SYRIE

SYRIE

QUI SONT VRAIMENT LES TERRORISTES QUI FONT FACE A L’ARMÉE SYRIENNE A IDLIB?

  • Rebelles en Syrie

Qui sont vraiment les «rebelles» qui font face à l’armée de Bachar el-Assad à Idlib?

© REUTERS / Hosam Katan

INTERNATIONAL

URL courte

Par 

9823

S'abonner

Alors que la guerre fait rage à Idlib, dernier bastion des rebelles et des djihadistes qui s’opposent à Assad, Sputnik France s’est penché dans le détail, documents à l’appui, sur la nature et les racines des différents groupes qui tiennent le front avec l’appui des Turcs, face à Damas et ses alliés russes et iraniens. Enquête.

Qui sont les combattants sunnites qui mènent le combat contre le gouvernement de Bachar el-Assad à Idlib ? C’est une question sur laquelle les capitales ou la presse occidentales jettent généralement un voile pudique. Tout en gardant un certain flou sur leur nature, diplomates et éditorialistes préfèrent s’émouvoir de la catastrophe humanitaire en cours dans la poche d’Idlib. Un sujet plus consensuel.

​Loin de nous l’idée de minimiser l’ampleur du drame qui se joue aujourd’hui à Idlib. Qui peut rester de marbre devant la vidéo de cette petite fille à qui son père a appris qu’il faut rigoler alors qu’elle entend tomber une bombe au loin, pour éviter qu’elle ait peur ? Il est ici question de contextualiser le conflit afin d’avoir une vision globale de la situation sur le terrain à Idlib, dernier bastion de la résistance sunnite à Bachar el-Assad.

 

 

Des personnes en Syrie (photo d'archives)

© AP PHOTO / HUSSEIN MALLA

Lavrov: les terroristes ne seront pas «les maîtres» à Idlib, ni «nulle part ailleurs»

Il y a quelques semaines, la chercheuse Myriam Benraad, spécialiste reconnue du Moyen-Orient, nous expliquait, à propos de ce qu’il reste de la rébellion à Idlib:

 

«Qu’on soit clair, les forces soutenues par la Turquie à Idlib depuis le début sont des groupes islamistes. Déjà, lors de l’intervention turque dans le Rojava il y a quelques mois, c’était des groupes islamistes qui se battaient. La Turquie s’en défend, mais elle a soutenu des djihadistes et a également mené des négociations avec Daech*. Aujourd’hui, les masques sont tombés. Le fait que des réseaux djihadistes transitaient de la Turquie vers la Syrie, ce n’est un secret pour personne.»

À Idlib, Frères musulmans et djihadistes luttent contre Bachar el-Assad

Il existe aujourd’hui au moins d’une quinzaine de groupes rebelles qui quadrillent la région d’Idlib. Ces groupes se constituent en deux coalitions majeures. D’une part, il y a le FLN, Front de Libération National : une coalition de groupes rebelles qui nie officiellement tout lien avec des organisations terroristes, mais qui sont affiliés aux Frères musulmans* et à la Turquie, à l’image de leur chef, Fadlallah el-Haji. S’ils n’ont pas de liens ou d’allégeances officiels envers des organisations terroristes reconnues comme telles, ces combattants sont connus pour avoir une vision ultra-rigoriste de l’Islam et utilisent régulièrement des tactiques de guerre que l’on associe aux djihadistes, comme les attentats suicides.

 

Alep, Syrie

© SPUTNIK . EKATERINA YANSON

La Turquie a joué un rôle dans la formation d’al-Nosra, selon des djihadistes emprisonnés

 

D’autre part, il y a le fameux Hayat Tahrir al-Cham (HTS), plus connu sous le nom de Front al-Nosra* ou Jabhat Fatah al-Cham. Un groupe affilié à Al-Qaïda, généralement reconnu en Occident et ailleurs comme un groupe terroriste. Le leader de ce groupe, Abou Mohammed al-Joulani, est un ancien protégé d’Abou Moussab al-Zarqaoui, figure emblématique d’Al-Qaïda en Irak. Il est envoyé en Syrie par Abou Bakr al-Baghdadi, avant même la formation de Daech*, suite aux soulèvements populaires de 2011. Depuis la Syrie, il prendra ses distances avec Daech en 2014 et son groupe, al-Nosra, prêtera allégeance à al-Zawahiri, leader d’Al-Qaïda après la mort d’Oussama Ben Laden. Al-Joulani annoncera plus tard une rupture de façade avec al-Qaïda pour s’éloigner des foudres de la coalition et ne pas avoir la double crainte de l’aviation russe et américaine.

​Pour être réellement exhaustif, il convient d’ajouter les groupes Hurras ad-Din (un sous-groupe d’HTS) et le Parti Islamique du Turkistan*, deux factions extrémistes djihadistes, mais qui n’ont pas une puissance de feu ou une influence comparable à HTS ou au FLN.

Les liaisons dangereuses entre HTS et le FLN

Quels sont donc les liens entre les factions HTS et FLN? Difficile à définir… La question de ces liens étaient d’ailleurs centrale dans les accords russo-turcs de 2018 qui ont permis un cessez-le-feu de près d’un an. En effet, l’une des prérogatives centrales à laquelle devait veiller la Turquie était de séparer les factions rebelles, comprendre le FLN, des factions djihadistes, HTS et autres. Une condition qui n’a pas été respectée.

© SPUTNIK .

Situation militaire dans la province d'Idlib, février 2020

C’était à de nombreux égards prévisible. Depuis 2012 et l’Armée Syrienne Libre (ASL, faction rebelle considérée comme modérée par les gouvernements occidentaux), la frontière entre opposition modérée et extrémistes religieux est très floue. Cela a été largement documenté, comme l’explique Martin Chaix dans son livre La Guerre de l’Ombre en Syrie, paru aux éditions Erick Bonnier, en 2019 :

«Certains experts farouchement anti-Assad, tels que Charles Lister et Jean-Marc Lafon, ou plus neutres comme Sam Heller et Genviève Casagrande, ont ainsi confirmé le rôle central des djihadistes du Front al-Nosra dans les opérations de l’ASL, et ce dès les premiers stades du conflit», écrit Martin Chaix.

 

 

Un combattant de l'Armée syrienne libre (ASL)

© AFP 2019 BARAA AL-HALABI

Les USA cessent-ils donc de soutenir l’Armée syrienne libre?

Cela rejoint d’ailleurs certains points de vue de la diplomatie française de l’époque. En 2012, alors que les États-Unis venaient de placer al-Nosra sur la liste des groupes terroristes, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de l'époque, s’inquiétait du fait que «tous les Arabes [de l’opposition, ndlr] étaient vent debout» contre la position américaine, «parce que, sur le terrain, ils font un bon boulot».

 

Au fil des années, le conflit a évolué, les noms des factions ont changé, mais le flou reste le même. De nombreux rapports font état d’offensives en commun, d’échanges d’armes et de munitions entre rebelles modérés et djihadistes, contre l’ennemi commun, Bachar el-Assad.

​Un exemple précis est la prise de la ville de Kafr Nabudah, au sud de la province d’Idlib, à l’issue d’une opération conjointe entre HTS et le FLN. Si des conflits ont eu lieu à de nombreuses reprises entre les différentes factions rebelles, celles-ci trouvent toujours un terrain d’entente, au-delà d’une proximité spirituelle, contre l’ennemi numéro 1, le gouvernement de Damas. Dans une interview accordée à la BBC en 2016, Mostafa Mahamed, le porte-parole du groupe Jabhat Fatah al-Cham (nom donné à al-Nosra avant de changer pour devenir HTS), expliquait dans un anglais clair comme de l’eau de roche qu’ils ne peuvent être dissociés des autres groupes rebelles lors de négociations de cessez-le-feu:

«Notre groupe, JFS, ne peut être exclu des négociations de cessez-le-feu. Où les négociateurs pensent qu’existe JFS ? Sur une autre planète ? JFS est une partie intégrante de la société civile. Il n’est pas rare que des membres de la même famille se battent pour différentes factions rebelles et se retrouvent le soir, sous le même toit, pour partager un repas. JFS fait partie de la société et ne peut être mis à l’écart sous aucun prétexte», clarifiait le porte-parole.

La situation des rebelles à Idlib, mais plus largement de l’opposition dans ce conflit de presque 10 ans reste ultra-complexe. À l'époque des réseaux sociaux, les belligérants du conflit s’efforcent de récupérer l’opinion publique internationale de leur côté, et dans le cas de la Syrie, les deux camps se l’arrachent à coup d’images-choc : bombardements aveugles de civils d’un côté, djihadisme sanguinaire de l’autre.

*Organisations terroristes interdites en Russie

https://fr.sputniknews.com/international/202002261043134689-qui-sont-vraiment-les--rebelles--qui-font-face-a-larmee-de-bachar-el-assad-a-idlib-/


 

ALEP/IDLIB : TACTIQUE GAGNANTE D'ASSAD ?

Idlib: des renforts arrivent sur le front

Tue Feb 25, 2020 6:31PM

Des soldats de l'armée syrienne. (Photo d'archives)

Des soldats de l'armée syrienne. (Photo d'archives)

Simultanément aux frappes aériennes visant les positions des terroristes dans le sud-est de la province d’Idlib, les forces de l’armée syrienne ont repris leurs opérations.

Simultanément aux frappes aériennes visant les positions des terroristes dans le sud-est de la province d’Idlib, les forces de l’armée syrienne ont repris leurs opérations.

Depuis le début du mois en cours, les forces de l’armée syrienne et les combattants de la Résistance ont réussi à enregistrer d’importantes victoires en libérant des centaines de kilomètres carrés des régions occupées par les terroristes dans les provinces d’Idlib et d’Alep : des dizaines de régions et de monts ainsi que 45 villages ayant, dans l’ensemble, une superficie de 1300 kilomètres carrés ont été repris par les combattants de la Résistance et les forces de l’armée syrienne. Et il ne faut pas oublier là-dedans les villes stratégiques de Maarat Naman et Saraqib.  

Dans la foulée, les forces syriennes ont atteint les sept kilomètres de la ville d’Idlib, ce qui a semé une grande panique dans les rangs des terroristes et de leurs alliés. En plus, l’armée syrienne a sécurisé, après huit ans, l’autoroute internationale Damas-Alep.

Bien que le rythme des opérations de l’armée syrienne dans l’ouest de la province d’Alep et l’est de la province d’Idlib ait été ralenti pendant les derniers jours, les attaques contre les groupes terroristes ont repris durant les toutes dernières heures : les avions de chasse russes et syriens ont bombardé les fiefs des terroristes dans l’est de la province d’Idlib et détruit la plupart de leurs équipements militaires.

En plus, les groupes terroristes opérant dans le nord-ouest de la province de Hama et dans le nord-est de la province de Lattaquié n’étaient pas à l’abri des frappes aériennes des Russes et des Syriens.

Idlib: le

Idlib: le "niet" russe à Ankara!

La Russie n’accepte pas la mise à l’écart d’Idlib des opérations antiterroristes

D’autre part, l’armée syrienne a acheminé des renforts, équipés d’armes lourdes, vers le sud-est et l’est de la province d’Idlib pour ainsi étendre le champ de ses opérations antiterroristes.

Dans le sud-est de la province d’Idlib, les forces de l’armée syrienne ont lancé une nouvelle opération surprise au nord de la ville de Maarat Naman et elles y ont déjà fait des avancées remarquables. Elles ont fait reculer les terroristes à l’issue d’intenses affrontements et ont repris le contrôle du village de Hantoutin. La libération de ce village entraînera le renforcement de la sécurité de Maarat al-Numan et de l’autoroute Damas-Alep.

Le village de Deir Sunbul sera la prochaine destination des forces de l’armée syrienne. Simultanément à l’avancée des soldats de l’armée syrienne vers Deir Sunbul, les unités de missile et d’artillerie prennent pour cible les positions des terroristes dans cette région.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/25/619506/Syrie-terroristes-Idlib-Alep-Assad-Resistance-Saraqib


 

IDLIB : NIET RUSSE A LA TURQUIE !

La Russie n’accepte pas "l'absurde proposition turque"

Tue Feb 25, 2020 11:35AM

Ankara souhaite maintenir Idlib à l’écart des opérations antiterroristes. ©Farsnews

Ankara souhaite maintenir Idlib à l’écart des opérations antiterroristes. ©Farsnews

La Russie se moque de l'ultimatum turc: Elle a fermement rejeté la proposition de la Turquie de maintenir la ville d'Idlib à l'écart des opérations antiterroristes de l'armée syrienne.

Alors que la Turquie a annoncé ce mardi 25 février qu'une délégation de la Russie arriverait à Ankara demain pour examiner sur la question syrienne d'Idlib, al-Qods al-Arabi citant des sources dignes de foi a affirmé que les négociations marathon de hauts responsables russes avec leurs homologues turcs sur Idlib "ont échoué" la partie russe ayant rejeté la proposition de la Partie turque.  

Idlib: 1er revers des officiers turcs/Otan

Idlib: 1er revers des officiers turcs/Otan

L’armée syrienne a réussi à repousser une offensive de terroristes pro-turcs, jeudi 20 février, dans la province d’Idlib.

La Turquie qui n'a pas respecté ses précédents accords sur Idlib (tels que l'accord d'Astana ou l'accord de Sotchi) et manqué à ses obligations, a laissé entendre lors de négociations avec la Russie que la ville d'Idlib (le chef-lieu de la province d'Idlib) à proximité de laquelle se trouve actuellement l’armée syrienne est en dehors du champ des opérations militaires syro-russes, qui se déroulent actuellement dans le nord-ouest de cette province! 

Selon le rapport, la principale demande "illégale" de la Turquie est de "garder la ville d'Idlib hors de la bataille militaire afin que les affrontements s'arrêtent avant que la ville de Saraqib ne soit atteinte". Mais le ministre russe de la Défense, Sergei Choïgou, s'est fermement opposé à la proposition.

« Des sources ont déclaré qu'après le rejet de cette proposition, la Turquie a proposé une alternative, suggérant que la ville d'Idlib reste sous le contrôle de patrouilles conjointes russo-turques sans l’intervention des forces syriennes. La réponse a été encore non. 

La Turquie, en revanche, ne prête pas attention aux opérations militaires russes et syriennes dans le sud de cette province où sont situées les villes de Eriha, Jisr al-Choghour, Jabal al-Zawiya, et l'autoroute Alep-Lattaquié M4, et pourtant l’équipe négociatrice russe l’a également rejeté disant que la province d’Idlib et son sud sont deux questions différentes et qu’il ne faut pas les mettre dans le même panier.

Les Russes auraient prudemment donné un feu vert provisoire à une ligne frontalière entre Idlib et la Turquie à quelques kilomètres du champ des opérations militaires de l’armée syrienne afin que les terroristes et leur famille puissent s’en retirer. 

Idlib: la royale surprise irano-russe?

Idlib: la royale surprise irano-russe?

Saraqib bientôt libérée, nouveau corridor énergétique à la portée de la Résistance et de la Russie?

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/25/619484/Syrie-Russie-Turquie-terroriste-Idlib-terroristes


 

L’ARMÉE SYRIENNE SORT SA DCA ANTIMISSILES

DCA: Turquie/Israël refoulés au nord et sud, OTAN/US s’essoufflent

Mon Feb 24, 2020 9:47AM

Le système de défense antiaérienne russe, Pantsir. ©Sputnik

00:0000:59HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Le système de défense antiaérienne russe, Pantsir. ©Sputnik

Ankara qui agit dans le nord syrien en bras exécutant des USA et de l'OTAN, quitte à faire saigner sa propre armée, devra faire un premier rapport de sa catastrophique aventure idlibine le 5 mars, à la France, à l'Allemagne,  lors d'un sommet auquel participera également la Russie. Tout porte à croire que l'emploi de MANPADs voire de T-300 n'ont pas été de grand recours et que le bilan des pertes turques ne cesse de s'alourdir et que les armements de l'OTAN  ni son commandement au cours des opérations n'ont pas avancé le Sultan d'un iota dans ce qui paraît comme un grotesque tric : faire implanter l'OTAN dans le nord de la Syrie en échange d'une reconnaissance du projet néo ottoman, ce qui se réalisera jamais. Toujourts est -il que ce sommet est aussi un aveu d'impuissance, celui de l'OTAN dans la bataille qu'ils ont perdue jusqu'ici, à en juger la donne militaire et l'impuissance à empêcher l'effondrement systématique des lignes du front terroriste.

Idlib: le

Idlib: le "S-300+" activé!

La DCA intégrée syro-russe opérationnelle, un feu d'artifice "géant" attend OTAN/Israël/US.

Quelques heures après l'ultimatum d'Erdogan contre la Russie, encoure un, les unités de l'armée syrienne  et leurs alliés de la Résistance, activés sur M4, après avoir libéré M5, ont repris aux terroristes les villages de Cheikh Dams et Hantutin dans la banlieue sud d'Idlib poursuivant l’opération de ratissage dans les villages avoisinants. Les forces alliées ont ainsi infligé de lourds dégâts aux terroristes et libéré les villages de Cheikh Dams et Hantutin, à l'ouest de Maarat al-Numan, près de l’autoroute internationale Alep-Damas, M5, dans la banlieue sud d'Idlib, preuve que la Résistance a bien fait acculer au mur l'OTAN. Des véhicules blindés ont été détruits et une importante quantité de leurs armes et munitions a été saisie.

Syrie: royal coup de

Syrie: royal coup de "Panstir-S-300" russe?

La Russie livre des batteries de Pantsir-S1 à l'armée syrienne or le Pantsir est connectable aux S-300 et aux S-400...

Nourris ces derniers jours en armes turques, les terroristes ont tenté de ne pas céder mais l'intensité des raids aériens et de l'action au sol ont eu raison de cette obstination à quoi s'ajoute la démoralisation totale qui s'abat sur le camp des mercenaires d'Ankara. Dimanche matin un convoi militaire turc est entré par le point de passage de Kafrlossen (à la frontière syro-turque) pour aller vers Jabal Al-Zawiya à Idlib, mais il a été lourdement bombardé par les chasseurs russes et syriens qui refusent de jouer encore le ridicule jeu turc. Le convoi se dirigeait vers la ville de Kafranbel, à Idlib, pour y ériger un nouveau poste d’observation, soit un nouveau QG pour les terroristes d'où les bombes qui ont envoyé en enfer les takfiristes. Mais ce n'est pas unique le bilan des mercenaires qui s'alourdit, l'armée turque commençant, elle aussi, à saigner à blanc. Selon Sputnik, plusieurs militaires turcs et les terroristes à leur solde ont été blessés dans les attaques à l’artillerie de l’armée syrienne contre le sud d’Idlib. « Les militaires turcs ont été contraints de se retirer vers le nord syrien », ont rapporté certaines sources d’information.

Lire plus: Saraqib : la Turquie lance de nouveaux agissements

Les chroniqueurs militaires relèvent la synergie des composantes pro-syriennes de cette bataille et la dispersions du camp d'en face. Alors que l'armée syrienne et ses alliés de la Résistance opèrent, suivant un modus operandi bien défini au sol, l'aviation les suit pas à pas, ce qui n'est pas le cas de la Turquie et de l'OTAN. La semaine dernière, certaines informations faisaient état de la participation du porte-avions français Charles de Gaulle à la bataille d'Idlib, information évidemment non confirmée mais qui vu les pertes du camps d'en face semble n'avoir pas changé grande chose. Un autre élément: la performance de la DCA syrienne. 

Dans la nuit de dimanche à lundi, 24 février, le régime israélien a de nouveau pris pour cible de ses missiles le sud de la capitale avant de se heurter à la ferme riposte des batteries de missiles antimissiles syriennes dont les éléments fonctionnaient dans le même temps sur le front d'Idlib. Selon le site web russe Avia.pro, les attaques du système lance-roquettes multiple turc (LRMS) contre l'armée syrienne ont été puissamment repoussées par Pantsir-S, infligeant là aussi une autre déculottée à Ankara et à ses pseudo soutiens au sein de l'OTAN. 

Last Defender@LastDef

 

Russian warplanes targeted TSK convoy near Al-Bara, Syria

Embedded video

35

Twitter Ads info and privacy

See Last Defender's other Tweets

« Contrairement aux allégations du commandement militaire turc concernant les frappes d’envergure du LRMS turc contre les zones de déploiement des forces syriennes dans les provinces d'Idlib et d'Alep, environ 80% des missiles lancés par la Turquie ont été interceptés par des systèmes de défense aérienne Pantsir-S, déployés en Syrie. Ni la Turquie ni les terroristes ne pourront porter atteinte à la DCA syrienne . »

PressTV

PressTV

L’armée syrienne est arrivée à un kilomètre de Saraqib, après avoir pris le contrôle du village d’al-Nerab à huit kilomètres de la ville d’Idlib.

« Notre DCA a intercepté et détruit des missiles turcs. Elle en a fait autant avec les missiles israéliens. L'ensemble du ciel syrien est sous contrôle. Les attaques d'Erdogan et ses pions terroristes ont été repoussés tout comme celles d'Israël. Toutes les zones stratégiques sont bien protégées de toute attaque terrestre et aérienne », note une source proche de l'armée syrienne qui conseille l'OTAN et les USA à prendre note de ses "défaites" et à en rester là dans son aventure.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619385/Syrie-Pantsir-a-lassaut-contre-la-Turquie


 

LIBYE/SYRIE : LE "SULTAN" ERDOGAN PERD SUR TOUS LES FRONTS

Libye/Syrie: Erdogan perd pied sur tous les fronts

Mon Feb 24, 2020 4:17PM

Libye/Syrie: Erdogan perd pied sur tous les fronts

00:0012:35HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Libye/Syrie: Erdogan perd pied sur tous les fronts

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Seize militaires de l’armée turque ont été tués jusqu’ici par les forces armées libyennes, a déclaré un haut commandant de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Fathi Bashagha, ministre de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale (GNA), a déclaré qu’il n’existait aucun obstacle pour l’implantation d’une base militaire américaine en Libye.
Erdogan est-il en train de perdre pied aussi bien en Libye qu'en Syrie ?

Luc Michel, géopoliticien s'exprime sur le sujet.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619426/LibyeSyrie-Erdogan-perd-pied-sur-tout-les-fronts


 

IDLIB/NERAB : VERS UN 3ème FIASCO DE L’ARMÉE TURQUE?

Bombardement des positions des terroristes pro-turcs à Nerab

Mon Feb 24, 2020 6:5PM

Un village dans le district de Maarat al-Nouman dans le nord-ouest de la province syrienne après une attaque aérienne syro-russe en décembre 2019. ©AFP

Un village dans le district de Maarat al-Nouman dans le nord-ouest de la province syrienne après une attaque aérienne syro-russe en décembre 2019. ©AFP

L'aviation russo-syrienne a bombardé les positions des terroristes pro-turcs à Nerab dans la province d'Idlib. Quels sont les facteurs dissuasifs qui détruisent les rêves d'Erdogan?

Dans la province d’Idlib en Syrie, une attaque de l’armée turque, par terroristes interposés, pour reprendre ses positions à l’armée syrienne, à Nerab, a échoué.

Citant l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, vitrine médiatique des insurgés syriens, l’agence de presse Fars News a annoncé que 10 effectifs de l’armée turque avaient été tués ou blessés, lors d’attaques des avions de combat russes et syriens, contre un poste d’observation de l’armée turque dans le village de Kansafra au sud d’Idlib.

Plusieurs véhicules blindés de l’armée turque ont été détruits lors de ces attaques qui ont eu lieu après que des forces turques et des terroristes soutenus par Ankara eurent attaqué les positions de l’armée syrienne dans le village de Nerab. Depuis le poste d’observation de Kansafra, l’artillerie turque avait tiré intensément sur les positions des forces syriennes à Nerab, ajoute la source.

Il s’agit de la 3ème tentative d’ailleurs échouée des terroristes pro-turcs d’occuper ce village de la province d’Idlib.

Des affrontements ont toujours lieu actuellement sur divers axes entre les terroristes soutenus par la Turquie et les forces syriennes qui ont réussi jusqu’à présent à libérer neuf localités à savoir Cheikh Dames, Hantoutin, Rakaya,Tal al-Nar, Kafar Sijnah, Cheikh Moustafa, al-Naqir, Soutouh al Deir et Arinba. L’aviation syro-russe a bombardé à plus de 120 reprises ce lundi matin les positions des terroristes.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti qu’une guerre en bonne et due forme éclaterait entre Ankara et Damas, au cas où les forces syriennes ne revenaient pas avant la fin de la semaine aux lignes précédentes.

La guerre d’Ankara en Syrie : bluff ou réalité ?

La guerre d’Ankara en Syrie : bluff ou réalité ?

undefined

À ce sujet, l’agence de presse Tasnim affirme n’avoir constaté aucun signe d’entente entre les deux parties, surtout que la Russie ne tolère pas, elle non plus, que les Turques puissent jouer à jamais leur carte d’Idlib.

Les jours à venir nous diront si Erdogan aura été à la hauteur des menaces qu’il ne cesse de brandir contre Assad. Ce qui est sûr est que les revendications d’Ankara ne sont absolument pas compatibles avec la réalité des circonstances sur le terrain.

Les Turcs, désenchantés à Idlib !

Les évolutions en cours montrent que la Turquie se trouve face à une situation imprévisible sur le terrain. L’équipe politico-sécuritaire d’Erdogan s’attendait à ce que la question de la présence des terroristes extrémistes à Idlib dans le Nord-Ouest syrien reste pour l’heure irrésolue. En effet, les Turcs ne croyaient pas que les parties impliquées dans le processus d’Astana veuillent avoir affaire aux terroristes à Idlib, avant que le Comité constitutionnel n’ait complètement terminé ses activités dans le sens du processus politique de la crise en Syrie. Or, il s’est avéré que la Russie, l’Iran et la Syrie ne partagent pas cet avis. Tout au contraire, ils sont persuadés que le processus de rédaction de la Constitution syrienne passe par la reconquête d’Idlib.

Le bluff d’Erdogan et le facteur russe

Il serait utile d’ajouter qu’en ce qui concerne les trois importantes opérations que l’armée turque a menées jusqu’à aujourd’hui sur le territoire syrien, nombreux étaient des analystes politiques à estimer que les menaces de guerre d’Erdogan n’étaient qu’un bluff politique. Mais en parlant des menaces de guerre anti-syriennes auxquelles s’est livré aujourd’hui président turc, il faudrait dire que la façon dont Moscou va se comporter envers les agissements militaires turcs en Syrie est un facteur hyper-important.

Idlib: le

Idlib: le "S-300+" activé!

La DCA intégrée syro-russe opérationnelle, un feu d'artifice "géant" attend OTAN/Israël/US.

Rappelons que l’aviation turque n’a pas libre champ dans le ciel syrien. Pire encore, la Turquie devrait craindre de se faire frapper par les Russes de façon indirecte. Pour affaiblir la Turquie et empêcher les forces turques de frapper la Syrie, la Russie n’aura pas besoin de viser directement l’armée turque, quitte à sacrifier totalement ses liens avec Ankara.

Par contre, la Russie pourra jouer à la fois deux cartes gagnantes :

– mener de lourdes attaques aériennes contre les insurgés syriens et les groupes terroristes se trouvant à Idlib ;

– favoriser l’exode d’au moins deux millions d’habitants d’Idlib vers la Turquie.

Mais le facteur russe n’est pas le seul facteur dissuasif auquel est confrontée l’armée turque : c’est fort possible qu’une unité des forces du Hezbollah libanais, ayant déjà l’expérience de combat contre les terroristes sur le territoire syrien, soit transférée à Idlib, pour aider l’armée syrienne.

Lire aussi :

Le Hezbollah ancré sur les frontières du Golan

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619440/syrie-nerab-idlib-turquie-bombe-russie-hezbollah


 

IDLEB : 7000 SOLDATS TURCS INVESTIS. UN CONVOI MILITAIRE TURC BOMBARDE PAR L'AVIATION RUSSE FAIT DEMI TOUR

Idleb : 7.000 militaires turcs investis. Un convoi turc bombardé fait demi-tour. (Vidéos)

 Depuis 4 heures  24 février 2020

convoi_turc5

convoi_turc5

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

convoi_turc1

convoi_turc1L’implication des troupes turques dans le nord-ouest syrien, au côté des groupes terroristes jihadistes takfiristes de Hayat Tahrir al-Cham, les fait saigner alors qu’elles font face à une résistance féroce de la part des forces syriennes et russes.

Le dimanche 23 février, de nouveaux soldats turcs ont été tués ou blessés lors de raids dans la province d’Idleb où les combats font rage autour de la localité Nayrab, dans le nord-ouest de la province d’Idleb.

 

les militaires auraient été visés lorsqu’un raid aérien a frappé de plein fouet leur convoi, alors qu’il traversait la ville al-Barat, comme le montre la vidéo di-dessous.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, instance médiatique de l’opposition syrienne pro occidentale, un convoi militaire turc a été contraint le dimanche de rebrousser chemin sous le coup des raids de l’aviation russe. convoi_turc5-jpg0Formé de 64 véhicules, il se rendait vers la région Jabal Zawiyat, au sud d’Idleb. (Voir vidéo sur le lien suivant)

L’OSDH a aussi révélé le chiffres des effectifs turcs investis au nord-ouest de la Syrie depuis début février: 2765 véhicules et 7600 soldats .

Plusieurs vidéos postées par les groupes terroristes sur la Toile montrent des soldats turcs qui participent directement aux combats à Nayrab, dans la province d’Idleb.  Et certaines vidéos montrent ce qui semblent être des soldats turcs qui ont été tués.

 

Ce lundi 24 février, l’OSDH a rendu compte de raids aériens syriens autour d’une position turque dans la région Kansafarat au sud d’Idleb.

Village Kafar Sajnat (Sana)

Village Kafar Sajnat (Sana)

Alors que l’agence syrienne Sana a assuré que l’armée syrienne a libéré ce lundi 5 villages dans cette région : Tal Annar, Cheikh Moustafa, Annakir, Kafar Sajnat, et Sotouh Deir. Après la fuite des miliciens en direction de Der Sounbol, et Tarmala .

Le dimanche, ajoute Sana,  les forces régulières avaient conquis les deux villages cheikh Dames et Hantoutine, situés respectivement au sud-ouest et au nord-ouest de la localité de Maaret al-Noemane.

De même l’armée syrienne a entamé un bombardement qui semble préparer la bataille destinée à contrôler la route connue sous le nom M4, reliant les deux villes d’Alep et de Lattaquié. Dans la province d’Alep, il lui reste de libérer Dar Azzat et Atareb dans sa province ouest.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1655447


 

IDLIB : LA PIRE SURPRISE ANTI-TURQUIE

Erdogan n’aurait jamais cru que ses militaires s’effondreraient si rapidement

Sun Feb 23, 2020 4:35PM

Des soldats turcs se déploient près du village de Nerab, près d'Idlib, le 20 février 2020. ©AFP

Des soldats turcs se déploient près du village de Nerab, près d'Idlib, le 20 février 2020. ©AFP

Plus l’armée syrienne progresse dans les provinces d’Idlib et d’Alep, plus les monarchies arabes du golfe Persique changent de cap vis-à-vis de la Syrie.

Dans un entretien exclusif avec le site web Mirat al-Jazeera, Bassam Abou Abdallah, chercheur et expert syrien, a déclaré que l’accord de Sotchi, signé entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, en septembre 2018, prévoyait de donner une chance aux efforts politiques et diplomatiques et d’empêcher l’effusion de sang alors que le président turc n’avait respecté aucun des articles de l’accord.

Bassam Abou Abdallah a expliqué que l’accord de Sotchi n’était pas un accord permanent : « L’accord de Sotchi exige l’expulsion des terroristes des zones civiles et la réouverture de l’autoroute Damas-Alep et celle reliant Alep à Lattaquié, mais tout comme l’affirme le ministère russe de la Défense, les terroristes ont violé à maintes reprises cet accord en attaquant les régions de l’ouest d’Alep ».

Alep: la surprise de la Résistance?

Alep: la surprise de la Résistance?

Les forces de l’armée ont privilégié les opérations défensives dans toutes les régions à haut risque de la Syrie pour la libérer du joug des terroristes.

Les victoires de l’armée syrienne épinglent Erdogan

L’analyste syrien évoque le déplacement du président russe à Damas, le 7 janvier 2020, disant que cette visite était porteuse d’un message tout particulier : « Vladimir Poutine a quitté Damas à destination d’Istanbul et c’est bien après son déplacement à Istanbul que l’armée syrienne a lancé une grande opération de libération ». « Différentes régions ont été libérées l’une après l’autre, contrairement à ce qu’Erdogan avait prévu », a-t-il ajouté.

Bassam Abou Abdallah a déclaré que le camp des terroristes s’était rapidement effondré bien que le président turc ait cru que ces derniers pourraient vaincre l’armée syrienne et ses alliés russes et iraniens.

« Les victoires enregistrées par l’armée syrienne sur le terrain ont confronté Erdogan à des options difficiles dans la mesure où le président turc a beau faire appel à ses alliés européens et à l’OTAN », a-t-il réaffirmé.

Et d’ajouter : « La réouverture de l’autoroute reliant Damas à Alep et Alep à d’autres provinces dont Hama est un acquis militaire important, car la Turquie et ses mercenaires ne pourront plus utiliser ces régions en tant que levier de pression. Le plus important aspect de cette victoire est que les habitants d’Alep ont pu regagner leurs maisons en toute sécurité et que l’économie d’Alep a été revivifiée, ce qui pourrait influencer également l’économie de la Syrie étant sous le coup de sanctions ».

Idlib: l'US Air Force a perdu la face!

Idlib: l’US Air Force a perdu la face!

Les avions US/OTAN, heurtés au mur d’acier de la DCA syro-russe.

Assassinat de Soleimani et la prévision erronée de l’ennemi

Dans une autre partie de ses propos, l’analyste syrien s’est attardé sur l’assassinat par les Américains du général de corps d’armée Qassem Soleimani et du numéro deux des Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes. « L’assassinat de ces deux commandants était un véritable crime. Les États-Unis, Israël et certains de leurs alliés régionaux pensaient que l’assassinat de ces deux commandants ferait disparaître l’idéologie que Qassem Soleimani avait formée au sein de l’axe de la Résistance alors que la frappe visant Aïn al-Asad a prouvé qu’ils avaient tort ».

Quant à l’attaque au missile iranienne visant la base américaine Aïn al-Asad en Irak, Bassam Abou Abdallah a déclaré : « Au début, Washington démentait toute victime dans les rangs des soldats américains, mais il a finalement reconnu qu’il y avait une centaine de victimes. En plus, les missiles tirés sur la base ont atteint leur cible et c’était la première fois après la Seconde Guerre mondiale qu’un pays de la région a pris pour cible une base militaire américaine ».

Idlib: Ankara réclame des Patriot

Idlib: Ankara réclame des Patriot

Alors que la Russie exhorte Ankara à cesser de soutenir les terroristes, Erdogan demande à Trump des missiles Patriot.

L’analyste syrien a souligné que ces événements prouvaient que non seulement l’axe de la Résistance ne s’était pas affaibli, mais en plus il avait enregistré des progrès remarquables après 2011.

« Au Liban, il existe un courant qui tente de marginaliser le Hezbollah. En Syrie, le gouvernement et la nation sont soumis à des pressions économiques, dues aux sanctions et la République islamique d’Iran, elle aussi, reste sous les pressions économiques. Or, nous avons survécu tout ça et on se trouve dans la période de la “patience stratégique” », a-t-il indiqué.

L’analyste syrien a souligné que les Américains et leurs alliés ignoraient totalement que Qassem Soleimani était l’école de la Résistance même et que cette école était composée des milliers de combattants ayant pour objectif l’expulsion du colonialisme américain. « Les combattants de l’école de la Résistance ont formé une puissance étant en mesure de modifier les équations de la région », a-t-il conclu.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/23/619344/Soleimani-Erdogan-Syrie-Turquie-Idlib-Resistance


 

L’ARMEE TURQUE D’OCCUPATION ARRÊTE DES DIZAINES DE LEURS MERCENAIRES QUI TENTAIENT DE FUIR PAR PEUR D’AFFRONTER LA REDOUTABLE ARMÉE SYRIENNE

Les forces d’occupation turques arrêtent des dizaines de leurs mercenaires à Ras Ain à Hassaké

23/02/2020

Hassaké – SANA/ Les forces d’occupation turques ont arrêté des dizaines de terroristes, qui travaillent sous leur commandement, dans la zone de Ras Ain dans la banlieue nord-ouest de Hassaké, à la suite de leur tentative de prendre la fuite en direction des territoires turcs, à cause de leur peur de participer aux combats et d’affronter l’armée arabe syrienne à Idleb.

Des sources civiles à Hassaké ont fait noter que les forces d’occupation turques avaient fermé les frontières devant les terroristes opérant sous leur commandement dans la banlieue nord de Hassaké, après avoir tenté de prendre la fuite de Ras Ain vers les territoires turcs, et arrêté des dizaines d’eux après avoir refusé de participer aux combats à Idleb.

A propos des attaques permanentes contre les civils, des sources civiles ont fait savoir au correspondant de SANA qu’un groupe de mercenaires de l’occupation turque avait enlevé deux femmes du village d’Om Keif à Tal Tamer et volé 100 moutons des habitants du village.

D.H.

https://sana.sy/fr/?p=177556&fbclid=IwAR0QK-EYzQDA3wpRS0iiFxZ8Lk4yVeHb5wktibcRS5AL0O-GRTizULyJZkM


 

HAMMOUDA SABBAGH : LES VICTOIRES DE L’ARMEE SYRIENNE DANS LA BANLIEUE D’ALEP SUR LE TERRORISME REPRÉSENTENT UNE VICTOIRE POUR TOUTE L’HUMANITE

Sabbagh: Les victoires de l’armée arabe syrienne dans la banlieue d’Alep sur le terrorisme représentent une victoire pour toute l’humanité

23/02/2020

Damas-SANA / L’Assemblée du Peuple a tenu aujourd’hui sa 11ème séance de la 11ème session ordinaire de la 2ème législature, sous la présidence de Hammouda Sabbagh, président de l’Assemblée.

Sabbagh a affirmé, dans une allocution qu’il a prononcée au cours de la séance, que les victoires remportées par l’armée arabe syrienne dans la banlieue ouest et nord-ouest d’Alep sur le terrorisme et ses soutiens représentent une victoire pour toute l’humanité, précisant que la volonté et la détermination sont l’arme qui dépasse toutes les armes de destruction et de terrorisme.

Sabbagh a souligné que la Syrie mène aujourd’hui avec pleine capacité et confiance, sous la direction du président Bachar al-Assad, les prochaines batailles de libération, soulignant que le généreux peuple syrien qui avait eu appris au monde l’alphabet, l’agriculture, le commerce, les arts, le droit et les sciences, lui apprit aujourd’hui comment remporter la victoire.

Dans leurs interventions, les membres de l’Assemblée ont indiqué que les victoires remportées par l’armée arabe syrienne avaient joué un grand rôle dans la réouverture de l’autoroute Damas-Alep et le fonctionnement de l’aéroport international d’Alep, ainsi que dans la création des conditions pour le début de la phase de reconstruction.

 

R.Bittar

https://sana.sy/fr/?p=177560&fbclid=IwAR3ZEXqv5BXtr8ay3-xUawNVO8AHKSCiOQUhfI1zCMShXRHnpRdBkH10MXg