PALESTINE

PALESTINE

LES TUNNELS DE LA RESISTANCE PALESTINIENNE TRAUMATISENT LES SOLDATS ISRAELIENS

Les tunnels de la résistance causent des crises psychologiques aux soldats de l’occupation

Les tunnels de la résistance causent des crises psychologiques aux soldats de l’occupation

folder_openRapports access_timedepuis un mois

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Des dizaines de soldats de l'occupation ayant participé à l'offensive israélienne contre la bande de Gaza en 2014, souffrent toujours des symptômes des crises psychologiques.

Le quotidien Israël Today a indiqué dans ce contexte que l'un des soldats de l'occupation souffre jusqu'au moment du choc psychologie, à la suite de son entrée dans un des tunnels du mouvement Hamas durant l'offensive de 2014.

Le journal a ajouté que ce soldat désigné «Matan», membre de l'unité d'ingénierie militaire de l'armée de l'occupation, est entré dans l'un des tunnels de Hamas et puis est sorti indemne, mais cet incident lui a causé une grande crise psychologique de laquelle il souffre jusqu'à ce jour.

Le texte a précisé que ce soldat est horrifié dès qu'il entend des bruits inhabituels, comme les bruits des avions ou les sons des cafards dans un jardin.

Citant la famille de ce soldat, le journal a ajouté que ses proches suivaient les informations sur la télévision, sachant que leur fils se trouvait dans l'un des tunnels du mouvement Hamas. Selon eux, Matan est revenu mais il souffrait d'une grave maladie psychologique.

Et le journal israélien d'expliquer qu'en raison de ce qu'il a observé durant les combats de la Bande de Gaza, ce soldat ne supporte point le bruit des avions qui lui rappellent les moments de la terreur vécus durant la bataille, notant qu'il a changé de domicile pour s'éloigner des lignes aériennes.

Toujours selon le journal israélien, le nouvel appartement de ce soldat doit être équipé pour isoler le son, notant que l'armée israélienne l'a classé parmi les personnes handicapées à 100%.

Malgré ce fait, la famille du soldat plaide toujours auprès de l'armée pour couvrir le coup de l'isolation des murs de l'appartement.

https://french.alahednews.com.lb/37048/323

VERS UNE ACTION GAZA-RESISTANCE YEMENITE CONTRE LES SITES ISRAELIENS EN MER ROUGE

Et si Socotra se transformait en un cimetière pour les militaires sionistes?

Sunday, 22 November 2020 3:44 PM  [ Last Update: Sunday, 22 November 2020 3:44 PM ]

Des équipements militaires à bord du navire Rudaki du CGRI, le 19 novembre 2020. @ Marine Press

Il y a un sens très particulier à donner à cette rencontre de l’ambassadeur de Sanaa à Damas, Abdollah Sabri, avec le représentant du Jihad islamique de la Palestine au Liban, Ihsan Ataya, à l’heure où la presse golfienne ne cesse de faire l’éloge du régime sioniste, de le décrire en « puissance salvatrice des peuples arabes » alors qu’on sait que le génocide anti-Arabe, anti-Musulman est écrit dans le génome sioniste. En effet, le représentant du Jihad islamique de la Palestine au Liban a estimé à raison que la défaite des projets néocoloniaux de l’axe US/Israël viendra de Sanaa et par le temps qui court, il n’a pas du tout tort. Alors même que le duo Israël/Émirats, aidé par Riyad, pense à créer un gazoduc reliant le golfe Persique à la mer Rouge pour transiter le gaz volé palestinien vers l’Europe, il faut bien prendre à la lettre le représentant du Jihad islamique. Des « coordinations politiques voire militaires », se font-elles à grande vitesse entre le Jihad islamique de la Palestine et Ansarallah ? Visiblement. S’agit-il des « coordinations navales » ? Possible.

SAM-6: la surprise d'Ansarallah?

Un expert militaire saoudien a déclaré que l’Arabie saoudite avait été surprise par la relance du système de défense aérienne SA-6 par l’armée yéménite.

Selon le site Internet Al-Sahafa al-Alamiya qui rapporte la teneur de la rencontre et des entretiens, tout allait d'ailleurs dans ce sens : Ihsan Ataya a affirmé que la résistance des Yéménites aux conspirations Washington/Tel-Aviv dans la région va de paire avec le renforcement de l’esprit de la résistance au Liban et à Gaza et que tout ceci constitue un obstacle de taille « aux tentatives de l'ennemi israélien de réaliser ses projets ».

« Le comabt au Yémen fait partie intégrante du combat en Palestine, car le Yémen a toujours défendu la cause palestinienne et souligné l'importance qu'il y a à tenir tête aux occupants sionistes », a précisé le membre du haut rang du Jihad islamique de la Palestine.  

Ansarallah sort le gros bazooka

Une base russe au Port Soudan et un Ansarallah qui domine la pétrolifère Maarib et qui compte en faire un tremplin pour libérer Aden.... Alors Poutine/Ansarallah, même combat?

Mais que peut faire de concret contre Israël et ses alliés arabes l'alliance Gaza-Ansarallah? L'expert Hanizadeh voit d'ors et déjà à travers l'escalade de ces derniers jours entre Gaza et l'entité sioniste l'ébauche des opérations anti-israéliennes conjointes à venir. 

« Il y a quelques jours, Gaza a visé à coup de cinq missiles la bande portuaire israélienne composée d'Ashkelon, d'Ashdod, tirant même ses missiles contre le sud de Tel-Aviv sans que le bouclier antimissile israélien ne puisse les intercepter. Le Jihad islamique de la Palestine tout comme le Hamas saura transmettre ses acquis à Ansarallah qui à la lumière de la toute prochaine libération de Maarib s'apprête à mettre le cap sur Aden et pourquoi pas plus au sud sur Socotra, cette île yéménite occupée où les Émirats dépensent les pétrodollars arabes pour ériger une base à l'intention d'Israël. Samedi 21 novembre, une nouvelle frappe au missile a visé le port gazier d'Ashkelon et le régime sioniste, paniqué, a répondu en lançant des frappes conte « les sites navals » de Gaza. Ceci prouve à quel point l'entité sioniste a peur d'une puissance maritime de la Résistance palestinienne. Mais saura-t-il venir à bout de cette même puissance si elle s'étend à la mer Rouge où Israël croit avoir gagné le gros lot en occupant par Émirats interposés, Socotra et les ports d'Aden et de Moka? Rien n'est moins sûr, estime le politologue qui ajoute :

« Ces derniers jours l'Iran a dévoilé un navire de croisière Rudaki, sorte de cité militaire flottante, sur la mission de laquelle il ne fait aucun mystère. À première vue, ce qui semble être le navire océanique Rudaki, c'est la mise en place d'une rampe d'accès sur le côté droit de cet “arsenal flottant” qui est en fait le lieu d'entrée et de sortie et de chargement des outils et équipements sur le pont du navire. La rampe d'accès permet au navire Rudaki de pouvoir charger tout l'équipement nécessaire sur son pont. En plus des systèmes et des équipements chargés sur ce navire, il est capable de charger des véhicules blindés amphibies et joue par conséquent le rôle d'un flottant adapté à un débarquement. Puisqu'Israël s'apprête à ériger des bases militaires aux Émirats et à Bahreïn soit aux portes de l'Iran, rien n'empêche ce dernier à en faire autant et à appuyer Ansarallah dans sa bataille de libération du territoire yéménite des mains des occupants. »

Océan Indien: citée navale du CGRI

Le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a annoncé jeudi l'entrée en service de son nouveau navire militaire multifonctionnel baptisé Shahid...

« Surtout que des drones, des missiles de croisière et des vedettes rapides sont embarqués à bord de Rudaki et qu'on connaît à Ansarallah les capacités inouies à lancer des drones à l'assaut des cibles ennemis. On ne sait jamais, la spectaculaire attaque du septelmbre 2019 contre Aramco a maqréu l'histoire des guerres. Ansarallah saurait peut-être faire sien un autre record cette fois à travers une attaque au drone et aux vedettes simultanées visant la première base navale isarélo-émirtie à Socotra », poursuit l'analyste. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/22/639112/-Rudaki--bient%C3%B4t-%C3%A0-un-d%C3%A9barquement-%C3%A0-Socotra-

ONU : UNE RESOLUTION VOTEE PAR 163 VOIX CONTRE 5 POUR LA CREATION D’UN ETAT PALESTINIEN

Une résolution votée à l’ONU à 163 votes contre 5 pour la création d’un Etat palestinien

 Depuis 11 heures  21 novembre 2020

Assemblée générale des Nations Unies

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

L’ONU a voté à une écrasante majorité pour un projet de résolution en faveur de « l’autodétermination palestinienne ». ‘Israël’ et les États-Unis ont voté contre.

La proposition à la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies – la commission chargée des droits de l’homme et des affaires humanitaires – a été adoptée par 163 voix contre 5, avec 10 abstentions.

Le Canada, qui vote généralement en faveur d’Israël à propos de telles résolutions, a rejoint la majorité.

La résolution met l’accent sur « le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, y compris le droit à son État indépendant de Palestine » et « souligne l’urgence de parvenir sans délai à la fin de l’occupation israélienne qui a commencé en 1967, ainsi qu’à une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens », basée sur une solution à deux États.

Elle fait partie d’un vaste ensemble de 20 résolutions pro-palestiniennes qui sont adoptées par l’Assemblée générale chaque année, rapporte la télévision israélienne i24.

Outre ‘Israël’ et les États-Unis, les îles Marshall, la Micronésie et Nauru ont également voté contre la résolution.

L’Australie, le Cameroun, le Guatemala, le Honduras, Kiribati, les Palaos, la Nouvelle-Guinée, le Rwanda, le Togo et les îles Tonga se sont abstenus.

L’an dernier, le Canada a voté en faveur d’une résolution presque identique, son envoyé justifiant ce choix comme une réponse à la décision du secrétaire d’État américain Mike Pompeo de rejeter un avis juridique du département d’État qui jugeait « les colonies israéliennes illégales. »

https://french.almanar.com.lb/1938675

LE PIRE REVERS DE POMPEO ?

Pompeo disparaît, la Palestine reste

Wednesday, 18 November 2020 6:50 PM  [ Last Update: Wednesday, 18 November 2020 6:50 PM ]

Les manifestations anti-israélien en Cisjordanie occupée. ©Fars News

Ce mercredi 18 novembre, les Palestiniens ont organisé une manifestation en Cisjordanie occupée en guise de protestation contre la visite du secrétaire d'État américain en Palestine occupée. Mike Pompeo, y est en visite et poursuit sa tournée commencée vendredi. Il va rencontrer Benjamin Netanyahu et le chef de la diplomatie de Bahreïn. Ce sera la première visite officielle du ministre des Affaires étrangères bahreïni en territoires occupés.

Les Palestiniens venus de différentes villes dont Ramallah se sont rassemblés à Al-Bireh et ont condamné la décision du gouvernement américain concernant une visite à la colonie israélienne Psagot.

Les manifestants scandaient des slogans contre l’agression et l’occupation israéliennes et brandissaient des pancartes condamnant la construction des colonies illégales en Cisjordanie.

« Cette manifestation revêt une importance particulière. Le gouvernement actuel des USA dirigé par Donald Trump soutient Israël dans toutes ses démarches. Israël construit des colonies illégales et les USA le soutiennent. Le gouvernement américain a donné les hauteurs du Golan au régime sioniste et vise à mettre en œuvre le plan d'occupation de la Cisjordanie », a affirmé le vice-président du mouvement palestinien Fatah, Mahmoud al-Aloul.

Le vice-président du mouvement palestinien Fatah a insisté sur l’importance de l’unité du peuple palestinien dans la lutte contre les projets israélo-américains contre ce peuple.

Le chef de la diplomatie bahreïnie, Abdellatif al-Zayani, a entamé mercredi 18 novembre sa première visite officielle dans les territoires occupés.

Selon certains médias, lors de sa visite dans les territoires occupés, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo devrait rendre visite aux colonies de la Cisjordanie ainsi qu’à une usine à Psagot.

Pompeo au Golan occupé

Mike Pompeo pourrait devenir le premier secrétaire d

De son côté, l'Autorité autonome palestinienne semble être pris dans le piège américain et tente de se rapprocher davantage de l’axe US/Israël.

Le président du Conseil des affaires civiles de l'Autorité autonome palestinienne, Hussein al-Cheikh, a écrit sur Twitter que la relation entre l'Autorité palestinienne et Israël redeviendrait « comme elle était », le président de l'AP, Mahmoud Abbas, ayant obtenu confirmation qu'Israël respecterait ses engagements passés.

« À l’aune des contacts à l’international de Mahmoud Abbas et compte tenu des engagements écrits et verbaux que nous avons reçus des Israéliens, nous allons reprendre les relations là où elles étaient avant le 19 mai 2020, date de l’annonce de l’arrêt de la coordination sécuritaire », a ajouté Hussein al-Cheikh.

Selon Essmat Mansour, analyste des affaires israéliennes, l’information concernant la reprise des relations de l'Autorité autonome palestinienne et le régime sioniste, a été annoncée quelques jours après le discours de Gabi Ashkenazi, le ministre israélien des Affaires étrangères, dans lequel, ce dernier a demandé à l’Autorité autonome de se coordonner dans les affaires sécuritaires avec Israël.

Selon cet analyste, le reprise des relations entre l'Autorité autonome palestinienne et le régime sioniste est un atout politique pour Benny Gantz, le leader de la coalition centriste Bleu et blanc lors des élections israéliennes, ceci lui permettant de se vanter d’avoir conclu un accord avec les Palestiniens.

Le mouvement palestinien Hamas a de son côté demandé à l’Autorité autonome de ne pas faire confiance au président élu américain Joe Biden et de revenir sur sa décision.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/18/638886/Les-palestiniens-n'acceptent-aucun-compromis-avec-Isra%C3%ABl

 

L’AUTORITE PALESTINIENNE DIRIGEE PAR LE FELON MAHMOUD ABBAS ANNONCE LA REPRISE DE LEUR COORDINATION AVEC « ISRAËL »

Les Palestiniens annoncent la reprise de leur coordination avec Israël

La colonie israélienne Shimaa au sud de la ville d'Hébron en Cisjordanie occupée. (AFP)

Short Url

https://arab.news/96rrh

AFP

Publié le 17 novembre 2020

« A l'aune des contacts à l'international de Mahmoud Abbas (...) et compte tenu des engagements écrits et verbaux que nous avons reçus des Israéliens, nous allons reprendre les relations là où elles étaient avant le 19 mai 2020 »

Cette décision avait eu des impacts sur la coordination pour les transferts de patients palestiniens gravement blessés ou malades vers des hôpitaux israéliens

RAMALLAH : L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a annoncé mardi soir la reprise de sa coordination avec Israël, officiellement à l'arrêt depuis mai dernier, une mesure qui devrait faciliter le quotidien de Palestiniens.  

« A l'aune des contacts à l'international de Mahmoud Abbas (...) et compte tenu des engagements écrits et verbaux que nous avons reçus des Israéliens, nous allons reprendre les relations là où elles étaient avant le 19 mai 2020 », date de l'annonce de l'arrêt de la coordination sécuritaire, a déclaré le ministre des Affaires civiles, Hussein al-Cheikh.

Mahmoud Abbas avait justifié l'arrêt de la coordination sécuritaire pour protester contre le projet israélien, aujourd'hui suspendu, d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

Cette décision avait eu des impacts sur la coordination pour les transferts de patients palestiniens gravement blessés ou malades vers des hôpitaux israéliens.

En arrêtant sa coordination avec Israël, l'Autorité palestinienne avait aussi arrêté de recevoir les transferts de taxes, notamment douanières, perçues par Israël pour le compte de cette institution.

Privée de ces revenus, l'Autorité palestinienne avait dû amputer le salaire de ses fonctionnaires et ce, à une période où l'économie palestinienne tourne au ralenti en raison de la pandémie de Covid-19.

Dans un entretien par visioconférence avec des journalistes à Washington, le Premier ministre Mohammed Shtayyeh a confirmé que le camp palestinien reprenait « contact avec les Israéliens sur des questions financières, sanitaires et politiques ». 

Au revoir Trump, bonjour Biden

Cette annonce intervient à la veille de l'arrivée en Israël du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, dont l'administration avait entretenu des relations houleuses avec les Palestiniens.

Après la reconnaissance de la ville disputée de Jérusalem comme capitale d'Israël par le président Donald Trump, les Palestiniens avaient coupé les ponts avec Washington. 

Les Palestiniens, dont le négociateur en chef Saëb Erakat est décédé la semaine dernière du Covid-19, ont salué la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle américaine.

Et le président Abbas avait déclaré avoir « hâte de travailler » avec l'équipe Biden pour « améliorer » les relations américano-palestiniennes et garantir « la justice et la dignité » des Palestiniens.

Les Palestiniens avaient maintenu le gel de leur coordination avec Israël lorsque le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé suspendre son projet d'annexion de pans de la Cisjordanie.

Le chef du gouvernement israélien avait fait cette déclaration à la suite de l'annonce de la normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis, depuis rejoints par Bahreïn et le Soudan.

Les Palestiniens avaient alors crié à la « trahison », estimant que la normalisation des relations entre Israël et le monde arabe n'était envisageable qu'au terme d'un accord de paix israélo-palestinien.

Pourparlers

Les derniers pourparlers directs entre les deux camps ont échoué en 2014. 

Les Israéliens ont proposé ces derniers mois de discuter avec les Palestiniens sur la base du plan Trump qui prévoit non seulement de faire de Jérusalem la capitale d'Israël mais aussi d'annexer près de 30% de la Cisjordanie à l'Etat hébreu.

Selon M. Shtayyeh, les Palestiniens ont récemment présenté trois options à Israël: des négociations sous l'égide du Quartet (ONU, UE, Russie, Etats-Unis), le retour aux négociations à partir de là où elles s'étaient arrêtées en 2014 ou la reprise des engagements déjà signés.

« Il semble qu'Israël a choisi cette troisième option », a dit mardi soir M. Shtayyeh, en référence à la reprise de la coordination entre les deux camps avant l'arrivée prévue en janvier de Joe Biden à la Maison Blanche.

Benjamin Netanyahu et Joe Biden se sont entretenus mardi et ont convenu de se rencontrer « sous peu », ont indiqué à Jérusalem les services du Premier ministre israélien sans plus de précision.  

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas en Cisjordanie et les islamistes du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza avaient, eux, amorcé des pourparlers afin d'unir leur voix contre le plan Trump et la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes.

La reprise de la coordination entre Israël et l'Autorité palestinienne est « un coup de poignard » à ces pourparlers intra palestiniens, a réagi mardi le Hamas, affirmant que Joe Biden « n'allait pas » mettre fin à « l'occupation » israélienne.  

https://www.arabnews.fr/node/32696/monde-arabe

 

L'ONU REJETTE LE PROJET DE NOUVELLE COLONIE ISRAELIENNE EN CISJORDANIE

L’ONU rejette le projet de nouvelle colonie israélienne en Cisjordanie

17 Novembre 2020

Ramallah, 16 novembre (Prensa Latina) Le coordinateur des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a rejeté aujourd’hui les plans israéliens de construction d’une colonie juive à Givat Hamatos, en Cisjordanie, et a averti que cela nuirait à la perspective d’un État palestinien.

Je suis très préoccupé par la décision d’ouvrir la procédure d’appel d’offres pour la construction d’une autre communauté à Givat Hamatos (qui serait occupée par des colons), a insisté le représentant de l’Organisation des Nations Unies (ONU), dans un communiqué diffusé par Wafa.

Le fonctionnaire a souligné que la mise en œuvre d’un tel programme renforcerait l’anneau de colonies israéliennes entre Jérusalem et Bethléem, dans la Cisjordanie occupée, ce qui rendrait pratiquement impossible la création d’un État palestinien continu, avalisé par les Nations Unies, et la possibilité de parvenir à une solution négociée au long conflit.

Mladenov a réitéré que la sortie de cette longue confrontation implique une reconnaissance des frontières d’avant la guerre de 1967 et de Jérusalem comme capitale de la Palestine et d’Israël, a élargi l’agence d´information Wafa.

Le coordinateur de l’ONU a également souligné le caractère illégal des colonies juives en Cisjordanie, où vivent déjà environ 700 mille colons.

Leur construction est illégale au regard du droit international, et je demande aux autorités israéliennes de revenir sur cette action (le nouveau projet), a souligné Mladenov.

peo/mem/ap

source:http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=885150:lonu-rejette-le-projet-de-nouvelle-colonie-israelienne-en-cisjordanie&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101

CISJORDANIE : L’ARMEE D’OCCUPATION ISRAELIENNE ARRETE 11 PALESTINIENS

Les forces d’occupation israéliennes appréhendent 11 Palestiniens en Cisjordanie

17/11/2020

Al-Qods occupée-SANA/Les forces d’occupation israéliennes ont appréhendé aujourd’hui 11 Palestiniens dans les différentes zones en Cisjordanie.

L’agence de presse « Wafa » a précisé que les forces d’occupation israéliennes avaient envahi la ville de Betheem et les localités de Aïssaouiah à Qods occupée, de Jabaa à Jénine, de Bir Zeit à Ramalah, et de Sua’air à Khalil et arrêté 11 Palestiniens.

Dans un autre contexte, l’agence a révélé que des colons israéliens avaient pris d’assaut la zone d’al-Khamar au nord-est de la localité de Btir à l’ouest de Bethleem en Cisjordanie et s’étaient emparés des superficies dans la zone pour établir des nouvelles colonies.

L’agence a, en outre, affirmé que les forces d’occupation israéliennes avaient envahi avec plusieurs bulldozers la plaine d’al-Bakéaa et la zone d’Am Jamal dans la partie nord de la vallée du Jourdain et démoli une maison et un établissement agricole, tandis qu’elles avaient pris d’assaut le village de Frouch Beit Dejn à l’est de Naplouse et détruit un établissement agricole.

Par ailleurs, l’agence de presse « Ma’an » a indiqué que les forces d’occupation israéliennes avaient pénétré avec plusieurs bulldozers l’est de Khan Younis au sud de la bande de Gaza et balayé des terres palestiniennes.

H.H./L.A.

http://sana.sy/fr/?p=202372&fbclid=IwAR1v5jvZNEIKZCjcvfvg9aSNcVTUNDSnp1-YrSiHeXGlelaz1TBqgCMzU-I

 

DECES DU HAUT DIRIGEANT PALESTINIEN ERAKAT INFECTE PAR LE VIRUS. UNE PERTE IMMENSE POUR LE PEUPLE PALESTINIEN

Décès du haut dirigeant palestinien Erakat infecté par le virus. Une « perte immense » pour les Palestiniens

 Depuis 9 heures  10 novembre 2020

Saeb Erakat

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP et l’une des figures palestiniennes les plus connues à travers le monde, Saëb Erakat, est décédé ce mardi 10 novembre après avoir contracté le nouveau coronavirus à l’âge de 65 ans, a indiqué à l’AFP la présidence palestinienne.

Atteint de fibrose pulmonaire et greffé du poumon, « Saëb Erakat est décédé il y a peu de temps à l’hôpital Hadassah » d’AlQuds occupée, où il avait été admis le 18 octobre, a déclaré cette source.

L’établissement, qui l’avait admis à la demande de responsables de l’Autorité palestinienne, avait alors qualifié de « défi » le fait de soigner M. Erakat en raison de ses problèmes pulmonaires.

« Il est arrivé dans un état grave, nécessitant une assistance et de fortes doses d’oxygène », avait indiqué l’établissement à son arrivée.

Abbas pleure Erakat

Le président palestinien Mahmoud Abbas a « pleuré » la mort de son « ami » Erakat, qualifiant son décès de « perte immense » pour les Palestiniens.

« Le départ d’un frère et d’un ami, du grand combattant, le Dr Saëb Erakat, est une grande perte pour la Palestine et pour notre peuple, et nous en sommes profondément attristés », a déclaré dans un communiqué en arabe M. Abbas, en annonçant un deuil de trois jours pour les Palestiniens.

« A la Palestine manque aujourd’hui un chef patriotique, un grand combattant qui a joué un rôle crucial dans l’élévation du pavillon de la Palestine », a ajouté M. Abbas.

Erakat, l’une des personnalités palestiniennes les plus connues à l’étranger, habitait la ville de Jéricho en Cisjordanie, territoire occupé par Israël où vivent quelque 2,8 millions de Palestiniens.

Ce proche du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait participé, en tant que négociateur en chef côté palestinien, aux pourparlers avec ‘Israël’, qui sont dans l’impasse depuis des années.

Il avait critiqué la récente normalisation des relations entre ‘Israël’ et des pays arabes comme les Emirats arabes unis et Bahreïn.

Dans une vidéo-rencontre en août dernier avec des journalistes, notamment l’AFP, il avait fustigé cette normalisation qui, disait-il, « mine la possibilité de la paix » israélo-palestinienne, et « renforce les extrémistes » chez les Israéliens et les Palestiniens, les premiers pensant ne plus avoir besoin à négocier avec les Palestiniens et les seconds ne plus avoir à attendre quoique ce soit d’Israël, selon lui.

En Cisjordanie occupée, plus de 50.000 cas de contamination au coronavirus — dont plus de 480 décès — ont été recensés.

Dans la bande de Gaza, autre territoire palestinien contrôlé par le mouvement Hamas et sous blocus israélien, environ 8.740 cas ont été enregistrés officiellement, dont près de 40 décès, sur environ deux millions de Palestiniens.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/1926905

APRES 103 JOURS DE GREVE DE LA FAIM, LE DETENU PALESTINIEN MAHER AL-AKHRAS CESSE SA GREVE DE LA FAIM. « UNE VICTOIRE »

 

Après 103 jours, le détenu palestinien Maher al-Akhras cesse sa grève de la faim. « Une victoire »

 
maher_akhras-png1
Rédaction du site

Détenu depuis près de quatre mois par Israël, le Palestinien Maher al-Akhras a décidé ce vendredi 6 novembre de mettre fin à sa grève de la faim ayant duré plus de 100 jours, après un « accord » avec les autorités de l’occupation israélienne pour sa libération.

Dans une vidéo publiée sur Facebook par le député « arabe israélien » Ahmed Tibi, on voit le prisonnier faire le « V » de la victoire depuis son lit d’hôpital, où il est entouré de son épouse et de députés « arabes israéliens » pour annoncer la fin de sa grève.

« Après 103 jours de grève de la faim, mon mari a décidé de cesser sa grève de la faim », a indiqué vendredi soir à l’AFP son épouse, Taghrid al-Akhras.

Selon le Club des prisonniers palestiniens, une ONG qui suit de près ce dossier, la fin de cette grève intervient au terme d’un accord avec les autorités de l’occupation israélienne qui prévoit le non renouvellement de la détention administrative de Maher al-Akhras et donc sa libération le 26 novembre.

Jusqu’à cette date, l’homme au corps affaibli restera hospitalisé, a indiqué sa famille, une information confirmée par une porte-parole de l’hôpital Kaplan, près de Tel-Aviv, où il est suivi.

Le détenu Maher al-Akhras, avant sa cinquième arrestation
Le détenu Maher al-Akhras, avant sa cinquième arrestation

Agé de 49 ans, marié et père de 6 enfants,  il est détenu administrativement depuis juillet 2020. Mais il en est à sa cinquième arrestation en trente années pendant lesquelles les autorités de l’occupation israélienne lui infligent des arrestations administratives intermittentes.

Arrêté fin juillet par les forces israéliennes à son domicile dans le nord de la Cisjordanie occupée,  Maher al-Akhras avait été placé en détention « administrative », une disposition permettant à l’entité sioniste de détenir des Palestiniens sans inculpation ni jugement, pour des périodes pouvant aller jusqu’à six mois renouvelables indéfiniment. Il a entamé une grève de la faim pour mettre fin une fois pour toutes à ces détentions arbitraires.

Les deux mouvements de résistance palestinien Hamas et Jihad islamique se sont félicité de la « victoire de maher al-Akhras »

« La victoire du détenu Maher al-Akhras  dans sa bataille contre l’administration des prisons israéliennes est une grande victoire pour lui et pour tout le mouvement des détenus. Et c’est aussi une victoire pour notre peuple palestinien », a assuré Fawzi Barhoum , le porte-pariole du Hamas.

« Cette victoire devrait être l’occasion de renforcer la lutte et de poursuivre la résistance pour libérer tous les détenus femmes et hommes dans les prisons de  l’occupation israélienne », a-t-il souligné.

Pour le Jihad islamique, il s’agit « d’une victoire contre la détention administrative après 103 jours de bataille pour la dignité ».

Le Front populaire pour la libération de la Palestine, a pour sa part salué « une victoire héroïque », et « une source de fierté pour notre peuple et le mouvement des détenus ».
« Dommages irréversibles »

maher_akhras-png2Plus tôt vendredi, l’épouse de Maher al-Akhras  avait indiqué à l’AFP qu’il souffrait de « douleurs importantes à la tête et de crampes », qu’il avait du mal à s’exprimer et qu’il refusait d’ingérer autre chose que de l’eau.
« Il meurt à petit feu sous mes yeux et je ne peux rien faire », avait-elle regretté.

Selon l’AFP, le cas de Maher al-Akhras, agriculteur et père de six enfants, avait provoqué des critiques de l’ONU et de certaines ONG et l’émoi dans les Territoires palestiniens et parmi les Arabes israéliens.
Ayman Odeh, chef de la « Liste unie » des partis arabes israéliens, avait « prévenu » jeudi devant le Parlement israélien que « la détérioration de la condition de Maher al-Akhras pourrait mener à des violences ».

Ses avocats avaient réclamé à plusieurs reprises sa libération, sinon son hospitalisation dans un établissement palestinien, sans succès.

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) s’était inquiété fin octobre de « possibles dommages irréversibles » sur sa santé.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’Homme dans les Territoires palestiniens, Michael Lynk, avait lui appelé Israël à le libérer « immédiatement » et à mettre fin aux « détentions administratives ».

Considérée comme attentatoire aux droits fondamentaux, la détention administrative est justifiée par l’entité sioniste comme permettant de « mettre à l’écart des individus présumés dangereux ». Les responsables israéliens invoquent « l’impossibilité, pour des raisons de sécurité, de rendre publiques certaines preuves retenues contre eux ». « Une justification fallacieuse », selon ses détracteurs.

Dans un communiqué, le ministère israélien des Affaires étrangères avait affirmé que les grèves de la faim étaient « utilisées » à des « fins politiques par des terroristes ». En allusion aux résistants palestiniens qui luttent pour la libération de la partie de leur ancêtres, usurpée par les Israéliens.

Environ 355 Palestiniens étaient en détention administrative fin août, parmi lesquels deux mineurs, selon l’ONG israélienne de défense des droits humains B’Tselem.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1922626

 

"ISRAËL" : LE '"PIRE" ARRIVE !

Les forces de sécurité palestiniennes arment la Cisjordanie contre Israël

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats israéliens devant le bus touché par un missile du Hamas. (Photo d'archives)

Depuis l'annonce de la judaisation de Qods par les USA cette crainte n'a quitté un seul instant l'Entité sioniste : voir tout lien sécuritaire entre Ramallah et Israël être coupé. Du temps de Dahlan, le Pseudo palestinien faisait livrer mains liėes les combattants palestiniens à l'entité sioniste sapant coup sur coup toute démarche visant à armer la Cisjordanie. Mais le pire est là, droit sous le nez d'Israël : mardi un officier palestinien à bord d'un véhicule circulant à Naplouse a descendu de sa voiture une fois devant un poste sioniste avant de tirer deux balles dans leuf direction.

Le mardi 3 novembre, un officier palestinien à bord d'un véhicule circulant à Naplouse a descendu de sa voiture une fois devant un poste sioniste avant de tirer deux balles dans leuf directiones. Les Sionistes affirment n'avoir aucun blessé mais la simple relation de "l'incident" suffit à faire comprendre l'ampleur du choc. Le journal israélien Yediot Aharonot écrit: « Une enquête préliminaire sur les détails de l’incident a révélé que le terroriste est arrivé dans sa voiture en provenance de Naplouse et lorsqu’il s’est approché de la place, il a mis sa main par la fenêtre et a tiré deux balles de son arme sur les militaires. Ils se sont précipités pour se mettre à l’abri et ont répondu en tirant sur le terroriste blessé alors qu’il était assis à l’intérieur de la voiture ».

Un officier de 28 ans fait fuir les forces spéciales de l'unité "élite" Golani en tirant seulement deux balles. Et dire que "l'incident" s'est produit alors que sur le front Nord comme sur le front Sud l'armée sioniste est en état d'alerte. Au Nord à cause de la riposte inévitable du Hezbollah, au Sud puisque la mort du gréviste palestinien de la faim, Maher el-Akhras déclenchera des vagues de missiles en direction des colonies du sud! 

Le site d'information israélien Mufzak Drumi a rapporté d'ailleurs que les Brigades Izz al-Din al-Qassam, branche militaire du mouvement de la Résistance islamique de la Palestine, Hamas, ont téste mercredi un nouveau missile.

« Les Brigades Qassam ont tiré deux missiles depuis la bande de Gaza en direction de la mer », a-t-on appris de la même source. Sale temps pour les Israéliens dont les sites gaziers, objet principal de la normalisation Entite sioniste/Golfiens, sont si ouvertement exposés. 

La Résistance palestinienne a procédé à plusieurs reprises à de nouveaux tests de missiles ces dernières semaines et il est pleinement disposé à toute future bataille avec le régime israélien.

Le Jihad islamique revient sur l'incident et promet le pire a Israël. 

Bilal Adnan Rawajbeh, un conseiller juridique avec le grade de capitaine auprès des forces de sécurité préventive palestiniennes de l’Autorité autonome palestinienne, a été assassiné au poste de contrôle d’al-Huwara, au sud de Naplouse en Cisjordanie.

Lire plus: Opération commando contre une base israélienne au Néguev, au sud d'Israël

Le mouvement du Jihad islamique de la Palestine (JIP) a réagi mercredi dans un communiqué à la mort en martyr de Bilal Adnan Rawajbah, âgé de 29 ans.

Bilal Adnan Rawajbeh

« Bilal Adnan Rawajbeh était victime des politiques de meurtre et d'exécution qui découlent du terrorisme ciblé, à la suite desquelles des individus innocents ont perdu la vie aux barrages routiers de la mort », dénonce le JIP dans son communiqué. Et de poursuivre : « Les militaires israéliens continuent de massacrer de sang froid des jeunes Palestiniens au vu et au su de la communauté internationale sur les barrières de la mort en Cisjordanie occupée. »

« Les jeunes de Cisjordanie, rajoute le communiqué, ne resteront pas les bras croisés face à la terreur et au meurtre. Ils se soulèveront et déclencheront une Intifada contre les usurpateurs et se vengeront du sang des innocents. »