Sahara Occidental

LE PEUPLE SAHRAOUI EST PARVENU A REPRENDRE SA PLACE AU SEIN DES PEUPLES DU MONDE

SPS 21/05/2020 - 08:57

Chahid El-Hafedh, 21 mai 2020 (SPS) Le président de la République, SG du Front Polisario, Brahim Ghali, a affirmé que le peuple sahraoui mène un processus de libération victorieux qui se poursuivra avec une ferme détermination pour arracher sa liberté et son indépendance, réitérant que le Front Polisario ne peut accepter aucune solution qui ne garantisse pas le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.

Dans un discours à l'occasion du 47e anniversaire du début de la lutte armée sahraouie, M. Ghali a souligné que "c'est un combat juste qui se poursuit avec fermeté, détermination et volonté pour arracher l'indépendance et la liberté".

Le Front Polisario, ajoute le Président Ghali, "n'est pas seulement un mouvement de libération nationale qui mène la lutte du peuple sahraoui, c'est l'esprit de ce peuple qu'il a embrassé et défendu avec courage pendant des décennies".

"Le peuple a embrassé sa révolution avec enthousiasme, volonté et détermination, et avant cela, avec toute responsabilité et conviction, cette voie conduira inévitablement à la libération, à l'indépendance et à l'émancipation", a déclaré le Président Ghali dans son discours.

Le Président, Ghali a relevé, par ailleurs, "le rôle fondamental joué par les unités de l'Armée de libération du peuple sahraoui (ALPS) sous tous ses aspects", louant son "rôle dans la sécurité et la stabilité des zones libérées et la préparation de toute éventualité pour parachever la souveraineté nationale sur tout le territoire sahraoui".

"Nous ne pouvons que féliciter ces braves troupes, qui ont écrit les pages les plus glorieuses de son histoire avec son héroïsme historique", a soutenu M. Ghali, dans son discours, à l'occasion du 47e anniversaire de la lutte armée et de la Journée nationale de l'armée.

C'est l'Armée de libération, ajoute le président de la République, "qui est aujourd'hui lié de manière décisive à la mission de libération, et incarne la souveraineté de l'Etat sahraoui sur son territoire libéré et affronte avec détermination et fermeté les politiques agressives de l'Etat d'occupation marocaine qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité dans toute la région".

Abordant le processus de paix au Sahara occidental, parrainé par l'ONU, le président de la République, a affirmé que le Front Polisario ne peut accepter aucune solution qui ne garantisse pas le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance.

"Le Front Polisario, représentant légitime et unique du peuple sahraoui, réaffirme qu'il ne peut accepter aucune solution qui ne garantisse pas le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance", a déclaré le président Ghali dans son discours, soulignant que "le peuple sahraoui, est un peuple pacifique par nature, et il n'aurait jamais mené une guerre de libération s'il n'y avait pas eu l'intransigeance du colonialisme qui a occupé son pays pendant près d'un siècle, après une brutale invasion et occupation marocaine depuis le 31 octobre 1975".

"Il y a trente ans, le Front Polisario a exprimé sa pleine coopération avec les efforts des Nations Unies pour décoloniser le Sahara occidental. Cependant, la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO) n'a jusqu'à présent pas respecté son mandat tel que stipulé dans la résolution 690 (1991) du Conseil de sécurité et les décisions ultérieures", a rappelé le chef de l'Etat.

Le président de la République a également rappelé que "l'état d'occupation marocain poursuit sa violation continue de l'accord de cessez-le-feu, en particulier au niveau de la région de Guerguerat, comme l'organisation d'activités et d'événements politiques, sportifs, culturels et autres dans les parties occupées de la République arabe sahraouie démocratique, sans oublier les graves violations des droits de l'Homme perpétrées contre des civils sahraouis sans défense, à la lumière du siège et des restrictions, ainsi que du pillage extensif des ressources naturelles".

Le peuple sahraoui a célébré mercredi le 47ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée pour arracher son indépendance face à l'occupation espagnole et recouvrer sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire.

La date du 20 mai 1973 demeure un évènement historique pour les Sahraouis qui avaient décidé, ce jour-là, sous la houlette du Front Polisario, unique et légitime représentant du peuple sahraoui, de prendre les armes pour arracher leur indépendance face à l'occupation d'abord espagnole et ensuite contre le Maroc, qui avait envahi les territoires sahraouis en 1975.

A cette date, un groupe de combattants sahraouis avait décidé d'attaquer le poste espagnol d'El Khanga, à l'est de la ville de Smara. Cette opération annonçait alors le déclenchement de la lutte armée dans le Sahara occidental, suivant les résolutions prises dix jours avant, soit le 10 mai, lors du congrès constitutif du Front Polisario qui avait décrété dans son texte fondateur que "c'est par le fusil que la liberté sera arrachée".

L'anniversaire du 20 mai 1973 est considéré comme une étape charnière dans l'histoire du peuple sahraoui, et elle a constitué une transformation profonde dans le processus de sa résistance et de sa lutte pour la liberté, la dignité et l'émancipation. (SPS)

020/090/700

source :  http://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2020/05/21/26003.html


 

COVID-19 : LE FRONT POLISARIO EN ALERTE ROUGE

Une réfugiée du camp sahraoui de Dakhla, dans le Sahara occidental.

Covid-19: le Front Polisario en alerte rouge

© AFP 2020 FAROUK BATICHE

AFRIQUE

URL courte

Par 

233

S'abonner

Le Front Polisario n’a enregistré aucun cas d’infection au Covid-19 dans les camps de réfugiés sahraouis et dans les territoires du Sahara occidental placés sous son autorité. Des mesures de prévention ont été prises, dès le mois de février, pour faire face à tout risque de pandémie.

Les réfugiés sahraouis, estimés à 165.000, vivent dans cinq camps situés en Algérie, dans la région de Tindouf (1.820 km au sud-est d’Alger). Le Front Polisario a mis en œuvre des mesures rigoureuses pour faire barrage à l’épidémie de coronavirus du fait de sa proximité directe avec le pays hôte, qui compte près de 400 cas confirmés de contamination au Covid-19 et 25 décès, ainsi que la Mauritanie, qui compte 3 cas d’infection.

 

 

Combattants de l'armée sahraouie.

© SPUTNIK . TARIK HAFID

«Sahara connection»: la nouvelle guerre du Front Polisario

Début mars, un Comité national de prévention contre le coronavirus mis en place par les autorités sahraouies a décidé de fermer les voies qui mènent vers la région de Tindouf ainsi que les frontières avec la Mauritanie. Ali Abdallah, porte-parole de cette instance, explique à Sputnik que cette réactivité a permis d’éviter l’apparition de cas de contamination.

 

«La situation sanitaire dans les camps sahraouis est très satisfaisante puisque nous n’avons enregistré aucun cas d’infection au coronavirus. Nous nous sommes intéressés dès le mois de janvier à ce virus au moment où il commençait à se propager en Chine et en Asie. Puis à l’annonce du premier cas en Algérie, vers la fin du mois de février, nous avons limité au maximum les mouvements de population entre les cinq camps, avec l’Algérie et la Mauritanie dont la frontière commune a été fermée. Nous avons également identifié les personnes qui étaient revenues de voyage afin de les placer en quarantaine dans des centres installés dans chaque camp», indique Ali Abdallah qui occupe le poste de directeur de la Coopération du ministère sahraoui de la Santé.

Prise de conscience

Les réfugiés qui ont été contact avec des personnes placées en quarantaine ont été tenus de respecter un confinement de quatorze jours dans leur domicile. Des opérations de désinfection ont lieu régulièrement dans les camps. «Nous sommes confiants car la population a pris conscience du danger que représente le coronavirus. Les gens ont compris la nécessité de fermer les mosquées, d’éviter les mariages et tout type de rassemblement», note le porte-parole du comité qui assure que des dispositions ont été prises pour ravitailler les camps en produits alimentaires.

Ali Abdallah précise que le plan de prévention est mené en coopération avec les services sanitaires algériens ainsi que les différentes ONG internationales qui interviennent dans les camps sahraouis et l’Union africaine. Selon lui, la question de la disponibilité des moyens de protection pour les professionnels de la santé est l’un des points les plus importants de ce programme.

«Nous avons fait part de nos besoins en matière de masques, de tenues et de gel hydroalcoolique. Nous disposons d’un stock qui nous permettra de faire face à toute éventualité en attendant l’arrivée de nouveaux équipements. Bien entendu, le plus important est d’éviter le fameux patient zéro. Pour ce faire, nous avons instauré un système de veille quotidienne qui nous permet d’identifier tout cas de fièvre suspecte. Chaque jour, à 14h, un rapport de suivi est adressé à notre centre de statistiques médicales», ajoute Ali Abdallah.

Santé militaire

Pour ce qui est des territoires du Sahara occidental placés sous l’autorité du Front Polisario, où vivent de nombreuses familles nomades, il a été décidé de fermer le passage qui les relie aux camps de réfugiés et de ne laisser passer que les cas d’urgence médicale. Dans ces grands espaces désertiques, la lutte contre le coronavirus est du ressort de la Direction de la santé militaire. Cette direction dispose de deux structures de santé –à Tifariti et à Aghouinit– ainsi que de centres de santé dans chacune des régions militaires.

 

 

Un soldat du Front Polisario devant le drapeau sahraoui.

© AFP 2020 RYAD KRAMDI

Sahara occidental: «c’est toujours le Maroc qui décide et l’Espagne qui applique», accuse le Front Polisario

Par ailleurs, Ali Abdallah s’est dit préoccupé par la situation sanitaire dans les territoires sous autorité marocaine. «Nous savons qu’un confinement total a été décrété mais la situation reste floue car nous n’avons aucune information concrète sur le nombre de cas dans les hôpitaux de Laâyoune et des autres villes.» Dans une dépêche publiée le 26 mars, l’Agence de presse marocaine (MAP) a décliné la répartition géographique des 275 cas de contamination qu’a enregistrés le Maroc en précisant que les régions «de Laayoune-Sakia-Hamra et Dakhla-Oud Eddahab (…) restent jusqu'à présent indemnes».

https://fr.sputniknews.com/afrique/202003271043412861-covid-19-le-front-polisario-en-alerte-rouge/


 

44 ANS DE LUTTE POUR LA DECOLONISATION ET L'AUTODÉTERMINATION DU PEUPLE SAHRAOUI

44 ans de lutte pour la décolonisation et l'autodétermination du peuple sahraoui
5.MAR.2020 / 15:04 

Photo : PSUV

Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), avant-garde du peuple du libérateur Père Simon Bolivar et de l'éternel commandant Hugo Chavez, félicite le peuple et le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), à l'occasion de la commémoration du 44e anniversaire de sa création.

L'histoire du peuple frère sahraoui est caractérisée par la lutte contre la colonisation et l'invasion qui est menée sans relâche par les femmes et les hommes de ce pays, qui défendent courageusement et fermement leur droit à l'autodétermination et à la pleine émancipation ; une lutte qui a permis, le 27 février 1976, la naissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) réaffirme, avec le gouvernement bolivarien dirigé par le camarade président Nicolas Maduro, ses liens étroits de fraternité et d'amitié avec le peuple et le gouvernement sahraouis ; En même temps, elle exprime sa solidarité avec les membres du Frente Popular de Liberación de Saguia el Hamra y el Río de Oro (Front Polisario), et les membres de l'Unión Nacional de Mujeres Saharauis (UNMS), avec lesquels les hommes et les femmes vénézuéliens partagent une histoire commune de résistance, pour la défense de notre indépendance et de notre souveraineté, contre les prétentions impériales.

 

Vive le 44e anniversaire de la création de la

République arabe sahraouie démocratique (RASD) !

Vive l'amitié entre les peuples sahraoui et vénézuélien !

PARTI SOCIALISTE UNIFIÉ DU VENEZUELA (PSUV)

source :  http://www.psuv.org.ve/portada/44-anos-lucha-por-descolonizacion-y-autodeterminacion-pueblo-saharaui/#.XmGXLyhKhPY


 

BRAHIM GHALI RECONDUIT AU POSTE DE SECRÉTAIRE GENERAL DU FRONT POLISARIO

 

SPS 24/12/2019 - 14:50

Tifariti, 24 déc 2019 (SPS)  Le secrétaire général du front Polisario, Brahim Ghali a été reconduit par le 15ème Congrès populaire pour un nouveau mandat à la tête du front populaire de libération de la Saguia Elhamra et du rio de oro (Front Polisario) avec 86 pc des voix, selon le président de la commission électorale, Brahim Mokhtar.

Alors que les résultats du premier tour des élections des membres du Secrétariat national du front Polisario ont été remportés par MM. Oubi Bouchraya Bachir, Khatri Addouh, Abdelkader Taleb Omar et Mhamed Khaddad.

La même source a annoncé un deuxième tour des élections où  les congressistes doivent élire parmi 75 candidats les 25 membres du SN qui restent, selon le règlement intérieur du front Polisario.

Le 15ème congrès qui devait clôturer ses travaux lundi soir, a été prolongé de 48 heures afin de permettre à la commission électorale de procéder au déroulement d’un deuxième tour des élections des membres du Secrétariat national.

Le Secrétariat général est composé de 34 membres. Seulement 29 postes sont ouverts pour le vote car en plus du SG du Front Polisario, les quatre autres postes restants reviennent automatiquement aux organisations de masse, à savoir, le Front Polisario, la jeunesse, les syndicats, et les femmes.

Les membres du Secrétariat national du Front Polisario élus, y compris le Secrétaire Général, prêteront serment avant la clôture officielle du 15e Congrès et la lecture d’une déclaration finale.

Le Secrétaire général élu par le Congrès, assumera également les fonctions de président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Il devra prononcer un discours marquant ainsi, la clôture des travaux du 15e Congrès du Front Polisario, à Tifariti (territoire sahraoui libéré). (SPS)

020/090/TRD

source :  https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2019/12/24/23971.html

 

ANTONIO GUTERRES, SECRETAIRE GENERAL DE L’ONU : L’ONU TRAITE LE CONFLIT AU SAHARA OCCIDENTAL COMME UNE QUESTION DE DECOLONISATION

 

SPS 27/09/2019 - 18:52

NEW YORK 27 sept 2019(SPS)- Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a levé toute équivoque sur la nature du conflit au Sahara Occidental, en réaffirmant dans un nouveau rapport soumis à l’Assemblée générale que les organes de l’ONU traitent ce dossier comme "une question de décolonisation".

Dans ce rapport établi à la demande de l’AG de l’ONU sur la question du Sahara Occidental, le chef de l’ONU tient à rappeler que la quatrième commission chargée de la décolonisation et le Comité spécial de la décolonisation, dit comité des 24, abordent le dossier du Sahara Occidental dans "le cadre des questions relatives à la décolonisation".

"La Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission) de l’Assemblée générale et le Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux l’examinent quant à eux dans le cadre des questions relatives aux territoires non autonomes et à la décolonisation", souligne Guterres.

Bien que le Conseil de sécurité examine la situation au Sahara Occidental dans le cadre des questions relatives à la paix et à la sécurité, l'instance suprême des Nations Unies a "appelé de ses vœux dans des résolutions successives à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ", rappelle encore le chef de l’ONU.

Appelant les partis au conflit, le Front Polisario et le Maroc à poursuivre les négociations sans conditions préalables, Guterres relève que le maintien de la paix et la stabilité sur le terrain est nécessaire pour créer un climat propice à la reprise du processus politique.

"Je prie instamment les membres du Conseil de sécurité, les amis du Sahara occidental et les autres acteurs concernés d’encourager le Maroc et le Front Polisario à saisir l’occasion qui se présente à eux et à continuer de participer de bonne foi et sans conditions préalables au processus engagé", ajoute le chef de l'ONU.

Le document du SG de l’ONU fait la synthèse des deux rapports les plus récents qu’il a présentés au Conseil de sécurité sur la situation au Sahara occidental. Dans ce nouveau rapport qui couvre la période du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019, Guterres a décrit la situation sur le terrain et l’état et l’avancement des négociations politiques, initiées par son ancien envoyé personnel Horst Kohler.

Il précise qu’au cours de la période considérée, " le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a continué de recevoir des informations faisant état de harcèlement, d’arrestations arbitraires, de confiscation de matériel et de surveillance excessive de journalistes, blogueurs et défenseurs des droits de l’homme qui couvraient les violations des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés. (SPS).

 

097/900/700

source :  https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2019/09/27/22813.html