LIBYE

LIBYE : LA RUSSIE FRAPPE LA TURQUIE !

Al-Watiya bombardée, officiers turcs tués, MIM-23 Hawk US pulvérisé

Mon Jul 6, 2020 9:52AM

La batterie de la DCA turque MIM-23 Hawk frappée par les MiG-29 russes à al- Watiya. ©Mashregh News

La batterie de la DCA turque MIM-23 Hawk frappée par les MiG-29 russes à al- Watiya. ©Mashregh News

Le coup est de taille et il est signé "Russie" : une frappe aérienne a été menée contre la base aérienne d'al-Watiya en Libye que l'OTAN occupe depuis peu par Ankara interposé et où il détenait les batteries de missiles américaines MIM-23 Hawk, en prévision évidemment des attaques visant les MiG-29S russes chargés de contrer l'avancée de l'axe Turquie-OTAN vers Syrte. Ce premier coup royal qui pourrait aussi avoir impliqué l'Egypte, intervient alors que le chef d'état-major algérien s'était rendu voici peu en Russie pour participer à la fête de la victoire. Ce fut une visite peu commentée mais qui est néanmoins intervenue presque simultanément avec un vaste exercice aérien, terrestre et naval de l'ANP sur ses frontières avec la Libye.

Les dégâts infligés à la base aérienne al-Watiya par les chasseurs de l'armée de l'air du GNA du général Haftar. ©AA

Il faut dire que le déplacement vendredi en Libye du ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, dans le cadre d'une visite inopinée et soldée, selon les médias, par d'importants accords militaires, avait été compris dans le camp d'en face comme un déclic à une bataille visant la prise de Syrte. Le général Akar accompagné du chef d’état-major de l’armée turque s'étaient affichés dans les bases aériennes de Misrata et d’al-Watiya, quelques heures avant qu'une frappe ne pulvérise le système de la DCA. 

Mais à al-Watiya, occupée en printemps par l'OTAN, il y a eu aussi très probablement les chasseurs F-16 de l’armée de l’air turque, histoire de faire accompagner les unités de DCA  MIM23 Hawk d'une force de frappe offensive. Les images en ont d'ailleurs été diffusées via les réseaux sociaux. Mais depuis dimanche, ces batteries avec quoi, la Turquie cherchait à faire en Libye ce qu'elle a échoué à faire en Syrie, à savoir une zone non-fly propre à abattre l'aviation égyptienne et russe, n'est plus. 

Des images qui envahissent la toile montrent l’intérieur de la base et confirment, se référant aux sources proches de l’armée turque, la destruction de ces systèmes de défense antiaérienne ou au moins des dégâts importants. Mais ce n'est pas tout.

undefined

undefined

undefined

Chose nouvelle : c’est la première fois que le lieu où sont déployés le personnel et les équipements de l’armée turque sur le territoire libyen a été visé directement par les forces de Haftar ou plutôt par la Russie et l'Egypte qui toute raison garder, bénéficierait d'un certain soutien algérien. Pourquoi? car Il y a là une brèche qui s'ouvre dans le camp atlantiste, dans la mesure où des tentatives pour viser les bateaux de la marine turque, se trouvant sur la côte de Tripoli ou les conseillers militaires turcs, en mission dans la base aérienne de Mitiga, avaient jusqu'ici échoué. L'appui d'une force "locale" se fait sentir dans le succès de cette opération alors que le président Tebboun avait mis en garde quelques heures plutôt contre une "somalisation" de la Libye. 

Scud-B en Libye : l'Algérie, menacée?

Scud-B en Libye : l'Algérie, menacée?

1ère bataille balistique urbaine de l'histoire épargnera-t-elle l'Algérie?

Avia.pro, site militaire russe, évoque le tir de 9 missiles, contre les quatre complexes de défense aérienne turcs, tous détruits, tandis que deux chars et l'un des abris ont été détruits, où, selon les données préliminaires, des drones d'attaque turcs auraient été stationnés. Bref, il s'agit d'une contre-offensive majeure, une première qui intervient après des échecs successifs face à l'axe USA/OTAN. Les médias affiliés à l'ANL ont également signalé plusieurs pertes parmi le personnel militaire, dont certains officiers de renseignement turcs qui auraient été intégrés aux forces du GNA.

Libye: un front russo-algérien?

Libye: un front russo-algérien?

Les terroristes "syriens" déployés à al-Watya, l'Algérie peut-elle envisager une alliance anti-OTAN avec Poutine?

Ce lundi, Ankara a fait sa première déclaration : lL'agence d’information turque Anadolu a cité une "source dans l'armée qui a préféré ne pas être nommée", affirmant que la base "a été bombardée par des avions de guerre non identifiés" tout en promettant une cinglante riposte. La source a souligné que c'était la première fois que la base était bombardée depuis que les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) basées à Tripoli et qui servent de paravent à l'OTAN et aux USA, ont saisi l'installation le 18 mai. Une chose est sûre : la violente frappe contre al-Watiya pourrait retarder le début de la grande bataille à Syrte où sont déployées des unités de Scud-B des pro-Haftar. Ce dernier se fait d'ailleurs de moins en moins parler de lui, retenu qu'il serait selon des sources en Egypte. L'axe Russie/Egypte vient-il de recevoir un appui militaire de poids d'Alger? 

Libye: à quoi rime le retrait de la France ?

Libye: à quoi rime le retrait de la France ?

Sur fond de son bras de fer avec la Turquie, la France a suspendu sa participation à une mission de l’OTAN en Méditerranée.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/06/629003/Libyepremier-coup-dur-a-la-Turquie


 

LIBYE : LES KADHAFI MENACENT D'OCCUPER ISTANBUL

Le cousin de Kadhafi met en garde Erdogan contre ses politiques en Libye

Sat Jun 27, 2020 5:30PM

Des forces de l'Armée nationale libyenne se rassemblent dans la ville de Benghazi. ©AFP

Des forces de l'Armée nationale libyenne se rassemblent dans la ville de Benghazi. ©AFP

Le responsable politique du Front national de lutte libyen et cousin de l’ancien dirigeant libyen, Ahmed Kadhaf Al-Dam, a déclaré jeudi que l’Égypte avait le droit de se défendre, soulignant que bon nombre des attentats à la bombe qui avaient eu lieu à l’intérieur du pays provenaient de Libye.

Dans une interview accordée à Sky News Arabia, Kadhaf Al-Dam a souligné que les efforts du président turc Recep Tayyip Erdogan pour interférer en Libye échoueraient. 

Lire aussi: Libye : Sissi abattra les chasseurs US ?

« L’Égypte est soumise à une guerre organisée en tant que pays arabe, et elle a le droit de se défendre lorsque ses lignes rouges sont franchies. Quant à nous, nos lignes rouges sont à Zuwara et Tobrouk, et si les Turcs étendent leur présence en Libye, nous pourrons atteindre Istanbul, d’autant plus que nous avons des alliés en Turquie », a-t-il affirmé. 

Libye : face à l'Égypte Erdogan perdra

Libye : face à l’Égypte Erdogan perdra

Un éventuel face-à-face entre la Turquie et l’Égypte en Libye pourrait coûter très cher à Ankara.

Kadhaf Al-Dam a estimé que « la Turquie a été entraînée dans un piège en Libye » : « Des politiques stupides menées par Erdogan dans l’espoir de rétablir l’Empire ottoman et de devenir le calife ont été appliquées sans rendre compte qu’ils détruisaient le monde islamique. »

Il a également estimé qu’Ankara mettait en œuvre des plans élaborés par l’Occident ajoutant que « les frères en Turquie » avaient perdu la raison. « Je plains la Turquie parce que la Libye reviendra, car nous avons la volonté et la force, et nous sommes un pays qui revient et se rétablit », a-t-il ajouté.

« Nos forces armées reviennent et uniront leurs forces à l’est, à l’ouest et au sud. Ils ne pourront pas résister à nos tribus, et il n’y a pas d’autre légitimité en Libye que la légitimité du peuple libyen », a-t-il indiqué.

Il a ajouté : « L’Occident ne permettra pas à la Turquie d’exister militairement dans la région de la mer Méditerranée ou d’obtenir la richesse de la Libye, mais l’insouciance d’Erdogan et l’encouragement de ceux qui l’entourent, lui a fait croire qu’ils seraient victorieux, mais il pourrait plonger dans un bourbier. »

Libye: les F-16 turcs pris de panique!

Libye: les F-16 turcs pris de panique!

Bases permanentes turques en Libye: la "riposte" Algérie-Russie, possible?

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/27/628382/Les-Kadhafi-menacent-doccuper-Istanbul


 

LIBYE : LES F-16 TURCS PRIS DE PANIQUE!

Sat Jun 13, 2020 8:44AM

La multiplication des frappes contre les forces libyennes a fait de la coalition internationale le bras armé de l'opposition en permettant à des rebelles désorganisés de poursuivre leur contre-offensive vers l'ouest pour renverser Mouammar Kadhafi. (Photo d’illustration)

La multiplication des frappes contre les forces libyennes a fait de la coalition internationale le bras armé de l'opposition en permettant à des rebelles désorganisés de poursuivre leur contre-offensive vers l'ouest pour renverser Mouammar Kadhafi. (Photo d’illustration)

Alors qu'en Libye, les troupes takfiristes d'Ankara se sont fixées l'objectif de s'emparer de Syrte, les observateurs politiques s'attendent à ce qu'un coup de théâtre brise un peu ce triomphalisme précoce US/OTAN en Méditerranée: le fils de Kadhafi est sorti des limbes affirmant qu'il s'opposerait net à ce que la Turquie et donc l'OTAN s'emparent de la Libye. Cité par Al-Mayadeen, le responsable politique du «Front de lutte libyen», Ahmed Qaddaf al-Dam, l'un de ses proches, a souligné que Saif al-Islam Kadhafi, "ne resterait pas les bras croisés à assister au naufrage de la Libye". Une nouvelle carte vient d'être rabattue?

Alors que la presse atlantiste ne cesse de vanter les vertus des drones turcs qui auraient cloué au sol les Pantsir russes et apporté à Erdogan et à l'OTAN une méga victoire en Libye, dont les répercussions, espère cette même presse, devraient se faire sentir aussi en Syrie, le ministre turc de la Défense s'est entretenu vendredi avec le secrétaire général de l'OTAN de la Syrie, de la Libye.

Hulusi Akar et Jens Stoltenberg ont également abordé des coopérations mutuelles Ankara/ Alliance et leur perspective future, en vue de la réunion ministérielle de l'OTAN qui se tiendra les 17 et 18 juin 2020 par téléconférence et on devine contre qui ces coopérations sont orientées : il y a d'abord la Russie contre qui l'OTAN annonce, par la voix turque, vouloir se doter de deux bases permanentes au bord de la Méditerranée. 

Libye: et si le

Libye: et si le "Sultan" s'était fait piéger?!

En envoyant des milliers de mercenaires d'Idlib à la Libye, Erdogan n'at-il pas commis une grave erreur militaire?

Selon Yeni Safak, la Turquie se prépare à transformer la base d'al-Watiya en une base permanente pour y déployer des systèmes de défense aérienne et des drones de combat. Ce ne serait évidemment pas cette fois des MIM-23 Hawk, identiques à celles qu'Erdogan possède à Idlib qui feraient leur apparition à al-Watiya : on s'en doute bien que les Patriot américains finiront par débarquer à al-Watiya avec tout ce que cela comporte en termes de menaces contre les intérêts russes dans la gazifère en Méditerranée. Yeni Safak évoque une autre base, celle que OTAN/Turquie comptent ériger dans le port de Misrata, où des "navires de la marine turque" seront stationnés et avec eux évidement les navires de guerre US/atlantistes. 

« L'OTAN avance en Libye, il est temps d'en finir avec en Syrie » (experts)

« L'OTAN avance en Libye, il est temps d'en finir avec en Syrie » (experts)

 

Tout ceci fera de la Turquie, le "copropriétaire d'entreprises libyennes" produisant du pétrole à partir de champs offshore dans la zone économique exclusive de la Libye. Ce qui, d'après Ankara, explique le caractère parfaitement "indispensable" de "la présence de navires de guerre turcs pour garantir la sécurité des opérations de forage". C'est une perspective de tensions permanentes que fait brandir la Turquie et qui implique non seulement la Russie contre l'OTAN mais aussi des pays de l'OTAN entre autres (Grèce, Chypre d'une part, Turquie de l'autre...).

Ce vendredi, Ankara en a d'ailleurs donné un avant goût : les forces armées turques ont organisé des exercices en mer Méditerranée pour ce que le ministère turc de la Défense a appelé "le fait de tester et de développer la capacité de la Turquie à commander et exécuter des opérations à longue distance". Les médias mainstream n'ont évidement pas évoqué qu'au QG des opérations, les officiers américains et britanniques et israéliens dirigeaient les opérations, préférant comme depuis le début de l'affaire libyenne, occulter ce facteur US/OTAN derrière le masque du Sultan. 

N'empêche que le communiqué du ministère turc qui ne fait d'ailleurs aucune mention de la Libye, souligne que les exercices ont couvert un itinéraire de 1 050 milles marins ou 2 000 kilomètres des eaux territoriales de la Turquie et se sont poursuivis pendant huit heures. « Huit frégates et corvettes, ainsi que 17 avions ont participé jeudi à ces exercices, baptisés «Haute mer» que la Turquie dit avoir «mené avec succès», enfin presque. Le ministère qui diffuse des photos montrant des chasseurs F-16 et des avions-radars en train de décoller, et des navires de guerre escortés par des hélicoptères, se gardent bien de rapporter comment les F-16 escortant les avions cargo turcs évitent d'entrer dans le ciel libyen par crainte d'avoir à faire face à des surprises anti-aériennes russes, selon des sources militaires comme Avia.pro. Les lieux de l'exercice n'étant pas précisés, certaines sources arabes en Afrique du Nord ont estimé que la manœuvre s'est déroulée près de la Libye.

Libye : les hélicoptères égyptiens bombardent les pro-Ankara

Libye : les hélicoptères égyptiens bombardent les pro-Ankara

"Les chasseurs F-16 turcs n'ont pas pu pénétrer dans l'espace aérien contrôlés par les systèmes de défense aérienne russes. Après avoir reçu des notifications d'entrée dans la zone touchée, les avions de combat turcs ont dû se retirer d'urgence et partir dans la direction opposée, se rendant compte que chacun des avions qui se trouvaient dans le rayon de destruction de la défense aérienne de L'ANL pourraient être visé. L'ANL dispose des systèmes Buk-M2E, qui ont une portée de destruction considérablement plus grande que les missiles armés de chasseurs F-16 turcs"; dit Avia.pro.

undefined

undefined

undefined

Mais la manœuvre aérienne et navale de l'axe atlantiste ne vise pas tant la Russie qui ne fait pas partie de la zone que l'Algérie et la Tunisie. Les deux bases aérienne et navale que l'OTAN va ériger en méditerranée auront une emprise totale sur le ciel et l'espace maritime de l’Algérie et ce dont on aurait aimé que le président algérien parle lors de son allocution du jeudi soir 11 juin largement diffusé dans la presse. Cité par Yabiladi, le président algérien s'est exprimé sur le dossier libyen, défendant une contribution des pays voisins à la solution de la crise. Mais le président Tebboune a aussi très clairement affirmé que l'ANP (armée nationale populaire) pourrait participer à une opération extraterritoriale si la sécurité algérienne était en jeu : «La participation de notre armée hors des frontières ne veut nullement signifier faire partie des coalitions militaires dirigées contre un Etat spécifique ou devenir le gendarme du monde, mais plutôt se tenir en permanence pour défendre la souveraineté nationale et les intérêts de l’Algérie». Un premier avertissement algérien vient d'être lancé...

Libye : un avion cargo bourré d'armes intercepté

Libye : un avion cargo bourré d'armes intercepté

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/13/627332/LOTAN-planifie-dintervenir-en-Libye-


 

LIBYE : L’ARMÉE ÉGYPTIENNE FRAPPE L’ARMÉE TURQUE!

Libye : les hélicoptères égyptiens bombardent les pro-Ankara

Mon Jun 8, 2020 5:46PM

Le Caire a envoyé un convoi de chars lourds en Libye se préparant pour un combat au sol. (Photo de Twitter)

00:0000:28HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Le Caire a envoyé un convoi de chars lourds en Libye se préparant pour un combat au sol. (Photo de Twitter)

Les hélicoptères Mi-24 de l'armée de l'air égyptienne ont porté un coup dur à l’armée turque en frappant ses positions et celles de ses alliés en Libye, a rapporté le site russe Avia.Pro.

« Soutenant les forces de l'armée nationale libyenne (ANL), l'Égypte a entamé des opérations militaires à grande échelle en Libye contre les forces du gouvernement d'entente nationale, les militaires turcs et les terroristes pro-turcs. L'attaque de l'armée de l'air égyptienne a été menée à l'aide d'hélicoptères Mi-24. Au moins 10 hélicoptères de combat ont participé aux attaques », a-t-il indiqué.

Sur une photo publiée par la source russe, on peut voir plusieurs hélicoptères de l'armée de l'air égyptienne, y compris des Mi-24 de fabrication russe et des Apache AH-64 de fabrication américaine.

Le nombre exact d'hélicoptères de combat qui ont participé à l'attaque contre les forces du gouvernement d'entente nationale et l'armée turque n'a pas été mentionné, mais le site russe citant ses propres sources parle d’au moins 10 à 12 hélicoptères d'attaque, ce qui correspond à des photos préalablement diffusées sur la présence des équipements de l'armée égyptienne en Libye.

L'Égypte a décidé de modifier l'équilibre des pouvoirs en Libye en y envoyant ses chars lourds.

Les autorités égyptiennes, dans le contexte de l'intervention turque dans la guerre en Libye, ont décidé de soutenir l'armée nationale libyenne, en envoyant des dizaines de chars lourds pour apporter aide au maréchal Khalifa Haftar. Avec de tels armements, l'Armée nationale libyenne pourrait obtenir un avantage très important et en quelques jours reprendre le contrôle de territoires précédemment perdus.

Libye: l’armée égyptienne débarque

Libye: l’armée égyptienne débarque

L'armée égyptienne s'est déplacée vers la frontière libyenne pour affronter la Turquie.

Il n'y a pas de déclarations officielles du ministère égyptien de la Défense à ce sujet, cependant, plus tôt, les autorités de ce pays ont averti la Turquie de leur disponibilité à intervenir.

Les photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des chars Abrams de l’armée égyptienne sur le territoire de Tobrouk libyen, ce qui indique la reprise imminente des combats intenses en Libye.

Il convient de préciser que deux jours plus tôt, les forces du gouvernement d'entente nationale ont tenté sans succès de prendre d'assaut la ville de Syrte. Un énorme convoi militaire a été détruit par des avions inconnus. Selon certaines sources, l’attaque avait été menée par des MiG-29 et des bombardiers Su-24 qui sont apparus un peu plus tôt en Libye. Cependant, il n'y a jusqu’à présent aucun commentaire officiel à ce sujet.

Libye : nouveau terrain d’affrontement Russie/Turquie (Débat)

Libye : nouveau terrain d’affrontement Russie/Turquie (Débat)

Après avoir décidé de geler les combats, juste à la dernière minute avant la victoire à Idlib, l’armée russe compte-t-elle laisser passer un tel affront ?

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/08/627036/Larme-gyptienne-frappe-larme-turque


L’ARMÉE EGYPTIENNE DÉBARQUE EN LIBYE

Les troupes égyptiennes face à l'OTAN ?

Mon Jun 8, 2020 8:16AM

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi rencontre des pilotes et des équipages à la suite des frappes aériennes du pays contre des terroristes de Daech en Libye, le 18 février 2015. ©Reuters

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi rencontre des pilotes et des équipages à la suite des frappes aériennes du pays contre des terroristes de Daech en Libye, le 18 février 2015. ©Reuters

A peine deux jours après son initiative pour l'établissement d'une trêve en Libye, le président égyptien a envoyé un convoi militaire vers les frontières ouest de la Libye.

Les internautes égyptiens et libyens ont mis en ligne des vidéos sur des réseaux sociaux selon lesquels l'armée égyptienne avait dépêché du matériel militaire lourd à ses frontières occidentales avec la Libye.

Le gouvernement égyptien, dirigé par le président Abdel Fattah al-Sissi, aurait ordonné à l'armée d'envoyer des armes lourdes à la frontière libyenne et d'être prête à mettre en application les ordres des commandants.

Libye: le ciel algérien menacé?

Libye: le ciel algérien menacé?

Face aux frappes incessantes de l’armée de terre turque secondée par les Américains lesquelles frappent violemment les positions des pro-Haftar, les Émirats viennent de déployer leurs Mirage-2000 dans une base en Égypte.

À la suite d'une réaction négative du gouvernement d'union nationale (GNA), dirigé par Fayez al-Sarraj, à l'initiative d'un cessez-le-feu en Libye, Le Caire est arrivé à cette conclusion que si l'autre partie n'était pas d'accord avec le cessez-le-feu, il n'y avait d'autre option que d'intervenir militairement en Libye pour sauver le maréchal Khalifa Haftar. Les films montrent qu’une grande quantité d'équipements tels que des chars ont été transférés à la frontière entre l'Égypte et la Libye.

Cependant, certaines sources ont également expliqué le pourquoi de cette décision de l'armée égyptienne suggérant que cette démarche à la frontière occidentale visait à intimider le gouvernement du GNA libyen.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a eu des entretiens ce samedi au Caire avec la présidente du Parlement libyen, Aqila Saleh, et le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l'armée nationale libyenne (LNA), selon un porte-parole de la présidence égyptienne.

Abdel Fattah al-Sissi a présenté une nouvelle initiative de paix pour la Libye en proposant, aux côtés du maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle l'est du pays, la création d'un conseil élu et l'instauration d'un cessez-le-feu à partir du lundi 8 juin.

La proposition du Caire a été saluée par plusieurs pays arabes, dont l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Émirats/Turquie achèvent leur partition, l'OTAN s'installe aux portes de l’Algérie

Émirats/Turquie achèvent leur partition, l'OTAN s'installe aux portes de l’Algérie

Après avoir laissé l’OTAN s’emparer de la base d’al-Watiya et de l’aéroport de Tripoli, Haftar se réfugie en Égypte, appelle à une trêve qui est rejetée.

Le GNA a rejeté l’initiative du Caire et mis l’accent sur la libération de toutes les régions libyennes des mains des éléments du LNA.

Récemment, les forces du GNA ont réussi à enregistrer une série de succès dans le sud et l'est de la capitale libyenne, ce qui a inquiété des partisans arabes de Haftar, dont l'Égypte.

« Nos forces héroïques ont étendu leur contrôle sur toute la ville de Tarhouna, après avoir anéanti "les milices terroristes de Haftar", à 80 km au sud de la capitale Tripoli », a annoncé Mohamad Gnounou, porte-parole des forces du GNA, reconnu par l'ONU.

L'Algérie va-t-elle s'engager militairement aux côtés du

L'Algérie va-t-elle s'engager militairement 

Le conflit a connu ces derniers mois une implication croissante des puissances étrangères. 

Le 19 décembre 2019, le président al-Sissi a ordonné un transfert de chars T-72 et de véhicules de transport de troupes vers la Libye, dans le but de soutenir les forces de Khalifa Haftar et endiguer l'intervention militaire turque dans la ville de Tripoli.

Un certain nombre de forces égyptiennes en tant que conseillers militaires combattent également aux côtés des éléments de Haftar. 

Les Égyptiens se disent inquiets d'un conflit avec la Turquie et le gouvernement d'Union nationale libyen

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/08/626988/Libye-larmee-egyptienne-debarque


SYRTE (LIBYE) : LA TURQUIE ESSUIE UN COUP MORTEL

Libye: des MiG-29 frappent un convoi de l'armée turque et du GNA près de Syrte

Sun Jun 7, 2020 10:17AM

Des MiG-29 ont visé un convoi de l'armée turque et des forces du GNA près de Syrte, en Libye. (Capture d'écran d'une vidéo publiée par Last Defender)

00:0000:28HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Des MiG-29 ont visé un convoi de l'armée turque et des forces du GNA près de Syrte, en Libye. (Capture d'écran d'une vidéo publiée par Last Defender)

À peine un jour après la réunion du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avec le chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar, au Caire, où les deux parties ont fait état d’une nouvelle initiative visant à établir une trêve en Libye, et ce après l’échec de l’offensive lancée en avril 2019 par Haftar sur Tripoli, des MiG-29 ont bombardé un énorme convoi de forces militaires turques et du gouvernement d’union nationale (GNA) de Libye près de Syrte. Fort de ses récentes victoires sur les hommes de Khalifa Haftar, le gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, a décidé samedi 6 juin d’attaquer la ville de Syrte, située à 450 km à l’est de la capitale libyenne. Prendre le contrôle de cette ville aurait pu lui ouvrir les portes des terminaux pétroliers contrôlés par Haftar. 

Libye: le méga jeu de dupe?

Libye: le méga jeu de dupe?

Après avoir laissé l’OTAN s’emparer de la base d’al-Watiya et de l’aéroport de Tripoli, Haftar se réfugie en Égypte, appelle à une trêve qui est rejetée.

Il y a quelques heures, des avions de combat inconnus ont infligé un coup puissant à l'immense convoi militaire de l’armée turque et des forces du gouvernement d’union nationale (GNA) qui ont tenté de prendre d'assaut la ville de Syrte. Selon Avia.Pro, il s’agit des chasseurs MiG-29 qui ont été précédemment repérés sur le territoire libyen.

Sur les images vidéo présentées, vous pouvez voir qu'un énorme convoi militaire composé de dizaines de véhicule et de plusieurs centaines de personnes, a été éliminé par une frappe aérienne.

Le convoi militaire a été complètement détruit par une frappe aérienne qui a contrecarré l'opération offensive sur la position des forces de l'Armée nationale libyenne (ANL) menée par le général Khalifa Haftar.

undefined

undefined

undefined

Le compte Twitter « Last Defender », ayant publié les photos du convoi militaire détruit, convoi qui préparait une attaque contre la ville de Syrte, s'est voulu rassurant sur le fait qu'il s'agissait des avions MiG-29, « probablement dû au fait que ces avions de combat ont considérablement dépassé les capacités des systèmes de défense aérienne utilisés par les forces du GNA, et si d'autres avions de combat avaient été utilisés, ces derniers auraient presque certainement été abattus ».

Syrie : la Russie s'est-enlisée...?!

Syrie : la Russie s'est-enlisée...?!

Plan US/Turquie : Idlib s'est-il transformé en un terrain de mine anti-russe?

Entre autres, il y a quelques jours, le compte Twitter de « the Syrian Military Capabilities » a rapporté que les avions de combat russes MiG-29 livrés à la Syrie effectuaient des vols mystérieux en Afrique du Nord, couvrant évidemment l'Armée nationale libyenne du général Haftar après que celle-ci eut subi une série de défaites dévastatrices, ayant perdu deux bases aériennes et un grand nombre d'armes.

undefined

undefined

undefined

Pour l’armée de Haftar, le contrôle de la Syrte permet de faire peser une menace constante sur la cité ennemie de Misrata, à 250 km à l’ouest, dont sont issus les principaux groupes pro-Tripoli. Posséder la ville de Syrte, c’est donc prendre un ascendant territorial. Enfin, Syrte est un point d’accès au désert libyen. C’est d’ailleurs au sud de Syrte que seraient regroupés les derniers partisans de Daech qui avaient fait main basse sur la ville de 2015 à 2016. Syrte était alors le premier bastion du groupe terroriste en dehors de la zone irako-syrienne.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/07/626926/Libye-Khalifa-Haftar-Turquie-attaque



 

LIBYE : LA GROSSE ARNAQUE "US"?!

Base d'al-Watiaya, première base grandeur nature de l'OTAN aux portes de l'Algérie!

Tue May 19, 2020 11:51AM

La base d'al-Watiya tombée entre les mains de la Turquie et de ses alliés libyens/AA

La base d'al-Watiya tombée entre les mains de la Turquie et de ses alliés libyens/AA

En Libye, la donne militaire vient-elle de changer? Après des semaines de cuisants échecs militaires face à la puissance armée de Haftar que les Emirats, Israël, l'Arabie saoudite et la Russie ont soutenu dans l'objectif, dit-on, de mettre au pas la Turquie et ses mercenaires et d'enterrer les velléités gazières d'Ankara, une importante base aérienne vient d'être reprise par le gouvernement de Serraj et donc par la Turquie. l'effet d'annonce et l'impact stratégique sont dont garantis : ces milliers de terroristes fréristes qu'Ankara faisait trafiquer jusqu'ici à bord de bateaux et en passant par la Tunisie voisine vers la Libye, il saura désormais les faire transiter par avion tout comme en Syrie de 2011, le but étant entre autre d'ouvrir grand le ciel des pays nord-africains à l'OTAN et aux USA.

Mais les Emirats sont-ils réellement un rival stratégique pour la Turquie comme veut nous le faire croire la presse atlantiste? Dimanche 18 mai, des sources d'information ont fait état des batteries de missiles russes Pantsir-S acheminé par Abou Dhabi à la base d’al-Watiya qui vient de tomber entre les mains d'Ankara. Un jeu croisé inter OTAN, visant à doubler la Russie et par dessus le marché, les amis de Moscou en Afrique du nord? Une chose est sûre: sans l'Amérique, la Turquie ne saurait s'emparer d'al-Watiya. Raï al-Youm y revient. 

Libye: les Émirats trahissent la Russie!

Libye: les Émirats trahissent la Russie!

Il a été prouvé une fois de plus que l’argent et la liberté dans l’achat d’armes militaires ne peuvent à eux seuls apporter la victoire aux grandes armées inexpérimentées des pays riverains du golfe Persique.

« La reprise  d'al-Watiya par le gouvernement d’union nationale a porté un coup sévère au général Khalifa Haftar et à ses alliés, en particulier l'Égypte, la Russie, les Émirats arabes unis, la France et l'Arabie saoudite et pourtant à y regarder de près on y voit un jeu de dupe. Comment? le couloir aérien que les Emirats ont établi depuis un an entre l'Asie centrale et la Libye par où armes, avions, DCA sont transité se connecte de la sorte au camp turc. la presse s'en est étonné de voir juste avant la chute de la base, des Pantsir-S russes y être acheminés mais pas nous puisqu'au Yémen, les Emirats nous ont habitués à ces fluctuations et ces jeux de girouettes. la base militaire d'al-Watiya est située à 140 km au sud-ouest de Tripoli. Construite par les Américains sur une superficie de 50 km² dans les années 40 du siècle précédent, elle abrite une piste d'aéroport, un dépôt d'armes et qu’elle a une capacité d’accueil de plus de 7 000 soldats. Une manne pour le trafic de terroristes made in Turquie.», a affirmé le célèbre éditorialiste du monde arabe, Abdel Bari Atwan.

Le retrait des pro-Haftar de cette base a-t-il le fruit d'un accord tacite entre Emirats et Turquie? Possible. En tout cas, les dépôts d'armes sont pleins de munitions et de matériel militaire. On parle même d'un lachage de Haftar par la Russie ou la France. Possible aussi mais cela revient au même, la Libye devenue désormais un cas identique à la Syrie. Selon une source militaire "neutre" libyenne, Erdogan a  envoyé 7 000 extrémistes, notamment des Syriens, des Turkmènes, des Tchétchènes et des Ouïghours, ainsi que des conseillers militaires turcs en Libye et tout ce congloméra aura désormais à sa disposition de quoi "insécuriser" le ciel des pays voisins. 

Libye: Haftar surprend Moscou

Libye: Haftar surprend Moscou

Le maréchal Khalifa Haftar a annoncé son retrait de l’accord politique sur la formation du gouvernement d’union nationale conclu en 2015.

Que va suivre? Trois scénarios possibles : le général Haftar pourrait reculer et se montrer plus flexibles et s'ouvrir aux propositions faites lors des conférences de Moscou et de Berlin; secundo, il est possible que Haftar coupe les amarres et envoie ses forces terrestres contrecarrer  le "rival turc". Dans ce cas, nous assisterons à une guerre régionale majeure. La troisième possibilité serait que Haftar abandonne et se retirer dans l'est. Mais une dernière possibilité parait plus probable puisque l'objectif des puissances qui ont déclenché cette seconde guerre libyenne aura été ceci: diviser la Libye en trois régions avec tout ce que cette répartition aura comme effet sur le Sahel et l'Algérie voisine. On se demande même si dès le début les deux pantins que sont Serraj et Haftar ne singeait cette bataille pour en arriver là." 

Couloir militaire aérien contre l'Algérie?

Couloir militaire aérien contre l'Algérie?

Selon un rapport secret de l'ONU, les ÉAU ont mis en place un pont aérien pour transporter des armes à l'ANL sous le commandement du général Haftar.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/19/625669/Atwan-Libye-Haftar-gouvernement-dunion-nationale-accord-de-Skhirat-Tobrouk-Aquila-Saleh


 

POUR CAUSE DE CORONAVIRUS, L'EGYPTE RETIRE SES TROUPES DE LIBYE

En raison de la propagation du coronavirus, l’Égypte a retiré ses troupes de la Libye

Sat Mar 21, 2020 2:10PM

Le coronavirus expulse les forces égyptiennes de la Libye. ©La Tribune

Le coronavirus expulse les forces égyptiennes de la Libye. ©La Tribune

Depuis la fin de la semaine dernière, le Caire retire ses militaires de la Libye après l’annonce de la propagation du coronavirus. Les forces égyptiennes se battaient aux côtés de « l’armée nationale libyenne » dirigée par le général Khalifa Haftar contre les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) présidé par Fayez al-Sarraj, à l’ouest de la Libye.

Deux avions militaires égyptiens ont transféré mercredi et jeudi nombre de militaires égyptiens de la Libye vers la base militaire Mohamed Naguib dans la province de Matrouh en bordure de la Méditerranée, et les a mis en quatorzaine, a rapporté al-Arabi al-Jadida citant des sources.

« Les forces armées égyptiennes ont transféré une grande quantité de matériels médicaux et de désinfectants dans l’est de la Libye », ont déclaré ces sources.

Simultanément au retrait de forces égyptiennes, plusieurs militaires soudanais et sud-soudanais ont été transférés ces dernières semaines en Libye, selon ce rapport.

Libye: Le Caire lâche Haftar?

Libye: Le Caire lâche Haftar?

Le président égyptien veut arrêter son soutien au dirigeant des forces de l’armée nationale libyenne (ANL).

« Le chef du renseignement égyptien, le général Abbas Kamel, s’est rendu la semaine dernière au Soudan et au Soudan du Sud en vue de transmettre un message du président égyptien Abdelfattah al-Sissi aux dirigeants de ces deux pays », selon certaines sources.

Lors de sa visite, le général Kamel a rencontré les commandants des groupes armées sud-soudanais, le président du Conseil de souveraineté du Soudan, Mohamed Hamdan Daqlo, et le commandant des forces de réaction rapide. Lors de cette rencontre, il a été décidé de déployer plusieurs guerriers soudanais en Libye, pendant 4 mois.

D’autre part, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé à l’instar de la délégation onusienne aux parties belligérantes de cesser les affrontements afin de pouvoir enrayer la propagation du coronavirus.

Depuis le renversement en 2011 de l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi, la Libye a été divisée en deux gouvernements à l’ouest et à l’est: le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu internationalement, présidé par Fayez al-Sarraj à Tripoli, et le gouvernement de Tobrouk qui soutient le général Haftar.

Les forces de Haftar ont lancé le 4 avril 2019 une attaque contre la capitale Tripoli où est situé le siège du gouvernement d’al-Sarraj.

Bio-guerre: l'Afrique se prépare

Bio-guerre: l'Afrique se prépare

Au contraire de ce que prétend l'Occident, l'Afrique a de quoi surprendre le monde vu qu'elle a des décennies d'expérience en matière de bio-arme, arme favorite des occidentaux pour la coloniser.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/21/621307/Libye-lEgypte-retire-ses-troupes


 

LIBYE : SOUS KADHAFI, LE PEUPLE LIBYEN VIVAIT MIEUX QUE LA PLUPART DES OCCIDENTAUX

Libyan Colonel Moamer Kadhafi shows his plan for irrigating the Libyan desert by a system of artificial lakes and rivers at his bunker-camp in Tripoli. (File)

Libye: «Sous Kadhafi, les Libyens vivaient mieux que la plupart des Occidentaux»

© AFP 2019 PATRICK HERTZOG

INTERNATIONAL

URL courte

Par 

22916

S'abonner

Alors que la situation se tend de jour en jour en Libye, Sputnik France a reçu Morad El Hattab, conseiller en investissements stratégiques et en intelligence économique. Avec l’auteur de «Saïf al-Islam Kadhafi, un rêve d’avenir pour la Libye», il a été question des causes du conflit et l’avenir du pays.

«En Libye, c’est une guerre inique tout à fait récente, avec beaucoup de dégâts. On sent qu’il y a une forme d’anarchie permanente. À qui tout cela profite-t-il? C’est la vraie question», s’interroge Morad El Hattab au micro de Sputnik France.

Il est conseiller en investissements stratégiques et en intelligence économique, écrivain, diplômé de l’Académie des Arts, des Sciences et des Lettres. Morad El Hattab est aussi un ami du fils de Mouamar Kadhafi, ex-dirigeant libyen officiellement assassiné en août 2011 par des rebelles près de Syrte. Et selon lui, plus que Fayez al-Sarraj ou le maréchal Khalifa Haftar, l’homme de l’Est, c’est bien Saïf al-Islam Kadhafi qui est en mesure de redonner à la Libye une stabilité politique.

Avec son dernier opus intitulé, «Saïf al-Islam Kadhafi, un rêve d’avenir pour la Libye» (Éd. Erick Bonnier), Morad El Hattab revient sur l’histoire tumultueuse de la Libye et les causes du conflit qui déchire actuellement le pays. Alors que les forces de Fayez al-Sarraj, du maréchal Haftar, et de leurs soutiens respectifs s’affrontent pour le contrôle du pays, Morad El Hattab décrit une histoire complexe, faite de retournements d’alliances dans un contexte de volonté de contrôle de l’énergie fossile libyenne. Entretien.

https://fr.sputniknews.com/international/202002251043127961-libye-sous-kadhafi-les-libyens-vivaient-mieux-que-la-plupart-des-occidentaux/


 

LA CONFERENCE DE BERLIN PREPARE L'OCCUPATION MILITAIRE DE LA LIBYE ET LA DISTRIBUTION DU BUTIN.

La conférence de Berlin prépare l’occupation militaire de la Libye

Par Peter Schwarz

Mondialisation.ca, 22 janvier 2020

wsws.org 21 janvier 2020

Région : 

Thème: 

Analyses: 

La conférence sur la Libye, qui a eu lieu dimanche dernier à Berlin, ne portait pas sur la « paix » dans ce pays déchiré par la guerre, mais sur la distribution du butin. Elle rappelle les conférences au cours desquelles les puissances coloniales du XIXe siècle ont divisé entre elles des régions et des continents entiers.

La composition de la conférence elle-même en témoigne. À la table étaient assis les chefs d’État et de gouvernement des grandes puissances et des plus importantes puissances régionales, mais aucun représentant du pays dont le sort était décidé. Les deux principaux adversaires dans la guerre civile libyenne, le premier ministre Fayez el-Sarraj et le général Khalifa Haftar, avaient en effet été convoqués à Berlin, mais ils ont dû attendre dans l’antichambre qu’on leur dise ce que la conférence avait décidé. De plus, aucun ne représente le peuple libyen, servant plutôt de marionnettes aux différentes puissances qui se battent pour le contrôle de ce pays riche en pétrole.

En 2011, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, bientôt rejoints par de nombreux autres pays, ont bombardé la Libye et assassiné brutalement le chef d’État de longue date, Mouammar Kadhafi. Depuis lors, le pays, qui possédait autrefois une infrastructure bien développée et le niveau de vie le plus élevé d’Afrique du Nord, a été transformé en enfer par des milices se battant entre elles.

Le président français Emmanuel Macron (au centre à gauche) s’entretient avec la Chancelière allemande Angela Merkel (au centre à droite) lors d’une photo de groupe à la conférence sur la Libye à Berlin dimanche (AP Photo – Michael Sohn)

Les milices, qui s’appuient sur des mercenaires islamistes et des tribus locales, sont financées et armées par des puissances étrangères. Derrière le général Haftar, qui a la citoyenneté américaine et a longtemps été considéré comme un agent de la CIA, il y a les Émirats arabes unis (EAU), l’Égypte, l’Arabie saoudite, la France et la Russie. Al-Sarraj est soutenu par l’Italie, la Turquie, le Qatar et officiellement aussi par l’Allemagne. Les États-Unis sont depuis longtemps engagés auprès d’ El-Sarraj, mais ont récemment eu tendance à soutenir à nouveau Haftar.

Les objectifs poursuivis par les différentes puissances sont contradictoires. Les objectifs géopolitiques et politiques régionaux sont mêlés aux intérêts économiques. Par exemple, le conflit entre l’Italie et la France porte essentiellement sur le contrôle du pétrole et du gaz libyens. Avec 48 milliards de barils, le pays possède les neuvièmes plus grandes réserves de pétrole au monde. L’ancienne puissance coloniale, l’Italie, contrôle près de la moitié du marché avec la compagnie pétrolière Eni, le plus grand producteur de pétrole et de gaz en Libye. Son plus grand concurrent est le groupe français Total. La France dépend aussi du soutien d’Haftar pour sa guerre coloniale au Sahel.

La guerre civile en Libye aurait probablement duré des années sous cette forme si la Russie et la Turquie n’étaient pas intervenues. Les mercenaires russes du groupe Wagner affilié au Kremlin ont récemment contribué fortement aux succès militaires de Haftar. La Turquie, elle, a envoyé ses propres soldats ainsi que des mercenaires de l’Armée syrienne libre pour soutenir al-Sarraj. En retour, al-Sarraj a signé un accord sur la « délimitation des sphères d’influence en mer », qui divise la Méditerranée orientale entre les deux pays. Sur la base de cet accord, la Turquie revendique d’importantes réserves de gaz, que la Grèce et Chypre revendiquent également.

La crainte de voir la Russie et la Turquie gagner de l’influence en Libye a rapproché les puissances européennes. L’Allemagne y a vu sa chance. Elle n’avait pas participé à la guerre de Libye en 2011 parce qu’elle avait de bonnes relations économiques avec le régime de Kadhafi et elle a eu peu d’influence dans le pays depuis. Aujourd’hui, la chancelière Merkel prend le masque d’Otto von Bismarck, qui, à la fin du XIXe siècle, avait habilement exploité les conflits entre d’autres grandes puissances et, sous l’apparence de l’ « honnête intermédiaire », affirmé les intérêts de l’Allemagne en tant que grande puissance.

La conférence de Berlin sur la Libye et les accords qui y ont été conclus aident l’Allemagne à s’établir dans le pays et à renforcer son influence politique et économique en Afrique. À cette fin, Merkel a réuni à Berlin tous les adversaires en lice, soit 16 États et organisations au total.

Ont assisté à la conférence le président français Macron et les chefs de gouvernement italien et britannique, Conte et Johnson. Sont venus le président russe Poutine et le président turc Erdogan. Le gouvernement américain était représenté par le secrétaire d’État Pompeo. Étaient présents des membres gouvernementaux de haut rang des EAU, d’Arabie Saoudite et d’Égypte. Les Nations unies et l’Union européenne étaient également parties prenantes par l’intermédiaire de leurs principaux représentants.

La conférence s’est mise d’accord sur une déclaration en 50 points. Selon celle-ci, le cessez-le-feu, qui avait déjà été mis sur pied auparavant grâce à la médiation de la Russie et de la Turquie, doit être prolongé de manière permanente. Les milices doivent être démobilisées et désarmées, et l’embargo sur les armes existant, qui a déjà été violé par tous, doit être respecté et surveillé.

Il ne fait cependant guère de doute qu’il ne s’agit là que de la phase préliminaire d’une occupation militaire du pays. Le commissaire européen aux affaires étrangères Josep Borrel avait déjà déclaré à Der Spiegel avant la conférence: « S’il y a un cessez-le-feu en Libye, l’UE doit être prête à aider à mettre en œuvre et à surveiller ce cessez-le-feu – éventuellement aussi avec des soldats, par exemple dans le cadre d’une mission de l’UE ».

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a également déclaré au magazine d’information allemand: « Nous avons besoin d’une mission européenne de paix ». Des casques bleus européens étaient selon lui nécessaires, avec une mission maritime, terrestre et aérienne pour contrôler le respect de l’accord.

Les demandes de déploiement en Libye de la Bundeswehr (forces armées) se multiplient de la part des médias et des politiciens allemands. La présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et ministre de la Défense Kramp-Karrenbauer a abondé dans ce sens et le député CDU Johann Wadephul a exigé que l’Allemagne contrôle l’application de l’armistice et de l’embargo sur les armes. « Nous ne pouvons tolérer que la Libye reste à long terme un terrain de jeu pour les trafiquants d’armes, les trafiquants d’êtres humains et les terroristes islamiques ».

« L’Allemagne devra jouer un rôle majeur à la fois dans l’établissement de la sécurité et dans la construction d’une politique libyenne, non seulement pour le bien de son rôle en Europe, mais aussi parce qu’il est dans l’intérêt de l’Allemagne d’épargner à la Libye le sort de la Syrie » a déclaré le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

La classe dirigeante allemande voit dans le conflit libyen une occasion de faire avancer le retour longtemps attendu à la politique militariste de grande puissance. Soixante-dix-neuf ans après que le général préféré d’Hitler, Erwin Rommel, ait débarqué en Libye pour mener sa désastreuse campagne d’Afrique, elle subodore la chance d’établir une présence militaire en Afrique du Nord. Elle jouit du soutien de tous les partis. Non seulement les partis au pouvoir – CDU, CSU (Union chrétienne-sociale) et SPD (Parti social-démocrate) – mais aussi les Verts et le Parti de gauche ont accueilli la conférence de Berlin et l’ont soutenue avec enthousiasme.

Il n’y a cependant aucun doute que le cessez-le-feu, s’il est du tout conclu, n’est qu’un répit avant que la guerre qui a déjà dévasté le pays ne s’intensifie encore. Aucun des conflits qui poussent les puissances impérialistes à des guerres toujours plus brutales n’a été résolu. Les experts pensent que la guerre civile en Libye va reprendre dans peu de temps. « Pour les deux parties, la situation actuelle est militairement et économiquement inacceptable à long terme », écrit Die Zeit. « Par conséquent, une nouvelle flambée de combats majeurs dans les semaines à venir est plus que probable ».

Le conflit entre la Turquie et la Grèce, qui n’a pas été invitée à Berlin malgré les protestations scandalisées du gouvernement d’Athènes, au sujet des gisements de gaz en Méditerranée orientale s’est lui aussi intensifié. Au cours du week-end, des pirates informatiques turcs ont paralysé les sites web du ministère grec des Affaires étrangères et des services secrets. Des pirates informatiques grecs ont riposté, en faisant autant au site web du ministère turc des Affaires étrangères. Ces deux membres de l’OTAN ennemis entre eux, se sont déjà auparavant trouvés au bord de la guerre.

Outre la lutte pour le pétrole, les marchés et l’influence, c’est avant tout l’exacerbation de la lutte des classes qui fait que les puissances impérialistes réagissent par la guerre et le militarisme. Les manifestations de masse en Irak et au Liban se sont intensifiées ces derniers jours, malgré des mesures répressives brutales. Et en Europe aussi, en particulier en France, les gouvernements sont confrontés à une résistance massive.

Peter Schwarz

 

Article paru en anglais, WSWS, le 21 janvier 2020

La source originale de cet article est wsws.org

Copyright © Peter Schwarzwsws.org, 2020

https://www.mondialisation.ca/la-conference-de-berlin-prepare-loccupation-militaire-de-la-libye/5640783