LIBAN

LIBAN

LIBAN : LES USA VEULENT FAIRE DE LA FINUL (FORCE DE MAINTIEN DE LA PAIX) UNE "MILICE" POUR NUIRE AU HEZBOLLAH LIBANAIS

Force de maintien de la paix, les USA veulent faire de la FINUL une «milice»

Wed May 6, 2020 5:57PM

Des véhicules des Forces intérimaires des Nations unies au Liban (FINUL) patrouillent le long de la frontière entre le Liban et la Palestine occupée dans la ville de Khiam, au sud du Liban, le 9 septembre 2019. ©AFP

Des véhicules des Forces intérimaires des Nations unies au Liban (FINUL) patrouillent le long de la frontière entre le Liban et la Palestine occupée dans la ville de Khiam, au sud du Liban, le 9 septembre 2019. ©AFP

Les Américains veulent modifier la mission et le format de la FINUL de sorte à les instrumentaliser pour nuire au Hezbollah, indique un quotidien libanais.

Le quotidien libanais al-Akhbar a rapporté que la représentante permanente du Liban auprès des Nations unies Amal Moudallali agissait de concert avec les tentatives des États-Unis destinées à manipuler la mission de la FINUL.

Citant des sources diplomatiques libanaises à Beyrouth, al-Akhbar a indiqué que les Américains entendaient réduire le budget de la FINUL, le nombre de ses effectifs et modifier le format et la mission de cette Force de sorte à lui permettre d’entrer dans des propriétés privées.

« Amal Moudallali a pris part à des réunions en présence des représentants des États-Unis, de l’Arabie saoudite et de l’Allemagne qui discutaient de la décision de mettre le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes des Nations unies. Une telle décision aura du mal à se réaliser étant donné le véto de la Russie et de la Chine et les parties qui l’ont élaborée le savent bel et bien. D’où leurs tentatives pour manipuler la mission de la FINUL en exploitant le marasme économique au Liban alimenté par la crise de coronavirus », a-t-on appris du quotidien libanais.

Dollar: autre bataille du Hezbollah

Dollar : autre bataille du Hezbollah

Lors d’un discours télévisé ce lundi 4 mai, Seyyed Hassan Nasrallah a réagi à la décision de l’Allemagne d’intégrer le nom du Hezbollah sur la liste des groupes terroristes.

Al-Akhbar continue : « Lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies qui a eu lieu le 4 mai par la vidéoconférence pour discuter de la résolution 1701, Jan Kubis, coordinateur spécial des Nations unies, a remis son rapport alors que Washington a appelé les membres du Conseil de sécurité à réviser la mission de la FINUL. Amal Moudallali n’a coordonné aucun de ses récents actes ni avec le ministre des Affaires étrangères ni avec le personnel du ministère des Affaires étrangères. Elle devra donc être convoquée par le gouvernement libanais ».  

Dans la foulée, Charles Abi Nader, expert sur la sécurité et la stratégie du Liban, a déclaré que les agissements des Américains pour manipuler la mission et le format de la FINUL s’inscrivaient dans le cadre de leurs tentatives destinées à affaiblir le Hezbollah.

Nasrallah contre les Rothschild!

Nasrallah contre les Rothschild !

Quand la Résistance s’en prend à la racine du sionisme international...

« Le Hezbollah n’a rien fait pour violer la résolution 1701 alors que celle-ci est sans cesse violée par Israël », a déclaré l’expert libanais.

Et d’ajouter : « On dit que le Hezbollah dispose d’un arsenal, chargé d’armes sophistiquées et de missiles, sans faire attention au fait que cela relève en effet du droit du Hezbollah d’autant plus que les États-Unis et Israël détiennent, eux, de tels arsenaux. Le Hezbollah doit avoir ce qui est nécessaire pour protéger le Liban alors que l’armée libanaise est privée du droit de disposer d’armes ou de missile pour pouvoir protéger le ciel du Liban face aux agressions d’Israël ».

Abi Nader a déclaré que les Américains utilisaient tous leurs moyens pour faire adapter la mission de la FINUL à leurs desiderata. « Ils veulent que la FINUL soit gérée par la cellule d’opération américaine et israélienne », a-t-il conclu.  

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/06/624770/Etats-Unis-Hezbollah-Finul-Israel-Russie


 

LIBAN : LE HEZBOLLAH CONTRE LES ROTHSCHILD!

Quand la Résistance s'en prend à la racine du sionisme international...

Tue May 5, 2020 12:44PM

La banque centrale du Liban prise d'assaut par les manifestants libanais. ©AFP

La banque centrale du Liban prise d'assaut par les manifestants libanais. ©AFP

Cet aspect de la Résistance libanaise est totalement méconnu pour l'axe US/Israël : depuis 2006 où Israël a subi sa première défaite militaire face au Hezbollah jusqu'en cette année 2020, où Israël a totalement l'air d'une passoire avec une "barrière sécuritaire aisément franchissable", un "ciel totalement perméable aux missiles et aux drones de la Résistance " et puis une armée de terre qui à l'annonce d'une possible riposte, fait place nette et recule de 5 kilomètres à l'intérieur des territoires occupés",  le Hezbollah n'a été pour le camp d'en face qu'une puissance militaire aguerrie, compétente, intelligente avec qui il fallait et il faut compter.

Un officier israélien met en garde contre les missiles du Hezbollah

Un officier israélien met en garde contre les missiles du Hezbollah

Un ancien commandant de l’armée israélienne a mis en garde contre le danger que représente la DCA du Hezbollah pour le régime israélien l’a qualifiant de « menace différente ».

Mais que ce même Hezbollah s'engage soudain dans une zone aussi interdite que celle des banques, qu'il remette en cause les principes sacro-saints de l'essence même du système néolibéral, en réclamant que les couches moyennes et défavorisés, ces victimes premières des banques, soient indemnisées et que leur argent volé leur soit rendu, c'est là un affront pire que toutes les défaites militaires que le sionisme international pourrait subir. Le "blacklistage" de la Résistance par Londres et Berlin et qui sera suivi par d'autres capitale européennes renvoie à cette crainte.

Dans son discours daté du lundi 4 mai, le secrétaire général du Hezbollah y est revenu en affirmant que : "La décision allemande était prévue et elle a été précédée par d’autres mesures pareilles de la part de certains pays européens. Nous nous attendons à des actions similaires d’autres pays européens. Cette décision politique est le signe de la soumission des pays européens à la volonté américaine. Les USA possèdent un projet de domination dans la région à travers le projet d’occupation israélien. Ainsi, quiconque ose se mettre en face de ce projet, à savoir les mouvements de Résistance, sera assiégé et combattu. Et à l’approche des élections en Allemagne, certaines parties tentent de plaire aux USA, d’où cette décision prise contre nous. Sachant que l’accusation contre le Hezbollah n’a été accompagnée d’aucune preuve, c’est donc une décision purement politique".

"L'Allemagne a lamentablement cédé "

Seyyed Hassan Nasrallah a réagi à la décision de l’Allemagne d’intégrer le nom du Hezbollah sur la liste des groupes terroristes, « une mesure décidée sous pressions américano-israéliennes ».

Ce constat ô combien véridique ne va pas sans rapport avec la demande d'aide que l'État libanais se voit dans l'obligation d'adresser au FMI, ce temple de pillage des richesses des nations. Que propose donc le Hezbollah?

"Par rapport à la demande de l’aide du FMI, nous ne sommes pas opposés en principe à faire une demande pareille. Mais nous ne pouvons pas capituler au fonds monétaire. Le gouvernement est prêt à discuter de cette question et ce n’est pas une soumission totale au FMI. Nous devons être vigilants ; nous devons discuter point par point du plan de demande d’aide. Nous allons débattre de cette affaire, et nous allons voir les conditions qui seront imposées. C’est une question délicate qui nécessite un débat minutieux."

"Un débat minutieux", cela veut dire que la Résistance n'est guère prête à voir encore le Liban tomber comme cela a été le cas depuis des décennies, dans l'escarcelle de la dictature des finances et de ses émanations que sont les banques. 

"Ces dernières semaines on a longtemps parlé du secteur bancaire, on nous a accusés dans les médias de vouloir détruire ce secteur, alors que pour d’autres le Hezbollah cherche à dominer le secteur bancaire. Tous ces propos sont sans fondement, et c’est une façon de brouiller pour occulter la vérité. Le secteur bancaire a commis beaucoup d’erreurs et doit assumer ses responsabilités. Donc toute cette campagne vise à inciter la population et le monde entier à les secourir. Nous ne cherchons pas à dominer ni à détruire le secteur bancaire... Nous voulons tout simplement que les banques ne détournent plus les fonds public."

Avouons que c'est un projet qui tout comme l'anti-sionisme et l'anti-américanisme du Hezbollah ne peut être toléré. Ce mardi, le ministre libanais des Affaires étrangères, Nassif Hitti a convoqué l’ambassadeur d’Allemagne au Liban, George Berglin, pour lui exiger explication sur la décision qu’a prise Berlin de blacklister le Hezbollah. Peu de chance pour que le diplomate ait pu fournir une explication convaincante au ministère libanais, vu que l'Allemagne a cédé le premier rempart. 

Hezbollah blacklisté: Beyrouth contre-attaque!

Hezbollah blacklisté: Beyrouth contre-attaque!

En approuvant le plan de redressement économique, le gouvernement libanais a promis d’évoluer durant les cinq prochaines années l’économie du pays et de réduire les dépenses et les dettes.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/05/624641/hezbollah-classe-terroriste-allemagne-reaction-liban


 

SEYYED NASRALLAH : "L' ALLEMAGNE A COMMIS UN ACTE DE GUERRE"

Berlin a cédé aux pressions US/Israël

Mon May 4, 2020 2:47PM

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours télévisé le lundi 4 mai 2020. ©Fars News/Al-Manar

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours télévisé le lundi 4 mai 2020. ©Fars News/Al-Manar

Lors d'un discours télévisé ce lundi 5 mai, Seyyed Hassan Nasrallah a réagi à la décision de l’Allemagne d’intégrer le nom du Hezbollah sur la liste des groupes terroristes, « une mesure décidée sous pressions américano-israéliennes ».

D’après le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, le blacklistage de ce mouvement par Berlin n’était pas inattendu. « Certains autres pays européens en avaient fait de même auparavant », affirme Nasrallah qui précise :

« Le plan des Américains consiste à asseoir leur mainmise sur la région, tandis qu’Israël travaille à un projet d’occupation. Ceux-là mêmes qui résistent face à ces complots sont les mouvements de résistance et il n’est pas inattendu qu’ils se trouvent accusés ou boycottés. »

« La décision de l’Allemagne a été une décision purement politique, prise sous les pressions américaines et pour satisfaire le régime occupant [israélien]. L’Allemagne n’a évoqué aucune raison en appui à cette assimilation entre le Hezbollah et le terrorisme ; ce qui confirme qu’il s’agit d’une décision politique. (…) Nous avons été honnêtes en annonçant n’avoir aucune branche en Allemagne, en France, ou ailleurs… Cela fait des années qu’il n’y a aucune composante du Hezbollah dans des pays du monde, surtout pas dans des pays d’Amérique latine. Nous nous soucions depuis longtemps de ne pas causer d'ennuis pour nos amis à l’étranger, simplement pour des liens avec le mouvement de Hezbollah libanais. »

Nasrallah a tenu à remercier les pays et États qui ont condamné la mesure anti-Hezbollah de Berlin, ajoutant que le gouvernement libanais tient à protéger ses ressortissants en Allemagne et dans d’autres pays.

Le secrétaire général du Hezbollah a également insisté sur la poursuite de la lutte contre le régime occupant sioniste en vue de défendre le peuple libanais.

Plan économique du gouvernement libanais

Nasrallah n’a pas manqué de parler du plan financier du gouvernement et surtout, de l’appel du président Michel Aoun à l’adresse de différentes fractions politiques à participer aux séances de discussion au palais de Baabda.

« Le Liban vit actuellement une situation économique difficile et dangereuse. Il va falloir sauver le pays et pour ce faire, il faut mettre de côté les différends », a-t-il souligné.

En allusion à la demande d’aide au Fond monétaire international (FMI), Nasrallah a précisé que le Hezbollah n’était pas contre la demande d’aide à aucune partie au monde, mais qu’il ne tolérait pas que ces aides deviennent un moyen de pression et de chantage contre le Liban.

Par la suite, il a fait allusion à des tensions persistant entre certaines régions ou forces politiques à l’intérieur du Liban, dénonçant les accusations infondées contre le Hezbollah.

« Le Hezbollah n’incite aucune partie contre aucune autre; au contraire, il appelle à la solidarité entre divers groupes politiques. Le Hezbollah insiste sur la sauvegarde de la sécurité du Liban et pour sortir le pays de la crise financière actuelle, la coopération entre divers groupes et factions politiques est indispensable. »

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/04/624594/Nasrallah-reagit-au-blacklistage-du-Hezbollah-par-lAllemagne


 

CONDAMNATIONS VIRULENTES DE LA SYRIE, DE L’IRAN ET DU MOUVEMENT YEMENITE ANSARULLAH DE LA DECISION ALLEMANDE CONTRE LE HEZBOLLAH LIBANAIS

Condamnations virulentes de Syrie , Iran et Ansarullah de la décision allemande contre le Hezbollah

 Depuis 22 heures  1 mai 2020

logoansarullah

logoansarullah

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Deux pays , la Syrie et l’Iran, et l’organisation yéménite houthie Ansarullah ont condamné avec virulence la décision du gouvernement allemand d’interdire les activités du Hezbollah et de le blacklister.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné la récente décision de l’Allemagne contre  le Hezbollah , soulignant que « le Hezbollah fait partie officiellement et légitimement du gouvernement et du peuple libanais , et joue un rôle fondamental dans la lutte contre Daech ».

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousawi, a estimé que « la décision du gouvernement allemand contre le Hezbollah répond aux objectifs d' »Israël » et des USA ».

Et d’ajouter: « Il semble que certains pays d’Europe adoptent des positions sans tenir compte des réalités de la région de l’Asie de l’ouest, mais uniquement en tenant compte des objectifs de la machine de propagande de l’entité sioniste et de l’administration américaine . »

Et de poursuivre : »La décision du gouvernement allemand a été prise sans respecter le gouvernement et le peuple libanais, car le Hezbollah fait partie officiellement et légitimement du gouvernement et du parlement de ce pays, et c’est toujours un parti politique influent dans le renforcement de la stabilité politique de ce pays, il jouit d’un large soutien populaire au Liban et dans la région. »

Et de conclure: « La décision du gouvernement allemand a  été prise avec une insouciance totale contre une force qui était et a toujours une position clé dans la guerre contre Daech dans la région. Par conséquent, le gouvernement allemand doit assumer les conséquences négatives de sa décision et combattre les vrais groupes terroristes de la région. »

La capitulation aux diktats sionistes

En Syrie, une source officielle du ministère des AE et des Expatriés a indiqué que » la République arabe syrienne dénonce avec les termes les plus sévères la décision du gouvernement allemand de qualifier le Hezbollah comme organisation terroriste ».

Dans une déclaration à SANA, la source a souligné que « la décision du gouvernement allemand incarne clairement sa capitulation aux diktats sionistes mondiaux et sa dépendance honteuse aux politiques américaines soutenant l’entité d’occupation usurpatrice ».

La source a indiqué que « la Syrie estime que cette décision injuste du gouvernement allemand est un honneur pour le Hezbollah et une reconnaissance franche de son rôle dans la résistance à l’agression coloniale sioniste et dans la mise en échec des projets occidentaux qui visent les droits et les intérêts de la Nation arabe ».

S’opposer aux peuples libres

Le bureau politique d’Ansarullah au Yémen a condamné la  décision de l’Allemagne qualifiant le Hezbollah d’organisation terroriste.

Dans un communiqué, Ansarullah a estimé que « cette décision répond au désir américain et israélien qui consiste à normaliser les relations avec les sionistes , mais aussi à s’opposer aux peuples libres qui refusent l’hégemonie de l’arrogance mondiale et veulent défendre les droits et la dignité de la Oumma ».

Le texte a souligné: « Face à ces développements dangereux, nous réiterons notre soutien à nos frères moudjahidines du Hezbollah et aux mouvements de la résistance islamique et affirmons notre pleine solidarité avec eux. »

Le  texte conclut : « Ansarullah  appele tous les peuples arabes et islamiques à rejeter ces décisions et toute mesure  prise  contre les moudjahidines du Hezbollah au Liban et contre les mouvements de résistance islamique » soulignant  » de rester alerte envers la question palestinienne et d’alQods , la première et la principale cause qui doit rester vivante dans nos cœurs, battant pour l’arabisme et l’islam , vibrant de passion pour le jihad, le martyre et la foi en la justice de la cause « .

Source: AlManar + Agences

http://french.almanar.com.lb/1737199


 

LE PREMIER MINISTRE LIBANAIS : "L'ETAT FRAPPERA FERMEMENT CEUX QUI VEULENT L'EFFONDREMENT DU PAYS"

Le Premier ministre libanais menace: l’Etat frappera fermement ceux qui veulent l’effondrement du pays

 Depuis 60 minutes  24 avril 2020

hassane_diab

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Premier ministre libanais Hassane Diab a assuré que le gouvernement frappera avec fermeté tous ceux qui veulent l’effondrement du pays pour protéger leurs propres intérêts au détriment du Liban, critiquant ouvertement le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé.

Un comportement suspect

Lors d’une conférence de presse ce vendredi 24 avril depuis le palais présidentiel à Baabda, il a accusé ce dernier de se comporter d’une façon suspecte  dans le règlement de la crise monétaire qui s’est aggravée ces dernières 24 heures s’illustrant par une chute vertigineuse de la livre libanaise face au dollar américain en atteignant les 4000.

«L’effondrement du taux de change s’est accéléré  d’une façon suspecte dans le marché noir. En dépit des pouvoirs limités du gouvernement face à cet effondrement, nous faisons notre possible », a-t-il affirmé.
« Il y a un comportement d’une ambigüité suspecte de la part du gouverneur de la Banque centrale qui est soit impuissante, soit inactive par décision, voire même instigatrice de cette détérioration suspecte », a-t-il accusé.

Selon lui, il n’est plus possible de suivre « la politique de règlement dans les coulisses et il faut changer d’attitude avec les gens ».
« Il n’est plus permis de leur camoufler les informations. Que Salamé sorte et déclare franchement aux Libanais les faits, quel serait le plafond de la hausse du dollar et quels sont les perspectives du règlement », a-t-il suggéré.

Selon les médias libanais, M. Diab avait demandé à Salamé d’injecter un milliard de dollars pour stopper la dépréciation de la monnaie nationale, mais celui-ci a refusé, arguant ne plus avoir d’argent liquide.

5 m$  expatriés

« Les libanais ont beaucoup souffert. Est-il permis qu’il continue à les rassurer sur le prix de la livre puis tout d’un coup ces garanties s’évaporent. Il y a un écart dans la performance, la clarté et la franchise, et un écart dans les comptes, les politiques monétaires et les données qui révèlent que les pertes dans la banque s’accélèrent », a accusé M. Diab, assurant avoir décidé de confier à une société internationale le contrôle des comptes de la Banque du Liban.

Selon lui « la liquidité dans les banques commence à s’assécher, et ce qu’il faut, c’est une initiative et agir rapidement ».

« Les chiffres révèlent que plus de 5 milliards de dollars de dépôts ont été expatriés au cours des deux premiers mois de l’année », a-t-il confié.
Et d’ajouter: « Nous discutons un projet de loi pour restituer les fonds transférés à l’étranger après le 17 octobre au delà de 50 mille dollars, en annulant l’opération de transfert de la part de particulier.

Les fauteurs iront en prison

il estime qu’il faut accomplir le plan financier le plus vite possible faute de quoi le sauvetage financier sera plus difficile.
« Le changement se fait à l’intérieur du système… il y aura des comptes à rendre et les fauteurs entreront inévitablement en prison », a-t-il mis en garde.

Selon lui « le gouvernement est ferme dans sa décision de protéger le pays, et nous ne permettrons en aucun cas de porter préjudice aux intérêts des citoyens et à leurs moyens de subsistance. »

M. Diab a rejeté les critiques adressées au gouvernement qu’il dirige « comme s’il était au pouvoir depuis 73 mois ».
« Nous acceptons qu’on nous demande de comptes, mais en toute objectivité. Certains avancent que la pandémie du coronavirus a sauvé le gouvernement qui venait d’être formé depuis 10 jours. La lutte contre l’épidémie a pris énormément de temps et d’efforts. Elle a certes brouillé le gouvernement et a changé son agenda parce que la vie des gens est une priorité. Mais ceci ne nous empêchera pas de faire face à l’épidémie de la réalité financière et au trou noir financier au Liban ».

22 décès et 696 cas contaminés, dont 8 ce vendredi, ont été déplorés dans le pays du Cèdre depuis la propagation de la pandémie.

Bientôt l’ouverture

Signalant  que l’armée a distribué 100 mille portions de l’aide sociale décidée par le gouvernement en raison du coronavirus, il a fait remarquer que cette opération se trouve à mi-chemin et a besoin de dix jours supplémentaires pour être achevée.
« Le fait de couper les routes va entraver cette mission parce que les distributions se feront depuis les école à partir de la semaine prochaine », a-t-il déploré. Il faisait allusion aux manifestations éparses qui ont éclaté ces derniers jours, certaines d’entre elles pour critiquer le gouvernement et d’autres pour  exprimer l’hostilité au gouverneur de la Banque centrale.

Il a ajouté: « Le moment est venu de rouvrir notre pays malgré l’extension de l’état de mobilisation générale. Notre stratégie contre le coronavirus a été efficace, mais elle ne devrait pas être perdue tant que nous ne sommes pas à l’abri de l’épidémie. Nous avons mis en place une approche progressive pour lever la fermeture, car le manque de prudence peut détruire le pays. Nous devons continuer à être disciplinés pour nous assurer de rester ainsi afin de ne pas perdre le succès si les mesures ne sont pas respectées. »

« La dernière chose que nous voulons, c’est passer d’une fermeture à une autre. Nous continuerons à protéger le peuple libanais, et le gouvernement sera un puissant bouclier pour la lutte contre la corruption », a-t-il assuré.

Et M. Diab de conclure : « se trompent ceux qui pensent que nous allons les regarder faire alors qu’ils complotent un coup d’État en volant l’argent des gens en augmentant le prix du dollar. Nous ne tolérerons pas et n’hésiterons pas à éliminer tous ceux qui menacent la stabilité financière parce que ces gens veulent l’effondrement du pays pour protéger leurs propres intérêts au détriment du Liban et des intérêts du Liban. L’État frappera fermement. »

http://french.almanar.com.lb/1730368


 

LIBAN : COMMANDO DU HEZBOLLAH A L'ASSAUT D' "ISRAËL"?

Moghniyeh visé : le Hezbollah va-t-il riposter?

Sat Apr 18, 2020 1:14PM

  1. Accueil
  2. Moyen-Orient

La bordure "sécuritaire" israélienne sur les frontières avec le Liban a été foncée, le 17 avril 2020. ©Tasnim

00:0001:55HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

La bordure "sécuritaire" israélienne sur les frontières avec le Liban a été foncée, le 17 avril 2020. ©Tasnim

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

À peine quelques heures après ce que la presse israélienne qualifie de chasse « aux hauts commandants du Hezbollah », chasse ratée à en juger les images vidéo qui envahissent la toile, les médias israéliens rapportent une « opération d’infiltration » depuis le Liban vers Israël. Un drone israélien a frappé le mercredi 15 avril une voiture près d’une pâtisserie, située dans le quartier d’al-Heydari, près de la frontalière syro-libanaise. À en croire la presse sioniste, le fils du haut commandant du Hezbollah, tué en 2008, Imad Moghniyeh, se serait trouvé à bord de voiture avec trois autres membres du Hezbollah. Un premier missile a raté son objectif, ce qui « permet à Mustapha Moghniyeh » de quitter la voiture avant qu’un second engin ne s’abatte sur le véhicule.  

Hezbollah: Israël rate son coup

Hezbollah : Israël rate son coup

le Hezbollah ne pardonnerait jamais cette agression israélienne qui visait quatre commandants du mouvement.

Il s’agit d’une troisième attaque israélienne de ces dernières semaines qui survient dans un triangle relativement petit à environ 40 kilomètres les uns des autres sur la frontière syro-libanaise, non loin de la province syrienne de Quneitra. Et pourtant l’attaque du mercredi a quelque chose d’inouï : elle a l’air d’avoir été connue d’avance ! Cela fait des mois que les sources israéliennes se disent inquiètent des « agissements des services de renseignements du Hezbollah » au Golan « syrien » et la vidéo qui vient d’être publiée en apporte la preuve. Les occupants de la voiture qui semblent parfaitement maîtriser la situation abandonnent la voiture dans une position bien particulière comme pour tromper le missile qui allait être tiré. Le fiasco est encore plus grand quand on sait qu’il y a quelques jours, l’armée israélienne publiait une vidéo mettant en scène la rencontre entre un haut général syrien et un haut commandant du Hezbollah, voulant accroire qu’il maîtrisait totalement la donne au Golan et au Sud syrien.  

Le Hezbollah n’a pas encore réagi à ces incidents, mais dans les heures suivant cette attaque, le ministère libanais des Affaires étrangères la condamne dans un communiqué où est dénoncée « l’agression menée par un drone israélien ayant largué deux missiles sur un véhicule civil libanais et en exposant ceux qui se trouvaient à son bord au danger de mort ». « Cette attaque s’inscrit dans le cadre de la politique d’agression permanente d’Israël envers le Liban ». 

Quasi paralysée par la crise de Covid 19, Israël craint des infiltrations en Galilée...

Quasi paralysé par la crise de Covid-19, Israël craint des infiltrations en Galilée...

"Le Hezbollah ayant menacé Israël de pénétrer les frontières du nord, le régime israélien continue de construire un mur le long de la frontière libanaise."

Le Hezbollah va-t-il riposter ? 

« La question du transport d’armes à la Résistance revêt certes une importance toute particulière pour Israël. Mais en cumulant des ratés comme cette dernière opération, le régime israélien s’expose droit aux risques de représailles alors que son armée est empêtrée à fond dans ce qui est qualifié par Lieberman de pire crise jamais connue en Israël, pire que les “missiles du Hezbollah” à savoir l’épidémie de Covid-19. », estime un analyste libanais joint par Presstv. 

« Ce samedi matin, la presse israélienne nous a appris une “opération d’infiltration” depuis le Liban vers les territoires occupés après la découverte d’une “ouverture” dans les fils barbelés séparant le Liban d’Israël : » c’est une action éminemment dangereuse, estime Yon Ben Menachem, chroniqueur de Ynet. « C’est extraordinaire cette équation de dissuasion que le Hezbollah a réussi malgré des centaines de frappes israéliennes en Syrie à établir. Ses membres ont forcé dans trois endroits différents le mur de séparation sans que notre appareil de renseignement ne s’en aperçoive, et ce alors qu’Israël est en pleine lutte contre la Covid-19. Ce n’est pas uniquement une démonstration de force. C’est bien plus. Nous avons détruit des tunnels souterrains du Hezbollah, mais il est toujours capable à s’infiltrer en Galilée. Des dizaines ou des centaines de ses membres trouveraient d’ailleurs une très belle occasion à travers notre affaiblissement à débarquer dans le Nord israélien. Et puis qui sait les tunnels seraient peut-être en ce moment en phase de construction, mais dans l’état où notre armée se trouve, Israël oserait-il les bombarder en sol libanais ? »

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/18/623271/Liban--Isral-met-en-pril-sa-survie


 

LE HEZBOLLAH : "ISRAËL" JOUE AVEC LE FEU

Les drones israéliens tentent de provoquer la réponse balistique du Hezbollah

Wed Apr 15, 2020 2:45PM

Accueil

  1. Moyen-Orient

Des soldats de la FINUL ont mis fin à une impasse entre les forces libanaises et israéliennes après avoir appris que ces dernières avaient franchi la Ligne bleue le 14 avril 2020. ©Alishoeib1970/Twitter

Des soldats de la FINUL ont mis fin à une impasse entre les forces libanaises et israéliennes après avoir appris que ces dernières avaient franchi la Ligne bleue le 14 avril 2020. ©Alishoeib1970/Twitter

Un drone israélien a pris pour cible ce mercredi 15 avril une voiture sur le sol libanais près des frontières syro-libanaises au passage de Masnaa, a rapporté le site d’information el-Nashra ajoutant que l’attaque n’a cependant fait aucun blessé.

Le site libanais a publié une photo de la voiture endommagée à la frontière libano-syrienne qui avait été diffusée sur les réseaux sociaux. Des nouvelles contradictoires circulent, certains signalant une frappe de drone israélien et d’autres font état d’une explosion.

L’agence de presse SANA a également affirmé qu’une voiture civile avait été prise pour cible au point de passage de Masnaa, à la frontière syro-libanaise, causant des dégâts.

La journaliste libanaise Marwa Osman a dénoncé dans un message sur son compte tweeter « la tentative d’assassinat menée l’organisation terroriste israélienne ».

Marwa Osman || مروة عثمان@Marwa__Osman

 

An assassination attempt done by none other than the Israeli Terrorist organization funded and protected by the west.
No info yet about the target of the failed attempt today which was via a guided missile against someone in a 4x4 jeep crossing the border between Lebanon & Syria.

View image on TwitterView image on Twitter

133

Twitter Ads info and privacy

75 people are talking about this

La chaîne libanaise LBC a par ailleurs affirmé que le véhicule appartenait au Hezbollah et se dirigeait vers la Syrie.

Le correspondant d’Al-Modon, Ahmed al-Chami, citant des sources syriennes, a dit que la voiture avait été prise pour cible à l’intérieur du territoire syrien Jdeidat Yabous, village situé à 45 kilomètres à l’ouest de Damas, et que le conducteur avait réussi à s’échapper. Cela s’est produit après que le premier missile tiré par le drone israélien n’a pas touché la cible.

Cela intervient alors que des soldats de l’armée libanaise ont affronté hier (mardi) les troupes israéliennes, après avoir appris que ces dernières avaient franchi la Ligne bleue - la frontière délimitée par les Nations Unies entre le Liban et les territoires occupés palestiniens.

Les médias locaux ont rapporté qu’une vingtaine de forces israéliennes avaient pénétré dans les territoires libanais tout en effectuant des travaux sur le mur de béton de leur côté de la frontière, près du village libanais de Marjayoun.

Un bulldozer militaire israélien a été photographié par des journalistes libanais à l’intérieur du mur, et le personnel israélien a été vu en train de monter une tente avec du matériel technique à l’intérieur, sous le couvercle d’un char Merkava à proximité.

https://www.jacques-tourtaux.com/blog/liban/le-hezbollah-israel-joue-avec-le-feu.html

"ISRAËL" PROVOQUE LE HEZBOLLAH

Les drones israéliens en ligne de mire de la DCA libanaise

Mon Apr 13, 2020 6:11PM

Un drone israélien de type Eitan. ©Times of Israel

Un drone israélien de type Eitan. ©Times of Israel

Le Liban affirme que des avions d’espionnage israéliens sont entrés dans son espace aérien et ont survolé la capitale Beyrouth et sa banlieue sud en violation flagrante d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’agence d’information officielle libanaise a rapporté que l’avion avait survolé dimanche soir et tôt lundi matin Beyrouth et le quartier de Dahiyeh à moyenne altitude.

De nombreux habitants de Beyrouth se sont emparés de Twitter pour exprimer leur colère. Ils ont également remis en question les priorités du régime de Tel-Aviv, à un moment où les responsables médicaux israéliens se battent pour contrôler la propagation du coronavirus dans les territoires occupés.

Plus de 11 200 personnes ont été infectées par le coronavirus en Israël et 110 sont mortes, selon un dernier bilan de worldometers.info.

Israël viole presque quotidiennement l’espace aérien du Liban, prétendant que les vols servent à des fins de surveillance.

Lire aussi : Israël : le Liban ne se laisse pas faire

Le 24 août de l’année dernière, deux drones israéliens se sont écrasés dans le quartier sud de Beyrouth.

Le Hezbollah a déclaré à l’époque que le premier drone était tombé sur un bâtiment abritant le bureau des médias du Hezbollah dans la banlieue de Dahiyeh.

Le deuxième drone, qui semble avoir été envoyé par Israël pour rechercher le premier, s’est écrasé dans un terrain vide à proximité après avoir explosé dans l’air, a-t-il ajouté.

DCA: le Liban avertit Israël

DCA: le Liban avertit Israël

Le Liban ne permettra jamais à Israël d'utiliser son espace aérien pour attaquer les positions de la Résistance en Syrie.

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a déclaré le lendemain que les combattants du mouvement de résistance riposteraient à toute nouvelle violation de l’espace aérien libanais par des drones israéliens, avertissant le régime de Tel-Aviv de cesser immédiatement de telles violations.

« Le Hezbollah s’efforcera d’abattre tous les drones israéliens violant l’espace aérien du Liban », a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé à l’époque.

Lire aussi : "Le ciel libanais ne restera pas éternellement ouvert à Israël"(Armée libanaise)

Le secrétaire général du Hezbollah a noté que l’incursion de drones israéliens au Liban équivalait à une attaque ouverte contre la souveraineté du pays arabe.

Le gouvernement libanais, le Hezbollah et la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) ont condamné à maintes reprises les agressions d’Israël, affirmant qu’elles violent clairement la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies et la souveraineté du pays.

Nouvelle violation de l’espace aérien et maritime du Liban par le régime israélien

Nouvelle violation de l’espace aérien et maritime du Liban par le régime israélien

Des sources libanaises font état de la violation ce dimanche de l’espace aérien du Liban par les avions de combat du régime israélien.

La résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a permis un cessez-le-feu dans la guerre qu’Israël a lancée contre le Liban en 2006, appelle Tel-Aviv à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale libanaises.

 

"ISRAËL" : LE HEZBOLLAH AFFÛTE SES ARMES?

Quasi paralysée par la crise de Covid 19, Israël craint des infiltrations en Galilée...

Fri Apr 10, 2020 1:26PM

Des membres du Hezbollah libanais. ©Tasnim/Illustration

Des membres du Hezbollah libanais. ©Tasnim/Illustration

La sévère mise en garde lancée jeudi par le Premier ministre libanais à Israël contre la poursuite de la violation systématique du ciel libanais, que ce soit dans l'effet d'intimider le Liban ou afin de lancer des frappes contre la Syrie, n'a guère été prise à la légère par Israël et à raison. L'armée libanaise ayant été totalement déçue par l'axe US/France/Arabie, il se peut qu'elle s'alimente bien auprès de l'arsenal du Hezbollah. Or Israël sait que cet arsenal a de quoi repousser et abattre non pas seulement les drones mais aussi les avions sionistes. Débordée par la crise du coronavirus, l'armée sioniste a effectivement toutes les raisons du monde de craindre les « infiltrations » ennemies sur le front nord. 

Selon le journal en ligne Al-Masdar News, Israël continue de construire un mur le long de la frontière libanaise. La chaîne du régime de Tel-Aviv  « Channel 12 » a rapporté que malgré l'épidémie de coronavirus, les travaux se poursuivent ces jours-ci pour achever la barrière de ciment à la frontière israélo-libanaise afin d'empêcher toute infiltration ou attaque du Hezbollah.

Cette photo d'archives montrant les constructions israéliennes à la frontière avec le Liban a été publiée le 8 avril sur Twitter par Mokednews.co.il. 

Channel 12 a rapporté que la décision israélienne était liée à la construction d'un mur de ciment avec une clôture de sécurité équipée de dispositifs de surveillance avancées, car le régime israélien a achevé la construction d'une section du mur (15 km de long), le long de la frontière entre Israël et le Liban, qui atteint environ 140 km.

La chaîne a noté sur son site Internet que le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, avait menacé Israël de pénétrer les frontières et de prendre le contrôle de parties de la région de la Haute Galilée dans le nord de la Palestine occupée dite Israël.

DCA: le Liban avertit Israël

DCA: le Liban avertit Israël

Le Liban ne permettra jamais à Israël d'utiliser son espace aérien pour attaquer les positions de la Résistance en Syrie.

Le ministère israélien des Affaires militaires concentre ses efforts sur la frontière libanaise depuis plus d'un an maintenant, à la suite d'une opération visant à détruire un certain nombre de tunnels s'étendant entre le Liban et la Palestine occupée, comme l'avaient annoncé des médias israéliens.  

À son tour, le Liban a adressé une lettre aux Nations unies au sujet des violations répétitives d'Israël de leur espace aérien au cours de ces derniers mois.

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a ainsi déclaré dans un communiqué publié par l'agence nationale de presse (NNA, selon son sigle anglais) que le Liban ne permettrait pas à Israël de continuer à violer plus longtemps son espace aérien.

"Israël ne verra sa 80ème année"!

"L'humanité, Juifs, Chrétien, Musulmans, est arrivée à un stade où elle n'a d'autre choix que de renoncer au libéralisme et aux solutions humaines".

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/10/622729/Isral-Hezbollah-Armes-Covid19-Coronavirus-Gallil


 

LE HEZBOLLAH : LE CORONAVIRUS A RÉVÉLÉ LA VRAIE NATURE DES ETATS TYRANNIQUES ET DES REGIMES OCCIDENTAUX, SURTOUT LES USA

Hezbollah : Le coronavirus a dévoilé la vraie nature des Etats tyranniques et des régimes occidentaux, surtout les USA

 Depuis 14 minutes  10 avril 2020

safieddine

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le chef du bureau exécutif du Hezbollah sayed Hachem Safieddine a qualifié la pandémie du nouveau coronavirus de séisme qui a frappé le monde entier et provoqué un choc pour tous les Etats.

Lors d’un entretien avec la radio libanaise Nour, il a dit : « La pandémie a dévoilé la vraie nature des Etats tyranniques et des régimes occidentaux, surtout les Etats-Unis. Celui qui vaincra contre ce virus est celui qui jouit de volonté et de morale et est empreint de valeurs humaines ce qui fait défaut aux Etats-Unis et aux pays occidentaux ».

Evoquant le plan que le Hezbollah a mis au point pour lutter contre le Covid-19 au Liban, il a dit : « ce plan se veut être au service des gens, ce qui constitue l’un des devoirs les plus importants pour le Hezbollah. Le plan a laissé une bonne impression chez les gens et leur a remonté le moral pour faire face à cette crise. C’est la première fois que le Hezbollah annonce un plan pareil. Ce qui a contribué à cristalliser l’esprit d’initiative chez certaines forces politiques et à renforcer la concurrence saine au service des gens ».

Selon lui, le but de ce plan est de dire aux Libanais que « nous pouvons ensemble triompher de la pandémie du coronavirus loin des rancunes et des visées politiques ».
« Quand bien même une seule région serait ravagée par l’épidémie, cela mettrait en danger tous les Libanais. D’où l’importance de s’entraider et d’être solidaire derrière l’Etat, le gouvernement et le ministère de la Santé. Espérons que la lutte contre le coronavirus sera l’occasion de se débarrasser de certains coutumes libanaises liées à l’épidémie politique libanaise qui se veut politiser toute choses », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la crise libanaise économique, il a répondu : « il est strictement interdit de revenir à l’expérience économique qui a échoué… les politiques qui ont été suivies ont renforcé une économie rentière qui s’est soldée par un échec. Personne ne peut plus afficher vouloir adopter ce système. La priorité a longtemps été accordée aux banques et à l’économie rentière qui a profité à beaucoup d’hommes politiques et à d’autres… Nous ne voulons pas accuser les banques en tant que banques ou la mentalité banquière. Aujourd’hui, il est question d’identifier ceux qui assument la responsabilité de cette expérience économique qui a été un fiasco et à laquelle il n’est pas permis de retourner ».

Sur les solutions financières préconisées par le gouvernement libanais, il s’est expliqué : « elles comprennent un ensemble d’axes et il n’est pas nécessaire que le Hezbollah accepte toutes ses clauses. Le Hezbollah ne discute pas les titres mais les programmes et les mécanismes. Nous voulons une économie et une activité financière et monétaire qui soit au service des gens st surtout des plus pauvres »… Sayed Safieddine a réitéré la position du Hezbollah qui refuse d’imposer des impôts aux pauvres et aux personnes à faible revenu.

A propos de l’ingérence des Etats-Unis dans les affaires internes libanaises, il a dit : « hormis les désignations et les nominations, les Etats-Unis ont toujours tenté de s’imposer dans les nominations pour les postes importants au niveau de la banque centrale et dans tout ce qui a trait aux questions financières et monétaires ». Et d’assurer sur cette question : « Le Hezbollah n’accepte pas que le destin du Liban soit décidé par le Fonds monétaire international ou par tout pays et surtout les Etats-Unis ».

Le chef du bureau exécutif du Hezbollah a terminé son entretien avec la radio Nour en marquant le soutien du Hezbollah au gouvernement actuel, qu’il a qualifié « d’unique planche du salut ». En concluant: « les Libanais n’ont d’autre voie que de se rassembler autour de lui parce que c’est un gouvernement efficace, fort et actif. Si certains libanais s’emploient à le renverser nous serons dans une situation plus difficile sur les plan financier, économique et social ».

http://french.almanar.com.lb/1714220