RUSSIE : LA DEMISSION DU CONSEILLER DE TRUMP N'EST PAS NOTRE AFFAIRE. ELLE NE REGARDE QUE LES USA

Kremlin: la démission du conseiller de Trump ne regarde que les USA

On a appris mardi la démission de Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis Donald Trump, la première au sein de la nouvelle administration américaine qui est, selon Moscou, la seule à pouvoir trancher.

Kremlin: la démission du conseiller de Trump ne regarde que les USA

Pour Moscou, la démission de Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, est une affaire intérieure des États-Unis, a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du président russe.

«Nous ne voudrions aucunement le commenter, c'est une affaire intérieure des Américains, c'est une affaire intérieure de l'administration du président (Donald) Trump. Ce n'est pas notre affaire […] Nous n'avons rien à y ajouter», a souligné le représentant du Kremlin.

On a appris mardi que Flynn venait de quitter son poste. Cette annonce de démission intervient au lendemain de la publication parue dans le Washington Post qui évoque une conversation téléphonique survenue en décembre entre le conseiller à la sécurité nationale et Sergueï Kisliak, ambassadeur de la Fédération de Russie à Washington.

Le quotidien américain accusait notamment M. Flynn d'avoir conseillé à la Russie «d'être plus mesurée dans sa réaction face aux sanctions punitives» et de ne pas avoir rejeté la possibilité que les sanctions pourraient être révisées sous la nouvelle présidence. Une prise de position que le Washington Post a qualifiée de tentative de saper la politique intérieure de Barack Obama, alors que Flynn n'occupait aucune fonction officielle à l'époque.

Le Kremlin a de son côté démenti les informations fournies par le Washington Post. «Des conversations ont eu lieu», cependant «pour le reste, les informations sont fausses», a indiqué Dmitri Peskov.

Dans sa lettre de démission, Flynn a indiqué avoir «par mégarde livré des informations incomplètes au vice-président et à d'autres personnes» sur ses «entretiens téléphoniques avec l'ambassadeur russe».

Source: agences

14-02-2017 | 16:16

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=22043&cid=340#.WKM7jvnhA2w



 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire