SYRIE

SYRIE

LE NOUVEL ACCORD MILITAIRE TÉHÉRAN-DAMAS, QUEL MESSAGE POLITIQUE AU TSAR POUTINE?

 

Le nouvel accord militaire Téhéran-Damas, quel message politique à Moscou ?  

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Système de défense antiaérienne iranienne Bavar-3.

Le site de Rai al-Youm a publié une analyse de l'expert syrien Bara Taha au sujet de la position de Moscou vis-à-vis du nouvel accord militaire signé ces derniers jours entre l'Iran et la Syrie. 

Bara Taha rappelle que le 9 juillet, un accord militaire a été signé pour renforcer la coopération sécuritaire et défensive dans différents domaines entre la Syrie et l’Iran, notamment en ce qui concerne le renforcement de la défense antiaérienne de la Syrie.

L’auteur écrit : « Ce nouvel accord n’est pas le premier du genre dans les relations Téhéran-Damas, d’autant plus qu’aujourd’hui l’Iran posséderait 24 bases militaires en Syrie. Mais de nombreuses questions se sont soulevées quant à la position de Moscou par rapport à ce nouvel accord irano-syrien et surtout la date choisie pour son annonce officielle. »

Bara Taha souligne que le système de défense antiaérienne de la Syrie est entièrement russe, c’est-à-dire qu’il ne peut pas être modifié ou développé sans que Damas obtienne l’approbation de Moscou. Cela étant dit, la décision de Téhéran et de Damas d’annoncer la conclusion de leur nouvel accord est-elle porteuse d’un message politique particulier à l’adresse des Russes ?

Bara Taha a ajouté : « Au cours des derniers mois, les attaques israéliennes contre le territoire syrien se sont multipliées parallèlement à la décision du président américain Donald Trump de modifier sa politique régionale au Moyen-Orient en général et dans le dossier syrien en particulier. En ce qui concerne Moscou, les Russes ont observé le silence vis-à-vis des raids israéliens, ce qui pourrait être attribué aux préoccupations de la Russie soucieuse de ne pas affecter ses relations avec Tel-Aviv. Mais cela met Moscou dans une situation inconfortable devant ses alliés syriens et iraniens. »

DCA syro-iranienne : la Syrie pourra abattre des avions israéliens en Israël ?

DCA syro-iranienne : la Syrie pourra abattre des avions israéliens en Israël ?

Les médias estiment que l’accord militaire irano-syrien serait également un avertissement à l’adresse d’Israël, notamment parce qu’il a été divulgué que l’Iran fournira à la Syrie des systèmes de défense aérienne avancés : des Bavar-373 et des Khordad-3.

Deuxièmement, la Syrie subit actuellement de fortes pressions économiques et militaires de la part de l’Occident et du régime israélien. Ces derniers souhaitent pouvoir changer la position de Damas dans trois domaines : le dialogue avec l’opposition syrienne, la rupture des relations avec l’Iran et le Hezbollah libanais, le règlement des différends avec Israël.

En troisième lieu, ce que la Syrie a réalisé avec le soutien de l’Iran et de la Russie n’aurait pas été possible sans l’intégration des ligues militaires et politiques russes et iraniennes permettant aux Syriens de reprendre le contrôle de la majeure partie de leur territoire.

Quatrièmement, l’Iran offre à Damas une grande marge de manœuvre et plus d’options et face aux pressions occidentales.

Bara Taha conclut : « Ce qui amène les Russes et les Iraniens en Syrie ce sont les facteurs de rapprochement entre Moscou et Téhéran. Cela a été prouvé clairement pendant ces dix dernières années. Il n’est pas certain que les agressions israéliennes contre la Syrie cesseront complètement, mais il est certain que ce nouvel accord irano-syrien sera le début d’un changement des règles du jeu entre Tel-Aviv et la Résistance. »

undefined

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/15/629668/russie-iran-syrie-missile-bavar-373-isra%C3%ABl-Hezbollah


 

LE CIEL "ISRAÉLIEN" SOUS LE FEU SYRIEN

 

DCA syro-iranienne : la Syrie pourra abattre des avions israéliens en Israël ?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le F-16 israélien abattu par la DCA syrienne, février 2018. ©Times of Israel

Ce pacte stratégique que l'Iran a signé il y a très exactement une semaine avec Syrie, la Résistante, et qui prévoit entre autres clauses, le déploiement d'une DCA solide dans l'est de la Syrie a déjà poussé le chef du CentCom à se rendre en tournée au Moyen-Orient pour voir dans quelle mesure il est possible de contrer les batteries de missiles iraniens qui à l'heure qu'il est, se trouvent bien braqués sur le ciel syrien, libanais et même jordanien et ce, à l'affût des chasseurs d'Israël.

DCA de la Résistance: l'heure de vérité sonne pour Israël

DCA de la Résistance: l'heure de vérité sonne pour Israël

L’accord militaire conclu entre l’Iran et la Syrie constitue une nouvelle force de dissuasion face aux sanctions, à l’embargo et aux attaques contre le sol syrien.

D'aucuns estiment que les éléments de cette DCA pourraient, s'ils sont déployés à Quneïtra, faire aussi de l'espace aérien israélien une véritable passoire. D'où cette information qui vient de tomber sur les telex qui affirment que le 200e convoi militaire américain ayant débarqué ce mardi 14 juillet en Syrie et ce, en provenance d'Irak continent des armes électroniques, soit de quoi "brouiller les batteries de DCA iraniennes". C'est déjà un aveu d'échec puisqu'une Armée de l'air israélienne qui prétend avoir mené des centaines de missions en Syrie dont certaines contre les S-400 russes et qui se vante d'avoir réussi à mettre au pas la DCA made in Russia de l'armée syrienne ne devrait avoir peur de Khordad-3 ou de Bavar 373. 

Un nouveau convoi militaire et logistique américain est donc arrivé ce mardi, 14 juillet, à Hassaké dans le nord-est du pays sous escorte des mercenaires US dits FDS avec à son bord des radars et des systèmes de guerre électronique. Où a débarqué le convoi? Dans la région de Ghouiran avec sa méga prison qui accueille des milliers de terroristes de Daech et que l'Amérique trafique vers l'Irak, la Libye, et au besoin en Afghanistan. Une prison qui a compté ces derniers mois des centaines d'opérations héliportées visant à déplacer les supplétifs tachistes de l'US Army dans la région.

Un convoi militaire américain visé par un missile?

Un convoi militaire américain visé par un missile?

Des éléments de FDS ont aussitôt occupé ce quartier ou futur site radar et ont pris le contrôle de plusieurs bâtiments gouvernementaux qui s'y trouvent. Désormais, les habitants de Hassaké qui font régulièrement part du survol des hélicoptères américains dans le ciel de Ghouiran, auront à s'en inquiéter davantage.

Mais ce dispositif suffit-il à bloquer la DCA iranienne et sauver la peau des pilotes sionistes? Les Israéliens n'en sont pas sûr : à preuve, le 13 juillet, l’armée de l’Air israélienne a ouvert une nouvelle unité, l’objectif étant de rassembler toutes ses "unités de forces spéciales sous un même toit". "La nouvelle 7ème branche aérienne des Forces spéciales inclura l’unité d’élite de recherche et de secours 669; l’unité commando Shaldag; l’Unité d’atterrissage frontal qui construit des pistes d’atterrissage n’importe où derrière les lignes ennemies; une unité consacrée au renseignement et une école de formation des forces spéciales. La raison officielle? "Rationaliser toutes ces unités agissant trop séparément. La vraie raison? Faire face au bouclier aérien anti-Israël que l'Iran vient déployer en Syrie".

En effet, la signature de l’accord militaire Téhéran-Damas est bien sûr un message direct à Israël, Damas étant maintenant prête à riposter toute nouvelle attaque et violation de sa souveraineté. 

« Or cette riposte se présente désormais comme une anti-Loi César. La Syrie n'a pas à s’inquiéter de la Loi César, tant qu'elle a à ses portes Israël, entité sans profondeur stratégique qui pourrait servir de levier de pression anti-US, anti-Occident. Un premier F-16 israélien chassé, les Etats-Unis comprendront que le temps de leur omnipotence en Irak et au Levant est révolu », a noté un expert avant d'affirmer que la gamme de la DCA iranienne à avoir été remis à la Syrie ne compte que Bavar-373 ou  Khordad-3, tueur de Global Hawk. « En Syrie, l'Iran qui s'apprête à surmonter dès octobre 2020 l'embargo sur la livraison de ses armements aux pays alliés, compte embellir chacun des fabrications d'un attribut en rapport avec leurs exploits anti-israéliens ou antiaméricains ».

PressTV

PressTV

Et l'expert d'ajouter : « Il y a par exemple le système de défense aérienne « Mersad », l'équivalent iranien de Hawk US avec en plus, un système de guerre électronique numérique,un radar avancé à base de technologie à semi-conducteurs, de meilleurs capacités de détection et d’interception des cibles ainsi que le système de contrôle des tirs dans la construction de la version iranienne de ce système. Les Radars de ce système – Kashef, Hafez et Jouya – ont été conçus sur le modèle américain et via la rétro-ingénierie mais comme toujours l'Iran y a mis son grain de sel. Le radar « Kavosh » est à lui seul capable d'intercepter des cibles d'une section transversale de 0,5 mètre carré à une distance de 150 km et de se verrouiller sur la cible à une distance de 80 km. La puissance de destruction maximale du radar est évaluée à environ 45 km. Et ce n'est pas tout : Mersad a un deuxième radar pour suivre des cibles à basse altitude.

Et puis il y a un troisième radar « Hadi », version iranienne de MPQ-46, capable de diriger le missile vers la cible. « Hadi » rend la DCA Mersad, capable de faire face simultanément à deux cibles. Et avec quel type de missiles les chasseurs israéliens seront chassés? Les missiles Shalamcheh et Shâhin, soit deux missiles améliorés en termes de systèmes de guidage et de navigation, d'utilisation des antennes et de capacité électronique; Quant à l'épreuve, Mersad l'a déjà fait. Le matin du 7 novembre 2019, un drone "étranger" été intercepté à Mahchahr au sud de l'Iran. Décidément avec les pièces de la DCA iranienne, l'armée de l'air israélienne devra s'unir ses sections. il se peut que les chasseurs israéliens n'aient plus beaucoup de latitude désormais non pas seulement dans le ciel libanais irakien ou jordanien mais encore dans le ciel d'Israël.  

«Les États-Unis entraînent et équipent les terroristes contre l’Iran»

«Les États-Unis entraînent et équipent les terroristes contre l’Iran»

Les Américains sont, selon le commandant de la force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), bien conscients que toute agression contre l’Iran sera suivie d’une réponse du même niveau.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/15/629646/Syrie-les-USA-preparent-la-guerre


 

SYRIE : CAPTURE D'OFFICIERS AMÉRICAINS

Les forces russes capturent les agents américains

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des convois militaires arborant des drapeaux américains et russes près de la ville syrienne de Qamishli. ©AP

 

Des espions travaillant pour les services de renseignements américains ont été arrêtés près des bases militaires russes en Syrie alors qu’ils collectaient des informations secrètes, a rapporté Avia.pro.

Selon le site proche du renseignement militaire russe, les forces russes et syriennes ont arrêté des espions militaires américains parmi la population locale. « Il s’agit des membres du groupe Maghaweir Al-Thawrah, formés directement par des militaires et des officiers américains », a-t-il précisé ajoutant que le groupe était connu pour la collecte des données confidentielles sur les installations militaires russes en Syrie. Probablement dans le but d’attaques ultérieures, a-t-il souligné.

Lire aussi: Un avion espion repéré près des bases russes en Syrie

Avia.pro cite l’un des espions arrêtés qui dit lors de son interrogatoire : « Nous sommes membres de l’organisation “Maghaweir Al-Thawrah”. Notre groupe était composé de huit personnes : sept combattants et un guide. Nous faisions la contrebande de drogues. Nous avons été envoyés pour terminer une mission dans la province de Raqqa, dans la ville d’al-Mansoura. Nous avons dû obtenir des informations sur les objectifs russes, iraniens et syriens. »

Lire aussi: Un avion-espion US vole près d’une base russe en Syrie

« Les installations militaires spécifiques en question ne sont pas connues, mais il a été signalé précédemment que des bases militaires russes sont effectivement situées dans la zone indiquée, empêchant ainsi les troupes américaines de s’approcher du centre et de l’ouest de la Syrie », a-t-il ajouté.

Lattaquié : un Poséidon P-8A américain se serait approché de Hmeimim

Lattaquié : un Poséidon P-8A américain se serait approché de Hmeimim

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/14/629606/espions-am%C3%A9ricains-arr%C3%AAt%C3%A9s-pr%C3%A8s-des-bases-militaires-russes-en-Syrie


 

ONU : DOUBLE VETO RUSSE ET CHINOIS AU MAINTIEN EN L'ETAT DE L'AIDE TRANSFRONTALIÈRE EN SYRIE. LE SECOND VETO DE CES DEUX PAYS EN TROIS JOURS

ONU: veto russe et chinois au maintien en l’état de l’aide transfrontalière en Syrie (diplomates)

ONU: veto russe et chinois au maintien en l’état de l’aide transfrontalière en Syrie (diplomates)

folder_openSyrie access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AFP

La Russie et la Chine ont mis vendredi leur veto à une résolution germano-belge prévoyant le maintien en l'état de l'aide humanitaire transfrontalière en Syrie, qu'elles veulent réduire contre l'avis des autres membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon des diplomates, le projet de texte de l'Allemagne et de la Belgique a obtenu 13 voix sur 15 en sa faveur mais a été rejeté suite au double veto de Moscou et Pékin, le deuxième utilisé par ces deux pays en trois jours.

Le dispositif transfrontalier de l'ONU, qui permet d'acheminer de l'aide à la population syrienne sans l'aval de Damas, existe depuis 2014. Il vient à expiration vendredi soir.

Il s'agit du 16e veto russe et du 10e veto chinois sur un texte lié à la Syrie depuis le déclenchement de la guerre en 2011.

Mardi, la Russie et la Chine avaient mis un premier veto à un projet de l'Allemagne et de la Belgique renouvelant pour un an l'autorisation de l'ONU, en maintenant dans le nord-ouest ses deux points d'entrée actuels à la frontière turque: à Bab al-Salam, menant à la région d'Alep, et à Bab al-Hawa, desservant la région insurgée d'Idleb où vivent près de quatre millions de Syriens.

https://www.french.alahednews.com.lb/35863/309


 

PERSPECTIVES DE L'ACCORD MILITAIRE CONCLU ENTRE L'IRAN ET LA SYRIE

Perspectives de l’accord militaire conclu entre l’Iran et la Syrie : connecter la DCA iranienne à la DCA syrienne

 Depuis 2 heures  11 juillet 2020

dca_iranienne-jpg1

dca_iranienne-jpg1

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

L’accord conclu entre l’Iran et la Syrie le mercredi 8 juillet dernier est un tournant non seulement dans les relations entre les deux pays, mais aussi pour la conjoncture qui règne actuellement au Moyen-Orient.

C’est « un pacte qui touche l’ensemble de l’axe de la Résistance », l’a fort judicieusement fait remarquer la conseillère du président syrien, Bouthayna Chaaban.

Il pourrait redistribuer les cartes en faveur de cet axe s’il apporte avec lui une évolution cruciale: introduire les systèmes antiaériens iraniens pour protéger le ciel syrien.

Lors de signature de l’accord à Damas avec son homologue syrien, le général de brigade Mohammad Baqeri, chef d’état-major des Forces armées iraniennes a assuré que son pays compte renforcer les systèmes de défense antiaérienne de la Syrie, dans le cadre du développement des coopérations militaires entre les deux pays

Seraient donc investis, selon Press Tv, le Khordad-3 ou le Bavar-373, les deux éléments de la DCA iranienne les plus connus qui font partie du réseau de Défense aérienne intégré lequel surveille 24 heures sur 24 le ciel iranien. Auxquels s’ajoutent les dizaines de types de missiles, de radars, de dispositifs de brouillage électronique et électromagnétique.

«  Or, ce réseau pourrait désormais se connecter à la bulle de la DCA syrienne avec évidemment une focalisation spéciale à l’est de la Syrie, à Deir Ezzor», prévoit Press TV.

C’est dans cette région syrienne que culmine le conflit, avec la présence des bases américaines illégales et celles de leurs supplétifs des FDS. C’est aussi dans cette zone et du côté irakien que se trouvent les repaires des différentes factions de l’axe de la résistance qui contrôlent surtout le passage frontalier avec l’Irak, AlbouKamal-Qaëm que les Américains veulent à tout prix s’accaparer.
Et c’est de l’autre côté de la frontière de cette région-là que se situe, côté irakien, la province d’Al-Anbar où est installée la base américaine d’Aïn al-Assad.
Sans oublier que cette région syrienne est la plus riche en hydrocarbures !

L’introduction de cette DCA dans le système de défense du ciel syrien permettra surtout d’endiguer les raids israéliens aériens. Mêmes ceux lancés depuis le ciel libanais. A savoir que les antiaériens russes, notamment les S-300 déployés depuis 2018 se sont limités à assurer la protection des bases russes.

Selon le site américain The National Interest, l’entrée en action de la DCA iranienne dans le paysage syrien soutiendra irrémédiablement « la montée en puissance de l’action offensive de la Syrie, de l’Iran et du Hezbollah et leurs alliés irakiens contre Israël ».
« C’est un moment fort délicat : l’Iran est sur le point de baliser le terrain à une vaste confrontation avec Israël. Outre ces batteries de DCA dont il réclame désormais le déploiement et qui représentent, vu leur performance, un réel obstacle aux tirs de missiles de précision à distance de l’aviation israélienne, les Iraniens semblent travailler dur pour parfaire de possibles plans d’attaque au drones et aux missiles de croisière simultanés contre Israël comme celle qui a été menée par Ansarullah contre l’Arabie saoudite en 2019. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un plan par étapes qui avance lentement, mais sûrement » a écrit le média en ligne, selon Press TV.

Certains observateurs estiment que l’hypothèse d’un ciel syrien jouant le rôle de pièce de jonction entre le ciel libanais et le ciel irakien et potentiellement « connectable » à la DCA iranienne n’est pas impensable. Surtout que l’Iran a fait son entrée dans le club des pays capables de fabriquer, d’explorer et de développer les satellites militaires. Le satellite Nour-1 continue depuis son orbite basse de transmettre des images tournées au-dessus d’Israël ou encore des bases américaines en Irak, en Syrie et dans les pays de la région.

http://french.almanar.com.lb/1810822


 

SYRIE : LE "TUEUR" DES F-35 ADIR ARRIVE!

Quelle composante de la DCA made in Iran sera envoyée en Syrie pour barricader le ciel syrien contre Israël?

Thu Jul 9, 2020 12:57PM

Un F-16 israélien abattu en Syrie en 2016.(Archives)

Un F-16 israélien abattu en Syrie en 2016.(Archives)

Mercredi 8 juillet, les sources iraniennes ont fait état de la signature d'un nouvel accord militaire et sécuritaire entre l'Iran et la Syrie qui n'a cessé depuis de provoquer moult analyses. L'une des clauses de cet accord vise à "renforcer la DCA syrienne", qui a tenu bon face à des centaines de frappes israéliennes mais qui au regard d'une complexification des méthodes employées par l'agresseur, demande à être optimisée. Alors que l'Amérique de Trump fait tout pour proroger l'embargo sur la vente d'arme à l'Iran à son expiration en octobre, la Syrie devient par son alliance indéfectible avec l'Iran et l'axe de la Résistance, le théâtre d'un réel face-à-face : arme de la Résistance contre arme de l'Empire. Une chose est sûre : les éléments de la DCA made in Iran qui iront renforcer le ciel de l'est, voire du centre et de l'ouest syrien ont déjà fait leur preuve, l'US Air Force s'étant heurtée à leur pleine puissance, en été 2019 quand un Global Hawk US s'est aventuré dans le ciel iranien.

Khordad-3 monté sur un destroyer iranien

Khordad-3 monté sur un destroyer iranien

La Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique a publié des images montrant l’installation du système de défense antiaérienne Khordad-3 sur un navire.

Israël use d'attaque électromagnétique, de leurre électronique, de missiles de croisières sans pour autant oser s'infiltrer réellement dans le ciel syrien. Souvent, Israël a été tenté par une infiltration tout en ayant leurré au préalable les radars de la DCA syrienne. Une fois la DCA made in Iran sur place, saura-il refaire le coup? Khordad-3 est l'une des pièces de la DCA made in Iran qui pourrait prendre de court Tel-Aviv. Le défi est de taille. Khordad-3 est une DCA propre à opérer dans un champ de guerre électronique puisqu'il a de quoi déjouer les missiles de croisière ou drones et avions agissant à distance. Mais comment? 

Le système de défense aérienne Khordad-3 développé par l'Iran a réussi à détecter et à abattre le drone de reconnaissance américain, RQ-4 Global Hawk, en juin 2019.©Reuters

"Il est doté d'un système électro-optique, ce qui en a renforcé la capacité non seulement pour déjouer des attaques électroniques, mais aussi pour mieux intercepter des appareils furtifs ennemis. On sait à quel point Israël a abusé de l’usage des armes de précision à distance pour réduire à néant la DCA syrienne et dans ses toutes dernières agressions, même Pantsir, TOR et Buk qui composent le gros de la DCA syrienne ont été pris pour cible des assauts électromagnétique, dit un expert. 

L'Iran sort ses cyber-destroyers!

L'Iran sort ses cyber-destroyers!

Le champ d’action de la marine iranienne en matière de guerre électronique s’élargit.

"En effet, des avions de guerre électroniques ou des drones sont engagés à créer de fausses cibles sur le radar de la DCA et quand le système de défense commence à tirer, des chasseurs, dotés des armes de précision de distance le localisent et l'interceptent avant de le détruire. Or pour faire face à cette tactique, le système Khordad-3 utilise simultanément deux systèmes, radar et dispositif électro-optique. En principe, il est très difficile voire impossible de perturber les systèmes électro-optiques d'où la vertu de Khordad-3. 

Les systèmes électro-optiques sont non détectables, au contraire des radars, ce qui les rend moins vulnérables aux ondes électromagnétique. Leur combinaison avec un système radar permettra à la DCA de continuer à opérer même en dépit d'une forte attaque électromagnétique. 

Lire plus: Un an après la destruction du MQ-4C US par l'Iran, MQ-4C "iranien" refait surface....

Les systèmes de défense Raad-2, le système d'artillerie Seraj et le système de défense Herz-9 sont des exemples d'équipement des systèmes de défense iraniens à se classer dans cette catégorie. Il s'agit donc d'autant de prototypes qui pourraient intéresser l'armée syrienne. Mais Khordad-3 est aussi doté d’antenne réseau à commande de phase. Il est donc en mesure de détecter et d’intercepter d’une manière passive ses cibles. C'est presque une forme de furtivité. Cela signifie que ce système peut détecter des cibles puis verrouiller des images dessus sans émettre d'ondes électromagnétiques et échapper de la sorte à l'interception enemie. Et à l'inverse, cette fonctionnalité signifie que l'ennemi est surveillé et même frappé sans en être alerté au préalable. Être passif rend également presque impossible toute tentative de brouillage. 

Un chasseur comme un F-16 utilise divers systèmes pour dévier le missile qui est tiré en sa direction, mais il est presque impuissant face aux missiles qui sont tirés sur lui à l'aide d'une DCA dotée de systèmes électro-optiques. Surtout si comme c'est le cas de Khordad-3, le système est également équipé de caméras thermique et de vision nocturne. Ce qui rend la DCA capable de poursuivre sa mission même dans la nuit et même dans des conditions météorologiques défavorables. Alors le pari est lancé : Khordad-3 contre les missiles de croisière israéliens, les drones voire même des avions furtifs. Les bluffeurs israéliens évoquent de plus en plus des missions des "F-35" au-dessus de la Syrie. 

Guerre électronique: le CGRI répond

Guerre électronique: le CGRI répond

Le CGRI a dévoilé ce samedi deux nouveaux acquis scientifiques pour la promotion des systèmes de défense électronique du pays.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/09/629247/Guerre-lectronique--la-suprmatie-iranienne


 

"ISRAËL" : LE TONNERRE IRANIEN EN SYRIE !

L'Iran ouvre le front aérien syrien contre Israël et les Etats-Unis

Thu Jul 9, 2020 6:58AM

Le système de DCA à longue portée iranienne en Syrie. (Illustration)

00:0003:03HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Le système de DCA Là longue portée iranienne en Syrie. (Illustration)

Simultanément à l'annonce de la visite parfaitement surprise à Damas de la plus haute instance militaire iranienne après le commandant en chef, le général Mohammad Baqeri, le Pentagone s'est placé en état d'alerte au Levant : le chef du Centcom s'est précipité au Liban à la rencontre du président libanais Michel Aoun tandis que le commandant en chef de la coalition dite anti-Daech en Syrie et en Irak a débarqué à al-Tanf inspecter les troupes US qui viennent de subir une spectaculaire opération commando de l'armée syrienne et de la Résistance, laquelle opération a coûté la vie à des agents américains de Maghawir al-Thora que le Pentagone finance, forme et entraîne à al-Tanf avant de les envoyer à Homs tuer les militaires syriens.

Syrie: la DCA iranienne débarque !

Syrie: la DCA iranienne débarque !

L'Iran va renforcer la DCA syrienne, dans le cadre d'un nouvel accord militaire bilatéral.

La panique s'est ensuite emparée d’Israël dont l'armée a été mise en état d’alerte le long des frontières avec le Liban. L'Iran a-t-il décidé de riposter l'incident de Natanz, qu'Israël revendique sans le revendiquer, d'abord et avant tout en Syrie? C'est la question qui se pose depuis ce jeudi et en toute acuité à la presse israélienne qui lit et relit le texte du communiqué publié en plus du nouvel accord militaire et sécuritaire que le chef de l'état major iranien, le général Baqeri vient de signer avec le ministre syrien de la Défense, Ali Ayoub : le communiqué est d'une clarté parfaite.

Outre d'avoir porté une nouvelle fois au grand jour la ferme détermination de l'Iran à se tenir aux côtés de la Syrie non seulement pour y expurger les toutes dernières traces du terrorisme mais aussi afin de briser la Loi César, il comporte deux avertissements: d'abord à la Turquie à qui il conseille de mettre fin à l'occupation du Nord syrien et règle ses soucis sécuritaires par dialogue, faisant dire aux analystes qu'une offensive armée irano-syrienne pourrait avoir lieu très prochainement contre la présence militaire turque et ce, en dépit des accords Moscou-Ankara. Puis ce deuxième avertissement et de loin le plus important qui s'adresse, sur fond de l'annonce publique de la livraison des systèmes de DCA iranienne à la Syrie, aux Etats-Unis et à Israël : "la présence américaine n'est pas souhaitée par les peuples et les Etats de la région et la réponse iranienne à cette présence se poursuivra". 

Natanz: la réponse de l’Iran sera surprenante

Natanz: la réponse de l’Iran sera surprenante

L’armée israélienne a reçu l’ordre de se mettre en état d’alerte sur fond du récent incident au centrale nucléaire de Natanz.

Pour Roi Kais, analyste militaire de la chaîne israélienne Kan News, "le très important accord militaire qui vient d'être signé entre Damas et Téhéran et ce, dans un contexte ultra sensible, concerne directement Israël" : « C'est d'abord une réponse à la campagne de guerre dans la guerre israélienne qui dit ceci : l'Iran reste et restera en Syrie et les frappes israéliennes ne changeront rien à la donne. Vient ensuite cette volonté claire de Téhéran d'ouvrir le front aérien syrien contre Israël, ce que laisse entendre le déploiement des batteries de missiles antimissiles iraniens en Syrie. Au fait, les S-300 russes n'ayant pas satisfait l'Etat syrien, c'est vers l'Iran que ce dernier s'est tourné, ce qui tombe à point nommé pour Téhéran qui semble avoir placé dans le ciel syrien le premier élément de sa riposte à l'incident de Natanz qui certes n'a pas été revendiqué par les officiels mais on a tout fait pour que Téhéran nous soupçonne. Rappelons aussi que l'annonce de la signature de l'accord intervient a peine quelques heures après le lancement d'une satellite de reconnaissance israélienne que Tel-Aviv a très clairement annoncé être destiné à espionner l'Iran ».

Syrie: et l'Amérique saigne ...

Syrie: et l'Amérique saigne ...

Une base aérienne US avec les Patriot à Deir ez-Zor? Proie facile pour les missiles de la Résistance.

Et le chroniqueur d'ajouter: « Visiblement l'Iran veut et peut frapper l'aviation israélienne depuis la Syrie et les Russes qui autorisent depuis quelques temps les vols militaires iraniens dans leur base aérienne de Hmeimim, n'ont rien contre. La Syrie a-t-elle demandé à l'Iran d'intégrer son ciel au système de DCA intégré iranien comme dans le temps avait promis de faire la Russie? C'est inquiétant aussi puisque tout action aérienne israélienne pourrait, dans ce cas, être détecté en Iran. Et puis il y a tous les systèmes de DCA que l'Iran a dévoilés et qui n'ont pas mal fonctionné. Le ciel de l'Ouest syrien est déjà bloqué sur nos avions, le ciel de l'est de la Syrie connaîtra le même sort? On se rappelle du fait que les Houthis yéménites soutenus par l'Iran ont réussi non seulement à abattre des drones et des avions de reconnaissance de la coalition mais aussi des chasseurs comme des F-15 et des Tornado et ce, à la faveur des missiles sol-air de fabrication iranienne ». 

Coup russe:

Coup russe

 

Et le chroniqueur de conclure : « C'est un tournant bien préoccupant : cet accord dont les détails ne sont pas dévoilés étend la présence iranienne dans le secteur militaire et sécuritaire. Puis c'est un document officiel qui officialise cette présence, ce qui est un gros échec pour les efforts d’Israël. Même la Turquie y voit une menace tout comme Israël. Une chose est sûre : notre campagne de guerre dans la guerre vient de connaître un premier obstacle ». 

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/09/629225/DCA-iranienne-attend-les-chasseurs-dIsral


 

SYRIE : APPEL A LA RESISTANCE DES TRIBUS ARABES SYRIENNES CONTRE LES OCCUPATIONS ILLÉGALES US ET TURQUE

Les tribus arabes de Syrie appellent à la résistance contre l’occupation américaine et turque : Ne dansez pas avec les loups

 Depuis 8 heures  7 juillet 2020

manif_tartab-jpg1

manif_tartab-jpg1

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

Les tribus arabes de la province de Hassaké dans le nord-est syrien multiplient leurs mouvements de protestation hostiles à l’occupation américaine et turque dans leur pays et ont appelé à la résistance.

tribus_syrieLe lundi 6 juillet, leurs notables et élites se sont rencontrés dans la ville de Qamichli, sous le slogan « Rassemblement pour une Syrie unifiée ».  Selon l’agence syrienne Sana, ils ont accusé dans un communiqué conjoint les Etats-Unis « de soutenir les projets séparationistes qui déforment les réalités dans la région et sèment des zizanies entre ses habitants ».

Dans leur texte, ils ont réclamé le départ des troupes américaines et turques et ont fait part de leur rejet de la loi César, qui est entrée en vigueur à la mi-juillet.

Ils ont menacé de lancer un mouvement de résistance si leurs revendications ne sont pas réalisées et ont mis l’accent sur l’importance de « la résistance populaire contre les deux occupants américain et turc pour nettoyer le sol syrien ».

Cette rencontre est intervenue au moment où les troupes américaines construisent  une nouvelle base militaire avec un aérodrome dans la région Yaarabiyat dans la province de Hassaké.

Le lundi 6 juillet, des renforts militaires et logistiques à bord de 27 camions ont été vus rentrer en Syrie en provenance de l’Irak, à travers le passage illegal Al-Walid. Selon Sana, ce sont des milliers de camions transportant des armements et des equipements militaires qui sont entrés dans la région de Jazirat.

« Ce qui vous attend dans la Jazirat syrienne est pire encore. Faites attention à ce que vous faites. Et méfiez-vous de la danse avec les loups », a averti le communiqué des tribus. Insistant sur la nécessité de promouvoir le dialogue inter kurde et le dialogue syro-syrien en vue d’accomplir la réconciliation globale qui puisse mettre un terme à la guerre en Syrie.

Avertissement aux FDS

Le communiqué s’est aussi adressé aux milices kurdes syriennes de Forces démocratiques syriennes (FDS) les mettant en garde de collaborer avec le projet américain « qui veut assiéger notre peuple et entraver le règlement politique et la reconstruction du pays »

Evoquant l’existence d’une « alliance américano-turque qui menace tous les fils de la Syrie, veut occuper davantage de terres et piller les ressources stratégiques », le communiqué des tribus arabes a averti ces groupuscules des FDS. « En restant en dehors du rang national vous incombe une responsabilité historique et morale si un pouce du sol syrien est perdu ».

« Il faut cesser vos violations de la paix civile et arrïter de recruter es fils de la région par la contrainte pour les obliger a protéger l’occupation américaine », ont aussi insisté les tribus.

Interrogé par al-Mayadeen, l’organisateur de la rencontre tribale et l’un des cheikhs du clan Tay , Basmane Assaf a expliqué ses objectifs : « cette rencontre a été organisée selon les normes de l’unité et de la souveraineté de la Syrie, en tant que terre et peuple ».
« Les tribus et les clans sont unis et refusent la présence américaine et turque sur le sol syrien, ainsi que contre tous les projets qui menacent l’unité et la souveraineté de la Syrie  et ils rejettent la loi César », a-t-il ajouté.

Assaf a conclu que les tribus soutiennent le dialogue entre les Syriens et la nécessité d’aller à Damas pour résoudre les problèmes de la région.

Le président du conseil des tribus et clan syriens cheikh Mizar al-Mousallat a pour sa part souligné que les tribus sont hostiles aux exactions des Américaines et Turcs qui « pillent les richesses du peuple syrien, coupent l’eau aux civils et empêchent l’acheminement du blé aux centres étatiques ».
« Les tribus vont résister à toute force occupante jusqu’à ce qu’elle quitte le pays », a-t-il lui aussi averti.

Une manifestation à Tartab

manif_tartabLe jour même de la rencontre des tribus a eu lieu une manifestation dans le village Tartab, dans la province de Qamichli.
Les participants y ont arboré des pancartes qui réclament le départ des Américains et des Turcs et scandé des slogans contre les sanctions américaines contre leur pays.

« Les habitants refusent toute présence américaine illégitime sur le sol syrien et demandent aux Américains et aux Turcs de quitter le pays », a indiqué Ibrahim Chibli, un habitant du village en question.
« Les Américains pillent les ressources du pays, le pétrole, le blé, ils veulent affamer le peuple syrien avec leur loi César. Les gens vont résister aux sanctions. Ils triompheront avec l’armée », a-t-il ajouté lors d’un entretien avec le site d’al-Mayadeen Tv.

manif_tartab-jpg1-jpg00Même position de la part d’une autre habitante du village, Oum Ahmad.
« Le peuple syrien va combattre les Américains et les chasser du sol syrien tôt ou tard », a-t-elle affirmé.

Le 2 juillet dernier, une patrouille américaine comprenant plusieurs véhicules a fait l’objet d’une attaque aux engins piégés dans la région al-Bassirah à l’est de la province de Deir Ezzor, a rapporté l’agence syrienne officielle Sana.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1806774


 

L’ARMÉE SYRIENNE ATTAQUE AL-TANF

La Résistance passe à l’acte, les supplétifs US ciblés

Tue Jul 7, 2020 5:11PM

Les troupes de l'armée syrienne avancent vers les zones contrôlées par les terroristes dans le nord de la province d'Alep, le 12 février 2020. ©AFP/Photo à titre d'illustration

Les troupes de l'armée syrienne avancent vers les zones contrôlées par les terroristes dans le nord de la province d'Alep, le 12 février 2020. ©AFP/Photo à titre d'illustration

D’intenses affrontements ont eu lieu, ce mardi 7 juillet, entre les troupes syriennes et les supplétifs des États-Unis qui étaient partis de la base militaire d’al-Tanf.

En Syrie, l’armée a attaqué le fief d’un groupe de terroristes qui s’étaient infiltrés dans une localité au nord-ouest de la ville d’al-Soukhna, à Homs, en provenance de la base américaine d’al-Tanf.

Lors de cette attaque de l’armée syrienne, trois terroristes ont été abattus et trois autres blessés. Une importante quantité d’armes et d’équipements militaires ont été également saisis par les forces syriennes.

En avril, un groupe d’individus armés, qui avaient reçu des formations militaires chez les forces américaines déployées dans la base d’al-Tanf, non loin du camp de réfugiés de Rukban, ont quitté la base américaine dans l’objectif de se rendre à l’armée syrienne, mais ils ont été attaqués par le groupe Maghaweir al-Thawrah, soutenu par les États-Unis. À l’issue des affrontements entre ces deux parties, 27 individus armés ont finalement réussi à atteindre une position de l’armée à Palmyre où ils se sont rendus aux troupes syriennes.

Syrie: Coup anti-US Qaani/Poutine?

Syrie: Coup anti-US Qaani/Poutine?

Sur fond d'une montée en puissance des attaques antiaméricaines à Hassaké, à Deir ez-Zor, l'Iran et la Russie procèdent à une importante reconfiguration de force sur la rive est.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/07/629113/Syrie-Tanf-forces-americaines-base-militaire-terroristes


 

SYRIE : UN SU-57 RUSSE CHASSE UN F-35 AMÉRICAIN

Syrie: un Su-57 russe chasse un F-35 américain

Mon Jul 6, 2020 3:42PM

Des avions Su-57 russes. ©Flickr

Des avions Su-57 russes. ©Flickr

Le chasseur russe de cinquième génération Su-57 a réussi un important test en Syrie face à un chasseur furtif américain de type F-35.

Selon un rapport, publié le 6 juillet par Avia-Pro, un Su-57 russe a récemment décollé de la base aérienne de Hmeimim et a réussi à s'approcher d’un F-35 américain à Deir ez-Zor avant que l'avion américain ne puisse se cacher dans l'espace aérien de l'Irak voisin.

Les Su-57 russes ne manquent pas la moindre occasion pour faire une démonstration de force face aux F-35 américains.

Les appareils américains ont récemment commencé à apparaître de plus en plus dans le ciel de la Syrie.

Syrie: le F-35 US chassé par le Su-57?

Syrie: le F-35 US chassé par le Su-57?

"Une DCA syro-russe intégrée manque de demande à être complétée par un élément iranien"

Le F-35 compte des centaines de manquements dont 13 jugés critiques, selon le dernier rapport des tests opérationnels et des évaluations menées par le Pentagone.

Ces problèmes concernent notamment la cyber-sécurité et les logiciels. L’installation d’un nouvel ensemble de logiciels a entraîné des conséquences imprévues sur d’autres aspects. Certains défauts concernent aussi l’armement et notamment le canon 25 mm. Pour une Amérique et un Israël qui ont tout misé sur le F-35 et surtout se sont bien joués de son image, c'est une ahurissante nouvelle.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/06/629031/Syrie-Russie-Su57-F35-avion-Hmeimim