SANTE

SANTE

Dans SANTE

L’IMMUNITE COLLECTIVE EST « IRREALISABLE » MALGRE LA VACCINATION, ASSURENT DES SCIENTIFIQUES

Par Le 12/08/2021

L’immunité collective est «irréalisable» malgré la vaccination, assurent des scientifiques

L’immunité collective est «irréalisable» malgré la vaccination, assurent des scientifiques

folder_openCORONAVIRUS access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec Sputnik

Sceptiques concernant la formation d’une immunité collective grâce à la vaccination complète de la population face à la propagation du variant Delta, des scientifiques britanniques qualifient cet objectif d’«irréalisable». Ils soulignent que le virus pourrait encore muter dans le futur et infecter la population vaccinée.

En se référant au fait que les personnes vaccinées continuent de se faire contaminer par le coronavirus en pleine propagation du variant Delta, Paul Hunter, professeur de médecine à l'université d'East Anglia, a conclu que l’immunité collective n’était pas vraiment possible dans le contexte actuel. Il a avancé ces propos ce mardi 10 août au cours d'une réunion avec les parlementaires britanniques.

Il a tenu à préciser que le problème se trouvait dans le fait que les gens pensent des choses différentes quand ils entendent parler d’immunité collective. D’après lui, ce concept, expliqué par l’OMS, repose sur la «protection indirecte des personnes qui n'ont pas été vaccinées ou qui ne sont pas vraisemblablement infectées». Cela peut être atteint par l'immunité d'une grande majorité de la population obtenue soit par la vaccination, soit par une infection par le virus et un rétablissement.

«Je pense que le concept d'immunité collective dans la façon dont l'OMS l'utilise, dans la façon dont je l'utilise, est irréalisable parce que nous savons que l'infection peut se propager dans les populations vaccinées», indique le scientifique.

À son tour, le professeur à la tête de l'Oxford Vaccine Group, Andrew Pollard, a ajouté que le Covid n’était pas comme la rougeole pour laquelle quand «95% des gens ont été vaccinés […], le virus ne peut pas se transmettre dans la population».

«Le variant Delta infectera les personnes vaccinées. Et cela signifie que toute personne qui n'est pas encore vaccinée à un moment donné rencontrera le virus et nous n'avons rien qui puisse [complètement] arrêter cette transmission», a-t-il précisé.

Qui plus est, le professeur a exprimé l’opinion que la mutation Delta n’était peut-être pas la dernière et que le virus pourrait encore s’adapter dans le futur et muter tant qu’il «sera[it] peut-être meilleur pour se propager dans la population vaccinée».

Pourtant, il ne nie pas le fait que le vaccin peut mieux protéger contre une forme grave de la maladie.

«Les données les plus récentes suggèrent que deux doses du vaccin ne protègent probablement qu’à 50% contre l'infection, mais elles sont beaucoup plus efficaces contre la maladie grave».

Moins de risque

Tandis que ces scientifiques britanniques se montrent sceptiques envers l’immunité collective, que les médecins rêvent d’atteindre pour mettre fin à l’épidémie, d’autres études semblent ne pas être en capacité non plus de confirmer que la vaccination pourrait arrêter la propagation du virus. Toutefois, elles aussi concluent que la vaccination peut ralentir cette transmission du Covid-19, ainsi qu’éviter des formes graves de la maladie.

Une étude d’Imperial College London affirme que «les personnes entièrement vaccinées âgées de 18 à 64 ans ont un risque d’infection plus faible d'environ 49% à celui des personnes non vaccinées. Les résultats indiquent également qu’environ la moitié des personnes entièrement vaccinées étaient plus susceptibles de produire un test positif après être entrées en contact avec une personne qui avait eu le Covid-19 (3,84%, en baisse par rapport à 7,23%).

D’après une étude de l’Institut Pasteur, en collaboration avec la Caisse nationale d’assurance maladie, l’institut Ipsos et Santé publique France, et portant sur l’efficacité des vaccins à ARNm contre les formes symptomatiques du Covid-19, «le schéma de vaccination, à deux doses, confère une protection de 88% contre la souche d’origine du virus, de 86% contre le variant alpha et de 77% contre le variant bêta».

«Un autre résultat important de cette étude concerne les antécédents d'infection par SARS-COV-2. Les chercheurs montrent qu’une infection récente (2 à 6 mois) confère une protection similaire à celle observée avec les vaccins ARNm, mais que cette protection décroît après six mois», indique le communiqué de l’Institut Pasteur.

 

immunite virus coronavirus vaccin

https://french.alahednews.com.lb/41059/296

Dans SANTE

LETTRE OUVERTE AUX NON VACCINES

Par Le 11/08/2021

Lettre ouverte aux non vaccinés

Par Prof Denis RancourtDr. Angela Durante, et et al.

Mondialisation.ca, 10 août 2021

Thème: 

Analyses: 

 240   43  9  314

Le chercheur de l’OCLA, le Dr Denis Rancourt et plusieurs autres universitaires canadiens ont écrit une lettre ouverte pour soutenir ceux qui ont décidé de ne pas se faire vacciner contre la COVID-19.

Le groupe souligne le caractère volontaire de ce traitement médical ainsi que la nécessité d’un consentement éclairé et d’une évaluation individuelle des risques et des avantages. Ils rejettent la pression exercée par les responsables de la santé publique, les médias sociaux et les autres citoyens.

Le contrôle de notre intégrité corporelle pourrait bien être la frontière ultime de la lutte pour la protection des libertés civiles. Lisez la lettre ci-dessous ou en format PDF ici.

Lettre ouverte aux non vaccinés

Vous n’êtes pas seul ! Au 28 juillet 2021, 29 % des Canadiens n’avaient pas reçu de vaccin COVID-19, et 14 %  avaient reçu une seule dose de vaccin. Aux États-Unis et dans l’Union européenne, moins de la moitié de la population est entièrement vaccinée, et même en Israël, le « labo mondial » selon Pfizer, un tiers de la population sont pas du tout vaccinés. Les politiciens et les médias ont adopté un discours unique, bouc émissaire des non vaccinés pour les troubles qui ont suivi après dix-huit mois de peur et de confinements. Il est temps de remettre les pendules à l’heure.

Il est tout à fait raisonnable et légitime de dire « non » aux vaccins insuffisamment testés pour lesquels il n’existe pas de données scientifiques fiables. Vous avez le droit de faire valoir la tutelle de votre corps et de refuser les traitements médicaux si vous le jugez bon. Vous avez raison de dire « non » à une violation de votre dignité, de votre intégrité et de votre autonomie corporelle. C’est votre corps, et vous avez le droit de choisir. Vous avez raison de vous battre pour vos enfants contre la vaccination de masse à l’école.

Vous avez raison de vous demander si le consentement libre et éclairé est possible dans les circonstances actuelles. Les effets à long terme sont inconnus. Les effets transgénérationnels sont inconnus. La déréglementation de l’immunité naturelle induite par le vaccin est inconnue. Le préjudice potentiel est inconnu car la déclaration des événements indésirables est retardée, incomplète et incohérente entre les juridictions.

Vous êtes la cible des grands médias, des campagnes d’ingénierie sociale du gouvernement, des règles et politiques injustes, des employeurs collaborateurs et de le vaste monde des médias sociaux. On vous dit que vous êtes maintenant le problème et que le monde ne peut pas revenir à la normale si vous n’êtes pas vacciné. La propagande vous désigne impitoyablement comme un bouc émissaire et et votre entourage fait pression sur vous. Rappelez-vous ; il n’y a rien de mal de refuser .

Vous êtes accusé à tort d’être une véritable usine à fabriquer de nouveaux variants du SARS-CoV-2, alors qu’en fait, selon d’éminents scientifiques, votre système immunitaire naturel génère une immunité contre de multiples composants du virus. Cela favorisera votre protection contre une vaste gamme de variants viraux et abrogera davantage la propagation à quiconque.

Vous êtes justifié d’exiger des études indépendantes évaluées par des pairs, non financées par des sociétés pharmaceutiques multinationales. Toutes les études évaluées par les pairs sur l’innocuité et l’efficacité à court terme ont été financées, organisées, coordonnées et soutenues par ces sociétés à but lucratif ; et aucune des données de l’étude n’a été rendue publique ou mise à la disposition des chercheurs qui ne travaillent pas pour ces entreprises.

Vous avez raison de remettre en question les résultats préliminaires des essais vaccinaux. Les valeurs élevées alléguées d’efficacité relative reposent sur un petit nombre d' »infections » faiblement déterminées. Les études n’étaient pas non plus randomisée en double aveugles, où dans ce cas les personnes qui apportaient les injections savaient ou pouvaient déduire si elles injectaient le vaccin expérimental ou le placebo. Ce n’est pas une méthodologie scientifique acceptable pour les essais de vaccins.

Vous avez raison de réclamer une diversité d’opinions scientifiques. Comme dans la nature, nous avons besoin d’une polyculture de l’information et de ses interprétations. Et nous n’avons pas ça en ce moment. Choisir de ne pas prendre le vaccin, c’est laisser l’espace nécessaire à l’émergence de la raison, la transparence et la responsabilité. Vous avez raison de demander : « Que vient-il ensuite lorsque nous donnons abandonnons le contrôle de notre propre corps ? »

Ne vous laissez pas intimider. Vous faites preuve de résilience, d’intégrité et de courage. Vous vous rassemblez dans vos communautés, faites des plans pour vous aider les uns les autres et défendez la responsabilité scientifique et la liberté d’expression, qui sont nécessaires à l’épanouissement de la société. Nous sommes nombreux à être à vos côtés.

Angela Durante, PhD
Denis Rancourt, Ph.D.
Claus Rinner, PhD
Laurent Leduc, Ph.D.
Donald Welsh, Ph.D.
John Zwaagstra, PhD
Jan Vrbik, PhD
Valentina Capurri, PhD

*

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

*****

Lien vers l’article original:

A Letter to the UnvaccinatedBy Dr. Angela DuranteProf Denis Rancourt, and et al., August 07, 2021

Traduit par Maya pour Mondialisation

L’image en vedette est tirée de Health Impact News

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Denis RancourtDr. Angela Durante, et et al., Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lettre-aux-non-vaccines/5659082

Dans SANTE

EN ANGLETERRE, LE VARIANT DELTA TUE PLUS DE VACCINES QUE DE NON VACCINES

Par Le 06/08/2021

"Le variant Delta tue les vaccinés plus que les non-vaccinés, en Angleterre" Martin Zizi

 Publié le 06/08/2021 à 17:24

"Ils veulent faire passer ce vaccin pour non-expérimental alors qu'ici les risques ne sont pas connus" - Martin Zizi

FS

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...320

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

L’ancien directeur scientifique de la Défense belge est de retour, après un premier debriefing. Martin Zizi nous explique cette fois la différence entre les "vaccins normaux" et les "vaccins sur le cancer". À partir de cela, il démontre que les vaccins ne remplissent pas aujourd’hui les conditions de base légales pour être sur le marché.

 

Il est parfois difficile de s'approprier des documents scientifiques, Martin Zizi nous aide donc à les décrypter : nous apprenons ainsi que le variant Delta n’est peut-être pas si dangereux qu’on ne le prétend. Plus contagieux ne veut pas dire plus mortel, et en prenant l’exemple du cas anglais, le chercheur en biophysique moléculaire démontre comment les vaccinés sont finalement plus fragiles à l'heure actuelle face à ce variant que les non-vaccinés.

Il revient également sur le caractère non-pertinent du test PCR pour identifier les personnes infectées. Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org

 

Les sources analysées dans cet entretien sont à votre disposition ci-dessous.

 

who_2020-12_age-specific_covid-19_infection_fatality_rate.jpg

La léthalité du Covid-19 selon les âges (source : OMS)

 

comparatif_des_interets.png

Comparatif des intérêts et limitations des tests PCR et antigéniques (Ag) selon les seuils de détection par-rapport à la contagiosité (source : Covidrationnel.be)

Documents :

Enquête de Public Health England sur les variants du Sars-CoV-2 en Angleterre [Tableaux]

Rapport de l'OMS sur la léthalité du Covid-19

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/martin-zizi-2

Dans SANTE

LE COVID FRAPPE A NOUVEAU

Par Le 05/08/2021

5 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-01 18:00:48

      

Par Guillermo Alvarado

L’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS a alerté sur une augmentation sensible du nombre de cas d’infections par le Covid-19, ainsi que des décès dûs aux nouvelles souches du virus, notamment la dite Delta.

Selon le dernier rapport de l’organisme publié à Genève, en Suisse,  3,8 millions de nouveaux cas et 69 mille décès ont été enregistrés dans le monde au cours de la semaine du 19 au 25 juillet, dont la plupart au continent américain et le sud-est de l’Asie.

Le centre de systèmes pour la science et le génie de l’Université Johns Hopkins a averti que la souche Delta se propage très rapidement dans le territoire des États-Unis, où les autorités ont recommandé le port du masque  dans les espaces fermés, aussi bien pour les personnes vaccinées que pour celles qui n'ont pas reçu les doses.

Pour illustrer cette situation, mercredi dernier, seul dans l'état de la Floride, on a enregistré plus de 16 000 cas d'infection, le chiffre le plus élevé depuis le mois de janvier.

Récemment l'épidémiologiste Anthony Fauci, principal conseiller de Joe Biden en matière de lutte contre le Covid-19, a averti que le pays ne marche pas dans le bon sens.

La campagne de vaccination s’est pratiquement arrêtée et seul 57% de la population de plus de 12 ans a reçu le schéma de vaccination complet. Le gouvernement fédéral analyse la possibilité  d'imposer l'immunisation obligatoire pour tous les travailleurs du secteur public.

En Amérique Latine et dans les Caraïbes la situation est également très complexe, avec une hausse croissance des cas en Argentine, en Colombie, à Cuba, en l'Equateur et au Paraguay, a informé l'Organisation Panaméricaine de la Santé, l’OPS.

Dans l'ensemble, cette région n'a  vacciné que 16,6% de ses habitants, notamment en Amérique Centrale, où le pourcentage est infime, à cause des difficultés financières pour accéder aux vaccins ou bien de la mauvaise gestion de ses gouvernements.

À ce jour, Cuba est le seul pays qui possède son propre vaccin et aussi sur quatre candidats vaccins qui sont actuellement en phase avancée d'essais cliniques, ce qui lui permettra de vacciner la totalité de sa population avant la fin de l'année.

Quelques départements et des territoires français d'outre-mer situés dans les Caraïbes connaissent actuellement un rebond. En Martinique, plus d'une centaine de malades ont été évacués vers la  France car les hôpitaux sont saturés.

Les nouvelles ne sont pas bonnes et elles confirment que nous sommes encore très loin de la fin de la pandémie, en même temps qu’elle a ressorti le meilleur  mais également le pire de notre espèce qui se refuse à en tirer des leçons.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/265765-le-covid-frappe-a-nouveau

Tag(s) : #Covid19

Dans SANTE

MORT DE MAXIME BELTRA, 22 ANS NEUF HEURES APRES LE VACCIN PFIZER

Par Le 28/07/2021

Mort de Maxime Beltra, 22 ans neuf heures après le vaccin Pfizer

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdfimage_print

par Philippe Huysmans.

Il voulait juste vivre, nous dit son père dans une vidéo bouleversante. Il avait 22 ans, c’était mon unique fils, et il est mort, tué par une saloperie de vaccin qui n’a jamais été validé ni correctement testé, neuf heures seulement après l’injection, sous le regard horrifié des soignants qui n’ont rien pu faire pour endiguer les conséquences du choc anaphylactique violent qui l’a tué.

Il devait se faire vacciner pour pouvoir partir en vacances en Grèce, avec son amie, dit encore le père, qui peine à trouver les mots, qui n’a pas encore accepté l’idée que son fils lui a été enlevé pour toujours.

 

 

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les chacals et autres trolls à gage, sentant le scandale arriver, y aillent de leurs attaques diffamatoires, ajoutant l’insulte à l’outrage, la peine au chagrin. Il ne suffit pas désormais que ce père aie perdu son fils, il devra encore endurer les attaques odieuses.

Ainsi nous avons un sieur Jean-Louis Gagnaire, qui à 8h56 (du matin, donc), se fend d’un tweet disant :

Ah ben oui, forcément, c’est louche si 10 heures après le décès du gamin le père n’a pas encore publié d’avis de décès sur des sites dédiés, c’est très logique. Et donc ça mérite une plainte pour diffusion d’infos erronées à des fin politiques ! Alors entretemps, cet idiot s’est excusé dans un mea culpa absolument pathétique, mais le mal a été fait. Et là on pourrait aussi porter plainte pour diffusion d’infos erronées à des fin politiques ? Voire diffamation, peut-être ?

Et la palme de la crapulerie intergalactique revient à…

Midi Libre, qui à 20h nous pond un articulet, dans lequel on peut lire :

Sète : des interrogations sur les raisons du décès d’un jeune primo-vacciné

Lundi 26 juillet, un Sétois de 22 ans est décédé vers 23 h. Une mort tragique attribuée, par le père du jeune adulte, à la première dose de Pfizer que ce dernier avait reçu, à 14 h, au centre de vaccination de Sète. À une très probable allergie alimentaire grave, par des sources médicales concordantes, proches du dossier.

Tout d’abord, le père, dans sa déclaration, parle bien d’un choc anaphylactique, c’est donc le diagnostic qui a été posé en première intention.

Deuxio, pas besoin de rameuter « des sources médicales concordantes », seule l’autopsie (et une culture en labo du contenu de l’estomac du défunt ainsi qu’une analyse toxicologique) pouvant établir avec certitude une intoxication alimentaire comme étant la cause du décès. Essaie-t-on de nous faire avaler qu’une autopsie a eu lieu et qu’ils auraient donc déjà les résultats, notamment sur la culture in vitro ? J’ai de gros doutes là-dessus, ça prend du temps, ces tests.

Je pense que face à un énième scandale, dans une situation déjà passablement explosive, les journalistes à la botte ont été dépêchés d’urgence pour tenter d’éteindre le feu qui menace de partir façon feu de garrigue sous le Mistral.

Mes condoléances au père de Maxime et à sa famille, j’ai personnellement deux enfants à peine plus âgés que Maxime, et je n’ose même pas imaginer ce qu’ils doivent vivre aujourd’hui, et le deuil difficile qui les attend.

Écrit la rage au ventre, mardi 27 juillet à 23h52.

image_pdf

image_print

https://reseauinternational.net/mort-de-maxime-beltra-22-ans-neuf-heures-apres-le-vaccin-pfizer/

Dans SANTE

LA COMPARAISON ENTRE MORTALITE PAR COVID ET LETALITE DUE AUX VACCINS EST CATASTROPHIQUE

Par Le 27/07/2021

La comparaison entre mortalité par Covid et létalité due aux vaccins est juste catastrophique

Par La rédaction de l'AIMSIB

Mondialisation.ca, 26 juillet 2021

aimsib.org 25 juillet 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 55   0  2  59

La France s’apprête sans remords à trier dès demain sa population en fonction des données de ses QR codes puisque 20% de ses Députés ont instauré cette mesure, incroyablement liberticide, du jamais vu depuis la dernière guerre. Parce qu’il faut à tout prix vacciner toute la population âgée de plus de 12 ans, pour son bien. Mais quelle bénéfice individuel tirer de ce gigantesque pari immunitaire? Chez les enfants à tous les coups ils ne gagnent rien et certains d’entre eux vont probablement en mourir cet hiver. Pour ne pas dire qu’on ne savait pas, bonne lecture. 

Résumé
Si vous ne deviez retenir que 3 points de cet article :
• Pour les personnes de moins de 45 ans, la létalité supposée liée au vaccin est plus importante que la mortalité liée à la Covid-19.
• Selon les statistiques actuelles, la vaccination des 12-14 ans pourrait entrainer 85 décès et jusqu’à 235 invalidités graves, pour un bénéfice totalement inexistant.
• A ce jour, aucun enfant en bonne santé n’est décédé de la Covid-19.

Comparaison mortalité Covid-19 et létalité de la vaccination

Alors qu’un plan de vaccination des enfants (1), un plan de vaccination en anneau (2) et une demande par l’Académie de Médecine d’une vaccination obligatoire contre la Covid-19 (3) ont été proposés puis que la vaccination soit imposée au personnel soignant par le Président de la République, il est urgent de s’interroger sur leur balance bénéfices/risques, en comparant la mortalité liée à la Covid-19 et la létalité supposée liée à la vaccination par tranche d’âge.

Mortalité versus létalité

La létalité est le nombre de décès dû à un facteur d’exposition divisé par le nombre de personnes exposées à ce facteur. Par exemple la létalité de la covid-19 est le nombre de personnes décédées de la Covid-19 divisé par le nombre de personnes atteintes de la Covid-19.

La mortalité est le nombre de décès dû à un facteur divisé par le nombre de personnes dans une population donnée. Par exemple pour la covid-19, la mortalité française de cette maladie est le nombre de personnes décédées de cette maladie divisé par toute la population française.

Il est donc tout à fait légitime, de comparer la létalité supposée liée au vaccin (certitude d’être exposé si on se fait vacciner) avec la mortalité de la Covid-19 (personne n’est heureusement certain d’attraper la Covid-19) pour calculer le bénéfice/risque de la vaccination.

Les tableaux présentés ont été construits à partir des données suivantes :
• La répartition INSEE de la population par âge en 2021 (4)
• Le nombre de décès par tranche d’âge à l’hôpital et en EHPAD  du Point Epidémiologique publié par Santé Publique France du 27 mai 2021 (5)
• Les données de pharmacovigilance des vaccins du 27 mai pour Pfizer (6) et Moderna (7), et du 20 mai pour Astrazeneca [8]
• Les détails des calculs sont téléchargeables ici (9)

Les résultats concernant la mortalité de la Covid-19 (tableau 1) ont été exprimés en « risque pour 100 000 habitants ». Les informations relatives aux comorbidités par classe d’âge ne sont disponibles que pour les décès certifiés par voie électronique (page 43 de (5)), qui ne représentent que 48 676 décès sur les 108 908 décès comptabilisés page 1. On peut constater qu’une proportion, variant de 100% pour les plus jeunes à 64% pour la tranche d’âge la plus haute, présente au moins une comorbidité. Toutefois, Santé Publique France précise (page 37 de (5)), à propos des caractéristiques des cas graves admis en réanimation, que « pour les deux périodes étudiées (sept.-dec. 2020 et janv.-mai 2021), 94% des personnes décédées présentaient au moins une comorbidité. »

Le risque de décès calculé dans le tableau 1, sur la base des certificats électroniques, semble donc encore surestimé pour les personnes en bonne santé.

Concernant les effets secondaires des vaccins, exprimés en « risque pour 100 000 vaccinés », les résultats ont été obtenus pour la létalité des vaccins en divisant le nombre de décès supposés liés aux vaccins par le nombre de personnes ayant été vaccinées, c’est-à-dire le nombre de premières doses. Les séquelles très graves regroupant les décès, invalidité et mise en jeu du pronostic vital, ont également été analysées. Il faut noter que les données de pharmacovigilance ne sont pas réparties par âge. Selon les déclarations d’effets secondaires rapportées auprès de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM), on peut obtenir le tableau 2 :

Imputabilité en pharmacovigilance

Les données de pharmacovigilance permettent-elles de conclure que les décès et séquelles invalidantes sont liés à la vaccination ? En pharmacovigilance, une forte preuve de l’imputabilité est la ré-apparition de l’évènement lors d’une ré-administration du médicament en question. Dans le cas des décès survenant après vaccination cela est doublement impossible :
• on ne peut pas « enlever les anticorps produits par le patient suite au vaccin »
• on ne peut pas ressusciter le patient pour voir « s’il remeurt » lors de la réintroduction du vaccin.

Comme l’explique cet extrait d’article (10) : « L’évolution de l’événement à l’arrêt du traitement et le résultat d’une éventuelle ré-administration, critères habituellement déterminants pour évaluer l’imputabilité, ne sont pas, le plus souvent, évaluables pour imputer un événement survenu après l’administration d’un vaccin. En effet, une fois administré, le vaccin déclenche dans l’organisme une cascade d’événements immunologiques qui perdure malgré l’absence de ré-administration. Il est indispensable de mettre en place une analyse du risque, notamment en connaissant bien les caractéristiques épidémiologiques et cliniques des maladies qui peuvent survenir dans la tranche d’âge de la population-cible du vaccin. »

Pour les personnes âgées de moins de 45 ans :
– Le risque de décès après vaccination est 140% plus élevé par rapport à la mortalité Covid-19
– Le risque d’effet secondaire très grave entraînant une invalidité, un décès ou un pronostic vital engagé après vaccination est jusque 370% plus élevé par rapport au Covid-19
– Concernant les enfants avec comorbidité, le risque de décès supposé lié à la vaccination est 60 fois plus élevé qu’avec la Covid-19. Et puisqu’aucun enfant en bonne santé n’est décédé de la Covid-19, le risque lié à la vaccination est tout simplement infiniment plus élevé.

Le gouvernement a ouvert la vaccination aux adolescents à partir de 12 ans. Ils sont 2 446 848 enfants entre 12 et 14 ans. En reprenant les calculs précédents:

La vaccination des adolescents de plus de 12 ans pourrait entraîner 85 décès et jusqu’à 235 invalidités graves, pour un bénéfice totalement inexistant.
Ajoutons à ce constat à court terme, le fait que les effets secondaires à moyen et long terme (3 à 10 ans) sont totalement inconnus.

Rappelons également que ces vaccins n’ont reçu qu’une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) conditionnelle (11), ce qui signifie que l’évaluation de leur efficacité et de leur innocuité est encore en cours. Il est d’ailleurs à noter qu’il faut habituellement 10 ans pour s’assurer de l’innocuité d’un vaccin (12).

Ceci représente une version complétée du 22 juin 2021 en réponse à l’article du journal Le Monde (chapitres « Mortalité versus Létalité » et « Imputabilité en pharmacovigilance »)

 

Notes et sources:
(1) Plan de vaccination des enfants
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_du_cosv_30_avril_2021_-_maj_11_mai_-_perspectives_strategie_vaccinale_automne.pdf
(2) Plan de vaccination en anneau
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_du_cosv_7_mai_2021_-_vaccination_en_anneau.pdf
(3) Demande par l’Académie de médecine d’une vaccination obligatoire contre la Covid-19
https://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2021/05/21.5.25-Obligation-vaccinale-contre-Covid.pdf
(4) Répartition INSEE de la population par âge en 2021
https://www.insee.fr/fr/statistiques/5007688
(5) Décès par tranche d’âge à l’hôpital (page 32) et en EHPAD (page 26) du point épidémiologique publié par Santé Publique France du 27 mai 2021 (5)
https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/348002/3044757
(6) Données de pharmacovigilance des vaccins du 27 mai pour Pfizer
https://ansm.sante.fr/uploads/2021/06/04/20210604-covid-19-vaccins-rapport-hebdomadaire-16-pfizer.pdf
(7) Données de pharmacovigilance des vaccins du 27 mai Moderna
https://ansm.sante.fr/uploads/2021/06/04/20210604-covid-19-vaccins-rapport-hebdomadaire-13-moderna.pdf
(8) Données de pharmacovigilance des vaccins du 20 mai pour Astrazeneca
https://ansm.sante.fr/uploads/2021/05/28/20210528-covid-19-vaccins-astrazeneca-rapport-12-07-05-2021-20-05-2021-2.pdf
(9) Détails des calculs
https://reinfocovid.fr/wp-content/uploads/2021/06/Calculs_article_Benefice-risque-vaccin_10juin21.xlsx
(10) Quelle pharmacovigilance pour les vaccins ?
Hervé Le Louët (Service de Pharmacologie, Hôpital Henri Mondor, Paris, France), Elisabeth Loupi (Sanofi Pasteur, Lyon, France), Françoise Haramburu (Service de Pharmacologie, Hôpital Pellegrin Carreire, Bordeaux, France) et les participants de la table ronde n◦ 3 de Giens XXII
https://www.journal-therapie.org/articles/therapie/pdf/2007/03/th071627.pdf
(11) Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) conditionnelle des différents vaccins
https://reinfocovid.fr/science/amm-conditionnelle/
[12] Il faut habituellement 10 ans pour s’assurer de l’innocuité d’un vaccin
https://www.cdc.gov/vaccinesafety/ensuringsafety/history/index.html

La source originale de cet article est aimsib.org

Copyright © La rédaction de l'AIMSIBaimsib.org, 2021

https://www.mondialisation.ca/la-comparaison-entre-mortalite-par-covid-et-letalite-due-aux-vaccins-est-juste-catastrophique/5658644

Dans SANTE

BIENTOT TOUS NON - VACCINES

Par Le 27/07/2021

Bientôt tous non-vaccinés

Par La rédaction de l'AIMSIB

Mondialisation.ca, 26 juillet 2021

AIMSIB 18 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 7   1  0  8

L’hypothèse ahurissante de la vaccination anti-Covid-19 obligatoire pour les soignants Français devenait une annonce évidente depuis le ralliement lamentable (bien que parfois extorqué) d’une frange de blouses blanches que cette injonction finit apparemment par séduire. Mais de là à chercher à affamer une partie de la population en lui interdisant de pouvoir faire ses courses dans les centres commerciaux, de la priver de déjeuner en ville en pleine période estivale ou de la laisser normalement prendre le train, qui l’eut cru, quel pays européen voire du tiers-monde peut égaler la folie liberticide de ce gouvernement Français actuel ? Où va-t-il, pour qui travaille-t-il réellement ? Qui contamine qui, vraiment? Et l’histoire de la troisième dose, on se moque de qui, dans le monde entier personne n’en veut sauf Israël? Rien n’est perdu, la bataille commence. Juges, juristes, Députés, Sénateurs, ressources humaines, avocats, journalistes, manifestants, grévistes, personnels soignants, associations, restaurateurs, militaires et surtout forces de l’ordre, tous ensemble…  Bonne lecture.

 » Mener une expérience de vaccination de masse à l’échelle mondiale sans comprendre les mécanismes sous-jacents à l’évasion virale de la pression de sélection vaccinale est non seulement une bourde scientifique colossale mais, avant tout, totalement irresponsable du point de vue de l’éthique de la santé individuelle et publique. »
Pr Geert Vanden Bossche (1)

Introduction

L’AIMSIB est née pour accentuer la vigilance des pouvoirs publics quant à la qualité et à la pertinence des produits de santé dispensés à la population.

Prétendre imposer des vaccins en phase de tests (9) et les injecter de force à une population jeune qui n’en a nul besoin pour protéger leurs vies, canular ou provocation ?

Ni l’une ni l’autre, il s’agit simplement d’une banale démonstration de tyrannie d’un modèle nouveau, à prétention sécuritaro-sanitaire, qui cherche encore son style.

Après deux ans d’angoisse sciemment martelés sur tous les réseaux médiatiques mainstream du matin au soir, la population n’a pourtant pas assez mordu dans l’histoire de la catastrophe de santé publique. Avec le printemps et le reflux des morts -mais un jour il faudra accepter de les compter honnêtement- (2),  fut venu le temps d’une brève phase de communication basée sur le copinage fraternel, l’incitation cordiale, le coup de coude complice, sur le « nudge » inventé par les anglo-saxons (3)(4).

Encore chou blanc, le soleil de juin a vidé les réanimations et rempli les terrasses, la vie a repris sans la Covid-19 (liée à la souche initiale Wuhan) ni la Covid 20 (famille plus nombreuse, variants anglais, sud-africains, japonais, américain, brésilien, etc…), ni la Covid 21 (indien ou Delta; puis Delta-1, Epsilon, mais nous ne sommes qu’en juillet…)

Puisque rien ne marche et que la vaccination obligatoire de toute une population est impossible à réaliser, on décide en haut lieu de détruire la vie de sa population bouc-émissaire, le non-vacciné. Mais pour quoi faire?

Juillet 2021 et le « variant Delta »

Delta est probablement né en Inde, il est impossible à ce jour de lier l’émergence de ce coronavirus à la pression de sélection qui s’exerçait sur son aïeul anglais par une vaccination acharnée dans certaines provinces de ce gigantesque pays, ou si cette mutation demeure naturelle. Delta a rapidement re-colonisé son Angleterre d’origine puis toute l’Europe de l’Ouest et le Proche-Orient, sa contagiosité est supérieure au variant anglais qui était elle-même supérieure à celle de son ainé chinois.

L’excellente nouvelle crève pourtant les yeux, Delta induit un Covid-21 bien moins sévère que ses ainés, peut-être spontanément dix fois moins mortel en cette saison (5), alors qu’on n’administre toujours pas  le moindre traitement préventif à la population ni le plus petit début de traitement ambulatoire précoce aux malades à risque de complications sévères.  (6)

Dans un article récent publié chez France-Soir (7) le Docteur Gérard Delépine nous explique qu’il ne lui reste que peu de doutes quant à la nullité des vaccins actuels pour enrayer l’expansion du variant Delta : en Angleterre et en Israël, les vaccinés ne disposent d’aucune protection supplémentaire. Il parle d’or, voyez plutôt.

1- En Angleterre

La comparaison des courbes des nouveaux cas avec celle des décès commence à devenir frappante ; Cette dernière « n’embraye pas » comme à l’habitude 15 jours après celle des nouvelles infections, restons néanmoins prudents (nous n’en sommes qu’à trois semaines) :

Nul doute néanmoins que les autorités anglaises se félicitent secrètement de la présence envahissante de ce variant « aux petits bras »  qui vient évincer l’ancien maître local des lieux (l’alpha, anglais) et qui fait fait chuter drastiquement la morbidité insulaire.

Du coup quelle précaution démentielle adopter à Wembley le 12 Juillet pour assister à la finale 2021 de l’Euro de football visionnée par le monde entier? Presque aucune, tout le conseil scientifique français à dû se retourner dans ses charentaises rémunérées à la vue d’un spectacle pareil, voyez plutôt :

12/07/2021, Wembley, finale de l’Euro 2021, image RTL info

Nous verrons dans un mois si les anglais ont fait preuve d’une adaptabilité remarquable ou d’un optimisme coupable.

Dans le passe vaccinal un vacciné peut rentrer dans un stade puisqu’il est vacciné donc non contaminant, sérieusement? Que représente vraiment le niveau de sécurité de ce passe?

La réponse dans quelques lignes.

2- En Israël

Cette reprise des contaminations ne fait plus peur à personne, même si régulièrement les obsédés de la vaccinations en profitent pour désigner les enfants comme seuls responsables de cette déroute politique et sûrement pas sanitaire :

Israel, courbe des décès (J. Hopkins Univ.)

L’israélien moyen ne veut plus entendre parler de vaccination anti-covid, le pass sanitaire est rejeté partout, particulièrement dans les commerces et les restaurants. Le « plafond de verre vaccinal » apparait aussi chez eux, à 53% de population vaccinée à deux doses:

Les esprits s’ouvrent à la réalité des effets indésirables graves post vaccinaux et la perspective de la troisième dose, si proche et mettant déjà en lumière l’arrivée d’une quatrième injection en 2022 commence à faire douter les plus convaincus.

Que peut faire Israël de ses centaines de milliers de vaccins inutilisés? Les proposer d’abord aux Palestiniens bien sûr, qui les ont évidemment refusé avec dégoût. Alors la mort dans l’âme, les revendre à perte aux Anglais… (8)

Etablir le vaccin obligatoire anti-Covid en 2021 c’est comme vomir sur un siècle de Droit Européen

Ne revenons pas sur le caractère expérimental de ces vaccins anti-Covid-19, le fait est définitivement acquis, parfaitement décrit ici: (9)

Toute utilisation obligatoire de vaccins expérimentaux entraînent une violation d’au moins dix traités majeurs:

1) Serment d’Hippocrate (-460//377) :
« Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion »

2) Code de déontologie médicale, article 36, Article R4127-36 du Code de santé publique:
« Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas. Lorsque le malade, en état d’exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposé, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences »

3) Code de Nuremberg (1947) :
« Le consentement du sujet humain est absolument essentiel. Le pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule : nul ne peut être soumis sans son consentement à une expérience médicale ou scientifique »

4) Déclaration de Genève pour les médecins (1948) :
« Je respecterai l’autonomie et la dignité de mon patient. Je n’utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits humains et les libertés civiques, même sous la contrainte. Je garderai le respect absolu de la vie humaine, dès la conception. Je considérerai la santé de mon patient comme mon premier souci »

5) Déclaration d’Helsinki (1996) signée par 45 pays dont la France, Article 25 :
« La participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Aucune personne capable de donner son consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé »

6) Convention d’Oviedo (1997) signée par 29 pays dont la France, Article 5 :
« Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement »

7) Loi Kouchner (4 mars 2002), Article 111-4 :
« Toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables. Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »

8.) Arrêt Salvetti (2002), aucun traitement médical n’est obligatoire au sein de l’Union européenne :

« En tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales » (arrêt Salvetti c/Italie-CEDH décision du 9 juillet 2002 ; n°42197/98)

9) Code Civil français, Article 16-1 :
« Chacun a le droit au respect de son corps. Le corps est inviolable »

10) Résolution 2361 du Conseil de l’Europe (28 janvier 2021),  l’Assemblée demande instamment aux États membres et à l’Union européenne :
Article 731 : « De s’assurer que les citoyennes et les citoyens sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement »
Article 732 : « De veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risque potentiel pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner »

https://pace.coe.int/fr/files/29004/html

Le passe sanitaire représente une énorme imbécilité politique et une absurdité médicale

1- L’imbécilité politique en un document d’archive

Certains d’entre vous seront peut-être heurtés de voir ainsi comparés deux épisodes de notre histoire à la dimension encore très différente mais ce document a été mis en ligne par la petite fille d’une survivante de la Shoa, l’analogie en est finalement glaçante si vous substituez l’interdiction de cabine téléphonique à l’interdiction des centres commerciaux:

1- L’absurdité médicale en deux images

A ceux qui espèrent, comme le Président Macron et ses conseillers spécialistes en virologie de comptoir, que la vaccination contre la Covid-19 aura une influence déterminante sur les virus formant la Covid-21, il leur faut déchanter au plus vite.

Selon le Pr P. Mc Cullogh (10) la protéine S du variant Delta comporte de nombreuses mutations différentes comparées à la Spike de son aïeul Chinois, faisant de celui-ci un virus ayant rendu tous les vaccins actuels totalement obsolètes donc définitivement inutilisables…

Sauf pour les industriels qui les fabriquent et engrangent toujours plusieurs milliards de dollars par mois, sauf aussi pour les états riches, qui continuent imperturbablement à devoir les acheter et qui en possèdent des quantités aussi pharamineuses que bien peu écoulables à cette heure…

Israël renseigne le monde sur la gabegie financière et sanitaire en cours: Si en début d’année la proportion de nouveau Covid+ était écrasante chez les non vaccinés, on se retrouve dans une situation parfaitement inverse début juillet, liée à l’invasion de Delta:

Israel: Part des non-vaccinés / vaccinés chez les Covid+, du 28/03/2021 au 10/07/2021

La lecture de ce graphique démontre immédiatement que l’affirmation selon laquelle les non vaccinés seraient douze fois plus contaminants (11)  s’effondre immédiatement puisque les vaccinés sont six fois plus souvent touchés par la Covid en admettant pourtant en Israël une population a peu près égale entre vaccinés et non vaccinés.

Pour ceux de nos lecteurs qu’un seul exemple ne peut convaincre retournons en Angleterre ou plutôt sur le vaisseau-amiral de la flotte da sa Gracieuse Majesté:

Tous les marins du bord ont été vaccinés à deux doses anti-covid-19 et pourtant une nouvelle épidémie s’y propage ayant déjà touché une centaine d’hommes au 13/07/2021!!

BBCnews https://www.bbc.com/news/uk-57830617

Qui aujourd’hui pour défendre des vaccins fabriqués en 2019 pour prétendre éteindre la propagation inexorable de virus mutants dans le monde entier en 2021, à part les industriels producteurs et leurs affidés gouvernementaux…

Les effets indésirables graves post-vaccinaux disparaissent spontanément… des médias

1- Dosage systématique des D-dimères en post-dose, la très mauvaise surprise

A tous les médecins qu’une saine curiosité anime et afin de prévenir au mieux toute coagulation pathologique post-vaccinale on ne peut que leur recommander de faire doser les D-dimères de leurs patients à partir du 4-8e jour post-dose: des taux significativement positifs imposent une prise en charge spécifique immédiate (12), écoutez bien ce que le Pr Sucharit Bakhdi (All) nous révèle:

 

On pourrait espérer que ces constatations consternantes n’apparaissent qu’en Allemagne, vous trouverez ici  hélas une variante canadienne, absolument identique à la précédente, qu’on se le dise. (13)

Les vaccins anti-covid-19 entrainent une augmentation pathologique des D-dimères chez plus de 30% des sujets vaccinés, comment continuer à utiliser des produits aussi abominablement toxiques???

2- Myocardites juvéniles post-vaccinales

L’AIMSIB s’est déjà positionnée radicalement sur le sujet de la vaccination anti-covid des enfants et des adolescents (14), une absurdité médicale absolue, voici les données issues des CDC américaines, confirmant que le risque de myocardite chez les jeunes demeure élevé particulièrement après les secondes doses, se déclarant en général très rapidement après les injections mais aussi possiblement de manière retardée, au-delà de 30j :

Quand une classe d’âge court un risque vital 200 fois supérieur en se vaccinant anti-covid plutôt que de vivre sereinement cette virose à domicile (15), quel pays soucieux de la santé de sa population peut sérieusement en recommander l’usage?

Merci de vous navrer avec nous sur ce genre de post déshonorant pour l’éthique médicale:

3- Morbi-mortalité générale des vaccins anti-covid:

On rappelle que ces statistiques sont toutes extrêmement minorées d’un facteur 10 à 100 puisqu’il s’agit de collectes passives de données: Régulièrement les signalement ne sont pas réalisés du fait que les médecins de terrain répugnent à s’y soumettre, comme c’est pourtant la Loi. Pire, certains centres de pharmacovigilance, débordés par une quantité journalière écrasante d’effets indésirables, demandent de désobéir et de « ne pas tout signaler »:

Ouest-France, Ed. 08/04/2021

Malgré l’ensemble des défaut rédhibitoires liés à la collecte des effets indésirables post-vaccinaux, comment accepter des chiffres aussi abyssalement élevés de complications liées à ces produits dits « de santé »? 

Comment la France peut-elle encore défendre un vaccin qui a tué directement entre 17.500 et 1.750.000 Européens ?

La vaccination obligatoire des professions de santé est une idée maléfique

Fort de la certitude qu’un soignant non malade non vacciné pourrait infecter les populations fragiles dont il a la charge, alors cette idée est défendable: Mais pas si elle ne repose sur absolument aucun fondement scientifique établi, bien au contraire, comme il l’a été vu plus haut avec les deux exemples israéliens et Anglais. Camouflet supplémentaire pour l’équipe expertale Française qui nous mène tous dans l’abîme, l’Allemagne a pris grand soin dès le lendemain de la déclaration du Pt Macron de se démarquer radicalement des positions françaises…

Troisième dose, volonté industrielle, conséquences catastrophiques

Mais qu’arrive-t-il au sommet de l’Etat Français pour devancer les désidératas des firmes du médicament, qui dirige qui en France? Même l’OMS, formidablement influencée par Big Pharma, se trouve en opposition frontale avec la position française.

On rappelle également que la société Pfizer n’a pas réussi à convaincre les autorités fédérales américaines du bien fondé de cette fameuse troisième dose en population générale. (16)

Comment la France peut-elle tomber aussi bas dans l’influence sans limite perpétrée par les firmes du médicament?

Et maintenant, place à l’action

N’attendons plus que le passe vaccinal s’installe et que des dizaines de soignants perdent la vie ou se fassent blesser gravement par l’injection de ces pseudo-vaccins, ne nous laissons pas priver de notre droit le plus inaliénable de pouvoir aller et venir, alors sans violence mais avec détermination, engageons-nous!

1- Pour l’ensemble de la population

De nombreuses associations vous attendent, certaines ne vous réclameront pas un sou de cotisation.Chaque renfort leur donne plus de poids, vos éventuels concours tant intellectuels que pratiques augmentent leurs pertinences et leurs efficacités. Chacun doit pouvoir trouver le mode de protestation constructive qui lui convient. Citons:

aimsib.org
bonsens.org
reaction19.org
htpps://reinfocovid.fr/
revav.fr
alis-france.com
efvv.eu
https://www.infovaccin.fr/
https://childrenshealthdefense.org/
librechoixvaccinal.fr

Il faut lire aussi, énormément, certains sites fourmillent d’informations capitales:

docteurnicoledelepine.fr
sensetsymbole
http://questionvaccins.canalblog.com/
https://michel.delorgeril.info/
http://www.francesoir.fr/
http://www.rolandsimion.org/
https://jdmichel.blog.tdg.ch/
httpps://sante-corps
https://blog-gerard.maudrux.fr/
https://manifestes-libertes.org/

Au final on milite, par exemple fédérés sous la bannière de Me Di Vizio,  ici:

 

L’adresse préférentielle est la suivante: https://association-victimes-coronavirus-france.org/

Contre le passe sanitaire; https://association-victimes-coronavirus-france.org/nonaupasseportvaccinal/

Contre l’obligation vaccinale des soignants: https://association-victimes-coronavirus-france.org/action-collective-contre-obligation-vaccinale-pour-soignants/

L’asso quadrature du net attaque le gouvernement au conseil d’état pour non respect de la décision de l’assemblée nationale en faveur d’un passe sanitaire plus light: https://www.laquadrature.net/

Afin de protéger vos données personnelles et celles de votre famille de la prédation des gafam permise par la sécu via le passe sanitaire : voici les démarches sur améli: https://bonsens.info/vous-pouvez-vous-opposer-a-la-violation-de-votre-secret-medical-organisee-par-la-cnil/

Pour les employés, faire peser la demande de vaccination sur la responsabilité de l’employeur, voilà qui devrait faire réfléchir les DRH avant de vous imposer une nouvelle vaccination: la prise d’acte de la rupture du contrat de travail: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F24409

2-Pour les médecins généralistes

une action spécifique ici: https://t.me/Laveritecensure

3- Pour l’ensemble des médecins français:

Une demande de recours en droit consistant en une consultation juridique sur les statuts de l’Ordre :  Elle est menée par Maître Krikorian, se renseigner ici:
enfiniraveclordre@protonmail.com

Une plainte contre le Dr Patrick Bouet, président du CNOM, mené par Maître Jean Pierre Joseph en se basant sur deux articles du Code Pénal :
Art 223.3 et 223.4 : Complicité de délaissement ayant entraîné la mort de personnes qui n’étaient pas en mesure de se protéger en raison de leur âge ou de leur état physique ou psychique.
Art 227-15 : Complicité de mise en péril de mineurs par personnes ayant autorité.
https://bonsens.info/plaintes-collectives/

Conclusion

Pardon pour la longueur exceptionnelle de cet article, mais ce n’est pas tous les jours que nous risquons en même temps de perdre nos libertés fondamentales à moins de risquer nos vies en s’injectant un vaccin inutile et très dangereux.

Le variant Delta qui submerge la planète n’est qu’un rhume banal pour lequel on doit recommander l’établissement d’un traitement hivernal préventif à l’ensemble de la population du globe, ainsi qu’un traitement ambulatoire précoce bien conduit pour les populations les plus à risque. Pour les autres rien et surtout pas de paracétamol!

Les vaccins anti-covid-19 ne peuvent pas servir à combattre la Covid-21, on s’en doutait depuis longtemps. Les contaminateurs par le variant Delta se comptent majoritairement chez les vaccinés, au moins en Angleterre et en Israël.

Ne perdons pas un pouce de nos chères et précieuses libertés, n’acceptons pas la moindre prise de risque  pour nos fragiles santés. Comprenons que cette menace (uniquement française) de troisième dose poussera irrémédiablement l’ensemble des vaccinés vers un rejet massif de la vaccination: à trop se moquer du monde, on perd tout.

Donc demain irrémédiablement liberté, tous non-vaccinés et en pleine santé.

Rebéllion! 

La rédaction de l’AIMSIB

Juillet 2021

Voir la vidéo : France Soir

 

 

Notes et sources :

(1) Geert Vanden Bossche, virologue belge, explique que la vaccination de masse avec les types de vaccins utilisés peut entraîner l’apparition de variants extrêmement dangereux qui reviendront frapper les vaccinés devenus de véritables pépinières à variants https://37b32f5a-6ed9-4d6d-b3e1-5ec648ad9ed9.filesusr.com/ugd/28d8fe_266039aeb27a4465988c37adec9cd1dc.pdf
(2) https://www.francesoir.fr/politique-monde/au-portugal-la-bataille-des-chiffres-des-morts-du-covid-19-commence
(3) Spot de pub lamentable de la vaccination d’un rugbyman: « Ca fait mal? Non, ça fait du bien même »
https://www.youtube.com/watch?v=wLmfaVWferE
(4) Au bout du bout, vacciner mamie pour qu’elle puisse embrasser ses petits-enfants sans masque, essayez donc dans les EHPAD, tous les masques restent obligatoires même entre vaccinés…
IVMLQbjYEKc
(5) Blog de Gérard Maudrux : « le meilleur vaccin contre le sars COV2 est sorti : le variant delta »
https://blog-gerard.maudrux.fr/2021/07/12/le-top-des-vaccins-contre-le-sars-cov-2-est-sorti-precipitez-vous/
(6) Réactualisation de juillet 2021 : Traitement Ambulatoire Précoce
https://www.aimsib.org/2021/07/04/traitement-de-ville-de-la-covid-19-reactualisation-de-juillet-2021/
(7) Le variant delta est bien moins à craindre que ses ainés
https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/rien-craindre-du-variant-delta-il-donne-le-rhume-curable-par-traitements-precoces?fbclid=IwAR1wOoASpUF0W2Hpy9Lzh-91DuqtYjeK7nWgWAwvSZusc1QQQkuVySpnnSI
(8) https://plumenclume.org/blog/731-scoop-des-vaccins-israeliens-refiles-aux-anglais
(9) « Inédit. Exclusif. Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes même sur la qualité intrinsèque des produits, sur leurs procédés de fabrication, sur les lots commercialisés… selon les documents officiels publiés par l’Agence européenne du médicament »:
À titre d’exemple, le vaccin BioNTech/Pfizer a obtenu cette AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. Et, le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance de ce vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».
– Le vaccin Moderna a obtenu cette AMM le 6 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2022 », au moins
– Le vaccin Astra Zeneca a obtenu cette AMM le 29 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « mars 2024 ».
– Le vaccin Janssen a obtenu cette AMM européenne conditionnelle le 11 mars 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».
http://ctiapchcholet.blogspot.com/2021/04/inedit-exclusif-vaccins-contre-la-covid.html
(10) Le Pr Peter McCullough est spécialiste en médecine interne et maladies cardiovasculaires, « vice chief of medecine » à l’université Baylor,Texas, USA
(11) Il faut pleurer devant un fatras assemblant de telles inexactitudes mathémathématiques avec par exemple un R0 proposé à 4, du jamais vu avec la Covid mais le but de ce torchon pseudo-scientifique n’était pas de renseigner: c’était juste de faire peur pour le 12 juillet 2021.
Paolo Bosetti, Cécile Tran Kiem, Alessio Andronico, Vittoria Colizza, Yazdan Yazdanpanah, Arnaud Fontanet, Daniel Benamouzig, Simon Cauchemez Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially v2accinated populations: a modeling study applied to France, HAL Pasteur (2021) https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-03272638
(12) http://www.efurgences.net/covid-19/229-covid-ddimere.html
(13) https://cv19.fr/2021/07/18/dr-charles-hoffe-62-des-patients-vaccines-contre-le-covid-ont-des-dommages-cardiaques-permanents/
(14) https://www.aimsib.org/2021/05/23/sacrifier-des-enfants-pour-rien-ca-se-payera-un-jour/
(15) CSI du 01/07/2021, Vincent Pavan, Emmanuelle Darles « Pharmacovigilance des vaccins anti-covid en France et en Europe », https://crowdbunker.com/v/SOAngttF
(16) https://www.courrierinternational.com/article/vaccins-une-troisieme-dose-de-pfizer-est-elle-utile

La source originale de cet article est AIMSIB

Copyright © La rédaction de l'AIMSIBAIMSIB, 2021

https://www.mondialisation.ca/bientot-tous-non-vaccines/5658509

Dans SANTE

JEAN-YVES JEZEQUEL : L’ORIGINE DU SARS COV 2 ET DES « VACCINS » ANTI-COVID

Par Le 26/07/2021

L’origine du SARS COV 2 et des « vaccins » anti-COVID

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 25 juillet 2021

Thème: 

 12   0  0  13

Je souhaite commencer ce nouvel article, en recommandant à tout lecteur d’écouter attentivement ce dialogue qui a été enregistré le 12 juillet 2021, entre un expert, le Dr David E. Martin, directeur de M-CAM, une société mondiale de contrôle des brevets d’innovation, et le Dr Reiner Fuellmich, le Dr Wolfgang Wodarg, le Dr Viviane Fischer et le Dr Martin Schwab du Comité Alemán de Investigación del Coronavirus [en espagnol et lien en bas de l’image pour la version originale en anglais].

Pour résumer le propos essentiel de cet entretien, je dirais qu’il est nécessaire de connaître l’origine de toute cette histoire autour du coronavirus, pour comprendre ce qui s’est passé et pour mesurer le sens réel de la tyrannie sanitaire actuelle.

Lorsqu’on sait ce qui se trouve en amont de cette « crise », on peut alors comprendre ce qui était incompréhensible et qui nous a fait dire bien des fois que le « Coronavirus » n’était vraiment pas le sujet de toute cette histoire.

https://www.algora.com/Algora_blog/2021/07/12/breaking-news-patents-filed-in-america-as-far-back-as-2002-concerning-sars-cov-2-coronavirus

En effet, comment pouvions-nous comprendre que les nombreux traitements efficaces contre la Covid-19 aient été carrément interdits de prescription, interdits de vente et misérablement dénigrés par des médecins ou naïfs ou minés par des conflits d’intérêts ? Comment pouvions-nous comprendre que les autopsies des malades déclarés décédés du coronavirus aient été rigoureusement interdites ? Comment pouvions-nous comprendre les différentes falsifications massives des chiffres concernant le coronavirus ? Comment pouvions-nous comprendre ce discours non scientifique sur les masques ? Comment pouvions-nous comprendre la propagande de la terreur et le contre-sens scientifique des confinements comme les règles qui allaient détruire brutalement les économies locales ainsi que les relations humaines jusque dans les familles elles-mêmes ? Tout cela a été tiré au clair depuis mars 2020 et publié régulièrement sur mondialisation.ca par les recherches sur plus d’un an et demi de mensonges des autorités et les abus invraisemblables imposés brutalement aux peuples principalement occidentaux.

Ceux qui réclament toujours des preuves et des sources complémentaires à toutes ces réflexions, peuvent me les demander en passant par mondialisation.ca. Je ne peux pas les publier ici car elles représentent, rien que pour mes recherches personnelles, 80 pages A4 : c’est à elles seules un livre entier ! Les sources d’informations ne manquent pas pour celui qui veut vraiment s’informer. Les études scientifiques sur les traitements contre la covid-19 sont parfaitement accessibles et sont pléthores. Tout récemment, des chercheurs de l’Institut Pasteur ont publié leurs travaux sur un nouveau traitement particulièrement efficace contre la Covid-19 ainsi que des résultats confirmés sur l’efficacité de l’ivermectine et plusieurs médicaments utilisés à d’autres fins, recensés dans la pharmacopée. 

Quant au délire actuel sur les « vaccins », là nous avons atteint un sommet dans la psycho pathologie de ceux qui veulent coûte que coûte nous imposer leur certitude qui ne traduit à mes yeux qu’un trouble obsessionnel compulsif relevant d’un égarement mental majeur et dont nous avons déjà analysé les tenants et les aboutissants dans d’autres articles postés ici-même.

Examinons ensemble ce qui était en amont de toute cette histoire de coronavirus. Je vous propose des extraits de ce dialogue qui est long et qui a été entièrement traduit en espagnol. Je vous donne ici ma traduction française de quelques extraits.

L’expert américain, le Dr David E. Martin directeur du M-CAM, disait dans cet entretien avec le Comité Allemand d’investigation sur le Coronavirus :

« Nous avons passé en revue les plus de 4000 brevets qui ont été délivrés autour du coronavirus du SRAS. Et nous avons fait un examen très complet du financement de toutes les manipulations de coronavirus, celles qui ont abouti au SRAS en tant que sous-catégorie de la famille des coronavirus bêta… »

« La supposée « nouveauté » du SARS CoV-2 n’est toujours pas avérée. Nous savons précisément qu’il y a 73 brevets accordés à diverses sociétés pharmaceutiques depuis plus d’une décennie pour exploiter commercialement cette « pandémie de coronavirus ». »

« Depuis au moins deux décennies, le monde pharmaceutique prépare minutieusement ce qui se passe depuis un an et demi.

Tout ce qui est dit « nouveau » dans cette version du virus – site de clivage polybasique, domaine de liaison au récepteur ACE2 et protéine de pointe – est connu et des brevets ont été délivrés pour l’exploiter de manière rentable pendant de nombreuses années.

Il n’y a donc ni virus naturel ni fuite en laboratoire : tout a été préparé, pensé, organisé ! »

« Le concept « New Normal » a été introduit en 2004 aux Etats-Unis. Des travaux ont été menés sur la conceptualisation et la réponse à un phénomène de dissémination délibérée du SRAS pendant des décennies.

L’OMS elle-même a présenté son « manuel » sur la façon de gérer la situation de crise en septembre 2019, rassemblant l’expérience accumulée sur quinze ans. »

« Ceci, mes amis, est la définition de l’association de malfaiteurs, du chantage et de la collusion. Ce n’est pas une théorie. J’ai ici toutes les preuves objectives indiscutables. Vous ne pouvez pas avoir d’informations qui sont encore dans le futur pour informer et préparer le traitement de quelque chose qui n’existait pas encore. »

« Il n’y a pas eu d’« épidémie » de SRAS », car les hommes en avaient eux-mêmes conçu tous les éléments. Et en 2016, le document qui a été financé lors du moratoire sur le gain de fonction, qui disait que le coronavirus du SRAS, était préparé pour l’urgence humaine, rédigé par Ralph Baric… n’a pas seulement été préparé pour l’urgence humaine, mais avait été breveté pour une exploitation commerciale ! Soixante-treize fois. »

« Il n’y a eu aucune fuite de laboratoire. Cela transformait intentionnellement la protéine de pointe en une arme biologique, pour injecter des gens et les rendre accros à un vaccin universel contre le coronavirus. Cela n’a rien à voir avec un agent pathogène qui a été libéré. Et chacune des études qui ont été lancées pour essayer de vérifier une fuite de laboratoire est quelque chose qui n’était destiné qu’à détourner l’attention. »

« Dans les dépôts de brevets modifiés de Moderna, nous voyons qu’il y a une épiphanie, lorsqu’ils disent : « Et s’il y avait une libération accidentelle ou intentionnelle d’un agent pathogène respiratoire ? » Ce qui rend cette phrase particulière inquiétante, c’est qu’elle est récitée exactement de la même manière dans le livre « Un monde à risque », qui est le scénario mis en place par l’Organisation Mondiale de la Santé en septembre 2019. C’est-à-dire des mois avant qu’il y ait un agent pathogène suspecté. Ils écrivent donc déjà que nous devons avoir une expérience mondiale coordonnée d’une libération d’agents pathogènes respiratoires, qui d’ici septembre 2020 devrait mettre en place une capacité universelle de gestion des relations publiques, de contrôle des foules et d’acceptation d’un mandat universel de vaccin. »

« Peter Daszak lui-même affirmait que nous devions « créer une agitation publique pour amener les gens à accepter la contre-mesure médicale d’un vaccin universel contre le coronavirus. »

« … Avons-nous un vaccin contre un virus ? Le fait est que non. Nous injectons une séquence d’ARNm de protéine de pointe secrète, qui provient d’une simulation informatique, et qui n’est pas dérivée de la nature. Il s’agit d’une simulation informatique d’une séquence connue et brevetée depuis des années. Et ce que nous savons, c’est que cette séquence, telle que rapportée, a été connue par le biais d’une conversation téléphonique qui a eu lieu entre Moderna et le Vaccine Research Center, par auto-déclaration. »

« La nature ridicule de l’histoire selon laquelle ce vaccin est en quelque sorte prophylactique ou préventif se moque à 100% des preuves scientifiques, car les preuves montrent très clairement qu’aucune entreprise pharmaceutique n’a fait d’efforts pour lutter contre le virus. Pour elles, il s’agit exclusivement d’amener les gens à s’injecter des protéines de pointe, connues pour leur nature nocive. Donc, la première histoire est que si vous obtenez une expression d’une protéine de pointe, vous allez avoir une sorte de soulagement général des symptômes. Mais le fait est qu’il n’y a jamais eu l’intention de vacciner une population, si l’on utilise la définition consacrée au sein de l’univers professionnel de la vaccination. »

« … La tragédie c’est que nous sommes maintenant passés dans un monde où des centaines de millions de personnes se font injecter une séquence informatique qui est un agent pathogène stimulant, vendu sous ce que le bureau des brevets, ce que la profession médicale et ce que la FDA et ses propres directives cliniques ne nomment jamais comme vaccin. Mais en utilisant ce terme, nous soumettons maintenant des centaines de millions de personnes à ce que l’on savait être, dès 2005, une arme biologique. »

Dr Martin SCHWAB :

« Quiconque ose déclarer la menace de la covid-19 moins dangereuse que ne le déclare le gouvernement, sera dénoncé comme un « théoricien du complot », voire un délirant etc. Les médias sont donc exactement ce que vous avez souligné dans la phrase que vous avez répétée deux fois auparavant. En fait, ils nous racontent l’histoire du variant Delta, qui serait beaucoup plus contagieux qu’autre chose. Les experts avec qui j’ai parlé m’ont dit que les bases de données contiennent jusqu’à 40 000 variants de virus environ. Alors, ce variant delta pourrait-il être une sorte de propagande créée par les médias ?

MARTIN : Il n’y a rien de tel qu’un variant Alpha, Beta, Gamma ou Delta. C’est le moyen par lequel ce que vous recherchez désespérément peut être obtenu ; c’est le degré de chantage idéal pour lequel les individus seraient contraints d’accepter quelque chose qu’ils n’accepteraient pas autrement. »

« Si j’ai quelqu’un qui dit que nous devons utiliser les médias pour faire du battage publicitaire une contre-mesure médicale, qui est, en fait, l’injection d’une protéine synthétique chimérique recombinante, développée à partir d’une simulation informatique, si je veux vraiment écouter la motivation pour laquelle cela peut être fait, j’écouterais la personne qui fait la manipulation, celui qui dit que « les investisseurs continueront, partout où ils voient des bénéfices ». Je n’ai pas besoin de plus d’explications… » 

A l’origine, c’est donc un plan minutieusement mis en place pour s’assurer une rentabilité commerciale pharmaceutique gigantesque et pour longtemps.

Puis, à cette occasion, le Forum Economique Mondial de Davos allait, à son tour,  estimer qu’il y avait là une « fenêtre d’opportunités » pour réaliser le « Great Reset ». Le Dr Klaus Schwab envoyait un livret d’instructions à tous les Gouvernements du monde pour leur indiquer la façon dont il serait possible et providentiel de changer radicalement la situation de crise dans laquelle le capitalisme sous sa forme ultra libérale avait conduit le monde…

Tout cela devenait une aubaine pour cacher avantageusement la débâcle d’une chute vertigineuse du capitalisme refusant de reconnaître son échec flagrant tout en passant « au tout numérique » ! 

C’est la brillante analyse du journaliste d’investigation, Jean-Loup Izambert, qui nous a éclairés sur cette question (Cf., L’effondrement du capitalisme et le rideau de fumée de la COVID-19 | www.mondialisation.ca –  29/03/2021) 

Les puissances d’argent, heureuses de tourner à leur avantage cette aubaine, allaient en profiter pour se débarrasser d’une partie de l’humanité, celle des « inutiles », celle des « substituables », celle qui proteste, celle qui ne se laisse pas faire, celle qui empêche le petit nombre des nantis et des « élites » stato-financières au pouvoir, de déguster sans partage le gâteau de la vie !

Quelle aubaine que cette « protéine de pointe élaborée pour les injections anti-covid, fut en même temps une arme biologique ! »  La solution à tous les problèmes des capitalistes était enfin trouvée ! Le gros morceau serait d’arriver à contraindre les masses de se faire piquer… Et là, Macron aura été le champion du monde dans la perversion et le génie de « rendre la vie impossible » à tous ceux qui résisteraient à ce programme génocidaire en allant jusqu’à imaginer cette injection mortelle obligatoire même pour les enfants en bas âge ! 

Bien entendu, pour parvenir à cette fin des banquiers et de leur monde totalitaire, il avait besoin d’une population politique à côté de ses pompes pour ne pas dire demeurée, une bande d’ignares ne comprenant rien à ce qui était en cause, manipulés, désinformés, abusés, ou au contraire de parfaits salauds collabos qui lui faciliteraient la tâche de haute trahison, toutes personnes utiles qu’il trouverait sans mal dans le monde sectaire du médical et de l’industrie pharmaceutique grâce à une pratique décomplexée du « conflit d’intérêts », la corruption traditionnelle des « élites » achetées pour les trente deniers de Judas ou une légion d’honneur pour tous les mensonges défendus comme une vertueuse vérité !

Actuellement la propagande sur la nouvelle vague du variant Delta n’hésite pas à falsifier les chiffres réels pour maintenir le peuple dans la peur. Elle dénonce les milliers de cas qui menacent déjà de saturer les services hospitaliers vidés de plus de 2000 lits pendant cette crise même. Personne n’entend jamais dans nos rues le bal ininterrompu des sirènes d’ambulances convoyant les milliers de cas vers nos hôpitaux surchargés ! Le personnel infirmier lui-même nous dit qu’il ne voit toujours pas la couleur de ces milliers de cas de « non-vaccinés » contaminés par le variant Delta ! Le mensonge continue et le discours manipulateur de ce Gouvernement nous donne la nausée. La protestation devient énorme, elle s’est déjà multipliée par deux depuis le 17 juillet dernier.

Désormais, en sachant ce qui était en amont de toute cette histoire, nous comprenons désormais pourquoi le bluff demeurait nécessaire pour Macron ; pourquoi cet acharnement ne pouvait que déboucher sur une implacable confrontation. La maltraitance va encore durer un temps pour les non « vaccinés », mais ce temps est déjà compté, car l’abus ne peut jamais franchir les limites de ce qui est naturel et ce qui est naturel, en l’occurrence, c’est le résultat collectif inévitable qui va se manifester dès que l’horloge biologique des effets des ARNm de protéine de pointe aura sonné son heure…

Jean-Yves Jézéquel

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lorigine-du-sars-cov-2-et-des-vaccins-anti-covid/5658582

Dans SANTE

LES VACCINS PFIZER DETRUISENT TOUS LES SYSTEMES DU CORPS HUMAIN AVERTISSENT DES EXPERTS ISRAELIENS DE LA SANTE

Par Le 26/07/2021

Les vaccins Pfizer « Détruisent tous les systèmes du corps humain », avertissent des experts israéliens de la santé

Par IPC

Mondialisation.ca, 25 juillet 2021

dailyexpose.co.uk 23 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 31   20  1  90

Le Comité du peuple israélien (IPC), un groupe d’experts israéliens de la santé dirigé par des citoyens, a publié son rapport d’avril émettant un avertissement urgent selon lequel le vaccin Pfizer / BioNTech endommage pratiquement tous les systèmes du corps.
Alors que la majeure partie de l’attention entourant le vaccin a été concentrée sur AstraZeneca, qui est lié à des caillots sanguins mortels, l’injection de Pfizer est en réalité encore beaucoup plus dangereuse, d’après les dernières données.

Pfizer: The Vaccine In Demand Will Be Available Through ...

Le rapport d’avril de l’IPC avertit que l’injection du vaccin Pfizer pourrait entraîner des problèmes de santé catastrophiques, comme en témoignent les innombrables vies israéliennes qui ont été endommagées par le vaccin.
Le rapport précise : « Jamais un vaccin n’a fait autant de blessés (effets secondaires néfastes)! Nous avons reçu 288 rapports de décès survenus à juste après la vaccination (90 % jusqu’à 10 jours après la vaccination), dont 64% sont des hommes.”

Cependant, les chiffres du ministère israélien de la Santé affirment que seulement 45 décès sont survenus juste après  la vaccination. Comme l’indique le rapport, cet « écran de fumée » gouvernemental, le manque de transparence et la tromperie ne font qu’indiquer que le nombre de morts est beaucoup plus élevé.
Si les chiffres contenus dans le rapport IPC sont valides, alors il y a plus d’Israéliens morts du vaccin Pfizer que  d’Européens morts par le vaccin AstraZeneca dans toute l’Europe.

Le rapport met en garde :

« Selon les données du Bureau central des statistiques (CBS), en janvier-février 2021, au milieu de l’opération de vaccination, il y a eu une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à la moyenne bimensuelle de mortalité de l’année précédente.
“En fait, la période de janvier-février 2021 est la plus meurtrière de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globaux les plus élevés, par rapport aux mois correspondants au cours des 10 dernières années. »

Le rapport souligne que les jeunes âgés de 20 à 29 ans semblent être le groupe démographique qui a connu l’augmentation la plus spectaculaire de la mortalité après le déploiement du vaccin Pfizer.

Dans ce groupe, la vaccination au cours de la même période, janvier-février 2021, il y a eu une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à la mortalité moyenne bimensuelle en 2020.
L’analyse statistique des informations du Bureau central des statistiques, combinées aux informations du ministère de la Santé, conduit à la conclusion que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à environ 1 pour 5000 (1 pour 13000 les 20-49 ans, 1pour 6000 pour les 50-69 ans, 1 pour 1600 pour les 70 ans et plus).

Sur la base de ces données, l’IPC estime que le nombre de décès survenus en Israël, juste après la piquouse du vaccin Pfizer, est d’environ 1 000 à 1 100 personnes. Le rapport indique que le risque de décès après la deuxième vaccination est plus élevé que le risque de décès après la vaccination.

« Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour allant jusqu’à 10 jours après la vaccination dans tous les groupes d’âge.
“Pour les 20-49 ans – une plage de 9 jours à partir de la date de vaccination jusqu’au décès ; pour les 50-69 ans – 5 jours à compter de la date de vaccination jusqu’au décès ; pour les 70 ans et plus – 3 jours à compter de la date de vaccination jusqu’au décès. »

En publiant ce rapport, l’IPC espère que le gouvernement israélien et les gouvernements du monde entier reconnaîtront qu’« un manque de transparence tue des gens ».

L’IPC conclut que :

« La tromperie et la dissimulation conduisent les gens à l’invalidité et à la mort. Supprimer toute confidentialité, créer des mécanismes de signalement transparents et contrôlés ; Ce n’est qu’alors que des vies peuvent être sauvées et que d’autres dommages peuvent être évités grâce à l’outil même censé préserver la santé. »

« Est-ce un cas où le médicament est plus mortel que la maladie ? »

 

Source originale en anglais : Pfizer Covid Vaccines “Destroy Every System of the Human Body” Warns Israeli Health Experts

La source originale de cet article est dailyexpose.co.uk

Copyright © IPCdailyexpose.co.uk, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-vaccins-pfizer-detruisent-tous-les-systemes-du-corps-humain-avertissent-des-experts-israeliens-de-la-sante/5658602

Dans SANTE

L’EFFICACITE DU « VACCIN » PFIZER EST TOMBEE A 39% FACE AU VARIANT DELTA, CONSTATE « ISRAËL »

Par Le 25/07/2021

L’efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate ‘Israël’

 Depuis 1 jour  24 juillet 2021

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

L’efficacité du vaccin de Pfizer contre la contamination au Covid-19 est tombée à 39% en ‘Israël’, a énoncé jeudi le ministère national de la Santé, selon l’agence russe Sputnik.

Ce chiffre fait référence à la période comprise entre le 20 juin et le 17 juillet, a-t-il indiqué, ajoutant que la baisse en cours avait été observée parallèlement à la propagation du variant Delta dans le pays.

Avec l’arrivée du variant Delta qui est apparu pour la première fois en Inde, il y a eu une augmentation des infections. Le coronavirus a été dépisté chez 2.400 personnes dont presque 40% étaient vaccinées, a rapporté KAN, la radio publique israélienne. 35% des patients avec des symptômes pénibles avaient été immunisés.

Ce taux est nettement inférieur à celui de 64% mesuré entre le 6 juin et le 3 juillet et de 94,3% mesuré entre le 2 mai et le 5 juin.
Cependant, l’efficacité du vaccin dans la prévention des cas graves en Israël est actuellement estimée à 91,4%, et à 88% dans la prévention des hospitalisations liées au Covid-19, rapporte Sputnik.

Israël a été le premier à recevoir le vaccin Pfizer dans le monde : près de 57% de sa population est entièrement vaccinée. 61,6% ont reçu une première dose depuis le 20 décembre 2020.
Il s’est attelé à présenter ce favoritisme inexpliqué comme étant un succès et un exploit mérité qui illustre sa supériorité parmi les nations.

Il n’a voulu transférer les doses de vaccin à la population palestinienne en Cisjordanie occupée qu’à l’approche de leur date d’expiration. Ce qui a poussé l’Autorité palestinienne à les refuser.

https://french.almanar.com.lb/2115478

Dans SANTE

Dr GERARD DELEPINE : N’AYEZ PAS PEUR DU VARIANT DELTA, C’EST UN TIGRE DE PAPIER

Par Le 20/07/2021

N’ayez pas peur du variant Delta, c’est un tigre de papier

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 6   0  0  6

Depuis plusieurs semaines et la disparition de la maladie en France

comme dans le reste de l’Europe, le gouvernement, les médias et les experts covidterroristes tentent de raviver la panique avec le variant delta.

Or, si celui-ci résiste aux pseudo vaccins actuels et est nettement plus contagieux, il est beaucoup moins dangereux que le précédent et de plus sensible aux traitements précoces. C’est un tigre de papier.

Le variant delta résiste aux pseudo vaccins actuels

C’est pour cette raison qu’il s’est développé dans les pays où les vaccins lui assurent un avantage évolutif sur les souches précédentes comme la Grande-Bretagne (67 % de vaccinés), les Pays-Bas (68 %) l’Espagne (62 %), Israël (65 %) ou Malte (73 %) alors qu’il tarde à se développer en Biélorussie peu vaccinée (7 %).

Prétendre comme le fait le gouvernement que l’injection anti-covid protégerait contre le variant delta est donc contraire aux faits établis.

Le variant delta est un tigre de papier

Dans les pays où il progresse rapidement, il se comporte comme un rhume banal et ni le nombre d’hospitalisations ni la mortalité n’augmentent.

En Europe il n’y a aucune raison de craindre le variant delta qui s’accompagne partout d’une baisse du nombre des hospitalisations et de la mortalité.

Le variant delta est très sensible aux traitements précoces

Et en Inde où son apparition a entraîné une augmentation de la mortalité, la reprise des traitements précoces a vaincu l’épidémie.

Deux mois après le début de la vaccination et l’abandon dans certains états des traitements précoces qui avaient jusque-là contrôlé l’épidémie, l’apparition du variant delta a coïncidé avec l’accroissement important de la mortalité.

Mais l’épidémie a été rapidement jugulée par la reprise des traitements précoces par Hydroxychloroquine et Ivermectine recommandés par la task force indienne contre le covid.

La responsable locale de l’OMS qui avait appelé à l’arrêt des traitements précoces a été mise en accusation pour mise en danger de la vie d’autrui et risque la prison à vie.

Il n’y a donc aucune raison de craindre le variant delta qui n’est qu’un croquemitaine qu’on nous agite pour raviver une panique injustifiée et nous pousser à nous faire injecter des traitements expérimentaux inefficaces contre ce variant.

Dr Gérard Delépine

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/nayez-pas-peur-du-variant-delta-cest-un-tigre-de-papier/5658460

Dans SANTE

Dr CHARLES HOFF : 62% DE SES PATIENTS VACCINES CONTRE LE COVID ONT DES DOMMAGES CARDIAQUES PERMANENTS

Par Le 20/07/2021

Dr. Charles Hoffe : 62 % de ses patients vaccinés contre le COVID ont des dommages cardiaques permanents

Par Dr Charles Hoffe

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

cv19.fr

Thème: 

Analyses: 

 17   0  1  18

Vous avez peut-être entendu parler de tolérance réduite à l’effort après une vaccination Covid, de thromboses, de myocardites, d’arrêts cardiaques…
Tous ces symptômes pourraient être liés au même mécanisme d’action du vaccin (ici Moderna), entrainant des dommages irréversible et une réduction de l’espérance de vie à quelques années maximum.

Après avoir administré environ 900 doses du vaccin expérimental COVID-19 à ARNm de Moderna, le Dr Charles Hoffe, un médecin courageux qui pratique la médecine depuis 28 ans dans la petite ville rurale de Lytton, en Colombie-Britannique (Canada), a tiré la sonnette d’alarme sur les réactions graves qu’il observait chez ses patients qui avaient choisi de se faire vacciner (il avait choisi de ne PAS le faire lui-même), y compris la mort.

Après avoir tiré la sonnette d’alarme, les autorités médicales de sa communauté lui ont imposé le silence (gag order). Il a bravé ce silence et a été interviewé par Laura-Lynn Tyler Thompson dans son émission où il a tiré la sonnette d’alarme.

Voici un extrait de 8 minutes de l’interview originale (VOSTFR) :

 

Pour avoir pris l’initiative d’avertir les autres des dangers de ces injections expérimentales, il a été relevé de ses fonctions à l’hôpital et a perdu la moitié de ses revenus.

La semaine dernière, le Dr Hoffe a de nouveau été interviewé par Laura-Lynn Tyler Thompson, et il continue de partager avec le public ses conclusions concernant les injections expérimentales COVID-19.

Le Dr Hoffe est un véritable héros aujourd’hui, risquant non seulement sa réputation, mais probablement sa vie même pour apporter des informations importantes concernant les injections COVID-19 que les mondialistes qui contrôlent les médias professionnels et les réseaux sociaux essaient de censurer.

Dans cette dernière interview, le Dr Hoffe affirme que les caillots sanguins que les médias présentent comme “rares” sont tout sauf rares, d’après les tests qu’il a effectués sur ses propres patients qui ont récemment reçu l’une de ces injections.

Les caillots sanguins dont on entend parler et qui, selon les médias, sont très rares, sont les gros caillots qui provoquent des accidents vasculaires cérébraux et apparaissent sur les tomodensitogrammes, les IRM, etc.

Les caillots dont je parle sont microscopiques et trop petits pour être détectés par un scanner. Ils ne peuvent donc être détectés qu’à l’aide du test D-dimer.

En utilisant ce test avec ses propres patients, le Dr Hoffe affirme qu’il a trouvé des preuves de la présence de petits caillots sanguins chez 62 % de ses patients qui ont reçu une injection d’ARNm.

Il affirme que ces personnes sont désormais handicapées à vie et qu’elles ne pourront plus “faire ce qu’elles faisaient auparavant”.

Ces personnes n’ont aucune idée de la présence de ces caillots sanguins microscopiques. Le plus inquiétant dans tout cela, c’est que certaines parties du corps, comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons, ne peuvent pas se régénérer. Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont définitivement endommagés.

Son avertissement est très sévère : “Ces injections causent d’énormes dégâts et le pire est encore à venir.”

Source : https://healthimpactnews.com/2021/canadian-doctor-62-of-patients-vaccinated-for-covid-have-permanent-heart-damage/ (en anglais)
Transcription de l’interview complète en anglais : https://www.cabaltimes.com/2021/07/17/hoffe/
Transcription de l’extrait en français : https://pastebin.com/gy8jWig6
Traduction : https://cv19.fr

Webinar plus récent du Dr. Charles Hoffe pour en savoir plus :

 

La source originale de cet article est cv19.fr

Copyright © Dr Charles Hoffecv19.fr, 2021

https://www.mondialisation.ca/dr-charles-hoffe-62-de-ses-patients-vaccines-contre-le-covid-ont-des-dommages-cardiaques-permanents/5658456

Dans SANTE

MODERNA PLACE LES BENEFICES DES VENTES DE SON VACCIN DANS LES PARADIS FISCAUX

Par Le 19/07/2021

 

Moderna place les bénéfices des ventes de son vaccin dans les paradis fiscaux

 Publié le 19/07/2021 à 11:06

Moderna fabrique bien un composant de son vaccin en Suisse, mais cela ne "fournit pas de justification économique convaincante pour laquelle Moderna devrait gagner ses revenus de vaccins européens en Suisse

© Fabrice COFFRINI / AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...236

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

Selon un rapport Oxfam, au moins neuf personnes sont devenues milliardaires depuis le début de la pandémie COVID grâce aux profits des sociétés pharmaceutiques en charge de la production et de la distribution des vaccins contre le COVID partout dans le monde. À leur tête, le PDG de Moderna, le marseillais Stéphane Bancel, dont la fortune s’élève maintenant à 4,3 milliards de dollars. Ces bénéfices réalisés grâce aux vaccins sont progressivement placés dans certains des pires paradis fiscaux du monde, prévient un récent rapport du Centre de recherche sur les sociétés multinationales (SOMO). 

La commande de l'Union européenne est payée au bureau de Moderna à Bâle, en Suisse

close

volume_off

 

Mardi 13 juillet SOMO a divulgué un contrat entre Moderna et la Commission européenne qui montre que les bénéfices de l'entreprise provenant de la vente des centaines de millions de vaccins pour lutter contre l'épidémie du Covid-19 finissent dans plusieurs paradis fiscaux. D’un côté, l’Union Européenne a payé ses commandes à la filiale Moderna Switzerland GmbH, à Bâle en Suisse, ce qui permet à l’entreprise de biotech de profiter d’un taux d'imposition aussi bas que 13%. Selon le rapport, les bénéfices de Moderna devraient en réalité terminer là où se déroule sa véritable activité économique, ce qui devrait pousser Moderna à les transférer dans les multiples filiales, qui se trouvent dans de nombreux pays. Au lieu de cela, les bénéfices sont dirigés uniquement vers la filiale suisse. Moderna fabrique bien un composant de son vaccin en Suisse, mais cela ne "fournit pas de justification économique convaincante pour laquelle Moderna devrait gagner ses revenus de vaccins européens en Suisse", ont ajouté les responsables du rapport.

L’entreprise pharmaceutique pourrait échapper aux impôts avec une pratique "triple coup dur"

D’un autre côté, Moderna ne paie pas d’impôts sur les brevets déposés : jusqu'à 780 brevets ont été déposés dans le Delaware, où les revenus des brevets sont exonérés d'impôt, ce qui fait de cet État américain un paradis fiscal. Selon le rapport, cette démarche est connue comme un "triple coup dur". C'est-à-dire qu’en plus de payer peu d'impôts, la société bénéficie d’aides publiques pour développer son vaccin, qu’elle facture ensuite à des prix élevés.

Injustice économique des biotechs enrichies pendant la pandémie

Selon le rapport, lorsque les contribuables financent le développement d'un produit, pour ensuite le revendre avec une marge importante, il s’agit d’une injustice économique tangible : "Le fait que les bénéfices qui en résultent finissent dans des paradis fiscaux, où ils seront presque certainement imposés à un taux très bas, voire pas du tout, aggrave cette injustice." En décembre 2020, Moderna a reçu environ 4,1 milliards de dollars du ministère américain de la Santé et des Services sociaux, dont 1 milliard de dollars dans le cadre de l'initiative américaine « Warp Speed ​​». Le pays a ensuite commandé 7,5 milliards de dollars de vaccins Moderna, en payant environ 15 dollars la dose. L'UE a commandé pour plus de 10 milliards de dollars de vaccin Moderna, au prix de 22,50 $ par dose. Les pays de l'UE, qui paient les vaccins sur leurs propres budgets, ont obtenu une remise de 4,50 $ sur la commande initiale en raison de cet acompte.

Une prédilection pour le marché des pays “riches” pour plus de profits

La Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) à but non lucratif a accordé à l'entreprise une subvention de 900 000 $ au début de la pandémie sous condition de distribuer par la suite son vaccin en fonction des besoins, et de le vendre à des prix abordables. Selon le rapport, Moderna aurait jusqu'à présent vendu son vaccin principalement aux pays les plus riches du monde et n'a livré aucune de ses premières productions au CEPI. Oxfam alertait dans un rapport que ces vaccins sont financés par des fonds publics, et devraient être avant tout un bien public mondial, et non une opportunité de profit privé.

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/politique-monde/moderna-place-les-benefices-des-ventes-de-son-vaccin-dans-les-paradis-fiscaux

Dans SANTE

UN « SUPER » ANTICORPS CAPABLE DE LUTTER CONTRE DIFFERENTS CORONAVIRUS, DECOUVERT PAR DES CHERCHEURS AMERICAINS

Par Le 17/07/2021

 

Un «super» anticorps, capable de lutter contre différents coronavirus, découvert par des chercheurs américains

 Depuis 6 heures  17 juillet 2021

fred_hutch

 Amérique et Europe - USA

 

Un groupe de chercheurs américains, dirigé par le biochimiste Tyler Starr du centre de recherche contre le cancer Fred Hutchinson (Fred Hutchinson cancer research center, FHCRC) de Seattle, a identifié un nouvel anticorps aux capacités extrêmement puissantes permettant de lutter simultanément contre une large gamme de variants de coronavirus, a informé ce mercredi 14 juillet l’une des plus anciennes revues scientifiques du Royaume-Uni: Nature.

Les spécialistes du FHCRC et de l’entreprise américaine Vir Biotechnology, qui a participé à l’étude, ont examiné 12 anticorps, isolés à partir de personnes infectées par le SARS-CoV-2 ou par un autre virus de ce groupe SARS-CoV. Ces anticorps s’accrochent à un fragment de protéine virale qui se lie aux récepteurs des cellules humaines. De nombreuses thérapies par anticorps contre le Covid-19 ciblent le même domaine de liaison au récepteur, a fait savoir l’hebdomadaire britannique.

Les chercheurs ont établi une liste de milliers de mutations dans les domaines de liaison de plusieurs souches du SARS-CoV-2 pour également cataloguer des variations des autres coronavirus appartenant, comme le Covid-19, au sous-genre des sarbecovirus.

Selon Nature, après avoir évalué les effets de ces mutations sur les capacités des 12 anticorps à s’accrocher au domaine de liaison des virus, le groupe d’experts a découvert qu’un anticorps, S2H97, se distinguait par son aptitude à s’agripper aux domaines de liaison de tous les sarbecovirus testés.

S2H97, que les auteurs de l’étude ont baptisé anticorps pan-sarbécovirus, a bloqué une large gamme de souches virales pour les empêcher de se propager dans les cellules qui se développaient en laboratoire.

Ce «super» anticorps s’est avéré suffisamment puissant pour protéger des hamsters contre le Covid-19.

Le secret de l’efficacité de l’anticorps S2H97 réside dans sa structure moléculaire permettant d’attaquer des sections du domaine de liaison au récepteur, auparavant invisibles, qui, selon les conclusions des scientifiques, ont tendance à demeurer inchangées à mesure que le virus mute, a expliqué la revue.

«C’est l’anticorps le plus cool que nous ayons décrit», a déclaré le chef de l’étude, Tyler Starr, cité par Nature.

Un «super» vaccin antiviral bientôt?

Les chercheurs ont noté que le phénomène de molécules qui ciblent les sections du domaine de liaison viral révélées lors de l’étude pourrait favoriser le développement des vaccins pan-sarbécovirus pour se protéger simultanément contre plusieurs virus, relate la revue scientifique.

La découverte d’un anticorps capable de s’accrocher à différents sarbecovirus a été saluée par d’autres scientifiques, dont Arinjay Banerjee, virologue à l’université du Saskatchewan, au Canada, selon Nature. Ayant évoqué des mutations virales futures, encore inconnues par les chercheurs, l’expert canadien a exprimé la certitude que les anticorps et vaccins pan-sarbécovirus aideraient l’humanité à mieux se préparer aux attaques de nouveaux virus.
Des anticorps post-vaccinaux inefficaces?

L’actualité d’élaboration de vaccins anti-Covid plus puissants a été indirectement confirmée par une autre étude américaine.

Les spécialistes de l’université de Washington et du laboratoire Vir Biotechnology ont analysé le variant Epsilon du SARS-CoV-2, découvert en Californie, pour constater que celui-ci avait appris à neutraliser les anticorps naturels, aussi bien que monoclonaux qui apparaissent chez les personnes immunisées avec les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna.

Selon la recherche, l’efficacité de ces vaccins par rapport à la souche californienne du SARS-CoV-2 a diminué de 50 à 70%.

Repéré pour la première fois en 2020 en Californie, Epsilon a été classé parmi les «variants à suivre» (VOI, soit «variants of interest») par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en mars. La France le classait le 30 juin parmi les Variants en cours d’évaluation, selon Santé publique France.

Le Centre russe Gamaleïa, concepteur du premier vaccin anti-Covid enregistré au monde, Spoutnik V, vient de publier dans la revue internationale Vaccines une étude sur l’efficacité de la préparation contre de nouvelles souches du SARS-CoV-2. Selon ce rapport, les chercheurs russes ont constaté une diminution relativement faible de l’activité neutralisante du Spoutnik V face aux variants comme Alpha, Beta, Gamma, Delta, cependant moins forte que pour des préparations d’autres groupes pharmaceutiques.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2113278

 

Dans SANTE

CORONAVIRUS : COVAX VA RECEVOIR IMMEDIATEMENT 110 MILLIONS DE DOSES DES DEUX VACCINS CHINOIS (ALLIANCE DU VACCIN)

Par Le 12/07/2021

Coronavirus: Covax va recevoir immédiatement 110 millions de doses des deux vaccins chinois (Alliance du vaccin)

Coronavirus: Covax va recevoir immédiatement 110 millions de doses des deux vaccins chinois (Alliance du vaccin)

folder_openCORONAVIRUS access_timedepuis 2 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AFP

Covax va recevoir immédiatement 110 millions de doses des vaccins anti-Covid des sociétés chinoises Sinovac et Sinopharm pour permettre au système de distribution international de faire face à une pénurie de doses en pleine résurgence de la pandémie, a indiqué lundi l'Alliance du vaccin (Gavi).

L'accord conclu entre Gavi et les deux groupes pharmaceutiques chinois inclut également des options pour l'achat de doses supplémentaires dans les mois à venir, précise un communiqué de Gavi, un des membres fondateurs du système Covax avec l'OMS notamment.

«Grâce à cet accord, et parce que ces vaccins ont déjà reçu l'homologation d'urgence de l'OMS, nous pouvons commencer à fournir des doses aux pays immédiatement», s'est réjoui Seth Berkley, qui dirige l'Alliance du vaccin.

Au 12 juillet, le système Covax, qui devait garantir un accès équitable aux pays riches comme aux pays défavorisés aux vaccins anti-Covid, avait distribué plus de 102 millions de doses de vaccins dans 135 pays.

C'est beaucoup moins que ces objectifs affichés en début d'année, mais depuis l'Inde a bloqué les exportations des doses de vaccin AstraZeneca destinées à Covax et les pays riches se sont rués sur les sérums les plus efficaces aggravant l'inégalité vaccinale au point d'être dénoncée comme «obscène» par le patron de l'OMS.

Quand l'UE et les Etats-Unis visent d'immuniser l'essentiel de leur population, y compris les enfants à partir de 12 ans, le continent africain par exemple n'a réussi à vacciner qu'autour de 1% seulement de sa population.

L'accord annoncé lundi prévoit l'achat de 60 millions de doses sur la période juillet à fin octobre à Sinopharm et 50 millions de doses sur la période juillet à fin septembre à Sinovac.

https://french.alahednews.com.lb/40672/373

Dans SANTE

Dr GERARD MAUDRUX : VACCINES COVID-19 : ET MAINTENANT ?

Par Le 11/07/2021

Vaccinés covid : et maintenant ? - Dr Maudrux

 Publié le 11/07/2021 à 15:32

Pour le docteur Maudrux, il vaut mieux attraper la Covid version "delta" que se faire vacciner.

DR

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...12

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

TRIBUNE - De plus en plus de vaccinés, 50 à 60 % des adultes en France, cela devrait logiquement freiner toute évolution épidémique. Malheureusement il semble que ce ne soit pas le cas, peut-être même le contraire. Sans vaccins, l’été dernier était plus serein, avec quatre mois de vacances (de mai à fin août), moins d’un mois cette année. Il n’y a plus de saison ! Même tendance dans toute l’Europe.

Dans la panoplie de traitements, la France n’en a choisi qu’un, le vaccin, l’imposant en exclusivité. C’est ce que font aussi la plupart des pays, sous la pression de lobbies puissants. Nous avons l’Agence Européenne du Médicament (EMA), financée à 85% par ceux à qui elle délivre des AMM ( !! C’est pour cela que l’ivermectine n’a aucune chance, ne pouvant financer l’EMA car tombée dans le domaine public, aucun laboratoire ne fera la demande d’AMM..), avec en tête les plus gros labos producteurs de vaccins, et l’OMS dont le premier financier est Bill Gates (194 M$ en 2019), sa fondation investissant énormément dans les vaccins. Rien que sur BioNTech, il a multiplié sa mise par 10. (Ne me faites pas dire que tout ce qu’il fait est mal, au contraire, mais ici il se trompe « grave » et il trompe les autres).

close

volume_off

Bill Gates a dit : « Célébrer le succès, c’est bien, mais il est plus important de tirer les leçons de l’échec ». J’ajouterais a fortiori quand le succès n’est pas au rendez-vous. Ce beau scénario à succès, vaccins = fin de la pandémie, est malheureusement grippé. C’était annoncé, prévu par les soignants, pas par nos « spécialistes-décideurs ». Le virus mute, c’est dans sa nature, et des variants, non sensibles à une vaccination à cible trop étroite, apparaissent de plus en plus fréquemment. Je l’avais déjà écrit il y a quelques semaines, un bon tiers des vaccinés peut être contaminé, plus avec le variant delta, voire le delta plus, et demain lambda et epsilon, déjà de sortie. Les autorités qui affirmaient, comme les labos, 95% de protection le reconnaissent maintenant sans problème : le vaccin ne vous empêche pas d’attraper la maladie, ni de contaminer. Les derniers discours officiels parlent d’une efficacité moindre avec une couverture à 65%. Pour les vaccinés comme pour les non-vaccinés, il nous faut donc garder le masque et toutes les mesures de protection, être confiné voire mis en quarantaine, revacciné si contact, et si vous voulez voyager, par exemple, un test a plus de valeur qu’un certificat de vaccination.

Après ce constat et ces lamentations, étant admis que les vaccinés attrapent et attraperont de plus en plus les nouveaux variants, soyons constructifs et positifs : ces vaccinés qui attrapent la covid, on en fait quoi ? On leur a promis la guérison, ils ont suivi les consignes, on leur donne quoi maintenant qu’ils sont malades ? Une troisième dose ? Une quatrième ? C’est prévu, c’est commandé, mais vont-ils suivre à nouveau ? Ils ont cru qu’ils seraient protégés la première fois, que feront-ils la seconde, la troisième ?  Qu’ont prévu nos autorités face à ce problème croissant ? Vont-elles enfin regarder ailleurs, ouvrir d’autres voies thérapeutiques ?

Aujourd’hui la réponse de nos autorités est toujours sur la même ligne, avec des œillères, sans chercher d’autres voies : face à l’épidémie, augmentons le rythme des vaccinations. Si l’on pouvait excepter les problèmes d’effets secondaires, les vaccins apportent quelque chose, on ne peut le nier. Mais très logiquement, face cette baisse drastique d’efficacité supposée de l’immunité vaccinale avec ces variants de plus en plus insensibles aux vaccins, peut-on garder la même ligne sans en tenir compte ? On nous explique qu’au moins, cela protège des formes graves. Sur ce sujet, ce n’est pas ce que disent toutes les études.

Certaines études disent qu’il y a plus de formes graves, d’autres qu’il y en a moins. Nous manquons un peu de recul et surtout de statistiques fiables (qu’on ne fait pas chez nous, ou qu’on ne donne pas) pour pouvoir affirmer l’un ou l’autre sans se tromper. Dans l’Ehpad des Landes, ils étaient tous vaccinés, (presque) tous contaminés, et il y a eu des décès. A priori, il n’y aurait ni plus, ni moins de formes graves, ce que semblent montrer les anglais. En revanche, ce qui est indéniable, c’est qu’il y a globalement moins de formes graves avec le variant delta, et cela aussi bien chez les vaccinés que chez les non-vaccinés (qui restent majoritaires). En France, 50% des cas positifs sont dus au variant delta, et pourtant, hospitalisations, réas et décès continuent de baisser. Le variant delta semble donc plus contagieux, mais moins méchant. Dans ces conditions, est-il logique de vacciner pour un virus peu agressif, avec un vaccin qui marche peu, exposant à des effets secondaires qui ne sont pas des moindres, sans parler de ceux à long terme non encore connus ?

Dans ces conditions, pour obtenir la fameuse immunité collective, ne vaudrait-il pas mieux tous attraper la covid du variant delta, peu grave, plutôt que se faire vacciner ! Eh oui ! C’est ce que montre cette étude que la revue Nature vient de publier le 8 juillet. Cette étude compare la sensibilité du variant delta vis-à-vis des anticorps monoclonaux médicamenteux, des anticorps naturels de personnes contaminées et convalescentes, et des anticorps de vaccinés. Je cite : « Les sérums de personnes ayant reçu une dose de vaccins Pfizer ou AstraZeneca ont à peine inhibé le variant Delta. » L’anticorps monoclonal Bamlanivimab est totalement inefficace. Quant au sérum de personnes contaminées et guéries de la covid (jusqu’à 12 mois après la maladie), il est 4 fois moins efficace sur le delta que sur l’alpha. Mieux vaut des anticorps contre le variant delta que contre le variant alpha. Certes c’est mieux avec deux doses, mais est-ce entre les deux doses que les variants explosent, confirmant une règle ancienne oubliée : on ne vaccine pas en pleine épidémie ?

Ce variant delta va vite contaminer toute la population, c’est à ce jour le variant le moins toxique, et l’immunité acquise par la maladie est très supérieure que celle acquise par la vaccination, cette dernière ne pouvant conduire à une immunité suffisante pour être collective. Et puis avec un peu de Doxycycline et d’Ivermectine, on ne le sentira même pas passer, sans doute moins que la grippe saisonnière.

Avec le recul, pour le résultat du tout vaccin, on peut maintenant regarder ce qui se passe dans les pays qui ont vacciné plus vite et plus fort que nous. Le premier exemple est l’Angleterre, en train de subir, malgré la vaccination, une vague déjà supérieure à leur seconde d’octobre-novembre, pourtant sans vaccin ! A l’époque, il y avait 25 000 cas par jour, aujourd’hui l’Angleterre en est à 32 000 cas par jour le 8 juillet, 35 200 hier, et cela continue de grimper. Qui peut parler objectivement de résultat positif de la vaccination ? Sur les formes graves, oui, mais n’est-ce pas le variant delta qui est la première cause de ce résultat ? S’il y a moins d’hospitalisations et de décès, ce sont les 2/3 des malades qui ne sont pas vaccinés qui devraient remplir les hôpitaux, ce qui n’est pas le cas !  (encore quelques jours pour être plus affirmatif).

Régulièrement j’observe les Seychelles, petit pays, assez isolé et donc relativement protégé pendant les périodes de confinement et de réduction des transports. Je le suis, car c’est le pays qui a le plus vacciné au monde et rapidement, ce qui donne du recul. 70% de la population a reçu deux doses, de quoi être confortablement dans la zone dite d’immunité collective. Il n’est est rien : ce pays a été tranquille toute l’année 2020, ses problèmes ont commencé début janvier 2021 avec les premiers vaccins (comme presque toujours, à part de rares exceptions). Voici où ils en sont :

Vous me direz que 375 cas, c’est peu. En fait non : rapportés à la population (100 000 habitants), la vague aux Seychelles est très supérieure à ce qui se passe en France, c’est une très grosse vague. C’est comme si nous avions 50 ou 60 000 cas par jour, malgré 70% de vaccinés deux doses !

Patrice Gibertie semble trouver la même chose à Malte, qu’il pense plus vacciné que les Seychelles (perso mes sources donnent 1% de moins que les Seychelles). Leur vague est toutefois récente, une semaine, versus un mois en Angleterre et 3 mois aux Seychelles. Même scénario à venir ?

Alors que vont proposer ces pays à leur population, maintenant que l’option vaccins a été utilisée ? Une troisième dose sous la pression des laboratoires ? Errare humanum est, perseverare diabolicum (*) ? Moi je sais ce que je ferais, mais il est vrai que je ne suis soumis à aucune pression. J’espère me tromper sur l’efficacité des vaccins, j’espère ne pas me tromper sur l’agressivité du variant delta, mais les faits et les chiffres sont là, têtus, ils avancent et je ne regarde qu’eux. Des faits, rien que des faits.

 

(*) « L’erreur est humaine, persévérer est diabolique » faussement attribué à Sénèque. On pourrait préférer Saint Augustin dans ses sermons : « Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in errore manere » : « L’erreur est humaine, mais persister dans l’erreur par arrogance, est diabolique ».

 

N.B. Je signale aux antivax globaux qu’il y a d’autres lieux pour s’exprimer. S’opposer aux vaccins ou pseudo vaccins covid en raison de leurs défauts, pouvant être graves, est une chose ; s’opposer à la vaccination en général en est une autre, qui éloigne des problèmes actuels, ce que je ne souhaite pas dans ce blog.

 

Article paru initialement sur le blog du Dr Maudrux et repris avec son aimable autorisation.

Auteur(s): FranceSoir

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccines-covid-et-maintenant

Dans SANTE

Dr GERARD DELEPINE : RIEN A CRAINDRE DU VARIANT DELTA. IL DONNE LE RHUME, CURABLE PAR TRAITEMENTS PRECOCES

Par Le 10/07/2021

Rien à craindre du variant Delta : il donne le rhume, curable par traitements précoces

 Publié le 10/07/2021 à 16:56

Rien à craindre du variant Delta : il donne le rhume, curable par traitements précoces

Pixabay

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...319

Auteur(s): Dr Gerard Delépine, pour FranceSoir

-A+A

TRIBUNE - Non, les pseudovaccins expérimentaux actuels ne protègent pas des variants Delta, ou X, Y…

Depuis quelques semaines, le manque de volontaires à la vaccination inquiète nos autorités. Pour la relancer leurs principaux arguments en faveur de celle-ci vont du chantage brutal (sans vaccin pas de liberté), à l’altruisme (faites-vous vacciner pour les autres) ou la peur injustifiée du variant delta (le seul moyen d’éviter la prochaine vague au variant delta est d‘être tous vaccinés) et même la corruption via un chèque de 100 €...

Tous ces arguments sont mensongers car les pseudo-vaccins actuels sont incapables de protéger celui qui les reçoit contre le variant delta, ni d’empêcher ni la transmission aux proches, ni la diffusion du variant delta dans la population, comme le prouvent les échecs patents de la vaccination en Israël et en Grande-Bretagne.
 

L’échec des injections géniques en essai, Astra Zeneca et autres en Grande-Bretagne

Depuis le début des injections en Grande-Bretagne, nous avons souligné le caractère totalement expérimental de la campagne organisée par le gouvernement anglais.

Sept mois après le début des injections, au 28 juin 2021, un total de 77 038 257 doses de « vaccin », essentiellement des Astra Zeneca, avait été administré. Le bilan de cette campagne est catastrophique. Pendant les 4 mois qui ont suivi la vaccination les nombres de contaminés et de morts ont plus que doublé établissant au passage les records mensuels de contaminations et de mortalité depuis le début de l’épidémie dans ce pays. L’injection génique se révèle non seulement inefficace, mais même délétère car la mortalité est trois fois plus élevée chez les vaccinés que chez les non vaccinés.

Et depuis presque deux mois, le variant delta se propage de manière exponentielle dans la population malgré une couverture vaccinale record.

 

diapositive2.jpg

 

L’échec de l’injection expérimentale Pfizer en Israël

Israël est le champion de l’injection expérimentale Pfizer pour laquelle le gouvernement a accepté de payer un prix majoré et de fournir les données sanitaires de sa population au fabricant. Il a aussi utilisé une propagande mensongère, une censure féroce des opposants et des moyens de coercition majeurs (confinement, pass sanitaire) pour l’imposer. Là aussi la campagne de « vaccination » a été suivie d’une explosion de contaminations et de morts pendant deux mois avec au total plus du doublement du nombre global de cas et de morts et, de plus des complications cardiaques chez les enfants vaccinés alors qu’ils n’avaient rien à craindre du Covid.

Et depuis début juin Israël, malgré son taux record de vaccinés, doit faire face à une poussée épidémique à variant delta démontrant que l’injection Pfizer ne protège pas contre ce variant.

 

diapositive1.jpg

 

 

Actuellement, aucune étude scientifique publiée n’apporte le moindre argument en faveur d’une trace d’efficacité des pseudo-vaccins actuels contre les variants et en particulier le variant delta.

L’examen de l’évolution de l’épidémie chez les champions de la vaccination démontre que les pseudo-vaccins actuels sont inefficaces sur le variant delta. Alors pourquoi le gouvernement et les médias répètent-ils la propagande mensongère des communiqués publicitaires des marchands ?
 

Le chantage aux libertés

Comme tous les racketteurs dans l’Histoire, les pro-vaccins utilisent la menace en promettant une protection si on paie une rançon (ici l’injection expérimentale). « Vous ne retrouverez vos libertés que si vous acceptez le vaccin ». Mais cette promesse n’engage que ceux qui y croient et n’est jamais tenue. Ainsi les footballeurs qui se sont fait vacciner restent astreints à toutes les mesures pseudo-sanitaires inutiles. Ainsi les athlètes vaccinés pourraient subir des sanctions financières ou être expulsés des JO de Tokyo s'ils enfreignent les mesures anti-Covid, notamment les tests quotidiens et le port du masque, ont averti récemment les organisateurs, en dévoilant des règles actualisées à 37 jours des Jeux.

Ainsi un pensionnaire d’Ehpad qui avait cru la promesse des racketteurs au vaccin et s’était fait vacciner pour retrouver sa liberté a dû déchanter et s’est retrouvé comme avant l’injection, privé de ses libertés par une ordonnance du Conseil d’état sur les conseils du ministre Véran.
 

On ne doit jamais céder au chantage et encore moins si celui-ci porte sur nos droits fondamentaux. La liberté ne se monnaie pas, elle s’arrache aux tyrans.

Depuis Caligula, Néron, Vitellius et Galère (empereurs romains), Charles 1er Tudor, Louis XVI, Ceausescu, Kadhafi l’ont appris à leurs dépens. Les Américains ont manifesté contre les confinements et autres prétendues mesures sanitaires, jusqu’à leur abandon dans les États où ils ont été suffisamment nombreux. La Floride vit libre par exemple depuis des mois. Boris Johnson qui exerçait le même chantage sur sa population a dû lever ses restrictions après des manifestations dont l’une rassemblait un million de manifestants pacifiques à Londres le 29 juin. Si nous voulons retrouver nos libertés, il faudra vraisemblablement suivre ces exemples.
 

L’altruisme dévoyé

Ne pouvant convaincre la population (et en particulier les moins de 50 ans) que les injections expérimentales pourraient lui apporter le moindre bénéfice personnel, le gouvernement s’appuie sur notre altruisme pour nous faire accepter ces traitements expérimentaux « pour protéger les autres ». Mais il ment, car les vaccinés peuvent tout autant transmettre la maladie, l’attraper et même faire des formes graves.

Les exemples cliniques en sont innombrables et ce risque de transmission par les vaccinés a même été reconnu par O. Véran dans le plaidoyer écrit au Conseil d’Etat : « le vaccin n'empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »

Être vacciné ne protège donc pas les autres et faire appel à l’altruisme pour promouvoir la vaccination constitue une escroquerie.


La panique créée par le variant delta est totalement injustifiée

Certes, le variant delta va se propager en France comme ailleurs, mais c’est une chance car ce variant est beaucoup moins dangereux que les précédents qu’il supplante. C’est ce que montre l’évolution de la mortalité quotidienne en Grande-Bretagne depuis que le variant delta prédomine.

 

diapositive3.jpg

Même constatation heureuse en Israël : le variant delta est moins mortifère que le précédent.

 

diapositive4.jpg

 

Un variant très contagieux mais peu grave et sensible aux traitements précoces

Alors sur quel élément du monde réel se base le ministère de la Santé pour tenter de recréer la panique ?

Le variant delta se comporte le plus souvent comme un rhume des foins. Grâce à cela, l’incapacité totale de la vaccination à empêcher la récidive de l’épidémie ne devrait pas causer une recrudescence de la mortalité d’autant qu’en cas de problème, ce variant est parfaitement sensible aux traitements par chloroquine Ivermectine comme l’a démontré l’Inde (comme tous les autres variants jusqu’à maintenant).


En conclusion, l’épidémie a disparu en France comme le montre la surveillance régulière du réseau Sentinelle.

Bulletin du Réseau Sentinelles INSERM, 7 juillet 2021 : Infection respiratoire aiguë (IRA) (COVID-19, GRIPPE et autres virus respiratoires) - Activité faible en médecine générale.

La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies de COVID-19, de GRIPPE ainsi que celles dues aux autres virus respiratoires saisonniers (VRS, rhinovirus et métapneumovirus).

En France métropolitaine, la semaine dernière (2021s26), taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation (ou en téléconsultation) de médecine générale estimé à 33 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [25 ; 41]). Taux stable par rapport à la semaine 2021s25 (données consolidées : 25 [20 ; 30]).
Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en : Bretagne (78 [30 ; 126]), Occitanie (65 [28 ; 102]) et Pays de la Loire (42 [1 ; 83]).
Surveillance de la COVID-19 : La semaine dernière (2021s26), le taux de positivité au SARS-CoV-2 des patients consultant pour une IRA était de 0%, 6% et 0%, respectivement chez les 0-14, 15-64 et 65 ans et plus.

Le taux d’incidence des cas d’IRA dus au SARS-CoV-2 (COVID-19) vus en consultation de médecine générale a été estimé 1 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [0 ; 2]) ce qui représente 787 [297 ; 1 277] nouveaux cas de COVID-19 ayant consulté un médecin généraliste.

Ce taux est stable par rapport à la semaine précédente (données consolidées pour 2021s25 : 1 [0 ; 1], soit 204 [64 ; 344] nouveaux cas d'IRA dus à la COVID-19 vus en médecine générale).

 

gd01.jpg

Les malades sporadiques doivent recevoir les traitements précoces

En cas de maladie sporadique de type Covid liée ou non au variant, il faut traiter précocement par l’association d’antibiotiques type macrolides, d’hydroxychloroquine et /ou ivermectine et adjuvants associés (zinc, vitamines C et D, anticoagulants).

 

Cesser l’expérimentation des « injections géniques » le plus rapidement possible

Il faut cesser cette « vaccination » basée sur les substances géniques en essai thérapeutique qui ne sont pas des vaccins type Pasteur, attendre les résultats des essais cliniques en cours qui seront dévoilés au mieux en 2023 et faire le point actuel sur les effets secondaires graves, et les décès en consultant directement les banques de données des agences européenne EMA sur EudraVigilance, l’agence anglaise (MHRA) et l’agence américaine FDA sur VAERS.

Un moratoire s’impose.

 

gd02.jpg

Auteur(s): Dr Gerard Delépine, pour FranceSoir

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/rien-craindre-du-variant-delta-il-donne-le-rhume-curable-par-traitements-precoces

Dans SANTE

COVID-19 : LE VARIANT DELTA ATTISE LA PANDEMIE. LE MILLIARDAIRE CORROMPU ET CONDAMNE PFIZER, ASSOIFFE DE PROFITS PRECONISE UNE 3e DOSE

Par Le 09/07/2021

Covid-19: le variant Delta attise la pandémie, Pfizer préconise une 3e dose

Covid-19: le variant Delta attise la pandémie, Pfizer préconise une 3e dose

folder_openEurope access_timedepuis 38 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Pfizer/BioNTech préconise une troisième dose de son vaccin pour le rendre plus efficace au moment où le très contagieux variant Delta provoque des flambées épidémiques en Asie et en Afrique et fait remonter le nombre de cas en Europe et aux Etats-Unis.

Ce variant apparu initialement en Inde est le plus contagieux répertorié depuis l'apparition de la pandémie début 2020.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que le «monde était à un point dangereux dans cette pandémie» qui a fait plus de quatre millions de morts.

L'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech a annoncé jeudi «des résultats encourageants» d'essais pour une troisième dose afin d'augmenter l'efficacité de son vaccin anti-Covid, y compris contre le variant Beta apparu en Afrique du Sud.

Elle prévoit de demander une autorisation pour cette troisième dose aux Etats-Unis et en Europe notamment et s'attend à des résultats similaires pour le variant Delta, avec des tests en cours.

Les autorités sanitaires américaines ont réagi avec circonspection, estimant que «les Américains qui ont été entièrement vaccinés n'ont pas besoin d'un rappel à l'heure actuelle», mais se disant prêtes «à administrer des doses de rappel si et quand la science aura démontré qu'elles sont nécessaires».

L'Asie est durement frappée par le variant Delta. Au Japon, la flamme olympique est arrivée vendredi à Tokyo à deux semaines de l'ouverture des Jeux olympiques (23 juillet-8 août) mais le public a été tenu à l'écart de la cérémonie.

Huis-clos

La majorité des épreuves se dérouleront à huis clos, une première dans l'histoire olympique décidée après l'instauration d'un nouvel état d'urgence à Tokyo, jusqu'au 22 août.

La Thaïlande a annoncé vendredi de nouvelles restrictions dont un couvre-feu nocturne à Bangkok et dans neuf provinces. Le royaume a enregistré vendredi 72 décès et 9.276 nouveaux cas, un record.

Au Vietnam, les neuf millions d'habitants de Ho Chi Minh-Ville entament vendredi deux semaines de confinement.

En Indonésie, le système de santé est submergé. Deux avions militaires ont apporté vendredi depuis Singapour de l'oxygène et des équipements de protection. Des restrictions drastiques appliquées depuis samedi sur les îles de Java et Bali ont été élargies mercredi à tout le pays jusqu'au 20 juillet.

La Corée du Sud, naguère modèle de gestion de la crise, a annoncé vendredi l'imposition à Séoul à partir de lundi et pour deux semaines des restrictions les plus dures depuis le début de la pandémie, avec notamment l'interdiction de se rassembler à plus de deux et la fermeture des écoles, bars et discothèques. Un record de 1.316 nouveaux cas, pour la plupart à Séoul et ses environs où vit près de la moitié de la population nationale, a été annoncé par le gouvernement.

En Australie, les restrictions imposées à Sydney, principale agglomération du pays, ont été durcies vendredi alors que les cinq millions d'habitants de cette ville vivent leur troisième semaine de confinement. «Ne quittez pas votre maison sauf en cas de nécessité absolue», a déclaré la Première ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud dont Sydney est la capitale.

Les Fidji ont annoncé l'obligation de se faire vacciner pour les employés du public comme du privé. «Pas de piqûre, pas de boulot», a dit jeudi soir le Premier ministre de cet archipel du Pacifique, Frank Bainimarama.

«Semaine désastreuse»

L'Afrique a connu une augmentation en flèche du nombre de cas de Covid-19, selon l'OMS. Elle «vient de vivre la semaine la plus désastreuse de l'histoire des pandémies sur le continent», a déclaré jeudi le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.

«Mais le pire reste à venir, car la troisième vague ne cesse de s'étendre de façon accélérée et gagne du terrain», a-t-elle ajouté.

En Europe, la France voit le variant Delta en passe de devenir majoritaire, a averti le ministère de la Santé. Le conseil scientifique qui guide le gouvernement préconise «une obligation vaccinale pour les soignants», qui fait débat dans le pays. Un projet de loi pourrait être adopté avant fin juillet.

Les discothèques françaises se préparent à rouvrir vendredi soir après environ 16 mois de fermeture mais le strict protocole sanitaire imposé a dissuadé la plupart de reprendre leurs activités.

En Espagne, où la situation sanitaire s'est brutalement détériorée ces derniers jours, la Catalogne (nord-est), qui avait rouvert ses discothèques le 21 juin, vient de les refermer.

Au Portugal, la part du variant Delta dans les nouveaux cas a augmenté à presque 90 %, selon un rapport.

En Amérique latine, le variant Delta «circule déjà» dans l'Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du Brésil, ont averti les autorités sanitaires. Le pays est le deuxième au monde le plus frappé après les Etats-Unis en nombre de décès du Covid-19.

En Amérique du Nord, les contaminations augmentent à nouveau aux Etats-Unis où la campagne de vaccination a pourtant été un succès. Le Canada a commencé à assouplir les restrictions de voyage pour ses citoyens, mais les voyageurs étrangers non-vaccinés ne seront pas autorisés à entrer avant «un bon moment», selon le Premier ministre Justin Trudeau.

https://french.alahednews.com.lb/40650/321

Dans SANTE

« ISRAËL » : LES « VACCINS » PFIZER, EN PASSE D’ETRE PERIMES, SERONT ENVOYES A LA COREE DU SUD

Par Le 06/07/2021

«Israël»: Les vaccins Pfizer, en passe d’être périmés, seront envoyés à la Corée du Sud

«Israël»: Les vaccins Pfizer, en passe d’être périmés, seront envoyés à la Corée du Sud

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

«Israël» va envoyer à la Corée du Sud quelque 700.000 doses du vaccin Pfizer qui doivent expirer prochainement dans le cadre d'un accord signé entre les deux pays mardi, a annoncé le Premier ministre Naftali Bennett, après que le géant pharmaceutique américain Pfizer ait refusé une demande d’«Israël» de prolonger la date d’expiration de ses vaccins.

La transaction a été conclue quelques semaines après que l'Autorité palestinienne a annulé un accord similaire, affirmant que les doses de vaccin étaient trop proches de leur date d'expiration.

Les vaccins expédiés par Pfizer à l’entité sioniste approchent maintenant de la fin de leur date d’expiration, ils commencent donc à travailler avec un «lot différé» en juillet.

Dans un premier temps, «Israël» a cherché à se débarrasser de ses vaccins par plusieurs méthodes.

Dans une tentative de redorer son image, l’Entité israélienne avait proposé «un don d’un million de doses de vaccins contre le coronavirus à l’Autorité palestinienne». Cette dernière avait refusé le «don». «Après l’examen par les équipes techniques du ministère de la Santé du premier lot de vaccins Pfizer reçu ce soir d’Israël (...) il a été découvert qu’il n’était pas conforme aux caractéristiques prévues par l’accord. Le gouvernement refuse de recevoir des vaccins en passe d’être périmés», avait déclaré le porte-parole du gouvernement palestinien Ibrahim Melhem.

Dans le cadre de l'accord avec Séoul, «Israël» fournira les doses à usage immédiat qui expireront d'ici la fin du mois. En retour, «Israël» recevra plus tard dans l'année le même nombre de doses commandées par la Corée du Sud.

https://french.alahednews.com.lb/40619/293

iran coree du sud vaccins

Dans SANTE

LES GLADIATEURS SONT DE RETOUR. LA VOLONTE TYRANNIQUE DE VACCINER PLUS DE 7 MILLIARDS DE TERRIENS

Par Le 06/07/2021

Les gladiateurs sont de retour La volonté tyrannique de vacciner plus de 7 milliards de personnes sur la Terre

Par Peter Koenig

Mondialisation.ca, 05 juillet 2021

Thème: 

Analyses: 

 14   0  0 

 

  14

Un gladiateur (mot latin signifiant « épéiste ») était un combattant armé qui divertissait les spectateurs de la République romaine et plus tard de l’Empire romain, dans des confrontations violentes avec d’autres gladiateurs, des animaux sauvages et des criminels condamnés. Les combats faisaient la joie du peuple. À la fin d’un combat, le vainqueur se tournait vers le public qui criait, lançait des projectiles et hurlait ou vers le « modérateur » pour savoir ce qu’il devait faire ensuite. – Un pouce en l’air signifiait qu’il fallait lui accorder la pitié, le laisser vivre ; un pouce en bas : le tuer. Une foule enthousiaste assistait à ces jeux horribles où la plupart des hommes se battaient. Il y avait quelques exceptions féminines. Comme dans le monde d’aujourd’hui, il y a aussi des femmes gladiateurs.

Aujourd’hui, il y a des compétitions féminines dans presque tous les sports. Mais elles sont généralement moins nombreuses que les épreuves masculines. Après tout, nous vivons dans un monde macho. Les guerres et autres conflits sont principalement menés par des hommes – et ceux qui en souffrent le plus sont les femmes, les enfants et les personnes âgées.

Les combats de gladiateurs remontent au 3e siècle avant Jésus-Christ. De nos jours, les jeux de gladiateurs sont à présent adaptés au 21e siècle.

L’origine des combats de gladiateurs n’est pas claire. Certains éléments indiquent qu’ils étaient utilisés lors de rites funéraires pendant les guerres puniques du IIIe siècle avant Jésus-Christ. Les guerres puniques étaient une série d’affrontements entre la République romaine et l’ancien empire de Carthage (basé dans ce qui est aujourd’hui la Tunisie et s’étendant sur l’Afrique du Nord occidentale). Elles étaient destinées au pur divertissement des masses, à faire oublier les pertes de guerre et à montrer l’ego et la fierté du vainqueur – une propagande pour plus de combats et plus de violence.

La tradition des jeux de gladiateurs a duré près de mille ans, jusqu’au 6e siècle de notre ère. J.-C. Leurs origines semblent être cérémonielles, mais plus tard, lorsque la République romaine est devenue l’Empire romain, ils ont servi de divertissement brutal pour les masses afin de détourner leur attention de ce que l’empire faisait à l’intérieur, ou « cuisinait » à l’étranger, dans des pays étrangers, avec des ressources – les « impôts » – prélevées sur le peuple. Ces ressources du peuple étant détournées pour des causes qui ne servaient qu’une petite élite.

Un peu comme aujourd’hui, où les ressources du peuple, les « impôts » prélevés sur les revenus des gens sont utilisés à des fins strictement déterminées par l’élite au pouvoir dans une large mesure, pour des raisons et des projets qui ne servent pas du tout le peuple. Par exemple, les budgets militaires servent un petit groupe, l’industrie de la guerre et de la destruction, mais en aucun cas le peuple. Les gens ne veulent pas de guerres.

Au début du premier millénaire (70 après J.-C.), le Colisée romain a été construit, où se déroulaient la plupart des jeux de gladiateurs. Il s’agissait d’une « compensation-déviation » divertissante pour le peuple, afin qu’il ne pense pas à ce qui se passait avec ses ressources monétaires dans des pays étrangers ou même chez lui – à l’encontre de ses intérêts vitaux de bien-être. Leur attention se concentrait sur la violence à petite échelle – laissant les grandes affaires en coulisses à l’élite.

Les combats de gladiateurs, qui opposaient des combattants armés dans des duels à mort brutaux mais souvent très chorégraphiés, étaient de loin le type de divertissement le plus populaire du Colisée.

Aujourd’hui, les Colisée d’aujourd’hui sont des stades de football et de soccer. Ainsi, les combats de gladiateurs modernes sont de retour. Ils ne sont pas aussi violents et mortels que ceux qui se déroulaient dans l’ancien Colisée romain, mais les événements sportifs d’aujourd’hui, chargés d’émotion, sont également destinés à détourner l’attention des gens des « jeux mortels », des jeux joués par une minuscule élite mondiale, bien cachés des masses amusées. Si bien cachés et préparés pendant des décennies qu’ils frappent les gens comme une tonne de briques, lorsqu’ils sont enfin lâchés sur les masses innocentes – des masses trompées pendant des années par la machine de propagande de leurs gouvernements.

En ce moment, la pandémie, appelée COVID-19, a déjà dévasté en 18 mois la vie de plusieurs milliards de personnes dans les 193 pays membres de l’ONU – non pas par la maladie (SRAS-CoV-2), mais plutôt par une économie dévastée, la pauvreté, la famine, le désespoir et finalement la mort par la désolation, la famine et la misère.

En l’espace d’un an et demi, les droits humains fondamentaux ont été violés, restreints, supprimés, à la vitesse de la lumière. Ce que l’on croyait être des vestiges de la démocratie, en particulier dans le Nord global, sont devenus des tyrannies, presque du jour au lendemain ; des tyrannies légitimées -légales,. Beaucoup de pays ont été soumis à des lois martiales adoptées rapidement et semi-clandestinement.

Sous l’impulsion de fausses nouvelles et d’une propagande mensongère grassement payée, les gens ont été aveuglés par la peur – la peur constante de mourir à cause d’un ennemi invisible, le « V » de virus. Les populations ont fait face à une monstrueuse machine de peur – des chiffres faux et fabriqués sur les maladies. La société entière (ou ce qu’il en reste) se désagrège, incapable de vivre une vie normale. En effet, la vie normale a été éteinte par la pandémie planifiée à l’avance, c’est-à-dire la plandémie.

Une obscure élite mondiale ultra-riche, qui prétend tout contrôler, a ordonné aux gouvernements de se plier aux directives pour combattre un Virus, un coronavirus, le SARS-Cov-2, la version deux du virus du SRAS qui a frappé principalement la Chine en 2002 / 2003. L' »ordre » a été donné le 11 mars 2020 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), manipulée par les géants pharmaceutiques déclarant le SRAS-Cov-2, alias Covid-19, une pandémie mondiale. C’est la virologie 101, aucun virus ne frappe naturellement simultanément les 193 pays membres de l’ONU. C’est le début de l’Agenda 2030 de l’ONU, aussi appelé Agenda 21.

C’est aussi le début des jeux de gladiateurs des temps modernes.

Dans ce programme décennal, l’Agenda 2030 de l’ONU, il est prévu de mettre en œuvre un changement structurel complet de la société, voire de notre civilisation, laissant derrière lui ce que le Forum économique mondial (WEF) appelle « The Great Reset », un monde qui appartient à quelques êtres diaboliques, obscures et riches, servis par une population mondiale drastiquement réduite.

Le glas de la réduction de la population est une gigantesque campagne de « vaccination » avec précisément ce que le CDC appelle une « thérapie génique expérimentale », des vaccins à ARNm. Les gouvernements du monde entier mentent en appelant cela un vaccin. Ils dépensent les milliards, voire les trillions, d’argent des contribuables pour récompenser somptueusement les sociétés pharmaceutiques – en échange de « vaccins ».

Déjà, la réponse immédiate aux injections imposées se traduit par un lourd bilan de décès, atteignant dans les six premiers mois de la « course à la vaccination » des séquelles (blessures) graves et des décès qui sont bien plus élevés que ceux des vaccinations habituelles faites au cours des 50 dernières années.

L’Union européenne fait état de 1,5 million de blessures graves et de 15 500 décès dus aux vaccins à ARNm, en date du 25 juin 2021. Voir ceci. Et déroute évidence, toutes les blessures [séquelles] suivant la vaccination ne sont pas rapportées.

Cela indique déjà que cette volonté tyrannique de vacciner plus de 7 milliards de personnes sur la Terre, contre un virus dont le taux de mortalité avéré ne dépasse pas 0,3 % à 0,8 %, soit à peu près l’équivalent de la grippe ordinaire, n’a rien à voir avec la santé, absolument rien. Au contraire. C’est une atteinte grave à la santé et qui peut entraîner la mort. Et 193 gouvernements membres de l’ONU sont cooptés, soit par des menaces (de mort), soit par des récompenses généreuses, soit simplement en recevant un placebo au lieu d’une toxine expérimentale à ARNm mortelle.

Alors que tout est fait pour convertir le mensonge – un crime universel aux proportions divines – en vérité, grâce à des milliards de dollars ou d’euros dépensés en propagande mensongère. La vraie vérité se dévoile peu à peu. La vraie science sort de la matrice de la science achetée et corrompue – et révèle, contre toute attente et toute menace, la vérité. Elle est encore largement étouffée, mais elle se manifeste de plus en plus.  Des populations endormies, et ce de plus en plus, se réveillent face aux mensonges et aux crimes commis par leurs gouvernements qui mettent leur vie en danger.

« Il est temps de faire une pause » – ainsi parle l’élite, ceux qui ne doivent pas être nommés, mais qui commandent invisiblement l’élite visible de nos gouvernements. Et attention, ceux qui résistent peuvent disparaître.

C’est l’heure des jeux de gladiateurs modernes, des événements sportifs comme les championnats de football, la Coupe d’Europe, la Coupe des États-Unis, divers championnats de tennis, Wimbledon (Royaume-Uni), Roland-Garros, US Open, Australian Open, les Jeux olympiques d’été qui commencent ces jours-ci au Japon…

Les combats entre les gladiateurs d’aujourd’hui ne sont normalement pas une question de vie ou de mort, mais ils laissent néanmoins exploser des émotions refoulées, comme si l’on ne pensait pas que les humains étaient capables de se défouler autant. Il suffit de regarder les ralentis d’un but dans l’un de ces matchs de championnat de football. C’est presque incroyable l’énergie libérée, par les joueurs, mais aussi par le public. La réalité est oubliée. C’est le but recherché.

Imaginez les milliardaires, dont le nom restera inconnu, et d’autres appartenant aux obscures et méchants cerveaux qui se trouvent dans les coulisses et au-dessus des gouvernements, assis dans leurs fauteuils, regardant un match de football, exaltés de joie, souriants – nous les avons amenés là où nous le voulons – donnons-leur encore un mois ou deux de diversion, puis nous les enfermerons à nouveau. Cette fois-ci, encore plus durement, pour qu’ils s’y habituent – se familiarisent avec la méthode – avec la fameuse approche de la carotte et du bâton.

Et le bâton devient de plus en plus gros et la carotte proportionnellement plus petite – juste un petit morceau de sucre, d’espoir pour vous faire accepter le sceptre du maître qui s’abat sur vous, toujours plus fort, apportant toujours plus de difficultés, de misère, de maladie et de mort. Vous apprendrez à être obéissants.

Les tyrans ne créent pas la tyrannie. Notre obéissance le fait. Voir aussi ceci.

Cela pourrait bien être le plan. Les covidés-tyrans vont le dire aux médias : Après tout, c’est de leur faute. Nous leur avons dit d’être prudents, de porter des masques, de garder une distance sociale ; de se faire vacciner…..

Et les médias se déchaînent: Les nouveaux variants plus transmissibles, comme le variant Delta toujours pluscontagieux, se répandent rapidement. Elle touche aussi bien les sportifs que les spectateurs. Les médias avertissent déjà que les « cas d’infection » augmentent en relation avec les événements sportifs, que les gens ont été négligents dans leur comportement et qu’ils pourraient avoir à en supporter les conséquences à la fin de l’été, ou avant, lorsque le virus – ou de nouveaux « variants » du virus – frappera et submergera les hôpitaux.

La quatrième vague est à venir – elle est déjà annoncée ouvertement par les médias. Ils ne manquent jamais d’annoncer leur plan à l’avance – cela fait partie du « rituel diabolique » ?

En Australie, le « Variant Delta » a déjà eu pour conséquence le nouveau verrouillage de  Sydney, Brisbane, Perth et peut-être d’autres villes. C’est effrayant. Les autres variants se préparent, vous pourriez être les prochains.

En attendant, pour maintenir les esprits éveillés, pour inciter à encore plus de « transgressions » contre l’obéissance, les agences de marketing (à qui l’on vend) disent que les vols dans le Nord global pourraient revenir à la « normale » d’ici 2022. Donner de l’espoir à la normalité. Rien n’est plus trompeur que de voir ses espoirs s’écraser – et cela pour un « mea-culpa » parce que nous, le peuple, avons désobéi en ne prenant pas toutes les précautions nécessaires, contre les risques d’exposition au virus [ou variant].

L’hiver risque de nous frapper durement. Abaisser notre moral. Nous rendre plus obéissants. Nous faire voir le bâton, le bâton toujours présent.

Ils disent que le « D » du variant Delta est tellement plus fort qu’ils sont déjà en train de développer un nouveau vaccin pour lui. Donc, ceux qui ont déjà reçu leurs deux vaccins et qui sont encore en vie, devront peut-être en recevoir un troisième, pour se protéger du variant Delta. C’est absurde. Les variante sont généralement plus faibles que le virus original et, dans le cas des coronavirus, elles ne diffèrent généralement pas de plus de 5 % de l’original.

Mais en attendant, et pendant que nous vivons l’été nordique, profitons du football, du soccer, du tennis, des Jeux olympiques – et ainsi de suite – toutes sortes de sports qui font ressortir l’animal en nous, en termes d’émotions, de cris et de hurlements, d’acclamations en masse pour une équipe, un joueur, de célébrations en masse – pouces en l’air et pouces en bas – soyons des gladiateurs et profitons de leur jeu.

Ce n’est rien d’autre qu’une préparation pour le vrai jeu de massacre, où nous, le peuple, sommes dans l’arène, exposés aux « épéistes » – et ceux qui sont au-dessus de nous, les géants des médias sociaux, les magnats de l’informatique, les eugénistes, les banquiers des « élus » – encore une fois, ils ne seront pas identifiés – ceux qui sont au-dessus de l’ONU et de tous les gouvernements membres, ceux qui nous observent, nous observent depuis au moins le siècle dernier – ces « non-humains » [inconnus], finiront par lever ou baisser leur pouce, quand ils nous verront nous effondrer, déjà effrayés par la propagande de peur.

Allons-nous vivre ou mourir ?

Cela dépend vraiment de nous.

Voulons-nous nous réveiller, sortir de la matrice et prendre la pilule rouge, en prenant la responsabilité d’un nouveau monde que NOUS, le peuple, devons créer en solidarité ? – Ou devons-nous – en tant que majorité – nous soumettre au confort et à l’agenda des « Global Resetters » du FEM, et de ceux qui commandent les « Global Resetters » ? (en espérant et en faisant confiance à ces derniers pour être finalement heureux quand nous ne posséderons rien.)

Remarquez, ce jeu de gladiateurs – appelez-le aussi « le processus », est actuellement prévu pour se terminer en 2030 – ou avant, si nous continuons comme avant. À l’heure actuelle, du point de vue des gladiateurs mondiaux, nous continuerons à nous soumettre à une vaccination massive, suivie d’horribles « effets secondaires » et de la mort, en espérant survivre, en étant heureux en tant qu’humanoïdes numérisés, ne possédant rien et gérés par des robots IA, ce qui deviendra la nouvelle norme.

Peter Koenig

Article original en anglais :

The Gladiators Are Back. The Tyrannical Drive to Vaccinate More than 7 billion People on Mother Earth

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

*****

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

 

Peter Koenig est un analyste géopolitique et un ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans sur l’eau et l’environnement dans le monde. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne et est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed ; et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes : From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020).

Il est chercheur associé du Centre de recherche sur la mondialisation.

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-gladiateurs-sont-de-retour-la-volonte-tyrannique-de-vacciner-plus-de-7-milliards-de-personnes-sur-la-terre/5657971

Dans SANTE

Dre NICOLE DELEPINE : LES « BREBIS GALEUSES » REPONDENT A LA SECTE DES COVIDISTES

Par Le 03/07/2021

Les « brebis galeuses » répondent à la secte des Covidistes

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 02 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

Analyses: 

 27   79  2 

 

  108

Un jour viendra où les négationnistes des traitements précoces devront rendre des comptes. En Inde, une représentante de l’OMS est mise en accusation.

Le journal l’observateur du Maroc et de l’Afrique informe que l’Inde pourrait être le premier pays à poursuivre en justice un scientifique de l’OMS pour avoir déconseillé l’Ivermectine contre le Covid-19. L’association du barreau de l’Inde a entamé une procédure.[1]

Le 25 mai, l’Indian Bar Association (IBA)[2] a intenté une action en justice contre le Dr Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l’OMS en Inde, l’accusant « d’avoir causé la mort de citoyens indiens, en les trompant sur l’ivermectine. »

Le 10 mai 2021, une scientifique de l’OMS a commis un tweet trompeur contre l’utilisation de l’Ivermectine entraînant, le lendemain, dans l’État du Tamil Nadu le retrait de l’ivermectine du protocole de soins recommandé par le ministère de la Santé qui venait juste de déclarer ce traitement efficace contre Covid-19. Si le Dr Soumya Swaminathan était déclarée coupable, alors elle pourrait être condamnée à la mort ou à la prison à vie.

L’Inde, avant la vaccination, était, grâce au traitement préventif par chloroquine, un pays efficace dans la gestion de la crise Covid, avec une mortalité douze fois inférieure à celle de la France comme le montre ce graphique comparant la mortalité en France et en Inde.

Mais, avec l’arrivée des vaccins, certains États décidèrent de vacciner leur population et de suspendre les traitements précoces. L’Inde dut brutalement faire face à une augmentation tragique de la mortalité.[3] Avec sur toutes les ondes occidentales la description « drame de l’Inde ».

Mais il apparut rapidement que l’explication la plus vraisemblable de cette flambée était la décision de vacciner la population (qui dans certains villages chassa les vaccinateurs à coup de pierres) et surtout l’arrêt brutal des traitements précoces qui avait, jusque-là, protégé ce grand pays.

Une des responsables de cet abandon des traitements préventifs est la représentante de l’OMS en Inde, ce qui lui vaut d’être actuellement dans le collimateur de la Justice.

Invoquer l’autorité ne suffira pas toujours pour se disculper

L’avocate Dipali Ojha, principale avocate de l’Association du barreau indien, a intenté des poursuites pénales contre le Dr Swaminathan « pour chaque décès » causé par ses actes.

Le mémoire accuse le Dr Swaminathan d’avoir commis une faute en utilisant sa position d’autorité sanitaire pour servir les intérêts particuliers de la lucrative industrie des vaccins.

La montée en puissance de l’Ivermectine antiparasitaire non toxique et efficace

L’ivermectine, médicament bon marché, prescrit comme antiparasitaire a gagné en popularité dans de nombreux pays pour la prévention et le traitement de la Covid-19.

L’OMS et la FDA n’approuvent toujours pas l’ivermectine, car s’ils reconnaissaient un traitement efficace pour le Covid, l’AMM conditionnelle pour les vaccins devrait être suspendue. Histoire de très gros sous à l’échelle mondiale. La guerre menée contre l’hydroxychloroquine recommence avec l’ivermectine.

Mais de nombreux médecins et scientifiques pensent qu’elle est efficace. Certains affirment que les États indiens qui l’ont utilisée ont obtenu de bien meilleurs résultats et beaucoup moins de décès dus à la Covid que les États indiens qui n’ont pas utilisé l’ivermectine.

Dans les régions de Delhi, de l’Uttar Pradesh, de l’Uttarakhand et de Goa, les cas ont chuté respectivement de 98 %, 97 %, 94 % et 86 %. En revanche, dans le Tamil Nadu qui a choisi de ne pas utiliser l’ivermectine, le nombre de cas a explosé et est devenu le plus élevé de l’Inde. Les décès au Tamil Nadu ont été multipliés par dix.

Dans une étude portant sur plus de 4 000 personnes en Inde, plus de 3 000 ont pris de l’Ivermectine préventivement versus 1 000 n’en ont pas pris : 2 % des personnes ayant pris de l’ivermectine ont fait une Covid confirmée par un test PCR versus 11,7 % des personnes n’ayant pas pris d’ivermectine.

Dans l’état d’Uttarakhand, la prescription d’Ivermectine a été suivie très rapidement par la chute des contaminations et quelques jours plus tard par celle de la mortalité.

La justice est difficile à mettre en route, mais pas impossible

L’argument classique des criminels nazis pour récuser leur responsabilité personnelle « je n’ai fait qu’exécuter les ordres » suffira-t-il à la juger « responsable, mais pas coupable » ?

Lorsqu’on rappelle les procès de Nuremberg de 1947 contre les médecins SS ayant fait des expériences en particulier sur les vaccins, on nous rétorque que cela est « dépassé et sans valeur juridique ». Dépassé ? Depuis quand et pourquoi ? En tous cas, des médecins furent pendus ainsi qu’un journaliste considéré comme complice de leurs expériences médicales criminelles en particulier vaccinales.

Quant à la valeur juridique du code de Nuremberg, nié par certains avocats probablement débordés, les conventions régulières de l’Association Médicale Mondiale réunissant les médecins du monde entier ont confirmé la valeur éthique du code de Nuremberg et conforté sa valeur juridique internationale et opposable aux états, lors de la conférence d’Oviedo.[4][5]

LA CONVENTION D’OVIEDO EST JURIDIQUEMENT CONTRAIGNANTE
POUR TOUS LES ÉTATS SIGNATAIRES.

L’exemple médicolégal du vaccin contre la dengue

De fait, plus récemment les médecins et politiques philippins qui ont favorisé une publicité mensongère et organisé une vaste campagne de vaccination contre la dengue, (dengvaxia) à l’origine de nombreux décès d’enfants ont perdu leur poste, ruiné leur carrière et certains sont en procès pénal.[6]

L’immunité du pouvoir n’est jamais garantie. Nos politiques, médecins et ministres actuels qui ont, paraît-il, peur des procès ne devraient pas s’exposer aussi imprudemment.

Les vaccins antiCovid n’existent que parce que les dirigeants soumis à Big Pharma nient les traitements précoces et que les médias se soumettent à la doxa officielle

L’absurde situation actuelle en France est incompréhensible, au-delà de l’entêtement du ministre de la Santé refusant de reconnaître les traitements précoces efficaces reconnus dans la moitié du monde, et la complicité agressive de journalistes ou éditorialistes. Des journalistes qui se transforment en propagandistes du pouvoir et qui tancent les réfractaires au pseudovaccin, sans se demander une seconde pourquoi, par exemple, les soignants et maintenant de plus en plus de sportifs de haut niveau refusent cette injection expérimentale qui, compte tenu de leur âge ne peut leur apporter aucun bénéfice.

Les envolées lyriques d’une avocate sur Cnews chez Pascal Praud le 29 juin 2021 laissent pantois. Comment peut-on refuser le vaccin ?crie-t-elle ? Eh bien, Madame, en évaluant objectivement sa balance avantages/risques, sa genèse éclair, ses essais bâclés et même pas terminés, ses composés, ses effets réels, ses conséquences, sans oublier par exemple les 16000 morts et plus décédés en UE depuis le début de la vaccination juste pour avoir fait confiance aux labos, aux ministres, aux médecins et aux médias serviles.

Ce sont les statistiques officielles de l’agence européenne du médicament sur son site réservé aux effets secondaires des médicaments de l’UE : EUDRAVIGILANCE. Si les résultats ne conviennent pas, ils seront traités de complotistes par les « décodeurs » du Monde, France info ou AFP… On s’arrange avec la réalité. MENSONGES et dénis étant les caractéristiques de ces derniers mois tant chez les politiques que chez leurs porte-paroles médiatiques.

En effet, jamais cette dame juriste, plutôt posée quand elle parle procès, son domaine, se transforme en furie quand elle parle vaccin. D’où tire-t-elle ses certitudes, comme tant d’autres éditorialistes incompétents sur ce sujet complexe ? Est-ce la foi dans tout ce qui est appelé vaccin, ou le carriérisme ou l’argent qui la rendent aveugle et l’empêchent d’analyser objectivement les faits, rien que les faits ?

Nous n’avons comme beaucoup, pas cessé de répéter que les vaccins antiCovid ne sont justement pas des vaccins, mais des drogues expérimentales, et qu’utiliser Pasteur comme caution est lui faire injure.

Nous rappelons que ces substances injectées sans précaution à des personnes qui ne peuvent en tirer aucun bénéfice sont en essai thérapeutique, et ce au minimum jusqu’en 2023.

Les soignants avertis sont prudents

Alors comment elle et d’autres peuvent-ils faire grief aux personnels de santé de leur réticence au « vaccin » Covid ? Ceux qu’on applaudissait à vingt heures ne peuvent pas être suspectés d’ignorance, d’égoïsme et traités de complotistes. Ils ont été les premiers à se faire vacciner et beaucoup se sont retrouvés en arrêt de travail sans comprendre, puisqu’on leur avait promis que le « vaccin » était testé, efficace et sans danger. Devant cette épidémie d’arrêts de travail, la HAS avait même dû recommander d’étaler les vaccinations et de ne pas injecter en même temps tout le personnel d’un même service de service, pour ne pas risquer l’arrêt du service.

Nous n’avons pas fait médecine ou choisi d’être infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeutes, orthophonistes ou infirmiers auprès des personnes âgées en EHPAD pour servir de cobayes. Qui plus est, inutilement puisque ces drogues expérimentales se sont révélées incapables d’empêcher les transmissions.

Jusqu’à 2019, les étudiants, désireux de se faire un peu d’argent, acceptaient parfois d’être cobayes pour un laboratoire, mais ils étaient volontaires, rémunérés, informés complètement du protocole de l’essai et protégés par des assurances en cas de problème.

Et en 2021, les journalistes, professeurs, etc. osent faire la leçon de morale à ceux qui depuis longtemps et particulièrement depuis la crise Covid subissent humiliations et indifférence.

LES EFFETS SECONDAIRES SE MULTIPLIENT DANS LE SILENCE DES MÉDIAS ET UNE CENSURE FÉROCE avec L’INTERDICTION FORMELLE AUX SOIGNANTS DE PARLER

Les ambulanciers un peu à l’écart en témoignent : les soignants sont muselés, mais sans muselière. Les professionnels de santé voient actuellement arriver aux urgences nombre de patients vaccinés avec des pathologies vasculaires cérébrales, embolies, infarctus cardiaque ou abdominal. Ils sont interdits de parole, mais les fuites abondent sur ces accidents des vaccins, expliquant à eux seuls le refus bien justifié des personnels de santé à jouer au cobaye.

Pourtant très officiellement les statisticiens de Cambridge indiquent dans The Times que la mortalité (infection fatality rate IFR) ne dépasse pas 0.085 % sur les contaminés du Covid19.

Autrement dit, 99.915 % des personnes contaminées par le coronavirus n’en décèdent pas.

D’autant que l’expérience de l’Inde prouve que ce très minime % peut encore être abaissé si on n’interdit pas les traitements efficaces simples peu chers comme l’Ivermectine.

Alors, pourquoi accepter le risque de complications d’une substance expérimentale, dont l’effet à long terme sur le virus Sars CoV 2 qui mute sans arrêt (en transformant le Covid parfois grave en rhume comme le variant delta qui sert de propagande actuelle au ministre) ? Alors quand Claude Posternak (IFOP) vient dire que 99 % des vaccinés ne décéderont pas du virus, on ne voit pas en quoi cela justifie la prise de risque y compris chez les enfants qui ont zéro risque du Covid, mais meurent parfois du vaccin ou restent paralysés comme cette fille de médecin victime des illusions de ses parents. Même si ces accidents sont rares, est-ce acceptable, la victime étant elle à 100 % de tragédie ?

Les effets secondaires précoces sont bien là et on voit monter régulièrement le nombre des victimes en consultant les bases de données officielles comme EUDRAVIGILANCE pour l’EMA agence européenne du médicament qui récapitule les morts et effets secondaires graves de tous médicaments dont les vaccins Covid pour l’Union européenne. Voir le site VAERS officiel USA pour les effets américains et MHRA pour la Grande — Bretagne.

EUDRAVIGILANCE

Vaccins Covid AU 19 JUIN 2021 :
— 1,5 million d’effets secondaires
— dont 750 000 effets secondaires graves
— dont 15 472 morts !
Pfizer en tête des morts en nombre,
Moderna en % des décès et effets graves.
Le tout largement sous-déclaré.

Pourquoi tant de vanité, d’arrogance, de certitudes et de tant d’incompétence technique ? Le syndrome des « bons opposants »

Comment toutes ces personnes connues ou inconnues, politiques, avocats, artistes, twittos anonymes osent-ils se permettre une opinion tranchée, voire violente, prêchant même la discrimination, pour défendre ces drogues expérimentales dont les premiers résultats n’arriveront qu’en 2023. Ils seront d’ailleurs parcellaires, puisque les fabricants ont décidé de vacciner rapidement le groupe placebo, ce qui nous privera évidemment de l’étude comparative vaccinés-placebo des effets secondaires à moyen et long terme.

Comment par exemple la journaliste Apolline de Malherbe[7] ce 30 juin a-t-elle, semble-t-il, osé traiter les non-vaccinés de « brebis galeuses » ? L’irrespect pour plus de la moitié des auditeurs est incommensurable. Savait-elle que l’Ivermectine qui guérit la grande majorité des patients atteints de Covid est le traitement de la gale ? On espère qu’elle faisait de l’humour noir.

« Non-vaccinés récalcitrants : notre patience a des limites » par Caroline Fourest, le 25/06/2021, Marianne : on apprend ainsi que la médecine s’apprend en moins de 18 mois puisque tous ces journalistes ou commentateurs ont des idées bien arrêtées sur ce qui est bien pour le bon peuple incompétent, les sans dents de Hollande, ou les riens de Macron, et même le personnel soignant aussi ignorant probablement.

Un journaliste de BFM passe les bornes et recueille une volée de bois vert sur les RS : « En 2020, sur la Chine endeuillée, il tenait des propos racistes : « ils enterrent des Pokémons ». Emmanuel Le Chypre, journaliste de BFMTV cette fois, va plus loin :

« On vous vaccinera de force. Je vous ferai amener par deux policiers au centre de vaccination. Parfaitement. Je suis très sérieux… »

« Faut aller les chercher avec les dents et avec les menottes s’il le faut ! »

De quoi je me mêle ! Quelles compétences a-t-il sur sécurité et efficacité des vaccins, sur les contre-indications éventuelles, la balance bénéfices-risques ? Ces propos sont dignes des pires totalitarismes du passé. Sait-il que nous sommes toujours officiellement en démocratie ? Trop, c’est trop ! Des internautes l’ont signalé au CSA « pour atteinte à la dignité humaine ». (J’aurais pu ajouter « incitation à la haine, à la violence et à la ségrégation », dit un twitto.)

Et les pseudo-polémistes de droite joignent leurs imprécations à celles des ayatollahs de gauche et du ministre Véran.

Elisabeth Lévy rédactrice en chef de causeur écrit : « pourtant, que les personnels au contact des malades et des personnes fragiles soient vaccinées relève du bon sens. » Son bon sens à elle, peut-être, mais en tout cas pas les données actuelles de la science, car même O. Veran a reconnu officiellement que le vaccin n’empêchait pas les transmissions.

Plus largement, il n’y a pas assez de Français vaccinés pour atteindre l’immunité collective selon les dealers de vaccin. Mais cet objectif que les épidémiologistes des plateaux télé nous proposent comme un Graal n’a jamais démontré son utilité dans le monde réel pour les vaccins antiCovid actuels.

Les dramatiques échecs de Gibraltar (115 % de vaccinés) qui a vu les cas et la mortalité exploser depuis la vaccination

Et des Seychelles confirment qu’il s’agit d’un mirage publicitaire.

Le gouvernement veut « aller chercher les récalcitrants et les oubliés ». Des médecins de ville demandent la liste de leurs patients non-vaccinés en oubliant que le respect du secret médical constitue l’un des piliers éthiques de l’art médical. Ils attendent l’autorisation de la CNIL. « Ils l’auront », selon Véran. Apparemment, l’indépendance des autorités administratives peut s’incliner devant l’intérêt général.

Même Régis de Castelnau « double vacciné » fait la promo des vax antiCovid sur Sud-Radio SANS PRÉCISER qu’ils sont EXPÉRIMENTAUX. « Ne comprends pas les réticences des Français. Il a lu les rapports #EUDRAvigilance ? Lui aussi cautionne qu’on censure tous les experts vaccinoprudents ? ».[8]

Et Thomas Porcher, l’économiste de gauche veut « rendre la vie difficile aux non-vaccinés » sur les GG sur RMC. Quel mépris pour la population et la démocratie !

Pas un pour racheter l’autre.

Les vrais opposants, n’ont pas ou peu la parole sur les ondes qui les censurent férocement et traitent par ailleurs leur seul espace de liberté, le web, de complotiste. Le tour est-il joué ? Pas vraiment.

Droite, Gauche et les extrêmes, tous ensembles pour la dictature sanitaire qu’ils ont soutenue depuis 18 mois, nous laissant enfermer pour rien, en redemandant parfois plus qu’E Macron n’en imposait.[9] Pas de différences, le plan de Soros, Gates, Davos, Merkel et compagnie doit s’accomplir. L’état profond, mondialiste, est bien installé et nos opposants déclarés au Président ne sont en fait que des amis cachés, ce qu’on appelle le bon opposant pour faire croire au peuple, ceux qui ne sont rien, qu’on est en démocratie. Les sans dents sont de moins en moins dupes, l’abstention au cirque des dernières élections de juin en témoigne.

D’où relève le bon sens pour une maladie d’ailleurs disparue du radar du réseau sentinelle ?

En semaine 2021s25 (semaine 25 de l’année 2021), le taux d’incidence des cas d’IRA (insuffisance respiratoire aiguë) dus au SARSCoV-2 (Covid-19) vus en consultation de médecine générale est estimé à 0,3 cas pour 100 000 habitants, ce qui représente 170 nouveaux cas pour toute la France en une semaine de Covid-19 ayant consulté un médecin généraliste. Même Pascal Praud sur Cnews le soulignait.

Ce taux continue à diminuer depuis avril 2021.

Le risque vital pour les populations de moins de 65 ans de cette virose est minimal, voire nul en dessous de cinquante ans et il existe depuis le début en mars 2020 des traitements efficaces rapidement comme les antibiotiques macrolides avec zinc et vitamines, l’hydroxychloroquine et l’ivermectine qui marche chez les Indiens, les Brésiliens et les Mexicains et pourquoi pas en France, comme dit un internaute.

Pour « éviter la Peste », on vous donnera un chèque de 150 € ou une place gratuite à un concert ou à un match.[10]

Certains organisent la vaccination express à l’entrée d’un match pour obtenir le tampon sur le pass pour avoir le droit d’entrer… Consentement éclairé, souvenir d’un autre monde ? Interdit sur les chaînes continues de parler du code de Nuremberg sans se faire couper… De quoi ont-ils peur ?

Mais si c’est vraiment la peste, vous seriez mort avant d’arriver.

Quel grotesque spectacle donnons-nous à notre jeunesse avec ce théâtre permanent ! Si la secte Covid n’avait pas, à force de matraquages télévisés, privé le peuple de son « bon sens » comme dit E. Lévy, il aurait vite compris la mascarade.

On ne soudoie pas un patient pour lui donner un traitement qui peut le guérir, on ne donne pas encore de sucette ou de cadeau pour qu’un malade réclame sa chimiothérapie. Et rajoutons qu’on ne donne pas de la chimiothérapie préventive à tous les Français au nom des 450000 personnes qui seront touchées dans l’année et des 500 morts par jour du cancer. Une bonne idée, peut-être pour Big Pharma, ses actionnaires et ses adeptes de la secte Covid dans laquelle on pourrait accueillir la secte cancer à fusionner.

La foire aux vaccins

Quelle pression exerce le ministre pour que les journalistes sortent ainsi de leurs gonds, exposant au grand jour l’énorme marché et le marketing extraordinaire pour vendre ces poisons et tous avec le même discours ! Difficile de penser que seul l’argent les motive pour se ridiculiser ainsi en public alors que les morts et handicapés du vaccin s’accumulent.

Pourquoi doit-on offrir des chèques, des cadeaux pour attirer le cobaye, si l’intérêt médical de cette substance était flagrant ?

O. Véran parla de peste… Imaginez-vous nécessaire d’organiser de grands rounds de vaccination, des rappels téléphoniques et des lettres de la sécurité sociale, si la Peste était dans nos villes et que nous enjambions les cadavres pour sortir de notre maison ?

Que penseraient toutes ces personnes, publicitaires sans mesures ni nuances du vaccin, si on se permettait la même chose dans leur domaine de compétences ?

Les éternelles répétitions sur les ondes des affirmations des vendeurs bateleurs, des pseudovaccins ne leur ont pas donné « la connaissance minimale » pour se faire un avis éclairé ! Peu importe, on avale la leçon marketing et on la répète. Les mêmes commentateurs furent infiniment plus réservés pour accepter les conclusions des articles sur l’hydroxychloroquine et l’expérience du virologue internationalement reconnu et de ses collègues de l’IHU de Marseille.

Typique phénomène de secte dont on aura du mal à sortir.

Dre Nicole Delépine

 

Notes :

[1] 27 JUIN 2021 HAKIM ARIF.
Inde : condamnation à mort possible pour la scientifique de l’OMS après avoir déconseillé l’Ivermectine – Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[2] IBA-PRESS-RELEASE-MAY-26-2021.pdf (indianbarassociation.in)

[3] Que nous a appris l’Inde sur le traitement du Covid ? — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)
Au total, au 30 janvier 2021 (avant le début de la vaccination) l’Inde ne comptabilisait que 8275 cas/Million d’habitants (10 757 710) alors qu’à cette date la France en recensait 47 715/M (3 114 542) soit six fois plus. Elle était un modèle !

[4] Il serait illégal de rendre obligatoire une substance expérimentale génique (appelée « vaccin antiCovid ») — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[5] La Convention pour la protection des Droits de l’Homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine : Convention sur les Droits de l’Homme et la biomédecine (Convention d’Oviedo). Elle a été signée le 4 avril 1997 à Oviedo, en Espagne. Elle est entrée en vigueur le 1er décembre 1999.

[6] RÈGLEMENTS DE COMPTE AUX PHILIPPINES : responsables poursuivis pour « homicide par imprudence pour avoir facilité l’approbation hâtive du dengvaxia et la mise en place de la campagne scolaire de vaccination »
Les familles manifestent pour obtenir justice, accusent Sanofi d’avoir traité les enfants philippins en cobayes, et accusent les politiques et administratifs de corruption.
Analyse d’une catastrophe sanitaire annoncée, la saga du Dengvaxia, vaccin contre la Dengue – AgoraVox le média citoyen

[7] On se rappelle son Interview du Pr Raoult auquel elle avait demandé s’il voulait la Légion d’honneur. Manque de chance il était déjà officier. Autrefois les journalistes préparaient leurs dossiers. Un autre monde, un monde d’amateurs comme dit fièrement le Président.

[8] Twitter

[9] Comme pour l’ouverture des écoles à laquelle Natacha Polony, Marine Lepen, les France Insoumise entre autres, s’opposaient sans raison scientifique pour le 11 mai 2020 conduisant le ministre à inventer des mesures liberticides à l’école qui ont bousillé l’apprentissage, et le psychisme des enfants.

[10] Mieux vaut répondre à un sondage rémunéré, moins dangereux a priori : Sondage rémunéré, 150€ de cadeau ! Vous pratiquez une activité artistique (peintures, loisirs créatifs) ? Répondez au sondage : https://bit.ly/3gZY4X8[

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-brebis-galeuses-repondent-a-la-secte-des-covidistes/5657919

Dans SANTE

LE PAKISTAN FERME SA PORTE AUX USA

Par Le 03/07/2021

Le Pakistan ferme la porte aux USA

Par Mikhail Gamandiy-Egorov

Mondialisation.ca, 01 juillet 2021

Observateur continental

Région : 

Thème: 

 0   0  0 

 

  1

Le Pakistan ne permettra pas aux Etats-Unis d’utiliser ses bases militaires, y compris pour d’éventuelles opérations en Afghanistan après le retrait des forces étasuniennes de ce pays. Islamabad confirme de plus en plus activement sa ferme adhésion à l’axe eurasien et multipolaire.  

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que son pays n’autoriserait pas aux services de renseignement américains d’utiliser des bases militaires sur son sol pour mener des opérations en Afghanistan, après le retrait de l’armée américaine de ce pays voisin.

«Il n’est pas possible d’autoriser les Etats-Unis d’utiliser nos bases pour une quelconque opération en Afghanistan», a déclaré Imran Khan. Il n’a en outre pas manqué de critiquer les gouvernements pakistanais précédents qui avaient donné la possibilité aux USA d’utiliser des bases pakistanaises dans leurs opérations, notamment de drones, en Afghanistan.  

Le Premier ministre du Pakistan a également tenu à rappeler que depuis sa prise de fonction en 2018 – les drones américains n’ont lancé aucune attaque contre les territoires afghans à partir du sol pakistanais. L’agence de presse turque Anadolu indique également qu’en mai dernier, le directeur de la CIA William Burns s’était rendu au Pakistan pour tenter à convaincre Imran Khan à changer de position vis-à-vis de l’utilisation des bases pakistanaises par les USA. Une demande rejetée par le Premier ministre pakistanais. Un échec évident pour la partie étasunienne.

S’il est vrai que le Pakistan fut longtemps considéré comme un allié régional important pour Washington, l’évolution de sa politique et les changements internationaux semblent avoir clairement fait changer de cap à Islamabad. Entretenant des relations depuis les dernières années très proches avec Pékin – devenu le premier partenaire économique du Pakistan, ainsi que des relations cordiales avec Moscou et Téhéran.  

Fait notoire, ce pays stratégique de plus de 200 millions d’habitants (cinquième population mondiale) et puissance nucléaire, est devenu en 2017, au même titre que l’Inde, membre à part entière de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en y rejoignant la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. A noter que l’organisation compte également l’Iran en qualité de membre-observateur, avec une forte probabilité qu’il devienne également membre à part entière.

D’ailleurs, le renforcement inédit de l’OCS, y compris lors de l’intégration du Pakistan et de l’Inde en son sein, avait plus que jamais renforcé l’idée que la véritable notion de communauté internationale se trouve bel et bien en Eurasie, compte tenu du poids démographique, civilisationnel, militaire, sans oublier les nouvelles réalités économiques. Et certainement pas en Occident.

Vraisemblablement, ce que n’avait pas prévu Washington c’est que justement le Pakistan puisse prendre une telle distance à son encontre, tout en poursuivant le rapprochement actif avec Pékin et l’intégration au sein du grand espace eurasien, auquel le Pakistan appartient indéniablement. La fermeture d’accès à ses bases aux USA sonne comme un coup dur pour l’establishment étasunien et il n’est certainement pas à exclure que Washington cherchera à punir Islamabad pour cette gifle douloureuse.

D’un autre côté, le Pakistan – étant une puissance régionale et continentale indéniable, possédant une force de frappe qui n’est pas à présenter, se trouvant dans une relation d’alliance avec la Chine et les autres grandes puissances eurasiennes pro-multipolaires, pourrait sans le moindre doute créer plus de problèmes pour la présence US dans la région, que le contraire. Washington le comprend-t-il? Très certainement. Le seul souci c’est qu’au sein de l’establishment étasunien, la réflexion intellectuelle n’est pas toujours au rendez-vous.

Mikhail Gamandiy-Egorov 

La source originale de cet article est Observateur continental

Copyright © Mikhail Gamandiy-EgorovObservateur continental, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-pakistan-ferme-la-porte-aux-usa/5657905

 

Dans SANTE

QUAND LE MENSONGE SE TRANSFORME EN VERITE SCIENTIFIQUE

Par Le 11/10/2021

Quand le mensonge se transforme en vérité scientifique…

Le lanceur d'alerte a dit la vérité, "Il doit être exécuté"... *

Par Dr Pascal Sacré

Mondialisation.ca, 10 octobre 2021

Thème: 

Analyses: 

 9   2  0  20

À Julian Assange, emprisonné pour avoir dit la vérité.

Les temps sont durs pour les lanceurs d’alerte.

Ils ont toujours été durs, comme en témoigne le calvaire du plus symbolique d’entre eux, Julian Assange, emprisonné en Angleterre et menacé d’extradition aux États-Unis pour ses révélations notamment de crimes de guerre commis par l’armée états-unienne.

« Julian Assange est torturé, notre crainte est qu’il meure en prison » – 25.06.2019, Sputnik France (sputniknews.com)

Emprisonné, torturé psychologiquement, menacé de mort. 

Pour avoir ‘simplement’ révélé quelque chose de vrai. Si monsieur Assange avait visé la Chine ou la Russie, les États-Unis l’auraient décoré et Le Monde, encensé.

Comme Julian Assange le dit : « en fin de compte, la vérité est tout ce que nous avons » et la vérité n’a pas de camp, seulement des relais courageux.

« En fin de compte, la vérité est tout ce que nous avons :» Julian Assange lance un appel au soutien du public | Mondialisation – Centre de Recherche sur la Mondialisation

Aujourd’hui, il ne fait vraiment pas bon être lanceur d’alerte.

Dans les bons jours, les journalistes les appellent « complotistes », les amalgamant aux dingues ou aux charlatans.

Dans les mauvais jours, de plus en plus en fait, ces journalistes, ces scientifiques ou conseillers gouvernementaux les traitent d’extrémistes (en général de droite, j’ignore pourquoi), de manipulateurs pervers, de gourous aux intentions sectaires, d’irresponsables, voire ils recourent carrément aux injures et aux menaces.

Sociologues ou gardiens de la doxa ? Qui entache la réputation de notre discipline ? | Le Club de Mediapart

Le pire est que ces accusateurs retournent la situation en faisant passer les lanceurs d’alerte jugés, harcelés, vilipendés pour les troubles fêtes agressifs qui feraient cela pour … 

Pour quoi finalement ?

C’est vrai, c’est la bonne question.

Pour le plaisir de perdre son emploi ? Pour le bonheur d’être diffamé, sali, jugé dans la presse ?

Pour ceux qui ont été licenciés, menacés de mort, qui ont subi l’exclusion, la diffamation, l’injure, le mépris, la violence verbale, pour quoi donc feraient-ils cela ?

Une carrière politique ?

De l’argent ?

Être sous les projecteurs devant une foule en liesse ?

Vraiment ? 

Sérieusement ?

À quoi pensent ces personnes quand elles affirment que des lanceurs d’alerte surfent sur la vague du complotisme pour faire de l’argent, amalgamant ceux qui tentent peut-être de le faire avec ceux qui n’ont pas pu mentir, se taire, risquant tout pour cela, leur travail, leur réputation, leur vie de famille, leur vie sociale, leur vie même ?

Le prix disproportionné de leur intégrité et de leur sincérité.

Les critiques ne considèrent jamais le message, tout occupés qu’ils sont à fusiller le messager.

Ainsi, cette lanceuse d’alerte qui révèle sur l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, ce rapport publié en 1992, à Gênes, sur les vaccins régulateurs de fertilité. 

Ce document appuie indiscutablement la thèse de la corruption de cette organisation depuis au moins 30 ans, organisation que nous laissons pourtant prendre la gestion de la crise du COVID-19 en main.

Son but est et a toujours été de nous stériliser au travers des vaccins.

Rapport de l’OMS : les vaccins régulateurs de la fécondité – IFN (ifamnews.com)

Cela fera-t-il l’objet d’une réflexion rigoureuse, impartiale de la part des vérificateurs de faits ? On peut toujours rêver. Comme à leur habitude, ils préféreront diffamer l’auteur de cet article.

Tiens, et celui-ci qui démontre que le passe sanitaire est le premier rouage du processus de gestion totalitaire mondialisé ? 

Le passe sanitaire premier stade du processus de gestion totalitaire mondialisé – les 7 du quebec

Qu’en feront les vérificateurs de faits ? Rien. 

Si, un prétexte à diffamer son auteur, ou le site hébergeur qu’ils rattachent en général à l’extrême droite, tant que cela les diabolise dans l’esprit des profanes qui lisent et croient encore les médias « mainstream ».

Les cerveaux des gens sont LE terrain de bataille, l’enjeu que le système totalitaire mondial (STM) veut s’approprier définitivement, ne supportant aucune concurrence dans cette course à la pensée unique.

Tiens, et que feront les vérificateurs de faits et ces journalistes autorisés, les professionnels de la bonne information, de celle-ci :

COVID-19 : l’étau se resserre autour du menteur Anthony Fauci.

Covid-19 : l’étau se resserre autour du docteur Anthony Fauci (voltairenet.org)

On y lit que Monsieur COVID-19 aux États-Unis a détourné de l’argent public US pour financer des recherches —illégales aux États-Unis— effectuées par le laboratoire P4 de Wuhan (Chine).

Cela sent le soufre mais ce sera bien plus facile d’attaquer son auteur et le site qui l’héberge sans jamais s’attarder sur le fond pourtant bien sourcé et recoupé par d’autres articles.

Voilà des révélations capitales pour comprendre l’actualité, des révélations parmi beaucoup d’autres qui mériteraient un débat approfondi, des recherches poussées, des enquêtes solides.

Non, la seule réaction des vérificateurs de faits officiels et de ceux qui leur emboîtent le pas sera de s’en prendre violemment à l’auteur et de diaboliser le site qui aura osé le publier. Car il s’agit de monsieur Fauci, tout de même, le Van Ranst* américain.

En attendant, des personnes comme moi, récoltant sans tarder l’anathème habituel, ont perdu leur emploi, d’autres comme Laurent Muchielli, directeur de recherches au CNRS en France, ont été traînés dans la boue, et d’autres comme Louis Fouché sont présentés comme des gourous extrémistes.

Jusque-là, Louis et moi étions des anesthésistes compétents, honnêtes et appréciés.

Que s’est-il passé ? 

Nous avons osé parler, alerter, discuter les diktats et fournir des analyses solides opposées à celles des gouvernements et de leurs conseillers.

Sans être (encore), pourtant, en Chine, en Corée du Nord ou dans la Russie que nos pays diabolisent, à tort, justement pour cela, la censure de toute dissidence.

En fait, si, chers lecteurs, nous y sommes, dans une dictature qui se révèle chaque jour un peu plus, et la censure, le comportement vis-à-vis des lanceurs d’alerte en est la preuve.

Quel cynisme de la part de ces mêmes gens qui ont contribué à nos malheurs, de faire croire à leur public profane que nous aurions fait tout cela pour de l’argent, pour entrer en politique ou pour créer une secte.

Les temps sont durs pour les lanceurs d’alerte.

Pourtant, le monde n’en n’a jamais eu autant besoin.

*Marc Van Ranst, l’un des virologues conseillers du gouvernement belge pour la gestion du COVID-19

Dr Pascal Sacré

*Se réfère à la chanson de Guy Béart écrite en 1967 « La vérité« 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Dr Pascal Sacré, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/quand-le-mensonge-se-transforme-en-verite-scientifique/5661167

Dans SANTE

PROF MICHEL CHOSSUDOVSKY : LE « VACCIN » CONTRE LA COVID-19 ET LE CODE DE NUREMBERG. CRIMES CONTRE L’HUMANITE, GENOCIDE.

Par Le 04/10/2021

Le « vaccin » contre la COVID-19 et le code de Nuremberg. Crimes contre l’humanité, Génocide.

Par Prof Michel Chossudovsky

Mondialisation.ca, 04 octobre 2021

Thème: 

Analyses: 

 319   2  4  358

Introduction

« Nous, les survivants des atrocités commises contre l’humanité pendant la Seconde Guerre mondiale, nous sentons tenus de suivre notre conscience. … Un autre holocauste de plus grande ampleur se déroule sous nos yeux. Nous vous appelons à mettre fin immédiatement à cette expérience médicale impie sur l’humanité. C’est une expérience médicale à laquelle le code de Nuremberg doit être appliqué. » (Rabbi Hillel Handler, Hagar Schafrir, Sorin Shapira, Mascha Orel, Morry Krispijn et al, voir le texte complet ici)

***

Le vaccin à ARNm est « expérimental » et non approuvé. Depuis décembre 2020, cela a entraîné une tendance à la hausse mondiale des décès et des blessures* [injuries, séquelles].

De nombreuses études scientifiques confirment la nature du vaccin à ARNm Covid-19 qui est imposé à toute l’humanité.

L’objectif proclamé est d’imposer la vaccination mondiale de 7,9 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé.

Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars pour Big Pharma. Ironie amère, Pfizer, qui joue un rôle dominant dans la commercialisation du vaccin au niveau de la planète entière, a un casier judiciaire auprès du ministère américain de la Justice (pour plus de détails, voir ci-dessous).

Les autorités sanitaires nationales ne peuvent pas dire : nous ne le savions pas. Ils ne peuvent pas non plus dire que l’objectif est de « sauver des vies ». C’est un vaccin meurtrier. Et ils le savent.

Les derniers chiffres officiels (15 septembre 2021) indiquent environ :

40 666 décès signalés et enregistrés dans l’UE, au Royaume-Uni et aux États-Unis (combinés) et

6,6 millions ont signalé des « événements indésirables ».

*Blessures est la traduction du mot injuries. Il s’agit de séquelles du vaccin.

UE/EEE/Suisse au 11 septembre 2021 – 24 528 décès liés à l’injection de Covid-19 et 2 292 967 blessures [injuries], selon la base de données EudraVigilance.

Royaume-Uni au 1er septembre 2021 – 1 632 décès liés à l’injection de Covid-19 et 1 186 844 blessures, selon le système de carte jaune MHRA.

États-Unis au 3 septembre 2021 – 14 506 décès liés à l’injection de Covid-19 et 3 146 691 blessures, selon la base de données VAERS.

TOTAL pour l’UE/Royaume-Uni/États-Unis – 40 666 décès liés à l’injection de Covid-19 et 6 626 502 blessures signalées au 15 septembre 2021.

Mais seule une petite fraction des victimes ou des familles du défunt passera par le processus fastidieux de déclaration des décès et des effets indésirables liés aux vaccins aux autorités sanitaires nationales.

Ces chiffres de décès et de blessures (UE, Royaume-Uni, États-Unis) SOFAR sont au moins dix fois plus élevés que les cas officiels signalés.

410 000 décès, soit 66 millions de blessés sur une population d’environ 850 millions d’habitants.

En outre, les autorités sanitaires participent activement à a dissimulation des décès et des blessures résultant du « vaccin » à ARNm, tout en gonflant le nombre de décès liés au Covid-19 (« autopsies non requises »).

Tyrannie numérique au niveau mondial

Le vaccin est appliqué et imposé dans le monde entier. La population cible est de 7,9 milliards d’habitants. Plusieurs doses sont envisagées. C’est le plus grand programme de vaccination de l’histoire du monde.

« Jamais auparavant la vaccination de la planète entière n’a été réalisée en acheminant un ARNm synthétique dans le corps humain ».

Les « Lignes directrices » de l’OMS pour l’établissement d’un système mondial d’information numérique pour la délivrance de ce qu’on appelle des « certificats numériques pour le Covid-19 » sont généreusement financées par les fondations Rockefeller et Bill et Melinda Gates.

Le vaccin contre l’ARNm n’est pas un projet d’un organisme intergouvernemental des Nations Unies (OMS) au nom des États membres de l’ONU : il s’agit d’une initiative privée. Les élites milliardaires qui financent et appliquent le Vaccine Project Worldwide sont des eugénistes favorables au dépopulation.

Big Pharma : Pfizer en quête de l’hégémonie mondiale

Le projet mondial de vaccination intitulé COVAX est coordonné dans le monde entier par l’OMS, GAVI, CEPI, la Fondation Gates en liaison avec le Forum économique mondial (FEM), le Wellcome Trust, la DARPA et Big Pharma, qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19 début janvier 2020.

Pfizer – qui a un casier judiciaire au ministère américain de la Justice – joue un « rôle quasi monopolistique » dans la commercialisation du « vaccin » de l’ARNm. Déjà dans l’UE, Pfizer devrait délivrer 1,8 milliard de doses, ce qui équivaut à quatre fois la population de l’Union européenne.

Dans une décision historique du ministère de la Justice des États-Unis en septembre 2009, Pfizer Inc. a plaidé coupable à des accusations criminelles. C’était « le plus grand règlement de fraude dans le domaine des soins de santé » de l’histoire des États-Unis. Ministère de la Justice.

Outre la conformité et l’application de la loi, le « poison vaccinal » imposé au niveau de la planète entière est produit par une société pharmaceutique qui a été inculpée par le ministère de la Justice pour « marketing frauduleux ».

Le « vaccin tueur » au niveau mondial: 7,9 milliards de personnes

 

Conformité : Pas d’Injection, Pas de travail

La « commercialisation frauduleuse » par rapport au vaccin à ARNm est un euphémisme flagrant. Les autorités sanitaires ainsi que Big Pharma, sans parler de l’OMS, des Rockefellers et de la fondation Gates, sont pleinement conscients que le vaccin a entraîné d’innombrables décès et blessures, y compris des caillots sanguins, l’infertilité, des lésions cérébrales, des myocardites, etc.

Et pourtant, les gouvernements (avec le soutien des médias 24 heures sur 24, 7 jours sur 7) font pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner.. « Cela sauvera des vies ».

Les risques pour la santé sont connus et documentés, mais en même temps, les gens ne sont pas seulement mal informés, ils sont forcés d’accepter l’injection. Ou bien…

Pas de carrière, pas de revenu, pas d’avenir… C’est une question de conformité. Et pas d’accès à l’éducation et aux services de santé si vous n’êtes pas vacciné.

S’ils refusent le vaccin, ils perdent leur emploi.

Les étudiants ne peuvent pas fréquenter les écoles, les collèges et les universités, les agents de santé et les enseignants du secondaire qui ne se conforment pas sont licenciés, la société civile est précipitée dans un état de chaos.

Pertinence du code de Nuremberg

En se concentrant sur la nature expérimentale du vaccin à ARNm et ses effets dévastateurs sur la santé, les analystes juridiques ont soulevé la question du « procès des médecins nazis » historique de Nuremberg (1946-1947) dans lequel des médecins nazis ont été accusés de crimes de guerre, en particulier d’avoir mené des expériences médicales sur des prisonniers des camps de concentration et des civils.

The Medical Case, États-Unis vs. Karl Brandt, et al. (également connu sous le nom de procès des médecins), a été poursuivi en 1946-1947 contre vingt-trois médecins et administrateurs accusés d’avoir organisé et participé à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité sous la forme d’expériences médicales et de procédures médicales infligées aux prisonniers et aux civils.

Karl Brandt, le principal accusé, était le haut fonctionnaire médical du gouvernement allemand pendant la Seconde Guerre mondiale ; d’autres accusés comprenaient des médecins et des administrateurs supérieurs dans les forces armées et SS. Voir les documents de Harvard

 

À la suite du verdict du 19 août 1947, le code de Nuremberg a été promulgué. Voici les dix principes du Code de Nuremberg. Plusieurs de ces principes – en ce qui concerne le vaccin à ARNm et le passeport vaccinal – ont été violés de manière flagrante.

Le premier principe du « Code Nuremberg » stipule que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel », et c’est précisément ce qui est nié par rapport au « vaccin » (voir les phrases en gras ci-dessous).

1. Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel.

Cela signifie que la personne concernée devrait avoir la capacité juridique de donner son consentement ; devrait être située de manière à pouvoir exercer le libre pouvoir de choix, sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, de portée excessive ou d’autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition ; et devrait avoir une connaissance et une compréhension suffisantes des éléments du sujet en cause pour lui permettre de prendre une décision compréhensive et éclairée. Ce dernier élément exige qu’avant l’acceptation d’une décision positive par le sujet expérimental, il lui soit fait connaître la nature, la durée et le but de l’expérience ; la méthode et les moyens par lesquels elle doit être menée ; tous les inconvénients et dangers raisonnablement prévisibles ; et les effets sur sa santé ou sa personne qui peuvent éventuellement découler de sa participation à l’expérience.

2. L’expérience devrait être de nature à donner des résultats fructueux pour le bien de la société, non réalisables par d’autres méthodes ou moyens d’étude, et non aléatoires et inutiles.

3. L’expérience devrait être conçue et basée sur les résultats de l’expérimentation animale et une connaissance de l’histoire naturelle de la maladie ou d’un autre problème à l’étude que les résultats attendus justifieront la performance de l’expérience.

4. L’expérience devrait être menée de manière à éviter toutes les souffrances et blessures physiques et mentales inutiles.

5. Aucune expérience ne devrait être menée lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’il y aura décès ou blessure invalidante ; sauf, peut-être, dans les expériences où les médecins expérimentaux servent également de sujets.

6. Le degré de risque à prendre ne doit jamais dépasser celui déterminé par l’importance humanitaire du problème à résoudre par l’expérience.

7. Des préparatifs appropriés devraient être effectués et des installations adéquates devraient être fournies pour protéger le sujet expérimental contre des possibilités même lointaines de blessure, d’invalidité ou de décès.

8. L’expérience ne devrait être menée que par des personnes scientifiquement qualifiées. Le plus haut degré de compétence et de soin devrait être exigé à toutes les étapes de l’expérience de ceux qui mènent ou s’engagent dans l’expérience.

9. Au cours de l’expérience, le sujet humain devrait être libre de mettre fin à l’expérience s’il a atteint l’état physique ou mental où la poursuite de l’expérience lui semble impossible.

10. Au cours de l’expérience, le scientifique responsable doit être prêt à mettre fin à l’expérience à tout moment, s’il a probablement des raisons de croire, à l’exercice de la bonne foi, de l’habileté supérieure et du jugement attentif requis de lui selon lequel la poursuite de l’expérience est susceptible d’entraîner une blessure, une invalidité ou la mort du sujet expérimental

Emphase en caractère gras ajouté.

Des populations entières dans un grand nombre de pays sont menacées de se conformer et de se faire vacciner.

En ce qui concerne le Code de Nuremberg, ils ne sont pas en mesure de :

« exercer le libre pouvoir de choix, sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, de portée excessive ou autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition » (Nuremberg 1 ci-dessus).

Largement documenté, il existe une tendance à la hausse des décès et des blessures par vaccin contre l’ARNm dans le monde entier et les autorités sanitaires sont pleinement conscientes des « risques pour la santé », mais elles n’ont pas informé le public. Il n’y a pas de consentement éclairé. Et les médias mentent comme des arracheurs de dents :

« Aucune expérience ne devrait être menée lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’il y aura décès ou blessure invalidante » (Nuremberg 5 ci-dessus).

Cette « raison a priori » décrite dans le principe 5 de Nuremberg est amplement documentée : les décès et les blessures invalidantes sont en cours au niveau de la planète entière. Ils sont confirmés par les statistiques officielles sur la mortalité et la morbidité du vaccin contre l’ARNm (UE, États-Unis, Royaume-Uni).

Vidéo : Le vaccin contre l’ARNm a été lancé de la mi-décembre à la fin décembre 2020. Dans de nombreux pays, il y a eu un changement significatif de mortalité après l’introduction du vaccin contre l’ARNm

 

Quelle : HeathData.org

« Expériences médicales » nazies

Rappelons la catégorisation de crimes spécifiques relatifs aux « expériences médicales » nazies menées sur les prisonniers des camps de concentration. Il s’agissait notamment « du meurtre de Juifs pour la recherche anatomique, du meurtre de Polonais tuberculeux et de l’euthanasie de civils malades et handicapés en Allemagne et dans les territoires occupés. … »

Karl Brandt et six autres accusés ont été reconnus coupables, condamnés à mort et exécutés ; neuf accusés ont été reconnus coupables et condamnés à des peines de prison ; et sept accusés ont été acquittés.

Les documents et les preuves du procès sont tous au dossier. Les accusés ont été accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Procès des médecins de Nuremberg

L’échelle et la taille de l’opération mondiale Covid-19 Vaxx

Je n’ai pas été en mesure d’examiner en détail les documents pertinents en vue d’établir le nombre de victimes résultant des expériences médicales nazies.

Bien que les principes de Nuremberg soient de la plus haute pertinence pour le projet de vaccin contre le Covid-19, des comparaisons simplistes devraient être évitées. Le contexte, l’historique et les mécanismes de conformité relatifs au « vaccin » de l’ARNm sont fondamentalement différents.

L’ampleur et la taille de l’opération mondiale Vaxx ainsi que sa structure organisationnelle complexe (OMS, GAVI, Gates Foundation, Big Pharma) sont sans précédent.

L’humanité dans son ensemble est l’objectif du projet Vaccination [Vaxx]. La population cible pour l’expérimentation vaccinale du vaccin contre la Covid-19 est l’ensemble de la population de la planète :

7,9 milliards de personnes, impliquant plusieurs doses.

Multipliez la population mondiale par 4 doses (comme proposé par Pfizer) : l’ordre de grandeur est de 30 milliards de doses dans le monde.

Les chiffres sont en milliards. Les impacts probables sur la mortalité et la morbidité sont indescriptibles.

De grosses sommes d’argent [Big Money] est à l’origine de ce projet de partenariat public-privé.

Nous avons affaire à un processus mondial de crimes contre l’humanité. Des populations entières dans un grand nombre d’États membres de l’ONU sont soumises à la conformité  et à l’application (sans État de droit).

Si des personnes refusent le vaccin, ils sont socialement marginalisés et confinés, rejetés par leurs employeurs, rejetés par la société : pas d’éducation, pas de carrière, pas de vie. Leurs vies sont détruites.

S’ils acceptent le vaccin, leur santé et leur vie sont potentiellement menacées. Les preuves de mortalité et de morbidité résultant de l’inoculation du vaccin à la fois présente (données officielles) et future (par exemple, caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

Et ce n’est que le début.

De nombreux crimes contre l’humanité sont commis dans le monde entier.

Le « vaccin » de l’ARNm modifie le génome humain au niveau de la planète entière. C’est un génocide.

C’est un « Holocauste d’une plus grande ampleur, qui se passe sous nos yeux ».

Michel Chossudovsky

Article original en anglais :

The COVID-19 “Vaccine” and the Nuremberg Code. Crimes Against Humanity, Genocide

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

Pour aller plus loin :

Vaccins obligatoires et éthique médicale? Qu’est devenue la référence au code de Nuremberg dans la loi soumise au parlement en novembre 2017 ?

Par Dre Nicole Delépine, 06 mars 2021

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRG), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPA), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (19791983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003), America’s « War on Terrorism » (2005), The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre àcrgeditor@yahoo.com

Voir Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

****

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-contre-la-covid-19-et-le-code-de-nuremberg-crimes-contre-lhumanite-genocide/5660415

Dans SANTE

MONSTRUEUX : LA MODIFICATION GENETIQUE DE L’APPROVISIONNEMENT ALIMENTAIRE POURRAIT BIENTOT ETRE UTILISEE POUR VACCINER LA POPULATION

Par Le 01/10/2021

Maintenant, les scientifiques qui poussent pour la vaccination veulent transformer votre épicerie en vaccins à ARNm

Par Lance Johnson

Mondialisation.ca, 30 septembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 23   2  6  73

L’agenda mondial pour vacciner chaque homme, femme et enfant en voie d’aboutir directement dans votre assiette. Une équipe de scientifiques de l’Université de Californie à Riverside étudie des moyens de transformer vos ÉPICERIES en vaccins à ARNm. Afin de lutter contre « l’hésitation à la vaccination » chez la population, ces scientifiques veulent distribuer des protéines de pointe [protéine Spike] du coronavirus dans tous les aliments. Cette expérience pourrait donner naissance à un nouveau paradigme de vaccination qui donnerait à Big Pharma un contrôle total sur l’approvisionnement alimentaire, car ils tentent de modifier génétiquement les aliments pour inonder la population avec plus de protéines de pointe de coagulation sanguine.

Est-ce la raison pour laquelle Bill Gates, investisseur en OGM et en vaccins, achète des terres agricoles à travers les États-Unis ? Tous les vaccins actuels et les centaines de futures expériences vaccinales seront-ils réalisés par le biais de l’approvisionnement alimentaire ?

La modification génétique de l’approvisionnement alimentaire pourrait bientôt être utilisée pour vacciner la population

L’avenir de la guerre biologique et de l’expérimentation humaine sera probablement réalisé grâce à l’approvisionnement alimentaire et sera présenté comme sans danger. En modifiant le cytoplasme des plantes comestibles, les scientifiques espèrent introduire des toxines de protéine Spike, produite comme étrangère, dans vos aliments. Ces scientifiques qui cherchent à promouvoir les vaccins, font déjà des expériences sur les plants de laitue et d’épinards, afin de développer une nouvelle espèce de légumes verts qui peut vacciner les gens plus souvent et de manière moins invasive. Ces nouvelles variétés de légumes peuvent également être cultivées à la maison. Les scientifiques travaillent sur un moyen de quantifier le dosage exact  de protéines de pointe dans une plante tout en démontrant que la plante peut reproduire suffisamment d’ARNm pour surpasser l’approvisionnement actuel en vaccins.

 « Idéalement, une seule plante produirait suffisamment d’ARNm pour vacciner une seule personne », Juan Pablo Giraldo, chercheur principal et professeur agrégé au Département de botanique et des sciences végétales de l’UCR. « Nous testons cette approche avec des épinards et de la laitue et avons des objectifs à long terme de personnes qui la cultivent dans leurs propres jardins », a-t-il ajouté. « Les agriculteurs pourraient également éventuellement en faire pousser des champs entiers. »

Giraldo s’efforce de démontrer que les vaccins contenant de l’ADN mRNA peuvent être intégrés avec succès dans les cellules végétales. Pour ce faire, les chercheurs ont l’intention de modifier le chloroplaste de la cellule végétale. Le chloroplaste absorbe l’énergie du soleil et la convertit en sucre et en autres molécules dont la plante a besoin pour croître. Les scientifiques veulent interférer avec ce processus naturel et demander au cytoplasme de générer des protéines de pointe et d’autres molécules étrangères qui peuvent être introduites sous forme d’antigènes dans l’homme.

Giraldo et son équipe ont déjà démontré que le chloroplaste est capable d’exprimer des gènes étrangers qui ne font pas partie de la conception naturelle de la plante. Cette modification génétique a été réalisée en enfermant du matériel génétique étranger dans un boîtier protecteur, puis en l’insérant dans les cellules de la plante. L’objectif est d’introduire ces OGM chez l’homme afin que leur système immunitaire puisse être programmé pour lutter contre les antigènes et les séquences virales que les scientifiques ont présélectionnés et conçus.

Un nouveau paradigme de vaccins à base alimentaire est-il sur nous ?

À l’UC San Diego, Nicole Steinmetz a déjà développé des nanotechnologies qui peuvent fournir du matériel génétique au chloroplaste des plantes. Steinmetz bricole des nanoparticules de virus végétal et les réutilise pour administrer des gènes étrangers dans les cellules de la plante.

Ce n’est pas la seule expérience de vaccin comestible actuellement en cours. Des scientifiques de l’Université d’Ottawa travaillent sur un vaccin comestible contre les coronavirus depuis plus d’un an.

L’Hôpital d’Ottawa teste déjà le premier prototype. Ce vaccin comestible exprime des antigènes viraux à l’intérieur des plants de laitue et d’épinards. Leur objectif est de délivrer les protéines de pointe au corps humain sans altérer la synthèse protéique des cellules humaines. L’approvisionnement actuel en vaccins doit être maintenu au réfrigérateur à des températures extrêmement basses. Si cet effort de recherche peut démontrer l’administration de protéines de pointe dans tout l’approvisionnement alimentaire, l’approvisionnement actuel en vaccins pourrait être supprimé au profit d’un nouveau paradigme de vaccination alimentaire. Cette expérience pourrait à jamais modifier l’approvisionnement alimentaire, transformant des aliments sains et curatifs en terrains de jeu de guerre biologique que les mondialistes peuvent utiliser pour exploiter la race humaine.

Lance Johnson

 

Les sources :

CTVNews.ca

NaturalNews.com

News.ecr.edu

*

L’image en vedette provient de Natural News

Lien vers l’article original:

Now Vaccine-pushing Scientists Want to Turn Your Groceries into mRNA VaccinesBy Lance Johnson, September 24, 2021

Traduit pas Maya pour Mondialisation 

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Lance Johnson, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/maintenant-les-scientifiques-qui-poussent-pour-la-vaccination-veulent-transformer-votre-epicerie-en-vaccins-a-arnm/5660836

Dans SANTE

POURQUOI LE COVID-19 EST UN VRAI VIRUS DE CLASSES

Par Le 24/09/2021

Vérifiez ici si vous ne devez pas vous ré-inscrire.

Pourquoi le covid-19 est un vrai virus de classes

 

22 Sep 2021

   

Non, le covid n’est pas égal pour tous, comme on l’affirme souvent. Les plus faibles sont beaucoup plus exposés au virus et à ses conséquences économiques. Les riches ont même su en tirer profit. La crise de Corona a jeté une lumière crue sur la structure de classes de notre monde. 

 

Un virus de classes

Spontanément on pourrait penser que le virus ne connaît ni rang ni classes, or ce n’est pas le cas.

Une étude récente menée aux États-Unis a révélé que l’inégalité est un facteur important dans la propagation et l’impact du virus. Plus on se situe en bas de l’échelle sociale, plus le risque d’être infecté, d’être hospitalisé et de ne pas survivre au COVID-19 est élevé.

L’étude avance trois raisons. Premièrement, l’état de santé général des personnes les plus pauvres est moins bon; elles sont, par exemple, davantage obèses. Cela les rend moins résistantes au virus.

Deuxièmement, il y a les conditions de travail. Les travailleurs mieux payés ont généralement pu rester à la maison, alors que les travailleurs ordinaires n’avaient pas ce luxe. Les professions de contact sont souvent mal ou sous-payées, alors que c’est surtout elles qui étaient en ligne de mire. En outre, dans de nombreuses entreprises, les mesures de sécurité dans les ateliers ont été foulées aux pieds. On en trouve des exemples frappants dans les livres Planète Malade de Michel et Collon et Ils nous ont oubliés de Peter Mertens.

Enfin, les couches inférieures de la société – chose compréhensible – font moins confiance au gouvernement. Elles sont donc moins enclines à suivre les mesures de sécurité ou à se faire vacciner. De plus, une fois infectées, elles ont plus de difficulté avec l’isolement à domicile.

Ces trois raisons font du SRAS-CoV-2 un véritable virus de classes. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les habitants des quartiers les plus pauvres d’une grande ville comme Anvers risquent presque trois fois plus  d’être infectés. Les 10 % les plus pauvres risquent plus de deux fois d’être hospitalisés et jusqu’à cinq fois plus d’en mourir.

Les riches se sont scandaleusement enrichis

Non seulement le corona est un virus de classes en termes médicaux, mais la pandémie a considérablement approfondi le fossé entre riches et pauvres. Selon le Washington Post, la récession provoquée par le COVID-19 a été la plus inégalitaire de l’histoire moderne.

Alors que des dizaines de millions de personnes sont tombées dans le chômage et la pauvreté, les 32 plus grandes multinationales ont vu leurs bénéfices augmenter de 109 milliards de dollars en 2020. L’année dernière, 493 milliardaires se sont ajoutés à la liste mondiale, un record selon Forbes. Au moins 40 de ces nouveaux milliardaires sont liés à des entreprises impliquées dans la lutte contre le COVID-19, comme Stéphane Bancel de Moderna et Uğur Şahin de BioNTech. Les géants pharmaceutiques ont pu bénéficier de subventions très généreuses et du soutien du gouvernement pour développer les vaccins, mais ils ont pu empocher eux-mêmes les méga-profits.

La richesse combinée de ces super-riches a augmenté de 5.100 milliards de dollars entre mars 2020 et mars 2021, soit une augmentation de 62 %. Ce montant fabuleux est aussi important que la richesse produite chaque année par trois milliards de personnes (1). Les Belges n’ont jamais acheté autant de Ferrari ou de Lamborghini qu’au cours de l’année covid 2020.

Vaccins : une question de vie ou de mort – mais pas assez de vaccins disponibles

Dans la lutte contre le coronavirus, le vaccin change réellement la donne. Les personnes non vaccinées ont 29 fois plus de risques d’être hospitalisées et 11 fois plus de risques de mourir du COVID-19. Le service de santé anglais estime que la vaccination a déjà sauvé 100.000 vies en Angleterre. Pour les États-Unis et l’UE réunis, cela représente environ 1,4 million de vies sauvées.

Les personnes non vaccinées sont également une source de nouveaux variants. C’est certainement le cas dans les régions où la couverture vaccinale est faible. Ces régions peuvent facilement devenir des foyers d’infection parce que le virus a tellement d’hôtes vulnérables à attaquer. Plus longtemps les gens restent non vaccinés, plus il est probable que de nouvaeux variants de Covid vont se développer et devenir résistants aux vaccins.

C’est pourquoi le comportement de thésaurisation des pays riches est si honteux et si borné. Selon l’ONU, au 30 août, les 30 pays les plus pauvres n’avaient vacciné que 2 % de leur population, alors que dans les pays à revenu élevé, ce chiffre était de 57 %. Au Congo, le taux de vaccination est de 0,1%, en Haïti de 0,24%, au Tchad de 0,27% et en Tanzanie de 0,36%.

Les scientifiques ont indiqué que les vaccins covid actuels fonctionnent si bien que la plupart des gens n’ont pas encore besoin d’un rappel. Néanmoins, les États-Unis se préparent à un booster et Israël prévoit même une quatrième injection.

Le Covax est un programme parrainé par les Nations Unis pour fournir des vaccins abordables aux pays du Sud. À ce jour, seulement 11 % des 2 milliards de doses promises ont été livrés. Plus scandaleux encore : des pays riches comme la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, l’Arabie saoudite et le Qatar ont acheté des centaines de milliers de doses de ces vaccins Covax pour leur propre usage.

Alors que les pays riches disposeront bientôt d’un surplus dépassant un milliard de vaccins, quelque 10.000 personnes meurent chaque jour, selon l’Organisation mondiale de la santé, chose qui serait « totalement évitable » si les vaccins étaient distribués plus équitablement. A propos d’un virus de classes …

 

Note:

(1) Il s’agit des habitants de l’Afrique (sans le Nigéria) et de l’Asie du Sud.

 

Source : De Wereld Morgen

Traduction du néerlandais : Anne Meert pour Investig’Action

https://www.investigaction.net/fr/pourquoi-le-covid-19-est-un-vrai-virus-de-classes/

Dans SANTE

DOMINIQUE MUSELET : J’AI TRIOMPHE DU COVID ET DES COVIDISTES… ET RETROUVE MA DIGNITE !

Par Le 21/09/2021

J’ai triomphé du Covid et des covidistes… et retrouvé ma dignité !

Par Mondialisation.ca et Dominique Muselet

Mondialisation.ca, 20 septembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 31   0  1  32

Ça y est ! Je me suis enfin prouvé à moi-même et à ceux qui sont encore accessibles aux notions de vérité, de dignité, de force d’âme et d’indépendance d’esprit, que je ne parlais pas pour ne rien dire, que lorsque la réalité me rattrapait, je ne succombais pas à la panique et à l’hystérie, je ne retournais pas ma veste. Je peux le dire en toute modestie, j’ai subi l’épreuve de la réalité avec courage et détermination. Je n’ai pas cédé à la peur, à l’intimidation, à la propagande. Je suis fière de moi et je me sens à nouveau une personne humaine à part entière. Je peux marcher la tête haute et l’âme en paix.

La colère qui m’habite depuis le début de la Corona-folie contre les criminels qui nous gouvernent pour le compte des multinationales est toujours là, mais les sentiments d’humiliation et d’impuissance, qui me minaient, m’ont quittée. Je me sens à nouveau libre, libre intérieurement, car j’ai passé l’épreuve du feu et je sais maintenant que :

1. j’avais raison : malgré mes 77 ans, je n’ai pas besoin du « vaccin » Pfizer car je suis en bonne santé et je n’ai pas de comorbidité (si tant est que cette injection ait la moindre utilité pour qui que ce soit, à part Big Pharma et tous ceux qu’ils arrosent).

2. Malgré l’impossibilité de se procurer des remèdes, comme l’ivermectine ou l’hydroxychloroquine, qui ont fait leur preuve n’en déplaise à nos « scientifiques » vendus à Big Pharma, on peut guérir du Covid à mon âge, en se soignant tout seul, à condition peut-être d’avoir boosté ses défenses immunitaires comme je le fais depuis un an avec du zinc, de la vitamine D, des huiles essentielles, et tout ce que recommandent les praticiens qui croient encore à la médecine.

3. Ce gouvernement de menteurs manipulateurs violents et cyniques, malgré toute sa puissance, ne peut pas indéfiniment me forcer à faire ce que je ne veux pas. J’ai senti en moi une détermination qui m’a surprise moi-même. Et j’ai constaté, avec soulagement (car on ne peut jamais savoir par avance comment on réagira devant le danger), que je préférais risquer (modérément) ma vie plutôt que de ne pas être fidèle à moi-même. Je me sens désormais digne des soignants, pompiers, et autres braves, qui préfèrent perdre leur travail que de renoncer à leurs convictions. J’ai retrouvé l’honneur et la dignité que Macron et ses commanditaires m’avaient enlevés en faisant de moi une paria.

Le Covid tel que je l’ai eu

J’ai attrapé le Covid dans le métro, le 21 août dernier, alors que je me rendais à la manif contre le passe soi-disant sanitaire. Je me souviens parfaitement d’avoir mis, sans réfléchir, l’index sur mon œil gauche et de m’être dit : « Cette fois tu es bonne, ma fille ! » Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, j’ai déjà attrapé pas mal de virus de la sorte. Je dis souvent à mes petits-fils que la seule bonne chose que leur a apportés le covidisme, c’est de les habituer à se lave les mains. Mais dans le métro, je ne peux pas garder les mains en permanence dans du gel hydro-alcoolique et, hélas, je ne contrôle pas tous mes réflexes.

Le lundi suivant, j’ai commencé à développer les symptômes de ce que, en d’autres temps (quand la TV ne nous bassinait pas avec le Covid matin midi et soir), j’aurais appelé une bonne bronchite. J’en ai de temps en temps et je me soigne comme ma mère me soignait, à l’exception  des sinapismes à la moutarde que je ne sais pas faire. Chaque fois que j’attrape une bronchite, je revois ma mère apportant de la cuisine, avec précaution, une serviette brulante remplie de moutarde qu’elle déposait délicatement sur la poitrine maigrelette de la gamine que j’étais. C’est un bon souvenir car ma mère, habituellement froide et indifférente, se transformait en mère poule quand nous étions malades, souvent tous en même temps.

Bref, j’ai commencé la routine : suppositoires, inhalations, sirop, gouttes, avec en plus cette fois-ci comme je l’ai dit plus haut de quoi booster mes défenses immunitaires, Covid oblige. Le mardi, je n’étais vraiment pas bien et j’ai appelé une amie qui m’a dit qu’elle avait rendez-vous chez son médecin traitant le jour même.

« Pourrais-tu voir avec elle si elle est prête à me prescrire de l’Ivermectine ou de l’hydroxychloroquine si je vais la voir et que j’ai bien le Covid ? » lui ai-je demandé.

Le soir elle m’a rappelée :

« Je lui ai posé la question et elle m’a répondu : Non, et personne ne vous en prescrira ! »

Je ne pouvais donc compter que sur moi-même et les remèdes de grand-mère que j’utilisais habituellement. L’épreuve de vérité commençait.

Le mercredi, je me suis sentie vraiment très mal. Ma température était montée à 39°, j’avais perdu le goût et l’odorat (on dit que c’est une des signes distinctifs du Covid) et je me suis presque évanouie sur le sol de la cuisine. J’ai pris peur car je vis seule et je ne suis pas une super-mémé, et je me suis mise à douter. Et si je m’étais trompée ? Si le Covid était vraiment aussi dangereux qu’ils le disent ? Ne devrais-je pas tout de même appeler le docteur ? Oui, mais si je l’appelle, il va me demander si je suis vaccinée, et si je lui dis que non, il risque de m’envoyer de force à l’hôpital, où on va peut-être me mettre de force sous respirateur artificiel ou m’entuber (et détruire mes cordes vocales, comme c’est arrivé à ma sœur qui, depuis, ne peut plus parler), et pourquoi pas me faire ingurgiter de force du Rivotril et me tuer ?

Comme vous pouvez le voir à ma fièvre paranoïaque, je n’ai pas une confiance absolue dans la médecine contemporaine. Pour moi, les médecins soumis au Conseil de l’ordre ne soignent plus, sauf exceptions de plus en plus rares. Ils traitent leurs patients comme du bétail : antibiotiques, piqures à la chaîne et protocoles. A chaque diagnostic, établi par des machines et des analyses, correspond un protocole de soins chimiques. Le médecin applique ces protocoles évidemment juteux pour les laboratoires pharmaceutiques qu’il doit satisfaire s’il veut que, tel des dieux omnipotents, ils déversent sur lui leurs bienfaits, sous forme d’une partie des énormes profits réalisés en rendant les populations malades et dépendantes de la chimie, avec la bénédiction du Conseil de l’ordre, de l’administration, du gouvernement et des soi-disant organes de contrôle. Je vous le dis, il va bientôt falloir aller voir son médecin avec un avocat si on veut être soigné !

En tout cas, c’est là que je me suis dit : « Bon ! tu résistes jusqu’à 40° de fièvre. Et après tu appelles le docteur ». Cette décision m’a rendu la paix. Les jours ont passé, la fièvre a fini par tomber, mais les progrès ont été lents, le combat rude et j’ai douté plusieurs fois. Il m’a fallu trois bonnes semaines pour guérir. Et je n’ai pas encore retrouvé toutes mes forces.

Mais quel bonheur d’avoir vaincu, toute seule, avec mes petits bras, le Covid, Macron, Big Pharma, le Conseil de l’ordre, les médias, le Conseil d’état, le Conseil constitutionnel, une bonne partie de la justice, bref toutes ces maffieux qui instrumentalisent une épidémie tout à fait gérable avec un système de santé correct (voir la Suède), pour instaurer un régime de terreur qui n’a d’autre but que de contrôler les populations et consolider le pouvoir de la finance sur la planète, à travers une forme de robotisation des humains et de la société au service des milliardaires et de leurs fondations qui possèdent tout sur terre, et nous avec, comme c’est très bien expliqué dans cette vidéo hollandaise : Qui contrôle le monde ?

Ils ne s’en cachent d’ailleurs plus, sans doute parce que c’est pratiquement déjà fait. L’immobilier est devenu inaccessible à la majorité des populations et les mesures Covid ont tué des milliers de petits commerces, bars et restaurants qui sont rachetés à vil prix par des chaînes et appauvri encore les plus pauvres. Il y a sur le site du Forum économique mondial qui rassemble les milliardaires et leurs marionnettes politiques, une vidéo qui décrit l’avenir radieux qui nous est réservé. Elle commence par : « EN 2030, VOUS NE POSSÉDEREZ RIEN MAIS VOUS SEREZ HEUREUX ». Nous louerons tout aux milliardaires, sous la menace climatique, elle aussi largement fabriquée, ce sera forcément le bonheur total…

Pourquoi, pour être heureux, faut-il que les milliardaires possèdent tout, et nous, pour être heureux, faut-il que nous n’ayons rien ? La vidéo ne l’explique pas, mais Macron nous l’a dit : ils ne sont pas de la même espèce que nous. Eux ce sont des Dieux et nous, nous ne sommes rien !

La vie est tout, la mort n’est rien

Quand on est malade, quand on lutte pour sa santé, pour sa vie donc, toutes les petites angoisses et inquiétudes habituelles disparaissent. Une sorte d’unité se fait en nous parce que toute notre énergie se tend vers un seul but, retrouver la santé. Grâce aux remèdes et à la fièvre, on dort comme un bébé. Finis les angoisses nocturnes, les réveils en sursaut, la peur de l’avenir. On vit au jour le jour, suspendu à ses sensations. Pour une fois on ne fait plus qu’un avec son corps, son âme, sa vie. Quand on est malade, on sait pourquoi on existe, comme d’ailleurs quand on est enceinte. La guérison devient, comme la naissance du bébé, notre unique horizon. On se retrouve en même temps face à la mort et séparé d’elle par la guérison.

Comme je n’étais même pas capable de lire, entre deux siestes fiévreuses, j’ai regardé une paire de séries coréennes, mexicaines et la superbe série nigérienne, King of boys, the return of the King. Leurs intrigues dévoilent les rouages de la corruption, des conflits d’intérêts, des pressions hiérarchiques, de la collusion des pouvoirs, des chantages, des magouilles et des luttes de pouvoir qui vont jusqu’au crime plus souvent qu’on ne croit et qui gangrènent les sociétés capitalistes à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Ces séries n’ont pas peur de s’attaquer aux turpitudes et crapuleries de leur propre société, parfois avec humour, parfois avec fatalisme, à la différence des séries occidentales manichéennes qui montrent généralement des occidentaux vertueux luttant loyalement et courageusement contre des ennemis diaboliques intérieurs ou extérieurs, alors qu’on sait très bien que la corruption et la compromission règnent en Occident comme ailleurs. Sans parler des contes de fée qu’on nous raconte à la TV des milliardaires, qui peignent un monde virtuel à mille lieues de la réalité brutale dans laquelle les gens se débattent au quotidien.

Dans ces séries, la mort est omniprésente alors que, dans le monde occidental officiel, elle est niée. Peut-être parce que les puissants croient pouvoir la contrôler en décidant eux-mêmes de qui va mourir (nous) et comment (Covid, manque de soins, pollution, euthanasie…) et de qui va vivre éternellement (eux, bien sûr : Plusieurs milliardaires de la Silicon Valley financent une nouvelle start-up pour trouver la formule de l’immortalité ). L’argent et le pouvoir rendent fou !

Pourtant sans la mort, la vie n’a plus de sens. Toute notre vie s’articule autour de l’unique certitude que nous avons : nous allons mourir. La mort ressemble au dénouement d’une série policière. Toute l’intrigue est ordonnée autour de la fin. On l’attend tout du long. On imagine toutes sortes de scénarios. On est scotché devant l’écran. Mais dès qu’on a la clé de l’énigme, elle ne nous intéresse plus et on l’oublie très vite. C’est la même chose pour la mort, elle n’est rien en elle-même, elle n’est que la fin de la vie, mais sans elle notre vie n’a aucune valeur. C’est un des nombreux paradoxes de l’existence. Sans la mort et le modeste risque que j’ai pris en refusant d’obéir à la tyrannie, je n’aurais pas pu retrouver ma dignité et ma liberté intérieure. Sans la mort (physique ou sociale), il n’y aurait pas de héros.

Et maintenant ?

Je vais aller voir mon médecin traitant pour obtenir un certificat de rétablissement qui me donnera six mois de répit, même si je ne crois pas que Macron osera prolonger son passe de la honte au-delà du 15 novembre. Il montre déjà des signes d’hésitation, même si les médecins de plateaux, les pires caricatures de médecins retors, arrivistes et cyniques qu’on puisse imaginer, veulent le prolonger afin de garder leur pouvoir sur l’Etat et la population. Sans la farce tragique du Covid, ils ne seraient rien.

Il parait que 67% des Français sont pour le pass. Comme ils se sont soumis, ils ne supportent apparemment pas ceux qui résistent. Brassens nous avait prévenus : « Non, les braves gens n’aiment pas que l’on suivre un autre chemin qu’eux ». Mais Macron hésite. Les élections présidentielles arrivent, sa côte de popularité est en baisse et sur les plateaux TV du pouvoir, on commence à entendre des gens, comme Karim Zeribi, expliquer, sans que les médecins de plateaux osent le contredirent entièrement, que c’est complètement idiot, injuste et contreproductif de suspendre sans salaire des soignants qui font des tests régulièrement, et donc ne sont pas contaminés et contaminants, et de laisser travailler, sans tests, des vaccinés qui peuvent l’être.

Eh oui, contrairement à ce que la caste déconnectée de la réalité s’était sans doute imaginée, il y a de la résistance aux mesures liberticides et discriminatoires. De la résistance active (manifs, grèves, démissions, etc.) et de la résistance passive. Et la résistance passive est peut-être plus importante et plus gênante pour les tyrans au pouvoir que les manifs et autres protestations contre lesquelles il leur suffit d’envoyer la police.

A ce propos, je ne résiste pas au plaisir de vous raconter deux échanges que j’ai eus avec des gendarmes qui encadraient les manifs contre le passe, pardon, pass, c’est plus chic. Tout en marchant, je me suis approchée d’un gendarme qui avait l’air abordable. Son chef a rappliqué illico, craignant sans doute que la petite (1,50 m) vieille (77 ans) que je suis ne cache une arme dans son sac.

« N’ayez pas peur », l’ai-je rassuré, « je ne vais pas lui faire de mal à votre gendarme !

– Je n’ai pas peur » m’a-t-il répondu, un peu gêné.

Après qu’il a fait demi-tour, j’ai demandé au gendarme :

« Vous sortez de terre à chaque manif ? » Il m’a regardée d’un air interloqué, alors j’ai expliqué :

« Eh bien oui, chaque samedi, vous êtes des centaines, peut-être des milliers, aux manifs, mais on ne vous voit quasiment pas le reste du temps. A Montreuil dans le parc des Guilands, il y a un poste de deal que tout le monde voit mais la police ne s’en est pas aperçu ; quand la maison de ma mère, dans le Lot, a été cambriolée à plusieurs reprises, les gendarmes m’ont dit : On est désolé, on ne peut rien faire d’autre qu’un constat pour l’assurance, on n’a pas d’effectifs ! 

– Ce n’est pas nous qui choisissons nos affectations », m’a répondu poliment le gendarme, « Et c’est vrai que parfois on ne comprend pas bien nous-mêmes la répartition des effectifs. » Ah qu’en termes choisis ces choses-là sont dites !

Enhardie par mon succès, je me suis approchée d’un autre gendarme et, toujours en marchant, je lui ai demandé :

« Pourquoi la police est-elle exemptée du pass ?

– On se le demande aussi » m’a-t-il répondu avec un petit sourire en coin.

Je pense que tous les manifestants, et surtout les femmes et les personnes âgées dont la police se méfie moins, devraient profiter des manifs pour « réinformer » les gendarmes, à coup de petites questions ou de remarques polies qui soulignent l’injustice, les contradictions et les incohérences des décisions de Macron et sa clique. Les gendarmes viennent souvent de province et sont moins agressifs et plus ouverts que les CRS, enfin, dans mon expérience.

Pour en revenir à la résistance passive, l’auteur de cet article :Brèches à gogo dans l’obligation vaccinale des soignants, explique qu’il est très facile aux soignants de contourner le système d’obligation vaccinale, étant donné que « ce sont eux même qui le mettent en œuvre », et donc « qui peut croire qu’il n’y a pas eu de passe-droit, de dose du vaccin versée dans le lavabo au lieu de l’avant-bras de la consœur ? »  Mais, selon lui, « les brèches principales résident dans la facilité d’obtention le Certificat de rétablissement, voire en prétendant simplement en avoir un, ce qui est très difficile à contrôler. » Voilà comment les soignants peuvent l’obtenir sans se faire vacciner. La démonstration est savoureuse ! :

« Supposons que 2 infirmiers non vaccinés se procurent 2 kits en pharmacie et se dépistent mutuellement.

« Miraculeusement », ils trouvent qu’ils sont chacun positifs, ils rentrent dans SI-DEP le résultat du test procédé sur l’autre (en faisant bien attention aux recommandations du Pr Salomon : ne pas indiquer qu’il s’agit d’un « autotest » pratiqué sur un non soignant mais bien d’un « test antigénique », puisque l’autotest ne permet pas la délivrance du certificat de rétablissement), puisqu’en principe, ils ont accès, personne ne trouvera anormal que des non vaccinés soient dépistés positifs puisqu’on nous raconte tout le temps qu’il n’y a « presque » que eux à l’être. Ces soignants se connaissent vraisemblablement, ils se sont contaminés entre eux, cela arrive souvent.

Ce 2 infirmiers sont pour le système positif au coronavirus donc contagieux, ils se mettent en arrêt maladie une dizaine de jours, il n’y a pour cela nullement besoin qu’un médecin signe un arrêt de travail.

Leur contrat de travail est suspendu donc ils ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale pendant ce temps.

Et après cela, quasi automatiquement on leur délivre le certificat de rétablissement, ils peuvent travailler, selon le système, ils sont en règle avec l’obligation vaccinale. »

Et l’auteur de conclure : « Mais quelle blague quand même ! »

Oui, tout cela est une vaste blague, mais une blague qui aura coûté la vie ou leurs moyens de vivre à énormément de gens, principalement dans les pays occidentaux dont la population est vieillissante et en mauvaise santé, ce qui la rend très facile à manipuler et à terroriser par des gouvernements et des médias prêts à tout pour garder leur pouvoir et leurs privilèges et imposer leur version des événements.

En 2009, ils ont tenté la même chose avec la grippe H1N1 et ils ont raté leur coup, mais cette fois ils s’étaient bien préparés, malgré lesdénégations des médias des milliardaires (dont la symbiose est telle que les pauses publicitaires, comme ils disent, ont lieu en même temps sur toutes ces chaînes soi-disant concurrentes, afin de n’en léser aucune), et ils ont réussi.

Mais pourquoi s’en faire, bientôt, si ce n’est déjà fait, nous ne posséderons plus rien et nous serons heureux !

Dominique Muselet

A Montreuil, le 20 septembre 2021

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Mondialisation.ca et Dominique Muselet, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/jai-triomphe-du-covid-et-des-covidistes-et-retrouve-ma-dignite/5660433

Dans SANTE

CEUX QUI DEFINISSENT LA VALEUR D’UNE VIE : L’HYPOCRISIE D’UN SYSTEME MORIBOND

Par Le 14/09/2021

 

Ceux qui définissent la valeur d’une vie: l’hypocrisie d’un système moribond

Par Dr Pascal Sacré

Mondialisation.ca, 13 septembre 2021

Thème: 

Analyses: 

 6   0  0  6

Que vaut une vie ?

Poser cette question est déjà violence.

La violence est partout dans notre monde, mais la pire n’est-elle pas celle qui avance sans montrer son vrai visage ? 

L’objectif cynique et pervers servi par une bonne intention de façade.

Récemment, j’ai pu lire dans une « info » de l’un de nos principaux médias propagandistes et gouvernementaux en Belgique, la RTBF, un appel au sursaut et à l’action ! 

Menaces de décapitation, appels au meurtre : le cri d’alarme de scientifiques français face à l’impunité (rtbf.be)

Un sursaut et une action contre les mensonges répétés de nos autorités qui n’ont plus rien de sanitaires ? 

Un sursaut et une action contre un traitement expérimental peu efficace qui met en danger aujourd’hui nos adolescents et nos enfants ?

Un sursaut et une action contre la calomnie et la violence envers tous les lanceurs d’alerte, depuis plus d’un an déjà ?

Non.

Rien de tout cela.

Un sursaut et une action contre certains appels à la haine, contre des menaces de mort adressées à des politiques, des « scientifiques », conseillers des gouvernements, que beaucoup de citoyens ne savent plus voir ni entendre, fatigués, nauséeux de leurs contradictions, de leur propre violence et de leur méchanceté.

Cela vaut-il des menaces de mort ? Non, bien sûr.

Mais alors, pourquoi pas cette juste réaction, ce sursaut salutaire lorsque le professeur Didier Raoult a reçu lui aussi, il y a bien plus longtemps, des menaces de mort ? (« Il y a un contrat sur la tête de Didier Raoult » – François Kalfon sur LCI – Sott.net)

Pourquoi la RTBF et tous les autres médias propagandistes gouvernementaux n’ont-ils pas réagi en novembre 2020 à mon licenciement brutal, abusif et violent ? 

Un réanimateur sacrifié: témoignage du Dr Pascal Sacré | Mondialisation – Centre de Recherche sur la Mondialisation

Au moins en s’en étonnant, sans parti pris.

Juste s’étonner qu’un hôpital (le Grand Hôpital de Charleroi ou GHdC, en Belgique), en pleine crise COVID, se passe des services d’un médecin anesthésiste réanimateur chevronné (25 ans de médecine et 17 ans de soins intensifs dont 9 dans cet hôpital, sans aucun problème).

Et qu’ai-je fait, travailler sous l’emprise de l’alcool ou de drogues ? Me battre sur mon lieu de travail ? Non, rien de cela. 

J’ai seulement critiqué publiquement la fiabilité des tests PCR dans le COVID-19 et alerté sur les conditions de travail en soins intensifs, entravées depuis des années par des politiques de gestion déplorables basées uniquement sur la rentabilité et la performance administrative, avec fermeture annuelle de lits et dévalorisation permanente de la profession de soignant.

Je suis très loin d’être le seul à avoir payé cher le prix de dire la vérité.

Le docteur Louis Fouché calomnié, menacé, diffamé, insulté, juste pour avoir dit autre chose que le discours unique, dogmatique et intolérant du gouvernement et des conseillers à sa solde.

Le Dr Louis Fouché fait l’objet d’attaques hideuses — Enfant de la Société — Sott.net

Aucune émotion, pourtant, dans les médias gouvernementaux, jusqu’ici.

Le professeur Christian Perronne malmené, diffamé, insulté, privé de ses titres et postes de chef de service et de professeur de médecine, pour avoir dit autre chose que le discours unique, dogmatique et intolérant du gouvernement et des conseiller à sa solde.

Covid-19 : l’AP-HP met fin aux fonctions du Pr Perronne pour des propos jugés « indignes » – Le Parisien

Aucune réaction d’indignation, pourtant, dans les médias gouvernementaux, jusqu’ici.

Le professeur Didier Raoult constamment hué, critiqué, lui, l’un des plus grands spécialistes des infections à coronavirus et de l’hydroxychloroquine, et même menacé de mort par un collègue de Nantes, sans que les médias gouvernementaux ne s’en offusquent, dans ce cas, tolérant vis-à-vis de la violence quand cela les arrange.

Chloroquine et coronavirus : Pr Raoult menacé de mort, un médecin soupçonné – Senego.com

Et ce « journaliste », Emmanuel Lechypre de RMC en France, je le cite : « Les non-vaccinés, je ferais tout pour en faire des parias de la société. Moi, je les attends, on vous vaccinera de force. Moi, je vous ferai emmener par 2 policiers au centre de vaccination. Il faut aller les chercher avec les dents et les menottes ! ».

« Je vous ferais emmener par deux policiers au centre de vaccination » le journaliste Emmanuel Lechypre s’emporte en direct – ladepeche.fr

Dérapage du journaliste Emmanuel Lechypre qui veut arrêter et vacciner de force les non-vaccinés – YouTube

Triste sire gonflé d’arrogance, de violence verbale et non verbale, sans que cela ne fasse dire à nos médias gouvernementaux, RTBF en tête, « il faut que ça s’arrête ». En tout cas, j’ai cherché pareil sursaut, sans succès.

Discriminer tous ces millions de gens sous prétexte qu’ils hésitent à se laisser injecter un produit expérimental, nouveau, un produit qui ne protège pas comme on l’aurait cru comme en témoigne la reprise de l’épidémie dans les pays vaccinés massivement et très tôt (Israël- Israël : explosion des cas malgré un taux de vaccination record (mange ton chapeau !) — Santé et Bien-être — Sott.net), un produit ayant pour certains des effets secondaires dramatiques, n’est-ce pas violence, intolérance, haine inadmissible ?

SARS-CoV-2 mRNA Vaccination-Associated Myocarditis in Children Ages 12-17: A Stratified National Database Analysis | medRxiv

Public Health Ontario Reports 100+ Youth Hospitalizations Involving Heart Problems Post COVID-19 mRNA Vaccination (trialsitenews.com)

Alors, pourquoi nos médias gouvernementaux, si prompts à défendre les conseillers gouvernementaux, les politiciens pour la vaccination, ne fustigent-ils pas aussi la violence faite à ceux qui la mettent en doute ?

Certaines vies doivent être mieux protégées que d’autres ?

Est-ce cela ?

Il est plus que temps que plus de monde accepte de voir ce deux poids deux mesures et de tirer les conclusions qui s’imposent.

Dr Pascal Sacré

Pascal Sacré est diplômé en médecine, en Belgique, depuis 1995. Il a entamé une spécialité en anesthésie-réanimation en 1997, terminée en 2002 et complétée par une spécialisation en soins intensifs (critical care) en 2003. Il travaille en milieu hospitalier depuis cette date, en soins intensifs, avec un passage de 2,5 ans dans un centre pour grands brûlés (l’hopital militaire Reine Astrid HMRA à Bruxelles) entre 2009 et 2011. Depuis 2011, il travaillait dans un centre de soins intensifs médico-chirurgical à Charleroi, Belgique. Il est formé en hypnothérapie en milieu médical depuis 2014 et à ce titre, il est responsable de formations en gestion du stress pour le personnel de son hôpital. Il collabore pour le Centre de recherche sur la Mondialisation depuis 2009.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Dr Pascal Sacré, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/ceux-qui-definissent-la-valeur-dune-vie-lhypocrisie-dun-systeme-moribond/5660188

Dans SANTE

L'OBSESSION DE LA "VACCINATION" CONTRE LA COVID-19

Par Le 13/09/2021

L’obsession de la « vaccination » contre la COVID-19

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 12 septembre 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 56   2  2  65

Depuis le début de cette campagne de propagande covidiste acharnée dans le seul but de rendre obligatoire la « vaccination » anti-Covid, ou tout au moins dans le but de faire pression sur les personnes afin de les pousser, bon gré mal gré, à se faire injecter les produits expérimentaux à ARNm ou à ADN, je constate que ceux qui ont « accepté » ou qui défendent aujourd’hui, l’opportunité de ces injections appelées « vaccins », me démontrent tous, sans exception, qu’ils ont pris une décision plus émotionnelle que rationnelle !

Si vous lisez attentivement et si vous prenez le temps d’étudier les publications scientifiques – non pas les publications imaginaires présentées par les médias travaillant au service d’on ne sait quels intérêts, ou les publications bidons du style de celle du « Lancet Gate » destinée à provoquer la confusion et permettre une interdiction scandaleuse et précipitée des prescriptions de traitements réellement efficaces – mais celles qui sont publiées par les chercheurs directement en cause dans ce programme de « vaccination » mondiale ; si vous écoutez, pas théoriquement, mais honnêtement, sérieusement, les médecins les plus qualifiés sur ces questions, ceux qui sont reconnus mondialement par la communauté scientifique ; si vous vous donnez la peine de suivre rigoureusement les débats d’experts de haut niveau sur tout ce qui est en cause dans cette histoire de « vaccin anti-Covid », alors si vous voulez rejoindre les « vaccinés », vous pourrez prétendre avoir pris une « décision libre et éclairée » en toute connaissance de cause, sachant, à partir de ce long travail, quel est le pour et le contre de cette nouvelle expérience en phase 3 des essais…

Parmi toutes les personnes que je connais, dans ma famille et chez les amis, qui se sont faites injecter soit un produit à ARNm soit un produit à ADN, je peux parier sans hésiter qu’aucune d’elles n’a lu vraiment, honnêtement, attentivement les documents d’études de Pfizer, les demandes d’autorisations européennes de Pfizer ! Personne n’a lu les fiches d’informations qui commentent leur approbation par les instances européennes ! Tous les risques importants y sont décrits et pourtant, personne n’a lu ces documents, pas même les médecins de mon entourage, avant d’accepter et de se soumettre à la campagne de pression scandaleuse qui a été orchestrée par les Etats qu’il faut appeler « voyous » comme l’Etat français qui est exemplaire dans le domaine de la délinquance…

On va me dire béatement et radoter comme toujours, que je suis « complotiste » et que je vois le mal partout ! Certes, comme toujours, si l’on m’écarte du revers de la main en me traitant de « complotiste », ou de « délirant », ou de « rassuriste » ou « d’anti-vax », c’est justement parce qu’il n’y a pas d’argument valable contre ce que je viens de dire en me posant toutes ces questions archi légitimes. Traiter quelqu’un de « ceci ou de cela » n’est pas un argument ! Dès qu’on vous traite de « complotiste », ou autre nom d’oiseaux, c’est qu’il n’y a aucune rationalité en face ; c’est parce que le mensonge n’étant pas quelque chose de rationnel, il ne tient pas la route face à la raison qui se pose des questions de bon sens, des questions non pas subjectives mais objectives.

S’il s’avère qu’au final j’avais tort, il sera toujours temps pour moi de me faire « vacciner » plus tard, avec toute la connaissance acquise et le recul de l’observation !

Mais si c’est le contraire qui est vrai : si les « vaccinés » anti Covid se retrouvaient très prochainement dans le camp de ceux qui avaient effectivement tort, ils auraient signé leur condamnation à mort ou à devoir souffrir peut-être des conséquences d’ordre sanitaires encore pires que la mort elle-même, par pure ignorance, par croyance en un Etat et en des autorités sanitaires « au-dessus de tout soupçon », par confiance en un système qui n’a jamais été préoccupé par le véritable intérêt des personnes, mais certainement par celui du grand capital !

Si les « vaccinés anti-Covid » s’avéraient avoir eu tort, (on le saura dans les cinq ans qui viennent), ils n’auraient rien d’autre à dire que ceci : « qu’ils avaient accepté cette injection expérimentale en phase 3 et avec AMM provisoire, (voire aucune AMM comme c’est le cas du produit expérimental de Pfizer), parce qu’ils avaient fait ce qu’il fallait faire » !

Où est le bon sens ? Où est la raison qui raisonne encore ? Où est le délire et où est l’équilibre d’un jugement sain ?

Les médecins qualifiés et reconnus, épidémiologistes, virologues, microbiologistes, pneumologues, biologistes évolutionnistes, chercheurs généticiens, le co-inventeur de l’ARNm en personne ainsi que l’inventeur du test PCR…, toutes ces personnes hautement qualifiées ont publié des présentations infiniment détaillées sur les risques, la pathologie, le mécanisme d’inoculation, la formation des cellules T, les protéines de pointe, précisément la protéine Spike,  l’ARN messager, et toutes sortes de débats hautement scientifiques, autour des risques du vaccin… Qui les a lues ? Qui peut honnêtement dire qu’il s’est sérieusement informé auprès de tous ces gens-là qui étaient, en réalité les seules personnes à tenir un discours cohérent et compétent sur ces questions ?

Comment se fait-il que tout cela soit passé à la trappe ? Pourquoi les autorités sanitaires n’ont-elles pas jugé nécessaire d’informer correctement et honnêtement les populations ? Les masses populaires seraient-elles traitées d’ignorantes, de retardées, d’incapables de comprendre ces choses si élevées et si complexes que seules les « élites » peuvent appréhender ?! Il y a une classe de gens qui n’est pas autorisée à penser et une autre qui pense pour elle ?

Pourquoi, aujourd’hui, les « vaccinés » sont-ils enclins à penser, quasi spontanément, que les experts récalcitrants sont forcément des « complotistes », des « réfractaires », des têtes de mules, de mauvais scientifiques, des « délirants », des « menteurs » et des théoriciens qui en profitent pour faire leur pub à bon marché, alors qu’ils risquent au contraire leur réputation et leur propre carrière ?!

Si un test D-Dymer est le SEUL moyen de savoir si quelqu’un est une bombe à retardement qui risque de mourir d’une coagulation microcapillaire (c’est déjà prouvée), dans 2, 3 ou 5 ans – bien au-delà de la portée des tests EUA de 60 jours – à quoi ressemblera notre avenir démentiel ? 

Tous ceux qui se posent des questions légitimes sont jugés, étiquetés, classés, condamnés comme « coupables » et « irresponsables » ! Qui peut m’expliquer, en me regardant dans les yeux, que je devrais prendre de tels risques sur ma santé, juste parce que « c’est la bonne chose à faire », juste parce que Macron et Véran le veulent et parce qu’une meute d’imbéciles, se portant garante d’une vérité révélée, radotent le même discours sur les plateaux de télévision ?! Qui peut m’expliquer pourquoi je devrais obéir à un argument purement émotionnel ? Pourquoi ne serais-je pas plutôt informé ou influencé par la science réelle, cohérente, et par des faits vérifiés, expérimentés … ?

Je ne peux, en aucun cas, prendre une décision sur ma santé future, en me basant sur le chantage émotionnel utilisé par ces gouvernements de pantins, les médias, les « scientifiques en conflits d’intérêts », les radoteurs patentés de la télévision pour moutons dociles, les faux amis qui m’ont rayé de leur cercle et étiqueté comme « délirants », « réfractaire » et « irresponsable » ! 

Jusqu’à nouvel ordre, puisque les ingrédients des « vaccins anti-Covid » n’ont pas été révélés, ceux-ci sont donc potentiellement plus dangereux que le virus lui-même…

Etant donné que l’Etat français a commencé à voir le déluge des plaintes lui tomber dessus, le Sénat s’est mobilisé pour faire savoir à tous les Français, que le décret sur le passe sanitaire obligatoire n’était pas encore publié et que personne ne savait donc à quel moment la loi deviendrait effective ! Quelle bonne nouvelle et quelle arrogance !

Autrement dit : toute cette histoire utilisant le chantage de la loi rendant obligatoire la vaccination anti Covid, n’était que du bluff, une astuce pour faire pression sur les citoyens et les obliger indirectement à se précipiter dans les centres de « vaccination ». En réalité ce décret si important n’est toujours pas publié et donc il n’y a aucune obligation réelle à présenter ce passe sanitaire et encore moins à se faire injecter ces produits expérimentaux… Mais le culot des politiques n’a plus aucune borne : ils osent tout, même l’impossible !

Loi n° 2021-1040 du 05/08/2021 parue au JO n° 181 du 06/08/2021

Décision du Conseil constitutionnel  n° 2021-824 DC  du 05/08/2021

La dernière Décision du Conseil Constitutionnel, qui n’a pas fini de faire polémique, ne s’est pas encore traduite en loi qui est toujours en « attente de publication », dit le Sénat ! On se demande ce qu’ils attendent pour publier ces directives si importantes dans le cadre des obligations faites aux citoyens. Il y a là une incohérence qui ne peut s’expliquer que par la pure « obsession vaccinale ». Le but ce n’est évidemment pas le combat contre le Coronavirus, dont la réelle létalité est, selon les statistiques objectives, beaucoup moins importante que celle de la grippe saisonnière. Le but n’est pas plus de combattre son variant Delta, le but c’est de « vacciner » à tours de bras, un maximum de gens. Mais pourquoi cette obsession du « vaccin », alors qu’il est désormais incontestable qu’une série de traitements efficaces existe pour soigner les malades de la Covid-19 ou de son variant Delta ?

Encore une fois, à tous ceux qui pensent encore que le motif sanitaire est le centre de ce qui inspire nos gouvernants, je dois leur dire à ceux-là qu’ils sont de grands naïfs, ou des innocents que l’on mène au massacre ou carrément des imbéciles qui ont oublié qu’ils avaient une cervelle pour penser… 

CONCLUSION

Lorsqu’on n’hésite pas une seconde à remplacer les valeurs éthiques, philosophiques, morales, culturelles, historiques, en donnant la priorité à un bien, certes enviable en soi : la santé, mais cautionnant ainsi le pan-médicalisme qui s’impose désormais en priorité sur toutes les valeurs de notre civilisation, c’est que celle-ci est en fin de parcours ; c’est que la civilisation est en chute libre ; c’est que la société ne comprend plus rien de ce qui est prioritaire dans l’échelle des valeurs ; c’est que la confusion généralisée s’est emparée des peuples en pleine décadence… C’est que ce monde en errance, a un gros problème avec la question de la mort.

Il vaut mieux souhaiter ardemment la disparition d’une telle société parce qu’elle ne comprend plus rien à la vie. Je pense que la vie se chargera elle-même de supprimer ce qui est décadent, non conforme à ses principes et à sa logique organisationnelle…

Avec cette crise « covidiste », nous avons été confrontés à un choc considérable : la révélation soudaine de notre réelle situation dans ce monde ou l’état des lieux désastreux de la civilisation qui est la nôtre et qui par cette aberration pan-médicaliste vient d’annoncer sa chute finale !

Ce n’est pas le « coronavirus » qui nous rend malades, ce fameux SARS-COV-2, « Variant Delta » ou autres mutagènes que jamais personne n’a encore isolé clairement par analyse chez les théoriques victimes de la Covid-19, ce qui nous rend vraiment malades, c’est la perte totale du sens des valeurs et le fait que notre société se trouve prise en otage dans les mains de quelques prédateurs opportunistes saisissant de manière ouvertement affirmée, « cette fenêtre d’opportunité » pour nous imposer leur « Great Reset » !

Puis-je sérieusement entériner ma propre élimination par cette idéologie d’un Nouvel Ordre Mondial qui veut passer au contrôle absolu des populations dociles et coopérantes en instaurant le « tout numérique », un transhumanisme « bienheureux » grâce à l’Internet des objets devenant l’Internet des corps ?

A chacun de donner sa propre réponse. Pour ma part, j’ai la mienne.

Jean-Yves Jézéquel

Le samedi 11 septembre 2021

Image en vedette : pxhere.com

Les sources :

https://www.fluoridefreepeel.ca/fois-reveal-that-health-science-institutions-around-the-world-have-no-record-of-sars-cov-2-isolation-purification/

Christian Vélot, généticien moléculaire : Les coronavirus mutent très peu. Leur spécialité c’est la recombinaison : en présence d’un autre virus, ils se mélangent et cela donne des variants. Pour qu’il y ait recombinaison, il faut au moins 2 virus en même tps dans la même cellule…ce qui est assez rare. Or que font les vaccins covid ? Ils apportent le patrimoine génétique du Covid dans les cellules. Il suffit donc qu’un seul autre virus soit présent pour qu’il y ait recombinaison et donc nouveau variant. Conclusion : les vaccins créent des variants.
C’est d’ailleurs dans les pays qui ont testé les vaccins (Royaume-Uni, Brésil, Afrique du Sud pour AstraZeneca) que les premiers variants sont apparus. 

A.M.M. Conditionnelle ? : https://reinfocovid.fr/science/amm-conditionnelle/ 

https://www.catherinefrade.com/blog/2021/04/01/eclairage-sur-les-donnees-publiques-europeennes-des-amm-conditionnelles-pour-les-4-vaccins-covid-19-31-mars-2021/?cn-reloaded=1 

https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/comirnaty-epar-product-information_fr.pdf 

D’après l’Inserm et le gouvernement:
L’ARNm demande au corps de produire la protéine « Spike » qui active une réponse immunitaire : La fabrication d’anticorps. L’ARNm est ensuite détruite très rapidement. Mais en réalité ce qui était considéré comme certain s’est révélé, avec l’expérience, inexact ! Le contraire est constaté par l’ensemble des chercheurs et cette nouvelle donnée bouleverse la théorie ainsi que la conception même des « vaccins » à ARNm.

https://www.gouvernement.fr/le-fonctionnement-d-un-vaccin-a-arn-messager 

https://presse.inserm.fr/les-vaccins-a-arnm-susceptibles-de-modifier-notre-genome-vraiment/41781/ 

https://dailyexpose.co.uk/2021/05/19/scientific-study-finds-the-spike-protein-used-in-covid-vaccines-causes-strokes-heart-attacks-and-blood-clots/ 

https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.06.01.21258176v2 

De l’Internet des objets à l’Internet du corps

https://europa.eu/european-union/about-eu/agencies/ema_fr

https://francemediasnumerique.com/2021/09/05/excellente-base-de-donnees-dinformations-sur-les- vaccins/ 

https://francemediasnumerique.com

https://myessentielles.fr/enorme-maitre-brussa-balanc..

                                                             __________________________

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lobsession-de-la-vaccination-contre-la-covid-19/5660113

Dans SANTE

MARTINIQUE : « JAMAIS NOUS N’AURIONS CRU RECEVOIR UN PROTOCOLE POUR FAIRE MOURIR LES PATIENTS »

Par Le 13/09/2021

Martinique – « Jamais nous n’aurions cru recevoir un protocole pour faire mourir les patients »

Par Martinique France Antilles

Mondialisation.ca, 12 septembre 2021

martinique.franceantilles.fr 9 septembre 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 8   0  0  60

Des médecins martiniquais ont contacté notre rédaction pour dénoncer des « pratiques » qu’ils jugent intolérables. Ils s’alarment tout particulièrement d’un mail qui leur a été adressé par l’Ordre des médecins concernant un protocole de soins palliatifs pour les patients Covid à domicile, un protocole qui revient, selon eux, à « euthanasier les gens ».

Ils sont une dizaine et ne souhaitent pas que soient divulgués leurs noms. « Nous sommes malheureusement obligés d’alerter de façon anonyme car le système nous musèle. Nous n’avons pas le droit de nous exprimer sous peine d’être radiés… » , expliquent en préambule ces médecins.

Ils déplorent, en premier lieu, l’absence de prise en charge efficace de la grande majorité des patients atteints de Covid-19. « Pourquoi le Conseil de l’Ordre des médecins (COM) ne propose-t-il aucun protocole pour…

(Article payant sur le site du média, voir la capture d’écran pour la suite de l’article).

La source originale de cet article est martinique.franceantilles.fr

Copyright © Martinique France Antillesmartinique.franceantilles.fr, 2021

https://www.mondialisation.ca/martinique-jamais-nous-naurions-cru-recevoir-un-protocole-pour-faire-mourir-les-patients/5660132

Dans SANTE

LE « VACCIN TUEUR » AU NIVEAU MONDIAL : 7,9 MILLIARDS DE PERSONNES

Par Le 10/09/2021

Le « vaccin tueur » au niveau mondial: 7,9 milliards de personnes

Le vaccin contre la Covid-19 doit être suspendu et abandonné immédiatement partout dans le monde.

Par Prof Michel Chossudovsky

Mondialisation.ca, 03 septembre 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 4507   623  58  5936

Introduction

Ne nous faisons pas d’illusions, ce n’est pas seulement « expérimental », c’est aussi un « vaccin tueur » Big Pharma qui modifie le génome humain. Les preuves de mortalité et de morbidité résultant de l’inoculation vaccinale présentes (données officielles) et futures (par exemple, des caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

De nombreuses études scientifiques publiées de manière indépendante confirment la nature du vaccin à ARNm du Covid-19 qui est imposé à l’humanité dans son ensemble. L’objectif déclaré est d’appliquer la vaccination mondiale de 7,9 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé. Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars pour Big Pharma.

Le projet vaccinal intitulé COVAX est coordonné au niveau mondial par l’OMS, GAVI, le CEPI, la Fondation Bill et Melinda Gates en liaison avec le Forum économique mondial (WEF), le Wellcome Trust, la DARPA et Big Pharma qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19 début janvier 2020.

La chronologie du Covid-19

Faux chiffres des cas positifs au covid-19 et des décès liés au covid-19. Mensonge après mensonges.

Il y a un calendrier complexe de la crise du covid-19 qui aboutit à la mise en oeuvre du vaccin : la crise débute en janvier 2020.

Une fausse urgence de santé publique mondiale (PHEIC) a été annoncée par l’OMS le 30 janvier 2020 (sur la base de 83 cas positifs dans le monde entier en dehors de la Chine), suivie du début de la crise du transport aérien et du commerce international de marchandises (Trump le 31 janvier 2020), du krach financier du 20 février 2020, du verrouillage du 11 mars 2020, suivi des deuxième, troisième vagues et quatrième vagues.

Pour plus de détails sur le calendrier des événements, voir le chapitre II de

La crise mondiale du coronavirus 2020-2021 : détruire la société civile, la dépression économique artificielle, le coup d’État mondial et la « grande réinitialisation »

Le verrouillage du 11 mars 2020 et ses conséquences sociales et économiques dévastatrices

À partir du 11 mars 2020, 44 279 « cas positifs » de RT-PCR confirmés (dans le monde entier hors de Chine) et 1 440 décès de Covid ont été utilisés pour justifier :

confinement social,

le verrouillage et la fermeture de 190 économies nationales, la crise de l’économie mondiale,

de vastes faillites d’entreprises dans des secteurs clés de l’activité économique,

l’élimination pure et simple des petites et moyennes entreprises,

le déclenchement de la pauvreté et du chômage de masse,

distance sociale, le masque facial, pas de rassemblement social,

une crise artificielle du système de santé national,

la fermeture d’écoles, de collèges et d’universités,

la fermeture des musées, salles de concert, activités culturelles et sportives,

l’effondrement institutionnel et la perturbation de la société civile.

L’objectif déclaré a toujours été de sauver des vies. Le résultat de ces politiques a littéralement détruit la vie des gens. Des millions de personnes dans le monde ont été entraînées dans l’extrême pauvreté.

Et puis dix mois plus tard, le vaccin Covid-19 est venu à notre rescousse.

Il fut annoncé au début novembre 2020 et lancé dans le monde entier fin décembre.

La campagne de peur a été le fer de lance de la conformité et de l’acceptation auprès de l’autorité supérieure.

Le vaccin à ARNm a été présenté comme une solution, comme un moyen de freiner l’épidémie, de sauver des vies, de rouvrir nos économies nationales (qui sont dans un état chaotique) et de rétablir un sentiment de normalité dans notre vie quotidienne.

Une campagne de propagande massive a été lancée en faveur du vaccin: Une fausse promesse d’une nouvelle vie. Un retour à la raison et à la normalité.

Tout cela s’est avéré être une illusion, menée par des mensonges. L’idéologie des élites milliardaires a été imposée : le vaccin a été maintenu comme un moyen de réaliser la « grande réinitialisation » du Forum économique mondial :

« You’ll Own Nothing and Be Happy » : un avenir stylisé fondé sur la dette et l’extrême pauvreté jumelé à un « vaccin tueur». Ce qui est envisagé dans le cadre du « Great Reset » est un scénario selon lequel les créanciers mondiaux se seront appropriés d’ici 2030 de la richesse mondiale, tout en provocant l’extreme pauvreté partout dans le monde.

Les élites milliardaires ne cachent pas leur intention. En 2030, « Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux. »

(voir vidéo ci-dessous)

 

 

Mensonge par omission : la tendance et les données relatives à la mortalité et de la morbidité liée au vaccin (confirmée par des sources officielles) depuis début janvier 2021 sont tout simplement pas mentionnées.

« Virus tueur » ou « vaccin tueur » ?

La première question qui se démarque est la suivante : avons-nous besoin d’un vaccin ?

La réponse est NON ! Il n’existe aucune base scientifique qui justifie un vaccin fondé sur la manipulation génétique (gene editing) afin de sauver des vies et de protéger la santé des populations dans le monde entier.

La prétendue « justification scientifique » du programme de vaccination repose sur les trois « phrases » ou « étiquettes » simples et trompeuses qui sont totalement invalides :

Le SRAS-COV-2 est un « virus tueur »

Il y a une tendance mondiale croissante des infections liées à la covid-19,

Des gens meurent des suites d’une infection liée à la covid-19.

1. Le CoV-2 du SRAS est « un virus tueur ».

C’est la pierre angulaire de la campagne de peur et de désinformation des médias 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 soutenue par des déclarations persistantes de politiciens et d’autorités sanitaires nationales.

Tant les définitions « officielles » du CoV-2 du SRAS préconisées par l’OMS, la CDC (aux Etats Unis) ainsi que par les scientifiques  (peer reviewed) disent exactement le contraire. Leurs définitions du SRAS-2 abrogent leurs propres mensonges. (Pour plus de détails, voir l’annexe)

2. Il y a une tendance mondiale à la hausse de l’infection à Covid-19.

Cette prétendue tendance ver la hausse serait corroborée par la progression du un nombre de cas Covid positifs.

La méthodologie utilisée pour générer ces chiffres dépend du test de réaction en chaîne de la polymérase à transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) parrainé par l’OMS, dont les estimations sont compilées dans le monde entier par les autorités sanitaires nationales.

Bien que les estimations de la rRT-PCR aient été remises en question dès le début, il est maintenant confirmé par l’OMS dans un avis du 20 janvier 2021 que le test rRT-PCR adopté comme moyen de détecter les cas de virus SARS-COV-2 est TOTALEMENT invalide. (Il s’agit des données positives pour le Covid-19 compilées depuis fin janvier 2020). (Voir annexe)

3. Les gens meurent à la suite de l’infection liées à la Covid-19.

On nous dit qu’il y a une tendance à la hausse de la mortalité par Covid-19. À savoir les décès qui seraient le résultat de l’infection virale par le SRAS-2.

Il existe de nombreuses preuves que ces causes probables de décès liées au Covid-19 et les données sous-jacentes sur la mortalité par le Covid-19 sont manipulées par les autorités sanitaires nationales. Les tests,  et les autopsie ne sont pas effectués. Les statistiques de mortalité relatives au Covid-19 sont TOTALEMENT invalides (fabriquées de toutes pièces) (voir l’annexe qui se concentre sur les données de mortalité liées aux case de Covid-19 aux États-Unis)

En résumé, 

1. il n’y a pas de virus tueur,

2. l’estimation des cas positifs Covid-19 n’est pas valide,

3. les données de mortalité de la Covid-19 sont manipulées.

Ces trois conclusions sont amplement documentées. Pour plus de détails, voir l’annexe de cet article ci-dessous.

Je dois mentionner que la clause dite « d’utilisation d’urgence » pour justifier un vaccin expérimental et non approuvé est également invalide. Pourquoi ? Car le critère d’utilisation d’urgence repose sur des estimations erronées des cas covid positifs du rRT-PCR et des données de mortalité liées au Covid-19, qui sont toutes deux invalides. (Voir annexe)

Le vaccin. Agenda caché ?

Le vaccin ne sauve pas de vies et ne résout pas le problème de la pandémie, car il n’y a pas de pandémie.

C’est une opération profitable pour Big Pharma: des centaines de milliards de dollars (voir les données ci-dessous).

Par ailleurs, plusieurs doses sont envisagées. Il est prévu que le projet s’étende sur une période d’au moins deux ans.

Il est appliqué dans le monde entier sans exception. Aucun pays, à l’exception du Burundi, de la Tanzanie et d’Haïti, n’a eu le courage de refuser le « vaccin tueur ».

Bien qu’il n’existe aucune preuve fiable, il convient de noter que les présidents de la Tanzanie et du Burundi sont morts dans des circonstances mystérieuses.

Haïti était jusqu’à récemment le seul pays de l’hémisphère occidental à refuser catégoriquement la mise en œuvre du vaccin ARNm. C’est ironique, immédiatement après l’assassinat du président Jovenel Moïse (7 juillet 2021), Joe Biden a rapidement envoyé un demi-million de doses du vaccin (et plus à venir) (« courtesy of Uncle SamÈ) furent livrées à Port-au-Prince six jours plus tard, le 14 juillet.

Cette première livraison vers Haïti faisait partie d’un programme d’aide américain composé de 500 millions de doses du « vaccin tueur » destinées à un grand nombre de pays en développement (pour plus de détails, voir ci-dessous).

Mortalité et morbidité : Bien qu’il n’y ait pas de « virus tueur », il existe un « vaccin tueur ».

Les preuves sont accablantes. Au moment de la rédaction du présent rapport, près de 20 000 décès attribuables au vaccin Covid furent enregistrés dans l’Union européenne (17 juillet 2021). Aux États-Unis, le nombre de décès liés au vaccin enregistrés est de l’ordre de 12 000 (9 juillet 2021).

Selon la base de données EudraVigilance (17 juillet 2021), 18 928 décès et 1 823 219 blessures ont été signalés à la suite d’injections de quatre vaccins expérimentaux COVID-19.

MODENA, VACCINE MRNA COVID-19 (CX-024414)

COVID-19 MRNA VACCINE PFIZER-BIONTECH

COVID-19 VACCINE ASTRAZENECA (CHADOX1 NCOV-19)

COVID-19 VACCINE JANSSEN (AD26. COV2. S)

Sur le total des blessures enregistrées dans l’UE, « la moitié d’entre elles (904 609) sont des blessures graves« . Selon EuroViligance (cité par Brian Shilhavy) :

« La graveté … peut être classée comme « grave » si elle correspond à un événement médical qui entraîne la mort, met la vie en danger, nécessite une hospitalisation, entraîne une autre condition médicalement importante ou une prolongation de l’hospitalisation existante, entraîne une incapacité ou une incapacité persistante ou importante, ou est une anomalie congénitale / anomalie congénitale. »

Il s’agit de statistiques officielles basées sur un processus officiel d’enregistrement des décès et des « effets adverses ». Le nombre réel de décès et de blessures déclenchés par le vaccin à ARNm est beaucoup plus élevé. Moins de dix pour cent des victimes ou des familles du défunt passeront par le processus fastidieux de déclaration des décès et des blessures liés au vaccin aux autorités sanitaires nationales.

Selon les derniers chiffres « officiels » pour l’UE, la Grande-Bretagne et les États-Unis (combinés), il y a 31 389 décès liés au vaccin Covid-19 et près de 5 millions de blessés.

UE/EEE/Suisse au 17 juillet 2021 – 18 928 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus de 1,8 million de blessures, par base de données EudraVigilance.

Royaume-Uni jusqu’au 7 juillet 2021 -1 470 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus d’un million de blessures, selon le système de carton jaune de la MHRA.

États-Unis au 9 juillet 2021 – 10 991 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus de 2 millions de blessures, par base de données VAERS.

TOTAL pour l’UE/Royaume-Uni/États-Unis – 31 389 décès liés à l’injection de Covid-19 et près de 5 millions de blessures signalés jusqu’à présent en juillet 2021.

Blessures cachées : les caillots sanguins microscopiques

Les personnes vaccinées ne seront pas immédiatement au courant des blessures subies. Dans la plupart des cas, ces derniers ne sont pas discernables et ne sont pas enregistrés. Alors que les caillots sanguins « Big Blood Clots » résultant du vaccin sont révélés et signalés par les personnes vaccinées, une importante étude du Dr. Charles Hoffe, suggère (reste à confirmer) que le vaccin à ARNm génère des « caillots sanguins microscopiques ».

« Les caillots sanguins dont nous entendons parler et dont les médias affirment qu’ils sont très rares sont les gros caillots sanguins qui causent des accidents vasculaires cérébraux et qui apparaissent lors de la TDM, de l’IRM, etc.

Les caillots dont je parle sont microscopiques et trop petits pour être trouvés sur n’importe quel balayage. Ils ne peuvent donc être détectés qu’à l’aide du test D-dimère. »

« Ces gens n’ont aucune idée qu’ils ont même ces caillots sanguins microscopiques. La partie la plus alarmante de cela est qu’il y a certaines parties du corps comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons qui ne peuvent pas se régénérer. Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont endommagés de façon permanente.

« Ces tirs causent d’énormes dommages et le pire est encore à venir. »

Voici son interview (Anglais), avec Laura Lynn Tylor Thompson (également disponible sur la chaîne Rumble).

 

Big Pharma. Le monopole quasi mondial de Pfizer

Des centaines de milliards de dollars sont en jeu. Il s’agit du projet de vaccin le plus important et le plus coûteux de l’histoire mondiale qui est financé par l’argent des contribuables dans le monde entier, ce qui exerce une pression évidente sur la dette publique dans de nombreux pays.

Le programme de vaccination est accompagné d’un « chronogologie » (marche à suivre) composé d’inoculations récurrentes d’ARNm au cours des « deux prochaines années et au-delà ». Comme indiqué ci-dessus, il y aura des effets significatifs sur la mortalité et la morbidité dans le monde entier.

Il s’agit d’une opération « Big Money » de plusieurs milliards de dollars pour Big Pharma avec Pfizer en tête.

Pfizer-BioNTech (alliée à Moderna Inc) est en train de consolider sa position mondiale (quasi-monopole) en repoussant ses principaux concurrents, dont AstraZenaka et Johnson and Johnson (J & J).

Pfizer a fait pression sur les politiciens pour qu’ils approuvent leur vaccin à ARNm. Son lobbying politique est également dirigé contre ses concurrents. Selon le rapport Bureau Enquêtes :

« Un responsable présent dans les négociations du pays anonyme a décrit les demandes de Pfizer comme de « l’intimidation de haut niveau » et a déclaré que le gouvernement avait l’impression qu’il était « tenu en rançon » afin d’accéder à des vaccins vitaux. »

Ironiquement, dans l’UE, les décès et blessures signalés ont été utilisés par la Commission européenne en tant que justificatif pour annuler le renouvellement du contrat avec AstraZeneka, malgré le fait qu’il y avait beaucoup plus de décès et de blessures associés au vaccin Pfizer-BioNTech.

En avril 2021, la Commission européenne a confirmé qu’elle  » mettrait fin aux contrats de vaccins AstraZeneca et J&J à l’expiration ». « Pfizer aura préséance ». Peu importe votre dose de suivi avec AstraZeneka, les autorités sanitaires ont demandé aux personnes concernées d’obtenir leur deuxième ou troisième dose avec Pfizer ou Moderna (violant ainsi visiblement les normes médicales).

Après avoir mis ses concurrents à l’écart, Pfizer-BioNTech a augmenté le prix du flacon du vaccin. Pfizer a littéralement pris possession des  marchés de l’UE et des États-Unis. Un monopole quasi mondial sur les vaccins est en train de se mettre en place.

L’Union européenne

À la mi-avril 2021, le président de la Commission européenne a confirmé que Bruxelles était en train de négocier un contrat avec Pfizer pour la production de 1,8 milliard de doses de vaccin à ARNm, ce qui représente 23 % de la population mondiale.

C’est exactement quatre fois la population des 27 États membres de l’Union européenne (448 millions, données 2021), ce qui confirme que plusieurs doses de suivi du « vaccin tueur » sont envisagées, malgré la tendance relative à la mortalité et à la morbidité que les gouvernements et les médias tente de supprimer dans le cadre d’une campagne haineuse de désinformation.

Pfizer et le marché américain

Une tendance similaire se produit aux États-Unis et au Canada. En juillet 2020, Pfizer a signé un contrat de 1,95 milliard de dollars avec le gouvernement américain pour 100 millions de doses. Et puis en décembre 2020, 100 millions de doses supplémentaires ont été délivrées.

Au Canada, 35 millions de doses supplémentaires de flacons de vaccin Pfizer et Moderna devraient être administrées.

Et maintenant, juillet 2021, l’administration Biden a commandé 200 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer. « pour les les enfants et d’éventuels rappels »

Mais ce n’est pas tout : début juin, Biden a ordonné l’envoi de 500 millions de doses Pfizer-BionTech du « virus tueur » en tant qu’aide américaine aux pays en développement (avec la permission de l’oncle Sam).

 

 

Dans la plupart des pays occidentaux, y compris les États-Unis et le Canada, le prix de détail du vaccin est « gratuit ».

Aux États-Unis, neuf cents millions de doses de flacons du vaccin Pfizer-BionTech constituent le chiffre d’affaire pour Big Pharma : des bénéfices massifs pour Pfizer, qui selon financés par les recettes fiscales couplées à une expansion spectaculaire de la dette publique américaine.

Au premier trimestre 2021 (janvier à mars 2021), les revenus bruts de Pfizer et Moderna se sont répartis comme suit:

#1. Vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech. Les ventes aux États-Unis se sont élevées à 2,038 milliards de dollars ; les ventes mondiales à 5,833 milliards de dollars.

#2. Vaccin Moderna COVID-19. Ventes aux États-Unis, 1,358 milliard de dollars ; ventes mondiales, 1,733 milliard de dollars.

Récemment annoncé (23 juillet 2021), Pfizer a fait passer le prix de son flacon de vaccin de $19,50 à $28,00 $.

Multipliez $28,00 par trois doses de vaccin par personne pour une population mondiale de 7,9 milliards d’habitants. Qu’obtenez-vous ?

Ce n’est pas une estimation, c’est un ordre de grandeur : 663,6 milliards de dollars (28,00 $ x 3 x 7,9 milliards = 663,6 milliards de dollars).

Tout cela pour une bonne cause : sauver des vies ?

Nous parlons d’une opération de plusieurs milliards de dollars aux frais des contribuables, qui a entraîné de nombreux décès et blessures liés aux vaccins. Et les gouvernements sont pleinement conscients de ce qui se passe.

Casier judiciaire de Pfizer

Pfizer est-il « un partenaire fiable » comme l’a affirmé la présidente de la Commission européenne Mme. van der Leyen ?

Un monopole mondial sur les vaccins est en train de se former, contrôlé par une entreprise ayant un casier judiciaire (2009) avec le ministère américaine de la Justice. (Department of Justice).

Ce n’était pas un recours collectif au civil intenté contre le géant pharmaceutique. Il s’agissait d’un acte d’accusation au criminel pour « marketing frauduleux ». Bien qu’il n’y ait pas eu d’arrestations, Pfizer était pour ainsi dire « mis en liberté conditionnelle » en vertu d’un acte d’accusation du ministère de la Justice américaine.

Dans une décision historique du ministère américain de la Justice en septembre 2009, Pfizer Inc. a plaidé coupable à des accusations criminelles. C’était le « plus grand règlement de fraude en matière de soins de santé » de l’histoire des États-Unis. Ministère de la Justice.

Pour visionner la vidéo C-Span, cliquez sur l’écran ci-dessous

Pfizer va acquérir un quasi-monopole du marché des vaccins Covid 

Et maintenant, parmi tous les principaux acteurs de la grande pharmacie, c’est une entreprise ayant un casier judiciaire qui a établi un quasi-monopole de facto au niveau mondial.

Pouvons-nous faire confiance à un conglomérat Big Pharma qui a plaidé coupable à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la Justice (DoJ), y compris « marketing frauduleux » et « violation criminelle de la Food, Drug and Cosmetic Act » ?

Le « marketing frauduleux » dans le cas du « vaccin tueur » de Pfizer-BioNTech est un euphémisme flagrant. Qu’est-ce que la valeur de la vie humaine ?

La vie humaine n’a pas de valeur monétaire.

Est-ce une « erreur » de la part des autorités sanitaires nationales ? Le « vaccin » expérimental à l’ARNm a entraîné une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité dans le monde entier. Pendant ce temps, les bénéfices de Big Pharma se chiffrent en centaines de milliards.

Et les gouvernements, agissant au nom de Big Pharma, font pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner en imposant des sanctions à ceux qui refusent.

Les autorités sanitaires nationales affirment que le « vaccin » Covid-19 sauvera des vies. C’est un mensonge.

Savons-nous ce qu’il y a à l’intérieur du flacon vaccinal Pfizer ?

Les causes des décès et des blessures liés aux vaccins n’ont pas été abordées par les autorités sanitaires.

Qu’y a-t-il à l’intérieur du flacon de vaccin ? Les autorités sanitaires nationales n’ont pas rendu public les résultats de leurs examens de laboratoire. Il n’est pas clair si ces examens de laboratoire des flacons de vaccins ont été effectués.

Vous trouverez ci-dessous un examen de l’analyse et de la recherche en laboratoire menées par l’équipe espagnole indépendante de Quinta Columna.

Nanoparticules d’oxyde de graphène

Selon les examens de laboratoire menés par l’équipe de recherche espagnole Quinta Columna, des nanoparticules d’oxyde de graphène ont été détectées dans le flacon du vaccin à ARNm Pfizer.

Les résultats de leurs recherches (analyse par microscopie électronique et spectroscopie) sont de grande portée. L’oxyde de graphène est une toxine qui déclenche le thrombi et la coagulation sanguine. Il a également un impact sur le système immunitaire. L’oxyde de graphène accumulé dans les poumons peut avoir des effets dévastateurs.

Vidéo : (Anglais)

 

 

Les résultats de l’étude espagnole, qui n’ont pas encore été pleinement confirmés, suggèrent que les décès et les « événements adverses » liés au vaccin (cités ci-dessus pour l’UE, le Royaume-Uni et les États-Unis) pourraient être le résultat de nanoparticules d’oxyde de graphène contenues dans le flacon de vaccin Covid.

Voir le résumé de leur rapport intitulé Détection d’oxyde de graphène en suspension aqueuse, étude d’observation en microscopie optique et électronique. Étude complète (anglais)

Également d’importance (reconnue par les autorités sanitaires nationales), les nanoparticules d’oxyde de graphène sont également contenues dans le masque facial.

 

Les propriétés électromagnétiques du vaccin à ARNm

Qu’est-ce qui déclenche les effets électromagnétiques qui ont été détectés chez les personnes vaccinées ?

Ces effets ont été amplement documentés et confirmés par des sources indépendantes, y compris celles vaccinées. Les autorités sanitaires nationales n’ont pas fourni d’explication.

Voir l’étude menée par le Forum européen pour la vigilance vaccinale (anglais), français 

Voici deux vidéos produites par l’équipe de recherche espagnole de La Quinta Columna.

Vidéo

 

Pour regarder la vidéo ci-dessous, cliquez ICI. (ou écran ci-dessous)

Vidéo

 

.

Conclusion: Le passeport vaccinal

Les données de sources officielles citées ci-dessus confirment sans équivoque que le « vaccin » Covid-19 a entraîné une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité liées aux vaccins.

À leur tour, les études du Dr. Charles Hoffe et l’équipe de recherche espagnole (Quinta Columna), dont les résultats restent à confirmer, soulignent les « impacts futurs » éventuels du vaccin sur la santé humaine.

D’après les données officielles, cependant, il n’y a absolument aucun doute : il s’agit d’un vaccin tueur.

Alors, pourquoi les gouvernements font-ils pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner ?

Les chefs d’État et de gouvernement du monde entier subissent des pressions, actions visant la corruption, pots de vin, et/ou des menaces par de puissants intérêts financiers afin d’imposer un consensus concernant le vaccin Covid.

Le passeport vaccinal est l’aboutissement de ce processus. Il s’agit d’une transition vers la tyrannie digitale. 

Au moment de la rédaction du présent rapport, le passeport vaccinal a déjà été imposé dans plusieurs pays, dont la France et l’Italie.

En France, ce n’était pas une initiative du président Emmanuel Macron, qui est un mandataire politique agissant au nom de puissants intérêts financiers. Macron était préalablement en tant que  directeur (pdg) de la banque Rothschild.

À son tour, le Premier ministre italien Mario Draghi (ancien président de la Banque centrale européenne) est un instrument de Goldman Sachs.

Bill Gates a joué un rôle clé. Il a développé des liens à un niveau personnel avec de nombreux chefs d’État et de gouvernement dans toutes les grandes régions du monde en vue de mener à bien ce projet de vaccin.

Les élites capitalistes contrôlent la « politique de classe » au niveau mondial. Les gouvernements sont des menteurs.

Dès le début, l’objectif de la crise corona (fondée sur le mensonge et la tromperie) était d’imposer en fin de compte les contours d’un régime totalitaire mondial, intitulé « Gouvernance mondiale » (par des représentants non élus). Selon le (feu) David Rockefeller:

« …Le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés. » (cité par Aspen Times, 15 août 2011, soulignement ajouté)

Le scénario de gouvernance mondiale impose un programme d’ingénierie sociale et de conformité économique.

Le vaccin à ARNm devrait être arrêté et arrêté immédiatement dans le monde entier.

Bien qu’il n’existe aucune preuve d’un « virus tueur », il existe de nombreuses preuves d’un « vaccin tueur ».

Bastille 2.0

Les actes de protestation et de résistance doivent remettre en question la légitimité des architectes financiers de cette crise ainsi que des gouvernements impliqués dans l’imposition du vaccin:

La légitimité des politiciens et des élites capitalistes qui les appuient doit être remise en question, y compris les mesures policières de l’État adoptées pour faire respecter la fermeture de l’activité économique, l’imposition d’un passeport vaccinal digital, ainsi que le port du masque facial, l’éloignement social, etc.

Ce réseau doit être établi (national et international) à tous les niveaux de la société, dans les villes et villages, les lieux de travail, les paroisses. Les syndicats, les organisations d’agriculteurs, les associations professionnelles, les syndicats étudiants, les associations d’anciens combattants, les groupes religieux seraient appelés à intégrer ce mouvement.

La première tâche serait de désactiver la campagne de peur et la désinformation des médias ainsi que de mettre fin au programme de vaccination contre le Covid de Big Pharma.

Les grands médias seraient directement contestés, sans cibler spécifiquement les journalistes, dont beaucoup ont reçu pour instruction de se conformer au consensus officiel. Cet effort nécessiterait un processus parallèle au niveau local, de sensibilisation et d’éducation des concitoyens sur la nature du virus, les impacts du vaccin et du confinement.

La « diffusion du message » par le biais des médias sociaux et des médias en ligne indépendants sera entreprise en gardant à l’esprit que Google ainsi que Facebook sont des instruments de censure.

La création d’un tel mouvement, qui remet en question la légitimité des élites financières ainsi que la classe politique au niveau national, n’est pas une tâche facile. Cela exigera un degré de solidarité, d’unité et d’engagement sans précédent dans l’histoire du monde.

Il faudra également éliminer les barrières politiques et idéologiques au sein de la société (c’est-à-dire entre les partis politiques) et agir d’une seule voix. Nous devons également comprendre que le « projet corona » fait partie intégrante de l’agenda impérial américain. Elle a des implications géopolitiques et stratégiques. Il faudra également, à terme, déloger les architectes de cette « pandémie » diabolique et de les inculper pour crimes contre l’humanité.

(Michel Chossudovsky, décembre 2020)

Pour reprendre les mots de Médecins pour l’éthique du Covid :

« J’accuse! Les «vaccins» ARNm sont mortels. Les gouvernements du monde entier sont des menteurs’

Michel Chossudovsky

 

 

Article original en anglais :

The “Killer Vaccine” Worldwide. 7.9 Billion People

Traduit par Maya pour Mondialisation

 

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRG), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (19791983)

Il est l’auteur de douse livres, dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003), America’s « War on Terrorism » (2005), The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il a contribue à l’Encyclopaedia Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à l’adresse suivante :crgeditor@yahoo.com

Voir Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur la recherche mondiale

ANNEXE

Note: la traduction de l’Annexe n’a pas été vérifiée par l’auteur.

Pour la version originale en anglais cliquez ici

Vous trouverez ci-dessous des détails sur les trois principaux critères décrits au début de cet article qui sont utilisés pour maintenir le récit officiel et justifier la mise en œuvre d’un programme mondial de vaccination en vue de sauver des vies.

1. il n’y a pas de virus tueur

2. la mesure des cas positifs au covid n’est pas valide

3. les données de mortalité du Covid-19 sont manipulées.

Une grande partie de l’analyse et des déclarations ci-dessous figurent au chapitre III du livre électronique de Michel Chossudovsky intitulé:

La crise mondiale du coronavirus 2020-2021 : détruire la société civile, la dépression économique artificielle, le coup d’État mondial et la « grande réinitialisation »

ainsi que dans un article intitulé:

L’OMS confirme que le test PCR du Covid-19 est invalide: les estimations des « cas positifs » n’ont pas de sens. Le verrouillage n’a aucune base scientifique

1. Il n’y a pas de virus tueur

Le CoV-2 du SRAS est présenté et maintenu comme « un virus tueur ». C’est la pierre angulaire de la campagne de peur et de désinformation des médias 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 soutenue par des déclarations persistantes de politiciens et d’autorités sanitaires nationales.

C’est un virus tueur ? Tant les définitions « officielles » du CoV-2 du SRAS examinées par les pairs que les CDC disent exactement le contraire. Leurs définitions du SRAS-2 abrogent leurs propres mensonges.

Capture d’écran La Colline, le 19 mars 2020

Mensonge par omission : les médias n’ont pas réussi à rassurer le grand public.

Voici la définition officielle de l’OMS du Covid-19 :

Les coronavirus sont une grande famille de virus qui peuvent causer des maladies chez les animaux ou les humains. Chez l’homme, plusieurs coronavirus sont connus pour causer des infections respiratoires allant du rhume commun à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le coronavirus le plus récemment découvert provoque la maladie à coronavirus COVID-19.

« Les symptômes les plus courants du COVID-19 sont la fièvre, la toux sèche et la fatigue. … Ces symptômes sont généralement légers et commencent progressivement. Certaines personnes sont infectées mais n’ont que des symptômes très légers. La plupart des gens (environ 80 %) se remettent de la maladie sans avoir besoin d’un traitement hospitalier. Environ 1 personne sur 5 qui contracte le COVID-19 tombe gravement malade et développe des difficultés respiratoires. »

Selon Anthony Fauci (chef du NIAID), H. Clifford Lane et Robert R. Redfield (chef des CDC) dans le New England Journal of Medicine

« …les conséquences cliniques globales du Covid-19 peuvent en fin de compte s’apparenter davantage à celles d’une grippe saisonnière grave (qui a un taux de létalité d’environ 0,1 %) ou d’une grippe pandémique (semblable à celles de 1957 et 1968) plutôt qu’à une maladie similaire au SRAS ou au MERS, qui ont eu des taux de létalité de 9 à 10 % et 36 %, respectivement. »

Le Dr. Anthony Fauci se ment. Dans ses déclarations publiques, il dit que Covid est « dix fois pire que la grippe saisonnière ».

Il réfute son rapport examiné par les pairs cité ci-dessus. Dès le début, Fauci a joué un rôle déterminant dans la campagne de peur et de panique à travers l’Amérique :

Capture d’écran La Colline, le 19 mars 2020

Covid-19 par rapport au virus de la grippe A et au virus B (et sous-types) (Gouez à l’esprit que la grippe saisonnière n’est pas un coronavirus)

Rarement mentionné par les médias ou par les politiciens : Le CDC (qui est une agence du gouvernement américain) confirme que le Covid-19 est similaire à la grippe

« La grippe (grippe) et le COVID-19 sont tous deux des maladies respiratoires contagieuses, mais ils sont causés par différents virus. Le COVID-19 est causé par une infection par un nouveau coronavirus (appelé SRAS-CoV-2) et la grippe est causée par l’infection par des virus de la grippe. Comme certains des symptômes de la grippe et du COVID-19 sont similaires, il peut être difficile de faire la différence entre eux sur la seule base des symptômes, et des tests peuvent être nécessaires pour aider à confirmer un diagnostic. La grippe et le COVID-19 partagent de nombreuses caractéristiques, mais il existe certaines différences clés entre les deux. »

Si le public avait été informé et rassuré que Covid est « semblable à la grippe », la campagne de peur aurait chuté à plat.

La crise mondiale du coronavirus 2020-2021 : détruire la société civile, la dépression économique artificielle, le coup d’État mondial et la « grande réinitialisation »

Par le professeur Michel Chossudovsky,

2. La mesure pour tenir compte des cas positifs au Covid n’est pas valide

On nous dit qu’il y a une pandémie caractérisée par une tendance mondiale croissante de l’infection à Covid-19. Cette prétendue tendance serait corroborée par un nombre de cas positifs au covidé en augmentation rapide.

La méthodologie utilisée pour générer ces chiffres dépend du test de réaction en chaîne de la polymérase à transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) parrainé par l’OMS, dont les estimations sont compilées dans le monde entier par les autorités sanitaires nationales.

Bien que les estimations de la rRT-PCR aient été remises en question dès le début, il est maintenant confirmé sans aucun doute que le test rRT-PCR adopté comme moyen de détecter les cas de virus SARS-COV-2 est TOTALEMENT invalide. (Il s’agit des données positives pour les covidés compilées depuis fin janvier 2020).

Le test de réaction en chaîne de la polymérase de transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) a été adopté par l’OMS le 23 janvier 2020 comme moyen de détection du virus SRAS-COV-2, conformément aux recommandations d’un groupe de recherche en virologie (basé à l’hôpital universitaire Charité de Berlin), soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates. (Pour plus de détails, voir l’étude Drosten)

Exactement un an plus tard, le 20 janvier 2021, l’OMS se rétracte. Ils ne disent pas « Nous avons fait une erreur ». La rétractation est soigneusement formulée. (Voir le document original de l’OMS ici ainsi qu’en annexe)

Bien que l’OMS ne nie pas la validité de ses directives trompeuses de janvier 2020, elle recommande néanmoins de « retester » (ce que tout le monde sait impossible).

La question litigieuse concerne le nombre de cycles de seuil d’amplification (Ct). Selon Pieter Borger, et al.

Le nombre de cycles d’amplification [devrait] être inférieur à 35 ; de préférence 25-30 cycles. En cas de détection du virus, >35 cycles ne détectent que les signaux qui ne sont pas corrélés avec le virus infectieux tel que déterminé par isolement en culture cellulaire… (Critique de l’étude Drosten)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet tacitement un an plus tard que TOUS les tests PCR effectués à un seuil d’amplification de 35 cycles (Ct) ou plus sont INVALIDES. Mais c’est ce qu’ils ont recommandé en janvier 2020, en concertation avec l’équipe de virologie de l’hôpital Charité de Berlin.

Si le test est effectué à un seuil de 35 Ct ou plus (ce qui a été recommandé par l’OMS), des segments du virus du CoV-2 du SRAS ne peuvent pas être détectés, ce qui signifie que TOUS les « cas positifs » confirmés compilés au cours des 14 derniers mois sont invalides.

Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon et al, le Ct > 35 a été la norme « dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis ».

Mea Culpa de l’OMS

Vous trouverez ci-dessous la « rétraction » soigneusement formulée par l’OMS. Le texte intégral avec le lien vers le document original figure en annexe :

Orientations de l’OMS Les tests diagnostiques pour le CoV-2 du SRAS indiquent qu’une interprétation minutieuse des résultats faibles positifs est nécessaire (1). Le seuil de cycle (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnel à la charge virale du patient. Lorsque les résultats des tests ne correspondent pas au tableau clinique, un nouvel échantillon doit être prélevé et testé de nouveau à l’aide de la même technologie NAT ou d’une technologie NAT différente. (c’est nous qui soulignons)

L’OMS rappelle aux utilisateurs de DIV que la prévalence de la maladie modifie la valeur prédictive des résultats des tests ; à mesure que la prévalence de la maladie diminue, le risque de faux positifs augmente (2). Cela signifie que la probabilité qu’une personne ayant un résultat positif (CoV-2 du SRAS détecté) soit vraiment infectée par le CoV-2 du SRAS diminue à mesure que la prévalence diminue, quelle que soit la spécificité alléguée.

Les « positifs invalides » sont le concept sous-jacent

Il ne s’agit pas d’une question de « faux positifs faibles » et de « risque d’augmentations faussement positives ». Ce qui est en jeu, c’est une « méthodologie déflée » qui conduit à des estimations invalides.

Ce que cette admission de l’OMS confirme, c’est que l’estimation du covid positif à partir d’un test PCR (avec un seuil d’amplification de 35 cycles ou plus) est invalide. Dans ce cas, l’OMS recommande de procéder à un nouveau test : « un nouvel échantillon devrait être prélevé et testé à nouveau… ».

L’OMS appelle à des « retests », ce qui équivaut à « Nous avons vissé ».

Cette recommandation est pro forma. Cela n’arrivera pas. Des millions de personnes dans le monde ont déjà été testées, à partir de début février 2020. Néanmoins, nous devons conclure qu’à moins d’être testées à nouveau, ces estimations (selon l’OMS) sont invalides.

L’OMS confirme que le test PCR du Covid-19 est défectueux : les estimations des « caments positifs » n’ont pas de sens. Le verrouillage n’a aucune base scientifique Par le professeur Michel Chossudovsky,

Les données du PCR ne peuvent en aucun cas être utilisées pour justifier l’imposition d’un vaccin, qui est présenté à l’opinion publique comme un moyen de sauver des vies, alors qu’en fait, il conduit à une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité liées aux vaccins.

3. Les données sur la mortalité du Covid-19 sont manipulées

On nous dit qu’il y a une tendance à la hausse de la mortalité par Covid-19, à savoir les décès qui seraient le résultat d’une infection virale par le SRAS-2.

Il existe de nombreuses preuves que ces causes « probables » de décès liées au Covid-19 et les données sous-jacentes sur la mortalité par le Covid-19 sont manipulées par les autorités sanitaires nationales.

Aux États-Unis, les statistiques de mortalité relatives au Covid-19 sont TOTALEMENT invalides.

La clause « Plus souvent qu’autrement »

Le 21 mars 2020, les lignes directrices spécifiques suivantes ont été introduites par les CDC concernant les certificats de décès (et leur totalisation dans le Système national de statistiques de l’état civil (NVSS). Les instructions aux certificateurs sont d’identifier le COVID-19 comme la « cause sous-jacente de décès » « plus souvent qu’autrement ».

Le COVID-19 sera-t-il la cause sous-jacente du décès ? Ce concept est fondamental. La cause sous-jacente du décès est définie par l’OMS comme « la maladie ou la blessure qui a déclenché le train d’événements menant directement à la mort ».

Ce que les CDC recommandent en ce qui concerne le codage statistique et la catégorisation, c’est que le COVID-19 devrait être la cause sous-jacente du décès « le plus souvent ».

La CCL combine ces deux critères. « cause sous-jacente du décès », le plus souvent.

La directive ci-dessus est catégorique. Vous trouverez ci-dessous les concepts et les justifications des CDC

« La cause sous-jacente dépend de ce que les conditions sont signalées sur le certificat de décès et de l’endroit où elles sont déclarées. Cependant, les règles de codage et de sélection de la cause sous-jacente du décès devraient faire en sorte que COVID-19 soit la cause sous-jacente le plus souvent qu’autrement. »

(Capture d’écran du rapport des CDC)

Le certificateur ne peut pas s’écarter des critères de la CCL. Le Covid-19 est imposé. Lisez attentivement les critères des CDC ci-dessus :

« Que se passe-t-il si les certificateurs déclarent des termes autres que les termes suggérés ? »

Il n’y a pas de lacunes. Ces directives des CDC ont contribué à catégoriser le Covid-19 comme la « cause de décès » enregistrée. Deux concepts fondamentaux prévalent tout au long de l’événement :

La « cause sous-jacente du décès »

La clause « Plus souvent qu’autrement » qui falsifie la cause du décès

Et ces critères sont imposés malgré le fait que le test RT-PCR utilisé pour corroborer la « cause du décès » fournit des résultats trompeurs.

La crise mondiale du coronavirus 2020-2021 : détruire la société civile, la dépression économique artificielle, le coup d’État mondial et la « grande réinitialisation »

Par le professeur Michel Chossudovsky 

***

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-tueur-au-niveau-mondial-79-milliards-de-personnes/5658624

Dans SANTE

« FINALEMENT, CE SONT LES VACCINES QUI CONTAMINENT LES AUTRES ». LE DOCTEUR MARTIN BLACHIER DEZINGUE LE PASS SANITAIRE

Par Le 08/09/2021

FRANCE

Un certificat de vaccination

© AFP 2021 PASCAL GUYOT

«Finalement, ce sont les vaccinés qui contaminent les autres»: un médecin dézingue le pass sanitaire

17:28 28.08.2021(mis à jour 19:02 28.08.2021)

Par 

S'abonner

 

Le docteur Martin Blachier a mis en doute l’utilité du pass sanitaire sur RMC, soulignant que les vaccins ne prévenaient pas contre la transmission du Covid-19 mais seulement contre les formes graves de la maladie.

Alors que les manifestations contre le pass sanitaire se poursuivent pour la septième semaine consécutive, des voix s’élèvent chez les spécialistes pour critiquer le dispositif.

Sur RMC, l’épidémiologiste Martin Blachier a ainsi dénoncé le brassage permis par le pass sanitaire dans certains lieux, alors que le vaccin ne semble pas protéger efficacement contre la transmission. Le médecin a affirmé que le risque pouvait paradoxalement venir des personnes vaccinées.

«Ce pass sanitaire est une hérésie, car on sait désormais que le vaccin protège contre l’hospitalisation mais pas contre la transmission [….] Vous enfermez donc dans des lieux de contamination, comme les boîtes de nuit ou les bars, des gens qui sont vaccinés transmissibles avec des gens qui sont antigènes négatif. Finalement, ce sont les vaccinés qui contaminent les autres», a ainsi déclaré Martin Blachier sur RMC.

Pour pallier ce décalage, l’épidémiologiste a proposé de transformer le pass sanitaire en «pass vaccinal», ou en dispositif basé uniquement sur les tests PCR négatifs. Il s’est encore ému des déclarations d’Olivier Véran, lequel n’a pas exclu une prolongation du pass sanitaire après le 15 novembre. Martin Blachier a pressé le ministre de la Santé de mettre «son logiciel à jour».

Ce 25 août, l’épidémiologiste avait déjà affirmé sur CNews que l’objectif d’une immunité collective s’éloignait et avait appelé à concentrer la vaccination sur les personnes à risques, plutôt que sur les enfants.

Doutes sur la transmission

Depuis plusieurs semaines, des doutes commencent à apparaître sur l’utilité des vaccins pour lutter contre la transmission du Covid-19. Fin juillet, le ministère de la Santé israélien avait ainsi estimé que l’efficacité du vaccin Pfizer contre les contaminations était tombée à 39%, dans le sillage du variant Delta. Ce taux avoisinait pourtant les 94,3% courant mai.

Une récente étude de l’Imperial College de Londres, menée sur 100.000 personnes au Royaume-Uni, a également conclu à une «efficacité imparfaite du vaccin contre l'infection», jugeant les vaccins efficaces à 49% contre les contaminations chez les 18 à 64 ans.

Ce 26 août, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy avait d’ailleurs admis que le vaccin n’apportait pas de «protection contre l’infection», sur Europe 1. Raison pour laquelle il recommandait le port du masque. Le spécialiste avait cependant souligné que le vaccin était utile pour se prémunir des formes graves du virus.

Mi-juillet, Olivier Véran avait pourtant affirmé que les vaccins «réduisaient par douze le risque de contamination», sur BFM TV.

https://fr.sputniknews.com/amp/france/202108281046063675-finalement-ce-sont-les-vaccines-qui-contaminent-les-autres-un-medecin-dezingue-le-pass-sanitaire/#origin=https://news.google.com&prerenderSize=1&visibilityState=visible&paddingTop=0.01&history=0&p2r=0&storage=1&development=0&log=0&cap=cid&csi=0&cid=1?amp_js_v=0.1

Dans SANTE

VOUS FAITES ENCORE CONFIANCE A BIG PHARMA? COMMENT ILS ONT INTOXIQUE LES AMERICAINS A L'OPIUM – 500 000 MORTS

Par Le 05/09/2021

Big Pharma: Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts

Vous faites encore confiance à Big Pharma?

Par Patrice Gibertie

Mondialisation.ca, 03 septembre 2021

Le blog de Patrice Gibertie

Région : 

Thème: 

 7   0  0  7

Les opiacés ont tué 500 000 Américains dont beaucoup après prescription médicale et autorisation de la Food and Drug. On vient d’apprendre que la famille  propriétaire de PURDUE avait plaidé coupable et soldé ses comptes avec la justice  pour 4,5 MILLIARDS DE $ ; le cabinet MC KINSEY qui conseille Macron a fait de même il y a quelques mois. Pour Johnson et trois autres ce sera 21 milliards sur trois ans.

En 1995, l’OxyContin de Purdue Pharma arrive sur le marché. Ce médicament est proposé non seulement pour remédier aux douleurs sévères, comme celles liées au cancer, mais également à un panel plus large de douleurs, avec l’approbation de la Food and Drug Administration. Purdue lance alors une campagne de communication à grande échelle. Elle paye certains scientifiques renommés pour faire croire à la faible dangerosité du produit, ment sur les chiffres d’addiction et a recours à une campagne commerciale agressive (vidéos, brochures, visiteurs médicaux). Purdue donne ainsi des formations encourageant la prescription d’OxyContin et minimisant les risques d’addiction aux médecins.

Purdue met en avant un étalement de l’action de l’OxyContin sur douze heures, limitant de ce fait les risques de dépendance, alors qu’elle sait que les effets durent moins longtemps que cela, sans compter l’utilisation détournée du produit qui est possible. La douleur n’est apaisée que pendant sept à huit heures, ce qui pousse à la surconsommation et augmente l’addiction. C’est vers cette époque que les prescriptions pour des antidouleurs opioïdes augmentent fortement.

Un marché noir d’OxyContin se développe très vite, et le médicament est rapidement détourné pour ses effets euphorisants. Les campagnes promotionnelles rencontrent un grand succès commercial et éveillent peu de soupçons.

Des méthodes malhonnêtes ont souvent été utilisées pour vendre plus d’opioïdes. Un laboratoire américain a ainsi fourni aux médecins des logiciels médicaux truqués afin de favoriser la prescription d’antidouleurs.

Tout a commencé en 1980 par une brève lettre publiée dans la très prestigieuse revue New England Journal of Medicine. Onze lignes présentent les résultats d’une étude évaluant l’effet des médicaments opiacés sur 11 882 patients hospitalisés.

Les deux auteurs constatent que seuls quatre d’entre eux présentent des signes de dépendance, avant de conclure que le phénomène est « rare ». Aucun détail n’est donné sur les molécules utilisées, leurs dosages ou la durée du traitement, et pourtant ces quelques phrases ont changé le cours de l’histoire aux États-Unis.

Pendant vingt-cinq ans, elles ont été au cœur de l’argumentaire des fabricants d’opioïdes, avec cette statistique reprise en boucle dans les brochures, les conférences et les échanges avec les docteurs : « Le risque d’addiction concerne moins de 1% des patients ».

• francetvinfo.fr/video-ce-sont-des-dealers-de-drogue-legaux

La « pandémie de Covid-19″ a renforcé la crise des opioïdes : en raison du confinement, les victimes restent chez elles, diminuant d’une part les chances d’être secourues en cas de surdose, et freinant d’autre part l’accès aux dispositifs de désintoxication et aux groupes de parole. Par ailleurs, cette période d’anxiété pousse à une hausse de la consommation de médicaments ou de drogues, et la désorganisation des réseaux de trafic de drogue conduit à la consommation de produits de mauvaise qualité, plus dangereux.

En février 2021, le cabinet de conseil McKinsey & Company accepte de verser 573 millions de dollars pour solder des poursuites judiciaires lancées par des États américains qui l’accusaient d’avoir contribué à la crise des opiacés par ses conseils aux groupes pharmaceutiques dont Purdue Pharma, le fabricant de l’Oxycontin. Environ 650 000 prescriptions d’opioïdes sont faites par jour aux États-Unis mais … L’ivermectine sans danger et efficace contre la Covid est interdite.

Johnson & Johnson a contribué à alimenter cette crise, mais aujourd’hui, il s’engage à quitter le secteur des opiacés, à New York, et à payer 230 millions de $.

Le laboratoire Johnson & Johnson a accepté de payer 5 milliards sur neuf ans, et les distributeurs McKesson, Cardinal Health et AmerisourceBergen – qui fournissent à eux trois 90% des médicaments aux États-Unis –, 21 milliards sur dix-huit ans, avec l’espoir de solder près de 4 000 actions en justice intentées par des dizaines d’États américains et collectivités locales, dans le cadre d’une proposition d’accord à l’amiable « historique », a annoncé, mercredi 21 juillet, Letitia James, procureure générale de l’État de New York.

Douze millions de Français utilisent des médicaments opiacés, sans être alertés sur leur potentiel addictif et sur les risques d’overdose. Les hospitalisations pour ce motif ont doublé, les décès triplé. Il existe pourtant un antidote, à base de naloxone, que la personne concernée ou son entourage peuvent administrer « facilement ». Mais il est réservé aux acteurs du soin en addictologie, sans diffusion ni information large aux différents acteurs de la santé.

Patrice Gibertie

 

La source originale de cet article est Le blog de Patrice Gibertie

Copyright © Patrice GibertieLe blog de Patrice Gibertie, 2021

https://www.mondialisation.ca/big-pharma-comment-ils-ont-intoxique-les-americains-a-lopium-500-000-morts/5659884

Dans SANTE

CRISE COVID-19 – EDIFIER VOTRE FORTERESSE

Par Le 29/08/2021

 

Crise Covid-19 – Édifier votre forteresse

Par Philippe Huysmans

Mondialisation.ca, 29 août 2021

Le Vilain Petit canard

Thème: 

Analyses: 

 27   0  0  37

Voilà 18 mois que ça dure, 529 jours1 pour être plus précis, et chaque jour qui passe apporte son lot de nouvelles anxiogènes et de nouvelles confiscations de nos libertés individuelles.  Il semblerait que rien n’arrêtera les psychopathes au pouvoir dans la plupart des démocraties occidentales.  Nous vivons désormais sous le régime de la loi du plus fort.  L’exécutif détenant le contrôle de la force publique s’arroge de fait tous les pouvoirs, au mépris complet de la constitution et des lois, sauf celles qui les arrangent.  Les lois n’ont pas de bras, on le mesure trop bien aujourd’hui.

Ceci s’accompagne d’un discours tantôt culpabilisant, tantôt menaçant, d’injonctions paradoxales et d’une propagande aussi ahurissante que clairement déconnectée de la réalité.  Le seul but de la manoeuvre étant de briser la résistance psychologique du peuple.  De tels moyens relèvent clairement de la guerre psychologique et laisseront des séquelles permanentes chez beaucoup de gens, et peut-être plus encore chez ceux qui y auront cru.  Combien de suicides?  Combien de gens qui ont totalement lâché la rampe pour basculer dans l’abattement et la dépression?  Combien se sont réfugiés dans l’alcool, les antidépresseurs ou les deux, totalement terrifiés à l’idée de reprendre contact avec la réalité?

La mauvaise nouvelle, c’est que cette torture infligée de manière parfaitement consciente sur le peuple par nos dirigeants, s’ajoutant aux autres crimes comme le refus de soins, l’enfermement, et l’assassinat de personnes âgées par sédation nous montre combien ils sont déterminés à aller jusqu’au bout, et qu’en aucun cas ils ne reviendront en arrière, parce qu’ils savent que ça se terminerait très mal pour eux.  Quel chantage, quelle terreur les tient qu’ils soient prêts à tuer par centaine de milliers si nécessaire, pour appliquer un agenda dont on voit bien qu’il est le même partout?

La bonne nouvelle tient dans la résilience naturelle de l’être humain lorsqu’il est confronté à l’adversité.  Sa capacité à faire corps, aussi, vous savez, cette qualité qui provoque littéralement de l’urticaire chez nos maîtres au point que c’est là l’un des premiers sujets de leurs « attentions ».

Mets le ma-masque, ne t’approche pas des autres, ne ris pas, surtout, la situation est grâaaave!  Ne sors plus, ne vois plus tes amis, ta famille.  Il est interdit de se divertir, il faut souffrir en silence, mais surtout, dans la solitude.

C’est une marotte récurrente dans toutes les dictatures que de bannir le rire avant même la libre expression, et d’atomiser l’opposition en réduisant chaque citoyen en électron libre, déconnecté des autres et de ses racines.  En dictature la parole libre devient une arme par destination, et est, à ce titre, réprimée de toutes les façons.

C’est gros comme un mammouth laineux, mais la majorité n’ose pas s’insurger contre de telles méthodes, préférant faire le dos rond en attendant que ça passe.  On leur souhaite bon courage, puisque que c’est précisément parce qu’on ne s’oppose pas qu’ils iront toujours plus loin dans l’ignominie.

Se protéger de l’obligation vaccinale déguisée

On le voit aujourd’hui avec l’application du pass sanitaire notamment dans les hypermarchés, les lois liberticides bâclées sur un coin de table et entérinées par un Conseil Constitutionnel totalement corrompu ne résistent pas cinq minutes devant un juge, dès qu’il est saisi au titre que ces arrêtés sont discriminatoires et portent gravement atteinte à la liberté d’aller et venir.

De même avec les lois sur le travail, les arrêtés n’ont en rien modifié le droit antérieur et les lois existantes, d’ailleurs le législateur (en l’occurrence l’exécutif, eh) a prudemment pris soin de ne rien imposer aux employeurs, or :

Nul ne peut être contraint d’obéir à ce que la loi n’ordonne pas.

En pratique donc, si votre employeur vous contraint à produire un certificat de vaccination, c’est bien lui qui en prend la responsabilité et qui se met en tort de toutes les façons possible vis-à-vis de la loi.  S’il vous suspend sans salaire, il ne fait que s’enfoncer.   Pourquoi?  Tout simplement parce que vous avez un contrat avec votre employeur, soit un accord conclu entre deux personnes (une personne physique, une personne morale), et que les délires gouvernementaux ne changent rien aux conditions tant que le contrat reste d’application.  Pareil si vous êtes fonctionnaire, les lois existantes restent d’application.

Ainsi, si l’on vous met en demeure de produire un certificat vaccinal pour le 15 septembre, par exemple, exigez de votre employeur qu’il vous notifie ceci officiellement, par courrier signé d’un responsable.  En réponse à ce courrier par AR, notifiez à votre employeur que :

L’exigence d’un certificat de vaccination, sous quelque forme que ce soit, viole les lois sur le secret médical.

Le vaccin contre le covid n’est nullement obligatoire, exiger d’un employé qu’il le prenne sous la menace d’une suspension ou d’un licenciement relève de l’extorsion (art. 312-1 du code pénal), ce qui est un délit passible de 7 ans de prison et 100.000 € d’amende.

La loi n’impose nullement la suspension, qui reste donc l’initiative de l’employeur, qui en assumera la responsabilité le cas échéant.

Par ailleurs, votre contrat (et donc votre salaire), lui, ne peut être suspendu si cette clause n’y figure pas dans l’exemplaire signé.  Il se placerait donc en situation de rupture unilatérale de contrat, ce qui lui vaudrait une lourde condamnation devant les prud’hommes.

Il y a de bonnes chances qu’à la lecture de ceci, l’employeur consulte soit le service juridique, soit un avocat, et qu’à l’issue de cette consultation ses ardeurs à faire appliquer des lois liberticides se trouvent considérablement diminuées au point qu’il sera bien forcé d’acter votre refus de vaccination (ce que la loi lui enjoint, d’ailleurs), et de vous permettre de continuer à travailler normalement.

Dans le cas contraire?   Eh bien vous n’auriez rien perdu par rapport à ce qui sera votre situation de fait au 15 septembre, et vous ne vous serez à aucun moment mis en tort dans l’exécution de vos obligations contractuelles, ce qui vous permettra de contre-attaquer devant les prud’hommes, pour commencer.

La logique ici consiste à laisser l’employeur faire les pas nécessaire pour se mettre lui-même hors-la-loi, et de faire acter ceci à toutes fins que de droit, comme disent les bavards2.

Édifier votre forteresse

Presque aussi important que ce qui précède est de vous protéger des effets délétères de la propagande anxiogène, qui atteint littéralement des niveaux stratosphériques, ces temps-ci. Les injonctions paradoxales, les mensonges et les menaces véhiculés par les médias et les politiques ont pour seul objectif de vous briser psychologiquement, afin de vous extorquer un consentement, l’acceptation de leur nouvel ordre mondial, qui ne sera qu’une dictature féroce dans le droit fil des pires dystopies.

L’un des dangers, que peu réalisent, c’est que ne pouvant réagir légitimement à la violence qui vous est faite, vous la transformez en haine, qui, bien ruminée, ne fait que vous dévorer de l’intérieur et accroît encore, si c’était possible, l’angoisse et le sentiment d’impuissance face à une machine implacable.

Or si vous regardez ça à partir de l’autre bout de la lorgnette, ces discours n’ont aucune conséquence concrète sur notre vie de tous les jours, il suffit, comme dans Harry Potter, de prononcer la formule magique « Ridiculus » pour que l’épouvantard retourne dans son placard.  En l’occurrence, éteindre la télé et ne pas lire les tombereaux de propagande qui se déversent dans la presse mainstream.

Nous devons être les murs de notre citadelle, et au sein de cette redoute, protéger notre famille, les relations humaines si précieuses en ces temps difficiles.  Nous devons sortir, aussi (manifs, par exemple), et tisser des liens avec nos semblables, plus que jamais aujourd’hui.

Ce système qui s’impose comme étant omnipotent et plus soumis à aucune règle de droit est en fait aux abois, ce qui le rend dangereux, bien sûr, mais cette violence est avant tout un aveu de faiblesse.

Un dernier petit mot pour les éditeurs de blogs ou ceux qui prennent une large part dans le combat pour l’information sur internet : gardez toujours de la hauteur, une forme de distanciation par rapport à ce que vous faites.  Une réussite ou une rebuffade ne doivent être qu’un objet d’étude, pas un motif d’euphorie ou de découragement, les deux allant souvent de concert, en alternance.  Quand ceci se produit, c’est probablement que vous en faites trop au point d’y assujettir votre bien-être, et donc votre équilibre.  Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est l’objectif que nous devrions viser.

Philippe Huysmans

Notes :

1.Depuis le 17 mars 2020, début du premier confinement

2.avocats (ndlr)

La source originale de cet article est Le Vilain Petit canard

Copyright © Philippe HuysmansLe Vilain Petit canard, 2021

https://www.mondialisation.ca/crise-covid-19-edifier-votre-forteresse/5659690

Dans SANTE

LA DICTATURE SANITAIRE PROMUE PAR LES MEDIAS ET LES ENTREPRISES PRIVEES

Par Le 25/08/2021

La dictature sanitaire promue par les médias et les entreprises privées

Par Maryse Laurence Lewis

Mondialisation.ca, 24 août 2021

Thème: 

Analyses: 

 3   0  4  20

Au Québec, il est urgent d’empêcher François Legault d’imposer un passeport sanitaire. Le Premier ministre ne peut invoquer une recrudescence de mortalités de grippe, au mois d’août! Au lieu d’insulter les gens qui doutent de l’efficacité des vaccins et refusent de servir de cobayes, les journalistes incultes en matière de biologie, tel que Richard Martineau, devraient s’intéresser aux vrais périls : la cinquantaine de laboratoires de niveau P4, dans lesquels on maintient ou réactive les virus pathogènes. Le Canada en possède un, à Winnipeg. En France, deux sur trois sont sous le mandat du Ministère de la Défense. Qu’est-ce qui justifie cela? ¹

En 1925, une entente non contraignante prohibait les gaz asphyxiants ou toxiques et les moyens bactériologiques. En 1972, devant l’inutilité de ce premier accord, on rédigea le protocole de Genève. Entré en vigueur en 1975, on y interdisait la production de substances bactériologiques et ordonnait la destruction des stocks existants. Sous couvert d’études médicales préventives, n’enrayant jamais aucune épidémie, qui avouera entretenir des visées militaires davantage que sanitaires? 2

Ce n’est pas le Ministère de la Santé qui paie les tests et les vaccins, mais les impôts des citoyens. Maintenir les gens dans l’anxiété, avec l’annonce permanente de cas de mortalités, c’est exactement ce qu’il faut pour miner le système immunitaire! Et à présent, s’ajoute la menace d’une vaccination obligatoire, sous peine de ne même plus pouvoir entrer dans des lieux vendant des produits essentiels. Cette mesure est digne d’une dictature, et d’autant plus illégale que rien ne prouve l’efficacité des vaccins. Même l’Organisation Mondiale de la Santé ne peut assurer l’absence de risque de contagion des gens vaccinés. À tel point que les voyageurs ayant reçu deux doses anti-covid doivent payer un test par écouvillon, 72 heures avant de prendre l’avion. 

Pfizer et Moderna viennent d’augmenter le prix de vente de leurs vaccins. Est-ce une attitude philanthropique? La santé est d’ordre humanitaire et ne devrait en aucun cas demeurer sous l’égide des entreprises privées, encore moins du Ministère de la Défense, lorsqu’elle touche des millions de citoyens. Autrement, qui voudra réellement résorber un problème, lorsque sa résurgence  enrichit? Abolir les additifs chimiques, les gras et les sucres nuisibles n’est pas une option. On préfère laisser les entreprises induires des problèmes cardio-vasculaires et des cancers. Comme on le fit en rejetant les rapports des médecins et en blanchissant les producteurs d’aspartame, aux États-Unis. 

Le compromis sanitaire et médiatique

Tous les scientifiques promouvant une vaccination massive sont en collusion avec des entreprises pharmaceutiques ou des médias à grands tirages. En France, non seulement l’ancienne Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, bénéficia de subventions de laboratoires privés, mais son époux, Yves Levy, est en charge d’un institut de recherche en virologie. Bill Gates a d’ailleurs investi dans tous les vaccins, si on excepte le « spoutnik » russe. On donne la parole à des politiciens et à des journalistes qui ne connaissent rien à la virologie. On diffame ou congédie les scientifiques qui dénoncent les risques des vaccins, peu testés, et les thérapies à l’ARN dont on ignore les conséquences. 

En Allemagne, Angela Merkel, la Chancelière dictatrice, au pouvoir depuis trente ans, menace, tout comme Emmanuel Macron et François Legault, de congédier les travailleurs du domaine de la santé refusant la vaccination. Peut-on être mieux placé pour légitimer ce refus? Eux savent dans quelle mesure ont a augmenté les statistiques de mortalité par la Covid, en y ajoutant les décès de gens atteints de maladies chroniques. L’Organisation Mondiale de la Santé n’est d’ailleurs pas une instance publique, elle est sous mandat privé, puisque Bill Gates en est aussi le principal actionnaire. 3

Des médias soumis aux magnats de la finance

Des gens me disent que les politiciens ne consultent pas Bill Gates, avant de prendre leurs décisions, et que John Davison Rockefeller est décédé depuis longtemps. C’est oublier que la fondation de ce dernier est à l’origine de la création du Club de Bilderberg. On y préconise, depuis le début de l’épidémie, une carte d’identité permettant aux détenteurs l’accès aux loisirs et aux transports publics, avec vérification de leur état de santé et droit d’être confinés, au moindre soupçon d’abriter un virus. Ce qui mènerait à des abus, l’absence de droits civils et de liberté d’expression. Déjà, des dizaines d’entrevues, de sites et de reportages sont censurés. Et le co-fondateur de la Fondation Rockefeller est un certain Frederick Gates! Mais non, ce n’est pas le grand-père de Bill… 4

C’est aussi oublier que les médias influencent les décisions des politiciens. Et oui, les journaux ont tous des propriétaires, c’est évident. Mais lorsque ceux-ci sont contrôlés en majorité par des entreprises privées, comment peut-on croire à leur neutralité? Bill Gates est le plus grand actionnaire du journal Le Monde. Le Figaro appartient à la famille Dassault, déjà fortunée grâce à la vente des avions de guerre Mirage. The Économist est géré par des Rothschild et la famille Agnelli de la compagnie FIAT. Au Québec, la Presse appartient à Power Corporation, le Journal de Montréal à Québécor, tout comme Télé-Quatre-Saisons. Ce n’est bien évidemment pas une liste exhaustive. 

Ces repaires de milliardaires sont financés par les impôts publics!

Voyez les chiffres publiés par le Ministère de la Culture française. En 2019, en France, 51% des 76 millions d’euros attribués en aides à la presse, ont été accordés à six groupes, appartenant à des familles riches ou gens d’affaires influents :

► Bernard Arnault reçut 16 millions d’euros pour Le Parisien; Aujourd’hui en France et Les Échos.

► La famille Dassault, 6,4 millions d’euros pour Le Figaro et Le Figaro Magazine, notamment.

► Les actionnaires principaux de la société éditrice du Monde, Xavier Niel, Matthieu Pigasse, Daniel Krĕtinský et Madison Cox, bénéficient de 6,3 millions d’euros pour Le Monde, Télérama; Courrier International. 

► Patrick Drahi dispose de 5,9 millions d’euros, pour la publication de Libération et L’Express.

► Arnaud Lagardère recueille 2,1 millions pour Lagardère Media News, soient Paris Match et Le Journal du dimanche (JDD).

► Nicolas Beytout se contente de 2 millions pour Bey Medias Presse & Internet, publiant L’Opinion.  5

Cette aide représente 39 millions d’euros octroyés à six groupes. Et si on observe ce qui se passe avec la presse quotidienne régionale, ce sont 5,2 millions d’euros versés à Sipa-Ouest France, administré par la famille Hutin. Environ la même somme est versée à Ebra qui regroupe neuf quotidiens régionaux, tel Le Dauphiné libéré, Le Progrès, les Dernières Nouvelles d’Alsace et L’Est républicain, appartenant au Crédit Mutuel! Ce n’est pas une donation récente, puisque les six instances nommées ci-haut reçurent un peu plus de 39 millions d’euros en 2018 et 36 millions en 2017. 

Brèves biographies d’entrepreneurs assistés sociaux

Bernard Arnault détient la majorité des parts du groupe LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy), ne vendant que des produits de luxe. Cet homme est considéré le second plus fortuné au monde, avec des actifs évalués à 186 milliards de dollars US. Sa bouteille de champagne la plus onéreuse à elle seule coûte 1,8 million d’euros, étant garnie d’or blanc massif de 18 carats et d’un diamant de 19 carats. 

La famille Dassault s’enrichit par les appareils militaires.

Xavier Niel investit dans les télécommunications, Internet et la téléphonie mobile.

Matthieu Pigasse fut responsable des fusions acquisitions d’entreprises et du Conseil aux gouvernements, au niveau mondial, entre 2015 et 2019. En plus du journal Le Monde, il est actionnaire du Huffington post, Radio Nova et de la revue Les Inrockuptibles… Plusieurs membres de sa famille s’insinuent aussi dans la presse.

Madison Cox, le paysagiste des milliardaires, dû céder ses parts, au groupe Le Monde, aux messieurs Niel et Pigasse.

Patrick Drahi s’occupe de télécommunications et du journal L’Express.

Lagardère News est issue d’une fusion d’Europe I et de Grolier interactive. Son fondateur, Arnaud Lagardère, est aussi impliqué en régie publicitaire, radio et audio-visuel. 

Daniel  Krĕtinský, d’origine tchèque, accapare près de la moitié des parts de la Société Le Nouveau Monde. 

Nicolas Beytout représente le pôle médiatique de LVMH. Après avoir travaillé pour Les Échos, Le Figaro, il fonda le journal L’Opinion. 

La famille Hutin, elle, s’immisce dans le domaine de la presse depuis quatre générations, principalement avec Ouest France. 

Des faits sont certains : 

► Le taux de guérison de la Covid est plus élevé que le taux affiché d’efficacité des vaccins;

► On a augmenté les chiffres de mortalité en déclarant de nombreux décès par co-morbidité, alors que les patients étaient atteints de maladies chroniques ou de cancers et que l’OMS interdisait les autopsies;

► L’OMS admet qu’on ne peut garantir que les vaccins protègent d’une contamination;

► Les voyageurs sont obligés, même vaccinés, de payer un test par écouvillon avant de prendre l’avion;

► Les seuls véritables vaccins sont ceux à virus inactivé ou atténué tel celui des Chinois;

► Les doses produites par Moderna et Pfizer ne sont pas des vaccins, mais une thérapie à l’ARN, et c’est même spécifié sur leurs sites;

► Des milliers de gens vaccinés ont contracté malgré tout la Covid, d’autres sont décédés d’un choc anaphylactique, d’une thrombose ou ont été victimes du syndrome de Guillain-Barré : une paralysie pouvant durer de quelques heures à près d’un an;

► Dans une publication spéciale de la revue La Recherche, on reconnaît déjà, en 1991, que des vaccins usant d’autres procédés que par virus inactivé ou atténué provoquent parfois une réaction auto-immune. 6

► Les coûts de production des vaccins sont moindres que leurs prix de vente. La plupart des entreprises pharmaceutiques dépensent d’ailleurs davantage en publicité que pour la fabrication et la recherche. 

► Imposer un passeport sanitaire, pouvant inclure jusqu’à l’impossibilité d’entrer avec un masque et les mains désinfectées dans une épicerie, c’est plus criminel que refuser une vaccination qui ne garantit rien à personne, sauf des profits aux entreprises pharmaceutiques et à leurs actionnaires. 

Les personnes âgés et les enfants

Que feront les gens âgés, autonomes, n’ayant pas d’ordinateur ou de téléphone cellulaire, pour faire livrer la nourriture? Que fait-on des séquelles psychologiques que la situation induit chez les enfants? Des confinements; le port d’un masque qui réduit l’oxygène et fait ravaler le dioxyde de carbone; se voir rabrouer dès qu’ils soulèvent leur masque. Devoir se méfier des amis, ne pas les rencontrer, se faire dire par une publicité française qu’ils sont des tueurs potentiels de leurs grands-parents. 

Si on oeuvrait pour notre santé, on recourrait aux laboratoires publics. On rendrait les médicaments moins onéreux, afin que tous les États puissent les obtenir, et surtout, on fermerait d’urgence tous les laboratoires de niveau P4, ruineux et inutiles, puisqu’on n’y fabrique jamais de vaccin à temps. Les virus ayant la particularité de muter, les variants sont infinis. Malheureusement, certains en profite pour ouvrir des laboratoires de niveau P3…

En France, les gens pouvant démontrer un risque à la vaccination seront exemptés du passeport sanitaire. Pour cela, il faut :

► Un certificat médical attestant une allergie à une des composantes des vaccins, principalement au polyéthylène-glycol! Qui peut savoir à l’avance s’il y est allergique? Ainsi que ceux pouvant pâtir d’une allergie croisée aux polysorbates.

► Avoir subi une réaction « d’intensité sévère ou grave » suite à la première dose, soit une myocardite ou un syndrome de Guillain-Barré…

► Avoir été victime d’une réaction anaphylactique minimale de grade 2 à la première dose.

►  Présenter des épisodes de syndrome de fuite capillaire, causée par une maladie sanguine.

► Être un enfant touché par un syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS) post-covid-19…

► Il existe également deux autres contre-indications temporaires, pour les personnes traitées par anticorps monoclonaux contre le Covid-19 et les patients ayant subi des myocardites ou des péricardites avant une vaccination, lorsque ces troubles sont considérées évolutifs.

► Cependant, les femmes enceintes, même au premier trimestre d’une grossesse, n’entrent pas dans les individus inclus dans ces contre-indications. 7

On pousse à la faillite les petits commerçants. On congédie et diffame les gens dont l’opinion ne correspond pas à la ligne unique de pensée permise. En France, on coupe dans les aides au logement, les pensions de retraite et les allocations de chômage. Pendant ce temps, des lois privilégient les banques, la presse privée, les conseillers gouvernementaux non élus et les actionnaires des laboratoires s’enrichissent. Que faut-il de plus pour cesser de confondre la fausse philanthropie d’avec la perversité?

Maryse Laurence Lewis

 

Notes / Références :

1.1 L’article de Marine Corniou : Prêts pour la prochaine pandémie? Revue Québec-Science, octobre-novembre 2019.

1.2 http://science.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/97757.html

Laboratoire 101 : Que faut-il pour entreposer les agents … 

1.3 Unité du laboratoire de biologie médicale – Publications du …

publications.msss.gouv.qc.ca › msss › fichiers PDF

1.4 https://www.franceculture.fr/sciences/ces-laboratoires-qui-luttent-contre-les-plus-redoutables-virus

2. Premier et second protocoles de Genève :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Protocole_de_Genève

https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/INTRO/450

3. https://www.legrandsoir.info/exclusif-buzyn-et-salomon-poursuivis-en-justice-dans-une-affaire-d-empoisonnement-aux-antilles.html

4. La fondation Rockefeller : TheRockefellerFoundation_WhitePaper_Covid19_4_22_2020

5. https://www.acrimed.org/Le-clan-des-milliardaires-accapare-les-aides-a-la

6. Tableau des découvertes en immunologie : Revue La Recherche, Médecine, supplément au no. 237, La révolution de l’immunologie, pages 12 et 13, novembre 1991. 

7. https://www.huffingtonpost.fr/entry/vaccination-ces-rares-contre-indications-permettant-den-etre-exempte_fr_610ffb2ce4b05f81570b9778?

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Maryse Laurence Lewis, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/la-dictature-sanitaire-promue-par-les-medias-et-les-entreprises-privees/5659568

Dans SANTE

COMMUNIQUE : VACCINATION ANTI-COVID-19- PLAINTE DEPOSEE A LA COUR PENALE INTERNATIONALE

Par Le 24/08/2021

Communiqué: Vaccination anti-COVID-19 – Plainte déposée à la Cour pénale internationale

Par CSAPE

Mondialisation.ca, 23 août 2021

CSAPE

Thème: 

Analyses: 

 277   2  0  279

Comme certains le savent, le 28 Juin 2021 le CSAPE a déposé une plainte de 64 pages accompagnée de 371 preuves toutes factuelles à la Cour pénale internationale, le conjecturel (comme la presse ou autres) ayant été écarté.

Le 02 juillet 2021, le CSAPE a reçu un accusé de réception officiel de la CPI et un numéro d’affaire (OTP-CR-271/21).

Suite à des évènements de collusion dont nous garderons les détails pour l’instant, le 27 juillet nous nous sommes rendus à la CPI pour déposer les preuves. L’accès étant refusé pour raison invoquée de période de congés nous les avons renvoyées sur place par recommandé avec accusé de réception.
Le 28 juillet à 12:55 la CPI a accusé réception des preuves et le 29 juillet au matin à 09:06, elle tentait d’écarter la plainte, précisant toutefois qu’elle pouvait être réétudiée sous réserve de nouveaux éléments de preuves, au motif que les éléments allégués (code de Nuremberg et autres) ne semblent pas relever de la CPI et qu’elle n’a pas à se substituer aux Etats !

Un appel a été introduit à la CPI le 10 aout 2021, les motifs de la décision du procureur s’avérant impropres à caractériser un rejet n’étant pas conforme au Statut de Rome tel que rappelé par la Chambre d’appel et en y ajoutant des éléments nouveaux.

Nous continuons à rassembler et à examiner de nouvelles preuves qui pourraient être utilisées dans notre demande à la CPI si elle était acceptée pour enquête.

Nous avons également établi activement des liens avec des avocats et des chercheurs du monde entier.

Nous avons le plaisir d’annoncer que des avocats de la Slovaquie, du Royaume-Uni et de la République tchèque se sont joints à nous et que le 12 août 2021, nous avons envoyé une plainte conjointe à la CPI avec une demande d’autorisation d’accepter cette soumission conjointe.

Nous avons soumis des preuves préliminaires pour les allégations qui nous sont communes, tout en demandant de nous réserver le droit de faire examiner par la CPI les allégations spécifiques à nos pays individuels, à savoir :

Pour la France, nous avons demandé un examen pour crime contre l’humanité, atteinte à la dignité humaine, mise en servitude, génocide.

Nous avons également demandé, dans notre plainte commune, un moratoire immédiat sur l’ensemble du programme de produits expérimentaux « vaccins COVID-19 » dans les quatre pays et la fin des tests sur les personnes asymptomatiques.

****

Nous sommes heureux d’annoncer également avoir obtenu des déclarations sous serments d’experts de premier rang, dont le chercheur et cardiologue nucléaire Dr Richard M. Fleming, le Dr Kevin Mc Cairn, le neuroscientifique et expert en maladies neurologiques, ainsi que le virologue professeur Luc Montagnier lauréat prix Nobel pour ses travaux sur le virus du VIH et d’autres, dont pour l’instant, leur anonymat est maintenu jusqu’à ouverture d’enquête.

Nous avons maintenant des preuves irréfutables que le virus SRAS-CoV-2 et les produits expérimentaux « vaccins COVID- 19 » sont des armes biologiques délibérément conçues qui ont été libérées en deux phases sur les peuples du monde entier.

Nous avons eu l’amabilité de recevoir un accès exclusif à un exemplaire anticipé des travaux du Dr Richard M. Fleming, «Le COVID-19 est-il une arme biologique ? Une étude scientifique et médico-légale», qui fournit les preuves irréfutables à la CPI sur la nature d’arme biologique du virus SRAS-CoV-2 et des prétendus produits expérimentaux « vaccins COVID- 19″.

Nous attendons maintenant la décision de la CPI pour savoir si :
a) elle autorise en principe la présentation d’une demande conjointe par plusieurs pays. b) elle accepte notre  » demande d’enquête  » conjointe.

Compte tenu de la nature extrêmement grave de la situation qui prévaut dans nos quatre pays en ce qui concerne l’escalade de l’apartheid médical, la perte des libertés et des droits fondamentaux et le nombre très élevé et sans cesse croissant de décès et d’effets indésirables graves subis par les personnes ayant reçu les produits expérimentaux « vaccins COVID-19 », nous avons attiré l’attention de la CPI sur la nécessité urgente pour la Cour d’agir rapidement et sans plus attendre et, à cette fin, nous avons demandé une réunion à La Haye dès que possible.

Dans l’attente d’une réponse de la CPI, nous restons en discussion avec des avocats d’autres pays qui n’ont pas encore déposé leurs demandes individuelles auprès de la CPI, mais qui ont indiqué qu’ils souhaitaient se joindre à nous et nous avons l’intention de leur apporter toute notre assistance.

Nous publierons d’autres éléments dès que nous aurons des nouvelles.

Quoi qu’il arrive nous sommes motivé à employer tous les moyens, tous les recours, pour que la vérité et la justice sortent.

Nous comprenons que la CPI ne travaille pas de manière isolée au sein d’autres institutions internationales et que les procureurs peuvent être soumis à diverses pressions politiques.
Cependant, nous voulons croire que la substance de nos allégations et les preuves présentées sont si fondamentales que la CPI remplira son rôle international et la raison de son existence, enquêtera de manière approfondie sur nos allégations et condamnera les criminels.

Si notre confiance s’avère illusoire, nous mettrons toutes les preuves scientifiques et factuelles à la disposition du public mondial.

En attendant, nous tenons à remercier toutes les personnes qui, à leur manière, contribuent à la lutte pour la vérité et la justice, voire pour l’avenir même de l’humanité, de nos enfants.

LEPILLER P. Secrétaire général COHEN R. Directeur juridique

CSAPE – Collectif des Syndicats et Associations Professionnels Européens enregistré sous le n° 20210012 Siège social : Les Tricolores, 15, rue des Halles – 75001 PARIS – FRANCE – site : www.csape.international

 

Secrétaire général Tel : 33 (0)6 12 55 63 20 – Directeur juridique Tel : 33 (0)6 79 61 44 22 Nous contacter : csape.sg@hotmail.com – site : www.csape.international

La source originale de cet article est CSAPE

Copyright © CSAPE, CSAPE, 2021

https://www.mondialisation.ca/communique-vaccination-anti-covid-19-plainte-deposee-a-la-cour-penale-internationale/5659506

Dans SANTE

LE COVIDISME, LE VACCINALISME ET LE PAPE

Par Le 23/08/2021

Le covidisme, le vaccinalisme et le pape

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 22 août 2021

Thème: 

Analyses: 

        

1 –  LE COVIDISME PAPAL 

Dans un entretien télévisé, le Pape François avait déclaré solennellement avoir lui-même « pris rendez-vous » pour se faire « vacciner » contre la Covid-19, le mercredi 13 janvier 2021, qualifiant l’opposition au vaccin de « négationnisme suicidaire » et affirmant qu’il s’agissait d’un « choix éthique » fondamental pour protéger la vie des autres ! Le Pape adhérait corps et âme au pan-médicalisme actuel reléguant les valeurs chrétiennes en seconde zone. Pourtant, Dieu n’avait pas dit aux Apôtres, « occupez-vous de votre santé comme je m’occupe de la mienne », faisait remarquer récemment le philosophe André Comte Sponville ! 

Rappelons que le médecin personnel du Pape, depuis cinq ans, Fabrizio Soccorsi, est décédé à 78 ans à la suite « de complications dues au Covid-19 » alors qu’il était « hospitalisé pour une pathologie cancéreuse », dont il est mort tout simplement. Mais, comme nous le savons depuis un certain temps, preuves à l’appui, (Cf., le dossier Coronavirus de mondialisation.ca), les déclarations de « mort par le coronavirus » ont été volontairement gonflées dans le but de faire croire à une « pandémie » et afin de pouvoir la justifier. Il fallait bien trouver le nombre de morts en relation avec une « pandémie » et entretenir la peur par le relais des médias qui allaient jouer ce jeu détestable sans scrupules… On a donc puisé sans complexe dans les pathologies responsables des décès annuels, partout dans le monde, en disant « mort par coronavirus » ou « mort avec coronavirus » lorsqu’il était impossible d’éviter une évidence qui allait contre l’idéologie covidiste. Puis le pan-médicalisme a triomphé partout dans le monde, balayant au passage les valeurs civilisationnelles et plaçant ainsi l’humanité dans une erreur gravissime qui la conduira fatalement à l’extinction.

Le Pape François est évidemment considéré comme une personne à risque : il avait 84 ans au moment où il s’est fait injecter le produit expérimental de Pfizer en phase 3, (aux nanoparticules de graphène), avec AMM provisoire. Il a d’ailleurs été un des premiers à se faire administrer une dose du vaccin Pfizer,

À l’âge de 21 ans, en 1957, Jorge Mario Bergoglio avait souffert d’une pleurésie aiguë et les chirurgiens avaient procédé à l’époque, à l’ablation partielle de son poumon droit, ce qui le prédisposait maintenant à être une cible idéale de la Covid-19…

Le Pape, qui devrait théoriquement être « bien informé », déclarait que les « vaccins » pouvaient mettre fin à la « pandémie », à condition que chacun apportât « sa pierre à l’édifice ». Jamais personne n’a confondu le travail du chimiste avec celui du physicien, mais qu’à cela ne tienne, le Pape allait comme tous les chefs d’États occidentaux, pratiquer allègrement l’amalgame idéologique d’un covidisme assumé.

« Grâce à Dieu et au travail de beaucoup, nous avons maintenant des vaccins pour nous protéger du coronavirus » ! (Déclaration du Pape François dans un message vidéo réalisé pour deux organisations américaines : l’ONG « The Ad Council », et « COVID Collaborative », un regroupement d’experts en santé publique et d’anciens responsables politiques américains.) Tout est déjà dit, rien qu’avec ces références ! Comment peut-on faire preuve d’une telle naïveté lorsqu’on est Chef d’État, même s’il s’agit du Vatican et de l’Église catholique ?!

Se faire vacciner contre la Covid-19 est « un acte d’amour », disait le Pape François en appelant tous les croyants à « se faire immuniser ».

On se demande où, par qui, et à partir de quoi, le Pape a-t-il été informé pour s’adonner avec cette bonhomie déconcertante au psittacisme narratif mondial de la propagande idéologique du covidisme, manquant de sérieux face aux expertises et aux statistiques officielles elles-mêmes sur les effets catastrophiques des injections expérimentales et que l’on peut retrouver dans les nombreux articles publiés sur mondialisation.ca… On a le sentiment d’une naïveté béate chez ce vieillard qui ne semble plus avoir les moyens de rester lucide.

Non content de se faire « vacciner » lui-même, il a rendu obligatoire la « vaccination » dans tout l’État du Vatican. Toute personne employée qui refuserait de se faire injecter ce produit expérimental à ARNm en phase 3 et avec AMM provisoire, sans la garantie ni la responsabilité des laboratoires en cas de problèmes, sans la responsabilité du Vatican ni celle des médecins exécuteurs, sans pouvoir adhérer à cet acte par « consentement libre et éclairé », sans rien savoir du contenu réel de ces injections expérimentales, serait licenciée de son poste de travail ! Quel genre de personne peut décemment accepter une chose pareille à part un naïf innocent ou un inconscient radicalisé dans son inconscience ?

Ce décret a fait évidemment réagir ses 5.000 résidents et travailleurs, un grand nombre dénonçant un flicage et un manque de respect dans la liberté de choisir. Le Saint Siège s’est défendu de vouloir instaurer une forme de répression. Il estimait simplement que refuser le « vaccin », c’était mettre en danger la santé des autres !!! Avant même la campagne de « vaccination » de la mi-janvier, le Pape François avait accusé les opposants au « vaccin » de « négationnisme suicidaire ». Il n’y a pas à dire, le Pape est le champion des amalgames et un menteur par omission. Si je ne suis pas malade ou même si je suis malade, comment puis-je infecter quelqu’un qui a été vacciné contre cette maladie ? Il y a un gros problème dans la tête du Pape et de ses semblables covidistes qui ont la détestable habitude de prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages !

« Essayons donc, face à l’hystérie qui embrume notre jugement, de poser quelques principes clairs et de bon sens. D’abord, il n’y a nul besoin de pass sanitaire ou de vaccination obligatoire. La vaccination protège celui qui décide de se faire vacciner des formes graves du virus : le non-vacciné n’est donc une menace que pour lui-même. La vaccination est donc un choix purement individuel qui doit relever de la seule décision rationnelle de chaque citoyen. Les personnes vaccinées sont protégées, les autres choisissent en leur âme et conscience de prendre un risque pour eux-mêmes. Ensuite la citoyenneté ne se divise pas. » Voilà ce que disait Mathieu Slama,  dans son article publié sur un média qui tient tout à fait le discours collaborationniste des covidistes: Le Figaro, en cliquant ici.

Même pour un covidiste persuadé qu’il existe des vaccins contre la covid-19, le Pape doit sortir de « l’hystérie qui embrume son jugement » et savoir que les non-vaccinés ne peuvent en aucun cas être un danger pour les vaccinés !

Le Pape faisant toujours preuve d’une invraisemblable errance intellectuelle allait dire encore dans un entretien :

« Je crois que d’un point de vue éthique, tout le monde doit se faire vacciner, c’est un choix éthique, parce qu’on met à risque sa santé, sa vie, mais aussi la vie des autres ».

C’est proprement invraisemblable et particulièrement consternant, car c’est justement le contraire qui est vrai et qui est déjà très largement prouvé, compte tenu des chiffres incontestables de la pharmacovigilance mondiale et des retours d’expérience de la part des pays qui ont le plus « vacciné ». (Cf., la démonstration d’un chercheur du CNRS, Laurent Mucchielli, publiée en plusieurs articles par mondialisation.ca) 

Le Pape poursuit dans cet entretien :

« Quand j’étais enfant, je me souviens qu’il y a eu l’épidémie de poliomyélite, à cause de laquelle beaucoup d’enfants sont restés paralysés et on attendait désespérément un vaccin […] Quand le vaccin est sorti on le donnait avec du sucre … Puis nous avons grandi à l’ombre des vaccins, contre la rougeole, contre ceci, contre cela, des vaccins qu’on faisait aux enfants ».

Qui pourrait donc faire entendre à ce brave homme qu’il ne s’agit pas de vaccins mais d’une expérience nouvelle ?

Il y a quatre types de produits actuellement en phase d’expérimentation: les injections à ARNm de Pfizer et Moderna ; les virus recombinants, adénovirus d’AstraZeneca, J&J et du russe Spoutnik, virus vaccinal de la rougeole atténué de l’Institut Pasteur ; les virus inactivés comme les vaccins chinois Sinopharm et Sinovac déjà utilisés en Chine, au Maroc et aux Emirats Arabes Unis ; et enfin, le vaccin aux protéines recombinantes comme celui de Sanofi – Pasteur associé à GSK.

On se demande comment le Pape peut être aussi mal informé ? Ce qui reste le plus choquant c’est de constater qu’il ne sait pas de quoi il parle : il répète le discours de la propagande sans la moindre lueur critique dans ses propos, sans la moindre interrogation, sans la moindre précaution, sans le moindre bon sens …

Mais le covidisme papal ne va pas s’arrêter là, hélas !

2 –  ZOOM INDICATEUR SUR LE VATICAN

Quelques semaines à peine avant la déclaration par l’OMS sur la « fausse pandémie », comme l’a qualifiée le Ministère de l’Intérieur allemand, le Pape François recevait au Vatican les membres éminents du « Conseil pour le capitalisme inclusif ». Il avait annoncé que le Vatican conclurait une « alliance mondiale » avec les grandes banques mondiales, les entreprises internationales et les fondations mondialistes pour créer un conseil économique visant à redistribuer la richesse à travers le monde ! Bien, formidable le projet !

Cette initiative mondialiste, appelée « Le Conseil pour le capitalisme inclusif avec le Vatican » (The Council for Inclusive Capitalism with the Vatican), s’est présentée comme une organisation pro-capitaliste qui visait à créer « des économies et des sociétés plus fortes, plus justes et plus collaboratives ». Le groupe d’élite, qui s’appelle lui-même « Les Gardiens » (The Guardians), se qualifie de « collaboration historique de PDG et de dirigeants mondiaux travaillant avec la direction morale du pape François pour exploiter le pouvoir des affaires pour de bon », dit texto leur site Internet.

Selon le communiqué de presse du Conseil, le partenariat avec le Vatican signifiait « l’urgence d’unir les impératifs moraux et commerciaux pour réformer le capitalisme en une force puissante pour le bien de l’humanité. » Madame Lynn Forester de Rothschild déclarait dans une vidéo : « Nous répondons au défi du pape François de créer des économies plus inclusives qui répartissent plus équitablement les bénéfices du capitalisme et permettent aux individus de réaliser leur plein potentiel ». 

Ces fameux anges « Gardiens », épris d’humanisme et d’altruisme soucieux de justice et de liberté pour tous, sont pourtant la même bande mégalomaniaque habituelle de mondialistes faite d’entreprises et d’organisations multi nationales qui se partagent la mission de « mobiliser le secteur privé pour créer un système économique plus inclusif, durable et fiable », dixit son site internet. Dans cette liste des « Gardiens », on trouve aux côtés du Pape François les PDG de Visa, Mastercard, Bank of America …etc, Johnson & Johnson et BP, ainsi que le secrétaire général de l’OCDE, le président de la Fondation Ford Darren Walker, le président de la Fondation Rockefeller Rajiv Shah et l’envoyé spécial des Nations Unies pour le climat, Mark Carney. Ce projet s’inscrit curieusement dans celui du Forum Économique Mondial de Davos, qui avec les Nations Unies et d’autres institutions ont appelé à se saisir de cette « fenêtre d’opportunité » de la « pandémie » pour déclencher un « Great Reset », afin de réorganiser le système capitaliste mondial en un ordre mondial transhumaniste socialiste qui éliminerait la propriété privée et la monnaie.

C’est aussi ce qui est récapitulé précisément dans l’ouvrage « Great Reset » publié par le créateur du FEM,  Klaus Schwab.

Le Pape fait donc aujourd’hui partie de cette bande de mondialistes fermement décidée, par cette mise en scène invraisemblable, d’installer pour de bon le Nouvel Ordre Mondial. Visa, Mastercard, British Petroleum, Johnson & Johnson, la Banque Rothschild…et d’autres milliardaires avec eux, sont évidemment d’authentiques bienfaiteurs de l’humanité, toutes ces organisations n’ont jamais rien fait d’autre que de se soucier du bien des hommes et en particulier des plus pauvres, se faisant même les collaborateurs effacés et dévoués posthumes de Mère Teresa !

Tous ces gens-là disent vouloir créer « un système économique plus inclusif » et contribuer à atteindre les objectifs de développement durable incluant une nouvelle amélioration des mesures environnementales et sociales ? Le transhumanisme est une chance, une évolution bienfaitrice pour l’humanité qui pourra enfin atteindre l’idéal de ce « capitalisme inclusif », fait de justice et d’égalité, éliminant naturellement les « inutiles » ou les « substituables » ! « Le Vatican est avec nous », « Dieu avec nous » (Gott Mit Uns), on y revient !

Pourtant, l’injection Johnson & Johnson, ainsi que les autres injections, dites anti-Covid, sont dangereuses comme l’analysait et le soulignait si bien Axel Kahn dans « L’Usine Nouvelle » et avec lui tant d’autres experts dont nous avons découvert les analyses tout au long de cette année et demie passée, sur mondialisation.ca. (le généticien Axel Kahn, L’Usine Nouvelle, 27-11-2020).

N’est-ce pas exemplaire, touchant, émouvant même : « Le capitalisme a créé une énorme prospérité à l’échelle mondiale, mais il a aussi laissé trop de gens pour compte, a entraîné la dégradation de notre planète et n’inspire pas largement confiance dans la société », déclarait Lynn Forester de Rothschild, fondatrice du Conseil et associée directrice d’Inclusive Capital Partners.

Les Rothschild sont les principaux actionnaires du système mondial de banque centrale. Il y a déjà longtemps, le souci de la « Société fabienne » vis-à-vis de l’organisation internationale fut articulé dès le début dans les documents Fabiens (voir Fabian Committee) comme le « Gouvernement International » qui fut à l’origine de la création, trois ans plus tard, de la Société des Nations, qui fut remplacée en 1945 par l’Organisation des Nations unies reprenant un certain nombre de ses agences et organismes.

Or, il faut absolument savoir que le concept de « l’Agenda 21 » est profondément ancré dans la pensée et la stratégie fabienne. En effet, la Base fabienne de 1887 — que tous les membres devaient signer et respecter — stipule ceci :

« La Société fabienne est composée de socialistes. Elle vise donc à réorganiser la société par l’émancipation de la terre et du capital industriel de la propriété individuelle et à leur attribution en communauté pour le bénéfice général. De cette manière, seuls les avantages naturels et acquis du pays peuvent être équitablement partagés par l’ensemble du peuple. La Société travaille donc à l’extinction de la propriété privée et en conséquence de l’appropriation individuelle, sous la forme d’un loyer, un prix à payer pour l’autorisation d’utiliser la terre, ainsi que des avantages des sols et des territoires. »

Cette pensée fait partie du programme « Great Reset », en effet. C’est pourquoi, les États actuels du monde occidental, ont sous le coude le projet de nationalisation des biens privés, comme en Espagne où il est dit que cette décision sera prise au « nom de la défense nationale », afin d’assurer au pays les moyens financiers de sa dette… Dans cette radicalisation des idées de la Société Fabienne, il y a quelque chose d’erroné, car les oiseaux ont leur nid, les animaux sauvages ont leur tanière, les insectes ont aussi leur abri. Chaque espèce a un lieu de repos inviolable où il peut défendre sa vie, la protéger des prédateurs. Il est naturel d’avoir un toit pour se protéger. 

Si bien des humains n’ont pas trouvé ce droit, cela ne permet pas d’en conclure qu’il faut abolir la propriété privée ! Si des humains n’ont pas leur toit et un endroit où se reposer en toute sécurité, c’est parce que la répartition des richesses est injuste. L’immense masse des richesses se trouvent injustement entre les mains de quelques uns. C’est là qu’est l’erreur et non pas dans le fait d’avoir sa maison, un abri pour se protéger… Un avenir communaliste n’est pas un avenir communiste. Il y a donc derrière tout cela la volonté évidente d’un contrôle acharné sur les personnes individuelles et sur les groupes : en d’autres mots, une abolition de toute liberté. Cela ne se peut, même pas avec la menace d’une pandémie nouvelle. La liberté est l’une des principales valeurs de l’homme.

Mais, au-delà de cette idéologie utopiste, depuis sa création, la Société fabienne entretenait des objectifs obscurs. Beatrice Potter Webb admirait le fondateur de l’eugénisme, Francis Galton. L’un des quatre fondateurs principaux de la Société fabienne, George Bernard Shaw, admirait le chef du parti national-socialiste, Adolf Hitler, et son programme génocidaire.

Nous constatons qu’aujourd’hui, l’Agenda 21/2030, respecte en tous points les objectifs eugéniques et totalitaires de la Société fabienne. Le Dr Igor Shepherd écrit : « La grande réinitialisation (Great Reset) est un gouvernement mondial planifié de style régime communiste, actuellement en cours (par la force) via la pandémie Covid-19 pré-planifiée et canularisée. C’est un programme mondial totalitaire qui est devenu populaire en 1987 grâce aux Nations Unies. Il s’intitulait ‘Agenda 21’, car l’objectif était de réinitialiser complètement tous les gouvernements et économies du monde d’ici 2021. » Voilà qui devient très clair pour ceux qui font travailler leur cervelle et s’abstiennent de hurler au « complotisme » parce qu’ils n’ont aucun argument valable à proposer face à l’évidence de ce projet écrit noir sur blanc !

Le « Conseil pour le capitalisme inclusif avec le Vatican » (The Council for Inclusive Capitalism with the Vatican) a été fondé par Lynn Forester de Rothschild, une femme d’affaires américano-britannique qui est la directrice générale d’E. L. Rothschild, une société holding qu’elle possède avec son troisième mari, Sir Evelyn Robert de Rothschild, membre de la famille Rothschild. Elle siège actuellement au conseil d’administration d’Estée Lauder Companies, de The Economist Group, de Bronfman-Rothschild, de E. L. Rothschild LP et de Christies International. (Cf., Wikipedia.org)

Elle est membre du Council on Foreign Relations (États-Unis), de Chatham House (Royaume-Uni), de l’Institute for Strategic Studies (Royaume-Uni), de l’International Advisory Council of Asia House (Royaume-Uni) et de la Foreign Policy Association (États-Unis).

3 –  LE PAPE A DECOUVERT

Après ce zoom d’investigation sur ce qui se passe au Vatican, on comprend mieux le covidisme papal et sa participation active à la « canularisation » de la « pandémie » comme au vaccinalisme qui en est issu! 

À l’ouverture d’une conférence TEDx le 16 décembre 2010, David Mayer de Rothschild disait : « Je suis un grand fan de Google, alors j’ai pensé, voyons quel est le message général sur la nature et je ne suis pas surpris. Lorsque vous cherchez ce qu’est la nature, la première chose qui se présente est : «la nature est L’église de Satan ». (…) J’aime le fait que c’est comme si la nature était une île gastronomique tropicale. Mais c’est comme si la nature était l’église de Satan. Donc je veux profiter de cette opportunité pour dire que si c’est l’église de Satan, je suis un adorateur du diable. Je vais le dire maintenant : j’aime Satan. » (sur Youtube, à partir de 1:38 minutes). Sous le couvert d’une plaisanterie, David de Rothschild, le plus jeune héritier de la fortune bancaire de sa famille, proclamait qu’il était en fait au service de la « Bête » à laquelle son employé Macron faisait allusion le 22 mai 2020.

La question qui nous intéresse est donc la suivante : Comment le Pape François a-t-il pu entrer dans une telle « alliance mondiale » et cautionner la mise en scène de la « pandémie » en parlant ex cathedra des « vaccins » et de la « vaccination » comme étant éthique et quasi le devoir moral de tout catholique ?!

 Le 13 février 2020, le Pape disait pourtant :

« … Relativiser les choses et entrer en « négociation » avec les dieux de l’argent, de la vanité et de l’orgueil…c’est une chute avec anesthésie, tu ne t’en aperçois pas, mais lentement on glisse, on relativise les choses et l’on perd la fidélité à Dieu… »

Personnellement, j’ai la forte impression que le Pape a été sérieusement « anesthésié », en effet, pour déclarer de tels mensonges comme étant la vérité, issus de la manipulation, hors de toute vérification soigneusement documentée, allant jusqu’à rendre obligatoire au Vatican la « vaccination » qui n’en est pas une et qui, entre 6 mois et 5 ans, aura probablement tué ceux qui auront accepté cette injection sans « consentement éclairé », dont les laboratoires se défaussent en cas de problèmes, aux effets secondaires déjà désastreux et aux morts déjà innombrables… (Cf., conférence du Dr Shawn Brooks MD ;  VID_20210820_140130_660.mp4)

Mais plus rien ne semble étonnant ! Souvenons-nous que l’opération « Ratisbonne », organisée en collaboration entre l’État français, propriétaire et assureur de la Cathédrale Notre Dame et le Vatican, devait provoquer une catastrophe suffisamment choquante pour éveiller la générosité des milliardaires et l’arrivée « providentielle » de dons capables de lancer enfin les restaurations nécessaires de cet édifice prestigieux de la mémoire chrétienne et de la France. 

En effet, la cathédrale était dans un état lamentable et, en pleine crise économique ayant déclenché la révolte des Gilets jaunes, l’État responsable du patrimoine n’avait pas les sommes astronomiques d’argent pour assurer une restauration d’une telle importance. L’État français s’était donc tourné vers des donateurs américains, mais l’appel eut des effets insuffisants. Il fut contraint de s’adresser au Vatican qui avait un intérêt particulier à ce que la cathédrale soit restaurée. Mais lui aussi, bien qu’immensément riche, se trouvait dans une crise financière sans précédent. De concert, ils organisèrent donc ce qui leur sembla être la seule solution : créer un choc redoutable et risqué pour éveiller l’émotion populaire ainsi que la réaction des donateurs milliardaires. L’opération « Ratisbonne » fut donc organisée et elle fut un succès, puisque les dons arrivèrent aussitôt dans la poche de l’État qui pouvait ainsi assurer la reprise des travaux sur Notre Dame.

(Pour les détails de l’opération, voir Patrick Jaulent, « Notre Dame brûle », 2è édition étendue, auto-publication d’un spécialiste du renseignement)

Une rumeur circule actuellement disant que le Pape François aurait été « opéré d’une inflammation des diverticules » ! Ce récit est, de toute manière, celui que la secrétairerie d’État du Vatican et les médecins ont mis au point pour les besoins de la communication. Rien ne sera jamais révélé sur ce qui se passe réellement pour le Pape François piqué au Pfizer à nanoparticules de graphène, comme jamais d’autopsie n’a été faite ou du moins déclarée, pour déterminer les causes de la mort du Pape Jean-Paul 1er. Le secret est la règle dans ce monde qui affirme que « l’Église n’est pas une démocratie et ne saurait l’être », dixit Jean-Paul II. Comme par hasard, son schéma totalitaire avec le modèle de sa « pensée unique », (de son dogme), semble être celui qui s’impose actuellement à tous les pays d’Occident…

Nous sommes priés de nous soumettre, de cautionner, d’adhérer à une croyance dans l’État qui décide ce qui est le bien du peuple. Il s’agit d’une croyance, la croyance en un État théocratique, sachant le bien et le mal du peuple. Il est demandé aux citoyens d’obéir les yeux fermés, d’exécuter les ordres et commandements de l’État souverain, représentant non pas le peuple, mais Dieu qui commande au peuple, le contraire de la démocratie qui veut que le peuple commande et que l’État obéisse. Les dirigeants ont reçu la révélation suprême de ce qui est vrai, juste et bon pour le peuple. Le peuple a donc l’obligation d’obéir, de se soumettre à la loi théocratique incarnée en France par Macron le dieu des dieux, Jupiter.

Voilà pourquoi, les récalcitrants, désobéissants, opposants, réfractaires, résistants à la loi théocratique, devaient être punis. Pour cela il ne serait plus possible de vivre librement. Il ne serait plus possible de « choisir en donnant un consentement éclairé ». Tout serait obligatoire, contraint, sanctionné, censuré, maltraité, pour la pire des soumissions : celle qui consiste à laisser un pouvoir faire ce qu’il veut sur nos corps livrés à son bon plaisir !

Jean-Yves Jézéquel

 

Pour aller plus loin :

François : «Le pape de Washington» ? Le cardinal Jorge Mario Bergoglio et «la guerre sale» d’Argentine

Par Michel Chossudovsky

 

SOURCES :

Vatican : « Discours du Père François aux membres du Conseil pour un capitalisme inclusif ». Libreria Editrice Vaticana, 11 novembre 2019.

Robin Gomes : Pope: economics without ethics leads to “throw-away” culture. Vatican News, December 08, 2020.

Communiqué de presse — Cision – PR Newswire : The Council for Inclusive Capitalism with the Vatican, A New Alliance Of Global Business Leaders, Launches Today. Council for Inclusive Capitalism, New York, December 08, 2020. [Version française]

Hannah Brockhaus : Council for Inclusive Capitalism launches partnership with Vatican. Catholic News Agency, December 9, 2020.

Jack Kelly : Pope Francis Partners With Corporate Titans To Make Capitalism More Inclusive And Fair: Is This For Real Or Just Corporate Virtue Signaling?. Forbes, December 9, 2020.

Jamie White : « Vatican Enters “Global Alliance” with Rothschilds, Rockefeller Foundation & Big Banks To Create Great Reset ». InfoWars, December 9th 2020.

Leonard Woolf : « International government. Together with a project by Fabian Committee for a Supernational Authority that will prevent War ». Introduction by Bernard Shaw. Fabian Research Department, Brentano’s, New York 1916.

George Bernard Shaw : « Basis of the Fabian Society », in: The Fabian Society : its early history. Fabian Society, tract n ° 41, 2nd ed., London, p. 31.

Guy Boulianne : « La grande réinitialisation selon un ancien officier du KGB, le Dr Igor Shepherd : Le nouvel ordre mondial communiste post-Covid 19 ». Publié le 10 décembre 2020.

Mgr Luigi Marinelli, « Via col vento in Vaticano”, collectif I Millenari, éditions Kaos, 1999.

Patrick Jaulent, Notre Dame brûle, 2è édition étendue, auto-publication d’un spécialiste du renseignement.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-covidisme-le-vaccinalisme-et-le-pape/5659460

Dans SANTE

SELON L’UNICEF, UN MILLIARD D’ENFANTS EN DANGER DANS LE MONDE A CAUSE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Par Le 21/08/2021

UNICEF: Un milliard d’enfants en danger à cause du changement climatique

UNICEF: Un milliard d’enfants en danger à cause du changement climatique

folder_openFAITS DIVERS access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par Sputnik

Dans sa première analyse complète des risques climatiques du point de vue des mineurs, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) indique que les enfants de Guinée-Bissau, du Tchad, du Nigeria et de la République centrafricaine sont les plus susceptibles de voir leur santé et leur éducation menacée.

Le changement climatique met un milliard d'enfants en danger dans le monde, s'alarme le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Dans sa première analyse complète des risques climatiques du point de vue des mineurs, l'agence onusienne indique que les enfants de Guinée-Bissau, du Tchad, du Nigeria et de la République centrafricaine sont les plus susceptibles de voir leur santé et leur éducation menacée.

Dans cette étude intitulée «La crise climatique est une crise des droits de l'enfant», l'UNICEF évalue la situation dans plusieurs pays, en tenant compte des cyclones, des vagues de chaleur et de l'accès des enfants aux services essentiels.

Environ un milliard d'enfants, soit près de la moitié des mineurs dans le monde, vivent dans l'une des 33 nations classées «à risque extrêmement élevé», prévient-on alors même qu'ils ne sont responsables en réalité que de 9% des émissions mondiales de CO2.

Ces enfants sont exposés à «une combinaison fatale de chocs environnementaux et climatiques, avec une grande vulnérabilité due au manque de services d'eau et d'assainissement, de soins de santé et d'accès à l'éducation», souligne le rapport. «Pour la première fois, on dispose d'une image complète de la manière dont les enfants sont vulnérables au changement climatique», a indiqué la Directrice exécutive de l'UNICEF, Henrietta Fore qui a affirmé que les droits des enfants sont menacés car ils n'ont pas accès à l'air pur, à l'eau potable, à la nourriture, au logement et à l'éducation, sans compter le risque d'être exploités.

Le rapport de l'UNICEF comporte également l'indice de risque climatique des enfants, qui révèle des données marquantes: 240 millions d'enfants sont fortement exposés aux inondations côtières ; 400 millions de personnes sont fortement exposées aux cyclones ; 600 millions d'enfants sont fortement exposés aux maladies à transmission vectorielle; 815 millions d'enfants sont fortement exposés à la pollution par le plomb; 820 millions d'enfants sont fortement exposés aux vagues de chaleur ; 920 millions d'enfants sont fortement exposés au manque d'eau et 1 milliard d'enfants sont fortement exposés à des niveaux élevés de pollution atmosphérique.

D'autre part, les 10 nations qui émettent le plus de dioxyde de carbone sont responsables de 70% des émissions mondiales.

L'UNICEF rappelle que, par rapport aux adultes, les enfants ont moins de chances de survivre aux événements climatiques extrêmes et sont plus sensibles aux produits chimiques toxiques, aux changements de température et aux maladies. Un appel a été lancé par l'agence onusienne aux gouvernements et aux entreprises pour augmenter les investissements dans l'adaptation au climat, réduire les émissions de gaz à effet de serre et fournir aux enfants une éducation climatique afin qu'ils puissent s'adapter et se préparer aux effets du changement climatique.

https://french.alahednews.com.lb/41173/296

 

enfants unicef changement climatique

Dans SANTE

VISITE DE CASTEX DANS LES LANDES : LA CGT SANTE DENONCE DES PROPOS STIGMATISANTS A L’EGARD DES SOIGNANTS. LA CGT OPPOSEE A LA VACCINATION OBLIGATOIRE

Par Le 26/06/2021

Santé - Sciences

Visite de Jean Castex dans les Landes : la CGT dénonce des propos stigmatisants à l'égard des soignants

Vendredi 25 juin 2021 à 14:42 - 

Par France Bleu GascogneFrance Bleu

Pontonx-sur-l'Adour

 

Lors de leur visite à Mont-de-Marsan, ce jeudi 24 juin, le Premier ministre a menacé de rendre la vaccination des soignants obligatoire s'ils ne sont pas tous vaccinés d'ici la fin de l'été. Selon Olivier Véran, une soignante est à l'origine du cluster de l'Ehpad de Pontonx-sur-l'Adour.

Jean Castex à Mont-de-Marsan, ici au côté de la préfète des Landes

Jean Castex à Mont-de-Marsan, ici au côté de la préfète des Landes © Radio France - Lou Bourdy

Le syndicat CGT est en colère après les déclarations de Jean Castex et Olivier Véran, ce jeudi 24 juin lors de leur visite  à Mont-de-Marsan. Le ministre de la santé affirme que "manifestement", c'est une soignante non vaccinée qui est à l'origine du cluster apparu à l'Ehpad de Pontonx-sur-l'Adour : une vingtaine de contaminations, trois hospitalisations mais aucun cas grave. "Cette accusation, qui pourrait être lourde de conséquences psychologiques pour l’agent incriminé, ne repose sur aucune preuve expliquée ou argumentée auprès des médias" écrit la CGT Santé et Action sociale des Landes dans un communiqué envoyé à la presse ce vendredi 25 juin. "Les propos du Premier ministre et du ministre de la santé sont stigmatisants et discriminatoires envers les personnels de santé " réagit Yannick Jacobsoone, le secrétaire général de la CGT Santé et Action sociale dans les Landes.

La CGT s'oppose à la vaccination obligatoire

Dans le même temps, le Premier ministre a lancé un appel solennel aux soignants pour qu'ils soient tous vaccinés avant la fin du mois d'août. "Il faut que, d'ici la fin de l'été, la vaccination soit quasi complète, sinon, effectivement, il faudra prendre nos responsabilités " a déclaré Jean Castex. Dans ce même communiqué, la CGT Santé et Action sociale des Landes "s'interroge sur les motivations réelles du Premier Ministre et du ministre de la Santé et des Solidarités en visite dans le département. Ils dévoilent clairement leur ambition de rendre la vaccination obligatoire pour les professionnels de santé. Une mesure qui interviendrait dans une période où les centres de vaccination connaissent une baisse de fréquentation." 

A la question faut-il rendre la vaccination obligatoire ? Yannick Jacobsoone, le secrétaire général de la CGT Santé et Action sociale dans les Landes répond : "A la CGT, on n'est pas contre la vaccination, on est pour le libre-choix des individus à se faire vacciner en toute connaissance de cause. Avoir le nombre de personnel nécessaire pour pouvoir appliquer correctement le protocole sanitaire et travailler dans de bonnes conditions, ça permettrait aussi d'éviter la propagation des virus." 

Coronavirus Covid-19

Seniors - Personnes âgées

Vaccins

Leila BenjellounFrance Bleu Gascogne

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/viste-de-jean-castex-dans-les-landes-la-cgt-denonce-des-propos-stigmatisant-a-l-egard-des-soignants-1624624447

Dans SANTE

LES TEMOIGNAGES DES DRAMES POST-VACCINATION S’ACCUMULENT CHAQUE HEURE. HALTE A LA VACCINATION DES ENFANTS! STOP DESINFORMATION MEDIATIQUE (1)

Par Le 23/06/2021

Les témoignages des drames post-vaccination s’accumulent chaque heure

HALTE A LA VACCINATION COVID DES ENFANTS ! STOP DESINFORMATION  MEDIATIQUE[1]

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 22 juin 2021

nouveau-monde.ca

Thème: 

 9   0  1 

 

  32

Un nouveau cri d’alarme !

En attendant que les médias fassent leur travail comme cela commence en Allemagne avec le journal Bild[2] qui fait son mea culpa ou en Irlande où un grand journal titre sur les morts de la vaccination,[3] combien faudra-t-il d’articles, de vidéos pour informer nos concitoyens de l’horreur de cette substance génique appelée vaccin, sans en avoir les caractéristiques, à l’intérêt nul pour les enfants qui ne risquent rien du covid et ne transmettent pas le virus, dont les risques sont loin d’être négligeables, en particulier cardiaques ?

Même l’agence du médicament français ANSM enquête sur le lien entre myocardites et thérapie génique. Quand on connait leur lenteur à la détente, il y a de quoi être inquiet…[4]

La litanie quotidienne du frère ou du copain moqueur fier de se vacciner et mort six semaines plus tard, des personnalités qui ont vanté le pseudo-vaccin à la télé italienne américaine anglaise ou française qui disparaissent brutalement d’une crise cardiaque… Deux présentateurs de la télévision britannique, un espoir du tennis de 12 ans, un mannequin et une célèbre youtubeur handicapé féru de sport et suivi par 260.000 personnes qui avait fait la pub du vaccin il y a quelques semaines, meurent brutalement de crise cardiaque et même un footballeur de l’Inter de Milan, danois qui s’écroule sur le stade et s’en tire avec un défibrillateur. Quel sera son avenir sportif, et les assurances vont -elles l’indemniser à hauteur de ses pertes financières ?  Ce jour une infirmière argentine meurt brutalement quelques jours après le vaccin et presque toujours le même scénario brutal.

Hasard ? Coincidence me dira-t-on ? Ça commence à faire beaucoup et s’additionne aux chiffres des agences comme le Vaers aux USA, l’EMA, l’ANSM, ou anglaise.[5]

LA PROPAGANDE DE LA BBC MISE EN CAUSE

Le cri d’alerte du jour succédant aux appels de collègues américains en particulier est celui d’un groupe de médecins britanniques accusant  la BBC de diffuser des déclarations simplistes et biaisées sur la vaccination des enfants (juin 17, 2021). Ils demandent à tous de diffuser largement leur lettre ouverte.

La UK Medical Freedom Alliance a envoyé cette lettre ouverte  au Professeur Devi Sridhar concernant l’épisode de BBC Newsround (7 juin 2021) faisant la promotion de la vaccination Covid pour les enfants.

La UK Medical Freedom Alliance a envoyé cette  lettre de plainte au professeur Sridhar en réponse aux déclarations qu’elle a faites dans l’émission BBC Newsround, diffusée dans la plupart des écoles britanniques, qui comprenait plusieurs affirmations fausses ou trompeuses. Par exemple, les vaccins Covid-19 seraient sûrs à 100 %,  les enfants devraient se faire vacciner pour protéger leurs parents et  les avantages pour les enfants seraient supérieurs aux risques.

INVRAISEMBLABLE TRIPLE MENSONGE : les pseudo-vaccins sont dangereux, incapables d’empêcher les transmissions et les enfants ne transmettent pas le covid.

L’injection ne protègerait pas leurs parents, si même il était éthique de leur demander cela, mettre leur vie en péril pour un risque mineur de maladie pour leurs parents jeunes à risque infiniment faible de mourir du covid.

« Présenter un message aussi simplifié et biaisé est, à notre avis, profondément irresponsable, relève de la propagande et a un impact négatif sur le processus de consentement pleinement éclairé. Nous avons demandé au professeur Sridhar de retirer immédiatement l’intégralité de son message et de présenter des excuses publiques claires pour avoir déformé les faits relatifs aux problèmes de sécurité des vaccins Covid-19 chez les enfants. »

Veuillez partager cette lettre aussi largement que possible sur vos canaux de médias sociaux et avec les journalistes, les médias, les célébrités et autres. Merci pour tous et en particulier les enfants.

Lettre ouverte de l’Alliance britannique pour la liberté médicale adressée à :
Professeur Devi Sridhar concernant l’épisode de BBC Newsround (7 juin 2021) sur les vaccins anti-covid pour les enfants.

“Nous aimerions partager avec vous notre lettre ouverte à la MHRA datée du 7 juin 2021 concernant les vaccins Covid-19 pour les enfants.[6]

Cette lettre est une réponse à votre récente apparition sur BBC Newsround, où vous avez fait plusieurs déclarations qui ne sont absolument pas soutenues par des preuves scientifiques.

Les préoccupations sont principalement liées, mais pas limitées, aux points suivants :

« Vous déclarez que l’avantage du vaccin pour les enfants serait qu’ils n’auraient alors « pas à s’inquiéter de Covid-19 ». Les enfants sont déjà dans une position où ils n’ont pas à s’inquiéter du Covid-19, car le risque pour eux est proche de zéro.

Vous affirmez qu’un autre avantage serait qu’ils sont alors susceptibles de ne pas infecter leurs parents.

Les enfants ne jouent pas un rôle majeur dans la transmission, et les essais réglementaires ne prouvent pas non plus que les vaccins empêchent la transmission.

Il s’agit clairement d’une déclaration destinée à provoquer une réaction émotionnelle de culpabilité suivie d’un sentiment de devoir, et en tant que telle, il s’agit de propagande plutôt que de conseils factuels.

Vous affirmez que le principal inconvénient du vaccin est qu’il s’agit d’une « autre injection dans votre bras ».

Il s’agit d’une déformation grossière des risques connus et inconnus d’effets indésirables graves potentiels des vaccins Covid-19 pour les enfants.

Nous sommes sûrs que vous savez que le CDC aux Etats-Unis a convoqué une réunion d’urgence, spécifiquement pour discuter des centaines de cas de myocardite survenus chez des jeunes après la vaccination[7]

Des effets potentiellement mortels et des décès ont été signalés chez de jeunes adultes et des enfants aux Etats-Unis et en Israël, ce à quoi vous ne faites pas du tout référence.

Vous trouverez les références pertinentes à tous ces points dans notre lettre ouverte.

Dans la situation actuelle, marquée par l’incertitude et la peur, le public se tourne vers les professionnels pour obtenir des conseils équilibrés.

Présenter un message aussi simplifié et biaisé est, à notre avis, profondément irresponsable. Lorsqu’il s’adresse spécifiquement à un groupe d’enfants vulnérables, il est impardonnable.

Nous notons que la version actuellement accessible de votre déclaration sur Newsround a déjà été expurgée, car vous avez initialement affirmé que le vaccin Pfizer-BioNTech était sûr à 100 %.

Vous deviez être conscient que le fait de déclarer toute intervention médicale sûre à 100 % sape la crédibilité de quiconque.

Modifier un article après qu’il a déjà été diffusé et visionné par un très grand nombre de personnes et d’enfants, sans explication ni excuses publiques, est très irrégulier. Le commentaire à la fin de la transcription écrite, se contentant de noter une correction, ne touchera pas la majorité du public qui a entendu et assimilé votre affirmation initiale.

Nous vous demandons donc de retirer immédiatement l’intégralité de votre message et de présenter des excuses publiques claires pour avoir déformé les faits relatifs aux problèmes de sécurité des vaccins Covid-19 chez les enfants”.

14 juin 2021

« Nous demandons que votre rétractation et vos excuses soient diffusées aussi largement que votre message initial, et plus particulièrement à toutes les écoles où ce matériel a pu être montré à des enfants.

Nous attendons une réponse confirmant que vous avez pris les mesures appropriées, ou justifiant les raisons pour lesquelles vous ne l’avez pas fait.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.
Alliance britannique pour la liberté médicale www.ukmedfreedom.org

Cc : BBC
Rt. Hon. Gavin Williamson – Secrétaire d’Etat à l’Education
Rt. Hon. Oliver Dowden – Secrétaire d’État au numérique, à la culture, aux médias et aux sports Shirley-Anne Somerville – Secrétaire d’État écossaise à l’éducation et aux compétences » 

En conclusion

Les témoignages de drames post vaccination y compris chez des enfants s’accumulent chaque heure… Il suffit d’ouvrir Tweeter ou Telegram pour trouver une nouvelle histoire tragique de parents ayant perdu leur fils de 32 ans pour rien et qui veulent alerter sur les réseaux sociaux faute de pouvoir s’exprimer sur les grandes chaines de télévision.

Tous ceux qui participent à la désinformation auprès des enfants et de leurs familles porteront le poids de ces décès, mais aussi de ces enfants devenus invalides à vie, pour RIEN, pour soutenir inconsciemment le projet funeste de quelques milliardaires contre l’Humanité.  Tous  ceux qui par leur silence contribuent à l’accumulation de nouvelles victimes.

Les responsables commencent à être mis en cause comme le Dr Fauci dont le Sénat américain demande le licenciement dans une nouvelle conférence de presse.[8]Nous y reviendrons, mais personne ne peut être sûr de son impunité. Tous les tyrans tombent un jour. Tâchons de limiter le nombre de victimes dans cette attente.

Nicole Delépine

 

 

Notes :

[1] Un groupe de médecins accuse la BBC de diffuser des déclarations simplistes et biaisées sur la vaccination des enfants – Children’s Health Defense Europe (childrenshealthdefense.eu)

[2] https://youtu.be/dgvmHdttEEc

[3] https://twitter.com/i/status/1405256231778926599

[4] Cas de myocardite : l’ANSM retient un “rôle possible” du vaccin Pfizer (europe1.fr) 

[5] How can the UK Gov. make these mandatory ? – 20th update on Adverse Reactions to the Covid Vaccines shows 949,287 Adverse Reactions & 1,332 Deaths – Daily Expose

[6] UKMFA Urgent Open Letter to the MHRA re Emergency Authorisation of the Pfizer Covid-19 vaccine for Children (ukmedfreedom.org)
60c886afa15a510c85059d51_UKMFA_Open_Letter_Devi_Sridhar.pdf (childrenshealthdefense.eu) 

[7] https://www.dailymail.co.uk/news/article-9672233/The-Latest-WHO-warns-delta-variant-hold-Europe.html

[8] https://youtu.be/UYVAZkXcYOg

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/les-temoignages-des-drames-post-vaccination-saccumulent-chaque-heure/5657626

Dans SANTE

Dre NICOLE DELEPINE : VACCINER LES ADOLESCENTS CONTRE LE COVID-19 : STUPIDITE MATHEMATIQUE, MEDICALE, ETHIQUE

Par Le 23/06/2021

Vacciner les adolescents contre le covid: stupidité mathématique, médicale, éthique

Par Dre Nicole Delépine

Mondialisation.ca, 21 juin 2021

nouveau-monde.ca/ 19 juin 2021

Thème: 

Analyses: 

 20   10  0 

 

  30

Alors que l’hystérie vaccinale prospère encore en France malgré les alertes multiples sur les décès entraînés par la vaccination et de graves accidents invalidants, il faut avertir une nouvelle fois que vacciner les enfants et adolescents contre le covid19 est une grave faute éthique, médicale, scientifique. N’embarquez pas vos enfants dans cette galère.

Au 12 juin 2021, l’agence européenne du médicament rapporte[1] 13 867 décès en rapport avec l’injection et 1 354 336 incidents graves.[2]

Et ce ne sont que les effets indésirables précoces reconnus par l’agence, faisant évidemment l’impasse sur les effets secondaires à moyen terme, probables (fausses couches à répétition en Israël et Grande–Bretagne) et à long terme inconnus, mais craints par les généticiens (augmentation des cancers, des maladies auto-immunes, stérilité ?). Bref, de tels points d’interrogation devraient rendre les plus raisonnables prudents et on s’étonne de l’attitude de militants bio anti-OGM qui n’hésitent pas à s’injecter des thérapies géniques non testées.

Efficacité de la propagande. Comment réagiront les journalistes devant l’évidence des complications niées consciencieusement dans leurs émissions. Les vaccins H1N1 et contre la grippe aviaire avaient été interdits par la FDA après quelques dizaines de décès en rapport avec l’injection. Pourquoi ce silence après de milliers de morts ?

Et en parallèle, rappelons que le covid19 n’a pas touché les enfants sans maladies préalables potentiellement léthales.

Depuis le début du #covid19 :

de 0 à 9 ans : 5 décès avec des comorbidités graves ;

de 10 à 19 ans : 9 décès causés par des comorbidités graves.

Alors, comment accepter le pseudo-impératif arithmétique ?
Maths que de délires commet-on en ton nom ?

Stupidité arithmétique

Tout récemment[3] Mr Fischer,[4] professeur de génétique médicale et de recherche en thérapie génique, en charge de la stratégie vaccinale du gouvernement[5] prétendait : « la vaccination des mineurs de plus de 12 ans est un impératif arithmétique pour se rapprocher de l’immunité de groupe contre le Covid-19 » après avoir précisé : qu’il fallait « vacciner 90 % des 12 à 100 ans » pour parvenir à l’immunité de groupe.

Comment peut-il arriver à ce chiffre ?

Rappelons tout de même que ce professeur, lié à la fondation Rothschild est responsable de la vaccination obligatoire des nourrissons depuis 2018 imposée par Mme Buzyn mise à l’abri des poursuites judiciaires par son statut international à Genève, en marchant allégrement sur les rapports des professionnels de santé et du panel de la société civile qui s’étaient déclarés opposés à l’obligation pure et simple.[6]

Alors l’impératif arithmétique pour le vaccin anticovid des ados du Pr Fischer fait grincer des dents

Dans aucun des grands pays démocratiques occidentaux, la couverture vaccinale anticovid partielle (au moins une dose) n’a dépassé les 64 %, même lorsqu’une propagande mensongère intense, associée à une censure féroce des opposants et des menaces d’obligation ou de pass vaccinaux ont été utilisées (comme en Israël et en Grande-Bretagne).

Au 14 juin 2021, le pourcentage de vaccinés (à au moins une dose) n’atteint que 64 % au Canada, 62 % en Israël et en Grande-Bretagne et ne progresse plus guère. De plus, ces chiffres ne concernant que ceux qui ont reçu une dose, les vaccinés complets (à deux doses) sont partout inférieurs à 50 %.

Dans ces pays, les moins de 18 ans représentent moins de 25 % de la population et ceux de 12 à 18 ans environ 8 % de la population globale. Comme il est totalement illusoire d’espérer vacciner plus d’un tiers d’entre eux, leur vaccination augmenterait de moins de 3 % la couverture vaccinale globale dans la population, restant bien loin des 90 % considérés comme nécessaires, d’après les laudateurs de la prétendue immunité vaccinale de groupe.

Monsieur Fischer, brillant professeur, ne saurait-il plus compter ? Ou bien cette apparente aberration arithmétique, qui met en colère les vrais mathématiciens qui se sentent manipulés, ne constitue-t-elle qu’un argument de propagande vaccinale marchande de plus ? Pourquoi ce choix de décevoir tant de ses admirateurs ?

Aberration médicale ou manipulation : proposer la vaccination aux ados comme antidépresseur !

Dans cette interview, le professeur Fischer, après avoir reconnu que les mineurs « n’ont qu’un risque sanitaire minime face au Covid-19 » et que « l’idée de vacciner les ados à la place des adultes réticents est éthiquement inacceptable », prétend aussi qu’ils pourraient « tirer un bénéfice individuel au sens social et psychologique », car « ils paient un trop lourd tribut à la pandémie avec des décrochages scolaires et des impacts psychologiques très lourds pour les jeunes privés de collège ou de lycée, car la vaccination va réduire le risque de fermeture d’établissements à la rentrée ».

Son aplomb n’est pas digne de sa réputation et de son passé et rappelle plutôt celui de racketteurs ou de violeurs qui expliquent à leur victime qu’elles ne seront pas battues si elles se plient à leurs exigences. Le covid et sa gestion depuis 18 mois rend fous trop de compatriotes. Il faut en sortir.

Les troubles psychiques considérables[7] et le massacre éducatif, sportif et social dont souffrent actuellement les jeunes ne sont absolument pas dus au covid qui ne les a quasiment pas atteints, mais uniquement aux mesures sanitaires inutiles coercitives et humiliantes dont ils ont été victimes.[8]

Pour faire disparaître ces complications, il suffirait de reconnaître que l’épidémie est quasiment finie en France[9], que les jeunes n’en ont jamais été responsables[10]et de supprimer immédiatement toutes les mesures dictatoriales, sans aucun fondement scientifique, qui leur nuisent gravement.

Une affirmation contraire à la vérité scientifique

Dans son interview, Monsieur Fischer affirme : « on sait que les ados participent autant que les adultes à la circulation du virus, donc il faut y aller ». Cette affirmation est totalement contraire aux données actuelles de la science.

En effet, toutes les études épidémiologiques publiées depuis 18 mois montrent que les enfants ne participent pas à la transmission virale. De même la persistance ou la reprise des activités scolaires ne se sont accompagnées nulle part d’une reprise de l’épidémie. Après 18 mois d’épidémie et plus de 175 millions d’infectés, aucun cas de transmission du virus par un enfant infecté n’a pu être formellement démontré selon l’analyse des publications PubMed internationales (plus de onze mille sur covid et enfant).

Les enquêtes sur les cas identifiés en milieu scolaire suggèrent que la transmission d’enfant à enfant à l’école est rarissime (si elle existe)[11][12]

Plus de 20 études épidémiologiques dans une dizaine de pays ont recherché opiniâtrement des contaminations à partir d’enfants de moins de 18 ans : aucune n’a pu mettre en évidence un seul exemple réellement probant.

L’étude de l’INSERM[13] est très démonstrative. L’enfant des Contamines a été en contact, alors qu’il était malade, avec 172 personnes, dont 112 élèves et professeurs dans trois écoles et un ski-club. Il n’a contaminé personne, même pas les deux autres enfants de sa fratrie.

L’étude de l’institut Pasteur[14] sur les écoles primaires de Crépy-en-Valois a porté sur 1340 personnes, dont 139 infectées (81 adultes et 58 enfants). Parmi 510 élèves de six écoles primaires, ils ont identifié trois enfants de trois établissements différents qui étaient infectés au moment où les écoles étaient encore ouvertes. Aucun de ces trois enfants n’a contaminé quiconque, qu’il s’agisse d’autres élèves ou d’adultes.

L’étude Coville, du groupe Activ (Association clinique et thérapeutique infantile du Val-de-Marne) dirigé par le professeur Robert Cohen, vice-président de la Société française de pédiatrie, a porté sur 600 enfants, de la naissance à l’âge de 15 ans permet de conclure que : « sans histoire de Covid parental, l’enfant n’a rien. »[15]

Aux Pays-Bas,[16] les enfants âgés de 0 à 17 ans ne représentent que 1,3 % de tous les patients déclarés avec COVID-19, bien qu’ils représentent 20,7 % de la population. Seulement 0,6 % des hospitalisations signalées concernaient des enfants de moins de 18 ans. Il n’y a pas de rapport d’enfants décédés du COVID-19. Une étude des ménages aux Pays-Bas a rapporté des données sur 116 enfants de 1 à 16 ans et les résultats préliminaires ont montré que rien n’indique que les enfants de moins de 12 ans aient été les premiers infectés de la famille.

En Irlande,[17] avant la fermeture des écoles, aucun cas de contamination scolaire n’a été détecté parmi les 924 enfants et 101 adultes au contact de six infectés (trois enfants, trois adultes).

En Australie,[18] 9 élèves et 9 membres du personnel infectés par le SRAS-CoV-2 dans 15 écoles ont eu des contacts étroits avec un total de 735 élèves et 128 membres du personnel. Seules 2 infections secondaires ont été identifiées, aucune chez le personnel adulte. 1 élève du primaire a été potentiellement infecté par un membre du personnel. Australian National Centre for Immunisation Research and Surveillance

En Suisse[19]: sur un total de 4310 patients atteints du SRAS-CoV-2, 40 étaient âgés de moins de 16 ans (0,9 %). Parmi les 111 contacts familiaux positifs des enfants étudiés, les mères prédominaient (n = 39), suivies des pères (n = 32), des frères et sœurs pédiatriques (n = 23), des frères et sœurs adultes (n = 8) et des grands-parents (n = 7).

En Finlande, un enfant de 12 ans qui allait à l’école durant sa maladie a été en contact avec 121 personnes et n’en a contaminé aucune.

En Grèce, l’analyse épidémiologique de 23 clusters touchant 109 personnes (66 adultes et 43 enfants) n’a retrouvé aucun cas de transmission à partir d’un enfant.

En Israël, une poussée de covid est apparue dix jours après la réouverture des écoles et des universités. Le rôle d’un employé super contaminateur a été clairement mis en évidence, mais aucun cas de contamination certaine à partir d’un enfant n’a été établi.

Et Benjamin Lee et William V. Raszka confirment dans la grande revue pédiatrique américaine[20]: « dans la transmission du COVID-19, l’enfant n’est pas à blâmer. »

Les conclusions du centre européen de contrôle des maladies infectieuses sont également claires :

« les preuves issues de la recherche des contacts dans les écoles et les données d’observation d’un certain nombre de pays de l’UE montrent que la réouverture des écoles n’a pas été associée à une augmentation de la transmission communautaire.

« Les données disponibles indiquent également que les fermetures d’établissements de garde d’enfants et d’enseignement ne constituent pas une mesure de contrôle efficace pour la transmission communautaire du COVID-19 et que de telles fermetures ne fourniraient probablement pas une protection supplémentaire significative de la santé des enfants, car la plupart développent une forme très légère COVID-19. »

Ceux qui culpabilisent les enfants en les accusant de transmettre le virus[21] ne citent que de vagues études de laboratoire, ou des simulations reposant sur des hypothèses fausses, ou la découverte de foyers scolaires dus aux adultes à leur contact, mais jamais d’études épidémiologiques sérieuses dans le monde réel.

La médecine, c’est d’abord la clinique et ceux qui ont osé accuser les enfants de risquer de tuer leurs grands-parents à travers des clips télévisés émotionnels, sans aucune preuve scientifique de ces accusations, seront à l’origine de multiples dégâts à court, moyen, voire long terme, et en particulier des épidémies de suicide, y compris chez les très jeunes enfants. Le journal Bild allemand, un des plus grands en Allemagne vient de s’excuser auprès de la population des mensonges diffusés à la demande du gouvernement et en particulier de la maltraitance des enfants.

Stupidité médicale : dans le monde réel, les vaccins covid actuels sont incapables d’assurer une immunité de groupe

Les avocats de la vaccination prétendent qu’il serait nécessaire d’atteindre le plus haut taux de vaccination (70 %-90 %) pour stopper l’épidémie.

Mais cette fausse affirmation ne repose, une fois de plus, que sur des simulations mathématiques qui se sont très lourdement trompées tout au long de cette crise sanitaire.

Dans la vie réelle, tous les pays qui ont atteint de très hauts pourcentages de vaccination antiCovid, loin d’être protégés, sont ceux qui souffrent des plus hauts taux de propagation du virus et de mortalité pendant au moins 6 à 12 semaines. Rappelons quelques exemples à l’aide des courbes officielles de l’OMS sur lesquelles nous avons ajouté nos commentaires en rouge.

Gibraltar (34 000 habitants)

Dans ce micro-État la vaccination de la totalité de la population a été suivie d’une multiplication par 4 des contaminations et par 19 de la mortalité (de 10 à 95)

Les Seychelles sont un petit pays d’environ 100 000 habitants dont la ressource principale est le tourisme. Elles avaient été relativement épargnées par l’épidémie et ne comptaient, après 9 mois d’épidémie, que 502 cas confirmés et un décès. La vaccination a commencé début janvier 2021 et après l’injection de près de 140 millions de doses, le taux de couverture vaccinal global dépasse les 70 % et approche les 90 % chez les adultes.

Mais 6 mois après le début de la vaccination, le bilan est passé à 12 466 cas confirmés (+2500 %) et 42 morts, et le nombre de nouvelles contaminations hebdomadaires reste deux fois plus élevé qu’avant vaccination. Et les Seychelles ont depuis la vaccination subi un confinement.

Une poussée post vaccinale de nouvelles contaminations comparable a été observée sur l’Île de Man

Et de pareilles évolutions post vaccinales catastrophiques ont touché plus de trente pays.

L’exemple démonstratif de la Grande-Bretagne

Ce pays est partout cité comme exemple de l’efficacité de la vaccination par les médias et son gouvernement qui ne parlent jamais ni de l’hécatombe post vaccinale précoce qui a suivi les vaccinations ni des résultats globaux attestés par l’OMS et très peu de la reprise actuelle de l’épidémie que la vaccination était censée empêcher. Examinons les faits, les chiffres officiels de l’OMS.

La Grande-Bretagne est le champion européen de la vaccination. La campagne de vaccination a commencé le 8 décembre 2020 et a touché plus de 62 % de la population. Mais, un mois après la vaccination, les mois de janvier et février 2021 ont établi les records de mortalité mensuelle totalisant à eux seuls près du quart de la mortalité britannique attribuée au Covid depuis le début de l’épidémie.

Après cette hécatombe post vaccinale, les responsables de la vaccination et le gouvernement anglais se sont flattés du faible taux de contamination qui a suivi en même temps que l’épidémie régressait également en Europe (-85 % depuis avril 2021) dans les pays vaccinés comme dans les pays très peu vaccinés.

Mais depuis mai 2021, malgré son taux record de vaccinés, une augmentation des contaminations journalières (+ 300 %) est observée en Grande-Bretagne prouvant qu’un très haut taux de couverture vaccinale ne protège pas la population de l’épidémie.

Le 18 juin2021 la Grande-Bretagne très vaccinée comptait 10 809 nouvelles contaminations quotidiennes, soit quatre fois plus qu’en France (2775) deux fois moins vaccinée.

Heureusement, l’épidémie disparaît de France depuis avril, bien avant qu’un hypothétique effet de la vaccination puisse l’expliquer

AUCUN ARGUMENT RATIONNEL NE JUSTIFIE LA VACCINATION DES ADOS À MARCHE FORCÉE

Alors, pourquoi prendre le risque de vacciner les adolescents, alors que cette vaccination ne peut leur apporter aucun bénéfice personnel, et que les résultats cliniques dans les pays les plus vaccinés sont très inquiétants ?

Essais en cours sur les enfants aux États-Unis

La revue du 2 juin de Laure Gonlézamar pour France Soir[22] fait le point de la situation des éléments connus sur les essais en cours sur les enfants aux États-Unis.

« Depuis le 16 mars 2021, des essais menés par Moderna sont en cours aux USA et au Canada sur 6750 enfants et bébés âgés de 6 mois à 11 ans. D’autres essais sont en cours avec Pfizer et AstraZeneca. Les résultats ne sont pas encore publiés.

Le VAERS fait état de plusieurs dizaines de cas d’effets indésirables graves et dont des décès d’enfants et adolescents ayant reçu une ou plusieurs doses de Pfizer ou de Moderna. Les cas sont rapportés par des soignants ou les familles des patients, ce qui complique la fiabilité des sources.

Néanmoins, voici deux exemples issus du VAERS, l’un d’une petite de 2 ans et l’autre d’une jeune fille trisomique de 15 ans, toutes deux décédées.

On ne compte plus les témoignages de proches de victimes sur les réseaux sociaux… qui disparaissent rapidement, comme par magie ; notamment sur YouTube et Facebook. Plusieurs groupes du réseau social n°1 mondial rassemblant diverses expériences malheureuses de vaccinés ont tout simplement été fermés.

On peut raisonnablement se poser des questions. Certaines vérités ne semblent pas « désirées », car seule compte la propagande vaccinale.

En Israël, pays ayant complètement vacciné 56,6 % de sa population avec les deux doses, des voix s’élèvent contre la vaccination des enfants, car des cas de myocardites chez des patients jeunes ont été rapportés ».

Pas de risque du covid pour les enfants et ados, risque des vaccins non négligeables et inconnus. Pourquoi vacciner ? Pour un voyage ? Mais le pass vaccinal est en train de sauter et vous pourrez bientôt voyager librement.

Vous avez la vie devant vous, ne prenez pas le risque de la gâcher !

Nicole Delépine

 

Notes :

[1]13,867 dead and 1,354,336 injuries in European database of adverse drug reactions for COVID-19 shots | The BL

[2] Total reactions for the experimental mRNA vaccine Tozinameran (code BNT162b2, Comirnaty) from BioNTech/Pfizer:
6,732 deaths and 502,162 injuries.
14,819 Blood and lymphatic system disorders incl. 74 deaths
11,018 Cardiac disorders incl. 843 deaths
90 Congenital, familial and genetic disorders incl. 5 deaths
6,146 Ear and labyrinth disorders incl. 3 deaths
216 Endocrine disorders
7,119 Eye disorders incl. 17 deaths
45,616 Gastrointestinal disorders incl. 332 deaths
140,516 General disorders and administration site conditions incl. 2,079 deaths
387 Hepatobiliary disorders incl. 28 deaths
5,436 Immune system disorders incl. 32 deaths
15,632 Infections and infestations incl. 711 deaths
5,552 Injury, poisoning and procedural complications incl. 94 deaths
11,782 Investigations incl. 260 deaths
3,730 Metabolism and nutrition disorders incl. 129 deaths
71,816 Musculoskeletal and connective tissue disorders incl. 84 deaths
295 Neoplasms benign, malignant and unspecified (incl cysts and polyps) incl. 21 deaths
90,427 Nervous system disorders incl. 692 deaths
330 Pregnancy, puerperium and perinatal conditions incl. 11 deaths
100 Product issues
8,902 Psychiatric disorders incl. 99 deaths
1,547 Renal and urinary disorders incl. 103 deaths
2,052 Reproductive system and breast disorders incl. 3 deaths
21,055 Respiratory, thoracic and mediastinal disorders incl. 777 deaths
23,678 Skin and subcutaneous tissue disorders incl. 60 deaths
750 Social circumstances incl. 9 deaths
222 Surgical and medical procedures incl. 15 deaths
12,929 Vascular disorders incl. 251 deaths

[3] Interview au Journal du dimanche daté du 13 juin. Rapportée par Le Monde et l’AFP

[4] Vice-président du conseil d’administration de l’Institut Pasteur (2005-2011) et Membre du conseil de gouvernance de la Fondation Edmond de Rothschild.

[5] dans une interview au Journal du dimanche

[6] « Pour être honnête, on voit mal où s’est glissée la démocratie sanitaire dans cette concertation. Comme si la notion de débat était perçue comme une contrainte ou un mal nécessaire, et non comme un passage obligé. Même les jurys citoyens se sont plaints que l’on n’ait pas fait état de leurs conclusions. Questionnés ainsi par l’Agence de presse médicale, il ressort que les avis des jurys divergeaient des propositions du comité sur plusieurs points. Par exemple, les avis des jurys relatifs à la sécurité des vaccins n’ont pas été pris en compte. Le jury de professionnels de santé souhaitait, pour sa part, que le ministère de la Santé soutienne les recherches sur les effets de la vaccination à moyen et long terme et il proposait de saisir une commission parlementaire sur les adjuvants. Cela n’a pas été retenu, ni même évoqué. Et lors de la présentation, Alain Fischer a balayé toutes ces réticences, bien rapidement. »
Vaccination, le rendez-vous manqué de la concertation – Libération (liberation.fr) 

[7] dont des suicides d’enfants très jeunes.

[8] Et qui se poursuivent via la répression des manifestations festives post bac !

[9] D’après le réseau sentinelle, l’incidence actuelle du covid en France est inférieure à 5/100000 et moins de 5000 nouvelles contaminations quotidiennes y sont recensées contre plus de 8000 en Grande-Bretagne championne européenne de la vaccination

[10] La fête de la musique, le carnaval de Marseille, les fêtes de Bordeaux et les rave parties qui ont été sanctionnées par de très nombreuses amendes, dispersions policières musclées, plaintes préfectorales, de garde à vue pour « mise en danger de la vie d’autrui » n’ont jamais été à l’origine de clusters prouvés.

[11] Jonas F Ludvigsson Children are unlikely to be the main drivers of the COVID-19 pandemic – A systematic review Acta Paediatr 2020 Aug; 109(8):1525-1530. doi: 10.1111/apa.15371. Epub 2020 Jun 17.

[12] Indrė Stacevičienė A cross-sectional study of screening for coronavirus disease 2019 (COVID-19) at the pediatric emergency department in Vilnius during the first wave of the pandemic Eur J Pediatr25 févr.2021.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7906570/pdf/431_2021_Article_3999.pdf[

[13] Kostas DANIS et al pour Santé Publique France Cluster of coronavirus disease 2019 (Covid-19) in the French Alps, 2020 Clinical Infectious Diseases Oxford University Press for the Infectious Diseases Society of America.

[14] A Fontanet et al SARS-CoV-2 infection in primary schools in northern France: A retrospective cohort study in an area of high transmission medRxiv 2020

[15] Anne Jouan Exclusif Covid-19 : les enfants accusés… et innocentés Paris Match 09/05/2020

[16] National Institute for Public Health and the Environment. Ministry of health, welfare, and sport. Netherlands. Children and COVID-19. Available:
https://www.rivm.nl/en/novel-coronavirus-covid-19/children-and-covid-19

[17] Heavey L, Casey G, Kelly C, et al. No evidence of secondary transmission of COVID-19 from children attending school in Ireland, 2020. Euro Surveill 2020; 25 :2000903.

[18] Centre national de recherche et de surveillance de la vaccination. COVID-19 dans les écoles – L’expérience en NSW. Nouvelle-Galles du Sud, Australie : Centre national de recherche et de surveillance sur l’immunisation ; 2020Google Scholar

[19] Posfay-Barbe KM, Wagner N, Gauthey M, et al. COVID-19 in Children and the Dynamics of Infection in Families. Pediatrics. 2020; 146(2):
https://pediatrics.aappublications.org/content/146/2/e20201576

[20] Benjamin Lee and William V. Raszka COVID-19 Transmission and Children: The Child Is Not to Blame Pediatrics August 2020, 146 (2) e2020004879; DOI:
https://doi.org/10.1542/peds.2020-004879

[21] Dont les responsables d’un spot télévisuel mensonger qui montrent un enfant qui vient embrasser sa grand-mère à domicile et que l’on accuse d’être responsable de son hospitalisation trois semaines plus tard

[22] Devons-nous vacciner nos enfants contre le Covid-19 ? (francesoir.fr)

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca/

Copyright © Dre Nicole Delépinenouveau-monde.ca/, 2021

https://www.mondialisation.ca/vacciner-les-adolescents-contre-le-covid-stupidite-mathematique-medicale-ethique/5657581

Dans SANTE

LA SANTE DE DIZAINES DE MILLIONS DE PERSONNES MENACEE PAR LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Par Le 23/06/2021

La santé humaine sous la menace du réchauffement climatique

La santé humaine sous la menace du réchauffement climatique

folder_openFAITS DIVERS access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

La santé de dizaines de millions de personnes sera fragilisée par la malnutrition, les sécheresses et les maladies liées au changement climatique dans les décennies à venir, alerte un projet de rapport des experts climat de l'Onu.

Beaucoup de ces effets sont déjà inévitables à court terme, préviennent les scientifiques du Giec dans ce rapport sur les impacts du réchauffement, qui doit être publié en 2022.

Alimentation:

Jusqu'à 80 millions de personnes supplémentaires seront menacées par la faim d'ici 2050, conséquence en cascade de mauvaises récoltes, d'une baisse de la valeur nutritive de certains produits et d'une envolée des prix.

«La santé humaine repose sur trois piliers: la nourriture, l'accès à l'eau et le logement. Or ils sont vulnérables et menacent de s'effondrer», analyse Maria Neira, directrice du Département de l'environnement, des changements climatiques et de la santé de l'Organisation mondiale de la Santé.

Le manque d'eau pourrait mettre en péril la riziculture dans 40% des régions productrices, alors que la production mondiale de maïs a déjà chuté de 4% depuis 1981 en raison du changement climatique, le mil et le sorgho de 20% et 15% respectivement.

La fréquence des mauvaises récoltes augmente régulièrement depuis 50 ans et la multiplication d'événements météo extrêmes touchera de plus en plus la production.

L'apport protéinique tiré du riz, du blé, de l'orge ou des pommes de terre devrait chuter entre 6% et 14%, des carences dont seront victimes 150 millions de personnes supplémentaires.

30% de hausse des prix de l'alimentaire

S'ajoutera la pression sur les terres liée à la demande croissante en biocarburants ou à la plantation d'arbres pour séquestrer le carbone.

Tous ces facteurs pousseront les prix à la hausse d'environ 30% d'ici 2050.

Ce qui placera plus de 180 millions d'habitants ayant de faibles revenus au bord de la malnutrition chronique.

Danger très inégalement réparti, l'Afrique et l'Asie du Sud-Est concentrant 80% des personnes menacées.

Autre conséquence, plus de 10 millions de cas supplémentaires de malnutrition ou de rachitisme infantile sont attendus en Afrique ou en Asie d'ici 2050.

Les régions du monde «où les productions agricoles seront le plus affectées par le climat (...) sont aussi celles où les populations souffrent déjà de forts taux de malnutrition», relève Elizabeth Robinson, professeure d'économie environnementale à l'université britannique de Reading.

Eau:

Côté approvisionnement en eau, un peu plus de la moitié de la population mondiale est en situation d'insécurité.

Et près de 75% des approvisionnements en eaux souterraines - principale source d'eau potable pour 2,5 milliards d'humains - pourraient être impactés par le changement climatique d'ici 2050, alors que la fonte des glaciers a déjà «fortement affecté le cycle de l'eau» (cours d'eau, mers, évaporation, pluie) souligne le résumé exécutif de ce rapport de 4.000 pages.

Des phénomènes qui pourraient entraîner d'ici 2050 le déplacement de 30 à 140 millions de personnes en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique Latine et amputer le PIB mondial d'un demi-point.

Maladies:

Le réchauffement agrandit les territoires propices aux vecteurs de maladies, notamment les moustiques.

D'ici 2050 la moitié des habitants de la planète pourrait être exposée à la dengue, la fièvre jaune ou des virus comme zika.

Les ravages du paludisme ou de la maladie de Lyme vont s'amplifier et les décès liés aux diarrhées infantiles augmenter au moins jusqu'au milieu du siècle, malgré le développement socio-économique.

Les maladies liées à la qualité de l'air, notamment la pollution à l'ozone, typique des vagues de chaleur, vont aussi «substantiellement augmenter».

«Il y aura également des risques accrus de contamination de l'eau ou des aliments» par les toxines maritimes, avertit le rapport.

Systèmes de santé:

Les experts du Giec anticipent aussi des pressions sur les systèmes de santé, comme celles apparues pendant la pandémie du Covid-19, avec leurs «conséquences importantes et négatives pour les plus vulnérables».

«Le Covid a mis en évidence les lignes de fracture dans nos systèmes de santé», souligne Stephanie Tye, chercheure à l'ONG World Resources Institute, qui n'a pas participé à l'élaboration du rapport.

«Les effets du changement climatique mettront encore plus à l'épreuve les systèmes de santé, pour des périodes encore plus longues et de façons que nous n'appréhendons pas encore complètement».

 

climat sante

https://french.alahednews.com.lb/40457/296

Dans SANTE

L'AVARICE EST LA MERE DE TOUS LES MAUX!

Par Le 16/06/2021

15 Juin 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-06-13 18:58:32

      

Par : Guillermo Alvarado

Alors que le monde prend conscience des énormes inégalités pour accéder  aux vaccins contre le covid-19, contrôlés par un petit groupe de pays développés, la triste nouvelle s'est répandue qu'aux États-Unis, la date de péremption de millions de doses est très proche.

L'information a été donnée par le Wall Street Journal, un média conservateur et pas du tout suspect de réveiller la sympathie chez les progressistes, les socialistes ou l'opposition.

Bien qu'un chiffre exact ne soit pas communiqué, il est question d'un grand nombre de vaccins notamment de la société pharmaceutique Johnson & Johnson, se trouvant dans des entrepôts fédéraux avec seulement quelques semaines de validité. Cette situation affecte également des vaccins d'autres sociétés.

Selon la source, le problème est que certains de ces vaccins ont cessé d'être appliqués en raison de l'apparition d’effets indésirables chez les personnes vaccinées tels que le thrombus. Cela explique pourquoi la vaccin Pfizer est le préféré.

Les Centres de Control et Prévention de Maladies  ont signalé que sur les 21 millions de vaccins Johnson & Johnson achetés par le gouvernement, seulement la moitié ont été administrés, tandis que 83 % de vaccins Pfizer et Moderna ont été utilisés.

Des dizaines de milliers de RDV ont été annulés et, dans l'ensemble, le rythme de la campagne de vaccination aux États-Unis a ralenti.

Les vaccins Johnson & Johnson peuvent rester au réfrigérateur pendant 3 mois, une période qui a une prolongation suspecte au cours des dernières heures ; ceux de Pfizer expirent après six mois et ceux de Moderna ont une durée de vie sous congélation de six mois.

Même si des dons sont faits à d'autres pays, comme Joe Biden l'a fièrement annoncé en Europe jeudi, il y a un risque qu'ils soient appliqués au-delà de la date de péremption et qu'ils ne produisent pas l'immunité attendue.

Il est probable que le pays le plus riche du monde puisse facilement supporter le coût de ces pertes, mais c'est une réalité choquante quand on sait, par exemple, qu'en Haïti, les plus pauvres de l'hémisphère occidental, pas un seul vaccin contre le nouveau coronavirus n'a encore été appliqué.

 Même des institutions non humanitaires, telles que l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques, ont exprimé leur inquiétude quant à l'accès inégal à la protection face à une pandémie qui nous met tous en danger.

Les pays riches se sont précipités pour accumuler des vaccins au-delà de leurs besoins, ce qui, à la longue, a montré que tôt ou tard l’avarice devient la mère de tous les maux.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/260561-lavarice-est-la-mere-de-tous-les-maux

Tag(s) : #Covid19

Dans SANTE

BILL GATES, VACCINATIONS, MICROPUCES ET BREVETS 060606

Par Le 16/06/2021

Bill Gates, vaccinations, micropuces et brevet 060606

Par Leonid Savin

Mondialisation.ca, 15 juin 2021

Oriental Review 29 avril 2021

Thème: 

Analyses: 

 4   1  0 

 

  5

Il existe de nombreuses théories de conspiration – certains croient que les reptiliens dirigent le gouvernement américain et d’autres croient que Coca-Cola utilise le sang des bébés chrétiens pour produire ses boissons gazeuses. Il y a des gens qui ont vu des « chemtrails » et d’autres qui préconisent de porter des chapeaux d’aluminium en regardant la télévision pour se protéger des ondes destructrices de lavage de cerveau. Souvent, les prophéties de l’Écriture sont interprétées comme un commentaire sur une découverte ou un événement technologique. Mais il existe aussi des faits rationnels qu’il n’est pas logique de nier parce qu’ils sont documentés. Il s’agit notamment de l’existence du club Bilderberg, du projet MK-Ultra de la CIA et du financement par l’Open Society de Soros d’activités politiques douteuses dans un certain nombre de pays.

Le cas décrit ci-dessous se rapporte à un fait officiellement documenté, bien qu’il ait quelque chose de plutôt « biblique ». Le brevet WO/2020/060606 a été enregistré le 26 mars 2020. La demande de brevet a été déposée par Microsoft Technology Licensing, LLC, dirigée par Bill Gates, le 20 juin 2019 et, le 22 avril 2020, le brevet a obtenu le statut international. Le titre du brevet est : « Système de crypto-monnaie utilisant les données d’activité corporelle ».

Alors, quelle est cette invention que les gens de Microsoft ont décidé de breveter ? Le résumé de la demande de brevet en ligne indique :

« L’activité du corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur peut être utilisée dans un processus de minage d’un système de crypto-monnaie. Un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d’un utilisateur qui est couplé de manière communicative au serveur. Un capteur couplé de manière communicative à ou compris dans le dispositif de l’utilisateur peut détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Les données d’activité corporelle peuvent être générées sur la base de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur. Le système de crypto-monnaie couplé de manière communicative au dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont à une ou plusieurs conditions définies par le système de crypto-monnaie, et attribuer des crypto-monnaies à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées. »

En d’autres termes, une puce sera insérée dans le corps qui surveillera l’activité physique quotidienne d’une personne en échange de crypto-monnaie. Si les conditions sont remplies, alors la personne reçoit certains bonus qui peuvent être dépensés pour quelque chose.

Une description détaillée de l’ « invention » fournit 28 concepts sur la façon dont le dispositif pourrait être utilisé.

Elle fournit également une liste de pays auxquels l’invention est destinée. Il s’agit essentiellement de tous les membres des Nations unies et de quelques organisations régionales spécifiées séparément – l’Office européen des brevets, l’Organisation eurasienne des brevets et deux organisations africaines de protection de la propriété intellectuelle.

Bien que l’insertion de micropuces dans le corps n’ait rien de nouveau – le programme maçonnique d’identification des jeunes enfants fonctionne depuis un certain temps aux États-Unis, et les personnes se qualifiant de cyborgs arborent divers implants – l’implication de Microsoft est intéressante. Et pourquoi le brevet a-t-il reçu le numéro de code 060606 ? S’agit-il d’une coïncidence ou d’un choix délibéré de ce qui est désigné dans le livre de l’Apocalypse comme le nombre de la bête [diable]?

Le nom de Bill Gates est constamment mentionné ces jours-ci en rapport avec ses intérêts dans les entreprises pharmaceutiques, les vaccinations et le financement de l’OMS. Bien que les médias mondialistes tentent de présenter Bill Gates comme un grand philanthrope et de le protéger des attaques et des critiques par tous les moyens possibles, il est peu probable qu’ils puissent dissimuler tout un réseau de connexions.

L’entreprise de Bill Gates est impliquée dans un autre projet – le projet d’identification numérique ID2020 Alliance. Sur la page d’accueil du site, on peut lire que le projet s’intéresse à la question des droits numériques depuis 2016. En 2018, l’Alliance a travaillé avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Outre Microsoft, l’Alliance comprend la Fondation Rockefeller, le studio de design IDEO.org (dont les bureaux sont situés à San Francisco et à New York), le cabinet de conseil Accenture et Gavi, l’Alliance pour les vaccins – une société qui promeut et distribue activement divers vaccins dans le monde. Le secrétariat de l’Alliance est basé à New York.

Il est révélateur que Gavi, the Vaccine Alliance couvre principalement les pays d’Afrique et d’Asie. En Europe, l’organisation n’est active qu’en Albanie, en Croatie, en Moldavie et en Ukraine, et, dans le Caucase, en Géorgie, en Arménie et en Azerbaïdjan. Gavi, l’Alliance du Vaccin a également des liens avec la Fondation Bill & Melinda Gates, le Groupe de la Banque Mondiale, l’Organisation Mondiale de la Santé et l’UNICEF. Tous ces organismes figurent sur la liste des partenaires fondateurs !

Depuis février 2020, Gavi, l’Alliance pour les vaccins, se concentre sur la pandémie de coronavirus. Le PDG de l’organisation est le Dr Seth Berkley. Bien que le siège de Gavi, l’Alliance pour les vaccins soit à Genève, Berkley lui-même, épidémiologiste de formation, est originaire de New York. Depuis la fin des années 1980, il a travaillé pendant huit ans à la Fondation Rockefeller et est membre du Council on Foreign Relations. Il est également membre du conseil consultatif de l’Acumen Fund, basé à New York.

Ainsi, un autre lien a été trouvé. Il est probablement préférable de laisser les interprétations théologiques du numéro de brevet aux experts en religion, mais il est clair qu’il existe des liens étroits entre des organisations et des entreprises comme la Fondation Rockefeller, Microsoft, le lobby pharmaceutique et le Groupe de la Banque mondiale, sans parler des fournisseurs de services secondaires.

Ils essaient de jouer le rôle d’un gouvernement supranational en mettant constamment l’accent sur le fait que, de nos jours, les gouvernements nationaux ne peuvent pas faire face seuls aux épidémies, aux maladies, aux famines, etc. Mais, comme la Chine l’a montré, ils le peuvent.

L’Occident ne peut et ne veut pas le reconnaître, en grande partie parce qu’il ne veut pas partager le pouvoir. Ainsi, les médias mondialistes poursuivront leurs campagnes d’information, où le blâme sera placé n’importe où sauf sur l’Occident. Il est révélateur qu’en ce moment même, alors que des informations supplémentaires sur le coronavirus commencent à émerger, les fausses histoires sur le rôle de la Chine dans l’épidémie se multiplient et les statistiques sont manipulées.

Leonid Savin

Source de l’image en vedette : Oriental Review

Article original en anglais :

Bill Gates, Vaccinations, Microchips, and Patent 060606, publié sur Global Research, le 12 mai 2021.

L’article en anglais a été publié initialement sur le site Oriental Review

Traduction par Maya pour Mondialisation

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

Leonid Savin est un analyste géopolitique, rédacteur en chef de Geopolitica.ru, fondateur et rédacteur en chef du Journal of Eurasian Affairs ; chef de l’administration du Mouvement international eurasien.

La source originale de cet article est Oriental Review

Copyright © Leonid SavinOriental Review, 2021

https://www.mondialisation.ca/bill-gates-vaccinations-micropuces-et-brevet-060606/5657411

Dans SANTE

COVID-19 : ASTRA ZENECA ANNONCE QUE SON TRAITEMENT EST INEFICACE

Par Le 16/06/2021

 

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Mis en ligne le 15/06/2021 à 17:55

L’efficacité sur les personnes exposées au virus n’a pas été prouvée

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca a annoncé mardi avoir subi un revers dans le développement d’un traitement contre le coronavirus, dont l’efficacité sur les personnes exposées au virus n’a pas été prouvée.

Il s’agit d’un traitement par anticorps, dont le nom de code est AZD7442 et qui doit permettre à la fois de prévenir et de traiter la maladie.

«L’essai n’a pas atteint le but principal de prévenir les cas de Covid-19 symptomatiques après exposition» au virus, a expliqué AstraZeneca dans un communiqué.

Des essais se poursuivent

Le traitement était en phase 3 de développement, c’est-à-dire en essais cliniques de grande ampleur afin de mesurer sa sûreté et son efficacité.

Les 1121 participants étaient des adultes de plus de 18 ans qui n’étaient pas vaccinés et qui ont été exposés à une personne contaminée au cours des huit jours précédents.

Le traitement n’a permis de réduire le risque de développer un Covid-19 avec symptômes que de 33%.

Des essais se poursuivent pour évaluer le remède sur des patients avant exposition au virus, et pour ceux qui ont développé des formes sévères.

Le développement de ce traitement est financé par le gouvernement américain, qui en retour avait conclu des accords avec AstraZeneca pour recevoir jusqu’à 700000 doses cette année.

Au total, la valeur des accords avec les Etats-Unis pour le développement du traitement et les doses en 2021 atteint 726 millions de dollars.

Dans son communiqué, AstraZeneca indique que des discussions sont en cours «concernant les prochaines étapes avec le gouvernement américain».

 

 

 

 

Des interrogations sur son vaccin contre le Covid-19

AstraZeneca est par ailleurs toujours confronté à des interrogations sur son vaccin contre le Covid-19, suspendu par plusieurs pays européens après de rares problèmes sanguins chez des personnes vaccinées.

Un haut responsable de l’Agence européenne des médicaments (EMA) est même allé jusqu’à estimer qu’il serait préférable d’arrêter le vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 pour toutes les tranches d’âge, y compris pour les plus de 60 ans, quand des alternatives sont disponibles.

Mais l’EMA a démenti et expliqué mardi que les propos de Marco Cavaleri dans le journal La Stampa dimanche avaient été mal interprétés.

«Il est clair que le rapport bénéfices-risques pour les individus de plus de 60 ans est même meilleur», selon une porte-parole.

Dans le même temps, une étude publiée lundi par les autorités sanitaires britanniques a révélé que deux doses des vaccins Pfizer/BioNTech ou AstraZeneca/Oxford protègent à plus de 90% contre les hospitalisations après avoir contracté le variant Delta du coronavirus, initialement apparu en Inde.

https://www.lunion.fr/id265957/article/2021-06-15/astrazeneca-annonce-que-son-traitement-anti-covid-est-inefficace?utm_source=mailing&mgo_eu=d00GTYF&utm_medium=email&utm_campaign=mediego-soir&mgo_r=ds9nRv9ORImi8FEzxNvzkw_3&utm_content=article-4

Dans SANTE

LE POUVOIR DE LA MASCARADE OU LA PUISSANCE DE LA VERITE ?

Par Le 14/06/2021

Le pouvoir de la mascarade ou la puissance de la vérité?

Par Marie-France de Meuron

Mondialisation.ca, 13 juin 2021

Le blog de Bien-être-soi

Thème: 

Analyses: 

 4   3  0 

 

  10

Nous avons passé de la présence d’un microorganisme à une covidémie qui prend des aspects de coronafolie. La mascarade permet de donner l’illusion aux gouvernements de gérer la population, tout en prétextant la protéger, alors qu’au fil du temps, les effets secondaires et collatéraux sont apparus toujours plus clairement, tant pour les masques que pour le confinement, de quoi affaiblir le système immunitaire.

Ce grand Souffle Sanitaire qui tente de traverser maintenant tous les citoyens avec des injections de thérapie génique – appelés vaccins ARNm pour en être plus attractives – se poursuit avec la mascarade du pass sanitaire, magistral prétexte pour mener à une obligation déguisée du vaccin.

Tout ce curiaçage international en cours a joui d’un certain soutien des populations médusées par la peur entretenue et qui se poursuit maintenant avec la préparation à la 4e vague.

Bien assis – plus ou moins confortablement – dans leurs postes de dirigeants, les décideurs sont de plus en plus confrontés aux nombreuses lézardes qui se forment et se renforcent dans la vie réelle et non pas dans cette existence qu’ils ont concoctée avec des oeillères  leur ayant permis de foncer en droite ligne. Mais la vie est aussi faite de courbes, de méandres et de multiples interrelations et interactions. Ses mouvances manifestent sous de multiples formes la vérité des forces qui animent notre univers.

Alors que la gouvernance mondiale s’est appuyée sur les médias publiques, des journalistes et des scientifiques indépendants d’esprit sont eux les porte-paroles de forces vives des peuples. Ils sont animés du courage de s’affirmer en solistes et de se dresser au-dessus de l’opinion unique. Ainsi, Bild ou Bild-Zeitung, quotidien allemand qui a la plus forte diffusion en Allemagne et en Europe occidentale, présente ses excuses pour la couverture médiatique anxiogène de la crise  Le rédacteur en chef du Bild a diffusé une vidéo sur YouTube – A signaler qu’elle a déjà disparu aujourd’hui de Google -, dans laquelle il déplore une gestion politique grave de la crise Covid vis-à-vis des enfants.

Sur un autre continent et dans une autre dimension, un journaliste relate : Comment les fanatiques ont conquis le monde.  Comprendre comment nos attentes d’une vie normale ont été si violemment contrecarrées, comment nos vies heureuses ont été brutalement écrasées, occupera les intellectuels sérieux pendant de nombreuses années. Mais au moins, nous avons maintenant une première ébauche de scénario historique.

D’autres journalistes se sont attelés à investiguer environ 3000 mails de Fauci , ce qui permet de constater les liens entre une certain monde médical qui, de l’être humain, s’est réduit à des personnages qui s’appuient sur des calculs très particuliers et focalisés, avec des intentions très matérialistes. Vous en trouvez  ici une présentation audio de 11minutes.

Des médecins développent la profondeur de ces révélations, eux qui sont proches des malades : Fauci : les gros mensonges du gourou démasqué  et dans Médecine du sens no 335 : L’affaire de la révélation des mails de Anthony Fauci : La chute de faucon noir

Une telle pièce de théâtre se joue d’abord dans  Les coulisses du coronavirus où nous pouvons suivre un guide, en fait une dame,  docteur en droit et analyste de géopolitique juridique internationale.

Par conséquent, sortons de notre myopie qui s’accroche à un virus, aussi couronné fût-il, pour reprendre une vision panoramique de notre univers et du micro-univers que nous sommes chacun-e. 

Marie-France de Meuron

Image en vedette : freepik.com

La source originale de cet article est Le blog de Bien-être-soi

Copyright © Marie-France de MeuronLe blog de Bien-être-soi, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-pouvoir-de-la-mascarade-ou-la-puissance-de-la-verite/5657379

Dans SANTE

UNE PANDEMIE ATOMIQUE

Par Le 13/06/2021

13 Juin 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-06-09 19:05:57

   

  

Par : Guillermo Alvarado

En 2020, quand la pandémie de Covid-19 a pratiquement paralysé une grande partie du monde et a envoyé un nombre énorme de familles au chômage et à la pauvreté, les dépenses en armes atomiques ont atteint 72 milliards de dollars, soit un milliard 400 millions de plus que l’année précédente.

C’est ce qu’a dénoncé à Genève, en Suisse, la Campagne internationale pour l’élimination des armes nucléaires, l’ICAN, une organisation non gouvernementale qui lutte pour éliminer ces engins mortels et qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2017.

C’est-à-dire que lorsque les progrès que l’humanité avait accomplis pour contenir les fléaux de la faim et de la pauvreté ont été anéantis par la crise sanitaire, les puissances atomiques ont trouvé un moyen de dépenser de l’argent qui aurait sauvé des millions de vies et évité l’effondrement mondial.

Autrement dit,  alors que les scientifiques, le personnel de santé, les institutions et quelques gouvernements se sont battus pour créer des vaccins, des traitements et sauver des vies, les fanatiques du feu nucléaire ont amélioré leurs arsenaux pour effacer la vie de la planète, ou la planète elle-même.

Bien sûr, les États-Unis ont été à la tête de cet effort, avec une dépense de 37,4 milliards de dollars.

Rappelons que l’ancien président de la principale puissance militaire, Donald Trump, a pris deux décisions qui ont accéléré cette course insensée qui ne garantit la sécurité de personne, mais nous met tous en danger.

La première a consisté à moderniser ses bombes et toute la technologie nécessaire pour les maintenir opérationnelles, c’est-à-dire en mesure d’être lancées à tout moment, tant celles qui sont sur leur propre territoire que dans plusieurs pays d’Europe et d’ailleurs.

Une autre mesure a consisté à abandonner le Traité sur les forces nucléaires de niveau intermédiaire que Washington avait signé avec la Russie, un pacte considéré comme historique qui ne réglait pas le problème de la prolifération de ces armes, mais servait à contenir une partie d’entre elles.

Cela a naturellement suscité des inquiétudes à Moscou, en Corée du Nord et en Chine et a encouragé d’autres pays comme le Royaume-Uni, la France, le Pakistan, l’Inde et Israël à suivre les pas du Pentagone.

Certains d’entre eux ont signé des contrats juteux avec des entreprises du secteur militaire, de la défense et de l’aérospatiale, qui ont réalisé d’énormes bénéfices.

Le rapport de l’ICAN dit que onze sociétés occidentales ont bénéficié de ces accords, mais celles qui ont reçu la plus grande part sont Northrop Grumman, General Dynamics, Lockheed Martin et Raytheon Technologies, toutes, à la surprise générale, des États-Unis !

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/260210-une-pandemie-atomique

Tag(s) : #ICAN#TIAN

Dans SANTE

COVID-19 : LE NOMBRE DE RDV POUR LA VACCINATION RELENTIT FAUTE DE CANDIDATS

Par Le 13/06/2021

 

Covid : un moindre engouement pour la vaccination qui commence à inquiéter

Le nombre de rendez-vous pris pour la vaccination fléchit. Pour l'heure, les doses trouvent toujours preneur à flux tendu. Mais les autorités sont sur le qui-vive et réfléchissent à des moyens pour garder le rythme, l'objectif étant de vacciner au maximum jusqu'à la mi-juillet.

 

En Île-de-France, 97 % des doses de vaccins Pfizer et Moderna sont utilisées.

En Île-de-France, 97 % des doses de vaccins Pfizer et Moderna sont utilisées. (ISA HARSIN/SIPA)

Par Solveig GodeluckPaul Turban

Publié le 10 juin 2021 à 16:25Mis à jour le 11 juin 2021 à 7:55

Plus de 40 % de la population française a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, et nettement plus de la moitié des adultes. Chaque jour, ce sont en moyenne quelque 570.000 doses de vaccins qui sont injectées. Pourtant, ce rythme soutenu pourrait être remis en cause par un moindre intérêt des non-vaccinés.

« Dans les pays qui ont le plus vacciné, c'est à partir de 50-55 % d'adultes vaccinés que la vaccination fléchit, alerte Aurélien Rousseau, le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France. Comme nous avons dépassé 50 %, il y a un risque, donc nous sommes en veille active pour vérifier qu'il n'y a pas de décrochage. »

Et dans la région capitale, certains voyants d'alerte commencent à s'allumer. L'ARS surveille chaque jour à la même heure combien de créneaux sont disponibles en Ile-de-France. Lundi à midi, c'était 5.000, mardi et mercredi, 13.000, contre 2.400 la semaine dernière. « Les rendez-vous mettent plus longtemps à être pris », observe Aurélien Rousseau.

De son côté, la plateforme de réservation Doctolib confirme que « certains centres ont encore des disponibilités à long terme ». Depuis l'ouverture de la vaccination aux plus de 18 ans, la recherche de créneaux de vaccination est en recul. Le nombre de rendez-vous réservés en moyenne chaque jour est passé de plus de 355.000 le 12 mai à moins de 295.000 actuellement.

Lorsque l'on observe les données, cette baisse des rendez-vous pris s'explique principalement par l'évolution des rendez-vous pris par les moins de 50 ans. « Si la pression a été très forte ces derniers mois sur Doctolib et dans les centres pour tenir ce rythme, il est désormais plus facile de trouver un créneau de vaccination sur Doctolib, explique la plateforme. 80.000 créneaux de vaccination sont encore disponibles chaque jour pour le lendemain, 180.000 créneaux sont encore disponibles à 3 jours. »

La situation est très hétérogène en fonction des départements et des régions. Il y a ainsi 10.000 disponibilités à 3 jours dans le département du Nord ou la Seine-Saint-Denis ou encore 4.000 disponibilités à 3 jours à Paris. Mais la moitié des départements sont encore sous tension avec moins de 1.000 créneaux disponibles chaque jour pour le lendemain.

Cela se reflète mécaniquement dans le nombre de premières injections réalisées chaque jour. Après un pic à 400.000 injections quotidiennes en moyenne sur sept jours le 20 mai, leur nombre s'est stabilisé légèrement en dessous de 350.000 ces derniers jours.

Selon les prévisions de Doctolib, le nombre de premières injections devrait baisser dans les prochains jours. A la fin du mois, il devrait y avoir moins de 200.000 premières injections en moyenne chaque jour. Le rythme de la vaccination devrait toutefois rester élevé grâce à près de 400.000 injections de deuxièmes doses.

Pas d'alerte

Sachant qu'environ 15 % des Français sont réfractaires à la vaccination, le réservoir de personnes à vacciner est encore profond. Une partie des volontaires ont pu être découragés par une tentative précédente de prise de rendez-vous, voire ne savent pas qu'ils sont éligibles. Le calendrier initial prévoyait en effet l'ouverture de la vaccination au plus de 18 ans le 15 juin.

Vaccin Covid pour les adolescents : le comité d'éthique critique une décision précipitée

D'autres repoussent l'heure de leur première injection de peur de devoir recevoir la seconde durant leurs vacances. Pour parer cette difficulté, le ministère de la Santé a promis de la flexibilité , en permettant notamment de se faire vacciner sur son lieu de vacances. Doctolib explique également que le nombre de créneaux ouverts pour l'été reste limité, car certains centres de vaccination manquent encore de visibilité.

En tout cas, il n'y a pas encore d'alerte à l'heure actuelle : « Il n'y a pas de ralentissement, car on consomme toutes les doses et dans les centres de vaccination d'Ile-de-France, on est toujours à 97 % de taux d'utilisation de Pfizer et Moderna », tempère Aurélien Rousseau. Le directeur de l'ARS veut quand même prendre les devants. « On sent qu'on doit davantage susciter la demande, pousser les centres de vaccination à faire des nocturnes et à ouvrir le week-end », conclut-il.

Le gouvernement sait qu'il sera plus difficile de vacciner à très grande échelle à partir de la mi-juillet, avec la fermeture de certains centres de vaccination et beaucoup moins de soignants disponibles pour piquer. L'objectif est donc de vacciner au maximum d'ici-là.

Solveig Godeluck et Paul Turban

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/covid-un-moindre-engouement-pour-la-vaccination-qui-commence-a-inquieter-1322583

Dans SANTE

CUBA FAIT ETAT DU RETABLISSEMENT DE 95,3% DES PATIENTS DE COVID-19

Par Le 08/06/2021

7 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-06 18:47:18

 

 

La Havane, 6 juin, (RHC)- Le ministère cubain de la Santé publique a indiqué ce dimanche que 1 140 patients ayant contracté le Covid-19 étaient sortis de l'hôpital, pour un taux de guérison de 95,3 % de l’ensemble de personnes contrôlées positives depuis l’arrivée de la maladie dans notre pays en mars 2020.

Suite à l’application de près de 22 mille tests pour le dépistage de la maladie, Cuba a enregistré ce dimanche mille 87 nouveaux cas.

5 mille 901 personnes étaient hospitalisées dont 5 mille 728 ont une évolution clinique stable, selon le rapport de dimanche.

173 malades se trouvaient ce dimanche aux services de soins intensifs de tout le pays pour cause du Covid-19 dont 54 dans un état critique a précisé le Dr Francisco Duran, directeur national d'épidémiologie au ministère de la Santé, lors d'une conférence de presse télévisée.

Du total des cas contrôlés positifs ce dimanche, 184 sont des enfants. Le Dr Duran a précisé que 922 enfants sont actuellement hospitalisés avec Covid-19.

De mars 2020 à ce jour, 148 918 personnes ont contracté la maladie à Cuba et 141 949 sont déjà  guéries.

Le Dr Duran a déploré la mort de neuf personnes ces dernières heures, ce qui porte à mille 12 le nombre total de décès depuis le début de la pandémie.

Selon le site web du ministère cubain de la Santé publique, deux millions 734 854 doses des candidats vaccins anti-Covid-19 Abdala et Soberana 02 ont été administrées dans notre pays par le biais de mécanismes d'intervention sanitaire, d'études d'intervention et d'essais cliniques.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/259810-cuba-fait-etat-du-retablissement-de-953-des-patients-de-covid-19

Tag(s) : #Cuba

Dans SANTE

LE VIETNAM LANCE CE 8 JUIN L’ESSAI DE PHASE 3 DE SON VACCIN NANO COVAX

Par Le 08/06/2021

7 Juin 2021

Plus de 6.000 volontaires se sont inscrits pour la troisième phase des essais cliniques du vaccin Nano Covax, qui devrait commencer le 8 juin, selon l’Université de médecine militaire (MMU).
 lundi, juin 07, 2021 21:15 
Hanoi (VNA) - Plus de 6.000 volontaires se sont inscrits pour la troisième phase des essais cliniques du vaccin Nano Covax, qui devrait commencer le 8 juin, selon l’Université de médecine militaire (MMU) relevant du ministère de la Défense.
 

Vaccination d’un volontaire avec une dose de Nano Covax. Photo : VNA

Un représentant de la MMU a déclaré que dans cette phase, le vaccin, développé par la société vietnamienne Nanogen Pharmaceutical Biotechnology JSC, sera testé sur environ 13.000 volontaires âgés de 18 à 74 ans, dans de nombreuses localités du pays.

La troisième phase, également la dernière, vise à évaluer l’efficacité du vaccin et chaque volontaire ne peut recevoir qu’une dose de 25 mcg.

Le directeur de l’université, le professeur-Dr. Dô Quyet, a montré sa confiance dans la sécurité du vaccin Nano Covax avec les résultats positifs obtenus lors des deux phases d’essai précédentes.

Le vaccin Navo Covax a commencé à être testé sur des humains le 17 décembre 2020 et a terminé la deuxième phase.

Les essais de première phase ont montré que le vaccin était sûr et que les volontaires vaccinés avaient des anticorps contre le variant britannique (B117).

Celles de la deuxième phase ont été menées sur 560 volontaires répartis en quatre groupes, avec 80 personnes injectées avec un placebo et trois autres groupes ayant reçu des doses de 25 mcg, 50 mcg et 75 mcg. Cependant, seulement 554 ont reçu une deuxième injection parce que six personnes se sont retirées du processus.

Tous les volontaires vaccinés ont développé des anticorps contre le Covid-19 à différents niveaux. – VNA

source : https://fr.vietnamplus.vn/le-vietnam-lancera-le-8-juin-lessai-de-phase-3-de-son-vaccin-nano-covax/159811.vnp

Tag(s) : #vietnam

Dans SANTE

NESTLE RECONNAIT QUE SES PRODUITS SONT MAUVAIS POUR LA SANTE : COMMENT L’AGROALIMENTAIRE EST DEVENU UN MONSTRE

Par Le 08/06/2021

Nestlé reconnait que ses produits sont mauvais pour la santé: comment l’agroalimentaire est devenu un monstre

 

07 Juin 2021

   

Les produits Nestlé, mauvais pour la santé? Oui, et c’est le géant de l’agroalimentaire qui le reconnait dans un rapport interne. Pour Staf Henderickx, auteur de « Je n’avale plus ça« , ce n’est pas une surprise. Le médecin explique comment cette industrie est devenue un monstre et pourquoi on ne peut pas compter sur les pyromanes pour éteindre l’incendie. Comme pour le climat, le combat pour une alimentation saine doit passer par un changement du système.

Imaginez qu’à l’entrée de chaque magasin, un panneau d’avertissement vous accueille avec le texte suivant : « Attention, 60 % des produits de Nestlé sont mauvais pour votre santé. » Il ne s’agit toutefois pas d’une accusation mensongère, mais bien de la stricte vérité. Et c’est en outre le numéro un mondial de l’industrie alimentaire, Nestlé, qui l’admet lui-même dans un rapport interne révélé par The Financial Times (31 mai 2021). 70 % de ses denrées alimentaires, 96 % de ses boissons, à l’exception du café, et 99 % de ses glaces et de ses confiseries n’atteignent pas le seuil de 3,5 du nutri-score. Moins de 3,5, c’est considéré comme néfaste pour la santé, ce qui correspond à un C sur le nutri-score de l’emballage.

Suis-je surpris par ce chiffre ? Absolument pas, car depuis longtemps, des médecins comme moi mettent en garde vainement contre les conséquences néfastes des aliments transformés sur la santé. En outre, le problème est bien plus important encore, car le nutri-score n’est qu’un reflet de la composition du produit et non de sa réelle valeur nutritive.

La chaîne alimentaire, depuis l’agriculture jusqu’à la distribution en passant par la transformation, est pour une part anormalement grande aux mains des multinationales de l’agroalimentaire, comme Nestlé. À partir de l’industrialisation de l’agriculture et de la transformation alimentaire, on voit deux grandes tendances : une monopolisation croissante (Foodopoly) et une augmentation de la part des aliments transformés. L’agroalimentaire est de ce fait devenu un monstre qui prospère sur l’accaparement de terres, l’épuisement des réserves d’eau, la dépendance vis-à-vis du pétrole, des pesticides, des engrais et d’une gamme étendue d’additifs chimiques. C’est le profit, qui est au poste de commande de l’agroalimentaire, et non une nourriture saine. En 2018, la firme Nestlé a reconnu publiquement qu’elle voulait accroître sa marge bénéficiaire en la faisant passer de 17,5 % à 18,5 % en 2020. Avec ses 16,5 % de marge bénéficiaire, Unilever voulait même atteindre 20 % en 2020. De son côté, Kraft-Heinz a rapporté 26 %.

Des millions d’années durant, les hominidés et les êtres humains ont été impliqués dans le combat en quête de calories et de minéraux suffisants. L’évolution a de ce fait imprimé dans notre choix alimentaire évolutionnaire une préférence pour le sucre, la graisse, les protéines et le sel. Toute nourriture transformée est trop sucrée, trop grasse, trop salée et contient trop de viande et de poisson mauvais pour la santé. En outre, la nourriture transformée contient un cocktail chimique de pesticides, d’enzymes, de nanoparticules, de colorants et d’agents aromatisants et de bien d’autres additifs encore. L’industrie alimentaire s’obstine à prétendre que ces faibles concentrations d’additifs chimiques ne constituent pas un danger pour la santé, mais il est scientifiquement impossible d’avoir un aperçu de leurs effets à long terme pour la santé. Ce que nous savons à coup sûr, par contre, c’est qu’une augmentation de la nourriture transformée aboutit à une augmentation inquiétante de l’obésité, des maladies cardiovasculaires, du diabète, des maladies allergiques et auto-immunes et des cancers. C’est ainsi qu’en 2018, une étude de Nutrinet auprès de 100 000 participants a montré qu’une augmentation de 10 % de la part des aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire était associée à « une augmentation significative de 10 % du risque de cancer généralisé et de cancer du sein ».  

Mais l’impact négatif de l’agrobusiness sur notre santé n’est que l’une des composantes de la catastrophe sur le plan des effets environnementaux, du réchauffement de la terre et de la perte de biodiversité. On détruit des forêts pour les remplacer par des champs de soja dont le soja sert à engraisser du bétail en stabulation, par des plantations d’huile de palme, une huile particulièrement bon marché et malsaine qui entre dans la transformation de toutes sortes de produits alimentaires ; on vide les océans de leurs poissons et l’industrie alimentaire est responsable d’un quart des émissions totales de CO2… Bref, toutes sortes de catastrophes nous guettent et les magnats de l’agroalimentaire portent ici une responsabilité écrasante.

Et quel est le message, si on désire inverser la tendance ? Anthony Fardet, chercheur à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE), dit à ce propos ; « Le véritable message pour les entreprises serait de développer un choix aussi peu transformé que possible. » C’est ce qui s’appelle prêcher dans le désert. C‘est comme si on demandait à un dealer de drogue de se reconvertir en marchand de fruits et légumes. Individuellement, il est préférable d’acheter auprès des fermiers locaux, de consommer le plus de produits biologiques possible, de cuisiner soi-même et de laisser carrément tomber les mets transformés. Mais une solution mondiale ? Comme l’auteure et activiste canadienne Naomi Klein le disait sans ambages : « Change the system, not the climate » (Changez le système, pas le climat), j’oserais dire par analogie « No food change without system change » (Pas de changement de nourriture sans changement de système). Et, par système, j’entends très clairement la production capitaliste aux mains des multinationales, un système s’appuyant sur une soif inextinguible de profit, des coûts impayés et le pillage sans vergogne de la nature. Dans mon livre Je n’avale plus ça, vous pourrez trouver à ce propos une analyse des plus détaillées.

 

Dr Staf Henderickx                                                 

5 juin 2021

Traduit du néerlandais par Jean-Marie Flémal

Source: Investig’Action

 

Retrouvez le livre de Staf Henderickx sur notre boutique en ligne

 

 

https://www.investigaction.net/fr/nestle-reconnait-que-ses-produits-sont-mauvais-pour-la-sante-comment-lagroalimentaire-est-devenu-un-monstre/

Dans SANTE

DEPUIS QU’ON VACCINE LA MORTALITE QUOTIDIENNE COVID-19 A ETE MULTIPLIEE PAR DEUX DANS LE MONDE

Par Le 06/06/2021

Depuis qu’on vaccine, la mortalité moyenne quotidienne COVID-19 a été multipliée par deux dans le monde

Par Gabriel Faugloire et Frédéric Gobert

Mondialisation.ca, 05 juin 2021

Thème: 

Analyses: 

 21   1  1 

 

  24

Parmi 13 nouveaux pays étudiés, 11 d’entre eux présentent une mortalité moyenne quotidienne attribuée au COVID-19 plus importante depuis que la vaccination a commencé : CHILI, QATAR, Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, SUEDE, France, DANEMARK et JAPON. Et dans le monde la mortalité a même doublé !

Par exemple, à la date du 25/05/21, en Allemagne (40% de la population ayant reçu au moins une dose), la mortalité moyenne quotidienne est multipliée par 3,8 ; au Portugal par 3,2 (35% de la population ayant reçu au moins une dose) ; au Danemark par 2,3 (32% de la population ayant reçu au moins une dose).

 

PNG

Le graphe ci-dessus représente les moyennes de décès/jour/million d’habitants avant (bâtonnet bleu) et après vaccination (bâtonnet orange), trié de gauche à droite du pays qui a le % de population vaccinée le plus fort (le Chili) au moins fort (le Japon). Le % de population vaccinée (courbe grise) se lit sur l’échelle de droite ; la moyenne de décès quotidienne (bâtonnets bleu et orange) sur l’échelle de gauche.

SOURCES : https://ourworldindata.org/covid-vaccinations 

https://ourworldindata.org/covid-deaths –

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_population

SOURCES : https://ourworldindata.org/covid-vaccinations

https://ourworldindata.org/covid-deaths – https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_population

Lecture de ce tableau avec l’exemple du CHILI : du 1er mars 2020 au 25/12/2020 (début de la campagne de vaccination), soit durant 299 jours, la mortalité moyenne quotidienne est de 2,85 décès par million d’habitants. Du 25/12/2020 au 25/05/2021, soit 151 jours, la mortalité moyenne quotidienne est de 4,2 décès par million d’habitant, soit près de 1,5 fois supérieure.

Comment les chiffres ci-dessus ont-ils été calculés ?

Les données sont principalement issues du site www.ourworldindata.org et arrêtées à la date du 25/05/21 ; les 13 pays ont été choisis de telle sorte qu’il y ait un maximum d’hétérogénéité, à la fois au niveau des caractéristiques intrinsèques mais aussi du taux de vaccination de chaque pays. Ils confirment les chiffres présentés dans 14 autres pays le 22 mai 2021 (cf. https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/depuis-qu-on-vaccine-anticovid-la-233252) et montrent même que la mortalité moyenne quotidienne COVID-19 a doublé dans le monde entier depuis le début des campagnes de vaccination ; dans nos calculs, seuls la République Dominicaine et le Maroc font exception.

Pour être sûr du lien direct avec la « vaccination » (Il conviendrait d’ailleurs d’arrêter définitivement de parler de « vaccination » quand il s’agit de thérapies géniques ― qui reste expérimentale jusqu’en 2023 ― dans le cas de Pfizer/BioNTech et Moderna, et d’adénovirus génétiquement modifiés, dans le cas d’AstraZeneca ― cf. : https://lead.alternatif-bien-etre.info), il faudrait connaître le nombre de personnes décédées COVID ayant été injectées avec au moins une dose. Néanmoins, le doute est plus qu’important puisque nous devrions nous attendre à une baisse significative depuis plus de 5 mois de thérapie génique expérimentale. Ce doute devrait justifier l’arrêt complet et immédiat de cette campagne massive comme l’ont « crié » dernièrement 57 scientifiques dont Alexandra Henrion-Caude (cf. https://www.francesoir.fr/societe-sante/57-scientifiques-et-medecins-demandent-larret-immediat-de-toutes-les-vaccinations). Un cri dans un désert d’indifférence…

La largeur de la page ne permettant pas de proposer un tableau comprenant de nombreuses colonnes, il a été scindé en deux. Voici les autres données permettant de comprendre les chiffres proposés dans le premier tableau, situé au début de l’article.

SOURCES : https://ourworldindata.org/covid-vaccinations

https://ourworldindata.org/covid-deaths – https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_population

Gabriel Faugloire et Frédéric Gobert

Le 31 mai 2021

 

Image en vedette : Pixabay.com

Cet article a été publié initialement sur le site agoravox.fr

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Gabriel Faugloire et Frédéric Gobert, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/depuis-quon-vaccine-la-mortalite-moyenne-quotidienne-covid-19-a-ete-multipliee-par-deux-dans-le-monde/5657176

Dans SANTE

LA REBELLION NOVAXX : RESISTER, REFUSER, REJETER

Par Le 05/06/2021

La rébellion NoVaxx : Résister, refuser, rejeter

Par Mike Whitney

Mondialisation.ca, 04 juin 2021

Thème: 

Analyses: 

 1   0  0 

 

  22

« Tout n’est pas perdu, la volonté invincible… et le courage de ne jamais se soumettre ou céder » – John Milton

*

Avez-vous réfléchi aux événements étranges de ces 15 derniers mois ?

Vous êtes-vous demandé pourquoi tant de pays ont adopté les mêmes politiques qui n’avaient jamais été utilisées auparavant et qui n’avaient aucun fondement scientifique ?

Vous êtes-vous demandé pourquoi des médicaments et des thérapies efficaces pour sauver des vies ont été activement et agressivement supprimés ?

Vous êtes-vous demandé pourquoi des scientifiques, des virologues et des épidémiologistes de renommée mondiale ont été bannis de Twitter et retirés de Facebook ?

Vous êtes-vous demandé pourquoi toutes les chaînes d’information par câble et la presse écrite ont couvert les événements quotidiens avec la même hystérie que leurs concurrents ?

Il est très difficile de revenir sur les événements de ces 15 derniers mois et de ne pas soupçonner que l’histoire du Covid est plus complexe qu’il n’y paraît ; que si l’infection tue en fait principalement des personnes âgées souffrant de multiples pathologies sous-jacentes, le virus a peut-être été utilisé pour promouvoir un programme politique dont nous ne savons que très peu de choses.

Malgré tout, il y a des choses dont nous pouvons être raisonnablement certains, comme le fait que tous les discours alarmistes et l’hystérie ont été manipulés de manière suspecte pour promouvoir la vaccination universelle. Cela semble assez évident. En fait, les responsables de cette opération Covid ont déclaré ouvertement que leur objectif était de vacciner « les 7 milliards de personnes » de la planète. Wow. Il y a peu de place au doute dans ce commentaire, non ?

Et, si c’est le cas, nous pouvons supposer sans risque qu’une grande partie de l’hystérie a été exagérée pour atteindre l’objectif déclaré. C’est une formule assez simple en fait : « Faire peur à tout le monde et les pousser vers les centres de vaccination ». Du moins, cela semble être la théorie de fonctionnement. Et je ne suis certainement pas le seul à penser ainsi. Il y a aussi le Dr Peter McCullough, qui est docteur en médecine interne et cardiologue certifié par le conseil d’administration. Voici comment il résume la situation dans une interview récente sur Rumble :

« Je pense que toute cette pandémie, depuis le début, concernait le vaccin. Tous les chemins mènent au vaccin. Il y a déjà des endroits en Asie du Sud-Est et en Europe où l’on prépare le terrain pour une vaccination obligatoire. Obligatoire ! Cela signifie que quelqu’un vous épingle au sol et vous plante une aiguille. C’est dire à quel point les parties prenantes veulent la vaccination » Interview de 16 minutes avec le Dr Peter McCullough, Mercola.com

Répétez : « Tout tourne autour du vaccin »

Ce que cela signifie, c’est que tout le battage médiatique de l’année dernière – notamment les masques, la distanciation sociale, les confinements, les écoles fermées, les entreprises ruinées, les églises fermées, le décompte quotidien des décès et les images interminables des salles d’urgence des hôpitaux où des professionnels de la santé à l’air anxieux poussent des patients comateux à la hâte dans les couloirs et aux soins intensifs – a été concocté avec un seul objectif en tête ; préparer les moutons à une inoculation à l’échelle industrielle d’une substance étrangère qui n’a pas été approuvée par la FDA, qui n’a pas terminé les essais cliniques de phase 3 et dont les effets indésirables à long terme restent totalement inconnus. Est-ce que ça pourrait être encore plus bizarre ?

Probablement.

Bien sûr, maintenant l’attention s’est portée sur la Chine. La Chine, la Chine, la Chine. C’est la Chine tout le temps. Les Chinois se seraient amusés avec des agents pathogènes mortels à l’Institut de Virologie de Wuhan. La sécurité était apparemment laxiste, ce qui suggère que le virus – qui a infecté le monde et fait s’effondrer l’économie mondiale – s’est probablement échappé d’un laboratoire chinois. Alors, accusons les Chinois.

Tout cela est logique jusqu’à ce que l’on découvre que l’Institut national de la Santé des États-Unis (NIH) « a financé le controversé Institut de Virologie de Wuhan » à hauteur de « 3,7 millions de dollars pour un projet de collecte et d’étude des coronavirus de chauve-souris » (de 2014 à 2019) et, peu après, « un autre montant de 3,7 millions de dollars » (pour un) « projet qui semble avoir inclus des travaux sur le “gain de fonction” : une recherche qui étudie comment un virus peut acquérir la capacité d’infecter un nouveau type d’animal ».

Ce financement du NIH ressemble beaucoup à un accord de sous-traitance, bien que nous ayons besoin de plus de détails. Mais au moins, l’arrangement suggère qu’il pourrait y avoir une certaine responsabilité partagée pour la fuite présumée.

Peut-être que quelque chose m’échappe, mais il me semble que les personnes qui accusent la Chine sont peut-être trop pressées dans leur jugement. Après tout, le mème « blâmer la Chine » pourrait n’être qu’une autre diversion inventée pour dissimuler l’implication des États-Unis. Nous ne savons tout simplement pas.

Deuxièmement, il n’y a aucune raison de supposer que la « fuite » présumée était un « accident », en fait, il y a une montagne de preuves circonstancielles qui suggèrent le contraire. Par exemple, comment expliquer le fait qu’en octobre 2019, les élites de la Fondation Gates, de la Banque mondiale, des grands médias, des grandes entreprises pharmaceutiques, de l’ONU, du CDC, de la CIA, du Centre chinois de Contrôle des Maladies et de l’Université John Hopkins ont mené un « exercice de simulation en direct pour préparer les dirigeants publics et privés à répondre à une pandémie » ?

Voilà une coïncidence intéressante. Un conspirationniste pourrait penser que ces gros bonnets savaient ce qui allait se passer ? Quelle idée folle, hein ?

La conférence, baptisée « Événement 201 », a rassemblé des représentants des principaux centres de pouvoir mondiaux afin de présenter le plan opérationnel qui serait mis en œuvre pour obtenir le résultat qu’ils recherchaient collectivement. Voici comment Johns Hopkins a essayé d’écarter les questions concernant l’événement suspect. Ils ont déclaré dans le Armstrong Economics :

« Pour le scénario, nous avons modélisé une pandémie fictive de coronavirus, mais nous avons explicitement déclaré qu’il ne s’agissait pas d’une prédiction. L’exercice a plutôt servi à mettre en évidence les défis de préparation et de réponse qui se poseraient probablement dans une pandémie très grave. Bien que notre exercice sur table ait inclus un nouveau coronavirus fictif, les données que nous avons utilisées pour modéliser l’impact potentiel de ce virus fictif ne sont pas similaires au nCoV-2019 ».

Est-ce l’excuse la plus minable que vous ayez jamais entendue ?

En effet. Sommes-nous censés croire qu’aucune de ces élites n’avait le moindre soupçon que quelques mois plus tard, le monde serait propulsé dans une pandémie mondiale dans laquelle les conseils de leurs « experts en santé publique » respectifs l’emporteraient sur les parlements et les législatures du monde entier, leur conférant des pouvoirs politiques qu’ils n’ont jamais gagnés dans les urnes et l’autorité de tout prescrire, du port universel du masque à l’assignation à résidence effective ? Ils ne l’ont jamais vu venir ? Ils ne l’ont jamais planifié ? La conférence n’était qu’une innocente réunion avec leurs amis les plus puissants ?

Foutaises. (N’oubliez pas de regarder cette vidéo où le Dr Fauci prédit une pandémie mondiale. La vidéo est datée de 2017).

Pardonnez mon scepticisme, mais je pense que Johns Hopkins a peut-être un peu déformé la vérité. Il est certain que les gros bonnets de la finance et de la communauté du renseignement n’ont pas assisté à la réunion simplement pour « bavarder » ou pour exprimer leur amour de l’humanité. Non, ils étaient sans doute concentrés sur des questions plus pratiques, comme mettre la touche finale à un plan de restructuration de l’économie mondiale et du système politique de manière à mieux servir les intérêts de leurs collègues élites. Un tel plan nécessiterait une crise d’une certaine ampleur, une grosse catastrophe, comme une pandémie mondiale avec toutes les cloches et tous les sirènes.

Et même dans ce cas, il faudrait un comité de pilotage compétent et ingénieux, un plan opérationnel détaillé pour mobiliser les responsables de la santé publique, les chefs d’État, les grandes entreprises de marketing, les gouverneurs d’État, les grandes entreprises technologiques et pharmaceutiques, une batterie de psychologues comportementaux et une petite armée de responsables des médias sociaux. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une entreprise gigantesque qui nécessiterait un temps et une énergie considérables.

Et c’est pourquoi nous pensons qu’il est inconcevable que quelqu’un consacre autant de temps et d’efforts à l’élaboration et à la planification, à la coordination logistique et aux exercices de simulation, ainsi qu’à tout le travail difficile et les corvées bureaucratiques, s’il était simplement intéressé à sauver des vies ou à soulager les souffrances des masses infectées. Ce n’est pas pour cela que ces élites ont convoqué l’Événement 201. Elles avaient d’autres objectifs à l’esprit, et en tête de leur liste, la vaccination de masse. Elles veulent vacciner tout le monde, partout, dès que possible, et tous les développements de ces 15 derniers mois ont visé à atteindre cet objectif unique.

Qu’est-ce que cela nous dit ?

Si vous croyez, comme moi, que la pandémie est gérée par des hommes de pouvoir qui opèrent derrière la façade des dirigeants politiques, des médecins compromis et des responsables de la santé publique douteux, alors que devons-nous déduire du vaccin lui-même ?

Réponse : qu’ils savent ce qu’il contient. Et ils savent ce qu’il fait.

Vous voyez, aucun d’entre nous ne le sait vraiment. Tout ce que nous savons, c’est que le vaccin a été lancé à la hâte dans le processus réglementaire sans l’approbation de la FDA, que les essais cliniques de phase 3 n’ont jamais été achevés et que les essais sur les animaux – qui ont été menés des années auparavant – se sont terminés par un tas de furets morts. C’est à peu près tout ce que nous savons, MAIS nous pouvons raisonnablement supposer que les responsables de cette opération savent ce que contiennent les vaccins, car ils n’auraient jamais consacré autant de temps et d’efforts à ce projet grandiose s’ils ne le savaient pas, non ?

Donc, nous avons affaire ici à une connaissance asymétrique. Une partie a un net avantage parce qu’elle sait quelque chose d’essentiel que l’autre partie ne sait pas. PAS ENCORE. Mais nous finirons par le savoir, car des chercheurs indépendants rassemblent progressivement un ensemble d’informations sur les effets de la substance contenue dans l’injection sur les personnes vaccinées.

Mais cela prend du temps, c’est pourquoi les parties prenantes vont utiliser toutes les ruses possibles pour vacciner autant de personnes que possible avant que la vérité ne soit révélée et que leur château de cartes ne s’écroule autour d’elles. Malheureusement, une grande partie des dégâts aura déjà été faite d’ici là.

Alors, que savons-nous réellement de ces vaccins ?

Commençons par le Dr McCullough, qui a témoigné devant le Congrès et qui est clairement un expert en la matière. Voici ce qu’il a dit dans la même interview que celle dont nous avons donné le lien plus haut :

« Des gens meurent de ce vaccin – l’internet regorge de ces cas – alors pourquoi est-il promu comme il l’est ?… Ils veulent une aiguille dans chaque bras… Mais pourquoi, surtout quand on sait qu’il y a des effets secondaires indésirables graves ? » …

« Ne tombez pas dans le piège car cela ne fera qu’empirer les choses » …

« C’est une arme biologique, bien au-delà de tout ce que nous avons jamais vu … Le vaccin n’est pas sûr ».

C’est un bon résumé, mais recherchons un peu plus de détails, quelque chose qui mette en évidence les éléments du vaccin qui le rendent si controversé. Voici une citation du professeur Byram Bridle, spécialiste de l’immunologie virale à l’Université de Guelph, qui contribue à expliquer les lacunes des vaccins en ce qui concerne les effets indésirables graves qui se manifestent en masse.

« La conclusion est la suivante : nous avons fait une grosse erreur… nous ne nous en sommes pas rendu compte jusqu’à maintenant… nous pensions que la protéine spike était un excellent antigène cible… Nous ne savions pas que la protéine spike elle-même était une toxine et une protéine pathogène… Donc, en vaccinant les gens, nous leur inoculons une toxine, qui entre dans la circulation, et lorsque cela se produit, elle peut causer des dommages, en particulier dans le système cardio-vasculaire. Et il existe de nombreuses autres questions légitimes sur la sécurité à long terme de ce vaccin. Par exemple, comme il s’accumule dans les ovaires, ma question est la suivante : allons-nous rendre les jeunes gens infertiles ? » ~ Dr Peter Moloney, Prof. Byram Bridle, Immunologie virale Université de Guelph

Ahh, donc maintenant on arrive à quelque chose. La protéine spike générée par le vaccin n’est pas différente de la protéine spike présente dans le Covid ; toutes deux font des ravages dans le système vasculaire.

Il faut garder à l’esprit que les vaccins « génétiques » sont une concoction hybride qui ne ressemble en rien aux vaccins traditionnels qui injectent un virus vivant ou mort au receveur pour déclencher une réponse immunitaire. Les nouveaux vaccins ne font pas cela, en fait, ils ne fonctionnent pas du tout comme un vaccin. (Remarque : le terme « vaccin » n’est qu’un terme de relations publiques que les sociétés pharmaceutiques ont adopté pour gagner la confiance du public et se soustraire à toute responsabilité juridique. Le terme ne s’applique PAS à ces nouvelles injections).

Ce qu’ils font, c’est pénétrer, puis détourner les cellules de la paroi des vaisseaux sanguins (endothélium) où elles commencent à produire des protéines spike qui génèrent une réponse immunitaire. Mais voici le problème : il y a une grande différence entre une « réponse immunitaire » et le fait de recâbler votre système immunitaire pour qu’il produise par réflexe des toxines qui s’accumulent partout où le sang circule dans votre corps.

C’est la protéine spike, produite par les cellules pénétrées par les vaccins, qui a été identifiée comme le « coupable » à l’origine des terribles incidents de coagulation du sang, des saignements excessifs et des maladies auto-immunes. Les vaccins font passer des millions et des millions de ces protéines potentiellement mortelles dans la circulation sanguine des personnes vaccinées, ce qui augmente considérablement les chances qu’elles souffrent des maladies mortelles mentionnées dans la phrase précédente.

Posez-vous la question suivante : Savez-vous ce que vous mettez dans votre corps lorsque vous vous faites vacciner ? Voici comment le Dr Stephanie Seneff, docteur en médecine, a répondu à cette question :

« Les vaccins Covid-19 sont des instructions pour que votre corps fabrique une protéine toxique qui finira par se concentrer dans votre rate, d’où seront envoyées des instructions de protéines de type prion, conduisant à des maladies neurodégénératives » ~ Interview avec le Dr Stephanie Seneff, Ph.D., Mercola.com

Le fait est qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Comme l’a dit un scientifique : « C’est un détournement bienveillant du système immunitaire ». Vous voyez la différence ?

La plupart des gens pensent qu’ils prennent un médicament qui va aider leur corps à combattre le virus. C’est faux. C’est une reprogrammation du système immunitaire. Les cellules produisent maintenant une protéine spike qu’elles ne produisaient pas auparavant. En théorie, cette protéine déclenche une réponse immunitaire qui prépare le système à combattre une future infection. Mais ce n’est que de la théorie.

Personne ne sait vraiment ce qui va se passer car les vaccins sont expérimentaux et les essais cliniques ne sont pas terminés, de sorte que les effets à long terme restent totalement inconnus. Donc, quand nous disons que tout cela est une affaire de merde, nous n’exagérons pas. Il s’agit d’une procédure à haut risque et il n’y a aucune garantie. Voici un extrait d’un article intitulé « 57 scientifiques de haut niveau… exigent l’arrêt immédiat de toutes les vaccinations » :

« Les vaccins contre d’autres coronavirus n’ont jamais été approuvés pour les humains, et les données générées lors du développement des vaccins contre le coronavirus… montrent qu’ils peuvent aggraver la maladie du COVID-19 par le biais d’une augmentation des anticorps dépendants (ADE)… L’augmentation de la maladie induite par le vaccin chez les animaux vaccinés contre le SRAS-CoV… est connue pour se produire après une provocation virale, et a été attribuée aux complexes immuns… qui augmentent… l’inflammation …

Le rôle récemment identifié de la protéine spike dans l’induction des dommages endothéliaux caractéristiques du COVID-19, même en l’absence d’infection, est extrêmement pertinent étant donné que la plupart des vaccins autorisés induisent la production de la glycoprotéine spike chez les receveurs. Compte tenu du taux élevé de survenue d’effets indésirables, et du large éventail de types d’effets indésirables qui ont été rapportés à ce jour, ainsi que du potentiel de renforcement de la maladie induite par le vaccin …

La glycoprotéine spike seule provoque des dommages endothéliaux et de l’hypertension in vitro et in vivo chez le hamster syrien en régulant à la baisse l’enzyme 2 de conversion de l’angiotensine (ACE2) et en altérant la fonction mitochondriale. Bien que ces résultats doivent être confirmés chez l’homme, les implications de cette découverte sont stupéfiantes, car tous les vaccins autorisés en cas d’urgence sont basés sur la délivrance ou l’induction de la synthèse de glycoprotéines spike.

Dans le cas des vaccins à ARNm et des vaccins à vecteur adénoviral, aucune étude n’a examiné la durée de la production de protéines spike chez l’homme après la vaccination. En vertu du principe de précaution, il est parcimonieux de considérer que la synthèse de la protéine spike induite par le vaccin pourrait provoquer des signes cliniques de COVID-19 sévères et être comptabilisée à tort comme de nouveaux cas d’infections par le SRAS-CoV-2. Si tel est le cas, les véritables effets indésirables de la stratégie de vaccination mondiale actuelle pourraient ne jamais être reconnus, à moins que des études n’examinent spécifiquement cette question.

Il existe déjà des preuves non causales d’une augmentation temporaire ou durable des décès dus au COVID-19 suite à la vaccination dans certains pays et, à la lumière de la pathogénicité de la protéine spike, ces décès doivent être étudiés en profondeur pour déterminer s’ils sont liés à la vaccination… » ~ « 57 scientifiques de haut niveau… exigent l’arrêt immédiat de toutes les vaccinations », en-volve.com

Bon, décomposons tout cela en des mots simples.

1 – Les vaccins contre d’autres coronavirus n’ont jamais été approuvés parce qu’ils ont aggravé la maladie, principalement parce qu’ils ont créé des conditions dans lesquelles le système immunitaire a attaqué ses propres vaisseaux sanguins et organes vitaux. (ADE)

2 – La protéine spike peut faire des ravages sur les vaisseaux sanguins et les organes vitaux même s’il n’y a pas de preuve d’infection virale. Ainsi, l’injection aux personnes de vaccins qui forcent les cellules à produire des protéines spike présente de graves risques pour leur santé.

3 – Les effets indésirables des vaccins sont si semblables aux symptômes du Covid, qu’ils pourraient être « comptés à tort comme de nouveaux cas de Covid ». En d’autres termes, les médias et Fauci pourraient rendre les « variants » responsables de décès qui devraient être attribués aux vaccins.

4 – Personne n’a la moindre idée de la durée pendant laquelle les protéines spike resteront dans la paroi des vaisseaux sanguins (aucune étude n’a examiné la durée de la production de protéines spike chez l’homme après la vaccination) ou dans d’autres parties du corps. De même, personne ne sait à quel point les effets à long terme seront mortels ou destructeurs.

Voici d’autres informations tirées d’un article de Conservative Woman :

« Il est de plus en plus évident que les vaccins contre le Covid-19 peuvent aggraver la maladie chez certains sujets. Le danger survient lorsqu’une personne vaccinée rencontre le véritable virus. Les anticorps développés à la suite du vaccin peuvent finir par renforcer la maladie au lieu de protéger contre l’infection.

Les précédentes mises en garde contre cet effet potentiellement mortel, connu sous le nom de « renforcement dépendant des anticorps » (ADE), ont été minimisées ou considérées comme théoriques par les fabricants. Ce phénomène a été observé avec des vaccins contre d’autres virus, mais il est considéré comme très rare.

Cependant, après avoir examiné les preuves publiées concernant cet effet, deux experts américains ont conclu qu’il n’était « ni théorique ni irréfutable ». Recevoir le vaccin pourrait faire passer un sujet d’une personne souffrant d’une maladie bénigne à une personne souffrant d’une maladie grave, d’une morbidité durable ou même de la mort ». ~ « Comment le vaccin peut aggraver le Covid », Conservative Woman

Bien sûr, les virologues professionnels savaient que l’ADE était une possibilité avant même le lancement de la campagne de vaccination, mais ils ont été mis sur la liste noire des médias mainstream, censurés sur les médias sociaux et retirés de Twitter. C’est pourquoi si peu de gens ont entendu parler de ce phénomène. Beaucoup de gens ne savent même pas qu’il existe.

Cela ne vous semble-t-il pas étrange ? N’est-ce pas quelque chose dont vous auriez dû être informé avant d’accepter de vous faire vacciner ? Nous ne voulons pas croire que notre gouvernement autoriserait sciemment des programmes qui pourraient conduire à notre souffrance ou à notre mort. Mais comment expliquer autrement ce qui se passe ? D’autres informations :

« … un groupe international de médecins et de scientifiques a publié un appel aux gouvernements, aux régulateurs et aux développeurs de vaccins du monde entier pour qu’ils arrêtent les programmes de vaccination de masse jusqu’à ce que les problèmes de sécurité, en particulier les ADE, soient résolus. Ils affirment qu’étant donné le taux élevé d’effets indésirables, il est nécessaire de mieux comprendre les avantages et les risques, en particulier dans les groupes de la communauté qui ont été exclus de la plupart des essais cliniques. Il s’agissait notamment des personnes âgées et des personnes ayant déjà été exposées au SRAS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19.

L’exclusion de ces dernières, selon le groupe, est particulièrement malheureuse « car elle a empêché l’obtention d’informations extrêmement pertinentes concernant l’ADE post-vaccinale chez les personnes qui ont déjà des anticorps anti-SARS-CoV-2 ». En l’absence d’une surveillance attentive, les cas d’ADE ou de pathologie immunitaire similaire causés par le vaccin seraient impossibles à distinguer des Covid-19 graves » ~ « Comment le vaccin peut aggraver le Covid », Conservative Woman

Avez-vous compris la dernière partie : « les cas d’ADE ou de pathologie immunitaire similaire causés par le vaccin seraient impossibles à distinguer des cas graves de Covid-19 » ?

C’est le génie (maléfique) du vaccin Covid, c’est-à-dire que lorsque les gens commenceront à mourir, leurs décès seront attribués aux « variants » du Covid plutôt qu’au vaccin. Pourquoi ?

Parce que les symptômes sont presque identiques. Comme l’a montré une étude récente du Salk Institute, le Covid est avant tout une maladie vasculaire. En d’autres termes, c’est l’action qui se déroule dans la circulation sanguine (inflammation, ADE, caillots sanguins et saignements) qui tue les gens, et non le virus respiratoire.

Malheureusement, la substance contenue dans les vaccins pénètre dans les cellules de la paroi des vaisseaux sanguins, produisant des protéines spike similaires à celles générées par le Covid. Les protéines spike attirent les plaquettes qui provoquent des caillots sanguins, ou elles entraînent des hémorragies (une fois que les plaquettes sont épuisées) ou elles créent des déchets qui sont attaqués par des lymphocytes tueurs qui endommagent les vaisseaux sanguins et les organes. Hémorragie, caillots sanguins ou maladie auto-immune, toutes ces affections sont possibles après une vaccination, voire même très probables.

Jusqu’à présent, personne dans le camp pro-Vaxx n’a reconnu les dangers potentiels des ADE. Comment cela se fait-il ? Pourquoi Fauci est-il resté silencieux sur une question d’une importance aussi flagrante ? D’autres informations :

« Il pourrait en être de même pour les dommages causés par une toxine, la protéine dite « spike », dont la production est déclenchée dans les cellules de notre corps par le vaccin. Cette protéine est une caractéristique unique et dangereuse du virus, et l’objectif du vaccin est d’alerter le système immunitaire afin de bloquer l’infection.

Mais aucune étude n’a examiné combien de temps la toxine continue d’être produite chez nous après la vaccination, affirment les médecins. Le vaccin lui-même peut être à l’origine des symptômes contre lesquels il est censé protéger, symptômes qui sont alors diagnostiqués à tort comme des cas d’infection « fortuits ». Si c’est le cas, les véritables effets indésirables de la stratégie de vaccination mondiale actuelle pourraient ne jamais être reconnus, à moins que des études n’examinent spécifiquement cette question » ~ « Comment le vaccin peut aggraver le Covid », Conservative Woman

Vous voyez ? Comme nous l’avons dit, les décès causés par le vaccin vont être attribués au Covid, ce qui signifie que les médias vont continuer à promouvoir leur stupide théorie des « variants », même si la vérité leur saute aux yeux. Il n’est pas nécessaire d’avoir une boule de cristal pour comprendre comment ce jeu de dupes va se dérouler. Des dizaines de personnes vont mourir, mais les fabricants de vaccins et leurs alliés échapperont à toute responsabilité en détournant l’attention sur la chimère des variants.

C’est une stratégie intelligente et elle semble déjà fonctionner. On a constaté un pic de décès dans presque tous les pays qui ont lancé une campagne de vaccination de masse, mais personne n’a rejeté la faute là où elle doit l’être : sur les vaccins eux-mêmes. Qui aurait cru que tuer pouvait être si facile ?

La question que nous devrions tous nous poser est donc la suivante : Les auteurs de l’opération Covid savaient-ils que les vaccins étaient dangereux avant le lancement de la campagne ?

Oui, ils le savaient, ils devaient le savoir. Mais ils se sont tout de même précipités. Ils veulent vacciner le monde quel qu’en soit le coût en termes de vies perdues. Voici d’autres extraits du UK Column « désormais censuré » :

« Il existe des preuves accablantes que la protéine spike du SRAS-CoV-2 (qui est également produite synthétiquement par les vaccins Covid) est un élément central des mécanismes de morbidité et de mortalité du SRAS-CoV-2, et constitue donc également un risque du vaccin. En ce qui concerne la coagulation, ce risque est plus important si vous recevez un vaccin.

Les données démontrent clairement que la dernière chose à faire serait de fabriquer un vaccin qui produise une protéine spike. Comme la littérature l’a clairement montré, cela causerait des dommages importants, notamment des caillots cérébraux et la mort. Et cette littérature, pour la plupart, était disponible avant la diffusion des vaccins covid au public » ~ « Coagulation et Science des vaccins covid » ~ Dr Mike Williams, UK Column

Des « preuves accablantes » ?

Oui, et pourtant la campagne de vaccination va de l’avant alors même que la montagne de preuves continue de croître. Comment expliquez-vous cela ? D’autres informations :

« … Les études d’autopsie n’ont pas encore trouvé de preuves claires d’une invasion virale destructrice dans le cerveau des patients, ce qui pousse les chercheurs à envisager d’autres explications de la façon dont le SRAS-CoV-2 provoque des symptômes neurologiques… Si ce n’est pas une infection virale, qu’est-ce qui pourrait causer des lésions aux organes distants associées au COVID-19 ?

Le coupable le plus probable qui a été identifié est la protéine spike du COVID-19 libérée par l’enveloppe externe du virus dans la circulation. Les recherches citées ci-dessous ont montré que la protéine spike virale est capable d’initier une cascade d’événements qui déclenchent des lésions d’organes distants chez les patients atteints de COVID-19.

Ce qui est inquiétant, c’est que plusieurs études ont montré que les protéines spike ont à elles seules la capacité de provoquer des lésions étendues dans tout l’organisme, sans aucune preuve de la présence d’un virus » ~ « La protéine spike des vaccins Moderna et Pfizer pourrait-elle provoquer des caillots sanguins, une inflammation cérébrale et des crises cardiaques ? », Children’s Health Defense

Vous voyez le tableau ?

En d’autres termes, les chercheurs savent depuis longtemps que ces types de protéines provoquent des problèmes de coagulation, de saignement et d’auto-immunité, qui peuvent tous entraîner la mort. Allez-vous me dire que les scientifiques qui ont créé ces vaccins et les responsables de cette campagne, ne connaissaient pas les risques encourus ?

C’est absurde. Ce n’est tout simplement pas crédible. Ils devaient savoir, et même s’ils ne le savaient pas, ils le savent maintenant. Alors, pourquoi ne font-ils rien pour arrêter leur campagne ou informer les candidats à la vaccination des dangers encourus ? Jusqu’à présent, ils n’ont même pas mis d’étiquette d’avertissement sur le côté de l’aiguille. Ils n’ont rien fait ; rien.

Appelleriez-vous cela le mal ?

Oui, tout comme le fait de refuser des médicaments vitaux au milieu d’une pandémie est diabolique. Il n’y a tout simplement pas d’autre terme pour cela. Le mal est le mal. Regardez ce dernier extrait d’une lettre adressée par les Doctors for Covid Ethics à l’Agence européenne des médicaments (EMA) :

« Nos préoccupations découlent de multiples sources de preuves, notamment le fait que la « protéine spike » du SRAS-CoV-2 n’est pas une protéine d’arrimage passive, mais que sa production est susceptible d’initier la coagulation sanguine par de multiples mécanismes… CSVT, la thrombose veineuse cérébrale, est toujours une condition potentiellement mortelle qui exige une attention médicale immédiate. Le nombre de cas que vous avez admis s’être produit peut ne représenter que le sommet d’un énorme iceberg…

Étant donné qu’il existe une explication mécaniquement plausible pour ces effets indésirables thromboemboliques, à savoir que les produits à base de gènes incitent les cellules humaines à fabriquer une protéine spike potentiellement pro-thrombotique, l’hypothèse raisonnée et responsable doit maintenant être que cela peut être un effet de classe. En d’autres termes, les dangers doivent être écartés pour tous les vaccins à base de gènes autorisés en urgence, et pas seulement pour le produit AZ » ~ « Lettre ouverte à l’EMA de Doctors for Covid Ethics », Doctors for Covid Ethics

Et voilà, plusieurs articles de trois journaux affirmant chacun que la protéine spike générée par les vaccins crée une myriade de problèmes. Et nous ne faisons qu’effleurer la surface sur ce sujet ; il existe beaucoup plus de recherches disponibles si vous savez où chercher. Mais nous nous arrêterons ici car nous pensons avoir montré que les patrons de la vaccination de masse connaissent les risques mais ont choisi de les dissimuler au public.

Mais pourquoi ? Et pourquoi font-ils maintenant pression pour vacciner des enfants dont le risque de mourir du Covid est nul, mais dont le risque d’effets indésirables de la vaccination est important ?

C’est parce qu’il y a quelque chose d’autre qui se passe ici. Ce que nous voyons, c’est la mise en œuvre d’un programme stratégique plus large dont la vaccination de masse est une partie essentielle. Ce que cela signifie pour l’humanité, nous ne le savons pas vraiment. Mais nous sommes à peu près sûrs que si les gens n’enlèvent pas la boue de leurs yeux et ne comprennent pas rapidement ce qui se passe, nous allons nous retrouver dans une situation très difficile.

Mike Whitney

 

Article original en anglais :

NoVaxx Rebellion; Resist, Refuse, Reject

Traduction : Réseau international

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Mike Whitney, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/la-rebellion-novaxx-resister-refuser-rejeter/5657162

Dans SANTE

CORONAVIRUS : LES ENFANTS RISQUENT UNE "CATASTROPHE GENERATIONNELLE"

Par Le 03/06/2021

Coronavirus: les enfants risquent une «catastrophe générationnelle»

Coronavirus: les enfants risquent une «catastrophe générationnelle»

folder_openCORONAVIRUS access_timedepuis 3 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AFP

Le coronavirus a affecté toute la planète et elle a privé des millions et des millions d'enfants et de jeunes d'un droit fondamental : l'accès à l'éducation. Cela entraîne sur le long terme des conséquences sur leur santé physique et mentale, et risquent de les précipiter vers une «catastrophe générationnelle» si les gouvernements n'agissent pas, selon l'ONG KidsRights, qui a révélé jeudi les résultats de son étude annuelle KidsRights Index 2021. L'Islande, la Suisse et la Finlande arrivent en tête du classement, qui répertorie 182 pays en fonction de leur respect de la Convention internationale des droits de l'enfant. Le Tchad, l'Afghanistan et la Sierra Leone se placent en dernière position.

Les effets de la pandémie ont «malheureusement été au-delà des prédictions que nous avons émises à ses débuts il y a un an», a déploré Marc Dulleart, le fondateur et président de l'ONG. «En dehors des patients du coronavirus, les enfants ont été les plus durement frappés, pas directement par le virus, mais parce qu'ils ont été négligés par les gouvernements dans le monde», a-t-il déclaré. «La relance éducative est la clé pour éviter une catastrophe générationnelle», a souligné Marc Dulleart.

Selon l'ONG, plus de 168 millions d'enfants n'ont pas pu se rendre à l'école, tandis qu'un enfant sur trois dans le monde n'a pas accès à l'école à distance lorsque les classes ferment. 142 millions d'enfants supplémentaires se sont retrouvés en situation de privation matérielle lorsque l'économie mondiale a été frappée par la pandémie et 370 millions d'enfants n'ont plus eu de restauration scolaire. KidsRights a loué le footballeur de Manchester United et du Royaume-Uni Marcus Rashford pour sa campagne visant à prolonger la restauration scolaire gratuite.

Chaîne de télévision consacrée à l'école à la maison

L'organisation a par ailleurs félicité le Bangladesh pour avoir consacré une chaîne de télévision nationale à l'école à la maison et applaudi la Belgique et la Suède pour avoir essayé de maintenir leurs écoles ouvertes. En outre, 80 millions d'enfants mineurs pourraient ne pas avoir leurs vaccinations de routine pour d'autres maladies en raison de la pression sur les soins de santé, estiment les auteurs du rapport. Ils s'inquiètent également de la «recrudescence inouïe» pendant les confinements des violences domestiques, dont les enfants sont souvent victimes.

La France, à la 8e place du classement, a progressé d'une place par rapport à l'année précédente. Pour la première fois, l'ONG a inclus la Palestine dans sa liste, la plaçant en 104e position pour son attention portée aux soins de santé malgré des circonstances difficiles. En revanche, comme les années précédentes, le Royaume-Uni, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont été mal classés en raison d'un manque de protection de certains enfants. L'Autriche et la Hongrie ont aussi chuté dans le classement, pour cause de discriminations. La Hongrie est passée de la 97e à la 141e position, notamment en raison des discriminations «préoccupantes» à l'égard des enfants roms.

 

enfants coronavirus education

https://french.alahednews.com.lb/40232/373

Dans SANTE

Pr BRIDLE, SPECIALISTE EN IMMUNOLOGIE VIRALE : « LA PROTEINE SPIKE EST ELLE-MEME TOXIQUE ET DANGEREUSE POUR L’HOMME »

Par Le 03/06/2021

"La protéine Spike est elle-même toxique et dangereuse pour l'homme" déclare le Pr Bridle

 Publié le 01/06/2021 à 21:10 - Mise à jour le 02/06/2021 à 18:46

Nous avons fait une erreur. La protéine Spike est elle-même toxique et dangereuse pour l'homme déclare le Pr Bridle

FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

FacebookMessengerTwitterTelegramWhatsAppPlus d'options...3.7K

Auteur(s): FranceSoir

-A+A

"Nous avons fait une erreur". Dans une interview récente avec la journaliste Alex Pierson, le professeur Byram Bridle, spécialiste en immunologie virale, déclare que ces nouvelles recherches et travaux l’ont mené à faire des découvertes importantes sur le virus et en particulier la protéine Spike. Cette protéine est celle qui a fait l’objet de nombreux travaux notamment sur les vaccins à ARN messagers. Dans le cadre d