« ISRAËL » RAYE « DE JURE » DE LA CARTE !

tourtaux-jacques Par Le 17/06/2021 0

Dans PALESTINE

Une seule opération "Épée de Qods" et Israël perd son "poids" géostratégique... son utilité même

Thursday, 17 June 2021 8:46 AM  [ Last Update: Thursday, 17 June 2021 11:02 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile " Qassem" des brigades d'al Qods (Archives)

À l'image de tous les médias mainsteam, l'Américain Axios ment quand il affirme dans son numéro du mercredi, 16 juin, qu'Israël de Naftali Bennett aurait décidé d'adopter le "profil bas" face à l'axe de la Résistance, "le Hezbollah, le nucléaire iranien et la Palestine", rien que pour "s'adapter à la ligne de l'Américain Joe Biden". Le plus juste aurait été de reconnaître que l'entité sioniste y a été forcée, non guère par le couple Biden-Austin, lui-même aux prises avec la Résistance à travers tout le Moyen-Orient, en Irak, au Yémen et en Syrie, en terre et en air tout comme en mer et ce, de la pire des manières, mais par cette spectaculaire opération militaire « Epée de Qods », d'une complexité totalement inouïe, et dont les ondes de choc ont même atteint le "Maghreb" où le chef du bureau politique du Hamas se trouve à l’heure qu’il est, en première visite officielle, et plus précisément à Rabat, sous le barbe et le nez d'un ambassadeur d’Israël « sans ambassade fixe » à qui aucun Marocain ne daigne louer un immeuble !

Gaza : le F-35 Adir a capitulé !

Gaza : le F-35 Adir a capitulé !

Yoram Schweitzer, expert sioniste en guerre asymétrique en basse intensité et chercheur à l'université Tel-Aviv y voit même la manifestation par excellence de cette « doctrine de guerre asymétrique », issu, d’un « pacte de Défense commun » inter–Résistance auquel a travaillé pendant plus de 20 ans, le Feu Soleimani.

« Aucune des composantes de l’axe de la Résistance n’a adopté une posture identique au cours des 11 jours qu’a duré le conflit mais le discours de ses principaux dirigeants, commandants du CGRI, Nasrallah, Sinwar,... l’ont tous prouvé, l’opération répondait à une planification parfaitement synchrone, basée sur des expériences militaires acquises au gré des guerres successives par le Hezbollah, Ansarallah, Gaza et évidemment l’Iran. Ce plan fut pour le reste mis à exécution étape par étape et pendant seulement 11 jours, pour un résultat terriblement alarmant pour Israël, à savoir la re-centralisation de la question de Qods de façon à briser la dynamique de normalisation ».

Au lieu de « sang contre sang » défendu par Nasrallah en 2020, l’axe de la Résistance prône désormais une nouvelle règle d’engagement qui est « Qods contre Guerre régionale » et la bataille de mai a démontré qu’il en était parfaitement capable. Mais à quoi rime cette équation? Elle veut dire très concrètement que la moindre action militaire d’Israël à al-Aqsa ou à Jérsalem (Qods) est potentiellement susceptible de déclencher une riposte militaire adverse à l’échelle non plus seulement de Gaza, du Sud Liban ou encore de la Syrie mais bien du Yémen et de l’Irak avec en toile de fond l’implication à des degrés divers de l’armée syrienne, de Qassam, de Qods, du Hezbollah mais aussi d’Ansarallah et des Hachd al-Chaabi d’Irak. Evidemment le CGRI se trouve au centre de ce QG élargi, lui qui assure le soutien militaire tactique et stratégique suivant un modus operandi digne des meilleurs BOA (Network Centric Warfare).

Gaza: la plus grand bourde d'Israël?

Gaza: la plus grand bourde d'Israël?

Et tous ces missiles à guidage inopérés US/Israël que la Résistance soumet à la rétro-ingénierie

À vrai dire, la bataille de mai a été un méga piège dans lequel Israël est tombé la tête en avant. Et comment ?

Et l’analyste de répondre : « Le plan s’est déroulé en deux volets : aérospatial et maritime. Ainsi aux vagues « excentriques » de centaines de roquettes tirées dans le stricte objectif de paralyser la DCA israélienne, a répondu d’abord le tir de missiles tactiques ciblant des infrastructures vitales civiles comme militaires. Ce volet aérospatial s’est très rapidement posé en contrepartie à l’action aérienne d’Israël car il était à la fois « précis » et « efficace », juste au contraire de ces tonnes de GBU et de JDAM larguées sur Gaza, qui n’ont fait que mettre dans l’embarras nos alliés du Golfe (Persique, NDLR) et écorner le processus de normalisation avec comme apogée ce vote cruel de Bahreïn et du Soudan contre Israël au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Lire plus : Avant-riposte militaire du Hezbollah: Comment Nasrallah a édenté le renseignement sioniste?

Mais le volet naval de la bataille a été encore plus dévastateur à la fois en termes géopolitiques : missiles anti-navire, commandos marins se sont ajoutés aux roquettes, aux missiles et aux sous-marins sans pilote de Gaza pour prendre littéralement de court la marine israélienne et frapper en plein fouet la « portée énergétique » des accord d’Abraham ; tout le monde l’aura compris, y compris Abou Dhabi et Riyad, la cible des drones et des missiles qui ont visé l’oléoduc Ashkelon-Eilat, les réservoirs d’Ashdod, et qui ont visé les sites offshore "Tamar" et de Haïfa, a été moins de couper le flux pétro-gazier intra-Israël que de le supprimer de la grande « équation énergétique » en Méditerranée orientale ! L’Iran et ses alliés tiraient bien leur vengeance après des années de dures sanctions les visant et des attaques contre les pétroliers iraniens en mer Rouge, dans le golfe Persique et en Méditerranée.

L’impact s’en fait déjà ressentir : l’Egypte dont le canal de Suez a été toute bonnement mis de côté dans les accords d’Abraham, a appuyé en sous-main Gaza et on soupçonne même l’armée égyptienne d’avoir été pour quelques choses dans le ciblage des bases aériennes israéliennes par les missiles de Gaza. Même la Jordanie a manifesté sa solidarité avec Gaza d’abord par ses foules qu’elle a jeté à l’assaut de nos frontières en plein bataille de mai, puis par cet espèce de complicité dans son ciel vis à vis des « miliciens irakiens » dont un drone Ababil-3 nous est venu depuis le ciel jordanien, sans que la DCA du royaume nous en avertisse.

Israël/Résistance : un front

Israël/Résistance : un front

Jeudi 4 juin, Gaza a intercepté pour la première fois un essaim de drones sionistes dans son ciel... 

Énergétiquement parlant, Israël est-il désormais un hub crédible ? La fermeture du gisement offshore Tamar avec des millions de dollars de perte devrait à l’heure qu’il est, avoir bien averti les Américains et les Emiratis. Même les Chinois en ont compris le message, eux, qui ont surpris Israël au Conseil de sécurité, en le dénonçant comme étant « la tête de pont US » au Moyen-Orient !

Et l’article de conclure : « Israël est-il désormais à même de disposer de ce formidable arsenal régulier qu’il possède ? Bien sûr que non. Tous nos mouvements à Jérusalem devrait être mesurés et c’est là un autre pan des accords d’Abraham (Jérusalem judaïsé, NDLR) qui part en fumée. À la Marche des drapeaux de mardi, l’armée israélienne et les manifestants ont été contraints à éviter les quartiers palestiniens et à les éviter soigneusement ! Si ce n’est pas un « retrait » c’est quoi alors ? En Cisjordanie, une nouvelle directive appelle l’armée à éviter des fouilles et des intrusions dans les maisons palestiniennes. N’est-ce pas là encore un retrait militaire et l’aveu de l’échec de nos coopérations avec l’AP et son appareil de sécurité et de nos craintes de voir déjà la Cisjordanie basculer dans le camp du Hamas ?

Le F-35 a perdu à Gaza ...!

Le F-35 a perdu à Gaza ...!

Israël a raté sa mission 

Mais nos concessions n’en restent pas là. Le QG du camp d’en face nous a poussé à une autre, plus terrifiante encore : Mardi 15 juin, l'armée israélienne a annoncé la formation d'une nouvelle unité de combat dans le cadre du plan de protection des frontières d’Israël face aux éventuelles opérations d’infiltration du Hezbollah. Le commandement du front Nord a évoqué « l’Unité des abeilles », une des formations de l'armée de réserve, « récemment créée dans le cadre des efforts de l'armée israélienne pour renforcer la protection des colonies adjacentes à la barrière de sécurité à la frontière nord », après des infiltrations répétées dans cette zone. L’Unité des abeilles (Bee Unit) comprend un certain nombre de régiments, dont chacune contribue à sécuriser une zone à la frontière nord aux côtés des unités régulières de l'armée israélienne qui y opèrent et elle fournit la réponse initiale basée sur les informations du renseignement, ainsi que le traitement des événements qui éclatent tout à coup », selon le lieutenant-colonel Benny Meir, chef de la division des unités spéciales de la 91e division qui a créé l'Unité des abeilles.

Gaza: 1er clash F-35 Adir/Bavar 373?

Gaza: 1er clash F-35 Adir/Bavar 373?

Mais les colons du nord d’Israël dont ceux qui vivent en Galilée ne sont pas dupes : l’armée israélienne déjà forte de ses forces d’élite la "Brigade Golani"... s’est avérée incapables d’assurer leur protection face au Hezbollah qui après la bataille de mai a prouvé encore une fois sa capacité à lancer une méga offensive contre le Nord. Tsahal appelle au secours des réservistes pour créer « une sorte de corps asymétrique », et simuler là, ce que le Hezbollah a fait depuis si longtemps. Reste à savoir si oui ou non ce corps asymétrique composé des réservistes déserteurs saura se mesurer à l’unité Radwan.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/16/660190/Israel-formation-d%E2%80%99une-unite-de-combat--

 
  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire