LIBAN

LIBAN

LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : LE HEZBOLLAH RIDICULISE L’ARMÉE FRANÇAISE ET...MACRON

Lutte contre le coronavirus: le Hezbollah ridiculise l’armée française

Lutte contre le coronavirus: le Hezbollah ridiculise l’armée française

folder_openPresse occidentale access_timedepuis 12 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par lecridespeuples.fr

Le Hezbollah a déployé plus de 20 000 personnels soignants, un hôpital déjà fonctionnel dédié au covid-19, quatre autres hôpitaux désaffectés en cours de rénovation et d’équipement, 32 centres médicaux, 3 hôpitaux de campagne, hôtels entiers loués pour les quarantaines… Et ce n’est que le début! Comparer ces actions avec les 30 lits de l’hôpital de campagne vantés par Macron… alors que le Liban a 100 fois moins de cas de covid-19, malgré un dépistage systématique ! La France se garde bien d’annoncer le nombre de personnels engagés dans l’opération Résilience.

Le porte-parole de l’armée éludant la question: «En fonction des sollicitations des préfets, les armées répondront», explique le porte-parole de l’état-major, le colonel Frédéric Barbry, en refusant de s’exprimer sur le nombre de militaires potentiellement mobilisés.

«On raisonne en effet à obtenir, pas en effectifs», souligne-t-il.

France TV corrobore ce tableau peu reluisant: Un certain flou règne, en particulier sur le nombre d’hommes mobilisés.

«Notre objectif est de pouvoir répondre aux besoins exprimés par les préfectures de région, qui font remonter les demandes des préfets de département ou des Agences régionales de santé», a déclaré à Reuters le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l’état-major. «Les effectifs mobilisés dépendront des besoins et varieront donc dans le temps. Un préfet ne nous dira jamais: "Je veux 1 000 hommes et cinq véhicules". Mais: "Je dois transporter cinq palettes d’un point A à un point B". Il nous reviendra de déterminer quel est le moyen le plus adapté», ajoute-t-il.

Mais quels sont les moyens qui peuvent être déployés? Dans un article mettant en garde contre «des attentes irréalistes», Le Monde estime que le matériel comme le personnel manquent à l’appel. «L’outil de défense français, en 2020, n’est plus du tout pensé pour une opération nationale de secours aux sinistrés», assène le quotidien.

«Le service de santé des armées (14 800 personnes, dont 2 400 médecins, 1% de l’offre de soins) a subi des coupes budgétaires brutales ces vingt dernières années», rappelle le quotidien du soir. «Il lui manque des professionnels par dizaines (…). Au début de la crise du coronavirus, un responsable de la défense interrogé sur des renforts éventuels mis à contribution répondait au Monde: "On ne les a pas"».

https://www.french.alahednews.com.lb/34588/358


 

SAYED NASRALLAH : "NOUS ASSISTONS A L’AVÈNEMENT PROBABLE D'UN NOUVEAU SYSTÈME MONDIAL"

S.Nasrallah : ‘Nous assistons à l’avènement probable d’un nouveau système mondial’

 Depuis 38 minutes  28 mars 2020

S.Nasrallah : ‘Nous assistons à l’avènement probable d’un nouveau système mondial’

S.Nasrallah : ‘Nous assistons à l’avènement probable d’un nouveau système mondial’

 

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a évoqué la lutte contre le coronavirus au Liban et dans le monde évoquant « l’avènement probable d’un nouveau système mondial ».

Lors d’un discours transmis, ce samedi 28 mars, par la chaine AlManar, le numéro un du Hezbollah a appelé le monde à sommer l’Arabie à stopper la guerre contre le Yémen, pour des raisons humanitaires. Il a dans ce contexte salué l’initiative du chef du mouvement yéménite Ansarullah d’échanger des militaires saoudiens contre les détenus de la résistance palestinienne en Arabie.

Voici les principaux points de son discours :

Tout d’abord, je voudrais féliciter les musulmans pour l’avènement du mois béni de Chaabane qui ouvre la voie au mois sacré de Ramadan, et pour les anniversaires des descendants du prophète Mohammad: l’Imam Hussein, Zein el-Abidine et AlMahdi (S). Je profite cette occasion pour féliciter les mutilés de guerre dans leur journée qui intervient avec l’anniversaire d’AlAbbas ben Ali (Abou al-Fadol).

S’agissant du dossier de la lutte contre le coronavirus au Liban, je voudrais aborder plusieurs.

Le retour en toute sécurité des expatriés libanais

Il est du droit des Libanais vivant à l’étranger de rentrer à leur pays. Ce dossier est indiscutable, il faut assurer toutes les conditions facilitant leur retour en toute sécurité. Il est clair que certains responsables craignent la prise de cette initiative. Il s’agit d’un défi historique pour le gouvernement d’assurer la rentrée des Libanais vivant à l’extérieur. Ceci constituera une fierté pour le gouvernement, s’il assume ses responsabilités dans ce dossier, en prenant certaines mesures médicales pour assurer leur retour rapide, vu que la propagation du virus est encore limitée au Liban. Plusieurs ressortissants libanais se plaignent de la faiblesse des régimes dans certains pays et craignent sur leur vie. On voit dans certains pays, comme aux Etats Unis, une ruée vers l’achat des armes par crainte d’un effondrement social…

Selon mes informations, le gouvernement a pris l’initiative de faire rentrer au pays tous ceux qui le désirent. Mais ce dossier est plus grand que les capacités du gouvernement, d’où la nécessité de tous à aider en matière d’argent, d’hôtels, des stades, des hôpitaux …

Nous avons besoin de solidarité et de coopération dans ce sujet qui sera réalisé, inchallah.

Une guerre mondiale

Le 2ème point dans la lutte contre le coronavirus, il est utile de sentir que nous faisons partie d’une guerre mondiale contre cette pandémie. Nous observons les autres fronts et les autres pays où ils sont arrivés dans cette lutte, et où nous sommes dans la gestion de cette guerre.

Quand nous voyons la confusion régnante dans certaines puissances internationales, nous constatons que la situation au Liban est jusqu’à présent acceptable, et il y a une coopération de tous dans cette lutte. Les mesures prises par les autorités concernées, telles la mobilisation générale, sont fructueuses.

En plus de la dégradation de la situation au niveau financier, qui régnait avant cette crise, le nouveau gouvernement a eu comme tache de plus d’assumer ses responsabilités dans la lutte contre le coronavirus.

Mais cette évaluation positive ne doit pas nous pousser à la sérénité, nous sommes encore au début de la lutte. Nous faisons face à un ennemi inconnu (virus) que les grands spécialistes n’ont toujours pas décodé sa nature.

Lors des guerres militaires, les maisons sont détruits, les gens sont déplacés, mais dans cette lutte la situation est beaucoup plus facile. Nous avons uniquement besoin de sagesse, de sensibilité, de conscience et de se cloitrer à la maison.

Le confinement reste le plan de lutte pour surmonter cette crise avec le moins des pertes. Dans ce point, il faut s’engager à respecter les mesures qui seront de plus renforcées. La vie des gens est en jeu.

La crise pourrait durer plusieurs mois, raison pour laquelle la solidarité sociale envers les gens démunis doit être de longue terme.

S’agissant de la levée des prix et le monopole de certaines marchandises par certains commerçants dû à leur cupidité inhumaine, les ministères concernés doivent renforcer leurs mesures pour empêcher cela. Nous devons lutter contre la maladie et la famine. Ici, j’appelle les commerçants humains, pieux …à intervenir, dans ces conditions difficiles, pour casser le monopole des ceux-là.

L’argent saisi par les banques

Les banques sont appelés à libérer l’argent des petits déposants qu’elles ont saisi. Il est temps de trouver une solution à ce dossier. Les banques doivent permettre aux gens de transférer l’argent à leurs fils à l’étranger.

Au lieu de cela, les propriétaires de ces banques cherchent du show off en faisant des dons de 6 millions de dollars seulement au gouvernement dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Mais lors d’un mariage des leurs, ils dépensent deux millions de dollars.

Des dizaines de milliards de dollars des Libanais sont saisis par ces banques. Libérer au moins l’argent des petits déposants, vous êtes capables de le faire.

Nous appelons les milliardaires libanais, à se comporter de manière humaine envers leurs compatriotes. Nous ne savons pas vers où le monde se dirige. Il est temps de faire des dons.

Un nouveau système mondial

Il faut suivre ce qui se passe dans le monde. Selon les observateurs, nous ferions face à des conséquences inédites depuis la 2ème guerre mondiale. Nous assistion à l’avènement probable d’un nouveau système mondial.

Les discussions battent leur plein au niveau philosophique, religieux, culturel, national… Les priorités des pays changeraient. Nous ne savons pas si l’UE restera uni ou sera fragmenté, les Etats Unis resteront unis ou pas, l’Onu sera utile ou non ? Les forces militaires puissantes resteront ou disparaitront ? Notre génération assiste à une expérience sans précédant depuis 100 ans. Nous faisons partie de ce monde. Il faut suivre ces développements.

J’appelle à tirer les leçons de ce qui se passe dans le monde.

L’administration américaine est confuse dans la gestion de cette crise. La civilisation qui est arrivée à son apogée, les plus grandes forces militaires dans le monde sont incapables devant un petit virus inconnu.

Les pays, les entreprises, les compagnies, les universités, les écoles…sont à l’arrêt. 3 milliards et quelques de personnes ont été emprisonnées dans leur maison par un petit virus invisible.

L’Homme est incapable face à ce virus. J’espère que les scientifiques arrivent à trouver le vaccin, par la grâce de Dieu. Il faut tirer les leçons. Le retour à Dieu et les invocations restent l’arme la plus forte dans les moments difficiles.

Source: AlManar

http://french.almanar.com.lb/1697148


 

COVID -19 AU LIBAN : 8 DÉCÈS. 50 000 BOITES DE CHLOROQUINE RÉSERVÉES

Covid-19 au Liban : 8ème décès, 50 mille boites de chloroquine réservées

 Depuis 15 minutes  27 mars 2020

beyrouth

beyrouth

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le couvre-feu partiel décrété  est entré en vigueur ce vendredi 27 mars à partir de 19h00, heure locale, dans le cadre du renforcement des mesures de confinement pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus au Liban.

Décidé lors du Conseil des ministres, le jeudi 26 mars, il ordonne la fermeture  totale de toutes les entreprises et commerces entre 19 heures et 5 heures du matin.

8 décès, 391 contaminations

Selon un nouveau décompte du ministère de la santé, une septième personne infectée est décédée, un homme âgé de plus 80 ans et qui avait des problèmes de santé. Dans la soirée, des médias ont fait état d’un huitième décès, également une personne du troisième âge.
23 contaminations supplémentaires ont été enregistrées, haussant le bilan total à 391.
27 personnes infectées sont guéries, a indiqué le rapport quotidien du ministère de la santé, selon lequel 4 patients sont dans un état critique.

Metn, Beyrouth, Kesrouan

Les régions les plus touchées étant selon lui le Metn, avec 70 cas, Beyrouth avec 60 cas, et le Kesrouan avec 44 cas.
Toujours selon ce rapport, 59% des cas sont hommes et 41 %des femmes.
Et il est également question de 16 enfants infectés.

Le jeudi, le ministre de la santé Hassan Hamad a annoncé que les hôpitaux publics dans plusieurs régions libanaises ont été équipés pour accueillir les cas contaminés. Jusqu’à présent, la pulpart des cas sont hospitalisés dans l’hôpital Rafic Hariri à Beyrouth

Ce vendredi, il a rencontré les responsables des camps des réfugiés palestiniens pour y aménager les préparations nécessaires.

50 mille boites de chloroquine

Lors d’une interview avec une télévision locale, M. Hamad a révélé avoir réservé 50 mille boites de Chloroquine, remède reconnu de la maladie, assurant que cette quantité dépasse de loin le scénario le plus dramatique pour le Liban.

Il a indiqué que le Liban a dépassé le danger du scénario dans les cas italien et espagnol.
« Le 10 avril sera une date décisive, tout dépendra des gens, ce sont eux qui auront le dernier mot dans cette bataille », a-t-il affirmé.
« Nous sommes encore à mi-chemin pour pouvoir franchir le danger. Ils faut respecter le confinement à la maison dans les prochaines semaines », a-t-il conclu.

5 semaines pour l’endiguement

A noter que le gouvernement a prolongé la durée de confinement qui devait prendre fin à la fin du mois de mars jusqu’au 12 avril.

Le 15 mars, le Conseil des ministres avait proclamé « l’état d’urgence sanitaire » au Liban et décrété la « mobilisation générale », précisant des mesures de confinement et notamment la fermeture de l’aéroport et des frontières jusqu’au 29 mars.

Une semaine plus tard, le 21 mars, le Premier ministre avait appelé les Libanais à un couvre-feu « auto-proclamé » et demandé aux institutions militaires et sécuritaires de mettre en place un plan pour contraindre les gens à rester chez eux.

« Nous sommes encore dans une phase de grave danger et il est nécessaire de prolonger la mobilisation générale car l’endiguement de l’épidémie demande cinq semaines », a déclaré le Premier ministre Hassane Diab selon des propos relayés par la ministre de l’Information et la porte-parole du gouvernement, Manal Abdel Samad, à l’issue du Conseil des ministres.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1695971


 

LIBAN : LE HEZBOLLAH ASSUME NOMBRE DE MISSIONS POUR LUTTER CONTRE L’ÉPIDÉMIE

Coronavirus: le Hezbollah s’active dans tout le Liban: 40.611désinfections

 Depuis 1 heure  25 mars 2020

desinfection_corona_liban

desinfection_corona_liban

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

desinfection_corona_liban2  Les institutions sanitaires du Hezbollah ne chôment pas depuis l’annonce de la propagation du nouveau coronavirus au Liban.

Au côté des diverses institutions gouvernementales libanaises, dont les mairies, l’Organisme de santé islamique (Al-Hayat al-Sohiyat al-Islamiyat) assume un certain nombre de missions pour lutter contre cette pandémie qui a fait au Liban quelques 333 contaminations, dont 5 décès.

L’une de ces missions est la désinfection des lieux publics et privés.
Jusqu’à la date du 19 mars, il en a désinfecté 40.611, selon le bulletin hebdomadaire qu’il a publié. Dont des mairies, des mosquées, des églises, des maisons, des cafés, des magasins, des supermarchés, etc…

Toutes les régions libanaises font partie de son champ d’action, y compris celles qui sont en dehors de la présence de sa base populaire. Il est aussi actif  dans les camps des réfugiés palestiniens et les camps des déplacés syriens.

desinfection_corona_liban1En même temps, l’Organisme de santé  mène aussi une campagne de sensibilisation auprès de l’opinion publique libanaise.  Il a diffusé 5700 publications et organisé 8228 ateliers de sensibilisation, indique son bulletin.

D’une maison à l’autre.

L’un de ses programmes, intitulés « d’une maison à l’autre » mis en œuvre dans la ville de Saïda a impliquee 6 equipes de volontaires. Ils sont chargés de visiter les familles pour leur donner les recommandations liées a la prévention contre le virus, et leur inculquer les méthodes pour désinfecter les maisons, les ustensiles, et autres.

Jusqu’au 21 mars, elles ont visité plus de 1.000 maisons dans trois quartiers de la ville et poursuivent leur mission.
Dans certains villages libanais, les volontaires de l’organisme se sont chargés de livrer les provisions  commandées aux épiceries pour ménager aux gens de sortir de chez eux.delivery

Interrogé par le site d’information libanais proche du Hezbollah, al-Ahed news, Dr. Ali Mokdad, le député du bloc Fidélité à la résistance a fait savoir que le Hezbollah a pris en compte dans ses plans les scénarios les plus dramatiques.

«Nous œuvrons pour exploiter tous nos potentiels et toutes nos capacités pour endiguer cette pandémie dangereuse. Au cas où la situation s’enlise et le virus se propage d’une façon terrifiante, le Hezbollah mettra ses hôpitaux (Rassoul al-Aazam et Saint Georges) ainsi que ses centres médicaux et ses effectifs à la disposition de l’Etat et du ministère de la Santé», a affirmé M. Mokdad.

desinfection_coronaSelon un dernier bilan livré par le ministère de la santé, 29 nouvelles contaminations ont été signalées ce mercredi 25 janvier, avec un bilan total de 333. Il y a aussi eu un cinquième décès du au coronavirus : un malade atteint d’un cancer aux poumons.

Le Ministre de la santé Hamad Hasan a estimé que la hausse du nombre de personnes infectées par le coronavirus COVID-19 ne serait pas dramatique

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1692660


 

COVID-19 : LE LIBAN FAIT APPEL A L’ARMÉE. 84 CONTAMINATIONS DE PLUS EN 48 HEURES

Coronavirus: le Liban fait appel à l’armée. 84 contaminations de plus en 48 heures

 Depuis 8 heures  22 mars 2020

liban_corona_armee

liban_corona_armee

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Au Liban, avec la hausse des contaminations qui ont atteint les 230, le samedi 21 mars, le Premier ministre Hassan Diab a annoncé avoir chargé l’armée et les forces de sécurité de faire appliquer les mesures interdisant à la population de sortir de chez elle. Sans toutefois déclarer l’état d’urgence.

Dans un discours télévisé samedi soir, il a jugé que « la hausse remarquable du nombre de cas ces deux derniers jours constitue une menace imminente pour notre société ».

Dans ce contexte, le gouvernement a décidé de « charger l’armée, les forces de sécurité intérieure » et d’autres services de sécurité de faire appliquer les directives visant à empêcher la population de sortir de chez elle, sauf en cas d’extrême nécessité, et à empêcher les rassemblements, a dit M. Diab.

Ce dimanche 22 mars, des hélicoptères de l’Armée Libanaise ont sillonné les airs pour appeler la population à respecter les décisions gouvernementales et à rester à la maison. L’Armée a fait circuler des patrouilles dans les rues des principales villes du Pays, appelant la population à se rester chez elle.

Des points de contrôle ont été mis en place dès 6h du matin. Il s’agit également d’éviter les transports en communs ou les rassemblements publics pour éviter que se répètent des scènes comme celles qui circulaient les jours précédents à Ein Mreisseh, Tarik Jadideh, à Beyrouth ou encore à Tripoli avec une vie quasi-normalement propice à la propagation du virus.

Les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont, elles aussi  débuté la mise en application de ces décisions. Des poursuites judiciaires pourront être entamées à l’encontre des personnes violant le couvre-feu, avec des amendes voire des peines de 1 à 3 ans de prison, conformément à l’article 604 du code pénal. « Une centaine de procès-verbaux ont été établis à l’encontre des contrevenants », a indiqué son chef.

81 contaminations en 48h

Le Premier Ministre avait indiqué que 230 cas ont été diagnostiqués en date le samedi 21 mars, un mois à peine après la découverte du premier cas au Liban, le 21 février. Les autorités libanaises craignent désormais que l’épidémie prenne de l’ampleur après la découverte de plusieurs cas dont l’origine n’a pas pu être tracée.

Selon les données rendues publiques, on assiste depuis le 18 mars a une importante augmentation des nouveaux cas, augurant du “décollage” du nombre de personnes infectées et donc de l’épidémie.
Le chiffre qui en était le vendredi 20 mars à 177 contaminations a accusé une hausse de 57 en 24 heures.
Selon le ministre de la santé Hassan Hamad, 81 cas ont été enregistrés en 48 heures.

Des dizaines de membres d’une même famille habitant dans un bâtiment à Tyr, au sud du Liban, semblent en faire partie. Parmi les nouvelles contaminations, figure un ex-Premier ministre, Mohamad Safadi.
Pour l’heure, seule 5 personnes au total ont été guéries et 3 morts sont à déplorer.

Sources: AFP, Libnanews, Al-Manar

http://french.almanar.com.lb/1688348


 

SAYED NASRALLAH : C'EST UN DES PIRES MOMENTS DE MA VIE QUE DE DÉFENDRE LE HEZBOLLAH SUR L'AFFAIRE D'UN COLLABORATEUR

S. Nasrallah : c’est l’un des pires moments de ma vie que de défendre le Hezbollah sur l’affaire d’un collaborateur

 Depuis 56 minutes  20 mars 2020

sayed_fakhoury

 

 

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Hezbollah n’était pas du tout au courant que le لإribunal militaire libanais allait prononcer sa sentence pour acquitter le collaborateur avec Israël Amer Fakhoury,  a assuré son secrétaire général sayed Hassan Nasrallah, qui a aussi nié qu’il ait eu une transaction avec les Américains en vue de sa libération.

Le lundi 16 mars dernier, cette cour a ordonné l’arrêt des poursuites judiciaires contre Fakhoury, pour prescription. Il est accusé de meurtres, de torture et de séquestration dans le camp de la mort à Khiam au sud du Liban durant l’occupation israélienne.

Le jeudi 19 mars, c’est un hélicoptère américain qui l’a évacué depuis l’ambassade américaine au Liban vers une destination inconnue. Par la suite, le président américain a remercié Donald Trump le gouvernement libanais.

« La décision de libération de Fakhoury n’a pas non plus été prise au sein du cabinet ministériel », a ajouté sayed Nasrallah selon lequel le Hezbollah a été maintes fois consulté sur cette affaire, depuis l’arrestation de Fakhoury lors de son arrivée à l’aéroport de Beyrouth, en provenance des Etats-Unis où il vit depuis qu’il a quitté Israël. Les Etats-Unis ayant exercé des pressions énormes et proféré des menaces contre l’ensemble de la classe politique et des juges libanais, et menacé le Liban de nouvelles sanctions.

« Personnellement, j’ai appris à travers les médias l’information de l’acquittement de Fakhoury et lorsque j’ai fait mes contacts, j’ai appris aussi qu’il y avait eu une audience de libération au cours de laquelle la décision a été prise », a-t-il ajouté.

Selon lui, cette mesure montre que ni l’Etat libanais, ni le gouvernement libanais, ni les tribunaux libanais, ni les institutions libanaises, ni les président libanais,…, ne sont contrôlés par le Hezbollah.

Le chef de la résistance libanaise a toutefois averti qu’il faut s’attendre à ce que cette décision ait des conséquences déplorables sur le Liban.
« Les Américains vont en tirer les conclusions qu’il leur suffit d’exercer des pressions et de menacer les Libanais de sanctions pour les faire plier et les faire exécuter leurs desideratas», a-t-il mis en garde. De quoi menacer réellement la souveraineté et l’indépendance du Liban, toujours selon lui.

La libération de Fakhoury avait soulevé un tollé chez la classe politique alliée du Hezbollah et certains médias, qui ont reproché au parti dela résistance d’avoir laissé faire. Selon lui, il faut orienter la colère contre les Américains qui n’en ont cure de vouloir rapatrier « un homme qui a du sang sur les mains, un meurtrier », pour la simple raison qu’il est américain.

« C’est l’un des pires moments de ma vie que d’avoir à défendre le Hezbollah dans l’affaire d’un collaborateur qui a tué et massacré les nôtres », a-t-il affirmé avec une certaine amertume, reprochant aux amis et aux alliés du Hezbollah d’avoir pris à leur compte les accusations et la rhétorique de ses adversaires et ennemis.

Sur l’affaire du nouveau coronavirus, sayed Nasrallah a violemment critiqué le comportement du président américain Donald Trump qui persiste dans ses sanctions contre l’Iran et le Yémen, et qui touchent leur approvisionnement en matériel médical pour le traitement de cette pandémie et ne cherche qu’à s’accaparer la formule du vaccin pour son pays, « pour des raisons apparements électorales ».

« jamais de ma vie je n’ai vu un homme aussi arrogant, aussi raciste, aussi sauvage et féroce que le président américain », a-t-il conclu.

A SUIVRE

 

Source: Al-Manar

http://french.almanar.com.lb/1687072


 

LIBAN : LA CHINE OCTROIE 1000 TESTS DE DÉPISTAGE DU CORONAVIRUS

Liban/Coronavirus : 1000 tests de dépistage octroyés par la Chine. 11 pères jésuites contaminés

 Depuis 9 heures  19 mars 2020

Hôpital Rafic Hariri

Hôpital Rafic Hariri
Hôpital Rafic Hariri

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

don

1000 tests de dépistage octroyés par la Chine au Liban

La Chine qui a annoncé, ce jeudi 19 mars, zéro nouvelle contamination d’origine locale par le coronavirus, souhaite aider les pays touchés par cette pandémie à éviter une envolée des contaminations.

L’ambassade de Chine à Beyrouth a annoncé, mercredi 18 mars, que Pékin a décidé de faire don au Liban de 1000 kits de tests de dépistage et de 200 thermomètres, rapporte l’agence officielle libanaise ANI.

Ce don, qui « répond à une demande du Liban pour l’aider à renforcer ses capacités de lutte contre le Covid-19 », constitue « une illustration de l’amitié que porte la Chine au Liban et à son peuple », indique un communiqué de l’ambassade de Chine.

133 cas confirmés

ministere-santeUn dernier bilan du ministère libanais de la Santé publié dans la journée de mercredi, fait état de plus de 130 cas d’infections au coronavirus.

Dans son rapport quotidien Covid-19, le ministère a déclaré que depuis le 21 février jusqu’au 18 mars 2020, le nombre total de cas confirmés s’élève à 133, y compris les cas diagnostiqués à l’hôpital Rafic Hariri et dans les autres hôpitaux universitaires. Ainsi, 13 nouveaux cas ont été enregistrés dans les dernières 24 heures.

Le rapport note également le décès d’un homme âgé de plus de 90 ans souffrant de maladies chroniques, ce qui porte le nombre total des décès à 4 personnes.

Le ministère de la Santé continue à suivre les cas suspectés de contamination et les personnes ayant été en contact direct avec eux, ainsi que les voyageurs en provenance des pays contaminés.

Le premier cas de coronavirus aurait été transmis d’un moine venu d’Italie

eglise

Monastère Saint-Joseph

Entre-temps, le quotidien libanais Al-Akhbar a révélé que le premier cas de coronavirus enregistré au Liban avait été transmis par un moine qui se trouvait en Italie et est rentré à Beyrouth entre le 15 février et le 20 février.

Le moine, dont l’identité est encore inconnue ou du moins non annoncée, aurait transmis le virus à plusieurs Jésuites ayant participé à une cérémonie au monastère Saint-Joseph à Achrafieh, à Beyrouth. Jusque-là, 11 cas de coronavirus parmi les pères jésuites ont été confirmés.

Une équipe chargée par le ministère de la Santé de surveiller la propagation de la pandémie suit de près cette affaire.

Il convient de noter que l’enseignant Maroun Karam décédé suite au coronavirus avait contracté la maladie du moine en question.

Mais à en croire un communiqué des pères jésuites publié le 18 mars, « aucun moine ne se trouvait en Italie récemment. Le dernier jésuite à être revenu d’Italie est rentré le 6 février ».

L’Aéroport de Beyrouth totalement fermé

aeroportPar ailleurs, dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, l’aéroport international de Beyrouth a été complètement fermé à partir de minuit 18 mars, et jusqu’au 29 mars.

Seul les vols de fret, militaires, de secours et les hélicoptères privés travaillant dans le cadre des travaux de forages offshore dans le bloc 4 sont autorités d’atterrir et de décoller depuis l’AIB.

 

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1684784


 

ISRAËL : "LE HEZBOLLAH NOUS AURA"

"Saraqib a prouvé qu'Israël perdra la bataille terrestre. Pas de miracle aérien non plus.."

Thu Mar 19, 2020 12:40PM

Un des membres de la force élite du Hezbollah/Archives

Un des membres de la force élite du Hezbollah/Archives

Le mardi 17 mars, les sources israéliennes ont prétendu avoir déjoué une opération commando Armée syrienne-Hezbollah en envoyant leur armée de l'air frapper un "véhicule transportant un cadre militaire du Hezbollah". L'information est évidemment à prendre avec les pincettes dans la mesure où les frappes aériennes israéliennes contre la Syrie ratent souvent leur cible et que si elles parviennent à porter atteinte au Hezbollah, elle ne reste pas sans réponse. Toujours est-il que sur fond d'une pandémie planétaire qui frappent curieusement les forces militaires, le centre d'étude stratégiques Béguin-Sadat à Tel-Aviv avance l'hypothèse d'une confrontation imminente Israël/Hezbollah, puisque "le front Nord en est en totale ébullition sans que les médias en parlent "

Golan : l'offensive-éclair anti-Israël?

Golan : l'offensive-éclair anti-Israël?

3700 officiers israéliens en quarantaine. De quoi a le plus peur Israël?

Pour Ehud Elam qui écrit l'article, l'équilibre de la terreur de rigueur depuis 2006 n'existe plus et le Hezbollah, largement ancré en Syrie, y fait pluie et beau temps, "largement présents au sien de l'armée syrienne, commandant même certaines unités de celle-ci": "Au fait ce qui s'est passé fin février à Saraqib (Idlib) que la force spéciale du Hezbollah Rizwan a réussi de reprendre à l'une des armées les plus puissantes de l'OTAN (Turquie) et ce, malgré une importante attaque au drone turc visant son QG devrait nous donner une petite idée de ce qui serait notre futur combat avec le Hezbollah. Saraqib que la Turquie a tout fait pour maintenir a été libérée en l'espace de quelques heures et alors que les combattants du Hezbollah se battaient en plein nuit sans avoir le soutien des satellites, des navires et des équipements derniers cri de l'OTAN". 

 

Syrie: comment les unités spéciales de la Résistance ont mis à l'échec les drones et les satellites israéliens

Syrie: comment les unités spéciales de la Résistance ont mis à l'échec les drones et les satellites israéliens

Certes notre Armée de l'air jouit d'une supériorité absolue mais de là à dire que ce point nous permettra de gagner, c'est un pas qu'il ne convient peut-être pas de franchir. ... Car le Hezbollah n'a pas un centre de gravitation fixe que nos avions puissent aisément identifier et frapper et en revendiquer la victoire. Surtout que des frappes massives seront difficiles à lancer contre un Hezbollah qui a 150 000 missiles, braqués sur le nord, le sud et le centre israélien. Ces engins s'abattront sans doute sur le nord, massivement sans que notre Dôme de fer puisse les contrer en totalité. Ce qui nous pousserait à mener des bombardements massifs contre le Liban. Mais là aussi, notre action est limitée car qui dit que le Hezbollah ne serait capables de viser nos aéroports militaires, nos bases et nos garnisons. Dans ce cas une opération terrestre est indispensable. Mme si notre armée de l'air s'exerce à contrer les missiles du Hezbollah. Mais notre armée de terre saura-t-elle s'imposer face à un Hezbollah, tel qu'il s'est présenté à Saraqib?" 

"Il y a peu de temps, le Pentagone a annoncé avoir abandonné son projet d'achat de nouveaux systèmes de défense antimissile israéliens. Il a dit que le Dôme de fer est surtout vulnérabilité aux cyberattaques et autres formes de combat électronique. Le Pentagone a aussi évoqué d'autres défis opérationnels. Ce n'est pas si rassurant quand on sait que le document stratégique 2018 d’Israël dit qu'il y aura un clash avec le Hezbollah et qu'Israël ne pourra en sortir vainqueur à moins de procéder à une campagne de bombardement massive. Soit. Mais que faire des missiles du Hezbollah? Et si la vulnérabilité de Dôme de fer dont parle le Pentagone renvoyait surtout aux capacités du groupe pro-iranien à mener des cyberattaques?" 

 

Dôme de fer : la

 

"Nous pensons que nous ne pouvions pas les intégrer dans notre système de défense aérienne en fonction de certains défis d'interopérabilité, cybernétiques et autres", a-t-il ajouté. 

L’année dernière, l’armée américaine a signé avec le régime d'Israël un contrat de 370 millions de dollars pour l'achat de deux systèmes de défense aérienne Dôme de fer. Ils étaient censés protéger les bases militaires américaines en Afghanistan et en Irak contre les attaques de roquettes. Après des examens effectués sur les batteries, l'armée américaine a décidé de renoncer à son projet. 

Le régime d'Israël a déployé des systèmes dans ses régions méridionales et centrales pour contrecarrer les attaques aux roquettes lancées depuis la bande de Gaza. Mais l'ampleur des dégâts causés a montré l’inefficacité du Dôme de fer face à la Résistance palestinienne.

Selon les derniers chiffres, le Hezbollah n’a pas moins de 200 000 missiles et roquettes pointés vers "Israël", mais ces missiles peuvent d'abord viser le nord. Cette quantité de missiles signifie que les systèmes de défense israéliens tels que le Dôme de fer ne peuvent en intercepter qu'une partie.

french.presstv.com/Detail/2020/03/19/621185/Dome-de-fer-les-USA-mettent-les-pieds-dans-le-plat

LE TRIBUNAL MILITAIRE LIBANAIS ACQUITTE LE "BOURREAU DE KHIAM"

Le Tribunal militaire libanais décide d’acquitter le « Bourreau de Khiam »

 Depuis 40 minutes  16 mars 2020

"La trahison de la patrie n'est pas un point de vue # le bourreau de Khiam"

"La trahison de la patrie n'est pas un point de vue # le bourreau de Khiam"
"La trahison de la patrie n'est pas un point de vue # le bourreau de Khiam"

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Tribunal Militaire libanais a décidé d’acquitter le « bourreau de khian »,  le collaborateur avec Israël Amer Fakhoury des charges de tortures et de kidnapping.

Directeur du camp d’internement et de torture Khiam, du nom de la localité du sud-Liban dans laquelle il avait été instauré par la milice collaboratrice «Armée du Liban sud » pendant l’occupation israélienne du sud-Liban,  Fakhoury est accusé de meurtres, tentatives de meurtre, enlèvements et tortures à partir de 1985.

Il a été condamné par contumace en 1996 à 15 ans de prison pour collaboration avec l’ennemi sioniste.

Il a été arrêté le 12 septembre 2019, alors qu’il venait d’arriver des Etats-Unis où il réside depuis qu’il a quitté le Liban avant la libération en l’an 2000, pour se rendre en Palestine occupée.

Une audience secrète

« Le tribunal militaire par la personne de son président le général Hussein Abdallah et son procureur général le juge Peter Germanos ont exécuté une décision politique de l’Etat libanais, sous la pression des ordres américains », a déploré le journal libanais al-Akhbar.
Selon ce dernier, le tribunal a renvoyé le parquet à la demande des agents de la défense de Fakhoury. Alors Germanos a laissé l’ordre d’appréciation au tribunal, le libérant d’un fardeau moral, et de son droit de faire appel de toute décision réduite.

AlAkhbar révèle que l’audience s’est tenue aujourd’hui de manière plus confidentielle, à un moment où le pays a été suspendu en raison du virus Corona.
Toujours d’après le quotidien, la décision a été prise intentionnellement avant la fermeture de l’aéroport international prévue le mercredi 18 mars, afin qu’il puisse être retiré du pays avant.

Séquestré dans un hôpital et non dans une prison, sous prétexte qu’il est atteint d’un cancer, l’admission d’un paiement formel  et l’abandon des charges retenues contre lui « pour prescription » signifient que sa libération aura lieu immédiatement.

Fakhoury est poursuivi dans une autre affaire par le juge d’instruction de Beyrouth, Bilal Halawé pour une plainte portée contre lui par d’anciens détenus du camp de Khiam qui l’accusent de séquestration et de torture. Mais il n’a pas encore apparu devant le juge en raison de son état de santé et aucun mandat d’arrêt n’a été émis contre lui, indique l’agence officielle ANI.

Les pressions américaines à l’État libanais n’ont pas cessé depuis son arrestation en septembre dernier, sous prétexte qu’il détient la nationalité américaine et qu’il est atteint d’un cancer au stade 4. Les plus récentes ont été formulées par la nouvelle ambassadrice américaine, Dorothy Chia, lorsqu’elle a rencontré le président de la République la semaine dernière en présentant son accréditation.

« Une haute trahison »

« L’acquittement de collaborateur Fakhoury est une haute trahison pour le Liban », a lancé le mufti cheikh Abas Zogheb.

Et de poursuivre : «  La trahison est un grand crime qui ne peut être invalidé. Le moindre châtiment qui devrait lui être infligé est de lui soutirer la nationalité libanaise et de le condamner à la perpétuité. Afin que les collaborateurs comme lui qui vivent à l’extérieur du Liban sachent que s’ils rentrent au Liban, leur unique sort sera la prison ou la peine de mort ».

Cheikh Zogheib a conclu : « si le pouvoir au Liban respecte son peuple, il aurait ordonné de couper la main à celui qui a signé le décret de sa libération ».

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1681110


 

CORONAVIRUS : MINISTRE LIBANAIS DE LA SANTE : LES DEUX PROCHAINES SEMAINES SERONT LES PLUS DÉLICATES

Ministre libanais de la Santé : les deux prochaines semaines seront les plus délicates

 Depuis 15 minutes  16 mars 2020

french-default

french-default

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

Rédaction du site

Le ministre libanais de la Santé a averti ce lundi 16 mars que les deux prochaines semaines seront les plus délicates pour le Liban, alors que le nombre de personnes contaminées par le virus a atteint les 109 personnes, selon un dernier chiffre livré par les autorités.

« Ces deux semaines seront les plus délicates. L’objectif pour cette étape consiste à contrôler la propagation limitée de la pandémie afin  qu’elle ne passe pas à l’étape de la diffusion large. Raison pour laquelle les transports aériens ont été suspendus ce qui permettrait d’étudier les cas enregistrés», a affirmé M. Hamad Hassan, lors d’un point de presse, rapporte l’agence de presse officielle ANI.

Et le ministre de poursuivre : «  le secteur des transports publics est essentiel dans la propagation de la pandémie. Il est désormais avéré que les Etats qui disposent de moyens développés pour le transport terrestre enregistrent les contaminations les plus élevées ».

Le dimanche 15 mars, à l’issue du conseil des ministres qui s’est déroulé au Palais Présidentiel de Baabda, le chef de l’Etat Michel  Aoun a affirmé que la situation actuelle au Liban réclame “une situation de mise en état d’urgence médicale”, nécessitant une mobilisation générale de la population et appelé les libanais à rester chez eux, instaurant de facto un couvre-feu sanitaire.
C’est l’heure de la solidarité nationale pour nous tous », a-t-il insisté, estimant que lorsque la santé de chaque citoyen est menacée « toutes les considérations politiques étroites tombent ».

Pour sa part, le Premier Ministre avait appelé à la mobilisation populaire pour contrer l’épidémie de coronavirus COVID-19.
« Il est temps de coopérer, de mobiliser toutes les capacités, de faire du bénévolat et de prendre des initiatives pour sauver les autres et les Libanais. (…) Nous sommes en situation d’urgence sanitaire et le gouvernement déclare une mobilisation générale jusqu’au 29 mars », a dit M. Hassan Diab.

Le Liban a interdit par conséquent “les vols en provenance de certains pays avant que d’autres nations n’agissent de la sorte”, indique le premier ministre. Des exceptions seront accordées pour les membres de la FINUL, le personnel diplomatique, les personnes liées aux organisations internationales ou encore à l’exploration pétrolière. Les ressortissants libanais pourront revenir au Liban avant le 18 mars à condition de passer un test prouvant qu’ils sont négatifs au coronavirus. Cette décision ne concerne cependant pas les personnes en provenance de France, d’Egypte, de Syrie, d’Irak, d’Allemagne, d’Italie, de Grande Bretagne, d’Iran, de Chine ou de Corée de Sud, des pays déjà soumis à un embargo.

De source hospitalière, on indique que 2 personnes ont été guéries dernièrement, amenant à trois, le total dont les examens liés au coronavirus sont revenus négatifs après avoir été diagnostiqués comme étant positifs.

Sources: Ani; Libnanews.

http://french.almanar.com.lb/1681022