SARAH RAAD : ALI RIDA, LE FILS DE SON PERE !

  • Par
  • Le 11/11/2016
  • Commentaires (0)
  • Dans LIBAN

Ali Rida, le fils de son père!

   Par Sarah RAAD

Tout le monde attend, le silence règne dans la foule… Une voix jeune mais forte vient briser le mutisme. Un petit enfant vêtu d’un uniforme militaire, un foulard jaune aux épaules, apparait à peine sur le podium derrière le microphone. Les yeux brillants, la position fixe, Ali Rida prononce un discours vibrant en hommage à son père, le leader martyr Hatem Hamada. En l’écoutant, vous ne croyez pas qu’il s’agit d’un enfant de 8 ans seulement.

 

             

 

 

A l'image de son père

Son courage, sa détermination et sa fierté… Quel est le secret de ce petit enfant?

Celui qui a fréquenté «Hajj Alaa», le surnom du martyr, connait ce secret. Derrière les traits durs de cet homme d’une quarantaine d’années se dissimule son aimable personne qui a touché quiconque l’ayant connu. Il ne tenait aucune importance à tout ce qui était éphémère, connu pour sa modestie, son caractère calme, son visage souriant… mais aussi pour son courage, sa génie et sa vaillance.

Selon ses proches, il était un ami fidèle, un enseignant génial, un frère pieux, un mari aimable et surtout un père exceptionnel…

Bien qu’il fût souvent absent de son domicile, il trouvait toujours le temps pour ses deux enfants, Fatima (11 ans) et Ali Rida (8 ans).

Ali Rida, le fils de son père!

 

«Dès qu’il entre à la maison, il s’occupe totalement des enfants: ils révisent ensemble, s’entretiennent, sortent en plein air, prient dans la mosquée, font les courses et font toutes les activités ensemble…», a affirmé sa femme, Maryam Fakhereddine, à notre site Alahednews.

«Comme il était intelligent dans sa carrière et dans le jihad, Hajj Alaa était aussi intelligent dans l’instruction de ses enfants, et surtout celle d’Ali Rida. Moi, comme toutes les mères, j’ai peur pour mes enfants. Mais lui (le martyr), il donnait de simples charges à Ali pour l'encourager et agrandir la confiance en soi.  Comme s’il préparait la famille à son absence et notamment il préparait Ali Rida à en être le responsable après son martyre», a-t-elle souligné, citant un exemple où le martyr a demandé à son fils, qui est le plus jeune, d’accompagner sa fille Fatima à un rassemblement, proche de la maison, lors d’Achoura.

«Hajj Alaa a semé les bonnes qualités dans ses enfants, et Ali Rida –comme Fatima- ne sont qu'un miroir reflétant l'image de leur père», a conclu la veuve.

Orphelins pas comme les autres

Le comportement d’Ali Rida lors du deuil de son père a été apprécié par tout le monde et surtout par le secrétaire général du Hezbollah, qui l’a qualifié du «gamin karbalai» (provenant du Karbala).

Mais Ali Rida n’est pas un cas unique. Beaucoup de fils de martyrs font preuve de force et de courage après le martyre de leurs pères.

 

 

Ali Rida, le fils de son père!

Un combattant de la Résistance islamique part aux champs de bataille en toute confiance qu’il laisse derrière lui une famille pieuse, et des enfants conscients de l’importance de sa mission, celle de conserver la patrie et la dignité.

Et s’il retourne en cercueil, ses enfants promettent -tous et résolument- de poursuivre le chemin de la résistance jusqu'à la victoire finale.

Oui, ces enfants deviennent des orphelins… Mais des orphelins pas comme les autres!

Source: french.alahednews

11-11-2016 | 11:26

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20834&cid=323#.WCZLQ_nhA2w


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire