LE PÉTROLE IRANIEN AU LIBAN?

  • Par
  • Le 09/07/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans LIBAN

Le corridor énergétique Iran-Irak-Syrie-Liban: le Hezbollah jette les bases

Thu Jul 9, 2020 1:48PM

Le pétrolier iranien «Grace 1» a accosté l'an dernier aux côtes syriennes pour livrer 2,1 millions de barils de pétrole au pays en dépit des menaces américaines. ©AFP

Le pétrolier iranien «Grace 1» a accosté l'an dernier aux côtes syriennes pour livrer 2,1 millions de barils de pétrole au pays en dépit des menaces américaines. ©AFP

Evoquant les récentes remarques du Secrétaire général du Hezbollah libanais sur la nécessité de l’autosuffisance du pays dans les secteurs agricole et industriel, Abdel Bari Atwan a qualifiée cette initiative de voie la plus courte pour sortir de la crise libanaise.

L’éminent analyste arabe et l’éditorialiste du journal Raï al-Youm s’est penché dans son dernier article sur le discours du mardi 7 juillet de Seyyed Hassan Nasrallah qui a souligné la nécessité de lancer un combat dans les secteurs agricole et industriel au Liban afin d’atteindre l'autosuffisance pour contrer les sanctions américaines visant à mettre à genou le Liban.

Atwan a estimé que le plan abordé par le secrétaire général du Hezbollah était « le chemin le plus court vers la dignité du Liban et la sortie de la crise à laquelle le pays fait face. »

Loi César: le Liban se tourne vers l’Est

Loi César: le Liban se tourne vers l’Est

La loi César pousse le Liban vers la Chine et la Russie.

Il a ensuite fait référence à l'Égypte sous Jamal Abdel Nasser: « Les Égyptiens mangeaient seulement des produits agricoles égyptiens et consommaient les produits des usines égyptiennes. Jamal Abdel Nasser était fier de porter un costume, une chemise et des chaussures égyptiens. »

« Lorsque les nations recherchent la dignité, la souveraineté nationales et le progrès, elles trouveront sûrement un moyen d'y parvenir », a-t-il ajouté.

Atwan a souligné que le retour des Libanais à l'agriculture et à l'industrie nationale n'était pas une mauvaise chose, tout comme le pivot vers l’Est (la Chine et la Malaisie, la Russie, l'Irak, la Syrie et l'Iran), étant donné les intimidations américaines et les actions insolentes de l'ambassadrice de Washington à Beyrouth.

Il a ensuite souligné la nécessité de l’éloignement non seulement des Libanais, mais aussi de tous les pays arabes et musulmans de l’Occident: « Les Occidentaux ont détruit l'Irak, la Syrie et la Libye et soutiennent Israël. Ils ont également tué des millions d'Arabes et de Musulmans et sanctionné une grande partie de ces nations. »

« Le fait que la Chine, deuxième plus grande économie du monde, se soit dite intéressée par la coopération avec le Liban et la participation à des projets de développement pour sortir le Liban de la crise, a suscité des inquiétudes aux États-Unis », a noté Atwan tout en regrettant d’entendre certains Libanais parler de la fermeture définitive de la frontière avec la Syrie […] ou de l’interdiction des produits pétroliers iraniens.

En effet, l’intérêt du Liban n’est pas important pour ces personnes-là qui répètent les propos des autorités américaines.

USA: Nasrallah choque encore...

USA: Nasrallah choque encore...

La bataille anti-US du Hezbollah se précise. Le pont est rétabli entre la Chine et le Hezbollah libanais.

Le secrétaire d’État américain a déclaré que la vente du pétrole iranien était interdite. « Nous faisons tout notre possible pour garantir que l'Iran ne puisse pas vendre son pétrole brut à diverses parties, dont le Liban ». Mais de quoi l'Amérique a-t-elle peur?

Le secrétaire général du Hezbollah a proposé dans son discours la meilleure solution pour une sortie de crise non seulement au Liban mais aussi au sein de l’Oummah arabe et islamique, a conclu Atwan.

Lire aussi: "Un virage du Liban vers l'Est?! le Hezbollah a provoqué notre panique "(Département d'État)

 

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/09/629254/Liban-de-quoi-lAmerique-a-t-elle-peur


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire