Moyen-Orient

REVOLTE DU PEUPLE BAHREÏNI QUI S'OPPOSE A LA NORMALISATION AVEC "ISRAËL"

Le communiqué sur la normalisation est dépourvu de tout aspect légal (responsable israélien)

 
 

Des manifestants palestiniens protestent à Gaza contre la normalisation des relations entre Bahreïn et Israël, le 12 septembre 2020. ©Reuters

Certains responsables israéliens avaient auparavant mis en garde contre la colère grandissante du peuple bahreïni pouvant entraver le processus de normalisation.
Une délégation israélienne, dirigée par le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, et une délégation américaine, dirigée par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, sont arrivées ce dimanche 18 octobre à Manama, capitale de Bahreïn, pour signer « un communiqué conjoint sur l’établissement de relations diplomatiques complètes » entre cette monarchie arabe du golfe Persique et Tel-Aviv, un mois après la signature à la Maison-Blanche des accords d’Abraham entre les deux parties. 
Dans la foulée, des sources israéliennes ont déclaré sous l’anonymat que l’ire générale contre la normalisation entre Tel-Aviv et Manama avait ralenti tous les pas à ce propos. Le hashtag « les Bahreïnis contre la normalisation », récemment devenu trend sur Twitter, vient à l’appui de cette affirmation. « Au contraire des Émirats arabes unis, Israël et Bahreïn n’avaient pas assez de temps pour parvenir à un accord officiel avant ce déplacement », ont annoncé les sources israéliennes anonymes. 

Dans la foulée, un responsable israélien a confié à Haaretz que personne ne savait si un accord de paix officiel serait signé dans l’avenir. 
“Les documents qui seront signés aujourd’hui constituent un communiqué conjoint sur l’établissement des relations diplomatiques et donneront le suivi à l’accord signé le 15 septembre à Washington”, a révélé un responsable au ministère israélien des Affaires étrangères. 

Lire aussi: Bahreïn : Le mouvement Wefaq dénonce toute normalisation avec Israël !

Selon Haaretz, “le communiqué mettra l’accent sur l’absence de toute confrontation ainsi que sur l’établissement des vols civils et du commerce et il promettra les coopérations bilatérales dans le domaine d’énergie et de santé”. 
Un autre responsable politique israélien a déclaré sous couvert d’anonymat que ce communiqué — puisqu’il n’était pas un accord de paix officiel — était dépourvu de tout aspect légal. “C’est pourquoi le communiqué ne sera pas remis à l’ONU tout comme l’accord de paix signé avec les Émirats arabes unis”, a-t-il ajouté. 

Quant au peuple bahreïni, il continue de prendre part à des manifestations de protestation et de mener des activités sur les réseaux sociaux afin d’exprimer sa colère contre une normalisation Manama-Tel-Aviv. 
Depuis la signature des accords d’Abraham, décidée par les dirigeants de Bahreïn au mépris de la volonté du peuple, les Bahreïnis ont commencé à prendre part à des manifestations de protestation pour exprimer leur vive opposition à la normalisation de relations israélo-bahreïnies
Depuis, de nombreux communiqués ont été publiés par des partis, des courants, des groupes et des organisations civiques pour condamner le rapprochement entre Manama et Tel-Aviv. 
L’Ayatollah Issa Qassem et 235 autres religieux ont condamné à travers des communiqués la trahison des dirigeants bahreïnis envers la cause palestinienne. 
Les marchandises produites par Israël et les hommes d’affaires qui soutiennent la normalisation ont été également boycottés par de nombreux Bahreïnis. 
Par ailleurs, le régime des Al-Khalifa a convoqué ou arrêté des dizaines de citoyens qui condamnaient sur les réseaux sociaux la normalisation.   

Il y a une dizaine de jours, une délégation envoyée par la Coalition des jeunes de la Révolution du 14 février de Bahreïn a été reçue par des leaders palestiniens à Beyrouth. 
Il s’agissait d’une première rencontre entre les dirigeants de la Résistance palestinienne et les révolutionnaires bahreïnis depuis la signature des accords d’Abraham entre Tel-Aviv et Manama. 

Lire aussi: “Bombarder l’Iran depuis Bahreïn ou Émirats ?! N’y pensez même pas...” (général israélien)

Le secrétaire général du Djihad islamique de la Palestine (Ziyad al-Nakhalah), le secrétaire du mouvement Fatah (Fathi Abou al-Ardat), des représentants de l’Organisation pour la libération de la Palestine au Liban et le président du bureau politique du Hamas (Ismaïl Haniyeh) étaient présents à cette importante rencontre.  

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/18/636681/Israel-Bahrein-Emirats-normalisation-

 

LE HEZBOLLAH DE BAHREÏN SE LIE A GAZA ET A BEYROUTH

Rencontre Hezbollah-Hamas-Résistance bahreinie : l’Iran brise le blocus de Gaza (Hamas)

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Image satellite du trafic maritime en Méditerranée orientale./AFP

Ces 90% de Sionistes qui n'ont cru pas un seul mot au "Bibi show" du mardi 29 septembre, où Netanyahu s'est livré à une pseudo révélation sur l'emplacement de l'une des supposées usines de fabrication de missiles du Hezbollah à Beyrouth avant que Nasrallah ne lui rende quelques minutes plus tard la pièce de sa monnaie, en invitant sur le champ, les journalistes arabes et occidentaux à se rendre sur le site, auraient tout intérêt à suivre cette toute récente information selon laquelle le chef du bureau politique de la Résistance palestinienne, Ismaël Haniyeh, s'est entretenu avec le chef de l'opposition bahreinie et ce, en présence du secrétaire général du Jihad islamique de la Palestine, Ziyad Nakhalah.

A quoi bon une normalisation qui met paradoxalement en danger nos accointances dans le Golfe? (Yediot Aharonat)

A quoi bon une normalisation qui met paradoxalement en danger nos accointances dans le Golfe? (Yediot Aharonat)

Trump a-t-il dynamité le "Grand Moyen-Orient ?

Si jusqu'ici ces colons devaient s'inquiéter de la riposte du Hezbollah au Nord de l'entité sioniste en Galilée par exemple, ou de celle de Gaza au sud, cette imposture de normalisation que Tel-Aviv tente de leur vendre,  a fait d'eux des cibles potentielles à abattre dans le golfe Persique. Car depuis la rencontre Nasrallah-Haniyeh à Beyrouth et sa visite au camp d'Ein al Hilwah, c'est un chapitre nouveau qui vient de s'ouvrir dans la lutte anti-Israël pour l'élimination d'Israël.

Dans un tout récent reportage diffusé sur Al Jazeera, lHamas a tenu d'ailleurs à donner le ton : pour la première fois depuis le début de sa guerre de libération, il a annoncé comment il s'est procuré ses premières armes et missiles. C'est si significatif quand on sait que ce non événement qu'est la normalisation vise entre autre effets de propagande à créer le sentiment qu’Israël et les USA dominent les détroits et les eaux de la région. 

Lire plus: "Le Hezbollah change les règles du jeu et se prépare à tirer en premier"

Le Hamas a ainsi révélé le trajet de transit de ses armes à travers le Soudan, la Syrie, l’Iran et le Sinaï, quitte à faire comprendre que le champ d'action de la Résistance est bien plus large que les Sionistes le croient ou que leurs dirigeants les poussent à le croire. 

Redoutable arme gazaouie à Qods ?

Redoutable arme gazaouie à Qods ?

Les jeunes Palestiniens ont lancé des ballons incendiaires depuis al-Issawiya dans la Bande de Gaza vers les colonies israéliennes adjacentes.

L'émission « Ce qui reste caché est encore mieux » diffusé le 13 septembre par la chaîne qatarie Al-Jazeera a montré des images exclusives des membres des Brigades Qassam, branche armée du Hamas, et de la collecte des missiles iraniens Fajr et des Kornet anti-chars russes. Le Hamas a reçu ces armes par voies terrestre et maritime sous le nez des bases militaires, de l’aviation et des patrouilles maritimes sionistes. Et ce n'est pas tout: la Résistance palestinienne fabrique depuis 2014 des missiles, inspiré de la technologie iranienne et se basant sur la rétro-ingénierie des missiles israéliens.  

Missile:

Missile:

La Résistance a plus d’une fois utilisé des armes intelligentes contre l’ennemi.

Al Monitor va de son commentaire :  « la divulgation soudaine du Hamas vise à prouver que le siège [israélien] de Gaza ne l’a pas empêché de développer son infrastructure militaire, étant donné les efforts acharnés qu’il déploie pour faire face aux plans israéliens et empêcher l’arrivée d’armes et de munitions sur place. Mais il y a plus : la Résistance palestinienne révèle ainsi le caractère parfaitement aléatoire des projets gaziers d'Israël en Méditerranée, ses ambitions gazières et ce, à la faveur de sa force navale. Ces révélations ont d'ailleurs un lien direct avec la récente visite de Haniyeh avec Nasrallah, visite que ce dernier fait précéder avec ses rencontres à Bahreïn. Comme pour dire que les opérations navales visant Israël ont parfaitement la capacité de se répercuter dans le golfe Persique là où il y aurait le moindre soupçon de présence militaire sioniste. Cela veut dire que la normalisation vendue aux Sionistes comme un acquis a contribué à accélérer une extension vertigineuse des capacités de l'axe de la Résistance, à créer une "coalition maritime anti-Israël", capable de mener des opérations navales asymétriques d'envergure, note le journal. 

L'Iran met au défi la DCA américaine

L'Iran met au défi la DCA américaine

Et le journal de poursuivre : " Les combattants de Gaza possèdent différents types de missiles iraniens R-160 et Fajr-5 d’une portée de 100 kilomètres (62 miles). Ils disposent également de drones, de missiles antichars et de roquettes lancées à l’épaule produits par la Russie. Ils disposent de missiles C-704, des missiles anti-navires d’une portée de 35 kilomètres (21 miles) et des systèmes radar pour missiles guidés. Il y a peu la Résistance bahreinie a proclamé son existence et a juré de mettre à la porte de Bahreïn toute présence sioniste.  Haniyeh leur aura sans doute proposé de choisir les armes pour le faire», a ajouté la source qui conclut : " Dans son discours du mardi 29 septembre, Nasrallah a rendu un hommage appuyé aux Bahreïnis, aux Tunisiens, aux Algériens et aux Soudanais. Les Sionistes l'auraient peut-être remarqué, il s'agit de peuples et d'Etats situés tous au bord de la mer et au passage des projets gaziers sionistes. L'axe de la Résistance semble avoir déjà créé une coalition militaire maritime prête à l'instant même à en découdre avec Israël".  

 

Pour plus de détails : Gaza appelle la Cisjordanie à prendre des armes

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/30/635344/Coalition-maritime-de-la-Resistance