Moyen-Orient

LES EMIRATS ENCORE FRAPPES !

Par Le 14/09/2021

Nouvelle explosion-incendie à Umm al-Thuoob

Tuesday, 14 September 2021 5:11 PM  [ Last Update: Tuesday, 14 September 2021 5:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un incendie s'est déclaré dans un atelier pneumatique à Umm al-Thuoob, aux Émirats arabes unis, le 14 septembre 2021. ©Fars News

Une vingtaine de jours après l’incendie qui s’était déclarée près de l’aéroport de Dubaï, un autre grand incendie a éclaté dans la zone industrielle d’Umm al-Thuoob, au nord des Émirats arabes unis. 

Selon des sources émiraties, l’incendie s’est déclaré ce mardi 14 septembre à Oumm al-Qaïwaïn, près de la côte nord des Émirats. 

Le quotidien émirati d’al-Bayan réaffirme que l’incendie s’est produit dans la zone industrielle d’Umm al-Thuoob, plus précisément dans un atelier pneumatique. 

Lire aussi: Un navire israélien frappé

Des équipes de secours ont été acheminées sur place et les pompiers essaient de maîtriser les flammes. 

Les sources émiraties n’ont pas encore publié les détails de cet incident ou le bilan des victimes. 

Israël frappé à Dubaï...!

Israël frappé à Dubaï...!

Qui a fait sauter le navire de guerre israélien à « Jebel Ali » de Dubaï, ce 7 juillet 

Il y a presque trois mois, une explosion de puissante intensité a eu lieu sur le port de Jebel Ali, à Dubaï. 

Vers minuit, dans le port de Jebel Ali, une puissante explosion a retenti. Il s’est avéré que l’explosion a eu lieu à bord d’un navire israélien, qui a été attaqué par l’armée iranienne avec un missile de croisière. L’explosion s’est avérée si puissante qu’elle pouvait être vue à une distance de plusieurs dizaines de kilomètres.

Lire aussi: Fujaïrah : rapport présenté au Conseil de sécurité

Selon diverses sources, des armes et du pétrole pourraient s’être trouvés à bord du navire israélien et, à en juger par les premières séquences vidéo de la scène, le navire a été complètement détruit et l’infrastructure du port a été gravement endommagée. Une première base israélienne à Dubaï a-t-elle été rasée avant même de naître ? Une chose est sûre : cette explosion est intervenue moins d’une semaine après l’ouverture de l’ambassade israélienne aux Émirats. 

Quelques semaines plus tard, la chaîne Al-Mayadeen a annoncé avoir accédé à une lettre rédigée par la police de Dubaï, selon laquelle cinq ingénieurs israéliens ont été tués ou blessés lors de l'explosion port de Jebel Ali.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/14/666528/Emirats-incendie-Umm-Thuoob

 

MOYEN-ORIENT : MEGA-OFFENSIVE CHINOISE!

Par Le 11/06/2021

 

Iran: Pékin a-t-il bloqué la vente de F-35 aux Émirats ?

Friday, 11 June 2021 5:28 PM  [ Last Update: Friday, 11 June 2021 5:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. (Archives)

Le ministre chinois des Affaires étrangères a souligné la nécessité d'accroître les efforts diplomatiques pour remettre le PGAC sur les rails, sans manquer d’accuser les actions arrogantes américaines d'être la principale source de problèmes concernant le programme nucléaire iranien.

« Les mesures unilatérales et arrogantes des États-Unis sont une source majeure de problèmes pour le programme nucléaire iranien », a déclaré Wang Yi dans un discours virtuel donné lors d'une conférence sur le désarmement à Genève.

Selon un communiqué publié par le ministère chinois des Affaires étrangères, il a souligné la nécessité d'intensifier les efforts diplomatiques pour remettre le PGAC (accord de 2015 sur le nucléaire iranien) sur les rails, avant d’ajouter : « Pour revenir au PGAC, la levée des sanctions contre l'Iran est la première chose que [les États-Unis] devraient faire naturellement. »

Iran:

Iran:

L’accord signé ce samedi 27 mars est susceptible de saper l’influence des États-Unis au Moyen-Orient.

« Alors que les négociations sur la reprise par l’Iran et les États-Unis de leurs engagements dans le cadre de l'accord nucléaire se trouvent dans leur phase finale, les parties impliquées doivent prendre une décision politique dès que possible et redoubler d'efforts diplomatiques pour remettre le PGAC sur les rails », a-t-il ajouté.

Dans une autre partie de son discours sur la situation sécuritaire dans la région du golfe Persique, Wang a déclaré : « La Chine propose d'établir une plate-forme de dialogue multilatéral pour la sécurité régionale dans le golfe Persique et d'établir un cadre étape par étape pour la sécurité globale, durable et collective au Moyen-Orient. »

Dans ce contexte, des sources d'information ont rapporté que le sixième cycle des pourparlers sur le PGAC devrait commencer avec quelques jours de retard. Les pourparlers devaient initialement commencer jeudi, mais un journaliste du Wall Street Journal a déclaré ce vendredi que les pourparlers commenceraient probablement samedi.

USA/Russie/Chine : partie d’échec iranienne?

USA/Russie/Chine : partie d’échec iranienne?

Selon The Foreign Affairs, l’Iran a besoin de l’accord nucléaire pour maintenir la Russie et la Chine à l’écart.

Cet appui vibrant de la Chine à l'Iran intervient alors même que l'influence chinoise semble peu à peu s'étendre dans les domaines sécuritaire et militaire. Aux Émirats, la Chine semble même chercher à bloquer, de connivence certaine avec l'Iran, la vente des F-35 US. Et comment ?

L'administration Biden presse les Émirats arabes unis de retirer Huawei Technologies Co. de leur réseau de télécommunications et de prendre d'autres mesures pour se distancier de la Chine, sinon l'achat par le pays de quelque 23 milliards de dollars d'avions et de drones F-35 serait mis en danger, ont déclaré des personnes proches du dossier, citées par Bloomberg.

Les États-Unis demandent aux Émirats arabes unis de retirer les équipements Huawei de leurs réseaux au cours des quatre prochaines années – avant qu'il ne soit prévu d'obtenir le F-35 en 2026 ou 2027 – mais les responsables émiratis ont rétorqué qu'ils auraient besoin de plus de temps et d'une alternative abordable, selon trois des personnes, qui ont parlé sous couvert d'anonymat pour discuter de négociations privées. Les conversations ont porté en partie sur la faisabilité d'obtenir des équipements alternatifs auprès de Samsung Electronics Co., Ericsson AB ou Nokia Oyj.  

Le président Joe Biden a prétendu un examen de la vente du F-35 lors de son entrée en fonction. La vente est en cours pour l'instant, mais des personnes proches du dossier ont déclaré que les divergences sur ce sur quoi les États-Unis et les Émirats arabes unis ont à faire face - sur Huawei et d'autres préoccupations concernant la technologie chinoise - sont suffisamment sérieuses.

F-35 : MBZ, dindon de la farce

F-35 : MBZ, dindon de la farce

Tel-Aviv craint que la suspension de la vente de F-35 aux EAU ne sape la normalisation des relations avec les pays arabes.

Selon Bloomberg, la situation donne une première indication que l'administration Biden poursuivra les efforts de l'équipe Trump pour faire pression sur ses alliés pour interdire Huawei, la plus grande entreprise technologique de Chine, des nouveaux systèmes 5G au motif que l'équipement pourrait être utilisé pour espionner pour le gouvernement chinois. La Chine a nié que c'est une possibilité.

Les Émirats arabes unis sont l'un des alliés les plus proches des États-Unis en Asie de l’Ouest et ont déclaré à plusieurs reprises leur désir d'acheter des avions de combat F-35.

Un certain nombre de sénateurs démocrates cherchent à faire adopter un plan visant à limiter la vente d'avions de combat F-35 aux Émirats arabes unis après que l'administration Biden ait annoncé son intention d’appliquer l’accord sur les armes signé par l'administration Trump avec les Émirats arabes unis.

« Je suis toujours inquiet des conséquences de la vente de nos avions de combat les plus avancés. Cela est dû aux nombreuses questions sans réponse sur les conséquences de la vente de ces avions pour la sécurité nationale américaine et nos intérêts technologiques, ainsi que sur les paramètres juridiques du maintien de la suprématie et de la domination militaires israéliennes dans la région », avait déclaré Bob Menendez, président de la commission sénatoriale des relations étrangères. Et ce alors que le porte-parole du Département d’État américain avait déjà indiqué que « le gouvernement Biden continuera ses contacts avec les Émirats arabes unis et informera leurs responsables que ces armes doivent être utilisées de manière appropriée et qu'elles ne seront pas livrées aux Émirats arabes unis au moins avant 2025 ».

D’après les révélations de Bloomberg, les dirigeants américains ont décidé de revenir sur cet accord dans le but d’extorquer davantage Abou Dhabi.

G.Persique : USA doublés par Xi?

G.Persique : USA doublés par Xi?

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/11/658816/Iran-nucl%C3%A9aire-PGAC-Emirats-Chine-USA-F-35

 

BAHREÏN : MANIFESTATIONS RECLAMANT LA LIBERATION DES PRISONNIERS CONTAMINES PAR LE VIRUS.

Par Le 03/04/2021

Bahreïn: Manifestations réclamant la libération des prisonniers contaminés par le virus. Une centaine seront libérés

 Depuis 7 heures  3 avril 2021

Manifestation à Manama réclamant la libération des prisonniers politiques contamines par le coronavirus

Manifestation à Manama réclamant la libération des prisonniers politiques contamines par le coronavirus

 Bahreïn - Monde arabe - Pays du Golfe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Après des inquiétudes exprimées par des manifestants et des ONG face à plusieurs cas de Covid-19 dans les geôles bahreïnies, les autorités judiciaires ont annoncé vendredi 2 avril que plus d’une centaine de détenus vont être prochainement libérés de la prison de Jaw, dans l’est de Bahreïn.

Selon un communiqué du ministère public, 126 prisonniers vont être libérés –à une date non spécifiée– et achever leur peine dans un cadre non carcéral, sous surveillance électronique.

Encadrés par un important dispositif de sécurité, des dizaines de proches de prisonniers ont manifesté vendredi dans la banlieue de la capitale Manama, devant le domicile de l’ambassadeur US, pour réclamer leur libération, selon des comptes sur les réseaux sociaux.

Les manifestant ont brandi des banderoles sur lesquelles étaient inscrits : « Sauvez les prisonniers de Bahreïn et libérez les détenus bahreïnis ».

La campagne de vaccination de tous les prisonniers qui s’étaient inscrits pour être immunisés est achevée, avait prétendu le ministère de l’Intérieur, cité par l’agence officielle Bahrain News Agency.

Mais selon le Bahraïn Institute for Rights and Democracy (BIRD), une ONG basée à Londres, des dizaines de prisonniers sont en réalité malades du Covid-19.

« Si le gouvernement de Bahreïn veut vraiment endiguer cette épidémie, (les autorités) devraient être totalement transparentes plutôt que de minimiser la gravité de la situation », a estimé Sayed Ahmed Alwadaei, directeur de BIRD, cité dans un communiqué la semaine dernière.

Le site ADHRB a pour sa part affirmé que le nombre des prisonniers contaminés a franchi la barre de 69 cas. Plusieurs d’entre eux ont le corps criblé de balles, lors des manifestations réclamant des reformes politiques dans ce petit royaume du Golfe.

Depuis le soulèvement en 2011 dans le pays, qui s’est achevé dans une répression sanglante menée avec l’aide de l’Arabie saoudite, les partis d’opposition ont été interdits et un grand nombre d’opposants politiques, dont des femmes, ont été emprisonnés.

D’après des militants des droits humains, la capacité de la prison de Jaw est d’environ 1.200 détenus soit au moins trois fois inférieur au nombre de prisonniers –dont des opposants politiques– actuellement incarcérés.

Les organisations de défense des droits humains critiquent régulièrement les conditions d’incarcération et la surpopulation des prisons à Bahreïn.

Sources: AlMasirah + AFP

https://french.almanar.com.lb/2038863

HAUT KARABAKH : DES SOLDATS RUSSES DU MAINTIEN DE LA PAIX TOMBENT DANS UNE EMBUSCADE

Par Le 16/11/2020

"Pour éviter des infiltrations terroristes, une présence militaire iranienne est indispensable"

Monday, 16 November 2020 6:42 PM  [ Last Update: Monday, 16 November 2020 6:42 PM ]

Les Casques bleus russes attaqués dans le Haut-Karabakh. ©Avia-pro

A peine arrivées dans le Haut-Karabakh, des troupes russes de maintien de la paix sont tombées dans une embuscade. 

Un groupe de soldats russes de maintien de la paix qui patrouillait sur le territoire du Karabakh, est tombé de façon inattendue dans une embuscade tendue par des "éléments inconnus armés", rapporte Al-Masdar News. S'en sont alors suivis un intense échange de tir et le recours aux armes de gros calibre, affirme le site sans donner des détails sur le nombre de victimes éventuelles. Cette embuscade a eu lieu alors que le vendredi 13 novembre les gardes-frontières iraniens ont repoussé puissamment une tentative d'infiltration dans la province l'Azerbaïdjan occidentale à coup d'artilleries lourdes. 

Selon des sources, le convoi militaire russe est tombé dans une embuscade dans la région d'Aghdam. Pour le moment, il n'y a pas de déclarations officielles de la part du commandement des forces de maintien de la paix de la Russie dans le Haut-Karabakh. L'attaque aurait été menée par des éléments pro-Ankara précédemment transférés dans la région.

Ces terroristes sont justement les mêmes que la Turquie a transféré de la Syrie et qu'elle dit vouloir maintenir dans le Haut-Karabakh malgré l’accord de paix négocié par la Russie, entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), antenne du MI6, curieusement hyperactive dans le dossier caucasien.

Selon cette source basée à Londres, plusieurs groupes de terroristes resteront dans la région malgré la fin de toutes les opérations militaires : « La Turquie dit que ces éléments sont originaires de cette région, en particulier du Caucase. » Or, poursuit l'OSDH il s'agit essentiellement de « miliciens turkmènes pro-Turquie ».

Le J-20 chinois frappera Idlib?

Pourquoi les USA Bay blacklistent-ils les mercenaires d

Environ 2 580 terroristes syriens, à la solde de la Turquie ont participé à la grande offensive azerbaïdjanaise sur le Haut-Karabakh, qui a débuté le 27 septembre et qui a manqué son objectif à la faveur d'un cessez-le-feu signé Russie, lequel a permis la création d'une base aérienne russe en plein Caucase Sud, baptisée "Centre de surveillance de la trêve". 

Au moins 293 terroristes ont été tués en 44 jours de combat. Les corps de 225 d’entre eux ont été renvoyés en Syrie, 30 autres corps étant arrivés le 15 novembre. Au moins deux de ces mercenaires d’Ankara ont été capturés par les forces arméniennes lors des affrontements au Haut-Karabakh. Ils sont toujours sous la garde des autorités arméniennes.

L'attaque du vendredi 13 novembre contre les garde-frontières iraniens aurait impliqué des terroristes turkmènes syriens qu'Ankara a déployés dans le Haut-Karabakh. La riposte iranienne a été cinglante. L’Iran a répondu aussitôt, en lançant une série de frappes de roquettes et d'artillerie sur les positions des terroristes.

Karabakh: 1er face-à-face Sultan/CGRI?

L

Et l'article d'ajouter: "l’accord signé Moscou-Erevan-Bakou est défendu par l’Iran et se conforme, en grande partie, à ses positions de principe. Cependant, il y a des points à prendre en considération : L’Iran estime qu’en raison de la proximité du Haut-Karabakh avec les frontières iraniennes, toute sorte de mesures et de changement géopolitique frontaliers pourraient directement influer la sécurité et les intérêts de l’Iran. Or, la prise de mesures sécuritaires de la part de l’Iran s'impose dont le déploiement de forces armées dans la zone du corridor. La Russie pourra-t-elle se passer d'une présence des forces de maintien de la paix iraniennes?

Poutine/Iran: la

La Russie envoie environ 2000 de ses forces de paix après l’accord Bakou-Erevan. Une base "aérienne" russe plantée au cœur du Caucase?

D’autant plus que l’Iran a ses propres préoccupations quant à l’action de certains pays qui entretiennent depuis longtemps des relations avec les terroristes. Le pays croit que ce corridor doit exclusivement relier Nakhitchevan et l’Azerbaïdjan et que toute circulation d’un pays tiers doit se faire avec l'autorisation du gouvernement arménien.

Évidemment, Téhéran envisage tous les risques et anticipe une infiltration des terroristes sur son territoire via les frontières septentrionales

Caucase-sud: face-à-face Israël/Iran?

L’Iran ne tolérera jamais le déploiement des terroristes dans la région du Haut-Karabakh.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/16/638686/Haut-Karabakh-les-Russes-attaques

 

REVOLTE DU PEUPLE BAHREÏNI QUI S'OPPOSE A LA NORMALISATION AVEC "ISRAËL"

Par Le 18/10/2020

Le communiqué sur la normalisation est dépourvu de tout aspect légal (responsable israélien)

 
 

Des manifestants palestiniens protestent à Gaza contre la normalisation des relations entre Bahreïn et Israël, le 12 septembre 2020. ©Reuters

Certains responsables israéliens avaient auparavant mis en garde contre la colère grandissante du peuple bahreïni pouvant entraver le processus de normalisation.
Une délégation israélienne, dirigée par le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, et une délégation américaine, dirigée par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, sont arrivées ce dimanche 18 octobre à Manama, capitale de Bahreïn, pour signer « un communiqué conjoint sur l’établissement de relations diplomatiques complètes » entre cette monarchie arabe du golfe Persique et Tel-Aviv, un mois après la signature à la Maison-Blanche des accords d’Abraham entre les deux parties. 
Dans la foulée, des sources israéliennes ont déclaré sous l’anonymat que l’ire générale contre la normalisation entre Tel-Aviv et Manama avait ralenti tous les pas à ce propos. Le hashtag « les Bahreïnis contre la normalisation », récemment devenu trend sur Twitter, vient à l’appui de cette affirmation. « Au contraire des Émirats arabes unis, Israël et Bahreïn n’avaient pas assez de temps pour parvenir à un accord officiel avant ce déplacement », ont annoncé les sources israéliennes anonymes. 

Dans la foulée, un responsable israélien a confié à Haaretz que personne ne savait si un accord de paix officiel serait signé dans l’avenir. 
“Les documents qui seront signés aujourd’hui constituent un communiqué conjoint sur l’établissement des relations diplomatiques et donneront le suivi à l’accord signé le 15 septembre à Washington”, a révélé un responsable au ministère israélien des Affaires étrangères. 

Lire aussi: Bahreïn : Le mouvement Wefaq dénonce toute normalisation avec Israël !

Selon Haaretz, “le communiqué mettra l’accent sur l’absence de toute confrontation ainsi que sur l’établissement des vols civils et du commerce et il promettra les coopérations bilatérales dans le domaine d’énergie et de santé”. 
Un autre responsable politique israélien a déclaré sous couvert d’anonymat que ce communiqué — puisqu’il n’était pas un accord de paix officiel — était dépourvu de tout aspect légal. “C’est pourquoi le communiqué ne sera pas remis à l’ONU tout comme l’accord de paix signé avec les Émirats arabes unis”, a-t-il ajouté. 

Quant au peuple bahreïni, il continue de prendre part à des manifestations de protestation et de mener des activités sur les réseaux sociaux afin d’exprimer sa colère contre une normalisation Manama-Tel-Aviv. 
Depuis la signature des accords d’Abraham, décidée par les dirigeants de Bahreïn au mépris de la volonté du peuple, les Bahreïnis ont commencé à prendre part à des manifestations de protestation pour exprimer leur vive opposition à la normalisation de relations israélo-bahreïnies
Depuis, de nombreux communiqués ont été publiés par des partis, des courants, des groupes et des organisations civiques pour condamner le rapprochement entre Manama et Tel-Aviv. 
L’Ayatollah Issa Qassem et 235 autres religieux ont condamné à travers des communiqués la trahison des dirigeants bahreïnis envers la cause palestinienne. 
Les marchandises produites par Israël et les hommes d’affaires qui soutiennent la normalisation ont été également boycottés par de nombreux Bahreïnis. 
Par ailleurs, le régime des Al-Khalifa a convoqué ou arrêté des dizaines de citoyens qui condamnaient sur les réseaux sociaux la normalisation.   

Il y a une dizaine de jours, une délégation envoyée par la Coalition des jeunes de la Révolution du 14 février de Bahreïn a été reçue par des leaders palestiniens à Beyrouth. 
Il s’agissait d’une première rencontre entre les dirigeants de la Résistance palestinienne et les révolutionnaires bahreïnis depuis la signature des accords d’Abraham entre Tel-Aviv et Manama. 

Lire aussi: “Bombarder l’Iran depuis Bahreïn ou Émirats ?! N’y pensez même pas...” (général israélien)

Le secrétaire général du Djihad islamique de la Palestine (Ziyad al-Nakhalah), le secrétaire du mouvement Fatah (Fathi Abou al-Ardat), des représentants de l’Organisation pour la libération de la Palestine au Liban et le président du bureau politique du Hamas (Ismaïl Haniyeh) étaient présents à cette importante rencontre.  

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/18/636681/Israel-Bahrein-Emirats-normalisation-

 

LE HEZBOLLAH DE BAHREÏN SE LIE A GAZA ET A BEYROUTH

Par Le 02/10/2020

Rencontre Hezbollah-Hamas-Résistance bahreinie : l’Iran brise le blocus de Gaza (Hamas)

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Image satellite du trafic maritime en Méditerranée orientale./AFP

Ces 90% de Sionistes qui n'ont cru pas un seul mot au "Bibi show" du mardi 29 septembre, où Netanyahu s'est livré à une pseudo révélation sur l'emplacement de l'une des supposées usines de fabrication de missiles du Hezbollah à Beyrouth avant que Nasrallah ne lui rende quelques minutes plus tard la pièce de sa monnaie, en invitant sur le champ, les journalistes arabes et occidentaux à se rendre sur le site, auraient tout intérêt à suivre cette toute récente information selon laquelle le chef du bureau politique de la Résistance palestinienne, Ismaël Haniyeh, s'est entretenu avec le chef de l'opposition bahreinie et ce, en présence du secrétaire général du Jihad islamique de la Palestine, Ziyad Nakhalah.

A quoi bon une normalisation qui met paradoxalement en danger nos accointances dans le Golfe? (Yediot Aharonat)

A quoi bon une normalisation qui met paradoxalement en danger nos accointances dans le Golfe? (Yediot Aharonat)

Trump a-t-il dynamité le "Grand Moyen-Orient ?

Si jusqu'ici ces colons devaient s'inquiéter de la riposte du Hezbollah au Nord de l'entité sioniste en Galilée par exemple, ou de celle de Gaza au sud, cette imposture de normalisation que Tel-Aviv tente de leur vendre,  a fait d'eux des cibles potentielles à abattre dans le golfe Persique. Car depuis la rencontre Nasrallah-Haniyeh à Beyrouth et sa visite au camp d'Ein al Hilwah, c'est un chapitre nouveau qui vient de s'ouvrir dans la lutte anti-Israël pour l'élimination d'Israël.

Dans un tout récent reportage diffusé sur Al Jazeera, lHamas a tenu d'ailleurs à donner le ton : pour la première fois depuis le début de sa guerre de libération, il a annoncé comment il s'est procuré ses premières armes et missiles. C'est si significatif quand on sait que ce non événement qu'est la normalisation vise entre autre effets de propagande à créer le sentiment qu’Israël et les USA dominent les détroits et les eaux de la région. 

Lire plus: "Le Hezbollah change les règles du jeu et se prépare à tirer en premier"

Le Hamas a ainsi révélé le trajet de transit de ses armes à travers le Soudan, la Syrie, l’Iran et le Sinaï, quitte à faire comprendre que le champ d'action de la Résistance est bien plus large que les Sionistes le croient ou que leurs dirigeants les poussent à le croire. 

Redoutable arme gazaouie à Qods ?

Redoutable arme gazaouie à Qods ?

Les jeunes Palestiniens ont lancé des ballons incendiaires depuis al-Issawiya dans la Bande de Gaza vers les colonies israéliennes adjacentes.

L'émission « Ce qui reste caché est encore mieux » diffusé le 13 septembre par la chaîne qatarie Al-Jazeera a montré des images exclusives des membres des Brigades Qassam, branche armée du Hamas, et de la collecte des missiles iraniens Fajr et des Kornet anti-chars russes. Le Hamas a reçu ces armes par voies terrestre et maritime sous le nez des bases militaires, de l’aviation et des patrouilles maritimes sionistes. Et ce n'est pas tout: la Résistance palestinienne fabrique depuis 2014 des missiles, inspiré de la technologie iranienne et se basant sur la rétro-ingénierie des missiles israéliens.  

Missile:

Missile:

La Résistance a plus d’une fois utilisé des armes intelligentes contre l’ennemi.

Al Monitor va de son commentaire :  « la divulgation soudaine du Hamas vise à prouver que le siège [israélien] de Gaza ne l’a pas empêché de développer son infrastructure militaire, étant donné les efforts acharnés qu’il déploie pour faire face aux plans israéliens et empêcher l’arrivée d’armes et de munitions sur place. Mais il y a plus : la Résistance palestinienne révèle ainsi le caractère parfaitement aléatoire des projets gaziers d'Israël en Méditerranée, ses ambitions gazières et ce, à la faveur de sa force navale. Ces révélations ont d'ailleurs un lien direct avec la récente visite de Haniyeh avec Nasrallah, visite que ce dernier fait précéder avec ses rencontres à Bahreïn. Comme pour dire que les opérations navales visant Israël ont parfaitement la capacité de se répercuter dans le golfe Persique là où il y aurait le moindre soupçon de présence militaire sioniste. Cela veut dire que la normalisation vendue aux Sionistes comme un acquis a contribué à accélérer une extension vertigineuse des capacités de l'axe de la Résistance, à créer une "coalition maritime anti-Israël", capable de mener des opérations navales asymétriques d'envergure, note le journal. 

L'Iran met au défi la DCA américaine

L'Iran met au défi la DCA américaine

Et le journal de poursuivre : " Les combattants de Gaza possèdent différents types de missiles iraniens R-160 et Fajr-5 d’une portée de 100 kilomètres (62 miles). Ils disposent également de drones, de missiles antichars et de roquettes lancées à l’épaule produits par la Russie. Ils disposent de missiles C-704, des missiles anti-navires d’une portée de 35 kilomètres (21 miles) et des systèmes radar pour missiles guidés. Il y a peu la Résistance bahreinie a proclamé son existence et a juré de mettre à la porte de Bahreïn toute présence sioniste.  Haniyeh leur aura sans doute proposé de choisir les armes pour le faire», a ajouté la source qui conclut : " Dans son discours du mardi 29 septembre, Nasrallah a rendu un hommage appuyé aux Bahreïnis, aux Tunisiens, aux Algériens et aux Soudanais. Les Sionistes l'auraient peut-être remarqué, il s'agit de peuples et d'Etats situés tous au bord de la mer et au passage des projets gaziers sionistes. L'axe de la Résistance semble avoir déjà créé une coalition militaire maritime prête à l'instant même à en découdre avec Israël".  

 

Pour plus de détails : Gaza appelle la Cisjordanie à prendre des armes

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/30/635344/Coalition-maritime-de-la-Resistance