L'AFFRONTEMENT ENTRE LES PUISSANCES IMPERIALISTES MONTE D'UN CRAN EN SYRIE

  • Par
  • Le 11/02/2018
  • Commentaires (0)
  • Dans SYRIE

 

Syrie : L'affrontement  entre

les puissances impérialistes monte d'un cran

 

L’intervention militaire de la Turquie en Syrie est une violation flagrante de la souveraineté de l’État syrien. Nous la condamnons fermement. Menée par le pouvoir dictatorial turc, elle fait monter d'un cran les affrontements entre les puissances impérialistes qui se battent pour se partager et dominer la région et pour en exploiter les richesses.

La Turquie est très active dans le déroulement des événements en Syrie. Dans la dernière période, le déploiement de troupes turques dans le nord de la Syrie résultait de l'accord d'Astana (capitale du Kazakhstan) du 15 septembre entre l'Iran, La Turquie et la Russie qui prévoyaient la création de zones de désescalades en particulier dans la région d'Idlib. L'armée turque, s'est ainsi positionnée sur la ligne de démarcation séparant les mercenaires du groupe terroriste Tahrir Al-Cham et les forces kurdes de l'enclave d'Afrin.

L'annonce faite par les USA qui occupent, ainsi que des troupes françaises et anglaises, par milices kurdes et terroristes interposées le nord de l'Euphrate en Syrie, de structurer une force militaire de 30.000 hommes dans cette région avec comme objectif de verrouiller la frontière avec la Turquie a servi de prétexte à Erdogan pour lancer l'assaut contre les milices kurdes avec l'appui de « l'Armée Syrienne Libre » (ASL) afin d'occuper une partie du territoire du nord de la Syrie. L'ASL, bras armé de la Turquie en Syrie est au même titre que les autres milices qui opèrent dans ce pays, est armée, conseillée et financée par les puissances occidentales et du Golfe, une organisation terroriste.

 Si la Turquie, membre de l'OTAN, s'attaque à des forces kurdes soutenues par les USA, pour autant ces derniers ont estimé légitime, pour les intérêts turcs, une telle intervention. La Russie de son côté, au-delà de déclarations purement verbales, c'est contentée de déplacer  ses conseillers militaires résidents dans la zone laissant le champ libre à l'intervention turque.  Ainsi, la Syrie, dont la souveraineté est de plus en plus mise en cause, est l'arène du jeu sanglant des puissances de la région, grandes et petites.

La question qui est posée, c'est bien celle de l'intégrité du territoire de la République Arabe Syrienne, nation souveraine, dont le dépeçage est en cours. La Turquie, comme les puissances qui interviennent en Syrie veulent leur part du gâteau en fonction de leurs intérêts propres. Le gouvernement syrien ne s'y est pas trompé qui condamne vgoureusement et légitimement la violation de son territoire.  En intervenant militairement en Syrie, la Turquie légitime et sert les plans impérialistes de partage, de plus le pouvoir dictatorial d'Erdogan s'appuie sur cette intervention pour accentuer la répression intérieure au nom du nationalisme.

Le Parti Communiste de Turquie est la seule force politique qui condamne clairement les visées impérialistes du pouvoir turc. Dans la déclaration de son Comité Central du 21 janvier il indique: « Alors que l’État syrien dit "vous n'êtes pas les bienvenus", ...le pouvoir turc sert les plans impérialistes qui cherchent à diviser la Syrie. Notre peuple ne peut pas être trompé par l'héroïsme ou la démagogie nationaliste. La Syrie doit se débarrasser des projets impérialistes, des conflits d'intérêts entre les grandes puissances et les puissances intégristes de la région. Et ce sera le peuple syrien qui le fera. C'est pourquoi nous disons bas les pattes devant la Syrie! ».

http://www.sitecommunistes.org/ch545syrie.htm


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire