COVID -19 AU LIBAN : 8 DÉCÈS. 50 000 BOITES DE CHLOROQUINE RÉSERVÉES

Covid-19 au Liban : 8ème décès, 50 mille boites de chloroquine réservées

 Depuis 15 minutes  27 mars 2020

beyrouth

beyrouth

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le couvre-feu partiel décrété  est entré en vigueur ce vendredi 27 mars à partir de 19h00, heure locale, dans le cadre du renforcement des mesures de confinement pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus au Liban.

Décidé lors du Conseil des ministres, le jeudi 26 mars, il ordonne la fermeture  totale de toutes les entreprises et commerces entre 19 heures et 5 heures du matin.

8 décès, 391 contaminations

Selon un nouveau décompte du ministère de la santé, une septième personne infectée est décédée, un homme âgé de plus 80 ans et qui avait des problèmes de santé. Dans la soirée, des médias ont fait état d’un huitième décès, également une personne du troisième âge.
23 contaminations supplémentaires ont été enregistrées, haussant le bilan total à 391.
27 personnes infectées sont guéries, a indiqué le rapport quotidien du ministère de la santé, selon lequel 4 patients sont dans un état critique.

Metn, Beyrouth, Kesrouan

Les régions les plus touchées étant selon lui le Metn, avec 70 cas, Beyrouth avec 60 cas, et le Kesrouan avec 44 cas.
Toujours selon ce rapport, 59% des cas sont hommes et 41 %des femmes.
Et il est également question de 16 enfants infectés.

Le jeudi, le ministre de la santé Hassan Hamad a annoncé que les hôpitaux publics dans plusieurs régions libanaises ont été équipés pour accueillir les cas contaminés. Jusqu’à présent, la pulpart des cas sont hospitalisés dans l’hôpital Rafic Hariri à Beyrouth

Ce vendredi, il a rencontré les responsables des camps des réfugiés palestiniens pour y aménager les préparations nécessaires.

50 mille boites de chloroquine

Lors d’une interview avec une télévision locale, M. Hamad a révélé avoir réservé 50 mille boites de Chloroquine, remède reconnu de la maladie, assurant que cette quantité dépasse de loin le scénario le plus dramatique pour le Liban.

Il a indiqué que le Liban a dépassé le danger du scénario dans les cas italien et espagnol.
« Le 10 avril sera une date décisive, tout dépendra des gens, ce sont eux qui auront le dernier mot dans cette bataille », a-t-il affirmé.
« Nous sommes encore à mi-chemin pour pouvoir franchir le danger. Ils faut respecter le confinement à la maison dans les prochaines semaines », a-t-il conclu.

5 semaines pour l’endiguement

A noter que le gouvernement a prolongé la durée de confinement qui devait prendre fin à la fin du mois de mars jusqu’au 12 avril.

Le 15 mars, le Conseil des ministres avait proclamé « l’état d’urgence sanitaire » au Liban et décrété la « mobilisation générale », précisant des mesures de confinement et notamment la fermeture de l’aéroport et des frontières jusqu’au 29 mars.

Une semaine plus tard, le 21 mars, le Premier ministre avait appelé les Libanais à un couvre-feu « auto-proclamé » et demandé aux institutions militaires et sécuritaires de mettre en place un plan pour contraindre les gens à rester chez eux.

« Nous sommes encore dans une phase de grave danger et il est nécessaire de prolonger la mobilisation générale car l’endiguement de l’épidémie demande cinq semaines », a déclaré le Premier ministre Hassane Diab selon des propos relayés par la ministre de l’Information et la porte-parole du gouvernement, Manal Abdel Samad, à l’issue du Conseil des ministres.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1695971


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire