LIBAN

LIBAN

LE SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS, SEYYED NASRALLAH : « L’AVENIR APPARTIENT A LA RESISTANCE »

Israël sait qu’il disparaîtra (Nasrallah)

Wednesday, 05 May 2021 5:35 PM  [ Last Update: Wednesday, 05 May 2021 5:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah. ©IRNA

« Le régime sioniste sait que son sort est la disparition et que l’axe de la Résistance déterminera l’avenir de la région », a déclaré le secrétaire général du Hezbollah libanais.

Dans un discours télévisé à l’occasion de la Journée mondiale de Qods, diffusée par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, le secrétaire général du Hezbollah, Seyed Hassan Nasrallah a appelé tout le monde à déclarer sa position envers la question palestinienne avec sincérité et courage.

« Face aux jeunes palestiniens qui ont fait le choix de résister, c’est la responsabilité de tout le monde d’annoncer clairement, avec sincérité et courage, sa position envers la question palestinienne et la Résistance », a souligné Seyyed Hassan Nasrallah.

Le secrétaire général du Hezbollah a réfuté les propos de ceux qui prétendent que les Palestiniens se sont résignés à abandonner leurs idéaux et leur patrie, car « les événements qui se produisent ces derniers temps montrent que le peuple palestinien ne renonce absolument pas à ses droits, et cela augmente la responsabilité de l’Oumma islamique ».

La règle d'engagement du Hezbollah,

La règle d'engagement du Hezbollah, "Sang pour sang" gagne le front intérieur (Maariv)

Tel-Aviv redoute la multiplication des opérations de la Résistance en Cisjordanie. (Presse sioniste)

« L’axe de la Résistance reste toujours aux côtés des Palestiniens, surtout qu’aujourd’hui le régime sioniste est en proie à de graves crises internes », a ajouté Seyyed Hassan Nasrallah.

Le secrétaire général du Hezbollah a estimé que le processus de compromis et de normalisation avec Tel-Aviv a créé paradoxalement une situation qui permet à l’axe de la Résistance de se faire mieux entendre dans le monde.

« L’axe de la Résistance doit renforcer sa cohésion et augmenter sa puissance, car c’est lui qui déterminera l’avenir de notre région », a-t-il affirmé.

Seyyed Hassan Nasrallah s’est adressé ensuite aux dirigeants du régime sioniste en ces termes : « Selon vos croyances religieuses, vous savez parfaitement que votre régime n’a aucun avenir et qu’il est en phase de disparition et de destruction. Je dis à vous, Israéliens, que dans cette grande épreuve, vous allez faire perdre l’énergie et les efforts de vos jeunes, vous les conduirez vers l’anéantissement et vous ferez perdre leur sang. »

La Résistance prend de court Israël!

La Résistance prend de court Israël!

Dans une autre partie de son discours, le secrétaire général du Hezbollah a rendu hommage à la mémoire du martyr Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du CGRI : « Son image, son âme et sa pensée resteront éternels et encourageront l’axe de la Résistance sur tous les fronts. »

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/05/652012/Isra%C3%ABl-sait-qu%E2%80%99il-dispara%C3%AEtra-(Nasrallah)

LIBAN : MACRON ECHOUE. LE HEZBOLLAH NE PERMETTRA PAS A LA FRANCE DE TUTEURISER LE LIBAN...

Fracassant échec français au Liban pour cause de suivisme

Monday, 03 May 2021 3:19 PM  [ Last Update: Monday, 03 May 2021 3:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président Emmanuel Macron (au centre) lors de sa visite sur le port de Beyrouth, le 6 août 2020. ©AFP

C'est visiblement raté : la mission dont l'axe US/Israël avait chargé la Macronie et qui consistait à aplanir le terrain, à une totale mise sous tutelle du Liban avec en toile de fond l’instrumentalisation de "l'attaque" du 4 août 2020 à l'effet de "désarmer le Hezbollah' et cela, soit en le diabolisant, soit en affamant son peuple n'ayant pas abouti, le MAE français s'apprête à gagner le Liban pour une ultime manœuvre. Les Saoudiens estiment que Paris va abandonner le dossier évidemment au profit des Américains et Cie. Et puis cette menace de sanction que brandit Paris, à qui est-elle destinée? Paris veut-il sanctionner le Hezbollah? Mais la Résistance n'a pas de compte bancaire en France. La France va-t-elle viser son propre camp? Le refus de rencontrer Saad Hariri est un prélude : le suivisme pro US de l'Elysée lui a fermé toutes les portes. 

Après les visites infructueuses du président français au Liban pour mettre en œuvre les plans de Paris, c'est au tour du ministre des affaires étrangères de s'y rendre pour essayer à son tour sa chance. 

A lire aussi : Le Liban a élargi ses enquêtes sur l'explosion à Beyrouth

Quelques jours après l’explosion du port de Beyrouth qui ont ravagé la capitale le 4 août 2020, le gouvernement de «Hassan Diab» a démissionné. Après de nombreuses péripéties, Saad al-Hariri a finalement été reconduit au cabinet en octobre mais là encore, les choses ne s'arrangèrent pas et la situation au Liban se détériora.

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu au Liban à plusieurs reprises depuis l'explosion de Beyrouth et après avoir élaboré un plan pour sauver le pays, mais ce plan n'a pour l'instant rien donné.

À cet égard, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, doit retourner au Liban mercredi de cette semaine pour consulter des responsables libanais. Ses rencontres se limiteraient cette fois-ci au président et au président du Parlement, ce qui a suscité des critiques de la part de certains politiciens libanais.

Pour en savoir plus : Macron à Beyrouth : le message d'Israël au Hezbollah ?

Agacé par ces innombrables tergiversations, Paris haussa le ton à partir du mois de mars. Il a lancé un processus d’adoption de sanctions et élaboré une liste des dirigeants libanais visés par ces restrictions d'accès au territoire français. Ni le type exact des restrictions, ni le nombre et les identités des personnes concernées n'ont été mentionnés dans la communication de Jean-Yves Le Drian, rapporte le journal libanais Al Liwaa. Deux critères sont retenus par Paris : la corruption et le blocage de la formation du gouvernement. Aux yeux des responsables français, ces deux critères concernent en théorie de nombreux dirigeants du pays du Cèdre.

Al-Sharq al-Awsat indique que Le Drian a envoyé un message aux chefs de partis libanais qui dit que le plan de sortie de crise de la France est le seul plan restant sur la table des négociations pour former un gouvernement et qu'il serait préférable pour eux de reconsidérer leurs positions avant l’effondrement définitif du pays.

Comment les partis politiques au Liban vont-ils réagir au plan français ?

Les relations entre le président du Parlement libanais Nabih Berri et le Premier ministre par intérim Saad Hariri n'ont pas été rompues, malgré le fait que Hariri et Walid Jumblatt, président du Parti socialiste progressiste (PSP) n'ont actuellement plus aucun contact.

Il est peu probable que les sanctions de la France fassent accélérer le processus de formation d’un gouvernement libanais ou introduisent le pays dans une nouvelle transition politique. Cette hypothèse ne semble pas être à l’ordre du jour à moins qu’il ne décide de reporter la formation du gouvernement à la clarification des « négociations en cours dans la région ».

Les détails de l'initiative française au Liban n'ont pas encore été divulgués, mais selon les médias, elle appelle à une attention immédiate sur quatre domaines : l'aide humanitaire pour lutter contre l'épidémie de la Covid-19 ; la reconstruction des infrastructures après l'explosion du 4 août dernier à Beyrouth ; les réformes politiques et économiques ; et la tenue d’élections législatives anticipées.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/03/651832/L-impossible-mission-de-la-France-au-Liban

LE QG DU HEZBOLLAH A GAZA ?

La coopération militaire Hezbollah-Gaza s'élargit rapidement (Expert)

Saturday, 01 May 2021 6:24 PM  [ Last Update: Saturday, 01 May 2021 6:22 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La coopération militaire Hezbollah-Gaza s'élargit rapidement. (Illustration)

Un expert des questions de l’Asie de l’Ouest a déclaré que le Hamas avait pris une position plus proche du Hezbollah et de l’axe de la Résistance, ajoutant que la grande préoccupation des sionistes est la coopération militaire, stratégique et de défense entre les membres de l’axe de la Résistance contre Israël.

Concernant les attaques intenses auxquelles Qods occupée est témoin ces jours-ci et les affrontements féroces entre les Palestiniens et les militaires du régime sioniste, Jaafar Ghanadbashi a déclaré : « Tout cela est dû aux aventurisme et maximalisme illimités du régime sioniste, ce qui attise constamment le feu de la colère du peuple palestinien contre les sionistes. »

Le Hezbollah a changé de tactique face à Israël (Gantz)

L’axe de la Résistance est la ligne de front dans le projet de libération des territoires occupés de la Palestine.

PressTV / French / 20 avr.

« D’une part, les sionistes fréquentent la mosquée Al-Aqsa tous les samedis et dimanches, et ils ne respectent pas ce lieu saint et n’ont qu’une présence provocatrice, et de l’autre, ce régime factice poursuit sa politique de colonisation en Palestine et cherche à mettre en œuvre le plan d’annexion de la Cisjordanie, approuvé sous la présidence de Donald Trump », a précisé cet expert iranien.

Selon ce dernier, après le départ de Trump, Israël se sent plus en insécurité parce que l’ancien président américain a considérablement coopéré avec eux, dans des domaines tels que la fourniture d’armes aux sionistes et la normalisation des relations avec les pays arabes.

« Par conséquent, ces mesures, qui sont considérées comme une sorte de manœuvre politique, étaient devenues un avantage positif en faveur d’Israël pendant les années de présidence de Trump à la Maison-Blanche, ce qui a rendu les sionistes de plus en plus insolents et réduit le conflit interpartis en Israël », a ajouté M. Ghanadbashi.

Riposte du Hezbollah et de la Résistance à un Israël orphelin de Trump...

La Résistance palestinienne avertit Israël de sa forte riposte, si Tel-Aviv assassine les commandants de la résistance.

PressTV / French / 12 nov. 2020

« Mais après que Trump a quitté la Maison-Blanche, les divisions internes au sein du régime sioniste se sont fortement intensifiées, et ces jours-ci, les sionistes sont obligés de déplacer une partie de cette tension et crise hors d’Israël ».

En allusion aux récents tirs de missiles en direction d’Israël, l’expert des questions moyen-orientales a déclaré : « Après ces lancements de missiles, les sionistes craignent que l’axe de la Résistance, à savoir la Palestine, l’Iran et la Syrie, coopère le plus entre eux, d’autant plus que le Hamas a pris des positions plus proches du Hezbollah et de l’axe de la Résistance. »

Par conséquent, la grande préoccupation des sionistes réside dans la coopération militaire, stratégique et de défense des pays membres de l’axe de la Résistance contre Israël. D’autre part, les politiques du Hamas les inquiètent, car la nouvelle politique du Hamas contre Israël s’avère très tactique et calculée.

« L’ensemble du processus dont le déplacement de la crise hors d’Israël, la baisse du soutien de Trump aux sionistes, l’échec du Deal du siècle et la solidarité des groupes de résistance inquiète de plus en plus les sionistes, et leur réaction à cette préoccupation est d’attiser ce feu », a-t-il fait savoir.

Avis de tempête sur Israël : à quoi rime la méga réunion Gaza-Hezbollah à Beyrouth?

PressTV / French / 3 sept. 2020

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/01/651726/Isra%C3%ABl-axe-de-la-R%C3%A9sistance-Hamas-Syrie-Qods-Palestine

LA FRANCE MACRONITE MENACE DE SANCTIONNER DES PERSONNALITES LIBANAISES SANS PRECISER LESQUELLES

La France menace de sanctionner des personnalités libanaises, sans préciser lesquelles

 Depuis 5 heures  30 avril 2021

ledrian_maltes

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

La France a menacé de sanctionner des personnalités libanaises qu’elle accuse d’être impliquées dans la corruption ou le blocage politique au Liban.

Des mesures supplémentaires pourraient être adoptées, a précisé lors d’une visite à Malte le jeudi 29 avril le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, indiquant que Paris a commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives en matière d’accès au territoire français à l’encontre de personnalités libanaises.

Alors qu’une réflexion est déjà engagée avec l’Union européenne à ce sujet, « nous avons à titre national commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives en matière d’accès au territoire français à l’encontre de personnalités impliquées dans le blocage politique en cours, ou impliquées dans la corruption », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, selon un communiqué transmis à la presse cité par l’AFP.

« Les responsables du blocage doivent comprendre que nous ne resterons pas inactifs », a-t-il prévenu, en précisant qu’il n’était pas exclu que la France adopte « des mesures supplémentaires à l’encontre de tous ceux qui entravent la sortie de crise (…) en coordination avec (ses) partenaires internationaux ».

Le ministre français n’a pas précisé quelles sont ces personnalités visées par ces sanctions. Leur identification permettra de savoir à minima quelles sont celles que la France les considèrent ainsi.

Plus d’un an et demi après les premières manifestations contre la crise bancaire et la corruption de la classe politique, plus de huit mois après l’explosion dans le port de Beyrouth qui a fait plus de 200 morts, des milliers de blessés, et dévasté des quartiers entiers de la capitale en août dernier, le Liban reste englué dans sa plus grave crise depuis la fin de la guerre civile de 1975-1990.

Dans la plupart des gouvernements précédents, la distribution des portefeuilles était soumise à des compromis entre les différents partis politiques libanais, et à des ententes entre le président, le Premier ministre désigné, et le chef du Parlement.

Cette fois-ci, le Premier ministre désigné Saad Hariri, refuse tout compromis avec le président, Michel Aoun, et insiste pour nommer les ministres chrétiens, au motif qu’il ne veut pas lui accorder le tiers de blocage qui lui permet d’influer sur les décisions prises au sein du cabinet ministériel.  Pour sa part, le chef de l’Etat refuse de laisser M. Hariri gouverner à lui seul le pays. Il lui impute une part de responsabilité de l’effondrement économique du pays, d’autant que lui, son père Rafic Hariri et son camp ont dirigé la majeure partie des gouvernements depuis la fin de la guerre civile.

https://french.almanar.com.lb/2055462

SAYYED NASRALLAH SALUE LE COURAGE DES JERUSALEMITES ET LE SOUTIEN DE LA CISJORDANIE ET DE LA BANDE DE GAZA

S. Nasrallah salue le courage des Jérusalémites et le soutien de la Cisjordanie et de la bande de Gaza

 Depuis 2 heures  29 avril 2021

sayed

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a salué les habitants de la ville sainte d’al-Qods (Jérusalem) qui font face aux forces d’occupation israéliennes depuis le début du mois de Ramadan.

esplanade_palestiniens-jpg1esplanade_palestiniensaqsa_palestiniens

Dans son allocution télévisée hebdomadaire du mercredi, spéciale mois du ramadan, au cours de laquelle il aborde des thèmes exclusivement religieux, Sayed Nasrallah s’est toutefois arrêté toutefois sur les récents évènements en Palestine occupée, ponctués par des affrontements entre les Jérusalémites d’une part et les colons et les policiers et militaires israéliens de l’autre.

Ces derniers entravent leur accès à l’esplanade de mosquées et à la mosquée al-Aqsa pour y effectuer leurs prières pendant ce mois béni en érigeant des barrières de fer sur les routes et les portes menant à l’esplanade. Les affrontements se sont surtout concentrés sur Bab al-Amoud. C’est aussi cette porte qu’empruntent les colons israéliens chaque fois qu’ils veulent se rendre vers l’esplanade.

aqsa_priere_fajr

Les Jérusalémites ne quittent plus la mosquée al-Aqsa depuis le début du mois de Ramadan

 

« Devant ce qui se passe à Al-Qods, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, on ne peut que saluer, rendre hommage et exprimer tous les respects et l’estimation à la grande bravoure et la grande volonté des Jérusalémites et surtout celle de ses jeunes qui sont présents sur les places et qui affrontent, les bras nus,  les soldats de l’ennemi, armés jusqu’aux dents », a-t-il dit.

Le numéro un du Hezbollah a aussi salué la solidarité de la Cisjordanie avec al-Qods ainsi que « l’entrée en scène de la bande de Gaza pour imposer des équations ».

En soutien aux Jérusalémites, des affrontements ont éclaté entre les Palestiniens et les soldats israéliens de l’occupation dans plusieurs régions de la Cisjordanie occupée.
Dans la bande de Gaza, des factions de la résistance ont tiré des dizaines de roquettes sur les zones et les colonies avoisinantes, sans faire de victimes. Toujours en solidarité avec leurs compatriotes de la ville sainte.

« Toutes ces questions devraient jouir d’une attention particulière. Nos en parlerons en détails dans la journée d’al-Qods », a ajouté sayed Nasrallah.

aqsa_priere_fajr-jpg1

Journée d’al-Qods

Cette journée est célébrée annuellement le dernier vendredi du mois de Ramadan, qui correspondra cette année au 7 mai prochain. Elle est dédiée à cette ville sainte qui est considérée comme la première qibla des Musulmans. Sa mosquée al-Aqsa étant aussi le site de l’ascension du prophète Mohamad au ciel, connue sous le terme al-Isra’ wal Miiraj.
Elle a été promulguée par l’imam Khomeiny au lendemain de la victoire de la révolution islamique en Iran pour marquer le soutien de la oumma islamique aux droits du peuple palestinien.

Les jeunes jérusalémites fêtant la levée des barrières de fer

Les jeunes jérusalémites fêtant la levée des barrières de fer

Les Jérusalémites ne quittent pas al-Aqsa

Les affrontements à Jérusalem avaient connu un pic à la fin de la semaine passée, lorsque des colons d’une organisation extrémistes ont manifesté non loin de Bab al-Amoud en scandant des slogans hostiles aux Palestiniens : « A mort les Arabes ». Les Jérusalémites sont alors descendus dans les rues en grand nombre et des escarmouches s’en sont suivis, en arrivant parfois jusqu’au corps à corps.

Le dimanche, après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé, à l’issue de l’évaluation de la situation au cabinet sécuritaire, à « se calmer à Jérusalem », le commissaire de la police de l’occupation israélienne a donné l’ordre de lever les barrières de fer dans cette région.

Depuis, l’affluence de Jérusalémites à l’esplanade continue de plus fort, malgré la répression de la police israélienne qui continue d’arrêter les jeunes et de les agresser.Le 28 avril, elle a capturé le secouriste de la défense civile, Louay Jaafirat après l’avoir molesté. (Photo à droite). Mais les Palestiniens ne quittent plus l’esplanade ni de jour ni de nuit.

Le jérusalémite Ouday Abou Tayeh a été arrêté par les forces de l'occupation

Le Jérusalémite Ouday Abou Tayeh arrêté par les forces israéliennes

Menaces d’expulsion

 

palestinien_agresse

Le jeune jérusalémite Fadi Mohaysein agressé par un gardien des colons dans la localité de Salwane, au sud de la mosquée al-Aqsa (Source: Palinfo)

 

En plus de la menace qui pèse sur la mosquée al-Aqsa et l’esplanade des mosquées que les extrémistes juifs veulent détruire pour édifier à leur place leur temple de Salomon, les Jérusalémites craignent plus que jamais leur expulsion des derniers quartiers ou ils résident encore à l’est d’al-Qods. D’autant que l’entité sioniste a déclaré que Jérusalem devrait être sa capitale.

Le quartier cheikh Jarrah est particulièrement visé ces temps-ci. Situé au nord de la vieille ville, il constitue l’une de ses principales entrées. En 2008-2009, 3 de ses familles palestiniens ont été expulsées et leurs maisons ont été octroyées à des familles de colons. Cette année, ce sont 12 familles qui ont été sommées d’évacuer leur maison par les tribunaux israéliens.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2054692

L’ARABIE SAOUDITE EXIGE QUE LE HEZBOLLAH LIBANAIS SOIT ELOIGNE DE L’ARMEE AFIN DE LUI FOURNIR DE L’AIDE !

L’Arabie saoudite exige que le Hezbollah soit éloigné de l’armée afin de lui fournir de l’aide!

 Depuis 1 jour  28 avril 2021

Des soldats de l'armée libanaise

Des soldats de l'armée libanaise

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

Rédaction du site

Le commandant en chef des forces armées libanaises, le général Joseph Aoun, s’est entretenu avec l’ambassadeur saoudien au Liban Walid al-Bukhari. La réunion qui a eu lieu, loin des médias, a été axée sur « l’aide demandée par l’armée des pays frères et amis du Liban ».

Selon les informations révélées par le quotidien libanais AlAkhbar, l’ambassadeur saoudien a transmis au général Aoun les salutations des dirigeants saoudiens, affirmant que « le Royaume est prêt à étudier de fournir diverses formes d’aide à l’armée, dont un appui direct pour alimenter le fonds de soutien aux militaires ».

Mais M.Al-Bukhari a fait état d’un problème qui entrave l’assistance saoudienne. Selon lui, « l’armée est dominée par les partisans du Hezbollah qui s’immiscent dans le travail de l’institution militaire ».

Le commandant de l’armée lui a répondu que « le Hezbollah n’avait pas d’agents au sein de l’armée. Tout le monde sait que le Hezbollah ne peut pas s’ingérer dans le travail de l’armée, ni dans les formations de ses officiers et de ses soldats ».

Et de poursuivre : « Certaines parties occidentales évoquent cette idée, vu que les proches de certains officiers et soldats sont des partisans du Hezbollah…et tel est le cas dans la majorité des familles chiites au Liban ».

La décision d’Al-Bukhari s’inscrit dans le contexte des «ordres» américains qui ont été imposés à de nombreux pays arabes et occidentaux pour qu’ils fournissent un soutien matériel et financier à l’armée libanaise.

Les Américains veulent que leurs alliés octroient une assistance à l’armée libanaise, afin de faire éviter à l’administration américaine les obstacles auxquelles elle sera confrontée au Congrès, ce qui pourrait retarder l’arrivée du soutien à l’institution militaire.

Dans ce contexte, l’Irak a annoncé, mardi 27 avril, l’allocation de 2,4 millions de dollars d’équipements militaires et de fonds à l’armée libanaise.

Le Maroc a auparavant fourni une aide alimentaire pour l’armée, à la demande du roi Mohammed VI.

 

Source: Traduit à partir d'AlAkhbar

  

french.almanar.com.lb/2054186

LE HEZBOLLAH LIBANAIS A UN EVENTAIL DE SCENARIOS ANTI-ARMEE ISRAELIENNE"

"Le Hezbollah a un éventail de scénarios pour nuire à l’armée israélienne"

Wednesday, 28 April 2021 6:18 PM  [ Last Update: Wednesday, 28 April 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drapeau du Hezbollah libanais flotte à la frontière entre les territoires occupés et le Liban. ©AFP

Le Hezbollah libanais a développé ses stratégies militaires et essaie d’atteindre les territoires occupés via de nouvelles voies, ont averti un groupe de commandants de l’armée israélienne. 

Ce mercredi 28 avril, un groupe de commandants de l’armée israélienne se sont retrouvés dans une réunion en présence du lieutenant-général Aviv Kochavi, chef d’état-major de l’armée israélienne. 

Les commandants présents à cette réunion ont déclaré à Kochavi que le Hezbollah avait commencé à exploiter de nouvelles voies dont des montagnes et des zones difficiles à parcourir pour atteindre les frontières des territoires occupés par Israël. 

Lire aussi: Le Hezbollah a changé de tactique face à Israël (Gantz)

Selon les commandants israéliens, le Hezbollah recrute les bergers locaux et les équipes d’identification pour les missions de collecte d’information auprès des forces israéliennes déployées dans les zones frontalières. 

« Le Hezbollah a de nouvelles stratégies et d’importants plans pour nuire aux forces de l’armée israélienne », ont-ils ajouté. 

Selon le site d’information israélien Walla, « l’armée israélienne est convaincue que le Hezbollah a développé ses stratégies de combat afin qu’il puisse engager ses combattants dans de nouveaux affrontements ; ce qui représente une menace réelle pour les colonies et les bases de l’armée israélienne situées non loin de la frontière du Liban ». 

Lire aussi: « Le Hezbollah se moque d'Israël et le sait incapable d'une grande guerre », (G.israelien)

« Bien que le Hezbollah ait ses propres problèmes, il conçoit et prépare différents scénarios : prendre pour cible les soldats israéliens, capturer les militaires israéliens, s’infiltrer dans l’armée et abattre les drones de l’armée ». 

Les commandants israéliens réaffirment que le Hezbollah agit avec précaution et fait collecter des informations par ses drones afin d’examiner les réactions de l’armée israélienne.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/28/651522/Israel-Hezbollah-armee-drone-guerre-Liban

LIBAN : L'ARME INCONNUE DU HEZBOLLAH?

Cette nouvelle arme non balistique dont a peur Israël?

Friday, 23 April 2021 4:15 PM  [ Last Update: Friday, 23 April 2021 4:15 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Israël redoute la capacité du Hezbollah à mener des guerres électroniques. (Photo d'illustration)

La capacité du Hezbollah à mener des guerres électroniques a suscité une vague d’inquiétude auprès des hauts responsables du régime sioniste.

Evoquant les propos du ministre sioniste des Affaires militaires sur les tentatives du Hezbollah de défier Israël par de nouvelles méthodes en matière de sécurité, l’expert iranien en Asie de l’Ouest, Hassan Hanizadeh a déclaré : « Le Liban est entré dans une nouvelle phase de mise à niveau de ses capacités défensives et montre sa tendance à des guerres électroniques et l’utilisation des drones sophistiqués et des missiles balistiques, d’où l’inquiétude des responsables à Tel-Aviv.»

« Bien entendu, il n’est pas important que le Hezbollah atteigne ce niveau de défense contre Israël qui reçoit toutes sortes d’aides logistiques militaires et de renseignement de la part de l’Europe et des États-Unis », a-t-il indiqué en notant : « Naturellement, les capacités de guerre électronique du Hezbollah ont suscité inquiétude et panique parmi les hauts fonctionnaires du régime sioniste. »

Le Hezbollah a changé de tactique face à Israël (Gantz)

L’axe de la Résistance est la ligne de front dans le projet de libération des territoires occupés de la Palestine.

PressTV / French / 20 avr.

Hanizadeh affirme que dans la conjoncture actuelle, « si une guerre éclate entre Israël et le Hezbollah, le Hezbollah peut utiliser ses outils pour cibler les profondeurs des territoires occupés : par conséquent, l'un des défis sérieux auxquels sont confrontés les Sionistes est la centrale nucléaire de Dimona qui dans le passé était considérée comme un symbole de la puissance du régime sioniste ».

Lire aussi : Tomer et Dimona visées: Israël ne peut pas assurer sa sécurité (The Independent)

Et lui de poursuivre que mais ces jours-ci, ce symbole du pouvoir du régime sioniste est devenu son talon d'Achille ; un missile balistique tiré par le Hezbollah, le Hamas ou le Jihad islamique pourrait donc provoquer un grand désastre pour le régime sioniste dans cette centrale nucléaire.

Lire aussi : 1ère attaque au missile balistique tactique contre Israël, Dimona visé, les règles du jeu change

Soulignant que les Sionistes semblent être extrêmement vulnérables dans les guerres asymétriques et électroniques, il a déclaré que le régime sioniste était particulièrement inquiet du renforcement du pouvoir dissuasif du Hezbollah et du Hamas, et qu'il tentait d'affaiblir ce pouvoir à tout prix.

Cependant, l'expérience de la Résistance au Yémen a montré qu'avec le déploiement des équipements disponibles et la mise à niveau du niveau militaire, un important quota de terrain peut être capturé, ce que les forces de la Résistance yéménite ont montré lors de la guerre sur le terrain avec l'Arabie saoudite, en changeant la donne en leur faveur.

Lire aussi : 3e raid contre Israël en 48 heures

Le Hamas et le Hezbollah sont dans la même situation, ajoute-t-il, le régime sioniste est donc profondément préoccupé par le renforcement des capacités militaires et du pouvoir électronique parmi tous les groupes de résistance.

« Le Hezbollah essaie de défier le système de sécurité d'Israël par de nouvelles méthodes », a averti Benny Gantz, ministre sioniste des Affaires militaires à la fin d’une visite effectuée dans le QG de l’armée israélienne sur les frontières entre le Liban et les territoires occupés.

La visite de Gantz à la frontière libanaise a coïncidé avec la fin de formation de la brigade Nahal; les forces qui simulent la guerre avec le Liban.

Dimona frappée: Qods s’embrase

Le bilan des Palestiniens qui ont été blessés par les militaires israéliens s’est alourdit à 105.

PressTV / French / 11:11

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/23/650139/Hezbollah-Israel-guerre-electronique

LE HEZBOLLAH LIBANAIS PREPARE LA GUERRE ?

La Résistance libanaise casse le régime des sanctions US, défie le dollar ... et prépare la guerre

Sunday, 18 April 2021 1:38 PM  [ Last Update: Sunday, 18 April 2021 1:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Hezbollah prépare-t-il la Grande guerre?( Harbi press)

Depuis 2 jours, les milieux US/Israël se sentent totalement pris de courts par une initiative anti sanction US du Hezbollah qui fait des remous ; A l'image du Venezuela de 2020 où le régime des sanctions américains a été réduit à néant lorsque l'Iran a envoyé sous le nez et la barbe de la IVe flotte US cinq de ses navires cargos livrer de l'essence aux Vénézuéliens, initiative qu'il a conjugué dans la foulée par l'ouverture d'un grand espace commercial, le Sud du Liban devient une zone anti sanction : Depuis deux jours la Résistance libanaise distribue des cartes de rationnement, offre des produits iraniens de bon marché et ouvre ainsi une brèche dans l'édifice des sanctions américaines qui n'en déplaise à l'ambassadrice Shéa, commerce à gravement ternir l'image US auprès des Libanais. Car alors même que la Résistance libanaise vole au secours des Libanais à l'aide d'une Syrie et d'un Iran qui contribuent à l'initiative, le clan US/France continue par Hariri interposé à bloquer tout mécanisme, quitte à provoquer le break down de l'Etat libanais, à punir leurs propres relais locaux.

Israël : RQ-170 iraniens frappent!

Israël : RQ-170 iraniens frappent!

 

Le paradoxe est trop criant pour laisser le camp d'en face indifférent. Ainsi ArabNews va de son commentaire et dit : " Le Hezbollah libanais s’est préparé à un effondrement total de l’État qui se déchire, en émettant des cartes de rationnement pour la nourriture, en important des médicaments et en stockant du carburant de son protecteur, l’Iran, ont déclaré à Reuters trois sources proches du plan du Hezbollah. Ces mesures, qui répondent à une grave crise économique, marqueraient une expansion des services fournis par le mouvement via un réseau qui compte déjà des organismes de bienfaisance, une entreprise de construction et un système de retraite. Ces étapes mettent en évidence les craintes croissantes d'une implosion de l'État libanais, dans lequel les autorités ne peuvent plus importer de nourriture ou de carburant afin d’assurer le courant électrique dans le pays." 

Le Hezbollah et à travers lui le Liban rallie-t-il ainsi le corridor maritime anti sanction qui s'étend désormais du golfe Persique à la Méditerranée pour aller vers les Caraïbes? Visiblement. La guerre anti US anti Israël de la Résistance est entrée là dans des zones jusqu'ici interdites, à savoir l'économie dont au Liban, on connaît la dépendance totale envers les instances sangsue que sont le FMI et la Banque mondiale. Mais l'économie de la Résistance  telle que la pratique le Hezbollah est aussi  un coup porté au cœur même du dollar. Car il s'agit d'une économie qui contourne largement les banques et se moque du billet vert. Mais est-ce réellement la crainte d'un effondrement de l'Etat libanais qui motive la Résistance libanaise à constituer des réserves de carburants et de denrées alimentaires?

Aïn al-Asad: le

Aïn al-Asad: 

Une fois de plus une attaque de drone a pris pour cible des troupes américaines à al-Anbar en Irak.

Certaines sources en doutent dans la mesure où les plans US/Israël contre l'Etat libanais commencent à s'épuiser : le 4 août l'axe US/Israël a tenté une explosion atomique pour désarmer le Hezbollah et ce sur fond des manœuvres de déstabilisations, des manifs, des tentatives d'infiltrations sans qu'aucun de ces démarches n'aboutisse. A défaut de pouvoir se maintenir en Irak où la Résistance chasse à coup de drones et de missiles les GI's ou encore en Syrie où les plus grandes bases de contrebande US du pétrole syrien sont de plus en plus exposés aux missiles de la Résistance syrienne, l'axe US/Israël finira-t-il par tenter une action directe? 

Il y a deux semaines, ce même axe a cherché à renverser le roi de Jordanie via un coup d'Etat raté et alors même qu'Amman venait d'envoyer une délégation économique de haut rang en Syrie et ce, pour booster les liens bilatéraux qui on s'en doute affaiblissent largement le régime des sanctions US. Cette Jordanie contre qui le couple US/Israël a attenté venait tout juste se pencher sur un accord militaire particulièrement acerbe et en 19 articles soumettant le ciel, la mer et le sol jordanien au bon vouloir des troupes US. Beaucoup y ont vu une tentative US de coloniser la Jordanie puisque l'Irak et la Syrie tendent à se refermer sur l'Amérique. 

Peu avant ce coup anti jordanien dont Abdellah II ne s'est pas encore remis, le général McKenzie se rendait au sud Liban à bord d'une flope de six hélicoptères affrétés par une armée libanaise que l'axe US/OTAN choie de plus en plus à l'effet de la dissocier de l'Etat. Ce convoi de six hélicoptères bourrés d'agents de la CIA et des topographes ont survolé  la zone Ghazzee-Mazraat Deir al Ashayer. Une zone stratégique surplombant la frontière libano-syrienne, qui se trouve à quelques dizaines de kilomètres seulement de la capitale syrienne, Damas, et qui pourrait servir de base (de façade) à l’armée libanaise sous contrôle américain.

La Syrie a brisé la

 

Pourquoi les USA viennent-ils de signer un accord militaire avec la Jordanie qui livre le ciel, la terre et la mer jordaniens aux Américains?

C’est également la zone qui relie la vallée de la Bekaa au sud du Liban et qui est très proche du Jabal al-Cheikh, où l’on croit que le Hezbollah dispose de nombreuses bases pour ses missiles stratégiques. L’ambassade des USA à Beyrouth a déclaré que le commandant en chef de l’US CENTCOM « inaugurait une pompe à eau financée par la USAID », pourtant déjà fonctionnelle depuis deux ans pour approvisionner en eau un village à moitié vide. Il n’est pas certain que l’inauguration d’une pompe à eau financée par les USA entre dans les attributions du général McKenzie, même si le Commandement central des USA est l’un des deux commandements de combat dont le quartier général n’est pas physiquement situé dans sa zone de responsabilité, mais plutôt en Floride.

Le Hezbollah se prépare-t-il à une face-à-face directe avec l'axe US/Israël? Possible. Il semblerait que le moment est venir pour que la Syrie rende la monnaie de la pièce du Hezbollah qui a fait don de la vie des dizaines de ces combattants pour la Syrie tienne debout. Samedi, les habitants  du Golan ont descendus célébrer l'anniversaire de l'expulsion de la puissance colonialiste française et ont saisi l'occasion pour réitérer leur allégeance à la Syrie et leur réprobation face à Israël.  les habitants de Quneïtra au sud du Golan, avaient organisé en juin 2020 un rassemblement anti-américain et anti-israélien, au cours duquel ils avaient qualifié le sud de la Syrie de « porte de bataille avec l’occupant sioniste ». Le mot le plus entendu, selon des témoins aura été "la Résistance".

1er clash USA/Hezbollah?

1er clash USA/Hezbollah?

Le Hezbollah dispose des dizaines de bases en Syrie et surtout au Golan, base potentiellement explosives pour Israël qui à l'heure qu'il est, se demande comment faire face à une guerre multi front qui s'étend désormais non seulement du Nord au Sud mais encore à l'est vers les frontières irakiennes ou encore vers la mer Rouge où Ansarallah rogne le frein pour en découdre avec l'entité. Puis ces monts proches de Jabal al Cheikh, ils auraient peut-être caché en leur sein des sous sous terrain de missiles mais le fait de les localiser ne garantit nullement le succès d'une frappe par exemple à la bombe anti bunker. Pourquoi? parce que le Hezbollah n'est pas né de la dernière pluie et que le clash final avec Israël il le prépare depuis longtemps. Après tout, ce n'est pas uniquement les Hachd ou Ansarallah qui se sont mis à l'heure des drones. Des nuées fatidiques pourront aussi partir du sud du Liban vers Haïfa, Tel-Aviv. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/18/649719/Golan%C2%A0--les-Syriens-soutiennent-Assad

LIBAN : ECHEC DU PLAN SIONISTE

1430 km², champ de bataille gazier Israël/Liban

Saturday, 17 April 2021 4:22 PM  [ Last Update: Saturday, 17 April 2021 4:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'échec des pourparlers entre Tel-Aviv et Beyrouth sur la démarcation maritime. (Illustration)

L'échec du régime sioniste dans les négociations indirectes sur la démarcation des frontières maritimes avec le Liban l’a conduit à recourir à la tactique de chantage avec Beyrouth.

Ces dernières semaines, la question du tracé des frontières maritimes a de nouveau été soulevée dans les cercles politiques libanais, ainsi que dans les territoires occupés; les pourparlers indirects entre Beyrouth et Tel-Aviv sur la démarcation des frontières maritimes ayant été suspendus en raison des termes et des conditions fixés par l'équipe de négociation sioniste.

Lire aussi : Démarcation des frontières: négociations indirectes entre le Liban et Israël

A l’aide des intermédiaires, Tel-Aviv a pourtant envoyé des messages au Liban avec pour contenu les mêmes termes et conditions extravagants, auxquelles le président libanais a répondu en déclarant la position claire et transparente de Beyrouth.

«Nous ne céderons jamais aux chantages d'Israël et nous n'accepterons pas ses conditions, nous soulignons que les intérêts nationaux du Liban doivent être réalisés et que tout accord avec Tel-Aviv sur la démarcation des frontières maritimes sera conclu dans le cadre de la souveraineté nationale libanaise”, a déclaré le président libanais Michel Aoun.

Lire aussi : Le corridor énergétique de la Résistance s'élargit

«Lors des négociations sur la démarcation des frontières maritimes avec le régime sioniste, nous n’ignorons en aucun cas les intérêts du Liban et sa souveraineté nationale, Israël ne devrait pas extraire de pétrole et de gaz des eaux contestées”, a-t-il indiqué plus tard mercredi 14 avril.

Lire aussi : Le forage du premier puits de pétrole au Liban (ministère libanais de l’Énergie)

Bien que les pourparlers indirects entre le Liban et le régime sioniste doivent inclure les frontières terrestres, ils se sont jusqu'à présent limités aux frontières maritimes. La portée géographique des frontières terrestres entre le Liban et les territoires occupés ayant été approuvée par les Nations unies, les pourparlers se limitent uniquement aux frontières maritimes.

Il s’agit donc d’une zone économique en mer qui couvre une superficie d’environ 70 kilomètres carrés sous forme d’un triangle composé de 3 points; le Liban tente aujourd’hui d'en exploiter les richesses pétrolières et gazières alors qu’il est confronté au défi qui provient de l’extravagance des dirigeants à Tel-Aviv. Ces derniers ne sont en aucun cas disposés à accepter les droits légaux du Liban sur ces frontières. D’où l’échec des pourparlers sur la démarcation.

Mais le Liban est aussi confronté à l’ingérence des États-Unis qui en y jouant le rôle de médiateur, soutiennent ouvertement le régime sioniste pour le tracé des frontières maritimes entre le Liban et les territoires occupés; Washington ayant récemment affirmé que les positions de la délégation libanaise lors des pourparlers n'étaient pas uniformes et unifiées. En effet, la rhétorique anti-Beyrouth fait partie d’un vaste plan américain visant à décrédibiliser les responsables à Beyrouth et dresser l'opinion publique libanaise contre le gouvernement.

Pour faire pression sur le gouvernement libanais et le pousser à accepter les conditions de Tel-Aviv, Washington est allé jusqu’à avancer la visite du secrétaire d'État adjoint David Hill qui devait se rendre à Beyrouth à la mi-avril. 

«Le principal objectif de la visite de David Hill au Liban est de faire pression sur les autorités libanaises sur la question du tracé des frontières maritimes avec le régime sioniste; une question dans laquelle les Américains sont déjà intervenus”, a écrit le journal libanais Al-Binaa.

Selon le journal, Hill a tenté d'empêcher les responsables libanais de signer un ordre modifiant la carte de la frontière maritime. La pression américaine sur les Libanais devrait, estime le journal, s'intensifier pour arrêter le processus de modification de la carte de la frontière maritime au profit de Beyrouth.

Quoi qu’il en soit, la pratique de chantage des sionistes s’est heurtée à la ferme réaction de Michel Aoun; Washington et Tel-Aviv s’évertuent maintenant d’atteindre leurs objectifs de tracer des frontières maritimes à l’aide de leurs pivots au Liban qui sont chargés d’intensifier la pression sur le président Aoun.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/17/649686/Liban-Tel-Aviv-d%C3%A9marcation-maritime