AVEU DE DEFAITE DE LA CLASSE POLITIQUE ISRAELIENNE : « CE N’EST QU’UN ICEBERG DE CE QUI VA SE PASSER LORSQUE LE HEZBOLLAH INTERVIENDRA »

tourtaux-jacques Par Le 21/05/2021 0

Dans PALESTINE

Aveux de défaite chez la classe politique israélienne : « ce n’est qu’un iceberg de ce qui va se passer lorsque le Hezbollah interviendra »

 Depuis 2 heures  21 mai 2021

cabinet_israelien

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

C’est un aveu de défaite chez les responsables militaires et politiques israéliens, aussi bien pour la mauvaise performance militaire israélienne durant ces 11 jours de guerre contre la bande de Gaza, que pour le cessez-le-feu qui a été conclu. Et le pire est à craindre.

Cette bataille est « une promo sur la voie vers une bataille sur plusieurs fronts », a estimé le général de réserve Yitzhak Brick qui a réalisé un rapport dangereux sur les préparatifs de l’armée israélienne.

« La guerre multi-fronts va certainement avoir lieu. Et elle provoquera une grande catastrophe. Des pertes humaines en plusieurs dizaines de milliers, la destruction des infrastructures, économique, transports, institutions étatiques », a-t-il prévenu dans une interview avec le quotidien israélien Maariv. Estimant que ce sont les dirigeants politiques et sécuritaires israéliens qui ont contribué à la détérioration de l’armée durant ces dernières années et se sont abstenues de la renforcer.
« Le peuple devrait sortir de son indifférence et lutter pour sa sécurité et introniser les dirigeants convenables capable de traiter la réalité. Un peuple indifférent est confortable pour les dirigeants qui ne se soucient que d’eux-mêmes et de leur maintien au pouvoir », a-t-il conseillé
Et de conclure : « ce que nous avons expérimenté aujourd’hui est la tête de l’iceberg par rapport à ce qui va se passer si le Hezbollah entre en scène ».

Mêmes appréhensions chez la chaine 12 de la télévision israélienne, selon laquelle « dans le prochain round, le Hamas et le Hezbollah seront ensemble et le Hamas pourrait bombarder Tel Aviv comme il l’a fait cette fois-ci pour Ashkelon ».

Pour sa part l’ancien ministre et chef du parti « Israel Beitenou » Avigdor Lieberman estime que le plus dangereux dans ce qui s’est passé est «  la confiscation par le Hamas de l’Autorité palestinienne et son influence sur la rue palestinienne depuis Jérusalem et jusqu’à la Judée et Samarie ».

Constatant que «  dans cette opération, nous avons vu pour la première fois l’utilisation des drones, des submersibles, des missiles Qassam qui étaient auparavant des tuyaux survolant et les missiles sont tombés au cœur d’Israël », il a prévenu: « Ce qui est clair est que la prochaine opération est une simple question de temps ».

Le chef du parti « Il y a un avenir », Yair Lapid a souligné pour sa part que « les citoyens d’Israël ont subi des bombardements intenses mais n’ont reçu en échange aucun exploit réel ».

Et le chef du parti « Espoir » Gideon Sa’ar de constater pour sa part : « avec les services de renseignements et une armée de l’air les plus performants du monde, Netanyahu a réussi à échapper au Hamas. Un cessez-le feu sans conditions est une honte ».

Même constat de déception quant l’accord de cessez-le-feu conclu grâce à une médiation égyptienne de la part du chef du partie « Force juive » Otzma Yehudit : « ce cessez-le-feu honteux est une soumission dangereuse au terrorisme et au diktat du Hamas c’était une nuit pénible pou Israël et pour la dissuasion israélienne ».

Critiquant ce cessez-le-feu pour les mêmes raisons de perte de dissuasion, le chef du parti « Espoir nouveau » Gideon Saar s’attend à « un prix cher à payer dans l’avenir » .

De même pour le chef du parti Noem et membre du bloc Sionisme politique au sein de la Knesset Avi Maoz qui a qualifié l’arrêt de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza baptisée Gardien du mur « de grosse erreur  ».

Or, l’expert militaire israélien Ron Ben Yishai s’arrête quant à lui sur l’échec de l’armée israélienne de faire taire le système de missiles de la résistance palestinienne.

Enregistrant ce qu’il considère être un point fort en faveur de cette armée, celui d’avoir selon lui « contrôlé les conditions et les règles du jeu en fonction desquelles le conflit est régi ces dernières décennies, il a objecté : « mais, et c’est un grand Mais l’armée israélienne a échoué dans ses tentatives de faire avorter et de détruire le système de tirs de missiles » de la résistance.

« Ils ont encore beaucoup d’armes stratégiques chez les organisations ennemies à Gaza et qui sont toujours utilisables. Ce qui permet au Hamas et au Jihad de menacer Israël », a-t-il déploré pour le Yediot Ahronot.

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2079541

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire