SYRIE

SYRIE

Dans SYRIE

BANLIEUE EST D’ALEP : DEUX ENFANTS MARTYRS DANS L’EXPLOSION D’UNE MINE ABANDONNEE PAR LES TERRORISTES

Par Le 15/08/2021

Deux enfants martyrs dans l’explosion d’une mine abandonnée par les terroristes dans la localité de Khafseh dans la banlieue d’Alep

15/08/2021

Alep-SANA/Deux enfants sont tombés en martyr, à la suite de l’explosion d’une mine terrestre abandonnée par les terroristes dans la localité de Khafseh dans la banlieue est d’Alep.

Le correspondant de SANA à Alep a fait savoir qu’alors que deux enfants gardaient les moutons dans le village d’al-Salma, appartenant à la localité de Khafseh dans la banlieue est d’Alep, une mine abandonnée par les réseaux terroristes avait explosé. Les deux enfants sont tombés en martyr à la suite de cette explosion.

L.S./ D.Hmaiché.

http://www.sana.sy/fr/?p=233980&fbclid=IwAR0EH7P6VQusce_wYMK6ycmVZJA_Mn4q0t5rREv5zaNlQ_SUPYI-REOUfpo

Dans SYRIE

NOUVEL ACTE DE PILLAGE AMERICAIN DE PETROLE SYRIEN

Par Le 14/08/2021

Nouvel acte de pillage américain de pétrole syrien

 Depuis 6 heures  14 août 2021

pillage_petrole_syrien

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

Rédaction du site

Le pillage du pétrole syrien par les forces américaines qui occupent le nord-est syrien aux côtés de milices kurdes des FDS se poursuit sans répit.

Selon l’agence syrienne Sana, citant des sources locales, les forces d’occupation américaines ont été vus en train de sortir un convoi comptant entre autres une trentaine de camions citernes remplis de pétrole syrien en direction du territoire irakien en traversant le poste-frontière illégal d’al-Walid.

Selon Sana, ces 30 camions citernes faisaient partie d’un convoi formé de 80 véhicules dont des camions couverts et des blindés américains.

L’agence syrienne n’a pas précisé depuis quel gisement le pétrole a été pillé.

Les forces d’occupation américaines ont établi une douzaine de bases illégitimes dans le nord-est syrien, dont certaines sur les champs de pétrole al-Omar et Koniko, dans la province de Deir Ezzor. Elles les contrôlent de concert avec les milices kurdes des Forces démocratiques syriennes qui sont devenues les collaborateurs des Etats-Unis depuis que ces derniers sont intervenus en Syrie pour combattre Daech. Après avoir été vaincu, Daech semble ressuscité de nouveau et les Etats-Unis sont accusés d’avoir contribué à leur résurrection afin de justifier leur présence dans cette région syrienne. Elles sont accusées de transférer des prisonniers daechistes depuis les prisons tenues par la milice kurde vers leurs bases dont celle d’al-Tanf.

Récemment, il est question selon Sana d’une mutinerie dans l’une de ces prisons, située dans le Lycée industriel contrôlé par les FDS .

Toujours à Deir Ezzor, les forces d’occupation américaines ont enlevé un citoyen syrien dans une descente aérienne sur le village Mhaymidat au cours de laquelle elles ont aussi entièrement détruit sa maison et l’ont emmené vers une destination inconnue.

Source: Agences

https://french.almanar.com.lb/2128744

Dans SYRIE

SYRIE/LATTAQUIE : EXPLOSION SUIVIE D'UN INCENDIE SUR UN PORTE-CONTENEUR VIDE

Par Le 10/08/2021

 

Un porte-conteneurs vide ciblé par une explosion

Tuesday, 10 August 2021 6:33 PM  [ Last Update: Tuesday, 10 August 2021 8:22 PM ]

 30 

Le port maritime de Lattaquié en Syrie. © SPUTNIK

Le 10 août, une explosion s'est produite sur un navire commercial amarré dans le port syrien de Lattaquié. En conséquence, un incendie s'est déclaré à bord.

Les équipes de secours syriennes vient de signaler que l'incendie avait été éteint. Au moment de l'incident, le navire était vide, mais plusieurs membres d'équipage ont été légèrement blessés à cause du feu et de la fumée à bord. Selon les données préliminaires, deux travailleurs portuaires ont été blessés. Des dégâts matériels considérables ont également été signalés.

Selon SANA, « l'incendie du navire s'est produit lors de travaux de réparation. Selon le directeur général du port maritime de Lattaquié, le navire n'a pas été chargé et est arrivé au port pour des réparations. Les blessés ont été intoxiqués au monoxyde de carbone et ont été hospitalisés ». Est-ce la riposte tant attendue d'Israël à l'attaque dont a été la cible le 29 juillet Mercer Street en mer d'Oman ? Si c'est le cas il s'agit d'un dégonflage monumental : attaquer un navire vide accosté alors que Lattaquié se trouve à peine à quelques kilomètres de Haïfa cela est loin des promesses de riposte sanguinaire faites ces derniers jours à la fois par Tel-Aviv, Washington et Londres. De quoi a eu peur Israël ?

D'un remake de mai vu que les pertes et dégâts infligés par la Palestine à sa partie occupée commencent peu à peu à être médiatisés. 

Dôme de fer chasse drone israélien!

Dôme de fer chasse drone israélien!

La grave incapacité des systèmes de défense aérienne israéliens à contrer les missiles et les roquettes de la Résistance palestinienne a provoqué la panique au sein du régime sioniste.

le journal sioniste Haaretz a écrit dans son numéro de dimanche que l'armée du régime sioniste avait délibérément caché les détails de la destruction liées aux attaques aux missiles et aux roquettes palestiniens contre les colonies sionistes pendant l'opération Épée de Qods, « parce qu'Israël a très peur des conséquences de ce genre de publication et qu'il y a une crainte que la publication de ces détails ne se débouche sur une panique collective au sein des colonies déjà vidées de leur population depuis le mois de mai ». Quelques révélations toutefois : 

Selon Haaretz « l'armée du régime sioniste n'a délibérément pas annoncé le fait que les missiles balistiques de la Résistance ont pu pénétrer les abris en béton. Le 12 mai 2021, l'armée sioniste, après s'être rendue dans une maison de la ville de Sdérot, touchée par un missile, a refusé de signaler la mort d'un colon pour cause de ce même engin pénétrant et le colon se trouvait justement dans l'abri.

L'armée israélienne a menti décrivant  l'incident comme le résultat des éclats de roquettes ayant pénétré via les fenêtres de sécurité de l'abri, et causé la mort d'« Eido Avigal ». Mais, pendant ce temps, l'armée sioniste a affirmé avoir informé les dirigeants des colonies sionistes autour de Gaza qu'un autre missile avait pénétré dans l'abri bunkérisé d'une maison. Au fait la bonne version est celle ci : les missiles de Gaza percent les abris en béton ! 

Dans le même temps, l'armée du régime sioniste a caché un incident similaire qui a eu lieu le même jour, lié toujours à l'infiltration d'un missile dans un autre abri où 3 colons sionistes ont été tués. 

Israël: J+5 de l'implosion

Israël: J+5 de l'implosion

Le Hamas a confirmé avoir utilisé le missile Ayyash-250 pour frapper l’aéroport de Ramon dans l’extrême sud d’Israël.

Or le nombre de cas de missiles de la Résistance et de leurs fragments infiltrant les abris est important et montre que la Résistance a acquis la capacité d'utiliser les nouvelles technologies pour percer via ses missiles dans des abris ultra-protégés et les détruire.

Gaza a-t-il acquis des missiles anti-bunkers ? Mais pourquoi le refus de le médiatiser ? 

Haaretz dit : « Cette question n'est pas annoncée par les sionistes car d'une part c'est une reconnaissance de la nouvelle capacité acquise par la Résistance en Palestine et d'autre part elle provoquera la panique publique parmi les sionistes vivant dans les territoires occupés. Les abris que les sionistes ont établis dans toutes les colonies sont le point de confiance de tous les Sionistes vivant dans les territoires occupés. Or, avec cette nouvelle capacité, cette confiance s'érodera avec de très lourdes conséquences pour le régime sioniste. »

Israël/Syrie: la donne change !

Israël/Syrie: la donne change !

L’armée israélienne a reconnu aujourd’hui l’échec de sa DCA à intercepter le missile tiré depuis le territoire syrien…

Mais la bataille de mai n'est qu'un de multiples risques auxquels fait face l'armée sioniste.

Alors que le cabinet israélien tente de créer de nouveaux fronts de guerre aux frontières des territoires occupés, la discorde au sein du cabinet israélien représente un coup de semonce pour Bennett.

Deux représentants arabes du cabinet de coalition israélien ont menacé de renverser le cabinet, si le Premier ministre mettait en exécution ses menaces contre la bande de Gaza ou le Liban.

Ghaida Rinawie Zoabi et Mazen Ghnaim, deux membres du cabinet du régime sioniste, ont menacé de renverser le cabinet.

Pire que le missile de Gaza?

Pire que le missile de Gaza?

La pire crainte des colons c'est bien la crainte d'une attaque massive de toute part

Interrogé sur l’éventuelle décision du Premier ministre israélien de riposter à des tirs de roquettes depuis le Liban ou des ballons incendiaires depuis Gaza, Zoabi, membre du parti Mertez a répondu : « Le Premier ministre sait que si Israël entre en guerre, il tombera parce que Meretz et la liste commune des partis arabes ne seront pas d'accord avec lui. »

On ne les a pas interrogés au moins publiquement sur une éventuelle escalade navale avec l'Iran mais vu la riposte qu'Israël semble avoir donnée à l'attaque visant Mercer Street, leur réponse serait claire : Israël se dégonfle.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/10/664146/-Syrie--Lattaqui%C3%A9--un-cargo-frapp%C3%A9-

Dans SYRIE

SYRIE : LE CALME AVANT LA TEMPETE ?

Par Le 08/08/2021

 

La tempête balistique balaiera bientôt des troupes US en Syrie orientale?

Sunday, 08 August 2021 6:40 PM  [ Last Update: Sunday, 08 August 2021 8:20 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Syrie : attaque massive contre les FDS (Photo à titre d’illustration)

Le calme avant la grande tempête ? Samedi les agences syriennes ont fait part du transfert héliporté des dizaines de chefs terroristes daechistes du camp d'al-Hol à  la base américaine d'al Shaddadeh à Hassaké dans le but patent de multiplier les infiltrations terroristes à la fois vers Deir ez-Zor et Homs d'une part et al-Anbar en Irak de l'autre. Mais c'était sans compter avec une Résistance est-syrienne décidée à expulser les Yankee. Ce dimanche, des sources syriennes ont fait part d'attaques contre des troupes US et leur bouclier kurde dit FDS. 

Selon l’agence de presse syrienne SANA, des sources syriennes ont déclaré que les attaques contre les milices affiliées aux États-Unis se poursuivaient dans le nord de la Syrie et que ce samedi 7 août, deux membres armés de ces milices avaient été blessés sur la route reliant Tell Hamis à Tell Brak à la périphérie de Hassaké.

« Des groupes populaires en tirant contre la voiture transportant des membres des FDS sur la route Tell Hamis-Tell Brak, ont grièvement blessé un commandant du groupe et son compagnon. »

SANA a rapporté que les attaques contre les militants soutenus par les États-Unis se poursuivaient en réponse à leurs actions répressives contre les habitants du nord de la Syrie, notamment à Hassaké.

Ces militants ont enlevé de nombreux jeunes syriens les forçant à combattre à leurs côtés ; ce qui suscite la colère des habitants.

Syrie: le virage

Syrie: le virage

Et si les S-300 et S-400 en Syrie servaient de paravent à un réseau "balistique" iranien anti US/anti OTAN/anti Israël ?

Ces attaques multipliées par trois depuis la première semaine de juillet marquée par cinq attaques ciblant les bases US à Deir ez-Zor commencent à fragiliser la présence US. Ces derniers jours, diverses déclarations ont été publiées par des partis kurdes en Syrie, prédisant toutes un retrait imminent des États-Unis de la Syrie. FDS, elles, interprètent ces propos d'une manière différente et estiment  que les États-Unis n'ont aucun plan de retrait pour quitter le nord et l'est du pays. Après avoir subi et de plein fouet la quintuple frappe du début de juillet puis tenté sans succès de réprimer les tribus arabes, les Américains en sont désormais à chercher à soudoyer les tribus à créer des milices arabes et à les placer en face des forces syriennes. Le Pentagone projette de former une force parallèle aux FDS et de jouer la carte de guerre inter-syrienne, ce qui pourrait lui offrir une marge de sécurité et partant une caution de maintien de troupe.

Le journal libanais Al-Akhbar écrit :  la déclaration conjointe américano-irakienne sur la « fin de la mission de combat » des forces de la coalition internationale dirigée par Washington en Irak, ainsi que la poursuite des « missions » dites « consultatives » dans ce pays, soulevaient des questions sur l'avenir de la présence américaine en Syrie.

Lire aussi : Un RQ-4 US intercepté, abattu dans le ciel d'Alep

Dans ce cadre, des sources médiatiques américaines ont déclaré que Washington cherchait à maintenir 900 soldats en Syrie ; ce qui renforce les doutes sur le retrait des forces américaines de l’Irak. La présence du commandant en chef  des Forces de la coalition internationale en Syrie et en Irak à la réunion annuelle des conseils militaires affiliés aux FDS à Hassaké, et son insistance à continuer à soutenir ces forces, augmente les doutes sur le retrait américain de la Syrie.

Or depuis 2016 date a laquelle les USA bombardaient a coup de phosphore blanc les village de Hassake et de Deir ez-Zor les tribus ont juré de les mettre à la porte fut-ce au prix du « sang coulé de nos jeunes ». En Syrie orientale assiste-t-on les flammes couvent-ils sous les cendres? Le journal électronique Al-Monitor en croit savoir quelque chose. Dans un rapport du 2 août il dit que les alliés pro-Résistance de Damas seraient sur le point de former un réseaux souterrain de stock de missiles en Syrie est et centre.

« La brigade Fatemiyoun et le mouvement Al-Nujaba d’Irak ont commencé à relier leur siège et leurs postes et leurs dépôts de munitions et ceci avec la contribution effective des tribus. il s'agit de renforcer la protection des quartiers généraux et des entrepôts et à éviter les frappes aériennes américaines. Et s'offrir surtout des capacités d'attaques balistiques. Des systèmes de DCA auraient également été déployés », dit Al-Monitor.

Le colonel Fayez al-Asmar, un expert stratégique basé en Turquie qui fournit des analyses militaires à un certain nombre de journaux locaux et arabes, a déclaré à Al-Monitor : « des réseaux souterrains sont utilisés pour cacher à la surveillance aérienne des bases de missiles. Au fait tout ressemble aux préparatifs d'une longue bataille anti-US 

Car ces réseaux souterrains atteignent les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes à l'est de l'Euphrate. Ils sont destinés à ouvrir la voie à une attaque au sol et à une menace contre la présence américaine à la suite des frappes aériennes. »

Les prochaines semaines seront lourdes en attaques US et peut-être même en attaques balistiques anti-US.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/08/663987/Syrie-attaque-massive-contre-FDS

Dans SYRIE

SYRIE : US AIR FORCE RATATINEE

Par Le 04/08/2021

Un RQ-4 US intercepté, abattu

Wednesday, 04 August 2021 5:14 PM  [ Last Update: Wednesday, 04 August 2021 5:14 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drone RQ-4 Global Hawk de l'armée de l'air des États-Unis. (Archives)

Ce drone MQ-4 que l'Iran a abattu en 2019 par DCA Khordad-3 interposée au-dessus du golfe Persique ; il était bien temps que la Syrie en fasse autant... A Alep, Buk M2E vient d'en chasser un sous les yeux ahuris des Américains dont Patriot et C-Ram ne cessent d'aller d'échec en échec face à Ababil-3 ou Arash-4 iraniens. 

Cette opération a été menée sur ordre direct du président syrien Bachar al-Assad. Des sources ont ajouté que cette opération a entraîné la suspension du mouvement de tous les avions militaires américains dans l'espace aérien syrien.

Le mouvement des avions américains s’effectue généralement en coordination avec le commandement militaire russe présent en Syrie. Quant à l’aéroport d’où a décollé ce drone, il s'agit d’une base aérienne militaire dans la région d’Azraq (nord de la Jordanie), qui est le centre de lancement de toutes sortes d’opérations aériennes américaines dans la région,(espionnage, transport...).

Syrie : les USA ....frappés !

Syrie : les USA ....frappés !

Les USA fuient en Jordanie, croyant pouvoir là créer une arrière-base contre la Résistance

Par ailleurs, le site South Front rapporte que les positions des FDS ont été attaquées à Deir ez-Zor probablement par une cellule de Daech.

Des blessés ont été signalés parmi les éléments des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis, à la suite d’une attaque contre l’un de leurs quartiers généraux dans la banlieue de Deir Ezzor.

Un certain nombre de membres des FDS ont été blessés lors d’une attaque par des hommes armés inconnus contre l’un de leurs quartiers généraux militaires dans la ville d’Abou Hamam.

Des individus armés non identifiés dans trois camionnettes ont ouvert un feu nourri sur la position des FDS située près de la station d’eau de la ville.

USA: la Jordanie perfidement minée!

USA: la Jordanie perfidement minée!

La Jordanie risque de payer très cher son « Deal » avec l’axe USA-Israël.

À la suite de cette attaque, de violents affrontements ont éclaté entre les deux parties, se terminant par le retrait des assaillants après avoir lancé une bombe sur le siège des FDS.

Cette bombe a blessé quatre éléments des SDF et a détruit une partie de leur quartier général, tandis que les assaillants se sont retirés sans faire de victimes.

L’affiliation exacte des assaillants qui ont mené l’attaque est inconnue, cependant, les FDS pointent du doigt les cellules actives de Daech.

Quelques minutes après l'attaque, les FDS ont fait venir des renforts militaires qui ont encerclé la ville et fermé toutes ses sorties, tout en effectuant également des raids sur plusieurs maisons de la ville à la recherche des auteurs de l’attaque sans pouvoir les capturer.

Syrie: 1er F-35  Adir abattu!

Syrie: 1er F-35 Adir abattu!

La Résistance hyper-active sa DCA en Syrie orientale.

Le quartier général et les patrouilles des FDS sont exposés presque quotidiennement à des attaques, ce qui reflète leur grand échec à contrôler la situation sécuritaire dans les zones sous leur contrôle.

Cela est particulièrement vrai dans la banlieue orientale de Deir es-Zor, où une proportion la plus élevée d’attaques contre les positions des FDS a lieu presque quotidiennement.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/04/663737/Un-drone-espion-am%C3%A9ricain-RQ-4-abattu-en-Syrie

Dans SYRIE

LE PARTI COMMUNISTE SYRIEN REJETTE L’INGERENCE DES ETATS-UNIS A CUBA

Par Le 04/08/2021

3 Août 2021


  
Le parti communiste syrien rejette l'ingérence des États-Unis à Cuba

Damas, 3 août 2021 - Le Parti communiste unifié de Syrie a rejeté, dans une déclaration publiée mardi, les tentatives d'ingérence dans les affaires intérieures de Cuba et de déstabilisation de la nation caribéenne.

Nous ratifions notre entière solidarité avec le Parti communiste de Cuba face aux vils complots ourdis par l'administration américaine et ses agents et organes de renseignement pour déstabiliser la situation à Cuba, indique le communiqué portant la signature du Bureau politique de l'organisation.

Elle a dénoncé les tentatives des administrations américaines successives de conspirer contre les gouvernements qui rejettent l'hégémonie américaine et défendent leur souveraineté et les droits de leurs peuples.

Ce n'est pas nouveau, ce qui exige plus de solidarité et de coopération entre toutes les forces de libération nationale pour renforcer l'unité face aux défis, remarque le texte.

La Syrie a réaffirmé, par le biais de déclarations publiées par son Parlement, son ministère des Affaires étrangères et sa Fédération des travailleurs, sa ferme condamnation du blocus imposé à Cuba et des tentatives des États-Unis de déstabiliser la nation caribéenne, et a estimé que les puissances impérialistes tentent d'appliquer la même sale recette qu'elles ont d'abord utilisée contre la Syrie.

(Cubaminrex)

source : https://www.minrex.gob.cu/es/partido-comunista-de-siria-rechaza-injerencia-de-eeuu-en-cuba

Tag(s) : #Syrie#Communiste#Cuba

Dans SYRIE

LA SYRIE FRAPPE LES USA

Par Le 04/08/2021

Base US à al-Omar à nouveau frappée; la 1ère semaine d'août ressemblera à la première semaine de juillet?

Tuesday, 03 August 2021 1:41 PM  [ Last Update: Tuesday, 03 August 2021 8:42 PM ]

 30 

À Deraa, les USA tentent en effet d'éviter le naufrage : depuis que le dernier raid israélo-américain depuis le ciel d'al-Tanf le 26 juillet où se trouve plus un milliers de forces spéciale US à guider, Patriot, radars, autres munitions à l'appui, les pas tâtonnant d'une entité sioniste dont les capacités aériennes, les seules qui soient encore représentables, a tourné au fiasco, l'Amérique fait tout pour que cet épouvantail désormais en totale phase de dégonflage ne perde pas au moins le tout de son vrai faux superbe. Car tout effondrement signifie a peu près la fin de l'emprise US sur le Moyen-Orient. Déjà que les USA ont les mains ligotées en Irak et que la Syrie devient un Irak bis pour leurs troupes US!  Au fait, si le  duo Biden-Austin a décidé de retirer ses forces d'Afghanistan, de fermer ses méga bases au Qatar, de mettre les verrou sur quelques unes de leurs petites bases au Koweït,  où la Résistance irakienne a déjà mené plusieurs opérations anti US avec en toile de fond la mort des soldats américains un peu comme au Qatar où l'un des hauts commandants de l'US Air force a trouvé la mort assez récemment dans un hôtel de Doha, c'est qu'il y a quelque chose de très mauvais qui s'est produit de façon irréversible en Asie de l'ouest et qui a épuisé non seulement la toute puissance militaire US mais encore celle de son rejeton sioniste.

Syrie: 1er F-35 Adir abattu!

Syrie: 1er F-35 Adir abattu!

Dans les heures à venir il se pourrait qu'il y ait un double électrochoc anti-US/anti-Israël en Syrie. Comment? Selon des sources syriennes citées par Sout...

 À peine quatre jours après la frappe "aéronavale" contre un cargo-base logistiques israélien en plein mer d'Oman que l'axe US/Israël/GB tentent sans preuve à attribuer à l'Iran tout en poussant l'OTAN à en faire autant sans que celle-ci ose aller plus loin que le stade de condamnation verbale, la trêve US/Résistance vient d'être rompue : selon des sources syriennes, parallèlement à l'armée syrienne qui mène une opération-éclair contre les noyaux des agents takfiristes d'Israël à Soueïda, à Deraa, des roquettes ont été tirées dans la nuit de lundi à mardi contre les positions des forces US à al-Omar. Évidemment les médias évoquent le ciblage des repaires des FDS mais vu que le mois de juillet a commencé par cinq attaque aux missiles et aux drones contre les champs pétroliers du nord de Deir ez-Zor où les Yankee maintiennent illégalement leurs positions, ce double tir de roquette pourrait signifier beaucoup de choses : une nouvelle escalade anti US sur la rive est de l'Euphrate pour les heures ou les jours à venir d'autant que les sources russes parlent du déploiement des radars made in Iran à al-Mayadin, haut lieu de la Résistance sur les frontières syro-irakiennes, et qu'un tel déploiement de radar qui pourrait supposer qu'une offensive balistiques d'envergure se prépare simultanément à une prévention défensive.

USA: la Jordanie perfidement minée!

USA: la Jordanie perfidement minée!

La Jordanie risque de payer très cher son « Deal » avec l’axe USA-Israël.

Au fait la première semaine de juillet a été marquée par une tempête balistique et dronesque sans précédent qui a poussé, une fois le choc dépassé, les troupes américains à lancer des raids héliportés contre les villages limitrophes d'al Omar et de Conoco puis face à l'impossible tâche qu'a été la répression des tribus de l'Est syrien, procéder à la ruse et tenter de soudoyer les jeunes des tribus de Hassaké et de Qamishli moyennant de grosses salaires façon de contrer par les syriens la Résistance syrienne. La mayonnaise n'a pas pris et ne prendra pas. 

Les unités de radars qui viennent de s'installer à Deir ez- Zor et qui pourraient compter pas de modèle particulièrement efficace en termes d'interception, comme le Radar Qadir avec une antenne réseau à commande de phase 3D, équipé d’une antenne Yagi ayant 512 branches, d'une couverture horizontale de 1100 kilomètres et verticale de 300 kilomètres et fonctionnant sur les bandes VHF, HF et UHF avec la capacité de détecter les cibles lointaines et les aéronefs qui présentent une SER faible comme les F-35 pré annonce une longue et cruciale bataille en Syrie orientale. 

En effet, le retrait US en Jordanie en provenance du nord de l'Asie de l’ouest, à savoir du golfe Persique, de l'Afghanistan et même de l'Irak où le Pentagone n'a plus ni la possibilité de lancer des frappes terrestres, ni celle de se mettre à l'abri des drones, des roquettes et des bombes improvisés ni même avoir recours à des frappes aériennes comme en 2019 et 2020 vise avant tout à créer un front de combat aussi loin que possible des capacités balistiques de la Résistance. Quelques 14 bases militaires viennent d'accueillir ou se trouvent sur le point d'accueillir presque 65% des quelque 70 000 militaires américains déployés dans la région et ce depuis juin 2021 leurs redéploiement, quitte à  faire de la Jordanie une base de projection grandeur nature. 

Syrie : le Karrar frappe les USA!

Syrie : le Karrar frappe les USA!

Michael Knights du Washington Institute for Near East Studies qui donne régulièrement conseils et recommandations à Biden est un marrant. Pourquoi ?

Quel est l'objectif? Outre de se maintenir évidemment aussi loin que possible de la ligne de tir des missiles de la Résistance, les quels missiles peuvent couvrir la région du golfe Persique, de l’Ouest irakien et de l’Est syrien, cette présence payée cache et à raison de plus 800 millions de dollars par an à verser sur le compte du roi Abdallah II de Jordanie cherche à offrir aux Américains la possibilité d'agir et de réagir sur une superficie équivalant à 75% de toute la région de l’Asie de l’Ouest, étant donné l’emplacement des bases aériennes jordaniennes se trouvent en plein milieu de la région. Les Américains veulent aussi, parasites qu'ils sont, profiter des forces, armement et équipements militaires de la Jordanie qui a une armée et une force spéciale bien formées et entraînée.Il s'agit on s'en doute de se payer donc des "bases quasi gratis" sans "visibilité" soit rester à l'ombre sans perdre son marge de manœuvre. C'est la leçon de plus de deux ans d'attaques de missiles de drones subies en Irak, attaques qui viennent d'ailleurs de commencer en Syrie orientale.

Syrie : al-Tanf frappée par GAZA !

Syrie : al-Tanf frappée par GAZA !

Ce n’était pas deux roquettes de pacotille à avoir été tirées depuis Wadi Hamoul (sud Liban) contre Israël comme tend à le faire croire depuis 24 heures la...

Une Syrie où la base US à al-Tanf ne répond guère aux besoins d'une occupation prolongée par les temps qui courent. Mais reconfigurant à une cible prioritaire, couper la route stratégique qui relie l'Irak à la Surie et partant l'Iran à la Méditerranées. En d'autres termes des centaines d'avions et de soldats déployés dans le nord de la Jordanie devraient "bouter la Résistance du Levant et pourquoi pas de l'Irak tout en créant un bouclier pour éviter de nouveaux Épée de Qods contre l'entité sioniste. Sauf que les calculs sur les papiers faits au sein des think tanks US/Israël ne répondent que rarement aux réalités du terrain et que cette réalité est en fonction du temps. Le Président Biden qui a offert deux semaines d'accueil royal au roi Abdalleh II croit-il réellement que la Résistance est restée les bras croisés à passer comme les GI's et les marines à manger du  Mcdo et à jouer au loto dans des bases militaires? La démonstration de force de la première semaine de juillet partagée entre les drones qui se sont abattus sur les positions des militaires US/France/GB à al Omar et les missiles tactiques visant  le champ gazier Conoco ont prouvé qu'il existe effectivement un plan de "désaméricanisatioin" par étape commencé en Irak et qui va vers la Syrie en passant via le Sud-Liban et le Sud syrien vers Israël. Cette dynamique a demandé des décennies de préparation et ce ne seront ni les F-15 ni les F-22 ni les F-18  positionnés en Jordanie qui pourront l'arrêter.

USA frappés en Syrie: feu vert russe?

USA frappés en Syrie: feu vert russe?

Après l'attaque au missile de la Résistance contre la base des États-Unis à al-Omar, des signes se multiplient laissant prévoir le départ des militaires am...

Certains observateurs argueraient qu'en Syrie orientale l'accord russo-américain pourrait présenter un obstacle; mais face à l'irréversible marche de l'histoire, Poutine a fini par lâcher Israël, lui annonçant sa guerre dans le ciel syrien. Il ne tardera pas à en faire autant face à l'Amérique maintenant que le gros du travail de désaméricanisation du Moyen-Orient est fait par la Résistance.

 

 À propos, Avia.pro nous apprend : 

"Un avion russe inconnu a été abattu près d'Alep: Des sources militaires syriennes ont publié des séquences vidéo uniques d'un avion russe inconnu abattu dans l'ouest de la province syrienne d'Alep. Plusieurs sources affirment qu'il s'agit d'un avion, tandis que d'autres sources rapportent qu'un véhicule aérien sans pilote a été abattu. Sur les images vidéo présentées, vous pouvez voir le site du crash de l'avion abattu. À en juger par l'apparence de l'épave et la zone de leur propagation, on parle toujours d'un véhicule aérien sans pilote qui pourrait effectuer des ajustements aux frappes sur les positions des djihadistes turcs. Il est allégué que le drone a été abattu depuis des MANPADS, alors qu'il existe des preuves qu'il s'agit d'une réponse à un véhicule aérien sans pilote turc inconnu abattu la veille dans la même zone."... Ce sera une goutte qui fera déborder la vase? 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/03/663620/Le-Hamas,-gagnant-de-la-cyber-guerre-(Isra%C3%ABl)

Dans SYRIE

LA RESISTANCE ACTIVE SA DCA EN SYRIE ORIENTALE

Par Le 02/08/2021

La Résistance hyper-active sa DCA en Syrie orientale

Monday, 02 August 2021 8:49 AM  [ Last Update: Monday, 02 August 2021 9:24 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Résistance hyper-active sa DCA en Syrie orientale. (Illustration)

Dans les heures à venir il se pourrait qu'il y ait un double électrochoc anti-US/anti-Israël en Syrie. Comment? Selon des sources syriennes citées par SouthFront, un déploiement massif de DCA de la Résistance vient d'avoir lieu dans l'ouest de l'Euphrate non loin des positions tenues à Al-Mayadin .

Avec la démonstration de force anti-aérienne russe de la fin juillet précédée de cinq frappes balistiques anti-US à Connoco et à Al-Omar c'est un radical front balistique et anti-aérien qui émerge là et qui n'est sans rapport avec la volonté de l'axe de la Résistance, Syrie comprise, à ligoter US/Israël en Syrie orientale. Avia.pro écrit : "Après une série d'attaques répétées des États-Unis et d'Israël contre les sites militaires en Syrie, on a appris que l'Iran vient de déployer des systèmes de défense aérienne dans la partie orientale syrienne."

À l'heure actuelle, on sait qu'on parle au moins du déploiement de plusieurs radars (selon la source, on parle de radars russes), qui permettront à l'Iran et à ses puissants alliés de recevoir des informations au moins dans un rayon de 200 kilomètres. C'est le clash aérien qui se prépare entre avion israélien/missiles intercepteur iranien avec en toile de fond  des crashs de F-16 en vue . De plus, selon toutes les mêmes sources, on parle d'au moins un radar capable de détecter des cibles volant à basse altitude et "furtif", ce qui fait que le F-35 Adir pourrait risquer sa peau.."

Syrie : le Karrar frappe les USA!

Syrie : le Karrar frappe les USA!

Michael Knights du Washington Institute for Near East Studies qui donne régulièrement conseils et recommandations à Biden est un marrant. Pourquoi ?

Et d'ajouter : 
"Des informations à cet égard sont également confirmées par des sources militaires israéliennes, ce qui a provoqué la panique car les choses se compliquent considérablement pour les frappes israéliennes et américaines sur le territoire syrien."
"Des experts militaires iraniens ont surveillé l'installation du radar, l'ont également réglé et lancé dans la région. Il convient de noter que la région est stratégiquement importante car elle surplombe les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (Kurdes) et partant les USA. Le moindre raid anti-Iran pourrait être soldé par des déluges de feu balistique suivi des tirs de DCA Iran-Russie privant l'aviation sioniste et US/OTAN de toute initiative. Les 900 soldats US à Deir ez-Zor servent de facto de proie aux forces pro-iraniennes et au CGRI qui est entré directement en scène, c'est le premier face-à-face Israël-US/ Iran...

Israël, le S-300 tirera cette fois!

Israël, le S-300 tirera cette fois!

Moscou prêt à faire descendre des F-16 israéliens au moindre agissement

De quel type de missile intercepteur s'agit il? Bavar 373 peut identifier 300 cibles à une distance de 350 km. Au chapitre d’interception, le Bavar iranien parvient à intercepter 60 cibles sur une distance de 250 km contre 12 cibles à une distance inférieure à 200 km pour le S-300. Puis il y a cette autre caractéristique qui n’existe ni chez le S-300 ni chez le Patriot, puisque le système iranien vise 9 cibles simultanément contre 6 cibles dans le système russe et une seule cible dans le système américain.

 

Signe des temps la Jordanie qui abrite des milliers de soldats US venus récemment du Qatar vient de fermer ses frontières. Deraa ayant une situation tendue. En raison des affrontements à Deraa, la Jordanie ferme le poste frontière de Jaber avec la Syrie voisine.

L'agence de presse officielle jordanienne Petra citant un responsable du ministère de l'Intérieur, a indiqué le samedi 31 juillet que le poste appelé Naseeb du côté syrien et Jaber du côté jordanien sera temporairement fermé à la circulation des marchandises et des passagers.

Nassib rouvert : qui a gagné?

Nassib rouvert : qui a gagné?

Comment la réouverture de Nassib profitera-t-elle à la Syrie et à la Jordanie ?

La fermeture intervient "en raison de l'évolution de la situation sécuritaire du côté syrien". Le responsable a ajouté que le passage serait rouvert "si les conditions sont appropriées".

Le gouvernement jordanien a fermé le poste frontière de Jaber le 12 août de l'année dernière, après une augmentation significative du nombre d'infections au Coronavirus. Et jeudi dernier, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, a déclaré que le poste frontière de Jaber (Naseeb) entre le royaume et la Syrie sera rouvert à partir du dimanche.

Al-Faray a déclaré que la décision faisait suite à une visite du 8 juillet du Premier ministre jordanien Bisher al-Khasawneh au poste frontalier de Jaber. Cette fois la perspective d'un clash Israël/Iran s'ajoute aux restrictions sanitaires 

 Israël a déclaré qu'il s'acharnait toujours sur la Syrie. A tort car l’armée syrienne peut faire usage des batteries de missiles S-300 et S-400 pour repousser les raids aériens d’Israël.et puisque l'Iran  est dans le jeu les avions israéliens pourront même être visés dans le ciel d'Israël », ajoute le site.

Deraa : l'autoroute M-5 opérationnelle

Deraa : l'autoroute M-5 opérationnelle

Les réfugiés syriens peuvent renter tranquillement chez eux grace au passage sûr de Nassib.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/02/663546/Syrie-Jordanie-fermeture-des-frontieres

Dans SYRIE

L’ARMEE SYRIENNE EST DETERMINEE A LIBERER DERAA. ULTIMATUM AUX TERRORISTES JUSQU’AU SAMEDI

Par Le 30/07/2021

Syrie: l’armée syrienne déterminée à libérer Deraa. Ultimatum jusqu’au samedi

 Depuis 4 heures  30 juillet 2021

deraa

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

L’armée syrienne a suspendu ce vendredi ses opérations dans la province de Deraa au sud du pays,  après avoir lancé une campagne pour maitriser des groupes armés qui ont violé les termes du nouvel accord de règlement conclu dans cette province.

Depuis l’accord de réconciliation réalisé avec la médiation de la Russie en 2018, et le départ des groupes takiristes terroristes, le centre-ville de Deraa qui était resté sous le contrôle de milices armées est assiégée par les forces gouvernementales. A peine y ont-elles entamé leur entrée le mardi 27 juillet, en vertu du nouvel accord, qu’elles ont été victimes d’une embuscade et ont dû rebrousser chemin.

Selon les clauses de l’accord conclu entre les autorités syriennes et les tribus et notables de la ville de Deraa la semaine passée, les miliciens devraient livrer leurs armes légères et moyennes. En échange de quoi les services de sécurité devraient régler les dossiers de plus de 130 d’entre eux recherchés pour des délits sécuritaires.
Ces dossiers ont été réglés et aucun de ces miliciens n’a été arrêté, ont indiqué des sources locales « mais les miliciens n’ont pas respecté leur part de l’accord et n’ont livré qu’une part infime de leurs armements ».

Ils ont de plus attaqué plusieurs check-points établis par l’armée syrienne, conformément à l’accord qui stipule l’ouverture de l’artère qui mène au centre-ville. Le pilonnage de celui de la place al-Karak a fait des blessés parmi les militaires syriens. Les miliciens ont aussi pilonné les quartiers résidentiels de Deraa via des obus de mortier, tuant deux civils dont un garçon. La faculté de l’hôpital national de la ville qui n’a pas été épargné a subi des dégâts pendant le bombardement.
Les miliciens ont aussi coupé la route internationale reliant la Syrie à la Jordanie

Les notables de la ville de Deraa organisés dans le cadre du Comité central ont fait état de divergences entre eux, indiquant que certains groupes extrémistes refusent de respecter les clauses de l’accord. Ces derniers étaient liés à Daech.

Rétablissant le siège du centre-ville, l’armée syrienne a riposté en bombardant le jeudi 29 juillet les positions des milices armés. Ce vendredi 30 juillet, elle a décidé de suspendre ses opérations militaires dans la ville de Deraa et leur a accordé un ultimatum jusqu’au samedi 31 juillet pour exécuter les revendications de l’Etat syrien.

Depuis, rapporte le journal libanais al-Akhbar, les milices répandent des rumeurs selon lesquelles l’Iran et le Hezbollah voudraient contrôler la ville ou que la quatrième brigade de l’armée qui devrait investir la ville est soutenue par l’Iran .
« Les miliciens voudraient mendier un soutien étranger en arguant que l’Iran veut contrôler la ville de Deraa. C’est une manipulation caduque. Ce n’est que de la désinformation », a affirmé une source au journal libanais.

Une nouvelle rencontre a eu lieu sous la médiation russe entre l’armée syrienne et le Comité central de Deraa, sans toutefois parvenir à une entente.
« On ne peut pas dire que l’accord est totalement terminé. On peut dire qu’il a été suspendu jusqu’à la conclusion d’un nouvel accord les heures ou les jours prochains. Faute de quoi, l’armée optera pour le déclenchement d’une campagne militaire pour contrôler les quartiers de Deraa par la force », a précisé une source gouvernementale pour al-Akhbar.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2119812

Dans SYRIE

Dr BACHAR AL-ASSAD : DE LA NECESSITE DE TIRER LES LECONS DES DIX ANNEES DE GUERRE

Par Le 22/07/2021

De la nécessité de tirer les leçons des dix années de guerre sur la Syrie

Par DR Bachar al-Assad

Mondialisation.ca, 19 juillet 2021

Vidéo / Présidence arabe syrienne [extrait - 16’ à 44’]

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 94   0  2  96

Ce 17 juillet, après avoir passé en revue les Forces armées syriennes, le président Bachar al-Assad réélu à la présidence de la République arabe syrienne au suffrage universel par une très grande majorité du peuple syrien le 26 mai dernier, a prononcé le serment constitutionnel tel qu’il figure dans l’Article 7 de la constitution syrienne : 

« Je jure par Dieu le Tout Puissant de respecter la Constitution du pays, ses lois et son système républicain ; de protéger les intérêts du peuple et ses libertés ; de préserver la souveraineté de la patrie, son indépendance, sa liberté et de défendre l’intégrité de son territoire ; de travailler à la réalisation de la justice sociale et à l’unité de la nation arabe. »

À l’issue de sa prestation du serment devant l’Assemblée du peuple comme le veut l’Article 90 de la constitution, il s’est adressé au peuple syrien par un discours de plus d’une heure. Un discours qui pourrait être divisé en trois grandes parties, la première étant remarquable par son insistance sur la nécessité de tirer les leçons des dix dernières années de guerre sur la Syrie en se concentrant uniquement sur les causes internes ayant mené aussi bien à l’ingérence des ennemis qu’à l’échec de leurs paris. En voici une traduction que nous espérons aussi fidèle que possible. [NdT].

***

 

Mesdames et Messieurs les membres de l’honorable Assemblée du peuple,

À vous tous ici présents, aux soldats de nos vaillantes Forces armées qui forment le bouclier de la nation, aux héros blessés, aux familles des martyrs qui sont la source de l’héroïsme, aux personnalités patriotes qui ont résisté, initié et travaillé à la défense de leur patrie, chacune de sa place, à sa manière et selon ses capacités, parmi lesquelles je citerai particulièrement les instituteurs et les institutrices qui ont donné leur maximum à des générations d’élèves, dont moi-même qui me tiens aujourd’hui devant eux avec respect et déférence. 

À vous tous, à vous cher peuple résistant, j’adresse le salut d’une patrie solide et fière en une époque de déliquescence, d’oppression et de soumission ; le salut d’un peuple qui a protégé sa patrie au prix de son sang et l’a fidèlement portée dans son cœur et en son âme ; le salut d’un peuple qui s’est révélé à la hauteur de sa responsabilité historique lorsqu’il a préservé cette alliance, concrétisant son appartenance à la patrie dans son sens le plus noble et l’unité de la nation de la meilleure des façons. Un peuple qui a prouvé au monde, une fois de plus, que le destin de la Syrie est d’offrir à l’Histoire des épopées dont les pages sont à lire par tous ceux qui veulent bénéficier de leçons sur l’honneur, la fierté, la dignité et la vraie liberté. 

Par votre conscience des faits et votre sens de l’appartenance à la patrie durant la guerre, vous avez prouvé que les peuples vivants, lesquels connaissent leur chemin vers la liberté, ne se lassent pas de le suivre aussi long soit-il et quelle qu’en soit la difficulté. Vous avez prouvé que leur courage et leur détermination à défendre leurs droits ne faiblissent pas, quoi que les colonisateurs aient conçu comme outils d’ensauvagement ou de terrorisme et quel que soit le nombre des mercenaires et des vendus. Votre détermination fut un choc pour les ennemis et une leçon exemplaire pour les traîtres. 

Ils ont voulu le chaos qui brûlerait notre patrie, votre assiduité à la défendre a produit l’antidote invalidant leurs mensonges et sapant leurs objectifs. 

Ils ont voulu une nouvelle partition en complément de celles imposées par leurs ancêtres il y a cent ans, votre union nationale à l’intérieur du pays et à l’étranger a bridé leurs illusions et a tiré le coup de grâce sur leurs projets destinés à semer les discordes confessionnelles et ethniques. 

Une fois encore, vous avez prouvé l’unité de la bataille pour la constitution du pays et la patrie. Et cela en posant la constitution comme priorité ne souffrant d’aucune discussion ou marchandage, parce qu’elle est justement l’intitulé de la patrie et la décision du peuple. 

Et, malgré les conditions difficiles, l’insistance populaire sur la nécessité du respect des échéances constitutionnelles tout au long des semaines précédant les dernières élections [présidentielles] fut le maître mot, aussi bien dans les villes et les villages que pour le citoyen, les familles et les tribus fières de leur appartenance à leur patrie, tout comme nous sommes fiers de lui appartenir. Une insistance qui ne peut être décrite que comme une noblesse nationale et qui ne peut s’expliquer que par une profonde conscience patriote de la signification d’une échéance [constitutionnelle] et de ses implications existentielles quant à la pérennité, l’avenir et la stabilité de la patrie. 

Tout cela n’est pas nouveau pour notre peuple. Ce n’est pas la première fois qu’il témoigne de sa noblesse face à une situation critique, mais la répétition des actions n’implique pas la répétition des résultats, lesquels varient en fonction des circonstances. 

Au début [de la guerre] nos ennemis ont parié sur notre peur du terrorisme et notre désespoir quant à la libération [de notre territoire]. Aujourd’hui, leur pari est de transformer le citoyen syrien en un mercenaire qui vendrait sa patrie et ses valeurs contre une poignée de dollars, soumise à conditions, ou une bouchée de pain trempée dans l’humiliation dont ils nous feraient l’aumône. Un pari sur le temps censé leur permettre, tôt ou tard, d’atteindre leurs objectifs. 

Mais les résultats de ce pari se sont révélés contraires aux règles hypothétiques sur lesquelles ils ont compté. Et ce qui s’est passé ensuite fut un choc non négligeable vu qu’à chaque étape, leurs calculs se sont révélés inexacts : les Syriens de l’intérieur sont de plus en plus déterminés à les défier et ceux qu’ils ont poussés à l’exil, dans le cadre d’un plan censé les exploiter comme carte contre leur patrie, sont devenus un atout en sa faveur quand elle en a eu besoin. 

C’est là un phénomène qui prouve la force de la légitimité accordée par un peuple à son État, quel que soit l’État. Ce fait a ridiculisé les déclarations des responsables occidentaux sur la légitimité de notre État, de notre constitution et de notre patrie, tout comme il a transformé une procédure constitutionnelle en un acte politique ayant déstabilisé les propositions les plus dangereuses et les plus insistantes de nos ennemis depuis les premières semaines de la guerre. 

En effet, ils ont tenté de nous persuader de suspendre la constitution en vigueur dans le but de créer un vide qui mènerait au chaos, par l’intermédiaire de certains traîtres syriens -j’en ai moi-même rencontré quelques-uns dont j’ai entendu les propositions hypocrites- ou de messages transmis par différents médiateurs via plusieurs canaux. Des propositions qui tiennent toujours par le biais de leurs collaborateurs désignés grâce à la participation, la médiation ou la façade turques. Peu importe les médiateurs, l’essentiel est que par le biais de ces propositions, ils tentent d’aboutir à la rédaction d’une constitution qui mettrait la Syrie à la merci des puissances étrangères et transformerait son peuple en esclaves et en bêtes de selle. 

Autant de tentatives qui se sont évaporées du seul fait de votre message populaire disant : « Même si vous parveniez à surmonter tous les obstacles politiques pour atteindre vos objectifs, vous ne pourrez pas passer outre la décision et la volonté du peuple qui l’emportent sur tout le reste  ».

C’est ensemble que nous avons établi notre équation nationale. En effet, nous sommes un peuple riche en diversité, mais homogène par ses fondements ; libre et différent par ses idées et orientations, mais cohérent par sa structure ; compatissant même à l’égard de ses ennemis, mais farouche patriote et féroce défenseur de sa dignité. 

Mesdames et Messieurs,

Cette conscience populaire est notre forteresse. Elle lève le bandeau qui voile notre vision de l’avenir. Elle est le critère qui nous permet de mesurer notre force et notre capacité à défier, affronter et vaincre toutes les difficultés. Grâce à elle nous distinguons entre constantes et variables, entre affirmations réelles et imaginaires, entre collaboration et opposition, entre révolution et terrorisme, entre trahison et patriotisme, entre réforme interne et dépendance à l’étranger, entre conflit et agression, entre guerre civile et guerre existentielle en défense de la patrie. Il n’y a pas de zones grises pour l’ensemble de ces concepts, mais des lignes de séparation d’une grande netteté qui ne pourraient être confondues que par ceux qui ne voient pas loin. 

C’est cette capacité à distinguer entre illusion et réalité, entre miel et poison, qui nous a permis de transformer un événement constitutionnel en une action politique et stratégique porteuse de messages majeurs sur le consensus national, l’homogénéité sociale et la forte adhésion à notre souveraineté et nos droits. C’est elle qui nous a rendus capables de décrypter les plans des ennemis, d’identifier les procédés des agresseurs, de les affronter et d’atténuer leurs nuisances. 

Ces capacités, Mesdames et Messieurs, ne naissent pas du vide ou du néant, mais découlent des constantes et reposent sur des postulats admis par le peuple et d’un ensemble d’axiomes ou évidences. Ce sont les références à partir desquelles nous jugeons les événements. Leur existence unifie les opinions et les jugements sur telle ou telle question, alors que leur absence les disperse et les soumet au bon plaisir et à la compréhension de chacun, de telle sorte que la division remplace le consensus, la contradiction remplace l’harmonie, les gens se dispersent à leur tour et la société s’affaiblit. C’est ce que nous avons clairement constaté au début de la guerre au sein d’une frange de notre société. 

Dans un discours faisant suite à une prestation de serment constitutionnel, nous sommes censés parler du futur. Pourquoi parlons-nous des dix dernières années alors que nous savons tous ce qui s’est passé ? 

Nous le devons, car si nous ne tirons pas les leçons de cette période, nous trainerons tous ses problèmes pendant des années, voire des décennies. Ils s’accumuleront et viendra le jour où ils exploseront d’une manière encore plus destructrice qu’aujourd’hui. 

Certes, nous savons tous ce qui s’est passé au début de la guerre, mais très peu en ont analysé les raisons. Nous nous demandons constamment comment sortir de ce tunnel, autrement dit : comment résoudre le problème ? Or, nous ne pouvons pas résoudre un problème sans analyser ses causes. Nous ne pouvons pas nous tenir devant vous aujourd’hui et parler de la prochaine étape sans avoir analysé les étapes précédentes. Nous ne pouvons pas demander à un responsable de parler de sa vision du futur s’il n’a pas compris le passé. Entrer dans les détails de ce sujet exige bien sûr des semaines, voire des mois, parce qu’il s’agit d’un problème de société. Cette même société qui a surtout engendré des héros, mais qui a aussi engendré des traitres, ce dont nous devons analyser l’émergence même s’il s’agit d’un petit pourcentage. Naturellement, je ne m’étendrai pas là-dessus, mais afin de nous rassurer sur l’avenir, nous ne pouvons pas passer à l’étape suivante sans parler de cette frange de la société dont la vision s’est affaiblie et qui a perdu son équilibre, suite à la perte de ses postulats nationaux. 

C’est ainsi que nous avons eu à voir, à entendre et à lire des distributeurs de certificats gratuits de patriotisme au titre de la divergence des opinions entre patriotes. Ce qui signifie que la destruction des installations et les assassinats de civils, de policiers et de soldats ne sont que de simples opinions et qu’il ne faudrait pas nous en inquiéter. 

D’autres nous ont donné à entendre que le chaos et le sabotage des installations publiques n’étaient qu’une réaction à la violence de l’État. Ce faisant, ils ne se sont pas contentés de mentir vu que l’État n’a pas initié les violences, mais ont justifié les actions des terroristes et ce qui encore plus dangereux, ont fourni le prétexte pour la poursuite de leurs violences. 

Ensuite, il y a eu ceux qui ont adopté le langage des séparatistes et de l’immoralité, convaincus qu’il s’agissait de pratique démocratique et de liberté d’opinion ; ceux qui sont restés neutres en croyant pratiquer la sagesse ; ceux qui ont adopté l’ambiguïté en pensant être astucieux et enfin, ceux qui se sont couchés en parlant d’ouverture. 

Parmi ces derniers, certains avaient de bonnes intentions, mais par leur perte des postulats nationaux ils ont facilité l’infiltration de leur esprit et le contrôle de leur psychisme, ce qui les a égarés. Ils ont alors dévié de leur chemin, puis ont perdu le vrai sens du lien à la patrie et le souci de sa sauvegarde pour les remplacer inconsciemment par des illusions. C’est ainsi qu’ils ont encouragé l’ingérence des ennemis et aidé le terrorisme et le chaos à se répandre. 

Par conséquent, il ne suffit pas de dire que notre problème en Syrie est le terrorisme, ou l’extrémisme ayant conduit au terrorisme, ou le fanatisme ayant conduit à l’extrémisme et au terrorisme, ou l’ignorance ayant conduit aux trois phénomènes précités. Ce sont des aspects du problème, c’est vrai. Mais ceux dont je parle ici n’ont aucun des travers précités. Au contraire, ils possèdent toutes les qualités requises pour parfaire leur personnalité, mais il leur manque la référence intellectuelle et morale. Cette référence qui détermine le rapport de l’individu avec tout ce qui l’entoure, sa vision de la patrie, de la société, de la famille, de la religion, de la culture, des coutumes et traditions, voire des autres cultures, etc. C’est à travers cette référence qu’il définit ses prises de position. Si elle manque, l’individu en question va à la dérive tel celui qui se trouve sur un bateau moderne en plein océan, sans cartes marines, avec un GPS qui ne fonctionne plus et une météo qui ne l’aide pas à trouver son chemin grâce aux étoiles. Il est perdu au cœur de l’océan.

C’est ce qui nous est arrivé. Nous en avons observé les résultats au cours de la guerre : inconséquence, confusion, chaos, désaccords, etc. Nous ne pouvons donc pas parler de l’avenir ou nous rassurer sur l’avenir si nous ne traitons pas cet aspect du problème. 

En effet, la stabilité de la société est le premier des postulats. Tout ce qui nuit à sa sécurité et aux intérêts de ses membres est absolument inadmissible quelle qu’en soit la raison. Quant aux valeurs, dont le respect des parents, des anciens, des symboles sociaux et nationaux, des enseignants, des savants, des travailleurs, ainsi que la tolérance, la bienveillance, elles ont subi une érosion révélée par la guerre et non uniquement provoquée par celle-ci. Une érosion qui a commencé depuis des décennies pour diverses raisons dont l’analyse nécessite les explications de sociologues. Il n’en demeure pas moins que nous devons travailler à la consécration de toutes ces valeurs, faute de quoi la société ne peut être ni stable ni prospère.  

En m’exprimant ainsi, je ne donne pas de leçons de morale. J’aborde un sujet qui se situe au cœur de la politique et au cœur même du problème, vu que la cause la plus importante et la plus profonde de la crise que nous avons vécue fut l’absence de valeurs et de morale. 

D’autres valeurs sont certes essentielles. Les croyances sont l’âme de la société, sans elles, nous perdrions notre humanité, elles sont boussole et sont morales, les respecter est un devoir pour tous, le contraire étant interdit à tous. Quant à l’appartenance, elle est à la base de l’équilibre psychologique du citoyen et il n’y a rien à attendre de celui qui perd son sentiment d’appartenance à sa patrie et à sa société. Et la Terre est l’entité qui se situe au cœur même de l’existence, ce qui a fait dire qu’elle est comme l’honneur, ni négligeable, ni négociable. 

Finalement, tous les postulats précédemment cités constituent le plus grand des postulats : la patrie ! C’est pourquoi il est inadmissible et illogique d’entendre répéter que la patrie est une ligne rouge et intouchable, alors que nous touchons à ses postulats constitutifs. Elle est le postulat qui mène au patriotisme sans lequel la patrie ne serait qu’un slogan émotionnel vide de sens. 

Si j’insiste autant sur l’ensemble de ces postulats c’est parce que, comme toujours, je pars de la réalité. En l’occurrence, une réalité ayant démontré que ce sont ces postulats qui ont poussé des familles entières à envoyer leurs enfants offrir leur âme et leur corps sur l’autel de leur patrie. 

Et c’est sur ces postulats que de nombreux Syriens, issus des diverses franges de la société, ont solidement ancré leurs prises de position nationales et morales en dépit des menaces directes à leur vie, leur famille ou les moyens de leur subsistance pendant la guerre. Toutes les personnes ici présentes le savent mieux que je ne saurais le dire, tout comme les nombreux Syriens qui se sont tenus du côté de leur patrie. 

Ces postulats sont donc la référence sur laquelle nous nous sommes appuyés et le bouclier qui nous a protégés des effets psychologiques complexes auxquels nous avons été exposés pendant la guerre. En pratique, elles ont fait échouer tous les paris, d’où mon insistance, car comme pour l’ignorance de la cause du problème, l’ignorance de la cause de la résistance signifie que nous n’avons pas appris la leçon, auquel cas nous ne pourrons pas avancer vers l’avenir en toute confiance. 

Aussi, partant des faits précédemment abordés et de l’orientation claire et manifeste du peuple devenue une réalité inchangeable encore plus solide qu’avant la guerre, j’invite une fois de plus tous ceux qui ont été dupés et tous ceux qui ont parié sur la chute de l’État à revenir dans le giron de la patrie, car leurs paris ont échoué mais la patrie est toujours là. 

Et je réitère mon appel à tous ceux-là en disant à chacun : vous êtes exploités par les ennemis de votre pays contre les vôtres. La révolution dont ils ont usée pour vous tromper est une illusion. Le peuple censé vous suivre est un mirage. Si la guerre la plus féroce et la plus dangereuse à laquelle les Syriens ont été confrontés ne parvient pas à les convaincre de vous suivre, rien d’autre n’en est capable. Si vous recherchez la dignité, c’est au service de votre famille et de votre peuple que vous la trouverez. Si vous aspirez à l’héroïsme, il est dans la défense de votre terre. Si vous cherchez l’honneur, il est dans l’édification de la patrie, non dans sa démolition. Quant à la liberté que vous fredonnez, vous ne la trouverez ni chez l’Occidental dont les ancêtres ont pratiqué l’esclavage par le passé et dont les petits-enfants ont pratiqué la discrimination raciale au présent, ni chez l’Ottoman dont les ancêtres ont détruit une région entière, culturellement et moralement tout en pratiquant les purifications et les discriminations ethniques et qui, actuellement, tente de ressusciter leur sombre histoire dans une version encore plus noire et plus laide. 

Je leur dis aussi. La rectification d’une erreur est une vertu. La patrie est le refuge et l’abri, son État appartenant à tous ses enfants. La grandeur d’un peuple est à la mesure de son grand cœur et de sa capacité à pardonner. 

Or, les premiers à avoir pardonné sont les familles des martyrs. Depuis les premières années de la guerre, elles ont ouvert les portes des réconciliations et ont travaillé à stopper l’effusion du sang. Ces portes resteront ouvertes par l’État et le peuple et ne se refermeront pas tant que vivront ceux qui préfèrent la dignité à l’humiliation et la souveraineté à l’esclavage. 

À suivre…

Docteur Bachar al-Assad

Président de la République arabe syrienne

17/07/2021

Source : Vidéo / Présidence arabe syrienne [extrait – 16’ à 44’]

https://www.facebook.com/watch/live/?v=213973864064444&ref=watch_permalink

Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

***

La source originale de cet article est Vidéo / Présidence arabe syrienne [extrait - 16’ à 44’]

Copyright © DR Bachar al-AssadVidéo / Présidence arabe syrienne [extrait - 16’ à 44’], 2021

https://www.mondialisation.ca/de-la-necessite-de-tirer-les-lecons-des-dix-annees-de-guerre-sur-la-syrie/5658437

Dans SYRIE

L'ULTIMATUM DE LA SYRIE A "ISRAËL"

Par Le 22/07/2021

Alep frappée, Israël sera frappé

Wednesday, 21 July 2021 6:01 PM  [ Last Update: Wednesday, 21 July 2021 6:01 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La DCA syrienne tire un missile. (Photo d'archives)

Malgré les agressions israéliennes, l’armée syrienne est déterminée à éradiquer tous les groupes terroristes, a-t-on appris d’un communiqué du ministère syrien des Affaires étrangères. 

Mardi 20 juillet, le ministère syrien des Affaires étrangères a réagi, par un communiqué, aux frappes aériennes menées lundi soir par l’aviation israélienne contre la province d’Alep. « Les attaques de ce genre sont loin de donner un coup de pouce aux mercenaires d’Israël en Syrie. »

Lire aussi: La Syrie avertit l’entité sioniste

« Le régime israélien a mené des raids aériens, lundi à 23H37, contre des localités à Safireh, au sud-est de la province d’Alep, en contradiction flagrante avec la résolution du Conseil de sécurité et les documents internationaux concernant la lutte contre le terrorisme », indique le communiqué de la diplomatie syrienne. 

Syrie :  USA frappés à Al-Tanf par GAZA !

Syrie : USA frappés à Al-Tanf par GAZA !

Comment la frappe contre Alep-sud a ouvert le front nord sioniste et expose la base US à al-Tanf ...

« La Syrie voit dans cette attaque les signes de l’échec des complots d’Israël et de l’Occident et met en garde Tel-Aviv contre les retombées dangereuses de telles frappes qui visent à soutenir les groupes terroristes armés et à étendre l’occupation israélienne sur les territoires arabes dont le Golan. »

Le ministère syrien des Affaires étrangères a souligné que les agressions israéliennes ne seraient pas en mesure de renforcer les mercenaires du régime tels que le Front al-Nosra, Daech et les Casques blancs qui préparaient de temps à autre des mises en scène chimiques pour en jeter la responsabilité à l’armée syrienne. 

« Les attaques israéliennes ne pourront jamais faire dévier l’armée syrienne de son objectif et ne pourront pas l’empêcher de poursuivre ses opérations antiterroristes, dans le cadre de la Constitution, destinées à lutter contre les terroristes et leur allié israélien. »

Syrie: Cuisant échec du F-35 Adir !

Syrie: Cuisant échec du F-35 Adir !

Le ministère syrien des Affaires étrangères a également remis une lettre au Conseil de sécurité des Nations unies afin de le tenir au courant de ces attaques et lui a demandé de condamner les agressions israéliennes en vertu de la Charte de l’ONU. 

De plus, Damas s'est déclaré plus prêt que jamais à reprendre le Golan occupé au régime israélien.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/21/662770/Syrie-Alep-attaque-frappe-aerienne-Israel-terroristes-

Dans SYRIE

SYRIE : LA CHINE PASSE A L’ACTION

Par Le 20/07/2021

Syrie: la Chine passe à l’action

Par Mikhail Gamandiy-Egorov

Mondialisation.ca, 20 juillet 2021

Observateur continetal

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Pékin renforce son interaction avec Damas non seulement sur le plan politico-diplomatique, mais tout semble désormais aller dans la direction d’une collaboration de plus en plus étroite dans les sphères économique et sécuritaire. Renforçant un peu plus l’axe de la multipolarité dans les affaires du Moyen-Orient et confirmant par la même occasion que la Syrie peut se passer d’une interaction quelconque avec les Etats occidentaux.

La visite du chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, dans la capitale syrienne est venue conforter non seulement des relations cordiales entre la République populaire et la République arabe, au moment d’ailleurs de l’inauguration du leader syrien, mais confirme de plus en plus la détermination du leadership chinois à jouer un rôle important dans la Syrie post-conflit, aux côtés des autres principaux alliés de Damas – en la qualité de la Russie et de l’Iran. Le tout après la récente victoire du président Bachar al-Assad aux élections présidentielles syriennes.

Durant cette visite, le haut responsable chinois a rencontré son homologue syrien, Fayçal al-Meqdad, et a également été reçu par le leader syrien. A l’issue de ces rencontres, les deux pays se sont fixés l’objectif de renforcer les liens et la coopération bilatérale, comme l’annonce l’agence de presse chinoise Xinhua.

Wang Yi, qui au-delà d’être le ministre des Affaires étrangères – est également conseiller d’Etat, a souligné que la Chine se tient résolument aux côtés du peuple syrien et adhère à la justice internationale en préservant la souveraineté et l’indépendance de la Syrie. Lors de sa rencontre avec le président Bachar al-Assad, le chef de la diplomatie chinoise a également rappelé que la Chine s’oppose à toute tentative de changement de régime en Syrie.

Toujours selon Wang Yi – sous la direction de M. Assad, le peuple syrien a remporté de précieux succès dans la lutte contre le terrorisme et l’opposition aux ingérences extérieures, ajoutant que la réélection du président syrien reflétait la confiance et le soutien solides dont il jouit auprès de la population. Un commentaire fort important et qui à l’instar du soutien russo-iranien à Damas, va fermement à l’encontre des déclarations d’une large partie de l’establishment occidental.

Par ailleurs, la Chine soutient fortement la Syrie dans la gestion de ses problèmes intérieurs en vertu du principe « dirigé et pris en charge par les Syriens ». Le ministre chinois des Affaires étrangères a par ailleurs affirmé que la Chine avait présenté une proposition en quatre points pour résoudre la question syrienne.

Premièrement, la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de la Syrie doivent être respectées. La Chine appelle à respecter le choix du peuple syrien, à abandonner l’illusion d’un changement de régime et à laisser le peuple syrien déterminer de manière indépendante l’avenir et le destin de son pays. Deuxièmement, le bien-être du peuple syrien doit être une priorité et le processus de reconstruction doit être accéléré. La Chine estime que le moyen fondamental de résoudre la crise humanitaire en Syrie réside dans la levée immédiate de toutes les sanctions unilatérales et du blocus économique contre la Syrie.

Troisièmement, une position ferme sur la lutte efficace contre le terrorisme doit être maintenue. La Chine estime que toutes les organisations terroristes répertoriées par le Conseil de sécurité des Nations unies doivent être réprimées et que les politiques de «deux poids, deux mesures» doivent être rejetées. Selon M. Wang, le rôle de premier plan du gouvernement syrien dans la lutte contre le terrorisme sur son territoire doit être respecté, les projets visant à susciter des divisions ethniques sous prétexte de lutter contre le terrorisme doivent être combattus, et le sacrifice et la contribution de la Syrie à la lutte antiterroriste doivent être reconnus. La Chine soutiendra la position antiterroriste de la Syrie et se joindra à elle pour renforcer la coopération antiterroriste mondiale, a souligné M. Wang.

Quatrièmement, une solution politique inclusive et réconciliatrice à la question syrienne doit être encouragée. La Chine appelle à faire avancer le règlement politique de la question syrienne par les Syriens, à aplanir les divergences entre toutes les factions syriennes par le dialogue et la consultation, et à jeter des bases politiques solides pour la stabilité, le développement et la revitalisation à long terme du pays.

Deux points très importants mentionnés également par M. Wang concernent justement les domaines sécuritaire et économique. Sur le premier, le chef de la diplomatie chinoise a annoncé que son pays était prêt à renforcer le partenariat dans la sphère antiterroriste avec Damas, à améliorer la capacité antiterroriste de la Syrie, et à sauvegarder la sécurité nationale des deux pays respectifs, tout en contribuant à la sécurité du monde.

Un point effectivement très important lorsqu’on connait les succès stratégiques de la lutte contre le terrorisme salafiste, affilié à Daech ou Al-Qaida, dans laquelle l’axe Damas-Moscou-Téhéran-Hezbollah a joué un rôle clé – à l’énorme différence de la «coalition» occidentale.

Sur l’aspect économique, Wang Yi a rappelé qu’en tant que partenaires dans l’Initiative la Ceinture et la Route (ICR), la Chine et la Syrie discuteront conjointement des moyens efficaces à faire avancer une coopération mutuellement bénéfique, en particulier dans les domaines de l’agriculture et du commerce, de manière à aider la Syrie à améliorer les moyens de subsistance et à accélérer la reconstruction.

Ce dernier point est d’autant plus important qu’il confirme justement la motivation de Pékin de participer à la reconstruction des infrastructures de l’Etat syrien – détruites par des années de guerre contre le terrorisme et l’interférence néocoloniale. Un domaine dans lequel la Chine dispose non seulement d’un savoir-faire qui n’est plus à présenter, mais également d’énormes capacités d’investissements.

Tout cela conforte évidemment, et une fois de plus, le fait que la véritable communauté internationale se trouve désormais en Eurasie. Et que malgré toute la rhétorique récente hostile des élites occidentales quant au fait que la reconstruction en Syrie ne pourrait se faire sans leur implication – cette arrogance tombe, elle aussi une fois de plus, à l’eau. D’ailleurs, cela ne fait que rendre justice aux paroles du président Bachar al-Assad qui a maintes fois déclaré que les acteurs internationaux qui pourront participer au processus de reconstruction et d’investissements dans la Syrie post-conflit – ce sont les alliés de l’Etat syrien. Des alliés connus, en l’occurrence le triumvirat Russie-Iran-Chine.

Cela représente indéniablement la meilleure réponse à tous les membres de la communauté occidentale (et non pas internationale) – à savoir que l’époque où il était possible de détruire, pour ensuite se servir – est bien terminée. Multipolarité oblige. Il est encore temps de se mettre à jour. Mais soyons réalistes – l’establishment atlantiste occidental en est incapable. D’où la raison pour laquelle il continuera à perdre de son influence dans les affaires internationales.

Mikhail Gamandiy-Egorov

La source originale de cet article est Observateur continetal

Copyright © Mikhail Gamandiy-EgorovObservateur continetal, 2021

https://www.mondialisation.ca/syrie-la-chine-passe-a-laction/5658497

Dans SYRIE

SYRIE : ALEP FRAPPEE, RIPOSTE AU GOLAN

Par Le 20/07/2021

La Syrie avertit l’entité sioniste

mardi 20 juillet 2021 18:23 [ Dernière mise à jour: mardi 20 juillet 2021 18:33 ]

La représentante des États-Unis Ilhan Omar (D-MN) (L) s'entretient avec la présidente de la Chambre Nancy Pelosi (D-CA) lors d'un rassemblement avec d'autres démocrates avant de voter sur la HR 1, ou le People Act, sur les marches est des États-Unis Capitol le 08 mars 2019 à Washington, DC.  (photo AFP)

Le missile M-600 syrien (Archives)

Damas se déclare plus prêt que jamais à reprendre le Golan occupé au régime israélien, en réaction aux attaques aériennes de lundi soir de l’armée sioniste sur Alep. Plus tôt, le Premier ministre israélien a menacé le Liban sous prétexte que plusieurs roquettes avaient été tirées en provenance de ce pays sur Israël. Les contours du conflit multi-front se retracent avec une vive inquiétude liée aux fronts nord et est.

L’agence de presse officielle syrienne (SANA) annonçant l’attaque aérienne du régime sioniste contre la zone d’Al-Safira dans le sud d’Alep a signalé que la défense aérienne du pays avait réussi à repousser ces attaques.

Syrie frappée, Israël sous le choc

Syrie frappée, Israël sous le choc

11 jours, à compter du 21 juillet, l’entité sioniste ferme le ciel du Golan occupé jusqu’au 2 août.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a souligné mardi après-midi, en réaction aux frappes aériennes israéliennes de la nuit dernière contre certaines zones de la Syrie, que l’armée syrienne continuerait de lutter contre le terrorisme.

« De telles attaques font partie à la fois d’une politique élaborée par le régime sioniste pour mener des actes terroristes, un soutien continu aux groupes terroristes et une violation délibérée des résolutions du Conseil de sécurité sur la lutte contre le terrorisme », a déclaré le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Gaza: 1er clash F-35 Adir/Bavar 373?

Gaza : 1er clash F-35 Adir/Bavar 373 ?

L

L’agence de presse officielle syrienne (SANA) a déclaré que les récentes attaques coïncidaient avec des attaques à la roquette du groupe terroriste al-Nosra soutenu par les États-Unis, la Turquie et le régime sioniste contre certaines zones des provinces d’Alep et de Hama.

Golan occupé : F-16 israéliens en cage!

Golan occupé : F-16 israéliens en cage !

Spectaculaire reculade !

Damas déclare que le soutien de la part de certains États étrangers était une violation flagrante de la Charte des Nations unies et des résolutions du Conseil de sécurité sur la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie. La Syrie a souligné que les attaques représentaient la faillite complète du régime sioniste ainsi que la défaite du plan de la normalisation des relations entre ce régime avec les pays arabes.

La Syrie met en garde le régime sioniste contre la poursuite des attaques et le soutien du régime israélien aux groupes terroristes et à la poursuite de l’occupation de son territoire, y compris le Golan occupé a souligné que Tel-Aviv était responsable des conséquences.

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Golan : les USA se jouent d’Israël ?

Le Golan transformé en une base de missiles souterraine de la Résistance ; USA larguent Israël pour sauver leur peau ?

Le communiqué souligne que les attaques du régime sioniste ne pourront pas en aucun cas aider ses mercenaires tels que Daech, al-Nosra ou les Casques blancs et n’empêcheront pas l’armée syrienne de poursuivre sa lutte contre le terrorisme.

Damas a déclaré que l’armée syrienne est aujourd’hui plus déterminée que jamais à reprendre les hauteurs du Golan occupé, notant que le Conseil de sécurité et les Nations unies tiendront Israël pour responsable et prendront des mesures immédiates pour empêcher la reprise des attaques.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/20/662698/Alep-frapp%C3%A9,-riposte-au-Golan

Dans SYRIE

SYRIE : LA CHINE PROPOSE UN PLAN DE GUERRE CONJOINTE ANTI-US EN QUATRE POINTS A L’AXE DE LA RESISTANCE

Par Le 18/07/2021

Un plan de guerre "conjointe" anti-US en quatre points proposé à l'axe de la Résistance

Sunday, 18 July 2021 12:06 PM  [ Last Update: Sunday, 18 July 2021 12:53 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président syrien Bachar Assad (D) accueille le ministre chinois des AE Wang Yi à Damas, capitale syrienne, le 17 juillet 2021. @AFP

Il y a quelque chose de particulièrement inouïe dans ce "plan" que le MAE chinois, Wang Yi, a remis ce samedi 17 juillet au président Assad, lors d'une sans précédent visite dans la capitale syrienne, survenue à peine quelques heures après la prestation de serment de l'homme fort de Damas réélu pour un quatrième mandat consécutif à la tête d'une Syrie qui vient d'entrer dans une phase totalement nouvelle de sa confrontation "militaire" avec les USA, phase marquée, comme chacun le sait, par une première semaine de juillet particulièrement chaude où drones de la Résistance le disputait aux roquettes et aux missiles pour cibler les bases illégales US à Omar et à Conoco, et faire comprendre aux Yankee que le colonialisme sauvage n'a pas lieu d'être ni au Levant ni en Irak. En effet peu d'analystes tendraient à ne pas voir un lien direct entre cette nouvelle phase de confrontation militaire anti-US de l'État syrien d'une part et cette visite quasi- inopinée du haut diplomate chinois qui certes s'est faite à la lumière des 1300 millions de dollars d'échanges commerciaux que totalisent les deux parties mais qui revêt aussi et pour la première fois, un aspect "militaire".

Le M-600 syrien frappera les USA!

Le M-600 syrien frappera les USA!

Un jeu en trois temps entre la Syrie, la Résistance et la Russie pour réintégrer la Syrie à la route énergétique en Méditerranée.

Depuis le 14 juillet, date à laquelle la dernière des cinq attaques anti-US de la Résistance a visé les Américains en Syrie orientale, celle-ci est sens dessus dessous..., non pas pour les Syriens mais bien pour les Américains. Des sources locales évoquent une totale confusion dans les rangs des soldats US qui, précipités, remplissent des camions-citernes entiers de pétrole à destination de l'Irak pour en ramener non plus à bord des convois terrestres mais héliportées des pièces de DCA et des armes et des munitions, l'objectif étant de "fortifier les positions américaines à Deir ez-Zor en prévision des attaques à venir.

L'ultimatum d'Assad aux USA

L'ultimatum d'Assad aux USA

Le président syrien Bachar al-Assad a prêté serment devant des membres du Parlement.

Parallèlement et puisqu'ils ont été parfaitement incapables de localiser l'origine des attaques balistiques et de drones anti US de ces derniers jours, d'en accuser qui que ce soit, les Américains s'en prennent aux tribus dont Al-Akidat, connue pour son anti-américanisme. Plusieurs villages ont ainsi été la cible des assauts et des fouilles, ce qui a déclenché une mobilisation générale parmi les jeunes qui s'en prennent invariablement aux FDS et aux forces étrangères. En effet, il y aurait même une demande très forte d'armes et de munition en direction de l'armée syrienne pour qu'elle satisfasse les besoins en armement de la guérilla populaire qui en est désormais à demander des "missiles". Dans ce contexte, il ne reste aux Américains qu'un double choix : fuir ou se renforcer ce qui revient à étendre numériquement leur présence tout en cherchant à multiplier les bases. Or dans les deux cas c'est un cercle vicieux pour une Amérique qui exposerait davantage ses effectifs. Et bien la Chine aurait visiblement attendu ce moment pour intervenir.

Syrie: la surprise militaire chinoise?

Syrie: la surprise militaire chinoise?

La Chine va rester définitivement confinée au commerce au Moyen Orient? Pas sûr.

En effet le plan en quatre point que Pékin propose à Damas, visiblement inquiète des répercussions du scénario du Pentagone qui se déroule en ce moment même à ses portes en Afghanistan, est avant tout un plan militaire où il n'est pas question de "coexister avec les troupes d'occupation US" mais bien de les mettre à la porte de façon à ce que le terrorisme made in US, made in OTAN, prenne fin en Syrie et que la Chine, depuis longtemps anxieuse de ce trafic de terroristes ouïghours Est chinois-Turquie-Idlib puissent y porter sa contribution. 

Évidemment des projets stratégiques, préalablement convenus, ayant des liens avec l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route" seront de la partie et les analystes voient d'un bon œil l'annonce de l'exploitation du gaz ce dimanche dans l'est de Homs mais un soutien militaire chinois à l'armée syrienne à Idlib dont le nord est-est occupé par des rebelles ouïghours ne pourrait ne plus figurer à l'agenda des débats. 

S-300 syrien: le subterfuge russe?

S-300 syrien: le subterfuge russe?

La Syrie pourrait remplacer le système de défense antiaérien russe S-300 par le HQ-9 de fabrication chinoise 

Rien qu'à voir de plus près les quatre temps du plan chinois : "l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale de la Syrie doivent être respectées ; le bien-être du peuple syrien doit constituer une priorité des deux parties ; toutes les cellules terroristes doivent être démantelées ; une solution politique globale pour la crise syrienne doit être élaborée".

Lors d’entretiens avec le président Assad ou encore son MAE, le patron de la diplomatie chinoise a d'ailleurs plaidé en faveur d'une "solution radicale" de la crise, tout en lançant du bout des lèvres le nom de l'ONU pour question de forme. À travers ce plan, on a cru réentendre la voix du ministre chinois quand il dénonçait au mois de mai, le criminalisme US qui "permet à Israël, tête de point US au Moyen-Orient, de tuer des musulmans à Gaza" et d'en "chercher les cadavres à Xing Jiang"!  Wang s'est d'ailleurs adressé à Israël et aux États-Unis, régimes opposés à Damas qui "devaient oublier l'illusion d'un changement de gouvernement en Syrie" et "permettre au peuple syrien de déterminer de manière indépendante l'avenir et la destinée de son pays". Et puis cette flèche anti-sanction et anti-blocus : "Pékin croit que le moyen fondamental de résoudre la crise humanitaire en Syrie est la levée immédiate de toutes les sanctions unilatérales et du blocus économique de la Syrie".

De tout ceci, on conclut que Pékin veut se battre contre les USA au Levant pour ne pas à avoir le faire au Xing Jiang ou en mer de Chine. D'où la partie la plus appréciée du plan de Wang qui aura été celle qui appelle "au démantèlement de toutes les organisations terroristes". La Chine ira-t-elle jusqu'à prendre directement part aux opérations militaires à Idlib où elle est présente aux côtés de la Syrie et de la Russie et ce, depuis bien longtemps à travers des coopérations en renseignement ? Peut-être. Mais à Idlib, on voit pas trop comment la Chine pourrait être plus utile que la Russie, elle qui frappe depuis ses deux méga-bases les positions des terroristes pro-Sultan à coup d'Iskander ou de Kalibr. Mais en Syrie orientale, une présence chinoise pourrait s'avérer bien plus porteuse en termes géostratégiques à la fois pour Pékin et pour Damas. Et Comment? 

Syrie: l'armée chinoise rallie les «Alliés»!

Syrie: l'armée chinoise rallie les «Alliés»!

La Chine souhaite intégrer le Centre d’échange d’informations quadripartite Iran-Irak-Russie-Syrie, vu l’efficacité de sa mission dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Cette initiative de route et de ceinture ne saurait se passer d'une bonne moitié de l'ouest de l'Irak et de l'est de la Syrie qui s'étendent de l'ouest verts l'Iran et de l'est vers le Liban et la Méditerranée. Et là on en vient à cette route ultra-stratégique que relie l'Irak à la Syrie et au Liban et qui effraie si profondément l'Amérique au point de la pousser, quasi-mise à la porte de l'Irak qu'elle est à présent, à déployer ses troupes en Jordanie voisine. La guerre ouverte USA/Résistance, déclenchée en juillet, jouit évidemment de l'approbation russe mais pas de son soutien. Elle pourrait avoir l'appui militaire de la Chine... Enfin si Pékin a fini par comprendre que l'Amérique finissante n’hésiterait pas à envoyer ses troupes à Xing Jiang, le cas échéant. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/18/662485/Pourquoi-le-ministre-chinois-des-AE-visite-Damas-

Dans SYRIE

SYRIE : L’US AIR FORCE EST MORTE !

Par Le 16/07/2021

La riposte US à la quintuple frappe anti-US a Deir ez-Zor?

Friday, 16 July 2021 3:48 PM  [ Last Update: Friday, 16 July 2021 3:49 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des médias font part des ripostes lâches et désespérées des forces américaines aux attaques de la Résistance dans l'Est syrien. ©ISW News/Illustration

Ces cinq frappes aux missiles et aux drones ciblant le site de trafic américain du pétrole volé syrien à Deir ez-Zor ont décidément provoqué une vague de panique sans précédent au sein de l'armée la plus puissante du monde qui « ligotée » ne sait à quel saint se vouer ! Frappes aériennes en guise de riposte ? Déjà le duo Biden-Austin en mord les doigts d'avoir bêtement bombardé le 27 juin les positions de la Résistance à Abou Kamal/Qaem et et d'être tombé dans le piège de la Résistance qui attendait depuis long ce faux pas, pour ouvrir après l'Irak, le front syrien. Aussi, la riposte US a consisté depuis la toute dernière frappe anti-base US à al-Omar d'abord à s'acharner sur les tribus est-syriennes que les Yankee tuent, terroriser depuis une semaine à la recherche des stocks de missiles cachés dans les maisons puis à pousser les FDS à faire sauter le gazoduc contrôlé par le gouvernement. De quoi sont signe ces agissements ? Le coup pétrolier de la Résistance est-syrienne a frappé là où il fait trop mal..., puis l'US Air force est morte en Syrie 

Des sources locales en Syrie ont rapporté qu'à la suite des récentes attaques à la roquette contre des bases américaines, l'US Army et les milices kurdes à sa solde, avaient mené des opérations militaires dans plusieurs villages syriens, tuant et blessant plusieurs civils.

Selon les sources, les opérations conjointes de l'armée américaine et les milices kurdes connues sous le nom de « Forces démocratiques syriennes » (FDS) ont été menées dans certaines régions de la province de Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie.

Des nomades syriens ont déclaré à Sputnik que lors des frappes américaines menées par des hélicoptères et des drones simultanément aux opérations terrestres des FDS, plusieurs civils syriens avaient été tués et des dizaines d’autres enlevés.

Les sources ont déclaré qu'à la suite des récentes attaques à la roquette contre des bases américaines dans l'est de la Syrie, au cours des dernières 24 heures, un certain nombre d'hommes armés soutenus par l'US Air Force était entrés dans des zones à l'est et à l'ouest de la province de Deir ez-Zor.

Le M-600 syrien frappera les USA!

Le M-600 syrien frappera les USA!

Un jeu en trois temps entre la Syrie, la Résistance et la Russie pour réintégrer la Syrie à la route énergétique en Méditerranée.

L’agence de presse russe Sputnik, citant des sources locales, affirme que les opérations ont eu lieu jeudi à l'aube dans la région d'al-Hassan dans l'ouest de Deir ez-Zor, suite à laquelle un couvre-feu a été imposé dans ces zones. Ainsi, des dizaines de civils ont été arrêtés.

Selon les sources, un citoyen syrien du village d'al-Mari'iyah, a été tué au cours de l'opération. Les sources ont déclaré que l'homme était l'un des réfugiés syriens présents dans la ville d'al-Basira, signalant que le corps d'un autre citoyen syrien abattu avait été retrouvé hier, jeudi matin, dans le quartier d'al-Jarzi.

Au cours des deux dernières semaines, les bases américaines dans l'est de la Syrie ont été ciblées par des opérations de roquettes et de drones à cinq reprises; les attaques qui ont incité Washington à déployer plus d'équipements et de troupes vers ses positions dans l'est de la Syrie.

Lire aussi :

T4: c'est le tour aux Syriens d'envoyer en enfer la DCA américaine

- Al-Omar frappé à nouveau; USA en quête d'un bouclier kurde

Les zones contrôlées par les États-Unis et les milices kurdes dans l'est de la Syrie ont toujours été témoins de protestations populaires en raison de l’opposition des tribus de la région à la présence et aux actions militaires américaines.

Selon des sources locales, en plus de piller le pétrole, le gaz, les ressources naturelles et le blé de la Syrie, les États-Unis abusent des résidents locaux en les utilisant comme soldats pour faire avancer leurs opérations militaires dans l'est de la Syrie.

Syrie : le Karrar frappe les USA!

Syrie : le Karrar frappe les USA!

Comment les USA ont perdu leur bouclier en Syrie-est où plus rien ne saurait les sauver ?

Des sources locales dans la province syrienne de Deir ez-Zor, dans le nord-est de la Syrie, ont déclaré qu'une patrouille appartenant aux FDS avait fait exploser un oléoduc dans la région.

Selon le site web de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les FDS ont fait exploser un oléoduc dans le village d'al-Raz sur l'Euphrate qui s'étend jusqu’à l'autre côté du fleuve, dans des zones contrôlées par le gouvernement de Damas.

L’explosion de l’oléoduc intervient alors que l'armée américaine déploie chaque semaine des dizaines de pétroliers contenant du pétrole syrien vers l’Irak. Hier soir, des sources locales dans la province de Hassaké ont rapporté que l'armée américaine avait introduit en contrebande 70 pétroliers en Irak.

La contrebande du pétrole syrien par les forces américaines se poursuit alors que le gouvernement et le peuple syrien souffrent de pénurie de carburant et que les camions attendent plusieurs heures pour se ravitailler.

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Le Kalibr-C "iranisé" a étonné les Russes et à raison .... les troupes US en débandade en Syrie orientale

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/16/662388/Syrie-les-USA-ciblent-les-civils

Dans SYRIE

POURQUOI LA RUSSIE EST HARCELEE

Par Le 12/07/2021

À quoi joue l'Amérique en allant d'une provocation anti-russe à une autre?

Sunday, 11 July 2021 6:23 PM  [ Last Update: Sunday, 11 July 2021 6:24 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Président Russe Vladimir Poutine. ©AFP

Les États-Unis continuent d'exacerber les tensions le long des frontières russes , rapporte l'agence russe TASS.

"Bien que  les exercices militaires Sea Breeze 2021 aient pris fin on a appris que les États-Unis continuent leurs provocations près des frontières russes, en envoyant ce dimanche deux avions militaires en Crimée, dont l'un a même réussi à effectuer une manœuvre dangereuse près de la frontière occidentale de la péninsule de Crimée. Il s'agissait de deux avions militaires américains - EP-3E Orion et CL600 ARTEMIS. Selon les sources russes, EP-3E Orion s'est approché des frontières aériennes russes à une distance critique, quitte même à les violer. 

Russie: porte-avions US débarque

Russie: porte-avions US débarque

L’armée américaine a dépêché un autre navire en mer Noire.


À quoi ces provocations sont liées? TASS estime que les États-Unis pourraient être intéressés par le déploiement du systèmes de défense aérienne russe, y compris les complexes S-350, apparus relativement récemment en Crimée et sur laquelle l'OTAN ne dispose d'aucune information. Mais vu l'ampleur et l'obstination US/OTAN à harceler la Russie en mer Noire et relier ces harcèlements à ceux en Méditerranée il convient de chercher la raison ailleurs. 

Il s'agit de pousser la Russie à renoncer à sa politique d'alliance avec la Chine et de partenariat avec la Résistance. Une politique pratiquée par les États-Unis d'Amérique, utilisant l'OTAN et un groupe d'États mercenaires, pour faire chanter les dirigeants russes et les forcer à faire des concessions politiques, que ce soit au niveau stratégique international ou sur des questions régionales concernant la sécurité nationale russe, comme la question des relations avec l'Iran et la Syrie et d'autres questions et dossiers, note un analyste interviewé par Press TV.

Russie: l’OTAN perdra ..!

Russie: l’OTAN perdra ..!


Le premier objectif stratégique de Washington, derrière la pression militaire continue sur la Russie, via  des mesures militaires provocatrices multipliėes sur les frontières nord-ouest de la Russie et dans la mer Noire consiste à chercher à arrêter la coopération sino-russe au niveau stratégique international, coopération qui "menace" la sécurité nationale américaine. Mais l'Amérique réussira ?

Rien n'est moins sûr pour une simple et bonne raison. Il existe un facteur de Résistance qui mine les capacités de l'axe US/OTAN et dont les finalités multilatéralistes correspondent aux objectifs sino-russes. Le rapport de force et la logique des relations internationales actuelles, y compris l'existence d'un axe de la Résistance, font pencher la balance du côté de l'Est d'où cette panique généralisée occidentale illustrée par la menace militaire et l'agression économique directe, ou des sanctions économiques et financières imposées à de nombreux pays, notamment la Chine, la Russie, la Corée du Nord, Iran, Syrie et le Venezuela. C'est propre aux "Empires finissants".

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/11/662038/A-quoi-joue-l-Am%C3%A9rique-en-allant-d-une-provocation-antk-russe-%C3%A0-une-autre

Dans SYRIE

UN COUP EN PREPARATION DANS LE GOLAN SYRIEN OCCUPE ?

Par Le 11/07/2021

Israël ne contrôle plus vraiment le Golan depuis sa défaite en 2006

Sunday, 11 July 2021 6:12 PM  [ Last Update: Sunday, 11 July 2021 6:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des forces syriennes soutenues par le Hezbollah au Qalamoun. ©Reuters/Archives

Mais du Golan au sud Liban il n'y a qu'un pas, ce Sud-Liban qui en 2006 et en une pareille période tenait à faire subir à Israël la pire et de loin la plus mémorable défaite de son histoire.  

Le vendredi 9 juillet, l’armée et la police israéliennes ont découvert 43 armes de poing et des munitions, dont la valeur est estimée à quelque 820 000 $, près du village de Ghajar. 

Israël accuse le Hezbollah d’avoir tenté de transférer ces armes du Liban vers le nord des territoires occupés palestiniens où des groupes se prépareraient à perpétrer des attaques

43 armes de poing et des munitions ont été découverts près du village de Ghajar, le 9 juillet 2021. ©Twitter

Le Hezbollah n’a pas encore commenté les accusations d’Israël qui pourraient être une tentative visant à faire confronter le Hezbollah à une crise politique au Liban.

Lire aussi: La force dissuasive du Hezbollah a ramené Israël à la raison

Par ailleurs, le site web israélien Walla a publié un reportage à l’occasion de l’anniversaire de la guerre de 33 jours, déclenchée le 12 juillet 2006 entre Israël et le Liban, dressant un nouveau bilan des morts et des blessés dans les rangs de l’armée israélienne. « Israël est toujours blessé de cette guerre », indique Walla. 

Coup d'État pétrolier du Hezbollah!

Coup d’État pétrolier du Hezbollah !

Conoco occupé frappé ; pétroliers iraniens à Baniyas, que prépare le Hezbollah ?

« Le Hezbollah a tué cinq militaires israéliens et blessé deux autres lors d’une opération sur la frontière du Nord. Ils ont emmené les corps de deux militaires à l’intérieur du Liban », raconte Walla. 

Lire aussi: Israël : une guerre multifronts à l’horizon ?

Et de rappeler : « À 22h30, le cabinet israélien a décidé de réagir à cette opération par une réponse militaire, mais cette réponse militaire a abouti à la mort de 163 Israéliens, dont 121 soldats. »

« Lors de cette guerre, qui a duré 33 jours, des centaines de soldats israéliens ont été blessés et presque 4 000 missiles ont visé différentes localités d’Israël [territoires palestiniens occupés par Israël, NDLR]. D’autre part, l’aviation israélienne a mené une dizaine de milliers de raids aériens sur le territoire libanais. »

Selon le rapport rendu par une commission d’enquête israélienne à propos de la guerre des 33 jours, « le Hezbollah a pu surprendre les commandants israéliens qui sous-estimaient ses capacités militaires ».

« Des unités de blindé israéliennes ont été touchées et leurs Merkava détruits, car les commandants de l’armée ne voulaient pas croire la puissance des missiles antichars du Hezbollah. En plus, il s’est avéré que les forces du Hezbollah étaient équipées des systèmes d’écoute très sophistiqués qui leur permettaient de s’informer de toutes les conversations faites à l’intérieur de l’armée israélienne. »

Radar: Israël sous surveillance!

Radar : Israël sous surveillance !

La coopération du Hezbollah libanais en matière de renseignement avec la Résistance palestinienne 

Walla rappelle que l’une des autres surprises que l’armée israélienne n’a pas encore pu digérer est l’attaque contre une frégate israélienne qui s’était déployée au large des côtes du Liban. 

« Cet incident a eu lieu le 14 juillet, au soir, quelques minutes après le début d’un discours de Nasrallah. Il a dit à ses interlocuteurs qu’une frégate avait pris feu non loin des côtes du Liban et qu’elle allait bientôt couler. »

 

Lire aussi : Hezbollah/Hamas : Israël effrayé par les risques d’une guerre

La nouvelle a été d’abord démentie par l’armée israélienne qui a été obligée, quelques heures plus tard, de la confirmer.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/11/662026/Israel-Hezbollah-Palestine-armes-Nasrallah-guerre-

Dans SYRIE

SYRIE : DEUXIEME ATTAQUE EN UNE SEMAINE CONTRE LA BASE US DU GISEMENT AL-OMAR

Par Le 07/07/2021

Syrie : Deuxième attaque en une semaine contre la base US du gisement al-Omar

 Depuis 2 heures  7 juillet 2021

champ_al_omar

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

La coalition de milices à majorité kurde des forces démocratiques syriennes a déclaré avoir repoussé une attaque aux drones contre la région du gisement pétrolier al-Omar de Deir Ezzor, situé dans l’Est syrien, non loin de la frontière avec l’Irak.

C’est la deuxième attaque du genre en moins d’une semaine contre cette zone riche en hydrocarbures occupée par les FDS et où sont stationnées des forces américaines ainsi que des soldats britanniques et français.

Le directeur du Centre des médias des FDS, Farhad Shami, a déclaré : « Nos forces qui combattent Daech avec l’aide les forces de la coalition internationale dans la zone de champ Al-Omar à Deir Ezzor ont fait face à des attaques hostiles de drones. Les rapports assurent l’échec de ces attaques et l’absence de dégâts ».
Il a déclaré que des informations détaillées seront publiées ultérieurement.

Le 28 juin dernier, 4 explosions d’origine inconnue ont été entendues dans la base américaine du champ al-Omar.
Selon la télévision libanaise d’informations al-Mayadeen, les sources ont souligné que deux obus sont tombés sur les quartiers résidentiels à l’intérieur de la base. Auparavant, la base avait été touchée par des grenades propulsées par fusée.

Des sources d’Al-Mayadeen ont indiqué que le bombardement est intervenu en réponse au ciblage des factions de la résistance aux frontières syro-irakiennes. Le dernier avait tué 5 combattants irakiens du Hachd al-Chaabi ainsi que 5 civils syriens, du côté syrien de la frontière.

En avril, l’agence de presse syrienne SANA a rapporté que « les forces d’occupation américaines ont transféré des dizaines de terroristes de Daech depuis les prisons contrôlées par les FDS dans le gouvernorat de Hassaké vers le champ pétrolifère d’Al-Omar dans la campagne orientale de Deir Ezzor, avec pour objectif de réinvestir les groupes terroristes» et de les utiliser pour mettre en œuvre les plans de Washington dans la région.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2108009

Dans SYRIE

SYRIE : POUTINE FERAIT CONFIANCE A BIDEN?

Par Le 04/07/2021

Israël s'apprête à viser les navires russes

Sunday, 04 July 2021 6:30 PM  [ Last Update: Sunday, 04 July 2021 6:31 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président syrien Bachar Assad (D) s'entretient avec l'envoyé spécial du président russe en Syrie Alexandre Lavrentiev (G) à Damas, en Syrie, le 15 septembre 2019. @Xinhua

Les médias rapportent que le président syrien a rencontré l'envoyé spécial du Kremlin à Damas avec au menu l'élargissement des relations stratégiques Russie-Syrie qui depuis que l'OTAN harcèle Moscou en mer Noire sont devenues quasi-vitales pour la Russie, celle-ci détenant désormais une méga base aérienne avec des capacités nucléaires à Hmeimim, laquelle base abrite des Tu-22 ou des MiG-31. Mais Est-ce le fond de la mission de Lavrentiev à Damas? Certaines sources affirment que la Russie aurait aussi à informer la Syrie du contenu de ses "accords avec les USA" au sujet de la Syrie, accords qui pourraient conclure à une forme de coexistence comme du temps de Trump. 

Méga clash

Méga clash

Pour la première fois, le missile aérobalistique air-sol hypersonique à haute précision russe Kinjal a été déployé sur la base aérienne de Hmeimim, en Syrie.

D'ailleurs ce samedi les Kurdes de Syrie jusqu'ici défiant l'armée syrienne appellent au dialogue, tout comme la Turquie qui fait semblant de vouloir dire oui à un nouveau Astana. Mais le Président Poutine a-t-il réellement accepté la présence syrienne des troupes d'occupation US? Il est vrai que la puissante frappe du 26 juin de la Résistance contre la base US à Al-Omar n'est pas allé sans faire plaisir aux Russes, surtout que le clash a visé l'un des sites les plus pillés de la Syrie qui renferme le gros des gisements pétroliers syriens. Mais il se peut que Moscou se mette à croire que la mer Noire est une priorité et que la Méditerranée orientale pourrait attendre en termes de face-à-face avec l'axe US/OTAN. Si ceci est le cas, il s'agit d'une fatale erreur.

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Le Golan transformé en une base de missiles souterraine de la Résistance; USA larguent Israël pour sauver leur peau?

Parallèlement à de nouvelles tensions entre la Russie et l'OTAN, l’entreprise israélienne « Rafael », spécialisée dans le développement de divers types d'armes, a publié une vidéo montrant la destruction d'un navire de guerre russe, qui fait partie de la flotte de la mer Noire .

Syrie: l'alerte

Syrie: l'alerte

US/OTAN mène un dangereux jeu de balançoire entre la mer Noire et la Méditerranée orientale...

Dans une séquence vidéo présentée, les missiles de croisière Sea Breaker dits de cinquième génération d'Israël, conçus "uniquement pour détruire de telles cibles marines", volent à basse altitude et frappent avec succès le navire de la flotte de la mer Noire ou le bateau lance-missiles R-71 "Shuya". Évidemment Israël se fait petit en supprimant le numéro de côté du navire de guerre russe de la vidéo.

Avia.pro écrit : "Selon les experts, de telles actions de la partie israélienne conduiront certainement à une réponse de la Russie, d'autant plus que ce n'est pas la première fois qu'une entreprise militaire israélienne prenne des armes russes pour cibles. Jusqu'à présent, aucun commentaire officiel n'a été fait par la société israélienne Rafael." À Tartous et à Hmeimim, la Russie est témoin de l'assaut quotidien des F-35B british. Va-t-elle attendre que les F-35 Adir les rejoignent? La guerre US-Israël /Résistance est désormais ouverte en Syrie. Il est grand temps que la Russie la rallie...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/04/661492/Le-rapport-Damas-Moscou-fait-peur-%C3%A0-Isra%C3%ABl

Dans SYRIE

SYRIE : F-16/APACH US…RATATINES!

Par Le 01/07/2021

Syrie : Après la base US à al-Omar, quelle sera la prochaine cible de la Résistance?

Thursday, 01 July 2021 9:09 AM  [ Last Update: Thursday, 01 July 2021 10:05 AM ]

 30 

Al-Omar broyée sous les missiles. ( Image satellite)

Ce devrait être bien plus que ces roquettes Arash-4 de 122 mm que manie à merveille la Résistance irakienne, et qui avant son passage au stade « drone » en avril, avaient fait le malheur des troupes US, rien qu’en s’abattant par exemple en mars 2021 sur la méga base aérienne US à Erbil, quitte à provoquer un premier choc au sein du Pentagone qui se croyait jusqu’à là, barricadé dans le nord de l’Irak, à l’abri de toute atteinte. À en juger ces images satellites que publiée ce 29 juin par Aurora Intel, première du genre à avoir été communiquée dans la foulée de la première attaque anti-US en territoire syrien que revendique la Résistance, ce complexe de Green Village que les Yankee ont érigé et perfectionne depuis trois ans sur le plus vaste gisement pétrolier syrien, à l’intention de quoi ils ont fait venir de l’Irak voisin de 5 à 10 convois logistiques par mois, a du avoir subi non pas 32 roquettes « Grad » de 122 mm, comme le prétend Wayne Moratto, mais quelque chose de plus largement dévastateur.

Les USA frappés en Syrie : images russes

Les USA frappés en Syrie : images russes

Une récente attaque de roquettes à causé de lourds dommages à la base américaine dans les champs de pétrole d’al-Omar en Syrie.

Aurora Intel met en scène sur son compte tweeter un hangar de stock principal et un pool de moteur entièrement dévastés, consommés même par la puissance du feu, feu contre quoi les tirs de contre batterie américaines, secondées par les hélico venus dans la hâte d’al Shaddadeh, n’ont rien pu. Ce jeudi, trois jours après cette première riposte ouverte de la Résistance contre la présence illégale des USA en Syrie, les troupes du général Austin en sont toujours à se demander d’où sont partis les tirs, d’al-Mayadin ou d’Abou Kamal et surtout à quand le prochain round !

Syrie : le Mohajer-6 frappe l'US Army!

Syrie : le Mohajer-6 frappe l'US Army!

Comment la bourde US a ouvert la voix aux frappes au drones massifs anti-Israël?

Remarquons que pour ce baptême de feu d’attaques anti US qui ont gagné la nuit de 27 à 28 juin, en ampleur pour s’étendre, en quart de tour de l’Irak voisin à la Syrie orientale, les Irakiens qui criaient vengeance ce mercredi aux funérailles de quatre des leurs, écrasés sauvagement sous les bombes GBU, ne pouvaient pas faire dans la dentelle Surtout qu’al-Omar, cible de cette première opération de représailles, a été soigneusement triée pour le poids stratégique et géostratégique dont il jouit au Levant. En 2011, date à laquelle l’axe US-Israël a déclenché sa guerre contre la Syrie, al-Omar produisait 90 000 b/J soit 20% des besoins nationaux. À présent ce sont les USA qui s’en mettent pleines les poches par FDS interposées qui, depuis 2017, et suivant un subtile jeu du chat et de la souris, s’est vu remettre par Daech le contrôle de ce méga gisement pétrolier sans que les terroristes, d’habitude si prompts à raser, à faire sauter, à incendier, y aient touché un cheveu.

Puis al-Omar a un sous-sol interconnectable avec d’autres puits de pétrole syrien, tous longeant la rive est de l’Euphrate qui s’étend sur 500 kilomètres en Syrie mais dont ses 150 kilomètres finales se trouvent justement à Deir ez-Zor et qui comporte pas moins de 10 gisements, Connoco, al-Mahach, al-Tamim, al-Shoulaa, al-Jafra, al-Amar, al-Tanak, al-Ward, al-Ahmar et al-Kashma… !  Al-Omar se situe, comme une cerise sur le gâteau puisqu’entouré par d’autres champs et limitropheq de l’Euphrate.

Premier F-16 US abattu par l'Irak !

Premier F-16 US abattu par l'Irak !

Abou Kamal/Qaem frappé pour la deuxième fois par Biden... la riposte ?

Pas trop con les Yankee, d’autant plus qu’al-Omar et partant Green Village servent de portail du triangle méridional de la rive est de l’Euphrate, si on tient compte de cette rivière d’al-Khabour qui partie, du sud de la Turquie et traversant de Hassaké et de Deir ez-Zor se jette au niveau d’al-Mayadin à l’Euphrate procurant aux Yankee des capacités de transit fluvial dans une province (Deir ez-Zor) réputés pour ses larges déserts qui servent d’ailleurs de camps d’entraînement aux formateurs et aux officiers américains qui continuent à former Daech, al-Maghawir al-Thora et autres énergumènes de leur boîte à outil terroriste. Mer, terre, pétrole, désert « occupés », la première riposte anti américaine de la Résistance a donc soigneusement choisi sa cible.

Deir ez-Zor : la base US frappée!

Deir ez-Zor : la base US frappée!

Ce n’est pas comme le camp d’en face, Pentagone et Cie, qui quatre jours après avoir frappé « trois bases à drones et à missiles tactiques des mandataires de Téhéran » au point de passage Abou Kamal-/Qaem en est toujours à s’en justifier aux yeux d’experts. The National Interest écrit : « Ce que les États-Unis espèrent accomplir à travers ces frappes n’est pas clair. D’un point de vue purement militaire, les frappes en question n’ont en rien empêché la poursuite des attaques de drones contre les forces américaines en Irak. Les drones en question sont bon marché, mobiles et intrinsèquement difficiles à cibler. Bien que certains aient pu être détruits lors de l’attaque du 27 juin, il ne fait aucun doute que l’Iran est disposé à remplacer tous les drones détruits par de nouveaux.

De même, l’attaque était presque inutile si sa justification était la dissuasion basée sur la punition. Le moment de l’attaque – 01h00 heure locale – semble avoir été choisi pour réduire le risque de pertes, bien que plusieurs combattants des PMF, et peut-être des civils, ont été tués. De même, l’infrastructure détruite peut être facilement reconstruite. Si le but était d’intimider les Hachd, la mission a échoué, les Hachd ayant promis de venger ses combattants tués lors des frappes aériennes et a déclaré que ses attaques contre les forces américaines en Irak se poursuivraient sans relâche, pire que les troupes US vont saigner ».

 

Et d'ajouter:« À quoi le Pentagone pensait-il lors de la planification de ces frappes ? D’un point de vue militaire, ils ont accompli pire que rien. En attaquant des ressources qui peuvent être facilement remplacées, tout ce que les États-Unis ont fait, a été de fournir un motif et une justification supplémentaires aux frappes de représailles contre des cibles américaines en Irak. Et al-Omar a été attaqué. D’un point de vue politique, ils se sont aliénés les mêmes responsables gouvernementaux irakiens dont ils avaient besoin du soutien continu pour justifier leur présence en Irak – et, par extension, en Syrie. Et la revue d’ajouter : « Mais c’est le manque absolu de conscience géopolitique qui rend l’action américaine si incompréhensible. Il semble que les États-Unis bombardent simplement parce qu’ils le peuvent – et au diable ​​les conséquences … »

Abou Kamal frappé, 1ère riposte tombe!

Abou Kamal frappé, 1ère riposte tombe!

Moins de 24 heures après 4 raids aérien US contre trois positions de la Résistance irakienne à Abou Kamal, une première riposte tombe.

Et les conséquences justement ? D’après des sources bien mieux informées que Wayne Moratto, le raid contre al-Omar aurait impliqué bien plus que de « Grad » de 122 mm. Il semblerait que la Résistance irakienne, un peu à l’image d’Ansarallah suit un système de feu intégré qui implique à la fois drones et missiles ou drone et roquette. Le drone Mohajer que les Hachd a exposé le 26 juin, lors de sa mémorable parade militaire à Diyala en serait parfaitement capable. Son type 2 par exemple, conçu pour des missions de reconnaissance et de cartographie avec la capacité de localiser puis visualiser pas moins de 99 points et d’en transmettre les données à sa base. Et il est fait surtout pour s’adapter à l’artillerie, au calibrage de tirs. Le soi de 28 juin, les Yankees qui grouillaient à al-Omar n’auraient jamais pensé être surveillés et photographiés par des drones en prélude au feu qui allaient s’abattre sur eux, vu que la base est théoriquement truffée de radars et que ces dits radars ont pour mission de pouvoir intercepter n’importe quel objet volant. Mais le "Mohajer" ne semble pas être la seule pièce de ce kit d’enfer qui a visé le cœur de la base US à al-Omar, le 27 juin.

Ce

Ce

Aux critiques qui lui reprochent sa décision de retirer l’USS Nimitz du CentCom pour le re-déployer dans le Pacifique, quitte à priver les Etats-Unis de «...

Il semblerait que « cette artillerie » dont s’est servie la Résistance irakienne aurait tiré des obus intelligents un peu à la manière d’une mitraillette. Bref rien de trop rassurant pour les troupes US que le secrétaire général de Asaïb Ahl al-Haq a menacé de faire saigner, puisque l’Amérique « méprise le sang irakien ». Une photo fait depuis quelques heures le tour des réseaux sociaux et elle est revendiquée par Saraya Awli'a al-Dam : elle met en scène un combattant abattant un hélicoptère militaire américain avec un système de défense aérienne portable (MANPAD)… Et les missiles MANPAD iraniens comme Misagh constituaient l'une des armes les plus sophistiquées et les plus efficaces contre les forces ennemies et les cibles à basse altitude. Comment ?

L'Iran sort sa DCA anti-drone!

Dans le cadre d’une nouvelle initiative des industries de la défense de la RII visant à accroître la mobilité et à créer un parapluie de défense à courte p...

Le missile « Misagh1 » d’une longueur d’un mètre et demi a une portée minimale de 500 mètres et une portée maximale de 5000 mètres. Il a la capacité de frapper des cibles sur le plafond de vol de 4000 mètres. Ce missile a une vitesse de 600 mètres par seconde et pèse environ 11 kilogrammes, dont 1,42 kilogramme est le poids de son ogive, et la masse du missile avec un lanceur qu’il faut porter est d’environ 17 kilogrammes. Vu les caractéristiques du lanceur, la durée de stockage de ce missile est longue, il a une instruction de lancement simple et une cadence de tir élevée, et il peut être utilisé à des températures allant de moins 40 à plus de 60 degrés. Son système de guidage automatique vous permet d’opérer sur le mode « tire et oublie », permettant à l’utilisateur de quitter rapidement la position de lancement et de réduire le risque de dégâts de la part de l’ennemi.

Difficiles pour les Apach et autres hélico US d'en échapper ... la Syrie-est fera la fête à l'occupant US. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/01/661270/Syrie-Deir-ez-Zor-Base-US-Al-Omar

Dans SYRIE

DES CENTAINES D’ENFANTS DETENUS DANS DES PRISONS POUR ADULTES DANS LE NORD-EST DE LA SYRIE

Par Le 01/07/2021

Des enfants sont détenus dans des prisons dans le nord-est de la Syrie, annonce le CICR

Des enfants sont détenus dans des prisons dans le nord-est de la Syrie, annonce le CICR

folder_openSyrie access_timedepuis 2 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Des centaines d'enfants sont incarcérés dans des prisons pour adultes dans le nord-est de la Syrie, a déclaré mercredi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), dévoilant pour la première fois le sort de détenus.

Les enfants, pour la plupart des garçons, ont été transférés vers les prisons depuis un camp situé dans le désert et géré par les forces kurdes, a précisé l'organisation humanitaire.

«Des centaines d'enfants, surtout des garçons, dont certains n'ont pas plus de 12 ans, sont détenus dans des prisons pour adultes», a déclaré Fabrizio Carboni, directeur régional du CICR pour le Moyen-Orient, lors d'une conférence de presse.

L'année dernière, le CICR a effectué 36 visites dans des lieux de détention en Syrie. Il exige des entretiens privés avec les détenus sur leur traitement et leurs conditions de vie, mais ses conclusions, confidentielles, ne sont communiquées qu'aux autorités.

Le CICR a accès à certains lieux de détention dans le nord-est de la Syrie, une zone contrôlée par les Kurdes syriens, a indiqué une porte-parole, qui a refusé de donner des détails.

https://french.alahednews.com.lb/40554/309

Dans SYRIE

MICHEL RAIMBAUD - SYRIE : UNE GUERRE GLOBALE SANS FRONTIERES

Par Le 29/06/2021

Syrie : Une guerre globale, sans frontières

Par Michel Raimbaud

Mondialisation.ca, 28 juin 2021

RT France opinion 27 juin 2021

Région : 

Thème: 

 26   0  0 

 

  26

Alors que la guerre en Syrie est entrée dans sa onzième année, Michel Raimbaud analyse son traitement médiatique. Pour l’ancien diplomate français et essayiste, celui-ci doit prendre en compte la multiplication des acteurs qui pèsent dans ce conflit.

****

Depuis plus de dix ans, la guerre impitoyable qui ravage la Syrie et inflige un martyre à son peuple a inspiré des torrents d’écrits et des flots de discours. Lettres et mots ont enflammé les esprits sans pour autant illuminer les cerveaux, pourtant si prompts à l’allumage pour les causes les plus improbables, de nos élites pensantes.

Durant cette longue période, les sujets de nos «grandes démocraties» ont donc eu droit à un lavage de cerveau en (double) bonne et due forme, à savoir un matraquage et une omerta. Nous avons pu entendre rabâcher un nombre incalculable de fois le récit officiel bien connu des guerres de Syrie, un récit ayant toujours pignon sur rue dans l’ensemble des médias officiels écrits et audiovisuels du mainstream, au sein de l’immense majorité des intellectuels et dans les hautes sphères politiques et diplomatiques de France, de Navarre, d’Europe et d’Occident. Détail qui tue ou devrait tuer, les hérauts, promoteurs et crieurs publics de cette doxa (c’est ainsi qu’on appelle ledit récit pour faire chic) se sont trompés sur toute la ligne, mais ils persistent et signent… Ce qui ne les gêne aucunement, puisque, et c’est même le secret de leur réussite, ils n’ont jamais de preuves à fournir afin de justifier leurs messages, et c’est tant mieux pour leur quiétude intellectuelle.

Déjà gavés de la version officielle, les sujets en question ont eu droit à des cures d’omerta, la loi du silence neutralisant radicalement ceux qui remettent en question le récit officiel.

Dans ces conditions, les contestataires qui ont entrepris de déconstruire point par point cette doxa ont dû se rabattre sur les médias alternatifs. Lorsqu’il est arrivé à certains, très rarement et par erreur, de se retrouver invités dans les médias officiels, c’était en qualité de faire-valoir lors d’interventions homéopathiques. L’expérience prouve que ce travail de déconstruction inlassable de la vérité officielle est épuisant et fait même tomber dans le panneau décrit naguère par Carl Rove, conseiller néoconservateur de Georges Bush junior, à l’intention d’un journaliste américain, Ron Suskind, qui évoque l’anecdote en 2004 dans le New York Times. Interrogé sur l’utilité des «analyses de la réalité observable», notre ami Carl avait rétorqué d’un air dédaigneux : «Ce n’est plus de cette manière que le monde marche réellement. Nous sommes un empire maintenant, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire. […] Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons.» Et il est vrai que l’exercice de déconstruction est voué à l’échec. Le temps de réfuter tel ou tel «récit», une cinquantaine d’autres ont été produits et mis en ligne sur le mainstream.

Certes, on peut continuer, et il est difficile de ne pas le faire, à dénoncer les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les mesures génocidaires, la tentative de politicide (destruction de l’Etat) et d’ethnocide (destruction du peuple dans sa société, sa mémoire, sa culture, sa personnalité, sa dignité, ses aspirations), bref tout ce qui s’inscrit dans le cadre d’une agression collective contre la Syrie légale, crime international par excellence. Mais à quoi bon ? Il est de même tentant de rappeler encore et encore les destructions, crimes, exactions, méfaits, pillages, vols, etc… dont les envahisseurs et leurs complices sont responsables, ou le bilan des sanctions, des blocus ou embargos. Depuis 2011, des mesures coercitives innombrables et sadiques de toutes sortes n’ont-elles pas été décrétées sur un rythme forcené, par trains entiers, par des bureaucrates maniaques et fanatiques, littéralement enragés de ne pouvoir imposer par la force des armes le changement de régime, la capitulation sans conditions et la mise au pas de la Syrie ?

En réalité, cette réflexion répétitive lassante a du bon, dans la mesure où elle amène à réaliser que la Syrie résiliente mérite beaucoup mieux que des lamentations sans fin. Elle a droit à notre respect, à notre soutien politique et moral, et à notre solidarité. Ce qui est infiniment plus constructif.

Avec l’aide de ses alliés, elle a résisté, militairement et moralement, elle a imposé le respect de son calendrier constitutionnel (ce qui constitue en soi un succès politique), elle impose le respect tout court, et dans leur for intérieur beaucoup de chefs d’Etat envient sûrement leur collègue syrien. D’ailleurs, à Damas – cet état d’esprit est assez nouveau – on laisse transparaître un certain optimisme, conformé sûrement sur la fierté de tenir tête à l’adversité et aux adversaires. D’autant plus qu’ici et là dans le vaste monde, de nombreux indices tendent à démontrer que l’on prend conscience du bien-fondé de la posture confiante et plus volontariste que jamais qu’adoptent les dirigeants syriens, malgré la lourdeur du fardeau et des entraves qu’impose le satané Axe du Bien.

Ces constats de renouveau ne valent-ils pas toutes les palabres du monde et tous les ergotages intellectuels des pisse-vinaigre ? Malheureusement, dans la France officielle, marginalisée, invisible et inaudible, le temps s’est arrêté : c’est le couvre-feu pour nos Lumières, la mise au pas de tout ce qui bouge et marche. Tout se passe comme si la déraison du Covid avait eu raison de tout… rationalisme. La couverture et le traitement de la question syrienne font largement les frais de ce gel des intelligences et des consciences.

En conséquence, on s’en tient en Occident, en France tout spécialement, à l’approche habituelle que l’on a des conflits et des crises : sous nos latitudes, on adore traiter au cas par cas et l’on répugne à adopter une approche globale : prière de «ne pas tout mélanger», injonction qui constitue l’une des armes absolues des chevaliers de la doxa et des chiens de garde de l’omerta, face aux contestataires. Il en va ainsi dans le conflit syrien, qui est tout sauf une tragédie isolée, un exemple de complexité non soluble dans la simplicité d’esprit.

Lorsque d’aventure on se trouve confronté à ces preux défenseurs de l’orthodoxie faussement naïve, le «débat» prend vite un tour surréaliste. Le substrat géopolitique ? Connais pas. Les visées hégémonistes ? Zappées. Les arrière-pensées, les ingérences systématiques ? Oubliées. Les plans de déstabilisation, de partition, de casse ? Des inventions de «complotistes», l’accusation tenue pour une autre arme absolue, qui est censée anéantir l’adversaire impudent.

Il faut donc à tout prix ignorer le contexte régional et mondial qui dérange, éviter soigneusement toute vision d’ensemble. Toute question doit faire l’objet d’un traitement séparé (c’est le cas pour le Liban) à moins que l’on ne préfère l’ignorer complètement (comme on le fait souvent pour l’atroce guerre de Syrie, depuis que celle-ci a été plus ou moins gagnée militairement parlant par Damas et ses alliés).

L’Occident est encore et toujours seul au monde. Il est le monde à lui seul. Comment pourrait-il imaginer, même dans le pire des cauchemars, que de plus en plus nombreux sont ceux qui à travers la planète (90% de l’humanité) disent tout bas (ou tout haut) qu’il n’est pas seulement seul, mais qu’il est nu.

Bien évidemment, dans le maelstrom des événements actuels, on ne saurait comprendre et analyser (en creux et en relief) les multiples conflits sans les resituer dans leur cadre géopolitique global.

La guerre de Syrie, qui en est à sa onzième année, n’est pas une guerre «civile» entre deux Syries, ni même une simple guerre contre le terrorisme, celui-ci n’étant que l’un des aspects ou instruments du conflit. C’est «une guerre sans frontières», donc une guerre globale et mondiale, dans laquelle se sont impliqués environ 120 Etats membres des Nations Unies (les fameux «amis du peuple syrien»), et où ont été engagés près de 400 000 combattants djihadistes étrangers issus d’une centaine de pays et des cinq continents. Cette guerre multiforme met aux prises deux camps qui défendent deux conceptions opposées de l’ordre mondial.

Le camp occidental, soutenu par Israël et les forces islamistes, lutte pour la sauvegarde de son hégémonie unipolaire tandis que le bloc eurasien à direction russo-chinoise, auquel s’est rallié l’Iran, soutient fermement la Syrie, et combat pour un monde bipolaire ou multipolaire respectueux des souverainetés et des indépendances.

En conséquence, la guerre de Syrie (l’auteur de ces lignes préfère dire «les guerres de Syrie») doit être considérée, non seulement dans son cadre proche-oriental, mais aussi dans son contexte arabe et musulman, et bien sûr en fonction des réalités et choix géopolitiques.

Il est évident que la politique des pays de la région, avec leurs objectifs, leurs diplomaties, leurs manigances, leurs craintes devant la tournure des événements, pèse lourdement sur l’évolution de la Syrie. Mais il est non moins évident que l’avenir de la Syrie devra s’articuler de facto avec le devenir de ces multiples belligérants et acteurs, en fonction notamment de leurs alliances, de leurs choix stratégiques, de leurs ambitions et perspectives.

Tout traitement de la question syrienne doit donc prendre en compte les faits et gestes de la Turquie, du Liban, du Yémen, de l’Irak, de l’Arabie saoudite, d’Israël, mais aussi du «camp atlantique» et du «bloc eurasien» dans le décor global de la mutation géopolitique en cours : que cela plaise ou non aux partisans des idées simples dans l’Orient compliqué, dans la conjoncture la plus complexe et la plus décisive qui soit. Il en va du réalisme de l’approche requise pour tenter de percer les mystères de l’avenir. Quant au choix entre pessimisme ou optimisme, il dépend avant tout de l’idée que l’on se fait du destin de la domination occidentale : assurée à jamais ou déjà en agonie…

Michel Raimbaud

 

 

Ancien diplomate et essayiste, Michel Raimbaud a publié plusieurs ouvrages, notamment Tempête sur le Grand Moyen-Orient (2e édition 2017) et Les guerres de Syrie (2019).

La source originale de cet article est RT France opinion

Copyright © Michel RaimbaudRT France opinion, 2021

https://www.mondialisation.ca/syrie-une-guerre-globale-sans-frontieres/5657833

Dans SYRIE

SYRIE : UNE BASE ILLEGALE US PROCHE D'UN GISEMENT DE PETROLE ATTAQUEE. DEUX CONVOIS MILITAIRES US VIOLENT A NOUVEAU LE TERRITOIRE SYRIEN

Par Le 29/06/2021

Syrie: Attaque de représaille contre une base US proche d’un gisement pétrolier. Deux convois US dépêchés à Hassaké

 Depuis 3 heures  29 juin 2021

Des convois militaires US dépêchés à Hassaké pour piller le pétrole syrien

Des convois militaires US dépêchés à Hassaké pour piller le pétrole syrien

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Des roquettes ont été tirées contre une base militaire américaine illégale, située à proximité du plus grand gisement de pétrole en Syrie, Omar, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor (nord-est), le lundi 28 juin, a indiqué l’agence de presse syrienne Sana.

Selon des sources présentes sur place, au moins huit projectiles y ont explosé. Les dégâts et possibles victimes restent à préciser.

Aussitôt après ces tirs, les avions de guerre américains ont survolé de manière intensive la base, et les forces d’occupation US se sont mis en état d’alerte.

De son côté, le porte-parole de la coalition internationale, dirigée par les États-Unis, Wayne Marotto, a confirmé que les tirs se sont produits à 19h44 heure locale. Les dégâts étaient en train d’être évalués. M.Marotto n’a pas précisé qui pouvait être derrière l’attaque.

Cette opération est une riposte aux bombardements US ayant visé, dans la nuit de dimanche à lundi 28 juin, les factions de la résistance à la frontière irako-syrienne, ont affirmé des sources locales, citées par le correspondant de la télévision libanaise AlMayadeen.

SANA a confirmé la mort d’un enfant et de trois civils dans cette agression américaine contre la zone frontalière avec l’Irak.

Les forces du Hachd al-Chaabi ont pour leur part fait état de 4 martyrs dans leurs rangs.

Le Pentagone accuse les Hachd al-Chaabi d’être derrière «les attaques aux drones» contre les forces d’occupation américaine en Irak.

Deux convois militaires US dépêchés à Hassaké

convois-us

Entre-temps, les forces d’occupation américaines ont de nouveau violé la souveraineté de la Syrie, en dépêchant deux convois composés de 60 véhicules, et accompagnés par des véhicules appartenant aux Forces Démocratique Syrienne (FDS, majorité kurde).

Les véhicules US, chargés d’équipements militaires et logistiques, sont entrés dans le nord-est syrien via l’Irak.

Selon Sana, cette violation vise à renforcer la sécurité autour des bases US illégales dans la région d’al-Jazira à Hassaké (nord-est), et à poursuivre le pillage du pétrole de la Syrie et de ses ressources souterraines avec l’aide des FDS et des milices soutenues par les USA.

https://french.almanar.com.lb/2102289

Dans SYRIE

DAMAS : UNE ATTAQUE TERRORISTE A LA BOMBE CONTRE UN BUS MILITAIRE FAIT AU MOINS 14 MARTYRS

Par Le 20/10/2021

Syrie: attaque terroriste à la bombe d’un bus militaire à Damas, 14 martyrs

Syrie: attaque terroriste à la bombe d’un bus militaire à Damas, 14 martyrs

folder_openSyrie access_timedepuis 6 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Au moins 14 personnes ont été tuées dans un attentat à la bombe visant mercredi un bus militaire dans la capitale syrienne Damas, la plus importante attaque du genre dans la capitale syrienne depuis des années, a rapporté l'agence officielle syrienne SANA.

«Vers 6H45 (03H45 GMT) ce matin, lors du passage d'un bus militaire de nuit dans la ville de Damas» près d'un pont stratégique, celui-ci «a été pris pour cible par une attaque terroriste avec deux engins explosifs qui étaient attachés au bus, entraînant la mort de quatorze personnes et faisant plusieurs blessés», a indiqué SANA, citant une source militaire.

Une équipe spécialisée de l'armée a par ailleurs «démantelé un troisième engin tombé du bus après l'explosion», a ajouté la même source, tandis que des images publiées par l'agence syrienne montraient des secouristes inspectant le bus entièrement calciné.

L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat.

Damas a été en grande partie épargnée par les violences des dernières années en Syrie, notamment depuis que les troupes gouvernementales ont repris en 2018 le dernier gros bastion des groupes armés près de la capitale.

L'attaque est la plus meurtrière dans la ville depuis un attentat revendiqué par le groupe terroriste «Daech» en mars 2017, qui avait visé le palais de Justice et fait au moins 30 martyrs.

https://french.alahednews.com.lb/41839/309

syrie attaque terroriste

Dans SYRIE

PALMYRE FRAPPEE : "LES UNITES D'INTERVENTION NAVALE RAPIDE DU CGRI PRETES A INTERVENIR"

Par Le 15/10/2021

«Les unités d'intervention rapide du CGRI prêtes à intervenir» 

Friday, 15 October 2021 4:41 PM  [ Last Update: Friday, 15 October 2021 6:01 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un défilé des vedettes rapides du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) dans le golfe Persique. ©Al-Alam/Archives

La frappe sanglante qu'a lancé Israël dans la nuit de 13 à 14 oct contre Tadmor en Syrie a fait six morts, puisqu'elle a visé le dortoir des soldats tout comme une des tour de télécommunication. Or Le QG des forces alliées avec l'armée syrienne a promis une riposte dure. Le scénario rappelle celui du mois de juillet quand une frappe israélienne contre Qusseir à Alep a été ripostée en mer d'Oman via une attaque contre le navire Mercer Street... Le commandant  en chef du CGRI lance un très significatif avertissement en ce sens.  

Le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique, le général de division Hossein Salami, a déclaré que les forces navales du CGRI ont atteint la capacité de “réaction rapide” face à toute menace, soulignant que les ennemis doivent accepter la réalité de la puissance offensive et défensive de l’Iran.

“En utilisant des systèmes de guerre électronique modernes, la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique a pu prendre le contrôle complet de l'espace maritime du golfe Persique et du détroit d'Hormuz, ce qui est l'un des honneurs de notre marine aujourd’hui”, a déclaré le général de division Hossein Salami, ce vendredi 15 octobre.

“Nos ennemis doivent accepter la réalité de la puissance offensive et défensive de la République islamique d'Iran et du CGRI”, a-t-il averti lors d'une visite aux unités navales du CGRI sur les îles du golfe Persique et le détroit stratégique d'Hormuz.

Le général Salami a affirmé que la marine du CGRI avait réussi à réaliser des progrès remarquables, en particulier dans la production de navires de pointe, de drones à longue portée et de missiles guidés basés en mer, au cours des trois dernières années, saluant les efforts fournis par le contre-amiral Alireza Tangsiri, commandant en chef des forces navales du CGRI.

Plus loin dans ses remarques, le général Salami a affirmé qu'aucune action qui menacerait les politiques et stratégies de défense de l’Iran ne serait tolérée, avant de souligner que tout le matériel utilisé par la marine du CGRI est entièrement produit dans le pays, y compris les missiles, les systèmes de défense, les systèmes de guerre électronique, les drones et les missiles souterrains.

Selon le général Salami, différentes unités de la marine du CGRI sont au maximum de leur préparation et sont capables de répondre rapidement et de manière décisive à toute menace.

“Nous sommes prêts à faire face à tout scénario, et aujourd'hui, une telle préparation peut être vue sur les rives bleues azur du golfe éternellement Persique”, a déclaré le commandant du CGRI.

US Navy intercepté par le CGRI

US Navy intercepté par le CGRI

Des vedettes américaines ont été interceptées par des navires du CGRI dans le golfe Persique.

Par ailleurs, des photos de la nouvelle catégorie de navires de guerre du CGRI ont été publiées lors d’une récente visite du président Ebrahim Raïsi à Iran Marine Industrial Company située dans la ville de Bouchehr. Ces prototypes portent le nom de Shahid (martyr) Soleimani et sont construits localement au sein de l'Institut maritime Shahid Mahallati à Bouchehr, à Qeshm et à Bandar Abbas.

Le navire “Soleimani” est un bâtiment de 65 mètres de long qui pourrait atteindre une vitesse de 45 noeuds marins soit 83 km/h, bien plus rapide que d'autres classe de navires iraniens, Nazeri ou Ghadr. Un lanceur à double missiles, installés des deux côtés du bâtiment, sont perceptibles et le navire est aussi équipé de DCA avec le missile intercepteur Azarakhsh.

De plus, le récent exercice mené par le centre de commandement de Khatam al-Anbiya baptisé “Défenseurs du ciel de Velayat 1400” témoignent des efforts importants et fructueux de l’Iran pour renforcer la défense aéronavale du pays.

Au cours de ces exercices, ont également été dévoilés les systèmes de DCA Majid et Dezfoul, des répliques en plus petit du Bavar 373. Équipées de missiles de croisière, ces deux systèmes ont l’avantage de pouvoir être embarquées à bord des navires, ce qui en fait des batteries de DCA navales.

Guerre Israël/Iran sera

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/15/668574/Iran-CGRI-G-Salami

Dans SYRIE

IRAK/SYRIE : L'US ARMY EN ETAT D'ALERTE !

Par Le 14/10/2021

Al-Tanf en Syrie et Israël en ligne de mire de la Résistance

Thursday, 14 October 2021 7:11 PM  [ Last Update: Thursday, 14 October 2021 7:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Irak/Syrie : l'US Army en état d'alerte! (Photo à titre d’illustration)

L'actualité irakienne n'est certes pas ce que les medias mainstream cherchent à faire croire à savoir des élections législatives où "les Hachd al Chaabi " seraient sortis" perdants". Après tout cela fait un an que le Pentagone totalement défait face aux drones et aux roquettes de la Résistance travaille à l'aide de la CIA du MI6 et de l'argent émirati et de la technologie allemande à imposer un système de comptage de voix électronique à fonctionner aux Emirats, propre à faire disparaître des milliers de voix ou à en changer la nature. D'ailleurs au train où vont les contestations contre ce machin chose qu'est la commission électorale le mode de comptage à la main finira par s'imposer puisqu'en Irak 2021 l'Amérique ne fait que "vivoter" : face aux armes de la Résistance finis à jamais Paul Bremer Rumsfeld Bush et compagnie.  Aussi il convient de prendre réellement au sérieux le message de ce journaliste irakiens Ahmed Abdel Sadeh qui tweet : " les Emirats arabes unis avaient manipulé les serveurs des machines à voter pour modifier les résultats des élections législatives en faveur de partis politiques particuliers qui suivent le projet de la dissolution des unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) sans trop se laisser impressionner  car « La solution à la crise des résultats électoraux est que les votes soient comptés manuellement en présence de représentants des groupes politiques : » D'ailleurs Abu Dhabi sans trop le vouloir sans doute est devenu une baromètre de fraude électorale en Irak à  en juger ce que le journaliste conseille par la suite : "Sans doute, tout groupe qui s'oppose au dépouillement manuel des votes est complice de la fraude électorale ».

Syrie: Un F-16 israélien abattu par Poutine!

Syrie: Un F-16 israélien abattu par Poutine!

Israël frappe la Russie à Palmyre en tuant et blessant les alliés de la Syrie

Lire aussi : Irak: le méga coup antiUS?

L'actualité irakienne, la vraie c'est ce retour US à  la case départ dès la confirmation des irrégularités soit cette fin de trêve électorale car que les Sadristes remportent ou Maliki les USA seront poussés dehors.

Un grand convoi d'équipements militaires des forces armées américaines a été pris pour cible mercredi, l'une des attaques les plus grandes jamais réalisées sur le territoire de l'Irak.

Au fait cette attaque aura été un mixte entre l'engin improvisé et le tir de roquettes qui s'est produite à peine 48 heures après que la ville Abou Kamal, haut lieu de la Résistance irakienne eut été ciblée par des drones israéliens, avec la complicité directe des États-Unis. Sabreen news, chaîne proche de la Résistance publie une photo de l'attaque et sur la photo présentée, rien que l'ampleur de l'incendie survenu à  Bassora dans le sud confirme le passage par la Résistance aux coups "sanglants" contre les Etats- Unis. Selon les données préliminaires, lors de l'attaque, un camion-citerne est parti en fumée  ainsi qu'au moins un tracteur militaire avec des véhicules blindés dessus. Il existe également des informations beaucoup plus significatives selon lesquelles à la suite de l'attaque, 6 véhicules blindés américains ont été détruits et au moins 12 militaires américains ont été blessés.

Mais ce n'est pas tout: cette logique de réponse du tac au tac qui régissait jusqu'ici la scène irakienne tend visiblement et les législatives irakiennes pourraient ne pas y être totalement étrangère vers la Syrie voisine. Dans la nuit de 13 à 14 octobre les F-16 israéliens ont frappé pour la troisième fois d'affilée et en moins d'une semaine un site non militaire à Homs, provoquant la mort des plusieurs combattants. Ce coup a déclenché aussitôt un tollé et une promesse de riposte faite par le "QG des forces alliées de l'armée syrienne.

Législatives irakiennes: de l’imprévu?

Législatives irakiennes: de l’imprévu?

Législatives irakiennes : Quelles perspectives pour le futur gouvernement ?

Dans quel état se trouve ce soir l'US Army? Al Tanf est en état d'alerte total. Avia pro écrit :

Après que la Syrie, l'Iran et un certain nombre d'autres groupes et formations soutenant Damas et Téhéran ont confirmé la préparation d'une attaque contre la base militaire américaine d'Al-Tanf l’état d'urgence a été déclarée sur le territoire de la plus grande installation militaire en Syrie. Le coup, selon les données préliminaires, peut être porté à la fois depuis le territoire de l'Iran ou depuis le territoire de la Syrie elle-même. Selon les informations préliminaires, la frappe devrait être mise en œuvre dans les prochaines 24 heures, tandis que l'armée américaine ne sera pas la seule cible - le territoire d'Israël sera également attaqué.

À l'heure actuelle, on sait que les systèmes de défense aérienne et antimissile déployés sur le territoire de la région d'Al-Tanf sont en état d'alerte maximale, et dans le ciel de la Syrie même et de l'Irak voisin, des avions d'alerte rapide et des avions de reconnaissance américains patrouillent hystériquement par crainte de frappe surprise. "

Lire aussi : le nouveau Parlement expulse les Gi’s (Irak)

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/14/668491/Irak--les-EAU-ont-manipul%C3%A9-les-r%C3%A9sultats

Dans SYRIE

LA CELLULE DE COMMANDEMENT DES ALLIES DE LA SYRIE VA RIPOSTER DUREMENT A L’AGRESSION ISRAELO-US CONTRE LA SYRIE

Par Le 14/10/2021

 

La cellule de commandement des alliés de la Syrie promet une riposte dure à l’agression israélo-US contre la Syrie

 Depuis 9 heures  14 octobre 2021

Des soldats syriens

Des soldats syriens

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Un soldat de l’armée arabe syrienne est tombé en martyr et trois autres ont été blessés à la suite d’une agression aérienne israélienne contre la région de Palmyre dans la banlieue est de Homs (centre).

Une source militaire a déclaré à l’agence officielle syrienne Sana que « vers 23h34 de la nuit dernière, l’ennemi israélien a mené une agression aérienne à partir de la zone de Tanf contre Palmyre dans la banlieue est de Homs, prenant pour cible une tour de communication et certains points environnants ».

« Les défenses aériennes syriennes ont été activées contre des missiles tirés par des avions de combat depuis la base militaire américaine d’al-Tanf, située à la frontière entre la Syrie, la Jordanie et l’Irak », selon Sana.

Outre les quatre martyrs et blessés, cette source a fait état des dégâts matériels.

En réaction, le commandement de la cellule d’opérations des alliées de la Syrie a assuré, ce jeudi 14 octobre, qu’il ripostera à l’agression qui a visé des points appartenant aux forces alliées dans la région de Palmyre.

La cellule d’opérations des alliés de la Syrie a confirmé, dans un communiqué publié ce jeudi 14 octobre, que ses dirigeants avaient pris la décision de répondre à l’agression menée par des avions israéliens et américains la nuit dernière, contre des points de repérage de nos forces.

Le communiqué a expliqué que les cibles qui ont été attaquées sont des centres de rassemblement de jeunes et des centres de services. Un certain nombre de nos frères moudjahidines sont tombés en martyrs ou ont été blessés suite à cette agression. Leur nombre aurait été très plus grand s’ils ne s’étaient pas redéployés.

https://french.almanar.com.lb/2167871

Dans SYRIE

"ISRAËL" RENFORCE SA PRESENCE AU GOLAN SYRIEN QU'IL OCCUPE ILLEGALEMENT

Par Le 12/10/2021

 

Israël renforce sa présence sur le Golan, la Syrie furieuse

19:30 12.10.2021 (Mis à jour: 21:07 12.10.2021)

Hauteurs du Golan  - Sputnik France, 1920, 12.10.2021

© AFP 2021 JALAA MAREY

S'abonner

Alexandre Aoun - Sputnik France

Alexandre Aoun

Tous les articlesÉcrire à l'auteur

Avec le projet de doubler le nombre de colons sur le plateau du Golan, Israël compte sanctuariser ses acquis territoriaux aux dépens de la Syrie. La rétrocession de cette région annexée en 1981 et la paix entre les deux pays s’éloignent à grands pas.

Israël n’est pas près de rendre le plateau du Golan à la Syrie.

Lors d’une conférence le 11 octobre sur l’avenir de la région, Naftali Bennett, Premier ministre israélien, a été catégorique: "Le plateau du Golan est israélien, point final" a-t-il affirmé. Unilatéralement annexé par l’État hébreu en 1981, ce territoire était militairement occupé depuis la guerre des Six Jours de 1967. Seuls les États-Unis de Donald Trump ont reconnu la souveraineté israélienne sur ce territoire en 2019.

Or, le plateau du Golan, de facto occupé et administré par Israël, reste de jure, au regard du droit international, un territoire syrien. Mais pour le gouvernement israélien, rien n’y fait: "Même dans une situation où, comme cela pourrait se produire, le monde change d’avis sur la Syrie ou sur Assad, cela n’a aucune incidence sur le plateau du Golan" a déclaré le chef du gouvernement israélien. "Le développement du Golan est dans l’intérêt national [d’Israël, ndlr]", a-t-il justifié.

Une posture qui n’augure rien de bon:

"La situation risque de se tendre entre les deux pays", avertit au micro de Sputnik Raffaella Del Sorto, professeure agrégée en études du Moyen-Orient de l’Université Johns Hopkins, SAIS Europe, de Bologne (Italie).

 

La décision israélienne a en effet provoqué l’ire du gouvernement syrien. Les remarques de Naftali Bennett "sont agressives et ne changeront pas la vérité éternelle selon laquelle le Golan était et reste une région arabe syrienne et retournera tôt ou tard dans la patrie", a indiqué SANA, l’agence de presse officielle syrienne.

Israël veut doubler le nombre de colons dans le Golan

Une conjoncture d’autant plus tendue que le Premier ministre israélien ne compte pas s’arrêter là. Lors du forum, il a annoncé son souhait de doubler la population israélienne sur le plateau du Golan. Elle passerait ainsi de 27.000 habitants à plus de 50.000. Ce projet démographique sera accompagné de la construction d’éoliennes sur leurs terres agricoles et également d’investissements dans les infrastructures et les services publics.

Cette démarche aurait un but précis:

"Bennett veut changer la composition démographique" de la région, précise la géopolitologue.

 

En effet, malgré l’expulsion de 131.000 Syriens après la guerre des Six Jours, 22.000 Syriens druzes continuent de vivre dans cette région. Le 11 octobre, ils sont descendus dans les rues pour protester contre les intentions israéliennes d’augmenter le nombre de colons sur leurs terres.

Quartiers sud de Damas  - Sputnik France, 1920, 11.10.2021

International

La Syrie réintègre Interpol: "Les Occidentaux ont enfin compris qu’Assad avait gagné"

Hier, 18:35

 

Mais pour Israël, "le Golan est une question de survie territoriale", résume Raffaella Del Sorto avant d’ajouter que "la guerre civile en Syrie a beaucoup changé la position israélienne sur ce dossier". En effet, depuis le déclenchement du conflit, Israël est sur ses gardes. Les hauteurs du Golan lui permettent de dominer la plaine syrienne du Hauran, lui conférant un avantage stratégique décisif.

Israël a financé des terroristes

Avec la reprise des territoires par Damas et ses alliés, les milices iraniennes et le Hezbollah ont installé plusieurs postes militaires non loin du Golan pour maintenir un équilibre dissuasif avec leur ennemi israélien. Pour éviter un tel scénario, Tel-Aviv s’est même rapproché des djihadistes sunnites. En contrepartie de renseignements sur les positions des milices affiliées à Téhéran, les islamistes ont reçu depuis 2013 une aide financière et médicale.

Le Premier ministre israélien a d’ailleurs explicitement accusé Téhéran: "L’Iran, qui a envoyé des mandataires et construit des armées pour encercler l’État d’Israël, aspire à construire une autre armée à la frontière du plateau du Golan", avant d’ajouter que "leur aventure sur notre frontière nord doit prendre fin. Ainsi, nous assurerons non seulement la paix des habitants du plateau du Golan, mais de tous les citoyens d’Israël".

Plus mesuré sur la question, le secrétaire d’État Antony Blinken a toutefois estimé en février dernier que le Golan resterait d’une importance cruciale pour la sécurité de l’État hébreu tant qu’Israël serait menacé par les forces iraniennes.

Cette situation tendue semble réduire à néant les chances d’arriver à un traité de paix entre la Syrie et Israël. "Un compromis territorial n’est plus acceptable pour Israël", résume Raffaella Del Sorto.

La paix entre la Syrie et Israël était à portée de main

Pourtant, les deux pays ont maintes fois été à la table des négociations pour tenter de trouver une solution équitable. Après la conquête militaire par l’armée israélienne en 1967, Tel-Aviv entendait se servir de cette région comme outil dans les futurs pourparlers de paix. Le deal était simple: Israël devait rendre le Golan et la Syrie devait accepter la paix avec Israël. C’est ce qu’il s’était passé avec l’Égypte en 1979: Israël avait rétrocédé le Sinaï en échange de la signature des accords de Camp David.

Israël exercices militaires армия Израиля учения - Sputnik France, 1920, 06.10.2021

International

Opération du Mossad en Syrie: Israël mène une guerre de l’ombre sur tous les fronts

6 Octobre, 18:29

 

Depuis, plusieurs cycles de négociations se sont tenus avec la Syrie, "en commençant par Hafez el-Assad et Yitzhak Rabin; ensuite, il y a eu des pourparlers avec Ehud Barak en 1999 et avec le gouvernement de Ehud Olmert en 2009". Rien n’y a fait:

"Il y a toujours eu des litiges sur la ligne de démarcation, concernant à peine quelques dizaines de mètres", observe la géopolitologue.

 

Les deux pays ont même été à deux doigts d’arriver à un compromis sécuritaire: "il était question de mettre en place une zone démilitarisée et des stations d’alerte précoce", ajoute-t-elle. De père en fils, la position syrienne est restée la même: la récupération du Golan était non négociable avant d’entamer des négociations de paix. Et, c’est toujours le cas aujourd’hui.

La paix entre Israël et la Syrie n’est donc pas pour demain.

https://fr.sputniknews.com/20211012/israel-renforce-sa-presence-sur-le-golan-la-syrie-furieuse-1052115951.html

Dans SYRIE

GOLAN SYRIEN OCCUPE : DAVANTAGE DE COLONS POUR SE METTRE A L'ABRI DU HEZBOLLAH ?

Par Le 11/10/2021

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/11/668314/Golan-Syrie-Israel-

Des colons supplémentaires au Golan pour se mettre à l’abri du Hezbollah?

Monday, 11 October 2021 6:45 PM  [ Last Update: Monday, 11 October 2021 6:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des forces israéliennes au Golan occupé. ©AA/Archives

Pour ce qui est de l’occupation de certaines régions de la Syrie, le ministre syrien des Affaires étrangères a aligné la Turquie, les États-Unis et le régime sioniste sur un même rang, déclarant que Damas finirait par reprendre tout le territoire syrien dont les hauteurs du Golan.

Lors d'un discours prononcé ce lundi 11 octobre à l'occasion du 66e anniversaire de la fondation du mouvement des non-alignés (Non-Aligned Movement) dans la capitale serbe, Belgrade, le chef de la diplomatie syrienne a dénoncé les plans géopolitiques que certains pays continuent à poursuivre en Syrie dans le cadre de la cotation internationale sous prétexte de lutter contre le terrorisme de Daech. Il a accusé en particulier la Turquie qui selon lui, poursuit sans aucune retenue ses ambitions coloniales en attirant des terroristes du monde entier pour détruire la Syrie, a rapporté l'agence de presse officielle syrienne SANA.

Le ministre syrien des Affaires étrangères a souligné que l'approvisionnement en eau des habitants du nord-est de la Syrie avait été coupé, affirmant que la Turquie avait, à 25 reprises, empêché l'eau d'atteindre la station de pompage d'Alouk et avait réduit la quantité d'eau entrant en Syrie depuis l’Euphrate. Ce qui constitue une violation de la Charte des Nations unies et du droit international, tout en infligeant des dommages irréparables à la vie de millions de Syriens.

"La Syrie s'opposera fermement à divers cas d'occupation et d'agression par les États-Unis, la Turquie et Israël, et continuera à récupérer ses territoires occupés et à lutter contre le terrorisme dans le cadre de la constitution et du droit international", a déclaré Fayçal Meqdad.

Plus loin dans ses propos, il a évoqué les sanctions économiques contre la Syrie, affirmant que certains pays ont eu recours au terrorisme économique contre la Syrie sous le nom de “Loi César”, et ce, après avoir échoué à atteindre leurs objectifs par des moyens militaires et le terrorisme.

Le chef de la diplomatie syrienne a fini par réagir aux propos du Premier ministre israélien Naftali Bennett sur le développement des colonies sur le plateau du Golan occupé, déclarant que le Golan reviendrait tôt ou tard à la Syrie, selon le communiqué publié aujourd’hui, lundi 11 octobre, par le ministère syrien des Affaires étrangères.

Le Golan reviendra tôt ou tard dans les bras de la patrie, a souligné le ministre syrien des Affaires étrangères.

De leur côté, les habitants des hauteurs occupées du Golan, dans le sud de la Syrie, ont organisé lundi un rassemblement de protestation contre la politique du régime sioniste, pour annoncer leur refus quant à la mise en œuvre de tout projet de colonisation dans la région. Ces rassemblements ont en partie eu lieu dans le village de Masada où les protestants ont réaffirmé leurs identités arabe et syrienne.

Le rassemblement et la publication de la déclaration du ministère syrien des Affaires étrangères interviennent après que les sionistes ont tenu une réunion aujourd'hui dans le Golan occupé portant sur le développement des colonies. Le régime de Tel-Aviv prévoit de construire 7 000 nouveaux logements pour les colons. Si ces colonies sont construites, le nombre de colons sionistes passera de 40 000 à 100 000.

Pour les experts, l'objectif de Tel-Aviv dans de tels plans est de changer le contexte démographique et géographique du Golan. Jeudi dernier, le journal Israel Hayom a rapporté que le ministre israélien de l’Intérieur, Ayelet Shaked, avait émis un ordre sur la mise en œuvre du plan visant à établir plusieurs colonies sionistes à Néguev dans le sud de la Palestine occupée et du Golan occupé, soumettant l’ordre au cabinet.

Pendant la guerre des Six Jours en 1967, le régime a occupé une grande partie du plateau du Golan. Cette région est d'une importance stratégique pour les sionistes en raison de ses riches ressources en eau, dont le lac d'eau douce de Tibériade. Mais, la Syrie a souligné à plusieurs reprises que le plateau du Golan faisait partie intégrante de son territoire et qu'elle n’en céderait pas la moindre parcelle. 

Israël/Syrie : Redoutable révélation d'octobre!

Israël/Syrie : Redoutable révélation d'octobre!

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/11/668314/Golan-Syrie-Israel-

 

Dans SYRIE

LA SYRIE FRAPPEE, « ISRAËL »/USA SOUS LE CHOC !

Par Le 10/10/2021

Que s'est-il passé en ce 9 octobre où l'axe US/Israël a tenté de briser dans le ciel syrien l'équation Drone "plus fort que" Avion de combat?

Sunday, 10 October 2021 11:20 AM  [ Last Update: Sunday, 10 October 2021 12:34 PM ]

 30 

Les batteries de S-300©Avia.pro

C’est archi-faux de croire que le Pentagone de LIyod Austin dont le contingent terrestre semble sur le point de fuir l’Irak et dont des unités auraient quitté la base américaine d’Aïn al-Asad à destination de Hassaké et de Deir ez Zor, et ce, à bord de plus 60 blindés et camions militaires bourrés d’armes et de munition, un deuxième convois du genre à avoir forcé le point de passage d’al-Waleed en l’espace de 72 heures, n’a rien à voir avec cette vaste offensive aérienne qu’Israël a lancée dans la nuit de 9 à 10 octobre contre les aéroports militaires syriens dont T4 (Tiyas) et Masyaf, offensive qui a précédé de peu le déploiement de troupes US en Syrie orientale : au fait, les Américains qui ont été bien contraints ces dernières semaines et après le séisme dit « Pétroliers iraniens à Beyrouth » à desserrer précipitamment l’étau autour de la Syrie, quitte à pousser même Abdallah II de Jordanie dans les bras de Damas, viennent de faire en cette nuit de 9 octobre, un premier baptême de feu, celui de ces 14 bases aériennes jordaniennes qu’ils se sont payés dès le mois de mars dans le nord du royaume moyennant la somme annuelle de plus de 800 millions de dollars à verser sur le compte de la court, d’abord pour recycler leurs troupes aux abois en Irak,  puis pour offrir à l’entité sioniste un rempart contre les drones et les missiles de la Résistance, un rempart qui vu la place géo-statique de la Jordanie, surplombe non seulement l’Irak et la Syrie, mais encore le Liban et  la Méditerranée orientale.

Syrie : Quatre F-16 israéliens

Syrie : Quatre F-16 israéliens

Aussi, cette nuit de 9 octobre, quand les F-16 israéliens ont pris d’assaut à l’appui les armées de l’air allié le T4 puis Masyaf, ils l’ont fait à partir du ciel d’Al-Tanf, située sur le triangle Irak-Syrie-Jordanie et non comme dans le temps, depuis le ciel du sud du Liban qu’Israël sait être désormais doté de batterie de Khordad 15 la même qui aurait fait le malheur aux Hermès 450 et Harop israéliens, avec sa capacité d’'interception de six cibles à la fois, de détection des avions de combatdes missiles de croisière et des drones de combat, mêmes furtifs, à 150 kilomètres et de les suivre dans un rayon de 120 kilomètres et de les abattre à coup de  missile intercepteur Sayyad-3 d’une portée de 200 kilomètres.

Or dans l’optique d’une confrontation plus terre à terre US-Israël /Résistance alors même que la dronphobie du camp atlantiste bat son plein et que la crainte de voir les missiles impossibles à intercepter par Dôme de fer, Patriot ou THAAD s’abattre par milliers sur l’entité, cette équation « Al-Tanf-Nord de la Jordanie contre T4 » est autrement significative : En effet Tiyas est le point de jonction aérien de l’armée de l’air syrienne par où transitent les MiG 29, les MiG-27 ? Les Su-35, les MiG-25 les Su-24 les Su-22 entre Deir ez Zor, Homs, Hama, Alep et le Badiya au centre de la Syrie, un aéroport clé bourré de radars, de chars T 82 et de véhicules blindés entre autre. Puis c’est tout près de l’Irak et ce point de passage stratégique Abou Kamal/Qaem qui fait de la Syrie et de l’Irak un « tout indivisible » au cœur de l’axe de la Résistance. Ce serait d’ailleurs à T4 qui se déroulera, le jour J, le gros de soutien aux troupes Syrie-alliés, une fois Idlib expurgé de la présence de la Turquie et ce, à l’aide des Russes qui en sont désormais à frapper directement armée turque et ses bases et à envoyer leurs Iskander pulvériser les terroristes tout près des frontières de la Turquie

Israël: ce que propose l'Iran à Poutine!

Israël: ce que propose l'Iran à Poutine!

C’est bien contradictoires, ces images de missiles anti chars de fabrication sioniste de type Spike-NLOS que le président Aliev, tout en se baladant ce mar...

Mais en cette nuit du 9 octobre il s’agissait aussi pour Américains et Sionistes et Cie, de viser les unités de drones made in Iran stationnés à T4 surtout que les informations conséquentes font état de « l’entrainement massif des soldats syriens par les conseillers militaires iraniens à l’usage des Ababil-3, des Mohajer-6, des Shahed, voire des prototypes encore plus sophistiqués que sont le Kaman 22 ou encore Arash », un entrainement qui prend tout son sens quand on sait qu’après Deraa et Idlib ce sera le tour de Deir ez-Zor et de Hassaké à être libérés et que cette entreprise de libération, comme ne le cessent de réitérer les responsables syriens, ne tarderait pas dans la foulée à s’étendre aux frontières syriennes avec Israël, à savoir le Golan occupé qui du nord au sud, à savoir de Quneitra à Deraa, se trouve désormais sous contrôle de l’armée syrienne et partant du Hezbollah.

Mais ce plan d’offensive aérienne élargie auquel ont pris part non seulement l’armée de l’air israélienne et l’US Air force mais encore les armées de l’air de l’OTAN réunies en Israël sous prétexte d’avoir à y mener des exercices aériens conjoints  a-t-il été un succès ?

 La Syrie ratatinera le Patriot!

La Syrie ratatinera le Patriot!

Après les attaques intenses aux roquettes et aux drones contre les bases américaines à l’est de la Syrie, les États-Unis y ont déployé des batteries de défense aérienne.

Les Russes s’en moquent ce dimanche matin, eux qui suivant leurs rapports depuis fin juillet comptent un à un le nombre de missiles Air Sol que l’axe US/Israël lance contre le ciel syrien et ce de toutes les côtés et qu’il perd pour cause de cet extraordinaire imperméabilité de la bulle aérienne syrienne avec évidemment des pièces classique comme Tor, Pantsir-S ou Buk M2E mais auxquelles pièces il convient ‘ajouter la « master pièce » qu’est le Bavar -373. Depuis quelques heures, l’entité sioniste qui n’en revient pas d’avoir perdu 8 de 12 super missiles Air Sol tirés contre T4, Masyaf, Shaayrat et Quneitra publie de ces images dites satellitaires, sorte de barbouille qu’elle tente de faire passer pour des chefs d’œuvre de ciblage. Sur l’une d’entre elles, l’entité prétend même avoir abattu le Bavar 373. Elle le prétend sans pouvoir pour autant convaincre. Pourquoi ?

A cause de ces autres clichés cette fois bien véridiques que la Résistance irakienne a fait paraître par chaîne Sabereen News interposée samedi après-midi et qui prouvent que la frappe au drone US lancée contre Abou Kamal depuis le nord de la Jordanie, simultanément aux raids des F-16 israéliens contre Abou Kamal a été un total fiasco : Et comment ?

Israël/US : la Syrie frappe fort!

Israël/US : la Syrie frappe fort!

DCA syrienne se métamorphose... choc dans le camp US-Israël

Les radars de la Résistance ont non seulement intercepté les F-16 israéliens mais encore fait en sorte que les MC-9 US ratent leurs cibles. Sabereen News parle des « dispositifs de la guerre électronique », déployés non loin des frontières irakiennes qui, "aux côtés des missiles intercepteurs" auraient littéralement pris de cours l’US Air Force, alors même qu’elle croyait avoir parfaitement synchronisé son coup au drone avec les F-16 israéliens.

Source: Sabereen News (les restes des missiles intercepteurs de la Résistance activés à Abou Kamal, le 9 octobre) 

Alors un front de DCA particulièrement inouïe composé de Bavar 373 entre autre et à quoi s’ajoutent des dispositifs de suppression vient-il de refaire surface sur le triangle Syrie-Irak-Jordanie ? Bien probable... alors …. Ce QG US/Israël aussi vaste que le Nord de la Jordanie avec pour mission la synchronisation des raids aux avions et aux drones MQ…US/Israël  a royalement raté son premier coup, tout en découvrant que l'axe de la Résistance n'est pas né de la dernière pluie et que si la Jordanie, pays "colonisée", a rouvert le point de passage de Nassib et dit vouloir exporter de l'electricité au Liban via la Syrie, cela ne serait sans doute pas pour les beaux yeux des Libanais ou encore des Syriens.. C'est une couverture pour l'ultime bataille visant à libérer la Syrie et l'Iran des mains des Yankees et à convaincre ces derniers du fait  qu'Israël est géo-stratégiquement mort et qu'il faudrait s'y faire une bonne fois pour tout... N'est-ce pas que les adeptes de la guerre "asymétriques" ne se laissent jamais surprendre ? 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/10/668209/Pourquoi-Isra%C3%ABl-frappeT-4-

Dans SYRIE

IDLIB : LE "SULTAN" APPELLE AU SECOURS !

Par Le 10/10/2021

Clash USA/Russie à Idlib est-il possible? l'armée turque exposée aux frappes russes...

Sunday, 10 October 2021 2:40 PM  [ Last Update: Sunday, 10 October 2021 2:40 PM ]

 30 

Des centaines de soldats turcs sont encerclés par l'armée syrienne à Idlib. (Illustration)

Le "Sultan" en est déjà à s'en mordre les doigts? visiblement et l'armée turque commence à trembler  à l'idée d'avoir à subir le même sort que les terroristes de HTC. En termes des spéculations, la vaste opération de libération d'Idlib est proche, les terroristes de Tahrir al-Cham et leur soutien turc étant empêtrés dans le bourbier d'Idlib tentent leur dernière chance en faisant appel aux troupes américaines dans la région.  Des centaines de militaires turcs ont été encerclés et piégés à Idlib par les troupes syriennes appuyées par les forces aérospatiales russes. C’est ce que rapportent les sources russes. Des centaines de soldats turcs ont été piégés par l'armée syrienne et exposés aux frappes des forces aérospatiales russes. Le politologue turc Hisham Junay a rapporté que "les troupes turques, déployées d'urgence par la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie en raison de l'offensive imminente de l'armée syrienne, se sont retrouvées dans une situation très difficile - elles ont été coupées de leurs propres forces et ont été régulièrement exposées à des attaques de Forces aérospatiales russes et  à celles de l'artillerie syrienne. Compte tenu du fait que le déploiement de troupes turques dans cette région n'a pas été convenu avec la partie russe, des centaines de militaires turcs pourraient connaitre le même sort qu'il y a quelques mois, lorsque elle  a subi une frappe aérienne des forces aérospatiales russes avec en toile de fond de graves saignées"

Idlib:  le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Idlib: le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Tempête missile-drone sur Idlib ... Erdogan prête à fuir la queue entre les jambes?

"L'an dernier à Idlib, juste avant la trêve à laquelle Erdogan s'est soumise, les militaires turcs étaient en fait coupés de leurs propres forces, en raison des routes détruites sous les frappes incessantes russes. C'est désormais le même scénario qui se produit : les frappes en cours des forces aérospatiales russes et de l'armée syrienne ne permettent pas aux militaires de changer de position et de se rapprocher de leur armée."

Lire aussi : Syrie : la Turquie larguée par la Ligue arabe

Et d'ajouter :" «Erdogan est maintenant entre deux incendies. S'il essaie de quitter Idlib, cela sapera son autorité dans toute la région, cependant, les pertes parmi les forces de l'armée turque pourraient même conduire à une répétition de la rébellion dans le pays, surtout dans le contexte du fait qu'environ 500 officiers ont déjà quitté l'armée turque, qui étaient catégoriquement contre la conduite des combats en Syrie », souligne l'analyste qui ajoute :" c'est sans doute la raison pour laquelle Erdogan a soudainn décidé de commander 40 F-16 aux Américains façon de s'attirer leur soutient. Parallèlement ce sont désormais les terroristes d'Idlib qui appellent l'US Army à les soutenir! En effet ces deux derniers jours quelques centaines de soldats US ayant quitté l'Irak sont arrivés en Syrie orientale. Les terroristes HTC s'adressent à eux sans doute. Mais c'est au fait l'armée turque qui appelle à l'aide".  

 Le groupe terroriste pro-turc Hayat Tahrir al-Cham (HTS) a commencé à solliciter l'aide américaine dans la lutte contre la Russie et Damas. Selon le chef du groupuscule, il y a déjà des "pas positifs dans cette direction", et compte tenu de la récente  attaque de drones attribuées aux Etats-Unis sur la base aérienne de Hmeimim, il y a beaucoup de questions qui se posent. Les Américains iront-ils jusqu'à tremper à Idlib? Vu qu'après Idlib, la Syrie et ses alliés mettront le camp sur la rive est de l'Euphrate c'est plus qu'une probabilté.

Syrie: le

Syrie

« Julani,(chef de HTC) qui est la cible de l’armée régulière syrienne et de la Russie, veut s'appuyer sur les États-Unis et l'Europe dans la période à venir pour contrebalancer la menace syro-irano-ruse qui lui pèse et rendre permanente la zone de pouvoir à Idlib. Bien que qu'il figure en fait sur la liste des personnes les plus recherchées, Julani pourrait recevoir des signaux positifs de la part des États-Unis. Le représentant spécial des États-Unis pour la Syrie, James Jeffrey, avait prétendu lors  d'un récent entretien que le groupe terroriste HTS se définissait comme « des combattants de l'opposition patriotique, pas des terroristes ». Il a affirmé que « l'organisation était davantage axée sur le maintien de sa position dans Idlib. Jeffrey a été même jusqu'à qalifier HTS d'atout que les États-Unis pourraient utiliser dans leur stratégie à Idlib. C'est la moins mauvaise option parmi les différentes options sur Idlib », a dit Jeffrey., cité par l'édition turque « Hurriyet ».

Dans le même temps, la récente attaque contre la base aérienne de Hmeimim a coïncidé avec le vol sur la base aérienne de Hmeimim d’un avion militaire américain. Les sources russes n'écartent pas une incursion US dans la guerre à Idlib dans la mesure où la Turquie n'a jamais agi en Syrie hors du cadre fixé par l'OTAN. Mais les USA iront jusqu'à engager des combats aériens contre les Américains? Cela se déroulera peut-être sous forme des frappes aux drones comme semblent laissent entendre les raids aux drones sporadiques US à Idlib. Quelle sera la réaction russe? difficile de croire Poutine reculer devant de telle menace.."  

Idlib:  le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Idlib: le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Tempête missile-drone sur Idlib ... Erdogan prête à fuir la queue entre les jambes?

Une chose est sûre : la Turquie a peur.  La Turquie a déployé des renforts militaires dans le nord-ouest de la région syrienne du Grand Idlib depuis début octobre afin d'entraver toute opération terrestre de l'armée syrienne, selon le média syrien. L'armée turque possède plus de 60 positions dans la province d’Idlib, qui est contrôlé par les terroristes de HTS. l'armée syrienne et ses alliés se préparent en effet à lancer prochainement une opération terrestre dans la province frontalière avec la Turquie.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/10/668216/L-arm%C3%A9e-turque-pi%C3%A9g%C3%A9e-%C3%A0-Idlib

Dans SYRIE

IDLIB : LES BASES RUSSES BOMBARDEES PAR LA RUSSIE

Par Le 08/10/2021

La Russie frappe les bases de l'armée turque

Friday, 08 October 2021 6:47 PM  [ Last Update: Friday, 08 October 2021 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des raids russes sur les positions des terroristes en Syrie. (Photo à titre d'illustration de RFI)

Le refus de la Turquie de se conformer aux accords sur Idlib a entraîné une réponse naturelle de la Russie, a rapporté l’agence de presse russe Avia.pro.

Après la réunion des présidents russe et turc, non seulement Ankara n'est pas revenue à ses obligations envers la province syrienne d'Idlib, mais elle a également transféré des troupes supplémentaires dans la région, déployant de nouvelles bases militaires à Idlib sans accords au préalable avec la Russie.

Caucase: que mijote le Sultan contre la Russie?

Caucase: que mijote le Sultan contre la Russie?

Menace turque dans le Caucase, quelle sera la réaction de la Russie ?

Dans ce contexte, l'aviation militaire russe, ainsi que les troupes syriennes, frappent activement les positions des terroristes ainsi que les zones où se trouvent des bases militaires et des postes d'observation turcs.

Sur une image publiée par Avia.pro, on peut voir des installations militaires turques, des bases et des postes d'observation déployés sur les territoires occupés en Syrie. On voit clairement que les frappes aériennes des forces aérospatiales russes visent directement les zones de déploiement des bases militaires turques. Ces frappes sont accompagnés d'attaques sur le terrain, par les forces syriennes, sur les des postes de l'armée turque et ses mercenaires.

Il est à noter que des terroristes se cachent dans des bases militaires turques et des postes d'observation en construction en Syrie. La présence de l'armée turque ici est en fait minimisée.

Malgré l'offensive promise par l'armée syrienne, qui devait commencer la semaine dernière, de grands progrès se font toujours attendre; le nombre de frappes de l’aviation syrienne a pourtant considérablement augmenté.

Par ailleurs, tôt le 7 octobre, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué quatre frappes aériennes sur la région nord-ouest de la Syrie du Grand Idlib.

Les frappes aériennes ont visé la périphérie de la ville de Bsanqul dans la campagne sud d'Idlib. Un réseau de positions défensives de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), affilié à al-Qaïda, et de ses alliés, se trouve dans la région du Grand Idlib.

Plus tard dans la matinée, l'armée syrienne a bombardé les villes de Sufuhon, Fleifel, Mantef, al-Ruwaiha, al-Bara et Kansafra employant obus et roquettes. Les villes sont situées dans la région montagneuse d'al-Zawiya, dans la campagne méridionale d'Idlib.

Idlib: plan d'attaque anti-Sultan révélé!

Idlib: plan d'attaque anti-Sultan révélé!

Les frappes russes et syriennes sont certainement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Idlib. HTS et ses alliés violent quotidiennement le cessez-le-feu négocié par la Russie et la Turquie l'année dernière.

Actuellement, l’armée syrienne se prépare à une éventuelle opération au sol dans le Grand Idlib. L'opération viserait l'autoroute M4, qui relie la ville portuaire de Lattaquié à la ville d'Alep, le principal pôle industriel de la Syrie.

Une nouvelle opération de l’armée syrienne et de ses alliés conduira certainement à une confrontation militaire avec l'armée turque qui maintient plus de 60 positions dans la région. Ankara n'est toujours pas disposée à abandonner la région infestée de terroristes malgré les récentes attaques contre ses troupes là-bas.

Idlib:  le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Idlib: le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Tempête missile-drone sur Idlib ... Erdogan prête à fuir la queue entre les jambes?

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/08/668115/Syrie-Idlib-Russie-Turquie-Tahrir-al-Cham

Dans SYRIE

IDLIB : REVELATION DU PLAN DE L’IMMINENTE ATTAQUE ANTI-SULTAN

Par Le 07/10/2021

Sources russes: l'opération sera rapide et chirurgicale et ira au-delà d'Idlib

Thursday, 07 October 2021 2:41 PM  [ Last Update: Thursday, 07 October 2021 2:41 PM ]

 30 

L'armée syrienne à Idlib(Archives)

Alors même que le Sultan Erdogan en est à Idlib à subir les coups à Iskandar et à MiG-29, et que la méga opération pour le chasser est une question de jour voire d'heure, une carte de l'offensive de l'armée syrienne sur Idlib est parue sur la Toile. L'armée syrienne et ses alliés continuent de préparer soigneusement une offensive à Idlib et dans les provinces voisines, toujours détenues par des terroristes pro-turcs. Dans ce contexte, une carte de l'offensive de l'armée syrienne est apparue sur le Web, ce qui permet de révéler des détails très sérieux de l'opération militaire imminente. Sur l'image présentée,  l'armée syrienne se prépare à nettoyer non seulement la partie sud de la province syrienne d'Idlib, située au sud de l'autoroute M4 mais aussi à prendre le contrôle de l'autoroute elle-même, ainsi que des zones, situées à quelques kilomètres au nord, qui protégeront la région des attaques contre les véhicules civils. Par ailleurs, les zones situées à l'est du territoire actuellement contrôlé par les militants, y compris celles ayant un accès direct à Idlib même, qui, en fait, est déjà la capitale des terroristes, seront également nettoyées par l'armée syrienne.

Idlib:  le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Idlib: le Sultan se dégonfle déjà ... ?

Tempête missile-drone sur Idlib ... Erdogan prête à fuir la queue entre les jambes?

Cependant, ce qui est beaucoup plus important, c'est que l'opération se promet d'être rapide et chirurgicale. Les terroristes seront repoussés aux frontières turques et leur destruction ne prendra peut-être que quelques semaines. Dans le camp d'en face les agissements se multiplient. en vain. Selon le site web militaire russe, Avia-Pro des terroristes ont attaqué les positions de l'armée syrienne situées non loin de trois bases militaires russes.Des terroristes syriens ont attaqué la zone où se trouvent des bases militaires russes près d'Aïn Issa. Un blindé transportant des soldats syriens a été détruit par un système de missile antichar. L'attaque terroriste a été menée à plusieurs kilomètres des trois bases militaires russes déployées à Aïn Issa.

Syrie : le

Syrie : 

Impasse turque en Syrie commence à intriguer même les Américains ... Où va le Sultan?

Le blindé de l’armée syrienne a été détruit dans une attaque de l'Armée nationale syrienne (ANS) à l'est d’Aïn Issa, située au nord de la province de Raqqa. En contrepartie, l’armée syrienne n’a pas tardé à pilonner les repaires des terroristes affiliés à la Turquie. Selon certaines sources d’informations, les positions de l'armée syrienne ont été attaquées à partir d’une zone où sont déployées des troupes turques. Les militaires syriens et russes sont en pleine synergie pour mener une opération militaire d’envergure contre les fiefs des terroristes dans la région. À la suite des actions sournoises de la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie, la Russie a conclu qu’une intervention militaire était devenue indispensable pour contribuer le gouvernement syrien à en finir avec les terroristes.

Ce mardi, l'armée syrienne a envoyé des renforts supplémentaires dans le gouvernorat d'Idlib, en préparation d'une opération militaire à grande échelle contre les terroristes.

Idlib criblée de drones russes!

Idlib criblée de drones russes!

Une source sur le terrain a déclaré au journal syrien, al-Watan que l'armée avait envoyé des renforts supplémentaires en nombre et en équipement dans la périphérie sud d'Idlib, dans le cadre de la préparation d'une opération militaire imminente à grande échelle. La source a souligné que les unités militaires opérant dans la banlieue d'Idlib ont lancé une attaque à l'artillerie sur les fiefs des terroristes à Jabal al-Zawiya. « L'armée syrienne poursuit ses opérations dans le désert à la recherche des terroristes de Daech », ajoute la source. Et de poursuivre : « Les daechistes se cachent de peur d'être pris pour cible par les aviations syriennes et russes….Les takfiris ont subi de lourdes pertes lors de l'opération de l'armée syrienne ».

Lire plus: La guerre inter-clans fait rage à Afrin, bastion du Sultan

Dans le même temps, des sources syriennes ont annoncé que des terroristes affiliés à la Turquie s’étaient déchirés dans la ville d'al-Bab, dans le nord de la Syrie et que plusieurs d’entre eux avaient été blessés. Des troupes turques contraignent les habitants de la région à quitter leurs maisons pour en changer le tissu démographique.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/07/668017/-Iran-Caucase-du-Sud-Azerba%C3%AFdjan-Restitution-Styrie-Raqqa-Idlib-Turquie-Attaque-ANS-Russie-

Dans SYRIE

SYRIE : LE "SULTAN" SERA "LIQUIDE"

Par Le 06/10/2021

A quoi riment les rumeurs américaines d'un Erdogan, "malade" qu'il faut "remplacer"?

Wednesday, 06 October 2021 1:30 PM  [ Last Update: Wednesday, 06 October 2021 1:32 PM ]

 30 

L’autoroute M4 commence de la ville de Lattaquié, au large de la Méditerranée, pour entrer dans la partie occidentale d’Idlib. (Photo d'archives)

C'est de loin le premier coup de massue que le Sultan reçoit en pleine figure depuis qu'il est appelé à rendre à César ce qui revient à César mais qu'il refuse obstinément de le faire. Et pourtant là où les forces de Tigre, Suhait Hassan font leur apparition, cela veut dire que la Russie ira jusqu'au bout. Après avoir massé chars, blindés, DCA, drones non loin des positions de l'armée syriennes à Idlib, puis envoyer ses drones à l'aide des avions espions US tenter frapper Hmeimim, et recevoir en échange des tapis de bombes visant les repaires de ses mercenaires, voici un raid qui a visé dans la nuit de mardi à mercredi l'armée turque. Certes le Sultan avait tout fait pour éviter à ses forces ce genre d'aléas allant même jusqu'à faire la paix entre les terroristes de HTS, ceux d'origine chinoise venus de Xinjiang ou encore ces daechiste d'origine soudanaise qui refont de plus en plus surface à Idlib ces derniers temps quitte à créer un nouveau QG regroupant tous les 'crabes" que compte le grand panier qu'Idlib.

Mais de toute évidence ce genre de tactique ne fonctionne plus et après Deraa, Assad et ses alliés ont hâte de priver le camp d'en face de la méga carte d'Idlib pour se tourner ensuite vers la Syrie orientale où Américains et Cie continuent à voler en toute impunité le pétrole, même par le Hezbollah a fait à l'aide des pétroliers iraniens en sorte que les USA se voient dans l'obligation de se désavouer, de pousser les sbires golfiens à s'ouvrir à Damas, quitte à même décider d'une levée partielle des sanctions.  Selon le site web militaire SouhFront , "des individus à l’identité inconnue ont attaqué un convoi militaire turc dans la province syrienne d’Idlib dans le nord-ouest".Un convoi militaire turc, bourré d’armes et de munitions, à destination des terroristes du sud d'Idlib qui vient ainsi  d'être pris pour cible par un groupe qui revendique aussitôt le coup comme pour effacer les traces du renseignement syrien et  ceux des pays alliés largement actifs ces jours ci à Idlib. 

Idlib: l'ultimatum d'Assad

Idlib: l'ultimatum d'Assad

Les coups écrasants des combattants russes ont arrêté les convois militaires turcs à Idlib.

À la suite de cette puissante explosion, plusieurs véhicules des forces armées turques ont été complètement calcinés. Au moins quatre soldats turcs ont été tués et trois autres blessés. Ce lourd bilan s'ajoute dont à la mort de deux soldats turcs tués  le 11 septembre dernier dans une attaque perpétrée à Idlib qui a fait trois blessés. Est-ce un signal d'alerte? la réponse est oui, surtout après l'échec du sommet Poutine-Erdogan à Sotchi. Mais que compte faire Erdogan? Est-il capable de se maintenir dans cette province où il avait surtout pour mission d'agir en synchronie avec Israël chaque fois que ce dernier lançait des frappes contre le territoire syrien? Certes ses conseillers affirment à qui veut bien entendre que la Turquie a autant droit que "la Russie et les USA de rester en Syrie" mais ce genre de discours a l'air daté depuis que les Etats Unis en sont à "dealer "avec Assad, à lui rendre même Al Tanf et la Syrie Est, en échange à ce qu'Assad laisse passer du gaz au Sud du Liban pour que  le Hezbollah ne continue à monter dans les sondages d'opinion. 

La décision russo-syrienne de mettre en œuvre l'accord de Sotchi et d'évacuer les terroristes des deux côtés de l'autoroute M4, place Erdogan devant trois options : la première option consiste à se rendre à Canssa comme en mars 20230 à accepter de coopérer avec la Russie pour mettre en œuvre l'accord de Sotchi en nettoyant la route Alep-Lattaquié et les villes de Jéricho et Jisr al-Choghour de la présence des groupes terroristes.

Syrie :

Syrie 

Mais Erdogan pourrait tout autant refuser de coopérer avec la Russie pour ne pas être accusé de trahison par des groupes terroristes, notamment les Frères musulmans, auxquels appartient son Parti la Justice et le développement, terroristes qui ont fait pendant toutes ces années un juteux fond de commerce pour lui, permettant à la Turquie de servir les intérêts de l'OTAN de la Libye au Caucase sud en passant par le Sahel.  La troisième option semble de loin être le plus facile : faire profile bas , continuer à faire des patrouille sporadiques avec les Russes tout en appuyant en coulisse les  groupes terroristes face à l'attaque de l'armée syrienne, soutenue par ses alliés de la Résistance, et l'aviation russe, un peu comme il l'a fait lors de la précédente opération militaire qui a conduit à la libération de la route Alep-Damas et de la ville de Saraqib, ainsi que de nombreux districts dans la banlieue sud d'Idlib. Or aucune de ces trois options ne signifiera la victoire du Sultan, au contraire, ce serait la fin de l'aventure syrienne. 

Pour l'heure Ankara commence à prendre des mesures pour apporter des changements sur le terrain dans la province, dans l'espoir d'empêcher une action militaire trop violente, mais l'incident de ce mardi risque d'alourdir sensiblement le coût d'un maintient de la présence turque à Idlib. L'armée syrienne s'apprête, sous couverture aérienne russe, à mener à bien cette opération tant attendue, afin d'ouvrir la route Alep-Lattaquié (M4), et de pénétrer plus que jamais dans la province contrôlée par le groupe terroriste Hayat Tahrir al- Cham (Front al-Nosra), qui comprend plusieurs camps de factions terroristes étrangers.

Turquie-Russie : une querelle de trop

Turquie-Russie : une querelle de trop

Le 17 septembre 2018, un accord a été conclu dans la ville russe de Sotchi en vue de créer des zones de désescalade entre Damas et les groupes terroristes soutenus par Ankara et opérant à Idlib. À ce jour, on attend toujours l’application de cet accord.

Si les attaques contre l'armée turque deviennent fréquentes, il serait difficile d'acheminer des chars, des véhicules blindés et de l'artillerie lourde aux sbires du Sultan  et a établir comme il semble en caresser l'idée un nouveau point militaire dans la zone de Jabal al-Zawiya, à proximité des lignes de contact avec les sites de déploiement de l'armée syrienne. Dans cette perspective, même l'éternelle tactique turque d'engager sur le terrain des mesures de transformation de la nature des groupes armés puis de les déployer dans leurs positions dans le nord de la Syrie, et ouvrir par là la voie à de nouvelles fusions entre ces groupes et Hayat Tahrir al-Cham, et tout ceci dans le but de redorer le blason de ce groupe terroriste et de son chef Abou Mohammad al-Jolani ne fonctionnera pas.

« La menace terroriste plane toujours sur Idlib et s'intensifie même dans certaines régions », a déclaré le lundi 4 octobre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'issue d'un tête-à-tête à Moscou avec son homologue égyptien, Sameh Choukry. « La menace terroriste sévit toujours dans la zone de désescalade d'Idlib et s'intensifie même dans certaines régions. Aujourd'hui, nous avons exprimé notre inquiétude face à cette situation », a-t-il déclaré en réponse à une récente sortie de l'entourage d'Erdogan. 

« En ce qui concerne la déclaration du porte-parole de la présidentiel turc Ibrahim Kalin, je préfère citer la déclaration du président Erdogan qui a déclaré publiquement plus d'une fois que la Syrie est un État indépendant et que la Turquie respectera pleinement sa souveraineté et son intégrité territoriale. C'est pourquoi, dans le cadre du règlement final, nous partirons du fait que la Turquie s'en tiendra à cette position » a déclaré Lavrov, en allusion aux propos tenus par Kalin selon lesquels la Turquie avait le droit d'être présente en Syrie, au même titre que la Russie et les États Unis.

Israël: ce que propose l'Iran à Poutine!

Israël: ce que propose l'Iran à Poutine!

Un remake de la Syrie dans le Caucase sud pour mettre au pas US/OTAN et acolyte en Asie 

Lavrov a cité la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui réitère la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Syrie. « En vertu de cette résolution, seules les forces armées qui ont été invitées par le gouvernement légitime de la Syrie, membre des Nations unies, ont le droit d'être présentes dans ce pays », a-t-il conclu.

Tout porte à croire que le jeu syrien touche à sa fin pour le Sultan  d'autant que tout dialogue avec la Syrie, Assad l'a conditionné à un retrait des  troupes turques du nord du pays. L'AKP est dans l'impasse et avec elle, la politique étrangère de la Turquie. Or c'est le genre de situation qui pousse en général Erdogan à commettre des folies.... Le front caucasien qu'il cherche désespéramment à ouvrir contre l'Iran pourrait en être la manifestation... Mais la Résistance permettra-t-il au pompier pyromane à embraser pour la seconde fois en un an le Caucase sud? Peu probable. Et Comment? les jours à venir nous le diront...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/06/667946/Syrie-convoi-militaire-turc-vise-a-Idlib--

Dans SYRIE

LE PROJET AMERICAIN OURDI CONTRE LA SYRIE A ECHOUE

Par Le 06/10/2021

Ministre adjoint syrien des AE à AlAhed: Le projet américain ourdi contre la Syrie et la région a échoué

Ministre adjoint syrien des AE à AlAhed: Le projet américain ourdi contre la Syrie et la région a échoué

folder_openRapports access_timedepuis 6 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

A la suite de plusieurs entretiens de concertations entre la Syrie et la Jordanie et de visites officielles à la capitale jordanienne, Amman, un entretien téléphonique a eu lieu entre le président syrien, Bachar Al-Assad, et le roi Abdallah II de Jordanie. Les deux hauts responsables ont discuté des relations bilatérales et du renforcement de la coopération commune, dans l’intérêt des deux pays. En effet, les prémices de l’ouverture arabe à la Syrie sont apparues de la part des voisins. Quelle est la position syrienne à l’égard de ces évolutions diplomatiques ?

Le ministre adjoint syrien aux Affaires étrangères, Ayman Soussane, interviewé par AlAhed, a expliqué les récents développements diplomatiques.

Il a affirmé que le projet préparé pour la Syrie est en train de vaciller et son sort est un échec certain.

«Les changements qui s'opèrent aujourd'hui au niveau des relations entre la Syrie et les autres pays sont un nouveau signe sur l'évolution de la scène, non seulement à l’égard de la Syrie mais à l’égard de la situation régionale et internationale», a-t-il expliqué.

Il a fait état d’une volonté d’instaurer le calme sur la scène internationale, dans le contexte de la réalité mondiale compliquée.

Selon M. Soussane, «la rencontre américano-russe entre les présidents Biden et Poutine à Genève a ouvert la voie au calme», notant que les rencontres en cours entre les responsables russes et américains conduiraient à des percées sur la scène internationale, y compris dans notre région. Un fait qui se traduira certainement par le retour et la consolidation de la stabilité, ce qui est dans l'intérêt de la paix et de la sécurité internationales.

«S'il y a des changements à l’égard de la Syrie, ils sont bien mérités. Ils découlent de la victoire de la Syrie contre le projet conspirateur occidental, qui visait à reconcevoir la région en général de manière à servir les intérêts d'Israël», a-t-il affirmé.

Il a rappelé dans ce contexte que «les Etats-Unis observent la région avec des yeux israéliens, notant toutefois que le dernier mot fut la Syrie et à ses alliés et à l'axe de résistance».

S'adressant à AlAhed, M. Soussane a ajouté que le projet américain ourdi contre la région a échoué. «Ce pays doit se rendre compte que les méthodes de pression, d'hégémonie et d'imposition de diktats et de conditions aux pays sont d’une ère révolue».

Et de souligner: «Aujourd'hui, il y a un système international en voie de formation, notamment avec la montée croissante de la Russie sur la scène internationale et l'émergence de puissances internationales et régionales qui n'acceptent plus l'imposition de la volonté américaine et le contrôle du sort du monde.  La défaite imposée par la Syrie aux terroristes, a ouvert la voie à la dernière étape de la victoire finale».

Il a expliqué que «le gouvernement syrien adopte des politiques qui servent son peuple et ses intérêts, pas pour plaire à telle ou telle partie».

Concernant l'occupation américaine en Syrie, M. Soussane a confirmé à AlAhed qu'«elle est liée au projet de Washington». «Avec l'échec de ce projet, la présence américaine a commencé à perdre de son utilité et on peut voir à tout moment la scène de la sortie des forces américaines, comme fut le cas en Afghanistan».

Le diplomate syrien a souligné que «l'évolution des relations syro-jordaniennes et les multiples rencontres qui ont eu lieu entre les responsables des deux pays, que ce soit à Amman ou à New York, et le contact qui a eu lieu entre le président Bachar Al-Assad et le roi Abdallah II, reflètent l'état normal des relations entre les deux pays frères».

«Certains parlent de feu vert américain. Il y a des signes que certains saisissent pour changer d'approche, mais il y a un changement clair dans l'atmosphère internationale. Tous ces faits ouvrent la voie à une nouvelle étape qui sera marquée par le retour des relations entre la Syrie et autres pays arabes. Un retour qui est le fruit la victoire contre le terrorisme», a-t-il dit.

Et de poursuivre: «La Syrie construit sa politique étrangère sur des fondements et des constantes qui ne changent pas en raison d'une circonstance politique ou d'une situation spécifique».

«Sur la base de ces constantes, la Syrie aborde ses relations avec les frères arabes, ce qui, elle l'espère, conduira à réformer la situation arabe actuelle afin que nous puissions faire face aux défis», a-t-il estimé, notant que «l'un des objectifs de la guerre contre la Syrie est le concept de l'arabité parce que l'Occident veut que la fragmentation de la nation arabe permette à Israël de dominer la région».

«Nous devons tous agir afin de construire une réalité arabe qui constitue une immunité pour tous les pays du monde arabe», a-t-il martelé.

M. Soussane a souligné que «les politiciens américains devraient revenir à la lecture des principes de Wilson et des théoriciens constitutionnels américains et dans le monde, et se rendre compte que la décision politique dans n'importe quel pays du monde relève du peuple de ce pays, et ne dépend pas de la volonté de tel ou tel pays».

«Par conséquent, le discours arabe est légitime en raison des dangers auxquels la région est exposée», a-t-il affirmé.

«Les pays arabes doivent renforcer les liens communs qui existent entre eux afin de faire face à ces défis, alors que les dénominateurs communs les plus profonds résident dans l’appartenance arabe», a-t-il expliqué.

Concernant le siège de la Syrie dans la Ligue arabe, M. Soussane a rappelé à AlAhed que la Syrie n'a pas quitté l’instance arabe pour être de retour. «La décision de suspendre son adhésion est une erreur juridique majeure, prise dans une conjoncture politique précise. Quand cette erreur est corrigée, les variables politiques mûrissent et les choses reviennent à la situation normale, à la lumière d’une position arabe chaleureuse envers le retour de la Syrie à occuper son siège dans la Ligue, ce sera un grand gain pour les Arabes».

«L’Arabie saoudite et l'Iran sont des acteurs majeurs dans la région. Les bonnes relations entre les pays de la région se refléteront dans l’instauration de la stabilité. De fait, l'Arabie saoudite est un pays arabe frère de la Syrie. Il y a certaines circonstances qui ont poussé les relations au stade actuel. Mais Damas n'a pris aucune mesure contre qui que ce soit. Son regard est dirigé vers l'avenir, ne campe pas sur les évènements du passé et ne traite pas avec ses frères avec la logique de la haine. Nous espérons et voulons que les relations entre les pays arabes soient dans les meilleures conditions», a-t-il insisté.

Le ministre adjoint syrien des Affaires étrangères a conclu que «la prochaine étape est celle du rétablissement des relations avec les pays arabes frères».

«Il y a des contacts annoncés et d’autres non déclarés, ce qui conduira à une réalité arabe saine qui permettra à cette nation de posséder les cartes de la force, d’immuniser ses droits et de se défendre de toute intervention étrangère», a conclu M. Soussane.

https://french.alahednews.com.lb/41692/323

syrie relations diplomatiques

Dans SYRIE

SYRIE : LE SULTAN SOUS LES BOMBES

Par Le 01/10/2021

Violentes frappes aériennes de l’armée syrienne contre les terroristes pr-Ankara

Friday, 01 October 2021 6:54 PM  [ Last Update: Friday, 01 October 2021 6:55 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les attaques Intenses à la roquette de l'armée syrienne sur des positions des terroristes à Idlib et au nord-ouest de Hama. (Illustration)

Des sources médiatiques ont fait état de lourdes attaques à la roquette par l'armée syrienne contre plusieurs positions terroristes à Idlib et dans le nord-ouest de Hama. Pendant ce temps alors que des sources proches du parti au pouvoir en Turquie ont affirmé qu'un accord avait été conclu entre Erdogan et Poutine lors du sommet du Sotchi et qu'il n'y avait aucune différence dans leurs points de vue plusieurs analystes ont affirmé le contraire.

Des sources syriennes ont signalé que de lourdes attaques à la roquette avaient été organisées par les forces sécurité syrienne ce vendredi 1er octobre aux  premières heures de la matinée sur diverses parties d'Idlib.

Les zones de Marian et d’al-Fatira, autour du village de Qalb Lozé, les banlieues de la ville d'Al-Bara' et d'Kansafra' à Jabal al-Zawiyah dans le sud d'Idlib, ainsi qu'autour des villes de Jéricho et des régions de Jasr al-Choughour ont été pris pour cible par une salve de missiles de l’armée syrienne.

Pendant ce temps des sources proches de l'opposition syrienne ont signalé des attaques de troupes turques contre des positions de l'armée syrienne dans les banlieues est et sud-est d'Idlib.

Syrie/Russie: la Turquie sera chassée

Syrie/Russie: la Turquie sera chassée

Il semble que la Turquie n'ait pas appris de leçon après qu'Israël ait perdu le ciel de la Syrie de manière humiliante en subissant de lourdes pertes.

Les mêmes sources ont déclaré que l'armée turque avait demandé à toutes ses forces dans la province d'Idlib et la banlieue ouest d'Alep de se mettre en état d’alerte maximale.

Selon ces sources, pour la première fois depuis leur arrivée à Idlib et dans la banlieue ouest d'Alep, les troupes turques ont déployé des unités blindées le long des lignes de conflit avec les forces de l'armée syrienne.

Les sources ont également évoqué des frappes aériennes russes sur des positions terroristes à Sahl al-Ghab, dans la banlieue nord-ouest de Hama.

Au retour de son sommet de Sotchi, Erdogan a immédiatement convoqué une réunion mensuelle du Conseil suprême de sécurité nationale dont le communiqué final concerné la Syrie et d'Idlib.

Demande-choc

Demande-choc

Erdogan se trouve dans une position faible en face de la Russie.

« Un plan visant à prendre pour cible des civils et porter atteinte à la stabilité perturbe l'équilibre régional en Syrie et empêche une solution durable », a déclaré le communiqué final.

L’esprit conservateur et prudent du président turc exprimé dans ce communiqué filial pourrait s’interpréter comme une prise de position anti-russe de la Turquie contre le bombardement des positions et des bases de l'opposition extrémiste syrienne à Idlib et Afrin par l'armée de l'air russe.

À cet égard, non seulement Erdogan et le Conseil suprême de sécurité nationale de la Turquie, mais aussi le ministre turc de la Défense, le général Hulusi Akar, ont déploré la décision de la Russie, la qualifiante de mesure inquiétante.

Concernant l’inquiétude de la Turquie l'une des raisons en serait que l'attaque contre l'opposition armée syrienne, qui s'est déplacée d'Alep et d'autres endroits à Idlib,affaiblissent l’espoir de la Turquie  de se doter d'outils de négociation.  

Syrie: le

Syrie

La Turquie a dépensé des millions de dollars pour armer ces groupes terroristes, ce qui ne lui a pas apporté grand-chose.

Dans le même temps, les mesures de la Turquie ont été critiquées à plusieurs reprises par les deux principaux partenaires du sommet d'Astana, la Russie et l'Iran.

La question qui se pose est la suivante : si le président russe Vladimir Poutine avait rassuré Erdogan sur l’Idlib lors du sommet du Sotchi, aurait-il quand même été nécessaire d'inclure cette clause dans ses déclarations ? Évidemment non.

Pour aller plus loin sans exagération on pourrait prédire que Poutine lors du sommet du Sotchi a ouvertement dit à Erdogan que l'attaque contre l'opposition à Idlib ne s'arrêtera pas.

Idlib: Poutine punit le

Idlib:

En Syrie, alors que la chasse aux terroristes se poursuit, en particulier à Idlib, les bombardiers supersoniques Su-22M4 y sont réparés.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/01/667649/-Le-Sultan-sous-la-bombe

Dans SYRIE

SYRIE : LA BATAILLE D'IDLEB LANCEE 48 HEURES APRES LE SOMMET DE SOTCHI.

Par Le 01/10/2021

 La bataille d’Idleb lancée, 48 heures après le sommet de Sotchi. L’artillerie turque déployée pour la première fois.

 Depuis 3 heures  1 octobre 2021

armee_syrienne_idleb

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

La bataille de libération d’Idleb est lancée et pourrait s’annoncer longue.

idleb_bommbardement

La télévision d’information libanaise al-Mayadeen a rendu compte que l’armée syrienne a pilonné ce vendredi 1er octobre les positions des groupes armés au sud et à l’ouest de cette province occupée par les milices pro turques et celles jihadistes takfiristes de Hayat Tahrir al-Cham (HTC- ex-front al-Nosra, bras armé d’al-Qaida). Et sur le Sahl al-Ghab dans la province de Hama.

Pour sa part, le ministère russe de la Défense faisait état de 37 assauts perpétrés par les HTC dans la zone de désescalade durant les dernières 24 heures.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, tribune médiatique de l’opposition pro occidentale, le commandement des forces turques a demandé le jeudi 30 septembre à toutes les forces déployées à Idleb et dans la province ouest d’Alep d’être sur le qui-vive.

Pour la première fois, il a déployé des équipements anti blindés et des mortiers dans toutes ses position qui longent les lignes de confrontation avec les forces gouvernementales et leurs alliés.

Cette escalade intervient 48 heures après le sommet de Sotchi entre les présidents russe et turc.

En dépit des déclarations rassurantes d’Erdogan, les signes négatifs l’ont emporté sur les résultats de cette rencontre qui au bout de près de trois heures ne s’est pas clôturée par une conférence de presse conjointe.

Bien avant, il a été dit que la situation dans la province d’Idleb serait la principale pomme de discorde . L’état d’alerte et de mobilisation militaire de part et d’autre qui l’on précédée présageaient une crispation des positions.

Ce n’est quele 26 septembre que les raids russes ont été suspendus, trois jours avant la rencontre. En réponse aux attaques des milices d’Idleb, toutes tendances confondues, contre les positions gouvernementales et la base russe à Hmeimim.

whatsapp-image-2021-10-01-at-09-04-31

Sur sa page Twitter, le journaliste turc Turker Erturk rapporte que le sommet de Sotchi s’est déroulée « d’une manière très mauvaise ».
« On nous a demandé de quitter la Syrie. Il y aura une hausse des prix du gaz. L’achat de S-400 n’était pas inscrit sur l’agenda. Et on nous a dit qu’Idleb redeviendra syrienne cet hiver », a-t-il écrit.
Selon lui, le gouvernement turc n’a pas de carte gagnante et sa main est faible.

Le journaliste brésilien proche des Russes Pepe Escobar avance une version similaire concernant Idleb assurant qu’elle était au cœur des pourparlers entre les deux hommes. La situation y est d’autant plus critique que les Turcs ne cessent d’y renforcer leur présence. Il rend compte de près de 3.000 militaires turcs déployés dans une soixantaine de checkpoints ce qui équivaut pour les Russes à l’occupation officielle de ce territoire syrien.

Escobar rappelle à ce sujet les récents propos du chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov depuis la tribune de l’Assemblée générale. Lorsqu’il a ouvertement rappelé l’arrangement spécial turco-russe conclu en mars 2020 et imposant à Ankara de combattre les formations terroristes à Idleb.

Les atermoiements des Turcs semblent avoir exaspéré les Russes.  Et le pouvoir syrien, toujours très sceptique sur les intentions d’Ankara, est plus pressé que jamais. Dès lors qu’il perçoit un certain changement dans l’ambiance internationale à l’encontre de la Syrie, selon le constat de son ministre des Affaires étrangères Faycal al-Meqdad, de retour de New York où il a prononcé le discours de son pays devant l’AG. Il a rendu compte de rencontres multiples avec des homologues arabes et internationaux.

L’armée syrienne ne cachait pa non plus ses intentions, relayées par les médias officiels, de vouloir relancer des combats dans la province sud d’Idleb et la province ouest de Hama en vue de déloger les groupes terroristes définitivement de la route internationale Alep-Lattaquié connue sous le nom M-4.
L’arrangement qu’elle a conclu et mené à bien dans la province de Deraa, au sud du pays, y est aussi pour cette impulsion d’en finir une fois pour toutes.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2160072

Dans SYRIE

HASSAKE : LA BASE US FRAPPEE

Par Le 30/09/2021

Hassaké: la base US criblée de missiles de la Résistance

Thursday, 30 September 2021 5:13 PM  [ Last Update: Thursday, 30 September 2021 5:14 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des membres d’équipage américains montent dans des véhicules de combat Bradley sur une base militaire américaine située dans un endroit non divulgué au nord-est de la Syrie, le 11 novembre 2019. ©AP

Alors que les alliés kurdes des États-Unis en Syrie craignent d’être victimes du même scénario mis en œuvre en Afghanistan, la base militaire américaine dans le nord-est de la Syrie a été prise pour cible par des roquettes. Étant désormais concentré sur la menace de la Chine, Washington semble être obligé de laisser le terrain à Moscou et à Ankara en Syrie.

Ce jeudi 30 septembre, la base militaire militaire américaine située dans le champ pétrolier d’al-Jabsah dans la ville d’al-Shadadi située dans le sud de la province syrienne de Hassaké a été prise pour cible, d’après Sputnik.

Notant qu’il s’agissait de la deuxième attaque contre la base américaine en un mois, Sputnik a fait savoir qu’au même moment, une forte explosion avait été entendue dans la ville d’al-Shadadi et qu’un panache de fumée s’élevait de la base vers le ciel.

L’attaque contre la base américaine a été menée depuis des zones désertes dans l’ouest de la ville d’al-Shadadi et probablement par les forces tribales stationnées dans la région. Elle fait également suite à plusieurs autres attaques lancées au cours de ces derniers mois contre les bases américaines du champ pétrolier d’al-Omar et du champ gazier de Keniko dans la province de Deir ez-Zor ces derniers mois.

Dans le but de piller les ressources de la Syrie, les États-Unis ont installé des bases militaires dans plusieurs zones à al-Jazira ainsi que dans toutes les autres régions syriennes où les champs pétroliers et gaziers se trouvent en abondance. A l’aide des milices kurdes connues sous le nom de Forces démocratiques syriennes (FDS), les ressources extraites de ces champs sont transférées en contrebande vers les bases US dans les pays voisins.

Mais, le retrait américain d’Afghanistan a mis en colère les alliés kurdes des États-Unis dans l’est de la Syrie. C’est pourquoi la Maison-Blanche n’a pas tardé à rassurer ces derniers qu’elle n’amorcerait pas un retrait similaire de la Syrie. Mais peut-on faire confiance au président américain Joe Biden ? Sans oublier que l’administration Trump a donné des assurances similaires avant de retirer brusquement plus de la moitié de ses forces en 2019 et de donner le feu vert à une invasion turque contre les régions habitées par les Kurdes.

Les États-Unis ont récemment adopté une politique de silence et de non-réponse après qu’un nombre de miliciens FDS a été tué dans des attaques turques en août 2021. Le retrait des troupes américaines d’Afghanistan et l’accent mis par l’administration Biden sur la priorité de sauver des vies américaines ont suscité des craintes parmi les Forces démocratiques syriennes d’être abandonnées par les États-Unis, a écrit le site Web Middle East Eye dans un article publié 23 septembre.

À vrai dire, Joe Biden n’a jamais eu beaucoup d’intérêt pour la Syrie. Bien qu’en faveur de la lutte contre Daech, il s’est opposé à une implication plus large dans la guerre en tant que vice-président sous Obama. Alors, à quel point est-il probable que le gouvernement Biden quitte la Syrie ? Les signes ne sont pas bons pour les Forces démocratiques syriennes. En se retirant d’Afghanistan, et aussi avec la récente alliance d’AUKUS, Biden a clairement montré que la rivalité des grandes puissances, en particulier le contrôle de la Chine, est sa principale préoccupation sur le plan de la politique étrangère. Cela signifie la fin de la participation à la guerre contre le terrorisme, comme en Afghanistan et peut-être en Syrie.

En adoptant la même approche par rapport à la Syrie, l’administration Biden pourrait avoir conclu qu’elle n’a pas besoin de bottes sur le terrain pour empêcher la résurgence du groupe terroriste Daech. Il y a déjà des indications qui montrent que les États-Unis auraient adopté une position plus souple à l’égard de Bachar al-Assad ; l’exemption des contrats gaziers de l’Égypte, la Jordanie, la Syrie et du Liban des sanctions américaines dans le cadre de loi César en est l’une des preuves. Le maintien des forces américaines dans l’est de la Syrie pour priver Assad de pétrole n’est peut-être plus aussi important qu’il l’était autrefois, a fait noter Middle East Eye.

Et de poursuivre que pourtant, il y a des raisons qui permettent aux FDS de garder l’espoir, tout d’abord, la réaction à la politique de Biden envers l’Afghanistan a été extrêmement négative. Même si Washington envisage de se retirer de Syrie, il ferait mieux attendre jusqu’à ce que les critiques contre le retrait militaire américain de Kaboul s’estompent.

Deuxièmement, l’opération en Syrie est beaucoup moins coûteuse que celle en Afghanistan. Alors qu’en 2018, les États-Unis disposaient encore de 15 000 soldats en Afghanistan, tombant à 4 000 avant le retrait, ils n’en déploient que 900 en Syrie pour soutenir les FDS. De plus, la Syrie n’est plus un lieu de conflit ouvert ; car le califat Daech a été en grande partie détruit, les pertes américaines ont diminué et Biden fait face à moins de pression interne pour quitter le pays.

Retour en grâce du

À quoi rime la normalisation « golfienne » avec la Syrie ?

Par ailleurs, indique le site Web, les principaux partenaires régionaux, en particulier Israël et l’Arabie saoudite, souhaitent que les États-Unis restent dans l’est de la Syrie pour empêcher l’Iran d’entrer. La Turquie serait impatiente de voir les troupes américaines quitter la Syrie afin de pouvoir frapper sans entrave les forces démocratiques syriennes. Biden ne peut pas satisfaire tous ses partenaires, mais il n’y a certainement pas de consensus régional qui le forcera à quitter la Syrie. Donc, pour l’instant, il y a peu d’incitations internes ou externes sur un retrait soudain des troupes américaines de Syrie, même si le souhaite Biden, ajoute le site Web londonien.

Stratégie russe

L’un des objectifs à long terme de la Russie est de remettre la Syrie orientale entre les mains d’Assad, ce qui donnerait à l’économie assiégée de Damas l’accès aux champs pétrolifères dont elle a grandement besoin. Mais contrairement à Idlib, détenue par les terroristes, qu’Assad et Moscou semblent vouloir s’emparer militairement, la stratégie de la Russie à l’est semble être la persuasion. Idéalement, Moscou souhaite que les FDS acceptent un règlement avec Assad et demande aux Américains de partir, a suggéré le site Web.

Ce n’est pas si farfelu, poursuit-il, les FDS entretenaient de bonnes relations avec Assad et la Russie avant la guerre civile en Syrie et il existe une faction qui voit l’avenir des FDS sous la protection de Damas et de Moscou plutôt que de Washington. En effet, lorsque Trump a permis à la Turquie d’envahir les régions kurdes en 2019, les FDS se sont immédiatement tournés vers Moscou, qui a négocié un cessez-le-feu en échange de l’établissement des positions appartenant aux troupes russes et à l’armée syrienne sur le territoire tenu par les FDS, rappelle-t-il.

Les activités de la Turquie aident également la Russie à pousser les FDS à changer de camp. Ankara considère de plus en plus les FDS comme sa préoccupation numéro un en Syrie ; en effet, la défaite de Bachar al-Assad et le soutien des insurgés ont été retirés de la liste des priorités de la Turquie. Ankara a en revanche, intensifié les attaques contre les positions des FDS, soit avec des drones, soit en utilisant ses alliés rebelles syriens par procuration. Dans ces circonstances, l’inaction de Washington aux agissements turcs ajoute plus de preuves à l’affirmation de Moscou selon laquelle seule la Russie peut protéger les FDS des menaces de la Turquie, analyse le site Web.

Et Middle East Eye de conclure que Moscou et Ankara estiment que le retrait des troupes américaines d’Afghanistan a préféré le terrain pour la réalisation de leurs objectifs. Pour la Turquie, cela signifie que Washington ne réagira pas aux attaques d’Ankara contre les positions des FDS et tant mieux si cela aboutit à la rupture des relations entre les États-Unis et le groupe. Quant à la Russie, l’administration Biden lui a fait cadeau en amenant les dirigeants FDS à croire que désormais seul la Russie pourra les protéger contre la Turquie. Même si la Maison-Blanche n’a pas l’intention de quitter immédiatement l’est de la Syrie, la Russie et la Turquie tenteront de tirer profit des conséquences du retrait américain d’Afghanistan pour faire avancer leurs objectifs, ce qui est finalement possible et accélérer ainsi le départ des tropes US.

Erdogan en route pour le Kremlin pour "composer" avec Poutine

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/30/667586/Syrie-Afghanistan-Etats-Unis-retrait-Moscou-Ankara

Dans SYRIE

INTERPOL LEVE L'INTERDICTION SUR LA SYRIE

Par Le 30/09/2021

 

jeudi , septembre 30 2021

Interpol lève l’interdiction sur la Syrie

 Depuis 5 heures  30 septembre 2021

interpol

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Le Comité exécutif du Secrétariat général d’Interpol a levé l’interdiction de la Syrie, a assuré Hussein Joumaa, le directeur du Département de la sécurité pénale syrienne, indiquant qu’une délégation du Secrétariat sera à Damas le mois prochain.

Cette délégation dirigée par le chef du Bureau de lutte contre le terrorisme au Secrétariat général comprendra un certain nombre de formateurs, et il y aura un atelier sur le thème des applications modernes d’Interpol, a précisé M. Joumaa.

Selon lui, cette décision rend au bureau de Damas tous ses pouvoirs, soulignant qu’il était actuellement en attente de l’activation des services d’Interpol pour le bureau de Damas.

« L’un des avantages les plus importants de la levée de l’interdiction des services du bureau de Damas est que le bureau peut désormais fournir des services Interpol à d’autres institutions de l’État, dont celles de l’immigration, des passeports, des douanes générales et des postes frontaliers concernant la question contrebande de voitures et de la base d’empreintes digitales pour les personnes recherchées dans le monde et autres », a-t-il détaillé.
Il a estimé uassi que la levée de l’interdiction facilite aussi la question de la communication et des services, notamment avec le Secrétariat général.

Cette interdiction intervient après la réouverture du post frontalier Jaber entre la Syrie et la Jordanie. Les vols aériens entre les deux pays devraient aussi reprendre le 3 octobre prochain, après dix années d’interruption.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2159214

Dans SYRIE

LA SYRIE QUALIFIE LE BLOCUS DE CUBA DE TERRORISME ECONOMIQUE

Par Le 29/09/2021

29 Septembre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-09-28 15:49:51

 

.

La Havane, 28 sept. (RHC)- Le ministre syrien des Affaires étrangères, Faisal Al-Mekdad, a condamné ce mardi le blocus de Cuba, qu’il a qualifié de terrorisme économique.

«Nous exigeons la fin immédiate de toutes les formes de terrorisme économique des États-Unis et de leurs alliés contre l'Iran, Cuba, le Venezuela, le Belarus, le Nicaragua et la République démocratique de Corée», a souligné le chef de la diplomatie syrienne dans son discours à la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Il a dénoncé le fait que certaines puissances ont utilisé la pandémie de Covid-19 comme un moyen de fabriquer des accusations politiques contre d'autres pays et le pire, a-t-il ajouté, est l'imposition de mesures économiques coercitives plus unilatérales à des nations et des peuples, simplement parce qu'ils ne sont pas dans l'orbite de ces puissances.

«Ces sanctions entraînent la souffrance et la mort dans des nations telles que la Syrie, Cuba, l'Iran, le Soudan, le Venezuela et le Yémen, car elles sont imposées au nom des droits de l'homme.

Mais, en réalité, ils privent les gens de leurs droits fondamentaux, notamment la santé, la nourriture et le droit à la vie lui-même», a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/271858-la-syrie-qualifie-le-blocus-de-cuba-de-terrorisme-economique

 

Tag(s) : #Cuba#Syris

Dans SYRIE

SYRIE : L’ARMEE PROGRESSE VERS LE BASSIN DE YARMOUK, PRES DE LA JORDANIE. LES VOLS ENTRE LES 2 PAYS DOIVENT REPRENDRE LE 3/10 APRES 10 ANS D’ARRET

Par Le 28/09/2021

Syrie : l’armée avance vers le bassin de Yarmouk, près de la Jordanie. Reprise des vols entre les deux pays

 Depuis 4 heures  28 septembre 2021

armee_syrienne_deraa_yarmouk

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

 

Rédaction du site

L’armée syrienne poursuit son avancée dans la province de Deraa au sud du pays.

Selon l’agence syrienne officielle Sana, elle a établi plusieurs positions militaires dans le village Maariyat situé au sud-ouest du bassin al-Yarmouk à la frontière avec la Jordanie, aux confins avec le Golan syrien occupé.

Accompagnés par des éléments de la Police militaire russe, les soldats syriens sont aussi entrés, selon la télévision d’information al-Mayadeen, dans la localité Tassil, à l’ouest de Deraa.
Ce déploiement s’inscrit dans le cadre de l’arrangement conclu avec les tribus de cette province avec l’assistance de la Russie au début du mois de septembre.

L’accord prévoit l’installation de postes de contrôle militaires à l’intérieur des quartiers de Deraa al-Balad. Les miliciens armés se devraient aussi de livrer les armes en leur possession en échange de quoi leur statut sera réglé. Alors que les récalcitrants seraient expulsés vers la province d’Idleb et les autres régions occupées par les milices syriennes.
L’armée syrienne est entrée le 8 septembre à Deraa al-Balad et a hissé le drapeau national .

Il y a deux jours, les autorités compétentes syriennes ont réglé le statut d’un certain nombre des miliciens armés des villages et des villes de la région du bassin de Yarmouk, dont ceux qui étaient recherchés et les déserteurs du service militaire.

Ces arrangements interviennent sur fond de rapprochement entre Damas et Amman qui ont décidé d’ouvrir le passage frontalier officiel entre leurs deux pays et reprendre l’acheminement des marchandises. Les vols aériens entre des deux pays devraient reprendre le 3 octobre prochain après dix années d’interruption.

Pendant la guerre en Syrie, la Jordanie avait abrité la cellule MOK à partir de laquelle des pays ayant soutenu les groupes armés leur faisaient parvenir l’aide militaire et logistique. C’est à Deraa que le mouvement de contestation contre le pouvoir syrien avait éclaté en 2011.

Source: 

https://french.almanar.com.lb/2158004

Dans SYRIE

SYRIE : AGGRAVATION DE LA SITUATION DANS LA PROVINCE D’IDLIB

Par Le 28/09/2021

Syrie: la situation s’aggrave dans la province d’Idlib

Par Alexandre Lemoine

Mondialisation.ca, 27 septembre 2021

Observateur continental

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 1   0  0  1

La situation dans le nord-ouest de la Syrie pourrait sérieusement s’aggraver dans les jours à venir. Comme le rapporte l’agence Bloomberg se référant à ses sources du gouvernement turc, Ankara y projette plusieurs milliers de combattants supplémentaires et des centaines d’armements. En même temps a été rapportée la préparation d’une grande offensive sur Idlib par l’armée gouvernementale syrienne.

Malgré les bombardements intenses du sud de la province syrienne d’Idlib, Ankara a tout de même réussi à projeter dans cette région des dizaines de ses chars, actuellement déployés le long de la route M4 entre les villes d’Ariha et de Muhambel, tout en rapportant la présence de blindés légers.

Selon Bloomberg, le président turc Recep Tayyip Erdogan a envoyé des troupes en Syrie pour avoir un atout pendant sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Sotchi le 29 septembre. Ces pourparlers devraient porter essentiellement sur le règlement du problème d’Idlib. Les journalistes américaines disent qu’il sera difficile pour les parties de trouver un compromis.

Les intérêts de Moscou et d’Ankara sont diamétralement opposés à Idlib. La Russie veut aider Bachar al-Assad à débarrasser la province des combattants et à reprendre son contrôle. Or cette situation ne convient pas à Ankara. Recep Erdogan cherche à maintenir la présence militaire et l’influence sur la Syrie, mais il craint une vague de réfugiés qui inonderait inévitablement les régions frontalières de la Turquie avec le début des activités militaires. Ce qui affecterait sa cote de popularité. D’après Bloomberg, l’objectif principal de la projection des forces turques à Idlib consiste à forcer Damas à renoncer à une vaste offensive.

Les médias parlent de cette opération depuis plusieurs jours. De grandes unités sont envoyées depuis plus d’un mois à la frontière de la province, les sites terroristes sont régulièrement attaqués. L’aviation russe s’est nettement activée ces dernières semaines en attaquant presque tous les jours des cibles à Idlib. Ainsi, en milieu de semaine, des bombes ont été lancées sur sept sites à la fois dans la commune de Benin. C’est probablement la raison pour laquelle les Turcs ont déployé mi-septembre des systèmes antiaériens MIM-23 dans la province?

Cependant, ni Moscou ni Damas n’ont encore annoncé la préparation d’un assaut. Sachant que le ministère russe de la Défense rapporte que les combattants des organisations terroristes retranchés à Idlib ont commencé à attaquer plus souvent les positions des forces gouvernementales et la population civile.

Alors que Damas insiste sur le fait que la projection du contingent turc supplémentaire à Idlib ne fera que persuader les combattants de leur impunité.

« J’estime que la Turquie doit immédiatement retirer ses troupes, a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Miqdad. La communauté internationale, de son côté, doit soutenir nos efforts pour libérer les territoires au nord du pays. La raison principale de l’escalade à Idlib, c’est l’occupation turque et le soutien apporté aux groupes terroristes par Ankara. »

Idlib est aujourd’hui la province la plus problématique de la Syrie, où s’affrontent les intérêts de plusieurs acteurs à la fois. La province représente un « feuilleté » de militaires turcs, de groupes extrémistes contrôlés par Ankara, de bandes terroristes « libres » opposés à tous et d’unités syriennes qui cherchent à rétablir l’ordre dans le pays avec le soutien de l’aviation russe.

Les forces syriennes ont lancé, en hiver-printemps 2020, une vaste offensive, ont libéré plus de 26 communes, 320 km² du territoire du pays. Fin janvier déjà l’armée syrienne a occupé la ville de Maarat al-Nouman dans le sud-est en prenant le contrôle de la route stratégique Hama-Alep. Et le 5 février, l’armée est entrée dans la commune stratégique de Saraqeb au croisement des routes Alep-Hama et Alep-Lattaquié.

Ce qui a suscité la colère d’Ankara, qui a exigé de Damas de retirer les troupes aux positions occupées avant l’offensive. Cette fois, la Syrie n’a pas réagi, et la Turquie a commencé à agir. Ses unités ont attaqué avec des combattants proturcs les positions de l’armée syrienne sur tout le front. Le 27 février, l’aviation syrienne a riposté par une frappe contre un convoi militaire faisant 33 morts parmi les soldats et les officiers turcs. Après cet incident, Ankara a lancé l’opération Bouclier de printemps engageant des forces supplémentaires. Les Syriens se sont retirés de plusieurs communes. Les drones d’attaque Bayraktar TB-2, devenus célèbres précisément à cette époque, ont été largement utilisés dans les combats.

La situation s’est stabilisée en partie le 5 mars, quand les présidents de la Russie et de la Turquie sont convenus d’une trêve à Moscou. Ils se sont entendus sur la cessation des activités militaires, le retrait des troupes et la création d’un corridor de sécurité le long de la route M4 Lattaquié-Alep. Ils ont également organisé des patrouilles conjointes dans cette zone.

De plus, la Turquie a promis de lutter contre les extrémistes dans la province. Cependant, les combattants ont continué, bien que plus rarement, de commettre des attaques, notamment dans le corridor de sécurité. Ainsi, en juin dernier, ils ont fait exploser une mine sur le chemin d’une patrouille conjointe sur la route M4. Un véhicule blindé de transport de troupes russe BTR-82A a été endommagé, sans victimes, heureusement.

L’allié principal d’Ankara dans la province est ce qu’on appelle l’Armée nationale syrienne (ANS). Il s’agit d’une entité assez hétéroclite composée de plusieurs groupes, dont la plupart sont considérés comme terroristes par Moscou et Damas. Par exemple, au sein de l’ANS existe la Division al-Hamza. Ses combattants font la guerre depuis 2013.

Elle était toujours soutenue financièrement et matériellement par les États-Unis et la Turquie, et son chef, l’officier du renseignement turc MIT Seif Abou Bakr, a été pendant des années un agent secret d’Ankara dans l’État islamique. La Turquie a largement utilisé les services d’al-Hamza et d’autres extrémistes pendant l’opération Bouclier de l’Euphrate, en août 2016. Les combattants de cette « division » faisaient partie des premiers à entrer à Jarabulus et à Karkamis au nord du pays. Les radicaux étaient extrêmement cruels à l’époque envers les civils kurdes. En 2018, al-Hamza a participé à l’invasion turque d’Afrin dans le cadre de l’opération Rameau d’olivier, et en 2019-2020 elle soutenait les superviseurs d’Ankara lors des combats à Idlib.

De plus, il a été prouvé que les membres de ce groupe ont combattu au Haut-Karabakh en automne dernier du côté de l’Azerbaïdjan. Ils ont été projetés à Bakou par des avions turcs. Ce qui a été notamment confirmé par le président français Emmanuel Macron, rapportant qu’Ankara avait projeté au moins 300 radicaux en Azerbaïdjan. La collaboration entre la Turquie et des combattants à Idlib n’est plus un secret pour personne depuis longtemps. Et en l’absence d’Ankara, les Syriens auraient certainement libéré la province depuis longtemps.

À l’heure actuelle, la situation à Idlib est très grave sur fond d’exigences syriennes d’une évacuation immédiate de militaires syriens au vu de l’offensive qui se prépare contre cette région, sachant que de toute évidence la Turquie a l’intention également de faire face à la Russie, comme en témoigne le déploiement de la défense antiaérienne turque au sud de la ville d’Idlib.

On ignore comment se terminera cette nouvelle escalade dans le nord-ouest de la Syrie, mais il est certain que les pourparlers de Sotchi seront difficiles. Recep Erdogan est prêt à la confrontation et n’a pas l’intention de reculer. Comme en témoigne notamment sa récente déclaration à l’Assemblée générale des Nations unies qu’Ankara ne reconnaîtrait jamais la Crimée comme russe. Pas la déclaration la plus diplomatique avant sa rencontre avec Vladimir Poutine.

Alexandre Lemoine

La source originale de cet article est Observateur continental

Copyright © Alexandre LemoineObservateur continental, 2021

https://www.mondialisation.ca/syrie-la-situation-saggrave-dans-la-province-didlib/5660729

Dans SYRIE

L’OCCUPANT AMERICAIN RENFORCE SA PRESENCE MILITAIRE ILLEGALE DANS LE NORD-EST SYRIEN. LES FDS KIDNAPPENT 15 ENSEIGNANTS

Par Le 27/09/2021

Les forces US renforcent leur présence dans le nord-est syrien. les FDS kidnappent 15 enseignants

 Depuis 2 heures  27 septembre 2021

vehiculesus

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

Les forces américaines renforcent leur présence occupante dans l’est syrien.

Elles ont introduit un convoi chargé de matériel et d’équipements militaires et logistiques en provenance d’Irak par le passage illégal d’Al-Walid pour soutenir ses bases militaires dans la région syrienne d’Al-Jazirat, a révélé l’agence syrienne officielle Sana

Selon l’agence qui a cité des sources locales, le convoi est formé de 50 véhicules, dont des camions congélateurs et des camions transportant  des véhicules blindés américains et divers équipements militaires.

Le convoi qui est entré le dimanche soir sur le territoire syrien depuis le territoire irakien s’est d’abord dirigé vers l’aéroport de Kharab al-Jir, puis il a continué son chemin vers Hassaké, dans le nord-est du pays,  et devrait à fortiori se diriger vers la province sud de cette ville, où se trouve le siège de la base américaine à al-Chaddadi.

Au cours des derniers mois, des milliers de camions chargés d’armes, de matériel militaire et logistique ont été acheminés vers Hassaké où ils s’évertuent à renforcer leurs bases militaires illégales dans la région al-Jazirat syrienne.

En même temps, les troupes américaines multiplient leurs assauts contre les villages et procèdent à des enlèvements.
A l’aube du dimanche, elles ont effectué une descente depuis des hélicoptères au-dessus du village al-Chahil à l’est de la province de Deir Ezzor. Un commando américain a ouvert le feu sur les maisons et les terres agricoles tuant trois villageois de ce village situé au bord du fleuve de l’Euphrate.

Cette descente aérienne américaine est la deuxième du genre en ce mois-ci. Le 14 septembre dernier, une unité était descendue sur les bords de la ville de Hassaké et a kidnappé deux civils.

Le jeudi 23 mars, des militaires américains avaient accompagné des éléments de la coalition des milices kurdes syriennes des Forces démocratiques (FDS) qui ont assiégé des bâtiments résidentiels de deux villages, Bsaytine et al-Jassimi, dans la province nord de Deir Ezzor, puis ont enlevé des civils et les ont emmenés vers une destination inconnue.

Ce lundi 27 spetembre, des miliciens FDS ont enlevé 15 enseignants dans la province de Hassaké, rapporte Sana.

Selon ses informations, des miliciens ont mené des « incursions » dans plusieurs quartiers résidentiels de la ville de Qamichli et kidnappé 15 enseignants de l’école Abd-al Massieh Haidarie, leur reprochant d’avoir violé le couvre-feu imposé par les FDS dans les zones qu’elle contrôle.

Les ravisseurs ont ensuite emmené les enseignants vers une destination inconnue.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2157102

Dans SYRIE

SYRIE : RETOUR EN GRACE DU "REGIME SYRIEN"

Par Le 26/09/2021

À quoi rime la normalisation "golfienne" avec la Syrie?

Sunday, 26 September 2021 6:19 PM  [ Last Update: Sunday, 26 September 2021 6:20 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre syrien des Affaires étrangère, Fayçal Meqdad, a rencontré son homologue égyptien, Sameh Choukri, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 25 septembre 2021. ©STAR

Pour la première fois depuis dix ans, le ministre syrien des Affaires étrangères a rencontré son homologue égyptien en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Est-ce un début pour une étape qui s’appelle « la Syrie stable » ?

Selon la chaîne de télévision Al-Mayadeen, « la rencontre entre le ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meqdad, et son homologue égyptien, Sameh Choukri, à New York, fait preuve du changement de comportement de certains pays arabes envers Damas. »

Lire aussi: Le Caire pour un retour sans condition préalable de la Syrie dans la Ligue arabe

« Cette rencontre a eu lieu après des entretiens de responsables syriens avec des ministres de Jordanie et d’Arabie saoudite ; les rencontres du genre qui étaient prohibées par les États-Unis ne pouvaient pas avoir lieu sans leur feu vert. Est-ce un début pour un nouveau chapitre ? », indique Al-Mayadeen, ajoutant que la volonté de la Syrie avait finalement vaincu les sanctions et les pressions.

« Les récentes rencontres constituent-elles une refonte ou sont-elles juste un nouveau complot destiné à s’approcher de la Syrie en vue de l’éloigner de ses alliés, surtout l’Iran et l’axe de la Résistance ? »

Annonce-choc de Poutine à Assad!

Annonce-choc de Poutine à Assad !

Nouvelle « cata » pour Israël

Lors de son interview avec al-Mayadeen, Fayçal Meqdad a déclaré que la rencontre avec Sameh Choukri était un point de départ pour l’essor des relations bilatérales. « La Syrie salue toute sorte de relations avec les pays arabes », a-t-il souligné. 

Le haut diplomate syrien a ensuite critiqué des pays occidentaux qui ont mis sur pied le terrorisme en Syrie. Il a appelé l’Organisation des Nations unies à rester engagée à sa propre Charte. 

Lire aussi: Pourquoi les États arabes veulent-ils que la Syrie revienne dans le giron de la Ligue arabe ?

Ahmed al-Kazbari, député du Parlement syrien, a confié à Al-Mayadeen que la Syrie était toujours prête à développer ses relations avec les pays arabes. « Les Arabes n’avaient jamais été les ennemis de la Syrie », a-t-il précisé. 

« Ces rencontres pourraient aboutir à une normalisation entre la Syrie et les pays arabes. Il se peut que la Ligue arabe décide d’accueillir, de nouveau, la Syrie pendant les mois à venir. Le plan des États-Unis a échoué en raison de la résistance de la Syrie et du soutien de ses alliés. »

Dans ce droit fil, Edmon Gharib, professeur des relations internationales dans une université à Washington, a déclaré : « Il est trop tôt pour dire que la politique de Washington envers la Syrie a radicalement changé. Ce que nous y constatons actuellement est une certaine de flexibilité qui n’existait pas auparavant. »

L'ultimatum de la Syrie au Pentagone!

L’ultimatum de la Syrie au Pentagone !

Dans la foulée, Hani Khalaf, ancien représentant de l’Égypte auprès de la Ligue arabe, a déclaré que des évolutions en Syrie, dans la région, voire dans le monde avaient déclenché de tels importants événements. 

« Ces évolutions sont dues à la victoire de Damas vis-à-vis des crises qu’il a survécues. La Syrie a enregistré d’importants succès. »

Lire aussi : La Ligue arabe a invité la Syrie à participer à sa prochaine réunion

L’Occident est convaincu qu’il a subi un échec cuisant dans la guerre en Syrie. Pendant dix ans, il a employé tous ses moyens pour renverser le gouvernement Assad sans avoir le moindre succès. Il cherche donc de nouveaux moyens ; le canal diplomatique que certains alliés arabes ont créé envers Damas pourrait en faire partie, et cela afin d’éloigner la Syrie de l’axe de la Résistance.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/26/667316/Syrie-Egypte-ONU-USA-Ligue-arabe- 

Dans SYRIE

DEIR EZZOR : LE CLASH USA/SYRIE IMMINENT ?

Par Le 24/09/2021

Deir ez-Zor et Idlib pourront être attaquées simultanément

Friday, 24 September 2021 1:18 PM  [ Last Update: Friday, 24 September 2021 1:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deir ez-Zor: le clash USA/Syrie, imminent. ©Twitter via Middle East Eye/Illustration

La province stratégique de Deraa qui longe le Golan occupé et la Jordanie est désormais de mise et la Syrie s'apprête à reprendre Idlib. Et Deir ez-Zor dont les troupes US occupent une grosse partie ? Hier le Congrès a rejeté un projet de loi proposé par le député noir Bowman plaidant en faveur du retrait des troupes US de Syrie. La confrontation militaire avec les troupes US est-elle inévitable?

L'armée syrienne est entrée dans plusieurs villes de la province de Deraa, où des terroristes ont remis leurs armes en vertu d'un accord de trêve proposé par le gouvernement de Damas le mois dernier.

Israël : Poutine tourne la vis encore!

Israël : Poutine tourne la vis encore!

Deraa: Après le ciel, Poutine chasse les cellules terroristes pro Israël au sol, à Deraa

Des unités de l'armée sont entrées jeudi dans les villes de Tal Shihab et Zaizoun, a rapporté l'agence de presse officielle syrienne, SANA.

Dans la ville de Dael, le statut de dizaines de terroristes, d'hommes recherchés et de déserteurs du service militaire a été réglé et des armes ont été remises à l'armée syrienne, a-t-on appris de la même source.

Les habitants de Deraa se sont dits satisfaits du lancement du processus de règlement du statut des terroristes et de leur retour à la vie normale.

En outre, l'armée syrienne a rouvert des routes principales et secondaires à Deraa.

L'établissement d'un contrôle gouvernemental total sur Deraa est très important puisque la province borde le plateau du Golan occupé par Israël, que le régime de Tel-Aviv a utilisé pour faire soigner les terroristes blessés qui luttent contre le gouvernement syrien depuis 2011.

Syrie : Méga choc aérien anti-Israël!

Syrie : Méga choc aérien anti-Israël!

Double drone israélien abattu à Quneitra.. de quoi est-ce le signe?

La reprise du contrôle du territoire par le gouvernement syrien pourrait rompre la collaboration entre Israël et les terroristes et déjouer les plans de Tel-Aviv d'annexer le plateau du Golan.

Mais après Deraa, l'armée syrienne va-t-elle tolérer la présence turque ou américaine en Syrie? Jeudi le ministère syrien des Affaires étrangères a lancé un ultimatum à Ankara, exigeant qu'il retire ses troupes du Nord syrien. Des bombardements contre les mercenaires turcs à Idlib s'intensifient en ce moment. Mais les forces US ne sont pas du reste.

Idlib: l'ultimatum d'Assad

Idlib: l'ultimatum d'Assad

Les coups écrasants des combattants russes ont arrêté les convois militaires turcs à Idlib.

Les tribus de l’Est syrien s’opposent à l’occupation US

Les tribus et clans arabes de l'est de la Syrie se sont en encore une fois dits entièrement opposés à l'occupation américaine. Ils ont mis l’accent sur le fait de ne pas céder le moindre pouce de terrain.

La Syrie déclare la guerre aux troupes US

La Syrie déclare la guerre aux troupes US

L’Iran s’est tenu aux côtés du gouvernement et du peuple syriens dans la guerre contre Daech et les occupants.

Lors d’une réunion du mercredi 22 septembre, tenue dans la ville de Tabiya, les membres des tribus et clans arabes de la banlieue est du gouvernorat de Deir ez-Zor ont exprimé leur opposition à l'occupation américaine sous toutes ses formes en territoire syrien. Ils ont réclamé la restitution par l’armée syrienne de chaque pouce du territoire syrien.

« Cette conférence a été organisée en soutien aux approches du gouvernement syrien envers le processus de réconciliation et son rôle dans le développement et la reconstruction de la province, mais aussi à l'opposition à occupation sous toutes ses formes», a déclaré un notable de l’une des tribus.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/24/667158/Syrie-Remise-d-armes-Armee-Terroristes-Deraa-Tribus-Deir-ez-Zor

Dans SYRIE

LES ETATS-UNIS ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME EN SYRIE, "C'EST HOLLYWOOD"

Par Le 22/09/2021

Les États-Unis et la lutte contre le terrorisme en Syrie: « C’est Hollywood »

 Depuis 3 heures  22 septembre 2021

raidus-idleb

 Moyent-Orient - Syrie

 

Washington joue sur tous les tableaux en Syrie. Après avoir longtemps œuvré à la chute de Bachar el-Assad avec la politique du changement de régime, puis misé sur la carte kurde, voilà que les États-Unis semblent cibler les djihadistes dans le Nord-Ouest syrien.

Le 20 septembre, un drone américain MQ-9 Reaper a détruit une voiture sur l’autoroute entre Idlib et Binnish. Le commandement central américain(Centcom) affirme avoir ainsi tué un haut responsable de Hurras ad-Din (HaD). Affilié à Al-Qaïda, ce groupe djihadiste s’opposerait sur certaines questions au groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), soutenu par les Américains.

Des héritiers d’Al-Qaïda soutenus par Washington

Disposant d’une dizaine de bases et de points militaires actifs dans les zones occupées de Hassaké, Raqqa, Deir ez-Zor et Al-Tanf, l’Administration américaine peut ainsi facilement mener des raids aériens contre des cibles en Syrie.
« Ce sont des frappes cosmétiques », estime Maxime Chaix, journaliste spécialisé dans les domaines du renseignement et du terrorisme global.

« Il n’y a pas de réelle stratégie américaine. On peut donc douter de l’efficacité de ces frappes, elles sont occasionnelles et font généralement les gros titres pour montrer que les Américains font du bon boulot dans la lutte contre le terrorisme. Mais c’est de la poudre aux yeux, c’est Hollywood. Il faut être sérieux un instant, Washington a des contacts avec les terroristes qu’il prétend combattre », souligne-t-il au micro de Sputnik.

Et c’est notamment le cas avec Hayat Tahrir al-Cham (HTC/HTS), le principal groupe djihadiste dans la poche d’Idlib. Le mouvement islamiste contrôle près de 60% de la province du Nord-Ouest syrien. Il représente une véritable armée de plus de 30.000 hommes, dont 10.000 étrangers provenant de Jordanie, d’Arabie saoudite et d’Asie centrale avec une branche turkmène.

Issu d’Al-Nosra qui puise ses origines dans Al-Qaïda, HTS est donc le produit d’une sorte de rebranding opéré en 2017 pour se démarquer de l’image de sa « famille terroriste ». Barbe taillée, gel, costume occidental et propos modérés, leur leader djihadiste accordait cette année une interview à un journaliste américain. Il s’est voulu rassurant en expliquant sa rupture « définitive » avec Al-Qaïda. Pourtant, selon un rapport de l’Onu de 2019, Idlib est décrit comme étant « le plus grand dépotoir de combattants terroristes étrangers au monde ».

Cela n’empêche pas Washington de considérer HTS comme un « atout » de sa stratégie en Syrie. « Ils sont la moins mauvaise option des différentes options sur Idlib, et Idlib est l’un des endroits les plus importants en Syrie, qui est l’un des endroits les plus importants en ce moment au Moyen-Orient », déclarait James Jeffrey, ex-envoyé spécial US auprès de la coalition internationale en Syrie.

Financés par une pluie de dollars

La stratégie américaine de soutien aux djihadistes ne daterait pas d’hier.
« Par l’intermédiaire de la CIA, les États-Unis ont mis en place une vaste opération clandestine visant à déloger Bachar el-Assad en finançant des groupes djihadistes », avance Maxime Chaix.

Notre interlocuteur fait ici référence à Timber Sycamore. Soutenu par les monarchies du Golfe et la Turquie, ce programme américain finance et arme les groupes anti-Assad. Le dispositif a vu le jour dès le printemps 2012. En misant sur l’opposition syrienne, Washington aurait participé donc activement à la militarisation du conflit et à la radicalisation de certains groupes armés.
« Des missiles antichar TOW de fabrication américaine furent massivement livrées via la Turquie », précise le spécialiste.

Plus de 8.000 tonnes d’armes ont transité par la frontière entre la Turquie et la Syrie à la fin de 2012 et en 2013. Cela expliquerait donc les difficultés éprouvées par le gouvernement de Damas pour sanctuariser certaines zones stratégiques avant l’intervention russe en 2015.

Un secours sollicité par le gouvernement légal.

Poussant le vice encore plus loin et obnubilée par le départ d’Assad, l’Administration américaine a-t-elle alors pactisé avec le diable?
C’est ce qu’insinue The Washington Post, les responsables américains ayant longtemps cautionné Al-Qaïda de peur d’affaiblir l’opposition à Damas et de renforcer l’alliance russo-iranienne.

« Les Américains jouent sans cesse aux pompiers pyromanes. Ils allument une mèche en finançant une mouvance djihadiste incontrôlable qui pratique un islam rigoriste. Puis, pour avoir le beau rôle, ils ciblent les islamistes de manière sporadique pour montrer à la communauté internationale qu’ils sont à la pointe de la lutte contre le terrorisme. C’est un comportement identique à celui qu’ils ont adopté vis-à-vis des talibans: ils les ont financés dans les années 1980 pour lutter contre les Russes, puis ils les ont bombardés. C’est la même chose à Idlib », analyse Maxime Chaix.

Et ces opérations clandestines ont un coût. Selon un article du New York Times datant d’août 2017, la CIA aurait déboursé pas moins d’un milliard de dollars dans la formation et l’équipement des « rebelles » syrien.

Pour sa part, dans son livre ultra-documenté, Maxime Chaix fait état d’un financement de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Le programme Timber Sycamore a officiellement pris fin en 2017 après la reprise des villes stratégiques par Damas.

Des sanctions pour étrangler l’économie syrienne

En dépit de cet échec militaire retentissant, Washington n’a tout de même pas dit son dernier mot en Syrie.

« Après le militaire, il joue la carte des sanctions pour espérer avoir une retombée politique en Syrie », poursuit le journaliste.

Depuis juin 2020 et l’entrée en vigueur d’une série de restrictions économiques, l’économie syrienne est littéralement exsangue.

Désignées par le terme de loi César, ces sanctions américaines empêchent la Syrie de commercer avec l’extérieur. Tous les secteurs de la société en pâtissent. D’où paupérisation généralisée, pénurie de gaz, de carburant et d’électricité, inflation galopante, baisse des salaires…

Bruxelles n’est pas en reste. En mai dernier, les pays européens ont prolongé d’un an les sanctions à l’égard de Damas. Plusieurs hommes d’affaires et entreprises sont touchés par ces mesures. Elles comportent une interdiction d’importer du pétrole, des restrictions sur certains investissements, un gel des avoirs de la Banque centrale de Syrie détenus dans l’UE et des restrictions à l’exportation d’équipements et de techniques.

Pourtant, Alena Douhan, rapporteur spécial des Nations unies sur les impacts négatifs des mesures coercitives unilatérales quant aux droits de l’homme, a alerté quant aux conséquences de la situation humanitaire dramatique sur le terrain.

Maxime Chaix déplore surtout le risque sécuritaire.
« Le risque, avec l’imposition des sanctions, c’est la radicalisation d’un pan de la société syrienne. La pauvreté est une aubaine pour les djihadistes. Ils recrutent plus facilement ».

Malheureusement pour la Syrie, quand les États-Unis ont une idée en tête, ils n’en démordent pas. Aucun échec ne les dissuade.
« Il y a une constance dans la politique américaine. Regardez Cuba! Les États-Unis n’ont pas réussi à renverser Castro, il y a toujours un blocus de l’île. En Iran, ils n’ont pas réussi à renverser les mollahs, ils ont imposé des sanctions depuis les années 1980. Ils ont également asphyxié l’Irak dans les années 1990 avant d’y intervenir militairement », conclut l’essayiste.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2153274

Dans SYRIE

LA SYRIE RATATINE L'ARMEE DE L'AIR ISRAELIENNE

Par Le 19/09/2021

Méga vengeance : cette bombe H "syrienne" qui a vengé 10 000 raids aériens d'Israël...

Sunday, 19 September 2021 9:40 AM  [ Last Update: Sunday, 19 September 2021 2:23 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un F-16 israélien abattu en 2018 par la Syrie(Archives)

Avec un Israël dont l’armée de l’air avoue désormais  « avoir diablement peur de la Syrie » pour cause de ces missiles « intercepteurs » syriens qu’il dit être de type SA-5 qui chassent des salves de 20 de 30 voire de 40 missiles de croisière israéliens dans le ciel du Golan, d’al-Tanf, de la Jordanie voire dans celui du sud Liban, et ce, non seulement parce qu’ils proviennent des batteries de missiles antimissiles  Buk 2 E, , mais bien parce que l’axe de la Résistance aurait décidé à faire du sud de la Syrie et du sud du Liban, « sa principale base de défense aérienne à basse altitude », et qu’il  travaillerait même depuis plus d’un an à la création d’un réseau de défense intégré « non statique » et « adaptables aux menaces», et surtout doté de dispositifs de guerre électronique comme ce superbe radar « Nasser 40 »,  passive, totalement furtif aux avions et aux satellites israéliens et surtout propre à abattre drones et missiles de croisière en milieux urbain, lequel radar va avec cet autre système d’aide-navigation « Moeen 40 » qui collecte des données non pas à partir du cabine de pilote et mais de l’avion lui-même, quitte à permettre à l’aviation syrienne de couvrir un périmètre de 400 kilomètres  et ce, en totale connexion avec les stations radars au sol, il fallait bien s’y attendre.

Pétroliers iraniens : la révélation-choc!

Pétroliers iraniens : la révélation-choc!

Pourquoi Israël ne frappe pas les pétroliers iraniens ou les camions-citernes syriens en partance pour la Bekaa?

Israël a frappé mais différemment. Le samedi 18 septembre, au moment où  l’armée syrienne s’emparait de l’une des dernières localités de l’ouest de Deraa, « Tafas », où des centaines de rebelles armés, ceux-là même qui servaient il y a encore peu Israël de supplétifs pour empêcher que l’armée syrienne n’y revienne pas et partant que le Hezbollah ne se réimplante plus aux portes du Golan occupé, Daech s’est pointé soudain du nez pour  faire sauter la station de gaz de « Deir Ali » , au sud de la capitale et plonger une grosse partie de la République dans le noir.

Evidemment, le ministère syrien de l’Energie n’a pas tardé à remettre le tout sur les rails et en moins de 24 heures le gaz et donc l’électricité ont été établis. Heureusement qu’en Syrie, on n’est ni en Irak ni au Liban pour que comme l’a annoncé récemment Nasrallah, une ambassade US existe et pilote, sans ambages, une vraie campagne terroriste contre les lignes de hautes tensions ou des stations de service et de gaz.  Ceci étant, une question demeure : comment expliquer cette réapparition soudaine de Daech qu’on sait être la progéniture d’Israël alors que la Syrie s’en est débarrassée depuis longtemps ?

 

Deir Ali n’étant pas trop loin de Deraa, on pourrait voir à travers cette attaque un coup signé Israël. Mais pourquoi Deir Ali, bon sens ? N’est-ce pas une zone druze par où transite ce fameux pipeline « Arabe » reliant l’Egypte, la Syrie et la Jordanie, pipeline qui devrait agir en dessus ex machina pour sauver l’axe US/OTAN du pétrin énergétique qu’il endure au Liban ?

La route Téhéran-Beyrouth, ouverte!

La route Téhéran-Beyrouth, ouverte!

Le blocus américain est brisé avec l’arrivée des pétroliers iraniens au Liban.

Pour ceux des analystes qui suivent depuis un mois les vicissitudes « énergétiques » de l’axe en question au Liban où le Hezbollah a littéralement bousculé le jeu, en faisant brandir le spectre des pétroliers bourrés de pétrole iraniens à Beyrouth puis, en les déclarant « territoire libanais » avant de les ramer sous escorte balistique, depuis le golfe Persique à la Méditerranée puis de les faire décharger à bord de plus de 600 camions citernes jusqu’à la Békaa, cette attaque terroriste a quelque chose de totalement incongru surtout que le gazoduc Arabe s’offre pour l’heure comme unique alternative sur quoi a misé l’Amérique pour contrer la méga offensive anti-sanction du Hezbollah qui est sur le point de briser d’un seul coup la loi César, et le régime des sanctions anti-Syrie, anti-Iran anti-Liban. Pourquoi s’en prendre à un projet « ami » que de surcroît la BM dit vouloir financer de A à Z et qui pourrait « arracher le Liban des mains de la Résistance » et le « jeter dans les bras du Caire et d’Amman »  ?

Méditerranée: le Hezbollah change le jeu !

Méditerranée: le Hezbollah change le jeu !

Comment la Résistance libanaise est sur le point de changer les alliances en Méditerranée...

Est autant sinon plus paradoxale cette autre démarche US/Israël concernant le bloc 9, cette zone offshore libanais qui a fait l’objet du temps de Trump d’un certain nombre d’accords Israël/Liban et que l’entité a osé, dans un mouvement complètement suicidaire, de « confier » à Halliburton au risque de se mettre sur le dos, non seulement le Hezbollah mais encore les courants les plus pro-Américains au Liban !

La réalité est que, un peu comme pour le cas de Mercer Street, ce navire israélien frappé le 29 juillet en mer d’Oman en représailles à la frappe israélienne quelques jours plutôt contre Qusseir à Alep, la nouvelle équation « libanaise » dite « arme de la Résistance  au service de la guerre économique anti-US » a encore une fois relié le ciel à la mer, défiant l’entité là où son bât blesse le plus, à savoir le milieux marin. Un Israël, orphelin de sa supériorité aérienne au Levant, ne saurait risquer un conflit extensible à la Méditerranée ou à la mer Rouge. Pour le reste, le détournement US/Israël du bloc 9 offshore libanais qui renvoie très exactement à ce qui se passe à Connoco, à al-Omar ou à Tanak, toutes des zones gazières à Deir ez-Zor, contiennent de terrifiants aveux : Primo, ce bloc 9 aurait dû être à travers de longues négociations boostées par les Américains devenir le vecteur d’une normalisation Israël/Liban avec en filigrane le désarmement du Hezbollah car un Liban et une entité en paix, à quoi bon des missiles tactiques de la Résistance. Que Halliburton débarque illégalement dans le secteur gazier libanais, cela veut dire à peu près que la partie est perdue pour l’axe US/Israël .

USA: Les trois coups de Nasrallah!

USA: Les trois coups de Nasrallah!

Le premier pétrolier iranien est arrivé au port de Baniyas. C’est une victoire irano-syro-libanaise contre l’hégémonie américano-israélienne.

Secundo, le méga sabotage terroriste du pipeline arabe reflète une très profonde crainte de voir l’Egypte de Sissi qui semble avoir conditionné toute reprise avec la Turquie du retrait de ses troupes du nord de la Syrie ( !) basculer dans le camp d’en face. Car peu de sources en parlent, mais cette récente visite du gourou Bennett au Caire s’est avéré un monumental fiasco avec un double « non » de l’Egypte jeté à la figure de l’entité. Ainsi Le Caire a refusé de bloquer le point de passage de Rafah en totale solidarité avec les Palestiniens, tout en refusant de demander son feu vert à Israël pour un redéploiement de l’armée égyptienne au Sinaï. Cela veut très clairement que les Camps David sont morts et que l’armée égyptienne qui a bien appuyé en coulisse Gaza lors de la grande bataille du mois de mai va le faire et le refaire encore…Sacré Syrie, elle est comme toujours est plus que jamais au cœur d'un processus de dés-israélisation du Levant qui du ciel va vers la mer et vice versa... 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/19/666824/Syrie-Gazoduc-Daech-Deraa-Terroristes-Remise-Armes-Hezbollah-Carburant-Iran

Dans SYRIE

SYRIE : L'OFFENSIVE CONTRE IDLIB IMMINENTE !

Par Le 18/09/2021

Drapeau iranien hissé à Deraa, Erdogan s'attend au pire

Saturday, 18 September 2021 4:09 PM  [ Last Update: Saturday, 18 September 2021 4:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La rencontre entre les présidents russe et syrien, Vladimir Poutine et Bachar al-Assad. ©Al-Mayadeen

Après l’entrée progressive de l’armée syrienne dans diverses parties de la province de Deraa, les experts, en s’appuyant sur les propos du président russe lors de sa récente rencontre avec Bachar al-Assad, soulignent que le prochain objectif de Damas et de Moscou est de nettoyer l’une des plus importantes provinces occupées par la Turquie dans le nord de la Syrie.

La chaîne Al-Mayadeen a récemment abordé la question dans un rapport du chercheur des relations internationales et l’expert des affaires turques, Hassani al-Mahalli, a commencé son rapport comme suit : « Il est devenu clair que Damas, avec ou sans le consentement de la Russie, ne peut plus tolérer la poursuite de la situation actuelle à Idlib et dans le nord de la Syrie en général, car le maintenir dans cet état rendra la solution finale plus difficile. »

Dans une lecture rapide du discours du président russe Vladimir Poutine lors de sa réception soudaine du président syrien Bachar al-Assad (lundi dernier), on peut clairement voir les caractéristiques des développements possibles en Syrie, au premier rang desquels figure le règlement de la question d’Idlib, avec ou sans le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Idlib: la Russie frappe le Sultan!

Idlib : la Russie frappe le Sultan !

La Russie est prête à frapper les troupes turques en Syrie, au cas où celles-ci menaceraient ses avions de combat.

Le président Poutine a dit en s’adressant au président Assad : « Le principal problème réside dans la présence de forces étrangères dans certaines zones du pays sans décision des Nations unies, et sans votre autorisation, ce qui est contraire au droit international. Cela ne vous donne pas la possibilité de déployer le maximum d’efforts pour parvenir à la stabilité et à la sécurité dans le pays, et d’avancer sur la voie de la reconstruction à un rythme qui aurait pu être atteint si les terres du pays étaient sous votre administration. L’objectif de la prochaine étape était clairement défini, à savoir la présence turque dans le nord de la Syrie, et surtout, la protection turque d’Idlib, y compris des terroristes de diverses nationalités. »

Selon l’article d’Al-Mayadeen, ces déclarations du président Poutine ont été précédées d’informations de presse turque faisant état de graves divergences entre les chefs militaires turcs et les chefs des factions affiliées à la soi-disant « armée nationale syrienne » dans de nombreuses régions du nord de la Syrie, ce qui explique le refus de ces factions pour recevoir les terroristes de Deraa qui sont venus dans la région.

L’information fait également état de graves tensions entre l’armée turque et diverses factions à Idlib, dont la brigade Abu Bakr al-Siddiq, après que 3 soldats turcs ont été tués à cause de cette tension. De nombreux scénarios se profilent ainsi :

Après Deraa, Idlib attaquée?

Après Deraa, Idlib attaquée ?

L’armée syrienne est prête à mener une opération militaire en banlieue sud d’Idlib et en banlieue ouest de Hama pour en repousser des terroristes.

1- La tension persistante entre l’armée turque et Hayat Tahrir al-Cham et certaines des factions qui lui sont affiliées, les médias turcs évoquant des consultations entre les deux parties pour s’entendre sur le sort de ces factions à Idlib, à l’approche de la date de l’action militaire syro-russe à Idlib.

2- Dans le cadre des consultations précitées, le journaliste Sedat Arkin, connu pour ses relations avec les chefs militaires, a soulevé de nombreuses questions sur l’avenir des terroristes d’Idlib, et a déclaré : « Qu’en fera la Turquie ? Elle les accueillera à bras ouvert ou resteront-ils à Idlib malgré le refus turc, pour que la région se transforme en un deuxième Afghanistan ?

Le journaliste Ark Agar Er a, à son tour, évoqué “les efforts d’Ankara pour transférer des terroristes non syriens d’Idlib en Afghanistan après un accord avec les talibans sur cette question, avec la médiation du Qatar”, ajoutant que “Moscou et Pékin surveillent de près cette question, car la plupart d’entre eux sont des citoyens chinois (ouïghours). Et russes (Tchétchénie), et certains d’entre eux sont des citoyens des républiques d’Asie centrale limitrophes de l’Afghanistan. Il y a également des informations qui parlent de l’examen de cette question lors des discussions du sommet de Shanghai à la capitale du Tadjikistan”.

3 - Les partis d’opposition et les médias d’opposition ne cachent pas leur inquiétude quant à la possibilité de l’entêtement du président Erdogan à maintenir ses positions à Idlib et à protéger les terroristes là-bas, considérant qu’ils sont une carte importante dans ses calculs globaux et ses négociations avec toutes les régions et les parties internationales, notamment avec la poursuite du différend russo-américain sur la situation à l’est de l’Euphrate. Les responsables turcs parlent de cette question pour plaire à Washington, qu’Erdogan a accusé à plusieurs reprises de soutenir les Unités de protection du peuple kurde, la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan turc (PKK).

Idlib échappe au Sultan?

Idlib échappe au Sultan ?

À ce propos, l’amiral à la retraite Turker Erturk a déclaré : “Erdogan fera tout pour conserver la carte d’Idlib, et son projet idéologique en Syrie tombera s’il le perd. Avec sa défaite là-bas, tous ses rêves dans la région tomberont, ce qu’il ne pourra pas supporter facilement après avoir perdu en Égypte, en Tunisie, au Maroc, et bientôt en Libye.”

4- Le fait qu’Erdogan abandonne ses alliés à Idlib et au nord de la Syrie en général, dans le cadre d’un accord sur lequel Moscou et Washington pourraient s’entendre, et qui serait imposé à toutes les parties régionales, est le sujet dont les médias turcs ont commencé à parler, en référence aux possibilités qu’Erdogan exploite à nouveau la crise des déplacés syriens, si l’armée syrienne prend d’assaut Idlib et d’autres zones d’où l’armée turque se retirera et laissera des dizaines de milliers de terroristes là-bas sous la pression américano-russe, et ses possibilités sont toujours faibles.

5- Le dernier scénario et le plus populaire est qu’Erdogan ne se soucie pas de tout ce qui est dit ou sera dit sur Idlib et la Syrie en général, et il continuera à s’opposer à toute action militaire conjointe syro-russe, même au prix de les affronter, comme il l’a fait en février 2020, alors que des avions russes bombardaient les positions de l’armée turque, tuant 34 soldats turcs. Ankara a riposté en bombardant le quartier général des officiers syriens avec des drones, en tuant 10 personnes. Le président Poutine a appelé Erdogan, l’a invité à une réunion d’urgence à Moscou le 5 mars, et l’a fait attendre à la porte de la salle de réunion pendant plusieurs minutes, sans que le nouvel accord de Moscou contribue à un quelconque progrès. Dans la crise d’Idlib, c’est la même chose que dans l’accord de Sotchi du 17 septembre 2018, à la suite duquel Ankara a envoyé des milliers de ses troupes dans la région.

Selon la chaîne Al-Mayadeen, ces scénarios coïncidaient avec les informations qui parlaient deux jours avant la rencontre Poutine-Assad des contacts intensifs entre Moscou et Washington concernant le dossier syrien, dont le retrait américain de l’est de l’Euphrate, dans le cadre d’un accord global entre Damas, les FDS et les Kurdes.

“Dans tous les cas, et en pariant sur l’un des scénarios possibles, il est devenu clair que Damas, avec ou sans consentement russe, et après avoir résolu le dossier complexe et dangereux de Deraa, ne peut plus tolérer la poursuite de la situation actuelle à Idlib et dans le nord de la Syrie en général. Parce que si la situation reste telle qu’elle est, il sera difficile de parvenir à une solution définitive à la crise si elle ne la rend pas impossible”, conclut l’article d’Al-Mayadeen.

Syrie: Iskander tonnera à Deraa?

Syrie: Iskander tonnera à Deraa?

La Russie a élaboré une feuille de route sur une trêve à Deraa alors que l’armée syrienne va en finir avec les terroristes qui s’y sont cachés.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/18/666785/Syrie-Idlib-Deraa-Russie-Turquie

Dans SYRIE

SYRIE : PLUS DE 200 COMBATTANTS SYRIENS DE GROUPES ILLEGAUX ONT DEPOSE LES ARMES

Par Le 17/09/2021

Syrie: les combattants de la province de Deraa déposent les armes

 Depuis 4 heures  17 septembre 2021

deraa_accord

 Moyent-Orient - Syrie

 

Plus de 200 combattants syriens ont déposé les armes en 24 heures, confirmant leur nouveau statut.

Certains reconnaissent être fatigués des activités militaires. Un nouvel accord local de cessez-le-feu a été conclu dans le sud de la Syrie, le 1er septembre, avec la médiation de Moscou. L’amnistie était promise aux combattants s’ils déposaient les armes.

Dans le cadre de l’accord d’amnistie avec le gouvernement, les combattants de groupes illégaux déposent les armes en nombre. Plus de 2.000 personnes ont déjà régularisé leur statut.

211 anciens combattants ont régularisé leur statut dans la province syrienne de Deraa en 24 heures. Ils ont rendu 59 unités d’armes et ont exprimé la volonté de revenir à la vie pacifique. Tout s’est déroulé avec la médiation du Centre russe pour la réconciliation des belligérants en Syrie.

Ainsi, le premier établissement contrôlé par le gouvernement du pays depuis dix ans a été ouvert dans le village syrien d’al-Yadudah. Un centre de régularisation de statut y a été mis en place. Les combattants ont la possibilité de quitter l’opposition pour redevenir partie intégrante de la Syrie. Certains sont venus uniquement pour recevoir de nouveaux documents, d’autres – pour déposer des armes. Pratiquement chaque homme du village possédait un fusil automatique.

La sécurité du site est assurée par la police militaire russe. Mais plus aucun habitant local n’a l’intention d’ouvrir le feu. Les anciens combattants déchargent les armes à l’entrée, et seulement ensuite ils sont autorisés à entrer. La guerre est terminée, il est temps de déposer les armes.

Les fusillades ont été stoppées grâce au Centre russe de réconciliation des belligérants. Ses spécialistes ont convaincu les combattants à se rendre sans opposer de résistance. Maintenant les tirs cesseront dans le village. Tout conflit entre les groupes clandestins sera réglé par l’armée gouvernementale qui patrouillera dans les rues avec la police militaire russe. Les habitants du village n’ont plus à craindre pour leur vie.

Le dépôt des armes est une étape indispensable pour revenir à la vie pacifique. Cela signifie que ceux qui s’opposaient autrefois au pouvoir officiel, c’est-à-dire à leur peuple et à leur État, ont pris conscience de leur erreur.

Par Karam Issa
Source : Observateur continental

https://french.almanar.com.lb/2149688

Dans SYRIE

SYRIE : APRES DERAA, IDLIB ATTAQUEE ?

Par Le 15/09/2021

La mise en garde de Poutine à Erdogan

Wednesday, 15 September 2021 5:43 PM  [ Last Update: Wednesday, 15 September 2021 5:43 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président russe, Vladimir Poutine, rencontre son homologue syrien, Bachar Assad, à Moscou.

L’armée syrienne est prête à mener une opération militaire en banlieue sud d’Idlib et en banlieue ouest de Hama pour en repousser des terroristes. 

Selon les sources syriennes, « Moscou a tout fait pour contraindre Ankara de mettre en application les accords déjà signés, mais la Turquie n’a respecté aucun de ses engagements après tout ce temps. »

« Si Damas décide de reprendre le contrôle des régions occupées par les terroristes, l’armée syrienne est totalement prête à se lancer dans de nouvelles opérations militaires », ont ajouté les mêmes sources. 

Lire aussi: Le panier de crabes commence à phagocyter l’armée turque

Et de continuer : « Pour contraindre Ankara de se soumettre aux accords conclus, la Russie a bombardé les positions de terroristes dans des régions d’Idlib, d’Afrin et d’al-Bab ainsi que des localités étant sous le contrôle de l’armée turque et de ses supplétifs, au nord et au nord-est d’Alep. »

Deraa: l'axe OTAN/Turquie au pied du mur!

Deraa : l’axe OTAN/Turquie au pied du mur !

Par ailleurs, l’armée syrienne a lancé des attaques à la roquette et à l’artillerie sur les positions de terroristes à Sahl al-Ghaab, au nord-ouest de Hama, ainsi qu’en banlieue-sud d’Idlib. 
De son côté, l’aviation russe a frappé les fiefs de terroristes à l’ouest de la province d’Alep. 

Les positions de Daech en banlieue de Homs, de Deir ez-Zor et de Raqqa ont été également bombardées.

Lire aussi: La Turquie rallie ses mercenaires par crainte d’un remake du scénario de Deraa

L’agence de presse officielle syrienne (SANA) a rapporté qu’un certain nombre d’individus armés, de personnes suivies par la justice et de soldats ayant fui leur service militaire avaient rendu leurs armes, ce mercredi 15 septembre, à Muzayrib, à l’ouest de Deraa, dans le cadre d’un accord de règlement proposé par le gouvernement syrien. 

Toujours selon SANA, des unités de l’armée syrienne ont été déployées à l’intérieur des fermes de Yadouda, de Taflis et de Muzayrib alors que les éléments des unités de génie sécurisent les terres agricoles pour protéger les civils. 

Annonce-choc de Poutine à Assad!

Annonce-choc de Poutine à Assad !

Sur le plan politique, des médias turcs réaffirment que les propos de Vladimir Poutine, lors de sa rencontre avec Bachar Assad, témoignaient de l’opposition du président russe aux politiques d’Erdogan vis-à-vis du dossier syrien. 

Le déplacement du président syrien à Moscou et sa rencontre avec Vladimir Poutine ont été largement couverts par les médias du monde, notamment par ceux de la Turquie qui est directement impliquée dans le dossier syrien.  

Lire aussi: Quelle mouche a piqué la Turquie atlantiste pour dénoncer « l’occupation US de la Syrie » ?

Dans ce droit fil, les quotidiens Cumhuriyet, Sozcu et Karar ont adopté une approche conjointe face au sommet Assad-Poutine. 

Les trois publications turques suggèrent que Vladimir Poutine réclame le départ des forces américaines et turques sans qu’il fasse une allusion directe au nom de la Turquie ou des États-Unis : « Toutes les forces étrangères qui sont présentes en Syrie hors du cadre de la supervision des Nations unies et sans l’invitation du gouvernement officiel syrien devront partir », a souligné M. Poutine. 

Syrie : les USA capitulent ....

Syrie : les USA capitulent....

Selon Sabereen News, des F-15 US ont ciblé des Hachd al-Chaabi stationnées à la frontière irako-syrienne.

Pendant les derniers mois, trois officiers de haut rang de l’armée turque ont été tués à Idlib, les habitants d’Afrin et d’autres régions occupées par la Turquie sont en colère contre les mesures extrémistes des groupes armés soutenus par Ankara et près de quatre millions de déplacés et de réfugiés syriens ont afflué vers beaucoup de provinces de Turquie. Tout cela montre qu’Ankara a commis de grandes erreurs dont il rencontrera bientôt les conséquences. 

Lire aussi: Aïn Issa : les USA ont-ils frappé le Sultan ?

Les relations entre Ankara et Moscou ont connu de grands essors durant les dernières années, pourtant, les deux pays ne sont pas sur les mêmes longueurs d’onde quant à la Syrie. 

Recep Tayyip Erdogan souhaite toujours la chute de Bachar Assad et soutient plus de 150 000 miliciens illégaux en Syrie, alors que la Russie est pour le maintien du gouvernement d’Assad et le règlement du dossier d’Idlib. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/15/666597/Syrie-Assad-Russie-Poutine-Turquie-Erdogan-Idlib

Dans SYRIE

SYRIE : LES USA CAPITULENT...

Par Le 15/09/2021

Ultime raid-parodique de l'US Air Force contre Abou Kamal/Qaem avant le lâchage d'Israël

Wednesday, 15 September 2021 9:43 AM  [ Last Update: Wednesday, 15 September 2021 10:58 AM ]

 30 

Frappe au missile tactique iranien de 2017 contre Deir ez Zor(Archive)

Dans la nuit de 14 à 15 septembre, à peine 48 heures après ce cri de détresse lancé par le ministre sioniste de la Guerre Gantz à l’adresse du monde entier comme quoi les drones « iraniens », à la fois « précis et mortels » sont capables de voler « sur les milliers de kilomètres » et de viser «Israël » non seulement depuis l’Iran mais encore « depuis Gaza, l’Irak voire le Yémen » puisque les « Iraniens possèdent un méga « Task Force de drone » bien avant que la Ve flotte en ait eu l’idée et que «  cette Task Force de drone située à Ispahan(centre) accueille non seulement des officiers palestiniens, libanais, irakiens ou yéménite à l’effet de les exercer à l’usage de drones » mais encore pour «  leur apprendre comment en fabriquer », les Etats-Unis d’Amérique, mis nucléairement échec et mat par un Raïssi qui affirme ne dialoguer que suivant un ordre du jour voté par le Parlement anti Empire iranien ( !), ont entendu cet appel de détresse et tenté d’agir en conséquence. 

Quatre missiles air sol de type JDAM, tirés comme au mois de juin depuis des F15E américains décollés de la base US aux Emirats  ont visé le point de passage Abou Kamal/Qaem  haut lieu de la Résistance irakienne en Syrie, située à huit kilomètres des frontières. Deux véhicules appartenant aux Hachd, plus une caméra infrarouge destinée à surveiller les tentatives d’infiltrations des agents daechistes du Pentagone, de Deir ez-Zor dans l’est syrien vers Al-Anbar dans l’Ouest irakien), ont été visés alors même que les terroristes venaient tout juste de subir une contre-attaque en cherchant à franchir les frontières. 

Iran:

Iran:

Une "Task force de drone " de la Résistance à Kashan en Iran? une vrai-fausse révélation de Gantz qui sent "capitulation"

Et pourtant  ce raid, n’avait rien de ces agissements de l’US Air Force dans le ciel de l’Irak d’où elle cherche, du mieux qu’elle peut à contrer les forces armées irakiennes face aux cellules terroristes que pilote depuis la Zone verte de Bagdad, l’ambassade-base US, tantôt à Diyala, tantôt à Salaheddine, ou encore à Kirkuk.

Cette fois et l’ambassadeur US en Irak, Mattew Tueller qui fustigeait il y a deux jours à l’antenne d’al Hurra, la Résistance irakienne pour son anti-sionisme, ne nous contredira pas, les F-15 E US ont agi pour venger le Mossad. Certes, ce mercredi matin,  le Pentagone s’est précipité pour démentir toute implication dans la frappe aérienne visant la frontière syro-irakienne mais le coup anti Israël de la Résistance le 11 septembre dernier quand celle-ci a pris royalement pour cible d’une nuée de trois drones et d’une salve de trois roquettes intelligentes, et de façon parfaitement synchrone, le QG remis à neuf et ré-enfoui du Mossad au fin fond de la base US à Erbil, Harir, a été si choquant qu’une « riposte » ne pouvait ne pas avoir lieu. Sauf que malgré les apparences, la riposte est plutôt ratée ou ce qui revient au même elle comporte un aveu de faiblesse :  En effet, pas un seul des quatre missiles n’a touché les positions de la Résistance en territoire irakien ni encore la base stratégique de « l’imam Ali » en Syrie, car le Pentagone sait qu’il y aura en amont une réponse du tac au tac.  Va dans le sens de ce même constat, ce ridicule communiqué publié il y a quelques minutes par le commandement de la coalition US en Irak où il promet d’ «  abattre désormais n’importe quel drone, ami ou ennemi » qui « apparaîtrait dans le ciel de Harir » !

Méditerranée: la

Pour l’observateur averti qui suit depuis bientôt deux ans les « exploits » de C-RAM, de Patriot ou d’Aventage américains en Irak, qui assiste à leur retrait précipité en ce moment même d’Arabie des Salmans où l’Amérique a peur de les voir  l’un de ces quatre être ratatinés sous le coup de Samad-3 ou de Zolkfaqar ou encore  de Badr yéménites, ce communiqué ne pourrait signifier qu’une chose : le Pentagone simule pour rouler Israël dans la farine. Qu’est-ce qui se passe au juste ? Militairement à bout par une Résistance irakienne qui domine totalement le jeu militaire, qui chasse à raison de 5 à 10 convois logistiques US par semaine et ce sur toutes les artères de communication,  qui en est désormais à pourchasser les GI’s jusu’au Koweït voisin, l’action « irakienne » de l’US Army, un temps axée autour d’efforts censés couper la route stratégique Iran-Irak-Syrie-Méditerranée, s’est réduite désormais à des simulations. Pire, en Syrie voisine, elle tend même, à servir paradoxalement les intérêts de la Résistance, « viciée » qu’elle est par cette ingénieuse carte géostratégique qu’a jouée le Hezbollah. Sinon comment comprendre que l’Amérique de Biden en soit venue de « le régime d’Assad est à abattre » à « Il faut coopérer avec Assad », à lui frapper la porte pour qu’il accepte de transiter le gaz égyptien via son territoire vers Beyrouth, façon d’empêcher le pétrole iranien d’abreuver le Liban…

Mardi, la visite à l’improviste du président syrien chez Poutine, marquée par les propos particulièrement « anti force étrangère sans mandat » du président russe, a précédé de peu un appel de Biden à son homologue russe : certaines sources ont cru y voir un canal de communication indirect Assad-Biden où Poutine transmettrait la réponse du Premier à la requête du Second.

Annonce-choc de Poutine à Assad!

Annonce-choc de Poutine à Assad!

Vu la totale absurdité de la frappe anti Résistance de ce mercredi contre Abou Kamal/Qaem, on pourrait à peu près en deviner le contenu : en échange d’un transit du gaz égyptien au Liban par Syrie interposé, le Pentagone devrait partir ou ce qui revient au même, qu’il laisse Israël se débrouiller seul face à la Résistance.

 

Vidéo: frappe-spectacle US contre les positions de la Résistance à Abou Kamal/Sabereen News

Or ce lachage a déjà commencé à Deraa, il y a quelques semaines de cela quand la menace de l’armée syrienne et du Hezbollah d’envahir Deraa al Balad a poussé les USA de donner leur feu vert à ce que la Russie renouvelle avec un format trop anti Israël la trêve de 2018 et qu’elle chasse les cellules terroristes soutenues par Tel-Aviv de cette localité ultra stratégique qui par malheur pour l’entité, longe à la fois le Golan occupé et la Jordanie. Remarquons qu’au contraire de ceux des analystes sionistes qui vont jusqu’à accuser Biden de trahison,  une analyse objective verrait à travers ce retrait, la prolongation naturelle des victoires cumulées de la Résistance, les Américains ayant compris dès le mois de mai et l’opération « Epée de Qods », qu’Israël est un cheval perdant et que s’obstiner à le protéger coûtera trop cher …

Missile: et la Syrie frappa Israël!

Avia. pro résume cet état de faits à travers un rapport « dronesque » bien significatif : «  En Syrie, l’impasse aérienne d’Israël est total : après avoir été chassé par les batteries de la DCA renforcée syrienne, capable même de percer le ciel israélien jusqu’au-dessus de Tel-Aviv, Israël semble ne plus être en mesure de recourir aux drones. ...Après tout, Israël est l’un des meilleurs concepteurs de drones au monde pourquoi alors ne pas les utiliser en lieu et place des chasseurs sur qui le ciel syrien est fermé ? Selon les experts, le refus de Tsahal d'utiliser des drones de combat est principalement dû à l'utilisation d'équipements de guerre électronique qui ont atteint la Syrie. En 2019 les drones israéliens frappaient régulièrement la Syrie orientale. Ce n’est plus le cas. Il semblerait que des systèmes de guerre électronique  iraniens auraient dissuadé Israël de s’aventurer sur ce chemin.. D'ailleurs les experts relèvent aussi une réduction significative de l'activité des drones israéliens au-dessus du Liban, dont le territoire est toujours dans le rayon d'influence des systèmes de guerre électronique déployés en Syrie… »

A l’heure de la rédaction de la nouvelle, Avia ne savait pas encore qu’en Irak aussi, le ciel échappe à l’axe US/Israël et que les Harop de 2019 lesquels liquidaient les Résistants irakiens, ont disparu... Et que l'US Army qui bluffe à Erbil, a déjà peur pour ses F-15 E. Outre les drones que Gantz voit partout au Moyen Orient, redoutablement "précis" et "mortels", il y a des batteries de DCA "mortelles"... Mobiles et efficace pas comme des Dôme de fer ou Patriot. Le système de DCA "9 Day" en est un, dévoilé peu après l'annonce de la capitulation d'Israël en mai. 

 

Il s’agit d’un système tactique, embarquable à bord d’un camion qui se distingue par la présence des censeurs électro-optiques de type imago-thermique. Et le radar est remonté sur le même véhicule que cette même batterie. Les missiles intercepteurs de gamme Taer, à aile delta au milieu et équipés d’ailerons à l’extrémité de leur queue, sont long de 4 mètres avec une portée de 30 kms à combustible solide. Ils ont déposés non plus dans des batteries fixes mais des boites remplaçables ce qui rend la mobilité plus facile et le temps d’opérabilité plus court. 9 Day est capable d’intercepter 32 objets volants simultanément… le F-15, le JDAM, le Delilah et Harop en font partie ..

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/15/666555/Syrie-attaque-contre-les-Hachd-a-Abou-Kamal-

Dans SYRIE

POUTINE DESIGNE LE PLUS GRAND PROBLEME DE LA SYRIE LORS D’UNE RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT SYRIEN ASSAD

Par Le 14/09/2021

Le Président Poutine et le Président Assad à Moscou, le 13 septembre 2021

Poutine désigne le plus grand problème de la Syrie lors d’une rencontre avec Assad - vidéo

© Sputnik . Le Président Poutine et le Président Assad à Moscou, le 13 septembre 2021

RUSSIE

10:22 14.09.2021(mis à jour 12:12 14.09.2021)URL courte

Par 

121387

S'abonner

La présence illégitime de troupes étrangères en Syrie a été désignée par Vladimir Poutine comme étant le problème fondamental de ce pays, lors d'une rencontre avec Bachar el-Assad à Moscou. En évaluant la situation, celui-ci a noté que les deux pays contribuaient à la protection de toute l’humanité contre le terrorisme.

Vladimir Poutine a rencontré Bachar el-Assad à Moscou lors d’une visite tenue secrète jusqu’au bout. Les deux Présidents ont parlé le 13 septembre de terrorisme, de liens économiques et de la lutte contre le Covid-19 et ont fait un bilan provisoire de leur travail conjoint.

En saluant les efforts appliqués par les deux parties pour libérer la Syrie des terroristes, Poutine a souligné que 90% de ce territoire était contrôlé par le gouvernement de Bachar el-Assad.

«À mon avis, le problème fondamental consiste en la présence de forces armées étrangères dans certaines régions, sans autorisation de l’Onu, sans vos sanctions, ce qui contredit le droit international et vous prive de la possibilité de vous efforcer de consolider le pays et de vous engager sur la voie de sa reconstruction à un rythme qui serait possible en cas de contrôle de l’ensemble du territoire par le gouvernement légitime», a estimé le Président russe lors de l’entrevue dont le texte est publié ce 14 septembre sur le site du Kremlin.

Il a ajouté qu’en plus de contrôler une partie du territoire, les groupes terroristes continuaient aussi à attaquer les civils.  

«Cependant, les réfugiés rentrent en masse dans les régions libérées. Quand j’étais chez vous, à votre invitation, j’ai vu de mes propres yeux les gens reconstruire leurs logements et travailler pour reprendre une vie pacifique, au sens complet du terme».

Protection de l’humanité

Bachar el-Assad a confirmé le succès militaire obtenu par les forces syriennes et russes, ces dernières ayant été sollicitées directement par Damas, contre le terrorisme et la libération des régions occupées, ce qui a favorisé le retour des civils.

«En prenant en compte le fait que le terrorisme international ne connaît pas de frontières et que cette peste se répand à travers le monde, je peux constater que nos armées ont apporté une énorme contribution pour protéger l’humanité».

Il a toutefois regretté que les processus politiques soient à l’arrêt depuis trois ans. En cause, l’influence destructive de certains États, ainsi que d’autres facteurs non précisés par le Président syrien. Enfin, il est revenu sur les sanctions imposées à son peuple, que «l'on peut qualifier d’inhumaines, d’illégitimes et d’antinationales».

Appréciant l’aide du Kremlin, Bachar el-Assad a particulièrement remercié le ministère russe des Affaires étrangères pour sa politique menée sur l’arène internationale visant à défendre les normes du droit.

Parmi les autres questions évoquées par les chefs d’État figurait également le développement des liaisons commerciales et économiques entre les deux pays. Le volume des taux d’échange a augmenté de 3,5 fois pendant les deux premiers trimestres 2021, a précisé Vladimir Poutine. La lutte conjointe contre le Covid-19 et les premières livraisons des vaccins Spoutnik V et Spoutnik Light en Syrie ont été mises en valeur par le Président russe.

Vladimir Poutine et Bachar el-Assad se sont rencontrés plusieurs fois depuis que ce dernier a demandé à la Russie une assistance militaire.

De précédentes rencontres

Les Présidents se sont vus la dernière fois en janvier 2020 à Damas, aussi lors d’une visite surprise.
En novembre 2017, ils ont tenu une entrevue à Sotchi, et un moins plus tard le Président russe s’est rendu pour la première fois en Syrie, notamment sur la base aérienne russe d’Hmeimim pour ordonner le retrait d’une partie du contingent militaire suite au recul de Daech*. Enfin, Bachar el-Assad a été reçu par M.Poutine à Moscou en octobre 2015, pour son premier déplacement international en plusieurs années.

*Organisation terroriste interdite en Russie

https://fr.sputniknews.com/russie/202109141046131643-poutine-designe-le-plus-grand-probleme-de-la-syrie-lors-dune-rencontre-avec-assad/

Dans SYRIE

SYRIE : IDLIB ECHAPPE AU SULTAN ?

Par Le 13/09/2021

 

Le panier de crabes commence à phagocyter l'armée turque

Sunday, 12 September 2021 4:56 PM  [ Last Update: Sunday, 12 September 2021 4:57 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un char turc détruit par une attaque de miliciens kurdes en Syrie, le 11 septembre 2021. ©Avia-Pro

En Syrie, les Kurdes ont détruit trois chars et deux blindés de transport appartenant à l’armée turque, rapporte Avia-Pro. 

Selon l’agence de presse russe, « les Kurdes syriens ont de nouveau attaqué les positions de l’armée turque dans la province d’Alep, détruisant plusieurs véhicules blindés et fortifications ». 
Lors d’une attaque plutôt inhabituelle, lancée samedi 11 septembre, les Kurdes ont dû creuser un long tunnel souterrain pour faire exploser une puissante bombe qui aurait fait des morts et des blessés parmi les soldats turcs, selon Avia-Pro. 

Lire aussi: Cinq roquettes tirées contre la base turque à Mossoul

À la veille de cette attaque, les forces kurdes ont pris d’assaut une base militaire turque près de la ville d’al-Bab. Du matériel militaire et des dépôts d’armes et de munitions ont été détruits. Lors de cet incident, 12 militaires turcs et 10 terroristes pro-turcs ont été tués ou blessés, a ajouté l’agence de presse russe.

Et de continuer : « Cet événement a contraint Ankara à envoyer ses forces spéciales en Syrie, ce qui pourrait donner lieu à de nouveaux affrontements dans le nord et le nord-ouest de la Syrie. »

Reprise de Deraa: le Sultan panique

Reprise de Deraa : le Sultan panique

Dans ce droit fil, le ministère turc de la Défense a annoncé dans un communiqué que deux soldats avaient été tués et trois autres blessés par une offensive contre une patrouille de l’armée turque, qui traversait une zone de désescalade dans la banlieue d’Idlib. 

Vendredi 10 septembre, un autre soldat turc a été tué lors d’un échange de tirs avec les membres du PKK, au nord de l’Irak. 

Lire aussi: Le nouveau déploiement militaire de la Turquie à Idlib : pourquoi ?

De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), proche de l’opposition syrienne, a rapporté qu’une bombe avait explosé samedi à l’aube près d’une patrouille turque qui passait par une route au nord d’Idlib. Selon l’OSDH, six militaires turcs ont été tués ou blessés. 

« Des secouristes ont été tout de suite acheminés sur place pour transporter les victimes au poste de contrôle de Bab al-Hawa et un hélicoptère turc a atterri près des frontières syriennes pour évacuer les blessés vers des hôpitaux à l’intérieur de la Turquie », ajoute l’OSDH. 

Lire aussi: Nuée de drones made in Iran frappe les terroristes pro-Turquie

Le site web de la chaîne d’information Aleppo Today réaffirme, pour sa part, que trois militaires turcs ont été tués et certains d’autres blessés. 

Syrie: le

Samedi 11 septembre, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, accompagné de commandants de l’armée turque, a visité les unités militaires déployées dans la province de Hatay, à la frontière de la Syrie, a-t-on appris d’Anadolu. 

Lire aussi: La Turquie peut-elle frapper l’Irak en profondeur ?

Yaşar Güler, chef d’état-major de l’armée, et Musa Avsever, commandant de l’armée de terre, accompagnaient le général Akar dans sa visite de samedi. 

Le ministre turc de la Défense s’est réuni avec les commandants des unités frontalières pour examiner les dernières évolutions et les plans à venir. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/12/666378/Syrie-Turquie-Idlib-armee-turque-kurdes-attaque-blesses-tues-

Dans SYRIE

SYRIE : "LES JOURS DE L'US ARMY SONT COMPTES"

Par Le 11/09/2021

La Syrie déclare la guerre aux troupes US

Saturday, 11 September 2021 4:42 PM  [ Last Update: Saturday, 11 September 2021 4:42 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La carte de l'Est syrien.

Un commandant de la Résistance populaire syrienne a évoqué les actions des États-Unis et des milices séparatistes sous leur commandement dans le nord de la Syrie et a déclaré que l’Iran se tenait aux côtés du gouvernement et du peuple syriens dans la guerre contre Daech et les occupants.

Omar al-Hussein al-Hassan, commandant de la brigade al-Baqir, une branche de la Résistance populaire dans la région de la Djézireh dans l’est de la Syrie, a déclaré : « Les Forces de résistance populaire considèrent les milices soutenues par les occupants américains, connues sous le nom de Forces démocratiques syriennes (FDS), comme un outil au service de ceux qui occupent la partie orientale de la Syrie. »

Deir ez-Zor menace l'US army!

Deir ez-Zor menace l’US army!

« Contrairement aux affirmations d’une partie de la société syrienne, notamment les Kurdes, les FDS n’ont aucune légitimité officielle et ne représentent personne, mais c’est un groupe terroriste combattant l’armée syrienne », a-t-il ajouté.

Le commandant des forces populaires syriennes s’est ensuite attardé sur la position des citoyens de l’est de la Syrie, qui sont principalement des nomades, vis-à-vis du gouvernement syrien : « On peut dire que la plupart d’entre eux sont fidèles à leur gouvernement, mais certains d’entre eux, qui sont très peu nombreux, font partie des indifférents qui se contentent d’être obéissants à l’armée d’occupation américaine et aux FDS. Ils ont donc tenté d’établir des liens avec ces miliciens afin d’insinuer aux Syriens que les tribus de l’est de l’Euphrate sont avec l’armée d’occupation. »

L'ultimatum d'Assad aux USA

L’ultimatum d’Assad aux USA

Le président syrien Bachar al-Assad a prêté serment devant des membres du Parlement.

« La plupart des habitants de la région de la Djézireh en Syrie en ont assez des crimes commis par les FDS. Ces miliciens ont laissé les mains ouvertes aux criminels, et mettent en œuvre les scénarios des occupants américains pour étouffer toutes les voix qui s’opposent à leur présence dans la région. Ces éléments criminels mettent délibérément le feu aux produits des citoyens syriens, volent leurs biens, et les menacent pour qu’ils ne protestent pas contre leurs actes inhumains », a ajouté ce commandant de la Résistance populaire de l’est de la Syrie.

Il a souligné que la plupart des habitants de l’est de la Syrie sont prêts à rejoindre les rangs de la Résistance populaire contre les FDS, pour expulser les forces d’occupation américaines de la région.

Concernant l’axe de la Résistance, il a dit que « cet axe a joué un rôle majeur dans le soutien à la résistance des citoyens de cette région depuis le début de la crise syrienne », et que « la République islamique d’Iran a joué un rôle important, notamment en soutenant la Résistance syrienne contre l’armée d’occupation américaine ».

« La République islamique d’Iran, à travers ses conseillers militaires qui sont venus ici à la demande du gouvernement syrien, joue également un rôle important en apportant son soutien à notre résistance et notamment en libérant de vastes zones de l’est de la Syrie. Ces conseillers n’ont épargné aucun effort, et nous saluons leur soutien et leur action dans le règlement de la crise syrienne », a-t-il indiqué.

Syrie : 1er avion US abattu!

Syrie : 1er avion US abattu !

 À Deir ez-Zor la Résistance s’apprête à une méga chasse... Apache, Cobra, F-16 y passeraient

« Les frères iraniens ont été un partisan sincère de la Résistance syrienne dans la guerre d’abord contre Daech et les groupes armés terroristes, puis l’armée d’occupation américaine et les FDS », a-t-il ajouté.

Ce commandant de la Résistance populaire syrienne a déclaré que « les tribus de l’est du pays sont avec le gouvernement, ont une voix unie, et sont prêtes à rejoindre leurs proches dans les zones libérées, qui échappent au contrôle des FDS et des groupes armés soutenus par les États-Unis et la Turquie ».

S’attardant sur les actions de l’armée d’occupation américaine à Raqqa, il a souligné : « La ville a été complètement détruite par la coalition du mal, dirigée par les États-Unis. »

« Les occupants ont détruit la ville afin de changer son tissu démographique. Ils ont pris possession des terres et des propriétés de cette ville », a-t-il poursuivi.

« La Syrie est forte avec ses enfants et ses tribus, et nous sommes déterminés à libérer le territoire syrien du joug des occupants américains, malgré le siège de la Syrie et malgré tout ce qui se passe dans ce pays », a-t-il conclu.

Syrie: l'US Air Force est morte!

Syrie: l'US Air Force est morte!

La riposte US à la quintuple frappe anti-US a Deir ez-Zor?

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/11/666324/Syrie-FDS-Iran-USA-R%C3%A9sistance

Dans SYRIE

SYRIE : L’ACCORD DE TREVE DE DERAA NEGOCIE PAR LA RUSSIE ENTRE EN VIGUEUR. 7 SOLDATS SYRIENS TUES

Par Le 09/09/2021

L’accord de Deraa rentre en vigueur. 7 soldats syriens tués

 Depuis 2 heures  9 septembre 2021

Le chef de Police du gouvernorat de Deraa a réouvert le commissairiat de police à Deraa al-Balad

Le chef de Police du gouvernorat de Deraa a réouvert le commissairiat de police à Deraa al-Balad

 Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Un nouvel accord de trêve négocié par Moscou a permis le mercredi 8 septembre aux forces gouvernementales syriennes d’entrer dans la ville de Deraa où certains quartiers étaient encore contrôlés par les rebelles jihadistes.

Selon l’agence russe Sputnik, citant un porte-parole du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit dans ce pays, les rebelles ayant occupé le quartier Deraa Al-Balad, chef-lieu du gouvernorat du même nom dans le sud-ouest de la Syrie, rendent leurs armes aux forces gouvernementales.

« À ce moment, plus de 300 unités d’armes d’infanterie ont été rendues : mortiers, lance-grenades », a-t-il annoncé.

Rendre les armes est l’une des conditions de l’amnistie des membres des formations armées illégales et l’armée devrait installer des postes de contrôle dans le gouvernorat. 293 combattants avaient déjà rendu les armes.

Des groupes armés illégaux à Deraa ont toutefois déclaré qu’ils ne comptaient pas respecter l’accord.
Selon l’accord, tous ceux qui refusent de rendre les armes sont obligés de quitter Deraa selon les listes établies et dans des bus spécialement prévus.

7 militaires syriens tués

Le jour même du déploiement de l’armée syrienne, une attaque a été perpétrée contre une voiture de militaires syriens au sein de la ville, tuant sept d’entre eux.
L’automobile a explosé sur un engin piégé lors de son passage sur une route reliant les villages de Nafia et Ain Zaqar, précise la source. Il y a eu aussi trois blessés.

De plus, indique l’agence syrienne Sana, un tunnel a été découvert dans le sous-sol de plusieurs immeubles de Deraa. Il servait aux attaques contre les barrages de l’armée entre autres.

Début septembre, après des négociations avec la participation de membres du Centre, les rebelles et leurs familles avaient commencé à quitter la ville via un couloir humanitaire. Ils pouvaient également partir vers la zone de désescalade d’Idleb, dans le nord du pays.

La sécurité des civils de Deraa sera assurée par la police syrienne et la police militaire russe. Des groupes rebelles contrôlent toujours quelques secteurs de la ville dans le cadre d’un précédent accord de trêve.

C’est à Deraa qu’avaient commencé, en 2011, les manifestations antigouvernementales ayant dégénéré en guerre civile. En 2018, les rebelles de ce gouvernorat ont rendu des armes lourdes aux autorités syriennes. La plupart d’entre eux se sont déclarés réconciliés avec le gouvernement. Mais la situation restait déstabilisée jusqu‘à récemment, avec des affrontements entre différents groupes de combattants, des attaques contre les forces de sécurité et les civils.

Début août, les autorités ont demandé au Centre pour la réconciliation de les aider à régler le conflit et à rétablir l’ordre. Une nouvelle entente a mis fin aux violents affrontements ayant eu lieu en juillet et août et qui ont poussé à fuir près de 40.000 personnes, majoritairement des enfants, selon le décompte du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu (Ocha).

Les forces gouvernementales sont entrées dans les quartiers rebelles de Deraa le 8 septembre, en vertu du nouvel accord de trêve négocié par la Russie.

Sources: Sputnik; Sana

https://french.almanar.com.lb/2143814

Dans SYRIE

LES M-600 SYRIENS FRAPPENT TEL-AVIV !

Par Le 04/09/2021

Syrie: un raid israélien soutenu par le CentCom contre Damas tourne au cauchemar

Friday, 03 September 2021 4:05 AM  [ Last Update: Friday, 03 September 2021 4:05 AM ]

 30 

M-600 Tishreen de l'armée syrienne. ©Armed conflict

Décidément le jeu a changé ! À peine quelques heures après le retrait en catimini des forces US de trois de leurs 13 bases en Syrie orientale, retrait que les Américains tentent ce matin de démentir sans trop de convaincre le régime sioniste a tenté une nouvelle frappe aérienne contre Damas a partir du ciel de l'est du Liban .

Évidemment l'arrivée d'un premier pétrolier iranien chargé de fioul ne pourrait être sans rapport avec ce raid, l'axe US/Israël n'ayant osé lever le petit doigt en Méditerranée ni en mer Rouge contre les pétroliers iraniens que le Hezbollah a déclaré être " une partie " du territoire libanais. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les F-16 israéliens ont tiré des missiles contre Damas lesquels missiles se sont heurtés à la violente réponse de la DCA syrienne. Évolution majeure, les territoires occupés ont été aussitôt ciblés par des missiles tactiques de la Syrie que comme à son habitude la presse sioniste a qualifié de "missile intercepteur syrien" ayant dérapé.  Or cette fois de violentes explosions ont eu lieu dans le ciel de Gush Dan au centre de l'entité sioniste!

Syrie: le pétard mouillé d'Israël?

Syrie: le pétard mouillé d'Israël?

La DCA syrienne a repoussé une nouvelle agression israélienne sur Damas.

Ce matin JP le reconnait : les explosions ont secoué Tel-Aviv Ramat Gan aussi. La toute dernière frappe de fin août de l'entité sioniste contre Qalamoun au sud de la Syrie avait été déjà  répliquée, un missile syrien ayant percé le ciel de la Jordanie a pénétré en Israël avant d'exploser au dessus de la mer Morte.

Cette fois, la portée des missiles syriens qui ont atteint l'entité sioniste dépasse largement celle des S-200 ou des Bouk et très vraisemblablement la Syrie a eu recours à une riposte balistique à l'aide de ses M-600 ou Fateh 110 domestiqués qui ont fait leur première démonstration de force en avril lorsqu'en riposte à une frappe, l'un eux a atteint le Néguev pour s'abattre à 30 kilomètres de Dimona.

Syrie: le coup

Syrie: le coup

Les bombardiers stratégiques russes en Syrie sont devenus une source d’inquiétude pour l’OTAN.

L'armée sioniste aura du mal à convaincre avec cette annonce faite ce matin : les explosions dans le ciel de Tel-Aviv sont dues à des missiles intercepteurs syriens s'étant abattus sur les côtes de Tel-Aviv. Cette évolution majeure qui prouve encore une fois la paralysie totale de la DCA sioniste intervient alors même que le Pentagone a refusé d'intégrer le Dôme de fer israélien dans son système de DCA intégré pour cause de failles organiques. La défaite de la DCA sioniste face aux missiles M-600 syriens est aussi à partager avec le CentCom qui quelques heures avant la frappe de jeudi soir avait annoncé son installation en Israël et le déploiement de son QG près de Tel-Aviv. Les missiles syriens qui ont percé le ciel de Tel-Aviv ont ainsi contourné aussi les radars de Patriot et de THAAD US déployés en Israël. L'équation Missiles VS Avions rattrape désormais le chef du CentCom jusqu'au cœur même d'Israël ....pour le reste, la DCA intégrée syrienne a fait hier soir encore un excellent travail, rien qu'à regarder les images...

Lire aussi: "Le missile de Dimona n'est qu'un début"

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/03/665734/Syrie-Isra%C3%ABl-DCA-Missiles-Raids-a%C3%A9riens-Fioul-M%C3%A9diterran%C3%A9e

Dans SYRIE

SYRIE : L'US ARMY FUIT LES MISSILES !

Par Le 01/09/2021

Les USA se retirent d'al-Omar et de deux autres bases à Hassaké

Wednesday, 01 September 2021 6:10 PM  [ Last Update: Wednesday, 01 September 2021 6:10 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Bases américaines situées en Syrie. ©ISWNEWS.COM

A peine quelques heures après une frappe aux missiles ce mardi contre la base US à Conoco à Deir ez-Zor, frappe balistique qui fait suite à une violente attaque deux jours plutôt sur ce même axe de Conoco qui a coûté la vie à 5 effectifs des FDS, les pertes américaines étant toujours inconnues et alors que la pagaille continue à s'amplifier dans le camp dans la foulée de la débandade US en Afghanistan, la chaîne iranienne Al Alam confirme le retrait précipité des forces US d'au moins trois de leurs treize bases en Syrie orientale : citant une source militaire Al Alam affirme que le retrait US a eu lieu à Haq al-Omar base située à proximité du champ d'al-Omar. La deuxième base se trouverait à Hassaké près de Qamichli dans la localité de Tel al-Baydar et la troisième base, Qasrak, se situe au sud de Qamichli toujours à Hassaké. Evidemment ce retrait précipité ne pourrait s'expliquer à moins d'y voir l'impact de l'extrême vulnérabilité des troupes US depuis que leurs bases de cantonnement sont régulièrement frappées par missiles et drones de la Résistance en Irak en Syrie et depuis peu, au Yémen. Al-Omar est l'un des plus gros champ pétrolier syrien occupé depuis 2016 par les Yankees et dont le pétrole est trafiqué vers Ashkelon par Ankara et Erbil interposé. Ce repli US en Syrie où la Maison Blanche est totalement dans l’impasse a succédé de peu un redéploiement de troupes US en Jordanie dont le nord est désormais occupé par quelque 30 000 soldats répartis à travers 14 bases aériennes jordaniennes. Signe des temps après avoir fait parler d'elle en Irak la France réapparaît aussi en Jordanie. Une volonté de remplir le vide laissé après la débâcle US au Moyen-Orient? 

Le 1er septembre, le ministère français des Armées a annoncé avoir déployé un détachement de défense aérienne armé d'un système moyenne portée SAMP/T MAMBA dans une « base aérienne temporaire » en Jordanie dans le cadre de l'opération Chammal.

Syrie : Patriot visé, F-16 d'Israël abattu !

Syrie : Patriot visé, F-16 d'Israël abattu !

Syrie orientale : les avions US chassent les F-16 israéliens pour éviter leur abattage par les missiles intercepteurs iraniens!


Lancée le 19 septembre 2014, l'opération Chammal représente la contribution de la France à l'opération Inherent Resolve (OIR) dirigée par les États-Unis contre Daech en Syrie et en Irak, opération transformée désormais en une occupation. 

Dans un communiqué, le ministère français a déclaré que c'était la première fois que le système de défense aérienne MAMBA était déployé en dehors du territoire français sans préciser dans quelle base aérienne jordanienne il était installé. Les avions de combat français opèrent principalement à partir de deux bases aériennes en Jordanie, la base aérienne Prince Hassan et la base aérienne Muwaffaq Salti.

Deraa: fin de parite pour l'axe US/Israël

Deraa: fin de parite pour l'axe US/Israël

Le Comité de sécurité basé à Damas s’est opposé à la demande des groupes terroristes déployés dans la ville de Deraa d’un cessez-le-feu de 72 heures.


Le ministère français de la Défense a partagé pour la première fois des photos du système de missile de défense sol-air Aster 30 SAMP/T Mamba déployé depuis août sur la base de l'armée de l'air française en Jordanie (BAP). 

Selon le ministère des Forces armées, lors du déploiement en Jordanie, le système fonctionnera dans des conditions météorologiques difficiles et sera testé quotidiennement.

Testé contre quoi? 

"L'objectif est de tester les capacités d'interception et d'engagement de MAMBA, dans des scénarios complexes, et de tester son interopérabilité avec les actifs alliés", indique le communiqué du ministère dans une claire allusion à la DCA integrée Israël/US. 

Le déploiement du système MAMBA en Jordanie est un aveu d’échec pour le Patriot Dôme de fer et THAAD et une mauvaise nouvelle pour le peuple français.  Leur pays vient d'entrer aériennement en guerre contre la Résistance une guerre que Big Brother a lamentablement perdue. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/01/665608/Syrie--l-US-Army-fuit-les-missiles-

Dans SYRIE

DERAA : L'ULTIMATUM SYRIEN A "ISRAËL"!

Par Le 31/08/2021

« L’armée syrienne attaquera Deraa al-Balad »

Tuesday, 31 August 2021 5:51 PM  [ Last Update: Tuesday, 31 August 2021 5:51 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

À Deraa en Syrie, les insurgés risquent de perdre toute chance de réconcilier avec le gouvernement. ©Anadolu/Illustration

Le cessez-le-feu sous l’égide russe entre le Comité de sécurité syrien et le Comité central de Deraa soutenu par les terroristes a été violé par ce dernier. Malgré de nombreux délais donnés par l’armée syrienne aux terroristes pour quitter cette zone stratégique, les terroristes ont profité de ces opportunités pour renforcer leur position dans la province de Deraa. Cela étant dit, on pourrait s’attendre à ce que l’armée syrienne mène une opération décisive dans différentes parties de la province de Deraa afin de nettoyer ces zones de la présence des terroristes.

Le Comité de sécurité basé à Damas s’est opposé à la demande des groupes terroristes déployés dans la ville de Deraa d’un cessez-le-feu de 72 heures, affirmant qu’elle servirait à renforcer les fortifications des terroristes.

Certaines sources ont déclaré au quotidien syrien Al-Watan que d’éminentes personnalités de l’opposition syrienne à Deraa ont appelé à une réunion avec les Comités de sécurité syriens pour proposer la demande la médiation pour résoudre les problèmes.

Cette demande rejetée par le Comité de sécurité syrien qui l’a jugée inacceptable.

Selon des sources d’information, les groupes armés ont exigé un cessez-le-feu de 48 à 72 heures, auquel le Comité de sécurité syrien s’est opposé, parce qu’auparavant des dizaines de tels délais ont été déjà donnés aux terroristes.

Deraa: Assad aura les pro-Israël

Deraa : Assad aura les pro-Israël

Le correspondant de l’agence Sputnik à Deraa a signalé le recrutement de renforts militaires supplémentaires pour l’armée syrienne sur les axes des environ...

Bien que le comité de sécurité syrien ait accepté de donner quelques heures au Comité central de Deraa soutenu par les terroristes pour cette soi-disant tentative de médiation, des personnalités de l’opposition syrienne s’y sont opposées.

Des sources syriennes ont déclaré : « Le long délai pour l’établissement d’un cessez-le-feu ne vise pas à la médiation, mais à saisir davantage d’opportunités pour renforcer les positions des terroristes déployés à l’intérieur du quartier de Deraa al-Balad, surtout après les coups mortels qui leur ont été infligés par l’armée syrienne ces dernières heures ».

Ces sources ont déclaré : « Le Comité de sécurité est bien capable de mettre fin au problème, mais il semble que ces groupes armés terroristes ne prennent pas leurs décisions eux-mêmes et que les ordres leur sont dictés de l’extérieur. »

Ces sources ont ajouté : « Les groupes terroristes au quartier de Deraa al-Balad ne veulent pas que le drapeau syrien y soit hissé et que l’armée syrienne puisse entrer dans la zone. Ils insistent sur la poursuite des actions terroriste en gardant leurs armes. Nous savons qu’ils disposent également d’armes lourdes leur permettant de frapper des positions de l’armée syrienne et des endroits civils. »

Syrie: Israël frappé à Deraa!

Syrie : Israël frappé à Deraa !

Tôt dans la matinée de ce vendredi 27 août, l’armée syrienne a déjoué un complot de terroristes armés dans la campagne orientale de Deraa visant à attaquer...

Les médias syriens ont rapporté hier que l’armée syrienne avait lancé une opération pour mettre fin aux attaques terroristes sporadiques à Deraa, qui ont entraîné ces derniers jours la mort d’un certain nombre de civils dans la province.

Il convient de noter qu’une série de rencontres a eu lieu dans la province de Deraa il y a quelques semaines entre les membres du Comité central de Deraa affiliés aux groupes terroristes et l’armée syrienne avec la médiation de la Russie.

Les deux parties se sont mises d’accord sur l’établissement d’un cessez-le-feu dans certaines parties de la province ainsi que sur le départ des membres du Comité central de Deraa vers le nord de la Syrie.

Après l’arrivée des forces russes à Deraa al-Balad et le début de l’opération de transfert des membres du Comité central de Deraa à bord de bus verts dans la direction des régions du nord de la Syrie, des affrontements sporadiques ont eu lieu dans diverses parties de la province de Deraa, ce qui a complètement sapé l’accord de cessez-le-feu.

Syrie: l'US Army frappée au coeur !

Syrie : l’US Army frappée au coeur !

Entre un président Assad qui met en garde très clairement les Américains et qui leur exige des indemnités pour avoir volé et continuer à voler le pétrole s...

Suite à l’escalade de la tension entre le Comité central de Deraa et l’armée syrienne, les Russes ont à nouveau proposé leur médiation pour réduire les tensions dans la province de Deraa et ont invité les parties concernées à dialoguer.

Les membres du Comité central de Deraa n’ont pas accepté les conditions de l’armée syrienne et ont publié une déclaration dans lequel ils ont menacé le gouvernement syrien.

Ils ont annoncé que le Comité déclarerait la guerre si l’armée syrienne ne mettait pas fin au de la ville et à ses attaques contre le quartier de Deraa al-Balad et d’autres parties de la province de Deraa.

Syrie: l'US Army saigne !

Syrie : l’US Army saigne !

En Syrie où les États-Unis d’Amérique viennent de perdre la carte

Suite à l’échec des négociations entre l’armée syrienne et le Comité central de Deraa, l’armée a repris ses attaques contre les positions des terroristes dans différentes parties de la province, notamment à Deraa al-Balad.

À cet égard, les terroristes affiliés au Comité central de Deraa ont également visé un poste de contrôle de l’armée syrienne à la périphérie ouest de Deraa avec une roquette RPG et ont assassiné un agent des services de renseignement de l’armée de l’air syrienne.

Il est clair que les groupes terroristes n’ont pas l’intention de quitter Deraa et de se déplacer vers les régions du nord de la Syrie. Par contre, ils insistent sur la poursuite de leur présence dans la province de Deraa et des affrontements avec l’armée syrienne.

En raison de l’importance stratégique de la province de Deraa, la présence des terroristes n’est pas du tout dans l’intérêt de la Syrie. Par conséquent, en cas d’échec complet des négociations, il faut s’attendre à ce que l’armée syrienne mène une opération décisive dans différentes parties de la province de Deraa afin de nettoyer ces zones de la présence des terroristes.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/31/665555/La-Syrie-ne-lance-plus-d-ultimatums-aux-terroristes-

Dans SYRIE

LA SYRIE SOUTIENT LA CHINE DANS SA POSITION LEGITIME ET JUSTE FACE AUX POLITIQUES DE PRESSION ET D’EXTORSION DES USA QUANT AUX ORIGINES DU SRAS-COV-2

Par Le 31/08/2021

 

La Syrie soutient la Chine contre la pression et l'extorsion américaines concernant les origines du SRAS-CoV-2

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-08-31 à 14:34

DAMAS, 31 août (Xinhua) -- La Syrie soutient la Chine dans sa position légitime et juste face aux politiques de pression et d'extorsion exercées par les Etats-Unis concernant les origines du SRAS-CoV-2, a déclaré le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué lundi soir.

Selon l'agence de presse étatique syrienne SANA, le communiqué du ministère est intervenu dans le contexte d'un rapport des services de renseignement américains sur les origines du nouveau coronavirus soumis le 24 août par la directrice du renseignement national américain Avril Haines au président Joe Biden.

Suite à la publication vendredi d'un résumé du rapport américain qui mentionnait toujours la possibilité d'une fuite d'un laboratoire chinois, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu a rappelé samedi que la partie chinoise avait souligné à de multiples occasions que la recherche des origines du SRAS-CoV-2 était une question scientifique complexe, qui ne devait et ne pouvait être entreprise que par des scientifiques du monde entier dans le cadre de recherches conjointes.

Le gouvernement syrien estime que la position exprimée par le ministère chinois des Affaires étrangères insiste sur une approche scientifique équitable et favorise la compréhension qui aide l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les gouvernements du monde entier à bénéficier des leçons précédentes et à garantir les meilleures pratiques pour éliminer les menaces de cette épidémie, selon le communiqué.

Le communiqué a ajouté que le gouvernement syrien remercie la Chine pour son soutien continu à la Syrie dans la lutte contre la propagation de ce virus. Fin

http://french.news.cn/2021-08/31/c_1310159188.htm

Dans SYRIE

SYRIE : L'US ARMY SAIGNE !

Par Le 30/08/2021

Attaque contre un convoi militaire US près de Connoco, cinq morts

Monday, 30 August 2021 2:07 PM  [ Last Update: Monday, 30 August 2021 2:07 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi militaire US attaqué, ce 30 août à Deir ez-Zor/capture d'écran

En Syrie où les Etats Unis d’Amérique viennent de perdre la carte " Israël" via ces échecs consécutifs que subit depuis un mois l'Armée de l'air israélienne à harceler la Résistance par cette désormais défunte campagne de guerre dans la guerre, m^me si le fait de se rendre à l'évidence est bien difficile à accepter et que l'entité continue à s'agiter désespérément à Deraa où elle veut maintenir en l'état la situation et partant conserver ses cellules terroristes locaux, puisque Deraa est limitrophe au Golan occupé et que sa reprise totale, comme en a visiblement l'intention l'armée syrienne revient non seulement à perdre le pont terrestre avec la Syrie mais encore à avoir deux front hostile à gérer pour le seul Golan,  quelque chose risque de changer soudain et radicalement pour les Yankee. et les signes avant-coureur en sont déjà là : cette quiétude avec laquelle ils continuent à voler le pétrole syrien pour le grand bonheur d'Israël qui le reçoit à l'aide de la Turquie atlantiste et via le trajet Kurdistan irakien-Turquie/Chypre/Grèce. Après une première semaine de juillet marquée par une quintuple attaque aux roquettes et aux drones contre les bases de contrebande de pétrole syrien où le Pentagone a déployé des centaines de soldats, des Patriot et des C-RAM, raids bien mortels, cette fin août se promet encore plus chaud.

Syrie: le F-35 Adir

Syrie: le F-35 Adir

Comment la Syrie a eu la peau des F-35 Adir d’Israël, tout comme les "missiles furtifs" israéliens

A peine quelques après la fin de la visite du nouveau MAE iranien, Amir-Abdollahian à Damas où l'intéressé a affirmé dès sa descente d'avion venir en Syrie mettre au point une feuille de route anti-sanction US, les sources syriennes oint fait état d'une spectaculaire attaque contre un convoi "militaire" US à Akidat, alors qu'il se dirigeait vers la station gazière de Connoco, l'un des deux sites énergétiques que les Yankee occupent à Deir ez-Zor. Selon Al Alam, la chaîne arabophone iranienne, "l'attaque s'est avérée particulièrement mortelle" puisque " cinq des effectifs des FDS" chargés de protection du convoi militaire ont péri. Evidemment on n'est pas en Irak où la Résistance ménage les convois" logistique" puisque ce sont des entrepreneurs irakiens qui les accompagnes. On est en Syrie où tout convoi US transporte arme et munition pour mieux piller la richesse pétrolière d'un pays,, cible de la loi César mais faisant partie d'un corridor maritime anti sanction qui relie Bandar Abbas en Iran à Baniyas en Syrie et qui transite chaque plusieurs pétroliers à l'effet de briser les sanctions américaines et alimenter la Syrie.

USA/Syrie: combat

USA/Syrie: combat

Après avoir visé le 11 juillet à deux reprise Al-Omar et Connoco, que compte faire la Résistance dans sa chasse aux GI?

Un corridor qui soi-dit en passant en est désormais à s'étendre à Beyrouth où le blocus criminel US/Riyad/France. /accointances locales, risquent de provoquer l'effondrement de l'Etat, ce que ne permettra à aucun prix le Hezbollah. Et bien l'attaque ayant visé il y a quelques heures le convoi militaire US en partance pour Connoco et qui a évidemment laissé des pertes dans les rangs de l'US Army, pertes qui ne seront jamais médiatisées, fait partie de cette feuille de route que l'Iran et la Syrie ont décidé de commun accord pour dégager les territoires occupés syriens et voler aussi au secours du Liban. Dimanche, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian qui se trouvait  à Damas, après sa visite effectuée à Bagdad pour participer au Sommet de Bagdad, l'a affirmé : "l'Iran et la Syrie ont marqué ensemble de très grandes victoires contre le terrorisme. Ils remporteront ensemble de grandes victoire contre le terrorisme économique". 

Presque simultanément à cette première visite du nouveau MAE iranien à Damas qui aurait semblé aux Américains porteuse d'un avertissement, le gourou Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a débarqué en Syrie, ayant dans son sacoche des doléances auprès des autorités syriennes à la fois au sujet de la Syrie et du Liban. Comme piqué par on ne sait quelle mouche, l'intéressé s'était souvenu des Syriens à qui l’Amérique vole le pétrole et les céréales et des Libanais à qui elle interdit d'en importer à moins qu'il ligote le Hezbollah et l'offre sur un plateau d'argent aux Sionistes. 

Syrie: base US criblée de missiles!

Syrie: base US criblée de missiles!

Les USA ont menacé la Résistance de répondre du tac au tac ... 5 jours après une première attaque contre Connoco, le site du pillage de pétrole syrien à nouveau frappé

Au cours d'une rencontre avec le secrétaire onusien, Le ministre syrien des Affaires étrangères et des Expatrié, Fayçal Meqdad, a souligné la nécessité pour les Nations unies de traiter de manière transparente les impacts et les répercussions des mesures coercitives US sur la performance des missions humanitaires des Nations unies en Syrie, et de faire face à la tragédie de la coupure de l’eau sur plus d’un million de Syriens à Hassaké. C'était un avertissement. L'attaque anti US est tombée quelques heures plus tard. Car le mécanisme anti sanction US syro-Résistance comprend aussi le face-à-face militaire direct : à vrai dire, il ne devrait que comprendre ceci puisque jamais de mémoire d'homme, les colons occidentaux n'ont quitté la terre d'autrui qu'à coup de canon. Et cela tombe à merveille car entre la Syrie et l'Iran, l'élargissement des coopérations militaires vont à la vitesse grand V.

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Le Kalibr-C "iranisé" a étonné les Russes et à raison .... les troupes US en débandade en Syrie orientale

Samedi, le site militaire Avia.pro faisait état de l'apparition des batteries de missiles, nouvelle version, Bavar 373 en Syrie orientale, "batterie dont le radar semble avoir bien intercepté des avions de 5eme génération US/Israël voire verrouillé sur, puisque les Iraniens parlent déjà de leur batterie de DCA à titre d'une batterie "" aussi puissantes que les S-400". Aujourd'hui SouthFront évoque une autre surprise en Syrie orientale : en juillet les cinq attaques croisées anti US aurait impliqué "une mitrailleuse balistique". La frappe de ce lundi pourrait en avoir fait autant, bien que la nature de l'arme ne soit pas précisée.Cette "mitrailleuse balistique à base de missile Fath est une optimisation des unités d'artilleries qui se distinguent par leur ciblage approximatif. Or Fath, un avatar de Fateh-110 est un "missiles d'artillerie tactique". 

MO: drones

MO: drones

« Les drones iraniens largement sollicités », indique le général Amir Hatami.

L'ogive du missile Fath est comparée à l'ogive du missile monoconique Fateh-110, en raison de la petite taille du missile. L'augmentation de la puissance de feu des unités opérationnelles est l'un des enjeux importants qui ont un impact significatif sur le champ de bataille ; ceci peut être réalisé en utilisant des lanceurs de missiles balistiques multi-rôles et, bien sûr, en utilisant des missiles plus petits et plus tactiques (comme le missile Fateh) et en apportant plus de puissance de feu et de précision à ces unités. La longueur et le diamètre de ce missile semblent être environ 40 à 50 % inférieurs à ceux de Fateh-110. Avec un poids d'environ 850 à 1100 kg, Fath a une portée d’au moins 80 à 100 km. Puis l'utilisation de la technologie du corps en composite offre une portée de 130  à 170 km aux missiles de Fath. Plus le fait que Fath a des gouvernes aérodynamiques placées sur le nez lui offrent à l’engin les capacités à lancer des attaques de précision. Mais ce n’est tout ceci qui en fait son originalité : la similitude surnaturelle entre le complexe Fath iranien  et le système russe Kalibr-K est frappante mais alors que le Kalibr-K est armé de missiles de croisière à usage maritime, la version conteneur iranienne contient des balistiques à courte portée et de grande précision » 

USA/Résistance: Grande guerre éclate....!

USA/Résistance: Grande guerre éclate....!

USA en déploiement en Jordanie, la ligne de feu missile-DCA de la Résistance en Syrie orientale.

La mitraillette balistique made in Iran a-t-elle tonné ce 30 août  à Connoco ? On l’ignore. Toujours est-il qu’alors même que le convoi US, pris pour cible des missiles de la Résistance était totalement en débandade, les agences d’information ont fait état de l’apparition du pétrolier Yasmin à Baniyas en Syrie. S'agit-il de l'un de ces trois pétroliers qui se dirigeront vers Beyrouth? On ne sait pas mais on sait bien que le mécanisme anti sanction US syro-irano-libanais, contient tout y compris le missile Fath. La recrée est bien terminé pour l'Amérique. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/30/665463/L-Iran-et-la-Syrie-unis-contre-les-USA

Dans SYRIE

SYRIE : DEIR EZZOR MENACE L’US ARMY. LES TRIBUS DE L’EST LANCENT UN ULTIMATUM

Par Le 28/08/2021

Syrie: les tribus de l'est lancent un ultimatum

Saturday, 28 August 2021 5:59 PM  [ Last Update: Saturday, 28 August 2021 5:59 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Manifestation anti-américaine à Deir ez-Zor. ©Sputnik

Les hommes de la tribu arabe « Al-Shaitat » ont organisé une manifestation populaire appelant à la libération immédiate des membres de la tribu des prisons des SDF fidèles à l'armée américaine, menaçant de mener une désobéissance civile générale dans la campagne du gouvernorat de Deir ez-Zor, à l'est du pays.

Des sources tribales de la campagne de Deir ez-Zor ont déclaré au correspondant de Sputnik à Hassaké : « Aujourd'hui, samedi 28 août, une manifestation populaire a eu lieu au poste de contrôle d'al-Dalla dans la ville d'Abou Hamam dans la région d'al-Shaitat à l'est du gouvernorat de Deir ez-Zor, appelant à une libération immédiate des détenus du clan et à la fin de l’occupation américaine. »

Syrie : 1er avion US abattu!

Syrie : 1er avion US abattu!

 A Deir ez-Zor la Résistance s’apprête à une méga chasse... Apache, Cobra, F-16 y passeraient

Le clan Al-Shatiyat est l'un des clans les plus importants de la tribu arabe « Akidat », qui a payé le prix fort dans sa guerre contre Daech en 2014, où plus de 1700 personnes ont été tuées dans un massacre commis par les terroristes contre les membres du clan, dont des femmes et des enfants.

Les manifestants ont menacé d’organiser des manifestations d’envergure dans les prochains jours si les détenus n'étaient pas libérés et d’inclure d'autres zones avec la mise en œuvre de la désobéissance civile dans tous les quartiers d'Al-Shaitat.

Et le cheikh Khalil Al-Kahilat Abu Wahaj, l'un des notables du clan arabe Al-Shaitat, a déclaré dans une déclaration au correspondant de Sputnik : « Les habitants des quartiers d'al-Shaitat dans les villes d'Abu Hamam, Gharanij et al-Kashkiya sont en colère en raison des arrestations successives et systématiques de l'occupant américain et de ses miliciens qui lui sont fidèles au sein des SDF, qui ciblent les membres de la tribu sur des accusations de traiter avec l'État syrien ou les forces russes amies. »

Al-Kahilat a poursuivi : « Les membres du clan détenus dans les prisons des FDS ont tous participé à la lutte contre Daech au cours des dernières années avec le soutien de l'armée syrienne, où le nombre de détenus a atteint 300 jusqu'à présent, dont 15 jeunes hommes qui ont été arrêtés au cours du mois d'août et ils sont des chefs de clan et des symboles. »

Syrie: l'US Air Force est morte!

Syrie: l'US Air Force est morte!

La riposte US à la quintuple frappe anti-US a Deir ez-Zor?

Cheikh Al-Kahilat a expliqué : « Ils augmenteront les manifestations et les protestations, et ils sont prêts à les pousser plus loin, si l'occupant américain et ses partisans ne se conforment pas aux exigences des fils du clan Al-Shaitat et d'autres tribus arabes. »

Les sources ont confirmé que « l'occupation américaine et ses aides ont arrêté plus de 50 personnes à ce jour et les ont emmenées vers une destination inconnue, où la ville et ses villages vivent dans un état de tension clanique avec des appels à manifester et à se venger de ces pratiques inhumaines ».

Les zones sous contrôle de l'armée américaine dans la Jezire syrienne connaissent un état de colère populaire avec l'élargissement du cercle de résistance clanique contre la présence US et les activités qu’elle mène avec ses complices SDF, focalisées sur le vol de pétrole, de gaz, de blé et de ressources souterraines.

Syrie: 1er essaim de drones anti-US frappe!

Syrie: 1er essaim de drones anti-US frappe!

Deir ez-Zor-al-Omar: 1er essaim de drones frappe al-Omar, le pétrole volé, les Yankee, les British et les Français

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/28/665366/Syrie-Deir-ez-Zor-Hassak%C3%A9-US-Army-FDS-Daech

Dans SYRIE

SYRIE : L’ARMEE US OCCUPANTE MULTIPLIE LES ENLEVEMENTS DE CIVILS DANS LE GOUVERNORAT DE DEIR EZZOR

Par Le 23/08/2021

Les forces américaines multiplient les enlèvements de civils dans le gouvernorat de Deir Ezzor

 Depuis 3 heures  23 août 2021

commandous

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Les enlèvements perpétrés par les forces d’occupation américaines deviennent de plus en plus fréquents dans le nord est syrien et surtout dans la province de Deir Ezzor.

Le dimanche 22 août, un commando largué au-dessus de la localité Jadid-Akidate, à l’est de cette province, a enlevé plusieurs civils syriens puis les a emmenés vers une destination inconnue.

Cette localité habitée par la tribu des Akidate est le théâtre d’affrontements entre ses membres et les éléments de la milice à majorité kurde des Forces démocratiques syriennes qui collaborent avec les Américains.

Ces enlèvements escortent les assauts et les campagnes de perquisition menés par les FDS contre plusieurs villages de cette région, dont al-Sabhat, Jadid-Bakarat, tous situés à l’est de Deir Ezzor, selon l’agence syrienne Sana.
« Les groupes des FDS ont assiégé hier (dimanche) le village Marzouqat et enlevé l’imam de la mosquée du village âgé de 65 ans. Ils ont aussi kidnappé un jeune originaire du village al-Swaydiyat,  7 jeunes originaires des villages Soleymane Sari, al-Qasimiyat, Qartabat, et deux autres du village al-Qahtaniyat et les ont emmenés vers leurs sièges arguant divers prétextes », a ajouté Sana.

Le 14 août, un commando militaire américain a atterri depuis quatre hélicoptères sur le village Mhaymidiyat, situé à l’ouest du gouvernorat de Deir Ezzor. Il enlevé un Syrien après avoir détruit sa maison.

Au regard du pouvoir central à Damas, la présence des forces américaines est illégitime.

Source: Agences

https://french.almanar.com.lb/2134123

Dans SYRIE

SYRIE : LES USA FRAPPENT A LA PORTE DU PRESIDENT ASSAD

Par Le 21/08/2021

 

Méga stratagème du Hezbollah ; USA tueront César?

Saturday, 21 August 2021 6:00 PM  [ Last Update: Saturday, 21 August 2021 6:00 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des militaires de l'armée syrienne. (Photo d'archives)

L’axe de la Résistance, ce n’est pas que des drones et des missiles même s’il s’agit d’armements dont la précision et la furtivité ont été fatales aux Patriot et aux F-16, F-15, F-18,... c’est aussi de l’intelligence stratégique subtile propre à défier les meilleurs stratégistes et think tankistes du camp d’en face... Aussi cette annonce-choc de Nasrallah formulée il y a deux jours à savoir la toute prochaine arrivée des pétroliers iraniens à Beyrouth ne concerne pas que le Liban. C’est comme toute démarche de l’axe de la Résistance, étendue, élargie, multidimensionnelle... L’annonce de Nasrallah a provoqué l’onde de panique dans le camp US quitte à pousser l’ambassadrice Shea à se défendre, à défendre l’action US au Liban et à aller même jusqu’à promettre le gaz égyptien et l’électricité jordanienne aux Libanais. Seulement dans les deux cas et on parie que Nasrallah savait parfaitement ce qu’il avançait, l’Amérique aura besoin de frapper à la porte de la Syrie, une Syrie dont elle occupe la partie orientale, pétrolifère et où elle détourne honteusement le pétrole en dépit de sa Loi César. Les pétroliers iraniens qui livrent depuis des années le pétrole à la Syrie sont-ils devenus des « armes » du Hezbollah à faire sauter à la fois le blocus contre le Liban et la Syrie du même coup ? 

Visiblement, sinon comment comprendre ce curieux article du site pro-USA de Middle East Monitor qui dit : « Le président syrien Bachar al-Assad a envoyé une délégation à Washington pour s’entretenir avec les États-Unis sur le maintien de la présence américaine en Syrie. »  

Syrie: le calme avant la tempête?

Syrie : le calme avant la tempête ?

Un commandant de milices affiliées aux États-Unis a été blessé en Syrie…

« À en croire Middle East Monitor, les autorités syriennes sont mécontentes de la réticence de Moscou à changer la situation en Syrie et à déverrouiller Deraa et Idlib. Dans le même temps, Damas peut proposer aux États-Unis une offre plutôt lucrative concernant le déploiement de forces américaines dans plusieurs régions du pays, et pas seulement dans la partie orientale de la République arabe. » 

Et la panique US saute aux yeux : réélu pour les sept années à venir et alors même que l’armée syrienne contrôle les deux tiers du pays et que la Russie continue à contrer Israël dans le ciel syrien, à ligoter la Turquie au sol et ce sur fond du pillage renforcé de son pétrole par les USA peut-il croire aux racontars du journal pro-US ? C’est plutôt l’inverse qui paraît logique, une Amérique qui par crainte de voir le Liban passer définitivement dans le camp de la Résistance, sunnites maronites, pro- US, voire phalangistes compris, court frapper à la porte d’Assad. Ce samedi une première réponse syrienne à la « requête » US s’est fait jour : 

Le député syrien Mohamad Khayr al-Akkam a évoqué sa visite récente en Jordanie où il a été question d’un échange eau contre électricité : « la Jordanie a de l’électricité et la Syrie, de l’eau et les deux parties pourront aider le Liban. Seulement Damas le fera suivant ses conditions et dans le cadre d’une initiative arabe et pas du tout d’après les doléances américaines » ! 

Le député s’est moqué d’une Amérique qui après le discours de Nasrallah « multiplie les messages à l’adresse de la Syrie jetant du lest » pour éviter que le Liban ne devienne pas « la nouvelle destination de la marine marchande iranienne ».

Décidément un discours de 10 minutes de Nasrallah a fait éclater en morceaux et le blocus du Liban et la loi César....Sacré Nasrallah ! 

Et puisque la Résistante n’oublie jamais les partenaires, ce mécanisme anti sanction a aussi la Russie. 

Syrie : 1er clash Israël/S-400 !

Syrie : 1er clash Israël/S-400 !

La Syrie, équipée des S-400 russes, a intercepté la plupart des missiles israéliens tirés depuis l’espace aérien libanais.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/21/664872/Bientot-une-rupture-Damas-Moscou

Dans SYRIE

L’ARMEE SYRIENNE DEPLOYEE POUR UNE BATAILLE DANS LE GOUVERNORAT DE DERAA

Par Le 21/08/2021

Vaste déploiement de l’armée syrienne pour une bataille dans le gouvernorat de Deraa.

 Depuis 1 heure  21 août 2021

renforts_armee_syrienne-jpg1

 Moyent-Orient - Syrie

 

Le correspondant de l’agence Sputnik à Deraa a signalé le recrutement de renforts militaires supplémentaires pour l’armée syrienne sur les axes des environs de Deraa al-Balad et plusieurs endroits dans le gouvernorat de Deraa, afin de déterminer la mise en œuvre des termes de l’accord et de se préparer à toutes les solutions possibles.

L’envoi de ces renforts coïncide avec la poursuite des attaques de groupes terroristes extrémistes contre des positions de l’armée, dont la dernière en date remonte à jeudi, en ciblant des positions de l’armée dans le quartier d’Al-Manshiyya et un véhicule militaire dans la campagne ouest de Deraa, au cours duquel 5 membres de l’armée syrienne ont été tués et deux autres blessés.

Ces développements coïncident avec la poursuite des violations de l’accord de cessez-le-feu et l’intransigeance persistante des groupes terroristes dans la mise en œuvre des termes de l’accord de paix.

Le gouvernement syrien avait auparavant fait les préparatifs logistiques nécessaires pour mettre en œuvre les termes de l’accord de quartier (Deraa al-Balad), notamment la préparation de « bus verts » pour transporter les terroristes retranchés dans le quartier, qui refusent de régler leur statut, pour le nord de la Syrie.

Un chef terroriste abattu

Par ailleurs, selon le site d’information Southfront, Mohamed Hilal Zatima, un ancien commandant terroriste, a été tué par l’armée syrienne. Zatima était l’un des plus d’une centaine d’hommes armés qui sont détenus à Deraa al-Balad, la partie sud de la ville de Deraa, depuis près de deux mois maintenant.

L’ancien commandant terroriste aurait été tué lorsque l’armée a bombardé un poste qu’il occupait dans le district de Tariq al-Sad avec des mortiers. Plusieurs autres terroristes ont également été blessés dans l’attaque au mortier.

Zatima, également connu sous son nom de guerre « Abu Mohanad », était l’un des principaux commandants militaires de la brigade al-Tawhid dans la ville de Deraa.

À la mi-2018, Zatima faisait partie des milliers de terroristes qui se sont rendus à l’armée syrienne et ont rejoint le processus de réconciliation. Néanmoins, dans les années suivantes, Zatima est devenu l’un des principaux fauteurs de troubles à Deraa al-Balad.

Zatima était le deuxième terroriste de Deraa al-Balad à être tué par l’armée syrienne au cours des dix derniers jours. Le 15 août, un homme armé local du nom de Mahmoud Ali Saleh al-Qutifan a été tué, également lors d’une attaque au mortier.
La mort de Zatima entraînera probablement une nouvelle escalade à Deraa al-Balad. L’armée syrienne s’y est préparée. Un jour plus tôt, la 4e division d’élite de l’armée a déployé des lance-roquettes lourdes près de la ville de Deraa.

Les dirigeants locaux de Deraa al-Balad n’ont pas encore accepté la feuille de route présentée par la Russie pour mettre fin à la crise dans la région. L’armée syrienne pourrait bientôt lancer une opération dans la région pour mettre en œuvre les exigences des autorités syriennes.

Source: Avec Press Tv

https://french.almanar.com.lb/2133386

Dans SYRIE

SYRIE : LES MISSILES ANTI-US TONNENT !

Par Le 19/08/2021

Ordre de bataille anti-US lancé sur la rive est de l'Euphrate, la Résistance est-syrienne passe à l'acte

Thursday, 19 August 2021 1:24 PM  [ Last Update: Thursday, 19 August 2021 2:00 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les silos sous-terrains de missiles en Syrie attendent un premier déclic/Sabereen New

Depuis la première grande opération anti-US de la Résistance est-syrienne, marquée pendant la première semaine de juillet par une quintuple attaque aux roquettes et aux drones ciblant les bases illégales US à Connoco et à la Omar où les Yankees détournent le pétrole syrien sur le dos des millions de Syriens ciblés par la Loi César, un mois et une semaine est passé et il semblerait que ce délai a bien servi l’occupation à mettre à profit ses nouvelles bases « jordaniennes » pour se refaire une santé : en effet depuis l’annonce du redéploiement des forces US dans le Nord du royaume à la faveur d’un bail de 15 ans que Abdellah II a concédé aux Yankees moyennant son honneur et 800 millions de dollars à verser chaque année sur son compte, il était clair que l’un des objectifs US consiste à « harceler » la Résistance. Non pas directement, puisqu’il est loin le temps où les Américains envoyaient leurs F-15 et leurs F-16 bombarder Abou Kamal et Qaëm, mais par procuration. 

 Le 17 août, des terroristes de Daech, alias supplétifs de l’US Army, ont attaqué le quartier général de la Résistance dans la banlieue de la ville frontalière d’Abou Kamal dans l’est de la province de Deir ez-Zor, déclenchant des heurts contre la brigade des Hashemiyoune à l’entrée de la ville d’Al-Salehiya, à l’ouest de la ville. Les heurts ont duré une heure, les agents US en ont eu pour leur grade avant de prendre la poudre d’escampette et se replier dans le désert. Un bilan de 20 blessés cotés de la Résistance et des morts côtés des terroristes qui à l’heure qu’il est sont sur le point de panser leurs plaies à al-Tanf, cette autre base illégale US près de la Jordanie où les Américains forment et élèvent des terroristes en herbe. 

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Syrie : USA frappés, et en débandade !...

Le Kalibr-C « iranisé » a étonné les Russes et à raison.... les troupes US en débandade en Syrie orientale

La brigade des Hashemiyoune est d’origine syrienne et composée en majorité des habitants de la province de Deir ez-Zor et les principales zones de leur installation se trouvent dans les villes d’Al-Mayadin et d’Abou Kamal et sur la rive sud de l’Euphrate. Ce sont des jeunes des tribus, les mêmes qui ont mené des opérations anti US du début de juillet et que les unités héliportées US ont tenté de démanteler sans succès puisque leur combativité le dispute à leur détermination pour mettre à la porte de la Syrie les Yankees, qui occupent depuis 2016 non seulement les champs pétroliers de la région, mais encore qu’ils vident leurs stocks de nourritures avant des les emporter en Irak à bord des dizaines de convois par mois. 

Syrie frappée, Israël sous le choc!

Syrie frappée, Israël sous le choc !

2ème étape de purification du ciel du Moyen-Orient : la Résistance sort ses drones-DCA ! Le MISSILE 358

D’ailleurs des sources locales dans la banlieue d’Al-Arabiya ont déclaré au correspondant de SANA que les forces d’occupation américaines avaient transporté 42 véhicules, dont des pétroliers transportant du pétrole volé en Syrie, vers l’Irak par le passage illégal d’Al-Waleed. Or ce détournement de richesse syrienne reste de moins en moins sans réponse. Les convois « pétroliers » US étant escortés par les FDS, c’est à eux que s’en prennent de plus en plus les gens des tribus. Ainsi, un certain nombre des paramilitaires des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont été tués et blessés ce mercredi au cours d’une attaque visant le convoi précité dans la banlieue de Deir ez-Zor. Cantonnés dans la banlieue est de Deir ez-Zor, les forces tribales ou les Résistants est-syriens ont ouvert le feu sur un repaire des FDS dans la ville d’Al-Kashkiya hier matin, tuant et blessant des agents des Américains. Dans le même temps, ces convois de pétrole volé ne font pas un trajet facile. Les habitants du village d’Abou Ghadir, dans la banlieue nord-est de Hassaké, ont fait face à la cargaison précitée, et ce genre de face-à-face est régulier. Mais voici que les choses ont changé depuis peu et que cette débandade US en Afghanistan tend à pousser à une force de résistance plus intensive, moins espacée sur la rive est de l’Euphrate surtout que les bases US dans le nord de la Jordanie semblent avoir commencé à renforcer le site d’al-Tanf. Que faire pour en finir une bonne fois pour toutes avec l’Amérique en Syrie ? 

Syrie: base US criblée de missiles!

Syrie : base US criblée de missiles !

Les USA ont menacé la Résistance de répondre du tac au tac... 5 jours après une première attaque contre Connoco, le site du pillage de pétrole syrien à nouveau frappé

La réponse vient de Nasrallah. Dans un discours prononcé le 18 août à l’occasion des célébrations de l’Achoura, le secrétaire général du Hezbollah a affirmé : « L’excuse américaine pour rester dans le nord de la Syrie est d’aider à combattre Daech ce qui est une fausse affirmation ». L’État et l’armée syriens savent bien comment faire pour mettre un terme au phénomène de Daech et n’ont pas besoin de l’aide des États-Unis. Les forces américaines renforcent Daech et aident les terroristes à se déplacer d’une région à l’autre. Les forces américaines doivent quitter « l’est de l’Euphrate ». Leur but est de voler le pétrole syrien. « Le sort des occupants américains en Syrie est de quitter le pays pour que cette terre et son pétrole puissent retourner en Syrie. »

Lire aussi :  Comment la bourde US a ouvert la voix aux frappes au drones massifs anti-Israël ?

C’est clair, net et sans appel : au moment où le Liban s’apprête à recevoir le pétrole iranien, quitte à déclencher la réaction hostile de l’axe US/Israël, l’est de l’Euphrate peut à tout instant devenir un enfer pour l’occupant. Les attaques aux drones et aux missiles contre les sites de détournement du pétrole à al-Omar et à Connoco risquent à tout instant de se transformer en de véritables brasiers. Et al-Tanf n’échappera pas non plus à, ce sort. Et quel sera le modus operandi pour cet ultime face-à-face ? Les informations en provenance de l’est de l’Euphrate devront bien inquiéter l’oncle Sam

Syire: les

Syire : les

Qu’Erbil, considéré pendant longtemps comme un havre de paix, l’axe US/Israël en vienne du stade de la ferme opposition au retrait d’Irak des troupes d’occ...

Middel East Eyes dit :

"L’armée syrienne et ses alliés de la Résistance seraient sur le point de créer un vaste réseau sous terrain propre à relier les QG d’opérations en Syrie est au centre de la Syrie. Palmyre serait une place de choix. La brigade Fatemiyoun et le mouvement al-Nujaba d’Irak ont commencé à creuser des tunnels reliant leur siège et leurs postes dans la ville de Palmyre, au centre du désert syrien puisque c’est là que tout devrait commencer. Cette opération consiste également à renforcer la protection des quartiers généraux et des entrepôts évidemment puisque le jour J tout le territoire syrien se transformerait en lance-roquette balistique. Une expérience préliminaire en ce sens a été menée en mai à Gaza quand les réseaux sous terrains se sont transformés en de véritables clips à missiles, privant Israël et son armée de l’air de toute initiative.

Plus d’un expert se demande si oui ou non la Jordanie qui a si naïvement prêté son territoire aux troupes US saurait s’en sortir d’une telle bataille. Au fait, les États-Unis chercheraient à utiliser le royaume à titre d’airbag à défaut d’une DCA antimissile efficace qui n’existe ni en Israël ni dans les bases US dans la région. Mais si le “métro de Gaza” est parvenu en 11 jours à mettre au pas Israël, le “métro de la Syrie ‘parviendra non seulement à vaincre Israël, mais aussi l’armée de l’air US. Sauf que la victime collatérale de cette histoire sera le royaume hachémite. Mais les Jordaniens accepteront-ils de devenir des chairs à canon pro-US pro-Israël ? C’est ce qu’on verra dans les semaines à venir’. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/19/664737/Nouvelle-op%C3%A9ration-USA-FDS-Daech-contre-l-arm%C3%A9e-syrienne

Dans SYRIE

SYRIE : AGRESSION ISRAELIENNE CONTRE LE GOUVERNORAT DE QUNEITRA

Par Le 18/08/2021

Syrie: Agression israélienne aux missiles contre le gouvernorat de Quneitra

 Depuis 12 heures  18 août 2021

Golan syrien

Golan syrien

 Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Des explosions se sont produites, le mardi 17 août, dans le gouvernorat de Quneitra, dans le sud-ouest de la Syrie, a annoncé l’agence de presse syrienne Sana.

Selon les premières informations, il s’agit d’une agression au missile israélienne contre l’ouest de la ville d’Hader, au bord du plateau du Golan, note Sana sans fournir d’autres détails.

Sputnik a appris d’une source au sein des forces de sécurité syriennes que l’armée d’occupation israélienne avait tiré trois roquettes sur un site militaire dans la région de Qars al-Nafal, à l’ouest d’Hader. La frappe a provoqué un incendie.

Les forces d’occupation israéliennes ont également attaqué le quartier général de la 90e brigade de l’armée syrienne dans la partie orientale de la province de Quneitra, causant des dégâts matériels, selon l’interlocuteur de Sputnik.

L’agression «n’a pas fait de morts ni de blessés parmi les militaires», ajoute la source.

https://french.almanar.com.lb/2131362

Dans SYRIE

MEGA CLASH « NUCLEAIRE » EN SYRIE?

Par Le 25/06/2021

Des missiles hypersoniques Kinjal en route pour le nord syrien

Friday, 25 June 2021 4:59 PM  [ Last Update: Friday, 25 June 2021 5:00 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les MiG-31K ont rejoint d'autres avions de guerre et sous-marins dans l'est de la mer Méditerranée au milieu de la présence américaine et britannique dans la région. ©Topwar.ru

Pour la première fois, le missile aérobalistique air-sol hypersonique à haute précision russe Kinjal a été déployé sur la base aérienne de Hmeimim, en Syrie.

Il y a quelques heures, les premiers systèmes de missiles aériens hypersoniques russes Kinjal ont été déployés sur la base aérienne militaire russe Hmeimim, a rapporté l’agence de presse russe Avia.pro.

À l'heure actuelle, il existe des preuves documentaires de l'arrivée en Syrie d'avions porteurs de l'ARC « Dagger » des chasseurs intercepteurs MiG-31K, comme en témoignent les séquences vidéo publiées par la chaîne de télévision russe Zvezda.

Syrie: la Russie dévoile son

Syrie: la Russie dévoile son

La Russie vient de terminer la rénovation de la piste de l’aérodrome Hmeimim qui sera désormais en mesure d’accueillir tous les types d’avions militaires.

La séquence vidéo présentée capture le transfert de chasseurs intercepteurs russes MiG-31K, spécialement modernisés pour être utilisés par l'ARC "Dagger", vers la Syrie. À en juger par les données présentées, le transfert des systèmes de missiles hypersoniques Kinjal vers la Syrie est associé à la tenue d'exercices militaires à grande échelle, qui viennent de coïncider avec l'arrivée dans la région d'un groupe de frappe de porte-avions de l'OTAN dirigé par le porte-avions Queen Elisabeth.

On sait également que des avions anti-sous-marins Il-38 ont été transférés vers la Syrie, ces avions participeront également à des exercices militaires en mer Méditerranée.

Les experts estiment que la Russie est prête à démontrer à l'OTAN et aux partenaires de l'Alliance atlantique qu'elle contrôle pleinement la situation en Méditerranée orientale.

Syrie: le hypersonique contre Israël !

Syrie: le hypersonique contre Israël !

La Russie pourrait utiliser des armes hypersoniques pour la première fois en Syrie.

En effet, la Russie et le Royaume-Uni sont en conflit diplomatique depuis un accrochage militaire en mer Noire.

Moscou affirme qu'un destroyer britannique a pénétré dans ses eaux territoriales au large de la Crimée mercredi après-midi. Et qu'en conséquence, un navire de patrouille russe a tiré des coups de semonce et un avion de guerre a largué des bombes pour forcer le destroyer britannique à quitter la zone. Mais la Grande-Bretagne nie tout en bloc.

Dans un Tweet, le ministère britannique de la Défense affirme qu’« aucun coup de semonce n'a été tiré sur le HMS Defender et que le navire de la Royal Navy effectuait un passage innocent dans les eaux territoriales ukrainiennes, conformément au droit international. »

Dénonçant les actions dangereuses du destroyer britannique, Moscou a réclamé que Londres mène une enquête sur l'incident par la voix de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova :

« Nous considérons qu'il s'agit d'une provocation britannique flagrante qui va à l'encontre du droit international et du droit russe. Je tiens également à vous informer que l'ambassadeur britannique sera convoqué au ministère des Affaires étrangères de la Russie. »

Syrie: 1er F-35

Syrie: 1er F-35

Le navire Queen Elizabeth laisse entendre vouloir frapper la Syrie à coup de F-35. Quelles surprises rencontreront les avions de 5e génération de sa Majesté?

Elle s’est déclarée certaine que les actions du destroyer britannique qui a navigué dans les eaux territoriales russes n'auraient pas pu recevoir le feu vert sans l'approbation des États-Unis.

Elle a souligné que les services de presse de la Maison-Blanche et du Pentagone avaient recommandé aux journalistes d'interroger Londres sur l'incident du navire de guerre en mer Noire.

"Pourquoi? Le navire se trouvait toujours dans la partie nord-ouest des eaux de la mer Noire en préparation des exercices Sea Breeze organisés sous le commandement américain. Des experts américains notent que des unités d'opérations spéciales des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Ukraine étaient engagées dans des entraînements à bord du navire au moment de l'incident. Dans ces conditions, il est impossible que le « passage pacifique » du destroyer britannique n'ait pas été convenu avec le « grand frère » », a-t-elle écrit jeudi sur sa chaîne Telegram.

Selon le ministère russe de la Défense, cité par l'agence de presse Interfax, le navire britannique s'est aventuré jusqu'à 3 kilomètres dans les eaux russes près du cap Fiolent, un point de repère sur la côte sud de la Crimée, près du port de Sébastopol, siège de la flotte russe en mer Noire.

Crimée: face-à-face Moscou-Paris

Crimée: face-à-face Moscou-Paris

Sur fond du transfert des renforts russes vers la Crimée, Paris propose à l’Ukraine l’achat de ses chasseurs Rafale.

Mercredi, le ministère russe de la Défense a annoncé que la flotte russe de la mer Noire et le contrôle des frontières du Service fédéral de sécurité avaient empêché le destroyer britannique HMS Defender de violer les frontières russes près du cap Fiolent en Crimée.

Le destroyer avait parcouru trois kilomètres de profondeur dans les eaux territoriales russes lorsqu'il a été averti d'un éventuel recours à la force mais n'a pas répondu. Un navire des gardes-frontières a tiré des coups de semonce, tandis qu'un bombardier SU-24M était obligé de larguer des bombes de mise en garde devant le destroyer avant que le navire ne fasse demi-tour et ne quitte les eaux russes. Le ministère russe de la Défense a qualifié les actions du navire britannique de violation flagrante de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et a exhorté Londres à enquêter sur les actions de l'équipage du destroyer.

Le porte-parole officiel du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré qu'ils pensaient que l'action de la Grande-Bretagne était « une provocation délibérée et préméditée ».

« En cas de répétition d'actes de provocation inacceptables - si ces actes vont trop loin, aucune option ne peut être exclue en termes de défense légale des frontières de la Russie », a déclaré Peskov aux journalistes.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré que la marine britannique devrait renommer son destroyer de Defender à Aggressor et a averti que « ceux qui essaient de tester notre force prennent des risques élevés ».

Ryabkov a déclaré aux journalistes qu'il se tiendrait prêt à tirer sur des cibles si les avertissements ne fonctionnaient pas.

Il a déclaré que Washington et Londres semaient le conflit en refusant d'accepter que la Crimée fasse partie de la Russie et que la Russie était prête à défendre ses frontières par tous les moyens, y compris la force militaire.

Le ministère russe de la Défense a déclaré séparément vendredi qu'il commençait des exercices conjoints de la marine et de l'armée de l'air en Méditerranée orientale, où Moscou exploite une base aérienne sur la côte syrienne.

La Russie chasse un B-1B

La Russie chasse un B-1B

La Russie a-t-elle intercepté son premier B-1B?

https://french.presstv.ir/Detail/2021/06/25/660869/Russie-Syrie-M%C3%A9diterran%C3%A9e-Crim%C3%A9e-mer-Noire

Dans SYRIE

IDLIB : LA CHINE REARME LA SYRIE!

Par Le 25/06/2021

Les armes électroniques visent avions, radars US/ Israël

Friday, 25 June 2021 5:26 AM  [ Last Update: Friday, 25 June 2021 5:26 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le radar chinois JY-27. ©radartutorial.eu

La Chine a fourni à l'armée syrienne du matériel militaire pour combattre le TIP, affilié à al-Qaïda, à Idlib, a rapporté le site d'information syrien 7al.net, le 22 juin.

Un officier de l’armée syrienne précise que l'équipement a été livré à la 3e division blindée de l'armée et à la 25e division des forces spéciales. Les deux unités sont déployées sur les principales lignes de front du Grand Idlib.

Le TIP, composé principalement d'Ouïghours chinois, opère près de la ville de Jisr al-Chughur située au nord-ouest d'Idlib.

Le groupe terroriste est un proche allié de Hayat Tahrir al-Cham. Et il s'exerce avec beaucoup de liberté à proximité des forces turques dans la région. Il compte environ 4 000 élements.

Lire aussi: Le corridor Iran-Irak-Syrie s'étend à la Chine

L'année dernière, les États-Unis ont retiré le TIP de leur liste des organisations terroristes. Cette décision avait alors provoqué une colère noire des Chinois touchés par les attentats du groupe terroriste...

La Chine barricade le ciel syrien!

La Chine barricade le ciel syrien!

La Chine va-t-elle engager aussi ses forces spéciales pour contrer les terroristes à Idlib?

Selon 7al.net, l'équipement fourni par la Chine comprend un radar d'alerte précoce JY-27 « Wide Mat » et des systèmes de guerre électronique non identifiés.

Les radars JY-27 qui ont une portée de détection allant jusqu'à 390 km, ont déjà été repérés en Syrie. Mais, l'on ne sait pas encore précisément, de quelle manière, ces radars aériens pourraient aider à la lutte contre le TIP dans le Grand Idlib. 

Lire aussi: "Les États-Unis n'ont aucune place en Syrie et sont condamnés à partir."

7al.net suppose que le soutien à l'armée syrienne pourrait être le premier pas vers une intervention militaire chinoise directe contre le TIP dans le Grand Idlib. 

Au cours des dernières années, plusieurs rapports ont fait état d'une quasi-intervention militaire chinoise en Syrie aux côtés du gouvernement de Damas. 

Syrie: l'armée chinoise rallie les «Alliés»!

Syrie: l'armée chinoise rallie les «Alliés»!

La Chine souhaite intégrer le Centre d’échange d’informations quadripartite Iran-Irak-Russie-Syrie, vu l’efficacité de sa mission dans le cadre de la lutte antiterroriste.

D'un autre côté, le jeudi 24 juin, des avions de combat des Forces aérospatiales russes ont mené au moins trois frappes aériennes à la périphérie ouest de la ville d'Idlib.

Les frappes aériennes ont visé des bâtiments et des champs dans le village d'Aïn Chib. La ville d'Idlib et sa périphérie sont contrôlées par Hayat Tahrir al-Cham, affilié à al-Qaïda.

Lire aussi: La Résistance multiplie les coups contre l'Empire US agonisant; la Chine et la Russie en saisiront l'occasion?

Selon des sources concordantes, les frappes aériennes ont détruit le siège et un camp d'Ansar al-Tawhid, une filiale d'al-Qaïda et un proche allié de HTS. 

Syrie: 1er clash F-35/Russie...

Syrie: 1er clash F-35/Russie...

Une méga bataille navale commence en Méditerranée : Russie-Résistance contre US/Israël/OTAN

Les frappes aériennes russes sur la ville d'Idlib ont coïncidé avec des bombardements intenses menés par l'armée syrienne sur le mont al-Zawiya et d'autres zones de la campagne sud d'Idlib.

Les récentes frappes russes et syriennes étaient très probablement une réponse aux attaques de HTS et alliés qui violent quotidiennement le cessez-le-feu établi pour le Grand Idlib. À noter que les forces turques soutiennent les terroristes au lieu de les arrêter.

L’armée syrienne vient de reprendre ses frappes contre les postes turcs dans le Grand Idlib dans ce qui semble être une tentative de pression sur Ankara pour qu'elle mette finalement en œuvre l'accord de trêve.

https://french.presstv.ir/Detail/2021/06/25/660829/Syrie-Chine-Idlib-TIP-terroristes-Russie-arme-radar

Dans SYRIE

LA SYRIE MET EN GARDE CONTRE LA PREPARATION D’ATTAQUES CHIMIQUES PAR LES TERRORISTES HTC, EX-FRONT AL-NOSRA POUR LES IMPUTER A L’ARMEE SYRIENNE

Par Le 24/06/2021

Damas met en garde contre la préparation d’attaques chimiques par HTC pour les lui imputer

 Depuis 5 heures  23 juin 2021

blindeus_syrie

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Le ministère syrien des Affaires étrangères a accusé les Etats-Unis et des pays occidentaux et les services de renseignements turcs de commanditer « les tentatives des groupes terroristes de fabriquer une mise en scène d’attaque aux armes chimiques dans le gouvernorat d’Idleb, afin de l’imputer à l’armée syrienne ».

Une source officielle au ministère syrien a déclaré : « Les organisations terroristes, les terroristes du groupe des Casques blancs, et ceux qui les soutiennent sur le terrain et dans certaines tribunes internationales, n’ont pas cessé de se préparer à des actes terroristes en préparant des mises en scène pour l’utilisation d’armes chimiques dans certaines zones des gouvernorats d’Idleb et de Hama, afin d’en adosser la responsabilité à l’armée syrienne ».

Il a ajouté : « Dans ce contexte, les terroristes du soi-disant Hayat Tahrir al-Cham, ex-front al-Nosra, ont fait entrer dans des citernes chargés de chlore brut par le passage de Bab al-Hawa à la frontière avec Turquie, suivant le chemin de Bab al-Hawa – Sarmada – Tal Aqrabat – Atma ».
Et de poursuivre : «  Selon les informations, il y a une usine d’industries chimiques dans le la ville d’Atma, qui dispose d’un laboratoire spécialisé dans la fabrication de chlore gazeux. HTC, en coordination avec l’organisation terroriste des Casques blancs remplissent de chlore les obus pour les utiliser contre des civils dans la province d’Idleb, en vue d’accuser l’armée arabe syrienne et ses alliés ».

La source a expliqué que « ce que les groupes terroristes, toutes appellations confondues, font dans ce domaine est piloté et soutenu par les États-Unis, certains pays occidentaux et les services de renseignement turcs. C’est aussi connu que ces groupes terroristes et leurs les crimes odieux font l’objet d’une couverture politique et médiatique de ces pays. »

« La Syrie appelle les pays qui soutiennent ces terroristes à cesser leurs manipulations, dont les victimes ne sont que les civils syriens innocents, et à ne pas commettre de nouveau crime sanguinaire. Ce sont dès lors les pays qui soutiennent ces terroristes, en particulier les États-Unis, La Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Turquie, qui assument la responsabilité de l’utilisation de ces substances toxiques et du meurtre de civils », a ajouté la source du ministère des AE syrien.
Et de conclure : « La Syrie demande également à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques de ne pas ignorer ces informations, de les prendre très au sérieux, et de les traiter dans le cadre de son mandat défini dans la Convention sur les armes chimiques, au lieu de véhiculer les fausses accusations contre la Syrie émanant des États-Unis d’Amérique et de leurs alliés ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2098901

Dans SYRIE

JOULANI, CHEF DES MILICES TERRORISTES DE LA PROVINCE D’IDLEB VEND SES COMPAGNONS DE ROUTE ETRANGERS AUX RENSEIGNEMENTS OCCIDENTAUX

Par Le 22/06/2021

Joulani vend ses compagnons de route étrangers aux renseignements occidentaux

 Depuis 2 heures  22 juin 2021

joulani

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

Nouveau scandale qui éclabousse Abou Mohamad al-Joulani, le commandant de la coalition des milices jihadiste takfiristes Hayat Tahrir al-Cham qui occupe la majeure partie de la province d’Idleb au nord-ouest de la Syrie.

Selon le site de la télévision libanaise d’informations al-Mayadeen, Joulani vend aux Occidentaux des informations sur les miliciens étrangers qui se trouvent dans sa zone d’influence afin de les aider à les éliminer dans les raids aériens de la coalition internationale menée par les Etats-Unis dans ce pays.

Ses accointances avec les Etats-Unis sont rendues publiques lors d’une interview qu’il avait accordée en avril 2021 au journaliste américain du site FrontLine, Martin Smith. Il lui a assuré que sa coalition ne constitue aucune menace ni pour les UA ni pour l’Europe et qu’il faut la rayer de la liste terroriste.

En 2013, Washington avait classé Joulani et son organisation le front al-Nosra qui se targuait de son affiliation à al-Qaida sur sa liste terroriste, proposant une récompense de 10 millions de dollars en échange d’informations en vue de le capturer.

« Notre rôle consiste à combattre le président syrien Bachar al-Assad et le groupuscule Daech et à contrôler une région dans laquelle vivent des millions de déplacés syriens qui pourraient devenir des réfugiés. Ce qui sert nos intérêts communs avec les Etats-Unis et l’Occident », avait-il affirmé pour le FrontLine. Réitérant avoir mis fin à ses relations avec al-Qaida.

En 2016, il avait opéré la séparation du front al-Nosra de la nébuleuse jihadiste takfiriste après avoir obtenu l’autorisation de son chef Ayman al-Zawahiri. Il a rebaptisé sa milice Jabhat Fath al-Cham avant de créer une coalition de plusieurs milices jihadistes sous le nom Hayat Tahrir al-Cham.

En même temps de ses déclarations pour Martin Smith, l’ex-représentant spécial américain pour la Syrie James Jeffrey confirmait l’existence de canaux indirects avec Joulani à travers des ONG et des journalistes comprenant des messages bilatéraux dont la teneur de l’un d’entre eux est que Joulani voudrait être leur ami et non leur ennemi. Les Casques blancs, organisation fondée par la Grande Bretagne pour des missions de défense civile est l’une des ONG qui a toujours été très proche du front al-Nosra. Elle est derrière la plupart des mises en scène macabres destinées à accuser l’armée syrienne de recourir aux attaques chimiques contre les groupuscules armés.

Les déclarations de Joulani pour FrontLine ont soulevé un tollé parmi les autres chefs de milices qui l’ont accusé de trahison de leur doctrine et des objectifs de leur action, et de servir exclusivement ses intérêts personnels.
Depuis des chefs de sa coalition protestent sans cesse contre ses politiques d’administration de la province d’Idleb et sa monopolisation des décisions au service de ses intérêts.

Ces dernières semaines, les hommes de Joulani se sont mis à collecter des informations sur les combattants étrangers dans la province d’Idleb. Ils les ont contraints à divulguer et enregistrer leur identité en entier, leur lieu de résidence et leur photo. Arguant des raisons sécuritaires. Une patrouille de Joulani a récemment arrêté un milicien qatari, recueilli des informations sur son identité, l’a photographié puis l’a relâché.

Dans le gouvernorat d’Idleb, les critiques fusent de toutes parts sur les réelles intentions de Joulani, accusé de comploter avec les services des renseignements occidentaux aux dépens de ses compagnons de route étrangers. Des appels ont été lancés de part et d’autre pour le contrer avant qu’il ne s’impose comme seul maitre grâce au soutien des puissances occidentales.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2097889

Dans SYRIE

UNE BASE MILITAIRE US ILLEGALE ATTAQUEE EN SYRIE. LES USA CONTINUENT D’ENROLER LES TERRORISTES DE DAECH

Par Le 22/06/2021

Une base US en Syrie attaquée par des obus…les USA continuent d’enrôler les miliciens de Daech

 Depuis 4 heures  21 juin 2021

forcesus_syrie1

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

base_alchadadi1

Une base américaine illégale en Syrie a fait l’objet d’une attaque dans la nuit de dimanche à lundi, a assuré le site de la télévision iranienne arabophone al-Alam.

La base en question se trouve à al-Chadadi, dans la province sud de Hassaké, au nord-est de la Syrie.
Trois obus de mortier ont été tirés sur cette base, vers minuit, a indiqué la télévision selon laquelle il n’y a pas d’information si les tirs ont causé des dommages.

Ces tirs sont intervenus au moment où l’agence de presse syrienne officielle Sana a révélé que « les forces d’occupation américaines ont transféré vers cette base un groupe de terroristes de Daech pour leur faire subir un entrainement par les services de renseignements américains afin qu’ils exécutent des attentats contre l’armée syrienne, les forces russes et les zones résidentielles… ».

prisonniers_daech

Ces miliciens se trouvaient auparavant dans la prison du Lycée industriel à l’entrée sud de la ville de Hassaké qui est gérée par la milice à majorité kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), collaboratrice de USA.

Pendant le transfert des terroristes, l’aviation américaine opérait un vol à basse altitude au-dessus de Hassaké, précise Sana.

Le mois d’avril dernier, les forces américaines avaient transféré des miliciens daechistes vers le gisement de pétrole al-Omar, dans la province Est de Deir Ezzor.
Le mois précédent, une quarantaine de ces miliciens jihadistes takfiristes avaient été transportés depuis la prison al-Hol à l’est de Hassaké vers la base al-Chadadi.

convoius_syrie

Entretemps, les troupes américaines continuent d’assoir leur présence illégitime selon Damas dans les bases qu’elles ont édifiées dans le nord-est syrien et dont le chiffre dépasse la douzaine.

Le média russe Russia Today a indiqué qu’un convoi formé d’une trentaine de camions dont certains transportaient des bulldozers, des véhicules blindes 4*4 ainsi que des camions couverts transportant des équipements logistiques et des camions citernes est arrivé dans la ville de Qamichli, en provenance du Kurdistan d’Irak, après avoir franchi le passage al-Walid entre la Syrie et l’Irak.

La majeure partie des provinces syriennes de Hassaké, Deir Ezzor et Raqqa, riches en hydrocarbures, sont occupées par les FDS, avec l’aide de la coalition internationale menée par les USA.

Ces zones sont le théâtre d’un mouvement de protestation d’un certain nombre de tribus arabes qui refusent de se soumettre au diktat des milices kurdes de l’YPG. Celles-ci ont procédé ces dernières semaines à une campagne de perquisitions et d’arrestations de jeunes syriens qui ont été emmenés de force vers des camps pour les contraindre à s’enrôler dans leurs rangs.

Ce lundi 21 juin, les miliciens des FDS ont tué une femme en ouvrant le feu sur une voiture de transport en commun, à l’entrée de Tal Hamis qui mène vers Qamichli, alors qu’ils tentaient d’enlever un jeune syrien qui se trouvait parmi les passagers.

m4

En outre, les USA ont essayé une énième fois d’étendre leur présence en direction de l’autoroute internationale M4 qui relie la localité Tal Tamer dans la province de Hassaké à la localité Aïn Issa dans la province de Raqqa.

Selon le site de la télévision libanaise al-Mayadeen, une patrouille russe a intercepté un convoi américain formé de 3 véhicules blindés et d’un quatrième des FDS à proximité du village al-Aaliyat dan la province nord-ouest de Hassaké. Elle l’a empêché de continuer son chemin et l’a contraint à battre en retraite vers Tal Tamer.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2097053

 

Dans SYRIE

IDLIB : SA MAJESTE SE FAIT PIEGER?

Par Le 19/06/2021

Pourquoi The Independent prévoit à Idlib un enfer?

Saturday, 19 June 2021 3:30 PM  [ Last Update: Saturday, 19 June 2021 5:05 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Base militaire russe de Hmeimim en Syrie. © Sputnik/Archives

Évidemment que The Independent devrait s’inquiéter de la guerre à venir à Idlib. Il y a quelques semaines le chef du MI6 se rendait en catimini et à l’aide du Sultan à Idlib pour y retrouver le gourou al-Julani et le rameuter lui et ses terroristes de Hayat Tahrir al-Chaam contre l’armée syrienne et son allié russe et de la Résistance et ce parallèlement aux agissements navals que mènent Queen Elizabeth et Charles de Gaulle en Méditerranée. Alors même que les USA continuent à envoyer armes munitions d’Irak en Syrie tout en craignant comme de la peste une reconduction du scénario à l’irakienne avec en toile de fond les jeunes des tribus de l’Est s’en prenant à coup de missiles, de bombes aux convois et aux bases US, Sa Majesté cherche à embraser le nord-ouest qui abrite deux bases aérienne et navale russes disposes de vastes gisements offshore et a potentiellement de quoi intégrer le corridor énergétique méditerranéen. D’où cet article du très british The Independent promettant d’ici peu un enfer idlibin. Reste si les Iskandar, les Tu-22 et les Sukhoï russes comme l’armée syrienne permettront à Sa Majesté de faire vivre l’époque des Casques blancs.

Les récents affrontements sanglants en banlieue d’Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, qui, après une décennie de guerre et de troubles, ouvrent la voie à une autre bataille majeure dans la région, sont un nouveau développement qui éclipse l’atmosphère positive de la rencontre à Genève entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden.

Selon The Independent, la guerre dans la région de Jabal al-Zawiya aux plus hautes altitudes d’une zone rurale du nord-ouest de la Syrie, qui est considérée comme un point difficile dans les calculs militaires et le plus grand bastion de Hayat Tahrir al-Cham, se poursuit intensément, et les parties au conflit sont engagées dans la guerre afin de gagner des intérêts politiques ou militaires.

Syrie : Poutine a reculé ?!

Syrie : Poutine a reculé ?!

Le méga « NON » de Poutine

D’autre part, Ankara n’a cessé de renforcer ses points stratégiques sur cette colline stratégique située dans la zone de désescalade et tente d’établir d’autres points militaires à proximité des lignes de contact contre les forces syriennes qui viennent d’être déployées à la périphérie sud d’Idlib.

Poursuite de la bataille acharnée entre les forces turques et syriennes

Depuis quelque temps déjà, les échanges de tirs d’artillerie et de missiles entre l’armée turque et les forces gouvernementales de Damas ne se sont pas calmés à la périphérie des villages et villes où l’armée syrienne est stationnée lors de sa campagne militaire pour attaquer la banlieue d’Idlib et de Hama, et les affrontements se poursuivent encore.

En effet, la réalité du conflit à Idlib, même quelques jours avant la rencontre Poutine-Biden, témoignait des efforts pour progresser sur le champ de bataille.

Bien que la question d’un règlement politique en Syrie ait été soulevée récemment, Omar Rahmon, analyste politique et expert des groupes armés extrémistes, estime que le conflit à Idlib va ​​se poursuivre sans manquer d’exclure la possibilité d’une bataille à grande échelle.

Dans un entretien avec le journal en langue arabe d’Independent, Rahmon a déclaré que la majeure partie d’Idlib était toujours dans la zone de désescalade et que rien n’avait changé depuis la signature de l’accord de Moscou.

Il a ajouté que tous les regards étaient tournés vers le 11 juillet prochain et la décision du Conseil de sécurité de l’ONU de comment réagir à la fermeture du point de passage de Bab al-Hawa ou au maintien de son ouverture.

« La décision de Washington de poursuivre les groupes terroristes a été prise avec le consentement de Moscou, mais il semble que la crise syrienne pendant la présidence de Joe Biden connaisse des changements sans précédent, on peut donc dire que nous sommes au seuil de nouveaux changements », a-t-il souligné.

Biden/Poutine: la coexistence

Biden/Poutine : la coexistence

Vladimir Poutine et Joe Biden ont paraphé un court texte affirmant leur volonté de mettre en place un « dialogue sur la stabilité stratégique ».

Le plan de guerre a changé

Pendant ce temps, un certain nombre d’événements se déroulent sur les champs de bataille en territoire syrien, parce que l’armée syrienne continue de se battre sur plusieurs fronts, essayant de poursuivre les restes de Daech, dont les cellules dormantes ont repris les activités depuis le début de l’année dernière. Il ne faut pas oublier que des groupes affiliés à Hayat Tahrir al-Cham ont repris leurs activités du désert de Homs à Raqqa et Deir ez-Zor à l’est et au front sud d’Idlib dans le nord-ouest de la Syrie.

De plus, suite à l’escalade des affrontements dans les villages et les villes de Jabal al-Zawiya, des milliers de familles syriennes ont fui leurs maisons dans la région et se sont réfugiées ailleurs, un développement qui indique une préparation à une action militaire dans la région.

Suite à l’intensification sans précédent des attaques de l’armée de l’air russe en vue d’aider l’armée syrienne à reprendre le contrôle de la région, les parties impliquées dans cette zone ont cherché à renforcer leurs troupes, et la scène de la fuite des habitants de la zone indique l’imminence d’une bataille majeure qui suscite de grandes inquiétudes.

Syrie: face-à-face F-35/S-400

Syrie : face à face F-35/S-400

La Russie a intercepté des avions israéliens dans le ciel de la Syrie.

Pendant ce temps, Hayat Tahrir al-Cham a annoncé que deux membres de ce groupe terroriste avaient été tués lors de frappes aériennes russes à la banlieue d’Idlib. Il convient de noter que Moscou et Washington ont exclu Hayat Tahrir al-Cham des pourparlers de paix à Genève et à Vienne.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, vitrine médiatique de l’opposition pro-occidentale a déclaré que jeudi dernier les forces de l’armée syrienne avaient pris pour cible de leurs roquettes et artillerie, certains secteurs dans la banlieue sud d’Idlib.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé jeudi dernier qu’il rencontrerait bientôt son homologue russe, sans aucune allusion à la date de cette réunion.

Les derniers développements dans le nord de la Syrie, le différend sur les « passages humanitaires » et l’insistance de Moscou à fermer le point de passage de Bab al-Hawa, à travers lequel l’aide humanitaire sera détournée vers les trois millions de réfugiés syriens vivant dans le nord, seraient à l’ordre du jour de cette rencontre.

Ce faisant, malgré le calme précaire qui règne dans la région et les conflits sporadiques qui s’y déroulent, tout le monde s’inquiète du début d’une guerre dans laquelle l’équilibre des pouvoirs est susceptible de profiter au gouvernement de Bachar al-Assad, soutenu par la Russie, surtout si Ankara cesse de soutenir les factions armées du nord-ouest de la Syrie et cède les zones contrôlées par les factions armées à la Russie.

Ciel syrien: Moscou change le jeu?

Ciel syrien: Moscou change le jeu?

Les avions iraniens en vol dans le ciel syrien sont désormais protégés par la DCA russe.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/19/660424/Syrie-Idlib-Russie-Turquie-Tahrir-al-Cham

 

Dans SYRIE

SYRIE : POUTINE A-T-IL TOURNE CASAQUE ?

Par Le 17/06/2021

Le méga "NON" de Poutine à l'axe US/OTAN en Syrie... le méga clash en vue ...

Thursday, 17 June 2021 12:14 PM  [ Last Update: Thursday, 17 June 2021 12:15 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les avions russes à Hmeimim/Twitter

Le président Poutine que l'ex président US, Trump donnait ce matin pour être "le gagnant" du sommet de Genève de 16 juin, est-il tombé d'accord avec les Yankee en Syrie? ou ce qui revient au même, a-t-il accepté que les USA qui, bien cachés derrière l'axe GB/France, en agissement dans le nord de la Méditerranée orientale, et qui manigancent toujours contre Hmeimim et Tartous soit contre la présence russe au Levant, poursuivent leur occupation de l'est de l'Euphrate où ils pillent pétrole, blé, céréales? Certes, la presse aux ordres ne cesse de répéter que l'ordre des débats n'était pas tant dominé par le Moyen Orient que par le nucléaire dans le sens large du terme, à savoir le déploiement des bombes nucléaires tactiques en Europe ou encore le nucléaire iranien et que finalement la Syrie n'y figurait pas trop. Et pourtant, depuis quelques heures un certain regain d'agissements turcs à Idlib et une opération héliportée américaine, inhabituellement médiatisée laissent supposer le contraire.

Syrie: Poutine, prêt à des compromissions?

Syrie: Poutine, prêt à des compromissions?

Une entente Biden-Poutine sur un "partage du Monde"?...... pourquoi un Yalta II est impossible ....

Mercredi, presque au même moment que se déroulait le sommet de Genève, le Sultan, lui aussi visiblement satisfait de sa rencontre avec Biden s'est mis à lancer des frappes de roquettes et d'artillerie très lourdes  contre des forces de l'armée syrienne. Toute la ligne de front dans la province syrienne d'Idlib a été touchée. La Turquie a prétendu que la frappe constituait une riposte au bombardement d'un poste militaire turc ce qui risque de s'avérer pas trop exact, rien qu'à voir les zones cibles. Avia.pro, proche de la défense russe écrit : " Selon certaines sources militaires syriennes, l'artillerie turque a violemment pilonné les forces gouvernementales syriennes dans une vaste zone du front de Khan Cheikhoun à Saraqib, dans le nord-ouest de la Syrie." Avia.pro ne le dit pas mais il s'agit des positions de l'armée syrienne et de ses alliés de la Résistance que le Sultan a été incapable de "conquérir" en 2020 même à coup des drones Bayraktar, après que la force d'intervention rapide du Hezbollah soit entré en scène et eut anéanti les terroristes pro Sultan en trois heures. 

Idlib :

Idlib :

Syrie iskander Syrie iskander

Evidemment cette sur-excitation "turque" a été ripostée par l'armée syrienne à sa juste mesure, celle-ci, selon le site web d’information libanais, South Front, ayant justement visé dans la foulé, la ville de Sarjah sur le mont al-Zawiya où les terroristes pro-Turquie se trouvent concentrés. 

L'attaque est évidemment une riposte au soutien militaire de la Turquie aux terroristes opérant à Idlib. N'empêche que cette semaine, l'armée turque n'a cessé de pilonner un certain nombre de villes et de villages à Idlib et Hama et à chaque fois le Sultan l'a fait en en soutien clair aux fiefs des terroristes de Hayat Tahrir al-Cham (HTC) affiliés à Al-Qaïda. Juste avant le sommet Biden-Poutine, la Turquie s'est même payé le luxe d'attaquer une patrouille conjointe Russie-Turquie, évidemment par terroristes interposés et provoqué la mort de soldats russes, ce qui lui a valu à lui et à ses soutiens otano-américain de très grosses artilleries à laser avec en toile de fond, la mort du porte parole de Hayat Tahrir al Cham et de son attaché presse, ce qui a été douloureusement ressenti dans le camp OTAN/Turquie puis cet attaché de presse et membre actif d'Al Nosra tenait la vedette sur les médias mainstream. Mais c'était bien avant le sommet de Genève. 

 

En effet, ce jeudi Reuters a rapporté un autre fait pour le moins intéressant qui en dit long sur les agissements US en Syrie, agissements qui ne pourraient ne pas avoir figuré à l'agenda Poutine Biden en dépit des démentis médiatiques. Selon l'OSDH, vitrine médiatique du MI6, les USA ont mené ce jeudi une vaste opération héliportée dans le nord est de Deir ez Zor et plus précisément dans la région d'Al Shuhayl. L'OSDH souligne l'implication non seulement des hélicoptères US mais encore des avirons qui auraient pilonnés de part et d'autre du fleuve Euphrate qui traverse cette localité particulièrement hostile aux USA et que contrôlent depuis 2017 les agents US déguisés en kurdes, alias FDS. Selon l'information, une véritable chasse à l'homme a été menée par les Yankee qui depuis leurs hélico auraient attaqué une maison tandis que les FDS cherchaient à en capturer les habitants. 

Syrie : la bombe

Syrie : la bombe

Idlib : la Russie menace 

Évidemment, l'OSDH prétend qu'il s'agissait des sympathisants de Daech mais on sait que c'est une localité peuplées de tribus qui luttent depuis 201
9 contre les FDS et les occupants américains. Tout porte à croire que les Yankee craignent une reconduction du scénario de Manbij, au nord est dans l'est et le nord est de Deir ez Zor d'où cette réapparition de troupes et cette répression sanglante dans le nord à al Shuhayl qui se trouve d'ailleurs à quelques 30 minutes du gisement gazier Connico, où l'Amérique de Biden tient sa plus grande base avec des batteries de Patriot déployée. 

Cette opération tout comme l'hyper activisme d'Anakara témoignent-t-il d'un compromis Russie/USA en Syrie? La réalité est que Poutine, gagnant du sommet de Genève ou pas, n'est pas né de la dernière pluie pour jeter la proie pour l'ombre. A travers des accords de façade que d'aucuns identifient au partage du monde comme lors de la conférence de Yalta, il y a à vrai dire une lutte acharnée entre les tenants du monde multipolaire et des impérialistes qui se déroulent. 

Syrie: la Russie écrase le Sultan!

Syrie: la Russie écrase le Sultan!

La Russie bombarde les forces turques à Idlib.

Une toute dernière information affirme que le président russe s'est refusé à donner une quelconque " gage" sur " la reconduction" des soi-disant opérations humanitaires  depuis la Turquie vers la Syrie. Citant un haut responsable US, Southfront affirme que Biden n'a pas pu lors de sa rencontre avec Poutine d'obtenir de lui un quelconque engagement en faveur des "opérations humanitaires de l'ONU à destination de la Syrie et en provenance de la Turquie", opérations qui devraient se dérouler " à partir de quatre points de passage frontaliers sur les frontières de la Turquie avec la Syrie", opération que l'ONU veut "étendre pour créer un carrefour humanitaire visant à sauver 3 millions de syriens vivant les régions du nord". 

Syrie:  l'US Army saigne ....!

Syrie: l'US Army saigne ....!

La Base T-4 

Reprenons l'info : Aussi désireux de faire des compromis avec les USA, Poutine a catégoriquement refusé que le Sultan Erdogan ait les coudées franches pour accélérer le trafic d'armes et de terroristes vers le Nord de la Syrie, estimant sans doute que cette pratique était déjà usée jusqu'à la corde et que la moindre occasion laissée aux Américains et à l'OTAN comme cette rencontre organisée entre le chef du MI6 et al-Julani coûterait bien cher à la Russie et évidemment à son allié syrien : la mort de soldats fin mai en apporte d'ailleurs la meilleure preuve. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/17/660247/Syrie-Turquie-Idlib-Frappe-Cessez-le-feu-Afrin-HTC-Saraqib-

Dans SYRIE

SYRIE : ASSAD FRAPPERA AL-TANF

Par Le 13/06/2021

Les USA seront chassés à coup de missiles

Sunday, 13 June 2021 5:41 PM  [ Last Update: Sunday, 13 June 2021 5:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'armée syrienne frappe les positions des forces américaines près de la base d'al-Tanf. ©Sputnik/Archives

Les Américains ont débarqué en Syrie sous prétexte de vouloir éradiquer les terroristes de Daech, mais ce qu’ils ont fait réellement fut d’étendre leur occupation çà et là sur le territoire syrien et de piller les ressources naturelles du pays.

Les États-Unis ont jusqu’ici implanté 14 bases militaires en Syrie dont la plus importante est celle d’al-Tanf composée de deux parties : al-Tanf 1 et al-Tanf 2. Ce qui fait distinguer al-Tanf des autres bases militaires étrangères en Syrie est qu’elle est partagée entre les forces britanniques, les forces américaines et les éléments de la nouvelle Armée syrienne libre [ASL, un rassemblement de groupes armés et terroristes].

Lire aussi: Des « champs à missiles » en Syrie terrifient les forces US

Du point de vue de la superficie, la base d’al-Tanf compte parmi les plus grandes bases des États-Unis en Asie de l’Ouest. L’existence même de cette base dans un pays souverain constitue une violation et un acte illégal contre un pays membre des Nations unies et a eu de nombreuses conséquences négatives pour les civils syriens.

Lire aussi: Comment les raids US/Israël lancés depuis al-Tanf contre la Syrie, risquent de tourner en un vrai cauchemar ?

D’autre part, les Américains et leurs alliés se servent de la base d’al-Tanf pour fournir des formations militaires aux groupes armés en Syrie qui prétendent combattre les terroristes de Daech alors que leurs opérations visent souvent l’armée syrienne et ses forces alliées.

Syrie:  l'US Army saigne ....!

Syrie : l’US Army saigne....!

Samedi, le Parquet général de l'armée syrienne a révélé des preuves et des documents montrant que les militaires américains forment les éléments terroristes à al-Tanf.

L’une des images publiées par le Parquet général de l'armée syrienne montre une scène où un entraîneur de l’armée américaine apprend à des éléments terroristes comment utiliser un lance-mortier de 82 mm. Une autre image montre une patrouille conjointe des forces américaines et des groupes armés.

Lire aussi: Pourquoi l’US Army ne cesse de se déplacer « follement » entre l’Irak et la Syrie ?

Dans la foulée, le Parquet général de l'armée syrienne a annoncé, dans un communiqué, que l’objectif suivi par les forces américaines opérant en Syrie était de soutenir les groupes armés comme Daech et de piller les richesses de la Syrie y compris son pétrole, son gaz et son blé pour les vendre aux parties étrangères.

Syrie: les USA pris de court à al-Tanf!

Syrie : les USA pris de court à al-Tanf !

À un moment donné, les terroristes de Daech acheminaient quotidiennement des milliers de camions chargés d’hydrocarbure vers les frontières de la Turquie avec aide et assistance des Américains.

Entre 2014 et 2017, les Américains et les Turcs ont pu gagner des sommes faramineuses depuis les ressources nationales de la Syrie.

Lire aussi: Méga Bataille pour la libération d’al-Tanf a commencé

Quand Joe Biden s’est installé dans la Maison-Blanche, tout le monde s’attendait à ce qu’il atténue la politique étrangère très agressive et destructrice de Donald Trump vis-à-vis des parties considérées comme « ennemi » ou « adversaire » des États-Unis, mais à peine pris les rênes du pouvoir, Joe Biden a ordonné une attaque militaire contre les combattants des Hachd al-Chaabi déployés à Abou Kamal, en Syrie, pour prouver qu’il est sur la même longueur d’onde que son prédécesseur.   

Syrie : Poutine dira

Syrie : 

La réélection d’Assad et la fin des chimères de Washington

Le principal objectif qui a poussé les Américains à venir occuper la Syrie était de renverser le gouvernement légal de Bachar Assad. Washington n’a lésiné sur rien pour discréditer les récentes élections présidentielles en Syrie, mais malgré tous ses complots, Bachar Assad a brigué un autre mandat et a réitéré, une fois de plus, que la Syrie sera dans son entièreté libérée des occupants.

Lire aussi: Le sale coup de l’OTAN pour empêcher la réélection d’Assad ?

Bien que les politiques anti-syriennes de la Maison-Blanche se poursuivent, une Résistance qui s’est considérablement renforcée ne laissera pas les complots des Américains réussir en Syrie.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/13/658966/Syrie-Daech-Etats-Unis-al-Tanf--Assad

Dans SYRIE

SYRIE : L'US ARMY SAIGNE...!

Par Le 12/06/2021

Premier essaim de drones "syriens" frappe la base US à al-Tanf; le Pentagone confirme des morts

Saturday, 12 June 2021 9:08 AM  [ Last Update: Saturday, 12 June 2021 1:55 PM ]

 30 

Première attaque au drone "syrien" contre al-Tanf.

Ce n’est pas sans raison si le « Sultan », juste avant qu’il ne soit reçu en audience par le maître Biden, a tenu à faire une petite démonstration de force anti Syrie, anti Russie et partant anti Résistance, en lançant de gros missiles Zelzal, remake grotesque au nom trompeur des missiles tactiques yéménites ou palestiniens et Iskandar russe, avec sa charge de 1 500 kg sur la banlieue sud d'Idlib et la périphérie nord-ouest de Hama. C’est qu’encore une fois l’entité sioniste se trouve dans l’impasse, que sa campagne de "guerre dans la guerre" n’a plus aucun sens ni aucune alternative viable après le M-600 tiré le 21 et qu’elle a besoin de la Turquie atlantiste et de son Sultan pour se dépanner : le 9 juin, 9 chasseurs israéliens au nombre desquels figuraient, paraît-il, des F-35 Adir, en ce moment même en manœuvre aérienne d’envergure en Méditerranée orientale et ce, en compagnie des F-35 de sa Majesté, ceux de l’Italie "mercenarisé", des USA, ont violé le ciel libanais pour frapper Damas et Homs.

Gaza: 1er clash F-35 Adir/Bavar 373?

Le 16 avril, à peine 4 jours avant qu’un missile Fateh-110 fabriqué dans des usines d’armement syrien régulièrement bombardé depuis 2013 par Israël ne s’ab...

Pas tant pour « faire saigner le Hezbollah ou la Force Qods » puisque l’argument « Frappe aérienne = chasse à la Résistance » est, depuis la bataille balistique de Gaza contre Israël, largement épuisé et ferait même rire Kochavi et Gantz mais bien en désespoir absolu de cause.

Lors d’un reportage diffusé ce mercredi sur Chanel 12 qui vise à revendre encore aux colons israéliens, le mythe dépassé de la supériorité aérienne d’Israël, le commandant en chef de l’armée de l’air sioniste Amikam Norkin reconnait que les « missiles balistiques du Hamas » ont prouvé en mai « avoir la capacité de frapper les bases aériennes d’Israël » et que pire, « l’un d’entre eux a même failli abattre l’un de nos chasseurs ».

La Syrie frappe

La Syrie frappe

Après 10 ans de frappes israéliennes, la première attaque balistique depuis la Syrie contre Israël

Evidemment, ces deux phrases relèvent d’un méga lapsus révélateur, celui d’un pilote de formation qui, choqué par tout ce qu’il a vu et vécu dans le ciel de Gaza, se réveille d’un long sommeil mégalomane où il voyait « F-35 Adir = mort de l’axe de la Résistance » et qui ne peut s’empêcher d’en parler.

La frappe israélienne du 9 juin contre Damas, Quneitra et Homs pour laquelle tout le bataillon F-35 de l’Occident en Méditerranée a été mobilisée, visait à restituer la « furtivité » perdue de cette dinde volante dont la version israélienne a coûté des millions de dollars au contribuable US pour être remis à niveau. Mais la tentative a été un royal échec.

Le tout dernier raid lancé dans le cadre de la « campagne dite de guerre dans la guerre » post Netanyahu a tourné au fiasco puisque le F-35 Adir, retranché dans la nuit de 9 à 10 juin derrière les F-16 israéliens, a opéré depuis le ciel du Liban et ce fut, là, qu’il a encore été intercepté par ces radars inconnus qu’Israël a cherché à détruire le 9 juin, sans succès ?

Idlib: Poutine écrase le MI6!

Idlib: Poutine écrase le MI6!

Raids-éclair contre le QG de MI6-MIT-Al Nosra... Plusieurs officiers terroristes tués

Etait-ce le radar Meraj-4 appartenant aux batteries 373 que la Syrie aurait installé dans l’un de ses aéroports ou le radar Hafez, composante du complexe Mersad lequel profite d’une technologie avancée de guerre électronique et est idéale pour intercepter des missiles de croisière et des drones ou encore le radar du  système de défense antiaérienne Raad-2 qui utilise des missiles Taer ayant une portée de 50 kilomètres et est doté de radar électro-optique Sepehr-14 auquel les experts militaires attribuent la capacité de détecter et d’intercepter AWACS et avion de 5e génération et ce, parmi des dizaines d’avions et de drones de reconnaissance. On ignore, n’empêche, que le coup du 9 juin a prouvé qu’il y a réellement quelque chose de changé dans le ciel du Moyen Orient, car même si le F-35 s’était déjà montré perméable aux radars Container russes, qu’il se trouve soudain dans le filet de la Résistance, c’est là une effrayante nouvelle.

Car au contraire de la superpuissance russe qui espère jusqu’au bout trouver un terrain d’entente avec les Américains, l’axe de la Résistance, lui, est sûr et certain que seule le langage de la force est compris par les Yankee.

Syrie-Est: les USA encerclés?

Syrie-Est: les USA encerclés?

La poursuite des manifestations contre les milices FDS affilées aux États-Unis dans le nord de la Syrie.

Ainsi jeudi, alors même que les terroristes pro-Ankara, dont HTS, visiblement remonté par leurs derniers contacts avec le chef du MI6 à Idlib, se sont mis à copieusement pilonner les positions de l’armée syrienne et de la Russie, même après que l’armée russe eut littéralement pulvérisé leur QG et fait tuer trois chefs de guerre de Hayat Tahrir al-Cham (HTS) dont le porte-parole du groupe, Abou Khaled al-Chami, ainsi que six autres Nosratistes ont été abattus lors des raids aériens russo-syriens.

Le vendredi 11 juin, le groupe terroriste a déclaré que l'attaque au missile avait été menée en réponse aux récentes frappes russo-syriennes contre ses bastions à Idlib. Evidemment, l'armée de l'air syrienne et la Russie n’ont pas tardé à envoyer leurs chasseurs-bombardiers à riposter surtout ces Su-22M4, fabriqués en Union soviétique que la Russie a remis au goût du jour et dont  le blog de la Luftwaffe AS a diffusé des photos de leurs nouveaux moteurs Lyulka AL-21Après tout, la Russie a toute les raisons du monde de serrer le vis sur Erdogan qui, à en croire Avia.pro, s’apprête à aider, par Ukraine interposée, à lancer ses premières nuées de Bayraktar contre la CriméeCeci dit, la Turquie de l’ère Biden est beaucoup trop anti-Russe pour que ce genre de méthode de l’époque de Trump puisse la calmer

Russie/Syrie : quelque chose de basculé ?!

Le ridicule du geste n’a échappé à aucun observateur : dans la nuit de mardi à mercredi , une poignée de soldats sionistes se sont livrés à une simulation...

Pour l’axe de la Résistance, il est grand temps que le paradigme de conflit change de fond en comble entre la Syrie et les Etats Unis, une Syrie dont le président réélu à 95.1% des voix voit toute sa partie Est, là où les Américains ont dressé pas moins de 33 bases militaires, se soulever contre les Yankee. Cela fait trois semaines déjà que les tribus de l’est de l’Euphrate, celles de Manbij entre autres ont déclenché la lutte armée contre la présence US et les USA qui y agit par FDS interposé, ont fini par reculer. Des concessions se succèdent d’ailleurs, genre, arrêt des opérations de kidnapping des jeunes Syriens afin qu’ils soient enrôlés de force contre l’Etat syrien et à titre de bouclier humain pour sauvegarder les sites de pillage pétroliers US ou encore pour la levée du couvre-feu…

Mais rien n’y fait, la guerre de libération de la Syrie est partie pour de bon. Ainsi le vendredi 11 juin, alors que le monde entier a les yeux rivés sur le sommet Biden-Poutine et que la presse atlantiste fait tout pour décrire en position de force un axe US/Israël totalement en rade, le Pentagone a annoncé la « mort de l’un de ses soldats » à al-Tanf. Il a parlé comme toujours d’un accident mais plus d’un analyste parie qu’il ait menti.

Gaza frappe les ICMB d'Israël?!

Gaza frappe les ICMB d'Israël?!

La crainte US/Israël de voir les drones de la Résistance s’activer contre al-Tanf ne permettra évidemment ni au Pentagone ni au général McKenzie de parler de ce sujet fort délicat à cœur ouvert. Et bien, Israël a visé le 9 juin Homs et très visiblement le T-4, site stratégique, situé à quelques pâtés de la base illégale américaine d'al-Tanf.

En mars SouthFront rapportait : "Selon le rapport du site web Aïn al-Furat, publié ce jeudi 18 mars, deux drones iraniens ont décollé de la base aérienne T4 dans la campagne est de Homs. Des conseillers militaires iraniens et de l'armée syrienne ont assisté à un test de tir réel. Les drones ont effectué une série de frappes sur des cibles non identifiées dans le désert de Homs, situé entre l'est de Homs et l'ouest de Deir ez-Zor où selon certaines informations, les cellules de Daech sont actives."

Et d’ajouter : “A l'heure où les nuées de six drones de la Résistance parviennent à faire un trajet de 1 400 kilomètres entre Sanaa et Riyad pour faire une frappe de haute précision sans faute, visant la raffinerie de la capitale Riyad, la mieux protégée de toute l'Arabie, avoir à Homs une base de drones iraniens n'est pas une très bonne nouvelle. Surtout que des frappes au missile israélien Delilah à distance s'avèrent de plus en plus impossible."

Furtivité iranienne: Pire crainte US?

Furtivité iranienne: Pire crainte US?

Visiblement SouthFront avait raison. Les « fameux drones de la Résistance » viennent-ils faire leur première opération en essaim contre les troupes US en Syrie ? Le communiqué du Pentagone n’en dit pas plus mais tout porte à croire que les nuées de Mohajer-6 ou Ababil-3 sont sortis des « placards ». A moins que pour al-Tanf, le dévolu de la Résistance soit tombé sur Kaman-22, ce récent drone à fuselage large capable d’accomplir des missions de surveillance, de reconnaissance et de combat avec une endurance de 24 heures et doté de différents systèmes électro-optiques dont des caméras sophistiquées, des caméras de vision nocturne, des caméras thermiques, et des télémètres laser qui peuvent mener une guerre électronique : c'est-à-dire de lancer des suppressions, de rendre aveugle des radars, de castrer bien des DCA… Bref, de la vraie "furtivité".

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/12/658839/Tir-de-missile-ultra-lourd-sur-l%E2%80%99armee-a-Idlib-

 

Dans SYRIE

SYRIE : ATTAQUE CONTRE UN HOPITAL A AFRINE. 13 MORTS ET 27 BLESSES

Par Le 12/06/2021

URGENT

Attaque contre un hôpital en Syrie: 13 morts et 27 blessés selon Anadolu

MOYEN-ORIENT

20:09 12.06.2021(mis à jour 20:23 12.06.2021)URL courte

Par 

1213

S'abonner

Une attaque aux roquettes contre un hôpital a fait 13 morts et 27 blessés à Afrine, en Syrie. Les autorités de la province de Hatay attribuent les tirs aux Unités de protection du peuple (YPG) et au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste par Ankara.

Treize civils ont été tués et 27 autres blessés ce samedi 12 juin dans une attaque contre l'hôpital Sifa situé dans la ville syrienne d'Afrine, a annoncé l'agence de presse turque Anadolu.

L'hôpital précise de son côté qu'il y a des patients et des médecins parmi les blessés.

Selon Anadolu, les autorités de la province turque de Hatay estiment qu'il s'agit d'une attaque du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des Unités de protection du peuple (YPG), branche armée du Parti de l'union démocratique (PYD) syrien, qu'Ankara juge liés au PKK.

Détails à suivre

https://fr.sputniknews.com/moyen-orient/202106121045723916-attaque-contre-un-hopital-en-syrie-13-morts-et-27-blesses-selon-anadolu/

Dans SYRIE

MEGA COUP CHINOIS D’ASSAD!

Par Le 11/06/2021

La mauvaise surprise pour les pilleurs de pétrole yankees

Friday, 11 June 2021 6:39 AM  [ Last Update: Friday, 11 June 2021 8:44 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président Bachar Assad visite la ville industrielle d'Adra dans la campagne de Damas, le 9 juin 2021. ©SANA

Le président syrien  Bachar Assad a déclaré que son gouvernement était capable de surmonter le blocus dirigé par les États-Unis, de réduire l'impact des sanctions occidentales et de créer davantage d'opportunités d'investissement dans tout le pays.

Il a fait ces remarques après avoir visité un certain nombre d'usines et d'installations dans la ville industrielle d'Adra dans la banlieue de Damas.

Iran/Syrie: les quatre coups économiques?

Iran/Syrie: les quatre coups économiques?

Les relations entre la Syrie et l’Iran ont fait de ces pays deux grands alliés stratégiques.

« La Syrie a de véritables potentiels pour surmonter le blocus et réduire ses impacts et créer plus d'opportunités d'investissement », a rapporté l'agence de presse officielle syrienne SANA citant Assad.

Le président syrien a visité le complexe industriel et discuté des moyens de stimuler la production et de surmonter aussi les obstacles auxquels sont confrontés les industriels et entrepreneurs syriennes.

Le président syrien a souligné que son pays avait besoin pour être reconstruit, non seulement d'investissements mais aussi d'une forte volonté et d'un sens aigu du patriotisme de tous les Syriens.

Il a salué à cette occasion, l'esprit d'innovation et la passion des travailleurs et des directeurs du complexe visité.

«Malgré les problèmes qui existent dans le domaine économique et les défis externes qui se sont présentés sur cette voie, les propriétaires des usines travaillent toujours », a-t-il noté.

Pour le rappel, le président syrien a visité en mai un certain nombre d'installations et d'usines dans la ville industrielle de Hisyah située périphérie de Homs.

Syrie : le déverrouillage

Syrie : le déverrouillage

L’Union européenne, les États-Unis et leurs alliés du Moyen-Orient sont considérés comme les principaux sponsors des groupes terroristes opérant, depuis début 2011 en Syrie pour renverser Bachar al-Assad.

Par ailleurs l'Union européenne et les États-Unis ont imposé une série de sanctions économiques unilatérales à la Syrie au cours de la dernière décennie dans ce qui semble être une tentative de priver le gouvernement de Damas de ses ressources financières et d'entraver ainsi le processus d'éradication du terrorisme.

Conquête du marché syrien par la Chine

Selon le  journal en ligne Rai Al-Youm depuis avril 2021, le front de guerre en Syrie a connu une sorte de stabilité relative. Les opérations des groupes terroristes alliés aux États-Unis, à Israël, à la Turquie et à d'autres pays opposés à Damas ont diminué. Les observateurs estiment que ce calme relatif est dû à des évolutions et des équilibres internes, régionaux, voire internationaux.

Vers le corridor

Vers le corridor

«La Syrie adhère toujours à sa stratégie des “Cinq mers”, mettant en évidence sa décision de devenir un point de jonction entre la mer Noire, la mer Caspienne, le golfe Persique, la mer Rouge et la mer Méditerranée.»

Soutenue par l'Iran et le Hezbollah libanais, la Syrie contrôle désormais 72,8% du territoire syrien. Les forces syriennes reprendront aux terroristes au fur et à mesure d'autres terres.

Des milliers de terroristes qui s'étaient rendus en Syrie en provenance de 82 pays, selon les rapports de l'ONU, retournent dans leur pays après avoir échoué sur les champs de bataille en Syrie.

Washington, Tel-Aviv et Ankara ne sont plus en mesure de renverser le gouvernement syrien et, leurs campagnes militaires dans la région, qualifiées de dangereuses, leur ont imposé de lourdes dépenses. Les efforts du gouvernement américain pour détruire l'économie syrienne ont également échoué et Damas a progressivement réussi à les rendre inefficaces. La Maison-Blanche a perdu une grande partie de son influence et de ses alliés qui affectaient le cours des événements dans la guerre contre la Syrie. La préoccupation des États-Unis face au défi sino-russe incite les dirigeants américains à se concentrer moins sur le Moyen-Orient et à se focaliser davantage sur l'Asie de l’est.

Certains milieux américains après cette guerre longue de 10 ans prétendent encore que les intérêts de Washington en Syrie sont infimes. Or, la réalité est toute autre. Dans le cadre de sa politique majeure visant à contenir les ressources énergétiques au Moyen-Orient, la Maison-Blanche veut prendre le contrôle de la Syrie afin de s’assurer une nouvelle ligne et une ligne certaine pour les exportations de pétrole et de gaz des États arabes du golfe Persique vers l'Europe. Les États-Unis veulent aussi priver la Chine de l'un des maillons les plus importants dont elle a besoin dans le plan « Nouvelle route de la soie », (Belt and Road Initiative).

US/Israël: le pied de nez signé Iran?

US/Israël: le pied de nez signé Iran?

Quatre pétroliers iraniens, Arman 114, Wissam 121, Daran et Romina, sont en route vers la Syrie.

Les États-Unis accordent une importance toute particulière à la Syrie pour maîtriser la Russie opérant dans le sud-ouest de ce pays.

En allusion aux élections présidentielles syriennes et la victoire de Bachar Assad, Rai al-Youm a évoqué un rapport du quotidien américain Washington Post avant de poursuivre : « La tenue des élections présidentielles en Syrie à la date prévue marque l'échec de la politique américaine et remet en question les démarches de la Maison- Blanche et de ses alliés depuis une décennie.

Lire plus: Le sale coup de l’OTAN pour empêcher la réélection d’Assad ?

Ce que cela représente également, a déclaré Robert Ford, l’ex-ambassadeur des États-Unis en Syrie, c'est l'échec de la diplomatie soutenue par les États-Unis qui visait à opérer une transition du gouvernement de la famille Assad par le biais d'un gouvernement parrainé par l'ONU. Et le processus de paix à Genève traîne depuis sept ans...

« Ces élections montrent que les Américains n'ont aucun levier », a-t-il reconnu.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/11/658777/Syrie-Chine-Reconstructions-Investissement-%C3%89tats-Unis

Dans SYRIE

SYRIE : EXTENSION DU SOULEVEMENT ANTI-US

Par Le 09/06/2021

Le soulèvement anti-US s'étend

Wednesday, 09 June 2021 5:06 PM  [ Last Update: Wednesday, 09 June 2021 6:22 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'armée syrienne aux portes de la ville de Manbij. (Photo d'archives)

Que se passe-t-il dans les coulisses de la présence américaine en Syrie ? Alors que les manifestations se poursuivent à Manbij depuis le 31 mai contre les milices FDS dans le nord de la Syrie, des experts et des observateurs politiques ont souligné le rôle des FDS dans la mise en œuvre des plans américains en Syrie. Pendant ce temps, les tribus syriennes s’adressent à Biden et ont averti que la Syrie n’était pas l’Afghanistan et que les forces d’occupation américaines en Syrie seraient en proie à des opérations militaires plus sévères que ce qui s’est passé en Irak.

Les manifestations ont éclaté le 31 mai dans la banlieue de Manbij. Des habitants ont d’abord bloqué la route internationale M4 qui est une route si ardemment convoitée par l’axe USA/OTAN, avec des pneus en feu près du village de Karsan, mais les manifestations ont dégénéré en violence au lendemain de la mort d’un civil dans une zone contrôlée par des éléments des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Manbij et les armes ont parlé.

Les efforts intensifs des FDS liées aux États-Unis pour réprimer les manifestations populaires à Manbij et sa banlieue au nord-est de la ville d’Alep ont échoué et les manifestations se poursuivent.

Lors des manifestations huit personnes ont été tuées et 50 autres blessées. Les FDS ont déployé plus de 4000 hommes armés dans la ville de Manbij pour faire face aux manifestants et y ramener le calme.

Syrie/présidentielle: l'attentat US anti-Assad!

Syrie/présidentielle : l’attentat US anti-Assad !

Les États-Unis tentent de déstabiliser les régions sous contrôle des FDS, juste avant les élections présidentielles en Syrie.

Les sources locales déclarent que les habitants continueraient de manifester jusqu’à ce que les milices FDS affilées aux États-Unis soient expulsées. Ces sources ont ajouté : « La ville de Manbij est toujours assiégée, des patrouilles armées sillonnent les rues désertes, la plupart des personnes arrêtées lors de la récente manifestation n’ont pas encore été libérées et les actions des FDS dans le cadre de la conscription obligatoire n’ont pas cessé ».

Les analystes politiques ont souligné que le président américain Joe Biden d’une part afin de maintenir le monde unipolaire et d’empêcher la création de la multipolarité essaye de cibler directement les principaux rivaux américains dans le monde à savoir la Chine et la Russie, et d’autre part, il n’envisage pas que les États-Unis s’impliquent directement dans une nouvelle guerre ou dans un quelconque conflit, car il sait très bien que l’implication des États-Unis dans de telles guerres ne mènera qu’à la défaite totale comme en témoignent l’expérience de l’Afghanistan et de l’Irak.

Pour mener à bien ce plan, Biden a procédé au déploiement des FDS dans le but de prolonger la guerre en Syrie et d’empêcher ce pays d’utiliser ses ressources et ses richesses. Les experts militaires annoncent que les États-Unis en faisant de la Syrie un champ de bataille avec la Russie, sont à l’origine de la perturbation de la sécurité et de l’unité en Syrie.

Syrie: les Kurdes trahissent encore

Syrie : les Kurdes trahissent encore

Avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche, on assiste à une recrudescence des activités des FDS au nord de la Syrie.

 Selon les experts politiques, les mesures et les plans américains mis en œuvre jusqu’à présent en Syrie ne peuvent être considérés que comme les actions d’un pays pour occuper la Syrie. Par conséquent, les Américains n’ont d’autre choix que de soutenir les terroristes soutenus ainsi par la Turquie et les Forces démocratiques syriennes afin d’éliminer leurs traces et de faire apparaître cette réalité d’une autre manière.

Mais les tribus syriennes s’adressent à Biden ont averti que la Syrie n’est pas l’Afghanistan et que les forces d’occupation américaines en Syrie verront une intensification des opérations militaires qui sera plus sévères que ce qui s’est passé en Irak.

 À cet égard des personnalités tribales d’al-Hasakah ont déclaré que les tribus syriennes traitaient les forces américaines comme des occupants et que des intifada avaient commencé contre ces forces dans plusieurs régions.

Ils ont souligné : « les États-Unis sont entrés illégalement en Syrie et pillent aujourd’hui les ressources et les richesses du pays par le biais de leurs milices. Ainsi, les nomades, qui font partie intégrante du tissu social syrien, ont commencé à combattre les forces d’occupation américaines ».

Des personnalités tribales syriennes éminentes ont également déclaré que des Intifada avaient eu lieu en Syrie contre les occupants américains et les milices FDS en témoignent  les manifestations a Manbij et autour de Raqqa et au sud d’al-Hasakah.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/09/658635/Syrie-Manbij-nomades-syriens-nomades-syriens

Dans SYRIE

NORD SYRIEN : INTIFADA ANTI-US

Par Le 07/06/2021

L'opération-éclair du Renseignement syrien

Monday, 07 June 2021 4:10 PM  [ Last Update: Monday, 07 June 2021 4:41 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les tribus du Nord syrien ne tolèrent plus la présence des forces américaines et des FDS. ©SANA via Tasnim News Agency

Dans différentes villes du Nord syrien, les Américains ont la « géniale » idée de se procurer des troupes, recrutées parmi la population locale, quitte à révéler leur peur grandissante envers l’armée syrienne et ses alliés au rang des forces de la Résistance… Ce plan aura-t-il une chance de réussir ? La réponse est négative vu que les affrontements populaires dans les zones tribales s’étendent chaque jour un peu plus contre les supplétifs kurdes des États-Unis. Par leur vote pour Bachar al-Assad lors des élections présidentielles, les habitants des zones occupées syriennes ont tout récemment montré leur grande solidarité envers l’armée syrienne dans la lutte contre les occupants américains et leurs mandataires.

À Raqqa, chef-lieu de la province homonyme syrienne, les habitants locaux se préparent à lancer une « Intifada » contre les paramilitaires FDS (Forces démocratiques syriennes, composées majoritairement de Kurdes soutenus par les États-Unis) ; pareil à Manbij dans la province d’Alep, où un calme fragile laisse entendre le déclenchement d’une nouvelle émeute populaire contre les forces américaines.

Russie/Syrie : quelque chose de basculé ?!

Russie/Syrie : quelque chose de basculé ?!

Quatre membres des FDS ont été blessés lors de l’explosion d’une bombe déposée sur le trajet de leur véhicule à l’ouest de Deir ez-Zor, a rapporté ce lundi 7 juin l’agence de presse officielle syrienne SANA, et d’ajouter que ces personnes ont été transférées à l’hôpital d’Al-Kasra.

Des rapports en provenance de Manbij et sa banlieue, au nord-est de la ville d’Alep, disent qu’un calme fragile est de retour à la suite des affrontements opposant la population locale aux FDS, largement critiquées pour avoir manqué à leurs promesses.

Après une manifestation organisée vendredi à Manbij et ses alentours avec pour devise « Jum’at-al-shuhada », suivie par la cérémonie de la prière du vendredi, des chefs tribaux, des intellectuelles et figures saillantes de cette région ont appelé dimanche à une grève générale et un rassemblement de solidarité sur toutes les zones sous contrôle des forces séparatistes FDS à Manbij, aussi bien que dans d’autres zones à l’est de l’Euphrate y compris Raqqa et Jarablus (située dans la province d’Alep près de la frontière turque).

Des manifestations et rassemblements interviennent alors que les FDS qui avaient déployé jeudi plus de 4000 paramilitaires à Manbij viennent de renforcer leurs positions à l’entrée et dans les zones sensibles à l’intérieur de la ville, particulièrement dans le secteur du nord, mais aussi dans la banlieue est de Manbij, zones qui étaient la scène de sérieux rassemblements et manifestations.

La Syrie

La Syrie

Bachar Assad a déclaré que les critiques des Occidentaux sur la présidentielle en Syrie ne valaient rien.

Des sources syriennes ajoutent également que les paramilitaires FDS ont pour une seconde fois reconduit de 48h le couvre-feu dans les zones sous leur contrôle, par souci de gérer la situation et d’empêcher l’émeute populaire de prendre davantage d’ampleur. Les commandants des FDS ont donné à leurs effectifs l’autorisation de tirer par balles réelles sur les manifestants, au cas où le contrôle de la situation leur échappe, à quoi s’ajoutent des tirs en l’air pour semer la panique auprès des habitants.

« La situation reste tendue ; les gens, les tribus sont sérieusement contre la présence des FDS et leur politique criminelle qui cible les droits, la dignité, le quotidien et l’avenir du peuple », ont annoncé les sources affiliées à la tribu Albou Chaaban à Manbij.

Lire aussi :

Nouveau plan américain pour faire plier l'Irak et la Syrie

« Les FDS tentent de réduire les revendications du peuple au niveau de la nourriture, du carburant et des infrastructures de services sociaux, alors que les gens ont également des revendications politiques et poursuivront leur combat afin de chasser ces paramilitaires », soulignent ces sources.

Le soi-disant conseil militaire de Manbij affilié aux FDS a eu beau essayer de soudoyer les tribus de l’Euphrate-Est, mais les arrestations se poursuivent et les personnes arrêtées par les FDS n’ont pas encore été libérées, ajoutent les mêmes sources.

« Plus de 200 personnes se trouvent toujours en détention dans cet endroit encerclé par les FDS, sans accès à la nourriture. (…) Aucun comité d’enquête n’a été formé pour s’occuper de ceux qui ont tiré des balles réelles sur les protestataires pacifiques ; les familles des victimes et blessés se sentent totalement abandonnées. Nous ne pouvons plus faire confiance dans les promesses des chefs militaires des FDS, sur un prétendu arrêt de recrutement forcé. »

Ces sources estiment que de plus en plus de forces tribales volontaires déjà intégrées au rang des FDS vont s’en séparer, en signe de solidarité avec les habitants locaux. De même, les chefs tribaux de Manbij ont insisté lors d’une récente réunion sur la poursuite du combat afin de faire sortir les paramilitaires proaméricains desdites régions syriennes.

La pénurie d’essence reste toujours un gros problème à Manbij où les FDS semblent imposer une « punition collective » à la population locale, selon les sources concordantes qui reprochent aux FDS d’avoir perturbé la vie normale et le gagne-pain des gens.

À Raqqa aussi, l’Intifada populaire contre les décisions répressives des FDS surtout le recrutement forcé semble être désormais inévitable, ces derniers ayant déjà kidnappé des centaines de jeunes en recourant à des arrestations de masse.

À ce sujet, des figures éminentes et chefs des tribus al-Fadla et al-Machlab ont organisé une réunion à Raqqa afin de discuter des moyens de contrer les exactions des FDS. Les participants à cette réunion, une première du genre, ont réitéré que le processus de recrutement forcé lancé par les FDS doive prendre fin.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/07/658471/syrie-manbij-raqqa-fds-%C3%A9meute-contre-recrutement-forc%C3%A9

Dans SYRIE

SYRIE : LA "FATALE" ERREUR ANTI-RUSSE DE L'AXE US/OTAN?

Par Le 07/06/2021

Comment l'axe US/OTAN risque de perdre tout s'il pousse les bouchons anti russes trop loin

Monday, 07 June 2021 1:33 PM  [ Last Update: Monday, 07 June 2021 1:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Manœuvre navale russe au large de Tartous en Syrie/Sputnik

Depuis que le chef du MI6, Jonathan Powell à qui le président Poutine vient d'adresser une sévère mise en garde, s'est mise en tête, sans doute à l'instigation du clan démocrate au pouvoir à Washington,  que le groupe terroriste Al Nosra, rebaptisé HTS par les soins du Sultan Erdogan, a la capacité de changer la donne dans le nord de la Syrie, et à servir de "troupes au sol" de l'axe otanien et ce, aux côté des FDS qui eux, s'occuperaient du nord est syrienMoscou a l'intime conviction que les choses iraient d'ici peu détériorer non seulement dans le nord ouest syrien et à Idlib mais encore plus à l'est, à Qamichli, à Hassaké voire même à Deir ez-Zor. Surtout que parallèlement à la consécration d'al Julani, le gourou de HTS par sa Majesté, les agissements otaniens en Méditerranée orientale ont gagné en ampleur avec ces exercices navals conjoints franco britannique où Macron et Johnson jouent aux conquistadors dans le cadres des entraînements aéronavales qui visent, à n'en pas douter d'abord le nord de la Syrie et ensuite et surtout, comme le soulignait au début de son mandat, le chef du Pentagone, la Russie en Syrie. 

Syrie: qui a tué 2 officiers

Syrie: qui a tué 2 officiers

Le 3 juin, deux officiers de la Force Qods ont été assassinés à Deir ez-Zor... par Daech. Vraiment?

En effet ce méga clash à venir contre les forces d’occupation dans le nord et l'est de la Syrie que la conseillère du président Assad a décrite vendredi comme étant la priorité de toutes les priorités du quatrième mandat d'un Assad réélu à 95% des voix, a commencé à être préparé quand la Russie a décidé fin mai de sortir soudain ses Tu-22 à Hmeimim.

Ce sont des bombardiers tactiques et personne n'a raté le message : la Russie est prête à appuyer jusqu'à l'usage de l'atome Assad, si c'est cela le prix à payer pour que la Syrie retrouve sa souveraineté totale sur l'ensemble de son territoire. Mais le camp d'en face n'a pas été non plus du resté : outre la récupération d'al Julani, la Turquie vient de faire un méga pas en annonçant une peu à l'israélienne l'annexion du nord ouest en distribuant des cartes d'identité aux habitants après avoir eu diablement mal à recaser ses mercenaires d'abord au Maghreb, en suite dans le Haut Karabakh et enfin en Ukraine et au Kirghizistan. Fait écho à ces agissements, ce recrutement forcé des tribus arabes des Américains à Manbij par FDS interposée qui s'est transformé paradoxalement en une insurrection armée contre les Américains. 

Russie/Syrie : quelque chose de basculé ?!

 

Le ridicule du geste n’a échappé à aucun observateur : dans la nuit de mardi à mercredi , une poignée de soldats sionistes se sont livrés à une simulation...

Samedi 5 juin, les médias kurdes ont annoncé l’arrivée dans la ville de Qamichli (dans le gouvernorat de Hassaké) d’une délégation néerlandaise, à qui les FDS ont remis quatre proches des terroristes de Daech ou ce qui revient au même leurs agents en fin de mission. Une délégation française se serait également rendue à Qamichli fin mai conduite par la Fondation Danielle Mitterrand et  la Mairie de Paris de la dame d'Hidalgo, amie d'Israël,signant là ce que le MAE syrienne condamne à titre d'une autre implication directe de la France dans l’agression contre la Syrie»..

Toutes ces visites en catimini témoignent d'une chose : la Syrie ne saurait se débarrasser de ces troupes d'occupation à moins de recourir à la force, constat auquel adhèrent non seulement la Russie et la Résistance, deux alliés de poids de Damas, mais encore la Chine dont le président a présenté en personne ses félicitation à Assad tout en se déclarant prêt à apporter un "appui militaire" à l'"armée syrienne. En attendant, les évolutions succèdent dans le nord de la Syrie. A Alep, l'armée syrienne  réactive ses bases de défense aérienne dans le nord qui a été envahie par les terroristes dans les premières années de la guerre. 

Il s'agit de la base de défense aérienne  située dans la ville de Taanah, près de la ligne de front avec les forces turques qui occupent la ville d'al-Bab à l'est. La base, qui abritait autrefois un système de défense aérienne S-75 Dvina de fabrication soviétique, a été occupée par les terroristes en 2012. L'armée syrienne a repris la base et ses environs en 2016 des mains de Daech. Selon des sources locales, plusieurs camions transportant des missiles de défense aérienne sont arrivés dans la base ces derniers jours. Les missiles provenaient des usines de défense du sud d'Alep, où l’armée syrienne entretient et développe ses équipements. A Taanah des fortifications sont construites autour de la base de défense aérienne, qui était presque abandonnée jusqu'à très récemment. Certaines sources ont affirmé que de nouvelles batteries de S-200 y serait installé le nombre des systèmes S-200 semblant insuffisant eu égard à la menace que fait encourir OTAN à la Syrie et le grand clash qui se prépare. Un récent exercice de défense aérienne dans le nord d'Alep a été d'ailleurs organisé visiblement pour mettre à lm'épreuve des systèmes S-75 Dvina "optimisée. Les systèmes de conduite de tir et de communication ont été numérisés et un canal de poursuite thermique a également été ajouté au radar d'acquisition Fan Song. Les radars Fan Song suivent une seule cible à la fois et peuvent guider jusqu'à trois missiles à la fois. 

Tu-22 : la surprise Russie-Résistance?

Tu-22 : la surprise Russie-Résistance?

En brisant la suprématie aérienne US à coup de missile, la Résistance veut faire de la Russie, son "armée de l’air".

Or les systèmes S-75 Dvina modernisés de la Syrie peuvent être mortels pour les drones de combat turcs, qui volent à basse vitesse et n'ont aucune contre-mesure. C'est probablement la raison pour laquelle l'armée syrienne s'efforce de moderniser et de réactiver ces systèmes le long des lignes de front avec les forces turques qui brandissent de temps à autre leurs Bayraktar et Karayel comme pour menacer le ciel syrien et remettre au gout du jour l'un des plus vieux rêve d'Erdogan à savoir l'établissement d'une zone tampon dans le nord de la Syrie. Mais l'affaire de préparation à la garnde guerre va au-delà des optimisations simples. Selon Avia;pro, la Russie qui se sente désormais directement visée à travers l'agissement de l'OTAN au large de la Syrie vient de déployer des Lance-flammes lourd TOS-2 en Syrie.  

Israël/Syrie: Tempête

Israël/Syrie: Tempête

En Méditerranée orientale, la Russie joue la carte gagnante, celle de la Résistance ...

La Russie a utilisé pour la première fois le lanceur de roquettes TOS-2 Tosochka avec des roquettes thermobariques lors des exercices Kavkaz-2020 organisés récemment et les nouveaux systèmes ont détruit les colonnes de véhicules blindés avançant de l'ennemi fictif. Le tir de roquettes non guidées dans l'équipement thermobarique TBS-M3, qui ont des caractéristiques énergétiques accrues, a causé des dommages importants à l'ennemi fictif. Puis cette version est apte à contrer des armes de précision, genre JDAM ou GBU ou missiles de croisière que le régime de Tel-Aviv a largement utilisés contre la Syrie. Une chose est sûre : avec tous les changements que connait la donne dans le ciel du Moyen Orient où Missiles tendent à mettre au pas Avions de chasse, l'OTAN prendrait de très gros risques en se plaçant à la première de combat Empire/Résistance. Le chef du MI6 aurait bien dû le savoir, lui qui a suivi de près les 11 jours de bataille balistique Israël/Gaza, laquelle a vu Tel-Aviv plier l'échine dès le troisième jour. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/07/658442/La-Syrie-condamne-la-France-et-les-Pays-Bas-

Dans SYRIE

LA SYRIE CONDAMNE LA VISITE ILLEGALE DE DELEGATION FRANCAISE ET NEERLANDAISE

Par Le 07/06/2021

Damas condamne la visite de délégations française et néerlandaise dans les zones qu’il ne contrôle pas

 Depuis 13 heures  6 juin 2021

delagation_fce_hollande_qamichli-jpg1

 Moyent-Orient - Syrie

 

La Syrie a condamné l’«entrée illégale» de délégations française et néerlandaise sur les territoires contrôlés par les milices kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le nord-est du pays, rapporte l’agence de presse SANA.

Samedi 5 juin, les médias kurdes ont annoncé l’arrivée dans la ville de Qamichli d’une délégation néerlandaise, à qui l’administration a remis quatre proches de combattants de Daech. Une délégation française se serait également rendue dans des territoires contrôlés par les FDS fin mai.

Selon un porte-parole ministériel, la délégation «de la Fondation Danielle Mitterrand et de la Mairie de Paris» s’est rendue «illégalement» dans la ville de Qamichli, ce qui constitue «une autre implication directe de la France dans l’agression contre la Syrie».

Rapatriement difficile

Les Pays-Bas ont confirmé le rapatriement d’une «ressortissante néerlandaise soupçonnée d’infractions terroristes, avec ses deux enfants mineurs, ainsi qu’une victime d’enlèvement international d’enfants».

Depuis la chute en mars 2019 du «califat» de Daech, les Kurdes réclament le rapatriement des milliers de femmes étrangères et d’enfants de djihadistes qu’ils retiennent toujours dans leurs camps.

Bien que la plupart des pays concernés se montrent réticents à reprendre leurs concitoyens, certains d’entre eux, dont la France, ont accepté de rapatrier un nombre limité de mineurs.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2088979

Dans SYRIE

SYRIE : LES TRIBUS ARABES DU GOUVERNORAT D'ALEP MENACENT D'INTERVENIR A MANBIJ CONTRE LES FDS

Par Le 03/06/2021

Les tribus arabes menacent d’intervenir à Manbij contre les FDS

 Depuis 6 heures  3 juin 2021

manbij_manif

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Les tribus arabes du gouvernorat d’Alep se mobilisent pour soutenir les habitants de la ville de Manbij, contre les milices kurdes syriennes des Forces démocratiques syriennes, collaboratrice des Etats-Unis. Elles ont assuré être prêtes à envoyer des hommes dans cette ville située au nord-est de ce gouvernorat, pour prêter main forte a ses habitants qui protestent contre les exactions des FDS dont ils sont victimes.

Le mercredi 2 juin, des manifestations ont eu lieu dans cette ville et les villages aux alentours au cours desquelles les FDS ont tué 9 manifestants.
Les habitants y réclamaient l’arrêt des circonscriptions militaires obligatoires, l’importation de ciment et l’augmentation des allocations pour le carburant. Ils ont incendié le siège des FDS.

Le mercredi dernier, lors des élections présidentielles syriennes, les FDS avaient empêché les habitants de se rendre vers les régions ou il y avait des urnes, en fermant les barrages frontaliers.

Dans le gouvernorat d’Alep, les cheikhs tribaux arabes ont souligné leur soutien absolu aux habitants de Manbij dans leur conflit contre les miliciens des FDS. Elles ont lancé un appel pour de mobiliser tous les membres des tribus et les envoyer à Manbij pour affronter les miliciens des FDS et mettre fin à la présence des forces américaines dans le nord de la Syrie.

Selon l’agence turque Andolu, les FDS tentent de recruter des jeunes filles et garçons nés entre 1990 et 2003 originaires entre autres des  villes Aïn al-Arab, Qamichli, al-Malikiyat, Hassaké, Raqqa, et Deir Ezzor.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2087373

Dans SYRIE

LES OCCIDENTAUX PRETS A RECYCLER DES TERRORISTES SYRIENS POUR RENVERSER LE LEGITIME PRESIDENT ASSAD, ELU DEMOCRATIQUEMENT PAR 95,1% DE CITOYENS?

Par Le 03/06/2021

Un véhicule militaire américain dans le nord-est de la Syrie (archive photo)

Les Occidentaux prêts à recycler des djihadistes syriens pour faire tomber Assad?

© AP Photo / Darko Bandic

INTERNATIONAL

08:08 03.06.2021(mis à jour 10:02 03.06.2021)URL courte

Par 

547135

S'abonner

Le groupe Hayat Tahrir al-Cham*, encore considéré par les États-Unis comme terroriste, deviendra-t-il un allié de l’Occident pour éviter qu’Assad et que ses alliés russes et iraniens ne remportent la guerre syrienne? Une approche que semblent valider les services secrets britanniques et turcs et certaines personnes influentes à Washington.

Des indiscrétions diplomatiques explosives ont fuité dans la presse.

 

Jonathan Powell, ancien directeur de cabinet de Tony Blair et entretenant des liens troubles avec MI6 –l’agence britannique de renseignement– pousserait le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham* (HTC) à établir une coopération étroite avec les pays occidentaux. Ce groupe, issu du Front al-Nosra*, contrôle une grande partie de la province d’Idlib. Une solution qui permettrait à Washington et à ses alliés européens et turcs d’empêcher que le président réélu Bachar el-Assad ne finisse par reconquérir l’ensemble du territoire national.

Cependant, la campagne de dédiabolisation de ce groupe ainsi que de Mohammed al-Joulani, son fondateur et dirigeant, ne semble pas pour le moment fonctionner auprès de l’Administration Biden. Celle-ci refuse de retirer HTC* de la liste des groupes terroristes. Mais cette qualification sera-t-elle suffisante pour empêcher toute collaboration?

Réponse dans ce nouveau focus de Lignes Rouges.

*Organisation terroriste interdite en Russie

https://fr.sputniknews.com/international/202106031045681735-les-occidentaux-prets-a-recycler-des-djihadistes-syriens-pour-faire-tomber-assad/

Dans SYRIE

LA SYRIE PREPARE UNE GUERRE CONTRE "ISRAËL"?

Par Le 02/06/2021

Gaza: la Force aérienne israélienne discréditée

Wednesday, 02 June 2021 1:43 PM  [ Last Update: Wednesday, 02 June 2021 2:14 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des forces de l'armée syrienne. (Photo d'archives)

L’armée syrienne se prépare-t-elle à une guerre contre Israël ?

Les forces de l’armée syrienne ont pris part à un exercice de défense antiaérienne lors duquel elles ont accompli des missions de fouille et de sauvetage dans un contexte de frappes simulées de l’ennemi fictif. 

Dans le cadre d’un des scénarios de cet exercice, des attaques simultanées ont été menées depuis toutes les directions contre un lieu où étaient installés des systèmes anti-missiles avant d’être tout de suite repoussés par un système de missile sol-air russe de type S-75 Dvina.

Lire aussi: "Guerre dans la guerre" d'Israël en Syrie, Moscou décidé à tirer le tapis sous le pied d'Israël?

Sur le terrain, les avions de combat russes ont mené une trentaine de raids aériens sur les repaires de terroristes dans les déserts de Palmyre et de Resafa, situés respectivement près de Homs et de Raqqa. 

Syrie: le hypersonique contre Israël !

Syrie: le hypersonique contre Israël !

La Russie pourrait utiliser des armes hypersoniques pour la première fois en Syrie.

Par ailleurs, Rogel Alpher, expert israélien, a déclaré, dans un article publié par Haaretz, que la récente guerre entre Gaza et Israël avait trahi les failles, la vulnérabilité et l’inefficacité de la Force aérienne israélienne.   

« Les Israéliens considéraient leur Force aérienne en tant que celle qui pourrait les sauver et appréciaient avec beaucoup d’enthousiasme son pouvoir de destruction mais tout a changé après la guerre de Gaza et ce mythe a été brisé. » 

Lire aussi: L’analyste militaire israélien reconnaît l’inefficacité du Dôme de fer

Rogel Alpher a ajouté que des milliers de missiles de haute précision dont chacun coûtait des millions de shekels n’avaient pas réussi à contourner les missiles et les roquettes qui étaient tirés depuis la bande de Gaza. 

Concernant la possibilité du déclenchement d’une guerre multi-front contre Israël, l’analyste israélien a déclaré : « En cas de déclenchement d’une telle guerre, des milliers de missiles et de roquettes seront tirés depuis toutes les directions et sans aucun arrêt vers les zones d’habitation. Imaginez-vous un essaim de missiles de haute précision, de drones suicidaires et de missiles de croisière, dotés d’ogive explosive, ciblant Israël pendant des semaines, voire des mois ».

Israël pris de court par Poutine?

Israël pris de court par Poutine?

Le système de guerre électronique russe a réussi à capturer un missile de croisière israélien Delilah au-dessus de la Syrie.

Dans la foulée, Aharon Levran, un général de brigade à la retraite israélien, a écrit, dans un article publié par Israel Hayom, que la Force aérienne d’Israël avait manqué d’atteindre ses objectifs pendant la récente guerre de Gaza. 

Lire aussi: Dôme de fer : la "terrible" découverte du Pentagone ...

Aharon Levran a souligné que le bilan de la Force aérienne israélienne pendant le récent conflit ne laissait pas conclure qu’elle était la partie gagnante. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/02/658080/Syrie-Israel-guerre-Gaza-DCA

Dans SYRIE

SYRIE : LA MEGA SURPRISE CHINOISE...

Par Le 01/06/2021

Les "missiles de la Résistance" ont changé la nature de l'alliance Résistance-Pékin...

Tuesday, 01 June 2021 8:22 AM  [ Last Update: Tuesday, 01 June 2021 9:23 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le F-35 israélien n'a réellement brillé à Gaza la semaine dernière. En termes de furtivité il a échoué, en termes de frappe, il a frappé des tuyaux au lieu des rampes de lancement de misisles (Avia.pro)

Ces 95.1% des voix avec quoi les 20 millions de Syriens ont choisi de plébisciter  Bachar  Assad pour un quatrième septennat à la tête d’un État syrien vainqueur de l’une des guerres les plus complexes, les plus longues, les plus géo-stratégiquement significative du 21ème siècle, a déjà valu au président syrien, un regain d’agissements de certains pays de l’Europe dans le sens d’un dégel des liens avec Damas au nombre desquels figurent la Grèce, « siège » aérien de l’axe US/Israël en Méditerranée orientale mais aussi l’Italie, qu’on sait être l’entrepôt d’armements conventionnels et non conventionnels US en Europe du sud, ainsi que le QG favori de l’OTAN : depuis mars 2021, date à laquelle l’Amérique a annoncé la tenue du méga exercice militaire "Defender Europe 21" avec en toile de fond la mobilisation de 28 000 militaires US et alliés, de 1 200 blindés et autres équipements lourds, qu’elle vient de répartir entre 13 aéroports et 4 ports européens, dont ceux de l’Italie et de la Grèce, ne serait-ce que pour faire comprendre à la Russie que l’Europe n’est qu’un des États-Unis et que tout commerce avec y compris celui du gaz, pourrait à tout instant être rompu, les yeux étaient effectivement rivés sur l’issue de la présidentielle syrienne.

Israël : et si le Hezbollah frappe?!

Israël : et si le Hezbollah frappe?!

Israël a peur du changement de l’équilibre militaire et sécuritaire en Palestine.

Ce n’est pas sans raison si Bachar Jafari, longtemps ambassadeur syrien à l’ONU affirmait ce lundi au micro des médias iraniens que « l’alliance Syrie-Résistance » a radicalement changé la donne géopolitique de la région, et qu’elle a servi de « boussole » aux puissances du monde, qu’elles soient pour et qui s’opposent foncièrement à la Pax Americana.

En effet, les 11 jours qu’a duré la tonitruante, la surprenante bataille balistique de Gaza, à l’issue de quoi Israël, appuyé directement par les unités aéronavales US/OTAN en Méditerranée, a fini par capituler, bataille dont le prélude avait pourtant  été annoncé dès le 21 avril quand un missile tactique syrien, M-600, parti du Golan s’est abattu près du réacteur nucléaire israélien de Dimona, en perçant allégrement le ciel de la Jordanie, celui d’Israël, ont prouvé que désormais c’est le facteur «  Résistance » qui tranche. 

Gaza : le facteur

Gaza : le facteur

"En 11 jours de bataille contre Gaza, l

La Russie, partenaire de longue date de celle-ci a très rapidement compris, elle, qui dès le 23 mai, a fait déployer ses bombardiers stratégiques nucléaires Tu-22M3 à Hmeimim, rien que pour faire comprendre au camp US/OTAN qu’elle a le soutien de la Résistance, sa confiance et surtout son appui, et vice versa.

Certains analystes ont cru même comprendre à travers cette coïncidence, le message suivant : « Cette « coalition » aérienne asymétrique que l’axe de la Résistance a fait naitre grâce à des milliers de missiles tactiques entreposés à travers toute la région, pourra compter sur l’appui des Su-57, des T-22, T-160, si nécessaire »

Tu-22 en Syrie : à quoi joue Poutine?

Tu-22 en Syrie : à quoi joue Poutine?

Une coalition maritime Russie-Résistance "énergétique" en phase de prendre en Méditerranée les dimensions "nucléaires"?

Aussi cette énième simulation de guerre antirusse en Méditerranée laquelle s’appelle « Gallics Strike » et qui implique dès ce juin, et côte à côte les groupes aéronavals français, « Charles de Gaulle » et britannique « Queen Elizabeth » ne l’impressionne pas du tout, au contraire, pourrait même servir à la Russie et à l’axe de la Résistance d’occasion pour mieux neutraliser les coups ennemis. Mais l’Epée de Qods de Gaza a créé d’autres surprises, comme celle qu’a fait la Chine au monde entier, en descendant dans l’arène politique, en traitant Israël de « massacreur », de « tête de pont de l’impérialisme US au Moyen-Orient » et en conseillant aux Américains d’aller chercher les corps des musulmans massacrés non pas à Xinjiang mais à Gaza.

Plus d’un observateur y a vu un net changement de cap dont les portées ne tarderaient à se manifester, en termes politiques, économiques mais aussi militaires. Or cette tendance se confirme : hier et pour la seconde fois en l’espace de quatre jours, le Chine a félicité la réélection d’Assad par la voix même du président Xi et le message s’est voulu très curieusement plus qu’un simple texte. Xi y évoque l’engament de la Chine non seulement à aider la Syrie à se remettre économiquement sur les rails, mais encore à la « défendre », mot encore jamais entendu de Pékin. L’armée chinoise compte-t-elle avoir une présence plus visible dans la région, au même titre que l’armée russe ? Possible.

Pendant la guerre syrienne, l’aviation russe a joué le rôle de l’armée de l’air de la Résistance. Au cours de ces 11 jours de guerre contre le régime OCCUPANT.

Un État syrien largement capable de fabriquer des « Fateh-110 iraniens », et ce, au grand mépris de quelques 2000 frappes aériennes israéliennes, se ferait une joie d’achever la « supériorité aérienne » atlantiste grâce aux batteries de missiles antimissile HQ-9 chinois, pendant des S-300 russe. Car la Chine a été bien sensible à la performance de ces 4700 missiles de la Résistance qui ont été jusqu’à neutraliser les F-35 Adir. Certaines sources font d’ailleurs état des négociations en cours et de la possible livraison de systèmes de défense antiaérienne chinois à la Syrie. Ce serait une belle occasion pour la Résistance de diversifier son arsenal, surtout que le HQ-9 dispose d’une variante navale, HHQ-9 et d’une variante anti-rayonnement (FT) et que par le temps qui court, le prochain round de bataille US-Israël/Résistance a toutes les chances de se dérouler en mer Méditerranée.

J+10, l'armée de l'air d'Israël, enterrée!

J+10, l'armée de l'air d'Israël, enterrée!

Arrow et Fronde de David rejoignent le Dôme de fer dans la "poubelle de l'Histoire.

Ce sont sans doute ces trop rapides et inattendues évolutions qui ont poussé US/OTAN à s’agiter : tandis qu’une partie des pays de l’OTAN (Italie, Grèce) tentent une ouverture en direction de Damas, l’autre partie alimente la guerre : le 31 mai, l’agence de presse russe TASS a rapporté que le représentant de l’agence britannique de renseignement MI6 avait rencontré le chef du Front al-Nosra (Hayat Tahrir al-Cham), affilié à al-Qaïda. Selon les rapports, la réunion aurait eu lieu près du poste frontière de Bab al-Hawa, à la frontière syro-turque. Jonathan Powell aurait suggéré l'établissement d'une coopération entre Abou Mohammad al-Julani et les pays européens et les États-Unis.

La réunion visait l'établissement de contacts avec des groupes terroristes internationaux actifs en Syrie. Un accord aurait été conclu sur le maintien d'une communication permanente avec les terroristes internationaux désignés comme tels par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Et Pendant ce temps, les parties sont en train de discuter de la possibilité de retirer Hayat Tahrir al-Cham de la liste des organisations terroristes. Mais de quoi est-il le signe ce retour à la case départ 2011 ?

S-300 syrien: le subterfuge russe?

S-300 syrien: le subterfuge russe?

La Syrie pourrait remplacer le système de défense antiaérien russe S-300 par le HQ-9 de fabrication chinoise.

 L’Empire agonisant, confus, a du mal à bondir avec sa plus grande base militaire au Moyen Orient, alias « Israël » qui est en lambeaux au terme de seulement 11 jours de frappes balistiques …alors qu’il se trouve nez à nez avec une Russie et désormais une Chine qui ont fini enfin par choisir leur camp. Car qu’on le veuille ou pas, la défaite US en Syrie a divisé le monde en camps des Pro et des Anti Résistance avec en amont, les « Anti » qui s’enfoncent là où ils s’engagent et les « Pro » qui prennent de l’élan là où ils investissent…Il y a peu la Russie a annoncé offrir la protection aux pétroliers iraniens livrant du pétrole à la Syrie, contre et envers des sanctions US/OTAN. Certains ont cru entrevoir l'émergence d'une coalition maritime en Méditerranée en contrepartie de celle des USA. La présence de la Chine au sein de cette coalition n'est plus désormais à écarter... Les missiles de la Résistance semblent avoir décidé d'un tournant chinois. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/01/657967/Syrie-Grande-Bretagne-MI6-Hayat-Tahrir-al-Cham-Idlib-Isra%C3%ABl-Russie-

Dans SYRIE

SYRIE : L'EUROPE FRAPPE A LA PORTE DU PRESIDENT ASSAD

Par Le 31/05/2021

Un président syrien réélu à 95.5%; l’Europe peut-elle l'ignorer ?

Monday, 31 May 2021 6:20 PM  [ Last Update: Monday, 31 May 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le drapeau syrien flotte dans la capitale Damas. ©AFP/Archives

Envisageant de rouvrir leur ambassade à Damas, nombre de pays occidentaux font marche arrière devant le gouvernement syrien, d’après Al-Watan.

Citant les sources diplomatiques occidentales, le journal syrien Al-Watan a rapporté que certains pays européens étaient prêts à rouvrir leurs ambassades à Damas dans un proche avenir.

Le quotidien Al-Watan indique que des diplomates de Grèce, de Hongrie et de Serbie sont arrivés à Damas et s'apprêtent à reprendre les activités diplomatiques, à l'exception des sections consulaires, qui nécessitent un grand nombre de personnel.

En outre, l'Italie a accepté récemment de créditer un diplomate syrien en tant que représentant Faw à Rome, et il pourrait bientôt partir pour exercer ses fonctions. D'autre part, le Barreau syrien a signé hier un contrat avec l'ambassade de Chypre pour la location d'un immeuble à Damas.
Lire aussi : Assad réélu à 95% des voix pour mettre à la porte l'occupation US

"Nous ne permettrons pas aux États-Unis de bloquer la réouverture des ambassades", a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal al-Miqdad il y a quelques jours, notant que plusieurs ambassades ont été rouvertes dans le pays et que plusieurs autres ambassades arabes et occidentales rouvriront prochainement.

“Nous acceptons la reprise des relations arabes-arabes et tout effort à cet égard. Des amis russes et d'autres y travaillent et des réunions ont eu lieu”, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l’ambassadeur syrien en Jordanie a appelé le gouvernement jordanien à faciliter la circulation entre les deux pays et à reprendre les voyages aériens entre Damas et Amman.

Et lui de souligner que les relations entre “les deux pays s'améliorent aujourd'hui et connaîtront des progrès significatifs dans un proche avenir”.

Israël: pire que les M-600  syrien?

Israël: pire que les M-600 syrien?

La participation massive des Syriens aux élections présidentielles est une victoire politique équivalant aux victoires militaires.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/31/657944/Syrie-Europe-ambassade-rouvrir

Dans SYRIE

SYRIE : LE COUP « NUCLEAIRE » RUSSE ?

Par Le 30/05/2021

Hmeimim devient le contrepoids de Dimona?

Sunday, 30 May 2021 6:06 PM  [ Last Update: Sunday, 30 May 2021 6:07 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Trois bombardiers à longue portée du type Tupolev Tu-22M3 sont récemment arrivés à Hmeimim en Syrie. ©warsawinstitute.org

Les bombardiers stratégiques russes en Syrie sont devenus une source d’inquiétude pour l’OTAN, évoque un article publié par l’Institut de Varsovie. 

« La Russie s’est déclarée pour la première fois prête à exploiter des bombardiers stratégiques à longue portée nucléaires à partir de sa base aérienne en Syrie », indique l’article, publié le 26 mai sur le site web de l’Institut de Varsovie.  

Lire aussi: La Russie perd presque la base Flamingo ; l’alternative ?

Et de continuer : « Ayant été modernisé, l’aérodrome de Hmeimim permettra désormais à la Russie de faire décoller, atterrir et de contrôler les avions à longue portée ainsi que les bombardiers Tupolev Tu-22M3 à partir de cette base. À noter que trois bombardiers à longue portée du type Tupolev Tu-22M3 sont récemment arrivés à Hmeimim. Ils ont organisé des exercices d’entraînement dans de nouvelles zones géographiques au-dessus de la mer Méditerranée avant de regagner leurs aérodromes permanents en Russie. »

Tu-22 : la surprise Russie-Résistance?

Tu-22 : la surprise Russie-Résistance ?

En brisant la suprématie aérienne US à coup de missile, la Résistance veut faire de la Russie, son « armée de l’air ».

Selon l’Institut de Varsovie, « à la base militaire de Hmeimim, des travaux ont été achevés pour reconstruire la deuxième piste et installer de nouveaux équipements d’éclairage et radio ». 

« Les pistes de la base avaient été allongées d’environ 300 mètres et mesurent maintenant 3 200 mètres de long afin que la base puisse gérer de gros aéronefs. La Russie peut désormais gérer des avions de tous types depuis la base, selon le ministère de la Défense. La base de Hmeimim est essentielle pour la Russie non seulement pour la guerre syrienne, mais en plus parce que c’est depuis cet aérodrome que les bombardiers stratégiques russes peuvent effectuer des vols à longue durée dans de nombreuses directions. » 

L’article ajoute que les avions russes à capacité nucléaire ont ainsi une plus grande autonomie, notamment au Moyen-Orient et en Méditerranée. 

« Fait également important, la base ayant été modernisée, les forces aériennes russes peuvent désormais laisser un peu de repos aux avions légers, souvent utilisés dans le passé pour des opérations de combat en Syrie. La Russie peut désormais utiliser des bombardiers lourds conçus pour de telles missions. » 

Lire aussi: Syrie : les Tu-22 russes font peur ! 

L’article conclut : « En renforçant les capacités de la base Hmeimim pour les bombardiers stratégiques, la Russie représente désormais une menace pour l’aile sud de l’OTAN. Il faut s’attendre à ce que la Russie intensifie ses vols de patrouille souvent provocateurs au-dessus de la mer Méditerranée et de l’Afrique du Nord, comme elle l’a fait jusqu’à présent dans la mer Noire, la mer Baltique, l’Arctique et près de l’Alaska. »

Syrie: la Russie dévoile son

Syrie : 

La Russie vient de terminer la rénovation de la piste de l’aérodrome Hmeimim qui sera désormais en mesure d’accueillir tous les types d’avions militaires.

Selon Avia-Pro, un groupe de frappe de porte-avions, dirigé par un porte-avions britannique, est entré, ce dimanche 30 mai, en Méditerranée.

Ce matin, un groupe d’attaque de porte-avions dirigé par le porte-avions britannique Queen Elizabeth est entré en Méditerranée après avoir traversé le détroit de Gibraltar. Trois navires (deux britanniques et un néerlandais) se sont déjà dirigés vers la mer Noire. 

Lire aussi: Exercice naval russe en mer de Barents

D’autre part, une nouvelle mission de bombardiers russes Tu-22M3 en Méditerranée est prévue cet après-midi, selon des sources. La mission prévoit l’envoi de trois bombardiers à la fois, un avion AWACS et un groupe de chasseurs d’escorte (vraisemblablement quatre chasseurs Su-35) des forces aérospatiales russes.

Lire aussi: Une coalition maritime Russie-Résistance « énergétique » en phase de prendre en Méditerranée les dimensions « nucléaires » ?

L’aviation de l’OTAN est actuellement très active dans la région du détroit de Gibraltar, en particulier, il y a des avions anti-sous-marins, des avions de reconnaissance électronique et un avion militaire britannique de radar d’alerte précoce, ce qui indique que l’Alliance est préoccupée par l’apparition soudaine de navires de guerre russes, de sous-marins et d’avions de combat dans la région.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/30/657836/Russie-Otan-Syrie-Hmeimim-Tu-22M3

Dans SYRIE

ASSAD PRET A CHASSER LES USA DE SYRIE

Par Le 28/05/2021

Assad réélu à 95% des voix pour mettre à la porte l'occupation US

Friday, 28 May 2021 8:20 AM  [ Last Update: Friday, 28 May 2021 8:21 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les partisans du président syrien Bachar Assad célèbrent la victoire de ce-dernier après l'annonce des résultats de vote, Damas, Syrie, le 27 mai 2021. ©Reuters

Bachar al Assad a été réélu pour un quatrième mandat à la présidence syrienne, avec 95,1% des suffrages.

« M. Bashar Assad a reçu 13 540 860 voix, soit 95,1 % du nombre valide de suffrages exprimés », a déclaré le Président du Parlement syrien Hammouda al-Sabbagh lors d’une conférence de presse en soirée, jeudi 27 mai.

Syrie/Assad: l’avertissement russe

Syrie/Assad: l’avertissement russe

Moscou avertit des plans terroristes en Syrie, au seuil des présidentielles dans ce pays.

Selon Sabbagha, 14,2 millions de personnes ont participé au scrutin, sur les 18,1 millions appelées à voter, soit un taux de participation de 76,64 %.

Cette victoire permet à Bachar Assad de rester au pouvoir pendant sept années supplémentaires.

« Merci à tous les Syriens pour leur grand sens du nationalisme et leur participation notable (...) pour l'avenir des enfants et de la jeunesse syriens. Démarrons demain notre campagne de travail pour bâtir l'espoir et construire la Syrie », est-il écrit sur la page Facebook de la campagne Assad.

Iran/Syrie: les quatre coups économiques?

Iran/Syrie: les quatre coups économiques?

Les relations entre la Syrie et l’Iran ont fait de ces pays deux grands alliés stratégiques.

Pour ce scrutin, Bachar Assad faisait face à deux candidats : l'ex-ministre et parlementaire Abdallah Salloum Abdallah et un membre de l'"opposition", Mahmoud Mareï. Ils ont remporté respectivement 1,5 % et 3,3 % des voix.

À Damas, des milliers de partisans de Bachar Assad se sont rassemblés sur la place des Omeyyades, agitant des drapeaux syriens et des portraits du président, scandant des slogans à sa gloire.

Livraison d’armes à la Syrie

Selon le site web militaire libanais, South Front, les récentes frappes de drones n'ont pas empêché les livraisons d'armes à la Syrie.

Le 27 mai, une cargaison d'armes est arrivée dans le gouvernorat syrien de Deir ez-Zor en provenance d'Irak, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, (OSDH), vitrine médiatique du MI6.

La nouvelle cargaison d'armes était escortée par les Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi).

Syrie: la Russie change de DCA?

Syrie: la Russie change de DCA?

L'expédition comprenait des missiles et des roquettes «à courte portée», des mitrailleuses ainsi que des munitions. Ces armes sont généralement utilisées dans les opérations contre les cellules dormantes de Daech opérant dans le sud et l'ouest de Deir ez-Zor.

«La cargaison a été divisée en deux parties, la première a été stockée dans une zone près des ruines d'al-Shibli dans la ville d'al-Mayadin dans la campagne sud de Deir ez-Zor, et la seconde a été déposée à la périphérie de la ville de Deir ez-Zor», a ajouté l’ OSDH dans son rapport.

La cargaison d’armes est arrivée en Syrie malgré une série de frappes qui ont récemment visé les frontières irako-syriennes.

Le 22 mai, un drone de combat inconnu a ciblé une camionnette à Abou Kamal, à l’est de la Syrie.

Israël : la surprise d'Abou Kamal ?

Israël : la surprise d'Abou Kamal ?

Un jour plus tard, des drones non identifiés ont détruit un certain nombre de hangars nouvellement construits dans la périphérie d’Abou Kamal.

Israël et les États-Unis ont tous deux été pointés du doigt pour les récentes frappes survenues sur les frontières irako-syriennes. Ils s'efforcent d'arrêter les expéditions d'armes vers la Syrie depuis des années.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/28/657671/Syrie-Pr%C3%A9sidentielle-Assad-Drone-Livraison-Cargaison-d-armes-Irak-Hachd

Dans SYRIE

SYRIE : A LA PRESIDENTIELLE, VICTOIRE DE BACHAR AL-ASSAD AVEC 95,1% DES VOIX

Par Le 28/05/2021

Le président de l’Assemblée du peuple Hammoudah Sabbagh annonce la victoire de Dr Bachar al-Assad à la présidentielle avec 95.1 % des voix

 

28/05/2021

Damas-SANA / Le président de l’Assemblée du peuple Hammoudah Sabbagh a annoncé la victoire de Dr Bachar al-Assad à la présidentielle avec 95.1% des voix.

Dans une conférence de presse qu’il a tenue aujourd’hui, Sabbagh a indiqué que Dr Bachar al-Assad avait obtenu 13 540 860 voix, soit 95.1 % des voix correctes.

Sabbagh a fait noter que le nombre d’électeurs qui ont le droit de voter en Syrie et ailleurs atteint 18 107 109 électeurs, alors que le nombre d’électeurs qui avaient voté à l’intérieur et à l’extérieur atteint 14 239 140, soit 78.64%.

A.Ch.

http://www.sana.sy/fr/?p=224336&fbclid=IwAR38EIqBDsQkwDgKGUodMO_nU-ImDehuIgAPoai7RwgcH3UGhY7Vp0umKHc

Dans SYRIE

SELON ROBERT FORD, EX-AMBASSADEUR DES USA A DAMAS, LES ELECTIONS INDIQUENT L’ABSENCE DE TOUTE INFLUENCE DES USA

Par Le 27/05/2021

L’ex-ambassadeur des USA à Damas : les élections indiquent l’absence de toute influence des Etats-Unis.

 Depuis 1 heure  27 mai 2021

assad_elections

 Article traduit - Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Dans un article commentant la tenue des élections présidentielles syriennes, le journal américain Washington Post a estimé que leur tenue à temps est un échec de la politique américaine, lequel s’ajoute à son « défi à la diplomatie américaine et à ses alliés pendant une décennie ».

Interrogé par le journal, l’ancien ambassadeur américain à Damas, Robert Ford, a affiché une position similaire.
« Les élections syriennes et le vote du président syrien dans la ville de Douma ont des indications qui ne sont cachées à personne », a-t-il dit expliquant que « c’est l’indication de l’échec de la diplomatie américaine qui a parié sur un changement, loin du règne de la famille des Assad, misant sur la voie politique de Genève, sous la tutelle molle des Nations Unies, pendant 7 ans, sans aucun résultat ».

En déposant son bulletin de vote dans la ville de Douma qui a été l’un des foyers de contestation pendant la guerre qui a ravagé la Syrie durant cette décennie, le président Assad a affirmé que «la visite de Douma et les élections sont une attestation que la Syrie n’est pas une région contre une autre, ni une communauté contre l’autre».

Selon Ford, les élections « indiquent l’absence de toute influence des Etats-Unis. Sinon, Assad n’aurait pas été en mesure d’organiser une telle campagne avec le plein soutien des forces militaires et de sécurité ».
Il a souligné que « les grandes puissances, comme les États-Unis d’Amérique, ne peuvent pas destituer cette personne ».

Le journal américain a pour sa part, estimé que « la politique américaine à l’époque du président américain Joe Biden n’indique pas qu’il a l’intention de s’engager activement en Syrie » ni faire plus que « soutenir les efforts pour fournir une aide humanitaire »
« Il n’a pas encore nommé d’envoyé spécial pour cela », constate le Washington Post.

Les bureaux de vote en Syrie ont fermé leurs portes après une prolongation jusqu’à minuit mercredi, compte tenu d’une forte de participation des électeurs aux urnes, selon les médias syriens. Les élections ont eu lieu dans 12.000 centres à travers le pays, à Damas, Alep, Homs, Lattaquié et la côte syrienne. A l’est de la Syrie, les électeurs ont défié le harcèlement des milices kurdes pro américaines des Forces démocratiques syriennes (FDS) et se sont massivement rendus vers les urnes.

Les États-Unis et les puissances européennes ont précédemment condamné les élections présidentielles syriennes, affirmant qu’elles ne seront «ni libres ni équitables ».
Une déclaration conjointe américano-européenne les a qualifiées « de tentative du président Assad de restaurer la légitimité, sans mettre fin aux violations des droits de l’homme ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2083138

Dans SYRIE

LA SYRIE "OCCUPEE" VOTE MASSIVEMENT ASSAD

Par Le 27/05/2021

La forte affluence aux bureaux de vote, le scrutin prolongé de 5 heures

Wednesday, 26 May 2021 5:39 PM  [ Last Update: Thursday, 27 May 2021 3:31 AM ]

 30 

Le président syrien, Bachar Assad, et son épouse Asma, glissent leur bulletin dans un bureau de vote à Douma, en Syrie, le 26 mai 2021. ©Ilna News

11 ans d'Assad au pouvoir, trois candidats en lice dont le président sortant, deux tiers du pays libéré et toutes les régions sous occupation US/Turquie qui votent ou qui veulent voter Assad, une démocratie qu'envierait plus d'un pays européen. 

Après avoir glissé son bulletin dans une urne à Douma, le président syrien, Bachar Assad, a déclaré, mercredi 26 mai, que l'État ne donnait aucun poids aux opinions occidentales sur la validité de l'élection présidentielle. 

« Je pense que la mobilisation que nous avons vue ces dernières semaines apporte une réponse suffisante et claire qui leur dit : 'vos opinions ne valent rien, votre valeur équivaut à dix zéros' », a indiqué le président Assad en parlant des « pays occidentaux » dans un bureau de vote à Douma. Bachar Assad a ajouté que sa présence à Douma prouvait que le peuple syrien était uni face au terrorisme. 

Les bureaux de vote ont ouvert à 7 heures locales, aujourd’hui mercredi, pour être fermés à 19 heures locales, à moins d’une prolongation. 

Syrie/Assad: l’avertissement russe

Syrie/Assad: l’avertissement russe

Moscou avertit des plans terroristes en Syrie, au seuil des présidentielles dans ce pays.

Voici six points à retenir au sujet des élections en Syrie :

1- Lors de ce scrutin, deux autres candidats rivalisent avec Bachar Assad : l’ex-ministre et parlementaire Abdallah Salloum Abdallah et un membre de l’opposition, Mahmoud Mareï. Bachar Assad a une grande chance pour remporter les élections. 

2- Le ministère syrien de l’Intérieur a réussi à lancer tous les préparatifs nécessaires pour organiser les élections et en assurer la sécurité. Selon le ministre de l’Intérieur, « 12 102 bureaux de vote ont été implantés à travers toutes les régions du pays ». Un bon déroulement en toute sécurité des élections constitue un grand acquis pour l’État syrien. 

3- Selon le ministère syrien de l’Intérieur, « 18 107 109 Syriens, à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur de la Syrie, sont en droit à participer aux élections ». 

Syrie/présidentielle: l'attentat US anti-Assad!

Syrie/présidentielle: l'attentat US anti-Assad!

Les États-Unis tentent de déstabiliser les régions sous contrôle des FDS, juste avant les élections présidentielles en Syrie.

4- La présidentielle a lieu dans les territoires contrôlés par le gouvernement syrien, soit les deux tiers du pays. Elle ne se déroule pas dans les régions occupées par la Turquie et ses supplétifs, telles que Ras al-Aïn et Afrin ainsi que les régions étant sous le contrôle des groupes terroristes à Idlib. 

Dans le nord-est de la Syrie, la présidentielle a lieu dans les régions étant sous le contrôle du gouvernement syrien, notamment à Hassaké et à Qamichli, mais il se peut que les Syriens soient empêchés de se rendre aux urnes dans les régions qui sont occupées par les miliciens des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les Américains. 

Concernant les régions qui n’ont pas encore été libérées par le gouvernement syrien, le ministre de l’Intérieur Mohammed al-Rahmoun a déclaré : « Des bureaux de vote ont été installés tout près des régions occupées afin de permettre aux citoyens syriens qui y vivent de glisser leur bulletin dans le cadre de leurs droits légaux ». 

Cette mesure signifie que le gouvernement syrien projette de libérer tous les territoires du pays et d’en repousser les terroristes et leurs bastions étrangers.

Syrie/présidentielle: la pire crainte US?

Syrie/présidentielle: la pire crainte US?

Qui cherche la déstabilisation de la Syrie 

5- La présidentielle syrienne est en cours alors que le pays est touché depuis 2011 par une série de complots, fomentés par certains pays étrangers, et de crimes abominables, commis par les terroristes takfiristes. 

Les parties étrangères, dont et surtout les États-Unis, qui n’ont lésiné sur rien pour renverser le gouvernement Assad sans acquérir le moindre succès sont actuellement tellement furieuses qu’elles tiennent à mettre en cause la légitimité de la présidentielle et à encourager les Syriens à la boycotter. 

6- Le bon déroulement des élections présidentielles en Syrie, après dix années de guerre, prouve comment la Syrie reste solide et forte grâce à la résistance du peuple, de l’État et de l’armée ainsi qu’au soutien indéfectible de l’axe de la Résistance. Cet événement montre que non seulement la Syrie ne s’est pas effondrée mais en plus elle vit une certaine stabilité politique.

De plus, la présence massive des Syriens aux élections met en évidence leur souhait pour restituer une vie normale et récupérer la position de leur pays sur le plan régional. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/26/657555/Syrie-elections-presidentielle-vote-Assad-Etats-Unis-

Dans SYRIE

ELECTION PRESIDENTIELLE : LES SYRIENS VOTENT POUR REELIRE MASSIVEMENT LE PRESIDENT ASSAD

Par Le 26/05/2021

Les Syriens aux urnes, Assad donne sa voix aux élections présidentielles à Douma

Les Syriens aux urnes, Assad donne sa voix aux élections présidentielles à Douma

folder_openSyrie access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

La Syrie tient mercredi une présidentielle qui doit offrir un quatrième mandat au président Bachar al-Assad, un scrutin sans suspense dans un pays ravagé par une guerre meurtrière contre le terrorisme.

Les bureaux de vote ont ouvert à 07H00 locales (04H00 GMT) dans la partie du pays contrôlée par l’armée gouvernementale, soit les deux tiers de la Syrie. Ils fermeront à 19H00 locales, à moins d'une prolongation. Et les résultats pourront être annoncés dans les 48 heures.

L'agence de presse officielle Sana a annoncé l'ouverture des bureaux de vote à 07H00 et la télévision nationale a montré de longues files se formant dans différents endroits du pays.

«Une responsabilité de chaque syrien»

Un nombre d’électeurs ont souligné au correspondant de Sana que le vote était «une responsabilité de chaque syrien».

«L’afflux aux urnes reflète la volonté et l’appartenance nationale sincère des Syriens à la Patrie», affirme un électeur à Hama.

Le président Assad a donné sa voix aux élections présidentielles dans la ville de Douma dans la banlieue de Damas, a indiqué Sana.

Pour son nouveau mandat de sept ans, dans un pays à l'économie en lambeaux et aux infrastructures en ruines, Bachar al-Assad se présente comme l'homme de la reconstruction, après avoir enchaîné les batailles militaires contre les groupes terroristes avec l'appui de la Russie et de l'Iran, ses alliés indéfectibles.

Depuis plusieurs semaines, les portraits du président de 55 ans sont visibles sur toutes les places, notamment à Damas.

Face à M. Assad, deux candidats: l'ex-ministre et parlementaire Abdallah Salloum Abdallah et un membre de l'opposition Mahmoud Mareï.

La loi électorale impose aux candidats d'avoir vécu en Syrie dix ans consécutifs avant le scrutin, ce qui exclut de facto les figures de l'opposition en exil, très affaiblie.

Amnistie pour des milliers de prisonniers

Propulsé au pouvoir en 2000, M. Assad a remplacé son père Hafez, décédé après 30 années de règne sans partage.

Pour le président sortant, nul besoin de meeting de campagne ni d'entretiens avec des médias. Avant le scrutin, le chef de l'Etat a toutefois décrété une amnistie pour des milliers de prisonniers.

Plus de 12.000 bureaux de vote ont été aménagés dans les zones gouvernementales, selon le ministère de l'Intérieur. Et, selon les registres, le pays compte officiellement un peu plus de 18 millions d'électeurs.

Mais avec la guerre qui a morcelé le pays et des millions de réfugiés à l'étranger, le nombre de votants sera en réalité plus bas.

En 2014, M. Assad avait obtenu plus de 88 % des voix selon les résultats officiels. Le taux de participation dépassait les 73 %.

Cette présidentielle était la première élection faisant concourir plusieurs candidats. Auparavant, Bachar al-Assad et son père Hafez étaient désignés par des référendums, où bien souvent le oui l'emportait à plus de 97 % des voix.

 

syrie presidentielle bachar assad

https://french.alahednews.com.lb/40134/309

 

Les Golanais : La tenue de la présidentielle démontre la victoire de la Syrie sur ses ennemis

25/05/2021

Golan syrien occupé-SANA / Nos compatriotes au Golan syrien occupé ont affirmé que la tenue de la présidentielle demain démontre la victoire de la Syrie sur tous ses ennemis, appelant à une vaste participation à ces élections.

Dans son communiqué publié aujourd’hui, nos compatriotes au Golan ont dit : « Nous appelons notre peuple arabe syrien à prendre part intensivement au scrutin à la présidentielle et au fait que chaque citoyen exerce son droit et son devoir, pour contribuer ainsi à la guerre contre le terrorisme et confronter l’agression extérieure ».

B.D./ A.Ch.

http://sana.sy/fr/?p=223656&fbclid=IwAR394XvLLVKs3qWJi9axnh4qzRI0vIjCrh3M5WLpp5u-abzWXUu9LqdifrI

Dans SYRIE

SABAGH : LES CRIMES DE L’OCCUPANT ISRAELIEN A L’ENCONTRE DES PALESTINIENS INTERVIENNENT AVEC UN SOUTIEN AMERICAIN ET OCCIDENTAL

Par Le 17/05/2021

Sabbagh : Les crimes de l’occupation israélienne à l’encontre des Palestiniens interviennent sous un soutien américain et occidental

 

17/05/2021

New York – SANA / L’ambassadeur de Syrie auprès de l’ONU, Bassam al-Sabagh, a affirmé que l’agression israélienne continue contre le peuple palestinien fait suite aux crimes de guerre commis à l’encontre du peuple palestinien pour l’expulser de sa terre et changer son aspect démographique, affirmant que ces crimes n’auront pas été commis sans le feu vert donné par les Etats-Unis et l’occident à l’entité d’occupation israélienne.

Dans un communiqué écrit soumis lors de la séance du Conseil de sécurité, tenue la nuit dernière via vidéoconférence sur « les développements dans les territoires palestiniens à l’ombre de l’agression israélienne continue contre le peuple palestinien », Sabagh a exprimé la dénonciation de la Syrie de l’atermoiement par les Etats-Unis dans la tenue de cette séance dans le but de donner aux autorités d’occupation plus de temps pour poursuivre leurs agressions contre le peuple palestinien.

« L’escalade des pratiques israéliennes barbares contre le peuple palestinien fait suite aux crimes de guerre commis par l’occupation israélienne pour l’expulser de sa terre et changer son aspect démographique et religieux », a dit Sabagh qui a exprimé la vive condamnation de la Syrie du comportement israélien barbare contre le peuple palestinien, ainsi que de la couverture par l’occident des agressions et des crimes commis par « Israël » contre les civils palestiniens, dont les femmes et les enfants.

Il a fait savoir, à cet effet, que le bombardement hier du tour de Jalaa à Gaza, qui contient des sièges de médias mondiaux signifie qu’«Israël » veut empêcher le monde de voir la réalité de ses crimes contre le peuple palestinien.

« Les crimes de l’occupation israélienne n’aurait pas été commis sans le feu vert américain et occidental et le silence des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne devant ces crimes, et les tentatives de ceux-ci de les voiler au sein de CS démontre leur hypocrisie et la falsification de leurs allégations d’être soucieux des droits de l’Homme.

« Pourquoi nous n’entendons rien aujourd’hui de ceux qui ont lancé durant des années une campagne acharnée contre la Syrie sous prétexte de la protection des civils et des droits de l’Homme ? Pourquoi ils ne disent rien sur les moyens de protéger le peuple palestinien de la machine de guerre israélienne et de demander des comptes d’Israël pour ses actes criminels ? », s’est demandé Sabagh.

Il a appelé la communauté internationale à prendre des pas immédiats et efficaces pour mettre fin à la souffrance du peuple palestinien et aux agressions israéliennes continues et soutenir le droit de ce peuple à l’autodétermination et à l’établissement de son Etat indépendant, dont la capitale est al-Qods, conformément aux résolutions de l’ONU ad-hoc.

Il a, enfin, exhorté le Conseil de sécurité à abandonner les discours et les communiqués, à assumer ses responsabilités et à agir afin de mettre fin à l’occupation israélienne des territoires arabes, dont le Golan occupé.

L.A.

http://sana.sy/fr/?p=222275&fbclid=IwAR0faWYeINT2Pn-Xs0q0cdttJQdcYrEBpvS3xiZPXJ9LwmQ6_jQA8rGcOEk

Dans SYRIE

"ISRAËL": REDOUTABLE VENGEANCE DE LA SYRIE ?

Par Le 16/05/2021

La Syrie ouvre ses usines à missiles sur Gaza

Sunday, 16 May 2021 5:34 PM  [ Last Update: Sunday, 16 May 2021 5:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants de la Résistance palestinienne préparent une roquette. (Photo d'archives)

Ce sont les Syriens qui ont appris aux Palestiniens comment fabriquer des missiles.

Les combattants de la Résistance