Un mouvement populaire qui intervient à l'heure où le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, est, entre autres, l'une des principales cibles du mouvement de contestation, du fait de l'effondrement spectaculaire de la livre libanaise face au dollar.

"Oui, il faut faire tomber ce système qui attise le confessionnalisme dans la rue", a martelé Hannah Gharib. Le secrétaire général du PCL a également adressé un message au "grand public de la contestation populaire": "Tant que cette caste (politique) est au pouvoir, la misère des Libanais va s'accroître (...) Nous sommes capables de réaliser le changement, quels que soient les sacrifices, d'autant que nous n'avons plus rien à perdre. La confrontation et (le recours à) la rue sont notre seule option", a-t-il tonné. "Allez dans les rues avec toutes les forces du changement au sein du mouvement de contestation, dans toutes les places et les régions du Liban", a encore lancé le chef du PCL.

 

source : https://www.lorientlejour.com/article/1255781/le-parti-communiste-appelle-a-manifester-durant-le-week-end.html

Tag(s) : #Liban#Communiste#PCL

Dans LIBAN

SAYED NASRALLAH : CERTAINS ACTEURS INTERNES ET ETRANGERS POUSSENT LES CHOSES VERS LA GUERRE CIVILE AU LIBAN

Par Le 19/03/2021

S. Nasrallah : certains acteurs internes et étrangers poussent les choses vers la guerre civile au Liban

 Depuis 15 heures  19 mars 2021

sayed_blesse

 Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

La situation locale libanaise a occupé la majeure partie du discours du secrétaire général du Hezbollah, prononcé à l’occasion de la commémoration de la Journée des blessés et des mutilés de la résistance, établie le jour de la célébration de la naissance d’Abbas, le frère de l’imam Hussein, le 3 du mois de Chaaban.

Assurant que le pays traverse les moments les plus critiques, compte tenu de la crise économique qu’il traverse, une crise ponctuée par une forte dépréciation de la livre libanaise qui a atteint les 15 mille ces derniers jours face au dollar américain, sayed Hassan Nasrallah a toutefois souligné qu’il faut à tout prix éviter d’entrainer le pays vers la guerre civile,

Selon lui, certains protagonistes internes et étrangers poussent la situation vers des combats intestins au Liban, comme en Afghanistan, au Yémen. «Raison pour laquelle il faut s’armer de raison et de sagesse, a-t-il conseillé.

« Ce n’est pas vrai de dire qu’il n’y aura pas de guerre civile, parce que le Hezbollah est le seul qui détient des armes… Une guerre civile n’a pas besoin de missiles de précision, il suffit d’armement légers, de kalachnikovs, d’antiaériens… Et toutes les régions possèdent ces armes chez elles », a-t-il fait remarquer.

A ceux qui ont lancé des appels au Hezbollah pour investir sa puissance en faveur de la formation d’un gouvernement par la force, il a déclaré que ceci provoquerait une guerre civile inévitable. Pas question, a-t-il affirmé, que le Hezbollah utilise ses armes pour régler la crise actuelle au Liban.

Désigné depuis le mois de septembre dernier, Saad Hariri, le Premier ministre en charge de la formation du cabinet ministériel ne l’a toujours pas formé, en raison de son refus de respecter les prérogatives du président de la République qui dispose du droit de nommer certains ministres.

En outre, le chef du Hezbollah a indiqué qu’il faut faire un bon diagnostic sur les réelles causes de la crise libanaise pour parvenir à déterminer les solutions convenables. Accusant certains protagonistes internes de vouloir exploiter la crise pour affaiblir leur rivaux internes
Le fait que la formation d’un cabinet ministériel prenne à tous les coups des mois illustre, selon lui, une crise constitutionnelle qui nécessite une solution.

Après avoir passé en revue les causes internes de la crise, comme la corruption endémique qui ravage le secteur public, le gaspillage et la dilapidation de l’argent public, le mouvement de contestation qui a éclaté fin 2019, ainsi que les lacunes du régime politique au Liban,  il a énuméré certaines  causes externes. Dont entre autres les guerres israéliennes qui ont détruit le Liban à plusieurs reprises , le projet américain dans la région depuis l’invasion de l’Irak en 2003, la guerre mondiale infligée à la Syrie et qui se répercute en interdisant les échanges du Liban avec elle, la présence des réfugiés syriens, les pressions américaines sur le Liban…

Sayed Nasrallah a tenu à souligner que ceux qui veulent adosser la responsabilité de la crise au Liban au Hezbollah exclusivement commettent une grosse erreur.
« Je pourrais admettre que l’on nous en impute une partie, mais sa totalité, c’est la pire injustice », a-t-il affirmé.

Les solutions d’après lui passent en résolvant ces causes ou en les dépassant.

Il a toutefois mis en garde contre deux choses : le désespoir et l’illusion.
« Il ne faut pas répandre le désespoir parmi les gens, ni non plus les baigner dans l’illusion selon laquelle la formation du gouvernement résoudra tous les problèmes »
Et de poursuivre : « la formation du gouvernement est le premier pas, dans un long parcours pour parvenir aux solutions. Si la situation reste telle quelle, quand bien même le Liban obtiendrait des prêts, mais ils seront dilapidés et confisqués comme les prêts contractés dans le passé… le Liban n’en sortira qu’endetté davantage. C’est une situation qu’il faudra résoudre dans son ensemble ».

S’adressant au Premier ministre désigné , il lui a demandé si le gouvernement de technocrates et d’experts qu’ils comptent former et présider aura la stature pour faire face aux défis qui se présenteront lorsque les institutions internationales imposeront au Liban des mesures d’austérité sévères que le peuple libanais ne pourra admettre et lorsqu’il aura à prendre des décisions .

Il lui a suggéré de former un gouvernement politique et d’experts représentant toutes les formations politiques libanaises, où chacun aura à assumer ses responsabilités pour faire admettre les décisions qui seront prises. Assurant à plusieurs reprises que si Hariri s’entend avec le chef de l’Etat, le Hezbollah soutiendra les termes de l’entente.

Sayed Nasrallah a réitéré sa proposition de prendre les décisions qui sauveront le Liban, qu’il avait évoquées dans des discours précédents. Dont le recours à la Chine qui a fait part de sa volonté d’investir au Liban 12 milliards de dollars, vers la Russie et l’Iran qui est prêt a vendre au Liban des dérivés pétroliers en livre libanaise.
« On nous dit qu’il est même interdit au Liban d’importer en livres libanaises parce que les Etats-Unis imposeront des sanctions si on le fait », a-t-il taclé, assurant que le diktat américain que les responsables libanais n’osent refuser vise à affamer le Liban pour le faire plier et l’introduire dans l’axe américano-israélien.
« Mais nous n’allons pas les laisser faire ! S’il faudra traiter avec la Chine, nous le ferons. s’il faudra importer de l’Iran nous le ferons. Nous ne laisseront pas affamer le peuple libanais»,
a-t-il dit.

Il a proposé aussi de réunir toutes les forces politiques et blocs parlementaires pour se concerter sur les choix à suivre et pour que tous investissent leurs pouvoirs et leur relations externes pour l’intérêt du Liban et des Libanais.

Comme solution à la crise de la formation du gouvernement si elle perdure, il a proposé de réactiver le gouvernement actuel démissionnaire, a exhorté le directeur de la Banque de Liban d’assumer ses responsabilités pour sauver la Livre libanaise, estimant qu’il peut le faire et doit le faire compte tenu de ses obligations.

S’adressant aux jeunes qui ont ces derniers jours coupé les routes, il leur a assuré que leurs actions ne font qu’aggraver la crise, estimant qu’ils ne présentent pas le peuple libanais. « Bien au contraire ils nuisent aux libanais, en les bloquant dans les routes des heures interminables et en affectant leurs intérêts et leurs travaux en ces moments difficiles ».
Il les a accusés de servir les agendas des ambassades étrangères qui complotent contre le Liban et a demandé à l’armée libanaise de les empêcher de couper les routes.

S’adressant au Libanais il a dit:  » je vous demande à chaque fois de patienter. et je vous le demanderai encore une fois. Mais moi je fait partie de ceux dont la barre est arrivée jusqu’ici », a-t-il dit en désignant son nez. Illustrant son exaspération.

A la fin de son discours, sayed Nasrallah  a répondu aux allégations qui se sont répandues ces derniers temps sur les réseaux sociaux, reprochant le fait que les salariés du Hezbollah perçoivent leur salaire en dollars. Il a assuré qu’ils constituent une petite minorité alors que « la majeure partie des effectifs du Hezbollah sont des volontaires bénévoles qui paient de leurs poches ».

Il a toutefois révélé que le Hezbollah va créer une caisse d’aides pour que ses salariés en dollars puissent faire des dons pour les plus nécessiteux.

Et pour terminer, il a mis en garde qu’au cas où la crise persévère et que les institutions étatiques n’assument pas leurs responsabilités, le Hezbollah ne restera pas les bras croisés. « Il  a un éventail d’alternatives en dehors des institutions étatiques que nous dévoileront le moment opportun », a-t-il conclu.

Les thèmes principaux du discours

 

Durant ces dernières semaines en raison du corona virus et d’autres maladies nous avons perdu certains de nos frères résistants qui nous ont accompagné depuis 1982, et deux grands frères son éminence cheikh Ahmad Zein et le frère Anis Naccache
Je dois m’adresser à leurs familles, proches et amis pour présenter mes condoléances et chacun d’eux méritent un discours à part, j’espère un jour le prononcer.

Je vous félicite pour l’avènement du mois de Chaaban, conte tenu aussi qu’il comporte plusieurs cérémonies, la naissance de l’imam Hussein puis d’Abbas puis de l’imam Zein al-Abidine puis Ali al-Akbar puis de l’Imam al-Mahdi
A constater que les grandes figures d’achoura sont nées durant ce mois, en plus de la naissance de grand salvateur l’imam Mahdi. Ce qui illustre le lien qu’il y a entre eux.

Nous avons au Hezbollah choisi la commémoration de la naissance de Abbas comme journée des blessé et mutilés de la résistance.
Concernant la naissance d’Abbas, il a été désigné comme symbole du blessés et mutilés parce qu’il a été blessé grièvement durant la bataille de Karbala, il a été amputé des bras, il a été aveuglé, perdant ses yeux, puis il a été a été mais a aucun moment il n’a envisagé de se retirer de la bataille. Il a résisté jusqu’à la dernière goutte de son sang. Il est aussi le symbole de l’abnégation et celui de la sagacité.

Sachant que son clan lui avait ainsi qu’à ses rois frères de se retirer de la bataille, sans rejoindre le camp de Yazid, et de rester neutre. Mais il a refusé, parce qu’il savait la vérité de la bataille, que c’est un face-à-face  entre le Vrai et le Faux entre l‘oppresseur et l’opprimé et il a pris sa décision de combattre jusqu’à son martyre

Il en est de même pour les blessés et les mutilés de la résistance qui malgré les mutilations qu’ils ont subies retournaient directement à l’action de la résistance ou dans les autres œuvres et activités du Hezbollah
(…)

La vérité sur les groupes takfiristes et leur commanditaire

Concernant le groupe takfiristes, jour après jour, se dévoile la vérité sur l’identité de ces groupes et surtout ceux qui les commandent et les protègent aussi. Il faut prendre en considération ce que les frères yéménites ont révélé dernièrement : que le chef de la CIA était en personne intéressé pour qu’un chef d’Al-Qaïda soit libéré et remis à son groupe pour qu’il puisse poursuivre ses attentats et après ils l’ont liquidé quand ils n’avaient plus besoin de lui.

De nouveaux documents évoquent que les renseignements américains ont recruté ceux qui étaient emprisonnés dans les camps en Irak et comment ils ont formé le front al-Nosra qui s’est détaché de l’organisation de l’Etat islamique en Irak et au Levant et maintenant comment ils font pour libérer certains de leurs dirigeants depuis les camps chez les kurdes des Forces démocratiques syrienne pour les envoyer vers l’Irak et la badiyat de Cham

Ce ne sont pas des groupes islamiques qui leur importent l’islam, la justice et le droit mais des terroristes takfiristes armés qui sont commandés et financés par les renseignements américains pour détruire les peuples et consolider l’emprise us dans la région et pour qu’Israël devienne le refuge…

Il ne faut pas aller à la guerre civile

Sur la question locale: le Liban se trouve au cœur d’une crise réelle, économique, financière vitale et politique, mais aussi du régime politique

Il faut certes exprimer la souffrance et la colère et mais sans oublier qu’il faut se comporter avec raison et sagesse
Certains comportements ne servent à rien ni ne parviennent à rien. Il ne faut pas paralyser notre raison et nous devons nous comporter avec responsabilité

Il faut mettre un plafond en parlant des moyens de pression, ce que certains n’ont pas fait. L’un de ces plafonds est de ne pas aller vers la guerre civile et les combats intestins. Certains œuvrent pour cela comme ce qui s’est passé en Irak en Syrie, au Yémen, en Afghanistan, et ils ont tenté en Iran sans réussir. C’est partout la même chose…
Lorsqu’ils sont incapables face a la résistance ils veulent recourir à ce choix, durant les années passées, ce choix était évoqué mais ils ont essayé mais ils ont échoué…
Quelque soient les raisons économiques, la pénurie en produit alimentaire il n’est permis à personne de pousser les choses vers une guerre civile
Certains nous disent comment peut-il y avoir une guerre civile et c’est seulement vous possédez des armes. C’est un mensonge
La guerre civile n’a pas besoin de missiles précis mais avec les kalachnikovs et les antiaériens… et ceci se trouve chez la plupart des libanais. Regardez ce qui se passe durant les funérailles comment ces arment font surface …
Certains poussent les choses vers la guerre, des protagonistes extérieures et internes, mais ils cherchent le carburant pour éclater…
Jusqu’à présent la maturité des libanais, leur patience et leur discipline ont empêché ceci
Dans ce contexte, certains disent au Hezbollah, vous avez une grande puissance et vous pouvez former le gouvernement par la contrainte. Ceci aboutira aune guerre civile.  Personne ne devrait jamais proposer ceci… ce ne sont pas des paroles responsables. Pas question pour le Hezbollah de recourir aux armes pour la formation d’un gouvernement…

Le bon diagnostic des causes pour trouver les bonnes solutions

Troisièmement, nous avons besoin de calme pour diagnostiquer nos problèmes afin de bien les résoudre. Un mauvais diagnostic engendre un mauvais remède…
Supposer des causes erronées aboutira à des traitements erronés…
Parfois on approche la crise car on veut trouver une solution. Une autre fois tu veux exploiter pour faire des surenchères et affaiblir tes rivaux locaux
Il y a les deux au Liban de nos jours…

Parmi les causes il y a les politiques monétaires suivies, la paralysie des secteurs productifs comme les deux  secteurs agricoles et industriel, le fait d’avoir misé sur le compromis dans les années 90, la politique de surendettement et des intérêts, la corruption dans le secteur public, la dilapidation de l’argent public, les conflits sectaires et communautaires, la crise du régime, car à chaque fois que nous devons procéder à la formation du gouvernement, on a besoin de beaucoup de temps ceci est en lien avec des cause de nature politique
Les guerres israéliennes contre le Liban avant 82 et après et jusqu’à 2006, l’occupation du sud,… font aussi partie des causes de la crise. Ils veulent en imputer la responsabilité à la résistance, à ceux qui ont combattu contre l’ennemi qui est la cause de la crise…
Ceci est une injustice…

Il y a aussi le projet us dans la région et ses guerres depuis 2003 dans toute la région et au Liban ainsi que la guerre mondiale contre la Syrie de concert avec l’Arabie saoudite, la Turquie et d’autres pays

Les frontières terrestres ont été fermées et ceci a eu des répercussions sur le Liban du fait que les relations ont été rompues avec la Syrie, l’avènement des réfugiés syriens qui sont les bienvenus, l’exfiltration des fonds vers l’extérieur, et le blocage des dépôts bancaires des gens, en plus de l’explosion du port, du mouvement de contestation qui a été lieu fin 2019 et qui a été télécommandé par les us en plus de lacunes dans le régime politique et des difficultés à résoudre ces lacunes…

Imaginez la levée de boucliers lorsqu’on a réclamé la levée de l’immunité des personnes soupçonnées de corruption, quoique nous disions que toutes les communautés seraient concernées…

Les pressions américaines su le Liban liées au dollar et leurs interdictions aux autres pays d’aider le Liban et qui font peur aux Libanais de prendre certains choix économiques… Et d’autres causes qui sont toutes derrière cette crise…

Accuser le Hezbollah est une injustice

Certains exploitent la crise pour s’attaquer au Hezbollah en lui attribuant la crise économique pour qu’il livre son armement …
C’est de l’injustice, de la désinformation

Ils veulent imputer la totalité de la responsabilité de la crise à un seul protagoniste. Est-ce nous qui avons volé, est ce que nous avons paralysé les secteurs économiques, agricole et industriel. Et les plans bancaires, est-ce le Hezbollah qui les avait établis…
C’est de l’injustice d’accuser le Hezbollah…

Pour les solutions, il faufra régler les causes ou les dépasser. Tant qu’il y corruption, gaspillage et mauvaise gestion en plus l’absence de plans à court , moyen et long terme ; tant qu’on ne réactive pas le secteur industriel au lieu de vivre sur les aides et sur les dettes… sans oublier les lacunes politiques.. il n’y aura pas de solution.

Ni le désespoir ni les illusions

Quatrièmement : concernant les solutions nous devons faire attention à deux limites : le désespoir d’abord. Il ne faut pas répandre le désespoir auprès du peuple libanais quand bien même la situation est réellement très difficile

Il ne faut pas non plus faire vivre les gens dans l’illusion des solutions à venir sur une crise qui date depuis plusieurs dizaines d’années et qui ne peut être résolu en un an ou deux ans

Il ne faut non plus simplifier les choses en disant aux gens que la solution réside la formation du gouvernement;  c’est la première démarche d’un long parcours pour parvenir aux solutions

Nous avons besoin de démarches de grande envergure : juguler l’endettement, lutter contre la corruption, l’audit pénal est essentiel … si demain on accepte certaines conditions qui seront très difficiles et ces prêts arrivent, ce sont des prêts et non une aide, si les choses restent telles quelles dans l’administration, la justice… ces prêts seront volés, comme dans le passé et nous ne serons qu’endettés davantage

C’est une situation globale à laquelle il faudra trouver des solutions

Le gouvernement technocrate aura-t-il la stature?

Sur la formation du gouvernement : il va avoir à affronter des défis graves. Après la démission du gouvernement actuel puis les difficultés rencontrées dans la désignation du chef du cabinet actuel, il y a eu une initiative française pour un gouvernement de spécialistes et d’experts
Ma question au Premier ministre désigné: est-ce que le gouvernement que vous allez former aura-t-il la stature nécessaire pour assumer la charge des missions de cette ampleur et prendre des démarches importantes comme par exemple celle d’aller vers la Chine qui a dit être prête à investir dans le pays. Vous savez que beaucoup de responsables appréhendent d’aller vers la Chine par crainte des USA. D’autant que maintenant l’administration américaine s’est fixée comme objectif la Chine. C’est vrai.  On se rappelle comment Netanyahu a été réprimandé par Pompe parce qu’il a travaillé avec la Chine…
Il en est de même avec l’ancien premier ministre irakien (Adel Abdel Mahdi, ndlr)

Jusqu’à quand allons-nous avoir toujours peur ?

On peut aller vers la Russie pour des investissements. Et vers l’Iran qui est prêt à nous aider et à nous vendre du fuel en livres libanaises…
Vous savez que la banque ne peut importer en livres libanaises parce que les USA imposeront des sanctions…

Ils veulent que nous pliions pour que nous faisions partie de l’axe américano-israélien.
Ils veulent que nous mourrions de faim… mais nous n’allons pas mourir de faim et nous n’allons pas plier…

Ils misent sur le FMI qui veut donner des prêts donc des dettes qui vont s’accumuler… Le gouvernement devra négocier avec le FMI.

Deux points de vue à ce sujet: celui qui veut signer aveuglement. Celui qui veut discuter des conditions des prêts. Si le FMI propose d’ôter le soutien aux produits alimentaires de première nécessité, aux hydrocarbures… ce qui comme on voit fait maintenant va aboutir à une hausse des prix… Est-ce que le peuple libanais peut supporter ceci ? Il proposera la libération du taux des changes qui sera soumis au marché et aux fluctuations internes et externes comme ce qui s’est passé ces derniers jours… les Libanais pourront-il le supporter ?
Il va proposer de réduire le chiffre des effectifs dans le secteur public et dans les forces de l’armée et de sécurité et jeter des milliers dans la rue…
Est-ce que le gouvernement d’experts peut-il supporter des décisions pareilles et en persuader les gens ? A-t-il la stature de le faire ?

Faites un gouvernement avec les forces politiques

Je conseille au Premier ministre désigné pour ne pas perdre de temps en formant un gouvernement qui ne tardera de tomber dans la rue… on ne pourra empêcher les gens qui descendront dans les rues

Vous avez besoin d’un gouvernement qui puisse supporter avec vous ce fardeau, les décisions à prendre finiront par affecter le pays et votre personne…

Convoquez les forces politiques qui puissent partager avec vous la responsabilité et ne permettez à personne de fuir la responsabilité
Qu’ils viennent porter une partie du fardeau et protéger les décisions qui seront prises.

Il n’y a rien de plus facile que de dire qu’en raison des circonstances nous ne voulons être concernés ni de près ni de loin…il suffit que le gouvernement prenne une mauvaise décision pour qu’il soit acculé au pied du mur…

Il faut prendre les mesures destinées à préserver les intérêts notre peuple…
Un gouvernement formé exclusivement d’experts, ne résistera pas. Formez un gouvernement avec les partis politiques pour que tous assument la responsabilité de la crise

Les forces politiques et économiques doivent aider à la résolution de la crise

En outre, les forces politiques et les blocs parlementaire devraient mener des tractations pour s’entendre sur les choix à faire.
Il faut inviter toutes les forces politiques pour qu’elles exploitent tous les moyens internes dont elles disposent et investissent leurs relations externes pour sortir de la crise…

Les dirigeants, les mastodontes de l’argent, vous devez aider votre pays, votre région, votre communauté, votre circonscription électorale…
Ceux qui ont des relations avec certains pays devraient en profiter pour sauver la situation

Moi je suis prêt à parler avec les responsables iraniens et je l’ai déjà fait. Nous avons un ami qui s’appelle l’Iran qui est prêt à nous vendre les dérivés pétroliers et le fuel et d’autres produits en livres libanaises. Cela va épargner des milliards à la caisse libanaise, et va contribuer à baisser le cours du dollar …

Deux solutions à la crise gouvernementale

Cinquièmement : si la crise se poursuit dans la formation du gouvernement, nous avons deux solutions.

D’abord à ceux qui disent au Hezbollah qu’il faut qu’il fasse pression. Qu’est-ce que cela veut dire ?
Sachez que tout ce que le Hezbollah doit faire il l’a fait et va le faire. Mais il ne peut faire davantage. Il n’a pas de bâton magique…

Il y a donc deux solutions :

Réactiver le gouvernement démissionnaire. Nous avons vu comment la situation s’est détériorée ces derniers jours. Le Premier ministre Hassan Diab est un personnage nationaliste. Il doit assumer ses responsabilités et utiliser ses prérogatives et ne pas se désister…
Dans ce pays il n’y a pas de responsables prêts à assumer leurs responsabilités et les gens sont abandonnés à leur sort en face des forces de sécurité
Hassan Diab devrait assumer cette responsabilité et faire le maximum.

la deuxième solution est qu’il va falloir  trouver une solution constitutionnelle et ce n’est pas à cause de la situation actuelle seulement. Etant donné que la formation du gouvernement doit se faire à la base de l’entente entre le chef de l’Etat et le Premier ministre, parfois il y a des blocages
Il faut chercher une solution constitutionnelle précise qui puisse prendre en considération les équilibres communautaires… Le Hezbollah dipose d’un certain nombre d’idées qui ont besoin d’être discutées…

Hausse du dollar: le gouverneur de la BDL responsable

Sixièmement : concernant la hausse du dollar. Tous les gens savent comment il monte. A la fin c’est le gouverneur de la Banque du Liban qui assume la pleine responsabilité de préserver la valeur de la livre.
Tes prérogatives te permettent de le faire, d’empêcher la hausse de la livre. Mais tu ne le fais pas et moi je sais que tu peux le faire.
Si tu peux résoudre ce problème pourquoi tu ne le fais pas sinon pourquoi tu restes à ton poste. Et si tu ne le peux pas, il faut l’expliquer aux gens. Les gens ont supporté l’insupportable…

Tu fais partie d’une guerre dont tu ne connais pas les objectifs

Septièmement :  à la lumière de tout ce se passe, les gens sont dans leurs pleins droits d’exprimer leur colère et de protester. Mais ceux qui le font en coupant les routes, doivent savoir que ce n’est pas de cette manière que le choses peuvent être résolues. Bien au contraire ils aggravent davantage la situation…

D’ailleurs ils ne sont pas le peuple libanais. Ce sont quelques jeunes du nombre des doigts de la main qui descendent dans les rues et incendient des pneus. Ils aggravent la crise parce qu’ils coupent les routes aux gens et entravent leurs déplacements. Ils font des actes suspects et dangereux pour le pays

Je voudrais leur dire : Tu mets le pays au bord de la guerre fratricide, tu humilies les gens, et ce n’est pas admissible. Tu aggraves la crise et tu fais partie d’une guerre dont tu ne connais pas les réels objectifs

Ce que vous faites ne résout aucun problème et vous avez tort de croire que vous pouvez faire pression comme ça.
J’invite les gens à la patience avec eux, mais moi je fais partie de ceux dont la barre est arrivée jusque-là (en désignant son nez, signe d’exaspération, ndlr)

A l’armée: halte au complot des ambassades

Il est du devoir de l’armée d’empêcher ceci sans ouvrir le feu.  Si les ambassades vous demandent de laisser faire cela veut dire qu’il y un complot.
Et si les différents moyens déployés n’arrivent pas à faire cesser les coupures de routes, ce sera une affaire à suivre.

Aux salariés du Hezbollah payés en dollars

Dernièrement, concernant le Hezbollah, on nous dit que nous touchons les salaires en dollars. Sachez que dans le Hezbollah, il y des gens, des femmes et des hommes qui travaillent sans percevoir de salaire. Ils constituent 80%. Ce sont les forces de mobilisation, des volontaires. Ils paient de leur poche même pour aller sur le front de bataille
Une grande partie sont des bénévoles et ils ont donc été impactés par la crise
Et il y a cette catégorie qui touche en dollar, les gens se moquaient de leur salaire depuis quelques années, en leur disant vous allez sur le front en échange de 400 à 500 dollars. Ils vivaient dans le strict minimum et maintenant en raison de circonstances en dehors de leur volonté, leur situation s’est améliorée
Je sais combien qu’ils étaient endettés et maintenant ils s’acquittent de leurs dettes et de leurs anciennes obligations
Et je sais aussi que grand nombre de nos frères et sans aucune prescription de notre part paient une partie de leur salaire a leurs proches et aident de leur plein gré…
Ceux qui touchent en dollars, je leur demande de pendre l’initiative d’aider leurs proches mais aussi leurs voisins tous les mois…
Et nous allons faire une caisse interne pour ceux qui veulent y pour venir en aide aux familles les plus nécessiteuses.

Si la crise perdure, nous avons des alternatives

Dernier mot : cette situation doit être résolue dans les institutions étatiques et selon les obligations de chacune…
Au cas ou elle reste telle quelle nous n’abandonnerons pas nos responsabilités et lorsque nous serons face à une famine nos aurons recours aux alternatives que nous avons établies. Nous ne voulons pas en parler maintenant.

A SUIVRE

Source: Al-Manar

https://french.almanar.com.lb/2029282

Dans LIBAN

ONU : LE REPRESENTANT DU LIBAN REPOND AUX ACCUSATIONS ISRAELIENNES SUR LE HEZBOLLAH

Par Le 17/03/2021

Le représentant du Liban auprès de l’ONU répond aux accusations israéliennes sur le Hezbollah

 Depuis 2 heures  17 mars 2021

Le représentant du Liban auprès des Nations Unies à Genève, Salim Baddoura,

Le représentant du Liban auprès des Nations Unies à Genève, Salim Baddoura

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

 

 

Le représentant du Liban auprès des Nations Unies à Genève, Salim Baddoura, a dénoncé les propos prononcés par la déléguée d’Israël. Cette dernière a taxé de ‘terrorisme’ le Hezbollah, estimant que « le système de missiles de la résistance constitue une menace pour les Libanais ».

Pour M.Baddoura, « les propos de la délégué israélienne sont des allégations dénuées de tout fondement et constituent une  ingérence flagrante de la part d’Israël qui occupe certaines parties du Liban ».

Il convient de rappeler que l’ambassadeur Baddoura avait également répliqué en janvier dernier aux mensonges de la déléguée israélienne.

Il avait insisté que « le Hezbollah est une composante de la société libanaise largement représentée au sein de la population. Le Hezbollah fait partie de la résistance libanaise contre l’occupation israélienne et participe à la vie politique ».

M.Baddoura avait alors qualifé de « fausses toutes les accusations d’Israël, notamment celles liées au terrorisme, vu qu’elles sont émises par une autorité d’occupation ».

Pour sa part, la délégation permanente du Liban auprès des Nations Unies, avait assuré lors de la 45e session du Conseil des droits de l’homme en septembre 2020, « le droit du Liban à la résistance pour libérer sa terre et défendre sa souveraineté représentée par les institutions constitutionnelles qui expriment la volonté du peuple libanais, dont le Hezbollah y fait partie intégrante ».

 

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2028523

Dans LIBAN

LIBAN : LES RENSEIGNEMENTS MILITAIRES ISRAELIENS « DANS LA TETE DE NASRALLAH »… ET DANS LA TETE DU PUBLIC ISRAELIEN

Par Le 14/03/2021

Les renseignements militaires israéliens « Dans la tête de Nasrallah »… Et dans la tête du public israélien

 Depuis 18 heures  14 mars 2021

sayed

 Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Leila Mazboudi

Il semble qu’à aucun moment, l’intelligentsia sécuritaire, politique et médiatique israélienne ne se désintéresse du numéro un du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah.  En plus du nombre des missiles de la résistance au Liban, elle s’intéresse surtout à sa personne. « Son profil psychologique », selon le service des renseignements de l’armée israélienne, Aman qui a réalisé récemment un rapport sur lui.

Cet appareil, qui concentre son activité sur la collecte et l’analyse d’informations militaires à partir de plusieurs sources, dans le but de diagnostiquer au préalable les signes de guerre ou d’activités militaires, a pour la première fois, eu recours à certains membres de l’équipe qui ont participé à la rélisation de l’étude pour médiatiser ses conclusions. Ou une partie . Celles destinées à envoyer des messages. Reste à savoir à qui. Et pour quels objectifs.

Selon le quotidien israélien Yediot Ahronot qui a interrogé quelques uns des membres de ce noyau d’Aman, dont les rapports d’évaluation stratégique sont consultés par les décideurs israéliens, le titre choisi pour le rapport est « Dans la tête de Nasrallah ».
Une allusion que les renseignements israéliens ont pu s’y infiltrer.

Force est de constater que cette équipe y fait preuve d’une grande vantardise.  Sa prétention de savoir tout sur S. Nasrallah, comme celle de connaitre le nombre exact des missiles entre les mains de la résistance , constitue la colonne vertébrale du rapport, laquelle traverse toutes les autres thématiques principales.

En tête de ces thèmes vient l’enfermement supposé du numéro un du Hezbollah, très cher aux médias et aux politiciens, lesquels ne cessent de matraquer leur opinion publique « qu’il vit dans un bunker », pour décrire  les prescriptions sécuritaires rigoureuses qu’il observe depuis la guerre 2006.

Vantée comme un exploit de la guerre 2006 qui a été une débandade pour l’armée israélienne, cette thématique est maintenant accompagnée par celles de « son isolement » et de « son narcissisme » présumés. Le tout, accompagnant ce qui ne saurait être que les qualités de S. Nasrallah, auxquelles le public israélien semble bien sensible.

« Hantée par Nasrallah »

« C’est l’homme mystère, en apprentissage permanent, connaissant parfaitement les détails de la société israélienne, le seul stable dans une réalité en changement perpétuel au Moyen-Orient », le décrit l’étude d’Aman, dans ce qui semble être l’exposé de ses qualités.

Selon le quotidien israélien, une de ses chercheuses avoue « être hantée par Nasrallah ».
« Elle rêve et respire Hassan Nasrallah 7 jours la semaine, 24 heures par jour », rapporte le YA, à la foi de Dr. Q., docteure en Sécurité régionale, qui assure le faire depuis 10 ans.

Elle s’intéresse entre autres au profil physique de Sayed Nasrallah, à partir de « sa coupure de cheveux et sa barbe, avant chaque discours » elle scrute comment « il prend soin de sa tenue vestimentaire et à ne pas suer durant son discours pour ne pas sembler faible ou sous pression ».

Mais c’est surtout l’intérêt qu’il porte pour les médias israéliens qui l’intrigue. Et par derrière son discours, adressé au public israélien, et qui exerce une influence sur lui.

« Hassan Nasrallah vit les médias israéliens. Il connait tous les correspondants. C’est son moyen de connaitre la société israélienne, afin de correspondre avec elle. Dernièrement, ils lui ont accordé une tribune beaucoup plus importante que celle des médias chez lui au Liban. L’importance qui lui est offerte chez nous continue seulement à nourrir son narcissisme », ajoute-t-elle dit pour le YA.

L’art de transformer les qualités en défauts

Le rapport exerce un réel tapage sur cette notion de narcissisme présumé qu’il prétend déceler chez le chef du Hezbollah. On constate qu’elle est surtout utilisée pour déformer ses qualités de leader influent qui ne peuvent être occultées.

A peine Dr. Q. observe que « sa personnalité est très intéressante et complexe… on ne peut pas tout savoir sur lui…il jouit d’une compétence politique et stratégique unique… durant ces trois dernières décennies, il a développé son image en tant que leader incontestable », elle objecte : « Il est très égocentrique, secret, très circoncis dans ses consultations, et très préoccupé de lui-même jusqu’au narcissisme ».

En outre, elle aime voir une déchirure ou une contradiction qui se veut être douloureuse, là où il y a une contrariété, ou une simple nécessité de concordance.

Ainsi toujours selon la docteure Q, sayed Nasrallah « serait déchiré entre deux identités, religieuse islamique et politique pragmatique ». Quant à « sa conscience morale rigoureuse », elle devient d’après elle « la cause d’une tension structurelle entre son engagement religieux envers l’Iran et son pays le Liban ».

Un autre interlocuteur du YA et membre de l’équipe d’Aman, le capitaine ‘A’, prend le relais sur la thématique du dirigeant narcissique, lui projetant des caractéristiques qu’il lui attribue arbitrairement, en misant sur la notion de l’isolement en plus.

S. Nasrallah « est très fanatique pour sa personne, ne permettant pas aux autres qui sont proches de lui de grandir, il n’a toujours pas construit d’héritier pour le jour où il ne sera plus. Il sauvegarde le monopole de la domination militaire. C’est à lui de prendre tout seul ses décisions et il détient le dernier mot », dit-il.  Sachant que S. Nasrallah a, lors de l’un de ses anciens discours, expliqué que la prise de décision au sein de la direction du Hezbollah est le fruit d’une consultation avec un parterre de dirigeants et qu’il ne prend jamais ses décisions tout seul. Dans ses nombreux discours, il dit souvent « mes frères et moi avons pris la décision de … »

De l’imaginaire à l’effectif

Dans certaines de ses séquences, relayées par le journal israélien, le rapport puise dans l’imagination des comportements prévisibles de quelqu’un qui est soumis à des restrictions d’ordre sécuritaire pour les présenter comme s’ils sont effectifs : « il ne sort pas de sa maison, il ne s’approche pas des fenêtres, il ne voit pas la lumière ».
De même pour les séquelles qui en découleraient : « Nasrallah paie un lourd tribut de sa propre santé. Nous voyons durant ses discours qu’il se comporte avec lourdeur… dans l’endroit où s’enferme il n’a pas de vie sportive, et comme il ne s’expose pas au soleil, il doit souffrir d’une carence en vitamine D ».

Comme ces allégations ne reposent sur aucun fait palpable, pour y remédier, les membres d’Aman recourent à la vantardise, en misant sur l’impression qu’il sont au courant de tout, et savent même où il se trouve : « il comprend très bien que le moment où il sortira la tête, Israël saura où il est », avance l’un d’entre eux, la capitaine ‘A’. Et d’en conclure : « Ce qui fait de lui un personnage très isolé ».

« L’isolement de Nasrallah s’est accentué avec les ans. Aussi bien de point de vue politique que personnel. Il n’a personne sur qui il peut compter. Il craint que quelqu’un ne grandisse et ne menace son hégémonie. Son égocentrisme immense et le fait qu’il ne peut compter sur personne exacerbent son narcissisme », énumère un certain lieutenant ‘Ch’.

A la question de savoir comment peut-il gérer une organisation aussi complexe, en dépit de sa présumée vie en isolement, il évoque l’esprit du leader incarné chez ses adeptes au sein de la résistance. « Il lui suffit de donner ses prescriptions et ils sauront ce qu’il veut ».
«Ses directives à l’organisation sont très claires », croit analyser la lieutenant ‘H’, directrice de la cellule Front qui s’intéresse aux questions militaires du Hezbollah contre Israël : « la riposte à chaque tué du Hezbollah, tout ce qui a trait à la souveraineté, la préservation de la proportionnalité… ». Des thèmes que sayed Nasrallah répète en boucle dans ses discours.  « Et ils savent comment il conçoit la riposte », croit-elle deviner.

Niaiseries  et vantardise

Dans cet amalgame entre faits connus de tous, comportement imaginé à la base de prévisions évidentes, présenté comme effectif, et comportements entièrement fabriqués, les niaiseries ont aussi leur place.

Comme lorsque l’un de ses interlocuteurs évoque des évidences en disant que « Nasrallah est un homme de religion. Il prie comme tous les chiites ». C’est comme si c’est adressé à un public musulman non chiite!
Et losqu’un autre se targue de savoir que « dans les conditions de cachette où il vit il y a quelqu’un qui s’occupe de lui couper les cheveux et de raser sa barbe avant chaque discours ».

La vantardise de cette supposition aussi subalterne que stupide  n’a pas échappé au journaliste chevronné et ancien animateur de la chaine de télévision israélienne KAN, Yaacov Akhmaïr.
« Pure vantardise », s’est-il offusqué lors d’un débat sur la chaine israélienne 12.  « Chaque semaine il y a une mise en scène qui dit que nous avons gagné, et nous avons gagné en ouvrant le dossier de Nasrallah. Ça suffit vraiment ça suffit », a-t-il lancé, avec irritation devant le général Avi Peniahou, le porte-parole de l’armée israélienne.

Et ce dernier de tenter de sauver la situation : « c’est possible que nous voulions lui montrer à quel point les est à découvert. Et il est possible que d’autres choses aient été découvertes. Pour qu’il sache qu’il n’a pas à traiter avec nous. Tout ceci est un travail des renseignements. Réduire la classification sécuritaire des informations des renseignements pour des besoins opérationnels. Je suppose qu’il y a une considération de ce genre. Personne n’a fait quelque chose de politique ».

Sans toutefois persuader son interlocuteur : « je déteste cette vantardise. Certainement la semaine prochaine, il y aura un autre « nous avons gagné » ».

« Les mains de Nasrallah touchent les arbres »

Selon Ibrahim al-Amine, le rédacteur en chef du quotidien libanais proche du Hezbollah, les conclusions du rapport d’Aman ne comportent aucune information des renseignements qui mérite ce nom.
Il estime qu’elles ne sont pas non plus à la hauteur d’un service des renseignements militaires, considéré être l’un des plus importants et les plus coûteux, et dont les membres sont les diplômés d’un programme spécifique qui assemble les services continus sur des études en sciences politiques et en sciences du MO dans une synergie avec les sciences de l’informatique, les mathématiques, l’économie et la politique.

Al-Amine considère aussi qu’il n’est pas non plus à la hauteur des journalistes qui ont publié l’article.

« Que dire d’un reportage au cours duquel ont été interviewés 15 officiers, experts et chercheurs, qui travaillent nuit et jour pour collecter des informations sur Nasrallah et les analyser et qui n’accèdent qu’à des données dont disposent les médias arabes sur le Hezbollah, son secrétaire général , sa famille et d’autres choses qui lui sont liées, -dont une interview qu’al-Akhbar avait réalisée en 2014, qu’elles soient vraies, fabriquées ou déviées, pour les exposer à un public israélien dans un contexte précis et orienté pour donner l’impression d’être capable de savoir et d’analyser les choses », a-t-il écrit dans un article publié ce samedi 13 mars.

Et de le conclure en révélants certains faits : «Je vais vous ajouter certaines choses. Nasrallah ne vit pas sou terre. Et il voyage hors du Liban. Et il se déplace entre les villes, les villages, les rues et les quartiers. Et il dispose d’équipes d’experts en toute chose. Dans son agenda il y a Joe Biden en passant par le maire de Mays al-Jabal (village à l’extrême sud du Liban aux confins avec la Palestine occupée) et jusqu’au chef du conseil local de la colonie Shlomy … A vous dire, ses mains touchent les arbres… ».

Nasrallah face aux dirigeants israéliens

Selon l’expert des questions israéliennes Rassem Abidate, interviewé par la télévision libanaise d’informations al-Mayadeen Tv,  les dirigeants israéliens son hantés par la personnalité du chef du Hezbollah pour la simple raison que « les Israéliens croient S. Nasrallah plus qu’ils ne croient leurs dirigeants ».

Le rapport israélien aussi peut sembler être sous le charme.

« C’est un personnage familial… Mais il se préoccupe beaucoup plus d’une maison qui s’effondre au Liban que des questions de sa famille… Il n’a pas de biens propres à lui. Il a pleinement confiance en la base populaire », sont aussi les conclusions du profil psychologique d’Aman sur Sayed Nasrallah. Elles peuvent paraitre contraster avec l’orientation du rapport, si ce n’est qu’elles évoquent « la pauvreté chiite », pour justifier insidieusement son manque de moyens présumé. Et lorqu’il conclut « qu’il n’est pas corrompu personnellement », il laisse supposer que les autres le sont.

N’empêche que ces conclusions sur le profil du chef de la résistance libanaise touchent à ce qui fait défaut à la classe politique israélienne, embourbée dans des affaires de corruption, de népotisme et d’affairisme, depuis Ariel Sharon, en passant par Ehud Olmert et jusqu’à Benjamin Netanyahu. Sans oublier l’ex président Moshé Katsav, condamné dans des affaires de viols.

En s’efforçant d’altérer les qualités de leader du secrétaire général du Hezbollah, Aman aspire à dissimuler les défauts des dirigeants israéliens, aux yeux du public israélien. Ou à les minimiser. Dans toute cette mise en scène médiatique diligentée par l’appareil des renseignements de Tsahal, c’est ce public qui en est la cible. Sans exclure catégoriquement les autres publics, par extension.  Le recours à ses experts eux-mêmes pour diligenter ses conclusions illustre profondément cette velléité de remédier à cette crise de confiance. Elle semble très profonde.

Une lecture approfondie du rapport « Dans la tête de Nasrallah » montre bien que c’est plutôt la tête du public israélien qui est visé…

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2025927

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH ABAT SON SECOND HELICOPTERE ISRAELIEN

Par Le 13/03/2021

Le 2e hélicoptère israélien à avoir été visé par les brouilleurs électroniques du Hezbollah

Saturday, 13 March 2021 6:49 PM  [ Last Update: Saturday, 13 March 2021 6:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Crash d'un hélicoptère israélien dans le nord de la Palestine occupée. (Illustration)

Des sources d’information ont rapporté le crash d’un hélicoptère israélien dans le nord de la Palestine occupée.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, ces sources ont rapporté un accident d’hélicoptère dans le nord de la Palestine occupée samedi après-midi.

Le Jerusalem Post a annoncé que l’hélicoptère s’était écrasé et quatre personnes, dont deux enfants, avaient été blessées dans l’accident.

DCA: Israël en état de choc

DCA : Israël en état de choc

Un drone de reconnaissance israélien a explosé dans le sud du Liban, a rapporté Russia Today citant des sources locales.

Le journal israélien a ajouté que l’hélicoptère s’était écrasé dans un espace ouvert près de la zone « Rush Pina ». La police du régime sioniste et les inspecteurs des accidents aériens enquêtent sur les lieux.

Le Jerusalem Post n’a pas mentionné le type d’hélicoptère, le nombre de membres d’équipage ou d’autres détails sur l’accident.

Récemment, les médias sionistes ont rapporté l’accident d’un hélicoptère transportant le chef d’état-major interarmées de l’armée sioniste. Au cours de cet incident, l’hélicoptère Black Hawk transportant Aviv Kochavi a été contraint d’effectuer un atterrissage d’urgence sur une base aérienne du centre d’Israël en raison d’un défaut technique du moteur. Un autre hélicoptère militaire israélien a été abattu pendant le vol d’entraînement, et l’instructeur de vol et le pilote ont été tués. L’incident a eu lieu dans le sud d’Israël.

Le Hezbollah sort ses missiles sol-air!

Le Hezbollah sort ses missiles sol-air !

Un « Hermes 450 israélien lancé depuis la base Palmachim, tombe dans le filet de la DCA du Hezbollah à al-Zahrani 

À la suite de cet accident d’avion, le major général Amikam Norkin, commandant de l’armée de l’air du régime sioniste, a ordonné la formation d’une équipe spéciale pour enquêter sur la cause de l’incident. De plus, l’armée de l’air du régime israélien a ordonné l’annulation de tous les vols d’entraînement.

Cela intervient alors que le 3 février dernier, un drone israélien a été visé par un missile antiaérien du Hezbollah. Ceci témoigne de la capacité croissante du Hezbollah à limiter la liberté d’action d’Israël. Les actions israéliennes offrent une fenêtre d’opportunité aux terroristes de Daech dans toute la Syrie, et principalement à Homs et à Deir ez-Zor.

Ciel libanais: Israël, ligoté...

Ciel libanais : Israël, ligoté...

Le drone israélien Hermes 450 que le missile sol-air du Hezbollah a abattu mercredi dernier dans le ciel libanais 

Par ailleurs, le chef du bloc “Loyauté à la Résistance” au Parlement libanais, le député Muhammad Raad, a révélé dans une interview exclusive à Sputnik les détails de la visite de la délégation du Hezbollah, qu’il dirige, dans la capitale russe, Moscou, lundi prochain.

Muhammad Raad a déclaré que “la relation entre le Hezbollah et la Russie a commencé il y a des années et qu’elle est régie par des points d’intérêt commun et une vision unique ou très proche de la situation dans la région et de la nécessité de la stabilité de cette région”.

“Il y a deux ou quelques années, nous avons visité Moscou et la discussion a eu lieu sur les développements dans la région et au Liban, et aujourd’hui, après de nombreux développements qui ont eu lieu au cours des dernières années, il était nécessaire de focaliser la discussion sur les perspectives de la prochaine étape à la lumière de ces développements”, a-t-il ajouté.

Il a souligné que “l’invitation que nous avons reçue vise à rouvrir le débat sur les perspectives de la prochaine étape après les acquis réalisés dans l’intérêt des peuples de la région”.

Russie/Hezbollah: le lien militaire-choc?

Russie/Hezbollah: le lien militaire-choc?

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/13/647231/Isra%C3%ABl-Hezbollah-h%C3%A9licopt%C3%A8re-crash-

Dans LIBAN

PROTESTATIONS AU LIBAN : TENACITE DU PRESIDENT MICHEL AOUN, NON SAOUDIEN ET INGERENCES ETRANGERES

Par Le 10/03/2021

Protestations au Liban: tenacité du président, non saoudien et ingérences américaines

 Depuis 15 heures  10 mars 2021

president

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Leila Mazboudi

Bloquant les routes partout au Liban depuis plus d’une semaine, les protestataires veulent le départ du chef de l’Etat qui dénonce des actes de sabotage et des ingérences étrangères … Cette fois-ci, la protestation n’a rien d’un mouvement populaire. Dans l’arrière fond: une protection américaine sans failles à l’architecte de la crise économique et financière, et un non saoudien à un gouvernement avec le Hezbollah ou ses alliés…Face auxquels, le président fait preuve d’une grande tenacité. 

Le président libanais Michel Aoun a fermement dénoncé des blocages de route « inacceptables », qui se déroulent au Liban depuis plus d’une semaine, y voyant un « acte de sabotage ». Il a accusé des parties et des plateformes étrangères de porter atteinte au statut international de l’Etat et à la monnaie nationale, estimant que la récente dépréciation de la livre face au dollar est « injustifiée ».

« Les citoyens ont le droit d’exprimer leur opinion en manifestant. Cependant, les fermetures de routes portent atteinte au droit des citoyens de voyager et d’aller au travail, surtout après des semaines de fermeture générale », a-t-il déclaré le lundi 9 mars. Et de poursuivre : « Ce qui se passe dans les barrages routiers va au-delà de la simple expression d’opinions. C’est un acte délibéré de sabotage visant à porter atteinte à la stabilité. Par conséquent, les services de sécurité et militaires doivent s’acquitter pleinement de leurs devoirs et appliquer les lois sans hésitation ».

Dans le récent mouvement de contestation, au cours duquel les protestataires bloquent plusieurs axes routiers majeurs, ils réclament surtout son départ, lui imputant arbitrairement et avec exagération la responsabilité de l’effondrement économique et financier sans précédent que traverse le Liban.

La semaine passée la livre libanaise a connu une nouvelle dépréciation, franchissant le cap des 10.000 livres contre le dollar américain.
Cela faisait plusieurs mois qu’elle tournait aux alentours des 9.000. après avoir perdu en moins d’un an ,  85% de sa valeur. Provoquant une inflation sans précédent et une baisse vertigineuse du pouvoir d’achat.

« Des doigts se sont inflitrés dans le marché du dollar et dans le mouvement de contestation pour exercer des pressions politiques et envoyer des messages », a expliqué le journal libanais al-Joumhouriyat.

Il y a eu auparavant un circulaire de la Banque du Liban (BDL) aux banques libanaises leur demandant d’augmenter de 20% leur capital par rapport à leur niveau en 2018, ainsi que le placement auprès des banques correspondantes d’un montant équivalent à 3 % de leurs dépôts en devises à fin 2021. Faute de quoi ils sortiront du marché.

Riad Salamé, l’intouchable

Depuis 2019, le Liban connaît sa pire crise économique et financière. Elle a été causée par les politiques bancaires prônées par Riad Salamé chef de la BDL depuis plus de 30 ans. Or celui-ci dispose d’un soutien américain sans faille. Il  persiste dans son poste malgré le fait que le chef de l’Etat et le Premier ministre des affaires courantes Hassan Diab réclament son départ. Et malgré son refus  de procéder à l’audit juricomptable des comptes de la Banque du Liban confié aux cabinets Alvarez-Marsal.

La semaine passée, l’agence américaine Bloomberg avait publié à la foi de certains responsables de la Maison Blanche, que cette dernière compte le sanctionner. Mais l’information a aussitôt été démentie par l’ambassade des Etats-Unis au Liban.

Riad Salamé a réussi une évasion vers l’étranger de plusieurs dizaines de milliards de dollars, 30 selon certaines estimations, avant l’éclatement du mouvement de protestation en octobre 2019. Ces fonds reviennent à des élites politiques, économiques et financières, toutes appartenances politiques et confessionnelles confondues.
Il bloque aussi les comptes bancaires de plusieurs milliers d’épargnants libanais, estimés à plusieurs milliards de dollars … Et il n’arrête de parler de 7 milliards qui se trouveraient dans les maisons, chez les particuliers.

Sa politique de taux de prêts élevés a aussi favorisé une économie rentière qui a été adoptée par l’ex-Premier ministre Rafic Hariri et les gouvernements qui se sont succédés. Le défunt disposait pour sa part d’un soutien sans failles aussi bien de l’Arabie saoudite que de la France spécifiquement.  Acteurs internationaux et régionaux ont laissé faire cette politique économique qui a profondément porté atteinte aux différents secteurs de la production locale et endetté le pays. Sa dette culmine à plus de 86 milliards $, soit plus de 150 % du PIB, troisième taux le plus élevé au monde.

L’obstination du président, le non de Riad, et Hariri

Depuis l’explosion du port dont les résultats de l’enquête menée par les Occientaux tardent à être rendus publics, et les deux visites de son président Emmanuel Macron, Paris se présente  comme la puissance salvatrice du Liban. Elle évoque des réformes indispensables pour débloquer des aides internationales maintes fois promises.

Mais son initiative en vue de la formation d’un gouvernement de technocrates peine à voir le jour depuis la désignation de Saad Hariri, lechef du courant du Futur. Ce dernier s’entêtant à vouloir s’accaparer toutes les nominations des portefeuilles ministériels, refusant au chef de l’Etat le droit que lui accorde la Constitution d’y contribuer. L’attachement du chef de l’Etat à ses prérogatives semble être la cause de la campagne pour sa révocation.

Interrogé sur une éventuelle décision de Hariri de renoncer à former le gouvernement, un cacique du Futur, Nouhad al-Machnouk a assuré qu’elle serait conditionnée à la démission du chef de l’Etat!

Or, Hariri a avoué depuis quelques jours ne pas être en mesure de former un gouvernement sans l’approbation de l’Arabie saoudite. Et celle-ci refuse toute participation du Hezbollah ou de ses alliés dans ce gouvernement. « Ce que l’Arabie exige de M. Hariri au Liban , il ne peut l’exécuter », a fait valoir le numéro deux du Hezbollah, cheikh Naïm Qassem, lors d’une récente interview.

Néanmoins, le royaume semble le mettre à l’épreuve sur cette question, pour qu’il puisse retourner à Riad. Depuis qu’il a été brutalisé et humilié sur l’ordre du prince héritier Mohamad ben Salmane, pour la simple raison qu’il n’arrivait pas à circonscrire le Hezbollah, il n’y est plus le bienvenu. Entretemps, les Saoudiens lui préfèrent le chef des Forces libanaises Samir Geagea, avec qui leur ambassadeur au Liban multiplie les rencontres. Ce mardi 9 mars encore.

Or M. Hariri tente une médiation avec Abu Dhabi où il s’est rendu plusieurs fois ces temps-ci. Dont ce mardi encore, où il  a rencontré le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov, en marge de sa visite aux Emirats arabes unis. Il n’avait auparavant pas réussi à obtenir une visite en Russie pour rencontrer le président Vladimir Poutine.

Président le conseil des ministres lors de l’éclatement du mouvement de contestation fin 2019, provoqué par la décision de son gouvernement d’imposer un tarif aux services de Whatsapp , pourtant gratuits de par le monde, il a démissioné. Lorsque l’effondrement économique a commencé directement après, exacerbant davantage les protestations, son courant s’y est immiscé. Ainsi que tous les autres partis pro américains et les ONG qu’ils financent.

Ce fut l’une des raisons pour lesquelle celles-ci ont fini par échouer . Sans compter la propagation de la pandémie du Covid-19.

Une contestation des affamés aux pneus neufs

La crédibilité de ce mouvement entachée , il peine depuis à se reconstituer.

Durant cette semaine de protestations, on retrouve les mêmes scènes sur les axes routiers bloqués. Un groupe d’une vingtaine de jeunes au maximum qui apportent avec eux des pneus neufs et les font brûler, bloquant les routes, avant d’être écartés par les forces de l’ordre et l’armée, sérieusement débordées. Et puis ils recommencent de nouveau. Les gens se demandent d’ailleurs comment « ces jeunes soit-disant affamés ont les moyens de se procurer des pneus neufs »

Les appels pour le lundi 8 mars sur les réseaux sociaux pour une « Journée de la colère » à travers le pays ont été un fiasco.
La plupart des groupes qui avaient constitué le gros du mouvement de contestation de 2019 n’y ont pas participé, rapporte le journal al-Akhbar.
« C’est cette même clique qui a causé l’effondrement du pays qui se révolte sur son cadavre », estime-t-il.

Le quotidien évoque une participation des Forces libanaises et des Kataeb de Samir Geagea et des Gemayel, du parti socialiste de Walid Joumblatt et du courant du Futur de Saad Hariri. Mêmes si les dirigeants de ces formations refusent de revendiquer ouvertement leur participation.
Ils se sont partagés les blocages des routes : les FL et le Kataeb celles du Mont Liban, les PSP sur celle d’une partie de la Montagne du Chouf et la route du sud-Liban et le Futur sur celles menant à la Békaa et de Beyrouth.

Et leurs partisans de réclamer la démission du président de la république et rien d’autre.
« Et lorsqu’on leur demande pourquoi le président Aoun, ils répondent : parce qu’il est l’allié du Hezbollah… Ou parce qu’il est assis dans les bras de l’Iran », prétendent-ils.
« Ce qu’ils veulent c’est la politique de neutralité », laquelle avait été prônée par le patriarche maronite Béchara Rai dans son dernier discours, toujours selon al-Akhbar. Son éminence a apporté de l’eau à leur moulin.

Les masques de l’ambassadrice américaine

Face à tout cela, le Hezbollah s’abstient de tout commentaire. Son allié le mouvement Amal a rejeté les allégations selon lesquelles ses membres participent au blocage de routes, ou qu’il veuille la démission du chef de l’Etat.

« L’objectif de ces troubles est de faire pression pour la formation d’un gouvernement de sorte qu’il n’y aurait aucune voix qui puisse s’opposer aux desideratas de Washington », a expliqué le chef du mouvement du Peuple, l’ex-député Najah Wakim. Accusant des protagonistes locaux proaméricains de confisquer « les revendications des gens avec des slogans politiques qui n’ont rien à voir avec leur souffrances ».

Les Américains veulent  trois choses du Liban: affaiblir la résistance pour entamer le processus de sa normalisation avec l’entité sioniste, ses hydrocarbures très promettants capables entre autres d’éradiquer sa dette et la délimitation des frontières maritimes et terrestres avec la palestine occupée, à l’avantage d’Israël.

« Tous les Libanais, depuis le nord et jusqu’au sud, connaissent la tête de l’ambassadrice des Etats-Unis (Dorothy Shia, ndlr) Est-ce que 10% d’entre eux connaissent le nom de l’ambassadeur de l’Iran », a dit M.Wakim pour illustrer l’importance de l’ingérence de Washington dans les affaires internes libanaises. Sans oublier ses tentatives effrénées pour redorer son image profondément ternie. Les Libanais, dans leur grande partie, étant profondément conscients de son rôle infeste dans l’effondrement de leur pays.

Ces dernières semaines, en plein confinement, a été diffusée dans les télévisions libanaises pro américaines et sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle on voit Shia dans une rue, en train de distribuer mesquinement des masques aux automobilistes.
« Elle doit en pâtir pour en faire à ce point », a dit une professeure universitaire libanaise.

Quand bien même les Américains devraint avoir plus d’un tour dans leur sac, au pays du cèdre, ils ne sont pas non plus au bout de leur peine…

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2023859

Dans LIBAN

GAZ LIBANAIS : "ISRAËL" STOP!

Par Le 07/03/2021

Frontière maritime: comment les USA entravent les négociations?

Sunday, 07 March 2021 6:58 PM  [ Last Update: Sunday, 07 March 2021 7:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les États-Unis tentent d’entraver les négociations entre le Liban et le régime israélien sur la démarcation de frontières maritimes. (Photo d’illustration)

Les États-Unis tentent d’arracher des concessions au Liban, lors des négociations sur la délimitation de la frontière maritime, au profit de la partie israélienne, indique Amin Hoteit.  

Le renommé analyste du monde arabe, Amin Hoteit, a fait paraître un article, dans le quotidien al-Binaa, au sujet du rôle dévastateur des États-Unis dans les négociations sur la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et le régime israélien. 

Lire aussi: Pourquoi Israël multiplie-t-il ses provocations dans l’espace maritime libanais ?

Amin Hoteit écrit : « Sous le mandat de Donald Trump, les Américains ont fait un grand cadeau au régime israélien ; les fermes de Chebaa ! Cependant, ils ne s’en sont pas contentés et cherchent maintenant à leur offrir les eaux libanaise. » 

Pourparlers indirects Liban/Israël

Pourparlers indirects Liban/Israël

Des pourparlers indirects auront lieu entre Tel-Aviv et Beyrouth pour démarquer les lignes frontalières.

« Lors des négociations indirectes sur la délimitation des frontières maritimes entre le Liban et Israël, la délégation libanaise insiste sur les droits légaux du Liban, mais la partie israélienne refuse de se soumettre aux conditions posées par Beyrouth et continue d’entraver le processus de négociations tout en accusant Beyrouth de mettre des bâtons dans les roues », indique l’analyste. 

Et de continuer : « En effet, les Américains font tout pour arracher des concessions au Liban afin d’assurer ainsi les intérêts de leur allié israélien. C’est exactement ce que faisait Donald Trump. Par exemple, Washington a récemment accusé le Liban de ne pas opter pour une position homogène lors des négociations. »  

Lire aussi: La crainte des missiles du Hezbollah a poussé Israël à négocier ?

« L’ancien secrétaire d’État adjoint des États-Unis en charge du Moyen-Orient, David Schenker, a récemment prétendu que le règlement du dossier de la délimitation des frontières maritimes contribuerait à l’amélioration de la situation économique du Liban et qu’il aiderait le pays à sortir de la crise économique en raison des activités du forage que le français Total pourrait reprendre après ».  

Amin Hoteit réaffirme que « c’est exactement par les propos de tel genre que les États-Unis entendent faire confronter le gouvernement libanais à la colère de son peuple ». « Autrement dit, Washington veut suggérer que ce serait le gouvernement libanais qui ferait durer la crise économique en entravant les négociations de démarcation pour ainsi susciter l’ire générale au Liban », ajoute M. Hoteit. 

Gaz libanais: Israël stoppé

Gaz libanais : Israël stoppé

Un journal libanais a révélé que les négociations officielles pour délimiter les frontières maritimes entre le Liban et Israël sont au point mort, et qu’il n’y a aucune information sur leur éventuelle reprise.

Il a rappelé que c’était le régime israélien qui avait suspendu les négociations : « Le Liban n’a jamais rien fait pour entraver les négociations ; ce qui les entrave en effet est le soutien indéfectible des Américains aux intérêts de leur allié israélien ». 

Amin Hoteit a souligné que Beyrouth n’avait jamais demandé ce qui ne relevait pas de ses droits légitimes et légaux. 

Le projet américain de faire avancer l’affaire des frontières maritimes en faveur d’Israël ayant jusqu’ici échoué, les médias mainstream ne cessent d’ailleurs de formuler les accusations sans fondement contre le Hezbollah, comme si le mouvement de résistance libanais aurait été à l’origine des contestations de rue contre la situation économique.

En effet, l’axe américano-israélien essaie tous les moyens afin de supprimer le Hezbollah de la scène politique interne libanaise et d’attiser les différends entre les factions pro-Hezbollah et le reste du gouvernement, surtout les partis chrétiens, au sein du gouvernement. À cette campagne malveillante, le Hezbollah vient de réagir en publiant un communiqué.

« Des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux accusent des partisans du Hezbollah et d’Amal d’avoir bloqué les routes et fait des actes de sabotage, notamment sur la place Imam Hossein, alors que ce n’est pas vrai », indique le communiqué, publié conjointement par le Hezbollah et Amal. 

Le Hezbollah jouera  la carte

Le Hezbollah jouera la carte

Négociation gazière Israël/Liban ou piège à double sens anti-Israël ?

Les deux partis ont ensuite demandé aux services sécuritaires et juridiques de suivre le cas et de traduire en justice tous ceux qui ont endommagé les avoirs privés et publics. 

C’est dans un tel contexte que le Premier ministre par intérim envisage un voyage à Moscou, afin de s’entretenir avec les hauts dirigeants russes sur la situation au Liban et l’impact des positions des parties intérieures et régionales sur le processus de la formation du gouvernement. 

Lire aussi: Gaz : Israël menace le Liban

Et si les États-Unis prétendent voir dans les négociations sur les frontières maritimes une solution à l’impasse économique, voire politique, au Liban, on se rappelle que les Russes sont déjà présents dans le secteur pétrogazier russe. Le fait que le PM par intérim libanais est attendu à Moscou signifierait peut-être que la place de la Russie au Liban sur divers plans va se renforcer.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/07/646756/Liban-Russie-Israel-Etats-Unis-negociation-frontiere-maritime-demarcation-Hezbollah-

Dans LIBAN

HASSAN DIAB, PREMIER MINISTRE LIBANAIS PAR INTERIM : "LE LIBAN EST SUR LE POINT D'EXPLOSER APRES SON EFFONDREMENT"

Par Le 07/03/2021

Le Liban est sur le point d’exploser après son effondrement, prévient Hassan Diab

 Depuis 5 heures  7 mars 2021

Hassan Diab

Hassan Diab

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Premier ministre libanais par intérim, Hassan Diab, a menacé samedi 6 mars de cesser d’exercer ses fonctions pour faire pression sur les responsables politiques afin qu’ils forment un nouveau gouvernement.

« Si l’isolement aide à la formation du cabinet, je suis prêt à y recourir, même si cela va à l’encontre de mes convictions car cela perturbe tout l’État et nuit aux Libanais », a dit Hassan Diab lors d’un discours.

Il a affirmé que les Libanais paient le prix d’ambitions politiques et d’hérésies. Le Liban est sur le point d’exploser après son effondrement, a-t-il encore averti.

Il a, dans ce contexte, appelé les politiciens à mettre de côté leurs divergences afin de former un nouveau gouvernement capable de résoudre la crise économique due à la corruption et aux sanctions occidentales.

Qui utilise notre pays comme arène pour régler des comptes étrangers ? « Qu’attendez-vous, plus d’effondrement ? Plus de souffrance ? Le chaos ? » s’est exclamé Diab, fustigeant les hauts responsables politiques, sans les nommer, qui s’intéressent plus au nombre et à l’affiliation des ministres qu’au pays qui s’effondre.

« Quelle différence cela fera-t-il d’avoir plus ou moins de ministres (au sein du cabinet) si tout le pays plonge?», a-t-il réagi.

« Le Liban fait face à un grave danger et les Libanais en paient le prix.

Chantage de Hariri

Le cabinet d’Hassan Diab a démissionné à la suite de l’explosion du port de Beyrouth, le 4 août dernier, qui a dévasté des pans entiers de la capitale.

Le Premier ministre désigné Saad al-Hariri a été nommé en octobre 2020 mais n’a jusqu’à présent pas réussi à former un nouveau cabinet, en raison du chantage qu’il pratique.

Les négociations actuelles entre présidence de la république et premier ministre désigné semblent butter sur la nomination des ministres chrétiens du prochain cabinet. Ainsi si les communautés sunnites et chiites nommeront leurs ministres, le premier ministre désigné Saad Hariri – sunnite – souhaiterait également nommer les ministres chrétiens au grand dam de la Présidence de la République.

Cette dernière souhaiterait également obtenir le contrôle des ministères de l’intérieur et de la justice, appelés à jouer un rôle clé dans les enquêtes à venir concernant les détournements de fonds alors que des proches de Saad Hariri, comme le gouverneur de la Banque du Liban lui-même, Riad Salamé, font l’objet d’enquêtes à l’étranger comme en Suisse.

Pour l’heure, certains experts proches du dossier notent avec inquiétude que les intérêts politico-économiques sont plus importants pour certains partis que l’intérêt général. Et d’ajouter : « les divisions traditionnelles des partis politiques se sont effacées au sein du parlement en faveur du parti des banques et des autres…Certains partis sont allés même jusqu’à brandir le spectre de la guerre civile en cas des réformes économiques ».

La crise a abouti à l’effondrement de la livre par rapport au dollar. Ce dernier s’échangeait à un moment donné à 10 500 livres libanaises sur le marché noir pour la première fois de son histoire.

Face à cette chute, les manifestations se multiplient depuis quelques jours, les protestataires dénonçant la dégradation des conditions sociales et économiques actuelles et la perte de pouvoir d’achat.

Ainsi, le salaire minimum n’atteindrait plus que 2.33 USD par jour alors que le seuil de pauvreté est estimé à 6 USD par jour. Plus de 65% de la population se trouverait désormais vivant sous ce seuil symbolique.

Sources: Reuters + Libnanews + ANI

https://french.almanar.com.lb/2021813

Dans LIBAN

POUR LE N°2 DU HEZBOLLAH, LA SITUATION AU LIBAN A ATTEINT UN STADE DANGEREUX

Par Le 04/03/2021

Le numéro deux du Hezbollah: la situation au Liban a atteint un stade dangereux

 Depuis 2 heures  4 mars 2021

cheikh_qassem

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Dans une interview accordée le mercredi 4 mars à la télévision libanaise d’information Al-Mayadeen, le vice-secrétaire général du Hezbollah, Cheikh Naim Qassem, a évoqué plusieurs dossiers qui concernent le Liban.

Sur la situation libanaise, politique et économique,  il l’a qualifiée de « très difficile et compliquée », ayant atteint « un stade dangereux ».

Evoquant la formation du gouvernement, qui tarde à venir, 6 mois après la désignation du Premier ministre Saad Hariri, il a assuré qu’elle dépend d’une entente interne entre ce dernier et le Président de la république à la base de concessions mutuelles.

Sur les efforts du Hezbollah dans ce sens, il a assuré qu’il n’est pas spectateur, ayant proposé plusieurs médiations et solutions, tout en estimant toutefois qu’il ne peut obliger personne, tout en restant toujours disponible si les concernés décident de régler les choses.

S’agissant de la crise économique et financière au Liban où la monnaie nationale a atteint un nouveau plus bas historique, en s’échangeant 10.000 livres libanaises pour chaque dollar, accentuant l’inflation qui est déjà à trois chiffres, il l’a attribuée aux facteurs internes, mais aussi externes, évoquant les pressions américaines sur le secteur bancaire.

Interrogé sur les ingérences de l’ambassade américaine au Liban, il a révélé que cette dernière finance copieusement des médias et des hommes politiques pour ternir l’image du Hezbollah, sans y parvenir.

Sur les interférences régionales dans la crise libanaise, il a évoqué l’Arabie saoudite qui n’accepte pas que le Hezbollah face partie du gouvernement.

Le numéro deux du Hezbollah a aussi répondu aux questions sur l’assassinat du militant politique libanais hostile à la résistance, Lokmane Slim, assurant que toutes les accusations qui ont l’ont attribué au Hezbollah sont arbitraires et dictées par l’ambassade des Etats-Unis.

Rappelant à cet égard les accusations également arbitraires contre le Hezbollah concernant l’explosion du port de Beyrouth en août 2020, il a insisté sur la nécessité de mener à terme l’enquête pour endommager les gens sinistrés.

Cheikh Qassem a aussi répondu aux propositions qui ont été faites la semaine passée par le patriarche maronite Bchara Raï sur la tenue d’une conférence internationale sur la crise libanaise, sur la neutralité du Liban et le monopole de l’armement aux mains de l’armée libanaise.

Il a aussi évoqué les efforts entrepris pour renouveler l’entente avec le parti du président libanais le Courant patriotique libre.

Pour terminer avec une note sur l’entité sioniste : « nous ne voulons pas déclencher de guerre mais si Israël la déclenche nous leur ferons voir les étoiles de minuit », un terme libanais qui signifie que nous leur ferons voir de toutes les couleurs !

****

Au début de l’entretien, cheikh Naim Qassem a parlé de la situation actuelle au Liban où la crise économique a atteint des proportions menaçantes, avec une dépréciation de la livre libanaise, provoquant une inflation énorme. Cette semaine, des mouvements de contestation ont repris dans plusieurs régions.

« Personne ne peut défendre la situation actuelle. Tout le monde a le droit de dire que nous sommes dans une situation tragique dont nous devons sortir. Honnêtement, si le Président de la république, Michel Aoun s’entend avec le Premier ministre désigné Saad Hariri, le gouvernement sera aussitôt formé… Nous pensons que le problème est fondamentalement interne. Et tous les autres facteurs internes ou externes sont secondaires devant l’entente entre les deux présidents. Nous ne voyons aucune justification pour retarder cette entente qui exige des concessions mutuelles. Ces concessions sont possibles et n’affectent pas l’essence. Ce qui est nécessaire, c’est de faire des concessions qui ne violent aucune structure gouvernementale ni les prérogatives d’aucun des deux présidents ».

Sur les efforts du Hezbollah pour faciliter la formation du gouvernement, il a révélé :

« Le Hezbollah, par l’intermédiaire de son éminence le Secrétaire général, a proposé publiquement une issue et une solution dans laquelle il y a des concessions mutuelles. L’issue pour la formation du gouvernement consiste pour le Premier ministre à agir sur la question du nombre de ministres et pour le président de la république d’accepter l’absence du tiers de l’obstruction. Il ne semble pas qu’il y ait une solution à l’horizon, ni sur le plan interne ni externe, à moins que les présidents Aoun et Hariri ne se mettent d’accord. Dans le passé, nous avons transmis les points de vue de chacun à Ms. Aoun et Hariri pour voir la possibilité d’ajuster leurs positions. Mais nous avons constaté une obstination de leur part sur leurs positions… Si le Président Aoun et le Premier Ministre Hariri acquiescent, discutent et trouvent que notre intervention permet de résoudre certains problèmes, nous sommes prêts ».

Il a expliqué ce qui est nécessaire pour mener à bien cette formation :

« S’il n’y a pas de consentement en faveur d’un certain règlement ni pour aucune solution, cela signifie que la capacité du Hezbollah à intervenir est inexistante. Le Hezbollah n’est pas un spectateur devant l’échec de la formation du gouvernement. La preuve en est les efforts qui qu’il a déployés et ses propositions faites en public. Le Hezbollah ne peut pas faire pression ni sur Aoun ni sur Hariri parce que chacun d’eux a ses propres convictions et décisions. Nous ne sommes responsables de personne, nous ne pouvons exercer de pression sur personne et n’acceptons pas d’être dans cette position ».

Le Secrétaire général adjoint du Hezbollah a souligné : « Nous attendons qu’une certaine solution se produise. Dès le début, nous avons facilité la formation du gouvernement et nous n’avons pas été un obstacle… Dès les premiers moments, et tout le monde sait parfaitement que le Hezbollah a été indulgent dans la formation du gouvernement et nous n’avons formulé aucune demande particulière ».
Cheikh Qassem a ajouté: « Nous participons à la solution sur la question gouvernementale, mais cela nécessite le  consentement des parties concernées. Hariri ne croyait pas qu’il allait devenir Premier ministre. Et ses prérogatives lui reviennent même si le gouvernement n’est pas formé jusqu’à la fin du mandat. Je ne crois pas qu’il va s’excuser. Nous ne demandons pas à Hariri de s’excuser. Nous avons salué sa désignation pour former ce gouvernement ».

Interrogé sur la situation économique libanaise et l’aide que le Hezbollah pourrait procurer, il a répondu :

« Nous n’avons pas l’intention d’interférer dans les autres milieux pour les aider à moins qu’ils ne le demandent. Car certains détraqués peuvent créer des problèmes. Cette crise est liée à de multiples facteurs. Le premier revient à l’économie rentière. S’ajoute la corruption endémique au niveau des fonctionnaires qui a conduit au gaspillage des fonds publics et la perturbation de nombreux projets. Il n’y avait pas de priorités qui profiteraient au peuple, et la responsabilité en incombe aux gouvernements successifs. Il y a également les pressions exercées par les Etats-Unis, par le biais des diverses sanctions et conditions imposées au Liban. C’est l’une des crises du Liban ».

Il a poursuivi : « Il ne faut pas oublier les tentatives de forcer le Liban à garder sur son sol les réfugiés syriens. Ceci aussi est l’une des causes des gros problèmes économiques. Un million et demi de personnes déplacées qui peuvent retourner en Syrie sont empêchées par les Nations Unies, l’Union européenne et Amérique. La question des Syriens déplacés et la pression internationale ont un impact sur la situation économique » .

Et de poursuivre : « la voie vers la solution de la crise socio-économique dans le pays commence par la première étape, qui est la formation du gouvernement. Tant que le gouvernement n’est pas formé, toutes les solutions du monde ne fonctionneront pas. Parce que le gouvernement doit mettre en place un programme de réforme et de sauvetage. Les Etats-Unis exercent une influence considérable sur la situation économique. Mais nous pouvons faire face à leurs ses pressions si nous formons un gouvernement ».

Commentant la visite du ministre qatari à Beyrouth et les interférences régionales dans la crise libanaise.

« Cette visite n’a rien à voir avec la formation du gouvernement et le ministre n’a pas contacté le Hezbollah… Il n’y a aucune preuve réelle qu’il existe des conditions régionales ou internationales qui empêchent la formation du gouvernement. L’Arabie saoudite sera-t-elle un jour satisfaite du Hezbollah ? Non, elle ne le sera jamais. En outre, quand bien même le Premier ministre Hariri réalise tous les désirs de l’Arabie saoudite, elle ne l’acceptera jamais, ni n’acceptera un gouvernement avec le Hezbollah. Ce que l’Arabie saoudite désire, personne ne peut l’admettre. Ni Hariri ni quiconque d’autre. Et c’est d’affronter le Hezbollah. Qui peut affronter le Hezbollah ? Et pour quelle raison ? C’est une composante libanaise à part entière. Elle a des représentants et travaille de manière politique. Chacun doit respecter cela ».

Interrogé sur l’explosion du port de Beyrouth qui a eu lieu le 4aout dernier, Cheikh Qassem a déclaré :

« L’enquête sur l’explosion du port est divisée en deux parties : la première consiste à découvrir ses causes immédiates, s’il s’agissait d’un acte de sabotage, d’erreurs commises ou d’une attaque israélienne. La deuxième partie de l’enquête est de continuer pour condamner les négligences ou les auteurs ou autres. Dans les enquêtes divulguées menées par les Etats-Unis, la France et l’Allemagne, ils parlent d’erreurs commises et non d’acte criminel intentionnel… Nous exigeons que les faits soient révélés, car les familles doivent être indemnisées par les compagnies d’assurance. Ce n’est pas notre travail d’annoncer les résultats de l’enquête, même si nous avons nos propres convictions à partir des éléments qui ont fuité des enquêtes. C’est plutôt le travail de la Justice et des autorités concernées. Nous espérons que le nouveau juge mettra fin à l’enquête le plus tôt possible pour soulager une grande partie des Libanais ».

Sur les activités subversives de l’ambassade américaine au Liban qui s’attelle d’arrache-pied pour ternir l’image du Hezbollah, et redorer celle de son pays, son ambassadrice Dorothy Shia distribuant en personne des masques aux automobilistes dans les rues, cheikh Qassem a dit :

« Il y a des informations selon lesquelles l’ambassade américaine a passé un contrat avec deux médias libanais et leur verse des sommes exorbitantes. Ces deux chaînes de télévision sont tenues de diffuser des reportages quotidiens qui portent atteinte au Hezbollah sur toutes les questions soulevées. Il y a aussi un groupe d’hommes politiques libanais dont la tâche principale est d’attribuer au Hezbollah tout ce qui se passe pour le discréditer ».

Interrogé sur l’assassinat du militant libanais Lokmane Slim, connu pour ses positions farouchement hostiles au Hezbollah jusqu’à proposer de décimer la communauté chiite libanaise, et dont le meurtre a été l’occasion pour certains d’accuser le Hezbollah arbitrairement, Cheikh Qassem dit :

« L’incident nous a surpris en tant que parti et nous n’avons pas d’informations sur qui aurait pu l’assassiner et les raisons de son assassinat. Avant même la publication de l’information de cet assassinat, nous avons remarqué que l’accusation allait à l’encontre du Hezbollah et véhiculant des preuves qui n’ont aucune logique. Leur justification est que le crime a eu lieu dans une zone du Hezbollah. Sachant que l’ennemi israélien s’était précédemment infiltré dans nos régions et certains de nos frères sont tombés en martyrs. Tout le monde sait ce qui s’était passé avec le martyr Lakkis et d’autres. Comment savoir à l’avance ce qui pourrait se passer dans la région. Il existe des appareils de sécurité et judiciaires compétents qui doivent révéler la vérité. Ce n’est pas notre rôle d’être le policier de la région. »

Cheikh Qassem a indiqué que des questions s’imposent sur les faits qui ont suivi cet assassinat, à savoir le refus de sa famille de livrer son téléphone portable aux autorités libanaises.

« Pourquoi le téléphone de Slim n’a-t-il pas encore été livré aux services de sécurité ? Et sur quoi s’appuient-ils dans l’accusation qu’ils lancent contre le Hezbollah ? Nous n’avons aucune information sur l’assassinat de Lokmane Slim, ni sur son auteur ni sur les raisons de son assassinat. Si nous avions des informations pouvant être utiles à l’enquête, nous les aurions donné aux enquêteurs ».

Il a indiqué : « Nous ne sommes pas obligés d’entrer dans le bazar des médias politiques et de fournir des analyses et des éventualités concernant l’assassinat. Nous rejetons toute accusation d’assassinat. Nous demandons aux appareils de sécurité et judiciaire de mener à terme leur mission et de révéler à l’opinion publique les résultats. Toute accusation est une accusation politique en lien avec les instructions américaines afin de déformer l’image du Hezbollah. Mais l’image du Hezbollah n’a pas été ternie par ces accusations ».

Il a conclu sur cette affaire : « Ils se trompent beaucoup. Car l’aura du Hezbollah est certes bien plus grand que ces petits. Ces petits qui lancent leurs accusations sans preuve, ni raison, ni aucune information. Combien avaient-ils parlé de l’explosion du port ? Tout s’est avéré faux ».

Cheikh Qassem a aussi commenté les dernières déclarations du patriarche maronite Mgr Bchara Raï, dans lesquelles il a proposé la tenue d’une conférence internationale sous l’égide de l’Onu pour résoudre la crise libanaise, la nécessité que le Liban reste neutre, a l’écart des axes de la région et le monopole de l’armement entre les mains de l’armée libanaise.

« Nous ne souhaitons pas débattre des idées que le patriarche a proposées. Nous souhaitons vivement que le comité de dialogue bilatéral existant entre le Hezbollah et le patriarcat maronite se poursuive… Nous ne discutons pas de l’idée de l’internationalisation et de la conférence internationale à partir du point de vue selon lequel il y aurait un complot ni que certains protagonistes voudraient conduire le Liban vers un lieu spécifique. Nous discutons de l’idée de la proposition de la conférence internationale ou de l’internationalisation en tant qu’idée autonome, qu’elle soit correcte ou fausse. Nous subissons une ingérence internationale compulsive dont nous souffrons. Alors comment pouvons-nous réclamer une internationalisation volontaire qui nous imposerait des conditions que nous ne pouvons supporter ? L’intervention internationale s’illustre entre autres en nous obligeant d’admettre (l’implantation) des déplacés syriens ainsi qu’à travers les sanctions américaines contre le système bancaire et contre le Liban. Les pressions internationales existent déjà. Nous voyons l’amertume qu’elles nous causent. Oui l’internationalisation est dangereuse. Elle exacerbe nos malheurs et nos problèmes. Mais une question s’impose : Est-ce que l’internationalisation peut se faire sans l’accord des parties internes ? Elle ne peut avoir lieu.
Nombreux sont nos alliés qui disent aussi qu’ils sont contre l’internationalisation et nous pensons que c’est une idée non viable.

La neutralité est censée me neutraliser moi et neutraliser les autres pays envers nous. Nous avons deux places que nous devons affronter comme un défi. Le premier camp est celui d’Israël, qui nous menace chaque jour. Qui nous en protégera ? Les grandes puissances ? Le Conseil de sécurité ? la résolution 425 avait atteint l’âge de 22 ans et les Israéliens ne l’ont exécutée si ce n’est qu’ils sont sortis humiliés grâce à la force de la résistance et à l’équation tripartite de l’armée, du peuple et de la résistance.

Certains mouvements subversifs couvrent leurs actes par les revendications sociales mais agissent directement sous la directive de l’ambassade américaine pour changer l’équation… pendant une certaine période il y avait eu des actes de sabotage et des actes destinés à être sanguinaires , tous ces événements se sont déroulés directement sous la direction de l’ambassade américaine ».

Sur l’appel fait par le patriarche maronite que seule l’armée libanaise devrait avoir le monopole de l’armement au Liban en allusion à la nécessité de désarmer Hezbollah cheikh Qassem a souligné :

« Lorsque l’armée libanaise deviendra capable et il lui sera permis de s’armer et pourra à elle seule protéger le Liban d’Israël et des takfiristes, nous serons présents dans toutes les discussions. Les grandes puissances ne nous protègeront pas parce que le projet global est le projet d’adopter Israël. La question du désarmement est certainement une directive américaine, et il y a des gens qui se sont consacrés pour donner leur coup de main dans cette direction »

« L’internationalisation est mauvaise, la neutralité n’est pas viable et la question d’enlever ses armes à la résistance affaiblit le Liban», a-t-il conclu sur cette partie de l’interview.

Cheikh Qassem a aussi parlé de Baha’ Hariri, le frère aîné du Premier ministre Saad Hariri qui a multiplié ses activités au Liban dans la foulée du mouvement de contestation qui a éclaté en octobre 2019. Des activités hostiles au Hezbollah mais aussi à son frère:

« Certains pensent que Baha’ Hariri, avec son comportement et son style, nous posera un problème. Mais il ne nous lèse ni de près ni de loin. Le problème de Baha’ Hariri est surtout avec Saad Hariri et avec le Mouvement du Futur. En fin de compte la situation sera concurrentielle là-bas. Je ne crois pas Baha’ a une chance. La manière à travers laquelle il est entré en scène n’a pas réconforté le milieu sunnite en général. Celui qui a de l’argent, des médias et un soutien international essaie de faire entendre sa voix, mais en fin de compte, ce ne sont pas les bombes sonores qui font l’avenir. Baha’ Hariri ne pouvait pas entrer dans le pays par lui-même. Il a dû coordonner avec certaines parties qui le lui ont demandé ».

La dernière partie de l’interview a été consacrée à la relation du Hezbollah avec le Mouvement patriotique libre (MPL), le parti fondé par le Président de la république Michel Aoun et dirigé actuellement par son gendre Jebrane Bassil. D’autant qu’il est question ces derniers temps de réactiver et de renouveler l’entente qui avait été conclue entre les deux en 2006.

« Le mouvement mène ses propres discussions et prépare des idées. Et nous aussi. Le comité conjoint se tiendra à la première occasion. Que personne ne s’imagine qu’un problème s’est glissé dans l’entente entre le mouvement et le Hezbollah. Le dialogue vise à l’améliorer et la consolider. Cette entente a réalisé d’énormes progrès à l’intérieur du pays aussi bien dans l’intérêt du MPL, que du Hezbollah et du Liban ».

Cheikh Qassem a eu un dernier mot sur les Israéliens, commentant les déclarations du ministre israélien de la Sécurité sur la guerre :

« Le ministre israélien de la Sécurité, Benny Gantz, soulève des questions morales pour rassurer la rue israélienne, et le Hezbollah déclare clairement qu’il n’a pas l’intention de déclencher une guerre. L’intention du Hezbollah est de rester en état de défense. Mais si les Israéliens nous attaquent, nous leur ferons voir les étoiles de midi. L’Israélien doit comprendre que l’arène ne lui est pas ouverte et que la bataille se fera au sein de l’entité israélienne ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2021109

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH DEPLORE LA MORT D’ANIS NACCACHE : UN COMBATTANT QUI A DEFENDU LA CAUSE PALESTINIENNE ET LA SYRIE

Par Le 23/02/2021

Le Hezbollah déplore la mort d’Anis Naccache: un combattant qui a défendu la cause palestinienne et la Syrie

Le Hezbollah déplore la mort d’Anis Naccache: un combattant qui a défendu la cause palestinienne et la Syrie

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le Hezbollah déplore le décès du grand penseur et chercheur M. Anis Naccache, président du réseau Aman pour les études stratégiques, mort des suites de coronavirus. Le Hezbollah présente ses condoléances les plus sincères à sa famille, à ses amis et à ses bien-aimés.

«Le défunt était un des penseurs et des chercheurs les plus éminents de notre région. Il a réalisé plusieurs recherches et études stratégiques importantes qui ont offert une addition qualitative à la confrontation globale avec l’ennemi sioniste», a affirmé le Hezbollah dans un communiqué.

Et de poursuivre : «Le cher frère Monsieur Anis Naccache a passé de longues années de sa vie à lutter, à résister et à combattre. Il a porté la cause palestinienne dans son cœur et dans son esprit, incitant les Libres de par le monde à la soutenir et à défendre son peuple opprimé. Il s’est acharné dans la défense de la noble résistance et de ses options politiques et jihadistes au Liban et dans les instances et les tribunes locales et internationales. Il s’est également tenu à côté de la République islamique d’Iran face au blocus et à l’agression, promouvant ses principes justes et ses valeurs sublimes. De même, il a fait face aux complots tramés contre la Syrie dans la guerre mondiale menée à son encontre par le terrorisme et ses parrains internationaux et régionaux.

Que Dieu, le Tout Puissant lui accorde son infinie miséricorde et l'accueille dans son éternel paradis.

https://french.alahednews.com.lb/38822/319

Dans LIBAN

DECES DU GRAND ANALYSTE LIBANAIS, ANIS NACCACHE, DES SUITES DU CORONAVIRUS

Par Le 22/02/2021

Décès du célèbre analyste libanais, Anis Naccache, des suites du coronavirus

Décès du célèbre analyste libanais, Anis Naccache, des suites du coronavirus

folder_openLiban access_timedepuis 12 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec SANA

Le célèbre analyste libanais Anis Naccache est décédé lundi à Damas des suites du coronavirus, a rapporté l'agence officielle syrienne Sana.

Il y a deux jours, le défunt Naccache (70 ans) était entrée dans l’unité de soins intensifs d’un des hôpitaux de Damas, en raison de la détérioration de son état de santé en raison de son infection par le coronavirus, a précisé Sana, citant le ministère syrien de l’Information.

Anis Naccache était connu par ses positions nationalistes soutenant la Résistance, la Syrie et la cause palestinienne.

Il est né à Beyrouth en 1951 et a rejoint l’action estudiantine et organisationnelle libanaise, il était le coordinateur du réseau «Al-Aman» pour la recherche et les études stratégiques.

Sa lutte a commencé à la fin des années 1970 contre l’ennemi sioniste et il a joué un rôle important dans la coordination entre les dirigeants de la résistance palestinienne et la Révolution islamique iranienne jusqu’au milieu des années 90.

https://french.alahednews.com.lb/38810/344

 

Dans LIBAN

SAYED NASRALLAH : LES MAL DITS ET LES NON DITS DES MEDIAS ISRAELIENS

Par Le 21/02/2021

Discours de Sayed Nasrallah: les mal-dits et les non-dits des médias israéliens

 Depuis 2 jours  19 février 2021

sqyed

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Leila Mazboudi

Fidèles à leur habitude, les médias israéliens se sont intéressés au contenu du discours du chef du Hezbollah, leur ennemi numéro un.

Sayed Hassan Nasrallah avait d’ailleurs consacré une partie de son discours du mardi 16 février pour répondre aux menaces israéliennes de « jours de combats », proférées par le chef d’état-major israélien Aviv Kochavi et qui avaient escorté les manœuvres militaires de grande ampleur réalisées au cours de ce mois-ci. Elles ont simulé une guerre contre l’Iran, la Syrie et le Liban et prenant en compte des tirs depuis l’Irak et le Yémen. Puis elles ont été couronnées par des exercices de trois jours, baptisées Tempête d’éclair, consacrés à la simulation d’une guerre contre le Hezbollah, sur le front nord de la Palestine occupée.

Impliquant toute la panoplie d’armements de la force aérienne israélienne, elles ont été amplement médiatisées, constate le journal libanais al-Akhbar. Pour des considérations de dissuasion. L’entité sioniste est « debout sur une seule jambe », selon le terme de S. Nasrallah, depuis qu’il a menacé de venger la mort d’un combattant du Hezbollah dans un raid aérien israélien à proximité de Damas, en juillet 2020.

Sur ces exercices, les médias israéliens ont retenu lorsque Sayed Nasrallah les a qualifiés de «jeu dangereux » et de « jeu avec le feu ».
Ils se sont presque tous intéressés à sa mise en garde, qu’au cas où Israël déclenche la guerre, « son front intérieur verra des choses qu’il n’a jamais vues depuis sa création en 1948 ». Rappelant aussi qu’il avait dit auparavant que « nous ne cherchons pas à nous battre avec Israël », selon le rapport de la Treizième chaine de télévision israélienne.

Cette dernière retient aussi sa menace de rendre la pareille à ‘Israël’, et de bombarder les villes s’il bombarde les sites civils libanais.

« Si Israël bombarde des villes au Liban, nous bombarderons des villes en Israël, et s’il bombarde des villages au Liban, nous bombarderons des agglomérations en Israël. Si l’armée israélienne bombarde nos cibles militaires, nous pouvons également attaquer les cibles militaires d’Israël…Personne ne peut garantir que quelques jours de combat entre nous et Israël ne conduiront pas à une guerre plus large » », a-t- rapporté la télévision israélienne du discours de Sayed Nasrallah.

Constat lexical : Sayed Nasrallah n’a pas dit le mot agglomérations mais colonies. Il n’a pas non plus répété comme dans la traduction le mot ‘Israël’ à 5 reprises. Il parlait à la seconde personne du pluriel, après s’être adressé à Kokhavi.

Constat thématique : les médias israéliens ont omis de rapporter ce que le chef du Hezbollah avait dit en prélude à ce paragraphe, en réponse aux déclarations du chef de l’état-major israélien qu’Israël « ne va plus distinguer dans la prochaine confrontation entre les cibles civiles et militaires ».

« Israël n’a jamais respecté le droit international. Il a détruit des villes et tué des civils dans toutes ses guerres. »

Israël a tué des juifs …et ses alliés aussi

Autre omission majeure dans les médias israéliens sur ce discours. La partie où il a assuré que des juifs sionistes ont bel et bien tué des juifs qui ne l’étaient pas.

Sayed Nasrallah a dit :
« A la base des mémoires d’un certain nombre de responsables du Mossad et à la base d’articles qui sont écrits de nos jours aussi dans certains journaux de l’entité de l’ennemi et de certains livres, Israël ne tue pas seulement ses agents. Il tue son propre peuple, ses propres gens, il tue des juifs… Des juifs. Il les tue pour servir son projet…. En Egypte, ils ont tué des juifs. C’est inscrit dans les procès, les investigations, les aveux et les mémoires. Parce qu’il y avait des juifs égyptiens qui n’ont pas accepté d’émigrer en Palestine. Ils ont alors exécuté des assassinats et des explosions contre eux pour qu’ils y aillent. En Irak, il en a été de même avec des assassinats et des attentats aux explosifs pour les pousser à aller en Palestine. Et en Europe de l’est et de l’ouest, ils ont aussi exécuté des attentats pareils ».

Le numéro un du Hezbollah rapporte aussi des attentats similaires, sous fausse bannière, contre des alliés d’Israël, pour les attribuer aux pays arabes et empoisonner leurs relations avec eux.

« Et en plus ils ont fait ceci aussi avec des pays qui soutiennent le projet israélien comme les Anglais et les autres. Les appareils israéliens ont exécuté dans les années 50 et 60 des attentats aux explosifs et des assassinats contre des occidentaux qui soutenaient Israël dans le but de monter ces pays occidentaux contre l’Egypte, contre l’Irak ou d’autres pays arabes. Ceci est inscrit dans les livres », a-t-il rapporté aussi.

« Vous savez quoi de l’histoire d’Israël et du sionisme et de ses massacres, non seulement contre les Musulmans, les Chrétiens et les Arabes, mais aussi contre les juifs eux-mêmes qui refusaient d’émigrer en Israël et qui refusaient l’idée d’Israël et qui vivent actuellement dans de nombreux endroits dans le monde ».

Et de conclure: « Oui le cerveau israélien est capable de faire ceci. Si vous ne le savez pas, c’est parce que vous êtes ignorants ».

Echecs des tentatives pour affaiblir le Hezbollah

Sayed Nasrallah s’adressait dans cette séquence de son allocution à l’intérieur libanais, secoué par l’assassinat d’un militant libanais chiite, Lokmane Slim, qui était farouchement hostile au Hezbollah et à son environnement populaire.

En boucle, dans ce qui semble faire partie d’une campagne orchestrée « par une même chambre», selon la description de sayed Nasrallah, les adversaires de la voie de la résistance au Liban se sont mis attribuer au Hezbollah la responsabilité de ce crime, arbitrairement. Sachant que le Hezbollah a publié un communiqué pour le dénoncer et porté plainte devant la Justice libanaise contre ceux qui l’accusent sans preuve. Les partisans de la résistance avaient alors répliqué dans les médias et sur les réseaux sociaux en disant qu’il a été liquidé par ses propres alliés, « ses commanditaires ».

Etant un pro américain convaincu et prônant la normalisation avec ‘Israël’, il avait appelé à la décimation de la communauté chiite lors d’une conférence dans un pays du Golfe. Mais personne de cette communauté n’était au courant de ses déclarations haineuses à leur encontre. Son influence en son sein était quasi nulle. Il était du coup incapable de la diviser pour la monter contre le Hezbollah. Un objectif auquel aspire les Américains au Liban dans une énième tentative d’affaiblir le Hezbollah.

Des observateurs avisés ont prévenu depuis quelques semaines qu’une nouvelle vague d’assassinats était prévisible dans les rangs des adversaires pro occidentaux de la résistance, pour provoquer une onde de choc au cœur de l’opinion publique libanaise et la monter contre le parti de la résistance libanaise. Un scénario qui ressemble à ce qui s’était passé lors de l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri et qui devait remédier aux échecs essuyés par toutes les tentatives antérieures.

Depuis celle de confisquer le mouvement de contestation qui a éclaté, fin 2019, et qui a été exacerbé par une crise économique et financière sans précédent. Une crise causée, entre autres, par l’un des fidèles alliés aux occidentaux, qui avait toujours été encensé dans ses médias mainstream. Sans oublier l’explosion du port, attribuée également au Hezbollah par ses adversaires, lesquels devaient l’exploiter pour provoquer un séisme contre lui. . Cette tentative s’est elle aussi soldée par un échec, de l’aveu de l’ex-vice-secrétaire d’état américain pour le Proche-Orient, David Schenker qui en a attribué la responsabilité aux représentants de la société civile libanaise, sous les ordres de Washington. (Voir l’article sur notre site : « Schenker au Liban après Macron : le mauvais flic laisse faire le bon flic. Revers et messages US ».

Depuis, les USA semblaient être à la recherche de nouveau recrues.

Des manoeuvres et des menaces

Cet aveu d’échecs successifs de tous les procédés pour abattre le Hezbollah depuis l’intérieur a été implicitement reconnu par le chef des renseignements israéliens Tamir Haïman, selon lequel « l’aggravation de la situation économique et sanitaire n’a pu affecter les efforts de construction de la puissance chez les ennemis d’Israël », rapporte le chroniqueur du quotidien al-Akhbar Ali Haidar.
Et la cerise sur le gateau: la résistance a au cours de ces dernières semaines intercepté deux drones israéliens au-dessus du Liban.

C’est en voulant pallier à ces revers, qu’Israël a mené ses manœuvres, laissant planer le doute de « jours de combat » contre le Liban.
Mais aussi bien leur portée réelle que médiatique ont été neutralisées par les propos de Sayed Nasrallah . « Rien ne peut garantir que ces jours de combat ne dégringolent vers une guerre ouverte », a-t-il mis en garde. Avertissant joutant plus loin: « Ne jouez pas avec le feu ».

« Nasrallah a tenté une nouvelle fois de consolider la dissuasion à travers les menaces qu’ils lancées», a conclu la Deuxième chaine de télévision israélienne.
« Il faut prendre les menaces de Nasrallah avec sérieux… Mais il faut aussi nous rappeler que Nasrallah exerce le combat de la guerre psychologique sur les consciences… c’est un expert de la guerre psychologique dissuasive. Il veut dissuader les Israéliens, qui ne veulent pas de guerre », a compris et fait comprendre le président de l’Institut des recherches sur la sécurité nationale israélienne, Amos Yadlin.

Un retour en quelque sorte à la case départ!

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2012694

Dans LIBAN

LIBAN : INTERNATIONALISATION DE LA CRISE. MISE EN GARDE DU HEZBOLLAH

Par Le 18/02/2021

Liban: les dessous du plan d’internationalisation de la crise

Thursday, 18 February 2021 6:25 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 6:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président français Emmanuel Macron et Saad Hariri se rencontrent à l'Élysée en 2017. ©Reuters

La question de la formation du gouvernement au Liban, qui est dans un état ambiguïté depuis près de quatre mois, est en train de passer d’un problème interne à une crise internationale. Saad Hariri désigné Premier ministre à la mi-octobre 2020 avait l’intention de former un gouvernement en moins de 10 jours. Après l’échec de ses plans conformes aux intérêts de l’Occident, ce dernier vient d’entamer une série de voyages à l’étranger afin de régler l’affaire.

Les parties étrangers, notamment la France qui a récemment cherché à augmenter son influence parmi les politiciens libanais et qui agit en tant que représentant des États-Unis au Liban, sont entrées d’une manière soupçonneuse dans les affaires internes du pays.

Liban: le coup de

Liban : 

Selon les analystes, ce chapitre 7 de la charte de l’ONU sous lequel les USA menacent désormais de placer le Liban n’a réussi ni à affaiblir ni à désarmer le Hezbollah.

La demande la plus importante des partis étrangers et de leurs alliés internes au Liban est d’affaiblir la position du Hezbollah ou de le retirer de la scène politique libanaise en général, et la plupart de leurs scénarios se situent dans ce contexte.

Dans ce cadre, le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, qui s’est exprimé ce mardi 16 février à l’occasion de la commémoration des chefs de la Résistance morts en martyr, critiquant l’approche internationale dans le dossier politique libanais a déclaré : « Une internationalisation de la question libanaise, au nom du chapitre VII de l’ONU équivaudrait à une déclaration de guerre. Sachez que cette affaire ne sert aucunement les intérêts du Liban. Vous voulez impliquer des pays du monde dans nos affaires. Ces pays qui font primer les intérêts d’Israël imposeront certes leurs conditions, comme l’implantation des Palestiniens et des réfugiés syriens, ou encore la délimitation des frontières maritimes selon les souhaits d’Israël. »

Seyyed Hassan Nasrallah a également ajouté : « Je le dis clairement : nous rejetons toute forme d’internationalisation qui représente un danger pour le Liban. On ne pourra pas résoudre nos problèmes, mais les problèmes se compliqueront. Oui, nous pouvons demander de l’aide à des amis comme c’est le cas actuellement. »

Hezbollah:

Hezbollah:

Le Hezbollah libanais a publié pour la première fois une vidéo des bases militaires israéliennes 

La France agissant en faveur des intérêts américains au Liban organise un plan dangereux qui pourrait imposer le chapitre VII de la charte des Nations unies au Liban. Il apparaît désormais que le président français s’est personnellement chargé de la politique libanaise.

Avant son voyage à Beyrouth prévue pour le mois de mars, le président français a durement travaillé pour mobiliser l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en faveur du plan français pour le Liban. À cet égard, il a tenu des consultations intensives avec l’administration du président américain Joe Biden afin que le projet n’échoue pas comme le plan initial.

Lire aussi : "La France est d’accord avec Seyyed Hassan Nasrallah sur les facteurs qui ont conduit à l’échec de l’initiative de Paris pour le Liban ».

En effet, les actions françaises sous la supervision américaine ont conduit des pays comme l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, qui auparavant ne pouvaient pas intervenir dans les affaires internes du Liban, à s’ingérer directement dans le dossier politique libanais. Ce qui donne une dimension internationale à la question de la formation d’un gouvernement au Liban.

Liban : Macron échoue?

Liban : Macron échoue?

« L’initiative française » au Liban est au point mort.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645552/Internationalisation-crise-Hezbollah-Liban

Dans LIBAN

MISSILES : LE DILEMME ISRAELIEN ?

Par Le 18/02/2021

Capacité balistique du Hezbollah: Israël plongé dans les ténèbres

Thursday, 18 February 2021 4:04 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 4:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les missiles de hautes précision du Hezbollah plongeront Israël dans les ténèbres. (Illustration)

En référence à la puissance balistique du Hezbollah, un ancien général de l’armée israélienne a déclaré que les missiles de haute précision, même si le Hezbollah en dispose quelques centaines, suffisaient à « couler les territoires occupés dans les ténèbres pour un an ».

Lors d’une interview accordée à la chaîne 7 de la télévision israélienne, Yitzhak Brick, général israélien à la retraite, a déclaré qu'Israël était confronté à une menace existentielle provenant de la capacité balistique du Hezbollah dont le nombre se chiffre à 150 000 ; les missiles parmi lesquels des centaines sont de haute précision et capables de transporter des dizaines de kilogrammes d’explosifs.

« Il suffit [de tirer] trois ou quatre missiles de haute précision sur une centrale électrique pour qu’Israël ne parvienne plus à produire de l’électricité, il ne s’agit pas d’un câble qui peut être brûlé et remplacé, mais d’une centrale électrique qui doit être reconstruite ; la même chose peut arriver pour les réserves d’eau », a-t-il indiqué.

Lire aussi : Pourquoi la Maison-Blanche évite Netanyahu ?

Selon lui, si Israël décide de mettre en place ses systèmes antimissiles, Dôme de fer ou la Baguette magique, sur ses sites stratégiques tels que les centrales électriques et les réservoirs d’essence, il n’aura plus de quoi se défendre sur le front interne.

Et lui de souligner que Tel-Aviv est désormais dans une situation délicate l’amenant à choisir ce qu’il doit protéger en priorité ; les colons résidant dans les territoires occupés ou les sites stratégiques, auquel cas la bataille ne peut être poursuivie que pour une durée limitée.

Yitzhak Brick a conclu en mettant en garde que le scénario discuté dans l’establishment de la sécurité [israélien] estime le nombre de missiles tirés en direction de la Palestine occupée à 3 000 par jour.

En effet, malgré la désescalade des tensions à la frontière entre le Liban et la Palestine occupée, la panique règne toujours dans les rangs des militaires israéliens surtout les commandants de l’armée.

Le quotidien israélien Maariv a évoqué, dans son édition de mardi 26 janvier, l’état de panique régnant toujours au sein de l’armée en raison d’une possible attaque de représailles du Hezbollah en réponse à l’assassinat de l’un de ses combattants en Syrie.

« Le règlement de compte pour un effectif du Hezbollah tué en Syrie n’a pas encore eu lieu et bien que les tensions se soient apaisées pendant les derniers mois à la frontière du Nord, l’armée croit que la situation pourrait exploser d’un moment à l’autre », rapporte le journal. 

« Les tensions imprévisibles, censées se transformer en un scénario de confrontation, pourraient se produire entre Israël et le Hezbollah, notamment en Syrie », ajoute le journal. 

Liban: le coup deLiban: ​​​​

Selon les analystes, ce chapitre 7 de la charte de l’ONU sous lequel les USA menacent désormais de placer le Liban n’a réussi ni à affaiblir ni à désarmer le Hezbollah.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645553/Capacite-balistique-du-Hezbollah-Israel-plonge-dans-les-tenebres

Dans LIBAN

LIBAN : REDOUTABLE REVELATION DE SAYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH

Par Le 17/02/2021

La "suprématie aérienne" au Moyen-Orient a changé de camp; le temps joue contre Israël...

Tuesday, 16 February 2021 7:35 PM  [ Last Update: Wednesday, 17 February 2021 10:31 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les unités balistiques du Hezbollah braquées sur Israël. (Archives)

Au sien de l'axe de la Résistance, tout synchronise, se cordonne, au millimètre près. Il y va d'ailleurs de sa force, de son originalité, du clé même de sa victoire et de ce "plus" que le journaliste français Filiu relevait dans un récent article de Le Monde en termes évidemment hostiles et qu'il nommait "force mobilisante, force cohésive", force que l'axe de la Résistance a et que la Chine et la Russie n'ont pas et qui fait que là où la Résistance s'engage, elle finit par s'imposer, ou appelons un chat par son nom, par remporter la victoire. 

Aïn al-Asad

Aïn al-Asad

Des "roquettes" qui ont bousillé le rêve "bidenien" 

Aux termes de 20 jours d'exercices militaires d'envergure qui se sont étendus du centre de l'Iran (Semnan) au golfe Persique puis au-delà, à l'océan Indien où l' USS Nimitz a failli d’être coulé par un missile balistique de précision d'une portée de 1800 kilomètres de type Sejjil, événement qui a conduit le chef du CentCom à reconnaître publiquement que "le golfe Persique est bien trop dangereux pour que les USA puissent y maintenir leur présence" et que de ce fait, "il faudrait se replier sur la côte ouest saoudienne avec troupes, munitions, F-16, F-18, F-15, batteries de missiles Patriot,...", l'axe de la Résistance a réactivé le front yéménite avec des frappes au drone-missile de croisière simultanées de type Qassef K2, Samad 3 et Samad 4 visant des aéroports militaires : Abha et Khamis Mushait, d'où décollent des dizaines de vols américains, israéliens et otaniens par semaine pour venir larguer bombe, missile et autres engins mortels sur les Yéménites y ont passé. Mêmes les Occidentaux n'ont pas cru que l'aéroport d'Abha a été civil et que l'avion que les nuées de drones d'Ansarallah y ont pulvérisé était un appareil de de ligne. C'était un chasseur bombardier qui à défaut d'une DCA performante a été ciblé avec précision d'une aiguille tout comme ces dizaines de drones, d'avions et de sites pétroliers et autres qui l'ont été par la toute puissance militaire d'Ansarallah en six ans de guerre.

Israël :

Mais l'axe de la Résistance n'en a pas resté là avec cette percée aérienne en gestation qui est, comme le relèvent certaines sources, sur le point de changer les règle du "jeu aérien" au Moyen-Orient. Dans la nuit de lundi à mardi 16 février, l'aéroport d'Erbil, reconverti en base US ultra "sophistiqué", avec des stocks entiers de bombes et de missiles au nombre desquels certaines sources auraient relevé des vecteurs nucléaires, avec des flottes de F16, F18, F15, voire F22, s'est transformé en un rien de temps et avec seulement 24 roquettes de 107 mm, tirés par la Résistance, en un camp de fortune à la merci des missiles ennemis; l'émissaire du président Biden en Irak peut vitupérer tant qu'il le voudrait, dénonçant à vrac "l'ingérence nocive" de l'Iran, c'est désarmais un Irak devenu "puissance balistique" qui fait face à l'Empire US agonisant. 

Résumés des discours:Sayed Nasrallah aux Israéliens: «Vous f...

Résumés des discours de Sayed Nasrallah aux Israéliens

Résumés des discours: Sachez que les territoires occupés seront largement frappés. Même à Gaza, les règles du jeu ont changé

Mais cette démonstration de force de la puissance émergente qu'est la Résistance avec qui l’Amérique finissante a tout intérêt à commencer à apprendre le respect du concept même de la "souveraineté des Etats", de "l'égalité des droits", a culminé ce mardi 17 février quand Nasrallah a annoncé à travers son discours, la fin de la "suprématie aérienne US-Israël" en annonçant que pour "chaque bombe larguée sur les villes libanaises", il y aura "un missile à tirer sur le centre et la périphérie d'Israël".

Il a dit : « Le chef d’état-major israélien a longuement exposé les exploits de l’armée israélienne; il s’est vanté de la "domination israélienne" dans la région, comme si les pays arabes étaient les seuls à souffrir du coronavirus et du chômage. Toujours selon lui, l’armée sioniste respecterait la loi, et donc aurait le droit de changer les règles d’engagement, et de frapper tout site d’armement appartenant au Hezbollah, sites qui encore selon lui, on les construit au sein des zones civiles! Et bien ces propos sont ridicules. Et notre réponse est bien claire : nous ne cherchons pas la guerre, mais nous allons riposter à tout acte belliqueux. Vous bombarderez nos villes, nous en ferons de même. Vous bombarderez nos villages, nous en ferons de même. Vous prétendez vouloir frapper des sites militaires, et bien de ces sites, vous en avez aussi dans vos régions. Que cela ne s'oublie surtout pas, nous avons pu protéger nos régions et nos villages dans les années 1990, en frappant des colonies sionistes, à chaque fois que nos villages subissaient des frappes. Nous en ferons mieux aujourd'hui. »

Lundi

La première exercice à balle réelle qu'a tenue Gaza le 31 décembre 2020 sous les yeux ahuris des drones et des avions de reconnaissance israéliens...

Et Nasrallah de commenter cette manœuvre de diversion sans cesse reprise par certains des officiels sionistes comme quoi "Israël cherche une petite bataille avec la résistance libanaise", histoire de remettre les compteurs à zéro et refaire la règle d'engagement :

« Le fait de parler d’une bataille de quelques jours, cela n'est pas non plus une bonne idée. Personne ne peut garantir qu’une bataille de quelques jours n’entraînerait pas dans son sillage, une guerre majeure. Et Sachez que dans toute guerre majeur à venir, c'est l'ensemble des territoires occupés qui seront frappés. » Ça y est, l'idée d'un arsenal de missile de précision deux fois plus important en 2020 qu'en 2019 refait surface comme l'avait évoqué il y a peu le Secrétaire général du Hezbollah, un arsenal qui selon certaines sources, la Résistance libanaise fabriquerait elle-même sans que l'Iran le lui fournisse, un arsenal qui ne demande pas plus que de doter de kit "Labayk-1", les roquettes rudimentaires. Pas besoin d'usine, pas besoin de stocks géants, pas besoin de cachotterie, un petit véhicule 4+4 embarqué dans la pure tradition de la doctrine de guerre asymétrique de la Résistance. enfouis dans des zones civils... 

Et Nasrallah d'enfoncer le clou et de rappeler, en allusion à la première manœuvre militaire à balle réelle de Gaza tenue en décembre, qu'une guerre contre le Hezbollah ne se déroulera pas forcément sur le front Nord : « Même à Gaza, les règles du jeu ont changé... Dans n'importe quel scénario de guerre à venir, le front intérieur israélien fera face à ce qu'il n'a jamais connu d'avant. Attention! L'époque a changé et le temps où Israël avait la liberté de lancer "impunément" des attaques militaires est révolue. » 

Le kit qui fera d'Israël un enfer?

Le kit qui fera d'Israël un enfer?

Le jeudi 31 octobre, un drone israélien a été intercepté via un missile du Hezbollah 

L'avertissement est de taille et il marque un tournant dans l'histoire de la région : la "supériorité aérienne" au Moyen-Orient a changé de camp. Les Américains semblent l'avoir enfin compris, eux qui, toute humiliation bue, viennent de quémander "à la milice Houthi" un cessez-le feu, en l'appelant pour la première fois "Ansarallah" et en le déblaklistant... A ce rythme, pas étonnant si comme le prédisait le chroniqueur militaire sioniste Limor, "Biden finisse par quémander une trêve aussi au Hezbollah ...". Mais un Sioniste comme Limor ne le comprend pas : la fête est finie pour Israël, les choses sérieuses commencent enfin ... 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/16/645430/Nasrallah-Hezbollah-Resistance-

Dans LIBAN

S. NASRALLAH A "ISRAEL" : « VOUS FRAPPEZ NOS SITES ET NOS VILLES, NOUS FERONS DE MEME. C’EST L’ERE DE LA RESISTANCE ET VOS MENACES SONT RIDICULES »

Par Le 16/02/2021

Sayed Nasrallah aux Israéliens: «Vous frappez nos sites et nos villes, nous ferons de même. C’est l’ère de la résistance et vos menaces sont ridicules»

Sayed Nasrallah aux Israéliens: «Vous frappez nos sites et nos villes, nous ferons de même. C’est l’ère de la résistance et vos menaces sont ridicules»

folder_openRésumés des discours access_timedepuis une heure

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah a prononcé un discours ce mardi soir, retransmis par la chaine de télévision alManar. Voici les idées principales de son discours :

«(…) A l’occasion de l’anniversaire du martyre des dirigeants du Hezbollah, nous devons commémorer cette occasion, tout en respectant les mesures de précaution sanitaires en vigueur. C’est aussi l’anniversaire de la victoire de la révolution Islamique en Iran, ce pays qui a été longtemps assiégé et combattu mais qui a pu sortir victorieux de toutes les épreuves. Cette expérience démontre au monde entier que la persévérance, la patience, la résistance et la ténacité sont capables de protéger les droits de n’importe quel peuple.

A Bahrein, le peuple est descendu dans les rues pour réclamer pacifiquement ses droits. Il a payé le prix de ce soulèvement à travers les martyrs, les prisonniers, les blessés. Ce peuple continue de lutter malgré les pressions, dans le but de remettre leur pays à sa bonne place, soit parmi les pays opposé à la normalisation des liens avec l’ennemi sioniste.

Notre slogan est cette année : «la recommandation principale est la sauvegarde de la résistance et du peuple».

Les dirigeants martyrs de la résistance représentent le modèle à suivre pour nous et pour les nouvelles générations. Ces grands dirigeants avaient comme seul souci la protection et le renforcement de la résistance. Ils ont passé leur vie et leur jeunesse dans l’action de la résistance. Ils n’ont point fléchi, ne se sont jamais lassés malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils vivaient. Ils n’ont jamais déserté les champs de bataille. Ils savaient qu’ils étaient à tout moment, exposés au danger de l’assassinat, mais ils n’ont pas abandonné leurs positions.

Alors que le Liban était envahi par des centaines d’officiers et de hauts gradés sionistes, cheikh Ragheb Harb a refusé de serrer la main à l’ennemi. Il avait lancé son fameux slogan : « Serrer la main de l’ennemi équivaut à reconnaitre son existence ».

Cette déclaration demeure l’une des notions de bases de l’action de la résistance.

Nous sommes responsables de respecter la recommandation de Hajj Imad Moughniyeh qui a insisté sur l’importance de renforcer et d’accroitre les potentiels de la résistance. C’est ce que nos frères combattants le font aujourd’hui, et nous arrivons à développer la force de notre résistance.

Parmi les autres recommandations de nos dirigeants martyrs figurent la protection de la résistance et présenter l’aide aux gens. Nous savons bien sur le plan religieux l’importance de servir les gens, de les aider, de les protéger, de sauvegarder l’intégrité territoriale de leurs terres. L’action de la résistance qui a comme objectif primordial la protection et la défense des gens, des femmes, des enfants et vieillards, la lutte contre les menaces terroristes, sionistes ou takfiris. Nous servons et nous allons servir notre peuple à tous les niveaux.

Sur le plan interne libanais, nous avons entendu certains députés brandissant la menace du recours à une résolution internationale sous le chapitre VII. C’est un appel ouvert à la guerre contre le Liban, je ne conseille personne de jouer ce jeu. On ne peut négliger ni passer sous silence des appels pareils.

L’autre problème est celui de l’internationalisation de la question libanaise. Sachez que cette affaire ne sert aucunement les intérêts du Liban. Vous voulez impliquer des pays du monde de s’ingérer dans nos affaires. Ces pays qui font primer les intérêts d’Israël, imposeront certes leurs conditions, comme l’implantation des Palestiniens et des réfugié syriens, ou encore la délimitation des frontières maritimes selon les souhaits d’Israël.

Je le dis clairement : nous rejetons toute forme d’internationalisation qui représente un danger sur l’Entité libanaise. On ne pourra pas ainsi résoudre nos problèmes, mais les problèmes seront plus compliqués. Oui, nous pouvons demander l’aide à des amis comme c’est le cas actuellement.

Les derniers incidents survenus au Liban ont été exploités pour lancer une campagne médiatique contre le Hezbollah. Une partie des adversaires se contentent d’insulter et de pointer du doigt accusateur le Hezbollah, sans fournir aucune preuve tangible. En fait, ceux qui nous insultent sont faibles, vides et désespérés. Sachez que vos comportements ne nous affectent pas, nous sommes les adeptes des messagers et des prophètes qui ont toujours subi des campagnes d’insultes pareilles.

J’appelle les partisans de la résistance à s’abstenir de riposter par les insultes.  Ceci ne signifie pas pour autant de rester passifs. Mais il faut réagir autrement.

Une autre partie des adversaires tentent de présenter des arguments qui ont l’air « convaincants » pour accuser le Hezbollah. Dans toutes les lois du monde, tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, comme le stipule la présomption d’innocence. Mais au Liban, le Hezbollah est toujours le meurtrier et se tient derrière tous les incidents. Vous accusez le Hezbollah d’avoir tué telle personne ou telle autre parce qu’elle a été assassinée dans l’une de ses régions. C’est bizarre ! Venons appliquer votre équation dans les régions où vous dominez. Pourquoi vous êtes étonnés de savoir qu’Israël peut en finir avec ses agents ?

Lisez les livres, vous, qui prétendez être des gens cultivés, et apprenez comment Israël tue son propre peuple. Vous êtes étonnés de ces faits parce que vous êtes ignorants à ce sujet.  

Tout ce que nous voyons dans les médias est une campagne médiatique systématique payée pour s’attaquer au Hezbollah et le déformer. De toute façon, cette campagne a échoué de ternir l’image de la résistance auprès de ses partisans, bien au contraire, cette dernière a démontré le lien inextricable entre la résistance et son peuple. Nous devons être toujours prêts à avorter les nouvelles et les prochaines campagnes à venir. Vous êtes raisonnables, présentez vos arguments et éloignez-vous des insultes.  

Pour ce qui est de l’explosion du port de Beyrouth, j’avais dit que les informations à notre disposition confirment que l’enquête avait pris fin. Où sont les résultats ? J’avais réclamé du commandement de l’armée et de la justice d’annoncer au grand public les résultats. Nous avons entendu une seule réponse : seule la justice a le droit d’annoncer les résultats de l’enquête. Celle-ci doit alors informer le peuple libanais des raisons et divulguer les dessous de l’explosion. Nous réitérons cet appel et de toute urgence pour dévoiler les auteurs et mettre fin à la campagne de diffamation qui a été lancée injustement contre nous. 

Passons au sujet de la formation du gouvernement au Liban. Je ne pense pas qu’il existe parmi nous un responsable qui soit opposé à cette formation, qui que ce soit. On ne doit accuser personne ainsi. Certes, chacun veut former le gouvernement à sa guise. Les dernières déclarations ont démontré que certains attendent les pays étrangers pour venir faire pression sur certaines parties libanaises. De telles pressions compliqueraient les choses. Il ne faut pas fixer de hauts plafonds. Nous constatons qu’on cherche à imputer au président de la République la responsabilité de l’échec actuel. Nous comprenons l’attachement du président Saad Hariri au portefeuille de l’intérieur, comme l’attachement du duo chiite au portefeuille des Finances. Toutefois nous ne comprenons pas l’insistance sur un gouvernement de 18 ministres. Pourquoi ne pas former un gouvernement de 20 ou de 22 ministres ? ceci favorisera la représentativité de toutes les forces politiques. Je souhaite qu’on revoie ce point pour pouvoir réaliser une percée au sujet de la formation du gouvernement.

Pour ce qui est de notre relation avec nos alliés. 15 ans se sont écoulés à la conclusion de l’entente entre le CPL – Hezbollah, nous avons profité de ses multiples avantages. Nombreux étaient ceux qui ont misé sur son échec et ont œuvré pour exploiter tout incident pour avorter cette entente. Ceci n’a pas eu lieu malgré les changements permanents qui caractérisent la nature de la vie politique libanaise, où on change le fusil d’épaule fréquemment. Les deux parties ont profité de cette entente et nous tenons au maintien de cette entente, voire à son développement.

Au Liban nous sommes face à un problème majeur, celui des débats sur les pages de socialisation. Une personnalité quelconque tient un propos, et c’est la guerre entre partisans et adversaires. Nous devons être très vigilants et attentifs quant à la création par des « armées électroniques ennemies » de faux comptes dans le but de provoquer des conflits entre les gens.

Chacun de nous doit faire preuve de responsabilité et de raison, il faut éviter les insultes et présenter des preuves. Si l’un de nos alliés tient un propos étrange à son discours politique, nous devons rester respectueux et aller s’enquérir sur les dessous de son propos. On ne doit pas le fustiger et s’attaquer immédiatement contre sa propre personne.

Des événements majeurs ont lieu sur la scène internationale, notamment le départ de Trump et l’avènement de Biden. Le Liban est normalement largement influencé par la conjoncture régionale. Le dossier nucléaire iranien est à l’ordre du jour. La position iranienne demeure forte et solide, cette question aura des conséquences directes sur la région. Sur ce point, notons la grande inquiétude israélienne et saoudienne.

La direction américaine a annoncé la suspension du soutien à la guerre au Yémen. C’est un développement positif qui survient grâce à la persévérance, à l’endurance et à la ténacité du peuple yéménite. Les frères au Yémen sont vigilants. Quand l’ennemi échoue, il tente de changer de politique. Cet arrêt de la guerre constitue une défaite cuisante aux Saoudiens qui ont fixé des hauts plafonds pour cette guerre mais ils n’ont réussi nulle part.

 Là encore, les plus grands inquiets sont les Saoudiens et les Israéliens.

En Syrie et en Irak, les Américains semblent décidés à rester en Irak, mais cette fois, sous le prétexte de combattre Daech. Ils ont réanimé ce groupe terroriste. Nous assistons de nouveau aux attaques de Daech dans ces deux pays. Donc, les Américains, et pour ne pas soulever la colère du peuple irakien, vont rester dans le pays sous le prétexte de la lutte contre Daech. Certes, l’axe de la résistance saura vaincre Daech et son projet comme il l’a déjà fait.

Il existe de nombreux autres sujets délicats comme en Afghanistan, en Chypre, et ailleurs. Il semble que la Chine et la Russie représentent les grands défis majeurs pour l’administration de Biden. Les Américains ne pourront admettre la primauté économique de la Chine, au moment où les USA sont largement frappés par le coronavirus.

Il semble que les Américains veulent finir avec les dossiers de la région, pour se consacrer à la Chine et la Russie.

Enfin, le dossier palestinien sera fortement présent cette année et dans les années à venir. Aujourd’hui, on ne parle plus du deal du siècle. Ce recul inquiète beaucoup les Saoudiens et les Israéliens. Le chef de la diplomatie US a dit ne pas accepter l’annexion du Golan aux territoires occupés. On parle d’une solution à deux Etats, ce qui n’était pas le cas avec le deal du siècle. Tout ceci a lieu grâce à la ténacité des mouvements de la résistance et non à l’éveil de la conscience US.

Les Israéliens sont en train de leurrer l’opinion publique israélienne en donnant trop d’importance au dossier de la normalisation avec certains pays arabes. C’est de la pure propagande électorale. Les deux exemples majeurs sont ceux des peuples égyptien et jordanien ; leurs autorités avaient signé des accords de paix avec l’ennemi, alors que les peuples rejettent à ce jour toute normalisation de liens avec l’ennemi. Nous misons sur les peuples arabes pour boycotter toute normalisation de liens avec l’ennemi. Les dirigeants finiront par réaliser que les problèmes de leurs pays ne seront pas réglés par les liens avec Israël. Donc, on exagère beaucoup cette question sur la scène israélienne pour des fins électorales.

Et pour terminer, le chef d’Etat major israélien a longuement exposé les exploits de l’armée israélienne, et s’est vanté de la domination israélienne dans la région, comme si les pays arabes souffraient seuls du coronavirus et du chômage. Selon lui, l’armée sioniste respecte la loi, et donc a le droit de changer les règles d’engagement, et de frapper tout site d’armement au Hezbollah construit parmi les zones civiles. Ces propos sont ridicules. Notre réponse est claire : nous ne cherchons pas la guerre, mais nous allons riposter à tout acte belliqueux. Vous bombardez nos villes, nous ferons de même. Vous bombardez nos villages, nous ferons de même. Vous prétendez frapper des sites militaires, et vous en avez aussi dans vos régions. Nous avons pu protéger nos régions et nos villages dans les années 1990 en frappant des colonies sionistes à chaque fois que nos villages subissaient des frappes.

Le fait de parler d’une bataille de quelques jours est aussi dangereux. Personne ne peut garantir qu’une bataille de quelques jours n’entrainera pas à une guerre majeure. Sachez que les territoires occupés seront largement frappés. Même à Gaza, les règles du jeu ont changé. C’est l’époque de l’axe de la résistance et vous devez prendre ceci en compte. L’époque où vous aviez la liberté de lancer des attaques militaires est révolue. (…)»

https://french.alahednews.com.lb/38735/342

Dans LIBAN

LIBAN : LES CORROMPUS MACRON ET HARIRI SE SONT ENTRETENUS AU SUJET DE LA CRISE AU LIBAN ET DE LA FORMATION DU GOUVERNEMENT

Par Le 11/02/2021

Macron et Hariri se sont entretenus au sujet de la crise au Liban et de la formation du gouvernement

 Depuis 10 heures  11 février 2021

Hariri et Macron (Archives)

Hariri et Macron (Archives)

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre libanais Saad Hariri ont discuté, au soir du mercredi 10 février,  lors d’un dîner à l’Elysée de la crise au Liban ainsi que des difficultés à former un nouveau gouvernement.

« La réunion de deux heures a porté sur les derniers développements dans la région », les « difficultés internes au Liban qui entravent la formation d’un gouvernement et les moyens possibles de les surmonter », a annoncé M. Hariri sur Twitter.

Ce dernier a également assuré que « l’aide internationale » pourrait arriver dès qu' »un gouvernement sera formé et capable d’entreprendre les réformes nécessaires pour arrêter l’effondrement économique » du pays.

La présidence française n’avait pas indiqué ce dîner dans l’agenda officiel d’Emmanuel Macron.

Macron avait fait savoir fin janvier qu’il entendait se rendre une troisième fois au Liban, pour lequel la feuille de route de la France était toujours sur la table.

Le président français s’était rendu à Beyrouth à deux reprises l’an dernier après l’explosion dans la capitale libanaise le 4 août.

 

 

Source: Avec Reuters

https://french.almanar.com.lb/2006633

Dans LIBAN

LE LIBAN APPROUVE L'UTILISATION D'URGENCE DU VACCIN RUSSE SPOUTNIK V

Par Le 07/02/2021

Le Liban approuve l’utilisation d’urgence du vaccin russe Spoutnik V

 Depuis 1 jour  6 février 2021

spounikv

 Liban - Moyent-Orient

 

Le ministère libanais de la Santé a validé le vendredi 5 février l’utilisation du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V, annonce l’agence de presse nationale libanaise NNA. L’information a été confirmée par le Fonds russe d’investissements directs (RFPI).

«La commission scientifique et technique formée par le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a autorisé vendredi l’usage urgent du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V, qui sera importé par une compagnie de médicaments ayant un permis», précise le média.

Se référant à la publication de l’agence, le RFPI précise que c’est le 20e pays à enregistrer le vaccin russe.

Le 4 février, le ministre libanais des Affaires étrangères Charbel Wehbé a demandé au gouvernement russe de fournir 200.000 doses du vaccin à titre d’assistance.

En outre, le Liban avait commandé un total de 2,1 millions de doses du vaccin américano-allemand Pfizer-BioNTech, qui sont attendues à la mi-février et censées couvrir 20% de la population.

Le Liban face au Covid-19

Depuis le début de l’année, le nombre de cas de coronavirus ainsi que le taux de mortalité ont fortement augmenté au Liban, les hôpitaux restent saturés. Au total, le pays recensait le 4 février 312.269 cas de coronavirus confirmés, selon les données du ministère de la Santé.

Pour le vendredi 5 février, 98 décès et 3071 nouvelles contaminations ont été recensés, selon le Ministère de la Santé.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2002662

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH CONDAMNE LE MEURTRE DE LOQMAN SLIM, APPELLE A DEVOILER ET PUNIR LES AUTEURS

Par Le 05/02/2021

Le Hezbollah condamne le meurtre de Loqman Slim, appelle à dévoiler et punir les auteurs

Le Hezbollah condamne le meurtre de Loqman Slim, appelle à dévoiler et punir les auteurs

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Traduit par AlAhed

Le Hezbollah a condamné le meurtre du militant politique libanais Loqman Slim en publiant le communiqué suivant:

Le Hezbollah condamne le meurtre du militant politique Loqman Slim, et appelle les appareils judiciaires et sécuritaires compétents à travailler rapidement pour dévoiler et punir les auteurs et combattre les activités criminelles dans plus d'une région du Liban, ainsi que l'exploitation politique et médiatique qui les accompagne au détriment de la sécurité et de la stabilité intérieures.

https://french.alahednews.com.lb/38585/319

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH SORT SES MISSILES SOL-AIR !

Par Le 04/02/2021

Hermès 450 d'Israël abattu par le Hezbollah: l'an I de la naissance de la DCA intégrée de la Résistance

Thursday, 04 February 2021 9:32 AM  [ Last Update: Thursday, 04 February 2021 12:02 PM ]

 30 

Le missile sol-air du Hezbollah détruit un quatrième drone israélien, le 3 février 2021/Harbi press

Une triple interception et capture de drones sionistes au Liban et à Gaza, plus la destruction en plein ciel du sud Liban d'un Hermes 450 de l'armée de l'air israélienne, et tout ceci en quatre jours, avouons que la réaction paniquée d'Israël dans la nuit de mercredi à jeudi 3 février contre ce qui marque ni plus ni moins la mort de "l'Armée de l'air sioniste", peut se comprendre : des missiles sol-sol et sol-air tirés depuis le Golan occupé contre l'aéroport de Damas, Mezzah, Kiswah et la banlieue de Deraa et de Quneïtra que Ynet décrit comme étant les bases du Hezbollah et de l'armée de libration du Golan composée de "milliers de combattants syriens, palestiniens et irakiens" entre autres et qui par malheur ont été dans leur quasi totalité interceptés par le système de DCA syro-sud libanais ... Mais reprenons les choses par le début ...

Un

 

Des unités de guerre électroniques de la Résistance pourront détourner et employer les F-16 israéliens contre des "cibles israéliennes"?

Entre le samedi et mardi, le régime israélien a perdu trois drones, deux à Gaza et un dans le ciel du sud Liban. Le porte parole de son armée a tenté de minimiser cette "nouveauté" dans le ciel du Levant, soumis depuis la révolution du Cèdre de 2005 au Liban et le départ de l'armée syrienne du sud du Liban au bon vouloir d’Israël qui en use et abuse contre les Syriens et les Libanais. Les tweets à la limite du ridicule qu'a émis le porte-parole de l'armée sioniste, Avichay Adraee, en réaction à l'interception à peu d'intervalle de ces trois quadcopters de type Matrice 100 utilise la même littérature : Pas d'inquiétude, il n'y a eu rien de trop important dans le "mémoire" de ces appareils qui puissent d'une manière ou d'une autre nuire à Israël!  

Or c'est tout le contraire qui vient de se produire sous les yeux ahuris des colons à qui ces tweet sont adressés. Le mercredi, 3 février dans l'après midi, le Hezbollah a tiré pour la première fois depuis 25 août 2019, un missile air-sol qui a pulvérisé un Hermes 450 au-dessus d'al-Zahrani (Liban), et il l'a fait à partir de ces "mêmes données de peu d'importance", selon l'armée sioniste, donnés qui rappelons-le, ne cessent de collecter des dizaines de drones de reconnaissance israéliens, en mission permanente au-dessus du Liban, de Gaza et de la Syrie. Or ceci signifie beaucoup de choses dont : l’existence d'un QG de Défense anti aérienne intégrée, étendue désormais entre le Liban et Gaza et qui passerait sans nul doute par la Syrie, QG où se seraient échangées des données retirés des dispositifs de surveillance et d'imagerie avancées à bord des quadcopters israéliens. Visiblement, ce serait ces mêmes data qui auraient servi la DCA du Hezbollah et leurs radars "ultra puissants" à localiser et à identifier le coqueluche de IAI, "Israel Aerospace Industrie" qu'est Hermes 450.

Golan occupé : le

Golan occupé : 

Explosion des "bombe Kalimagor" au Golan occupé?! 

Ce coqueluche, le constructeur israélien  Elbit en parle ainsi : Un UAS tactique haute performance multi-rôle et la plate-forme principale des IDF dans les opérations de lutte contre le terrorisme, Hermes 450 est un UAS expérimenté avec plus de 300 000 heures de vol opérationnelles et un record de sécurité et de fiabilité de classe ... Hermes 450 intègre des charges utiles de pointe avec des configurations sélectionnées de double charge... Le choix des charges utiles comprend les systèmes EO/IR/Laser, (les capteurs électro-optiques), SAR (Innovative Synthetic Aperture Radar/Ground Moving Target Indicator), GMTI (Indication de cibles terrestres mobiles (GMTI)... hyper-spectral, les systèmes de balayage grand public et d'autres charges utiles. Le fonctionnement hautement autonome et ergonomique d'Hermes 450 se traduit par une grande efficacité de mission sans aucune compétence de pilotage requise. Le système est facilement mobilisé et déployable rapidement. La gestion de la mission s'effectue via le Hermes GCS (Ground Control Stations ). Hermes 450 peut effectuer deux missions simultanées à partir du même GCS à l'aide de deux GDT ( Ground Data Terminal)

Et bien c'est tout ceci que le Hezbollah a fait pulvériser dans le ciel du sud Liban qu'Israël a réussi en 2005 et à la faveur d'une attaque aérienne anti Rafic Hariri déguisée en attentat puis d'une révolution de couleur dit du Cèdre avec en filigrane le départ de l'armée syrienne du sud du Liban, à annexer de facto et s'en servir à titre de bases-arrière de ses centaines de raids aériens depuis 2015 contre le territoire syrien.

"La riposte militaire, l'Iran l'infligera lui-même comme pour Aïn al-Asad"

Le secrétaire général du Hezbollah a pris un discours important à l’occasion du 1er anniversaire de l’assassinat du général Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes.

Avia. pro, site proche du ministère de la Défense russe croit savoir que la DCA du Hezbollah qui vient de réaliser sa première opération intégrée impliquant à la fois sa filiale de Gaza est composé d'une batterie de Pantsir-S :

"Il y a quelques mois, les médias libanais, se référant à des sources proches de la direction du Hezbollah, ont rapporté que l'organisation disposait de systèmes de missiles de défense aérienne russes Pantsir-S, la première confirmation de cette information vient d’apparaître - il y a quelques heures, le complexe ayant été activé contre un drone de reconnaissance tactique et de frappe israélien et, à en juger par les images vidéo présentées, il l'a abattu avec succès. Les images mettent en scène les premières minutes après qu'un missile guidé antiaérien du Pantsir-S eut attaqué le drone de reconnaissance israélien lequel avait violé l'espace aérien du pays. Selon des membres de l'organisation libanaise Hezbollah, le drone israélien a été abattu avec succès, cependant, l'armée israélienne affirme que le missile a manqué sa cible. Difficile de croire le démenti puisque le drone lui-même n'est pas visible dans le ciel, preuve qu'il a été bien détruit.

 

Mais il y a bien plus : cette démonstration de force de la Résistance libanais dans le ciel d'un Liban qui tend peu à peu à retrouver sa souveraineté s'est combinée avec la royale déconfiture que l'armée de l'air israélienne allait subir quelques heures plus tard quand elle s'est livrée paniqué à l'une de ses frappes les plus improvisée contre la Syrie. Dans la nuit de mercredi à jeudi 4 février, des avions de combat israéliens retranchés dans le Golan occupé, ont visé quatre sites syrien et du Hezbollah croyant que c'était ceux qui abritant la DCA intégrée de la Résistance et cette fois ce n'est pas uniquement le communiqué" de SANA qui prouve leur échec total : cette fois les batteries de Khordad-3 positionnées sur les frontières syro-sud libanaise ont intercepté la quasi totalité des missiles sol-sol et air-sol qu’Israël a tirés avec précipitation contre Damas, Quneïtra, Mezzah et Kiswah. Les P8 et E1 US-OTAN ont d'ailleurs confirmé l'échec. Le jeudi tôt dans la matinée, le régime israélien ne savait réellement pas à quel saint se vouer.

Al-Arabiya a tenté de voler à son secours en rapportant que "les avions de combat israéliens avaient visé les positions du 165e régiment de la 1re division de l'armée syrienne à l'ouest de Damas, ainsi que la région de Sahnaya", une littérature désormais bien connue des analystes et observateurs et qui sera poursuivie dans les heures à venir avec un "des dizaines de miliciens du Hezbollah et de la Force Qods ont été tués". 

DCA iranienne: nouvelle surprise à venir?

Il y a peu, l'Iran a dévoilé ses batteries de missiles Bavar 373, un système de défense aérienne à longue portée. Certaines sources proches du ministère de...

Mais la réalité est bien d'autres. Elle se reflète à travers cette totale débandade sur le front nord qui a poussé l'armée "vaillante" du général Kochavi qui "travaille en ce moment sur de multiples plans pour bombarder Natanz et Fordo au centre de l'Iran" à expédier des "convois militaires" sur les frontières du Liban avec le Golan occupé, ce qui en dit long sur l'échec total du raid aérien de 4 février lequel visait à anéantir "le centre de commandement de DCA intégrée de l'axe de la Résistance".

 

Sur les images, des camions militaires ne transportent que des blindés, pas de soldats, pas de chars, rien du tout. Cela fait longtemps que le Golan occupé a été évacué de soldats sionistes et que tout se réduit à quelques poches revanchés sur les hauteurs stratégiques. Le retrait date très exactement du 21 juillet 2020, quand Israël a tué Kamel Mohsen, plaçant ainsi tout le front Nord sur la toute puissance d'un Hezbollah revanchard.

Israël électrocuté dans le ciel syrien!

Israël électrocuté dans le ciel syrien!

La défense aérienne syrienne a intercepté jeudi des missiles tirés par Israël sur la province de Hama.

Après avoir bien senti l'étau balistique se resserrer autour de lui, un étau composé comme le croit savoir le chroniquer israélien Amin Bohbot de 190 000 missiles, il est grand temps que l'Armée de l'air sioniste se dégage du ciel du Liban, à moins de vouloir pousser le Hezbollah à établir l'équation suivante : "violation du ciel libanais = F-16, F-15...israélien abattu".  

Lire plus : La DCA syro-sud-libanaise prend de court l'armée de l'air sioniste...

Car ce qu'on a vu le 3 février dans le ciel du sud Liban dépasse un peur simple coup à Pantsir-S. Certains observateurs disent même que la batterie de DCA du Hezbollah serait de type Oghab, une variante iranienne de Pantsir-S plus le système TOR. Le CGRI ne l'a pas encore dévoilé mais il se pourrait que ce dévoilement ait lieu ce 3 février au sud du Liban. En termes de défense aérienne les cibles situées à une distance proche et à basse altitude est l'un des plus grands défis à relever, et bien le fait que le nouveau dispositif iranien s'inspire du Tor-M1, un système de défense aérienne à courte portée, à basse altitude et entièrement mobile lui fournit la capacité de contrer efficacement les Hermes 450 israéliens. Mais il y a plus, Oghab, Aigle en persan est aussi capable de contrer les aéronefs à voilure fixe et les hélicoptères sans pilote, les hélicoptères, les missiles de croisière entre autres ... Adieu donc, missiles Delilah ...

Israël: les données sensibles percées

Israël: les données sensibles percées

Israël se demande comment le Hezbollah continue de détruire ses drones...

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/04/644511/Syrie-la-DCA-declenchee-dans-le-Sud

Dans LIBAN

LIBAN : LA MAIRIE DE TRIPOLI INCENDIEE

Par Le 29/01/2021

Une manifestation contre les restrictions sanitaires à Tripoli, au Liban, 26 janvier 2020

La mairie de Tripoli incendiée par des manifestants au Liban – vidéos

© REUTERS / Omar Ibrahim

MOYEN-ORIENT

14:48 29.01.2021URL courte

Par 

 0  0  0

S'abonner

Lors de la quatrième journée d’affrontements avec la police et l’armée au Liban, les manifestants qui protestent contre les restrictions sanitaires et la crise économique dans le pays, ont incendié la mairie de Tripoli, selon le service de presse du Président Michel Aoun.

Un incendie s’est déclaré dans la nuit du 28 au 29 janvier dans la mairie de la ville libanaise de Tripoli, à 90 km de Beyrouth, où des manifestants ont jeté des cocktails Molotov lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, a annoncé le service de presse du Président libanais Michel Aoun.

​L’incendie a commencé après que l’armée a dispersé une manifestation sur la place Al-Nour, non loin de la mairie.

​Le Président libanais, Michel Aoun, a chargé Zeina Akkar, ministre de la Défense et vice-Première ministre du Liban, de retrouver les organisateurs des émeutes qui se sont «infiltrés dans les rangs des manifestants pacifiques et [ont] commis des actes de sabotage» à Tripoli, a annoncé son service de presse.

«Le Président Aoun et la vice-Première ministre et ministre de la Défense nationale Mme Zeina Akkar ont examiné la situation en matière de sécurité dans le pays après les événements survenus hier soir à Tripoli et les émeutes qui ont conduit à l’incendie à la mairie de Tripoli, et à l’attaque d’un certain nombre de bâtiments officiels et privés de la ville», a-t-il été précisé.

Affrontements à Tripoli

Des actions de protestation contre les mesures restrictives prises par les autorités pour enrayer l’épidémie de Covid-19 se déroulent à Tripoli depuis quatre jours. Les manifestants réclament la levée du couvre-feu et l’amélioration de leurs conditions de vie. Pendant ces rassemblements, certaines personnes jettent des pierres, des cocktails Molotov. Les 27 et 28 janvier, la police a même été attaquée au moyen de grenades réelles.

Selon la Croix-Rouge libanaise, le nombre de victimes des affrontements a atteint 226, dont plus de 20 policiers.

L’armée a pris sous son contrôle les principales zones du centre de la ville. Le commandement a appelé les citoyens à respecter le couvre-feu et à éviter de participer aux manifestations, qui s’accompagnent de pillages et d’actes de vandalisme.

La situation à Tripoli, où le taux de chômage a atteint 60%, est à son paroxysme suite à la décision prise le 21 janvier par le Conseil suprême de défense de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 8 février. Le confinement, qui s’accompagne d’un couvre-feu, a réduit l’activité économique au minimum et conduit à la ruine nombre de petites et moyennes entreprises

https://fr.sputniknews.com/moyen-orient/202101291045149513-la-mairie-de-tripoli-incendiee-par-des-manifestants-au-liban--videos/

Dans LIBAN

LIBAN : SINISTRE RECORD DE 73 DECES ET 3505 CAS DE CONTAMINATION DU COVID-19 EN 24 HEURES

Par Le 26/01/2021

Liban: Sinistre record de 73 décès en 24h, 937 patients en soins intensifs

Liban: Sinistre record de 73 décès en 24h, 937 patients en soins intensifs

folder_openLiban access_timedepuis 26 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par OLJ

Le Liban, qui a reporté mardi le lancement sa plateforme électronique d’inscriptions au vaccin anticoronavirus, a enregistré un nouveau record sinistre de 73 décès et 3.505 cas de contamination en 24h, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié en soirée. Ces chiffres portent le taux de contamination par rapport au nombre de tests effectués pour les deux dernières semaines à 22,2 %. Ils font grimper à 285.754 le nombre cumulé des contaminations depuis la détection du premier cas du virus dans le pays en février 2020, au nombre desquelles 2.477 décès et 168.749  guérisons. Parmi les cas toujours actifs, 2.407 personnes sont hospitalisées dont 937 en soins intensifs.

Sur le plan de la vaccination, dont la première phase devrait commencer dans le courant du mois de février avec l'importation d'un premier arrivage de vaccins de Pfizer/BioNTech, les autorités ont reporté à mercredi le lancement qui était prévu aujourd'hui de la plateforme électronique d'inscriptions au vaccin.

Quarante-deux hôpitaux ont déjà été identifiés et accrédités par les autorités comme «centres de vaccination» officiels dans le pays. La liste, publiée par le ministère de l'Information, comprend 42 établissements, publics et privés, répartis dans les différentes régions du Liban. Neuf sont situés à Beyrouth, onze dans le Mont Liban, onze dans le Nord, six dans le Sud et cinq dans la Békaa.

Selon la Banque mondiale, les autorités libanaises ont passé avec Pfizer un accord pour l'importation d'un million et demi de doses. Celles-ci permettront de vacciner 750.000 personnes contre le coronavirus (à raison de deux doses par personne à trois semaines d’intervalle) lors de la première phase de la campagne de vaccination. Par ailleurs, dans le cadre de la plateforme Covax (permettant aux pays pauvres d’accéder au vaccin), 2.600.000 doses de vaccins de différents fabricants devraient être importées au Liban. La BM avait mis en garde la semaine dernière contre le non-respect des standards internationaux, et l’ordre des médecins contre la désorganisation.

Pour tenter de rassurer, le ministre de la Santé Hamad Hassan a tenu lundi une réunion axée sur la lutte contre la propagation du virus dans les camps de réfugiés palestiniens disséminés sur le territoire libanais. Il a affirmé que les Palestiniens, tout comme les Libanais et les autres ressortissants étrangers, étaient inclus dans le plan de vaccination des autorités. «Ce plan sera exécuté en fonction des priorités fixées par l'Organisation mondiale de la Santé concernant la vaccination» contre le coronavirus, a-t-il assuré.

 

liban coronavirus

https://french.alahednews.com.lb/38452/344

Dans LIBAN

LE LIBAN INFORME D'UNE ENQUETE SUISSE VISANT LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE CENTRALE

Par Le 20/01/2021

Le Liban informé d’une enquête suisse visant le gouverneur de la Banque centrale

 Depuis 14 heures  20 janvier 2021

Riad Salamé

Riad Salamé

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le Liban a reçu de la Suisse une demande officielle d’assistance juridique pour une enquête concernant des transferts d’argent présumés effectués par le gouverneur de la banque centrale Riad Salamé, a indiqué à l’AFP une source judiciaire.

L’enquête porte sur 400 millions de dollars qui, malgré des restrictions bancaires draconiennes, auraient été transférés à l’étranger par Riad Salamé, son frère, son assistante et des institutions liées à la banque centrale, a indiqué la source libanaise, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Les services de Riad Salamé ont nié des «allégations», après des informations publiées mardi par le quotidien libanais Al-Akhbar.

«Toutes les allégations de transferts d’argent présumés à l’étranger, qu’ils soient faits sous son nom (M. Salamé), ou sous le nom de son frère ou de son assistante, sont des informations infondées», selon un communiqué. Les autorités suisses n’ont pas réagi dans l’immédiat sur cette affaire.

Le procureur général Ghassan Oueidat a reçu la demande d’assistance juridique via «l’ambassade suisse à Beyrouth» et non les canaux diplomatiques traditionnels, selon la source judiciaire, évoquant une procédure inhabituelle.

La requête ne comprend pas de documents ou de preuves, mais une liste de questions à poser à Riad Salamé et à d’autres personnes liées à l’affaire, précise la source.

L’existence d’une enquête en Suisse a été rapportée mardi par Al-Akhbar, fervent critique du gouverneur de la banque centrale.

Les autorités suisses n’ont pas encore réagi.

Selon le quotidien, l’enquête s’inscrit dans le cadre des efforts pour passer au crible les transactions suspectes de responsables libanais, y compris Riad Salamé.

Le Liban connaît depuis 2019 sa pire crise économique depuis la guerre civile (1975-1990), avec notamment une dégringolade de sa monnaie nationale et des restrictions bancaires interdisant les transferts bancaires à l’étranger.

Riad Salamé et des responsables politiques sont soupçonnés d’avoir bravé ces mesures pour échapper à des contrôles de capitaux. Plusieurs appels à l’étranger et au Liban ont été lancés depuis le début de la crise pour restituer ces montants, alors que le pays est en proie à une pénurie aiguë de devises étrangères.

https://french.almanar.com.lb/1990419

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH : L'INSCRIPTION DU SANCTUAIRE SACRE DE L'IMAN REZA SUR LA LISTE TERRORISTE EST UNE INSULTE A L'ISLAM

Par Le 16/01/2021

Hezbollah : L’inscription du sanctuaire sacré de l’Imam Reza sur la liste terroriste US est une insulte à l’islam

 Depuis 6 heures  16 janvier 2021

Drapeau du Hezbollah

Drapeau du Hezbollah

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a publié, le samedi 15 janvier, un communiqué condamnant les nouvelles sanctions américaines contre le sanctuaire sacré de l’Imam Reda (le 8ème Imam, descendant du prophète Mohammad ‘S’) dans la ville sainte de Mashhad, en plus de la campagne américaine contre les forces de mobilisation populaire en Irak, le Hachd Chaabi.

Pour le Hezbollah, « il semble que le taux de folie et de haine a augmenté de façon spectaculaire chez le secrétaire d’État américain à l’approche des derniers jours du mandat présidentiel. Il a répandu sa haine flagrante dans plus d’une direction ».

« L’inscription du sanctuaire sacré de l’Imam Reza (S) et son directeur sur la liste terroriste est un acte totalement sans précédent. C’est un lieu de culte sacré visité par des millions de musulmans et a une profonde position spirituelle dans leur conscience et leurs croyances. Cette démarche insensée est une offense à l’Islam, et à ses valeurs spirituelles et divines, qui va au-delà de la politique et des différences politiques. Il s’agit d’une hostilité explicite envers les religions et les croyances religieuses. Cet acte exprime le niveau de décadence morale et intellectuelle atteint par le département d’État américain et l’administration américaine ».

Le Hezbollah a en outre estimé que « les objectifs de l’impitoyable campagne américaine contre les forces de mobilisation populaire en Irak (Hachd Chaabi) est devenue claire et les buts bien connus, car le Hachd représente une garantie pour l’unité de l’Irak et l’élément le plus fort face à Daesh et au terrorisme takfiriste.

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/1987845

 

Dans LIBAN

LE LIBAN DECRETE L'ETAT D'URGENCE SANITAIRE PENDANT 11 JOURS

Par Le 12/01/2021

Coronavirus: le Liban décrète l’état d’urgence sanitaire

Coronavirus: le Liban décrète l’état d’urgence sanitaire

folder_openLiban access_timedepuis 13 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le Liban a décidé lundi d'imposer à partir de jeudi un couvre-feu total pendant onze jours et de limiter les vols en provenance de pays à hauts risques, pour tenter d'endiguer la propagation en flèche du nouveau coronavirus.

«Il est interdit de sortir dans la rue et sur les routes entre 5 heures du matin le jeudi 14 janvier 2021 et 5 heures du matin le lundi 25 janvier», selon un communiqué diffusé à l'issue d'une réunion du Conseil supérieur de la défense.

Les Libanais ne pourront donc pas sortir de chez eux pendant cette période, même pas pour faire des courses alimentaires, faire de l'exercice ou promener leur animal domestique. Quelques exceptions sont prévues pour le personnel de santé, les journalistes, des employés du secteur alimentaire et d'autres travailleurs jugés essentiels.

Le pays faisait déjà l'objet d'une mesure de confinement depuis le 7 janvier, avec un couvre-feu nocturne à partir de 18 heures.

Les frontières terrestres et maritimes seront fermées à tous les voyageurs pendant ces onze jours, sauf à disposer d'un visa ad hoc. Le nombre de passagers arrivant à l'aéroport de Beyrouth sera abaissé à 20% du niveau de janvier 2020.

Les voyageurs en provenance de Bagdad, d'Istanbul et d'Adana en Turquie, du Caire et d'Addis Abeba seront contraints à une quarantaine de sept jours dans un hôtel, à leurs frais. Avec un test PCR à l'arrivée au Liban et un autre six jours plus tard.

Ce renforcement des restrictions intervient après la multiplication d'appels de responsables des services de santé pour des mesures plus strictes face à la saturation des hôpitaux.

Des patients ont dû attendre ces derniers jours pendant des heures aux services d'urgences avant d'obtenir un lit en soins intensifs. Certains ont même été contraints de se faire soigner à domicile ou dans leur voiture.

Le petit pays de six millions d'habitants a recensé 222 391 cas, dont 1 629 décès. Et il a continué de battre des records, recensant vendredi un pic de 5 440 nouveaux cas de Covid-19.

Avec une hausse de 70% des contaminations par rapport à la semaine précédente, le Liban fait désormais partie des pays connaissant l'une des plus fortes progressions mondiales, selon les chiffres compilés par l'AFP.

Il arrive derrière des pays comme le Portugal (+73%), le Nigeria (+77) et l'Irlande (+190%).

Le pays doit recevoir en février sa première livraison du vaccin Pfizer-BioNTech.

https://french.alahednews.com.lb/38253/344

Dans LIBAN

LIBAN : LA TELEVISION AL-MANAR DEVOILE LES RESULTATS DE L'ENQUETE SUR L'EXPLOSION DU PORT DE BEYROUTH

Par Le 10/01/2021

Al-Manar dévoile les résultats de l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth

 Depuis 55 minutes  10 janvier 2021

explosion_port_beyrouth_enquete

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

Lors de son récent discours, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah s’était dit étonné que les résultats des enquêtes menées sur l’explosion du port n’aient pas encore été rendues publiques.

« De point de vue étiquette et moral, il en incombe au commandement de l’armée libanaise et aux Forces de sécurité intérieure (FSI) de dire au peuple libanais quelle est le résultat de l’enquête. Vous êtes parvenus aux conclusions. Pourquoi ne devrait-elle pas être connues par le peuple libanais », a-t-il déploré le vendredi 8 janvier.

Cette enquête sur l’explosion du 4 août qui avait détruit presque entièrement le port de Beyrouth, ainsi que des quartiers avoisinants, tuant plus de 200 personnes et blessant plus de 6.000, avait été menée par le FBI américain, des enquêteurs français ainsi que par l’armée libanaise et le Département des renseignements des FSI.

Selon des sources qui se sont confié pour la télévision al-Manar, ces investigations se sont penchées sur les causes directes de l’incendie, les causes directes de l’explosion et les produits explosifs qui étaient présents dans le hangar 12 ou était stocké le nitrate d’ammonium. Quelque 1.700 tonnes.

Elles se sont basées sur une trentaine d’échantillons prélevés de la scène de l’explosion : du sol, de la mer, des corps qui ont explosé, des corps fixes et d’autres mobiles. Le tout pour savoir si l’explosion était préméditée ou accidentelle.

Les sources non identifiées ont assuré pour al-Manar que l’explosion n’a été causée ni par un missile, ni par une agression extérieure, ni par des produits utilisés pour déclencher l’explosion ni par aucun acteur quel qu’il soit.

Elle est due à l’opération de soudage de la porte qui avait eu lieu quelques heures avant l’explosion et aux quelques étincelles qu’elle a laissées à l’intérieur du hangar pendant plus d’une heure, jusqu’à leur arrivée aux feux d’artifice, provoquant un incendie puis l’explosion d’une partie du nitrate d’ammonium.

Certains échantillons ont décelé la présence sur la scène de l’explosion de soufre que l’on retrouve dans les feux d’artifice.

« Tout est désormais élucidé aussi bien pour la direction des forces de sécurité libanaise que pour les enquêteurs étrangers sur les circonstances de l’explosion, ses causes, son modus operandi, sa quantité. Une question s’impose pourquoi ne pas en avoir informé l’opinion publique ? », s’est interrogée la correspondante d’al-Manar.

Selon ses sources, les résultats de l’enquête extérieure ne seront pas différents de celle effectuée à l’intérieur.

« Si l’explosion avait été perpétrée à cause d’un acteur quelconque, les Américains auraient eux-mêmes révélé ces conclusions parce qu’ils auraient entre les mains la preuve pour pouvoir lancer leurs accusations à droite et à gauche, dans la direction qu’ils voudraient. Et parce qu’il n’en est rien, la réalité sur ce qui s’est passé a été occultée. Dans le but de semer le doute, d’exploiter le sang qui a coulé et de lancer les accusations politiques de la part de ceux qui voudraient en bénéficier », a conclu cette source pour al-Manar.

Cette dernière faisait allusion à la campagne d’accusations infondées montée de toutes pièces par des protagonistes pro américains au Liban pour imputer la responsabilité de cette explosion au Hezbollah. Une campagne qui n’a pas porté ses fruits malgré les moyens financiers et médiatiques qui lui ont été accrédités selon les responsables américains eux-mêmes.

Source: Al-Manar

https://french.almanar.com.lb/1982928

 

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH : "TRUMP, EXEMPLE BRUT DE L'ARROGANCE AMERICAINE"

Par Le 09/01/2021

«Ce dont les Américains ont été témoins montre le mensonge de la démocratie américaine" (Nasrallah)

Friday, 08 January 2021 7:26 PM  [ Last Update: Friday, 08 January 2021 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. ©Al-Manar

Le secrétaire général du Hezbollah libanais a déclaré, tout au début de son discours, ce vendredi 8 janvier 2021, qu'il avait l’intention de parler des derniers développements au Liban, mais que des évènements importants qui ont eu lieu aux États-Unis, en particulier l'attaque des partisans de Trump contre le bâtiment du Congrès, l’avaient contraint à s’exprimer sur ce qui s’est passé aux États-Unis.

Selon Seyyed Hassan Nasrallah, l'incident qui a eu lieu en Amérique mérite d'être examiné et de clarifier la vérité sur ce qui est en cours aux États-Unis, la vérité sur les revendications de la démocratie dans ce pays.

« Ce qui s'est passé en Amérique est une question très importante et ses répercussions sont grandes. Cet événement ne peut être pris à la légère », a-t-il déclaré.

« Ce dont les Américains ont été témoins montre le mensonge de la démocratie américaine et le danger que représente l’accès de quelqu'un comme Trump à la présidence américaine », a noté Seyyed Hassan Nasrallah.

Russie: l'ultime mission du

« Trump est un exemple brut de l'arrogance politique et militaire américaine », a-t-il déclaré, critiquant les actions du gouvernement américain durant les quatre années de présidence de Trump dont le martyre des commandants de la Résistance, le général Qassem Soleimani et Abou Mahdi al-Mohandes.

À suivre... 

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/08/642584/USA-Hezbollah-Nasrallah-Soleimani-

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH : IL FAUT PRIER JUSQU'AU 20 JANVIER CAR LE BOUTON NUCLEAIRE EST ENTRE LES MAINS D'UN FOU

Par Le 09/01/2021

Sayyed Hassan Nasrallah : il faut prier jusqu’au 20 janvier car le bouton nucléaire est entre les mains d’un fou

 Depuis 1 heure  8 janvier 2021

manar-06829240016101320077

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah

 

 

 

 

Rédaction du site

Compte tenu de « la gravité des évènements qui ont éclaté ces derniers jours à Washington », le SG du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah a tenu à commencer son discours entièrement consacré au dossier libanais comme il l’avait annoncé il y a quelques jours, par un commentaire sur ce qui s’est passé aux USA récemment.

En effet, le secrétaire général du Hezbolah Sayyed Hassan Nasrallah a mis en garde le monde de la folie « Trumpière », à la lumière des derniers incidents qui ont éclaté  à Washington.

Au cours d’une allocution télévisée, Sayyed Hassan Nasrallah a estimé que » compte tenu de la dangérosité des derniers évènements qui ont éclaté au sein de l’enceinte du Congres US , provoquant des morts et des blessés parmi les manifestants, il convient d’étudier et d’analyser ces incidents qui constituent un sans précèdent dans l’histoire des USA ».

«  Et pour cause », souligne son éminence, « ces incidents ont dévoilé le visage de la démocratie américaine, mais encore, et c’est là où c’est intéressant de le noter, les américains ont pu constater d’eux-mêmes, les méfaits de la politique de Trump pratiquée durant son mandat à travers le monde. Les  américains n’ont goûté  qu’à une infime partie des crimes de Trump commis  dans la région, notamment le crime contre  deux commandants Abou Mehdi et Soleimani ».

Le SG du Hezbollah a affirmé que « Trump représente un exemple de qu’est l’oppression et  la tyrannie, il traduit une démocratie stérile,car  cette démocratie a permis à un tel homme de devenir présidentdes USA  et de diriger pas seulement les USA mais aussi le monde »..

Et de poursuivre : «On doit remercier le bon Dieu pour nous avoir permis de résister durant  ces dernières années à la folie de Trump et  prier Dieu pour que ces derniers jours  qui nous séparent du 20 Janvier soient paisibles car le bouton nucléaire est entre les mains d’un homme fou».

 

Concernant le dossier libanais, son éminence a abordé plusieurs questions :

-Le port de Beyrouth et l’enquête

-L’affaire italienne

-La formation du gouvernement

-Le coronavirus

 

PRINCIPAUX POINTS DE SON DISCOURS:

 

 

Source: Al-Manar

Dans LIBAN

HOMMAGE DE SEYYED NASRALLAH AUX MARTYRS DE LA RESISTANCE

Par Le 03/01/2021

 

Nasrallah rend hommage aux martyrs de la Résistance

Sunday, 03 January 2021 5:04 PM  [ Last Update: Sunday, 03 January 2021 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah. ©Al-Manar via Fars News

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, a prononcé un discours télévisé, ce dimanche 3 janvier, à l’occasion du 1er anniversaire de la mort en martyr de l’ancien commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général de corps d’armée Qassem Soleimani, et du chef adjoint des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi), Abou Mahdi al-Mohandes.

Seyyed Hassan Nasrallah a tenu à présenter ses condoléances à l’occasion du premier anniversaire de la mort en martyr du général Soleimani, d’Abou Mahdi al-Mohandes et de leurs camarades de combat, à leurs familles et à l’axe de la Résistance tout entier.

Le secrétaire général du mouvement de résistance islamique du Liban a indiqué : « Il faut faire preuve de fidélité envers les martyrs de la Résistance. Le silence n’y a aucune place ; tout au contraire, il faut essayer de connaître et de faire connaître les martyrs de la Résistance. Il faut reconnaître leur grandeur et leur dévouement. Bref, il faut rester toujours reconnaissants envers ces martyrs et leur rendre hommage en éprouvant un grand respect envers eux. »

« Le martyre du général Soleimani et d’Al-Mohandes était un événement qui a marqué l’histoire, tout comme leur cérémonie de funérailles en Iran qui a créé la plus grande cérémonie de funérailles jamais organisée dans le monde », a affirmé le secrétaire général du Hezbollah.

USA: l'Irak en bas fait peur !

USA: l'Irak en bas fait peur !

Une manifestation grandiose a eu lieu à Bagdad pour rendre hommage aux martyrs de la Résistance, le général Soleimani et Abou Mahdi al-Mohandes.

Nasrallah a rappelé qu’à l’époque même de la guerre imposée par l’ancien régime irakien contre la RII, cette dernière n’avait pas oublié le Liban et la Résistance, lors de la guerre israélienne contre les Libanais. « Et pendant la guerre en Syrie, l’Iran n’a cessé de soutenir le peuple et le gouvernement syriens », a-t-il ajouté.

« L’Iran et la Syrie ont offert le plus grand soutien à la Résistance depuis 1982 ; l’Imam Khomeyni (que son âme repose au paradis) envoya à l’époque une délégation de l’armée iranienne au Liban afin d’empêcher le progrès de l’armée israélienne », a-t-il affirmé.

Le secrétaire général du Hezbollah a ensuite fait allusion à une déclaration du général Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI).

« Hier, l’un des amis iraniens a dit quelque chose qui a été falsifié par certains médias libanais. […] Ces médias disent qu’il a affirmé que les missiles de la Résistance en Palestine et au Liban viennent tous de l’Iran, comme si ces missiles représentaient la ligne de front pour défendre l’Iran. Non. L’Iran a offert cet appui afin que Gaza et le Liban puissent se défendre. »

Armes stratégiques: la révélation iranienne?

Armes stratégiques: la révélation iranienne?

« Des armes stratégiques iraniennes utilisées par les forces de la Résistance ont empêché les ennemis de pouvoir réaliser leurs objectifs », a affirmé le ministre de la Défense.

Nasrallah a ajouté que Gaza et le Liban constituaient la ligne de front de combat pour le Hezbollah ; « ces deux régions ont été depuis des années la ligne de front de la lutte contre les sionistes ».

Seyyed Hassan Nasrallah a également affirmé que le Hezbollah est l’un des plus indépendants mouvements de résistance dans toute l’histoire de l’Humanité, ajoutant : « Au Liban, nous faisons distinction ceux qui nous ont soutenus par argent ou par armement, ou par la mort en martyrs de leurs forces, et ceux qui ont comploté contre le Liban, ayant soutenu des années durant l’ennemi israélien. »

Nouveau

Nouveau

« Nasrallah a de quoi frapper les points bien précis non pas seulement à Haïfa mais aussi dans le sud 

De même, il a argué que ni les Irakiens ni les Syriens ne pouvaient regarder du même œil ceux qui ont concocté des complots contre leur pays en y envoyant des terroristes suicidaires, et ceux qui leur sont venus en aide afin de libérer leur patrie de l’occupation des terroristes.

Nasrallah a affirmé qu’une grande inquiétude s’était installée dans la région du golfe persique, mais aussi et surtout en Israël, au premier anniversaire de la mort en martyr des commandants de la Résistance. « La région vit une tension accrue », a indiqué le secrétaire général du Hezbollah, ajoutant :

« L’Iran est un puissant pays, capable de riposter aux agresseurs où qu’il souhaite sans aucun besoin de faire appel à ses alliés régionaux, de la même manière qu’après la mort en martyr du général Soleimani, la base d’Ain al-Asad qui accueillait les militaires américains dans l’Ouest irakien a été prise pour cible d’une attaque balistique iranienne. »

Nouveaux missiles iraniens contre Ain al-Asad?

Nouveaux missiles iraniens contre Ain al-Asad?

« L’échec de l’hégémonie américaine et l’anéantissement du régime sioniste », telle est la vengeance réservée au lâche assassinat du général Soleimani.

Seyyed Hassan Nasrallah a affirmé que l’axe de la Résistance avait réussi à laisser derrière elle la mort en martyr des commandants de la Résistance. « Toujours est-il qu’à chaque fois qu’il perd un commandant, l’axe de la Résistance en sortira plus fort, plus déterminé et plus vigilant », a-t-il fait remarquer.

« Si l’Iran voit un héros national en la personne de “Haj Qassem”, nous, au Liban et au sein du Hezbollah, nous le voyons comme un héros du sacrifice, du courage et de la défense des peuples opprimés dans le monde et surtout au monde musulman. Ses efforts et dévouements étaient pour défendre non seulement les chiites, mais tous les musulmans ou non musulmans au monde. »

En ce qui concerne les démarches et les acquis du général martyr, Nasrallah a affirmé que ce dont on parle à l’heure actuelle n’en est qu’une petite partie. « Il y a des questions que ne pourraient pas être évoquées », a-t-il dit.

Dans l’optique de Nasrallah, le martyr des commandants de la Résistance est une source d’inspiration qui mobilise les peuples de la région afin de faire une réalité des slogans en faveur de l’expulsion des forces américaines de la région. Il a ajouté que Qissas serait une punition juste et équitable pour les commanditaires et les auteurs de l’assassinat du général Soleimani et ses compagnons.

S’agissant des agissements américains contre la Résistance islamique au Liban, Seyyed Hassan Nasrallah a affirmé que « de nos jours, les États-Unis demandent à des pays dont vous auriez rarement entendu le nom, de placer le Hezbollah sur leur liste de groupes terroristes ». « Cela fait partie d’une lutte ayant lieu contre la Résistance », a-t-il ajouté.

Pour finir, le secrétaire général du Hezbollah a ajouté que le les ennemis, aussi, étaient à l’heure actuelle encerclés. « L’ennemi est entré dans une guerre perdue d’avance ; et le blocus renforcera notre confiance envers la source véritable de pouvoir », a souligné Seyyed Hassan Nasrallah.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/03/642176/nasrallah-discours-anniversaire-martyr-soleimani-al-mohandes

Dans LIBAN

COVID-19 : LE LIBAN CLOTURE L'ANNEE 2020 SUR UN TRISTE RECORD DE 3507 CAS EN 24h

Par Le 02/01/2021

Coronavirus: Le Liban clôture 2020 sur un triste record de 3.507 cas en 24h

Coronavirus: Le Liban clôture 2020 sur un triste record de 3.507 cas en 24h

folder_openLiban access_timedepuis 16 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec OLJ

Le Liban a terminé l'année 2020 sur un triste record de 3.507 contaminations au coronavirus enregistrées au cours des dernières 24h. Douze décès supplémentaires ont également été confirmés, selon le bilan officiel publié jeudi par le ministère de la Santé. Sur un total de 181.503 cas déclarés depuis le 21 février 2020, 1.455 patients ont perdu la vie et 127.959 ont été guéris. Parmi les personnes actuellement contaminées, 1.133 sont hospitalisées, dont 458 aux soins intensifs.

Sur le plan administratif, le chef de l'État Michel Aoun a signé jeudi le décret en vertu duquel l'état de mobilisation générale pour lutter contre le coronavirus est prolongé du 1er janvier 2021 au 31 mars de la même année.

Le comité interministériel chargé de la lutte contre la pandémie doit se réunir lundi pour prendre une décision sur un éventuel troisième confinement du pays, tel que l'a annoncé le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab.

Interrogée jeudi à ce sujet par la presse au palais présidentiel de Baabda, la ministre sortante de l'Information Manal Abdel Samad s'est voulue prudente.

«La décision de fermeture du pays (...) dépendra des résultats après la soirée du Nouvel An. Si ces résultats sont similaires à ceux de Noël qui étaient catastrophiques, toute décision pourra être prise afin de contrôler la situation et préserver la santé publique», a-t-elle prévenu.

Le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan a pour sa part appelé les Libanais à garder l'espoir.

«Ne désespérez pas ! Les chiffres choquants enregistrés ces derniers jours reflètent la dangerosité de la situation. Mais signer une trêve avec la pandémie est très dangereux. Nous n'allons pas accepter la défaite et nous allons remporter la bataille en étant solidaires (...)», a-t-il affirmé.

Il a aussi estimé que l'arrivée des vaccins au Liban allait «permettre un retour progressif à la normale et la réactivation de la vie économique».

«Comportement irresponsable»

De son côté, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad, a de nouveau évoqué une situation sanitaire qui «continue d'empirer», dénonçant «le comportement irresponsable» de la population. Saluant par ailleurs l'approbation par le Royaume-Uni du vaccin de l'entreprise AstraZeneca, qui est selon lui «moins complexe d'un point de vue logistique, meilleur marché et très efficace pour empêcher les cas graves du Covid-19», le Dr Abiad a exprimé l'espoir qu'en 2021 «le vent tournera» en ce qui concerne la pandémie.

«Pour l'année prochaine, allons au-delà des vœux pieux, faisons-nous vacciner», a-t-il encore écrit sur Twitter.

Selon le ministère sortant de la Santé, le premier arrivage de doses du vaccin de Pfizer/BioNTech devraient être réceptionné avant la mi-février 2021. Certaines conditions du contrat entre l'État libanais et l'entreprise pharmaceutique doivent toutefois encore être renégociées, avait annoncé le ministre dans la semaine. D'ici le printemps 2021, deux millions de personnes au Liban devraient avoir été vaccinées, selon les estimations des autorités.

https://french.alahednews.com.lb/38146/344

Dans LIBAN

DES S-300 BIENTOT AUX MAINS DU HEZBOLLAH LIBANAIS

Par Le 30/12/2020

Coup de fil paniqué de Netnayahu à Poutine : après la frappe US/Israël contre Tartous, Poutine livrera ses S-300 au Hezbollah...

Tuesday, 29 December 2020 9:44 AM  [ Last Update: Tuesday, 29 December 2020 11:22 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le S-300 syrien protègera-tèil désormais le ciel du sud et du nord du Liban?(Archives)

Depuis la nuit de Noël 2020 où l'axe US/Israël a eu le souffle coupé de voir les batteries de S-300 russes déployées à Tartous, batteries dont il n'a cessé de se moquer en Syrie, en Libye voire dans le Haut -Karabakh, sortir soudainement de leurs gondes, et ce, contre toute attente, et intercepter puis abattre un à un les missiles de croisière sionistes Delilah et américain Tomahawk et faire ainsi du premier raid aéronaval israélo-américain contre la base de Tartous et les centres de recherches de Masyaf, que d'aucuns disent avoir été une reproduction du raid contre les côtes iraniennes une royale déconfiture, l'état-major sioniste est dans tous ces états.

Israël fuit déja le Golan occupé?

Israël fuit déja le Golan occupé?

Déjà que les alertes ne cessent de se multiplier autant sur le front Nord que sur le front Sud avec un Hezbollah dont le secrétaire général vient d'annoncer la multiplication par deux de ses missiles de précision braqués sur Israël et une Résistance palestinienne dont l'alliance composée de 12 organisations superbement armée organise ce 29 décembre une méga parade à Gaza, voila une Russie qui s'invite, elle aussi, à la fête.

Que Moscou à qui Damas n'a cessé de reprocher son in-activisme pro Israël pendant toutes ces années de frappes aériennes sionistes contre le sol syrien, autorise soudain à faire marcher ses S-300 et à le faire de la manière la plus efficacement que soit, cela ne veut dire qu'une chose : entre la Russie et l'entité sioniste, des accords "aériens" appartiennent bel et bien au passé et qu'en ces temps de pré Grande Guerre e Israël-US/ Résistance, Moscou a déjà choisi son camp : pas de "filtage" donc pour ces milliers de donnés aériens, navals et terrestres que les satellites russes, les stations de radars russes accueillent par heure sur les agissements militaires israéliens dans la région et qui vont, à en croire en ce moment même et de l'aveu des sources militaires fiables, droit dans le centre de commandement de l'axe de la Résistance pour être traités et se transformer en points de ciblage lors du clash final qui s'annonce imminent. 

Syrie : coup de maître S-300/Khordad-3

Syrie : coup de maître S-300/Khordad-3

Pour plus d'un observateur, l'allusion faite le 27 décembre par le secrétaire général du Hezbollah à la rencontre du général martyr  Soleimani et le président Poutine et le rôle qu'a joué cette rencontre dans le changement de cap de la politique syrienne du Kremlin est loin d'être anodine tout comme l'évocation par Nasrallah des missiles Kornet de Gaza qui ont fait des Merkawa sionistes lors de la guerre Israël /Gaza de 2014, un tas de ferraille et que le grand Soleimani avait fait parvenir via la Syrie à la Résistance palestinienne. Dans les heures suivant la diffusion par Al Mayadeen de l'entretien de Nasrallah, la confirmation n'a pas tardé à venir depuis Gaza où Mahmoud al Zuhar, un cadre de la Résistance  islamique de la Palestine a reconnu que "les Kornet constituent effectivement une barrière de feu contre toute infiltration de l'armée de terre sioniste dans la bande Gaza et qu'ils n'attendent qu'un tout petit déclic pour prouver de quel bois ils sont fait.

Zuhar a laissé d'ailleurs entendre que la roquette anti-char en question que la Force Qods a fait venir à Gaza a fait des petits et que l'arsenal antisioniste en est plein. L'ex commandant des brigades Qassam a aussi expliqué qu'en termes d’armements russes de Gaza, il y aurait d'autres surprises à faire découvrir et que les sionistes et leurs avions de combat qui bombardent,détruisent et dévastent gaza feraient mieux de bien ouvrir les yeux ce 29 novembre pour dénicher quelques unes de ces surprises balistiques qui pourraient littéralement barricadé le ciel de Gaza contre l'armée de l'air sioniste".

Kornet, le seul missile russe de Gaza?

Kornet, le seul missile russe de Gaza?

12 ans après la Bataille d’al-Furqan, la Résistance palestinienne impose avec force sa puissance dissuasive.

Avouons que c'est trop pour un Israël littéralement transi de crainte de voir un embrasement synchronique du Nord et du Sud, sur fond des frappes de missiles de croisière d'Ansarallah depuis la mer Rouge contre Israël et de tirs des missiles "Hajj Qassem" ou "Shahab 3",... depuis l'Iran! Dans la nuit de lundi à dimanche, le PM sioniste a appelé urgemment et au téléphone Poutine pour s’entretenir avec lui, suivant la version mainsteram, "du Covid-19" et de "la stabilité au Moyen-Orient". Evidemment, les analystes avertis croiraient  moins la première partie de l'annonce que la seconde : A Tel-Aviv, les "Kornet russes" font peur certes, surtout manipulés et optimisé par la Résistance, mais face aux missiles de haute précision que Nasrallah dit en avoir cette année  un arsenal doublé en quantité par rapport à l'an précédent et dont les éléments sont plantés le long des frontières du Sud du Liban en direction de Haïfa et de Tel-Aviv, le souci "kornetien" pèse moins lourd. Ce qui semble avoir provoqué une belle panique dans le camp sioniste à l'approche de l’impeccable riposte de la Résistance qui s’impatiente pour  venger le sang de ses commandants et scientistes, c'est cette partie des propos de Nasrallah que la presse sioniste a largement censurée .

Israël: plus redoutable que Shahab-3?

Israël: plus redoutable que Shahab-3?

Le missile « Hajj Qassem » peut être considéré comme le premier missile balistique tactique iranien à combustible solide pouvant facilement atteindre Israël.

ce l’espace libanais reflètent l’inquiétude israélienne de la riposte de la Résistance«le Hezbollah demeure fort, vigilant, avec un moral très élevé. Toutes les menaces de l’ennemi découlent de sa connaissance que nous allons riposter à l’assassinat du martyr Ali Mohsen en Syrie. Les drones israéliens qui survolent en permanente. Nous avons lancé les armes convenables en face des drones israéliens sans l’annoncer au public. Sachez que les missiles de haute précision de la Résistance ont dédoublé par rapport à l’an dernier. Nous sommes capables de frapper n’importe quelle cible en Palestine occupée et c’est l’ennemi qui est inquiet, et non la Résistance, surtout avec le départ de Trump et le possible retour à l’accord nucléaire.  La Résistance est aujourd’hui dans ses meilleurs états. Nous avons confiance en l’avenir, et en notre prochaine victoire. Les Israéliens doivent s’inquiéter en mer, sur terre et dans l’air. La Résistance possède des atouts de force qui sont toujours en secret et que l’ennemi ignore totalement ».

Et si par les armes "convenables" que Nasrallah s'est refusé de médiatiser et à l'aide de quoi il a intercepté les drones sophistiqués d’Israël, il entendait un système de DCA made in Russie? Après tout , l'armée sioniste a dû bien en entrevoir des signes, elle qui, dans a nuit de Noel, n'a pas osé envoyer ses F-16 lancer leurs missiles depuis le ciel du Golan ou du sud du Liban, mais bel et bien depuis le ciel de Tripoli au Nord. La Russie ira-t-elle mettre le S-300 à la disposition du Hezbollah de façon à ligoter totalement le ciel du Liban et sur l'aviation sioniste?

Après tout, la colère le dispute à l’indignation au sein de l'armée russe de voir Tel-Aviv s'allier à l'attaque de la flotte de guerre US contre Tartous... Il y a peu, le Hezbollah faisait publier une vidéo où il mettait en scène un système Pantsir russe aux côtés de ses missiles de précision. Mais c'en serait une autre paire de manches si Poutine plaçait le ciel libanais sous la protection de ses S-300 par Hezbollah interposé. Et ce ne serait pas l'armée libanaise ou le président libanais, toujours traumatisés par la trahison occidentale du 4 août qui s'en plaindraient....ni non plus son Excellence Anatoly Victrov, l'ambassadeur de Russie en poste à Tel-Aviv, qui dénonçait début décembre Israël en ces termes :

" ...Israël déstabilise plus le Moyen-Orient que l'Iran.Le problème dans la région ne réside pas dans les activités iraniennes.Israël attaque le Hezbollah, le Hezbollah n'attaque pas Israël".... On croirait presque entendre un Résistance.. 

Syrie: Israël joue sa dernière carte

Syrie: Israël joue sa dernière carte

L’armée syrienne a lancé une nouvelle opération de nettoyage contre les cellules du groupe terroriste Daech dans le triangle Hama-Alep-Raqqa.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/29/641753/Syrie%C2%A0--le-S-O-S-de-Netanyahu-%C3%A0-Poutine

Dans LIBAN

SAYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : MBS A PROPOSE A TRUMP MON ASSASSINAT

Par Le 28/12/2020

S.Nasrallah: Les missiles de précision du Hezbollah ont doublé. MBS a proposé à Trump mon assassinat. Soleimani derrière le Kornet à Gaza

 Depuis 13 heures  28 décembre 2020

Sayed Hassan Nasrallah

Sayed Hassan Nasrallah

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

 

 

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah a écarté, dimanche 27 décembre, l’éventualité d’une agression israélienne contre la région. « Lorsque vous entendez le vacarme médiatique israélien, sachez qu’il n’y aura pas d’actions effectives », a affirmé Sayed Hassan Nasrallah lors d’une interview de quatre heures accordée à la chaîne libanaise AlMayadeen. Et de révéler: « le nombre de missiles de précision de la résistance a doublé de ce qu’on possédait depuis un an ».

Il a également écarté le scénario catastrophe selon lequel le président Donald Trump, « un fou furieux », puisse lancer une offensive contre la région aux derniers jours de son mandat, soulignant que « l’axe de la résistance devrait par contre rester prudent tout au long de ces deux semaines».

S’agissant de l’assassinat du chef de la force al-Qods le général Qassem Soleimani, et du numéro deux du Hachd Chaabi Abou Mahdi Mohandes, Sayed Nasrallah a affirmé que les USA, ‘Israël’ et l’Arabie saoudite sont des associés dans ce crime.

Il a également accusé l’Arabie saoudite d’avoir incité à son assassinat depuis le début de la guerre saoudienne contre le Yémen. Le numéro un du Hezbollah a dans ce contexte révélé avoir reçu des informations et appris que le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane (MBS) avait proposé cette question lors de sa première visite aux États-Unis après l’élection de Trump, et ce dernier a approuvé l’attribution de cette opération à ‘Israël’.

Interrogé sur le soutien à la résistance palestinienne, Sayed Nasrallah a dévoilé que c’est Soleimani qui est derrière l’acheminement des missiles antichar Kornet à la bande de Gaza. Et d’ajouter : « le président Assad avait accepté de faire parvenir les Kornet qu’il avait achetés des Russes au Hamas et au Jihad islamique dans la bande de Gaza ».

Et puis, concernant les accords de normalisation entre ‘Israël’ et certains pays arabes, le numéro un du Hezbollah a affirmé qu’il n’avait pas été surpris. « Ces régimes entretenaient depuis longtemps des liens secrets avec ‘Israël’. Mais ce qui diffère aujourd’hui c’est que les masques sont tombés ».

Voici les principaux points de son interview :

Le secrétaire général du Hezbollah a félicité tous les chrétiens et les musulmans pour la naissance du Christ (S) et présenté ses condoléances et félicitations aux familles des deux commandants martyrs le général Qassem Soleimani et Abou Mahdi Mohandes à l’approche du premier anniversaire de leur assassinat.

Pas d’informations sur une offensive militaire

Sayed Nasrallah, a nié avoir des données sur l’intention israélienne ou américaine d’effectuer une offensive contre notre région avant la fin de la présidence de Trump, qualifiant ce dernier de «fou furieux».

« Ce n’est pas quelque chose qui concerne uniquement l’Iran, le Liban ou la Palestine, mais même les dirigeants républicains et démocrates s’inquiètent de ce qu’il pourrait faire », a-t-il souligné, affirmant que « l’axe de la résistance devrait être prudent tout au long de ces deux semaines pour qu’il ne se laisse pas entraîner dans une confrontation non calculée… ».

« La visite du chef d’état-major américain Mark Milley en Israël vise à dissiper les inquiétudes israéliennes à l’approche de l’investiture de Biden qui aurait une approche différente de Trump sur la question palestinienne ».

« Le discours sur le retour de l’administration Biden à l’accord nucléaire avec l’Iran inquiète aussi l’entité sioniste ».

« Lorsque vous entendez le vacarme médiatique israélien, sachez qu’il n’y aura pas d’actions effectives. Mais cela ne signifie pas que nous ne prenons pas de précautions car nous sommes déjà prudents et attentifs ».

« Pour être précis, il n’y a pas d’information sur une offensive militaire américaine ou israélienne contre la région. Tout ce qui a été dit sur ce sujet s’inscrit dans le cadre d’analyses cohérentes. Mais, il n’y a pas des données précises sur ce qui va se passer dans la période à venir ».

« Ce qui a été propagé sur une descente israélienne dans la région de Jiyeh (une plage libanaise au sud de Beyrouth) n’est pas vrai selon nos informations… Toutes les actions qui se déroulent aux frontières avec le Liban confirment la préoccupation et la vigilance des Israéliens qui se tiennent sur une seule jambe ».

MBS incite à l’assassinat de Sayed Nasrallah

« Les commandants du Hezbollah sont visés non seulement des Israéliens, mais des Américains et des Saoudiens aussi.  Il s’agit d’un objectif israelo-americano-saoudien commun ».

« Nous détenons des données selon lesquels l’Arabie incite à mon assassinat depuis longtemps, au moins depuis la guerre contre le Yémen (mars 2015). Le prince héritier Mohammad ben Salmane (MBS) a proposé de financer mon assassinat lors de sa première visite aux États-Unis après l’élection de Trump, et ce dernier a approuvé l’attribution de cette opération à ‘Israël’. L’Arabie agit avec rancune et sans raison, surtout durant ces dernières années ».

Nous sommes une seule personne

Les USA, Israël et l’Arabie saoudite sont des associés dans l’assassinat des deux commandants Soleimani et Mohandes. Leur assassinat était une opération à découvert contrairement à l’assassinat des deux martyrs Moghniyeh et Fakhrizadeh.

«Le martyr Soleimani avait un charisme et une grande capacité d’influence sur ceux qui l’ont connus et une personnalité humaine distinguée. Il était à la fois un homme de stratégie, de planification, et un homme de terrain et de tactique.

«Dans la dernière période avant son assassinat, son rôle et son mouvement ont été beaucoup mis en évidence dans les médias occidentaux. Ils le font généralement avant l’assassinat de quiconque pour montrer à leur peuple l’importance de l’homme ciblé. J’étais très préoccupé et je l’ai averti à plusieurs reprises. Il me manque énormément, je sentais que nous sommes une seule personne ».

« Quant au martyr Abou Mahdi al-Mohandes, il était un grand leader et une figure similaire au martyr Soleimani. Il a été un partenaire clé dans la réalisation des deux victoires sur l’occupation américaine et Daesh en Irak. Et il a été l’un des chefs de file de l’axe de la résistance ».

Soleimani et le transfert du Kornet à Gaza

Le martyr Soleimani entretenait des relations avec toutes les factions palestiniennes, les islamiques et les nationalistes. Il n’y avait pas de lignes rouges dans son soutien logistique aux factions de résistance palestiniennes.

Le martyr Soleimani et son équipe n’ont jamais manqué de fournir toute l’aide nécessaire à la Palestine, à tous les niveaux.

C’est d’ailleurs Soleimani qui est derrière l’acheminement des missiles antichar Kornet à la bande de Gaza.

C’est à partir de ces missiles fournis par la Syrie que nous avons détruit les chars israéliens dans les vallées d’AlHoujer et Khyam (sud Liban), lors de la guerre 2006.

Hajj Qassem a alors exigé que ces missiles -achetés par la Syrie des Russes- soient envoyés au Hamas et au Jihad islamique dans la bande de Gaza. J’ai proposé la question au président Assad et il a immédiatement approuvé.

Durant la crise syrienne, le président Assad était compréhensif quant à notre relation avec le Hamas…La relation entre le Hezbollah et le Hamas reposait sur la légitimité de la résistance et de la cause palestinienne malgré les divergences entre Damas et le Hamas.

Les masques sont tombés

Sur la question de la normalisation des régimes arabes avec l’entité sioniste, Sayed Nasrallah a dit: «Je n’ai pas été surpris par la traitrise des régimes arabes, car la plupart de ces régimes avaient l’habitude de ne vendre que des mots aux Palestiniens.

Nous percevons les accords de normalisation à partir de l’angle que le marché de l’hypocrisie a touché à sa fin. Les masques sont tombés. Et la vérité de ces régimes a éclaté au grand jour.

L’Iran n’est qu’un argument pour les régimes arabes qui ont signé des accords de normalisation, vu que la question palestinienne constitue un fardeau pour eux, et rien ne justifie pour quiconque d’abandonner la Palestine.

La capacité de l’axe de résistance est beaucoup plus grande qu’elle ne l’était il y a des années, mais ce qui compte c’est la volonté.

Le peuple palestinien n’a pas été influencé par les traités de normalisation car ils sont toujours fermes et inébranlables. Je salue les manœuvres conjointes entre les factions de la résistance à Gaza.

Les Palestiniens des territoires occupés en 1948 sont nos frères et notre peuple. Ils figurent parmi les peuples les plus désireux de libérer la Palestine de la mer au fleuve. Et dans toute guerre future, les esprits et les cœurs des Palestiniens de 1948 seront avec nous parce qu’ils parient sur tout espoir de libération de la Palestine.

Un rétablissement des liens entre Damas et le Hamas

J’ai rencontré le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a plusieurs reprises lors de sa récente visite au Liban. J’ai discuté avec le frère Haniyeh de plusieurs questions régionales, y compris de la Syrie. Les relations entre le Hamas et la Syrie doivent être rétablies et il y a une atmosphère positive, même si cela prendra du temps.

Je pense que le Hamas va reprendre ses relations avec Damas selon les impératifs de la logique. Nous avons parlé avec M. Haniyeh sur la nécessité que le Hamas aide à redresser les tendances dans la région.

En tant qu’islamiste, je trouve la position du Parti de la justice et du développement au Maroc plus douloureuse et plus dangereuse de la normalisation conclue par les régimes.

Soleimani et la résistance contre l’occupation US en Irak

Les relations du martyr Soleimani avec l’autorité religieuse en Irak étaient bonnes, en particulier dans les dossiers principaux.

La majorité écrasante des opérations militaires contre l’occupation américaine en Irak ont été menées par les factions de la résistance. La résistance armée a débuté par des groupes de jeunes qui menaient des opérations contre les forces américaines en Irak sans couverture politique.

Les chaînes satellitaires arabes refusaient de diffuser les vidéos des opérations menées par la résistance irakienne contre l’occupation américaine.

On imposait une grande censure médiatique sur les opérations de la résistance irakienne contre l’occupation américaine, qui jouissait d’un un réel soutien de la Force Qods et principalement de Hajj Qassem Soleimani.

Par contre des 4800 opérations suicides ont été menées par Al-Qaïda contre les Irakiens.

Les opérations de la résistance exerçaient des pressions sur l’occupation. Raison pour laquelle, l’armée américaine a menacé le martyr Soleimani et la Force Qods de bombarder leurs positions en Iran si leur soutien à la résistance se poursuivait.

A deux mois de leur retrait de l’Irak en 2011, les Américains ont supplié Qassem Soleimani pour qu’il dise aux groupes de la résistance irakienne de baisser l’intensité de leurs opérations pour qu’ils ne se retirent pas sous le feu.

Trump maintient les forces américaines en Irak et en Syrie afin de piller les richesses et le pétrole de ces deux pays.

Nous avons remporté d’énormes victoires et avorté de grands projets, et c’est sur cette voie que Soleimani et Mohandes sont tombés en martyre.

L’ambassade américaine aurait dirigé l’Irak, s’il n’y avait pas eu de résistance irakienne.

L’axe de la résistance a remporté de très grandes victoires, faute de quoi Daesh aurait contrôlé la région.

Tous ceux qui sont derrière l’assassinat de Soleimani devraient être punis

L’axe de résistance est plus fort que jamais et sans aucune exagération. Il a absorbé le coup du martyre de Hajj Qassem Soleimani, bien qu’il soit très dur.

La frappe d’Ain al-Assad constitue une gifle historique et stratégique. L’équation face aux Américains ne réside pas dans la mort de personnes.

Washington pensait qu’en assassinant nos dirigeants, cela mettrait fin à l’axe de la résistance, alors qu’en réalité cet axe ne repose pas sur des individus. Des millions de personnes sont sorties dans les rues après ce crime et crié : nous sommes tous la résistance… nous sommes tous Qassem Soleimani.

Je rappelle le discours de l’imam Khamenei dans lequel il a affirmé que quiconque a ordonné et mis en œuvre l’assassinat de ces deux martyrs devrait être personnellement puni où qu’il se trouve.

Tous ceux qui ont participé à ce crime constituent une cible pour tout être humain qui sent qu’il a le devoir d’accomplir cette riposte, en particulier notre peuple en Irak, car Hajj Qassem était leur invité et il a été assassiné sur leur sol.

La riposte à l’assassinat des deux martyrs Soleimani et Mohandes est une question de temps et leur sang ne restera pas sans vengeance.

Soleimani et la guerre 2006

Pendant la guerre 2006, le martyr Soleimani n’a quitté la banlieue sud du Liban que pour 48 heures afin de présenter un compte rendu sur la situation.

Toutes les frappes aériennes israéliennes pendant la guerre de juillet 2006 n’ont pas pu arrêter le soutien logistique de la résistance. Le martyr Soleimani a joué un rôle et s’est chargé du suivi du projet de logement des déplacés juste après la fin de cette guerre.

Par contre, certaines personnalités politiques au Liban œuvraient à laisser les déplacés dans la rue pendant la plus longue période.

Concernant sa connaissance du commandant de la Force Qods, Ismail Qaani, Sayed Nasrallah a déclaré qu’elles remontaient à longtemps, vu que M.Qaani occupait le poste d’adjoint de Hajj Qassem.

Le processus que le martyr Soleimani a frayé se poursuit avec le général de brigade Qaani.

La guerre mondiale contre la Syrie

Au lendemain du renversement de l’ancien président Hosni Moubarak, Hajj Qassem est venue dans la banlieue sud de Beyrouth et a exprimé son malaise en nous disant que les Américains profiteront du «printemps arabe» pour changer certains régimes et renverser les gouvernements qui soutiennent la résistance spécifiquement en Syrie.

Nous avons pris ses paroles en considération et avons prévenu le président syrien qui a choisi de répondre aux revendications de tout mouvement de protestations. Cependant, les groupes d’opposition financés par les Occidentaux et les Orientaux ont refusé toute solution politique et ont commencé à recourir à la force.

Il y avait une décision internationale et régionale pour faire éclater la guerre en Syrie, afin d’empêcher toute solution politique à la crise.

Nous n’exagérons pas quand nous disons que c’était une guerre mondiale contre la Syrie.

Le but du changement de régime en Syrie est de créer un régime fragile qui conclut un compromis avec Israël et se plie à la politique de Washington.

Nous n’avions que deux options, soit la capitulation et la chute de la région, soit la résistance et la fermeté. Nous avons alors opté pour le choix de la résistance.

L’avantage de la Syrie réside dans l’indépendance de sa décision, le courage de ses dirigeants et le refus de toute soumission aux ennemis ou aux alliés

La guerre contre la Syrie n’était pas seulement due à sa position en faveur de la cause palestinienne mais aussi pour l’occuper et piller son pétrole et son gaz.

La décision du président Assad, de faire face à ces plans et de ne jamais quitter la Syrie, a encouragé ses alliés à le soutenir.

Soleimani rencontre Poutine à Moscou

Cinq ans après la crise en Syrie, Hajj Qassem s’est rendu à Moscou et avait rencontré le président Poutine pendant deux heures. Il a joué un rôle majeur pour le convaincre d’intervenir militairement en Syrie.

Au cours de cet entretien, Poutine s’est dit convaincu de la faisabilité d’entrer en Syrie, après l’exposé présenté par Soleimani sur la situation en Syrie.

Le président Poutine et le monde sont conscients que Moscou a repris son rôle sur la scène mondiale via la porte syrienne. L’intervention militaire russe en Syrie a été très efficace.

Les missiles de précision du Hezbollah ont doublé

Le Hezbollah jouit d’une force, d’un moral et d’une volonté très importante. Nous continuons à tenir notre promesse de répondre au meurtre de l’ennemi israélien, qui a assassiné le membre du Hezbollah, Ali Mohsen, en Syrie.

La grande mobilisation menée par la résistance s’est faite à tous les niveaux et au vu des Israéliens.

Le survol des drones israéliens dans l’espace aérien libanais connaît une grande confusion par crainte d’une réponse de la résistance. On ne voit plus les survols des drones à basse altitude, dans certaines régions comme la Békaa.

Dans d’autres régions, les drones sont escortés par des avions de guerre israéliens.

Les Israéliens savent que nous avons tiré l’arme appropriée contre ses drones sans que cela ne soit rendu public.

Le nombre des missiles de précision dont dispose la résistance a doublé par rapport à l’année dernière. Ces missiles sont capables d’atteindre avec précision n’importe quelle cible dans toute la Palestine occupée.

C’est Israël qui est préoccupé et non pas la résistance, surtout à l’approche du départ de Trump et la possibilité que Washington revienne à l’accord nucléaire conclu avec l’Iran.

La résistance aujourd’hui est dans sa meilleure position. Nous faisons confiance dans l’avenir et de notre victoire prochaine.

Israël doit s’inquiéter de la résistance à tous les niveaux terrestres, maritimes et aériennes.

Les négociations sur la démarcation des frontières maritimes sous l’administration américaine actuelle n’atteindront nulle part. Notre droit d’empêcher tout pillage israélien dans nos eaux est naturel et notre capacité à le faire est indiscutable.

https://french.almanar.com.lb/1973182

Dans LIBAN

LA RIPOSTE DU HEZBOLLAH LIBANAIS TOMBE!

Par Le 26/12/2020

Oeil pour oeil, dent pour dent: des soldats israéliens liquidés près des frontières du Liban

Saturday, 26 December 2020 1:08 PM  [ Last Update: Saturday, 26 December 2020 1:53 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'hélicoptère civil israélien qui s'est écrasé le 6 décembre 2020 en Galilée peu après la diffusion d'une vidéo mettent en scène l'infiltration du ciel "galiléen" par un drone de reconnaissance du Hezbollah. ( Twitter)

La riposte est-t-elle tombée? Depuis le 21 juillet 2020, date à laquelle le régime israélien a tué le combattant du Hezbollah, Kamal Mohesen au sud de Damas jusqu'à ce 26 décembre où à la veille au soir, une nouvelle frappe israélienne contre Masyaf, la Résistance libanaise ne cessait de chercher une occasion pour ré établir son rapport de force et ma fois l'occasion ne s'en présentait guère, vu que l'armée sioniste avait ordonné à ses troupes de se retirer de quelques kilomètres derrière la démarcation frontalière, de ne pas paraître en public et au besoin utiliser les colons (civils?) comme bouclier et tout ceci, par crainte que les snipers du Hezbollah ne liquident comme l'avait promis Nasrallah l'un d'entre eux.

La triple riposte du Hezbollah tombe!

La triple riposte du Hezbollah tombe!

Nasrallah vient de miner le terrain de normalisation. Sa revanche, il a déjà commencé à la tirer...

Il a fallu des mois de patience aux combattants du Hezbollah et surtout l'effondrement du cabinet sioniste et les divergences au sein de l'entité pour que les militaires israéliens regagnent la bande frontalière à bord de leur patrouille croyant que l'affaire était rangée. Et pourtant les prémices d'une riposte imminente n'ont cessé de se multiplier ces derniers jours : à commencer par cette vidéo d'une spectaculaire opération d'infiltration en plein ciel de la Galilée et menée par le ou les drones du Hezbollah qui ayant filmé tous les points sensibles du front Nord se sont dirigé vers les fermes de Chebaa et ce, au plus fort de l'exercice militaire "Lethal Arrow". Même les Colons qui s'en sont pris jeudi soir au commandant en chef de l'armée de terre sioniste en pleine manif anti-Netanyah, poussant le gars à tenter leur tirer de dessous, en ont compris le message, bien que l'armée sioniste n'ait broché : Israël est exposé, totalement dénudé, aux attaques aux missiles de croisières et aux drones simultanée de la Résistance.  

Galilée: Israël se rend au Hezbollah...

Galilée: Israël se rend au Hezbollah...

Selon des sources libanaises, une patrouille israélienne a été visée, ce samedi 26 décembre au matin, lorsqu’elle traversait le village frontalier d’Adaisseh, au sud du Liban.  Le site d’information Al-Jadeed rapporte que « la patrouille de l'ennemi israélien avait franchi la barrière lors d'une opération de """nettoyage""" à al-Harj près du site de la colonie militaire de Maskafam ». Cela veut dire que la présence des militaires israéliens ne pesaient même pas, le raid ayant largement contourné leur "vigilance". 

L'entité sioniste n'est plus que l'ombre d'elle-même (Hezbollah)

L'entité sioniste n'est plus que l'ombre d'elle-même (Hezbollah)

Et le journal de poursuivre :

« D'après les informations, l'explosion a été provoquée par un engin explosif et a fait des morts parmi les soldats ennemi dont les pleurs et les cris retentissaient dans la zone avant que les ambulances n'y atteignent pour les évacuer tandis que la patrouille se repliait à tout allure sur l'un de ses sites militaires ». C'est limite pour un Israël qui prétendait il y a à peine un mois bombarder le Golan occupé pour cause d'y avoir découvert des "bombes kalimagor"! Parallèlement à cette attaque qui pour l'heure ne s'est accompagnée d'aucun commentaire de la Résistance une vidéo publiée sur les réseaux sociaux met en scène les effectifs de l'unité 910 du Hezbollah, surnommée unité Noire.

Golan occupé : le

Golan occupé : 

Explosion des "bombe Kalimagor" au Golan occupé?! 

Unité chargée des opérations extérieures de la Résistance et composée des "équipes spéciales qui opèrent en réseaux et en complémentarité". L'unité 910, "dont les éléments sont présents dans de nombreux pays" est placée sous le commandement d'Abou Jafar que les Israéliens appellent "fantôme". Haaretz a son propre évaluation de l'action de cette unité : pas une seule mission n'a été par l'Unité 910 : Kalimagor ou pas, l'armée israélienne a relevé le niveau d'alerte sur le front Nord surtout que sur le front Sud la Résistance palestinienne a promis de "très belles surprises à l'occasion de sa parade militaire du 29 décembre". 

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/26/641540/L%E2%80%99armee-israelienne-visee

 

Dans LIBAN

"ISRAËL" SE REND AU HEZBOLLAH...

Par Le 20/12/2020

Drone: le message "codé" et "paniqué" d'Israël au Hezbollah

Sunday, 20 December 2020 9:13 AM  [ Last Update: Sunday, 20 December 2020 10:08 AM ]

 30 

Galilée: Israël se rend au Hezbollah... (Photo d'illustration)

Cette méga "fente" aérienne que le Hezbollah a ouverte dans le ciel de la Galilée et par où s'est infiltré, a au mois d'octobre un ultra drone de marque iranienne "Mohajer-6" du Hezbollah et dont les images publiées le 14 décembre n'avaient suscité aucune réaction ni commentaire des officiels sionistes a fini par pousser le camp d'en face à  biser le silence.  Il est vrai que le choc fut monumental : les images mettaient en scène deux bases aériennes sionistes, une première située en Galilée, et abritant le QG de la division 91 Biranit et une seconde, un site militaire ultra protégé planté au cœur des fermes de Chebaba...

1ère offensive Air-Terre contre Israël

1ère offensive Air-Terre contre Israël

Israel Hayoum, l'un des rares médias sioniste  à y revenir, n'a pas pu se garder de remarquer la distance de 50 à 70 kilomètres qui séparerait les deux localités (Galilée et Chebaa) et qui prouverait " que les opérations d'infiltration de drones auraient eu lieu non pas en ""une seule" fois, mais bien en "plusieurs" ou alors ce "qui est encore plus alarmant", "une seule opération aurait impliqué plusieurs drones, lesquels auraient tournée en image diverses localités, ce qui suppose que le mouvement libanais maîtrise parfaitement la technologie de submerger les radars des détections des systèmes de défense antimissile israéliens, et ce, sur une très longue distance" d'autant plus que le front Nord se trouve toujours en état d'alerte maximale.

Et le journal de poursuivre : " Au fait, la base "Biranit" est placée sous commandement du général de brigade Shlomi Binder, un vétéran qui se bat depuis 93 contre le Hezbollah à la tête de différentes unités de renseignements dont celle de la brigade Golani. Cette zone qu'il a laissé infiltrer par les drones du Hezbollah va de Raas Naqoura à l'est juqu'à Harduf à l'est, ce qui rend le coup du Hezbollah potentiellement plus mortel e". et "Mortel" serait bien le mot : le 6 décembre, à peine 24 heures après la diffusion des images de cette opération d'infiltration, un hélico que l'armée israélienne s'est précipité pour décrire comme étant un appareil civil s'est écrasé, en haute Galilée. L'information est restée évidemment en rade, aucune information n'a infiltré sur le nombre d'éventuelles pertes de" l'incident" qu’Israël a attribuées au clash de l'appareil avec un poteau électrique. Et si par un pur hasard, il existait un lien entre les opérations d'infiltration aérienne du Hezbollah en Galilée et le crash?

Pour un Israël qui vient d'annoncer avoir mené avec succès "historique" une série de teste de DCA, qui le rendraient invulnérable face à une attaque conjuguée de missiles de croisière, de missiles balistiques et de roquettes de courte portée, et ce, en faisant croiser le double système "Dôme de fer" et "Fronde de David", c'est plutôt limite! Surtout qu'aux dernières nouvelles, les Israéliens se disent même prêts à fournir aux amis émiratis et bahreïnis, ce "cocktail de DCA", façon de les protéger contre la menace "conjointe" qu'est l'Iran! Moshé Patel, chef de l'Organisation de défense antimissile d'Israël l'aurait même dit le jour où le fameux test Dôme de fer-Fronde de David aurait eu lieu :  « Israël est prêt à coopérer militairement avec les pays du bassin du golfe Persique.«Les États arabes du golfe Persique sont de plus en plus préoccupés par les capacités de missiles et de drones de l’Iran et son influence accrue dans la région ».

Lire plus: Comment l'Iran compte-t-il bousiller la DCA integrée THAAD/Patriot US au Moyen-Orient?

Evidemment dans le camp des normalisants, aucun Emirati ni Bahreini n'a osé se référer au scandaleux fiasco des batteries de missiles "Patriot" que le parrain américain de Tel-Aviv a fourni moyennant des milliards de pétrodollars à Riyad, et dont le mythe s'est effondré pour la énième fois consécutive quand un missile balistique houthi "Qods-2" a frappé la raffinerie de Djeddah et signé l'acte de décès de ce pipeline Djedda -Eilat sur quoi s'est fondée toute entreprise de "normalisation". 

L'Iran pris de court par Israël?

L'Iran pris de court par Israël?

DCA intégée Syro-irano-libanaise 

"Au fait, l'opération d'infiltration du ou des drones du Hezbollah en Galilée en pleine manoeuvre "Lethal Arrow" est un acquis stratégique majeur, propre à changer la donne en Méditerranée orientale. Il s'agit d'un échec particulièrement cuisant qui met sens dessus dessous le mythe de l'imperméabilité du ciel d’Israël, celui de ses capacités de protection des investissements énergétiques du Golfe (persique) en Israël, voire même les soubassements de la normalisation. C'est un revers de taille dont les ondes pourraient se faire ressentir même au Maghreb où Israël a tenté une percée par Rabat interposé et là encore, à l'appui de sa prétendue puissance militaire. Or comme l'a fait la Résistance en Méditerranée orientale, les grandes nations pro-Résistance du Maghreb comme l'Algérie pourraient très facilement mettre en mille morceaux ce mythe d'invincibilité, à l'apparition des premières unités armées sionistes sur le territoire marocain. Et puisque la Palestine et le Sahara font l'objet de vils marchandages de l'axe US/Israël, pourquoi ne pas l'appliquer au Maghreb et plus particulièrement au Sahara occidental, comme l'ont indiqué  des analystes

1er face-à-face Israël/Khordad-3!

1er face-à-face Israël/Khordad-3!

Des "missiles antimissiles syriens ont perforé le ciel du Golan occupé... les F-16 ont été quasi pourchassés par ces missiles"...

La réaction israélienne à ce méga revers "galiléen" au bout de deux semaines de silence est bien codée!  La  chaîne 12 de la télévision israélienne a révélé dans un rapport "un atelier consacré à la fabrication et au développement d'armes robotiques", qui "seraient utilisées à diverses fins militaires et civiles", un atelier qui se situe effectivement en Galilée. « L’atelier de technologie et d'intelligence artificielle de l'industrie de l'armement "Raphael" a développé de petits drones intelligents pour pénétrer dans les tunnels, les bunkers et les maisons et tourner un film, collecter des renseignements, ou même assassiner si nécessaire, se targue le rapport comme pour contrer le tenace discrédit qui frappe depuis l'apparition de la vidéo d'Al Manar, toute industrie aérienne sioniste.

 « L’atelier en question a développé un serpent robotique qui simule le mouvement de vrais reptiles, et qu'il est léger et peut être transporté avec le sac sur le terrain avec les soldats, pour effectuer les tâches de photographie et de collecte d'informations de renseignement, ou détonation », ajoute la chaîne avant de se féliciter : « Le serpent est construit de telle manière que si vous le coupez de n'importe où, à l'exception de la tête, il peut continuer à fonctionner, tout comme un vrai serpent. On a conçu un robot en forme de chien qui peut déplacer et accompagner les militaires sur le terrain, et transporter du matériel ou des produits explosifs, en plus de la surveillance, de la photographie et de la collecte d'informations".

Un F-16 d'Israël abattu par Khordad-3?!

Un F-16 d'Israël abattu par Khordad-3?!

Fin de la campagne de guerre

Les amis "golfiens" d'Israël y verront sans doute des bijoux technologiques, propres à changer la donne militaire dans le golfe Persique, les observateurs, eux, croient y déceler plutôt un message à l'adresse du Hezbollah : les casernes, les sites de renseignements militaires, le centre de commandement Biranit.. soit tout ce que la base de traitement de données du sud Liban a visionné à la faveur de ses drones de reconnaissance et qui constituent de facto des cibles à abattre pour des missiles de précision, ou encore des nuées de drones du Hezbollah.."sont vidés de soldats"... En Galilée, il n'y aurait que "une bestiaire robotisée"... "Lâchez- nous les baquettes...renoncez à votre riposte... et laissez-nous vendre nos gadgets de pacotille signé Raphael et Cie aux normalisants.... "  

1er combat aérien Israël/Iran ?