« ISRAËL » QUI CREVE DE PEUR ELABORE UN PLAN DE FUITE EN CAS D’ATTAQUE DU HEZBOLLAH

Par Le 29/11/2016 0

Dans LIBAN

«Israël» élabore un plan de fuite face au Hezbollah

Durant les derniers jours, «Israël» a publié un plan élaboré par l'armée israélienne et baptisé «Zone sécurisée», visant à affronter le scenario d'une  tentative du Hezbollah de franchir la frontière et de prendre le contrôle de colonies. Le plan en question consiste à évacuer 87 mille colons, dans une zone qui s'étend sur 4km,  en cas du déclenchement d'une guerre ou d'un état d'urgence proclamé par les SR, quelques heures avant la guerre.

Ce plan a été élaboré au terme d'un atelier de travail organisé par l'armée ennemie, dans le but de protéger la frontière et aussi la profondeur du front intérieur, l'ennemi sachant que l'éventail des menaces n'était plus limité dans une seule zone, puisque les menaces comprennent de même des incursions dans les territoires occupés.

Bien que le plan évoqué soit de nature tactique, il comprend aussi des messages relatifs à la vision de l'armée ennemie quant aux capacités du Hezbollah, à sa détermination et à la zone qu'il serait en mesure d'envahir dans toute prochaine confrontation.

En effet, «Israël» veut toujours rappeler qu'il possède  un plan de défense pour affronter la menace représentée  par le développement des expertises du Hezbollah, surtout des capacités stratégiques et des tactiques du parti, en raison de sa participation à la lutte contre le terrorisme sur le territoire syrien.

Il convient de préciser  que le quotidien  Haaretz ayant publié le plan de l'ennemi, a rappelé que le chef de la zone du nord de l'armée israélienne, Afif Kokhafi, a œuvré tout au long de deux années, pour consolider le front du nord face au Hezbollah. Un travail comprenant des plans défensifs visant à entraver l'infiltration  des combattants du Hezbollah dans les colonies, et empêcher des offensives brusques, ainsi que d'autres éléments relatifs à la menace des antichars et à l'invasion des colonies.

Un plan de tactique, des indices stratégiques

Tout en prenant en compte que le plan fait partie d'un autre, encore plus large, la tactique comprend des indices significatifs sur la dimension du changement survenu sur l'idéologie stratégique des chefs de l'armée ennemie. Ces changements s'éclaircissent en réalisant qu'«Israël», ayant développé ses capacités militaires et technologiques à des niveaux sans précédent, est le même «Israël» qui se vantait de traiter les sources des menaces imminentes par le transfert de la bataille vers le territoire de l'ennemi afin de détruire son potentiel et d'occuper son territoire. Mais cette entité s'est dégradée à un niveau qui la contraint à prendre la mesure de l'évacuation préventive et diligente de ses colons, avant que le Hezbollah n'y arrive. De fait, selon les estimations israéliennes, les combattants du Hezbollah franchiront la frontière et feront des incursions dans le territoire occupé.

Mais l'indice le plus important, est qu'un choix de fuite n'aurait été élaboré  qu'à la suite de la reconnaissance, par les hauts responsables politiques et militaires, de l'échec  des principes adoptés par l'état juif depuis sa fondation. Des principes basés sur la dissuasion  des ennemis d'Israël  de planifier et de prendre l'initiative offensive  et basés aussi sur la confiance en les renseignements qui lui permettent de prévoir  la menace et puis d'asséner des frappes préventives arrivant à détruire le potentiel de ses ennemis.

Un autre indice explique l'adoption de la doctrine de l'évacuation. Ainsi, «Israël» reconnait désormais la nature sérieuse des menaces lancées par le secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, sur la prise du contrôle de la Galilée. L'ennemi reconnait de même l'échec de sa force de dissuasion à empêcher le commandement du Hezbollah et ses hommes à adopter ce choix. L'entité sioniste croit en la détermination et la capacité du Hezbollah à faire cette démarche.

Par ailleurs, la publication du plan de la fuite des colons, confirme un fait. «Israël» n'ose plus aborder ou même  envisager le choix d'occuper une zone du Liban comme elle l'a fait tout au long de 15 ans, afin d'affronter la possibilité d'une offensive contre les colonies, en riposte à toute agression israélienne contre le Liban. L'ennemi n'ose pas, non plus miser sur la mise en place d'une zone sécuritaire  similaire dans les territoires occupés de manière à protéger les colons qui s'y trouvent. «Israël» a eu recours au choix d'évacuer ces derniers avant l'arrivée des moudjahidines  du Hezbollah.

Bref, le plan israélien illustre clairement la réussite du Hezbollah à influencer la conscience du commandement et du public israéliens. Sa réussite à briser l'image de l'armée censée être en mesure de répondre aux demandes du commandement politique et aussi  à consolider l'image du combattant intrépide du Hezbollah.

Source : Al-Ahednews, traduit par l’équipe du site

29-11-2016 | 14:14

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21073&cid=323#.WD2bP_nhA2w


 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire