SANTE

SANTE

Dans SANTE

EN ANGLETERRE, LE VARIANT DELTA TUE PLUS DE VACCINES QUE DE NON VACCINES

Par Le 06/08/2021

"Le variant Delta tue les vaccinés plus que les non-vaccinés, en Angleterre" Martin Zizi

 Publié le 06/08/2021 à 17:24

"Ils veulent faire passer ce vaccin pour non-expérimental alors qu'ici les risques ne sont pas connus" - Martin Zizi

FS

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...320

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

L’ancien directeur scientifique de la Défense belge est de retour, après un premier debriefing. Martin Zizi nous explique cette fois la différence entre les "vaccins normaux" et les "vaccins sur le cancer". À partir de cela, il démontre que les vaccins ne remplissent pas aujourd’hui les conditions de base légales pour être sur le marché.

 

Il est parfois difficile de s'approprier des documents scientifiques, Martin Zizi nous aide donc à les décrypter : nous apprenons ainsi que le variant Delta n’est peut-être pas si dangereux qu’on ne le prétend. Plus contagieux ne veut pas dire plus mortel, et en prenant l’exemple du cas anglais, le chercheur en biophysique moléculaire démontre comment les vaccinés sont finalement plus fragiles à l'heure actuelle face à ce variant que les non-vaccinés.

Il revient également sur le caractère non-pertinent du test PCR pour identifier les personnes infectées. Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org

 

Les sources analysées dans cet entretien sont à votre disposition ci-dessous.

 

who_2020-12_age-specific_covid-19_infection_fatality_rate.jpg

La léthalité du Covid-19 selon les âges (source : OMS)

 

comparatif_des_interets.png

Comparatif des intérêts et limitations des tests PCR et antigéniques (Ag) selon les seuils de détection par-rapport à la contagiosité (source : Covidrationnel.be)

Documents :

Enquête de Public Health England sur les variants du Sars-CoV-2 en Angleterre [Tableaux]

Rapport de l'OMS sur la léthalité du Covid-19

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/martin-zizi-2

Dans SANTE

LA COMPARAISON ENTRE MORTALITE PAR COVID ET LETALITE DUE AUX VACCINS EST CATASTROPHIQUE

Par Le 27/07/2021

La comparaison entre mortalité par Covid et létalité due aux vaccins est juste catastrophique

Par La rédaction de l'AIMSIB

Mondialisation.ca, 26 juillet 2021

aimsib.org 25 juillet 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 55   0  2  59

La France s’apprête sans remords à trier dès demain sa population en fonction des données de ses QR codes puisque 20% de ses Députés ont instauré cette mesure, incroyablement liberticide, du jamais vu depuis la dernière guerre. Parce qu’il faut à tout prix vacciner toute la population âgée de plus de 12 ans, pour son bien. Mais quelle bénéfice individuel tirer de ce gigantesque pari immunitaire? Chez les enfants à tous les coups ils ne gagnent rien et certains d’entre eux vont probablement en mourir cet hiver. Pour ne pas dire qu’on ne savait pas, bonne lecture. 

Résumé
Si vous ne deviez retenir que 3 points de cet article :
• Pour les personnes de moins de 45 ans, la létalité supposée liée au vaccin est plus importante que la mortalité liée à la Covid-19.
• Selon les statistiques actuelles, la vaccination des 12-14 ans pourrait entrainer 85 décès et jusqu’à 235 invalidités graves, pour un bénéfice totalement inexistant.
• A ce jour, aucun enfant en bonne santé n’est décédé de la Covid-19.

Comparaison mortalité Covid-19 et létalité de la vaccination

Alors qu’un plan de vaccination des enfants (1), un plan de vaccination en anneau (2) et une demande par l’Académie de Médecine d’une vaccination obligatoire contre la Covid-19 (3) ont été proposés puis que la vaccination soit imposée au personnel soignant par le Président de la République, il est urgent de s’interroger sur leur balance bénéfices/risques, en comparant la mortalité liée à la Covid-19 et la létalité supposée liée à la vaccination par tranche d’âge.

Mortalité versus létalité

La létalité est le nombre de décès dû à un facteur d’exposition divisé par le nombre de personnes exposées à ce facteur. Par exemple la létalité de la covid-19 est le nombre de personnes décédées de la Covid-19 divisé par le nombre de personnes atteintes de la Covid-19.

La mortalité est le nombre de décès dû à un facteur divisé par le nombre de personnes dans une population donnée. Par exemple pour la covid-19, la mortalité française de cette maladie est le nombre de personnes décédées de cette maladie divisé par toute la population française.

Il est donc tout à fait légitime, de comparer la létalité supposée liée au vaccin (certitude d’être exposé si on se fait vacciner) avec la mortalité de la Covid-19 (personne n’est heureusement certain d’attraper la Covid-19) pour calculer le bénéfice/risque de la vaccination.

Les tableaux présentés ont été construits à partir des données suivantes :
• La répartition INSEE de la population par âge en 2021 (4)
• Le nombre de décès par tranche d’âge à l’hôpital et en EHPAD  du Point Epidémiologique publié par Santé Publique France du 27 mai 2021 (5)
• Les données de pharmacovigilance des vaccins du 27 mai pour Pfizer (6) et Moderna (7), et du 20 mai pour Astrazeneca [8]
• Les détails des calculs sont téléchargeables ici (9)

Les résultats concernant la mortalité de la Covid-19 (tableau 1) ont été exprimés en « risque pour 100 000 habitants ». Les informations relatives aux comorbidités par classe d’âge ne sont disponibles que pour les décès certifiés par voie électronique (page 43 de (5)), qui ne représentent que 48 676 décès sur les 108 908 décès comptabilisés page 1. On peut constater qu’une proportion, variant de 100% pour les plus jeunes à 64% pour la tranche d’âge la plus haute, présente au moins une comorbidité. Toutefois, Santé Publique France précise (page 37 de (5)), à propos des caractéristiques des cas graves admis en réanimation, que « pour les deux périodes étudiées (sept.-dec. 2020 et janv.-mai 2021), 94% des personnes décédées présentaient au moins une comorbidité. »

Le risque de décès calculé dans le tableau 1, sur la base des certificats électroniques, semble donc encore surestimé pour les personnes en bonne santé.

Concernant les effets secondaires des vaccins, exprimés en « risque pour 100 000 vaccinés », les résultats ont été obtenus pour la létalité des vaccins en divisant le nombre de décès supposés liés aux vaccins par le nombre de personnes ayant été vaccinées, c’est-à-dire le nombre de premières doses. Les séquelles très graves regroupant les décès, invalidité et mise en jeu du pronostic vital, ont également été analysées. Il faut noter que les données de pharmacovigilance ne sont pas réparties par âge. Selon les déclarations d’effets secondaires rapportées auprès de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM), on peut obtenir le tableau 2 :

Imputabilité en pharmacovigilance

Les données de pharmacovigilance permettent-elles de conclure que les décès et séquelles invalidantes sont liés à la vaccination ? En pharmacovigilance, une forte preuve de l’imputabilité est la ré-apparition de l’évènement lors d’une ré-administration du médicament en question. Dans le cas des décès survenant après vaccination cela est doublement impossible :
• on ne peut pas « enlever les anticorps produits par le patient suite au vaccin »
• on ne peut pas ressusciter le patient pour voir « s’il remeurt » lors de la réintroduction du vaccin.

Comme l’explique cet extrait d’article (10) : « L’évolution de l’événement à l’arrêt du traitement et le résultat d’une éventuelle ré-administration, critères habituellement déterminants pour évaluer l’imputabilité, ne sont pas, le plus souvent, évaluables pour imputer un événement survenu après l’administration d’un vaccin. En effet, une fois administré, le vaccin déclenche dans l’organisme une cascade d’événements immunologiques qui perdure malgré l’absence de ré-administration. Il est indispensable de mettre en place une analyse du risque, notamment en connaissant bien les caractéristiques épidémiologiques et cliniques des maladies qui peuvent survenir dans la tranche d’âge de la population-cible du vaccin. »

Pour les personnes âgées de moins de 45 ans :
– Le risque de décès après vaccination est 140% plus élevé par rapport à la mortalité Covid-19
– Le risque d’effet secondaire très grave entraînant une invalidité, un décès ou un pronostic vital engagé après vaccination est jusque 370% plus élevé par rapport au Covid-19
– Concernant les enfants avec comorbidité, le risque de décès supposé lié à la vaccination est 60 fois plus élevé qu’avec la Covid-19. Et puisqu’aucun enfant en bonne santé n’est décédé de la Covid-19, le risque lié à la vaccination est tout simplement infiniment plus élevé.

Le gouvernement a ouvert la vaccination aux adolescents à partir de 12 ans. Ils sont 2 446 848 enfants entre 12 et 14 ans. En reprenant les calculs précédents:

La vaccination des adolescents de plus de 12 ans pourrait entraîner 85 décès et jusqu’à 235 invalidités graves, pour un bénéfice totalement inexistant.
Ajoutons à ce constat à court terme, le fait que les effets secondaires à moyen et long terme (3 à 10 ans) sont totalement inconnus.

Rappelons également que ces vaccins n’ont reçu qu’une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) conditionnelle (11), ce qui signifie que l’évaluation de leur efficacité et de leur innocuité est encore en cours. Il est d’ailleurs à noter qu’il faut habituellement 10 ans pour s’assurer de l’innocuité d’un vaccin (12).

Ceci représente une version complétée du 22 juin 2021 en réponse à l’article du journal Le Monde (chapitres « Mortalité versus Létalité » et « Imputabilité en pharmacovigilance »)

 

Notes et sources:
(1) Plan de vaccination des enfants
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_du_cosv_30_avril_2021_-_maj_11_mai_-_perspectives_strategie_vaccinale_automne.pdf
(2) Plan de vaccination en anneau
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_du_cosv_7_mai_2021_-_vaccination_en_anneau.pdf
(3) Demande par l’Académie de médecine d’une vaccination obligatoire contre la Covid-19
https://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2021/05/21.5.25-Obligation-vaccinale-contre-Covid.pdf
(4) Répartition INSEE de la population par âge en 2021
https://www.insee.fr/fr/statistiques/5007688
(5) Décès par tranche d’âge à l’hôpital (page 32) et en EHPAD (page 26) du point épidémiologique publié par Santé Publique France du 27 mai 2021 (5)
https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/348002/3044757
(6) Données de pharmacovigilance des vaccins du 27 mai pour Pfizer
https://ansm.sante.fr/uploads/2021/06/04/20210604-covid-19-vaccins-rapport-hebdomadaire-16-pfizer.pdf
(7) Données de pharmacovigilance des vaccins du 27 mai Moderna
https://ansm.sante.fr/uploads/2021/06/04/20210604-covid-19-vaccins-rapport-hebdomadaire-13-moderna.pdf
(8) Données de pharmacovigilance des vaccins du 20 mai pour Astrazeneca
https://ansm.sante.fr/uploads/2021/05/28/20210528-covid-19-vaccins-astrazeneca-rapport-12-07-05-2021-20-05-2021-2.pdf
(9) Détails des calculs
https://reinfocovid.fr/wp-content/uploads/2021/06/Calculs_article_Benefice-risque-vaccin_10juin21.xlsx
(10) Quelle pharmacovigilance pour les vaccins ?
Hervé Le Louët (Service de Pharmacologie, Hôpital Henri Mondor, Paris, France), Elisabeth Loupi (Sanofi Pasteur, Lyon, France), Françoise Haramburu (Service de Pharmacologie, Hôpital Pellegrin Carreire, Bordeaux, France) et les participants de la table ronde n◦ 3 de Giens XXII
https://www.journal-therapie.org/articles/therapie/pdf/2007/03/th071627.pdf
(11) Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) conditionnelle des différents vaccins
https://reinfocovid.fr/science/amm-conditionnelle/
[12] Il faut habituellement 10 ans pour s’assurer de l’innocuité d’un vaccin
https://www.cdc.gov/vaccinesafety/ensuringsafety/history/index.html

La source originale de cet article est aimsib.org

Copyright © La rédaction de l'AIMSIBaimsib.org, 2021

https://www.mondialisation.ca/la-comparaison-entre-mortalite-par-covid-et-letalite-due-aux-vaccins-est-juste-catastrophique/5658644

Dans SANTE

BIENTOT TOUS NON - VACCINES

Par Le 27/07/2021

Bientôt tous non-vaccinés

Par La rédaction de l'AIMSIB

Mondialisation.ca, 26 juillet 2021

AIMSIB 18 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 7   1  0  8

L’hypothèse ahurissante de la vaccination anti-Covid-19 obligatoire pour les soignants Français devenait une annonce évidente depuis le ralliement lamentable (bien que parfois extorqué) d’une frange de blouses blanches que cette injonction finit apparemment par séduire. Mais de là à chercher à affamer une partie de la population en lui interdisant de pouvoir faire ses courses dans les centres commerciaux, de la priver de déjeuner en ville en pleine période estivale ou de la laisser normalement prendre le train, qui l’eut cru, quel pays européen voire du tiers-monde peut égaler la folie liberticide de ce gouvernement Français actuel ? Où va-t-il, pour qui travaille-t-il réellement ? Qui contamine qui, vraiment? Et l’histoire de la troisième dose, on se moque de qui, dans le monde entier personne n’en veut sauf Israël? Rien n’est perdu, la bataille commence. Juges, juristes, Députés, Sénateurs, ressources humaines, avocats, journalistes, manifestants, grévistes, personnels soignants, associations, restaurateurs, militaires et surtout forces de l’ordre, tous ensemble…  Bonne lecture.

 » Mener une expérience de vaccination de masse à l’échelle mondiale sans comprendre les mécanismes sous-jacents à l’évasion virale de la pression de sélection vaccinale est non seulement une bourde scientifique colossale mais, avant tout, totalement irresponsable du point de vue de l’éthique de la santé individuelle et publique. »
Pr Geert Vanden Bossche (1)

Introduction

L’AIMSIB est née pour accentuer la vigilance des pouvoirs publics quant à la qualité et à la pertinence des produits de santé dispensés à la population.

Prétendre imposer des vaccins en phase de tests (9) et les injecter de force à une population jeune qui n’en a nul besoin pour protéger leurs vies, canular ou provocation ?

Ni l’une ni l’autre, il s’agit simplement d’une banale démonstration de tyrannie d’un modèle nouveau, à prétention sécuritaro-sanitaire, qui cherche encore son style.

Après deux ans d’angoisse sciemment martelés sur tous les réseaux médiatiques mainstream du matin au soir, la population n’a pourtant pas assez mordu dans l’histoire de la catastrophe de santé publique. Avec le printemps et le reflux des morts -mais un jour il faudra accepter de les compter honnêtement- (2),  fut venu le temps d’une brève phase de communication basée sur le copinage fraternel, l’incitation cordiale, le coup de coude complice, sur le « nudge » inventé par les anglo-saxons (3)(4).

Encore chou blanc, le soleil de juin a vidé les réanimations et rempli les terrasses, la vie a repris sans la Covid-19 (liée à la souche initiale Wuhan) ni la Covid 20 (famille plus nombreuse, variants anglais, sud-africains, japonais, américain, brésilien, etc…), ni la Covid 21 (indien ou Delta; puis Delta-1, Epsilon, mais nous ne sommes qu’en juillet…)

Puisque rien ne marche et que la vaccination obligatoire de toute une population est impossible à réaliser, on décide en haut lieu de détruire la vie de sa population bouc-émissaire, le non-vacciné. Mais pour quoi faire?

Juillet 2021 et le « variant Delta »

Delta est probablement né en Inde, il est impossible à ce jour de lier l’émergence de ce coronavirus à la pression de sélection qui s’exerçait sur son aïeul anglais par une vaccination acharnée dans certaines provinces de ce gigantesque pays, ou si cette mutation demeure naturelle. Delta a rapidement re-colonisé son Angleterre d’origine puis toute l’Europe de l’Ouest et le Proche-Orient, sa contagiosité est supérieure au variant anglais qui était elle-même supérieure à celle de son ainé chinois.

L’excellente nouvelle crève pourtant les yeux, Delta induit un Covid-21 bien moins sévère que ses ainés, peut-être spontanément dix fois moins mortel en cette saison (5), alors qu’on n’administre toujours pas  le moindre traitement préventif à la population ni le plus petit début de traitement ambulatoire précoce aux malades à risque de complications sévères.  (6)

Dans un article récent publié chez France-Soir (7) le Docteur Gérard Delépine nous explique qu’il ne lui reste que peu de doutes quant à la nullité des vaccins actuels pour enrayer l’expansion du variant Delta : en Angleterre et en Israël, les vaccinés ne disposent d’aucune protection supplémentaire. Il parle d’or, voyez plutôt.

1- En Angleterre

La comparaison des courbes des nouveaux cas avec celle des décès commence à devenir frappante ; Cette dernière « n’embraye pas » comme à l’habitude 15 jours après celle des nouvelles infections, restons néanmoins prudents (nous n’en sommes qu’à trois semaines) :

Nul doute néanmoins que les autorités anglaises se félicitent secrètement de la présence envahissante de ce variant « aux petits bras »  qui vient évincer l’ancien maître local des lieux (l’alpha, anglais) et qui fait fait chuter drastiquement la morbidité insulaire.

Du coup quelle précaution démentielle adopter à Wembley le 12 Juillet pour assister à la finale 2021 de l’Euro de football visionnée par le monde entier? Presque aucune, tout le conseil scientifique français à dû se retourner dans ses charentaises rémunérées à la vue d’un spectacle pareil, voyez plutôt :

12/07/2021, Wembley, finale de l’Euro 2021, image RTL info

Nous verrons dans un mois si les anglais ont fait preuve d’une adaptabilité remarquable ou d’un optimisme coupable.

Dans le passe vaccinal un vacciné peut rentrer dans un stade puisqu’il est vacciné donc non contaminant, sérieusement? Que représente vraiment le niveau de sécurité de ce passe?

La réponse dans quelques lignes.

2- En Israël

Cette reprise des contaminations ne fait plus peur à personne, même si régulièrement les obsédés de la vaccinations en profitent pour désigner les enfants comme seuls responsables de cette déroute politique et sûrement pas sanitaire :

Israel, courbe des décès (J. Hopkins Univ.)

L’israélien moyen ne veut plus entendre parler de vaccination anti-covid, le pass sanitaire est rejeté partout, particulièrement dans les commerces et les restaurants. Le « plafond de verre vaccinal » apparait aussi chez eux, à 53% de population vaccinée à deux doses:

Les esprits s’ouvrent à la réalité des effets indésirables graves post vaccinaux et la perspective de la troisième dose, si proche et mettant déjà en lumière l’arrivée d’une quatrième injection en 2022 commence à faire douter les plus convaincus.

Que peut faire Israël de ses centaines de milliers de vaccins inutilisés? Les proposer d’abord aux Palestiniens bien sûr, qui les ont évidemment refusé avec dégoût. Alors la mort dans l’âme, les revendre à perte aux Anglais… (8)

Etablir le vaccin obligatoire anti-Covid en 2021 c’est comme vomir sur un siècle de Droit Européen

Ne revenons pas sur le caractère expérimental de ces vaccins anti-Covid-19, le fait est définitivement acquis, parfaitement décrit ici: (9)

Toute utilisation obligatoire de vaccins expérimentaux entraînent une violation d’au moins dix traités majeurs:

1) Serment d’Hippocrate (-460//377) :
« Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion »

2) Code de déontologie médicale, article 36, Article R4127-36 du Code de santé publique:
« Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas. Lorsque le malade, en état d’exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposé, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences »

3) Code de Nuremberg (1947) :
« Le consentement du sujet humain est absolument essentiel. Le pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule : nul ne peut être soumis sans son consentement à une expérience médicale ou scientifique »

4) Déclaration de Genève pour les médecins (1948) :
« Je respecterai l’autonomie et la dignité de mon patient. Je n’utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits humains et les libertés civiques, même sous la contrainte. Je garderai le respect absolu de la vie humaine, dès la conception. Je considérerai la santé de mon patient comme mon premier souci »

5) Déclaration d’Helsinki (1996) signée par 45 pays dont la France, Article 25 :
« La participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Aucune personne capable de donner son consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé »

6) Convention d’Oviedo (1997) signée par 29 pays dont la France, Article 5 :
« Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement »

7) Loi Kouchner (4 mars 2002), Article 111-4 :
« Toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables. Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »

8.) Arrêt Salvetti (2002), aucun traitement médical n’est obligatoire au sein de l’Union européenne :

« En tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales » (arrêt Salvetti c/Italie-CEDH décision du 9 juillet 2002 ; n°42197/98)

9) Code Civil français, Article 16-1 :
« Chacun a le droit au respect de son corps. Le corps est inviolable »

10) Résolution 2361 du Conseil de l’Europe (28 janvier 2021),  l’Assemblée demande instamment aux États membres et à l’Union européenne :
Article 731 : « De s’assurer que les citoyennes et les citoyens sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement »
Article 732 : « De veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risque potentiel pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner »

https://pace.coe.int/fr/files/29004/html

Le passe sanitaire représente une énorme imbécilité politique et une absurdité médicale

1- L’imbécilité politique en un document d’archive

Certains d’entre vous seront peut-être heurtés de voir ainsi comparés deux épisodes de notre histoire à la dimension encore très différente mais ce document a été mis en ligne par la petite fille d’une survivante de la Shoa, l’analogie en est finalement glaçante si vous substituez l’interdiction de cabine téléphonique à l’interdiction des centres commerciaux:

1- L’absurdité médicale en deux images

A ceux qui espèrent, comme le Président Macron et ses conseillers spécialistes en virologie de comptoir, que la vaccination contre la Covid-19 aura une influence déterminante sur les virus formant la Covid-21, il leur faut déchanter au plus vite.

Selon le Pr P. Mc Cullogh (10) la protéine S du variant Delta comporte de nombreuses mutations différentes comparées à la Spike de son aïeul Chinois, faisant de celui-ci un virus ayant rendu tous les vaccins actuels totalement obsolètes donc définitivement inutilisables…

Sauf pour les industriels qui les fabriquent et engrangent toujours plusieurs milliards de dollars par mois, sauf aussi pour les états riches, qui continuent imperturbablement à devoir les acheter et qui en possèdent des quantités aussi pharamineuses que bien peu écoulables à cette heure…

Israël renseigne le monde sur la gabegie financière et sanitaire en cours: Si en début d’année la proportion de nouveau Covid+ était écrasante chez les non vaccinés, on se retrouve dans une situation parfaitement inverse début juillet, liée à l’invasion de Delta:

Israel: Part des non-vaccinés / vaccinés chez les Covid+, du 28/03/2021 au 10/07/2021

La lecture de ce graphique démontre immédiatement que l’affirmation selon laquelle les non vaccinés seraient douze fois plus contaminants (11)  s’effondre immédiatement puisque les vaccinés sont six fois plus souvent touchés par la Covid en admettant pourtant en Israël une population a peu près égale entre vaccinés et non vaccinés.

Pour ceux de nos lecteurs qu’un seul exemple ne peut convaincre retournons en Angleterre ou plutôt sur le vaisseau-amiral de la flotte da sa Gracieuse Majesté:

Tous les marins du bord ont été vaccinés à deux doses anti-covid-19 et pourtant une nouvelle épidémie s’y propage ayant déjà touché une centaine d’hommes au 13/07/2021!!

BBCnews https://www.bbc.com/news/uk-57830617

Qui aujourd’hui pour défendre des vaccins fabriqués en 2019 pour prétendre éteindre la propagation inexorable de virus mutants dans le monde entier en 2021, à part les industriels producteurs et leurs affidés gouvernementaux…

Les effets indésirables graves post-vaccinaux disparaissent spontanément… des médias

1- Dosage systématique des D-dimères en post-dose, la très mauvaise surprise

A tous les médecins qu’une saine curiosité anime et afin de prévenir au mieux toute coagulation pathologique post-vaccinale on ne peut que leur recommander de faire doser les D-dimères de leurs patients à partir du 4-8e jour post-dose: des taux significativement positifs imposent une prise en charge spécifique immédiate (12), écoutez bien ce que le Pr Sucharit Bakhdi (All) nous révèle:

 

On pourrait espérer que ces constatations consternantes n’apparaissent qu’en Allemagne, vous trouverez ici  hélas une variante canadienne, absolument identique à la précédente, qu’on se le dise. (13)

Les vaccins anti-covid-19 entrainent une augmentation pathologique des D-dimères chez plus de 30% des sujets vaccinés, comment continuer à utiliser des produits aussi abominablement toxiques???

2- Myocardites juvéniles post-vaccinales

L’AIMSIB s’est déjà positionnée radicalement sur le sujet de la vaccination anti-covid des enfants et des adolescents (14), une absurdité médicale absolue, voici les données issues des CDC américaines, confirmant que le risque de myocardite chez les jeunes demeure élevé particulièrement après les secondes doses, se déclarant en général très rapidement après les injections mais aussi possiblement de manière retardée, au-delà de 30j :

Quand une classe d’âge court un risque vital 200 fois supérieur en se vaccinant anti-covid plutôt que de vivre sereinement cette virose à domicile (15), quel pays soucieux de la santé de sa population peut sérieusement en recommander l’usage?

Merci de vous navrer avec nous sur ce genre de post déshonorant pour l’éthique médicale:

3- Morbi-mortalité générale des vaccins anti-covid:

On rappelle que ces statistiques sont toutes extrêmement minorées d’un facteur 10 à 100 puisqu’il s’agit de collectes passives de données: Régulièrement les signalement ne sont pas réalisés du fait que les médecins de terrain répugnent à s’y soumettre, comme c’est pourtant la Loi. Pire, certains centres de pharmacovigilance, débordés par une quantité journalière écrasante d’effets indésirables, demandent de désobéir et de « ne pas tout signaler »:

Ouest-France, Ed. 08/04/2021

Malgré l’ensemble des défaut rédhibitoires liés à la collecte des effets indésirables post-vaccinaux, comment accepter des chiffres aussi abyssalement élevés de complications liées à ces produits dits « de santé »? 

Comment la France peut-elle encore défendre un vaccin qui a tué directement entre 17.500 et 1.750.000 Européens ?

La vaccination obligatoire des professions de santé est une idée maléfique

Fort de la certitude qu’un soignant non malade non vacciné pourrait infecter les populations fragiles dont il a la charge, alors cette idée est défendable: Mais pas si elle ne repose sur absolument aucun fondement scientifique établi, bien au contraire, comme il l’a été vu plus haut avec les deux exemples israéliens et Anglais. Camouflet supplémentaire pour l’équipe expertale Française qui nous mène tous dans l’abîme, l’Allemagne a pris grand soin dès le lendemain de la déclaration du Pt Macron de se démarquer radicalement des positions françaises…

Troisième dose, volonté industrielle, conséquences catastrophiques

Mais qu’arrive-t-il au sommet de l’Etat Français pour devancer les désidératas des firmes du médicament, qui dirige qui en France? Même l’OMS, formidablement influencée par Big Pharma, se trouve en opposition frontale avec la position française.

On rappelle également que la société Pfizer n’a pas réussi à convaincre les autorités fédérales américaines du bien fondé de cette fameuse troisième dose en population générale. (16)

Comment la France peut-elle tomber aussi bas dans l’influence sans limite perpétrée par les firmes du médicament?

Et maintenant, place à l’action

N’attendons plus que le passe vaccinal s’installe et que des dizaines de soignants perdent la vie ou se fassent blesser gravement par l’injection de ces pseudo-vaccins, ne nous laissons pas priver de notre droit le plus inaliénable de pouvoir aller et venir, alors sans violence mais avec détermination, engageons-nous!

1- Pour l’ensemble de la population

De nombreuses associations vous attendent, certaines ne vous réclameront pas un sou de cotisation.Chaque renfort leur donne plus de poids, vos éventuels concours tant intellectuels que pratiques augmentent leurs pertinences et leurs efficacités. Chacun doit pouvoir trouver le mode de protestation constructive qui lui convient. Citons:

aimsib.org
bonsens.org
reaction19.org
htpps://reinfocovid.fr/
revav.fr
alis-france.com
efvv.eu
https://www.infovaccin.fr/
https://childrenshealthdefense.org/
librechoixvaccinal.fr

Il faut lire aussi, énormément, certains sites fourmillent d’informations capitales:

docteurnicoledelepine.fr
sensetsymbole
http://questionvaccins.canalblog.com/
https://michel.delorgeril.info/
http://www.francesoir.fr/
http://www.rolandsimion.org/
https://jdmichel.blog.tdg.ch/
httpps://sante-corps
https://blog-gerard.maudrux.fr/
https://manifestes-libertes.org/

Au final on milite, par exemple fédérés sous la bannière de Me Di Vizio,  ici:

 

L’adresse préférentielle est la suivante: https://association-victimes-coronavirus-france.org/

Contre le passe sanitaire; https://association-victimes-coronavirus-france.org/nonaupasseportvaccinal/

Contre l’obligation vaccinale des soignants: https://association-victimes-coronavirus-france.org/action-collective-contre-obligation-vaccinale-pour-soignants/

L’asso quadrature du net attaque le gouvernement au conseil d’état pour non respect de la décision de l’assemblée nationale en faveur d’un passe sanitaire plus light: https://www.laquadrature.net/

Afin de protéger vos données personnelles et celles de votre famille de la prédation des gafam permise par la sécu via le passe sanitaire : voici les démarches sur améli: https://bonsens.info/vous-pouvez-vous-opposer-a-la-violation-de-votre-secret-medical-organisee-par-la-cnil/

Pour les employés, faire peser la demande de vaccination sur la responsabilité de l’employeur, voilà qui devrait faire réfléchir les DRH avant de vous imposer une nouvelle vaccination: la prise d’acte de la rupture du contrat de travail: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F24409

2-Pour les médecins généralistes

une action spécifique ici: https://t.me/Laveritecensure

3- Pour l’ensemble des médecins français:

Une demande de recours en droit consistant en une consultation juridique sur les statuts de l’Ordre :  Elle est menée par Maître Krikorian, se renseigner ici:
enfiniraveclordre@protonmail.com

Une plainte contre le Dr Patrick Bouet, président du CNOM, mené par Maître Jean Pierre Joseph en se basant sur deux articles du Code Pénal :
Art 223.3 et 223.4 : Complicité de délaissement ayant entraîné la mort de personnes qui n’étaient pas en mesure de se protéger en raison de leur âge ou de leur état physique ou psychique.
Art 227-15 : Complicité de mise en péril de mineurs par personnes ayant autorité.
https://bonsens.info/plaintes-collectives/

Conclusion

Pardon pour la longueur exceptionnelle de cet article, mais ce n’est pas tous les jours que nous risquons en même temps de perdre nos libertés fondamentales à moins de risquer nos vies en s’injectant un vaccin inutile et très dangereux.

Le variant Delta qui submerge la planète n’est qu’un rhume banal pour lequel on doit recommander l’établissement d’un traitement hivernal préventif à l’ensemble de la population du globe, ainsi qu’un traitement ambulatoire précoce bien conduit pour les populations les plus à risque. Pour les autres rien et surtout pas de paracétamol!

Les vaccins anti-covid-19 ne peuvent pas servir à combattre la Covid-21, on s’en doutait depuis longtemps. Les contaminateurs par le variant Delta se comptent majoritairement chez les vaccinés, au moins en Angleterre et en Israël.

Ne perdons pas un pouce de nos chères et précieuses libertés, n’acceptons pas la moindre prise de risque  pour nos fragiles santés. Comprenons que cette menace (uniquement française) de troisième dose poussera irrémédiablement l’ensemble des vaccinés vers un rejet massif de la vaccination: à trop se moquer du monde, on perd tout.

Donc demain irrémédiablement liberté, tous non-vaccinés et en pleine santé.

Rebéllion! 

La rédaction de l’AIMSIB

Juillet 2021

Voir la vidéo : France Soir

 

 

Notes et sources :

(1) Geert Vanden Bossche, virologue belge, explique que la vaccination de masse avec les types de vaccins utilisés peut entraîner l’apparition de variants extrêmement dangereux qui reviendront frapper les vaccinés devenus de véritables pépinières à variants https://37b32f5a-6ed9-4d6d-b3e1-5ec648ad9ed9.filesusr.com/ugd/28d8fe_266039aeb27a4465988c37adec9cd1dc.pdf
(2) https://www.francesoir.fr/politique-monde/au-portugal-la-bataille-des-chiffres-des-morts-du-covid-19-commence
(3) Spot de pub lamentable de la vaccination d’un rugbyman: « Ca fait mal? Non, ça fait du bien même »
https://www.youtube.com/watch?v=wLmfaVWferE
(4) Au bout du bout, vacciner mamie pour qu’elle puisse embrasser ses petits-enfants sans masque, essayez donc dans les EHPAD, tous les masques restent obligatoires même entre vaccinés…
IVMLQbjYEKc
(5) Blog de Gérard Maudrux : « le meilleur vaccin contre le sars COV2 est sorti : le variant delta »
https://blog-gerard.maudrux.fr/2021/07/12/le-top-des-vaccins-contre-le-sars-cov-2-est-sorti-precipitez-vous/
(6) Réactualisation de juillet 2021 : Traitement Ambulatoire Précoce
https://www.aimsib.org/2021/07/04/traitement-de-ville-de-la-covid-19-reactualisation-de-juillet-2021/
(7) Le variant delta est bien moins à craindre que ses ainés
https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/rien-craindre-du-variant-delta-il-donne-le-rhume-curable-par-traitements-precoces?fbclid=IwAR1wOoASpUF0W2Hpy9Lzh-91DuqtYjeK7nWgWAwvSZusc1QQQkuVySpnnSI
(8) https://plumenclume.org/blog/731-scoop-des-vaccins-israeliens-refiles-aux-anglais
(9) « Inédit. Exclusif. Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes même sur la qualité intrinsèque des produits, sur leurs procédés de fabrication, sur les lots commercialisés… selon les documents officiels publiés par l’Agence européenne du médicament »:
À titre d’exemple, le vaccin BioNTech/Pfizer a obtenu cette AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. Et, le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance de ce vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».
– Le vaccin Moderna a obtenu cette AMM le 6 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2022 », au moins
– Le vaccin Astra Zeneca a obtenu cette AMM le 29 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « mars 2024 ».
– Le vaccin Janssen a obtenu cette AMM européenne conditionnelle le 11 mars 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».
http://ctiapchcholet.blogspot.com/2021/04/inedit-exclusif-vaccins-contre-la-covid.html
(10) Le Pr Peter McCullough est spécialiste en médecine interne et maladies cardiovasculaires, « vice chief of medecine » à l’université Baylor,Texas, USA
(11) Il faut pleurer devant un fatras assemblant de telles inexactitudes mathémathématiques avec par exemple un R0 proposé à 4, du jamais vu avec la Covid mais le but de ce torchon pseudo-scientifique n’était pas de renseigner: c’était juste de faire peur pour le 12 juillet 2021.
Paolo Bosetti, Cécile Tran Kiem, Alessio Andronico, Vittoria Colizza, Yazdan Yazdanpanah, Arnaud Fontanet, Daniel Benamouzig, Simon Cauchemez Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially v2accinated populations: a modeling study applied to France, HAL Pasteur (2021) https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-03272638
(12) http://www.efurgences.net/covid-19/229-covid-ddimere.html
(13) https://cv19.fr/2021/07/18/dr-charles-hoffe-62-des-patients-vaccines-contre-le-covid-ont-des-dommages-cardiaques-permanents/
(14) https://www.aimsib.org/2021/05/23/sacrifier-des-enfants-pour-rien-ca-se-payera-un-jour/
(15) CSI du 01/07/2021, Vincent Pavan, Emmanuelle Darles « Pharmacovigilance des vaccins anti-covid en France et en Europe », https://crowdbunker.com/v/SOAngttF
(16) https://www.courrierinternational.com/article/vaccins-une-troisieme-dose-de-pfizer-est-elle-utile

La source originale de cet article est AIMSIB

Copyright © La rédaction de l'AIMSIBAIMSIB, 2021

https://www.mondialisation.ca/bientot-tous-non-vaccines/5658509

Dans SANTE

LES VACCINS PFIZER DETRUISENT TOUS LES SYSTEMES DU CORPS HUMAIN AVERTISSENT DES EXPERTS ISRAELIENS DE LA SANTE

Par Le 26/07/2021

Les vaccins Pfizer « Détruisent tous les systèmes du corps humain », avertissent des experts israéliens de la santé

Par IPC

Mondialisation.ca, 25 juillet 2021

dailyexpose.co.uk 23 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 31   20  1  90

Le Comité du peuple israélien (IPC), un groupe d’experts israéliens de la santé dirigé par des citoyens, a publié son rapport d’avril émettant un avertissement urgent selon lequel le vaccin Pfizer / BioNTech endommage pratiquement tous les systèmes du corps.
Alors que la majeure partie de l’attention entourant le vaccin a été concentrée sur AstraZeneca, qui est lié à des caillots sanguins mortels, l’injection de Pfizer est en réalité encore beaucoup plus dangereuse, d’après les dernières données.

Pfizer: The Vaccine In Demand Will Be Available Through ...

Le rapport d’avril de l’IPC avertit que l’injection du vaccin Pfizer pourrait entraîner des problèmes de santé catastrophiques, comme en témoignent les innombrables vies israéliennes qui ont été endommagées par le vaccin.
Le rapport précise : « Jamais un vaccin n’a fait autant de blessés (effets secondaires néfastes)! Nous avons reçu 288 rapports de décès survenus à juste après la vaccination (90 % jusqu’à 10 jours après la vaccination), dont 64% sont des hommes.”

Cependant, les chiffres du ministère israélien de la Santé affirment que seulement 45 décès sont survenus juste après  la vaccination. Comme l’indique le rapport, cet « écran de fumée » gouvernemental, le manque de transparence et la tromperie ne font qu’indiquer que le nombre de morts est beaucoup plus élevé.
Si les chiffres contenus dans le rapport IPC sont valides, alors il y a plus d’Israéliens morts du vaccin Pfizer que  d’Européens morts par le vaccin AstraZeneca dans toute l’Europe.

Le rapport met en garde :

« Selon les données du Bureau central des statistiques (CBS), en janvier-février 2021, au milieu de l’opération de vaccination, il y a eu une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à la moyenne bimensuelle de mortalité de l’année précédente.
“En fait, la période de janvier-février 2021 est la plus meurtrière de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globaux les plus élevés, par rapport aux mois correspondants au cours des 10 dernières années. »

Le rapport souligne que les jeunes âgés de 20 à 29 ans semblent être le groupe démographique qui a connu l’augmentation la plus spectaculaire de la mortalité après le déploiement du vaccin Pfizer.

Dans ce groupe, la vaccination au cours de la même période, janvier-février 2021, il y a eu une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à la mortalité moyenne bimensuelle en 2020.
L’analyse statistique des informations du Bureau central des statistiques, combinées aux informations du ministère de la Santé, conduit à la conclusion que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à environ 1 pour 5000 (1 pour 13000 les 20-49 ans, 1pour 6000 pour les 50-69 ans, 1 pour 1600 pour les 70 ans et plus).

Sur la base de ces données, l’IPC estime que le nombre de décès survenus en Israël, juste après la piquouse du vaccin Pfizer, est d’environ 1 000 à 1 100 personnes. Le rapport indique que le risque de décès après la deuxième vaccination est plus élevé que le risque de décès après la vaccination.

« Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour allant jusqu’à 10 jours après la vaccination dans tous les groupes d’âge.
“Pour les 20-49 ans – une plage de 9 jours à partir de la date de vaccination jusqu’au décès ; pour les 50-69 ans – 5 jours à compter de la date de vaccination jusqu’au décès ; pour les 70 ans et plus – 3 jours à compter de la date de vaccination jusqu’au décès. »

En publiant ce rapport, l’IPC espère que le gouvernement israélien et les gouvernements du monde entier reconnaîtront qu’« un manque de transparence tue des gens ».

L’IPC conclut que :

« La tromperie et la dissimulation conduisent les gens à l’invalidité et à la mort. Supprimer toute confidentialité, créer des mécanismes de signalement transparents et contrôlés ; Ce n’est qu’alors que des vies peuvent être sauvées et que d’autres dommages peuvent être évités grâce à l’outil même censé préserver la santé. »

« Est-ce un cas où le médicament est plus mortel que la maladie ? »

 

Source originale en anglais : Pfizer Covid Vaccines “Destroy Every System of the Human Body” Warns Israeli Health Experts

La source originale de cet article est dailyexpose.co.uk

Copyright © IPCdailyexpose.co.uk, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-vaccins-pfizer-detruisent-tous-les-systemes-du-corps-humain-avertissent-des-experts-israeliens-de-la-sante/5658602

Dans SANTE

L’EFFICACITE DU « VACCIN » PFIZER EST TOMBEE A 39% FACE AU VARIANT DELTA, CONSTATE « ISRAËL »

Par Le 25/07/2021

L’efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate ‘Israël’

 Depuis 1 jour  24 juillet 2021

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

L’efficacité du vaccin de Pfizer contre la contamination au Covid-19 est tombée à 39% en ‘Israël’, a énoncé jeudi le ministère national de la Santé, selon l’agence russe Sputnik.

Ce chiffre fait référence à la période comprise entre le 20 juin et le 17 juillet, a-t-il indiqué, ajoutant que la baisse en cours avait été observée parallèlement à la propagation du variant Delta dans le pays.

Avec l’arrivée du variant Delta qui est apparu pour la première fois en Inde, il y a eu une augmentation des infections. Le coronavirus a été dépisté chez 2.400 personnes dont presque 40% étaient vaccinées, a rapporté KAN, la radio publique israélienne. 35% des patients avec des symptômes pénibles avaient été immunisés.

Ce taux est nettement inférieur à celui de 64% mesuré entre le 6 juin et le 3 juillet et de 94,3% mesuré entre le 2 mai et le 5 juin.
Cependant, l’efficacité du vaccin dans la prévention des cas graves en Israël est actuellement estimée à 91,4%, et à 88% dans la prévention des hospitalisations liées au Covid-19, rapporte Sputnik.

Israël a été le premier à recevoir le vaccin Pfizer dans le monde : près de 57% de sa population est entièrement vaccinée. 61,6% ont reçu une première dose depuis le 20 décembre 2020.
Il s’est attelé à présenter ce favoritisme inexpliqué comme étant un succès et un exploit mérité qui illustre sa supériorité parmi les nations.

Il n’a voulu transférer les doses de vaccin à la population palestinienne en Cisjordanie occupée qu’à l’approche de leur date d’expiration. Ce qui a poussé l’Autorité palestinienne à les refuser.

https://french.almanar.com.lb/2115478

Dans SANTE

Dr GERARD DELEPINE : N’AYEZ PAS PEUR DU VARIANT DELTA, C’EST UN TIGRE DE PAPIER

Par Le 20/07/2021

N’ayez pas peur du variant Delta, c’est un tigre de papier

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 6   0  0  6

Depuis plusieurs semaines et la disparition de la maladie en France

comme dans le reste de l’Europe, le gouvernement, les médias et les experts covidterroristes tentent de raviver la panique avec le variant delta.

Or, si celui-ci résiste aux pseudo vaccins actuels et est nettement plus contagieux, il est beaucoup moins dangereux que le précédent et de plus sensible aux traitements précoces. C’est un tigre de papier.

Le variant delta résiste aux pseudo vaccins actuels

C’est pour cette raison qu’il s’est développé dans les pays où les vaccins lui assurent un avantage évolutif sur les souches précédentes comme la Grande-Bretagne (67 % de vaccinés), les Pays-Bas (68 %) l’Espagne (62 %), Israël (65 %) ou Malte (73 %) alors qu’il tarde à se développer en Biélorussie peu vaccinée (7 %).

Prétendre comme le fait le gouvernement que l’injection anti-covid protégerait contre le variant delta est donc contraire aux faits établis.

Le variant delta est un tigre de papier

Dans les pays où il progresse rapidement, il se comporte comme un rhume banal et ni le nombre d’hospitalisations ni la mortalité n’augmentent.

En Europe il n’y a aucune raison de craindre le variant delta qui s’accompagne partout d’une baisse du nombre des hospitalisations et de la mortalité.

Le variant delta est très sensible aux traitements précoces

Et en Inde où son apparition a entraîné une augmentation de la mortalité, la reprise des traitements précoces a vaincu l’épidémie.

Deux mois après le début de la vaccination et l’abandon dans certains états des traitements précoces qui avaient jusque-là contrôlé l’épidémie, l’apparition du variant delta a coïncidé avec l’accroissement important de la mortalité.

Mais l’épidémie a été rapidement jugulée par la reprise des traitements précoces par Hydroxychloroquine et Ivermectine recommandés par la task force indienne contre le covid.

La responsable locale de l’OMS qui avait appelé à l’arrêt des traitements précoces a été mise en accusation pour mise en danger de la vie d’autrui et risque la prison à vie.

Il n’y a donc aucune raison de craindre le variant delta qui n’est qu’un croquemitaine qu’on nous agite pour raviver une panique injustifiée et nous pousser à nous faire injecter des traitements expérimentaux inefficaces contre ce variant.

Dr Gérard Delépine

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/nayez-pas-peur-du-variant-delta-cest-un-tigre-de-papier/5658460

Dans SANTE

Dr CHARLES HOFF : 62% DE SES PATIENTS VACCINES CONTRE LE COVID ONT DES DOMMAGES CARDIAQUES PERMANENTS

Par Le 20/07/2021

Dr. Charles Hoffe : 62 % de ses patients vaccinés contre le COVID ont des dommages cardiaques permanents

Par Dr Charles Hoffe

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

cv19.fr

Thème: 

Analyses: 

 17   0  1  18

Vous avez peut-être entendu parler de tolérance réduite à l’effort après une vaccination Covid, de thromboses, de myocardites, d’arrêts cardiaques…
Tous ces symptômes pourraient être liés au même mécanisme d’action du vaccin (ici Moderna), entrainant des dommages irréversible et une réduction de l’espérance de vie à quelques années maximum.

Après avoir administré environ 900 doses du vaccin expérimental COVID-19 à ARNm de Moderna, le Dr Charles Hoffe, un médecin courageux qui pratique la médecine depuis 28 ans dans la petite ville rurale de Lytton, en Colombie-Britannique (Canada), a tiré la sonnette d’alarme sur les réactions graves qu’il observait chez ses patients qui avaient choisi de se faire vacciner (il avait choisi de ne PAS le faire lui-même), y compris la mort.

Après avoir tiré la sonnette d’alarme, les autorités médicales de sa communauté lui ont imposé le silence (gag order). Il a bravé ce silence et a été interviewé par Laura-Lynn Tyler Thompson dans son émission où il a tiré la sonnette d’alarme.

Voici un extrait de 8 minutes de l’interview originale (VOSTFR) :

 

Pour avoir pris l’initiative d’avertir les autres des dangers de ces injections expérimentales, il a été relevé de ses fonctions à l’hôpital et a perdu la moitié de ses revenus.

La semaine dernière, le Dr Hoffe a de nouveau été interviewé par Laura-Lynn Tyler Thompson, et il continue de partager avec le public ses conclusions concernant les injections expérimentales COVID-19.

Le Dr Hoffe est un véritable héros aujourd’hui, risquant non seulement sa réputation, mais probablement sa vie même pour apporter des informations importantes concernant les injections COVID-19 que les mondialistes qui contrôlent les médias professionnels et les réseaux sociaux essaient de censurer.

Dans cette dernière interview, le Dr Hoffe affirme que les caillots sanguins que les médias présentent comme “rares” sont tout sauf rares, d’après les tests qu’il a effectués sur ses propres patients qui ont récemment reçu l’une de ces injections.

Les caillots sanguins dont on entend parler et qui, selon les médias, sont très rares, sont les gros caillots qui provoquent des accidents vasculaires cérébraux et apparaissent sur les tomodensitogrammes, les IRM, etc.

Les caillots dont je parle sont microscopiques et trop petits pour être détectés par un scanner. Ils ne peuvent donc être détectés qu’à l’aide du test D-dimer.

En utilisant ce test avec ses propres patients, le Dr Hoffe affirme qu’il a trouvé des preuves de la présence de petits caillots sanguins chez 62 % de ses patients qui ont reçu une injection d’ARNm.

Il affirme que ces personnes sont désormais handicapées à vie et qu’elles ne pourront plus “faire ce qu’elles faisaient auparavant”.

Ces personnes n’ont aucune idée de la présence de ces caillots sanguins microscopiques. Le plus inquiétant dans tout cela, c’est que certaines parties du corps, comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons, ne peuvent pas se régénérer. Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont définitivement endommagés.

Son avertissement est très sévère : “Ces injections causent d’énormes dégâts et le pire est encore à venir.”

Source : https://healthimpactnews.com/2021/canadian-doctor-62-of-patients-vaccinated-for-covid-have-permanent-heart-damage/ (en anglais)
Transcription de l’interview complète en anglais : https://www.cabaltimes.com/2021/07/17/hoffe/
Transcription de l’extrait en français : https://pastebin.com/gy8jWig6
Traduction : https://cv19.fr

Webinar plus récent du Dr. Charles Hoffe pour en savoir plus :

 

La source originale de cet article est cv19.fr

Copyright © Dr Charles Hoffecv19.fr, 2021

https://www.mondialisation.ca/dr-charles-hoffe-62-de-ses-patients-vaccines-contre-le-covid-ont-des-dommages-cardiaques-permanents/5658456

Dans SANTE

UN « SUPER » ANTICORPS CAPABLE DE LUTTER CONTRE DIFFERENTS CORONAVIRUS, DECOUVERT PAR DES CHERCHEURS AMERICAINS

Par Le 17/07/2021

 

Un «super» anticorps, capable de lutter contre différents coronavirus, découvert par des chercheurs américains

 Depuis 6 heures  17 juillet 2021

fred_hutch

 Amérique et Europe - USA

 

Un groupe de chercheurs américains, dirigé par le biochimiste Tyler Starr du centre de recherche contre le cancer Fred Hutchinson (Fred Hutchinson cancer research center, FHCRC) de Seattle, a identifié un nouvel anticorps aux capacités extrêmement puissantes permettant de lutter simultanément contre une large gamme de variants de coronavirus, a informé ce mercredi 14 juillet l’une des plus anciennes revues scientifiques du Royaume-Uni: Nature.

Les spécialistes du FHCRC et de l’entreprise américaine Vir Biotechnology, qui a participé à l’étude, ont examiné 12 anticorps, isolés à partir de personnes infectées par le SARS-CoV-2 ou par un autre virus de ce groupe SARS-CoV. Ces anticorps s’accrochent à un fragment de protéine virale qui se lie aux récepteurs des cellules humaines. De nombreuses thérapies par anticorps contre le Covid-19 ciblent le même domaine de liaison au récepteur, a fait savoir l’hebdomadaire britannique.

Les chercheurs ont établi une liste de milliers de mutations dans les domaines de liaison de plusieurs souches du SARS-CoV-2 pour également cataloguer des variations des autres coronavirus appartenant, comme le Covid-19, au sous-genre des sarbecovirus.

Selon Nature, après avoir évalué les effets de ces mutations sur les capacités des 12 anticorps à s’accrocher au domaine de liaison des virus, le groupe d’experts a découvert qu’un anticorps, S2H97, se distinguait par son aptitude à s’agripper aux domaines de liaison de tous les sarbecovirus testés.

S2H97, que les auteurs de l’étude ont baptisé anticorps pan-sarbécovirus, a bloqué une large gamme de souches virales pour les empêcher de se propager dans les cellules qui se développaient en laboratoire.

Ce «super» anticorps s’est avéré suffisamment puissant pour protéger des hamsters contre le Covid-19.

Le secret de l’efficacité de l’anticorps S2H97 réside dans sa structure moléculaire permettant d’attaquer des sections du domaine de liaison au récepteur, auparavant invisibles, qui, selon les conclusions des scientifiques, ont tendance à demeurer inchangées à mesure que le virus mute, a expliqué la revue.

«C’est l’anticorps le plus cool que nous ayons décrit», a déclaré le chef de l’étude, Tyler Starr, cité par Nature.

Un «super» vaccin antiviral bientôt?

Les chercheurs ont noté que le phénomène de molécules qui ciblent les sections du domaine de liaison viral révélées lors de l’étude pourrait favoriser le développement des vaccins pan-sarbécovirus pour se protéger simultanément contre plusieurs virus, relate la revue scientifique.

La découverte d’un anticorps capable de s’accrocher à différents sarbecovirus a été saluée par d’autres scientifiques, dont Arinjay Banerjee, virologue à l’université du Saskatchewan, au Canada, selon Nature. Ayant évoqué des mutations virales futures, encore inconnues par les chercheurs, l’expert canadien a exprimé la certitude que les anticorps et vaccins pan-sarbécovirus aideraient l’humanité à mieux se préparer aux attaques de nouveaux virus.
Des anticorps post-vaccinaux inefficaces?

L’actualité d’élaboration de vaccins anti-Covid plus puissants a été indirectement confirmée par une autre étude américaine.

Les spécialistes de l’université de Washington et du laboratoire Vir Biotechnology ont analysé le variant Epsilon du SARS-CoV-2, découvert en Californie, pour constater que celui-ci avait appris à neutraliser les anticorps naturels, aussi bien que monoclonaux qui apparaissent chez les personnes immunisées avec les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna.

Selon la recherche, l’efficacité de ces vaccins par rapport à la souche californienne du SARS-CoV-2 a diminué de 50 à 70%.

Repéré pour la première fois en 2020 en Californie, Epsilon a été classé parmi les «variants à suivre» (VOI, soit «variants of interest») par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en mars. La France le classait le 30 juin parmi les Variants en cours d’évaluation, selon Santé publique France.

Le Centre russe Gamaleïa, concepteur du premier vaccin anti-Covid enregistré au monde, Spoutnik V, vient de publier dans la revue internationale Vaccines une étude sur l’efficacité de la préparation contre de nouvelles souches du SARS-CoV-2. Selon ce rapport, les chercheurs russes ont constaté une diminution relativement faible de l’activité neutralisante du Spoutnik V face aux variants comme Alpha, Beta, Gamma, Delta, cependant moins forte que pour des préparations d’autres groupes pharmaceutiques.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2113278

 

Dans SANTE

CORONAVIRUS : COVAX VA RECEVOIR IMMEDIATEMENT 110 MILLIONS DE DOSES DES DEUX VACCINS CHINOIS (ALLIANCE DU VACCIN)

Par Le 12/07/2021

Coronavirus: Covax va recevoir immédiatement 110 millions de doses des deux vaccins chinois (Alliance du vaccin)

Coronavirus: Covax va recevoir immédiatement 110 millions de doses des deux vaccins chinois (Alliance du vaccin)

folder_openCORONAVIRUS access_timedepuis 2 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AFP

Covax va recevoir immédiatement 110 millions de doses des vaccins anti-Covid des sociétés chinoises Sinovac et Sinopharm pour permettre au système de distribution international de faire face à une pénurie de doses en pleine résurgence de la pandémie, a indiqué lundi l'Alliance du vaccin (Gavi).

L'accord conclu entre Gavi et les deux groupes pharmaceutiques chinois inclut également des options pour l'achat de doses supplémentaires dans les mois à venir, précise un communiqué de Gavi, un des membres fondateurs du système Covax avec l'OMS notamment.

«Grâce à cet accord, et parce que ces vaccins ont déjà reçu l'homologation d'urgence de l'OMS, nous pouvons commencer à fournir des doses aux pays immédiatement», s'est réjoui Seth Berkley, qui dirige l'Alliance du vaccin.

Au 12 juillet, le système Covax, qui devait garantir un accès équitable aux pays riches comme aux pays défavorisés aux vaccins anti-Covid, avait distribué plus de 102 millions de doses de vaccins dans 135 pays.

C'est beaucoup moins que ces objectifs affichés en début d'année, mais depuis l'Inde a bloqué les exportations des doses de vaccin AstraZeneca destinées à Covax et les pays riches se sont rués sur les sérums les plus efficaces aggravant l'inégalité vaccinale au point d'être dénoncée comme «obscène» par le patron de l'OMS.

Quand l'UE et les Etats-Unis visent d'immuniser l'essentiel de leur population, y compris les enfants à partir de 12 ans, le continent africain par exemple n'a réussi à vacciner qu'autour de 1% seulement de sa population.

L'accord annoncé lundi prévoit l'achat de 60 millions de doses sur la période juillet à fin octobre à Sinopharm et 50 millions de doses sur la période juillet à fin septembre à Sinovac.

https://french.alahednews.com.lb/40672/373

Dans SANTE

Dr GERARD MAUDRUX : VACCINES COVID-19 : ET MAINTENANT ?

Par Le 11/07/2021

Vaccinés covid : et maintenant ? - Dr Maudrux

 Publié le 11/07/2021 à 15:32

Pour le docteur Maudrux, il vaut mieux attraper la Covid version "delta" que se faire vacciner.

DR

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...12

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

TRIBUNE - De plus en plus de vaccinés, 50 à 60 % des adultes en France, cela devrait logiquement freiner toute évolution épidémique. Malheureusement il semble que ce ne soit pas le cas, peut-être même le contraire. Sans vaccins, l’été dernier était plus serein, avec quatre mois de vacances (de mai à fin août), moins d’un mois cette année. Il n’y a plus de saison ! Même tendance dans toute l’Europe.

Dans la panoplie de traitements, la France n’en a choisi qu’un, le vaccin, l’imposant en exclusivité. C’est ce que font aussi la plupart des pays, sous la pression de lobbies puissants. Nous avons l’Agence Européenne du Médicament (EMA), financée à 85% par ceux à qui elle délivre des AMM ( !! C’est pour cela que l’ivermectine n’a aucune chance, ne pouvant financer l’EMA car tombée dans le domaine public, aucun laboratoire ne fera la demande d’AMM..), avec en tête les plus gros labos producteurs de vaccins, et l’OMS dont le premier financier est Bill Gates (194 M$ en 2019), sa fondation investissant énormément dans les vaccins. Rien que sur BioNTech, il a multiplié sa mise par 10. (Ne me faites pas dire que tout ce qu’il fait est mal, au contraire, mais ici il se trompe « grave » et il trompe les autres).

close

volume_off

Bill Gates a dit : « Célébrer le succès, c’est bien, mais il est plus important de tirer les leçons de l’échec ». J’ajouterais a fortiori quand le succès n’est pas au rendez-vous. Ce beau scénario à succès, vaccins = fin de la pandémie, est malheureusement grippé. C’était annoncé, prévu par les soignants, pas par nos « spécialistes-décideurs ». Le virus mute, c’est dans sa nature, et des variants, non sensibles à une vaccination à cible trop étroite, apparaissent de plus en plus fréquemment. Je l’avais déjà écrit il y a quelques semaines, un bon tiers des vaccinés peut être contaminé, plus avec le variant delta, voire le delta plus, et demain lambda et epsilon, déjà de sortie. Les autorités qui affirmaient, comme les labos, 95% de protection le reconnaissent maintenant sans problème : le vaccin ne vous empêche pas d’attraper la maladie, ni de contaminer. Les derniers discours officiels parlent d’une efficacité moindre avec une couverture à 65%. Pour les vaccinés comme pour les non-vaccinés, il nous faut donc garder le masque et toutes les mesures de protection, être confiné voire mis en quarantaine, revacciné si contact, et si vous voulez voyager, par exemple, un test a plus de valeur qu’un certificat de vaccination.

Après ce constat et ces lamentations, étant admis que les vaccinés attrapent et attraperont de plus en plus les nouveaux variants, soyons constructifs et positifs : ces vaccinés qui attrapent la covid, on en fait quoi ? On leur a promis la guérison, ils ont suivi les consignes, on leur donne quoi maintenant qu’ils sont malades ? Une troisième dose ? Une quatrième ? C’est prévu, c’est commandé, mais vont-ils suivre à nouveau ? Ils ont cru qu’ils seraient protégés la première fois, que feront-ils la seconde, la troisième ?  Qu’ont prévu nos autorités face à ce problème croissant ? Vont-elles enfin regarder ailleurs, ouvrir d’autres voies thérapeutiques ?

Aujourd’hui la réponse de nos autorités est toujours sur la même ligne, avec des œillères, sans chercher d’autres voies : face à l’épidémie, augmentons le rythme des vaccinations. Si l’on pouvait excepter les problèmes d’effets secondaires, les vaccins apportent quelque chose, on ne peut le nier. Mais très logiquement, face cette baisse drastique d’efficacité supposée de l’immunité vaccinale avec ces variants de plus en plus insensibles aux vaccins, peut-on garder la même ligne sans en tenir compte ? On nous explique qu’au moins, cela protège des formes graves. Sur ce sujet, ce n’est pas ce que disent toutes les études.

Certaines études disent qu’il y a plus de formes graves, d’autres qu’il y en a moins. Nous manquons un peu de recul et surtout de statistiques fiables (qu’on ne fait pas chez nous, ou qu’on ne donne pas) pour pouvoir affirmer l’un ou l’autre sans se tromper. Dans l’Ehpad des Landes, ils étaient tous vaccinés, (presque) tous contaminés, et il y a eu des décès. A priori, il n’y aurait ni plus, ni moins de formes graves, ce que semblent montrer les anglais. En revanche, ce qui est indéniable, c’est qu’il y a globalement moins de formes graves avec le variant delta, et cela aussi bien chez les vaccinés que chez les non-vaccinés (qui restent majoritaires). En France, 50% des cas positifs sont dus au variant delta, et pourtant, hospitalisations, réas et décès continuent de baisser. Le variant delta semble donc plus contagieux, mais moins méchant. Dans ces conditions, est-il logique de vacciner pour un virus peu agressif, avec un vaccin qui marche peu, exposant à des effets secondaires qui ne sont pas des moindres, sans parler de ceux à long terme non encore connus ?

Dans ces conditions, pour obtenir la fameuse immunité collective, ne vaudrait-il pas mieux tous attraper la covid du variant delta, peu grave, plutôt que se faire vacciner ! Eh oui ! C’est ce que montre cette étude que la revue Nature vient de publier le 8 juillet. Cette étude compare la sensibilité du variant delta vis-à-vis des anticorps monoclonaux médicamenteux, des anticorps naturels de personnes contaminées et convalescentes, et des anticorps de vaccinés. Je cite : « Les sérums de personnes ayant reçu une dose de vaccins Pfizer ou AstraZeneca ont à peine inhibé le variant Delta. » L’anticorps monoclonal Bamlanivimab est totalement inefficace. Quant au sérum de personnes contaminées et guéries de la covid (jusqu’à 12 mois après la maladie), il est 4 fois moins efficace sur le delta que sur l’alpha. Mieux vaut des anticorps contre le variant delta que contre le variant alpha. Certes c’est mieux avec deux doses, mais est-ce entre les deux doses que les variants explosent, confirmant une règle ancienne oubliée : on ne vaccine pas en pleine épidémie ?

Ce variant delta va vite contaminer toute la population, c’est à ce jour le variant le moins toxique, et l’immunité acquise par la maladie est très supérieure que celle acquise par la vaccination, cette dernière ne pouvant conduire à une immunité suffisante pour être collective. Et puis avec un peu de Doxycycline et d’Ivermectine, on ne le sentira même pas passer, sans doute moins que la grippe saisonnière.

Avec le recul, pour le résultat du tout vaccin, on peut maintenant regarder ce qui se passe dans les pays qui ont vacciné plus vite et plus fort que nous. Le premier exemple est l’Angleterre, en train de subir, malgré la vaccination, une vague déjà supérieure à leur seconde d’octobre-novembre, pourtant sans vaccin ! A l’époque, il y avait 25 000 cas par jour, aujourd’hui l’Angleterre en est à 32 000 cas par jour le 8 juillet, 35 200 hier, et cela continue de grimper. Qui peut parler objectivement de résultat positif de la vaccination ? Sur les formes graves, oui, mais n’est-ce pas le variant delta qui est la première cause de ce résultat ? S’il y a moins d’hospitalisations et de décès, ce sont les 2/3 des malades qui ne sont pas vaccinés qui devraient remplir les hôpitaux, ce qui n’est pas le cas !  (encore quelques jours pour être plus affirmatif).

Régulièrement j’observe les Seychelles, petit pays, assez isolé et donc relativement protégé pendant les périodes de confinement et de réduction des transports. Je le suis, car c’est le pays qui a le plus vacciné au monde et rapidement, ce qui donne du recul. 70% de la population a reçu deux doses, de quoi être confortablement dans la zone dite d’immunité collective. Il n’est est rien : ce pays a été tranquille toute l’année 2020, ses problèmes ont commencé début janvier 2021 avec les premiers vaccins (comme presque toujours, à part de rares exceptions). Voici où ils en sont :

Vous me direz que 375 cas, c’est peu. En fait non : rapportés à la population (100 000 habitants), la vague aux Seychelles est très supérieure à ce qui se passe en France, c’est une très grosse vague. C’est comme si nous avions 50 ou 60 000 cas par jour, malgré 70% de vaccinés deux doses !

Patrice Gibertie semble trouver la même chose à Malte, qu’il pense plus vacciné que les Seychelles (perso mes sources donnent 1% de moins que les Seychelles). Leur vague est toutefois récente, une semaine, versus un mois en Angleterre et 3 mois aux Seychelles. Même scénario à venir ?

Alors que vont proposer ces pays à leur population, maintenant que l’option vaccins a été utilisée ? Une troisième dose sous la pression des laboratoires ? Errare humanum est, perseverare diabolicum (*) ? Moi je sais ce que je ferais, mais il est vrai que je ne suis soumis à aucune pression. J’espère me tromper sur l’efficacité des vaccins, j’espère ne pas me tromper sur l’agressivité du variant delta, mais les faits et les chiffres sont là, têtus, ils avancent et je ne regarde qu’eux. Des faits, rien que des faits.

 

(*) « L’erreur est humaine, persévérer est diabolique » faussement attribué à Sénèque. On pourrait préférer Saint Augustin dans ses sermons : « Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in errore manere » : « L’erreur est humaine, mais persister dans l’erreur par arrogance, est diabolique ».

 

N.B. Je signale aux antivax globaux qu’il y a d’autres lieux pour s’exprimer. S’opposer aux vaccins ou pseudo vaccins covid en raison de leurs défauts, pouvant être graves, est une chose ; s’opposer à la vaccination en général en est une autre, qui éloigne des problèmes actuels, ce que je ne souhaite pas dans ce blog.

 

Article paru initialement sur le blog du Dr Maudrux et repris avec son aimable autorisation.

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccines-covid-et-maintenant

Dans SANTE

Dr GERARD DELEPINE : RIEN A CRAINDRE DU VARIANT DELTA. IL DONNE LE RHUME, CURABLE PAR TRAITEMENTS PRECOCES

Par Le 10/07/2021

Rien à craindre du variant Delta : il donne le rhume, curable par traitements précoces

 Publié le 10/07/2021 à 16:56

Rien à craindre du variant Delta : il donne le rhume, curable par traitements précoces

Pixabay

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...319

Auteur(s): Dr Gerard Delépine, pour FranceSoir

-A+A

TRIBUNE - Non, les pseudovaccins expérimentaux actuels ne protègent pas des variants Delta, ou X, Y…

Depuis quelques semaines, le manque de volontaires à la vaccination inquiète nos autorités. Pour la relancer leurs principaux arguments en faveur de celle-ci vont du chantage brutal (sans vaccin pas de liberté), à l’altruisme (faites-vous vacciner pour les autres) ou la peur injustifiée du variant delta (le seul moyen d’éviter la prochaine vague au variant delta est d‘être tous vaccinés) et même la corruption via un chèque de 100 €...

Tous ces arguments sont mensongers car les pseudo-vaccins actuels sont incapables de protéger celui qui les reçoit contre le variant delta, ni d’empêcher ni la transmission aux proches, ni la diffusion du variant delta dans la population, comme le prouvent les échecs patents de la vaccination en Israël et en Grande-Bretagne.
 

L’échec des injections géniques en essai, Astra Zeneca et autres en Grande-Bretagne

Depuis le début des injections en Grande-Bretagne, nous avons souligné le caractère totalement expérimental de la campagne organisée par le gouvernement anglais.

Sept mois après le début des injections, au 28 juin 2021, un total de 77 038 257 doses de « vaccin », essentiellement des Astra Zeneca, avait été administré. Le bilan de cette campagne est catastrophique. Pendant les 4 mois qui ont suivi la vaccination les nombres de contaminés et de morts ont plus que doublé établissant au passage les records mensuels de contaminations et de mortalité depuis le début de l’épidémie dans ce pays. L’injection génique se révèle non seulement inefficace, mais même délétère car la mortalité est trois fois plus élevée chez les vaccinés que chez les non vaccinés.

Et depuis presque deux mois, le variant delta se propage de manière exponentielle dans la population malgré une couverture vaccinale record.

 

diapositive2.jpg

 

L’échec de l’injection expérimentale Pfizer en Israël

Israël est le champion de l’injection expérimentale Pfizer pour laquelle le gouvernement a accepté de payer un prix majoré et de fournir les données sanitaires de sa population au fabricant. Il a aussi utilisé une propagande mensongère, une censure féroce des opposants et des moyens de coercition majeurs (confinement, pass sanitaire) pour l’imposer. Là aussi la campagne de « vaccination » a été suivie d’une explosion de contaminations et de morts pendant deux mois avec au total plus du doublement du nombre global de cas et de morts et, de plus des complications cardiaques chez les enfants vaccinés alors qu’ils n’avaient rien à craindre du Covid.

Et depuis début juin Israël, malgré son taux record de vaccinés, doit faire face à une poussée épidémique à variant delta démontrant que l’injection Pfizer ne protège pas contre ce variant.

 

diapositive1.jpg

 

 

Actuellement, aucune étude scientifique publiée n’apporte le moindre argument en faveur d’une trace d’efficacité des pseudo-vaccins actuels contre les variants et en particulier le variant delta.

L’examen de l’évolution de l’épidémie chez les champions de la vaccination démontre que les pseudo-vaccins actuels sont inefficaces sur le variant delta. Alors pourquoi le gouvernement et les médias répètent-ils la propagande mensongère des communiqués publicitaires des marchands ?
 

Le chantage aux libertés

Comme tous les racketteurs dans l’Histoire, les pro-vaccins utilisent la menace en promettant une protection si on paie une rançon (ici l’injection expérimentale). « Vous ne retrouverez vos libertés que si vous acceptez le vaccin ». Mais cette promesse n’engage que ceux qui y croient et n’est jamais tenue. Ainsi les footballeurs qui se sont fait vacciner restent astreints à toutes les mesures pseudo-sanitaires inutiles. Ainsi les athlètes vaccinés pourraient subir des sanctions financières ou être expulsés des JO de Tokyo s'ils enfreignent les mesures anti-Covid, notamment les tests quotidiens et le port du masque, ont averti récemment les organisateurs, en dévoilant des règles actualisées à 37 jours des Jeux.

Ainsi un pensionnaire d’Ehpad qui avait cru la promesse des racketteurs au vaccin et s’était fait vacciner pour retrouver sa liberté a dû déchanter et s’est retrouvé comme avant l’injection, privé de ses libertés par une ordonnance du Conseil d’état sur les conseils du ministre Véran.
 

On ne doit jamais céder au chantage et encore moins si celui-ci porte sur nos droits fondamentaux. La liberté ne se monnaie pas, elle s’arrache aux tyrans.

Depuis Caligula, Néron, Vitellius et Galère (empereurs romains), Charles 1er Tudor, Louis XVI, Ceausescu, Kadhafi l’ont appris à leurs dépens. Les Américains ont manifesté contre les confinements et autres prétendues mesures sanitaires, jusqu’à leur abandon dans les États où ils ont été suffisamment nombreux. La Floride vit libre par exemple depuis des mois. Boris Johnson qui exerçait le même chantage sur sa population a dû lever ses restrictions après des manifestations dont l’une rassemblait un million de manifestants pacifiques à Londres le 29 juin. Si nous voulons retrouver nos libertés, il faudra vraisemblablement suivre ces exemples.
 

L’altruisme dévoyé

Ne pouvant convaincre la population (et en particulier les moins de 50 ans) que les injections expérimentales pourraient lui apporter le moindre bénéfice personnel, le gouvernement s’appuie sur notre altruisme pour nous faire accepter ces traitements expérimentaux « pour protéger les autres ». Mais il ment, car les vaccinés peuvent tout autant transmettre la maladie, l’attraper et même faire des formes graves.

Les exemples cliniques en sont innombrables et ce risque de transmission par les vaccinés a même été reconnu par O. Véran dans le plaidoyer écrit au Conseil d’Etat : « le vaccin n'empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »

Être vacciné ne protège donc pas les autres et faire appel à l’altruisme pour promouvoir la vaccination constitue une escroquerie.


La panique créée par le variant delta est totalement injustifiée

Certes, le variant delta va se propager en France comme ailleurs, mais c’est une chance car ce variant est beaucoup moins dangereux que les précédents qu’il supplante. C’est ce que montre l’évolution de la mortalité quotidienne en Grande-Bretagne depuis que le variant delta prédomine.

 

diapositive3.jpg

Même constatation heureuse en Israël : le variant delta est moins mortifère que le précédent.

 

diapositive4.jpg

 

Un variant très contagieux mais peu grave et sensible aux traitements précoces

Alors sur quel élément du monde réel se base le ministère de la Santé pour tenter de recréer la panique ?

Le variant delta se comporte le plus souvent comme un rhume des foins. Grâce à cela, l’incapacité totale de la vaccination à empêcher la récidive de l’épidémie ne devrait pas causer une recrudescence de la mortalité d’autant qu’en cas de problème, ce variant est parfaitement sensible aux traitements par chloroquine Ivermectine comme l’a démontré l’Inde (comme tous les autres variants jusqu’à maintenant).


En conclusion, l’épidémie a disparu en France comme le montre la surveillance régulière du réseau Sentinelle.

Bulletin du Réseau Sentinelles INSERM, 7 juillet 2021 : Infection respiratoire aiguë (IRA) (COVID-19, GRIPPE et autres virus respiratoires) - Activité faible en médecine générale.

La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies de COVID-19, de GRIPPE ainsi que celles dues aux autres virus respiratoires saisonniers (VRS, rhinovirus et métapneumovirus).

En France métropolitaine, la semaine dernière (2021s26), taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation (ou en téléconsultation) de médecine générale estimé à 33 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [25 ; 41]). Taux stable par rapport à la semaine 2021s25 (données consolidées : 25 [20 ; 30]).
Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en : Bretagne (78 [30 ; 126]), Occitanie (65 [28 ; 102]) et Pays de la Loire (42 [1 ; 83]).
Surveillance de la COVID-19 : La semaine dernière (2021s26), le taux de positivité au SARS-CoV-2 des patients consultant pour une IRA était de 0%, 6% et 0%, respectivement chez les 0-14, 15-64 et 65 ans et plus.

Le taux d’incidence des cas d’IRA dus au SARS-CoV-2 (COVID-19) vus en consultation de médecine générale a été estimé 1 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [0 ; 2]) ce qui représente 787 [297 ; 1 277] nouveaux cas de COVID-19 ayant consulté un médecin généraliste.

Ce taux est stable par rapport à la semaine précédente (données consolidées pour 2021s25 : 1 [0 ; 1], soit 204 [64 ; 344] nouveaux cas d'IRA dus à la COVID-19 vus en médecine générale).

 

gd01.jpg

Les malades sporadiques doivent recevoir les traitements précoces

En cas de maladie sporadique de type Covid liée ou non au variant, il faut traiter précocement par l’association d’antibiotiques type macrolides, d’hydroxychloroquine et /ou ivermectine et adjuvants associés (zinc, vitamines C et D, anticoagulants).

 

Cesser l’expérimentation des « injections géniques » le plus rapidement possible

Il faut cesser cette « vaccination » basée sur les substances géniques en essai thérapeutique qui ne sont pas des vaccins type Pasteur, attendre les résultats des essais cliniques en cours qui seront dévoilés au mieux en 2023 et faire le point actuel sur les effets secondaires graves, et les décès en consultant directement les banques de données des agences européenne EMA sur EudraVigilance, l’agence anglaise (MHRA) et l’agence américaine FDA sur VAERS.

Un moratoire s’impose.

 

gd02.jpg

Auteur(s): Dr Gerard Delépine, pour FranceSoir

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/rien-craindre-du-variant-delta-il-donne-le-rhume-curable-par-traitements-precoces

Dans SANTE

COVID-19 : LE VARIANT DELTA ATTISE LA PANDEMIE. LE MILLIARDAIRE CORROMPU ET CONDAMNE PFIZER, ASSOIFFE DE PROFITS PRECONISE UNE 3e DOSE

Par Le 09/07/2021

Covid-19: le variant Delta attise la pandémie, Pfizer préconise une 3e dose

Covid-19: le variant Delta attise la pandémie, Pfizer préconise une 3e dose

folder_openEurope access_timedepuis 38 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Pfizer/BioNTech préconise une troisième dose de son vaccin pour le rendre plus efficace au moment où le très contagieux variant Delta provoque des flambées épidémiques en Asie et en Afrique et fait remonter le nombre de cas en Europe et aux Etats-Unis.

Ce variant apparu initialement en Inde est le plus contagieux répertorié depuis l'apparition de la pandémie début 2020.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que le «monde était à un point dangereux dans cette pandémie» qui a fait plus de quatre millions de morts.

L'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech a annoncé jeudi «des résultats encourageants» d'essais pour une troisième dose afin d'augmenter l'efficacité de son vaccin anti-Covid, y compris contre le variant Beta apparu en Afrique du Sud.

Elle prévoit de demander une autorisation pour cette troisième dose aux Etats-Unis et en Europe notamment et s'attend à des résultats similaires pour le variant Delta, avec des tests en cours.

Les autorités sanitaires américaines ont réagi avec circonspection, estimant que «les Américains qui ont été entièrement vaccinés n'ont pas besoin d'un rappel à l'heure actuelle», mais se disant prêtes «à administrer des doses de rappel si et quand la science aura démontré qu'elles sont nécessaires».

L'Asie est durement frappée par le variant Delta. Au Japon, la flamme olympique est arrivée vendredi à Tokyo à deux semaines de l'ouverture des Jeux olympiques (23 juillet-8 août) mais le public a été tenu à l'écart de la cérémonie.

Huis-clos

La majorité des épreuves se dérouleront à huis clos, une première dans l'histoire olympique décidée après l'instauration d'un nouvel état d'urgence à Tokyo, jusqu'au 22 août.

La Thaïlande a annoncé vendredi de nouvelles restrictions dont un couvre-feu nocturne à Bangkok et dans neuf provinces. Le royaume a enregistré vendredi 72 décès et 9.276 nouveaux cas, un record.

Au Vietnam, les neuf millions d'habitants de Ho Chi Minh-Ville entament vendredi deux semaines de confinement.

En Indonésie, le système de santé est submergé. Deux avions militaires ont apporté vendredi depuis Singapour de l'oxygène et des équipements de protection. Des restrictions drastiques appliquées depuis samedi sur les îles de Java et Bali ont été élargies mercredi à tout le pays jusqu'au 20 juillet.

La Corée du Sud, naguère modèle de gestion de la crise, a annoncé vendredi l'imposition à Séoul à partir de lundi et pour deux semaines des restrictions les plus dures depuis le début de la pandémie, avec notamment l'interdiction de se rassembler à plus de deux et la fermeture des écoles, bars et discothèques. Un record de 1.316 nouveaux cas, pour la plupart à Séoul et ses environs où vit près de la moitié de la population nationale, a été annoncé par le gouvernement.

En Australie, les restrictions imposées à Sydney, principale agglomération du pays, ont été durcies vendredi alors que les cinq millions d'habitants de cette ville vivent leur troisième semaine de confinement. «Ne quittez pas votre maison sauf en cas de nécessité absolue», a déclaré la Première ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud dont Sydney est la capitale.

Les Fidji ont annoncé l'obligation de se faire vacciner pour les employés du public comme du privé. «Pas de piqûre, pas de boulot», a dit jeudi soir le Premier ministre de cet archipel du Pacifique, Frank Bainimarama.

«Semaine désastreuse»

L'Afrique a connu une augmentation en flèche du nombre de cas de Covid-19, selon l'OMS. Elle «vient de vivre la semaine la plus désastreuse de l'histoire des pandémies sur le continent», a déclaré jeudi le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.

«Mais le pire reste à venir, car la troisième vague ne cesse de s'étendre de façon accélérée et gagne du terrain», a-t-elle ajouté.

En Europe, la France voit le variant Delta en passe de devenir majoritaire, a averti le ministère de la Santé. Le conseil scientifique qui guide le gouvernement préconise «une obligation vaccinale pour les soignants», qui fait débat dans le pays. Un projet de loi pourrait être adopté avant fin juillet.

Les discothèques françaises se préparent à rouvrir vendredi soir après environ 16 mois de fermeture mais le strict protocole sanitaire imposé a dissuadé la plupart de reprendre leurs activités.

En Espagne, où la situation sanitaire s'est brutalement détériorée ces derniers jours, la Catalogne (nord-est), qui avait rouvert ses discothèques le 21 juin, vient de les refermer.

Au Portugal, la part du variant Delta dans les nouveaux cas a augmenté à presque 90 %, selon un rapport.

En Amérique latine, le variant Delta «circule déjà» dans l'Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du Brésil, ont averti les autorités sanitaires. Le pays est le deuxième au monde le plus frappé après les Etats-Unis en nombre de décès du Covid-19.

En Amérique du Nord, les contaminations augmentent à nouveau aux Etats-Unis où la campagne de vaccination a pourtant été un succès. Le Canada a commencé à assouplir les restrictions de voyage pour ses citoyens, mais les voyageurs étrangers non-vaccinés ne seront pas autorisés à entrer avant «un bon moment», selon le Premier ministre Justin Trudeau.

https://french.alahednews.com.lb/40650/321

Dans SANTE

« ISRAËL » : LES « VACCINS » PFIZER, EN PASSE D’ETRE PERIMES, SERONT ENVOYES A LA COREE DU SUD

Par Le 06/07/2021

«Israël»: Les vaccins Pfizer, en passe d’être périmés, seront envoyés à la Corée du Sud

«Israël»: Les vaccins Pfizer, en passe d’être périmés, seront envoyés à la Corée du Sud

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

«Israël» va envoyer à la Corée du Sud quelque 700.000 doses du vaccin Pfizer qui doivent expirer prochainement dans le cadre d'un accord signé entre les deux pays mardi, a annoncé le Premier ministre Naftali Bennett, après que le géant pharmaceutique américain Pfizer ait refusé une demande d’«Israël» de prolonger la date d’expiration de ses vaccins.

La transaction a été conclue quelques semaines après que l'Autorité palestinienne a annulé un accord similaire, affirmant que les doses de vaccin étaient trop proches de leur date d'expiration.

Les vaccins expédiés par Pfizer à l’entité sioniste approchent maintenant de la fin de leur date d’expiration, ils commencent donc à travailler avec un «lot différé» en juillet.

Dans un premier temps, «Israël» a cherché à se débarrasser de ses vaccins par plusieurs méthodes.

Dans une tentative de redorer son image, l’Entité israélienne avait proposé «un don d’un million de doses de vaccins contre le coronavirus à l’Autorité palestinienne». Cette dernière avait refusé le «don». «Après l’examen par les équipes techniques du ministère de la Santé du premier lot de vaccins Pfizer reçu ce soir d’Israël (...) il a été découvert qu’il n’était pas conforme aux caractéristiques prévues par l’accord. Le gouvernement refuse de recevoir des vaccins en passe d’être périmés», avait déclaré le porte-parole du gouvernement palestinien Ibrahim Melhem.

Dans le cadre de l'accord avec Séoul, «Israël» fournira les doses à usage immédiat qui expireront d'ici la fin du mois. En retour, «Israël» recevra plus tard dans l'année le même nombre de doses commandées par la Corée du Sud.

https://french.alahednews.com.lb/40619/293

iran coree du sud vaccins

Dans SANTE

LES GLADIATEURS SONT DE RETOUR. LA VOLONTE TYRANNIQUE DE VACCINER PLUS DE 7 MILLIARDS DE TERRIENS

Par Le 06/07/2021

Les gladiateurs sont de retour La volonté tyrannique de vacciner plus de 7 milliards de personnes sur la Terre

Par Peter Koenig

Mondialisation.ca, 05 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 14   0  0 

 

  14

Un gladiateur (mot latin signifiant « épéiste ») était un combattant armé qui divertissait les spectateurs de la République romaine et plus tard de l’Empire romain, dans des confrontations violentes avec d’autres gladiateurs, des animaux sauvages et des criminels condamnés. Les combats faisaient la joie du peuple. À la fin d’un combat, le vainqueur se tournait vers le public qui criait, lançait des projectiles et hurlait ou vers le « modérateur » pour savoir ce qu’il devait faire ensuite. – Un pouce en l’air signifiait qu’il fallait lui accorder la pitié, le laisser vivre ; un pouce en bas : le tuer. Une foule enthousiaste assistait à ces jeux horribles où la plupart des hommes se battaient. Il y avait quelques exceptions féminines. Comme dans le monde d’aujourd’hui, il y a aussi des femmes gladiateurs.

Aujourd’hui, il y a des compétitions féminines dans presque tous les sports. Mais elles sont généralement moins nombreuses que les épreuves masculines. Après tout, nous vivons dans un monde macho. Les guerres et autres conflits sont principalement menés par des hommes – et ceux qui en souffrent le plus sont les femmes, les enfants et les personnes âgées.

Les combats de gladiateurs remontent au 3e siècle avant Jésus-Christ. De nos jours, les jeux de gladiateurs sont à présent adaptés au 21e siècle.

L’origine des combats de gladiateurs n’est pas claire. Certains éléments indiquent qu’ils étaient utilisés lors de rites funéraires pendant les guerres puniques du IIIe siècle avant Jésus-Christ. Les guerres puniques étaient une série d’affrontements entre la République romaine et l’ancien empire de Carthage (basé dans ce qui est aujourd’hui la Tunisie et s’étendant sur l’Afrique du Nord occidentale). Elles étaient destinées au pur divertissement des masses, à faire oublier les pertes de guerre et à montrer l’ego et la fierté du vainqueur – une propagande pour plus de combats et plus de violence.

La tradition des jeux de gladiateurs a duré près de mille ans, jusqu’au 6e siècle de notre ère. J.-C. Leurs origines semblent être cérémonielles, mais plus tard, lorsque la République romaine est devenue l’Empire romain, ils ont servi de divertissement brutal pour les masses afin de détourner leur attention de ce que l’empire faisait à l’intérieur, ou « cuisinait » à l’étranger, dans des pays étrangers, avec des ressources – les « impôts » – prélevées sur le peuple. Ces ressources du peuple étant détournées pour des causes qui ne servaient qu’une petite élite.

Un peu comme aujourd’hui, où les ressources du peuple, les « impôts » prélevés sur les revenus des gens sont utilisés à des fins strictement déterminées par l’élite au pouvoir dans une large mesure, pour des raisons et des projets qui ne servent pas du tout le peuple. Par exemple, les budgets militaires servent un petit groupe, l’industrie de la guerre et de la destruction, mais en aucun cas le peuple. Les gens ne veulent pas de guerres.

Au début du premier millénaire (70 après J.-C.), le Colisée romain a été construit, où se déroulaient la plupart des jeux de gladiateurs. Il s’agissait d’une « compensation-déviation » divertissante pour le peuple, afin qu’il ne pense pas à ce qui se passait avec ses ressources monétaires dans des pays étrangers ou même chez lui – à l’encontre de ses intérêts vitaux de bien-être. Leur attention se concentrait sur la violence à petite échelle – laissant les grandes affaires en coulisses à l’élite.

Les combats de gladiateurs, qui opposaient des combattants armés dans des duels à mort brutaux mais souvent très chorégraphiés, étaient de loin le type de divertissement le plus populaire du Colisée.

Aujourd’hui, les Colisée d’aujourd’hui sont des stades de football et de soccer. Ainsi, les combats de gladiateurs modernes sont de retour. Ils ne sont pas aussi violents et mortels que ceux qui se déroulaient dans l’ancien Colisée romain, mais les événements sportifs d’aujourd’hui, chargés d’émotion, sont également destinés à détourner l’attention des gens des « jeux mortels », des jeux joués par une minuscule élite mondiale, bien cachés des masses amusées. Si bien cachés et préparés pendant des décennies qu’ils frappent les gens comme une tonne de briques, lorsqu’ils sont enfin lâchés sur les masses innocentes – des masses trompées pendant des années par la machine de propagande de leurs gouvernements.

En ce moment, la pandémie, appelée COVID-19, a déjà dévasté en 18 mois la vie de plusieurs milliards de personnes dans les 193 pays membres de l’ONU – non pas par la maladie (SRAS-CoV-2), mais plutôt par une économie dévastée, la pauvreté, la famine, le désespoir et finalement la mort par la désolation, la famine et la misère.

En l’espace d’un an et demi, les droits humains fondamentaux ont été violés, restreints, supprimés, à la vitesse de la lumière. Ce que l’on croyait être des vestiges de la démocratie, en particulier dans le Nord global, sont devenus des tyrannies, presque du jour au lendemain ; des tyrannies légitimées -légales,. Beaucoup de pays ont été soumis à des lois martiales adoptées rapidement et semi-clandestinement.

Sous l’impulsion de fausses nouvelles et d’une propagande mensongère grassement payée, les gens ont été aveuglés par la peur – la peur constante de mourir à cause d’un ennemi invisible, le « V » de virus. Les populations ont fait face à une monstrueuse machine de peur – des chiffres faux et fabriqués sur les maladies. La société entière (ou ce qu’il en reste) se désagrège, incapable de vivre une vie normale. En effet, la vie normale a été éteinte par la pandémie planifiée à l’avance, c’est-à-dire la plandémie.

Une obscure élite mondiale ultra-riche, qui prétend tout contrôler, a ordonné aux gouvernements de se plier aux directives pour combattre un Virus, un coronavirus, le SARS-Cov-2, la version deux du virus du SRAS qui a frappé principalement la Chine en 2002 / 2003. L' »ordre » a été donné le 11 mars 2020 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), manipulée par les géants pharmaceutiques déclarant le SRAS-Cov-2, alias Covid-19, une pandémie mondiale. C’est la virologie 101, aucun virus ne frappe naturellement simultanément les 193 pays membres de l’ONU. C’est le début de l’Agenda 2030 de l’ONU, aussi appelé Agenda 21.

C’est aussi le début des jeux de gladiateurs des temps modernes.

Dans ce programme décennal, l’Agenda 2030 de l’ONU, il est prévu de mettre en œuvre un changement structurel complet de la société, voire de notre civilisation, laissant derrière lui ce que le Forum économique mondial (WEF) appelle « The Great Reset », un monde qui appartient à quelques êtres diaboliques, obscures et riches, servis par une population mondiale drastiquement réduite.

Le glas de la réduction de la population est une gigantesque campagne de « vaccination » avec précisément ce que le CDC appelle une « thérapie génique expérimentale », des vaccins à ARNm. Les gouvernements du monde entier mentent en appelant cela un vaccin. Ils dépensent les milliards, voire les trillions, d’argent des contribuables pour récompenser somptueusement les sociétés pharmaceutiques – en échange de « vaccins ».

Déjà, la réponse immédiate aux injections imposées se traduit par un lourd bilan de décès, atteignant dans les six premiers mois de la « course à la vaccination » des séquelles (blessures) graves et des décès qui sont bien plus élevés que ceux des vaccinations habituelles faites au cours des 50 dernières années.

L’Union européenne fait état de 1,5 million de blessures graves et de 15 500 décès dus aux vaccins à ARNm, en date du 25 juin 2021. Voir ceci. Et déroute évidence, toutes les blessures [séquelles] suivant la vaccination ne sont pas rapportées.

Cela indique déjà que cette volonté tyrannique de vacciner plus de 7 milliards de personnes sur la Terre, contre un virus dont le taux de mortalité avéré ne dépasse pas 0,3 % à 0,8 %, soit à peu près l’équivalent de la grippe ordinaire, n’a rien à voir avec la santé, absolument rien. Au contraire. C’est une atteinte grave à la santé et qui peut entraîner la mort. Et 193 gouvernements membres de l’ONU sont cooptés, soit par des menaces (de mort), soit par des récompenses généreuses, soit simplement en recevant un placebo au lieu d’une toxine expérimentale à ARNm mortelle.

Alors que tout est fait pour convertir le mensonge – un crime universel aux proportions divines – en vérité, grâce à des milliards de dollars ou d’euros dépensés en propagande mensongère. La vraie vérité se dévoile peu à peu. La vraie science sort de la matrice de la science achetée et corrompue – et révèle, contre toute attente et toute menace, la vérité. Elle est encore largement étouffée, mais elle se manifeste de plus en plus.  Des populations endormies, et ce de plus en plus, se réveillent face aux mensonges et aux crimes commis par leurs gouvernements qui mettent leur vie en danger.

« Il est temps de faire une pause » – ainsi parle l’élite, ceux qui ne doivent pas être nommés, mais qui commandent invisiblement l’élite visible de nos gouvernements. Et attention, ceux qui résistent peuvent disparaître.

C’est l’heure des jeux de gladiateurs modernes, des événements sportifs comme les championnats de football, la Coupe d’Europe, la Coupe des États-Unis, divers championnats de tennis, Wimbledon (Royaume-Uni), Roland-Garros, US Open, Australian Open, les Jeux olympiques d’été qui commencent ces jours-ci au Japon…

Les combats entre les gladiateurs d’aujourd’hui ne sont normalement pas une question de vie ou de mort, mais ils laissent néanmoins exploser des émotions refoulées, comme si l’on ne pensait pas que les humains étaient capables de se défouler autant. Il suffit de regarder les ralentis d’un but dans l’un de ces matchs de championnat de football. C’est presque incroyable l’énergie libérée, par les joueurs, mais aussi par le public. La réalité est oubliée. C’est le but recherché.

Imaginez les milliardaires, dont le nom restera inconnu, et d’autres appartenant aux obscures et méchants cerveaux qui se trouvent dans les coulisses et au-dessus des gouvernements, assis dans leurs fauteuils, regardant un match de football, exaltés de joie, souriants – nous les avons amenés là où nous le voulons – donnons-leur encore un mois ou deux de diversion, puis nous les enfermerons à nouveau. Cette fois-ci, encore plus durement, pour qu’ils s’y habituent – se familiarisent avec la méthode – avec la fameuse approche de la carotte et du bâton.

Et le bâton devient de plus en plus gros et la carotte proportionnellement plus petite – juste un petit morceau de sucre, d’espoir pour vous faire accepter le sceptre du maître qui s’abat sur vous, toujours plus fort, apportant toujours plus de difficultés, de misère, de maladie et de mort. Vous apprendrez à être obéissants.

Les tyrans ne créent pas la tyrannie. Notre obéissance le fait. Voir aussi ceci.

Cela pourrait bien être le plan. Les covidés-tyrans vont le dire aux médias : Après tout, c’est de leur faute. Nous leur avons dit d’être prudents, de porter des masques, de garder une distance sociale ; de se faire vacciner…..

Et les médias se déchaînent: Les nouveaux variants plus transmissibles, comme le variant Delta toujours pluscontagieux, se répandent rapidement. Elle touche aussi bien les sportifs que les spectateurs. Les médias avertissent déjà que les « cas d’infection » augmentent en relation avec les événements sportifs, que les gens ont été négligents dans leur comportement et qu’ils pourraient avoir à en supporter les conséquences à la fin de l’été, ou avant, lorsque le virus – ou de nouveaux « variants » du virus – frappera et submergera les hôpitaux.

La quatrième vague est à venir – elle est déjà annoncée ouvertement par les médias. Ils ne manquent jamais d’annoncer leur plan à l’avance – cela fait partie du « rituel diabolique » ?

En Australie, le « Variant Delta » a déjà eu pour conséquence le nouveau verrouillage de  Sydney, Brisbane, Perth et peut-être d’autres villes. C’est effrayant. Les autres variants se préparent, vous pourriez être les prochains.

En attendant, pour maintenir les esprits éveillés, pour inciter à encore plus de « transgressions » contre l’obéissance, les agences de marketing (à qui l’on vend) disent que les vols dans le Nord global pourraient revenir à la « normale » d’ici 2022. Donner de l’espoir à la normalité. Rien n’est plus trompeur que de voir ses espoirs s’écraser – et cela pour un « mea-culpa » parce que nous, le peuple, avons désobéi en ne prenant pas toutes les précautions nécessaires, contre les risques d’exposition au virus [ou variant].

L’hiver risque de nous frapper durement. Abaisser notre moral. Nous rendre plus obéissants. Nous faire voir le bâton, le bâton toujours présent.

Ils disent que le « D » du variant Delta est tellement plus fort qu’ils sont déjà en train de développer un nouveau vaccin pour lui. Donc, ceux qui ont déjà reçu leurs deux vaccins et qui sont encore en vie, devront peut-être en recevoir un troisième, pour se protéger du variant Delta. C’est absurde. Les variante sont généralement plus faibles que le virus original et, dans le cas des coronavirus, elles ne diffèrent généralement pas de plus de 5 % de l’original.

Mais en attendant, et pendant que nous vivons l’été nordique, profitons du football, du soccer, du tennis, des Jeux olympiques – et ainsi de suite – toutes sortes de sports qui font ressortir l’animal en nous, en termes d’émotions, de cris et de hurlements, d’acclamations en masse pour une équipe, un joueur, de célébrations en masse – pouces en l’air et pouces en bas – soyons des gladiateurs et profitons de leur jeu.

Ce n’est rien d’autre qu’une préparation pour le vrai jeu de massacre, où nous, le peuple, sommes dans l’arène, exposés aux « épéistes » – et ceux qui sont au-dessus de nous, les géants des médias sociaux, les magnats de l’informatique, les eugénistes, les banquiers des « élus » – encore une fois, ils ne seront pas identifiés – ceux qui sont au-dessus de l’ONU et de tous les gouvernements membres, ceux qui nous observent, nous observent depuis au moins le siècle dernier – ces « non-humains » [inconnus], finiront par lever ou baisser leur pouce, quand ils nous verront nous effondrer, déjà effrayés par la propagande de peur.

Allons-nous vivre ou mourir ?

Cela dépend vraiment de nous.

Voulons-nous nous réveiller, sortir de la matrice et prendre la pilule rouge, en prenant la responsabilité d’un nouveau monde que NOUS, le peuple, devons créer en solidarité ? – Ou devons-nous – en tant que majorité – nous soumettre au confort et à l’agenda des « Global Resetters » du FEM, et de ceux qui commandent les « Global Resetters » ? (en espérant et en faisant confiance à ces derniers pour être finalement heureux quand nous ne posséderons rien.)

Remarquez, ce jeu de gladiateurs – appelez-le aussi « le processus », est actuellement prévu pour se terminer en 2030 – ou avant, si nous continuons comme avant. À l’heure actuelle, du point de vue des gladiateurs mondiaux, nous continuerons à nous soumettre à une vaccination massive, suivie d’horribles « effets secondaires » et de la mort, en espérant survivre, en étant heureux en tant qu’humanoïdes numérisés, ne possédant rien et gérés par des robots IA, ce qui deviendra la nouvelle norme.

Peter Koenig

Article original en anglais :

The Gladiators Are Back. The Tyrannical Drive to Vaccinate More than 7 billion People on Mother Earth

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

*****

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

 

Peter Koenig est un analyste géopolitique et un ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans sur l’eau et l’environnement dans le monde. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne et est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed ; et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes : From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020).

Il est chercheur associé du Centre de recherche sur la mondialisation.

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-gladiateurs-sont-de-retour-la-volonte-tyrannique-de-vacciner-plus-de-7-milliards-de-personnes-sur-la-terre/5657971

Dans SANTE

Dre NICOLE DELEPINE : LES « BREBIS GALEUSES » REPONDENT A LA SECTE DES COVIDISTES

Par Le 03/07/2021

Les « brebis galeuses » répondent à la secte des Covidistes

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 02 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 27   79  2 

 

  108

Un jour viendra où les négationnistes des traitements précoces devront rendre des comptes. En Inde, une représentante de l’OMS est mise en accusation.

Le journal l’observateur du Maroc et de l’Afrique informe que l’Inde pourrait être le premier pays à poursuivre en justice un scientifique de l’OMS pour avoir déconseillé l’Ivermectine contre le Covid-19. L’association du barreau de l’Inde a entamé une procédure.[1]

Le 25 mai, l’Indian Bar Association (IBA)[2] a intenté une action en justice contre le Dr Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l’OMS en Inde, l’accusant « d’avoir causé la mort de citoyens indiens, en les trompant sur l’ivermectine. »

Le 10 mai 2021, une scientifique de l’OMS a commis un tweet trompeur contre l’utilisation de l’Ivermectine entraînant, le lendemain, dans l’État du Tamil Nadu le retrait de l’ivermectine du protocole de soins recommandé par le ministère de la Santé qui venait juste de déclarer ce traitement efficace contre Covid-19. Si le Dr Soumya Swaminathan était déclarée coupable, alors elle pourrait être condamnée à la mort ou à la prison à vie.

L’Inde, avant la vaccination, était, grâce au traitement préventif par chloroquine, un pays efficace dans la gestion de la crise Covid, avec une mortalité douze fois inférieure à celle de la France comme le montre ce graphique comparant la mortalité en France et en Inde.

Mais, avec l’arrivée des vaccins, certains États décidèrent de vacciner leur population et de suspendre les traitements précoces. L’Inde dut brutalement faire face à une augmentation tragique de la mortalité.[3] Avec sur toutes les ondes occidentales la description « drame de l’Inde ».

Mais il apparut rapidement que l’explication la plus vraisemblable de cette flambée était la décision de vacciner la population (qui dans certains villages chassa les vaccinateurs à coup de pierres) et surtout l’arrêt brutal des traitements précoces qui avait, jusque-là, protégé ce grand pays.

Une des responsables de cet abandon des traitements préventifs est la représentante de l’OMS en Inde, ce qui lui vaut d’être actuellement dans le collimateur de la Justice.

Invoquer l’autorité ne suffira pas toujours pour se disculper

L’avocate Dipali Ojha, principale avocate de l’Association du barreau indien, a intenté des poursuites pénales contre le Dr Swaminathan « pour chaque décès » causé par ses actes.

Le mémoire accuse le Dr Swaminathan d’avoir commis une faute en utilisant sa position d’autorité sanitaire pour servir les intérêts particuliers de la lucrative industrie des vaccins.

La montée en puissance de l’Ivermectine antiparasitaire non toxique et efficace

L’ivermectine, médicament bon marché, prescrit comme antiparasitaire a gagné en popularité dans de nombreux pays pour la prévention et le traitement de la Covid-19.

L’OMS et la FDA n’approuvent toujours pas l’ivermectine, car s’ils reconnaissaient un traitement efficace pour le Covid, l’AMM conditionnelle pour les vaccins devrait être suspendue. Histoire de très gros sous à l’échelle mondiale. La guerre menée contre l’hydroxychloroquine recommence avec l’ivermectine.

Mais de nombreux médecins et scientifiques pensent qu’elle est efficace. Certains affirment que les États indiens qui l’ont utilisée ont obtenu de bien meilleurs résultats et beaucoup moins de décès dus à la Covid que les États indiens qui n’ont pas utilisé l’ivermectine.

Dans les régions de Delhi, de l’Uttar Pradesh, de l’Uttarakhand et de Goa, les cas ont chuté respectivement de 98 %, 97 %, 94 % et 86 %. En revanche, dans le Tamil Nadu qui a choisi de ne pas utiliser l’ivermectine, le nombre de cas a explosé et est devenu le plus élevé de l’Inde. Les décès au Tamil Nadu ont été multipliés par dix.

Dans une étude portant sur plus de 4 000 personnes en Inde, plus de 3 000 ont pris de l’Ivermectine préventivement versus 1 000 n’en ont pas pris : 2 % des personnes ayant pris de l’ivermectine ont fait une Covid confirmée par un test PCR versus 11,7 % des personnes n’ayant pas pris d’ivermectine.

Dans l’état d’Uttarakhand, la prescription d’Ivermectine a été suivie très rapidement par la chute des contaminations et quelques jours plus tard par celle de la mortalité.

La justice est difficile à mettre en route, mais pas impossible

L’argument classique des criminels nazis pour récuser leur responsabilité personnelle « je n’ai fait qu’exécuter les ordres » suffira-t-il à la juger « responsable, mais pas coupable » ?

Lorsqu’on rappelle les procès de Nuremberg de 1947 contre les médecins SS ayant fait des expériences en particulier sur les vaccins, on nous rétorque que cela est « dépassé et sans valeur juridique ». Dépassé ? Depuis quand et pourquoi ? En tous cas, des médecins furent pendus ainsi qu’un journaliste considéré comme complice de leurs expériences médicales criminelles en particulier vaccinales.

Quant à la valeur juridique du code de Nuremberg, nié par certains avocats probablement débordés, les conventions régulières de l’Association Médicale Mondiale réunissant les médecins du monde entier ont confirmé la valeur éthique du code de Nuremberg et conforté sa valeur juridique internationale et opposable aux états, lors de la conférence d’Oviedo.[4][5]

LA CONVENTION D’OVIEDO EST JURIDIQUEMENT CONTRAIGNANTE
POUR TOUS LES ÉTATS SIGNATAIRES.

L’exemple médicolégal du vaccin contre la dengue

De fait, plus récemment les médecins et politiques philippins qui ont favorisé une publicité mensongère et organisé une vaste campagne de vaccination contre la dengue, (dengvaxia) à l’origine de nombreux décès d’enfants ont perdu leur poste, ruiné leur carrière et certains sont en procès pénal.[6]

L’immunité du pouvoir n’est jamais garantie. Nos politiques, médecins et ministres actuels qui ont, paraît-il, peur des procès ne devraient pas s’exposer aussi imprudemment.

Les vaccins antiCovid n’existent que parce que les dirigeants soumis à Big Pharma nient les traitements précoces et que les médias se soumettent à la doxa officielle

L’absurde situation actuelle en France est incompréhensible, au-delà de l’entêtement du ministre de la Santé refusant de reconnaître les traitements précoces efficaces reconnus dans la moitié du monde, et la complicité agressive de journalistes ou éditorialistes. Des journalistes qui se transforment en propagandistes du pouvoir et qui tancent les réfractaires au pseudovaccin, sans se demander une seconde pourquoi, par exemple, les soignants et maintenant de plus en plus de sportifs de haut niveau refusent cette injection expérimentale qui, compte tenu de leur âge ne peut leur apporter aucun bénéfice.

Les envolées lyriques d’une avocate sur Cnews chez Pascal Praud le 29 juin 2021 laissent pantois. Comment peut-on refuser le vaccin ?crie-t-elle ? Eh bien, Madame, en évaluant objectivement sa balance avantages/risques, sa genèse éclair, ses essais bâclés et même pas terminés, ses composés, ses effets réels, ses conséquences, sans oublier par exemple les 16000 morts et plus décédés en UE depuis le début de la vaccination juste pour avoir fait confiance aux labos, aux ministres, aux médecins et aux médias serviles.

Ce sont les statistiques officielles de l’agence européenne du médicament sur son site réservé aux effets secondaires des médicaments de l’UE : EUDRAVIGILANCE. Si les résultats ne conviennent pas, ils seront traités de complotistes par les « décodeurs » du Monde, France info ou AFP… On s’arrange avec la réalité. MENSONGES et dénis étant les caractéristiques de ces derniers mois tant chez les politiques que chez leurs porte-paroles médiatiques.

En effet, jamais cette dame juriste, plutôt posée quand elle parle procès, son domaine, se transforme en furie quand elle parle vaccin. D’où tire-t-elle ses certitudes, comme tant d’autres éditorialistes incompétents sur ce sujet complexe ? Est-ce la foi dans tout ce qui est appelé vaccin, ou le carriérisme ou l’argent qui la rendent aveugle et l’empêchent d’analyser objectivement les faits, rien que les faits ?

Nous n’avons comme beaucoup, pas cessé de répéter que les vaccins antiCovid ne sont justement pas des vaccins, mais des drogues expérimentales, et qu’utiliser Pasteur comme caution est lui faire injure.

Nous rappelons que ces substances injectées sans précaution à des personnes qui ne peuvent en tirer aucun bénéfice sont en essai thérapeutique, et ce au minimum jusqu’en 2023.

Les soignants avertis sont prudents

Alors comment elle et d’autres peuvent-ils faire grief aux personnels de santé de leur réticence au « vaccin » Covid ? Ceux qu’on applaudissait à vingt heures ne peuvent pas être suspectés d’ignorance, d’égoïsme et traités de complotistes. Ils ont été les premiers à se faire vacciner et beaucoup se sont retrouvés en arrêt de travail sans comprendre, puisqu’on leur avait promis que le « vaccin » était testé, efficace et sans danger. Devant cette épidémie d’arrêts de travail, la HAS avait même dû recommander d’étaler les vaccinations et de ne pas injecter en même temps tout le personnel d’un même service de service, pour ne pas risquer l’arrêt du service.

Nous n’avons pas fait médecine ou choisi d’être infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeutes, orthophonistes ou infirmiers auprès des personnes âgées en EHPAD pour servir de cobayes. Qui plus est, inutilement puisque ces drogues expérimentales se sont révélées incapables d’empêcher les transmissions.

Jusqu’à 2019, les étudiants, désireux de se faire un peu d’argent, acceptaient parfois d’être cobayes pour un laboratoire, mais ils étaient volontaires, rémunérés, informés complètement du protocole de l’essai et protégés par des assurances en cas de problème.

Et en 2021, les journalistes, professeurs, etc. osent faire la leçon de morale à ceux qui depuis longtemps et particulièrement depuis la crise Covid subissent humiliations et indifférence.

LES EFFETS SECONDAIRES SE MULTIPLIENT DANS LE SILENCE DES MÉDIAS ET UNE CENSURE FÉROCE avec L’INTERDICTION FORMELLE AUX SOIGNANTS DE PARLER

Les ambulanciers un peu à l’écart en témoignent : les soignants sont muselés, mais sans muselière. Les professionnels de santé voient actuellement arriver aux urgences nombre de patients vaccinés avec des pathologies vasculaires cérébrales, embolies, infarctus cardiaque ou abdominal. Ils sont interdits de parole, mais les fuites abondent sur ces accidents des vaccins, expliquant à eux seuls le refus bien justifié des personnels de santé à jouer au cobaye.

Pourtant très officiellement les statisticiens de Cambridge indiquent dans The Times que la mortalité (infection fatality rate IFR) ne dépasse pas 0.085 % sur les contaminés du Covid19.

Autrement dit, 99.915 % des personnes contaminées par le coronavirus n’en décèdent pas.

D’autant que l’expérience de l’Inde prouve que ce très minime % peut encore être abaissé si on n’interdit pas les traitements efficaces simples peu chers comme l’Ivermectine.

Alors, pourquoi accepter le risque de complications d’une substance expérimentale, dont l’effet à long terme sur le virus Sars CoV 2 qui mute sans arrêt (en transformant le Covid parfois grave en rhume comme le variant delta qui sert de propagande actuelle au ministre) ? Alors quand Claude Posternak (IFOP) vient dire que 99 % des vaccinés ne décéderont pas du virus, on ne voit pas en quoi cela justifie la prise de risque y compris chez les enfants qui ont zéro risque du Covid, mais meurent parfois du vaccin ou restent paralysés comme cette fille de médecin victime des illusions de ses parents. Même si ces accidents sont rares, est-ce acceptable, la victime étant elle à 100 % de tragédie ?

Les effets secondaires précoces sont bien là et on voit monter régulièrement le nombre des victimes en consultant les bases de données officielles comme EUDRAVIGILANCE pour l’EMA agence européenne du médicament qui récapitule les morts et effets secondaires graves de tous médicaments dont les vaccins Covid pour l’Union européenne. Voir le site VAERS officiel USA pour les effets américains et MHRA pour la Grande — Bretagne.

EUDRAVIGILANCE

Vaccins Covid AU 19 JUIN 2021 :
— 1,5 million d’effets secondaires
— dont 750 000 effets secondaires graves
— dont 15 472 morts !
Pfizer en tête des morts en nombre,
Moderna en % des décès et effets graves.
Le tout largement sous-déclaré.

Pourquoi tant de vanité, d’arrogance, de certitudes et de tant d’incompétence technique ? Le syndrome des « bons opposants »

Comment toutes ces personnes connues ou inconnues, politiques, avocats, artistes, twittos anonymes osent-ils se permettre une opinion tranchée, voire violente, prêchant même la discrimination, pour défendre ces drogues expérimentales dont les premiers résultats n’arriveront qu’en 2023. Ils seront d’ailleurs parcellaires, puisque les fabricants ont décidé de vacciner rapidement le groupe placebo, ce qui nous privera évidemment de l’étude comparative vaccinés-placebo des effets secondaires à moyen et long terme.

Comment par exemple la journaliste Apolline de Malherbe[7] ce 30 juin a-t-elle, semble-t-il, osé traiter les non-vaccinés de « brebis galeuses » ? L’irrespect pour plus de la moitié des auditeurs est incommensurable. Savait-elle que l’Ivermectine qui guérit la grande majorité des patients atteints de Covid est le traitement de la gale ? On espère qu’elle faisait de l’humour noir.

« Non-vaccinés récalcitrants : notre patience a des limites » par Caroline Fourest, le 25/06/2021, Marianne : on apprend ainsi que la médecine s’apprend en moins de 18 mois puisque tous ces journalistes ou commentateurs ont des idées bien arrêtées sur ce qui est bien pour le bon peuple incompétent, les sans dents de Hollande, ou les riens de Macron, et même le personnel soignant aussi ignorant probablement.

Un journaliste de BFM passe les bornes et recueille une volée de bois vert sur les RS : « En 2020, sur la Chine endeuillée, il tenait des propos racistes : « ils enterrent des Pokémons ». Emmanuel Le Chypre, journaliste de BFMTV cette fois, va plus loin :

« On vous vaccinera de force. Je vous ferai amener par deux policiers au centre de vaccination. Parfaitement. Je suis très sérieux… »

« Faut aller les chercher avec les dents et avec les menottes s’il le faut ! »

De quoi je me mêle ! Quelles compétences a-t-il sur sécurité et efficacité des vaccins, sur les contre-indications éventuelles, la balance bénéfices-risques ? Ces propos sont dignes des pires totalitarismes du passé. Sait-il que nous sommes toujours officiellement en démocratie ? Trop, c’est trop ! Des internautes l’ont signalé au CSA « pour atteinte à la dignité humaine ». (J’aurais pu ajouter « incitation à la haine, à la violence et à la ségrégation », dit un twitto.)

Et les pseudo-polémistes de droite joignent leurs imprécations à celles des ayatollahs de gauche et du ministre Véran.

Elisabeth Lévy rédactrice en chef de causeur écrit : « pourtant, que les personnels au contact des malades et des personnes fragiles soient vaccinées relève du bon sens. » Son bon sens à elle, peut-être, mais en tout cas pas les données actuelles de la science, car même O. Veran a reconnu officiellement que le vaccin n’empêchait pas les transmissions.

Plus largement, il n’y a pas assez de Français vaccinés pour atteindre l’immunité collective selon les dealers de vaccin. Mais cet objectif que les épidémiologistes des plateaux télé nous proposent comme un Graal n’a jamais démontré son utilité dans le monde réel pour les vaccins antiCovid actuels.

Les dramatiques échecs de Gibraltar (115 % de vaccinés) qui a vu les cas et la mortalité exploser depuis la vaccination

Et des Seychelles confirment qu’il s’agit d’un mirage publicitaire.

Le gouvernement veut « aller chercher les récalcitrants et les oubliés ». Des médecins de ville demandent la liste de leurs patients non-vaccinés en oubliant que le respect du secret médical constitue l’un des piliers éthiques de l’art médical. Ils attendent l’autorisation de la CNIL. « Ils l’auront », selon Véran. Apparemment, l’indépendance des autorités administratives peut s’incliner devant l’intérêt général.

Même Régis de Castelnau « double vacciné » fait la promo des vax antiCovid sur Sud-Radio SANS PRÉCISER qu’ils sont EXPÉRIMENTAUX. « Ne comprends pas les réticences des Français. Il a lu les rapports #EUDRAvigilance ? Lui aussi cautionne qu’on censure tous les experts vaccinoprudents ? ».[8]

Et Thomas Porcher, l’économiste de gauche veut « rendre la vie difficile aux non-vaccinés » sur les GG sur RMC. Quel mépris pour la population et la démocratie !

Pas un pour racheter l’autre.

Les vrais opposants, n’ont pas ou peu la parole sur les ondes qui les censurent férocement et traitent par ailleurs leur seul espace de liberté, le web, de complotiste. Le tour est-il joué ? Pas vraiment.

Droite, Gauche et les extrêmes, tous ensembles pour la dictature sanitaire qu’ils ont soutenue depuis 18 mois, nous laissant enfermer pour rien, en redemandant parfois plus qu’E Macron n’en imposait.[9] Pas de différences, le plan de Soros, Gates, Davos, Merkel et compagnie doit s’accomplir. L’état profond, mondialiste, est bien installé et nos opposants déclarés au Président ne sont en fait que des amis cachés, ce qu’on appelle le bon opposant pour faire croire au peuple, ceux qui ne sont rien, qu’on est en démocratie. Les sans dents sont de moins en moins dupes, l’abstention au cirque des dernières élections de juin en témoigne.

D’où relève le bon sens pour une maladie d’ailleurs disparue du radar du réseau sentinelle ?

En semaine 2021s25 (semaine 25 de l’année 2021), le taux d’incidence des cas d’IRA (insuffisance respiratoire aiguë) dus au SARSCoV-2 (Covid-19) vus en consultation de médecine générale est estimé à 0,3 cas pour 100 000 habitants, ce qui représente 170 nouveaux cas pour toute la France en une semaine de Covid-19 ayant consulté un médecin généraliste. Même Pascal Praud sur Cnews le soulignait.

Ce taux continue à diminuer depuis avril 2021.

Le risque vital pour les populations de moins de 65 ans de cette virose est minimal, voire nul en dessous de cinquante ans et il existe depuis le début en mars 2020 des traitements efficaces rapidement comme les antibiotiques macrolides avec zinc et vitamines, l’hydroxychloroquine et l’ivermectine qui marche chez les Indiens, les Brésiliens et les Mexicains et pourquoi pas en France, comme dit un internaute.

Pour « éviter la Peste », on vous donnera un chèque de 150 € ou une place gratuite à un concert ou à un match.[10]

Certains organisent la vaccination express à l’entrée d’un match pour obtenir le tampon sur le pass pour avoir le droit d’entrer… Consentement éclairé, souvenir d’un autre monde ? Interdit sur les chaînes continues de parler du code de Nuremberg sans se faire couper… De quoi ont-ils peur ?

Mais si c’est vraiment la peste, vous seriez mort avant d’arriver.

Quel grotesque spectacle donnons-nous à notre jeunesse avec ce théâtre permanent ! Si la secte Covid n’avait pas, à force de matraquages télévisés, privé le peuple de son « bon sens » comme dit E. Lévy, il aurait vite compris la mascarade.

On ne soudoie pas un patient pour lui donner un traitement qui peut le guérir, on ne donne pas encore de sucette ou de cadeau pour qu’un malade réclame sa chimiothérapie. Et rajoutons qu’on ne donne pas de la chimiothérapie préventive à tous les Français au nom des 450000 personnes qui seront touchées dans l’année et des 500 morts par jour du cancer. Une bonne idée, peut-être pour Big Pharma, ses actionnaires et ses adeptes de la secte Covid dans laquelle on pourrait accueillir la secte cancer à fusionner.

La foire aux vaccins

Quelle pression exerce le ministre pour que les journalistes sortent ainsi de leurs gonds, exposant au grand jour l’énorme marché et le marketing extraordinaire pour vendre ces poisons et tous avec le même discours ! Difficile de penser que seul l’argent les motive pour se ridiculiser ainsi en public alors que les morts et handicapés du vaccin s’accumulent.

Pourquoi doit-on offrir des chèques, des cadeaux pour attirer le cobaye, si l’intérêt médical de cette substance était flagrant ?

O. Véran parla de peste… Imaginez-vous nécessaire d’organiser de grands rounds de vaccination, des rappels téléphoniques et des lettres de la sécurité sociale, si la Peste était dans nos villes et que nous enjambions les cadavres pour sortir de notre maison ?

Que penseraient toutes ces personnes, publicitaires sans mesures ni nuances du vaccin, si on se permettait la même chose dans leur domaine de compétences ?

Les éternelles répétitions sur les ondes des affirmations des vendeurs bateleurs, des pseudovaccins ne leur ont pas donné « la connaissance minimale » pour se faire un avis éclairé ! Peu importe, on avale la leçon marketing et on la répète. Les mêmes commentateurs furent infiniment plus réservés pour accepter les conclusions des articles sur l’hydroxychloroquine et l’expérience du virologue internationalement reconnu et de ses collègues de l’IHU de Marseille.

Typique phénomène de secte dont on aura du mal à sortir.

Dre Nicole Delépine

 

Notes :

[1] 27 JUIN 2021 HAKIM ARIF.
Inde : condamnation à mort possible pour la scientifique de l’OMS après avoir déconseillé l’Ivermectine – Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[2] IBA-PRESS-RELEASE-MAY-26-2021.pdf (indianbarassociation.in)

[3] Que nous a appris l’Inde sur le traitement du Covid ? — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)
Au total, au 30 janvier 2021 (avant le début de la vaccination) l’Inde ne comptabilisait que 8275 cas/Million d’habitants (10 757 710) alors qu’à cette date la France en recensait 47 715/M (3 114 542) soit six fois plus. Elle était un modèle !

[4] Il serait illégal de rendre obligatoire une substance expérimentale génique (appelée « vaccin antiCovid ») — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[5] La Convention pour la protection des Droits de l’Homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine : Convention sur les Droits de l’Homme et la biomédecine (Convention d’Oviedo). Elle a été signée le 4 avril 1997 à Oviedo, en Espagne. Elle est entrée en vigueur le 1er décembre 1999.

[6] RÈGLEMENTS DE COMPTE AUX PHILIPPINES : responsables poursuivis pour « homicide par imprudence pour avoir facilité l’approbation hâtive du dengvaxia et la mise en place de la campagne scolaire de vaccination »
Les familles manifestent pour obtenir justice, accusent Sanofi d’avoir traité les enfants philippins en cobayes, et accusent les politiques et administratifs de corruption.
Analyse d’une catastrophe sanitaire annoncée, la saga du Dengvaxia, vaccin contre la Dengue – AgoraVox le média citoyen

[7] On se rappelle son Interview du Pr Raoult auquel elle avait demandé s’il voulait la Légion d’honneur. Manque de chance il était déjà officier. Autrefois les journalistes préparaient leurs dossiers. Un autre monde, un monde d’amateurs comme dit fièrement le Président.

[8] Twitter

[9] Comme pour l’ouverture des écoles à laquelle Natacha Polony, Marine Lepen, les France Insoumise entre autres, s’opposaient sans raison scientifique pour le 11 mai 2020 conduisant le ministre à inventer des mesures liberticides à l’école qui ont bousillé l’apprentissage, et le psychisme des enfants.

[10] Mieux vaut répondre à un sondage rémunéré, moins dangereux a priori : Sondage rémunéré, 150€ de cadeau ! Vous pratiquez une activité artistique (peintures, loisirs créatifs) ? Répondez au sondage : https://bit.ly/3gZY4X8[

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-brebis-galeuses-repondent-a-la-secte-des-covidistes/5657919

Dans SANTE

LE PAKISTAN FERME SA PORTE AUX USA

Par Le 03/07/2021

Le Pakistan ferme la porte aux USA

Par Mikhail Gamandiy-Egorov

Mondialisation.ca, 01 juillet 2021

Observateur continental

Région : 

Thème: 

 0   0  0 

 

  1

Le Pakistan ne permettra pas aux Etats-Unis d’utiliser ses bases militaires, y compris pour d’éventuelles opérations en Afghanistan après le retrait des forces étasuniennes de ce pays. Islamabad confirme de plus en plus activement sa ferme adhésion à l’axe eurasien et multipolaire.  

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que son pays n’autoriserait pas aux services de renseignement américains d’utiliser des bases militaires sur son sol pour mener des opérations en Afghanistan, après le retrait de l’armée américaine de ce pays voisin.

«Il n’est pas possible d’autoriser les Etats-Unis d’utiliser nos bases pour une quelconque opération en Afghanistan», a déclaré Imran Khan. Il n’a en outre pas manqué de critiquer les gouvernements pakistanais précédents qui avaient donné la possibilité aux USA d’utiliser des bases pakistanaises dans leurs opérations, notamment de drones, en Afghanistan.  

Le Premier ministre du Pakistan a également tenu à rappeler que depuis sa prise de fonction en 2018 – les drones américains n’ont lancé aucune attaque contre les territoires afghans à partir du sol pakistanais. L’agence de presse turque Anadolu indique également qu’en mai dernier, le directeur de la CIA William Burns s’était rendu au Pakistan pour tenter à convaincre Imran Khan à changer de position vis-à-vis de l’utilisation des bases pakistanaises par les USA. Une demande rejetée par le Premier ministre pakistanais. Un échec évident pour la partie étasunienne.

S’il est vrai que le Pakistan fut longtemps considéré comme un allié régional important pour Washington, l’évolution de sa politique et les changements internationaux semblent avoir clairement fait changer de cap à Islamabad. Entretenant des relations depuis les dernières années très proches avec Pékin – devenu le premier partenaire économique du Pakistan, ainsi que des relations cordiales avec Moscou et Téhéran.  

Fait notoire, ce pays stratégique de plus de 200 millions d’habitants (cinquième population mondiale) et puissance nucléaire, est devenu en 2017, au même titre que l’Inde, membre à part entière de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en y rejoignant la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. A noter que l’organisation compte également l’Iran en qualité de membre-observateur, avec une forte probabilité qu’il devienne également membre à part entière.

D’ailleurs, le renforcement inédit de l’OCS, y compris lors de l’intégration du Pakistan et de l’Inde en son sein, avait plus que jamais renforcé l’idée que la véritable notion de communauté internationale se trouve bel et bien en Eurasie, compte tenu du poids démographique, civilisationnel, militaire, sans oublier les nouvelles réalités économiques. Et certainement pas en Occident.

Vraisemblablement, ce que n’avait pas prévu Washington c’est que justement le Pakistan puisse prendre une telle distance à son encontre, tout en poursuivant le rapprochement actif avec Pékin et l’intégration au sein du grand espace eurasien, auquel le Pakistan appartient indéniablement. La fermeture d’accès à ses bases aux USA sonne comme un coup dur pour l’establishment étasunien et il n’est certainement pas à exclure que Washington cherchera à punir Islamabad pour cette gifle douloureuse.

D’un autre côté, le Pakistan – étant une puissance régionale et continentale indéniable, possédant une force de frappe qui n’est pas à présenter, se trouvant dans une relation d’alliance avec la Chine et les autres grandes puissances eurasiennes pro-multipolaires, pourrait sans le moindre doute créer plus de problèmes pour la présence US dans la région, que le contraire. Washington le comprend-t-il? Très certainement. Le seul souci c’est qu’au sein de l’establishment étasunien, la réflexion intellectuelle n’est pas toujours au rendez-vous.

Mikhail Gamandiy-Egorov 

La source originale de cet article est Observateur continental

Copyright © Mikhail Gamandiy-EgorovObservateur continental, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-pakistan-ferme-la-porte-aux-usa/5657905

 

Dans SANTE

MEURTRE PAR VACCINATION : PLAINTE CONTRE BILL GATES

Par Le 08/06/2022

Meurtre par vaccination : Plainte contre Bill Gates

Par Kla TV

Mondialisation.ca, 08 juin 2022

KLA.TV

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   1  0  1

Une plainte contre Bill Gates et l’indien Adar Poonawalla, directeur général du plus grand fabricant de vaccins, a été déposée devant la Cour suprême indienne pour « meurtre par vaccination ». Cette émission met en lumière l’identité des courageux plaignants et les motifs de leur plainte.

Afin de lutter contre le manque de transparence et de responsabilité de la justice indienne, des avocats indiens courageux ont fondé « l’Association du barreau indien » (IBA).

Le 25 novembre 2021, l’Association des avocats a annoncé avoir déposé une plainte auprès de la Cour suprême indienne pour « meurtre par vaccination » contre Bill Gates et Adar Poonawalla, son partenaire indien dans la production de vaccins, ainsi que contre des fonctionnaires du gouvernement. Adar Poonawalla est directeur général du « Serum Institute of India », un groupe pharmaceutique qui produit la plupart des doses de vaccins dans le monde.

 

 

Les requérants réclament notamment un dédommagement de 134 millions de dollars pour un jeune homme de 23 ans décédé de la vaccination Covid. Celui-ci avait fait confiance aux fausses déclarations du groupe pharmaceutique selon lesquelles le vaccin était sûr. Les avocats indiquent que (littéralement) « … avant l’administration d’un vaccin ou d’un traitement, une personne doit être informée des effets secondaires du médicament et également des remèdes alternatifs disponibles. »

Si ces faits sont passés sous silence lors de la vaccination ou si, en plus, on ment sur l’innocuité du vaccin, le consentement à la vaccination a été obtenu de manière trompeuse. Les accusés Bill Gates et Adar Poonawalla pourraient être tenus pour responsables de cette tromperie, car ils ont autorisé la commercialisation illégale de leur produit. En Inde, la pratique de la vaccination sous la tromperie ou la contrainte est un délit civil et pénal. Si la plainte était acceptée, les plaignants créeraient ainsi un précédent susceptible d‘entraîner une vague de poursuites.

 

 

Sources / Liens :

Weltweit erste Impfmord-Klage gegen Bill Gates https://www.wochenblick.at/corona/weltweit-erste-impfmord-klage-gegen-bill-gates/

https://2020news.de/anklage-gegen-bill-gates-in-indien/

https://indianbarassociation.in/worlds-first-vaccine-murder-case-against-bill-gates-adar-poonawalla-filed-in-indias-high-court/

Serum Institute of India https://de.wikipedia.org/wiki/Serum_Institute_of_India

https://www.theaugust.com/current/serum-institute-of-india-teams-up-with-bill-gates-gavi-foundation-for-the-development-of-covid-19-vaccine/

https://twitter.com/adarpoonawalla/status/1291660966497628160?cxt=HHwWgMCh5caz8-wjAAAA

La source originale de cet article est KLA.TV

Copyright © Kla TVKLA.TV, 2022

Dans SANTE

COUP DE THEATRE : L’OMS RECONNAIT OFFICIELLEMENT QUE SES GROS CHIFFRES SUR LA MORTALITE COVID ETAIENT FAUX

Par Le 08/06/2022

Coup de théâtre: L’OMS reconnaît officiellement que ses gros chiffres sur la mortalité Covid étaient faux

Par Le Courrier du Soir

Mondialisation.ca, 08 juin 2022

lecourrier-du-soir.com

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Interrogés par la revue scientifique Nature, des experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent officiellement s’être trompés dans leurs chiffres liés à la mortalité Covid.

L’OMS reconnaît s’être plantée dans ses chiffres sur la mortalité liée au Covid. En effet, en mai dernier, l’Organisation mondiale de la Santé avait publié de nouveaux chiffres estimant que près de 15 millions de personnes avaient été tuées par le virus lors de la pandémie à Coronavirus.

Plus de trois semaines plus tard, un article de la revue scientifique Nature révèle que l’organisation reconnaît s’être trompée sur plusieurs pays, dont l’Allemagne et l’Inde. Concernant l’Allemagne, par exemple, l’OMS estimait le nombre de morts dans ce pays à 233 sur 100 000 habitants, soit plus que la France qui, d’après l’OMS, n’a enregistré que 125 décès sur 100 000 habitants. Des chiffres totalement faux qui ont immédiatement été contestés par les scientifiques de l’organisation.

« Immédiatement, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait un problème », réagit Jon Wakefield, expert en statistiques à l’Université de Washington aux États-Unis et cadre chez l’OMS. L’Inde respire. Il faut dire que tout juste après la publication des données de l’OMS, le gouvernement indien avait fait part de sa grosse déception, qualifiant les chiffres de l’OMS faux.

Et pour cause. L’OMS comptabilisait 4,7 millions de morts dus au Covid dans ce pays (Inde), soit 10 fois plus que les chiffres officiels présentés par le gouvernement de Modi. Plus de deux semaines plus tard, l’Inde est soulagé. Car, l’OMS reconnaît en effet que ses estimations étaient erronées. « Nous voulons supprimer rapidement parce que c’est faux. Nous devons le corriger », reconnaît Wakefield interrogé par la revue scientifique Nature.

L’affaire est d’autant plus embarrassante que la revue Nature souligne que les chiffres concernant plusieurs autres pays étaient erronés.

Sur les réseaux sociaux, les réactions à ce mea-culpa ont été nombreuses

 

 

La source originale de cet article est lecourrier-du-soir.com

Copyright © Le Courrier du Soirlecourrier-du-soir.com, 2022

https://www.mondialisation.ca/loms-reconnait-officiellement-que-ses-gros-chiffres-sur-la-mortalite-covid-etaient-faux/5668782

Dans SANTE

SELON UNE ETUDE, LES MASQUES SONT RESPONSABLES DE PLUS DE DECES COVID

Par Le 29/05/2022

Les masques sont responsables d’un plus grand nombre de décès Covid, selon une étude

 Publié le 29/05/2022 à 17:00

Le masque "pourrait constituer une menace encore inconnue", selon cette étude.

Thomas Kienzle / AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...136

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

Selon une étude publiée en février 2022 dans la revue médicale américaine Medicine, les masques, dont le port a été rendu obligatoire dans divers pays au nom de la protection contre Covid-19, auraient eu l’effet inverse à celui recherché, contribuant en réalité à l’augmentation du nombre de décès liés au virus.

L’étude qui s’intitule The Foegen Effect: A Mechanism by Which Facemasks Contribute to the COVID-19 Case Fatality Rate (L’effet Foegen : un mécanisme par lequel le port du masque impacte le taux de mortalité des cas Covid), a été produite par le docteur allemand Zacharias Fögen, qui a analysé l’impact du port du masque dans l’Etat américain du Kansas au cours de la période du 1er août au 15 octobre 2020.

Pourquoi le Kansas ? Cet État américain a laissé à chacun des comtés qui le composent la liberté de décider de mettre en place ou non le port obligatoire du masque. Sur un total de 105 comtés, 81 ont décidé de s’opposer à cette mesure.

close

volume_off

"Le port du masque a en réalité augmenté le nombre de décès de 50%"

La conclusion de l’étude est sans appel : "Contrairement à l'idée reçue selon laquelle le nombre de morts diminuerait grâce aux masques puisqu’ils permettent de réduire les taux d’infection, les résultats de cette étude démontrent que ce n’est pas le cas". Et pour cause : le nombre de morts aurait augmenté en raison de l’obligation du port du masque, peut-on lire : "Les résultats de cette étude suggèrent fortement que le port du masque a en réalité augmenté le nombre de décès de 50% par comparaison avec les comtés qui n’ont pas adopté cette mesure".

L’étude tente d’apporter une explication à l’augmentation du nombre de décès liés au Covid-19 au sein des comtés qui ont rendu le port du masque obligatoire : "Une raison qui pourrait probablement expliquer l’augmentation du risque relatif suite à l’obligation du port du masque : les virions qui pénètrent dans le tissu du masque, ou ceux qui sont recrachés sous forme de gouttelettes et qui imprègnent le tissu, après évaporation rapide des goutelettes, les gouttelettes hypercondensées ou les virions purs (virions ne se trouvant pas à l'intérieur d'une gouttelette) sont de nouveau respirés depuis une très courte distance lors de l'inspiration".

Selon cette théorie, baptisée "effet Foegen", "les virions du Covid-19 se propagent plus profondément dans les voies respiratoires en raison de leur petite taille".

Et de poursuivre : "Ils contournent les bronches et sont inhalés profondément dans les alvéoles, où ils peuvent provoquer une pneumonie au lieu d'une bronchite, ce qui serait typique d'une infection virale".

En conclusion, l’étude souligne que "ces résultats suggèrent que l'utilisation du masque pourrait constituer non pas une protection mais une menace encore inconnue, ce qui fait de son obligation une mesure épidémiologique discutable".

Voir aussi : Les masques pourraient générer des cancers : l'avocat Jean-Pierre Joseph lance une procédure

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/societe-sante/etude-les-masques-ont-cause-plus-de-deces-covid

 

Dans SANTE

COMBIEN DE MORTS VOUS FAUT-IL ?

Par Le 27/05/2022

Combien de morts vous faut-il?

Par Maryse Laurence Lewis

Mondialisation.ca, 25 mai 2022

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 34   0  6  40

Avis à ma dizaine de lecteurs fidèles! Beaucoup des arguments inscrits ici ont déjà été formulés dans des articles précédents. Cependant, il est important d’investiguer le cas de Mathieu Nadeau-Vallée et je désirais partager avec vous cette lettre, afin de vous inciter à en écrire, vous aussi, à nos élus.

M. François Legault, Premier ministre du Québec

Vous avez levé les principales mesures, liées à l’épidémie, et je vous en remercie. Avant d’y modifier quoi que ce soit, je vous invite à lire attentivement cette requête. 

Refuser l’obligation vaccinale ne signifie pas s’opposer aux vaccins

► Dès que quelqu’un demande à ce qu’on respecte le libre choix des gens, à recevoir ou non un vaccin anti-covid, on diffame la personne, en prétendant que son attitude est anti-scientifique. Rappelons-donc ce qu’est la science, la vraie.

► En science, on émet des hypothèses et on doit les prouver, par des faits et des expériences pouvant être répétées, afin de s’assurer de résultats semblables. 

► Votre propre document intitulé « Guide auto-soins », distribué à la population en 2020, affirmait que 80% des gens atteints de Covid en guérissaient, sans traitement particulier. Les individus à risque étant les personnes âgées, les diabétiques, ceux ayant une maladie respiratoire, cardiaque ou le VIH. 

► Les grippes saisonnières ne pourront jamais être éradiquées. Même le site de Santé Canada stipule qu’après des années de campagnes d’injections du vaccin contre l’influenza, le taux de mortalité n’a presque pas diminué. 

► Les médecins savent que les enfants ne doivent pas être élevés dans un environnement trop aseptisé, sauf dans les cas de leucémie. Il est normal qu’ils attrapent parfois un rhume ou une grippe qui ne dure que quelques jours. Il est par contre extrêmement nuisible qu’on réduise leur absorption d’oxygène, et les oblige à ravaler du dioxyde de carbone, en les contraignant à porter un masque, pendant des heures, alors qu’ils sont en pleine croissance. 

Ayez des statistiques scientifiques et non unilatéraux

Vous ne pouvez pas dire que les gens présentant des symptômes de grippe doivent être considérés porteurs de la Covid. La science exige ceci :  

► Comptabiliser le nombre de personne déclarées « positives » lors d’un test, et qui n’ont développé aucune grippe, même sans vaccin.

► Évaluer le nombre de gens ayant été vaccinés trois ou quatre fois et ayant eu la Covid malgré cette prévention.

► Vous ne pouvez pas affirmer que ces individus auraient été hospitalisés ou seraient morts, s’ils n’avaient pas reçus de vaccins : vous ne pouvez pas en avoir la preuve, alors qu’il est indéniable qu’ils ont eu une grippe sévère même en étant vaccinés.

► Pour tout remède, on précise sur le contenant « telle substance ne doit pas être prise en même temps que le médicament en question ». Actuellement, on injecte le vaccin de Pfizer à des gens qui ont d’abord reçu celui d’AstraZeneca, ou vice-versa, et aucun test n’a été réalisé pour connaître les effets de cette chimie variée dans l’organisme. 

► Dans les publicités en faveur de la vaccination, le gouvernement fédéral ne mentionne pas les effets secondaires possibles, alors que les sites officiels des producteurs de vaccins, eux, les énumèrent. 

► Vous ne pouvez pas nier que des sportifs de haut niveau ont vu réduire leurs performances, suite à l’injection d’un vaccin anti-covid.

► Le nombre de gens vaccinés n’équivaut pas à un nombre de citoyens préservés d’une grippe sévère ou d’un décès. La plupart des personnes ayant une santé ordinaire n’avaient aucun risque de mourir d’une grippe, même à syndrome respiratoire sévère. 

► Demander à ce que les gens commencent à porter des masques, en juillet, alors que la température atteint souvent 30 degrés Celsius, ce n’est pas scientifique! Seules les personnes déjà affaiblies par une maladie ou la vieillesse contractent une grippe l’été. Les sites de statistiques, concernant les résidences pour personnes âgées, les CHSLD et les Centres de santé, le prouvent : même dans ces lieux où vivent les citoyens les plus fragiles, on souffre peu de grippe entre juin et septembre.

► Au mieux, nous avons la démonstration que les vaccins sont inefficaces. Au pire, ils provoquent des effets secondaires, le plus souvent bénins, mais parfois graves et irrémédiables, chez des gens naguère en bonne santé qui avaient peu de chance de souffrir d’une infection.

Et si on accordait la même publicité au cancer?

Il n’y a pas que les virus qui affaiblissent le système immunitaire. L’anxiété y parvient aussi. En deux ans, les alertes, les répétitions de statistiques de décès, les journaux à sensations étalant des cas graves, tout ceci nuit à la population. Et pourtant, bien que l’on sache que le cancer est causé majoritairement par le mode de vie, le stress, le manque de sommeil, le surmenage, la mauvaise alimentation et les additifs chimiques dans la nourriture, on ne retire pas du marché les produits dommageables. Cependant, en 2010, les cancers provoquaient 228 décès par 100,000 habitants, au Québec!

Au lieu de médire contre les gens qui refusent un vaccin, dont beaucoup travaillent en milieu hospitalier et savent ce qui s’y passe réellement, tout en ayant plus de connaissances en biologie que les journalistes de médias à grands tirages, vous devriez proposer de fermer les laboratoires de niveaux P4, dans lesquels on réactive ou conserve les pires virus. Aucun ne fabrique de vaccin à temps, mais tous sont un danger potentiel, comme ce fut le cas au laboratoire de Marburg, en Allemagne, malgré les systèmes de vigilance sophistiqués. 

La pharmaceutique Pfizer est une entreprise criminelle

Il est prouvé que les délégués envoyés par Pfizer, en Argentine, pour négocier le prix de vente des vaccins aient voulu insérer, dans le contrat, des clauses sans lien avec la santé. On a profité des conditions sanitaires, pour tenter de soutirer des avantages qui ne sont rien de moins qu’une mainmise sur la souveraineté du pays : des droits de pêche et des droits sur la zone touristique des glaciers de Patagonie. Ce fait à lui seul justifierait une mise en accusation de cette entreprise. ¹

Les principaux promoteurs d’une vaccination massive sont en collusion avec Pfizer

La Présidente de l’Union Européenne, Ursula von der Leyen, est une amie du directeur de Pfizer. 

L’ancienne Ministre de la Santé française, Agnès Buzyn, reçut une subvention de Pfizer.

Bill Gates est le plus grand souteneur financier de l’Organisation Mondiale de la Santé et a investi dans tous les vaccins, si on excepte le sputnik des Russes. Il ne pouvait ignorer que les doses de Moderna devaient être conservées sous extrême congélation. En Afrique du Sud, les cargaisons ont été entreposées à plus de 28 degrés Celsius. C’est une négligence criminelle. 

Au Québec, Mathieu Nadeau-Vallée est devenu la coqueluche des promoteurs de vaccins! Ses études furent réalisées à la chaire de pharmacologie de l’Université de Montréal, financée en grande partie par Pfizer. En 2016, il s’est vu décerner le prix SRI (Society for Reproductive Investigation) à l’Annual Scientific Meeting, dont les sommes proviennent de Pfizer. Le Fonds de Recherche en Santé du gouvernement québécois, renfloué depuis 2008 par dix millions de dollars injectés par Pfizer, a doté Mathier Nadeau-Vallée d’une bourse, pour son projet de maîtrise de 2015-2016. Il fut intronisé au Temple de la renommée médicale du Canada, en recevant le prix Jim Glionna, dont ne bénéficient pas 25 étudiants, mais un seul. Une récompense commanditée par Gestion financière MD, vendu en 2018 à la Royal Scotia Bank, laquelle abrite comme actionnaires, Vanguard et Capital Research Management, également actionnaires de Pfizer. Le contrat entre Gestion financière MD et la Banque Scotia inclus une entente de dix ans obligeant l’Association Médicale Canadienne à promouvoir cet institut comme fournisseur privilégier de produits financiers pour les médecins. Pfizer finance aussi l’Institut du Centre Universitaire de Santé de McGill. ²

Il existe des lois anti-monopole. Il en faudrait pour préserver la neutralité scientifique. Quant à moi, je décerne à Mathieu Nadeau-Vallée la mention d’excellence en prostitution scientifique. Qui détient plus de conflits d’intérêts, de collusion, de trafic d’influence, que cet éminent élu incitant les jeunes à recevoir des injections de substances chimiques, pour une infection dont ils ne peuvent pâtir, à moins d’être affaiblis par la leucémie? Il ferait bien de se consacrer uniquement aux recherches liées à la gestation humaine, au lieu de contribuer à avorter l’avenir des jeunes. Un des modèles favoris de M. Nadeau-Vallée s’avère Hans Selye, dont les recherches sur le stress n’ont pas consisté à recommander un mode de vie équilibré, mais à torturer des chiens et des chats, en plus des cobayes habituels. 

Combien vous faut-il de morts et d’effets secondaires, pour mettre fin à la panique de la Covid et à la multiplication des vaccins qui n’empêchent pas de contracter une grippe? 

Confieriez-vous votre argent à un banquier connu pour corruption, fraude et vol? C’est ce que vous faites, depuis deux ans, en achetant les doses d’ARNm de Pfizer. Et dans le cas des vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson, les risques de thromboses ou de syndrome de Guillain-Barré sont plus fréquents que les possibilités de mourir de la Covid.

La variole du singe (monkeypox)

N’oubliez pas que le vaccin produit par AstraZeneca utilise, comme véhicule viral, un adénovirus de chimpanzé! Au lieu de vouloir vacciner davantage, pour cette maladie, en plus de la Covid, il serait plus prudent d’étudier la provenance de cette souche. ³

Tout comme dans votre guide auto-soins, on commence en disant qu’il y a peu de cas, que l’on en guérit  après quelques semaines, bien que le développement s’effectue en deux phases. Cette infection se propage par un virus qui pénètre par des lésions de la peau, les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux, sans oublier les organes génitaux. Lorsqu’on évoque les victimes potentielles de cette vérole, on s’exprime avec précaution, en avisant « les hommes qui vivent ensemble ». On n’ose pas dire les homosexuels. Tout comme les victimes du SIDA ne sont plus nommées sidatiques, cela ressemble trop à une maladie! On les appelle sidéens. Par contre, on ne se gène pas lorsqu’on insulte les gens qui ont des connaissances en médecine ou en biologie et qui refusent les vaccins peu testés. Pourtant, le SIDA tue un million de personnes par an dans le monde. Et on ne ferme pas les lieux de rencontres pour guays, on ne demande pas le confinement des gens détectés positifs. 

Je le répète : au mieux les vaccins anti-covid sont inefficaces et coûteux, au pire, ils provoquent des effets secondaires. Et à long terme, personne ne sait ce qu’il adviendra des injections réitérées, provenant de techniques aussi distinctes que celles recourant à un virus atténué ou inactivé, à des protéines recombinantes ou à l’ARNm.

Contrairement aux journalistes des grands médias ayant peu de connaissances en science, je n’ai jamais cessé d’étudier la biologie. Ne me traitez donc pas de conspirationniste, ce n’est pas un argument. 

Si votre gouvernement n’est pas assujetti aux entreprises privées et aux pharmaceutiques milliardaires, réfléchissez avant de promulguer à nouveau des mesures qui n’ont aucune efficacité prouvée. Rester chez soi si l’on sent de la fièvre, se couvrir le nez et la bouche en cas de grippe, se laver les mains avant d’entrer dans un lieu où l’on manipulera des produits, c’est plus efficace que l’injection, à répétition, de produits chimiques à peine testés.

Maryse Laurence Lewis

 

Notes / Références :

1.1 https://ladiaria.com.uy/politica/articulo/2017/2/macri-pretende-flexibilizar-la-ley-de-glaciares-para-favorecer-el-desarrollo-de-la-mineria/

1.2 https://www.nodal.am/2018/08/via-libre-para-la-extranjerizacion-de-la-tierra-bosques-y-acuiferos-argentinos-por-claudio-della-croce/

1.3 Déclaration du médecin Jorge Rachid : La demande occultée expliquant le retard de l’accord entre l’Argentine et Pfizer :

https://sinmordaza.com/noticia/163894-el-pedido-oculto-detras-del-retraso-acerca-del-acuerdo-entre-argentina-y-pfizer.html

2.https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1784551/astrazeneca-johnson-johnson-vaccins-soupcons-adenovirus

3.https://www.lapresse.ca/affaires/economie/services-financiers/201805/31/01-5184018-la-banque-scotia-achete-gestion-financiere-md-pour-25-milliards.php

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Maryse Laurence Lewis, Mondialisation.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/combien-de-morts-vous-faut-il/5668442

Dans SANTE

DOCTEUR GERARD DELEPINE : L'ECHEC AVERE DES PSEUDO VACCINS COVID

Par Le 01/05/2022

L’échec avéré des vaccins Covid

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 01 mai 2022

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 1   0  0  1

Pendant plus d’un an l’OMS, notre gouvernement et les médias ont prétendu et répété sans cesse :

« Les vaccins sont efficaces à 97 %[1] ; se vacciner vous protège et protège les autres ; tous vaccinés tous protégés ; être vacciné protège des formes graves ».

Toutes ces affirmations sont fausses. Les chiffres publiés par l’OMS sur l’évolution de l’épidémie et la mortalité démentent totalement cette propagande pro vaccinale marchande.

Les pseudo vaccins anti-covid sont incapables d’éviter les contaminations

Au 27 avril 2022, un total de 11 438 720 838 doses anti-covid ont été injectées à près de la moitié de la population mondiale. Mais ces injections loin de ralentir l’épidémie paraissent l’avoir stimulée[2] avec l’émergence de variants plus contagieux apparaissant dans les pays les plus vaccinés. Au total au 27 avril 2022, après quinze mois de campagnes d’injection, l’OMS a comptabilisé 8 fois plus de cas qu’avant les injections montrant que les vaccins ne protègent personne de la contamination et sont incapables d’arrêter l’épidémie.

Cette recrudescence de l’épidémie affecte surtout les régions les plus vaccinées, l’Europe et les Amériques qui regroupent 75 % des nouveaux cas pour 25 % de la population mondiale.

Dans ces régions les pays les plus vaccinés ont subi les plus fortes poussées de contaminations contrairement aux pays adeptes des traitements précoces

L’efficacité d’une vaccination se mesure à sa capacité d’empêcher la contamination des vaccinés et la transmission aux contacts permettant de stopper l’épidémie. Cette évolution paradoxale de l’épidémie démontre que les slogans gouvernementaux « la vaccination est efficace à 97 % ; se vacciner vous protège et protège les autres ; tous vaccinés tous protégés » sont totalement mensongers.

Les vaccins n’évitent ni les formes graves ni la mort par covid

La vaccination en Grande-Bretagne ne diminue pas le risque d’être hospitalisé en réanimation : les vaccinés sont autant hospitalisés en réanimation, ainsi que le montre le pourcentage d’hospitalisation selon le statut vaccinal publié par Public Health England.

Au Canada, les chiffres des dernières semaines montrent que les vaccinés ont une mortalité supérieure aux non-vaccinés !

La fréquence des formes graves se mesure à la mortalité Covid. Les données de l’OMS mises en courbes par Our world in data montrent qu’au 21 avril 2022 les pays champions de la vaccination souffrent d’une mortalité Covid par million d’habitants nettement plus élevée (Pérou 6377/M, Grande-Bretagne 2539/M, Malte 1326/M, Gibraltar 2997/M, USA 2975/M, Italie 2688/M, France 2149/M, Israël 1146/M) que les pays qui ont utilisé les traitements précoces (Algérie 154/M, Madagascar 49/M, Inde 374/M, Afrique 184/M) et que la situation des pays très vaccinés s’est nettement aggravée dans les derniers mois.

Les injections anti-covid ne protègent donc pas des formes graves alors que les traitements précoces tels que l’hydroxychloroquine, Artémisine, ivermectine y parviennent.

L’échec des injections anti-covid à prévenir les formes graves et la mort est d’ailleurs évident lorsqu’on observe la même mortalité Covid en Israël championne des injections Pfizer et en Palestine peu vaccinée :

L’immunité collective par la vaccination n’était qu’un mythe !

La très grande majorité des agences qui préconisaient la pseudo vaccination pour créer une immunité vaccinale protectrice ont depuis reconnu qu’il s’agissait d’un mythe inatteignable, que ce soit en Grande-Bretagne[3], en Islande[4], en Espagne[5] à Singapour[6], en Belgique[7], en Norvège[8]…

L’OMS elle-même a déclaré que les doses de rappel ne mettront pas fin à la pandémie [9] et ses experts ont précisé dix jours plus tard « Une stratégie de vaccination basée sur des rappels répétés » des premiers vaccins « a peu de chances d’être appropriée ou viable ».

Ils ont aussi reconnu implicitement que les vaccins actuels étaient peu efficaces en espérant « des vaccins contre le Covid-19 ayant un impact élevé en matière de transmission et de prévention de l’infection, en plus de prévenir les formes graves de la maladie et la mort, sont nécessaires et doivent être développés ».[10]

Depuis lors, le Danemark a interrompu sa campagne de vaccination et la Pologne refuse officiellement de « prendre ou de payer plus de vaccins contre le Covid-19 pour le moment ».

Ces pseudo vaccins expérimentaux inefficaces sont dangereux

Au 23/04/2022 le site EudraVigilance responsable de la surveillance des effets secondaires des médicaments dans l’Union européenne recensait :

20 453 décès et 2 113 249 complications après injection ARNm Tozinameran (code BNT162b2, Comirnaty) de BioNTech/PFIZER

11 757 décès et 687 334 complications après injection d’ARNm SPIKEVAX/ARNm-1273 (CX-024414) de MODERNA

1 241 710 complications dont 8 927 décès après vaccin AZD1222/VAXZEVRIA (CHADOX1 NCOV-19) d’Oxford/AstraZeneca

Comme Eudravigilance ne recommande pas d’autopsie systématique après les décès post-injection, un lien de causalité certain ne peut pas être affirmé entre les pseudo vaccins et toutes les complications observées, mais l’énormité de tels chiffres, jamais observés pour aucun autre médicament, constitue un signal d’alarme considérable et il est incompréhensible que nos autorités fassent semblant de les ignorer.

Qu’attendent nos autorités sanitaires pour cesser de croire et de baser leur politique sanitaire sur des simulations fausses réalisées par des épidémiologistes liés aux entreprises des vaccins, et enfin considérer les faits avérés et interrompre leur campagne pro vaccinale inefficace, mensongère et délétère en recommandant, en cas de besoin, les traitements précoces qui ont fait leurs preuves dans tous les pays qui les ont utilisés ?

La persévérance dans leur volonté d’imposer par tous les moyens ces médicaments expérimentaux, quel qu’en soit le coût humain met gravement en cause leur responsabilité.

Dr Gérard Delépine

 

 

Notes :

[1] https://www.20minutes.fr/sante/2996451-20210311-coronavirus-vaccin-pfizer-efficace-97-contre-cas-symptomatiques-selon-etude

[2] Pr D Raoult « Ce que nous sommes en train de voir et d’analyser, c’est que les vaccins ont augmenté l’épidémie. Sud radio 11/1/2022

[3] Andrew Pollard chef du Oxford Vaccine Group : l’immunité collective est un « mythe »

[4] Þórólfur Guðnason, a déclaré le 8 août 2021 : « Obtenir l’immunité collective par la vaccination générale est hors d’atteinte »

[5] En Espagne, le Premier ministre Pedro Sánchez a déclaré à la mi-janvier que « la pandémie serait à l’avenir traitée comme la grippe »

[6] Devant l’échec de la vaccination massive incapable d’empêcher l’explosion Omicron le gouvernement a décidé d’opter pour une stratégie consistant à vivre avec le virus.

[7] Devant l’explosion des cas malgré 80 % de couverture Steven Van Gucht a reconnu : « Si le variant d’origine de Wuhan avait encore été dominant, nous aurions déjà atteint cette immunité collective et ce serait terminé maintenant. Nous avons été malchanceux ».

[8] « Nous devrons vivre avec des chiffres d’infection élevés, et nous pouvons vivre avec des chiffres d’infection élevés », a déclaré par le Premier ministre Jonas Gahr Støre.

[9] Déclaration de Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le 22 décembre à Genève
https://www.france24.com/fr/sant%C3%A9/20211222-l-oms-affirme-que-les-doses-de-rappel-ne-mettront-pas-fin-%C3%A0-la-pand%C3%A9mie

[10] https://www.europe1.fr/sante/pour-loms-combattre-la-pandemie-a-coups-de-doses-de-rappel-nest-pas-une-strategie-viable-4087273

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépine, nouveau-monde.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/lechec-avere-des-vaccins-covid/5667793

Dans SANTE

CONSEQUENCES DU COVID-19 CHEZ LES ENFANTS : D’UNE CRISE SANITAIRE A UNE « PANDEMIE MENTALE »

Par Le 19/03/2022

Conséquences du Covid-19 chez les enfants: d'une crise sanitaire à une "pandémie mentale"

 Publié le 18/03/2022 à 15:39

"Les cas d’anxiété et de dépression sont en hausse de 25 % dans le monde en raison de la pandémie de COVID-19".

Pixabay

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...387

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

Relativement absentes du débat pendant près de deux ans, les conséquences psychologiques de la crise du Covid-19 sont aujourd'hui avérées et inquiétantes, particulièrement chez les plus jeunes. En Espagne, les enfants sont au centre de l'attention. Et pour cause ! "Les demandes de consultation en psychiatrie infantile, liées à des problèmes de sommeil ou d'anxiété, sont en hausse de 15 % à 22 % selon les régions", rapporte l'Express. Mais ce n'est pas tout, car l'on parle aussi d'un "taux de suicide jamais vu", de "phobie scolaire", de "toxicomanie", ou d'une explosion des blessures "d'automutilation"... La péninsule ibérique est loin d'être seule à s'en préoccuper.

Observatoire national du suicide, UNICEF, OMS...

C'est désormais de concert que les organismes internationaux s'intéressent à la dimension psychologique de la crise.

Le jeudi 3 février dernier, l'Observatoire national du suicide, dans sa 37ème parution, consacrait un dossier complet aux conséquences mentales du Covid-19, notamment chez les plus jeunes. Des études ont été réalisées en Australie, au Japon, au Canada... mettant en exergue cette "nouvelle" préoccupation sanitaire.

Point d'orgue de cette nouvelle vague, l'Organisation mondiale de la Santé publiait un rapport au titre éloquent le 2 mars 2022 : "Les cas d’anxiété et de dépression sont en hausse de 25 % dans le monde en raison de la pandémie de COVID-19". Selon l'OMS, "les jeunes et les femmes sont les plus touchés", et la principale explication de ce phénomène est "l'isolement social".

Lire aussi : "Les enfants sont les grandes victimes de la crise sanitaire" selon le maire Lionnel Luca

Mieux vaut tard que jamais ?

En octobre 2021, l'UNICEF mettait déjà en garde contre "les effets néfastes de la Covid-19 sur la santé mentale des enfants et des jeunes", assurant qu'il ne s'agissait que de la "partie émergée de l'iceberg". À ce moment-là, une étude de la London School of Economics prévoyait que "la contribution aux économies perdue en raison des troubles mentaux entraînant un handicap ou un décès parmi les jeunes est estimée à près de 390 milliards de dollars par an".

Dès 2020, des voix alertaient pourtant. Ainsi, Gérard et Nicole Delépine, en août 2020 : Le port obligatoire du masque pour les enfants, c’est de la maltraitance !, ou encore : "Masques obligatoires, jeunesse et enseignement, des dangers sous-estimés" (septembre 2020). Des professionnels en psychologie, psychanalyse, pédiatrie et pédopsychiatrie , qui publiaient en décembre 2020 une tribune : "Impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants : un constat clinique alarmant", prolongée d'un "debriefing" avec les psychologues Ariane Bilheran, Amandine Lafargue et Marie-Catherine Thevenet.

D'autres personnalités, parmi lesquelles les psychologues Sonia Delahaigue et Marie-Estelle Dupont, la députée Martine Wonner ou encore l'actrice Béatrice Rosen ont également sonné l'alarme... Aujourd'hui, le collectif des Mamans Louves fait front pour défendre les intérêts des enfants.

Lire aussi : Marie-Estelle Dupont : "hors sujet de culpabiliser les êtres humains d’avoir des besoins et des désirs"

https://www.francesoir.fr/societe-sante/consequences-covid19-enfants-pandemie-mentale

Dans SANTE

Prof MICHEL CHOSSUDOVSKY : LA PANDEMIE COVID-19 N'EXISTE PAS

Par Le 18/03/2022

La pandémie Covid-19 n’existe pas

Partie I

Par Prof Michel Chossudovsky

Mondialisation.ca, 18 mars 2022

Thème: 

Analyses: 

 218   10  8  292

Cet article a été publié initialement le 16 novembre 2021 sur Mondialisation.ca

Introduction

Il y a beaucoup de confusion et de désinformation concernant la nature de la soi-disant « pandémie » de Covid-19.

La définition d’une pandémie est rarement mentionnée par les gouvernements et les grands médias.

Ce qui confirme l’existence d’une pandémie, ce n’est pas seulement le nombre de personnes touchées par la Covid-19, mais aussi il faut des preuves fiables d’une épidémie qui se propage sur une vaste zone géographique « y compris plusieurs pays ou continents ».

« Une pandémie est une épidémie qui se généralise et touche toute une région, un continent ou le monde » (Nature)

La définition ci-dessus ne décrit en aucune façon la propagation présumée du CoV-2 du SRAS.

Il n’y a jamais eu de pandémie

J’ai longuement étudié cette question depuis janvier 2020 et j’en suis arrivé à la conclusion sur la base de définitions pertinentes, de l’historique de la crise corona ainsi que des « estimations » officielles de l’OMS sur les « cas positifs au Covid » qu’il n’y a jamais eu de pandémie.

Au début de la crise corona, le nombre de cas dits positifs confirmés était extrêmement faible, à commencer par 83 cas positifs en dehors de la Chine (6,4 milliards de personnes). Ces chiffres ridiculement bas ont néanmoins été utilisés pour justifier l’annonce d’une urgence de santé publique mondiale le 30 janvier 2020, menant six semaines plus tard à la déclaration officielle d’une pandémie mondiale le 11 mars 2021 (44 279 cas positifs au covid en dehors de la Chine).

Test, test, test

Ce n’est qu’à la suite de l’annonce officielle de la pandémie (le 11 mars 2020) que le nombre de cas de Covid-19 est devenu élevé. Et cela n’avait rien à voir avec la propagation présumée de la maladie dans les principales régions du monde.

Un appareil de dépistage du Covid hautement organisé a été mis en place. Le mandat était le test test test. 

Pendant ce temps, la Fondation Gates et d’autres philanthropes milliardaires ont ont considérablement investi dans les tests PCR-RT.

Capture d’écran, Forbes, 1er juillet 2021

Le test de réaction en chaîne de la polymérase (PCR-RT)

Le test PCR-RT « personnalisé » et invalide (qui n’identifie en aucun cas le virus SARS-CoV-2) a été utilisé dans le monde entier pour générer des millions de cas erronés positifs au Covid. Ces derniers ont ensuite été utilisés pour soutenir l’illusion que la prétendue pandémie était réelle et que le virus SARS-CoV-2 se propageait sans relâche dans toutes les grandes régions du monde.

Cette évaluation basée sur des chiffres erronés a ensuite été utilisée pour mener la campagne de peur.

Des chiffres erronés de cas positifs font maintenant partie d’une immense base de données, associée à de fausses données sur la mortalité dite de la Covid-19.

À leur tour, ces millions de cas positifs sont ensuite utilisés pour justifier chaque politique liée à la Covid-19 adoptée depuis mars 2020, y compris le confinement, le confinement de la main-d’œuvre, la distanciation sociale, le masque facial, la fermeture d’écoles, de collèges et d’universités, la suspension d’événements culturels et sportifs, etc.

Cette compilation des cas positifs de Covid a également servi de prétexte pour justifier la « fermeture » de l’économie mondiale en mars 2020 (« fermeture » simultanée de 190 économies nationales des États membres des Nations Unies) prétendument en vue de sauver des vies.

Et depuis décembre 2020, la prétendue « pandémie de Covid-19 » est utilisée pour convaincre les gens du monde entier que le vaccin contre la Covid-19 (accompagné du passeport vaccinal) est la « solution » pour freiner la propagation de la maladie.

Définir la pandémie

En analysant l’évolution de la crise Covid-19, nous devons faire la distinction entre trois concepts importants : l’apparition de la maladie, l’épidémie et la pandémie.

L’épidémie constitue :

« une augmentation soudaine de l’incidence d’une maladie » et se limite généralement à une zone localisée ou à un groupe spécifique de personnes. Si une épidémie devient plus grave et moins localisée, elle peut être qualifiée d’épidémie. Si elle s’élargit encore davantage et touche une partie importante de la population, la maladie peut être qualifiée de pandémie. Webster-Merriam

[Définition en français du dictionnaire médical: Une épidémie est définie par l’augmentation rapide de l’incidence d’une maladie en un lieu donné, pendant une période donnée.]

L’épidémie est définie comme l’éclosion d’une maladie :

« affectant ou ayant tendance à affecter en même temps un nombre extrêmement important d’individus au sein d’une population, d’une communauté ou d’une région. »

La pandémie est définie de manière générale comme une expansion de l’épidémie :

« Une épidémie d’une maladie survenant sur une vaste zone géographique (comme dans plusieurs pays ou continents) et affectant généralement une proportion importante de la population » (Webster-Merriam, soulignement ajouté)

Sur la base des définitions ci-dessus, ainsi que des données publiées par les autorités sanitaires chinoises concernant les cas positifs, il y a eu une épidémie de la maladie à Wuhan, dans la province du Hubei, à la fin décembre 2019.

Un examen des données ayant conduit à la décision officielle de l’OMS de déclarer une pandémie le 11 mars 2020 confirme ce qui suit :

aucune preuve d’une pandémie, caractérisée par une épidémie de Covid-19 « sur une vaste zone géographique telle que dans plusieurs pays ou continents »

 Les données officielles publiées par l’OMS concernant la propagation présumée de la Covid-19 ne confirment l’existence ni d’une épidémie ni d’une pandémie.

L’urgence de santé publique de portée internationale (USPPI)

La première étape vers la construction d’un faux consensus sur la propagation de cette maladie a été lancée le 30 janvier 2020 avec la décision de l’OMS de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI).

En vertu du Règlement sanitaire international (RSI) de 2005, les États membres de l’OMS ont « l’obligation légale de répondre rapidement à une PHEIC ».

Sans la moindre preuve, le directeur général de l’OMS a déclaré la USPPI, soulignant

« un risque pour la santé publique d’autres États en raison de la propagation internationale de la maladie et d’exiger potentiellement une réponse internationale coordonnée ».

Cet avertissement indiquait la survenue possible d’une pandémie.

Une urgence sanitaire mondiale basée sur 83 cas positifs de  Covid-19 en dehors de la Chine

La  USPPI du 30 janvier 2020 laisse entendre la possibilité d’une pandémie. Dans un avis publié le 19 décembre 2019 (à peine deux semaines avant l’épidémie de Wuhan), l’OMS a reconfirmé la définition de la USPPI :

« une situation qui est :

grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue ;

a des implications pour la santé publique au-delà de la frontière nationale de l’État concerné ;

peut nécessiter une action internationale immédiate. »

L’appel d’une USPPI était une décision frauduleuse de la part du directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Pourquoi ? Parce qu’au 30 janvier 2020, il y avait 83 cas positifs de Covid en dehors de la Chine pour une population de 6,4 milliards de personnes.

83 cas dans 18 pays, et seulement 7 d’entre eux n’avaient aucun antécédent de voyage en Chine (voir OMS, 30 janvier 2020).

Les « preuves » indiquent une fraude

Il n’y avait rien de « sérieux, soudain, inhabituel ou inattendu » qui nécessitait une action internationale immédiate.

Ces chiffres ridiculement bas, qui n’ont pas été mentionnés par les médias, n’ont pas empêché le lancement d’une campagne mondiale de peur.

Dans la semaine précédant cette décision historique de l’OMS. La USPPI a fait l’objet de « consultations » au Forum économique mondial (FEM), Davos (21-24 janvier). Le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros était présent à Davos. Ces consultations ont-elles contribué à influencer la décision historique de l’OMS de déclarer une USPPI le 30 janvier 2020 ?

Y a-t-il eu un conflit d’intérêts tel que défini par l’OMS ? Le plus grand donateur de l’OMS est la Fondation Bill et Melinda Gates, qui, avec le FEM et le CEPI, avait déjà annoncé à Davos le développement d’un vaccin contre la Covid-19 avant le lancement historique de la USPPI le 30 janvier.

Le directeur général de l’OMS avait le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Big Pharma et du Forum économique mondial (FEM). (Voir Michel Chossudovsky, livre E, chapitre II)

« Divisions » au sein de l’OMS

Il semble que la décision du directeur général de l’OMS de déclarer une USPPI a été prise en marge du Forum économique mondial (FEM) à Davos (21-24 janvier), chevauchant la réunion du Comité d’urgence de l’OMS à Genève le 22 janvier 2020. Selon le procès-verbal de cette réunion (extrait ci-dessous), il y avait des divisions au sein du comité d’urgence concernant la convocation d’une USPPI.

Le 22 janvier, les membres du Comité d’urgence ont exprimé des points de vue divergents sur la question de savoir si cet événement constitue une ou non. À l’époque, l’avis était que l’événement ne constituait pas une USPPI, mais les membres du Comité se sont mis d’accord sur l’urgence de la situation et ont suggéré que le Comité soit convoqué de nouveau dans quelques jours pour examiner davantage la situation.

Les « points de vue divergents » sont un euphémisme. Il y a eu une ferme opposition à la mise en œuvre de la USPPI. 83 cas positifs le 30 janvier « ne constituent pas une USPPI« .

Je dois mentionner que la première USPPI remonte à 2009. Elle a été inaugurée par l’OMS en relation avec la pandémie de grippe porcine H1N1, qui s’est avérée être une fraude.

Le 29 janvier 2020, la veille du lancement de la USPPI(enregistré par l’OMS), il y a eu 5 cas aux États-Unis, 3 au Canada, 4 en France, 4 en Allemagne.

Il n’y avait pas de « base scientifique » pour justifier le lancement d’une urgence de santé publique mondiale (USPPI).

Et gardez à l’esprit que les chiffres cités ci-dessus sont basés sur des estimations positives de cas Covid générées par la méthodologie PCR-RT litigieuse et contestée.

Capture d’écran du tableau de l’OMS, 29 janvier 2020, (le document pdf n’est plus disponible)

Le 31 janvier 2020 : Décision du président Trump de suspendre le transport aérien avec la Chine

Et ces chiffres extrêmement bas de cas positifs Covid ont ensuite été utilisés par le président Trump pour suspendre le transport aérien en Chine dès le lendemain (le 31 janvier 2020).

… Trump a annoncé qu’il refuserait l’entrée aux États-Unis des ressortissants chinois et étrangers « qui ont voyagé en Chine au cours des 14 derniers jours ». Cela a immédiatement déclenché une crise dans le transport aérien, le transport dans son ensemble, les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine ainsi que les échanges de marchandises et de transport maritime.

…Les cinq soi-disant « cas confirmés » aux États-Unis étaient suffisants pour « justifier » la décision du président Trump le 31 janvier 2020 de suspendre le transport aérien en Chine tout en précipitant une campagne de haine contre les Chinois dans le monde occidental. (Michel Chossudovsky, E-Book Chapitre II)

Cette décision historique du 31 janvier 2020 a ouvert la voie à la perturbation du commerce international des produits de base ainsi qu’à l’imposition de restrictions mondiales sur le transport aérien. Il a également conduit à la faillite de grandes compagnies aériennes, de chaînes hôtelières et de l’industrie touristique dans le monde entier. 

Et tout ce dont ils avaient besoin, c’était d’avoir 83 cas positifs au Covid.

La prochaine étape de la saga COVID-19 se déroule le 20 février 2020.

Les 20 et 21 février 2020. Dr. Tedros indique que la pandémie est imminente. 1073 cas positifs au Covid en dehors de la Chine

Lors d’une conférence de presse le jeudi 20 février après-midi (heure CET) lors d’un briefing à Genève, le Directeur général de l’OMS. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’il était

« préoccupé par le fait que la chance de contenir l’épidémie de coronavirus était « fermée »…

« Je crois que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais que la fenêtre se rétrécit. »

Des absurdités et des mensonges purs et simples. Le jour de la Conférence de presse historique de Tedros (le 20 février 2020), le nombre enregistré de cas confirmés en dehors de la Chine était de 1 073, dont 621 passagers et membres d’équipage du navire de croisière Diamond Princess (bloqué dans les eaux territoriales japonaises). 

Le même jour, 57,9 % des « cas confirmés » mondiaux de Covid-19 provenaient du navire Diamond Princess, ce qui n’Est guère représentatif d’une « tendance statistique » mondiale. D’un point de vue statistique, la décision de l’OMS indiquant une « propagation potentielle du virus dans le monde entier » n’avait aucun sens.

Une quarantaine avait été imposée au bateau de croisière (Voir l’étude NCBI). De nombreux passagers sont tombés malades à cause du confinement sur le bateau. Tous les passagers et l’équipage du Diamond Princess ont fait le test PCR. Sans les données du Diamond Princess, les cas dits confirmés dans le monde entier en dehors de la Chine le 20 février 2020 étaient de l’ordre de 452, sur une population de 6,4 milliards d’habitants. (Voir le graphique ci-dessous indiquant la convention internationale (Diamond Princess))

Inutile de dire que ces soi-disant données ont joué un rôle crucial dans la campagne de peur et l’effondrement des marchés financiers au cours du mois de février 2020.

Capture d’écran, Conférence de presse de l’OMS, 20 février 2020

Remarque : Les chiffres dans le tableau ci-dessus pour le 20 février 2020 indiquent 1 073 cas. 1 076 cas, (conférence de presse de l’OMS)

La déclaration du Dr Tedros (basée sur des concepts et des statistiques erronées) avait préparé le terrain pour l’effondrement des marchés boursiers des 20 et 21 février.

Voici les chiffres (tableau à droite) utilisés pour appuyer les déclarations du Dr Tedros selon lesquels la pandémie est imminente.

Début mars 2020

Les cas positifs covid enregistrés restent extrêmement faibles. Le 5 mars, le directeur général de l’OMS confirme qu’en dehors de la Chine, 2 055 cas ont été signalés dans 33 pays. Environ 80 % de ces cas provenaient de trois pays (la Corée du Sud, l’Iran et l’Italie).

Le 8 mars, trois jours avant la déclaration officielle de la pandémie Covid-19, le nombre de « cas confirmés » (infectés et guéris) aux États-Unis était de l’ordre de 430, passant à environ 600 le 8 mars 2020.

Comparez ces chiffres ridiculement bas à ceux relatifs au virus de la grippe B : Les CDC ont estimé pour 2019-2020 « au moins 15 millions de maladies grippales virales [américaines]… 140 000 hospitalisations et 8 200 décès. (La colline)

Il convient de noter qu’au début du mois de mars, les nouveaux cas déclarés en Chine tombent à deux chiffres. 99 cas enregistrés le 7 mars. Tous les nouveaux cas en dehors de la province du Hubei ont été classés comme des « infections importées » (de pays étrangers). La fiabilité des données reste à établir :

99 nouveaux cas confirmés, dont 74 dans la province du Hubei, … Les nouveaux cas comprenaient 24 infections importées – 17 dans la province du Gansu, trois à Pékin, trois à Shanghai et un dans la province du Guangdong.

Alors que l’épidémie dans la province du Hubei était pratiquement terminée, la fausse pandémie en dehors de la Chine lancée le 11 mars commençait.

11 mars 2020 : La pandémie historique de Covid-19, 44 279 « cas confirmés »

L’OMS a officiellement annoncé une pandémie mondiale à un moment où il y avait 44 279 cas confirmés en dehors de la Chine (6,4 milliards d’habitants). Voici la justification du Directeur général de l’OMS concernant la décision de l’OMS de déclarer une pandémie mondiale :

Comme je l’ai dit lundi, le simple fait de regarder le nombre de cas et le nombre de pays touchés ne raconte pas toute l’histoire.

Sur les 118 000 cas signalés dans le monde dans 114 pays, plus de 90 % des cas se trouvent dans seulement quatre pays, et deux d’entre eux – la Chine et la République de Corée – ont des épidémies en baisse significative.

81 pays n’ont signalé aucun cas et 57 pays ont signalé 10 cas ou moins.

Déclaration absurde et contradictoire. Il n’y avait aucune preuve d’une pandémie en cours.

Ce sont les chiffres utilisés pour justifier le confinement et la fermeture de 190 économies nationales, en vue de sauver des vies.

Aux États-Unis, enregistrés le 11 mars 2020, il y avait selon John Hopkins : 1 335 « cas » et 29 décès (« présumés » plus confirmés par le test PCR).

Aucune preuve d’une pandémie le 11 mars 2020.

Immédiatement après l’annonce de l’OMS du 11 mars 2020, la campagne de la peur est passée à la vitesse supérieure. Les marchés boursiers se sont effondrés le lendemain : Le Jeudi noir (Black Friday).

Le 18 mars 2020, un confinement (lockdown) a été instauré aux États-Unis.

 

La tendance à la hausse des cas positifs Covid dans le sillage du confinement du 11 mars 2020

Ce qui peut être observé dans le diagramme ci-dessous, c’est que les cas positifs Covid enregistrés étaient extrêmement faibles avant la déclaration officielle d’une pandémie le 11 mars 2020 : 44 279 cas en dehors de la Chine. Il n’y avait absolument aucune justification pour imposer le confinement comme moyen de lutter contre une « pandémie » inexistante.

À compter du 11 mars 2020, à la suite du confinement, les gouvernements nationaux ont été exhortés à mettre en œuvre le test PCR-RT à grande échelle, en vue d’augmenter le nombre de cas positifs de Covid dans le monde entier.

Test, test, test : Les chiffres ont commencé à grimper en vue de générer de plus en plus de fausses statistiques.

Regardez le tableau ci-dessous. On remarque un très petit nombre de cas positifs au début mars. Et puis, les cas positifs au Covid ont atteint un niveau très élevé en avril, mai juin 2020.

Michel Chossudovsky

***

Dans la partie II, nous examinerons le rôle du test PCR-RT invalide et comment il a été appliqué pour soutenir l’illusion d’une pandémie mondiale.

Article original en anglais :

The Covid-19 Pandemic Does Not Exist

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

Voir le livre électronique de Michel Chossudovsky, 13 chapitres :

 

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

 

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPA), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (19791983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003) – La mondialisation de la pauvreté,  America’s « War on Terrorism » (2005) – Guerre et Mondialisation, The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à crgeditor@yahoo.com

Voir en anglais : Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

Articles en français de Michel Chossudovsky sur Mondialisation.ca

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/la-pandemie-covid-19-nexiste-pas/5662349

Dans SANTE

PROMOTEURS DE VACCINS, PRENDREZ-VOUS CES STATISTIQUES EN GRIPPE?

Par Le 19/02/2022

Promoteurs de vaccins, prendrez-vous ces statistiques en grippe?

Par Maryse Laurence Lewis

Mondialisation.ca, 18 février 2022

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  2

Quelle que soit notre opinion, au sujet de la Covid et la vaccination, nous pouvons nous accorder sur le fait suivant : ce sont les occupants de ce que l’on nomme Unités de soins de longue durée en centre hospitalier, CHSLD et résidences privées pour aînés, qui sont les plus vulnérables de tous les citoyens, face aux maladies chroniques et aux infections. 

Selon l’Institut National de Santé Publique du Québec, voici le taux de vaccination, 

en date du 10 février 2022 : 

Le nombre de gens considérés adéquatement vaccinés, ayant reçu deux doses :

► En résidences privées pour aînés : 96,1 %

► En CHSLD et Unité de soins en centre hospitalier : 95,2 %

► Malades chronique : 94,3 %

► Travailleurs de la santé : 96,4 %

Le nombre d’individus ayant reçu la troisième dose, dite de rappel :

► En résidences privées pour aînés : 92 %

► En CHSLD et Unité en centre hospitalier : 86 %

► Travailleurs de la santé : 67 %

► Citoyens de 70 ans et plus : 88 %

► Âgés entre 60 à 69 ans : 82 %

► Entre 50 et 59 ans : 66 %

► Entre 40 et 49 ans : 54 % 

Toujours selon cette instance gouvernementale, voici les taux de mortalité, selon le type d’habitation, entre le 13 août  et le 1e décembre 2021 :

► Ressources Intermédiaires : 3 décès

► Résidences privées pour aînés : 53 macchabées

► CHSLD et Unités en centre hospitalier : 37 morts 

Les statistiques de décès, entre le 2 décembre et le 1e janvier 2022 :

Ressources Intermédiaires : 6 trépassés

Résidences privées pour gens âgés : 14 décès

CHSLD et Unités en centre hospitalier : 20 morts

Des statistiques très particulières

Tout en vous rappelant qu’à partir du 10 février, la quasi totalité des citoyens vivant dans ces lieux bien supervisés, recevant des soins médicaux sur place, et ayant reçu à plus de 94 % deux doses de vaccins et à plus de 88 % la troisième dose :

Voici le taux de mortalité entre le 1e janvier et le 15 février 2022 :

► Ressources Intermédiaires : 73 décès

► Résidences pour gens âgés : 315 macchabées

► CHSLD et Unités en centre hospitalier : 337 morts 

La population en général est vaccinée à 91,4 % et, à chaque jour, plus de 29,000 personnes se présentent pour recevoir un vaccin qui est, dans la majorité des cas, la troisième dose. Ne trouvez-vous pas ces taux de mortalité bizarres? De plus, le graphique débute avec le nombre de décès comptabilisés des mois avant première date mentionnée! Et le total indiqué par an, en 2022, ne correspond pas à la mortalité isolée de cette année, mais à la somme des décès antérieurs au mois d’août 2021. ¹

À votre avis, ces statistiques démontrent-elles la responsabilité des non-vaccinés, ou l’inefficacité des vaccins?

Il n’est pas exagéré de dire que les individus âgés de 78 ans et plus fréquentent moins les lieux publics tels que les gymnases, les salles de spectacles, les bars et même les restaurants. Entre le 13 août et le 31 décembre 2021, nous devions tous porter un masque ou nous couvrir le visage dans un lieu public clos. Dès le premier septembre, nous devions présenter un passeport sanitaire pour entrer dans une salle, au Jardin Botanique ou autres lieux normalement assez fréquentés. Durant cette période, on enregistrait entre 9 et 63 décès dans les résidences pour gens âgés et centres de soins. Et on précise que la majorit des mortalités due à la Covid touche les gens de 78 ans et plus. Ces mesures étaient-elles nécessaires?

Voici le taux de mortalité par grippe saisonnière au Québec, selon Statistique Canada :

2005 : 268 morts

2011 : 189 macchabées
2012 : 172 décès

2013 : 443 trépassés

2014 : 473 morts

2015 : 693 macchabées
2016 : 213 décès

2017 : 435 trépassés

2018 : 1046 morts
2019 : 390 macchabées

2020 : 340 décès

Quant aux pneumopathies, la moyenne entre l’an 2002 et 2020 était de 1,294 trépassés par an. ²

Les facteurs aggravants

Au Québec, les variations extrêmes de température, durant l’hiver, affaiblissent notre système immunitaire. Imaginez, en plus, les individus doublement ou triplement vaccinés, qui doivent chaque fois contrer dans leur organisme l’infiltration d’une capside de virus que leurs globules blancs cherchent à neutraliser. Et dans les cas de vaccins à l’ARNm, ce sont leurs propres cellules qui synthétisent l’enveloppe virale qu’elles devront combattre… 

Lorsqu’on parle de surmortalité et qu’on en montre le graphique, sa courbe ne suit pas toujours celle de la hausse des décès attribués à la Covid et n’y est donc pas nécessairement liée. En 2021, et en 2022 surtout, les températures froides ont certainement ajouté à l’affaiblissement des personnes âgées. Il y a quelques années, une quinzaine d’Inuits d’âge moyen, délogés du lieu où ils vivaient à Montréal, sont morts de froid… 

Jamais auparavant, en période de grippes saisonnières, les lieux publics n’ont été interdits d’accès et les petites et moyennes entreprises obligées de fermer à long terme, jusqu’à être conduite à la faillite dans des centaines de cas. Ni les opérations urgentes remises à plus tard, ni des milliers de travailleurs congédiés sans droit à l’assurance-chômage. 

Les statistiques prouvent aussi que les tests détectant des cas « positifs » ne signifient pas que les gens soient porteurs d’un virus. En les étudiant, je note une réduction inhabituelle de mortalités dans toutes les causes pouvant être attribuées à la Covid, ou incluse en co-morbidité. Telles que les maladies liées au système circulatoire, au VIH, à l’appareil respiratoire, aux problèmes de la trachée, des bronches et des poumons. De toutes les maladies, le diabète est la seule habituellement en diminution. 

Les effets indésirables de la vaccination

Dans la nouvelle section relative aux effets secondaires, on les minimise, en affirmant que les personnes adéquatement vaccinées ayant contracté la Covid malgré tout ont 69 % de moins de risque d’être hospitalisées, et sont à 49 % moins susceptibles de mourir de cette grippe. À la toute fin, on rend disponible le tableau des effets nuisibles constatés. 

Nombre et taux cumulatif de manifestations cliniques inhabituelles suite à un vaccin :

► AstraZeneca : 1,563 cas   (223 personnes sur 100,000)

► Moderna : 4,649 cas   (88 vaccinés sur 100,000)

► Pfizer : 6,531 cas   (53 individus sur 100,000)

► Tous les vaccins réunis : 12,743 à ce jour, si les effets sont rapportés à une clinique.

Les problèmes concernent des manifestations neurologiques, des réactions allergiques, incluant des chocs anaphylactiques. 

Le Premier ministre du Canada parle avec mépris de la minorité des non-vaccinés. Même s’il ne croit pas que le Québec soit une nation, il devrait adopter sa devise et se souvenir qu’il a été élu par 32,62 % des électeurs, soit 5,556,565 personnes. 

Son opposant obtint 33,74 % des voix, grâce à 5,747,384 d’électeurs. M. Trudeau a remporté une vraie victoire minoritaire! Et en scrutant ces chiffres, on s’aperçoit de l’absurdité des résultats, puisque l’opposition reçut davantage de votes! Et la majorité des citoyens ne l’ont pas élu, puisque les votes en blanc ou annulés représentent 62,89 % de la population. 3

Le profit avant la vie

N’oublions pas que les dernières épidémies sont d’abord écloses dans les élevages industriels de volailles et de porcs. Et malgré le fait que des vaches aient été atteintes d’encéphalopathie spongiforme bovine, suite à l’absorption de moulée issue de cadavres d’animaux, on autorise à nouveau la farine carnée comme aliment pour la volaille, les cochons et le bétail herbivore. 

Cette infection finit par contaminer les humains, sous le nom de maladie de Creutzfeldt-Jakob. Elle origine de la mutation de la protéine Prion, non pas d’un virus ou d’une bactérie. En rassemblant les restes de viandes et d’os non consommés par les humains, les équarrisseurs en enlevaient la graisse et réduisaient les résidus de cadavres en farine. La Commission Européenne lève l’interdiction saupoudrée sur cette farine carnée, en assurant qu’il s’agira dorénavant d’animaux en bonne santé. Mandater des inspecteurs pour en vérifier les origines coûtera évidemment trop cher! 4

En définitive, les erreurs ne servent à rien, quand la convoitise vise à fermenter les recettes. 

« Dans une société industrielle moderne fondée sur l’efficacité, la santé n’est pas une affaire privée. La santé est toujours publique. » 

« Purifions la médecine de la notion de profit individuel, purifions notre profession de la rapacité individualiste. Faisons en sorte qu’il soit enfin mal vu de s’enrichir aux dépens de la misère humaine. » 

Norman Bethune, médecin militant. 5

Si les politiciens et les journalistes de médias bien en vus acceptent de servir de cobayes gratuits pour Pfizer, c’est leur droit. Mais qu’ils cessent d’encourager M. François Legault, lequel gouverne déjà par décret, à devenir encore plus totalitaire. Je vous rappelle d’ailleurs que la compagnie Pfizer profitait de l’occasion de vendre sa thérapie à l’ARNm pour tenter d’inclure, à son bénéfice, des droits territoriaux sur le site touristique des glaciers de Patagonie et des droits de pêche en Argentine. Et il semble que les négociateurs aient procédé ainsi également en Afrique du Sud. 6

Maryse Laurence Lewis

 

Références :

1.1 https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/vaccination

1.2 https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees

1.3 https://mobile.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/vaccination

1.4 https://sante-infobase.canada.ca/covid-19/couverture-vaccinale/#a5

2.1 https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/220124/dq220124a-fra.htm

2.2 https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1310039401

3. https://fr.wikipedia.org/wiki/élections_fédérales_canadiennes_de_2021

4. https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/elevage-les-farines-animales-de-nouveau-autorisees-par-la-commission-europeenne_4747587.html

5. Norman Bethune, par Adrienne Clarkson, traduit de l’anglais par Jean Paré, aux Éditions du Boréal, Québec, 2009.

6.1 https://www.20minutes.fr/societe/3137951-20211002-vaccination-plusieurs-pays-refuse-vaccin-pfizer-cause-clauses-indemnisation-laboratoire

6.2 https://ladiaria.com.uy/politica/articulo/2017/2/macri-pretende-flexibilizar-la-ley-de-glaciares-para-favorecer-el-desarrollo-de-la-mineria/

6.3 https://www.nodal.am/2018/08/via-libre-para-la-extranjerizacion-de-la-tierra-bosques-y-acuiferos-argentinos-por-claudio-della-croce/

6.4 Déclaration du médecin Jorge Rachid : La demande occultée expliquant le retard de l’accord entre l’Argentine et Pfizer 

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Maryse Laurence Lewis, Mondialisation.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/promoteurs-de-vaccins-prendrez-vous-ces-statistiques-en-grippe/5665352

Dans SANTE

LA VACCINATION COVID A MULTIPLIE PAR DIX LES PATHOLOGIES DANS L'ARMEE AMERICAINE

Par Le 12/02/2022

 

États-Unis

 

/12 février 2022

/Réseau International

/17 Commentaires

La vaccination covid a multiplié par dix les pathologies dans l’armée américaine

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdfimage_print

Campagne de dons Février 2022

Chers amis lecteurs. Nous lançons une nouvelle campagne de dons pour ce mois de Février et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Récemment, nous avons fait des tests d'insertions publicitaires dans nos publications, mais nous avons vite renoncé car elles se sont avérées très envahissantes et génaient considérablement la lecture des articles. Nous comptons donc, encore une fois, sur vous pour assurer la continuité de notre travail de réflexion et de réinformation. Aujourd'hui, avec la désinformation généralisée érigée en mode de gouvernance à l'échelle mondiale, Réseau International a besoin de vous plus que jamais.

Total dons 5 690,00 €

Faites un don

par Le Média en 4-4-2.

Le sénateur Ron Johnson a envoyé une lettre au secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le 1er février 2022. Il y souligne l’augmentation spectaculaire des événements indésirables signalés dans la base de données épidémiologiques médicales de la défense (DMED) après le déploiement des vaccins dans l’armée – 93% des militaires sont vaccinés contre le covid-19. Cette base de données montre une augmentation de 1048% des pathologies du système nerveux chez les militaires en 2021, par rapport à la moyenne des cinq années précédentes.

De plus, les données officielles révèlent que, à nombre égal de doses administrées, les vaccins covid-19 sont 49 fois plus mortels que les vaccins contre la grippe. Les médecins militaires sont environ 40% à être conscients de ce qui se passe, mais ont l’ordre de se taire.

La base de données de l’armée est très fiable

Les données originales de l’armée (DMED) semblent très fiables. Contrairement au VAERS (le système de surveillance passive provenant de multiples sources et relevant les effets indésirables), la base de données de l’Armée (DMED) est entièrement déclarée, tous les rapports proviennent de prestataires de soins de santé. En bref, si les vaccins sont sûrs, comment expliquer les données DMED ? Par exemple, vous ne pouvez pas attribuer l’augmentation des événements en 2021 au covid, puisque le total d’événements hospitaliers a diminué en 2020 (par rapport à 2019) dans les résultats originaux et corrigés.

Explosion d’hypertension et de maladies du système nerveux

Les vaccins Covid-19 ont provoqué une augmentation de 1048% des maladies du système nerveux chez les militaires en 2021 par rapport à la moyenne des cinq années précédentes, selon la base de données officielle du gouvernement américain. En 2021, les taux d’hypertension ont augmenté de 21 fois par rapport à la moyenne.

Le bug le plus étonnant de l’histoire de l’informatique

L’Armée a contesté ses propres résultats en affirmant que les déclarations de maladies de 2016 à 2020 étaient moins nombreuses qu’en réalité. Or les symptômes non associés aux vaccins n’étaient pas nombreux en 2021, pourquoi seuls ceux liés au vaccin ont été élevés en 2021 ? Comment un bug informatique pourrait-il n’affecter que les symptômes associés au vaccin covid ?

Omerta : les effets secondaires des vaccins sont peu déclarés

Un médecin militaire a confirmé l’incidence élevée des événements causés par les vaccins dans sa pratique. Il est responsable de milliers de membres de l’armée et a compté des dizaines de lésions importantes dues aux vaccins qui doivent être signalées au VAERS (la plupart d’entre elles n’ont pas été signalées). Près d’un soldat sur 100 souffre à cause d’un vaccin, parfois très gravement. Il faut noter que les soldats sont des durs à cuire et ne veulent rien inscrire dans leur dossier médical qui pourrait limiter leurs responsabilités. Beaucoup ne signalent tout simplement pas les symptômes graves. Ainsi, le taux de 0,75% d’effets délétères dus au vaccin est probablement sous-estimé. De plus il s’agit d’une population jeune et en très bonne santé.

Ce médecin n’a signalé presque aucun effet secondaire au VAERS en presque vingt ans. L’augmentation du taux d’événements indésirables à signaler pour ces vaccins est donc bien supérieure. D’ailleurs d’autres médecins, qui ont des cabinets plus importants, font état de taux élevés allant de 600 à plus de 20 000 pour les vaccins de cette année.

En bref, le nombre de déclarations d’événements indésirables liés à ces vaccins est hors normes par rapport aux autres vaccins. Cela suggère que la multiplication par 30 du taux de rapports d’événements indésirables dans le VAERS est due au fait que le vaccin est dangereux, et non à un biais dans les rapports. Cela suggère également que le VAERS est dix fois moins déclaré cette année que les autres années.

Pathologies post-vaccination dans l’armée américaine en 2021 augmentation
par rapport à la moyenne des 5 années précédentes

• source : Steve Kirsch, dirigeant d’entreprise et analyste, The Exposé du 10 février 2022

source : Le Média en 4-4-2

https://reseauinternational.net/la-vaccination-covid-a-multiplie-par-dix-les-pathologies-dans-larmee-americaine/

Dans SANTE

LA REDUCTION DE L'ETRE HUMAIN AU TEMPS DE LA COVIDEMIE

Par Le 10/02/2022

La réduction de l’être humain au temps de la covidémie

Par Marie-France de Meuron

Mondialisation.ca, 09 février 2022

Le blog de Bien-être-soi

Thème: 

Analyses: 

 6   0  2  8

Nous pouvons constater à quel point la situation actuelle a précipité une dynamique déjà en cours. Elle semble s’être amplifiée ou, en tous cas, elle est devenue très visible. On ne peut plus la nier.

Une grand-mère ébahie et scandalisée par la situation actuelle nous en décrit un panorama très percutant:

Jeunes, adultes, parents, grands parents et arrières grands parents, avons-nous perdu Raison, Mesure et Bon sens pour accepter ce que nous subissons au quotidien depuis bientôt deux ans ?

À vous arrières grands parents, qui pour certains ont connu la guerre, l’occupation et ses « ausweis », l’Instruction publique et une période de croissance économique unique, allez vous laisser derrière vous, sans honte, un monde dans lequel la population générale sert de cobaye à un traitement génique mal nommé « vaccin »  pour protéger les plus âgés et plus faibles ?

Dans lequel on décrète une ségrégation sociale selon l’état « vaccinal » de chacun, dès 12 ans ?

Dans lequel on demande aux enfants de protéger leurs aînés, en vivant dès 6 ans masqués, distanciés, testés, et bientôt « QR codés », c’est à dire fichés et piqués ?

À vous grands parents qui avez vécu les « 30 glorieuses », profité de la liberté, pouvez vous regarder sans vous révolter, vos petits enfants sagement masqués, distanciés, QR codés, et vaccinés pour certains, et dont l’espace de liberté est restreint jusque dans les cours d’écoles ?

Je reprends ici son évocation de la ségrégation selon l’état vaccinal : Ces médecins qui refusent l’obligation vaccinale et les effets de la vaccination contre le Covid.

En focalisant pareillement sur le duo vax-antivax, le système obéit à une dynamique de réduction intense de tout ce qui fait la richesse d’un être humain, tant dans son essence que dans son existence. Les exemples foisonnent sur divers plans.

Les dirigeants vont même jusqu’à décréter la réduction de la durée de l’immunité naturelle passe, par décret, de 6 mois à 4 mois

Comment est-il possible de nier l’existence de l’immunité naturelle et de faire croire qu’elle peut être quantifiée en jours ?

Comment est-il possible que le corps médical français puisse accepter de telles insultes à la science et à leur métier ?

La réduction de la vie atteint même l’origine des êtres humains : les embryons: Les fausses couches montent en flèche de 366% en six semaines grâce aux vaccins Covid

Evoquons la réduction de la force de caractère : « Justin Trudeau s’est exfiltré, on ne sait pas où il est ». Que peuvent bien ressentir lui et maints autres dirigeants qui voient la situation basculer ? Ces dirigeants politiques qui ont tant investi dans leurs études universitaires, souvent dans des instituts prestigieux, n’ont pas développé dans la même mesure leur force de caractère. De ce fait, on peut dire qu’ils sont réduits au niveau global de leur entité humaine. Ainsi, dans la difficulté, leurs réactions dénotent par certains de leurs aspects une peur sidérale

Nous assistons aussi avec une grande désolation à la réduction de la complexité de la science dans certaines milieux qui, au lieu de la servir, l’utilisent de façon à soutenir leurs décisions. Une autre vision de l’épidémie permet de comprendre comment les données ont été déroutées de la rigueur scientifique : Avant de donner des chiffres, il faut donner des explications: les chiffres ne sont qu’une partie du processus de la recherche qui correspond à une création de connaissances . L’ensemble de ce processus constitue une connaissance générale, en l’occurrence sur les épidémies . Ca nous permet une réflexion et suffisamment de recul pour pourvoir donner des informations, en tous cas des clefs de compréhension. Il y a une façon de donner des chiffres sans tenir compte de certains facteurs (graphes expliqués dans l’article) …. Nous constatons l’aberration de notre système qui met en avant le nombre des contaminés. Normalement, le nombre de cas (par Millions d’habitants) donne le nom d’épidémie et le nombre de morts ou de cas très graves donne la qualificatif de «grave» mais pas «d’importante »….. On n’a jamais testé autant de personnes : j’ai appelé ça la testomania…

Dans le domaine spécifique de la virologie, nous devons nous confronter à une manipulation importante :  Comment reconnaître que les virologues nous ont trompés ? La question de l’existence de virus pathogènes reste importante, car la croyance en de tels virus mobilise des milliards de dollars de ressources et de fonds de recherche. Ces deux dernières années, nous avons également vu comment un prétendu virus peut être utilisé comme un outil politique pour mettre les populations au pas. Ce n’est pas la première fois que cela se produit : par exemple, la « découverte » du VIH dans les années 1980 a donné naissance à une industrie de plusieurs milliards de dollars et a également été utilisée à des fins politiques dans la plupart des régions du monde.

Plus précisément encore en virologie : la difficulté de l’isolement des virus et pourquoi les termes isolement et isolat ne signifient pas ce que beaucoup de gens pensent.

Dans un tout autre secteur, réduire un être humain c’est aussi réduire son instruction, sa formation, ses connaissances du monde. Ainsi en va-t-il dans le monde des médias officiels : Un journaliste lâche sur Twitter : « Nous avons toujours relayé les scénarios les plus catastrophiques de la Task Force Scientifique, en occultant les autres parce qu’il nous fallait un titre qui fasse vendre ! »

Le transhumanisme est une forme de réduction de l’entièreté de l’être humain. Un symbolisme puissant nous en est fourni par des chats que l’on transforme parce que leurs apparences convient à un certain nombre de personnes.

Au contraire, lorsqu’ils sont fidèles à leurs propres dynamiques, des êtres humains ont su s’appuyer sur leurs bagages existentiels pour se développer sans cesse.  Voici une longue entrevue qui permet à un homme de montrer toute son envergure, tant dans sa raison que dans l’intelligence de son coeur, envergure qu’il a construite avec toute la volonté de ses motivations profondes et de son ouverture au monde.

Une autre illustration magistrale nous est donnée par un homme d’une autre génération, d’une contrée bien différente et agissant dans un domaine très distinct, qui a su et pu assumer sa volonté profonde d’être fidèle à lui-même malgré des pressions extérieures énormes. Il a donné ainsi un exemple lumineux à sa patrie. C’est quand même beau, un peuple fier, non masqué, et qui, à l’unisson clame leur champion national qui s’est dressé contre la tyrannie Covidiste.

Réapprenons à être des héros et des héroïnes !

Marie-France de Meuron

 

Marie-France de Meuron : Diplôme Fédéral de Médecine obtenu en 1973, Grand-mère de deux petites-filles majeures, Retirée dans le Canton de Neuchâtel en Suisse.

La source originale de cet article est Le blog de Bien-être-soi

Copyright © Marie-France de MeuronLe blog de Bien-être-soi, 2022

https://www.mondialisation.ca/la-reduction-de-letre-humain-au-temps-de-la-covidemie/5665135

Dans SANTE

PAROLES DE SCIENTIFIQUES SUR LA COVID-19

Par Le 30/01/2022

Paroles de scientifiques sur la COVID-19

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 29 janvier 2022

Thème: 

Analyses: 

 5   0  0  63

En Occident néo-féodalisé depuis deux ans, la parole des scientifiques a été malmenée, dévoyée, parfois même falsifiée et la plupart du temps ignorée, voire censurée quand ce n’était pas les personnes elles-mêmes qui ont été mises à pied, jusqu’à l’enfermement en psychiatrie pour certains d’entre eux, d’autres ayant carrément disparu de la circulation après avoir osé braver la doxa convenue et révélé ce qui devait rester secret ! Je propose de faire, aujourd’hui, un tour d’horizon de la parole des scientifiques, afin d’opérer une ré-information sur ce qui est scientifique dans l’histoire de la Covid-19 et sur les discours qui ont utilisé l’image de la science pour alimenter un narratif mensonger sur ce qui a été nommé à tort « pandémie ».

1 – La place et le rôle de l’argent maître et seigneur

Le déroulé de la fausse pandémie du SARS-Cov-2 a permis à une foule de gens de penser « sincèrement » que le mutisme de la communauté scientifique dans son ensemble était une sorte d’approbation implicite de tout ce qui se disait en son nom par la voix de ses « représentants » médiatiques désignés, félicités, parfois même décorés de la Légion d’honneur pour leur complicité remarquable, et qui eux, étaient très largement frappés par les « conflits d’intérêts », comme un examen attentif de la liste du site de l’Union Européenne le démontrait si magistralement, concernant les médecins et chercheurs européens. (Cf., « eurosfordocs »)

Si la communauté scientifique dans son ensemble restait muette et semblait approuver le narratif officiel sur la Covid-19, et le « vaccinalisme » obsessionnel aux produits expérimentaux à ARNm graphénisés, c’est bien entendu parce que les menaces sur les carrières de ses membres étaient réelles, comme nous allons le voir. 

Quant à ceux qui ont monopolisé la parole dans les médias spécialisés ou dans les différents supports de la vulgarisation pour grand public : télévisions, journaux, radios, réseaux sociaux inféodés au système, on se souviendra qu’ils étaient bien rémunérés par les laboratoires pharmaceutiques pour le faire, jusqu’à écrire même dans des revues prestigieuses, comme The Lancet, des articles totalement bidons, des falsifications éhontées ayant entraîné par la suite la présentation des excuses de leurs directeurs de publication, comme chacun le sait. 

Mais très vite, les « responsables » politiques oubliaient allègrement les plates excuses présentées par les scientifiques, car aveuglés par les objectifs non déclarés de la doxa convenue et sourds à la voix de la raison, les gouvernants s’en tenaient farouchement aux falsifications volontaires fomentées juste pour permettre des interdictions sans autre justification que celle qu’ils se gardaient bien d’annoncer ! 

On se souviendra longtemps du scandale sur l’hydroxychloroquine et plus tard de celui qui allait à son tour interdire l’ivermectine dont la vente en pharmacie fut prohibée. Certains pays d’Amérique Latine, comme le Pérou, mais surtout l’Inde seront les principaux protagonistes de l’ivermectine ayant fait largement ses preuves d’efficacité contre la Covid-19. D’autres traitements ayant également fait leur preuve, surtout en Afrique, comme l’Artemisia annua, ont également été criminalisés en Europe et ces traitements peu coûteux, très efficaces, sont devenus introuvables et rigoureusement interdits à la vente ! On remarque que ni l’Inde, ni l’Afrique sont concernés aujourd’hui par une pandémie quelconque et encore moins par des campagnes mensongères promouvant des « vaccins » qui n’en sont pas !

Tout le monde devrait savoir désormais que les revues scientifiques et leurs moyens, dépendent depuis bien longtemps de l’industrie pharmaceutique qui impose son narratif officiel de pensée unique sur les médicaments et les vaccins. Leur procédé est proprement odieux et crapuleux. Nous en avons une description faite par les docteurs Gérard et Nicole Delépine. (Cf., articles dans mondialisation.ca – voir également leur bibliographie sur le sujet ; Cf., également l’étude magistrale qui a été publiée par le Professeur Debré et Even, « Savoirs et Pouvoir. Pour une nouvelle politique de la recherche et du médicament », Pr Philippe Even et Pr Bernard Debré, éditions le cherche midi, 2004)

Nous devons souligner ce que personne ne peut plus ignorer :

« … Le potentiel de la médecine fondée sur les écosystèmes pour améliorer les soins de santé des patients a été contrecarré par des biais dans le choix des hypothèses testées, la manipulation de la conception des études et une publication sélective. Les preuves de ces failles sont les plus claires dans les études financées par l’industrie. Nous pensons que l’acceptation aveugle par l’EBM des « preuves » produites par l’industrie revient à laisser les politiciens compter leurs propres votes. Étant donné que la plupart des études d’intervention sont financées par l’industrie, il s’agit d’un problème sérieux pour la base de données globale. Les décisions cliniques fondées sur ces preuves risquent d’être mal informées, les patients recevant des traitements moins efficaces, plus nocifs ou plus coûteux ». 

(Cf., S Every-Palmer Comment la médecine basée sur des preuves échoue en raison d’essais biaisés et d’une publication sélective, Journal of Evaluation in Clinical Practice 2014)

Selon un rapport de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) « la finalité des essais randomisés ne correspond pas forcément à l’intérêt des malades … dans 76% des cas le promoteur est un industriel ». Les professeurs Even et Debré étaient clairs : « Le thème de l’essai est trop souvent déterminé par des raisons commerciales. L’objectif est d‘étendre le marché. Presque jamais de s’attaquer à un problème de santé publique ». 

Voilà qui est lumineux, mais cette parole était prononcée bien avant la fausse pandémie du SARS-Cov-2 et sa mise en scène.

Les essais thérapeutiques ne font pas avancer la science car, selon le rapport de l’IGAS, « Leurs résultats ne sont publiés que si l’intérêt du promoteur le commande. Lorsque les résultats ne correspondent pas à celui escompté, le promoteur n’a aucun intérêt à ce que ses résultats soient connus et commentés ».

Que dire de plus sur le sujet de la falsification des données scientifiques par les impératifs majeurs de l’argent ?!

Encore aujourd’hui, c’est le cas. Lorsque le Professeur Perronne a demandé désespérément aux scientifiques de venir débattre avec lui du sujet qui nous occupe, devant les caméras de télévision : personne n’a jamais répondu « présent » à son appel. Aucun scientifique ne peut venir se faire tourner en ridicule et perdre toute crédibilité en défendant l’indéfendable… Les scientifiques susceptibles de prendre la parole en public ont soit été payés pour le faire et pour transmettre la doxa convenue, en d’autres termes pour se taire, soit ils ont été menacés pour la suite de leur carrière et dans leurs moyens de subsistance…

Sur la question des « conflits d’intérêts » qui ont largement appuyé le narratif officiel, il est nécessaire d’ajouter qu’en France, sur les deux ans de crise artificielle créée par la mafia pharmaceutique avec la complicité de la caste digitalo-financière, Macron a arrosé les médias inféodés d’une manne publique de 2 milliards d’euros, pour s’assurer leurs bons et loyaux services de menteurs. (Cf., Les Echos du 5 juillet 2020) 

En ajoutant les aides aux médias inféodés, venues de la sphère digitalo-financière, on dépasse les trois milliards d’euros. Cinq milliards ont été attribués à la culture et aux médias par le pouvoir macronien selon https://www.culture.gouv.fr dans un communiqué de presse du 01.07.2020. Théoriquement le gros de cet argent public devait servir notamment au soutien des artistes en difficulté du fait de la crise que l’Etat profond lui-même entretenait arbitrairement. Mais, il va de soi qu’il fallait tenir en laisse les médias inféodés et s’assurer de leur inconditionnelle soumission.

En France, il existe des « Conseils scientifiques indépendants » qui se sont constitués pour assurer une « réinformation covid ». Plusieurs centaines de scientifiques (2500 chercheurs) ont suivi l’initiative de Laurent Mucchielli, sociologue, médaille d’or du CNRS, en publiant des tribunes qui remettaient radicalement en question les positions et décisions du théorique « Conseil scientifique », réuni par Macron. Ce « Conseil de guerre » dit « scientifique », n’était là pour aucune autre raison que celle de nous servir en toute tranquillité le programme du « Great Reset » utilisant la « fenêtre d’opportunité » de la fausse pandémie. Ce programme avait été communiqué auparavant à tous les chefs d’Etats aux ordres de la classe stato-financière au pouvoir.  

Des milliers de scientifiques du monde entier ont décidé de sortir de leur mutisme forcé, en prenant la précaution de leur anonymat sous couvert d’organisations associatives protégées juridiquement, (à cause des menaces sur l’avenir de leur carrière) …

Il est donc nécessaire de dire aujourd’hui, que la communauté scientifique dans son large ensemble, ne cautionne pas et n’a jamais cautionné les mesures délirantes prises par les gouvernants sous l’impulsion des « élites » de la caste digitalo-financière ayant pris le pouvoir dans toutes les Institutions clés de notre monde occidental, comme l’OMS dont on a déjà évoqué précisément, dans un article antérieur, les sources de financements.

Pour y voir clair dans la fumée épaisse de ce délire covidiste et des incohérences répétitives des gouvernants qui nous imposaient des mesures incompatibles avec le savoir scientifique, il fallait « suivre l’argent » disait le Docteur Louis Fouché, qui depuis, a été lourdement sanctionné, tout comme le Docteur Pascal Sacré en Belgique, par les adorateurs de la secte covidiste au pouvoir !

En effet, « en suivant la trace de l’argent » on découvrait et comprenait pourquoi et comment un tel délire avait pu s’emparer de ceux qui auraient dû être « responsables » en s’inquiétant des intérêts du bien commun et qui ont basculé collectivement dans la criminalité, à cause de l’argent… 

Le renard était bien dans le poulailler et la porte du poulailler avait été volontairement verrouillée pour laisser le renard opérer en toute tranquillité, protégé même de l’extérieur par des complices intéressés, afin d’empêcher quiconque de déverrouiller la porte jusqu’à ce que le massacre prenne fin et que le festin puisse commencer sans plus personne pour venir le troubler !

2 –  Les violences gratuites ordonnées par les gouvernants 

On ne pourra jamais oublier que ce Gouvernement de criminels, s’étant emparé du pouvoir avec 28% des votes attribués à Macron en 2017, lui qui déclarait être « entré par effraction à l’Elysée », veut parvenir à interdire la pratique du Yoga, de la méditation, ainsi que l’usage des plantes naturelles même pour une saine alimentation et jusqu’à la Vitamine D qui devrait être classée comme « perturbateur endocrinien » ! Tout cela, parce que, grâce à ces moyens simples et naturels, trop de gens se maintiennent en parfaite santé sans avoir besoin de passer par la case médicale supervisée par la Sécurité Sociale et l’obligation du pass vaccinal !

Selon ces gens hautement perturbés par leurs croyances sectaires, tout ce qui peut contribuer à une bonne santé physique et mentale des personnes doit être interdit en France ! A part de placer instantanément les Français hors-la-loi et de les pousser à ressortir la guillotine, on ne voit pas très bien ce qu’ils tentent d’obtenir, sauf si l’industrie pharmaceutique habite de fait en permanence dans leur cerveau malade…

Cette volonté ordurière est allée bien trop loin et la perversion de ces individus ne peut pas fonder une politique donnant le ton à une communauté de destin…

Ceux qui ont imposé toutes ces peurs, ces violences sur les personnes, ces erreurs gravissimes sur le plan médical et scientifique, ces gestes qui ont provoqué la mort et le désespoir chez les enfants ; tous ceux qui ont cautionné et servi ce délire hystérique destructeur sur tous les plans, ayant provoqué des milliers de morts pendant toute la durée de cette crise artificielle, sont des criminels qui devront être jugés comme tels. Ces criminels prétendront certainement qu’ils se souciaient justement du bien commun ! Le problème c’est qu’il faudra alors expliquer pourquoi, tous les experts en opposition avec le narratif de la doxa convenue ont été violemment censurés, dénigrés, sanctionnés, écartés, bâillonnés, voire même éliminés physiquement ! Nous avons assisté pendant deux années à la manière féroce d’imposer au monde la censure pour tout opposant, les menaces, les sanctions sévères et tous les interdits ne laissant apparaître que la seule parole totalitaire d’une caste, celle de l’industrie pharmaceutique flanquée de ses complices du numérique régnant sans partage sur un monde prié de se soumettre à ses produits expérimentaux sans « consentement libre et éclairé » !

Un chercheur épidémiologiste de l’INSERM, Laurent Toubiana donnait le point de vue des scientifiques sur le sujet de la Covid-19 et sur les mesures adoptées par les Gouvernants, dans une interview réalisée par les « incorrectibles » du 9 janvier 2022. (Cf., également l’IRSAN/Toubiana, puis le site spécifique pour covid. https://youtube/JA2LnlOrbyA

Voir aussi : operanewsapp.com)

« Le principe de précaution s’applique aux technologies que l’on met en œuvre pour soigner ou protéger les gens dans le contexte de la santé publique », dit le chercheur.

Au début de la fausse pandémie les décideurs sont allés dans le délire du principe de précaution en décidant le confinement, et lorsqu’il fallait appliquer le principe de précaution sur la technologie qui serait utilisée (la « vaccination ») là, ils ont pris des risques considérables puisque cette technologie des « vaccins » est encore et toujours en phase de tests, et ces « vaccins » ne sont ni connus, ni vérifiés, ni assurés en termes d’efficacité !

Il est vrai que ces comportements sont difficiles à comprendre. Le conformisme est l’une des clés majeures qui permet d’analyser ce qui s’est passé dans cette crise hallucinante. C’est la peur qui est capable de pousser une personne à se conformer à une doxa convenue. Les collaborateurs du système font ensuite le reste quand ils s’affichent en vous disant qu’ils ont la compétence pour décider ce qui est votre bien et ce qui est votre mal !

Pendant la « pandémie » elle-même, en 2020, 5700 lits d’hospitalisation étaient supprimés ! 

Macron, en 4 ans, a supprimé 17.900 lits d’hospitalisation.  Le coût de cette crise de délire s’est élevé à 424 milliards d’euros, ce qui représente pour chaque foyer fiscal français, une somme de 500 euros à payer tous les mois pendant 3 ans !

La déclaration de Macron voulant « emmerder » les Français, a ouvert les yeux de beaucoup de citoyens qui ont enfin compris qu’il était bel et bien entré par « effraction à l’Elysée ».

3 – Falsification des données et des chiffres

Le chercheur de l’INSERM, Laurent Toubiana, nous explique encore comment avec de vrais chiffres on arrive à donner de fausses informations ! Il s’agit d’une manipulation sémantique à propos de ce qu’est un « cas » détecté par « test ». Normalement, un scientifique regarde quel est le nombre de malades réels. Pour la Covid-19, on a regardé le nombre de « cas positifs », ce qui n’est pas du tout la même chose !

Voilà pourquoi, lorsqu’un chiffre ne convenait pas à la doxa gouvernementale, on changeait tout simplement les indicateurs d’analyse pour obtenir un changement sur les chiffres ! C’est tout ce qu’on veut sauf de la science…

Il est donc important de saisir que les chiffres n’ont pas été changés directement mais les indicateurs qui avaient une incidence directe sur les chiffres. Ici, on se souvient que, en France, le Dr Salomon, dans sa litanie quotidienne des morts, énumérait des chiffres cumulés. Or, ces chiffres cumulés ne pouvaient que croître et dès lors n’avaient d’utilité que celle de fomenter la peur !

La science ne fait jamais ce genre de chose, elle utilise toujours des indicateurs fiables et stables dans la durée, et ici, l’indicateur fiable était le nombre de malades vus en médecine de ville, afin d’en calculer le taux hebdomadaire pour 100.000 habitants.

En France, le réseau Sentinelle date de 40 ans : il portait un autre nom dans ses débuts. Ce réseau officiel comptabilisait en janvier 2022, 68 malades par semaine pour 100.000 habitants. Ce chiffre démontre, sans ambiguïté, que la Covid-19 est un phénomène insignifiant.

Il est bon de savoir, parole de scientifique, que la moyenne habituelle pour les épidémies de grippe (qui ont disparu), était de 500 à 600 malades par semaine pour 100.000 habitants. 

Or, dans la semaine du 23 au 29 mars 2020, au moment du pic le plus élevé de la « pandémie », les données scientifiques réelles disent qu’il y avait en France 140 malades par semaine pour 100.000 habitants, sachant que ce chiffre n’a jamais été dépassé depuis lors, dit Laurent Toubiana à partir des données de la DREES et de Sentinelle –

Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques.

A partir de là, on peut donc honnêtement se poser la question : Qu’est-ce qui a piqué les autorités, pour qu’elles aient déclenché ce délire covidiste (confinement, masques, distanciation sociale, « vaccins » non obligatoires mais obligatoires quand même, commerces fermés, réunions interdites, produits interdits à la vente, contrainte des pass successifs, couvre-feux …etc) alors qu’on a toujours été objectivement très loin des chiffres d’une grippe normale ?!

Les données scientifiques de l’ATIH, (Agence technique de l’information sur l’hospitalisation) à la disposition des chercheurs, disent : quand il y avait 40 malades par semaine pour 100.000 habitants, l’hôpital en prenait 13 en charge. En janvier 2022 nous sommes autour de 17 par semaine pour 100.000 habitants. Pour 100.000 habitants, il y a un parc de 580 lits d’hospitalisation. Cela veut donc dire qu’il y a 580 lits pour 17 malades ayant besoin d’une prise en charge. Finalement, on comprend pourquoi Macron a continué de supprimer des lits !

Malgré la réalité et l’objectivité des chiffres non contestables, Martin Hirsch, le Président de l’APHP, a pourtant déprogrammé massivement des interventions dans les hôpitaux sous prétexte « pandémique » ! Pour quelle raison réelle, compte tenu de la vraie situation ?

Les données scientifiques à la disposition des chercheurs de l’INSERM disent que c’est 2% de l’activité médicale hospitalière qui ont été consacrés à la Covid-19 pendant l’année 2020, selon un rapport de l’ATIH sorti en décembre 2021. Or, ce sont ces 2% de l’activité médicale consacrée à la Covid-19 qui ont justifié le confinement et toutes les autres mesures invraisemblables de la « crise sanitaire ». Pour réaliser cette folie, les autorités se sont appuyées sur le « danger de saturation de l’hôpital » ! 

Que chacun se demande en lui-même : pourquoi un tel mensonge ? Quel en était l’objectif ? Comment pouvait-on craindre une « saturation de l’hôpital » tout en supprimant des lits à la louche ?!

L’INSERM a examiné en détail les chiffres réels et l’Institut National Scientifique de la Recherche Médicale s’est aperçu qu’au moment le plus fort de la « crise » (lorsqu’on transportait par TGV, avions, bâteaux, bus, des malades vers les hôpitaux des régions moins « saturées », tout cela comme un spectacle pour les caméras de télévisions) l’activité médicale réelle en France représentait alors un pic maximum de 5% ! Les soignants en nombre largement insuffisant et mobilisés à outrance doivent savoir qu’on s’est moqué d’eux en long, en large et en travers…

Les autorités au pouvoir ont donc volontairement baissé l’activité médicale pendant toute cette période-là, sans aucun motif sérieux !

Des mesures avaient été prises soi-disant pour consacrer des lits aux malades potentiels de la Covid-19 qui allaient envahir les hôpitaux. Aucune évaluation n’avait été mise en place au moment des mesures prises afin de contrôler ces mesures et ainsi pouvoir éventuellement modifier leur impact négatif sur l’activité globale hospitalière. Résultat, ce fut un fiasco complet pour la France !

Les professionnels compétents comme les chercheurs de l’INSERM, prenant la parole pour dire que les analyses faites par leurs moyens scientifiques, démontraient l’inanité des mesures prises par les dirigeants, étaient aussitôt censurés, interdits de parole dans les médias. Des articles publiés par leurs soins ont été déclarés par les autorités et par les médias inféodés, « fakes news » ! Comment expliquer cela rationnellement ?

Les médias inféodés disent et répètent que 70% des hospitalisations aujourd’hui sont des « non vaccinés » ! Si l’on regarde les chiffres de la DREES nous voyons que les « non vaccinés » représentent plus ou moins 40% des hospitalisations et les « vaccinés » autour de 60% des hospitalisations.

Avant la « vaccination », il y avait en France 37% de gens hospitalisés et 8% en soins critiques. Après la « vaccination », on retrouve exactement les mêmes chiffres. Conclusion : que ce soit avant ou après, le résultat est le même ! Il faut donc admettre et dire clairement que ces « vaccins » ne servent à rien, ils sont parfaitement inutiles pour l’objectif annoncé. Ils sont probablement utiles pour un tout autre objectif, celui qui est expliqué dans le programme du « Great Reset ». La maladie de la Covid-19, quant à elle vit son bonhomme de chemin et va devenir une simple grippe comme les autres, une maladie endémique avec laquelle il nous faudra vivre. D’ailleurs c’est en substance ce qu’a déclaré précisément Pedro Sanchez le Chef du Gouvernement espagnol, indiquant en même temps que toutes les mesures de « l’état d’alerte sanitaire » seront levées dès le mois de février prochain.

Il est plus que temps d’abandonner la légende selon laquelle les injections, appelées à tort vaccins, préserveraient des formes graves de la covid-19, souligne Laurent Toubiana. Cette légende est fantaisiste, elle est totalement bidon et elle est aussi faite pour bercer les naïfs et les moutons conduits à l’abattoir par des loups.

On parle de « vagues de cas » mais pas de « vagues de malades ». C’est un artefact, on a changé la valeur des mots en parlant de « cas positifs » comme s’il s’agissait de malades !

Fergusson est un épidémiologiste qui propose des modélisations mathématiques prévisionnelles sur les maladies. Or, les modèles sont faits pour comprendre des phénomènes d’épidémies, mais en aucun cas pour prendre des décisions graves en termes de santé publique, comme confiner l’intégralité d’une population, en disant « si nous ne le faisons pas il y aura 500.000 morts supplémentaires dans le pays » ! C’est une aberration gigantesque et pourtant c’est ce que Macron a osé déclarer solennellement dans un communiqué aux français !

On aura tout vu et tout entendu dans cet épisode désastreux de la République française !

Selon Laurent Toubiana, il est impossible actuellement de publier une étude scientifique digne de ce nom sur la Covid-19. Si le discours n’est pas celui de la doxa convenue, il est aussitôt censuré, introuvable, inaccessible. Les menaces pleuvent également sur la personne qui ose publier une étude scientifique sérieuse. Toute étude bidon qui conforte la doxa convenue est autorisée… C’est un fait relevé par le collectif des chercheurs réunis à l’initiative de Laurent Mucchielli. De même, c’est également le témoignage de plusieurs chercheurs de l’INSERM qui ont refusé de se faire « vacciner » parce que c’était leur droit, mais qui ont été malgré cela sanctionnés, suspendus, évincés par Martin Hirsch et qui se retrouvent sans travail, sans salaire, dans une situation grave de précarité…

Concernant les mesures du gouvernement, il est clair que les évaluations n’ont pas été faites, puisqu’elles devaient être assurées par ceux-là même qui avaient décidé les mesures prises ! Si celui qui prend des mesures doit aussi les évaluer, il y a de fortes chances qu’il n’ira pas critiquer son initiative…

Sur le plan scientifique, les « états d’urgence sanitaire » sont des aberrations injustifiées parce qu’ils ne sont pas évalués.

4 – La peur et le néo-obscurantisme

Pourquoi les autorités se sont-elles amusées à faire peur aux gens ? Pourquoi persister dans l’irrationnel ? Où voulaient-elles en venir ?

Pourquoi un tel mensonge délirant dès le début de cette fausse pandémie car les chiffres sont là et ils sont têtus, même si la mise en scène des chinois était particulièrement efficace pour flanquer la trouille au reste du monde !?

Une personne rationnelle pense naturellement qu’on ne peut pas se baser sur un cas particulier pour imposer au monde entier des mesures disproportionnées et catastrophiques dans leurs effets destructeurs qui sont rapidement devenus pires que le mal qu’elles prétendaient combattre au point de départ.

On nous serinait alors avec un culot inouï, qu’il fallait peser l’enjeu, le fameux « Primum non nocere », d’abord ne pas nuire !

On sait aujourd’hui qu’il y a des pays comme la Suède qui n’ont absolument pas joué ce jeu pervers et qui n’ont pas eu à déplorer le désastre qui a sévi dans ceux qui se sont livrés à se délire covidiste.

La peur n’est jamais bonne conseillère dit-on, mais dans ce cas, elle a été pire qu’une mauvaise conseillère, elle a permis le désastre en règle de tout ce qui est humain pour le remplacer sans doute par ce qui est annoncé comme le transhumanisme à venir, dans le programme du FEM de Davos.

Aujourd’hui, le crime ne s’est pas limité à provoquer le désastre et la mort de bien des personnes innocentes, il est allé encore plus loin en déclarant que ceux qui ont respecté leur liberté de ne pas se faire injecter des produits expérimentaux, encore insuffisamment testés et connus, peuvent infecter et faire mourir ceux qui se sont faits injecter ces produits ! Là on est en plein irrationnel, dans un néo-obscurantisme : on s’est retrouvé dans les mêmes genres d’accusations, faites contre les Juifs, au moment de la peste qui sévissait en Europe en 1348. C’est le n’importe quoi, du moment qu’on saccage et qu’on détruit l’unité du peuple. 

Ceux qui disent que les « non vaccinés » vont infecter les « vaccinés » et les mettre en danger, souligne le chercheur Laurent Toubiana, prouvent qu’ils n’ont aucune connaissance en épidémiologie et que tout cela est dramatiquement peu sérieux !

Tous ceux qui tiennent ce discours culpabilisateur et accusateur sont gravement irresponsables, d’authentiques criminels ou des inconscients dont l’inconscience prépare d’autres catastrophes prochaines à venir…

La déclaration de Macron voulant désormais consacrer sa présidence à « emmerder » les français qui refusent de se soumettre à sa tyrannie covidiste, en faisant simplement valoir leur droit à ne pas se faire injecter ces produits en phase de test jusqu’en 2023, est parfaitement sidérante et stupide. Déjà la manipulation sémantique devient insupportable lorsque cet homme, qui devrait être le président de tous les français, affirme sans scrupules que ces français récalcitrants sont des « anti vaxx ». Ceux qui refusent les injections de produits à ARNm en phase de test, ne sont pas des opposants aux vaccins, ce sont simplement des gens qui veulent donner leur « consentement libre et éclairé ». Il faut reconnaître que pour le moment un consentement n’est ni libre ni éclairé puisque les laboratoires ont refusé de fournir les études scientifiques sur le contenu des injections anti-covid, comme le rappelait le Monsieur Vaccin français successeur du Dr Salomon, dans son discours d’entrée en fonctions.

Rappelons également que les députés européens n’ont pas été autorisés à prendre connaissance, dans le détail, des contrats signés avec les laboratoires pharmaceutiques engageant pourtant des milliards d’euros d’argent public. Pourquoi donc ?

Ceux qui disent la vérité sont aussitôt menacés du Goulag. Ceux qui alimentent le mensonge de la narration covidiste au nom de « l’objectivité scientifique » sont décorés de la Légion d’Honneur ! 

Qu’on le sache bien : aucun scientifique n’est actuellement autorisé à publier des informations réellement scientifiques sur les questions qui gravitent autour de la Covid-19. Les Etats collaborateurs et gardiens attitrés de la précieuse « fenêtre d’opportunité », qu’est la fausse pandémie, veillent à l’extermination de tout chercheur qui oserait faire voir la vérité scientifique tournant autour de la fumisterie mondialiste sur le corona circus.

Tout cela nous indique clairement qu’on est loin des motifs sanitaires annoncés et que le véritable motif est soigneusement occulté, jusqu’à ce que le nombre des injectés soit suffisamment élevé. 

Pourquoi vouloir « emmerder » ses concitoyens au motif que ceux-ci refusent de se soumettre à une injection dont on ne sait rien et, de surcroît, à une campagne mensongère, manipulatrice qui s’acharne contre un droit sacré et inaliénable, celui de la liberté vaccinale qui protège le corps des individus considérés par la loi comme inviolable. Si vous regardez de près tous les chiffres officiels du Gouvernement français, vous allez découvrir que c’est 46% des français qui ne sont pas « vaccinés », sans compter ceux qui ont refusé la troisième dose et qui sont venus grossir les rangs des non « vaccinés », ainsi que tous ceux qui ont allègrement pratiqué le faux « pass sanitaire » puis « vaccinal »…

5 – Le contenu des injections à ARNm

Nous savons aujourd’hui, grâce notamment à des chercheurs espagnols, japonais, Argentins, américains, dont on a déjà cité les noms dans des articles précédents, que des lots d’injections à ARNm ont révélé la présence d’oxyde de graphène. 

Les démonstrations scientifiques ont été publiées, vérifiées et confirmées selon les règles convenues par les éditions scientifiques. On a déjà donné dans d’autres articles publiés sur mondialisation.ca les références de ces publications. 

Ces confirmations ont aussitôt été niées par les autorités qui se sont contentées d’accuser comme d’habitude de « fakes news » ou de « complotisme », ces études scientifiques misérablement décrédibilisées, sans l’apport d’aucune argumentation contradictoire documentée !

Une simple évaluation sur les injections démontre qu’elles ne fonctionnent pas pour le motif imploré (anti-covid-19), puisque les produits injectés ne protègent pas des infections et ne protègent pas du risque d’infecter les autres. 

Mais il y a pire encore : toutes les agences de pharmacovigilance occidentales et l’ANSM elle-même en France ont relevé un très grand nombre de manifestations d’effets secondaires gravissimes : 

Double pneumonie surtout par inhalation.

Effondrement du système immunitaire naturel, inné et acquis.

Goût métallique dans la bouche.

Inflammations multiples.

Inflammations des muqueuses.

Milliers de mini caillots circulant dans le sang.

Mouvements incontrôlables.

Myocardites et péricardites possiblement irréversibles.

Perte de l’odorat et du goût.

Thromboses soudaines et imprévisibles pouvant entrainer :

Aphasie,

AVC,

Cécité d’un œil ou des deux,

Embolie cardiaque,

Embolie pulmonaire,

Paralysies,

Surdité d’une oreille ou des deux…

https://www.lefigaro.fr/sciences/pfizergate-le-vaccin-anti-covid-du-laboratoire-americain-est-il-au-coeur-d-un-scandale-sanitaire-20211105

Pourtant, malgré ces observations objectives, Macron veut « emmerder » ceux qui refusent de se faire injecter ces produits présentant un tel danger ! « Primum non nocere » 

Il est désormais possible de se rendre compte que l’objectif recherché est bel et bien celui expliqué dans l’idéologie néo-féodaliste du « Great Reset » de Karl Schwab fondateur du Forum Economique Mondial de Davos qui vente la nouvelle ère du transhumanisme. Je renvoie le lecteur à l’analyse qui a été faite sur le contenu de la publication du « Great Reset », dans l’article de mondialisation.ca du 3 janvier 2022.

Si l’industrie pharmaceutique française a été tellement absente de cette histoire de « vaccins », c’est précisément parce qu’il ne s’agissait pas de vaccins. S’il avait été vraiment question de vaccins anti-covid-19, l’industrie pharmaceutique française avec l’Institut Pasteur, auraient tous les deux, été présents dans la bataille.

Dans cette affaire du covidisme, la communauté scientifique internationale a été maltraitée et humiliée, car elle a perdu pour longtemps sa crédibilité gravement mise à mal par une classe de responsables assoiffée d’argent et de pouvoir…

Jean-Yves Jézéquel

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/paroles-de-scientifiques-sur-la-covid-19/5664704

Dans SANTE

COVID-19 : DES NOUVELLES BONNES ET MAUVAISES !

Par Le 26/01/2022

26 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-25 19:15:02

 

 

Auteur : Guillermo Alvarado

Le Directeur Général de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’un pic de la pandémie de Covid-19 pourrait se produire cette année, mais il a en même temps averti la possibilité d’apparition de nouvelles variantes du virus, encore plus transmissibles et dangereuses.

Il s'agit d'une étrange combinaison de nouvelles. La première est une très bonne nouvelle : la fin éventuelle de l'urgence sanitaire mondiale provoquée par le coronavirus, le niveau d'alerte le plus élevé de l'OMS, la deuxième nouvelle est  très mauvaise, le danger est loin d'être écarté.

En réalité, toutes les conditions sont réunies pour que de nouvelles mutations du SRAS-CoV-2 se produisent, car, à l'échelle mondiale, une grande partie de la population n'a encore reçu aucun des vaccins existants, notamment dans les pays les moins favorisés.

Cela permet au virus de continuer à circuler et personne ne peut prévoir le développement de souches plus agressives. Il est donc urgent de déployer un effort mondial pour généraliser la vaccination.

Hélas, le scénario actuel est très diffèrent, car les grandes sociétés  pharmaceutiques préfèrent faire des affaires avec des pays riches, qui stockent des vaccins et continuent à  partager à peine les doses dont la date de péremption approche.

Il y a aussi des questions très difficiles à comprendre  comme par exemple la réticence de l'OMS à certifier les vaccins produits en Russie, en Chine et à Cuba. Il ne faut pas être très malin pour supposer que des pressions de toutes sortes se cachent derrière le retard de cette procédure.

Face à une maladie mortelle, qui, selon l'Organisation Mondiale de la Santé elle-même, provoque en moyenne un décès toutes les 12 secondes dans le monde, il faudrait donc agir avec célérité.

Il convient de suivre des exemples édifiants, comme celui de Cuba. Ce petit pays aux ressources naturelles limitées, bloqué par la première puissance économique mondiale, se place parmi les premiers pays en raison du pourcentage élevé de sa population vaccinée  avec des vaccins nationaux à l'efficacité prouvée.

Malheureusement, il semble que de nombreuses personnes ignorent cette situation  complexe existant même dans les pays  développés, comme c’est le cas de l'Allemagne, qui a dépassé les 8,7 millions de cas et  lundi 63 000 nouveaux cas ont été signalés en seulement 24 heures.

Il est bon de rappeler ce qu'Adhanom Ghebreyesus a dit : "... apprendre à vivre avec le Covid ne signifie pas que nous devons le laisser faire. Cela ne doit pas signifier que nous devons accepter que 50 000 personnes meurent chaque semaine d'une maladie que nous pouvons prévenir et guérir.       

A bon entendeur !   

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/284009-covid-19-des-nouvelles-bonnes-et-mauvaises

 

Tag(s) : #Covid19#OMS

Dans SANTE

COMMENT BILL GATES A MONOPOLISE LA SANTE MONDIALE. LE VACCIN.

Par Le 24/01/2022

Comment Bill Gates a monopolisé la santé mondiale. Le vaccin.

Documentaire de James Corbett

Par James Corbett et Jean-Louis Gueydon de Dives

Mondialisation.ca, 24 janvier 2022

corbettreport.com / Menaces sur la Santé

Thème: 

Analyses: 

 31   2  0  33

Cet article a été mis en ligne le 18 janvier 2021.

En février 2021 va sortir le dernier livre de Bill Gates « Comment éviter un désastre climatique », dans lequel ce bon philanthrope sauveur du monde nous explique comment régler enfin cette question grâce à la technologie.

Sa préoccupation pour le climat serait cependant plus crédible s’il n’était pas au même moment en train de racheter Signature Aviation, la plus grande compagnie mondiale d’entretien de jets privés ( article ici ). Il faut dire qu’avec ses 4 jets privés et ses 59 voyages aériens par an, qui font de lui l’un des plus gros émetteurs privés mondiaux de CO2, on peut comprendre que ce mode de transport soit l’une de ses préoccupations majeures.

Cela illustre bien la formidable hypocrisie de cet homme, dont les actions prétendument philanthropiques cachent en général des intentions beaucoup moins louables. Non seulement elles contribuent le plus souvent à renforcer la rentabilité de ses investissement personnels ( cf l’enquête de Lionel Astruc sur la Fondation Bill et Melinda Gates :« L’art de la fausse générosité » ), mais surtout elles contribuent à la mise en œuvre d’un programme de contrôle général des populations :

contrôle des orientations de la santé publique mondiale afin de rendre la vaccination généralisée obligatoire,

contrôle de la reproduction humaine ( planning familial ), en particulier dans le Tiers Monde, afin de diminuer la population mondiale,

contrôle généralisé des identités, avec la mise en place d’une carte d’identité numérique universelle, servant notamment à contrôler les vaccinations, et les transactions financières des individus

et bien sûr contrôle de l’information et des media…

Mais pourquoi un tel « agenda » ? Que cherche-t’il à mettre en place avec toutes ces initiatives ? Souhaite-t’il vraiment nous faire aller vers une société complètement digitalisée et inhumaine, et pourquoi ?

La réponse à ces questions peut être trouvée dans le film « Who is Bill Gates » publié sur le site de Corbett Report ici [et Global Research].

 

Si vous n’avez pas le temps de le regarder en entier, regardez au moins l’extrait ci-dessus, qui vous en dira long sur les intentions de Bill Gates, et sur l’importance capitale qu’elles pourraient avoir sur notre avenir à court terme.

Jean-Louis Gueydon de Dives

Menaces sur la santé

Ci-dessous voir la vidéo complète sous-titrée en français (texte en français : paradvitae.net) :

 

« Qui est Bill Gates ? Un développeur de logiciels ? Un homme d’affaires ? Un philanthrope ? Un expert en santé mondiale ? Cette question, autrefois purement académique, devient une question très réelle pour ceux qui commencent à réaliser que la richesse inimaginable de Gates a été utilisée pour contrôler tous les domaines de la santé publique, de la recherche médicale et du développement de vaccins. Et maintenant que nous sommes confrontés au problème même dont Gates parle depuis des années, nous allons bientôt découvrir que ce développeur de logiciels sans formation médicale va utiliser cette richesse pour contrôler le destin de milliards de personnes. » James Corbett

Vidéo en anglais publié par Global Research le 1er mai 2020:

Video: How Bill Gates Monopolized Global Health. The Vaccine

corbettreport.com

Photo en vedette : Bill Gates au Forum économique mondial en 2013.  Wikimedia.com

La source originale de cet article est corbettreport.com / Menaces sur la Santé

Copyright © James Corbett et Jean-Louis Gueydon de Dives, corbettreport.com / Menaces sur la Santé, 2022

https://www.mondialisation.ca/video-comment-bill-gates-a-monopolise-la-sante-mondiale-le-vaccin/5652821

Dans SANTE

LE PAPE FRANCOIS A RENCONTRE DEUX FOIS SECRETEMENT LE PDG DE PFIZER AVANT DE RENDRE LA VACCINATION OBLIGATOIRE AU VATICAN

Par Le 22/01/2022

Le Pape François a rencontré secrètement le PDG de Pfizer avant de rendre la vaccination obligatoire au Vatican

Par Edouard Husson

Mondialisation.ca, 19 janvier 2022

Le courrier des stratèges 17 janvier 0202

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 19   9  1  29

Le Pape François a rencontré deux fois secrètement le PDG de Pfizer, Albert Bourla, en 2021, avant de rendre la vaccination obligatoire au Vatican: telle est l’information explosive recueillie auprès de sources internes par le National Catholic Register, un média américain d’information catholique. On appréciera à sa juste mesure le fait que le pape qui a pris le nom de Saint François d’Assise, apôtre de la pauvreté, pousse jusqu’à fréquenter le PDG d’une entreprise qui a gagné des milliards durant la pandémie. Et même, qu’il se soit fait lobbyiste de l’industrie vaccinale en expliquant que la vaccination contre le COVID était en « acte d’amour ». La parution de cette information malgré la crainte qu’inspire le pape jésuite révèle que l’Eglise est à la veille d’une remise en cause profonde du pontificat de Jorge Maria Bergoglio.

Selon des sources vaticanes, qui se sont confiées au National Catholic Register, le Saint-Père a rencontré à deux reprises le PDG de Pfizer, Albert Bourla, au Vatican, bien que les détails précis de ces rencontres qui ont eu lieu en 2021, ne soient pas connus.

Contrairement à la plupart des audiences privées du pape, ces rencontres n’ont pas été annoncées par le bureau de presse du Saint-Siège, qui n’a pas répondu aux demandes répétées de confirmation de ces rencontres.

Un porte-parole de Pfizer a déclaré : “Nous ne pouvons ni confirmer ni démentir car, selon notre politique, les mouvements de nos cadres sont considérés comme confidentiels.”

Les rencontres d’Albert Bourla avec le pape ne seraient pas la première rencontre papale secrète de ce type ces dernières années. En novembre 2019,  le pape a reçu en privé Melinda Gates. La rencontre, bien connue au Vatican,  n’a jamais été reconnue officiellement.

En mai dernier, Bourla a pris part à une conférence en ligne du Vatican sur la santé intitulée “Unite to Prevent & Unite to Cure” à l’occasion de laquelle il a pu – et d’autres participants avec lui, faire l’éloge de la vaccination dans la lutte contre le COVID-19.

Se vacciner contre le COVID, un acte d’amour?

 

 

Prenez le temps d’écouter ce passage d’Albert Bourla à la télévision française. Il y explique que la seule façon de surmonter la peur de se faire injecter le vaccin, c’est “l’amour” (sic!). Pour lui, la vaccination n’a pas seulement une valeur individuelle mais sociale: il faut le faire pour nos proches et le reste de la société.

ça ne vous rappelle rien? Le pape François déclarant à l’été 2021: “La vaccination est un moyen simple, mais profond de promouvoir le bien commun et de prendre soin les uns des autres, en particulier des plus vulnérables. Je prie Dieu pour que chacun puisse apporter son petit grain de sable, son petit geste d’amour”

Impossible de dire lequel des deux hommes a le plus influencé l’autre. Mais force est de constater que le pape qui a pris le nom du “Pauvre d’Assise” se trouve de connivence avec le PDG d’une entreprise pharmaceutique qui a gagné des milliards grâce aux vaccins contre le COVID. Une entreprise représentative des dérives du capitalisme contemporain que le Pape aime par ailleurs fustiger.

Le Pape parle du capitalisme inclusif; mais en l’occurrence il fraye avec un représentant du capitalisme de connivence, l‘une des entreprises les plus condamnées au monde. Où seraient les profits de Pfizer sans l’argent public qui sert à financer la recherche puis l’achat des vaccins?

Comment ne pas être profondément gêné par le fait que le Pape ait pu recevoir deux fois le PDG de Pfizer puis choisir cette entreprise pour la vaccination au Vatican? Une vaccination rendue obligatoire!

Comment expliquer qu’un pape qui dit lutter pour un ordre plus juste accepte le petit jeu d’un capitalisme de connivence qui a fait écarter médicaments existants (tombés dans le domaine public) au profit d’un produit nouveau, fabriqué trop vite et vendu très cher? Comment comprendre quue le pape de l’encyclique Laudato Si fasse aussi peu attention aux dégâts causés par les effets secondaire du vaccin. Ou bien l’écologie humaine est-elle sans importance?

Evidemment, en homme de pouvoir, François a cessé de parler “d’amour” en évoquant la vaccination dans son discours de voeux 2022 aux ambassadeurs. Il sent le vent tourner et se contente de parler d’un choix raisonnable en attendant d’autres médicaments. Mais cela ne peut pas dissiper la désagréable impression que le Pape sert de caution religieuse à la gouvernance internationale.

L’Eglise a besoin d’un « Père Elijah »

Si vous ne l’avez jamais lu, plongez-vous dans l’extraordinaire roman de Michael D. O’BrienPère Elihjah. Le héros est un frère carme qui fut David Schäfer, rescapé de la Shoah puis promis à devenir Premier ministre d’Israël; mais il avait tout lâcher pour se convertir et entrer en religion. Un pape qui est un mélange de Jean-Paul II et de Benoît XVI demande au Père Elijah d’aller affronter spirituellement le “Président de la Fédération des Etats européens”, qui tenait à la fois (prophétiquement, quand le roman a été écrit à la fin des années 1990) de Mario Draghi et d’Emmanuel Macron. Ce président d’une Europe devenue fédérale est immensément populaire car il agit au nom d’une religion de l’Amour, destinée à devenir une religion mondiale.  Et le Père Elijah doit aller l’affronter car l’homme fait pression sur le Saint-Siège, pour que ce dernier se joigne au nouveau syncrétisme.

Ce morceau central d’une trilogie romanesque commencée dans Varsovie occupée et se finissant à Jérusalem a le souffle d’un roman de Chesterton ou de C.S. Lewis.

La différence entre le roman et la réalité d’aujourd’hui, c’est que François se juge assez fort pour ne pas avoir besoin d’un “Père Elijah”. Il pense pouvoir frayer avec les hommes de la gouvernance mondiale sans faire courir de danger à l’Eglise. Il accompagne en partie le syncrétisme ambiant et s’engage pour une “Maison d’Abraham” à Abu Dhabi ou joue avec l’idée d’une version “amazonienne” du christianisme. François décrit la vaccination comme un “acte d’amour” et il approuve la censure sur les réseaux sociaux. Il pactise avec la Chine communiste au risque de sacrifier l’Eglise clandestine chinoise. Et il adhère à un “Pacte mondial pour l’Education” en faisant entrer à l’Académie des Sciences un économiste aussi controversé que Jeffrey Sachs, ancien néolibéral converti à l’écologie et dont le fil directeur a toujours été l’adhésion sans fard au malthusianisme le plus radical.

La fuite concernant les entrevues avec Albert Bourla est le signe qu’au Saint-Siège on commence à juger contre-productive la façon de faire de l’actuel Souverain Pontife. Il est certes redouté; mais on le dit malade ; et les grandes manœuvres ont commencé pour sa succession.

Ce qui est sûr, c’est que le renouveau dont aura besoin l’Eglise se trouve plutôt dans les romans de Michael D. O’Brien que dans les liaisons dangereuses du Pape François avec les puissants de ce monde, d’Albert Bourla à Bill Gates.

La source originale de cet article est Le courrier des stratèges

Copyright © Edouard HussonLe courrier des stratèges , 2022

https://www.mondialisation.ca/le-pape-francois-a-rencontre-secretement-le-pdg-de-pfizer-avant-de-rendre-la-vaccination-obligatoire-au-vatican/5664396

Dans SANTE

LETTRE OUVERTE AUX MINISTRES DE LA SANTE EN FAVEUR DE LA VACCINATION

Par Le 16/01/2022

13 janvier 2022

Lettre ouverte aux Ministres de la santé en faveur de la vaccination

Marie Laurence LEWIS

Un péril sous haute sécurité... défaillante

Depuis deux ans, de nombreux États gouvernent par décrets. Au lieu de maintenir les citoyens dans l’angoisse d’une infection virale, apte à diminuer leur résistance immunitaire, il serait plus urgent de fermer les laboratoires de niveaux P3 et P4. Ils sont plus dangereux qu’utiles, puisque l’on connaît la famille des Coronavirus depuis 90 ans et aucun vaccin n’est vraiment efficace. (1)

En déterrant une femme, décédée en 1918 mais préservée dans le pergélisol de l’Alaska, des chercheurs ont réactivé le virus de la grippe espagnole. On prétend que cette expérience permet de comparer les virus H1N1 et H5N1, sans pour autant se muter remède adéquat. (2)

Il est presque certain que la covid provient d’un Centre de recherche à sécurité maximale. Un rapport du gouvernement canadien, datant de 2018, recense 89 incidents d’exposition à des agents pathogènes humains et une contamination avérée. Et on veut nous faire croire que le danger provient des non-vaccinés ! Qu’une erreur soit à l’origine de la « fuite » d’un virus, à la ville de Wuhan, ou qu’une personne ait été mandatée pour propager un agent viral et en accuser l’État chinois, il sera difficile de le savoir. Quoi qu’il en soit, ne pointons pas uniquement l’Institut de virologie chinois. Une cinquantaine de centres de niveaux P3 et P4 sont en fonction dans le monde, majoritairement subventionnés par les États-Unis, puisqu’ils en possèdent de nombreux sur et hors de leur territoire. (3)

Si l’on y procède à des manipulations bénéfiques pour la santé, pourquoi certains d’entre eux sont-ils sous la direction de militaires ? C’est le cas aux États-Unis. Tout comme en France, où deux laboratoires sur trois sont régis par l’armée. (4)

Je m’étonne de la lenteur des citoyens à lier les versions contradictoires, les décisions changeantes, le fait que des milliers de membres du personnel médical préfèrent un congédiement plutôt qu’un vaccin anti-covid. Car les gens qui travaillent dans les hôpitaux, eux, savent réellement combien de décès sont dus au Corona virus ou à une co-morbidité chez des malades chroniques.

Le personnel de la santé est mieux placé que quiconque pour juger de l’urgence d’une situation et ne pas vouloir servir de cobayes, pour une thérapie à l’ARNm dont on ne connaît pas les effets à long terme. Injecter un virus mort ou affaibli, dont nos globules blancs apprendront à reconnaître l’enveloppe typique, est bien distinct des injections qui exigent que nos cellules elles-mêmes codent la protéine qui fabrique la capside du virus. Et vous le savez parfaitement. Si vous aviez offert, dès le début, un vaccin à virus inactivé, ou à virus atténué comme celui produit en Chine, peut-être auriez-vous rencontré moins de réticence.

Des annonces alarmantes biaisées

Depuis deux ans, tout est planifié pour maintenir les gens dans l’anxiété. L’attente en ligne à l’extérieur, l’impatience, les petites permissions suivies des contraintes, toutes aussi inutiles, les fausses promesses de liberté. Et un passeport sanitaire qui n’empêche pas les contaminations entre vaccinés.

En décembre, au Québec, on ne recensait que trois décès par grippe. Cela ne pouvait justifier un décret d’urgence. Il a suffit de distribuer des tests qui ne signifient rien, pour annoncer des milliers de cas positifs. Vous savez aussi qu’un individu porteur du virus peut recevoir un test négatif. Et que les tests « positifs » ne signifient pas que l’on abrite un pathogène, encore moins que l’on développera une grippe.

Maintenant que les effets secondaires de la vaccination ne peuvent être contestés, et que les gens doublement vaccinés continuent de prendre l’hiver en grippe, voici votre dernière invention : dire que les citoyens vaccinés ayant souffert de grippe, avant leur vaccination, après la première dose, ou à la seconde injection}, seront mieux protégés contre le variant Omicron que les non-vaccinés, s’ils reçoivent une troisième dose !}

Combien de temps cette parodie va-t-elle continuer ? Et si on vous répondait ceci : les non-vaccinés se sont épargnés l’intromission de substances chimiques inefficaces. S’ils ne contractent pas de virus, cela signifie que leur immunité est forte et les rend peu vulnérables. Et s’ils couvaient une grippe, ils seraient tout aussi protégés face aux variants ! (5)

Si l’on se préoccupait de la santé publique, on ne laisserait pas des entreprises pharmaceutiques privées s’en charger et mettre en faillite les services publics, pour ensuite justifier leur privatisation. La santé importe moins que les monopoles financiers. Sinon, le gouvernement des États-Unis aurait interdit l’aspartame. On ne permettrait pas la vente de nourriture transformée au point d’être de plus en plus dénuée de nutriments. On n’autoriserait pas autant de gras, de sucre, d’additifs chimiques dans les produits alimentaires. Tout ceci induit l’obésité, les problèmes cardio-vasculaires, le diabète. Et en moyenne, le cancer, ne serait-ce qu’au Québec, cause la mort d’un individu à chaque 24 minutes. Et très peu de cancers sont dus à la génétique. La majorité sont provoqués par l’anxiété, la mauvaise alimentation, l’insomnie, le surmenage. Imaginez l’angoisse engendrée si on répétait cette statistique chaque jour, pendant deux ans... Et tout ces faits, vous les connaissez aussi. (6)

Cessez donc de faire paniquer les gens, d’inciter les jeunes à se faire vacciner, alors qu’ils ne risquent rien, sauf dans les cas où ils souffrent déjà de problèmes de santé, sans lien avec la covid. En leur demandant de porter un masque, alors qu’ils sont en pleine croissance, on entrave l’entrée d’oxygène dans les poumons et les fait conserver davantage de dioxyde de carbone. Pensez-vous que ça les aide à se concentrer et réfléchir ?

Ce sont les élevages industriels qui sont à l’origine de la grippe aviaire H5N1 et de la grippe porcine H1N1. D’abord, les animaux cloîtrés dans un milieu malsain se contaminent. Puis vient le tour des employés en contact avec eux. Sous couvert de recherches anodines, des scientifiques font franchir la barrière physiologique entre volaille et mammifère, escomptant y parvenir chez les humains. Les armes biologiques sont interdites par des protocoles internationaux. Cependant, si on n’en poursuivait pas les recherches, rien ne justifierait de confier à des militaires des laboratoires de niveaux P3 et P4, abritant les pires virus connus. (7)

Maryse Laurence Lewis

»» http://mondialisation.ca

Références :
1. https://www.forbes.fr/business/lhistoire-des-coronavirus-de1930-a-aujourdhui/
2. https://www.lemonde.fr/planete/article/2005/10/06/des-chercheurs-ont-r...
3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoire_P4
4.https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications...
5. https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-12-28/variant-omicron/l-efficaci...
6. https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-101/cancer-stati...
7.1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Protocole_de_Genève
7.2 https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/INTRO/450
La population du Québec étant de 8,604,500 résidents, au 1e juillet 2021.

 

URL de cet article 37663

  

Dans SANTE

OMS : LES VACCINS DE SINOPHARM ET SINOVAC, PARTIE IMPORTANTE DE L'INITIATIVE VACCINALE COVAX

Par Le 07/01/2022

(Multimédia) OMS : les vaccins de Sinopharm et Sinovac, partie importante de l'initiative vaccinale COVAX

French.xinhuanet.com | Publié le 2022-01-07 à 06:03

 

Une médecin de famille montre une boîte du vaccin de Sinopharm contre la COVID-19 à Varoslod, en Hongrie, le 24 février 2021. (Tamas Vasvari/MTI via Xinhua)

Jeudi également, le directeur exécutif du programme de gestion des situations d'urgence sanitaire de l'OMS, Mike Ryan, a déclaré qu'il n'y avait pas de risque accru de transmission de COVID-19 lors des prochains Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022, car les mesures préventives des autorités chinoises ont été très "strictes et fortes".

GENEVE, 6 janvier (Xinhua) -- Plus de 180 millions de doses de vaccins de Sinopharm et de Sinovac COVID-19 ont été expédiées dans 49 pays via COVAX, jouant un rôle crucial pour renforcer l'immunité et sauver des vies dans le monde, a déclaré jeudi Bruce Aylward, conseiller principal du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le responsable l'OMS a précisé que les deux vaccins chinois représentaient près de 20% du total des vaccins expédiés via COVAX, une initiative internationale contre la COVID-19 dirigée par l'OMS.

Les vaccins de Sinopharm et de Sinovac ont tous deux été validés par la liste d'utilisation d'urgence de l'OMS en 2021.

Les chiffres officiels montrent que COVAX a expédié 959 millions de doses dans 144 pays et régions.

Cependant, au rythme actuel du déploiement des vaccins, 109 pays ne seront toujours pas en mesure de vacciner complètement 70% de leur population d'ici début juillet 2022, comme l'a demandé l'OMS, a déclaré jeudi Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, lors d'un point de presse.

Des travailleurs transportent un lot de doses de vaccin chinois contre la COVID-19 dans un aéroport de Managua, au Nicaragua, le 12 décembre 2021. (Xinhua/Xin Yuewei)

Les problèmes sur les vaccins et les inégalités en matière de santé ont été les plus gros échecs de l'année dernière, a-t-il ajouté.

Ces facteurs étaient "des tueurs de personnes et d'emplois" et ont sapé la reprise économique mondiale, a-t-il souligné, notant que "dose de rappel après dose de rappel dans un petit nombre de pays ne mettra pas fin à une pandémie tant que des milliards de personnes resteront complètement sans protection".

Jeudi également, le directeur exécutif du programme de gestion des situations d'urgence sanitaire de l'OMS, Mike Ryan, a déclaré qu'il n'y avait pas de risque accru de transmission de COVID-19 lors des prochains Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022, car les mesures préventives des autorités chinoises ont été très "strictes et fortes".

"Certainement à ce stade, compte tenu des dispositions qui ont été mises en place pour les athlètes et par les organisateurs, nous ne pensons pas qu'il y ait de risque supplémentaire particulier à accueillir ou à organiser les jeux", a estimé M. Ryan. Fin

http://french.news.cn/2022-01/07/c_1310412452.htm

Dans SANTE

SI LE MOTIF SANITAIRE EST BIDON, QUELLE EST DONC LA VRAIE MOTIVATION DU COVIDISME ET DU VACCINALISME ACTUELS ?

Par Le 04/01/2022

Si le motif sanitaire est bidon, quelle est donc la vraie motivation du covidisme et du vaccinalisme actuels ?

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 03 janvier 2022

Thème: 

Analyses: 

 13   0  0  13

Les chiffres disent que nous avons totalisé 40 malades de la covid-19 variant Omicron en une semaine pour 100 000 habitants en France (0,04% de la population sur une semaine). Ce chiffre a été donné par plusieurs réseaux dont le réseau Sentinelle. 

En une semaine 12,9 malades ont été hospitalisés pour 100 000 habitants (2,8 admissions en soins critiques pour 100 000 habitants). Pour 100 000 habitants, il y a 5800 lits d’hôpitaux. Les hôpitaux ne sont donc pas submergés de malades covid Omicron, contrairement aux mensonges diffusés comme d’habitude par les médias et certains médecins collaborateurs de cette campagne de propagande. 

Le « terrible » Omicron, représente 40 malades d’un gros rhume pour 100.000 habitants ! Tout le cinéma répressif actuel qui est organisé autour de la fausse pandémie, par les pervers au pouvoir, et leurs dévoués serviteurs, est une fois de plus pitoyable !

La comédie criminelle qui est jouée par les irresponsables de l’Etat profond, persiste dans sa conviction délirante et veut farouchement avoir le dernier mot sur toutes les résistances qui se sont organisées contre sa représentation… Pourquoi cet acharnement qui en devient énigmatique ? 

Nous disions, écrivions et publiions il y a déjà bien longtemps, que ce monde du capitalisme ultra libéral était un mensonge, une erreur de civilisation, un mal, auquel il fallait mettre fin sans tarder, car les immenses dégâts qu’il avait causés étaient considérables et continuaient de l’être pour l’humanité et la biosphère dans son ensemble. 

Les Gilets Jaunes avaient fait leur « Vrai Débat », du 29 janvier au 3 mars 2019, sur le nouveau monde à mettre en place. (Cf., Le rapport du 27 mars 2019, qui a été réalisé pour les Gilets Jaunes, suite au ‘vrai débat’, par LERASS, Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales de l’Université de Toulouse.) Les Gilets Jaunes représentaient la plus grande aspiration de l’humanité : celle de la liberté, de la fraternité, de l’équité, de la justice sociale, de la paix dans la réalité de l’existence confrontée naturellement aux changements, aux altérations du monde dont la nature perpétuellement évolutive est foncièrement initiatique…

On ne peut plus aborder la question de la fausse pandémie sans faire référence au « Great Reset » : l’un éclaire l’autre, le second explique le premier.

Ainsi donc, le « Great Reset » dit lui aussi que le monde post-covidien ne redeviendra jamais plus comme celui que nous avions connu dans l’anté-covidien !

Enfin le grand changement tant attendu ! 

Mais voici qu’un bouleversement civilisationnel allait nous être annoncé, mettant en avant ce qu’allait être désormais l’ère d’un « transhumanisme » qui prétend éradiquer la mort, atteindre le bonheur et l’omnipotence !

Vous vouliez le changement ? Vous voilà servis : on vous annonce un grand changement, le « Great Reset » ! 

On le dit déjà depuis le début de cette fausse pandémie : les incohérences ont été tellement nombreuses, sidérantes, incompréhensibles, qu’il était impossible de croire qu’une équipe de « responsables politiques », « scientifiques », « médecins », personnel sanitaire, puissent à ce point-là errer dans l’amateurisme, l’aberration et la supercherie obscurantiste…

Lorsqu’on a vu les plus éminents spécialistes de France condamnés, censurés, arrêtés, interdits d’exercer la médecine, nous avons compris que le sujet ne pouvait pas être la « pandémie » ni le « SARS-COV-2 », et cela a été désormais prouvé aujourd’hui, mais que toute cette mise en scène mensongère n’était que le déguisement, le prétexte nécessaire à l’application d’un plan non déclaré, non avoué, caché aux yeux des populations qui n’auraient jamais accepté d’entrer dans un tel projet que le programme du Forum Economique Mondial de Davos appelle le « Great Reset »…

Nous devons nous poser des questions toutes simples sur deux niveaux, pour une clarification indiscutable de ce qui est en cause :

1 – Puisque la motivation sanitaire est totalement bidon, dans cette affaire du fanatisme covidiste et du radotage pervers sur des « vaccins » qui n’en sont pas, que révèlent donc « l’Agenda 2030 », le programme écrit et publié intitulé « The Great Reset », par les auteurs décomplexés de cette théorie idéaliste et de la violence sociétale qu’elle implique?

2 – Quel est le réel contenu de ces « vaccins » qui sont crapuleusement imposés aux peuples d’Occident et pourquoi ce contenu n’a pas été dévoilé par les laboratoires eux-mêmes ? Pourquoi a-t-on caché la nature réelle des injections à ARNm ? Pourquoi les députés européens ne pouvaient pas accéder aux informations « sensibles » inscrites dans le contrat signé entre les laboratoires pharmaceutiques et l’Union Européenne et engageant les milliards d’euros d’argent public ? Pourquoi des chercheurs indépendants ont-ils été obligés de travailler, parfois plus de 20.000 heures, pour analyser eux-mêmes des échantillons de ces « vaccins », afin d’être en mesure de nous informer sur ce qui aurait dû être annoncé d’emblée, par respect pour un « consentement libre et éclairé » de ceux qui seraient dans l’obligation de se faire injecter ces produits expérimentaux ?

Voilà les questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

1 – LE « GREAT RESET » : UN NÉO-FÉODALISME 

Dans le programme publié par Klaus Schwab, le fondateur du Forum Economique Mondial de Davos, « The Great Reset », nous pouvons retenir l’essentiel en quelques points permettant de comprendre où cela nous mène. Cf., traduction française COVID-19 : La grande réinitialisation, Klaus Schwab, Forum Publishing, 2020.

Selon le créateur du Forum Economique Mondial de Davos, la « pandémie » du Coronavirus constitue « une fenêtre d’opportunité » qu’il fallait saisir absolument, car elle était une « chance » pour nous !

Klaus Schwab écrit, page 110 du « Great Reset » : « Dans le cas de la pandémie, le lien de causalité entre le virus et la maladie est évident : Le SRAS-CoV-2 est à l’origine de la COVID-19. Hormis une poignée de théoriciens du complot, personne ne le contestera. » 

Remarquons déjà que cette affirmation implique un a priori qui n’est même pas discuté alors qu’il est sérieusement discutable ! Cette affirmation hautement « manipulatrice » est radicalement fausse, puisque le SRAS-CoV-2 n’a jamais été isolé, purifié, identifié comme tel chez les malades de la Covid-19. Quant à ceux qui en sont morts, les autopsies ont toujours été interdites. On ne pouvait pas savoir ce qu’il en était exactement puisque tous les chiffres ont été falsifiés depuis le début, comme nous l’avons vu depuis si longtemps, le but étant de fomenter la peur justifiant une recherche du consentement (non éclairé) du grand nombre, pour une « vaccination » qui se faisait passer comme telle, alors qu’elle ne proposait que des injections dont nous allons voir quel en est le contenu et la véritable nature. Tous types de morts, suite aux multiples maladies existantes, étaient déclarés « morts de la COVID ou morts avec la COVID »…

On connaît finalement le pourcentage très faible que représentent réellement les morts dus à la Covid-19 : en novembre 2021, on en était à 0,06% de la population mondiale.

Mais, le « Great Reset » ou « La Grande Réinitialisation » a des intentions hautement morales.

Le « Great Reset » annonce :

« Il s’agit de rendre le monde moins clivant, moins polluant, moins destructeur, plus inclusif, plus équitable et plus juste que celui dans lequel nous vivions à l’ère pré-pandémique. Ne rien faire, ou trop peu, revient à avancer aveuglément vers toujours plus d’inégalités sociales, de déséquilibres économiques, d’injustice et de dégradation de l’environnement … »

Les intentions sont exemplaires : les maîtres du capitalisme ultra libéral, responsables du désastre commencé en 1976 par les accords de la Jamaïque abolissant ceux de Bretton Woods (Juillet 1944), annoncent aujourd’hui vouloir changer le capitalisme !

Pour y parvenir, la FEM propose « d’orienter l’économie vers des résultats plus équitables, canaliser les investissements pour « construire mieux », développer des infrastructures et techniques de construction qui ne dégradent pas l’environnement et se servir de la quatrième révolution industrielle pour notre bien ». Cette quatrième révolution industrielle est celle de l’automatisation des machines par l’intelligence artificielle et la généralisation des « énergies vertes ». C’est elle qui, en grande partie, mènerait à « un monde plus vert, plus juste et plus prospère ».

Klaus Schwab expliquait dans le journal allemand Die Zeit, que « le néolibéralisme a fait son temps (…) sa défaillance a été mise à nu par la crise de la Covid-19 qui a exacerbé les inégalités sociales ». Bien avant la fausse pandémie du Coronavirus, les Gilets Jaunes avaient dénoncé les « inégalités sociales » et mis à nu les « défaillances de l’ultra libéralisme » ! Le Grand Maître du Forum de Davos définit le néolibéralisme comme « un capitalisme non réglementé et sans restriction ». Il dit vouloir « privilégier un capitalisme responsable qui s’attaque à deux défis majeurs que sont l’écart grandissant entre les riches et les pauvres, et la crise climatique. »

La solution réside — selon Klaus Schwab et le projet de Grande réinitialisation — dans une « redéfinition du capitalisme, pour prendre en compte le capital financier, mais aussi le capital social, le capital naturel et le capital humain. »

Voilà qui est si réconfortant et tellement humaniste ! Mais, les Gilets Jaunes n’avaient pas été « une fenêtre d’opportunité » pour un grand changement ! La vraie insurrection des Gilets Jaunes devait être remplacée par la fausse pandémie, pour entraîner un vrai changement ! On peut déjà se dire que ce changement, le « Great Reset », construit à partir d’un mensonge, a toutes les chances d’être l’enfant bâtard de ce mensonge …

« Vous ne posséderez rien et vous serez heureux… »

Que dit le « Great Reset » ? Il s’agit en fait de créer une classe supérieure en réunissant ceux qui sont très bien placés dans l’industrie et la politique. Il faut ensuite paralyser la classe moyenne sur le plan économique, de sorte qu’elle n’ait plus le pouvoir de prendre ses propres décisions de vie. Puis, il s’agit d’offrir une dépendance considérablement accrue à l’égard de l’État profond pour soulager les difficultés économiques créées par l’État profond. Au final, il est question de supprimer les libertés, en échange de la promesse de largesses de la part des États profonds dirigés et contrôlés par la caste stato-financière qui les a incrustés.

Après tout cela, il est question d’instaurer un régime autoritaire puis totalitaire pour garantir la pérennité des nouveaux paradigmes de la société post-covidiste idéalisée.

Une fois que les contrôles seront pleinement mis en œuvre (grâce aux injections à ARNm : nous reviendrons sur ce sujet) et que la population sera devenue dépendante du nouveau système, le NOM commencera à supprimer les promesses faites dans sa propagande. L’idée qui sous-tend ce dernier point est que, lorsque les Etats Nations seront totalement dépendants des États profonds, ils auront perdu le pouvoir de s’opposer ou de se rebeller si les droits sont supprimés. Les Etats Nations seront alors totalement dominés.

Une vidéo du professeur Schwab présente l’état idyllique dans lequel les gens pourront se débarrasser de toutes les dettes personnelles, des bouleversements politiques et des troubles sociaux (Gilets Jaunes) qui éclataient si fréquemment jusqu’à présent.

La solution proposée est de céder son droit à la propriété de manière permanente, en échange d’une vie où la responsabilité serait minimale.

Selon le « Great Reset », le gouvernement aura le contrôle total de tous les aspects de votre vie, ainsi que la tâche d’éliminer tout obstacle à votre bonheur. Tout d’abord, vous renoncerez à tous vos droits au début de l’accord. Vous aurez perdu tous vos biens et toutes vos libertés. Vous dépendrez à 100 % de l’État profond. En échange de quoi « Le gouvernement mondial vous fournira un revenu de base. » Bien entendu, l’Etat profond nous inspire tellement la confiance, qu’il est évident que nous allons tous ensemble nous précipiter à ses pieds et accepter ce deal néo-féodaliste sans sourciller!

Vous louerez tout ce dont vous avez besoin : une résidence, un véhicule, des appareils électroménagers et même vos vêtements. Et surtout, vous serez heureux. Il n’y aura plus de guerres (comme si les peuples étaient responsables des guerres que seuls les Etats profonds leur ont infligées). Une « poignée de pays » (entendre « d’Etats profonds collaborateurs ») dirigera le monde en coopération. Il n’y aura plus d’attente pour des soins médicaux, puisque ceux-ci seront assurés « on line ».

« Il y aura un prix mondial pour les émissions de carbone. » Ceux qui utilisent des combustibles fossiles seront taxés pour leur utilisation. Autrement dit, les plus gros pollueurs industriels pourront polluer allègrement en payant cette taxe qui sera aussitôt répercutée dans les prix des ventes. Les « consommateurs » seront donc à nouveau dans la logique ultra libérale et les otages d’une organisation du pillage : rien de différent !

Toutes les choses qui ont été promises ou mises à votre disposition pourront évidemment être retirées une à une, jusqu’à ce que vous soyez à la fois serviable et appauvri. Vous n’aurez pas la capacité de vous rebeller ou même de vous plaindre. Dans ce néo-féodalisme, vous serez dans un rapport de pur servage à l’autorité : il faudra vivre à genoux face à votre seigneur tout puissant ! On vous dira, « ne méprise pas la main qui te nourrit ! » Ou encore, « Ne crache pas dans la soupe que le Maître t’a servie ! »

La violence exceptionnelle des problèmes sociaux, politiques et économiques qui caractérise le désastre actuel, a été causée par les choix des dirigeants politiques. Or, ce sont les mêmes qui vous demandent maintenant de leur faire confiance pour mettre fin à ces problèmes.

Les élites mondialistes veulent promouvoir des politiques telles que les taux d’intérêt négatifs, l’abolition de l’argent liquide et la migration de masse. Tout cela s’annonce comme un désastre de classe mondiale.

L’objectif final est le transhumanisme

Pour rendre possible un tel programme, il est indispensable de passer par la fusion des humains et des machines. Des micropuces implantables agiront comme des smartphones à l’intérieur du corps humain, transmettant les pensées au lieu de les verbaliser, y compris celles que la personne n’aura jamais le temps d’exprimer à un moment ou l’autre ! 

C’est cela qui est en cause dans le programme mondial de « vaccination » acharnée, organisé par les Etats profonds. On comprend dès lors à quel point il est insupportable pour eux de voir la résistance s’organiser contre ce programme. D’où la violence et la haine contre les résistants qu’ils appellent odieusement les « anti-vaxx », maniant cette manipulation scandaleuse sans scrupules … Dans notre deuxième chapitre, nous verrons ce qu’il en est.

Klaus Schwab déclare que le « Grand Reset » conduira à la fusion de l’identité physique, numérique et biologique

La porte est donc ouverte sur tous les abus possibles, mais nous devons faire une confiance aveugle en ceux qui ont organisé l’ultra libéralisme destructeur de l’humanité.

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence écrivait: 

« Je pense que c’est un faux dilemme, parce que la technologie permet de faire des tas de choses qui ne portent pas atteinte à votre vie privée. Je pense que, très souvent, lorsque les gens disent que ce n’est faisable que d’une seule manière, c’est parce qu’ils veulent les données pour leur propre usage. Nous avons élaboré un ensemble de lignes directrices, et avec les États membres, nous en avons fait une boîte à outils, afin que vous puissiez faire une application volontaire avec un stockage décentralisé, grâce à la technologie Bluetooth. Vous pouvez utiliser la technologie pour suivre le virus, mais vous pouvez toujours donner aux gens la liberté de choix. Ainsi, ils font confiance à la technologie et savent qu’elle sert à tracer le virus et rien d’autre. Je pense qu’il est essentiel de montrer que nous sommes vraiment sincères lorsque nous disons que vous devez pouvoir faire confiance à la technologie lorsque vous l’utilisez, que ce n’est pas le début d’une nouvelle ère de surveillance. Il s’agit de suivre le virus, et cela peut nous aider à ouvrir nos sociétés. » (Cf., Chotiner, Isaac, « The Coronavirus and the Future of Big Tech », The New Yorker, 29 avril 2020.

Klaus Schwab : « Les entreprises invoqueront la santé et la sécurité pour justifier une surveillance accrue. » (GR, page 134) Un monde dystopique nous attend.

C’est Evgeny Morozov qui a clairement expliqué que la « pandémie » laissait entrevoir un sombre avenir de « surveillance étatique techno-totalitaire ». 

Morozov expliquait que l’utilisation de la technologie pour surveiller et contenir la « pandémie », « consacre la boîte à outils du solutionnisme comme option par défaut pour résoudre tous les autres problèmes existentiels, des inégalités aux changements climatiques. Après tout, il est beaucoup plus facile de déployer des technologies solutionnistes pour influencer le comportement individuel que de poser des questions politiques difficiles sur les causes profondes de ces crises. » (Cf., Morozov, Evgeny, « The tech ‘solutions’ for coronavirus take the surveillance state to the next level », The Guardian, 25 avril 2020)

Le porte-parole du Forum Economique Mondial de Davos se trahit lui-même en laissant entendre que les très riches seront toujours les gagnants dans cet avenir post-covidien !

Klaus Schwab :

« En France et au Royaume-Uni, plusieurs voix de l’industrie estiment que jusqu’à 75 % des restaurants indépendants pourraient ne pas survivre au confinement et aux mesures de distanciation sociale consécutives. Cela ne concernera pas les grandes chaînes et les géants de la restauration rapide. Cela laisse supposer que les grandes entreprises deviendront plus grandes tandis que les plus petites diminueront ou disparaîtront. » (Cf., GR, page 156) 

Comment être plus clair ?

Klaus Schwab écrit encore qu’à la suite de cette crise du Covid « les personnes souffrant de problèmes de santé mentale préexistants, comme la dépression, souffriront de plus en plus de troubles anxieux ; les mesures de distanciation sociale, même après avoir été réduites, auront aggravé les problèmes de santé mentale ; dans de nombreuses familles, la perte de revenus consécutive au chômage plongera les gens dans un phénomène de « mort de désespoir » ; la violence et les abus domestiques, en particulier à l’égard des femmes et des enfants, augmenteront tant que la pandémie perdurera ; et les personnes et les enfants vulnérables – les personnes prises en charge, défavorisées sur le plan socio-économique ou en situation de handicap nécessitant un niveau de soutien supérieur à la moyenne – seront particulièrement exposés à un risque accru de détresse mentale. » (Cf., GR page 184)

Klaus Schwab précisait :

Il s’agit « d’améliorer le capitalisme grâce à des investissements plus orientés vers le progrès mutuel en se concentrant davantage sur les initiatives environnementales … » 

C’est le programme inscrit dans « l’Agenda 2030 ». Globalement, « l’Agenda 2030 » promu par l’ONU, a entraîné l’adhésion des pays membres qui sont tenus désormais de le mettre en application. Ces mesures sont mondialistes mais sont mises en oeuvre régionalement. C’est pourquoi les gens ne se rendent pas compte de ce qui est déjà en marche depuis longtemps. Toutes les mesures qui y sont programmées consistent, en résumé, à dissuader toute personne de vouloir vivre ou d’aller vivre à la campagne, en faisant en sorte que la masse de la population soit rassemblée dans des mégapoles pour un contrôle plus aisé et complet de l’ensemble des populations. Il s’agit de détruire toute possibilité de créer une autonomie des personnes et une autarcie des groupes de personnes qui pourraient remettre en cause l’efficacité de l’organisation du dressage par le contrôle…

Ces réseaux indépendants ( éco-lieux, éco-villages, les Colibris, les Jardins du Nous, le Réseau Solidarité Active, La Vague, les réseaux de permaculteurs et tous les autres réseaux archipellisés…etc) qui existent déjà et qui fonctionnent déjà depuis un certain temps seront la cible du harcèlement policier des Etats profonds. C’est là que pourraient surgir les occasions de guerre civile…

Les petits agriculteurs artisans sont oppressés par les réglementations impossibles à respecter, la fiscalité dissuasive, l’obligation des emprunts massifs, les prix dérisoires qu’ils sont obligés de pratiquer… Comment s’étonner qu’ils se suicident par milliers chaque année ! Cette profession est dissuadée de poursuivre son chemin pendant que l’agriculture industrielle prospère avec indécence aux dépens de l’environnement et de la santé publique…

Dans « La quatrième révolution industrielle », Klaus Schwab explique que le numérique a pénétré définitivement le monde des humains. Il y a un changement de nature dit-il, un nouveau référentiel pour l’homme, prié de réinventer sa manière de vivre, de travailler, de consommer et de faire société.

 Klaus Schwab écrit : « Les valeurs occidentales auront été testées jusqu’au point de rupture ». Il s’agit de vérifier jusqu’où peut-on aller dans la rupture avec la liberté de pensée, la liberté d’expression, la liberté d’entreprendre…etc…

Nous voilà informés sur l’essentiel de ce que nous a concocté le « Great Reset », grâce à la « fenêtre d’opportunité » de la « pandémie » coronavirus, survenue justement maintenant par le plus pur des hasards ! Mais le plus important vient maintenant, car l’ère du transhumanisme annoncé ne serait pas possible sans une opération de grande envergure sur les humains eux-mêmes. 

2 – LE VERITABLE CONTENU DES « VACCINS » ET LEUR OBJECTIF

Le fer de lance de cette opération de grande envergure, ce sont les « vaccins » à ARNm. C’est pourquoi nous devons connaître leur contenu réel.

Le IoNT est l’Internet des Nano objets. Un certain nombre d’injectés (pas nécessairement tous) sont actuellement en cours de mutation pour devenir des transhumains. On peut supposer que pour atteindre l’étape finale du modèle, il faudra plusieurs doses. C’est la raison qui explique pourquoi les Etats profonds s’acharnent à vouloir à tout prix « vacciner » les récalcitrants et imposer une troisième dose en Europe en disant que les deux premières sont déjà obsolètes ! On en est déjà à une quatrième dose en Israël ! Le récit vaccinaliste va continuer d’évoluer en inventant l’arrivée continuelle de nouveaux variants, tous plus dangereux les uns que les autres, afin de maintenir, dans chacun d’entre nous, la peur en haleine. Lorsque les résistants auront été neutralisés et finalement injectés de force dans des camps d’isolement, lorsque le nombre de doses nécessaires aura été atteint et le nombre des survivants stabilisé, les autorités déclareront que le retour à la nouvelle normalité sera enfin devenu possible. Comme par enchantement, les nouveaux variants auront définitivement disparu du monde viral. 

1 – Le contenu

Tout d’abord, énumérons le contenu des « vaccins » en tant que tel, même si cette étape semble technique et fastidieuse. Puis nous expliquerons comment tout cela fonctionne.

Selon le site lilianeheldkhawam.com, l’analyse du contenu des injections à ARNm a révélé les éléments suivants :

« Nanotubes de carbone et dérivés CNT, SWCNT, MWCNT 

Points quantiques de graphène GQD 

Nanoantennes fractales en graphène 

Nanorouteur ou nanocontrôleurs

CODEC ou Nanointerface 

Topologie de nanoréseau 

Nanonodes (GQD, Hydrogel nageurs, Nanotubes, Fibres)

Nanocapteurs (circuits de nanotubes, nanofeuillets de graphène) 

Nanocontrôleurs (circuits de nanorouteurs QCA)

Nanointerface (circuits QCA nanoCODEC)

Communication avec l’extérieur  

Nageurs hydrogels 

La présence de points quantiques d’oxyde de graphène. Les points quantiques de graphène sont des morceaux de graphène ou d’oxyde de graphène à l’échelle micro- nanométrique avec des formes circulaires, hexagonales, triangulaires… qui résultent de la décomposition ou de l’oxydation de nanofeuillets de graphène. – Les GQD, loin d’être un défaut du réseau, jouent un rôle fondamental, puisque leur taille leur permet de fonctionner ou d’opérer comme des nano-antennes. De plus, ils circulent à travers le système circulatoire, les artères, les veines, capillaires, servant de marqueurs électriques, mais aussi biologique, car ils adsorbent les protéines et autres composants présents dans le sang. 

L’interface humain-machine avec transmission de données. 

La nanointerface est un circuit QCA plus complexe, qui contient une nanoantenne pour émettre et recevoir des signaux TS-OOK. Avec une forte probabilité, il dispose d’un CODEC pour crypter les paquets de données et les retransmettre à l’extérieur. 

Nanocapteurs et nanorouteurs. 

Lorsque le nanorouteur reçoit les signaux, il parvient à les encoder dans TS-OOK et à les acheminer sous forme de paquets de données à transmettre. 

Les signaux TS-OOK ont un modèle binaire facile à interpréter et à transmettre, ce qui augmente la capacité de transmission de données et la bande passante pouvant être prise en charge dans le nanoréseau. 

Le nanorouteur n’a pas besoin de processeur pour fonctionner, car l’architecture QCA (point quantique) lui permet de fonctionner à une fréquence d’horloge, tout comme le ferait un processeur d’ordinateur. De cette façon, les signaux sont transmis au nanorouteur le plus proche afin d’optimiser le nanoréseau et d’éviter la saturation du signal. Pour cette raison, plusieurs de ces composants sont prévu, assis grâce à l’hydrogel. »

A partir de cette observation, nous voyons qu’il est directement question du processus d’intégration homme-machine. Il faut également souligner que peu de scientifiques ont une vision d’ensemble de ce que peut être ce transhumanisme. 

Depuis plusieurs mois, des investigateurs du contenu des fioles pour injections, ont déclaré que certains lots ne contenaient pas de nano-particules (et autres entités non caractérisées, également découvertes dans ces produits expérimentaux,) et le premier d’entre eux a été le Professeur Campra, de nationalité Espagnole.  

Les flacons ont été identifiés selon leur lot : il y a des flacons qui ont un code 1, d’autres avec le code 2 et encore d’autres avec le code 3, inscrits dans la chaîne d’encodage du « vaccin ». Un chercheur polonais a identifié les trois codes sur les flacons témoins : l’un était un placebo, l’autre ne contenait rien de particulièrement inquiétant, mais le troisième contenait de l’oxyde de graphène. (Cf., Hold On, regarder à 01heure 14 minutes et 10 secondes). La vidéo a été censurée comme d’habitude et n’est plus accessible sur Youtube.

2 – L’explication

L’explication a été développée sur La Quinta Columna, à travers une vidéo publiée en décembre 2021 : https://vk.com/video625912804_456241171

Nous allons reprendre les termes de cette explication donnée par des chercheurs espagnols en faisant une traduction de l’espagnol en français. 

« Quelque soient les produits Pfizer, AstraZeneca, Janssen, Moderna, tous contiennent de la nanotechnologie.

Les nanorouteurs peuvent émettent des adresses Mac enregistrables via la technologie sans fil Bluetooth, sur votre téléphone portable à l’aide d’une application.

Comme on l’a dit, des micro-structures d’oxyde de graphène ont été identifiées : elles forment le complexe des nano-antennes plasmodiques destinées à amplifier ces signaux.

Il y a également des nano-antennes redresseuses agissant comme des ponts rectificateurs du courant alternatif/continu des codecs (codeurs-décodeurs) et certaines portes logiques pour crypter ces nano-communications entre l’individu inoculé et un serveur à distance.

La présence de l’oxyde de graphène est indispensable pour assurer un auto-assemblage de ces complexes micro-structurés.

Les principaux mécanismes d’exfoliation de l’oxyde de graphène dans le corps en points quantiques de graphène sont :

La biodégradation naturelle grâce à l’enzyme myéloperoxydase et le mécanisme de la teslaphorèse, soit des champs électromagnétiques de micro-ondes, générés à la base par des signaux de téléphonie mobile, à diverses qualités de fréquences.

L’oxyde de graphène injecté dans le corps développe des propriétés magnétiques en contact avec l’hydrogène et les cellules vivantes. C’est la raison pour laquelle la grande majorité des personnes « vaccinées » présentent ce magnétisme exacerbé au point de l’inoculation et postérieurement au plexus solaire supérieur et au crâne. L’oxyde de graphène est détecté dans l’organisme par notre système immunitaire, comme s’il s’agissait d’un agent pathogène.

Une fois injecté, le graphène a une affinité avec le système nerveux central (la moelle épinière et le cerveau) à cause de leur grande conductivité électrique. 

Mais, dans le système nerveux central, il peut causer l’immobilisation des membres, des AVC, des paraplégies et l’altération globale du système nerveux.

L’oxyde de graphène a un facteur coagulant du sang et augmente la thrombogénéité ou la prolifération de thromboses.

Les conséquences ultimes des thromboses sont les accidents cardio-vasculaires de tout genre, c’est-à-dire, des embolies, des ischémies, des crises cardiaques, des anévrismes, etc…

L’oxyde de graphène a aussi une affinité avec les organes éminemment électriques, comme le cœur, particulièrement lorsque l’activité cardiaque augmente, provoquant une activité électrique plus importante. Lorsque l’activité électrique du cœur augmente, l’oxyde de graphène se dirige vers lui en provoquant son inflammation elle-même responsable de myocardites ou de péricardites.

De plus, l’oxyde de graphène a la capacité d’absorber la radiation électromagnétique ambiante et de multiplier cette radiation par un effet transistor. 

C’est ainsi que l’oxyde de graphène génère de petites décharges responsables des arythmies dans le système cardiaque.

Ce que l’on vient d’évoquer explique pourquoi tellement de sportifs souffrent d’arythmies au moment où leur activité cardiaque est sollicitée.

Ces arythmies se traduisent par des évanouissements, des pertes de conscience, des syncopes, évanouissements liés parfois à une mort subite surprenante…

Une grande partie des « vaccinés » est concernée par la mort subite au moment d’interagir à proximité de foyers micro-ondes.

L’oxyde de graphène est aussi capable de générer de la mutagenèse, de l’altération chromosomique et des cancers, si bien que chez les personnes ayant récemment souffert de tumeurs ou de néoplasies après le « vaccin », le nombre des métastases peut ressurgir rapidement et des personnes complètement saines, peuvent se mettre à développer des tumeurs.

L’oxyde de graphène est extrêmement toxique. Sa toxicité dépend de la radiation électromagnétique qu’il absorbe.  Sur son chemin, il génère l’inflammation des tissus, des inflammations systémiques ou multi-organiques, provoquant par ailleurs une cascade de radicaux libres.

Lorsque le stress oxydatif causé par cette substance toxique dans le corps fait pencher la balance de « l’équilibre redox », et atteint un certain seuil, supérieur au niveau antioxydant de notre glutathion endogène, notre système immunitaire s’effondre et favorise le fameux orage de cytokines.

L’oxyde de graphène injecté dans le corps en tant que matière première des « vaccins », est éliminé par le travail des poumons. Mais s’il est irradié alors qu’il s’y trouve encore, il va provoquer une inflammation des tissus pulmonaires et causer une pneumonie bilatérale.

Si les « vaccinés » survivent aux premières doses d’oxyde de graphène injectées dans leur sang, celui-ci est dégradé dans le corps par les anticorps neutralisants qui sont les agents responsables de sa dégradation. La neutralisation de la toxicité du graphène fait monter les immunoglobulines. C’est ce phénomène qui entraîne l’obligation de se faire « vacciner » tous les trois mois, afin de maintenir dans le corps les niveaux de cette substance toxique, sous le prétexte qu’il y a une baisse de l’immunité naturelle innée et acquise.

Le virus SARS-CoV-2 inexistant, non isolé, non purifié, non cultivé, de la version officielle, ainsi que ses « variants », est en réalité, l’oxyde de graphène introduit volontairement et sciemment dans les « vaccins » contre la grippe de la saison 2019-2020.

Cette maladie qui a été réétiquetée comme « Covid-19 », est en réalité un syndrome de radiation sévère, renforcé par le graphène.

C’est aussi pourquoi, les victimes de la première vague de Covid-19 ont été les anciens des EHPADS, parce que le taux de vaccination contre la grippe y était proche de 100%. On se rappellera que les anciens ont été les premiers à être « vaccinés » avec ce produit expérimental, puis ils ont été irradiés par les antennes de téléphonie mobile, lesquelles sont justement implantées à proximité des EHPADS, 8 fois sur 10 !

Ce génocide des anciens, renforcé par les prescriptions de Rivotril recommandées par le ministère de la santé et les ARS, a alimenté copieusement les litanies quotidiennes des morts par « coronavirus » en boostant par la même occasion la fabrication de la peur d’un nouveau virus inconnu et d’une pandémie, indispensable au programme qui allait suivre.

Le travail des médias inféodés serait déterminant dans cette campagne de la peur, car il permettrait de passer aux injections généralisées de cette substance à ARNm chargées d’oxyde de graphène.

Il est inévitable de penser que l’un des objectifs recherchés ne pouvait être que l’élimination d’une grande partie de la population mondiale et d’utiliser ensuite les propriétés de modulation comportementale de l’oxyde de graphène dans le domaine des neurosciences et de l’intelligence artificielle, pour la population qui survivrait à ce premier tri par élimination.

L’oxyde de graphène a une affinité spéciale pour les neurones. Une fois qu’il s’est installé dans leur milieu, il y développe un réseau neuronal artificiel qui va remplacer peu à peu le réseau neuronal naturel.

Lorsque les nano-particules d’oxyde de graphène atteignent une taille inférieure à 35 nanomètres, elles peuvent facilement traverser la barrière hémato-encéphalique (la membrane qui protège notre cerveau des possibles agressions extérieures) en accédant à notre réseau neuronal naturel.

L’oxyde de graphène peut casser les synapses neuronales de manière qu’il est possible de cartographier le cerveau et de collecter des données comme les souvenirs, les pensées, des pensées localisées, des sensations, des émotions et des sentiments.

On peut dès lors comprendre pourquoi, dans ce contexte de fausse pandémie, certains pays ont adopté et imposé une loi sur les « neurodroits ».

Il faut également savoir que l’oxyde de graphène peut être stimulé à distance, sans fil, en utilisant à cette fin la mise en service de la nouvelle technologie 4G, 4G+ et 5G.

Tous les « vaccinés » transmettent, sans le savoir, leurs données personnelles à un serveur externe, contrôlé par une IA (intelligence artificielle).

L’ignorance et la méconnaissance de la communauté médicale et sanitaire, concernant l’oxyde de graphène comme de la nanotechnologie en général, a permis aux laboratoires concernés de passer massivement à une expérimentation mondiale sans précédent. L’espèce humaine est donc directement visée par ce programme d’injections qui ouvre la porte du transhumanisme. Une nouvelle espèce va sortir de cette expérimentation appelée le « projet humain 2.0 », « Avatar Project »… Cet avatar humain sera privé de ses propres pensées, de son autonomie et de son libre arbitre. Cette nouvelle espèce sera conditionnée par un esclavage radicalisé, entièrement dépendante d’une oligarchie technocrate qui s’occupera de tout vous concernant… »

En effet, « Vous ne posséderez (plus) rien, mais vous serez heureux ! » Pour les « vaccinés », il ne leur reste plus qu’à se poser la question de savoir ce qu’est vraiment le bonheur !

Jean-Yves Jézéquel

Image en vedette : « La grande réinitialisation »

Jean-Yves Jézéquel, philosophe et psychanalyste, diplômé du troisième cycle en sciences humaines, est l’auteur d’une trentaine d’essais en philosophie, spiritualité, religion, psychologie. Il publie également depuis 2014, une série d’analyses sur les grandes questions actuelles de société.

****

Radio Télévision Suisse : Dairus Rochebin reçoit Klaus Schwab. Ingénieur et économiste, il a été le premier président du forum économique mondial. Pardonnez-moi, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 10 janvier 2016.

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2022

https://www.mondialisation.ca/si-le-motif-sanitaire-est-bidon-quelle-est-donc-la-vraie-motivation-du-covidisme-et-du-vaccinalisme-actuels/5663802

Dans SANTE

"PFIZERGATE"? REVELATIONS SUR DES ESSAIS CLINIQUES FALSIFIES PAR LE TRIPTYQUE PFIZER-VENTAVIA-FDA

Par Le 02/01/2022

 

"PfizerGate" ? Révélations sur des essais cliniques falsifiés par le triptyque Pfizer - Ventavia - FDA

 Publié le 03/11/2021 à 12:53

Pfizer and co Gate

Pixabay / FS

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...8.7K

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

Une fraude de grande ampleur, impliquant la société pharmaceutique Pfizer, son sous-traitant, la société Ventavia Research Group chargée des essais cliniques, et la Food and Drug Aministration (FDA), a été révélée hier par le British Medical Journal.

L'affaire commence à l'automne 2020

Pfizer opère "à la vitesse de la science" disait Albert Bourla en 2020, président directeur général de l'entreprise. Peut-être la science est-elle allée un peu vite, alors. Un directeur régional qui travaillait pour l'organisme de recherche Ventavia Research Group, a déclaré au British Medical Journal que la société Ventavia qui assurait les essais cliniques, avait falsifié des données, enlevé l'anonymat des profils, employé des vaccinateurs insuffisamment formés, et tardé à assurer le suivi des effets indésirables signalés dans l'essai pivot de phase III.

L’affaire dénoncée par le journaliste d'investigation Paul D Thacker pour le British Medical Journal, commence à l'automne 2020 alors que Pfizer emploie plusieurs sous-traitants pour effectuer des essais cliniques, qui s'effectuent sur 44 000 personnes et sur 153 sites dans le monde. Elle concerne trois sites de l'entreprise Ventavia au Texas. Pour certains chercheurs qui testent le vaccin de Pfizer sur ces sites, la rapidité a peut-être été obtenue au détriment de l'intégrité des données et de la sécurité des participants. Le personnel chargé des contrôles de qualité était submergé par le nombre de problèmes qu'il découvrait. Après avoir les avoir signalés à plusieurs reprises à Ventavia, la directrice régionale, Brook Jackson, a envoyé une plainte par courriel à la Food and Drug Administration (FDA).

Dans cette lettre, Mme Jackson a énuméré plusieurs problèmes dont elle avait été témoin :

En premier lieu, elle pointe l’absence de sérieux dans la manipulation des vaccins, qui ne sont pas conservés à la bonne température et mal étiquetés. Puis c’est l’absence de suivi des patients qui est dénoncée. Rappelant que toute personne signalant un effet secondaire doit être contactée dans les 24 heures, elle fait mention de plusieurs personnes qui ont effectué des signalements, mais qui n’ont jamais été recontactées par téléphone afin de déterminer si une visite sur le site était nécessaire.

Cette lettre mentionne également des employés, ciblés par Ventavia pour avoir signalé des problèmes.

Quelques heures après avoir envoyé sa lettre, Mme Jackson reçoit un courriel de la FDA, la remerciant de ses préoccupations et l'informant qu'elle ne pouvait pas faire de commentaires sur une éventuelle enquête. Le même jour, elle est licenciée par Ventavia.

Mais, l'affaire ne s’arrête pas là, puisque avant de partir, Mme Jackson a eu le temps d’emporter avec elle des dizaines de documents internes de l'entreprise, des photos prises avec son téléphone portable, des enregistrements audios et des courriels qu’elle a donnés au British Medical Journal.

Un manque de rigueur déconcertant

Des photos pour révéler les principales anomalies, comme des aiguilles jetées dans un sac en plastique au lieu d'une boîte réservée aux objets tranchants, ou des matériaux d'emballage de vaccins sur lesquels sont inscrits les numéros d'identification, soulevant le problème de l’anonymat des patients. 

Dans un enregistrement d'une réunion tenue fin septembre 2020, entre Mme Jackson et deux directeurs, on peut entendre un cadre de Ventavia expliquer que la société n'est pas en mesure de quantifier les types et le nombre d'erreurs qu'elle constate lors de l'examen des documents de l'essai pour le contrôle de la qualité. "Dans mon esprit, il y a quelque chose de nouveau chaque jour", dit le cadre de Ventavia. "Nous savons que c'est significatif".

C’est également le problème de l’anonymat des participants qui n'est pas respecté, notamment parce que les imprimés de confirmation de l’attribution des médicaments étaient laissés dans les dossiers des participants par le personnel « non aveugle » chargé de l’administration du vaccin. Ainsi, les membres du personnel censé « être en aveugle » ont pu avoir accès aux dossiers. L'erreur a été corrigée deux mois plus tard, tandis que le retrait des affectations de médicaments des dossiers a été effectué alors que 1 000 participants étaient déjà inscrits.

Des problèmes qui ont été occultés pour la demande d'autorisation de mise sur le marché

Quelques semaines plus tard, Pfizer a soumis sa demande d’autorisation d’urgence à la FDA. La réunion qui s’est tenue le 10 décembre n’a fait aucune mention des problèmes rencontrés sur le site de Ventavia, et la FDA a délivré son feu vert dès le lendemain.

En août 2021, après l'autorisation complète du vaccin de Pfizer, la FDA a publié un résumé de ses inspections de l'essai pivot (phase III) de la société. Neuf des 153 sites de l'essai ont été inspectés. Les sites de Ventavia ne figuraient pas parmi les neuf, et aucune inspection des sites où des adultes ont été recrutés n'a eu lieu dans les huit mois qui ont suivi l'autorisation d'urgence de décembre 2020. Un agent d’inspection de la FDA a noté : « La partie relative à l'intégrité et à la vérification des données des inspections BIMO [surveillance de la recherche biologique] était limitée parce que l'étude était en cours et que les données requises pour la vérification et la comparaison n'étaient pas encore disponibles pour l'IND [investigational new drug]. »

Les témoignages se multiplient

Deux anciens employés de Ventavia ont également apporté un témoignage au "BMJ", sous couvert d’anonymat, par crainte de représailles et de pertes de perspectives d’emploi dans le domaine de la recherche. Tous deux ont confirmés les allégations de Brooke Jackson.

L'une d'elles a déclaré qu'elle avait travaillé sur plus de 40 essais cliniques au cours de sa carrière, dont de nombreux essais de grande envergure, mais qu'elle n'avait jamais connu un environnement de travail aussi "désordonné" que celui de Ventavia pour l'essai de Pfizer. Selon cette employée, après le départ de Brook Jackson, les problèmes ont persisté à Ventavia. Parmi les principaux problèmes, il y avait aussi le nombre insuffisant d’employés pour effectuer des prélèvements. Or, la confirmation en laboratoire de la présence de symptômes de covid-19 était le principal critère d'évaluation de l'essai, a souligné l'employé.

Une deuxième employée a également décrit un environnement chez Ventavia "différent de tout ce qu'elle avait connu en 20 ans de recherche". Elle a déclaré au BMJ que, peu après le licenciement de Mme Jackson, Pfizer a été informée des problèmes rencontrés par Ventavia dans le cadre de l'essai du vaccin, et qu'un audit a été réalisé - l'audit fédéral attendu par l'entreprise lorsqu'elle était chez Ventavia n'étant pour sa part "jamais arrivé".

Ces révélations font l'effet d'une bombe et battent en brèche le récit d'essais menés avec une vitesse spectaculaire et inédite, sans rien concéder aux exigences de rigueur, de sécurité et d'intégrité scientifique. Elles éclairent aussi d'un jour nouveau la manière dont l'efficacité et la sûreté annoncées triomphalement par Pfizer et ses relais zélés n'ont pas été au rendez-vous "en vie réelle".

Voir aussi :
Pfizer n’est pas Pasteur : la troisième dose, et après ?
et
Suivi de l’essai clinique de Pfizer à six mois : sûr et efficace ?

Les réactions (...ou l'absence de réaction) des autorités régulatrices, instances sanitaires, et de leurs relais médicaux et médiatiques, seront suivies avec attention et promettent d'être... éloquentes.


NDLR : corrigé le 4 novembre : précisions sur l'audit.

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/societe-sante/pfizer-gate-ventavia

Dans SANTE

ALERTE SUR LES DONNEES VAERS : "67% DES DECES ARRIVENT DANS LES 21 JOURS APRES L'INJECTION"

Par Le 02/01/2022

Alerte sur les données VAERS : "67% des décès enregistrés arrivent dans les 21 jours après l'injection"

 Publié le 09/08/2021 à 17:37

Christine Cotton de retour pour un debriefing

FS

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...4.7K

Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus →

-A+A

Erratum le 18 août 2021
Comme l'ont souligné certains lecteurs attentifs, une erreur s’est grevée dans la présentation - le patient de 23 ans atteint de myocardite n'est pas décédé.  Ceci était pris comme exemple.
Ceci ne change strictement rien aux proportions ni aux conclusions en terme de délai de survenue des événements.
Nous remercions les lecteurs ainsi que tous ceux qui se sont portés volontaires pour valider les énormes listings de recodage des données.


Analyse exclusive : la biostasticienne Christine Cotton, forte de 23 ans d'expérience, revient pour un nouveau debriefing, après nous avoir fourni son expertise des résultats des essais des quatre vaccins il y a quatre mois. Elle a fait une analyse complète des données de pharmacovigilance américaine, seule base de données disponible en téléchargement. Plus de 400 000 lignes de données analysées depuis les trois derniers mois, représentant des centaines d’heures de travail bénévole. Christine Cotton est indépendante et sans lien avec l’industrie pharmaceutique.

 

close

volume_off

Son analyse est faite pour apporter un éclairage aux lecteurs et auditeurs dans le plus grand nombre. Elle porte sur tous les effets indésirables graves : mycoardites, effets sur les femmes enceintes, sur les jeunes. Les chiffres sont édifiants, car beaucoup des évènements se passent dans un laps de temps de moins de 21 jours après la vaccination, dont les deux tiers des décès.

Elle déplore que l’Agence nationale de sécurité du médicament ne communique pas ou ne fasse pas cette analyse importante, alors que le gouvernement est engagé dans une campagne massive d’injection avec des thérapies toujours en phase d’essai clinique avec des autorisations temporaires de mise sur le marché.

Son message fort peut se résumer dans ce graphique ou l’on voir que 28% des décès enregistrés ont lieu dans les trois jours suivant l’injection, 40% dans les sept jours et 67% dans les 21 jours.

Christine Cotton a donc des questions pour nos autorités : elle demande l’accès à l’information, aux données brutes, ainsi que d’en faire l’analyse médicale pour les « évènements reliés » - elle déplore que cette fameuse causalité soit balayée d’un revers de la main sans analyse spécifique.

 

timetodeath.png

Christine Cotton a aussi analysé les données sur les femmes enceintes et le problème est similaire.

Ce travail colossal a requis un nettoyage - la base de données n’est pas renseignée de manière harmonieuse et homogène. Elle s’est appuyée sur son expérience ainsi que celle de médecins dans la reclassification des données quand c'était nécessaire. Cela représente quelque 9% des données qui ont dû être supprimées, car elles présentaient un caractère incomplet ou incohérent.

Télécharger la présentation en PDF.
Les tableaux Excel sont téléchargeables ici.

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org

 

ndlr : Certaines références de Mme Cotton

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02116010
https://www.defense.gouv.fr/sante/actualites/phagoburn-des-virus-pour-traiter-des-infections-bacteriennes
https://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/01/06/les-espoirs-de-la-phagotherapie_4343570_1650684.html

 

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/christine-cotton-vaers

Dans SANTE

PAS DE RASSEMBLEMENTS ENTRE AMIS ET FAMILLES : LA FRAUDE COVID OMICRON UTILISEE POUR JUSTIFIER LE « VERROUILLAGE DE NOËL ET DU NOUVEL AN »

Par Le 01/01/2022

Pas de rassemblements entre amis et familles: la fraude Covid Omicron utilisée pour justifier le « verrouillage de Noël et du Nouvel an » : Le couvre feu de François Legault

Par Prof Michel Chossudovsky

Mondialisation.ca, 31 décembre 2021

Région : 

Thème: 

 13   0  0  25

Plusieurs gouvernements occidentaux ont mis en place des couvre-feux et des restrictions qui empêchent les familles et  amis de célébrer le Nouvel An.

Les déclarations politiques absurdes abondent. La classe politique met l’emphase sur les dangers imminents du dit «variant mortel Covid-19 Omicron», malgré le fait qu’Omicron est l’un parmi plusieurs milliers de variants inoffensifs du virus SARS-CoV-2.

 

Ceci d’ailleurs fut confirmé et clarifié dans une déclaration de l’OMS deux jours après l’annonce concernant omicron en date du 26 novembre 2021:

L’Omicron est « Super-Mild »

La désinformation médiatique prévaut. Selon CNN citant l’opinion d’experts :

Le variant Omicron  « est extraordinairement contagieux », et si vous êtes dans une foule maintenant, et certainement si vous n’êtes pas vacciné, vous courez un grand risque de contracter ce virus »,

Une petite fête chez un ami devrait être acceptable si tout le monde est vacciné, boosté et testé négatif avant la fête, … Les grandes fêtes en plein air sont moins risquées à moins qu’elles ne soient bondées.

« Je ne mangerai pas dans un restaurant maintenant sans masque »

 « Je n’irai absolument pas dans un bar. » emphase ajoutée.

Le Rôle de la Classe Politique Corrompue

Les déclarations de la class politique ainsi que les reportages des médias visent à créer des divisions de nature sociale entre «vaccinés» et «non-vaccinés». 

Selon le Dr.  Anthony Fauci qui est derrière l’arnaque Omicron :

Les gens devraient éviter les grands rassemblements du Nouvel An où ils ne connaissent pas le statut vaccinal des invités … Les petits rassemblements de famille vaccinée ou d’amis proches sont en sécurité.

Les gouvernements (sous l’emprise du pouvoir financier) nous disent sans répit que ces restrictions sont adoptées afin de «sauver des vies» et de protéger les peuples  contre l’infection du  variant « mortel » Omicron.

Ces mêmes gouvernements exercent ensuite pression sur des millions de personnes pour qu’elles reçoivent le « Booster » (nouvelle dose) rappel du vaccin.

Et nous savons fort bien, amplement documenté, que le jab d’ARNm est un « vaccin tueur » qui a entraîné dors et déjà d’innombrables décès et blessures au niveau mondial.

Alors que les données officielles sur la mortalité et la morbidité sont  disponibles, les médias présentent le « vaccin » comme étant la solution pour résoudre la prétendue pandémie.

La campagne de la peur l’emporte.

Les gouvernements soulignent également une augmentation «dangereuse» des «cas confirmés de Covid-19» pendant la période des vacances de Noël sans reconnaître pour autant qu’une augmentation des cas RT-PCR positifs à cette période-ci de l’année indique une incidence plus élevée de la grippe saisonnière et du «gros rhume» corona.

Le Couvre Feu de M. Legault

Au Québec, le   premier ministre François Legault a  ordonné au pied levé du jour au lendemain un couvre-feu nocturne à compter du 31 décembre 2021 (de 22 h à 5 h).

Conférence de presse du premier ministre du Québec Legault. Il annonce le couvre-feu le 30 décembre pour être mis en œuvre le lendemain.

La justification de cette décision qui compromet les célébrations du Nouvel An de 8,5 million de Québécoises et de Québécois consiste selon le Premier Ministre Legault à «freiner la propagation du variant Omicron ».  

Et voici le détail de la directive Legault:

Selon L’avis officiel expédié à tous les Québecois à 19 heures (sur leurs cellulaires):

« Interdiction de se trouver à l’extérieur de sa résidence ou de son terrain … Surveillance policière accrue » 

Déstabilisation délibérée de la société civile

Les impacts sociaux, culturels et économiques de ces mesures préconisées par M. Legault sont sans équivoque. Suspension des cours dans les écoles primaires et secondaires, fermeture des lieux de culte…

Les Québécois sont empêchés de socialiser, ce qui constitue une violation de leurs droits fondamentaux. L’ensemble du paysage social urbain est boulversé.

Grâce à M. Legault, le couvre-feu et les restrictions du Nouvel An ont contribué à une nouvelle vague de faillites des bars et des restaurants.

Source: Radio Canada

 

Mensonges 

Plus il y a de tests, plus il y a de cas positifs. Et ces chiffres sont ensuite cités par le gouvernement afin de justifier leurs décisions.

Est-ce que le test RT-PCR utilisé pour générer les données de « cas covid-19 confirmés » valable?

Est ce que le gouvernement Legault a pris connaissance du fait qu’aux États-Unis, le test RT-PCR a été retiré (écarté aujourd’hui même) par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) (à compter du 31 décembre 2021). 

Le CDC reconnaît de manière formelle que le test RT-PCR ne permet pas de différencier de manière cohérente entre le  Covid-19 et la grippe saisonnière. Ce qui signifie que les chiffres relatifs au covid-19 positifs répertoriés et cités par les autorités gouvernementales sont erronées et sans fondement.    

Abondamment documenté et analysé par de nombreux scientifiques, le test RT-PCR ne détecte ni identifie le SARS-CoV-2 et ses variants incluant l’omicron.

En janvier 2020, l’OMS a également remis en question la validité du test RT-PCR. 

***

Que la solidarité et la dignité humaine prévalent, 

La vérité est une arme pacifique, 

Il s’agit de briser le consensus Covid, Il s’agit d’un consensus fragile basé sur le mensonge,

Nos pensées et meilleurs vœux pour la nouvelle année

 

Michel Chossudovsky ,

Centre de recherche sur la mondialisation (CRM),

Montréal, le 31 décembre 2021

***

 

Voir:

Une véritable bombe : Aux États-Unis le CDC ne reconnaît plus le test PCR comme une méthode valide pour détecter les « cas confirmés de Covid-19 »

Par Prof Michel Chossudovsky, 23 décembre 2021

L’OMS confirme que le test Covid-19 PCR est invalide, les estimations des « cas positifs » sont sans fondement. Le confinement n’a aucune base scientifique.

Par Prof Michel Chossudovsky, 03 avril 2021

La crise corona: Mettre le Québec « sur pause » n’est pas une solution. Lettre ouverte au Premier ministre du Québec M. François Legault.

Par Prof Michel Chossudovsky, 17 septembre 2021

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/pas-de-rassemblements-entre-amis-et-familles-la-fraude-covid-omicron-utilisee-pour-justifier-le-verrouillage-de-noel-et-du-nouvel-an-le-couvre-feu-de-francois-legault/5663718

Dans SANTE

DES RESULTATS D’AUTOPSIE DONNENT DES PREUVES IRREFUTABLES DU ROLE DES INJECTIONS A BASE D’ARNm DANS LES DECES POST VACCINATION

Par Le 01/01/2022

Des résultats d’autopsie donnent des preuves irréfutables du rôle des injections à base d’ARNm dans les décès post vaccination

Par Dr Sucharit Bhakdi et Arne Burkhardt

Mondialisation.ca, 31 décembre 2021

Doctors4covidethics 10 décembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 7   2  0  9

Ce texte est un résumé écrit des présentations des docteurs Bhakdi et Burkhardt lors du symposium Doctors for COVID Ethics qui a été diffusé en direct par UKColumn le 10 décembre 2021.

Les preuves

Nous présentons ici des preuves scientifiques qui devraient provoquer l’arrêt immédiat de l’utilisation des vaccins génétiques COVID-19. Nous expliquons d’abord pourquoi ces agents ne peuvent pas protéger contre les infections virales. Alors qu’aucun effet positif ne peut en être attendu, nous montrons que les vaccins peuvent déclencher des processus autodestructeurs qui conduisent à des maladies débilitantes et à la mort.

Pourquoi les vaccins ne peuvent pas protéger contre l’infection

Une erreur fondamentale à la base du développement des vaccins COVID-19 a été de négliger la distinction fonctionnelle entre les deux grandes catégories d’anticorps que le corps produit pour se protéger des microbes pathogènes.

La première catégorie (IgA sécrétoire) est produite par les cellules immunitaires (lymphocytes) qui sont situées directement sous les muqueuses qui recouvrent les voies respiratoires et intestinales. Les anticorps produits par ces lymphocytes sont sécrétés à travers et à la surface des muqueuses.

Ces anticorps sont donc sur place pour rencontrer les virus transmis par l’air, et ils peuvent être en mesure d’empêcher la liaison virale et l’infection des cellules.

La deuxième catégorie d’anticorps (IgG et IgA circulants) se trouve dans la circulation sanguine. Ces anticorps protègent les organes internes de l’organisme contre les agents infectieux qui tentent de se propager via la circulation sanguine.

Les vaccins qui sont injectés dans le muscle – c’est-à-dire à l’intérieur du corps – n’induiront que des IgG et des IgA circulantes, et non des IgA sécrétoires. De tels anticorps ne peuvent pas et ne protégeront pas efficacement les muqueuses de l’infection par le SRAS-CoV-2. Par conséquent, les « percées infectieuses » actuellement observées chez les personnes vaccinées ne font que confirmer les défauts de conception fondamentaux des vaccins.

Les mesures d’anticorps dans le sang ne peuvent jamais fournir d’informations sur l’état réel de l’immunité contre l’infection des voies respiratoires.

L’incapacité des anticorps induits par le vaccin à prévenir les infections par coronavirus a été signalée dans des publications scientifiques récentes.

Les vaccins peuvent déclencher une autodestruction

Une infection naturelle par le SRAS-CoV-2 (coronavirus) reste, chez la plupart des individus, localisée aux voies respiratoires. En revanche, les vaccins amènent les cellules situées au plus profond de notre organisme à exprimer la protéine de pointe virale, ce qui n’était pas prévu par la nature. Toute cellule qui exprime cet antigène étranger sera attaquée par le système immunitaire, qui fera intervenir à la fois des anticorps IgG et des lymphocytes T cytotoxiques. Cela peut se produire dans n’importe quel organe. Nous constatons aujourd’hui que le cœur est touché chez de nombreux jeunes, ce qui entraîne une myocardite, voire un arrêt cardiaque soudain et la mort. Comment et pourquoi de telles tragédies pourraient être liés à la vaccination sont restés des conjectures, faute de preuves scientifiques. Cette situation est maintenant rectifiée.

Études histopathologiques : les patients

Des analyses histopathologiques ont été réalisées sur les organes de 15 personnes décédées après la vaccination.

L’âge, le sexe, le carnet de vaccination et le moment du décès après l’injection de chaque patient sont indiqués dans le tableau de la page suivante. Les points suivants sont de la plus haute importance :

– Avant le décès, seuls 4 des 15 patients avaient été traités dans une unité de soins intensifs pendant plus de 2 jours. La majorité d’entre eux n’ont pas été hospitalisés et sont décédés chez eux (5), dans la rue (1), au travail (1), dans la voiture (1) ou dans un service de soins (1). Par conséquent, dans la plupart des cas, il est peu probable que l’intervention thérapeutique ait influencé de manière significative les résultats post-mortem.

– Pas un seul de ces décès n’a été imputé à la vaccination par le coroner ou le procureur général ; cette relation n’a été établie que par les résultats de notre autopsie.

– Les autopsies conventionnelles réalisées en premier lieu n’avait pas non plus révélé d’indices évidents d’un rôle possible de la vaccination, puisque seul l’aspect macroscopique des organes était observé, sans aller dans le détail. Dans la plupart des cas, une « insuffisance cardiaque rythmogène » a été indiquée comme cause du décès.

Mais nos analyses histopathologiques ultérieures ont ensuite montré un résultat totalement différent. Voici un résumé des résultats fondamentaux.

Cas / Sexe / Age (années) / Vaccin (injections) / intervalle entre le décès et la dernière injection

femme. 82. Moderna (1. et 2.). 37 jours

hommes. 72. Pfizer (1.). 31 jours

femme. 95. Moderna (1. et 2.). 68 jours

femme. 73. Pfizer (1.). inconnu

homme. 54. Janssen (1.). 65 jours

femme. 55. Pfizer (1. et 2.). 11 jours

homme. 56. Pfizer (1. et 2.). 8 jours

homme. 80. Pfizer (1. et 2.). 37 jours

femme. 89. Inconnu (1. et 2.). 6 mois

femme. 81. Inconnu (1. et 2.). inconnu

homme. 64. AstraZeneca (1. et 2.). 7 jours

femme. 71. Pfizer (1. et 2.). 20 jours

homme. 28. AstraZeneca (1.), Pfizer (2.). 4 semaines

homme. 78. Pfizer (1. et 2.). 65 jours

femmes. 60. Pfizer (1.). 23 jours

Études histopathologiques : résultats

Des résultats histopathologiques de nature similaire ont été détectés dans les organes de 14 des 15 personnes décédées. Les organes les plus fréquemment touchés étaient le cœur (14 cas sur 15) et le poumon (13 cas sur 15). Des altérations pathologiques ont en outre été observées dans le foie (2 cas), la glande thyroïde (thyroïdite de Hashimoto, 2 cas), les glandes salivaires (syndrome de Sjögren, 2 cas) et le cerveau (2 cas).

Un certain nombre d’aspects saillants ont dominé dans tous les tissus affectés de tous les cas :

événements inflammatoires dans les petits vaisseaux sanguins (endothéliite), caractérisés par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes séquestrées dans la paroi du vaisseau ;

l’accumulation périvasculaire extensive de lymphocytes T ;

une infiltration lymphocytaire massive de lymphocytes T dans les organes ou tissus non lymphatiques environnants.

L’infiltration lymphocytaire est parfois associée à une activation lymphocytaire intense et à la formation de follicules. Lorsque ces phénomènes étaient présents, ils s’accompagnaient généralement d’une destruction tissulaire.

Cette combinaison de pathologie multifocale, dominée par les lymphocytes T, qui reflète clairement le processus d’auto-attaque immunologique, est sans précédent. Comme la vaccination était le seul dénominateur commun à tous les cas, il ne fait aucun doute qu’elle a été le déclencheur de l’autodestruction chez ces personnes décédées.

Conclusion

L’analyse histopathologique montre des preuves claires d’une pathologie de type auto-immune induite par le vaccin dans plusieurs organes. Il est évident que l’on doit s’attendre à ce qu’une myriade d’événements indésirables dérivant de tels processus d’auto-attaque se produise très fréquemment chez tous les individus, en particulier après des injections de rappel.

Sans aucun doute, l’injection de vaccins génétiques COVID-19 met des vies en danger de maladie et de mort. Nous notons que tant les vaccins à base d’ARNm que de vecteurs sont représentés parmi ces cas, ainsi que les quatre principaux fabricants.

Sucharit Bhakdi et Arne Burkhardt

Les auteurs

Le Dr Bhakdi a passé sa vie à pratiquer, enseigner et rechercher la microbiologie médicale et les maladies infectieuses. Il a présidé l’Institut de microbiologie médicale et d’hygiène de l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne, de 1990 jusqu’à sa retraite en 2012. Il a publié plus de 300 articles de recherche dans les domaines de l’immunologie, de la bactériologie, de la virologie et de la parasitologie. Il a été rédacteur en chef de Medical Microbiology and Immunology, l’une des premières revues scientifiques de ce domaine, fondée par Robert Koch en 1887.

Le Dr Arne Burkhardt est un pathologiste qui a enseigné aux universités de Hambourg, Berne et Tübingen. Il a été invité comme professeur invité/visiteur au Japon (Nihon University), aux États-Unis (Brookhaven National Institute), en Europe, en Corée, en Suède, en Malaisie et en Turquie. Il a dirigé l’Institut de pathologie de Reutlingen pendant 18 ans. Par la suite, il a exercé en tant que pathologiste indépendant avec des contrats de consultation avec des laboratoires aux États-Unis. Burkhardt a publié plus de 150 articles dans des revues scientifiques allemandes et internationales ainsi que des contributions à des manuels en allemand, en anglais et en japonais. Pendant de nombreuses années, il a audité et certifié des instituts de pathologie en Allemagne.

 

Article original en anglais: On COVID vaccines: why they cannot work, and irrefutable evidence of their causative role in deaths after vaccination, le 10 décembre 2021.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

La source originale de cet article est Doctors4covidethics

Copyright © Dr Sucharit Bhakdi et Arne BurkhardtDoctors4covidethics, 2021

https://www.mondialisation.ca/des-resultats-dautopsie-donnent-des-preuves-irrefutables-du-role-des-injections-a-base-darnm-dans-les-deces-post-vaccination/5663729

Dans SANTE

SANTE : OU EN ETES-VOUS ?

Par Le 01/01/2022

Où en êtes-vous ?

Par James Howard Kunstler

Mondialisation.ca, 31 décembre 2021

kunstler.com

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Le bureaucrate de la santé publique qui se présente comme « La science » est de nouveau à l’œuvre. Dans sa quête pour éliminer le groupe de contrôle de son expérience d’injections dangereuses d’ARNm, le Dr Anthony Fauci a réitéré son avertissement selon lequel la nation est confrontée à « une crise des non-vaccinés ». Omicron est à nos portes, a-t-il déclaré cette semaine lors d’une réunion de la Chambre de commerce américaine, et les hôpitaux seront bientôt submergés par les non-vaccinés.

Ah bon ? En fait, la menace la plus grave pour la santé publique de l’Amérique est… le Dr Tony Fauci et sa débauche de science médicale. Cela ne manquera pas de surprendre les lecteurs du New York Times, qui voient dans ces deux ans (jusqu’à présent) d’événement Covid-19 une splendide occasion de hâter la destruction de l’économie américaine et de notre culture afin de consolider leur propre pouvoir de coercition et de contrôle de la population. Videz les bureaux ! Fermez les espaces sociaux ! Rendez les affaires ordinaires aussi difficiles que possible ! Annulez Noël ! C’est comme ça que ça se passe !

En fait, le Dr. Fauci est probablement responsable de la prépondérance de 802 000 décès Covid aux États-Unis – en mettant de côté le nombre de personnes qui sont réellement mortes d’accidents de la route, de cancer, de diabète, de vieillesse, et d’autres causes, mais qui ont été listées comme des décès Covid par le personnel comptable des hôpitaux avide de subventions fédérales.

C’est le Dr Fauci qui a organisé la suppression des premiers traitements facilement accessibles et peu coûteux de la maladie, à savoir l’hydroxychloroquine, l’ivermectine, la fluvoxamine, le budésonide, l’azithromycine, les anticorps monoclonaux, la vitamine D, etc. C’est le Dr Fauci qui a promu le protocole consistant à renvoyer les patients malades des urgences chez eux sans aucun traitement, en attendant que la coagulation fatale se développe dans leurs poumons. C’est le Dr Fauci qui a désigné le médicament remdesivir – qu’il a développé il y a des années pour l’hépatite C (qui n’avait déjà pas fonctionné) avec un intérêt financier dans les brevets – comme le traitement primaire des patients hospitalisés pour la Covid-19. Puis il s’est avéré que le remdesivir détruisait les reins des patients et qu’il est de toute façon inefficace dans le traitement tardif de la maladie, lorsque la charge virale diminue et que les protéines de pointe ont déjà créé les caillots capillaires mortels dans les alvéoles des poumons et dans d’autres organes.

C’est le Dr Fauci qui est responsable de l’autorisation d’utilisation d’urgence des « vaccins » à ARNm qui pourraient avoir tué des centaines de milliers d’Américains de plus – sur la base du système VAERS du CDC et de l’analyse statistique de sa sous-déclaration inhérente à seulement 2,2 % de tous les événements réels – et vous pouvez en ajouter plusieurs autres en termes de réactions indésirables non mortelles, y compris des handicaps permanents. C’est le Dr Fauci qui a manigancé les essais inadéquats et bâclés des vaccins à ARNm afin de pouvoir les utiliser en toute hâte. Et maintenant, c’est le Dr Fauci qui veut vacciner tous les enfants d’Amérique, malgré les preuves que les injections d’ARNm désactivent de façon permanente le système immunitaire naturel des enfants et peuvent causer des dommages durables au cœur, aux vaisseaux sanguins, au cerveau et au système de reproduction, et aussi malgré le fait que peu d’enfants sont susceptibles de contracter une maladie grave de type Covid.

Le moment Omicron pourrait être la dernière bataille de la petite fouine en mal de pouvoir. Les rapports indiquent que l’Omicron est une forme bénigne du virus. Le seul décès signalé à ce jour ne comportait aucune information sur les comorbidités du patient. Pour autant que l’on sache, il s’agissait d’un accident de moto sur lequel on avait collé une étiquette « omicron-positif ».

Le Dr Fauci prévient maintenant que les hôpitaux américains vont être débordés (et que ce sera la faute des non-vaccinés). Considérez ceci : Il a prédit la même chose pour la première vague du virus à l’hiver 2020 et l’hôpital d’urgence géant installé dans le centre des congrès de New York n’a jamais été utilisé, pas plus que le navire-hôpital de la marine américaine n’a été mobilisé pour le service de la crise de Covid-19. Il faut également savoir qu’à l’avenir, il pourrait y avoir plus de décès dus aux effets pernicieux différés des « vaccins » – à savoir les protéines de pointe dont on observe maintenant qu’elles restent dans les organes et les vaisseaux sanguins jusqu’à quinze mois après l’injection – que de décès dus au virus du Covid-19.

À propos, si le Dr Anthony Fauci représente la direction de la bureaucratie corrompue de la santé publique américaine, nous ne pouvons pas laisser l’establishment médical lui-même se dédouaner de ce fiasco épique dans la gestion de cette crise. Il y a environ un million de médecins en Amérique, et tous, à l’exception d’une infime partie d’entre eux, ont suivi les édits erronés et nuisibles du Dr Fauci. Ce sont les médecins qui ont expulsé les malades de leurs urgences sans traitement. Les médecins ont dû être contraints par des ordonnances judiciaires à administrer des traitements utiles non-vaccinaux aux patients malades. Les médecins continuent à administrer le remdesivir malgré sa toxicité évidente et son inutilité. Les médecins américains ont accepté les mesures de confinement et la destruction des moyens de subsistance, des ménages et de l’avenir. Les médecins semblent soutenir les « passeports vaccinaux » et autres mesures coercitives. Et maintenant, les médecins américains s’associent à l’effort malveillant de vacciner tous les enfants.

Les médecins américains se sont révélés être des lâches, des zombies et des imbéciles qui ont facilité la campagne maléfique du Dr Fauci – de concert avec l’industrie pharmaceutique rapace et un gouvernement sous l’emprise de forces sinistres qui cherchent à détruire le pays. Les médecins se sont disqualifiés et déshonorés eux-mêmes. Les médecins ont probablement sapé leurs propres vocations, ainsi que l’ensemble de l’armature des soins de santé américains, qu’ils ont laissé devenir la pire opération de racket de l’histoire. Vous pouvez être sûr qu’elle va s’effondrer maintenant, tout comme le système financier tout aussi dégénéré et, hélas, une grande partie des affaires quotidiennes de notre pays. Pour cela, vous pouvez également blâmer les génies derrière « Joe Biden ».

La question est la suivante : les habitants de ce pays vont-ils se soumettre à une coercition continue et à la démolition artificielle de leurs vies ? Jusqu’à présent, nous ne nous sommes pas fait rouler comme les Européens et les Australiens, pathétiquement serviles. Ici, il y a apparemment une certaine volonté de résister aux pressions de cette élite démoniaque. Plusieurs juges fédéraux ont récemment défini des lignes rouges constitutionnelles claires dans leurs décisions publiées contre les obligations vaccinales.

De nombreux citoyens ordinaires sont furieux des incursions insidieuses et insensées de la Wokery politique liée à l’urgence Covid – les courses aux races et aux sexes, les efforts pour truquer les élections, les programmes de dépenses absurdes destinés à d’innombrables opérations d’escroquerie, l’inflation monétaire désastreuse, et l’invasion d’opportunistes du monde entier à travers notre frontière avec le Mexique. Même à l’époque de Noël, avec toutes ses préoccupations passagères, il n’est pas exagéré de demander : où en êtes-vous ?

James Howard Kunstler

 

Article original en anglais : Where Do You Stand?, le 17 décembre 2021.

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

La source originale de cet article est kunstler.com

Copyright © James Howard Kunstlerkunstler.com, 2021

https://www.mondialisation.ca/ou-en-etes-vous/5663724

Dans SANTE

FRANCE : LE "CITOYEN" PERRONNE AVAIT ENCORE RAISON

Par Le 28/12/2021

Le "citoyen" Perronne avait encore raison

 Publié le 28/12/2021 à 15:25

"Par bonheur, il existe des femmes et des hommes libres qui sauvent l'honneur de la médecine."

FS

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...9

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus →

-A+A

CHRONIQUE — Depuis la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789, la France se présente aux yeux du monde entier comme la terre d'élection de la liberté d'opinion et de la liberté d'expression.

Mais, en ce temps de pandémie, il y a les principes et la pratique. S'agissant des grands principes, point de question : c'est la référence obligée, et bien sûr le pouvoir ne se prive pas d'y avoir recours. Pour ce qui est de la pratique, force est au contraire de constater que, depuis bientôt deux très longues années, les principes républicains de "Liberté, Égalité, Fraternité", inscrits à l'article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958, sont mis entre parenthèses, quand ils ne sont pas foulés aux pieds. Et, cela dans l'indifférence de nos "élites", pour un virus qui n'aura représenté en 2020 que 2 % de l'activité de nos hôpitaux. On tremble à l'idée que la France subisse un véritable conflit, de la nature de ceux qui ont jalonné sa longue histoire.

S'il est un homme qui symbolise, à son corps défendant, ce recul terrible de la liberté d'opinion et de la liberté d'expression dans notre pays, c'est bien Christian Perronne, puisque le Conseil supérieur de l'audiovisuel a demandé aux grands médias de l'interdire d'antenne, en dépit de son statut de professeur d'université. Dans une interview à "Valeurs actuelles", Christian Perronne explique qu'il a été convié il y a quelques jours à rencontrer — doux euphémisme ! — ses collègues du Conseil départemental de l'Ordre des médecins.

close

volume_off

Bien qu'il ait occupé les plus hautes fonctions en matière de santé publique dans notre pays et à l'Organisation mondiale de la Santé, le spécialiste des maladies infectieuses s'est vu prescrire une interdiction de parler du vaccin contre le Covid-19 en tant que "professeur". S'il veut continuer à commenter l'évolution de la crise sanitaire, il est appelé à le faire en tant que "citoyen", sous peine... de radiation, à trois mois de son départ à la retraite !

Depuis le début de cette crise du Covid-19, j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer dans les colonnes de FranceSoir un "Ordre aux ordres, et qui fait désordre". La formule ne me paraît certainement pas abusive et le Conseil qui a entendu le professeur Perronne aurait voulu justifier cette qualification qu'il ne s'y serait pas mieux pris. Comment des médecins peuvent-ils être à ce point soumis aux injonctions gouvernementales pour en perdre le moindre esprit critique, et refuser d'admettre que nous assistons en direct à la faillite de la vaccination ? Qui ne voit, à moins d'être dans la main du pouvoir ou des laboratoires, qu'une injection à renouveler tous les trois mois n'est pas un vaccin ? Surtout quand le produit n'empêche ni d'attraper, ni de transmettre la maladie.

Évidemment, les propos du "citoyen" Perronne dérangent. Ils sont un caillou dans la chaussure de nos gouvernants. Au contraire d'un ministre de la Santé, à qui il faut reconnaître une aptitude extraordinaire aux mensonges, revirements et reniements, le jugement de l'homme de Garches n'est pas à géométrie variable. Qui plus est, les faits — qui sont, en définitive, le vrai juge de paix, le seul juge de paix – viennent systématiquement lui donner raison.

En veut-on une nouvelle preuve ? La voilà ! Dans ma chronique "Christian Perronne, sabre au clair...", parue le 2 décembre, je relatais avec force détails l'intervention du professeur devant le Conseil scientifique indépendant le 25 novembre dernier, mettant notamment en exergue ses propos sur le "vaccin" et ses prévisions sur l'évolution de la crise : "Avec le recul, avec ce que l'on peut observer dans le monde, il est clair que "ce ne sont pas des vaccins, ce sont des produits qui stimulent le virus". Et, parce qu'en France on a été en retard pour la "vaccination" par rapport à la Grande-Bretagne et à Israël, "dans les jours et les semaines qui viennent, on va avoir un rebond des cas, et éventuellement des morts", ce qui pourrait nous valoir un couvre-feu ou un confinement.

"Rebond des cas et éventuellement des morts". Nous y sommes un mois plus tard. Le nombre de décès du Covid en France, qui s'élevait à 72 le 25 novembre, est passé à 224 le 20 décembre. Pour éclairer la lanterne de nos si brillants dirigeants, expliquons-leur que la Suède ne déplorait aucun décès le 20 décembre et que, sur les sept derniers jours, la moyenne des décès quotidiens était de cinq personnes.

Et si, à l'heure où j'écris ces lignes, "un couvre-feu ou un confinement" n'est pas encore décrété, le pouvoir a d'ores et déjà annoncé pour nos étrennes, c'est-à-dire pour janvier 2022, l'instauration d'un passeport vaccinal ainsi que l'obligation de présentation d'un test négatif pour l'accès à certains lieux, ce qui est bien la preuve que même nos gouvernants n'ont pas confiance dans les injections qu'ils font subir au peuple français, en échange d'une pseudo-liberté.

Les jours qui viennent ne vont sûrement pas manquer d'intérêt. Au-delà des pétitions de principe, on va voir qui défend la République et sa devise : "Liberté, Égalité, Fraternité". Jamais le Sénat n'aurait dû tomber dans le piège du pouvoir, ou se piéger lui-même pour paraître "responsable", en votant le passe sanitaire, permettant alors à M. Véran de se féliciter d'une unité nationale retrouvée. 

Le moment est venu pour les opposants de s'opposer, ce qui signifie dire non, ainsi que d'ouvrir les yeux sur les manœuvres et les fautes d'un pouvoir qui précipite la France dans un totalitarisme sanitaire qu'Omicron ne justifie certainement pas. Le moment est venu aussi pour les opposants de s'informer sérieusement et de méditer l'un des diagnostics du professeur Perronne : la pandémie est finie dans les pays qui n'ont pas "vacciné" et qui avaient auparavant utilisé les molécules existantes pour soigner leur population.

Enfin, aux médecins du Conseil de l'Ordre qui ont menacé de leur foudre le professeur Perronne, et parce que ce texte n'est pas enseigné sur les bancs des facultés de médecine, je souhaite rappeler que l'article 2 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen définit les droits naturels et imprescriptibles de l'homme : "la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression".

En première ligne dans "la résistance à l'oppression", le "citoyen" Perronne rejoint le professeur Perronne... Par bonheur, il existe des femmes et des hommes libres qui sauvent l'honneur de la médecine. Christian Perronne en fait partie.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/le-citoyen-perronne-avait-encore-raison

Dans SANTE

LES ATHLETES PROFESSIONNELS NOUS AVERTISSENT-ILS DU DANGER DU VACCIN ANTI-COVID?

Par Le 28/12/2021

Les athlètes professionnels nous avertissent-ils du danger du vaccin anti-Covid?

Par Robert Bridge

Mondialisation.ca, 28 décembre 2021

Strategic Culture 10 décembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 6   0  0  20

Alors que des études montrent un lien entre certains vaccins et des problèmes cardiaques, les athlètes professionnels semblent s’effondrer sur le terrain de leurs rêves comme jamais auparavant. Ces incidences sont-elles des événements normaux, des coïncidences ou des symptômes des programmes de vaccination obligatoire ?

Alors que de plus en plus de pays rendent les vaccinations obligatoires pour participer à de nombreux aspects de la vie, y compris les événements sportifs, les stades du monde entier sont devenus une sorte de terrain d’essai pour déterminer l’efficacité de cette stratégie. Jusqu’à présent, les résultats ne semblent pas particulièrement prometteurs.

Le mois dernier, le monde du rugby féminin a été ébranlé par la nouvelle de la mort soudaine de la championne écossaise Siobhan Cattigan, 26 ans, « dans des circonstances non suspectes », comme l’a rapporté le Daily Mail. Pourtant, chaque fois qu’une jeune personne – et surtout une athlète vedette en bonne santé – meurt de manière inattendue, il y a forcément un élément de « suspicion ». Peut-être pas au sens criminel du terme, mais certainement d’un point de vue médical.

De plus, si la mort prématurée de Cattigan, dont la cause n’a pas été révélée, avait été un événement isolé, elle aurait pu être considérée comme une sorte de tragique « coup du sort ». Il semble toutefois que la mort soudaine de Cattigan ne soit pas un événement isolé, mais fasse plutôt partie d’une tendance inquiétante dans le monde du sport.

 

 

Le mois dernier, trois athlètes professionnels ont été frappés par des urgences de santé dans la même semaine. Le joueur de football de Wigan Athletic, Charlie Wyke, 28 ans, a été victime d’un arrêt cardiaque pendant une mêlée et a été transporté à l’hôpital où il a été déclaré dans un état stable. Wyke a déclaré que la réanimation d’urgence effectuée par son manager Leam Richardson lui a sauvé la vie.

Quelques jours plus tard, John Fleck, 30 ans, joueur de Sheffield United, a été transporté hors du terrain sur une civière pendant un match de championnat contre Reading. Le Daily Mail, citant une source anonyme, a rapporté sur un ton plutôt défensif que « le problème de John Fleck n’était pas lié à la vaccination. » La liste ne s’arrête pas là.

Fin octobre, le joueur du FC Barcelone Sergio Aguero, 33 ans, considéré comme l’un des meilleurs attaquants actuels, a vu sa fulgurante carrière écourtée après avoir été diagnostiqué d’une arythmie cardiaque à la suite d’un match ; le 1er novembre, le milieu de terrain islandais Emil Palsson, 28 ans, a dû être réanimé après un arrêt cardiaque survenu 12 minutes après le début du match ; le 12 juin, le milieu de terrain danois Christian Eriksen, 29 ans, nommé cinq fois joueur danois de l’année, un record, a été victime d’une crise cardiaque à l’Euro 2020 et a dû être réanimé. Il a annoncé sa retraite sportive après avoir été équipé d’un cardioverteur-défibrillateur implantable pour réguler son rythme cardiaque.

 

 

Ces urgences sanitaires prouvent-elles que les vaccins obligatoires Covid sont à blâmer ? Absolument pas. En fait, de nombreux professionnels de la santé qui ont été cités dans les médias à propos de ces incidents sont enclins à mettre en cause la « coïncidence ». Le Daily Mail est allé jusqu’à dire que de nombreux scientifiques ont rejeté la suggestion selon laquelle les vaccins étaient suspects, « en particulier alors que le pays se prépare à une possible vague de nouveaux cas et décès dus au Covid après la découverte de la variante Omicron. »

La conclusion de Reuters, après consultation d’un certain nombre d’experts médicaux, était presque identique : « Aucune preuve que les vaccins COVID-19 soient liés aux athlètes qui s’effondrent ou meurent de myocardite. »

Néanmoins, la soudaine vague d’urgences sur le terrain soulève des questions chez plusieurs vétérans chevronnés du sport.

« Au cours de mes 19 années en tant que footballeur professionnel et de mes plus de 20 années d’observation et de commentaires, je n’ai jamais vu AUCUN joueur s’effondrer, s’évanouir, etc., que ce soit en direct ou au cours des milliers de séances d’entraînement et de matchs auxquels j’ai participé », a fait remarquer l’ancien footballeur professionnel Kevin Gage sur Twitter.

L’ancienne star anglaise Trevor Sinclair, parlant de l’incident impliquant Fleck sur la station de radio TalkSport, a commenté : « Je pense que tout le monde veut savoir s’il (Fleck) a reçu le vaccin Covid ».

 

Anecdotes mises à part, y a-t-il quelque chose dans la littérature médicale qui suggère qu’une cause et un effet sont en jeu ? La réponse est affirmative, car diverses études indiquent que les vaccins peuvent entraîner des problèmes de santé. Pourtant, ces risques, bien que rares, sont minimisés par les médias sociaux et grand public.

Au début du mois de novembre, l’American Heart Association, que l’on ne peut pas soupçonner d’être un groupe complotiste, a publié un rapport intitulé « Abstract 10712 : Les vaccins ARNm anti COVID augmentent de façon spectaculaire les marqueurs inflammatoires endothéliaux et le risque d’accidents cardio vasculaire mesuré par le test cardiaque PULS : un avertissement ».

La conclusion de l’AHA semble mériter une certaine attention : « Nous concluons que les vacs mRNA augmentent considérablement l’inflammation sur l’endothélium et l’infiltration des cellules T dans le muscle cardiaque et peuvent expliquer les observations de thrombose accrue, de cardiomyopathie et d’autres événements vasculaires après la vaccination. »

Malgré la réputation de l’AHA, Twitter a apposé un timbre d’avertissement sur le lien vers l’étude, affirmant qu’elle pourrait être « dangereuse ».

What the hell is going on? pic.twitter.com/WlpUKP8QFU

— Popper (@Kukicat7) November 8, 2021

Pendant ce temps, le premier coup d’œil sur les données de l’essai du vaccin Covid-19 de Pfizer – qui sont publiées au rythme atrocement lent de 500 pages par mois, ce qui signifie que la divulgation complète n’aura pas lieu avant l’année 2076 – n’incite guère à la confiance.

Zerohedge, citant le journaliste Kyle Becker, rapporte qu’« il y a eu un total de 42 086 rapports de cas pour des effets indésirables (25 379 confirmés médicalement, 16 707 non confirmés médicalement), couvrant 158 893 événements au total.

Plus de 25 000 de ces événements ont été classés comme « troubles du système nerveux ».

Encore une fois, rien de tout cela ne prouve que les vaccins soient à blâmer pour l’augmentation apparente des évanouissements qui se produisent actuellement lors de divers événements sportifs. En effet, il a été suggéré que le vaccin Covid-19 lui-même pourrait être à l’origine de l’augmentation de la fréquence des arrêts cardiaques par le biais « d’une certaine réponse inflammatoire », a déclaré à WebMD le Dr Satjit Bhusri, cardiologue à l’hôpital Lenox Hill de New York.

Le fait est que nous ne savons tout simplement pas. Alors que le monde navigue péniblement à travers cette période d’obscurité, le long d’un littoral criblé de formations rocheuses dangereuses, il semblerait sage de n’écarter aucune possibilité, aussi troublante soit-elle. C’est la seule façon de permettre à la science de déterminer les faits, sans préjugés. En revanche, ignorer l’autre partie du débat en la qualifiant de « théorie du complot » empêchera la nécessaire discussion d’avoir lieu, ce qui pourrait bien être le but d’un tel jeu risqué.

Robert Bridge

 

 

Article original en anglais : Have Professional Athletes Become the Canary in the Covid Coalmine?, Strategic Culture, le 10 décembre 2021.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 

La source originale de cet article est Strategic Culture

Copyright © Robert BridgeStrategic Culture, 2021

Dans SANTE

ROYAUME–UNI : LA MORTALITE DES PERSONNES VACCINEES CONTRE LE COVID-19 DE 10-59 ANS EST EN MOYENNE DEUX FOIS PLUS ELEVEE QUE CELLE DES NON VACCINES

Par Le 27/12/2021

Royaume‑Uni:  Doublement du taux de mortalité globale des vaccinés covid 10-59 ans vs les non-vaccinés 

Par Jean-Luc Guilmot

Mondialisation.ca, 27 décembre 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 2   0  0  2

Si vous arrêtez de vous focaliser uniquement sur le goulot d’étranglement des soins intensifs (et ses taux de mortalité Covid-19) et que vous adoptez plutôt une vue d’ensemble (taux de mortalité toutes causes), vous remarquerez que selon l’Office of National Statistics du Royaume-Uni – qui de façon assez unique fournit des données transparentes par statut vaccinal – le taux de mortalité toutes causes des personnes vaccinées contre le covid-19 dans le groupe d’âge standardisé 10-59 ans est en moyenne DEUX FOIS PLUS ELEVE que le taux de mortalité des non-vaccinés. Vous avez bien lu.

 

 

TOUTES CAUSES CONFONDUES

pour les 10-59 ans, en fonction du statut vaccinal au Royaume-Uni.

Source: Table 4 of dataset (xlsx file) https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/birthsdeathsandmarriages/deaths/datasets/deathsbyvaccinationstatusengland 

Franchement, y a-t-il un argument plus MASSUE à l’encontre de cette expérimentation de vaccination de masse à l’échelle mondiale? 

N’est-ce pas l’argument le plus percutant et le plus incontournable qui soit ? 

On parle ici d’une (1) augmentation (2) importante (3) du taux de mortalité (4) toutes causes des (5) doubles (6) « vaccinés » Covid-19 (7) versus les « non-vaccinés » (8) sur un grand échantillon de population (9) randomisé (10) sur période de temps prolongée. 

Chaque mot est significatif. 

Chaque mot est significatif.

(1)  Augmentation : oui, les personnes « vaccinées » finissent par mourir plus que les « non-vaccinées ».

(2)  Importante : cela veut dire dans ce cas en moyenne 100 % de plus, un chiffre très, très significatif, n’est-ce pas ?

(3)  Taux de mortalité : oui bien-sur, vous pouvez avoir plus de personnes « vaccinées » que de personnes « non vaccinées » dans une population donnée, mais nous parlons bien ici de taux de mortalité, c’est-à-dire de chiffres relatifs ; les chiffres sont donc opposables.

(4)  Toutes causes : cela signifie qu’ils peuvent être décédés d’une chute d’échelle ou d’un cancer ou de nombreuses autres causes (y compris du Covid-19).

(5)  Doubles : oui, les « vaccinés » 1 dose ne sont pas inclus dans ces données, seulement les « vaccinés » 2 doses (x jours après l’injection).

(6)  « Vaccinés » : eh bien, tout le monde n’est pas d’accord avec ce terme pour ces injections expérimentales principalement à base d’ARNm, d’où les guillemets.

(7)  « Non vaccinés » : désigne ceux du même groupe d’âge standardisé (10-59 ans) qui n’ont pas été injectés (et d’ailleurs constituent un groupe témoin, et devraient certainement le rester). Bien qu’il s’agisse d’un groupe d’âge important, les chiffres disponibles sur la base de données du NHS britannique [1] montrent que les jeunes adultes ont été vaccinés tout autant que les adultes plus âgés, en correspondance avec la pyramide des âges.

(8)  Grand échantillon de population : il ne s’agit pas d’une étude limitée sur une petite zone géographique. Ce sont les chiffres officiels pour l’ensemble de la population du Royaume-Uni, l’un des premiers pays avec Israël à avoir initié l’expérience de la « vaccination » de masse début 2021.

(9)  Randomisé : le terme est discutable, la liberté de choix de se faire ou non injecter une solution expérimentale de contenu non divulgué peut en effet différencier les deux groupes, bien que beaucoup de personnes aient également été contraintes à différents niveaux.

(10) Période longue : les données portent sur une période de 6 mois (mai à septembre 2021) ; pour l’instant la forme de la courbe apparaît assez stable dans le temps

Nous savons qu’il y a BEAUCOUP d’autres signes d’inquiétude, y compris le nombre considérables d’effets secondaires indésirables et de décès attribués aux vaccins Covid-19, publiquement disponibles dans les bases de données VAERS, EUDRAVIGILANCE et Yellow Card. 

Cependant, nous sautons par-dessus cette éternelle pierre d’achoppement qu’est la détermination exacte et toujours discutable de la cause du décès. On n’a pas de temps à perdre. 

Aussi, la question demeure. 

Pourquoi ces données incontestables ne sont-elles toujours pas plus largement utilisées comme ARGUMENT N°1 pour mettre un terme immédiat à cette expérience de « vaccination » de masse si controversée ? Avec une attention toute particulière et bienveillante pour les enfants.

Soit dit en passant, rappelez-vous que le Covid-19 présente un taux de mortalité mondial ne dépassant pas 0,15% – et encore moins en cas de traitement précoce – et qu’il est désormais largement établi et démontré qu’il peut être soigné, d’autant mieux qu’il est pris précocement, avec une vaste gamme de traitements largement disponibles et principalement génériques, sans effets secondaires indésirables notoires. 

Vos commentaires documentés et constructifs sont les bienvenus. Merci.

Jean-Luc Guilmot

Références

[1] https://www.england.nhs.uk/statistics/statistical-work-areas/covid-19-vaccinations/

[2] Ioannidis John P. A. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/eci.13554

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Luc Guilmot, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/royaume%e2%80%91uni-doublement-du-taux-de-mortalite-globale-des-vaccines-covid-10-59-ans-vs-les-non-vaccines/5663511

Dans SANTE

LE RAPPORT "CONFIDENTIEL" DE PFIZER SUR LE VACCIN. C'EST UNE BOMBE.

Par Le 23/12/2021

Le rapport « confidentiel » de Pfizer sur le vaccin. C’est une bombe.

Par Global Research News

Mondialisation.ca, 23 décembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 5920   160  35  7456

« Avez-vous vu les données du vaccin Pfizer dans un rapport « Confidentiel? C’est une bombe. Pas étonnant que la FDA se soit battue pour le garder caché pendant 55 ans.

En février 2021, Pfizer avait déjà reçu plus de 1 200 rapports de décès prétendument causés par le vaccin et des dizaines de milliers d’événements indésirables signalés , dont 23 cas d’avortements spontanés sur 270 grossesses et plus de 2 000 rapports de troubles cardiaques. 

Gardez à l’esprit qu’il s’agit des propres données de Pfizer »  (Election Wizard)

Nos remerciements à Election Wizard pour avoir porté ce rapport à notre attention.

***

Ce rapport confidentiel Pfizer publié dans le cadre d’une procédure d’accès à l’information (FOI) fournit des données sur les décès et les événements indésirables enregistrés (adverse events) par Pfizer depuis le début du projet de vaccin en décembre 2020 jusqu’à fin février 2021, soit une période très courte (environ deux mois et demi).

Le vaccin Pfizer BioNTech a été lancé aux États-Unis le 14 décembre après l’octroi de l’autorisation d’utilisation d’urgence le 11 décembre 2020. 

Dans une ironie tordue, les données révélées dans ce « rapport confidentiel » réfutent le récit officiel du vaccin colporté par les gouvernements et l’OMS. Il confirme également l’analyse de nombreux médecins et scientifiques qui ont révélé les conséquences dévastatrices du « vaccin » à ARNm. 

Le rapport « confidentiel » de Pfizer contient des preuves détaillées des impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité.

Ces données qui émanent directement de la « Bouche du Cheval » (straight from the horse’s mouth) peuvent désormais être utilisées afin d’affronter et appuyer la formulation de procédures judiciaires à l’encontre du Big Pharma, des gouvernements, de l’OMS et des médias.

Devant un tribunal, les  preuves contenues dans ce rapport confidentiel de Big Pharma ( couplées aux données sur les décès et les événements indésirables compilées par les autorités nationales de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis ) sont irréfutables : car ce sont leurs données et leurs estimations et pas les nôtres. 

Gardez à l’esprit qu’il s’agit de données basées sur les cas signalés et enregistrés, qui constituent un faible pourcentage du nombre réel de décès et d’événements indésirables liés au vaccin. 

Il s’agit d’un Mea Culpa de facto de la part de Pfizer. #Oui c’est un vaccin tueur

Et c’est aussi un Mea Culpa de la part des gouvernements nationaux du monde entier qui sont menacés ou soudoyés par Big Pharma.

« Tuer est bon pour les affaires » (killing is Good for Business): il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars au niveau mondial.

Et Pfizer a déjà un casier judiciaire (2009) avec le ministère américain de la Justice (US department of Justice) sur des accusations de « marketing frauduleux ».

Nous invitons les « Vérificateurs des faits Covid-19 » (Fact Checkers) à lire attentivement ce rapport confidentiel de Pfizer.

Oups. Il se trouve que le président et ancien PDG de Reuters « Fact Checker » James C. Smith « est également un investisseur de premier plan   et  membre  du conseil d’administration de Pfizer ». Bien sûr: « Pas de conflit d’intérêts ».

Extraits, tableaux et diagrammes sélectionnés du rapport ci-dessous

 

Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 15 décembre 2021

Traduction de l’anglais par l’auteur. Version en anglais cliquez ici 

SVP, faites circuler ce texte.

***

Cliquez ici pour lire le rapport Pfizer au complet Pdf.  (anglais)

voir aussi les détails dans les annexes

Extraits choisis du rapport

Ce document fournit une analyse intégrée des données de sécurité cumulées post-autorisation, y compris les rapports d’événements indésirables post-autorisation aux États-Unis et à l’étranger reçus jusqu’au 28 février 2021.

(…)

Pfizer est responsable de la gestion des données de sécurité post-autorisation pour le compte du titulaire de l’AMM BioNTech conformément à l’accord de pharmacovigilance en place. Les données de BioNTech sont incluses dans le rapport le cas échéant.

Les rapports sont soumis volontairement et l’ampleur de la sous-déclaration est inconnue.

(…)

Au total, jusqu’au 28 février 2021 [en moins de trois mois], il y avait un total de 42 086 rapports de cas (25 379 médicalement confirmés et 16 707 non médicalement confirmés) contenant 158 893 événements . La plupart des cas (34 762) ont été reçus des États-Unis (13 739), du Royaume-Uni (13 404), de l’Italie (2 578), de l’Allemagne (1913), de la France (1506), du Portugal (866) et de l’Espagne (756) ; les 7 324 restants ont été répartis entre 56 autres pays.

(…)

Comme le montre la figure 1 [voir ci-dessous], les classes de systèmes d’organes (SOC) qui contenaient le plus grand nombre (≥ 2 %) d’événements, dans l’ensemble des données global, étaient les troubles généraux et les anomalies au site d’administration (51 335 EI), les troubles du système nerveux (25 957), Troubles musculosquelettiques et du tissu conjonctif (17 283), Troubles gastro-intestinaux (14 096), Troubles de la peau et du tissu sous-cutané (8 476), Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux (8 848), Infections et infestations (4 610), Lésions, intoxications et procédures complications (5 590) et Enquêtes (3 693

emphase ajoutée, traduit de l’anglais

 

 

 

 

 

 

Cliquez ici pour lire

le Rapport Pfizer.

*

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (19791983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003) – La mondialisation de la pauvreté,  America’s « War on Terrorism » (2005) – Guerre et Mondialisation, The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à crgeditor@yahoo.com

Voir en anglais : Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Global Research News, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-rapport-confidentiel-de-pfizer-cest-une-bombe/5663237

Dans SANTE

SOMMET DE L'ICEBERG : 337 ARRETS CARDIAQUES D'ATHLETES, PROBLEMES GRAVES, 192 MORTS, APRES UNE INJECTION ANTI COVID

Par Le 23/12/2021

Sommet de l’iceberg : 337 arrêts cardiaques d’athlètes, problèmes graves, 192 morts, après une injection anti COVID

Brisons le silence, sauvons nos enfants : la liste effroyable des décès de sportifs depuis le début de la vaccination!

Par Good Sciencing

Mondialisation.ca, 23 décembre 2021

goodsciencing.com

Thème: 

Analyses: 

 41   0  0  57

Note de la rédaction du Grand Réveil :

1- Nous avons traduit pour vous cet article de Goodsciencing.com qui montre la liste des morts ou des problèmes graves de sportifs internationaux depuis le lancement des injections anti Covid jusqu’au 18 Décembre 2021. 

Elle est à partager et à diffuser massivement partout pour que le silence se brise ! Ce n’est que le sommet de l’iceberg, il y a urgence pour nos enfants  !

2- Cette liste est malheureusement en constante augmentation et il est possible qu’à l’heure où nous publions de nouveaux  décès ou blessures graves soient venues s’y ajouter…

Pour en suivre l’évolution et les mises à jour, n’hésitez pas à vous rendre directement sur le siteGoodsciencing.com.

367 Athlete Cardiac Arrests, Serious Issues, 209 Dead, After COVID Shot

 

*****

337 arrêts cardiaques d’athlètes, problèmes graves, 192 morts, après une injection anti COVID

Il n’est certainement pas normal que de jeunes athlètes souffrent d’arrêts cardiaques ou meurent en pratiquant leur sport, mais cette année, cela se produit. Tous ces problèmes cardiaques et ces décès surviennent peu de temps après qu’ils aient reçu le vaccin COVID. Bien qu’il soit possible que cela arrive à des personnes qui n’ont pas été vaccinées contre le COVID, les chiffres indiquent clairement la seule cause évidente.

Les soi-disant professionnels de la santé qui dirigent les programmes de vaccination COVID dans le monde entier ne cessent de répéter que « le vaccin COVID est un vaccin normal, sûr et efficace ».

Donc, en réponse à leur déclaration, voici une liste non exhaustive et en constante augmentation de jeunes athlètes qui ont eu des problèmes médicaux majeurs en 2021 après avoir reçu un ou plusieurs vaccins COVID. Au départ, beaucoup de ces cas n’ont pas été signalés. Nous savons que de nombreuses personnes ont reçu l’ordre de ne parler à personne de leurs effets indésirables et que les médias n’en parlaient pas. Ils ont commencé à se produire après les premières vaccinations COVID. Les grands médias n’en parlent toujours pas, mais les informations sportives ne peuvent ignorer le fait que des joueurs de football et d’autres stars s’effondrent au milieu d’un match à cause d’une crise cardiaque. Beaucoup d’entre eux meurent – environ 50 %.

Nous apprécions vraiment les athlètes cités dans cette liste qui ont confirmé ce qui leur est arrivé afin que la vérité puisse être connue.

Athlètes mis à l’écart pour cause de « maladie » non inclus dans ce rapport

De nombreuses équipes sportives ont maintenant plusieurs joueurs sur la touche. Il y en a des dizaines. Les équipes et les grands médias le cachent, pensant que personne ne le remarquera. Ces joueurs endommagés n’apparaîtront pas dans ce rapport s’ils ne sont signalés que comme « maladie », mais ils mériteraient d’être suivis, car il n’est pas normal d’en avoir autant. Leur système immunitaire est susceptible d’avoir été compromis par « quelque chose », de sorte qu’ils seront exposés à de nombreuses maladies qu’ils auraient normalement pu éviter. Nous laissons à d’autres le soin de suivre ces cas – nous sommes très occupés à mener les enquêtes pour cette liste, à remonter le temps pour essayer de trouver de nouvelles informations qui n’étaient pas disponibles auparavant, et à faire des corrections mineures au fur et à mesure qu’elles sont découvertes. Tout finira par se savoir.

Liste des lésions

Voici une liste non exhaustive des blessures signalées. La plupart sont des arrêts cardiaques.

Arrêts cardiaques

Caillots de sang ou thrombose

Accident vasculaire cérébral

Battement de cœur irrégulier

Arythmie

Neuropathie

Décès

Rapport de croissance

Cette histoire s’enrichira au fil du temps, à mesure que de nouvelles informations seront ajoutées. Si vous avez la preuve d’une information que nous n’avons pas encore, ou si vous avez une correction à apporter, veuillez l’envoyer via les commentaires de cet article, avec le plus d’informations possible. Les informations utiles seraient le nom de la personne, son âge, ce qui lui est arrivé, si elle a reçu le(s) vaccin(s) COVID, la date du décès, un lien vers un article de presse.

Nous remercions tout particulièrement les lecteurs qui ont apporté des corrections, trouvé des erreurs qui nous ont échappé ou fourni de nouvelles informations dont nous n’avions pas connaissance. C’est maintenant un véritable travail d’équipe et nous l’apprécions.

Pour les sceptiques qui pensent que c’est normal, n’hésitez pas à répéter les 18 mots suivants, après avoir lu chaque enregistrement ou nom de cette liste.

Répétez ceci après avoir lu chaque ligne

« Le vaccin COVID est un vaccin normal. Le vaccin COVID est sûr. Ces blessures et ces décès sont normaux. »

Janvier 2021

01/01/21, Windmore, Pennsylvanie, États-Unis Mort.

Blake Barklage (17 ans), joueur de tennis au lycée La Salle à Windmore, Pennsylvanie. S’est effondré et est mort d’un arrêt cardiaque soudain, après la victoire de son équipe dans le PCL. La Salle Covid Policy : Vaccins encouragés, confirmation de Magnus, pas de quarantaine ou de recherche de contact pour les étudiants vaccinés, non vaccinés fortement encouragés à porter un masque, aucun étudiant non vacciné ne peut voyager au-delà des événements locaux (rayon maximum de 2,0 heures), y compris les étudiants athlètes. Note : Le nom de Blake a été mal orthographié Barkley dans un article de presse.  Article de presse

03/01/21, Portugal Mort

Alex Apolinario (24), joueur de football brésilien de l’Alverca FC, s’est effondré sur le terrain avec un arrêt cardiaque pendant un match. Décédé quatre jours plus tard.

09/01/21. USA

Jordan Glenn, joueur de basket-ball du Wisconsin. S’est effondré dans une pause au début de la mi-temps. Réanimation cardiaque avec un défibrillateur, transféré à l’hôpital par ambulance. Mise à jour : en avril, il a subi une opération à cœur ouvert et a maintenant un défibrillateur inséré près de son abdomen.  Article de presse

22/01/21, USA Mort

Hank Aaron (86 ans), ancien joueur de baseball professionnel, a reçu son vaccin COVID le 5 janvier 2021 pour démontrer l’innocuité du vaccin et encourager d’autres Noirs américains à faire de même.  Il est décédé deux semaines plus tard dans son sommeil, de causes naturelles. Article de presse

30/01/21 Indianapolis USA Décédé

Wayne Radford (64), star de la NBA et ancien joueur de l’équipe d’Indianapolis, est décédé à son domicile à Indianapolis.

Nouvelles

30/01/21, France

Garissone Innocent (20), gardien de but de l’équipe de football de Cannes. S’est effondré et a perdu connaissance lors d’un match contre Chamblee. Crise de tachycardie, incapable de parler ou de respirer. Nouvelles

Février 2021

06/02/21 Philippines Mort

Clement Lucchu (25 ans), joueur de basket-ball camerounais. Jouait à Manille, aux Philippines. A souffert d’une crise cardiaque et est décédé.  Article de presse

11/02/21, Pays de Galles Mort

Logan Luker (17), joueur de rugby Capitaine des jeunes au Penygraig RFC est décédé subitement Nouvelle

21/02/21 Croatie Mort

Zlatko Saracevich, (59) (ancien joueur de handball yougoslave et champion du monde de handball), a remporté l’or avec la Croatie aux Jeux olympiques d’Atlanta, et était récemment entraîneur de handball. Son équipe vient de gagner dans un derby contre RK Lokomotiva 32:29, et il s’est effondré avec un arrêt cardiaque juste après avoir donné une déclaration aux médias. La réanimation a échoué.  Article de presse

22/02/21 Portugal Mort

Alfredo Quintana (32), gardien de but de handball cubain au Portugal. S’est effondré après avoir fait un arrêt cardiaque pendant un entraînement. Décédé quatre jours plus tard.  Nouvelles

Mars 2021

03/03/2021, Wallkill Central School, New York, États-Unis (17), Décès

Miguel Antonio Lugo (17), joueur de football du lycée, s’est effondré et est mort pendant un entraînement de football

08/03/21 Égypte Mort

Abdel-Rahman Atef (23). Joueur de football du club Al-Rowad, il s’est effondré et est mort pendant le match de son équipe à Al dans la ville de Sharqiya. Il a avalé sa langue et les tentatives de réanimation ont échoué (pas de personnel qualifié).   Article de presse

11/03/21 Illinois, États-Unis

David Wakefield, (27) joueur de cricket néo-zélandais. S’est effondré pendant un entraînement avec une myocardite. Il a été ramené à la vie grâce à un défibrillateur, a été hospitalisé trois semaines en soins intensifs et a dû suivre une rééducation intensive avant de pouvoir marcher et parler.  Nouvelles

13/03/2021 New Hampshire, USA Décédé

Marvin Hagler (66 ans), boxeur, a été hospitalisé d’urgence pour des douleurs à la poitrine et des difficultés à respirer avant de mourir quatre heures plus tard.  Article de presse

19/03/21, Milton Keynes, Royaume-Uni

Raymond van Barneveld, joueur de fléchettes, s’est effondré et a reçu des soins paramédicaux pendant le championnat de la PDC.

19/03/21 Charleston NC, USA Décédé

Joe Bradshaw, 19 ans, joueur de football à la Charleston Southern University. A fait un arrêt cardiaque – respiration superficielle.

20/03/21 Mort

Andy Haman (54 ans) Le bodybuilder professionnel et acteur Andy Haman est décédé d’une embolie pulmonaire Article de presse

22/03/21, Sacramento Californie, USA Morts

Emmanual Antwi (18 ans), footballeur de Kennedy High (Canada), s’est effondré sur le terrain à Sacramento. Les tentatives de réanimation sur le terrain ont échoué et il est mort.

23/03/21

Moussa Dembélé (25), attaquant de l’Atlético Madrid s’est effondré à l’entraînement et a reçu des soins médicaux.  Article de presse

27/03/21 Stewarton, Écosse Décès

Laura Henderson (42), arrêt cardiaque pendant une course à pied. Décédée quelques jours plus tard à l’hôpital.  Article de presse

29/03/21 Inde Mort

Devaraj Anchan (33 ans), joueur de volley-ball de niveau national, s’est effondré, se serrant la poitrine, alors qu’il participait à un tournoi. Il est mort sur le chemin de l’hôpital à Udupi.  Article de presse

30/03/21, Ghana

Charles Bulu, arbitre ghanéen, s’effondre pendant un match de l’AFCON News Story Video

30/03/21, ÉTATS-UNIS

Alex Stalock (34 ans), gardien des Oilers de la NHL, hors jeu pour la saison ou plus en raison d’un problème cardiaque. Test COVID positif en novembre 2020, myocardite diagnostiquée en mars 2021 News Story – The Athletic News Story2

31/03/21 USA

Brett Smith, un arbitre de basket-ball universitaire de la NCAA, s’est effondré pendant un match. Hospitalisé pour un caillot de sang.

31/03/21 Norvège

Filip Ingebrigtsen (28 ans), coureur norvégien, a connu une année 2021 difficile après une réaction au vaccin corona. Ingebrigtsen a reçu la deuxième dose du vaccin juste après les Jeux olympiques de Tokyo. Son objectif était de « revenir à la normale » mais le 17 octobre, il a terminé 10e d’une course remportée par son frère. Article de presse

Avril 2021

06/04/2021, Callalen, Corpus Cristi (15), Décès

Moira Claire Arney (15 ans), joueuse de football au lycée McAllen, s’est effondrée et est morte pendant l’entraînement.

9/04/21

Bert Smith (56) Arbitre de basket-ball masculin de la NCAA s’est effondré à cause d’un caillot de sang dans son poumon pendant un tournoi.

12/04/21 Mort

Dejan Oršuš (24 ans), joueur du club croate NK Otok, s’est effondré suite à une crise cardiaque et est décédé à l’hôpital du comté de Čakovec.  Article de presse

18/04/21 Jamaïque Mort

Tremaine Stewart (Tan Tan) (32), footballeur jamaïcain du FC Dunbeholden. S’est effondré et est mort pendant le kickaround avant un match.  Nouvelles

22/04/21,

Craig Jones (29 ans), champion du monde de jiu-jitsu brésilien et ceinture noire, ne peut plus s’entraîner ni combattre après une injection de COVID.

24/04/21, Mort

Luis Ojeda (20), joueur de football argentin, est mort de façon inattendue.

27/04/2021 Minnesota, États-Unis

Marco Rossi (19), joueur de hockey sur glace Minnesota Wild, est atteint d’une myocardite. L’équipe aurait été « entièrement vaccinée ». Article de presse Article de presse2

28/04/21, Atlanta, USA (26)

Brandon Goodwin (26 ans), joueur de la NBA, souffre de caillots sanguins peu après avoir été vacciné contre le COVID-19. Fin de carrière possible, toujours sur la touche 7 mois plus tard.

Nouvelles

Mai 2021

01/05/21 Floride, USA, Mort

Nickolas Lawrinas (17), Footballeur décédé de façon soudaine et inattendue, cause donnée par les médias, pas claire

01/05/21, USA

Sage Canaday (35), coureur d’ultra-marathon a eu une pneumonie et des caillots sanguins. Sage a couru l’ultra-marathon Canyons 100k en Californie (24 avril), a pris l’avion pour le Colorado (26 avril), a reçu le deuxième vaccin Pfizer et a commencé à avoir des problèmes respiratoires. Il est resté au lit au moins du 1er mai au 6 mai, date à laquelle il a déclaré avoir une pneumonie. Il est entré à l’hôpital le 30 ou 31 mai, où on lui a diagnostiqué une embolie pulmonaire bilatérale, des caillots sanguins. Sage était précédemment répertorié comme décédé, en raison de rapports contradictoires selon lesquels a) il était le coureur tchèque qui s’est effondré et est décédé sur le marathon du Mont Blanc et b) il a commencé à avoir des problèmes respiratoires après un vol. Nous nous excusons pour ces erreurs et sommes heureux qu’il soit toujours en vie.

7/05/21 USA

Everest Romney (17 ans), un lycéen de deuxième année de 6’9″ en bonne santé, hospitalisé après avoir souffert de migraines sévères et d’un gonflement du cou après la vaccination. Dans les 24 heures après avoir reçu le vaccin, Everest a commencé à ressentir une « quantité exorbitante » de douleur et de gonflement dans le cou qui provenait du même côté qu’il a reçu le vaccin. Le père d’Everest a eu une réaction similaire après une injection de Moderna. Une radiographie a révélé qu’il avait plus de 100 caillots de sang dans ses poumons. Article de presse Interview de la mère Vidéo

08/05/21 Travis County TX

Coach Pete (45 ans), entraîneur d’athlétisme, s’est effondré 6 jours après le deuxième vaccin Pfizer, victime d’une attaque. A été vacciné le 11/04/21 et le 02/05/21 Vidéo

10/05/21, Nottinghamshire, Angleterre, mort

Josh Downie, (24 ans), joueur de cricket, est mort après un arrêt cardiaque à l’entraînement. Sa mère Helen a déclaré qu’il n’avait aucun problème de santé connu. « C’est tout à fait inattendu », a-t-elle déclaré. « Cela ne semble pas réel pour le moment. Nouvelles

11/05/21 Allemagne,

Miroslav Klose, 42 ans, ancien attaquant allemand et entraîneur adjoint du Bayern Munich. Souffre de caillots de sang dans sa jambe. Il a dû arrêter d’entraîner. Apparemment, il sera rétabli en septembre après avoir pris des médicaments et porté des chaussettes spéciales.  Nouvelles

14/05/21, Malaisie Mort

Haziq Kamaruddin (27 ans), archer olympique, est mort d’une maladie coronarienne. Décédé 10 jours après des injections de Pfizer le 13 avril et le 4 mai 2021.

18/05/2021 Suisse

Michaël Perrier (32 ans), joueur de football de Stade Lausanne Ouchy. Lors d’une sortie d’équipe, le footballeur suisse a soudainement été victime d’un grave arrêt cardiaque. C’était après sa première dose (23/04/2021) du vaccin Moderna. Il a reçu 5 chocs d’un défibrillateur, puis est resté 3 jours dans un coma artificiel. Un défibrillateur a été implanté pour prévenir un futur arrêt cardiaque, et il est resté 2,5 semaines à l’hôpital. Après 5 mois de repos, une certaine arythmie et une légère inflammation étaient encore présentes, il n’a donc pas pu reprendre le football à haut niveau.  Article de presse

30/05/21 (date exacte inconnue, mais antérieure au 01/06/21, date à laquelle Christian Eriksen s’est effondré)

Marvin Schumann, un joueur amateur de Gifhorn réanimé après un arrêt cardiaque.  Article de presse

31/05/21 Bristol, Angleterre Mort

Adam Bounds (41 ans), joueur de football, est mort le 31/05/21 d’une grave hémorragie cérébrale à l’hôpital de Derriford, 11 jours après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca.

Juin 2021

1/06/21, Danemark

Christian Eriksen(29), footballeur vedette de l’Inter Milan, a fait un arrêt cardiaque sur le terrain 12 jours après avoir reçu un vaccin Pfizer le 31 mai. Il a été réanimé à l’aide d’un défibrillateur. Le médecin de l’équipe a confirmé que l’équipe avait été vaccinée le 18 mai – ce qui peut signifier que tous avaient reçu au moins une injection, car un autre rapport mentionne le 31 mai. Article de presse

04/06/21 Italie Mort

Giuseppe Perrino, 29 ans, de Fujimarino, Italie. S’est effondré et est mort pendant un match d’hommage à son frère décédé, Rocco. Les ambulanciers présents sur les lieux ont tenté de le réanimer, mais en vain. Merci Joanna.  Nouvelles

05/06/21 Russie Mort

Maxim Ishkeldin (30 ans), champion du monde de hockey sur gazon, milieu de terrain de l’équipe nationale russe, est décédé subitement à Novosibirsk, à la suite d’un accident de coagulation.  Article de presse

07/06/21, Allemagne, Mort

Michael Schneider (38), professionnel du tennis de table allemand, est décédé de façon soudaine et inattendue. Article de presse

9/06/21, Ontario Canada, Décès

Kamila Label-Farrel (19 ans), star du basket-ball universitaire, est décédée de façon inattendue – alors qu’elle faisait son jogging matinal, elle s’est effondrée en s’étirant News Story

12/06/21 Italie Mort

Chloe Giani Gavazzi (12), jeune joueuse de tennis italienne, membre de l’Académie Golarsa à Milan. Décédée subitement. Retrouvée morte dans son lit par sa mère.  Article de presse

14/06/21, Indonésie, Mort

Marquis Kido (36), médaillé d’or olympique indonésien en double badminton, est décédé d’un arrêt cardiaque pendant un match Nouvelle

17/06/21 France

Frédéric Lott, équipe de Salouël RC en France, a fait un arrêt cardiaque après un entraînement de football à Salouel. Sauvé par un massage cardiaque et un défibrillateur.

18/06/21 Honduras Décédé

Robert Lima (49 ans), ancien footballeur de l’Olympia en Uruguay, Honduras. A fait un malaise et est mort d’un arrêt cardiaque alors qu’il jouait au football avec des amis.

Nouvelles

19/06/21 Colombie, Mort

Jose Edgar Preciado, caddie colombien, a fait un arrêt cardiaque fatal à son hôtel après le deuxième tour du Holcim Colombia Classic à Bucaramanga, en Colombie.  Article de presse

21/06/21 Hongrie Mort

Victor Marcel Hegedus (18), joueur de football hongrois. S’est effondré et est décédé lors d’un échauffement à l’entraînement.

23/06/21 France

Christophe Lemaitre, sprinter français. A pris sa retraite des championnats de France et des Jeux olympiques de Tokyo. Un entraîneur a déclaré qu’il avait échoué à un examen physique, après des réactions négatives au vaccin contre le coronavirus.

25/06/21, ÉTATS-UNIS

Ethan Jovani Trejo (16 ans), joueur de football, s’est effondré sur le terrain lors d’un entraînement News Story

26/06/21, Russie Mort

Maxim Dubrovolski, 17 ans, s’est effondré et a perdu connaissance pendant un match de la Football League. Moscou. Décédé avant l’arrivée de l’ambulance sur les lieux.  Article de presse

27/06/21, Singapour

Un adolescent non identifié (16 ans) a fait un arrêt cardiaque après une séance d’haltérophilie, 6 jours après sa première injection de Covid-19. Il était dans un état critique à l’hôpital.  Article de presse

28/06/2021, Las Vegas, Nevada, mort

Chino Yelum Cajetan Nsofor (13 ans), joueur de football, s’est effondré et est mort pendant un entraînement.

28/06/21, (estimation) USA

Kyle Warner : Le vététiste professionnel souffre d’une péricardite après avoir reçu un vaccin Pfizer, fin de carrière possible (29) Nouvelle

Juillet 2021

21 juillet, Philadelphie PA, États-Unis, mort.

Ivan Hicks (16 ans) Footballeur mort pendant une mêlée. Le coroner a constaté une hypertrophie du cœur et des cicatrices, mais pas de myocardite ni d’inflammation. Verdict : maladie cardiovasculaire. Testé positif au COVID.

02/07/21 France Mort

Lise Vidal (43 ans), ancienne véliplanchiste ayant participé aux Jeux olympiques de Sydney, est décédée après une hémorragie cérébrale. Elle est également entraîneur des Jeux olympiques français.  Article de presse

03/07/21 Antigua, Antilles

Chinelle Henry (26 ans) s’est effondrée sur le terrain avec son coéquipier Chedean Nation. Quelques jours auparavant, le club s’était vanté sur Twitter d’être  » Vacciné et prêt à affronter les Pakistanaises ! « Article de presse

03/07/21 Antigua, Antilles

Chedean Nation (35 ans) s’est effondrée sur le terrain avec sa coéquipière Chinelle Henry. Quelques jours auparavant, le club s’était vanté sur Twitter d’être  » Vacciné et prêt à affronter les Pakistanaises ! « Article de presse

04/07/21 Nagoya, Japon

Ryōsuke Hirata (33 ans), joueur de baseball japonais. Diagnostiqué d’une « angine atypique »

06/07/21, Japon (27), Décédé

Yusuke Kinoshita (27 ans), joueur de baseball, s’est effondré pendant l’entraînement. Décédé le 03/08/2021, cinq semaines après la vaccination au COVID-19

08/07/21, Toronto, Canada, Décédé

Jenn Gouveia (31), mère de famille de Toronto, s’est effondrée et est décédée subitement dimanche alors qu’elle faisait sa course à pied à High Park News Story

10/07/21 Mort

Mike Salase (39), joueur de la ligue de rugby du Northland, est mort pendant un match. Les tentatives de réanimation ont échoué.

12/07/21 Jaroslaw, Pologne Mort

Vladimir Dorozhkin, 38 ans, entraîneur et athlète. Décédé le jour même où il a reçu le vaccin COVID. « Vacciné juste après midi, mort à minuit. Cardiomyopathie.  Article de presse

12/07/21 Égypte Mort

Imad Bayoumi, footballeur égyptien. S’est effondré et est mort lors d’un match amical en Egypte, en hommage à son ami Ayman Handal, décédé plus tôt.  Nouvelles

13/07/21 Dubaï Mort

Sebastian Eubank (29 ans), boxeur, fils du célèbre boxeur, Chris Eubank, est mort d’un arrêt cardiaque, a déclaré sa femme.  Article de presse Article de presse2

13/07/2021, Pennsylvanie, USA (17) , Mort

Andrew Roseman, lanceur de baseball dans une école secondaire, est mort de façon inattendue.

15/07/21 Mort

Arthur Zucolini (29), ancien basketteur. Décédé d’un arrêt cardiaque pendant son sommeil. Article de presse

18/07/21 Portugal Mort

Marilio Costa Leite (48), coureur de fond professionnel portugais. Décédé deux jours après avoir reçu un vaccin Pfizer COVID. Son corps a été retrouvé dans un ravin.  Article de presse

19/07/21 Royaume-Uni Mort

Maqsood Anwar (44), athlète britannique de cricket originaire du Pays de Galles. A fait un arrêt cardiaque et est décédé. Les ambulanciers ont tenté de le réanimer pendant 45 minutes, sans succès.  Article de presse

21/07/21, ÉTATS-UNIS (31)

Kjeld Nuis (31 ans), double médaillé d’or olympique et détenteur du record du monde de patinage de vitesse, développe une péricardite après avoir reçu un vaccin Pfizer.

22/07/21 New York Mort

Un garçon non identifié (15 ans) s’est soudainement effondré avec un arrêt cardiaque sur le terrain de football alors qu’il jouait au football dans un camp local le 22 juillet, 4 jours après la 2ème injection Pfizer. Décédé le jour suivant. VAERS ID 1498080.  Nouvelles

23/07/21, Allemagne (27), Décédé

Tim B. (27 ans), joueur de football de SV Hamberge (Schleswig-Holstein), s’est effondré au retour d’un tournoi de football et est décédé News Story

24/07/21, Allemagne (âge inconnu)

Un joueur de football anonyme de TuS Hoberge-Uerentrup Bielefeld (NRW) s’est effondré sur le terrain et a fait un arrêt cardiaque Histoire de nouvelles

24/07/2021, Little Rock, Arkansas, mort

Devon DuHart (16 ans), joueur de football, est mystérieusement mort d’une crise d’épilepsie dans son sommeil. Il n’était pas bien après un récent entraînement.  Article de presse

25/07/21 Charles City, Iowa, USA

Carly Stevenson, athlète de lancer de poids et de disque du Wartburg College, s’est effondrée et a été transportée à l’hôpital avec des caillots de sang dans les poumons et le cœur. Elle a eu des difficultés à parler et à respirer, puis son cœur s’est arrêté. Elle a été réanimée trois fois. Elle a perdu son équilibre, le contrôle de sa tête, les mouvements de ses mains et de ses bras, ainsi que ses capacités de communication. Article de presse

26/07/21 Pays-Bas : mort

Whitnee Abriska (19), professionnelle du handball, est décédée après un arrêt cardiaque pendant ses vacances. Article de presse

28/07/21, Allemagne (16), Mort

Jascha Zey (16), joueur U19 de Eisbachtaler Sportfreunde (Rhénanie-Palatinat) est décédé soudainement et de façon inattendue à l’hôpital News Story

28/07/21, Géorgie, USA (15), Décès

Joshua Ivory (15) Joueur de football s’est effondré et est mort pendant le match. Le rapport du coroner indique qu’une dysrythmie cardiaque a déclenché un arrêt cardiaque soudain.  Article de presse

31/07/21 USA

Daniel Brito (23 ans), le joueur de champ intérieur de la ligue mineure des Phillies, était hospitalisé depuis qu’il s’était effondré sur le terrain, victime d’une attaque. Article de presse

31/07/21 Mort

Sofia Graham (27 ans), culturiste, se préparait à participer aux compétitions NPC North Americans et NPC USA’s de 2021. Décédée d’un arrêt cardiaque dans son sommeil.

Août 2021

02/08/21, Detroit USA, 15 ans, Mort

Stephen Sylvester (15 ans), athlète de football et d’athlétisme de la Detroit Central Catholic High School, s’est effondré et est mort pendant un entraînement de conditionnement.

04/08/21, Kansas, USA, 19 ans, Décédé

Tirrell Williams (19 ans), joueur de ligne de Fort Scott, est décédé après s’être effondré sur le terrain pendant un entraînement Nouvelles Nouvelles Nouvelles2

06/08/2021, Allemagne

Un joueur non identifié de SpVgg. Oelde II District league s’est effondré sur le terrain et a été réanimé par son adversaire, Julian Pietsch du VfB Schloß Holte 2.  Article de presse

07/08/21, Belgique

Rune Coghe (18 ans), footballeur belge du KFC Eendracht Hooglede, fait un arrêt cardiaque sur le terrain Nouvelle

08/08/21 Mort

John Meadows (49 ans), bodybuilder alias « Mountain Dog », est mort d’un « caillot de sang » Nouvelle

08/08/21, Géorgie, USA (19), Mort

Quandarius Wilburn (19), joueur de football, s’est effondré lors d’un entraînement des Panthers et est décédé. Il semblait être en très bonne condition physique lorsqu’il s’est présenté à son premier camp d’avant-saison universitaire.  Article d’actualité Article d’actualité2

10/08/21 Australie

Chris Cairns (51 ans), joueur de cricket néo-zélandais, a été victime d’une crise cardiaque massive et d’une rupture de l’aorte. Il a subi une chirurgie cardiaque et a été emmené dans un hôpital de Sydney pour une nouvelle chirurgie vasculaire.  Nouvelles

12/08/21, Nouvelle-Zélande , Mort

Lee Moses (29), joueur de football de Palmerston North Marist, est décédé lors d’une séance d’entraînement News Story

12/08/21, Allemagne

Une footballeuse sans nom de Freudenberg s’effondre lors d’un match de Westfalenliga Wacker Mecklenbeck contre Fortuna Freudenberg (Baden-Würrtemberg) peu avant la fin sans influence adverse News Story

13/08/21, France (37), Décès

Franck Berrier (37 ans) ancien footballeur professionnel français s’est effondré d’un arrêt cardiaque en jouant au tennis. Il a pris sa retraite en 2019 en raison de problèmes cardiaques.  Article de presse

13/08/21, Royaume-Uni, Mort

Roy Butler (23), footballeur irlandais du Watford FC, meurt d’une hémorragie cérébrale massive après avoir reçu un vaccin J&J. Il a souffert de graves maux de tête et d’un malaise général dans l’heure qui a suivi. Le samedi 14 août, il vomissait et avait des convulsions.  Article de presse

14/08/21, USA (17), Mort

Dimitri McKee (17 ans), joueur de football du lycée Lee, s’est évanoui et est mort après l’entraînement. Les médias ont attribué sa mort à un coup de chaleur.

14/08/21, Kenya (23), Mort

Gilbert Kwemoi, 23 ans, champion olympique de Chine, s’est effondré chez lui (après une courte maladie) et a prétendu avoir un mal de tête. Il est mort sur le chemin de l’hôpital.

15/08/21, Espagne Mort

Alena Hatvani-Kosinová (46), culturiste tchèque, est décédée après avoir été transportée à l’hôpital à Alicante, en Espagne. Nouvelles

15/08/21,

Jérémy Chardy (34 ans), vétéran du tennis français, ancien n°25 mondial, a suspendu sa saison après une « douleur violente, quasi paralysante » après le vaccin Covid-19 à la mi-août. Article d’actualité Article d’actualité2

15/08/21 Italie Mort

Marco Tampwo (19 ans), footballeur de l’Atletico Fioghi de Rome, est mort d’un arrêt cardiaque. Article de presse

16/08/21, France (24)

Samuel Kalu (24), footballeur professionnel de Bordeaux, est victime d’un arrêt cardiaque pendant un match Nouvelle

16/08/21, Allemagne (62)

Manfred Lehner (62), entraîneur des gardiens de but du SV Niederpöring (Bayern), fait un arrêt cardiaque après un entraînement News Story

18/08/21, Belgique

Joppe Erpels (vacciné) d’Arendonk s’est retrouvé en soins intensifs après une course.  Trois jeunes cyclistes belges (de la Campine) souffrent de problèmes cardiaques après une course.  Les coureurs d’Acrog-Tormans BC. Joppe Erpels d’Arendonk s’est retrouvé aux soins intensifs, Xander Verhagen de Geel a eu des problèmes à l’entraînement et Yarno Van Herck a soudainement ressenti des coups de poignard dans la poitrine lors du Diamant Herman Vanspringel.  Nouvelles

18/08/21, Belgique

Xander Verhagen (vacciné) de Geel a eu des problèmes à l’entraînement.  Trois jeunes cyclistes belges (de la Campine) souffrent de problèmes cardiaques après une course.  Les coureurs d’Acrog-Tormans BC. Joppe Erpels d’Arendonk s’est retrouvé aux soins intensifs, Xander Verhagen de Geel a eu des problèmes à l’entraînement et Yarno Van Herck a soudainement ressenti des coups de poignard dans la poitrine lors du Herman Vanspringel Diamond.  Nouvelles

18/08/21, Belgique

Yarno Van Herck (vacciné) a soudainement ressenti un coup de poignard dans la poitrine pendant le Herman Vanspringel Diamond.  Trois jeunes cyclistes belges (de la Campine) souffrent de problèmes cardiaques après une course.  Les coureurs d’Acrog-Tormans BC. Joppe Erpels d’Arendonk a fini aux soins intensifs, Xander Verhagen de Geel a eu des problèmes à l’entraînement et Yarno Van Herck a soudainement ressenti un coup de poignard dans la poitrine pendant le Diamant Herman Vanspringel.  Nouvelles

18/08/21, Belgique

Jente van Genechten (25 ans), footballeur, s’effondre sur le terrain suite à un arrêt cardiaque Nouvelle

19/08/21 Royaume-Uni Mort

Alex Bruce (20), joueur de rugby anglais. Retrouvé mort dans une chambre d’hôtel le matin après ses débuts en rugby league professionnelle.

Nouvelles

20/08/21 Mort

Orlando Gallucci (49), entraîneur personnel, culturiste et athlète, est décédé d’un arrêt cardiaque après les Championnats du monde d’Europe NPC 2021 Histoire nouvelle

22/08/21,

Fabrice N’Sakala (31), Défenseur de Besiktas s’effondre sur le terrain pendant un match News Story

22/08/21, ROYAUME-UNI (29)

Pedro Obiang (29), l’ex-star de West Ham souffre de myocardite 10 jours après avoir été vacciné.

22/08/21, Italie (38)

Francesca Marcon (38), joueuse de volley-ball italienne, a souffert d’une péricardite après le 2ème vaccin Pfizer. Essoufflement et douleurs thoraciques.

22/08/21, Venezuela (30), Décès

Alexaida Guedez (30), championne nationale vénézuélienne de marathon, s’est effondrée et est morte lors d’une course de 5 km.

22/08/21 Slovénie Mort

Aidan Sharanovich (45 ans), ancien attaquant de Primorja, a également joué dans le championnat slovène pour Primoria. Victime d’un arrêt cardiaque sévère, réanimé, il est décédé quelques jours plus tard.  Nouvelles

24/08/2021, Luxembourg

José dos Reis (29 ans) s’est effondré sur le terrain et a été réanimé Nouvelle

24/08/21, États-Unis Mort

Jack Alkhatib (18), footballeur du lycée de Columbia, s’est effondré sur le terrain et est décédé News Story

25/08/21 New York, USA

Vinny Curry (33 ans), le défenseur des New York Jets manquera toute la saison 2021. Diagnostiqué d’une maladie sanguine rare en juillet et ablation de la rate, message sur Twitter. Il devait revenir mi-septembre mais a développé des caillots sanguins et a commencé à prendre des anticoagulants – pas de contact physique pendant 3 à 6 mois. Nouvelles

29/08/21, USA Mort

Décès de Donadrian Robinson (Donnie) (17), footballeur de Columbia High school News Story

29/08/21, Allemagne (âge inconnu)

Un joueur de Hirzenhain de la C-League allemande Dillenburg s’effondre et le match est annulé.

Septembre 2021

1/10/21 Canada, Mort

Jacob Downey (18), joueur de hockey des Peterborough Petes pour la saison 2019-2020, est décédé soudainement après une urgence médicale Nouvelle

01/09/21 Australie, Mort

Cameron Dale (29 ans), navigateur australien, est décédé après avoir subi une attaque cérébrale « catastrophique ». Il était le plus jeune navigateur en solitaire à faire le tour du monde. Article de presse

01/09/21,

Greg Van Avermaet (36 ans), ancien champion olympique sur route, abandonne la Coupe du monde de cyclisme après avoir été vacciné contre le COVID Nouvelles Nouvelles Nouvelles Nouvelles2

02/09/21, Belgique

Greg Luyssen (22 ans), cycliste professionnel, met fin à sa carrière cycliste après une défaillance cardiaque Nouvelle histoire « J’étais dans le groupe de poursuite pendant la course de Kortemark quand je me suis soudainement senti mal », dit-il. « J’ai ressenti une énorme pression dans la poitrine et c’était si grave que j’ai dû quitter la course. On m’a emmené à l’hôpital et on m’a diagnostiqué une insuffisance cardiaque. J’avais déjà eu de la fièvre à plusieurs reprises sans raison apparente après mon deuxième vaccin Pfizer Covid-19, mais je n’avais jamais pensé à la relation. Des examens complémentaires ont montré que mon muscle cardiaque était atteint et que mon corps réagissait désormais mal à une activité intensive. »

02/09/21, Jeux paralympiques de Tokyo

Le joueur belge de tennis en fauteuil roulant Joachim Gerard (32 ans) s’est effondré à cause de problèmes cardiaques aux Jeux olympiques de Tokyo.  Article de presse

03/09/21 Columbia SC, USA Décès

David Patten (47 ans), trois fois champion du Super Bowl avec les Patriots, est décédé alors qu’il conduisait sa moto – il a soudainement « quitté le centre » et a heurté une berline Chevrolet arrivant en sens inverse.  Article de presse

04/09/2021, France (16)

Diego Ferchaud (16), de l’ASPTT Caen, fait un arrêt cardiaque à Saint-Lô News Story

04/09/21, (27) Mort

Jens De Smet (27), footballeur s’est effondré sur le terrain, il est mort d’un arrêt cardiaque News Story

04/09/21, Henley-on-Thames, Oxfordshire, UK (29), Mort

Dave Hyde (29), joueur de rugby du Henley Football Club, s’est effondré et est mort après le match, après avoir subi deux arrêts cardiaques.

05/09/21, Allemagne

Un arbitre non nommé s’effondre pendant un match. SC Neuburgweier – FV Ettlingenweier II (Baden-Württemberg) Nouvelle

05/09/21

Florian Ploner (22), joueur de handball pour SC Ferlach s’effondre pendant le match.  Les symptômes indiquaient un arrêt cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.  Article de presse

05/09/21 PA, USA Mort

Jalen Leavey, 19 ans, ancien joueur de football du lycée de Philadelphie. S’est effondré et est mort inopinément après un match universitaire. Le reportage dit que la mort est due à des causes naturelles, d’une condition médicale antérieure.  Nouvelles

6/09/21

Paul Zipser (27 ans), attaquant du Bayern Munich (basket-ball) a été opéré avec succès d’une hémorragie cérébrale liée à J&J News Story

06/09/21, Italie, 13 ans

Un joueur de football anonyme (13 ans) du club Janus Nova de Saccolongo (Italie) s’effondre sur le terrain avec un arrêt cardiaque.

07/09/21, Grande-Bretagne, 17 ans Décédé

Le joueur de football Dylan Rich (17 ans) s’est effondré sur le terrain et est mort d’une double crise cardiaque pendant un match en Angleterre.

09/09/21, Allemagne

Un joueur non identifié du Birati Club Münster a fait un arrêt cardiaque lors d’un match de ligue régionale contre le FC Nordkirchen II Eriksen. Match annulé Nouvelle

09/09/21, Italie (20) Décès

Christian Blandini (20 ans), une « étoile montante » du volley-ball de l’Université de Catane, est mort d’un arrêt cardiaque soudain. Un communiqué de l’université décrit la « mort soudaine » de l’étudiant en génie industriel. Catania exige que les étudiants aient un « laissez-passer vert » Covid-19 attestant de leur vaccination.  Nouvelles

10/09/21, Allemagne, 24 ans

Lucas Surek (24 ans) du BFC Chemie Leipzig s’effondre suite à une myocardite.  Nouvelles

11/09/21, France, 49 ans Décédé

Frédéric Lartillot (49) Ain / France : fait un arrêt cardiaque dans les vestiaires après un match amical News Story

11/09/21, Italie, 45 ans Décédé

Andrea Astolfi (45), directeur sportif du Calcio Orsago (Italie) fait un arrêt cardiaque au retour d’un entraînement et décède sans avoir été malade auparavant.

11/09/21, Danemark, 22 ans

Abou Ali (22) fait un arrêt cardiaque pendant un match au Danemark Nouvelle

11/09/21, Pays-Bas, 19 ans Décédé

Sebastiaan Bos (19), joueur de hockey sur glace de Laren est décédé de façon soudaine et inattendue. Article de presse

12/09/21, France 33 ans

Dimitri Lienard (33), milieu de terrain du FC Strasbourg s’effondre pendant un match News Story

12/09/21,

Santo Giuliano (33 ans), danseur professionnel, fait un arrêt cardiaque 5 jours après avoir reçu un vaccin Pfizer Nouvelle

13/09/21, Allemagne (61)

Anil Usta, ressortissant turc jouant pour le Vfb Schwelm (Ennepetal) s’est effondré sur le terrain avec des problèmes cardiaques.

13/09/2021 Waseca, Minnesota, USA

Brad Wendland (48 ans), entraîneur de l’équipe de football des Bluejays de Waseca, a fait un arrêt cardiaque sur la ligne de touche du match de vendredi contre St Peter News Story

14/09/21, USA 37 ans Décès

Parys Haralson (37 ans) ancien joueur vedette de l’équipe de justice de Madison Central, puis du Tennessee et de la NFL est décédé de façon soudaine et inattendue à son domicile à Jan Jose, Californie. Article de presse

16/09/21, Inde (29) Mort

Avi Barot (29), joueur de cricket de Saurashtra victime d’un arrêt cardiaque, est décédé – News Story

16/09/21

Imogen Allen (24 ans), cavalière, championne de saut d’obstacles, pourrait ne plus jamais monter à cheval.

Hospitalisée pour une réaction grave au vaccin Moderna Covid avec deux caillots de sang massifs sur ses poumons deux semaines après sa première vaccination. Nouvelles

17/09/21

John Stokes (21 ans), golfeur de la NCAA Tennessee State University, a eu une myocardite quatre jours après sa deuxième dose de Pfizer. Il s’est prononcé contre l’obligation de se faire vacciner.

17/09/2021 Visakhapatnam, Inde Mort

Murtaza Lodhgar (alias Murtu bhai) (45 ans), joueur de cricket des Mizoram Colts. Lors d’une promenade après le dîner, il a soudainement ressenti une énorme douleur à la poitrine et est tombé sur la route.

18/09/21, Allemagne 25 ans

Kingsley Coman (25 ans) du FC Bayern Munich a subi une opération du cœur suite à une arythmie.  Article de presse

18/09/21, Canada 25 ans Décédé

Francis Perron (25 ans), secondeur défensif des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa, est décédé subitement après un match à Toronto. L’Université d’Ottawa avait lancé plus tôt sa politique de vaccination obligatoire, « toute personne qui a l’intention de venir sur le campus pour quelque raison que ce soit doit être vaccinée. »  Article de presse

19/09/21, France 19 ans

Un joueur de football anonyme du FC Nantes (19 ans) fait un arrêt cardiaque pendant un entraînement

19/09/21, Allemagne Mort

Dirk Splisteser, entraîneur de volley-ball du SG Traktor Divitz, s’est effondré sur le banc de touche en moins d’une heure.

21/09/21, Augsbourg

L’arbitre assistant sans nom d’un match de Kreisliga Augsburg à Emersacker, s’effondre avec des problèmes cardiaques Nouvelle

21/09/21, Allemagne

Helen Edwards, Lors du match de qualification pour la Coupe du monde de football féminin entre l’Allemagne et la Serbie à Chemnitz, le juge de ligne anglais a souffert de problèmes cardiaques et a été transporté hors du terrain.

21/09/21,

Antoine Méchin (31 ans), triathlète français victime d’une embolie pulmonaire après avoir reçu le vaccin Moderna News Story

22/09/21, Wisconsin USA

Tom Felton (34 ans), s’effondre pendant une partie de golf News Story

22/09/21, Allemagne (36)

Nicky Dalibor (36 ans), (Saxe-Anhalt) s’est effondré et a été réanimé sur le terrain News Story

22/09/2021 Israël Mort

Arik Alfasi (49 ans), entraîneur de basket-ball, ancien entraîneur adjoint de l’équipe nationale israélienne a été vacciné deux fois, puis a attrapé le COVID – son état s’est aggravé, il a été placé sous assistance respiratoire et est mort. Il n’avait aucune comorbidité et ne fumait pas.

26/09/21, Allemagne Mort

Benny Taft (33 ans), joueur de football et entraîneur du SVU Unterferrieden (Bavière), est victime d’un arrêt cardiaque lors d’un match, il est mort le 27.

27/09/21, Venezuela, Mort

Guillermo Arias (31), Camaguán FC, État de Guárico lors d’un match contre La Villa FC. Il s’est effondré et est mort sur le terrain. Article de presse

27/09/21, Allemagne (61), Mort

M. Steidel, arbitre, fait un arrêt cardiaque lors d’un match du Lauber SV (Bayern). Le match a été abandonné.  Nouvelles

27/09/21, Italie, 20 ans

Un coureur non identifié (20 ans) fait un arrêt cardiaque à la fin d’un tournoi.

28/09/21, Allemagne, 17 ans

Hoher Hagen (17), joueur de football de la JSG s’est effondré pendant le match et a été réanimé à Hannoversch Munden.

28/09/21, Italie, 53 ans Décédé

Antonello Campus (53), entraîneur de football pour une équipe de jeunes de Sardaigne, s’est effondré et est mort en Sicile pendant un entraînement avec son équipe.

28/09/21, USA, 16 ans Décès

Un adolescent non identifié (16 ans), deux fois vacciné, s’effondre en jouant au football et meurt un peu plus tard.

29/09/21, Allemagne Mort

Dietmar Gladow, chef d’équipe de Thalheim (Bitterfeld) fait un arrêt cardiaque fatal avant le match.

28/09/21 Mexique Morts

Leticia Rico Gonzalez (51), triathlète. Décédée d’un arrêt cardiaque lors de la compétition de triathlon de Cozumel (Quintana Roo). Les tentatives de réanimation ont échoué, elle a été déclarée morte à l’hôpital.  Article de presse

29/09/21, USA Mort

Un joueur de football de lycée sans nom s’est effondré pendant un entraînement et est décédé à l’hôpital.

30/09/21, Allemagne (17)

Un footballeur anonyme (17 ans) a fait un malaise pendant le match de la ligue régionale A 2 entre SV Hoßkirch et TSV Sigmaringendorf. Il a fait un arrêt cardiaque et a été réanimé.  Nouvelles

Octobre 2021

01/10/21, Allemagne, 15 ans Mort

Bruno Stein (15 ans), gardien de but du FC An der Fahner Höhe à Gräfentonna, Thuringe, est décédé.  Nouvelle

01/10/2021 Nashville, Tennessee, USA

Todd Richards (54), entraîneur adjoint des Predators de Nashville en hockey sur glace, a eu une crise cardiaque ou un arrêt cardiaque Nouvelle

02/10/21 USA Mort

Major Wingate (37 ans), joueur de basket américain et ancien capitaine de l’équipe de basket du Tennessee (Springfield Armor, Shanxi Zhongyu, Tofas Bursa) est décédé inopinément.  Article de presse

02/10/21 (28), Mort

Jake Kazmarek (28) bodybuilder, vaccins Moderna 31 août et 28 septembre 2021 Décédé quatre jours après le vaccin Nouvelle

02/10/21 Hollande

Ceylin del Carmen Alvarado (23 ans), hollandaise, championne d’Europe en titre de cyclo-cross, hors course en raison d’une « numération sanguine perturbée ».

03/10/21 Canada

Josh Archibald (28 ans), attaquant des Edmonton Oilers, indisponible pour une durée indéterminée en raison d’une myocardite.

03/10/21, Autriche, 64 ans Mort

Ernst Scherr (64) ex-entraîneur des gardiens de but et découvreur de talents est décédé inopinément.

03/10/21, Allemagne, Mort

Timucin Sen (Hesse) Joueur de football s’est effondré sur le terrain 10 minutes avant la fin du match. Nouvelle réanimée

3/10/21, Mort

Niels de Wolff (27), joueur du club de football belge White Star Sombeke, s’est effondré avec un arrêt cardiaque après un match contre l’équipe de Warbrook. Réanimé par réanimation cardio-pulmonaire et défibrillateur. Décédé à l’hôpital trois jours plus tard.  Article de presse

4/10/21 Mort

Hayden Holman (22), Sugar City, marathonien de l’Idaho. S’est effondré pendant le marathon de St. George dans l’Utah. Réanimé dans un premier temps. Décédé à l’hôpital.  Article de presse

04/10/21, Allemagne, 42 ans Décédé

Alexander Siegfried (42 ans) du VfB Moschendorf a fait un malaise inattendu et est décédé.  Nouvelles

21/10/2004, Mort

Benjamin Taft (33 ans), footballeur/entraîneur allemand, s’effondre avec un arrêt cardiaque après un match Nouvelle

06/10/21 Mort

George Peterson (37) AKA « Da Bull » Bodybuilder a remporté la compétition Classic Physique à 2019 Arnold Classic, est décédé quelques jours avant de participer à une compétition de bodybuilding de haut niveau. Soupçonné d’hémorragie cérébrale après avoir reçu deux doses de vaccin contre le covid, qui était une exigence des Jeux olympiques d’Orlando.  Article de presse

06/10/21,

Florian Dagoury : Le meilleur plongeur en apnée du monde a été diagnostiqué avec une myocardite et une péricardite 40 jours après avoir reçu le deuxième vaccin Pfizer.

06/10/21, Allemagne (61), Décès

Bern Bauer (61), Entraîneur DJK Concordia Ludwigshafen (Rheinland-Pfalz) Nouvelle

07/10/21, Italie, 17 ans

Un athlète anonyme de Colverde (17 ans) fait un arrêt cardiaque pendant un entraînement.

08/10/21, France, 49 ans Décédé

Benoit Sabard(49), joueur du SC Massay fait un arrêt cardiaque fatal pendant le match. C’est le troisième décès de l’année au SC Massay, après celui de Jean-Philippe Roux (73 ?), ancien président du club et adjoint au maire de la ville, et celui de Franck Martin, ancien joueur et ancien vice-président.  Article de presse

8/10/21, Décès

Dean Chiazari (31), rameur de canoë. Décédé d’un arrêt cardiaque.  Article de presse

09/10/21, Nuevo Vallarta, Mexique Mort

Alberto Olguin, caddy de golf PGA pour Manuel Torres s’effondre sur le parcours lors d’un événement du PGA Tour Latinoamerica suite à un arrêt cardiaque. Il s’agit du deuxième décès d’un caddy PGA (19 juin).  Nouvelles

09/10/21, Angleterre, 29 ans

Ryan Bowman (29 ans) attaquant professionnel de Shrewsbury a été traité avec un défibrillateur après une demi-heure de jeu avec des problèmes cardiaques extrêmes.  Nouvelles

10/10/21, Italie, 18 ans

Pompeo Tretola (18 ans), joueur de football s’évanouit soudainement sur le terrain, il est ranimé par son coéquipier.  Article de presse

10/10/21, France, 40 ans

Un joueur anonyme de Saint-James fait un arrêt cardiaque après s’être échauffé avant le match, s’effondre dans le vestiaire, sauvé avec un défibrilateur par un pompier de l’équipe adverse.  Article de presse

10/10/21, Italie, 59 ans Décédé

Un coureur de fond non identifié de Biella (59 ans) meurt d’un arrêt cardiaque pendant une course.

10/10/2021, Allemagne

Joueuse non identifiée Lors du match entre Wacker Mecklenbeck et Fortuna Freudenberg dans la ligue féminine de Westphalie, s’est effondrée vers la fin sans aucune influence adverse.

10/10/21, Décès

Simone Bedodi (40), joueur de baseball italien et entraîneur de l’équipe de baseball Park Ranger. Décédé dans son sommeil.  Article de presse

11/10/21, Allemagne

Marcel Herder, entraîneur invité, s’est effondré au bord du terrain Mühlwiese (Saxe) Réanimé Article de presse

11/10/21 Norvège

Daniel Aakervik (17 ans), l’un des plus grands talents du ski de fond norvégien a suspendu sa saison après une réaction sévère au vaccin COVID. Article de presse

12/10/21

Ewan Fraser (30 ans), joueur de hockey sur gazon de Glasgow, s’est effondré d’un arrêt cardiaque, lors d’un match News Story

12/10/21 Allemagne, 25 ans Mort

Lukas Bommer (25 ans), gardien de but du HC TuRa Bergkamen, est décédé de façon soudaine et inattendue.

12/10/21, Macédoine, Mort

Julija Portjanko (38), joueuse de handball macédonienne d’origine ukrainienne (Kometal Gjorče Petrov, Arvor 29, équipe nationale de Macédoine). Décès surprise, en voiture avec son mari, de retour de Grèce. Reportage

13/10/21, Mexique, 16 ans Mort

Hector Manuel Mendoza (16 ans) est mort d’un arrêt cardiaque lors d’un entraînement.

Nouvelles

13/10/21, Brésil, 18 ans

Fellipe de Jesus Moreira (18 ans), footballeur professionnel, a subi une double crise cardiaque. Sorti de l’hôpital le 3 novembre.  Nouvelles

14/10/21 Royaume-Uni, Mort

David Jenkins (31 ans), plongeur médaillé d’argent aux Jeux olympiques et entraîneur de plongée britannique est décédé inopinément. Article de presse

14/10/21, Italie, 27 ans

Gianni Moscon (27 ans), multiple champion cycliste, doit subir une opération en raison d’une grave arythmie cardiaque.  Nouvelles

14/10/21, Italie, 53 ans

Le footballeur AH non nommé (53 ans) fait un arrêt cardiaque à l’entraînement.

14/10/21, Allemagne, Mort

Un arbitre non identifié s’est effondré et est décédé pendant un match de Kreisliga B entre SC Daisbach et FSV Taunusstein à Aarbergen (Hesse) Nouvelle

15/10/21, Gold Coast, Australie, 14 ans

Ava Azzopardi (14 ans), joueuse de football, s’est effondrée sur le terrain et a été maintenue en coma artificiel à l’hôpital. Elle s’est rétablie plus tard.  Article de presse

16/10/21, France, 54 ans Mort

Christophe Ramassamy (54), joueur de l’AH et ancien arbitre, s’est effondré et est mort d’un arrêt cardiaque pendant un match.  Nouvelles

16/10/21 Padoue, Italie, Mort

Filippo Morando (37), joueur de football à Padoue, Italie. S’est effondré avec de fortes douleurs à la poitrine pendant une course. Réanimé par d’autres personnes présentes, il est allé à l’hôpital mais a été renvoyé. Décédé 5 jours plus tard.  Article de presse

17/10/21 Italie, Mort

Jaber Fathallah (32), basketteur tunisien de l’équipe italienne Portitodo Messina en match contre Reggio Calabria . S’est effondré pendant le match avec un arrêt cardiaque. Décédé à l’hôpital.  Nouvelles

17/10/21, France, 41 ans Décédé

Un joueur de football sans nom (41 ans) s’est effondré sur le terrain et est décédé, apparemment à cause d’un arrêt cardiaque pendant un match de football à Avignon. Membre de l’équipe de football senior de Rasteau. Article de presse

17/10/21 Brésil Mort

Adans João Santos Alencar (38), ancien footballeur brésilien du Bruski FC, a été victime d’un arrêt cardiaque soudain à Blumenau lors du championnat de Santa Catarina.  Nouvelles

17/10/21 Italie Mort

Haitem Fathallah (32), basketteur italien du Fortitudo Messina, a fait un arrêt cardiaque lors d’un match contre Reggio Calabria. La réanimation a échoué et il n’a jamais repris conscience.  Article de presse

18/10/21 USA Mort

Lexi Riggles (16 ans), senior du Hanover College et diplômée 2018 du Danville High School qui a joué au basket pour les Panthers et les Warriors, est décédée de façon inattendue.  Article de presse

18/10/21 Nouvelle-Zélande Mort

Sean Wainui (25 ans), joueur de rugby de Star NZ, est mort dans un accident de voiture en solo contre un arbre, une semaine après s’être fait vacciner News Story

19/10/21

Megan Roth (34 ans), marathonienne, entraîneur de course à pied et coureur de sous-élite. A souffert d’un arrêt cardiaque et s’est effondrée pendant le marathon de Boston. Des spectateurs lui ont fait un massage cardiaque et lui ont sauvé la vie. Article de presse

20/10/21, Italie (26) Mort

Ronald Biglione (26), joueur de football argentin du Deportivo Club Independencia, hospitalisé pour des caillots sanguins (purpura thrombotique thrombocytopénique) après le 2e vaccin. Décédé le 5 novembre Nouvelles

20/10/21, Allemagne (65), Décédé

Hans-Günter Kinnen (65), coordinateur du tournoi de Weiler-Volkhoven, manager des jeunes, ancien joueur Histoire nouvelle

21/10/21, NSW Central Coast, Australie

Cienna Knowles (19 ans), star australienne de l’équitation, hospitalisée en raison de caillots sanguins. Vomissements, fièvre, sueur, palpitations, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, vision floue après un vaccin Pfizer. Article de presse et instagram

21/10/21, ROYAUME-UNI (30)

Nathan Baker, footballeur de Bristol City, s’est effondré pendant le match. 2 fans ont également été traités pour des urgences médicales.  Article de presse

24/10/21, Allemagne (17)

Elly Böttcher (17) du Rostocker FC s’effondre lors d’un match à l’extérieur à Hohen Neuendorf de la Regionalliga Nordost féminine sans influence adverse Nouvelle

24/10/21 USA Mort

Carl Madsen (71 ans), officiel de la NFL, est mort dans sa voiture, calée sur une voie de la I-65, après avoir travaillé sur le match Kansas City-Tennessee News Story

25/10/21 France, Mort

Michael Engelbert (37 ans), footballeur de l’Ortho (La-Roche-en-Ardenne) est mort subitement d’un arrêt cardiaque après un match et en prenant une douche. La réanimation a échoué. Il a été déclaré mort à l’hôpital.  Article de presse

25/10/21, (25)

Halil Elitok (25), milieu de terrain du SG Gahmen, s’est effondré sur le terrain suite à un arrêt cardiaque Nouvelle

27/10/21, Autriche, 26 ans

Raphael Dwamena (26 ans), attaquant ghanéen. S’est effondré en raison de graves problèmes cardiaques avant le match de la ÖFB Cup entre le Linz Weiß-Blau FC et le Hartberg TSV. Il avait un problème cardiaque connu depuis 2017 et portait un cardioverteur-défibrillateur implanté. Son club a mis fin à son contrat le 4 décembre.  Article de presse

28/10/21, Allemagne

Un joueur de football sans nom a fait un arrêt cardiaque (NRW) Dersum. Rescusé par Josef Stefens et Jürgen Koop Nouvelle

28/10/21, Allemagne Mort

Selim Levent, co-entraîneur du Hertha BSC, est décédé de façon soudaine et inattendue pendant ses vacances.  Nouvelle Twitter

28/10/21, Bridgeville, Pennsylvanie, USA, 12 ans Mort

Jayson Kidd (12 ans) s’est effondré pendant un entraînement de basket à l’école et est décédé plus tard.

Nouvelles

28/10/21, New Jersey USA, (joueur de rugby néo-zélandais), (28)

Tevita Bryce (28) joueur de rugby Montclair Norsemen s’est effondré pendant le match à la suite de 2 crises cardiaques et d’un accident vasculaire cérébral causé par un caillot de sang, le cœur s’est arrêté pendant 28 minutes Nouvelles Nouvelles Nouvelles Nouvelles Nouvelles

28/10/21, Baloutchistan, (30), Mort

Mohammad Islam (30), joueur de football de Raziq, s’est effondré en plein match, déclaré mort à l’hôpital Histoire nouvelle

30/10/21, Allemagne, (25)

Benedikt Kirsch, capitaine du SpVgg Bayreuth (Bavière) s’est effondré sur le terrain. Julian Pietsch du VfB Schloß Holte 2 l’a réanimé.  Article de presse

30/10/21 Tunisie Mort

Doudou Faye (35 ans), basketteur sénégalais a fait un arrêt cardiaque. Le championnat tunisien de basket-ball a rendu hommage à l’un de ses membres éminents. Article de presse

31/10/21, Espagne

Sergio Aguero (33 ans), l’attaquant argentin du FC Barcelone, a souffert de douleurs à la poitrine et s’est effondré pendant un match. Il est actuellement traité pour des problèmes cardiaques. Aussi connu sous le nom de Kun Agüero) Mise à jour du 15 décembre – Sergio Aguero a annoncé qu’il était contraint de prendre sa retraite en raison d’un « problème cardiaque ».  Article de presse

21 octobre, Tennessee, États-Unis

Shelby Grace Allen (17 ans), membre de l’équipe de bowling du comté de Dyer, à l’hôpital pour enfants Le Bonheur, à Memphis, après avoir développé le syndrome de Guillain-Barré.  Nouvelles

Novembre 2021

01/11/21, Italie (23), Décès

Vittoria Campo, joueuse de football italienne, a fait un arrêt cardiaque et est morte à l’hôpital. Son frère Alessandro (25 ans) est mort le 1/9/2021.  Nouvelles

01/11/21, Sogndal, Norvège

Emil Palsson (28), milieu de terrain islandais jouant pour Sogndal (club norvégien), s’est effondré suite à un arrêt cardiaque pendant leur match contre Stjordals-Blink à la 12ème minute, réanimé, puis transporté par avion à l’hôpital de Haukeland pour des examens et des traitements supplémentaires.  Nouvelles

03/11/21, Autriche (24), Décès

Boris Sádecký (24), star du hockey sur glace slovaque vacciné @bratislavaCAPS est décédé après s’être effondré sur la glace lors d’un match à Dornbirn, en Autriche Nouvelle histoire Nouvelle histoire2

03/11/21, USA , Mort

Jordan Tucker (fin de la vingtaine) ancien capitaine du Longridge Town FC est décédé subitement.

04/11/2021 Provo, Utah, USA

Richard Harward (42 ans), joueur de basket-ball des Brigham Young Cougars, manquera le reste de la saison en raison d’un « problème cardiovasculaire ».  Article de presse

05/11/21, USA (36), Décédé

Dusan Pasek (36), PDG de @bratislavaCAPS, 2 jours après Boris Sádecký Nouvelle

21/11/05 Espagne

Caroline Graham (26), footballeuse du FC Barcelone. S’est plainte d’un rythme cardiaque rapide et de douleurs à la poitrine pendant un match et a été remplacée par une arythmie cardiaque.

21/11/2005 Italie

Daouda Peeters (22), footballeur belge, milieu de terrain de la Juventus. Diagnostiqué avec une neuropathie, des troubles sensoriels et des difficultés motrices.  Article de presse

05/11/21 Biélorussie Décès

Konstantin Wajgin (ou Vaygin ou Vaigin), 57 ans, biathlète et entraîneur biélorusse. Le reportage ne mentionne que le décès, pas la cause.  Article de presse

06/11/2021 Mort

Shawn Rhoden (46 ans), Mr. Olympia 2018 bodybuilder, mort d’un arrêt cardiaque Article de presse

06/11/21, Écosse, (19)

Jamie Hamilton (19), défenseur des Hamilton Accies, a quitté le terrain avec des douleurs à la poitrine.  Article de presse

06/11/21 Brésil Mort

Luíz Antônio dos Santos, 57 ans, coureur de fond olympique brésilien (1996), arrêt cardiaque.  Article de presse

07/11/21, Allemagne

Non nommé Un joueur de football vacciné est victime d’un accident vasculaire cérébral lors d’un match de coupe de district, avec une paralysie d’un côté, transporté à l’hôpital en ambulance.  Article de presse

21/11/07, Allemagne

Un arbitre non identifié s’est effondré à la 20ème minute d’un match féminin en Thüringen.  Article de presse

21/11/07, Allemagne

Un joueur de football non identifié s’est effondré lors d’un match de Landesliga Staffel 2 NRW FC Arpe/Wormbach contre BSV Menden (NRW) sans influence adverse News Story

21/11/07 Lycée de Norcross, Géorgie, USA

Isaiah Banks, 16 ans, joueur de football du Norcross High School, est décédé chez lui d’un problème de santé sans rapport avec le football News Story

07/11/21 Russie Mort

Aliya Khambikova, 21 ans, joueuse de volley-ball russe. Décédée d’une maladie non déclarée (pas COVID) News Story

21/11/07 Utah, USA

Eric Turner (41 ans), mannequin de fitness et bodybuilder, a subi une dissection spontanée de l’artère coronaire. Son deuxième vaccin COVID date de la mi-mai, selon ses propres publications. Comme le docteur Lutchmedial, il a dit des choses méchantes sur les personnes qui préféraient l’Ivermectin aux vaccins expérimentaux. Article de presse Merci Heidi

08/11/21 Houston, TX, USA Mort

Jamarcus Hall (16 ans) Le joueur de football du lycée de Houston est mort le jour où l’équipe de football des Hilltoppers devait jouer à Senatobia au premier tour des éliminatoires de la classe 4A.

08/11/21 USA Mort

Kim ‘Alarm’ Kyeong-Bo (20 ans), une étoile montante de l’Overwatch League qui jouait en soutien au flex pour les Fusion de Philadelphie, est décédé.  Article de presse

11/08/21 Royaume-Uni Mort

Décès de Tom Greenway (38 ans), jockey champion. Article de presse

08/11/21, Paraguay, Mort

Nelson Solano, (21) footballeur, s’est effondré et est mort d’une crise cardiaque.  Article de presse

08/11/21, États-Unis, Mort

Pedro Feliciano (45), lanceur des New York Mets, est mort d’un arrêt cardiaque dans son sommeil. Aucun statut Vax n’a encore été découvert.  Nouvelles

11/08/21 Houston, TX USA, Mort

Willis Forko, 37 ans, footballeur américain d’origine libérienne (Real Salt Lake, Bodø/Glimt, équipe nationale).  Notice nécrologique

11/08/21 USA

Chuck « Kali Muscle » Kirkendall, 46 ans, bodybuilder, s’est effondré deux jours après la mort de Shawn Rhoden.

09/11/2021 New York, USA

Keaton Parks (24), New York City FC, joueur MLS a été opéré pour enlever un caillot de sang de sa jambe.

10/11/21

Murphy Jensen (53 ans), champion du Grand Chelem, se rétablit après un arrêt cardiaque soudain alors qu’il jouait au tennis lors d’un événement caritatif organisé par des célébrités dans le Colorado. Il s’est cogné la tête dans l’effondrement et a des fractures à la base du crâne.  Nouvelles

11/11/21, Allemagne (40), Décédé

Jörg Heinle (40 ans) ancien attaquant et entraîneur du Spvgg Detter-Weißenbach (Bavière), infirmier anesthésiste à la Franz von Prümmer-Klinik de Bad Brückenau et père de famille est décédé subitement Nouvelle

12/11/21 USA Mort

Décès de Dejmi Dumervil-Jean (22), ancien joueur de football de Louisville (2018) News Story

13/11/21, Danemark (24)

Luther Singh (24 ans), footballeur du FC Copenhague, a été hospitalisé pour une « maladie mystérieuse ».

13/11/21 Bulgarie Mort

Ivo Georgiev, 49 ans, footballeur bulgare (Debrecen, Korabostroitel, équipe nationale), insuffisance cardiaque.  Article de presse

13/11/21 Pologne Mort

Jarosław Pacoń (49 ans), footballeur polonais (Stal Stalowa Wola).

Décédé de manière inattendue Nouvelles

13/11/21 Uruguay

Sabrina Soravilla (25 ans), joueuse du Nacional d’Uruguay, a été diagnostiquée comme souffrant d’une maladie cardiaque mettant fin à sa carrière, 7 mois après avoir reçu son premier vaccin Sinovax COVID.

14/11/21 Australie

Michelle Goszko (44 ans), grande joueuse de cricket australienne, est aux soins intensifs après une attaque cérébrale à 44 ans. Elle est entièrement vaccinée. Article de presse

14/11/21 Athènes, Grèce Mort

Stevan Jelovac (32), basketteur serbe, jouant pour l’AEK Athènes, s’est effondré pendant un entraînement individuel. A l’hôpital, on lui a diagnostiqué une attaque et il est décédé le 5 décembre.  Nouvelles

15/11/21,

Julio Lugo (45), ancien shortstop dominicain des Boston Red Sox, est mort d’un arrêt cardiaque dans son sommeil. Aucun statut Vax n’a encore été découvert. (Houston Astros, Tampa Bay Devil Rays, Boston Red Sox), champion des World Series (2007) Nouvelle Histoire Nouvelle Histoire2

17/11/21

Sarah Gigante (21 ans), cycliste olympique et championne australienne en titre du contre-la-montre, a eu une réaction grave au vaccin COVID-19, de fortes douleurs thoraciques et des hospitalisations répétées après les Jeux olympiques de Tokyo, myopéricardite.

17/11/21 Panama Mort

Adonis Villanueva (27 ans), milieu de terrain du club panaméen Deportivo del Este, s’est peut-être cogné la tête lors d’un match. (2 histoires différentes) Plus tard, après être arrivé à la maison, il s’est effondré avec une attaque. Il est mort à l’hôpital plusieurs jours plus tard, le 23 novembre. Il s’est réveillé peu avant sa mort et un médecin lui a demandé de bouger sa main, ce qu’il a fait. Article de presse Article de presse2

17/11/21 Italie Mort

Michele De Vecchi (25 ans), coureur de montagne qui faisait son jogging avec un ami dans les collines de Prosecco, a fait un arrêt cardiaque et est mort sur le sentier. Article de presse

18/11/21 Finlande Mort

Kim Suominen (52), joueur et entraîneur au Turku Ball Club, est décédé inopinément.  Article de presse

18/11/21 NY USA Morte

Carmyne Payton (15 ans), étudiante à New York, sans problèmes de santé antérieurs et souffrant d’un problème cardiaque, est morte lors d’un essai de basket-ball.

18/11/21 Mort

Un athlète aragonais anonyme (27 ans) qui a participé à la Behobia-San Sebastian, est décédé dans un hôpital de la capitale du Gipuzkoa. Le coureur s’est apparemment évanoui et a subi un arrêt cardiaque alors qu’il participait à l’événement et a été immédiatement évacué vers l’hôpital.  Article de presse

19/11/21 USA

Cooper Teare (22 ans), coureur de classe mondiale, s’est effondré pendant les championnats de cross-country NCAA 2021 alors qu’il concourait pour l’Université de l’Oregon. Il avait reçu un stimulant Covid deux semaines auparavant. Il s’est plaint de problèmes cardiaques et les médecins ont travaillé pour faire baisser son rythme cardiaque.  Article de presse

20/11/21 NJ USA Mort

Un garçon anonyme (14 ans) de Dumont NJ est mort samedi après-midi après s’être effondré sur le terrain de basket d’une école primaire. L’adolescent du New Jersey s’entraînait avec d’autres adolescents à l’école primaire Grant lorsqu’il s’est effondré. Le jeune athlète a été transporté d’urgence au Hackensack University Medical Center mais n’a pas survécu. Article de presse

20/11/21 NSW, Australie

Stephanie Gard (), athlète équestre péricardite, incapacité à sentir ses jambes à partir des genoux et à marcher quelques jours après l’administration du vaccin Pfizer COVID Histoire de nouvelles

21/11/21 France Mort

Bruno Macedo (22 ans), joueur de l’équipe réserve du FC Nueil-les-Aubiers a fait un malaise et est décédé subitement dimanche matin à son domicile.  Article de presse

22/11/21 USA

Duggar Baucom (61), entraîneur de Citadel Basketball, s’est effondré sur la ligne de touche contre Duke. Transporté à l’hôpital.  Nouvelles

23/11/21 ROYAUME-UNI

John Fleck (30 ans), footballeur vedette de Sheffield United, s’est effondré pendant le match contre Reading. Transporté à l’hôpital, il a été libéré.

23/11/21 Japon Mort

Riuler de Oliveira Faustino (23), footballeur brésilien (J.FC Miyazaki, Shonan Bellmare), arrêt cardiaque.  Article de presse

24/11/21 Italie Mort

Un cycliste anonyme (15 ans) s’est effondré et est mort dans les bras de son père.

24/11/21

Adama Traore (26), ailier du Sherrif Tiraspol, s’est effondré sur le terrain en se serrant la poitrine lors d’un match contre le Real Madrid.

24/11/21 Royaume-Uni Mort

Leon Taylor (36 ans), footballeur de Darlaston Town a souffert d’une « maladie » et est décédé le lendemain. Article de presse

24/11/21 US

Charlie Wyke (28 ans), attaquant de Wigan, s’est effondré à l’entraînement le lendemain de son 1er Pfizer. Cette histoire dit qu’il n’a pas eu de vaccin COVID, mais cela contredit ce qu’il a dit. Malheureusement, il a peut-être effacé son compte twitter, où nous pensons qu’il a admis l’avoir reçu (c’était peut-être Fleck – toujours en cours d’investigation).   Nouvelles

24/11/21 Philippines

Roider Cabrera (30 ans), star du basket-ball professionnel philippin (équipe Terrafirma) s’est effondré d’un arrêt cardiaque dans les vestiaires après un tournoi à la Ynares Sports Arena, Pasig City (victoires jumelées contre Meralco et Barangay Ginebra San Miguel). Mise à jour : angioplastie le 21/12/02, un jour après que le cardiologue ait trouvé un blocage du cœur. Reste inconscient, mais fait des mouvements de doigts et essaie d’ouvrir les yeux.  Article de presse Article de presse2

26/11/21 Mali Mort

Guimbala Tounkara (34 ans), AS Police et ancien milieu de terrain de Djoliba et de l’USC Kita, est décédé après un arrêt cardiaque, peu après un entraînement de l’AS Police. Il est rentré chez lui, puis chez un ami, mais s’est effondré d’un arrêt cardiaque et est décédé avant d’atteindre l’hôpital.

Nouvelles

28/11/21 Russie Mort

Valentin Rodionov (16 ans), joueur de hockey sur glace russe du Dynamo Moscou, s’est effondré sur la ligne de touche après avoir heurté une planche de protection sur le côté de la glace, mais est décédé une semaine plus tard. L’entraîneur principal a déclaré : « Il a passé [un examen médical]. C’était un homme absolument sain, fort, joyeux, plein de force et d’énergie ».  Article de presse

30/11/21 Caroline du Nord, USA Décès

Fatimah Shabazz (22 ans), une joueuse clé de N.C. A&T volleyball, est décédée des complications d’un anévrisme. Elle était la joueuse de l’année 2016 de la co-conférence de Cincinnati Northwest HS. Elle a obtenu un diplôme en pré-physiothérapie.  Nouvelles

24/11/21 Victoria, Australie

Paul Dimattina (47 ans), ancien milieu de terrain des Western Bulldogs (Australian Rules Football) en soins intensifs après une réaction

indésirable à un rappel de Covid de Pfizer. Il présente maintenant les symptômes du COVID.  Article de presse

Décembre 2021

01/12/21 Écosse morte

Siobhan Cattigan (26 ans), internationale écossaise de rugby qui a remporté 19 sélections pour l’Écosse, est décédée. La cause du décès n’a pas été précisée.  Nouvelles

01/12/21 USA Mort

CJ Hunter (52), décédé de causes non précisées.  Article de presse

01/12/21 Russie Mort

Arina Biktimirova (19), championne de taekwondo, est décédée subitement à son domicile. Elle a remporté une médaille d’or, en tant que championne aux Championnats européens ITF de Taekwon-Do en Crète, en novembre.  Nouvelles

01/12/21 Belgique Mort

Keanu Breurs (19), joueur de football et entraîneur des U23 du KVK Svelta Melsele, est décédé soudainement mercredi matin. La cause du décès n’a pas été communiquée.

01/12/21 Melbourne Australie

Ben Madgen (36 ans), basketteur de South East Melbourne Phoenix, hospitalisé pour péricardite après un 2ème Pfizer. Tweet

02/12/21 Italie Décès

Romina De Angelis (43 ans), joueuse de volley-ball qui s’est effondrée en jouant au padel (un sport de raquette comme le tennis) avec des amis. Soupçon d’anévrisme. Article de presse

02/12/21 Egypte Mort

Adham El-Selhadar (53 ans), entraîneur de football égyptien, s’est effondré et est mort sur la touche d’un match après que son équipe ait marqué un but gagnant.  Article de presse

03/12/21 Adelaide, Australie

Un joueur de football anonyme des Adelaide Crows s’est rendu à l’hôpital où l’on a diagnostiqué une péricardite (inflammation du cœur) deux semaines après son premier Pfizer. La péricardite détruit les cellules cardiaques. Les Adelaide Crows n’ont inexplicablement pas divulgué son nom, invoquant la « vie privée », mais cela sera bientôt évident car il sera absent pendant au moins 3 mois.  Nouvelles

03/12/21 Allemagne

Kwabenaboye Schulz (23), joueur du FC Carl Zeiss Jena, s’est effondré après le coup de sifflet final de leur match contre Berliner AK, le même match que Ugur Tezel. Ils ont eu 4 matchs en 11 jours après la quarantaine. L’équipe semble mettre cela sur le compte de Coronavirua, et non du vaccin.  Article de presse

03/12/21 Allemagne

Ugur Tezel (24), joueur du FC Carl Zeiss Jena s’est effondré pendant leur match contre Berliner AK et a été remplacé. Même match que celui où Kwabenaboye Schulz s’est effondré.  Nouvelles

21/12/2003 Angleterre

Mark Simpson (âge inconnu), attaquant de Knaresborough Town West Riding County FA, s’est effondré et a eu des palpitations cardiaques dans le vestiaire à la mi-temps. Il s’est senti mieux après être resté assis pendant le reste du match, mais lorsqu’il est rentré chez lui en voiture, les palpitations ont recommencé.  Nouvelles

04/12/21 USA

CJ McCollum (30 ans), gardien de basket-ball de Portland Trailblazers, a été diagnostiqué avec un pneumothorax (poumon collapsé), qui peut être causé par une blessure ou une maladie. Il pourrait ne plus jamais jouer. McCollum a terminé près de la tête du classement des gardiens de tir de HoopsHype le 31 août.  Nouvelles

04/12/21 Beverwijk, Hollande du Nord Mort

Wouter Betjes (14 ans), étudiant en hockey, s’est effondré en marchant vers le banc de touche après un match de rattrapage Bloemendaal JC3 contre Overbos JC1. Le médecin du club a tenté de le réanimer sur le terrain, puis dans l’ambulance et à l’hôpital d’Amsterdam, mais sans succès et il est mort.  Article de presse

05/12/21 Italie Mort

Fabio Pedretti (24 ans), de Gardone Valtrompia, s’est effondré et est décédé alors qu’il participait à l’Uno di Monticelli, une course de nuit sur les collines de Franciacorta à Monticelli Brusati. Dans les derniers kilomètres de la course de 20 km, il s’est effondré et n’a pas pu être réanimé.  Article de presse

05/12/21 Téhéran, Iran Mort

Navid Khosh Hava (30 ans), ancien défenseur de l’équipe de football iranienne des moins de 23 ans, est mort d’un arrêt cardiaque.

21/12/2005 Birmingham, Alabama, USA Décédé

John Wolfe (20), 3 fois champion d’Etat de tennis au lycée (Briarwood High School, Alabama) est décédé. Article de presse

06/12/21 Tamworth, Angleterre Mort

Rob Woodward (36), entraîneur/manager du Stonydelph Juliors FC U10. Doublement vacciné. « C’est avec une grande tristesse que le club annonce que Rob Woodward notre manager des U10 Cougars est décédé subitement hier. »  Club Facebook

06/12/21 France Mort

Xavier Ziani (49), joueur professionnel français de volley-ball et entraîneur à Charenton-le-Pont est décédé d’un arrêt cardiaque.  Article de presse

07/12/21 Melbourne, Australie

Jake Lever (25 ans), joueur vedette des Melbourne Demons (AFL) est apparu faible en tombant au sol lors de sa première séance d’entraînement de pré-saison. Il a bénéficié de 20 minutes de soins médicaux.  Nouvelles

07/12/21 Mort en Croatie

Pavel Karpf (52 ans), ancien gardien de but du FC Lucerne, était sur son voilier en Croatie mardi lorsqu’il s’est soudainement effondré et est décédé trois jours plus tard à l’hôpital.  Nouvelles

09/12/21 USA Mort

Matt Scherer (38), ancien coureur professionnel des Ducks de l’Oregon est décédé, aucune cause de décès pour l’instant News Story

10/12/21 Serbie

Ricardo Gomes (29 ans), footballeur originaire du Cap-Vert et jouant pour le club serbe FK Partizan, s’est effondré pendant l’entraînement, 45 jours après avoir été vacciné contre le COVID. L’entraîneur Stanojevic a déclaré : « La situation est grave ». Gomes, l’entraîneur, Bojan Ostojic, et Quincy Menig ont été vaccinés le même jour.  Nouvelles

11/12/21 Norwich, Angleterre

Victor Lindelof (27 ans), défenseur de Manchester United, s’est effondré en se serrant la poitrine et en montrant son cœur, se plaignant de douleurs à la poitrine et d’un pouls rapide. Sa femme a confirmé (à plusieurs reprises) qu’ils étaient tous deux vaccinés.

Nouvelles

12/12/2021 Águias do Moradal-Pedrógão, Portugal

Edgar Marques (20 ans), joueur de football de Pedrógão de São Pedro, s’est effondré pendant un match.  Nouvelles

12/12/21 Italie

Piotr Zielinski (27 ans), milieu de terrain de Naples, s’est mis sur la touche, 19 minutes après le début du match contre Empoli. Il avait du mal à respirer, montrant son cou et sa poitrine.  Nouvelles

12/12/21 France

Martin Terrier (24 ans), attaquant de Rennes, a été remplacé après avoir ressenti des douleurs à la poitrine lors du match contre Nice.  Article de presse

13/12/2021 Angleterre

Maxwell Harrison (21 ans), danseur de salon international, a développé une péricardite (inflammation du sac entourant le muscle cardiaque) cinq jours après son deuxième vaccin Pfizer COVID-19, et a été hospitalisé. Des cardiologues de renom ont déclaré que son état cardiaque était dû à la vaccination Pfizer.  Article de presse

14/12/2021 Miami, Floride, USA Mort
Andres Melendez (20 ans), joueur de la ligue mineure de baseball des Cleveland Guardians, est décédé de façon inattendue – aucun autre détail n’est disponible Actualités

16/12/2021 Nouvelle-Zélande Mort
Taniela Moa (36 ans), Section Paloise, ancien joueur international de rugby à XV des Tonga, qui a joué principalement en Nouvelle-Zélande et en France, est décédé subitement. Pas de cause de la mort.

REMARQUE : Aucun rapport en dessous de ce point n’est inclus dans le décompte de l’article.

REMARQUE : Aucun rapport en dessous de ce point n’est inclus dans le décompte des vaccins à la une en raison d’une documentation insuffisante ou d’autres causes plus probables.

Aucune documentation trouvée pour le moment

Enquêtes en cours. Aucune documentation trouvée jusqu’à présent dans cette section. Certains noms peuvent être mal orthographiés. Les dates peuvent être erronées. Nous avons trouvé des détails corrects pour plus de 10 de ces cas jusqu’à présent. Nous les ajoutons maintenant à cette partie de la liste, mais ne les comptons pas dans le total des titres, jusqu’à ce qu’une documentation soit trouvée. Toute aide serait appréciée.

18/01/21 Turquie

Ibrahim Khalil (49 ans), entraîneur de l’équipe nationale d’athlétisme de Turquie. Décédé d’une crise cardiaque.

22/08/21 Mort

Milos Georgeevic, 31 ans, mort dans son sommeil, apparemment d’un problème cardiaque.

06/09/21 Autriche

Un joueur autrichien non identifié de l’ASV Baden s’est effondré sur le terrain et a été réanimé.

21/09/2006 Bergame, Italie

Un joueur de football non identifié (16 ans), à Bergamo, en Italie, fait un arrêt cardiaque.

13/10/21 Italie, Mort

Ricky Pirrallo (29), joueur de football de Cigliano, Italie. Décédé subitement. Il pourrait s’agir de Rocco Perrino, peut-être une erreur de traduction, car la référence originale était peut-être en hébreu.

11/10/21 Brescia, Italie

Armano Ferrari (51), entraîneur de football à Brescia, Italie, est décédé soudainement. Aucune information trouvée, même en utilisant différents noms. Peut-être un rapport incorrect.

12/11/21 Macédoine

Jiob Adnan (30), footballeur de Macédoine. Décédé trois jours après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin contre le coronavirus lors d’un match de football avec des amis. Pendant une pause, il s’est effondré sur un banc. La réanimation a échoué.

??/11/21

Andrea Corcio (42 ans), entraîneur de football italien. Décédé subitement

15/11/21, ÉTATS-UNIS

Jason Plummer (52), nageur olympique australien (1988).

Aucune cause donnée (semble suspect)

Peut ou non être lié au vaccin

Les informations sont insuffisantes pour décider si l’un de ces effondrements ou décès est lié à la vaccination par COVID. Des investigations supplémentaires sont nécessaires. Toute aide serait appréciée car il n’est pas facile de suivre les enquêtes en cours. Ces cas sont répertoriés ici parce qu’ils apparaissent dans certaines listes comme étant liés à la vaccination, mais nous pensons qu’il n’y a actuellement pas assez d’informations pour décider ou que d’autres explications semblent l’emporter sur le lien avec la vaccination, comme le cancer.

25/01/21 USA

Jack Draper (19 ans), joueur de tennis, s’est effondré lors d’un match contre le Kazakh Mikhail Kukushkin au premier set du Miami Open, par une journée chaude et humide. Peut-être lié à la chaleur, mais ce n’était que le premier set.

30/01/21 Indianapolis, USA Mort

Wayne Radford, 64 ans, star de la NBA et ancien joueur de l’équipe d’Indianapolis, est décédé à son domicile à Indianapolis. Peut-être d’un cancer.

04/02/21

Andres Felipe Roman (25 ans), diagnostiqué avec une cardiomyopathie hypertrophique congénitale. A découvert cela lors d’un test de club, avant de jouer. S’agit-il d’une maladie de longue date ou d’une maladie récente après la vaccination ?

04/04/21 Russie Mort

Nikita Sidorov (18), footballeur de l’équipe des jeunes de la Professional Football League (PFL). Décédé 5 minutes après être entré sur le terrain comme remplaçant, lors d’un match au stade Torpedo. La réanimation a échoué. Un médecin a déclaré qu’il avait un anévrisme cérébral et une hémorragie interne. Les médias ont parlé d’une autopsie et d’une enquête, mais aucune autre information n’a été découverte. Article de presse

18/04/21 USA Mort

Antron Pippen (33 ans), joueur de basket pour Texas A&M et plus tard l’équipe Heat Upstate de la World Basketball Association. Décédé de façon inattendue, sans problème de santé, accident ou autres causes de décès connus. Son père Scottie a déclaré qu’Antron souffrait d’asthme chronique, mais n’a pas voulu révéler la cause du décès.  Article de presse

12/08/21, USA (16), Mort

Drake Geiger (16), 6′ 3″ 400 livres joueur de football du Nebraska s’est effondré et est mort pendant une pause d’entraînement, après avoir joué seulement pendant 10 minutes. Son père, Scott Hoffman, a déclaré qu’ils étaient récemment à Las Vegas, où il faisait plus chaud et qu’il n’avait aucun problème là-bas. L’autopsie a apparemment indiqué que sa mort était due à « une hyperthermie, une hypertrophie du cœur et des problèmes cardiaques », mais il avait passé un examen physique une semaine avant l’entraînement. Malheureusement, il n’y a aucune information sur le statut vaccinal, mais ce serait pertinent. Trop d’autopsies sont cachées ou contiennent peu d’informations, comme si elles voulaient protéger Big Pharma. Tout ce que nous voulons, c’est la vérité.  Article de presse

12/08/21, NZ (24), Décès

Olivia Podmore (24 ans), cycliste olympique néo-zélandaise, est décédée soudainement et mystérieusement dans sa chambre. Le coroner enquête sur les causes du décès (peut-être un suicide). Un ami a déclaré : « J’ai été la dernière personne à la voir vivante. Si vous l’aviez vue au cours des 72 dernières heures, vous n’auriez pas pensé que cela pouvait arriver. »

12/08/21, USA (27), Mort

Cameron Burell, sprinter, est mort mystérieusement. On a conclu à un suicide par balle auto-infligée à la tête. Avait-il reçu le vaxx et si oui, savait-il que sa carrière était terminée ?  Article de presse

19/08/21 Mort

Phil Hernon (55 ans), Bodybuilder décédé après un « déclin soudain et récent », probablement lié à une dialyse News Story

23/08/21, USA Mort

Jimmy Hayes (31 ans), ancien joueur des Bruins, est mort de façon inattendue. Il avait de la cocaïne et du fentanyl dans son organisme. La quantité n’a pas été révélée. L’état de son cœur n’a pas été révélé.  Nouvelles

04/09/21 Lagos, Nigeria

Kelechi Okafor (21 ans), footballeur, est mort après avoir atterri sur une pierre après avoir donné un coup de tête à un ballon, la veille de son départ pour l’Azerbaïdjan afin de faire avancer sa carrière.  Article de presse

08/09/21 Kokomo, Indiana, USA Mort

Curtis Robert Pettigrew (49 ans), connu sous le nom de Bobby ou Big Bob, ancienne star des Wildkats, champion du lancer du poids, entraîneur adjoint de la Kokomo High School pendant 15 ans et membre du Howard County Sports Hall of Famer, est décédé dans un accident de voiture. Aucune information n’a été découverte sur l’accident ou si celui-ci a été causé par un arrêt cardiaque.  Article de presse

17/09/21 Kazakhstan Mort

Albert Linder, 25 ans, haltérophile du Kazakhstan. Mort par suicide selon son frère, pas aidé par un entraîneur sans cœur.  Histoire de frère

07/10/21 France Mort

Un cycliste non identifié (60 ans et plus) a fait un arrêt cardiaque à Saint-Jean-de-Belleville, en Savoie, entre Le Villard et Les Deux Nants. Alertés par des randonneurs, les sauveteurs de la CRS Alpes de Modane et les pompiers sont intervenus vers 12h30 mais n’ont pu le réanimer.  Article de presse

12/10/21 Baltimore, USA, Mort

Elisha Gorham (17 ans), joueur de football de Baltimore. S’est effondré pendant un match. Soupçon de lésion cérébrale.  Nouvelles

21/10/21, USA Mort

Jake Ehlinger (20), linebacker de l’Université du Texas retrouvé mort – overdose accidentelle de xanax/fentanyl News Story

21/10/21 USA Mort

Ivan Douglas (41 ans) a remporté un championnat national avec les Buckeyes. Sa carrière a été interrompue par des caillots sanguins qui ont commencé vers 2003. Apparemment, il a contracté le COVID en septembre 2021, a été envoyé à l’hôpital le 21 octobre et est mort le 24. Statut vaccinal inconnu.  Article de presse Article de presse2

30/10/21 USA Mort

Jason Aguilar (16 ans), étudiant en deuxième année de comptabilité et athlète d’athlétisme, est décédé. Il a été retrouvé sans réaction dans sa chambre. Cette entrée doit faire l’objet d’une enquête, car le suicide peut faire référence à un homme différent portant le même nom. Le coroner du comté de Coles, Ed Schniers, a déclaré que la cause du décès était inconnue à l’époque, mais après l’autopsie, il a rendu un verdict de suicide, selon certains sites Web, mais le rapport du coroner n’est pas disponible. Article de presse

04/11/21 Sarajevo, Bosnie-Herzégovine Décès

Amela Fetahović (35), footballeuse bosniaque (Sarajevo, Spartak Subotica, équipe nationale). Décédée dans un accident de voiture (a-t-elle fait un arrêt cardiaque en conduisant ?) Nouvelle

21/11/21 Parcé-sur-Sarthe, France

Une femme non identifiée (50+), joueuse de tennis de table, a fait un arrêt cardiaque pendant un match. Sauvée par ses adversaires (pompiers volontaires) et un défibrillateur.  Article de presse

25/11/21 Espagne

Pedro Acosta (17), champion du monde de Moto 3, s’est effondré alors qu’il prenait la parole sur un podium après une course. Récupéré peu de temps après, l’effondrement pourrait être dû à l’épuisement et aux nerfs. Vidéo sur Twitter

21/12/2006 Lancaster, Royaume-Uni

Cliff Trickett (âge inconnu), arbitre de longue date, est décédé soudainement, cause du décès inconnue.

06/12/21 UK Mort

Marvin Morgan (38 ans), ancien joueur d’Aldershot Town, Shrewsbury Town, Plymouth Argyle et Hartlepool United et créateur de marques de mode. En 2018, on lui a diagnostiqué un cavernome, un amas de vaisseaux sanguins anormaux généralement situés dans le cerveau ou la moelle épinière, qui provoquent des crises d’épilepsie, des accidents vasculaires cérébraux et éventuellement une mort prématurée. Statut vaccinal inconnu. Décédé lors d’un voyage d’affaires en Europe.  Nouvelles

21/12/06 Anderson, Ohio, USA Mort

Brock Vogel (15 ans), élève de terminale dans les équipes de lutte et de football du lycée d’Anderson, est décédé lundi. Pas de cause de décès. Déplacé de la liste principale à cause d’un rapport de lecteur disant « pas question » qu’il ait été vacciné – mais deux autres étudiants de son école sont morts la même semaine, et deux étudiants d’une école britannique sont morts la même semaine, donc nous plaçons ce rapport ici, non compté dans la liste principale pendant que nous enquêtons.   Article de presse Article de presse2

07/12/21 USA Mort

Glenn Foster (31 ans), ancien joueur de ligne défensive des New Orleans Saints, est mort en Alabama après une poursuite policière à grande vitesse et une collision avec un arbre. Il était bipolaire. Une autopsie est prévue.  Nouvelles

08/12/21 Roswell, Géorgie, USA Mort

Demaryius Thomas (33 ans), ancien receveur des Broncos de Denver, est mort seul chez lui, d’une crise d’épilepsie ou d’un arrêt cardiaque sous la douche. Il avait apparemment des crises depuis un an. Lorsque la police est arrivée, la rigidité cadavérique s’était installée.  Article de presse

08/12/21 Mexique Mort

Alfredo ‘Chango’ Moreno (41 ans), ancien attaquant de l’América, est décédé après une courte bataille contre le cancer. Des rapports contradictoires font état d’un cancer du pancréas et de la vésicule biliaire. Selon un article, il était hospitalisé le 30 novembre pour une opération de la vésicule biliaire lorsqu’un cancer de l’intestin a été découvert et qu’un appel a été lancé aux proches pour obtenir du sang et des plaquettes.

09/12/21 Brésil

Pelé (81 ans), ancienne star du football, a été vacciné en mars 2021, puis on lui a diagnostiqué un cancer du côlon en septembre 2021 et il a été de nouveau hospitalisé en décembre 2021. Il a subi une opération de la prostate en 2015.  Article de presse

Probablement pas lié au vaccin

Ces effondrements ou décès sont très probablement sans rapport avec les vaccinations COVID.

09/12/20 France

Dimitri Linard, 33 ans, footballeur du Strasbourg FC, a fait un malaise pendant un match contre Lyon. Il a joué au moins 10 matchs en 2021, après son malaise.

Il semble très peu probable que son effondrement en 2020 soit lié au vaccin.  Article de presse

11/11/20 Pennsylvanie, USA

Journey Brown (21 ans), running back vedette de Penn State, a reçu un diagnostic de cardiomyopathie hypertrophique. Cette maladie peut entraîner un essoufflement, des douleurs thoraciques ou des problèmes du système électrique du cœur, des rythmes cardiaques anormaux (arythmies) potentiellement mortels ou une mort subite.  Article de presse

12/12/20 Floride, États-Unis

Keyontae Johnson (21 ans), star du basket-ball de l’Université de Floride. Hospitalisé après s’être effondré le visage en avant quatre minutes après le début du match contre Florida State. Sorti de l’hôpital. Il est peu probable qu’il s’agisse d’un problème lié au vaccin, car il s’agissait de décembre 2020, une période où il était peu probable qu’il ait pu se faire vacciner.  Article de presse

16/03/21 Moscou, Russie

Timur Faizutdinov (19 ans), jouait pour l’équipe junior du Dynamo St. Petersburg lors d’un match éliminatoire contre le Loko Yaroslavl lorsqu’il a été frappé à la tête par un palet. Il s’est effondré et est décédé à l’hôpital.  Nouvelles

15/04/21 Preston, Australie

Goce « Colakot » Gruevski (47 ans), ancien gardien de l’équipe nationale de Macédoine et des Lions de Preston et actuel entraîneur des gardiens. La cause du décès n’a pas été communiquée.  Facebook

21/12/03 Lancaster, Royaume-Uni

Kortney Hause (26 ans), footballeur d’Aston Villa, a écrasé sa Lamborghini contre la clôture d’une école après avoir perdu le contrôle du véhicule sur une route mouillée. Il a été étourdi mais indemne et personne n’a été blessé. Il était connu pour ses excès de vitesse et ses retards.

Merci aux nombreux contributeurs

De nombreuses personnes contribuent à ce projet, certaines indirectement en signalant des cas sur les groupes Telegram et d’autres sites Web. Il y a beaucoup de doublons et dans certains cas, les gens signalent des choses que nous avons depuis des mois, mais chaque rapport est utile car parfois il y a un petit élément d’information que nous n’avions pas auparavant, comme une date, un rapport d’autopsie, une orthographe de nom, ou un rapport datant de plusieurs mois qui n’a jamais fait l’objet d’un article. C’est le cas de Chuck « Kali Muscle » Kirkendall. Parmi les sites Web utiles, citons DVDbeaver,

Voilà la liste actuelle… tous ces athlètes ont souffert de problèmes cardiaques après avoir reçu des vaccins COVID. Au moment de la rédaction initiale, 28 sont morts. Ce n’était pas normal, mais ensuite, 10 jours plus tard, 56 décès ont été répertoriés, et les chiffres ne cessent de grimper. Tout autre vrai vaccin aurait été retiré du marché bien avant aujourd’hui. Les médias poseraient des questions. Ils feraient pression sur les gouvernements. Mais ils ne le font pas. Et les gouvernements continuent à diffuser des publicités à la télévision, à la radio et dans les journaux pour encourager les gens à se faire vacciner une, deux, trois ou quatre fois.  C’est peut-être pour cela que les grands médias ne disent pas grand-chose, parce qu’ils reçoivent de l’argent des gouvernements pour les publicités ?

Les décès et les réactions graves se poursuivront jusqu’à ce que le nombre de morts soit tel qu’il devienne évident que le vaccin est 10 à 100 fois pire que le virus qu’il est censé traiter.

Ces athlètes sont les canaris dans la mine qui nous avertissent d’un danger imminent. Ils sont cachés pour que les personnes qui ne font pas attention ne voient pas l’avertissement.

Nous ne voyons les athlètes que parce qu’ils sont sous les feux de la rampe. Les moins que rien, c’est-à-dire la plupart des citoyens, ne font pas la une des journaux.

 

Illustration en vedette : Pixnio.com

La source originale de cet article est goodsciencing.com

Copyright © Good Sciencinggoodsciencing.com, 2021

https://www.mondialisation.ca/sommet-de-liceberg-337-arrets-cardiaques-dathletes-problemes-graves-192-morts-apres-une-injection-anti-covid/5663451

Dans SANTE

60 000 SCIENTIFIQUES DEMANDENT L'ARRET DE LA VACCINATION DE MASSE

Par Le 17/12/2021

60.000 scientifiques demandent l’arrêt de la vaccination de masse

La communauté scientifique s’élève contre la politique sanitaire des autorités : la déclaration de Great Barrington (USA) contre les injections massives d’ARNm a récolté 870.000 signatures.

Par Emilien Lacombe

Mondialisation.ca, 16 décembre 2021

Info du Jour 5 décembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 7   0  2  9

La vaccination de masse avec un vaccin encore expérimental à ARN messager inquiète depuis longtemps la communauté scientifique. Dès le 4 octobre 2020, trois scientifiques de haut niveau, le Pr Martin Kulldorff, professeur de médecine à l’université de Harvard, biostatisticien et épidémiologiste, spécialisé dans la détection et le suivi des épidémies de maladies infectieuses et dans l’évaluation de la sécurité des vaccins. La Dr Sunetra Gupta, professeur à l’Université d’Oxford, épidémiologiste spécialisée dans l’immunologie, le développement de vaccins et la modélisation mathématique des maladies infectieuses. Et le Dr Jay Bhattacharya, professeur à la faculté de médecine de l’université de Stanford, médecin, épidémiologiste, économiste de la santé et expert en politique de santé publique, spécialisé dans les maladies inf

Alors que le président de la République française réunit ce lundi 6 décembre, un nouveau Conseil de Défense pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19, de plus en plus de voix s’élèvent contre la politique sanitaire complètement folle des autorités qui vise à vacciner toujours plus la population. Après la troisième dose de vaccin imposée, sous peine de désactivation du pass sanitaire ! Voilà qu’il est question de vacciner les enfants de 5 à 11 ans. Une décision qui serait gravissime selon de nombreux médecins et chercheurs dont nous nous sommes faits l’écho ici même.

Des effets secondaires graves

ectieuses et les populations vulnérables recommandaient une approche alternative contre la Covid-19 dans ce que l’on a appelé la Déclaration de Great Barrington. Car ils sont très inquiets des effets secondaires de la vaccination de masse sur les populations.

Que préconisent-ils ? Une protection « focalisée ». C’est-à-dire de protéger autant que possible les personnes âgées, infirmes, fragiles et de laisser aux autres le soin de vivre normalement jusqu’à ce que la société atteigne l’immunité collective. Or, la vaccination massive par ARNm rend impossible cette immunité collective.

L’un des premiers cosignataires était le Dr Simon Thornley, épidémiologiste et biostatisticien à l’Université d’Auckland. De plus en plus connue dans le monde, la Déclaration de Great Barrington a, depuis, été signée par 60 000 médecins et scientifiques. Une pétition a recueilli à ce jour 870 000 signatures de soutien.

*

La Déclaration de Great Barrington

« En tant qu’épidémiologistes des maladies infectieuses et scientifiques spécialisés en santé publique, nous sommes inquiets des impacts physiques et mentaux causés par les politiques actuelles contre la COVID-19 et nous recommandons une approche alternative que nous appelons Protection focalisée (Focused Protection), écrivent les trois premiers signataires.

« Que nous soyons de gauche ou de droite et quel que soit notre pays d’origine, nous avons consacré nos carrières à la protection des populations. Les politiques actuelles de confinement produisent des effets désastreux sur la santé publique à court, moyen et long terme. Parmi les conséquences, on peut citer, entre autres, une baisse des taux de vaccination chez les enfants, une aggravation des cas de maladies cardio-vasculaires, une baisse des examens pour de possibles cancers ou encore une détérioration de la santé mentale en général. Cela va engendrer de grands excès de mortalité dans les années à venir, notamment dans la classe ouvrière et parmi les plus jeunes. Maintenir les écoliers en dehors de l’école est une grande injustice.

Conserver ces mesures en attendant qu’un vaccin soit disponible causera des dégâts irréparables. Les couches sociales les moins favorisées seront les plus touchées.

Une maladie peu dangereuse pour les enfants

Heureusement, notre compréhension du virus s’améliore. Nous savons que la vulnérabilité à la mort par la COVID-19 est plus de mille fois plus haute parmi les personnes âgées et infirmes que chez les jeunes. En effet, pour les enfants, la COVID-19 est moins dangereux que bien d’autres maux, y compris la grippe.

L’immunité grandissant dans la population, le risque d’infection baisse pour tout le monde, y compris les plus vulnérables. Nous savons que toutes les populations vont finir par atteindre l’immunité collective, c’est-à-dire le point où le nombre de nouvelles infections est stable, et que ce processus peut s’accompagner (sans pour autant dépendre) de l’existence d’un vaccin. Par conséquent, notre objectif devrait être de minimiser la mortalité et le mal fait à la société jusqu’à ce qu’on atteigne l’immunité collective.

Une approche à la fois compassionnelle et prenant en compte les risques et les bénéfices consiste à autoriser celles et ceux qui ont le moins de risques de mourir du virus de vivre leurs vies normalement afin qu’ils fabriquent de l’immunité au travers d’infections naturelles tout en protégeant celles et ceux qui ont le plus de risques de mourir. Nous appelons cela la Protection Focalisée (Focused Protection).

En plein air plutôt qu’à l’intérieur

Le fait d’adopter des mesures pour protéger les plus vulnérables devrait être le but central des réponses de santé publique à la COVID-19. À titre d’exemples, les résidences pour personnes âgées devraient être dotées de personnel qui a acquis l’immunité et qui réalise fréquemment des tests pour les autres membres du personnel et les visiteurs. Par ailleurs, la rotation du personnel devrait être la plus faible possible. Les personnes retraitées qui vivent chez elles devraient se voir livrer leurs courses à domicile. Quand c’est possible, elles devraient rencontrer les proches en plein air plutôt qu’à l’intérieur.

Martin Kulldorff, Sunetra Gupta et Jay Bhattacharya les trois rédacteurs de la déclaration de Great Barrington (Massachussetts)

Une liste de mesure complète et détaillée, incluant des approches pour les foyers comprenant plusieurs générations, peut être mise en œuvre. C’est largement dans la capacité et les prérogatives des professionnels de la santé publique.

Ceux qui ne sont pas vulnérables devraient immédiatement être autorisés à reprendre une vie normale. Des mesures d’hygiène simples, comme se laver les mains et rester chez soi si l’on est malade, devraient être pratiquées par chacun pour réduire le seuil de l’immunité collective. Les écoles et les universités devraient rouvrir pour des enseignements en présentiel. Les activités extrascolaires comme le sport devraient reprendre. Les jeunes adultes qui présentent peu de risques devraient travailler normalement plutôt que depuis chez eux. Les restaurants et les commerces devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre. Les personnes qui présentent plus de risque peuvent participer si elles le souhaitent à ce processus tandis que la société dans son ensemble bénéficie de la protection ainsi conférée aux plus vulnérables par ceux qui ont construit l’immunité collective ».

Emilien Lacombe

La source originale de cet article est Info du Jour

Copyright © Emilien LacombeInfo du Jour, 2021

https://www.mondialisation.ca/60-000-scientifiques-demandent-larret-de-la-vaccination-de-masse/5663288

Dans SANTE

QUI EST CONTRE L'INOCULATION GENIQUE?

Par Le 09/12/2021

Qui est contre l’inoculation génique?

Par Marie-France de Meuron

Mondialisation.ca, 08 décembre 2021

Le blog de Bien-être-soi

Thème: 

Analyses: 

 2   0  2  20

Que vivent et ressentent ceux qui désirent prendre soin de leur santé sans passer par l’inoculation génique, improprement dénommée «vaccin anti-covid» ? A l’ère d’aujourd’hui on a vite fait de classer les personnes qui s’affirment  hors opinion unique dans une catégorie avec un nom à l’emporte-pièce, dans ce cas les appelant « complotistes » ou « coronasceptiques », qualificatifs se basant uniquement sur leur position et non sur la cause de leur refus de subir l’injection d’un produit – qui n’a rien de bio – et de leur désir de salutogenèse.

Comme chacun le sait : «Autant d’hommes autant d’avis», autant de sensibilités, de convictions, d’expériences, d’étapes de vie et autres distinctions qui différencient un individu d’un autre. Par conséquent, selon quel critère décider ce qui est le meilleur pour chacun ? Evidemment, nous formons une collectivité mais mieux chacun se porte, mieux la collectivité fonctionne.

Toutefois , il est de bon ton actuellement de croire et de faire croire que nous devons former un bloc uniforme : On évoque justement le caractère ludique de cette tyrannie sanitaire, typique de notre civilisation hallucinatoire où tout repose sur la suggestion médiatique : il faut « jouer le jeu », comme dit le partisan du confinement éternel ou de la dose bimestrielle d’injection génique. De même les masques, les règles, les gestes dits barrières évoquent cette fâcheuse tendance au totalitarisme ludique que nous observons partout.

Que regard portons-nous sur le non vacciné (qui) relève moins du bouc émissaire de Girard (source éculée…) que du cas du non-participant mal considéré. Il ne veut pas participer à l’amusant jeu du vaccin, du Reset (pas de voiture, de maison, de courant, etc.) alors sanctionnons-le.

Certaines personnes ont des connaissances scientifiques très pertinentes et ne veulent pas s’engager dans une expérience non exempte de dangers : La protéine spike augmente les crises cardiaques et détruit le système immunitaire.

Des médecins porteurs d’un riche bagage de quelques décennies de pratique ont une perception très élargie de la santé qui tient compte à la fois de la nature humaine et de la connaissance des virus développée depuis longtemps par les épidémiologistes et les virologues. Une femme médecin alerte de toutes ses forces et de tout son savoir pour protéger les enfants : Il faut cesser le massacre par l’injection, toutes affaires cessantes :  Les enfants ne meurent pas du covid, ils ne contaminent ni les autres enfants, ni les adultes et leur injection ne protègent pas les autres.

 L’épidémie de covid est terminée, entretenue seulement par la multiplication abusive des tests PCR fallacieux imposée par le pouvoir aboutissant à une épidémie de tests mais pas de malades, comme le démontre le site officiel sentinelles et santé publique France.

L’injection est dangereuse et d’autant plus que la personne est plus jeune et ainsi particulièrement les petits enfants et les bébés. Elle ne protège pas des formes graves, notion inventée et entretenue par le comptage des vaccinés récents (ceux qui viennent de recevoir leur première dose, les plus à risque de complications précoces) dans le groupe des soi-disant «non vax».

Un autre médecin, riche de son expérience des malades dans un service de réanimation et également porteur d’un master en éthique de la santé – qui lui permet des réflexions profondes sur la mort, la vie, le consentement éclairé –  nous apporte une information claire, loyale et appropriée. Il travaille aussi sur les systèmes techniques et dénonce comment le numérique entre dans le monde de la santé pour y prendre de plus en plus de place, en diminuant drastiquement la dimension humaine. Les soignants se voient dénigrer leurs connaissances et infliger une vaccination contrainte, sous peine de ne plus exister dans leur quotidien professionnel.

Un médecin infectiologue, professeur, qui connaît de longues dates les rouages de l’OMS et gérait des crises précédentes, sait de quoi il parle et ses arguments permettent de faire réfléchir bien des personnes soucieuses de la vérité en médecine. Il relève par exemple la déclaration d’un professeur de médecine, président du Conseil scientifique, qui déclare : l’Omicron échappe aux vax, il faut faire une 3e dose de vax !!!.

Il souligne aussi combien la technoscience médicale veut imposer aux médecins comment ils doivent soigner : Les méthodologistes sont derrière leurs ordinateurs et n’ont jamais vu de malades, ils nous apprennent à nous, les cliniciens, comment soigner. Son bon sens pratique attire aussi l’attention sur le fait que, au vu des impositions sanitaires, les non-vax doivent subir bien plus de tests donc il y aura forcément bien plus de cas positifs. En outre, on fait croire que les gens meurent du covid alors que les causes de leur décès leur sont propres.

De plus, il rappelle qu’il ne s’agit pas d’un vaccin car :

– Un vaccin est censé protéger contre la maladie, ici ce n’est pas le cas.

– Qu’il est censé protéger contre les formes graves alors que maintenant 80 % des malades hospitalisés en soins intensifs sont doublement vaccinés

– Même Fauci le dit : le vaccin n’empêche pas de transmettre la maladie.

– Le rapport bénéfices-risques chez les enfants n’est pas pris en compte.

– Un vaccin normal n’est pas prescrit avant 10 ans chez les femmes enceintes.

De telles données, si elles sont transmises, permettent un réel consentement éclairé chez les personnes qui affirment alors leur volonté en toute conscience.

Les médecins précités ne sont pas isolés :  60.000 scientifiques demandent l’arrêt de la vaccination de masse

Dans le domaine politique, on apprend qu’une nation sait prendre en compte très rigoureusement les effets secondaires des vaccins anti-COVID. Le ministère nippon de la Santé a mis en place un comité d’experts qui a mené une étude détaillée en se basant sur les données disponibles de plus d’un million de personnes vaccinées au Japon. Ce groupe d’experts a répertorié une récurrence statistique inquiétante de problèmes cardiaques et d’anomalies cardiovasculaires chez des hommes jeunes sans antécédents médicaux avant vaccination et a par conséquent recommandé au gouvernement japonais d’apposer systématiquement la mention « effets secondaires graves » sur les documents accompagnant les vaccins anti-COVID Pfizer et Moderna.

De leurs côtés, des membres anti-vax d’un groupe religieux « défendent la vérité, la liberté médicale, et la connaissance de Dieu ».

Une autre communauté religieuse a également son porte-parole qui s’exprime avec toutes ses convictions et sa sagesse : Je crois que tout prêtre a le droit, voire le devoir, de mettre en garde ses fidèles contre le danger réel et loin d’être hypothétique que représente l’inoculation de la drogue expérimentale.

Il dénonce très posément et fermement la façon dont on considère les personnes qui ne se sentent pas concernées par la vaccination : il est typique d’un régime totalitaire de délégitimer toute forme de dissidence, d’abord en ridiculisant l’opposant, en faisant de lui un objet de dérision afin de le discréditer ; ensuite en le pathologisant (ou en le psychiatrisant), en le faisant passer pour un fou à interner ; enfin en le criminalisant et en créant les conditions de sa séparation de la société civile.

De ce fait, il en découle que des citoyens issus de différents milieux ne veulent pas donner leur accord et collaborer à une telle dynamique de politique sanitaire.

Parmi ceux qui s’appuient sur les lois fondamentales qui régissent de longue date nos pays (et pas des décrets lancés à la va-vite)  Un officier de gendarmerie qui refuse l’injection expérimentale est sanctionné. À la tête d’un effectif de 150 gendarmes, cet officier supérieur de 32 ans a été d’abord sanctionné de dix jours d’arrêt puis muté.

Ainsi un homme qui a montré ses compétences est subitement décrété inutile à son poste. En réalité, comment pourrait-il rester fidèle à sa mission qui relève d’un gouvernement qui abuse de ses fonctions ?

Comment peut-on imposer une vaccination de masse alors que la santé individuelle est si particulière à chacun ? De plus, il faut tenir compte de la virologie et des lois naturelles des épidémies plutôt que de vouloir imposer une politique sanitaire inspirée selon les réflexions du moment. Un virologue et expert vaccinal lance un avertissement concernant la vaccination massive et la catastrophe qui pourrait s’ensuivre. « Je ne vais pas divulguer son nom. Mais c’est certainement un, si ce n’est pas le plus célèbre vaccinologue sur le globe qui m’a dit “ Vous avez raison. Ces vaccins vont essentiellement produire des variants, mais personne ne va vous écouter parce que vous allez à l’encontre de la pensée dominante.” »

Toutefois, cette «pensée dominante» n’empêche pas certaines personnes de développer leur propre raisonnement qui les amène à des conclusions plus panoramiques que celles que l’on nous assène quotidiennement dans une optique très limitée. Un auteur expose : comment l’irrationalité s’est emparée de nos sociétés  Il s’appuie sur des travaux de psychologie cognitive au cas de la gestion de l’épidémie de covid.

En se référant à une conférence d’Ivan Illich, on peut découvrir combien «La médecine finit par étouffer la santé» : La santé : capacité des individus à faire face à des souffrances, dysfonctionnements et peurs inévitables. L’intervention d’un tiers – médecin – peut soutenir, augmenter, améliorer cette capacité de l’individu . Mais quand elle dépasse un certain niveau, elle impacte très vite la conscience et l’autonomie des individus dans leur effort continu d’adaptation à l’environnement , ce que nous appelons vivre . Et donc, la médecine finit par étouffer la santé.

Il apparaît donc dans l’ordre de la nature et de la sagesse que chaque être humain détient une souveraineté à qui revient le droit de gérer sa santé plutôt que de subir un acte intrusif.

Marie-France de Meuron

 

 

 

Marie-France de Meuron : Diplôme Fédéral de Médecine obtenu en 1973, Grand-mère de deux petites-filles majeures, Retirée dans le Canton de Neuchâtel en Suisse.

La source originale de cet article est Le blog de Bien-être-soi

Copyright © Marie-France de MeuronLe blog de Bien-être-soi, 2021

Dans SANTE

LE NAUFRAGE DE LA GAUCHE POLITIQUE FACE AU COVID

Par Le 02/12/2021

Le naufrage de la gauche politique face au Covid

Par Toby Green et Thomas Fazi

Mondialisation.ca, 01 décembre 2021

UnHerd

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Tout au long des différentes phases de la pandémie mondiale, les préférences des gens en termes de stratégies épidémiologiques ont eu tendance à recouper étroitement leur orientation politique. Depuis que Donald Trump et Jair Bolsonaro ont exprimé des doutes quant au bien-fondé d’une stratégie de confinement en mars 2020, la plupart des libéraux et de ceux qui se situent à gauche de l’échiquier politique occidental se sont empressés d’adhérer à cette stratégie, tout comme ils adhèreront ensuite à la logique des passeports vaccinaux. Aujourd’hui, alors que les pays européens expérimentent des restrictions de plus en plus importantes à l’égard des personnes non vaccinées, les commentateurs de gauche – habituellement si prompts à défendre les minorités victimes de discrimination – se distinguent par leur silence.

En tant qu’écrivains qui se sont toujours positionnés à gauche, nous sommes troublés par cette tournure des événements. N’y a-t-il vraiment aucune critique progressiste à formuler à l’encontre de la mise en quarantaine d’individus en bonne santé, alors que les dernières recherches indiquent qu’il existe qu’une différence infime en termes de transmission du virus entre les personnes vaccinées et non vaccinées ? La réponse de la gauche au covid apparaît maintenant comme faisant partie d’une crise plus large dans la politique et la pensée de gauche – une crise qui dure depuis au moins trois décennies. Il est donc important d’identifier le processus par lequel cette crise a pris forme.

La gauche a adopté le confinement pour de mauvaises raisons

Au cours de la première phase de la pandémie – celle des confinements – ce sont les partisans de la droite culturelle et économique qui ont été les plus enclins à souligner les dommages sociaux, économiques et psychologiques en résultant. Dans le même temps, le scepticisme initial de Donald Trump à l’égard de ce verrouillage de la société a rendu cette position intenable pour la plupart de ceux qui penchent vers la gauche culturelle et économique. Les algorithmes des médias sociaux ont ensuite alimenté davantage cette polarisation. Très rapidement, les gauches occidentales ont donc adopté le confinement, considéré comme un choix « pro-vie » et « pro-collectif » – une politique qui, en théorie, défend la santé publique ou le droit collectif à la santé. Pendant ce temps, toute critique des confinements était stigmatisée comme une approche « de droite », « pro-économie » et « pro-individuelle », accusée de privilégier le « profit » et le « business as usual » sur la vie des gens.

En somme, des décennies de polarisation politique ont instantanément politisé une question de santé publique, sans permettre aucune discussion sur ce que serait une réponse cohérente de la gauche. En même temps, la position de la gauche l’éloignait de toute forme de base ouvrière, puisque les travailleurs à faible revenu étaient les plus gravement touchés par les impacts socio-économiques des politiques de confinement continu, et étaient également ceux qui étaient les plus susceptibles de travailler pendant que les classes moyennes et supérieures découvraient le télétravail et les réunions Zoom. Ces mêmes lignes de fracture politiques sont apparues pendant les campagnes vaccinales, puis avec la question des passeports sanitaires. La résistance est associée à la droite, tandis que les membres de la gauche traditionnelle soutiennent généralement les deux mesures. L’opposition est diabolisée comme un mélange confus d’irrationalisme anti-science et de libertarisme individualiste.

« Les travailleurs à faible revenu étaient les plus gravement touchés par les impacts socio-économiques des politiques de confinement continu, et étaient également ceux qui étaient les plus susceptibles de travailler pendant que les classes moyennes et supérieures découvraient le télétravail et les réunions Zoom »

Mais pourquoi la quasi-totalité des partis et des syndicats de gauche ont-ils soutenu pratiquement toutes les mesures proposées par les gouvernements dans la gestion du Covid ? Comment une vision aussi simpliste de la relation entre la santé et l’économie a-t-elle pu émerger, une vision qui tourne en dérision des décennies de recherches en sciences sociales montrant à quel point la richesse et la santé sont liées ? Pourquoi la gauche a-t-elle ignoré l’augmentation massive des inégalitésl’attaque contre les pauvres, contre les pays pauvres, contre les femmes et contre les enfants, le traitement cruel des personnes âgées, et l’énorme augmentation de la richesse des individus et des sociétés les plus riches résultant de ces politiques ? Comment, en ce qui concerne le développement et le déploiement des vaccins, la gauche a-t-elle fini par ridiculiser l’idée même que, compte tenu de l’argent en jeu, et alors que BioNTech, Moderna et Pfizer gagnent actuellement à eux trois plus de 1.000 dollars par seconde avec les vaccins Covid, les fabricants de vaccins pourraient avoir des motivations autres que le « bien public » en jeu ? Et comment est-il possible que la gauche, souvent en butte à la répression de l’État, semble aujourd’hui inconsciente des implications éthiques et politiques inquiétantes des passeports sanitaires ?

Alors que la guerre froide a coïncidé avec l’ère de la décolonisation et la montée d’une politique antiraciste mondiale, la fin de la guerre froide a marqué le début d’une crise existentielle pour les partis politiques de gauche. La montée de l’hégémonie économique néolibérale, de la mondialisation et du transnationalisme d’entreprise a sapé la vision historique de l’État organisant la redistribution. En outre, comme l’a écrit le théoricien brésilien Roberto Mangabeira Unger, la gauche a toujours prospéré dans les périodes de grande crise (la révolution russe a bénéficié de la première guerre mondiale et le réformisme social des suites de la deuxième guerre mondiale). Cette histoire peut expliquer en partie le positionnement de la gauche aujourd’hui : amplifier la crise et la prolonger par des restrictions sans fin est peut-être considéré par certains comme un moyen de reconstruire la politique de gauche après des décennies de crise existentielle.

La gauche n’a pas compris le rôle de l’Etat dans la gouvernance néo-libérale

La mauvaise compréhension de la nature du néolibéralisme par la gauche peut également avoir affecté sa réponse à la crise. La plupart des gens de gauche pensent que le néolibéralisme a impliqué un « retrait » ou un « évidement » de l’État en faveur du marché. Ils ont donc interprété l’activisme du gouvernement tout au long de la pandémie comme un « retour de l’État » bienvenu, potentiellement capable, selon eux, de renverser le projet prétendument anti-étatique du néolibéralisme. Le problème avec cet argument, même en acceptant sa logique douteuse, est que le néolibéralisme n’a pas du tout entraîné un dépérissement de l’État. Au contraire, la taille de l’État en pourcentage du PIB a continué à augmenter tout au long de l’ère néolibérale.

Cela ne devrait pas être une surprise. Le néolibéralisme s’appuie sur une intervention extensive de l’État tout autant que le « keynésianisme », sauf que l’État intervient maintenant presque exclusivement pour servir les intérêts du grand capital, pour faire la police dans les classes ouvrières, renflouer les grandes banques et les entreprises qui feraient autrement faillite, etc. En effet, à bien des égards, le capital est aujourd’hui plus dépendant de l’État que jamais. Comme le notent Shimshon Bichler et Jonathan Nitzan : « Au fur et à mesure que le capitalisme se développe, les gouvernements et les grandes entreprises deviennent de plus en plus imbriqués. (…) Le mode de pouvoir capitaliste et les coalitions de capitaux dominants qui le gouvernent ne nécessitent pas de petits gouvernements. En fait, à bien des égards, ils ont besoin de gouvernements plus forts ». Aujourd’hui, le néolibéralisme s’apparente davantage à une forme de capitalisme monopolistique d’État – ou de corporatocraty – qu’au capitalisme de marché libre de petits États qu’il prétend souvent être. Cela explique en partie pourquoi il a produit des appareils d’État de plus en plus puissants, interventionnistes, voire autoritaires.

En soi, cela rend embarrassante la naïveté de la gauche qui se réjouit d’un « retour de l’État » inexistant. Et le pire, c’est qu’elle a déjà commis cette erreur auparavant. Même au lendemain de la crise financière de 2008, de nombreux membres de la gauche ont salué les importants déficits publics comme « le retour de Keynes » alors que, en réalité, ces mesures n’avaient pas grand-chose à voir avec Keynes, qui conseillait de recourir aux dépenses publiques pour atteindre le plein emploi, et visaient plutôt à soutenir les coupables de la crise, les grandes banques. Elles ont également été suivies d’une attaque sans précédent contre les systèmes de protection sociale et les droits des travailleurs dans toute l’Europe.

C’est un peu la même chose qui se produit aujourd’hui, alors que les contrats publics pour les tests Covid, les masques, les vaccins et, maintenant, les technologies de passeport vaccinal, sont attribués à des sociétés transnationales (souvent dans le cadre d’accords louches qui transpirent le copinage et les conflits d’intérêts). Pendant ce temps, les citoyens voient leur vie et leurs moyens de subsistance bouleversés par la « nouvelle normalité ». Le fait que la gauche semble complètement inconsciente de ce phénomène est particulièrement déroutant. Après tout, l’idée que les gouvernements ont tendance à exploiter les crises pour renforcer l’agenda néolibéral est un élément essentiel de la littérature récente de la gauche. Pierre Dardot et Christian Laval, par exemple, ont affirmé que sous le néolibéralisme, la crise est devenue une « méthode de gouvernement ». Plus célèbre encore, dans son livre La stratégie du choc (2007), Naomi Klein a exploré l’idée d’un « capitalisme du désastre ». Sa thèse centrale est que, dans les moments de peur et de désorientation du public, il est plus facile de réorganiser les sociétés : des changements spectaculaires de l’ordre économique existant, qui seraient normalement politiquement impossibles, sont imposés en succession rapide avant que le public ait eu le temps de comprendre ce qui se passe.

Emmanuel Macron, président de la République, avec Bernard Arnault (1ère fortune de France) et Vincent Bolloré, milliardaires à la tête de plusieurs entreprises du CAC40

Une dynamique similaire est à l’œuvre aujourd’hui. Prenez, par exemple, les mesures de surveillance high-tech, les cartes d’identité numériques, la répression des manifestations publiques et la multiplication très rapide des lois introduites par les gouvernements pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Si l’on se fie à l’histoire récente, les gouvernements trouveront sûrement le moyen de rendre permanentes un grand nombre de ces règles d’urgence, comme ils l’ont fait avec une grande partie de la législation antiterroriste de l’après-11 septembre. Comme l’a noté Edward Snowden : « Lorsque nous voyons des mesures d’urgence adoptées, en particulier aujourd’hui, elles ont tendance à être collantes. L’urgence a tendance à s’étendre ». Cela confirme également les idées sur l’« état d’exception » avancées par le philosophe italien Giorgio Agamben, qui a pourtant été vilipendé par le courant dominant de la gauche pour sa position anti-confinement.

En définitive, toute forme d’action gouvernementale doit être jugée en fonction de ce qu’elle représente réellement. Nous soutenons l’intervention du gouvernement si elle sert à promouvoir les droits des travailleurs et des minorités, à créer le plein emploi, à fournir des services publics essentiels, à contenir le pouvoir des entreprises, à corriger les dysfonctionnements des marchés, à prendre le contrôle d’industries cruciales dans l’intérêt public. Mais au cours des 18 derniers mois, nous avons assisté à l’exact opposé : un renforcement sans précédent des mastodontes transnationaux et de leurs oligarques aux dépens des travailleurs et des entreprises locales. Un rapport publié le mois dernier sur la base des données de Forbes a montré que les seuls milliardaires américains ont vu leur fortune augmenter de 2 000 milliards de dollars américains pendant la pandémie.

Un autre fantasme de gauche qui a été démenti par la réalité est l’idée que la pandémie ferait naître un nouvel esprit collectif, capable de surmonter des décennies d’individualisme néolibéral. Au contraire, la pandémie a encore plus fracturé les sociétés : entre les vaccinés et les non-vaccinés, entre ceux qui peuvent récolter les bénéfices du travail intelligent et ceux qui ne le peuvent pas. De plus, un peuple composé d’individus traumatisés, arrachés à leurs proches, amenés à se craindre les uns les autres en tant que vecteurs potentiels de maladies, terrifiés par le contact physique, n’est guère un bon terreau pour la solidarité collective.

Mais peut-être la réponse de la gauche peut-elle être mieux comprise en termes individuels plutôt que collectifs. La théorie psychanalytique classique a établi un lien clair entre le plaisir et l’autorité : l’expérience d’un grand plaisir (assouvissant le « principe de plaisir ») peut souvent être suivie d’un désir d’autorité et de contrôle renouvelés, manifesté par l’ego ou le « principe de réalité ». Cela peut en effet produire une forme subvertie de plaisir. Les deux dernières décennies de mondialisation ont vu une énorme expansion du « plaisir de l’expérience », partagé par la classe libérale mondiale de plus en plus transnationale, dont beaucoup, de manière assez curieuse en termes historiques, se sont identifiés comme étant de gauche (et ont en effet usurpé de plus en plus cette position aux circonscriptions traditionnelles de la classe ouvrière de gauche). Cette augmentation massive du plaisir et de l’expérience vécue au sein des catégories sociales les plus fortunées s’est accompagnée d’un sécularisme croissant et de l’absence de toute contrainte ou autorité morale reconnue. Du point de vue de la psychanalyse, le soutien de cette classe aux « mesures Covid » s’explique assez facilement en ces termes : comme l’apparition souhaitée d’une coterie de mesures restrictives et autoritaires qui peuvent être imposées pour restreindre le plaisir, dans le cadre strict d’un code moral qui intervient là où il n’y en avait pas auparavant.

La gauche entretient une foi naïve dans la Science

Un autre facteur expliquant l’adhésion de la gauche aux « mesures Covid » est sa foi aveugle dans la « science ». Celle-ci trouve ses racines dans la foi traditionnelle de la gauche dans le rationalisme. Cependant, une chose est de croire aux vertus indéniables de la méthode scientifique, une autre est d’être complètement inconscient de la façon dont ceux qui sont au pouvoir exploitent la « science » pour faire avancer leur agenda. Pouvoir faire appel à des « données scientifiques solides » pour justifier ses choix politiques est un outil incroyablement puissant entre les mains des gouvernements. C’est, en fait, l’essence même de la technocratie. Toutefois, cela signifie qu’il faut sélectionner avec soin les « données scientifiques » qui soutiennent son programme et marginaliser agressivement toute autre opinion, quelle que soit sa valeur scientifique.

C’est ce qui se passe depuis des années dans le domaine de l’économie. Est-il vraiment difficile de croire qu’une telle prise de contrôle par les entreprises se produit aujourd’hui dans le domaine de la science médicale ? Pas selon John Ioannidis, professeur de médecine et d’épidémiologie à l’université de Stanford. Ioannidis a fait la une des journaux au début de l’année 2021 lorsqu’il a publié, avec certains de ses collègues, un article affirmant qu’il n’y avait aucune différence pratique en termes épidémiologiques entre les pays qui avaient mis en place un système de verrouillage (type confinement) et ceux qui ne l’avaient pas fait. La réaction contre cet article – et contre Ioannidis en particulier – a été féroce, surtout parmi ses collègues scientifiques.

« Le scepticisme organisé était considéré comme une menace pour la santé publique. Il y a eu un affrontement entre deux écoles de pensée, la santé publique autoritaire contre la science – et la science a perdu »

Cela explique sa récente dénonciation cinglante de sa propre profession. Dans un article intitulé « How the Pandemic Is Changing the Norms of Science », Ioannidis note que la plupart des gens – surtout à gauche – semblent penser que la science fonctionne selon « les normes mertoniennes de communautarisme scientifique, d’universalisme, de désintéressement et de scepticisme organisé ». Mais, hélas, ce n’est pas ainsi que fonctionne réellement la communauté scientifique, explique Ioannidis. Avec la pandémie, les conflits d’intérêts des entreprises ont explosé, et pourtant en parler est devenu un anathème. Il poursuit : « Les consultants qui ont gagné des millions de dollars en conseillant des entreprises et des gouvernements ont obtenu des postes prestigieux, du pouvoir et des éloges publics, tandis que les scientifiques qui travaillaient bénévolement mais osaient remettre en question les récits dominants étaient accusés d’être en conflit. Le scepticisme organisé était considéré comme une menace pour la santé publique. Il y a eu un affrontement entre deux écoles de pensée, la santé publique autoritaire contre la science – et la science a perdu ».

La gauche s’est perdue, elle risque même de disparaître

En définitive, le mépris flagrant et la moquerie de la gauche à l’égard des préoccupations légitimes des gens (concernant les confinements, les vaccins ou les passeports sanitaires) sont honteux. Non seulement ces préoccupations sont enracinées dans des difficultés réelles, mais elles découlent également d’une méfiance légitime envers les gouvernements et les institutions qui ont été indéniablement capturés par les intérêts des entreprises. Quiconque, comme nous, est favorable à un État véritablement progressiste et interventionniste doit répondre à ces préoccupations, et non les rejeter.

Mais là où la réponse de la gauche s’est avérée la plus insuffisante, c’est sur la scène mondiale, en ce qui concerne la relation entre les restrictions de libertés et l’aggravation de la pauvreté dans le Sud. N’a-t-elle vraiment rien à dire sur l’énorme augmentation des mariages d’enfants, l’effondrement de la scolarisation et la destruction de l’emploi formel au Nigeria, où l’agence nationale de statistiques suggère que 20% des personnes ont perdu leur emploi pendant les confinements ? Qu’en est-il du fait que le pays présentant les chiffres les plus élevés en matière de mortalité Covid et de taux de surmortalité pour 2020 est le Pérou, qui a connu l’un des confinements les plus stricts au monde ? Sur tout cela, elle a été pratiquement silencieuse. Cette position doit être considérée en relation avec la prééminence de la politique nationaliste sur la scène mondiale : l’échec électoral des internationalistes de gauche tels que Jeremy Corbyn signifie que les questions mondiales plus larges ont eu peu de prise lorsqu’il s’est agi de considérer une réponse plus large de la gauche occidentale au Covid-19.

Il convient de mentionner que certains mouvements de gauche, radicaux et socialistes, se sont prononcés contre la gestion actuelle de la pandémie. Il s’agit notamment de Black Lives Matter aux Etats-Unis, des Left Lockdown Sceptics au Royaume-Uni, de la gauche urbaine chilienne, de Wu Ming en Italie et, surtout, de l’alliance des sociaux-démocrates et des Verts qui gouverne actuellement la Suède. Mais tout le spectre de l’opinion de gauche a été ignoré, en partie en raison du petit nombre de médias de gauche, mais aussi en raison de la marginalisation des opinions dissidentes par cette même gauche intellectuellement dominante.

Au final, il s’agit d’un échec historique de la gauche, qui aura des conséquences désastreuses. Toute forme de dissidence populaire est susceptible d’être captée une fois de plus par l’extrême-droite, réduisant à néant toute chance pour la gauche de gagner les électeurs dont elle a besoin pour renverser l’hégémonie de la droite. Pendant ce temps, la gauche s’accroche à une technocratie d’experts sévèrement minée par ce qui s’avère être une gestion catastrophique de la pandémie en termes de progressisme social. Alors que toute forme de gauche viable et éligible s’évanouit dans le passé, le débat contradictoire et la liberté de ne pas être d’accord, qui sont au cœur de tout véritable processus démocratique, risquent fort de disparaître avec elle.

Toby Green

Thomas Fazi

 

Cet article a été publié le 23 novembre 2021 sur UnHerd. Il a été traduit par Laurent Mucchielli, directeur de recherche au CNRS, et nous le publions avec l’aimable autorisation des auteurs :

https://qg.media/2021/11/30/le-naufrage-de-la-gauche-politique-face-au-covid-par-toby-green-et-thomas-fazi/

Toby Green (professeur d’histoire au Kings College London, auteur de The Covid Consensus: The New Politics of Global Inequality) et Thomas Fazi (écrivain, journaliste and traducteur, auteur de Reclaiming the State)

La source originale de cet article est UnHerd

Copyright © Toby Green et Thomas Fazi, UnHerd, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-naufrage-de-la-gaule-politique-face-au-covid/5662824

Dans SANTE

UNE NOUVELLE ETUDE CONFIRME L’ORIGINE NATURELLE DE LA COVID-19, SELON DES SOURCES PROCHES D’UNE EQUIPE DE L’OMS

Par Le 29/11/2021

Une nouvelle étude confirme l’origine naturelle de la COVID-19, selon des sources proches d’une l’équipe de l’OMS

 

25 Nov 2021

   

Le virus responsable de la COVID-19 est vraisemblablement passé de l’animal à l’homme au marché humide de Huanan, à Wuhan, en Chine, selon une nouvelle analyse marquante du biologiste évolutionniste Michael Worobey publiée dans la revue Science.

L’article de Worobey est un autre clou dans le cercueil de la théorie du complot du laboratoire de Wuhan, concoctée par l’idéologue fasciste Stephen K. Bannon et promue par le New York Times, le Washington Post et le Wall Street Journal.

«C’est une donnée de plus qui pointe vers l’origine dite “naturelle” dans les élevages d’animaux sauvages et le système de marché», a déclaré une source proche d’une précédente étude conjointe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Chine sur les origines de la COVID-19.

Même s’ils acceptent à contrecœur que l’étude porte un coup majeur à la théorie de la «fuite de laboratoire», les médias qui ont promu cette théorie de la conspiration sans fondement tentent de déformer les conclusions de Worobey pour saper l’étude de l’Organisation mondiale de la santé sur les origines de la COVID-19.

Mais des sources proches de l’équipe de l’OMS ont déclaré qu’elles accueillaient favorablement les résultats de l’étude de Worobey, affirmant qu’ils sont fondamentalement cohérents avec leurs conclusions tout en ajoutant de nouvelles informations importantes.

Worobey conclut que «la plupart des premiers cas symptomatiques étaient liés au marché de Huanan – en particulier à la section ouest où il y avait présence de chiens viverrins en cage – ce qui prouve bien que la pandémie a pour origine un marché d’animaux vivants».

L’étude ajoute: «Cela expliquerait l’extraordinaire prépondérance des premiers cas de COVID-19 sur l’un des quelques sites de Wuhan – 11 millions d’habitants – qui vendent certains des mêmes animaux qui nous ont apporté le SRAS».

Si le rapport de l’OMS reconnaît que la première grande épidémie a eu lieu à Wuhan et que la plupart des cas étaient regroupés autour du marché humide de Huanan, il ne conclut pas que Wuhan ou le marché – ni même la Chine d’ailleurs – sont à l’origine de la maladie.

Mais l’étude de Worobey est encore plus directe que le rapport de l’OMS en ce qui concerne l’identification du mode de propagation de la COVID-19. Elle fournit des informations plus précises sur les premiers cas, montrant que le premier cas identifié était en fait lié au marché.

Le rapport de l’OMS avait conclu: «Aucune conclusion ferme ne peut donc être tirée actuellement sur le rôle du marché de Huanan dans l’origine de l’épidémie ni sur la manière dont l’infection a été introduite dans le marché.» Plutôt que de contredire le rapport de l’OMS, l’étude de Worobey le complète avec des données solides qui pointent vers les origines animales de la COVID et le rôle du marché de Huanan.

Les partisans de la théorie de la «fuite en laboratoire» se sont plaints que l’étude OMS-Chine n’avait pas été en mesure de fournir des preuves définitives de l’origine animale du virus. Maintenant que Worobey a fait un grand pas dans cette direction, ces premiers prétendent de manière malhonnête que son étude contredit ou sape les travaux de l’OMS.

Les reportages des principaux organes de presse américains, dont le New York Times et le Washington Post, ont déformé les résultats de l’étude, laissant entendre que les conclusions de Worobey signifiaient que le rapport de l’OMS était en quelque sorte vicié.

Le New York Times a commencé un article en première page en déclarant que «l’enquête influente de l’Organisation mondiale de la santé s’était très probablement trompée sur la chronologie initiale de la pandémie».

Le Times conclut son article par une citation d’Alina Chan, l’un des principaux partisans du mensonge du laboratoire de Wuhan, qui déclare: «Le principal problème que cela met en évidence… est qu’il y a un manque d’accès aux données, et qu’il y a des erreurs dans le rapport de l’OMS-Chine».

Commentant les efforts du Times pour opposer les résultats de Worobey à ceux de l’équipe de l’OMS, la journaliste de Nature, Amy Maxmen, a écrit: «Les chercheurs apprennent plus au fur et à mesure, donc je n’aime pas la façon dont les médias en font une bagarre».

Le Washington Post, qui, comme le Times, a promu la théorie du complot du laboratoire de Wuhan, a de même invité les promoteurs de la théorie du complot à commenter les conclusions de Worobey. «Elle est basée sur des informations fragmentaires et, dans une large mesure, sur des ouï-dire», a déclaré au Post David A. Relman, défenseur de la fuite de laboratoire. «En général, il n’y a aucun moyen de vérifier une grande partie de ce qu’il décrit, et de ses conclusions».

Les conclusions de Relman sont absurdes, puisque les résultats de Worobey étaient basés sur des données accessibles au public qui peuvent être contrôlées et vérifiées par n’importe qui et qui ont certainement été vérifiées avant d’être publiées dans l’une des principales publications scientifiques mondiales évaluées par des pairs. Le Post ne dit rien à ce sujet.

En réponse, Worobey a écrit :

Je suis préoccupé par les commentaires antiscientifiques comme celui-ci qui reflètent un désir de minimiser, de dénigrer ou de rejeter les preuves qui ne correspondent pas aux désirs des partisans d’une hypothèse particulière (dans le cas de David, l’hypothèse de la fuite du laboratoire).

Ce genre de «je crois ce que je veux croire face à toutes les preuves contraires» est suffisamment répandu de nos jours pour ne pas le laisser s’infiltrer davantage dans le discours scientifique.

Ce qui est plus inquiétant, c’est le parti pris, également présent chez d’autres partisans des scénarios de fuite de laboratoire tels que @Ayjchan, où les commentaires de première main de médecins, de scientifiques chinois et, apparemment, de patients de COVID-19, sont facilement rejetés comme des mensonges ou, ici, des «ouï-dire».

La force de mon article est qu’il s’appuie sur des témoignages de première main – y compris des enregistrements audio/vidéo – de médecins, d’administrateurs d’hôpitaux et de patients.

Cette preuve n’est que la dernière d’une série d’articles qui approfondissent les connaissances de l’humanité sur la façon dont la COVID-19 est passée des animaux aux humains. En septembre, une équipe internationale de scientifiques de l’Institut Pasteur français et de l’Université du Laos a déclaré avoir découvert un groupe de virus qui sont les plus proches parents du SRAS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19.

Alors que les preuves qui réfutent le mensonge du laboratoire de Wuhan s’accumulent, de plus en plus de scientifiques se rallient à la défense du président de l’EcoHealth Alliance, Peter Daszak, accusé de manière absurde par les partisans de la théorie du complot d’avoir contribué à la création de la COVID-19.

Dans un profil de Daszak, Science cite des scientifiques de premier plan qui condamnent la chasse aux sorcières dont il fait l’objet ainsi que son organisation, EcoHealth Alliance. «C’est vraiment horrible de voir ce genre de chasse aux sorcières», a déclaré Peter Hotez, chercheur en santé mondiale au Baylor College of Medicine.

Réagissant à l’article de Science sur Twitter, la virologue Angella Rasmussen a répondu: «Il n’y a aucune preuve d’inconduite scientifique et ils effectuaient des recherches d’une importance capitale».

Jon Cohen, rédacteur de l’équipe de Science, a écrit que Daszak «trouve particulièrement injuste qu’après avoir mis en garde contre le risque de pandémie de coronavirus pendant plus de 15 ans, il soit vilipendé».

 

Source: WSWS

https://www.investigaction.net/fr/une-nouvelle-etude-confirme-lorigine-naturelle-de-la-covid-19-selon-des-sources-proches-dune-lequipe-de-loms/

 

Dans SANTE

MISE EN AVANT DU SUCCES DES VACCINS CUBAINS ANTI-COVID-19

Par Le 26/11/2021

26 Novembre 2021

Washington, 24 novembre (Prensa Latina) L'offre cubaine de vaccins COVID-19 produits localement porte ses fruits, a rapporté aujourd'hui https://www.nature.com.

Un article de Sara Reardon paru dans Nature, une revue internationale hebdomadaire ayant des bureaux dans plusieurs villes du monde, indique que des données préliminaires montrent qu'une combinaison de trois doses de vaccins Soberana 02 était efficace à 92,4 % dans les essais cliniques.

Lorsque la pandémie de Covid-19 a commencé, Cuba a décidé de ne pas attendre que le reste du monde mette au point des vaccins. L'embargo économique (blocus) étasunien contre le pays, vieux de 60 ans, qui entrave l'exportation de produits fabriqués aux États-Unis, rendrait difficile l'acquisition de médicaments.

"La meilleure chose à faire, pour protéger notre population, était d'être indépendant", a déclaré Vicente Vérez Bencomo, directeur général de l'Institut Finlay des vaccins  à La Havane.

Pour évaluer l'efficacité des immunogènes cubains, l’article a mis en avant le cas de Soberana 02.

« Il semble être efficace contre le variant Delta hautement transmissible du nouveau coronavirus à l’origine d’une augmentation des hospitalisations et des décès dans le monde entier et qui représente désormais la quasi-totalité des cas de Covid-19 à Cuba".

« Nature » a couvert les travaux des scientifiques cubains du Centre d'ingénierie génétique et de biotechnologie (CIGB) de La Havane sur l'Abdala, un vaccin à trois doses, qui s'est révélé efficace à plus de 92 % lors des essais de phase III auxquels ont participé plus de 48 000 personnes, mais les résultats complets n'ont pas encore été rendus publiques.

Selon le journaliste, les vaccins du Finlay ont atteint "une efficacité similaire à celle des vaccins fabriqués par Johnson & Johnson (J&J) à New Brunswick, dans le New Jersey, et AstraZeneca à Cambridge, au Royaume-Uni". 

Les responsables de l'institut ont dit être en mesure de produire 10 millions de doses de Soberana 02 par mois.

« Les vaccins à base de protéines tels que Soberana 02 et Abdala peuvent présenter certains avantages par rapport à d'autres types d'injections », a déclaré Craig Laferr