LIBAN

LIBAN

LE HEZBOLLAH DEPLORE LA MORT D’ANIS NACCACHE : UN COMBATTANT QUI A DEFENDU LA CAUSE PALESTINIENNE ET LA SYRIE

Le Hezbollah déplore la mort d’Anis Naccache: un combattant qui a défendu la cause palestinienne et la Syrie

Le Hezbollah déplore la mort d’Anis Naccache: un combattant qui a défendu la cause palestinienne et la Syrie

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le Hezbollah déplore le décès du grand penseur et chercheur M. Anis Naccache, président du réseau Aman pour les études stratégiques, mort des suites de coronavirus. Le Hezbollah présente ses condoléances les plus sincères à sa famille, à ses amis et à ses bien-aimés.

«Le défunt était un des penseurs et des chercheurs les plus éminents de notre région. Il a réalisé plusieurs recherches et études stratégiques importantes qui ont offert une addition qualitative à la confrontation globale avec l’ennemi sioniste», a affirmé le Hezbollah dans un communiqué.

Et de poursuivre : «Le cher frère Monsieur Anis Naccache a passé de longues années de sa vie à lutter, à résister et à combattre. Il a porté la cause palestinienne dans son cœur et dans son esprit, incitant les Libres de par le monde à la soutenir et à défendre son peuple opprimé. Il s’est acharné dans la défense de la noble résistance et de ses options politiques et jihadistes au Liban et dans les instances et les tribunes locales et internationales. Il s’est également tenu à côté de la République islamique d’Iran face au blocus et à l’agression, promouvant ses principes justes et ses valeurs sublimes. De même, il a fait face aux complots tramés contre la Syrie dans la guerre mondiale menée à son encontre par le terrorisme et ses parrains internationaux et régionaux.

Que Dieu, le Tout Puissant lui accorde son infinie miséricorde et l'accueille dans son éternel paradis.

https://french.alahednews.com.lb/38822/319

DECES DU GRAND ANALYSTE LIBANAIS, ANIS NACCACHE, DES SUITES DU CORONAVIRUS

Décès du célèbre analyste libanais, Anis Naccache, des suites du coronavirus

Décès du célèbre analyste libanais, Anis Naccache, des suites du coronavirus

folder_openLiban access_timedepuis 12 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec SANA

Le célèbre analyste libanais Anis Naccache est décédé lundi à Damas des suites du coronavirus, a rapporté l'agence officielle syrienne Sana.

Il y a deux jours, le défunt Naccache (70 ans) était entrée dans l’unité de soins intensifs d’un des hôpitaux de Damas, en raison de la détérioration de son état de santé en raison de son infection par le coronavirus, a précisé Sana, citant le ministère syrien de l’Information.

Anis Naccache était connu par ses positions nationalistes soutenant la Résistance, la Syrie et la cause palestinienne.

Il est né à Beyrouth en 1951 et a rejoint l’action estudiantine et organisationnelle libanaise, il était le coordinateur du réseau «Al-Aman» pour la recherche et les études stratégiques.

Sa lutte a commencé à la fin des années 1970 contre l’ennemi sioniste et il a joué un rôle important dans la coordination entre les dirigeants de la résistance palestinienne et la Révolution islamique iranienne jusqu’au milieu des années 90.

https://french.alahednews.com.lb/38810/344

 

SAYED NASRALLAH : LES MAL DITS ET LES NON DITS DES MEDIAS ISRAELIENS

Discours de Sayed Nasrallah: les mal-dits et les non-dits des médias israéliens

 Depuis 2 jours  19 février 2021

sqyed

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Leila Mazboudi

Fidèles à leur habitude, les médias israéliens se sont intéressés au contenu du discours du chef du Hezbollah, leur ennemi numéro un.

Sayed Hassan Nasrallah avait d’ailleurs consacré une partie de son discours du mardi 16 février pour répondre aux menaces israéliennes de « jours de combats », proférées par le chef d’état-major israélien Aviv Kochavi et qui avaient escorté les manœuvres militaires de grande ampleur réalisées au cours de ce mois-ci. Elles ont simulé une guerre contre l’Iran, la Syrie et le Liban et prenant en compte des tirs depuis l’Irak et le Yémen. Puis elles ont été couronnées par des exercices de trois jours, baptisées Tempête d’éclair, consacrés à la simulation d’une guerre contre le Hezbollah, sur le front nord de la Palestine occupée.

Impliquant toute la panoplie d’armements de la force aérienne israélienne, elles ont été amplement médiatisées, constate le journal libanais al-Akhbar. Pour des considérations de dissuasion. L’entité sioniste est « debout sur une seule jambe », selon le terme de S. Nasrallah, depuis qu’il a menacé de venger la mort d’un combattant du Hezbollah dans un raid aérien israélien à proximité de Damas, en juillet 2020.

Sur ces exercices, les médias israéliens ont retenu lorsque Sayed Nasrallah les a qualifiés de «jeu dangereux » et de « jeu avec le feu ».
Ils se sont presque tous intéressés à sa mise en garde, qu’au cas où Israël déclenche la guerre, « son front intérieur verra des choses qu’il n’a jamais vues depuis sa création en 1948 ». Rappelant aussi qu’il avait dit auparavant que « nous ne cherchons pas à nous battre avec Israël », selon le rapport de la Treizième chaine de télévision israélienne.

Cette dernière retient aussi sa menace de rendre la pareille à ‘Israël’, et de bombarder les villes s’il bombarde les sites civils libanais.

« Si Israël bombarde des villes au Liban, nous bombarderons des villes en Israël, et s’il bombarde des villages au Liban, nous bombarderons des agglomérations en Israël. Si l’armée israélienne bombarde nos cibles militaires, nous pouvons également attaquer les cibles militaires d’Israël…Personne ne peut garantir que quelques jours de combat entre nous et Israël ne conduiront pas à une guerre plus large » », a-t- rapporté la télévision israélienne du discours de Sayed Nasrallah.

Constat lexical : Sayed Nasrallah n’a pas dit le mot agglomérations mais colonies. Il n’a pas non plus répété comme dans la traduction le mot ‘Israël’ à 5 reprises. Il parlait à la seconde personne du pluriel, après s’être adressé à Kokhavi.

Constat thématique : les médias israéliens ont omis de rapporter ce que le chef du Hezbollah avait dit en prélude à ce paragraphe, en réponse aux déclarations du chef de l’état-major israélien qu’Israël « ne va plus distinguer dans la prochaine confrontation entre les cibles civiles et militaires ».

« Israël n’a jamais respecté le droit international. Il a détruit des villes et tué des civils dans toutes ses guerres. »

Israël a tué des juifs …et ses alliés aussi

Autre omission majeure dans les médias israéliens sur ce discours. La partie où il a assuré que des juifs sionistes ont bel et bien tué des juifs qui ne l’étaient pas.

Sayed Nasrallah a dit :
« A la base des mémoires d’un certain nombre de responsables du Mossad et à la base d’articles qui sont écrits de nos jours aussi dans certains journaux de l’entité de l’ennemi et de certains livres, Israël ne tue pas seulement ses agents. Il tue son propre peuple, ses propres gens, il tue des juifs… Des juifs. Il les tue pour servir son projet…. En Egypte, ils ont tué des juifs. C’est inscrit dans les procès, les investigations, les aveux et les mémoires. Parce qu’il y avait des juifs égyptiens qui n’ont pas accepté d’émigrer en Palestine. Ils ont alors exécuté des assassinats et des explosions contre eux pour qu’ils y aillent. En Irak, il en a été de même avec des assassinats et des attentats aux explosifs pour les pousser à aller en Palestine. Et en Europe de l’est et de l’ouest, ils ont aussi exécuté des attentats pareils ».

Le numéro un du Hezbollah rapporte aussi des attentats similaires, sous fausse bannière, contre des alliés d’Israël, pour les attribuer aux pays arabes et empoisonner leurs relations avec eux.

« Et en plus ils ont fait ceci aussi avec des pays qui soutiennent le projet israélien comme les Anglais et les autres. Les appareils israéliens ont exécuté dans les années 50 et 60 des attentats aux explosifs et des assassinats contre des occidentaux qui soutenaient Israël dans le but de monter ces pays occidentaux contre l’Egypte, contre l’Irak ou d’autres pays arabes. Ceci est inscrit dans les livres », a-t-il rapporté aussi.

« Vous savez quoi de l’histoire d’Israël et du sionisme et de ses massacres, non seulement contre les Musulmans, les Chrétiens et les Arabes, mais aussi contre les juifs eux-mêmes qui refusaient d’émigrer en Israël et qui refusaient l’idée d’Israël et qui vivent actuellement dans de nombreux endroits dans le monde ».

Et de conclure: « Oui le cerveau israélien est capable de faire ceci. Si vous ne le savez pas, c’est parce que vous êtes ignorants ».

Echecs des tentatives pour affaiblir le Hezbollah

Sayed Nasrallah s’adressait dans cette séquence de son allocution à l’intérieur libanais, secoué par l’assassinat d’un militant libanais chiite, Lokmane Slim, qui était farouchement hostile au Hezbollah et à son environnement populaire.

En boucle, dans ce qui semble faire partie d’une campagne orchestrée « par une même chambre», selon la description de sayed Nasrallah, les adversaires de la voie de la résistance au Liban se sont mis attribuer au Hezbollah la responsabilité de ce crime, arbitrairement. Sachant que le Hezbollah a publié un communiqué pour le dénoncer et porté plainte devant la Justice libanaise contre ceux qui l’accusent sans preuve. Les partisans de la résistance avaient alors répliqué dans les médias et sur les réseaux sociaux en disant qu’il a été liquidé par ses propres alliés, « ses commanditaires ».

Etant un pro américain convaincu et prônant la normalisation avec ‘Israël’, il avait appelé à la décimation de la communauté chiite lors d’une conférence dans un pays du Golfe. Mais personne de cette communauté n’était au courant de ses déclarations haineuses à leur encontre. Son influence en son sein était quasi nulle. Il était du coup incapable de la diviser pour la monter contre le Hezbollah. Un objectif auquel aspire les Américains au Liban dans une énième tentative d’affaiblir le Hezbollah.

Des observateurs avisés ont prévenu depuis quelques semaines qu’une nouvelle vague d’assassinats était prévisible dans les rangs des adversaires pro occidentaux de la résistance, pour provoquer une onde de choc au cœur de l’opinion publique libanaise et la monter contre le parti de la résistance libanaise. Un scénario qui ressemble à ce qui s’était passé lors de l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri et qui devait remédier aux échecs essuyés par toutes les tentatives antérieures.

Depuis celle de confisquer le mouvement de contestation qui a éclaté, fin 2019, et qui a été exacerbé par une crise économique et financière sans précédent. Une crise causée, entre autres, par l’un des fidèles alliés aux occidentaux, qui avait toujours été encensé dans ses médias mainstream. Sans oublier l’explosion du port, attribuée également au Hezbollah par ses adversaires, lesquels devaient l’exploiter pour provoquer un séisme contre lui. . Cette tentative s’est elle aussi soldée par un échec, de l’aveu de l’ex-vice-secrétaire d’état américain pour le Proche-Orient, David Schenker qui en a attribué la responsabilité aux représentants de la société civile libanaise, sous les ordres de Washington. (Voir l’article sur notre site : « Schenker au Liban après Macron : le mauvais flic laisse faire le bon flic. Revers et messages US ».

Depuis, les USA semblaient être à la recherche de nouveau recrues.

Des manoeuvres et des menaces

Cet aveu d’échecs successifs de tous les procédés pour abattre le Hezbollah depuis l’intérieur a été implicitement reconnu par le chef des renseignements israéliens Tamir Haïman, selon lequel « l’aggravation de la situation économique et sanitaire n’a pu affecter les efforts de construction de la puissance chez les ennemis d’Israël », rapporte le chroniqueur du quotidien al-Akhbar Ali Haidar.
Et la cerise sur le gateau: la résistance a au cours de ces dernières semaines intercepté deux drones israéliens au-dessus du Liban.

C’est en voulant pallier à ces revers, qu’Israël a mené ses manœuvres, laissant planer le doute de « jours de combat » contre le Liban.
Mais aussi bien leur portée réelle que médiatique ont été neutralisées par les propos de Sayed Nasrallah . « Rien ne peut garantir que ces jours de combat ne dégringolent vers une guerre ouverte », a-t-il mis en garde. Avertissant joutant plus loin: « Ne jouez pas avec le feu ».

« Nasrallah a tenté une nouvelle fois de consolider la dissuasion à travers les menaces qu’ils lancées», a conclu la Deuxième chaine de télévision israélienne.
« Il faut prendre les menaces de Nasrallah avec sérieux… Mais il faut aussi nous rappeler que Nasrallah exerce le combat de la guerre psychologique sur les consciences… c’est un expert de la guerre psychologique dissuasive. Il veut dissuader les Israéliens, qui ne veulent pas de guerre », a compris et fait comprendre le président de l’Institut des recherches sur la sécurité nationale israélienne, Amos Yadlin.

Un retour en quelque sorte à la case départ!

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2012694

LIBAN : INTERNATIONALISATION DE LA CRISE. MISE EN GARDE DU HEZBOLLAH

Liban: les dessous du plan d’internationalisation de la crise

Thursday, 18 February 2021 6:25 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 6:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président français Emmanuel Macron et Saad Hariri se rencontrent à l'Élysée en 2017. ©Reuters

La question de la formation du gouvernement au Liban, qui est dans un état ambiguïté depuis près de quatre mois, est en train de passer d’un problème interne à une crise internationale. Saad Hariri désigné Premier ministre à la mi-octobre 2020 avait l’intention de former un gouvernement en moins de 10 jours. Après l’échec de ses plans conformes aux intérêts de l’Occident, ce dernier vient d’entamer une série de voyages à l’étranger afin de régler l’affaire.

Les parties étrangers, notamment la France qui a récemment cherché à augmenter son influence parmi les politiciens libanais et qui agit en tant que représentant des États-Unis au Liban, sont entrées d’une manière soupçonneuse dans les affaires internes du pays.

Liban: le coup de

Liban : 

Selon les analystes, ce chapitre 7 de la charte de l’ONU sous lequel les USA menacent désormais de placer le Liban n’a réussi ni à affaiblir ni à désarmer le Hezbollah.

La demande la plus importante des partis étrangers et de leurs alliés internes au Liban est d’affaiblir la position du Hezbollah ou de le retirer de la scène politique libanaise en général, et la plupart de leurs scénarios se situent dans ce contexte.

Dans ce cadre, le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, qui s’est exprimé ce mardi 16 février à l’occasion de la commémoration des chefs de la Résistance morts en martyr, critiquant l’approche internationale dans le dossier politique libanais a déclaré : « Une internationalisation de la question libanaise, au nom du chapitre VII de l’ONU équivaudrait à une déclaration de guerre. Sachez que cette affaire ne sert aucunement les intérêts du Liban. Vous voulez impliquer des pays du monde dans nos affaires. Ces pays qui font primer les intérêts d’Israël imposeront certes leurs conditions, comme l’implantation des Palestiniens et des réfugiés syriens, ou encore la délimitation des frontières maritimes selon les souhaits d’Israël. »

Seyyed Hassan Nasrallah a également ajouté : « Je le dis clairement : nous rejetons toute forme d’internationalisation qui représente un danger pour le Liban. On ne pourra pas résoudre nos problèmes, mais les problèmes se compliqueront. Oui, nous pouvons demander de l’aide à des amis comme c’est le cas actuellement. »

Hezbollah:

Hezbollah:

Le Hezbollah libanais a publié pour la première fois une vidéo des bases militaires israéliennes 

La France agissant en faveur des intérêts américains au Liban organise un plan dangereux qui pourrait imposer le chapitre VII de la charte des Nations unies au Liban. Il apparaît désormais que le président français s’est personnellement chargé de la politique libanaise.

Avant son voyage à Beyrouth prévue pour le mois de mars, le président français a durement travaillé pour mobiliser l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en faveur du plan français pour le Liban. À cet égard, il a tenu des consultations intensives avec l’administration du président américain Joe Biden afin que le projet n’échoue pas comme le plan initial.

Lire aussi : "La France est d’accord avec Seyyed Hassan Nasrallah sur les facteurs qui ont conduit à l’échec de l’initiative de Paris pour le Liban ».

En effet, les actions françaises sous la supervision américaine ont conduit des pays comme l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, qui auparavant ne pouvaient pas intervenir dans les affaires internes du Liban, à s’ingérer directement dans le dossier politique libanais. Ce qui donne une dimension internationale à la question de la formation d’un gouvernement au Liban.

Liban : Macron échoue?

Liban : Macron échoue?

« L’initiative française » au Liban est au point mort.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645552/Internationalisation-crise-Hezbollah-Liban

MISSILES : LE DILEMME ISRAELIEN ?

Capacité balistique du Hezbollah: Israël plongé dans les ténèbres

Thursday, 18 February 2021 4:04 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 4:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les missiles de hautes précision du Hezbollah plongeront Israël dans les ténèbres. (Illustration)

En référence à la puissance balistique du Hezbollah, un ancien général de l’armée israélienne a déclaré que les missiles de haute précision, même si le Hezbollah en dispose quelques centaines, suffisaient à « couler les territoires occupés dans les ténèbres pour un an ».

Lors d’une interview accordée à la chaîne 7 de la télévision israélienne, Yitzhak Brick, général israélien à la retraite, a déclaré qu'Israël était confronté à une menace existentielle provenant de la capacité balistique du Hezbollah dont le nombre se chiffre à 150 000 ; les missiles parmi lesquels des centaines sont de haute précision et capables de transporter des dizaines de kilogrammes d’explosifs.

« Il suffit [de tirer] trois ou quatre missiles de haute précision sur une centrale électrique pour qu’Israël ne parvienne plus à produire de l’électricité, il ne s’agit pas d’un câble qui peut être brûlé et remplacé, mais d’une centrale électrique qui doit être reconstruite ; la même chose peut arriver pour les réserves d’eau », a-t-il indiqué.

Lire aussi : Pourquoi la Maison-Blanche évite Netanyahu ?

Selon lui, si Israël décide de mettre en place ses systèmes antimissiles, Dôme de fer ou la Baguette magique, sur ses sites stratégiques tels que les centrales électriques et les réservoirs d’essence, il n’aura plus de quoi se défendre sur le front interne.

Et lui de souligner que Tel-Aviv est désormais dans une situation délicate l’amenant à choisir ce qu’il doit protéger en priorité ; les colons résidant dans les territoires occupés ou les sites stratégiques, auquel cas la bataille ne peut être poursuivie que pour une durée limitée.

Yitzhak Brick a conclu en mettant en garde que le scénario discuté dans l’establishment de la sécurité [israélien] estime le nombre de missiles tirés en direction de la Palestine occupée à 3 000 par jour.

En effet, malgré la désescalade des tensions à la frontière entre le Liban et la Palestine occupée, la panique règne toujours dans les rangs des militaires israéliens surtout les commandants de l’armée.

Le quotidien israélien Maariv a évoqué, dans son édition de mardi 26 janvier, l’état de panique régnant toujours au sein de l’armée en raison d’une possible attaque de représailles du Hezbollah en réponse à l’assassinat de l’un de ses combattants en Syrie.

« Le règlement de compte pour un effectif du Hezbollah tué en Syrie n’a pas encore eu lieu et bien que les tensions se soient apaisées pendant les derniers mois à la frontière du Nord, l’armée croit que la situation pourrait exploser d’un moment à l’autre », rapporte le journal. 

« Les tensions imprévisibles, censées se transformer en un scénario de confrontation, pourraient se produire entre Israël et le Hezbollah, notamment en Syrie », ajoute le journal. 

Liban: le coup deLiban: ​​​​

Selon les analystes, ce chapitre 7 de la charte de l’ONU sous lequel les USA menacent désormais de placer le Liban n’a réussi ni à affaiblir ni à désarmer le Hezbollah.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645553/Capacite-balistique-du-Hezbollah-Israel-plonge-dans-les-tenebres

LIBAN : REDOUTABLE REVELATION DE SAYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH

La "suprématie aérienne" au Moyen-Orient a changé de camp; le temps joue contre Israël...

Tuesday, 16 February 2021 7:35 PM  [ Last Update: Wednesday, 17 February 2021 10:31 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les unités balistiques du Hezbollah braquées sur Israël. (Archives)

Au sien de l'axe de la Résistance, tout synchronise, se cordonne, au millimètre près. Il y va d'ailleurs de sa force, de son originalité, du clé même de sa victoire et de ce "plus" que le journaliste français Filiu relevait dans un récent article de Le Monde en termes évidemment hostiles et qu'il nommait "force mobilisante, force cohésive", force que l'axe de la Résistance a et que la Chine et la Russie n'ont pas et qui fait que là où la Résistance s'engage, elle finit par s'imposer, ou appelons un chat par son nom, par remporter la victoire. 

Aïn al-Asad

Aïn al-Asad

Des "roquettes" qui ont bousillé le rêve "bidenien" 

Aux termes de 20 jours d'exercices militaires d'envergure qui se sont étendus du centre de l'Iran (Semnan) au golfe Persique puis au-delà, à l'océan Indien où l' USS Nimitz a failli d’être coulé par un missile balistique de précision d'une portée de 1800 kilomètres de type Sejjil, événement qui a conduit le chef du CentCom à reconnaître publiquement que "le golfe Persique est bien trop dangereux pour que les USA puissent y maintenir leur présence" et que de ce fait, "il faudrait se replier sur la côte ouest saoudienne avec troupes, munitions, F-16, F-18, F-15, batteries de missiles Patriot,...", l'axe de la Résistance a réactivé le front yéménite avec des frappes au drone-missile de croisière simultanées de type Qassef K2, Samad 3 et Samad 4 visant des aéroports militaires : Abha et Khamis Mushait, d'où décollent des dizaines de vols américains, israéliens et otaniens par semaine pour venir larguer bombe, missile et autres engins mortels sur les Yéménites y ont passé. Mêmes les Occidentaux n'ont pas cru que l'aéroport d'Abha a été civil et que l'avion que les nuées de drones d'Ansarallah y ont pulvérisé était un appareil de de ligne. C'était un chasseur bombardier qui à défaut d'une DCA performante a été ciblé avec précision d'une aiguille tout comme ces dizaines de drones, d'avions et de sites pétroliers et autres qui l'ont été par la toute puissance militaire d'Ansarallah en six ans de guerre.

Israël :

Mais l'axe de la Résistance n'en a pas resté là avec cette percée aérienne en gestation qui est, comme le relèvent certaines sources, sur le point de changer les règle du "jeu aérien" au Moyen-Orient. Dans la nuit de lundi à mardi 16 février, l'aéroport d'Erbil, reconverti en base US ultra "sophistiqué", avec des stocks entiers de bombes et de missiles au nombre desquels certaines sources auraient relevé des vecteurs nucléaires, avec des flottes de F16, F18, F15, voire F22, s'est transformé en un rien de temps et avec seulement 24 roquettes de 107 mm, tirés par la Résistance, en un camp de fortune à la merci des missiles ennemis; l'émissaire du président Biden en Irak peut vitupérer tant qu'il le voudrait, dénonçant à vrac "l'ingérence nocive" de l'Iran, c'est désarmais un Irak devenu "puissance balistique" qui fait face à l'Empire US agonisant. 

Résumés des discours:Sayed Nasrallah aux Israéliens: «Vous f...

Résumés des discours de Sayed Nasrallah aux Israéliens

Résumés des discours: Sachez que les territoires occupés seront largement frappés. Même à Gaza, les règles du jeu ont changé

Mais cette démonstration de force de la puissance émergente qu'est la Résistance avec qui l’Amérique finissante a tout intérêt à commencer à apprendre le respect du concept même de la "souveraineté des Etats", de "l'égalité des droits", a culminé ce mardi 17 février quand Nasrallah a annoncé à travers son discours, la fin de la "suprématie aérienne US-Israël" en annonçant que pour "chaque bombe larguée sur les villes libanaises", il y aura "un missile à tirer sur le centre et la périphérie d'Israël".

Il a dit : « Le chef d’état-major israélien a longuement exposé les exploits de l’armée israélienne; il s’est vanté de la "domination israélienne" dans la région, comme si les pays arabes étaient les seuls à souffrir du coronavirus et du chômage. Toujours selon lui, l’armée sioniste respecterait la loi, et donc aurait le droit de changer les règles d’engagement, et de frapper tout site d’armement appartenant au Hezbollah, sites qui encore selon lui, on les construit au sein des zones civiles! Et bien ces propos sont ridicules. Et notre réponse est bien claire : nous ne cherchons pas la guerre, mais nous allons riposter à tout acte belliqueux. Vous bombarderez nos villes, nous en ferons de même. Vous bombarderez nos villages, nous en ferons de même. Vous prétendez vouloir frapper des sites militaires, et bien de ces sites, vous en avez aussi dans vos régions. Que cela ne s'oublie surtout pas, nous avons pu protéger nos régions et nos villages dans les années 1990, en frappant des colonies sionistes, à chaque fois que nos villages subissaient des frappes. Nous en ferons mieux aujourd'hui. »

Lundi

La première exercice à balle réelle qu'a tenue Gaza le 31 décembre 2020 sous les yeux ahuris des drones et des avions de reconnaissance israéliens...

Et Nasrallah de commenter cette manœuvre de diversion sans cesse reprise par certains des officiels sionistes comme quoi "Israël cherche une petite bataille avec la résistance libanaise", histoire de remettre les compteurs à zéro et refaire la règle d'engagement :

« Le fait de parler d’une bataille de quelques jours, cela n'est pas non plus une bonne idée. Personne ne peut garantir qu’une bataille de quelques jours n’entraînerait pas dans son sillage, une guerre majeure. Et Sachez que dans toute guerre majeur à venir, c'est l'ensemble des territoires occupés qui seront frappés. » Ça y est, l'idée d'un arsenal de missile de précision deux fois plus important en 2020 qu'en 2019 refait surface comme l'avait évoqué il y a peu le Secrétaire général du Hezbollah, un arsenal qui selon certaines sources, la Résistance libanaise fabriquerait elle-même sans que l'Iran le lui fournisse, un arsenal qui ne demande pas plus que de doter de kit "Labayk-1", les roquettes rudimentaires. Pas besoin d'usine, pas besoin de stocks géants, pas besoin de cachotterie, un petit véhicule 4+4 embarqué dans la pure tradition de la doctrine de guerre asymétrique de la Résistance. enfouis dans des zones civils... 

Et Nasrallah d'enfoncer le clou et de rappeler, en allusion à la première manœuvre militaire à balle réelle de Gaza tenue en décembre, qu'une guerre contre le Hezbollah ne se déroulera pas forcément sur le front Nord : « Même à Gaza, les règles du jeu ont changé... Dans n'importe quel scénario de guerre à venir, le front intérieur israélien fera face à ce qu'il n'a jamais connu d'avant. Attention! L'époque a changé et le temps où Israël avait la liberté de lancer "impunément" des attaques militaires est révolue. » 

Le kit qui fera d'Israël un enfer?

Le kit qui fera d'Israël un enfer?

Le jeudi 31 octobre, un drone israélien a été intercepté via un missile du Hezbollah 

L'avertissement est de taille et il marque un tournant dans l'histoire de la région : la "supériorité aérienne" au Moyen-Orient a changé de camp. Les Américains semblent l'avoir enfin compris, eux qui, toute humiliation bue, viennent de quémander "à la milice Houthi" un cessez-le feu, en l'appelant pour la première fois "Ansarallah" et en le déblaklistant... A ce rythme, pas étonnant si comme le prédisait le chroniqueur militaire sioniste Limor, "Biden finisse par quémander une trêve aussi au Hezbollah ...". Mais un Sioniste comme Limor ne le comprend pas : la fête est finie pour Israël, les choses sérieuses commencent enfin ... 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/16/645430/Nasrallah-Hezbollah-Resistance-

S. NASRALLAH A "ISRAEL" : « VOUS FRAPPEZ NOS SITES ET NOS VILLES, NOUS FERONS DE MEME. C’EST L’ERE DE LA RESISTANCE ET VOS MENACES SONT RIDICULES »

Sayed Nasrallah aux Israéliens: «Vous frappez nos sites et nos villes, nous ferons de même. C’est l’ère de la résistance et vos menaces sont ridicules»

Sayed Nasrallah aux Israéliens: «Vous frappez nos sites et nos villes, nous ferons de même. C’est l’ère de la résistance et vos menaces sont ridicules»

folder_openRésumés des discours access_timedepuis une heure

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah a prononcé un discours ce mardi soir, retransmis par la chaine de télévision alManar. Voici les idées principales de son discours :

«(…) A l’occasion de l’anniversaire du martyre des dirigeants du Hezbollah, nous devons commémorer cette occasion, tout en respectant les mesures de précaution sanitaires en vigueur. C’est aussi l’anniversaire de la victoire de la révolution Islamique en Iran, ce pays qui a été longtemps assiégé et combattu mais qui a pu sortir victorieux de toutes les épreuves. Cette expérience démontre au monde entier que la persévérance, la patience, la résistance et la ténacité sont capables de protéger les droits de n’importe quel peuple.

A Bahrein, le peuple est descendu dans les rues pour réclamer pacifiquement ses droits. Il a payé le prix de ce soulèvement à travers les martyrs, les prisonniers, les blessés. Ce peuple continue de lutter malgré les pressions, dans le but de remettre leur pays à sa bonne place, soit parmi les pays opposé à la normalisation des liens avec l’ennemi sioniste.

Notre slogan est cette année : «la recommandation principale est la sauvegarde de la résistance et du peuple».

Les dirigeants martyrs de la résistance représentent le modèle à suivre pour nous et pour les nouvelles générations. Ces grands dirigeants avaient comme seul souci la protection et le renforcement de la résistance. Ils ont passé leur vie et leur jeunesse dans l’action de la résistance. Ils n’ont point fléchi, ne se sont jamais lassés malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils vivaient. Ils n’ont jamais déserté les champs de bataille. Ils savaient qu’ils étaient à tout moment, exposés au danger de l’assassinat, mais ils n’ont pas abandonné leurs positions.

Alors que le Liban était envahi par des centaines d’officiers et de hauts gradés sionistes, cheikh Ragheb Harb a refusé de serrer la main à l’ennemi. Il avait lancé son fameux slogan : « Serrer la main de l’ennemi équivaut à reconnaitre son existence ».

Cette déclaration demeure l’une des notions de bases de l’action de la résistance.

Nous sommes responsables de respecter la recommandation de Hajj Imad Moughniyeh qui a insisté sur l’importance de renforcer et d’accroitre les potentiels de la résistance. C’est ce que nos frères combattants le font aujourd’hui, et nous arrivons à développer la force de notre résistance.

Parmi les autres recommandations de nos dirigeants martyrs figurent la protection de la résistance et présenter l’aide aux gens. Nous savons bien sur le plan religieux l’importance de servir les gens, de les aider, de les protéger, de sauvegarder l’intégrité territoriale de leurs terres. L’action de la résistance qui a comme objectif primordial la protection et la défense des gens, des femmes, des enfants et vieillards, la lutte contre les menaces terroristes, sionistes ou takfiris. Nous servons et nous allons servir notre peuple à tous les niveaux.

Sur le plan interne libanais, nous avons entendu certains députés brandissant la menace du recours à une résolution internationale sous le chapitre VII. C’est un appel ouvert à la guerre contre le Liban, je ne conseille personne de jouer ce jeu. On ne peut négliger ni passer sous silence des appels pareils.

L’autre problème est celui de l’internationalisation de la question libanaise. Sachez que cette affaire ne sert aucunement les intérêts du Liban. Vous voulez impliquer des pays du monde de s’ingérer dans nos affaires. Ces pays qui font primer les intérêts d’Israël, imposeront certes leurs conditions, comme l’implantation des Palestiniens et des réfugié syriens, ou encore la délimitation des frontières maritimes selon les souhaits d’Israël.

Je le dis clairement : nous rejetons toute forme d’internationalisation qui représente un danger sur l’Entité libanaise. On ne pourra pas ainsi résoudre nos problèmes, mais les problèmes seront plus compliqués. Oui, nous pouvons demander l’aide à des amis comme c’est le cas actuellement.

Les derniers incidents survenus au Liban ont été exploités pour lancer une campagne médiatique contre le Hezbollah. Une partie des adversaires se contentent d’insulter et de pointer du doigt accusateur le Hezbollah, sans fournir aucune preuve tangible. En fait, ceux qui nous insultent sont faibles, vides et désespérés. Sachez que vos comportements ne nous affectent pas, nous sommes les adeptes des messagers et des prophètes qui ont toujours subi des campagnes d’insultes pareilles.

J’appelle les partisans de la résistance à s’abstenir de riposter par les insultes.  Ceci ne signifie pas pour autant de rester passifs. Mais il faut réagir autrement.

Une autre partie des adversaires tentent de présenter des arguments qui ont l’air « convaincants » pour accuser le Hezbollah. Dans toutes les lois du monde, tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, comme le stipule la présomption d’innocence. Mais au Liban, le Hezbollah est toujours le meurtrier et se tient derrière tous les incidents. Vous accusez le Hezbollah d’avoir tué telle personne ou telle autre parce qu’elle a été assassinée dans l’une de ses régions. C’est bizarre ! Venons appliquer votre équation dans les régions où vous dominez. Pourquoi vous êtes étonnés de savoir qu’Israël peut en finir avec ses agents ?

Lisez les livres, vous, qui prétendez être des gens cultivés, et apprenez comment Israël tue son propre peuple. Vous êtes étonnés de ces faits parce que vous êtes ignorants à ce sujet.  

Tout ce que nous voyons dans les médias est une campagne médiatique systématique payée pour s’attaquer au Hezbollah et le déformer. De toute façon, cette campagne a échoué de ternir l’image de la résistance auprès de ses partisans, bien au contraire, cette dernière a démontré le lien inextricable entre la résistance et son peuple. Nous devons être toujours prêts à avorter les nouvelles et les prochaines campagnes à venir. Vous êtes raisonnables, présentez vos arguments et éloignez-vous des insultes.  

Pour ce qui est de l’explosion du port de Beyrouth, j’avais dit que les informations à notre disposition confirment que l’enquête avait pris fin. Où sont les résultats ? J’avais réclamé du commandement de l’armée et de la justice d’annoncer au grand public les résultats. Nous avons entendu une seule réponse : seule la justice a le droit d’annoncer les résultats de l’enquête. Celle-ci doit alors informer le peuple libanais des raisons et divulguer les dessous de l’explosion. Nous réitérons cet appel et de toute urgence pour dévoiler les auteurs et mettre fin à la campagne de diffamation qui a été lancée injustement contre nous. 

Passons au sujet de la formation du gouvernement au Liban. Je ne pense pas qu’il existe parmi nous un responsable qui soit opposé à cette formation, qui que ce soit. On ne doit accuser personne ainsi. Certes, chacun veut former le gouvernement à sa guise. Les dernières déclarations ont démontré que certains attendent les pays étrangers pour venir faire pression sur certaines parties libanaises. De telles pressions compliqueraient les choses. Il ne faut pas fixer de hauts plafonds. Nous constatons qu’on cherche à imputer au président de la République la responsabilité de l’échec actuel. Nous comprenons l’attachement du président Saad Hariri au portefeuille de l’intérieur, comme l’attachement du duo chiite au portefeuille des Finances. Toutefois nous ne comprenons pas l’insistance sur un gouvernement de 18 ministres. Pourquoi ne pas former un gouvernement de 20 ou de 22 ministres ? ceci favorisera la représentativité de toutes les forces politiques. Je souhaite qu’on revoie ce point pour pouvoir réaliser une percée au sujet de la formation du gouvernement.

Pour ce qui est de notre relation avec nos alliés. 15 ans se sont écoulés à la conclusion de l’entente entre le CPL – Hezbollah, nous avons profité de ses multiples avantages. Nombreux étaient ceux qui ont misé sur son échec et ont œuvré pour exploiter tout incident pour avorter cette entente. Ceci n’a pas eu lieu malgré les changements permanents qui caractérisent la nature de la vie politique libanaise, où on change le fusil d’épaule fréquemment. Les deux parties ont profité de cette entente et nous tenons au maintien de cette entente, voire à son développement.

Au Liban nous sommes face à un problème majeur, celui des débats sur les pages de socialisation. Une personnalité quelconque tient un propos, et c’est la guerre entre partisans et adversaires. Nous devons être très vigilants et attentifs quant à la création par des « armées électroniques ennemies » de faux comptes dans le but de provoquer des conflits entre les gens.

Chacun de nous doit faire preuve de responsabilité et de raison, il faut éviter les insultes et présenter des preuves. Si l’un de nos alliés tient un propos étrange à son discours politique, nous devons rester respectueux et aller s’enquérir sur les dessous de son propos. On ne doit pas le fustiger et s’attaquer immédiatement contre sa propre personne.

Des événements majeurs ont lieu sur la scène internationale, notamment le départ de Trump et l’avènement de Biden. Le Liban est normalement largement influencé par la conjoncture régionale. Le dossier nucléaire iranien est à l’ordre du jour. La position iranienne demeure forte et solide, cette question aura des conséquences directes sur la région. Sur ce point, notons la grande inquiétude israélienne et saoudienne.

La direction américaine a annoncé la suspension du soutien à la guerre au Yémen. C’est un développement positif qui survient grâce à la persévérance, à l’endurance et à la ténacité du peuple yéménite. Les frères au Yémen sont vigilants. Quand l’ennemi échoue, il tente de changer de politique. Cet arrêt de la guerre constitue une défaite cuisante aux Saoudiens qui ont fixé des hauts plafonds pour cette guerre mais ils n’ont réussi nulle part.

 Là encore, les plus grands inquiets sont les Saoudiens et les Israéliens.

En Syrie et en Irak, les Américains semblent décidés à rester en Irak, mais cette fois, sous le prétexte de combattre Daech. Ils ont réanimé ce groupe terroriste. Nous assistons de nouveau aux attaques de Daech dans ces deux pays. Donc, les Américains, et pour ne pas soulever la colère du peuple irakien, vont rester dans le pays sous le prétexte de la lutte contre Daech. Certes, l’axe de la résistance saura vaincre Daech et son projet comme il l’a déjà fait.

Il existe de nombreux autres sujets délicats comme en Afghanistan, en Chypre, et ailleurs. Il semble que la Chine et la Russie représentent les grands défis majeurs pour l’administration de Biden. Les Américains ne pourront admettre la primauté économique de la Chine, au moment où les USA sont largement frappés par le coronavirus.

Il semble que les Américains veulent finir avec les dossiers de la région, pour se consacrer à la Chine et la Russie.

Enfin, le dossier palestinien sera fortement présent cette année et dans les années à venir. Aujourd’hui, on ne parle plus du deal du siècle. Ce recul inquiète beaucoup les Saoudiens et les Israéliens. Le chef de la diplomatie US a dit ne pas accepter l’annexion du Golan aux territoires occupés. On parle d’une solution à deux Etats, ce qui n’était pas le cas avec le deal du siècle. Tout ceci a lieu grâce à la ténacité des mouvements de la résistance et non à l’éveil de la conscience US.

Les Israéliens sont en train de leurrer l’opinion publique israélienne en donnant trop d’importance au dossier de la normalisation avec certains pays arabes. C’est de la pure propagande électorale. Les deux exemples majeurs sont ceux des peuples égyptien et jordanien ; leurs autorités avaient signé des accords de paix avec l’ennemi, alors que les peuples rejettent à ce jour toute normalisation de liens avec l’ennemi. Nous misons sur les peuples arabes pour boycotter toute normalisation de liens avec l’ennemi. Les dirigeants finiront par réaliser que les problèmes de leurs pays ne seront pas réglés par les liens avec Israël. Donc, on exagère beaucoup cette question sur la scène israélienne pour des fins électorales.

Et pour terminer, le chef d’Etat major israélien a longuement exposé les exploits de l’armée israélienne, et s’est vanté de la domination israélienne dans la région, comme si les pays arabes souffraient seuls du coronavirus et du chômage. Selon lui, l’armée sioniste respecte la loi, et donc a le droit de changer les règles d’engagement, et de frapper tout site d’armement au Hezbollah construit parmi les zones civiles. Ces propos sont ridicules. Notre réponse est claire : nous ne cherchons pas la guerre, mais nous allons riposter à tout acte belliqueux. Vous bombardez nos villes, nous ferons de même. Vous bombardez nos villages, nous ferons de même. Vous prétendez frapper des sites militaires, et vous en avez aussi dans vos régions. Nous avons pu protéger nos régions et nos villages dans les années 1990 en frappant des colonies sionistes à chaque fois que nos villages subissaient des frappes.

Le fait de parler d’une bataille de quelques jours est aussi dangereux. Personne ne peut garantir qu’une bataille de quelques jours n’entrainera pas à une guerre majeure. Sachez que les territoires occupés seront largement frappés. Même à Gaza, les règles du jeu ont changé. C’est l’époque de l’axe de la résistance et vous devez prendre ceci en compte. L’époque où vous aviez la liberté de lancer des attaques militaires est révolue. (…)»

https://french.alahednews.com.lb/38735/342

LIBAN : LES CORROMPUS MACRON ET HARIRI SE SONT ENTRETENUS AU SUJET DE LA CRISE AU LIBAN ET DE LA FORMATION DU GOUVERNEMENT

Macron et Hariri se sont entretenus au sujet de la crise au Liban et de la formation du gouvernement

 Depuis 10 heures  11 février 2021

Hariri et Macron (Archives)

Hariri et Macron (Archives)

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre libanais Saad Hariri ont discuté, au soir du mercredi 10 février,  lors d’un dîner à l’Elysée de la crise au Liban ainsi que des difficultés à former un nouveau gouvernement.

« La réunion de deux heures a porté sur les derniers développements dans la région », les « difficultés internes au Liban qui entravent la formation d’un gouvernement et les moyens possibles de les surmonter », a annoncé M. Hariri sur Twitter.

Ce dernier a également assuré que « l’aide internationale » pourrait arriver dès qu' »un gouvernement sera formé et capable d’entreprendre les réformes nécessaires pour arrêter l’effondrement économique » du pays.

La présidence française n’avait pas indiqué ce dîner dans l’agenda officiel d’Emmanuel Macron.

Macron avait fait savoir fin janvier qu’il entendait se rendre une troisième fois au Liban, pour lequel la feuille de route de la France était toujours sur la table.

Le président français s’était rendu à Beyrouth à deux reprises l’an dernier après l’explosion dans la capitale libanaise le 4 août.

 

 

Source: Avec Reuters

https://french.almanar.com.lb/2006633

LE LIBAN APPROUVE L'UTILISATION D'URGENCE DU VACCIN RUSSE SPOUTNIK V

Le Liban approuve l’utilisation d’urgence du vaccin russe Spoutnik V

 Depuis 1 jour  6 février 2021

spounikv

 Liban - Moyent-Orient

 

Le ministère libanais de la Santé a validé le vendredi 5 février l’utilisation du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V, annonce l’agence de presse nationale libanaise NNA. L’information a été confirmée par le Fonds russe d’investissements directs (RFPI).

«La commission scientifique et technique formée par le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a autorisé vendredi l’usage urgent du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V, qui sera importé par une compagnie de médicaments ayant un permis», précise le média.

Se référant à la publication de l’agence, le RFPI précise que c’est le 20e pays à enregistrer le vaccin russe.

Le 4 février, le ministre libanais des Affaires étrangères Charbel Wehbé a demandé au gouvernement russe de fournir 200.000 doses du vaccin à titre d’assistance.

En outre, le Liban avait commandé un total de 2,1 millions de doses du vaccin américano-allemand Pfizer-BioNTech, qui sont attendues à la mi-février et censées couvrir 20% de la population.

Le Liban face au Covid-19

Depuis le début de l’année, le nombre de cas de coronavirus ainsi que le taux de mortalité ont fortement augmenté au Liban, les hôpitaux restent saturés. Au total, le pays recensait le 4 février 312.269 cas de coronavirus confirmés, selon les données du ministère de la Santé.

Pour le vendredi 5 février, 98 décès et 3071 nouvelles contaminations ont été recensés, selon le Ministère de la Santé.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2002662

LIBAN : LE HEZBOLLAH CONDAMNE LE MEURTRE DE LOQMAN SLIM, APPELLE A DEVOILER ET PUNIR LES AUTEURS

Le Hezbollah condamne le meurtre de Loqman Slim, appelle à dévoiler et punir les auteurs

Le Hezbollah condamne le meurtre de Loqman Slim, appelle à dévoiler et punir les auteurs

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Traduit par AlAhed

Le Hezbollah a condamné le meurtre du militant politique libanais Loqman Slim en publiant le communiqué suivant:

Le Hezbollah condamne le meurtre du militant politique Loqman Slim, et appelle les appareils judiciaires et sécuritaires compétents à travailler rapidement pour dévoiler et punir les auteurs et combattre les activités criminelles dans plus d'une région du Liban, ainsi que l'exploitation politique et médiatique qui les accompagne au détriment de la sécurité et de la stabilité intérieures.

https://french.alahednews.com.lb/38585/319