LA RUSSIE SOUTIENT LA POSITION DU HEZBOLLAH POUR LA FORMATION DU GOUVERNEMENT LIBANAIS

Moscou défend la position du Hezbollah pour la formation du gouvernement libanais

Tuesday, 16 March 2021 1:50 PM  [ Last Update: Tuesday, 16 March 2021 1:49 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drapeau du Hezbollah flotte dans le village sud-libanais de Khiam, près de la frontière avec Israël et le Liban, le 28 juillet 2020. ©Reuters

Cette haute délégation du Hezbollah qui s'est rendue à Moscou où elle a rencontré pendant 4 heures le vice-ministre russe des A.E, Sergueï Riyabkov et un peu plus tôt et pendant 40 minutes, le ministre Sergueï Lavrov, a évidemment parlé de tout, de 10 ans de guerre sans merci en Syrie où les combattants du Hezbollah ont achevé au sol ce que l'armée de l'air russe accomplissait au ciel, dans une bataille parfaitement synchrone et aux côtés de l'armée syrienne. Au siège du ministère des A.E russe, le Hezbollah ne pouvait donc pas ne pas reconnaître sa satisfaction de voir la partie russe,  surmonter « ses liens privilégiés » avec Israël pour annoncer qu'elle « désirait établir une plateforme de dialogue permanent » avec le Hezbollah et être en contact constant avec lui, en Syrie où les Israéliens accusent la Russie d'avoir joué le jeu de la Résistance au Golan, voire à Deraa pour aller jusqu'à livrer à la Résistance libanise des batteries de missiles antimissile TOR-M1 qui ont pris de court début février Israël en faisant descendre l'un de ses drones tactiques Hermes-450 dans le ciel d'al-Zahrani, situé à 60 kilomètres à l'intérieur du Liban. C'est donc avec une grande anxiété que cette visite est suivie par l'entité sioniste qui y voit les signes avant-coureurs d'un ciel libanais hermétiquement fermé à l'aviation israélienne grâce à de nouvelles pièces de la DCA Made in Russia, livrées directement ou par l'intermédiaire de l'armée syrienne au Hezbollah. 

Russie/Hezbollah: un projet commun?

Russie/Hezbollah: un projet commun?

Une délégation du Hezbollah libanais a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères.

Mais au ministère russe des A.E., il n’était pas uniquement question de la Syrie. Le chef du Bloc de la fidélité à la Résistance au Parlement libanais Mohammad Raad s’est entretenu aussi du Liban ce lundi 15 mars avec Sergueï Lavrov, Liban où la Russie a investi sur le plan offshore et où elle est témoin du complot politico-financier en cours. Un complot qui, rappelons-le, fait suite à cette double voire triple déflagration du 4 août 2020 qui a aussitôt servi de prétexte à un débarquement des forces maritimes de l’OTAN dans le port, et ce, en prélude à l’étouffement de toute voix qui exigerait un rapprochement du Liban avec la Chine ou encore la Russie. Le jour de l’explosion, des sources locales ont évoqué deux avions de combat survoler la ville et le port à basse altitude durant plusieurs minutes au moment même de l’explosion. Le président Michel Aoun a dénoncé  une « action extérieure, avec un missile ou une bombe »  et demandé à son homologue français, Emmanuel Macron, de lui fournir des images satellites du port au moment des déflagrations, mais puisque le scénario avait été concocté entre OTAN/USA/Israël, Macron, malgré sa prétention de venir en aide au Liban, s’y est  refusé. Et la Russie s’y refuserait-elle si le Liban ou le Hezbollah en fait le demande? 

On ne sait pas si Raad a évoqué cet épisode avec Lavrov ou Riyabkov, mais vu les rapides évolutions en cours, l’hypothèse n’en est pas totalement à écarter. D’ailleurs, alors même que la délégation du Hezbollah se trouvait à Moscou, le commandant en chef du CentCom McKenzie a débarqué au Liban, prétendant vouloir rendre visite à l’armée libanaise! Une armée que les États-Unis et l’OTAN ont préservée dans un état constant de manque de moyens logistiques et militaires, quitte à ne pas lui permettre d’espérer un jour tenir tête à Israël. Mais cette armée dont fait hypocritement éloge McKenzie et qui opère en parfaite symbiose avec la Résistance, que lui veut-elle l’Amerique maintenant que le ciel du sud du Liban en partie grâce aux coopértaions Russie-Hezbollah semble avoir été immunisé contre l’aviation sioniste? 

Lire aussi : "Moscou s'efforce d'écarter le Liban des crises étrangères"

La réponse se retrouve à la fois à travers la Finul (Force intérimaire des Nations unies au Liban) et cette assistance militaire que l'OTAN accorde à l'armée libanaise. Le soutien occidental afflue dans l’armée libanaise pour la surveillance de la frontière avec la Syrie que personne ne viole à part Israël. Les pays occidentaux fournissent à toutes les institutions de sécurité libanaises de l’équipement et des armes légères qui permettent la guerre urbaine. Or le Liban compte plus de 125 000 militaires et membres du personnel de sécurité, et l'axe US/OTAN insiste pour que cette armée continue à s’entraîner à la guerre urbaine. Est-ce pour aider le Liban à faire face au terrorisme ? Est-ce pour l'appuyer à contrer Israël ? Rien n'est moins sûr. Selon SouthFront, à elle seule, la Grande-Bretagne a entraîné 11 000 soldats et officiers libanais à des opérations de guerre urbaine.

Russie/Hezbollah: le lien militaire-choc?

Russie/Hezbollah: le lien militaire-choc?

La Russie a-t-elle fini par trancher 

Elle a également formé environ 7 000 soldats pour qu’ils « protègent » la frontière libano-syrienne, en plus de contribuer à la formation des « régiments des frontières terrestres ». Ces dépenses visent évidemment à placer l'armée libanaise, le jour venu, face au Hezbollah et ceci, les planifacteurs US/OTAN, l'imagine dans le cadre d'un possible occupation du Liban. La Grande-Bretagne a construit 39 tours d’observation et 7 bases, ainsi qu’un centre d’opérations militaires, le long de la quasi-totalité de la frontière avec la Syrie, du passage de Masnaa jusqu’à al-Qaa, ce qui fait plus de 100 kilomètres. Il ne fait guère de doute que ces tours recueillent des renseignements de sécurité contre le Hezbollah et l’armée syrienne, surtout avec le projet de construction de tours supplémentaires à la frontière libanaise, qui surplomberait la ville syrienne de Homs.

Les sources estiment que ces tours pourraient jouer un rôle hostile dans toute nouvelle bataille entre Israël et le Liban. Il n’est même pas exclu que la présence des tours serve de couverture aux unités spéciales israéliennes pour détruire les caches de missiles, car elles offrent une visibilité sur des zones frontalières vastes et sensibles, y compris sur les missiles de précision du Hezbollah. Evidemment que le Hezbollah sait parfaitement le manège et s'y est préparé. Evidemment aussi que l'armée libanaise n'irait jouer le jeu des Occidentaux. Mais des scénario US/OTAN finissent souvent sur des coups de force et c'est à cela que McKenzie veut venir, car toute autre voie est bouchée : militairement parlant Israël est mort face à la Résistance. La Russie saura-t-elle appuyer le Liban face à l'OTAN? La question a dû figurer au menu des discussions.

L'Iran frappera la

Le cargo iranien frappé par un missile Nimrod israélien ; la guerre navale est ouverte...

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/16/647419/La-R%C3%A9sistance-en-Russie-de-Poutine-%C2%A0

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire