SANTE

SANTE

DIDIER RAOULT AFFIRME QUE LA FRANCE A CONNU UNE "SURMORTALITE" CAR EN PRATIQUE "ON N'A PAS SOIGNE LES GENS"

Didier Raoult

La France a connu une «surmortalité» car en pratique «on n’a pas soigné les gens», affirme Didier Raoult

© AFP 2020 CHRISTOPHE SIMON

FRANCE

URL courte

460

S'abonner

Alors que Didier Raoult devra être entendu le 24 juin par la commission parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus, il a affirmé à La Provence que le nombre de morts aurait pu être divisé par deux «si on n’avait pas eu peur» et «si on l’avait écouté».

Dans une interview accordée au quotidien La Provence, Didier Raoult a critiqué la gestion de la crise du coronavirus. Selon lui, la «surmortalité» en France aurait pu être évitée.

 

 

French professor Didier Raoult, biologist and professor of microbiology, specialized in infectious diseases and director of IHU Mediterranee Infection Institute poses in his office on 26 February 26, 2020 in Marseille. - The Mediterranee infection Institute in Marseille based in La Timone Hospital is at the forefront of the prevention against coronavirus in France. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)

© AFP 2020 GERARD JULIEN

Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage

«La gestion de la maladie fait qu’au final il y a deux fois plus de morts. Et que parmi ces morts, plus de la moitié l’ont été, non pas en raison de la mauvaise gestion médicale, ni du Covid, mais du bordel qu’on a foutu dans la santé, car en pratique on n’a pas soigné les gens», a déclaré M.Raoult.

 

Et d’ajouter: «Si on n’avait pas eu peur, on aurait eu deux fois moins de morts, si on m’avait écouté, on aurait eu deux fois moins de morts».

«La plus grande faute gouvernementale»

En pointant l’absence de «véritable programme réfléchi sur le devenir de la recherche hospitalière et médicale», Didier Raoult s’en est pris également au conseil scientifique qui selon lui n’a pas fait les bons choix.

 

 

Hydroxychloroquine

© AP PHOTO / JOHN LOCHER

Didier Raoult présente sa propre étude scientifique pour défendre l’hydroxychloroquine

«Si cela avait été un vrai conseil scientifique, on aurait fait des sondages dans quatre ou cinq endroits pour mesurer la cinétique de l’épidémie. On aurait eu des chiffres plutôt que des fantasmes», a-t-il lancé.

 

«La plus grande faute gouvernementale ne concerne pas les décisions sur la chloroquine. Ils ont été embarqués dans une histoire dont ils n’arrivaient plus à se sortir, dans l’émotion, ils étaient dans la surréaction. En revanche, on a fait tout l’inverse de ce que l’on doit faire dans le traitement des maladies infectieuses», a conclu Didier Raoult.

https://fr.sputniknews.com/france/202006231043995334-la-france-a-connu-une-surmortalite-car-en-pratique-on-na-pas-soigne-les-gens-affirme-didier-raoult/



 

MISE EN GARDE DE L'OMS : LA PANDÉMIE DE COVID-19 CONTINUE DE S’ACCÉLÉRER DANS LE MONDE

Coronavirus: « la pandémie continue de s’accélérer » dans le monde (chef de l’OMS)

 Depuis 24 minutes  22 juin 2020

tedros_adhanom_ghebreyesus

tedros_adhanom_ghebreyesus

 EAU - Monde arabe - Pays du Golfe

 

La pandémie de Covid-19 « continue de s’accélérer » dans le monde, avec « le dernier million de cas signalé en seulement huit jours », a prévenu lundi le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Nous savons que la pandémie est bien plus qu’une crise sanitaire, c’est une crise économique, sociale et, dans de nombreux pays, politique. Ses effets se feront sentir sur des décennies », a-t-il ajouté, lors d’une conférence virtuelle organisée par l’émirat de Dubaï.

La mise en garde du chef de l’OMS intervient alors que de nombreux pays sont entrés dans une phase de déconfinement pour relancer leurs économies.
La semaine dernière, le chef de l’OMS avait qualifié cette nouvelle phase de « dangereuse », estimant que, malgré le besoin de sortir du confinement, le virus continuait « de se propager rapidement » et restait « mortel ».
« Il a fallu plus de trois mois pour que le premier million de cas soit signalé, le dernier million de cas a été signalé en seulement huit jours », a-t-il insisté lundi.

Le chef de l’OMS a également appelé les gouvernements et les sociétés à se préparer à d’éventuelles futures pandémies qui pourraient survenir « dans n’importe quel pays à n’importe quel moment et tuer des millions de personnes parce que nous ne sommes pas préparés ».
« Nous ne savons pas où ni quand la prochaine pandémie se produira, mais nous savons qu’elle aura un impact terrible sur la vie et l’économie mondiales », a averti M. Tedros.

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 465.300 morts dans le monde depuis que la Chine a fait officiellement état de l’apparition en décembre de la maladie, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles dimanche à 19H00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, avec au moins 119.959 décès, suivis du Brésil (50.617), du Royaume-Uni (42.632), de l’Italie (34.634) et de la France (29.633).

Le nouveau coronavirus a contaminé plus d’un million de personnes au Brésil, l’Amérique du sud étant l’épicentre actuel de la pandémie avec plus de 20.000 morts au Mexique, plus 8.000 au Pérou et plus de 1.000 en Argentine.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/1793651


 

LES PERSONNES DU GROUPE SANGUIN A SONT PLUS EXPOSÉES AU RISQUE DE DÉVELOPPER DES COMPLICATIONS RESPIRATOIRES DU COVID-19 ONT CONCLU DES CHERCHEURS

Laboratoire

Les personnes de ce groupe sanguin risquent plus de développer une forme sévère du coronavirus

© CC0 / jarmoluk

SANTÉ

URL courte

Dossier:

Études sur le coronavirus - juin (12)

6235

S'abonner

Les personnes du groupe sanguin A sont plus exposées au risque de développer des complications respiratoires du Covid-19, alors que celles du groupe O sont les moins touchées, indiquent des chercheurs dans plusieurs études, dont une réalisée en Espagne et en Italie a été prépubliée dans le New England Journal of Medicine.

Le groupe sanguin peut jouer un rôle important dans le développement d’une forme grave du Covid-19, ont conclu des chercheurs après avoir analysé 1.980 malades en Italie et en Espagne. Leur étude a été prépubliée dans la revue The New England Journal of Medicine.

 

 

Le coronavirus

© REUTERS / FRANCOIS LENOIR

Les personnes d’un groupe sanguin sont-elles plus exposées que d’autres au Covid-19?

Menées indépendemment, trois autres études de l’Université Columbia, de l’University of Mazandaran en Iran et de diverses institutions chinoises ont toutes abouti à des conclusions similaires.

 

Les personnes appartenant au groupe A sont plus exposées au risque de développer une forme sévère de la maladie, alors que celles qui le risquent moins sont du groupe O, selon les résultats des études indépendantes menées par ces différentes équipes. En comparaison avec ceux du groupe A, le risque est moins élevé pour les patients des autres groupes sanguins, B et AB. Cependant, il reste plus élevé qu’avec ceux du groupe O.

La pathogenèse du Covid-19 sévère et les complications respiratoires associées ne sont toujours pas évidentes, mais la mortalité plus élevée est toujours liée à l'âge avancé et au fait d'être un homme. De plus, les patients qui présentent également des facteurs de risque (l'hypertension, le diabète, l'obésité et les maladies cardiovasculaires) sont plus susceptibles de développer le Covid-19.

 

 

Coronavirus (image d'illustration)

© CC0 / GERALT / CORONAVIRUS

Voilà pourquoi le Covid-19 est si dangereux pour l’Homme, selon une étude

À l’heure actuelle, le rôle relatif des facteurs de risque cliniques dans la détermination de la gravité du coronavirus n'a pas été clarifié, précisent les scientifiques. Ils soulignent également le caractère préliminaire des résultats de ces études qui nécessitent d’être vérifiées.

 

D’autres études

Auparavant, des scientifiques chinois avaient suggéré à la mi-mars, sur la base de l’examen des données de trois hôpitaux de Wuhan et Shenzhen, que ce sont les personnes du groupe sanguin A qui étaient les plus susceptibles d’être contaminées et d’avoir des symptômes plus graves que les autres.

Des chercheurs américains ont affirmé que les personnes les plus susceptibles de contracter le Covid-19 sont du groupe sanguin AB. Les personnes du groupe sanguin O étaient 9 à 18% moins susceptibles de présenter un résultat positif au Covid-19 par rapport aux autres groupes. Menée par la société de biotechnologie américaine 23andMe, l’étude a été réalisée sur plus de 750.000 participants dont 10.000 avaient été hospitalisés et à qui avait été diagnostiqué le Covid-19.

https://fr.sputniknews.com/sante/202006211043983485-les-personnes-de-ce-groupe-sanguin-risquent-plus-de-developper-une-forme-severe-du-coronavirus/


 

SELON L'OMS, LE MONDE EST ENTRE DANS UNE PHASE DANGEREUSE

urgent

Le monde est entré dans une «phase dangereuse», alerte l'OMS

© Sputnik .

INTERNATIONAL

URL courte

4526

S'abonner

Avec quelque 150.000 cas de Covid-19 confirmés le 18 juin, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a constaté que le monde était entré dans une «phase dangereuse».

Alors que rouvrent les pays qui avaient mis en place des mesures de confinement ou de restrictions à la mobilité, la situation actuelle est loin d’être stabilisée, selon le directeur de l'OMS qui constate que plus de 150.000 nouveaux cas ont été recensés le 18 juin, un record sur une seule journée depuis le début de la pandémie.

«Le monde est entré dans une phase nouvelle et dangereuse. Beaucoup de gens sont évidemment fatigués de rester chez eux. Les pays sont désireux de rouvrir leur société et leur économie», a déclaré Tedros Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse virtuelle. «Mais le virus continue de se propager rapidement, il reste mortel et la plupart des personnes restent exposées.»

Près de la moitié des cas enregistrés jeudi provenaient des Amériques, a précisé le directeur général.

Détails à suivre

https://fr.sputniknews.com/international/202006191043979533-covid-19-loms-met-en-garde-contre-la-phase-dangereuse-dans-laquelle-est-entre-le-monde/


 

LE PROFESSEUR PERRONNE AFFIRME QUE PRES DE 25 000 MORTS LIÉES AU COVID-19 AURAIENT PU ETRE ÉVITÉES SI LA FRANCE AVAIT UTILISE LA CHLOROQUINE POUR TOUS

Des médecins français

L’usage de la chloroquine aurait permis d'«éviter 25.000 morts» en France, affirme le Pr. Christian Perronne

© AP Photo / Christophe Ena

FRANCE

URL courte

14521

S'abonner

S'alignant sur Didier Raoult, fervent défenseur de la chloroquine, le Professeur Christian Perronne a estimé que près de 25.000 morts liées au Covid-19 auraient pu être évitées si la France «avait utilisé la chloroquine pour tous». Sur BFM TV, il s'en est pris au gouvernement, qualifiant d'«ahurissante» sa gestion de la crise.

Invité sur le plateau de BFM TV le 15 juin, le professeur Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Raymond-Poincaré, a annoncé que la généralisation de l’utilisation de la chloroquine en France aurait pu sauver la vie à près de 25.000 patients touchés par le Covid-19. Il a ainsi salué «l’étude impeccable» de Didier Raoult.

«Les Français découvriront dans mon livre des choses qui leur ont été cachées», a lancé M.Perronne. Le titre: «Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise? Covid-19: l'union sacrée de l'incompétence et de l’arrogance».

Ce livre venant de sortir, a été qualifié de «coup de gueule» par le journaliste Olivier Truchot qui a accueilli le professeur sur BFM TV. Ce dernier a poursuivi:

«On a eu près de 30.000 morts en France. Si on avait utilisé la chloroquine pour tous, peut-être que 25.000 morts auraient été évitées.»

D’après lui, son utilisation systématique dans d’autres pays «a été masqué[e] pour des intérêts de laboratoires pharmaceutiques, qui voulaient promouvoir d’autres molécules»:

«Malheureusement, beaucoup de mes collègues ont touché beaucoup d’argent de ces laboratoires, ça me désole, ces collègues c’étaient des amis», a-t-il estimé en affirmant qu’il ne parlait que des données publiques.

Selon lui, «une énorme histoire de corruption» est derrière les études «complètement bidons» sur la chloroquine. 

Gestion de crise «ahurissante»

Le professeur, qui a présidé pendant 15 ans la commission aidant le gouvernement à gérer les crises sanitaires, a donc qualifié d’«ahurissante» la manière avec laquelle cette crise avait été gérée dans l’Hexagone. M.Perronne a notamment dénoncé la gestion des masques et tests. 

«Je pense qu'il y a beaucoup de mensonges d’État. […] C’est la première fois de ma vie que j’ai honte de mon pays.»

Médicament controversé

Trois des quatre auteurs de l'étude publiée dans le Lancet sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 ont demandé le 4 juin la rétractation de l'article.

 

Hydroxychloroquine

© AP PHOTO / JOHN LOCHER

Le coordinateur de l’étude du Lancet sur l’hydroxychloroquine fait son mea culpa

 

Sorti le 22 mai, ce dernier concluait que l'hydroxychloroquine n’était pas bénéfique aux malades du Covid-19 hospitalisés et peut-être même néfaste. Sa parution avait eu un retentissement mondial poussant notamment l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre les essais cliniques.

Mais après de nombreuses critiques mettant en cause la méthodologie de l'étude, y compris de la part de scientifiques sceptiques sur l'intérêt de l'hydroxychloroquine, l'OMS a annoncé le 3 juin la reprise des essais cliniques avec cette molécule.

https://fr.sputniknews.com/france/202006161043961153-lusage-de-la-chloroquine-aurait-permis-deviter-25000-morts-en-france-affirme-le-pr-christian/


 

COVID-19 : 51000 ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS MENACES DE MORT PAR LA PERTURBATION DES SERVICES ESSENTIELS DE SANTE, PRÉVIENT L'ONU

Virus: 51.000 enfants menacés par la perturbation des services essentiels de santé, prévient l’ONU

Virus: 51.000 enfants menacés par la perturbation des services essentiels de santé, prévient l’ONU

folder_openFAITS DIVERS access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

L'ONU a averti lundi 15 juin que quelque 51.000 enfants de moins de cinq ans pourraient mourir au Moyen-Orient et en Afrique du Nord cette année si la perturbation des services essentiels de santé se prolonge, la pandémie de Covid-19 entravant notamment les vaccinations de routine.

«Les systèmes de santé subissent des pressions sans précédent en raison de la pandémie de Covid-19, et bien qu'il n'y ait pas beaucoup de cas de nouveau coronavirus chez les enfants dans la région, il est clair que le virus affecte directement leur santé», soulignent l'Organisation des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un communiqué conjoint.

Si la perturbation des services de santé et de nutrition de base se poursuit, «plus de 51.000 enfants de moins de cinq ans pourraient mourir dans la région d'ici la fin de 2020», prévient le texte.

Cette «sombre projection» est due notamment au fait que «de nombreux agents de santé de première ligne ont détourné leurs efforts pour répondre à l'épidémie» du Covid-19.

En outre, «les restrictions de mouvement et les obstacles économiques empêchent davantage l'accès des populations aux soins de santé», selon le texte.

L’Unicef et l'OMS appellent à une «reprise complète et en toute sécurité des campagnes de vaccination et des services de nutrition, avec des mesures de prévention strictes face au virus».

La pandémie a fait plus de 431.193 morts, et infecté plus de 7,8 millions de personnes dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 19H00 GMT.

https://www.french.alahednews.com.lb/35520/296


 

JEAN-YVES JEZEQUEL : L'APRES-CORONAVIRUS?

L’après coronavirus?

Par Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca, 08 juin 2020

Thème: 

Analyses: 

En France, on pouvait suivre l’évolution de l’épidémie de COVID-19 en allant sur GEODES, puis dans la rubrique « pathologie », on pouvait cliquer « COVID-19 ».

Lorsqu’on examine les données disponibles au 6 juin 2020, on obtient des renseignements sur le nombre de personnes positives au quotidien ; le nombre de personnes qui ont été testées au quotidien ; le taux de positivité au quotidien ; le nombre de personnes actuellement hospitalisées ; le nombre actuel de personnes en réanimation ; le nombre de personnes décédées du COVID-19 depuis le 1er mars 2020 ; le nombre de personnes qui sont retournées à leur domicile depuis le 1er mars 2020.

Bien entendu, tous ces chiffres sont obligatoirement aléatoires, pour ne pas dire « bidons », « faux », « erronés », « manipulateurs », car le COVID-19 était déjà en circulation en Europe et en France, bien avant le 1er mars (probablement depuis novembre 2019); aucune étude comparative avec la mortalité des autres années n’est mise en perspective dans cette observation ; il faut ajouter la plainte de nombreux médecins sur le fait qu’ils ont été poussés à rédiger un grand nombre de certificats de décès, en signalant le COVID-19 comme cause de mort, alors que divers cas de morbidité ont été relevés sur 83%  des personnes décédées en France!

Personne ne sait précisément qui est réellement mort du COVID-19 et celui qui prétend donner une liste exhaustive basée sur des « statistiques officielles » comme étant une référence crédible et indiscutable, soit est un abusé de bonne foi, soit un imposteur faisant partie du système étatique, (l’étatisme étant une perversion du rôle et de la place de l’Etat), soit un souffrant qui s’ignore comme tel, sous emprise d’une angoisse pathologique dominant la vie inconsciente de son sous-sol mental et dont il ignore l’alpha et l’oméga…

Nous savons aujourd’hui, grâce à l’étude réalisée par un comité d’experts Allemands, à la demande du Ministère de l’Intérieur, (Cf., KM 4 – 51000/29#2 25. April 2020/ 7. Mai 2020 Version: 2.0.1 A U SW E R T U N G S B E R I C H T des Referats KM 4 (BMI). Coronakrise 2020 aus Sicht des Schutzes Kritischer Infrastrukturen. Auswertung der bisherigen Bewältigungsstrategie und Handlungsempfehlungen.) que la « pandémie covid-19, a été « une fausse alerte mondiale ».

En Italie, les autorités sanitaires ont commandité un examen détaillé d’un échantillon de 355 décès « présumés » de covid-19, et elles ont constaté que l’âge moyen des personnes décédées était de 79,5 ans. 

« Dans cet échantillon, 117 patients (30%) avaient une cardiopathie ischémique, 126 (35,5%) étaient diabétiques, 72 (20,3%) avaient un cancer actif, 87 (24,5%) avaient une fibrillation auriculaire, 24 (6,8%) étaient atteints de démence et 34 (9,6%) avaient des antécédents d’accident vasculaire cérébral. Le nombre moyen de maladies préexistantes était de 2,7. Dans l’ensemble, seuls 3 patients (0,8 %) n’avaient aucune maladie. » (Cf., Journal of the American Medical Association, article rédigé par un collectif de médecins italiens.)

Cela signifie que 99,2 % de l’échantillon étaient porteurs d’autres maladies graves et qu’il était, de ce fait, impossible d’en conclure que ces 355 personnes étaient décédées par coronavirus. 

Dans de nombreux pays, le tableau est celui d’une infection grippale classique et saisonnière avec un taux de mortalité comparable. L’absence de tests uniformément acceptés et la non fiabilité de ces nombreux tests utilisés, comme l’indiquent eux-mêmes leurs fabricants, ainsi que les critères douteux servant à déclarer une cause de décès comme étant « due » au COVID-19, relativisent complètement les informations statistiques fournies par les Etats et leurs organisations sanitaires .

On peut encore consulter l’excellent article du Dr. Gary G. Kohls, publié par Mondialisation.ca du 25 avril 2020, et qui met les pendules à l’heure sur la totale relativité des statistiques publiées à propos de la « pandémie » du COVID-19. Il est utile également de consulter l’excellent travail d’un médecin Français, le Dr Gérard Delépine, sur ces questions dans : medias-presse.info. le 10 avril 2020. Son étude comparée a le mérite de démontrer à quel point toutes ces indications « officielles » sur la « pandémie », sont à relativiser plus que sérieusement, au nom de la simple honnêteté intellectuelle. Voir également cette brillante synthèse sur la question qui nous occupe, publiée par le Dr Nicole Delépine, dans « Riposte Laïque » du 23 mai 2020 : « Covid-19 : comment ils ont gonflé les chiffres pour mieux terroriser les peuples ».

A partir de tout cela, apparaît bien clairement l’aspect aberrant des « mesures de confinement », des « mesures de distanciation sociale », le saccage insistant sur tous les aspects majeurs de la vie humaine en société et le désastre volontairement organisé de la vie économique sur le plan individuel des populations modestes, car les plus riches ne sont pas concernés. On a l’impression que le but était d’achever, par le biais économique, tous ceux « qui ne sont rien », les protestataires Gilets jaunes et ce peuple récalcitrant qui luttait contre les réformes faites au seul profit des « élites » de « l’aristocratie stato-financière ».

Comme l’écrivait Natacha Polony dans Marianne :

« Macron a laissé la situation pourrir et le nombre de cas (déclarés chaque jour par la propagande) exploser pour justifier la mise en place du confinement. Le confinement lui a permis de passer la loi d’urgence sanitaire. La loi sanitaire lui a permis d’avoir le droit de gouverner par ordonnances. Il a fait passer par ordonnance des lois qui ont fini de casser le code du travail et les droits des travailleurs. Grâce à la stratégie de la peur et grâce au confinement, personne n’est à même de réagir et de manifester contre ces décisions infâmes dignes d’un traître et d’un dictateur. Les oligarques se frottent les mains à l’idée de pouvoir disposer d’une future main d’œuvre qu’ils vont traiter comme des esclaves corvéables à souhait.

Macron leur a permis de revenir à la situation d’avant-guerre en matière de droits du travail et de protection sociale. »

Macron a livré les Français au patronat qu’il a rassuré et consolidé grâce à la garantie des 330 Milliards promis. Ces milliards augmenteront la dette publique, que nous devrons rembourser en travaillant 60 heures/semaine et jusqu’à 70 ans, voire plus.

Enfin, grâce à « l’état d’urgence sanitaire », Macron peut tranquillement imposer toutes sortes de lois purement destinées à contrôler et à surveiller en permanence le peuple encore plus éloigné que jamais de son aspiration à la démocratie. Ces lois, on le voit déjà, sont là uniquement pour empêcher toutes les manifestations ou regroupements. La révolte est clairement interdite et la démocratie n’est vraiment pas à l’ordre du jour pour « l’aristocratie stato-financière » protégeant son coup d’Etat et ses infractions répétées à la Constitution n’ayant plus aucune valeur réelle en France.

Je suis chaque fois fort étonné par le nombre d’auteurs qui font spontanément référence à la « démocratie » en parlant de nos pays « atlantistes » ou Occidentaux, alors que la démocratie n’a jamais existé pour aucun d’entre eux. En Europe le modèle suisse est celui qui s’en rapproche sans doute le plus, mais ce n’est pas encore vraiment la « démocratie ». Dans une démocratie réelle, authentique, effective, c’est le peuple constituant qui dirige, choisit, contrôle, décide, commande et c’est l’Etat qui obéit, qui est là pour exécuter, réaliser ce que le peuple a commandé !

Indiquez-moi un seul pays occidental dans lequel cette règle basique de la démocratie existerait (à part dans l’Etat du Chiapas au Mexique) ! 

La France n’a jamais été une « démocratie » et beaucoup trop de gens, à mon sens, continuent de confondre des « libertés publiques et privées » avec la « démocratie ». Cette confusion fausse énormément de raisonnements qui sont faits à longueur de temps, surtout par les donneurs de leçons de morale et par ceux qui sont convaincus de détenir la « vérité révélée » de « l’idéal démocratique » généralement assimilé et d’ailleurs confondu avec « l’idéologie ultra libérale » …

Dans son discours du 7 septembre 1789, Sieyès disait:

« Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. » 

C’est assez clair, depuis la Révolution elle-même ! Pourtant, beaucoup d’entre nous continuent de penser qu’on est « en démocratie ». C’est le discours manipulateur que l’on entend continuellement dans tous les médias inféodés ou pas. Tous ceux qui détiennent le pouvoir d’une façon ou d’une autre nous font entendre cette « petite musique » qui est faite pour nous endormir et nous faire croire que nous serions les maîtres de notre destin alors que c’est tout le contraire qui est vrai !

Chacun est en droit de se demander si ce « massacre coronavirus » n’a pas été délibérément planifié, programmé, orchestré par une volonté politique ayant transitée par l’OMS, en quelque sorte prise en otage, tellement cet organisme a persisté dans un comportement dont les tenants et les aboutissants échappaient à la logique sanitaire qu’il aurait théoriquement dû privilégier ! Cette « fausse alerte » est pour le moins « étrange » et on ne voit pas vraiment où était l’objectif recherché sans se dire que la promotion de la « peur » mondialisée était centrale en constituant un axe autour duquel pouvait ensuite s’articuler une opération de dressage des peuples, s’assurant les bonnes conditions pour une durable élimination de toute velléité à la liberté et à la démocratie…

Sachant que le seul véritable ennemi à abattre c’est le capitalisme et que toutes les luttes se concentrent en effet sur la cause ultra libérale des malheurs actuels de l’humanité, même environnementaux, il y a fort à parier que tout ce qui vient de se passer n’avait pas d’autre objectif que celui de placer mondialement les peuples face à la contrainte d’une « assignation à résidence ». Ce « confinement » forcé produirait logiquement, comme principal effet, la ruine du modèle économique tenant encore trop compte du bien être des peuples. Cette ruine était en soi un signal fort que le Capital, dans sa toute-puissance actuelle, envoyait au monde entier, lui signifiant qu’il n’avait plus besoin des masses laborieuses pour triompher seul à l’intérieur d’une classe pouvant se passer aisément de tous ceux qui ne comprendraient pas qu’ils sont autorisés à exister dans la mesure où ils accepteraient d’être les esclaves au service du bonheur non partagé des profiteurs d’en haut !

« Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. » Quel que soit l’auteur de cette déclaration, il faut comprendre que l’argent se suffit à lui-même, il se reproduit en vase clos et n’a pas besoin d’une autre motivation pour exister que sa propre logique : celle du pouvoir qu’il confère à ceux qui le détiennent. Quelles que soient les revendications des peuples, tant qu’ils n’ont pas le contrôle de leur souveraineté monétaire, ils ne peuvent rien faire de plus que de se mettre à genoux et survivre ou de se révolter et mourir !

Si vous contrôlez l’énergie, vous contrôlez un pays ; si vous contrôlez l’agriculture, vous contrôlez l’alimentation du monde ; si vous contrôlez l’alimentation, vous contrôlez la santé planétaire ; si vous contrôlez les « pandémies », vous contrôlez le droit à la vie ou la mort de tous, sur les plans politique, sanitaire, économique, sociaux et culturels… Pour contrôler les « pandémies » il faut avoir le pouvoir de l’argent qui est à la source de tous les plans de dressage et de contrôle des peuples !

Pour qu’un monde nouveau, différent, puisse naître du désastre actuel accentué par le massacre « coronavirus », il est impératif que nous soyons unis dans la volonté de créer en France (et dans le monde entier) des modèles de démocratie. Cette démocratie qui n’a jamais existé encore, chez nous, nous devons la faire naître, l’engendrer, la construire. Pour cela nous devons bien logiquement commencer par reconquérir notre souveraineté monétaire, ce qui veut dire abolir notre position d’inféodés aux règles de Maastricht et à toutes les autres de l’Union Européenne telle qu’elle est aujourd’hui, (le contraire d’une démocratie). La loi de l’impérialisme capitaliste sous sa forme ultra libérale actuelle doit être abolie : nous devons créer des « espaces émancipés des règles capitalistes ». Voilà où est le commencement de « l’après massacre coronavirus ».

Jean-Yves Jézéquel

 

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca,

https://www.mondialisation.ca/lapres-coronavirus/5646362


 

RÉTROPÉDALAGE DE TROIS DES QUATRE AUTEURS DE L'ETUDE SUR L'HYDROXYCHLOROQUINE DE LA PRESTIGIEUSE REVUE MÉDICALE THE LANCET

RÉTROPÉDALAGE

Hydroxychloroquine : trois des quatre auteurs de l'étude du Lancet se rétractent

Par LEXPRESS.fr avec AFP ,publié le , mis à jour à 

L'étude en cause, qui pointait un risque de décès accru, avait conduit dans le monde entier à l'interruption d'essais cliniques sur l'hydroxychloroquine.

L'étude en cause, qui pointait un risque de décès accru, avait conduit dans le monde entier à l'interruption d'essais cliniques sur l'hydroxychloroquine.

 

afp.com/Damien Meyer

La prestigieuse revue médicale The Lancet avait déjà pris ses distances mercredi avec l'étude très critiquée qu'elle a publiée sur l'hydroxychloroquine.

Trois des quatre auteurs de l'étude controversée publiée dans le Lancet sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 ont demandé la rétractation de l'article, a annoncé la revue The Lancet ce jeudi soir. 

LIRE AUSSI >> Hydroxychloroquine : voilà pourquoi l'étude de The Lancet est si critiquée 

"Nous ne pouvons plus nous porter garant de la véracité des sources des données primaires", écrivent les trois auteurs au Lancet, mettant en cause le refus du quatrième, patron de la société les ayant collectées, de donner accès à la base de données. 

L'Express Abo

Votre soutien est indispensable. Abonnez-vous pour 1€

Nous soutenir

La prestigieuse revue médicale The Lancet avait déjà pris ses distances mercredi avec l'étude très critiquée qu'elle a publiée sur l'hydroxychloroquine, en reconnaissant dans un avertissement formel que "d'importantes questions" se posent à son sujet. 

Un retentissement mondial

Publiée le 22 mai dans The Lancet, l'étude concluait que l'hydroxychloroquine n'est pas bénéfique aux malades du Covid-19 hospitalisés et peut même être néfaste. Sa parution avait eu un retentissement mondial et des répercussions spectaculaires, poussant notamment l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine contre le Covid-19. 

Mais finalement, après de nombreuses critiques mettant en cause la méthodologie de l'étude, y compris de la part de scientifiques sceptiques sur l'intérêt de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, l'OMS a annoncé mercredi la reprise des essais cliniques avec cette molécule. 

LIRE AUSSI >> Coronavirus : l'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine 

Les critiques mettaient en particulier en cause les données sur lesquelles se fondaient l'étude (96.000 patients hospitalisés entre décembre et avril dans 671 hôpitaux, récoltées) récoltées par la société américaine Surgisphere, dirigée par le quatrième auteur Sapan Desai. 

"Nous avons lancé une analyse indépendante de Surgisphere avec l'accord de Sapan Desai pour évaluer l'origine des éléments de la base de données, confirmer qu'elle était complète et répliquer les analyses présentées dans l'article", écrivent les trois autres auteurs dans le texte publié par le Lancet. 

Mais Surgisphere ayant refusé de transférer la base de données en raison des accords de confidentialité avec ses clients (les hôpitaux à l'origine des données), les experts missionnés "n'ont pas pu conduire une revue indépendante et nous ont informés de leur retrait du processus d'évaluation par les pairs", ajoutent-ils. 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/hydroxychloroquine-trois-des-auteurs-de-l-etude-du-lancet-se-retractent_2127521.html?fbclid=IwAR1D-d9aSCZQON9M-P2v1DGvaJM5e91qvBPckqga_xUVV8yTcdwHN3TJSt8


 

LE "CANULAR DU CORONAVIRUS", LA PROLIFERATION DES ÉMEUTES RACIALES. VERS UN VERROUILLAGE MILITAIRE?

Le « canular du coronavirus », la prolifération des émeutes raciales. Vers un verrouillage militaire ?

Par Peter Koenig

Mondialisation.ca, 03 juin 2020

Thème: 

Analyses: 

La « fuite » – cette fois-ci du ministère allemand de l’Intérieur – montre un document « secret » de 93 pages, admettant en gros la mauvaise réaction de l’Allemagne au canular du coronavirus – non, le journal ne l’appelle pas « canular », mais on peut le lire entre les lignes. En substance, le document indique que les dommages collatéraux économiques et sociaux sont beaucoup plus importants que l’impact de COVID-19, en termes de vies perdues à cause du traitement reporté du cancer, des maladies cardiaques et autres maladies mortelles, de l’effondrement des infrastructures sociales, du désespoir, du suicide, du chômage – aucun avenir en vue… pour beaucoup, le monde s’est effondré comme un château de cartes – aucune perspective, rien.

Le document fait également référence à d’autres épidémies de corona des années précédentes, et à des épidémies de grippe « régulières », qui étaient beaucoup plus graves que celle de 2020 – cette dernière, COVID-19, qualifiée de pandémie par l’OMS – sous les ordres des puissants à l’origine du FEM – le Forum économique mondial – le tristement célèbre Club de Davos, auquel appartient également Bill Gates, le tsar du vaccin, qui a déclaré en février 2010, lors d’une conférence TED en Californie du Sud intitulée « Innover pour atteindre le zéro » –

« Si nous faisons du bon travail [de vaccination], nous pouvons réduire la population mondiale de 10 à 15 % » (voir ce qui suit).

Dans votre propre intérêt et dans celui de vos enfants et des enfants de vos enfants, gardez toujours cela à l’esprit lorsque vous entendrez parler de Bill Gates et de la vaccination. Celle que nous risquons tous d’être « forcés » d’obtenir – est celle contre le COVID-19.

Feriez-vous confiance à M. Bill Gates – pour tout vaccin, en fait pour tout conseil de santé ?

Mais, il y a mieux (ou pire), il fait essentiellement les politiques de santé de l’OMS en matière de vaccination, anéantissant littéralement (en excluant) toute autre mesure préventive et curative médicalement et scientifiquement prouvée.

Pourquoi ? Parce que la Fondation Gates est l’un des principaux bailleurs de fonds du budget de l’OMS, en plus des Big Pharma et d’autres groupes d’intérêt, notamment la GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunization) – une autre création de Bill Gates. Les télécoms font également partie des contributeurs au budget de l’OMS.

Les télécoms déploient clandestinement la dangereuse technologie 5G (technologie de cinquième génération), non testée et sous-estimée, que les compagnies de téléphonie mobile ont commencé à déployer dans le monde entier – pour mieux vous contrôler – et dont l’OMS – première agence mondiale de santé – n’a pas dit un mot, en ce qui concerne les impacts de la 5G sur la santé.

C’est ainsi que les choses se passent dans notre monde néolibéral – de néofasciste à néo-fasciste – tout va bien.

Revenons au ministre allemand de l’intérieur, M. Horst Seehofer. Son équipe d’experts constate que la maladie Covidienne était de moindre importance que par exemple la grippe de la saison 2017 / 2018. L’étude a également examiné les statistiques de décès et a constaté que le taux global de décès en Allemagne, toutes causes confondues, est comparable à celui des années précédentes et inférieur à celui de la dernière grande saison de grippe 2017/2018, qui est passée pratiquement inaperçue. Il n’y a pas de décès supplémentaires, comme l’indiquent les statistiques allemandes et la comptabilité des personnes infectées, avec un bilan officiel de 8 522 décès au 2 juin 2020. Ceci représente un pic significatif par rapport aux années précédentes, ce qui n’est cependant pas reflété dans les statistiques.

En substance, l’étude a conclu – poliment – que le Covid-19 était une énorme fausse alerte. Lorsque le porte-parole du ministre a été confronté par les journalistes au sujet de la fuite du journal, il a dit quelque chose en ce sens – nous ne discutons de rien avec les théoriciens du complot. Un déni total. – Pourquoi ?

Veuillez consulter ces articles pour plus de détails, ceci et cela.

L’équipe de scientifiques qui a élaboré le rapport pour le ministère de l’Intérieur (Bundesministerium des Innern – BMI), a été sidérée, lorsque le ministère a pris ses distances par rapport à leur rapport. L’équipe de recherche a publié un communiqué de presse, déclenché par la fuite du document – même si elle, le BMI, a signé le rapport des scientifiques. Voir ce communiqué (de RT Deutsch [Allemagne], en allemand).

Le communiqué de presse disait essentiellement que le coronavirus était une maladie respiratoire traitable, et non mortelle, qu’il pouvait être prévenu et soigné ; que les groupes à risque, les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, devraient bénéficier d’une attention et d’un traitement particuliers ; qu’il n’était pas nécessaire de fermer le pays tout entier pour vaincre ce coronavirus, détruisant ainsi l’économie et les moyens de subsistance de millions de personnes – ce qui aurait des dommages collatéraux bien plus importants que le nombre de victimes du coronavirus. Par exemple, le report des opérations du cancer et du cœur, dû au fait que les lits d’hôpitaux restent vides pour les patients atteints du coronavirus, pourrait être à l’origine de 5 000 à 125 000 décès prématurés. Cela n’explique pas les innombrables décès dus au désespoir, à la détresse et au suicide.

Le communiqué de presse a conclu, en attendant que l’IMC réagisse et engage un débat constructif avec l’équipe du rapport. Le communiqué de presse a été signé par un certain nombre de signataires importants.

  • Prof. Dr. Sucharit Bhakdi, Universitätsprofessor für Medizinische Mikrobiologie (im Ruhestand) Universität Mainz 
  • Dr. med. Gunter Frank, Arzt für Allgemeinmedizin, Mitglied der ständigen Leitlinienkommission der Deutschen Gesellschaft für Familienmedizin und Allgemeinmedizin (DEGAM), Heidelberg
  • Prof. Dr. phil. Dr. rer. pol. Dipl.-Soz. Dr. Gunnar Heinsohn, Emeritus der Sozialwissenschaften der Universität Bremen 
  • Prof. Dr. Stefan W. Hockertz, tpi consult GmbH, ehem. Direktor des Instituts für Experimentelle Pharmakologie und Toxikologie am Universitätskrankenhaus Eppendorf 
  • Prof. Dr. Dr. rer. nat. (USA) Andreas S. Lübbe, Ärztlicher Direktor des MZG-Westfalen, Chefarzt Cecilien-Klinik
  • Prof. Dr. Karina Reiß, Department of Dermatology and Allergology University Hospital Schleswig-Holstein
  • Prof. Dr. Peter Schirmacher, Professor der Pathologie, Heidelberg, Mitglied der Nationalen Akademie der Wissenschaften Leopoldina 
  • Prof. Dr. Andreas Sönnichsen, Stellv. Curriculumsdirektor der Medizinischen Universität Wien, Abteilung für Allgemeinmedizin und Familienmedizin.
  • Dr. med. Til Uebel, Niedergelassener Hausarzt, Facharzt für Allgemeinmedizin, Diabetologie, Notfallmedizin, Lehrarzt des Institutes für Allgemeinmedizin der Universität Würzburg, akademische Lehrpraxis der Universität Heidelberg 
  • Prof. Dr. Dr. phil. Harald Walach, Prof. Med. Universität Poznan, Abt. Pädiatrische Gastroenterologie, Gastprof. Universität Witten-Herdecke, Abt. Psychologie 4

Cette liste de professionnels de la santé très réputés témoigne du sérieux du rapport – qui, soit dit en passant, est arrivé à des conclusions très similaires à celles d’autres études menées dans d’autres pays, notamment aux États-Unis et en Russie.

Par exemple, le 26 mai, le Dr Alexander Myasnikov, responsable russe de l’information sur les coronavirus, a accordé une interview à l’ancienne candidate à la présidence [russe], Ksenia Sobchak, dans laquelle il a apparemment laissé échapper son vrai sentiment. Croyant l’interview terminée, et la caméra éteinte, Myasnikov a déclaré :

« C’est de la connerie […] C’est exagéré. C’est une maladie respiratoire aiguë avec une mortalité minimale […] Pourquoi le monde entier a-t-il été détruit ? Ça, je ne le sais pas ».

Le lien – Corona, émeutes raciales vers un verrouillage militaire total – Abrogation des droits de l’homme et des droits civils – Suspension des droits constitutionnels – Loi martiale

Cela soulève la question – la question imminente – de savoir s’il existe un lien entre la catastrophe du coronavirus avec l’économie mondiale et les moyens de subsistance détruits des gens et les émeutes raciales déclenchées par le meurtre sauvage par la police d’un Afro-Américain – M. George Floyd – à Minneapolis. Des émeutes qui, en quelques jours, se sont étendues à plus de 40 villes étasuniennes, la violence n’en finissant plus. Le week-end dernier, les émeutes se sont étendues à Londres et à Berlin, jusqu’à présent essentiellement pacifiques.

Mardi soir le 2 juin, des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes françaises, dont au moins 20 000 devant un « Palais de Justice » dans le nord de Paris.

Les protestations étaient généralement contre la brutalité policière, contre le racisme et contre le confinement insensé et dévastateur – qui, en France et dans la plupart du reste de l’Europe, n’est pas encore totalement terminé, malgré tous les rapports et recommandations scientifiques – sans parler de ceux des économistes – selon lesquels il n’y a pas de danger – et qu’il faut maintenant relancer l’économie, afin qu’elle puisse reprendre rapidement.

Déjà maintenant – avec seulement la pointe de l’iceberg – le monde fait face à 2 milliards de personnes sans travail en quelques mois (mise à jour de l’OIT) – dérivant vers le désespoir de la famine – et la mort – de la famine, du suicide, de la négligence – de la désolation – du désespoir…. Oui, M. Gates – jusqu’à présent, la crise joue en votre faveur. Mais la justice prévaudra. Que ce soit avec ou sans vous. Les gens se réveillent.

Est-ce une coïncidence que le ministère allemand de l’Intérieur n’accepte pas le rapport établi par sa propre équipe d’experts ? – Admettre la « fausse alerte » comme le dit le rapport, admettre la surréaction et contre-attaquer immédiatement pour relancer l’économie, soutenir les personnes licenciées, aider à remettre les petites et moyennes entreprises sur pied – pour éviter le pire – ce qui aurait pu épargner l’Allemagne des émeutes – et aurait pu servir d’exemple dans toute l’Europe sur la façon de réagir. Mais non.

C’est comme si des émeutes étaient souhaitées dans l’ensemble des États-Unis, où le président Trump a menacé de militariser le pays et a déjà envoyé des troupes à Washington DC, où les émeutes font littéralement des trous dans des quartiers entiers de la ville – la violence est endémique dans cette capitale des États-Unis d’Amérique à prédominance colorée. – Et comme si des émeutes étaient également souhaitées dans toute l’Europe occidentale, avec le même objectif – le chaos, qui nécessitera une intervention militaire et éventuellement la loi martiale.

La violence en Europe, se déplace-t-elle progressivement de pays en pays ? Est-ce une coïncidence, ou est-elle planifiée ? Et qui finance ces émeutes ? – L’organisation Black Lives Matter, qui participe à la campagne et aux émeutes aux États-Unis (entre autres), est amplement financée par Soros, Ford, Rockefeller et d’autres mondialistes d’un seul monde, tout comme l’était Occupy Wall Street – tout comme la plupart des « protestations » lors des réunions du G-20 et du G-7, y compris le Forum social mondial (FSM).

Des fonds à intérêts partagés, étrangers ou nationaux, sont impliqués chaque fois que des « Black Blocs » – (image de droite) ces hommes qui saccagent et pillent les magasins, brisent les vitres, détruisent et brûlent les voitures.

Les « Black Blocs » sont des personnes, qui sont en fait soit elles-mêmes des policiers, soit engagées par la police pour justifier l’ingérence violente de la police. – Vous vous souvenez des « Yellow Vests » – plus d’un an de manifestations de week-end avant que le coronavirus ne mette un terme au mouvement ?

Ce qui est prévu, c’est une véritable guerre urbaine. Et l’Europe se sent préparée à cela. Il y a le Corps européen (Eurocorps), un corps militaire intergouvernemental dont le quartier général est composé d’environ 1 000 soldats stationnés à Strasbourg, en Alsace, en France.

L’Eurocorps est opérationnel depuis 1995.

Ils ont été formés à la guerre urbaine, avec d’autres forces spéciales européennes, principalement dans un camp d’entraînement militaire urbain soutenu par l’OTAN en Saxe-Anhalt, dans le nord de l’Allemagne.

Ce mouvement d’émeutes prévu dans l’ensemble du Nord global – et peut-être aussi dans des pays spécifiques du Sud global – est-il la première étape du « Lock Step Scenario » – Rapport Rockefeller 2010 qui commence par une pandémie de corona en 2020 – vers un contrôle militaire total, vers la loi martiale – vers la suspension de tous les droits civils et humains ; la suspension de nos droits constitutionnels ? – Qui sait ? C’est un plan diabolique

L’Allemagne aurait pu l’arrêter. Ce rapport d’expertise médicale a fourni la base d’un aveu honnête – pour sortir du « Lock Step » (étape de verrouillage) – il était peut-être encore temps. S’en tenir au peuple. Admettre l’erreur – le reste de l’Europe suivrait et le projet monstrueux d’un État profondément maléfique et sombre s’effondrerait. Mais l’Allemagne semble avoir manqué le bateau – ou l’opportunité d’être LE faiseur de paix. Par la contrainte ou le libre arbitre ? Mais quel genre de contrainte pourrait contraindre un gouvernement comme celui de l’Allemagne à cette soumission diabolique ?

Sinon, est-ce que ce sera encore les Allemands comme il y a 75 ans, après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la majorité des Allemands ont dit « nous ne savions pas » – vivrons-nous un « Déjà-Vu » – dans 20 ou 30 ans ?

Aucune chance.

Nous nous réveillons, avec ou sans le gouvernement allemand.

Mais le peuple allemand est avec nous, le peuple.

Et nous surmonterons la crise du coronavirus provoquée par l’homme et les émeutes raciales délibérément alimentées par l’homme – ainsi que leur « fusion ».

Nous voulons vivre une vie libre.

Nous voulons reconstruire nos infrastructures sociales et physiques délibérément détruites – nous voulons être libres.

Plus de surveillance – et d’asservissement par les Gates, Rockefeller et Rothschild de ce monde.

Nous n’acceptons pas la vaccination forcée. Nous voulons être libres de choisir. Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un ordre mondial unique. Et si c’est un Nouvel Ordre Mondial, c’est Nous, le Peuple, qui allons le concevoir et le construire.

Nous sommes des êtres souverains – et nous créerons nos États souverains sur la base d’une solidarité nouvelle pour un avenir commun de l’humanité.

Peter Koenig

Article original en anglais :

The “Corona Hoax”, The Proliferation of Racial Riots. Towards a Military Lockdown?

Traduit par Maya pour Mondialisation

 

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Il est également spécialiste des ressources en eau et de l’environnement. Il a travaillé pendant plus de 30 ans à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé dans le monde entier dans les domaines de l’environnement et de l’eau. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour Global Research, ICH, New Eastern Outlook (NEO), RT, Countercurrents, Sputnik, PressTV, The 21st Century, Greanville Post, Defend Democracy Press, The Saker Blog, et d’autres sites Internet. Il est l’auteur de Implosion – Un thriller économique sur la guerre, la destruction de l’environnement et la cupidité des entreprises – une fiction basée sur des faits et sur 30 ans d’expérience de la Banque mondiale dans le monde entier. Il est également co-auteur de The World Order and Revolution ! – Essais de la Résistance. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2020

https://www.mondialisation.ca/le-canular-du-coronavirus-la-proliferation-des-emeutes-raciales-vers-un-verrouillage-militaire/5646227


 

CORONAVIRUS : RETOUR EN GRACE DE LA CHLOROQUINE QUI A FAIT L'OBJET D'UNE ETUDE "FOIREUSE", SELON L'EMINENT PROFESSEUR RAOULT

Coronavirus: la chloroquine revient en piste, l’Amérique latine souffre

Coronavirus: la chloroquine revient en piste, l’Amérique latine souffre

folder_openEurope access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

L'hydroxychloroquine, médicament dérivé d'un antipaludique dont l'utilité contre le nouveau coronavirus suscite tant de débats, est revenue en piste mercredi avec une volte-face de l'OMS, au moment où si l'Europe respire, l'Amérique latine, Brésil en tête, est toujours à la peine face à la pandémie qui a fait plus de 382.000 morts dans le monde.

Après analyse, le comité de sécurité de l'OMS a estimé «qu'il n'y a aucune raison de modifier le protocole» des essais cliniques sur ce médicament, a annoncé mercredi l'organisation mondiale de la Santé, qui avait suspendu ces essais après la publication d'une étude par la prestigieuse revue médicale The Lancet.

Celle-ci, qui semblait clore le débat, jugeait inutile voire néfaste le recours à l'hydroxychloroquine contre le coronavirus. La France elle aussi avait annoncé suspendre toute utilisation du médicament.

Mardi soir, The Lancet, dont la publication était attaquée, avait cependant fait machine arrière, en reconnaissant que «d'importantes questions» étaient soulevées à ce sujet, un premier pas selon certains spécialistes vers le reniement de cette publication.

Unis pour un vaccin en Europe

Premier défenseur de l'utilisation de ce médicament, le professeur français Didier Raoult a raillé sur twitter le revirement sur une étude qu'il avait jugée «foireuse».

Utilisé à titre expérimental dans des hôpitaux français, en Afrique, en Amérique latine, c'est jusqu'au président américain Donald Trump qui avait annoncé un temps prendre ce médicament à titre préventif. Le médecin de la Maison blanche a confirmé mercredi que s'il avait arrêté, il n'avait non plus aucun effet secondaire.

Les espoirs, à plus long terme, de mettre au point un vaccin - l'Université d'Oxford a notamment annoncé mercredi s'apprêter à en tester un au Brésil - ont eux justifié une initiative de la France, l'Allemagne, l'Italie et des Pays-Bas qui ont convenu de former une «alliance» visant à en assurer la production en Europe.

L'Italie rouvre ses frontières

Car si l'Europe avance chaque jour un peu plus dans le déconfinement et le retour à la vie habituelle, la crise sanitaire «n'est pas terminée», a averti le président italien Sergio Mattarella, dont le pays, qui avec plus de 33.500 morts est le deuxième plus touché en Europe après le Royaume Uni, rouvrait mercredi ses frontières en espérant le retour, pour l'instant timide, des touristes.

Dans les aéroports comme dans les gares, à Rome, Milan, Naples ou Venise, vols et liaisons internationales ont repris ou se sont accélérés.

A Rome, au pied de la Fontaine de Trévi, un couple de jeunes mariés profitait ainsi du peu d'affluence pour prendre la pose. «Il faut savourer ces moments», disait le mari: «à Rome, c'est rare!».

Après l'urgence sanitaire, «il faut maintenant faire face à l'urgence économique et sociale», a de son côté souligné le Premier ministre Giuseppe Conte.

Les Italiens peuvent désormais circuler librement entre les régions mais les interdictions de grands rassemblements et l'obligation du port du masque dans les lieux clos et dans les transports publics restent en vigueur.

Voyages touristiques en Europe

Après la réouverture mardi des terrasses de café à Paris et la décision italienne, l'Allemagne a annoncé mercredi la levée au 15 juin de ses mises en garde sur les voyages touristiques en Europe.

Le gouvernement néerlandais va faire même pour plusieurs pays d'Europe.

En Autriche, le contrôle systématique des frontières terrestres sera levé jeudi, plus tôt que prévu, a annoncé le gouvernement, à l'exception de celles avec l'Italie.

Quant à la Belgique, elle a annoncé qu'elle rouvrirait à compter du 15 juin ses frontières avec les autres pays de l'Union européenne, le Royaume-Uni et les quatre pays de l'espace Schengen non membres de l'UE.

L'Espagne a pour sa part prolongé mercredi jusqu'au 21 juin l'état d'alerte décrété le 14 mars avec un des confinements les plus stricts en Europe, mais d'autres mesures d'assouplissement sont attendues dans les jours et les semaines à venir, qui illustrent le retour progressif à la vie normale sur le Vieux Continent.

Couvre-feu à Bahia

Une perspective encore bien éloignée en Amérique du Sud, où le virus continue de se propager.

Au Brésil, pays qui a enregistré mardi un record journalier de décès, portant à 31.199 le nombre de morts, pour 555.383 malades confirmés, un couvre-feu a été imposé à partir de mercredi dans une vingtaine de localités de l'Etat de Bahia, dans le Nord-est, pour tenter d'y contenir l'expansion galopante de la pandémie.

Les chiffres, que la communauté scientifique juge grossièrement sous-évalués, situent le géant latino-américain à la quatrième place mondiale pour les morts, derrière les Etats-Unis - qui restent de loin le pays le plus durement frappé avec 106.696 morts - le Royaume-Uni (39.728) et l'Italie (33.530). La France a passé mercredi le cap des 29.000 morts

Au total, la pandémie de Covid-19 a tué plus de 382.000 personnes sur la planète depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi mercredi par l'AFP à partir de sources officielles.

Propagation à grande vitesse

Les principaux foyers brésiliens sont l'Etat de Sao Paulo, locomotive économique et culturelle du pays, et celui de Rio de Janeiro, grand pôle touristique.

Le Brésil, dont le président Jair Bolsonaro appelle régulièrement à la levée des restrictions pour préserver l'économie et l'emploi, représente plus de la moitié des cas de contamination et des morts du Covid-19 en Amérique latine.

Le virus continue de s'y propager à grande vitesse: la Colombie, frontalière du Brésil, a dépassé les 1.000 morts moins de trois mois après la détection du premier cas de contagion, le Mexique, qui amorce aussi la reprise de son activité économique, en compte plus de 10.000 et le Pérou en déplore plus de 4.600.

En Bolivie, plus de 10.500 cas de Covid-19 et plus de 300 décès ont été enregistrés, des chiffres en nette croissance. Dans ce pays, les autorités des villes de La Paz et d'El Alto vont marquer avec des écriteaux les maisons des malades qui refusent de se confiner.

Au Chili, où un record quotidien de 87 décès a été enregistré, le confinement est prolongé à Santiago pour une quatrième semaine.

https://www.french.alahednews.com.lb/35354/321