PRESIDENT POUTINE : L’ARMEE US EST PUISSANTE MAIS LA RUSSIE EST PLUS FORTE QUE TOUT AGRESSEUR

Par Le 23/12/2016 0

Dans RUSSIE

Poutine : « L’armée US est puissante, mais la Russie est plus forte que tout agresseur »

 Depuis 2 heures  23 décembre 2016

 

Rédaction du site

La Russie agit en stricte conformité avec les ententes internationales, a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine lors de sa 12e grande conférence de presse annuelle.

« Nous avons parachevé un grand travail dans le domaine de la modernisation des arsenaux nucléaires. (…) Nous agissons en stricte conformité avec les accords internationaux lors du développement du potentiel nucléaire », a expliqué le président.

Il s’est en outre dit étonné de la manière dont les États-Unis avaient réagi face à son assertion que la Russie était plus forte que les agresseurs potentiels. Selon le président, la Russie ne nie pas que les forces armées américaines soient puissantes, toutefois, les russes sont plus fortes que tout agresseur potentiel.

« J’ai été étonné par les propos tenus par les représentants de l’administration (américaine, ndlr) actuelle qui ont commencé à prouver que les Forces armées américaines étaient les plus puissantes au monde. Nul ne le nie », a souligné le leader russe.

La course aux armements, ce n’est pas la Russie qui la déclenche

Sur cette question, La Turquie, le Royaume-Uni et les Pays-Bas connaissent une substitution des armes tactiques des États-Unis, a déclaré vendredi le président Vladimir  .

« Si bien que si quelqu’un accélère la course aux armements, ce n’est pas nous », a déclaré le président, répondant à une question d’un journaliste de la chaîne BBC. Et de souligner que la Russie ne se laisserait jamais entrainer dans une course aux armements pour dépenser plus de moyens qu’elle ne pourrait en allouer. Le président a fait remarquer que lorsque les États-Unis sont sortis d’une manière unilatérale du Traité de réduction des armes stratégiques et ont annoncé leur intention de créer un « parapluie nucléaire », la Russie s’est alors retrouvée devant deux choix.

Le premier « est de créer un parapluie similaire », a expliqué le président. « Nous ne sommes pas sûrs qu’il faille le faire, au moins pour le moment », l’efficacité d’une telle mesure étant « douteuse », a-t-il souligné. La deuxième solution est la mise en place d’un système efficace capable de percer le bouclier antimissile.

La Russie s’en occupe d’une « manière efficace » et a « progressé dans ce sens », a fait remarquer Vladimir Poutine, tout en soulignant que ceci étant dit la Russie honorait tous les accords internationaux, y compris le Traité START-3. « Ce n’est pas nous qui l’avons inventé (le bouclier antimissile, ndlr). Nous sommes contraints de répondre à ce défi », a poursuivi M. Poutine.

La Russie et les États-Unis ont signé trois Traités de réduction des armes stratégiques offensives (START) en 1991, en 1993 et en 2010. En 2002, les États-Unis se sont retirés du Traité ABM de 1972, en l’absence duquel le Traité START-2 perdait tout son sens.

Pourquoi la Russie est protégée de partout?

Moscou passe à l’étape finale de la mise à niveau de son programme de conception d’un bouclier de missiles hypersoniques avec une série de nouvelles armes de pointe. La Russie est aujourd’hui plus forte que tout agresseur éventuel, a affirmé le président russe Vladimir Poutine lors d’une réunion élargie du ministère russe de la Défense.

« Je voudrais attirer votre attention sur le fait que si on se permet un relâchement même d’une minute, de faire une seule erreur en matière de modernisation de l’armée et de la flotte, de la formation militaire, cela renversera la situation très rapidement », a prévenu le chef d’État russe.

Pour Vladimir Poutine, la Russie doit miser sur les armes hypersoniques. En mars dernier, Moscou a entamé les tests de la fusée hypersonique dernier cri Tsirkon 3M22. Sa production en série est prévue pour 2017, dans un premier temps pour équiper les croiseurs à propulsion nucléaire Piotr Veliki et Amiral Nakhimov.

La Russie prépare aussi les essais de la lourde fusée hypersonique RS-28 Sarmat, qui sera capable de jouer le rôle d’engin-porteur pour d’autres types de missiles hypersoniques de taille moyenne et remplacera le modèle Voevoda R-36. De plus, le 25 octobre la Défense russe a réussi les essais de la tête explosive d’une fusée intercontinentale dernière génération dans le cadre du plan de remplacement des produits importés à vocation militaire.

Selon le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, les toutes nouvelles fusées hypersoniques Kh-101 ont été utilisées lors de l’opération en Syrie, capables de dépasser la vitesse de 4 500 km/h. Pour cela, Moscou a notamment conçu un type de combustible spécial Detsilin-M, permettant d’accroitre l’énergie développée de 20 %. Les missiles hypersoniques sont le véritable bouclier défensif de la Russie pour les dizaines d’années à venir.
Cependant, selon le dernier rapport des forces armées des États-Unis, cité par le quotidien américain The Washington Free Beacon, Moscou et Pékin devancent Washington en matière de développement des missiles hypersoniques défensifs et offensifs. Vladimir Poutine attend la modernisation de 79 % de l’armée russe pour 2020.

Source: Avec Sputnik

http://french.almanar.com.lb/162164


 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire