ALEP : DEFAITE MAJEURE DES TERRORISTES AVEC 1500 MORTS ET PLUS DE 2000 BLESSES

  • Par
  • Le 19/11/2016
  • Commentaires (0)
  • Dans SYRIE

ALEP : DEFAITE MAJEURE DES TERRORISTES AVEC 1500 MORTS ET PLUS DE 2000 BLESSES

La défaite majeure d’Alep… 1 500 morts et plus de 2000 blessés dans les rangs des terroristes

Quel que soit le nom de la bataille, le résultat reste toujours le même. La défaite et l’échec des groupes terroristes. L’échec dans le domaine des renseignements et de la planification. Cette faiblesse s’est manifestée après le début de la seconde étape de la bataille «Abu Omar Sarakb» le chef de «l’armée Al-Fateh», qui a annoncé le déclenchement de la soi-disant «bataille héroïque d’Alep» pour briser le siège imposé sur les terroristes à l’Est d'Alep. Peu de temps après cette déclaration il fut tué par un raid aérien dans le village de Kfernaha à l’ouest d'Alep le 09.09.2016.

 

 

image: http://french.alahednews.com.lb/uploaded/images/2016/11/armeesyrienne550.jpg

La défaite majeure d’Alep… 1 500 morts et plus de 2000 blessés dans les rangs des terroristes

Des sept étapes de la «bataille héroïque d'Alep» passant par la tentative d’incursion de «Ibrahim Yousef» -responsable du massacre des soldats syriens à l’école militaire d’Alep le 16 Juin 1979 pour des raisons confessionnelles- jusqu’à la tentative menée par les groupes takfiris pour «briser le siège d'Alep» à l’invasion de «Abu Omar Sarakb». Aucun groupe n’a réussi à atteindre l’objectif déclaré au début des batailles, celui de contrôler l'ensemble de la région d’Alep. Ils n’ont même pas réussi à briser le siège imposé sur les terroristes des quartiers Est. Après toutes ces tentatives, auxquelles ont participé plus de 20 factions terroristes, ils n’ont récolté que des milliers de morts et de blessés, parmi eux figurent des commandants et des responsables militaires.

«L’armée d’Al-fateh», après avoir été épuisée durant les batailles de l’école militaire, lancée le 31/07/2016, qui a fait plus de 1.300 morts, dont plus de 40 commandants militaires, a essayé de se réorganiser pour relancer une nouvelle bataille le 28/10/2016 vers les quartiers Est d’Alep sous le nom de «la bataille d'Abou Omar Sarakb» visant à briser le siège imposé sur quelques quartiers de la ville.

Cette bataille, n’était pas différente des autres, les takfiris ont fait une brèche dans la banlieue d’Al-Assad à Mnaan. «L’armée Al-Fateh» s’est précipitée à publier sa «victoire» dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, dans lequel a été annoncée la fin de la première étape de la «bataille d'Abou Omar Sarakb». Cette étape avait pour but de créer une victoire médiatique après avoir perdu dans cette bataille plus de 100 mercenaires et près de 400 blessés ainsi que la destruction d’un grand nombre de véhicules.

Mais la mauvaise gestion de la bataille ainsi que le manque d’organisation et de planification des groupes armés au centre ouest d'Alep, ont mis les factions face à un problème majeur, leur incapacité à se fixer dans les zones récupérées. De plus, les frappes aériennes et les tirs des missiles ont favorisé leur épuisement et donc leur incapacité à faire de nouveaux progrès. Ce qui a empiré la situation est la décision d’un responsable des factions armées de déclencher la seconde étape de la «bataille d'Abou Omar Sarakb», le 11/03/2016.

La deuxième étape a débuté dans l’échec, cela s’est manifesté par l’attaque menée contre les quartiers résidentiels d'Alep avec des missiles Grade et Katioucha et des mortiers contenant des gaz toxiques, ce qui a causé la mort en martyre des civils. L’agitation bien évidente dans les rangs des factions armées, ainsi que la mauvaise planification étaient bien visibles dans les scènes filmées par les terroristes tués lors des batailles.

L’agitation des mercenaires ne s’est pas arrêtée à ce point, les différentes factions terroristes se sont affrontées, et des batailles se sont déclenchées entre elles, au sujet du contrôle des points de positionnement. Tout ce qu’il comptait, pour les chefs des groupes terroristes, fut de déclencher des batailles afin de recueillir des aides financières des pays du golfe persique, notamment le saoudien, «Abdullah Mohaisni» dont la préoccupation principale fut le déclenchement des batailles ouvertes -même s’il était en train de perdre- afin de recueillir des fonds et des dons des pays parrains du terrorisme. Il s’est même vanté de l’aide financière des pays du Golfe persique sous prétexte de vouloir briser le siège imposé sur certains quartiers de la ville d’Alep.

Le 11.11.2016 l’armée syrienne et ses alliés, ont avancé vers les points de positionnement des takfiris et ont étendu leur contrôle sur l'ensemble des points dans la banlieue d’Al-Assad à Mnaan, leur infligeant de grandes pertes. A partir de là, l’armée syrienne et ses alliés ont pu récupérer toutes les zones prises par les terroristes. Non seulement celles prises après la bataille d’«Abu Omar Sarakb», ils ont même nettoyé toutes les zones occupées suite à la «bataille héroïque d'Alep». Ils ont récupéré les collines stratégiques en plus du complexe 1070. Au cours de ces deux batailles plus de 1500 takfiris ont été tués à coup sûr, en plus de 2000 blessés. Ces opérations menées par l’axe de la résistance ont infligé la défaite retentissante aux insurgés et aux promoteurs du projet destructeur à Alep. Il est devenu clair que l'armée syrienne et ses alliés tiennent en main le déroulement des évènements.

Source : Al-Ahed, traduit par l’équipe du site

17-11-2016 | 07:38

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20909&cid=323#.WC3bU_nhA2w

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire