SCENARIO ANTI-HEZBOLLAH : LE TRIPLE ÉCHEC !

«Le Liban ne fera pas face à une crise après la démission de Diab»

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants du Hezbollah à Beyrouth. ©AFP/Archives

Ce mardi, la démission du gouvernement de Hassane Diab a fait la une de la presse libanaise selon laquelle, la troïka USA-France-Arabie saoudite est de connivence avec l’arrivée au pouvoir de l’ancien ambassadeur du Liban aux Nations unies, Nawaf Salam, à la tête d’un gouvernement qu’elle appelle « neutre ». Mais pourquoi Washington-Paris-Riyad soutiennent-ils cet ancien juge de la CPI, largement impliqué dans le dossier de l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri,  assassinat monté de toute pièce par les services secrets israélo-americains ? Il y va évidemment d'un scénario anti-Hezbollah... Mais l'axe US/Israël que représente la France macroniste peut-il réellement quelque chose contre le Hezbollah?  

Évoquant les conséquences de la démission du Premier ministre libanais Hassan Diab et l’avenir politique du Liban, l’expert iranien des questions politiques Saadollah Zareï a déclaré : « Puisque nous assistons à des courants stables au Liban, avec une gestion cohérente des événements actuels, le pays ne fera pas face à une crise. »

Selon l’agence de presse iranienne Tasnim, lors d’une table ronde tenue à Téhéran à l’occasion de « l’anniversaire de la Résistance islamique », Zareï a évoqué les récents développements au Liban et la démission du Premier ministre libanais Hassan Diab : « l’Occident est actuellement confronté à un vide de pouvoir au Liban et l’ancien système politique a perdu sa légitimité avec la présence de Saad Hariri et Samir Geagea, ces derniers étant les premiers accusés de corruption au Liban. D’ailleurs, les protestations actuelles n’ont pas de place au Liban, car elles sont dirigées par des figures de proue de la corruption, et la France ne peut pas compter sur un tel mouvement. »

Selon l’expert iranien, le Premier ministre libanais Hasssan Diab en annonçant sa démission s’est retiré du pouvoir pour ne pas être la cible des protestations.

Appui satellite, armes tactique, le Hezbollah saura faire à Haïfa, ce qu'Israël a fait à Beyrouth?

Appui satellite, armes tactiques, le Hezbollah saura faire à Haïfa, ce qu’Israël a fait à Beyrouth ?

Le désarmement du Hezbollah, pas une priorité », dit Paris... 

Selon l’expert des affaires régionales, le Hezbollah libanais est devant un triple scénario :

Premièrement, les élections anticipées : alors que le pouvoir est divisé au Liban, les élections ne semblent pas être une solution appropriée, mais le Hezbollah n’a aucun problème avec les résultats de nouvelles élections.

Deuxièmement, l’élargissement du pouvoir de l’armée : le Hezbollah a toujours mis l’accent sur le renforcement de l’armée qui est parfaitement capable de gérer le dossier des récentes explosions à Beyrouth.

Troisièmement, la question de la corruption : à cet égard, du fait que la majeure cause de la grande explosion de Beyrouth était la corruption, le Hezbollah insiste sur la lutte contre la corruption.

Selon Zareï, dans les circonstances actuelles, on peut s’attendre à davantage de violences dans les manifestations des protestataires, et il pourrait y avoir même des opérations terroristes, ce qui sera au détriment des manifestations et de la population et réduira le nombre des manifestants. Pourtant, les élections législatives pourraient créer une nouvelle atmosphère au Liban.

Plus loin dans ses déclarations, l’expert des questions régionales a ajouté : « Dans la situation actuelle, on peut s’attendre à ce que la Résistance libanaise devienne la cible de propagandes contre le Hezbollah. Mais puisque nous assistons à des courants stables au Liban, avec une gestion cohérente des développements actuels, le pays ne fera pas face à une crise. La Résistance libanaise, quant à elle, cherche à instaurer le calme au Liban et essaie d’éviter la politisation de l’enquête sur les explosions à Beyrouth. Par contre, l’opposition et les pro-occidentaux chercheront le chaos et la poursuite des manifestations violentes.

French Presstv

French Presstv

Pourquoi Nasrallah a parlé de Haifa comme faisant partie de sa stratégie de guerre 4 jours après les explosions de Beyrouth?

 

Partager Cet Article

SOURCE: PRESS TV

https://french.presstv.com/Detail/2020/08/11/631568/Demission-de-Diab-poussera-elle-le-Liban-vers-une-crise--


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire