RUSSIE

MEGA-CHOC : CYBER COALITION ANTI-US ?

Des milliers de données piratées: et si c'était un coup Russie-Iran-Chine-Corée du Nord

Sunday, 20 December 2020 4:57 PM  [ Last Update: Sunday, 20 December 2020 5:01 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Carte des cyberattaques de Kaspersky Lab.

L’administration américaine a été pris au dépourvu par un cyberpiratage sophistiqué, selon des experts cités par le site web américain The Hill. 
Le site web américain The Hill a fait paraître, samedi 19 décembre, un article à propos de la récente vaste cyberattaque qui a touché plusieurs secteurs des États-Unis. Voici des parties de cet article : 
La Russie a longtemps été considérée comme une menace dans le cyberespace. Mais après l’une des campagnes de cyber-intrusion les plus réussies de l’histoire des États-Unis, des questions se posent sur la façon dont le gouvernement fédéral a été si complètement aveuglé par une attaque que de nombreux experts avaient prévue.

Lire aussi: Trésor/Département d’État : des milliers de données piratées

Le piratage réussi de plusieurs agences fédérales et de dizaines de milliers d’entités fédérales et privées individuelles - présumé être une intrusion russe, a renversé des protections sophistiquées en ciblant le fournisseur de logiciels tiers SolarWinds.

« Nous n’aurions pas dû être surpris, les Russes sont très sophistiqués, ils sont très dévoués et implacables, et cela semblait être une cible molle qu’ils ont pu exploiter », a déclaré, vendredi au Hill, Christopher Painter, l’ancien coordinateur de la cybersécurité du département d’État. 

Les USA...

Les USA...

Les agences de sécurité américaines confirment la poursuite des cyberattaques ciblant les organisations gouvernementales sensibles aux États-Unis.

La Russie, aux côtés de la Chine, de la Corée du Nord et de l’Iran, est considérée comme l’une des menaces les plus pressantes pour les États-Unis dans de multiples domaines.
À la suite de l’élection présidentielle de 2016, lorsque des agents russes ont lancé une campagne vaste et sophistiquée destinée à faire basculer l’élection vers l’actuel président Trump, les principales agences fédérales ont entamé un processus de quatre ans destiné à consolider l’élection et à garantir que ce type d’attaque ne puisse jamais se produire. 
Vendredi, des agences telles que le Département de l’énergie et son Administration nationale de la sécurité nucléaire, le Département de la sécurité intérieure, le Département d’État et le Département du Trésor auraient été violées dans le cadre de l’incident d’espionnage. SolarWinds a signalé qu’il pensait qu’au moins 18 000 de ses clients avaient été compromis par le piratage.

Lire aussi: Qui se prépare à attaquer les bases US en territoire US ?

Les pirates ont accédé aux systèmes dès le mois de mars, et les questions se sont multipliées sur la quantité de données qu’ils prenaient ou pouvaient accéder.
« Il s’agit de la cyberattaque la plus importante de l’histoire des États-Unis », a déclaré au Hill Tom Kellermann, ancien membre d’une commission de cybersécurité de l’administration Obama. « C’est sans précédent depuis 22 ans que je suis dans l’entreprise. »

Lire aussi: Un cyber-bouclier anti-US dans le golfe Persique ?

Kellermann a déclaré que lui et son équipe pensaient que la Russie avait intensifié ses cyberattaques contre les États-Unis en représailles au succès de la sécurisation des élections de 2020. Il a noté que les attaques de rançongiciel contre les hôpitaux au cours de l’automne « auraient dû être un signal et une ligne rouge indiquant une escalade dramatique ».

USA: stocks de bombes H, infiltrés

USA : stocks de bombes H, infiltrés

Les hackers ont accédé au stock de bombes H

L’idée de renforcer les défenses de cybersécurité et de se concentrer sur les chaînes d’approvisionnement critiques pour les agences fédérales n’est pas un nouveau problème à Capitol Hill, les deux bénéficiant d’un large soutien bipartisan. Cependant, l’impasse partisane sur d’autres questions a rendu de plus en plus difficile le passage de la législation au Congrès, ralentissant les cyber-priorités.

Lire aussi: Iran : 10 000 cyberattaques par minute contre un ministère US

La loi d’autorisation de la défense nationale (NDAA) 2021, qui comprend la plus large gamme d’améliorations fédérales en matière de cybersécurité depuis des années, y compris des dispositions établissant un cybertsar à la Maison-Blanche et renforçant les pouvoirs de la CISA.
Le président Trump a annoncé son intention de mettre son veto au projet de loi sur d’autres préoccupations, provoquant une réaction bipartite, et n’a pas encore commenté la violation, bien qu’il aurait été informé sur le sujet.
« Cette cyberattaque probablement perpétrée par les Russes met en lumière les vulnérabilités flagrantes de notre système fédéral de cybersécurité », a tweeté vendredi la sénatrice Susan Collins, membre du Comité sénatorial spécial sur le renseignement.

Lire aussi: Le FBI examine l’utilisation des logiciels espions israéliens contre les USA

« Le président devrait immédiatement signer la NDAA non seulement pour maintenir la force de notre armée, mais aussi parce qu’elle contient des dispositions importantes en matière de cybersécurité qui aideraient à contrecarrer de futures attaques », a-t-elle ajouté.
Selon la revue américaine The Politico, « les pirates ont accédé aux systèmes de l’Administration nationale de la sûreté nucléaire américaine (NNSA) qui maintient le stock d’armes nucléaires des États-Unis ».

Lire aussi: CGRI : la méga confrontation Iran-USA sur le terrain de cyberguerre

« Le département de l’Énergie (DOE) et l’Administration nationale de la sûreté nucléaire américaine (NNSA) ont des preuves selon lesquelles des pirates ont accédé à leurs réseaux dans le cadre d’une vaste opération d’espionnage qui a touché au moins une demi-douzaine d’agences fédérales », indique Politico. 

Cyberattaques sous faux drapeaux

Cyberattaques sous faux drapeaux

« La CIA fait usage des techniques d’espionnage qui permettent à ses hackers de falsifier l’identité des Russes ».

Le président sortant américain Donald Trump a minimisé samedi 19 décembre la campagne de piratage qui a déchiré les agences gouvernementales et les entreprises américaines que les experts considèrent comme le travail des services de renseignement russes, détournant le blâme de la Russie et suggérant l’implication de la Chine tout en contredisant les hauts responsables de sa propre administration.

Lire aussi: Les USA ont-ils « cyberattaqué » Israël pour bouter Pékin hors d’Israël ?

« La cyberattaque est bien plus importante dans les médias “Fake News” qu’en réalité », a tweeté M. Trump. « Tout est sous contrôle. Russie, Russie, Russie, c’est le slogan prioritaire quand n’importe quelle chose arrive », même si, selon lui, « ça pourrait être la Chine (c’est possible !) ».
Les experts soulignent la menace que cette cyberattaque représente pour la sécurité nationale, non seulement en cas de prise de contrôle des infrastructures cruciales, mais aussi en cas d’accès au pilotage des réseaux de distribution de l’électricité ou d’autres services publics.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/20/641130/Etats-Unis-cyberattaque-Russie-Chine-Trump

 

POUTINE S’INTERROGE SUR LES PRETENTIONS DE L’OCCIDENT : «POURQUOI VOUS NOUS PRENEZ POUR DES CONS?»

Conférence de presse de Vladimir Poutine

«Pourquoi vous nous prenez pour des cons?»: Poutine s’interroge sur les prétentions de l’Occident

© Sputnik . Pavel Bednyakov

RUSSIE

15:35 17.12.2020(mis à jour 11:28 18.12.2020)URL courte

Par 

Dossier:

Grande conférence de presse de Vladimir Poutine - 2020 (3)

1269522

S'abonner

Vladimir Poutine a rappelé que ce n’est pas la Russie qui se retirait d’accords internationaux et qui possédait tout un réseau de bases militaires à travers le monde. Répondant à une question d’un journaliste de la BBC, il lui a demandé pourquoi l’Occident prenait les Russes «pour des cons».

Lors de sa grande conférence de presse annuelle tenue pour la 16e fois ce jeudi 17 décembre, le Président russe a commenté les prétentions de l’Occident à l’égard de son pays et portant sur le domaine militaire. Il a rappelé que les États-Unis s’étaient progressivement retirés de plusieurs ententes internationales, notamment du traité ABM (missile antibalistique) et de celui sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

«Ensuite, ils sont sortis du traité Ciel ouvert. Que nous reste-t-il? Je ne veux pas vous poser cette question, mais qu’a-t-on à faire dans ce contexte? Laisser les choses telles qu’elles sont? Vous, en tant que pays de l’Otan, vous allez survoler notre pays et tout transmettre au partenaire américain. Et nous, nous devons être privés de cette option pour le territoire américain? Vous êtes intelligents, mais pourquoi vous nous prenez pour des cons? Pourquoi vous considérez que nous ne pouvons pas analyser des choses aussi élémentaires?», lance Vladimir Poutine au journaliste de la BBC qui lui a demandé si la Russie se sentait responsable de la détérioration des relations avec l’Occident.

 

Par ailleurs, le Président russe a mentionné l’existence d’autres questions qui suscitent la préoccupation de la Russie, notamment l’éventuelle prolongation du traité New Start.

 

Qui est qui?

Vladimir Poutine a en outre rappelé que les États-Unis possèdent un vaste réseau de bases militaires à travers le monde.

«Répondez donc à votre question: qui est blanc et laineux, et qui est piquant et agressif. Nous avons deux-trois bases de déploiement, d’ailleurs sur les axes à risque terroriste: au Kirghizstan, au Tadjikistan, en Syrie. [...] Savez-vous quel est notre budget militaire? 46 milliards. Celui du Royaume-Uni est beaucoup plus important et aux États-Unis il est de 770 milliards».

https://fr.sputniknews.com/russie/202012171044949179-pourquoi-vous-nous-prenez-pour-des-cons-poutine-sinterroge-sur-les-pretentions-de-loccident/

 

LA RUSSIE SORT SES MISSILES NUCLEAIRES

Des ICBM russes qui intéressent fort l'Iran

Thursday, 10 December 2020 5:11 PM  [ Last Update: Thursday, 10 December 2020 5:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une fusée russe est lancée à partir d'un système de missiles depuis l'installation de Plesetsk, le mercredi 9 décembre 2020. ©Défense russe/Capture d’écran

À peine deux mois avant l'expiration de l'accord nucléaire avec les États-Unis, New START, l'armée russe a organisé un exercice nucléaire stratégique impliquant le tir de missiles balistiques intercontinentaux.

L'armée russe a mené mercredi des exercices de balayage de ses forces nucléaires stratégiques comportant plusieurs lancements de missiles balistiques à titre d’entraînement, a rapporté Associated Press.

Le ministère russe de la Défense a déclaré dans un communiqué que les manœuvres comprenaient le lancement en essai d'un missile balistique intercontinental depuis le sous-marin nucléaire Karelia dans la mer de Barents.

La Russie chasse un nouveau F-35 US!

La Russie chasse un nouveau F-35 US!

La DCA russe a intercepté et escorté des F-22 et F-35 américains à l’aide du radar Container (Container 29B6 radar), la nouvelle génération de radars transhorizon russes, permettant la surveillance de l’espace aérien...

Lors des exercices, un missile balistique intercontinental basé au sol a également été lancé depuis l'installation de Plesetsk dans le nord-ouest de la Russie et des bombardiers stratégiques Tu-160 et Tu-95 ont tiré des missiles de croisière sur des cibles fictives. 

La Russie a étendu ses exercices militaires ces dernières années dans un contexte de tensions accrues avec l’Occident; les relations tombant au plus bas de l’après-guerre froide après le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie en 2014.

De leur côté, les forces américaines se sont entraînées dans le cadre des exercices baptisés Emerald Flag à détruire les S-400 ainsi que d’autres armes russes, a indiqué Defense Blog, ce début décembre 2020.

Defense Blog a publié l'une des photos de l'US Air Force montrant des chasseurs russes S-400 et Su-34 ainsi que des sous-marins, simulés en  cibles ennemies.

Lire aussi : Trump accuse la Russie d'avoir volé des informations US pour construire un missile hypersonique

Au cours des exercices tenus dans le sud-est de la Floride, les troupes américaines ont également utilisé des copies de chars russes T-72, des armes terrestres et aériennes, des technologies informatiques et des satellites.

En septembre 2019, Jeffrey Herrigian, commandant de l’US Air Force en Europe et en Afrique, a fait part du plan du Pentagone visant à contourner la défense aérienne à plusieurs niveaux de la région de Kaliningrad.

"Washington surveille activement les armes russes en Syrie, en particulier, nous parlons des avions Sukhoi-34 et Sukhoi-35. Les informations collectées à leur sujet seront prises en compte lors de la mise à jour de la base de données des chasseurs F-35 Lightning II de cinquième génération pour étudier les actions dans l’environnement opérationnel ”, a-t-il dit plutôt en 2018.

Lire aussi : « Que Biden évite tout aventurisme au Moyen-Orient », (S. Lavrov)

Commentant les manœuvres américaines, l'expert militaire russe Konstantin Sivkov a déclaré dans une interview au journal russe Vzgliad que ces manœuvres sont très différentes des opérations de combat réelles, soulignant que les systèmes S-400 et les chasseurs Su-34 sont parmi les meilleurs équipements militaires au monde et que leur destruction n’est pas chose aisée.

L'utilisation d'équipements russes pendant les exercices pourrait laisser croire que les États-Unis se préparent à une guerre contre la Russie, a rapporté RT.

Les exercices surviennent moins de deux mois avant l'expiration du nouveau traité de contrôle des armements entre les États-Unis et la Russie prévue pour février 2021. Moscou et Washington ont discuté de l'extension du pacte, mais des divergences sont restées. L’actuelle administration américaine affirme que la Chine devrait également rejoindre la table des négociations, en refusant de renouveler le pacte en question.

Lire aussi : Fakhrizadeh assassiné: la Russie d'accord avec une riposte iranienne

Signé en 2010 par Washington et Moscou, le New START avait pour objectif de limiter chaque pays au déploiement de maximum 1 550 ogives nucléaires et 700 missiles et bombardiers tout en envisageant des inspections approfondies sur place.

Après que Moscou et Washington se sont retirés du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire l'année dernière, New START reste le seul accord de contrôle des armements nucléaires entre les deux pays.

La Russie barricade son ciel...

La Russie barricade son ciel...

Le radar russe Container est capable de surveiller l’espace aérien jusqu’à 3000 km.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/10/640451/Russie-USA-exercices-nucl%C3%A9aires

 

OPEP PLUS : LA RUSSIE ELIMINE L'ARABIE SAOUDITE

La Russie tient une réunion de l’Opep+ sans l'Arabie saoudite

Thursday, 03 December 2020 6:59 PM  [ Last Update: Thursday, 03 December 2020 6:59 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La prochaine réunion de l'Opep+ se tiendra sans la participation de l'Arabie saoudite. ©AP

La Russie organisera la prochaine réunion de l’Opep+ sans la participation du ministre saoudien de l’Énergie.

Le ministre saoudien de l'Énergie, Abdul Aziz ben Salmane, n'assistera pas au deuxième tour du sommet Opep+ au titre de co-président. En revanche, c’est le vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak, qui présidera la réunion, a rapporté Sputnik.

Appelant à prendre une décision équilibrée, Alexandre Novak a déclaré que l'Opep+ devrait prendre en compte la baisse de la demande de carburant pendant la saison des vents et les verrouillages liés aux coronavirus avant d’établir sa politique de production supplémentaire.

Lire aussi : Bataille du pétrole : la Russie devance l’Arabie en termes de production pétrolière

Citant une source informée, l'Energy Intelligence Agency avait auparavant rapporté que le ministre saoudien avait demandé à démissionner.

Les discussions entre l’Opep et la Russie, qui s’étaient interrompues lundi sur un constat d’échec, se sont rapprochées d’un compromis sur l’évolution de leur offre pétrolière globale en 2021, a indiqué Reuters ce jeudi 3 décembre.

Pour en savoir plus : Pétrole : la Chine largue Riyad et se rallie à la Russie

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, la Russie en tête, devaient initialement prolonger la réduction de 7,7 millions de barils par jour de leur production, qui équivaut à environ 8% de la demande mondiale.

Mais la forte remontée des cours du brut en novembre favorisée par l’espoir de voir rapidement lancer un ou plusieurs vaccins contre le COVID-19, a conduit plusieurs pays à remettre en cause cette stratégie défendue entre autres par l’Arabie saoudite, mais qui réduit les recettes pétrolières des pays concernés.

Plusieurs sources au sein de l’Opep+ ont rapporté que la Russie, l’Irak, le Nigeria et les Émirats arabes unis avaient exprimé leur volonté d’augmenter l’offre pétrolière en 2021.

Victoire de Biden et panique chez MBS

Victoire de Biden et panique chez MBS

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis qui avaient de grands espoirs en la victoire de Trump sont en état de choc après l’avancée de Biden…

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/03/639939/La-Russie-tient-une-reunion-de-l-Opep---sans-l-Arabie-saoudite

 

E-MON SITE, VEUILLEZ REMETTRE MON SITE EN L'ETAT AFIN QUE JE PUISSE TRAVAILLER.

E-MON SITE,veuillez remettre mon site en l'état pour que je puisse travailler. Vous n'acceptez pas les opinions contraires aux vôtres mais que cela vous plaise ou non, il va falloir vous y faire. Que vous n'aimiez pas la Chine, Cuba et tout pays qui ne se couche pas aux pieds de l'empire US, c'est votre droit. Ce qui est sûr, c'est que l'hégémonie US, c'est fini. Place à un monde qui aspire à la PAIX qui n'est pas votre spécialité. Le jour viendra où vous et vos semblables, vous aurez des comptes à rendre car vos magouilles chaque jour, il faudra les assumer. 

AUCUN AVION DE L'OTAN N'ECHAPPE AU RADAR RUSSE CONTAINER

La Russie réclame le renouvellement du traité Start III

Wednesday, 02 December 2020 3:34 PM  [ Last Update: Wednesday, 02 December 2020 3:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La station radar transhorizon russe Container en Mordovie dans l’ouest de Russie. (Photo d'archives)

Le radar russe Container est capable de surveiller l’espace aérien jusqu’à 100 km d’altitude et sa portée est de 3 000 km. 
La première station radar transhorizon Container, qui est entrée en service en 2019, a, jusqu’ici, bien fait preuve de sa capacité d’identifier les avions furtifs dans une distance de 3 000 kilomètres, a rapporté le quotidien moscovite Izvestia. 

Lire aussi: La Russie teste un nouveau missile intercepteur

Le premier radar, près de Kovylkino, en Mordovie, à l’ouest de Russie, est devenu opérationnel en décembre 2013. Un autre radar Container est en service depuis décembre 2019. Pendant cette année, Container a bien identifié tous les paramètres du trajet de toutes sortes d’avions stratégiques, de reconnaissance et tactique, dont les avions furtifs comme les F-22 et les F-35, appartenant aux pays membres de l’OTAN. 

Poutine/Iran: la

Poutine/Iran : 

La Russie envoie environ 2000 de ses forces de paix après l’accord Bakou-Erevan. Une base « aérienne » russe plantée au cœur du Caucase ?

En janvier 2020, les systèmes de défense antiaérienne de la Russie ont détecté six avions de combat furtifs de type F-35 de l’US Air Force volant près des frontières iraniennes. À ce moment-là, la Russie n’a pas révélé le nom du système antiaérien qui a détecté ces avions, mais les experts pensent qu’il s’agissait de la station radar Container.

Lire aussi: La Russie sort un super radar : l’Iran s’y intéresse

La nouvelle génération de Container est en mesure d’intercepter, en même temps, 5 000 objets volants de différents types dont des avions de très petite taille, jusqu’à une distance de 3 000 kilomètres. 
Container a également la capacité d’identifier les missiles supersoniques quand ils volent à une distance de 3 000 kilomètres et il peut transmettre au Centre de commandement militaire russe, les informations sur d’éventuels tirs de missiles de croisière ou de missiles supersoniques. 

Lire aussi: Une nouvelle arme effroyable russe qui fait peur à la marine britannique

Par ailleurs, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les sanctions unilatérales, qui avaient pour le seul but de réaliser les objectifs géopolitiques de certains pays, nuisaient à tout le peuple et les dommages qu’elles causaient à l’époque de la pandémie étaient comparables à ceux causés par les catastrophes naturelles. 

Iran : la Russie met en garde les USA

Iran : la Russie met en garde les USA

Lavrov a appelé Washington à éviter tout aventurisme au Moyen-Orient.

En réaction à une visioconférence officieuse, tenue mardi, à laquelle ont pris part les membres du Conseil de sécurité pour discuter des mesures restrictives unilatérales, Maria Zakharova a déclaré : « La plupart des participants à cette conférence croyaient que les sanctions unilatérales minaient les capacités des pays pour réaliser un développement durable et bloquaient la livraison des aides humanitaires ». 

Lire aussi: Trop de sanctions ont tué les sanctions (Global Times)

La porte-parole de la diplomatie russe a ensuite demandé au secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg de contraindre les États-Unis de rejoindre la prolongation du traité Start III sur la réduction des armes stratégiques ainsi que les efforts constructifs destinés à renforcer la stabilité stratégique du monde. 
« Moscou est prêt à signer le renouvellement du traité Start III sous la même forme qu’il avait été signé. Notre proposition a été remise à la partie américaine en décembre dernier et maintenant la balle est dans le camp de Washington ». 

L'alerte

L’alerte

Les Américains doivent mettre fin à leur pratique du « partage nucléaire"

Mme. Zakharova a rappelé que la Russie avait proposé le gel bilatéral du déploiement des missiles à courte et à longue portée sur le sol européen.
« Moscou propose les mesures concrètes qui pourraient largement contribuer à la levée des préoccupations de la partie russe et des pays membres de l’OTAN et aussi promouvoir le niveau de sécurité et de stabilité dans la région euroatlantique », a souligné la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/02/639845/radar-Container%C2%A0Russie-frontiere-Otan-Zakharova-Start-III

RUSSIE : LES USA REVIENNENT AUX CLICHES D’IL Y A 50 ANS, LORSQUE L’EMPLOI DES ARMES NUCLEAIRES ETAIT UNE OPTION POLITIQUE PRATIQUE ET ACCEPTABLE

Les USA reviennent aux «clichés d’il y a un demi-siècle» sur les armes nucléaires, selon la diplomatie russe

 Depuis 1 jour  1 décembre 2020

Serguei Riabkov

Serguei Riabkov

 Amérique et Europe - Russie

 

Rédaction du site

L’état d’esprit américain dans le domaine des armements nucléaires est revenu aux paramètres d’il y a 50 ans, ce qui suscite une sérieuse préoccupation, a déclaré le vice-chef de la diplomatie russe, Sergueï Riabkov.

«Il semble que la mentalité dans le domaine des armes nucléaires aux États-Unis soit revenue aux clichés d’il y a un demi-siècle, lorsque l’emploi de l’arme nucléaire était une option politique pratique et acceptable», a-t-il indiqué au cours de la conférence Fort Ross 2020.

La rencontre se tient à Moscou et a été organisée avec l’assistance de la société russe de transport de pétrole Transneft, l’entreprise russe de transport d’hydrocarbures Sovcomflot et le géant américain Chevron.

Le moratoire de la Russie

Sergueï Riabkov a également rappelé que la Russie exhortait les États-Unis et leurs alliés à se joindre au moratoire sur le déploiement de missiles à moyenne et courte portée précédemment proposé par Moscou.

Ainsi, la Russie s’est engagée à ne pas installer de missiles de courte et moyenne portée là où il n’y aura pas de systèmes américains du genre.

«Nous avons proposé des mesures appropriées de contrôle et de renforcement de la confiance pour ce moratoire. Nous espérons que les États-Unis et leurs alliés prendront une sage décision et agiront de manière responsable», a-t-il encore noté.

 

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1948157

 

RUSSIE : L'ASSASSINAT DU SAVANT IRANIEN VISE A DESTABILISER LA REGION

Russie: l’assassinat de Fakhrizadeh vise à déstabiliser la région

Russie: l’assassinat de Fakhrizadeh vise à déstabiliser la région

folder_openRussie access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AA

Le ministère russe des Affaires étrangères a condamné, lundi, le meurtre du spécialiste iranien du nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, assassiné vendredi à Téhéran.

La Russie a affirmé que ce crime est une provocation visant à la déstabilisation de la région.

Dans un communiqué rendu public, Moscou a condamné fermement l'assassinat de Fakhrizadeh, tout en exprimant sa profonde inquiétude quant au caractère provocateur de cet «acte terroriste», qui vise clairement à déstabiliser la situation et à attiser le risque de conflit dans la région.

«Ceux qui se trouvent derrière cet assassinat ont tenté de s'en servir pour réaliser leurs intérêts politiques. Ils doivent assumer leurs responsabilités dans ce crime», dit le ministère russe dans un communiqué officiel.

Moscou a également appelé toutes les parties à s'abstenir de prendre des mesures qui pourraient conduire à une escalade des tensions.

Plus tôt lundi, les autorités iraniennes ont organisé les funérailles du savant Fakhrizadeh. Il a été enterré après avoir effectué la prière funéraire, dans la cour du sanctuaire «Imam Zadeh Saleh» dans la capitale, Téhéran.

Le chercheur iranien (63 ans), qui dirigeait la recherche et l'innovation au ministère de la défense, a été la cible d'une attaque, vendredi, dans le district de Damavand, près de Téhéran. Les assaillants ont fait exploser un véhicule devant Fakhrizadeh et ouvert le feu contre son véhicule, le blessant ainsi que d'autres personnes qui l'accompagnaient.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, avait accusé «Israël» d’avoir joué un «rôle» dans cet «acte terroriste» tout en prévenant qu’une «vengeance terrible» attendait les personnes derrière l’assassinat du père du nucléaire iranien.

https://french.alahednews.com.lb/37758/337

UN DESTROYER AMERICAIN VIOLE LA FRONTIERE RUSSE PRES DE VLADIVOSTOK, BASTION DE LA FLOTTE RUSSE SUR LA COTE PACIFIQUE

USS John S. McCain

Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok

© REUTERS / Royal Malaysian Navy

RUSSIE

07:53 24.11.2020(mis à jour 09:25 24.11.2020)URL courte

Par 

3822120

S'abonner

Un rapport du ministère de la Défense évoque ce mardi la violation de la frontière russe par un destroyer américain. Un navire de la marine russe a été déployé pour le stopper.

Le navire anti-sous-marin de la flotte du Pacifique «Amiral Vinogradov» a mis fin à la violation de la frontière russe par un destroyer de la marine américaine, a rapporté le ministère russe de la Défense.

«L’Amiral Vinogradov, un grand navire anti-sous-marin de la flotte du Pacifique, a mis fin à la violation de la frontière de la Fédération de Russie par le destroyer John McCain de la marine américaine dans le golfe de Pierre-le-Grand», indique le document.

Ce golfe est situé en Extrême-orient russe, à proximité de la frontière nord-coréenne, et lorgne la ville de Vladivostok, bastion de la flotte russe sur la côte pacifique.

L'USS Donald Cook, photo d'archives

© CC BY 2.0 / OFFICIAL U.S. NAVY PAGE / USS DONALD COOK (DDG 75) DEPARTS NAVAL STATION ROTA, SPAIN.

Les forces navales russes surveillent un destroyer américain en mer Noire

Toujours selon le ministère, le destroyer «John McCain» est entré dans les eaux territoriales russes en franchissant la ligne frontalière sur deux kilomètres. Il a été suivi par le navire «Admiral Vinogradov», lequel l’a averti du caractère inadmissible de son action et de «la possibilité d’engager une manœuvre» afin de le chasser.

Le destroyer a changé de cap vers les eaux neutres immédiatement après avoir reçu l’avertissement. Il n'a plus retenté de repasser la frontière, conclut le communiqué.

https://fr.sputniknews.com/russie/202011241044819032-un-destroyer-americain-viole-la-frontiere-russe-pres-de-vladivostok/

 

LA RUSSIE PROLONGE L'EMBARGO ALIMENTAIRE CONTRE LES OCCIDENTAUX

Sanctions: La Russie prolonge l’embargo alimentaire contre les Occidentaux

folder_openRussie access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

Le président russe Vladimir Poutine a prolongé samedi jusqu’à fin 2021 l’embargo sur les produits alimentaires occidentaux, introduit en 2014 en représailles aux sanctions décrétées par les Américains et les Européens contre Moscou pour son rôle dans la crise ukrainienne.

Le décret, signé samedi par M. Poutine, prolonge jusqu’au 31 décembre 2021 l’interdiction d’importer en Russie des produits alimentaires provenant principalement de l’Union européenne.

Ces mesures, prises en août 2014, s’appliquent à la plupart des produits alimentaires venant des pays qui sanctionnent la Russie pour l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée, en mars de la même année, et son soutien aux séparatistes de l’Est de l’Ukraine.

Cet embargo a depuis été prorogé à cinq reprises, répondant à la prolongation des sanctions économiques européennes.

Fin juin, l’Union européenne a décidé de prolonger de six mois ses sanctions économiques contre la Russie en raison du conflit dans l’Est de l’Ukraine.

L’UE ne reconnaît pas l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, qu’elle qualifie de «violation du droit international».

Les sanctions occidentales qui frappent tous les secteurs de l’économie russe, auxquelles s’était ajouté l’effondrement des prix des hydrocarbures, avaient plongé la Russie dans sa plus longue récession depuis l’arrivée au Kremlin de Vladimir Poutine en 2000, dont le pays se remet progressivement.

Les autorités russes affirment toutefois que l’embargo favorise le développement du secteur agricole national auquel elles versent d’importantes subventions.

https://french.alahednews.com.lb/37622/340