SYRIE

SYRIE

SABAGH : LES CRIMES DE L’OCCUPANT ISRAELIEN A L’ENCONTRE DES PALESTINIENS INTERVIENNENT AVEC UN SOUTIEN AMERICAIN ET OCCIDENTAL

Sabbagh : Les crimes de l’occupation israélienne à l’encontre des Palestiniens interviennent sous un soutien américain et occidental

 

17/05/2021

New York – SANA / L’ambassadeur de Syrie auprès de l’ONU, Bassam al-Sabagh, a affirmé que l’agression israélienne continue contre le peuple palestinien fait suite aux crimes de guerre commis à l’encontre du peuple palestinien pour l’expulser de sa terre et changer son aspect démographique, affirmant que ces crimes n’auront pas été commis sans le feu vert donné par les Etats-Unis et l’occident à l’entité d’occupation israélienne.

Dans un communiqué écrit soumis lors de la séance du Conseil de sécurité, tenue la nuit dernière via vidéoconférence sur « les développements dans les territoires palestiniens à l’ombre de l’agression israélienne continue contre le peuple palestinien », Sabagh a exprimé la dénonciation de la Syrie de l’atermoiement par les Etats-Unis dans la tenue de cette séance dans le but de donner aux autorités d’occupation plus de temps pour poursuivre leurs agressions contre le peuple palestinien.

« L’escalade des pratiques israéliennes barbares contre le peuple palestinien fait suite aux crimes de guerre commis par l’occupation israélienne pour l’expulser de sa terre et changer son aspect démographique et religieux », a dit Sabagh qui a exprimé la vive condamnation de la Syrie du comportement israélien barbare contre le peuple palestinien, ainsi que de la couverture par l’occident des agressions et des crimes commis par « Israël » contre les civils palestiniens, dont les femmes et les enfants.

Il a fait savoir, à cet effet, que le bombardement hier du tour de Jalaa à Gaza, qui contient des sièges de médias mondiaux signifie qu’«Israël » veut empêcher le monde de voir la réalité de ses crimes contre le peuple palestinien.

« Les crimes de l’occupation israélienne n’aurait pas été commis sans le feu vert américain et occidental et le silence des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne devant ces crimes, et les tentatives de ceux-ci de les voiler au sein de CS démontre leur hypocrisie et la falsification de leurs allégations d’être soucieux des droits de l’Homme.

« Pourquoi nous n’entendons rien aujourd’hui de ceux qui ont lancé durant des années une campagne acharnée contre la Syrie sous prétexte de la protection des civils et des droits de l’Homme ? Pourquoi ils ne disent rien sur les moyens de protéger le peuple palestinien de la machine de guerre israélienne et de demander des comptes d’Israël pour ses actes criminels ? », s’est demandé Sabagh.

Il a appelé la communauté internationale à prendre des pas immédiats et efficaces pour mettre fin à la souffrance du peuple palestinien et aux agressions israéliennes continues et soutenir le droit de ce peuple à l’autodétermination et à l’établissement de son Etat indépendant, dont la capitale est al-Qods, conformément aux résolutions de l’ONU ad-hoc.

Il a, enfin, exhorté le Conseil de sécurité à abandonner les discours et les communiqués, à assumer ses responsabilités et à agir afin de mettre fin à l’occupation israélienne des territoires arabes, dont le Golan occupé.

L.A.

http://sana.sy/fr/?p=222275&fbclid=IwAR0faWYeINT2Pn-Xs0q0cdttJQdcYrEBpvS3xiZPXJ9LwmQ6_jQA8rGcOEk

"ISRAËL": REDOUTABLE VENGEANCE DE LA SYRIE ?

La Syrie ouvre ses usines à missiles sur Gaza

Sunday, 16 May 2021 5:34 PM  [ Last Update: Sunday, 16 May 2021 5:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants de la Résistance palestinienne préparent une roquette. (Photo d'archives)

Ce sont les Syriens qui ont appris aux Palestiniens comment fabriquer des missiles.

Les combattants de la Résistance palestinienne ont appris à fabriquer leurs missiles en Syrie et sous la supervision des officiers syriens, a déclaré le secrétaire général adjoint du Front populaire de libération de la Palestine, Talal Naji, ajoutant que 90 % des missiles dont disposaient les combattants palestiniens avaient été produits à l’intérieur de la bande de Gaza. 

Par ailleurs, Abou Mujahid, porte-parole des Comités de résistance, a déclaré que l’ennemi se livrait au massacre des Palestiniens afin de faire céder la Résistance. 

Lire aussi: Commandant en chef de la Force Qods contacte le Hamas

« La Résistance est en mesure de repousser l’ennemi et c’est exactement ce qu’elle a fait à Tel-Aviv en humiliant ses autorités », a-t-il souligné. 

Abou Mujahid a précisé que la nation palestinienne soutenait la Résistance jusqu’à ce qu’elle inflige un échec cuisant à l’ennemi.

Israël: et les

Guerre Israël/Résistance... planifiée depuis longtemps sans laisser aucune place au hasard ?

La Syrie est prête à rejoindre la Résistance palestinienne

De son côté, le ministre syrien des Affaires étrangères a déclaré que la question de la Palestine était une question primordiale. 

Fayçal Meqdad a souligné que la Syrie était prête à fournir toute sorte d’aide à la Palestine. 

Après le gouvernement de Salut national au Yémen et le Courant Sadr en Irak, la Syrie est la troisième partie qui se dit prête à voler au secours des Palestiniens dans leur combat contre le régime israélien. 

Lire aussi: Israël vit ses pires heures

Lors d’une rencontre avec Anwar Abdel Hadi, directeur général du département politique de l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP), qui a eu lieu dimanche 16 mai à Damas, Fayçal Meqdad a qualifié de « miracle » la résistance de la nation palestinienne face aux agressions du régime sioniste. « Pouvoir confronter les armes israéliennes, secondées par les États-Unis, cela ressemble à un miracle », a indiqué Meqdad. 

Une vidéo diffusée par la Résistance palestinienne montre les scènes d'attaques aux roquettes et missiles en cette 7ème journée de combat consécutive contre l'ennemi israélien :

 

Le chef de la diplomatie syrienne a déclaré que Damas était prêt à fournir à la Palestine tout ce qu’elle demandait, car la question palestinienne lui était importante et primordiale. 

Lire aussi: Une invasion terrestre de Gaza équivaut à un suicide

Rendant hommage à la résistance de la nation palestinienne, le haut diplomate syrien a déclaré que Damas se rangeait aux côtés de la nation palestinienne dans ses luttes légitimes et nationales contre le régime israélien. 

« Un jour, nous remporterons la victoire ensemble, car en Syrie, nous sommes confrontés à un terrorisme, soutenu par Israël, et vous aussi, en Palestine, vous êtes confrontés au terrorisme israélien. Nous nous battons sur un front uni et nous ne sommes qu’une seule nation », a déclaré Fayçal Meqdad en s’adressant au responsable palestinien. 

Israël : et la Syrie frappa !!

Israël : et la Syrie frappa !!

Missile de 7 tonne « Hajj Qassem », tiré depuis la Syrie contre Tel-Aviv ? .... la campagne de guerre dans la guerre « vengée"

Les colonies voisines de Gaza cibles de missiles palestiniens

Sur le terrain, les Brigades d’al-Qassam viennent d’annoncer avoir lancé un essaim de roquettes en direction d’Ashdod, d’Ashkelon, Beersheba, Sdérot, une base militaire et la base d’écoutes 8200. Une vidéo publiée par les sources de la Résistance montre également le combat entre le Dôme de fer israélien et les roquettes palestiniennes dans le ciel d'Ashdod :

 

Selon la chaîne 13 de la télévision israélienne, les sirènes d’alerte ont été entendues dans les colonies au peuplement israélien. 

Lire aussi: Les firmes pétrogazière comme les compagnies d’assurance évitent désormais Ashkelon !

« La nouvelle vague d’attaques à la roquette ont été menées en représailles des crimes commis par les sionistes contre les enfants, les femmes et les civils à Gaza ainsi que leurs crimes contre les habitants du quartier de Cheikh Jarrah », ont annoncé les Brigades d’al-Qassam, dans un communiqué. 

Israël: la descente aux enfers

Israël : la descente aux enfers

Gaza : comment évaluer le changement 

Selon le bilan du ministère palestinien de la Santé, émis ce dimanche 16 mai, 181 Palestiniens dont 52 enfants et 31 femmes ont perdu la vie et 1 225 autres ont été blessés par les attaques israéliennes. 

Lire aussi: Des dizaines de missiles et roquettes tirés sur Tel-Aviv

La Résistance palestinienne, qui a lancé une nouvelle vague d’attaques au missile depuis samedi à midi, a continué de pilonner les positions des sionistes dans la nuit de samedi à dimanche. 

Lors de ces attaques, les groupes de Résistance palestiniens ont tiré un grand nombre de missiles et de roquettes en direction du centre de la Palestine occupée, dont Tel-Aviv. Certains des missiles et des roquettes tirés par la Résistance ont même touché les régions près de Naplouse et Netanya.  

Israël: la saignée économique!

Israël : la saignée économique !

Netivot et Hatsor attaquées par la Résistance

Plus tôt dans la journée de dimanche, la Résistance palestinienne a pris pour cible la ville de Netivot et la base aérienne de Hatsor. 

La Résistance palestinienne a diffusé une vidéo montrant un char Merkava de l'armée israélienne visé par les tirs de la Résistance.

 

Selon le Centre médical de Barzilai, à Ashkelon, trois Israéliens ont été blessés lors d’une attaque au missile en provenance de Gaza. 

La Résistance palestinienne a ajouté avoir pris pour cible la base de Taslim, appartenant aux Forces terrestres israéliennes, dans le sud de la Palestine occupée. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/16/652817/Resistance-Hamas-Palestine-Israel-Gaza-guerre-missile-attaque-

GUERRE "ISRAËL"-GAZA : LA SURPRISE SYRIENNE ?

Aéroport T4, base d'attaque au drone syrienne contre Israël ?

Thursday, 13 May 2021 6:14 PM  [ Last Update: Thursday, 13 May 2021 6:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'aéroport militaire syrien T4, situé dans la province de Homs (centre du pays). ©Google Earth

1 600 missiles et roquettes en 4 jours de combat, plus les deux premiers raids aux drones palestiniens, le premier ayant visé l'aéroport de Ramon à Eilat et le second le pipeline Ashkelon-Eilat. En effet, le communiqué des brigades Qassam qui évoque le premier recours de la Résistance palestinienne au drone kamikaze affirme qu'il s'agit de drone Shahab et commente les images qui envahissent depuis 48 heures la toile. Celles-ci présentent une redoutable similitude avec celles tournées il n'y a pas si longtemps par les satellites israéliens au-dessus de Djeddah, Buqaiq, Khamis... soit, ces sites d'Aramco saoudien visé superbement dès 2019 par Ansarallah. Depuis septembre 2019, l'entité sioniste dit travailler d'arrache pied à l'effet de contrer les drones ennemis. Des armes à laser au Dôme de fer optimisés, Tel-Aviv a à son actif tous les coups de bluff possible en la matière. Or la double attaque au missile de croisière-drone contre Ramon et le site gazier à Ashkelon a prouvé à quel point Israël bluffait. Face à l'extraordinaire précision de ces engins dont un seul a coupé le flux du pétrole à Ashkelon et poussé à la fermeture du gisement Tamar et à la fuite de Chevron et des Emiratis, la sanglante campagne de frappe sioniste avec son terrifiant cortège d'enfants palestiniens massacrés a l'air daté.  

Et les nuées de drones palestiniens, à quand leur dévoilement ?

Et bien, le 21 avril, Israël a assisté incrédule au tir du premier missile tactique syrien qui tout comme le drone Shahab ou le missile Ayach-250, a brisé la DCA sioniste.

Il a alors crié au loup prétendant que c'était un SA-5 errant. Cette contre-vérité risible aux yeux des experts a été reprise par les généraux US qui ont prétendu qu'entre la Syrie et Israël il n'y aura pas de guerre. En est-on sûr ? 

Il y a peu la Russie de Poutine qui n'a plus beaucoup intérêt à ménager Israël, s'est retiré de la base T4 à Deir ez-Zor, base que plus d'un dit avoir été remise aux iraniens. Cette même Russie de Poutine a pour le reste offert la protection de ses S-400 et S-300 pour que les vols militaires iraniens décollent de Hmeimim à destination de T4.

Israël a-t-il une quelconque idée de ce à quoi pourrait ressembler une première frappe aux nuée de drones Ababil ou Mohajer contre ses sites gaziers, ses infrastructures ? A Ashkelon et à Beer Sheva, des missiles tactiques ont déjà fait couper le courant. Il n'y a aucune raison pour qu'il n'en soit pas autant au Golan en Galilée à Haïfa.

Après tout l'Etat syrien a plus d'une raison de vouloir lancer ses essaims de drones contre Israël... C'est moins chers que les missiles, c'est bourré de potentiels de cyber guerre, c’est littéralement génial. 

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, qui s’était rendu à Damas pour rencontrer des responsables syriens, a annoncé  mercredi la volonté de l'Iran de surveiller l'élection présidentielle syrienne. Mais cette contribution diplomatique pourrait avoir un arrière plan militaire.

 

Le mercredi 12 mai, une importante réunion a eu lieu à Damas dans le cadre d'un QG des opérations conjointes inter Résistance : Hezbollah, Syriens, Irakiens, Yéménites et Iraniens y étaient. 

Zarif en mission

Zarif en mission

Mohammad Javad Zarif est attendu demain à Damas pour s’entretenir avec des responsables syriens.

Concernant l'agression d'Israël contre le peuple palestinien, le ministre des Affaires étrangères a déclaré avoir discuté des derniers développements en Palestine en particulier dans la noble ville de Qods et le déclin de l'hégémonie du régime sioniste. « Malheureusement, les actions criminelles du régime sioniste, qui se sont intensifiées depuis la Journée mondiale de Qods, l'attaque contre la mosquée Al-Aqsa et dans les territoires occupés et le bombardement de Gaza, ont créé des conditions très graves dans le pays et la Syrie. La communauté internationale doit intervenir pour faire cesser la poursuite de l'agression israélienne contre le peuple palestinien », a-t-il indiqué. 

La Syrie abat un F-16 israélien!

La Syrie abat un F-16 israélien!

Raid aux missiles catastrophique 

C'est trop combatif pour un chef de diplomatie. C'est presque une déclaration de guerre...

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/13/652576/Guerre-Israel-Gaza-la-surprise-syrienne

GUERRE SUR LA SYRIE : SCANDALE D’UNE CORRUPTION AVEREE DISSIMULEE PAR LES GOUVERNEMENTS OCCIDENTAUX

Guerre sur la Syrie : Scandale d’une corruption avérée dissimulée par les gouvernements occidentaux

Par Ben Norton

Mondialisation.ca, 10 mai 2021

The Gray Zone 7 mai 2021

Région : 

Thème: 

 142   0  0 

 

  142

Cet article de Ben Norton, que nous traduisons de l’anglais, a été publié le 7 mai 2021 avec l’introduction suivante : « Les Pays-Bas ont enquêté sur la fraude commise par la Mayday Rescue Foundation qui a financé les Casques blancs syriens à hauteur de plus de 120 millions de dollars dans le cadre de contrats gouvernementaux occidentaux. Mais de hauts fonctionnaires néerlandais ont couvert la corruption ». 

Pour rappel, les « Casques blancs » sont ces prétendus héros fabriqués par le génie hollywoodien et tellement appréciés par les Syriens qu’ils ont dû être évacués par une nuit sans lune, entre le 21 et le 22 juillet 2018, via Israël et la Jordanie, à la demande de Trump, de Trudeau et de pays européens ; la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Canada ayant annoncé être disposés à les accueillir dans le cadre de leur généreuse diplomatie humanitaire. 

Avant de rentrer dans le vif du sujet et des témoignages avancés par l’auteur, il nous a semblé utile de revenir sur les propos tenus devant le Conseil de sécurité, le 11 décembre 2020, par le Docteur Bachar al-Jaafari, en sa qualité de représentant de la Syrie auprès des Nations Unies [1] :

« Il nous faut rappeler devant l’opinion publique internationale le scandale de l’implication des Pays-Bas dans le soutien des organisations terroristes en Syrie ; le Premier-ministre néerlandais Mark Rutte ayant récemment avoué qu’il était personnellement intervenu pour bloquer des enquêtes parlementaires sur les millions de dollars fournis par son gouvernement à environ 22 groupes terroristes sévissant dans mon pays, dont « Al-Jabhat al-chamiya » [le front du Levant] classé en tant qu’organisation terroriste par les institutions néerlandaises elles-mêmes. 

Par ailleurs, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Steve Block, avait précédemment appelé à l’arrêt des enquêtes, considérant qu’elles créeraient de sérieux problèmes pour certaines personnalités et embarrasseraient nécessairement certains alliés. 

Tel est donc le rôle de l’OTAN, en sachant que les Néerlandais sont, après les Belges, au deuxième rang des nationalités ayant compté des centaines de terroristes partis se battre aux côtés d’organisations terroristes en Syrie et en Irak ; le nombre total de terroristes de nationalités européennes rendus chez nous étant estimé aux environs de 14 000.  

En outre, l’agence de renseignement néerlandaise a déclaré en février 2017 qu’elle suivait des dizaines d’enfants néerlandais rendus, avec ou sans leur famille, dans les zones de propagation de Daech en Syrie et en Irak, où ils auraient bénéficié d’une formation militaire aux mains de l’organisation terroriste. 

Et la Fondation de radio-télévision néerlandaise [NOS] a confirmé en septembre 2018 le soutien du gouvernement néerlandais à l’organisation terroriste « Al-Jabhat al-chamiya » précitée, laquelle aurait bénéficié de ses services logistiques entre 2015 et 2018. 

Ce qui témoigne d’une hypocrisie scandaleuse et suggère que c’est par crainte du scandale que les Pays-Bas ont lancé dernièrement toutes sortes de mensonges sur la Syrie… ». 

Un scandale évidemment étouffé par nos médias, mais arraché aux ténèbres par le « Journal du Peuple » néerlandophone et traduit le jour même de sa parution par Ben Norton qui l’a enrichi de ses références regroupées en fin de ce texte. [NdT].

______________________________________________

LES CASQUES BLANCS, LEURS SPONSORS ET LES MÉDIAS

La sale guerre contre la Syrie, qui dure depuis dix ans, s’est avérée être une vache à lait pour certains des plus importants agents américains et britanniques chargés de « changer le régime » syrien. Des contractants de gouvernements occidentaux ont reçu des centaines de millions de dollars pour mettre en œuvre des projets visant à déstabiliser Damas et certains se sont servis en profitant du pillage du pays [2].

La fondation « Mayday Rescue » est l’un des principaux acteurs de l’industrie artisanale de ces contractants qui ont contribué à la guerre occidentale pour le changement de régime en Syrie et qui ont  finalement été impliqués dans un vaste scandale de corruption. 

Mayday a servi de sponsor financier à une prétendue « Défense civile syrienne », notoirement connue sous le nom de Casques blancs [3], une organisation humanitaire interventionniste trompeuse devenue l’arme de propagande essentielle dans la sale guerre contre Damas. 

En effet, grâce à un financement de plus de 120 millions de dollars provenant de nombreux gouvernements occidentaux, les Casques blancs ont été présentés, par des campagnes de médias inféodés et des films de relations publiques bien ficelés, comme un noble groupe de philanthropes voués à sauver la vie des civils. 

En réalité, il s’agit d’une organisation fonctionnant telle une infrastructure civile et médicale dans les régions contrôlées par des insurgés salafo-jihadistes brutaux et théocratiques. Ils opéraient exclusivement dans les zones gérées par l’« opposition armée syrienne » et collaboraient largement avec les extrémistes, y compris l’EIIL [Daech] et Al-Qaïda. Ils ont même été filmés à de nombreuses reprises en train d’assister à des exécutions publiques [4]. 

Par ailleurs, ils ont aidé la Turquie, membre de l’OTAN, à envahir militairement et à nettoyer ethniquement les villes à majorité kurde du nord de la Syrie [5], dans le cadre d’un plan visant à repeupler ces régions par des Arabes musulmans sunnites supporters du président turc Recep Tayyip Erdogan. 

Suite à l’invasion turque, les écoliers ont été endoctrinés par la propagande nationaliste turque. Et un producteur syrien de la BBC a démontré que les Casques blancs avaient participé à la mise en scène d’une fausse attaque aux armes chimiques [6] à Douma, banlieue de Damas, afin de faire porter le chapeau au gouvernement syrien et de justifier une intervention militaire occidentale. 

Et alors que les gouvernements occidentaux ne tarissaient pas d’éloges sur les Casques blancs et versaient à leur organisation mère Mayday, basée aux Pays-Bas, d’énormes sommes d’argent puisées dans les poches du contribuable, le gouvernement néerlandais enquêtait discrètement sur le groupe pour fraude. 

Une série de reportages publiés par les médias néerlandais grand public montre comment les Pays-Bas savaient que Mayday avait commis de graves irrégularités financières, mais que des hauts fonctionnaires les ont couvertes, refusant d’informer les législateurs concernés et ignorant les recommandations de leurs propres régulateurs visant à récupérer des millions de dollars de contrats. 

En fait, les responsables néerlandais craignaient que la révélation de la corruption de Mayday nuise aux efforts occidentaux, pour le changement de régime en Syrie, et ternisse l’image bienveillante des Casques blancs soigneusement construite et constamment promue via une propagande obséquieuse. 

Par conséquent, le scandale fut particulièrement désagréable pour le complexe Industriel à but non lucratif [7] qui tire sur les cordes sensibles des libéraux occidentaux, non seulement pour faire avancer les intérêts de la politique étrangère occidentale, mais aussi pour se remplir les poches avec des millions de dollars passant par des contrats opaques. En effet, la controverse a également montré comment des représentants de gouvernements occidentaux ont protégé les profiteurs de guerre tout en gardant les électeurs, dont les impôts ont été gaspillés, dans l’ignorance de la corruption sévissant parmi eux. 

CONFLIT AU SEIN DU GOUVERNEMENT NÉERLANDAIS 

Ce 7 mai 2021, le quotidien néerlandophone « de Volkskrant » a publié un rapport confirmant que les Pays-Bas avaient enquêté sur la fondation Mayday Rescue pour suspicion de fraude [8]. 

Le fait est que des gouvernements occidentaux ont versé plus de 100 millions d’euros [121 millions de dollars] à Mayday pour financer les Casques blancs, notamment la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Canada, le Danemark et les Pays-Bas. Les États-Unis ont également apporté leur contribution, en leur transférant des dizaines de millions de dollars [9]. Quant au gouvernement néerlandais, il a versé 12,5 millions d’euros [15,2 millions de dollars]. 

Cependant, fin 2018, les Pays-Bas ont soupçonné une corruption au sein de l’organisation et ont cessé de la financer, « en raison des inquiétudes de La Haye concernant la supervision financière et l’organisation elle-même ». Le gouvernement néerlandais a donc mené une enquête et, mi-2020, le Netherlands’ Central Audit Service lui a conseillé de récupérer plus de 3,6 millions d’euros de fonds fiscaux reçus par la Mayday. Et de Volkskrant a déclaré : « Il n’est pas certain que ces millions aient été dépensés aux fins prévues ». 

Mais le gouvernement néerlandais n’a pas réclamé cet argent. Au lieu de cela, la ministre du Commerce extérieur et de la Coopération pour le développement, Sigrid Kaag, a décidé d’interrompre le versement restant de 57 000 euros à Mayday, soit seulement 1,6 % du montant que l’audit avait recommandé de reverser dans les caisses de l’État. Une décision dérisoire et largement symbolique, car Mayday avait déjà dépensé plus que les 120 millions de dollars reçus dans le cadre de contrats gouvernementaux et était en faillite au moment où Mme Sigrid Kaag a décidé de faire cesser les paiements. 

Dès lors, dit le quotidien, l’enquête sur la fraude est devenue un sujet de conflit au sein du gouvernement néerlandais, les fonctionnaires qui ont soutenu la guerre pour le changement de régime en Syrie ayant cherché à minimiser le scandale. 

En effet, Madame Kaag a voulu en informer le parlement néerlandais et a rédigé une lettre qu’elle comptait envoyer à la Chambre des représentants, mais elle a subi les pressions de hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, lesquels ont insisté pour qu’elle ne l’envoie pas, considérant qu’elle n’y était pas légalement obligée et craignant que les révélations de l’enquête ne « nuisent injustement » à Mayday et aux Casques blancs. [Le quotidien de Volkskrant a obtenu le brouillon de la lettre suite à une demande de documents publics].

Résultat : la lettre n’a jamais été envoyée, les députés n’ont jamais été informés de la fraude, et les contribuables néerlandais n’ont pas su que Mayday avait mal géré les énormes sommes d’argent versées par de nombreux gouvernements donateurs, dont leur propre gouvernement.

LE MESURIER ADMET LA FRAUDE ET MEURT 3 JOURS APRÈS

Le 11 novembre 2019, le fondateur de Mayday Rescue et ex-officier du renseignement militaire britannique [10], James Le Mesurier, est retrouvé mort dans d’étranges circonstances à Istanbul. Les autorités turques ont déclaré qu’il s’était suicidé « en sautant vers sa mort ». 

Le Mesurier avait servi dans l’armée britannique en Irlande du Nord et en ex-Yougoslavie [11] avant de travailler pour des sociétés de sécurité privées. Et c’est en 2014 qu’il a fondé Mayday Rescue et qu’il est devenu le principal responsable occidental de la « PSYOP Casques blancs ». Et donc, pendant que les médias le présentaient comme un héros de l’humanitaire, lui et ses collègues profitaient du plan de changement du régime en Syrie. 

Trois jours avant sa mort, Le Mesurier a avoué de graves irrégularités financières. En effet, le 8 novembre 2019, il a envoyé un courriel aux pays donateurs reconnaissant que Mayday avait fraudé [12] et qu’il avait falsifié des reçus. Il a dit : « J’en assume seul l’entière responsabilité », mais a insisté sur le fait que la corruption ne devait pas être révélée, car si elle était divulguée aux médias, ce serait une « victoire pour la Russie et les trolls pro-Assad ». 

Or, Volkskrant avait rapporté ce fait en juillet 2020 dans un article intitulé « Le fondateur de la fondation derrière les Casques blancs admet la fraude » [13] ; la corédactrice de l’article, Ana van Es, faisant savoir que les gouvernements occidentaux ayant financé les Casques blancs avaient tenu compte de l’avertissement de Le Mesurier et avaient donc « gardé le silence sur ces méfaits ». 

Et, un rapport précédent de Volkskrant avait donné des détails concernant l’enquête menée dès novembre 2019 par un comptable néerlandais. ll avait découvert à quel point les transactions financières de Mayday étaient suspectes et que Le Mesurier, qui remettait en mains propres l’argent aux Casques blancs, avait falsifié des reçus. De plus, alors que la fondation était souvent présentée par les médias occidentaux comme une organisation humanitaire bienveillante à but non lucratif, elle possédait bel et bien des filiales commerciales à but lucratif en Turquie et à Dubaï. 

Volkskrant ajoute : « Il n’y avait pas de Conseil de surveillance, ce qui fait que les administrateurs pouvaient décider de leurs propres salaires, lequel pouvait atteindre les 26 000 euros par mois ». 

Cela signifie que certains membres du personnel de Mayday étaient payés autour de 380 000 dollars par an et donc : « des chiffres supérieurs au plafond salarial autorisé à une organisation subventionnée aux Pays-Bas ». 

Et Volkskrant poursuit : « Le Mesurier, son épouse -également administratrice- et un troisième administrateur se versaient des primes en espèces en plus de leur salaire». 

Mais Emma Le Mesurier a rejeté les allégations de fraude reconnues par son époux décédé et s’en est prise sur Twitter à tout journaliste évoquant le scandale. 

Puis, un nouvel administrateur embauché pour ravaler la réputation de Mayday, M.Cor Vrieswijk, a avoué au quotidien néerlandais que les énormes salaires étaient en effet « excessifs », en ajoutant que les « pays donateurs occidentaux étaient au courant et avaient donné leur consentement ». 

LES DIPLOMATES OCCIDENTAUX ÉTAIENT COMPLICES

L’article du 7 mai 2021 de Volkskrant a révélé que lorsque les gouvernements occidentaux ont eu vent du scandale, ils ont immédiatement fait en sorte de le dissimuler. Et quand Le Mesurier est décédé après avoir effectivement reconnu la fraude, les diplomates occidentaux ont rapidement convoqué une série de « réunions de crise » au consulat néerlandais à Istanbul, « les Pays-Bas se considérant comme extrêmement vulnérables politiquement parlant car, après tout, Mayday est basée à Amsterdam et les millions versés à la fondation sont passés par des comptes néerlandais ». 

Après enquête et une fois que les comptables ont constaté de graves irrégularités, les pays donateurs ont continué à tenter de limiter les dégâts et les diplomates occidentaux, une fois de plus réunis à Istanbul en février 2020, ont continué à discuter des moyens qui permettraient « de se prémunir contre les risques politiques » et aussi de s’assurer une « exposition minimale ». 

Le cabinet comptable « Grant Thornton » ayant également enquêté sur Mayday a alors déclaré que, techniquement parlant, il n’avait pas trouvé de preuves de fraude au-delà de ce que Le Mesurier avait reconnu, mais que les comptes étaient tellement désordonnés qu’il était presque impossible de les vérifier. Propos comparable à ceux des responsables du gouvernement néerlandais ayant confié à Volkskrant : « la fraude ne peut pas être prouvée car les parties ‘critiques’ des comptes ne sont ‘pas traçables’ ». Ce que le quotidien rapporte en ces termes : «La comptabilité était vraiment incorrecte et il n’y avait pas de supervision financière interne. La traçabilité des paiements n’est plus possible ». 

Et Volkskrant précise: 

« Le rapport n’a pas dissipé les inquiétudes du ministère des Affaires étrangères. Les conclusions de Grant Thornton ont soulevé des doutes sur l’exactitude des rapports financiers précédemment soumis par Mayday. D’après des personnalités officielles ‘il n’a pas pu être établi avec certitude’ que la subvention néerlandaise avait bien été dépensée sur les Casques blancs. Lorsqu’un agent demande quelles dépenses ne peuvent pas être vérifiées, un collègue répond : ‘Toutes les dépenses concernant les Casques blancs’». 

En dépit de la corruption avérée, les gouvernements occidentaux ont maintenu le financement des Casques blancs 

Cependant, en dépit de la corruption ainsi documentée par le gouvernement néerlandais, le financement des Casques blancs par les gouvernements occidentaux s’est poursuivi, les États-Unis et l’Union européenne ayant redoublé leurs efforts dans leur sale guerre contre la Syrie avec l’imposition de l’un des régimes de sanctions les plus agressifs [14] dans l’histoire moderne, pour déstabiliser la Syrie et évincer son gouvernement. 

En effet, le blocus est revenu, de facto, à une punition collective de millions de civils et a déclenché une dépression économique à grande échelle, une pénurie de carburant et une crise alimentaire. 

Entre-temps et sous couverture de la pandémie Covid-19, les Pays-Bas ont repris en 2020 leur soutien aux Casques blancs en prétendant utiliser le groupe pour fournir une aide humanitaire aux territoires tenus par les insurgés en Syrie. 

Et les gouvernements occidentaux ont pu continuer à financer les Casques blancs sans accroc, en grande partie parce que la corporation des entreprises médiatiques a, presque sans exception, refusé de reconnaître quoi que ce soit de négatif à propos de ce groupe instrumentalisé. 

Par conséquent, les reportages des médias néerlandais sur la corruption de Mayday n’ont pratiquement pas bénéficié de l’attention d’autres pays. Ce qui s’expliquerait en partie par le fait que Le Mesurier avait noué de nombreuses amitiés au sein de la presse occidentale, cultivant certains journalistes en tant qu’atouts pour la sale guerre en Syrie, les nourrissant de scoops et leur facilitant des voyages de propagande sur le territoire syrien à travers la frontière sud de la Turquie. 

En revanche, la BBC -dont la participation secrète aux campagnes de la guerre de l’information du ministère britannique des Affaires étrangères a été dévoilée par« The Grayzone » [15]- a même créé une série de podcasts hagiographiques, pleins d’inexactitudes, consacrée à la réécriture de l’histoire de la sale guerre en Syrie, à la sanctification de Le Mesurier et à la réhabilitation de l’image de la fondation baptisée subtilement Mayday [16] !

Mais Mayday n’est pas le seul contractant connu pour corruption. Un autre groupe de pression en faveur du changement de régime en Syrie dont l’acronyme est CIJA [pour Commission International Justice and Accountability] a reçu un financement estimé à 42 millions d’euros [50 millions de dollars] des États-Unis et des pays d’Europe occidentale pour mener une guerre juridique, ou « lawfare », contre la Syrie et a collaboré avec Al-Qaïda dans ce but [17]. 

Et comme l’a rapporté « The Grayzone », l’Office européen de lutte antifraude [OLAF] a accusé la CIJA de fraude [18] pour « faux documents, fausses facturations et profits illégaux ». Le régulateur de l’Union européenne a même recommandé aux autorités judiciaires du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de Belgique de la poursuivre. Mais, là aussi, la corruption de la CIJA a été totalement ignorée par la corporation des médias.

Finalement, les amis et collègues de Le Mesurier se sont donné beaucoup de mal pour laisser croire que le scandale de la fraude avérée n’était rien d’autre qu’une campagne de désinformation guidée par le Kremlin. Et les gouvernements occidentaux avec leurs sténographes de la presse ont contribué à protéger les profiteurs de guerre des fâcheuses conséquences de leurs actes, ont escroqué d’énormes sommes d’argent dues aux contribuables de nombreux pays, le tout dans une croisade désespérée pour détruire la Syrie. 

Aujourd’hui encore, nombre de scandales époustouflants concernant la sale guerre en Syrie restent intouchables ou sont couverts par la corporation des médias occidentaux, qu’il s’agisse du rôle des Casques blancs dans la mise en scène de fausses attaques chimiques [19] ou des gouvernements occidentaux condamnant au silence et sanctionnant les lanceurs d’alertes parmi les scientifiques de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques [OIAC]. 

Et, apparemment, la corruption scandaleuse de Mayday Rescue et des Casques blancs couvre un puits sans fond de sang et de malversations. 

Ben Norton

07/05/2021

 

Article original en anglais : White Helmets corruption scandal deepens: Dutch gov’t investigated parent org for fraud, but covered it up, The Gray Zone, le 7 mai 2021.

Traduit par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

Notes : 

[1][L’OIAC est devenue un outil du jeu géopolitique mené par les USA en Syrie]

[2][ Western govt contractor entrapped British scholar in sting operation to cover up Syria corruption scandal]

[3][How the White Helmets became international heroes while pushing US military intervention and regime change in Syria]

[4][Videos show US govt-funded White Helmets assisting public executions in rebel-held Syria]

[5][Trump gives $4.5 million to Syria’s White Helmets, which partnered with jihadists and joined Turkey’s ethnic cleansing]

[6][BBC Syria producer : Riam Dalati]

[7][The Grayzone reports on the non-profit industrial complex]

[8][Kaag wilde Kamer informeren over fraudemelding bij stichting, ambtenaren hielden brief tegen

[9][Trump gives $4.5 million to Syria’s White Helmets, which partnered with jihadists and joined Turkey’s ethnic cleansing]

[10][White Helmets Whitewash: founder’s death, OPCW scandal lift mask on al-Qaeda’s ally in Syria]

[11][The Most Dangerous Job in the World: Syria’s Elite Rescue Force]

[12][The confession of James le Mesurier]

[13][Founder of Foundation behind White Helmets Admits Fraud]

[14][How a US and Qatari regime change deception produced ‘Caesar’  sanctions driving Syria towards famine]

[15][Reuters, BBC, and Bellingcat participated in covert UK Foreign Office-funded programs to “weaken Russia,” leaked docs reveal]

[16][Questions for BBC on new White Helmets podcast series attacking OPCW whistleblowers]

[17][This celebrated Western-funded nonprofit collaborated with al-Qaeda to wage lawfare on Syria]

[18][Western govt contractor entrapped British scholar in sting operation to cover up Syria corruption scandal]

[19][5 former OPCW officials join prominent voices to call out Syria cover-up]

 

 

Ben Norton est journaliste, écrivain et cinéaste. Il est le rédacteur adjoint de « The Grayzone ». 

***

La source originale de cet article est The Gray Zone

Copyright © Ben NortonThe Gray Zone, 2021

https://www.mondialisation.ca/guerre-sur-la-syrie-scandale-dune-corruption-averee-dissimulee-par-les-gouvernements-occidentaux/5656289

IL-20 RUSSE : "ISRAËL" REFAIT LE COUP!

Lattaquié frappée le 7 mai: Israël a tenté de faire abattre un avion militaire russe. La riposte de Poutine?

Monday, 10 May 2021 10:45 AM  [ Last Update: Monday, 10 May 2021 11:29 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'abattage d'un IL-20 russe en 2018 provoqué par un F-16 israélien.( illustration)

Ce coup de file Netanyahu-Poutine daté du vendredi 7 mai, hors contexte, précipité, venu d'un homme fini qui s'accroche à tout pour éviter le naufrage, certains disent qu'il visait à supplier la Russie de ne pas activer pleinement ou au moins pas immédiatement "son mécanisme naval anti-US/anti-OTAN" qui a débouché, comme Sputnik l'a annoncé il y quelques jours, sur un noyau de coalition navale composée de Syrie, de Russie, d'Iran.

Et effectivement, la journée du dimanche 9 mai a été chargé en termes de coups anti-pétrole syrien : on a vu d'abord, un porte-conteneurs libanais, Wisdom, être visé par une double explosion au large de Baniyas, porte-conteur déjà ciblé le 24 avril qu'Israël a cherché faire passé pour un pétrolier iranien, puis une incendie se déclarer dans la raffinerie de Homs, certes rapidement maîtrisé mais qui néanmoins a laissé supposer à un coup israélien visant le secteur pétrolier de la Syrie qui vient de recevoir pas moins de près de 2 millions de barils du pétrole iranien. Pour qui connait ce secteur, ce double coup est militairement insignifiant, ne dépassant guère le stade de simple harcèlement et ne changeant rien à cette vérité que le corridor maritime Iran-Syrie fonctionne à merveille et que la bataille navale d'Israël contre l'Iran a tourné au vinaigre après l'attaque drone armé le 10 avril contre le navire logistique Hyperion Ray. 
 

Syrie : Qui a frappé la Russie?!

Syrie : Qui a frappé la Russie?!

Attaque au missile de croisière contre deux méga bases russes Hmeimim-Tartous : la guerre US/Russie a commencé ...

Dans la foulée, les chasseurs des forces aérospatiales russes, ainsi que les avions de chasse de l'armée de l'air syrienne ont poursuivi  l’aéronef américain sur un trajet aérien de plusieurs dizaines de kilomètres.

Lire aussi : une percée russe à Beyrouth via Tartous?

L'image suivante, communiquée par le site russe,  montre comment cet avion militaire américain, effectuant une mission d’espionnage sur la base navale russe, s'est dirigé de manière inattendue pour un virage et à gauche dans une direction sud-ouest, mais qu'il a fini , après un certain temps, à voler jusqu'à la base militaire russe avant de se heurter encore au barrage syro-russe. Pareilles tentatives US n'ont rien moins que la simulation des frappes et c'est Israël qui joue le rôle de catalyseur. 

Une image montrant la trajectoire d'un Boeing P-8A américain dans le ciel syrien@avia.pro

 

Ceci étant dit, une question se pose d'emblée: un simple coup de fil de Netanyahu à Poutine, est-il à même à jouer le rôle d'un frein et à empêcher la marine russe à tenir la parole et à offrir protection et assistance aux cargaisons pétrolières iraniennes? 

Les sources syriennes viennent de porter ce lundi de nouveaux éclaircissements sur le raid du 3 mai qui a visé à la côte ouest syrienne, à Lattaquié et à Tartous, soit des localités qui abritent les bases navale et aérienne de la Russie.  Selon Syrian Arab Army News, site proche de l'armée syrienne, l'offensive du 7 mai a été une première à avoir été conduite  contre la côté ouest syrienne depuis 2018, date à laquelle Israël a fait abattre un IL-20 russe par un missile S-200 syrien, en s'en servant de bouclier et ce, dans le stricte objectif de dépouiller la Russie d'une position solide en termes de renseignement militaire aérien en faveur des Etats Unis qui, eux, commençaient à cette même époque de sentir la défaite syrienne venir et de décider à déployer leurs P-8 non loin des côtes syriennes. " 

Les F-15 israéliens ayant participé à cette opération ont agi très exactement de la même manière qu'en 2018 se servant d'un avion militaire russe comme d'un bouclier. L'attaque a duré de 10 à 15 minutes, et les forces de défense aérienne syriennes ont tiré plusieurs missiles antimissile sans aller pour autant jusqu'à activer des batteries de missiles Buk qui ont fait depuis fin février le malheur de l'armée de l'air israélienne en infligeant de grosses pertes à son arsenal de missiles de croisière Delilah. La mort d'un soldat syrien dans la frappe contre la côte ouest renvoie très exactement à la volonté de l'armée syrienne d'éviter un remake du scénario de Il-20 abattu en 2018 ».

Baniyas: un pétrolier

Baniyas: un pétrolier

Une coalition maritime Russie-Iran en Méditerranée orientale fait-elle peur?

Le coup de file du vendredi de Netanyahu renverrait donc, selon le site syrien, à ce nouveau coup de fourré anti-russe, signé Israël. En 2018 la mort de 15 officiers du renseignement russe à bord de IL-20 a valu à Israël la livraison du S-300 russe à la Syrie pour n'avoir jamais tiré, ont fini par ouvrir la voie à ce que le général sioniste Brick a qualifié de "couverture russe à l'anneau balistique" qui "s'est créé tout autour d'Israël". " Tout au loin des années où nous avons frappé la Syrie et nous nous en sommes vantés, les Iraniens et leurs alliés constituaient autour de nous un étau de missile avec la bénédiction russe qui jouait notre jeu mais qui servait de protection rapprochée au transit de la technologie balistique iranienne à la Syrie".

Le coup anti-russe de Netanyahu qui visait ni plus ni moins à faire saigner la Russie alors qu'elle est en pleine guerre contre l'axe US/OTAN sur ses frontières orientales et occidentales mais aussi en Méditerranée, pourrait déboucher sur un anneau balistique "naval' contre Israël? Possible. 

  Aucun jour ne passe sans que les vols espions US/OTAN ne tente de collecter des renseignements sur les bases aérienne et navale de la Russie en Syrie, bases en pleine extension et d'où Moscou n'écarte pas des opérations à venir dans le golfe Persique et dans le nord de l'Afrique.  les forces aérospatiales russes et l'armée de l'air syrienne vienne d'ailleurs d"intercepter ce samedi un avion militaire américain à deux reprises

Il s'agissait d'un Boeing P-8A Poséidon qui aurait survolé le large des côtes syriennes et créé une situation dangereuse près de la base navale russe de Tartous, selon le site Web Avia.pro. qui souligne que l'incident a eu lieu presque simultanément avec le raid israélien. 

Qu'est-ce qui empêcherait dès lors la Russie de refaire, elle aussi le coup de S-300 et d'ouvrir Tartous aux missiles antinavire iraniens? Le missile de croisière antinavire iranien « Abu Mahdi »  conçu pour la marine de l’armée iranienne et testé avec succès au mois d'août 2020 fera bien l’affaire. c'est un missile programmable qui a une portée de plus de mille kilomètre et   capable de changer de trajectoire à un point précis et aller vers sa cible selon les directions préfixées.  Sa caractéristique la plus importante est sans doute sa portée de 1000 km, une portée qui est trois fois celle d'autres missiles de croisière de fabrication iranienne comme Raad, missiles de croisière antinavires d’une portée de 350 km.

Israël: plus redoutable que Shahab-3?

Israël: plus redoutable que Shahab-3?

Le missile « Hajj Qassem » peut être considéré comme le premier missile balistique tactique iranien à combustible solide pouvant facilement atteindre Israël.

En effet, Le missile "Abou Mahdi" utilise un turboréacteur de la famille «Toloue», largement utilisé dans les drones Karrar et les missiles de croisière des familles Nour, Qader et Qadir. En raison des capacités de contrôle de poussée de son turboréacteur et de la présence d'une quantité suffisante de carburant placé dans le corps du nouveau missile de croisière, ainsi que le type d'ailes, "Abou Mahdi" est capable de changer de vitesse.

Certes la Russie a des "Kalibr" qui pourrait protéger les cargaisons énergétiques iraniennes mais on le sait, la Russie devrait économiser ses forces pour contrer US/OTAN. Le volet "Israël", c'est la Résistance qui s'en occupera à merveille si bien sûr les portes de Tartous s'ouvrent comme se sont ouvertes aux missiles balistiques tactiques iraniens, les portes de Hmeimim. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/09/652262/Syrie--Frappes-rat%C3%A9es-%C3%A0-Tartous-et-%C3%A0-Hmeimim-

SYRIE : UN PETROLIER EN FEU AU LARGE DU PORT DE LA VILLE DE BANIAS

Vue sur la ville syrienne de Banias, archives

Un incendie se déclare à bord d'un pétrolier au large de la Syrie

© Sputnik . Dmitri Vinogradov

MOYEN-ORIENT

14:18 09.05.2021(mis à jour 15:07 09.05.2021)URL courte

Par 

 0 412

S'abonner

Le port syrien de Banias, où fin avril un incendie, prétendument résultant d’une attaque de drone, s’était produit à bord d’un navire-citerne, est de nouveau au centre de l’attention. Les médias locaux ont rapporté ce dimanche une explosion à bord d’un tanker, précisant ensuite qu’il s’agit d’un incendie sans gravité.

Une déflagration a retenti ce dimanche 9 mai à bord d’un pétrolier au large de la ville syrienne de Banias, a rapporté ce dimanche la radio Sham FM.

Selon les informations de cette dernière, l’explosion s’est produite lors de travaux de maintenance. Et de préciser qu'aucune information sur d’éventuelles victimes n’était disponible dans l’immédiat.

La radio ajoute qu’il y a quelques jours un incendie s’était déclaré à bord de cette embarcation pendant un déchargement de cargaison.

Une panne sans gravité, selon Sana

 

L'agence Sana évoque pour sa part une panne de l'un des moteurs et un incendie sans gravité ayant produit une forte fumée noire.

De son côté, l’agence Reuters qui se réfère à la presse locale, précise qu’au moment de l’explosion le pétrolier était vide.

Incendie du 24 avril 

Le port syrien de Banias s'est retrouvé au centre de l'attention le 24 avril dernier. Alors, un incendie avait également touché un pétrolier au large de cette ville. Le ministère syrien du Pétrole a alors avancé que le feu aurait été provoqué par un drone tiré depuis les eaux territoriales du Liban.

https://fr.sputniknews.com/moyen-orient/202105091045571290-une-explosion-se-serait-produite-sur-un-petrolier-pres-de-la-cote-syrienne/

SYRIE : LES MOUVEMENTS DE TROUPES DE LA COALITION US S'INTENSIFIENT

Les mouvements des forces de la coalition US s’intensifient en Syrie

 Depuis 9 heures  7 mai 2021

forcesus_syrie

 Moyent-Orient - Syrie

 

La coalition dirigée par Washington augmente sa présence militaire en Syrie où les vols de ses avions de transport et les mouvements de ses convois sont devenus plus fréquents. Cela risque de nuire au règlement politique de la situation dans ce pays, a déclaré la Défense russe.

Les vols de transport militaire et les déplacements des convois de la coalition dirigée par les États-Unis gagnent en intensité dans l’est de la Syrie, a déclaré ce jeudi 6 mai le contre-amiral Alexandre Karpov, chef adjoint du Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Nous sommes préoccupés par l’augmentation du nombre des vols de transport militaire et des mouvements de matériels terrestres des forces de la coalition dirigée par les États-Unis dans les régions orientales de la Syrie», a indiqué M.Karpov.

Selon lui, la Syrie est en mesure de combattre seule les cellules terroristes sur son territoire. En plus, la présence de contingents militaires de la coalition dans ce pays est illégale et viole les normes du droit international, a-t-il ajouté.

«Les actions du commandement américain, qui renforce sa présence militaire dans la région d’outre-Euphrate dans le contexte d’une situation socio-économique difficile provoquée par les étouffantes sanctions américaines, sapent les perspectives d’un règlement politique» de la crise, a conclu le responsable.

Imposées sous Donald Trump, les sanctions américaines contre la Syrie -baptisées loi César- ont été maintenues par son successeur Joe Biden. Elles prévoient le gel des avoirs et l’impossibilité d’accès au système bancaire américain à plusieurs centaines de personnalités et entreprises syriennes. Cette loi cible la coopération étrangère avec Damas et l’interdit de facto sous peine de sanctions.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2058883

SYRIE : D'OU A ETE TIRE LE "MISSILE DE DIMONA" ?

Méga "as" de la Résistance : le Golan "syrien" transformé en une base d'attaque balistique contre Israël?

Monday, 03 May 2021 12:35 PM  [ Last Update: Monday, 03 May 2021 12:37 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile M-600 syrien (Archives)

L’actualité syro libanaise est moins marquée cette annonce de la candidature du président Assad que l’Occident sait être le grand gagnant des élections présidentielle à venir ou celle de la visite annoncée De Le Drian au Liban où ce dernier devra annoncer l’échec du plan post 4 aout de Paris que ce qui se passe à UMM Batnah,, cette petite localité de Quneitra, située non loin du Golan occupé, où Israël, ayant désormais totalement perdu sa supériorité aérienne face à une Syrie « balistique » a tenté ces derniers jours une percée par cellules terroristes interposées et héritées de l’accord de réconciliation de 2019 à Deraa que plus d’un observateurs critiquent pour avoir empêché que l’abcès terroriste ne se creuse.

Ciel du Golan: et Israël capitula...

Ciel du Golan: et Israël capitula...

 

Le 1er mai et se mêlant à la population, les miliciens armés sont descendus dans la rue d’Umm Batna, brandir les armes et menacer les militaires syriens, lesquels n’ont pas tardé à réagir et à boucler la localité conscients qu’ils sont des interférences israéliennes dans le sud syrien et des efforts désespérés de Tel-Aviv destiné à inverser la donne. Certes, face au déploiement des forces syriennes, les miliciens ont fini par jeter l’éponge et appeler au dialogue, n’empêche ce genre d’agissement à Quneitra ne peut s’intercepter sans tenir compte des tous derniers développements.

Depuis le 21 avril, marqué par la première frappe de missile tactique syrien, M-600 contre le sud d’Israël, missile d’une portée de 400 kms qui a tout pour être une dérivée de Fateh-110, et que les israéliens ont cherché à vendre comme un SA-5 errant sans pour autant réussir à convaincre,  les milieux militaires et sécuritaires sionistes n’ont qu’une seule et unique obsession : où se situe l’origine du tir ?

C’est une bien grande question quand on sait qu’entre 2013 et 2021 des centaines de frappes aux missiles de croisière israéliens ont visé la plupart des bases aériennes syriennes, Damas, T4, Deir ez-Zor, Maysaf…et qu’avant le déploiement des batteries de DCA made in Iran comme Khordad- en Syrie, ces missiles provoquaient à la fois des pertes et dégâts. Depuis fin février, un autre élément de Défense aérienne a fait son apparition en Syrie, les unités de guerre électroniques qui pour avoir été en partie  fourni par la Russie, ne compte pas moins des pièces made in Iran genre, propre à mener la vie dure à la flotte aérienne israélienne non seulement dans le ciel syrien mais encore dans le ciel du sud du Liban voire en Israël.

Israël sous le choc ... Nouvelles révélations sur le raid israélien du 7 avril contre Damas...

Austin attendu à Tel-Aviv 

PressTV / French / 10 avr.

Près un mois avant que le missile de Dimona ne perce le « bouclier antimissile israélien » et de ce , de la plus spectaculaire des façons car il l’a fait en traversant pas moins de 12 sites de DCA, entre le ciel du sud de la Syrie, la Jordanie et le ciel du sud d’Israël, une cyberattaque contre une batterie de Dôme de fer à Ashkelon a littéralement fait le froid dans le dos de l’entité. Mais de là à prévoir la cata du 21 avril, c’est un pas que l’entité n’aurait jamais imaginé, même dans ses pires cauchemar à avoir à franchir. Mais d’où est parti le M-600 syrien ?

 L’Iran et ses alliés contrôlent désormais plusieurs corridors clés dans la région. Et tout porte à croire que ces corridors correspondent aux anneaux balistiques créés contre Israël à travers toute la région. Il y a d’abord le corridor situé sur la frontière syro irakienne qui donne un accès totale depuis l’Irak a la Syrie. C’est que les Américains détiennent toujours tant bien que mal la base d’al-Tanf mais en dépit des frappes menées à plusieurs reprises contre les alliés de l’Iran, le corridor est maintenu et s’élargit très rapidement. Ce serait là l’un des sites balistiques anti US/Anti Israël possible.

DCA "intégrée" US "ratatinée" par l'axe de la Résistance ; l'US Air force menacée dans ses bases; l'an I du ciel moyen oriental " souverain"

Le Moyen Orient "élargie" se rétrécit... des milliers de soldats US et Israël "en cage"

PressTV / French / 9 mars

Mais un autre corridor devra inquiéter Tel-Aviv et peut-être plus vivement. Il se situé sur les frontières syro-libanaise et c’est là que le Hezbollah contrôle tout et interagit royalement avec l’armée syrienne et fait corps avec comme si Hezbollah-Armée syrienne n’étaient qu’une seule force indivisible. Or ces deux corridors se complètent et créent une ligne de feu balistiques que des centaines de frappes israélienne de ces dernières années, n’ont réussi à couper. Mais ce qui vient de se produire le 21 avril, jour où l’armée syrienne a tiré son premier missile tactique contre le sud d’Israël va encore plus loin. En effet, ni le corridor syro- irakien, ni le corridor syro- libanais, bien que géo-stratégiquement étant des voies de transit d’armes ne saurait poser un danger immédiat pour Israël. Ce danger immédiat est que l’Etat syrien décide de se servir du plateau du Golan comme d’une base avancée d’attaque balistique contre Israël. Plus d’un indice existe en faveur de l’hypothèse comme quoi le M-600 du 21 avril aurait été tiré depuis le Golan.

Le ciel d'Israël sous les missiles syriens; la donne "aérienne" change ...

PressTV / French / 8 avr.

L’engin d’une portée de 400 kilomètres a parcouru un trajet de plus de 300 km pour atteindre le Neguève, quitte à consacrer le ralliement de la Syrie à l’axe balistique anti Israël. La Syrie est désormais « un Liban plus » pour Israël. Aussi la pire crainte israélienne consiste à voir le Golan devenir un front actif avec des centaines de missiles prêts à tirer. Le Golan est à deux pas de Haïfa, à moins de 200 kms de distance de Tel-Aviv. Même Eilat, le port israélien sur la mer Rouge ne se situe qu’à 500 kms du Golan. Cela veut dire très clairement que l'axe de la Résistance vient de jouer un as... En "balistisant" la Syrie, plus besoin que les Hachd irakiens ou Ansarallah yéménite s'occupe d'Israël... Assad est là et il le fera à leur place à moindre coût. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/03/651805/Syrie-Deraa-Quneitra-Manifestants-arm%C3%A9s-Crise-Isra%C3%ABl

 

PRESIDENTIELLE SYRIENNE : TROIS DES 51 CANDIDATS POTENTIELS RETENUS

Présidentielle syrienne: trois des 51 candidats potentiels retenus

 Depuis 4 heures  3 mai 2021

Le président Assad en visite de la cité industrielle de Homs

Le président Assad en visite de la cité industrielle de Homs

 Moyent-Orient - Syrie

 

La Cour constitutionnelle syrienne a retenu trois candidats à la magistrature suprême parmi les 51 personnes ayant déposé leur demande. La décision a été prise suite à une procédure de vote au parlement.

Trois candidats -le Président en exercice Bachar el-Assad, l’ex-ministre d’État et député Abdallah Salloum Abdallah et Mahmoud Mareï, représentant de l’opposition- se présenteront à la présidentielle du 26 mai en Syrie, a annoncé le président de la Haute Cour constitutionnelle syrienne Mohammad Jihad al-Laham.

«La Cour constitutionnelle a retenu trois candidats: Abdallah Salloum Abdallah, Bachar Hafez el-Assad et Mahmoud Ahmad Mareï», a indiqué M.al-Laham lors d’une conférence de presse.

Les demandes des autres postulants ont été rejetées comme n’ayant pas rempli toutes les conditions juridiques et constitutionnelles, selon le responsable.

Seuls les postulants ayant recueilli au moins 35 voix de parlementaires ont le droit de figurer sur la liste des candidats, conformément à la Constitution du pays. Les 48 autres postulants ont jusqu’au 7 mai pour faire appel devant la Haute Cour constitutionnelle. La liste définitive des candidats devrait être annoncée le 10 mai.

Un nombre record de postulants dont sept femmes

La présidentielle du 26 mai sera la deuxième à se tenir en Syrie depuis le début de la guerre en 2011. Le nombre de postulants à la magistrature suprême enregistrés cette année par le Conseil du peuple (parlement monocaméral) était un record. Sept femmes figuraient, pour la première fois, parmi les candidats potentiels.

Bachar el-Assad, 55 ans, est donné comme grand favori du scrutin. Il est devenu chef d’État en 2000, après la mort de son père Hafez el-Assad, lui-même à la tête de la Syrie trois décennies durant. Le 3 juin 2014, Bachar el-Assad a été réélu avec 88% des suffrages.

Le 2 mai, le Président sortant a signé un décret proclamant une «amnistie générale» pour tous les crimes, délits et contraventions commis dans le pays avant cette date.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2057057

LE PRESIDENT SYRIEN BACHAR EL-ASSAD PROCLAME UNE AMNISTIE GENERALE

 

Bachar el-Assad (archive photo)

Le Président syrien proclame une amnistie générale

© Sputnik . Mikhaïl Voskressenski

INTERNATIONAL

15:20 02.05.2021(mis à jour 15:22 02.05.2021)URL courte

Par 

 0 21

S'abonner

À trois semaines de la présidentielle en Syrie, le chef d’État actuel Bachar el-Assad a signé ce dimanche un décret proclamant une amnistie générale pour tous les crimes commis dans le pays avant le 2 mai, à l’exception de contrebande d'armes, trahison, espionnage et terrorisme.

Le Président syrien Bachar el-Assad a signé ce 2 mai un décret instaurant une amnistie générale pour tous les crimes commis avant cette date. D’après le document, les condamnés pour des crimes tels que contrebande d'armes, trahison, espionnage et actes de terrorisme entrainant des victimes humaines, ne seront pas amnistiés.

Détails à suivre...

https://fr.sputniknews.com/international/202105021045547734-le-president-syrien-proclame-une-amnistie-generale/